Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habiter le transnational

 | 
Loïs Bastide

Conclusion

Texte intégral

1Les migrations TKI, dans la mesure où elles se construisent à l’intersection entre des dynamiques locales, régionales et globalisées, s’inscrivent résolument dans le cadre des nouvelles migrations internationales. Les envisager à partir d’une approche situationnelle, d’inspiration pragmatiste, permet de conjuguer une perspective qualitative, centrée sur l’action située, et une approche empirique des effets de structure ; ce cadre conceptuel permet de tenir ensemble la description « indigène » d’expériences subalternes et des processus socioculturels plus amples, inscrits sur des réseaux de pratiques et d’acteurs plus longs, qui participent à les reléguer, précisément, en cette marginalité sociale, politique et culturelle. En décrivant ces phénomènes dans leur spatialité et leur historicité singulières, en rendant justice à leur épaisseur sociale, politique et culturelle, l’enjeu était de montrer aussi que ces nouvelles circulations construisent une certaine figure de la modernité et expriment le caractère toujours situé des effets de globalisation : les migrations TKI permettent d’aborder la question de la globalisation des imaginaires sociaux, du capital et des géographies productives. Elles interrogent aussi la circulation de formats normatifs, relatifs par exemple à la structuration des relations d’emploi, à la construction des relations de genre, ou à la circulation des normes culturelles. Ce faisant, nous espérons avoir versé des éléments de compréhension à l’étude des nouvelles migrations internationales, au regard des effets de globalisation, et du point de vue de l’approche des sociétés régionales.

2La perspective transnationale permet de tenir la description au plus près des expériences et de préserver la force des situations ethnographiques, en déplaçant l’observation en différents lieux. Plus qu’un simple changement de point de vue théorique, cette approche engage une pratique ethnographique multisite par laquelle le chercheur s’expose à la variation des points de vue dans les espaces transnationaux, conçue comme épreuve fondatrice des expériences migratoires. La mobilité des points de vue ethnographiques produit des effets heuristiques intéressants parce que les lieux résonnent les uns avec les autres, les uns contre les autres, en sorte que des dynamiques sociales souterraines, invisibles à un endroit, sont ailleurs mises en évidence. Ici la question du genre est particulièrement éclairante parce qu’elle montre la fécondité de l’approche transnationale, non seulement pour décrire les situations en migration, mais pour porter aussi un regard renouvelé sur des dynamiques locales : la configuration des domaines féminins du dicible et de l’indicible, dans les communautés d’origine et en migration, empêche tout à fait de saisir les épreuves migratoires vécues par les femmes à partir d’une enquête conduite de bout en bout dans l’archipel.

3Sur le plan biographique, l’approche transnationale permet aussi de rendre compte de la complexité des effets de « carrière » en montrant que les situations sont vécues à partir de la perception d’un présent, qui renvoie toujours à des emboîtements de situations passées, mobilisées par les sujets pour faire sens de l’actuel, sous l’horizon d’un futur. Ainsi en va-t-il des phénomènes de désynchronisation entre des espaces-temps discontinus et pourtant suturés par les acteurs, lorsque par exemple les migrants s’appuient sur l’invocation d’un passé villageois et l’anticipation d’un retour rêvé pour survivre à des situations de grande détresse sociale et morale, en migration. Ce faisant, les investissements subjectifs dans l’espace se recomposent et participent à former les engagements spatiaux à venir. Par ailleurs, saisir ces reconfigurations à partir d’une théorie de la subjectivation s’avère payant dans des espaces criblés de dispositifs de capture des corps et des subjectivités. Cela permet de faire sens des épreuves de domination et de rendre compte du bruissement continu de micro-résistances pratiques, de leur maillage progressif dans des espaces sociaux où elles produisent des ordonnancements normatifs inédits. Ces processus de subjectivation prennent forme dans la tension entre des processus de corrosion du self qui impliquent des agressions physiques ou morales, et des épreuves de reconnaissance qui lient progressivement les migrants à certains espaces – des lieux, qui sont aussi des espaces normatifs – ou, au contraire, soutiennent l’émergence de subjectivités cosmopolites.

4Comprendre les parcours migratoires suppose ainsi de considérer ces épreuves de subjectivation. Et les paroles migrantes, pour peu qu’on s’y attarde, font entendre des plaintes, des douleurs, mais aussi des effervescences, des nostalgies, des espérances, bref, des attachements, souvent affectifs, qui structurent les espaces vécus et courbent la pure métrique spatiale des espaces transnationaux. De la même façon, le rapport à soi dans le monde varie selon les lieux et dessine des rapports d’adéquation plus ou moins forte entre les possibilités situées d’affirmation d’un sujet et la perception de soi. La perspective sur les migrations gagne en densité quand on considère ces investissements subjectifs en leurs spatialités.

5Sans négliger l’aspect économique, évidemment prépondérant, il faut cependant le lire à partir de ses médiations sociales parce qu’il est toujours saisi à l’intérieur de contextes de réciprocité, lié par des « attachements », des affects et des investissements de sens qui bien souvent rompent les prédicats de la rationalité économique. La coalescence progressive d’espaces sociaux transnationaux de plus en plus consolidés excède par ailleurs largement, dans ses conséquences, la question de ses effets en termes de développement : si les migrations TKI peuvent être envisagées à partir de la question du « capital humain », des recompositions des économies locales ou même, plus finement, des « remises politiques » – political remittances – (Piper 2009), elles gagnent à être lues à partir des ruptures quasi anthropologiques qu’elles introduisent dans l’expérience sociale et culturelle de la localité, c’est-à-dire de l’espace. La notion d’« habiter » permet de saisir mieux les termes de cette rupture et de montrer le rééchelonnement de la vie sociale, désormais conçue et vécue sous les auspices du transnational. Des manières inédites d’habiter le social et de résider dans l’espace, vécues à partir de la dispersion des investissements individuels et collectifs, produisent des expériences différenciées, fortement genrées. Leur prise en charge analytique permet d’affiner encore la compréhension des circulations, en décrivant les ancrages locaux à partir des possibilités d’actualisation des ressources accumulées en migration et des recompositions du rapport à soi dans le monde.

6Habiter le transnational, au-delà des recompositions économiques et des mobilités, c’est faire l’épreuve de la transnationalisation des expériences, individuelles et collectives, dans un nouveau régime socio-spatial.

7Au moment de conclure, au vu des phénomènes globaux de rétractation de l’État-providence (Beck 2001) et des processus de délégation des services publics au secteur privé, au regard aussi des dynamiques contemporaines de dispersion globale des « chaînes de valeur » et des procès de production, et du point de vue enfin de la consolidation « par le bas » des migrations transnationales, il faut constater que ce type de migration semble appelé à durer. Du moins faut-il constater que les migrations transnationales forment une réponse cohérente, sinon désirable, à une série de dilemmes politico-économiques liés aux processus de globalisation en cours. Au sein de la grande Asie, en tout cas, ce modèle s’impose. L’industrialisation des migrations de travail s’accentue et organise la croissance continue des flux migratoires et la consolidation d’un secteur économique puissant et solidement arrimé aux appareils d’État, dans les pays d’origine et de migration. La production d’une underclass transnationale semble avoir de l’avenir alors que les effets de path dependency renforcent ces dynamiques et marginalisent les réponses alternatives à de vraies questions – comment répondre aux besoins du développement local et à l’étroitesse des marchés de l’emploi, dans les pays d’origine ? Comment organiser, au niveau sociétal, le compromis politique entre redistribution et développement économique, dans les pays d’accueil ?

8Aujourd’hui ces migrations existent et les retournements circonstanciels des politiques migratoires, plus qu’ils ne régulent le débit des flux circulatoires, tendent surtout à les projeter, alternativement, dans le domaine du souterrain et de l’irrégularité ou dans le champ de l’officialité. Le récent moratoire décrété par l’Arabie Saoudite sur le recrutement des travailleuses domestiques indonésiennes et philippines a abouti, au moment d’écrire ces lignes, à stimuler les flux irréguliers, au même titre d’ailleurs que le moratoire promulgué en 2009 par l’Indonésie sur le placement de travailleuses domestiques en Malaisie. La force de la demande, d’une part, la puissance et l’inclusion de l’impulsion mobilitaire dans les processus de sociation, d’autre part, se renforcent mutuellement et rendent peu probable un tarissement à court terme ; à l’heure où l’agence publique chargée des migrations en Indonésie songe à insérer le placement de travailleurs à l’étranger comme élément de discussion dans les négociations bilatérales avec les partenaires commerciaux, toute décrue semble effectivement improbable.

9Progressivement, cependant, l’industrialisation des mobilités humaines laisse poindre des voix migrantes, dissidentes, inaudibles auparavant et qui ouvrent d’autres perspectives sur la complexité des expériences migratoires, vécues de l’intérieur. Depuis quelque temps, à la suite de la médiatisation croissante des cas de maltraitance, particulièrement dans les pays du Golfe et en Malaisie, une parole résonne, relayée par certaines ONG et portée par des femmes migrantes, pour réclamer non pas l’arrêt du commerce des maids mais son encadrement juridique et la reconnaissance de la dignité de cet emploi – de la dignité dans cet emploi. Cette demande est particulièrement subversive parce qu’elle remet en question l’ordre des dignités dans les hiérarchies professionnelles, de genre et de la citoyenneté. Elle indique aussi la volonté, si on veut bien l’écouter, de pérenniser des circulations aujourd’hui devenues bien davantage qu’un gagne-pain, quand le transnational est le seul lieu pour ces formes d’individuation féminines où se réaliser, quand bien même dans la douleur et la précarité.

© ENS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable