Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Homme et la Terre. Livre 1 : Les ancêtres

 | 
Élisée Reclus

L’Homme et la Terre, l’aboutissement d’une trilogie

Federico Ferretti et Philippe Pelletier

Texte intégral

1Lorsqu’Élisée Reclus (1830-1905) décède, lors de son ultime exil en Belgique, son dernier ouvrage, L’Homme et la Terre, commence tout juste à être publié, le premier de ses six tomes venant d’être livré. Les derniers le seront grâce aux bons soins de son neveu Paul Reclus (1858-1941), le fils de son frère aîné Élie Reclus (1827-1904). L’ensemble paraît donc presque entièrement à titre posthume, mais il correspond à un projet entamé de longue date.

  • 1 Institut français d’histoire sociale (IFHS), 14 AS 232, Dossier III, Plan de géographie descriptive (...)

2Troisième des grands ouvrages géographiques d’Élisée Reclus, L’Homme et la Terre est précédé par La Terre (1868-1869), réuni en deux volumes, et par la Nouvelle Géographie universelle (1876-1894), en dix-neuf volumes (dorénavant NGU). Dès le départ, l’auteur a l’idée d’une trilogie, ce qu’il indique dans les lettres adressées à ses éditeurs et à ses collaborateurs à partir du début des années 1870. « La Géographie descriptive, telle que j’aimerais à l’écrire, serait la continuation des deux ouvrages La Terre et L’Homme, ce dernier non encore rédigé »1.

  • 2 Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits occidentaux, Nouvelles acquisitions fr (...)

3Tandis qu’il travaille à la monumentale NGU pendant plus d’une vingtaine d’années, Élisée Reclus recueille déjà des éléments pour ce nouveau livre qu’il a toujours en tête. Comme il l’écrit en 1882 à Paul Pelet, cartographe et collaborateur d’Hachette qui est l’éditeur de la NGU, « tel est l’ouvrage que je commence à vivre, pour lequel je recueille peu à peu des notes, et dans lequel je tâcherai de faire entrer tout le sang de mon cœur »2.

  • 3 Ibid.

4Cette lettre inédite permet aussi de constater qu’Élisée Reclus a une conception assez précise de son livre : « Il ne me suffira pas d’écrire fini pour croire que ma besogne est finie. J’aurai à me demander encore : À quoi bon toute cette géografaille ? À quoi servent ces descriptions de glaciers […] ? Comment faire de toutes ces études plus ou moins approfondies, mais ayant le mérite d’être consciencieuses, une appréciation générale de l’humanité et de son destin ? Où je peux réconcilier toutes ces observations avec une hypothèse quelconque ? Y a-t-il un idéal ? »3.

5Ces interrogations, dont il est coutumier dans sa démarche scientifique, montrent qu’Élisée Reclus cherche un sens à la géographie, sinon au monde en général. Elles puisent dans le fait qu’il s’agit d’abord d’un géographe « de terrain », pour utiliser une expression anachronique, ou, mieux encore, d’un « voyageur avec ses pieds » qui utilise autant la marche que le chemin de fer naissant ou le navire à vapeur.

6Au cours de sa jeunesse et à l’orée de son âge adulte, Élisée Reclus a déjà beaucoup voyagé (Sainte-Foy-la-Grande, Orthez, Aunis, Neuwied, Strasbourg, marches à pied de Strasbourg à Orthez, de Montauban à Narbonne, Londres, Irlande, Louisiane, Colombie…). Dans ses premières publications qui remontent à 1857, dans ses articles pour la Revue des Deux Mondes à partir de 1860 par exemple, il témoigne ainsi de ce qu’il a vu et ressenti pour un lectorat qui ne connaît pas ces espaces. Mais il cherche aussi à analyser, à comprendre, sinon à dénoncer (l’esclavage aux États-Unis par exemple). C’est donc logiquement que, une fois arrivé à Paris à l’âge de vingt-sept ans pour retrouver son frère Élie en 1857, il rejoint la Société de géographie de Paris, qui l’admet en juillet 1858 et qui regroupe alors voyageurs et explorateurs désireux de rapporter au public les pays et les peuples du monde.

7La démarche scientifique d’Élisée Reclus, qui coordonne un ensemble d’observations, scientifiques ou non, ne relève pas seulement de l’introspection car elle veut s’adresser à un public le plus large possible : la « familiarisation » de la science, pour reprendre le vocabulaire de Fontenelle, mais aussi « l’instruction populaire ». Sa géographie s’occupe de la Terre et de la situation des hommes qui l’habitent. Son horizon comparatif, écouménal, n’est pas national mais universel. Son souci est moins de forme que de mouvement, de « processus » dirait-on de nos jours.

8De plain-pied dans un monde en profonde mutation (la révolution industrielle qui s’amplifie, la Grande Dépression de 1873-1896 qui jette dans la misère et sur les routes de l’émigration des dizaines de milliers de personnes, la ronde des impérialismes avec ses grandes conférences qui découpent les continents, l’exacerbation des rivalités coloniales, les protectionnismes tant économiques – Méline en France, List en Prusse – qu’environnementaux – le parc de Yosemite en 1864 ou celui de Yellowstone en 1872 aux États-Unis), les questions soulevées par la géographie reclusienne sont toutes fortes : le rapport à la « Nature » ou aux paysages, les relations du temps et de l’espace, le partage entre la science et la politique, le statut du « progrès » et de la « civilisation ».

  • 4 Lettre de Berlin, avril 1851, À Mme Reclus, à Orthez, Élisée Reclus, correspondance (1925), III, p. (...)
  • 5 Lettre de Riohacha, novembre 1856, Très excellent père, Élisée Reclus, correspondance (1911), I, p. (...)

9Cette quête géographique de sens ne s’encombre pas de métaphysique ou de religion entendue comme relation théiste. Élisée Reclus y a en effet renoncé lorsqu’il est devenu athée, non pas sur un coup de tête mais à la suite d’une réflexion étalée sur plusieurs années. Celle-ci s’engage dès 1846, à l’âge de seize ans, et s’accélère à Montauban au contact des idées socialistes qui se développent et se diffusent partout en France après la révolution de 1848 (Ferretti 2010a). En 1851, bien qu’étant encore croyant, Élisée Reclus annonce à sa mère qu’il ne songe nullement au sacerdoce contrairement à ce qu’avaient pu comprendre ses parents — il a vingt et un ans4. De Colombie en 1856, il écrit enfin à son pasteur de père qu’il est « bien triste » de ne pas lui crier « je sens, j’aspire et je prie comme toi »5.

10Sa quête de sens ne relève pas non plus d’une vision téléologique. Et certainement pas d’une « philosophie de l’histoire ». Cette expression inventée par Voltaire, théorisée par Herder (1774), reprise par Michelet pour traduire Vico (1828), utilisée par Cousin (1829) ou Ratzel (1900) puis martelée par Hegel et Marx, est en effet refusée par les théoriciens anarchistes comme Proudhon, Bakounine, Metchnikoff, Kropotkine ou Reclus qui y voient une funeste manipulation du passé comme du futur, et donc du présent (Pelletier 2013). Pour Reclus, le sens est celui du progrès plus que du regrès, et il en tirera une conclusion à la fin des six tomes de L’Homme et la Terre.

11Pour exprimer sa géographie, Élisée Reclus n’écrit pas en mettant de côté ses impressions de beauté ou d’indignation. « Citoyen de la Terre, il construit avec sa propre géographicité le ressort de sa restitution du monde : témoin de son état, il s’est fait mission d’en rendre compte » (Lefort et Pelletier 2013, p. 410). Cette sensibilité au monde, sympathie et non empathie, s’exprime par une écriture soignée, littéraire, à la fois descriptive et émotionnelle, souvent proche du romantisme mais aussitôt contrebalancée par des éléments scientifiques (vocabulaire rigoureux, expressions choisies, références techniques, citations…).

12« Parce qu’elle utilise les mots de la langue courante, usuelle, parce qu’elle a recours aux mêmes clichés rhétoriques qui circulent dans la littérature romanesque, sa texture profondément “évocatrice” fut susceptible d’être reçue unanimement » (Lefort et Pelletier 2013, p. 411). L’écriture constitue ainsi l’une des clefs de voûte du projet géographique reclusien : donner à comprendre l’harmonie, effective ou malmenée, réelle ou désirée, qui doit constituer l’horizon de l’habitabilité humaine.

13Le regard et l’attention du géographe identifient des problèmes, ceux des humains et non des États, lesquels appellent des solutions ne pouvant être que politiques, au sens noble du terme, c’est-à-dire sociales. Élisée Reclus conçoit donc « la géographie, en tant que vaste champ de connaissances, comme moyen pour alimenter et déployer une énergie, l’énergie humaine, pour alerter et inciter les hommes à être attentifs à leurs milieux, pour les rendre sensibles à la conscience d’être humain sur la terre […], connaissance et action allant de pair. Autrement dit, l’écriture géographique de Reclus sert une géographie agissante, une véritable géopoïétique, soit une re-création du monde par le pouvoir des mots qui réalisent, sur un mode raisonné et sensible, le tableau d’un écoumène parfois harmonieux et équilibré, parfois brutalisé dans ses aménagements et enlaidi par la misère » (Lefort et Pelletier 2013, p. 413).

1. Une œuvre encore construite en réseau

  • 6 « À partir de 1894, l’occupation principale d’Élisée Reclus fut la rédaction de son (…) grand ouvra (...)

14Pour ce qu’il devine être sa dernière œuvre, Élisée Reclus place donc haut la barre épistémologique. Son interrogation sur « l’idéal » interpelle sa démarche géographique et sa conviction anarchiste. Il vit alors à Bruxelles depuis le mois de février 1894. Le 27 octobre de cette même année, il commence son cours de géographie à l’Université nouvelle, au lieu de l’Université libre pour laquelle il est venu mais qui s’est finalement récusée. Au même moment, il s’attelle à la rédaction de L’Homme et la Terre6.

15Comme il l’a fait pour la NGU, il s’entoure pour cela de personnes de confiance qui constituent un véritable réseau d’amitiés, de convictions et de science. À une époque où il n’y a ni machine à écrire, ni photocopieuse, ni a fortiori ordinateur, traitement de texte et Internet, la tâche est immense de rassembler les documents, récoler les informations, écrire, copier, relire, corriger et imprimer. Élisée Reclus a une mémoire formidable, une capacité de travail exceptionnelle, il lit beaucoup et rédige régulièrement plusieurs pages par jour avec très peu d’erreurs, mais cela ne suffit pas.

16Son frère aîné Élie le rejoint à Bruxelles où il donne également un cours à l’Université nouvelle, sur « la mythologie comparée », d’octobre 1894 jusqu’au 9 décembre 1903, son décès survenant peu après (11 février 1904). Il contribue beaucoup au premier volume de L’Homme et la Terre, en particulier lors des passages consacrés à l’anthropologie dont il s’est fait une spécialité avec l’histoire des religions (il est notamment féru de démonologie). En témoignent plusieurs citations ainsi que des références à des notes manuscrites.

17À l’automne 1903, Paul Reclus, le fils d’Élie, est appelé par son oncle Élisée pour le seconder dans sa tâche rédactionnelle. Il arrive d’Édimbourg avec sa famille pour s’installer à Bruxelles.

18Louise Reclus (1839-1917) vient également vivre dans la capitale belge à la fin de l’année 1894. Deuxième sœur des frères Reclus, elle vient de perdre son mari Alfred Dumesnil (1825-1894), gendre de l’historien Jules Michelet. Outre son rôle dans l’organisation d’une école destinée à assurer l’instruction des différents enfants de la tribu Reclus et de leurs proches, elle effectue un travail de copiste, et probablement de correctrice, pour L’Homme et la Terre. C’est elle, principalement, qui, après le décès d’Élisée, va récupérer les documents personnels de celui-ci, les conserver et contribuer à leur publication, en particulier la précieuse correspondance.

19Pour la cartographie de son ouvrage, Élisée Reclus essaie de faire venir en Belgique son fidèle complice et ami cartographe, personne de référence pour les réfugiés de la Commune à Genève, bakouninien et ancien membre de la Fraternité internationale, Charles-Eugène Perron (1837-1909). En vain. Il déniche finalement à Bruxelles Émile Patesson, « excellent dessinateur cartographe » d’après Paul Reclus, « en plus de ses qualités techniques, homme plein d’idées en même temps que d’une honnêteté scrupuleuse et d’un dévouement sans borne pour Élisée, dès qu’il eut compris son caractère » (Reclus 1964, p. 146).

20Pour les illustrations, Élisée Reclus travaille avec un artiste prometteur, alors jeune et inconnu, qui rencontrera plus tard le succès, à partir des années 1910, comme l’un des pères de l’art abstrait et du cubisme orphique : František (dit François) Kupka (1871-1957). Après avoir quitté sa Bohème natale, Kupka fait des études à Vienne (1892-1896) puis s’installe à Paris. Évoluant dans la bohème montmartroise, il rompt avec ses premières amours spirites et théosophiques, et fréquente les milieux anarchistes entre 1900 et 1912. Il dessine pour L’Assiette au beurre de 1901 à 1907, un hebdomadaire satirique à tendance anarchisante, et, à partir de 1904, pour Les Temps nouveaux, la revue anarchiste éditée par Jean Grave (1854-1939) et soutenue par Élisée Reclus. À un ami poète, Kupka écrit en avril 1905 : « Ce que j’aurais de mieux à faire serait d’aller éduquer les masses avec un homme comme le vieux Reclus, laisser tomber ce lyrisme stupide qui, bon an mal an, envoie des toiles à des expositions snob » (Cornuault 1997).

  • 7 Grave Jean (1973) : Quarante ans de propagande anarchiste, présenté et annoté par Mireille Delfau. (...)

21Grave signale que « Kupka, en nous donnant sa collaboration, m’avait dit que c’était en souvenir de Reclus, et qu’il ne nous lâcherait pas. Mais, lui aussi, se fatigua au bout de quelque temps » malgré l’intercession de Paul Reclus7. Il n’empêche que, en 1908 et 1912, Kupka fait don de ses œuvres lors des tombolas qu’organise la revue pour se financer. De fait, il ne s’agit pas d’un anarchiste militant, mais sa participation à des périodiques anarchistes montre son intérêt pour les idées libertaires, au moins jusqu’en 1912. En 1914, il s’engage volontairement comme soldat au cours de la Première Guerre mondiale.

22Prenant sa tâche au sérieux, Kupka étudie la sociologie et l’ethnographie pour réaliser les illustrations entre 1904 et 1906 qui contribueront au succès de L’Homme et la Terre (Dunbar 1978, p. 116). Reclus et Kupka semblent s’apprécier, mais on ignore s’ils ont pu collaborer de façon étroite. Avant d’illustrer le livre, Kupka en a entièrement pris connaissance.

  • 8 Musée d’Orsay, exposition Vers des temps nouveaux : Kupka, œuvres graphiques, 1894-1912, 25 juin -  (...)

23On peut y admirer plus d’une centaine de dessins à l’esprit symboliste : en-têtes, culs-de-lampe et frontispices. De grandes illustrations présentent les civilisations humaines à travers les millénaires. Elles montrent notamment les oppositions entre le progrès et l’obscurantisme. La nudité, chère à Élisée Reclus, est très présente. Elle symbolise la simplicité des origines et le caractère naturel de l’être humain plus qu’une innocence retrouvée, vision trop proche du mythe biblique du paradis perdu. Ces dessins assurent à Kupka sa réputation dans le domaine du livre illustré et lui valent d’autres commandes pour des textes littéraires, antiques et modernes, ainsi que pour des ouvrages de bibliophilie8.

24Enfin, Élisée Reclus bénéficie à Bruxelles, en particulier dans le cadre de l’Université nouvelle qui mobilise talents et innovateurs, d’une atmosphère intellectuelle stimulante, d’échanges les uns avec les autres et de lectures multiples. Relevons, par exemple, la place d’un sociologue belge, injustement oublié, Guillaume De Greef (1842-1924), qui est cité à plusieurs reprises dans L’Homme et la Terre.

  • 9 Uytterbrouck André (1986) : « L’“incident Reclus” vu à travers les archives officielles de l’Univer (...)

25Né d’une bonne famille, De Greef devient docteur en droit, avocat, économiste, sociologue et professeur. C’est le seul membre du corps enseignant de l’Université libre de Bruxelles à quitter celle-ci en 1894 lorsqu’elle refuse, contrairement à ses engagements, que Reclus vienne y faire cours9. Il fait partie de ceux qui, dans la foulée, fondent l’Université nouvelle dont il devient le recteur pendant vingt ans. Rédacteur à La Liberté de Bruxelles, il est proche du socialisme et, dans sa jeunesse, de l’Association Internationale des Travailleurs. Malgré son institutionnalisation, c’est l’un des rares intellectuels qui échappe à la critique du Libertaire, journal anarchiste bruxellois (Moulaert 1996, p. 153).

  • 10 Hem Day (1928) : « Élisée en Belgique ». Science… et conscience, Élie et Élisée Reclus, Éditions du (...)

26À l’Institut des Hautes Études de l’Université nouvelle, Guillaume De Greef donne un cours sur « l’histoire de la philosophie ». Parmi ses principales influences intellectuelles figurent Comte, Spencer et Quetelet d’une part, Ahrens, Proudhon et Reclus d’autre part (Douglas Wolff 1925). Le livre spécifiquement anarchiste de Reclus, Évolution, Révolution et idéal anarchique (1898), est, selon lui, « le fruit » de la « pensée bien mûrie » de Reclus10. De Greef est partisan du « transformisme social », titre de l’un de ses ouvrages (1895) dont le sous-titre Essai sur le progrès et le regrés des sociétés correspond à la problématique reclusienne.

  • 11 Chiche Jean-Marc (2013) : « Géographie sociale versus philosophie de l’histoire ». À contretemps, b (...)

27Autrement dit, Élisée Reclus mobilise aides, informations, connaissances et réflexions afin d’achever sa trilogie. « Nous sommes là à mille lieues de l’individualisme académique et de sa course aux titres »11.

2. Quitter Hachette pour la Librairie universelle

28Pour publier L’Homme et la Terre Reclus prolonge opiniâtrement, jusqu’à la dernière minute, ses négociations avec son éditeur de presque cinquante années, la Maison Hachette. Depuis la décennie 1890, il ne semble plus y être accueilli aussi bien qu’autrefois, pour trois raisons essentiellement : la mort, coup sur coup, d’Édouard Charton (1807-1890) et d’Émile Templier (1821-1891), ce dernier gendre de Louis Hachette (1800-1864), qui avaient pris la succession de celui-ci et qui étaient devenus les amis d’Élisée ; la crise de l’édition qui caractérise la fin du XIXe siècle ; et la paranoïa anti-anarchiste qui grandit en France à la même époque (Ferretti 2010b).

29René Joret Desclosières ( ?-1912) succède à son beau-père Templier comme directeur d’Hachette, mais autre génération, autres idées, le courant ne semble pas passer entre lui et Reclus. Selon le neveu Paul, « Élisée savait très bien qu’il n’avait plus affaire à un M. Templier, aux idées assez larges pour venir traiter avec lui en prison », allusion à l’épisode où le géographe alors emprisonné pour sa participation à la Commune de Paris s’entretenait avec Hachette à propos du projet de la NGU (Reclus 1964, p. 145). Les correspondances d’Élisée Reclus avec un fonctionnaire d’Hachette, Charles Schiffer, font état de ce nouveau climat, qu’il aborde non sans ironie.

  • 12 Lettre à M. Desclozières [sic], Maison Hachette, Paris, 5 juin 1895, Élisée Reclus correspondance ( (...)

30En 1895, le désaccord semble installé. En effet, Élisée Reclus écrit le 5 juin à Desclosières une lettre qui, après « Mon cher Monsieur », commence d’emblée par ces termes : « Il vous souvient, sans doute, que vous avez accepté de publier mon ouvrage en préparation : L’Homme, Géographie sociale, mais à la condition seulement que mes conclusions ne seraient pas de nature à offenser les lecteurs habituels des ouvrages publiés par votre maison. Cette décision ne me permettant pas de travailler avec sécurité à la continuation de ce que j’appelle la fin de ma “Trilogie”, je me réservai d’obtenir la réponse ferme d’un autre éditeur »12.

31Le début de cette lettre confirme plusieurs choses dix ans avant la publication finale : la thématique générale déjà envisagée (une géographie sociale de l’être humain), sa place dans l’œuvre générale (une « trilogie ») – ce qui montre l’amplitude de la perspective intellectuelle chez Élisée, et sa suite dans les idées – le refus de toute retenue (ne pas offenser le lectorat habituel d’Hachette - mais pour le coup un lectorat qui aurait changé depuis la NGU, à moins que ce ne soit la politique éditoriale de la Maison), et, enfin, un besoin de sécurité sur le plan de l’écriture comme sur celui de la rémunération (laquelle ne sert pas tant aux besoins personnels du frugal Reclus qu’au financement du coûteux projet de globe terrestre prévu pour l’Exposition universelle de 1900 ainsi qu’aux solidarités militantes).

32Ne songeant « pas un instant que ce pût être un français par un sentiment naturel de respect pour mes hôtes de quarante années », c’est-à-dire Hachette, Reclus annonce qu’il s’adresse, « sans hâte » précise-t-il, « à des maisons de Londres ». Mais ce sera sans succès (échec auprès de Heinemann puis d’Arnold). Jusqu’au bout, il reste convaincu que ses négociations pourront aboutir avec son éditeur habituel, tout en oscillant entre pessimisme et optimisme.

  • 13 Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel (BPUN), MS 1991/10, Lettre d’É. Reclus à C. Sch (...)
  • 14 Ibid., Lettre d’É. Reclus à Ch.  Schiffer, 7 mars 1904.

33« Actuellement je fais copier les deux derniers chapitres de ma Géographie Sociale, que m’a demandés M. Desclosières pour savoir si la Maison pourra se permettre de publier mes énormités. Déjà la première page leur paraîtra bien scabreuse »13. En mars 1904, il écrit : « J’envoie aujourd’hui les deux derniers chapitres de ma Géographie Sociale aux directeurs de la maison Hachette. Mon très vif désir est que ces Messieurs prennent une décision très prochaine, car l’ouvrage étant prêt pour la mise en train, j’ai mille intérêts, en vue de mon soixante-quatorzième anniversaire, pour commencer ma besogne. Je serai très heureux, cela va sans dire, de reprendre avec vous le joug accoutumé d’un bon travail solidaire, mais si mon œuvre est jugée impossible pour les lecteurs qui se respectent, j’aurai à me retourner vers des éditeurs moins timorés, et dans ce cas je serai très heureux d’être très prochainement averti »14.

34Il est finalement décidé que ces « énormités » seront publiées par la Librairie universelle, sise à Paris. D’après le neveu Paul, c’est Onésime Reclus (1837-1916), l’un des frères cadets d’Élisée, également géographe et travaillant chez Hachette, qui a trouvé le nouvel éditeur (Reclus 1964, p. 146). Cette maison est plutôt spécialisée dans l’édition littéraire (Antoine Albalat, Jean Lorrain…). Le contrat est signé avec elle en 1904. Il n’est toutefois pas possible de reconstruire son histoire éditoriale avec la même précision que pour la NGU, car nous ne disposons pas des mêmes richesses archivistiques, notamment la correspondance de Reclus avec ses éditeurs et ses collaborateurs (Ferretti 2011).

35La question n’est pas sans importance car L’Homme et la Terre est souvent considéré comme l’ouvrage du géographe le plus proche de sa conception anarchiste. Étant entendu que la fonction d’une pensée critique est de questionner les lieux communs, il faut quand même avancer un doute : pour plus des deux tiers, ce travail est paru après la mort de l’auteur, et édité par son neveu. Or, faute de disposer des manuscrits originaux qui ont disparu et sous réserve de les retrouver un jour, il est actuellement impossible d’évaluer précisément quel a été le rôle de celui-ci dans l’établissement de l’édition définitive. Comme le dernier volume est paru en 1908, on peut supposer qu’il a pu être plus important que la simple correction d’un manuscrit. Cela ne signifie pas qu’Élisée ait été trahi par Paul, qui est également anarchiste et qui est familier de la géographie puisqu’il a travaillé aux côtés d’Élisée pendant deux ans et que celui-ci l’avait choisi pour parfaire la tâche. Le neveu connaît donc très bien les idées de son oncle.

36Il est, en tout cas, indéniable que L’Homme et la Terre représente la pensée d’Élisée Reclus. C’est aussi l’ouvrage où, notamment dans les deux derniers volumes, le géographe arrive à toucher de la manière la plus directe les questions de son temps, comme la mondialisation, les empires coloniaux, l’essor de la question sociale dans les pays industrialisés. Ces problématiques restent d’ailleurs prégnantes, au-delà de l’obsolescence de certains faits, et rendent sa lecture encore actuelle.

3. La question du titre de l’ouvrage

  • 15 GARF (Moscou), 1129, op. 2 khr 2103, f. 59, Lettre d’É. Reclus à P. Kropotkine, 3 décembre 1894.

37L’ouvrage devait donc s’appeler Géographie sociale. D’autres titres avaient été prévus comme L’Homme, essai de géographie sociale, ou encore L’Homme à travers les contrées et les âges. Au cas où l’édition en anglais aurait abouti, son intitulé devait être Comparative Geography and History (Dunbar 1978, p. 113). Dans une lettre à Pierre Kropotkine (1842-1921), autre géographe anarchiste, et également son ami, Reclus parle aussi du projet de réaliser une Géographie comparée15 (Ferretti 2011).

38Ce dernier titre, en français comme en anglais, se place clairement dans le sillage de Carl Ritter (1779-1859). De ce géographe allemand, Élisée Reclus apprécia en effet la « géographie générale comparée » (allgemeine vergleichende Erdkunde) (1817-1859) qu’il suivit en cours pendant quelques mois à l’Université de Berlin (1851). Il en reprend d’ailleurs l’intitulé pour son propre cours à l’Université nouvelle de Bruxelles : « Géographie comparée dans le temps et dans l’espace ».

39Pierre Kropotkine souligne la filiation rittérienne chez Reclus. Prônant un retour à une approche globale du monde par la connaissance de la Terre comme constituant un tout avec l’être humain, comme une partie vivante de ce tout, il établit ainsi une continuité entre les philosophes grecs, le « Kosmos » de Humboldt, « l’Erdkunde » de Ritter et la « Géographie universelle » de Reclus (Kropotkine 1893).

40Élisée Reclus parle bien de « géographie sociale » dans L’Homme et la Terre (tome premier), et cela dès la préface. Avec la conclusion (tome sixième), celle-ci constitue d’ailleurs l’une des meilleures synthèses de la pensée reclusienne au croisement d’une démarche scientifique et d’un engagement anarchiste. Une autre préface est du même calibre, celle qu’il rédige pour La Civilisation et les grands fleuves historiques (1889), ouvrage d’un autre compère en géographie comme en anarchie, son ami Léon Metchnikoff (1838-1888).

  • 16 Dunbar Gary S. (1977) : « Early occurrences of the term “social geography” ». Scottish Geographical (...)
  • 17 Rhein Catherine (1982) : « La géographie, discipline scolaire et/ou science sociale ? (1860-1920) » (...)

41Selon le géographe américain Gary Dunbar, c’est Élisée Reclus qui invente l’expression de « géographie sociale »16. Cette archéologie n’est pas anodine. S’y intéresser ne constitue pas une curiosité de détail car elle révèle la teneur d’un débat à la fois scientifique et idéologique qui se déroule à la fin du XIXe siècle en Europe occidentale - en France, en Allemagne et en Angleterre principalement. L’élaboration à cette époque d’une nouvelle géographie, plus moderne et plus scientifique, pose en effet la question de sa dénomination par rapport à la tradition et aux approches qu’elle veut promouvoir. Il s’agit également de trouver ses marques vis-à-vis de la sociologie et de l’anthropologie qui se constituent alors en tant que disciplines spécifiques17.

  • 18 Dunbar (1996), op. cit.
  • 19 Andrews Howard (1985) : « Early uses of the term ‘social geography’ : H. Gougeon’s Essai sur l’ense (...)

42L’expression de « géographie sociale » apparaîtrait pour la première fois en 1884 sous la plume de Paul de Rousiers (1857-1934), lorsque celui-ci rend compte, dans la revue leplaysienne La Réforme sociale, du volume « Europe » de la NGU écrit par Élisée Reclus18. D’après Howard Andrews et Vincent Berdoulay, son occurrence serait même antérieure. Elle daterait de 1873 et aurait été utilisée par H. Gougeon dans son Essai sur l’enseignement de la géographie. Il s’agit d’un rapport transmis à Pierre Émile Levasseur (1828-1911), membre du Conseil de l’éducation nationale et grand artisan d’une refonte de l’enseignement de la géographie dans l’école primaire et secondaire en France après la débâcle contre la Prusse19. Les dirigeants français estiment en effet que la méconnaissance de la géographie fut l’une des causes de la défaite.

  • 20 Savoye Antoine (1988) : « Paul de Rousiers, sociologue et praticien du syndicalisme ». Cahiers Geor (...)

43De Rousiers est un sociologue qui s’intéresse à la condition ouvrière et au syndicalisme20. Il fait partie du cercle animé par un autre sociologue leplaysien, Edmond Demolins (1852-1907), pédagogue et fondateur de l’École des Roches. Demolins reprend également cette idée de « géographie sociale » dans différents articles de La Revue sociale, à propos ou non de Reclus. Il l’utilise pour intituler son cours sur La Géographie sociale et la France (1897-1898), où il cherche à établir, grâce à des questionnaires, une typologie des régions d’après leur mode d’exploitation agricole.

  • 21 Ozouf-Marignier Marie-Vic (2003) : « La monographie de “pays” : le conflit entre science leplaysien (...)
  • 22 Savoye (1988) op. cit., p. 58.

44Paul de Rousiers, Edmond Demolins et quelques autres sociologues se séparent de la Société d’économie sociale pour créer la revue La Science sociale en 1886. À la différence des leplaysiens traditionnels, ils proposent une approche des sociétés souvent spatialisée, et assez proche de la géographie. Pour eux, « le pays fait l’objet d’un choix délibéré comme cadre pertinent d’enquête »21. Dans sa Vie américaine (1892), de Rousiers met ainsi l’accent « sur les déterminants géographiques (le « lieu ») de la vie sociale »22.

  • 23 Berdoulay (1995), p. 170. Par exemple, critique par Reclus du livre de Demolins Les Français d’aujo (...)

45Élisée Reclus connaît Edmond Demolins. Il est en contact avec lui, mais il ne partage pas totalement son approche. Il peut être élogieux, mais aussi critique23. Beaucoup de choses séparent en effet l’école leplaysienne, voisine d’un catholicisme social plus ou moins réformateur, du courant anarchiste incarné par Reclus. Par ailleurs, les sociologues leplaysiens des deux tendances se rapprochent de la géographie vidalienne, tandis que Vidal de La Blache (1845-1918) lui-même entre, à partir de 1904, en collaboration avec de Rousiers et La Réforme sociale.

46Ce n’est donc pas un hasard si, à l’expression de « géographie sociale » qu’utilise Élisée Reclus à partir de 1895, Vidal de La Blache (1845-1918) préfère finalement, et pratiquement à la même époque, celle de « géographie humaine ». Ce choix est décisif, car il s’imposera dans la discipline, le monde académique et le vocabulaire courant.

  • 24 Robic Marie-Claire (1993) : « L’invention de la “géographie humaine” au tournant des années 1900 : (...)

47L’expression de « géographie humaine » est due à Louis Raveneau (1865-1937). Ce normalien agrégé et collègue fidèle de Vidal, qui devient secrétaire des influentes Annales de géographie, fondées en 1891, est l’un des premiers à l’employer, en 1892. Il le fait à propos de l’Anthropogeographie du géographe allemand Friedrich Ratzel (1844-1904), dont il est l’introducteur en France et qu’apprécie vivement Vidal24. Or la géographie de Reclus et celle de Ratzel, si elles ont des points communs, divergent dans de nombreux domaines.

  • 25 Durkheim Émile (1899) : « Friedrich Ratzel, Anthropogéographie ». L’Année sociologique, 3, p. 3-9, (...)

48En outre, Vidal s’inquiète de la façon dont Émile Durkheim (1858-1917) et les sociologues de son courant interprètent Ratzel, qu’ils saluent favorablement, et par conséquent du statut qu’ils donnent à la géographie en général (Berdoulay 1995, Pelletier 2013). Durkheim affirme ainsi que « ce n’est donc plus la terre qui explique l’homme, mais l’homme qui explique la terre, et si le facteur géographique reste important à connaître pour la sociologie, ce n’est pas qu’il éclaire la sociologie de lumières, c’est qu’il ne peut être compris que par elle »25. Autrement dit, Durkheim renverse le déterminisme : il n’est plus physique, il est social.

  • 26 Claval Paul (1998) : Histoire de la géographie française de 1870 à nos jours. Paris, Nathan univers (...)

49C’est d’ailleurs ce que lui reproche une partie du courant leplaysien ainsi que d’autres sociologues par la suite. Quant à la géographie, elle n’est alors plus rien sans la sociologie si l’on suit Durkheim. Vidal de La Blache se sent donc poussé, d’après Paul Claval, à réagir pour défendre la « géographie humaine » (1902, 1903)26.

50Mais cette défense d’un pré carré scientifique ou académique n’est pas la préoccupation de L’Homme et la Terre. Son approche dépasse les catégories disciplinaires admises ou en construction à l’époque, celles qui le restent de nos jours parfois encore. Élisée Reclus voit dans tous les phénomènes un caractère géographique : ce qu’on peut appeler « géographicité », en reprenant avec Yves Lacoste un néologisme lancé par Éric Dardel (1899-1967) en 1952 (Lacoste 1981, p. 16 ; 2005, p. 30).

51C’est probablement la transdisciplinarité avant la lettre de L’Homme et la Terre et son caractère innovant de « géographie sociale » – car à l’époque, le terme de « social » est bien proche du « socialisme » alors redouté – qui ont effarouché les savants immédiatement postérieurs à Reclus. Il est de toute façon délicat d’analyser cette approche en la reconceptualisant, en la replaçant dans des catégories nouvelles ou anciennes. Car cela reviendrait soit à pratiquer indûment l’anachronisme, source de confusions et de manipulations, soit à parcelliser l’ouvrage, en quelque sorte, alors que celui-ci propose une lecture dynamique et synthétique des choses, des événements et des hommes dans l’espace et le temps, le tout à travers un style poétique et esthétique qui en constitue le ciment. C’est donc avec cette importante réserve qu’il faut présenter son contenu au risque d’en perdre la force et de le désubstantialiser.

4. Un programme géohistorique et mésologique

52Élisée Reclus a donc choisi le titre de L’Homme et la Terre : tout un programme ! Dont l’intitulé sera repris par d’autres avec des tonalités parfois proches, comme L’Homme et la Terre, nature de la réalité géographique (1952) du géographe Éric Dardel (1899-1967), qui cite Reclus dans son livre aux côtés de Ritter et de Suess, ou L’Homme sur la Terre (1961) de Max Sorre (1880-1962), qui salue Reclus dans un autre livre. Ou encore sous des angles franchement éloignés comme Mensch und Erde (1913) du linguiste naturaliste allemand Ludwig Klages (1872-1956), sans que celui-ci n’évoque d’ailleurs le nom de Reclus…

53Un programme dont le cœur est résumé par deux formules. D’une part, l’épigraphe placée en tête de tous les volumes, qui emprunte à la fois à Carl Ritter (1779-1859) et à Jules Michelet (1798-1874), et qui ressemble fort à un sous-titre : « La Géographie n’est autre chose que l’Histoire dans l’Espace, de même que l’Histoire est la Géographie dans le Temps ». D’autre part, l’aphorisme qu’il propose d’emblée, dans l’en-tête de la première page de L’Homme et la Terre : « L’homme est la nature prenant conscience d’elle-même ». Sur cette base philosophique, qui puise également dans la tradition rittérienne ainsi que dans la Naturphilosophie de Lorenz Oken ou de Friedrich Schelling, la démarche reclusienne ne considère jamais l’humanité (donc l’histoire) comme séparée de la nature (donc de la géographie, pourrait-on dire).

54L’Homme et la Terre relève, toutes choses égales par ailleurs, de ce qu’on appelle aujourd’hui la Global History, partant de la préhistoire pour arriver à l’actualité. Sa démarche historique est exempte d’une énumération chronologique rigide puisque les différenciations régionales, continentales, se superposent aux récits événementiels. Cette approche rompt radicalement avec l’historiographie de l’époque dont les ouvrages sont strictement organisés en plan à tiroirs chronologiques. Une telle rupture a probablement contribué à la faible considération de Reclus par les historiens d’alors, sinon d’après.

55Qu’une histoire du monde soit écrite par un géographe n’est pas étonnant : l’histoire de la Terre, étymologiquement, est une « géohistoire ». Ce terme, qui n’existe pas à l’époque de Reclus, et que Fernand Braudel (1902-1985) empruntera à L’Histoire de la Dalmatie (1934) de Louis Voinovitch, caractérise la géographie reclusienne (Grataloup 1995 ; Deprest 2002 ; Pelletier 2013). L’aspect géohistorique apparaît nettement quand Reclus définit périodes, tendances et enjeux de l’histoire humaine. Le critère qu’il choisit dépend des relations que l’humanité entretient avec son milieu. Il s’appuie pour cela sur le principe de la « mésologie », en se référant à trois auteurs (Pelletier 2013).

56Le premier, Henry Drummond (1851-1897), est un évangéliste écossais ainsi qu’un naturaliste qui, dans The Ascent of Man (1894), cité par Reclus dans ce passage, défend l’idée de l’altruisme des espèces contre le principe de la survie des plus forts. Le second, Rudolf von Ihering (1878-1892) est un juriste allemand, fondateur de l’école moderne sociologique et historique de droit. Quant à Guillaume de Greef, déjà évoqué, et que Reclus cite alors pour sa phrase « la vie est la correspondance avec le milieu », il propose, dans son Introduction à la sociologie (1886-1889), d’ériger la mésologie comme une branche introductive à la sociologie et chargée d’examiner les facteurs extérieurs à l’histoire.

  • 27 Canguilhem Georges (1968) : Études d’histoire de philosophie des sciences concernant les vivants et (...)

57C’est Charles-Philippe Robin (1821-1885), un médecin et naturaliste, qui aurait inventé ce terme de « mésologie » le 7 juin 1848, au cours d’une réunion de la Société de biologie dont il est membre fondateur. Il « y exposait la classification comtienne des sciences, y traitait dans l’esprit du Cours des tâches de la biologie, au premier rang desquelles la constitution d’une étude des milieux »27.

  • 28 Par exemple Livre 1, chap. 3.
  • 29 Système de politique positive (1852), II, p. 26.
  • 30 Kremer Marietti Angèle (1977) : L’Anthropologie positiviste d’Auguste Comte. Université Paris IV, t (...)

58Auguste Comte (1798-1857) reprend l’idée. Il élabore une « mésologie » ou « étude théorique du milieu » dans son Système de politique positive (1851-54), œuvre qu’a lue Reclus et qu’il salue dans L’Homme et la Terre28. Selon Comte, « le milieu constitue le principal régulateur de l’organisme, même quant aux fonctions cérébrales immédiatement soustraites aux influences extérieures »29. Le Catéchisme positiviste (1852) considère la notion de milieu comme « l’ensemble des circonstances extérieures » pour la vie intellectuelle et matérielle, puisque l’organisme et le milieu sont supposés y réunir les conditions utiles aux phénomènes vitaux30.

  • 31 Système de politique positive (1851), I, p. 640.
  • 32 Ibid., p. 665.

59Auguste Comte estime aussi que la notion de vie « exige sans cesse une certaine harmonie, à la fois active et passive, entre un organisme quelconque et un milieu convenable »31. L’harmonie s’étend naturellement à la relation entre les organes et les fonctions, puis à la relation entre les agents et les actes. La généralisation d’un consensus vital répond à ce que, dans le Système, Comte appelle « la théorie générale des milieux organiques » qui exige de considérer tout individu, quel qu’il soit, relativement à l’ensemble auquel il appartient32.

  • 33 Bertillon Jacques, Alphonse et Georges (1883) : La Vie et les Œuvres du docteur L.-A. Bertillon. Pa (...)

60La mésologie est théorisée, à partir de 1860, par Louis-Adolphe Bertillon (1821-1883). Ami de Jules Michelet, Bertillon est proche du mouvement socialiste. D’après ses fils, « il admirait profondément le génie puissant de l’illustre Proudhon »33. Il commence une carrière de médecin, soutient sa thèse en 1852, puis s’oriente vers la démographie. Il étudie notamment les causes de la mortalité dont il établit une typologie remarquable pour l’époque, et remarquée, tout en dénonçant les détracteurs de la vaccination (1857).

  • 34 Monod-Broca Philippe (2001) : « Paul Broca, un cerveau méconnu ». Biométrie humaine et anthropologi (...)

61Il participe à la création de l’École d’anthropologie, fondée à Paris en 1859 avec Paul Broca (1824-1880). Autre foyen célèbre, comme Élisée ou Élie Reclus, Paul Broca, chirurgien, anatomiste, neurologue, linguiste et anthropologue, est un libre-penseur. Il critique la religion, l’armée, l’empire ainsi que l’expansion coloniale, et, contrairement à l’idée reçue, il n’est pas racialiste34.

  • 35 Hamonet Claude (2001) : « Paul Broca, inventeur oublié de l’anthropologie ». Biométrie humaine et a (...)
  • 36 Bertillon Suzanne (1941) : Vie d’Alphonse Bertillon, inventeur de l’anthropométrie. Paris, Gallimar (...)

62Paul Broca et Élisée Reclus se connaissent. Paul accompagne les frères Élie et Élisée en 1860 lors de leur excursion dans le massif du Pelvoux pour l’actualisation du guide Joanne (Ferretti 2011, p. 126). Paul et Élisée entretiennent ensuite une correspondance, en 1868 au moins35. Quant à Bertillon, alors qu’il est nommé inspecteur de l’établissement thermal d’Ussat, il fréquente Élisée Reclus au cours de l’été 186636. Bertillon, Broca et Reclus ont probablement discuté ensemble de mésologie. Bertillon et Broca ne rejoignent toutefois pas la Commune. Ils penchent pour Thiers, et ils mènent par la suite une carrière politique aux côtés de la gauche républicaine.

  • 37 Bertillon Louis-Adolphe (1860) : « Revue de biologie ». Presse scientifique des deux mondes, revue (...)

63Bertillon définit ainsi la mésologie : « Pour que ce mouvement qui constitue la vie puisse naître ; pour que, étant né, il se puisse se maintenir sans déviation, il faut que le corps vivant soit placé dans un milieu en harmonie avec sa constitution. La connaissance des conditions de ce milieu et des influences réciproques que chacun des deux termes exerce l’un sur l’autre, constitue un troisième point de vue, une troisième abstraction par rapport à laquelle devront être étudiées les diverses espèces de la série des êtres : c’est la science des milieux ou mésologie »37. Avec « milieu », « conditions de milieu » et « harmonie », la communauté de vocabulaire est forte entre Comte, Bertillon et Reclus.

  • 38 Bertillon Louis-Adolphe (1872) : « De l’influence du milieu ou Mésologie ». La Philosophie positive(...)

64Bertillon étudie donc de manière interdisciplinaire les interactions entre l’homme et son milieu physique et socioculturel. Comme il n’a pas oublié ses études de médecine, et probablement influencé par des savants comme Broca qui ont une approche très physiologique de l’anthropologie, il y injecte de nombreuses considérations médicales. Au cours des années 1870-1880, il s’efforce de propager le concept de mésologie dans différents milieux scientifiques, et il le fait avec un certain succès38.

65Quand Élisée Reclus évoque la mésologie, nous sommes déjà une vingtaine d’années plus tard. Après avoir exposé ses différentes références, il estime qu’il ne suffit plus de constater « d’une manière générale l’influence de la Nature sur l’Homme », mais d’en cerner « chacune des conditions particulières » (H&T, Livre I, chap. II). Il l’interprète comme une identification assez étroite entre l’histoire d’un peuple et son milieu dans le sens d’échange réciproque. Malgré des points communs, cette mésologie ne se confond pas avec l’écologie. D’ailleurs, Élisée Reclus ne se réfère jamais à l’écologie, terme et science inventés en 1866 par le savant naturaliste allemand Ernst Haeckel (1834-1919) qu’il a lu et qu’il critique (Pelletier 2012).

5. Géographicité et darwinisme

  • 39 The Structure and Distribution of Coral Reefs (1842) et Geological Observations on South America (1 (...)

66Dans la mésologie reclusienne s’intègre le darwinisme, du moins sous l’angle que lui donne Élisée Reclus. Celui-ci connaît bien les travaux de Darwin. Il semble, ce qui est curieusement passé inaperçu, qu’il en soit même l’un des premiers lecteurs en France puisque, dans l’un de ses tout premiers articles de géographie paru en 1865 dans la Revue des Deux Mondes, il cite deux ouvrages de Charles Darwin alors pratiquement inconnus en France39. Rappelons que la première publication, en anglais, de L’Origine des espèces, l’ouvrage qui fait connaître Darwin, date de 1859 et que le concept d’évolution n’apparaîtra que dans la cinquième édition, en 1869.

67Cette référence montre que Reclus est décidément à l’affût de toutes les connaissances, et très bien informé. Elle signifie aussi qu’il est d’emblée attentif aux futurs travaux du naturaliste britannique. Par la suite, il se réfère régulièrement à lui, et de façon positive. Dans L’Homme et la Terre, il considère la théorie darwinienne comme acquise, sans qu’elle ait néanmoins tout réglé, c’est-à-dire comme une base incontournable du progrès scientifique.

68Selon lui, « toutes les églises catholiques et protestantes ont frémi quand les Lamarck et les Darwin, nouveaux Samson, ont secoué les grands piliers. C’est par les idées mêlées d’actions, non par les prières susurrées au sortir des confessionnaux ou les chapelets égrenés sur le pavé des nefs, que les sociétés se renouvellent » (H&T, Livre 4, chap. X). Il parle même du « darwinisme ». Plusieurs passages indiquent qu’il est parfaitement au courant des discussions, non seulement scientifiques mais aussi idéologiques, qui agitent le monde des savants (H&T, Préface ; Livre 4, chap. X).

69Parmi les enjeux que soulève la théorie darwinienne, trois tiennent Élisée Reclus à cœur via la question conjointe des « races », de l’unité de « l’Humanité sur la Terre » et, par conséquent, des origines de celle-ci (H&T, Livre 1, chap. I). Concernant la problématique des origines, il laisse ouverte, à plusieurs reprises, la réponse aux diverses hypothèses formulées à ce propos comme celles du monogénisme ou du polygénisme. Il sait que la question n’est pas simple, et qu’elle n’est pas résolue. Il reste prudent, mais, au fond, elle n’est pas l’essentiel pour lui.

70Ce qui le préoccupe en revanche, ce sont ses conséquences. C’est ainsi qu’il critique Georges Vacher de Lapouge (1854-1936), lorsque celui-ci évoque les « sélections sociales ». En effet, ce marxiste essaie d’interpréter la lutte des classes en lutte des races. Certes, il écrit que « le darwinisme a mis tout le monde d’accord », constat qu’approuve Reclus. Mais il s’agit d'une grave erreur pour le géographe anarchiste « si le conflit renaît sous d’autres noms et si l’on vient à nous parler de “races” considérées comme pratiquement irréductibles » (Livre 1, chap. I). Vacher, que Reclus cite à d’autres endroits, est à cette époque en train d’évoluer idéologiquement. Docteur en droit devenu anthropologue, fondateur à Montpellier en 1880 de la section du Parti Ouvrier Français de Jules Guesde, il bâtit en effet une théorie racialiste et eugéniste à partir de 1902, et il est déjà critiqué par plusieurs sociologues, appartenant plutôt au courant durkheimien.

71Élisée Reclus souligne au contraire le fait même que « l’idée de l’unité humaine » s’est très tôt répandue. Selon lui, la Genèse, qui évoque le meurtre entre les deux frères Caïn et Abel, révèle la tension qu’une telle conception unitaire suscite au sein de la religion. La Bible esquisse donc une sorte de transition entre unité et dissemblance (H&T, Livre 1, chap. I). Reclus prône en revanche une approche égalitaire entre les peuples dits civilisés et dits primitifs (voir ci-dessous).

72Certes, il signale que les peuples se considèrent toujours comme à part, souvent à cause de leur isolement, mais celui-ci ne peut pas durer et tous les peuples se retrouvent « en contact ». La soi-disant pureté raciale n’est donc qu’une chimère. Déjà, il signale dans la NGU qu’il n’y a « plus en Asie de races complètement homogènes, sauf peut-être aux îles Andaman » (NGU, vol. VI, p. 32). Partout, il y a « mélange » (H&T, ibid.). Mélange d’êtres humains, mélange de milieux. Critiquant ceux qui cherchent à établir les « traits du caractère national sur le compte de la race présumée », il s’insurge : « Mais qu’est la race elle-même avec toutes ses caractéristiques de stature, de proportions, de traits, d’ampleur cérébrale, qu’est-elle sinon le produit des milieux antérieurs se multipliant à l’infini, pendant toute la période qui s’est écoulée depuis l’apparition des souches initiales ? » (ibid.).

  • 40 Matteuzzi Augusto (1900) : Les Facteurs de l’évolution des peuples, ou l’influence du milieu physiq (...)
  • 41 Ce terme « d’ambiance » est probablement une traduction du mot italien « ambiante », lequel rend le (...)

73Se référant alors, dans une approche néo-lamarckienne, à Augusto Matteuzzi, savant italien qui estime que la plasticité sociale ne peut être préservée que par un maintien du grand principe de décentralisation et d’autogestion40, il conclut : « Ce que l’on appelle “hérédité des caractères acquis” n’est autre chose que cette action successive des ambiances41. La race est déterminée comme l’individu, mais elle y met le temps » (H&T, ibid.).

74Dans les volumes de la NGU consacrés à l’Europe, il avait déjà remis en cause la supériorité supposée de la civilisation européenne qui serait due à un facteur ethnique. Pour lui, sa formidable puissance, plutôt, s’explique au contraire par des conditions physiques diverses, notamment sa gravitation autour d’une mer intérieure comme la Méditerranée, émettrice et réceptrice des flux de civilisation, sans pour autant tomber dans le déterminisme géographique.

75La réalité de l’humanité est désormais admise par les individus et par les peuples : « De nos jours, les divers groupes ethniques sont déjà tellement pénétrés de cette idée de l’unité humaine qu’ils sont, pour ainsi dire, immunisés contre la décadence et contre la mort » (H&T, Livre 4, chap. XII). Finalement, peu importe pour Reclus d’où provient l’homme puisque l’unité du genre humain est là, démontrée sinon assurée, comme peu importe de chercher « quelle est l’espère mère du chien, […] du loup, renard, chacal ou hyène, […] ou bien encore d’autres forces primitives » (H&T, Livre 1, chap. I).

76Car on ne le sait pas, et tant qu’on ne le sait pas puisque « toutes ces constructions, si ingénieuses qu’elles soient, sont des édifices changeants », il faut se garder de tout fixisme.

6. Géographie et théorie de l’entraide

77Pour Reclus comme pour les autres géographes anarchistes (Metchnikoff, Kropotkine…), la théorie darwinienne ne se résume pas à la « lutte pour l’existence » ou à la « survie des mieux adaptés ». Elle ne peut donc pas se traduire sur le plan humain – sociétaire et politique – par une vision gladiatrice du monde qui justifierait toutes les inégalités comme le postule le social-darwinisme. Reclus regrette son unilatéralisme, déplorant que, une fois que « Darwin, Wallace et leurs émules eurent si admirablement exposé le système de l’évolution organique par l’adaptation des êtres au milieu, la plupart des disciples n’envisagèrent que le côté de la question développé par Darwin avec le plus de détails et se laissèrent séduire par une hypothèse simpliste, ne voyant dans le drame infini du monde vivant que la “lutte pour l’existence” » (H&T, Livre 1, chap. III)

78Car, selon lui, il faut y ajouter, sur le plan scientifique comme sur le plan de ses conséquences socio-politiques, la « théorie de l’entraide ». Celle-ci est élaborée par les géographes anarchistes : envisagée par Metchnikoff (en 1886), développée au cours des années 1890-1910 par Kropotkine avec Marie Isidorovna Golsmith (1873-1933), biologiste et anarchiste, et relayée par Reclus.

  • 42 Enckell Marianne (2009) : « Note sur l’histoire d’un mot ». Réfractions, recherches et expressions (...)

79Élisée évoque avec enthousiasme les travaux naturalistes qui décrivent le caractère sociétaire de ce que nous appelons de nos jours les écosystèmes, autrement dit un fonctionnement social ou quasi social du vivant. C’est lui qui forge le terme d’entraide, dans un article de 1897 sur La Grande Famille, repris en 1898 dans ses Pages de sociologie préhistorique42. Il le propose ensuite à Kropotkine pour traduire l’expression anglaise de mutual aid que celui-ci utilise dans la première édition, en anglais, de son livre (1902).

  • 43 Dans un cours, puis repris dans un texte deux ans après. Van Beneden Pierre-Joseph (1875) : Les Com (...)

80Quant au terme de « mutuel », cher à Proudhon, il est déjà employé en biologie. Il est introduit en 1873 par le zoologiste et paléontologue belge Pierre-Joseph van Beneden (1809-1894) pour désigner les espèces qui ne sont ni des parasites, ni des commensaux, qui « se rendent des services mutuels » et qu’on peut donc qualifier de « mutuellistes »43. Élève de Cuvier, partisan du fixisme, très catholique et se référant régulièrement au « créateur », Van Beneden minimise l’impact de Darwin, mais sans s’opposer à la théorie de l’évolution.

81Élisée Reclus cite régulièrement Kropotkine sur ces sujets. Il le fait notamment dans le passage de L’Homme et la Terre où il décrit l’évolution du genre humain et des peuples à travers la question du travail, et qui commence par cette épigraphe : « C’est de l’Homme que naît la volonté créatrice qui construit et reconstruit le monde » (H&T, Livre 1, chap. III « Travail »). Il trouve dommageable, comme Kropotkine, que les épigones de Darwin n’aient pas repris et approfondi les intuitions de ce dernier à propos de l’« accord pour l’existence » et des « communautés associées » (H&T, ibid.).

  • 44 « De l’action humaine sur la géographie physique, l’homme et la nature ». La Revue des Deux Mondes, (...)
  • 45 Préface de La Civilisation et les grands fleuves historiques de Metchnikoff (1889), p. XIX.

82Si le milieu devient déterminant dans l’évolution de l’espèce, le débat sur l’inné et l’acquis se trouve reconfiguré. En effet, conformément à l’analyse reclusienne, le milieu lui-même est changeant, il est également transformé par l’espèce humaine dans une relation dynamique et mutuelle expurgeant toute idée métaphysique de causalité première. Il l’écrit déjà en 1864 : « Les peuples sont devenus […] de véritables agents géologiques »44. Et il ajoute : « “La race n’est pas une cause, mais un effet” ; elle est “fille de la Terre”. Ce sont les milieux qui la font la transforment, la modifient incessamment »45. Ou encore : « Depuis les cycles, si éloignés, où nos ancêtres s’initièrent à la parole, puis, de longs siècles après, à la capture du feu, l’homme, déterminé par un milieu changeant, changea lui-même pendant la série des âges […] » (H&T, Livre 1, chap. I).

83Tandis que Kropotkine s’efforce d’analyser les relations qui existent entre les espèces et au sein d’une même espèce, Élisée Reclus, privilégiant son approche géographique, décrit surtout les différences du milieu au sein duquel se déroulent ces relations. Il suit alors ce principe : « Il ne suffit pas de reconnaître d’une manière générale l’influence de la Nature sur l’Homme, il est nécessaire également de constater la part qui revient spécialement dans cette influence à chacune des conditions particulières du milieu » (H&T, Livre 1, chap. II). Il se focalise sur l’adaptation des différentes sociétés en tout temps et en tout lieu, avec une palette impressionnante d’exemples, sans d’ailleurs raccrocher ces adaptations à la théorie de l’évolution.

  • 46 Kearns Gerry (2013) : « Interpréter les différences mondiales ». Élisée Reclus et nos géographies, (...)

84Politiquement, cela implique aussi que l’homme peut se changer en changeant son milieu et, rappelons-le, dans la conception des géographes anarchistes, le milieu n’est pas que biogéographique, ni même simple environnement, il est aussi social et culturel. Contrairement à Friedrich Ratzel qui publie Lebensraum (L’Espace vital) en 1901, dans le sillage d’Ernst Haeckel, Élisée Reclus ne va pas « s’emparer du darwinisme pour justifier la lutte pour l’espace que se livrent les États » (Lacoste 2005, p. 43). Alors que, à la même époque, le géographe britannique Halford Mackinder (1861-1947) lisant « les civilisations comme les produits d’un environnement stable, voyait la “race” comme l’expression stable de cette corrélation, rien ne pouvait être plus éloigné de l’ambition de Reclus »46.

7. Une anthropologie comparée

  • 47 Reclus Élisée (1898) : « Pages de sociologie préhistorique ». L’Humanité nouvelle, février. Voir H (...)

85L’Homme et la Terre traite non seulement des relations entre la géographie et l’histoire, mais aussi entre la géographie et l’anthropologie. À l’époque, celle-ci est également appelée « sociologie préhistorique » lorsqu’elle traite des tribus premières comme des tribus actuelles. C’est d’ailleurs ce nom qu’utilise Élisée Reclus dans un article écrit pour L’Humanité nouvelle en 1898, et repris quasi in extenso sept ans plus tard dans L’Homme et la Terre, cette fois sous un autre intitulé : celui de « Travail »47.

86Pour développer cette question Élisée Reclus s’appuie sur la collaboration ininterrompue avec son frère Élie, ethnographe proche des milieux de l’anthropologie évolutionniste anglo-saxonne. En contact avec John Lubbock (1834-1913), John Ferguson McLennan (1827-1881) et Johann Jakob Bachofen (1815-1887), Élie essaie de pousser plus loin leur démarche scientifique pour affirmer l’unité et l’égalité du genre humain. En effet, si les anthropologues « victoriens », en s’opposant aux explications religieuses sur l’origine de l’homme et aux logiques rétrogrades comme le « dégénérationnisme », constituent une tendance progressiste assumant le principe de l’unité humaine (Stocking 1987), ils établissent néanmoins des hiérarchies entre les peuples dits civilisés et les peuples dits arriérés.

  • 48 Despy-Meyer Andrée (2004) : « Élie Reclus, un ethnologue et un mythologue méconnu ». Les Amis de Sa (...)

87Élie Reclus est sans doute l’un des premiers Européens affirmant « qu’en nombre de tribus, dites sauvages, l’individu moyen n’est inférieur, ni moralement, ni intellectuellement, à l’individu moyen dans nos États dits civilisés » (Élie Reclus, 1885, p. V). Prônant une « ethnologie comparée » de la même façon que son frère prolonge la « géographie comparée » de Ritter, il met l’accent sur les mœurs, le mariage, la famille et la religion en mobilisant un corpus bibliographique considérable48.

88Comme l’ensemble des anthropologues libertaires de son époque parmi lesquels Mecislas Goldberg (1869-1907) ou Léon Metchnikoff, il critique avec acuité les sources sur lesquelles se basent les anthropologues d’alors pour stigmatiser les « primitifs » (Ferretti 2013). Il questionne la qualité des informations provenant d’explorateurs, de missionnaires et de colonialistes divers.

89Élisée Reclus, dans L’Homme et la Terre, puise aussi dans les travaux de l’École française d’anthropologie de Paul Broca qui comprend des personnages hétérodoxes comme le préhistorien socialiste et libre-penseur Gabriel de Mortillet (1821-1898). En abordant à la fois la préhistoire et les peuples dits à son époque les « sauvages », il ne prétend jamais affirmer une supériorité préconçue des « civilisés », car son regard vise toujours à comprendre les différentes stratégies d’adaptation aux milieux.

90Bien évidemment, certaines descriptions ou analyses des frères Reclus sont obsolètes. Des propos ou des expressions, telles que « races humaines », « peuples attardés », « primitifs », « Nègres », peuvent choquer de nos jours, mais ils reflètent le sens commun de l’époque, qu’on ne doit pas juger à l’aune actuelle sous peine d’anachronisme et de mésinterprétation. Reclus et Metchnikoff ont non seulement remis en cause l’idée de supériorité raciale, mais aussi le concept même de « race » : d’après le second, « aucun des anthropologistes n’est encore arrivé à définir une race humaine » (Metchnikoff 1889, p. 98) et d’après le premier, dans l’un des volumes de la NGU consacrés à l’Afrique, il est l’heure d’en finir avec les discours sur les « races dites inférieures » (NGU, vol. XIII, p. 554).

  • 49 Par exemple, en ce qui concerne Vidal, dans Principes de géographie humaine, 1921, réédition 2015 e (...)

91Élisée Reclus choisit d’ailleurs sans enthousiasme ce terme de « primitifs ». Il le fait presque par défaut, pour éviter d’employer à la place celui d’« arriérés » qu’il récuse, contrairement à la quasi-totalité des savants de son temps comme Vidal de La Blache qui n’hésite pas à l’utiliser49.

92Il s’y résout pourtant car il reconnaît dans ces peuples leur caractère de « premiers » : premiers dans l’histoire de l’humanité, et premiers dans leur adaptation au milieu, y compris en termes de meilleure ingéniosité. Chez lui, la « primitivité » se distingue finalement de la « complexité » des sociétés modernes (Cornuault 2008, p. 54). Il utilise d’ailleurs de plus en plus les guillemets pour « primitifs » et « sauvages », car il est conscient de l’insuffisance de tels qualificatifs (H&T, Livre 1, chap. II et III). Il insiste en parlant de ces « sociétés dites sauvages ou barbares », tout en critiquant le mythe du « bon sauvage » et de la « Nouvelle Cythère » (H&T, Livre 4, chap. XII). Enfin, il n’hésite pas à parler de « nos frères primitifs » (H&T, ibid.). Combien le faisaient à son époque ?

93Une telle approche est conforme à sa vision de la « civilisation », ou, comme il le dit lui-même à la fin de L’Homme et la Terre, plutôt de la « demi-civilisation puisqu’elle ne profite point à tous » (H&T, ibid.). Certes, pour Élisée Reclus qui engage cette réflexion dès le premier volume de la NGU, « la moindre tribu barbare, le moindre groupe d’hommes encore dans l’état de nature pense occuper le véritable milieu de l’univers, s’imagine être le représentant le plus parfait de la race humaine » (NGU, 1876, p. 5). Il fournit des exemples de mots méprisants par lesquels plusieurs peuples appellent leurs voisins, et précise que « si nous donnons la première place à l’Europe civilisée dans notre description de la Terre, ce n’est point en vertu de préjugés semblables […]. D’abord, le continent européen est le seul dont toute la surface ait été parcourue et scientifiquement explorée, le seul dont la carte soit à peu près complète et dont l’inventaire matériel soit presque achevé » (NGU, 1876, p. 6).

94« Aussi, quand nous comparons notre société mondiale, si puissante, aux petits groupes imperceptibles des primitifs qui ont réussi à se maintenir en dehors des « civilisateurs » – trop souvent destructeurs – nous pouvons être portés à croire que ces primitifs nous étaient supérieurs et que nous avons rétrogradé sur le chemin des âges » (H&T, Livre 4, chap. XII).

95Sur cette base, Élisée Reclus affirme, et c’est une position structurante dans son œuvre, que, finalement, l’idée de « peuple primitif » ou de « peuple sauvage » trouve rapidement ses limites. « Quelle nation peut se dire complètement dégagée de la sauvagerie première ? » : telle est son interrogation (H&T, Livre 1, chap. I).

  • 50 Despy-Meyer (2004), « Élie Reclus, un ethnologue et un mythologue méconnu ». Op. cit.

96Au cours de nombreuses descriptions, Élisée Reclus dénonce en outre l’oppression ou l’« extermination » des groupes ethniques50. Il s’exclame : « Et pourtant d’inutiles exterminations ont eu lieu, comme si la place manquait à l’homme ! Il est vrai que dans la série des tribus éliminées, on en compte plusieurs que l’on a point supprimées volontairement et qui sont mortes simplement par suite de leur impuissance à se faire au milieu nouveau. Les Européens sont accompagnés partout d’un cortège de maladies, terribles gardes du corps dont ils se servent parfois inconsciemment pour faire la place nette devant eux » (H&T, Livre 4, chap. I).

97Après avoir apporté cette précision, Reclus revient sur le caractère délibérément génocidaire de la colonisation européenne : « Le plus souvent la destruction des aborigènes a été voulue : le fusil, le poison, les contagions disséminés sciemment ont fait l’œuvre de mort » (H&T, ibid.). Et il consacre plusieurs pages à évoquer « les peuples supprimés ».

8. Une géo-anthropologie reclusienne

98L’étude des sociétés anciennes, dites « primitives », que les frères Reclus, Metchnikoff, Goldberg et Kropotkine présentent avec soin et insistance, constitue un enjeu épistémologique majeur au sein de la théorie de l’évolution rapportée à l’être humain, où l’anthropologie et l’histoire se mélangent pour tenter de bâtir une théorie solide. Élisée Reclus voit en effet dans les peuples premiers un exemple prototypique de la diversité des hommes et des espaces. Il y puise sa méfiance envers toute conception rigide et téléologique de l’histoire, que permet d’éviter une géographie bien comprise.

99De fait, la vision anthropologique des frères Reclus se distingue de celle que formule Friedrich Engels (1820-1895) en s’appuyant sur les travaux de l’anthropologue américain Henry Lewis Morgan (1818-1881), en particulier dans L’Origine de la famille, de la propriété privée et de l’État (1884). Engels y voit en effet la confirmation d’un schéma linéaire de l’histoire, quasi conforme aux successions de modes de production dont il faut repérer la naissance pour lancer la logique. En revanche, selon Élisée Reclus, la diversité des milieux fait la diversité des situations qui fait la diversité des évolutions. Les sociétés dites primitives évoluent différemment des unes des autres, en même temps et dans des endroits différents. Pour étayer ses arguments, Élisée Reclus s’appuie largement sur les faits rapportés par Guillaume De Greef.

100Il n’y a donc pour lui nulle situation figée puisque chaque milieu peut être localement divers, chaque peuplade peut effectuer des choix technologiques et culturels différents malgré des conditions pouvant être proches. Il récuse donc les théories évolutionnistes alors à la mode qui, depuis Condorcet, au moins, et avec Spencer, établissent une succession caractérisée et quasi obligée des différents types de civilisation. Il critique « le public qui se laisse aller à répéter comme des vérités acquises des hypothèses commodes et plausibles qui dispensent de réfléchir », telles que les « dix périodes » distinguées par Condorcet dans l’histoire de l’humanité, et qui font d’ailleurs penser aux six stades évoqués par Fourier (H&T, Livre 1, chap. III).

101Fidèle à son approche selon laquelle l’étude de la nature n’est pas séparable de celle de l’humanité qui l’habite, et réciproquement, Élisée Reclus rappelle que « l’étude détaillée de la Terre nous prouve que cette succession prétendue des états est une pure conception de l’esprit en désaccord avec les faits » (ibid.). Il expose alors une intuition qui ne sera entérinée que plusieurs décennies plus tard grâce aux acquis de l’ethnographie, à savoir que, si la chasse et la cueillette constituent le premier stade de civilisation « sinon universel, du moins normal », l’agriculture a plutôt précédé l’élevage qu’il ne l’a suivi : « L’agriculture n’eut pas besoin pour naître de succéder à l’état pastoral » (H&T, ibid.) Il en donne quelques exemples, dont celui des Incas dans les Andes, qui seront étendus et approfondis ultérieurement.

102L’enjeu scientifique se confond avec un enjeu idéologique et politique. Pour Élisée Reclus, comme pour Kropotkine, Metchnikoff, Goldberg ou Élie Reclus, il ne s’agit pas tant, en étudiant les tribus ethniques de prouver la possibilité d’une société vivant sans État, ni salariat, ni accumulation outrancière de la richesse – autrement dit d’une sorte de communisme primitif –, que de contester la théorie politique dominante qui non seulement confond État et société, comme le fait l’École allemande, mais qui suppose que l’État est la forme achevée de la société humaine dans son évolution. C’est pourquoi Élisée Reclus, récusant ce postulat, ne suit pas la théorie de Friedrich Ratzel qui introduit dans son Anthropogeographie (1881) la distinction, reprise de l’anthropologue allemand Theodor Waitz (1821-1864), entre « peuples de nature » et « peuples de culture » (Naturvölker et Kulturvölker).

  • 51 Élisée Reclus, correspondance (1925), III, p. 232, Lettre d’Élisée Reclus à Pierre Kropotkine du 8 (...)

103Reclus se montre également réservé quant à l’idée, alors à la mode, d’un matriarcat primitif qui aurait précédé le triomphe du patriarcat actuel (H&T, Livre 1, chap. V, « Familles, classes, peuplades »). Selon lui, « le matriarcat pur de Bachofen et Giraud-Teulon est une machine de civilisation très savante, qui a dû certainement exister, mais que je crois avoir été très rare, dont on ne distingue çà et là que des indices et des traces. […] Même là où le matriarcat prévaut en principe, il se peut très bien que le patriarcat l’emporte en réalité »51.

104En revanche, il insiste sur le fait que la famille n’est pas le modèle originel de la structuration sociale, puisqu’il s’agit de la gens. Cette hypothèse, notamment formulée par Lewis Morgan, est confirmée dans les grandes lignes par l’anthropologie actuelle. Pour Reclus, « on a souvent répété que le groupe de la famille est la cellule primordiale de l’humanité. C’est là une vérité toute relative… » (H&T, Livre 4, chap. VII). « Le fait capital de l’histoire primitive, telle qu’elle se présente à nous dans presque tous les pays du monde, est que la gens, la tribu, la collectivité est considérée comme l’être par excellence, à laquelle chaque individu doit son travail et le sacrifice entier de sa personne » (H&T, Livre 1, chap. III).

105Finalement, qu’est-ce qui a fait bifurquer les populations primitives et les a conduites de la voie non étatiste, voire anti-étatiste, à la voie étatiste ? Ce débat n’est pas clos, qui sera par exemple repris par Pierre Clastres (1934-1977). Mais, pour Reclus, la question primitive témoigne d’autre chose. Il n’est pas question d’une nostalgie pour un état antérieur du monde, d’une volonté de régresser vers un stade préhistorique – ce qui l’oppose à tout anarcho-primitivisme – ni de l’un de ces éternels retours, mais bien, selon Joël Cornuault, « de l’avènement d’une situation entièrement nouvelle dans l’histoire des sociétés, une organisation libre, basée sur l’aide mutuelle que l’on observe déjà dans le règne animal, dans une combinaison inconnue tant du civilisé actuel que du primitif ancien » (Cornuault 2008, p. 47).

106Cette « union plénière du civilisé avec le sauvage », Élisée Reclus la constate déjà dans un « retour à la nature « (H&T, Livre 4, chap. XII), et dans des pratiques diverses (naturisme, végétarisme, randonnée pédestre, escalade…). Il s’agit d’un double mouvement de réconciliation des êtres humains à travers l’espace et le temps, à travers un métissage social (mélange des peuples), spatial (l’Occident et l’Orient se rencontrant, aborigènes et envahisseurs finissant par se mêler solidairement en un même pays…) et temporel (l’homme moderne n’est pas l’avant-garde, mais il peut prendre les leçons du passé) : « La succession des âges est pour nous la grande école » (H&T, Livre 1, chap. I), et « le progrès humain consiste à trouver l’ensemble des intérêts et des volontés commun à tous les peuples : il se confond avec la solidarité » (H&T, Livre 4, chap. XII).

107D’où la conclusion, à propos de « la question sociale qui se pose de nouveau et dans toute son ampleur […], il est impossible d’aimer pleinement le sauvage primitif, dans son milieu naturel d’arbres et de ruisseaux, si l’on n’aime pas en même temps les hommes de la société plus ou moins artificielle du monde contemporain » (H&T, ibid.).

9. Une géopolitique avant la lettre

108Élisée Reclus interroge également le rapport entre le géographique et le politique, en particulier sur la construction des territoires dans une relation entre histoire et milieu. « Nulle part, les circonstances ne sont identiques et par conséquent les résultats politiques de la lutte entre tel ou tel groupe d’hommes […] doivent varier dans tous les lieux et à tous les âges. Cependant, au point de vue spécialement géographique, il importe de savoir comment les formes politiques des sociétés correspondent normalement aux diverses formes terrestres dans l’évolution primitive de l’humanité, et l’on peut établir à cet égard des règles générales, qui prévalurent aussi longtemps que la constitution de grands États centralisateurs disposant de moyens de coercition formidables, ne vint pas effacer les contrastes originaires » (H&T, Livre 1, chap. V).

109Selon lui, l’État ne naît pas du sol de façon ascendante, contrairement à ce qu’affirme au même moment Friedrich Ratzel dans Politische Geographie (1897). Les États-nations se sont constitués dans la pure violence historique de façon descendante : rôle des monarchies absolues, des sanctifications ecclésiales du pouvoir, jeu des héritages et des mariages, des guerres de succession et des conquêtes. La démocratie et la république ne sont venues qu’après, et encore…

  • 52 Korinman Michel (1987) : Friedrich Ratzel, la géographie politique, les concepts fondamentaux. Pari (...)

110Pour Ratzel, « les barrières naturelles déterminent les frontières naturelles »52. Pour Reclus, en revanche, l’ensemble de son œuvre fourmille d’explications quant à l’absurdité des frontières, y compris celles qui sont « dites naturelles », car « le cas des îles mis à part, toutes les bornes plantées entre les nations sont des œuvres de l’homme » (H&T, Livre 4, chap. I). Le même cas, les Alpes, qui est choisi par l’un comme l’autre pour illustrer leur propos, est traité de façon radicalement différente. Ratzel présente la ligne de crête alpine comme étant « l’utilisation politique d’une différenciation naturelle ». Reclus insiste sur les fortins militaires situés en contrebas, et qui cantonnent des montagnards communiquant autrefois librement des deux côtés du col et parlant souvent la même langue.

111La nature étant en définitive un milieu changeant, la population un espace mouvant, les frontières sont donc des obstacles totalement artificiels. C’est d’ailleurs à partir de la question du peuplement, et donc de la liberté de circuler et d’habiter librement, que Reclus aborde cette question des « frontières naturelles » et qu’il en dresse un féroce réquisitoire. « Ce que les diplomates rabâchent à propos de “frontières naturelles”, qui sépareraient les États en vertu d’une sorte de prédestination géographique, est dépourvu de raison. Il n’y a point de frontières naturelles, dans le sens que leur donnent les patriotes » (H&T, ibid.).

112Les divergences entre Ratzel et Reclus sont importantes. Pour Yves Lacoste, « les raisonnements de Reclus ont sur ceux de Ratzel l’incontestable supériorité scientifique et politique de faire une grande place aux contradictions de classe à l’intérieur de chaque formation politique, alors que les conceptions du géographe allemand n’en tiennent aucun compte afin de pouvoir raisonner en termes d’entités quasi métaphysiques : les peuples. Identifiés aux États qui les dirigent, ils seraient chacun prétendument animés d’inégales aptitudes morales à dominer l’espace » (Lacoste 1981, p. 33).

113Les raisonnements de Reclus sont géopolitiques, dans le sens actuel du terme qui sera forgé après sa mort, c’est-à-dire qu’ils analysent les rivalités de pouvoir (politique, économique, culturel) sur des territoires. Il les envisage à toutes les échelles, au niveau mondial comme sur des étendues moindres, nationales ou régionales.

114Les rivalités économiques vont de pair avec les rivalités militaires, la guerre ayant « un double avantage » « d’avoir à civiliser les barbares, c’est-à-dire à leur créer des besoins qui se paieront très cher » et à créer un marché de l’armement faisant « de chaque conflit la plus fructueuse des opérations commerciales » (H&T, Livre 4, chap. IX). Bien avant les analyses sur la mondialisation ou la globalisation, Élisée Reclus propose une vision synthétique de cette inter-évolution planétaire qui anime tous les habitants : « … tous les peuples “entrent dans la danse” […]. Il n’y a désormais plus de question de progrès que pour la Terre entière » (H&T, Livre 1, chap. VI). « La prospérité des uns amène la déchéance des autres » (H&T, Livre 4, chap. XII).

115Il évoque les famines, ce que ne font pratiquement pas les géographes de son époque, et en détachant leur cause de tout déterminisme géophysique : « … les famines fréquentes dans l’Inde sont dues moins au manque éventuel de pluies qu’à la dépendance absolue du malheureux ryot. La terre n’est point à lui […] ; toute propriété, tout droit, toute volonté lui sont ravis ; le riz qui pourrait servir à sa nourriture est ensaché par lui-même et empilé dans les trains de marchandises pour […] les meuniers d’Europe ; on spécule même sur sa misère pour diminuer chaque année son maigre salaire » (H&T, Livre 4, chap. VIII).

116L’Homme et la Terre analyse de façon subtile, par le texte mais aussi par une cartographie originale pour l’époque, la cascade des oppressions qui permet à l’ensemble du système de domination de se maintenir sans recourir à l’analyse hégéliano-marxiste de « l’aliénation » : « Il n’est pas de fléau comparable à celui d’une nation opprimée qui fait retomber l’oppression, comme par une fureur de vengeance, sur les peuples qu’elle asservit à son tour. La tyrannie et l’écrasement s’étagent et se hiérarchisent » (H&T, Livre 1, chap. V).

117Dans cet enchevêtrement de facteurs, d’agents et de pouvoirs, Élisée Reclus constate l’extraordinaire mobilité des êtres humains dans l’espace et dans le temps, à toute époque et en tout lieu. Sa reconnaissance du droit imprescriptible pour tout être humain de se déplacer librement comme de vivre librement n’est pas qu’une pétition de principe conforme à sa conviction anarchiste mais, au contraire, une validation assumée de ce constat historico-géographique.

118C’est pourquoi la distinction qu’il opère entre la colonisation de peuplement et la conquête des territoires n’a pas été bien lue, ni bien comprise (Deprest 2012, 2013 ; Ferretti et Pelletier 2013). La première concerne des prolétaires en quête de survie, emportant de surcroît avec eux des idées socialistes, sans qu’elle ne doive spolier les précédents occupants. La seconde est effectuée par les États, les armées et les capitaux, en opposition avec les populations locales mais aussi, parfois, avec les nouveaux arrivants.

  • 53 Bibliothèque nationale de France, Département des Manuscrits occidentaux, Nouvelles acquisitions fr (...)

119La lecture de plusieurs passages de L’Homme et la Terre, à condition qu’elle soit exempte de tout anachronisme et d’interprétation à rebours, ne fait aucun doute sur l’anti-colonialisme de Reclus, même si cette expression n’existe pas de son temps. Surtout si l’accompagnent d’autres références, comme la correspondance entre la « Société française pour la protection des indigènes des colonies » et Élisée Reclus, lequel en démissionne avec fracas en 1884, après y être rentré avec réticences, dans une lettre où il reconnaît « aux indigènes tout le droit, y compris celui de nous mettre à la porte »53.

120De façon remarquablement anticipatrice, Reclus se défie de toute explication simpliste sur ce qui serait un choc des civilisations. Il considère déjà à propos du « panislamisme » que si celui-ci « devait, de l’Indus à l’Adriatique et du Nil à l’Atlantique, se dresser devant l’Européen, cela serait un épisode de la guerre éternelle de l’exploité contre l’exploiteur et non de celle du mahométan contre le roumi » (H&T, Livre 4, chap. III).

121Quand Reclus parle de « monde européen », ce n’est pas l’Europe qui envahit l’Afrique du Nord, c’est l’Afrique du Nord qui retrouve l’Europe. C’est dans cette perspective qu’il appelle Maurétanie cette Afrique du Nord, pour mieux la distinguer de l’Afrique subsaharienne, et qu’il parle de la « plus grande Europe » (H&T, ibid.). Là où l’histoire, du moins actuellement, a donné tort à Élisée Reclus - mais elle aurait pu tourner autrement - c’est quand celui-ci, parlant de « ciment d’union entre les deux éléments ethniques » et de « rapprochement moral », estime qu’« on n’a point à craindre actuellement que la séparation se fasse de nouveau entre la Maurétanie et l’Europe ». Il conclut cependant : « Les individus […] se prétendent à jamais inconciliables, comme le feu et l’eau ; mais ce ne sont là que des paroles […] » (H&T, ibid.).

10. Une théorie du développement inégal et de la mondialisation

122Sur le plan de la géographie économique, le schéma historique marxiste ne voit pas sa prophétie se réaliser. Moins d’une cinquantaine d’années après le Manifeste du parti communiste (1848) ou la Critique de l’économie politique (1859), Élisée Reclus constate ainsi que la petite industrie et la petite agriculture n’ont pas disparu, tandis que s’intensifie à l’échelle du monde la division socio-spatiale du travail - pour reprendre une terminologie actuelle.

123Certes, il constate que, depuis les travaux de Marx, « il paraît être admis universellement que l’industrie, comme les autres formes de richesse, se concentre graduellement en un nombre de mains toujours plus petit » mais « pourtant la petite industrie n’est pas morte, non plus que le petit commerce » (H&T, Livre 4, chap. IX). Existe ainsi une industrie « disséminée répondant à des besoins et ne craignant pas la concentration du capital, qui la dédaigne plutôt » (H&T, ibid.).

124L’écart entre les fortunes grandit, « mais la classe intermédiaire ne s’est point atrophiée. La bourgeoisie - la petite et la haute bourgeoisie - n’a pas disparu. Tout au contraire » et se trouve invalidé le schéma marxiste selon lequel, avec la concentration du capital, « automatiquement, pourrait-on dire, les “instruments de travail”, l’immense accumulation d’installations et d’outillage, tomberont, ainsi qu’un fruit trop mûr, en la possession de la classe ouvrière » (H&T, ibid.).

125Logiquement, Reclus conclut : « En attendant l’élaboration d’une théorie qui tienne compte de ces faits, il faut affirmer que ces phénomènes sont plus complexes qu’on avait pu le croire en 1840, même en 1870 » (H&T, ibid.). Élisée Reclus pose ainsi le lien entre l’évolution du capitalisme et à la traduction idéologique que cela implique dans l’évolution même du socialisme.

126Avant cette éventuelle théorie, Élisée Reclus donne quelques éléments d’explication, percevant les caractéristiques géographiques de ce qu’on appelle de nos jours « mondialisation » ou « globalisation ». Ainsi annonce-t-il que « le théâtre s’élargit, puisqu’il embrasse maintenant l’ensemble des terres et des mers, mais les forces qui étaient en lutte dans chaque État particulier sont également celles qui se combattent par toute la Terre » (H&T, Livre 3, chap. XX).

127Autrement dit, la logique de la construction du capital dans chaque pays s’applique désormais à toute la planète. Elle pèse sur les producteurs comme sur les consommateurs : « En chaque pays, le Capital cherche à maîtriser les travailleurs ; de même, sur le grand marché du monde, le Capital, accru démesurément, insoucieux de toutes les anciennes frontières, tente de faire œuvrer à son profit la masse des producteurs et à s’assurer tous les consommateurs du globe, sauvages et barbares aussi bien que civilisés » (H&T, ibid.).

128Élisée Reclus esquisse une analyse du « développement inégal » – il en utilise même l’expression dans la préface de L’Homme et la Terre. Il souligne alors que « la lutte de la concurrence vitale » qui entraîne les « industries de tous les pays » aboutit à une volonté de « produire à bon marché en achetant au plus bas prix la matière première et les bras qui la transformeront » (NGU, t. VII, p. 15). Il signale avec quelle habileté les « grands industriels » se débrouillent pour « éviter les frontières » (H&T, Livre 4, chap. V).

129Ce processus provoque non seulement l’afflux d’une main-d’œuvre dans les pays industrialisés, mais aussi une diffusion de l’industrie là où se trouve la main-d’œuvre, d’où une concurrence terrible entre pays et classes ouvrières. Selon lui, « il n’est pas nécessaire que les émigrants chinois trouvent place dans les manufactures d’Europe et d’Amérique pour qu’ils fassent baisser les rémunérations des ouvriers blancs : il suffit que des industries similaires à celles du monde européen, celles des lainages et des cotons par exemple, se fondent dans tout l’Extrême-Orient, et que les produits chinois ou japonais se vendent en Europe même à meilleur marché que les productions locales » (NGU, t. VII, p. 16).

130Il est tentant d’insister sur le caractère remarquable de cette analyse, écrite au tout début du XXe siècle, prémonitoire sur le plan non seulement économique (la recherche des moindres coûts salariaux, la compétition économique, le type de branches industrielles concernées…), mais aussi géographique (les pays d’Asie orientale comme nouveaux pays industrialisés) ou socio-politique (l’émergence de classes moyennes). Mais le raisonnement reclusien ne s’arrête pas là.

131En effet, parallèlement à « l’étagement » des oppressions qu’il observe dans chaque pays, et qui permet de maintenir une domination générale ou coloniale, Élisée Reclus réfléchit également sur la nouvelle hiérarchie qui se dessine entre les différentes nations et puissances. Il ne peut bien sûr pas imaginer l’apparition de l’Union soviétique, et ses conséquences géopolitiques avec l’instauration d’un nouveau désordre mondial dans le cadre d’une guerre dite froide, en réalité très chaude en certaines parties du monde (Corée, Indochine, Éthiopie, Angola…).

132Mais il prévoit l’affaiblissement de l’Angleterre, cette « nation initiatrice de la grande industrie [qui] s’est laissée enliser par la routine et [qui] est dépassée maintenant par ses rivales », la prépondérance du Nouveau Monde, singulièrement des États-Unis, y compris sur l’Amérique du Sud, car « les républiques ibéro-américaines […] ne peuvent empêcher que, par la force des choses, les États-Unis gagnent constamment en prépondérance » (H&T, Livre 4, chap. V et chap. VI ). Il annonce aussi l’essor du Japon ou de la Chine.

133L’État, politico-militaire, garde la main et dicte les nouveaux ordonnancements : « La supériorité n’appartient-elle pas à celui qui, au moment donné, dispose d’une nouvelle application navale, sous-marine, aérienne et flottante ? » (H&T, Livre 4, chap. V). On notera cette anticipation extraordinaire pour l’époque sur le rôle actuel des flottes sous-marine et aérienne mises sur le même plan que les forces dites conventionnelles en matière stratégique.

11. L’anti-malthusianisme

134Reclus, comme Kropotkine ou Metchnikoff, s’oppose à la théorie de Malthus pour qui la croissance démographique est plus rapide que la croissance des ressources, alimentaires en particulier, et pour qui les populations pauvres en sont les principales responsables en faisant beaucoup d’enfants par inconséquence et par luxure. En cela, les trois géographes prolongent la position adoptée dès le début par les penseurs anarchistes : en premier lieu Godwin qui polémique avec Malthus lui-même, mais aussi Proudhon ou Bakounine qui critiquent les idées de Malthus, ainsi que la quasi-totalité des socialistes du XIXe siècle à l’instar de Marx et d’Engels. Tous estiment que les classes dominantes avancent un argument apparemment scientifique pour prétendre que la Terre ne contient pas assez de richesses et qu’il est impossible de les partager égalitairement.

  • 54 Lebensraum (1901), p. 51.

135Pour les géographes anarchistes, l’occupation du milieu n’est pas fonction du nombre des hommes mais de la qualité de leur aménagement. Ils blâment aussi le fait que la théorie malthusienne a inspiré unilatéralement Darwin dans sa conceptualisation de la « lutte pour l’existence », et qu’elle a conduit au social-darwinisme. Ratzel estime ainsi qu’il existe une contradiction entre le mouvement, qu’il définit comme le caractère essentiel de la vie, et une caractéristique immuable de l’espace terrestre, sa finitude. De là découle, selon lui, une confrontation entre les espèces pour leur survie, et « de cette contradiction naît la lutte pour l’espace »54. C’est la fameuse théorie du Lebensraum qui combine Malthus et Darwin.

  • 55 ÉRIA (1898). rééd. Stock Plus (1979), p. 93.
  • 56 Ibid., p. 93-100.

136Dans un long passage de L’Évolution, la révolution et l’idéal anarchique (1880, 1898), Élisée Reclus se livre à un sévère réquisitoire contre Malthus, et sa « terrible loi »55. Il estime que « la terre est assez vaste pour nous porter tous en son sein, elle est assez riche pour nous faire vivre dans l’aisance ». Puis il stigmatise « tout l’art actuel de la réparti­tion, telle qu’elle est livrée au caprice individuel et à la concurrence effrénée des spéculateurs »56.

137Son argumentation s’appuie sur deux préoccupations : un souci moral et social (la joie pour tous d’avoir des enfants, l’hypocrisie et la mesquinerie des riches), et une démonstration scientifique (c’est matériellement possible, donc socialement faisable d’avoir et de partager des richesses). Avec Henri Sensine (1854-1937), il se livre à un calcul portant sur les surfaces, les terres et les richesses. Il en expose le raisonnement dans L’Homme et la Terre.

138« Divers statisticiens ont hasardé l’évaluation du nombre des hommes que pourrait nourrir notre globe planétaire. Ce chiffre dépend en premier lieu du genre de vie que l’on suppose à l’habitant moyen, car une population chasseresse de quelque 500 millions pourrait être à l’étroit sur ce globe où vivent aujourd’hui trois fois plus d’hommes. D’autre part, si l’on cherche à se baser sur l’alimentation moyenne de l’Européen, que de points sujets à controverse soulève une pareille étude ! La productivité des différents sols dépend de facteurs encore si peu connu, la “ration nécessaire” varie encore tellement, suivant les auteurs spécialistes, qu’il ne faut point s’étonner de la divergence des résultats » (H&T, Livre 4, chap. I).

139Autrement dit, Reclus se méfie des calculs en moyennes dont on tirerait des généralisations. Il faut raisonner selon lui en fonction des habitudes alimentaires et des possibilités qui sont offertes. La pédologie et l’agronomie ont fait des progrès, que ne doivent pas occulter le surdosage des engrais chimiques, et la diététique aussi. En fonction de ces variations possibles, Reclus évoque des calculs concrets. Ainsi, celui d’Alexandre Ivanovitch Voeikov (1842-1916), fondateur de la climatologie en Russie, qui a réfléchi sur l’adaptation optimale des cultures aux climats, estime « qu’une population de seize milliards d’hommes, dans la seule bande équatoriale comprise entre le 15e degré nord et le 15e degré sud, n’aurait rien que de normal » (H&T, ibid.).

140En énumérant un certain nombre d’espaces possibles (bassins en Inde, plateau oriental du Mexique, vallées fluviales de Colombie, du Brésil…), Reclus pense qu’« on trouverait sans peine des territoires dix et vingt fois plus grands que les 22 500 kilomètres carrés nécessaires pour assurer sa subsistance à l’humanité tout entière qui, proportionnellement, pourrait atteindre sans danger quinze, vingt, trente milliards d’individus » (H&T, ibid.).

141Élisée Reclus prévoit aussi une très forte extension urbaine. Il remarque déjà que les milieux les plus denses du globe ne sont pas forcément les plus pauvres (Europe rhénane, Asie des moussons, hauts plateaux africains), même pour les régions rurales. Reclus donne le chiffre d’une île agricole chinoise au large de Shanghai peuplée de 1 475 habitants par kilomètre carré (H&T, ibid.).

142Élisée Reclus n’est pas un scientiste béat et irénique. Il s’interroge sur les capacités des milieux, mais aussi sur la difficulté à évaluer correctement et scientifiquement la situation. Il remarque ainsi que, « à diverses reprises, des prophètes de malheur annoncent que l’imprévoyance de l’homme aura pour résultat fatal et prochain un rendement insuffisant des récoltes, et par suite l’affaiblissement, la ruine, la mort de l’humanité » (H&T, Livre 4, chap. VIII).

143Il pointe alors les résultats et l’attitude de deux savants. D’une part, William Crookes (1832-1919), physicien et chimiste britannique, qui proclame en 1898, devant l’Association britannique des sciences, que « les terres vont manquer » et que « le nitrate de soude sera épuisé avant 1930 » (ibid.). D’autre part, Justus Liebig (1803-1873), chimiste et agronome allemand, qui, cinquante ans avant, « prédisait l’appauvrissement graduel de toutes les cultures par la disparition des sels de potasse et autres » (ibid.). C’est d’ailleurs ce même Liebig auxquels se réfèrent plusieurs fois Marx et Engels afin d’appuyer leur démonstration d’un capitalisme courant inéluctablement à sa ruine à cause d’une exploitation forcenée des ressources.

144Mais, pour Reclus, « ces cris d’alarme n’ont point empêché que le nombre des hommes se soit accru et qu’il y ait eu pour eux les aliments nécessaires, autant du moins que le comporte la misère des faméliques, peut-être en voie de diminution. D’ailleurs, si […] le genre humain s’occupait d’accroître méthodiquement les produits du sol et de ne rien laisser au hasard, […] que de progrès s’accompliraient ! » (ibid.)

145Le problème ne vient pas d’une erreur des techniques ou de la science mais d’une mauvaise utilisation de celles-ci par le capitalisme, et d’un gaspillage d’où n’est pas exclue une perte du sens moral et civique. Pour Reclus, « il n’existait point de “bonnes terres” jadis : toutes ont été créées par l’homme, dont la puissance créatrice, loin d’avoir diminué, s’est au contraire accrue en d’énormes proportions » (H&T, Livre 4, chapitre I).

12. Les rythmes géographiques de l’histoire 

146Les « rythmes de l’histoire », selon l’expression d’un chapitre du premier tome de L’Homme et la Terre, se décident autour de la relation incessante entre peuples et milieux. Pour les appréhender sur le temps long, Reclus puise également dans La Civilisation et les grands fleuves historiques (1889) de Léon Metchnikoff qui analyse quatre cas de grandes civilisations issues de milieux fluviaux — l’Égypte, la Mésopotamie, l’Inde et la Chine — et qui propose une périodisation originale de l’histoire mondiale.

147Metchnikoff envisage une période fluviale ancienne, qui arrive grosso modo jusqu’à la fin de l’âge du bronze, et où ces civilisations ne communiquent pas de manière régulière entre elles ; une période méditerranéenne, où les civilisations du côté « occidental » sont structurellement connectées entre elles à travers la Méditerranée, tandis que les aires indiennes et chinoises restent relativement isolées par rapport aux échanges, lesquels sont plus sporadiques à cause de la difficile traversée de l’Asie centrale et de l’absence d’une mer centrale qui pourrait jouer un rôle unificateur.

148Il ne s’agit pas là d’un déterminisme environnemental, mais plutôt de l’importance donnée aux voies de communication à certaines époques historiques en tant que moyen de transport et de transmission des idées. Comme l’affirme Metchnikoff lui-même, « je suis loin d’en conclure à une sorte de fatalisme potamique » ; et d’ajouter que ces civilisations ont été « comme une synthèse vivante des conditions géographiques les plus multiples » (Metchnikoff 1889, p. 364).

149La dernière période, dite phase océanique, correspond à la mondialisation commencée avec l’expansion européenne dans les Amériques, et qui va atteindre son apogée, d’après Metchnikoff, avec l’essor du scénario du Pacifique. Dans cette dernière phase, les populations de toute la planète sont toujours plus connectées et les peuples extra-européens jouent un rôle planétaire toujours plus important.

150Reclus se détache en partie de Metchnikoff en envisageant une coupure entre histoire ancienne et histoire moderne qui correspond à l’effondrement de l’Empire romain, et qui s’explique par la relation entre hommes et milieux. L’œuvre des Romains atteint en effet le sommet, inégalé pendant presque deux millénaires, d’une puissante intervention humaine sur les milieux à travers une planification territoriale que Goethe avait déjà défini comme « une seconde nature opérant pour des buts civils ». L’unification politique du bassin méditerranéen comme centre de gravité de toute la partie occidentale de l’Ancien monde – qui inclut, selon Reclus, l’Afrique du Nord et les aires arabo-persanes – constitue notamment le résultat le plus important atteint par la civilisation gréco-romaine.

151« Mais cette unité cachait en soi les éléments de discorde et de séparation nouvelle. Au mouvement de synthèse allait succéder celui de l’analyse et d’une analyse terrible par laquelle les nations devaient être passées comme au creuset, avant qu’elles pussent tendre de nouveau vers l’idéal d’une deuxième unité. Les milieux géographiques différents reprirent leur influence plastique sur leurs habitants lorsque des populations barbares […] n’ayant pas conscience d’une culture commune, furent soumises à leur action » (H&T, Livre 2, chap. X).

152En somme l’idéal « géo-historique » par excellence est l’unité mondiale. Selon Reclus, cette période de relative fragmentation se prolonge jusqu’au XVIIIe siècle au moins, car c’est entre le XVIIIe et le XIXe siècle que des événements changent à jamais les relations des sociétés humaines à la Terre, ainsi qu’à l’intérieur de ces sociétés : la révolution industrielle, la révolution française et la nouvelle poussée mondialisatrice qui rapproche à nouveau les peuples, dans un cadre où les géographes mobilisent désormais la métaphore méditerranéenne pour définir les communications transocéaniques (Arrault 2006).

  • 57 Dans ce livre, Febvre se réfère douze fois à Reclus, huit fois à Ritter, quarante fois à Ratzel (qu (...)
  • 58 Febvre Lucien (1922) : La Terre et l’évolution humaine, introduction géographique à l’histoire. Par (...)

153Cette approche de temps longs et d’histoire environnementale anticipe de toute évidence la démarche historiographique des Annales d’Histoire économique et sociale. Sur cette destination du legs reclusien, plusieurs fois supposée, on ne dispose pas encore d’études systématiques. Lucien Febvre (1878-1957), avec La Terre et l’évolution humaine, introduction géographique à l’histoire (1922), où il cite de nombreuses fois Élisée Reclus, peut être envisagé comme le passeur principal57. Parmi ses ouvrages de référence, il mentionne « quelques bons dictionnaires d’histoire, deux ou trois manuels éprouvés et la Géographie universelle d’Elisée Reclus, cette Providence si souvent reniée…»58

  • 59 Febvre Lucien (1909) : « Une question d’influence, Proudhon et le syndicalisme contemporain ». Revu (...)

154Il est probablement inspiré, peut-on déjà supposer, par le titre des ouvrages de Reclus : L’Homme et la Terre mais aussi La Terre et les Hommes qui est le sous-titre de la NGU (Febvre 1922). En outre, il connaît très bien le géographe anarchiste qu’il cite comme l’un de ses maîtres dans la préface à ses Combats pour l’histoire, où il rend hommage à « la profonde humanité de sa Nouvelle Géographie universelle » (Febvre, 1953, p. IV). Febvre fut aussi sympathisant du syndicalisme révolutionnaire, lecteur de Proudhon et de Kropotkine pendant sa jeunesse en Franche-Comté (Ereño Altuna 1994 ; Febvre 2012)59. Il semble donc exister une influence provenant à la fois de la géographie et de l’anarchisme sur l’un des plus grands historiens du XXe siècle.

  • 60 Maillard Alain (2005) : « Les temps de l’historien et du sociologue, retour sur la dispute Braudel- (...)

155L’oubli ultérieur par le courant braudélien de l’œuvre reclusienne qui constitue une approche de « temps long » et d’ « espace profond » avant la lettre, peut s’expliquer par deux principaux facteurs : l’attirance pour le marxisme chez certains membres de ce courant, et une conception différente de l’histoire. La dispute intellectuelle entre Fernand Braudel (1902-1985), lecteur de Marx, et Georges Gurvitch (1894-1965), admirateur de Proudhon, montre que la divergence s’effectue sur le fond : la question du déterminisme, et donc de la liberté face à l’histoire ou face à la société60.

13. Les « trois lois » reclusiennes

156Admiratif d’Humboldt et aiguillonné par la démarche de Ritter, héritant du positionnement positiviste et naturaliste, Élisée Reclus est à la recherche de lois en sciences humaines comme en sciences naturelles, autrement dit en géographie, sans pour autant en faire un système. Une telle préoccupation n’est d’ailleurs pas contradictoire avec sa position anarchiste puisque l’anarchisme ne récuse pas la loi en tant que nomos mais le caractère extérieur et transcendant de la norme qui se prétend loi.

  • 61 Conclusion de la Nouvelle Géographie universelle, t. XIX (1894).

157Reclus exprime cet objectif dans la conclusion de la NGU (1894) : « L’Homme a ses lois comme la Terre. […] L’homme qui contemple et scrute cet univers assiste à l’œuvre immense de la création incessante qui commence toujours et ne finit jamais, et, participant lui-même par l’ampleur de la compréhension à l’éternité des choses, il peut arriver, comme Newton, comme Darwin, à les résumer d’un mot. […] Le développement de l’homme est-il en harmonie parfaite avec les lois de la Terre ? Comment change-t-il sous les mille influences du milieu changeant ? Les vibrations sont-elles simultanées et de siècle en siècle modifient-elles incessamment leurs accords ? »61

158En posant la question, Reclus y répond pour le moment… par l’interrogative. C’est dire sa prudence, ainsi que la force de sa conception dynamique faite d’instabilité et de stabilité. Dans la préface de L’Homme et la Terre (1905), il esquisse une réponse, non sans retenue. « Certes je savais d’avance que nulle recherche ne me ferait découvrir cette loi d’un progrès humain dont le mirage séduisant s’agite sans cesse à notre horizon, et qui nous fuit et se dissipe pour se reformer encore. […] Non, mais nous pouvons reconnaître […] le lien intime qui rattache la succession des faits humains à l’action des forces telluriques : il nous est permis de poursuivre dans le temps chaque période de la vie des peuples correspondant au changement des milieux, d’observer l’action combinée de la Nature et de l’Homme lui-même réagissant sur la Terre qui l’a formé. […] La “lutte des classes”, la recherche de l’équilibre et la décision souveraine de l’individu, tels sont les trois ordres de faits que nous révèle l’étude de la géographie sociale et qui, dans le chaos des choses, se montrent assez constants pour qu’on puisse leur donner le nom de “lois” » (H&T, Préface).

159La distinction de ces trois lois constitue l’un des apports capitaux de la pensée reclusienne. D’emblée, Reclus se situe moins sur un plan spatial que sur un plan cosmologique, ou plus exactement écouménal en tant qu’espace d’habiter par et pour l’homme, bien qu’il ne cite pas ce terme, tout en connaissant la définition donnée par Strabon d’écoumène en tant que monde habité. On peut le voir dans le vocabulaire choisi : « forces telluriques », « vie des peuples », « changement des milieux », « faits humains », « action combinée de la Nature et de l’Homme ».

160La première loi renvoie à la problématique socialiste, et pas seulement marxienne puisque la notion de « lutte des classes » n’a pas été inventée par Marx et qu’elle apparaît chez François Guizot en 1828.

161La seconde loi renvoie à celle qu’on connaît de nos jours sous le vocable d’homéostasie. Elle n’est pas incompatible avec la précédente puisque la lutte est à la recherche d’une justice, d’une forme d’équilibre en balance permanente, conformément à la pensée proudhonienne.

162Quant à la troisième loi, sa dimension anarchiste est implicite, mais « la décision souveraine de l’individu », exprimée par un Reclus qui ne se situe pas dans le courant individualiste de l’anarchisme et qui, comme Kropotkine ou Malatesta, se méfie de la philosophie nietzschéenne, ne revient pas à se détacher de la société ou à se mettre en opposition ontologique avec elle. Elle rappelle que la société ne peut pas fonctionner correctement et encore moins progresser si elle ne repose pas sur l’adhésion libre de l’individu, des individus, dont les choix constituent en définitive la base primaire de la souveraineté. En outre, l’individu n’est pas intrinsèquement isolé, malgré certaines apparences.

163Dans leur évolution, individu et groupes tentent de prendre conscience de leur milieu et de leur solidarité commune entre eux et avec la Terre. « Aménager les continents, les mers et l’atmosphère qui nous entoure, “cultiver notre jardin” terrestre, distribuer à nouveau et régler les ambiances pour favoriser chaque vie individuelle de plante, d’animal ou d’homme, prendre définitivement conscience de notre humanité solidaire, faisant corps avec la planète elle-même, embrasser du regard nos origines, notre présent, notre but rapproché, notre idéal lointain, c’est en cela que consiste le progrès » (H&T, Livre 4, chap. XII).

164L’humanité modifie constamment son environnement, cet environnement modifié exerce à son tour une influence sur elle, et ainsi de suite. La référence à Voltaire (« cultiver son jardin ») et non à Rousseau, penseur idéaliste de la nature, n’est pas anodine, au contraire. Elle situe la pensée dans l’action. Reclus n’a pas une vision statique, conservatrice et fétichiste de la nature, conformément à deux binômes de sa dynamique : celui de milieu-espace (approche synchronique d’un système d’interactions complexes) et de milieu-temps (approche diachronique, évolutive) ; puis celui du progrès et du regrès.

165Selon Joël Cornuault, « l’homme reclusien se tient donc à mi-distance de la solitude romantique et de la grégarité collectiviste ; presque toute l’œuvre d’Élisée se laisserait interpréter selon cet axe, qui est au centre d’une même discussion menée sous plusieurs angles, tout à tour philsophique, historique et ethnologique dans les dernières pages de L’Homme et la Terre, où sont pesés aussi précisément que possible les avantages et les inconvénients respectifs de la sauvagerie et de la civilisation, l’une devant à l’avenir corriger dialectiquement l’autre » (Cornuault 2008, p. 49).

166Le géographe anarchiste place donc dans un cadre sociétaire plus général une réflexion qu’il propose librement à son lectorat, sans chercher à l’endoctriner. L’individu Reclus est aussi un savant militant, la poésie de sa géographie n’est pas indissociable de son caractère scientifique, à l’esthétique se combine l’éthique : choix qui s’exprime par une langue dynamique, soignée et précise.

14. La réception et la postérité de L’Homme et la Terre

167Le début de la publication de L’Homme et la Terre correspond donc à la période où Élisée Reclus décède. C’est alors un géographe reconnu, apprécié et incontournable, comme le confirment les nombreuses nécrologies élogieuses qui sont alors publiées un peu partout, notamment dans les revues de géographie. Le nouvel ouvrage est salué, mais tous les volumes ne sont pas encore publiés, ce qui freine les premiers commentaires.

  • 62 Vidal de La Blache Paul (1904) : « Nécrologie – F. Ratzel ». Annales de géographie, 13-72, p. 466-4 (...)
  • 63 L. G. [Lucien Gallois] (1905) : « Élisée Reclus ». Annales de géographie, 14-76, p. 373-374.

168On observe cependant des positionnements en creux. Alors que Vidal vient de faire la très élogieuse nécrologie de Ratzel dans les Annales de géographie62, c’est son disciple Lucien Gallois (1857-1941) qui est chargé de la tâche pour Reclus63. Il l’accomplit sans dithyrambe, de façon un peu sèche et distanciée, mais avec un jugement très positif puisqu’il loue « le grand géographe français », sa méthode de plus en plus maîtrisée et « la belle ordonnance de ce grand travail ».

  • 64 Vidal de La Blache Paul (1905) : « La conception actuelle de l’enseignement de la géographie ». Ann (...)

169Dans ses écrits géographiques, Vidal ne cite Reclus que deux fois, la dernière étant juste avant le décès de celui-ci quand il esquisse sa « conception actuelle de l’enseignement de la géographie » : « Chez nous, […] il [Reclus] eut des admirateurs mais non des disciples. Ritter, au contraire, fit école dans son pays. Grâce à son enseignement, la géographie prit en Allemagne une avance qui lui fut profitable »64. Vidal omet cependant de signaler les deux principales raisons qui ont empêché Reclus de « faire école » : son exil hors de France après la Commune de Paris (alors que Vidal se réfugie à Versailles pendant les événements) et son refus d’avoir des disciples.

170Sans se référer à la NGU, Vidal signale aussi que le premier ouvrage de Reclus (La Terre, 1868) est « imprégnée de l’inspiration de Ritter et de Humboldt ». Ce constat n’est pas faux, mais l’allusion masque un triple jugement. Vidal ne se réfère pas à la NGU qui témoigne d’une évolution de la pensée géographique chez Reclus. Il laisse entendre que Reclus n’a pas relevé le gant d’une géographie française qui aurait été défiée par la géographie allemande, à une époque où les rapports entre la France et l’Allemagne sont vifs. Enfin, il estime que « depuis une trentaine d’années environ, la connaissance scientifique du globe a fait des progrès que l’époque de Humboldt et de Ritter avait pu pressentir, mais non réaliser ». Vidal ne cite pas Ratzel à ce moment-là, mais il pense au géographe allemand, sinon à lui-même. Peut-être a-t-il vu dans Reclus un rival intellectuel et un adversaire politique qu’on pouvait marginaliser en le rattachant à un courant humboldtien et rittérien considéré comme dépassé.

  • 65 Girardin Paul et Brunhes Jean (1906) : « Conceptions sociales et vues géographiques : la vie et l’œ (...)

171Le jugement de Jean Brunhes (1869-1930), autre grande figure à venir de la géographie en France, contraste avec celui de Vidal, du moins dans un premier temps. En 1906, Brunhes, co-écrit avec Paul Girardin (1875-1950), un normalien qui se consacre plutôt à la géographie physique qu’il a appelé à ses côtés à l’université de Fribourg en 1903, un long article en mémoire de Reclus. Sur pas moins de deux numéros de la Revue de Fribourg, Brunhes encense le disparu. Certes, en tant que catholique social fervent, il tend à convoquer systématiquement les origines protestantes de Reclus pour expliquer un engagement dont il reste quelque part fasciné, contrairement à Lucien Gallois par exemple. Mais il n’hésite pas à écrire que La Terre de Reclus « apparut comme le Discours de la méthode de la géographie », qu’il s’agit d’un livre qui « conquit d’emblée tous les hommes cultivés et plaçait son auteur au rang d’initiateur d’une science nouvelle »65.

  • 66 Ibid., p. 284-285.
  • 67 Ibid., p. 286.
  • 68 Ibid., p. 359.

172Brunhes et Girardin proposent de convoquer le gotha des géographes d’alors pour le prouver : « Un savant français tel qu’Emmanuel de Margerie, à la fois géologue et géographe, est tout prêt à témoigner de ce qu’il doit au commerce intellectuel avec Élisée Reclus et notamment à l’étude de la Terre »66. Puis loin encore : « Il ne voulait pas seulement convertir le cercle restreint des géographes, mais l’esprit public, car le gagner à la Géographie c’était le convertir à la « beauté de la terre », lui donner en exemple la nature comme le seul monde où son idéal d’harmonie universelle fût réalisé »67. Enfin, à propos des « rapports de la géographie et de l’histoire » chez Reclus, les deux rédacteurs concluent « certes nous sommes loin de le blâmer de ne pas vouloir faire sortir l’histoire « tout armée » pour ainsi dire de la géographie »68.

  • 69 Brunhes Jean (1910) : La Géographie humaine, essai de classification positive, principes et exemple (...)

173Jean Brunhes confirme son jugement sur Reclus lorsqu’il publie cinq ans plus tard La Géographie humaine (1910). Faisant certes la part belle à Ratzel, il y écrit dans une note : « Je n’ai garde d’oublier le prodigieux effort tenté durant un quart de siècle par Élisée Reclus pour rénover les études géographiques ». Il y ajoute un extrait élogieux de la nécrologie rédigée par Lucien Gallois : « Par là [la popularisation de la géographie, la destruction d’idées reçues], autant que par l’énorme labeur qu’il a coûté, il [Élisée Reclus] mérite l’estime et le respect de tous »69.

  • 70 Lettre de juin 1908 citée par Marie-Claire Robic (1993) : « Jean-Brunhes, un “géo-photo-graphe” exp (...)

174Mais une dizaine d’années plus tard, l’appréciation change. Le ton est donné par Vidal lui-même. Dès 1908, celui-ci écrit à Jean Brunhes : « Vous savez combien la Géographie universelle d’Élisée Reclus a cessé de correspondre à l’état de la science : l’idée d’une publication digne de la remplacer a germé et mûri dans l’esprit de quelques-uns de nos amis communs »70. Il y a donc, comme l’explique Jean-Baptiste Arrault, une « classicisation » précoce d’Élisée Reclus qui, après sa mort, devient un père spirituel auquel on peut consacrer une sorte de révérence, mais qui est trop incommode pour rentrer dans ses contenus (Arrault 2005). D’ailleurs, seule une étude comparative systématique pourrait évaluer l’ampleur des références implicites et des emprunts à Reclus qu’on trouve dans les volumes de la Géographie universelle vidalienne, que nous supposons être assez importants comme l’ont déjà affirmé d’autres auteurs (Deprest 2002).

175L’Homme et la Terre n’est pas mentionné par Vidal. Puis, dans les Principes de géographie humaine (1922), ouvrage posthume qui constitue une reprise de ses articles publiés en 1917-1918 et d’idées déjà exprimées, Vidal recense ceux qui le précèdent en géographie humaine. Il mentionne alors les Grecs, Ritter, Ratzel, Haeckel, Taine, mais jamais Reclus.

  • 71 Brunhes Jean (1934) : La Géographie humaine, quatrième édition revue par Mariel Jean-Brunhes Delama (...)

176Dans la troisième édition de La Géographie humaine (1920) jusqu’à la quatrième (1934), Jean Brunhes emboîte le pas, et insère au sein de la même note une tout autre réflexion : « Je préfère ne pas parler ici de l’œuvre posthume de Reclus [L’Homme et la Terre] qui contient d’intéressantes vues géographiques mais qui est surtout histoire et sociologie »71. Après un rappel de louanges, Reclus est donc disqualifié comme étant non géographique… Nous sommes loin d’un Reclus comparé à Descartes dans sa répercussion disciplinaire.

  • 72 Brunhes Jean (1921) : Géographie de l’Histoire, géographie de la Paix et de la Guerre sur terre et (...)

177Il est vrai que, dans l’article publié par la Revue de Fribourg une trentaine d’années auparavant, Brunhes, avec Girardin, redoute déjà que cet ouvrage de Reclus, qui vient alors juste de paraître et qu’ils n’ont pas encore complètement lu, et ses illustrations « ne soient pas tout à fait conformes à ce que nous espérions ». Mais il le considérait bel et bien comme étant de la géographie. En outre, Jean Brunhes rédige, au moment même de sa note, une… Géographie de l’histoire (1921)72. Entre-temps, après avoir quitté l’Université de Fribourg, haut lieu des partisans de Rerum Novarum (la lettre encyclique du pape Léon XIII de 1891) et du Sillon de Marc Sangnier (1873-1950), il gagne le Collège de France (1912), obtient le prix Halphen de l’Académie française, puis il est élu à l’Académie des Sciences morales et politiques et devient membre de l’Institut (1927)…

178Selon Yves Lacoste, l’argument ultime de Brunhes et des vidaliens serait d’estimer que « ce n’est pas de la géographie ». Devenu sempiternel chez les conservateurs de la discipline au cours des années 1950 et 1960, il permet de discréditer toute tentative de prendre en compte la dimension sociopolitique ou géopolitique de l’organisation de l’espace (Lacoste 1981, p. 36). La transdisciplinarité de L’Homme et la Terre avant la lettre et avant l’heure, faite de géographie mais également d’histoire, d’anthropologie, de géopolitique et de politologie, voire d’économie et de sociologie, a favorisé un oubli progressif de L’Homme et la Terre. Des raisons épistémologiques se sont ainsi combinées à un rejet implicite des convictions anarchistes de Reclus.

179Car ni les géographes, ni les historiens, ni a fortiori les autres savants de l’académie ne se reconnaissent vraiment dans cette œuvre au souffle puissant qui dépasse leurs prés carrés intellectuels et universitaires. Inversement, c’est cette démarche transdisciplinaire qui, parmi d’autres atouts, rend Reclus attractif de nos jours.

180La géographie d’Élisée Reclus n’est pourtant pas complètement occultée par l’académie après Vidal. Lucien Febvre salue, comme on l’a vu, son apport. Puis ces références élogieuses semblent se perdre. Elles proviennent, il est vrai, d’un historien se piquant de géographie, et bon connaisseur de Proudhon… Arrault fait valoir que, si Vidal se réfère parcimonieusement à Élisée Reclus, la première génération de vidaliens (Dubois, Gallois, Raveneau…) n’hésite pas à évoquer Reclus tandis qu’une seconde génération de vidaliens (Brunhes, Demangeon, de Martonne, Sorre…) le considère en revanche comme faisant « déjà partie du passé, de l’histoire » (Arrault 2013, p. 169).

  • 73 Brunet Roger et al. (1992) : Les Mots de la géographie, dictionnaire critique. Paris-Montpellier, L (...)

181Le rôle lui-même de Lucien Febvre est de surcroît diversement apprécié par les géographes de son époque comme Albert Demangeon (1872-1940), pourtant pris par Febvre dans le comité des Annales d’histoire économique et sociale fondées en 1929, et par ceux d’après qui l’accusent, grosso modo, d’avoir cantonné la géographie « dans une position aimablement subalterne à ses yeux »73. Ce serait un prix à « payer aux géographes pour prendre leur défense contre les sociologues […], leur conseiller fermement de faire une “géographie modeste” et d’abandonner aux historiens l’analyse politique » (Giblin 1982, p. 99).

  • 74 Cette seconde édition abrégée et mise à jour par Gustave Goujon, Aimé Perpillou et Paul Reclus publ (...)
  • 75 Perret Robert (1952) : « À propos de l’achèvement de la Géographie universelle : vingt années de Gé (...)

182La réédition abrégée, en 1931, de L’Homme et la Terre, réalisée par Gustave Goujon, Aimé Perpillou et Paul Reclus, n’a, semble-t-il, guère contribué à la redécouverte d’Élisée Reclus74. La trajectoire d’Aimé Perpillou (1902-1976), géographe normalien, agrégé, et qui deviendra bien placé comme enseignant à la Sorbonne puis, en 1947, comme président de la Société de géographie, n’inverse pas les choses. Après 1945, une tendance à l’oubli se poursuit chez les géographes, même si Robert Perret (1881-1965), qui retrace en 1952 l’histoire des géographies universelles en France, ne peut pas esquiver Reclus75.

  • 76 Meynier André (1969) : Histoire de la pensée géographique en France (1872-1969). Paris, PUF, 226 pa (...)

183En 1969, dans son influente Histoire de la pensée géographique, André Meynier (1901-1983) se montre inégal. Louant l’érudition prodigieuse et le talent de voyageur de « l’extraordinaire Élisée Reclus », il considère celui-ci comme « le meilleur représentant de la géographie descriptive », tout en soulignant derechef qu’« on aurait tort de ne voir en lui que son talent littéraire. Chaque fois qu’il le peut, il [Reclus] essaie d’expliquer ce qu’il a vu »76.

  • 77 Ibid., p. 13.

184Mais la conclusion de Meynier tranche : Reclus « contribua à créer l’atmosphère favorable à la géographie plus qu’il ne commanda l’évolution de cette géographie ». Cette affirmation n’est pas fausse mais, en restant délibérément sur le plan de l’histoire et de la réalité académiques, elle écarte la profondeur intellectuelle de la géographie reclusienne. Elle ne pose pas la question de sa pertinence actuelle. Certains éléments ont également échappé à André Meynier puisqu’il signale que Reclus « ne cacha jamais ses idées marxistes » …77

185Au cours des années 1970, en France, certains géographes redécouvrent Reclus. Ils s’efforcent alors de se dégager du classique héritage vidalien, tout en se démarquant d’une géographie quantitativiste moderne. C’est en particulier l’œuvre d’Yves Lacoste et de la première équipe de la revue Hérodote, avec Béatrice Giblin, notamment, qui, historienne de formation à l’origine, consacre sa thèse de géographie à Élisée Reclus, et qui publie également des morceaux choisis de L’Homme et la Terre (1982). Le public francophone leur doit la redécouverte du géographe anarchiste. Puis le comité de rédaction d’une nouvelle Géographie universelle, pilotée par Roger Brunet dans les années 1980, prend l’acronyme de Reclus (Réseau d’étude des changements dans les localisations et les unités spatiales) pour qualifier son Groupement d’intérêt public en référence explicite au géographe Élisée.

186Une lecture franco-centrée ne doit toutefois pas faire oublier que des géographes américains ou britanniques n’avaient pas, eux, perdu de vue Reclus : Marvin Mikesell, David Stoddart, par exemple, et Gary Dunbar dont la biographie d’Élisée Reclus, entreprise dès 1966 et publiée en 1978, est incontournable.

187*

188Depuis le milieu des années 2000, une nouvelle génération de géographes, en France mais aussi dans d’autres pays (Italie, Grande-Bretagne, Espagne, Brésil…), réaborde la géographie reclusienne. Revenant aux sources avec de nouvelles découvertes archivistiques, elle relit les écrits de Reclus avec ceux d’autres géographes anarchistes dans une quadruple perspective : établir une relation épistémologique entre la géographie et l’anarchie, la replacer dans l’histoire des idées géographiques, scientifiques et philosophiques, rechercher une pertinence par rapport à la situation actuelle du monde et dégager les points communs avec la problématique spatiale des mouvements sociaux contemporains. La transdisciplinarité, voire l’indisciplinarité, qui constitue le cœur de cette démarche est celle qui articule L’Homme et la Terre.

189Tel est l’esprit de la « nouvelle démarche scientifique » (Ferretti, 2012) qui a caractérisé les recherches stimulées par les colloques organisés en 2005 à Lyon, Montpellier, Milan, Barcelone et Mexico… L’intérêt porté à Reclus mais aussi à la relation entre géographie et anarchisme en général est confirmé, sur le plan international, par la publication de numéros spéciaux que des revues anglophones comme Antipode (2011) et ACME (2012) viennent de leur consacrer. Y participe la redécouverte de Reclus en Amérique latine grâce, surtout, au colloque Élisée Reclus e a geografia do novo mundo (São Paulo 2011) et à la création du Réseau brésilien d’histoire de la géographie.

Bibliographie

ALAVOINE-MULLER Soizic (2003) : « Un globe terrestre pour l’Exposition Universelle de 1900, l’utopie géographique d’Élisée Reclus ». L’Espace géographique, 2, p. 156-170.

ARRAULT Jean-Baptiste (2005) : « La référence Reclus : pour une relecture des rapports entre Reclus et l’École française de géographie », colloque International Élisée Reclus et nos géographies. Textes et prétextes. Lyon 7-9 septembre 2005, Lefort et Pelletier dir. (2013), p. 161-171.

ARRAULT Jean-Baptiste (2006) : « À propos du concept de méditerranée : expérience géographique du monde et mondialisation ». Cybergeo : European Journal of Geography. http://www.cybergeo.eu/index13093html

BERDOULAY Vincent (1995) : La formation de l’École française de géographie, 1870-1914. 2e éd., Paris, CTHS, 260 pages.

BESSE Jean-Marc (2009) : « La géographie dans le mouvement des sciences au tournant du siècle ». Autour de 1905 : Élisée Reclus - Paul Vidal de La Blache, le géographe, la cité et le monde, hier et aujourd’hui, Jean-Paul Bord et al. éd., Paris, L’Harmattan, 318 pages, p. 271-279.

CORNUAULT Joël (1997) : « Frantisek Kupka, les illustrations et l’ambiance plastique de L’Homme et la Terre ». Cahiers Élisée Reclus, 9, octobre.

CORNUAULT Joël (1999) : Élisée Reclus, étonnant géographe. Périgueux, Fanlac, 164 pages.

CORNUAULT Joël (2008) : Élisée Reclus, six études en géographie sensible. Paris, Isolato, 106 pages.

CREAGH Ronald (2009) : « Pour une géographie des libertés ». Élisée Reclus - Paul Vidal de La Blache, le géographe, la cité et le monde, hier et aujourd’hui, autour de 1905, J.-P. Bord et al. éd., Paris, L’Harmattan, 318 pages, p. 55-66.

DEPREST Florence (2002) : « L’invention géographique de la Méditerranée : éléments de réflexion ». L’Espace géographique, 1, p. 73-92.

DEPREST Florence (2012) : Élisée Reclus et l’Algérie colonisée. Paris, Belin, 142 pages.

DEPREST Florence (2013) : « Reclus et la colonisation de l’Algérie ». Élisée Reclus et nos géographies, textes et prétextes, Isabelle Lefort et Philippe Pelletier coord., Paris, Rouge & Noir, 458 pages, p. 231-267.

DOUGLAS WOLFF Dorothy (1925) : Guillaume De Greef, the social theory of an early syndicalist. Columbia University, 398 pages.

DUNBAR Gary S. (1977) : « Early occurrences of the term “social geography” ». Scottish Geographical Magazine, 93, p. 15-20. Réédité et complété in Dunbar (1996a) : The History of Geography, New York, Utica, chapter 6, 220 pages, p. 46-52.

DUNBAR Gary S. (1978) : Élisée Reclus : Historian of nature. Connecticut, Hamden, Archon, 194 pages.

EREÑO ALTUNA J.-A. (1994) : Lucien Febvre : combates por el socialismo. Bilbao, Universidad de Deusto.

EVA Fabrizio (1997) : « Ritorno al futuro, Reclus contro Ratzel : dalla geopolitica dello stato alla geopolitica dell’ uomo ». Congresso di Trieste, nel centenario della pubblicazione della Politische Geographie di Friedrich Ratzel, 10-12 décembre, communication.

FEBVRE Lucien (1922) : La Terre et l’évolution humaine, introduction géographique à l’histoire. Paris, La Renaissance du livre, 476 pages.

FEBVRE Lucien (1953) : Combats pour l’Histoire. Paris, Colin, 1953.

FEBVRE Lucien (2012) : « Quatre leçons sur le syndicalisme français ». Le Mouvement social, 238, p. 17-51.

FERRETTI Federico (2010a) : « Comment Élisée Reclus est devenu athée. Un nouveau document biographique ». Cybergeo : European Journal of Geography, 493.

FERRETTI Federico (2010b) : « Les Reclus et la Maison Hachette : la première agence de la géographie française ? ». L’Espace géographique, 3 (2010), p. 239-252.

FERRETTI Federico (2011) : L’Occident d’Élisée Reclus, l’invention de l’Europe dans la Nouvelle Géographie universelle (1876-1894). Paris, 2011, 612 pages. Thèse sous la direction de Marie-Claire Robic et Franco Farinelli.

FERRETTI Federico (2012) : « La redécouverte d’Élisée Reclus : à propos d’ouvrages récents ». Echogéo, 21, http://echogeo.revues.org/13173 

FERRETTI Federico (2013) : « Un regard hétérodoxe sur le Nouveau Monde : la géographie d’Élisée Reclus et l’extermination des Amérindiens (1862-1905) ». Journal de la Société des américanistes, 1.

FERRETTI Federico (2015) : « Anarchism, geohistory, and the Annales : rethinking Elisée Reclus’s influence on Lucien Febvre ». Environment and Planning D : Society and Space, 33, p. 347-365.

FERRETTI Federico, PELLETIER Philippe (2013) : « Sciences impériales et discours hétérodoxes : Élisée Reclus et le colonialisme français ». L’Espace géographique, 42-1, p. 1-14.

FERRETTI Federico, PELLETIER Philippe (2015) : « Spatialités et rapport de domination dans l’œuvre des géographes anarchistes Reclus, Kropotkine et Metchnikoff ». Espace et rapports de domination, A. Clerval, A. Fleury, J. Rebotier et S. Weber dir., Rennes, Presses universitaires de Rennes, 402 pages, p. 23-34.

GIBLIN Béatrice (1982) : « Présentation ». Élisée Reclus, l’homme et la terre, Paris, La Découverte, I, p. 5-99.

GRATALOUP Christian (1996) : Lieux d’histoire : essai de géohistoire systématique. Montpellier, RECLUS/La Documentation française, 1996.

ISHILL Joseph (1927) : Élisée and Élie Reclus, in memoriam. Berkeley Heights, The Oriole Press, 362 pages.

KROPOTKIN P. (1893) : « On the teaching of physiography ». The Geographical Journal, II, p. 350-359.

LACOSTE Yves (1981) : « Géographicité et géopolitique : Élisée Reclus ». Hérodote, 22, p. 14-55.

LACOSTE Yves (2005) : « Élisée Reclus, une très large conception de la géographicité et une bienveillante géopolitique ». Hérodote, revue de géographie et de géopolitique, 117, p. 29-52.

LEFORT Isabelle et PELLETIER Philippe éd. (2013) : Élisée Reclus et nos géographies, textes et prétextes. Paris, Rouge & Noir, 458 pages.

LEFORT Isabelle et PELLETIER Philippe (2015) : « Elisée Reclus ou la condition géographie : habiter la terre ». Annales de géographie, 704, p. 338-350.

METCHNIKOFF Léon (1889) : La Civilisation et les grands fleuves historiques, avec une préface d’Élisée Reclus. Paris, Hachette, 376 pages, p. V-XXVIII.

MOULAERT Jan (1996) : Le Mouvement anarchiste en Belgique, 1870-1914. Ottignies, Quorum, 418 pages.

PELLETIER Philippe (2013) : Géographie & Anarchie, Reclus, Kropotkine, Metchnikoff. Paris - Chaucre, Éditions du Monde libertaire - Éditions libertaires, 636 pages.

PELLETIER Philippe (2016) : « Pourquoi Élisée Reclus a choisi la géographie et non l’écologie ». Géographie, écologie, politique. Manifeste pour une géographie environnementale, Denis Chartier et Estienne Rodary dir., Paris, Presses de Sciences Po.

RECLUS Élie (1885) : Les Primitifs, études d’ethnologie comparée, Hyperboréens orientaux et occidentaux, Apaches monticoles des Nilgherris, Naïrs, Khonds. Paris, Chamerot.

RECLUS Élisée (1898) : L’Évolution, la révolution et l’idéal anarchique. Paris, Stock Plus, 210 pages, rééd. 1979. Édition originale 1898 (novembre 1897), septième édition revue et corrigée.

RECLUS Élisée (1911-1925) : Correspondance. Tomes I et II (1911), Paris, Schleicher Frères, édités par Louise Dumesnil ; t. III (1925), Paris, Alfred Costes, édité par Paul Reclus.

RECLUS Élisée (1905-1908) : L’Homme et la Terre. Paris, Librairie universelle, 6 tomes.

RECLUS Paul (1964) : Les Frères Élie & Élisée Reclus, ou du Protestantisme à l’Anarchisme. Paris, Les Amis d’Élisée Reclus, 212 pages.

ROBIC Marie-Claire (1993) : « L’invention de la “géographie humaine” au tournant des années 1900 : les Vidaliens et l’écologie ». Autour de Vidal de La Blache, la formation de l’École française de géographie, Claval Paul dir., Paris, CNRS Éditions, mémoires et documents de géographie, 162 pages, p. 137-147.

SARRAZIN Hélène (1985) : Élisée Reclus ou la passion du monde. Paris, La Découverte, 280 pages ; réédition (2004) : Élisée Reclus ou la passion du monde. Paris, Éditions du Sextant, avec une introduction de Kenneth White, 242 pages.

SCHMIDT di FRIEDBERG Marcella éd. (2007) : Élisée Reclus, natura e educazione. Milan, Bruno Mondadori, 300 pages.

STOCKING G. W. (1987) : Victorian Anthropology. New York, The Free Press.

Notes

1 Institut français d’histoire sociale (IFHS), 14 AS 232, Dossier III, Plan de géographie descriptive soumis à Templier, Zurich, Mars 1872, p. 1.

2 Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits occidentaux, Nouvelles acquisitions françaises (BNF, NAF), ff. 28-29, Lettre d’É. Reclus à P. Pelet, 20 avril 1882.

3 Ibid.

4 Lettre de Berlin, avril 1851, À Mme Reclus, à Orthez, Élisée Reclus, correspondance (1925), III, p. 1-5.

5 Lettre de Riohacha, novembre 1856, Très excellent père, Élisée Reclus, correspondance (1911), I, p. 149.

6 « À partir de 1894, l’occupation principale d’Élisée Reclus fut la rédaction de son (…) grand ouvrage, L’Homme et la Terre (…) ». Reclus Paul (1964), p. 145.

7 Grave Jean (1973) : Quarante ans de propagande anarchiste, présenté et annoté par Mireille Delfau. Paris, Flammarion, 608 pages, p. 460.

8 Musée d’Orsay, exposition Vers des temps nouveaux : Kupka, œuvres graphiques, 1894-1912, 25 juin - 6 octobre 2002.

9 Uytterbrouck André (1986) : « L’“incident Reclus” vu à travers les archives officielles de l’Université Libre de Bruxelles ». Revue belge de géographie, 110-1, p. 23-52.

10 Hem Day (1928) : « Élisée en Belgique ». Science… et conscience, Élie et Élisée Reclus, Éditions du Semeur, 66 pages, p. 14-15.

11 Chiche Jean-Marc (2013) : « Géographie sociale versus philosophie de l’histoire ». À contretemps, bulletin de critique bibliographique, 47, p. 29.

12 Lettre à M. Desclozières [sic], Maison Hachette, Paris, 5 juin 1895, Élisée Reclus correspondance (1925), III, p. 184.

13 Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel (BPUN), MS 1991/10, Lettre d’É. Reclus à C. Schiffer, 3 février 1904. Voir Élisée Reclus correspondance (1925), III, p. 271.

14 Ibid., Lettre d’É. Reclus à Ch.  Schiffer, 7 mars 1904.

15 GARF (Moscou), 1129, op. 2 khr 2103, f. 59, Lettre d’É. Reclus à P. Kropotkine, 3 décembre 1894.

16 Dunbar Gary S. (1977) : « Early occurrences of the term “social geography” ». Scottish Geographical Magazine, 93, p. 15-20. Réédité et complété par Dunbar (1996), p. 46-52.

17 Rhein Catherine (1982) : « La géographie, discipline scolaire et/ou science sociale ? (1860-1920) », Revue française de sociologie, XXIII, p. 223-251. Dollfus Olivier (1977) : « Anthropologie et sciences naturelles », L’Espace géographique, 3, p. 210-216. Ellen Roy (1988) : « Persistence and change in the relationship between anthropology and human geography », Progress in Human Geography, 12-2, p. 231-257.

18 Dunbar (1996), op. cit.

19 Andrews Howard (1985) : « Early uses of the term ‘social geography’ : H. Gougeon’s Essai sur l’enseignement de la géographie (1873) : a note », Scottish Geographical Magazine, 101-3, p. 179-182. Berdoulay Vincent (1995) : La Formation de l’école française de géographie, 1870-1914, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 260 pages, p. 170.

20 Savoye Antoine (1988) : « Paul de Rousiers, sociologue et praticien du syndicalisme ». Cahiers Georges Sorel, 6, p. 52-77.

21 Ozouf-Marignier Marie-Vic (2003) : « La monographie de “pays” : le conflit entre science leplaysienne et géographie autour d’un monopole (1890-1910) ». Revue d’histoire des sciences humaines, 2-9, p. 13-35.

22 Savoye (1988) op. cit., p. 58.

23 Berdoulay (1995), p. 170. Par exemple, critique par Reclus du livre de Demolins Les Français d’aujourd’hui dans L’Humanité nouvelle, 3, 1893, p. 628-632.

24 Robic Marie-Claire (1993) : « L’invention de la “géographie humaine” au tournant des années 1900 : les vidaliens et l’écologie ». Autour de Vidal de La Blache, la formation de l’école française de géographie, Claval Paul dir., Paris, CNRS Éditions, Mémoires et documents de géographie, 162 pages, p. 137-147, p. 138.

25 Durkheim Émile (1899) : « Friedrich Ratzel, Anthropogéographie ». L’Année sociologique, 3, p. 3-9, p. 9.

26 Claval Paul (1998) : Histoire de la géographie française de 1870 à nos jours. Paris, Nathan université, 548 p., p. 111.

27 Canguilhem Georges (1968) : Études d’histoire de philosophie des sciences concernant les vivants et la vie. Paris, Vrin, p. 72.

28 Par exemple Livre 1, chap. 3.

29 Système de politique positive (1852), II, p. 26.

30 Kremer Marietti Angèle (1977) : L’Anthropologie positiviste d’Auguste Comte. Université Paris IV, thèse.

31 Système de politique positive (1851), I, p. 640.

32 Ibid., p. 665.

33 Bertillon Jacques, Alphonse et Georges (1883) : La Vie et les Œuvres du docteur L.-A. Bertillon. Paris, Masson, 164 p., p. VI.

34 Monod-Broca Philippe (2001) : « Paul Broca, un cerveau méconnu ». Biométrie humaine et anthropologie, 19, 3-4, p. 127-134.

35 Hamonet Claude (2001) : « Paul Broca, inventeur oublié de l’anthropologie ». Biométrie humaine et anthropologie, 19, 3-4, p. 175-179, d’après une communication personnelle de M. Guesnon.

36 Bertillon Suzanne (1941) : Vie d’Alphonse Bertillon, inventeur de l’anthropométrie. Paris, Gallimard, chap. 1.

37 Bertillon Louis-Adolphe (1860) : « Revue de biologie ». Presse scientifique des deux mondes, revue universelle du mouvement des sciences pures et appliquées, 1, p. 120.

38 Bertillon Louis-Adolphe (1872) : « De l’influence du milieu ou Mésologie ». La Philosophie positive, IX, p. 309-320. Jourdy M.-E. (1873) : « De l’influence du milieu ou Mésologie ». La Philosophie positive, X, p. 154-160.

39 The Structure and Distribution of Coral Reefs (1842) et Geological Observations on South America (1846). Le premier texte n’est traduit en français qu’en 1877, le second en 1902.

40 Matteuzzi Augusto (1900) : Les Facteurs de l’évolution des peuples, ou l’influence du milieu physique et tellurique et de l’hérédité des caractères acquis dans l’évolution et la dissolution des peuples. Bruxelles, Mayolez et Audiarte, 412 pages.

41 Ce terme « d’ambiance » est probablement une traduction du mot italien « ambiante », lequel rend le mot français de « milieu ».

42 Enckell Marianne (2009) : « Note sur l’histoire d’un mot ». Réfractions, recherches et expressions anarchistes, 23, p. 5-7.

43 Dans un cours, puis repris dans un texte deux ans après. Van Beneden Pierre-Joseph (1875) : Les Commensaux et les parasites. Bibliothèque scientifique internationale, Paris, Germer Baillière, livre II : « Mutualistes », p. 69.

44 « De l’action humaine sur la géographie physique, l’homme et la nature ». La Revue des Deux Mondes, XXXIV-54, 15 décembre 1864, p. 762-771.

45 Préface de La Civilisation et les grands fleuves historiques de Metchnikoff (1889), p. XIX.

46 Kearns Gerry (2013) : « Interpréter les différences mondiales ». Élisée Reclus et nos géographies, textes et prétextes, Isabelle Lefort et Philippe Pelletier coord., Paris, Noir & Rouge, 458 pages, p. 277-289, p. 289.

47 Reclus Élisée (1898) : « Pages de sociologie préhistorique ». L’Humanité nouvelle, février. Voir H&T, Livre 1, chap. III « Travail ». Peut-être la transformation du titre s’est-elle faite sous l’influence de Mécislas Golberg qui avait prononcé en 1895 au Congrès de l’Institut international de sociologie un mémoire sur L’Origine des races et la division du travail. Dans la mesure où, à notre connaissance, Reclus ne cite ni Goldberg, ni Henry Lewis Morgan, lequel est l’un des principaux inspirateurs de Golberg (et d’Engels), il ne s’agit que d’une hypothèse.

48 Despy-Meyer Andrée (2004) : « Élie Reclus, un ethnologue et un mythologue méconnu ». Les Amis de Sainte-Foy et de sa région, 84-2, p. 8-20.

49 Par exemple, en ce qui concerne Vidal, dans Principes de géographie humaine, 1921, réédition 2015 en ligne, ENS Éditions, http://books.openedition.org/enseditions/338

50 Despy-Meyer (2004), « Élie Reclus, un ethnologue et un mythologue méconnu ». Op. cit.

51 Élisée Reclus, correspondance (1925), III, p. 232, Lettre d’Élisée Reclus à Pierre Kropotkine du 8 janvier 1901.

52 Korinman Michel (1987) : Friedrich Ratzel, la géographie politique, les concepts fondamentaux. Paris, Fayard, 230 pages, p. 151.

53 Bibliothèque nationale de France, Département des Manuscrits occidentaux, Nouvelles acquisitions françaises, 16798, f. 75 [copie de la lettre de démission] et f. 80, Lettre d’É. Reclus à P. Pelet, 7 décembre 1884.

54 Lebensraum (1901), p. 51.

55 ÉRIA (1898). rééd. Stock Plus (1979), p. 93.

56 Ibid., p. 93-100.

57 Dans ce livre, Febvre se réfère douze fois à Reclus, huit fois à Ritter, quarante fois à Ratzel (qu’il critique) et quarante-six fois à Vidal (qu’il salue in fine).

58 Febvre Lucien (1922) : La Terre et l’évolution humaine, introduction géographique à l’histoire. Paris, La Renaissance du livre, 476 pages, p. 19.

59 Febvre Lucien (1909) : « Une question d’influence, Proudhon et le syndicalisme contemporain ». Revue de synthèse historique, XIX-56, p. 179-193 ; (1946) : « Du fédéralisme et de Proudhon ». Annales, Économies, Sociétés, Civilisations. 1-3, p. 264-265.

60 Maillard Alain (2005) : « Les temps de l’historien et du sociologue, retour sur la dispute Braudel-Gurvitch ». Cahiers internationaux de sociologie, 119, p. 197-222.

61 Conclusion de la Nouvelle Géographie universelle, t. XIX (1894).

62 Vidal de La Blache Paul (1904) : « Nécrologie – F. Ratzel ». Annales de géographie, 13-72, p. 466-467.

63 L. G. [Lucien Gallois] (1905) : « Élisée Reclus ». Annales de géographie, 14-76, p. 373-374.

64 Vidal de La Blache Paul (1905) : « La conception actuelle de l’enseignement de la géographie ». Annales de géographie, 14-75, p. 193-207, p. 197.

65 Girardin Paul et Brunhes Jean (1906) : « Conceptions sociales et vues géographiques : la vie et l’œuvre d’Élisée Reclus (1830-1905) ». Revue de Fribourg, 4, avril, p. 274-287 ; 5, mai, p. 335-365 ; p. 284.

66 Ibid., p. 284-285.

67 Ibid., p. 286.

68 Ibid., p. 359.

69 Brunhes Jean (1910) : La Géographie humaine, essai de classification positive, principes et exemples. Paris, Félix Alcan, 848 pages, n. 1., p. 40.

70 Lettre de juin 1908 citée par Marie-Claire Robic (1993) : « Jean-Brunhes, un “géo-photo-graphe” expert aux Archives de la Planète ». Jean Brunhes, autour du monde, regards d’un géographe, regards de la géographie, Mariel Jean-Brunhes-Delamarrae et Philippe Pinchemel dir., Paris, Musée Albert-Kahn et Vilo, 342 pages, p. 119.

71 Brunhes Jean (1934) : La Géographie humaine, quatrième édition revue par Mariel Jean-Brunhes Delamarre et Pierre Deffontaines. Paris, Félix Alcan, 578 pages, volume 1, n. 1., p. 38. Cf. Lacoste (1981), op. cit., p. 36.

72 Brunhes Jean (1921) : Géographie de l’Histoire, géographie de la Paix et de la Guerre sur terre et sur mer (en coll. avec Camille Vallaux). Paris, Félix Alcan.

73 Brunet Roger et al. (1992) : Les Mots de la géographie, dictionnaire critique. Paris-Montpellier, La Documentation française-GIP Reclus, entrée « possibilisme », p. 358.

74 Cette seconde édition abrégée et mise à jour par Gustave Goujon, Aimé Perpillou et Paul Reclus publiée par Armand Colin en 1931 vient d’être rééditée par Hervé Trinquier en trois volumes (670, 692 et 688 pages). Antony, Éditions Tops / H. Trinquier, 2007.

75 Perret Robert (1952) : « À propos de l’achèvement de la Géographie universelle : vingt années de Géographie française ». Annales de géographie, 61, 324, p. 81-97, p. 85.

76 Meynier André (1969) : Histoire de la pensée géographique en France (1872-1969). Paris, PUF, 226 pages, p. 12-13.

77 Ibid., p. 13.

Acheter