Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'épigramme dans tous ses états : épigraphiques, littéraires, historiques

 | 
Eleonora Santin
, 
Laurence Foschia

Fonctions civiles et religieuses dans les épigrammes

De quelques épigrammes grecques trouvées en France : marins, négociants et poètes

Jean-Claude Decourt

Résumé

Dans le corpus des inscriptions grecques trouvées en France, les épigrammes ont une place très modeste, puisqu’on en compte treize au total (y compris les fragments), dont quatre sont bilingues grec-latin. Cet article portera essentiellement sur trois épigrammes funéraires (Proclos, Aix-en-Provence, IGF 50 ; « le jeune navigateur » Marseille, IGF 10 ; Ioulios Euteknios, Lyon, IGF 143) sur lesquelles on a beaucoup écrit. On tentera de montrer que, si elles nous donnent une idée assez claire de la culture grecque de leurs auteurs, elles nous renseignent moins sur la diffusion de l’hellénisme en Gaule que sur l’image d’une Gallia Graeca largement fantasmée que des générations de chercheurs ont cherché à construire.

In the corpus of Greek inscriptions found in France, epigrams have a very minor place, since we count a total (including fragments) of thirteen inscriptions, four of whom are bilingual, Greek/Latin. This paper will focus mainly on three funerary epigrams (Proclos, Aix-en-Provence IGF 50 ; « the young sailor », Marseille, IGF 10 ; Ioulios Euteknios, Lyon, IGF 143), about which a lot has been written. One will attempt to show that if on one hand they give us a good picture of the Greek culture of their authors, on the other hand, they tell us little about the penetration of Hellenism in Gaul, and teach us rather more about the image that generations of scholars have sought to build of a widely fantasized Gallia Graeca.

Texte intégral

Abréviations

BullÉp = Bulletin épigraphique de la Revue des études grecques, Paris.

GVI = Peek Werner, Griechische Vers-Inschriften, Berlin.

IG = Inscriptiones Graecae, Berlin.

IGF = Decourt Jean-Claude, IGF - Les inscriptions grecques de la France, Lyon.

IGUR = Moretti Luigi, Inscriptiones Graecae Urbis Romae, Rome.

ILN = Inscriptions latines de Narbonnaise.

LGPN = Lexicon of Greek Personal Names.

LIMC = Lexicon iconographicum mythologiae classicae.

Les épigrammes dans le corpus des inscriptions grecques de la France

  • 1 Decourt, IGF. Sauf mention contraire, toutes les dates des inscriptions mentionnées sont après J.-C (...)

1Le corpus épigraphique sur lequel on va s’appuyer présente un certain nombre de particularités, qui ne sont pas sans conséquences, on le verra, sur le modeste lot d’épigrammes qu’il comporte1.

  • 2 Sur la question du bilinguisme des inscriptions grecques de la France, voir Decourt, « Le bilingui (...)
  • 3 Sur cette question qui a donné lieu naguère à polémiques, voir Roman, Histoire de la Gaule, p. 52- (...)
  • 4 Irénée, Aduersus Haereses I 3, Rousseau et Doutreleau éd. : « Tu n’exigeras de nous qui vivons che (...)
  • 5 IGF 156-158, mosaïque avec les portraits et des citations d’Anacréon, Métrodore et Épicure, à date (...)
  • 6 Par exemple, à Lyon, IGF 141 et 143, et à Autun, IGF 155.

2Il s’agit en effet d’un corpus d’à peine 169 numéros, qui constitue de surcroît un ensemble presque clos, dans la mesure où la probabilité de nouvelles découvertes en nombre est très faible. C’est aussi un corpus national, en ce qu’il s’inscrit dans un cadre politique contemporain – les frontières de la France –, avec tout ce que cela suppose d’artificiel dans la construction. Corpus d’inscriptions grecques, certes, mais dans un environnement linguistique et culturel complexe, marqué d’une part, et cela très tôt, par le bi-alphabétisme grec-latin et de l’autre par les bilinguismes gaulois-grec (ce dernier tout à fait exceptionnel) et latin-grec2. En outre, malgré les fantasmes entretenus par certains chercheurs français des années cinquante autour du mythe de la Gallia Graeca3, malgré l’importance de Marseille et de ses comptoirs, nous ne sommes pas en pays grec et l’hellénisme de la Gaule est donc toujours resté un phénomène marginal : Irénée se plaint de ne pas pouvoir comprendre les Lyonnais au milieu desquels il vit4. Plus précisément, et cela très tôt, c’est-à-dire dès la fin de la République, Marseille apparaît comme une sorte de conservatoire occidental de l’hellénisme, un îlot grec résistant au conquérant latin et en même temps protégé par lui, avec ce que cela suppose de figé et d’artificiel : on vient à Marseille parachever ses études supérieures à défaut de se rendre à Athènes. Si l’usage du grec subsiste et se répand, quoique modestement, sur le territoire de la Gaule romaine, on le doit certes à une influence, une aura culturelle limitée, mais durable, comme en témoignent par exemple les mosaïques d’Autun5, mais surtout à des déplacements d’individus et spécifiquement à l’arrivée, jusqu’à Lyon au moins ou à Autun, encore, d’Orientaux hellénophones6.

3L’épigraphie de la Gaule a donc un caractère que je qualifierais volontiers de non local, c’est-à-dire que les inscriptions conservées concernent très souvent des personnes extérieures à la ville où elles ont été trouvées. On peut s’en apercevoir, par exemple, en faisant la liste des différentes professions qui apparaissent dans les inscriptions, sans prétendre à une approche statistique, étant donné la modestie de l’échantillon.

  • 7 Bibliographie des recherches dans IGF 68, nos 1-48 ; une édition de ces graffites serait en cours (...)
  • 8 Béziers : IGF 131, tombe du ῥήτωρ Artémidôros, par son frère Philôn, lui aussi rhéteur, tous deux (...)
  • 9 Lyon : supra note 6 ; Nîmes, IGF 100-117 ; voir aussi à Lyon l’épitaphe du jeune gymnaste, γυμνικό (...)
  • 10 IGF 4 et 10.

4Le sanctuaire du dieu Aristée à Olbia, qui attend depuis plus de vingt-cinq ans sa publication, a certes livré une dédicace, un graffite sur tesson de céramique au nom du charpentier Poulymachos7 ; on peut supposer que ce dernier était originaire, sinon d’Olbia même, du moins de la proche région. Mais, parmi les quelque dix-huit inscriptions qui mentionnent explicitement ou allusivement une profession, que trouvons-nous ? Des « professions intellectuelles » : un rhéteur de Mopsueste, mort à Béziers, deux Marseillais qui sont citoyens de la cité phocéenne, un professeur et un autre rhéteur8. Mais on rencontre surtout des marins, des médecins, des négociants, des artistes de toutes sortes, toutes professions éminemment vagabondes. Les deux négociants morts à Lyon, Thaïm et Euteknios, sont syriens, deux au moins des trois médecins sont certainement des étrangers et l’on ne détaille pas ici pantomimes, acrobates, joueurs de flûte et mimes divers, comme ceux connus par les décrets et dédicaces de l’association thymélique de Nîmes9. Paradoxalement les marins sont peut-être les seuls qui soient tous d’origine locale, c’est-à-dire des Marseillais10.

5Les épigrammes, dans cet ensemble dont on vient de dessiner quelques traits, ne forment qu’un groupe modeste : on en compte treize en tout.

  • 11 IGF 11 (Marseille) et 118 (Nîmes).

6Dans ce groupe, deux, à Marseille et à Nîmes, sont très fragmentaires et on les laissera de côté11.

  • 12 IGF 92, Die et Montélimar ; 73, Fréjus ; 119, Nîmes ; 145, Lyon.

7Quatre sont des inscriptions bilingues. Sur l’inscription partagée entre Die et Montélimar, le grec traduit de manière libre un distique latin ; à Fréjus, il s’agit d’une déploration sur la mort d’un enfant ; à Nîmes, d’une évocation poétique de la tombe. À Lyon enfin, le texte grec, sur le thème du φθόνος, dont on connaît plusieurs autres versions, tant épigraphiques que littéraires, revêt une valeur apotropaïque12. Écrits trois fois sur quatre pour des enfants ou des jeunes gens, nourris de références poétiques, en particulier homériques, parfois subtils voire précieux, ces exercices de style n’ont rien de prosaïque et il n’est évidemment pas question de profession.

  • 13 IGF 155, ive siècle.
  • 14 IGF 137, signalée dès 1534 par P. Bienewitz / P. Apianus (1531-1589) ; copiée en 1540 par Élie Vin (...)

8Deux épigrammes sont purement grecques, mais ne nous concernent pas ici. La grande épigramme chrétienne d’Autun est sans doute celle qui a, et de loin, suscité la plus vaste bibliographie, du fait du contexte de sa découverte, des difficultés de déchiffrement, de sa langue et surtout des questions d’histoire religieuse qu’elle pose13. Le distique bordelais de la tombe de Lucilla est sans doute la première inscription publiée en France, dès 1575 ; elle suscita la passion des humanistes et son historiographie méritera une étude particulière14.

  • 15 IGF 9, du iie siècle, au musée Borély de Marseille.

9L’épitaphe du Marseillais Glaukias fera la transition15. Cette épigramme sans grande prétention, à la thématique très classique (la mort injuste parce que prématurée), mais à la construction assez habile, ne nous dit rien de la profession du défunt – mais elle fait une allusion, traditionnelle, au devoir d’un fils d’assurer les « moyens de vivre », βίον, à ses parents.

10Ne reste donc que trois textes, trois épitaphes, qui ont en commun d’être grecs et non bilingues, d’être assez longs, de donner des indications sur la profession des défunts, mais aussi de poser chacun des problèmes particuliers.

Épigramme funéraire de Proclos (fig. 1)

῾Ρουφείνης ἐμέθεν Πρόκλος πόσις ἐνθάδε κεῖσαι
Μοιράων βουλῇσι λιπὼν βίον ἠδ᾽ ἐμὲ χήρην.
Τεῦξα δέ τ̣οι μέγα σῆμα περισκέπτῳ ἐνὶ χώρῳ
θηητὸν πάντεσσι, θύρας δ᾽ ἐπέθηκα φαεινάς,
εἰδωλόν τ̣᾽ ἐθέμην πανομοίιον σ(χ)ῆμα τ᾽ ἔθηκα 5
οἶον ἔχων ῥητῆρσι μετέπρεπες Αὐσονίοισι
ἔν τ᾽ αὐτοῖς ὑπάτοις κλέος ἔλλαβες ἔξοχον ἄλλων.
Ἀλλ᾽ οὔτοι νόσφιν γε σέθεν ποτὲ̣ κείσομαι αὐτή˙
ὡς πρὶν δ᾽ ἐν ζωοῖσιν ὁμὸ(ς) δόμος ἄμμι τέτυκτο,
ὣς καὶ τεθνειῶτας ὁμὴ σορὸς ἀμφικ̣[αλύψει]. 10
Ci-gît Proclos, mon époux, à moi Rufina, qui, par la volonté des Moires, a quitté la vie et qui m’a laissée veuve. J’ai donc fait bâtir un vaste tombeau, en un lieu bien visible, objet d’admiration pour tous, et j’ai fait poser des portes brillantes. J’ai fait placer un portrait parfaitement ressemblant et je lui ai fait donner un vêtement par lequel tu te distinguais parmi les rhéteurs de l’Ausonie, et qui, parmi ces hommes de valeur éminente, t’acquit une gloire qui surpassait celle des autres. Mais je ne serai certes pas ensevelie moi-même loin de toi : de même qu’auparavant chez les vivants une même demeure avait été bâtie pour nous deux, de même aussi un même tombeau nous enveloppera dans la mort.
  • 16 IGF 50 avec une bibliographie détaillée.

11Cette paroi de sarcophage en marbre, brisée de toute part, se trouve aujourd’hui au British Museum où elle est entrée en 186716. L’inscription, dans un cadre mouluré, presque intacte, était encadrée de deux bas-reliefs dont seul subsiste celui de gauche, incomplet : un homme de face, visage de profil, est appuyé du bras droit sur un tambour de colonne ; il est vêtu d’une sorte de toge qui lui laisse le buste nu ; derrière lui, une branche d’arbre, peut-être un laurier.

  • 17 Gascou, ILN - Aix-en-Provence, no 42.
  • 18 Moretti, IGUR IV, no 1316.
  • 19 On a parfois confondu ce James Millingen (1774-1848), numismate, archéologue et historien anglais, (...)

12L’inscription pose, ou plutôt posait un double problème, d’origine et d’interprétation. Elle figure en effet toujours au corpus épigraphique d’Aix-en-Provence, publié en 1995, malgré quelques hésitations de son éditeur, Jean Gascou17, qui se faisait l’écho de doutes déjà émis, très discrètement, par Johannes Franz dans le CIG (Corpus Inscriptionum Graecarum), lorsque ce dernier avait repris la première publication de Ludolf Stephani, faite en 1849 dans la revue de l’université de Dorpat, actuelle Tartu estonienne. Or Luigi Moretti a pu montrer, en s’appuyant sur un manuscrit du Vatican, que la pierre était encore à Rome en 181718. Favori de Louis XVIII, pilier de la Restauration sous Charles X, le duc de Blacas était en 1817-1819 en demi-exil comme ambassadeur de France auprès du Saint-Siège. Premier président de l’Institut de correspondance archéologique, soutien de Champollion, il s’intéressait aux antiquités et c’est à cette époque qu’il dut acheter cette pierre, avant son retour en France, puis un nouvel exil en Angleterre aux côtés de Charles X. Qu’il soit passé par Aix n’a rien d’étonnant, car sa famille était d’origine provençale et il possédait un château dans l’arrière-pays, à Aulps. C’est probablement à ce moment que James Milligen, l’informateur de Stephani, put voir la pierre19. On ne sait dans quelles conditions la collection fut achetée aux héritiers de Blacas par le British Museum – mais il est désormais certain que ce n’est pas une inscription aixoise.

  • 20 On connaît mal, pour cette époque, les rhéteurs, à la différence de ceux des périodes précédente et (...)

13L’autre question qui se pose est celle de l’identité du défunt. Franz voulait, au prix d’une correction très forte du texte, l’identifier à Proculus Pontianus, consul en 238 avec Fulvius Pius, du fait de la mention, ligne 7, des ὑπάτοις, dans lesquels il reconnaissait les consuls. Mommsen, beaucoup plus prudent, suggérait, dans une note des IG, qu’il pouvait s’agir d’un orateur autrement inconnu qui aurait pris la parole au Sénat – ce qu’il ne justifie du reste pas. Ces hypothèses ne tiennent pas. La première parce qu’une erreur de gravure dans le nom du défunt aurait certainement été corrigée. La seconde parce que rien, dans le texte de l’épigramme, ne permet de supposer une carrière politique : il serait inacceptable, dans ce cas, que toute mention d’une fonction, d’une magistrature ait été totalement passée sous silence. On ajoutera que l’épigramme, avec l’allusion à l’Ausonie, permet d’affirmer que Proclos n’était pas un Gallo-Romain mais un Italien, voire un Romain, et les deux noms, celui du défunt et celui de son épouse, sont parfaitement banals20.

  • 21 Hésiode, Théogonie, 31 ; Tyrtée, Fragments, Bergk éd., 10, 29. On le trouve aussi chez Pindare, Py (...)
  • 22 Odyssée, VI, 19, par exemple.
  • 23 Odyssée, I, 426.
  • 24 Sur ce point voir Lattimore, Themes, § 62.

14Plutôt que politique, l’inspiration de cette épigramme, en réalité, est purement (banalement ?) littéraire et correspond bien au métier du professeur, du rhéteur qu’était Proclos. Bien que ce soit son épouse qui s’exprime, l’auteur en est du reste probablement Proclos lui-même, selon un procédé bien connu. Il fait très largement appel au vocabulaire homérique, détourné de son contexte, voire au vocabulaire de la tragédie et de la poésie, en utilisant soit des mots isolés, comme σορός, δόμος, ἀμφικαλύπτει, des mots souvent rares comme θηητός qu’on connaît par Hésiode et Tyrtée21, soit des expressions comme θύρας φαεινάς qu’on lit à plusieurs reprises dans l’Odyssée22, soit enfin des segments de vers entiers : περισκέπτῳ ἐνὶ χώρῳ, par exemple, se lit au chant I de l’Odyssée23. Cette accumulation d’emprunts donne ainsi une impression érudite quelque peu convenue à l’épigramme, une lourdeur certaine dans l’expression aussi, qui correspond bien, finalement, à une inspiration qui ne brille pas par la modestie. Cette impression est du reste renforcée par l’évocation même du tombeau24. Plus que le luxe des matériaux employés, dont il n’est rien dit, plus même que la qualité supposée de l’exécution, suggérée à propos de la statue du défunt, c’est la visibilité du monument qui est mise en valeur, par sa taille, par ses « portes brillantes » et surtout par sa position, choisie pour le rendre visible : il y a là un côté « parvenu », un étalage à la fois de richesse et de culture.

15La date proposée pour cette inscription ne reposait souvent que sur l’identification à Proculus Pontianus, dont nous avons vu qu’elle n’est pas acceptable. En fait, l’écriture, assez anguleuse et très étroite, nous place à la fin du iiie siècle.

Épitaphe du jeune navigateur (fig. 2)

traces de lettres ἴ[χνεσι]
[- -]ον ὁδεῖτα. • Κοῦρος ἐγὼ καλέω σε, •
θεῷ φίλος, οὐκέτι θνητός. • Ἠίθεος,
κούροι̣[σ]ι̣ν ὁμηλικίῃ πανόμοιος
πλωτ̣[ή]ρων σωτῆρσιν Ἀμυ̣κλαίοισι 5
θ̣εοῖ[σ]ιν, • πλώτηρ καὐ̣[τὸ]ς ἐὼν •
πόντου τ᾽ ἐνὶ κ̣ύμασι[ν] ἥσθην.
Εὐσεβίῃ τρ̣οφέων [δὲ] λαχὼν
τόδε σῆμα, πεπαύμαι • νούσων
καὶ καμάτοιο καὶ ἄχθεος ἠδὲ 10
πόνοιο. • Ταῦτα γὰρ ἐν ζωοῖσιν̣
ἀμείλιχα σάρκες ἔχουσιν· •
ἐν δὲ τεθνε[ι]ῶ̣σιν, ὁμηγύ̣ριές
γε πέλουσιν • δοιαί, τῶν ἑτέρη
μὲν ἐπι̣χθονίη πεφόρηται,
ἡ δ᾽ ἑτέρη τείρεσσι σὺν αἰθερίοισι̣ 15
χορεύει· • ἧς στρατιῆς εἷς εἰμ[ι],
λαχὼν θεὸν ἡγεμονῆα.
L(ocum) P(osuit) S(ibi)
… [arrête] tes pas, passant. Moi, un jeune homme, je t’appelle, moi, cher à la divinité et qui ne suis plus mortel. Non encore marié, tout semblable par l’âge aux jeunes dieux amycléens sauveurs des marins, marin moi-même, j’éprouvais du plaisir sur les flots de la mer.
Mais, ayant obtenu de la piété de mes parents ce tombeau, je suis délivré des maladies, de la souffrance, du souci et de la peine. Tous ces désagréments en effet, chez les vivants, les corps les subissent, mais chez les morts il existe deux groupes : l’un va errant sur la terre, l’autre participe aux évolutions des constellations célestes ; de cette troupe je suis un membre, après avoir obtenu une divinité comme guide. 
  • 25 On trouvera une bibliographie exhaustive sur cette inscription dans IGF 10. Un certain nombre de r (...)
  • 26 Manuscrit Paris lat. 8958, f. 38-39 et 207. Nicolas Claude Fabri de Peiresc (1580-1637), homme pol (...)
  • 27 Jacob Spon, Miscellanea eruditae antiquitatis, sive supplementi gruteriani liber primus, Lyon, Tho (...)
  • 28 (Alexandre) Jules Fauris de Saint-Vincent (1750-1819), homme politique, numismate et antiquaire or (...)
  • 29 IGF 10 pour une bibliographie détaillée.

16La littérature connaît traditionnellement cette inscription sous le nom d’« Épitaphe du jeune navigateur »25. Contrairement à la précédente, elle est certainement, en raison de son matériau, d’origine locale : un calcaire dur, appelé « pierre froide » ou « marbre de Cassis », dont il a même été suggéré naguère qu’il pouvait provenir d’une carrière des collines de Notre-Dame-de-la-Garde, à Marseille. Marin, le défunt n’est pas mort lors d’une traversée, mais à terre et il est lui aussi originaire de la région, si l’on se fie à la formule latine finale L(ocum) S(ibi) P(osuit), à l’absence de tout ethnique et à la mention de ses parents. L’origine exacte et de la pierre (aujourd’hui au musée Granet d’Aix-en-Provence) et du défunt, en revanche, est discutée. L’un des manuscrits de Peiresc laisse entendre, dans une note additionnelle, que la pierre aurait été acquise à Marseille par le grand érudit et humaniste26 en 1613 – mais cette note n’est peut-être pas de la main de Peiresc. Ce dernier l’aurait fait transporter de Marseille à Aix, où il avait son hôtel : ainsi, si l’origine marseillaise de l’épitaphe n’est pas absolument certaine, elle est cependant la plus probable. La première publication en fut faite par Jacob Spon en 168527, puis la pierre disparut. Elle fut retrouvée par Jules Fauris de Saint-Vincent28 en 1786-1787 dans les travaux de démolition de la maison de Peiresc, qu’il avait acquise pour construire son hôtel particulier. Cette inscription a donné lieu à une abondante littérature, pour de multiples raisons, parfois plus symboliques que scientifiques29.

  • 30 Même phénomène, pour de tout autres raisons, pour « le missionnaire Lyon » dont il sera question i (...)

17La première raison, précisément, est de l’ordre du symbole et elle est intéressante pour l’histoire de la réception de l’épigraphie en France, de l’épigraphie grecque en particulier, sans doute du fait du caractère plus « exotique » de cette dernière que l’épigraphie latine. On a en effet fait du défunt, au xixe siècle, une sorte de symbole du Marseillais, ou mieux du Phocéen et de la vocation maritime de la ville : l’inscription y a gagné son titre, ce qui n’est pas si fréquent30. Cette héroïsation tardive, si l’on peut oser l’image, était d’autant plus facile que ce mort est aujourd’hui anonyme et que l’inscription, telle qu’elle nous est parvenue du moins, est presque exclusivement en grec, à l’exception de la formule finale citée plus haut. Reste que ce marin avait un nom, qu’il est probable que ce nom était gravé en tête (la pierre a été arasée en haut lors d’un remploi) et que rien n’exclut que ce dernier, compte tenu de la date de l’inscription, fût latin et non grec.

18Les autres raisons relèvent des interprétations très variées et plus ou moins fantaisistes qui ont été données de l’épigramme. Très tôt en effet, les commentateurs ont prétendu, en particulier derrière les derniers vers, mettre en lumière une doctrine philosophique ou religieuse cohérente. On ne rentrera pas ici dans le détail, en se contentant de rappeler quelques-unes de ces hypothèses : néoplatonisme pour Simon Chardon La Rochette, pythagorisme et croyance à la métempsycose pour Aubin-Louis Millin, culte à mystères et des Cabires de Samothrace pour Friederich Münter, « sabéisme d’origine égyptienne [sic] » pour Creuzé de Lesser, cultes mystiques d’origine orientale pour Jean-Jacques Hatt encore récemment. La multitude de ces interprétations, les syncrétismes que leurs auteurs ont parfois tentés suffiraient à les invalider. Certes, on conviendra sans peine que le défunt professait une croyance en une forme de survie post mortem, on reconnaîtra aussi bien volontiers que l’on peut trouver dans l’épigramme des échos plus ou moins affaiblis de certaines doctrines philosophiques de l’époque impériale, mais rien de vraiment systématique – et c’est bien le caractère systématique de ces tentatives multiples qui les ruine. Car toutes ces interprétations reposent, semble-t-il, sur un contresens et, par-delà les banalités d’usage dans ce genre de littérature funéraire, la doctrine implicite – doctrine est sans doute trop fort – est beaucoup plus traditionnelle qu’on ne l’a dit.

  • 31 Type V 8 7b dans la classification de Peek, GVI.

19Les lignes 14 à 16 distinguent deux catégories de défunts : ceux qui deviennent astres et ceux qui restent sur terre. Il n’est en revanche pas question d’une séparation de l’âme et du corps, la première rejoignant le ciel, le second revenant ou restant sur terre, alors que cette dernière croyance31 apparaît dans de nombreuses épitaphes. De même, rien ne permet de supposer que cette répartition en deux groupes se fasse en fonction des mérites des uns ou des autres : on ne peut discerner dans ce texte aucune trace de jugement moral sur la conduite, bonne ou mauvaise, du défunt. À plus forte raison, il n’est nulle question de rachat : aucune réincarnation n’est suggérée, qui permettrait aux défunts, après s’être améliorés moralement, de se détacher définitivement de leur enveloppe charnelle : toute idée de métempsycose ou de pythagorisme est ainsi à exclure. Nulle raison n’existe, apparemment du moins, pour cette séparation des défunts en deux groupes.

  • 32 Properzio, Cults and Mythology of Marseilles, p. 122-124, pour une fois bien inspiré, se garde des (...)
  • 33 Sur la peur de la mer et de la mort lors d’un naufrage, voir Homère, Odyssée, 5, 308-312, Hésiode, (...)
  • 34 Vérilhac, ΠΑΙΔΕΣ ΑΩΡΟΙ, p. 220-225.
  • 35 GVI 357, Rome, 961, Makestos, 1483, Soada.

20Le défunt est un marin32, et on notera en passant que contrairement à ce que nous avons l’habitude de lire dans ce genre de texte, le métier de la mer n’est pas dévalorisé33, bien au contraire : le jeune homme y trouvait, dit-il, du plaisir, ἥσθην. Ce marin est mort jeune – on ne dit rien de son âge exact, mais ce n’est sans doute plus un enfant et il est « mort avant le mariage ». Il faut, je crois, garder ce sens précis au mot ἠίθεος, lequel est souvent traduit de façon plus large par « jeune garçon » et on aurait pu ici penser, dans le contexte maritime, au mousse ; la mort avant le mariage est un thème récurrent de la poésie funéraire et l’insistance sur le rôle des parents, a contrario, met l’accent sur l’absence d’une épouse. Le jeune homme a eu le privilège de n’être pas mort en mer – on sait l’importance de cette terreur que reflètent d’innombrables épitaphes ou textes littéraires – et il a été inhumé dans un tombeau par ses parents, dans sa patrie. Selon une thématique ancienne et banale, qui remonte au moins à l’Odyssée, la mort l’a libéré des maux inhérents à la condition humaine et il a rejoint les constellations (τείρεσσι σὺν αἰθρίοισι). Anne-Marie Vérilhac, par exemple, a relevé de multiples exemples de cette image dans l’épigraphie funéraire, et cela pour des jeunes gens comme des jeunes filles, qui échappent ainsi, d’une certaine façon, à l’anéantissement (οὐκέτι θνητός)34. Tous ces thèmes, on les rencontre dans des épitaphes de toutes régions et de toutes époques, il suffit de se reporter au recueil de Werner Peek35.

  • 36 Amyclées de Laconie est la patrie de Tyndare, père des Dioscures.
  • 37 Hymne aux Dioscures 1, v. 6-7 : σωτῆρας τέκε παῖδας ἐπιχθονίων ἀνθρώπων ὠκυπόρων νεῶν.
  • 38 Les Dioscures, v. 6-8.
  • 39 Voir Guyr, LIMC, s. v. « Dioskouroi, Castores ».

21Que les épitaphes sur le thème de l’assimilation stellaire (aux Dioscures ou à d’autres divinités) soient en général celles de défunts morts jeunes – ni enfants ni adultes faits, c’est-à-dire mariés et si possible pères ou mères de famille – n’est cependant pas sans signification. Car l’épigramme de Marseille est de fait bâtie sur un parallèle avec la tradition mythologique concernant les Dioscures, nommés ici les dieux amycléens36. Or les jumeaux Castor et Pollux sont des dieux juvéniles et des dieux vierges. De plus, comme le rappelle l’épigramme, ce sont des dieux marins, protecteurs des navires et des navigateurs. Cette fonction, que l’on connaît par de très nombreuses inscriptions, votives ou prophylactiques, par une foule de reliefs ou d’ex-voto, est très ancienne, puisque le premier témoignage remonte à l’Hymne homérique37, et que Théocrite la met en valeur dans le prologue de son Hymne aux Dioscures38, où il les qualifie de ἀνθρώπων σωτῆρας […] ἵππων θ᾽ […] νηῶν θ᾽ […]. Dans le même temps, ce sont des dieux célestes, devenus par la volonté de Zeus la constellation des Gémeaux : la présence, sur les reliefs, de deux étoiles surmontant leur pilos en est le symbole. Castor et Pollux jouent enfin, surtout à partir du iie siècle de notre ère et dans la partie occidentale de l’Empire, un rôle funéraire capital. Les Castores latins39 furent très tôt intégrés au panthéon romain, sans doute vers 500 avant J.-C. Ils apparaissent souvent sur les monuments funéraires sous les traits de jeunes hommes armés de la lance ou de dieux cavaliers. En Gaule romaine, ils assimilèrent avec une rapidité exceptionnelle des divinités locales mal identifiées et acquirent très tôt une grande popularité, dont témoigne une multitude de représentations, tant funéraires que votives. On soulignera enfin que, dans la tradition, ce ne sont pas de véritables jumeaux. Le père de Castor, en effet, est Tyndare, il est donc, à l’origine, mortel ; Pollux, en revanche, dont le père est Zeus, est immortel. Cependant, un peu comme Héraclès et pour les mêmes raisons (leur caractère protecteur, de plus en plus mis en avant), ils seront tous deux élevés au rang d’immortels. Dans la tradition romaine, c’est paradoxalement Castor qui tient le premier rôle, comme en témoigne le nom du couple, Castores, alors que le terme Dioscuri n’est jamais utilisé en latin. Cette apothéose fait que leur rôle astral devient premier, selon une tradition qui remonte au moins à l’Hélène d’Euripide, au vers 140 : ἄστροις σφ᾽ ὀμοιωθέντε φάσ᾽ εἶναι θεώ, « on les dit devenus dieux changés en astres ».

  • 40 Guarducci, Inscriptiones Creticae III, p. 120 ; GVI 1249.

22Le parallèle entre ce qui est dit du jeune défunt et l’évocation des Dioscures se justifie donc parfaitement. C’est un marin comme eux et comme eux il est mort vierge. Comme Castor, auquel sa mort prématurée l’assimile, il devient un être tout à la fois astral et immortel. Car il s’identifie bien au seul Castor : le mot θεόν est au singulier. Il faut ainsi admettre que l’inspiration de cette épigramme, qui révèle l’héroïsation du défunt, est avant tout littéraire, exercice poétique nourri de références mythologiques et ne manquant pas de virtuosité. Que l’on puisse, en arrière-plan, distinguer des croyances d’ordre religieux n’a rien qui puisse étonner. Mais l’inspiration de l’auteur fait une large place à des thèmes tout à fait traditionnels, où l’on a du mal à identifier l’influence de courants philosophiques ou religieux actifs au iiie siècle, date que l’on peut assigner à l’épitaphe sur des critères paléographiques. Peut-être pourrait-on y discerner, comme le suggère Vérilhac, une forme de stoïcisme vulgarisé : le mort est assimilé aux corps célestes et l’on peut relever l’absence de toute récrimination face à cette mort prématurée et de toute mention du chagrin des parents, ce qui n’est pas courant. Qu’il y ait cependant, à la base, un modèle littéraire ne fait guère de doute. Une épitaphe d’Itanos en Crète40, plus ancienne puisqu’elle date de la fin du iie ou du début du ier siècle avant J.-C., propose des variations analogues sur les mêmes thèmes, parfois avec les mêmes mots : πόντου κυμαίνοντος, πρὸς ἠίθεου νέον ἠρίον, en évoquant ainsi les Dioscures mortels devenus dieux immortels, rapprochés ici du défunt, καὐτος.

Épigramme funéraire de Ioulianos Euteknios, de Laodicée (fig. 3)

  • 41 IGF 143.

23Le troisième texte sur lequel on s’arrêtera provient de Lyon et il date de la même époque que les deux précédents, soit le iiie siècle41.

24La pierre a été trouvée en juillet 1974 dans les fouilles de l’ancienne basilique de Saint-Just, en remploi dans les fondations d’un bâtiment qui devint, après la fin de l’époque carolingienne, une chapelle funéraire. Il s’agit en fait d’un second remploi : comme en témoigne le vestige d’une crapaudine, le monument funéraire avait d’abord été réutilisé comme seuil. La pierre est un calcaire dur de couleur blanchâtre, le « choin », qui fut très utilisé dans les constructions lyonnaises dès l’Antiquité. Le champ de l’inscription, poli avec soin, est encadré d’une cannelure. Le texte est gravé sur deux colonnes, dont seule celle de gauche est bien conservée. À gauche toujours, présence d’une profonde niche avec arcade, où devait être encastré un portrait et dont la correspondante à droite a disparu. Il ne s’agit donc pas d’une stèle funéraire, mais du vestige d’un mausolée, comme on sait qu’il en existait un certain nombre dans les nécropoles lyonnaises.

25La signification de cette épigramme, ou plus précisément la définition de la profession de Ioulianos Euteknios a fait, dès la découverte de la pierre, couler beaucoup d’encre. La polémique qui en est résultée, sur laquelle nous reviendrons, n’est pas sans intérêt, une fois encore, pour l’histoire de la discipline. Mais auparavant, on fera quelques remarques sur l’identité du défunt.

  • 42 IGF 144, [Σεπτι]μία Ἰουλι[ανή] ; IGF 141, épitaphe bilingue de Θαῖμος ὁ καὶ Ἰουλιανὸς Σαάδου. Nomb (...)

26Le nom Ἰουλίανος est particulièrement fréquent chez les Syriens, et on en connaît à Lyon un, voire deux autres exemples dans l’épigraphie grecque42. L’épitaphe de Septimia Ioulianè, par son père Septimios Aitètos et sa mère Septimia Roufina, en effet, n’est pas de façon absolument certaine celle d’une jeune Orientale. Thaïm, fils de Saad, encore appelé Ioulianos, à l’épitaphe bilingue, est en revanche un commerçant syrien, né à Atheila en Syrie du Sud et qui se revendique bouleute de la ville de Canotha. Entre ces deux hommes, l’un du sud, l’autre du nord de la Syrie, la formule onomastique est cependant bien différente. Thaïm revendique son origine étrangère dans son nom : Ioulianos n’est qu’un surnom, un supernomen. Son intégration dans la société lyonnaise paraît faible : il serait ce qu’on appellerait un expatrié, peut-être de fraîche date. En tout cas il ne paraît pas avoir tissé des liens avec sa ville de résidence et n’y a certainement rempli aucune fonction. Le Laodicéen, de son côté, a perdu ou fait disparaître toute référence sémitique dans son nom ; il n’a même plus de patronyme explicite. De simple surnom chez Thaïm, Ἰουλιανός est devenu un nom personnel à part entière, marque d’une acculturation au monde romain plus poussée – ce qui ne signifie pas, on le verra, une intégration plus forte à la société lyonnaise.

  • 43 LGPN, s. v.
  • 44 Klengel, Syria Antiqua, p. 94.
  • 45 Kajanto, Latin Cognomina et Supernomina.
  • 46 Expositio, Rougé éd., p. 251.
  • 47 Demeure le fait que, là encore contrairement à Thaïm, l’auteur de l’épigramme n’a pas cru nécessai (...)

27Εὐτέκνιος, que l’on pourrait traduire par « heureux dans ses enfants » ou « attentif à ses enfants », plus vaguement par « heureux père », est un signum, un sobriquet extrêmement rare. Les volumes parus du LGPN43 permettent de repérer un rhéteur d’origine et d’époque précise inconnues, auteur d’une paraphrase en prose de deux poèmes didactiques de Nicandre de Colophon, Θηριακά et Ἀλεξιφαρμακά, ainsi que d’un poème d’Oppien de Syrie, Κυνηγετικά, ce qui le place au plus tôt à la fin du iiie siècle. Euteknéia, Bonheur Familial, est une allégorie féminine qui figure sur une mosaïque de Philippopolis44, aux côtés de Justice et de Philosophie : nous sommes encore en Syrie, Syrie du Sud plus précisément et toujours au iiie siècle. Le rapprochement avec cette allégorie renforce la charge symbolique indéniable du supernomen qu’est Euteknios tel que le définit Iiro Kajanto45 – et cela n’a pas été sans conséquence sur l’interprétation générale du texte. Ioulianos Euteknios est de la ville de Laodicée, dite Laodicée de Syrie ou Laodicée-sur-Mer, aujourd’hui Lattaquié en Syrie du Nord, fondée par Séleucos I vers 400-399. Malgré des conditions naturelles peu favorables, la ville prit une importance économique considérable : au témoignage de l’Expositio totius mundi et gentium46, la cité exportait en particulier des tissus de lin. D’après son épitaphe, Ioulianos appartenait à une famille de notables, tant du côté paternel (ἔντιμος) que maternel (δόξα ὁμοίη) – mais, de ce point de vue, l’épitaphe se contente de généralités, Jean Pouilloux parle de « discrétion ». À la différence de Thaïm, il ne semble pas avoir exercé de charges publiques à Laodicée, ni à Lyon d’ailleurs ; nous ne savons rien, non plus, à propos de son père. Son intégration à la société lyonnaise paraît inexistante, en tout cas encore moins poussée que celle de Thaïm. Car si ce dernier peut être qualifié d’expatrié, Ioulianos se présente lui-même comme un itinérant. Thaïm cite explicitement, en latin et en grec, Lugdunum, où il a des entrepôts, tandis que Ioulianos ne mentionne pas la ville et se contente d’une allusion assez générale aux Celtes. À vrai dire, le seul indice, ténu, d’une installation pour une certaine durée à Lyon repose précisément sur son épitaphe : Ioulianos aurait pu mourir à Lyon au hasard de ses pérégrinations, mais le monument lui-même, qui n’est pas une simple stèle, mais un mausolée avec un ou plusieurs portraits, l’épitaphe, rédigée en grec et au caractère littéraire réel, plaident plutôt en faveur d’une implantation plus durable47.

  • 48 Les différentes hypothèses sont très visibles dès que l’on compare les titres des articles consacr (...)
  • 49  Guarducci, « Il missionario », p. 843-852 ; « L’epitafio del missionario Euteknios », p. 494-498 ; (...)
  • 50 Jones, « L’inscription de Saint-Just », p. 119-127 ; « A Syrian in Lyon », p. 336-353.

28Reste la double question centrale que pose cette épigramme : quel est le métier de Ioulianos et quelle religion professe-t-il ? Deux questions qui sont intimement liées. Si l’on veut résumer les faits – la bibliographie est imposante –, deux thèses se sont affrontées très vite après la première publication48. Celle de Margherita Guarducci49, qui en fait, pour traduire ses propres termes, « l’épitaphe certainement chrétienne d’un missionnaire évangélisateur », celle de Christopher Jones, « Euteknios était un commerçant syrien »50. Pour aller plus loin, me semble-t-il, il faut d’abord tenter d’établir ce sur quoi les différents commentateurs s’accordent et ensuite s’interroger sur la notion, centrale à mes yeux et sur laquelle je reviendrai, de crypto-christianisme.

  • 51 La formule est peu banale et cette mention elle-même a fait problème. Le terme, au iiie siècle, n’ (...)
  • 52 L’épigrammatiste aurait pu tirer parti d’une énumération de produits « orientaux », épices et arom (...)

29Premier point, donc. Chacun s’accorde à penser que Ioulianos est – exclusivement, principalement ou accessoirement – un négociant syrien, sans doute installé temporairement à Lyon plutôt que simplement de passage. Il a beaucoup voyagé de par le monde – encore que l’épigramme reste curieusement très discrète sur les pays visités, puisque seul celui des Celtes est mentionné51 ; il a connu les dangers de la mer – mais il s’agit là d’un topos ; il a transporté des produits orientaux – mais lesquels ? Là encore l’épigramme ne le dit pas, ce qui peut surprendre. En résumé, l’une des caractéristiques du poème, autant que nous puissions en juger du fait qu’il nous en manque la moitié, est sa retenue et le refus des enjolivements52. De même, les adjectifs qui qualifient son caractère – δίκαιος, χρηστός – peuvent être banals comme avoir un sens en quelque sorte plus technique. Comme la référence à la persuasio, πειθώ, ils conviennent pour décrire un négociant très habile, certes, mais, et après tout on ne peut dire le contraire sur une épitaphe, honnête.

  • 53 Reynaud, Audin et Pouilloux, « Une nouvelle inscription grecque à Lyon », p. 49-75. La formule est (...)
  • 54 Jones, « L’inscription de Saint-Just », p. 125.

30Il est clair aussi que Ioulianos était ce que nous appellerions un grand négociant, un entrepreneur et non pas un petit boutiquier ou un « marchand de toiles ou d’aromates », pour reprendre la formule du premier éditeur Jean Pouilloux53. Qu’il ait eu des prétentions intellectuelles et du goût pour la rhétorique n’a rien qui puisse étonner, même si les appréciations des Modernes sur la valeur littéraire de l’épigramme sont partagées : « La qualité littéraire n’est pas telle qu’on puisse parler de poésie […]. L’expression témoigne d’une recherche certaine, sinon d’originalité », écrit Pouilloux, tandis que Jones y reconnaît une œuvre au « contenu très littéraire » d’un auteur « moyennement cultivé »54. Les deux savants ont relevé les échos à l’Iliade et à l’Odyssée, les emplois de mots ou formes rares : ἔντιμος est un terme quasi exclusivement classique, βροτός est en général employé au pluriel. De même ont-ils mis l’accent sur des procédés poétiques appartenant à une rhétorique plus générale : Εὐτέκνιος, mis en valeur en début de vers, ce qui n’est pas à la place normale du signum, opposition de l’Orient et de l’Occident, de la γῆ et de la χθών, etc. Mais ils ont souligné aussi, en particulier Jones, les nombreuses maladresses de métrique.

31Second point d’accord. S’il est chrétien, Ioulianos dissimule bien sa foi, c’est un « crypto-chrétien ». La pierre, en effet, ne porte aucun signe implicite ou explicite d’adhésion au christianisme, par exemple dans son décor – chrisme, agneaux, colombes, fontaine jaillissante, etc. De surcroît le texte de l’épitaphe n’a rien, non plus, d’explicitement chrétien, tous en conviennent et c’est à partir de là que les interprétations divergent.

  • 55 Les maigres vestiges conservés interdisent toute restitution et toute construction grammaticale.
  • 56 Guarducci, « Il missionario », p. 848 : « A questi indizi già raccolti dal Pouilloux vorrei ora ag (...)
  • 57 Outre IGF 143, voir IGF 147 et 149-152. Que ce phénomène se manifeste essentiellement à Lyon n’est (...)

32Pour les tenants d’une lecture que l’on n’ose dire naïve, Ioulianos est un négociant, sans doute un païen, et il faut lire l’épigramme, qui fait un éloge somme toute modéré de ses succès professionnels, au premier degré, sans rechercher un sens caché. Les autres sont contraints d’admettre que le texte est à double sens et qu’il faut décrypter le vocabulaire dans le détail, étant entendu que la foi chrétienne, à l’époque où la pierre a été gravée, ne peut être affirmée publiquement. Cette hypothèse a des conséquences sur la date proposée pour l’inscription. De manière symptomatique, les tenants les plus ardents d’un Ioulianos missionnaire chrétien sont aussi ceux qui suggèrent la date la plus haute, comme s’il fallait à toute force la rapprocher du peu qu’on sait du christianisme à Lyon, les martyrs de 177 et l’apostolat d’Irénée. À partir du moment où l’on pose, comme Guarducci, que l’interpretatio difficilior, le sens caché, est le véritable, le reste va de soi – mais c’est justement ce principe qu’il est impossible, me semble-t-il, de fonder, étant donné l’état dans lequel nous est parvenue l’inscription. Je ne suis pas convaincu, en effet, qu’il faille ruiner les uns après les autres tous les arguments avancés par la savante italienne dans son analyse – la place manquerait ici. Qu’il suffise de rappeler qu’elle trouve ceux qu’elle juge les plus solides dans la colonne 2, la partie la plus détériorée de notre texte, dont nombre de commentateurs ont renoncé à tirer quoi que ce soit. En outre ces arguments, pris individuellement, ne sont guère solides. Guarducci, par exemple, interprète, ligne 21, le mot υἱός qu’elle écrit d’ailleurs Υἱός avec une majuscule, comme une allusion au Christ Fils de Dieu55. Elle voit dans le surnom Euteknios une allusion à la prêtrise, Ioulianos étant le père de sa communauté – alors que, nous l’avons vu, ce nom, au féminin, n’a pas une coloration exclusivement chrétienne. Quant à l’adjectif πανμακ[αριστός], ligne 18, qu’elle affirme d’emploi purement chrétien, les références multiples fournies par Jones rendent l’argument caduc. Plus fondamentalement, c’est l’ensemble du raisonnement qui est ou risqué ou vicieux. Guarducci le pousse en effet jusqu’à l’absurde, puisqu’elle affirme que la probabilité que Ioulianos ait été chrétien fournie par la colonne 1 se mue en certitude à lire la colonne 256, alors même que la colonne 1 est intacte et que la colonne 2 est réduite à des lettres isolées. J’ai du mal, contrairement à beaucoup d’autres, à accepter ce « saut méthodologique » qui me paraît relever de l’intime conviction, voire du préjugé, plutôt que de la démonstration, d’autant que Guarducci force le trait en donnant à Ioulianos une forme de statut officiel de missionnaire. À cet égard, elle est sans doute la dernière représentante d’un courant issu des travaux de Franz Cumont et que je qualifierai d’orientalisant. Ces savants ont voulu prouver que toute une série de textes, surtout funéraires, latins, mais surtout grecs, épigrammatiques ou prosaïques, avaient un sens caché, qu’ils étaient cryptés pour dissimuler des croyances d’origine orientale – et parmi elles la foi chrétienne. Plusieurs inscriptions grecques de Lyon ont ainsi été interprétées57. À chaque fois on peut, sans difficulté, donner une lecture plus directe et plus simple. On ajoutera enfin que Guarducci, pour étayer son analyse, fait appel à des notions philosophiques et théologiques tirées d’écrivains – Eusèbe, Augustin, Lactance – de dates et d’inspirations très différentes, parfois postérieurs à la date qu’elle assigne à l’inscription : elle fait de son missionnaire un théologien hors pair, alors qu’on a l’impression, à lire l’épigramme dans sa première partie, que Ioulianos était plus familier de la poésie grecque que des traités des Pères de l’Église.

  • 58 Anderson, « Julianus of Laodicea », p. 202.
  • 59 Pour Solon et Thalès, Plutarque, Vie de Solon, 2, 1 et 2, 8 ; pour Proclos, Philostrate, Vie des s (...)
  • 60 BullÉp, 1979, 663.

33Qu’en conclure, alors même, pour citer Pouilloux, que « le versificateur a véritablement réussi dans son entreprise, maintenant partout l’ambiguïté » ? Graham Anderson, dans une tentative désespérée pour concilier les points de vue, suggère que Ioulianos avait une double activité, de commerçant et de rhéteur58. La chose est possible, et l’histoire nous en donne maints exemples, de Solon et Thalès au sophiste Proclos de Naucratis ou à l’hérétique Marcion, nauclère de profession59. Peut-on aller plus loin et le qualifier, comme le fait Louis Robert, de « grand commerçant acquis à la foi nouvelle »60 ? J’en doute encore, même si l’on peut, comme le grand épigraphiste, « se permettre d’être intrigué par des allusions, des marques d’un certain ton ».

 

  • 61 Decourt, Gascou et Guyon, « L’épigraphie », p. 160-216.
  • 62 IGF 155-158.

34Ces trois épigrammes du corpus français, on l’aura compris, ne nous disent guère, à elles seules, sur la pénétration de l’hellénisme en Gaule, dans la mesure où deux d’entre elles concernent des étrangers, des Orientaux, et où de surcroît, elles sont de date (le iiie siècle) relativement tardive. On aurait pu attendre plus d’informations de Marseille. Mais l’épigraphie grecque de cette cité est pauvre et, comme les trois inscriptions dont nous venons de parler, elle date pour l’essentiel de l’époque impériale (à trois exceptions près) ; on n’y connaît du reste que trois épigrammes61. C’est finalement et de façon paradoxale, à Autun, et toujours pour une époque tardive, que la culture grecque se manifeste de façon la plus visible, avec la mosaïque d’Anacréon, Épicure et Métrodore, d’une part, avec, d’autre part, l’épigramme chrétienne de Pektorios62.

35L’intérêt majeur de ces trois textes réside donc, on l’aura compris, moins dans ce qu’ils nous disent que dans l’image de l’épigraphie qu’ont donnée, à travers eux, des générations de savants.

Figure 1. IGF 50-Épigramme funéraire de Proclos ; British Museum, Londres inv.1106. Photo British Museum.

Figure 1. IGF 50-Épigramme funéraire de Proclos ; British Museum, Londres inv.1106. Photo British Museum.

Figure 2. IGF 10-Épigramme funéraire du Jeune Navigateur ; Musée Granet, Aix-en-Provence, inv. 94. Photo Centre Camille-Jullian (Folliot).

Figure 2. IGF 10-Épigramme funéraire du Jeune Navigateur ; Musée Granet, Aix-en-Provence, inv. 94. Photo Centre Camille-Jullian (Folliot).

Figure 3. IGF 143-Épigramme funéraire de Ioulianos Euteknios ; Musée de la civilisation gallo-romaine, Lyon. Photo Musée de la civilisation gallo-romaine (Thioc)

Figure 3. IGF 143-Épigramme funéraire de Ioulianos Euteknios ; Musée de la civilisation gallo-romaine, Lyon. Photo Musée de la civilisation gallo-romaine (Thioc)

Bibliographie

Allmer Auguste et Dissard Paul, Musée de Lyon. Inscriptions antiques, Lyon, Delaroche, 1888-1893.

Anderson Graham, « Julianus of Laodicea : rhetor or trader », JHS, no 102, 1982, p. 202.

Decourt Jean-Claude, IGF - Les inscriptions grecques de la France, Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 2004.

—, « Le bilinguisme des inscriptions grecques de la Gaule », Le bilinguisme gréco-latin en épigraphie, actes du colloque de Lyon, avril 2004, J.-C. Decourt, F. Biville et G. Rougemont éd., Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 2008, p. 305-319.

Decourt Jean-Claude, Gascou Jean et Guyon Jean, « L’épigraphie », Carte archéologique de la Gaule. Préinventaire archéologique, 13/3, Marseille et ses alentours, M.-P. Rothé et H. Tréziny éd., Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, 2005, p. 160-216.

Desgraves Louis, Élie Vinet humaniste de Bordeaux : 1509-1587, vie, bibliographie, correspondance, bibliothèque, Genève, Droz, 1977.

Étienne Roland et Mossière Jean-Claude éd., Jacob Spon. Un humaniste lyonnais du XVIIe siècle, Lyon, Publications de la bibliothèque Salomon-Reinach, 1993.

De Fonscolombe Marcellin, Notice sur M. de Saint-Vincens, Président de la Cour royale d’Aix, associé règnicole de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Aix-en-Provence, A. Pontier, 1820.

Fraser Peter M. et Matthews Elaine éd., A Lexicon of Greek Personal Names, Oxford, Oxford University Press, 1987-.

Gascou Jean, ILN - Aix-en-Provence, Paris, CNRS Éditions, 1995.

Gassendi Pierre, Viri illustris Nicolai Claudii Fabricii de Peiresc, senatoris Aquisextiensis vita, La Haye, A. Vlacq, 16553.

Guarducci Margherita, Inscriptiones Creticae III, Rome, Libreria dello Stato, 1942.

—, « Il missionario di Lione », MEFRA, no 88, 1976, p. 843-852.

—, « L’epitafio del missionario Euteknios a Lugdunum », Epigrafia Graeca IV, Rome, Istituto poligrafico dello Stato, 1976.

—, « L’épitaphe du missionnaire de Lyon », Dictionnaire encyclopédique du christianisme ancien I, A. Di Berardino et F. Vial éd., Paris, Le Cerf, 1990, p. 837-838.

Jehasse Jean, « Les fouilles d’Aléria », CRAI, no 105/2, 1961, p. 363-379.

Jones Christopher P., « L’inscription grecque de Saint-Just », Les martyrs de Lyon, actes du colloque, Lyon, 20-23 septembre 1977, J. Rougé et R. Turcan éd., Paris, CNRS Éditions, 1978, p. 119-127.

—, « A Syrian in Lyon », AJPh, no 99, 1978, p. 336-353.

Kajanto Iiro, Supernomina. A Study in Latin Epigraphy, Helsinki, Helsingfors, 1966.

—, The Latin Cognomina, Helsinki, 1965 (réimpression, Rome, Breitschneider, 1982).

Klengel Horst, Syria Antiqua. The Art of Ancient Syria. Pre-Islamic Monuments of the Syrian Arab Republic, New York - Londres, Barnes, 1972.

Lattimore Richmond, Themes in Greek and Latin Epitaphs, Urbana, University of Illinois Press, 1962.

Miller Peter N., Peiresc’s Europe : Learning and Virtue in the Seventeenth Century, New Haven - Londres, Yale University Press, 2000.

Moretti Luigi, Inscriptiones Graecae Urbis Romae, Rome, Bardi (Studi pubblicati dall’Istituto italiano per la Storia antica), 1968-1990, 4 volumes.

Peek Werner, Griechiche Vers-Inschriften, Berlin, Akademie Verlag, 1955.

Properzio Paul Joseph, Evidence for the Cults and Mythology of Marseilles from its Foundation to the Fall of the Roman Empire in the West from Ancient Literary, Epigraphical, Numismatic and Archaeological Testimonia, thèse, Loyola University, Chicago, 1982.

Reynaud Jean-François, Audin Aimable et Pouilloux Jean, « Une nouvelle inscription grecque à Lyon », JS, 1975, p. 49-75.

Roman Danièle et Yves, Histoire de la Gaule, une confrontation culturelle (VIe siècle av. J.-C. - Ier siècle apr. J.-C.), Paris, Fayard, 1997.

Rougé Jean éd., Expositio totius mundi et gentium, Paris, Le Cerf, 1966.

Spon Jacob, Miscellanea eruditae antiquitatis, sive supplementi gruteriani liber primus, Lyon, Thomas Amaulry, 1685.

Tamizey de Larroque Philippe éd., Lettres de Peiresc, Paris, Imprimerie nationale, 1888-1898.

Vérilhac Anne-Marie, ΠΑΙΔΕΣ ΑΩΡΟΙ. Poésie funéraire grecque, Athènes, Académie d’Athènes, 1978.

Notes

1 Decourt, IGF. Sauf mention contraire, toutes les dates des inscriptions mentionnées sont après J.-C.

2 Sur la question du bilinguisme des inscriptions grecques de la France, voir Decourt, « Le bilinguisme », p. 305‑319.

3 Sur cette question qui a donné lieu naguère à polémiques, voir Roman, Histoire de la Gaule, p. 52-53 et 357-359.

4 Irénée, Aduersus Haereses I 3, Rousseau et Doutreleau éd. : « Tu n’exigeras de nous qui vivons chez les Celtes et qui, la plupart du temps, traitons nos affaires en dialecte barbare […]. »

5 IGF 156-158, mosaïque avec les portraits et des citations d’Anacréon, Métrodore et Épicure, à dater de la fin du iie siècle.

6 Par exemple, à Lyon, IGF 141 et 143, et à Autun, IGF 155.

7 Bibliographie des recherches dans IGF 68, nos 1-48 ; une édition de ces graffites serait en cours d’élaboration. En 68-2, Poulymachos se présente comme τεκτονικῆς μέτοχος. Les dédicaces sur les quelque 600 vases du sanctuaire de Lacapte sont datées de la fin du iie et surtout du ier siècle av. J.-C.

8 Béziers : IGF 131, tombe du ῥήτωρ Artémidôros, par son frère Philôn, lui aussi rhéteur, tous deux Μοψεάτης ; Marseille : IGF 17, le καθηγητής T. Flavius Neikstratos, et 50, Proclos, infra.

9 Lyon : supra note 6 ; Nîmes, IGF 100-117 ; voir aussi à Lyon l’épitaphe du jeune gymnaste, γυμνικός, Gorgonios, IGF 142.

10 IGF 4 et 10.

11 IGF 11 (Marseille) et 118 (Nîmes).

12 IGF 92, Die et Montélimar ; 73, Fréjus ; 119, Nîmes ; 145, Lyon.

13 IGF 155, ive siècle.

14 IGF 137, signalée dès 1534 par P. Bienewitz / P. Apianus (1531-1589) ; copiée en 1540 par Élie Vinet (1509-1587), publiée par lui dans L’Antiquité de Bourdeaus et de Bourg, presentée au roi Charle neufiesme, le 13e jour […] d’avril l’an 1565, à Bourdeaus, et lhors premierement publiée, mais depuis reveuë et augmentée, et à ceste autre impression enrichie de plusieurs figures, Bordeaux, S. Millanges, 1574 ; sur Vinet, voir Desgraves, Élie Vinet humaniste. Ce « ioli distique grégeois » n’était plus lisible dès 1575. Lucilla est morte en couche avec l’un de ses jumeaux.

15 IGF 9, du iie siècle, au musée Borély de Marseille.

16 IGF 50 avec une bibliographie détaillée.

17 Gascou, ILN - Aix-en-Provence, no 42.

18 Moretti, IGUR IV, no 1316.

19 On a parfois confondu ce James Millingen (1774-1848), numismate, archéologue et historien anglais, avec Aubin-Louis Millin de Grandmaison (appelé habituellement Millin, 1759-1818), naturaliste et érudit français qui voyagea dans le sud de la France et publia, dans son Magasin encyclopédique ou Journal des sciences, des lettres et des arts (an III -avril 1816), un certain nombre d’inscriptions latines, grecques ou gauloises qu’il avait vues personnellement ou pas ; cette confusion, accrue par le fait que les deux savants publièrent un ouvrage en commun, renforçait l’idée que cette inscription était connue depuis longtemps et était d’origine provençale.

20 On connaît mal, pour cette époque, les rhéteurs, à la différence de ceux des périodes précédente et surtout suivante. On sait en revanche, ne serait-ce que par Strabon (IV, 1, 5), toute l’importance de l’école marseillaise à la fin de la République et aux débuts de l’Empire : on peut voir là peut-être l’une des raisons qui ont conduit à attribuer cette inscription à Aix-en-Provence.

21 Hésiode, Théogonie, 31 ; Tyrtée, Fragments, Bergk éd., 10, 29. On le trouve aussi chez Pindare, Pyth. 4, 80, Ol. 3, 36, et Callimaque, Hymne à Diane, 141.

22 Odyssée, VI, 19, par exemple.

23 Odyssée, I, 426.

24 Sur ce point voir Lattimore, Themes, § 62.

25 On trouvera une bibliographie exhaustive sur cette inscription dans IGF 10. Un certain nombre de références n’ont plus guère qu’un intérêt anecdotique, mais demeurent intéressantes pour l’histoire de la discipline et la réception de l’épigraphie grecque de la France.

26 Manuscrit Paris lat. 8958, f. 38-39 et 207. Nicolas Claude Fabri de Peiresc (1580-1637), homme politique, voyageur, érudit, grand épistolier, « Prince de la République des Lettres », s’intéressa en particulier à la numismatique, à l’épigraphie et à l’archéologie : sur Peiresc, voir Gassendi, Viri illustris Nicolai Claudii Fabricii de Peiresc ; Tamizey de Larroque, Lettres de Peiresc ; Miller, Peiresc’s Europe.

27 Jacob Spon, Miscellanea eruditae antiquitatis, sive supplementi gruteriani liber primus, Lyon, Thomas Amaulry, 1685, p. 127 ; sur Spon, voir Étienne et Mossière éd., Jacob Spon.

28 (Alexandre) Jules Fauris de Saint-Vincent (1750-1819), homme politique, numismate et antiquaire originaire d’Aix-en Provence. Sur Fauris de Saint-Vincent, voir Fonscolombe, Notice sur M. de Saint-Vincens.

29 IGF 10 pour une bibliographie détaillée.

30 Même phénomène, pour de tout autres raisons, pour « le missionnaire Lyon » dont il sera question infra. Ces deux textes sont porteurs, malgré eux bien entendu, d’une forte charge symbolique qui dépend largement de l’interprétation que tel ou tel savant donne au contenu même du texte.

31 Type V 8 7b dans la classification de Peek, GVI.

32 Properzio, Cults and Mythology of Marseilles, p. 122-124, pour une fois bien inspiré, se garde des errements signalés supra et donne une interprétation très prosaïque, quoique limitée, de l’épitaphe : le défunt est un marin et, dans cette cité d’armateurs, il est normal que nous ayons le témoignage d’un culte aux Dioscures, dieux marins. Il laisse entendre, in fine, que ce marin n’était pas aussi sot qu’on aurait pu le penser : « We learn in his epitaph that he possessed a deeply religious soul, and believed in after-life » !

33 Sur la peur de la mer et de la mort lors d’un naufrage, voir Homère, Odyssée, 5, 308-312, Hésiode, Travaux, 687, et la liste des textes de l’Anthologie relevée par Lattimore, Themes, § 53.

34 Vérilhac, ΠΑΙΔΕΣ ΑΩΡΟΙ, p. 220-225.

35 GVI 357, Rome, 961, Makestos, 1483, Soada.

36 Amyclées de Laconie est la patrie de Tyndare, père des Dioscures.

37 Hymne aux Dioscures 1, v. 6-7 : σωτῆρας τέκε παῖδας ἐπιχθονίων ἀνθρώπων ὠκυπόρων νεῶν.

38 Les Dioscures, v. 6-8.

39 Voir Guyr, LIMC, s. v. « Dioskouroi, Castores ».

40 Guarducci, Inscriptiones Creticae III, p. 120 ; GVI 1249.

41 IGF 143.

42 IGF 144, [Σεπτι]μία Ἰουλι[ανή] ; IGF 141, épitaphe bilingue de Θαῖμος ὁ καὶ Ἰουλιανὸς Σαάδου. Nombreux exemples dans l’épigraphie latine de Lyon : consulter, par exemple, l’index d’Allmer et Dissard.

43 LGPN, s. v.

44 Klengel, Syria Antiqua, p. 94.

45 Kajanto, Latin Cognomina et Supernomina.

46 Expositio, Rougé éd., p. 251.

47 Demeure le fait que, là encore contrairement à Thaïm, l’auteur de l’épigramme n’a pas cru nécessaire d’en donner une traduction latine, ce qui ne laisse pas d’intriguer. Faut-il supposer le souhait que seuls les hellénophones, c’est-à-dire les Orientaux, soient, en quelque sorte, les destinataires de ce texte ? Cela influencerait l’interprétation que nous pouvons en donner.

48 Les différentes hypothèses sont très visibles dès que l’on compare les titres des articles consacrés à l’épigramme, neutres (Pouilloux), balancés (Anderson) ou « engagés » (Jones et surtout Guarducci) : voir les références dans les notes infra.

49  Guarducci, « Il missionario », p. 843-852 ; « L’epitafio del missionario Euteknios », p. 494-498 ; « L’épitaphe du missionnaire de Lyon », p. 837-838.

50 Jones, « L’inscription de Saint-Just », p. 119-127 ; « A Syrian in Lyon », p. 336-353.

51 La formule est peu banale et cette mention elle-même a fait problème. Le terme, au iiie siècle, n’a évidemment plus de valeur politique et même géographique, mais on peut le justifier par une convention poétique pour évoquer la Gaule romaine. Mais pourquoi sont-ils les seuls cités alors que d’autres peuples, d’autres nations ne font l’objet que d’une allusion très générale ?

52 L’épigrammatiste aurait pu tirer parti d’une énumération de produits « orientaux », épices et aromates, pierres précieuses et tissus de luxe. Il ne le fait pas.

53 Reynaud, Audin et Pouilloux, « Une nouvelle inscription grecque à Lyon », p. 49-75. La formule est p. 67.

54 Jones, « L’inscription de Saint-Just », p. 125.

55 Les maigres vestiges conservés interdisent toute restitution et toute construction grammaticale.

56 Guarducci, « Il missionario », p. 848 : « A questi indizi già raccolti dal Pouilloux vorrei ora aggiungere alcuni altri che risultano da un esame approfondito della mutila col. II e che, se non erro, trasformano in certezza la probabilità » (« à ces indices, déjà rassemblés par Pouilloux, je voudrais maintenant en ajouter quelques autres issus d’un examen approfondi de la col. II mutilée, indices qui, si je ne m’abuse, transforment la probabilité en certitude »).

57 Outre IGF 143, voir IGF 147 et 149-152. Que ce phénomène se manifeste essentiellement à Lyon n’est guère étonnant. Voir aussi, dans le même ordre d’idée, IGF 164, épitaphe d’Aléria en Corse (iiie siècle), interprétée comme « un témoignage capital du mysticisme néo-pythagoricien » (Jehasse, « Les fouilles d’Aléria », p. 374-375).

58 Anderson, « Julianus of Laodicea », p. 202.

59 Pour Solon et Thalès, Plutarque, Vie de Solon, 2, 1 et 2, 8 ; pour Proclos, Philostrate, Vie des sophistes, 603 ; pour Marcion, Tertullien, Prescriptions contre les hérétiques, 30.

60 BullÉp, 1979, 663.

61 Decourt, Gascou et Guyon, « L’épigraphie », p. 160-216.

62 IGF 155-158.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5908/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Titre Figure 1. IGF 50-Épigramme funéraire de Proclos ; British Museum, Londres inv.1106. Photo British Museum.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5908/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Figure 2. IGF 10-Épigramme funéraire du Jeune Navigateur ; Musée Granet, Aix-en-Provence, inv. 94. Photo Centre Camille-Jullian (Folliot).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5908/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 3. IGF 143-Épigramme funéraire de Ioulianos Euteknios ; Musée de la civilisation gallo-romaine, Lyon. Photo Musée de la civilisation gallo-romaine (Thioc)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5908/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 885k

Auteur

Jean-Claude Decourt est directeur de recherche émérite au CNRS au sein de l’UMR 5189 HiSoMAbasée à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée de Lyon. Ses recherches portent essentiellement sur l’épigraphie grecque (en Thessalie, en Gaule et en Syrie) et il s’intéresse également aux questions de géographie historique et d’historiographie. Parmi ses principales publications, citons : La vallée de l’Énipeus en Thessalie. Études de topographie et de géographie antique, BCH Suppl. 21, Paris, 1990 ; Inscriptions de Thessalie I : les cités de la vallée de l’Énipeus, Paris-Athènes, (Études épigraphiques de l’École française d’Athènes 3), 1995 ; Les inscriptions grecques de la FranceTMO 38, Lyon, 2004 ; Les Veillées de Thessalie de Marguerite de Lussan, édition critique, « Le Cabinet des génies et des fées »13, Paris, 2007 (en collaboration avec N. Decourt) ; « Mythological and heroic names in the onomastics of Atrax (Thessaly) », Old and New Worlds in Greek Onomastics, Proceedings of the British Academy, E. Matthews éd., Oxford, 2007, p. 9-20 ; « Cultes et divinités isiaques en Thessalie », Nile into Tiber. Egypt in the Roman world 200 BC - AD 400. Proceedings of the IIIe International Conference of Isis Studies, Leiden, May 11-14 2005, L. Bricault, M. J. Versluys et P. G. P. Meyboom éd., Leiden-Boston, 2007, p. 329-363 ; « Le bilinguisme des inscriptions grecques de la Gaule », Le bilinguisme gréco-latin en épigraphieActes du colloque de Lyon, avril 2004, J.-C. Decourt, F. Biville et G. Rougemont éd., CMO 37, Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 2008, p. 305-319 ; « Un règlement religieux de la région de Larissa : cultes grecs et ‟orientaux” », Kernos 28, 2015, p. 13-51.

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable