Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'épigramme dans tous ses états : épigraphiques, littéraires, historiques

 | 
Eleonora Santin
, 
Laurence Foschia

Propositions d’analyse textuelle

Une expérimentation littéraire avec un seul lendemain : deux épigrammes de Properce (I, 21-22) en diptyque et une ode d’Horace (I, 28)

Avec une édition critique des poèmes

Gauthier Liberman

Résumé

L’ode I, 28 d’Horace, arrangée en diptyque, tout comme les parties 21-22 de la Monobiblos de Properce, est un poème très énigmatique qui offre des analogies notables avec les deux poèmes de Properce. Elles sont deux expérimentations poétiques comparables, à la fois audacieuses et complexes, dont l’une (celle d’Horace, je présume) imite l’autre. Nous pouvons comparer par exemple la mise en abyme opérée par le poème 22 par rapport au poème 21 chez Properce – qui, en 22, se met en scène comme le parent de Gallus – et la mise en abyme effectuée par la seconde partie de l’ode d’Horace par rapport à la première partie (l’adresse au défunt Archytas est attribuée, dans le second volet du diptyque, à un marin sans sépulture qui demande à un autre marin de lui jeter trois poignées de sable et dont le propos évoque au lecteur, par un clin d’œil [Venusinae v. 26], Horace lui-même).

The Ode I 28 of Horace, arranged in diptych, like the parts 21-22 of the Propertius’ Monobiblos, is a very enigmatic poem and provides noteworthy analogies with the two poems of Propertius. They are two comparable poetic experiments, both audacious and complex, one of which (that of Horace, I presume) imitates the other. We can compare for example the mise-en-abîme in poem 22 with poem 21 of Propertius — who, in 22, portrays himself as a relative of Gallus — and the mise-en-abîme in the second part of the ode of Horace with the first part (the address to the deceased Archytas is attributed, in the second section of the diptych, to a tombless sailor who asks another sailor to throw him three handfuls of sand, and whose presence evokes for the reader, with a wink [Venusinae v. 26], Horace himself).

Entrées d'index

Texte intégral

  • 1 Birt, Studien, p. 127 (voir bibliographie). Il ne rapproche de l’ode d’Horace que le premier volet (...)
  • 2 Nul n’ignore l’importance accordée par Horace, comme par ses confrères, à l’architecture des poème (...)

1Les deux diptyques poétiques très originaux et plus ou moins nimbés de mystère que nous allons brièvement étudier et comparer n’ont, à mon sens, pratiquement aucune chance d’être sans rapport l’un avec l’autre : c’est ce que semblent interdire leur conception si remarquable, certains aspects de leur thème, et le fait qu’ils ont été composés et publiés à peu de temps d’intervalle. La possibilité que les deux diptyques découlent de l’imitation indépendante d’un modèle commun perdu est, à mon avis, purement théorique, bien qu’on ne puisse exclure que, par exemple, celui des deux poètes romains qui est imité par l’autre se soit inspiré d’un ou de plusieurs modèles grecs perdus. Le très érudit Theodor Birt1 semble être le premier à avoir, en 1925, rapproché Properce, I, 21, d’Horace, Odes I, 28, mais d’une manière fugitive. Aucun de ceux qui ont rapproché les deux poèmes ne paraît avoir été sensible au fait, en soi important2 et, en tout cas, déterminant, selon moi, pour assurer qu’un des deux poètes a imité l’autre, que la structure assez clairement bipartite du poème d’Horace est analogue à celle du diptyque que forment les épigrammes de Properce, I, 21 et 22.

 

  • 3 Sur ce point contesté on verra l’introduction de mon édition commentée de la monobiblos, à paraîtr (...)
  • 4 Voir Manuwald, dans Günther, Brill’s Companion, p. 225.
  • 5 « The latter half of 23 », selon Nisbet-Hubbard, A Commentary, p. xxxvii. Voir encore Nisbet, « Ho (...)
  • 6 Müller, Q. Horatius Flaccus. Oden und Epoden, p. 169, range l’ode parmi les plus anciennes du livr (...)

2Le diptyque propertien constitue les deux dernières pièces du premier recueil de Properce, intitulé Cynthia et qui forme, en termes de librairie, une monobiblos3. Le second élément de ce diptyque fait aussi office de signature (sphragis) de l’ensemble du recueil. On ne manquera pas d’être sensible à l’anagramme qui, dans le second vers du premier distique, apporte à la question toute conventionnelle formulée par le premier vers (Qualis et unde genus, qui sint mihi, Tulle, penates) la réponse : quaeris PRO nostra semPER amiciTIA, c’est-à-dire, je présume, gens Propertia. La monobiblos semble avoir été publiée fin 29 ou début 28 avant J.-C.4 Contrairement au diptyque propertien, le diptyque d’Horace ne forme qu’un seul poème, l’ode 28 du premier livre, qui en compte 38 et paraît avoir fait, avec les livres II et III, l’objet d’une publication groupée en 23 avant J.-C.5 Le poème d’Horace ne contient pas d’élément permettant une datation interne nette et indubitable6 ; en revanche, le diptyque de Properce fait allusion à la guerre de Pérouse qui eut lieu en 41 avant J.-C. et constitue, pour la datation du diptyque, un terminus post quem. Les dates présumées de publication de la monobiblos de Properce et du premier livre des Odes d’Horace ne fournissent que des termini ante quem. Il est impossible de savoir de combien de temps la composition du diptyque d’Horace précède la publication du recueil des livres I-III des Odes. Par suite, même si l’ensemble dont fait partie le diptyque d’Horace a été publié plusieurs années après la monobiblos de Properce, rien ne garantit que l’ode d’Horace qui nous intéresse ait été composée à une date antérieure au diptyque de Properce et rien n’empêche qu’elle ait circulé de manière à pouvoir être connue et imitée de Properce. Ce n’est pas néanmoins le cas de figure qui me paraît le plus probable. Voici, en vis-à-vis, les deux poèmes en latin et dans une traduction française qui ne vise qu’à indiquer le sens.

3Le premier volet du diptyque de Properce met en scène d’une manière abrupte un locuteur qui apostrophe un second personnage anonyme et muet et qui, tout en s’adressant à ce personnage, distribue au lecteur les informations qui, regroupées et examinées, l’aident à déterminer l’identité certaine ou probable du locuteur et le rapport de parenté qui unit le locuteur, son allocutaire et un troisième personnage évoqué par le locuteur au moyen du mot soror (v. 6), privé de l’adjectif possessif qui eût évité toute ambiguïté. L’ambiguïté, Properce, loin de l’éviter, en a exploité volontairement les ressources afin de conférer au premier élément du diptyque un air énigmatique. Hélas, ce caractère tout à fait authentique d’énigme a été amplifié accidentellement par le caractère fautif, suspect ou incertain de la transmission des poèmes de Properce. Je fais ici allusion à certains problèmes textuels qui mettent en jeu l’interprétation du poème, mais je suis obligé, pour un examen plus complet, de renvoyer à l’appendice de cet article, qui contient un commentaire critique du diptyque de Properce extrait d’une édition de l’ensemble de la monobiblos préparée par mes soins.

4Un locuteur s’adresse donc à un soldat blessé lors d’un des épisodes qui ont marqué la guerre de Pérouse, comme le lecteur antique avisé pouvait peut-être le deviner dès la lecture du premier volet du diptyque (son intuition devait être confirmée par la lecture du second volet du diptyque). Ce locuteur, d’après une interprétation à mon sens plausible du texte transmis, incertain et équivoque, du vers 2, reproche au soldat blessé de s’enfuir en détournant les yeux du locuteur qu’il entend gémir. Le locuteur justifie le désir qui semble être le sien de voir le soldat blessé s’arrêter pour l’écouter par le fait qu’il est, lui, le locuteur, un compagnon d’armes du soldat blessé et même, de tous les compagnons du soldat blessé, le plus proche de lui.

5La suite du texte comble l’attente du lecteur intrigué par les renseignements partiels mis à sa disposition par l’auteur. En effet, le locuteur subordonne le vœu que son allocutaire se tire vivant de la débâcle de leurs compagnons à une condition (v. 5-10) : l’allocutaire doit faire comprendre à un personnage évoqué par le mot soror que le locuteur, dont le lecteur apprend qu’il s’appelle Gallus (v. 7), a échappé aux glaives de César, mais non à un acte de violence anonyme, auquel il s’attend à succomber. Le lecteur apprend donc que l’homme qui apostrophait un compagnon d’armes blessé et en fuite est lui-même beaucoup plus gravement blessé et même mourant. Cela n’est pas dit directement, mais est implicite dans le message dont le locuteur charge l’allocutaire. Je note que le caractère indirect avec lequel cette information est transmise au lecteur rend encore plus pathétique la situation du locuteur, lequel se distancie de lui-même en parlant de lui à la troisième personne, comme s’il n’était déjà plus le sujet vivant qui parle mais le mort dont le message parle. J’observe aussi que l’allocution qui constitue le premier volet du diptyque est encadrée par les mots TV et mea (v. 10), l’attention du lecteur se transportant de l’allocutaire au locuteur, qui, après s’être distancié de lui-même en s’évoquant à la troisième personne, revient à la première personne pour se représenter sous la forme de restes, ossa [] mea.

  • 7 Voir la notice introductive de mon commentaire critique, où je me risque à suggérer qu’Horace a pu (...)

6La chute du poème, mea, me semble être du plus grand pathétique. Je suppose que le lecteur antique, dont la perspicacité est au moins autant sollicitée que la sympathie, déduisait du message confié par le locuteur à son allocutaire que les deux soldats étaient unis par un lien d’agnation, le locuteur étant le fiancé de la sœur de l’allocutaire. Tel est, me semble-t-il, le cas de figure le plus plausible, bien que d’autres explications soient au moins théoriquement possibles. La pluralité d’interprétations possibles relève bien sûr du genre même de l’énigme. L’ambiguïté de la formulation tient aussi à ce genre : je me borne à évoquer ici le cas du dernier distique, qui peut signifier soit « quelques ossements qu’elle trouve dispersés sur les monts étrusques, qu’elle sache que ce sont les miens » ou « quelques ossements qu’elle puisse trouver sur les monts étrusques, qu’elle sache que les miens sont ceux-ci ». Bien qu’on en ait douté, il me paraît évident que la seconde explication est la bonne. Il est singulier qu’elle n’ait pas été proposée avant 1893 (voir là-dessus notre commentaire critique). Grâce au geste accompli par sa sœur, le soldat défunt ne sera pas privé de sépulture. Il va sans dire que l’apostrophe du poème 21 est inspirée, tout en en étant notablement différente, de l’apostrophe avec laquelle le mort est censé s’adresser au passant dans la poésie funéraire. La ressemblance a égaré certains érudits7, qui ont rattaché à la poésie funéraire le premier volet du diptyque propertien et fait du locuteur un homme déjà mort.

  • 8 Properce garde un certain mystère en ne révélant pas le degré de parenté, qui suscite chez les éru (...)

7Le poème 22, en tant que sphragis, se rapporte à tout le recueil qu’elle clôt et, en tant que second volet du diptyque inauguré par la pièce 21, donne à cette dernière une autre dimension en procédant à une sorte de mise en abyme. En effet, elle invite le lecteur à établir entre la scène évoquée par le poème 21 et l’auteur un lien autre que celui de la pure invention littéraire, un lien biographique : le second volet du diptyque apprend au lecteur que le personnage si pathétiquement évoqué dans le premier volet est un parent de l’auteur8 et que la débâcle à laquelle la pièce précédente fait allusion est la guerre de Pérouse (v. 3). La pièce 22 présente la mort de ce parent comme un épisode traumatique de la vie de l’auteur et, par là même, double le pathétique intrinsèque de la pièce 21 d’un autre pathétique rattaché à la personne de l’auteur. Le rapport thématique du diptyque final aux élégies précédentes n’est pas aisé : on a le sentiment qu’il forme une pièce rapportée qui aurait pu clore un autre recueil. Il a pour effet de projeter sur ce qui précède un voile plus sérieux et plus sombre, de doubler la dimension ludique de la poésie érotique d’une autre dimension, celle du traumatisme vécu par un enfant ou un très jeune homme quelque dix années avant la publication de son premier recueil de poèmes. Bien sûr, on pourra arguer que le diptyque final est tout aussi « littéraire » et délesté de toute référentialité biographique que ce qui précède ou, au contraire, que le traumatisme individuel et collectif évoqué par la pièce 22 ne fait que s’ajouter à la souffrance tout aussi biographique de l’amant. Mais tel n’est pas mon sujet.

 

8J’en viens donc au poème d’Horace, peut-être moins achevé que le diptyque de Properce mais au moins aussi frappant et même d’une étrangeté plus grande, qui, me semble-t-il, résulte d’un renchérissement d’Horace sur une expérimentation littéraire déjà très originale et, si j’ose dire, avant-gardiste de Properce.

  • 9 Il faut bien reconnaître que Venouse surprend un peu dans le cadre géographique cohérent que parai (...)
  • 10 L’usage (que j’ai suivi dans la disposition de l’ode) veut que la strophe formée par la succession (...)

9L’ode d’Horace semble à une majorité écrasante de commentateurs faite de deux parties (20 + 16 vers). Mischa Meier est de ceux qui voient trois parties, 1-16, 17-20 et 21-36, le vers 17 suggérant selon lui – hypothèse très fragile, à mon sens – qu’Archytas, dont les circonstances de la mort nous sont par ailleurs inconnues, aurait perdu la vie au cours d’une guerre. Ce qui est sûr, c’est que 17-20 fait partie du topos (« personne n’échappe à la mort ») développé en 7-16 tout en ménageant une transition avec la suite ; je crois difficile de faire de 17-20 une partie autonome, même s’il paraît séduisant d’en faire le pivot autour duquel s’articulent deux morceaux de seize vers. Je considère que Te ouvre la première partie et Me la seconde. Aux vers 1-20, un locuteur anonyme s’adresse au défunt mathématicien et astronome tarentin Archytas, enterré près du rivage de Matinum, et développe des lieux communs sur le thème que tous les hommes sont mortels, même les savants qui sembleraient, par l’objet de leurs recherches, échapper à la sphère des mortels. La seconde partie révèle au lecteur intrigué la qualité du locuteur : il n’est autre qu’un matelot qui s’est noyé, est privé de sépulture et supplie un autre matelot d’accomplir le geste rituel consistant à jeter pour lui trois poignées de terre ou, en l’occurrence, de sable : en accomplissant ce geste, le matelot vivant offrira à son défunt confrère le substitut symbolique d’une sépulture. Le second volet du diptyque (en un poème) d’Horace me paraît correspondre au premier volet du diptyque propertien. Au TV qui ouvre l’allocution chez Properce correspond At tu (v. 23) chez Horace. Aux deux compagnons d’armes chez Properce correspondent les deux matelots chez Horace. Chez Properce, le locuteur charge l’allocutaire d’un message qui informera sa sœur de son décès et lui indiquera l’emplacement de ses restes, de sorte que le soldat défunt ne sera pas privé de sépulture. Chez Horace, l’allocutaire lui-même est censé pourvoir le locuteur d’un substitut de sépulture. Chez les deux poètes le locuteur exprime sa requête selon les termes d’un échange couché dans la formule consacrée qui repose sur l’emploi idiomatique de sic et du subjonctif au sens de « si tu fais A, alors que B t’échoie ». Properce et Horace empruntent tous deux à la poésie funéraire, mais il est clair que le texte d’Horace se rapproche plus que celui de Properce du cas de figure couramment envisagé dans cette poésie puisque, chez Horace, c’est bien un défunt qui s’adresse à ce qui tient lieu de passant. Ce qui manque chez Horace par rapport à Properce, c’est un rattachement biographique : Horace auteur est absent de l’ode, si du moins l’on excepte le clin d’œil que me semble constituer Venusinae […] siluae aux vers 26-27. Il s’agit peut-être d’un clin d’œil en un sens double : allusion à Horace, originaire de Venouse9, et allusion métapoétique au fait qu’Horace s’inspire d’une composition où Properce, par un changement brutal de perspective, rattache à sa biographie un épisode qui, dans le premier volet du diptyque, apparaissait sans rapport avec elle. Si j’ai raison, Venusinae est aussi comme une signature discrète de l’imitation de Properce par Horace. Un autre clin d’œil d’Horace en direction de la source présumée de son imitation me semble être le mètre même de l’ode : le vers plus long, l’hexamètre, et le vers plus court qui le suit, le tétramètre dactylique catalectique10, rappellent le distique élégiaque, dont l’emploi était proscrit dans un recueil d’odes lyriques.

  • 11 Nisbet et Hubbard (A Commentary, p. 317) mentionnent « B. G. Weiske, Jahns Jahrb. 12. 1, 1830, 349 (...)
  • 12 Voir son commentaire d’Horace, I, p. 121, de l’édition de Coblence (voir la bibliographie). L’opin (...)
  • 13 Petrone (Enciclopedia oraziana, s. v. « Archita », I, p. 642) affirme la possibilité de considérer (...)
  • 14 Son interprétation contraint Frischer, « Horace and the monuments », à neutraliser quoque en donna (...)

10Les deux poètes recourent à un procédé analogue consistant à fournir dans le second volet du diptyque un éclairage nouveau du volet précédent ou une clef essentielle pour le comprendre : le second volet du diptyque propertien apprend au lecteur que le soldat dont le premier volet évoque la mort est un parent de l’auteur ; le second volet du diptyque horatien révèle que l’homme qui rappelle au grand Archytas enfermé dans un petit lopin de terre le sort commun des mortels est lui-même un matelot moribond qui supplie un autre matelot de lui donner un substitut de sépulture. Horace (et cela suggère qu’il est l’imitateur) ajoute au procédé qui vient d’être décrit une véritable mise en abyme axée sur le paradoxe : un marin noyé sans sépulture apostrophe Archytas, arpenteur « du sable innombrable » et de l’univers pourvu d’une modeste sépulture, et lui rappelle le sort commun à tous les hommes inconnus ou célèbres, puis ce même marin s’adresse à un autre marin pour lui demander d’accomplir le geste qui annulera sa privation de sépulture. L’imitation présumée d’Horace s’accompagne, comme souvent les imitations dans la littérature classique au moins, d’une complexité et d’une artificialité accrues : l’apostrophe du soldat mourant chez Properce est tout artificielle, même si le poète veut faire entendre au lecteur que la pièce 21 renvoie à une donnée présumée réelle ; Horace atteint un degré d’artificialité exorbitant en faisant se succéder, dans un seul poème, l’apostrophe où un inconnu appuie sur le cas d’Archytas le déroulement d’un lieu commun et la supplication où cet inconnu, identifiable comme marin noyé, demande à un autre marin de lui donner une forme de sépulture. Le caractère énigmatique du poème s’est accru au point qu’il a fallu apparemment attendre au moins la fin du xviiie siècle11 pour que l’érudition classique comprenne que les deux volets du diptyque horatien sont mis dans la bouche d’un seul et même personnage, le marin noyé. Auparavant, les interprétations plus ou moins aberrantes fleurissaient : songeons qu’un érudit de la dimension de Denis Lambin12 attribuait les vers 1 à 6 au marin et voyait dans la suite une réponse d’Archytas suppliant le marin de lui donner sépulture. De nos jours, il est surprenant de constater que, à la différence de ses prédécesseurs Vollmer (1912) et Klingner (19502), Shackleton Bailey, dans sa Teubneriana d’Horace (1985, 1991, 1995, 2001), ouvre des guillemets au vers 21 et les ferme au vers 36, comme si 1-20 et 21-36 étaient dits par des personnages différents. Il semble admettre tacitement l’interprétation de Frischer (« Horace and the monuments »), qui attribue 1-20 à Horace et 21-36 à Archytas, qui serait mort noyé. Mais cette hypothèse, qui annule le paradoxe de l’espace minuscule renfermant l’arpenteur de l’univers, est contredite par Te […] cohibent pulueris exigui […] parua […] munera (v. 3-4), formulation bien malheureuse si elle désignait un cénotaphe13. Il est vrai qu’on trouve aussi des explications aberrantes du premier volet du diptyque propertien, mais cela est dû à de graves problèmes d’établissement du texte. J’imagine que l’ode d’Horace plonge dans la perplexité tous ceux qui la lisent sans avoir auparavant connaissance de la « solution ». L’énigme est donc réussie, aux dépens de la composition, si l’on en croit Adolf Kiessling et Richard Heinze (Q. Horatius Flaccus, p. 141) : « die Verschmelzung der beiden Teile zu einheitlichem Ganzen ist nicht völlig gelungen » (« la fusion des deux parties en un tout organique ne s’est pas complètement accomplie »). La permutation des vers 17-18 et 19‑20 facilite la transition en rapprochant de quoque son référent14 tout en améliorant l’ordre de succession des vers 15-20 :

Sed omnis una manet nox 15
Et calcanda semel uia leti. 16
Mixta senum ac iuuenum densentur funera, nullum 19
Saeua caput Proserpina fugit. 20
Dant alios Furiae toruo spectacula Marti, 17
Exitio est auidum mare nautis : 18
Me quoque deuexi rabidus comes Orionis 21
Illyricis Notus obruit undis. 22
  • 15 Peerlkamp, Q. Horatii Flacci carmina, p. 121, avait rejeté les vers 19-20 : « vides quanto melius (...)

11Éditeurs et commentateurs d’Horace ne s’honorent pas en passant sous silence une transposition si avantageuse15, proposée en 1945 par Campbell dans une édition célèbre pour ses audaces. En l’occurrence, il n’y a rien d’audacieux dans cette correction, qui a dû venir à l’esprit de plus d’un lecteur (experto crede) : l’homéotéleute leti/Marti aura fait omettre à un copiste les vers 19-20 ; rétablis dans la marge, ils auront été insérés au mauvais endroit. Une dimension absente chez Properce et caractéristique d’Horace est l’ironie sarcastique qui accompagne le paradoxe : la leçon de morale adressée à Archytas enterré dans un lopin de terre apparaît ridicule quand elle est mise dans la bouche d’un noyé lui-même privé de sépulture. Il y a là un effet de surprise analogue à celui par lequel le lecteur apprend que le soldat moribond de la pièce 21 est un parent de Properce, mais chez Horace l’effet de surprise consiste à invalider un discours moralisateur en le prêtant à un personnage dans la bouche duquel il est déplacé – procédé d’ironie presque comique dont l’emploi dans un poème lyrique montre combien la dimension « iambique » de critique moqueuse peut compter dans le lyrisme d’Horace. Cette dimension est aussi illustrée par le sarcasme tourné avec finesse et humour que le poète met dans la bouche de son marin noyé et qui raille la métempsychose pythagoricienne : le pythagoricien Archytas s’entend dire, au cours d’un catalogue (v. 7-15) de personnages que leur caractère héroïque n’a pas empêchés de mourir, que même Euphorbe est mort, et ce deux fois, la seconde en tant que réincarné en Pythagore. Si l’on pense qu’ici le marin noyé est le masque sous lequel s’exprime l’épicurien Horace, alors on peut observer qu’on trouve dans le premier volet du diptyque horatien l’analogue de la marque qui distingue la pièce 22 de Properce, dont le locuteur est censé être le poète lui-même.

 

  • 16 Le locuteur (v. 26) prie le sable de recouvrir Paetus d’un mouvement spontané. La diatribe propert (...)

12Il n’existe peut-être pas, dans la littérature antique du moins, de composition poétique rigoureusement analogue au diptyque final de la monobiblos de Properce ou à la pièce 28 du premier livre des Odes d’Horace. La complexité et l’artificialité, accrues chez l’imitateur présumé, Horace, du procédé de composition, qui chez Properce associe deux poèmes indépendants dans un diptyque et chez le poète de Venouse divise un poème en deux parties soudées avec un succès relatif, n’appelaient pas cette production énigmatique à une fortune considérable. Pourtant, elle ne va pas sans une poésie toute particulière, à laquelle les commentateurs d’Horace Robin Nisbet et Margaret Hubbard ont été sensibles, puisqu’ils écrivent à propos du poème 21 de Properce qu’il est « an unusually interesting elaboration of this kind of poem [sepulchral epigram] » (p. 318) et, très joliment, à propos de l’ode d’Horace, que « anybody who likes this poem has discovered something about poetry » (p. 320). Les deux diptyques sont aussi, je crois, un document intéressant sur la technique de l’imitation dans la poésie antique et en particulier, à mon sens du moins, sur la complexe poétique horatienne de l’imitation : à un intervalle de temps très rapproché, l’alchimie d’Horace semble transformer une réussite poétique et rhétorique de Properce en une composition alambiquée, pleine d’ironie et notablement différente, où néanmoins demeure le souvenir de l’original. Qui sait si, par un retour divertissant, Properce, dans le livre III de ses Élégies, dont la publication est postérieure à la mort de Marcellus en 23 et à la publication des livres I-III des Odes, ne fait pas allusion à l’ode d’Horace que nous avons étudiée, en mettant en scène la noyade de Paetus (élégie 7)16 ?

Appendice

Commentaire critique de Properce, I, 21 et 2217

I, 21

13Début d’un nouveau poème dans N A S MRU C, mais non dans A T JKW avant correction. — Leo 1898, p. 743-744 = 1960 II p. 201-202, écarte à juste titre l’idée de Rothstein 1898, selon qui le lecteur est censé voir dans cette épigramme l’inscription d’un cénotaphe où le locuteur s’adresserait au passant. « There is no tomb, so no inscription, and the expressed voice comes out as a groan, shocking the passer-by », selon Heyworth 2007b, p. 95-96, qui compare Polydore dans l’Énéide (3, 13-68). L’allocutaire de notre poème diffère du passant des épigrammes funéraires, même si la phraséologie employée par Properce rappelle ces textes. D’après Lachmann 1816 et Leo, le locuteur est le spectre de Gallus qui est censé parler, désignant avec le déictique haec ses propres restes (haec ossa, v. 9-10). C’est peut-être ainsi qu’Horace (voir infra) a compris le poème. Toutefois, le locuteur se projette peut-être plutôt par la pensée dans le temps où il sera mort et où la soror qu’il veut informer recherchera ses restes sur le champ de bataille. Dans le cadre de cette interprétation, je relève le pathétique du mea (ossa) final, en contraste avec Tu et ego : des restes sans vie s’opposent à un locuteur présumé mourant mais encore en vie (voir v. 3 ?) et à un allocutaire vivant mais blessé. C’est dans le poème suivant que le lecteur apprend que Gallus est resté sans sépulture (voir, pour mesurer l’importance de l’ἀταφία du soldat mort, Pritchett 1985, p. 235-241, même si son étude est relative au monde grec) et qu’il est un parent de l’auteur de la monobiblos (ce Gallus est à distinguer du dédicataire des poèmes 5, 10, 13 et 20, à supposer qu’il s’agisse d’un seul et même homme : voir Syme 1978, p. 99 et suiv. ; il s’agit de l’oncle maternel de Properce selon Lachmann 1842, p. 117 = 1876, p. 248, de son propre père selon Mersmann 1931, p. 13 ; Gallum se serait substitué à un autre nom, d’après Heyworth 2007b, p. 99). Selon une hypothèse de Rothstein 1920 qui ne me séduit pas, le soldat blessé qui sauve sa peau et que Gallus interpelle pourrait n’être autre que le père de Properce, lequel serait mort peu après (voir IV, 1, 127-128) – d’après Birt 1915, p. 287 et suiv. et 1925, p. 127, ce soldat n’est autre que Properce lui-même, ce que la chronologie semble interdire, le cadre du poème étant la guerre de Pérouse. Quelques corruptions ou incertitudes textuelles ajoutent à l’opacité de cette épigramme volontairement énigmatique, « ein Meisterwerk von fünf Distichen » (un chef-d’œuvre de cinq distiques) selon Leo. L’ode I, 28 d’Horace, organisée, comme 21-22, en diptyque et elle aussi énigmatique, offre des analogies notables avec les deux poèmes de Properce, ainsi que l’a aperçu Birt 1925, p. 127, avant Dornseiff 1932, p. 474 (le premier, semble-t-il, à émettre l’idée qu’Horace s’est inspiré de Properce, I, 21). Il s’agit de deux expérimentations poétiques comparables, toutes deux audacieuses et complexes et dont l’une (celle d’Horace, je présume) imite l’autre, à moins qu’elles n’aient un modèle commun. Comparer, entre autres, la mise en abyme opérée par le poème 22 par rapport au poème 21 chez Properce, qui, en 22, se met en scène comme le parent de Gallus, et la mise en abyme effectuée par la seconde partie de l’ode d’Horace par rapport à la première partie (l’adresse au défunt Archytas est attribuée dans le second volet du diptyque à un marin sans sépulture qui demande à un autre marin de lui jeter trois poignées de sable et dont le propos évoque au lecteur, par un clin d’œil [Venusinae v. 26], Horace lui-même). Belle traduction allemande, à mon goût, chez Helm 1952 (avec commentaire ; commentaire développé chez DuQuesnay 1992, qui étudie le pastiche du formulaire des inscriptions funéraires) || 1 consortem, « au sort malheureux de ton compagnon » (Viarre 2005, comme Goold 1990 et 1999), exactement « shared with others » (Postgate 1884, p. 104), comme dans toutes les occurrences de consors employé de rebus, voir TLL IV 487, 58-79 || 2 miles ab Etruscis saucius aggeribus, c’est-à-dire miles qui saucius uenis ab Etruscis aggeribus (Rothstein 1898). Enk 1946 II, p. 192 rapporte aggeribus aux travaux de circonvallation de Pérouse menés par L. Antonius et Octavien (voir Appien, De bellis ciuilibus, 5, 33), tout en concédant qu’il peut s’agir des murailles mêmes de Pérouse (voir Properce, II, 13, 48). On aura profit à lire le récit relativement détaillé (invérifiable, puisqu’il s’agit d’une source unique) des épisodes du siège de Pérouse chez Appien, Guerres civiles, 5, 32-38. Je rapprocherais de l’épisode visé par l’épigramme l’une des sorties effectuées par les assiégés que mentionne Appien, celle qui se distingua par un combat final acharné et désespéré (op. cit., 36-37) || 3 quid Ω : quin Onions 1885, p. 76-77, et 1886 : qui ς, défendu par Lachmann 1816 et Postgate 1886 (on substitue alors une virgule au point d’interrogation après torques ; Jacob 1827, p. 147, objecte à juste titre que l’interrogation est plus pathétique). L’ambiguïté de turgentia et de torques et aussi de nostro gemitu, la question de savoir si Gallus est une Ombre ou un moribond et l’incertitude qui s’attache à la leçon quid rendent le vers pour ainsi dire inextricable. Burman 1780 prend torques au sens de crucias (par les larmes versées sur la mort de Gallus). Selon Leo, loc. cit., le spectre gémit (ce trait semble mieux convenir au mourant) et le fuyard, sur ses gardes, roule (torques) les yeux afin de repérer l’Ombre. Postgate 1884 et Leo rapportent turgentia aux larmes que font naître chez le soldat non Gallus mourant mais ses propres blessures (« pointless, tasteless and impossible », selon Onions 1886, p. 156 ; contra, Postgate 1886, p. 159). Shackleton Bailey 1956, p. 59 (suivi par Goold 1999) entend « why do you turn this furious face upon me when you hear my groan ? I am your comrade ». Selon lui, turgentia indique « a glare of fury, or fury mingled with fear » (voir, en ce sens, Enk 1946 II, p. 193). Selon Postgate 1884, p. 104, quid « makes Gallus ask a senseless question ». Cela est particulièrement vrai si l’on comprend « why at my groan do you turn bulging eyes upon me ? » (Goold 1999). Heyworth 2007b, p. 95, note justement que le pentamètre explique pourquoi l’attitude de l’allocutaire est « inappropriate », mais en quoi « why do you twist your popping eyes at my groaning ? » exprime-t-il une telle attitude ? Helm 1952 rapproche de quid torques « warum kehrst von dem Stöhnenden du die geschwollenen Augen ? » CLE 474, 1, Respice praeteriens, uiator. Viarre 2005 entend aussi, mais sans forcer, elle, nostro gemitu, « pourquoi devant mes gémissements détournes-tu des yeux gonflés ? », question que « gonflés » me paraît rendre obscure ou bizarre. Remarquer que, tout en lisant quid, Goold 1990 traduisait, par erreur, « why at my groan do you not turn bulging eyes upon me ? », c’est-à-dire quin. La situation campée par le poète pourrait être celle-ci : « Gallus, lying in his last agonies on the road, accosts a wounded soldier, who happens to pass by, and adjures him to turn and let his eyes grow big with tears at his plaintive appeal from an old and familiar comrade » (Onions 1886, p. 157). Turgentia serait proleptique, ita ut turgeant, si bien que l’objection formulée par Goold 1992, p. 295 contre quin, « modification of the noun by a descriptive epithet must indicate questioning rather than requesting », et acceptée par Heyworth 2007b, tombe. De toute façon, quin, objet d’une controverse entre Onions 1885-1886 et Postgate 1885-1886, soit, comme le veut Postgate, exprime une requête instante, soit, comme l’entendait Onions avant de se faire réprimander, équivaut à « que ne… ? », « pourquoi ne… pas ? » Nostro gemitu est « abl. of attendant circumstances » (Postgate 1884) ou à la rigueur ablatif de cause (Butler-Barber 1933), l’équivalent de nobis gementibus plutôt que de nostri gemitu, « en me plaignant », « en me pleurant » (voir Valerius 3, 737, gemitu […] prolis ademptae, où gemitu est peut-être un datif : voir Liberman 2010 à Stace, Silves, II, 6, 93-94). Baehrens 1880 croit nostro fautif et suggère maesto, dans l’idée, je présume, que le gémissement émane du frère d’armes et non de Gallus || 4 uestrae n’équivaut pas nécessairement à tuae, « le plus proche de tes compagnons d’armes », mais le sens peut être « le plus proche de l’ensemble dont toi et d’autres font partie », selon un idiotisme souvent méconnu, voir Housman 1909 = 1972, p. 790-794 ; Liberman 2002 à Valerius, 5, 633 et 7, 91. Shackleton Bailey 1956, p. 59, entend « sharer in the campaign of you and your comrades ». Les deux interprétations de militia, à savoir militum ou, comme dans Ovide, Mét., 11, 216, « campagne », sont possibles. Comparer 1, 6, 34 avec la note || proximamaxime necessaria (Housman 1916 à Manilius 3, 97) || 5 seruato possint w avant Passerat 1608 et d’autres : seruato ut possint Ω. Vt est l’interpolation d’un grammairien qui a vu en seruato un impératif futur et a reconnu en sic l’amorce du ut qu’il restitue, sans avoir cure de l’élision seruato ut, sans exemple dans la monobiblos (Illi carus ego et, I, 8B, 31, est différent, car chez Properce la finale de seruato impératif serait longue, voir Hartenberger 1911, p. 50 ; la spécificité du cas échappe à Viparelli 1988, p. 19-20, qui allègue III, 9, 9 gloria Lysippo estgloria Lysippost). Sens et style gagnent à la suppression de ut || 6 ne Ω : ut Passerat 1608 (ut […] sentiet Kühlewein 1882 avant Postgate 1894) : haec ς : et Hailer 1889 avant Leo 1898, p. 743 = 1960 II p. 202 : me La Penna 1952. Quoi qu’en ait Enk 1946 II, p. 195, ne donne le contraire du sens originel ; selon l’auteur de cette correction naïve, Gallus veut éviter que la sœur en question apprenne son malheur. Il y a d’ailleurs contradiction entre ne et sciat (v. 10), pour autant que soror soit le sujet de ce verbe. Il serait, je crois, erroné de défendre ne en arguant que Gallus veut faire connaître à la soror en question sa mort mais non l’indignité de son assassinat. Le sens général est certain, non la véritable leçon. Haec, adopté par Goold 1990 et 1999 et Viarre 2005, n’amène pas « an awkward asyndeton » (Shackleton Bailey 1956, p. 60), mais représente une formule traditionnelle de quid pro quo (voir Nisbet et Hubbard 1970 à Horace, Odes I, 3, 1). Vt donne aussi, à la différence de et, un sens clair et univoque à sic, que l’on garde sentiat ou, mieux, qu’on lise sentiet. Dans ce dernier cas, le sens est « puissent tes parents se réjouir de ton salut dans la mesure où tu apprendras à ta sœur… » (pour cet emploi idiomatique de sic… ut, voir I, 18, 11-12 avec la note de Rothstein 1898 ; Fordyce 1965 à Catulle, 45, 13 et suiv.). Après parentes, « tes parents », il peut paraître préférable d’entendre par soror « ta sœur » (ainsi, entre de nombreux autres, Leo, loc. cit. ; selon DuQuesnay 1992, la sœur de l’allocutaire est la femme du locuteur, Gallus) ; cependant « ma sœur » (Postgate 1884 ; Housman 1893, p. 184 = 1972, p. 294 ; 1905, p. 320 = 1972, p. 635 ; Havet 1916, p. 29) est très loin d’être exclu. Cette ambiguïté semble volontaire et participer du caractère d’énigme que le poète a conféré à cette épigramme. Qui est Gallus ? Quel lien au juste l’unit au compagnon qu’il interpelle ? Quel est le rapport exact de la jeune femme avec celui des deux dont elle n’est pas la sœur ? Pour Heiden 1995, il s’agit de deux frères, mais alors te seruato possint gaudere parentes paraît d’un goût détestable. La correction me, adoptée par Heyworth 2007ab, règle la question du lien de la sœur avec l’allocutaire, mais la reprise de me par Gallum déplaît || acta = τὰ γενόμενα, développé par une infinitive, v. 7-8. L’élimination de acta (Acca Scaliger 1577, ressuscité par Giardina 2005, et adopté par Heyworth 2007ab [voir Silius Italicus, 9, 117 Acca/acta v / apta G2 ˚ ; Schulze 1904, p. 343] ; uda ou aucta Heinsius 1742, p. 676 ; atra Baehrens 1880 plus que dubitativement) ferait directement dépendre l’infinitive de sentiat ou, si l’on accepte haec, de ce pronom et ainsi allégerait le passage. Mais DuQuesnay 1992 rapproche peut-être avec à-propos acta dans CLE 502, 1 (où c’est un supplément) et 1005, 1. Comparer aussi Quinte-Curce, V, 13, 7, Ex hoc acta cognoscit || tuis N L : ruis A. Tuis e lacrimis, c’est-à-dire ex te lacrimante, voir la note à I, 6, 24. « Mere weeping could not reveal the details » (Shackleton Bailey 1956, p. 60) || 7 ereptum, voir Virgile, Én., 2, 664-665 ; 3, 476 et 711 ; 6, 110-111. Le sens peut être « qui fut sauvé (par un tiers) » ou « qui se sauva » (= elapsum, conjecture de Markland ap. Burman 1780). La conjecture de DuQuesnay 1992 eruptum est non seulement inutile (il ne s’agit pas de lipotaxie) mais également solécistique, car eruptum ne saurait signifier « qui s’est forcé un chemin » || 9-10 haec, pur déictique, n’est pas l’antécédent de quaecumque (voir Housman, loc. cit., dans la note au vers 6 et Housman 1927 à Lucain, 6, 550 ; Enk 1946 II, p. 195-196). Tous les os que la jeune femme trouvera disséminés sur le champ de bataille n’appartiennent pas au malheureux Gallus ! La remarque de Housman 1893, p. 184 = 1972, p. 294, « “quaecumque inuenerit” is equivalent to “licet sescenta alia inuenerit” or the like », suggère la correction quotcumque, qui non seulement exprime l’idée de quantité mais aussi élimine l’ambiguïté dont, il est vrai, Housman trouve un exemple chez Lucrèce, 1, 670-671, Nam, quodcumque suis mutatum finibus exit, | continuo hoc mors est illius quod fuit ante. Heiden 1995 reprend à son compte le contresens condamné par Housman et comprend que Gallus mort « has become one with all his murdered countrymen, who take his place as the object of his sister’s love and pious devotion » ! Traill 1994 lit at (Ayrmann 1726), quicumque (Δ)… « but whoever finds bones scattered on an Etruscan hillside, let him know that these are mine », mais cette adresse à un inconnu découvreur des restes dispersés n’est rien moins que plausible et le distique final ne doit pas être ainsi désolidarisé de ce qui précède || 10 mea Nac A Λ : tua Npc1 selon Butrica 2006, p. 40, avec raison, semble-t-il. On attribue ordinairement la correction à N2, ce qui amoindrit son autorité (c’est de toute façon une leçon évidemment fausse).

I, 22

14Début d’un nouveau poème dans A S KJ MRU C, mais non dans N W. Il paraît étonnant qu’on ait jamais pu penser que la sphragis de notre monobiblos est un poème incomplet. Ce fut pourtant l’opinion de philologues considérables, dont le premier est Heinsius 1742, p. 335 (Elegia haec [21] et proxime subsequens nil nisi fragmenta sunt operis maioris). Housman 1888, p. 3 = 1972, p. 30-31 transféra II, 30, 21-22 après le vers 8 et IV, 1, 65-66 après le vers 10. Dans un article célèbre où il rattache notre poème à une tradition consistant à munir un ouvrage d’un γένος de l’auteur et où, se fondant sur notre poème et Horace, Épîtres, I, 20, il suppose qu’un recueil poétique hellénistique terminé par un tel γένος inaugura la pratique du poème-sphragis biographique, Leo 1898bis, p. 469-478 = 1960 II, p. 169-178, réussit à persuader Wilamowitz 1913, p. 296-298, de la mutilation de notre poème. Le grand helléniste se contenta, en invoquant le poème de Timothée publié par lui en 1900, de faire remonter cette pratique de la « signature » à la sphragis du nome citharédique et de réaffirmer la nature épigrammatique de la sphragis propertienne, niée par Leo (voir Reitzenstein 1936, p. 3-16). Aujourd’hui (voir déjà Rothstein 1920, p. 472), on est trop sensible aux symétries de l’architecture d’un recueil de poèmes post-alexandrin pour croire que la fin du poème manque. Les pièces 21-22 forment un diptyque épigrammatique de dix vers chacun, en même temps que la pièce 22 forme la conclusion de toute la monobiblos (Birt 1925, p. 33, considère les deux épigrammes comme conclusives, voit en Properce, II, 11 l’épigramme-sphragis du livre II, le reste de ce qui constitue notre livre II appartenant à ce qui fut le livre III, et rappelle que le caractère complet de la brève ode I, 38 d’Horace, « épigramme lyrique » conclusive, fut aussi mis en doute). Plusieurs érudits (ainsi Dettmer 1988), dont je suis, y trouvent même sous forme d’anagramme au vers 2 la réponse à l’une des questions du vers 1, réponse dont Leo croyait observer l’absence, PRO nostra semPER amiciTIA, c’est-à-dire, en quelque sorte, pars sum gentis Propertiae (sur les anagrammes antiques, voir Cameron 1995). De semblable manière, dans les Euménides d’Eschyle, la Pythie évoque sans le nommer Oreste en des vers (40-43) qui commencent par les lettres OR|E|ST|E (acrostiche antérieur à celui présenté comme le plus ancien par Irigoin 2009, p. 479-483) ; comparer la malicieuse épigramme d’époque augustéenne de Catilius (IPhilae II, 143 [Bernand 1969 II, p. 85-91]), acrostiche syllabique et griphe de dix vers gravé en 7 avant J.-C., publié en 1809 et expliqué pour la première fois par Franz 1845 || 1 Qualis et unde genus, c’est-à-dire qualis genus (accusatif de relation, voir Virgile, Én., 8, 114) et unde genus sc. sim. Comparer, mutatis mutandis, le dernier paragraphe du proème des Ῥωμαϊκά d’Appien, τίς δέ ὢν ταύτα συνέγραψα, πολλοί μὲν ἴσασι καὶ αὐτὸς προηφένα, σαφέστερον δ’ εἰπεῖν κτλ. || 2 semper, avec quaeris ou avec amicitia (figure ὑφ’ ἕν ; voir I, 20, 1 ; notre note à I, 16, 47-48 ; Shackleton Bailey 1956, p. 60). Dans un cas, Tullus est censé sans cesse interroger, pro amicitia, le locuteur sur sa qualité et ses origines (Rothstein 1920 : « aus der Antwort, die er gibt, Vmbria me genuit, geht hervor, daß er nicht von seiner Familie, sondern von dem Volksstamm sprechen wollte, aus dem er stammt » ; « il ressort de la réponse qu’il donne, Vmbria me genuit, qu’il avait en vue non sa famille, mais son origine ethnique ») ; dans l’autre, c’est l’ami de toujours qui lui pose ces questions. Tout cela est bien artificiel, dans les deux cas, même si Paley 1872, partisan de la première interprétation, en conclut que Tullus semble plutôt le puissant patron que l’ami intime du locuteur. Tout se passe comme si Tullus occupait la place du lector amicus ou candidus || 3-4 voir II, 1, 27 ciuilia busta Philippos ; Catulle, 68, 89 ; Lucain, 7, 862 Romani bustum populi ; Pétrone, 121, 112 Thessaliaeque rogos et funera gentis Iberae ; Ciris, 131, Scylla, patris miseri patriaeque inuenta sepulcrum ; Silius, 1, 50 Cannas, tumulum Hesperiae, avec la note de Drakenborch 1717 ; Bentley 1713 à Horace, Épodes, 9, 26. Scaliger 1577 et Baehrens 1880 ont cherché à éviter aux vers 3-4 d’être tautologiques en substituant le premier sepultae à sepulcra et le second patrum à patriae. Et si patriae signifiait « ta patrie », la patrie de L. Volcacius Tullus, qui serait donc l’Étrurie (voir Syme 1978, p. 98-99 et, contre Syme, Heyworth 2007b, p. 101) ? || 4 italiae Ω : Italiae et Lachmann 1816, comparant Pétrone, 121, 112. Italiae est complément de funera et de temporibus || 5 phraséologie alambiquée pour cum Romanos ciues sua discordia egit, voir Leo 1898bis, p. 474 = 1960 II, p. 174. Egit semble signifier non « poursuivait » (Viarre 2005) mais « agita », voir Lucain, 6, 780, effera Romanos agitat discordia manes, ou « poussa », voir Horace, Épodes, 7, 17, acerba fata Romanos agunt. Ou Properce a-t-il écrit fregit (Burman 1780, renonçant à sa conjecture et avançant sans les distinguer les passages d’Horace et de Lucain) ? || 6 sit Ω : tu ς avant Markland ap. Burman 1780 : fis Heinsius ap. Burman 1780 : sed Palmer 1880 : es Giardina 2005 (aux autres conjectures mentionnées par Smyth 1970 ajouter hic de Hillesum 1908 [« Theses VIII »]). On peut laisser de côté l’explication du texte transmis par Kirsopp Lake 1940, « si ton chagrin est causé par les célèbres tombes de ta patrie à Pérouse, monuments de ces jours mauvais pour l’Italie où les discordes de Rome amenèrent ses citoyens à l’anéantissement réciproque, alors permets que la poussière de l’Étrurie [où les restes de Gallus sont dispersés] soit mon chagrin à moi ». On adopte d’ordinaire sic (ς), qui est proche de sit mais n’est pas satisfaisant : c’est le type de la « cj. paléographique ». Lachmann 1816 explique sic d’une manière tout à fait forcée par in his bellorum ciuilium turbis et allègue de faux parallèles, dont I, 3, 34 ; Hanslik 1979, qui met entre parenthèses les vers 6-8, ne craint pas de renvoyer à un paragraphe de Hofmann-Szantyr 1972, p. 479, relatif à atque introduisant une principale et à ac sic en même fonction dans la Peregrinatio Aetheriae de la fin du ive siècle. Ni Goold 1990 et 1999 ni Viarre 2005 ne se donnent la peine de traduire ce sic. La conjecture que je préférerais est tu. Un bouche-trou a peut-être remédié à sa chute ou sit corrige peut-être sa corruption (voir note au vers 7). Heyworth 2007b, p. 101 approuve, peut-être avec raison, sed, que l’on trouve parfois confondu avec sic, et considère que tu « is palaeographically more distant and creates an overemphatic run » ; sur ce second point je suis en désaccord avec lui : puluis Etrusca me semble appeler tu au début du vers qui contient l’apostrophe, et la répétition très emphatique de tu, v. 7-8, me paraît parler plutôt pour que contre cette restitution de tu initial dans le premier des trois thrénétiques. Tu dispense d’ajouter es (correction bien légère, je n’en disconviens pas) après praecipue avec Heyworth ; avec sed et sans es l’apostrophe apparaît insuffisamment || remarquer puluis féminin ici et II, 13, 35 ; IV, 9, 31 ; masculin I, 19, 22. Le féminin très rare a attiré l’attention des grammairiens romains, qui le citent chez Ennius et Properce (II, 13, 35), voir Neue-Wagener 1902, I, p. 979 || 7 tu N Λ : et A || 8 puluis […] tu nullo […] contegis ossa solo, voir note à I, 20, 20. Un tel tour « makes the same thing a personal agent in an action and then the instrument with which the action is performed » (Postgate 1884). Leo y voit, comme au vers 5, une interversion (pour solum puluere) || 9 suppositos […] campos Postgate 1894, voir Hertzberg 1843 p. 5, ille ex ea Vmbriae parte oriundum se narrat, quae loco edito posita proxime contingat campum Perusinum : supposito […] campo Ω. Viarre 2005 garde la leçon transmise, mais traduit « touchant à la plaine », comme si contingo « être contigu à » (TLL IV 716, 42-68) se construisait avec le datif. Campo datif doit dépendre de proxima (voir Housman 1934, p. 137 = 1972, p. 1234 : « if dative it were, which there is no need to suppose, it could not depend on contingens »). D’autres y voient un ablatif (voir Plessis 1884, p. 122 avec n. 1, « la partie de l’Ombrie qui la [Pérouse] touche de plus près et sous laquelle s’étend une plaine m’a donné le jour »). Contingens appelle un COD. Bonne défense de suppositos campos chez Heyworth 2007b, p. 102 || 10 fertilis N T S JKW MRU C : ferulis A. — Parker 1992 rapproche Virgile, Géorg., 1, 492, 497, et 2, 185, et suggère que « to Propertius the very fertility of his native land is an affront. Its richness lies in the corpses of his countrymen that rotted and sank into it » (sur le thème de la terre fertilisée par le sang des guerriers morts, voir West 1997, p. 236-237). Hendry 1997, approuvé par Heyworth 2007b, p. 102, ajoute l’hypothèse à mon sens aventureuse d’un double sens de contingens (« polluting ») et de Vmbria (« Land of Shades », « Hades on earth »). Mais la terre qui recouvre ces morts est non l’Ombrie mais l’Étrurie. Cairns 2006, p. 6, préfère supposer que Properce rattache Vmbria à uber. Le poète me semble opposer d’une façon très accusée par le déséquilibre entre la protase surchargée et la brève apodose l’Étrurie honnie, à qui il impute hyperboliquement l’absence de sépulture de son parent, et sa patrie chérie, l’Ombrie.

Bibliographie

Ayrmann Christoph F., Sylva emendationum criticarum, Giessen, s. n., 1726.

Baehrens Emil, Sex. Propertii Elegiarum libri IV, Leipzig, Teubner, 1880.

Bentley Richard, édition, avec commentaire critique, des œuvres d’Horace, Amsterdam, Rod. & Jacob. Wetstenios, 1713 (Cambridge, s. n., 1711 ; Amsterdam, Rod. & Jacob. Wetstenios & Guil. Smith, 1728).

Bernand André, Les inscriptions grecques de Philae, Paris, CNRS Éditions, 1969, 2 volumes.

Birt Theodor, « Die Fünfzahl und die Properzchronologie », RhM, no 70, 1915, p. 253‑314.

—, Horaz’ Lieder, Studien zur Kritik und Auslegung, Leipzig, Verlag Quelle & Meyer, 1925.

Burman Pieter, Sex. Aurelii Propertii elegiarum libri IV, cum commentario perpetuo Petri Burmanni Secundi et multis doctorum notis ineditis opus Burmanni morte interruptum Laurentius Santenius, IC. absoluit, Utrecht, Barth. Wild, 1780.

Butler Harold E., Sexti Properti opera omnia, édition et commentaire, Londres, A. Constable & Co, 1905.

Butler Harold E. et Barber Eric A., The Elegies of Propertius, édition, introduction et commentaire, Oxford, Clarendon Press, 1933.

Butrica James L., « The textual tradition of Propertius », Brill’s Companion to Propertius, H.-C. Günther éd., Leyde-Boston, Brill, 2006, p. 25-43.

Cairns Francis, Sextus Propertius. The Augustan Elegist, Cambridge, Cambridge University Press, 2006.

Cameron Alan, « Ancient anagrams », AJPh, no 116, 1995, p. 477-484.

Campbell Archibald, édition d’Horace, Londres, Hodder & Stoughton, 1945 (Liverpool, University Press of Liverpool, 19532).

Dettmer Helena, « A poetic signature in Propertius 1.22.2 ? », Liverpool Classical Monthly, no 13-4, 1988, p. 55-56.

Dornseiff Franz, « Horaz und Properz », Philologus, no 87, 1932, p. 473-473.

Drakenborch Arnold, Caji Silii Italici punicorum libri septemdecim […], Utrecht, Vande Water…, 1717.

DuQuesnay Ian M. Le M., « In memoriam Galli », Author and Audience in Latin Literature, T. Woodman et J. Powell éd., Cambridge, Cambridge University Press, 1992, p. 52-83.

Enk Petrus J., Sex. Propertii Elegiarum Liber I (Monobiblos), cum prolegomenis, conspectu librorum et commentationum ad IV libros Propertii pertinentium, notis criticis, commentario exegetico, Leyde, Brill, 1946.

Fedeli Paolo et Ciccarelli Irma, Q. Horatii Flacci Carmina. Liber IV, commentaire, Florence, Le Monnier, 2008.

Flach Dieter, Das literarische Verhältnis von Horaz und Properz, Giessen, Mittelhessische Verlagsgesellschaft, 1967 (non vidi).

Fordyce Christian J., Catullus, commentaire, Oxford, Clarendon Press, 19652.

Franz Johannes, « Scherzhaftes Epigramm (von Philae) », RhM, no 3, 1845, p. 289 et suiv. (voir CIG III 4924b).

Frischer Bernard, « Horace and the monuments. A new interpretation of the Archytas Ode (C. 1.28) », HSPh, no 88, 1984, p. 71-102.

Giardina Giancarlo, Elegie. Properzio, édition critique et traduction, Rome, Edizioni Dell’Ateneo, 2005.

Goold George P., Elegies. Propertius, édition et traduction, Cambridge (Mass.) - Londres, Loeb, 1990.

—, « Paralipomena Propertiana », HStClPh, no 94, 1992, p. 287-320.

—, Elegies. Propertius, édition et traduction, Cambridge (Mass.) - Londres, Loeb, 1999.

Günther Hans-Christian éd., Brill’s Companion To Propertius, Leyde-Boston, Brill, 2006.

Hailer Eduard, Properzstudien, Programm Lateinschule Rosenheim, 1889.

Hanslik Rudolf, Sex. Propertii Elegiarum libri IV, édition, Leipzig, Teubner, 1979.

Hartenberger Rudolf, De « o » finali apud poetas Latinos ab Ennio usque ad Iuuenalem, Dissertation, Bonn, C. Georg, 1911.

Havet Louis, Notes critiques sur Properce, Paris, Honoré Champion, 1916.

Heiden Bruce, « Sic te servato : an interpretation of Propertius 1.21 », CPh, no 90, 1995, p. 161-167.

Heinsius Nicolaas, Adversariorum libri IV, Harlingen, s. n., 1742.

Helm Rudolf, « Properz I 21 », Rheinisches Museum für Philologie, no 95, 1952, p. 272‑283.

Hendry Michael, « Three Propertian puns », CQ, no 47, 1997, p. 599-603.

Hertzberg Wilhelm A. B., Sex. Aurelii Propertii elegiarum libri quattuor […] quaestionum Propertianarum libris tribus et commentariis illustravit Guil. Ad. B. Hertzberg, Tomus I. quaestiones continens, Halle, I. F. Lippert, 1843.

Heyworth Stephen, Sexti Properti elegos, édition critique, Oxford, Oxford University Press, 2007a.

Cynthia. A Companion to the Text of Propertius, Oxford, Oxford University Press, 2007b.

Heyworth Stephen et James Morwood, A Commentary on Propertius. Book 3, Oxford, Oxford University Press, 2010.

Hofmann Johann B. et Szantyr Anton, Lateinische Syntax und Stylistik, Munich, C. H. Becksche Verlagsbuchhandlung, 19722 (19651).

Housman Alfred E., « Emendationes Propertianae », JPh, no 16, 1888, p. 1-35 (= The Classical Papers of A. E. Housman, textes rassemblés et édités par J. Diggle et F. R. D. Goodyear, Cambridge, Cambridge University Press, 1972, p. 29-54).

—, « The manuscripts of Propertius », JPh, no 21, 1893, p. 101-197 (= The Classical Papers of A. E. Housman, textes rassemblés et édités par J. Diggle et F. R. D. Goodyear, Cambridge, Cambridge University Press, 1972, p. 232-304).

—, compte rendu de Butler, Sexti Properti opera omnia, CR, no 19, 1905, p. 317-320 (= The Classical Papers of A. E. Housman, textes rassemblés et édités par J. Diggle et F. R. D. Goodyear, Cambridge, Cambridge University Press, 1972, p. 630-636).

—, « Vester = tuus », CQ, no 3, 1909, p. 244-248 (= The Classical Papers of A. E. Housman, textes rassemblés et édités par J. Diggle et F. R. D. Goodyear, Cambridge, Cambridge University Press, 1972, p. 790-794).

—, M. Manilii Astronomicon liber tertius, recensuit et enarravit A. E. Housman, Londres, G. Richards, 1916.

—, M. Annaei Lucani Belli Ciuilis libri decem, editorum in usum edidit A. E. Housman, Oxford, Blackwell, 19272 (19261).

—, compte rendu de Butler et Barber, The Elegies of Propertius, CR, no 48, 1934, p. 136‑139.

Hutchinson Gregory, « The publication and individuality of Horace’s Odes books 1-3 », CQ, no 52, 2002, p. 517-537.

—, Talking Books, Oxford, Oxford University Press, 2008.

Irigoin Jean, Le poète grec au travail, Paris, De Boccard (Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 39), 2009.

Jacobs Friedrich, Sex. Aurelii Propertii carmina, édition, Leipzig, Teubner, 1827.

Keller Otto et Holder Alfred, Q. Horati Flacci Opera, Leipzig, Teubner, 1864 (18992).

Kiessling Adolf, Q. Horatius Flaccus I, Oden und Epoden, commentaire revu par R. Heinze, Berlin, Weidmann, 19176.

Kirsopp Lake Agnes, « A note on Propertius I 22 », CPh, no 35, 1940, p. 297-300.

Kühlewein Georg, « Kritische Bemerkungen zu Propertius », Festgruss Herrn Dr H. Heerwagen zur 25. Feier seines Amtsantrittes, dargebracht von den Lehrern der Studienanstalten Nürnberg und Fürth, Erlangen, s. n., 1882, p. 1-17.

La Penna Antonio, « Marginalia et hariolationes philologicae », Maia, no 5, 1952, p. 102‑104.

Lachmann Carl, Sextus Arelius Propertius, Carmina, édition et notes, Leipzig, G. Fleischer, 1816 (réimpression Olms 1973).

—, « Kritische Bemerkungen über einige Bruchstücke Römischer Juristen. 3. Ueber Aelius Gallus », Zeitschrift für geschichtliche Rechtswissenschaft, no 11-1, 1842, p. 116-118 (= Kleinere Schriften, Zweiter Band zur Classischen Philologie herausgegeben von J. Vahlen, Berlin, G. Reimer, 1876, p. 248-249).

Lambin Denis, commentaire d’Horace, première édition de Lyon, Jean de Tournes, 1561. [J’utilise la réimpression pratique (Jacob Hoelscher, Coblence, 1829) de l’édition de Francfort, Andreas Wechel, 1577.]

Lehrs Karl, Q. Horatius Flaccus, Leipzig, Vogel, 1869.

Leo Friedrich, compte rendu de M. Rothstein, Die Elegien des Sextus Propertius, Göttingische gelehrte Anzeigen, 1898, p. 722-750 (= Kleine Schriften II, Rome, Edizioni di storia e letteratura, 1960, p. 179‑209).

—, « Das Schlussgedicht des ersten Buches des Properz », Nachrichten der Göttinger Gesellschaft der Wissenschaften, Philologisch-Historische Klasse, 1898bis, p. 469-478 (= Kleine Schriften II, Rome, Edizioni di storia e letteratura, 1960, p. 169-178).

Liberman Gauthier, « Réflexions sur le texte et la composition de l’élégie de Properce sur la mort de Paetus (3, 7) », REL, no 74, 1996, p. 168-181.

—, Valerius Flaccus, Argonautiques, chants V-VIII, Paris, CUF, 2002.

—, Silves. Stace, édition et commentaire critique, Paris, Calepinus, 2010.

Meier Mischa, « Der Tod des Archytas, Eine Bemerkung zu Horaz, carmen I 28 », Gymnasium, no 106, 1999, p. 193-207.

Mersmann Hermann, Quaestiones Propertianae. Quo tempore Propertius natus sit, quae ratio inter Propertii elegiam IV 3 et Ovidii epistulas Heroidum intercedat, Dissertation Münster, Paderborn, Typographia Bonifaciana, 1931.

Müller Lucian, Q. Horatius Flaccus. Oden und Epoden, commentaire, Saint-Pétersbourg - Leipzig, Ricker, 1900.

Neue Friedrich et Wagener Carl, Formenlehre der lateinischen Sprache I, Leipzig, Reisland, 19023

Nisbet Robin, compte rendu de Flach, Das literarische Verhältnis von Horaz und Properz, CR, no 21, 1971, p. 57-58.

—, « Horace : life and chronology », The Cambridge Companion to Horace, S. Harrison éd., Cambridge, Cambridge University Press, 2007 (réimpression 2008), p. 7-21.

Nisbet Robin et Hubbard Margaret, A Commentary on Horace Odes Book I, Oxford, Oxford University Press, 1970 (19854).

Onions John H., « Critical notes, chiefly on the Menaechmi of Plautus », JPh, no 14, 1885, p. 53-77.

—, « Note on Propertius I, 21, 1-4 », JPh, no 15, 1886, p. 152-157.

Orazio. Enciclopedia oraziana, S. Mariotti éd., Rome, Istituto della Enciclopedia italiana, 1996-1998.

Orelli Johann Caspar et Baiter Johann Georg, Q. Horatius Flaccus, commentaire, Zurich, Orell Füssli, 18513.

Paley Frederick A., Sex. Aurelii Propertii carmina, The Elegies of Propertius, édition et notes, Londres, Bell and Daldy, 18722 (18531).

Palmer Arthur, Sex. Propertii Elegiarum libri IV, Londres-Dublin, s. n., 1880.

Parker Holt N., « The fertile fields of Umbria : Prop. 1.22.10 », Mnemosyne, no 45, 1992, p. 88-91.

Passerat Jean, Commentarii in C. Val. Catullum, Albium Tibullum et Sex. Aur. Propertium, cum tribus accuratissimis verborum, autorum et emendationum indicibus, Paris, s. n., 1608.

Peerlkamp Peter Hofman, Q. Horatii Flacci carmina, Haarlem, Loosjes, 1834 (nouvelle édition corrigée et augmentée, Amsterdam, F. Müller, 1862).

Petrone Giovanna, s. v. Archita, Enciclopedia Oraziana I, Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana Treccani, 1996, p. 860-861.

Plessis Frédéric, Études critiques sur Properce et ses élégies, Paris, Hachette, 1884.

Postgate John P., Select Elegies of Propertius, édition, introduction, notes et appendices, Londres, Macmillan, 18842 (18811).

—, « A last word on Propertius I.21.1-4 », JPh, no 15, 1886, p. 158-160.

—, Corpus poetarum Latinorum […] edidit Iohannes Percival Postgate, édition et apparat critique, I, Londres, 1894.

Pritchett William K., The Greek State at War IV, Berkeley - Los Angeles - Londres, University of California Press, 1985.

Reitzenstein Erich, Wirklichkeit und Gefühlsentwicklung bei Properz, Leipzig, Dieterich, 1936.

Rothstein Max, Die Elegien des Sextus Propertius, Berlin, Weidmann, 1898 [19202 pour le premier tome].

Scaliger Joseph, Catulli Tibulli Properti nova editio, Iosephus Scaliger Iul. Caesaris f. recensuit. Eiusdem in eosdem Castigationum Liber, Paris, M. Patisson, 1577.

Schulze Wilhelm, Zur Geschichte lateinischer Eigennamen, Berlin, Weidmann, 1904 (« Mit einer Berichtigungsliste zur Neuausgabe von O. Salomies », Zurich-Hildesheim, Weidmann, 1991).

Shackleton Bailey David R., Propertiana, Cambridge, Cambridge University Press, 1956.

Smyth William R., Thesaurus criticus ad Sexti Propertii textum, Leyde, Brill (Mnemosyne, supplement XII), 1970.

Steffen Bruce J., Hidden Presences. Monuments, Gravesites, and Corpses in Greek Funerary Epigram, Louvain, Peeters, 2005.

Syme Ronald, History in Ovid, Oxford, Clarendon Press, 1978.

Traill David A., « Propertius 1.21 : the sister, the bones, and the wayfairer », AJPh, no 115, 1994, p. 89-96.

Viarre Simone, Properce. Élégies, Paris, CUF, 2005.

Viparelli Valeria, « Properzio I, 21, 5 : l’espunzione di ut e l’interpretazione di servato », Bollettino di Studi Latini, no 18, 1988, p. 19-32.

West Martin L., The East Face of Helicon, West Asiatic Elements in Greek Poetry and Myth, Oxford, Clarendon Press, 1997.

Wilamowitz-Möllendorff Ulrich von, Sappho und Simonides. Untersuchungen über griechische Lyriker, Berlin, Weidmann, 1913.

Notes

1 Birt, Studien, p. 127 (voir bibliographie). Il ne rapproche de l’ode d’Horace que le premier volet du diptyque propertien. Nisbet-Hubbard, A Commentary on Horace Odes Book I, se contente d’une allusion à ce même premier volet (p. 318). Nisbet, dans son compte rendu de Flach, Das literarische Verhältnis, approuve Flach de mettre en doute « Dornseiff’s theory that Odes i. 28 (Archytas) is derived from Prop. i. 21 (Gallus) ». Je crois que Nisbet a tort et que l’observation ponctuelle de Dornseiff (« Horaz und Properz », p. 474) est juste.

2 Nul n’ignore l’importance accordée par Horace, comme par ses confrères, à l’architecture des poèmes et des recueils. Voir là-dessus, par exemple, les références indiquées dans Liberman, Silves. Stace, p. 33 n. 41, en ajoutant un renvoi à Irigoin, Le poète grec, p. 485-492 et p. 609-634.

3 Sur ce point contesté on verra l’introduction de mon édition commentée de la monobiblos, à paraître.

4 Voir Manuwald, dans Günther, Brill’s Companion, p. 225.

5 « The latter half of 23 », selon Nisbet-Hubbard, A Commentary, p. xxxvii. Voir encore Nisbet, « Horace : life and chronology », p. 12-14 spécialement, contre Hutchinson, « The publication and individuality » (publication séparée des trois livres, le premier peut-être avant 24, peut-être 26), repris dans Hutchinson, Talking Books, p. 131-161. L’opinio communis admet la thèse de la publication groupée de I-III en 23 (voir Fedeli dans le commentaire de Fedeli et Ciccarelli, Q. Horatii Flacci Carmina. Liber IV, p. 9).

6 Müller, Q. Horatius Flaccus. Oden und Epoden, p. 169, range l’ode parmi les plus anciennes du livre I pour des raisons métriques, stylistiques et autres (dont celle qu’Horace ne fait nulle part ailleurs parler une Ombre !) de valeur inégale. Nisbet et Hubbard n’en mentionnent aucune.

7 Voir la notice introductive de mon commentaire critique, où je me risque à suggérer qu’Horace a pu aussi se tromper.

8 Properce garde un certain mystère en ne révélant pas le degré de parenté, qui suscite chez les érudits modernes plusieurs hypothèses de plausibilité variable.

9 Il faut bien reconnaître que Venouse surprend un peu dans le cadre géographique cohérent que paraissent constituer Tarente (Archytas), litus Matinum (en Calabre, comme le remarquent, entre autres, Nisbet et Hubbard, et non en Apulie) et Illyricae undae (« this could include the Gulf of Taranto as well as the Adriatic », Nisbet et Hubbard, A Commentary, p. 323). C’est ce qui corrobore l’idée d’un clin d’œil.

10 L’usage (que j’ai suivi dans la disposition de l’ode) veut que la strophe formée par la succession de l’hexamètre et du tétramètre archiloquien soit tétrastique. Elle est en réalité distique. Les tenants de la strophe tétrastique, dont Horace lui-même a pu faire partie, se trompent sur la composition métrique des poètes grecs archaïques, dont les strophes sont distiques ou tristiques mais non tétrastiques.

11 Nisbet et Hubbard (A Commentary, p. 317) mentionnent « B. G. Weiske, Jahns Jahrb. 12. 1, 1830, 349 ff. », mais dans leur commentaire des Odes et Épodes, Orelli et Baiter (Q. Horatius Flaccus) disent que Weiske a été anticipé par « Hottingerus in Programmatis Turicc. a. 1788. et 1789. repetitis in eius Opuscc. phil. Lips. 1817 ». Müller (Q. Horatius Flaccus. Oden und Epoden I, p. 167) observe sévèrement ceci : « Bekanntlich ist über dieses Gedicht eine halbe Bibliothek zusammengeschrieben, obwohl weder die Schierigkeiten so gross sind, noch der Inhalt so bedeutend, um einen solchen Eifer zu rechtfertigen » (« Il est bien connu que la moitié d’une bibliothèque a été écrite sur ce poème, bien que ni l’importance de ses difficultés ni celle de son contenu ne puissent justifier un tel zèle »). Plutôt que d’admettre l’interprétation de Weiske, Lehrs préfère, dans son édition d’Horace (p. LVI-LIX), refuser à Horace la paternité des vers 21-36. C’est tout le poème, rappellent Keller et Holder dans leur édition Teubner de 1864 (p. 44), qu’en 1856 Jacob Maehly attribue à un interpolateur.

12 Voir son commentaire d’Horace, I, p. 121, de l’édition de Coblence (voir la bibliographie). L’opinion de Lambin fut, d’après Orelli-Baiter, Q. Horatius Flaccus, p. 160, déjà celle de Cristoforo Landino (1482).

13 Petrone (Enciclopedia oraziana, s. v. « Archita », I, p. 642) affirme la possibilité de considérer qu’Archytas est privé de sépulture : « A. insepolto, “trattenuto” nella condizione di chi è privo di onori funebri, proprio lui il grande “misuratore” della sabbia, per la mancanza di un po’ di terra che lo ricopra, chiede al marinaio che passa la pietosa offerta di tre manciate di terra’. » Cette interprétation de cohibent […] pulueris exigui […] parua […] munera me paraît des plus forcées : il manque au latin ce qu’y rajoute la paraphrase italienne, « nella condizione di chi è privo di onori funebri ». On ne dira jamais assez combien les paraphrases abusives sont dangereuses pour l’exégèse et la critique verbale des textes anciens.

14 Son interprétation contraint Frischer, « Horace and the monuments », à neutraliser quoque en donnant à cet adverbe une fonction purement « inceptive », consistant à ne marquer que le début d’une nouvelle partie.

15 Peerlkamp, Q. Horatii Flacci carmina, p. 121, avait rejeté les vers 19-20 : « vides quanto melius haec procedant, versu eiecto ».

16 Le locuteur (v. 26) prie le sable de recouvrir Paetus d’un mouvement spontané. La diatribe propertienne condamnant l’appât du gain rappelle le multaque merces […] tibi defluat (v. 28) de l’ode d’Horace (noter tout le sel de defluat mis dans la bouche du marin noyé). Une étonnante fatalité veut que le désordre des vers de l’« Élégie à Paetus », tels qu’ils sont transmis, en fasse un poème non moins mystérieux et entêtant que celui d’Horace ; chaque éditeur non conservateur en range les vers comme il lui plaît. Le réarrangement de Heyworth, Sexti Properti elegos, reproduit et défendu dans le commentaire tironum in usum de Heyworth et Morwood (A Commentary on Propertius. Book 3, 2010), n’offre pas toute satisfaction, et l’athétèse des vers 21-22 au moins, admise, avec celle des vers 23-24, par les deux érudits, paraît fourvoyée : les vers 21-22 semblent contenir des allusions trop subtiles (voir Liberman, « Réflexions sur le texte », p. 179-180) pour qu’on puisse les attribuer avec vraisemblance à un interpolateur. Il reste, contre l’avis exprimé chez Liberman (ibid.) que toute conservation de l’ordre transmis des vers est vouée à l’échec, bien que l’ordre authentique (car il y en eut un !) soit peut-être impossible à établir, non qu’aucun ordre proposé ne soit acceptable mais parce que, au contraire, trop de possibilités sont envisageables. Le lecteur trouvera dans le commentaire de Heyworth et Morwood, p. 156‑173, un certain nombre d’épigrammes grecques illustrant les thèmes de l’ode d’Horace et de l’Élégie à Paetus. Voir aussi, plus généralement, Steffen, Hidden Presences.

17 Extrait d’une édition de la monobiblos avec commentaire critique que je prépare. Le texte latin auquel le commentaire est attaché se trouve reproduit au début de l’article.

Auteur

Gauthier Liberman est professeur de langue et littérature latines à l’université Michel de Montaigne-Bordeaux 3 et directeur d'études cumulant à l'École pratique des hautes études en ecdotique des textes latins antiques. Il travaille dans le domaine de la tradition, de la critique et de l’ecdotique des textes grecs et latins. Il s’occupe aussi de métrique grecque et latine et d’historiographie grecque. Il a publié notamment : « À propos du fragment 58 Lobel-Page, Voigt de Sappho », ZPE, n° 108, 1995, p. 45-46 ; Valerius Flaccus, Argonautiques. I-IV, édition et traduction G. Liberman, Paris, Les Belles Lettres, 1997 et Valerius Flaccus, Argonautiques. V-VIII, édition et traduction G. Liberman, Paris, Les Belles Lettres, 2002 ; Alcée, Fragments I et II, texte introduit, établi, traduit et annoté par G. Liberman, Paris, Les Belles Lettres, 1999 ; Pseudo-Sénèque, Octavie, texte traduit et annoté, édité sans apparat critique mais avec un appendice critique (p. 85-122) par G. Liberman, Paris, Les Belles Lettres, 1998 ; Pindare, Pythiques, texte établi et annoté par G. Liberman, Paris, Calepinus, 2004 ; Stace, Silves, texte édité avec commentaire critique par G. Liberman, Paris, Calepinus, 2010.

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable