Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langages, politique, histoire. Avec Jean-Claude Zancarini

 | 
Romain Descendre
, 
Jean-Louis Fournel

3. Batailles

Le socialisme à l’épreuve de la ville

Autour de la contribution de réformateurs municipalistes à la production de sciences de gouvernement (France des années dix aux années trente)

Renaud Payre

Texte intégral

1Jean-Claude Zancarini a dirigé pendant de nombreuses années le laboratoire Triangle et l’a marqué durablement de son empreinte. Sa personnalité et ses thèmes de recherche ont contribué à façonner l’identité de cette unité de recherche. Notre laboratoire est bien un centre d’études politiques. Parmi les spécialités surgissent, sous des formes et dans des traditions disciplinaires diverses, d’une part l’analyse des différentes formes de mobilisation et d’autre part l’étude – dans une perspective historique – des sciences de gouvernement. Nous souhaiterions revenir sur un court moment historique – entre les années dix et le début des années trente – qui permet de lier ces deux approches. C’est par l’étude de la variété des formes du socialisme et de son rapport à l’État qu’il nous a été possible de mettre au jour un groupe de municipalistes et, en les analysant, de pointer la genèse politique d’une science de gouvernement des villes.

  • 1  S. Collini, D. Winch et J. Burrow, « The governing science: things political and the intellectual (...)
  • 2  « L’effet de tunnel » est dénoncé par Stefan Collini. Il dresse une critique de « l’histoire disci (...)

2La démarche qui sera la nôtre renvoie à celles d’historiens de la pensée politique britanniques et à leur histoire de la science politique. Ces historiens de la pensée partent d’une réflexion sur leur corpus et proposent de s’attarder sur des textes de gouvernement. Ils proposent ainsi de déplacer le regard sur l’histoire de la science politique. Rejetant la démarche « téléologique et rétrospective » de « l’histoire disciplinaire », de telles enquêtes, accomplies notamment sur l’Angleterre du xixe siècle, sont attentives au sort de diverses entreprises intellectuelles qui semblent assez éloignées de ce qui est désormais reconnu comme la discipline science politique1. En cherchant à limiter « l’effet tunnel »2, ces auteurs explorent les débats, les controverses qui, sans être prononcés au sein de l’université ou par des universitaires, ont nourri le corpus de la pensée politique.

  • 3  Le municipalisme n’est pas retenu par Madeleine Rebérioux dans son analyse des courants anti-étati (...)

3Nos recherches nous ont montré qu’une famille politique a, au cours de l’entre-deux-guerres, alimenté la réflexion sur la réforme de l’action publique. L’histoire que nous allons livrer est bien celle d’un bastion du socialisme anti-étatique : les socialistes municipalistes. Confrontés à la question urbaine, ces socialistes – bien souvent qualifiés de réformistes – ont inventé des formes d’action publique et ont beaucoup écrit sur le gouvernement. Mieux, le municipalisme semble être, au cours de l’entre-deux-guerres, l’un des derniers terrains investis par les courants anti-étatiques de la famille socialiste à un moment où la grande majorité des socialistes, surtout français, se convertit à l’État3.

La ville comme foyer des arts de gouvernement modernes ?

  • 4  Institut international d’histoire sociale (Amsterdam), Fonds Marcel Rivière, dossier 329, lettre d (...)

4Dans le corpus des classiques de la science politique, le nom de Maxime Leroy tend à disparaître. Au mieux peut-on trouver sa contribution à l’histoire des idées sociales. Mais il est un de ses ouvrages qui aurait dû davantage retenir l’attention. C’est au cours de l’année 1927 que l’essayiste décide de publier une étude minutieuse sur La ville française contemporaine. Cet ouvrage, qu’il voulait intituler Les formes nouvelles des libertés locales4, prend place dans une œuvre essentiellement tournée vers la réforme des institutions politiques, vers la recherche de nouveaux modes d’organisation de la vie publique.

Penser la ville pour réformer l’État ?

  • 5  Maxime Leroy (1873-1957) étudie le droit à la Faculté de Nancy où il obtient son doctorat en 1898 (...)
  • 6  G. Brun, Technocrates et technocraties en France (1918-1945), Paris, Albatros, 1985.
  • 7  En 1924, il publie notamment, chez Marcel Rivière, une édition critique du livre de Proudhon : De (...)
  • 8  Archives Albert Thomas (CARAN), 94AP473, dossier 6, Carte d’invitation adressée par Maxime Leroy à (...)
  • 9  M. Leroy, Étude sur l’indemnité à allouer aux élus municipaux, Saint-Germain-lès-Corbeil, Bureau d (...)
  • 10  M. Leroy, « Les règles sénatoriales seront-elles modifiées ? », La vie communale et départementale(...)
  • 11  C’est par l’intermédiaire du siège parisien du Bureau international du travail que Maxime Leroy co (...)
  • 12  M. Leroy, La ville française. Institutions et libertés locales, Paris, Marcel Rivière (Librairie d (...)

5Maxime Leroy est à la fois un historien et un juriste du travail. Il est engagé. Il a notamment participé à la rédaction de la Charte d’Amiens en 19065. Dans les années vingt, il évolue dans les réseaux techniciens qualifiés a posteriori de technocratiques6. Mais surtout, ses aspirations réformatrices trouvent satisfaction au contact de l’administration municipale urbaine, l’un de ses champs d’investigation préférés. Lecteur assidu de Pierre-Joseph Proudhon7 – il organise à Paris des « dîners Proudhon » au cours desquels les convives échangent des propos sur « le père de la sociologie »8 –, Maxime Leroy reste persuadé que c’est par les communes que l’État pourra se « régénérer ». Il songe plus particulièrement aux communes urbaines. Il en est convaincu : depuis quelques décennies, la ville s’est profondément transformée. Son organisation politique et administrative est appelée à être modernisée. L’État doit accorder plus d’attention aux intérêts municipaux urbains. Dès 1921, Maxime Leroy se prête à la rédaction d’une brochure consacrée à l’indemnité devant être allouée aux élus municipaux9. En 1926, il n’hésite pas à appeler à une réforme du Sénat en un corps supérieur où s’exprimerait, grâce à ses élus, toute l’expérience urbaine10. Le livre de 1927 prolonge ces premières réflexions et interventions. Ce texte est rédigé à partir de sources provenant du Bureau international du travail, des congrès internationaux des villes ou des plus récents recensements11. Il s’ouvre sur un constat : l’urbanisation de la société est un fait qui ne peut pas être négligé ; l’accroissement de la population urbaine a fait de la ville un espace d’agrégation des citoyens et de mise en œuvre de l’action politique. Le livre de Maxime Leroy dessine un objet qu’il présente comme ayant été peu étudié jusqu’alors : la ville envisagée en tant qu’« État dans l’État »12. Une telle vision se trouve justifiée par les nombreux services sociaux et économiques que les municipalités urbaines doivent désormais assumer. L’auteur invite à se défaire d’un vocabulaire trop « juridique » pour pouvoir penser le nouveau rôle des villes ; il affirme que « les problèmes des villes ne sont plus des problèmes locaux » (ibid., p. 15). Pour le dire autrement, les villes ne peuvent plus être considérées comme de simples « succursales de l’État » (p. 32). Maxime Leroy voit d’ailleurs dans ce constat une des pistes de réforme de la vie politique française : l’État est trop vaste, trop éloigné des besoins immédiats. Il plaide pour un « fédéralisme urbain » et se plaît à décrire l’État comme une « fédération de villes ». Mais l’intérêt de cet ouvrage réside peut-être moins dans ses revendications municipalistes que dans la méthode prônée pour les satisfaire. Maxime Leroy, juriste de formation – ayant été juge de paix en banlieue parisienne puis à Paris –, attire l’attention de ses lecteurs sur le fait que la ville constitue, à la suite des nombreux bouleversements qu’elle a subis, un défi à la science de l’État qu’est le droit. Elle serait un « agent actif » de la métamorphose du droit, un lieu d’élaboration d’une nouvelle science du politique. Dans la première partie de l’ouvrage, intitulée « La science du gouvernement local », il annonce l’avènement d’un « taylorisme municipal ». Qu’entend-il par une telle expression ?

La ville et les sciences de gouvernement

6Maxime Leroy décrit les nombreux efforts – sensibles surtout à partir des lendemains de la Grande Guerre – pour penser et imposer des méthodes originales de gouvernement des villes. Les expériences visant à imposer un « art inédit de la gestion collective » sont toutefois encore fragiles en 1927 et l’auteur souhaite qu’elles soient soutenues. De là naîtront à la fois « une technique scientifique nouvelle et un esprit urbain dont la carence n’est que trop visible ». La conclusion est nette : c’est en recherchant de nouvelles manières de penser scientifiquement la ville et ses techniques de gouvernement qu’il sera possible de l’imposer comme un lieu majeur de la décision politique. L’avènement d’une science du gouvernement local, promis par les associations d’élus ou par les lieux d’enseignement cités par Maxime Leroy, peut contribuer à donner une image renouvelée de l’action politique, voire un esprit municipal renforcé.

  • 13  M. Leroy, « L’évolution des institutions municipales de 1789 à 1926 », La vie urbaine, 2, 1930, p. (...)

7Le ton de Maxime Leroy est loin d’être pessimiste : la France s’efforcerait de se libérer de ses traditions centralisatrices – il estime, en 1929, qu’elle s’en est « libérée beaucoup plus qu’il n’est coutume de l’admettre, même en France, où les mots anciens recouvrent si souvent encore tant d’efforts heureusement libérateurs »13. C’est à la lumière du décret du 5 novembre 1926, dit décret de déconcentration et de décentralisation, contemporain de la rédaction de l’essai, que l’auteur revisite l’histoire de l’organisation municipale. Il voit, à bien des égards, dans un tel décret l’aboutissement d’un long processus libérant la France de ses traditions centralisatrices. Il est encore plus explicite au cours de sa conférence du 4 décembre 1929 à l’Institut des sciences communales de l’université de Berlin. Avec ce décret, que Maxime Leroy présente comme mettant un terme à l’évolution des institutions municipales, « un nouveau droit municipal est né. […] Au vieux concept de ville, simple organisme de police, s’est substitué le concept de ville, organisme économique » (ibid.).

  • 14  Si Henri Sellier considère que cet « ouvrage remarquable » a tracé les grandes lignes d’une méthod (...)
  • 15  Sur la réflexion de Maxime Leroy sur les arts de gouvernement moderne et sur la nécessité de les r (...)

8L’ouvrage La ville française est très favorablement accueilli par les nombreux périodiques d’administration municipale qui fleurissent à la même époque en France ; il marque également les municipalistes qui saisissent dans cet essai une occasion de consolider leur message14. Le livre de Maxime Leroy nous incite à scruter cette expérience de réforme municipale associant la recherche de nouvelles manières d’étudier la ville à la mise en œuvre d’un pouvoir municipal efficace et compétent. Mais plus largement, ce texte, comme les expériences auxquelles il se réfère, nous invite à saisir les enjeux de l’élaboration d’une science de gouvernement municipal. Cette science répond à une logique expérimentale. Ceux qui s’en réclament cherchent à faire circuler des expériences mises en œuvre par les municipalités. Il est question en fait d’une modernisation municipale « inductive » comme Maxime Leroy pouvait parler de « législation inductive » dans Pour gouverner. Si cette science de gouvernement n’a guère été rendue visible, elle a néanmoins directement contribué au renouvellement des « arts de gouverner » dans l’entre-deux-guerres15. Porté par des socialistes dits réformistes, ce municipalisme a également participé aux transformations du socialisme à la française.

Un socialisme fabien à la française ?

9Le municipalisme français de l’entre-deux-guerres a pour matrice le groupe des socialistes normaliens formé au début du siècle et engagé dans le renouvellement du programme du parti. Ce groupe, qui s’inspire directement de la Fabian Society londonienne, est caractérisé non seulement par son positionnement a-marxiste mais également par sa volonté d’asseoir les positions politiques sur des études de sciences sociales. Les municipalistes français multiplient ainsi les travaux sur le bon gouvernement des villes. Ce n’est qu’au lendemain de la guerre – à la suite des victoires socialistes aux municipales de 1919 – qu’ils peuvent – pour certains d’entre eux – passer des projets à l’action et, par ces actions, transformer « discrètement » le projet socialiste.

Le socialisme des « chiffres, documents et études »

  • 16  A. Thomas, « Préface », H. Sellier, Les banlieues urbaines, Paris, Marcel Rivière (Les documents d (...)
  • 17  C. Prochasson, Le socialisme normalien. Recherches et réflexions autour du groupe d’études sociali (...)

10L’année 1908, année d’élections municipales, voit se consolider une entreprise d’examen critique des principales thèses socialistes, déjà amorcée quelques années auparavant. Un groupe d’études socialistes est créé sous l’impulsion du philosophe durkheimien Robert Hertz, avec l’objectif de soutenir « par des chiffres, par des documents, par des études » la bataille municipale16. C’est du côté de la rue d’Ulm et de l’École normale supérieure qu’il est possible de trouver la matrice de ce groupe17.

  • 18  M. Rebérioux, « La Revue socialiste », Cahiers Georges Sorel, 5, 1987, p. 15-38.
  • 19  P. Dogliani, « Edgard Milhaud e la rivista internazionale Annales de la régie directe, 1908-1924 » (...)
  • 20  Lieu international de rencontres autour de la gestion municipale, la revue est représentée par son (...)
  • 21  Institut français d’histoire sociale, Fonds Edgard Milhaud, 14AS 388, Lettre d’Edgard Milhaud à Ma (...)

11Les réunions s’organisent autour de rapports présentés par les membres du groupe, rapports qui donnent parfois lieu à des brochures publiées par la Librairie du Parti socialiste dans une collection inaugurée en 1908 et nommée Les Cahiers du socialiste. Le groupe se voit soutenu par deux revues : La Revue socialiste, créée en 1885 par Benoît Malon et dirigée, à partir de 1910, par Albert Thomas18, et les Annales de la régie directe. Cette dernière a été fondée, en 1908, par le professeur d’économie collective de Genève, Edgard Milhaud19. La revue, diffusée internationalement, permet de faire connaître en France des expériences étrangères20 : les travaux allemands du Verein für Sozialpolitik ou encore les principales réalisations des municipalités allemandes, italiennes et belges. Edgard Milhaud, qui a déjà eu l’occasion de côtoyer les socialistes normaliens lors de ses études dans les années 189021, signe l’un des cahiers consacrés aux régies municipales. Mais surtout, il republie, à l’occasion des élections municipales de 1912, les sept premiers Cahiers du socialiste sous le titre L’action socialiste municipale. En effet, les travaux du groupe d’études socialistes se consacrent essentiellement au municipalisme et à la pensée communale.

  • 22  L. Garnier, Le socialisme municipal. La leçon de l’étranger, Paris, Librairie du Parti socialiste (...)
  • 23  C. Topalov, « Maurice Halbwachs, photographe des taudis parisiens (1908) », Genèses, 28, septembre (...)

12Le groupe d’études socialistes, « groupement de socialistes qui voudrait étudier dans un esprit positif les questions intéressant la propagande ou l’action socialiste »22 , renforce le courant qu’Albert Thomas est en train d’organiser au sein de la SFIO23. Henri Sellier, alors rédacteur au ministère du Travail, rejoint le « réseau Albert Thomas » dès 1908. Une trentaine d’années plus tard, il se souvient de sa collaboration avec Thomas qu’il avait connu chez Auguste Bebel lors d’un voyage en Allemagne en 1902 :

  • 24  H. Sellier, En mémoire d’Albert Thomas, Paris, Union des élus municipaux socialistes, 1937, p. 5. (...)

En 1908, quand la fédération socialiste de la Seine se préparait aux élections municipales, ses candidats, pour la première fois dans l’histoire du socialisme, proposèrent au corps électoral un programme municipal cohérent, à la fois politique et administratif, qui portait la signature d’Albert Thomas, et dont ce sera l’un des honneurs de mon existence d’avoir collaboré à la rédaction.24

  • 25  A. Thomas, « Préface », dans H. Sellier, Les banlieues urbaines, ouvr. cité, p. 7.

13Le programme est diffusé dans L’Humanité à travers une série d’articles d’Albert Thomas, publiés entre le 26 mars et le 9 avril 1908, traitant de thèmes qui sont au même moment – ou qui le seront par la suite – abordés par le groupe d’études socialistes. Thomas se rappelle, en 1920, l’élaboration de ce programme critique prenant la ville pour objet : « Henri Sellier, Henri Séran, Halbwachs, tous nous nous efforcions de saper tour à tour les octrois, les compagnies à monopole, les fortifications, la rente foncière. »25

  • 26  H. Sellier, Proposition tendant à la réorganisation administrative du département de la Seine et à (...)
  • 27  Archives Albert Thomas (CARAN), 94AP393, Lettre d’Albert Thomas à Henri Sellier, 4 février 1923.

14Précisément, au cours de cette même campagne électorale, Maurice Halbwachs consacre deux articles dans le quotidien socialiste au « problème des loyers ». Mais c’est surtout la question de l’aménagement urbain qui anime ce groupe de socialistes. Cette question les conduit à repenser profondément la gestion municipale et ses possibles transformations. C’est, en tout cas, ce dont témoignent les travaux d’Henri Sellier. Dans une conférence donnée au groupe d’études socialistes en octobre 1912, Sellier explore la question urbaine sous son aspect administratif. Il réclame une réorganisation administrative de Paris et de sa banlieue. Il souligne « l’imprévoyance administrative » des municipalités et de la préfecture, imprévoyance qui a pu entraîner l’encombrement et les problèmes d’hygiène de la banlieue parisienne. Sellier dénonce l’absence « d’esprit intercommunal ». Prenant exemple sur d’autres capitales européennes, en particulier Londres, il propose un nouveau mode d’élection du conseil général et une départementalisation des principaux services publics urbains. Ce programme est soumis au conseil général26 et donne lieu à une publication en 1920. Les questions soulevées par ses camarades du groupe d’études socialistes, son goût pour les « besognes positives »27 l’amènent à envisager une réforme de la gestion de l’agglomération, la mise en place d’un pouvoir qui cesserait d’être imprévoyant pour devenir compétent et rationnel.

Le municipalisme et l’invention de nouvelles formes de gouvernement

  • 28  H. Sellier, « Préface », La vie communale, numéro spécial, juillet (1920).

15C’est dans l’entre-deux-guerres qu’une partie des socialistes réformateurs transforme les projets d’avant-guerre en programme et en actions. Le municipalisme devient un véritable laboratoire d’une nouvelle forme d’action publique. Il ne s’agit pas forcément d’en appeler à l’adoption de nouvelles lois décentralisatrices mais bien de transformer les pratiques. Le municipalisme doit s’imposer grâce à une meilleure éducation des édiles, à la formation d’élus compétents capables, par leurs connaissances, de perfectionner le fonctionnement de l’organisation communale. Henri Sellier, devenu maire de Suresnes, ville de la banlieue parisienne, tente de convaincre les conseillers municipaux et maires socialistes qu’ils peuvent agir dans ce sens, y compris dans le cadre légal existant. Il le leur dit, dès 1920, lors d’une conférence des municipalités socialistes rassemblant les nombreux nouveaux élus issus des élections municipales de décembre 1919. Le message qu’il leur adresse appelle à une nouvelle forme d’action municipale. Il s’agit, selon lui, de donner aux « cellules communales, dans le cadre de la légalité actuelle, plus large qu’on le conçoit, le maximum de vie et de puissance de réalisation »28. Ce message décentralisateur se pare d’habits savants. Henri Sellier tente notamment de convaincre les édiles socialistes de la nécessité de perfectionner la gestion et l’administration municipale par plus de compétence et d’efficacité.

  • 29  Id., Le socialisme et l’action municipale. Discours prononcé à Lille le 28 octobre 1934 au Congrès (...)

Notre lutte pour l’autonomie est beaucoup moins politique qu’économique. Elle est inspirée beaucoup plus par la volonté de perfectionner les conditions techniques de la vie municipale, d’en accroître le rendement, l’influence par conséquent l’efficacité que de dresser je ne sais quel conflit avec les représentants du pouvoir central.29

  • 30  R. F. Kuisel, Ernest Mercier, French Technocrat, Berkeley, University of California Press, 1967.
  • 31  Henri Sellier élabore avec Ernest Mercier des projets de diffusion des idées réformatrices, notamm (...)
  • 32  H. Sellier, Le parti socialiste et l’action communale. Commentaire du programme adopté au Congrès (...)

16C’est donc autant au nom de la raison que de la politique que cette croisade municipaliste est menée. Mieux, la bonne gestion des villes exigerait l’acquisition de connaissances relevant d’une « science des villes ». Le maire de Suresnes, réformateur municipal, se prononce avant tout en faveur d’une rationalisation de l’organisation municipale pour rendre l’organisme municipal plus compétitif et plus puissant. De tels propos rendent compte d’une certaine proximité entre les projets de réformateurs municipaux et ceux du mouvement rationalisateur qui naît dans la France des années vingt, mouvement dont certains acteurs s’engagent aux côtés des municipalistes. Des « techniciens », au sein du patronat, des syndicats, mais également au sein de familles politiques, tentent de proposer une réforme administrative qui s’inspirerait, en partie, de la rationalisation et des logiques de l’industrie, et ce, dès les années vingt. La principale entreprise technicienne des années vingt trouve son origine dans l’initiative du patron de l’Union d’électricité et de la Compagnie française des pétroles, Ernest Mercier30. Celui-là fonde avec des collègues polytechniciens le Redressement français. Ce mouvement s’assure du concours de personnalités qui sont amenées à formuler des propositions de réforme municipale : William Oualid, Henri Sellier31 et surtout Raoul Dautry qui en préside la section « urbanisme ». Le Redressement français, à travers son bulletin le plus diffusé en France, La région parisienne, s’engage dans la cause de l’aménagement et de la réorganisation administrative de l’agglomération parisienne. En outre, en dehors des mondes du patronat, de nouveaux courants du syndicalisme revendiquent une réforme de l’État et l’avènement d’une « république des producteurs », comme peut l’écrire Maxime Leroy. Ces divers projets de rationalisation de l’organisation administrative, selon des logiques en adéquation avec celles de l’entreprise et de la production, concernent en partie l’organisation municipale. Celle-ci occupe une place importante dans certains projets tant elle semble être l’organisme administratif le plus proche des entreprises et celui susceptible d’être le plus poreux aux logiques de l’entreprise et de la production. Il s’agit alors de favoriser l’avènement d’une « municipalité technique ». Si la municipalité est comparée à une cellule vivante, certains font de l’administrateur municipal un « technicien » ou encore un « médecin » capable de lui donner « une belle santé physique, source de prospérité et de mieux-être pour ses habitants »32. Mais pour cela, il convient de développer des instruments de connaissance de la vie municipale et des services au plus près des besoins des habitants.

  • 33  H. Sellier, Le socialisme et l’action municipale, ouvr. cité, p. 13.

17Le municipalisme permet surtout de mesurer une évolution de la conception socialiste des services publics. Au cours de l’entre-deux-guerres, les édiles et réformateurs municipaux socialistes reviennent sur le programme, encore défendu au tournant du siècle, d’une municipalisation systématique des services municipaux. La Fédération nationale des municipalités socialistes défend désormais une position plus nuancée correspondant à l’organisation de services publics uniquement lorsque ces derniers peuvent être exploités dans les conditions les plus favorables : « La création d’une régie directe peut présenter un intérêt négatif, si les circonstances […] de temps et de lieu font que ses résultats seront inférieurs à celui de tout autre système. »33

  • 34  H. Sellier cité dans Les services publics, 8 juin 1932.

18À travers de tels propos, on saisit que les relations entre les municipalités et les sociétés privées sont moins régies par la concurrence que par « l’association ». Les édiles socialistes ne rejettent plus l’idée de s’allier avec « certaines puissances capitalistes », de composer avec elles et de « s’orienter vers des formules d’associations » (ibid.). Les logiques de l’entreprise sont pleinement adoptées par des édiles, de toutes tendances politiques, afin de rendre plus efficients les services publics. Les années vingt-trente marquent, à ce titre, une nouvelle inflexion dans le processus de rationalisation qui était souhaité par les municipalistes et qui, selon les socialistes réformistes des années 1900-1910, consistait surtout à comparer la société communale à une société commerciale. Il s’agissait de défaire la gestion des services publics municipaux de toute emprise politique et surtout d’adapter l’organisation administrative municipale aux exigences de la vie économique. Certains réformateurs proposent, dans l’entre-deux-guerres, d’étendre cette analogie entre société privée et organisation municipale au fonctionnement de l’ensemble des institutions municipales. Ils voudraient faire de l’assemblée municipale un grand conseil d’administration. C’est précisément le projet que défend Henri Sellier lors du Congrès international des villes à Londres, en 1932, au cours duquel il appelle explicitement à considérer la commune « comme une société anonyme commerciale ou industrielle »34. Les pouvoirs locaux pourraient alors être organisés sur le modèle de ces sociétés. La rationalisation administrative municipale souhaitée par les réformateurs s’inspire nettement de la rationalisation entrepreneuriale. L’administrativisation de l’organisation municipale se différencierait en cela d’une forme de bureaucratie communale. Elle devrait reposer sur une connaissance pratique des besoins municipaux et des réalisations capables de les satisfaire. En cela la science de gouvernement des villes vise à contribuer à la rationalisation de l’activité municipale pour mieux réguler la vie économique et sociale urbaine et renforcer la place de la municipalité dans l’organisation politico-administrative du pays. Les municipalistes des années vingt-trente affichent leur souhait d’assurer la suprématie de l’administratif sur le politique. Ce souhait correspond, sans doute, moins à la défense d’une dichotomie entre administration et politique qu’à un renforcement de l’exécutif municipal. Cet exécutif, placé à la tête de l’assemblée, comparé au conseil d’administration de la société communale, se composerait d’un « administrateur délégué (le maire) assisté d’un directeur général (le secrétaire général) et de chefs de services » (ibid.). Cette direction est rendue visible par les nouveaux hôtels de ville pour la plupart impulsés par des municipalités SFIO dans les années vingt et trente – que l’on songe aux hôtels de ville de Lille (1927), Puteaux, Boulogne-Billancourt ou Villeurbanne (1934). Ces bâtiments rompent avec les mairies d’avant-guerre : les guichets et les services ont désormais une place centrale dans ces ensembles organisés spatialement de telle sorte que le maire soit placé au sommet de l’organisation dont il est responsable. Les hôtels de ville sont probablement aujourd’hui la trace la plus visible de ce que fut le municipalisme de l’entre-deux-guerres.

Conclusion : rationalisation et dépolitisation

19L’étude de ce mouvement municipaliste français – observé entre les années dix et les années trente – rend compte de plusieurs processus.

20D’abord, elle offre le récit du devenir d’un courant socialiste non étatiste au moment où la plupart des familles socialistes se rallient à l’État. Les municipalistes sont non seulement convaincus que l’action en faveur de la classe ouvrière ne peut être entreprise qu’au niveau des municipalités urbaines, à condition qu’une réforme administrative d’envergure puisse faire correspondre l’administration à la réalité sociologique et économique – c’est le combat en faveur du Grand Paris que mèneront Sellier et Morizet dans les années trente –, mais ces municipalistes sont aussi souvent qualifiés de réformistes car ils proposent de nouvelles formes de gestion des services publics. Ils défendent le principe d’une association ou encore d’une économie mixte et se placent ainsi dans une voie intermédiaire entre socialisme et libéralisme.

21Mais cette étude du municipalisme permet ensuite d’éclairer les rapports entre la recherche d’une légitimité scientifique pour l’action politique et une certaine forme de dépolitisation. Le municipalisme adopte le langage de la science et de la rationalisation pour évoquer l’interventionnisme municipal jusqu’alors présenté en termes partisans. Ce nouveau langage, que l’on retrouve au sujet des régies municipales, est tout autant un signe de la banalisation de l’interventionnisme que l’une de ses conditions de possibilité. Ce qui était, avant guerre et en France, considéré comme un des traits dominants de l’action socialiste municipale devient, dans l’entre-deux-guerres, un élément de technique administrative et de rationalisation de l’organisation municipale. Ce processus d’uniformisation s’opère à travers des institutions de réforme municipale créées à la veille ou au lendemain de la Grande Guerre. Une science municipale expérimentale, qui est encouragée par certains de ces vecteurs que sont les associations d’élus, les syndicats d’employés ou encore les périodiques d’administration, contribue, en tissant des liens entre les municipalités et en faisant advenir « l’intermunicipalité », à la standardisation d’une action municipale interventionniste et rationalisée. Si, au sein du laboratoire Triangle, nous avons, au cours des années passées, travaillé sur les origines politiques des sciences de gouvernement, les usages politiques de ces arts et sciences de gouvernement restent un chantier à défricher. Et ce toujours aux côtés de Jean-Claude.

Notes

1  S. Collini, D. Winch et J. Burrow, « The governing science: things political and the intellectual historian », That Noble Science of Politics: a Study in Nineteenth-Century Intellectual History, Cambridge, Cambridge University Press, 1983, p. 3-21.

2  « L’effet de tunnel » est dénoncé par Stefan Collini. Il dresse une critique de « l’histoire disciplinaire ». Il la considère comme trop attachée à la genèse des problèmes issus des disciplines telles qu’elles existent aujourd’hui. Même s’il nous semble difficile de nous reconnaître dans une « histoire intellectuelle », les critiques qu’il formule conduisent à porter un regard stimulant sur l’histoire des disciplines : « Tandis que l’histoire disciplinaire creuse verticalement une brèche dans l’histoire (avec tous les dangers conséquents à “l’effet de tunnel”), l’histoire intellectuelle tente plutôt d’approfondir “latéralement” une aire [to excavate a lateral site] pour mieux explorer les présuppositions, les ramifications et résonnances d’idées » (S. Collini, « Discipline history and intellectual history. Reflections on the history of social sciences in Britain and France », Revue de Synthèse, CIX, 3-4, juillet-décembre 1988, p. 391).

3  Le municipalisme n’est pas retenu par Madeleine Rebérioux dans son analyse des courants anti-étatiques du socialisme français (« Les tendances hostiles à l’État dans la SFIO (1905-1914) », M. Rebérioux, Parcours engagés dans la France contemporaine, Paris, Belin, 2000, p. 39-59).

4  Institut international d’histoire sociale (Amsterdam), Fonds Marcel Rivière, dossier 329, lettre de Maxime Leroy à Marcel Rivière, 21 mai 1926.

5  Maxime Leroy (1873-1957) étudie le droit à la Faculté de Nancy où il obtient son doctorat en 1898 et où il mène ses premières activités militantes au sein de la section nancéienne de la Ligue des droits de l’homme (G. Vernon, « La Lorraine à Paris. Maxime Leroy », L’Est Républicain, 10 avril 1914). Essayiste, à la fois sociologue et philosophe, il consacre ses premiers ouvrages à l’histoire du travail. Il participe avec Merrheim et Griffuelhes à la rédaction de la Charte d’Amiens en 1906. Dans l’entre-deux-guerres, il se rapproche des mouvements de réforme technocratique. Il est l’un des rédacteurs du Producteur, revue saint-simonienne fondée en 1920. Il rédige un des premiers ouvrages consacrés à l’Histoire des idées sociales. En 1937, il succède à Élie Halévy à l’École libre des sciences politiques. Il est élu, après guerre, à l’Académie des sciences morales et politiques – voir La Revue des Deux Mondes, 15 avril 1959, p. 755-757 ; voir la notice que lui consacre Nicole Racine dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Paris, Éditions ouvrières, t. XXXIV (période 1914-1939), p. 309-310.

6  G. Brun, Technocrates et technocraties en France (1918-1945), Paris, Albatros, 1985.

7  En 1924, il publie notamment, chez Marcel Rivière, une édition critique du livre de Proudhon : De la capacité politique des classes ouvrières.

8  Archives Albert Thomas (CARAN), 94AP473, dossier 6, Carte d’invitation adressée par Maxime Leroy à Albert Thomas, sans date.

9  M. Leroy, Étude sur l’indemnité à allouer aux élus municipaux, Saint-Germain-lès-Corbeil, Bureau de défense des élus municipaux de France et des Colonies, 1921.

10  M. Leroy, « Les règles sénatoriales seront-elles modifiées ? », La vie communale et départementale, 31, juin 1926, p. 252-253.

11  C’est par l’intermédiaire du siège parisien du Bureau international du travail que Maxime Leroy collecte une partie de ses sources (Archives du Bureau international du travail, Genève, W 1000/2/3, Lettre du directeur du bureau de Paris au Bureau international du travail, 1er avril 1926).

12  M. Leroy, La ville française. Institutions et libertés locales, Paris, Marcel Rivière (Librairie des sciences politiques et sociales), 1927, p. 88.

13  M. Leroy, « L’évolution des institutions municipales de 1789 à 1926 », La vie urbaine, 2, 1930, p. 105-130.

14  Si Henri Sellier considère que cet « ouvrage remarquable » a tracé les grandes lignes d’une méthode d’élaboration d’un nouveau régime municipal, le maire de Boulogne-Billancourt, André Morizet, évoque également, en 1932, dans son ouvrage Du vieux Paris au Paris moderne, l’ouvrage de Maxime Leroy qu’il considère déjà comme une référence (A. Morizet, Du vieux Paris au Paris moderne. Haussmann et ses prédécesseurs, Paris, Hachette, 1932, p. 8.).

15  Sur la réflexion de Maxime Leroy sur les arts de gouvernement moderne et sur la nécessité de les renouveler, voir son Introduction à l’art de gouverner, Paris, Sirey, 1935.

16  A. Thomas, « Préface », H. Sellier, Les banlieues urbaines, Paris, Marcel Rivière (Les documents du socialisme), 1920, p. 7.

17  C. Prochasson, Le socialisme normalien. Recherches et réflexions autour du groupe d’études socialistes et de l’école socialiste, mémoire de maîtrise, Université Paris I, 1981.

18  M. Rebérioux, « La Revue socialiste », Cahiers Georges Sorel, 5, 1987, p. 15-38.

19  P. Dogliani, « Edgard Milhaud e la rivista internazionale Annales de la régie directe, 1908-1924 », Annali della Fondazione Luigi Einaudi, vol. XIX, 1985, p. 195-249.

20  Lieu international de rencontres autour de la gestion municipale, la revue est représentée par son directeur au Congrès international des villes de 1913, congrès dont elle assure en 1912 la publicité.

21  Institut français d’histoire sociale, Fonds Edgard Milhaud, 14AS 388, Lettre d’Edgard Milhaud à Marcel Mauss, 20 janvier 1939.

22  L. Garnier, Le socialisme municipal. La leçon de l’étranger, Paris, Librairie du Parti socialiste (Les Cahiers du socialiste), 1, 1908, troisième de couverture.

23  C. Topalov, « Maurice Halbwachs, photographe des taudis parisiens (1908) », Genèses, 28, septembre 1997, p. 128-145.

24  H. Sellier, En mémoire d’Albert Thomas, Paris, Union des élus municipaux socialistes, 1937, p. 5. Il s’agit du discours prononcé par Sellier lors de l’inauguration du centre de loisirs Albert Thomas à la cité-jardin de Champigny, le 7 février 1937.

25  A. Thomas, « Préface », dans H. Sellier, Les banlieues urbaines, ouvr. cité, p. 7.

26  H. Sellier, Proposition tendant à la réorganisation administrative du département de la Seine et à la création d’un Office public départemental d’habitations à bon marché, 21 juin 1914, Conseil général de la Seine, Procès-verbaux et délibérations, imprimé no 5, 1914.

27  Archives Albert Thomas (CARAN), 94AP393, Lettre d’Albert Thomas à Henri Sellier, 4 février 1923.

28  H. Sellier, « Préface », La vie communale, numéro spécial, juillet (1920).

29  Id., Le socialisme et l’action municipale. Discours prononcé à Lille le 28 octobre 1934 au Congrès de la Fédération des municipalités socialistes, Paris, La vie communale, 1934, p. 11.

30  R. F. Kuisel, Ernest Mercier, French Technocrat, Berkeley, University of California Press, 1967.

31  Henri Sellier élabore avec Ernest Mercier des projets de diffusion des idées réformatrices, notamment en matière de réforme municipale. On trouve dans ses archives un échange de lettres – Sellier l’appelle « mon cher président et ami » – autour de la création d’un Bulletin d’informations municipales, administratives, économiques et sociales de la Banlieue qui serait placé sous la direction de trois personnalités : l’une issue du monde des maires (Sellier), l’autre du monde industriel (Mercier) et la troisième du monde ouvrier (Perrot) (Archives privées de Mme Darrieux-Sellier, Lettre d’Henri Sellier à Ernest Mercier, 10 septembre 1940).

32  H. Sellier, Le parti socialiste et l’action communale. Commentaire du programme adopté au Congrès national de Grenoble le 12 février 1925 à l’usage des conseillers municipaux socialistes, Paris, La vie communale, 1925, p. 16.

33  H. Sellier, Le socialisme et l’action municipale, ouvr. cité, p. 13.

34  H. Sellier cité dans Les services publics, 8 juin 1932.

Auteur

© ENS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable