Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les jésuites à Lyon

 | 
Étienne Fouilloux
, 
Bernard Hours

Deuxième partie. Le temps des collèges

Jésuites lyonnais et catholicisme intransigeant

Bruno Dumons

Texte intégral

Nous remercions tout particulièrement le père Bernard de Vrégille (S. J.) pour son accueil et sa compétence sans laquelle nous n’aurions pas pu réaliser cette contribution.

  • 1 P. Boutry, « Une dynamique sacrificielle. Le catholicisme lyonnais du premier XIXe siècle », Chocs (...)
  • 2 J. Buche, L’école mystique de Lyon (1776-1847), Paris, Alcan, 1935 ; L. Trénard, Lyon, de l’Encyclo (...)
  • 3 P. Dugas, Vie et souvenirs, Paris, Oudin, 1875 ; P. Pierrard, Louis Veuillot, Paris, Beauchesne, 19 (...)

1Lorsque interviennent en 1880 les mesures gouvernementales de Jules Ferry interdisant l’enseignement aux congrégations non autorisées, la Compagnie de Jésus est fortement implantée dans la capitale des Gaules depuis le rétablissement de la province en 1836. Or, en ces dernières décennies du XIXe siècle, la place lyonnaise incarne un bastion du « parti de l’intransigeance ». En effet, le catholicisme des élites de la ville a largement puisé aux sources de l’intransigeance catholique et d’une « dynamique sacrificielle »1. Celui-ci est teinté de cette « âme mystique » qui aurait animé une école de pensée à laquelle se référeraient les figures de Pierre Ballanche et de Frédéric Ozanam, véritables icônes du traditionalisme et du catholicisme social2 . Il est aussi inspiré par le souvenir de la Terreur et l’attachement à la légitimité, méfiant envers tout ce qui vient de Paris, à l’image d’un Prosper Dugas, animant le journal légitimiste et ultramontain de La Gazette de Lyon3.

  • 4 Sur la fondation du Cercle de Lyon : P. Dugas, Vie et souvenirs, p. 144-145.
  • 5 H. Beaune, Lucien Brun, Paris, Lecoffre, 1901 ; C. Ponson, Les catholiques lyonnais et la Chronique (...)
  • 6 Sur la famille et les quatre fils Lucien-Brun : X. de Montclos éd., Dictionnaire du monde religieux (...)
  • 7 Annuaire du Cercle de Lyon, 1894 ; C. Pellissier, La vie privée des notables lyonnais au XIXe siècl (...)
  • 8 B. Dumons, « Au nom de la France et du Sacré-Cœur. Catholicisme intransigeant et stratégies mission (...)
  • 9 J. -L. Pinol, Les mobilités de la grande ville. Lyon (fin XIXe - début XXe), Paris, FNSP, 1991, p. (...)

2Ce « catholicisme du refus », influent et enraciné entre Saône et Rhône, définissant un ensemble de valeurs, de normes et d’attitudes, possède donc ses promoteurs et ses diffuseurs à l’heure où la République devient républicaine. Certains d’entre eux ont constitué des lieux particuliers de sociabilité politique au sein desquels ils se retrouvent comme au Cercle de Lyon, fondé en 1868, également dénommé Cercle du Syllabus, ralliant la plupart des élites lyonnaises du catholicisme ultramontain et du légitimisme4. Parmi elles, le sénateur inamovible Lucien Brun personnifie cette sensibilité politique. Ce brillant avocat, qui se fait l’interprète direct des conceptions du comte de Chambord, exerce une influence considérable dans le monde clérical et monarchiste lyonnais, à l’image de son engagement pris dans la fondation des facultés catholiques5. Silencieux après le Ralliement, il laisse à ses quatre fils, Emmanuel, Joseph, Henry et Lucien, le soin de reprendre l’étendard du combat au tournant du siècle6 . Tous ont alors rejoint le Cercle de Lyon au sein duquel ont été admises les grandes figures du catholicisme intransigeant lyonnais à la fin du XIXe siècle comme l’avocat Charles Jacquier, le soyeux Cyrille Cottin, le grand propriétaire Franck de Jerphanion, les juristes des facultés catholiques, Alexandre Poidebard, Auguste Rivet et Pierre Ravier du Magny, le futur sénateur Paul Duquaire ainsi que le peintre Paul Borel et l’orfèvre Joseph Armand-Calliat7. Certains participent également, de manière régulière, au salon de la comtesse de Saint-Laurent, présidente de la très monarchiste et traditionnelle Ligue des femmes françaises, fondée à Lyon en 19018. Tout ceci a pour théâtre un espace très circonscrit qui est celui du quartier d’Ainay, entre Bellecour et Perrache, fortement marqué par les valeurs traditionnelles de l’ancienne France revendiquées par les vieilles familles de la noblesse provinciale et de l’austère bourgeoisie catholique, communiant à une même vision du monde ordonnée par la Providence et le roi9.

  • 10 D. Avon et P. Rocher, Les jésuites et la société française (XIXe -XXe siècle), Toulouse, Privat, 20 (...)
  • 11 Sur cette rivalité entre ces deux tendances qui traversent la Compagnie à l’aube des années 1880 : (...)
  • 12 Sur la fondation de l’Apostolat de la prière avec le père Henri Ramière vers 1860 et le succès de c (...)

3De son côté, la Compagnie a été sommée par Pie IX de s’écarter des tentations libérales exprimées par les « pères de Paris » dans la revue Études10. À l’heure de l’infaillibilité pontificale, la rédaction est confiée en 1877 à la seule province de Lyon, désormais orientée vers un catholicisme beaucoup plus intransigeant. Cette situation révèle ainsi l’existence de deux courants opposés qui traversent la Compagnie entre 1860 et 1880. Certes feutrée, l’opposition est alors bien réelle entre les « pères de Paris », de culture plus gallicane et libérale, et les « pères du Midi », davantage romains et intransigeants11. Soutenue par le succès d’œuvres sociales et spirituelles comme l’Apostolat de la prière à Toulouse, cette dernière tendance qui devient prééminente au sein de la Compagnie en France, caractérise en grande partie les jésuites de la province de Lyon, en particulier ceux exerçant leur ministère entre Saône et Rhône12.

  • 13 Y. Congar, « L’ecclésiologie de la Révolution française au concile du Vatican, sous le signe de l’a (...)

4Par conséquent, cette rencontre puis cette osmose entre des élites catholiques de la capitale des Gaules et des représentants des pères du Midi installés à Lyon ont fortement contribué à renforcer le courant du catholicisme intransigeant et intégral dans la ville, lui donnant une certaine vigueur durant la Troisième République. Les grandes heures de ce catholicisme intransigeant lyonnais se sont donc déroulées grâce au soutien d’une frange importante de la bourgeoisie et de la noblesse locales, insérées dans un terreau de traditionalisme et d’ultramontanisme, porteur d’une ecclésiologie et d’une vision du monde largement héritées de la Réforme tridentine13 . La Compagnie de Jésus a alors largement participé à cette vitalité du catholicisme intransigeant à Lyon. Elle lui a donné certains de ses « serviteurs » les plus brillants et les plus dévoués. Pour cela, elle a recruté dans les milieux les plus attachés à cette culture catholique intransigeante et elle leur a donné en retour de fidèles héritiers en plein XXe siècle. Notre regard se portera donc sur quelques-unes des figures de la Compagnie à Lyon, incarnant ce catholicisme intransigeant, illustrant certains des réseaux qui l’ont soutenu et soulignant son progressif déclin dans les années 1950 au profit d’une autre théologie, dite « nouvelle », plus conforme à une adaptation et un dialogue entre l’Église et le « monde moderne ».

Des provinciaux marqués du sceau de l’intransigeance

  • 14 C. -A. Geoffroy de Grandmaison, La Congrégation (1801-1830), Paris, Plon, 1889 ; A. Lestra, Histoir (...)
  • 15 L. de Vaucelles, Le Nouvelliste de Lyon et la défense religieuse (1879-1889), Paris, Les Belles Let (...)
  • 16 Archives de l’archevêché de Lyon (AAL), Congrégation des Messieurs, liste des membres par sections (...)
  • 17 B. Dumons et C. Pellissier, « La Congrégation des Messieurs et la Société de Saint-Vincent-de-Paul (...)
  • 18 B. Dumons, « Prédicateurs et directeurs spirituels des élites catholiques lyonnaises (1890-1950) »,(...)

5L’alliance de la Compagnie avec les élites du catholicisme intransigeant lyonnais s’illustre en particulier avec le choix du directeur spirituel de la Congrégation des Messieurs. Cette association « secrète », fondée à Lyon par Benoît Coste en 1802, visant à la « rechristianisation » des élites dans la France postrévolutionnaire, a très vite reçu la direction spirituelle des jésuites avec le soutien du père Roger14. Elle devient une pépinière d’élites catholiques contre-révolutionnaires, engagées dans les causes ultramontaine et monarchiste. Dans les dernières décennies du siècle, la Congrégation apparaît toujours comme une œuvre de restauration du légitimisme et de défense religieuse. Les filières d’accès sont multiples, mais l’influence de la Compagnie est omniprésente. Parmi elles, l’éducation reçue dans un établissement jésuite, comme le collège Notre-Dame de Mongré ou l’externat Saint-Joseph, constitue une réelle condition pour être accepté dans ce cénacle secret très fermé d’élites catholiques dont beaucoup ont été marquées par les « stigmates » du combat politique, se retrouvant dans des initiatives semblables comme la fondation du Nouvelliste ou la mise en place des facultés catholiques15. Parmi les trois cents congréganistes recensés au tournant du siècle, on retrouve les personnalités catholiques les plus en vue exerçant des activités professionnelles dans le droit, la banque, le commerce, l’industrie et la gestion de propriétés foncières16. L’esprit de la Congrégation constitue alors un relais efficace de diffusion de la culture catholique intransigeante au sein du patriciat lyonnais17. Avec le congréganiste s’affirme une figure du catholicisme intégral, au service de l’Église et du roi, intransigeante dans ses conceptions de la vie publique et privée, consciente d’appartenir à une élite investie de pouvoirs visant au rétablissement de la société chrétienne. Cette culture catholique, qui s’appuie sur une théologie politique forgeant des âmes de combattants face à la République, est aussi le fruit d’une direction spirituelle constamment assurée par des pères de la Compagnie, et non des moindres puisqu’il s’agit de plusieurs provinciaux18.

  • 19 Livre d’or des élèves du pensionnat de Fribourg en Suisse (1827-1847), Montpellier, Grollier, 1889  (...)
  • 20 Litteræ Annuæ Provinciæ Lugdunensis Societatis Jesu, 1880-1881, p. 76-78.
  • 21 Sur les 428 notices de jésuites présentes dans le volume dirigé par le père Duclos, 66 possèdent un (...)

6Le premier d’entre eux ayant fortement imprimé la marque de l’intransigeance au sein de la Congrégation est le père Joseph de Jocas (1807-1881). Né à Carpentras dans une vieille famille de la noblesse du Comtat Venaissin, il fréquente le collège d’Uzès, puis entre au service de la Compagnie en allant enseigner au collège de Fribourg en Suisse, véritable vivier d’élites lyonnaises et stéphanoises du catholicisme légitimiste et intransigeant19. Tempérament vigoureux dans la défense des jésuites à Avignon en 1847, il arrive à Lyon pour exercer la charge de provincial de 1852 à 1857, mais surtout il assure la charge de directeur spirituel de la Congrégation pendant plus de trente ans, jusqu’à l’heure des décrets d’expulsion de 188020. Il représente notamment l’influence des vieilles familles de l’armorial de France au sein de la Compagnie, signe d’une alliance entre le premier et le second ordre, dont l’objectif réside dans la restauration d’une société d’Ancien Régime. La permanence du recrutement nobiliaire au sein de la Compagnie souligne l’adhésion commune à un catholicisme du refus et de l’intransigeance, mais aussi un étroit compagnonnage de route qui a également contribué au renouvellement et à la « réinvention » de l’ordre21.

  • 22 Lettres de Fourvière, décembre 1898, p. 315.
  • 23 « Nous combattrons avec la Sainte Vierge. C’est elle qui doit vaincre les ennemis de nos âmes, ceux (...)

7La mort du père de Jocas n’interrompt pas l’intransigeance de la direction spirituelle que mène la Compagnie auprès de ces élites catholiques lyonnaises. Elles obtiennent à nouveau le concours du provincial, le père Ambroise Monnot (1831-1898). Avec lui s’affirme un autre réseau de l’intransigeance catholique, celui d’un catholicisme plus populaire, puisant dans la dévotion au Sacré-Cœur. Fils d’un instituteur de la Croix-Rousse, dont le père s’est enfermé à la Trappe pour échapper à la corruption du monde, il opte pour la Compagnie en 1846 afin de « travailler dans le champ de Dieu »22. Ce missionnaire passé par l’Algérie, la Syrie et le Liban revient à Lyon en 1876 pour reprendre la direction du collège et de la résidence, puis de la province, au moment des attaques de la République et de l’exil à Mold en Angleterre. Son attachement à un catholicisme qui ne transige en rien sur la doctrine et sur les pratiques en fait un combattant valeureux qui force l’admiration des congréganistes et les pousse à prendre les « armes de la prière »23. Sa direction spirituelle, qui s’est alors exercée pendant près d’une quinzaine d’années (1881-1895), a ainsi engendré, auprès d’une nouvelle génération de jeunes bourgeois lyonnais, des vocations prêtes à servir l’idéal d’une foi catholique intransigeante.

  • 24 Litteræ Annuæ Provinciæ Lugdunensis Societatis Jesu, 1919-1922, p. 19-20.
  • 25 Lettres de Fourvière, numéro du centenaire, 1936, p. 63-66.

8Après les longues directions assurées par les anciens provinciaux qu’ont été les pères de Jocas et Monnot, les congréganistes font appel en 1895 au supérieur de la résidence de Lyon, le père Marius Bouillon (1846-1922)24. Le milieu modeste auquel il appartient lui offre l’héritage d’une éducation religieuse faite là encore de dévotion au Sacré-Cœur et de piété mariale. Il vit avec douleur la dispersion et se voit chargé de l’organisation de la résidence de Lyon avant d’être choisi comme provincial en 190025. L’intensité de la vie spirituelle est pour lui un axe essentiel dans les activités de la Congrégation.

9La foi catholique doit irriguer toute la vie du congréganiste, conformément à un catholicisme intransigeant qui devient désormais « intégral », innervant tous les secteurs de la société. C’est lui qui d’ailleurs signe, avec les trois autres pères provinciaux, la déclaration du 1 er octobre 1901 refusant de faire la demande d’autorisation d’existence auprès des autorités administratives de la République. Une nouvelle fois, il vit la dispersion de la province qu’il dirige, insistant surtout sur la qualité intellectuelle et spirituelle des novices. Revenu à Lyon en 1912, il reprend jusqu’à sa mort ses activités de direction de conscience au sein de plusieurs associations de laïcs, à qui il transmet une spiritualité très christocentrique, tournée vers la dévotion eucharistique et celle de la royauté sociale du Christ, caractéristique du catholicisme intégral.

L’intransigeance d’une nouvelle génération de « serviteurs de Jésus »

  • 26 Ibid ., p. 470-472. Sur le début de l’Œuvre des Cercles de jeunes ouvriers : P. Levillain, Albert d (...)
  • 27 J. -M. Mayeur, « Catholicisme intransigeant, catholicisme social, démocratie chrétienne », Annales (...)
  • 28 AAL, Congrégation des Messieurs de Lyon, CM 43, Allocutions aux fêtes, fête anniversaire de la fond (...)
  • 29 Lettres de Canterbury, supplément, juillet 1906, p. 73-81.

10Le combat que la République a entamé contre la Compagnie au tournant du siècle a nécessité le recours à des hommes de tempérament et à des « âmes de feu ». Fidèle aux instructions romaines, la province de Lyon s’est dotée de véritables combattants au service d’une intransigeance qui s’appuie néanmoins sur des méthodes et des pratiques dites « modernes ». Parmi eux, s’illustre le père Antoine Croizier (1840-1905). Il est issu d’un milieu où la fidélité à l’Église et au roi constituait des principes sur lesquels aucune transaction n’était possible. Son père, officier de cavalerie, avait d’ailleurs démissionné en 1830 pour rester fidèle aux Bourbons. Son oncle avait été, quant à lui, évêque de Rodez (1842-1855). Entré au noviciat de Lons-le-Saunier en 1859, il va associer son nom à une œuvre pétrie d’esprit catholique social, vouée aux jeunes ouvriers lyonnais. En 1875, sur le modèle de ce qui s’est passé à Paris avec le jeune Albert de Mun, il met sur pied une classe d’apprentissage qui compte chaque soir plus de deux cents élèves26 . Détruite par les décrets de 1880, l’initiative est reprise sous une forme différente à Saint-Étienne alors qu’il a reçu la charge de recteur du collège Saint-Michel. Prenant le nom de Maison Saint-François-Régis, elle reçoit les encouragements et les visites des archevêques successifs de Lyon, les cardinaux Foulon et Coullié. Il incarne alors cette dimension intransigeante du catholicisme social qui constitue, à la fin du XIXe siècle, un projet d’une grande vitalité dans le sillage tracé par Léon XIII27. Il dut, malgré lui, abandonner son œuvre stéphanoise, mais d’autres confrères comme le père Félix Volpette, avec ses jardins ouvriers, continueront à faire vivre cet esprit social dans la ville noire. Nommé à la tête du collège de Lyon aux heures difficiles de 1901, le père Croizier poursuit ses activités avec un zèle aux accents toujours intransigeants, notamment au sein de la Congrégation, en prenant sa direction spirituelle et en rappelant à ses membres : « Nous avons à défendre Dieu et le Pape, il nous faut défendre la vieille foi de notre chère France. »28 Il s’éteint en 1905 en ayant incarné ce catholicisme intransigeant du XIXe siècle, à la fois social et spirituel, dévoué aux instructions romaines29.

  • 30 Litteræ Annuæ Provinciæ Lugdunensis Societatis Jesu, 1924-1925, non paginé ; V. Poucel, Le père Lou (...)

11Les congréganistes doivent alors se tourner vers un directeur spirituel qui n’exerce pas une fonction officielle de responsabilité dans la Compagnie puisque la dispersion a contraint les cadres de la province à se retirer en Angleterre. Néanmoins, certains pères sont toujours présents dans la capitale des Gaules. Le père Louis Perroy (1858-1925) accepte cette tâche. Originaire d’une famille nombreuse et bourgeoise du Roannais, il entre comme son frère Henry dans la Compagnie avec une forte dévotion eucharistique. Supérieur de plusieurs collèges, il fonde en 1901 celui de Bollengo en Italie pour les fils des familles françaises, en particulier lyonnaises, restées attachées à l’éducation des pères. Doué de talents littéraires, il s’adonne à l’écriture teintée de mysticisme et de nationalisme, laissant percer l’intransigeance catholique dans laquelle il a été éduqué et qu’il revendique30.

  • 31 Litteræ Annuæ Provinciæ Lugdunensis Societatis Jesu, 1935-1949, p. 574.

12Il cède sa place de directeur spirituel en 1907 au père Louis Rosette (1851-1945). Ce jésuite, qui aura été recteur ou supérieur de collèges pendant plus de quarante ans, va exercer cette charge jusqu’en 1912, se montrant tout aussi intransigeant dans ses dénonciations régulières du mal issu de la Révolution31 . Toutefois, il s’attache à favoriser la dévotion eucharistique en commentant les décrets de Pie X (1905 et 1910) et en incitant à la communion fréquente qui permet ainsi une rencontre plus personnelle avec Jésus-Christ. Là encore, la découverte d’une spiritualité moins rigoriste et plus ultramontaine participe au renforcement du modèle que prône le catholicisme intégral en ces premières années du XXe siècle.

  • 32 Pour les trente-cinq pères présents à Lyon en 1909, leurs résidences dispersées se situent au 16 du (...)
  • 33 AAL, Congrégation des Messieurs de Lyon, CM 42, Allocutions aux réunions, 3 juin 1896 ; Litteræ Ann (...)
  • 34 Litteræ Annuæ Provinciæ Lugdunensis Societatis Jesu, 1911-1912, p. 63-64 ; ibid., 1924-1925, non pa (...)

13D’autres pères, tout aussi marqués par l’esprit de l’intransigeance, fréquentent la résidence de Lyon et sont amenés à offrir leurs services aux élites catholiques du quartier. Ces dernières se sont d’ailleurs occupées de leur trouver des appartements pour les reloger au moment de la dispersion totale à partir de 190532. Parmi ces pères connus pour leur intransigeance, il faut mentionner le père Urbain Chavoz (1831-1917). Franc-comtois d’origine, il a longtemps été considéré comme le « grand directeur de Lyon », n’hésitant pas dans ses prédications adressées aux « Messieurs » de la Congrégation à brosser un tableau apocalyptique de la France déchristianisée. La cause essentielle en est pour lui la République et l’habileté des francs-maçons33. Deux autres figures sont aussi à mettre en exergue dans le rôle influent qu’ils ont exercé au profit de la diffusion du courant intransigeant auprès des âmes dont ils ont eu la direction. Il s’agit de deux Méridionaux installés à Lyon en 1901, le père Pierre Buisson (1827-1911), ayant été recteur du collège d’Avignon, proche de la comtesse de Saint-Laurent dont il est le directeur de conscience, et le père Frédéric Rouvier (1851-1925), marseillais d’origine et attaché au groupe des ingénieurs catholiques, qui s’intéresse de près à l’action syndicale de Marie-Louise Rochebillard34.

  • 35 A. Eymieu, Vive le Christ qui aime les Francs, discours prononcé à Paray-le-Monial pour le pèlerina (...)
  • 36 Lettres de Fourvière, 1936, p. 220-221 et 370-372. Il a écrit durant ses années lyonnaises un ouvra (...)
  • 37 J. Ferchat, Le père Eymieu, Paris, Perrin, 1936, p. 47 et 261.
  • 38 Ibid., p. 61-84 et 141-152 ; C. Rater-Garcette, La professionnalisation du travail social. Action s (...)

14Enfin, il y a « l’âme de feu et de lumière » qui insuffle avec succès l’esprit de l’intransigeance parmi les élites lyonnaises du « catholicisme au féminin », le père Antonin Eymieu (1861-1933), héritier direct de la tendance intransigeante des pères du Midi. Doté d’une réelle stature intellectuelle, il va exercer, lors de son passage à Lyon, une influence profonde. La souffrance suscitée par l’exil des maisons de formation, dès son entrée dans la Compagnie en 1879, l’amène alors à concevoir une action de défense des établissements d’enseignement sur le terrain du politique, qu’il va envisager avec le concours d’élites féminines. Méridional lui aussi, issu d’une famille modeste et religieuse de la Drôme provençale, il exerce rapidement ses activités enseignantes et spirituelles aux collèges de Mongré puis de Saint-Joseph. Surnommé « le sabre » pour son austérité et son exercice de l’autorité, il se fait également apprécier entre Saône et Rhône, pendant dix ans, de 1898 à 1908, grâce à ses directions de conscience et ses conférences enflammées au cours desquelles il véhicule largement l’outillage intellectuel du catholicisme intransigeant, la théologie politique d’essence contre-révolutionnaire, les thèmes nationalistes comme celui du Christ, roi des Francs, et la spiritualité émotionnelle et victimale du Sacré-Cœur35. Fort de ses quarante ans et de sa stature intellectuelle, il ravit les auditoires féminins, parmi lesquels il va réaliser son plus fructueux ministère en se faisant apprécier pour sa direction spirituelle36. C’est dans ce cadre qu’il va concevoir, au cours des années 1900-1901, avec une de ses âmes fidèles, Jeanne Lestra, la stratégie de l’action de femmes en politique en créant la Ligue des femmes françaises. Il est considéré en 1902 par la Sûreté générale comme « un des jésuites les plus dangereux qui soient actuellement en France » et perçu par son supérieur, le père Bouillon, comme « sans doute… le plus beau cerveau de la Compagnie »37. L’échec initial de cette ligue féminine sur la scène politique l’amène alors à se diriger sur le terrain du catholicisme social en participant à la formation d’élites féminines avec la Mutualité intellectuelle, l’institut des Xavières et l’École normale sociale38.

Des « héritiers » des familles lyonnaises du catholicisme intransigeant

  • 39 Courriers. Province de Lyon, n ° 77, avril 1956, p. 1-2 ; Dictionnaire d’histoire et de géographie (...)
  • 40 L. de Vaucelles, Le Nouvelliste de Lyon…, p. 32 et 38.
  • 41 AAL, Congrégation des Messieurs de Lyon, CM 30, Procès-verbaux des réunions du 8 décembre 1918 au 8 (...)
  • 42 AAL, Congrégation des Messieurs de Lyon, CM 31, Procès-verbaux des réunions de 1933 à 1945.
  • 43 Ibid., 10 janvier 1940.

15Façonnées dans leur spiritualité et leur vision du monde par la nouvelle génération des « pères de la résidence » entre 1880 et 1920, les élites lyonnaises du catholicisme intransigeant ont, à leur tour, engendré des fils qu’elles ont donnés à la Compagnie pour perpétuer ce modèle de pensée. Pour les deux cents congréganistes qui appartiennent encore à cette vieille confrérie secrète, d’esprit contre-révolutionnaire, au lendemain de la Grande Guerre, il y a eu la volonté de pérenniser la réflexion de l’intransigeance en faisant toujours appel à un directeur spirituel relevant de cette sensibilité et en constituant un vivier de vocations jésuites. La conjonction de ces deux réalités s’illustre en particulier avec la longue direction spirituelle de plus de trente ans, entre 1922 et 1954, exercée par le père Joseph Journoud (1874-1956)39. Ce fils de Jean Journoud, industriel congréganiste appartenant au groupe de Joseph Rambaud, natif du quartier d’Ainay, entre dans la Compagnie en 189240. Réalisant ses études sous la houlette du père Rosette, il reçoit en héritage toute l’intransigeance des pères de Lyon que ce soit à l’externat Saint-Joseph ou à Cantorbéry, s’ajoutant à celle de son milieu familial. Reprenant la direction de la résidence en 1923 après un passage dans celle de Grenoble, il consacre son ministère aux prédications et aux directions de conscience. Il exerce alors une profonde influence auprès des congréganistes en s’attachant à ranimer leur zèle apostolique aussi bien dans le domaine des œuvres charitables que sur le terrain politique de la défense religieuse. Fervent partisan du rétablissement de l’ordre chrétien, il soutient à la fois l’idée d’une action politique dans le cadre d’un « cartel des droites » et le principe de réformes dans le sens de la doctrine sociale de l’Église41. Les événements de 1936 l’amènent toujours dans une logique d’intransigeance à concevoir « le rôle des catholiques d’élite, à savoir défendre les droits de Dieu et empêcher l’empire du mal de s’installer dans le monde »42 . Nourrie au miel de l’intransigeance et de l’ultramontanisme, sa spiritualité s’appuie sur le culte de la royauté sociale du Christ et la dévotion mariale. Elle l’amène dès janvier 1940 à dénoncer « la sauvagerie et la fureur antichrétienne du nazisme », mais aussi à voir dans l’effondrement de l’été de cette même année la nécessaire expiation des fautes commises par une France qui a renié son baptême, puisant ainsi aux sources du dolorisme et de la réparation auxquelles le catholicisme intransigeant du XIXe siècle s’est largement abreuvé43. Devenant âgé et mal voyant, il incarne alors au début des années 1950 au sein de la communauté des pères de la résidence à Lyon la persistance de ce modèle catholique intransigeant qui ne rassemble plus guère de partisans, même au sein de la Congrégation, qui fait désormais appel à une autre approche et à une autre génération de jésuites avec l’arrivée du père François Varillon.

  • 44 P. Rocher, Un collège de la Compagnie de Jésus aux XIXe-XXe siècles : Notre-Dame de Mongré à Villef (...)
  • 45 J. Folliet, Notre ami Marius Gonin, Lyon, CSF, 1944, p. 39-46 ; C. Ponson, Les catholiques lyonnais (...)
  • 46 L. Berne, L’élan jociste, Paris, Spes, 1938 ; L. Berne, Lumière nouvelle. Dix ans de vie jociste, I (...)
  • 47 Courriers, n ° 21, août-octobre 1949, p. 4-5 ; La Croix, 30 juillet 1949.

16Parmi les autres « héritiers » appartenant à ces familles lyonnaises de l’intransigeance catholique, il y a ceux qui sont passés par le vivier du collège de Mongré et dont les mères ont reçu l’influence directe des pères jésuites de la résidence, comme celles qui ont notamment exercé des responsabilités dans le bureau de la Ligue des femmes françaises44 . Si la présidente, la comtesse de Saint-Laurent, a vu son fils Raymond entrer dans la Compagnie en 1901 pour la quitter plus tard, celui de la trésorière Delphine Berne, Louis (1889-1849), a entendu le même appel. Bercé par les engagements sociaux de sa mère et de son oncle Victor, qui caractérisent le catholicisme lyonnais du début du XXe siècle, il incarne aussi les nouvelles orientations sociales et spirituelles de la Compagnie tout en gardant une profonde dévotion mariale45. Son apostolat se concentre alors surtout autour de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) et des premières retraites de fiancés au Châtelard46. Il s’est en quelque sorte converti au messianisme de la classe ouvrière, qui imprègne alors les milieux militants et les ordres religieux de l’entre-deux-guerres comme la Compagnie, puis a été convaincu de l’importance d’une spiritualité conjugale au sein des couples chrétiens, à l’image de ce qu’ont vécu ses propres parents tout au long de leur mariage47.

  • 48 H. de Jouvencel, L’assemblée de la noblesse du bailliage de Forez en 1789, Lyon, Brun, 1911, p. 411 (...)
  • 49 Courriers. Province de Lyon, n ° 121, avril 1960, p. 11-12 ; B. Dumons, « Prédicateurs et directeur (...)
  • 50 Courriers. Province de Lyon, n ° 28, juillet-août 1963, p. 1-3.

17Membre également du bureau central de la Ligue en 1901, Madeleine Meaudre, issue d’une vieille famille de la noblesse forézienne, est l’épouse du banquier Fernand Saint-Olive48. Le couple aura six enfants dont deux entreront dans la Compagnie. Le premier, Gabriel Saint-Olive (1884-1960), passe par Mongré puis Cantorbéry. Il hérite de la dimension sociale du catholicisme intransigeant dans lequel il a été éduqué. Au lendemain de la Grande Guerre, il se consacre à l’apostolat des jeunes, que ce soit à l’Association catholique de la jeunesse française (ACJF) ou à la Maison des étudiants catholiques (MEC) que dirige le père Roullet. Attiré lui aussi par la classe ouvrière, il fonde à Lyon les Équipes ouvrières avant de devenir le premier aumônier des jocistes lyonnais. En 1927, le père « Sainto » fonde la Maison du jeune ouvrier (MAJO), puis entre trois ans plus tard au service du Châtelard pour y donner des retraites spécialisées à un public populaire49. Le second, Louis Saint-Olive (1895-1963), est lui aussi passé par Mongré. Il hérite de la sensibilité spirituelle du catholicisme intransigeant, à la fois mariale et christologique, qui le fait se diriger vers l’apostolat des enfants. Jeune novice, il seconde l’abbé Laurent Remillieux au patronage de Notre-Dame-Saint-Alban. Il oriente ensuite son ministère dans les années trente en direction des scouts et des jeunes apprentis stéphanois. Il devient à la Libération aumônier diocésain de la Croisade eucharistique en Haute-Savoie, puis organisateur de récollections d’enfants à La Baume près d’Aix-en-Provence50.

  • 51 Compagnie, n ° 215, février 1988, p. 38-39.
  • 52 C. Ponson, Les catholiques lyonnais…, p. 26-29.
  • 53 Le père Charles Miel (1883-1933) est le seul jésuite de la province à refuser l’obéissance devant l (...)

18Enfin, d’autres ont porté cet héritage du catholicisme intransigeant lyonnais jusqu’à la fin du XXe siècle, à l’image du père Jean Lucien-Brun (1898-1987)51 . Il est issu d’une de ces familles qui incarnent l’alliance du trône et de l’autel. En effet, son grand-père Lucien Brun a été cet ardent chef de file du légitimisme lyonnais durant les premières années de la Troisième République ainsi que l’un des artisans de la loi de 1875 sur la liberté de l’enseignement supérieur, participant activement à la fondation de l’Université catholique de Lyon. Congréganistes et inscrits chacun au barreau de la ville, ses quatre fils ont continué d’incarner le parti de la légitimité et celui de l’intransigeance catholique tout au long du premier XXe siècle, notamment autour de la Revue catholique des institutions et du droit, fondée en 1872 par le père Jules Sambin de Grenoble52. Son père, Emmanuel, est lui aussi passé par Mongré. Avocat, il place l’essentiel de ses activités dans le combat politique et la défense religieuse, participant aussi bien au contre-centenaire de 1889 qu’à la commission de Fourvière. Sa mère, Henriette Meaudre, est aussi une amie très proche de la comtesse de Saint-Laurent. Nourri dans ce terreau du catholicisme intransigeant et légitimiste, après avoir poursuivi des études juridiques, Jean Lucien-Brun entre en 1920 dans la Compagnie, où il retrouve plusieurs de ses amis de collège et de famille, comme Gabriel Saint-Olive. Devenant spécialiste de droit international, il reste fidèle aux traditions politiques familiales et aux conceptions intransigeantes qu’il a reçues dans son enfance, sans toutefois être aveuglé par la mystique du « politique d’abord » et fasciné par le système théorique de l’Action française53. Enseignant la morale et le droit canon à Fourvière entre 1933 et 1956, il se lie néanmoins à ses illustres compagnons comme Albert Valensin, Yves de Montcheuil, Henri de Lubac, Alfred de Soras et Henri Rondet. « Défenseur de la règle et de la loi », il est resté attaché jusqu’à la fin de sa vie au modèle du catholicisme intransigeant comme à un héritage fidèlement reçu de sa famille et des pères de la résidence qui l’ont façonné.

19Au terme de ce bref parcours mené à partir d’itinéraires biographiques et d’une succession de différentes générations de jésuites lyonnais, il a été tenté de souligner combien la Compagnie a été marquée du sceau de l’intransigeance catholique dans la capitale des Gaules au cours d’une longue période qui a suivi la restauration de la province. En effet, c’est une même filiation qui caractérise le père Roger, décédé en 1839, et le père Lucien-Brun s’éteignant à la Chauderaie, à la fin du XXe siècle, dont la plus parfaite incarnation s’est réalisée dans l’œuvre de la Congrégation. Ce modèle de pensée et de culture catholique, défini à partir d’une attitude intransigeante, qui a connu ses grandes heures entre 1860 et 1920, a constitué pour un temps particulier une réponse à la transformation du « monde moderne » issu de l’œuvre révolutionnaire et rationaliste. Le terreau lyonnais a ainsi été le théâtre d’une rencontre entre des élites catholiques traumatisées par la Terreur et des pères de la Compagnie résolus à combattre le « monde du mal », participant au déploiement de ce catholicisme du refus et de l’intransigeance à Lyon au XIXe siècle. Celui-ci a largement persisté au siècle suivant grâce à des liens étroits d’amitié, de famille et de réseau, tout en perdant progressivement de son influence au sein du catholicisme lyonnais pour ensuite se fossiliser. Il a par ailleurs fourni à des pères, issus des élites traditionnelles, un moyen de perpétuer l’influence de leur milieu d’origine, mais aussi la possibilité, pour ceux venant du peuple, d’envisager une ascension sociale souvent difficile à réaliser durant une période où l’éducation reste encore un privilège. C’est pourtant dans ces mêmes milieux sociaux, aussi bien nobiliaires que plus modestes, que la Compagnie va recruter dans la région lyonnaise au début du siècle, par l’effort de qualité intellectuelle et spirituelle imposé à ses novices, quelques-uns de ses illustres serviteurs comme Victor Fontoynont ou Stanislas Lyonnet, Michel de Certeau ou Henri de Lubac, François Charmot ou Jacques Guillet, chacun ayant consacré sa vie à ouvrir l’ordre au « monde moderne ». Par conséquent, l’histoire sociale de la Compagnie peut fournir certaines clefs de lecture pour comprendre son évolution interne, ses formidables capacités d’adaptation comme ses difficultés à se renouveler. C’est ce que tendrait à souligner notre approche menée à partir du modèle du catholicisme intransigeant, dans le cadre d’une province de Lyon limitée à ses maisons implantées entre Saône et Rhône, et s’appuyant sur l’influence traditionnelle des élites catholiques de la ville. Il reste néanmoins encore beaucoup à explorer et à écrire pour comprendre ce passage entre le modèle d’analyse, dominant mais dépassé, du catholicisme intransigeant et celui de l’esprit conciliaire, jugé plus audacieux et plus prophétique, dont la pérennité semble aujourd’hui s’affirmer.

Notes

1 P. Boutry, « Une dynamique sacrificielle. Le catholicisme lyonnais du premier XIXe siècle », Chocs et ruptures en histoire religieuse (fin XVIIIe-XIXe siècle), M. Lagrée éd., Rennes, PUR, 1998, p. 151-166.

2 J. Buche, L’école mystique de Lyon (1776-1847), Paris, Alcan, 1935 ; L. Trénard, Lyon, de l’Encyclopédie au préromantisme, t. II, Paris, PUF, 1958, p. 514-518 ; Le diocèse de Lyon, J. Gadille éd., Paris, Beauchesne, 1983, p. 208-228 ; B. Dumons, « Élites catholiques et engagement social. Frédéric Ozanam et les premières conférences de Saint-Vincent-de-Paul à Lyon (1836-1840) », Frédéric Ozanam, Paris, Bayard, 2001, p. 25-50.

3 P. Dugas, Vie et souvenirs, Paris, Oudin, 1875 ; P. Pierrard, Louis Veuillot, Paris, Beauchesne, 1998, p. 12. Sur les idées contre-révolutionnaires et anti-parisiennes à Lyon au XIXe siècle : B. Benoît, L’identité politique de Lyon. Entre violences collectives et mémoires des élites (1786-1905), Paris, L’Harmattan, 1999.

4 Sur la fondation du Cercle de Lyon : P. Dugas, Vie et souvenirs, p. 144-145.

5 H. Beaune, Lucien Brun, Paris, Lecoffre, 1901 ; C. Ponson, Les catholiques lyonnais et la Chronique sociale (1892-1914), Lyon, PUL, 1979, p. 31 ; J.-M. Mayeur, « Des républicains catholiques aux catholiques intransigeants », Les immortels du Sénat (1875-1918), J.-M. Mayeur et A. Corbin éd., Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, p. 77 et 236-239.

6 Sur la famille et les quatre fils Lucien-Brun : X. de Montclos éd., Dictionnaire du monde religieux de la France contemporaine, vol. VI, Paris, Beauchesne, 1994, p. 281-283.

7 Annuaire du Cercle de Lyon, 1894 ; C. Pellissier, La vie privée des notables lyonnais au XIXe siècle, Lyon, ELAH, 1996 ; C. Pellissier, Loisirs et sociabilités des notables lyonnais au XIXe siècle, Lyon, ELAH-PUL, 1996 ; G. Le Jariel, « Paul Duquaire et le catholicisme social à Lyon (1859-1932) », Cahiers d’histoire, n ° 4, 1996, p. 477-504.

8 B. Dumons, « Au nom de la France et du Sacré-Cœur. Catholicisme intransigeant et stratégies missionnaires : nobles et bourgeoises de la Ligue des femmes françaises (1901-1914) », Les missions intérieures en France et en Italie du XVIe au XXe siècle, F. Meyer et C. Sorrel éd., Chambéry, Institut d’études savoisiennes, 2001, p. 389-402.

9 J. -L. Pinol, Les mobilités de la grande ville. Lyon (fin XIXe - début XXe), Paris, FNSP, 1991, p. 129-130 ; B. Dumons, « Ainay, le quartier noble et catholique de Lyon ? », La ville divisée. Les ségrégations urbaines en question, France, XVIIIe -XXe siècle, A. Fourcaut éd., Grâne, Créaphis, 1996, p. 376-393.

10 D. Avon et P. Rocher, Les jésuites et la société française (XIXe -XXe siècle), Toulouse, Privat, 2001, p. 75-76.

11 Sur cette rivalité entre ces deux tendances qui traversent la Compagnie à l’aube des années 1880 : P. Vallin, « Jésuites », Dictionnaire de spiritualité, t. VIII, Paris, Beauchesne, 1974, p. 1059-1060.

12 Sur la fondation de l’Apostolat de la prière avec le père Henri Ramière vers 1860 et le succès de cette œuvre spirituelle des pères du Midi : J. Burnichon, La Compagnie de Jésus en France. Histoire d’un siècle (1814-1914), t. IV, Paris, Beauchesne, 1922 ; Dictionnaire de spiritualité, t. I, Paris, Beauchesne, 1937, p. 770-773.

13 Y. Congar, « L’ecclésiologie de la Révolution française au concile du Vatican, sous le signe de l’affirmation de l’autorité », L’ecclésiologie au XIXe siècle, Paris, Cerf, 1960, p. 77-114.

14 C. -A. Geoffroy de Grandmaison, La Congrégation (1801-1830), Paris, Plon, 1889 ; A. Lestra, Histoire secrète de la Congrégation de Lyon (1801-1831), Paris, NEL, 1967 ; J. -C. Baumont, « Une association de laïques catholiques : la Congrégation de Lyon. Aspects et limites de son action lyonnaise (1817-1840) », Mélanges offerts à M. le Doyen André Latreille, Lyon, Audin, 1972, p. 511-532 ; L. Châtellier, « Naissance ou renaissance ? La Congrégation de Paris en 1801 », Pratiques religieuses dans l’Europe révolutionnaire (1770-1820), B. Plongeron éd., Turnhout, Brepols, 1988, p. 525-533.

15 L. de Vaucelles, Le Nouvelliste de Lyon et la défense religieuse (1879-1889), Paris, Les Belles Lettres, 1971, p. 42-43 et 47-48 ; C. Ponson, Les catholiques lyonnais et la Chronique sociale, p. 19-21.

16 Archives de l’archevêché de Lyon (AAL), Congrégation des Messieurs, liste des membres par sections pour 1908-1909. Parmi les personnalités les plus connues : Joannès Blanchon, Prosper Dugas, Charles Jacquier, Joseph Rambaud, Emmanuel Gourd, Louis Guérin, Louis Gaucherand, Charles Gindre, Henri Hoppenot, Maurice de Gatellier, Louis de Longevialle, Gabriel Perrin, Auguste Rivet, Alexandre Poidebard, Pierre Ravier du Magny, Régis Flachaire de Roustan, Félix Garcin, Emmanuel Voron et les quatre fils Lucien-Brun.

17 B. Dumons et C. Pellissier, « La Congrégation des Messieurs et la Société de Saint-Vincent-de-Paul à Lyon sous la Troisième République. Sociologie comparée », Revue d’histoire de l’Église de France, t. LXXVIII, janvier-juin 1992, p. 35-56.

18 B. Dumons, « Prédicateurs et directeurs spirituels des élites catholiques lyonnaises (1890-1950) », Revue historique, CCXCII/1, n ° 591, juillet-septembre 1994, p. 95-122.

19 Livre d’or des élèves du pensionnat de Fribourg en Suisse (1827-1847), Montpellier, Grollier, 1889 ; G. Chaix d’Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, t. VI, Évreux, Hérissey, 1907, p. 369-370.

20 Litteræ Annuæ Provinciæ Lugdunensis Societatis Jesu, 1880-1881, p. 76-78.

21 Sur les 428 notices de jésuites présentes dans le volume dirigé par le père Duclos, 66 possèdent un nom à consonance nobiliaire (15,4 %), soit une proportion largement supérieure à celle que constitue la noblesse au sein de la société française : P. Duclos éd ., Dictionnaire du monde religieux de la France contemporaine, vol. I, Paris, Beauchesne, 1985.

22 Lettres de Fourvière, décembre 1898, p. 315.

23 « Nous combattrons avec la Sainte Vierge. C’est elle qui doit vaincre les ennemis de nos âmes, ceux-ci ont toutes les forces entre leurs mains, nous les vaincrons avec la croix et le chapelet » (AAL, Congrégation des Messieurs de Lyon, CM 43, Allocutions aux fêtes, fête du Saint-Rosaire, 1887).

24 Litteræ Annuæ Provinciæ Lugdunensis Societatis Jesu, 1919-1922, p. 19-20.

25 Lettres de Fourvière, numéro du centenaire, 1936, p. 63-66.

26 Ibid ., p. 470-472. Sur le début de l’Œuvre des Cercles de jeunes ouvriers : P. Levillain, Albert de Mun. Catholicisme français et catholicisme romain du Syllabus au Ralliement, Rome, EFR, 1983, p. 279 et suiv.

27 J. -M. Mayeur, « Catholicisme intransigeant, catholicisme social, démocratie chrétienne », Annales ESC, mars-avril 1972, p. 483-499 ; É. Fouilloux, « Les chrétiens au cœur de l’histoire : regard critique sur le XXe siècle », D’un siècle à l’autre. Semaines sociales de France, Paris, Bayard, 2000, p. 108-128.

28 AAL, Congrégation des Messieurs de Lyon, CM 43, Allocutions aux fêtes, fête anniversaire de la fondation, 8 juillet 1900.

29 Lettres de Canterbury, supplément, juillet 1906, p. 73-81.

30 Litteræ Annuæ Provinciæ Lugdunensis Societatis Jesu, 1924-1925, non paginé ; V. Poucel, Le père Louis Perroy (1858-1825), Avignon, Pinguet, 1925 ; Dictionnaire de spiritualité, t. XII, Paris, Beauchesne, 1984, p. 1177-1178.

31 Litteræ Annuæ Provinciæ Lugdunensis Societatis Jesu, 1935-1949, p. 574.

32 Pour les trente-cinq pères présents à Lyon en 1909, leurs résidences dispersées se situent au 16 du quai Tilsitt, au 5 de la rue Martin et au 2 de la rue de Sèze (Catalogus Sociorum et Officiorum Provinciæ Lugdunensis Societatis Jesu, 1909).

33 AAL, Congrégation des Messieurs de Lyon, CM 42, Allocutions aux réunions, 3 juin 1896 ; Litteræ Annuæ Provinciæ Lugdunensis Societatis Jesu, 1912-1919, p. 167-168. Le père Chavoz est également le directeur de la Congrégation des Dames et de celle des Demoiselles en alternance avec le père Bouillon.

34 Litteræ Annuæ Provinciæ Lugdunensis Societatis Jesu, 1911-1912, p. 63-64 ; ibid., 1924-1925, non paginé ; Lettres de Fourvière, p. 202, 218 et 638 ; F. Rouvier, La Révolution, maîtresse d’école, Paris, Lecoffre, 1879 ; id., Devant l’ennemi, Paris, Letaux, 1893 ; id., À la conquête du ciel, Lille, Desclée, 1913. Sur l’engagement social et syndical de M. -L. Rochebillard : Dictionnaire du monde religieux…, vol. VI, p. 373-374.

35 A. Eymieu, Vive le Christ qui aime les Francs, discours prononcé à Paray-le-Monial pour le pèlerinage de l’Apostolat de la prière de Lyon, le 1er juin 1900, Lyon, Paquet, 1900 ; id., Le XXe siècle au Sacré-Cœur, discours prononcé à Paray-le-Monial pour le pèlerinage de l’Apostolat de la prière de Lyon, le 11 juin 1901, Lyon, Paquet, 1901 ; id., Païens, Lyon-Paris, Vitte, 1905 ; id., Visions d’espoir, Lyon-Paris, Vitte, 1905. Ses qualités oratoires enflamment les élites catholiques de la ville au point que, « même dans ses pages écrites, circule quelque chose de cette éloquence qui faillit, plus d’une fois, soulever les applaudissements d’auditoires de sang-froid comme ceux de Lyon » (Revue théologique française, 1904, p. 697).

36 Lettres de Fourvière, 1936, p. 220-221 et 370-372. Il a écrit durant ses années lyonnaises un ouvrage, plusieurs fois réédité, sur la maîtrise de la personne en rapport avec la direction de conscience : A. Eymieu, Le gouvernement de soi-même, essai de psychologie pratique, Paris, Perrin, 1906-1910.

37 J. Ferchat, Le père Eymieu, Paris, Perrin, 1936, p. 47 et 261.

38 Ibid., p. 61-84 et 141-152 ; C. Rater-Garcette, La professionnalisation du travail social. Action sociale, syndicalisme, formation (1880-1920), Paris, L’Harmattan, 1996, p. 142-143.

39 Courriers. Province de Lyon, n ° 77, avril 1956, p. 1-2 ; Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. XXVIII, Paris, Letouzey et Ané, 2001, p. 363-364.

40 L. de Vaucelles, Le Nouvelliste de Lyon…, p. 32 et 38.

41 AAL, Congrégation des Messieurs de Lyon, CM 30, Procès-verbaux des réunions du 8 décembre 1918 au 8 décembre 1933.

42 AAL, Congrégation des Messieurs de Lyon, CM 31, Procès-verbaux des réunions de 1933 à 1945.

43 Ibid., 10 janvier 1940.

44 P. Rocher, Un collège de la Compagnie de Jésus aux XIXe-XXe siècles : Notre-Dame de Mongré à Villefranche-sur-Saône (1851-1940), DEA, Université Lyon 2, 1992.

45 J. Folliet, Notre ami Marius Gonin, Lyon, CSF, 1944, p. 39-46 ; C. Ponson, Les catholiques lyonnais…, p. 48-49.

46 L. Berne, L’élan jociste, Paris, Spes, 1938 ; L. Berne, Lumière nouvelle. Dix ans de vie jociste, Issy-les-Moulineaux, Saint-Paul, 1939 ; B. Dumons, « Prédicateurs et directeurs spirituels… », p. 115-116.

47 Courriers, n ° 21, août-octobre 1949, p. 4-5 ; La Croix, 30 juillet 1949.

48 H. de Jouvencel, L’assemblée de la noblesse du bailliage de Forez en 1789, Lyon, Brun, 1911, p. 411-413.

49 Courriers. Province de Lyon, n ° 121, avril 1960, p. 11-12 ; B. Dumons, « Prédicateurs et directeurs spirituels… », p. 115.

50 Courriers. Province de Lyon, n ° 28, juillet-août 1963, p. 1-3.

51 Compagnie, n ° 215, février 1988, p. 38-39.

52 C. Ponson, Les catholiques lyonnais…, p. 26-29.

53 Le père Charles Miel (1883-1933) est le seul jésuite de la province à refuser l’obéissance devant la condamnation de 1926 : J. Prévotat, Catholiques français et Action française. Étude de deux condamnations romaines, thèse de doctorat d’État, Université de Paris 10, 1994, p. 1170.

Auteur

Chargé de recherches au CNRS

© ENS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable