Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habiter le transnational

 | 
Loïs Bastide

Les espaces transnationaux, entre fixation et mobilité

Introduction

Texte intégral

1Les circulations migratoires transforment les lieux qu’elles traversent, les arrimant à de nouvelles spatialités, générées par les pratiques migratoires, porteuses de formes propres d’intégration sociale et culturelle : ces spatialités emportent des routes et des lieux dans de nouveaux types d’articulation. Il est donc possible de décrire les espaces transnationaux en se plaçant du point de vue des épreuves circulatoires. On peut aussi prendre le parti de s’ancrer dans les localités pour observer les processus à l’œuvre sous l’effet des nouvelles circulations. L’approche retenue ici entend combiner les deux postures : on se situera du point de vue des relations et des mobilités, d’une part, et dans les localités qu’elles agencent, d’autre part. Il s’agit de considérer que les expériences locales ne sauraient être analysées hors des parcours dans lesquels elles font étape, au même titre que les circulations ne peuvent s’entendre sans interroger les dynamiques locales des « translocalités » qu’elles aboutent.

2Nous commencerons donc, selon cette logique d’exposition, par discuter les conséquences des nouvelles circulations qui affectent les conditions de l’expérience locale à Banyu Putih. Il s’agit moins de procéder à une analyse linéaire des expériences migratoires, en partant du lieu d’origine, que de reconnaître qu’une part significative des épreuves liées aux migrations TKI trouve ici sa source et sa raison. Nous nous placerons ensuite dans l’« entre-lieux » des routes migratoires pour en décrire les rouages. Comprendre les dynamiques à l’œuvre sur les sentes de la migration permettra de mieux appréhender les formes de mise au travail, dans les deux métropoles. On s’intéressera alors aux épreuves urbaines des migrants, à Kuala Lumpur et Singapour, en soutenant, notamment, qu’elles ne se résument pas aux processus de disciplinarisation, d’assujettissement et de désubjectivation organisés par l’industrie migratoire, mais que s’y devinent aussi des processus d’appropriation du lieu, de réappropriation de soi et de subjectivation. Il sera temps enfin de revenir aux espaces transnationaux pour montrer, à l’instar des épreuves métropolitaines, que les dispositifs disciplinaires, s’ils surdéterminent les expériences migratoires, n’en épuisent pas l’analyse : ces espaces sont aussi le produit de relations sociales qui préexistent ou échappent à l’industrie des migrations et aux procédés de production du travail migrant.

© ENS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable