Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'épigramme dans tous ses états : épigraphiques, littéraires, historiques

 | 
Eleonora Santin
, 
Laurence Foschia

Epigrammata de poetis

Un hommage de poète à poète ? Sur quelques aspects des épigrammes grecques funéraires consacrées aux poètes des époques archaïques et classiques

Flore Kimmel-Clauzet

Résumé

Les épigrammes funéraires dédiées aux poètes des époques archaïques et classiques, composées en Grèce tout au long de l'Antiquité, semblent à première vue constituer l’hommage de nouveaux poètes aux poètes anciens. Mais la relation impliquée est plus complexe. D’une part, le poème ne représente pas seulement la voix du poète qui l’a écrit, mais également celle de la communauté dans laquelle le poème a cours. D’autre part, l’hommage prétendu peut servir de support à d’autres visées (présentation d’une lecture particulière de l’œuvre du poète défunt, affirmation de ses propres capacités poétiques), voire laisser la place à d’autres types de discours, allant jusqu’à la critique ou à la dérision. Ce constat incite donc à examiner sous un autre jour les enjeux de ces textes et leurs fonctions.

Funerary epigrams of archaic and classical poets, composed in Greece all through Antiquity, seem at first sight to be homages from new poets to ancient poets. But the implied relationship is more complex. On the one hand, the poem represents not only the voice of the single poet who wrote it, but also that of the community in which the poem was composed. On the other hand, the alleged homage can act as a support for other goals (the production of a particular reading of the work of a deceased poet, the affirmation of his own poetic capabilities), or even to give way to other types of discourse, ranging from critique to derision. This observation therefore leads us to examine the issues of these texts and their uses in another light.

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple Rosen, « The Hellenistic epigrams », et pour une étude plus large, Bing, The Well (...)

1L’éloge du défunt, élément récurrent des épitaphes en Grèce ancienne, prend naturellement une dimension plus importante dans les épigrammes littéraires, surtout quand ces dernières sont consacrées à des personnages célèbres. L’éloge, en ce cas, justifie la place accordée au grand homme dans la mémoire collective. Il est donc naturel de trouver dans les épigrammes grecques consacrées aux grands poètes des époques archaïque et classique, comme dans les épigrammes consacrées à d’autres grandes figures, une dimension foncièrement laudative. Ce qui peut surprendre est au contraire le fait que certaines épigrammes funéraires conservées n’adoptent pas ce ton élogieux. Certaines d’entre elles, comme les épigrammes consacrées aux poètes iambiques Archiloque et Hipponax, semblent même présenter le poète sous un mauvais jour, ce qui a incité la critique à s’interroger sur les fonctions des épigrammes funéraires de poètes, lorsque celles-ci s’insèrent dans un contexte purement littéraire1.

  • 2 Nous reprenons ici une expression employée par les auteurs d’époque impériale, qui faisaient, semb (...)
  • 3 Sauf précision, tous les exemples que nous citons proviennent de l’Anthologie Palatine. Les traduc (...)

2Il faut préciser que, parmi les épigrammes funéraires conservées dans un contexte littéraire (recueils d’épigrammes ou citations dans d’autres œuvres), les épigrammes consacrées à des poètes constituent une catégorie à part entière. En témoigne l’existence de séries, comme celle qui ouvre le livre VII de l’Anthologie Palatine (poèmes 1 à 55), la plus longue d’entre elles, ou encore celle, plus courte, des poèmes 405 à 411 du même livre. Celles-ci sont très majoritairement consacrées à de grandes figures de la poésie archaïque et classique. Elles émanent essentiellement de poètes – quand on peut les identifier – ayant vécu du iiie siècle au ier siècle avant J.-C., même si certaines sont plus tardives. La particularité de cette catégorie d’épigrammes qui pourrait être à l’origine de son essor est de mettre en relation deux poètes, appartenant qui plus est à deux époques différentes : celui qui est évoqué dans le poème, que l’on peut définir comme un « poète ancien »2, et celui qui compose l’épigramme en vers, qui se perçoit lui-même, on le verra, comme un « nouveau poète ». Il semble donc qu’on ait affaire à un genre particulièrement propice à une réflexion d’ordre métapoétique, ce qui expliquerait l’expansion des formes poétiques par rapport à des épitaphes réelles – ou supposées telles – ainsi que la différence de ton ressentie à la lecture. Mais comment cette dimension réflexive s’accommode-t-elle de l’utilisation d’une forme d’épitaphe, qui est avant tout une évocation de la personne du mort ? Voilà ce que nous nous proposons d’examiner dans le présent article, en nous attachant à voir dans quelle mesure ces épigrammes funéraires font intervenir des figures de poètes (celle du poète sur lequel porte l’épigramme mais aussi celle du poète auteur de l’épigramme), et quelles conséquences cette mise en scène peut avoir sur la représentation d’une relation entre poètes, plus précisément entre « anciens poètes » et « nouveaux poètes »3.

Représentation du poète défunt en tant que poète

3Rares sont les épigrammes qui se passent d’allusions plus ou moins détaillées au statut de poète du défunt. L’absence d’une référence, même brève, à la pratique de la poésie s’explique en fait par des traits spécifiques. Certains poèmes n’ont que de lointains rapports avec des épitaphes réelles, même s’ils en adoptent la forme, dans d’autres, le contenu est déterminé par la visée idéologique des épigrammes, par l’identité de leur rédacteur réel – et l’époque à laquelle il compose – ou par celle du locuteur de l’épigramme, ces divers facteurs d’explication pouvant se conjuguer.

  • 4 Concernant le goût pour les figures paradoxales dans les épigrammes funéraires, voir Garson, « Par (...)

4Une épigramme est insérée dans la Vie anonyme d’Eschyle (§ 17) qui précise qu’il s’agit de « l’inscription que porte sa tombe », ἐπιγέγραπται τῷ ταφῷ αὐτοῦ. Elle est composée d’un vers unique qui reprend sous forme condensée les modalités de mort du poète : αἰετοῦ ἐξ ὀνύχων βρέγμα τυπεὶς ἔθανον, « Je suis mort, frappé à la tête d’un trait venu des serres d’un aigle ». Ce type d’épigramme, inhérent au genre biographique, a pour fonction d’accentuer le caractère dramatique du récit de mort. C’est ici l’utilisation de l’épigramme dans le cadre du récit biographique qui détermine l’absence de notation concernant le défunt. Autre possibilité, qui n’est plus liée à l’insertion dans un contexte particulier : l’utilisation de l’épigramme funéraire comme pur jeu poétique, jouant par exemple sur une figure du paradoxe4, tel le distique suivant (VII 46) : Οὐ σὸν μνῆμα τόδ’ ἔστ’, Εὐριπίδη, ἀλλὰ σὺ τοῦδε / τῇ σῇ γὰρ δόξῃ μνῆμα τόδ’ ἀμπέχεται, « Ce monument ne conserve pas ta mémoire, Euripide, c’est toi qui conserves la sienne, car c’est de ta gloire que ce monument est revêtu ».

5Certaines épigrammes funéraires sont des affirmations d’ordre patriotique et insistent sur le lien que le grand homme entretient avec telle ou telle cité ou région. C’est le cas d’une épigramme consacrée à Euripide (VII 47) : Ἅπασ’ Ἀχαιῒς μνῆμα σῶν Εὐριπίδῃ / οὔκουν ἄφωνος, ἀλλὰ καὶ λαλητέος, « Toute l’Achaïe est un monument intact à la mémoire d’Euripide. Elle n’est pas sans voix, elle fait même parler d’elle ».

  • 5 Sur l’épigramme comme support de la voix d’une communauté, voir Sourvinou-Inwood, « Reading » Gree (...)

6Dans ce cas, on peut noter que le système énonciatif adopte un énoncé débrayé, c’est-à-dire exempt de toute référence à un locuteur particulier ou d’inscription dans une temporalité, ce qui lui permet de laisser entendre une voix pouvant s’interpréter comme celle d’une communauté5, à quelque époque que ce soit. Les modalités de représentation du défunt, la fonction idéologique de l’épigramme et la fiction d’énonciation adoptée paraissent ainsi corrélées. Cette corrélation se vérifie dans d’autres épigrammes (VII 45 ; VII 46 ; VII 54).

7Dans certains cas, l’absence d’allusion à la dimension proprement poétique de l’art du défunt doit être mise en relation avec l’époque de rédaction de l’épigramme. C’est le cas de la célèbre épitaphe d’Eschyle (citée intégralement dans sa Vie anonyme, au § 11), qui lui est imputée par nombre de sources antiques, et dont le contenu invite en tout cas à une datation haute :

Αἰσχύλον Εὐφορίωνος ᾿Αθηναῖον τόδε κεύθει
μνῆμα καταφθίμενον πυροφόροιο Γέλας·
ἀλκὴν δ’ εὐδόκιμον Μαραθώνιον ἄλσος ἂν εἴποι
καὶ βαθυχαιτήεις Μῆδος ἐπιστάμενος.
C’est Eschyle, fils d’Euphorion, d’Athènes, que cache
ce monument ; il s’est éteint à Géla fertile en blé.
Son courage bien connu, c’est le bois sacré de Marathon qui pourrait le dire
ainsi que le Mède à la longue chevelure qui en fit l’expérience.
  • 6 Sommerstein, « Aeschylus’ epitaph ». Pour une analyse complète de cette épigramme, voir aussi Kimm (...)
  • 7 On retrouve la même précaution dans une épigramme d’un pilier hermaïque représentant Thémistocle : (...)
  • 8 Pausanias, I, 32, 4 ; IG II2 1006 (122-121 av. J.-C.). Sur le caractère précoce de l’héroïsation, (...)

8L’épitaphe donne comme seule preuve de la valeur du défunt sa participation à la victoire de Marathon. Le moderne ne peut que s’étonner de voir que le statut de poète d’Eschyle n’y est pas mentionné. Mais c’est justement ce « manque » qui incite à considérer l’épitaphe comme authentique, comme l’a montré Alan Sommerstein6 : en invoquant des témoins du « courage » (ἀλκή) du personnage, le poème s’inscrit dans les mentalités de l’époque classique, où ce qui faisait la valeur d’un mort était avant tout sa valeur guerrière, dont il convenait de donner des preuves7. N’oublions pas que les guerriers morts à Marathon furent héroïsés, vraisemblablement peu après leur mort8.

9Les modalités de représentation du défunt peuvent également indiquer l’ancienneté d’un motif présent dans l’épigramme, qui peut être plus ancien que l’épigramme elle-même. Cela semble être le cas concernant l’épigramme de Mnasalcès dédiée à Hésiode (VII 54) :

Ἄσκρη μὲν πατρὶς πολυλήϊος, ἀλλὰ θανόντος
ὀστέα πληξίππων γῆ Μινυῶν κατέχει
Ἡσιόδου, τοῦ πλεῖστον ἐν ἀνθρώποις κλέος ἐστὶν
ἀνδρῶν κρινομένων ἐν βασάνῳ σοφίης.
Ascra riche en blé était sa patrie, mais après sa mort,
c’est la terre des Minyens dompteurs de chevaux qui garde en son sein les os
d’Hésiode, qui l’emporte sur tous en gloire,
si les hommes sont jugés à l’aune de la sagesse.
  • 9 Un poète nommé Chersias, contemporain de Périandre, est mentionné dans le Banquet des Sept Sages d (...)

10Cette épigramme est attribuée la plupart du temps à Mnasalcès et doit être datée de l’époque hellénistique, mais les Orchoméniens la présentent à Pausanias (IX, 38, 10) comme une épigramme de Chersias, poète local qui pourrait être contemporain de Périandre9. Elle est à mettre en relation avec une autre épigramme funéraire d’Hésiode, qui est parfois attribuée à Pindare et pourrait effectivement remonter à l’époque classique : Χαῖρε δὶς ἡϐήσας καὶ δίς τάφου ἀντιϐολήσας, / Ἡσίοδ’, ἀνθρώποις μέτρον ἔχων σοφίης, « Salut à toi qui as connu une double jeunesse et qui as obtenu une double sépulture, Hésiode, qui connais la mesure de la sagesse pour les hommes ».

  • 10 Pour une analyse approfondie des deux poèmes et de leurs rapports, voir Kimmel-Clauzet, Morts, tom (...)
  • 11 Voir par exemple Solon (fr. 13 West, v. 52) et Théognis (Élégie 1, v. 876).

11La particularité de ces deux épigrammes est de se référer à Hésiode comme à une figure emblématique de la sagesse. En réalité, la proximité de formulation du dernier vers de chaque poème (reprise du mot σοφίης, dernier mot du poème, à la même place et au même cas, même référence à une norme, μέτρον dans l’épigramme « pindarique », βασάνῳ dans celle de Mnasalcès, qui vaut pour la totalité des hommes, ἀνθρώποις dans l’épigramme « pindarique », ἀνδρῶν dans celle de Mnasalcès) révèle que la seconde s’inspire de la première et que la représentation du poète qu’on y trouve remonte au moins à l’époque classique10. Durant les époques archaïque et classique en effet, le poète est avant tout un sage, sophos, selon une représentation topique que l’on trouve chez les poètes eux-mêmes11.

  • 12 Archiloque : VII 69 ; VII 70 ; VII 71 ; VII 674. Hipponax : VII 405 ; VII 408.
  • 13 Voir la série d’épigrammes qui lui sont consacrées, de VII 23 à VII 33.
  • 14 Eschyle : VII 411. Sophocle : VII 21, VII 22, VII 36. Euripide : VII 51.

12Dans les épigrammes littéraires des époques hellénistique et impériale, au contraire, non seulement le défunt est presque toujours représenté comme un poète, mais la représentation du poète est déterminée par le genre de poésie auquel il est assimilé : ainsi Homère est « le chantre des héros », ἡρώων τὸν ἀοιδὸν (VII 1), Archiloque et Hipponax sont caractérisés par la violence de leurs iambes12, Anacréon est le poète des amours et du vin, mais aussi le poète qui chante accompagné de la lyre ou du luth13. Les épigrammes consacrées aux tragiques évoquent spécialement la scène, et manifestent fréquemment une atmosphère proprement dionysiaque14. Au-delà du genre pratiqué, la place qui revient à chacun dans l’évolution du genre détermine parfois l’image donnée du poète ; ainsi dans des épigrammes de Dioscoride sur Thespis et Eschyle (VII 410 et 411), qui reflètent l’apport de chacun à l’évolution de la tragédie : alors que Thespis est le véritable fondateur de la tragédie, Eschyle a quant à lui « renouvelé l’art de la scène », τὰ κατὰ σκηνὴν μετεκαίνισεν, donnant ses lettres de noblesse à la langue tragique.

  • 15 Pour des épigrammes mentionnant le genre de mort du poète, voir par exemple VII 20 (Sophocle) ; VI (...)
  • 16 Ainsi, en VII 20, la mort de Sophocle est causée par « une grappe de raisin de Bacchus rouge comme (...)
  • 17 Voir par exemple VII 51 et 44 sur Euripide.

13Il faut en tout cas insister sur un point : la représentation du poète est déterminée par la représentation que l’épigrammatiste veut donner de la poésie pratiquée. Les rares éléments biographiques (en particulier la mention du genre de mort, qui est récurrente dans les épigrammes funéraires15) sont la plupart du temps entièrement réécrits à l’aune de la poésie pratiquée16, et quand ce n’est pas le cas, l’évocation de la mort du poète s’accompagne d’allusions à sa poésie dans la suite du poème17. Les épigrammes funéraires, à partir de l’époque hellénistique, abstraction faite de quelques cas dont nous avons expliqué les particularités, ne semblent donc pas pouvoir se passer de la construction d’une figure du poète défunt qui tient essentiellement à une évocation de traits perçus comme caractéristiques de sa poésie. Les jeux d’échos et de variations auxquels ces représentations donnent lieu laissent même penser qu’elles sont alors l’une des attentes principales du lecteur d’épigrammes littéraires.

Une voix de poète ?

  • 18 Santin, Autori di epigrammi sepolcrali : la plupart du temps les auteurs ont recours au verbe γράφ (...)

14Qu’en est-il à présent du poète auteur de l’épigramme ? Si la fonction originelle de l’épitaphe nécessite une évocation du défunt, l’identification de son auteur n’est pas un prérequis. Mais, dans les textes épigraphiques, il n’est pas si rare que celui qui a fait ériger le monument et graver l’épigramme se nomme dans le texte. Les travaux récents d’Eleonora Santin ont même montré la propension que certains auteurs d’épigrammes funéraires inscrites sur la pierre avaient à se nommer, à revendiquer la paternité de leur œuvre, voire à revendiquer leur statut de poète dans l’épigramme elle-même, aux époques hellénistique et impériale18.

  • 19 D’une manière générale, les poèmes funéraires où l’épigrammatiste se nomme sont rares. Les cas att (...)
  • 20 Svenbro, Phrasikleia, chap. 2, « J’écris, donc je m’efface », p. 33-52, et « La naissance de l’aut (...)

15Dans les épigrammes littéraires dédiées aux poètes archaïques et classiques, l’épigrammatiste ne se nomme jamais, ne met jamais en scène sa composition de cette manière19. Conformément aux normes des inscriptions des époques archaïque et classique, il tend à « s’effacer » derrière son œuvre, pour reprendre un concept de Jesper Svenbro20, à garder une posture modeste. Sa présence est donc plus ténue, sa voix est susceptible de se confondre avec celle du lecteur de l’épigramme. Les seuls cas où le sujet de l’énonciation est présenté sans ambiguïté comme un poète sont en réalité, à une exception près, ceux où le poète défunt lui-même prend la parole, selon une pratique connue également dans les épitaphes réelles. Voilà pourquoi nous souhaitons à présent aborder la question de la présence du poète auteur de l’épigramme sous l’angle de l’analyse conjointe de la fiction d’énonciation et de l’énoncé lui-même.

16Il convient de s’intéresser préalablement aux poèmes qui emploient un sujet s’identifiant au poète défunt. Ces épigrammes, écrites à la première personne, font entendre une voix de poète. Ainsi, Alexandre d’Étolie confie à Alcman le soin de révéler sa patrie en prenant lui-même la parole (VII 709) : νῦν δέ μοι Ἀλκμάν / οὔνομα καὶ Σπάρτας εἰμὶ πολυτρίποδος (v. 3-4), « mais voici qu’Alcman est mon nom, je suis citoyen de Sparte riche en trépieds ». Antipater de Sidon fait entendre la voix d’Anacréon s’adressant directement au passant pour lui demander d’accomplir une libation de vin sur sa tombe (VII 26). Ces poèmes, où la voix du poète défunt se fait entendre, trahissent souvent une main étrangère : l’un prend position dans des débats sur sa patrie qui sont nécessairement bien postérieurs à sa mort, l’autre évoque le profit que le passant peut tirer « de ses livres », ἐκ βίβλων (v. 2), ce qui reflète des pratiques de lectures qui n’existaient pas encore à son époque. Si la voix du poète défunt est exhibée, l’énoncé indique que l’énonciation n’a pas pour fonction de convaincre le lecteur d’une identité entre le sujet poétique et l’auteur de l’épigramme.

17Plus complexe est la situation d’énonciation d’un poème attribué à Théocrite (XIII 3) :

Ὁ μουσοποιὸς ἐνθάδ’ Ἱππῶναξ κεῖται.
Εἰ μὲν πονηρός, μὴ ποτέρχευ τῷ τύμϐῳ·
εἰ δ’ ἐσσὶ κρήγυός τε καὶ παρὰ χρηστῶν,
θαρσέων καθίζευ, κἢν θέλῃς, ἀπόβριξον.
Le poète Hipponax ici repose.
Si tu es un mauvais homme, ne t’approche pas du tombeau.
Mais si tu es un homme de bien et de noble famille,
assieds-toi sans crainte et endors-toi, si tu veux. 
  • 21 Svenbro, Phrasikleia, p. 54-55.
  • 22 Voir Bing, The Well-Read Muse, p. 64.
  • 23 Voir sur ce point Rosen, « The Hellenistic epigrams », et infra.

18Le poème n’adopte pas la première personne du singulier, et la voix entendue peut être interprétée aussi bien comme celle du poète défunt que comme celle de l’auteur de l’épigramme. L’adresse au passant, à la deuxième personne, interdit en effet d’identifier la voix à celle du lecteur de l’épigramme, qui ne fait que prêter sa voix à un autre, conformément à la dynamique mise en lumière par Svenbro21. En outre, le poème use de vers propres à la poésie hipponactéenne, les scazons, ces trimètres iambiques « boiteux » dont le dernier pied inverse la cadence de l’iambe en commençant par une syllabe longue, ainsi que de mots (comme κρήγυός), de formules (par exemple le fait de se nommer à la troisième personne) et d’un humour jouant sur la surprise (la sieste sur une tombe) typiques d’Hipponax22. Le poème met ainsi en scène une collusion entre poète célébré et poète célébrant qui est inhabituelle et tranche surtout avec les autres épigrammes consacrées à Hipponax, où le poète iambique est mis à distance et où sa poésie fait l’objet d’une évaluation pour le moins ambiguë23.

  • 24 [Alci]damas, Pap. Michigan 2754 ; Certamen, § 18 ; Vie anonyme 5 ; Tzetzès, Commentaire de l’Iliad (...)

19Il faut s’arrêter un instant pour comparer ces textes, qui adoptent comme fiction d’énonciation celle de faire parler le poète défunt, et ceux que la tradition attribue habituellement aux poètes morts. Le contraste est saisissant. Nous avons vu que l’épitaphe d’Eschyle, qui pourrait refléter les conceptions du poète (à défaut d’être de sa main), adoptait un énoncé exempt de toute marque de personne et dépourvu de toute allusion à son métier de poète. L’épitaphe d’Homère, transmise par un grand nombre de sources qui la présentent souvent comme son œuvre24, est la suivante : ἐνθάδε τὴν ἱερὴν κεφαλὴν κατὰ γαῖα καλύπτει / ἀνδρῶν ἡρώων κοσμήτορα θεῖον Ὅμηρον (VII 3), « Ici, la terre recouvre la tête sacrée, celui qui a glorifié les héros, le divin Homère ». Si cette fois le métier de poète est évoqué, on retrouve le choix d’une énonciation à caractère général, où la voix peut être celle de n’importe quel lecteur de l’épitaphe, et représenter la voix de la communauté.

20Ainsi, au terme de ce premier examen, on peut affirmer que le fait d’adopter une énonciation à la première personne se référant au poète mort, dans les épigrammes littéraires, n’a pas vocation à donner réellement au lecteur l’illusion de l’autorité du poète défunt au détriment de l’auteur de l’épigramme. Il s’agit d’une fiction d’énonciation qui s’exhibe et constitue avant tout un jeu littéraire.

21Qu’en est-il à présent de la voix du poète épigrammatiste ? Il faut tout d’abord mettre de côté un cas particulier, représenté par un poème d’Antipater de Sidon (VII 713), qui comprend une référence explicite au sujet poétique, inséré dans une communauté de poètes, lors d’un appel au lecteur de l’épigramme : αἱ δ’ ἀναρίθμητοι νεαρῶν σωρηδὸν ἀοιδῶν / μυριάδες λήθῃ, ξεῖνε, μαραινόμεθα, « tandis que nous, innombrable myriade de nouveaux poètes, en monceau, dans l’oubli, étranger, nous nous consumons ». Ce poème présente un certain nombre de particularités sur lesquelles nous reviendrons. Contentons-nous pour le moment de noter que dans la seule épigramme funéraire (classée comme telle par l’Anthologie Palatine) où apparaît une première personne renvoyant au « nouveau poète », celle-ci est une première personne du pluriel qu’il faut incontestablement, d’après le reste de la phrase, interpréter comme un vrai pluriel. Ce n’est donc pas au seul sujet poétique que la première personne fait référence, mais à une communauté dont ce dernier fait partie.

22Dans la quasi-totalité des épigrammes funéraires de poètes des époques archaïque et classique n’intervient pas de première personne susceptible de représenter l’auteur de l’épigramme. Quel mode d’énonciation adoptent-elles ? Un certain nombre de poèmes recourent à des fictions d’énonciation qui font parler les tombes ou des éléments de leur décoration, tel le satyre dans une épigramme consacrée à Sophocle (VII 37), ou encore l’île abritant la tombe, comme pour Homère (VII 2). Certains adoptent également la voix du lecteur, comme une épigramme de Diodore sur Eschyle (VII 40), qui mime le déchiffrement de la stèle et la réaction du lecteur. Enfin certains utilisent, nous l’avons vu, un ton qui, lié à des affirmations patriotiques, se laisse difficilement interpréter comme une voix individuelle. Nous avons exclu ces épigrammes de nos investigations. Dans les poèmes où la voix entendue peut s’interpréter comme celle de l’épigrammatiste, quels sont les éléments qui peuvent faire de cette voix celle du seul poète, et non celle d’un lecteur de l’épigramme ou de toute la communauté ?

  • 25 C’est le cas dans l’épigramme d’Hadrien dédiée à Archiloque (VII 674), où le locuteur peut être l’ (...)

23L’examen des poèmes révèle qu’une situation d’énonciation encourage à interpréter la voix comme celle de l’auteur de l’épigramme : celle où le poème est construit sur une adresse. Adresse au lecteur, à un tiers personnage, mais aussi, de manière remarquable, adresse au poète défunt. C’est donc non pas la présence d’un « je » explicite qui permet de rendre présent dans le poème son auteur, mais sa présence en creux, dans le cadre d’un dialogue avec un « tu ». Le dialogue suppose un « je » singulier. Ce « je » peut dans certains textes s’interpréter de diverses manières25. Mais il est des cas où l’énonciation se conjugue à l’énoncé pour inciter à interpréter la voix entendue comme celle du poète auteur de l’épigramme. Ainsi, il est difficile d’interpréter autrement que comme une parole de poète la voix qui s’adresse à un « faiseur de chants », ἀοιδοθέτης, tenté de faire de la concurrence à Euripide, dans une épigramme conservée sous le nom d’un certain Archimèdès, inconnu par ailleurs (VII 50) :

Τὴν Εὐριπίδεω μήτ’ ἔρχεο μήτ’ ἐπιβάλλου
δύσβατον ἀνθρώποις οἶμον, ἀοιδοθέτα·
λείη μὲν γὰρ ἰδεῖν καὶ ἐπίρροδος, ἢν δέ τις αὐτὴν
εἰσβαίνῃ, χαλεποῦ τρηχυτέρη σκόλοπος.
Ἢν δὲ τὰ Μηδείης Αἰητίδος ἄκρα χαράξῃς, 5
ἀμνήμων κείσῃ νέρθεν. Ἔα στεφάνους.
La voie d’Euripide, n’y marche pas, ne t’y aventure pas,
car elle est d’un accès difficile aux hommes, faiseur de chants ;
elle est sans doute lisse à voir et semée de roses, mais pour celui qui
s’y engage, elle devient plus rude qu’une mauvaise épine.
Et si tu écorches Médée fille d’Aiétès, ce sommet,
tu descendras sous terre dans l’oubli de tous. Laisse là les couronnes.

24C’est ici l’énoncé qui permet de décider de l’identité du locuteur. Ce dernier s’érige en arbitre poétique, s’appuyant sur une solide connaissance du métier, dont il révèle la réalité (l’opposition entre les apparences et la réalité étant soulignée par la parataxe ; la prescience des conséquences est appuyée sur l’emploi du futur κείσῃ). L’hommage au poète défunt se transforme en affirmation de la nécessité d’avoir du talent, sans quoi l’effet de la pratique poétique risque d’être inverse à celui recherché. On remarquera certainement que la forme de l’épigramme s’écarte sérieusement de la norme de l’épitaphe. Cela n’est pas anodin : l’étude des textes montre en effet que le choix d’une parole personnelle accompagne souvent un certain éloignement de la forme traditionnelle de l’épitaphe. Le contexte funéraire et les thèmes favoris de la commémoration ne sont pas absents, mais une plus grande liberté de ton et de contenu paraît une condition nécessaire à l’affirmation d’une parole de poète.

25Les épigrammes où l’allocutaire est le poète défunt permettent toutefois l’émergence d’une parole de poète tout en suivant de plus près les canons de l’épitaphe. L’évocation du poète, de sa tombe et de son art sont toujours au cœur du poème. L’intérêt de cette situation d’énonciation est de mettre en scène une relation vivante entre le locuteur et le poète défunt. C’est le cas d’un certain nombre d’épigrammes adressées à Sophocle et à Euripide. Dans ces poèmes, le locuteur aime à se mettre en scène en consolateur du poète défunt, auquel il apprend la gloire posthume qu’il doit connaître (VII 43) ou qu’il connaît déjà à l’époque de la rédaction de l’épigramme, comme dans une épigramme de Simias de Rhodes (VII 21) :

Τὸν σὲ χοροῖς μέλψαντα Σοφοκλέα, παῖδα Σοφίλλου,
τὸν τραγικῆς Μούσης ἀστέρα Κεκρόπιον,
πολλάκις οὗ θυμέλῃσι καὶ ἐν σκηνῇσι τεθηλὼς
βλαισὸς Ἀχαρνίτης κισσὸς ἔρεψε κόμην,
τύμβος ἔχει καὶ γῆς ὀλίγον μέρος, ἀλλ’ ὁ περισσὸς 5
αἰὼν ἀθανάτοις δέρκεται ἐν σελίσιν.
Te voilà, toi l’auteur de musique pour les chœurs, Sophocle, fils de Sophillos,
toi l’astre de la Muse tragique, qui descends de Cécrops,
toi dont tant de fois, poussé sur la scène et son bâtiment,
le lierre tortueux d’Acharnes couronna la chevelure,
tenu en un sépulcre, sous un peu de terre ; mais les siècles
suivants te contemplent sur des pages immortelles.
  • 26 Sur la figure du poète à l’époque hellénistique, voir notamment Bing, The Well-Read Muse ; Goldhil (...)

26Le locuteur révèle ici non seulement la distance temporelle qui le sépare du poète défunt, mais aussi le support qui assure la survie de l’œuvre de ce dernier. Les autres vers des épigrammes, par les diverses notations qu’ils emploient pour caractériser le poète défunt, définissent le locuteur comme un amateur de poésie. Le locuteur pourrait ainsi être identifié avec un poète pour différentes raisons : il parle en vers, il fait étalage d’une certaine culture poétique et il entretient une relation personnelle avec un grand poète de l’ancien temps. Ces éléments se conjuguent pour construire une figure de poète typique de l’époque hellénistique26.

27Si le poète auteur de l’épigramme peut donc choisir de laisser entendre une voix personnelle, en jouant à la fois sur l’énonciation et sur l’énoncé, quelle est nature de la relation qu’il met en scène entre le poète défunt et lui-même ?

Un hommage de poète à poète ?

  • 27 Sur l’auteur du poème, voir Labarbe, « La mort tragique de Sophocle », p. 274.

28Nous ne serons pas surpris de voir figurer au premier rang des diverses relations mises en scène l’hommage personnel, qui donne l’occasion de briller en trouvant des moyens de louer l’art du poète défunt différents de ceux de ses prédécesseurs. Certains textes que nous avons déjà mentionnés le montraient bien. L’épigrammatiste peut décider d’aller plus loin : il peut, par exemple, s’octroyer un rôle actif dans le choix des supports conservant la mémoire du poète. Ainsi, un poème d’Adée de Macédoine (VII 51), qui par ailleurs prend vigoureusement position contre les traditions entourant la mort d’Euripide en Macédoine, finit par l’affirmation suivante : σὸν δ’ οὐ τοῦτον ἐγὼ τίθεμαι τάφον, ἀλλὰ τὰ Βάκχου / ἤματα καὶ σκηνὰς ἐμβάδι ῥησσομένας, « mais ce n’est pas cette tombe que je consacre comme tienne, ce sont plutôt les jours voués à Bacchus et les scènes frappées par le cothurne ». Il peut aussi se faire acteur du culte ou du maintien de la mémoire du poète, en accordant à sa propre parole une valeur performatrice : c’est le cas dans tous les poèmes où le locuteur formule des vœux ou des ordres ayant pour fonction d’assurer une forme d’hommage venu du monde naturel ou la conservation de sa mémoire parmi les hommes. Ainsi, dans un poème transmis sous le nom de Simias de Thèbes mais qu’il faut sûrement imputer plutôt à Simias de Rhodes27 (VII 22), on lit :

Ἠρέμ’ ὑπὲρ τύμβοιο Σοφοκλέος, ἠρέμα, κισσέ,
ἑρπύζοις, χλοεροὺς ἐκπροχέων πλοκάμους,
καὶ πέταλον πάντη θάλλοι ῥόδου ἥ τε φιλορρὼξ
ἄμπελος ὑγρὰ πέριξ κλήματα χευαμένη,
εἵνεκεν εὐμαθίης πινυτόφρονος, ἣν ὁ μελιχρὸς 5
ἤσκησεν Μουσῶν ἄμμιγα κἀκ Χαρίτων.
Grimpe avec légèreté, sur le tombeau de Sophocle, avec légèreté,
Lierre, en étalant tes boucles vertes ;
Et que partout le pétale de rose fleurisse ou bien la vigne
Féconde, se répandant tout autour en sarments onduleux,
Par égard pour le sage enseignement que l’homme doux comme le miel
Retira des Muses associées aux Grâces.
  • 28 Pour d’autres exemples, voir notamment VII 23 et VII 24.

29La parole du locuteur apparaît ici dotée d’une puissance propre à la parole poétique. À travers l’hommage au poète défunt, l’épigrammatiste met ainsi en scène sa propre puissance poétique, présentée comme apte à présider aux honneurs accordés par la Nature au poète28. Le pouvoir du poète peut passer de la Nature dans le domaine de la culture, à en croire un poème d’Érykios, dont l’hommage de la Nature, exigé par le poète, est vu comme un préalable servant un autre dessein, celui de la survie des œuvres de Sophocle grâce aux éditions et aux reprises (VII 36).

  • 29 Voir par exemple Bolmarcich, « Hellenistic sepulchral epigrams », et le Brill’s Companion to Helle (...)
  • 30 Rosen, « The Hellenistic epigrams », explique ces particularités par les enjeux métapoétiques de c (...)

30Moyen d’exhiber ses propres capacités poétiques, l’hommage au poète défunt est aussi un moyen de promouvoir sa propre vision de la poétique du grand homme, comme l’ont bien montré des études récentes29. La caractérisation des poètes, en effet, si elle ressortit souvent à une rhétorique de l’éloge, fait l’objet d’un choix qui n’est jamais innocent et éclaire la réception de l’œuvre du poète ancien, mais aussi, bien sûr, la conception que le « nouveau poète » se fait de son art personnel. Cet aspect des épigrammes funéraires est désormais un élément acquis, et nous ne reviendrons pas dessus, si ce n’est pour souligner un détail. Les poètes iambiques Archiloque et Hipponax sont parfois traités comme un cas particulier, étant donné le ton des épigrammes, qui se rapproche dans certains textes de celui de satires, et surtout leur contenu, qui ne correspond pas à l’éloge attendu du grand poète30. Il faut reconsidérer le caractère original de ces poèmes dans la mesure où ils procèdent exactement du même raisonnement que les autres épigrammes : le contenu et le ton de la poésie pratiquée déterminent la représentation de la tombe ou du mort lui-même. Ainsi, l’image des tombes sur lesquelles rôdent des guêpes (VII 71) est le strict équivalent de celles qui sont environnées d’abeilles (VII 36) ; les ronces (VII 536) correspondent au lierre (VII 22 et 23) ; et de même qu’Anacréon est représenté buvant et aimant par-delà la mort (VII 26 et 30), Archiloque et Hipponax continuent leurs attaques d’outre-tombe (VII 70 ; VII 71 ; VII 405 ; VII 408). C’est le genre de poésie pratiquée, l’invective, qui détermine le caractère négatif des représentations. Encore faut-il relativiser le caractère « négatif » de ces textes dans lesquels les poètes apparaissent toujours comme des figures puissantes, terribles certes, mais respectables. Voici un poème de Julien sur Archiloque (VII 70) :

Νῦν πλέον ἢ τὸ πάροιθε πύλας κρατεροῖο βερέθρου
ὄμμασιν ἀγρύπνοις, τρισσέ, φύλασσε, κύον.
εἰ γὰρ φέγγος ἔλειπον ἀλυσκάζουσαι ἰάμβων
ἄγριον Ἀρχιλόχου φλέγμα, Λυκαμβιάδες,
πῶς οὐκ ἂν προλίποι σκοτίων πυλεῶνας ἐναύλων 5
νεκρὸς ἅπας, φεύγων τάρβος ἐπεσβολίης ;
Maintenant plus que par le passé, garde les portes du puissant gouffre,
de tes yeux sans sommeil, triple chien.
Car si elles ont renoncé à la lumière pour fuir des iambes
d’Archiloque la bile sauvage, les filles de Lycambès,
comment tous les morts ne franchiraient-ils pas
les portes des sombres grottes, fuyant l’horreur de ses injures ?
  • 31 Un bon exemple de ces fausses épigrammes dévoyées est l’épigramme de Théodoridas pour son rival Mn (...)

31Ce poème, avec sa pointe finale, suggérerait presque un sourire. En outre, la poésie archiloquéenne y est assimilée à « une bile sauvage », ἀγρίον ᾿Αρχιλόχου φλέγμα, et l’invective est donnée comme « source de terreur », τάρϐος. Mais une révérence certaine subsiste pour le poète, qui n’est pas moqué : l’affirmation de la puissance des vers iambiques, au-delà de la mort, constitue en elle-même une sorte d’hommage à l’art du poète. La différence de ton avec les autres épigrammes s’explique par l’existence d’une forme de mimétisme entre le style de l’épigramme et le style prêté au poète défunt. Le contraste avec l’utilisation de fausses épigrammes funéraires pour des vivants, dotées d’une fonction satirique incontestable, est indéniable31. Ainsi, au-delà de leurs différences apparentes avec les autres épigrammes funéraires des poètes archaïques et classiques, les épigrammes concernant les poètes iambiques ne présentent pas de fonction ou de procédé foncièrement distincts.

32Il nous reste un cas à évoquer, unique à notre connaissance, mais qui nous paraît expliciter la logique inhérente à la production de toute épigramme funéraire consacrée aux poètes anciens durant les époques hellénistique et impériale. Il s’agit du poème d’Antipater de Sidon dédié à Érinna (VII 713), qu’il faut à présent citer dans son intégralité :

Παυροεπὴς Ἤριννα, καὶ οὐ πολύμυθος ἀοιδαῖς·
ἀλλ’ ἔλαχεν Μούσας τοῦτο τὸ βαιὸν ἔπος.
Τοιγάρτοι μνήμης οὐκ ἤμβροτεν οὐδὲ μελαίνης
Νυκτὸς ὑπὸ σκιερῇ κωλύεται πτέρυγι,
αἱ δ’ ἀναρίθμητοι νεαρῶν σωρηδὸν ἀοιδῶν 5
μυριάδες λήθῃ, ξεῖνε, μαραινόμεθα.
Λωΐτερος κύκνου μικρὸς θρόος ἠὲ κολοιῶν
κρωγμὸς ἐν εἰαριναῖς κιδνάμενος νεφέλαις.
Elle a fait peu de vers, Érinna, et n’a pas abordé nombre de sujets dans ses chants,
mais il a reçu une part des Muses, cet humble poème.
Aussi son souvenir n’a pas disparu, et la noire
Nuit ne la recouvre pas de son aile ombreuse,
tandis que nous, innombrable myriade de nouveaux poètes,
en monceau, dans l’oubli, étranger, nous nous consumons.
Le court murmure du cygne est préférable au croassement
des choucas qui se répand dans les nuées printanières.
  • 32 Il s’agit des études de Setti, Studi sulla Antologia greca, p. 88-91 ; Argentieri, Gli Epigrammi d (...)
  • 33 Érinna est située en général soit au milieu du ive siècle av. J.-C., soit au iiie siècle av. J.-C. (...)

33Ce texte a déjà donné lieu à plusieurs études, qui se sont surtout penchées sur la dimension callimachéenne du poème32. Dans le cadre de notre démarche, ce n’est pas cet aspect qui nous intéresse mais la façon dont sont mis en scène les rapports entre ces « nouveaux poètes » réunis en une communauté et un poète considéré comme ancien par l’épigrammatiste. En effet, si les commentateurs modernes ne s’accordent pas sur les dates d’Érinna33, il ne fait aucun doute que, pour Antipater, elle appartient à la constellation des poètes anciens, qu’il oppose implicitement à la catégorie des « nouveaux poètes ».

34Le poème n’est pas proprement funéraire, bien qu’il adopte certains codes de l’épigramme funéraire : célébration du poète défunt, de son art et de sa gloire posthume, adresse à un « étranger », ξεῖνε, qui ne peut manquer de renvoyer dans l’esprit du lecteur au passant lecteur d’une épitaphe, emploi de l’épithète βαῖος pour exprimer la brièveté de son poème qu’on trouve ailleurs à propos de l’île d’Ios et de la tombe d’Homère (VII 1 et VII 2 bis) pour opposer l’humilité de la dernière demeure du poète à l’immensité de son art. Il s’agit donc d’un de ces poèmes que nous avons déjà rencontrés, qui sont indéniablement d’inspiration funéraire mais présentent une liberté par rapport au canon permettant l’émergence d’une parole personnelle détachée de l’hommage au grand homme. Voilà qui autorise cette parole à faire retentir le cri de désespoir de la communauté des nouveaux poètes, qui ne font pas partie des happy few entrés au panthéon de la poésie. Ces derniers, s’adressant au passant, semblent faire entendre leur voix d’outre-tombe, et paraissent les véritables morts, par contraste avec Érinna dont la survie est assurée par son œuvre, brève mais inspirée.

  • 34 Neri, « Le taccole primaverili », p. 156 n. 10, « Il poemetto e l’epigramma », p. 207, et Erinna, (...)
  • 35 Comme le souligne Gutzwiller, Poetic Garlands, p. 261.
  • 36 Voir ibid., p. 307.

35L’énonciation du poème à la première personne du pluriel, dont nous avons déjà souligné l’originalité, mérite qu’on s’y arrête. L’emploi de la première personne du pluriel μαραινόμεθα incite à penser que l’auteur de l’épigramme s’inclut dans la communauté des nouveaux poètes et assume une posture modeste d’épigone malheureux, conformément aux topoi des éloges de poètes anciens. Mais la fin du poème et le contexte de polémique littéraire entre tenants des formes brèves et tenants des formes longues a incité Camillo Neri à considérer ce « nous » comme un seul « artifice rhétorique »34 d’Antipater au service d’une critique des poètes de sa génération. L’auteur de l’épigramme ne devrait donc pas être inclus dans la communauté qui forme le sujet poétique, même si celle-ci est une communauté de poètes. Pourtant, la situation de concurrence entre nouveaux poètes et anciens poètes mise en scène dans le poème est emblématique de la posture auctoriale d’Antipater35. En outre, la concurrence mise en scène à l’intérieur du poème se retrouve dans le contexte du poème dans l’Anthologie Palatine, qui reproduit une séquence contenue dans la Couronne de Méléagre36 : le passage fait alterner des poèmes attribués à Érinna (VII 710 et VII 712) et des poèmes d’Antipater (VII 711 et VII 713). S’il paraît risqué de vouloir décider de manière définitive si Antipater s’incluait réellement dans la communauté des nouveaux poètes ou non, il n’en est pas moins vrai que la représentation qu’il donne des rapports de concurrence entre anciens et nouveaux poètes est fondamentale pour comprendre la logique sous-jacente à l’écriture des épigrammes funéraires. En l’occurrence, la comparaison semble bien tourner au détriment des nouveaux poètes, qui, malgré leur nombre, n’arrivent pas à produire des œuvres jugées dignes de subsister, à l’image des œuvres qui sont devenues des classiques, comme le montre l’opposition entre μνήμης (vers 3) et λήθῃ (vers 6). Le rapprochement s’impose avec l’épigramme d’Archimèdès (VII 50) qui prédisait l’oubli éternel (ἀμνήμων) à l’imitateur d’Euripide.

  • 37 Par exemple Setti, Studi sulla Antologia greca, p. 90 ; Gow et Page éd., The Greek Anthology, t. I (...)
  • 38 C’est l’avis de Neri, ibid., p. 206 et n. 38. Selon lui, la fonction « comitative » du poème est u (...)
  • 39 Nous reprenons ici le titre d'un recueil d’Éluard, Le Dur Désir de durer.

36Selon les commentateurs, ce poème aurait figuré à l’origine dans une édition de la Quenouille d’Erinna37 ou du moins adopterait une telle fiction d’écriture38, ce qui ouvre une piste intéressante : tout en incitant à la lecture d’Érinna, le poème fait entendre, à travers leur plainte, le souhait des nouveaux poètes de voir leurs propres œuvres perdurer. Que l’expression de ce « dur désir de durer »39 prenne appui sur la forme de l’épigramme funéraire se comprend parfaitement si l’on pense que la fonction principale de l’épitaphe est de conserver la mémoire du défunt. Et le jeu littéraire sur les formes de l’épitaphe et des Buchepigramme souligne une dimension essentielle de la survie posthume des poètes : l’idée que le livre est à la survie des œuvres ce que la tombe est à la survie de l’homme.

37Ainsi, l’étude de la relation entre anciens et nouveaux poètes, telle qu’elle peut être mise en scène dans les épigrammes funéraires de poètes des époques archaïque et classique, vient corroborer les études des pratiques de citations des poètes des époques hellénistique et impériale. Il s’agit pour ces derniers de s’inscrire dans une filiation indispensable à la définition de leur statut de poète, tout en faisant montre de leurs propres capacités poétiques. L’hommage des nouveaux poètes aux grands poètes défunts sert moins à honorer la mémoire de ces derniers qu’à capter l’attention du passant-lecteur en traitant un sujet susceptible de le retenir pour l’intéresser à sa propre production poétique et à ses choix esthétiques. La figure de poète qu’ils construisent, en creux dans le texte, est celle d’un homme qui ne se contente pas de composer des vers mais présente une solide culture poétique et une capacité à réfléchir sur ses propres pratiques comme sur celles de ses prédécesseurs. Il est sophos, comme le poète archaïque ou classique, mais sa sophia est désormais toute poétique. S’il ressent le besoin d’utiliser la forme de l’épigramme funéraire pour mêler à la commémoration des poètes anciens la démonstration de ses propres capacités poétiques, c’est parce qu’il aspire à accéder lui aussi à cette gloire éternelle dont jouissent les poètes des époques archaïque et classique et dont il craint qu’elle lui fasse défaut.

Bibliographie

Éditions citées

Buffière Félix, Anthologie Palatine, livres XII-XV, t. 12, Paris, Les Belles Lettres (CUF), 1970.

Radt Stefan, Tragicorum Graecorum Fragmenta, t. 3 (Vie d’Eschyle), Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1985 (2e édition).

Waltz Pierre, Anthologie Palatine, livres I-IV, t. 1, Paris, Les Belles Lettres (CUF), 2e édition 1960.

Waltz Pierre et alii, Anthologie Palatine, livre VII, épigrammes 1-363, t. 4, Paris, Les Belles Lettres (CUF), 1960 (2e édition).

Waltz Pierre et alii, Anthologie Palatine, livre VII, épigrammes 364-748, t. 5, Paris, Les Belles Lettres (CUF), 1960 (2e édition).

Articles et ouvrages

Argentieri Lorenzo, Gli Epigrammi degli Antipatri, Bari, Levante (Le Rane. Collana di Studi e Testi, 35), 2003.

Barbantani Silvia, « I poeti lirici del canone alessandrino nell’epigrammatistica », Aevum(Ant), no 6, 1993, p. 5-97.

Bettenworth Anja, « The mutual influence of inscribed and literary epigram », Brill’s Companion to Hellenistic Epigram, P. Bing et J. S. Bruss éd., Leyde-Boston, Brill, 2007, p. 69-93.

Bing Peter, The Well-Read Muse, Present and Past in Callimachus and the Hellenistic Poets, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Hypomnemata, 90), 1988.

Bing Peter et Bruss Jon S. éd., Brill’s Companion to Hellenistic Epigram, Leyde-Boston, Brill, 2007.

Boehringer David, « Zur Heroisierung historischer Persönlichkeiten bei den Griechen », Retrospektive : Konzepte von Vergangenheit in der griechisch-römischen Antike, M. Flashar, H.‑J. Gehrke et E. Heinrich éd., Munich, Biering et Brinkmann, 1996.

Bolmarcich Sarah, « Hellenistic sepulchral epigrams on Homer », Hellenistic Epigrams, M. A. Harder, R. F. Regtuit et G. C. Wakker éd., Louvain-Paris-Sterling, Peeters, 2002, p. 67‑83.

Calame Claude, Masques d’autorité. Fiction et pragmatique dans la poétique grecque antique, Paris, Les Belles Lettres, 2005.

Éluard Paul, Le Dur Désir de durer, Paris, Éditions Arnold Bordas, 1946.

Fantuzzi Marco, « Epigram and the theater », Brill’s Companion to Hellenistic Epigram, P. Bing et J. S. Bruss éd., Leyde-Boston, Brill, 2007, p. 477‑495.

Frazier Françoise, « La figure du poète », ConnHell, no 95, 2003.

Garson Ronald W., « Paradox in the Greek sepulchral epigram », AClass, n23, 1980, p. 110‑114.

Goldhill Simon, The Poet’s Voice. Essays on Poetics and Greek Literature, Cambridge - New York - Port Chester, Cambridge University Press, 1991.

Gow Andrew S. F. et Page Denys L. éd., The Greek Anthology. Hellenistic Epigrams, Cambridge, Cambridge University Press, 1965, 2 volumes.

—, The Garland of Philip and Some Contemporary Epigrams, Cambridge, Cambridge University Press, 1968, 2 volumes.

Gutzwiller Kathryn, Poetic Garlands. Hellenistic Epigrams in Context, Berkeley - Los Angeles - Londres, University of California Press, 1998.

Kimmel-Clauzet Flore, Morts, tombeaux et cultes des poètes grecs, Bordeaux, Ausonius Éditions (Scripta Antiqua, 51), 2013.

Labarbe Jules, « La mort tragique de Sophocle », BAB, no 5-55, 1969.

Neri Camillo, « Le taccole primaverili (Antip. Sid. AP 7.713 = LVIII G-P) », Eikasmos, no 6, 1995, p. 155-159.

—, « Il poemetto e l’epigramma, Note sulla fortuna dell’opera di Erinna in età alessandrina », Aevum(Ant), no 9, 1996, p. 193-215.

—, Erinna, Testimonianze e Frammenti, Bologne, Pàtron, 2003.

Page Denys L., Further Greek Epigrams. Epigrams before AD 50 from the Greek Anthology and other sources, Cambridge - New York - Melbourne, Cambridge University Press, 1981.

Pfohl Gerhard, Poetische Kleinkunst auf altgriechischen Denkmälern, Munich, Heimeran, 1967.

Rosen Ralph M., « The Hellenistic epigrams on Archilochus and Hipponax », Brill’s Companion to Hellenistic Epigram, P. Bing et J. S. Bruss éd., Leyde-Boston, Brill, 2007, p. 459‑476.

Santin Eleonora, Autori di epigrammi sepolcrali greci su pietra. Firme di poeti occasionali e professionisti, Rome, Bardi Editore (Atti della Accademia Nazionale dei Lincei, série IX, vol. XXIV, fasc. 2), 2009.

Setti Giovanni, Studi sulla Antologia greca, gli Epigrammi degli Antipatri, Turin, E. Loescher, 1890.

Sommerstein Alan H., « Aeschylus’ epitaph », MCr, no 30-31, 1995-1996, p. 111‑117.

Sourvinou-Inwood Christiane, « Reading » Greek Death to the End of the Classical Period, Oxford, Clarendon Press, 1995.

Svenbro Jesper, Phrasikleia, anthropologie de la lecture en Grèce ancienne, Paris, La Découverte, 1988.

—, « La naissance de l’auteur dans une inscription grecque (Anthologie Palatine 6, 197) », Identités d’auteur dans l’Antiquité et la tradition européenne, C. Calame et R. Chartier éd., Grenoble, J. Millon, 2004, p. 77-87.

Notes

1 Voir par exemple Rosen, « The Hellenistic epigrams », et pour une étude plus large, Bing, The Well-Read Muse, chap. « Rupture and revival. The poet’s link to the literary past » (p. 50‑90, surtout p. 59-64), qui considère les épigrammes descriptives et funéraires de poètes comme des moyens d’inscrire ces derniers dans un passé révolu et de les réduire à l’état de monument, tout en les pleurant et en leur rendant hommage. Il souligne ainsi l’ambiguïté inhérente au genre.

2 Nous reprenons ici une expression employée par les auteurs d’époque impériale, qui faisaient, semble-t-il, la différence entre poètes antérieurs et poètes postérieurs à l’époque hellénistique. Ils désignent les poètes antérieurs à l’époque hellénistique par des expressions comme les « poètes anciens », παλαιοὺς ποιητάς (Libanius, Décl. I, 72).

3 Sauf précision, tous les exemples que nous citons proviennent de l’Anthologie Palatine. Les traductions sont nôtres.

4 Concernant le goût pour les figures paradoxales dans les épigrammes funéraires, voir Garson, « Paradox in the Greek sepulchral epigram », p. 110-114.

5 Sur l’épigramme comme support de la voix d’une communauté, voir Sourvinou-Inwood, « Reading » Greek Death, p. 282, et Bettenworth, « The mutual influence », p. 80. Cette dernière souligne que les épigrammes transmises par papyrus ont également cette valeur.

6 Sommerstein, « Aeschylus’ epitaph ». Pour une analyse complète de cette épigramme, voir aussi Kimmel-Clauzet, Morts, tombeaux et cultes, p. 169-170.

7 On retrouve la même précaution dans une épigramme d’un pilier hermaïque représentant Thémistocle : voir Pfohl, Poetische Kleinkunst, p. 26.

8 Pausanias, I, 32, 4 ; IG II2 1006 (122-121 av. J.-C.). Sur le caractère précoce de l’héroïsation, voir Boehringer, « Zur Heroisierung », p. 50.

9 Un poète nommé Chersias, contemporain de Périandre, est mentionné dans le Banquet des Sept Sages de Plutarque (156e et 164b).

10 Pour une analyse approfondie des deux poèmes et de leurs rapports, voir Kimmel-Clauzet, Morts, tombeaux et cultes, p. 166-169.

11 Voir par exemple Solon (fr. 13 West, v. 52) et Théognis (Élégie 1, v. 876).

12 Archiloque : VII 69 ; VII 70 ; VII 71 ; VII 674. Hipponax : VII 405 ; VII 408.

13 Voir la série d’épigrammes qui lui sont consacrées, de VII 23 à VII 33.

14 Eschyle : VII 411. Sophocle : VII 21, VII 22, VII 36. Euripide : VII 51.

15 Pour des épigrammes mentionnant le genre de mort du poète, voir par exemple VII 20 (Sophocle) ; VII 44 et VII 51 (Euripide) ; VII 1 (Homère) ; VII 55 (Hésiode). Sur ces épigrammes, voir Kimmel-Klauzet, Morts, tombeaux et cultes.

16 Ainsi, en VII 20, la mort de Sophocle est causée par « une grappe de raisin de Bacchus rouge comme du vin » ; en VII 1 Alcée de Messénie fait accomplir les rites funèbres d’Homère par des « Néréides marines » et en VII 55, ceux d’Hésiode par des « nymphes » et des chevriers.

17 Voir par exemple VII 51 et 44 sur Euripide.

18 Santin, Autori di epigrammi sepolcrali : la plupart du temps les auteurs ont recours au verbe γράφειν et à ses composés ; souvent ils mentionnent les liens qui les unissent aux Muses (par exemple no 10 ou no 15). La conscience et l’affirmation de ses capacités poétiques peuvent même pousser l’auteur à se qualifier lui-même de « poète », ποιητής (no 9).

19 D’une manière générale, les poèmes funéraires où l’épigrammatiste se nomme sont rares. Les cas attestés laissent penser que ces apparitions du nom de l’auteur sont liées aux particularités de la situation d’énonciation et du sujet abordé : c’est le cas par exemple de la mention du nom d’Érinna dans l’épigramme dédiée à son amie Baucis, où la morte prend la parole et nomme l’amie qui lui a composé l’épigramme (VII 710) ou de la mention du nom de Méléagre dans l’épigramme qu’il s’est composée, dans laquelle il s’exprime à la première personne du singulier (VII 417).

20 Svenbro, Phrasikleia, chap. 2, « J’écris, donc je m’efface », p. 33-52, et « La naissance de l’auteur », notamment p. 80 et p. 83.

21 Svenbro, Phrasikleia, p. 54-55.

22 Voir Bing, The Well-Read Muse, p. 64.

23 Voir sur ce point Rosen, « The Hellenistic epigrams », et infra.

24 [Alci]damas, Pap. Michigan 2754 ; Certamen, § 18 ; Vie anonyme 5 ; Tzetzès, Commentaire de l’Iliade (édition Hermann, 10, p. 37).

25 C’est le cas dans l’épigramme d’Hadrien dédiée à Archiloque (VII 674), où le locuteur peut être l’auteur de l’épigramme ou la tombe elle-même, dans la mesure où le texte se réfère à la tombe en employant le démonstratif de la première personne, τόδε, dans l’expression liminaire Ἀρχιλόχου τόδε σῆμα et où n’apparaît dans la suite du texte aucune première personne permettant de trancher entre les deux possibilités (l’expression τόδε σῆμα n’implique pas systématiquement que ce soit la tombe qui parle).

26 Sur la figure du poète à l’époque hellénistique, voir notamment Bing, The Well-Read Muse ; Goldhill, The Poet’s Voice, chap. 4, p. 223-283, et chap. 5, p. 284-333 ; Frazier, « La figure du poète », p. 48-58.

27 Sur l’auteur du poème, voir Labarbe, « La mort tragique de Sophocle », p. 274.

28 Pour d’autres exemples, voir notamment VII 23 et VII 24.

29 Voir par exemple Bolmarcich, « Hellenistic sepulchral epigrams », et le Brill’s Companion to Hellenistic Epigram, qui contient de nombreux articles sur la question, par exemple Rosen, « The Hellenistic epigrams » et Fantuzzi, « Epigram and the theater », p. 477-495.

30 Rosen, « The Hellenistic epigrams », explique ces particularités par les enjeux métapoétiques de ces textes. Mais il souligne lui-même que la fonction des épigrammes funéraires de poètes comme support d’une réflexion sur les genres pratiqués est un trait commun à toutes (p. 475).

31 Un bon exemple de ces fausses épigrammes dévoyées est l’épigramme de Théodoridas pour son rival Mnasalcès (XIII 21).

32 Il s’agit des études de Setti, Studi sulla Antologia greca, p. 88-91 ; Argentieri, Gli Epigrammi degli Antipatri, p. 93-94 ; Neri, Erinna, p. 198-201.

33 Érinna est située en général soit au milieu du ive siècle av. J.-C., soit au iiie siècle av. J.-C. Les désaccords des commentateurs sont liés à la fois à des questions de style et aux témoignages antiques, eux-mêmes discordants, puisque Eusèbe (T14a et T14b Neri) date les débuts de la poétesse de 353-352 av. J.-C., alors que la Souda (T16a Neri) et Eustathe (T16b Neri) la donnent comme une contemporaine de Sappho. Tatien quant à lui (T13 Neri) attribue une statue de la poétesse au sculpteur Naucydès (acmè vers 400 av. J.-C.). Pour une discussion approfondie de la question et un point bibliographique, voir Neri, Erinna, p. 42-47.

34 Neri, « Le taccole primaverili », p. 156 n. 10, « Il poemetto e l’epigramma », p. 207, et Erinna, p. 200.

35 Comme le souligne Gutzwiller, Poetic Garlands, p. 261.

36 Voir ibid., p. 307.

37 Par exemple Setti, Studi sulla Antologia greca, p. 90 ; Gow et Page éd., The Greek Anthology, t. II, p. 80. Pour d’autres références, voir Neri, « Il poemetto e l’epigramma », p. 206 n. 37.

38 C’est l’avis de Neri, ibid., p. 206 et n. 38. Selon lui, la fonction « comitative » du poème est une fiction littéraire mais nécessite l’adoption des codes du prologue ou du colophon pour être vraisemblable. Que le poème ait réellement accompagné une édition d’Érinna ou qu’il le prétende seulement n’a pas d’incidence sur notre analyse.

39 Nous reprenons ici le titre d'un recueil d’Éluard, Le Dur Désir de durer.

Auteur

Flore Kimmel-Clauzet est maître de conférences en langue et littérature grecques à l’université Paul Valéry-Montpellier 3. Ancienne élève de l’École normale supérieure de Lyon, elle est agrégée de lettres classiques et docteur en littérature et civilisation grecques. Son doctorat, effectué sous la direction de Christine Mauduit, alors professeur de grec à Lyon 3 et de Jean-Charles Moretti, directeur de recherches au CNRS, a pour thème « Morts, tombeaux et cultes des poètes grecs ». Elle s’intéresse à la relation qui lie les Anciens à leurs poètes et cherche à montrer que les cultes voués aux grandes figures de la poésie grecque sont partie prenante de la construction identitaire de la Grèce. Elle a publié notamment : Morts, tombeaux et cultes des poètes grecs. Étude de la survie des grands poètes des époques archaïque et classique en Grèce ancienne, Bordeaux, 2013 ; Hérodote et l’Égypte. Regards croisés sur le Livre II de l’Enquête d’Hérodote. Actes de la journée d’étude du 10 mai 2010 à Lyon, codirigés avec L. Coulon et P. Giovannelli-Jouanna, série littéraire et philosophique n° 18, CMO 51, Lyon, 2013 ; « Cultes d’Homère, aspects idéologiques », Gaia, n° 10, 2006, p. 171-186 ; « Les récits de mort, support de l’héroïsation littéraire des poètes en Grèce ancienne », Usages savants et partisans des biographies, de l’Antiquité au XXIe siècleActes du 134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bordeaux 2009, Bordeaux, 2011, p. 111-120 (publication électronique : <http://cths.fr/ed/edition.php?id=5657>).

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable