Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habiter le transnational

 | 
Loïs Bastide

Existences transnationales

Introduction

Texte intégral

1En multipliant les « prises de position » et les points de vue entre ancrages et circulations, nous avons caractérisé les nouveaux espaces de la migration : espaces disjoints et articulés, dont les propriétés sociales n’apparaissent qu’au prix de cette oscillation qui éclaire l’aspect irréductiblement situé des épreuves vécues. Au fil de ce cheminement, nous avons été conduits à produire, pour preuves, des expériences parcellaires ou des fragments biographiques pour mettre en évidence les régularités qui font la migration comme « épreuve » sociale, d’une part, et les propriétés des espaces-temps agencés par la réitération des parcours et l’institutionnalisation des routes migratoires, d’autre part. Il est temps maintenant d’inverser la perspective pour aborder la migration au prisme des épreuves vécues : du point de vue des acteurs.

2En premier lieu, ce renversement suppose d’envisager les espaces transnationaux du point de vue des investissements de sens auxquels ils donnent lieu dans les imaginaires sociaux. C’est à cette condition qu’on sera en mesure de comprendre ce que signifie ce nouvel horizon pour les populations concernées, les nouvelles possibilités d’action qu’il ouvre et la transformation du rapport à l’espace dont il est porteur. Les décloisonnements contemporains de l’expérience locale, à Banyu Putih, ont en effet donné lieu à la production de nouveaux discours, de nouvelles conceptions, de nouvelles pratiques, à la production, la mise en circulation et l’allocation de biens moraux qui laissent entrapercevoir la consolidation de normes communes, liées aux épreuves transnationales.

3Esquisser les contours incertains de cette culture naissante – et conflictuelle – nous permettra de saisir mieux les conditions des départs et des retours, l’organisation sociale de la sortie et de la réintégration au sein du collectif. Ceci posé, on pourra alors envisager les « épreuves » vécues sur les routes migratoires. Comme on l’a dit, ces « épreuves » sont particulièrement contraintes par les processus de production du travail transnational mis en place entre les trois pays. Ces processus débouchent sur des situations de domination et de contrôle plus ou moins sévères, qui rencontrent des résistances individuelles et collectives dont il faudra rendre compte. Au sein d’espaces striés de dispositifs disciplinaires, ces épreuves sont particulièrement structurantes et donnent lieu à des processus de subjectivation singuliers.

4Nous serons alors en mesure de proposer une description heuristique des nouvelles « carrières socio-spatiales » frayées dans ces espaces, en montrant que les rythmes et les géométries des circulations ont affaire avec la multiplication des « attachements », distribués dans des espaces transnationaux, au fil des parcours individuels. L’analyse de ces parcours permettra de dégager, en conclusion, différentes manières de faire avec l’espace, c’est-à-dire d’habiter le transnational.

© ENS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable