Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habiter le transnational

 | 
Loïs Bastide

Les espaces transnationaux, entre fixation et mobilité

Chapitre V

Le dispositif migratoire

Texte intégral

1L’ordre local est profondément affecté par la migration. Comprendre ces altérations demande à mettre en regard l’expérience villageoise avec les expériences vécues sur les routes migratoires. Or, ces routes, comme contextes sociaux, sont aujourd’hui surdéterminées par les interventions de l’industrie migratoire. Comment s’organisent les circulations ? Comment et dans quelle mesure l’industrie migratoire parvient-elle à subjuguer les migrations ? Et de quoi est-elle faite ? Quelle régulation publique sur les routes migratoires ? C’est sur ces aspects qu’il faut alors revenir.

Généalogie des routes migratoires

2Si à Banyu Putih les routes migratoires inaugurent un cycle de mobilités inédit, la péninsule Malaise et l’archipel Insulindien ont longtemps formé un espace socioculturel profondément intégré, lié par le lacis des routes maritimes et les mobilités des hommes, des marchandises et des idées. Les migrations contemporaines, en ce sens, perpétuent des circulations anciennes entre les deux rives du détroit de Malacca (voir par exemple Bastide 2011a, Kaur 2004b, Milner 2010). Cependant, la fracturation de cet espace entre les États-nations postcoloniaux a recomposé les motifs mobilitaires à l’intérieur de la région alors que les territorialités nationales ont évincé les anciens territoires circulatoires. Cette fragmentation est allée de pair avec la mise en place de « politiques de l’espace » (Bastide 2011a, Massey 2005), entendues comme modalités politiques de régulation des pratiques spatiales, de répartition des populations et de contrôle des mobilités sur les territoires nationaux et entre eux. Ces politiques ont considérablement affecté la nature des circulations dans la région. Les anciennes mobilités se sont ainsi redéployées, sous l’effet conjugué de l’affirmation des souverainetés nationales, du repli du droit dans les limites des territoires souverains et de l’édiction des codes de la citoyenneté (Garcés-Mascareñas 2009).

  • 1 En effet, se sont mis en place depuis les années 1960 dans les trois pays des régimes politiques m (...)

3La désynchronisation des trajectoires nationales et la disparité des modèles et des rythmes de développement socio-économiques ont créé par ailleurs les conditions d’émergence de l’offre et de la demande pour une nouvelle main d’œuvre transnationale : la conjonction entre un fort taux de sous-emploi structurel en Indonésie et des déficits structurels de main d’œuvre en Malaisie et à Singapour, liés à la disparité entre le taux de croissance économique et l’expansion des marchés du travail, d’une part, et le taux de croissance démographique, d’autre part, a ainsi participé à produire et mettre en mouvement de nouvelles cohortes de surnuméraires indonésiens, enrôlés sur les marchés du travail dans les pays voisins (et au-delà). En lissant les tensions sur les marchés du travail ces nouvelles migrations ont pleinement contribué à la consolidation d’une nouvelle division régionale du travail, liée aux réorganisations globales du capital et à la dispersion transnationale des processus de production (Bastide 2011a, Veltz 1997), au moment où Singapour et la Malaisie s’imposaient comme plateformes de production offshore pour les grandes multinationales « occidentales », puis asiatiques.1

  • 2 Une part importante des circulations marchandes traditionnelles entre l’archipel de Riau, en Indon (...)

4La conjonction des politiques de développement nationales, des politiques spatiales nationales et transnationales, et des formes d’intégration dans les circuits du capital transnational, dans les trois pays, a ainsi recomposé les anciens territoires circulatoires. Les réorganisations économiques et politiques ont recouvert progressivement les routes migratoires historiques d’un tissu institutionnel qui, sans les faire disparaître, a considérablement modifié leurs flux, modulant leur débit et les refoulant pour partie dans des formes d’illégalité qui ne se comprennent qu’en rapport à l’émergence des frontières nationales (Fau 2000, Garcés-Mascareñas 2010).2 Les routes migratoires contemporaines sont ainsi justiciables à la fois de certaines continuités historiques et de ruptures fortes avec les anciens territoires circulatoires.

5En morcelant les mobilités historiques, les frontières ont aussi constitué de nouveaux gisements de valeur et de nouvelles rentes pour qui était en mesure d’en contrôler le franchissement : passeurs et trafiquants, mais aussi fonctionnaires véreux, ont ainsi pu monnayer leurs attributions, leur pouvoir ou leur savoir-faire en négociant au meilleur prix leur capacité à dompter cet obstacle. Ce faisant, cette restructuration des espaces a transformé la valeur des compétences circulatoires accumulées dans les anciens réseaux transmaritimes (Fau 2000, Madinier 2010). L’élaboration progressive des modalités légales de franchissement des frontières a donné lieu à la reconversion de ces compétences dans des filières migratoires officielles ou à l’intérieur de réseaux souterrains, logés dans les interstices des flux réguliers, où se monnaye le passage clandestin d’un pays vers l’autre. Dans les zones frontières, les populations autochtones, traditionnellement tournées vers la mer, se sont ainsi reconverties massivement dans l’industrie migratoire (Ford et Lyons 2006). Les « savoir-circuler » et les « savoir faire circuler » (Tarrius 1992) traditionnels, qui s’échangeaient le long d’anciennes routes migratoires, ont ainsi pu se recomposer et former de la valeur économique à partir de la fragmentation des anciens espaces circulatoires.

  • 3 Au sens où Jacques Rancière parle de la police, c’est-à-dire comme principe de définition/catégori (...)

6Entre l’Indonésie et la Malaisie, surtout, l’enveloppement des flux migratoires par des dispositifs juridiques et policiers3 de plus en plus serrés et par une industrie migratoire officielle est allé de pair avec la prolifération des réseaux souterrains. Dans le même temps la pluralisation des routes migratoires s’est accompagnée d’une capillarisation croissante entre filières légales et irrégulières.

  • 4 Bâtiment typique des Straits Chinese, les Chinois du détroit de Malacca, qui combine commerce et d (...)

7Pak Wasgiyanto, un Malaisien d’ascendance javanaise installé à Kuala Lumpur, met par exemple à profit son double ancrage pour développer une activité de passeur. Après avoir converti le bateau de son père, ancien pêcheur, en speedboat, il organise aujourd’hui des traversées du détroit de Malacca pour des migrants indonésiens en situation irrégulière. Il travaille également, à l’occasion, dans un des nombreux hôtels pour routards logés dans les anciennes shophouses4 disséminées le long des rues qui bordent à son pied la colline de Bukit Bintang, au cœur du Golden Triangle, l’hyper-centre métropolitain. Entre les établissements touristiques bon marché, des immeubles délabrés abritent des dortoirs loués par des petits patrons pour entasser leurs employés migrants – beaucoup d’irréguliers –, qui travaillent pour la plupart dans les commerces dispersés le long des trois rues reliant la partie basse de Bukit Bintang à l’avenue Raja Chulan, et le sommet de la colline au pied de sa voisine, Bukit Nanas, un peu plus à l’ouest. En entretenant ses réseaux dans le quartier, Wasgiyanto capte des candidats et organise des passages dans les deux sens entre le sud du Johor, où est stationné son bateau, et l’archipel de Riau, côté indonésien. Il opère en tandem avec sa femme : employée aux services centraux de l’immigration à Putrajaya, la nouvelle capitale administrative, elle monnaye la régularisation des papiers des migrants en Malaisie.

8Ce type d’arrangement, par sa fréquence, suggère la formation d’un continuum entre les pratiques irrégulières et les administrations publiques, entre légalité, informalité et illégalité. En effet, les routes souterraines reposent largement sur la cooptation d’acteurs officiels qui font rente de leur fonction en vendant un coup de tampon ou une signature pour faciliter les circulations, en différents points des routes migratoires. Les officiers des services de l’immigration, en Indonésie et en Malaisie, peuvent ainsi régulariser des situations irrégulières. Des maires, dans l’archipel, permettent de contourner la loi en délivrant par exemple de faux certificats de naissance, pour permettre l’enrôlement de candidats encore mineurs ou qui ne satisfont pas encore à l’âge légal fixé pour ce type de migration. Enfin, nombre d’entreprises de recrutement, en Indonésie, peuvent faire circuler indifféremment les migrants le long de routes migratoires régulières ou souterraines selon la conjoncture. Elles sont également en capacité, souvent, de produire une main d’œuvre régularisée ou irrégularisée à destination des marchés finaux, en faisant varier les modalités de recrutement.

  • 5 Pour perseoran terbatas : société à responsabilité limitée (SARL). Le terme est employé par extens (...)
  • 6 Grande ville de Java Est.
  • 7 Lia, 26 ans, ancienne travailleuse domestique, rencontrée dans un refuge pour femmes migrantes en (...)

Encore aujourd’hui je suis trop jeune. Avant de venir ici [à Singapour] j’ai demandé à la PT5 : « j’ai tel âge : est-ce que je peux sortir du pays ? » La PT m’a dit : « Ah, c’est simple. Ce qui est important, c’est que tu en aies la volonté. Si c’est le cas c’est bon. » Alors je me suis engagée dans la PT tu vois ? Je suis entrée dans la PT et tout a été modifié. Un jour on m’a demandé la signature du maire. La signature du maire… Le maire ne voulait pas signer. Pourquoi ? Parce que j’étais trop jeune. Alors ma PT… J’ai informé la PT : « Mon maire ne veut pas signer. » Alors la PT a dit : « Ah. Ce n’est pas un problème. Ça peut se régler. » Alors la PT a fait… on a changé le nom de mon village. Ce n’était plus Selorejo mais Malang6. Tout a été changé. Mon lieu de naissance, tout a été changé. L’année aussi a été changée. Pour que je puisse venir ici.7

9L’histoire de Lia met en jeu une entreprise de placement privée et des relais au sein des administrations locales ; en rémunérant la complaisance d’un fonctionnaire communal ou d’un officier de l’immigration, la première lui a ainsi obtenu des papiers d’identité falsifiés qui lui ont permis de contourner l’écueil de son (trop) jeune âge. En Malaisie et dans l’archipel, les services de l’immigration ont été plusieurs fois pointés du doigt pour des affaires de corruption impliquant la vente de papiers d’identité ; en mars 2013, une femme était ainsi arrêtée à Malacca, en Malaisie péninsulaire, pour avoir vendu à des migrants des permis de travail falsifiés négociés auprès d’un officier de l’immigration (New Straits Times, 20 mars 2013). En Indonésie, des coopératives militaires ainsi que l’organisme en charge de l’organisation des migrations TKI, le Badan Nasional Penempatan dan Perlingungan Tenaga Kerja Indonesia (BNP2TKI), ont été accusés à plusieurs reprises de participer au racket des migrants, et sont la cible en 2014 de la commission nationale anti-corruption. Bref, les parcours migratoires mettent ainsi le plus souvent en jeu des collaborations entre des entreprises privées, des intermédiaires souterrains et des fonctionnaires, qui collaborent en dehors de toute légalité. La pluralisation et la densification des liens d’interdépendance économique et des transactions entre les acteurs gouvernementaux et les acteurs de l’industrie migratoire officielle et souterraine concourent ainsi à la consolidation de réseaux de collaboration « transversaux », eu égard à la frontière légalité/illégalité, et de réseaux de clientèle agrégés autour d’intérêts plus ou moins convergents (liés, évidemment, au partage de la « rente migratoire »), qui forment des coalitions illisibles au regard du critère légal. Ce brouillage des frontières et des statuts a une conséquence importante : alors que la législation et la mise en place d’organismes de contrôle et de procédures administratives sont censées encadrer strictement les processus migratoires, elles participent plutôt, en fait, à segmenter le marché des migrations transnationales. La différenciation entre une main d’œuvre régulière, irrégularisée et illégale contribue en définitive à diversifier l’offre et répond ce faisant à des demandes spécifiques sur les marchés du travail, sur les lieux de migration. On sait par exemple que les taux de profit ou la survie du secteur du bâtiment à Kuala Lumpur et, quoique dans une moindre mesure, à Singapour, mais aussi des secteurs industriel et des plantations en Malaisie, dépendent largement de la continuité de l’afflux d’une immigration irrégulière qui permet des formes d’extraction du travail inenvisageables pour les travailleurs réguliers.

10On est amené alors à déplacer l’analyse pour considérer la régulation des routes migratoires non plus seulement au regard des données de l’action publique, mais en prenant acte de cette symbiose et des « principes de prédation et de redistribution » (Amselle, cité dans Morice 1987, p. 30) qui structurent ces collaborations circonstancielles entre acteurs officiels et souterrains. Au même titre que le partage de l’économie entre économie formelle et informelle empêche de comprendre les pratiques économiques concrètes (Lautier 2004, Morice 1987), la lecture duale des migrations sous le rapport de leur distance à la loi empêche de saisir la morphologie des routes migratoires et des parcours qu’elles organisent. Il convient alors d’adopter une stratégie analytique susceptible de prendre en charge ce constat empirique pour repenser les formes de régulation qui les structurent.

L’articulation des routes migratoires

11Les routes migratoires transgressent ainsi quasi systématiquement la frontière entre procédures officielles et pratiques souterraines, entre pouvoirs publics et réseaux irréguliers, voire criminels. Par conséquent, sauf à considérer qu’ils ne sont pas régulés du tout, le débit des flux migratoires et la distribution des migrants semblent justiciables d’une régulation polycentrique. À ce titre, ils paraissent échapper partiellement aux pouvoirs publics. Le fait que ces mouvements se décrivent sur des espaces qui excèdent les juridictions étatiques et problématisent la gouvernementalité, pour autant que celle-ci renvoie à l’idée d’une rationalité politique déposée dans l’État (Lascoumes 2004), joue évidemment un rôle de ce point de vue. Cette propriété morphologique ne doit pas conduire cependant à considérer que les routes migratoires se configurent de manière aléatoire : ces migrations obéissent bien à des principes de régulation, certes déroutants parce qu’ils heurtent les conceptions ordinaires qui tendent à identifier l’idée de régulation à l’État. Analyser les formes de régulation ici à l’œuvre requiert par conséquent de s’assurer d’un préalable : il faut pouvoir rendre compte, en effet, d’un écheveau de pratiques et d’acteurs qui fonctionnent ensemble, structurent les routes migratoires, leur confèrent une certaine durabilité et problématisent la distinction officialité/irrégularité. En second lieu, il faut se donner les moyens de penser l’aspect apparemment erratique de routes migratoires qui aboutissent à placer les migrants dans des positions régulières ou irrégulières, sans qu’il soit possible de prédire la position finale des migrants à partir de leurs modes d’entrée dans ces circuits transnationaux.

12Pour débrouiller ce lacis, il semble raisonnable de commencer par sérier les acteurs impliqués dans la fabrication des routes migratoires. On pourra alors poser la question des besoins, des intérêts, des attentes et des aspirations, bref, des motifs de leur participation à la mise en circulation des travailleurs migrants. En saisissant ces logiques d’action, on sera peut-être à même de donner du sens à l’entrelacs apparemment indébrouillable des réseaux et des pratiques qui participent à assembler ces routes transnationales, et de discerner les modes de régulation qui y prévalent.

13Pour identifier les acteurs mobilisés autour des migrations il est utile de procéder à un bref rappel historique qui permettra d’enrichir d’emblée ce travail de recension en explorant aussi les relations qui organisent leurs rapports mutuels.

14Le début des migrations TKI peut être situé à la charnière des décennies 1970 et 1980 au moment où, à la suite de l’afflux de capitaux lié aux chocs pétroliers, les pays du golfe Persique commencent à recruter une main d’œuvre étrangère pour répondre à une forte demande, liée au lancement de grands travaux d’infrastructures. À la même époque, la Malaisie et Singapour s’engagent dans un processus de développement rapide qui produit également des tensions sur les marchés du travail. En 1969, le ministère du travail (Departemen Tenaga Kerja dan Transmigrasi Depnaker) légifère pour encadrer les flux migratoires, rompant avec l’attitude de laisser-faire qu’il avait adoptée jusqu’alors face à ces circulations, qui s’effectuaient de manière informelle, par la route du pèlerinage à La Mecque et par la circulation dans les espaces sociaux transfrontaliers entre les rives du détroit de Malacca et entre les parties malaisienne et indonésienne de Bornéo (Ananta 2000, Spaan 1994).

15L’État a ainsi investi et réaligné des réseaux préexistants – hérités en partie des grands mouvements de main d’œuvre de l’époque coloniale (souvent forcés) – qui opéraient hors de tout cadre juridique et organisaient le placement des travailleurs (financement et logistique). Tous les acteurs contemporains sont alors déjà en place : outre les migrants, des entrepreneurs privés se chargent du placement, opération doublement lucrative puisque au prix de vente des travailleurs s’ajoutent des systèmes d’endettement qui permettent aux « placeurs » de s’approprier une part de leur salaire pour prix de leur placement, souvent largement surévalué. Des intermédiaires prospèrent aussi, souvent d’anciens migrants qui prospectent les candidats potentiels pour le compte d’un entrepreneur. La solidité des filières migratoires tient ce faisant à la conjonction entre les aspirations des migrants, attirés par les perspectives d’enrichissement qu’on leur fait miroiter, la profitabilité du placement comme activité économique, et une demande croissante dans les pays de destination.

16L’institutionnalisation des migrations de travail, en Indonésie, s’est en large part inscrite dans le sillage des pratiques coloniales : les grands déplacements de population planifiés et organisés par le gouvernement néerlandais, initiés au tournant du xxe siècle, étaient conçus comme un moyen d’assurer la paix sociale en réduisant la pression démographique, à Java, par le déplacement des paysans sans terre vers des régions peu peuplées de l’archipel, qu’il s’agissait aussi de mettre en valeur (Levang 2003, Sevin 2001, Tirtosudarmo 2001). L’intervention de l’État, à partir des années 1970 embrasse pour l’essentiel cet héritage. Rapidement cependant, ce souci sécuritaire se double d’un intérêt financier qui s’éveille avec la découverte progressive par les pouvoirs publics du potentiel économique de l’industrie migratoire. Aujourd’hui, les « remises de fonds » des migrants forment ainsi une des premières sources en devises pour le pays (Robinson 2009, p. 95). Cependant, si c’est à cette aune qu’est généralement conçu le poids économique des migrations, c’est le sous-évaluer considérablement. En effet, si on considère les migrations dans une définition plus large, à partir des flux économiques qu’elles génèrent, il faut y ajouter les profits de l’industrie migratoire (coûts du placement, prix de la vente, assurances obligatoires, etc.). Les pouvoirs publics sont donc passés d’une conception des migrations comme auxiliaires d’une politique de sécurité nationale, à une politique d’exportation très largement liée désormais à un intérêt économique.

  • 8 Typiquement, les termes synonymes calo, taikong, sponsor ou agen désignent cette personne qui ouvr (...)
  • 9 Sauf pour certaines destinations gérées au moyen d’un système dit G to G, c’est-à-dire de gouverne (...)

17La régulation publique a eu pour conséquence de reconfigurer fortement les anciennes filières migratoires. En particulier, la consolidation progressive d’un corpus juridique a eu pour effet de « trier » les acteurs et les pratiques au regard des nouvelles normes légales. Dans le même temps la création d’un encadrement bureaucratique, dans un contexte où, en Indonésie, l’État et ses appareils sont généralement perçus comme ressource à conquérir pour organiser des intérêts privés (Morice 1987, p. 74, Robison et Hadiz 2004), a largement participé à organiser la porosité de la frontière entre légalité, irrégularité et illégalité. L’implication des fonctionnaires (état civil, services de l’immigration, douanes, fonctionnaires du ministère du travail, nouvelles agences dédiées, etc.) a ainsi ouvert la voie au négoce du « coup de tampon », monnayé pour un prix proportionnel à la distance à la légalité des pratiques qu’il vient « régulariser ». Enfin, l’organisation des rapports entre l’administration et les acteurs irréguliers a ouvert un vaste espace d’intermédiation où relations et carnets d’adresses se monnayent, pour obtenir un passe-droit où organiser le passage entre filières irrégulières et processus légaux de placement. Dans cet espace, calo et taikong8 ont proliféré, souvent d’anciens migrants qui tirent profit de cette activité pour s’assurer d’un revenu sans avoir à s’engager à nouveau, eux-mêmes, dans une succession de boucles migratoires. Enfin, le gouvernement a organisé l’émergence d’une grande industrie migratoire privée, qui a la main pour l’essentiel sur le recrutement, la formation et le placement des travailleurs à l’étranger.9

  • 10 Nous employons le terme économie politique au sens de Foucault. Dans cette conception, l’économie (...)

18Ces processus, en Indonésie, se sont conjugués à d’autres formes d’institutionnalisation, en Malaisie et à Singapour. Dans ces deux pays, la main d’œuvre transnationale est devenue une clef de voûte des économies politiques10 nationales : elle a permis d’assurer la mobilité économique et sociale des populations nationales, en s’y substituant sur les segments inférieurs des marchés du travail. Elle a permis aussi de fournir une main d’œuvre bon marché pour attirer les multinationales ; de ce point de vue, elle a participé significativement à l’insertion des deux pays dans les nouvelles géographies productives, en tirant profit de la dispersion des chaînes de production des grandes entreprises occidentales, japonaises et, aujourd’hui, coréennes ou taïwanaises. Les migrations de travail ont permis, enfin, l’enrôlement des femmes sur les marchés du travail en compensant les pertes relatives en travail reproductif, au sein de la sphère domestique, par l’emploi massif de travailleuses domestiques transnationales, bon marché et corvéables. En Malaisie comme à Singapour, des entreprises de recrutement privées sont apparues qui travaillent en collaboration avec leurs homologues indonésiennes. En Malaisie enfin, la porosité entre filières légales et souterraines et la corruption notoire des administrations ont ouvert le même espace d’intermédiation qu’en Indonésie, où prospère le même type de « facilitateurs ». À Singapour et en Malaisie, la demande pour ce type de main d’œuvre est donc indissociable d’économies politiques dont elle conditionne la reproduction.

19Cette recension, certes trop schématique, permet au moins d’identifier les acteurs impliqués dans l’industrie migratoire et de décrire sommairement les motifs de ces engagements : pour des populations paupérisées, endettées, au chômage ou en sous-emploi en Indonésie, la migration peut par exemple être un moyen de se « refaire » ; d’autres migrants s’embarquent sur les routes migratoires pour échapper à des contraintes sociales et culturelles, au sein des collectifs d’origine, ou pour accéder à des formes de mobilité économique et sociale ; des entrepreneurs privés, officiels ou irréguliers, s’engagent dans l’industrie migratoire dans une logique de profit ; des fonctionnaires sous-payés y puisent un supplément de revenu, par prévarication ; les populations locales, en certains lieux stratégiques, s’assurent une activité particulièrement rémunératrice en s’enrôlant dans l’industrie migratoire ; les gouvernements favorisent la migration pour répondre à des contraintes domestiques, en condition de globalisation (notamment pour assurer la paix sociale, dans un contexte de fort chômage, en Indonésie, ou pour résoudre des tensions sociales liées à des options de développement, en Malaisie et à Singapour ) ; des multinationales puisent dans la main d’œuvre transnationale pour maximiser la combinaison des facteurs de production sur certains territoires ; des familles, en Malaisie et à Singapour, augmentent leurs revenus ou améliorent leur qualité de vie en recrutant des travailleuses domestiques indonésiennes pour permettre aux femmes d’intégrer les marchés du travail ; des petits entrepreneurs, dans tous les secteurs, assurent la pérennité d’activités peu rentables en profitant des faibles coûts et des conditions extrêmes d’extraction de la force de travail autorisés par le recours à la main d’œuvre transnationale. Enfin, nombre d’anciens migrants s’assurent un revenu pérenne en s’enrôlant dans l’industrie migratoire, le plus souvent comme calo mais aussi, parfois, en montant leur propre entreprise de placement.

20Les formes et la solidité des routes migratoires dépendent de ces acteurs et de leurs modalités d’intervention.

21En premier lieu, elles sont liées aux variations de l’offre et de la demande ; de ce point de vue, elles sont tributaires de la reproduction de la masse des surnuméraires, en Indonésie, et de leur propension à considérer la migration comme un horizon désirable, qui assure un flux d’enrôlement constant dans l’industrie migratoire. À l’autre extrémité, elles sont affectées par les économies politiques dans les pays recruteurs, qui définissent le volume et les formes de la demande. Entre les migrants et les employeurs, les routes migratoires sont ensuite tributaires de plusieurs types d’acteurs, que l’on peut tenter de classer selon leur mode d’intervention.

22On repère d’abord des planificateurs, qui s’appuient sur des fonctions politiques ou dans la haute administration pour dessiner les cadres juridiques de la migration et définissent, ce faisant, les composantes de base et les modalités de construction des routes migratoires (les États et leurs agences). On trouve ensuite des acteurs en position de gate keepers qui contrôlent (et monnayent) la possibilité de franchir les points névralgiques sur les routes transnationales (frontières, points d’entrée dans l’industrie migratoire, bifurcations sur les routes migratoires, changements d’employeur, etc.), le plus souvent en négociant leur pouvoir de police. Relevons également d’autres acteurs qui s’imposent dans un rôle d’intermédiation en faisant le lien entre différents types d’acteurs et, plus particulièrement, entre les migrants, l’industrie migratoire ou l’administration (les calo relèvent de cette catégorie). Toute une série d’intervenants sont actifs dans le domaine logistique, qui planifient, organisent et facilitent le déplacement physique des migrants (ce qui implique aussi un certain nombre de tâches administratives) sur les routes migratoires. Enfin, il faut compter avec différents types de « financeurs » (banques, usuriers, mais aussi collatéraux), qui avancent le capital nécessaire à l’enrôlement sur les routes migratoires (à des conditions usurières, bien souvent). Bien entendu, certains acteurs sont polyvalents et ces modalités d’intervention se chevauchent partiellement : pour prendre l’exemple sans doute le plus évident, une entreprise de placement peut ainsi ramasser en une même entité juridique les fonctions de financement, de logistique et d’intermédiation.

23La pluralité des acteurs ainsi mis en relation, la diversité de leurs modes d’engagement et le fait que leur intervention relève de besoins, d’intérêts et d’aspirations discontinus, qui trouvent souvent leur principe dans des contextes très locaux et ne convergent finalement que dans le fait qu’ils trouvent des formes de satisfaction par leur participation à l’élaboration et à la maintenance des routes migratoires, rendent ces dernières à la fois particulièrement plastiques et particulièrement solides.

24Leur robustesse tient d’abord au volume des flux de capitaux mis en circulation par les migrations, qui tend à entretenir, voire à renforcer l’implication des différents acteurs et, en premier lieu, des États. Leur plasticité tient pour sa part à la variation relationnelle des modalités d’intervention des acteurs sériés. Ainsi, les États révisent continûment les conditions de l’intervention publique, tiraillés entre une dépendance croissante à l’égard des migrations TKI, qui les pousse à accentuer la marchandisation des travailleurs à mesure que la part de l’industrie migratoire dans les échanges commerciaux augmente, et un front de contestation de plus en plus large, sur le plan domestique et transnational, qui organise des formes de protestation diverses contre ce processus de marchandisation et oblige les gouvernements à élaborer des mesures plus protectrices. La valeur sociale des migrations change également dans les communautés d’origine, en Indonésie, alors que les transnationalismes causent d’importantes transformations sociales et culturelles et que l’accumulation des savoir-circuler modifie les configurations mobilitaires. Bref, ces mutations ouvrent de nouveaux champs d’action et définissent de nouveaux enjeux économiques, sociaux et politiques liés aux migrations TKI, autour desquels émergent de nouvelles aspirations, de nouveaux besoins et de nouveaux intérêts qui, en retour, génèrent de nouvelles modalités d’intervention et de nouvelles coalitions d’acteurs qui altèrent la topographie des routes migratoires.

25Les interventions de ces différentes catégories d’acteurs conditionnent la construction des routes migratoires, et expliquent à la fois leur résilience et leur plasticité. En retour, les territoires traversés par les routes du « négoce » de la main d’œuvre transnationale, où opèrent ces acteurs, sont également affectés par leur participation à l’industrie migratoire. C’est très clair pour les États, au moment notamment où la question migratoire s’impose comme un élément de plus en plus structurant du débat public et interroge la légitimité des gouvernements. C’est limpide aussi pour les migrants, d’autant que la migration est conçue en soi comme un moyen de transformation économique et sociale. Mais des éléments plus subtils entrent aussi en considération. Par exemple, les frontières nationales se prêtent à des usages particuliers sur les routes migratoires : en Indonésie, les migrants accumulent des séries de décalages à la norme légale dans la mesure où les processus de recrutement et de placement multiplient généralement les entorses à la loi. La traversée des frontières assigne une valeur sociale, économique et politique à ces écarts incrémentaux, parce qu’ils déterminent alors le statut des migrants au regard des formes régulières de leur franchissement. Ils les placent ainsi à distance variable du droit commun (migrants réguliers, irréguliers ou criminalisés), en Malaisie et à Singapour, et les rend ainsi plus ou moins vulnérables à des formes draconiennes d’extraction du travail.

26La participation à l’économie des migrations transforme aussi radicalement les territoires dans les zones frontières, comme à Nunukan, à Kalimantan Est (dans la partie indonésienne de Bornéo) ou à Tanjung Pinang, dans la province de Riau :

  • 11 Pour Tenaga kerja wanita, littéralement : force de travail féminine. Le terme est employé très gén (...)
  • 12 Rani, 24 ans, originaire de Tanjung Pinang, refuge pour femmes, Singapour. Sur cet aspect voir aus (...)

Tout le monde fait du business avec les migrants [à Tanjung Pinang]. Beaucoup d’agences illégales. La plupart mentent ! […] Beaucoup de TKW11 sont vendues à des « pubs ». Elles travaillent dans le « divertissement » ! Beaucoup travaillent comme ça… Pas une ou deux, beaucoup ! Et même les mineures sont enfermées… oui, séquestrées. Énormément. Et même des connaissances de ma famille ont monté des agences. Oui, énormément à Tanjung Pinang ! Beaucoup aussi se servent des TKW comme travailleuses domestiques pendant leur passage. Parfois, on les paye 3 000 rupiah par jour ! Seulement 3 000 rupiah par jour !12

  • 13 Dans l’industrie migratoire, le penampungan – centre de rassemblement, abri, asile – désigne un li (...)
  • 14 Mot-valise pour asli tapi palsu, originaux mais faux. Le terme désigne des papiers délivrés par le (...)

27Le même type d’« économie de frontière » (Tsing 2005) émerge autour des migrations, de Sumatra à Kalimantan. Dans ces zones-transit se développent des économies de prédation désormais solidement adossées aux routes migratoires : des familles transforment leur domicile en penampungan13 ; des acteurs développent des activités d’intermédiation ou s’engagent dans le commerce de la main d’œuvre migrante, en ouvrant par exemple des agences de recrutement « sauvages », ou organisent la traversée clandestine des migrants ; les routes migratoires se démultiplient avec la reconversion de certains pêcheurs en passeurs, qui renouent autrement d’anciennes routes maritimes défaites aux indépendances ; une industrie de papiers d’identité trafiqués (aspal14) se développe, qui implique la collaboration des autorités municipales et des bureaux de l’immigration et facilite le franchissement de la frontière. Des enjeux économiques locaux – chômage, paupérisation – trouvent ainsi des formes de résolution par la captation d’une part de la valeur produite sur les circuits transnationaux. Et la reproduction de la localité, dans ces différents lieux, est de plus en plus tributaire des circulations transnationales.

28D’un point de vue morphologique, plusieurs traits méritent d’être relevés qui permettent de caractériser les relations entre les acteurs impliqués sur les routes migratoires. D’abord, ces acteurs se rencontrent autour d’un objet commun : les migrations de travail. L’agrégation des chaînes de collaborations plus ou moins durables qui les voient coopérer pour faire circuler les migrants s’organise de manière contingente, au gré des intérêts des uns et des autres et des contraintes ponctuelles qui pèsent sur leurs pratiques : certaines administrations, à certains moments, font l’objet d’une attention publique qui réduit la capacité des fonctionnaires à détourner leur fonction, à l’instar ces dernières années des services de l’immigration, en Malaisie et à Singapour ; la militarisation cyclique de la frontière entre la Malaisie et l’Indonésie restreint les mouvements des passeurs ; les expulsions massives de travailleurs irrégularisés, en Malaisie, obligent à la mise en place de procédures ad hoc pour éviter les tensions sur les marchés du travail, dans certains secteurs économiques. L’activité de ces acteurs participe, en retour, à transformer les flux transnationaux et en altère la nature : il est parfaitement clair, en effet, que les migrations TKI évoluent continûment, au regard notamment d’une institutionnalisation juridique croissante. On est alors en mesure, conformément aux indices empiriques, de rendre justice à la nature contingente des relations entre des acteurs et des pratiques hétérogènes, sinon hétéroclites, qui se lient de proche en proche autour des migrations TKI, fonctionnent ensemble, souvent ponctuellement et sur ce plan, et agencent les routes migratoires. Les routes migratoires ainsi produites sont à la fois durables et éminemment plastiques, décentralisées, mobiles, reconfigurables en réponse à des séries de besoins et d’intérêts qui sont, sauf sur le plan de leur engagement commun dans l’industrie migratoire, plus ou moins locaux, contingents et discontinus. On peut alors faire une lecture cohérente de matériaux empiriques apparemment erratiques, et distinguer des formes de gouvernementalité et de régulation dans ce désordre apparent.

Repositionner l’État

  • 15 Diana T. Wong et Teuku Anwar, par exemple, croient pouvoir distinguer deux systèmes migratoires en (...)

29Penser en ces termes les formes de régulation à l’œuvre sur les routes migratoires permet de reconsidérer la valeur analytique du partage entre filières régulières et souterraines : les approches des migrations TKI s’organisent généralement autour du postulat d’une opposition fondatrice entre circuits réguliers et souterrains. Or ce tri et ces jeux d’opposition entre migrations « grises » et régulières détruisent en définitive les indices empiriques qu’ils tentent pourtant d’organiser.15 En ignorant qu’elles se configurent à partir de la conjugaison située d’éléments réguliers et souterrains, ces analyses rompent précisément le ressort des formes de régulation à l’œuvre sur les routes migratoires. Déplier les situations empiriques montre au contraire, comme on l’a vu, la complicité constitutive entre ces dimensions. Or, on verra que l’opposition formelle légal/illégal conserve une forme d’efficace dans ces processus de régulation. L’enjeu est moins alors de nier cette distinction que de situer ses effets sur le juste plan analytique. Pour reprendre l’analyse à nouveaux frais, nous repartirons de ce rapport problématique, en développant une montée en généralité attentive à ne jamais trahir l’ancrage situationnel et empirique du propos.

  • 16 Nami, 26 ans, refuge pour femmes, Singapour.
  • 17 Le terme est employé à dessein. Il indique la qualité de marchandise assignée aux migrants dans l’ (...)

En 1998, Nami16 paye un calo (son voisin) dans son village, proche de Malang, à Java Est : il doit la conduire en Malaisie avec une dizaine de travailleuses. Elle a 14 ans, bien en deçà de l’âge légal fixé pour l’emploi transnational en Malaisie (21 ans). Sous le patronage de Bowo – son calo –, les services de l’immigration lui délivrent une carte d’identité avec une date de naissance trafiquée, et lui permettent d’obtenir un passeport. Bowo l’accompagne à Tanjung Pinang. Elle est alors stationnée17 dans la maison d’un militaire, avant de traverser le détroit jusqu’à Pasir Gudang, à la pointe sud de la péninsule Malaise, dans l’État de Johor. Elle est admise en Malaisie sous le régime du visa de touristique (visa pelancong) ; son employeur obtiendra sa régularisation en « arrosant » les autorités compétentes.

30Ce parcours souligne à l’envi les difficultés inhérentes à la classification des routes migratoires selon le critère du droit : d’une part l’empilement des irrégularités et les décalages successifs par rapport à la norme légale débouchent sur une situation régularisée en Malaisie. D’autre part l’administration se révèle comme un site stratégique où se nouent les processus de « régularisation de l’irrégularité », du fait de fonctionnaires corrompus des deux côtés de la frontière. Au vu de ces deux éléments et puisque norme légale et administrations sont du ressort des gouvernements, se pose alors la question de la nature de l’action publique quant à ce type de situation.

  • 18 Il faut considérer également son monopole sur les moyens de la violence légitime, à travers ses ap (...)

31En première approximation, il est utile de s’interroger sur ce qui fait la spécificité (si elle existe) des appareils d’État par rapport au reste des acteurs engagés dans le dispositif migratoire. À ce titre, on peut identifier a minima un caractère propre qui nous semble décisif pour spécifier la position de la puissance publique (en considérant l’action des différents gouvernements) dans le processus de structuration des routes migratoires : ce caractère singulier tient à la capacité de l’État à produire de l’instituant – normes juridiques et institutions.18 Il nous paraît raisonnable par conséquent de débuter l’analyse en considérant la manière dont cette puissance d’action est investie au concret, en observant son engagement pratique sur les routes migratoires. Il s’agit, autrement dit, d’éviter de prendre pour argent comptant les discours publics et les conceptions conventionnelles qui associent l’État à la légalité et renvoient l’illégalité du côté de ce qui lui échappe et s’y oppose, pour disséquer sans a priori les pratiques actuelles qu’ils enveloppent.

  • 19 Suspendre les droits de la personne au contrat de travail permet, dans les deux pays, d’organiser (...)

32Le cas des travailleuses domestiques en Malaisie et à Singapour permettra d’éclairer ce point : dans les deux pays, les droits des travailleurs sont attachés au contrat de travail19 plutôt qu’à la personne. Autrement dit, sur les deux territoires, le migrant TKI n’existe comme personne juridique qu’au titre de son contrat. Par ailleurs, les termes du contrat d’embauche, dans le cas du travail domestique, ne relèvent pas du droit du travail et sont laissés pour l’essentiel à la libre négociation des parties contractantes. Étant donné l’asymétrie intrinsèque de ce rapport social, les conditions de rupture contiennent généralement la possibilité d’une révocation sans préavis. La rupture de contrat impliquant la dissolution de la personne juridique et, partant, l’entrée dans l’illégalité sur le territoire, ces femmes sont captives d’un état de vulnérabilité permanent. Cette menace suspendue contribue, en retour, à fluidifier les marchés du travail en organisant le consentement forcé des travailleuses dans la relation d’emploi. Cet état de fait peut d’ailleurs être élargi à d’autres catégories de travailleurs migrants : la rupture du contrat de travail, même irrégulière, dépouille l’employé de tout moyen d’action légale dans la mesure où elle lui ferme l’accès au système juridique et l’empêche, par conséquent, de la contester. En Malaisie, cette pratique est d’ailleurs très répandue, et il n’est pas rare de voir des employeurs résilier les contrats de leurs ouvriers étrangers aussitôt l’ouvrage terminé ; certains d’entre eux vont parfois jusqu’à les dénoncer aux autorités compétentes et se libèrent ainsi de l’obligation de leur verser salaire (Wawa 2005).

33La norme juridique, dans ce type de situation, produit de facto des conditions d’emploi très particulières. Or, on ne saurait réduire ces conditions à des « externalités négatives » des politiques d’emploi (pour emprunter au vocabulaire économique) ni les considérer comme effets induits des politiques migratoires, si on entend par là qu’elles échappent à la gouvernementalité : l’intensité des interpellations dont font l’objet sur ce thème les autorités gouvernementales dans les deux pays, de la part d’ONG locales et transnationales, de pays tiers et d’organisations internationales, et les débats au sein même de l’exécutif suggèrent au contraire que ces effets répondent à un usage stratégique et concerté. Cette ingénierie juridique semble bien viser à produire des « contextes concrets de gouvernementalité » (Ong et Collier 2005), qui garantissent la valeur économique des migrants, en organisant les conditions de formes drastiques d’extraction du travail, dans des pays où cette main d’œuvre occupe une position critique.

34Cet usage très particulier de l’outil juridique s’explique par la tension entre les visées stratégiques auxquelles il répond et les formes possibles de sa justification publique. En 2007, un projet de loi porté par le ministre de l’intérieur malaisien éclairait parfaitement ce point. À cette époque, le ministre proposait d’assigner par la loi les travailleurs migrants aux espaces de travail pour perfectionner leur contrôle (Inter Press Service, 27 février 2007). Cependant, cette position était injustifiable auprès des pays d’origine, d’abord, qui auraient eu du mal, dans ces conditions, à légitimer la continuité des flux migratoires sur la scène domestique, et du point de vue aussi des pressions exercées par différents acteurs, à la fois en Malaisie, et à un niveau inter et transnational (ONG, organisation internationales, pays tiers). En Indonésie, la donne n’est pas foncièrement différente : si le gouvernement vise d’abord à augmenter ses exportations de main d’œuvre, des pressions de différentes natures l’obligent à légiférer pour justifier d’une volonté de protéger ses citoyens expatriés. Le fait législatif fonctionne alors sur deux niveaux : comme discours, il a essentiellement pour vocation de légitimer l’action publique, dans un régime de justification de type démocratique ; comme pratique, l’engagement de la norme juridique vise à produire des effets qui ne sont pas justifiables du point de vue des attributions formelles de l’État. En Indonésie, cette ingénierie juridique participe ainsi à la marchandisation croissante des travailleurs migrants pour assurer la continuité et le volume des flux migratoires. Il s’agit de maintenir la paix sociale, d’une part, et d’assurer la pérennité d’un secteur économique qui atteint une taille critique. En Malaisie et à Singapour, il s’agit essentiellement d’organiser les conditions d’un contrôle drastique sur les migrants et de l’extraction maximale de leur force de travail.

35Pour comprendre cet usage spécifique de la norme juridique et la bifurcation manifeste entre ses fonctions discursive et pratique, il apparaît éclairant d’invoquer Foucault, qui décrit de la manière suivante le rapport, dans un « dispositif » (ici le dispositif migratoire), entre ces deux dimensions :

[…] tel discours peut apparaître comme un programme d’une institution, tantôt au contraire comme un élément qui permet de justifier et de masquer une pratique qui, elle, reste muette, ou fonctionner comme réinterprétation seconde de cette pratique, lui donner accès à un nouveau champ de rationalité. (Foucault 1994a, p. 299)

36La conception stratégique de la norme légale par les gouvernements, qui vise à fragiliser les migrants, peut ainsi être lue comme pratique silencieuse. Le fait, dans la roborative loi-cadre de 2004 sur le placement et la protection de la force de travail indonésienne, de définir pour les travailleurs un ensemble de droits, aussi fragiles soient-ils, permet aux pouvoirs publics de faire valoir leur souci des travailleurs (ou, pour l’Indonésie, des droits de ses citoyens) – moyen de justification ou d’escamotage –, vis-à-vis notamment des institutions internationales. En organisant les failles juridiques nécessaires le gouvernement, dans le même temps, organise l’exploitation des migrants – pratique silencieuse.

37Les réticences du gouvernement indonésien à répondre aux critiques émises par les ONG sur le texte en cours de révision depuis 2012 confirment cette lecture. Ainsi du retrait par le gouvernement de l’article 13 de l’Inventaire des problèmes (Daftar inventarisasi Masalah – DIM) préalable à la révision de la loi, moment constitutif du processus législatif dont la teneur avait été âprement négociée avec une coalition d’ONG représentatives et qui posait que :

Le placement des travailleurs indonésiens à l’étranger ne constitue pas une solution au déficit d’emploi en Indonésie, et travailler à l’étranger constitue une manière provisoire [pour les migrants] de subvenir à leur subsistance. (Notre traduction)

38Ainsi aussi le 20 mai 2013 du refus de changer l’intitulé de la loi pour substituer à la formulation « Loi sur le placement et la protection des travailleurs migrants » l’inversion suivante : « Loi sur la protection et le placement des travailleurs migrants », proposée par les ONG et qui met l’accent sur le souci des travailleurs. Loin de simples querelles sémantiques, ces luttes conditionnent ensuite les éléments disponibles – ou non – pour critiquer d’éventuelles dispositions défavorables aux migrants dans l’enceinte du parlement, en prenant argument sur l’esprit de la loi, ou en l’invoquant encore dans d’éventuelles procédures juridiques pour faire censurer des dispositions jugées s’en éloigner. La norme légale produit ainsi à la fois de la vulnérabilité pour les migrants et de la légitimité pour les gouvernements.

  • 20 Agence de placement et de protection de la force de travail indonésienne. On notera la contradicti (...)
  • 21 Ces départements sont le département de la coopération internationale et de la promotion (de la ma (...)
  • 22 Les BP3TKI et les SP3TKI, qui forment le réseau des représentations territoriales du BNP2TKI, et l (...)
  • 23 Pour pelaksana penempatan tenaga kerja indonesia swasta, littéralement : entreprises privées de re (...)
  • 24 Les autorités municipales, le bureau des Affaires religieuses (Kantor urusan agama – KUA), un orga (...)

39Plus décisif encore, il n’est pas usurpé d’affirmer que le droit tire sa pleine productivité, comme « technologie de gouvernement » (Foucault 1994b), de cette « externalité » de la règle, soit de son pouvoir à ouvrir, en même temps qu’elle décrit le périmètre du licite, le champ et les conditions de l’illicite : en témoignent la prolifération législative autour des migrations TKI et la multiplication corrélative des formes de prédation qu’elle suscite, dont une large part prend source dans les appareils bureaucratiques. En Indonésie, la loi-cadre de 2004 a ainsi donné lieu à un pullulement institutionnel sans précédent autour des migrations TKI. À la suite de cette loi, le ministère du travail et des transmigrations (Depnaker) a été dessaisi de la gestion du placement et de la protection des travailleurs migrants, au profit d’un nouvel organisme, le Badan Nasional Penempatan dan Perlingungan Tenaga Kerja Indonesia (BNP2TKI)20, lui-même subdivisé en trois départements21 et en plusieurs sous-agences22. La mauvaise volonté manifeste de ce nouvel acteur à réguler l’industrie migratoire et, plus problématique, sa participation active à l’organisation de certaines formes de prédation conduisent aujourd’hui plusieurs ONG à réclamer régulièrement et avec de plus en plus d’insistance sa dissolution. En Indonésie toujours, le système légal de recrutement et de placement introduit par ailleurs plusieurs acteurs clés : les bureaux régionaux du Depnaker d’abord, par lesquels sont censés transiter toutes les offres d’emploi et l’ensemble des candidats à la migration. Les PPTKIS23 ensuite, soit les entreprises de recrutement et de placement privées, homologuées par le Depnaker, au nombre de 558 au 31 janvier 2013 selon le ministère, regroupées en cinq associations professionnelles. Ces entreprises, en coordination avec les bureaux locaux du Depnaker, sont censées prendre en charge le recrutement, la formation initiale à l’emploi, la préparation au départ et le placement des migrants auprès d’une entreprise partenaire, à Singapour, en Malaisie ou ailleurs. Du contact initial avec le Depnaker jusqu’au départ, le BNP2TKI répertorie dix étapes à franchir pour les migrants qui doivent réunir, selon l’article 51 de la loi no 39 de 2004, quatorze documents officiels pour lesquels ils ont à négocier auprès de six administrations différentes24, ouvrant autant d’arènes de prédation où les candidats à la migration subissent différentes formes d’extorsion.

40En Malaisie, depuis 2006 et la mise en place du Foreign workers outsourcing system, les migrants peuvent contracter directement auprès de l’employeur ou auprès d’agences d’emploi qui les placent alors, sous couvert d’un contrat de délégation de service, auprès d’un acheteur final. À Singapour les migrants passent aussi, le plus souvent, par l’intermédiaire d’entreprises de recrutement privées qui agissent sur mandat d’un employeur. La multiplication de ces maillons et la superposition des strates juridiques – droit national, accords bilatéraux, contrats de droit privé – multiplient les zones d’incertitudes et dégagent autant de niches dans lesquelles prospèrent les activités de brokering irrégulières.

  • 25 Hans-Dieter Evers se sert du terme pour décrire le réinvestissement de formes d’appartenances coll (...)
  • 26 Par exemple, la PT Pangrango Gema Abadi, dépourvue des licences obligatoires délivrées par le Depn (...)

41L’ajout de chaque nouvelle contrainte légale, en ouvrant de nouvelles possibilités de contournement, fabrique ainsi de nouveaux « gisements de valeur », rapidement captés par des acteurs capables de les circonscrire ou d’en tirer profit, d’une manière ou d’une autre. Et chaque innovation institutionnelle ouvre ou reconfigure des arènes de prédation, où se disputent différents réseaux de clientèles et différents « groupes stratégiques »25. Ces effets ne peuvent plus être considérés ce faisant comme produits « résiduels » ou « secondaires » de la norme juridique, mais doivent être analysés comme sa visée première, quoique informulable. La multiplication des institutions officielles et des appareils juridiques, censée améliorer la protection des migrants, stimule ainsi en pratique l’émergence d’« institutions bâtardes » (Hughes 1996, p. 155‑164) qui répondent aux besoins créés par les limitations qu’elles imposent. Les deux types d’institutions peuvent d’ailleurs cohabiter dans la même entité quand l’institution bâtarde résulte de l’« abâtardissement » des pratiques officielles : ainsi, les PT gelap (les « entreprises de l’ombre », qui officient de manière souterraine)26 font pendants aux PPTKIS ; et souvent, la même entreprise développe son activité le long de routes migratoires souterraines ou régulières, selon les circonstances. Dans le même ordre d’idées, les administrations sont habituellement capables, en Indonésie et en Malaisie, de délivrer des documents officiels produits de façon régulière ou irrégulière (dits alors papiers aspal).

  • 27 Ce type d’intermédiation est tellement généralisé en Indonésie, que dans certaines administrations (...)

42La figure de l’intermédiaire qui prend chair sous les traits du calo, du taikong, ou du sponsor en Indonésie, du taikong ou de l’agen (« agent ») en Malaisie, et de l’agent à Singapour, hante les routes migratoires et prospère dans les pores du système de placement officiel. Le calo n’est pas un acteur spécifique à l’économie des migrations mais la multiplication des étapes et des occasions d’interactions entre les migrants, l’administration et les entreprises privées compose un milieu particulièrement propice à ses activités d’intermédiation. Cette figure incontournable des migrations TKI27 met en lumière une autre forme de capillarité entre les routes régulières et souterraines.

43Les indices empiriques vont ainsi à l’encontre du constat d’un dépassement ou d’un affaiblissement de l’État ; ils portent à reconsidérer plutôt la nature des visées stratégiques auxquelles répondent les usages de la puissance publique. Or, on ne comprend ces visées qu’en sortant d’une conception abstraite de l’action publique : si on envisage l’État comme objet de luttes qui voient s’opposer et se coaliser des acteurs mus par des motifs et des intérêts divergents ou antagoniques, si on veut bien considérer, de ce point de vue, qu’il constitue aussi une ressource appropriable pour organiser des intérêts privés (Brenner 2004), on peut alors rendre compte de ces usages de la norme juridique comme technologie de gouvernement. Parmi ces usages, il en est un particulièrement significatif au regard du négoce transnational de la main d’œuvre : la norme juridique joue un rôle critique, en effet, dans la production et la captation d’une « rente migratoire ».

Appareils de capture

  • 28 « [La] “rente d’exploitation” est analogue à la plus-value absolue du capitalisme, à ceci près que (...)

44La mise en œuvre de ces dispositifs juridiques organise, on le sait maintenant, un type de marchandisation de la main d’œuvre migrante qui passe notamment par l’organisation des porosités entre circuits réguliers et souterrains et procure, en définitive, une rente pour les acteurs impliqués dans le commerce des migrants. En définissant les modalités légales de circulation, en imposant des points de passage obligés et en définissant les acteurs habilités à intervenir aux différentes étapes de la migration, la prolifération juridique et institutionnelle structure aussi, en creux, des possibilités, des conditions et des modalités de contournement. La multiplication des arènes de prédation le long des circuits transnationaux donne lieu alors à la mise en place d’« appareils de capture » (Deleuze et Guattari 1980), souvent concurrents, par lesquels des coalitions d’acteurs cherchent à s’approprier une part de la plus-value générée par les flux de main d’œuvre. Cette captation s’effectue essentiellement par trois canaux : elle peut être relative à la production d’une « rente d’exploitation » (Lautier 1998, p. 258-266)28 liée à la plus-value engendrée par les conditions de travail des migrants ; elle peut être organisée, aussi, par la ponction des flux financiers mis en circulation par les migrants ; elle peut enfin avoir trait à la prestation de services rémunérés, réguliers, irréguliers ou criminels, dont les coûts sont toujours, en définitive, imputés aux travailleurs.

45À Singapour et en Malaisie, des rentes d’exploitation sont produites par l’imposition de conditions de travail dérogatoires au droit commun, qui incluent l’allocation de rémunérations inférieures aux nationaux et vont, parfois, jusqu’à la privation totale de revenu. Les penampungan, espaces de transit et de « consolidation logistique » où les migrants sont regroupés dans l’attente d’un placement, donnent lieu aussi, très souvent, à l’extraction d’une rente d’exploitation par du travail forcé ou très peu rémunéré qui profite aux entreprises de placement. Sidney Jones rapporte le cas de la Wisma Mini, un hôtel-dortoir destiné aux migrants en transit, ouvert par un particulier à Dumai, Sumatra (Jones 2000, p. 130-133). Au moment où les autorités malaisiennes procédaient à des reconduites à la frontières massives, ce lieu constituait une sorte de plateforme de services intégrée où officiaient des PT gelap et d’où pouvait s’organiser l’ensemble des opérations de recrutement/transit/placement : obtention de papiers aspal, achat des titres de transport, etc. Mobilisé par les autorités indonésiennes pour accueillir les migrants expulsés de Malaisie au début des années 1990 l’établissement est rapidement saturé : profitant de l’opportunité le patron organise un marché du travail « sauvage » pour financer le séjour des travailleurs paupérisés. Les entrepreneurs locaux puisent dans cette main d’œuvre captive en recrutant les travailleurs à la journée à des conditions particulièrement favorables pour eux, tandis que les salaires, dont une large part est versée directement au tenancier, servent à payer le séjour des migrants.

  • 29 En 2013, les migrants placés à l’étranger ont rapatrié 7,4 milliards de dollars (Antaranews, 7 jan (...)

46Les flux financiers en transit le long des routes transnationales ouvrent d’autres arènes de prédation, où des groupes d’intérêts s’affrontent et/ou collaborent pour s’approprier une part des revenus générés par les travailleurs. On assiste ainsi en Indonésie depuis le début des années 2000 à un double mouvement, très significatif, qui voit les gouvernements successifs organiser l’augmentation du volume des flux financiers produits par la migration et la maximisation de leur captation. L’accroissement des flux financiers est soutenu par un effort continu d’amélioration de la « qualité » des migrants – kualitas – pour augmenter leur « compétitivité » – daya bersaing – sur les marchés du travail transnational, d’une part et, d’autre part, par une politique de diversification des pays de placement, dans un contexte où les remises de fonds des migrants constituent aujourd’hui une des premières sources en devises pour le pays (Robinson 2009, p. 85)29.

  • 30 Les coûts relatifs au recrutement et au placement sont supportés par les migrants.
  • 31 Jakarta Post, 26 avril 2011 ; BNP2TKI, 21 décembre 2010.
  • 32 Jakarta Globe, 23 avril 2011, en ligne : [http://www.thejakartaglobe.com/archive/malaysia-maids-pay (...)
  • 33 Face à ces tentatives d’institutionnalisation, des méthodes alternatives permettent aux migrants d (...)

47À mesure que les flux augmentent, les opportunités de captation financière se multiplient et de nouvelles arènes concurrentielles apparaissent. Par exemple, au lieu d’aboutir à l’élaboration progressive d’un statut protecteur pour les migrants (comme aux Philippines), la mise en place de filets de protection sociale pour les travailleurs expatriés, notamment par la création d’un régime assurantiel obligatoire, dégage au contraire de nouveaux modes de ponction de la valeur. Le contrôle de ces points de captation a donné lieu à des affrontements entre cartels privés, dans une lutte largement contrôlée par le Depnaker (dont l’implication suscite de fortes présomptions de prévarication). Le financement des départs30 a fait l’objet du même type de compétition : alors qu’il se négociait le plus souvent à travers des systèmes de transferts intrafamiliaux ou par des systèmes d’endettement en cascade le long des routes migratoires, ces modalités sont aujourd’hui concurrencées par de nouveaux systèmes de crédit – Kredit usaha mikro – mis en place conjointement par le secteur bancaire et le gouvernement31. À l’autre extrémité des parcours migratoires, le gouvernement et l’industrie financière cherchent à imposer les transferts interbancaires pour le rapatriement des remises de fonds, avec l’intention de mieux recenser les flux monétaires et de canaliser une plus large part des remises informelles, aujourd’hui indécelables. La renégociation du mémorandum d’accord bilatéral de 2006 sur le recrutement de travailleuses domestiques indonésiennes qui mettait fin au gel du placement des travailleuses en Malaisie, en vigueur entre 2009 et 2012, comprend ainsi une clause imposant le versement des salaires sur un compte bancaire ouvert au nom de l’employée.32 À Singapour, la Western Union, spécialisée dans les transferts de fonds internationaux, cherche également à augmenter sa capacité à ponctionner les flux de « remises » en proposant, notamment, de financer les ONG impliquées auprès des migrants en échange de la diffusion de supports promotionnels.33

48Une troisième forme de captation est liée, on l’a dit, à la prolifération et à la diversification de l’offre de services aux différentes étapes des routes migratoires. Sans revenir sur les différents types de services déjà recensés, il faut mentionner surtout les pratiques d’intermédiation, particulièrement structurantes puisqu’elles tissent les liens et les ponts entre routes régulières et souterraines et définissent les conditions et les lieux de leurs intersections. Il convient de rappeler aussi le rôle critique des pouvoirs publics dans la structuration de ce secteur. En Malaisie, la suppression en 2006 du système de recrutement privé évinçait par exemple les intermédiaires installés qui avaient mis en relation jusqu’alors les travailleurs migrants et les employeurs locaux. L’imposition du Foreign workers outsourcing system, au nom de l’amélioration de la protection des migrants, a fait place nette et ouvert le champ à de nouvelles entreprises de placement et à d’autres groupes d’intérêts. Parmi ces entreprises on trouvait la Sebiro Holdings Sdn. Bhd. dirigée alors par Megat Junid, ancien ministre du commerce et de la consommation et ex-ministre de l’intérieur. En Indonésie, dans des conditions similaires, la loi-cadre de 2004, en interdisant le recrutement direct des travailleurs dans les territoires par les PPTKIS, a dégagé un vaste champ d’opération aux calo et autres sponsor.

  • 34 À la suite du constat d’infractions graves, massives et systématiques par la Commission anticorrup (...)

49Ce faisant les États, en Malaisie et en Indonésie, apparaissent aussi dans ce jeu conflictuel comme des ressources sur lesquelles des « groupes stratégiques » peuvent s’appuyer pour consolider leurs clientèles et organiser leurs intérêts en imposant leurs réseaux dans l’industrie migratoire officielle et sur les routes souterraines. En Indonésie, un long conflit a ainsi opposé le Depnaker au BNP2TKI pour le contrôle du placement des migrants, résolu par décret présidentiel fin 2010. Ce conflit portait, entre autres choses, sur le contrôle du fameux Terminal 3 de l’aéroport international Sukarno Hatta, en périphérie de Jakarta, redouté des migrants. Ce terminal dédié permet de séparer les migrants des autres voyageurs, officiellement pour assurer leur sécurité. Jusqu’en 2010 les migrants de tout l’archipel devaient y faire escale au retour avant d’embarquer pour leur destination finale. En fait, la séparation physique des voyageurs a permis d’organiser un espace de prédation où les migrants sont systématiquement rackettés par l’administration, les personnels de service et les coopératives de transport censées assurer leur rapatriement, tenues par l’armée.34

50Ainsi les pouvoirs publics jouent-ils un rôle prépondérant dans la formation des migrations TKI, en organisant la production et la captation d’une « rente migratoire ». Poser en ces termes le gouvernement des migrations permet de ne pas succomber à l’idée d’États impuissants, face à l’impression de chaos que peut susciter la folle prolifération des acteurs et des pratiques autour de ces nouvelles circulations. La multiplication des pratiques souterraines, en particulier, ne doit pas conduire à conclure à l’impuissance des politiques publiques, ni à nourrir l’idée d’États faibles ou dépassés – pétition particulièrement inappropriée en Malaisie et à Singapour – ; elle indique bien, au contraire, l’ambivalence du rapport des États à la légalité qu’ils promulguent, et leur capacité à développer des « technologies de gouvernement » à travers des usages stratégiques et non orthodoxes de la norme légale, d’une part, et en usant de leur pouvoir régalien à produire de l’instituant, d’autre part.

51Il existe néanmoins un péril symétrique à surestimer l’ubiquité des États : d’abord, ces dynamiques migratoires sont le produit de demandes économiques et politiques urgentes et constantes, enracinées dans les domaines nationaux – chômage structurel, en Indonésie, organisation des économies politiques, en Malaisie et à Singapour. Leur organisation et leur continuité sont aussi tributaires de la coordination incertaine et des affrontements fréquents entre des pouvoirs régulateurs concurrents (administrations, exécutifs et législatures nationaux, institutions internationales). Les migrations TKI mobilisent derechef des acteurs hétéroclites aux intérêts souvent incompatibles, pris par des contraintes disparates et qui développent ce faisant des logiques d’action souvent adverses, voire contradictoires, comme on l’a vu. Par surcroît, elles forment un rouage indispensable aux processus de dispersion globale de l’économie en assurant l’afflux de main d’œuvre sur certains segments des chaînes productives. Enfin, elles réinvestissent d’anciennes pratiques circulatoires et manœuvrent une aspiration à migrer qui s’accroît sans cesse, au sein des communautés d’origine. Ainsi les routes migratoires articulent-elles des intérêts très partiellement alignés et donnent-elles lieu à l’intervention de formes et de foyers de pouvoir éclatés et discontinus (gouvernements, ONG, institutions internationales, syndicats ouvriers, organisations patronales, etc.). En cela, elles sont tributaires d’agencements politiques, économiques sociaux et culturels de fond, qui échappent largement aux États et assurent, en dehors d’eux, les conditions de leur continuité. Pour cette même raison, elles échappent aussi à toute volonté régulatrice unifiée. Leur formation demande à être vue comme produit de la mise en réseau de compromis locaux, circonstanciels, qui ne cessent de redistribuer des intérêts concurrents et de redéfinir les contours et les usages des circuits transnationaux. Et si tous les acteurs ne sont certes pas égaux dans la négociation de ces compromis, si les États doivent alors se voir reconnaître un pouvoir qui les singularise, plusieurs dynamiques viennent ainsi modérer leur faculté de gouverner les routes migratoires.

  • 35 Reste que la volonté d’éliminer les circuits souterrains aurait à passer, essentiellement, par la (...)

52D’une part, l’État ne peut pas être considéré comme un tout unifié. Il n’est pas plus au fond – et c’est déjà beaucoup – que l’ensemble des pratiques et des acteurs concrets qui l’animent ; à ce titre, il est traversé par des intérêts concurrents, voire contradictoires. En Malaisie, par exemple, on assiste à une lutte continue entre le ministère du travail et le ministère de l’intérieur, le premier porteur de préoccupations économiques, le second animé par des visées sécuritaires et biopolitiques. D’autre part, les routes migratoires forment un milieu si complexe et enchevêtré que les politiques publiques, essentiellement nationales, s’y propagent de manière inattendue. Ainsi la gouvernementalité a-t-elle à procéder en tâtonnant, par ajustements successifs de la norme juridique et de l’infrastructure institutionnelle, pour produire les effets recherchés.35 Enfin, la montée des controverses autour des migrations de travail, dans les trois pays, et la pression constante d’institutions internationales comme le Bureau international du travail (BIT) ou l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), ou encore les interventions diplomatiques suscitées, par exemple, par le rapport annuel sur le trafic humain publié par le département d’État américain, poussent à un recentrage des politiques publiques dans le sens d’une meilleure protection des migrants, contre les rationalités politiques et économiques qui régissent la production d’un travail transnational précarisé, vulnérable et corvéable. Le récent accord bilatéral entre la Malaisie et l’Indonésie qui encadre les salaires et les conditions de travail des travailleuses domestiques et impose un jour de congé hebdomadaire, l’institution d’un salaire minimum et d’un jour de congé, à Singapour, laissent entrevoir la recomposition graduelle des routes migratoires et font apparaître de nouvelles stratifications des marchés du travail, dans les deux pays, alors que la consolidation progressive d’un statut pour les travailleurs indonésiens ouvre l’espace à de nouveaux arrivants, issus d’autres pays de la région, prêts à occuper les emplois les plus précarisés.

Notes

1 En effet, se sont mis en place depuis les années 1960 dans les trois pays des régimes politiques moins assis sur une légitimité électorale que fondés sur des pratiques de gouvernement autoritaires et sur leur capacité à délivrer de la croissance économique, à assurer des mobilités sociales ascendantes au sein des populations nationales, et à consolider ce faisant des classes moyennes constituées en clientèles politiques. Si l’Indonésie est passée à une véritable démocratie parlementaire à la fin des années 1990, le rapport entre régime de croissance et régime politique persiste en Malaisie et à Singapour. Le maintien de la légitimité du pouvoir politique y a été assuré par la mise en place de politiques d’industrialisation orientées vers l’export, et l’attraction de capitaux productifs occidentaux, puis asiatiques, dans le contexte de la multinationalisation des entreprises, qui ont permis la préservation d’un fort taux de croissance. Cette attractivité s’est construite, notamment, par la mise en place d’une division régionale du travail, en partie concertée (Grundy-Warr et al. 1999, Pereira 2009, Perry 1992, Yeoh et al. 2009), dont les flux transnationaux de migration sont une manifestation spécifique.

2 Une part importante des circulations marchandes traditionnelles entre l’archipel de Riau, en Indonésie, et Singapour, située à quelques encablures, ont par exemple été reléguées dans le domaine de la contrebande par l’institution des frontières nationales.

3 Au sens où Jacques Rancière parle de la police, c’est-à-dire comme principe de définition/catégorisation et de distribution du corps politique, opposé au « politique », entendu comme ce qui jaillit de la « mésentente » et par où les « sans part » réclament une place dans le partage du sensible (Rancière 1995, Rancière 2000).

4 Bâtiment typique des Straits Chinese, les Chinois du détroit de Malacca, qui combine commerce et domicile.

5 Pour perseoran terbatas : société à responsabilité limitée (SARL). Le terme est employé par extension, dans le parler migrant, pour désigner les entreprises de recrutement indonésiennes.

6 Grande ville de Java Est.

7 Lia, 26 ans, ancienne travailleuse domestique, rencontrée dans un refuge pour femmes migrantes en difficulté géré par une ONG à Singapour.

8 Typiquement, les termes synonymes calo, taikong, sponsor ou agen désignent cette personne qui ouvre l’accès aux routes migratoires, en recrutant le migrant pour le compte d’une entreprise de placement. Ces entreprises contournent ainsi l’interdiction qui leur est faite d’opérer au niveau local. La rémunération du calo provient d’un forfait consenti pour chaque candidat livré, elle prend la forme d’une vente informelle et se complète parfois d’un paiement prélevé directement auprès du migrant. Le forfait acquitté par l’entreprise est d’ailleurs porté au débit du travailleur, qui aura à le rembourser par un prélèvement sur ses premiers salaires.

9 Sauf pour certaines destinations gérées au moyen d’un système dit G to G, c’est-à-dire de gouvernement à gouvernement, pris en charge par les pouvoirs publics.

10 Nous employons le terme économie politique au sens de Foucault. Dans cette conception, l’économie politique ne se réduit pas à la dialectique capital/travail mais gouverne « […] tout un champ matériel complexe où entrent en jeu les ressources naturelles, les produits du travail, leur circulation, l’ampleur du commerce, mais aussi l’aménagement des villes et des routes, les conditions de vie (habitat, alimentation etc.), le nombre d’habitants, leur longévité, leur vigueur et leur aptitude au travail » (Lazzarato 2000, p. 48).

11 Pour Tenaga kerja wanita, littéralement : force de travail féminine. Le terme est employé très généralement pour désigner les femmes migrantes.

12 Rani, 24 ans, originaire de Tanjung Pinang, refuge pour femmes, Singapour. Sur cet aspect voir aussi : Ford et Piper 2007.

13 Dans l’industrie migratoire, le penampungan – centre de rassemblement, abri, asile – désigne un lieu où les migrants sont rassemblés, dans l’attente de leur placement. On pourrait, de façon probablement plus réaliste, parler de « consolidation », au sens logistique, dans la mesure où il s’agit pour les entreprises de disposer d’un stock de migrants prêt à être déployé, dans un contexte compétitif où la concurrence s’organise davantage sur la réactivité que sur les coûts. Cette attente varie de quelques jours à plusieurs mois.

14 Mot-valise pour asli tapi palsu, originaux mais faux. Le terme désigne des papiers délivrés par les administrations compétentes, mais contenant des renseignements volontairement inexacts de manière à permettre la transgression de certaines limitations, notamment liées à l’âge des migrants. La valeur faciale des documents est ainsi sanctionnée par leur fabrication par des agences officielles, mais est cependant minée par la possibilité de voir révélée l’inexactitude des informations qu’ils contiennent, liée le plus souvent à la falsification de l’âge des migrants ou de leur lieu de résidence.

15 Diana T. Wong et Teuku Anwar, par exemple, croient pouvoir distinguer deux systèmes migratoires en s’appuyant sur le critère légal (Wong et Anwar 2003).

16 Nami, 26 ans, refuge pour femmes, Singapour.

17 Le terme est employé à dessein. Il indique la qualité de marchandise assignée aux migrants dans l’industrie migratoire.

18 Il faut considérer également son monopole sur les moyens de la violence légitime, à travers ses appareils de police. Nous y reviendrons en temps voulu.

19 Suspendre les droits de la personne au contrat de travail permet, dans les deux pays, d’organiser une gestion efficace et flexible de la main d’œuvre : la rupture unilatérale du contrat de travail ferme de fait l’accès des migrants au système juridique, et empêche de faire valoir des droits par ailleurs légitimes. Beaucoup de migrants en Malaisie ont ainsi été reconduits à la frontière, lésés du montant des salaires impayés.

20 Agence de placement et de protection de la force de travail indonésienne. On notera la contradiction qu’il y a à déposer à la fois le placement – qui obéit à des logiques économiques – et la protection des migrants – qui les contrarie – dans les mains du même organisme. Il n’est pas inintéressant de noter que Jumhur Hidayat, récemment limogé et qui dirigeait l’agence depuis sa création, est un proche du président Susilo Bambang Yudhoyono.

21 Ces départements sont le département de la coopération internationale et de la promotion (de la main d’œuvre indonésienne), le département du placement des migrants, le département de la protection des migrants.

22 Les BP3TKI et les SP3TKI, qui forment le réseau des représentations territoriales du BNP2TKI, et les P4TKI, des postes de contrôle aux points d’embarquement.

23 Pour pelaksana penempatan tenaga kerja indonesia swasta, littéralement : entreprises privées de recrutement de la force de travail indonésienne.

24 Les autorités municipales, le bureau des Affaires religieuses (Kantor urusan agama – KUA), un organisme de certification des compétences qui agit sur délégation de service public, les bureaux de l’immigration, connus pour être un bastion de la corruption administrative – ce dont le rédacteur peut témoigner personnellement –, ainsi que le BP3TKI.

25 Hans-Dieter Evers se sert du terme pour décrire le réinvestissement de formes d’appartenances collectives héritées – appartenances ethniques, parenté, religion – et leur constitution en groupes d’intérêts à l’intérieur des configurations économiques et politiques contemporaines (Evers 1973, p. 250‑264).

26 Par exemple, la PT Pangrango Gema Abadi, dépourvue des licences obligatoires délivrées par le Depnaker et le BINAPENTA (l’agence du ministère chargée de réguler la formation professionnelle), aurait trompé 296 candidats à la migration, en proposant des placements aux États-Unis, facturés environ 2 000 euros par personne (Kompas, 22 juillet 2010).

27 Ce type d’intermédiation est tellement généralisé en Indonésie, que dans certaines administrations il apparaît anormal aux fonctionnaires qu’un candidat à la migration se présente en personne.

28 « [La] “rente d’exploitation” est analogue à la plus-value absolue du capitalisme, à ceci près que la plus-value absolue est pour Marx engendrée par les conditions de travail – durée, intensité – et non par les basses rémunérations, alors que la “rente d’exploitation” mêle tout cela. Son existence suppose non seulement des conditions d’exploitation dures et de bas salaires, mais aussi l’impossibilité pour la main-d’œuvre de circuler (son caractère captif). En d’autres termes, l’esclavage minier ou agricole aux Amériques (de la Martinique aux Minas Gerais), le “travail forcé conscrit” du type de celui qu’on trouvait dans les mines d’argent andines seraient à la base d’une part d’un profit “normal” et de l’autre d’une “rente d’exploitation” – issue du caractère captif du travail – venant s’ajouter à la rente (foncière ou minière) classique » (Lautier 1998, p. 260-262).

29 En 2013, les migrants placés à l’étranger ont rapatrié 7,4 milliards de dollars (Antaranews, 7 janvier 2014). Si on y ajoute les flux générés par les migrations souterraines, ce chiffre est largement sous-évalué. Globalement, depuis 2005 ces remises monétaires ont représenté entre 10 % et 15 % des rentrées totales de devises.

30 Les coûts relatifs au recrutement et au placement sont supportés par les migrants.

31 Jakarta Post, 26 avril 2011 ; BNP2TKI, 21 décembre 2010.

32 Jakarta Globe, 23 avril 2011, en ligne : [http://www.thejakartaglobe.com/archive/malaysia-maids-pay-to-be-made-via-bank-accounts/], consulté le 2 février 2015.

33 Face à ces tentatives d’institutionnalisation, des méthodes alternatives permettent aux migrants de rapatrier des fonds à travers des réseaux d’interconnaissance ou, simplement, à la main lors des retours au pays.

34 À la suite du constat d’infractions graves, massives et systématiques par la Commission anticorruption, il a été décidé de le fermer en septembre 2014 (Detiknews, 10 septembre 2014).

35 Reste que la volonté d’éliminer les circuits souterrains aurait à passer, essentiellement, par la simplification des procédures et le raccourcissement des routes migratoires. La complexification croissante des cadres législatifs suggère bien que l’intrication des routes régulières et souterraines répond à une visée stratégique.

© ENS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable