Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habiter le transnational

 | 
Loïs Bastide

Les espaces transnationaux, entre fixation et mobilité

Chapitre VI

Routes migratoires, mobilités, immobilisation

Texte intégral

  • 1 La Malaisie et Singapour ne sont d’ailleurs signataires ni de la convention des Nations unies de 1 (...)
  • 2 En Malaisie comme à Singapour les « élites circulantes » sont mobilisées non seulement pour leur t (...)
  • 3 On trouvera une discussion extensive des modalités d’inscription de ces populations allogènes au s (...)

1En Malaisie et à Singapour la figure du migrant TKI fait l’objet de constructions sociales et politiques très ambivalentes. D’une part, elle renvoie à l’indésirabilité du corps migrant, perçu comme agent de contamination de la « communauté imaginée » (Anderson 1991) dans les sociétés d’accueil. D’autre part elle renvoie à la réduction désirable du corps migrant à un pur quantum énergétique, force de travail fongible sans restes dans la machine (re)productive. En cela le migrant TKI se distingue de la figure du réfugié, d’une part, incarnation d’une pure « superfluité humaine » (Agier 2008, p. 33)1, et des élites circulantes, d’autre part, désirables et politiquement désirées non seulement pour leur travail, mais en leur intégrité personnelle2. Le migrant de travail pose un dilemme aux gouvernements. Face à ces contraintes opposées l’effort des pouvoirs publics, en Malaisie et à Singapour, porte simultanément sur l’organisation de l’extraction maximale de la force de travail et sur le contrôle strict du corps migrant, perçu comme risque politique en ce qu’il trouble les processus de consolidation des communautés nationales dans des pays récents, hantés encore par le sentiment de leur propre fragilité.3

2Pour décrire la mise en place de ces formes de contrôle et d’extraction du labeur, Xiang Biao parle de « transplantation » du travail (Biao 2008) – labor transplantation. Ce processus consiste moins, pour lui, à déplacer des personnes qu’à transférer une pure quantité énergétique, mécanique ou affective (dans le cas du travail domestique). Johan Lindquist acquiesce à cette idée en suggérant également de substituer la métaphore du transplant à celle du flux pour décrire les migrations TKI, dans la mesure où il s’agirait moins de produire de la mobilité que de déplacer (transplanter) l’immobilité contrainte de travailleurs prolétarisés (Lindquist 2010a, p. 116). Cependant ces métaphores manquent un aspect crucial du processus parce qu’elles élident précisément ce qui se joue dans l’entre-deux des circulations, c’est-à-dire les modalités de mise en relation, sur un plan transnational, de conditions et de positions économiques, politiques et sociales en Indonésie et dans les pays de destination. Or, tant les processus de distribution des migrants sur les marchés du travail que les formes spécifiques d’inclusion/exclusion politique et d’immobilisation dans l’emploi auxquelles ils sont soumis se préparent, pour une large part, sur les sentes de la migration, dans l’intervalle précisément que ces conceptualisations réduisent à l’état de boîte noire.

  • 4 Dans le parler migrant, l’expression désigne les quartiers, souvent des dortoirs, dans lesquels so (...)

3Pour éviter cet angle mort, il convient de se pencher sur les propriétés des routes migratoires ; on observe, ce faisant, qu’elles se composent par la mise en relation conjoncturelle, par le truchement des acteurs impliqués dans l’industrie migratoire, de lieux entre lesquels les migrants circulent (où, plus justement, ils sont mis en circulation) et où ils vivent des épreuves de dépossession de soi : centres de formation, zones frontières, camps de rétention, kongsi4, camps auto-installés en forêt, en bordure de Kuala Lumpur ou dans des friches urbaines, espaces de travail (usines, espaces domestiques pour les maids, chantiers où vivent des hommes, parfois des femmes, voire des familles), ou encore figures chronotopiques des bus dédiés au transport des travailleurs migrants (bas pekerja – bus pour travailleurs), icônes familières des paysages malaisiens. La mise en réseau de ces lieux dessine un « archipel de l’exception » (Ramoneda 2008) où le droit commun est suspendu et qui organise la ségrégation des migrants, à destination : cette ségrégation, en retour, assure l’extraction maximale de leur force de travail et vise la neutralisation de leur dangerosité biopolitique, dans les deux pays.

4Comprendre les formes de contrôle et d’extraction du travail migrant, en Malaisie et à Singapour nécessite ainsi de considérer les propriétés de ces lieux, la nature des lignes qui les relient et les parcours qui s’y décrivent.

Morphologie des routes migratoires

  • 5 Pour Balai latihan kerja luar negri (centre de formation au travail pour les migrants). En droit, (...)

5En droit, les routes migratoires devraient s’organiser selon les étapes suivantes : inscription des migrants auprès du bureau local du Depnaker, intégration d’une entreprise de placement, immobilisation dans un penampungan, formation au sein d’un BLKLN5, transit éventuel dans un ou plusieurs penampungan supplémentaires dont le dernier est d’habitude situé à proximité des points d’embarquement vers la destination finale ; en Malaisie ou à Singapour les parcours se poursuivent typiquement avec la réception par une entreprise partenaire, avant placement définitif auprès d’un employeur. Les étapes peuvent se multiplier et rallonger plus ou moins les parcours selon le nombre de transactions dont les travailleurs font l’objet et qui organisent leur circulation. D’un point de vue structurel, les parcours se composent ainsi par combinaisons d’étapes et par articulation de segments de routes, comme le montre le tracé de Riani :

Agée de 24 ans, d’ascendance javanaise, Riani est originaire du Lampung à la pointe méridionale de Sumatra. À 19 ans, employée à l’époque dans une usine de Tanggerang, banlieue industrielle du Grand Jakarta, elle décide de tenter sa chance en Malaisie pour fuir un amour déçu. Elle sollicite un calo, à Jakarta. Par son intermédiaire, elle est placée auprès d’une PT qui la stationne pendant plus de deux mois dans un penampungan surpeuplé où les femmes s’entassent en attendant la délivrance du calling visa qui déclenchera leur départ. Elle subit le harcèlement verbal à connotation sexuelle des deux gardiens (satpam) chargés de leur surveillance. Les femmes n’ont droit qu’à une sortie hebdomadaire ; la rétention des passeports assure leur docilité. Elle est ensuite transférée à Dumai où elle est confiée à une famille qui l’héberge quelques jours avec d’autres jeunes femmes en attente de placement, trois Javanaises et une autre, originaire de Sumatra. Elle est alors déplacée vers un troisième penampungan, à Tanjung Pinang, d’où est organisée sa traversée vers Johor Baru ; là, elle est réceptionnée par un agent et placée comme employée domestique dans une famille malaisienne.

  • 6 Par exemple, certaines nationalités de migrants peuvent faire l’objet d’une vindicte populaire, pl (...)
  • 7 Lorsque l’Indonésie a promulgué un moratoire sur le placement de ses travailleuses en Malaisie, d’ (...)

6La variété des connexions possibles entre les différents lieux (penampungan officiels ou irréguliers, BLKN, entreprises de placement dans les pays d’accueil) et les différents acteurs (PT, passeurs, PT gelap, entreprises de transport, fonctionnaires, élus locaux, agents et calo) ouvre un large éventail de transactions possibles. Jannes E. Wawa, journaliste au quotidien national Kompas, à Jakarta, évoque ainsi le cas d’une femme, Cuici, qui aurait changé de mains huit fois avant son placement définitif en Malaisie (Wawa 2005, p. 41). Cette modularité et les possibilités d’allongement des segments et de leur assemblage dans les chaînes qui composent les parcours individuels participent ainsi à pluraliser les routes migratoires, d’une part, donnent lieu à une individualisation poussée des trajets, d’autre part, et, en bout de parcours, affinent les possibilités de distribution des migrants sur les marchés du travail. Cet assemblage souple d’acteurs, d’espaces et de pratiques interconnectés s’articule, se désarticule et se réarticule en fonction des fluctuations de la demande sociale, économique et politique dans les pays de destination6 et de l’offre, dans les pays d’origine7.

  • 8 Le choix de ces orientations semble répondre surtout à la perception du risque et des opportunités (...)

7Cette souplesse s’appuie en partie sur la capacité des acteurs à nouer des transactions avec des partenaires variés et à diriger les migrants vers des segments de routes officiels, irrégularisés ou criminalisés.8 Certains calo disposent par exemple d’un « portefeuille » d’entreprises clientes, officielles ou souterraines, vers lesquelles ils peuvent orienter indifféremment les candidats au départ au regard des opportunités de marché. Les PT quant à elles disposent généralement d’une clientèle de calo, mobilisables selon la nature des travailleurs recherchés. Elles sont par ailleurs le plus souvent à même de nouer des transactions ponctuelles avec des partenaires officiels ou « sauvages ». Les administrations, selon le type de travail qu’elles effectuent, infléchissent aussi les parcours des migrants et leur statut par rapport aux procédures régulières.

  • 9 En 2011-2012, des procédures de régularisations massives, en Malaisie, participent encore à modifi (...)

8La plasticité des routes migratoires tient ainsi d’abord au fait que les acteurs de l’industrie migratoire, officielle et souterraine, opèrent le plus souvent à l’intersection de routes plurielles, officielles, souterraines et criminalisées ; elle est liée aussi, cependant, à la diversité de leurs composantes (acteurs et actants – textes de lois, papiers d’identité, permis de travail, prescriptions culturelles, bref tout ce qui est mis à contribution dans la production des routes migratoires) qui peuvent occuper des fonctions multiples, définies par les variations de leur position structurale (au sens de l’analyse des réseaux sociaux) sur des routes migratoires variées. La frontière malayo-indonésienne, tour à tour poreuse ou imperméable, participe par exemple au redéploiement cyclique des flux migratoires au gré des pratiques politico-adminsitratives dans les deux pays. Les grandes campagnes d’expulsion, comme les opérations nyah I et II (ops nyah, c’est-à-dire « opérations débarras ») en 1991 et 1992, les expulsions massives de 2002, qui ont donné lieu à presque 400 000 reconduites à la frontière de travailleurs indonésiens irrégularisés (Ford 2006, p. 228), et les opérations les plus récentes, en 2005 (ops tegas, soit « opération fermeté » – Nah 2007, p. 49‑52), 2008 et 2011-2012 ont par exemple toujours été suivies de mesures d’amnistie et de procédures de régularisation et de recrutement dérogatoires qui organisent des retours rapides de main d’œuvre, le redéploiement des travailleurs sur les marchés du travail, et un nouveau partage entre travailleurs réguliers et irréguliers. La modification des conditions d’entrée sur le territoire et d’obtention des visas, en même temps qu’elle régule le volume des flux migratoires, conduit ainsi à des reversements de grande ampleur entre routes souterraines et routes officielles. En 2002 par exemple, des formes de collaboration ponctuelle entre les autorités indonésiennes et les entreprises de recrutement et de placement se sont nouées pour établir et gérer des camps où étaient rassemblés les expulsés à la frontière ; le gouvernement indonésien organisait des procédures accélérées pour la délivrance de cartes d’identités, ouvrant le champ à l’industrie des papiers trafiqués (Wawa 2005, p. 84‑85), tandis que les autorités malaisiennes, submergées par le volume des demandes, peinaient à prendre en charge la régularisation administrative des travailleurs pour pallier les déficits de main d’œuvre, catastrophiques dans certains secteurs industriels et agricoles, du fait des expulsions.9

  • 10 Dans le parler migrant, la pintu belakang désigne les filières irrégulières qui permettent aux mig (...)

9Les camps de rétention, en Malaisie, ont aussi pu servir de centres de recrutement officiels par le biais de procédures dérogatoires, dans certaines circonstances (Jones 2000), très loin donc de leur fonction initiale d’antichambre de l’expulsion ; ils forment par ailleurs des arènes de prédation où les personnels organisent des systèmes d’extorsion tandis que, côté migrants, s’y nouent des filières de retour par la « porte arrière » (pintu belakang10) vers l’Indonésie :

  • 11 Un des lieux de rencontre favoris des migrants indonésiens à Kuala Lumpur.
  • 12 Min, Madurais, 32 ans, travailleur indépendant dans le bâtiment, Kuala Lumpur.

Oui oui. C’est vrai qu’il y a beaucoup d’illégaux [en Malaisie]. Mais les Malaisiens… il y en a qui en profitent aussi. C’est pas très clair. L’immigration, la police… Il y en a qui nous chassent, grand frère. Ils nous chassent, tu sais… En bas, là-bas ou à Kota Raya11. Tu sais ? […] Et puis dans les camps. Quand tu veux rentrer au pays, il y a un truc. Par la prison. Tu donnes ton passeport, grand frère. Même pas en fait. Ils inscrivent… l’officier inscrit ton nom. Et quand tu dois être expulsé, le jour de l’expulsion il t’appelle. […] Tu arrives au camp ce jour-là. Comme ça tu rentres gratis. Par la « porte arrière ».12

  • 13 Le sigle PRT peut se lire pekerja rumah tangga – travailleuse domestique – ou pembantu rumah tangg (...)

10À Singapour le pilotage minutieux et cohérent de l’économie, l’étroitesse territoriale et le raffinement des appareils de police permettent une gestion mieux planifiée. Les routes migratoires sont plus stables et la difficulté d’échapper à la surveillance gouvernementale produit des formes d’irrégularisation plus discrètes, qui passent essentiellement par la mise au travail dans des emplois non versés au contrat d’embauche, ou par la cession irrégulière du travailleur par l’employeur initial à un employeur non contractuel. Ana, à Singapour, a par exemple été employée dans la boulangerie du patron alors qu’elle avait été recrutée comme PRT13 (travailleuse domestique). Puspa fait office de vendeuse dans la quincaillerie de son employeur et effectue les tâches ménagères le matin, avant de commencer au magasin, et le soir, au terme de sa journée. Nur est amenée à circuler dans la famille élargie de son employeur au gré des besoins des uns et des autres. Les parcours d’autres femmes s’étiolent à Batam, au large de Singapour où elles sont vendues dans des « karaokés », euphémisme pour les bordels frontaliers où affluent les clientèles malaisienne et singapourienne, alors que d’autres, stationnées sur l’île, font des allers-retours en ferry pour travailler dans l’industrie du sexe (Lindquist 2010b).

11D’un point de vue morphologique, les routes migratoires s’agencent ainsi à partir d’un nombre restreint de propriétés : 1) elles peuvent s’allonger par multiplication de segments ; 2) leur souplesse tient à la multiplicité des connexions disponibles à chaque étape ; 3) elles se configurent par agencement de segments officiels ou souterrains.

12À partir de ces propriétés des routes migratoires discrètes s’articulent et prolifèrent, où les segments se lient, le plus souvent selon une logique de mitigation des risques pour le « négociant » et de maximisation de ses profits. En fonction de la conjoncture politique et économique les circulations des migrants peuvent alors être allongées considérablement : on a vu des processus de placement se dilater sur plus d’une année, pendant laquelle les migrants ne sont pas laissés improductifs mais sont mis au travail, souvent sous la forme d’un travail forcé, parfois d’un travail sexuel. Elles peuvent a contrario se résumer en quelques jours, en fonction de l’état de l’offre et de la demande sur les différents segments de route. Que ce soit vers Singapour ou la Malaisie, les routes migratoires se caractérisent ainsi, du point de vue des migrants, par l’extrême incertitude qu’elles font planer sur les devenirs individuels.

Incertitude, dépendance et fragilités statutaires

  • 14 Lorsque la compréhension du contexte de l’action est compromise, comme c’est le cas ici dans la me (...)

13La flexibilité des routes migratoires et l’aspect contingent des parcours qu’elles organisent de proche en proche ont en effet pour conséquence principale, du point de vue des migrants, de les rendre strictement illisibles. Ce caractère aléatoire empêche d’anticiper les parcours, inhibe la capacité des acteurs à définir l’action qui convient et, par conséquent, réduit leur aptitude à se projeter dans un agir significatif.14 Il neutralise ce faisant la faculté des personnes d’organiser leurs parcours et de pondérer les risques associés, en l’absence de rapport de causalité efficace entre les modalités d’entrée sur les routes migratoires et les formes définitives de distribution sur des segments réguliers, irréguliers ou criminalisés des marchés du travail, à Singapour et en Malaisie : le respect des procédures légales ne garantit pas la sécurité des travailleurs, et l’emprunt de routes souterraines débouche fréquemment sur un statut régularisé dans les deux métropoles. En sorte que le départ équivaut toujours à une prise de risque majeure, puisqu’elle porte sur la survie sociale ou physique. Son dépassement témoigne en soi de la force de l’impulsion mobilitaire, par-delà la variété de ses motifs individuels. D’autant que les cas d’abus les plus sévères font l’objet de recensions de plus en plus fréquentes dans la presse et émergent avec fracas dans le débat public. Ils sont largement connus et les histoires locales, dans des communautés à forte prévalence migratoire, rendent ces expériences proches et sensibles.

14Cette incertitude inaugure un processus de dépouillement progressif, dépouillement statutaire et « corrosion » des subjectivités (Sennett 2000), par lequel s’opère la réduction progressive de la personne à sa force de travail.

  • 15 Le coolie system, qui organisait la mobilité de la main d’œuvre en relation aux impératifs des cap (...)

15À l’inhibition du potentiel d’action des migrants, en condition de grande incertitude, s’ajoute la capture dans des situations de dépendance croisée liées à la combinaison des formes d’endettement au cours du processus de placement. Dans les chaînes de transactions complexes qui mettent en relation, à travers les routes migratoires, le travail indonésien et les marchés du travail singapouriens et malaisiens, les migrants contractent en effet des dettes multiples auprès de calo, d’entreprises de recrutement et de placement (qui facturent leur prestation aux migrants) mais aussi, souvent, de leurs proches. Dettes économiques, certes, mais dettes morales aussi quand le financement du départ engage des formes de redistribution intrafamiliales qui font peser une responsabilité exorbitante sur les migrants, mandataires d’un devenir collectif qui les dépasse. Bagi, jeune père de famille à Banyu Putih, a hypothéqué ses terres, sa maison et son bétail pour partir en Corée ; les migrantes à Taïwan reversent dix-huit mois de salaire pour apurer ces dettes, pendant lesquels elles travaillent pour ainsi dire gratuitement, sur un contrat de trois ans non renouvelable ; Maya, à Singapour, ou Kristina, à Kuala Lumpur, portent seules, à 19 et 23 ans, le poids des espoirs de mobilité familiaux et la responsabilité des créances contractées par leurs parents respectifs pour financer leur départ. Ces dettes contribuent à fixer les migrants dans l’emploi et organisent les flux financiers qui « remontent » le long des routes migratoires, dans un schéma rémanent du coolie system colonial.15

16L’incertitude et la dépendance se combinent à l’isolement et à l’immobilisation des migrants, sur les routes migratoires et dans l’emploi pour, créer des situations de grande vulnérabilité.

17Dans les réseaux souterrains, l’effacement des traces des migrants occupe ainsi un rôle central dans les stratégies de placement. Les papiers aspal où le nom, l’âge et le lieu de résidence sont falsifiés balayent les traces des migrants et empêchent, le cas échéant, de remonter jusqu’aux familles, qui restent d’ailleurs souvent sans nouvelles de leurs proches, parfois pendant plusieurs années16 ; certains migrants disparaissent corps et bien. Dans les PT, les contacts avec l’extérieur sont habituellement interdits ou strictement limités. Dans les penampungan, généralement situés loin des lieux de vie des migrants, les « candidats » font l’objet d’une surveillance serrée, leurs papiers sont consignés et leurs mouvements considérablement restreints. Cet isolement progressif et ces immobilisations successives, qui préparent aux formes d’immobilisation et d’enfermement physique et psychique dans la relation d’emploi, à Singapour et en Malaisie, ont pour effet de neutraliser les liens sociaux, dont on connaît l’importance cruciale dans la formation d’expériences migratoires productrices de ressources et pour la construction et la reproduction des transnationalismes (voir par exemple Portes 1998, Faist 2000, p. 96-123, Vertovec 2009, p. 32-40).

18Les migrants sont ainsi privés de ressources sociales. Et cet isolement est renforcé encore par une précarité juridique qui les empêche de nouer d’autres liens, à Singapour et à Kuala Lumpur, entravant l’émergence de nouveaux collectifs. Cette vulnérabilité juridique (qui joue un rôle crucial dans la disciplinarisation des migrants) se mesure à l’écart toujours singulier des situations individuelles au regard du droit, écart construit par des décalages itératifs et cumulatifs avec la norme juridique sur les routes migratoires.

  • 17 Il faudrait aussi, dans le même ordre d’idées, distinguer entre différentes formes d’illégalité se (...)

19Comme on l’a vu, les segments de route peuvent être réguliers ou souterrains selon la nature des acteurs qui les contrôlent et de leurs pratiques. Une PT officielle peut fort bien, par exemple, trafiquer des papiers d’identité. Chaque segment de route peut ainsi être spécifié par la distance qu’il instaure entre les migrants et la norme légale. Il faut distinguer par conséquent entre le statut final des migrants dans l’emploi, tel qu’il se cristallise à destination (régulier ou irrégularisé, voire criminalisé), et l’histoire de ces écarts cumulés sur les routes migratoires, qui troublent ce statut de surface. On est alors amené, en premier lieu, à faire la part entre les migrants munis de documents et ceux qui en sont dépourvus, dans la mesure où ces situations déterminent strictement le statut au regard de la loi (légal/illégal). Mais il faut trier encore plus finement ces migrants possesseurs de papiers selon la manière dont ils les ont obtenus : par des procédures légales ou en empruntant des voies irrégulières (voir par exemple Battistella et Asis 2003, p. 11).17 Ce second aspect est pour l’essentiel ignoré dans la littérature.

20Il permet pourtant de comprendre qu’à mesure que les parcours se complexifient, les « identités de papier » (Kaufmann 2005, p. 17-19) recouvrent des rapports de plus en plus complexes à la norme juridique. Les tiraillements entre un statut manifeste et la réalité des expériences, quasi systématiquement ponctuées de moments d’irrégularisation, produisent alors des situations de tension et d’incertitude plus ou moins fortes, plus ou moins tenaces. C’est d’autant plus vrai que la distance au droit varie au regard de la position ponctuelle des migrants et demande à être contextualisée : une situation régulière d’un côté de la frontière peut fort bien recouvrir une situation ambiguë de l’autre bord ; nombreux sont les migrants, dans les deux pays, à disposer de papiers officiels sans pouvoir pourtant jamais se débarrasser tout à fait d’une date de naissance falsifiée ou d’un lieu d’origine « maquillé », parce qu’il n’existe aucun moyen de solder simplement les écarts plus ou moins répétés aux procédures de recrutement légales. Il faut alors distinguer entre un statut de surface, qui se déplie dans une situation consolidée sur les marchés du travail, et l’histoire des écarts successifs à la norme juridique qui mine insensiblement les positions individuelles. Le rapport à la légalité s’avère ainsi beaucoup moins univoque que ne tend à le suggérer la rigidité des catégories administratives et juridiques (régularité/irrégularité) : ces histoires sous-jacentes sont susceptibles de resurgir à tout instant et d’exhiber la supercherie en dévoilant, derrière les identités de papier, la réalité de parcours complexes où se combinent presque toujours des moments d’irrégularisation. Les renouvellements des papiers d’identité et du permis de travail se révèlent de ce point de vue des moments particulièrement angoissants et sont une opportunité d’extorsion privilégiée pour les fonctionnaires, quand les travailleurs sont sommés de justifier leur situation réelle et de payer, le cas échéant, le coût des entorses au droit, pour les maintenir cachées.

  • 18 Le beau-frère de Bandi, à Banyu Putih.

21Enfin ces identités de papier sont exigeantes, voire voraces. Loin de se suffire, elles demandent à être investies, accompagnées et habitées, performées dans des attitudes convaincantes. Cette exigence renforce la fragilité morale des migrants et l’inconfort de leur position. Agam18, un Acihais, raconte ainsi comment sa carte d’identité malaisienne, acquise sur le marché parallèle à Penang, commandait d’adopter un accent et un style vestimentaire crédibles lors des contrôles d’identité et raconte l’anxiété liée à ces performances. Ade relate aussi, à Singapour, la manière dont il a fallu élaborer un récit plausible pour « animer » ses papiers d’identité, qui indiquaient un nom et une résidence falsifiés, et comment il s’est agi d’incorporer ce récit factice à la manière d’une « seconde nature » pour qu’il s’impose à elle plus spontanément que sa biographie réelle et soutienne, ce faisant, une interprétation convaincante.

22L’entrée sur les routes migratoires projette ainsi les migrants dans un espace-temps particulier, marqué par la puissance productive de l’incertitude. Elle inaugure une expérience de dépendance où les personnes vivent des épreuves de dépossession de soi, alors qu’elles perdent provisoirement la possibilité de se projeter dans un agir significatif. Cette fragilité sociale et psychique est augmentée par la corrosion locale des statuts, au regard de la norme légale, alors que les migrants sont aiguillés entre des segments de route officiels ou souterrains et que leur rapport à la régularité/irrégularité se stratifie.

Disciplinarisation et « mortification de la personnalité »

23La rupture des relations sociales et la fragilité morale liées à l’enfermement dans des situations d’incertitude, à l’épreuve de l’arbitraire et du délitement normatif des contextes d’action, produisent sui generis de la désorientation. Ces processus sont liés pour l’essentiel, on l’a vu, aux propriétés morphologiques des routes migratoires et aux modes de gestion logistique de la main d’œuvre par les acteurs de l’industrie migratoire, dont la logique a trait à la marchandisation du corps migrant en vue de la production d’une rente d’exploitation. Cependant, ce dépouillement progressif de l’individu, entravé en son agir, s’accompagne aussi de processus de disciplinarisation plus directement liés au souci de production de la force de travail. Ces processus ressortissent à des stratégies déployées par l’industrie migratoire pour ajuster les propriétés de la main d’œuvre migrante aux réquisits de la demande sur les marchés du travail finaux, pour assurer sa valeur marchande. Ces disciplines, qui visent essentiellement à produire des travailleurs serviles, sont inculquées dans différents lieux. Elles procèdent aussi cependant (et peut-être surtout) de la mise en relation de ces espaces le long des routes migratoires et de leur articulation séquentielle dans les parcours de migration individuels. C’est bien ce second point qu’il importe de voir et sur lequel il convient d’insister : prises une à une, ces situations peuvent donner l’impression d’un inventaire hétéroclite ; lorsqu’on considère leurs mises en relation, elles apparaissent pour ce qu’elles sont, les composantes d’un dispositif de production du travail transnational.

24L’empire disciplinaire sur les corps par une « […] machine de pouvoir qui les fouille, les désarticule, les recompose » (Foucault 1975, p. 139) est évident, notamment dans les centres de formation :

  • 19 Yudiyana, Banyu Putih.

Pour la Corée, je suis passé par un BLK… Dans un centre de… combat ! L’armée ! On était entraînés par des militaires. Entraînement militaire. […] C’était bien parce que les Coréens crient quand ils parlent. Alors comme ça on s’habituait. La PT payait des militaires. Ils nous frappaient avec leurs godillots ! Mais après on, on prenait le café ensemble [rire]. On se faisait engueuler mais c’était pour nous habituer. […] On était 90, on a tous passé le test final.19

  • 20 Rien d’étonnant à cela si on se souvient que, pour Foucault, la sexualité (par le biais de la repr (...)

25Ce type d’entraînement, impliquant une forme de mise au pas quasi militaire, était fréquent pour les hommes dans les années 1990. Il s’agissait d’élever leur seuil de résistance aux brimades auxquelles ils auraient inévitablement à faire face. Il était moins question, ce faisant, de garantir leur résistance morale, que de produire une main d’œuvre capable de répondre servilement aux abus fréquents dans la relation d’emploi, corrélatifs aux processus d’extraction d’une rente d’exploitation. Cependant, le corps féminin constitue l’objet par excellence des pratiques disciplinaires20, particulièrement pour les femmes destinées à évoluer dans l’espace social miné de la sphère domestique :

  • 21 Femme, 26 ans, refuge, Singapour.
  • 22 Elle emploie le terme teman, qu’on traduit généralement par « ami », mais qui recoupe une variété (...)
  • 23 Entre 3 et 4 euros, grossièrement.

Nami21 est stationnée pendant trois mois dans un BLKLN, à Malang, avant son placement à Singapour. Dans le centre, les horaires sont stricts : lever à 5 heures, coucher à 23 heures. Ce coucher, tardif par rapport à ses habitudes, est une manière de les accoutumer, elle et ses camarades, aux horaires qu’elles auront à subir une fois dans l’emploi. Celles qui flanchent avant l’heure sont assignées à l’entretien des sanitaires pour une semaine. Elles suivent des cours d’anglais et apprennent le maniement des appareils électroménagers auxquels elles auront affaire dans des intérieurs modernes, à Singapour. Les entrées et les sorties se font au moyen d’un bon, signé au départ et au retour par l’un des deux gardiens en poste, et sur des créneaux horaires spécifiés. Les retards sont également passibles d’une semaine de corvée de WC. Les femmes se voient aussi proposer un entraînement « in vivo » et sont placées auprès des « amis »22 du personnel de la PT, où elles s’« entraînent », contre un salaire qui varie, selon les cas, entre 35 000 et 50 000 roupies23 hebdomadaires.

  • 24 Pour Giorgio Agamben, on peut définir un dispositif comme « […] ce qui a, d’une manière ou d’une a (...)

26Quadrillage spatial et temporel, procéduralisation de l’action, articulation productive des corps et enfermement sont caractéristiques de l’expérience disciplinaire. Ces processus de disciplinarisation sont dispersés entre les différents lieux d’enfermement qui ponctuent les parcours transnationaux : l’usine, le chantier, les espaces domestiques, mais aussi les centres de rétention, les penampungan et les BLKLN. Les routes migratoires relient ces lieux qui forment autant d’étapes, rythment les carrières individuelles et composent des processus de disciplinarisation singuliers, liés à l’agencement discret des étapes empruntées sur les routes migratoires. En cela, les routes migratoires « font dispositif » – dispositif de production d’un travail globalisé – ; et comme tout dispositif, les routes migratoires produisent ce faisant un type spécifique de sujet.24 Ces parcours disciplinaires sont indissociables en effet de processus d’assujettissement et/ou de désubjectivation qui passent par des pratiques de « mortification de la personnalité » (Goffman 1968, p. 56-78) dispersées, agencées et transnationales.

27Dans ces processus, on distingue par exemple une série de pratiques dépersonnalisantes qui convergent et sapent la capacité des acteurs à maintenir la continuité d’une « identité vécue » (Goffman 1975) contre les assignations sociales et symboliques dont ils sont l’objet.

  • 25 Il n’est pas indifférent en cela que la terminologie forme une des arènes où les ONG portent le fe (...)
  • 26 L’approche de la marchandise développée par Arjun Appadurai (2013, p. 9‑60) nous semble ici partic (...)
  • 27 Puisqu’ils sont comptables et justiciables dès lors du capital investi sur eux par les différents (...)

28Le vocabulaire de l’industrie migratoire est ainsi porteur de violence symbolique et participe à la construction sociale des migrants comme marchandises : le terme tenaga kerja Indonesia (TKI – force de travail indonésienne)25 est en cela éloquent si on veut bien considérer qu’il réduit sémantiquement les personnes à leur force de travail, par effet métonymique. Les syndicats et les ONG ne s’y sont pas trompés d’ailleurs qui portent la lutte aussi sur le plan du vocabulaire, en tentant de lui substituer l’acronyme BMI (buruh migran Indonesia) qui recentre le vocable sur la personne (le terme signifie « ouvrier migrant indonésien »). Le brouillage des identités de papier et les investissements subjectifs nécessaires pour les rendre crédibles peuvent être envisagés comme une autre modalité de dépersonnalisation. Cet effet est renforcé encore par l’arrachement des migrants à leurs répertoires de rôles familiers et leur enfermement dans un statut unidimensionnel et appauvri (travailleur-étranger), en migration ; ces processus sont accentués aussi par la mise à nue sociale des migrants, coupés de tous les liens qui les tenaient chez eux, réduits en somme à un corps, et encore à un corps discipliné, voire agressé ; enfin, le déni d’autonomie et la prise de contrôle des « corps migrants » qui entrent dans leur « trajectoire de marchandise »26 aussitôt recrutés27 accroissent la dépossession de soi, morale et physique.

  • 28 Foyer de travailleurs, habituellement géré par l’employeur, et qui prolonge la surveillance des tr (...)
  • 29 On retrouve ainsi tous les éléments des processus de « mortification de la personnalité », tels qu (...)

29Cette dépersonnalisation se combine à des atteintes au corps qui affectent particulièrement les femmes : cheveux taillés d’autorité, vêtements informes ou interdiction du voile visent couramment les travailleuses domestiques, sur les routes migratoires comme dans l’emploi. La privation d’intimité dans les penampungan, dans les kongsi et autres asrama28, dans les espaces du travail domestique ou dans les centres de rétention entrave la capacité des migrantes à se constituer et à défendre une sphère d’intimité à partir de laquelle maintenir une intégrité morale et/ou physique.29

30Des mécanismes d’assujettissement plus discrets sont aussi à l’œuvre sur les routes migratoires. Une instance particulièrement frappante en est la mobilisation marchande de prescriptions culturelles, pour discipliner les travailleurs. Par exemple, la capacité à accepter un destin social assigné au sein d’un ordre social immuable et à endosser pleinement les responsabilités afférentes – nrima – (Mulder 1998, p. 60, Robinson 2009, p. 93) est fortement valorisée à Java (on l’a dit) ; la patience – kesabaran – (Mulder 1998, p. 60) et l’équanimité – katentreman – (Bertrand 2002, p. 107) sont également des qualités cardinales, qui affectent la distribution de la reconnaissance sociale au sein de la société javanaise. Ces prescriptions culturelles sont mobilisées et manipulées par les acteurs de l’industrie migratoire pour produire sinon l’adhésion des migrants javanais aux conditions de leur mise au travail, au moins leur soumission dans la relation d’emploi.

31Comme on l’a dit, et ainsi qu’il est désormais évident, ces dispositifs se construisent dans des lieux discrets, espaces d’exception dispersés entre les trois pays, mais tirent leur pleine efficacité de leur mise en relation, sur un plan transnational. De ce point de vue, si le caractère séquentiel des processus de mortification de la personnalité et de réarticulation des corps peut évoquer le modèle de l’institution totale goffmanienne (Goffman 1968), ils en diffèrent par leur éclatement spatial et n’en ont pas, non plus, le caractère programmatique. Ils ressortissent à des pouvoirs décentralisés, fluctuants, morcelés et relèvent de l’agrégation de rationalités circonscrites et hiérarchisées, interdépendantes, qui organisent par aboutage la rencontre entre une main d’œuvre transnationale et la demande sur les marchés du travail finaux en Malaisie et à Singapour. Les conditions de production du travail domestique transnational sont particulièrement révélatrices à cet égard.

32Le travail domestique, tel qu’il s’est construit historiquement en Indonésie, apparaît ainsi comme une première instance de socialisation qui prépare les femmes au travail domestique transnational. Non seulement parce que beaucoup ont déjà travaillé comme pembantu (travailleuse domestique), souvent lors d’une primo-migration dans l’archipel, comme c’est le cas d’un bon tiers des femmes rencontrées ; mais aussi parce que les formes de l’emploi domestique, à Java, contribuent à définir les attentes que ces femmes entretiennent à l’égard des conditions d’emploi. Or, la mobilisation des « ressources émotionnelles » (Hochschild 2004) au moyen de la reformulation du rapport salarial dans les termes des rapports de parenté est culturellement consacrée en Indonésie (Elmhirst 1999), et la séparation juridique des deux régimes relationnels n’existe pas. En sorte que l’économie salariale se confond avec la circulation des obligations, des affects et des formes de réciprocité en vigueur au sein de la sphère familiale ; la confusion de ces deux registres du lien social organise les rapports de pouvoir au sein de la relation d’emploi qui sont moins fondés, partant, sur un cadre juridique que sur la manipulation des affects et des sentiments d’obligation sociale et de réciprocité à l’intérieur d’un rapport social à mi-chemin entre rapport capitaliste et rapport familial.

  • 30 Un porte-parole du ministère des ressources humaines – Ministry of Manpower – déclarait à l’AFP en (...)
  • 31 On voit bien là le double discours des autorités, qui parlent de travail informel mais fabriquent (...)
  • 32 Voir par exemple Harian Nasional, 5 décembre 2014 : [http://www.harnas.co/2014/12/05/dpr-sedang-go (...)
  • 33 L’intention politique est d’autant plus claire que sur d’autres questions les trois États développ (...)

33Plus largement, le travail domestique échappe au droit du travail dans les trois pays, où le législateur considère qu’il relève de la sphère privée. En Malaisie et à Singapour, les travailleuses domestiques transnationales sont exclues de la quasi-totalité du droit du travail (Employment Act et Workmen’s Compensation Act) au motif que la sphère domestique ne saurait être tenue pour un espace de travail.30 Leur labeur est considéré comme un travail « informel », régulé par un contrat de droit privé passé entre les parties contractantes.31 Le salaire et les conditions d’emploi sont ainsi laissés, en définitive, à la libre régulation du marché, c’est-à-dire aux termes d’une négociation profondément inégalitaire entre employeur et employée. La même conception prévaut en Indonésie : les difficultés rencontrées au parlement depuis deux ans et demi32 pour inscrire le travail domestique dans la constellation de la condition salariale témoignent à la fois de la force des représentations sociales investies dans cette relation particulière et, sans doute, d’un intérêt politique à maintenir les conditions de vulnérabilité d’une main d’œuvre peu coûteuse, disciplinée et très intégrée au style de vie des classes moyennes et supérieures. L’articulation transnationale du travail domestique met ainsi en relation et accorde des formes d’exploitation liées, dans les trois pays, au désinvestissement stratégique de la relation d’emploi par l’État et à son reflux hors de la sphère domestique33 ; les routes migratoires alignent les espaces domestiques sur un plan transnational et les combinent à l’intérieur d’un processus de socialisation cohérent ; les processus de fragilisation sociale, économique et morale distribués sur ces routes préparent les femmes à l’emploi, en Malaisie et à Singapour, et participent à la formation d’un travail globalisé.

Travail globalisé

34Au terme de cette exposition l’idée de « transplantation du travail » (Biao 2008) empruntée en préambule paraît en partie pertinente, pour autant qu’elle vise à acter les conditions de formation d’une rente de travail à travers un processus de négation de la personne comme sujet social, politique et juridique, en Indonésie comme dans les pays de migration, qui vise à maximiser les conditions d’extraction de sa force de travail. Cependant, elle vaut à condition d’ajouter aussitôt que la transplantation suppose un arrachement et un transport préalable. Car c’est bien dans l’espace transitif entre pays et sur les routes migratoires que s’exerce, de proche en proche, la formation progressive d’un travail doté de propriétés spécifiques et susceptible de donner lieu à l’extraction d’une rente migratoire : les circulations préparent les conditions de la fixation dans l’emploi. Comme dispositif de production d’un travail globalisé, elles trouvent ainsi leur efficace sur les marchés du travail finaux.

35Certes ce processus de dépouillement plus ou moins long, plus ou moins rigoureux, est mis en œuvre dans des espaces que l’on a convenu de décrire comme autant d’espaces d’exception parce que le droit commun s’y trouve suspendu. Cependant, ces espaces ne sont pas des espaces théoriques (ce pour quoi on ne peut s’appuyer sans certaines réserves sociologiques sur la théorie de la « vie nue » de Giorgio Agamben). Ils sont produits par la mise en relation de lieux concrets, ancrés dans des territoires identifiés. Se pose alors la question du statut des routes migratoires au regard des territoires constitués et, en premier lieu, des territoires nationaux.

36Du point de vue des expériences migrantes, le constat est sans appel : l’entrée dans l’industrie migratoire expose à des formes d’exclusion sociales, politiques et juridiques immédiates. En particulier, la rupture du lien de citoyenneté et l’élision du droit commun posent question. Si les penampungan, les BLKLN et les zones bordurières aux frontières indo-malaisienne et indo-singapourienne sont bel et bien situés en sol indonésien, comment ces formes de vie marginales sont-elles rendues possibles et politiquement tolérables quand elles s’appliquent à des citoyens nationaux ? Si d’un point de vue géographique les migrants sont bien encore situés dans les limites du territoire national, en ces lieux, du point de vue du lien politique il semble en effet qu’il faille considérer que la frontière, pour eux, coïncide très précisément avec le seuil de l’industrie migratoire.

37Dans les enchevêtrements d’espaces et de territoires produits par les migrations TKI, les routes migratoires gagnent alors à être considérées comme espaces frontière. Encore convient-il de se mettre d’accord sur les termes : évoquer la frontière ne doit pas suggérer l’idée d’un objet immuable – ce tracé intangible entre États. Comme objet d’investigation ethnographique, la frontière perd de sa linéarité et, derechef, de sa rigidité : à considérer le lacis des pratiques politiques et policières, économiques et sociales nécessaires à la rendre efficace, à condition d’examiner aussi ses effets pratiques, on passe d’une conception de la frontière en tant qu’objet – la ligne de démarcation et ses coordonnées topographiques – à une analyse en termes de praxis – ces pratiques qui tracent, totalisent, assignent, fractionnent, expulsent, incorporent, identifient. On a vu par exemple les pratiques administratives et policières redéfinir les personnes ayant légitimité à résider sur le territoire national, en Malaisie, au moment des grandes vagues d’expulsions ; on a vu ensuite les autorités infléchir tout à trac les modalités de passage des frontières ; on a vu aussi que ces usages répondaient à des contraintes intérieures, en Malaisie pour l’essentiel, et qu’ils ont permis de redistribuer les migrants entre routes souterraines et routes officielles. Ils servent aussi à réaffirmer les limites du corps politique sur la scène publique malaisienne, en affichant la volonté du gouvernement de lutter contre l’immigration irrégulière, dans un contexte où les présences migrantes suscitent un racisme fort au sein de la société malaisienne et où la dépendance du pays à leur égard provoque un sentiment de dépossession dans la population.

38La frontière peut alors être envisagée avec profit comme ensemble de pratiques socio-spatiales (Silvey 2006), de politiques de répartition des objets et des corps dans l’espace et de constitution territoriale. Ces pratiques tracent moins des lignes de rupture qu’elles n’agencent des milieux spécifiques d’interaction. Un corpus croissant de travaux en sciences sociales s’attache ainsi à reconsidérer les zones frontières à partir des transactions sociales, économiques, culturelles et politiques qui s’y nouent et des formes de subjectivation spécifiques auxquelles elles donnent lieu (Cunningham 2004, Horstmann 2002, Ivanoff 2010, Rajaram et Grundy-Warr 2007, Tsing 2005, Agier 2013) : la frontière vaut moins alors comme limite et finisterre que comme entre-deux, interstice, c’est-à-dire comme un espace discret où des identités recoupent des territoires et des biopolitiques, et où ces intersections produisent des assignations socio-spatiales, politiques et juridiques différenciées. Par exemple, un travailleur indonésien sur le sol malaisien pose une série de problèmes biopolitiques qui ont trait à l’ethnicisation du corps social et à la composition d’un ethnos national. À raison de quoi il est assigné à des espaces spécifiques et subit un déni de reconnaissance juridique et politique.

39Les frontières, de ce point de vue, ne bordent pas seulement les territoires. Les pratiques de démarcation font partie plutôt des technologies gouvernementales. Vue de cette manière « [une]frontière peut se déplacer vers l’intérieur et devenir une politique de déni de droits à l’encontre des migrants et des réfugiés. Ou elle peut se déplier vers l’extérieur et se traduire par une politique d’interception de boat people […] » (Soguk 2007, p. 285, notre traduction). Ainsi, les circuits migratoires qui organisent la répartition des travailleurs migrants sur les marchés du travail, à destination, puis leur retour au terme du contrat d’embauche, peuvent être vus comme autant d’espaces frontière, des borderscapes (Rajaram et Grundy-Warr 2007) : en Indonésie, l’entrée sur les routes migratoires signe la rupture du lien politique de citoyenneté ; sur les routes migratoires des processus de socialisation et de disciplinarisation préparent les modalités d’inscription spatiale, sociale, économique et politique à destination. En Malaisie et à Singapour, le dépouillement social, économique et politique des migrants assure leur maintien dans des espaces d’exception et marque autant de frontières intérieures qui distinguent entre des formes pleines et dégradées de citoyenneté. Enfin, ces discriminations ont une utilité économique parce qu’elles augmentent la capacité d’extraction du travail migrant.

40Sous cet aspect, les routes migratoires apparaissent comme un archipel transnational d’espaces d’exception où liens civils et liens civiques sont, sinon rompus, au moins profondément altérés, et laissent place aux opérations de micro-pouvoirs contingents qui s’articulent et convergent sur les migrants. Ces espaces frontière produisent des structures de différences efficaces (différences juridiques, sociales, politiques) qui permettent la distribution ciblée des migrants dans les sociétés d’accueil et sur les marchés du travail, à destination, et contribuent à la formation d’une underclass transnationale, fragmentée, « […] caractérisée par de hauts degrés d’isolement social et de marginalisation » (Mingione 1991, p. 446, notre traduction). Cette approche a le mérite de proposer des outils nécessaires pour aborder les épreuves urbaines vécues par les migrants à Singapour et à Kuala Lumpur, parce qu’elles sont profondément marquées par ces processus de marginalisation transnationaux. Ces derniers produisent en effet de nouvelles frontières urbaines, dans les deux métropoles, dont le franchissement négocié est au cœur des expériences migrantes de (et dans) la ville.

Notes

1 La Malaisie et Singapour ne sont d’ailleurs signataires ni de la convention des Nations unies de 1951 sur le statut des réfugiés, ni du protocole de 1967 qui la prolonge. Les réfugiés ne sont enveloppés d’aucun statut juridique spécifique. Particulièrement nombreux en Malaisie, en provenance du Myanmar ou d’Aceh, en Indonésie, ils sont considérés comme des immigrants illégaux, soumis à l’arbitraire administratif et policier.

2 En Malaisie comme à Singapour les « élites circulantes » sont mobilisées non seulement pour leur travail, mais en vertu de leur valeur « pédagogique », pour ainsi dire : leur ethos et leur hexis doivent infuser les populations nationales pour leur insuffler un esprit entrepreneurial adapté aux réorganisations contemporaines de l’économie et aux formes sociales et culturelles consonantes (Bastide 2011a, Chua 2004, Sassen 2006, Yeoh 2006).

3 On trouvera une discussion extensive des modalités d’inscription de ces populations allogènes au sein des communautés sociales et politiques nationales dans Bastide 2011a.

4 Dans le parler migrant, l’expression désigne les quartiers, souvent des dortoirs, dans lesquels sont logés les travailleurs.

5 Pour Balai latihan kerja luar negri (centre de formation au travail pour les migrants). En droit, les entreprises de recrutement sont tenues, pour obtenir leur licence auprès du gouvernement, de disposer de ce type de centre de formation. En réalité, les pratiques sont très hétérogènes, et beaucoup de PPTKIS ne disposent pas de ce type d’établissement.

6 Par exemple, certaines nationalités de migrants peuvent faire l’objet d’une vindicte populaire, plus ou moins durable, qui oblige les pouvoirs publics à limiter leur accès aux marchés du travail. L’ethnicisation de la politique et du corps social, en Malaisie et à Singapour, conduit par ailleurs les gouvernements à régler finement l’origine ethnique des populations migrantes. Enfin, la conjoncture économique détermine des rythmes d’ouverture et de fermeture des marchés du travail à la main d’œuvre migrante.

7 Lorsque l’Indonésie a promulgué un moratoire sur le placement de ses travailleuses en Malaisie, d’autres sources d’approvisionnement ont été ouvertes, d’une part, et le tarissement des flux régulés a donné lieu à la sollicitation de routes souterraines en provenance de l’archipel, d’autre part.

8 Le choix de ces orientations semble répondre surtout à la perception du risque et des opportunités de marché. Cela mériterait cependant une recherche spécifique.

9 En 2011-2012, des procédures de régularisations massives, en Malaisie, participent encore à modifier la distribution des migrants sur les marchés du travail et leur répartition entre routes officielles, souterraines et criminalisées.

10 Dans le parler migrant, la pintu belakang désigne les filières irrégulières qui permettent aux migrants irréguliers de rentrer en Indonésie en évitant les postes frontières. Les filières sont multiples, et les techniques aussi.

11 Un des lieux de rencontre favoris des migrants indonésiens à Kuala Lumpur.

12 Min, Madurais, 32 ans, travailleur indépendant dans le bâtiment, Kuala Lumpur.

13 Le sigle PRT peut se lire pekerja rumah tangga – travailleuse domestique – ou pembantu rumah tangga ou pelaksana rumah tangga, trois termes interchangeables pour les travailleuses domestiques.

14 Lorsque la compréhension du contexte de l’action est compromise, comme c’est le cas ici dans la mesure où les migrants sont dépossédés de l’information pertinente pour évaluer les conséquences de leur action, la capacité à se projeter dans un agir se dilue par rupture du rapport de causalité efficace de l’action à ses conséquences.

15 Le coolie system, qui organisait la mobilité de la main d’œuvre en relation aux impératifs des capitalismes coloniaux, procédait à la fixation des travailleurs par la pénalisation de la rupture du contrat de travail, et par des systèmes d’endettement en chaînes plus ou moins licites (Maurer et Magi 2006, p. 50-51).

16 Voir par exemple Detik.com : [http://news.detik.com/read/2014/11/24/000051/2756734/10], consulté le 2 février 2015.

17 Il faudrait aussi, dans le même ordre d’idées, distinguer entre différentes formes d’illégalité selon le rapport qu’elles entretiennent avec les États, entre des migrations irrégulières qui leur échappent et d’autres qu’ils tolèrent, encouragent, voire qu’ils contribuent à construire comme forme spécifique de production d’un travail globalisé.

18 Le beau-frère de Bandi, à Banyu Putih.

19 Yudiyana, Banyu Putih.

20 Rien d’étonnant à cela si on se souvient que, pour Foucault, la sexualité (par le biais de la reproduction) s’inscrit précisément à l’interface entre la disciplinarisation individuelle des corps et les biopolitiques, comme régulation biologique des populations (Andrieu 2004).

21 Femme, 26 ans, refuge, Singapour.

22 Elle emploie le terme teman, qu’on traduit généralement par « ami », mais qui recoupe une variété de relations d’interconnaissance beaucoup plus lâche qu’en français, et n’implique pas le même degré de proximité et le même type d’affects.

23 Entre 3 et 4 euros, grossièrement.

24 Pour Giorgio Agamben, on peut définir un dispositif comme « […] ce qui a, d’une manière ou d’une autre, la capacité de capturer, d’orienter, de déterminer, d’intercepter, de modeler, de contrôler et d’assurer les gestes, les conduites, les opinions et les discours des êtres vivants » (2007, p. 31). Ce faisant, les dispositifs « […] doivent toujours impliquer un processus de subjectivation. Ils doivent produire leur sujet » (ibid., p. 27).

25 Il n’est pas indifférent en cela que la terminologie forme une des arènes où les ONG portent le fer contre les États, pour inscrire la reconnaissance des migrants dans le vocabulaire. Lutte d’ailleurs payante si on se réfère aux propositions d’intitulé pour la loi-cadre de 2004 révisée, qui substitue au terme de « force de travail indonésienne (tenaga kerja Indonesia) celui de travailleur (pekerja), certes moins politiquement connoté que celui d’ouvrier (buruh) promu par les ONG, mais qui constitue un progrès certain.

26 L’approche de la marchandise développée par Arjun Appadurai (2013, p. 9‑60) nous semble ici particulièrement pertinente : pour Appadurai, l’objet est justiciable d’une biographie qui peut le voir passer, alternativement, d’un statut de marchandise à un statut social ou culturel qui l’extrait du circuit marchand, de manière plus ou moins durable. Par exemple, un objet peut se charger d’affects et de relations dans le cours d’une trajectoire familiale, qui neutraliseront temporairement – ou non – sa qualité marchande. De la même manière, on peut décrire une trajectoire marchande des travailleurs migrants, très clairement séquencée, qui débute dès l’entrée dans les systèmes de transactions liés à l’industrie migratoire, et qui prend fin, typiquement, à apurement des dettes.

27 Puisqu’ils sont comptables et justiciables dès lors du capital investi sur eux par les différents intermédiaires, capital dont le recouvrement est garanti par leur emploi futur (Lindquist 2010a, p. 130).

28 Foyer de travailleurs, habituellement géré par l’employeur, et qui prolonge la surveillance des travailleurs hors temps de travail.

29 On retrouve ainsi tous les éléments des processus de « mortification de la personnalité », tels que décrits par Goffman (1968), et qui incluent : l’isolement, les cérémonies d’admission (elles sont nombreuses à l’entrée sur les routes migratoires), le dépouillement des biens, le dégradation de l’image de soi, la contamination morale et physique liée à la neutralisation de la capacité à gérer pour soi les distances sociales.

30 Un porte-parole du ministère des ressources humaines – Ministry of Manpower – déclarait à l’AFP en 2003 : « [Les maids] travaillent dans un environnement domestique, qui varie d’un foyer à l’autre. Il serait difficile de mettre en œuvre une couverture sous l’Employment Act […]. Par exemple, il sera difficile de calculer le paiement des heures supplémentaires puisque leurs heures de travail et de repos sont difficiles à définir et réguler de la même façon que pour des employés travaillant dans des bureaux ou en usine » (AFP, 27 juiller 2003). Lorsqu’on connaît la confiance du gouvernement singapourien dans sa capacité à déployer des gouvernementalités fines, qui réarticulent les corps et manufacturent les ethnicités, on peut légitimement s’étonner de ce soudain accès de modestie.

31 On voit bien là le double discours des autorités, qui parlent de travail informel mais fabriquent soigneusement les conditions de cette informalité. En fait d’informalisation, il s’agit de privatiser les conditions de négociation du contrat de travail, et de construire ce faisant les conditions d’une extraction maximale de l’énergie des travailleuses.

32 Voir par exemple Harian Nasional, 5 décembre 2014 : [http://www.harnas.co/2014/12/05/dpr-sedang-godok-ruu-pembantu-rumah-tangga], consulté le 3 février 2015.

33 L’intention politique est d’autant plus claire que sur d’autres questions les trois États développent des formes de gouvernementalité extrêmement intrusives qui, pour le coup, transgressent sans coup férir les limites de la sphère privée (c’est particulièrement vrai à Singapour).

© ENS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable