Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habiter le transnational

 | 
Loïs Bastide

Approcher les migrations : acteurs, espaces et temps

Chapitre II

Une approche situationnelle

Texte intégral

Pour une approche pragmatiste

1Les parcours migratoires sont souvent complexes. Les migrants circulent entre des positions officielles et souterraines, changent éventuellement d’emploi, passent du salariat au statut d’entrepreneur indépendant dans des économies formelles ou informelles, se déplacent, multiplient les expériences d’« emplacement » partiel et traversent les frontières. Or, la « multipolarité » (Ma Mung 2000) des ancrages locaux va de pair avec la pluralisation, la segmentation et parfois la ségrégation des expériences : le rapport à la carrière change de forme selon les situations et les espaces où il est vécu (Roulleau-Berger 2010). La même expérience peut prendre des valeurs tout à fait différentes selon le lieu où elle est mobilisée : des expériences vécues comme émancipatrices à Kuala Lumpur et Singapour peuvent susciter la honte ou la culpabilité lors des retours en Indonésie. À l’inverse, des attitudes valorisées « au pays » peuvent susciter un sentiment de provincialisme dans les pays d’accueil. En sorte que la perception des étapes de la carrière varie en fonction de la position des migrants au sein des espaces migratoires. Ce perspectivisme rend difficile une lecture univoque des carrières et conduit à les considérer en tenant compte de ce caractère situé et situationnel, puisque les expériences passées prennent des valeurs distinctes selon les points de vue adoptés (les situations d’où elles sont saisies). Dans la lignée de William James, on tirera les conséquences de ce constat en se gardant de postuler l’existence d’entités méta-sociales ou de substances identitaires transcendantes aux situations, logées, en quelque sorte, dans un au-delà de l’expérience : « Tout ce qui est vrai doit être expérimentable, et toutes les sortes de choses expérimentées doivent être vraies quelque part » (James 1987, p. 798, notre traduction). Encore faut-il se donner les moyens, alors, d’une définition opératoire de la situation.

2Dans une même veine pragmatiste, Louis Quéré (1997) appelle à considérer la situation comme échelle pertinente (unité première) de l’analyse sociologique. Placer la situation au centre de l’analyse, c’est considérer d’abord que le social n’a d’autre existence qu’agissante, observable, indexicale. Dans cette perspective, la situation se structure comme cadre perceptif et ressource à l’action en même temps qu’elle est nouée et dénouée par les pratiques auxquelles elle donne lieu et qui la supportent. Elle forme l’espace-temps-action de l’expérience vivante (expérience de soi à l’épreuve de l’action, expérience du monde et expérience de soi dans le monde). Elle s’impose au fond comme le lieu du social en tant que réalité observable. Par suite, la situation demande à être approchée comme processus de structuration conjointe d’(inter)actions, d’espaces, et de temps. À ce titre, elle est beaucoup plus qu’un épiphénomène structurel : lieu concret où se génèrent, s’agencent, se reproduisent et se reconfigurent les formes sociales, qui ne sauraient jouir d’aucune existence hors d’elle.

3Si on suit l’hypothèse pragmatiste c’est en ce milieu que se produisent/reproduisent l’individu et le social, dans la texture relationnelle de l’expérience située. Pour progresser dans la définition, on peut dire que la situation assemble des éléments spatialement, temporellement et qualitativement hétérogènes. Ces mises en relation produisent des contraintes et des ressources spécifiques, situées et dynamiques. Ainsi envisagée, la situation est au principe d’un phénomène de « friction » (Tsing 2005) qui capte, anime et aligne ponctuellement des éléments discontinus dans un espace-temps contingent, orienté et partagé, où ils fonctionnent ensemble et où, du point de vue des individus, se décrit l’expérience du monde et du social en tant, précisément, qu’elle est toujours située. Puisque les pratiques et les actes de langage ont toujours une valeur indexicale il faut considérer, par conséquent, que dans ce milieu l’action se compose de façon distribuée et relationnelle et se constitue comme propriété situationnelle plus qu’individuelle. En sorte que :

La réduction de l’analyse des logiques de situation à la reconstruction – a posteriori – de l’intentionnalité des acteurs, aussi « objective » fût-elle, représente en fait un affadissement important de tout programme de recherche voulant prendre au sérieux les logiques de situation […]. (Dobry 2010, p. 85)

4On pourrait ajouter que l’analyse dispositionnelle, en renvoyant systématiquement les tracés d’un présent aux traces d’un passé, procède à un autre type de réductionnisme, qui sous-évalue la puissance configurative de la situation.

  • 1 Cette lecture est fortement inspirée d’Homi Bhabha, qui traite de ce problème du point de vue du s (...)

5En imposant un point de vue décentré sur les participants (dégagé de son ancrage univoque dans les personnes, qu’il s’exprime à travers l’insistance sur les schèmes incorporés ou sur la volition individuelle), l’analyse situationnelle conduit à reconnaître les différentes strates de l’engagement individuel dans l’action ; ces nappes révèlent une pluralité d’agirs, plus ou moins réflexifs, plus ou moins routiniers, dont les combinaisons tracent les arabesques des cours d’action (Thévenot 2006). La situation – et l’action – peuvent ainsi se concevoir comme propriété émergente d’une mise en relation. Il ne s’agit aucunement cependant de dénier aux acteurs une intentionnalité autonome, investie dans un agir. Il s’agit plutôt de montrer que cet agir, dès l’instant où il incise la situation, échappe toujours, plus ou moins manifestement et à des degrés différents, à l’intentionnalité qui le libère ; ses effets inattendus forcent alors sans cesse les participants à réviser leurs engagements. Et s’il échappe à son sujet c’est parce que cet agir se propage dans le complexe relationnel de la situation et suscite des reconfigurations jamais tout à fait prévisibles.1 Le rapport entre l’intentionnalité d’un sujet et l’inscription objective d’un agir sur le plan de la situation est donc toujours contingent. Et l’action se décrit toujours, aussi, comme mise à l’épreuve incertaine d’une puissance d’action. En ce sens la position des individus se dédouble puisque dans l’action ils s’éprouvent comme acteurs – au regard de leur investissement subjectif dans un cours d’action –, mais qu’ils font aussi l’épreuve de l’impuissance et de la dépossession, en tant que leur agir leur échappe toujours plus ou moins dans les conséquences qu’il emporte dans la situation : malentendus, incapacité à faire passer une idée, impuissance à communiquer une intention en sa vérité subjective sont le lot commun de l’action située. Si bien qu’elle est justiciable de cette double temporalité, en tant qu’elle procède d’un sujet et pour autant subvertit son intentionnalité générative. Et les situations peuvent, par conséquent, être envisagées selon deux niveaux d’agentivité : une agentivité individuelle qui propulse l’individu dans l’action et une autre, distribuée et configurationnelle, justiciable de la puissance structurante de la situation.

6Cette topologie est d’ailleurs compliquée encore par le fait, quand la situation réunit différents acteurs, qu’elle se forme à partir de points de vue plus ou moins alignés qui participent à sa dynamique en introduisant des dissensions et des différences d’interprétation quant à son contenu et ses limites. En sorte que la situation est toujours, en soi et à des degrés divers, un espace-temps contesté. Erving Goffman (1991, p. 242-293) a montré, par exemple, que la limite d’une activité est tributaire des parenthèses qui en marquent le début et la fin – « conventions de phasage » – et que des emboîtements de parenthèses – parenthèses internes/externes – peuvent venir compliquer sa définition, contribuer à la « modalisation » et/ou à la « fabrication » des cadres qui règlent sa cognition par les participants et les accords sur son contenu. Il a montré aussi que des différends sur les parenthèses pertinentes de l’activité, au regard notamment de la différence des points de vue entre participants et spectateurs, peuvent produire des désalignements significatifs des attentes liées à son effectuation. En cela, les divergences de définition portant sur les bornes de la situation (elles n’ont rien d’évident hors des situations les plus ritualisées) sont parfois difficiles à distinguer des divergences sur leur contenu et sur les enjeux qui s’y forment. Ce type de conflit est d’autant plus probable en migration, puisque les conventions de phasage ordinaires que les migrants ont appris à former et à interpréter dans d’autres espaces socioculturels se révèlent le plus souvent inaptes à soutenir des engagements pertinents, à Singapour ou à Kuala Lumpur.

7Enfin, les formes des engagements individuels ne s’épuisent pas dans les procédures de régulation internes de l’(inter)action : les situations particulières s’insèrent toujours dans un horizon d’attentes plus large à partir duquel les personnes décrivent et saisissent le périmètre et la nature de leur expérience. Ainsi, les situations ne sont pas abordées isolément par l’individu mais s’inscrivent toujours dans des emboîtements d’espaces-temps, décrits à partir du rapport subjectif qu’il entretient à son passé, à l’échelle biographique. Par exemple, certaines situations de travail restent strictement incompréhensibles à l’observateur s’il ignore que, pour les migrants, elles prennent sens au sein d’une économie situationnelle plus vaste et que, par conséquent, leurs attitudes s’expliquent au regard de cette temporalité élargie.

8L’expérience s’organise alors par emboîtement de situations : du point de vue du sujet les situations particulières sont toujours renvoyées à des répertoires de situations plus larges qui organisent la perception du présent en le séparant du passé et en arrêtant, vers le futur, l’horizon pertinent de l’action. Une même situation peut d’ailleurs susciter un dédoublement des registres d’engagement, quand les acteurs la font valoir en même temps, par exemple, sous le rapport du temps long de l’expérience migratoire, voire d’une trajectoire de vie, et sous l’horizon immédiat d’une interaction spécifique, qui fait aussi sens en soi. Un conflit peut, par exemple, appeler à la violence dans la logique immédiate de l’action et entraîner, en même temps, une délibération sur ses conséquences à long terme qui peut inhiber sa libération. À cet égard, nous suivrons Nicolas Dodier quand il postule que :

On peut […] caractériser une pragmatique sociologique par le souci d’intégrer, du côté du futur, la plus grande gamme possible des horizons temporels des agents, dans la mesure où ils apparaissent clairement comme pertinents dans le déroulement de l’activité, et du côté du passé, d’être attentif à toute la palette des supports de mémorisation des ressources effectivement mobilisées par les agents. (1993, p. 66)

Contextualiser

9Les approches ethnométhodologique ou interactionniste, dans leur fascination pour l’action située, laissent en déshérence la question de ses conditions de possibilité macrosociales (Abélès 2008, p. 94). Les approches trop surplombantes, à l’opposé, appauvrissent le plus souvent l’épaisseur empirique des situations concrètes. Des deux côtés, c’est alors l’ordonnancement impensé des échelles du social (du micro au macro en passant par le méso), d’abord, et la division du travail sociologique qui en découle, ensuite, qui posent problème et font obstacle au développement d’une approche pragmatiste susceptible de prendre en charge aussi des effets de structure : nombre de situations demeurent incompréhensibles si l’on méconnaît les dynamiques sociales plus amples dans lesquelles elles se logent. D’un point de vue empirique, cette incapacité à élargir l’analyse pose problème : on sera bien incapable ainsi de dénouer la conformation des rapports d’emploi dans le travail domestique, à Singapour et Kuala Lumpur, et d’analyser les interactions concrètes entre un employeur local et son employée indonésienne, dans les deux pays, sans considérer les constructions sociales et juridiques du travail domestique en Indonésie et dans les pays d’accueil et leur mise en relation par-delà les frontières. Au même titre d’ailleurs qu’on ne saurait en éclairer la nature sans envisager la politisation des identités ethniques et nationales et la construction des régimes d’altérité dans les trois pays.

10On ne part pas de rien cependant pour lacer le lien entre les situations empiriques et des cadres d’analyse élargis : les anthropologues de l’école de Manchester, dès les années 1950, proposaient de bâtir une « analyse situationnelle » qui tentait de tenir ensemble l’ethnographie fine des situations empiriques et leur relation à des éléments de contexte plus largement distribués. Michael Burawoy se revendiquerait plus tard de cet héritage et inviterait le chercheur, dans le même ordre d’idées, à « dé-localiser » le regard dans le cadre de ce qu’il nomme l’« étude de cas élargie » – extended case method – (Burawoy 2003). Il montre que l’abord des situations ethnographiques implique la multiplication des échelles d’observation et passe aussi par l’historicisation de l’objet.

11Dans une démarche semblable, il s’agira d’assortir pareillement la minutie ethnographique et l’ancrage situationnel avec une approche étayée des effets de contexte : conformément au principe d’économie propre à la démarche pragmatiste il faudra s’en tenir toujours, en matière de contextualisation, au strict nécessaire et ne mobiliser pour l’analyse que les seuls éléments qui emportent des effets concrets au regard des situations observées, c’est-à-dire qui sont empiriquement « documentables » par la mise en évidence de liens observables. Ce principe d’économie évite les excès constructivistes (dans l’acception ethnométhodologique du terme) et permet de traiter la question du contexte dans une perspective compatible avec la « logique de l’enquête », en son acception pragmatiste (Dewey 1993). On parlera moins alors de structures sociales que d’effets de structuration, en cherchant toujours à spécifier leurs contenus au regard des situations empiriques. Loin de réduire les nécessités de la contextualisation, par effet de « focalisation » situationnelle pour ainsi dire, cette posture amène au contraire à développer des cadres d’analyse très larges : saisir les contextes pertinents pour dénouer les situations empiriques nécessite une connaissance et une maîtrise suffisamment approfondie de l’environnement pour affermir la capacité du chercheur à identifier les éléments matériels et immatériels effectivement à l’œuvre dans les situations d’observation. Par exemple, on ne comprendra pas certaines formes de subjugation dans le travail, en Malaisie, sans rendre compte de la mutation de la condition féminine en Indonésie qui tend à faire passer les femmes d’un certain régime de domination et d’autonomie, relatif à l’ordre hérité dans les sociétés d’origine, à un autre régime d’inscription dans l’emploi salarié qui reconduit, en les transformant, les assignations de genre liées aux mutations contemporaines du travail.

12La notion de « scapes » – « ethnoscapes », « mediascapes », « technoscapes », « financescapes » et « ideoscapes » – développée par Arjun Appadurai (1990) fournit un point d’appui utile pour construire l’articulation situation/contexte, en écartant la construction ordinaire des échelles d’analyse : en condition de globalisation, Appadurai propose de dépasser la conception naïve d’une intégration verticale local/national/global. Le défi qu’il s’assigne consiste à considérer les mises en relation d’éléments hétérogènes, transversaux, noués en pratiques, qui construisent des paysages – scapes – en réseaux, contingents et translocaux. En tentant d’y répondre il fait éclater l’idée d’un rapport d’homologie entre des formations sociales, politiques et culturelles homogènes et des territoires lisses et clairement clôturés (ce même travers que Neil Brenner [2004] qualifie de « territorialisme méthodologique »). Dans une veine proche Anna Tsing, tout à son entreprise d’« ethnographie des connexions globales », appelle à écarter les conceptions trop abstraites des phénomènes de globalisation en suggérant d’en traiter non pas à partir d’une conception désincarnée du contexte, mais au regard de processus de contextualisation concrets, tels qu’ils se nouent, se maintiennent et se reconfigurent en pratiques : « Aussitôt que nous laissons s’éloigner l’universel comme vérité abstraite et autoréalisante, nous sommes entraînés dans des situations spécifiques. Et ainsi faut-il reprendre encore et encore, au milieu des choses » (Tsing 2005, p. 2, notre traduction). Les situations produisent des frictions, des phénomènes d’entraînement, et composent les conditions locales de l’action à partir d’éléments autrement disjoints ; ce faisant elles fondent le local comme espace composite, où se déposent les traces de connexions plurilocales et globalisées. Les situations de travail dans la sphère domestique à Singapour et en Malaisie appuient parfaitement ce point de théorie. Elles se construisent selon des géométries singulières mais qui mobilisent toujours des éléments locaux, liés à la construction sociale de la domesticité en Indonésie et dans les pays de destination, et mettent en scène des dynamiques liées à l’enrôlement croissant des femmes sur les marchés du travail en Malaisie et à Singapour, sous la coupe des États, des réorganisations globales de l’économie et de la dispersion contemporaine du capital.

13À l’instar d’Appadurai, qui suggère de penser les effets de globalisation à partir des inscriptions locales de flux disjoints – les scapes – et de la translocalisation des relations sociales, cette perspective invite à rejeter les points de vue désincarnés et dialectiques sur les effets de la globalisation, trop souvent conçus comme jeux de tensions entre l’échelle macro des flux globalisés et l’échelle micro de la localité. En insistant sur l’aspect toujours situé des phénomènes de globalisation, Anna Tsing suggère qu’il est possible de leur appliquer un traitement ethnographique. La dimension globale des phénomènes sociaux est alors considérée à partir de l’observation de jeux d’échelle observables et situés ; or, les situations empiriques se présentent toujours comme des « assemblages » complexes (Ong et Collier 2005) où s’agencent et s’engrènent des contraintes et des ressources d’origines diverses (éléments juridiques relatifs à différentes juridictions, prescriptions culturelles, objets, configurations spatiales, etc.) selon des dynamiques qui transgressent toujours l’organisation ordonnée des échelles sociales, du local au global. Dans certaines situations de travail on retrouve, par exemple, des résistances qui mettent en jeu et articulent des éléments d’un cosmopolitisme islamique (Robinson 2009, p. 123), en faisant valoir par exemple une commune appartenance religieuse pour amener un employeur à plus de clémence, mais aussi des éléments du « régime international des droits de l’homme » (Donnelly 2007), mobilisés pour porter des revendications sur des scènes publiques, ou encore des rappels à une commune identité linguistique et culturelle malaise, par-delà les frontières nationales. Des pratiques de résistance ou de survie passent ailleurs par la maîtrise d’outils techniques et de savoir-faire pratiques : usage des nouveaux moyens de communication, maîtrise des techniques de transfert de fonds, connaissance fine des contraintes et des ressources liées à l’environnement local, à Singapour et à Kuala Lumpur, etc. Ou encore : les ressources économiques, sociales, symboliques s’agencent, s’accumulent et s’investissent désormais dans la pluralité des espaces reliés par la migration, brouillant les emboîtements d’échelles traditionnellement conçus.

14Au demeurant, cette logique analytique, subordonnée à l’exigence ethnographique, ne se cantonne pas à l’examen de situations microsociales au regard des processus de globalisation qui y pèsent : elle amène à considérer les effets de globalisation comme aboutage de micro-situations. Saskia Sassen s’attache ainsi à montrer que les processus les plus dématérialisés, qui composent le niveau macro des phénomènes globaux, notamment la circulation des flux financiers, impliquent la mise en réseau et l’assemblage de dispositifs matériels et immatériels localisés et localisables : dispositifs techniques, « capital humain », infrastructures matérielles (réseaux de communication, de transport ou de distribution d’énergie, par exemple) et immatérielles (cadres juridiques, réseaux d’expertise et de conseil, etc.). Les processus de globalisation ne flottent pas dans l’éther mais sont tributaires de pratiques locales, susceptibles de se prêter à une ethnographie, notamment dans la « ville globale » (Sassen 2001) où se révèle avec une acuité particulière la matérialité des scapes et des connexions globales. Bruno Latour (2012) pousse cette logique à son terme en rejetant tout à trac l’idée d’échelle : le global est alors envisagé en fonction du degré de propagation de certains éléments (normes juridiques, conventions économiques, formes culturelles, etc.) au sein de réseaux de relations plus ou moins nombreux et/ou étendus et de l’émergence, dans ces réseaux, de pratiques qui les étayent ; il n’existe que par la continuité de ces pratiques, documentable, qui en assurent l’existence et la pérennité – la reproduction.

15Ces approches s’apparentent par une volonté partagée de rendre l’échelle globale à des contenus empiriques en montrant qu’elle n’a d’autre réalité que la mise en relation dans des réseaux plus ou moins longs, plus ou moins durables, de micro-pratiques situées, et qu’elle s’ancre dans des dispositifs matériels. Ces perspectives suggèrent moins l’image du « village global » qu’elles ne dessinent une géographie polarisée, faite de nœuds, de faisceaux et de « trous structuraux », qui organisent la hiérarchisation des territoires et des localités. L’approche pragmatiste n’est donc pas condamnée au repli situationnel, tout comme la prise en compte des effets de structuration n’est pas vouée à traiter la situation comme épiphénomène structurel. L’attention portée au déploiement situé des (inter)actions oblige, dans une certaine mesure, à suivre les ramifications des pratiques, des ressources qu’elles mettent en œuvre et des contraintes qu’elles ont à négocier, lesquelles indiquent toujours une extension plus large que ne semble le suggérer la situation en tant qu’elle apparaît, de l’intérieur, aux participants. Nous proposons ainsi de considérer la situation sous un double aspect : du point de vue des participants, d’abord, affairés à en caractériser les enjeux et à produire et stabiliser ses contours spatiotemporels, pour eux-mêmes et collectivement. Du point de vue des ressources et des contraintes effectivement à l’œuvre, aussi, assemblées sous l’effet de la dynamique situationnelle et qui échappent souvent à la conscience immédiate des interactants.

Notes

1 Cette lecture est fortement inspirée d’Homi Bhabha, qui traite de ce problème du point de vue du sens. Il montre que les énoncés portés dans l’espace intersubjectif échappent toujours au sujet énonciateur, du fait des propriétés spécifiques de la sémiose – ce qu’il formalise comme un décalage temporel (time lag) entre le signifiant et le signifié – et de la « réverbération du sens » dans ce tiers espace. Cela pose effectivement la question de l’attribution de l’agentivité déployée par l’acte d’énonciation (Bhabha 1994, p. 245-282).

© ENS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable