Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les jésuites à Lyon

 | 
Étienne Fouilloux
, 
Bernard Hours

Première partie. L'ancienne compagnie

Le frère Martellange, architecte du collège de la Trinité

Annie Regond

Texte intégral

Historiographie : le point sur les études consacrées à Martellange

1Déjà mentionné par l’abbé Pernetty dans les Lyonnais dignes de mémoire en 1711, Martellange fut l’objet d’une première monographie en 1874, qui fut écrite par l’architecte érudit Étienne-Léon Charvet (1830-1916), et publiée à la librairie Glairon-Mondet, place Bellecour, sous le titre Biographie de l’architecte Étienne Martellange (1569-1641).

2Ces premières contributions placent d’entrée l’approche du sujet dans un cadre lyonnais. En pleine querelle religieuse, Charvet tient aussi à se situer dans une problématique strictement artistique, évacuant toute arrière-pensée partisane :

  • 1 É. -L. Charvet, Biographie de l’architecte Étienne Martellange, Lyon, Glairon-Mondet, 1874.

Martellange, architecte lyonnais, devait avoir sa notice complète, nous avons entendu faire avec impartialité une œuvre d’historien de l’art, et non une dissertation pour ou contre une opinion religieuse. Nous supplions donc nos lecteurs de ne chercher dans ce travail que ce que nous avons voulu y mettre.1

  • 2 H. Bouchot, « Notice sur la vie d’Étienne Martellange, architecte des jésuites (1569-1641) », Bibli (...)
  • 3 BNF, département des Estampes : Recueil contenant plusieurs villes, bourgs, abbayes, châteaux et au (...)

3Quelques années plus tard, en 1886, Henri Bouchot consacrait sa thèse de l’École des chartes à notre artiste, sous forme d’une étude mettant à jour des documents inédits conservés au cabinet des Estampes de la Bibliothèque nationale : cette thèse donna lieu à la publication d’un résumé2. C’est à Bouchot que l’on doit l’identification du recueil de dessins jusqu’alors attribué à François Stella, et du recueil de plans de collèges appelé aussi « recueil de Rome »3.

  • 4 C. Bauchal, Nouveau dictionnaire biographique des architectes français, Paris, Librairie générale d (...)

4En 1887, Bauchal consacra une notice à Martellange dans son Nouveau dictionnaire biographique des architectes français, notice résumant les deux ouvrages précédents4.

  • 5 Sur l’influence de L’art religieux de la fin du XVIe, du XVIIe et du XVIIIe siècle. Étude sur l’ico (...)
  • 6 P. Moisy, « Portrait de Martellange », Archivum historicum Societatis Jesu, t. XXI, 1952, p. 282-29 (...)
  • 7 P. Moisy et É. -J. Ciprut, « Échanges de vues : à propos des modèles de Martellange », XVIIe siècle(...)

5Martellange profita de l’élan donné par Émile Mâle à la recherche sur l’art religieux après le concile de Trente, même si cet élan fut surtout favorable aux architectes italiens, les chercheurs français restant attachés à une spécificité stylistique purement française, excluant toute influence baroque5. En 1952, Pierre Moisy, spécialiste du baroque de l’Europe centrale, intrigué par la notion de « style jésuite », qui lui parut abusive, publia deux articles concernant Martellange, l’un sur un portrait, l’autre, plus important, sur le célèbre conflit avec le père Derand6. Cette question fut reprise l’année suivante par le même auteur, avec l’historien des monuments de Paris Édouard-Jacques Ciprut, dans la revue XVIIe siècle7.

  • 8 P. Moisy, Les églises de l’ancienne assistance de France, Rome, Institutum historicum, 1958.
  • 9 J. Valléry-Radot, Recueil de plans d’édifices de la Compagnie de Jésus conservé à la Bibliothèque n (...)

6C’est en 1958 que parut un ouvrage qui, s’il n’est pas consacré uniquement à Martellange, a le mérite de replacer son œuvre dans l’ensemble des commandes de la Compagnie en France. Très différent de Charvet, l’auteur, Pierre Moisy, se situe résolument dans la perspective d’une histoire de l’art religieux européen, et l’ouvrage, Les églises de l’ancienne assistance de France, fut publié à Rome, par l’Institut historique de la Compagnie8. Deux ans plus tard, et dans la même collection, paraissait, étudié par Jean Valléry-Radot, spécialiste de l’architecture française de la Renaissance et de l’époque classique, le Recueil de plans d’édifices de la Compagnie de Jésus conservé à la Bibliothèque nationale de Paris9. Ces deux ouvrages accordent une large part à Martellange, auquel Moisy consacre des analyse éclairantes, notamment en ce qui concerne les plans des monuments.

  • 10 L. Brion-Guerry, Jean Pèlerin dit Viator, sa place dans l’histoire de la perspective, Paris, Les Be (...)

7En 1962, Liliane Brion-Guerry publiait une étude sur Jean Pèlerin Viator, où elle consacrait deux pages brèves mais importantes à Martellange, traducteur de l’ouvrage de Viator10. Cette année 1962 fut favorable à notre artiste, puisque dans un numéro de la Revue du Louvre, Jean Valléry-Radot administrait la preuve d’un séjour à Rome de l’artiste en 1586-1587, grâce à un groupe de dessins, annotés de sa main, représentant la ville de Rome et ses environs.

  • 11 Voici une liste de ces monographies classées par villes. Blois : C. Mignot, « L’église Saint-Louis (...)
  • 12 N. Feuillard, Le frère Martellange, mémoire de maîtrise, Université de Paris 4, Institut d’art, 200 (...)

8À partir du début des années 1970, l’artiste étant mieux connu, et la période mieux étudiée par des historiens de l’architecture de plus en plus nombreux, plusieurs études ponctuelles, de longueur et de valeur différentes, vinrent compléter de manière significative la connaissance que nous avons de cet artiste11. Récemment, un étudiant de Claude Mignot, Nicolaï Feuillard terminait sa maîtrise sur la carrière de Martellange, première synthèse sur le sujet, attendue depuis longtemps12.

Bref rappel de la carrière de Martellange13

  • 13 Pour la biographie de l’artiste, voir l’ouvrage cité dans la note précédente.

9Étienne Martellange naquit à Lyon fin 1568 ou début 1569, dans une famille d’artistes lyonnais. Son père, qui portait le même prénom que lui, était lui-même peintre. On conserve de lui quelques portraits et tableaux religieux qui ne le placent pas au premier rang des créateurs. Ses trois fils, Étienne, Benoît, et Olivier, entrèrent dans la Compagnie de Jésus.

  • 14 Ibid, p. 16-20.
  • 15 Sur cet artiste, voir P. Delattre, Notice sur la vie et les œuvres du frère Ch. Turmel, breton, arc (...)
  • 16 Charvet, Biographie…, p. 10.
  • 17 Loi du 3 janvier 1977 sur l’exercice de la profession d’architecte.

10Le futur architecte, qui s’était peut-être formé auprès de son père, accomplit un voyage à Rome au cours des années 1586-1587. En 1590, il est admis dans la Compagnie de Jésus, et il prononce ses vœux le 29 mars 1603 à Chambéry. Un doute plane quant à la possibilité d’une courte période pendant laquelle Martellange aurait exercé les fonctions de secrétaire de saint François de Sales, dont il exécuta peut-être le portrait aujourd’hui conservé à la Visitation d’Annecy, découvert et identifié par Nicolaï Feuillard14. Il est par contre sûr que, à la différence de ses frères, il voulut demeurer coadjuteur, et n’accéda jamais à la prêtrise ; ce trait d’humilité le rapproche d’autres architectes de la Compagnie ayant connu un certain renom, comme le frère Charles Turmel15 ou en Italie le père Andrea Pozzo (1642-1709) : le père André Derand (1588 ou 1591-1644), adversaire de Martellange à Paris, se considérait comme d’un rang supérieur. Il n’en demeure pas moins qu’il reçut le titre d’architecte général de l’ordre pour les provinces de Lyon, Toulouse et Paris16, et que toute sa vie sera consacrée à cette fonction. Il faut noter que, si les attributions de Martellange paraissent assez claires au vu de ses travaux, la profession d’architecte à cette époque n’avait pas de statut juridiquement défini, puisque ce n’est qu’au XXe siècle qu’elle fut véritablement réglementée17.

11Au moment où Martellange prononce ses vœux, l’histoire de la Compagnie de Jésus en France arrive à un tournant important de son développement : après avoir, en raison de l’attentat de Châtel, été chassée en 1594 par Henri IV, elle regagne le royaume et va connaître une expansion exceptionnelle. Reprenant en main l’éducation des élites, elle se réimplante dans les villes ou crée de nouveaux établissements, équipant ainsi en collèges le pays pour plusieurs siècles. Notre architecte est donc très tôt appelé à reconstruire, agrandir, modifier ou créer ex nihilo de vastes ensembles immobiliers, dont l’église constitue l’élément emblématique.

  • 18 Les dates indiquées au début sont celles du premier plan fourni par Martellange, l’achèvement des t (...)
  • 19 Un reflet de ce monument, admiré en son temps, peut être visible dans la chapelle de la Visitation (...)

12C’est ainsi que Martellange fait, dès 160518, ses « premières armes » au collège du Puy-en-Velay (Haute-Loire, terminé en 1683), puis, suivent les projets de Vienne (Isère, 1605-1607), Moulins (Allier, 1605, terminé après 1680), Sisteron (Alpes-de-Haute-Provence, 1605, rasé avant la fin des travaux), Vesoul (Haute-Saône, 1610 – ?), Carpentras (Vaucluse, 1607), Dijon (Côte-d’Or, 1610), La Flèche (Sarthe, où il succède en 1617 à Clément Métezaud), Avignon (Vaucluse, 1608), Lyon (voir ci-après), Roanne (Loire, voir ci-après), Orléans (Loiret, 1620, où il travaille longuement à la restauration de la cathédrale Sainte-Croix, endommagée par les huguenots). En 1630, il s’installe à Paris, et travaille encore pendant sept années à ses deux grands chantiers, l’église de la Maison professe (terminée en 1641) et le noviciat de la rue du Pot-de-Fer, son chef-d’œuvre, commencé en 1630, mais détruit en 179719. Accablé de fatigue, il ne se consacre plus qu’à ses dessins à partir de 1637, et meurt en 1641 au noviciat où il avait élu domicile.

1. Moulins (Allier), palais de justice, ancien collège, projet de 1605 : un des premiers projets de Martellange, où il emploie les matériaux traditionnels du Bourbonnais (cliché A. Regond). L’église ne fut jamais construite.

13L’historien de l’architecture reste ébahi devant une telle activité, et ce durant une période où les transports étaient lents et inconfortables. La méthode de travail de Martellange était à peu près la même partout : lorsqu’un nouveau projet lui était demandé, il commençait généralement par dessiner le site dans lequel la nouvelle construction allait s’élever, ce qui nous vaut une exceptionnelle collection de vues des villes de France au début du XVIIe siècle, insuffisamment connue et exploitée. Martellange dressait ensuite les plans du futur collège, qu’il s’agisse d’une restructuration ou d’une création, discutait les prix avec les entrepreneurs locaux, établissait des maquettes, consignait toutes ses instructions dans des mémoires très détaillés. Par correspondance, il annotait très précisément les documents graphiques qui lui étaient soumis et envoyait des lettres très circonstanciées. Cependant, il n’assurait lui-même que rarement la surveillance du chantier.

L’art de Martellange

  • 20 Sur la vie quotidienne dans les collèges à l’époque de Martellange, voir M.-M. Compère et D. Julia,(...)

14Même s’il s’intéresse à l’exécution de ses chantiers, s’il donne des instructions précises sur le choix des matériaux, qu’il souhaite toujours locaux pour éviter des transports coûteux, et sur leur mise en œuvre, Martellange reste un concepteur, soucieux de répondre à la demande de ses maîtres d’ouvrage : les établissements scolaires qu’il propose doivent répondre à une fonction qui était proche de celle d’un établissement monastique et dont les exemples abondaient sur le sol de la France de l’époque : il fallait, dans un espace clos, permettre à plusieurs dizaines de jeunes gens de suivre des cours, se nourrir, dormir, et accomplir leurs devoirs religieux. Les enseignants, de la même manière, devaient vivre ensemble et effectuer leurs travaux intellectuels et spirituels20. Mais les édiles de la ville avaient parfois des vues précises sur l’image qu’ils souhaitaient donner de leur cité au travers des monuments qui la composaient : l’église constituait donc, outre un lieu de prière et de rassemblement, une sorte de « carte de visite » à la fois pour la communauté religieuse et pour les habitants.

15Martellange met donc au point une sorte de plan-type d’établissement, qui sera appliqué sans rigidité, avec toujours le souci de l’adaptation. Il prévoit, quand le terrain le permet, un plan rectangulaire pour l’ensemble, s’ordonnant généralement autour de deux cours. La chapelle occupe un des côtés extérieurs de l’une des cours, de manière à être accessible au public. Elle présente elle-même un plan rectangulaire, dont la largeur est un peu inférieure à la moitié de la longueur, et elle se compose généralement d’une large nef flanquée de chapelle latérales, et d’un transept non saillant, celui-ci occupant au sol une superficie égale à deux chapelles. Le chœur est de plan rectangulaire. Les spécialistes ont remarqué depuis longtemps la similitude de ce plan avec celui des églises des ordres mendiants à la fin de l’époque médiévale.

16Ce schéma se trouve au Puy, à Moulins, à la Trinité de Lyon, à Roanne et à Saint-Paul-Saint-Louis à Paris. Certaines de ses églises, en particulier celle de La Flèche, où il utilise les voûtes d’arêtes de tradition gothique, mais avec une telle ampleur que leurs proportions ont la majesté des grands monuments classiques, comptent parmi les plus belles réussites architecturales du début du XVIIe siècle français.

  • 21 Ces qualités sont appréciées des architectes restaurateurs, qui ont constaté l’exactitude des détai (...)

17Cependant, en plus de ces projets, bien conçus et réalisés, on peut considérer Martellange comme un véritable artiste pour ses dessins topographiques. Les cent-quatre-vingt-deux vues conservées à la Bibliothèque nationale de France, outre leurs qualités de fiabilité21, démontrent une réelle virtuosité dans la représentation de la perspective, toujours exécutée à main levée. De plus, elles éclairent les choix stylistiques de l’artiste. Malgré sa grande habileté à rendre la profondeur, et son exactitude pour tous les détails de la construction, on est frappé par une sorte d’étirement vers le haut de la volumétrie des monuments représentés : comme s’il voulait conférer à tous une silhouette gothique.

2. La Flèche (Sarthe), Prytanée militaire, ancien collège : la plus belle réalisation encore existante de Martellange, qui y travailla pendant l’année 1612. Intérieur de l’église, vue prise en direction du maître-autel (cliché M. Baubet).

3. La Flèche (Sarthe), Prytanée militaire, ancien collège. Intérieur de l’église, vue prise en direction de l’entrée et de la tribune de l’orgue (cliché M. Baubet).

  • 22 La fidelle Ouverture de l’art de serrurier : où l’on void les principaulx préceptes, Desseings et f (...)
  • 23 Le théâtre de l’art de Charpentier Enrichi de Diverses Figures Avec l’interprétation d’icelles faic (...)
  • 24 Le secret d’architecture découvrant fidèlement les traits géométriques, coupes et desrobements néce (...)
  • 25 F. Le Bœuf, « Mathurin Jousse, serrurier à La Flèche et théoricien de l’architecture », In Situ, n (...)
  • 26 1re édition : La Perspective positive de Viator. Traduite de latin en françois. Augmentée et illust (...)
  • 27 Jean Pèlerin…, p. 161.
  • 28 Manuscrit français 19065 de 14 feuillets provenant de la bibliothèque Coislin, autrefois Séguier, d (...)
  • 29 Piero della Francesca (vers 1416-1492), De prospectiva pigendi, G. Nicco Fasola éd., Florence, 1943 (...)

18Il n’est pas surprenant que l’unique ouvrage de théorie auquel se soit consacré Martellange ait été un livre de perspective. Alors qu’il était occupé à la construction du collège de La Flèche où sa présence est attestée en 1612 et 1614, Martellange fit la connaissance de Mathurin Jousse (vers 1575-1645), maître-serrurier et charpentier, auteur d’un traité de serrurerie22, d’un traité de charpenterie23 et d’un traité de stéréotomie24. Ce personnage, mieux cerné grâce à la récente étude de François Le Bœuf25, n’était pas, comme les apparences l’ont longtemps laissé croire, un véritable praticien, mais plutôt un amateur de mathématiques et d’astronomie. Pourtant, la production théorique de Martellange se situe résolument dans une volonté pratique. Il souhaite mettre à la disposition des différents intervenants du chantier des connaissances immédiatement applicables. C’est animé de cette même intention qu’il édite en 1626, puis en 1635, une version française du De Artificiali Perspectiva de Jean Pèlerin dit Viator. La première édition porte bien la mention du traducteur, Maistre Estienne Martellange de la Compagnie de Jésus, mais cette mention disparaît de la seconde26. Liliane Brion-Guerry27 a remarqué que la traduction comporte des erreurs grossières, qui nuisent à la compréhension même du texte. Celles-ci ne figurent pas dans la version manuscrite conservé à la Bibliothèque nationale28. L’auteur conclut que Martellange avait surveillé l’édition des planches en 1626, mais n’avait pu corriger les épreuves écrites. Malgré ces erreurs, il n’en reste pas moins que cette unique contribution de Martellange à la littérature théorique de l’architecture peut être considérée comme significative de sa personnalité : religieux connaissant forcément la langue latine, il ne se situe pourtant pas dans la catégorie des théoriciens. Le petit opuscule de Viator n’a rien à voir avec les écrits novateurs de Piero della Francesca ou d’Alberti29 même s’il est capable d’éclairer un texte original parfois confus, ainsi que le font remarquer Pierre Moisy et Nicolaï Feuillard.

  • 30 Charvet insiste sur un trait de caractère de Martellange rapporté par ses contemporains : son avers (...)

19Ni praticien du chantier au quotidien30 ni théoricien de l’architecture, concepteur de projets et dessinateur de paysages, à quelle sorte d’artistes appartient Martellange ? Il essaie de répondre scrupuleusement aux commandes ; il connaît les principes de l’architecture classique, dont il a pu apprécier de beaux exemples à Rome : harmonie des proportions, symétrie, emploi des ordres et de quelques ornements d’origine antique, le dorique et l’ionique de préférence au corinthien. Il semble garder néanmoins une sorte de nostalgie du gothique : les croisées d’ogives dont il couvre les nefs de plusieurs de ses églises, les toits aigus dont il coiffe ses bâtiments, la déformation en hauteur remarquée dans nombre de ses dessins d’architecture préexistante, le soin qu’il prit à revoûter la cathédrale d’Orléans, sont autant de marques de son attachement à ce style, qui deux cents ans plus tard, sera considéré comme le style français par excellence.

Martellange et sa région d’origine

  • 31 Le couvent Saint-Pierre étant alors un monastère de femmes cloîtrées, il devait être habituellement (...)
  • 32 Sur les églises de Lyon, voir J. -B. Martin, Histoire des églises et chapelles de Lyon, Lyon, H. La (...)

20Il convient maintenant de s’interroger sur les relations qu’entretenait cet artiste avec la région lyonnaise. Le quartier habité par ses parents était celui de la place Saint-Pierre, où ils firent l’acquisition d’une maison en 1564, et où son père résidait encore en 1586, lorsqu’il ajouta un codicille à son testament. Parmi les églises que pouvait fréquenter la famille, l’église Saint-Pierre n’avait pas l’apparence qu’elle présente aujourd’hui, ayant été reconstruite en 166631. Par contre, la cathédrale Saint-Jean en grande partie gothique, l’église Saint-Nizier, ou l’église Saint-Bonaventure, siège de la corporation des peintres, avaient de quoi impressionner par la beauté et l’harmonie de leurs volumes élancés un futur artiste32.

21Par ses origines familiales, le jeune Martellange avait la possibilité de fréquenter d’autres artistes lyonnais. Son père apparaît comme un peintre modeste ; portraitiste et auteur d’œuvres religieuses, il fut néanmoins maître de la corporation des peintres en 1573 et 1576. Le portrait avec armoiries du gouverneur du Lyonnais François de Mandelot, qui est conservé au musée Gadagne et qui lui est attribué, ne témoigne rien de plus qu’un honnête talent. Nathalie Zemon Davis décrit fort bien ce milieu artistique des peintres lyonnais du milieu du XVIe siècle :

  • 33 N. Zemon Davis, « Le milieu social de Corneille de La Haye (Lyon, 1533-1575) », Revue de l’Art, n ° (...)

Loin des entreprises grandioses de la cour de Fontainebleau, ils vivaient dans une communauté décentralisée mais ouverte de petits patrons et de petits ateliers, en étroite relation avec le monde du commerce, de l’imprimerie, du textile, de l’orfèvrerie, de la piété populaire et des fêtes civiles.33

  • 34 Ibid., p. 26.

22Le père d’Étienne Martellange était sans doute suffisamment introduit aussi dans les milieux d’Église pour que ses trois fils entrent en religion, alors que plusieurs de ses confrères avaient été tentés par une adhésion à la Réforme, tentation rapidement écartée par ceux qui redoutèrent d’y voir une entrave à l’exercice de leur profession34.

  • 35 Ibid., p. 21. Sur ce point, voir également J. Boucher « Présence d’Italiens et d’autres étrangers à (...)
  • 36 Charvet, Biographie…, p. 6 : cette mention a été reprise par tous les biographes de Martellange, sa (...)

23Mais il faut ici évoquer un autre trait caractéristique de la vie culturelle et artistique lyonnaise à l’époque de l’enfance et de la formation de Martellange : c’est son cosmopolitisme35. Venant de Paris, de Provence, de Flandre, d’Allemagne, ou de Florence, peintres et sculpteurs, dont le nombre augmente au fil du temps, bénéficiaient de facilités fiscales et professionnelles qui n’existaient pas ailleurs, même si leurs entreprises restent modestes. Le père de notre artiste avait été l’élève d’un disciple florentin de Raphaël installé à Lyon, Jehan Capacin36, dont on mentionne un portrait disparu au collège de Tournon.

  • 37 Bouchot, « Notice » p. 18-19.
  • 38 J. Bousquet, « Les artistes français à Rome au XVIIe siècle », L’art baroque à Lyon, actes du collo (...)
  • 39 Sur Perino del Vaga, voir le catalogue de l’exposition Perino del Vaga e la sua cerchia a Castel Sa (...)
  • 40 Sur François Sella, voir M. Audin et E. Vial, Dictionnaire des artistes et ouvriers d’art de la Fra (...)

24C’est en compagnie d’un artiste d’origine flamande, François Stella, qu’il avait voyagé en Italie37. Ce Flamand de Malines, dont le nom d’origine était Stellaert ou Stallard, est mieux connu depuis les travaux de Jacques Bousquet et Gilles Chomer38. Il naquit en 1563, et, établi à Rome en 1576, s’installa ensuite à Lyon, où il travailla pour l’église des minimes et celle des cordeliers. Une Mise au tombeau, aujourd’hui disparue, d’une chapelle de la cathédrale lui est également attribuée, après l’avoir été à Perino del Vaga (1500-1547), ce qui tendrait à prouver qu’il se situait dans une mouvance maniériste39. En 1586-1587, François Stella était à Rome et Tivoli en compagnie de Martellange, d’où la confusion entre les deux artistes, à laquelle mit fin Bouchot. En 1602, François Stella fut nommé maître de la guilde des peintres de Lyon, et il mourut en 1605. Son fils Jacques Stella (Lyon, 1596 - Paris, 1657) fut plus célèbre que lui, car il a laissé un nombre plus élevé d’œuvres, et aussi la correspondance qu’il entretint avec son ami Nicolas Poussin40.

25Donc, dès ses années de formation, Martellange fréquenta un artiste à la fois lyonnais et cosmopolite, et d’une manière suffisamment proche pour que leurs dessins puissent être confondus.

  • 41 Sur l’importance de cette édition, voir le catalogue de l’exposition Sebastiano Serlio : architectu (...)
  • 42 Ibid., p. 19.
  • 43 Ibid., p. 35-36. Pour la carrière de cet artiste, voir S. Frommel, Sebastiano Serlio : architecte d (...)
  • 44 Sur Philibert de L’Orme, voir J.-M. Pérouse de Monclos, Les traités de Philibert de L’Orme, Paris, (...)

26Il convient aussi de rappeler, d’une manière plus générale, le haut niveau culturel de Lyon pendant la Renaissance : le goût pour l’Antiquité, personnifié par les érudits humanistes comme Symphorien Champier (vers 1472-1539), le nombre d’imprimeurs qui fit de la ville l’un des principaux centres européens de l’édition, tout concourait à l’excellence de la formation d’un futur architecte : parmi les ouvrages imprimés chez Guillaume Huyon, en 1523, ne trouve-t-on pas la première édition du traité de Vitruve au nord des Alpes, qui est aussi le premier livre d’architecture illustré publié en France41 ? De plus, Sebastiano Serlio (1475-1554), architecte bolonais, avait choisi les éditions de Tournes à Lyon pour éditer son Libro Extraordinario en 155142, et la bibliothèque municipale de cette ville conserve de nombreux projets de sa main concernant l’architecture publique de la ville43. Rappelons aussi que Philibert de L’Orme (1514-1570), grand théoricien, concepteur de projets et constructeur, était le fils d’un entrepreneur lyonnais, et avait lui aussi séjourné à Rome pendant ses jeunes années44.

Les travaux de Martellange à Lyon

  • 45 Sur ce monument, voir le mémoire de DES de J. -M. Marquis, cité note 11, il replace minutieusement (...)
  • 46 Les églises de l’ancienne assistance…, p. 424.

27Sur cent quatre-vingt-dix pages, l’ouvrage de Charvet en compte soixante-douze consacrées aux travaux qu’effectua Martellange dans sa ville natale, mais il semble que ce long développement soit dû à l’origine lyonnaise de l’auteur. En effet, même si l’architecte y fut en charge de trois projets, nous verrons qu’il ne semble pas leur avoir accordé plus d’importance qu’à ceux des autres villes. En 1607, il donne un plan pour l’ensemble du collège de la Trinité45, qui se démarque d’un premier plan proposé dix ans auparavant par le recteur d’alors, le père Jacquinot. Dix ans plus tard, il donne le plan de l’église, dont la première pierre est posée la même année. Vers 1620, il semble que le gros-œuvre soit achevé, et l’année suivante, un marché était conclu par les maîtres d’ouvrage pour la charpente de la toiture et de quatre tours. Cet ensemble de bâtiments, devenu le lycée Ampère, existe encore, malgré des transformations. Malgré une situation valorisante au bord du Rhône, ce collège ne passe pas pour une des plus grandes réussites de notre artiste. La façade, très visible depuis les deux rives du fleuve, manque en effet de cohérence, provoquant un jugement sévère de la part de Pierre Moisy46. Il faut préciser qu’à l’origine la façade principale sur le Rhône était éclairée d’un grand oculus, ce qui créait un effet assez différent de la composition actuelle. Cependant, on remarquera, pour cet édifice, la présence de deux tours latérales en façade, qui ne sont pas sans évoquer la volumétrie de la cathédrale Saint-Jean.

4. Lyon, lycée Ampère, ancien collège de la Trinité : Martellange fournit le plan en 1607. Ensemble de la façade de l’église sur le Rhône (cliché M. Geoffroy).

5. Lyon, lycée Ampère, ancien collège de la Trinité. Partie centrale de la façade, modifiée ultérieurement : Martellange avait conçu un grand oculus, qui fut remplacé par la baie en demi-cercle (cliché M. Geoffroy).

  • 47 Charvet, Biographie…, p. 94.
  • 48 Ce monument, bien que remanié, et transformé en faculté des lettres, existe toujours, viale Federic (...)
  • 49 Filarète, Trattato di architettura (probablement composé en 1464), W. von Œttingen éd., Vienne, C. (...)

28Alors qu’en 1617 il travaillait à la conception du collège de la Trinité, Martellange était sollicité pour la création, autorisée par Henri IV en 1605, d’un nouvel établissement de la Compagnie, le noviciat rue Sainte-Hélène. La première pierre fut posée en 1618, et les travaux s’achevèrent en 1621, et ce bâtiment passe « pour l’expression complète et absolue du talent de Martellange »47. Mais il disparut après 1832, de même que l’hospice de la Charité, grandiose établissement, qui, à la manière de l’hôpital de Milan conçu et réalisé par Filarète (1400-1469) en 1456-146548, ne comportait pas moins de neuf cours intérieures. Ce plan répondait bien sûr aux fonctions de l’établissement, mais pourrait-on émettre la supposition que l’artiste, pendant son voyage en Italie, ait eu l’opportunité de visiter la capitale de la Lombardie ? Il aurait eu ainsi la possibilité d’observer le bâtiment, ou de consulter le traité, alors sous forme de manuscrit, du concepteur49. Un plan daté du 2 octobre 1616 marque sans doute l’imminence du début des travaux, de l’hôpital de la Charité, dont on ne connaît pas la date d’achèvement.

  • 50 La liste des ouvrages publiés par les humanistes, ainsi qu’une bibliographie concernant les monumen (...)
  • 51 Charvet, Biographie, p. 206. Voir Mémoires de pierre : abbaye de l’Île-Barbe, catalogue d’expositio (...)
  • 52 Bouchot, « Notice… », p. 30.

29Outre ces projets, Martellange se livra à Lyon à son activité de dessinateur de paysage urbain. C’est ainsi que grâce à lui nous avons conservé l’aspect de divers lieux de la ville : le « sépulcre des deux amants » en 1619, une des rares antiquités de la ville à laquelle il se soit intéressé, alors que les érudits et humanistes étaient nombreux et fiers de dessiner et étudier les vestiges de ce qu’ils savaient être une ancienne capitale50 une colline, probablement Fourvière, en 1617 mais ce sont les établissements religieux qui ont le plus retenu son attention, en particulier le monastère de Notre-Dame de l’Île-Barbe, dont il écrit qu’il était « la seule chose qui l’intéressât dans la ville ». Il en prend cinq vues, de 1608 à 1616, dont une a été retouchée en 1637. Ce havre de paix et de verdure, loin de l’agitation du centre-ville, devait lui plaire51. Martellange représente aussi en 1616 l’église des chartreux, et la même année la maison des carmélites52.

Martellange et la région lyonnaise

  • 53 C. Jaillet, « Les dessins sur Vienne… », p. 91-148.

30Mais, outre la ville de Lyon proprement dite, Martellange fut également sollicité dans la région lyonnaise à de nombreuses reprises : c’est ainsi que nous le voyons à l’œuvre à Vienne, où il donne dès 1605 un plan pour l’ensemble du collège, suivi d’un autre en 1606, et de deux plans successifs pour l’église, en 1610 et 1623, date de son dernier séjour dans la ville. Les travaux se conclurent en 1632, mais la façade exécutée n’est pas celle du projet. Outre ce chantier, il prit de la ville cinq vues, qui ont donné lieu à un fort intéressant article, montrant tout l’apport de Martellange à la connaissance de l’évolution urbaine de cette cité à la situation si particulière53. Pendant l’été 1606, il représente le quartier de la ville où devra s’élever le collège, un site passant pour le jardin de l’ancienne villa impériale, vu depuis la rive opposée du Rhône. Pendant l’hiver 1619, ce sont trois autres vues d’ensemble, et une de ce qu’il nomme « la pyramide », en fait, un des éléments de la spina du cirque antique. Il faut rappeler que le frère de l’architecte, le père Olivier Martellange, fut nommé ministre du collège de Vienne en 1615.

  • 54 Le Forez n’a jamais constitué une entité administrative autonome : appartenant au diocèse de Lyon, (...)
  • 55 L’ouvrage le plus complet sur les édifices de cette province, riche d’une irremplaçable iconographi (...)
  • 56 Les armes d’Honoré d’Urfé et de son épouse, Diane de Châteaumorand, qui avaient fait, après leur ra (...)
  • 57 Sur le château de la Bâtie, voir Claude d’Urfé et La Bâtie, l’univers d’un gentilhomme de la Renais (...)
  • 58 Sur la topographie de Montbrison, voir F. Piponnier, « Forteresses ou résidences ? Les châteaux com (...)

31Au nord du Lyonnais la province du Forez54 vit souvent la visite de notre artiste : sur les cent-soixante-quinze vues que comporte le recueil de la Bibliothèque, vingt-quatre concernent cette province, alors qu’il n’en comporte que huit sur Lyon et neuf sur Paris55. Ainsi, La Bâtie d’Urfé, en 1611, alors propriété d’Honoré d’Urfé (1567-1627), bienfaiteur du collège des jésuites de Moulins56, environnée de pittoresques bâtiments agricoles situés au premier plan57, ou encore la ville de Montbrison, le 10 janvier 1611, où la collégiale Notre-Dame d’Espérance, fondée en 1223 par le comte Guy IV de Forez, mais richement dotée par le duc Louis II de Bourbon à partir de 1372, et l’église Saint-Pierre et celle de la commanderie Saint-Jean s’imposent dans un tissu urbain d’aspect encore très médiéval58.

  • 59 Sur ces vues, voir L. Monery, « Les vues roannaises d’Étienne Martellange », Roannais illustré, déc (...)
  • 60 A. Chaverondier, Catalogue des ouvrages relatifs au Forez, Montbrison, La Diana, 1874.

32Mais c’est la zone septentrionale de la province du Forez qui semble avoir eu la préférence de Martellange59. Le monastère cistercien de la Bénissons-Dieu, fondé en 1138, mais embelli par l’abbé Pierre de La Fin (1460-1504), donne lieu à trois dessins en 1618, et l’artiste ne manque pas de représenter la couverture en tuiles vernissées polychromes. Le prieuré de Riorges dans les abords de Roanne, donné aux jésuites en décembre 1610, est l’occasion cette même année d’une vue60 prise du côté nord, au-dessus de l’église du village, et, c’est l’unique exemple, l’artiste s’est représenté lui-même occupé à dessiner.

  • 61 Sur le père Coton et le contexte religieux dans lequel il évolua, voir J. -M. Prat, Recherches hist (...)
  • 62 Sur la fonction de capitaine-châtelain, voir O. Mattéoni, Servir le Prince. Les officiers des ducs (...)

33Le château de Chenevoux à Bussières près de Néronde brûla en 1811 et fut reconstruit au XIXe siècle ; mais c’est dans ce lieu que naquit le père Pierre Coton (1564-1626), ami fidèle de Martellange61, et lié à son activité d’architecte. En effet, si ce jésuite est très connu comme confesseur d’Henri IV et de Louis XIII et comme auteur de nombreux textes de controverse, il faut le replacer dans son contexte familial et local. Son père, Guichard Coton, familier de Claude d’Urfé, gouverneur et capitaine-châtelain de Néronde62, quitta cette paroisse pour le château de Chenevoux, paroisse de Bussières, qu’il venait d’acquérir et dont il prit le nom. La figure du confesseur du roi s’éclaire donc au vu de ses origines sociales, fort différentes de celles du frère architecte. Guichard Coton avait épousé Philiberte de Champrand, héritière d’un petit château à Roanne. Deux autres enfants issus de cette union méritent d’être mentionnés ici : l’aîné, Jacques Coton, qui succéda à son père en 1590, et Jeanne-Marie, qui épousa Guillaume de La Chaize et eut pour petit-fils François de La Chaize d’Aix, confesseur de Louis XIV.

  • 63 Rappelons que le père Coton était né en 1564, et le frère Martellange en 1569 : le premier avait ac (...)
  • 64 Sur cette commune et sur le château, voir B. Grosbellec, « Bussières », Grande encyclopédie du Fore (...)
  • 65 A. Chaverondier, Catalogue
  • 66 Son neveu, Jean-Marie de La Mure, sera le premier historien du diocèse de Lyon ainsi que des ducs d (...)
  • 67 Bouchot, « Notice… », p. 36-37.
  • 68 Jacques de Chenevoux, puis le père La Chaize furent également inhumés dans le chœur de l’église.
  • 69 Une description actuelle a été faite par A. Ningre, Notice sur l’histoire de la chapelle, Roanne, A (...)

34Grâce à l’amitié qui unissait ces deux membres de la Compagnie – d’origine et de rang différents, mais d’âge voisin, et ayant tous deux voyagé en Italie63, outre les quatre vues du château de Chenevoux64 aujourd’hui disparu, nous sommes en possession d’une vue du monastère de Beaulieu également disparu, de trois vues de Roanne, et d’une vue du château de Champrand, propriété de la mère du père Coton. Mais surtout, alors que la ville de Roanne n’était pas équipée d’un collège, la création en fut possible grâce à Jacques de Chenevoux et à son frère. Il ne faut pas oublier que le père Coton encouragea la fondation, la reprise ou la réouverture par la Compagnie de nombreux collèges : Dijon, la Trinité de Lyon, Bourges, Billom, Embrun, Rennes, Rouen, Amiens, Moulins, Cahors, Poitiers, Metz, Reims, Caen, Orléans, le collège de Clermont à Paris. Il est donc normal que, ayant sollicité en de nombreux endroits la générosité des habitants des villes ou des nobles du voisinage, il agisse de même auprès de son frère, dans sa région natale. Dès 1607, Henri IV accorde ses lettres patentes pour la fondation du nouvel établissement, et en 1609, les jésuites s’installent dans le manoir de Champrand. L’acte de fondation du collège, publié par Chaverondier65, du 2 août 1614, indique que « Jacques Coton, seigneur de Chenevoux, promet d’ajouter à sa maison paternelle une église grande et capable […], le tout selon le plan et dessin qui sera dressé par Étienne Martellange ». La première pierre est posée le 13 avril 1617, par Pierre de La Mure, chanoine de Notre-Dame d’Espérance de Montbrison66, et, grâce aux dessins de Martellange, qui leur donne des légendes ne laissant aucun doute, nous disposons du déroulement précis du chantier. Le 16 décembre 1617 (La première année de la bâtisse du collège), les murs s’élèvent jusqu’au linteau de la porte d’entrée, et la sacristie est ébauchée. Le 29 août 1618 (La deuxième année de la bâtisse du collège), les piliers sont terminés. Le 5 août 1619 (La troisième année de la bâtisse du collège), les chapelles latérales sont terminées. Le 31 décembre 1620 (La quatrième année de la bâtisse du collège), Martellange prend encore un croquis, mais il le terminera à Paris le 8 juillet 1637 ainsi que celui de La cinquième année de la bâtisse du collège. Des difficultés67 surviennent pour voûter le chœur, mais on ne sait de quel ordre, car ce type de couvrement est très courant en architecture à cette époque, depuis des siècles : un croquis d’élévation indique qu’il doute que l’on « puisse voûter le chœur ». Un autre document graphique porte la mention : « Martellange prouve que le chœur de l’église de Roanne peut êstre voulté, 25 janvier 1621. » Il semble qu’après cette date l’architecte ne revienne plus sur ce chantier. Le 19 mars 1626, le père Coton décèda, ayant émis le souhait d’être inhumé dans le chœur de l’église, qui pourtant ne devait pas être totalement achevée, puisque la consécration eut lieu le 23 août de cette même année68. En 1679, le père La Chaize vint visiter les lieux et ordonna la destruction des vestiges du château de ses ancêtres, qui furent remplacés par des bâtiments plus réguliers entre 1679 et 1687. Par chance, l’église existe encore, le collège ayant gardé son usage d’origine. Certes, il ne s’agit pas du monument le plus spectaculaire qu’ait pu élever Martellange, mais, si on tient compte du fait que l’on dispose d’une sorte de « reportage » sur le déroulement des travaux, et de la quasi-certitude de sa fréquente présence sur le chantier, l’église du collège de Roanne peut être considérée comme l’une de ses créations les plus significatives. Solidité, sobriété dans le plan (une nef flanquée de quatre chapelles latérales, terminée par une abside en hémicycle), dans l’élévation et la décoration caractérisent ce bâtiment69.

  • 70 Voir à ce sujet A. Courtillé, Auvergne, Bourbonnais, Velay gothiques, les édifices religieux, Paris (...)
  • 71 Il existe de nombreux exemples de portes doubles de la Renaissance depuis celles du château d’Azay- (...)
  • 72 A. Ningre, Notice sur l’histoire…, et communication orale du conservateur des Antiquités et Objets (...)
  • 73 Ibid.

35De l’œuvre de Martellange, subsistent l’église, la galerie reliant celle-ci à la cour d’honneur, et le portail d’entrée. L’église présente une façade assez simple, flanquée de deux tours à base carrée, qui ne sont pas sans rappeler celles du collège de la Trinité, et, au-delà, les habitudes de construction des églises du Forez depuis l’époque romane : l’église de Champdieu près de Montbrison, l’église paroissiale Saint-Philibert de Charlieu ou même, plus éloignée mais plus prestigieuse, celle de La Chaise-Dieu (Haute-Loire), reconstruite à partir de 134570. Tout comme à Lyon cette façade n’est pas revêtue d’un parement appareillé, mais d’un simple enduit à la chaux de couleur claire. Deux pilastres lisses surmontés de chapiteaux d’ordre dorique portant un morceau d’entablement soutiennent un large arc en plein cintre contenant un oculus, un peu à la manière des anciens contreforts. Cette disposition peut évoquer celle du collège de Lyon avant la suppression de son oculus. La porte de l’église de Roanne est encadrée de deux colonnes lisses portées par un haut piédestal, terminées par un chapiteau appartenant à un ordre corinthien un peu rude, soutenant un entablement composé d’une ar-chitrave à trois fasces surmontée d’une frise lisse, avec une corniche finement moulurée en assez forte saillie, ornée de denticules à sa partie inférieure. Une niche encadrée par deux consoles moulurées surmontant un petit fronton confère à la porte d’entrée un style baroque qu’on ne trouve pas dans d’autres détails de la composition de Martellange. Par comparaison la double porte du collège de la Trinité, si elle est bien de lui, se situe davantage dans la tradition des entrées de certains châteaux de la Renaissance71. À Roanne, la façade s’achève par un large fronton, comparable à celui de Lyon. Dans la niche surmontant la porte, une statue de la Vierge à l’Enfant avait été commandée par le père Coton, mais l’œuvre que l’on peut voir aujourd’hui est une copie d’une sculpture plus tardive72. À l’intérieur, la voûte de la nef est un berceau lambrissé, alors que le chœur conserve sa voûte maçonnée, mais l’ensemble ayant été entièrement repeint fastueusement par Zaccheo au XIXe siècle a perdu en partie son aspect d’origine73.

6. Roanne (Loire), lycée Jean Puy, ancien collège : le chantier que Martellange suivit le plus longtemps, de 1610 à 1621. Ensemble de la façade de l’église (cliché M. Baubet). Le père Coton puis le père de La Chaize y furent inhumés.

7. Roanne (Loire), lycée Jean Puy, ancien collège. Façade de l’église : détail de la porte d’entrée. La statue de la Vierge à l’Enfant remplace celle qui avait été commandée par le père Coton (cliché M. Baubet).

8. Roanne (Loire), lycée Jean Puy, ancien collège : porte d’entrée du collège (cliché M. Baubet). L’inscription au-dessus du linteau rappelle la fondation par Jacques Coton de Chenevoux.

9. Roanne (Loire), lycée Jean Puy, ancien collège : galerie située entre l’église et la cour d’honneur (cliché M. Baubet).

36À gauche de l’église, la porte d’entrée du collège, surmontée d’une inscription rappelant le rôle joué par Jacques Coton de Chenevoux, porte bien la marque de son temps : son encadrement appareillé à bossages, avec un arc en plate-bande à la partie supérieure, ne laisse aucun doute quant à son auteur ; de tels bossages, très appréciés dans toute la France à cette époque, ne sont pas isolés.

37Enfin, la galerie qui relie l’église au reste de l’établissement, si tant est qu’elle n’ait pas été trop remaniée, apparaît comme un élément d’architecture harmonieux, se situant dans une tradition issue de la Renaissance : la suite d’arcs en plein cintre reposant sur des piliers largement écartés mais reliés entre eux par des tailloirs horizontaux n’est pas sans évoquer une juxtaposition de serliennes.

38Cette rapide analyse architecturale fait apparaître que dans cette œuvre peu connue, le collège de Roanne, réplique en bien des points de celui de Lyon, Martellange a su juxtaposer les formes issues de la tradition locale, probablement bien maîtrisées par les entrepreneurs foréziens, et des indicateurs de l’appartenance au langage classique qu’il avait appris à connaître en Italie.

Conclusion

  • 74 « Notice… », p. 28.

39Après 1619, Martellange ne semble pas être revenu dans sa ville natale, dans laquelle il avait accompli des travaux qui sont certes notables, mais qui ne semblent pas avoir requis son attention plus que ceux d’autres villes du royaume. Bouchot remarquait même : « En dépit de sa naissance et du séjour de sa famille à Lyon, Martellange ne paraît pas toutefois s’être beaucoup inquiété de l’établissement d’instruction [le collège de la Trinité] »74. Il faut noter que son père était mort en 1603. Son frère Benoît mourut à Avignon en 1619 : on ne sait quand mourut son frère Olivier, qui avait fait son testament à Tournon en 1608, mais cela ne signifie pas qu’il sentît ses jours menacés, puisque les religieux procédaient à cette formalité ante professionem (Étienne Martellange avait quant à lui accompli cette même formalité en 1603)… N’ayant plus de famille à visiter, ni de projet à concevoir, occupé par un travail écrasant, l’architecte ne se sentait sans doute plus de véritables attaches à Lyon, ni de raison d’y séjourner, et de toute façon, ses déplacements professionnels résultaient des directives de sa hiérarchie.

40Par contre, le chantier du collège de Roanne, et les promenades dans le Forez apparaissent comme plus chers à son cœur, au moins jusqu’à 1621. Ensuite, à partir de 1630, il est, en quelque sorte, accaparé par la capitale, où la Maison professe et le noviciat l’occupent pendant plusieurs années : et, l’heure de la retraite venue, en 1637, il demeure au milieu de ses frères au noviciat et ne retourne pas à Lyon ou dans le Forez : sans doute sa véritable famille se trouvait-elle rue du Pot-de-Fer.

  • 75 M.-F. Pérez, « Soufflot et la création de l’École de dessin de Lyon, 1751-1780 », Soufflot et l’arc (...)
  • 76 D. Ternois, « Soufflot et Lyon, état des travaux et problématique », ibid., p. 80.

41Au terme de cette rapide évocation, quelques remarques s’imposent. Il semble qu’avant la fin du XIXe siècle Lyon ne puisse retenir les architectes de talent : la carrière de Philibert de L’Orme, déjà évoqué, se déroule en grande partie dans la capitale. Soufflot, (1713-1780), bourguignon d’origine, avait très bien su, dès son arrivée en 1738, comme le souligne Marie-Félicie Pérez, s’intégrer au milieu « cultivé et influent » de l’académie des beaux-arts de Lyon75, et comme l’écrit Daniel Ternois, il a « joué à Lyon, un rôle considérable », mais il reste « pour le grand public l’auteur d’un unique édifice, l’église Sainte-Geneviève, devenue Panthéon »76 et c’est à Paris qu’il finit lui aussi ses jours.

  • 77 Merci à Michel Baubet, Anne Carcel, Anne Courtillé, Nicolaï Feuillard, Martine Geoffroy, Jean-Claud (...)

42Si le souvenir de Philibert s’imposa à Lyon au XIXe siècle ainsi qu’en témoigne la fontaine de la place des Cordeliers, celui de Martellange, qui avait souhaité rester modeste, n’a nulle part vraiment marqué son passage. Aucune rue ne porte son nom, il ne s’est imposé ni comme concepteur, ni comme réalisateur, ni comme théoricien, ni comme topographe et peintre, ayant été tout cela dans des régions de France très variées : seule l’Aquitaine lui échappa. Les historiens de l’architecture et les historiens de la Compagnie de Jésus le connaissent et admirent sa puissance de travail, son sens de l’adaptation, la solidité de ses constructions, son habileté pour la représentation du paysage urbain, mais sa réputation n’a pas su franchir les limites de ces cercles de connaisseurs, même dans sa ville natale77.

Notes

1 É. -L. Charvet, Biographie de l’architecte Étienne Martellange, Lyon, Glairon-Mondet, 1874.

2 H. Bouchot, « Notice sur la vie d’Étienne Martellange, architecte des jésuites (1569-1641) », Bibliothèque de l’École des chartes, t. XLVII, 1886.

3 BNF, département des Estampes : Recueil contenant plusieurs villes, bourgs, abbayes, châteaux et autres endroits particuliers de France, dessinés d’après nature par F. Stella, pour le recueil de dessins, inventorié par G. Duplessis, Paris, Picard, 1877-1884, 5 volumes ; et Hd 4 à Hd 4 d. pour le Recueil des maisons, églises […] qui appartenaient à la société des Jésuites avant leur abolition, acheté à Rome par le bailli de Breteuil en 1773, et connu sous le nom de « recueil de Rome ».

4 C. Bauchal, Nouveau dictionnaire biographique des architectes français, Paris, Librairie générale d’architecture, 1887.

5 Sur l’influence de L’art religieux de la fin du XVIe, du XVIIe et du XVIIIe siècle. Étude sur l’iconographie après le concile de Trente, Italie France, Espagne, Flandres, voir A. Regond, « L’art religieux après le concile de Trente et son influence sur la recherche », Émile Mâle (1862-1954), la construction de l’œuvre, actes du colloque organisé par l’École française de Rome, juin 2002, École française de Rome, 2005, p. 237-249.

6 P. Moisy, « Portrait de Martellange », Archivum historicum Societatis Jesu, t. XXI, 1952, p. 282-299, et « Martellange, Derand et le conflit du baroque », Bulletin monumental, t. CX, 1952, p. 237-261.

7 P. Moisy et É. -J. Ciprut, « Échanges de vues : à propos des modèles de Martellange », XVIIe siècle, t. III, 1953-1954, p. 594-597.

8 P. Moisy, Les églises de l’ancienne assistance de France, Rome, Institutum historicum, 1958.

9 J. Valléry-Radot, Recueil de plans d’édifices de la Compagnie de Jésus conservé à la Bibliothèque nationale de Paris, Rome, Institutum historicum, 1960.

10 L. Brion-Guerry, Jean Pèlerin dit Viator, sa place dans l’histoire de la perspective, Paris, Les Belles-Lettres, 1962.

11 Voici une liste de ces monographies classées par villes. Blois : C. Mignot, « L’église Saint-Louis des jésuites (Saint-Vincent-de-Paul) à Blois », Congrès archéologique de France, Blésois et Vendômois, 1981, Paris, Société française d’archéologie, 1986. Dijon : P. Gras, « Les bâtiments de l’ancien collège des Godrans », Mémoires de la commission des Antiquités de la Côte-d’Or, t. XXIV, 1958, p. 217-240. Dole : J. Valléry-Radot, « L’ancien collège des jésuites de Dole et son église », Congrès archéologique de France, Franche-Comté, 1960, Paris, Société française d’archéologie, 1961, p. 263-277. La Flèche : J. Salbert, « La chapelle Saint-Louis des jésuites de La Flèche en Anjou (aujourd’hui Prytanée militaire) », Annales de Bretagne, t. XVIII, 1961, p. 168-187 ; P. Moisy, « La chapelle du collège des jésuites de La Flèche », Congrès archéologique de France, Anjou, 1964, Paris, Société française d’archéologie, 1966, p. 38-39. Le Puy-en-Velay : Y. Soulingeas, « L’église du collège du Puy », Congrès archéologique de France, Velay, 1975, Paris, 1975, p. 373-385. Lyon : J.-M. Marquis, Le collège de la Trinité de Lyon, DES sous la direction de D. Ternois, Université de Lyon 2, 1970 ; H. Delpech, « Les chapelles de l’ancien collège de la Trinité de Lyon », Bulletin de la Société archéologique et littéraire de Lyon, t. XXVII, 1998 ; M. Rose, Le collège de la Trinité à Lyon, mémoire de maîtrise sous la direction de G. Chomer, Université de Lyon 2, 1999. Moulins : A. Regond, « Le collège des jésuites de Moulins », Les jésuites parmi les hommes aux XVIe et XVIIe siècles, actes du colloque de Clermont-Ferrand, 1985, Clermont-Ferrand, Université Blaise-Pascal, 1987, p. 519-525. Nevers : J. Verrier et P. Lablaude Nicaud, « Remise en état des peintures de l’église Saint-Pierre de Nevers », Les monuments historiques de la France, Caisse nationale des monuments historiques, 1958, p. 139-150. Rennes : F. Bergot, « Vues panoramiques de Rennes aux xviie et xviiie siècles », Bulletin des amis du musée de Rennes, n ° 1, 1978, p. 43-55. Vienne : C. Jaillet, « Les dessins sur Vienne d’Étienne Martellange », Bulletin de la Société des amis de Vienne, 1970, p. 91-148.

12 N. Feuillard, Le frère Martellange, mémoire de maîtrise, Université de Paris 4, Institut d’art, 2002, 2 volumes. Je remercie vivement l’auteur de m’avoir généreusement fait part de son travail dès son achèvement. J’utilise tous les résultats de cette recherche.

13 Pour la biographie de l’artiste, voir l’ouvrage cité dans la note précédente.

14 Ibid, p. 16-20.

15 Sur cet artiste, voir P. Delattre, Notice sur la vie et les œuvres du frère Ch. Turmel, breton, architecte et jésuite (1597-1675), Rennes, 1942.

16 Charvet, Biographie…, p. 10.

17 Loi du 3 janvier 1977 sur l’exercice de la profession d’architecte.

18 Les dates indiquées au début sont celles du premier plan fourni par Martellange, l’achèvement des travaux pouvant être beaucoup plus tardif.

19 Un reflet de ce monument, admiré en son temps, peut être visible dans la chapelle de la Visitation de Moulins, œuvre du Lorrain Collignon, attribué à Martellange par Bauchal. Voir sur ce monument A. Regond, « La chapelle de la Visitation à Moulins (Allier) », Études bourbonnaises, n ° 261, 3e trimestre, 1992, p. 202-206, ainsi que la thèse à paraître de L. Lecomte sur l’architecture de la Visitation.

20 Sur la vie quotidienne dans les collèges à l’époque de Martellange, voir M.-M. Compère et D. Julia, Les collèges français, XVIe-XVIIIe siècle, Paris, INRP-CNRS, 1984.

21 Ces qualités sont appréciées des architectes restaurateurs, qui ont constaté l’exactitude des détails portés par Martellange. Je remercie Didier Repelin, inspecteur général des monuments historiques, de m’avoir fait part de son expérience, notamment au cours de la restauration des couvertures du château de la Bâtie d’Urfé à Saint-Étienne-du-Mollard (Loire), monument figurant dans la collection de dessins citée : La Bastie d’Urfé/en forest (1611).

22 La fidelle Ouverture de l’art de serrurier : où l’on void les principaulx préceptes, Desseings et figures, touchant Les expériences et opérations Manuelles dudict Art. Ensemble un petit traicté De diverses trempes. Le tout faict et composé par Mathurin Jousse De La Flèche, La Flèche, Georges Griveau, 1627.

23 Le théâtre de l’art de Charpentier Enrichi de Diverses Figures Avec l’interprétation d’icelles faict et dressé par Mathurin Jousse De La Flèche, La Flèche, Georges Griveau, 1627.

24 Le secret d’architecture découvrant fidèlement les traits géométriques, coupes et desrobements nécessaires dans les bâtiments. Enrichi d’un grand nombre de Figures, adioustées sur châque Discours pour l’explication d’iceux, La Flèche, Georges Griveau, 1642.

25 F. Le Bœuf, « Mathurin Jousse, serrurier à La Flèche et théoricien de l’architecture », In Situ, n ° 1, 2001.

26 1re édition : La Perspective positive de Viator. Traduite de latin en françois. Augmentée et illustrée, Par Maistre Estienne Martellange de la Compagnie de Jésus. Avec les Figures gravées. A La Flèche. Par Mathurin Jousse, La Flèche, Georges Griveau, 1626. 2e édition : La perspective positive de Viator, Latine et Françoise, reveue, augmentée et réduite de grand en petit, La Flèche, Georges Griveau, 1642.

27 Jean Pèlerin…, p. 161.

28 Manuscrit français 19065 de 14 feuillets provenant de la bibliothèque Coislin, autrefois Séguier, découvert par P. Moisy, qui comporte le texte latin de Viator, et la traduction sans fautes, de la main de Martellange, puis les illustrations.

29 Piero della Francesca (vers 1416-1492), De prospectiva pigendi, G. Nicco Fasola éd., Florence, 1943 ; Leon-Battista Alberti (1404-1472), De Pictura, dans Opera completa, F. Borsi éd., Milan, 1975. La bibliographie concernant le développement de la théorie de la perspective pendant et après la Renaissance est extrêmement importante. Pour une bonne anthologie de textes, voir La vision de la perspective à l’âge classique, P. Hamou éd., Paris, Petite Bibliothèque Payot, 1995.

30 Charvet insiste sur un trait de caractère de Martellange rapporté par ses contemporains : son aversion pour tous les conflits. Il est évident que s’il avait dû travailler au quotidien sur les chantiers, il aurait été confronté de manière constante à des contestations et des luttes entre les entreprises, les maîtres d’ouvrage, etc., accentuées par les difficultés de toisé rencontrées par un architecte qui doit s’adapter sur chaque nouveau chantier à un système métrologique différent.

31 Le couvent Saint-Pierre étant alors un monastère de femmes cloîtrées, il devait être habituellement inaccessible.

32 Sur les églises de Lyon, voir J. -B. Martin, Histoire des églises et chapelles de Lyon, Lyon, H. Lardanchet, 1908-1909, 2 volumes, ainsi que D. Bertin, J. -F. Reynaud et N. Reveyron, Les églises de Lyon, Lyon, Éditions lyonnaises d’art et d’histoire, 2000.

33 N. Zemon Davis, « Le milieu social de Corneille de La Haye (Lyon, 1533-1575) », Revue de l’Art, n ° 47, 1980, p. 27.

34 Ibid., p. 26.

35 Ibid., p. 21. Sur ce point, voir également J. Boucher « Présence d’Italiens et d’autres étrangers à Lyon au milieu du XVIe siècle », Sebastiano Serlio à Lyon : architecture et imprimerie, actes du colloque de Lyon, décembre 1998.

36 Charvet, Biographie…, p. 6 : cette mention a été reprise par tous les biographes de Martellange, sauf N. Feuillard, qui ne discute pas cette affirmation.

37 Bouchot, « Notice » p. 18-19.

38 J. Bousquet, « Les artistes français à Rome au XVIIe siècle », L’art baroque à Lyon, actes du colloque de Lyon, 27 au 27 octobre 1972, Lyon, Institut d’histoire de l’art, 1975, p. 187, et G. Chomer, « Jacques Stella, pictor lugdunensis », Revue de l’Art, n ° 47, 1980, p. 85.

39 Sur Perino del Vaga, voir le catalogue de l’exposition Perino del Vaga e la sua cerchia a Castel Sant’Angelo, Rome, Electa, 1970.

40 Sur François Sella, voir M. Audin et E. Vial, Dictionnaire des artistes et ouvriers d’art de la France : lyonnais, Paris, 1918, 2 vol. ; sur Jacques Stella, J. Thuillier, « Poussin et ses amis », Nicolas Poussin, actes de colloque, A. Chastel éd., Paris, CNRS, 1958.

41 Sur l’importance de cette édition, voir le catalogue de l’exposition Sebastiano Serlio : architecture et imprimerie, S. Deswartes-Rosa éd., Lyon, Bibliothèque municipale, 1998, p. 28. Voir également dans les actes du colloque portant le même titre que l’exposition, M. Nan Rosenfeld, « Le Livre VI et le Livre extraordinaire de Sebastiano Serlio. L’influence de l’architecture française sur la théorie de Serlio ».

42 Ibid., p. 19.

43 Ibid., p. 35-36. Pour la carrière de cet artiste, voir S. Frommel, Sebastiano Serlio : architecte de la Renaissance, traduit de l’allemand par Y. Pauwels, Paris, Gallimard, 2002.

44 Sur Philibert de L’Orme, voir J.-M. Pérouse de Monclos, Les traités de Philibert de L’Orme, Paris, Mengès, 2000.

45 Sur ce monument, voir le mémoire de DES de J. -M. Marquis, cité note 11, il replace minutieusement l’œuvre de Martellange dans le contexte historique et artistique de son temps.

46 Les églises de l’ancienne assistance…, p. 424.

47 Charvet, Biographie…, p. 94.

48 Ce monument, bien que remanié, et transformé en faculté des lettres, existe toujours, viale Federico Sforza. Au sujet d’Antonio Averlino, dit Filarète, sculpteur, architecte et théoricien, voir M. Lazzaroni et A. Munoz, Filarete scultore et architetton el secolo XV, Rome, W. Modes, 1908, ainsi que P. Pierotti, Prima di Machiavelli, Filarete e Francesco di Giorgio, consiglieri del principe, Pise, Pacini, 1995.

49 Filarète, Trattato di architettura (probablement composé en 1464), W. von Œttingen éd., Vienne, C. Graeser, 1896 ; A. M. Finoli et L. Grassi éd., Milan, Il Polifilo, 1972, 2 volumes.

50 La liste des ouvrages publiés par les humanistes, ainsi qu’une bibliographie concernant les monuments antiques de Lyon connus pendant la Renaissance, figure dans G. Bruyère, « Lyon romain retrouvé », Jacob Spon : un humaniste lyonnais du XVIIe siècle, R. Étienne et J. -C. Mossière éd., Lyon, Bibliothèque Salomon-Reinard, 1993, p. 87-120.

51 Charvet, Biographie, p. 206. Voir Mémoires de pierre : abbaye de l’Île-Barbe, catalogue d’exposition, Lyon, Musée historique, 1995, avec reproduction des vues de Martellange.

52 Bouchot, « Notice… », p. 30.

53 C. Jaillet, « Les dessins sur Vienne… », p. 91-148.

54 Le Forez n’a jamais constitué une entité administrative autonome : appartenant au diocèse de Lyon, le comté de Forez fut rattaché au domaine des Bourbons en 1372, confisqué au profit de Louise de Savoie en 1527, puis rattaché à la couronne en 1531, et à la généralité de Lyon en 1542 : voir É. Fournial, La province de Forez en 1789 (bailliages de Montbrison et Bourg Argental), Saint-Étienne, CIER, 1973.

55 L’ouvrage le plus complet sur les édifices de cette province, riche d’une irremplaçable iconographie, reste celui de N. et F. Thiollier, Le Forez pittoresque et monumental (Lyon, 1889), 2 volumes, reprint Roanne, Horvath, 1973.

56 Les armes d’Honoré d’Urfé et de son épouse, Diane de Châteaumorand, qui avaient fait, après leur ralliement à Henri IV en 1603, une donation de 24 000 livres au collège de Moulins, figuraient à la partie supérieure du portail de la cour d’honneur de cet établissement. Le portail a disparu, mais les bâtiments du collège existent encore, transformés en palais de justice. Sur ce monument, voir A. Regond, « Le collège des jésuites de Moulins »…

57 Sur le château de la Bâtie, voir Claude d’Urfé et La Bâtie, l’univers d’un gentilhomme de la Renaissance, catalogue de l’exposition de Montbrison, 1990, V. Guichard éd., Saint-Étienne, Conseil général de la Loire, 1990, avec une reproduction du dessin de Martellange.

58 Sur la topographie de Montbrison, voir F. Piponnier, « Forteresses ou résidences ? Les châteaux comtaux du Forez d’après l’Armorial de Revel », Le château médiéval, forteresse habitée (XIe -XVIe siècle). Archéologie et histoire : perspectives de la recherche en Rhône-Alpes, actes du colloque de Lyon, 1988, J. -M. Poisson éd., Documents d’archéologie française, n ° 32, 1992, p. 95 et 97.

59 Sur ces vues, voir L. Monery, « Les vues roannaises d’Étienne Martellange », Roannais illustré, décembre 1886.

60 A. Chaverondier, Catalogue des ouvrages relatifs au Forez, Montbrison, La Diana, 1874.

61 Sur le père Coton et le contexte religieux dans lequel il évolua, voir J. -M. Prat, Recherches historiques et critiques sur la Compagnie de Jésus en France du temps du père Coton, 1564-1626, Lyon, Briday, 1876, et sur ses relations avec le Forez, voir Givre (abbé Camille), Un Nérondais célèbre, le père Pierre Coton (1564-1626), Néronde, Howath, 1976.

62 Sur la fonction de capitaine-châtelain, voir O. Mattéoni, Servir le Prince. Les officiers des ducs de Bourbon à la fin du Moyen Âge (1356-1523), Paris, Presses de la Sorbonne, 1998, p. 165. L’auteur nous apprend que les capitaines-châtelains appartenaient souvent à la petite noblesse rurale. La famille Coton ne devait pas encore appartenir à la noblesse, puisque Jacques Coton reçut ses lettres de noblesse d’Henri IV en 1610.

63 Rappelons que le père Coton était né en 1564, et le frère Martellange en 1569 : le premier avait accompli son noviciat à Arona, au bord du lac Majeur, dans le séminaire fondé en un lieu enchanteur par Charles Borromée, sur une propriété familiale ; le second avait visité Rome et le Latium.

64 Sur cette commune et sur le château, voir B. Grosbellec, « Bussières », Grande encyclopédie du Forez et des communes de la Loire, G. Garde éd., Roanne, 1984.

65 A. Chaverondier, Catalogue

66 Son neveu, Jean-Marie de La Mure, sera le premier historien du diocèse de Lyon ainsi que des ducs de Bourbon et des comtes du Forez.

67 Bouchot, « Notice… », p. 36-37.

68 Jacques de Chenevoux, puis le père La Chaize furent également inhumés dans le chœur de l’église.

69 Une description actuelle a été faite par A. Ningre, Notice sur l’histoire de la chapelle, Roanne, Association des amis de la chapelle du lycée de Roanne, 1961. On peut également se reporter à L. Vivier, Petite histoire du collège et du lycée de Roanne, 1607-1931, Roanne, Souchier, 1931.

70 Voir à ce sujet A. Courtillé, Auvergne, Bourbonnais, Velay gothiques, les édifices religieux, Paris, Picard, 2002, p. 155-175. « Dans la façade de l’abbatiale Saint-Robert de la Chaise-Dieu, l’effet de masse trapue est sans doute le plus flagrant, les tours ne parvenant pas à donner une vraie verticalité à l’ensemble » (p. 163). Cette remarque pourrait s’appliquer à la façade de l’église du collège de Roanne.

71 Il existe de nombreux exemples de portes doubles de la Renaissance depuis celles du château d’Azay-le-Rideau (1514) ainsi, au château de Saint-Gérand-de-Vaux (Allier), distant de Roanne d’une petite centaine de kilomètres. Sur ce monument, voir A. Regond, « La Renaissance tardive en Bourbonnais, le château du Parc à Saint-Gérand-de-Vaux (Allier) », Bulletin de la Société d’émulation du Bourbonnais, 1986, p. 106-116.

72 A. Ningre, Notice sur l’histoire…, et communication orale du conservateur des Antiquités et Objets d’art de la Loire, Anne Carcel.

73 Ibid.

74 « Notice… », p. 28.

75 M.-F. Pérez, « Soufflot et la création de l’École de dessin de Lyon, 1751-1780 », Soufflot et l’architecture des Lumières, actes du colloque de Lyon, 1980, Paris, École nationale supérieure des Beaux-Arts, 1986. M. Mosser et D. Rabraud éd., Paris, Les Cahiers de la recherche architecturale, 1980, p. 109.

76 D. Ternois, « Soufflot et Lyon, état des travaux et problématique », ibid., p. 80.

77 Merci à Michel Baubet, Anne Carcel, Anne Courtillé, Nicolaï Feuillard, Martine Geoffroy, Jean-Claude Mallet, aux personnels de la bibliothèque de la Part-Dieu, de la bibliothèque municipale et interuniversitaire de Clermont-Ferrand, de la médiathèque de Roanne, et du musée des Beaux-Arts de Lyon.

Table des illustrations

Légende 1. Moulins (Allier), palais de justice, ancien collège, projet de 1605 : un des premiers projets de Martellange, où il emploie les matériaux traditionnels du Bourbonnais (cliché A. Regond). L’église ne fut jamais construite.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6584/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende 2. La Flèche (Sarthe), Prytanée militaire, ancien collège : la plus belle réalisation encore existante de Martellange, qui y travailla pendant l’année 1612. Intérieur de l’église, vue prise en direction du maître-autel (cliché M. Baubet).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6584/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende 3. La Flèche (Sarthe), Prytanée militaire, ancien collège. Intérieur de l’église, vue prise en direction de l’entrée et de la tribune de l’orgue (cliché M. Baubet).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6584/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende 4. Lyon, lycée Ampère, ancien collège de la Trinité : Martellange fournit le plan en 1607. Ensemble de la façade de l’église sur le Rhône (cliché M. Geoffroy).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6584/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende 5. Lyon, lycée Ampère, ancien collège de la Trinité. Partie centrale de la façade, modifiée ultérieurement : Martellange avait conçu un grand oculus, qui fut remplacé par la baie en demi-cercle (cliché M. Geoffroy).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6584/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende 6. Roanne (Loire), lycée Jean Puy, ancien collège : le chantier que Martellange suivit le plus longtemps, de 1610 à 1621. Ensemble de la façade de l’église (cliché M. Baubet). Le père Coton puis le père de La Chaize y furent inhumés.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6584/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende 7. Roanne (Loire), lycée Jean Puy, ancien collège. Façade de l’église : détail de la porte d’entrée. La statue de la Vierge à l’Enfant remplace celle qui avait été commandée par le père Coton (cliché M. Baubet).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6584/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende 8. Roanne (Loire), lycée Jean Puy, ancien collège : porte d’entrée du collège (cliché M. Baubet). L’inscription au-dessus du linteau rappelle la fondation par Jacques Coton de Chenevoux.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6584/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende 9. Roanne (Loire), lycée Jean Puy, ancien collège : galerie située entre l’église et la cour d’honneur (cliché M. Baubet).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/6584/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 157k

Auteur

Maître de conférences d’histoire de l’art à l’Université de Clermont-Ferrand

© ENS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540