Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'épigramme dans tous ses états : épigraphiques, littéraires, historiques

 | 
Eleonora Santin
, 
Laurence Foschia

Fonctions civiles et religieuses dans les épigrammes

Épigramme funéraire de Gonnoi pour Dikaiogénès, mort au combat au cours de la troisième guerre de Macédoine dans la région d’Askuris (Bas-Olympe)

Bruno Helly

Résumé

Cet article porte sur une épigramme funéraire trouvée à Gonnoi (Thessalie), publiée par notre collègue Athanasios Tziafalias et reprise par Élodie Cairon dans son corpus des épitaphes versifiées hellénistiques de la Grèce. Après avoir examiné la pierre conservée dans le dépôt archéologique de Gonnoi en avril 2010 avec Eleonora Santin, il me semblait que ce texte devait être réexaminé et discuté dans une publication plus détaillée. Cette épigramme est notable à cause de l’utilisation d’un terme technique pour une arme, la kestrosphendonè, mentionnée pour la première fois par Polybe, dans le récit de la campagne militaire qui a mis fin à la troisième guerre de Macédoine. Malgré la difficulté que l’on rencontre normalement dans la restitution de textes poétiques incomplets, le terme lui-même nous permet de restituer d’autres mots, à la fois techniques et poétiques, qui caractérisent cette arme et ses effets mortels, et l’on peut associer à ce texte des représentations que l’on trouve sur les monnaies de la période hellénistique tardive. Par le récit de la mort du jeune Dikaiogénès, qui appartenait probablement à une famille déjà connue par d’autres inscriptions de Gonnoi, l’épigramme apporte à l’historien un témoignage unique de la lutte qui a eu lieu dans le Bas-Olympe, près de la ville et du lac appelé Askyris, au printemps de l’année 168 avant J-C. Il semble clair que Dikaiogénès a combattu du côté des Macédoniens : comme d’autres villes contrôlées par les Macédoniens, telles que Sykourion et Meliboia, et très probablement Askyris elle-même, la ville de Gonnoi avec ses forteresses dans les montagnes était l’un des éléments les plus importants de ce système de défense, que l’armée romaine n’a pu forcer sans de coûteux efforts.

This article focuses on a funerary epigram found in Gonnoi (Thessaly) published by our colleague Athanasios Tziafalias and taken up by Élodie Cairon in his corpus of Hellenistic verse epitaphs of Greece. After reviewing the stone preserved in the archaeological repository at Gonnoi in April 2010 with Eleonora Santin, it seemed to me that this text needed to be revisited and discussed in a more detailed publication. This epigram distinguishes itself by its use of a technical term for a weapon, the kestrosphendone, whose mention appears for the first time in Polybius, in the narrative of the military campaign that ended the Third Macedonian War. Despite the difficulty we usually have to face with when restoring incomplete poetic texts, the term itself brings likely the restoration of some other words, both technical and poetic, characterizing this weapon and its lethal effects. And we can associate to the text some figurative representations on coins from the Late Hellenistic period. By the account of young Dikaiogenes’ death, who probably belonged to a family already known from other inscriptions of Gonnoi, the epigram brings to the historian a unique testimony about the fight that took place in the Lower Olympus, near the city and the lake called Askyris, at the spring of 168 BC. It seems clear that Dikaiogenes fought on the side of the Macedonians: like other cities controlled by the Macedonians, as Sykourion as Meliboia, as very probably Askyris itself, the city of Gonnoi and the fortresses in the mountains that were dependent of it was one of the most important elements of this defense system, that the Roman army could force through by making many efforts.

Entrées d'index

Géographique :

Gonnoi, Thessalie

Texte intégral

Abréviations

AP = Anthologie Palatine.

GVI = Peek Werner, Griechische Vers-Inschriften Ι, Grabepigramme, Berlin, Akademie Verlag, 1955.

IC = Guarducci Margherita, Inscriptiones Creticae, Rome, Libreria dello Stato, 1935-1950, 4 volumes.

IÉnipeus = Decourt Jean-Claude, Inscriptions de Thessalie I, Les cités de la vallée de l’Énipeus, Paris-Athènes, Fondation D. et É. Botsaris - EFA (Études épigraphiques, 3), 1995.

IG = Inscriptiones Graecae, Berlin.

IKyzikos = Schwertheim Elmar, Die Inschriften von Kyzikos und Umgebung, Bonn, Habelt, 1980-1983.

LSJ = Liddell Henry G., Scott Robert et Jones Henry S., A Greek-English Lexicon, Oxford, Clarendon Press, 1940.

 

  • 1 Helly, Gonnoi, vol. I : La cité et son histoire, vol. II : Les inscriptions.
  • 2 Texte publié par Herzog et Klaffenbach, Asylieurkunden aus Kos, p. 13-15, no 5, face A, l. 18-24, (...)
  • 3 Habicht, « Zum Problem… », p. 327-331.
  • 4 Ce sont deux lettres du consul Paul-Émile à la cité de Gonnoi, sur un fragment de plaque de calcai (...)

1Les découvertes d’inscriptions faites à Gonnoi et sur son territoire ces trente-cinq dernières années complètent peu à peu le corpus de cette cité et son histoire1. Comme il arrive souvent, ce sont des apports extérieurs qui sont les plus importants : on a maintenant identifié le décret que Gonnoi avait envoyé à Cos pour accepter les Asclépieia de cette cité2. Plus récemment encore, Christian Habicht a proposé d’attribuer à Gonnoi une inscription publiée par Apostolos S. Arvanitopoulos en 1911, sur la base d’un probable rapprochement prosopographique3. À l’époque où se tenait le colloque sur l’épigramme, on attendait la publication de deux documents qui allaient éclairer l’histoire de Gonnoi à l’issue de la Troisième guerre de Macédoine. Ces documents sont aujourd'hui publiés par les soins de Richard Bouchon4. C’est précisément à des événements de cette guerre de Macédoine que fait référence une épigramme funéraire trouvée à Gonnoi même et qui a été publiée par notre collègue Athanasios Tziafalias, puis reprise par Élodie Cairon dans son corpus des épitaphes métriques hellénistiques de la Grèce propre. Après avoir revu la pierre conservée dans le dépôt archéologique à Gonnoi en avril 2010 avec Eleonora Santin, il m’est apparu que ce texte devait être réétudié et commenté à l’occasion du colloque organisé à Lyon quelque mois plus tard.

2Je présenterai, dans un premier temps, le texte tel qu’on peut le lire, sans aucune restitution.

3Provenance : Gonnoi, pierre trouvée dans le champ de Démétrios Gougoula, dans le secteur de l’acropole de la cité antique.

4Conservation : dépôt archéologique de Gonnoi, numéro d’inventaire Γ 61.

5Monument : stèle de marbre blanc-gris endommagée sur sa face antérieure, brisée en bas ; en haut les angles à droite et à gauche ont été abattus en partie sur la face antérieure, couronnée en haut par un bandeau plat en saillie sur un talon ; sur la face supérieure, une mortaise pour fixation d’une plaque portant sans doute une représentation figurée. La stèle a ensuite été retaillée ; le bloc restant a été retourné la face inscrite contre terre et on a creusé dans la face arrière une grande cuvette quadrangulaire destinée à servir de base à une stèle dont la partie inférieure était encastrée dans la cuvette.

6Dimensions : 67 × 39 × 21 ; h. l. : 0,7-1,2 ; int. : 0,8-1,2.

7Documentation : archives thessaliennes de Lyon, no code GHW 3972. Photographies, estampage : TH 003421.

8Bibliographie : Tziafalias, ThessHim., no 7, 1984, p. 208, no 68 (SEG 35, 1985, 581 ; Lucas, Les cités de la vallée du Titarèse, p. 94-95, no 43 ; Santin, Studi sull’epigramma, p. 176-178, no 66 ; Cairon, Les épitaphes, p. 255-258, no 83).

Voir Helly, dans Decourt et Helly, BullÉp, 1988, 763.
- - - - - - - - - - - - ΗΣ βαίνω̣ν παροδῖτ̣[1-2]
- - - - - - - - - - - Ι τῶιδε ὑποκεκλιμ̣[….]
- - - - - - - - - Σ̣ΙΑ Δικαιογένην ἐᾶι ΥΠΟI - -
- - - - - - - - - Ω δ’ εἶλεν Ἄρης ἀγορῆι
- - - - - - - - O.ΒΗΔΟΝ ἐπεὶ κέστροιο δαφοινῷ 5
- - - - ΛΗΣ πλήξας ἤλασεν εἰς Αἱδέω
- - - - - - - Σ̣ΚΥΡΙΕΩΣ καὶ ἐθήκατο δάκρυα μητρὶ
- - - - IΕΤΗI λείπω δ᾽ ἐμ μεγάροισιν ἔμοις
- - - - - ΣΙΓΝΗΤΟΝ πολυήρατον ὃν Φιλοφήρα
- - - - - - - μητὴρ Οἰνίαν ἐξετέκνου 10
- - - - - ΣΕΙ καὶ τοῖ ἐνὶ στέρνοις ἀδάκρυτον
- - - - - - - - - - Ρ̣Ị δάκρυά κεν προβάλοις.

Figure 1. La pierre avec le texte de l’épigramme, remontage des faces antérieure et postérieure, de la face latérale droite et du lit d’attente en haut. Photo et remontage B. Helly.

Figure 1. La pierre avec le texte de l’épigramme, remontage des faces antérieure et postérieure, de la face latérale droite et du lit d’attente en haut. Photo et remontage B. Helly.

Figure 2. Image de l’inscription. Photo B. Helly.

Figure 2. Image de l’inscription. Photo B. Helly.

Notes critiques

9Ligne 1 : moitié droite de êta : [Χαρ]ῆς Tziafalias, d’où Lucas, etc., μὴ σπευσ]ῇς Helly (BullÉp), d’où SEG. À la suite le graveur a d’abord écrit βαίνoν, mais il a corrigé la lettre en oméga, par l’ajout de deux petits traits horizontaux de part et d’autre de la lettre, d’où βαίνων nos.

10Ligne 2 : à la fin de la ligne, traces de mu : [τὶς ἐν τύμβω]ι τῶιδε ὑποκεκλιμ[ένος κεῖται] Helly (BullÉp), d’où SEG ; [εἰδὼν ἐν τύμβω]ι τῶιδε ὑποκεκλιμ[ένον].

11Ligne 3 : IA Tziafalias, etc., mais au début on voit l’extrémité des barres obliques d’un sigma, d’où la proposition de restituer le nom Ἀ]σ̣ία au génitif (nom du père au génitif ?) ; après le nom Dikaiogénès, dont la scansion ne correspond pas à une scansion régulière dans l’hexamètre, on lit une lettre qui a l’apparence d’un epsilon, d’où ἐᾶ[ι Tziafalias, mais la lettre qu’on peut lire E n’a pas du tout la même largeur que les autres epsilon du texte, d’où (κ)αί Helly (BullÉp suivi par SEG et Cairon). Étant donné les lacunes en début et fin de vers, à ce mot EAI, s’il s’agit d’un verbe, on ne peut reconnaître aucune fonction dans la phrase. À la fin les lettres ΥΠΟ suivies d’un trait vertical de nature incertaine : ὑπο[κε-] Tziafalias ; ὑπο[-] Cairon ; ὑποφ̣[θίμενον Helly (BullÉp), mais qui ne convient pour la métrique car, même si les syllabes -οφ̣[θίμε- constituent le dactyle cinquième, la syllabe -νον- ne permet pas d’avoir un hexamètre complet, il lui manque un demi-pied.

12Ligne 4 : au début ΩΔΕΙΛΕΝ, retranscrit en [κλιμεν] Tziafalias, ὧδ’εἶλεν Helly (BullÉp), d’où Cairon ; à la fin du vers les lettres ΑΓΟΡΗΙ sont assurées et on ne peut pas transcrire ἀγόνι comme l’ont fait Tziafalias, Cairon, etc.

13Ligne 5 : au début traces de trois lettres dont la première est sûrement une lettre ronde, puis ΗΔΟΝ, lu …ΙΕ ΕΙΔΟΝ Tziafalias, Cairon, etc. ; ensuite on a ΕΠΕΙ ΚΕΣΤΡΟΙΟΔΑΦΟΙΝΩ Tziafalias ; κέστροιο δαφοίνῳ Helly (BullÉp), d’où SEG et Cairon.

14Ligne 6 : ΛΗΣ Tziafalias, etc., mais on peut voir sur la cassure l’extrémité d’une barre horizontale touchant le pied de la barre oblique gauche du lambda : ce pourrait être un epsilon, d’où notre proposition de restituer [ὀξυβε]λὴς qui convient pour la métrique.

15Ligne 7 : au début traces du sigma (barre inférieure) [- - Ἀ]σκυριέως Tziafalias, ‑κυριεως Cairon.

16Ligne 8 : trace d’une haste oblique droite d’une lettre triangulaire et d’une haste verticale en début de ligne, on peut penser à alpha et rhô ; ensuite on lit clairement IΕΤΗIΛΕΙΠΩΔΕ ΜΕΓΑΡΟΙΣΙΝΕΜΟΙΣ, transcrit en majuscules par Tziafalias, λείπω δ’ ἐμ μεγάροισιν ἐμοῖς Helly (BullÉp).

17Ligne 9 : sur le bord gauche ΣΙΓΝΗΤΟΝ, d’où σίγνητον (?) Tziafalias ; [- - κα]σίγνητον Helly (BullÉp). Il manque un pied en début de vers, pour lequel on pourrait restituer un terme qualifiant Oinias. L’adjectif et le ton de la phrase montrent que celui-ci était plus jeune que Dikaiogénès et l’on pourrait suggérer de restituer ici le mot παῖδα, métriquement correct pour l’hexamètre attendu à cette place.

18Ligne 11 : ἐξετέκνου Tziafalias est correct pour la métrique, ἐξέτεκνον Helly (BullÉp) ne s’impose pas.

19Ligne 11 : après l’extrémité de la branche supérieure d’un sigma (probable), la bonne lecture est KAITOI suivi de ἐνὶ στέρνοις ἀδάκρυτον… ΕΙΚΑΠΟΙΕΝΙΣΤΕΡΝΟΙΣ Tziafalias, εἰ κα[ὶ] ποτ’ ἐνὶ στέρνοις ? Helly (BullÉp).

20Ligne 12 : au début, extrémité d’une boucle en haut de la ligne (rhô ?) et haste verticale ; à la fin les lettres KEN sont assurées : on ne peut transcrire κἄν comme je l’avais proposé (BullÉp), repris par Cairon, [θύμον ἔχοι] δάκρυα κεν προβάλοις Helly (BullÉp).

Datation

21L’inscription peut être datée par l’écriture qui est très vraisemblablement de la première moitié du iie siècle avant J.-C. : on note les alpha à barre incurvée ou brisée, les pi à barre horizontale débordant à droite des hastes verticales de longueur sensiblement égale, les sigma à branches horizontales et parallèles, les lettres rondes accrochées en haut de la ligne. D’une manière générale, la plupart des lettres bêta, êta, kappa, nu, rhô sont étroites et comme étirées en hauteur. Les rapprochements prosopographiques que l’on peut proposer à partir des noms que l’on trouve dans le texte sont évidemment fondés sur cette datation par l’écriture. J’y reviendrai ci-dessous.

Commentaire

  • 5 Voir Helly, « Épigramme funéraire pour Théotimos », p. 15-28 ; pour Antigénès de Démétrias, voir A (...)

22L’épigramme est présentée sur la pierre vers par vers, selon une disposition connue et assez fréquente : en Thessalie, on en a un certain nombre d’exemples, dont les plus marquants sont l’épigramme pour Théotimos d’Atrax mort à la bataille de Tanagra en 430 avant J.-C. et l’épigramme d’Antigénès tombé lors du siège de Thèbes de Phthiotide en 217 avant J.-C.5 Comme dans ces deux inscriptions, ici également les distiques, hexamètre puis pentamètre, se succèdent régulièrement ligne par ligne jusqu’à la fin.

23La structure du poème paraît assez claire, car elle est visiblement marquée par des changements de tons et de personnes. On trouve d’abord l’appel au passant, pour attirer l’attention sur le tombeau et sur le défunt ; ce dernier décline son identité, Dikaiogénès (v. 1‑3). Le défunt fait ensuite le récit de sa mort brutale : frappé d’un coup de kestre envoyé par une fronde, il a trouvé la mort dans un combat près du lac Askuris (v. 4-7). Dans une troisième partie (v. 8-10), Dikaiogénès rappelle qu’il a laissé des êtres chers, son jeune frère Oinias et sa mère Philophèra. Dans une quatrième et dernière partie (v. 11-12), le défunt s’adresse à nouveau au passant, qui, s’il l’entend bien, saura ne pas retenir ses larmes. On a donc un bel exemple de construction circulaire, avec un élément de dialogue, les parties 1 et 4, et un élément de récit à la troisième personne, puis à la première, les parties 2 et 3.

Thèmes et propositions de reconstitution du texte

  • 6 Voir surtout l’ouvrage de Tueller, Look Who’s Talking, et sa contribution, ainsi que celle de Schm (...)

24Vers 1-2 : l’appel au passant pour qu’il s’arrête et porte attention au défunt est très courant dans les épigrammes6. Pour le vers 1, cf. GVI 1305 (Kition, seconde moitié du iie siècle avant J.-C.) : μὴ σπευσῇς, ὦ ξεῖνε, παρέλθεμεν, | ἀλλά με βαινόν στῆθι μάθῃς… et IKyzikos, no 497. À Larissa même on a στᾶθι πέλας, παροδῖτα (GVI 1314, ier siècle après J.‑C.) et à Smyrne Στῆθι πέλας… (GVI 1323, iie siècle après J.-C.). La forme du dernier mot du vers, le participe βαίνω̣ν, reste incertaine : la gravure de la lettre ronde reste ambiguë et l’on peut se demander si l’omicron a été rectifié en oméga ou non ; si cela n’a pas été le cas, le participe peut avoir la forme d’un vocatif accordé au vocatif παροδῖτ̣[α], ce qui n’aurait pas un caractère exceptionnel. Je propose donc de restituer ce premier vers dans la forme suivante : [Στῆθι πέλας καὶ μὴ σπευσ]ῇς βαίνω̣ν παροδῖτ̣[α].

  • 7 GVI 1225 (Pharsale, fin du iiie siècle avant J.-C. = IG IX 2, 252 ; Decourt, IÉnipeus, no 92).

25Vers 2 : en début de vers, il manque un pied et demi avant [τύμβωι]. On attend à cette place, dans l’adresse au passant, un élément par lequel le discours du mort continue soit à la troisième personne, soit à la première, puisque, dans la suite, c’est encore le mort qui parle (λείπω, v. 8) et qu’à la fin celui-ci s’adresse une fois encore au passant à la deuxième personne (κἐν προβάλοις). Le plus souvent, le datif que l’on trouve dans ce vers 2 concerne le tombeau lui-même – voir GVI 1316 (Panticapée, ier siècle après J.-C.) : καὶ εἴσιδε τὸν πανόδυρτον | Λυσίμαχον τῷδε τύμβῳ ὑποκεκλιμένον, et encore, dans un texte thessalien, εἴσιδε τὸν Νε[μέ]ας καὶ Ἀμωμήτοιο Φ[ίλιστον] παῖδα τὸν εὐέργης τύ[μβος ἔχει]7. Cependant, il ne paraît pas possible de terminer le vers par un accusatif ὑποκεκλιμ̣[ένον] ; il faut sans doute pour compléter ce pentamètre une syllabe longue. Mais la construction de la phrase nous échappe.

  • 8 Je ne retiens pour vraisemblable ni une forme du verbe ἐάω, ni une conjonction qui suppose une cor (...)

26Vers 3 : Δικαιογένην. Le nom pouvait être précédé d’un patronyme au génitif ; je le reconnaîtrais volontiers dans les lettres conservées au début de la ligne, ΣΙΑ, et l’on peut proposer le nom Ἀ]σ̣ία. Celui-ci était sans doute introduit par un terme de parenté, le plus commun étant παῖς, à l’accusatif παῖδα élidé en παῖδʼ, qui convient pour la métrique en ce début de vers. Les deux noms, Asias et Dikaiogénès, sont tous les deux attestés à Gonnoi comme nous le dirons plus loin dans la partie du commentaire portant sur la prosopographie. La seconde partie du vers fait difficulté : il faut sans doute reconnaître dans les lettres ΕΑΙ le pronom réfléchi8 qui renvoie ici à la première personne si l’on considère que c’est toujours le défunt qui parle ; quant aux lettres ΥΠΟI de la fin de la ligne, la dernière étant incertaine, elles ne peuvent conduire à la restitution d’une forme participiale ὑποφ̣[θίμεν- comme on l’a dit. Une tournure avec la préposition ὑπό serait sans doute mieux venue à cette place, avec un substantif féminin auquel se rapporterait le réfléchi ἑᾶι.

  • 9 On pourrait retenir une formule marquant l’heure de la mort, avec un adjectif composé en -ος, comm (...)

27Vers 4 : le sens de ce qui suit, qui est l’exposé des circonstances de la mort de Dikaiogénès, suppose une rupture syntaxique avec les vers précédents, un changement de sujet. Je reconnais un δέ élidé avant le verbe et le sujet εἶλεν Ἄρης. Il faut évidemment un complément au verbe de la formule εἶλεν Ἄρης de ce vers. On peut se demander s’il ne s’agit pas précisément de l’accusatif du vers précédent, Δικαιογένην, peut-être repris par un pronom à la première personne, με ou ἑμέ, parce qu’il faut sans doute rester dans la logique du discours prononcé par le défunt. Mais l’incertitude sur la construction de la phrase où se trouve ce verbe d’action, εἶλεν, demeure. Il en va de même pour la restitution de ce vers 4. L’oméga lu en début de ligne conduit à restituer en tête de vers un adjectif composé, de forme féminine en -ος (?), qui viendrait alors qualifier le substantif ἀγορῆι (ἀγορά dans sa forme ionienne et donc poétique). Mais le sens de ce mot n’est pas clair : ἀγορά signifie d’ordinaire « assemblée », mais l’on ne voit pas comment, dans un contexte guerrier où Arès est l’acteur principal, on pourrait retenir ce sens. Il faudrait supposer que l’adjectif placé en début de vers porterait la notation attendue : la mêlée guerrière, l’assemblée meurtrière conduite par Arès, une hypallage dans l’esprit d’un texte poétique. Il reste difficile de proposer une restitution assurée d’une telle formule9.

  • 10 Références ci-dessus note 5.

28Arès est évidemment nommé dans les épigrammes pour des guerriers morts au combat. C’est aussi le cas dans des épigrammes thessaliennes, l’épigramme pour Antigénès (fin iiie siècle avant J.-C.) et l’épigramme pour Hippaimôn. La première des deux10 comporte elle aussi une part de récit, une ekphrasis, qui rapporte les circonstances de la mort du jeune joueur de trompette Antigénès de Démétrias et où l’on voit Arès, symbolisant la bataille, auquel est associé l’adjectif πεζόν :

εἰς μακάρων νήσους με κατήγαγεν ἀγχόθι Μίνως,
θερμὰ κατ᾽ ἐνκεφάλου τραύματα δεξάμενον
καὶ δέμας ἐκ καμάκων πεπαλαγμένον, ἁνίκ᾽ Ἐνυὼ
πεζὸν ἀπ᾽ Αἰτωλῶν ἀμφορόθυνεν Ἄρη.
Ἀντιγένη· […].
Aux îles des bienheureux Minos m’a fait descendre, après que j’ai reçu de brûlantes blessures à la tête et que j’ai eu le corps souillé de sang par des lances, quand Enyô poussa les Étoliens à mener le combat d’Arès entre fantassins. Mais pour moi Antigénès […].
  • 11 Sur cette épigramme, voir, outre les éditions de l’Anthologie Palatine et GVI 865, De Falco, « L’e (...)
  • 12 Pour les formules ὀξὺς Ἄρης et Ἄρηα συνάγειν, voir les références à Homère (Iliade, II, 381 ; V, 8 (...)

29La seconde épigramme (AP VII 304)11 évoque sur un mode satirique le cavalier Hippaimôn, « prudent avec les chevaux », un Don Quichotte à la triste figure, mais le dernier vers du poème s’achève sur un ton épique qui vise à créer, par contraste, un effet comique, ὤλετο δ’ ἐν προμάχοισ’ ὀξὺν Ἄρη συνάγων12, « il a péri dans les combats en affrontant le tranchant Arès ». J’en donne ici le texte complet et une traduction :

Ἀνδρὶ μὲν Ἱππαίμων ὄνομ’ ἦν, ἵππῳ δὲ Πόδαργος
καὶ κυνὶ Λήθαργος καὶ θεράποντι Βάβης·
Θεσσαλὸς ἐκ Κρήτης Μάγνης γένος, Αἵμονος υἱός,
ὤλετο δ’ ἐν προμαχοισ’ ὀξὺν Ἄρη συνάγων.
Ce brave avait pour nom Prudent avec les Chevaux, son destrier s’appelait Aux pieds… pas rapides, son chien Languissant et son écuyer Le Fausset couinant. Il était de la race Thessalo-Créto-Magnète, fils d’Haimôn : il a péri dans les combats en affrontant le tranchant Arès.
  • 13 Pour la kestrosphendonè, voir ci-après le commentaire.

30Vers 5 : de même qu’il faut un complément d’objet au verbe de la formule εἶλεν Ἄρης du vers précédent, il en faut également un pour le verbe de la proposition ἐπεὶ […] ἤλασεν, ce qui conduirait à restituer un pronom relatif sous la forme τὸν, avec une longue initiale par position, soit [τὸνδ(ε) - - - ]O Ι.ΗΔΟΝ, soit [τὸν τ(ε) - - - ]O Ι.ΗΔΟΝ. On attend aussi un substantif au datif pour soutenir l’adjectif δαφοίνῳ : étant donné le contexte et la métrique, il faut un nom très court et je propose le terme οἰστῷ, déjà attesté chez Homère, en m’appuyant sur l’emploi d’une iunctura de deux termes qui peuvent avoir été réutilisés ici aux vers 5 et 6, comme on va voir : c’est dans l’Iliade, IV, 126, qu’on lit, en parlant d’une flèche, ἆλτο δ᾽ ὀϊστὸς | ὀξυβελής, « et la flèche à la pointe aiguë s’élance ». On pourrait donc écrire [τὸν τ᾽ οἰστῷ] […] δαφοινῷ. Cet adjectif placé en fin de vers porte évidemment le sens. On le trouve déjà chez Homère mais pour désigner la couleur rouge ou fauve du pelage des chacals, δαφοινοὶ θῶες (Iliade, XI, 474), mais il évoque surtout ce qui est taché de sang : il qualifie les Kères chez Hésiode, Bouclier, v. 250, qui sont δεινωποὶ βλοσυροί τε, δαφοινοί τ᾿ ἄπληστοι, ou encore dans l’Hymne homérique à Apollon, v. 304, le monstre femelle de Delphes que le dieu a mis à mort et qui était un πῆμα δαφοινόν, un « fléau sanglant », tout comme, chez Eschyle, l’aigle qui torturait Prométhée (Prométhée enchaîné, v. 1022, δαφοινὸς αἰετός). Il s’applique ici, dans une figure renouvelée, au trait mortel que lance la kestrosphendonè13.

  • 14 D’après les dictionnaires inverses, la série de ces termes en -ηδος ou des adverbes en -ηδόν est t (...)
  • 15 L’adverbe renvoie naturellement au substantif στρόμβος, qu’on trouve déjà chez Homère, ainsi en Il (...)

31La forme en -ΗΔΟΝ qui suit pourrait être un accusatif masculin s’accordant à l’éventuel pronom anaphorique τὸν, mais on ne connaît pas d’adjectif en -ηδος qui puisse convenir14. On a en revanche une abondante série d’adverbes en -ηδον : on pourrait accepter ici un adverbe de trois syllabes portant sur le verbe et qualifiant l’action d’Arès lui-même. Pour la métrique comme pour le sens l’adverbe στρομβηδόν, « comme un tourbillon ou une toupie, en tourbillonnant », conviendrait ; il est attesté dans une épigramme de l’Anthologie de Planude (IV, 300, v. 4), pour décrire la dispersion des vaisseaux achéens sur la mer tourbillonnante : Ἀχαιῶν | στρομβηδὸν νεῶν σύγχυσιν ἐν πελάγει15.

32Vers 6 : il faut un sujet au verbe et au participe πλήξας ἤλασεν et ce doit être, selon le sens de l’action décrite, Arès lui-même. D’autre part le mot dont on reconnaît la finale dans les lettres EΛΗΣ en tête du vers doit être lui aussi un nominatif, un mot en ‑ελὴς dont la liste comporte de nombreux composés à second terme, ‑βελής, ‑θελής, ‑κελής, ‑μελής, ‑τελής, ‑φελὴς, ‑χελής. Il me paraît nécessaire, étant donné le contexte, de retenir un mot composé sur ‑βελής.

  • 16 Bollack, Empédocle, p. 281 et 471.

33On peut alors proposer [ὀξυβε]λής, qui, comme on l’a vu, est un adjectif employé une fois par Homère, Iliade, IV, 126, en parlant d’une flèche. Le même adjectif a été employé au moins une fois par Empédocle dans un fragment transmis par Plutarque, Moralia, 98d (Περὶ τυχῆς) : τὰ μὲν γὰρ ὣπλισται κέρασι καὶ ὅδουσιν καὶ κέντροις Αὗταρ ἐχίνοις, φησὶν Ἐμπεδοκλῆς, ὀξυβελεῖς χαῖται νώτοις ἐπιπεφρίκασι (fr. 72, 2 Wright). Chez Empédocle encore, il est possible qu’il ait existé une seconde attestation de cet adjectif ὀξυβελής pour qualifier le soleil « qui lance des traits acérés », dans une citation que l’on doit également à Plutarque, Moralia, 920c (Περὶ τοῦ ἐμφαινομένου προσώπου τοῦ κύκλῳ τῆς σελήνης) : ἥλιος ὀξυβελής, ἡ δ᾽ αὗ ἱλάειρα σελήνη (fr. 40 Diels-Kranz = 34 Wright), mais ὀξυβελής est une correction de Xylander à la tradition manuscrite qui porte ὀξυμελής. Cette correction a été adoptée par tous les éditeurs des fragments d’Empédocle, mais Jean Bollack16 a décidé pour sa part de garder le texte des manuscrits, en se fondant sur le rapprochement que l’on peut faire, dans cette opposition du soleil et de la lune, avec la formule d’Empédocle ἡελίοιο ὠκέα γυῖαι (fr. 27 Diels-Kranz = 21 Wright). Il faut noter encore qu’ὀξυβελής a existé aussi comme substantif utilisé pour désigner une « machine à lancer des traits » : on le trouve en ce sens chez Diodore de Sicile, 20, 85, chez Philon de Byzance, Belopoiika, 55 b, 68 a et c, 98 a, enfin chez Polyen, II, 29 et VII, 9.

  • 17 Voir le commentaire de Wright, Empedocle, p. 200 : « sharp arrowed » plutôt que « sharp pointed ».
  • 18 Juste remarque faite par Bollack, Empédocle, p. 281 et 471.

34À partir de toutes ces attestations, on peut constater que l’adjectif en question a pris un sens actif pour signifier non pas « qui a une pointe acérée » mais « qui est armé d’une pointe acérée », un sens que retient effectivement la Souda, ὀξὺ βέλων ἔχων, qui a été repris dans le Thesaurus (Dindorff) par qui aculeis armatus et encore par qui celeriter jaculum mittit avec renvoi au texte de Plutarque, Moralia, 920c, avec le fragment d’Empédocle déjà cité17, et à Oppien, Halieutica, 2, 346 : αἶψα δὲ νῶτα καράβου ὀξυβελής, « aussitôt elle tourne son dard acéré contre le flanc arrondi du bateau ». La restitution d’ὀξυβελής comme adjectif avec un sens actif pour qualifier Arès me paraît d’autre part renforcée par le fait que l’adjectif ὀξὺς est associé plusieurs fois au nom d’Arès, ainsi dans la formule ὀξὺν Ἄρη συνάγων, comme on vient de le voir un peu plus haut quand j’ai présenté l’épigramme d’Hippaimôn. Il me paraît donc légitime d’associer l’adjectif ὀξυβελής au nom d’Arès : c’est bien ici l’adjectif attendu pour qualifier ce dieu de la guerre, sujet de πλήξας ἤλασεν, un adjectif qui se trouve de plus en début de vers, mis en évidence comme il l’était déjà dans la citation homérique et dans le fragment 83 d’Empédocle18.

35Vers 6 : l’expression εἰς Αἰδέω peut se suffire à elle-même (sous-entendu οἶκος vel sim.) depuis Homère. Il est cependant possible d’envisager qu’un substantif comme δῶμα ait pu compléter la formule au début du vers suivant. Mais il vaut mieux écarter cette hypothèse, car il faut plutôt trouver à cette place un substantif venant supporter l’appellatif Ἀσ]κυριέως, forme adjective au génitif, qui exige de plus la restitution d’une préposition : ce substantif et cette préposition ne peuvent trouver leur place qu’en ce début du vers 7.

  • 19 IG IX 2 521 (C2), que j’ai réédité avec un commentaire géographique dans Helly, « Modèles : de l’a (...)
  • 20 Misaïlidou-Despotidou, « Μέλετες », p. 232-240 (avec photographie). Voir aussi SEG 36 (1986), 552  (...)
  • 21 Dans mon travail sur la Géographie et l’histoire des Magnètes de Thessalie, volume I, p. 128-134, (...)

36Vers 7 : [Ἀσ]κυριέως paraît la seule restitution possible, en admettant que, du point de vue de la métrique, la second syllabe -ριέ- soit comptée comme brève par synérèse. L’appellatif Ἀσκυριεύς est en effet connu comme ethnique de la cité antique d’Askyris de Perrhébie, dans le Bas-Olympe, où elle avait son territoire au nord de Gonnoi. On connaissait son existence par une inscription trouvée à Larisa portant sur un conflit de frontières entre deux cités de la plaine thessalienne proches du Pénée, et dans laquelle est mentionné le témoignage d’un berger, Λάδικος ὁ Ἀσκυριεὺς ἐμαρτ[ύ]ρησεν μαρτυρί[α]ν τήνδε19. On connaissait aussi par Tite-Live, 44, 2, 11, l’existence d’un Ascuris palus dans le Bas-Olympe (voir plus loin dans le commentaire). Plus récemment la découverte de deux décrets de Pythion gravés sur la même stèle pour honorer deux citoyens d’Askyris a apporté un troisième témoignage sur cette cité perrhèbe20. L’épigramme pour Dikaiogénès vient en ajouter un quatrième : dans le récit le poète a tenu à préciser le lieu où Dikaiogénès a trouvé la mort. Il s’agit d’une précision géographique qui figure souvent dans les épigrammes pour ceux qui sont morts au combat, et en Thessalie on ne manquait pas de la donner. Ainsi dans l’épigramme de Théotimos, fils de Ményllos d’Atrax, mort à la bataille de Tanagra, ἐν Τανάγρας πεδίōι, en 457 avant J.-C., comme dans celle d’Antigénès fils de Sôtimos, tombé au cours d’un assaut contre Thèbes de Phthiotide en 217 avant J.‑C., Θήβης ἀμφεκάλυψα κόνιν21. La restitution d’un terme comme γαῖα pourrait donner en début de vers l’information que l’on attend, sous la forme [γαίας ὰπ᾽ Ἀσ]κυριέως. La restitution de « la terre d’Askyris » comme théâtre de la mort de Dikaiogénès au combat se justifie par le contexte historique, sur lequel je reviendrai ci-dessous.

  • 22 Suggestion d’Eleonora Santin.
  • 23 George E. Bean, Side Kitabeleri, Inscriptions of Side, Ankara, Tiirk Tarih Kurumu Basimevi, 1965, (...)

37Vers 8 : [- - - ]ετῆι doit être la finale d’un adjectif en -ετής ou -ετος au datif féminin se rapportant au datif μητρὶ qui termine le vers précédent. On peut penser à μετιέτης22, qui est déjà chez Homère, mais qui est employé exclusivement pour qualifier Zeus « à la sage pensée » dans Iliade, I, 175, etc. On le trouve cependant plus tard au moins une fois pour un simple mortel, dans une épigramme de Tégée (IG V 2, 156) : ἄνερα μετιέτην ὑιὸν Ἀριστομένους | Εὔτυχον… Le caractère très spécifique de cet adjectif me conduit cependant à l’écarter pour prendre un mot sans doute plus banal, l’adjectif πανταρετός, féminin -η, qui convient pour la métrique. On le restitue dans une épigramme de Delphes (FD III 1, 553) d’époque impériale, καὶ παντα[ρέ|τη]ν γυναῖκα τοῦ [πα]ντα|[ρέ]του Αὐρ. Ἐπιφάνους | Εὐφροσύνην π[άσ]ης, et dans deux épitaphes de Sidè, elles aussi d’époque impériale23. Mais le nom Pantarétos et le féminin Pantarétè sont des anthroponymes très communs dès l’époque classique ; on notera en outre que l’adjectif Πανταρέτα est attesté en Thessalie comme épiclèse de Gê (IG IX 2, 491), faussement attribué à Phayttos, mais qui provient d’Atrax.

38Vers 9 : la restitution κα]σίγνητον πολυήρατον, « frère très aimé », ne fait pas de difficulté. Au substantif est associé l’adjectif πολυήρατον que l’on trouve dès Homère pour le mariage, Odyssée, XV, 126 (désignant la couche conjugale), etc., ou encore, en parlant de personnes, chez Hésiode, fr. 132, v. 1, et Plutarque, Moralia, 167e. Au début du vers, avant κα]σίγνητον, il manque deux syllabes, une longue, une brève, pour un mot qui était sans doute un déterminatif de ce dernier. C’était peut-être une précision sur son âge : παῖδα pourrait convenir pour la métrique et pour le sens, le texte laissant entendre que le défunt avait un frère qui était sans doute son cadet (?). On peut hésiter devant la répétition de παῖδα, que l’on peut restituer déjà au vers 3, mais les maladresses ou les lourdeurs d’expression ne manquent pas dans l’épigramme.

  • 24 On le trouve chez Euripide, Ion, v. 438, et deux fois en prose, dans un passage des lois de Gortyn (...)

39Vers 10 : ἐξετέκνου est un verbe très rare, de même sens que le simple τεκνόω24 dont la forme n’est ici pas facile à déterminer : on peut y voir soit la troisième personne du singulier de l’imparfait actif de ἐκτεκνόω, soit la deuxième personne de l’imparfait moyen passif ἐκτεκνοῦμαι. Il me semble cependant que la première interprétation est sans doute meilleure : à partir du vers 8, c’est le défunt qui parle et qui évoque sa famille. Le sujet de ce verbe doit être l’anthroponyme féminin placé à la fin du vers 9, Φιλοφήρα : il s’agit très probablement de la mère de ce jeune garçon qui est nommé au vers suivant et qui s’appelle Oinias, frère de Dikaiogénès.

  • 25 Helly, Gonnoi II, no 68, l. 5 ; trésorier 77, l. 9 ; 78, l. 9 ; 79, l. 9 ; 80, l. 3.
  • 26 Gonnoi II, no 74, l. 8, et no 78, l. 9.
  • 27 Gonnoi II, no 142, 4.
  • 28 Arch. Eph., 1917, p. 2, no 301, l. 1.
  • 29 Gonnoi II, no 35 bis, probablement des années 190-180 avant J.-C.
  • 30 Ce sens de κριτής, que je n’ai pas reconnu dans la publication du corpus, a été bien établi par Ga (...)
  • 31 Gonnoi II, no 74, l. 19.
  • 32 Voir Gonnoi I, p. 107-110.
  • 33 Gonnoi II, no 173.

40Tous les noms qu’on vient de lire dans l’épigramme sont bien attestés à Gonnoi par les inscriptions. Le nom Dikaiogénès se trouve pour le père d’un Asandros tage dans les décrets du iie siècle avant J.-C.25 Pour le nom Asias, qu’il faut peut-être restituer au début du vers 3, il figure comme patronyme d’un Asandros fils d’Asias, secrétaire dans le décret pour des juges de Phères et de Kiérion (première moitié du iie siècle)26 et comme nom d’un manumissor (le patronyme est perdu) dans une liste d’affranchissement du ier siècle après J.-C.27 De même le nom Oinias est porté par un stratège de la confédération des Perrhèbes en 192-191 ou 191-190 avant J.-C., citoyen de Gonnoi, nommé comme éponyme dans un décret de Chyrétiai publié par Arvanitopoulos28 ; cet Oinias a d’autre part été honoré par une cité thessalienne, probablement Aiginion en Hestiaiotide, par un décret dont la copie a été gravée à Gonnoi même29. Le Xénokratès fils d’Oinias qui apparaît comme κριτής, juge des mains30, dans un décret de Gonnoi pour des juges de Phères31, doit être son fils ; puisque ce décret, qui fait partie d’une série de quatre documents de la même année, peut être daté de la première moitié du iie siècle avant J.-C., il appartient à ce que j’ai appelé la deuxième série de magistrats qui doit se placer dans le deuxième tiers de ce siècle32. Enfin et surtout on trouve une Philophèra fille de Dikaiogénès, prêtresse d’Artémis dans une dédicace à Artémis Eulochia33, que j’ai datée, sur la base de l’écriture, de la première moitié du iiie siècle avant J.‑C. Il ne peut s’agir de la même Philophèra que celle de l’épigramme, qui est elle-même la mère d’un Dikaiogénès. On pourrait penser plutôt à la grand-mère de celle-ci.

  • 34 Le stemma généalogique présenté par Cairon, Les épitaphes, p. 257, simplifie trop la situation.

41Il est clair que tous les personnages qui portent ces noms appartiennent à des familles prééminentes dans la cité. Il semble que l’on a ici affaire à trois familles au moins, deux familles dans lesquelles le nom de Dikaiogénès est associé soit à celui d’Asias soit à celui d’Asandros, la troisième où les noms d’Oinias et de Xénokratès alternent d’une génération à la suivante. C’est à la première de ces trois familles, celle où les noms d’Asandros et de Dikaiogénès se succèdent, qu’il faut associer le nom de Philophèra, fille de Dikaiogénès. Mais la reconstruction des liens qui unissaient probablement ces trois familles entre elles n’est pas claire34.

42Vers 11 : C’est encore le défunt qui parle et qui continue à s’adresser au passant qu’il interpellait au début du poème et il est possible que la syllabe du début du vers, ΣΕΙ, soit la syllabe finale d’un verbe à la deuxième personne du singulier d’une forme moyenne, car dans la formule qui suit, καὶ τοῖ ἐνὶ στέρνοις ἀδάκρυτον, l’anaphorique masculin τοῖ pour σοῖ, ne peut renvoyer qu’au passant lui-même. Mais j’ai renoncé à restituer ce début de vers, faute de trouver dans ce qui subsiste des indications suffisamment précises. On peut seulement constater que la formule ἐνὶ στέρνοις est courante et que l’adjectif ἀδάκρυτον s’applique le plus souvent au tombeau plutôt qu’à une personne.

43Vers 12 : [- - - - - - - - - - ]Ρ̣Ị δάκρυά κεν προβάλοις, fin de vers qui confirme, avec le verbe προβάλοις à la deuxième personne, que le défunt s’adresse au passant et qu’il compte sur ses sentiments de compassion. L’optatif fait supposer que la formule comportait une proposition conditionnelle avec une opposition entre l’adjectif ἀδάκρυτον et la finale δάκρυά κεν προβάλοις.

Le kestre et la kestrosphendonè

  • 35 Voir la référence à la publication ci-dessus note 4.

44Comme on vient de le voir, l’analyse de l’écriture et la prosopographie aboutissent à donner une consistance à une datation dans la première moitié du iie siècle avant J.-C. et sans doute dans le second tiers de ce siècle. Mais nous pouvons préciser davantage. De fait, nous disposons aujourd’hui d’un document dont l’écriture est totalement semblable à celle de l’inscription et qui est, lui, exactement daté : il s’agit d’un fragment de stèle qui a été trouvé par nos collègues grecs Lazaros Dériziotis et Spyros Kougioumzoglou, de l’Éphorie byzantine de Larisa, dans les fouilles du site de Kastro Livadi, en Perrhébie, et qui porte le texte de deux lettres du consul Paul-Émile35 qui commandait l’armée romaine pendant la dernière année de la troisième guerre de Macédoine. Il ne fait aucun doute à mes yeux que l’épigramme de Gonnoi doit se placer dans la première moitié du iie siècle avant J.-C.

45Mais le résultat de la comparaison conduit à faire un pas de plus : on peut, sans risque de se tromper, dater précisément l’épigramme de l’année 168 avant J.-C. Car c’est cette année-là, au cours de la campagne qui a conduit l’armée romaine à traverser le Bas-Olympe pour entrer en Macédoine, que de durs combats se sont déroulés autour du lac Askyris ainsi appelé parce qu’il devait se situer au moins en partie sur le territoire de la cité d’Askyris dont on retrouve le nom au vers 7 de l’épigramme. Et c’est à propos de ces mêmes combats que deux sources décrivent l’utilisation du kestre, dont le nom figure lui aussi dans l’épigramme, au vers 5 : un fragment de Polybe transmis par la Souda et le texte de Tite-Live qui a conservé le récit continu de ces affrontements. Il faut donc rappeler ici avec quelque détail ce que nous savons du kestre et du lac Askyris, qui était aux limites du territoire de Gonnoi, dans le Bas-Olympe.

  • 36 D’où Polybe, 27, fr. 11, 1 : Κέστρος ξένον ἦν τοῦτο τὸ εὕρημα κατὰ τὸν Περσικὸν πόλεμον τὸ δὲ βέλο (...)
  • 37 Voir ci-après la citation de Xénophon qui mentionne également des javelots en bois de cornouiller (...)
  • 38 Voir Walbank, Commentary, p. 308-310.

46Pour le kestre, on possède une description faite par Polybe, conservée par la Souda, s. v. κέστρος36 et, d’après Polybe encore, une notice de Tite-Live, 42, 65, 9-10. Suivant le récit de Tite-Live, on a considéré que la description que Polybe fait du kestre se rapportait à la campagne militaire de 171 avant J.-C. : il présentait alors cette arme comme une invention étrangère qui n’était pas nécessairement récente puisqu’elle est connue depuis la guerre « persique »37, mais qui semblait inconnue des légionnaires romains de L. Pompeius dans la première année de la troisième guerre de Macédoine et qui avait suscité chez eux la plus vive terreur38. Dans ces textes, le kestre est associé à un certain type de projectile, comme le dit précisément l’épigramme de Dikaiogénès, [- - - οἰστῷ στρ]ο[μ]βηδὸν ἐπεὶ κέστροιο δαφοινῷ.

  • 39 Vérilhac, ΠΑΙΔΕΣ ΑΩΡΟΙ, no 23.

47Mais on trouve pour le kestre une autre iunctura dans une épigramme de Thessalonique qui a été étudiée par Anne-Marie Vérilhac39 :

μέλλων φαρέτρης δ᾿ ὅπλα καὶ κέστρων κράνηι
πρόμοιρος εἷκτο νερτέρων ἐπ᾿ ἀτραπούς.
si, tout près d’obtenir le carquois et ses armes, les kestres et leur fronde, il a pris avant l’heure le chemin des défunts.

48Dans son commentaire, Vérilhac explique κέστρων κράνηι en ces termes : « Le kestre est un trait lancé par une fronde. Il n’est pas étonnant de le trouver mentionné ici puisque les éphèbes s’exerçaient à son maniement : dans les inscriptions éphébiques figure un gardien des kestres (κεστροφύλαξ). Le mot désigne de toute évidence un objet en rapport étroit avec les kestres. On pense immédiatement à la fronde qui lance ces traits. Or il existe un substantif féminin κράνος, attesté par un papyrus au moins (P. Teb., 39, 31), qui désigne une baguette de cornouiller. Une confusion de genre pouvait se produire assez facilement dans la famille du mot κράνεια, le cornouiller, qui présente des doublets et des alternances du neutre et du féminin : le neutre κράνον est l’équivalent tantôt de κράνεια (l’arbre), tantôt de κράνειον (le fruit). Peut-être est-il possible d’expliquer ainsi l’accusatif neutre κράνη. »

  • 40 Ce qui veut dire, me semble-t-il, qu’on ne peut l’utiliser comme bois de sciage pour faire des pou (...)
  • 41 Xénophon, Hell., III, 4, 14, 3.
  • 42 Xénophon, Équitation, XII, 2.

49La réponse est, me semble-t-il, dans Théophraste (Hist. Plant., III, 12, 1-2) : « Le cornouiller comprend l’espèce “mâle” et l’espèce “femelle” qu’on appelle précisément “cornouiller femelle” (θηλυκρανεία) […]. De leur bois, l’un, celui du cornouiller mâle, sans cœur distinct, tout entier ferme, a la compacité et la ténacité de la corne ; l’autre, celui du “cornouiller femelle” plus tendre, lacuneux et de ce fait inutilisable pour les javelots. La hauteur de l’arbre “mâle” est au plus de douze coudées – la taille de la plus longue sarisse – car le tronc indivis n’a guère par lui-même de hauteur […]. » Sur ce passage, le commentaire de Suzanne Amigues, dans Recherches sur les plantes de Théophraste (p. 62, n. 2) est explicite : citant d’abord la Flore forestière, p. 203, « le cornouiller mâle parvient à 6-8 m de hauteur et à 10-12 cm de diamètre en 25 ans ; mais il peut dépasser beaucoup cet âge et vivre des siècles en s’accroissant avec une excessive lenteur ». Elle précise encore que « ces dimensions relativement modestes limitent son usage à la fabrication d’objets tels que manches d’outils, cannes et gaules, et surtout, dans l’Antiquité, hampes d’armes »40.La longueur de la sarisse macédonienne, qui varie de 12 à 16 coudées (5,30 m à 7 m selon les sources anciennes citées dans l’article d’Andronicos, « Sarisa », BCH, no 94, 1970, p. 91‑102), exigeait un matériau d’une solidité exceptionnelle. Le meilleur était le bois du cornouiller, le plus dur, le plus compact et le plus homogène qui soit sous nos climats. Xénophon, quant à lui, écrit41 : « Tous les Grecs qui portèrent des coups eurent leurs lances brisées, tandis que les Perses, avec leurs javelots de cornouiller, eurent vite fait de tuer douze cavaliers », et ailleurs42, « à la place de la lance, peu résistante et d’un maniement incommode, nous recommandons de préférence une paire de javelots en cornouiller ». Le premier de ces deux textes fait écho, me semble-t-il, à ce qui est dit du kestre comme invention d’origine perse. Toujours à propos du cornouiller, Théophraste a également indiqué, en III, 3, 1, que le cornouiller pousse en Macédoine non seulement dans les zones montagneuses, mais aussi en plaine et il note encore, en V, 6, 4, que « le bois le plus solide est celui du cornouiller ».

  • 43 Liampi, « Ein Beitrag zur Münzprägung der Ainianen », p. 330.
  • 44 De Callataÿ, « Le monnayage », p. 125-156, avec la note 7 (p. 128) et la planche no D 1-R1 no 7.

50Une représentation du kestros figure probablement sur des monnaies thessaliennes : c’est l’interprétation que Jennifer Warren a donnée dans son étude (« Two notes », p. 5-8) pour des monnaies des Ainianes frappées à l’époque des guerres mithridatiques. Cette interprétation a été acceptée par Katerini Liampi43. De plus la chronologie de ces monnaies a été fixée récemment par François De Callataÿ44.

Figure 3a. Monnaie des Ainianes. Photo reproduite de F. De Callataÿ, « Le monnayage », pl. n° D 1-R1 n° 7.

Figure 3a. Monnaie des Ainianes. Photo reproduite de F. De Callataÿ, « Le monnayage », pl. n° D 1-R1 n° 7.

Figure 3b. Monnaie de la Confédération thessalienne. Photo reproduite d’E. Rogers, Copper Coinage.

Figure 3b. Monnaie de la Confédération thessalienne. Photo reproduite d’E. Rogers, Copper Coinage.

Figure 3c. Monnaie stéphanéphore d'Athènes. Photographie reproduite de F. De Callataÿ, « Le monnayage », pl. 4.

Figure 3c. Monnaie stéphanéphore d'Athènes. Photographie reproduite de F. De Callataÿ, « Le monnayage », pl. 4.
  • 45 Rogers, Copper Coinage, p. 18 avec la figure 3.
  • 46 De Callataÿ, « Le monnayage », p. 128, note 7 et pl. 4 (Thompson, The New Style Silver Coinage of (...)

51Warren, dans l’étude citée, a également identifié cette arme de jet sur des monnaies de bronze au nom des Thessaliens, dont Edgar Rogers45 ne connaissait que quatre exemplaires et sur lesquelles celui-ci voyait une lyre. Warren faisait cependant le constat que sur ces monnaies, la figure de l’arme est stylisée et diffère en plusieurs détails de la représentation figurant sur les monnaies Ainianes. De Callataÿ a accepté ce constat et précisé que la figure sur le revers de cette monnaie est « en tous points similaire au symbole d’une variété de stéphanéphores athéniens, celle qui a été émise au nom de Kléophantos Épithetès, vers 85-84 selon la chronologie basse à laquelle tous les spécialistes se rallient désormais »46..

  • 47 Voir Helly, « La capitale de la Thessalie », p. 127-249.

52Les monnaies où figure la kestrosphendonè avec la légende ΘΕΣΣΑΛΩΝ portent au droit le bouclier macédonien si caractéristique, orné d’une étoile au centre : Rogers les datait donc de l’époque de la domination macédonienne en Thessalie et plus précisément du règne de Démétrios Poliorcète, à la fin du ive siècle et dans les toutes premières années du iiie siècle avant J.-C. En revanche Warren a daté cette émission de 170 avant J.-C. et a voulu y voir un geste de propagande de la part des Thessaliens ralliés ou soumis au roi de Macédoine. Cette interprétation me semble difficile à soutenir, car nous savons que le koinon des Thessaliens a constamment été du côté des Romains pendant toute la durée de la guerre47.

Askyris

  • 48 Condylos, castellum inexpugnabile, Tite-Live, 44, 6, 10.
  • 49 Gonnokondylos vel Olympias, Tite-Live, 39, 25, 16
  • 50 Helly, Gonnoi II, no 2 : Λίμνη et γῆ ἐν [Λίμνῃ], no 93 : τἀ ἐν Λίμνῃ οἰκόπεδα. C’est l’Ascuris pal (...)
  • 51 Comme je l’ai rappelé dans Helly, Gonnoi I, p. 6-7, il s’agit en fait d’un polje caractéristique d (...)

53Par le texte des vers 4-7 de l’épigramme, nous apprenons que Dikaiogénès a trouvé la mort « sur la terre d’Askyris ». Il faut voir dans le récit de sa mort une claire référence aux combats qui ont eu lieu dans le Bas-Olympe au printemps de 169 avant J.-C. et dont Tite-Live, d’après Polybe, témoin oculaire, nous a fait le récit en 44, 2-5. L’historien latin nous parle en effet, dans ce passage, des forts où le roi de Macédoine, Persée, avait placé des garnisons renforcées pour verrouiller tous les passages conduisant en Macédoine. Tite-Live fait ainsi mention de Kondylos48et d’Olympias, appelée aussi Gonnokondylos49, que l’on peut de ce fait localiser un peu au nord de Gonnoi, dans la vallée du Sys (aujourd’hui le Dyodendron), qui conduisait de la plaine de Gonnoi dans le Bas-Olympe. C’est au bout de cette vallée que se trouvait l’Ascuris palus évoqué par Tite-Live en 44, 2, 11, en grec Ἄσκυρις λιμνή, ou tout simplement Λιμνή dans les inscriptions de Gonnoi50, qui est aujourd’hui le bassin asséché de Kallipeuki51.

  • 52 Misaïlidou-Despotidou, « Μέλετες », p. 232-240 (avec photographie). Voir aussi Helly, BullÉp, 1988 (...)
  • 53 Lucas, Les cités, mémoire de doctorat, 1992, p. 136-144, et Les cités de la haute vallée du Titarè (...)

54On se trouvait là aux confins des territoires de Gonnoi, située dans la plaine à l’entrée de Tempé, et d’Askyris, petite cité qui était établie au pied de l’Olympe et dont l’existence a été révélée par deux décrets de sa voisine Pythion en l’honneur de citoyens d’Askyris52. Les prospections conduites par notre collègue Gérard Lucas dans cette région ont permis de localiser la cité sur des ruines antiques au village de Sparmo53, au fond d’une petite vallée bien arrosée qui ouvre sur une voie de circulation majeure : le défilé de Djava et la vallée de Karya.

  • 54 Maintenant localisée avec certitude, voir Poulaki-Pantermali, « Έργα εθνικά », p. 331-346.
  • 55 Helly, « La capitale de la Thessalie », p. 127-249.

55C’était là l’un des passages qui permettaient de passer de Thessalie en Macédoine quand le défilé de Tempé était bloqué, que ce soit par des causes naturelles ou par des troupes hostiles. On a pu voir récemment quels étaient les accès à la Macédoine quand une telle situation de blocage s’est produite au printemps de 2010 : par suite d’éboulements importants, la route de Tempé étant impraticable pendant plusieurs semaines, une partie du trafic en direction de Katérini ou de Thessalonique a été déviée par Élasson et Karya ; on empruntait, dans le sens de la descente, la route qui aboutit sur la côte à Leptokarya en passant près du site antique de Leibéthra54. Les autres itinéraires de déviation étaient, à partir d’Élasson, le col de Pétra en direction de Béroia, le col de Sarantaporos en direction de Kozani ou, à partir de Larisa, par Gonnoi la vallée du Sys et Karya vers Leptokarya, et enfin par le bassin d’Agia la route côtière contournant l’Ossa par Agiokambos et Stomion. On comprend bien pourquoi et comment, au cours de la première année de la troisième guerre de Macédoine, le roi Persée a tenu à s’assurer de tous ces passages en prenant, par la force si nécessaire, les cités fortifiées qui les gardaient55.

  • 56 Helly, Gonnoi I, p. 102-104 et Testimonia, p. 168-169.
  • 57 Rizakis, « Une forteresse », p. 331-345. Pour lui Ditnata est Dierum, et il précise, p. 345, n. 45 (...)

56Ainsi, dans le secteur d’Askyris-Gonnoi, les forteresses ne manquaient pas. Dans la vallée du Sys, à l’entrée de laquelle se trouvait Gonnoi elle-même, réputée imprenable, se trouvaient deux autres kastra, ceux de Kondylos et de Gonnokondylos Olympias56. Au village appelé Limnè et sur les pitons environnants, dont le Métamorphosis actuel, des postes fortifiés renforçaient en profondeur le dispositif. Du côté d’Élasson, outre la cité d’Askyris, le petit bassin où se trouve le village actuel de Karya était dominé par une importante forteresse établie sur le piton de Ditnata. Athanasios Rizakis, qui a étudié les ruines de cette forteresse57, l’a identifiée avec Dierum, que mentionne Tite-Live en 44, 4, 6, en même temps que les quatre autres castella de ce secteur.

  • 58 Helly, « Les Romains dans le Bas-Olympe », p. 275-282, avec la bibliographie antérieure, notamment (...)

57En dépit de cet impressionnant dispositif de défense placé sur la frontière du pays macédonien, quatre années plus tard, au printemps de 168 avant J.-C., l’armée romaine a forcé le passage d’Askyris et de Limné. Tite-Live, à la suite de Polybe, a évoqué les combats qui se déroulèrent pour prendre ou annihiler chaque forteresse, chaque poste fortifié du secteur58.

Figure 4. Le Bas-Olympe. Photo d’après W. K. Pritchett, Studies in Ancient Greek Topography, II, p. 160.

Figure 4. Le Bas-Olympe. Photo d’après W. K. Pritchett, Studies in Ancient Greek Topography, II, p. 160.

58C’est maintenant l’épigramme pour Dikaiogénès qui, au moins dans les quatre vers que l’on peut reconstruire et traduire avec quelque certitude, évoque la brutalité de ces combats en faisant écho à ce que disait Polybe sur la kestrosphendonè et sa redoutable efficacité :

[- - - - - - - - - - ]ΗΣ βαίνων παροδῖτ̣[α]
[- - - - - - - - - -]Ι τῶιδε ὑποκεκλιμ̣[ένωι ?]
[- - - - - - - - -]Σ̣ΙΑ Δικαιογένην ἐᾶι ΥΠΟI - -
[- - - - - - - - -]Ω δ’ εἶλεν Ἄρης ἀγορῆι
[- - - οἰστῷ στρ]ο[μ]βηδὸν ἐπεὶ κέστροιο δαφοινῷ 5
[ὀξυβε]λὴς πλήξας ἤλασεν εἰς Αἱδέω
[γαίας ἀπ᾿ Ἀ]σ̣κυριέως καὶ ἐθήκατο δάκρυα μητρὶ
[- - -]ι̣ετῆι ̇λείπω δ᾽ ἐμ μεγάροισιν ἔμοις
[- - κα]σίγνητον πολυήρατον ὃν Φιλοφήρα
[- - - - - - ] μητὴρ Οἰνίαν ἐξετέκνου 10
[- - - - - ]ΣΕΙ καὶ τοῖ ἐνὶ στέρνοις ἀδάκρυτον
[- - - - - - - - - - ]Ρ̣Ị δάκρυά κεν προβάλοις.
Arrête-toi (?), ne poursuis pas ta marche, passant … pour celui qui est ici gisant (?) … et laisse-moi (?), Dikaiogénès fils d’Asias (?) sous ma … À l’heure où l’assemblée (?) Arès m’a emporté quand d’un trait sanglant de kestre tourbillonnant, ce dieu armé de dards acérés m’a envoyé dans l’Hadès depuis la terre d’Askyris et qu’il a imposé des larmes à ma mère pleine de mérite. Ainsi je laisse dans ma maison … un frère très aimé que Philophèra (notre ?) mère a enfanté, Oinias. Et toi, … dans ta poitrine, sans larmes … alors tu pourrais laisser couler tes larmes.

Conclusion

59L’épigramme de Gonnoi pour Dikaiogénès ne manque pas d’intérêt. On pourra donc la mettre en parallèle avec deux autres épigrammes thessaliennes qui, au ve et au iiie siècle avant J.-C., ont servi à rappeler la mémoire d’autres jeunes guerriers morts en pleine bataille : celle de Théotimos d’Atrax, mort à la bataille de Tanagra en 430 avant J.-C., et celle d’Antigénès fils de Sôtimos de Démétrias, mort dans l’assaut contre Thèbes de Phthiotide en 217 avant J.-C. Elle se distingue en effet par l’emploi de termes techniques associés à l’évocation de l’arme meurtrière qu’était le kestre : le terme de lui-même entraîne la restitution probable d’autres termes à la fois techniques et poétiques, le substantif οἰστῷ, l’adjectif ὀξυβελής, l’adverbe στρομβηδὸν. On note aussi la fréquence des noms propres, celui du défunt lui-même, Dikaiogénès, celui de son père Asias, de son frère Oinias et de sa mère Philophèra, ainsi que le nom géographique Askuris, qui est également très remarquable. C’est pourquoi on peut se demander si le texte n’en contenait pas un de plus, celui du frère aîné présumé de Dikaiogénès et Oinias, un Asandros fils d’Asias. Plus généralement, on note une propension certaine à accumuler les termes associés, voire redondants, dans le registre technique, mais aussi dans celui du lexique propre aux épigrammes funéraires (εἶλεν et ἤλασεν), à user de formules toutes faites, à répéter les mêmes mots, δάκρυα aux vers 7 et 12, en opposition avec ἀδάκρυτον, μήτηρ (v. 7 et 10), d’où ma proposition de restituer deux fois παῖδα (v. 3 et 9). Ces particularités pourraient conduire à juger le style du poème comme un peu lourd et à déprécier sa valeur littéraire.

  • 59 Voir mon étude citée note 47, p. 131-145.
  • 60 Tite-Live, 42, 67, 6-7 ; voir Helly, Gonnoi I, p. 82, n. 4.
  • 61 On a vu ci-dessus que les rapprochements prosopographiques possibles se placent pour le plus grand (...)

60En revanche, l’épigramme apporte un témoignage très précis pour l’historien, en faisant le récit de la mort du jeune Dikaiogénès dans les combats du printemps de 168 avant J.-C., combats au cours desquels l’armée romaine a forcé les barrages que les Macédoniens et ceux qui combattaient avec eux leur opposaient au cœur du Bas-Olympe. Car il me paraît clair que Dikaiogénès a combattu du côté des Macédoniens, qui tenaient alors non seulement les forteresses de la montagne, mais aussi les cités dont elles dépendaient : Gonnoi, comme Sykourion, comme Méliboia, comme Askyris elle-même très probablement, étaient alors tenues par le roi de Macédoine59. Et l’on sait que le consul P. Licinius Crassus, à la fin de la campagne de l’année 171, avait renoncé à faire le siège de Gonnoi, qui lui était apparue imprenable60. Mais cette situation, après la victoire de Paul-Émile à Pydna, n’était pas à l’avantage de Gonnoi. En tout cas, pour ce qui concerne Dikaiogénès et quel qu’ait été le sort ultérieur de la famille à laquelle il avait appartenu61, on peut se demander si le remploi de la stèle qui portait l’épigramme n’est pas la marque d’une sorte de damnatio memoriae à plus ou moins bref délai.

  • 62 Pour Walbank, Commentary, les Romains connaissaient déjà les kestres comme propulseurs, d’après la (...)

61Une autre constatation s’impose encore : on doit comprendre que, si Dikaiogénès a été touché à mort par un trait de cette arme, c’est que les adversaires en disposaient eux-mêmes. Les troupes romaines et les troupes qu’ils avaient pu mobiliser dans les cités thessaliennes utilisaient donc elles aussi la kestrosphendonè. C’est là une précision que le texte de Polybe ne donne pas, mais une situation tout à fait normale : dès qu’une arme nouvelle apparaît, il est logique que les deux parties adverses cherchent à se l’approprier au plus vite62.

62L’épigramme pour Dikaiogénès permet enfin de mesurer les progrès accomplis en près de quarante années par les archéologues et les épigraphistes depuis la parution du corpus des inscriptions de Gonnoi en 1974 : on connaît maintenant l’existence et la localisation de la cité d’Askyris, on identifie l’emplacement de Dierum, on peut suivre avec plus de précision la marche de l’armée romaine, on a désormais quelque lumière sur la position que les citoyens de Gonnoi avaient prise dans le conflit, aux côtés des Macédoniens, que cela ait été par contrainte ou par conviction. Nul doute que de nouvelles inscriptions nous en apprendront davantage un jour prochain.

Bibliographie

Andronicos Manolis, « Sarisa », BCH, no 94, 1970, p. 91-102.

Arvanitopoulou Theophano A., « Δώδεκα θεσσαλικά επιγράμματα », Polemon, no 2, 1934-1938, p. 9-80.

Baumbach Manuel, Petrovic Andrej et Petrovic Ivana éd., Archaic and Classical Greek Epigram, Cambridge, Cambridge University Press, 2011.

Bollack Jean, Empédocle. Introduction à l’ancienne physique, Paris, Minuit, 1965.

Bosnakis Dimitris et Hallof Klaus, « Alte und neuen Inschriften aus Kos I », Chiron, no 33, 2003, p. 229-231, no 15 et fig. 24.

Bouchon Richard, « Démophilos de Doliché, Paul-Émile et les conséquences de la troisième guerre de Macédoine à Gonnoi », Topoi, n° 19, 2014, p. 483-513.

Cairon Élodie, Les épitaphes métriques hellénistiques du Péloponnèse à la Thessalie, Budapest, University of Debrecen (Hungarian Polis Studies, 18), 2009.

De Callataÿ François, « Le monnayage d’argent au type d’Athèna Parthénos émis au nom des Ainianes », Τό νόμισμα στο θεσσαλικό χώρο, Proceedings of the Third scientific Meeting, Volos (mai 2001), Obolos, no 7, 2004, p. 125-56.

Decourt Jean-Claude, Helly Bruno et Gallis Kostas éd., La Thessalie. Quinze années de recherches archéologiques 1975-1990. Bilans et perspectives, actes du colloque international de Lyon, 17-22 avril 1990, Athènes, Ministère de la Culture, 1994, 2 volumes.

De Falco Vittorio, « L’epigramma attribuito a Pisandro », Rivista Indo-greco-italica di filologia e di lingua antica, 1931, p. 57-60.

Gauthier Philippe, « “Juges des mains” dans les cités hellénistiques », P. Flensted-Jensen, T. H. Nielsen et R. Rubinstein éd., Polis and Politics. Studies in Ancient History presented to M. H. Hansen on his sixtieth birthday, august 20 2000, Copenhague, Museum Tusculanum Press, 2000, p. 425-426.

Habicht Christian, « Zum Problem thessalischer Phratrien », Onomatologos. Studies in Greek Personal Names presented to Elaine Matthews, R. W. V. Catling et F. Marchand éd., Oxford, Oxbow Books, 2010, p. 327-331.

Helly Bruno, Géographie et histoire des Magnètes de Thessalie I, Sainte-Colombe-sur-Gand, La Rumeur libre, 2013.

—, « Les Romains dans le Bas-Olympe en 169 avant J.-C. », RPh, no 46, 1972, p. 275‑282.

—, Gonnoi, vol. I : La cité et son histoire, vol. II : Les inscriptions, Amsterdam, A. M. Hakkert Editeur, 1974.

—, « Modèles : de l’archéologie des cités à l’archéologie du paysage », Territoires des cités grecques, actes de la table ronde internationale organisée par l’École française d’Athènes, 31 octobre - 3 novembre 1991, Paris, De Boccard (BCH, Supplément 34), 1999, p. 99-124.

—, « Épigramme funéraire pour Théotimos, fils de Ményllos, d’Atrax (457 avant J.‑C.) », ZPE, no 148, 2004, p. 15-28.

—, « La capitale de la Thessalie face aux dangers de la troisième guerre de Macédoine : l’année 171 avant J.-C. à Larisa », Topoi, no 15/1, 2007, p. 127-249.

Herzog Rudolf et Klaffenbach Gunther, Asylieurkunden aus Kos, Berlin, Akademie Verlag (Abhandlungen der deutschen Akademie der Wissenschaften zu Berlin, Klasse für Sprachen, Literatur und Kunst, 1), 1952, p. 13-15, no 5, face A, l. 18-24.

Ivantchik Askold I., « L’épigramme VII, 304 de l’Anthologie Palatine », Κορυφαίῳ ἀνδρί. Mélanges offerts à André Hurst, A. Lukinovich et A.-L. Rey éd., Genève, Droz, 2005.

Keydell Rudolf, « Der Dichter mit Namen Peisandros », Hermes, no 70, 1935, p. 311.

Kontogiannis Apostolos, « Απόλλωνι Αισωνιω (άναθηματικες επιγραφές από τους Γόννους », Τὸ Ergo τῶν Εφορειῶν Αρχαιοτήτων καὶ Νεωτέρων Μνημείων τοῦ ΥΠ.ΠΟ στὴ Θεσσαλία καὶ τὴν εὐρύτερη περιοχή της (1900-1998), A. Mazarakis-Ainian éd., Volos, Πανεπιστήμιο Θεσσαλίας. Τμήμα Ιστορίας, Αρχαιολογίας και Κοινωνικής Ανθρωπολογίας, 2000 (paru en 2003), p. 125-143.

Liampi Katerini, « Ein Beitrag zur Münzprägung der Ainianen », La Thessalie. Quinze années de recherches 1975-1990. Bilans et perspectives, actes du colloque international de Lyon, 17-22 avril 1990, J.-C. Decourt, B. Helly et K. Gallis éd., Athènes, ministère de la Culture, 1994, p. 327-334.

Lorenz Bernd, Thessalische Grabgedichte vom 6. bis 4. Jahrhundert v. Chr., Innsbruck, Wagner, 1976.

Lucas Gérard, « Askyris, une nouvelle cité dans le Bas-Olympe », ZPE, no 89, 1991, p. 135-144

—, Les cités antiques de la haute vallée du Titarèse (Thessalie). Étude de topographie et de géographie historique avec corpus des inscriptions, mémoire de doctorat, université de Lyon, 1992.

—, « Les cités antiques du bassin du Haut-Titarèse », La Thessalie. Quinze années de recherches 1975-1990. Bilans et perspectives, actes du colloque international de Lyon, 17-22 avril 1990, J.-D. Decourt, B. Helly et K. Gallis éd., Athènes, ministère de la Culture, 1994, 2 volumes, II, p. 207-210.

—, Les cités antiques de la haute vallée du Titarèse (Thessalie). Étude de topographie et de géographie historique, Lyon, Publications de la Maison de l’Orient (CMO, 27), 1997.

Misaïlidou-Despotidou Vassiliki, « Μέλετες. Δυο ἐπίγραφες ἀπὸ τη Θεσσαλία », ArchDelt, no 35, 1980 [1986].

Poulaki-Pantermali Eftychia, « Έργα εθνικά και άλλα στην περιοχή του Μακεδονικού Ολύμπου », ΑΕΜΘ, no 15, 2001.

Pritchett William K., Studies in Ancient Greek Topography II, Battlefields, Berkeley - Los Angeles, University of California Press (Classical Studies, 4), p. 164-176.

Rizakis Athanase, « Une forteresse macédonienne dans l’Olympe », BCH, no 90, 1986, p. 331-345.

Rogers Edgar, Copper Coinage of Thessaly, Londres, Spink, 1932.

Santin Eleonora, Studi sull’epigramma funerario greco, dissertation Rome, année académique 2005-2006 (2e partie inédite).

Schmitz Thomas A., « Speaker and addressee in early Greek epigram and lyric », Archaic and Classical Greek Epigram, M. Baumbach, A. Petrovic et I. Petrovic éd., Cambridge, Cambridge University Press, 2011.

Thompson Margaret, The New Style Silver Coinage of Athens, New York, The American Numismatic Society (Numismatic Studies, 10), 1961, 2 volumes.

Vérilhac Anne-Marie, ΠΑΙΔΕΣ ΑΩΡΟΙ, Athènes, Graphion Démosieumaton tis Akadimias, 1978-1982, 2 volumes.

Tueller Michael A., Look Who’s Talking. Innovations in Voice and Identity in Hellenistic Epigram, Leuven - Paris - Dudley (Mass.), Peeters (Hellenistica Groningana, 12), 2008.

, « The passerby in Archaic and Classical epigram », Archaic and Classical Greek Epigram, M. Baumbach, A. Petrovic et I. Petrovic éd., Cambridge, Cambridge University Press, 2011.

Walbank Frank W., A Historical Commentary on Polybius III, Oxford, Clarendon Press, 1979.

Warren Jennifer A. W., « Two notes on Thessalian coinage », Num. Chron, no 1, 1961, p. 5-8.

Weber Leo, « Steinepigramm und Buchepigramm », Hermes, no 52, 1917, p. 536‑545.

Wright M. Rosemary, Empedocle. The Extant Fragments, New Haven - Londres, Yale University Press, 1981.

SEG = Supplementum Epigraphicum Graecum, Leyde, 1923-.

Notes

1 Helly, Gonnoi, vol. I : La cité et son histoire, vol. II : Les inscriptions.

2 Texte publié par Herzog et Klaffenbach, Asylieurkunden aus Kos, p. 13-15, no 5, face A, l. 18-24, identifié comme décret de Gonnoi avec la découverte d’un fragment qui complète l’inscription à droite. Nouvelle édition de l’ensemble par Bosnakis et Hallof, « Alte und neuen Inschriften aus Kos I », p. 229-231, no 15 et fig. 24, avec sur la face A, l. 1-17, décret de Gonnoi, et au-dessous décret d’Homolion ; sur l’autre face décret de Thèbes de Phthiotide et de Mégare, fig. 25 (SEG 53, 2003, paru en 2007, 850).

3 Habicht, « Zum Problem… », p. 327-331.

4 Ce sont deux lettres du consul Paul-Émile à la cité de Gonnoi, sur un fragment de plaque de calcaire trouvé par Lazaros Dériziotis et Spyros Kougioumtsoglou dans les fouilles qu’ils ont menées sur le site de Kastri Livadiou dans la Tripolis de Perrhébie. Voir Bouchon, « Dèmophilos de Dolichè », p. 483-513.

5 Voir Helly, « Épigramme funéraire pour Théotimos », p. 15-28 ; pour Antigénès de Démétrias, voir A. S. Arvanitopoulos, Thessalika Mnemeia, 1908, p. 128-133, no 10 ; Arvanitopoulou, « Δώδεκα θεσσαλικά επιγράμματα », p. 55-64, no 2 ; Cairon, Les épitaphes, p. 233-238, no 74 (avec erreur sur la provenance, non pas Pyrasos, mais Démétrias).

6 Voir surtout l’ouvrage de Tueller, Look Who’s Talking, et sa contribution, ainsi que celle de Schmitz, « Speaker and addressee », dans Baumbach, Petrovic A. et Petrovic I., Archaic and Classical Greek Epigram.

7 GVI 1225 (Pharsale, fin du iiie siècle avant J.-C. = IG IX 2, 252 ; Decourt, IÉnipeus, no 92).

8 Je ne retiens pour vraisemblable ni une forme du verbe ἐάω, ni une conjonction qui suppose une correction en (κ)αί.

9 On pourrait retenir une formule marquant l’heure de la mort, avec un adjectif composé en -ος, comme [ἐν συγκλήρ]ῳ δ’εἶλεν Ἄρης ἀγορῆι, « à l’heure qui lui a été échue », cf. συγκλήρῳ θανάτῳ βίῳ, voir Plutarque, 2, 103 et suiv. Pour le sens de ἀγορά (forme ionienne ἀγορή ) comme « le moment où l’on s’assemble (pour le marché) », voir la formule περὶ πληθούσαν αγοράν et ses variantes, notamment l’expression employée par Hippocrate, Épidémies, V, 62 et VII, 31, parlant de combattants touchés au foie par un projectile, πέθανε [ἀπέθανε] πρὶν αγορὴν λυθῆναι ἄμ ἡμερῇ πλήγεις, « il mourut avant la fin de l’après-midi, le jour même où il avait été blessé ».

10 Références ci-dessus note 5.

11 Sur cette épigramme, voir, outre les éditions de l’Anthologie Palatine et GVI 865, De Falco, « L’epigramma attribuito a Pisandro », p. 57-60, Keydell, « Der Dichter », p. 311, Ivantchik, « L’Épigramme VII, 304 de l’Anthologie Palatine », et en dernier lieu Santin, Studi sull’ épigramma, p. 103‑105. J’utilise ces deux mêmes épigrammes dans un travail en cours de rédaction sur les Magnètes (Géographie et histoire des Magnètes de Thessalie, vol. II), pour préciser le sens de l’ethnique Μάγνης.

12 Pour les formules ὀξὺς Ἄρης et Ἄρηα συνάγειν, voir les références à Homère (Iliade, II, 381 ; V, 861 ; II, 440 et XIV, 145) et à Tyrtée (fr. I, v. 40 Diehl). Pour ἐν προμάχοισι, largement attesté dans l’Iliade, voir les exemples donnés par De Falco, « L’epigramma », p. 60, n. 1 et 2, et par Santin, p. 105, qui note : « ἐν προμάχοις ou ἐν προμάχοισι, expression fréquente dans les inscriptions pour les morts à la guerre, voir GVI 20 (= IG I3 1178), IG I3 Att. 1240, GVI 749.5, largement attestée dans la poésie thessalienne, voir par exemple l’épigramme pour Kinon (GVI 1230) et pour Ason (GVI 425) ».

13 Pour la kestrosphendonè, voir ci-après le commentaire.

14 D’après les dictionnaires inverses, la série de ces termes en -ηδος ou des adverbes en -ηδόν est très limitée : cinq substantifs, ἧδος, κῆδος, μῆδος, τρίπηδος, χλῆδος, et un adjectif, ἡμίμηδος ; on cite aussi βάθμηδος, mais il s’agit une fois encore d’un adverbe, βάθμηδοv (voir LSJ, s. v.).

15 L’adverbe renvoie naturellement au substantif στρόμβος, qu’on trouve déjà chez Homère, ainsi en Iliade, XIV, 413 : στρόμβον δ’ὥς ἔσσευε βαλών, περὶ δ’ἔδραμε πάντῃ, Hector, frappé par la pierre qu’a lancée sur lui Ajax, se met à tournoyer comme une toupie.

16 Bollack, Empédocle, p. 281 et 471.

17 Voir le commentaire de Wright, Empedocle, p. 200 : « sharp arrowed » plutôt que « sharp pointed ».

18 Juste remarque faite par Bollack, Empédocle, p. 281 et 471.

19 IG IX 2 521 (C2), que j’ai réédité avec un commentaire géographique dans Helly, « Modèles : de l’archéologie des cités à l’archéologie du paysage », p. 99-124.

20 Misaïlidou-Despotidou, « Μέλετες », p. 232-240 (avec photographie). Voir aussi SEG 36 (1986), 552 ; voir Helly, BullÉp, 1988, 772 et 777. Sur la cité, voir Lucas, « Askyris », p. 135-144, et « Les cités antiques du bassin du Haut-Titarèse », II, p. 207-210.

21 Dans mon travail sur la Géographie et l’histoire des Magnètes de Thessalie, volume I, p. 128-134, en étudiant l’épigramme qui évoque les combats que ceux-ci ont menés contre les Thessaliens, AP VII 255 (Planude, IIIa 5, 25), j’ai rappelé combien ces précisions géographiques étaient fréquentes. On y trouve aussi l’emploi du substantif γαῖα avec un adjectif, ainsi dans un poème attribué à Simonide, chez Athénée, III, 125c (Simonide, fr. 167) Πιερίην γαῖαν ἐφεσσαμένη, qui correspond à AP VII 446 Ἀργείαν γαῖαν ἐφεσσάμενος, cités par Lorenz, Thessalische Grabgedichte, p. 56 qui, à la suite de Weber, « Steinepigramm und Buchepigramm », p. 548, commentant la même épigramme AP VII 255, renvoie aussi aux épigrammes AP VII 660 et 380.

22 Suggestion d’Eleonora Santin.

23 George E. Bean, Side Kitabeleri, Inscriptions of Side, Ankara, Tiirk Tarih Kurumu Basimevi, 1965, no 121 : [{τὴν δεῖνα τοῦ δεῖνος}, ἱε|ρεί]αν Ἀφροδεί[της πα]ντ[αρέ|τ]ην (?)· ἀνέστησεν δὲ τὸν ἀνδ[ρι]|άντα Πλάτων Ὀβρίμου τοῦ {vac.}, et no 193 : δε|κάπρ]ωτον, φιλόπατριν, π̣αντά]|ρετον, καὶ εἰς τὸν αἰῶνα [γυ]|μνασίαρχον κατὰ τετρα[ετί] ; voir BullÉp, 1967, 606 et 1968, 545.

24 On le trouve chez Euripide, Ion, v. 438, et deux fois en prose, dans un passage des lois de Gortyne, IC IV, 72, VIII, l. 34, αἴ κ’ ἐστετέκνο̄ται, et chez Hippocrate, Du régime des maladies aiguës, 43.

25 Helly, Gonnoi II, no 68, l. 5 ; trésorier 77, l. 9 ; 78, l. 9 ; 79, l. 9 ; 80, l. 3.

26 Gonnoi II, no 74, l. 8, et no 78, l. 9.

27 Gonnoi II, no 142, 4.

28 Arch. Eph., 1917, p. 2, no 301, l. 1.

29 Gonnoi II, no 35 bis, probablement des années 190-180 avant J.-C.

30 Ce sens de κριτής, que je n’ai pas reconnu dans la publication du corpus, a été bien établi par Gauthier, « “Juges des mains” », p. 425-426 (voir SEG 50, 524 bis).

31 Gonnoi II, no 74, l. 19.

32 Voir Gonnoi I, p. 107-110.

33 Gonnoi II, no 173.

34 Le stemma généalogique présenté par Cairon, Les épitaphes, p. 257, simplifie trop la situation.

35 Voir la référence à la publication ci-dessus note 4.

36 D’où Polybe, 27, fr. 11, 1 : Κέστρος ξένον ἦν τοῦτο τὸ εὕρημα κατὰ τὸν Περσικὸν πόλεμον τὸ δὲ βέλος τοιοῦτον διπάλαιστον ἦν, ἴσον ἔχον τὸν αὐλίσκον τῇ προβολῇ. Τούτῳ ξύλον ἐνήρμοστο τῷ μὲν μήκει σπιθμιαῖον τοῦτο, δυεῖν κώλων ἀνίσων ὑπαρχόντων τῆς σφενδονῆς, εἰς τὸ μέσον ἐνηγκύλιζετο τῶν κώλων εὐλύτως […] καὶ προσπῖπτον μετὰ βιαίας πληγῆς διετίθει τοὺς συγκυρήσαντας. On trouve une traduction de ce passage dans une note de Bertrand, « Kestrosphendoné », RA, 1874, p. 75 (que j’ai modifiée sur quelques mots) : « Arme inventée durant la guerre contre Persée. Voici la description de ce projectile : il consistait en un fer de deux palmes (0,154 cm) de long composé de deux parties égales, la pointe et la douille. À ce fer était adaptée une hampe en bois d’un spithame (0,231) de long et d’un doigt (0,019) de diamètre. Au milieu étaient attachées trois petites ailettes de bois très courtes. Pour lancer le projectile, il faut prendre une fronde à bras inégaux et engager le kestre dans le repli de la fronde de façon à ce qu’il puisse s’échapper facilement. Dans le mouvement de rotation de la fronde, tant que les deux cordes restent tendues, le projectile demeure immobile ; mais au moment où la main abandonne une des cordes, l’arme, dégagée, part comme une balle de plomb et cause de graves blessures à ceux qu’elle atteint. »

37 Voir ci-après la citation de Xénophon qui mentionne également des javelots en bois de cornouiller utilisés par les Perses.

38 Voir Walbank, Commentary, p. 308-310.

39 Vérilhac, ΠΑΙΔΕΣ ΑΩΡΟΙ, no 23.

40 Ce qui veut dire, me semble-t-il, qu’on ne peut l’utiliser comme bois de sciage pour faire des poutres et des planches.

41 Xénophon, Hell., III, 4, 14, 3.

42 Xénophon, Équitation, XII, 2.

43 Liampi, « Ein Beitrag zur Münzprägung der Ainianen », p. 330.

44 De Callataÿ, « Le monnayage », p. 125-156, avec la note 7 (p. 128) et la planche no D 1-R1 no 7.

45 Rogers, Copper Coinage, p. 18 avec la figure 3.

46 De Callataÿ, « Le monnayage », p. 128, note 7 et pl. 4 (Thompson, The New Style Silver Coinage of Athens, no 1163 b). Pour Thompson, il s’agissait d’un bétyle décoré de bandelettes.

47 Voir Helly, « La capitale de la Thessalie », p. 127-249.

48 Condylos, castellum inexpugnabile, Tite-Live, 44, 6, 10.

49 Gonnokondylos vel Olympias, Tite-Live, 39, 25, 16

50 Helly, Gonnoi II, no 2 : Λίμνη et γῆ ἐν [Λίμνῃ], no 93 : τἀ ἐν Λίμνῃ οἰκόπεδα. C’est l’Ascuris palus de Tite-Live, 44, 2, 11.

51 Comme je l’ai rappelé dans Helly, Gonnoi I, p. 6-7, il s’agit en fait d’un polje caractéristique des zones de karst, comme l’a reconnu le géologue Cvijic, qui a été l’initiateur des études consacrées aux massifs karstiques.

52 Misaïlidou-Despotidou, « Μέλετες », p. 232-240 (avec photographie). Voir aussi Helly, BullÉp, 1988, 772 et 777 ; Lucas, Les cités, mémoire de doctorat, 1992 ; Inscriptions de la Tripolis, no 1.

53 Lucas, Les cités, mémoire de doctorat, 1992, p. 136-144, et Les cités de la haute vallée du Titarèse, 1997, Testimonia, no 10-12 (Tite-Live, 44, 2-5).

54 Maintenant localisée avec certitude, voir Poulaki-Pantermali, « Έργα εθνικά », p. 331-346.

55 Helly, « La capitale de la Thessalie », p. 127-249.

56 Helly, Gonnoi I, p. 102-104 et Testimonia, p. 168-169.

57 Rizakis, « Une forteresse », p. 331-345. Pour lui Ditnata est Dierum, et il précise, p. 345, n. 45 : la défense de la Macédoine dans l’Olympe « reposait sur quatre castella énumérés par Tite-Live, 44, 4, 6 dont trois sont bien identifiés autour de Gonnoi, mais le quatrième, Lapathous Charax reste à localiser ». Pour ces forteresses de la vallée du Dyodendron et les inscriptions qu’on peut leur attribuer, voir aussi Kontogiannis, « Απόλλωνι Αἰσωνίῳ », p. 125-143, et mes commentaires dans BullÉp, 2004, 222.

58 Helly, « Les Romains dans le Bas-Olympe », p. 275-282, avec la bibliographie antérieure, notamment la référence à Pritchett, Studies in Ancient Greek Topography, p. 164-176, « Appendix on Route of Romans over Mount Olympos in 169 R. C. ».

59 Voir mon étude citée note 47, p. 131-145.

60 Tite-Live, 42, 67, 6-7 ; voir Helly, Gonnoi I, p. 82, n. 4.

61 On a vu ci-dessus que les rapprochements prosopographiques possibles se placent pour le plus grand nombre dans la première moitié du iie siècle avant J.-C.

62 Pour Walbank, Commentary, les Romains connaissaient déjà les kestres comme propulseurs, d’après la description de l’armement qui avait été mis en ligne par les Romains lors de la bataille d’Ausculum contre Pyrrhus d’Épire : Denys d’Halicarnasse, Ant. rom., 20, 1, 6 : κέστροι μαχαιροειδεῖς. Mais voir les réserves formulées dans l’édition de Denys d’Halicarnasse, Rome et la conquête de l’Italie au IVe et au IIIe s. avant J.-C., S. Pittia éd., Paris, Les Belles Lettres, 2005, p. 374 et n. 51, p. 424-425.

Table des illustrations

Titre Figure 1. La pierre avec le texte de l’épigramme, remontage des faces antérieure et postérieure, de la face latérale droite et du lit d’attente en haut. Photo et remontage B. Helly.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5898/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 519k
Titre Figure 2. Image de l’inscription. Photo B. Helly.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5898/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Titre Figure 3a. Monnaie des Ainianes. Photo reproduite de F. De Callataÿ, « Le monnayage », pl. n° D 1-R1 n° 7.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5898/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Figure 3b. Monnaie de la Confédération thessalienne. Photo reproduite d’E. Rogers, Copper Coinage.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5898/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Figure 3c. Monnaie stéphanéphore d'Athènes. Photographie reproduite de F. De Callataÿ, « Le monnayage », pl. 4.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5898/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Figure 4. Le Bas-Olympe. Photo d’après W. K. Pritchett, Studies in Ancient Greek Topography, II, p. 160.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5898/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 576k

Auteur

Bruno Helly est directeur de recherche émérite au CNRS. Ses recherches portent sur la topographie historique, l’épigraphie et l’histoire de la Thessalie ; il mène aussi des travaux sur l’archéosismicité. Parmi sa vaste bibliographie (consultable sur le site du Laboratoire HiSoMA, page d’accueil : < http://www.hisoma.mom.fr/bhelly/aide.html >), signalons en particulier : Gonnoi, I la cité et son histoireII les inscriptions, Amsterdam, 1973 ; « Stèles funéraires hellénistiques de Thessalie », CH, n° 20, 1975, p. 394-395 ; « Quarante épigrammes thessaliennes », RPh, n° 52, 1978, p. 121-135 ; « Sur quelques inscriptions d’Atrax », ZPE, n° 51, 1983, p. 157-168 ; L’État thessalien : Aleuas Le Roux les Tétrades et les Tagoi, Lyon, 1995 ; « Épigramme funéraire pour Théotimos, fils de Ményllos, d’Atrax », ZPE, n° 148, 2004, p. 15-28.

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable