Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La construction de l'enseignement secondaire (1802-1914)

 | 
Philippe Savoie

Préface

Antoine Prost

Texte intégral

  • 1 Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, 614 pages.

1Le livre de Philippe Savoie renouvelle en profondeur notre connaissance de l’enseignement secondaire de 1802 à 1914. Jusqu’ici, nous disposions, pour l’essentiel, de deux grands livres, la thèse de Paul Gerbod, La condition universitaire en France au XIXe siècle (1965), centrée sur le corps enseignant, et celle de Clément Falcucci, L’humanisme dans l’enseignement secondaire en France au XIXe siècle (1939), qui s’attachait à l’orientation et au contenu des études. Avec la parution récente de L’école d’État conquiert la France, Jean-Michel Chapoulie nous a fourni des éclairages très neufs sur les lycées et collèges1, mais il les a traités avant tout dans leur rapport au développement de la scolarisation. D’où l’immense intérêt de l’ouvrage qu’on va lire : c’est la première histoire d’ensemble de l’enseignement secondaire au XIXe siècle.

  • 2 Paris, INRP-Economica, 2000, 745 pages avec 12 pages d’index thématique.

2L’auteur était mieux armé que quiconque pour l’entreprendre. Depuis de nombreuses années, il s’était placé au cœur même du ministère et de sa direction de l’enseignement secondaire, analysant sa production réglementaire pour nous fournir un magniique outil de travail, dans la droite ligne des missions assignées dès sa création au Service d’histoire de l’enseignement de feu l’Institut national de recherche pédagogique (INRP), avec l’imposant recueil de textes oiciels intitulé Les enseignants du secondaire, le corps, le métier, les carrières, t. 1, 1902-19142. Mais, connaissant mieux que d’autres la distance qui sépare un texte de son application, il s’était aussi attaché à retrouver la réalité concrète des établissements, en exploitant les rapports envoyés au ministère. Il a eu aussi le courage de s’attaquer aux statistiques exceptionnellement riches du XIXe siècle : elles permettent d’apprécier les efectifs d’élèves dans leur diversité de classe et de statut, comme le fonctionnement pédagogique de ces « maisons ». Philippe Savoie a ainsi construit avec son objet d’étude une familiarité au long cours et de large empan qui nous a déjà valu plusieurs articles marquants sur des sujets particuliers.

3L’histoire qu’il nous retrace s’articule autour de deux évolutions étroitement solidaires, l’une institutionnelle, l’autre pédagogique. On part d’une logique d’établissements dédiés aux humanités désintéressées. Chaque lycée ou collège était tenu d’équilibrer son budget avec les rétributions scolaires et les frais de pension versés par les familles, ou par l’État dans le cas des boursiers. C’était, pour les chefs d’établissement, une incitation forte à recruter des élèves. En réalité, l’internat faisait vivre leurs « maisons ». Il ne répondait pas seulement aux diicultés géographiques d’accès, dans une France aux voies de communication encore rustiques. Il participait d’une pédagogie reposant sur de nombreux devoirs écrits, avec une alternance de classes de deux heures, l’une le matin, l’autre l’après-midi, et d’études dont l’horaire était nettement plus important et qui étaient consacrées aux devoirs et à la rédaction des cours. L’analyse ine que fait l’auteur, par établissement, du poids des pensionnaires et demi-pensionnaires montre la persistance de cette structure relativement stable. Elle impliquait l’existence, à côté des professeurs ou régents, d’un personnel moins qualiié mais important de « maîtres d’études », chargés de surveiller les devoirs et d’aider éventuellement les élèves. Ce personnel subalterne posait un problème récurrent, auquel l’administration répondit par des gratiications symboliques – le nom de « répétiteur » – et surtout par une organisation informelle des carrières qui leur permettait d’accéder au professorat des collèges, de même que les professeurs de collèges accédaient à des charges de cours de lycées.

4Ce « modèle humaniste », comme l’appelle Philippe Savoie, se désagrège sous l’inluence de plusieurs évolutions. Celle des mœurs, qui fait apparaître l’internat à la fois malsain – l’éducation « homicide » de Victor de Laprade – et anormal, la place des enfants étant dans leur famille. Celle de l’enseignement, qui ne cesse de se spécialiser lentement, avec l’introduction de matières nouvelles qui font éclater le couple classe/études tandis que se développe un secondaire moderne. Celle du corps enseignant, dont les républicains relèvent le niveau en lui apportant le sang neuf de professeurs formés par un véritable enseignement supérieur, ce qui restreint sensiblement les possibilités de promotion des professeurs de collèges, et par contrecoup, des répétiteurs. Celle enin des équilibres inanciers, car le recul de l’internat et l’augmentation du nombre des enseignants entraînent des déicits que l’État, initiateur de cette politique, comble par un accroissement massif de ses subventions. Il s’ensuit une crise à laquelle la réforme de 1902 donne une réponse qui, pour l’essentiel, tiendra jusqu’aux années gaulliennes.

5Au fil des années de gouvernement républicain, c’est bien un service public qui émerge ainsi. Certes, l’enseignement reste payant jusqu’en 1930, mais le principe initial d’établissements équilibrant leur budget par leurs propres ressources a été délibérément abandonné pour celui de la subvention d’équilibre. L’État admet que les ressources de l’externat ne peuvent à elles seules en assurer le fonctionnement et il en comble le déicit tout en prenant des précautions pour éviter qu’il ne se creuse.

6L’histoire, ici, invite à la rélexion. La logique d’établissement qui prévalait au début du XIXe siècle n’est pas très diférente de l’idéologie libérale si puissante au début du XXIe. Elle se justiiait par la conception de la culture humaniste, dont les établissements secondaires se voulaient le temple, et qui se voulait inutile pour mieux s’airmer « désintéressée ». Philippe Savoie le souligne à juste titre, cette conception était déjà fortement critiquée à la veille de la Révolution française, et sa restauration dans la France bourgeoise du XIXe siècle est quelque peu surprenante. Elle répondait pourtant à des aspirations assez profondes comme l’attestent l’échec du Second Empire à la réformer et l’évolution de l’enseignement spécial, qui se voulait utile, vers des humanités modernes sans but concret : l’anglais pour lire Shakespeare, pas pour demander son chemin outre-Manche ou lire le Times. C’est que l’enseignement secondaire assumait une fonction de distinction. À l’heure des textos et des SMS, les formules de politesse se font rares et courtes, mais les lettres se terminent encore souvent par l’échange de sentiments « distingués », quand ce n’est pas de « considération distinguée ». Cette curiosité linguistique, typiquement française, mérite d’être relevée : quel sens donner à ces formules ? Qui est « distingué » : le signataire ou le destinataire ? La question n’a pas de sens car la formule, qui devient archaïque, n’était que la revendication d’une appartenance commune à l’élite.

7Dans cette perspective, il était logique que l’enseignement secondaire fût payant, et que l’État n’ait pas à en combler les déicits. Si les républicains en viennent à le inancer, et de façon substantielle comme ce livre l’établit – c’est qu’ils se démarquent doublement de cette conception. D’une part, ils estiment, à des degrés divers, que l’enseignement secondaire est utile à la société, et pas seulement aux familles qui le recherchent. On retrouve ici l’héritage de Condorcet. D’autre part, ils entreprennent de moderniser cet enseignement, de développer notamment les sciences, dont ils pensent qu’elles sont globalement facteur de progrès, ce qui entraîne des coûts supplémentaires qu’ils assument.

8Il ne faudrait pourtant pas se tromper : le service public vers lequel s’orientent les républicains de 1902 refuse l’uniformité jacobine. Ils veulent que les établissements bénéicient d’une réelle autonomie. Ils donnent par exemple à leurs conseils d’administration la capacité de créer des chaires, pour rendre possibles des enseignements adaptés aux besoins locaux. Ils laissent aux chefs d’établissement la responsabilité des personnels de l’internat. Ils négocient avec les municipalités. La problématique de la décentralisation et de l’adaptation au local n’est pas une découverte récente : elle est présente dès la mise en service public de l’enseignement secondaire.

9Cet ouvrage éclaire ainsi d’un jour nouveau bien des aspects actuels de notre enseignement. En analysant le passé, il explique le présent. C’est la démarche même de l’histoire. « L’histoire qui sert est une histoire serve », disait Lucien Febvre. Mieux vaudrait dire qu’une histoire serve ne sert à rien : elle est inutile car elle se borne à conforter les certitudes et à légitimer les préjugés. Quand elle est rigoureuse, scientiique, scrupuleuse, c’est-à-dire libre et désintéressée, comme Philippe Savoie la conçoit et la pratique, l’histoire fait comprendre l’aujourd’hui. Par quoi elle surmonte l’opposition de l’utilitaire et du désintéressé, si caractéristique de l’humanisme secondaire. Peut-être est-ce à ce statut qu’elle doit l’importance qu’elle a prise dans la modernisation de cet enseignement : elle échappait à la querelle des anciens et des modernes et chaque camp pouvait la revendiquer. En ce sens, elle est irremplaçable, faisant œuvre à la fois de culture et d’insertion politique et sociale. C’est pourquoi l’on souhaite à ce livre de ne pas intéresser seulement des historiens, mais aussi les actuels responsables et les éventuels réformateurs de notre système éducatif : le lire est tout, sauf du temps perdu.

Notes

1 Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, 614 pages.

2 Paris, INRP-Economica, 2000, 745 pages avec 12 pages d’index thématique.

Auteur

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540