Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'épigramme dans tous ses états : épigraphiques, littéraires, historiques

 | 
Eleonora Santin
, 
Laurence Foschia

« EPIGRAMMATIZÔ, EPIGRAMMATIZEIS, EPIGRAMMATIZEI... » « Je, tu, il épigrammatise … »

Posidippe, auteur épigraphique ?

Valentina Garulli

Résumé

À la lumière des nouveaux vers transmis par le P. Mil. Vogl. VIII 309, cet article propose une nouvelle étude des épigrammes inscriptionnelles que Werner Peek a attribuées à Posidippe de Pella : la découverte de centaines de nouveaux vers, que les premiers éditeurs, et la plupart des chercheurs, ont considérés comme l’œuvre de Posidippe, exige un réexamen des questions principales concernant ce poète, et surtout une analyse approfondie des textes inscrits mentionnés ci-dessus.

In the light of the new verses preserved by the P. Mil. Vogl. VIII 309, this paper aims at a new examination of the inscribed epigrams that Werner Peek ascribed to Posidippus of Pella: the discovery of hundreds of new verses that the first editors and most scholars have considered as Posidippus’ work requires a reexamination of the main issues concerning this poet, and especially a close scrutiny of the inscribed texts mentioned above.

À Colin Austin, in memoriam

Texte intégral

Abréviations

A.-B. = Austin Colin et Bastianini Guido, Posidippi Pellaei quae supersunt omnia, Milan, LED, 2002.

AP = Anthologie Palatine.

CEG = Hansen Peter Allan, Carmina epigraphica Graeca, Berlin - New York, de Gruyter (Texte und Kommentare, 12, 15), 1983-1989, 2 volumes.

Dittenberger, Syll.3 = Dittenberger Wilhelm, Sylloge inscriptionum Graecarum, Leipzig, Hirzel, 1915‑19243, 4 volumes.

FD = Fouilles de Delphes.

F.-G. = Fernández-Galiano Emilio, Posidipo de Pela.

Geffcken, GE = Geffcken Johannes, Griechische Epigramme, Heidelberg, Winter, 1916.

GVI = Peek Werner, Griechische Vers-Inschriften Ι, Grabepigramme, Berlin, Akademie Verlag, 1955.

Hiller, HGE = Hiller von Gaertringen Friedrich, Historische griechische Epigramme, Bonn, Marcus und Weber, 1926.

IG = Inscriptiones Graecae, Berlin.

IGUR = Moretti Luigi, Inscriptiones Graecae Urbis Romae, Rome, Bardi (Studi pubblicati dall’Istituto italiano per la Storia antica), 1968-1990, 4 volumes.

Kaibel, EG = Kaibel Georg, Epigrammata graeca ex lapidibus conlecta, Berlin, Reimer, 1878.

LGPN = Fraser Peter M. et Matthews Elaine éd., A Lexicon of Greek Personal Names, Oxford, Oxford University Press, 1987-.

LSJ = Liddell Henry G., Scott Robert et Jones Henry S., A Greek-English Lexicon, Oxford, Clarendon Press, 1940.

Moretti, ISE = Moretti Luigi, Iscrizioni Storiche Ellenistiche.

SEG = Supplementum Epigraphicum Graecum, Leyde, 1923-.

SGDISammlung der griechischen Dialekt-Inschriften, 4 volumes, Hermann Collitz éd. (I-II, IV/1, 3), Hermann Collitz et Friedrich Bechtel éd. (III/1-2), Otto Hoffmann éd. (IV/3), Paul Gärtchen et Otto Hoffmann éd. (IV/4), Göttingen, Vandenhoeck et Ruprecht, 1884 (I), 1886 (IV/1), 1899 (II-III/1), 1901 (IV/2), 1905 (III/2), 1910 (IV/3), 1914 (IV/4).

SGOst = Merkelbach Reinhold et Stauber Josef, Steinepigramme aus dem griechischen Osten, Stuttgart, Teubner, 1998-2004, 5 volumes.

1. Introduction

  • 1 Garin, Prosatori latini, p. 244 ; il s’agit d’une citation faite de mémoire (elle est donc imparfa (...)
  • 2 Toutes les dates s’entendent avant J.-C. sauf mention contraire.

1L’histoire récente de Posidippe aurait pu être décrite par les humanistes les plus anciens avec le même enthousiasme que celui qui anima Poggio Bracciolini lorsqu’il annonça la découverte d’un manuscrit des œuvres de Quintilien à Guarino Veronese : « Quam temere persaepe eveniunt, quae non audeas optare ! »1 Presque personne, en effet, n’aurait pu imaginer découvrir 110 épigrammes totalement inconnues auparavant, conservées dans un rouleau de papyrus de la fin du iiisiècle2 réalisé avec soin et en bon état de conservation, le bien connu P. Mil. Vogl. VIII 309.

  • 3 « Les quelque cent épigrammes contenues dans le rouleau de papyrus sont toutes du même poète ».
  • 4 « Étant donné que toutes les épigrammes sont d’un seul poète, et que deux d’entre elles sont attri (...)

2Ce papyrus contient plus de 600 vers qui ont été immédiatement attribués à Posidippe par les premiers éditeurs (Austin, Bastianini et Gallazzi, Posidippo) sur la base des considérations suivantes : le fait que, sur le papyrus, on ne lise le nom d’aucun auteur nous suggère qu’« il centinaio di epigrammi contenuti nel rotolo siano tutti di un solo poeta » (ibid., p. 23)3. D’autre part, seules deux des épigrammes du nouveau papyrus étaient déjà connues par la tradition indirecte, et faisaient partie du corpus de Posidippe : « Se dunque tutti gli epigrammi sono di un unico poeta, e dato che due di essi sono attribuiti, nella tradizione, a Posidippo, ne segue che Posidippo è l’autore cui sono attribuibili tutti gli epigrammi del rotolo »4. Un syllogisme parfait qui a fait commencer l’histoire de ce qu’on appelle le « nouveau Posidippe ».

  • 5 « Indices qui corroborent (ou au moins n’empêchent pas) cette attribution ».
  • 6 Équilibrée et recevable est la position de Gutzwiller (« Introduction », p. 3) qui indique l’hypot (...)

3La conclusion à laquelle sont arrivés les éditeurs a trouvé de nombreuses confirmations dans la quantité de plus en plus grande de « indizi che corroborano (o per lo meno non ostacolano) quest’attribuzione »5 (ibid.) ; elle doit donc être reconnue comme une hypothèse vraisemblable6.

4Par cette voie, les nouveaux textes sont parvenus à enrichir le corpus des vers attribués à l’épigrammatiste de Pella : l’édition la plus récente de l’ouvrage complet de Posidippe (Austin et Bastianini, Posidippi Pellaei) place au premier plan les épigrammes de Milan et établit ainsi un « canon » de 150 textes de Posidippe, parmi lesquels seulement 12 ont une attribution incertaine – ils ne font d’ailleurs pas partie du papyrus de Milan.

  • 7 Alors que cette contribution était en cours de publication, après la tenue du colloque dont ce vol (...)

5Parallèlement à un choix si généreux en faveur des nouvelles épigrammes, une condamnation tout aussi nette a laissé tomber dans l’oubli certains textes de la tradition épigraphique que la divinatio des grands maîtres de l’épigraphie et de la philologie du xixe et du xxe siècle avait associés au nom du poète de Pella. Une exclusion tacite que la plupart des savants n’ont pas écrit et qui nous rend un peu perplexes si nous pensons – comme l’a bien écrit Bing (« Reimagining Posidippus », p. 185-189) – que les épigrammes du papyrus de Milan ont contribué à éclairer le visage d’un auteur dont les textes paraissent tout à fait destinés à être gravés sur des monuments réels7.

  • 8 Une autre inscription est attribuée à Posidippe par le seul Pomtow, « Delphische Neufunde. V », p. (...)
  • 9 Un certain scepticisme à l’égard de l’hypothèse selon laquelle Posidippe l’épigrammatiste aurait é (...)
  • 10 Dans l’inscription de Thermon en particulier, Posidippe est identifié comme ὁ ἐπιγραμματοποιὸς Πελ (...)
  • 11 En effet, comme l’a répété Bing (« Reimagining Posidippus », p. 182-184), il faut entendre le term (...)

6On a attribué à Posidippe un total de six inscriptions métriques anonymes qui font partie des textes à l’attribution incertaine dans l’édition de Fernández-Galiano (Posidipo, p. 164-181 ep. *31-*36)8. Un rôle décisif en faveur d’une attribution à Posidippe a été joué par deux documents épigraphiques (test. 2 et suiv. A.-B.) qui attestent l’attribution de la proxénie, par la cité de Delphes (276-275 ou 273-272 avant J.-C. : FD III/3 192)9 et la Ligue des Étoliens (Thermon, 263-262 avant J.-C. : IG2 IX/1, 1 17A), à un Posidippe qu’on peut identifier avec l’épigrammatiste. Il s’agit de reconnaissances officielles qui suggèrent certainement une activité poétique au service d’un commanditaire public10 et qui ont poussé à chercher des traces du poète dans la documentation épigraphique étolienne en vers du iiie siècle11.

7Parmi les six épigrammes publiées par Fernández-Galiano, trois ont une origine étolienne, au sens le plus large du terme, et trois une origine delphique. À la lumière des nouveautés sur l’œuvre de Posidippe telles qu’elles se sont peu à peu dessinées à partir de 2001, les épigrammes *31-*36 F.‑G. méritent elles aussi d’être reprises et réévaluées sur la base du profil du poète de Pella qui a été reconstruit à partir des textes nouveaux et anciens. Une comparaison systématique entre les six épigrammes anonymes et les épigrammes attribuées pour des raisons différentes à Posidippe représente un point de départ qu’on ne peut pas éluder, bien que la valeur d’une telle enquête soit relative, tant à cause des dimensions limitées du corpus dont on dispose, que vis-à-vis des doutes que soulève encore l’attribution de ces textes en bloc à un seul auteur.

8Les perspectives qu’on adoptera de préférence pour cette comparaison sont au nombre de quatre : 1) celle des realia, à savoir les contextes à la fois historique, géographique et politique ; 2) celle du mètre et de la prosodiedes textes ; 3) la perspective dialectale ; 4) la perspective lexicologique.

9Quelques précisions méthodologiques préliminaires sont nécessaires : à travers les parallèles qu’on propose ici, on ne peut qu’aspirer à mesurer la compatibilité des épigrammes prises en considération avec celles qui ont déjà été attribuées au poète. Mais la valeur qu’il faut donner aux résultats est différente pour les raisons qu’on va expliquer. Là où ce que nous connaissons de Posidippe est suffisamment caractérisé par rapport au contexte dans lequel il a dû opérer, comme il arrive dans le cas des realia historiques et politiques, chaque point de contact précis entre la vie et l’histoire du poète et les circonstances auxquelles les épigrammes se réfèrent peut prendre la valeur d’argument positif en faveur d’une attribution à l’épigrammatiste de Pella. Là où, par contre, le profil de Posidippe se perd dans la production de son époque, comme il arrive souvent dans le cas des préférences accordées aux mètres et aux rythmes, les éléments qui dénotent une cohérence entre les épigrammes examinées et la poésie déjà connue de Posidippe devront être considérés dans leur ensemble avec une valeur d’évidence cumulative ; ils devront également être lus exclusivement en négatif lorsque manquent les arguments qui s’opposent à la paternité de Posidippe.

2. Les épigrammes étoliennes

2.1. Thermon (Étolie) : Cavalli, « Ὣς ἀγαθῶν » (= *31 F.-G.)12

  • 12 = Sotiriadis, « Ἐπιγραφαὶ Θέρμου », p. 57 et suiv., no 35, photo fig. 6 ; Romeos, « Εἰς τὰς ἐπιγρα (...)
῎Αλσει ἐνὶ χρυσέωι σε βοαδρομέοντα σὺν ἵππωι
[Φ]ωκίσι Τείθρωνος κτεῖνεν ὑπὸ στεφάναις
δ̣υσμενέων κρυφθεὶς ἄφατος λόχος, ἄξια πάτρας,
ἄ̣ξ̣ι̣α δ᾽ Οἰνεϊδᾶν μησάμενον προγόνων.
μ̣ν̣αμόσυνον δὲ πατὴρ μορφᾶς σέθεν εἵσατο τόνδε 5
χαλκὸν Ἀπόλλωνος πὰρ τριπόδεσσι Δράκων,
ὅς σε καὶ ἐμ φθιμένοισιν ἐόντ᾽ εἰς φένγος ἀνάξει,
Σ̣κορπίων· ὣς ἀγαθῶν οὐκ ἀπόλωλε ἀρετ[ά].
1 ἐν χρυσέωι Sotiriadis | ἵπποις Sotiriadis || suppl. Wilhelm : ὠκέσι Sotiriadis : σωκίσι Romeos || 4 [ἄ]ξια Wilhelm : δεξιά Sotiriadis, Romeos || 7 φθέγγος Sotiriadis || 8 Σκορπίων· ὡς κτλ. Klaffenbach : [Σ]τόργων· ὣς κτλ. Wilhelm : φθιτῶν ὡς κτλ. Sotiriadis, Romeos | ἀρετά Sotiriadis, Romeos

Dans une forêt dorée, quand tu venais au secours des Phocidiens avec ton cheval, au-dessous des sommets de Teithron, une troupe cachée et inconnue d’ennemis te tua pendant que tu accomplissais des actions dignes de ta patrie, dignes de tes ancêtres Œnéides. Donc ton père Dracon a dédié ce monument de bronze-ci, voilà, souvenir de ta personne, près des trépieds d’Apollon, ce monument qui te ramènera dans la lumière bien que tu sois parmi les morts, Scorpion ; ainsi la vertu des hommes de bien ne meurt pas.

2.2. Thyrreion (Acarnanie) : Criveller, « Epigrammi funerari », p. 431-435, T 1 (= *32 F.-G.)13

  • 13 = Klaffenbach, « Bericht », p. 719 ; Friedländer, « A new epigram by Damagetus » ; IG2 IX/1, 2 298 (...)
Τὸμ Μούσαις, ὦ ξεῖνε, τετιμένον ἐνθάδε κρύπτει
Τιμόκριτογ κόλπωι κυδιάνειρα κόνις·
Αἰτωλῶν γὰρ παισὶ πάτρας ὕπερ εἰς ἔριν ἐλθών
ὡγαθὸς ἢ νικᾶν ἤθελε‹ν› ἢ τεθνάναι.
πίπτει δ᾽ ἐμ προμάχοισι λιπὼμ πατρὶ μυρίον ἄλγος, 5
ἀλλὰ τὰ παιδείας οὐκ ἀπέκρυπτε καλά·
Τυρταίου δὲ Λάκαιναν ἐνὶ στέρνοισι φυλάσσων
ῥῆσιν τὰν ἀρετὰν εἵλετο πρόσθε βίου.
4 suppl. Peek : ἤθελε lapis

Celui qui était honoré par les Muses, étranger, Timocritos, elle le cache ici dans son sein la terre glorieuse et qui apporte la gloire : car il vint à combattre pour sa patrie contre les fils des Étoliens, lui le brave, et il était résolu à gagner ou à mourir. Et il tomba dans les premiers rangs en laissant à son père une douleur infinie mais sans laisser de côté les beaux principes de son éducation ; car conservant dans son cœur la maxime laconienne de Tyrtée, il préféra la vertu à la vie.

2.3. Atalante (Locride) : IG IX/1 270, Dittenberger (= *33 F.-G.)14

  • 14 = Koumanoudis, « Ἐπιγραφαί », p. 484 ; Weil, « Lokrische Inschriften », p. 140 et suiv. ; Kaibel, (...)
  • 15 On utilisera dans le texte le signe de l’élision seulement lorsque le texte gravé tient compte de (...)
Πατρὸς ἀριζήλοιο Πολυκρίτου υἷα σὺν ἵππωι
δέρκεο, Βοιωτῶν ἀρχὸν ἀεθλοφόρων·
δὶς γὰρ ἐνὶ πτολέμοις ἁγήσατο τὰν ἀσάλευτον
νίκαν ἐκ πατέρων τηλόθεν ἀρνύμενος,
καὶ τρίτον ἱππήων· Ὀπόεντα δὲ πολλάκι τάνδε 5
καὶ χερὶ καὶ βουλᾶι θῆκε͜ ὀνομαστοτέραν.
ἐν δὲ͜ ἀρχαῖς15 ἀχάλινος ὑπ᾽ ἀργύρου ἔπλετο πάσαις,
ἀστῶν εὐνομίας θέσμια παρθεμένων·
τῶι καὶ ἀείμναστον Νικασιχόρωι κλέος ἔσται,
πίστις ἐπεὶ πάντων κοίρανος ἁγνοτάτα. 10
2 δέρκευ Hiller v. G., Moretti, Cairon

De son illustre père Polycritos, regarde le fils, un cavalier, commandant des Béotiens qui remportent la lutte. En effet, deux fois en temps de guerre, il a été un guide pour la victoire inébranlable, qu’il a obtenue loin de ses pères, et la troisième fois, c’était à cheval. À plusieurs reprises, d’Oponte il a accru la renommée par le combat et le conseil. Dans l’exercice de toutes ses magistratures, il n’a pas été corrompu par l’argent, car ses concitoyens ont recommandé les lois de l’intégrité ; alors la gloire de Nicasichoros sera éternelle, puisque la loyauté la plus pure est supérieure à tout. (Traduction Cairon, Les épitaphes métriques, p. 194)

  • 16 Allusion à Apollonios de Rhodes, II 542 et suiv. : οὐδέ τις αἶα / τηλουρός.
  • 17 Sur la chronologie de Posidippe voir Peek, « Poseidippos », p. 429 et suiv. ; Fraser, Ptolemaic Al (...)

102.a. Realia. Dans son parcours biographique et poétique, Posidippe semble avoir traversé deux contextes géopolitiques : l’univers encore vif de la Grèce propre, dominé d’une part par les Ligues et, d’autre part, par les diadoques et, sur le rivage opposé de la Méditerranée, le nouveau milieu politico-culturel de l’Égypte et de la cour ptolémaïque. Des références sûres à ces deux contextes se retrouvent aussi bien dans la production déjà connue du poète que dans le recueil de Milan, mais la chronologie absolue et relative de ces expériences n’est pas définie du tout : à l’époque hellénistique – comme le rappelle Fraser (Ptolemaic Alexandria, t. I, p. 555) – « no land is far away »16. Pour ce qui tient aux rapports avec Delphes et la Ligue des Étoliens, les seules données sont les deux documents épigraphiques qu’on vient de mentionner, qui remontent respectivement à la fin des années 70 et 60. Par contre, les noms des représentants de la dynastie lagide qui émergent dans les épigrammes attribuées à Posidippe tracent un arc chronologique vaste qui s’étend au moins depuis l’époque de l’association au trône de Ptolémée I Sôter et Ptolémée II Philadelphe jusqu’à 252 (mariage de Bérénice, fille de Ptolémée II, avec Antiochos II) ou jusqu’à 247 (mariage de Bérénice II avec Ptolémée III), selon que dans la παρθένος βασίλισσα (79, 1 A.-B.) célébrée par le poète on veut reconnaître Bérénice II ou Bérénice fille de Ptolémée II17. Les bornes chronologiques exactes du séjour de Posidippe dans l’Égypte ptolémaïque sont donc insaisissables.

  • 18 Sur les relations entre la fédération étolienne et les Ptolémées pendant le iiie siècle, voir Scho (...)

11Le cadre décrit ci-dessus est peut-être encore moins riche de repères si l’on tient compte du fait que les victoires des rois et des reines ptolémaïques chantées dans les ἱππικά (épigrammes-épinicies) du P. Mil. Vogl. VIII 309 se rapportent aux plus importants agônes sportifs de la tradition grecque continentale : il est possible que ces poèmes ne présupposent pas tous nécessairement une présence stable ou continue du poète à Alexandrie. D’autre part, une collaboration étroite avec la dynastie ptolémaïque ne semble pas incompatible avec une orientation philoétolienne18.

12Sans prétendre combler les grosses lacunes du cadre chronologique de l’histoire du iiie siècle qui est très problématique et de celui de la biographie de Posidippe qui se fonde sur encore moins de certitudes, il convient de se demander si et comment les épigrammes « étoliennes » peuvent être replacées dans le cadre événementiel décrit à grands traits ci-dessus.

  • 19 La forme la plus courante du nom de cette ville est Τ(ε)ιθρώνιον, même si Τείθρων ne manque pas d’ (...)
  • 20 La lecture du nom Σ̣κορπίων, fournie par Klaffenbach, est confirmée par Cavalli : la seule photogr (...)

13L’épigramme 2.1 évoque une intervention militaire des Étoliens pour appuyer les Phocidiens dans les environs de Tithronion19 ; c’est dans ces circonstances que Scorpion20 fils de Draconte trouva la mort. L’épigramme elle-même, avec la statue de bronze représentant Scorpion, a été dédiée par Draconte en mémoire de son fils dans le sanctuaire d’Apollon de Thermon, le centre religieux du koinon des Étoliens. Les hypothèses formulées sur la chronologie de l’épigramme 2.1 couvrent environ une vingtaine d’années.

14a) C’est à la fin des années 90 du iiisiècle que Cavalli (« Ὣς ἀγαθῶν », p. 412-420, et plus particulièrement p. 418) place la célébration épigraphique de l’Étolien Scorpion, dans le cadre général d’une politique anti-macédonienne de l’Étolie et dans le climat de la crise opposant les Étoliens à Démétrios. On se trouve donc au centre des événements qui représentent la « préhistoire » de l’expansion de la Ligue étolienne et qui pourraient expliquer l’intervention de la cavalerie étolienne aussi loin du cœur du koinon : en réponse à la prise d’Élatée par Cassandre entre la fin du ive et le début du iiisiècle, les Étoliens ont fait leur entrée en Locride et à Delphes. Le processus de légitimation de la Ligue étolienne en expansion aurait été consolidé ensuite par la victoire sur les Celtes.

  • 21 « Die Schrift ist etwas älter als die unserer Proxeniedekrete und könnte nach Hiller von Gaertring (...)

15b) Selon Friedrich Hiller von Gaertringen (d’après Weinrich, « Die Heimat », p. 437), l’épigramme pour Scorpion se situe bien autour de 285 ou peu après, dans le contexte de la libération d’Élatée de l’emprise d’Antigone Gonatas21 : il s’agirait de la même circonstance qui, à Delphes, a donné lieu à la consécration d’une statue du héros de la résistance locale, Xanthippe, accompagnée par deux poèmes (voir infra).

16c) Le fait que Scorpion soit mort « bei früheren kriegerischen Unternehmungen auf der phokischem Aitoler Gebiete » (« lors des premières opérations militaires sur les territoires phocidiens de l’Étolie ») est l’idée soutenue par Wilhelm (« Ein Epigramm aus Thermon », p. 170) : le combat évoqué aurait donc précédé l’invasion celtique de 279 mais il n’est pas possible de l’identifier précisément.

17d) Romeos (« Εἰς τὰς ἐπιγραφάς », p. 281), suivi par Scholten (The Politics of Plunder, p. 41 n. 42), associe l’occasion aux événements liés à l’invasion des Celtes, au début des années 70.

18e) Enfin, Luigi Moretti préfère penser que les Phocidiens qu’allèrent aider les Étoliens étaient liés par un traité régulier d’alliance avec ceux-ci : ils étaient les « Φωκεῖς οἱ μετ’ Αἰτωλῶν » mentionnés dans le traité étolo-béotien sur la datation duquel on a beaucoup discuté. La seule copie de ce traité a été retrouvée à Delphes (IG2 IX/1, 1 170). À partir de ce document, on peut déduire que cet accord impliquait les Béotiens, les Étoliens et les « Phocidiens avec les Étoliens » (Φωκεῖς μετ’ Αἰτωλῶν) et qu’en tant qu’accord de défense, il prévoyait l’intervention militaire pour garantir la défense mutuelle. Une nouvelle datation du traité a été fournie par Knoepfler (« De Delphes à Thermos », p. 1250) qui abaisse la chronologie à la période qui suit l’invasion celtique et en particulier aux années postérieures à 274-272, époque du conflit entre Antigone Gonatas et Pyrrhus, le roi d’Épire.

  • 22 Une datation plus précise de l’épigramme ne semble pas possible en raison du manque d’éléments qui (...)

19Les circonstances historiques suggérées sont toutes antérieures à l’année 263-262 qui vit Posidippe honoré de la proxénie étolienne en reconnaissance de son activité poétique au service des Étoliens : à partir de là, l’attribution à Posidippe de l’épigramme 2.1 serait chronologiquement admissible22. Deux coïncidences significatives sur lesquelles Bing (« Reimagining Posidippus », p. 186) a récemment attiré l’attention nous permettent de consolider cette évaluation : l’épigramme pour Scorpion provient du même site archéologique que l’inscription qui atteste l’attribution de la proxénie à Posidippe, à savoir le sanctuaire d’Apollon à Thermon ; en outre le nom de Dracon, le père du défunt, apparaît justement dans la liste des proxènes qu’on vient de mentionner. En tenant compte des remarques susdites, il faut reconnaître que – en termes de realia – pour 2.1 une attribution à Posidippe est non seulement admissible, mais aussi vraisemblable.

20L’épigramme 2.2, qui a comme protagoniste Timocritos, un Acarnanien mort au combat contre les Étoliens, suppose le scénario d’un affrontement entre Acarnaniens et Étoliens qui, comme l’a souligné Moretti (ad ISE no 88), semble se situer plutôt dans la seconde moitié du iiie siècle, période au cours de laquelle les conflits entre les deux peuples étaient plus fréquents que jamais. Abstraction faite des tentatives menées pour définir plus précisément les circonstances historiques en question, les recoupements avec le profil biographique de Posidippe dans ce cas – contrairement à 2.1 – semblent manquer : en d’autres termes, nous n’avons pas d’éléments qui autorisent à identifier l’auteur connu comme ἐπιγραμματοποιός des Étoliens avec un poète qui apparaît ici au service justement des adversaires des Étoliens. Or, bien que la célèbre élégie posidippéenne sur la vieillesse (118 A.-B.) nous fasse penser que Posidippe a séjourné à Thèbes pendant la dernière partie de sa vie, cela ne suffit pas pour mettre en évidence des connexions chronologiques et géopolitiques assez probantes pour attribuer au poète de Pella l’épigramme pour Timocritos.

  • 23 Voir Beloch, Griechische Geschichte, p. 432.

21L’épigramme 2.3, gravée sur une base carrée, célèbre la valeur de Nikasichoros, un Locrien d’Oponte, béotarque et hipparque, et, comme le révèlent les termes mêmes de l’épigramme (voir v. 1 et suiv.), elle devait accompagner une image du personnage. Dans ce cas, comme dans celui d’avant, les tentatives faites pour identifier les circonstances historiques mentionnées dans l’épigramme ont abouti à des résultats très différents : si Moretti (ad ISE no 84) pense à la période 265-245 pendant laquelle Oponte faisait partie de la Ligue béotienne23 et si Knoepfler (« L’épigraphie », p. 250) entend repousser la date après la guerre démétriaque (239), Georg Kaibel, Friedrich Hiller von Gaertringen et Johannes Geffcken considèrent le fait militaire en question plutôt comme une action défensive entreprise contre l’autorité macédonienne et proposent donc comme terminus ante quem 229, date de la mort de Démétrios, fils d’Antigone ; de manière plus générale, Wilhelm Dittenberger place le texte à la charnière du iiie et du iie siècle. Les indices fournis par les vers sont trop vagues pour nous renvoyer avec certitude à une occasion historique précise. Toutefois, si le contexte historique et politique de l’épigramme correspond au moment où Béotiens et Étoliens ont entretenu des rapports étroits et positifs, une commande de la partie des Locriens serait certainement admissible pour Posidippe. On ne remarque, pour le reste, aucune coïncidence postérieure avec la vie de Posidippe.

  • 24 Voir Gow et Page éd., The Greek Anthology, p. xxxvii, et Magnelli, « Il proemio », p. 395 et suiv.

222.b. Mètres et prosodie. Le nombre de vers composant les trois épigrammes (quatre distiques élégiaques pour 2.1 et 2.2 ; cinq pour 2.3) est attesté dans la production attribuée à Posidippe : les épigrammes de quatre et de cinq distiques élégiaques sont également représentées chez « le vieux Posidippe » (3 exemples pour les deux types sur un total de 22 textes), alors que la succession de quatre distiques dans le « nouveau Posidippe » est représentée beaucoup plus souvent que celle de cinq (11 exemples contre un seul). Ces chiffres ne sont pas spécifiques, c’est-à-dire qu’ils ne caractérisent pas de manière absolue la poésie de Posidippe. Il faudra toutefois remarquer que chez les épigrammatistes d’époque hellénistique inclus dans la Couronne de Méléagre le nombre de vers le plus largement représenté est inférieur et non supérieur à quatre distiques élégiaques, contrairement à ce qu’on observe chez les auteurs de la Couronne de Philippe24.

  • 25 Les données relatives à la poésie de Posidippe sont tirées de Magnelli, « Le norme », p. 149, et d (...)
  • 26 C’est le corpus épigraphique (iiie-ier siècle) examiné par Fantuzzi et Sens, sur la base duquel il (...)
  • 27 La structure dssdd de 2.3, 9 est attestée 11 fois dans P. Mil. Vogl. VIII 309 (4,80 %) et une seul (...)

23On peut entrevoir quelques aspects plus intéressants en évaluant la structure métrique des trois épigrammes25. Abordées selon la perspective de la outer metric, elles révèlent des rythmes cohérents avec ceux qui sont documentés dans les épigrammes de Posidippe, ainsi que, plus généralement, dans les épigrammes épigraphiques contemporaines de provenance égyptienne ou micrasiatique26 : les schémas hexamétriques utilisés dans les trois épigrammes épigraphiques correspondent tous à des schémas repérables dans la production de Posidippe mais leurs incidences sont différentes (voir infra le tableau 2). Les schémas hexamétriques utilisés dans 2.1 appartiennent tous à l’ensemble des cinq schémas les plus utilisés par l’ancien ou le nouveau Posidippe, alors que 2.2 et 2.3 ont chacun un schéma hexamétrique qui ne figure pas parmi les schémas favoris du poète – on y reconnaîtra plutôt des schémas fréquents dans l’épigraphie en vers de l’époque hellénistique27.

  • 28 On adopte ici la définition de « norme », en suivant les suggestions de Magnelli, « Le norme », p. (...)
  • 29 Voir Fantuzzi et Sens, « The hexameter », p. 116, tabl. 3 : « All the most important restrictions (...)

24L’analyse de la inner metric peut nous donner quelques éléments de confirmation de plus : les principales normes de l’hexamètre hellénistique sont généralement respectées, comme c’est le cas dans la poésie déjà connue de Posidippe ; on enregistre des violations là où le corpus de Posidippe lui-même admet des infractions (voir infra le tableau 1)28. La comparaison avec les tendances qu’on remarque dans les épigrammes d’époque hellénistique gravées sur pierre nous dévoile dans ces derniers une plus grande liberté, dans une mesure, cependant, qui révèle à quel point le modèle de l’hexamètre de Callimaque était déterminant aussi pour les auteurs anonymes de poésie épigraphique29.

  • 30 Voir supra n. 20.
  • 31 Ce phénomène survient surtout – dans la tradition épigraphique comme dans la tradition littéraire  (...)

25En ce qui concerne la prosodie, l’épigramme 2.2 est marquée par de nombreux cas de correptio Attica à l’intérieur des mots (v. 3, 4, 5, 6), un phénomène de préférence évité dans le Posidippe connu. Quant au nom Σκορπίων (2.1, 8), en supposant que cette lecture soit correcte30, il faut attribuer au iota une valeur de semi-consonne31.

  • 32 Voir aussi Angiò, « Posidippo di Pella », p. 205.

26Un élément commun qui renforce l’hypothèse d’un même auteur, reconnu par Fantuzzi (« La tecnica versificatoria », p. 94) dans le style de la versification de P. Mil. Vogl. et dans les poèmes du Posidippe déjà connu, est la fréquence de l’enjambement non seulement entre hexamètre et pentamètre, mais aussi entre un distique élégiaque et l’autre : il s’agit, on reprend ici les mots de Fantuzzi (ibid., p. 95), d’une « strategia stilistico-compositiva che solo alcuni autori praticano con qualche frequenza » (« stratégie du style et de la composition que seulement quelques auteurs pratiquent de temps en temps ») et qui donc est plus caractéristique que d’autres éléments. Dans 2.1 non seulement les vers 1-2 et 5-6, mais aussi le premier et le deuxième distique sont liés par la continuité syntaxique32 ; dans 2.2 et 2.3, en revanche, le phénomène n’affecte jamais les frontières entre un couple élégiaque et l’autre (2.2 : v. 1-2, 3-4, 7-8 ; 2.3 : v. 1-2, 3-4, 5-6).

  • 33 Ainsi Sens, « Doricisms ».
  • 34 Voir Pindare, Olympiques 1, 116 ; 6, 104 ; Pythiques 4, 170 ; 11, 61 ; Néméennes 1, 32 ; 7, 47 et (...)
  • 35 Si on veut soutenir ce point de vue, on ne peut pas invoquer le fait que le Timocritos célébré ici (...)

272.c. Dialecte. Le papyrus de Milan a apporté une contribution précieuse à la connaissance de la langue épigrammatique et, si on reste dans l’hypothèse de l’attribution à Posidippe, à la connaissance de la langue de cet auteur même : les textes du papyrus qui ne sont pas affectés par la médiation de la tradition médiévale montrent, en effet, un profil linguistique mixte, caractérisé par une base ionienne et de la koinè, et par une coloration dorienne généralisée, ce qui n’exclut pas dans certains cas une fonction spécifique, à savoir l’intention de parvenir à un objectif expressif bien précis33. Parmi les trois épigrammes étoliennes, c’est encore une fois la première qui se distingue par une présence effective à la fois de formes ioniennes (v. 7 ἐόντ’, très fréquent chez Posidippe, mais aussi dans la poésie dorienne en général34) et doriennes (v. 4 Οἰνεϊδᾶν, 5 μναμόσυνον et μορφᾶς). Non moins visibles sont les formes doriennes qui constellent l’épigramme 2.3 (v. 3 ἁγήσατο τάν, 4 νίκαν, 5 τάνδε, 6 βουλᾷ, 8 παρθεμένων), tandis que la situation est différente dans 2.2 où le seul dorisme est relégué au dernier vers (v. 8 τὰν ἀρετάν) en lien avec la mention de la Λάκαινα ῥῆσις35.

282.d. Lexique. Si les tendances métriques et linguistiques qu’on peut estimer cohérentes avec la façon de Posidippe trouvent des correspondances intéressantes dans l’épigramme 2.1, une discussion à propos du vocabulaire utilisé dans les trois textes et mis en parallèle avec celui qu’utilisent l’ancien et le nouveau Posidippe a tout à fait sa place dans le cadre que l’on vient de dessiner.

  • 36 Bing, « Reimagining Posidippus », p. 187.
  • 37 Mais, comme le rappelle Fernández-Galiano (Posidipo, p. 165 ad loc.), δυσμενέων dans l’incipit du (...)
  • 38 C’est encore Bing (loc. cit.) qui reconnaît dans l’expression πατὴρ μορφᾶς σέθεν εἵσατο τόνδε / χα (...)
  • 39 Bing (loc. cit.), mais voir aussi Cavalli, « Ὣς ἀγαθῶν », p. 412.
  • 40 Sur le sens de Οἰνειδᾶν, voir Quaß, Die Honoratiorenschicht, p. 69 n. 243, et Cavalli, « Ὣς ἀγαθῶν (...)
  • 41 LSJ9 1641, s. v.
  • 42 Angiò (« Posidippo di Pella », p. 205 et suiv.) conseille de comparer la formation βοαδρομέω à νεμ (...)
  • 43 Le parallèle, déjà signalé par Fernández-Galiano (Posidipo, p. 165 ad loc.), a été repris et dével (...)
  • 44 Mais cela ne représente pas en soi un argument qui conforte l’attribution à Posidippe ; voir contr (...)
  • 45 Fernández-Galiano (Posidipo, p. 166 ad loc.) renvoie à Tyrtée, fr. 12, 31 et suiv. W.2 (οὐδέ ποτε (...)

29Certains éléments qui appartiennent au vocabulaire de Posidippe apparaissent aussi dans l’épigramme 2.1 : l’incipit ἄλσει ἐνὶ χρυσέῳ (v. 1) que Bing suggère de rapprocher du χρυσείῳ […] ἐν θαλάμῳ de Posidippe, 33, 4 A.-B.36 ; l’usage substantivé de δυσμενεῖς (v. 3 : δυσμενέων se trouve également dans Posidippe, 30, 4 A.-B.)37 ; le terme μορφά, très chargé de sens, utilisé pour désigner des personnes (v. 5 : voir Posidippe, 11, 4 ; 65, 338 ; 131, 2 A.-B.), la forme verbale κτεῖνεν (v. 2) qui fait écho à κτεῖναν 29, 4 A.-B. dans la même position métrique39. De plus, alors que le terme φέγγος n’est jamais utilisé par Posidippe dans un contexte spécifiquement funéraire pour indiquer la vie (voir 8, 5 ; 13, 2 ; 78, 10 A.-B.), le patronyme Οἰνεϊδᾶν trouve des parallèles dans le corpus qu’on lui attribue (voir 31, 3 ; 83, 2 et 4 ; 95, 6 ; 148, 3 A.-B.)40. Des mots comme βοαδρομέω/βοηδρομέω (v. 1) et στεφάνη (v. 2), au sens de « brow of a hill, edge of a cliff »41, relèvent d’un usage poétique rare et représentent pour cette raison des choix expressifs très originaux42. Le dernier distique a également un certain intérêt. L’expression par laquelle au vers 7 on représente la fonction commémorative de la statue de Scorpion a un parallèle significatif chez Simonide (FGE 716 et suiv. = AP VII 251, 3 et suiv.) oὐδὲ τεθνᾶσι θανόντες, ἐπεί σφ’ Ἀρετὴ καθύπερθε / κυδαίνουσ’ ἀνάγει δώματος ἐξ Αίδεω43 : au-delà de l’idée générale et topique selon laquelle la vertu assure l’immortalité, ce qui établit un lien substantiel entre les deux textes est le concept d’un « retour de l’Hadès ». La présence d’une possible réminiscence – et pas nécessairement d’une allusion – d’un texte de Simonide qu’on peut imaginer bien connu révèle un certain niveau de maîtrise de la tradition de la part du poète et probablement aussi de la part du commanditaire de l’épigramme44. Quant à la γνώμη finale, le concept exprimé est, justement, très commun, et essayer d’en identifier le modèle serait inutile45.

  • 46 Sur la base d’une comparaison lexico-stylistique, sans aucun doute intéressante et digne d’attenti (...)
  • 47 Sur la présence, même si elle n’est pas explicite, de Tyrtée dans la tradition épigrammatique funé (...)

30Dans l’épigramme 2.2, on ne remarque pas d’éléments de la langue de Posidippe qui s’écartent du code propre au genre funéraire (ξεῖνος, κόνις, λείπω, ἄλγος, φυλάσσω, βίος) ou d’un vocabulaire basique très général (ἔρχομαι, καλός, πρόσθε) ; en outre, des termes comme κόλπος et πίπτω dans la production qu’on attribue à Posidippe sont utilisés dans des acceptions différentes (voir 57, 5 ; 62, 8 A.-B.)46. Quant à la citation de Tyrtée (test. 4 Gent.-Pr. et 24, 7 et suiv. W.2) dans le distique de clôture, il s’agit d’un élément utile pour jeter un peu de lumière sur l’identité du défunt plus que sur celle de l’auteur de l’épigramme : une telle citation, en effet, semble être en relation avec l’expression employée au tout début du poème pour décrire Timocritos (τὸμ Μούσαις […] τετιμένον) et avec la mention de son éducation dans le vers 6 (τὰ παιδείας […] καλά) ; le fait que ces deux références sont à considérer non comme des éloges génériques et topiques du défunt, mais comme des allusions spécifiques à une vocation, et pas nécessairement à une profession, semble confirmé par la citation qui conclut le texte47.

31Les termes posidippéens qu’on trouve dans l’épigramme 2.3 sont eux aussi plutôt génériques : ἀεθλοφόρος (v. 2) revient en 78, 12 A.-B. (voir aussi 71, 3 ; 82, 6 ; peut-être 85, 1 A.‑B.) ; ὀνομαστός (v. 7) apparaît en 135, 3, ἀείμναστος (v. 9) en 127, 6, et ἁγνός (v. 10) en 114, 18 et 116, 8 ; quant à εὐνομία, ce mot est utilisé seulement une fois par Posidippe, mais pas dans son acception politique ; plus intéressant est probablement δίς placé dans l’incipit du vers 3 (voir 68, 2 ; 71, 3 ; 100, 4 A.-B.). Certains rapprochements apparaissent innovants (v. 3 et suiv. τὰν ἀσάλευτον / νίκαν […] ἀρνύμενος), même s’ils ne sont pas toujours bien réussis (v. 7 ἀχάλινος ὑπ’ ἀργύρου) et parfois la syntaxe se révèle peu adroite (v. 5 καὶ τρίτον ἱππήων, 8 ἀστῶν εὐνομίας θέσμια παρθεμένων).

  • 48 Voir SGOst 05/01/35 (Smyrne, iie-ier siècle), GVI 978 (Chypre, fin du ier siècle), 1018 (Lipari, i (...)

32Dans 2.2 ainsi que dans 2.3 il est possible de reconnaître, peut-être, un jeu de mots qui porte sur le nom du défunt et qui répond à un goût assez diffusé parmi les auteurs anonymes de poésie épigraphique funéraire48 : dans 2.2, 1 τετιμένον semble faire écho à Τιμόκριτον (2.2, 2), et dans 2.3, 4 νίκαν semble anticiper Νικασιχόρῳ (2.3, 9).

  • 49 Bing (« Reimagining Posidippus », p. 186 et suiv.) va encore plus loin : « This is a good poem. It (...)

33Bien sûr, les données issues de l’analyse qu’on vient de proposer ne peuvent pas être considérées comme absolument significatives ; et, prises séparément, elles ne sont pas non plus des preuves pour ou contre l’attribution à Posidippe des épigrammes concernées par cette étude : néanmoins, en étant pleinement conscient de la valeur relative de ces résultats, on peut s’essayer à une lecture croisée qui puisse contribuer à souligner l’importance des convergences les plus remarquables. Certaines d’entre elles apparaissent dans l’épigramme 2.1 : le cadre issu d’une analyse des différents indices est globalement négatif, aucune donnée significative ne s’oppose à l’idée d’une paternité posidippéenne. Mais dans ce contexte on remarque aussi quelques traits positifs qui peuvent suggérer, malgré tout, une vague ressemblance avec ce que l’on connaît de l’épigrammatiste de Pella. En particulier, les dynamiques historiques et politiques qui se laissent entrevoir dans l’épigramme semblent définir un contexte chronologique et géographique où Posidippe peut être imaginé comme présent et actif ; d’autre part, le mélange linguistique du texte ainsi que le goût pour la continuité métrico-syntaxique et quelques mouvements lexico-rythmiques représentent des éléments d’affinité avec la versification de Posidippe. Bien qu’en général on doive se méfier de considérations qualitatives risquées, notamment en référence aux questions d’authorship, on ne peut pas nier que 2.1 est une épigramme bien écrite et construite, révélant, au moins, un poète habile et conscient de ses instruments49.

  • 50 Ainsi Moretti (ad ISE no 84), qui, en admettant la plausibilité de l’attribution, conclut : « Ma è (...)

34Pour ce qui concerne l’épigramme 2.3, l’attribution à Posidippe ne rencontre pas d’objections sérieuses, elle est donc admissible, même si elle ne peut pas être démontrée50 ; par contre, pour l’épigramme 2.2 une paternité posidippéenne est plus difficile à accepter. Un résultat qui coïncide exactement avec ce qui a déjà été suggéré par Fernández-Galiano (Posidipo) avant la découverte du nouveau Posidippe de Milan.

3. Les épigrammes delphiques

3.4. Delphes (Phocide) : Peek, « Delphische Gedichte », p. 249‑252, 269 (= *34 F.-G.)51

  • 51 = Pomtow, « Delphische Neufunde », p. 66, no 93 et suiv., et « Delphische Neufunde. V », p. 201, n(...)
Οὗτοι Ἀπόλλ[ω]ν[ος ναῶι] ποτε νεῖμ[αν ἀπαρχάς],
ἐσθλοτάτωμ προγόνων τε͜ ἄξιοι [ἠδὲ πάτρας]·
Φοίβου γὰρ [χρυ]σόν τε καὶ ἄργ[υρον ὤπασαν οἴκωι],
δόξαν ἀείμναστον κέρδος ἀ[μειψάμενοι].
ὧν ἕνεκ᾽ αὐτίκα πᾶσ᾽ Ἀμφικτυ[ονίς σφε γέραρε], 5
Δελφοὶ δ[ὲ]͜ οἰκείαν προξενί[αν ἔδοσαν].
extra metrum Ξένων Ὀπο[ύντιος] / Διοκλῆς Ξ[ένωνος] / Ἀπόλλωνι [Πυθίωι] || suppl. Peek | 1 οὗτοι σεμ̣ν̣ὸ̣ν̣ [ἄγ]αλ[μ]α Pomtow2 || 2 [π]ρογόνων τ[ε ἄ]ξιο[ι] Pomtow2 || 3 Φοίβου γὰρ [ζάθ]εον τ̣ε̣ύ̣ξ̣α̣ς̣ Pomtow2 || 4 δόξαν ἀεὶ μ̣ο[γερ]ὸν κέρδος ἀ[μειψάμενοι] Pomtow2 || 5 [Ἀ]μφικτυ[όνεσσι Pomtow2 || 6 Δελφοί [τ’ ἀρχαί]αν προξενί[αν ἔνεμον] Pomtow2

Ceux-ci, dans le temple d’Apollon, ont consacré les offrandes, eux qui se sont montrés dignes de leurs très nobles ancêtres et de leur patrie. Car ils ont donné à la maison de Phébus de l’or et de l’argent, et ont reçu en échange le gain d’un renom éternel. C’est pourquoi l’Amphictyonie entière les a honorés tout de suite, et les Delphiens leur ont conféré la proxénie.

3.5. Delphes (Phocide) : Bousquet, « Inscriptions de Delphes », p. 167‑171 (= *35 F.-G.)52

  • 52 = Pomtow, Delphica III, p. 125 et suiv., avec lectures de Hiller ; Dittenberger, Syll.3 no 361, n. (...)
Τὰς πρώτας σοίζου[σ’] ἀρετὰς μεν[εδάϊοι ἄνδρες],
Ξάνθιππε͜, οὐδὲ μάταν τόλμαν ὑπ[ὲρ πατρίδος]
πρωθήβης περ ἐὼγ κείναν ἔθου, εὖτε͜ Ἐ[λατείας]
[γ]ᾶν ἀπὸ Κασσάνδρου θῆκας ὑπ᾽ εὐνομ[ίαν].
[ὅ]σσα δὲ Φωκεῦσιν καὶ ἐπὶ πλέον ἄνυσας [ἔργα] 5
[μ]είζονά τις μαθέτω κ̣αινὸν ἔπος̣ κα[τιδών].
extra metrum Φωκεῖς ἀνέθηκαν τῶι Ἀπόλλωνι Ξάνθιππον Ἀμφαρέτου / Φωκέα ἐλευθερώσαντα Ἐλάτειαν / Λύκος / Σάτυρος ἐπόησε || σω̣ίζου[σ’] Flacelière | fin. suppl. Pomtow-Hiller, Hiller, uel e. g. μεγ[αλήτορες ἄνδρες] μέγ[α φέρτατοι ἀνδρῶν] Bousquet || 2 fin. suppl. Bousquet : ὑπ[ερφίαλον] Wilamowitz ap. Pomtow-Hiller (per litt. ad Hiller), Dittenberger || 3 ἐὼγ κείναν Peek, ἐὼν κείναν Flacelière : ἐὼν ξείναν Pomtow-Hiller, Dittenberger, Hiller | fin. suppl. G. Daux : Ἐ[λάτειαν] Pomtow-Hiller, Dittenberger, Hiller || 4 in. suppl. Daux : [τ]ὰν Pomtow-Hiller, Dittenberger, Hiller | εὐνο[μίαν] Pomtow-Hiller || 5 [ὅ]σσα δὲ Peek : [ὡ]ς τάδε Pomtow-Hiller, Dittenberger, Hiller, Flacelière, Vollgraff | fin. suppl. Hiller : [ἄλλα] Wilamowitz ap. Pomtow-Hiller (per litt. ad Hiller), Dittenberger, Flacelière : [ἆθλα] Vollgraff : [ἀθρῶν] Peek || 6 [μ]είζονά τις Bousquet : [γ]είτονά τις Pomtow-Hiller, Dittenberger, Hiller, Flacelière, Peek, Vollgraff | κ̣αινὸν ἔπος̣ κα[τιδών] uel κα[θορῶν] Bousquet : χαλκὸν ἐπόντα [βλέπων] Flacelière : χαλκὸν ἐπόντα [βάθρωι] Pomtow-Hiller, Dittenberger, Hiller : χαλκὸν ἐπόντ’ [ἀθρέων] Vollgraff

Les hommes valeureux gardent leurs premières vertus, Xanthippos, et tu n’as pas sacrifié en vain pour ta patrie le courage que tu as montré, malgré ta jeunesse, quand tu as donné à la terre d’Élatée un bon gouvernement après l’avoir libérée de Cassandre. Tout ce que tu as fait de plus pour les Phocéens, encore plus grand, qu’on l’apprenne en lisant ce nouveau poème.

3.6. Delphes (Phocide) : Bousquet, « Inscriptions de Delphes », p. 171‑175, photo fig. 3 (= *36 F.-G.)53

  • 53 = Pomtow, Delphica III, p. 127 et suiv., avec lectures de Hiller ; Dittenberger, Syll.3 no 361, n. (...)
Ὧδε χρή, Φοῖβον παρὰ Πύθιον αἰὲν ἀλαθ[ῆ],
αὐχεῖν, ὡς ὅδ᾽ ἀνήρ, Ἑλλάδ᾽ ὃς ὤνατ᾽ ἀε̣[ί].
δὶς μὲν γὰρ σφετέρας ἀπὸ δ̣[ούλ]ια δ̣[εσμ]ὰ τυράννων
λῦσαί φατι, καμὼν ἄλκιμ[α πολλά, πάτρ]ας,
ἁνίκα δῖα͜ Ἐλάτεια κατείχε[το], τὸμ [μὲν ἐν] ἀρχ[ᾶι], 5
τὸν δὲ μέσαι τελέσας μόχ[θο]ν ἐν ἁλ[ικίαι].
οὗτος καὶ βασιλῆα Μακη[δονίας] φρεσὶ [πεί]σ̣ας
τὰν ἄδολον κείναν ὥρμι[σεν εἰ]ς φιλίαν
Λυσ[ίμα]χον, χρυσὸν δὲ τὸν ἄ[στ]εα καὶ τὰ πατρῶια
ἄγαγεν [Ὀ]ρνυτιδᾶν ῥυσάμενον δάπεδα. 10
τοὔνεκα καὶ Φωκεῖς δεκάκις, ξένε, ταγὸν ἔθεντο
τόνγε μετ᾽ εὐδόξ[ο]υ̣ πάντες ἐλευ̣θ̣ε̣ρ̣[ί]α̣ς.
ἀλλά τ[ις αὖ] Ξάν[θ]ι̣π̣πον ἰδὼ[ν] Ἀμφα[ρέ]του υἱόν
φάσθω· ἰδ’ [ὡς] μεγάλαι [τ]οῖς ἀγαθοῖς [χ]άριτες.
extra metrum Φωκεῖς ἀνέθηκαν τῶι Ἀπόλλωνι / Ξάνθιππον Ἀμφαρέτου Φωκέα / ἀρετᾶς ἕνεκα καὶ εὐνοίας τᾶς εἰς αὑτούς || 1 fin. suppl. Bousquet : ἀλαθ[ῶς] Pomtow-Hiller, Dittenberger, Hiller, Geffcken, Flacelière, Peek || 2 Ἑλλάδ᾽ ὃς Bousquet : Ἑλλάδος Pomtow-Hiller, Dittenberger, Hiller, Geffcken, Flacelière, Peek | fin. suppl. Bousquet : ὤνατ’ ἀρ[ᾶν] (Pomtow‑)Hiller, Dittenberger, Hiller, Geffcken, dub. Flacelière, Peek : ὤνατ’ ἄγ[ας] Vollgraff || 3 suppl. Bousquet : δ[έσμ]ια δ[ειν]ὰ τυράννων (Pomtow‑)Hiller, Dittenberger, Hiller, Geffcken, Flacelière, Peek, Bringmann || 4 suppl. Bousquet : ἄλκι[μα ἔργα, πάτρ]ας (Pomtow‑)Hiller, Dittenberger, Hiller, Geffcken, Flacelière, Peek, Bringmann || 5 suppl. (Pomtow‑)Hiller, Hiller : ἀρχ[αῖς] (Pomtow‑)Hiller, Dittenberger, Geffcken : ἀκμ[ᾶι] uel ἥβ[αι] Vollgraff || 6‑10 suppl. (Pomtow‑)Hiller || 9 καὶ τὰ παλαιά Pomtow-Hiller, Dittenberger, Hiller, Geffcken, Flacelière, Peek || 11 ἕ[λ]οντ[ο] Pomtow-Hiller, Dittenberger, Hiller, Geffcken, Flacelière || 12 suppl. Bousquet : μετ’ εὐλο[γίας] πάντες ἐπευ[χόμεν]οι (Pomtow‑)Hiller, Dittenberger, Hiller, Geffcken, Flacelière, Peek || 13 ἀλλά τ[ις αὖ] Ξάν[θ]ι̣π̣πον Bousquet : ἀλλ[ά νύ τις Ξ]ά[νθ]ι[ππ]ον (Pomtow‑)Hiller, Dittenberger, Hiller, Geffcken, Flacelière : ἀλλά τ[ις οὖν Ξ]άνθιππον Peek | ἰδὼ[ν] Ἀμφα[ρέ]του Pomtow-Hiller || 14 ἰδ[ὲ ὡς] Pomtow-Hiller, Peek | [τ]οῖς [χ]άριτες Pomtow-Hiller

Ainsi, il faut se glorifier, chez le toujours véridique Phébus Pythien, de cet homme-ci qui a toujours servi la Grèce. En effet, par deux fois, dit-il, il a libéré sa patrie de l’esclavage et des chaînes des tyrans, et il a beaucoup et vaillamment peiné quand la divine Élatée était esclave. La première fois, il a réalisé son entreprise quand il était très jeune, la deuxième fois quand il était au milieu de sa vie. Cet homme-ci réussit à convaincre même le roi de Macédonie, Lysimachos, et à le mener à cette honnête amitié ; et il apporta de l’or qui sauva soit les villes soit le sol de la patrie des Ornytides. C’est pourquoi même les Phocéens par dix fois, étranger, le firent chef, tous ceux qui avaient gagné la glorieuse liberté. Mais, en voyant de nouveau Xanthippos, le fils d’Ampharétos, que l’on dise : voilà, elle est grande la reconnaissance pour les valeureux !

353.a. Realia. Il s’agit de textes différents quant à la finalité et au contenu : alors que le premier est une épigramme commandée par des particuliers, conçue pour garder la mémoire d’une généreuse offrande faite à l’Apollon de Delphes par un certain Xénôn d’Oponte et par son fils Dioclès, les deux autres devaient appartenir à un monument public célébrant la valeur d’un certain Xanthippe qui avait libéré Élatée jadis de la tyrannie de Cassandre puis, très probablement, de celle d’Antigonos.

36Delphes a constitué l’un des principaux contextes de la poésie de Posidippe comme le confirment non seulement l’attribution de la proxénie delphique au poète, mais aussi, selon toute vraisemblance, les nombreuses épigrammes du papyrus de Milan qui chantent les victoires remportées par les Ptolémées aux concours de Delphes. Toutefois, le fait que l’action se déroule à Delphes n’est pas un argument suffisant pour nous permettre de soutenir une hypothèse d’attribution ; et pour l’épigramme 3.4 les données historiques et chronologiques sont trop vagues ; le personnage dont on fait l’éloge est originaire d’Oponte comme le Polycritos célébré dans 2.3, mais la paternité posidippéenne de 2.3, comme nous l’avons vu, est loin d’être évidente.

  • 54 Fernández-Galiano, Posidipo, p. 177-179, a donné un tableau net de la question ; de même Cavalli, (...)

37Le contexte historique et politique de 3.5 et 3.6 est plus clair puisqu’il y est fait référence aux luttes pour la liberté de la ville de Phocide, Élatée. Bien que sur les phases et l’histoire de cette lutte il n’y ait pas unanimité, il s’agit de toute façon d’événements qu’il faut placer dans les premières décennies du iiie siècle, donc dans la période pendant laquelle on peut supposer que Posidippe a effectivement joué un rôle actif à Delphes, si l’attribution de la proxénie de Delphes est bien à dater du milieu des années 7054.

383.b Mètres et prosodie. Le groupe de six vers est une forme largement représentée dans le recueil de Milan ; nous n’en trouvons en revanche que quatre exemples chez l’ancien Posidippe ; le groupe de quatorze vers représente la structure épigrammatique la plus attestée dans le papyrus de Milan (trois cas), et seulement là ; elle n’apparaît que trois fois dans les épigrammes de la Couronne de Méléagre.

  • 55 Neri, Erinna, p. 551-553, propose quelques réflexions méthodologiques sur les problèmes concernant (...)

39Les trois textes ne sont pas complets, ce qui limite clairement la valeur de l’analyse métrique, linguistique et lexicale des vers conservés : sur la base de ce qui reste, on peut encore observer que les caractéristiques de l’hexamètre de Posidippe semblent généralement se trouver aussi dans les hexamètres des trois épigrammes de Delphes. Il y a des exceptions, mais exactement aux endroits où la production de Posidippe semble en admettre (voir infra le tableau 1)55. Un cas de correptio Attica à l’intérieur du mot se rencontre dans l’épigramme 3.6 (v. 9), tandis que les restitutions proposées par Peek en présupposent d’autres : 3.4, 2 ; 3.5, 2 ; 3.6, 4.

  • 56 Les autres schémas reviennent dans le corpus des épigrammes épigraphiques égyptiennes et micro-asi (...)

40L’examen de la outer metric aussi a nécessairement une valeur relative étant donné le caractère incomplet des textes : si nous nous appuyons sur les reconstructions suggérées, le cadre qui ressort met en lumière une différence assez marquée entre les épigrammes 3.4 et 3.5, dans lesquelles seulement deux vers reflètent des schémas hexamétriques typiquement posidippéens56, et l’épigramme 3.6 dont les hexamètres entrent presque tous dans les schémas qui prédominent chez l’ancien et le nouveau Posidippe.

  • 57 Voir Fantuzzi, « La tecnica versificatoria », p. 93 et suiv.

41Quant au goût de Posidippe pour les enjambements, l’épigramme 3.6 nous en offre des indices certains : bien qu’ils n’apparaissent que dans la forme moins nettement posidippéenne, c’est-à-dire celle qui concerne la transition entre l’hexamètre et le pentamètre, la fréquence avec laquelle la limite syntactique va au-delà de la mesure du vers est au minimum digne d’une certaine attention ; l’enjambement, en outre, se réalise surtout dans sa forme « forte », celle qui sépare le sujet et l’objet d’un côté et le verbe de l’autre (voir v. 3-4, 9-10, 11-12, 13-14 ; il y a enjambement aussi aux vers 7-8 mais celui-ci n’est pas du type fort). Dans l’épigramme 3.5 aussi la reconstruction exige une continuité syntaxique entre les vers : il pourrait y avoir deux exemples d’enjambement entre hexamètre et pentamètre du type syntaxiquement le moins fort (v. 3-4, 5-6) et un d’enjambement à la façon de Posidippe entre deux distiques (v. 2-3). On peut observer enfin que, si la restitution proposée pour 3.5, 1 est correcte, on aurait un cas d’élision qui correspondrait à la césure B1, phénomène généralement évité dans l’hexamètre de Callimaque, mais documenté à la fois chez l’ancien et le nouveau Posidippe57.

423.c. Dialecte. En ce qui concerne l’aspect linguistique, à partir de ce qui est encore lisible sur la pierre, l’épigramme 3.6 se distingue des deux autres parce qu’elle présente un mélange linguistique à forte coloration dorienne (v. 1 ἀλαθ[ῆ], 4 φατι, 5 ἁνίκα, 6 μέσᾳ, ἁλ[ικίᾳ], 8 τὰν ἄ. κείναν, 10 ἄγαγεν [Ὀ]ρνυτιδᾶν) : il s’agit d’une physionomie linguistique qui, comme cela arrive en général pour les épigrammes de Milan, est étroitement liée à la fonction revêtue par l’épigramme ; la célébration officielle d’un héros national de la part des Phocidiens ne pouvait avoir lieu que par le truchement d’un chant aux accents doriens assez marqués. À partir de ce qu’on peut encore lire des deux autres épigrammes, on constate que certaines formes doriennes émergent ici ou là mais dans une mesure moindre que dans l’épigramme 3.6 (on relève seulement une trace certaine du vocalisme α dans l’épigramme 3.4, 4 ἀείμναστον, quelques autres en 3.5, 2 μάταν τόλμαν, 3.5, 4 [γ]ᾶν, au côté de formes ioniennes plus évidentes, 3.5, 3 ἐών, ou hybrides comme 3.5, 3 κείναν). Malgré les incertitudes imposées par le caractère incomplet des textes, l’épigramme 3.6 se signale par une plus grande attention portée à la cohérence linguistique du texte dans son propre contexte de destination.

  • 58 Voir Bacchylide, 11, 25 M. ; [Euripide], Rhésos 377 ; Gétulicus, AP VII 245, 4 ; Quintus de Smyrne (...)

433.d. Lexique. Les correspondances lexicales qui concernent l’épigramme 3.4 portent sur des termes très généraux (v. 2 ἄξιος, 3 [χρυ]σός, 4 ἀείμναστος – qui se trouve également dans 2.3, 9 –, 5 αὐτίκα, 6 οἰκεῖος) ; l’usage d’οὗτος dans l’incipit de la composition est assez fréquent chez Posidippe (voir en particulier 47, 1 ; 71, 1 ; 76, 2 A.-B.), mais cet emploi est plutôt une caractéristique du langage épigrammatique funéraire. Encore moins typique de Posidippe et encore plus proche du vocabulaire traditionnel est la langue de l’épigramme 3.5, où seulement des termes très généraux, comme le verbe σῴζω (qui pourtant est utilisé dans une acception différente), εὐνομία (-η, voir supra 2.d), l’impératif de μανθάνω, καινός et ἔπος sont attestés chez l’ancien et le nouveau Posidippe. Sur le plan des choix expressifs, donc, c’est encore une fois la dernière des trois épigrammes de Delphes qui est la mieux adaptée à la façon d’écrire du Posidippe que l’on connaît : l’adverbe ὧδε est largement utilisé et apparaît dans l’incipit du vers en 130, 2 A.-B. ; χρή ne revient que deux fois (62, 7 et 93, 5), mais toujours à la fin du vers, donc en position forte ; quant à δίς, on l’a déjà remarqué pour l’épigramme 3.3, son emploi en ouverture du vers correspond au goût du poète de Pella ; on y voit plusieurs termes – ni trop généraux ni « inévitables » – qui se retrouvent aussi chez Posidippe (δῖος, μόχθος, πατρῷος, χάρις) ; enfin, le patronymique du vers 10, Ὀρνυτιδᾶν, se trouve dans la même position métrique que Οἰνεϊδᾶν dans 2.1, 4. Comme l’a observé Fernández-Galiano, la périphrase Ὀρνυτιδᾶν [...] δάπεδα peut rappeler Συρίας [...] δάπεδονde 139, 2 A.-B., mais nous devons reconnaître qu’il s’agit d’une expression très courante dans le langage poétique58. On ne peut manquer de souligner non plus que la forme de l’épigramme est parfois peu fluide (v. 9 et suiv.).

44Les paramètres formels utilisés nous amènent à reconsidérer la place occupée par les trois épigrammes dans la production connue de Posidippe : la plus divergente semble être l’épigramme 3.4, la plus proche la 3.6. Alors que pour la première, aucun élément ni circonstanciel ni formel ne peut effectivement suggérer une affinité ou une cohérence avec la poésie posidippéenne (ainsi Fernández-Galiano, Posidipo, p. 30 et suiv.), pour la deuxième certaines correspondances formelles jointes à une ressemblance générale des contextes historiques et géopolitiques rendent l’attribution sûrement admissible ; cependant, dans ce cas, il manque des coïncidences circonstancielles précises telles qu’on les a relevées dans l’épigramme 2.1. Le scepticisme de Bousquet (« Inscriptions de Delphes », p. 175) n’est donc pas critiquable : « Je n’y crois pas beaucoup, écrit-il, car la langue poétique est ici non celle d’un homme, mais celle d’une époque, et même de la tradition ». En revanche, Fernández-Galiano (loc. cit.) est plus enclin à croire à une paternité posidippéenne ; il considère l’épigramme 3.6 comme attribuable avec une certaine vraisemblance à Posidippe au même titre que 2.1.

  • 59 On ne peut pas exclure, comme me l’a fait remarquer Alfredo Morelli, que les épigrammes 3.5 et 3.6 (...)

45Quant à l’épigramme 3.5 et à sa relation avec l’épigramme 3.6, selon la reconstruction et l’interprétation de 3.5, 6 suggérées par Bousquet qui considère καινὸν ἔπος comme une référence à 3.6, les deux textes s’impliquent réciproquement et seraient donc contemporains, c’est-à-dire qu’ils seraient à insérer dans le même projet de célébration de Xanthippos. Selon Bousquet (« Inscriptions de Delphes », p. 171), le poète aurait été contraint de « dédoubler sa composition poétique pour tenir compte de la surface qui convenait à la gravure. Trois distiques seulement trouvaient place sur la base de calcaire, sept distiques furent ajoutés sur une stèle de marbre que l’on scella quelque part, sans doute sur la surface de retrait entre deux degrés ». Cette opération se serait déroulée autour de 273-270, c’est-à-dire environ dix ans après la deuxième libération d’Élatée par Xanthippos, qui après cet événement aurait revêtu, justement pendant dix années consécutives, la charge de ταγός59.

  • 60 La chronologie a été mise en discussion par Fernández-Galiano (Posidipo, p. 179) qui considère com (...)
  • 61 Les hypothèses de ceux qui voudraient assigner les deux poèmes à des périodes différentes sont en (...)
  • 62 On ne peut pas partager dans ce sens l’objection soulevée par Fernández-Galiano (Posidipo, p. 179) (...)
  • 63 Le rapprochement entre καινὸν ἔπος, qui serait l’expression de l’orgueil du poète, et κ̣α̣ι̣ν̣οτεχ (...)
  • 64 Dans ce cas aussi Fernández-Galiano (loc. cit.) se borne à définir l’épigramme 3.5 comme attribuab (...)

46Indépendamment de la chronologie du complexe monumental60, si καινὸν ἔπος est vraiment ce qu’on pouvait lire sur la pierre, l’idée d’un renvoi d’un texte à l’autre semble en effet très vraisemblable : un élément qui marque à quel point le lien entre les deux inscriptions est étroit est la coïncidence presque complète avec les textes en prose qui les accompagnent (voir apparat)61. Le syntagme καινὸν ἔπος, loin d’être courant pour la désignation d’une épigramme, est attesté dans les drames d’Euripide (Tr. 55 et Ph. 1075) pour désigner les nouvelles qu’un personnage apporte sur la scène et qui conditionnent le déroulement de l’histoire. En supposant donc que le καινὸν ἔπος corresponde à l’épigramme 3.6, il n’est pas à exclure qu’une telle expression puisse nous révéler quelque chose sur la nature et la destination de ces textes ainsi que sur leurs relations mutuelles. L’épigramme 3.6 ne semble pas être fortement conditionnée par le formulaire épigrammatique et notamment anathématique ; elle pourrait en revanche se présenter comme une sorte de discours qui marque les étapes principales de la vie publique de Xanthippos et ses mérites ; peut-être l’inscription reprend-elle un discours prononcé au cours de l’inauguration officielle de la statue qui surmontait les deux inscriptions. Les fonctions différentes des deux poèmes expliqueraient leur rapprochement dans le cadre du même monument62 : l’un, plus court, n’a pas une dimension narrative et il ressemble à une simple didascalie gravée sur la base de la statue, comme le suggère aussi l’inscription en prose qui l’accompagne où on lit le nom de celui qui a réalisé le monument ; l’autre, par contre, a un plus large développement narratif et pourrait avoir rempli la fonction commémorative dont on vient de discuter ; il pourrait, éventuellement, avoir été confié à un auteur de plus ample renommée63. L’épigramme 3.5 ne montre pas dans son ensemble des caractéristiques formelles qui la rapprochent de la production de Posidippe, ce qui ne semble pas rendre admissible l’attribution à ce poète ; d’ailleurs, ni le contexte commun ni la contemporanéité avec 3.6 ne constituent des éléments qui nous obligent à aller dans ce sens64.

4. Conclusions

47Les résultats auxquels cette analyse nous a conduits, en dépit de toutes les précautions méthodologiques nécessairement prises à cause des éléments de relativité impliqués par les paramètres mêmes de la recherche, sont dans une certaine mesure intéressants par rapport à la question de départ.

  • 65 Ainsi Bing (« Reimagining Posidippus », p. 189) écrit : « There may well be inscribed epigrams, su (...)

48Si, en dernière analyse, parmi les six épigrammes considérées, au moins deux (2.2 et 3.4) sont difficilement attribuables à Posidippe et si pour trois autres (2.3, 3.5, 3.6) on ne dispose pas de preuves suffisantes pour soutenir cette attribution, le choix des derniers éditeurs semble tout à fait justifié ; cependant, l’analyse qu’on a proposée montre qu’au moins pour une épigramme (2.1) l’attribution à Posidippe peut être vraisemblable ou, du moins, ne peut pas être complètement rejetée65.

  • 66 Ce même cas n’apparaîtrait peut-être pas trop différent de ceux pour lesquels la paternité de Posi (...)

49Étant donné que dans un corpus aussi varié que celui de Posidippe la catégorie des épigrammes « quae non certe Posidippo tribui possunt » (« qui ne peuvent certainement pas être attribuées à Posidippe ») a nécessairement une place non négligeable (Austin et Bastianini, Posidippi Pellaei, p. 9), on peut penser qu’au moins l’épigramme 2.1 mériterait d’être incluse dans un recueil comprenant les œuvres complètes de Posidippe même avec le statut d’« incertaine »66. Une attitude possibiliste, d’autre part, semble particulièrement raisonnable dans un contexte documentaire qui ne se caractérise pas par la certitude absolue des données : les épigrammes mêmes du P. Mil. Vogl. VIII 309, en effet, lorsqu’on les considère comme une œuvre de Posidippe, ont contribué à éclairer un visage nouveau et à bien des égards très différent du poète connu auparavant par l’Anthologia Graeca et la tradition indirecte. Dans un scénario qui a tellement changé il semble souhaitable d’admettre la possibilité que le même auteur utilise des registres et des moyens différents selon les occasions, les contextes et les media.

  • 67 Fernández-Galiano (loc. cit.) écrit : « Cabría, obviamente, la posibilidad de intentar rastrear en (...)
  • 68 « Un, personne et cent mille », titre d’un roman célèbre de Luigi Pirandello.

50Peek (« Poseidippos », p. 438 et suiv.) et Fernández-Galiano (Posidipo, p. 30) souhaitent effectuer une recensio systématique de la poésie épigraphique étolienne, delphique, macédonienne et égyptienne pour rechercher des traces éventuelles de Posidippe67 : il faut cependant, comme le suggère Bing (« Reimagining Posidippus », p. 189), se tenir sur ses gardes, « stay continually on the lookout for, and carefully examine inscriptional poems that we could potentially attribute to our poet […], remaining fully conscious of the uncertainties that attend such an undertaking ». En l’absence de repères biographiques et historiques clairs et tangibles, en effet, le profil de Posidippe risque à nouveau de se confondre et de se perdre dans le style d’un genre, d’une époque, peut-être d’une école, ou de toute façon d’une tendance, et le poète de Pella risque de devenir « uno, nessuno e centomila »68.

  • 69 Je veux remercier tous ceux qui ont pris part au colloque pour leur intéressantes questions et ceu (...)

51Par conséquent, comme l’écrit Bousquet (« Inscriptions de Delphes », p. 175), « la question reste posée ». Mais, quelle que soit la réponse qu’on voudra lui donner, on ne peut pas, semble-t-il, éviter de se la poser69.

 

  • 70 Voir Magnelli, « Le norme », p. 136-140 ; Fantuzzi, « La tecnica versificatoria », p. 86-94. Les c (...)

Tableau 1 : violations des normes de l’hexamètre de Callimaque70

  • 71 Une définition de la norme de Giseke, par rapport à celle de Hilberg, est donnée par Magnelli, « L (...)
  • 72 Voir Fantuzzi, « La tecnica versificatoria », p. 87 n. 31.
  • 73 Magnelli, Studi su Euforione, p. 71 n. 48 fait remarquer que la IIIe norme de Meyer n’est qu’un ca (...)
  • 74 Dans 2.3,9 la césure C n’est pas réalisée à cause de la présence d’un nom.
  • 75 Dans 3.4,5 la césure C n’est pas réalisée à cause de la présence d’un nom.
vP nP 2.1 2.2 2.3 3.4 3.5 3.6
Ire norme de Meyer x x x* x* x*
IIe norme de Meyer x x x x
norme de Giseke71
norme de Hilberg x72 x
norme de Giseke+Hilberg x x x
césure dans le 3e pied
IIIe norme de Meyer73 x x74 x75
3ebiceps dissyll. entre césures B1 et C1,ou 3ebiceps monosyll. avec B1, C1 et C2 x x
norme de Bulloch x
pont d’Hermann
norme de Naeke
norme de Tiedke x x x
C2 + monosyllabe à la fin du vers
pas d’élision à la césure du 3e pied x x x x

Tableau 2

‘vieux Posidippe’ ‘nouveau Posidippe’

2.1

2.2

2.3

3.4

3.5

3.6

ddddd = 32,29 % ddddd = 20,52 %

ddddd

vPnP

ssddd

vPnP

dsddd

vPnP

dssdd

vPnP

ssddd

vPnP

ssddd

vPnP

dsddd = 26,04 % dsddd = 20,08 %

dsddd

vPnP

ssddd

vPnP

ddsdd

vPnP

ssddd

vPnP

sdsdd

vPnP

sdddd

vPnP

sdddd = 13,54 % sdddd = 13,53 %

ddsdd

vPnP

sdddd

vPnP

dsddd

vPnP

ddsdd

vPnP

dsddd

vPnP

ddddd

vPnP

ssddd = 7,29 % ddsdd = 8,29 %

dddsd

vPnP

sddsd

nP

sdddd

vPnP

sdddd

vPnP

dddsd = 4,16 % dddsd = 7,86 %

dssdd

vPnP

dsddd

vPnP

dsddd

vPnP

dsdsd

vPnP

ddsdd = 4,16 % ssddd = 6,98 %
sssdd = 3,12 % dssdd = 4,80 %
dsdsd = 2,08 % sddsd = 4,80 %
ssdsd = 2,08 % dsdsd = 4,80 %
sdsdd = 2,08 % sdsdd = 3,49 %
dssdd = 1,04 % sssdd = 1,31 %
ddssd = 1,04 % ddssd = 1,31 %
dsssd = 1,04 % sdssd = 1,31 %
ssdsd = 0,87 %

Bibliographie

Angiò Francesca, « Posidippo di Pella (?). Epigr. *XXXI Fernández-Galiano », PP, no 65, 2010, p. 199-207.

—, « Nota sugli epigrammi *XXXII-*XXXVI Fernández-Galiano di incerta attribuzione a Posidippo di Pella », PP, no 65, 2010, p. 294-298.

Austin Colin, Bastianini Guido et Gallazzi Claudio, Posidippo di Pella. Epigrammi (P. Mil. Vogl. VIII 309), Milan, LED, 2001.

Austin Colin et Bastianini Guido, Posidippi Pellaei quae supersunt omnia, Milan, LED, 2002.

Barbantani Silvia, « The glory of the spear. A powerful symbol in Hellenistic poetry and art. The case of Neoptolemus “of Tlos” (and other Ptolemaic epigrams) », SCO, no 53, 2010, p. 67-138.

Beloch Karl Julius, Griechische Geschichte IV/2, Berlin-Leipzig, de Gruyter, 19272.

Bing Peter, « The un-read muse ? Inscribed epigram and its readers in antiquity », Hellenistic Epigrams, M. A. Harder, R. F. Regtuit et G. C. Wakker éd., Louvain-Paris-Dudley, Peeters, 2002, p. 39‑66.

—, « Reimagining Posidippus », The Scroll and the Marble. Studies in Reading and Reception in Hellenistic Poetry, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2009, p. 177-193.

Bousquet Jean, « Variétés (FD III 4, nos 87 à 275) », BCH, n78, 1954, p. 427‑437.

—, « Inscriptions de Delphes », BCH, no 84, 1960, p. 161‑175.

Bringmann Klaus, Schenkungen hellenistischer Herrscher an griechische Städte und Heiligtümer I, Zeugnisse und Kommentare, Berlin, Akademie, 1995.

Cairon Élodie, Les épitaphes métriques hellénistiques du Péloponnèse à la Thessalie, Budapest, University of Debrecen, Department of Ancient History (Hungarian Polis Studies, 18), 2009.

Cavalli Edoardo, « Ὣς ἀγαθῶν οὐκ ἀπόλωλε ἀρετά. Storia e gloria nell’età dei Diadochi », Lo spazio ionico e le comunità della Grecia nord-occidentale. Territorio, società, istituzioni. Atti del convegno internazionale. Venezia, 7-9 gennaio 2010, C. Antonetti éd., Pise, ETS, 2010, p. 409-428.

Cougny Edme, Epigrammatum Anthologia Palatina cum Planudeis et appendice nova epigrammatum veterum ex libris et marmoribus ductorum III, Paris, Didot, 1890.

Criscuolo Lucia, « Agoni e politica alla corte di Alessandria. Riflessioni su alcuni epigrammi di Posidippo », Chiron, n33, 2003, p. 311‑333.

Criveller Elisa, « Epigrammi funerari di Etolia e Acarnania tra III e II sec. a.C. », Lo spazio ionico e le comunità della Grecia nord-occidentale. Territorio, società, istituzioni. Atti del convegno internazionale. Venezia, 7-9 gennaio 2010, C. Antonetti éd., Pise, ETS, 2010, p. 429-457.

Fantuzzi Marco, « La tecnica versificatoria del P. Mil. Vogl. VIII 309 », Il papiro di Posidippo un anno dopo. Atti del convegno internazionale di studi. Firenze, 13-14 giugno 2002, G. Bastianini et A. Casanova éd., Florence, Istituto Papirologico Vitelli, 2002, p. 79-97.

Fantuzzi Marco et Sens Alexander, « The hexameter of inscribed Hellenistic epigram », Beyond the Canon, M. A. Harder, R. F. Regtuit et G. C. Wakker éd., Louvain-Paris-Dudley, Peeters, 2006, p. 105‑122.

Fernández-Galiano Emilio, Posidipo de Pela, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Instituto de Filología, 1987.

Ferrari Franco, « Posidippo, il papiro di Milano e l’enigma del Soros », Proceedings of the 24th International Congress of Papyrology. Helsinki, 1-7 August, 2004, J. Frösén, T. Purola et E. Salmenkivi éd., Helsinki, Societas Scientiarum Fennica, 2007, p. 331-340.

Fiorentini Leonardo, « Marginalia comica », Eikasmos, no 19, 2008, p. 103-113.

Fouilles de Delphes III/1-5, Épigraphie, texte par É. Bourguet (III/1, III/5), G. Colin (III/2, III/4.1), G. Daux (III/3), R. Flacelière (III/4.2), A. Plassart (III/4.3), J. Pouilloux (III/4.4), N. Valmin (III/6), Paris, Fontemoing & C. (III/1-2), De Boccard (III/3-6), 1910 (III/1), 1909-1913 (III/2), 1930 (III/4.1), 1932 (III/3, 5), 1939 (III/6), 1954 (III/4.2), 1970 (III/4.3), 1976 (III/4.4).

Fraser Peter M., Ptolemaic Alexandria, Oxford, Clarendon Press, 1972, 3 volumes.

Friedländer Paul, « A new epigram by Damagetus », AJPh, no 63, 1942, p. 78-82.

Garin Eugenio, Prosatori latini del Quattrocento, Milan-Naples, Ricciardi, 1952.

Garulli Valentina, « Posidippo e l’epigrafia sepolcrale greca », Posidippo e gli altri. Il poeta, il genere, il contesto culturale e letterario. Atti dell’incontro di studio. Roma, 14-15 maggio 2004, M. Di Marco, B. M. Palumbo Stracca et E. Lelli éd. (ARF, no 6, 2004), Pise-Rome, Istituti Editoriali e Poligrafici Internazionali, 2005, p. 23-46.

Gow Andrew S. F. et Page Denys L., The Greek Anthology. The Garland of Philip and Some Contemporary Epigrams, Cambridge, Cambridge University Press, 1968, 2 volumes.

Gutzwiller Kathryn, « Introduction », The New Posidippus. A Hellenistic Poetry Book, K. Gutzwiller éd., Oxford, Oxford University Press, 2005.

Hollis Adrian, Callimachus. Hecale, Oxford, Oxford University Press, 20092.

Inscriptiones Graecae, consilio et auctoritate Academiae litterarum regiae Borussicae editae IX/1, G. Dittenberger éd., Berlin, Reimer, 1897.

Inscriptiones Graecae, consilio et auctoritate Academiae litterarum Borussicae editae (editio minor), G. Klaffenbach, Berlin, de Gruyter (IX/1, 1-3), K. Hallof éd., Berlin - New York, de Gruyter (IX/1, 4), 1932 (IX/1, 1), 1957 (IX/1, 2), 1968 (IX/1, 3), 2001 (IX/1, 4).

Kassel Rudolf, « Quod versu dicere non est », ZPE, no 19, 1975, p. 211-218 (= Kleine Schriften, H.-G. Nesselrath éd., Berlin - New York, de Gruyter, 1991, p. 131-137).

Klaffenbach Günther, « Εἰς τὸ ἐκ Θέρμου ἐπίγραμμα », AD, no 10, 1926, p. 34.

—, « Bericht über eine epigraphische Reise durch Mittelgriechenland und die ionischen Inseln », SPAW, 1935, p. 719.

Knoepfler Denis, « L’épigraphie de la Grèce centro-méridionale (Eubée, Béotie, Phocide et pays voisins, Delphes). Publications récentes, documents inédits, travaux en cours », XI congresso internazionale di epigrafia greca e latina. Roma, 18-24 settembre 1997. Atti I, Rome, Quasar, 1999, p. 229-255.

—, « De Delphes à Thermos : un témoignage épigraphique méconnu sur le trophée galate des Étoliens dans leur capitale (le traité étolo-béotien) », CRAI, juillet-octobre 2007, p. 1215‑1253.

Kosmetatou Elizabeth, « Constructing legitimacy : the Ptolemaic Familiengruppe as a means of self-definition in Posidippus’ Hippika », Labored in Papyrus Leaves. Perspectives on an Epigram Collection Attributed to Posidippus (P. Mil. Vogl. VIII 309), B. Acosta-Hughes, E. Kosmetatou et M. Baumbach éd., Washington, Center for Hellenic Studies, 2004, p. 225-246.

Koumanoudis Stephanos A., « Ἐπιγραφαὶ Λοκρίδος καὶ Βοιωτίας ἀνέκδοτοι », Ἀθηναῖον, no 1, 1872, p. 482-501.

Labarbe Jules, « Les aspects gnomiques de l’épigramme grecque », L’épigramme grecque, Vandœuvres-Genève, Fondation Hardt (Entretiens sur l’Antiquité classique, 14), 1968, p. 351-386.

Lelli Emanuele, « Posidippo e Callimaco », Posidippo e gli altri. Il poeta, il genere, il contesto culturale e letterario. Atti dell’incontro di studio. Roma, 14-15 maggio 2004, M. Di Marco, B. M. Palumbo Stracca et E. Lelli éd. (ARF, no 6, 2004), Pise-Rome, Istituti Editoriali e Poligrafici Internazionali, 2005, p. 77-132.

Livrea Enrico, « Il fantasma del non-Posidippo », L’epigramma greco. Problemi e prospettive. Atti del Congresso della Consulta Universitaria del Greco. Milano, 21 ottobre 2005, G. Lozza et S. Martinelli Tempesta éd., Milan, Cisalpino, 2007, p. 69-95.

Lloyd-Jones Hugh, compte-rendu de Austin, Bastianini et Gallazzi, Posidippo, IJCT, no 9/4, 2003, p. 612-616 (= The Further Academic Papers of Sir Hugh Lloyd-Jones, Oxford, Oxford University Press, 2005, p. 236-241).

—, « All by Posidippus ? », Des Géants à Dionysos. Mélanges de mythologie et de poésie grecques offerts à Francis Vian, D. Accorinti et P. Chuvin éd., Alexandrie, Edizioni dell’Orso, 2003, p. 277‑280 (= The Further Academic Papers of Sir Hugh Lloyd-Jones, Oxford, Oxford University Press, 2005, p. 246-249).

Magnelli Enrico, « Le norme del secondo piede dell’esametro nei poeti ellenistici e il comportamento della “parola metrica” », MD, no 35, 1995, p. 135-164.

—, Studi su Euforione, Rome, Quasar, 2002.

—, « Il proemio della Corona di Filippo di Tessalonica e la sua funzione programmatica », Incontri triestini di filologia classica, no 4 (2004-2005), Atti del convegno internazionale Phantasia. Il pensiero per immagini degli antichi e dei moderni, L. Cristante éd., 2006, p. 393-404.

Moretti Luigi, Iscrizioni storiche ellenistiche I-II, Filippo Canali De Rossi, III, Florence, La Nuova Italia, 1967 (I), 1975 (II), Rome, Herder, 2001 (III).

Neri Camillo, Erinna. Testimonianze e frammenti, Bologne, Pàtron, 2003.

Peek Werner, « Delphische Gedichte », MDAI(A), no 67, 1942, p. 232-270.

—, « Poseidippos (3), Von Pella », RE XXII/1, 1953, p. 428-446.

Pomtow Hans, Delphica III, Bericht über die Ergebnisse einer dritten Reise nach Delphi, Leipzig, Reisland, 1911.

, « Delphische Neufunde », Klio, no 15, 1918, p. 1-77.

—, « Delphische Neufunde. V. Zusätze und Nachträge », Klio, no 17, 1921, p. 153‑203.

Pozzi Stefano et Rampichini Flavia, « Nota biografica », Posidippo. Epigrammi, préface G. Zanetto, traduction et édition S. Pozzi et F. Rampichini, Milan, Mondadori, 2008, p. XXI‑XXIII.

Quaß Friedemann, Die Honoratiorenschicht in den Städten des griechischen Ostens. Untersuchungen zur politischen und sozialen Entwicklung in hellenistischer und römischer Zeit, Stuttgart, Steiner, 1993.

Romeos Konstantinos A., « Εἰς τὰς ἐπιγραφάς, 22, 33, 34α, 34β καὶ 35 », AD, no 1, 1915, p. 280-284.

Rossi Luigi Enrico, « La pronuntiatio plena : sinalefe in luogo di elisione », RFIC, no 97, 1969, p. 433-447.

Scholten Joseph B., The Politics of Plunder. Aitolians and Their Koinon in the Early Hellenistic Era, 279-217 B.C., Berkeley - Los Angeles - Londres, University of California Press, 2000.

Schröder Stephan, « Skeptische Überlegungen zum Mailänder Epigrammpapyrus (P. Mil. Vogl. VIII 309) », ZPE, n148, 2004, p. 29‑73.

Sens Alexander, « Doricisms in the New and Old Posidippus », Labored in Papyrus Leaves. Perspectives on an Epigram Collection Attributed to Posidippus (P. Mil. Vogl. VIII 309), B. Acosta-Hughes, E. Kosmetatou et M. Baumbach éd., Cambridge (Mass.) - Londres, Harvard University Press, 2004, p. 65-83.

Sotiriadis Georgios, « Ἐπιγραφαὶ Θέρμου », AD, no 1, 1915, p. 45-58.

Thompson Dorothy J., « Posidippus, poet of the Ptolemies », The New Posidippus. A Hellenistic Poetry Book, K. Gutzwiller éd., Oxford, Oxford University Press, 2005, p. 269-282.

Tsagalis Christos, Inscribing Sorrow. Fourth Century Attic Funerary Epigrams, Berlin - New York, de Gruyter, 2008.

Vollgraff W[ilhelm], compte-rendu de FD III/4.2, Mnemosyne, s. 4, n8, 1955, p. 324‑326.

Vottéro Guy, « Boeotica epigrammata », L’épigramme de l’Antiquité au XVIIe siècle ou Du ciseau à la pointe, J. Dion éd., Nancy-Paris, Association pour la diffusion de la recherche sur l’Antiquité - De Boccard, 2002, p. 69-122.

Weil R[udolf], « Lokrische Inschriften », Archäologische Zeitung, N.F. no 6, 1874, p. 140‑143.

Weinrich Otto, « Die Heimat des Epigrammatikers Poseidippos », Hermes, no 53, 1918, p. 434-439.

West Martin L., Greek Metre, Oxford, Clarendon Press, 1982.

Wilhelm Adolf, « Ein Epigramm aus Thermon », Strena Buliciana. Commentationes gratulatoriae Francisco Bulić ob XV vitae lustra feliciter peracta oblatae a discipulis et amicis a. D. IV non. oct. MCMXXI, M. Abramic et V. Hoffiller éd., Zagreb-Aspalathi, Zaklada Tiskare Narodnih Novina, 1924, p. 167-170 [= Kleine Schriften II/2, Abhandlungen und Beiträge zur griechischen Inschriftenkunde in Archaiologike Ephemeris und anderen Zeitschriften und Festschriften (1890-1950), W. Peek éd., Leipzig, Zentralantiquariat der Deutschen Demokratischen Republik, 1984, p. 187-190].

Zumin Annamaria, « Epigrammi sepolcrali anonimi d’età classica ed ellenistica », RCCM, no 3, 1961, p. 186‑223.

Notes

1 Garin, Prosatori latini, p. 244 ; il s’agit d’une citation faite de mémoire (elle est donc imparfaite) de Térence, Phorm. 757 et suiv. : […] di vostram fidem, quam saepe forte temere eveniunt quae non audeas optare ! « Bonté divine ! Comme il arrive souvent du fait du hasard des choses qu’on n’oserait pas souhaiter ! » (traduction Jules Marouzeau).

2 Toutes les dates s’entendent avant J.-C. sauf mention contraire.

3 « Les quelque cent épigrammes contenues dans le rouleau de papyrus sont toutes du même poète ».

4 « Étant donné que toutes les épigrammes sont d’un seul poète, et que deux d’entre elles sont attribuées par la tradition à Posidippe, il s’ensuit que Posidippe est l’auteur auquel on peut attribuer toutes les épigrammes du rouleau ».

5 « Indices qui corroborent (ou au moins n’empêchent pas) cette attribution ».

6 Équilibrée et recevable est la position de Gutzwiller (« Introduction », p. 3) qui indique l’hypothèse « pan-posidippéenne » comme « by far the most reasonable conclusion ». Il s’est aussi produit une querelle au sujet de Posidippe : parmi les illustres détracteurs de l’attribution au poète de Pella de toutes les épigrammes du papyrus de Milan, on mentionnera Lloyd-Jones (« All by Posidippus ? », p. 280 ; voir déjà le compte-rendu de Austin, Bastianini et Gallazzi, Posidippo, p. 614 et suiv.) qui a suggéré d’y voir un recueil mixte d’Asclépiade, Hédyle et Posidippe à identifier, au moins partiellement, avec le soi-disant Σωρός cité par schol. A, Il. XI 101 = 144 A.‑B. Quant à Ferrari (« Posidippo »), il a montré comment les doutes se multiplient si on veut attribuer à Posidippe tous les textes de P. Mil. Vogl. VIII 309 sur la base d’un examen systématique des anthologies sur papyrus dues à plusieurs auteurs datables du iiie-iie siècle : à son avis, le papyrus de Milan serait une anthologie qui contient, dans sa plus grosse partie, des épigrammes de Posidippe, mais aussi les vers d’autres poètes. Le mystérieux του qu’on voit à côté de certaines épigrammes, rédigé par une main différente de celle qui a écrit le papyrus ainsi que de celle qui a rentré les corrections, devrait être interprété comme une tentative pour « rintracciare l’identità degli altri poeti rappresentati » (« identifier les autres poètes représentés »). Schröder (« Skeptische Überlegungen »), en revanche, a essayé de montrer, en analysant très minutieusement le style des nouveaux textes, qu’ils ne sont pas à la hauteur d’un poète hellénistique de premier ordre. Toutefois, pour arriver à la conclusion que ces écrits ne sont pas dignes de Posidippe, il part d’une hypothèse biaisée. Contre Schröder et nettement en faveur d’une hypothèse « pan-posidippéenne » fondée sur des bases stylistiques, nous trouvons Livrea, « Il fantasma del non-Posidippo ».

7 Alors que cette contribution était en cours de publication, après la tenue du colloque dont ce volume recueille les actes, deux articles d’Angiò (« Posidippo di Pella » et « Nota sugli epigrammi *XXXII-*XXXVI »), qui concernent justement les inscriptions métriques attribuées à Posidippe, ont été publiés indépendamment. Dans ces pages, Angiò partage la position de Fernández-Galiano et cherche dans les épigrammes du « nouveau Posidippe » quelques confirmations.

8 Une autre inscription est attribuée à Posidippe par le seul Pomtow, « Delphische Neufunde. V », p. 201 ad no 122 : il s’agit de CEG 789 (FD III/4 463), l’épigramme delphique en l’honneur de Péisis, sauveur d’Oponte, que Pomtow rapprochait de 3.4 en raison de leur thématique commune, mais qui – sur la base des témoignages de Diodore (XIX 78, 5) et de Plutarque (Vie de Démétrios 39, 2) – semble se rapporter aux événements de 315-312, datation qui serait trop haute pour Posidippe (Moretti, ISE no 71, tenait cette chronologie pour discutable ; mais voir Fernández-Galiano, Posidipo, p. 30 ; enfin, voir Vottéro, « Boeotica epigrammata », p. 91 et suiv., no 31, avec bibliographie antérieure).

9 Un certain scepticisme à l’égard de l’hypothèse selon laquelle Posidippe l’épigrammatiste aurait été proxène à Delphes a été manifesté par Moretti (ad ISE no 84 n. 18).

10 Dans l’inscription de Thermon en particulier, Posidippe est identifié comme ὁ ἐπιγραμματοποιὸς Πελλαῖος : Weinrich (« Die Heimat », p. 438 et suiv.) a signalé le premier ce texte en soulignant comment une telle expression, à la place du patronyme plus commun, dévoile un mérite d’ordre poétique spécifique à la base de l’attribution de la proxénie étolienne à Posidippe ; cette idée a été reprise récemment par Bing (« Reimagining Posidippus », p. 182 et suiv.). Pozzi et Rampichini ont adopté une position différente (« Nota biografica », p. XXII) : « In entrambi i casi, il motivo del conferimento della prossenia non è noto, e non è necessariamente da collegare all’attività letteraria ; può darsi che il ricco poeta avesse finanziato opere pubbliche. » (à leur avis, le mérite à la base de l’attribution de la proxénie n’est pas nécessairement lié à l’activité littéraire, mais peut-être le riche poète avait financé des œuvres publiques).

11 En effet, comme l’a répété Bing (« Reimagining Posidippus », p. 182-184), il faut entendre le terme ἐπιγραμματοποιός comme faisant référence à l’activité professionnelle consistant à composer des textes destinés à être gravés ; et les épigrammes du papyrus de Milan ont contribué à rendre tangible cette image de Posidippe puisque plusieurs d’entre elles donnent l’impression d’être strictement liées à des monuments et des occasions vraiment précises. Sur ce thème, voir Lelli, « Posidippo e Callimaco », p. 93 et suiv. ; Kosmetatou, « Constructing legitimacy », passim ; Garulli, « Posidippo e l’epigrafia », p. 43-45.

12 = Sotiriadis, « Ἐπιγραφαὶ Θέρμου », p. 57 et suiv., no 35, photo fig. 6 ; Romeos, « Εἰς τὰς ἐπιγραφάς » ; Wilhelm, « Ein Epigramm aus Thermon » ; Klaffenbach, « Εἰς τὸ ἐκ Θέρμου ἐπίγραμμα » ; Klaffenbach, SEG III (1927) 437 ; IG2 IX/1, 1 51 (Klaffenbach) ; Moretti, ISE no 85 ; voir aussi Weinrich, « Die Heimat », p. 437 ; Labarbe, « Les aspects gnomiques », p. 373 ; Quaß, Die Honoratiorenschicht, p. 69 n. 243 ; Scholten, The Politics of Plunder, p. 41 n. 42 ; Bing, « The un-read muse ? », p. 62 n. 50 ; Id., « Reimagining Posidippus », p. 185-189 ; Angiò, « Posidippo di Pella ». On reproduit ici le texte de la dernière édition de l’inscription due à Cavalli et basée sur une révision de l’estampage gardé dans l’archive des Inscriptiones Graecae à Berlin : les dimensions de l’inscription indiquées par Cavalli sont 84,5 × 65 × 28,5 cm, les lettres sont hautes d’1 cm et l’interligne mesure 0,8 cm ; la pierre est conservée dans le musée de Thermon, inv. no 33.

13 = Klaffenbach, « Bericht », p. 719 ; Friedländer, « A new epigram by Damagetus » ; IG2 IX/1, 2 298 (Klaffenbach) ; GVI 749 ; Moretti, ISE no 88. Comme le dit Criveller, la pierre fut retrouvée à Agios Vasilios, elle a été vue et recopiée en minuscules d’abord en 1934 par Demetrios P. Karagiannis. Elle a ensuite été cherchée en vain par Günther Klaffenbach et par Peter M. Fraser. L’édition de Klaffenbach se base sur l’apographe de Karagiannis. On ignore la forme et les dimensions des lettres.

14 = Koumanoudis, « Ἐπιγραφαί », p. 484 ; Weil, « Lokrische Inschriften », p. 140 et suiv. ; Kaibel, EG no 855 ; SGDI II 1500 (F. Bechtel) ; Cougny, Epigrammatum Anthologia, p. 18 et suiv., no 121 ; Hiller, HGE no 97 ; Geffcken, GE no 175 ; Beloch, Griechische Geschichte, p. 432 ; Moretti, ISE no 84 ; Cairon, Les épitaphes métriques, p. 193‑196, no 59. D’après ce que Cairon rapporte (ibid., p. 193), le lieu de conservation de la pierre n’est pas connu (« La 14e Éphorie des Antiquités préhistoriques et classiques fait savoir per ep. (2008) que l’inscription n’est pas au musée d’Atalanti ») ; les dimensions, selon l’édition de Dittenberger, correspondent à 100 × 100 × 35 cm.

15 On utilisera dans le texte le signe de l’élision seulement lorsque le texte gravé tient compte de cette élision (quand la voyelle élidée n’apparaît pas sur la pierre) ; dans les autres cas de fusion prosodique entre la voyelle finale d’un mot et la voyelle ou la diphtongue initiale du mot suivant – qu’il en résulte soit une syllabe brève, soit une syllabe longue – j’ai utilisé le symbole  ͜ . Sur le problème du rapport entre l’élision et la synizèse ou synecphonèse, voir Rossi, « La pronuntiatio plena », et Fiorentini, « Marginalia comica », p. 104-109, avec une bibliographie mise à jour.

16 Allusion à Apollonios de Rhodes, II 542 et suiv. : οὐδέ τις αἶα / τηλουρός.

17 Sur la chronologie de Posidippe voir Peek, « Poseidippos », p. 429 et suiv. ; Fraser, Ptolemaic Alexandria, t. I, p. 557 et suiv. ; Austin, Bastianini et Gallazzi, Posidippo, p. 17 et 24 ; Criscuolo, « Agoni » ; Thompson, « Posidippus » ; Bing, « Reimagining Posidippus », p. 184.

18 Sur les relations entre la fédération étolienne et les Ptolémées pendant le iiie siècle, voir Scholten, The Politics of Plunder, p. 137 et suiv., 178.

19 La forme la plus courante du nom de cette ville est Τ(ε)ιθρώνιον, même si Τείθρων ne manque pas d’attestations : voir SGDI II 1983, 4 et suiv. ; Pomtow, « Delphische Neufunde. V », p. 195 ad no 191, 5.

20 La lecture du nom Σ̣κορπίων, fournie par Klaffenbach, est confirmée par Cavalli : la seule photographie publiée de la pierre permet uniquement de vérifier qu’il s’agit d’un point problématique de l’inscription et qu’il faudrait considérer chaque lecture avec beaucoup de précaution (la forme du π, en particulier, est à peine comparable à celle qu’on voit mieux ailleurs sur la pierre). Klaffenbach a trouvé des éléments de soutien à son hypothèse dans l’attestation fréquente du nom Σκορπίων dans la zone étolienne (mais d’après LGPN IIIB, p. 380, les attestations du nom en Grèce centrale seraient à attribuer à la Locride et à la Thessalie).

21 « Die Schrift ist etwas älter als die unserer Proxeniedekrete und könnte nach Hiller von Gaertringen zu einer Ansetzung um 285 wohl passen » (« L’écriture, d’après Hiller von Gaertringen, est un peu plus ancienne que celle de notre décret de proxénie et pourrait bien s’adapter à une datation autour de 285 »).

22 Une datation plus précise de l’épigramme ne semble pas possible en raison du manque d’éléments qui puissent soutenir l’une ou l’autre des reconstructions mentionnées ci-dessus. Le sens de l’adjectif ἄφατος lui aussi qui qualifie les « ennemis » par lesquels Scorpion a été tué dans une embuscade et qui pourrait donc aider à les identifier reste difficile à saisir : il pourrait décrire la condition contingente de la poignée d’ennemis qui étaient cachés aux aguets et renforcer la valeur de κρυφθείς (voir Wilhelm, « Ein Epigramm aus Thermon », p. 168 ; Klaffenbach, ad IG2 IX/1, 1 51, 3 ; Bing, « Reimagining Posidippus », p. 187 ; Angiò, « Posidippo di Pella », p. 204) ou se référer à une caractérisation très générale de ces ennemis.

23 Voir Beloch, Griechische Geschichte, p. 432.

24 Voir Gow et Page éd., The Greek Anthology, p. xxxvii, et Magnelli, « Il proemio », p. 395 et suiv.

25 Les données relatives à la poésie de Posidippe sont tirées de Magnelli, « Le norme », p. 149, et de Fantuzzi, « La tecnica versificatoria ».

26 C’est le corpus épigraphique (iiie-ier siècle) examiné par Fantuzzi et Sens, sur la base duquel ils proposent le tableau statistique de pl. 1 : voir « The hexameter », p. 107-113.

27 La structure dssdd de 2.3, 9 est attestée 11 fois dans P. Mil. Vogl. VIII 309 (4,80 %) et une seule fois dans la poésie de Posidippe qu’on connaissait avant la découverte du papyrus (1,04 %) ; en revanche, dans le corpus des épigrammes hellénistiques égyptiennes et micrasiatiques elle apparaît avec une fréquence de 5,16 % ; dans 2.2, 7 la structure sddsd apparaît comme minoritaire dans le papyrus de Milan (4,80 %) et n’a pas d’attestation chez l’« ancien Posidippe », alors que dans les épigrammes épigraphiques étudiées par Fantuzzi et Sens elle se manifeste avec une fréquence correspondant à 3,91 % du corpus complet.

28 On adopte ici la définition de « norme », en suivant les suggestions de Magnelli, « Le norme », p. 136 ; mais voir aussi Fantuzzi et Sens, « The hexameter », p. 114. Pour une liste des normes principales qui déterminent l’hexamètre de Callimaque, voir Hollis, Callimachus. Hecale, p. 19-21 ; Fantuzzi, « La tecnica versificatoria », p. 83-86 ; Fantuzzi et Sens, « The hexameter », p. 115 ; pour les normes concernant le second pied, voir Magnelli, « Le norme », p. 136 ; pour les critères d’individuation du Wortbild ou « parole métrique », on suit ici ceux qui sont suggérés par Magnelli, « Le norme », p. 137 et 140‑142.

29 Voir Fantuzzi et Sens, « The hexameter », p. 116, tabl. 3 : « All the most important restrictions of “Callimachean” metrical practice are violated with some regularity in the inscriptions from Egypt and the rest of the Greek East » (p. 117) ; « Despite the unbridgeable differences between these two groups in their level of metrical precision, the aesthetics of the “refined” Callimachean hexameter may reflect a taste shared to some extent even by Hellenistic professional versifiers composing for inscription » (p. 118 et suiv.).

30 Voir supra n. 20.

31 Ce phénomène survient surtout – dans la tradition épigraphique comme dans la tradition littéraire – dans le cas des noms propres dont la structure ne s’adapte pas au rythme du vers : quelques exemples, certains d’entre eux très connus, sont dans West, Greek Metre, p. 14. Fernández-Galiano considère le phénomène comme un des exemples de synizèse présents chez Posidippe (Posidipo, p. 57). Sur la question des noms propres en poésie, voir Kassel, « Quod versu dicere non est ».

32 Voir aussi Angiò, « Posidippo di Pella », p. 205.

33 Ainsi Sens, « Doricisms ».

34 Voir Pindare, Olympiques 1, 116 ; 6, 104 ; Pythiques 4, 170 ; 11, 61 ; Néméennes 1, 32 ; 7, 47 et 100 ; Théocrite, Idylles 1, 44 ; 2, 100 ; 5, 36 ; 7, 79 ; 11, 5 ; 17, 58 ; 22, 6 et 97 ; 24, 1 ; 25, 100 et 147, etc.

35 Si on veut soutenir ce point de vue, on ne peut pas invoquer le fait que le Timocritos célébré ici est mort au combat contre les Étoliens, alliés de Sparte pendant la guerre sociale des Achéens (220-217) : dans ce cas, la mention de la « maxime laconienne » ne serait pas explicable.

36 Bing, « Reimagining Posidippus », p. 187.

37 Mais, comme le rappelle Fernández-Galiano (Posidipo, p. 165 ad loc.), δυσμενέων dans l’incipit du vers est déjà homérique.

38 C’est encore Bing (loc. cit.) qui reconnaît dans l’expression πατὴρ μορφᾶς σέθεν εἵσατο τόνδε / χαλκόν (2.1, 5 et suiv.) un écho de ὁ χαλκὸς […] / ὃν κατ’ Ἀλεξάνδρου μορφᾶς ἔθευ (65, 2 et suiv. A.-B.). Voir aussi Angiò, « Posidippo di Pella », p. 206.

39 Bing (loc. cit.), mais voir aussi Cavalli, « Ὣς ἀγαθῶν », p. 412.

40 Sur le sens de Οἰνειδᾶν, voir Quaß, Die Honoratiorenschicht, p. 69 n. 243, et Cavalli, « Ὣς ἀγαθῶν », p. 420 n. 47. Le mot est présent dans la poésie homérique sous la forme Οἰνεΐδης : c’est pourquoi on l’a imprimé ici avec la diérèse.

41 LSJ9 1641, s. v.

42 Angiò (« Posidippo di Pella », p. 205 et suiv.) conseille de comparer la formation βοαδρομέω à νεμεοδρομέω, hapax legomenon utilisé par Posidippe 72, 3 A.-B. Elle remarque aussi la répétition du pronom personnel dans les vers 1, 5, 7, qui peut être comparée à celle qu’on peut relever dans l’épigramme 53 A.-B. : mais, comme elle l’observe elle-même, la différence entre les deux usages est considérable.

43 Le parallèle, déjà signalé par Fernández-Galiano (Posidipo, p. 165 ad loc.), a été repris et développé par Bing (« Reimagining Posidippus », p. 188 et suiv.) : il s’agirait d’une allusion destinée à identifier Scorpion aux grands héros du passé, ce qui témoignerait d’une « considerable sophistication on the part of the poet ».

44 Mais cela ne représente pas en soi un argument qui conforte l’attribution à Posidippe ; voir contra Bing (« Reimagining Posidippus », p. 189) qui, sans hésitation, considère le contact intertextuel comme une allusion et croit qu’elle atteste d’un niveau suffisant de culture de la part de celui qui a commandé l’épigramme pour qu’il puisse en apprécier la signification ; il conclut par ces mots : « The fine quality of the inscription and costly material of the statue, coupled with Drakon’s high position as commander of cavalry, suggest that he had enough ambition to hire such a prominent poet as Posidippus ». Voir aussi Bing, « The un-read muse ? », p. 62 n. 50.

45 Fernández-Galiano (Posidipo, p. 166 ad loc.) renvoie à Tyrtée, fr. 12, 31 et suiv. W.2 (οὐδέ ποτε κλέος ἐσθλὸν ἀπόλλυται οὐδ’ ὄνομ’ αὐτοῦ, / ἀλλ’ ὑπὸ γῆς περ ἐὼν γίνεται ἀθάνατος), ainsi qu’à plusieurs textes de la tradition littéraire et épigraphique, alors que Cavalli (« Ὣς ἀγαθῶν », p. 412) voit dans la γνώμη une formulation in bonam partem du fragment 11, 14 W.2 (τρεσσάντων δ’ ἀνδρῶν πᾶσ’ ἀπόλωλ’ ἀρετή).

46 Sur la base d’une comparaison lexico-stylistique, sans aucun doute intéressante et digne d’attention, Friedländer attribuait l’épigramme à Damagétos : voir « A new epigram ». Moretti avait une position sceptique à propos de l’attribution à Damagétos ; Criveller, quant à elle, enrichit le cadre comparatif proposé par Friedländer, mais elle estime plus prudent de penser à une école, ou mieux à une tendance, influencée par le style de Damagétos, plutôt que de voir la main de Damagétos lui-même : voir « Epigrammi funerari », p. 455 et suiv. L’attribution à Damagétos est partagée maintenant par Angiò, « Nota sugli epigrammi *XXXII-*XXXVI », p. 294.

47 Sur la présence, même si elle n’est pas explicite, de Tyrtée dans la tradition épigrammatique funéraire classique et hellénistique, Criveller renvoie à Zumin, « Epigrammi sepolcrali », p. 201-203.

48 Voir SGOst 05/01/35 (Smyrne, iie-ier siècle), GVI 978 (Chypre, fin du ier siècle), 1018 (Lipari, iie siècle apr. J.-C.), 1038 (Monti Albani, iii? siècle apr. J-C.), 1244 (Athènes, iie-iiie siècle apr. J.-C.), 1711 (Mycènes, iisiècle apr. J.-C.), 2035 (Thèbes, iiie/ive siècle apr. J.-C.), IGUR 1305 (Rome, iie siècle apr. J.-C.), 1351 (Rome, iiie-ive siècle apr. J.-C.) ; moins évidents, mais pas moins intéressants, sont les jeux phoniques et sémantiques faits à partir des noms propres des défunts tels que les relève Tsagalis, Inscribing Sorrow, p. 281 et suiv.

49 Bing (« Reimagining Posidippus », p. 186 et suiv.) va encore plus loin : « This is a good poem. It has a vividness and formal ambition well suited to Posidippus. Its style is generally consistent with that of his other epigrams ».

50 Ainsi Moretti (ad ISE no 84), qui, en admettant la plausibilité de l’attribution, conclut : « Ma è forse meglio che l’ipotesi, per ora, resti tale » (« Mais il est peut-être mieux que cette hypothèse reste une hypothèse »).

51 = Pomtow, « Delphische Neufunde », p. 66, no 93 et suiv., et « Delphische Neufunde. V », p. 201, no 122 : dans le premier article, Pomtow ne reconnaissait pas la forme poétique du texte et le considérait comme un décret de proxénie ; le deuxième article est le résultat d’une révision de l’estampage réalisée avec l’aide de Hiller von Gaertringen.

52 = Pomtow, Delphica III, p. 125 et suiv., avec lectures de Hiller ; Dittenberger, Syll.3 no 361, n. 4 ; Hiller, HGE no 86 ; FD III/4.2 218, photo pl. 32, 1 (Flacelière) ; Peek, « Delphische Gedichte », p. 252-258, 269 et suiv. ; Vollgraff, compte-rendu de FD III/4.2, p. 325, v. 5 et suiv. ; voir aussi Bousquet, « Variétés », p. 435 ; Cavalli, « Ὣς ἀγαθῶν », p. 414 et suiv. À propos de l’état de conservation (inv. no 3683), Bousquet (« Inscriptions de Delphes », p. 168), auquel on doit l’édition la plus récente basée sur une révision de la pierre, observe : « trois distiques si effacés qu’une photographie est inutile, et que les estampages sont trompeurs si l’on ne nettoie pas la surface des mousses et concrétions calcaires qui la défigurent ».

53 = Pomtow, Delphica III, p. 127 et suiv., avec lectures de Hiller ; Dittenberger, Syll.3 no 361, n. 5 ; Hiller, HGE no 89 ; Geffcken, GE no 173 ; FD III/4.2 220 (Flacelière) ; Peek, « Delphische Gedichte », p. 255-258 et 269 ; Vollgraff, compte-rendu de FD III/4.2, p. 325 et suiv., v. 2, 5 et suiv. ; Bringmann, Schenkungen, p. 165 et suiv., no 102 ; voir aussi Bousquet, « Variétés », p. 435 et suiv. ; Cavalli, « Ὣς ἀγαθῶν », p. 415 et suiv. Comme l’explique Bousquet (« Inscriptions de Delphes », p. 171), « la fin des vers de 2 à 5 était sur un petit morceau de marbre qui s’est perdu lors de la reconstitution de la stèle, retrouvée en 23 fragments » : la recherche du fragment n’a pas donné de résultats, donc la partie finale de ces vers est connue seulement grâce à une copie manuscrite qui appartenait à l’inventaire du musée (inv. no 1890).

54 Fernández-Galiano, Posidipo, p. 177-179, a donné un tableau net de la question ; de même Cavalli, « Ὣς ἀγαθῶν », p. 415 et suiv. : la fin de la domination de Cassandre mentionnée dans l’épigramme 3.5 est parfois datée de 304, parfois de 301 ; selon Cavalli, il s’agirait plutôt de la première que de la deuxième libération puisque Pausanias, I 26, 3 et X 18, 7, en se référant à la victoire remportée par les habitants d’Élatée en 301 grâce au soutien des forces athéniennes commandées pas Olympiodore, ne fait aucune mention de Xanthippos dont, par contre, on parle explicitement dans X 4, 10. Quant à la deuxième libération, elle semble pouvoir se dater entre 285 et 281, parce que Lysimaque est mentionné dans 3.6, 7 comme « roi de Macédonie », une définition qui fait penser à la conquête de la Macédoine méridionale arrachée à Pyrrhus en 285 et qui ne semble pas avoir comme condition la mort de Lysimaque survenue en 281. Pendant ce laps de temps l’adversaire de Xanthippos aurait pu probablement être Antigone comme le montrent bien Bringmann, Schenkungen, p. 166, et Cavalli, « Ὣς ἀγαθῶν », p. 416.

55 Neri, Erinna, p. 551-553, propose quelques réflexions méthodologiques sur les problèmes concernant l’examen de la métrique d’un corpus de textes fragmentaires : comme il le suggère, il faut se méfier des risques opposés et faire confiance à une méthode pragmatique sans prétentions excessives mais sans renoncements exagérés, une méthode analytique et descriptive qui puisse permettre de distinguer ce qui est certain de ce qui demeure seulement conjecturel.

56 Les autres schémas reviennent dans le corpus des épigrammes épigraphiques égyptiennes et micro-asiatiques examinées par Fantuzzi et Sens (« The hexameter », p. 108, tabl. 1) avec plus de fréquence que dans la poésie connue de Posidippe : dssdd se retrouve avec une fréquence de 5,16 %, alors que sdsdd se rencontre dans les 5,31 % des cas pris en considération.

57 Voir Fantuzzi, « La tecnica versificatoria », p. 93 et suiv.

58 Voir Bacchylide, 11, 25 M. ; [Euripide], Rhésos 377 ; Gétulicus, AP VII 245, 4 ; Quintus de Smyrne, IV 153 et XII 310.

59 On ne peut pas exclure, comme me l’a fait remarquer Alfredo Morelli, que les épigrammes 3.5 et 3.6 aient remplacé une inscription plus ancienne pour Xanthippos, remontant peut-être à la première libération d’Élatée et qui n’apparut plus à la hauteur de la gloire dont il s’était couvert pour la deuxième fois. Toutefois, aucun élément du contexte archéologique et épigraphique ne semble pouvoir nous mener à confirmer ou à infirmer une telle hypothèse.

60 La chronologie a été mise en discussion par Fernández-Galiano (Posidipo, p. 179) qui considère comme surprenant le fait qu’on ait attendu tellement de temps avant d’élever une statue en l’honneur du libérateur d’Élatée. Il se demande aussi si on ne pourrait pas placer la construction de la statue en 284-281 puisqu’il est convaincu que les dix charges de ταγός ne sont pas nécessairement à placer après la deuxième libération d’Élatée.

61 Les hypothèses de ceux qui voudraient assigner les deux poèmes à des périodes différentes sont en effet moins convaincantes : un aperçu synthétique et utile sur la question est fourni par Fernández-Galiano, Posidipo, p. 178 et suiv.

62 On ne peut pas partager dans ce sens l’objection soulevée par Fernández-Galiano (Posidipo, p. 179), selon qui « parece muy extraño que un mismo epigramatista tenga la complicada idea de componer dos epigramas para ser colocados uno junto al otro » (« il semble très bizarre que le même épigrammatiste ait eu l’idée tordue de rédiger deux épigrammes pour qu’elles soient placées l’une à côté de l’autre »).

63 Le rapprochement entre καινὸν ἔπος, qui serait l’expression de l’orgueil du poète, et κ̣α̣ι̣ν̣οτεχνέων (62, 8 A.‑B.) suggéré par Angiò (« Nota sugli epigrammi *XXXI-*XXXVI », p. 297) ne me semble pas être convaincant.

64 Dans ce cas aussi Fernández-Galiano (loc. cit.) se borne à définir l’épigramme 3.5 comme attribuable « muy especulativamente » (« très spéculativement ») à Posidippe.

65 Ainsi Bing (« Reimagining Posidippus », p. 189) écrit : « There may well be inscribed epigrams, such as that for Skorpion and his father, which we can plausibly ascribe to him. Given what we know, we should, in any case, not exclude inscriptional poems a limine, as Austin and Bastianini do, thus disregarding an entire important part of Posidippus’ attested activity as thought it had never existed ».

66 Ce même cas n’apparaîtrait peut-être pas trop différent de ceux pour lesquels la paternité de Posidippe reste aussi incertaine, voir 113 A.‑B.

67 Fernández-Galiano (loc. cit.) écrit : « Cabría, obviamente, la posibilidad de intentar rastrear entre el material epigráfico macedonio, etolio, délfico o incluso egipcio, más epigramas presuntamente posidipeos […], pero dada la poca seguridad y fiabilidad que ofrece la tarea hemos renunciado a ello » (« Il y aurait, évidemment, la possibilité d’essayer de repérer dans la documentation épigraphique macédonienne, étolienne, delphique, ou même égyptienne, un plus grand nombre d’épigrammes qu’on pourrait attribuer à Posidippe […], mais étant donné la faible certitude et fiabilité de la tâche, nous y avons renoncé »). Voir, à titre d’exemple, Barbantani, « The glory of the spear », qui montre comme le matériel épigrammatique de provenance égyptienne pourrait être intéressant de ce point de vue. Quant aux épigrammes d’Étolie et d’Acarnanie, une analyse systématique a été faite par Criveller, « Epigrammi funerari ».

68 « Un, personne et cent mille », titre d’un roman célèbre de Luigi Pirandello.

69 Je veux remercier tous ceux qui ont pris part au colloque pour leur intéressantes questions et ceux qui ont lu cet article en avance : Silvia Barbantani, Guido Bastianini, Leonardo Fiorentini, Laurence Foschia, Enrico Magnelli, Alfredo Mario Morelli, Camillo Neri, Eleonora Santin, Vinicio Tammaro, Christos Tsagalis.

70 Voir Magnelli, « Le norme », p. 136-140 ; Fantuzzi, « La tecnica versificatoria », p. 86-94. Les cas où la violation est due aux mots prépositifs ou postpositifs sont marqués d’un astérisque (les critères utilisés pour reconnaître les mots prépositifs et postpositifs sont ceux suggérés par Magnelli, « Le norme », p. 140s.). Ces éléments concernent les hexamètres des épigrammes examinées : toutefois, le non-respect de la IIe règle de Meyer s’observe également dans les pentamètres.

71 Une définition de la norme de Giseke, par rapport à celle de Hilberg, est donnée par Magnelli, « Le norme », p. 136.

72 Voir Fantuzzi, « La tecnica versificatoria », p. 87 n. 31.

73 Magnelli, Studi su Euforione, p. 71 n. 48 fait remarquer que la IIIe norme de Meyer n’est qu’un cas particulier de la tendance à ne pas laisser B1 sans C1/C2.

74 Dans 2.3,9 la césure C n’est pas réalisée à cause de la présence d’un nom.

75 Dans 3.4,5 la césure C n’est pas réalisée à cause de la présence d’un nom.

Auteur

Valentina Garulli est chercheur en langue et littérature grecque à l’université de Bologne. Ses recherches portent sur la poésie épigraphique et l’épigramme grecque et latine, les nouvelles épigrammes de Posidippe (PMil. Vogl. VIII 309), la poésie hellénistique. Elle s’occupe par ailleurs de l’histoire des textes classiques et de biographie antique. Elle a publié notamment : Il Perì poietôn di Lobone di Argo, Bologne (Studi di Eikasmós, 10), 2004 ; « Posidippo e l’epigrafia sepolcrale greca », Posidippo e gli altri. Il poeta, il genere, il contesto culturale e letterario. Atti dell’incontro di studio, Roma, 14-15 maggio 2004, M. Di Marco et alii éd., Pise-Rome, 2005 (= Appunti Romani di Filologia 6, [2004]), p. 23-46 ; « Posidippo in schol. Flor. Call. Aet. fr. 1 Pf. (PSI XI 1219) », ZPE, n° 154, 2005, p. 86-90 ; « L’epigramma longum nella tradizione epigrafica sepolcrale greca », Epigramma longum. Da Marziale alla tarda antichità. From Martial to Late Antiquity. Atti del convegno internazionale. Cassino, 29-31 maggio 2006, A.M. Morelli éd., II, Cassino, 2008, p. 623-662 ; « La forte stirpe di Sarapione (SGOst 05/01/52,6) », ZPE, n° 167, 2008, p. 17-21 ; « Inni epigrafici greci di provenienza microasiatica », Paideia n° 65, 2010, p. 49-99 ; BYBLOS LAINEE. Epigrafia, letteratura, epitafio, Bologna, Pàtron, 2012.

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable