Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habiter le transnational

 | 
Loïs Bastide

Approcher les migrations : acteurs, espaces et temps

Chapitre III

La production de l’espace

Texte intégral

Le processus socio-spatial

  • 1 Pour une vue globale du champ, on consultera par exemple : Faist et Özveren 2004, Khagram et Levit (...)
  • 2 La première école de Chicago et sa sociologie urbaine ont largement étudié les phases d’installati (...)

1Depuis les années 1990 et les recherches pionnières de Linda Basch, Nina Glick Schiller et Cristina Blanc-Szanton (1994, Glick Schiller et al. 1992) les travaux se réclamant du champ des études transnationales se sont multipliés.1 Ils ont permis de débusquer les « nationalismes méthodologiques » logés dans les routines analytiques des sciences sociales et ont nourri des controverses sur l’impact réel ou supposé des pratiques transfrontières sur l’État-nation. Pour certains les transnationalismes donneraient lieu à des formes de citoyennetés partiellement dénationalisées (Ong 1999b) et affecteraient la formation des « communautés imaginées » (Anderson 1991) dans le giron national (Appadurai 2005). D’autres mettent en garde contre la surinterprétation en plaidant pour un traitement prudent et nuancé des indices empiriques (Portes et al. 1999) ou en imputant la « rupture transnationale » à un effet d’optique lié à la désagrégation progressive du paradigme de l’intégration2 dans l’étude des immigrations plutôt qu’à une véritable transformation historique (Waldinger 2006). Au fil de ces débats un consensus semble avoir émergé autour d’une unité d’analyse partagée qui engagerait un niveau social intermédiaire dans l’étude des migrations transnationales, envisagées à partir des réseaux et des liens – ties – (Faist 2004), unité inspirée de l’analyse des réseaux et des théories du capital social (Portes 2010, chapitre ix). Cette perspective propose une alternative aux approches macrosociologiques et systémiques (Arango 2004) et au recours à la théorie du choix rationnel pour expliquer l’impulsion mobilitaire en postulant une agentivité collective, décrite le plus souvent au niveau familial ou communautaire. On est frappé cependant par l’absence de réflexion spécifique sur l’espace dans ce champ thématique émergent, traité le plus souvent de manière purement nominale, comme catégorie résiduelle, conçu comme un substrat, pure surface où tracer les lignes et les nœuds des réseaux sociaux. On remarquera par exemple l’absence de chapitre consacré à la question spatiale dans l’ouvrage de synthèse que Steven Vertovec (2009) consacre au champ des transnational studies. Chez Thomas Faist l’espace est rabattu sur une théorie conventionnelle de l’espace social en sorte qu’il est absorbé sans reste dans une théorie des liens sociaux et des réseaux – lignes et nœuds – (Faist et Özveren 2004, Bauböck et Faist 2010) ou problématisé dans les termes de la « compression de l’espace-temps » – time-space compression (Harvey 2004) –, inspirée de la géographie sociale anglo-saxonne.

  • 3 Voir sur ce thème l’ouvrage fondateur d’Akhil Gupta et James Ferguson (1997).

2On trouve une sensibilité à l’espace plus développée chez des anthropologues comme Arjun Appadurai, Ulf Hannerz, George Marcus, James Ferguson ou Akhil Gupta qui tous mobilisent une approche sinon transnationale du moins translocale des phénomènes sociaux, magnifiquement synthétisée et mise au travail dans l’ouvrage collectif dirigé par Mark-Anthony Falzon (2009a). Peut-être ces différences de sensibilité renvoient-elles à des trajectoires disciplinaires singulières qui ont conduit par des cheminements tangents à l’élaboration d’approches « décentrées » des phénomènes sociaux et culturels : pour la sociologie l’apparition des approches transnationales a partie liée avec la perte de l’évidence de la coïncidence entre l’État-nation et la société, suscitée notamment par l’étude des migrations. La réflexion transnationale, en anthropologie, a éclos à partir de trois questions : à partir de la question du transnationalisme à proprement parler, d’une part ; quand l’anthropologie a entrepris de désenclaver ses terrains en suivant leurs ramifications translocales, d’autre part ; enfin, lorsqu’elle s’est confrontée à des terrains nouveaux, notamment en contexte urbain (Hannerz 1980), où les unités d’analyses traditionnelles de la discipline se trouvaient mises en échec.3 Là où le champ des études transnationales s’est surtout préoccupé de rebâtir des unités d’analyse à des échelles renouvelées, plus ou moins détachées de l’État-nation, mieux accordées à la question migratoire, la réflexion sur l’aspect multisitué des phénomènes sociaux et culturels, en condition de globalisation, a conduit certains anthropologues à des réflexions proprement spatiales (Hannerz 1996, Gupta et Ferguson 1997, Amit 2000, Falzon 2009). Les théoriciens du translocal se sont montrés particulièrement sensibles à la spatialité des phénomènes étudiés, mise en évidence et problématisée par le constat empirique de l’éclatement de l’échelle locale hors de ses limites matérielles sous la pression des mobilités humaines et de la circulation des biens et des signes. En France l’étude des migrations transnationales a affirmé d’emblée une sensibilité plus fine à la question spatiale, peut-être liée à la forte implication des géographes. Elle a ainsi conduit à analyser la formation d’espaces sociaux transnationaux décrits, par exemple, en termes de « champs migratoires en tension » (Simon 2008) ou, dans une perspective davantage phénoménologique et socio-anthropologique, par le vocable des « territoires circulatoires » (Tarrius 1996, Tarrius et Missaoui 2000, Tarrius 2010). Dans ce contexte, Laurence Roulleau-Berger (2010) a développé une approche des migrations qui laisse apercevoir des espaces multiples, imbriqués et hiérarchisés. Ces propositions permettent d’échapper à la dichotomie souvent caricaturale entre espaces circulatoires et espaces sédentaires (Tarrius et Missaoui 2000) en montrant que les « circulants » articulent des ancrages multiples, dans des espaces de mobilité translocaux ou transnationaux.

3Ces généalogies filent différentes façons d’envisager la question spatiale en son rapport au couple ancrage/mobilité, que les termes en soient saisis du point de vue des mutations de la localité comme catégorie de l’analyse (sous le rapport, particulièrement, des transformations de la localité anthropologique), ou à partir de problématiques touchant directement à la circulation des biens et des personnes (notamment par l’étude des migrations). L’abord de la dimension spatiale nous semble cependant pouvoir être encore enrichi en puisant à d’autres sources : il s’agira, en s’appropriant un postulat central de la géographie humaine, de traiter l’espace comme condition, dimension et produit des pratiques plutôt que comme support à l’action. Cet axiome nous paraît essentiel à la compréhension des expériences migratoires, qui se construisent, en un même mouvement, comme carrières sociales et spatiales, c’est-à-dire comme mise en espace des pratiques, des carrières et des collectifs, comme redéploiement spatial des processus de sociation. Pour penser les migrations sous le rapport d’une sociologie de l’espace, un détour par le « paradigme socio-spatial » d’Henri Lefebvre (Gottdiener et Budd 2005, Lefebvre 1986) apparaît alors judicieux. À une approche superficielle de l’espace comme surface, Lefebvre substitue en effet un dispositif conceptuel qui pose d’emblée la co-production de l’espace et du social (processus socio-spatial), rejetant ainsi la préséance d’une dimension sur l’autre pour en faire les deux faces d’un même processus. Il suggère ce faisant de décrire l’espace, en ses constituants sociaux, par les jeux de tension entre trois formes d’expérience spatiale (Lefebvre 1986).

4La première forme d’expérience est liée aux pratiques spatiales, aux matérialités auxquelles elles ont affaire et qui en sont – aussi – le produit : les pratiques s’organisent toujours au sein d’un environnement matériel, qu’elles (re)composent et transforment en le manipulant. Ces usages, ces contraintes et ces ressources matérielles informent les épreuves spatiales individuelles et collectives. Une seconde forme d’expérience spatiale (« espace conçu ») est liée aux représentations dominantes de l’espace, c’est-à-dire à l’agencement d’un espace enserré dans des dispositifs de savoir-pouvoir, au sens de Foucault, condensé et institué dans des discours savants, des pratiques architecturales ou urbanistiques et encodé par les organismes de planification territoriale, mis au cadastre, pris dans les discours géographiques, dans des instruments de mesure et des équations mathématiques. Enfin, l’« espace vécu » traite des expériences subjectives et phénoménologiques de l’espace, individuelles et/ou collectives, qui s’objectivent dans des rapports de sens et des pratiques plurielles, souvent antagoniques, et décrit des manières discrètes de se lier à l’espace et d’en renégocier individuellement et collectivement les constructions dominantes.

5Cette approche permet deux choses : d’abord elle embrasse l’espace comme dimension du social, saisi comme enjeu et produit de conflits sociaux, économiques et culturels. Ses configurations matérialisent en sa dimension spécifique l’état des rapports sociaux, économiques et politiques. Ensuite, la distinction entre les trois déclinaisons de l’expérience dont le rapport génère le processus socio-spatial permet de mettre en lumière des pratiques subalternes, peu visibles, en rendant compte d’épreuves spatiales minoritaires, qui se révèlent dans l’attention aux espaces vécus et s’objectivent par des pratiques spécifiques : en éclairant la dimension spatiale des épreuves circulatoires, ce cadre conceptuel permet de densifier considérablement la description des expériences migratoires et des espaces qu’elles produisent.

6Pour ramasser le propos on dira alors que les pratiques sont toujours déjà sociales et spatiales. L’espace en ses matérialités, comme produit de pratiques sociales différenciées (routines individuelles, planification urbaine, nation building), propose des ressources et oppose une résistance à l’action. Comme condition et produit des rapports sociaux, il est marqué par des usages et des conceptions conflictuelles : il engage des rapports de force mesurés dans la confrontation d’usages distincts, individuels et/ou collectifs, mal alignés ou antagoniques. Ces conflits génèrent des spatialités hiérarchisées, assignables à des groupes sociaux plus ou moins dominants, plus ou moins invisibilisés. Ces luttes socio-spatiales et l’inscription des lieux dans des spatialités différentes et hiérarchisées sont particulièrement évidentes à Kuala Lumpur et Singapour où l’appropriation de certains espaces par les migrants est vécue comme une atteinte à l’espace souverain de la nation. On reconnaîtra aussi que les spatialités dominantes sont toujours soumises à des réappropriations minoritaires, qui les travaillent, les subvertissent et les déplacent en introduisant d’autres manières de faire lieu et de faire avec les lieux pour les articuler dans des spatialités subalternes. Ainsi, au village comme dans les villes, l’expérience locale se révèle de plus en plus éclatée, tiraillée entre l’inscription de l’espace villageois au sein des nouvelles « transnationalités » (Glick Schiller 2011) et son inclusion dans les logiques territoriales de l’État-nation. Enfin l’approche en termes d’espace vécu permettra de mettre en regard des manières de faire avec l’espace collectivement négociées, mais aussi de considérer le maillage, dans le cours des carrières, de spatialités individuelles et de pratiques singulières de l’espace.

Espaces d’exception, espaces subalternes

7Ce cadrage conduit à un traitement processuel de l’espace : il s’agit de traiter la dimension spatiale sous le rapport de pratiques hiérarchisées, plus ou moins consensuelles ou conflictuelles, qui sécrètent de l’espace, le pérennisent, l’érodent et le transforment. Dans l’arène spatiale sont mis en relation des collectifs et des groupes d’intérêts engagés dans des luttes plus ou moins frontales, plus ou moins souterraines pour imposer leur relation à l’urbain, au territoire, à la frontière. Les « politiques spatiales » (Massey 1992, Prakash 2008, p. 9-12) développées par les États marginalisent certains acteurs, certains espaces et certaines pratiques ; cependant, le recouvrement et l’invisibilisation de populations et de pratiques subalternes dans l’ordre socio-spatial n’équivalent pas à la neutralisation de leur puissance d’action. Bien au contraire, les pratiques des dominés travaillent insensiblement les ordonnancements du social et de l’espace, de l’espace social et de la production sociale de l’espace.

  • 4 Arjun Appadurai (2005) montre que la localité n’est pas un donné mais la réalisation ponctuelle d’ (...)
  • 5 Au sens de Michel Foucault, comme déploiement de la gouvernementalité sur des sujets constitués en (...)

8La migration, au village et dans les métropoles, vient ainsi fréquemment troubler la reproduction de la localité en ses ancrages territoriaux hérités4 : à Banyu Putih, l’irruption des transnationalismes suscite des anxiétés ; qu’elle se manifeste au travers d’attitudes, d’une apparence ou d’un style vestimentaire, d’un hexis corporel importé de l’étranger ou de romances transnationales, elle fait l’objet d’une régulation qui réaffirme l’autochtonie du local et maintient l’enracinement dans le territoire national, contre les projections transnationales de la société villageoise. Ce type de heurts entre des dynamiques de territorialisation hétérogènes ou antagoniques a déjà été mis en lumière par différents auteurs, dans différents contextes. Dans la même région, Aihwa Ong analyse ainsi parfaitement ce genre de luttes d’imposition en décrivant la rencontre entre les dynamiques néolibérables d’accumulation du capital et la question de la souveraineté et des « biopolitiques »5 nationales au sein des pays de l’Asie du Sud-Est maritime. L’intersection entre les logiques de territorialisation de l’État-nation et celles du capital conduit à la fabrication politique d’espaces de « souveraineté graduée » sur et entre les territoires nationaux (zones franches, zones économiques transfrontalières) (Ong 2000, 2006 p. 75-120, 2008). Autrement dit, les États du Sud-Est asiatique fractionnent leur territoire en zones soumises à des régimes juridiques et fiscaux différenciés, pour attirer et fixer le capital transnational.

9Les politiques de l’espace, en Malaisie et à Singapour, sont en effet largement déterminées par les contraintes liées aux tensions entre les nécessités de renforcement de l’État sur son territoire, dans des pays récents, et la volonté des gouvernements de s’inscrire dans les nouvelles hiérarchies spatiales du capital. Or, les migrations de travail sont conçues comme un rouage essentiel de ces politiques. Dans ce cadre les migrants TKI sont la cible de politiques spécifiques qui organisent leur confinement dans des espaces où les interactions avec les populations locales sont strictement régulées, tandis que leur valeur économique est maximisée. Ces espaces de relégation, distribués en Indonésie, dans les espaces transnationaux et dans les pays de migration, peuvent être conceptualisés comme « espaces d’exception », soit une collection de lieux qui forment un archipel transnational, reliés par des segments de routes migratoires. Ces espaces sont justiciables d’un droit résiduel et dégradé qui renvoie à des formes également dégradées de citoyenneté, « espaces vides de droit […] où le pouvoir agit sans limites » (Ramoneda 2008, p. 14).

10Cette formulation renvoie explicitement à la relecture critique de la biopolitique Foucaldienne par Giorgio Agamben (1997). Contre cette généalogie, il convient cependant de veiller à débarrasser l’idée d’un contenu philosophique qui pose une axiomatique beaucoup trop univoque, sans véritable soubassement empirique, quant à la nature du pouvoir et à la logique politique de l’état d’exception. En cela, ces formulations sont difficilement conciliables avec le souci d’empirie propre à la démarche sociologique : chez Agamben, l’exception, comme promulgation du ban, suspension de la vie politique et réduction de l’humain à une pure vie biologique (le bios se rétracte dans la zoé), marque le geste inaugurateur de la souveraineté politique, sur lequel elle se fonde et à partir duquel elle trouve à se déployer. Les espaces d’exception sont donc renvoyés à la puissance de promulgation d’un pouvoir souverain. De cette lecture philosophique il convient de conserver l’idée d’espaces singuliers (camps, centres de rétention, prisons, etc.), où le droit et la citoyenneté sont suspendus et où s’impose le constat empirique d’une réduction des personnes à une vie biologique dépourvue de tous les attributs politiques de la citoyenneté (zoé). Mais ces espaces se donnent moins comme le produit d’un pouvoir souverain et unifié qu’ils ne résultent de négociations multiples et continues, portées dans des arènes politiques, où leurs propriétés sont sans cesse renégociées et réformées. Reprendre la triade analytique d’Henri Lefebvre permet alors de comprendre ces espaces dans leur aspect contesté, et comme espaces de contestation : leurs propriétés résultent des tensions entre des pratiques spatiales plus ou moins dominantes, plus ou moins subalternes. Et dans ces processus les migrants ne demeurent pas sans armes : en mobilisant des relais au sein des arènes publiques (parlementaires, ONG, figures et mouvements religieux, presse, etc.), dans les trois pays, ils obligent à la redistribution régulière des politiques spatiales qui les affectent. Se constitue ainsi un archipel, maillé de proche en proche sur les routes migratoires, composé de lieux hétérogènes (centres de formation, centres de transits gérés par les agences de placement, camps de rétention dans les pays de migration, etc.), spatialement dispersés, comparables seulement par la commune vulnérabilité des populations qui les peuplent, dépouillées de droits par des processus variés (exception hors du droit commun dès l’entrée sur les routes migratoires en Indonésie, hors du droit du travail à Singapour et en Malaisie, soumission à des pratiques policières spécifiques dans les deux métropoles, dépossession des papiers d’identité par l’employeur, etc.), plus ou moins institués, plus ou moins procéduralisés, qu’on ne saurait renvoyer platement au geste d’un pouvoir souverain.

  • 6 Doreen Massey envisage ces asymétries de positions dans les termes de « géométries de pouvoir » (M (...)

11Aussi bien il est bon de ne pas surestimer l’impuissance des populations migrantes face à la sévérité des formes de contrôle et de dépossession de soi auxquelles elles font face. Il est nécessaire aussi de ne pas sombrer dans une conception trop théorique de l’État pour expliquer la formation des espaces d’exception qui organisent la coercition des populations migrantes. Cependant, il faut également veiller à éviter un écueil, symétrique en quelque sorte, qui consiste, comme c’est souvent le cas, à souligner trop fort l’opposition entre les États, leurs formes d’intégration politique, territoriale et juridique, et les espaces transnationaux. Ces pensées binaires conduisent en effet régulièrement à une apologie de la mobilité, une idéologie de la « ligne de fuite » qui glisse souvent, insensiblement, d’une lecture critique de l’État à une lecture normative de la circulation où la transgression des territoires nationaux et des frontières se voit accoler une valeur positive et émancipatrice. Or, Doreen Massey (2005, p. 172-176) fait justement remarquer qu’il est illusoire d’opposer le pouvoir coercitif de l’État et les fluidités rhizomatiques de la « multitude » (Hardt et Negri 2006). Comme le montre Laurence Roulleau-Berger (2010, p. 21), des « dominations réticulaires » se construisent dans des espaces transnationaux, qui trouvent là un environnement tout aussi propice à se déployer que sur les territoires nationaux : par exemple, des assignations de genre, comme la timidité (malu), associée à la féminité à Java, peuvent être mobilisées, à Singapour, pour solliciter la soumission des travailleuses domestiques dans le cadre de relations d’emploi abusives. La mise en relation sociale de situations spatialement dispersées produit ainsi des effets de domination localisés et synthétiques sur les individus. De ce point de vue, les espaces transnationaux sont susceptibles de faire lieu à des épreuves d’assujettissement et à des situations de domination aussi bien que les espaces sédentaires. De nouvelles inégalités s’y forment, liées à la croissance des migrations TKI. Elles prennent souvent le tour d’inégalités de position face aux opportunités générées par l’ouverture des routes migratoires, plus ou moins accessibles.6 Sur les routes migratoires d’autres inégalités apparaissent, liées notamment à la maîtrise plus ou moins grande des « savoir-circuler » (Tarrius et Missaoui 2000). Les espaces translocaux se révèlent ainsi également comme des espaces stratifiés, hiérarchisés, régulés par des gate keepers, producteurs d’inégalités spécifiques, au même titre que les spatialités nationales. Plutôt qu’un dualisme radical, ces approches du rapport national/transnational suggèrent des points de passage, l’existence de continuités et de discontinuités entre les deux dimensions.

12Par suite, les espaces de la migration produisent de nouvelles formes d’assujettissement et de désubjectivation ; et les migrants ont alors à négocier des formes de domination proprement transnationales, qui marquent profondément les épreuves migratoires. Dans un contexte de très forte contrainte ils luttent pour conquérir une autonomie, reprendre pied dans leurs parcours de vie, s’affirmer comme sujets et reconstruire les conditions d’un agir. Ces résistances passent par exemple par l’acquisition et la mise en circulation de savoir-faire mimétiques qui assurent l’indiscernabilité et la furtivité des migrants à l’intérieur des populations locales, participent à la constitution de savoir-circuler et permettent à ces populations de se fondre dans les villes, dans un contexte souvent de très forte hostilité. D’aucuns s’appuient sur une habileté à agencer les espaces urbains pour neutraliser, avec plus ou moins de succès, les épreuves de domination. Se dessinent ainsi des appropriations spatiales qui travaillent l’ordre urbain, alors que les migrants frayent des parcours discrets dans les métropoles, à Kuala Lumpur et Singapour. Dans les deux villes, les géographies migrantes se déclinent ainsi en fonction des rythmes d’ouverture/fermeture des espaces, au gré entre autres choses des interventions des forces de l’ordre, dont la maîtrise est au cœur des « savoir-circuler » au sein de la ville. Ces résistances passent aussi, souvent, par le perfectionnement de la maîtrise des rythmes et de la temporalité des circulations, une dextérité à agencer des espaces, sur les routes migratoires, pour échapper à la capture dans des espaces d’exception. Cette gestion rythmée des espaces est évidente dans l’organisation séquentielle des départs et des retours, et dans les passages réguliers des acteurs entre les différentes routes migratoires disponibles aux candidats à la migration, en fonction des risques et des opportunités conjoncturels.

Genre et espaces

13Enfin, on ne saurait traiter de la question spatiale, sur ces terrains, sans s’arrêter sur le caractère fortement sexué des épreuves circulatoires. Un bref détour paraît donc pertinent pour poser certains repères qui permettront de saisir mieux les logiques sociétales qui soutiennent la différenciation des expériences au regard du genre.

  • 7 On trouve des sociétés où le rapport entre des corps sexués et la performance des rôles sociaux se (...)
  • 8 L’expression renvoie à l’idée de la volonté divine, telle qu’elle assigne à un destin spécifique.
  • 9 L’Ordre nouveau, le régime suhartiste qui dirigea le pays entre 1966 et 1998.

14Sur cette question, en effet, la mosaïque indonésienne enseigne d’abord la plasticité du rapport du sexe à ses énonciations sociales et culturelles et oblige à développer une approche sociologique de la fabrication des répertoires de différences : on trouve dans l’archipel une grande variété d’arrangements sociaux entre les sexes, ou en dépit du sexe biologique7, et des modalités multiples de conversion du sexe en genre. À tel point que se dissout le présupposé qui voudrait que le corps sexué participe toujours à la construction culturelle de la différence et du partage des rôles sociaux (Robinson 2009, p. 12). À Java, les rapports de genre sont complexes et font l’objet de débats scientifiques : la centralité traditionnelle des femmes dans l’économie marchande, leur participation au travail agricole et leur position cardinale dans la sphère domestique ont conduit de nombreux analystes, depuis les écrits fondateurs d’Hildred Geertz, à considérer la société javanaise comme relativement égalitaire au regard du partage genré du pouvoir (Geertz 1961, p. 44‑46). L’« essence féminine » (kodrat wanita8) telle qu’elle est codifiée en islam, et les assignations afférentes, ont peu d’effet sur la position des femmes dans la société ; le code de la famille inégalitaire qui lui est attaché est peu appliqué et l’imposition d’un ordre patriarcal par l’Orde Baru9 a peu modifié la position traditionnelle des femmes, au sein de la famille comme dans l’économie (Robinson 2009, p. 66-88). Cependant cette égalité de surface est également trompeuse en ce qu’elle porte à méconnaître les termes de la construction sociale du pouvoir et le partage du sensible qu’elle opère au sein de la société : certes les femmes jouissent à Java d’une forte autonomie et d’un certain ascendant sur les hommes dans certaines sphères sociales ; mais ce sont des sphères symboliquement périphériques, invisibilisées dans l’ordre culturel et politique des positions.

15Les migrations ouvrent une perspective différente sur cette problématique : c’est que l’expérience migratoire commande un retour sur soi à partir d’un point de vue décentré, dans les espaces transnationaux, qui déplace le rapport à l’expérience. On observe ce faisant que le rapport féminin aux espaces d’origine est marqué d’ambivalence et que les femmes expriment souvent une souffrance liée à une parole rentrée, indicible, qui ne trouve à s’exprimer qu’en migration et encore, le plus souvent, de façon non discursive dans l’acte de migrer lui-même. Car l’écart qui se creuse au fil des parcours entre les expériences en migration et l’éventail des performances sociales disponibles au pays apparaît beaucoup plus significatif pour les femmes. Si les hommes, au terme de leur migration, retournent plus aisément aux rythmes de la vie collective, les femmes font face à des épreuves plus ambiguës. Cette souffrance informulable indique bien l’impossibilité pour les expériences féminines de devenir audibles dans la réalité locale autrement que par la confrontation, au risque alors de la rupture ou de la marginalisation.

  • 10 Laine Berman (1998) montre que cette construction interactionnelle des positions s’opère à partir (...)

16Laine Berman, qui s’intéresse aux interactions dans des réseaux de sociabilité féminins à Yogyakarta en mobilisant une approche qui relève de l’anthropologie linguistique, montre à cet égard que l’oblitération des subjectivités féminines s’opère (déjà) dans l’organisation située des actes de langage. Elle se manifeste dans l’articulation entre des subjectivités et les attentes portées sur la performance des locuteurs, dans un contexte où les « ordres cérémoniels » (Goffman 1974) – cara Jawa (la [les] « manière[s] javanaise[s] ») – commandent la conformité à des performances sociales typées, relatives notamment à l’inégale dignité attachée au masculin et au féminin (Berman 1998, p. 51‑56).10 La conformité aux usages langagiers, indispensable pour s’affirmer comme membre en interaction, participe ainsi à construire et reproduire le caractère subalterne de la féminité. Et ces pratiques interactionnelles très codifiées restreignent les modalités d’émergence des subjectivités. Il n’est sans doute pas indifférent alors que les femmes en migration aient presque toujours demandé, à mesure que nos relations s’approfondissaient, à faire tomber les marqueurs de position – mas, mbak (grand frère, grande sœur) – en cours à Java : ces marqueurs font écho, en effet, à des hiérarchies positionnelles qui organisent la marginalité sociale du féminin, qui impliquent des performances stéréotypées et la traduction des expériences subjectives dans un idiome socialement acceptable. On comprend ce faisant que les femmes vivent l’organisation des rapports sociaux, au pays, de façon plus distanciée que les hommes : si elles jouissent effectivement d’une certaine autonomie d’action et d’un certain pouvoir dans certaines sphères sociales, elles sont marginalisées dans l’ordre symbolique des positions et leurs expériences subjectives, de plus en plus désajustées de ces contraintes sociales du fait, notamment, des migrations, sont invisibilisées.

  • 11 Les théories du genre, telles qu’approchées par Judith Butler (2006), sont compatibles avec l’appr (...)

17Certes, la production du genre, comme le soutient Judith Butler, est une performance toujours incertaine par son irréductible indexicalité, qui déplace ses propres conditions de possibilité dans le mouvement même de son énonciation (Butler 2006).11 On voit d’ailleurs, en migration, s’accomplir des performances de la féminité radicalement nouvelles. Cependant la robustesse de l’ordre social dans les espaces d’origine (malgré la pression croissante des transnationalismes) préserve encore l’efficacité de ces assignations genrées. D’ailleurs l’ordre social ne doit pas être vu comme enclavé dans le local et ne saurait être considéré comme un reliquat du passé : il tend également à se transnationaliser et à (re)produire, sur le plan transnational, l’ordre genré des positions.

18L’enquête montre que lorsque les catégories du langage et les contextes d’énonciation rappellent sans cesse à l’ordonnancement des positions, et là où la déviance est vécue comme un manquement personnel à sa responsabilité à l’égard du groupe (sur le mode de la culpabilité), les conditions de la formulation d’un « tort », pour reprendre les termes de Rancière, ne sont pas réunies : la contestation des assignations de genre s’opère alors en actes, discrètement, de façon quasiment invisible, dans le fil de pratiques transgressives qui, souvent, si elles sont perçues comme telles par le public villageois ne sont pas visées en tant que telles par les femmes qui les développent.

 

19On dispose maintenant des cadres conceptuels pour penser l’individu social, l’espace et les pratiques à partir d’une définition de la situation, considérée comme unité première de l’analyse. Forts de ce viatique, il est temps d’entrer dans le concret des épreuves migratoires.

Notes

1 Pour une vue globale du champ, on consultera par exemple : Faist et Özveren 2004, Khagram et Levitt 2007, Vertovec 2009, Bauböck et Faist 2010.

2 La première école de Chicago et sa sociologie urbaine ont largement étudié les phases d’installation et d’enracinement des migrants dans la ville américaine, en mobilisant notamment les notions de ségrégation urbaine et d’« aires naturelles » (voir par exemple Burgess 1990, Park 1990a, Thomas et Znaniecki 2005, Wirth 2006). Pour un état des lieux en langue française, on consultera par exemple l’ouvrage de Geneviève Cortes et Laurent Faret (2009), ou la synthèse par Andrea Rea et Maryse Tripier (2008), et on relira avec intérêt les critiques fondatrices adressées à la notion d’« immigration » et au paradigme de l’intégration par Abdelmalek Sayad (voir par exemple Sayad 1977 et 1991). Enfin, on trouvera une tentative pour concilier transnationalismes et assimilation dans un article de Peggy Levitt et Nina Glick Schiller (2004).

3 Voir sur ce thème l’ouvrage fondateur d’Akhil Gupta et James Ferguson (1997).

4 Arjun Appadurai (2005) montre que la localité n’est pas un donné mais la réalisation ponctuelle d’un travail social et culturel continu de production/reproduction.

5 Au sens de Michel Foucault, comme déploiement de la gouvernementalité sur des sujets constitués en population, par la régulation du biologique et la maximisation de la vie.

6 Doreen Massey envisage ces asymétries de positions dans les termes de « géométries de pouvoir » (Massey 2000), qui réfèrent aux inégalités d’accès aux opportunités générées par les formes de compression contemporaines de l’espace et du temps (Harvey 2004).

7 On trouve des sociétés où le rapport entre des corps sexués et la performance des rôles sociaux se brouille (Robinson 2009, p. 12), et d’autres sociétés où intervient un troisième genre, qui inverse le rapport de détermination entre le corps sexué et le genre (Davies 2010).

8 L’expression renvoie à l’idée de la volonté divine, telle qu’elle assigne à un destin spécifique.

9 L’Ordre nouveau, le régime suhartiste qui dirigea le pays entre 1966 et 1998.

10 Laine Berman (1998) montre que cette construction interactionnelle des positions s’opère à partir de la structure du langage, dans la mesure où le javanais marque et produit par son organisation interne les hiérarchies sociales, en situation.

11 Les théories du genre, telles qu’approchées par Judith Butler (2006), sont compatibles avec l’approche situationnelle parce qu’elles conduisent à aborder les figurations situées des acteurs en termes de performance plutôt que de rôles. Cette distinction signale moins une incompatibilité que le déplacement du « moment analytique » : insister sur la performance permet de mettre l’accent sur la saisie active de contraintes et de ressources sociales et sur leur élaboration individuelle et collective en situation plutôt que sur leurs propriétés constituées. Dire cela, c’est signifier aussi que les rôles sociaux n’existent que pour autant qu’ils sont performés – qu’ils ne pré-existent pas à leur performance. La régulation des conduites est alors à saisir en interaction, à partir des processus de conjuration situés qui mobilisent des éléments contingents pour produire collectivement du contexte.

© ENS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable