Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'épigramme dans tous ses états : épigraphiques, littéraires, historiques

 | 
Eleonora Santin
, 
Laurence Foschia

Epigrammata de poetis

Epigrammata de poetis, phraséologismes et références : le cas de Léonidas de Tarente

Hamidou Richer

Résumé

Par cet article, on tente d’analyser comment une épigramme littéraire peut réutiliser certaines caractéristiques ordinaires de différentes phraséologies (inscriptions, éloge, etc.) lorsque la personne louée par l’épigramme est célèbre, comme un poète peut l’être. On étudiera ici trois épigrammes de Léonidas de Tarente (iiie siècle avant J.-C.) qui portent sur trois poètes (Homère, Pindare et Érinna). Dans le premier poème, Léonidas utilise une analogie cosmique, qui se trouve dans des éloges ou dans les inscriptions : dans ce cas une seule lecture est suffisante. Pour Pindare, ce qui semble, en première analyse, une simple inscription s’avère être plus élaboré à la lumière de l’intertextualité ; ce poème nécessite donc une nouvelle lecture. Enfin, l’épigramme consacrée à Érinna est encore plus complexe, car la poétesse elle-même a réutilisé, dans sa poésie, les formules des inscriptions. Par ces trois exemples, nous souhaitons suggérer combien de soin demande l’analyse d’une phraséologie, lorsque la personne dont une épigramme fait l’éloge n’est pas un simple inconnu.

This paper tries to analyse how a literary epigram can reuse some common features of various phraseologies (inscriptions, praise, etc.), when the person praised by the epigram is famous as a poet can be. Three epigrams by Leonidas of Tarentum (3rd century BC) dealing with three poets (Homer, Pindar and Erinna) are studied here. In the first poem Leonidas uses a cosmic analogy, which can be found either in eulogies or inscriptions: a single reading is sufficient. For Pindar, what seems at first sight a plain inscription turns out to be more elaborate in the light of intertextuality; this poem needs to be read again. Lastly the epigram about Erinna is even more complex, because this poetess herself had reused, in her poetry, the formulaic patterns of the inscriptions. By these three examples, we hope to suggest how carefully phraseology must be analysed, when the person praised by an epigram is not unknown.

Texte intégral

Abréviations

AP = Anthologie Palatine.

APl = Anthologie Planude.

G.-P. = Gow Andrew S. F. et Page Denys L. éd., The Greek Anthology. Hellenistic Epigrams, Cambridge, Cambridge University Press, 1965, 2 volumes, ou The Greek Anthology. The Garland of Philip and some Contemporary Epigrams, Cambridge, Cambridge University Press, 1968, 2 volumes.

GVI Peek Werner, Griechische Vers-Inschriften Ι, Grabepigramme, Berlin, Akademie Verlag, 1955.

SGOstMerkelbach Reinhold et Stauber Josef, Steinepigramme aus dem griechischen Osten, Stuttgart, Teubner, 1998-2004, 5 volumes.

 

  • 1 Nous remercions le professeur Ettore Cingano d’avoir attiré notre attention sur les connotations m (...)

1Dans cet article, nous tenterons d’illustrer les problèmes littéraires que posent les épigrammes consacrées à des poètes. Leur spécificité réside selon nous dans la rencontre entre deux lectures possibles. Qu’elle soit littéraire (Buchepigramm) ou épigraphique (Steinepigramm), une épigramme est censée s’adresser à un passant ou à un lecteur. Deux éléments la composent : une partie formulaire1 que le lecteur/passant reconnaît grâce à des phraséologismes ; on les retrouve d’épigramme en épigramme, et c’est grâce à eux que l’on identifie tel texte comme étant une épigramme. Le second élément, ce sont les informations qui s’attachent à un individu unique, normalement nommé, mais inconnu de celui qui lit l’inscription, à moins d’appartenir aux proches ou à la famille du défunt, s’il s’agit, par exemple, d’une épitaphe. Ce schéma est brisé lorsqu’une épigramme est consacrée à un poète, car si le phraséologisme demeure, en revanche l’individu dont il est question est connu. Dès lors, le lecteur a tout loisir de penser à ce qu’il sait de la vie ou de l’œuvre du poète célébré, et ensuite de l’appliquer à sa lecture de l’épigramme. Telle est la double lecture qui définit l’epigramma de poeta : elle réunit la reconnaissance des « codes » de l’épigramme et l’attente créée par le nom de l’individu qui nous est familier et non plus inconnu. Pour le dire encore autrement, ce n’est pas la même chose que de lire ci-gît le misérable Untel et ci-gît le misérable Victor Hugo, car si dans les deux cas on peut reconnaître le phraséologisme utilisé dans les épitaphes – à savoir ci-gît –, dans le second cas le mot « misérable » rappelle le titre d’une œuvre célèbre de ce romancier.

2Nous venons de parler des « codes » de l’épigramme, mais dans notre titre nous avons employé les termes de « phraséologismes » et de « références ». Par « phraséologismes », nous entendons des énoncés suffisamment figés pour pouvoir être reconnus au premier coup d’œil, mais également assez souples pour être soumis à des évolutions. Par exemple, en français l’expression ci-gît Untel indique à coup sûr une épitaphe, mais toutes les épitaphes ne se réduisent pas pour autant à ce seul phraséologisme. Par « références », nous entendons plus largement toute allusion littéraire, sociale ou autre, à laquelle peut renvoyer une épigramme. Contrairement au phraséologisme, cette allusion doit être extérieure au monde de l’inscription, mais néanmoins reconnaissable comme telle par celui qui la lit. Les épigrammes littéraires aussi bien que les épigrammes épigraphiques peuvent présenter soit un phraséologisme, soit une référence. C’est donc, à chaque fois, l’élément que peut reconnaître le lecteur dans une épigramme, par opposition à l’information propre à chaque individu qui est également véhiculée, et a priori ignorée. Tout cela manifeste le besoin qu’éprouve le lecteur d’identifier, puis d’inventorier différents types de discours qui sont pour lui autant d’horizons d’attente.

3Ainsi, dans cette étude, il s’agira de déterminer tout ce que le lecteur est censé reconnaître dans des epigrammata de poetis. D’une manière générale, le phraséologisme est précisément ce à quoi on ne prête pas attention quand on lit une inscription ; nous verrons donc comment certains formulaires ont pu être remotivés lorsqu’un poète est célèbré ; quant à la référence, il s’agira la plupart du temps de l’œuvre de ce poète célébré, mais nous verrons dans quelle mesure. Nous nous demanderons également à quel moment il est possible de reconnaître ces codes : sont-ils perceptibles dès la première lecture, ou bien ne peut-on les percevoir qu’à la relecture de l’épigramme ? Nous verrons que les effets créés par l’auteur utilisent ces deux modalités.

  • 2 Nous renvoyons aux monographies de Geffcken, « Leonidas », et de Gigante, L’edera di Leonida, ains (...)
  • 3 Sur la datation traditionnelle de cet auteur, et la critique de la datation plus basse proposée pa (...)
  • 4 La liste suit l’ordre de l’édition G.-P., mais renvoie également à l’AP.

4Pour mener à bien ces analyses, nous aurions pu choisir un poète et étudier toutes les épigrammes qui lui étaient consacrées, mais nous avons préféré l’autre solution qui s’offrait à nous, à savoir prendre un épigrammatiste et étudier les épigrammes célébrant des poètes. Notre choix s’est porté sur Léonidas de Tarente2. On situe traditionnellement l’apogée de cet auteur aux alentours de 300 avant J.-C.3, et son esthétique peut être associée à trois caractéristiques. La première est l’emploi d’un vocabulaire difficile, d’une langue riche en hapax, qui fait de lui un poète de l’époque hellénistique jugé obscur et difficile. Cette esthétique culmine dans des listes d’objets consacrés, listes fort populaires, puisque ce type d’épigrammes a été de nombreuses fois imité dans l’Anthologie Palatine. La deuxième caractéristique est l’attention toute particulière qu’il manifeste envers les pauvres et les couches sociales les moins aisées de la cité, telles que les artisans. On explique en général cette tendance en invoquant l’influence des philosophes cyniques, auxquels il consacre plusieurs épigrammes. La troisième caractéristique est qu’une bonne partie de son œuvre est consacrée à des poètes, ce qui fait de cet épigrammatiste un terrain propice à notre enquête – d’autant plus que nous avons la chance de bénéficier d’un nombre important d’épigrammes pour cet auteur : l’édition Gow-Page en effet inclut 103 épigrammes sous son nom. Voici la liste de celles qu’il consacre à des personnes célèbres4 : Homère (G.-P. 30 = AP IX 24), Anacréon (G.-P. 31 = APl 306), Léonidas en tant que pauvre (G.-P. 36 et 37 = AP VI 300 et VI 302), le cynique Socharès (G.-P. 54 et 55 = AP VI 293 et VI 298), Alcman (G.-P. 57 = AP VII 19), Hipponax (G.-P. 58 = AP VII 408), le cynique Diogène (G.-P. 59 = AP VII 67), Anacréon (G.-P. 90 = APl 307, épigramme iambique), Léonidas en tant que poète (G.-P. 93 = AP VII 715), Érinna (G.-P. 98 = AP VII 13), Pindare (G.-P. 99 = AP VII 35), Aratos de Soles (G.-P. 101 = AP IX 25) et Démocrite (G.-P. 102 = AP IX 563). Nous nous concentrerons dans cette étude sur les épigrammes consacrées à Homère, Pindare et Érinna. Nous nous poserons à chaque fois deux questions : quel phraséologisme ou quelles références le lecteur (ou le passant) peut-il reconnaître à la lecture de ces épigrammes ? Quelles connaissances sur le poète ou sur son œuvre l’épigramme convoque-t-elle ?

L’épigramme consacrée à Homère : le degré zéro de la référence

5L’épigramme consacrée à Homère constitue le degré zéro de la référence, car rien n’indique que ce soit une inscription. Comme le dit le commentaire d’Andrew S. F. Gow et Denys L. Page (The Greek Anthology, p. 340), « the lines make no pretence of being inscriptional ». Sa structure en est simple : une analogie exprimée en deux distiques, chacun fondé sur une opposition, le soleil et Homère d’une part, les autres astres et les autres poètes d’autre part.

6Léonidas de Tarente, G.-P. 30 = AP IX 24 :

  • 5 Sauf indication contraire, le texte et la traduction des œuvres citées sont extraits de l’édition (...)
Ἄστρα μὲν ἠμαύρωσε καὶ ἱερὰ κύκλα σελήνης
ἄξονα δινήσας ἔμπυρον ἠέλιος·
ὑμνοπόλους δ’ ἀγεληδὸν ἀπημάλδυνεν Ὅμηρος
λαμπρότατον Μουσῶν φέγγος ἀνασχόμενος.
Le soleil éteint l’éclat des astres, du disque sacré de la lune, quand il fait tourner son char de feu : de même les poètes, en foule, furent éclipsés par Homère, quand il brandit l’éclatant flambeau des Muses.5

7Aucune référence n’est ici faite ni à la vie ni à l’œuvre d’Homère, la visée de ce poème est donc purement épidictique, il ne s’agit que d’affirmer l’excellence de ce poète. On peut tout d’abord se demander si cette épigramme est censée être littéraire ou épigraphique. On ne perçoit pas, à la première lecture, son caractère épigraphique. Néanmoins Aristoxenos D. Skiadas (Homer, p. 81) cite dans son étude d’autres épigrammes, qui montrent qu’une allusion épigraphique est possible. Ainsi Diogène Laërce nous transmet une inscription à propos d’Épicharme, qui figure également dans l’Anthologie Palatine et dont il précise qu’elle était inscrite sur une statue. Son témoignage semble donc montrer que notre épigramme peut imiter une inscription réelle, en l’occurrence honorifique.

8AP VII 125 et Diogène Laërce VIII, 78 :

Εἴ τι παραλλάσσει φαέθων μέγας ἅλιος ἄστρων
καὶ πόντος ποταμῶν μείζον’ ἔχει δύναμιν,
φαμὶ τοσοῦτον ἐγὼ σοφίᾳ προέχειν Ἐπίχαρμον,
ὃν πατρὶς ἐστεφάνωσ’ ἅδε Συρακόσιον.
Si le soleil immense surpasse les astres par son éclat, si la mer a plus de puissance que les fleuves, je dis, moi, qu’Épicharme l’emporte autant en sagesse, lui que notre patrie a couronné comme Syracusain.
  • 6 Pour le thème de l’artisanat dans l’Iliade, on peut penser au Bouclier d’Achille (XVIII, 468-613), (...)

9Nous suivrons Marcello Gigante (L’edera di Leonida, p. 77-87) quand il parle de la source d’inspiration qu’Homère a pu constituer pour l’épigrammatiste que nous étudions, qu’il s’agisse de la langue épique, à laquelle Léonidas fait beaucoup d’emprunts ou dont il s’inspire pour créer des néologismes poétiques, ou bien du thème de l’artisanat, présent dans l’Iliade comme dans l’Odyssée6. Cette fois-ci, l’allusion serait donc littéraire plutôt qu’épigraphique.

10Enfin le lecteur/passant peut reconnaître non une formule, mais une très vieille comparaison en usage dans le vocabulaire de l’éloge, que l’on rencontre également dans des genres littéraires autres que l’épigramme. Nous le démontrerons en citant Lucrèce, en aval de cette épigramme.

11Lucrèce, De la nature des choses, III, 1042-1044 :

Ipse Epicurus obit decurso lumine vitae,
qui genus humanum ingenio superavit, et omnis
restinxit, stellas exortus ut aetherius sol.
Épicure lui-même est mort, après avoir parcouru la carrière lumineuse de la vie, lui qui par son génie s’éleva au-dessus de l’humanité, et plongea dans l’ombre tous les autres sages, comme dans les régions de l’éther le soleil levant éteint les autres étoiles.

12En amont, nous citerons Homère lui-même, mais dans des contextes différents. Nos deux exemples sont tirés de l’Odyssée : il s’agit d’un vers qui apparaît deux fois de manière identique pour décrire le palais de Ménélas et celui d’Alkinoos, dont l’éclat est comparé au soleil et à la lune ; le second exemple décrit la toile de Pénélope, finalement achevée et dont l’éclat suggère la même comparaison.

13Homère, Odyssée, IV, 45 et VII, 84 : 

ὥς τε γὰρ ἠελίου αἴγλη πέλεν ἠὲ σελήνης
C’était comme un éclat de soleil et de lune.

14Homère, Odyssée, XXIV, 147-148 :

εὖθ’ ἡ φᾶρος ἔδειξεν, ὑφήνασα μέγαν ἱστόν,
πλύνασ’, ἠελίῳ ἐναλίγκιον ἠὲ σελήνῃ
La pièce était tissée tout entière, lavée ; elle nous la montrait ; la lune et le soleil ne sont pas plus brillants.

15Cette comparaison a donc évolué depuis Homère : avec le temps on a fini par comparer les grands hommes – Homère, Épicharme, Épicure – aux grandes forces de la nature (astres et fleuves). Cette épigramme manifeste donc le degré zéro de la référence, car elle parle de manière essentiellement indirecte de l’auteur. Renvoie-t-elle à l’œuvre d’Homère ? Au vocabulaire de l’éloge ? À d’autres épigrammes ? À un contexte littéraire ou bien épigraphique ? À un peu de tout sans doute, l’allusion est assez ouverte. Seule importe donc la lecture, car la relecture de cette épigramme ne donne pas matière à réanalyse.

L’épigramme consacrée à Pindare ou comment remotiver un formulaire

16L’épigramme consacrée à Pindare est fondée sur un tout autre jeu : nous ne sommes plus cette fois dans la reprise d’une comparaison ancienne et relativement fréquente, ni même dans l’hommage rendu à un poète qui a pu être une source d’inspiration, mais dans la reprise d’un phraséologisme épigraphique au sens strict du terme. À première vue, cette épigramme paraît insignifiante : c’est un vulgaire distique, et le formulaire dont témoigne l’hexamètre semble banal et aisément réutilisable ; comme le dit Silvia Barbantani (« I poeti lirici », p. 16), « il distico in questione è ancora vicino alla semplicità delle prime epigrafi ». Seule l’évocation d’un poète célèbre semble donc justifier que l’on s’attarde sur cette épigramme.

17G.-P. 99 = AP VII 35 :

Ἄρμενος ἦν ξείνοισιν ἀνὴρ ὅδε καὶ φίλος ἀστοῖς,
Πίνδαρος, εὐφώνων Πιερίδων πρόπολος.
Plaisant aux étrangers, l’homme que voici fut cher aux citoyens : c’est Pindare, serviteur des Muses à la belle voix.

18L’originalité de cette épigramme, ou du moins de son hexamètre, est qu’on la voit réapparaître à deux endroits différents : tout d’abord dans un passage de Plutarque, extrait du De animae procreatione in Timaeo, au détour d’une remarque concernant la notion d’ἄρθμια.

19Plutarque, De animae procreatione in Timaeo, § 1030A :

  • 7 Nous citons l’édition Loeb (1976) et traduisons nous-même.
… οὐδὲ τοὺς ποιητὰς λέληθεν ‘ἄρθμια’ μὲν τὰ φίλα καὶ προσηνῆ καλοῦντας ‘ἀναρσίους’ δὲ τοὺς ἐχθροὺς καὶ τοὺς πολεμίους, ὡς ἀναρμοστίαν τὴν διαφορὰν οὖσαν. ὁ δὲ τῷ Πινδάρῳ ποιήσας τὸ ἐπικήδειον·
ἄρμενος ἦν ξείνοισιν ἀνὴρ ὅδε καὶ φίλος ἀστοῖς.
εὐαρμοστίαν δῆλός ἐστι τὴν ἀρετὴν ἡγούμενος.
… même les poètes s’en sont aperçus, puisqu’ils appellent « ajusté » ce qui manifeste amitié et affection, mais « non ajustés » ceux qui manifestent haine et inimitié, considérant la querelle comme étant un défaut d’ajustement. Il est évident que l’auteur de cette élégie destinée à Pindare : « plaisant aux étrangers, l’homme que voici fut cher aux citoyens » considère l’excellence comme étant un bon ajustement.7
  • 8 Johannes Heinrich Mordtmann, MDAI(A) no 4, 1879, p. 18, no 3. Nous citons l’édition la plus récent (...)

20Plutarque associe clairement cette épigramme à Pindare, mais bizarrement il semble méconnaître Léonidas de Tarente, dont la célébrité durant l’Antiquité est pourtant prouvée par les nombreuses imitations dont il a fait l’objet dans l’Anthologie Palatine. L’autre texte est une inscription publiée pour la première fois par Mordtmann à la fin du xixe siècle8 :

Ἡρώνδας Ἀλκιάδα Ἡρακλεώτ[ης]
ἄρμενος ἦν ξείνοισιν ἀνὴρ ὅδε καὶ φίλ[ος ἀστοῖς]
πλείστην τε εὐφροσύνῃ δόξαν [ἀειράμενος]
Hérondas, fils d’Alkiadas, originaire d’Hérakleia. Plaisant aux étrangers, l’homme que voici fut cher aux citoyens ; sa gaieté lui avait fait obtenir une très grande réputation.

21Seuls ces trois textes citent exactement l’hexamètre. Est-ce la trace d’un formulaire épigraphique plus ancien ou au contraire le signe que Léonidas ou tout autre auteur a créé artificiellement un formulaire, plus tard repris par Plutarque et l’inscription réelle ? Nous laisserons la question ouverte, mais l’épigramme célébrant Tellen, dont l’authenticité n’est pas mise en doute, montre que Léonidas peut aussi composer un unique distique.

22G.-P. 9 = AP VII 719 :

Τέλληνος ὅδε τύμβος· ἔχω δ’ ὑπὸ βώλῳ πρέσβυν
τῆνον τὸν πρᾶτον γνόντα γελοιομελεῖν.
C’est ici le tombeau de Tellen ; j’enferme sous mes mottes ce vieillard, qui le premier sut faire des chansons pour rire.

23Qu’il ait été créé ou repris, le plus important à nos yeux est que l’auteur de ce poème a délibérément employé un formulaire de facture archaïque, comme l’indiquent l’emploi d’ἀστός au lieu de πολίτης tout d’abord, ensuite l’usage d’ἄρμενος au sens moral – c’est ce sens archaïque qui intéresse Plutarque –, enfin et surtout la reprise d’une très vieille association entre « concitoyens » et « étrangers », qui est un phraséologisme, au-dehors comme au-dedans de la tradition épigrammatique. Johannes Geffcken (« Leonidas », p. 62) renvoie à Théognis tout d’abord, puis à Hésiode, et enfin à Léonidas lui-même ; j’ajouterai pour ma part qu’on le rencontrera à nouveau dans l’une des épigrammes d’Érinna (voir infra).

24Théognis, 793-794 :

Μήτε τινὰ ξείνων δηλεύμενος ἔργμασι λυγροῖς
μήτε τινἐνδήμων, ἀλλὰ δίκαιος ἐών,
τὴν σαυτοῦ φρένα τέρπε.
Loin de nuire, par des actes indélicats, à aucun étranger, à nul compatriote, réjouis ton cœur sans cesser d’être juste.

25Hésiode, Les Travaux et les Jours, 225-226 :

οἳ δὲ δίκας ξείνοισι καὶ ἐνδήμοισι διδοῦσιν
ἰθείας καὶ μή τι παρεκβαίνουσι δικαίου.
Ceux qui, pour l’étranger et pour le citoyen, rendent des sentences droites et jamais ne s’écartent de la justice.

26Léonidas de Tarente, G.-P. 11 = AP VII 440 :

[...]
ᾔδει καὶ ξείνοισι καὶ ἐνδήμοισι προσηνέα
ἔρδειν. Γαῖ’ ἐρατὴ, τοῖον ἔχεις φθίμενον.
[...] il savait, au milieu des étrangers comme de ses compatriotes, se montrer plein d’accueil. Ô terre aimable, tel était l’homme que tu possèdes mort !

27En ce qui concerne les références à l’œuvre de l’auteur, on peut tout d’abord souligner que le choix d’un formulaire de facture archaïque dans le but de célébrer un auteur du début du ve siècle n’est pas sans intérêt ; c’est même sans doute un effet délibérément voulu. La remotivation du formulaire, ensuite, est indiquée par le fait suivant : en lisant le premier hexamètre, le lecteur/passant reconnaît au premier coup d’œil que l’on a célébré un « bon citoyen », conscient de ses devoirs. Un de plus ! Silvia Barbantani (« I poeti lirici », p. 18) dit elle-même : « Il Pindaro che emerge da questo distico è lo stesso che veniva considerato nel V secolo maestro di morale : moderato, amante del prestigio, prediletto dagli dei, un buon πολίτης. » Toutefois quand le lecteur/passant lit le pentamètre, il comprend qu’il ne s’agit finalement pas d’un anonyme, mais de Pindare, le poète bien connu. Il peut dès lors relire l’hexamètre à la lumière de son œuvre. Or, la poésie de Pindare est peuplée d’« hôtes » et de « citoyens », et ce sont précisément ces valeurs civiques qu’elle célèbre. Nous montrerons à partir de trois exemples la remotivation à laquelle cette réflexion conduit.

28Une première série de remotivations se trouve dans les 6e, 5e et 4e Olympiques. La 6e Olympique illustre le thème de la jalousie dont peut être victime le champion athlétique que célèbre l’épinicie, car le succès attire la malveillance ; la 5e Olympique rappelle que la gloire de l’homme qui a réussi une épreuve rayonne également dans sa propre cité, donc parmi ses propres concitoyens. Enfin, dans la 4Olympique, il est dit que c’est le grand sens de l’hospitalité dont est doué ce champion qui justifie son éloge.

29Pindare, 6e Olympique, 9-11 :

τίνα κεν φύγοι ὕμνον
κεῖνος ἀνήρ, ἐπικύρσαις
ἀφθόνων ἀστῶν ἐν ἱμερταῖς ἀοιδαῖς;
Est-il alors un hymne qui puisse lui manquer, sans que nulle jalousie se mêle aux chants précieux dont l’honorent ses concitoyens ?

30Pindare, 5eOlympique, 36-38 :

[…] ἠῢ δ’ ἔχον-
τες σοφοὶ καὶ πολί-
ταις ἔδοξαν ἔμμεν.
Mais ceux qui réussissent font applaudir leur talent, même chez leurs concitoyens.

31Pindare, 4eOlympique, 15 :

χαίροντά τε ξενίαις πανδόκοις
puisqu’il se plaît à une large hospitalité.

32Mais il y a mieux : nous retrouvons chez Pindare lui-même le phraséologisme que nous avions trouvé chez Hésiode, Théognis et Léonidas de Tarente, celui qui réunit concitoyens et étrangers. Nous le voyons tout d’abord dans la 13e Olympique où l’οἶκος, « famille », du commanditaire de Pindare est « conciliante envers ses concitoyens et serviable aux étrangers », de même que dans la 7e Olympique où c’est une αἰδοία χάρις de la part de ses concitoyens comme des étrangers que Pindare appelle de ses vœux pour son commanditaire.

33Pindare, 13e Olympique, 1-4 :

Τρισολυμπιονίκαν
ἐπαινέων οἶκον ἅμερον ἀστοῖς,
ξένοισι δὲ θεράποντα, γνώσομαι
τὰν ὀλβίαν Κόρινθον.
Trois fois olympionique est la maison que je loue ; conciliante envers les concitoyens, serviable aux étrangers, je reconnais en elle l’opulente Corinthe.

34Pindare, 7eOlympique, 163-166 :

[Τίμα]
ἄνδρα τε πὺξ ἀρετὰν εὑ-
ρόντα, δίδοι τέ οἱ αἰδοίαν χάριν
καὶ ποτ’ ἀστῶν καὶ ποτὶ ξεί-
νων.
[Protège] ce héros à qui son poing a conquis la gloire ; donne-lui le respect affectueux de ses concitoyens et des étrangers.

35Pour en revenir à l’épigramme d’où nous étions partis, on peut noter un dernier effet perçu à la relecture, dans le pentamètre cette fois-ci, et non plus dans l’hexamètre. En effet lui aussi renferme une allusion – en l’occurrence, vraisemblablement une citation – à la poésie de Pindare, car le syntagme εὐφώνων Πιερίδων se retrouve une seule fois parmi les Odes qui sont parvenues jusqu’à nous, dans la 1re Isthmique (G.-P., p. 395) :

36Pindare, 1re Isthmique, 90-91 :

Εἴη νιν εὐφώνων πτερύγεσσιν ἀερθέντ’ ἀγλααῖς
Πιερίδων [...].
Puisse-t-il encore, porté sur les ailes brillantes des Piérides mélodieuses [...].

37Ce n’est pas le seul l’hexamètre, mais l’ensemble du distique qui est saturé de références à l’œuvre de Pindare. On voit donc comment une épigramme qui semblait n’avoir rien pour elle peut finalement se révéler plus complexe qu’elle ne paraissait : elle ne susciterait pas notre curiosité si elle était consacrée à un inconnu, mais le fait qu’elle célèbre Pindare lui donne, ou lui redonne, tout son sens.

L’épigramme consacrée à Érinna ou la référence intertextuelle

  • 9 Elles sont citées infra, telles qu’elles apparaissent dans la CUF. L’édition la plus récente de ce (...)
  • 10 AP VII 11 ; VII 12 ; VII 13 ; IX 190.

38Avec Érinna, c’est un troisième type de jeu qui est convoqué : l’intertextualité. Avec cette poétesse nous quittons l’âge archaïque pour nous rapprocher de l’époque hellénistique. Elle est aujourd’hui connue essentiellement pour être l’auteur d’un poème intitulé La Quenouille, ainsi que de trois épigrammes9 conservées dans l’Anthologie Palatine, laquelle Anthologie a également préservé quatre épitaphes10 dont elle est le sujet, et non plus l’auteur. C’est l’une d’elles que nous allons étudier.

39Les épigrammes d’Érinna auxquelles Léonidas de Tarente se réfère dans son jeu intertextuel font partie des trois épigrammes d’Érinna conservées par l’Anthologie Palatine. Notre commentaire comportera cinq remarques, qui viseront à préciser la situation d’intertextualité. Comme dans l’épigramme précédente, ces références ne sont pas apparentes à la première lecture : c’est la citation à la fin de l’épigramme qui est le déclencheur, et qui invite le lecteur/passant à la relire.

40Léonidas de Tarente / Méléagre de Gadara, G.-P. 98 = AP VII 13 :

Παρθενικὰν νεαοιδὸν ἐν ὑμνοπόλοισι μέλισσαν
Ἤρινναν Μουσῶν ἄνθεα δρεπτομέναν
Ἅιδας εἰς ὑμέναιον ἀνάρπασεν. Ἦ ῥα τόδ’ ἔμφρων
εἶπ’ ἐτύμως ἁ παῖς· ‘Βάσκανός ἔσσ’, Ἀίδα.’
Vierge abeille au chant neuf parmi les faiseurs d’hymnes, Érinna butinait les fleurs des Muses, quand Hadès la ravit pour l’hymen. Ah ! Certes, elle avait dit vrai, la sage enfant : « Tu es un jaloux, Hadès » !

41Érinna, G.-P. 2 = AP VII 712 :

Νύμφας Βαυκίδος εἰμί· πολυκλαύταν δὲ παρέρπων
στάλαν τῷ κατὰ γᾶς τοῦτο λέγοις Ἀίδᾳ·
‘Βάσκανός ἔσσ’, Ἀίδα.’ Τὰ δέ τοι καλὰ σάμαθ’ ὁρῶντι
ὠμοτάταν Βαυκοῦς ἀγγελέοντι τύχαν,
ὡς τὰν παῖδ’, Ὑμέναιος ἐφ’ αἷς ἀείδετο πεύκαις, 5
ταῖσδ’ ἐπὶ καδεστὰς ἔφλεγε πυρκαϊᾷ·
καὶ σὺ μέν, ὦ Ὑμέναιε, γάμων μολπαῖον ἀοιδὰν
ἐς θρήνων γοερῶν φθέγμα μεθαρμόσαο.
Je suis la tombe de la jeune mariée Baukis : en passant près de la stèle arrosée de pleurs, au souterrain Hadès veuille dire ceci : « Tu es jaloux, ô Hadès », et si tu regardes ces beaux symboles, ils t’apprendront le très cruel destin de Baukis, comment cette enfant, avec les torches mêmes derrière lesquelles on chantait hyménée, fut par son beau-père brûlée sur le bûcher ; et toi, ô Hyménée, l’harmonieux chant des noces, tu l’as fait passer au son des thrènes gémissants.
  • 11 Neri, Erinna, p. 88-89, doute qu’il s’agisse d’une citation, mais rappelle que les commentateurs s (...)

42Nous commencerons cette série de remarques par le commentaire de la citation, qui a depuis longtemps été remarquée par les commentateurs11 : il s’agit de la phrase Βάσκανός ἔσσ’, Ἀίδα, que l’auteur emprunte à l’une des trois épigrammes d’Érinna. On peut remarquer que Léonidas déplace cette parole de l’hexamètre au pentamètre. Ce faisant, il la met fortement en valeur, d’abord parce qu’hexamètres et pentamètres ne sont pas fondés sur le même rythme, ensuite parce qu’elle apparaît à la fin de l’épigramme, elle en constitue donc la chute. Nous l’avons dit, c’est elle qui invite à la relecture. Dès le premier mot, on s’aperçoit que l’attaque des deux épigrammes est semblable, puisque toutes les deux commencent par le mot « jeune fille » ; παρθενικὰν peut en effet être considéré comme une référence à νύμφας.

  • 12 Cameron, « Erinna’s distaff », p. 287, parle de « transference of Erinna’s words about Baucis to E (...)
  • 13 Sur ces questions, voir Tueller, Look Who’s Talking, p. 36-42.
  • 14 Baukis est l’amie d’Érinna, dont elle pleure la mort dans ses poèmes.

43Outre cette citation, on peut remarquer que la situation du discours a changé12 ; dans deux des trois épigrammes qui nous sont parvenues et dont Érinna est l’auteur, cette poétesse reprend un trait de l’époque archaïque : l’inscription demande au passant de s’arrêter un instant pour penser au défunt. Cela peut aller de la formule στῆθι καὶ οἴκτιρον (« arrête-toi et aie pitié ») jusqu’à l’énoncé de ce que le passant est invité à dire13. C’est la situation que nous avons ici. Dans la première épigramme, face au tombeau de la défunte Baukis14, nous sommes invités à prendre la parole pour dire « tu es jaloux, Hadès ». Dans la deuxième épigramme, c’est la défunte qu’Érinna fait parler.

44Érinna, G.-P. 1 = AP VII 710 :

Στᾶλαι καὶ Σειρῆνες ἐμαὶ καὶ πένθιμε κρωσσὲ,
ὅστις ἔχεις Ἀίδα τὰν ὀλίγαν σποδιὰν,
τοῖς ἐμὸν ἐρχομένοισι παρ’ ἠρίον εἴπατε χαίρειν,
αἴτ’ ἀστοὶ τελέθωντ’ αἴθ’ ἑτεροπτόλιες·
χὤτι με νύμφαν εὖσαν ἔχει τάφος, εἴπατε καὶ τό· 5
χὤτι πατήρ μ’ ἐκάλει Βαυκίδα, χὤτι γένος
Τηνία, ὡς εἰδῶντι· καὶ ὅττι μοι ἁ συνεταιρὶς
Ἤρινν’ ἐν τύμβῳ γράμμ’ ἐχάραξε τόδε.
Ô stèles et vous, mes Sirènes, et toi, urne funèbre qui pour Hadès enfermes ma pauvre cendre, à ceux qui passent près de mon tombeau dites adieu, qu’ils soient mes concitoyens, qu’ils soient d’une autre ville ; et que ce sépulcre renferme en ma personne une jeune mariée, dites-le aussi ; et que mon père m’appelait Baukis, et que de race j’étais Ténienne, pour qu’ils le sachent ; et que ma compagne Érinna sur ma tombe a gravé cette épitaphe.
  • 15 D’après la correction de Reiske, adoptée par Neri, Erinna, p. 162.

45La défunte interpelle stèles, urne et Sirènes, afin que celles-ci saluent le passant et lui indiquent les informations traditionnellement délivrées par les épigrammes : nom, situation sociale et cité d’origine du défunt. La facture archaïque de cette deuxième épigramme d’Érinna peut aussi se voir dans la variation opérée sur le phraséologisme que nous avons trouvé chez Théognis, Hésiode, Pindare et Léonidas lui-même (voir supra) : αἴτ’ ἀστοὶ τελέθωντ’ αἴθ’ ἑτεροπτόλιες15.

46Revenons à Léonidas et à la première épigramme d’Érinna : cette parole – « tu es jaloux, Hadès » – n’est plus proférée par le passant, pour Baukis, et à la demande d’Érinna, mais par et pour Érinna elle-même par l’entremise de Léonidas. Le jeu est ici complexe : en imitant Érinna, Léonidas imite la requête de l’époque archaïque ; mais ce n’est plus le passant qui est sommé de manifester de la pitié envers le défunt, c’est l’épigrammatiste qui cite une parole de la défunte, qu’elle a pu dire de son vivant. Or, cette parole n’est pas une simple parole, c’est une citation littéraire, et il insiste sur ce fait : επ’ ἐτύμως ἁ παῖς, d’ailleurs en utilisant le verbe qui revient plusieurs fois dans la deuxième épigramme d’Érinna – nous l’avons souligné : εἴπατε χαίρειν, εἴπατε καὶ τό.

  • 16 Sur l’emploi possible non d’un refrain, mais de l’emploi répété de cris de douleur (« not a refrai (...)

47Après la situation de discours, on peut noter les répétitions16 : elles aussi soulignent l’intertextualité entre Léonidas et la première épigramme d’Érinna. Dans ces deux poèmes Ἀίδᾳ est répété deux fois, une fois dans la citation, et une autre fois en dehors. De même on peut remarquer que le seul autre mot répété dans le poème d’Érinna est ὑμέναιος, en raison de l’invocation de cette divinité lors d’un mariage. Cet ὑμέναιος apparaît dans l’épigramme de Léonidas, bien que l’accusatif témoigne d’une variation – car il apparaît au nominatif, puis au vocatif chez Érinna. Or cette reprise n’est pas simplement soulignée par la répétition que l’on trouve dans le poème imité ; elle l’est tout autant par l’homotaxie, car on peut remarquer que dans les trois occurrences que renferment les deux épigrammes, ὑμέναιος occupe exactement la même place dans le vers, à savoir les deuxième et troisième pieds.

48Quatrième remarque, l’adverbe ἐτύμως fait peut-être référence à la troisième épigramme d’Érinna conservée dans l’Anthologie Palatine.

49Érinna, G.-P. 3 = AP VI 352 :

Ἐξ ἀταλᾶν χειρῶν τάδε γράμματα. Λῷστε Προμαθεῦ,
ἔντι καὶ ἄνθρωποι τὶν ὁμαλοὶ σοφίαν·
ταύταν γοῦν ἐτύμως τὰν παρθένον ὅστις ἔγραψεν,
αἰ καὐδὰν ποτέθηκ’, ἦς κ’ Ἀγαθαρχὶς ὅλα.
Ce sont des mains novices qui ont tracé ces traits. Mon cher Prométhée, il y a des humains qui t’égalent par leur talent : celle qui l’a peint a fait de cette jeune fille un portrait bien ressemblant ; s’il l’avait doué de la parole, ce serait Agatharchis en personne.
  • 17 Sur l’emploi de cet adverbe à l’époque hellénistique et dans cette épigramme de Nossis de Locres, (...)

50Cet adverbe17 est usuel dans une autre catégorie d’épigrammes qu’illustre notamment Nossis de Locres ; il s’agit d’insister sur le réalisme qui caractérise certains travaux réalisés par des jeunes filles.

51Nossis de Locres, G.-P. 8 = AP VI 353 :

Αὐτομέλιννα τέτυκται· ἴδ’, ὡς ἀγανὸν τὸ πρόσωπον
ἁμὲ ποτοπτάζειν μειλιχίως δοκέει·
ὡς ἐτύμως θυγάτηρ τᾷ ματέρι πάντα ποτῴκει.
Ἦ καλὸν ὅκκα πέλῃ τέκνα γονεῦσιν ἴσα.
C’est Mélinna en personne : voyez comme son aimable visage semble nous regarder tendrement et comme tous les traits de la fille rappellent ceux de sa mère. C’est une bien belle chose que de voir les enfants égaler leurs parents.
  • 18 Comme l’indique An Index to the Anthologia, p. 316.

52On peut remarquer que les deux épigrammes, celle d’Érinna et celle de Nossis, se suivent dans le livre VI de l’Anthologie. Léonidas récupère vraisemblablement cet adverbe, car il n’apparaît que sept fois18 dans l’Anthologie Palatine, et seules ces trois occurrences fournissent un même contexte : le milieu de jeunes filles décrit par Érinna et par Nossis.

53Cinquième et dernière remarque, on peut noter qu’un hapax bien choisi a été utilisé dans le poème qui nous intéresse : il s’agit de νεαοιδόν, soit d’un mot qui est justement censé souligner la dimension novatrice de la poésie d’Érinna.

54La plupart des effets présents dans cette épigramme relèvent donc de la relecture plutôt que de la lecture. Celle-ci n’est pas suggérée de la même manière que dans l’épigramme de Pindare. Alors que pour Pindare, le déclencheur était le nom du poète qui commençait le pentamètre, ici c’est la chute du poème, car il s’agit d’une citation. Ces deux épigrammes font appel à la connaissance de l’œuvre des poètes célébrés, mais différemment : cette référence est discrète pour Pindare et cachée derrière un formulaire épigraphique apparent ; dans le cas d’Érinna, c’est un véritable jeu de piste qui est proposé au lecteur, les références sont plus précises et surtout disséminées dans plusieurs épigrammes : elles exigent donc toute son attention.

Conclusion

  • 19 Gow, The Greek Anthology. Sources and Ascriptions, p. 40 : « AP VII 35 is ascribed to Leonidas by (...)

55Pour conclure cette étude, nous ferons deux remarques. La première concerne l’attribution des épigrammes : la paternité de celles qui célèbrent Pindare et Érinna a souvent été refusée à Léonidas. Dans le premier cas, Gow19 précise que l’un des lemmatistes attribue l’épigramme à Platon. Silvia Barbantani (« I poeti lirici », p. 15) déclare à ce propos : « La discussione sulla paternità del componimento, platonico o leonideo, è destinata a non aver soluzione. » De même celle consacrée à Érinna est aussi attribuée à Méléagre. En raison de l’absence de documents, la question est bien souvent indécidable, ainsi laisserons-nous cette question ouverte. C’est la raison pour laquelle nous avons choisi de donner une dimension littéraire plus large à notre étude : s’il devait s’avérer que les épigrammes que nous avons analysées ne sont pas en définitive de la main de Léonidas de Tarente, en revanche le raisonnement que nous avons produit sur la spécificité des epigrammata de poetis nous semble, quant à lui, rester valide.

56Notre seconde remarque, c’est de dire qu’à côté des poètes, dans la liste des épigrammes léonidéennes consacrées à des hommes célèbres que nous donnions au début de cette étude, il apparaît que des philosophes, et l’auteur lui-même, sont aussi pris pour sujets. La spécificité de la double lecture resterait valide dans ces deux autres cas, car ni ces philosophes ni bien sûr l’auteur lui-même ne sont des personnes inconnues du lecteur. Néanmoins leur cas diffère de celui des poètes dans le corpus de notre auteur. En effet, pour eux et pour lui-même, Léonidas de Tarente a eu recours à sa fameuse liste d’objets, comme le montre une épigramme consacrée au cynique Socharès.

57Léonidas de Tarente, G.-P. 55 = AP VI 298 :

Πήρην κἀδέψητον ἀπεσκληρυμμένον αἰγὸς
στέρφος καὶ βάκτρον τοῦτό γ’ ὁδοιπορικὸν
κὤλπαν ἀστλέγγιστον ἀχάλκωτόν τε κυνοῦχον
καὶ πῖλον κεφαλᾶς οὐ λασίας σκέπανον
ταῦτα καταφθιμένοιο μυρικίνεον περὶ θάμνον 5
σκῦλ’ ἀπὸ Σωχάρεος Λιμὸς ἀνεκρέμασεν.
Une besace, une peau de chèvre non tannée, toute durcie, puis ce bâton de voyage, une gourde que ne polit jamais le strigile, une bourse sans la moindre monnaie et ce bonnet qui couvrait un crâne tout dénudé : telles sont les dépouilles de Socharès, qu’à sa mort la Faim a suspendues à un buisson de tamaris.
  • 20 Voir les épigrammes AP VI 129, 130, 131 = G.-P. 34, 95, 35 attribuées à Léonidas de Tarente, et l’ (...)

58On retrouve ici la fameuse liste d’objets ; celle-ci nous oriente vers une épigramme dédicatoire, ce que confirme le verbe ἀνεκρέμασεν, mais καταφθιμένοιο est aussi là pour rappeler le formulaire des épitaphes, de même que σκῦλα rappelle la dédicace militaire que l’on fait des dépouilles de l’ennemi à l’issue d’une bataille20. L’intention est ici clairement parodique, puisque le dédicant n’est autre que la Faim ; les principes de la philosophie cynique sont bien sûr fondamentaux pour comprendre la déformation que Léonidas fait subir au genre d’épigrammes qu’il a inventé, à savoir la liste d’objets. Pour célébrer les poètes en revanche, il n’aura pas recours à ce genre qu’il réserve aux thèmes traditionnellement associés à la philosophie cynique : le jeu auquel il se livre avec les poètes n’en est pas pour autant moins complexe.

Bibliographie

An Index to the Anthologia Graeca, Amsterdam, Adolf M. Hakkert Publisher, 1985.

Barbantani Silvia, « I poeti lirici del canone alessandrino nell’epigrammistica », Aevum(ant), no 6, 1993, p. 5-97.

Bowra Cecil M., « Erinna’s lament for Baucis », Greek Poetry and Life. Essays presented to Gilbert Murray on his seventieth birthday, C. Bailey et al. éd., Oxford, Clarendon Press, 1936.

Cameron Alan et Cameron Averil, « Erinna’s distaff », CQ, no 19, 1969, p. 285-288.

Geffcken Johannes, « Leonidas von Tarent », Jahrbücher für classische Philologie, Suppl. 23, Leipzig, 1896.

Gigante Marcello, L’edera di Leonida, Naples, Morano (Collana di Filologia Classica, 1), 1971.

Gow Andrew S. F., The Greek Anthology. Sources and Ascriptions, Londres, Society for the Promotion of Hellenic Studies, 1958.

Gow Andrew S. F. et Page Denys L., The Greek Anthology. Hellenistic Epigrams, Cambridge University Press, 1965 [= G.-P.].

Gutzwiller Kathryn, Poetic Garlands. Hellenistic Epigrams in Context, Berkeley, University of California Press, 1998.

Hainsworth John B., The Flexibility of the Homeric Formula, Oxford, Oxford University Press, 1968.

Hansen Peter Allan, Carmina epigraphica Graeca, Berlin - New York, De Gruyter, 1983-1989.

Neri Camillo, Erinna. Testimonianze e Frammenti, Bologne, Pàtron (Eikasmos Studi, 9), 2003.

Parker Holt N., « An Epigram of Nossis (8 G.-P. = AP 6.353) », CQ, no 54, 2004, p. 618‑620.

Skiadas Aristoxenos D., Homer im griechischen Epigramm, Athènes, Zentrum für klassische Studien (Griechische Humanistische Gesellschaft, 4), 1965.

Stella Luigia Achillea, Cinque poeti dell’Antologia Palatina, Bologne, Zanichelli, 1949.

Tueller Michael A., Look Who’s Talking. Innovations in Voice and Identity in Hellenistic Epigram, Leuven-Paris, Peeters (Hellenistica Groningana, 13), 2008.

Watkins Calvert, How to Kill a Dragon. Aspects of Indo-European Poetics, Oxford - New York, Oxford University Press, 1995.

Notes

1 Nous remercions le professeur Ettore Cingano d’avoir attiré notre attention sur les connotations malheureuses que pouvait comporter le mot « formule », eu égard à la définition très spécifique qu’il revêt dans la critique homérique (sur ce point, voir Hainsworth, The Flexibility, p. 33-45, et Watkins, How to Kill a Dragon, p. 12-19). Plutôt que de « formules », nous parlerons donc dans cette étude de « phraséologismes » ou de « formulaires ».

2 Nous renvoyons aux monographies de Geffcken, « Leonidas », et de Gigante, L’edera di Leonida, ainsi qu’au chapitre consacré à Léonidas de Tarente dans Stella, Cinque Poeti, p. 77-152, et Gutzwiller, Poetic Garlands, p. 88-114, en plus du commentaire de G.-P.

3 Sur la datation traditionnelle de cet auteur, et la critique de la datation plus basse proposée par G.-P., voir Gutzwiller, Poetic Garlands, p. 88-89.

4 La liste suit l’ordre de l’édition G.-P., mais renvoie également à l’AP.

5 Sauf indication contraire, le texte et la traduction des œuvres citées sont extraits de l’édition Les Belles Lettres (CUF). Le cas échéant, nous soulignons les passages que nous commentons.

6 Pour le thème de l’artisanat dans l’Iliade, on peut penser au Bouclier d’Achille (XVIII, 468-613), et dans l’Odyssée au radeau que construit Ulysse (V, 228-261). Pour les néologismes créés par Léonidas de Tarente à partir d’Homère, voir les exemples cités par Gigante, L’edera di Leonida, p. 58-59.

7 Nous citons l’édition Loeb (1976) et traduisons nous-même.

8 Johannes Heinrich Mordtmann, MDAI(A) no 4, 1879, p. 18, no 3. Nous citons l’édition la plus récente du texte, telle qu’elle apparaît en SGOst 09/14/04, p. 273 (= GVI 905, Abonuteichos sur le Pont-Euxin ? iiie-iie siècle av. J.-C.), et traduisons nous-même.

9 Elles sont citées infra, telles qu’elles apparaissent dans la CUF. L’édition la plus récente de ce qu’il reste de la vie et de l’œuvre d’Erinna est cependant celle de Neri, Erinna.

10 AP VII 11 ; VII 12 ; VII 13 ; IX 190.

11 Neri, Erinna, p. 88-89, doute qu’il s’agisse d’une citation, mais rappelle que les commentateurs sont quasi unanimes sur ce point : « La conclusione più ovvia, cui quasi tutti gli studiosi sono giunti, è che Leonida (o chi per lui) citasse direttamente l’epigramma di Erinna […]. Per quanto ovvia, però, tale ricostruzione non manca di suscitare perplessità » (« La conclusion la plus évidente, à laquelle tous les commentateurs sont arrivés, est que Léonidas citait directement l’épigramme d’Érinna […]. Bien qu’elle soit évidente, cette reconstitution ne manque pas de soulever des perplexités »). Nous suivons, dans cet article, la première hypothèse.

12 Cameron, « Erinna’s distaff », p. 287, parle de « transference of Erinna’s words about Baucis to Erinna herself ».

13 Sur ces questions, voir Tueller, Look Who’s Talking, p. 36-42.

14 Baukis est l’amie d’Érinna, dont elle pleure la mort dans ses poèmes.

15 D’après la correction de Reiske, adoptée par Neri, Erinna, p. 162.

16 Sur l’emploi possible non d’un refrain, mais de l’emploi répété de cris de douleur (« not a refrain but certain recurring cries of sorrow ») dans l’œuvre d’Érinna, voir Bowra, « Erinna’s lament », p. 337-338.

17 Sur l’emploi de cet adverbe à l’époque hellénistique et dans cette épigramme de Nossis de Locres, voir Parker, « An Epigram of Nossis ».

18 Comme l’indique An Index to the Anthologia, p. 316.

19 Gow, The Greek Anthology. Sources and Ascriptions, p. 40 : « AP VII 35 is ascribed to Leonidas by A, but, when repeated after 516, to Plato by C, and there is a similar disagreement at VI 291. » Le même auteur explique à la page 10 que A est le scribe d’une moitié du manuscrit de l’Anthologie Palatine (« [the manuscript] falls into two parts, both placed by palaeographers in the tenth century […]. The earlier, which begins at AP IX 564, was written in the main by two scribes, whom Preisendanz calls B and B2 ; the later, containing, after other matter, AP I-IX 563, was also written in the main by two scribes, whom Preisendanz and Stadtmüller call A and J »), et que C est « the Corrector » identifié par Stadtmüller.

20 Voir les épigrammes AP VI 129, 130, 131 = G.-P. 34, 95, 35 attribuées à Léonidas de Tarente, et l’épigramme AP VI 132 = G.-P. 2 attribuée à Nossis de Locres.

Auteur

Hamidou Richer est ancien élève de l’École normale supérieure de Paris, agrégé de grammaire et titulaire d’un Master 2 d’études indiennes (université de Paris III - Sorbonne Nouvelle). ATER à l’université de Paris-Ouest Nanterre La Défense, il achève une thèse à l’École normale supérieure de Lyon sous la direction de C. Cusset intitulée « Théocrite et la création de la pastorale : entre mime et idylle ». Il a également publié deux articles dans la revue Lalies (« Les emplois formulaires du substantif θαῦμα chez Homère et Hésiode », n° 31, 2011 ; « Théocrite, les poètes gastronomes et Chromis de Libye », n° 34, 2014) et une contribution intitulée « Les adjectifs bucolicus, amoebaeus, rusticus et pastoralis » dans les actes du colloque « Servius et le savoir antique », 2016.

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable