Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langages, politique, histoire. Avec Jean-Claude Zancarini

 | 
Romain Descendre
, 
Jean-Louis Fournel

3. Batailles

Exploitation, aliénation et division sociale du travail dans le mouvement critique de mai-juin 1968 en France

Boris Gobille

Texte intégral

  • 1  R. Debray, cité par S. Audier, La pensée anti-68. Essai sur les origines d’une restauration intell (...)
  • 2  L. Boltanski et E. Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999, p. 244-249 (...)
  • 3  C’est le sens de la critique que S. Haber (L’aliénation. Vie sociale et expérience de la dépossess (...)

1L’une des idées reçues malheureusement les plus tenaces sur Mai 68 en France consiste à évoquer les luttes étudiantes et les grèves ouvrières en termes de « malentendu », voire de « rendez-vous manqué ». La thèse de l’impossible rencontre a été naturalisée : selon elle, les étudiants et les ouvriers étaient voués à se rater car les premiers voulaient « être (mieux) » et les seconds « avoir (plus) »1. Ces simplifications chargées d’implicites – aux étudiants un supplément d’âme, aux ouvriers un supplément de salaire –, ont circulé de bien des manières dans les batailles interprétatives dont Mai 68 a été et est encore l’objet ; diverses, elles ont en commun un mélange d’ethnocentrisme lettré et de misérabilisme, qui veut voir dans les ouvriers une classe rivée par nature au monde des choses et inapte aux combats pour l’émancipation individuelle, et dans les étudiants ou professions intellectuelles un groupe social uniquement préoccupé de libéralisme culturel et de quête égotiste de soi. Elles se résument à quelques clivages finalement sommaires : revendications « quantitatives » versus revendications « qualitatives », critique sociale versus critique « artiste », critique de l’exploitation versus critique de l’aliénation. Non que ces désignations n’aient aucune pertinence : comme types idéaux, les notions de « critique sociale » de l’exploitation et de « critique artiste » de l’aliénation renvoient, dans un contexte d’industrialisation et d’approfondissement de la division du travail, à deux registres de dénonciation du capitalisme : le premier s’en prend à l’exploitation des travailleurs par les maîtres du travail, à la misère sociale et aux inégalités économiques ; le second, au nom de la liberté et de l’autonomie, cible la domination impersonnelle du marché en tant qu’elle soumet la vie à l’empire de la marchandise, à l’inauthenticité et à l’organisation hyper-rationalisée du travail qui transforme les individus en rouages anonymes et interchangeables du processus productif sous la surveillance autoritaire des chefs2. Mais pour pertinentes qu’elles soient, ces notions sont réductrices dès lors qu’elles sont employées de façon figée et rapportées à la « nature » sociale d’un groupe. C’est précisément ce qui se passe dans les interprétations de Mai 68 qui font de la critique de l’aliénation l’apanage exclusif des fractions intellectuelles du mouvement de Mai, et de la critique de l’exploitation celui des fractions « laborieuses ». À quoi s’ajoute la plupart du temps une simplification à l’extrême de chacune des deux critiques : la lutte contre l’aliénation devient une révolte ludique contre l’autorité et pour la libération des mœurs, et la lutte contre l’exploitation une aspiration consumériste à un plus grand pouvoir d’achat ; renouant avec la vieille opposition entre le sérieux de la vie de travail et le jeu de la vie de bohème3, prolongeant les perceptions alors plus récentes des ouvriers comme devenus « réformistes » et des étudiants comme pétris d’« illusion lyrique », ce schéma conclut naturellement au caractère non révolutionnaire, en mai-juin 1968, des luttes ouvrières comme des luttes étudiantes.

2Cette dissociation et cette réduction doivent être interrogées. Les critiques de l’aliénation et de l’exploitation sont à bien des égards inséparables en mai-juin 1968. La contestation de l’autorité, qui est une des facettes de la première, se fait presque immanquablement au nom de l’égalité, qui est une des visées privilégiées de la seconde. Plus, elles partagent une commune remise en question de la division sociale du travail. Celle-ci, en même temps qu’elle met en machine les individus et les transforme en rouages de l’organisation sociale et productive, s’accompagne de tout un ensemble d’inégalités, de hiérarchies de conditions et de prestige. C’est cette double dimension – enfermements et inégalités, aliénation et exploitation – qui est la cible de la critique en Mai. Et c’est par leur dissociation et leur travestissement qu’est passée la neutralisation du legs de 68.

La critique de l’aliénation et de l’exploitation dans le monde du travail en mai-juin 1968.

  • 4  A. Prost, « Les grèves de mai-juin 1968 », L’Histoire, 110, avril 1988, p. 35-46.
  • 5  N. Hatzfeld, « Les ouvriers de l’automobile : des vitrines sociales à la condition des OS, le chan (...)
  • 6  E. Renault, « Du fordisme au post-fordisme : dépassement ou retour de l’aliénation ? », Actuel Mar (...)
  • 7  P. Bourdieu, « La grève et l’action politique », Questions de sociologie, Paris, Minuit, 1984, p.  (...)
  • 8  X. Vigna, L’insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines, Re (...)

3Si les grèves syndicales classiques, portées par la critique sociale et les revendications salariales, sont majoritaires en mai-juin 19684, le paysage des luttes est en réalité divers. La situation du secteur automobile est à cet égard emblématique5. En juin 1968, les usines Peugeot à Sochaux, dans l’est de la France, et Renault à Flins, en région parisienne, sont le théâtre d’affrontements particulièrement violents qui se soldent par la mort de deux ouvriers et d’un lycéen. On pourrait s’étonner de cette radicalité : le secteur automobile connaît alors les salaires parmi les plus élevés du monde ouvrier. Mais à ces « avantages » répondent une rationalisation particulièrement poussée de l’organisation du travail, une accélération des cadences et une parcellisation radicale des tâches. Ce « compromis fordien » – sorte de marchandage entre garanties salariales et gains de productivité6 – est d’autant moins supporté que la décentralisation industrielle a depuis les années cinquante profondément transformé le recrutement ouvrier : les anciens ouvriers professionnalisés cohabitent désormais avec de nouveaux ouvriers – jeunes OS, femmes, immigrés, ruraux récemment industrialisés. Or, ces nouveaux ouvriers se caractérisent, selon des logiques et des histoires évidemment spécifiques, par une moindre « usinisation »7, une moindre familiarité avec la vie en usine ou induite par l’usine. C’est précisément cette résistance à l’ordre usinier8 qui explique qu’il se joue, à Peugeot-Sochaux et Renault-Flins comme ailleurs, autre chose que la seule volonté d’« avoir plus » : une réaction contre l’aliénation provoquée par un univers de domination où le travailleur, déjà en butte à un environnement qu’il ne reconnaît pas, au sens fort du terme, est capté par de nombreux dispositifs de contrôle et devient de plus en plus étranger à un travail réduit à la répétition cadencée et abrutissante de gestes minimaux.

  • 9  « En ce moment le travailleur s’embourgeoise […] On le pousse à s’embourgeoiser. Il s’achète [un a (...)
  • 10  « Il y a un truc qui marche pas là-dedans parce qu’en [19]36 on était déjà pas prêts, en 45 on n’é (...)
  • 11  Les citations qui suivent sont extraites de La grève à Flins, documents et témoignages rassemblés (...)
  • 12  Voir les témoignages de Gisèle Moulier, ancienne employée aux Chèques et militante CFDT, « Le mois (...)
  • 13  Entretien avec G. Moulier, 20 novembre 2009, et manuscrit inédit de G. Moulier sur son expérience (...)

4Le cinéma militant de mai-juin 1968 a capté quelques-unes de ces paroles ouvrières désignant l’insupportable de l’ordre usinier. Ainsi, La reprise du travail aux usines Wonder, réalisé sur le vif par deux étudiants de l’Institut des Hautes Études cinématographiques, filme une ouvrière anonyme du fabricant de piles de la région parisienne, qui refuse le 10 juin 1968, après trois semaines de grève, de regagner son poste. Face aux deux délégués CGT qui tentent de la convaincre des avantages obtenus, elle dénonce les conditions de travail épouvantables et s’écrie : « Je mettrai plus les pieds dans cette taule ! Vous, rentrez-y, vous allez voir quel bordel que c’est ! On est dégueulasses […], on est toutes noires ! […] On est des vrais charbonniers quand on sort de là-dedans, on n’a même pas d’eau chaude pour se laver ! » De même, à Citroën-Nanterre, entreprise connue pour son encadrement répressif, et face à des délégués syndicaux CGT concentrés sur les seules revendications matérielles – « faudra bien […] reprendre [le travail] un jour c’est certain, […] en étant assurés que ce qu’on gagnera sera suffisant pour s’acheter une voiture, […] un appartement » –, les deux jeunes ouvriers politisés d’un atelier de pliage que filme Édouard Hayem dans Citroën-Nanterre dénoncent la domestication et l’embourgeoisement des ouvriers9, l’autoritarisme des « chefs » d’atelier, la division des travailleurs placés par la segmentation et le rythme du travail dans l’impossibilité de se parler et de se connaître, l’emprise de la vie d’usine sur la vie hors usine, les difficultés à associer journée de travail et suivi de cours du soir, etc. À plusieurs reprises, ils tiennent des propos sans ambiguïté sur leur désir de révolution. Même un vieux syndicaliste CGT de l’entreprise se montre désabusé à l’égard de l’émiettement des revendications sur des enjeux limités, et regrette que le syndicat soit « pris dans le système » et ne soit « jamais prêt »10. On retrouve ces discours contre l’aliénation au travail au cours des événements qui ont lieu autour de l’usine Renault de Flins, filmés par Jean-Pierre Thorn dans Oser lutter, oser vaincre et documentés par Jean-Philippe Talbo11. Là aussi, la revendication d’émancipation s’exprime d’abord contre l’autoritarisme des cadres de la maîtrise, recrutés notamment parmi d’« anciens capitaines, colonels ou commandants ». Cette « remise en cause des rapports d’autorité de type militaire dans l’entreprise », selon un délégué syndical CFDT, est inséparable d’une revendication plus générale de « contrôle ouvrier » sur « l’organisation du travail », sur le recrutement (notamment des « chefs »), et sur les décisions économiques de l’entreprise. Or, ces exigences d’émancipation et de participation vont ici encore de pair avec des demandes d’égalité et de solidarité, comme en témoigne, parmi d’autres, le refus des « augmentations hiérarchisées » : celles-ci développent en effet les « divisions entre les travailleurs, en séparant de plus en plus les différentes catégories », alors qu’il faudrait au contraire « un rattrapage des bas salaires pour qu’il y ait moins de différence entre le cadre et l’OS » et une abolition des différences de conditions et de contrats entre ouvriers français et travailleurs immigrés. De même, la thématique de la réduction du temps de travail condense les deux critiques de l’exploitation et de l’aliénation. En effet, celle-ci ne renvoie pas tant au désir d’un temps libéré pour le loisir ou la consommation, qu’à celui d’une réduction de la pénibilité des journées de labeur et d’un accroissement de la capacité à s’investir dans d’autres sphères que l’usine, de la vie familiale à la vie de la cité. Problème qui revêt une acuité toute particulière dans les entreprises à forte main-d’œuvre féminine, les femmes étant contraintes d’assumer de front le travail à l’usine et les obligations familiales où les cantonne la division sexuée du travail domestique. Ainsi, aux Chèques Postaux – entreprise de 13 000 salariés, des femmes pour la quasi-totalité, souvent « immigrées de l’intérieur », déracinées –, la réduction du temps de travail apparaît comme le moyen d’une réappropriation de soi : « vivre un peu mieux tout de suite », « souffler un peu », échapper aux cadences abrutissantes, à la domination masculine de l’encadrement et à l’« ambiance de trouille entretenue par la hiérarchie », se déprendre de « cette nervosité réflexe qui vous fait foncer sans réfléchir », libérer du temps pour se parler, se connaître12. La grève et l’occupation mêmes, comme suspension de la routine laborieuse, constituent une « parenthèse magique » et « joyeuse », un « moment génial où on est enfin chez soi sur le lieu de son travail, le lieu de notre exploitation quotidienne, on le fait nôtre » ; la grève brise « la division, la compétition organisée dans les services », donne « goût à la chose publique » – « ce n’était donc pas réservé à d’autres, des gens spéciaux, des politiciens » – et favorise des rencontres sociales inédites – « tout le monde se parle, bourgeois, ouvriers, intellectuels, commerçants, étudiants, jeunes, vieux, français, immigrés » ; de sorte que malgré les satisfactions obtenues sur le plan revendicatif, la reprise du travail est vécue douloureusement comme un retour à l’insupportable13.

  • 14  L. Boltanski et E. Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme, ouvr. cité, p. 250.
  • 15  Dans les 123 conflits du travail de 1971 étudiés par C. Durand et P. Dubois (La grève. Enquête soc (...)
  • 16  X. Vigna, L’insubordination ouvrière dans les années 1968, ouvr. cité, p. 319-328.

5Ces vécus, discours, et pratiques de résistance à l’ordre usinier sont loin d’être marginaux, notamment dans les industries de grande série et les entreprises de service standardisées, au point que dans l’après-68, ils prennent la forme d’une véritable « guérilla quotidienne sur le lieu de travail »14 et passent par des répertoires de contestation de plus en plus radicaux15 qui contribuent significativement à désorganiser la production et qui s’inscrivent dans une séquence longue d’« insubordination ouvrière »16, laquelle ne s’estompe qu’à la fin des années soixante-dix.

La critique de l’aliénation et de l’exploitation parmi les catégories intellectuelles en mai-juin 1968

  • 17  L. Boltanski et L. Thévenot, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, (...)
  • 18  B. Gobille, « La créativité comme arme révolutionnaire ? L’émergence d’un cadrage artiste de la ré (...)

6La critique de la division du travail que l’on observe dans le monde ouvrier en mai-juin 1968 est aussi fréquente, et parfois plus explicite, dans les mobilisations des catégories intellectuelles. Elle emprunte à l’occasion aux traditions anarchistes, aux marxismes hétérodoxes des années cinquante et soixante, au situationnisme, au surréalisme. Elle se traduit, à rebours du modèle léniniste du parti d’avant-garde révolutionnaire et du militant « professionnel », au demeurant également présent, par une valorisation de la prise de parole spontanée et le refus de toute forme de délégation politique. Parfois habitée par les principes du « monde de l’inspiration »17, elle fait de la libération de la créativité le moyen et le but de la révolution, et s’oppose à la division sociale du travail qui fige les individus dans des fonctions, des positions, des visions du monde, au profit de la circulation permanente des places et de la déterritorialisation des subjectivités18.

  • 19  Voir par exemple « Déclaration des droits des travailleurs » de la commission « Nous sommes en mar (...)
  • 20  B. Pudal, J.-N. Retière, « Les grèves ouvrières de 68, un mouvement social sans lendemain mémoriel (...)
  • 21  X. Vigna et M. Zancarini-Fournel, « Les rencontres improbables dans “les années 68” », Vingtième s (...)
  • 22  Voir le tract du Centre national des jeunes médecins, « Médecine et répression », cité par P. Vida (...)

7Or, même dans ces formes de critique de l’aliénation les plus proches de l’imaginaire artiste, la thématique de l’exploitation et la critique sociale sont rarement absentes. Les mécanismes d’aliénation sont certes interrogés à l’échelle « sociétale », mais ils le sont aussi en tant que formes de domination inscrites dans les rapports de production et les mécanismes d’exploitation. Dans cet esprit, lutter contre l’aliénation, c’est lutter véritablement contre l’exploitation. On retrouve cet horizon, par exemple, dans les appels à l’abolition de la division entre travail manuel et travail intellectuel, au dépassement « dans l’action spontanée [des] limitations » sociales qui séparent les étudiants des travailleurs, et à la permutation régulière des positions d’enseignant et d’enseigné19. On l’observe également dans les travaux des comités d’action étudiants-travailleurs, et dans les « métissages sociaux »20 et les « rencontres improbables »21 effectivement observés en mai-juin 1968 entre paysans, ouvriers, étudiants et intellectuels. L’articulation de la critique de l’aliénation et de la critique de l’exploitation structure enfin les réflexions menées au sein de certains métiers de la relation sociale, sanitaire ou judiciaire, qui questionnent leurs pratiques et leurs idéologies professionnelles. Le cas du « Comité d’action santé » est emblématique à cet égard. Les jeunes médecins qui le forment mettent en cause la division verticale du travail sanitaire et son fondement symbolique, la division du savoir thérapeutique, qui cantonnent les infirmières et les autres techniciens de santé dans le rôle subalterne et exploité de simples auxiliaires de l’autorité du « médecin savant »22 alors qu’ils sont, plus que les médecins, au contact des patients. Mais ces jeunes médecins contestataires mettent tout autant en question la médecine comme monde clos. Pour eux, la maladie ne relève pas que de la biologie, mais se lit aussi comme « une réaction contre des contraintes », une forme de « contestation individuelle d’une société » non seulement « inhibitrice et répressive », mais aussi tout simplement inégalitaire – logements insalubres, conditions de travail pénibles et malsaines, inégalités d’accès à la nourriture, etc. Dès lors, la médecine doit sortir de ses « limites exclusivement techniques » et le médecin de sa prétendue omniscience ; et pour cela, la médecine doit faire droit à la subjectivité du patient, et les médecins à l’ensemble de ceux – urbanistes, enseignants, économistes, ingénieurs, ouvriers, psychiatres – qui d’une manière ou d’une autre sont au cœur des dimensions à la fois sociales et désirantes, exploitées et aliénées, par lesquelles la maladie traduit un état de la société.

  • 23  Pour une synthèse, B. Gobille, Mai 68, Paris, La Découverte (Repères), 2008, p. 60-80.
  • 24  J. Rancière, La Mésentente. Politique et philosophie, Paris, Galilée, 1995, p. 43-67.

8On pourrait multiplier les exemples de ces réflexions qui, en un lieu du social, visent d’un même mouvement à dénoncer inégalités et cloisonnements, à y remédier, et pour ce faire à habiliter quelque chose comme un droit du « profane » à parler, à être écouté, à être reconnu comme sujet, qu’il s’agisse de l’élève, du patient, du simple justiciable, du non-croyant, du « non public » culturel, etc.23 Même dans les professions intellectuelles, la critique de l’aliénation n’a ainsi que peu à voir avec un individualisme de classe moyenne centré sur la réalisation personnelle. Du fait de sa circulation sociale inédite en mai-juin 1968, cette solidarité entre les revendications d’égalité, d’émancipation et de métissage social représente sans doute ce qu’il y a de plus menaçant et de moins récupérable dans le mouvement critique de Mai. On comprend dès lors que sa neutralisation ait précisément consisté à dissocier les deux critiques de l’exploitation et de l’aliénation, puis à réduire le périmètre de chacune, pour réaffirmer la distribution antérieure des rôles et des occupations – c’est-à-dire, in fine, « remettre chacun à sa place » dans la division sociale du travail24.

Remettre chacun à sa place : la neutralisation du legs de 68.

  • 25  Pour un exemple dans le champ médical, M.-O. Déplaude, « Une mobilisation contre-révolutionnaire : (...)
  • 26  Conseil national du patronat français, Le problème des OS, Paris, CNPF, 1971, et OCDE, Les nouvell (...)
  • 27  L. Boltanski et E. Chiapello, ouvr. cité, p. 266-280.

9Cette neutralisation est passée, entre autres choses, par des contre-mobilisations, des luttes d’interprétation et des opérations conceptuelles (il faudrait ajouter les inerties de la reproduction sociale). L’histoire articulée des contre-mobilisations qui ont suivi mai-juin 1968 reste à écrire25. Du côté du gouvernement et du patronat, l’enjeu est de rétablir l’ordre autrement que par la seule répression : en divisant étudiants et ouvriers, en remettant ces derniers à leur poste de travail, et en refoulant les luttes contre l’aliénation au profit exclusif des demandes sociales, celles-ci restant compatibles avec le « compromis fordien » qui, depuis l’après-guerre, échange garanties salariales contre gains de productivité. Les « négociations de Grenelle », les 25 et 26 mai 1968, s’inscrivent dans ce cadre : fortes augmentations de salaires (vite absorbées par l’inflation), satisfaction de quelques exigences en terme de droit syndical, mais ignorance des revendications mettant en cause l’organisation du travail elle-même. C’est d’ailleurs l’option constante, dans l’après-68, du patronat et de ses experts : face à la « crise du travail » et au « défi à l’autorité »26, ils s’attachent à préserver le « compromis fordien » en répondant à la critique sociale par une politique contractuelle de garanties salariales, tout en préservant la rationalisation taylorienne de la production et la concentration du pouvoir au sein de l’entreprise des attaques dont elles sont l’objet par les nouvelles radicalités ouvrières et les refus de l’aliénation. Ce n’est qu’à partir du milieu des années soixante-dix, devant l’incapacité de cette politique à endiguer la désorganisation du travail dans l’entreprise, que la valeur d’autonomie est progressivement inscrite au centre du nouvel ordre industriel. Mais, d’une part, ce processus s’accomplit au détriment de la politique salariale antérieure, de sorte que l’autonomie n’est pas ajoutée mais substituée à la sécurité27, et, d’autre part, les demandes d’émancipation et de participation sont retraduites en termes strictement managériaux, de sorte qu’au lieu de remettre en cause la hiérarchie, la subordination, la parcellisation des tâches et le rythme abrutissant des cadences, le management de l’autonomie flexibilise le travail, individualise les conditions et démantèle les solidarités collectives – contribuant, in fine, à liquider les deux versants, égalitaire et émancipateur, de ce qui faisait la radicalité de la critique dans les années 68.

  • 28  F. Georgi, « “Vivre demain dans nos luttes d’aujourd’hui”. Le syndicat, la grève et l’autogestion (...)

10Mais si les grèves ouvrières de mai-juin 1968 ont été privées de postérité, c’est aussi faute de relais politique et syndical. C’est toute l’histoire des appropriations intellectuelles et pratiques de Mai 68 qu’il faudrait rappeler ici, par exemple celles du PCF et de la CGT qui, pris dans les urgences tactiques de l’heure et dans des schèmes de perception incorporés sinon institutionnalisés, privilégient une lecture des grèves ouvrières de Mai en termes de critique sociale et de conflit de classe traditionnel, celles aussi de la CFDT qui, à partir de son « recentrage » dans la deuxième moitié des années soixante-dix28, abandonne progressivement l’horizon autogestionnaire de la société. Il en résulte que l’insubordination ouvrière est invisibilisée, et ce d’autant plus qu’elle n’est pas non plus pensée, dans les années soixante-dix, par une sociologie de l’action collective tout à sa tâche d’identifier les « nouveaux mouvements sociaux ». Les diverses mises en forme symboliques séparant « quantitatif » et « qualitatif », valeurs matérialistes et valeurs « post-matérialistes », social et « sociétal », tendent en effet à assimiler le mouvement ouvrier à la seule critique sociale et à un moment historique révolu, et à inscrire les demandes d’émancipation au seul patrimoine des nouvelles classes moyennes éduquées. La critique de l’exploitation est renvoyée au passé et celle de l’aliénation progressivement évincée du monde du travail en usine, privée de son ancrage laborieux dans les combats pour l’émancipation ouvrière.

  • 29  S. Audier, La pensée anti-68, ouvr. cité.
  • 30  Ibid., p. 62-63.
  • 31  M. Zancarini-Fournel, Le Moment 68. Une histoire contestée, Paris, Seuil, 2008, p. 79-94.

11Évidemment, ces neutralisations diverses du legs de 68 n’auraient pas eu le même effet si elles n’avaient reçu le secours d’un ensemble de transformations structurelles non seulement économiques (crise industrielle, montée du chômage, etc.) ou politiques (conversion des socialistes au libéralisme dans les années quatre-vingt, politiques néolibérales), mais aussi intellectuelles. Sans même évoquer l’ensemble des courants idéologiques divers qui se construisent dans une commune opposition à Mai 68 et participent d’une véritable « restauration intellectuelle » en France29, bien des manières de défaire la radicalité de la critique « soixante-huitarde » sont repérables dans un champ intellectuel français alors en pleine recomposition : Raymond Aron, pourfendeur de l’agitation universitaire, tentant dès 1969 d’isoler un « noyau libéral » dans les idées de la « Nouvelle Gauche »30 ; Régis Debray, inaugurant en 1978 une interprétation appelée à un grand avenir selon laquelle 68 aurait permis la modernisation du capitalisme en affranchissant la nouvelle bourgeoisie financière de la vieille bourgeoisie industrielle, socialement conservatrice et incapable de capter les nouveaux marchés de l’hédonisme triomphant ; les effets induits d’une « Nouvelle Philosophie » discréditant toute ambition de transformation sociale et tout horizon égalitaire, désormais réputés « totalitaires » par conséquence sinon par vocation ; d’anciens « leaders » de Mai rationalisant leur reclassement social en faisant de la « génération 68 » une génération au fond « libérale-libertaire » (selon Serge July s’exprimant en mai 1978 dans la revue Esprit) ; les exégètes, dans les années quatre-vingt, d’un mouvement de Mai posé comme « individualiste » et « hédoniste » derrière ses apparences révolutionnaires – qui pour s’en réjouir (Gilles Lipovetsky), qui pour en déplorer l’anti-humanisme (Alain Renaut et Luc Ferry) ; et toutes les formes, de la fin des années soixante-dix à aujourd’hui, de « stabilisation de l’interprétation culturelle »31, réduisant les événements de mai-juin 1968 à un simple mouvement pour la libération des mœurs, vidé de sa charge conflictuelle sauf quand il s’agit d’accuser l’« héritage impossible » du gauchisme culturel (Jean-Pierre Le Goff), qu’il conviendrait de liquider pour en finir avec le relativisme, le laxisme, la disparition du principe d’autorité et la perte des valeurs morales.

12L’une des spécificités historiques les plus marquantes de Mai 68 – la critique de la division verticale et horizontale du travail, la lutte pour l’égalisation des conditions et l’émancipation des subjectivités –, s’est donc trouvée démantelée par de multiples processus de contre-mobilisation, de relecture intéressée, de cécité intellectuelle ou de restauration symbolique ; et ceux-ci ont emprunté des chemins si souvent tortueux, associé des cultures politiques et des trajectoires sociales pourtant si contraires en apparence, qu’ils en constituent, de par leur complexité même, un observatoire particulièrement pertinent de l’histoire politique et intellectuelle française des dernières décennies et des modalités par lesquelles un ordre établi survit à un ébranlement radical.

Notes

1  R. Debray, cité par S. Audier, La pensée anti-68. Essai sur les origines d’une restauration intellectuelle, Paris, La Découverte, 2008, p. 99.

2  L. Boltanski et E. Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999, p. 244-249 et 501-576.

3  C’est le sens de la critique que S. Haber (L’aliénation. Vie sociale et expérience de la dépossession, Paris, PUF, 2007, p. 263-271) adresse à la notion de « critique artiste ».

4  A. Prost, « Les grèves de mai-juin 1968 », L’Histoire, 110, avril 1988, p. 35-46.

5  N. Hatzfeld, « Les ouvriers de l’automobile : des vitrines sociales à la condition des OS, le changement des regards », dans G. Dreyfus-Armand et al. éd., Les Années 68. Le temps de la contestation, Paris, Complexe/IHTP, 2000, p. 345-361, et « Peugeot-Sochaux : de l’entreprise dans la crise à la crise dans l’entreprise », dans R. Mouriaux et al. éd., 1968. Exploration du Mai français, t. I, Terrains, Paris, L’Harmattan, 1992, p. 51-72.

6  E. Renault, « Du fordisme au post-fordisme : dépassement ou retour de l’aliénation ? », Actuel Marx, 39, Les nouvelles aliénations, 2006/1, p. 89-105.

7  P. Bourdieu, « La grève et l’action politique », Questions de sociologie, Paris, Minuit, 1984, p. 253. Il désigne par le terme « usinisation », sur le modèle du concept d’asilisation d’Erving Goffman, « le processus par lequel les travailleurs s’approprient leur entreprise, et sont appropriés par elle, s’approprient leur instrument de travail et sont appropriés par lui, s’approprient leurs traditions ouvrières et sont appropriés par elles, s’approprient leur syndicat et sont appropriés par lui, etc. ».

8  X. Vigna, L’insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, p. 37-41.

9  « En ce moment le travailleur s’embourgeoise […] On le pousse à s’embourgeoiser. Il s’achète [un appartement], il se fout 20 ans de dettes sur le dos, et après il ne dit plus rien […], le type il prend des airs à tout casser. » (Citroën-Nanterre)

10  « Il y a un truc qui marche pas là-dedans parce qu’en [19]36 on était déjà pas prêts, en 45 on n’était pas prêts parce qu’il y avait les Américains sur le tas, en 58 on était toujours pas prêts parce que il fallait pas déconner, l’OAS on savait pas où que ça allait et tout le machin, en 68 on est toujours pas prêts parce que l’armée, parce que ceci, le rapport de force et cela. Le syndicat, il commence à être un tout petit peu trop vieux, il est plus dans le coup. Ou alors on est trop pris dans le système et il peut plus s’en dépatouiller. » (Ibid.)

11  Les citations qui suivent sont extraites de La grève à Flins, documents et témoignages rassemblés par J.-P. Talbo, Paris, Maspero, 1968, p. 11-25 et 88-89. Sur Renault-Flins, voir X. Vigna, « La figure ouvrière à Flins (1968-1973) », dans Les Années 68, ouvr. cité, p. 329-344.

12  Voir les témoignages de Gisèle Moulier, ancienne employée aux Chèques et militante CFDT, « Le mois de Mai 68 aux Chèques postaux… » et « … syndicalisme au féminin : l’enjeu de la réduction du temps de travail », Critique communiste, 186, mars 2008, p. 51-55 et 56-63.

13  Entretien avec G. Moulier, 20 novembre 2009, et manuscrit inédit de G. Moulier sur son expérience de Mai 68.

14  L. Boltanski et E. Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme, ouvr. cité, p. 250.

15  Dans les 123 conflits du travail de 1971 étudiés par C. Durand et P. Dubois (La grève. Enquête sociologique, Paris, FNSP-Armand Colin, 1975), un tiers des travailleurs participe à une action illégale.

16  X. Vigna, L’insubordination ouvrière dans les années 1968, ouvr. cité, p. 319-328.

17  L. Boltanski et L. Thévenot, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991, p. 107-115, 200-206, 291-296.

18  B. Gobille, « La créativité comme arme révolutionnaire ? L’émergence d’un cadrage artiste de la révolution en Mai 68 », dans J. Balasinski et L. Mathieu éd., Art et contestation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, p. 153-168.

19  Voir par exemple « Déclaration des droits des travailleurs » de la commission « Nous sommes en marche » du comité d’action de Censier, citée dans P. Vidal-Naquet et A. Schnapp, Journal de la Commune étudiante. Textes et documents. Novembre 1967 - juin 1968, Paris, Seuil (L’Univers historique), 1988, p. 626-637.

20  B. Pudal, J.-N. Retière, « Les grèves ouvrières de 68, un mouvement social sans lendemain mémoriel », dans D. Damamme et al. éd., Mai-juin 68, Paris, Éditions de l’Atelier, p. 207-221.

21  X. Vigna et M. Zancarini-Fournel, « Les rencontres improbables dans “les années 68” », Vingtième siècle, 101, janvier-mars 2009, p. 163-177.

22  Voir le tract du Centre national des jeunes médecins, « Médecine et répression », cité par P. Vidal-Naquet et A. Schnapp, ouvr. cité, p. 827-829, et Comité d’action santé, Médecine, Paris, Maspero, 1968.

23  Pour une synthèse, B. Gobille, Mai 68, Paris, La Découverte (Repères), 2008, p. 60-80.

24  J. Rancière, La Mésentente. Politique et philosophie, Paris, Galilée, 1995, p. 43-67.

25  Pour un exemple dans le champ médical, M.-O. Déplaude, « Une mobilisation contre-révolutionnaire : la refondation du syndicat autonome des enseignants de médecine en mai 1968 et sa lutte pour la “sélection” », Sociétés contemporaines, 73, 2009/1, p. 21-45.

26  Conseil national du patronat français, Le problème des OS, Paris, CNPF, 1971, et OCDE, Les nouvelles attitudes et motivations des travailleurs, Paris, Direction de la main-d’œuvre et des affaires sociales, 1972.

27  L. Boltanski et E. Chiapello, ouvr. cité, p. 266-280.

28  F. Georgi, « “Vivre demain dans nos luttes d’aujourd’hui”. Le syndicat, la grève et l’autogestion en France (1968-1988) », dans G. Dreyfus-Armand et al. éd., Les Années 68, ouvr. cité, p. 399-413.

29  S. Audier, La pensée anti-68, ouvr. cité.

30  Ibid., p. 62-63.

31  M. Zancarini-Fournel, Le Moment 68. Une histoire contestée, Paris, Seuil, 2008, p. 79-94.

Auteur

ENS Lyon, Triangle (UMR 5206)

© ENS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable