Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habiter le transnational

 | 
Loïs Bastide

Approcher les migrations : acteurs, espaces et temps

Introduction

Texte intégral

1Si l’anthropologie s’est construite dans une confrontation à l’autre et au lointain plus ou moins problématique, la sociologie s’est longtemps assigné comme objet l’étude du proche dans la division politico-académique du travail scientifique. Le renversement du regard anthropologique et son retour sur les terrains de la modernité « occidentale » habituellement dévolus au sociologue ont permis un aggiornamento rapide et radical de la discipline, un approfondissement considérable de la réflexivité épistémologique, méthodologique et théorique (Kilani 2009). Le mouvement inverse, qui verrait le sociologue contester la position d’autorité de l’anthropologue sur les terrains lointains, est beaucoup moins courant.

2Les terrains de l’enquête, dispersés entre Indonésie, Malaisie et Singapour, opèrent ce type de déplacement et troublent la posture sociologique à plusieurs titres : au regard des distances culturelles, d’abord, qui rompent l’efficacité de certaines routines méthodologiques et conceptuelles. Que faire par exemple de l’idée d’individu dans des lieux où ses inscriptions collectives sont différemment formées ? Au regard aussi de l’objet : l’intérêt pour les phénomènes transfrontières est plus subversif qu’il n’y paraît. Du point de vue des pouvoirs politiques, c’est aujourd’hui un lieu commun (qu’il convient d’ailleurs d’interroger). Mais d’un point de vue conceptuel également, tant la sociologie s’est nourrie à l’évidence du rapport d’homologie entre l’État-nation et le social, en sorte que le transnational déstabilise les procédures de totalisation sociologiques. Un des enjeux de l’enquête a été alors de s’appuyer sur ces décalages pour produire des effets de connaissance.

3Ces effets de connaissance ne coulent cependant pas de source et nécessitent un engagement particulier du chercheur. Car face aux énigmes familières à l’ethnographe, sur des terrains lointains, on peut aussi bien perdre pied et se replier dans le confort du connu : au lieu de réformer une pensée conceptuelle à l’épreuve de l’enquête, on neutralisera la richesse empirique des terrains, démembrés, réarticulés dans les termes de routines analytiques maîtrisées. On prorogera ce faisant l’ancienne complicité entre savoir scientifique eurocentré et relation impériale, c’est-à-dire les conditions d’une science hégémonique (Beck 2001, Bhabha 1994, Chakrabarty 2000, Pollock 2002, Roulleau-Berger 2011, Spivak 1988). Choisir la première option, c’est créer les conditions de la mise en péril de la pensée conventionnelle, fût-elle savante. Sans céder à la conception naïve d’un regard débarrassé de ses inscriptions socioculturelles, il s’agit de construire un dispositif scientifique susceptible d’augmenter la sensibilité du regard sociologique à l’épaisseur empirique des terrains abordés.

4La tension à tenir porte ainsi sur la volonté de conjuguer l’effort de théorisation et la préservation d’un regard flottant, sensible au décalage, à la dissonance, au pas de côté. Cette posture est plus difficile à tenir qu’il n’y paraît, tant il est vrai que le regard est profondément socialisé, et parce que le pouvoir de fascination de concepts trop efficaces neutralise les matériaux par excès d’abstraction. L’effort d’appréhension de l’altérité se retourne alors et opère le chemin inverse, réduisant l’autre au familier. Or, la fécondité du travail intellectuel se mesure aussi à sa capacité à se mouvoir dans l’entre-deux, dans un espace de traduction où les concepts se reconfigurent à l’épreuve du terrain et où les situations empiriques font appui à un travail de théorisation renouvelé. L’approche proposée est ainsi organisée selon la « logique de l’enquête » et suit un cheminement abductif (Dewey 1993), pour produire des concepts ancrés dans les situations ethnographiques.

5Cette discussion conceptuelle servira d’abord à réunir les outils adéquats pour penser l’individu, dans un cadre qui accueille la manifestation de formes d’individuation autrement agencées, liées à des histoires, peu familières à la tradition sociologique occidentale. Il s’agira de proposer des concepts nécessaires à penser l’individu en son ancrage temporel dans une histoire singulière, à travers l’apport du concept interactionniste de « carrière » (Becker 1985, Goffman 1968, Hughes 1996), pour envisager ensuite la « matière individuelle » dans ses conformations particulières et contextualisées, en discutant les différentes formulations disponibles à l’analyse de l’individu ; enfin, et pour rendre compte de la nature des expériences dans les espaces transnationaux, nous donnerons des pistes pour penser la question de la domination, par une approche de l’individu qui met l’accent, en particulier, sur les processus de subjectivation.

6Dans un second temps, nous proposerons une manière d’envisager l’articulation de l’individu au social. Le développement d’une approche pragmatiste, soucieuse avant tout de l’action située, permettra de préserver la richesse ethnographique des situations ; le développement d’une approche ethnographique des effets de structure permettra de conjuguer dans le même geste une approche microsociale et une analyse large des contextes d’action.

7Un troisième temps sera consacré à penser la question de la mobilité, en mettant l’accent sur sa dimension spatiale : il s’agira de la considérer comme un transport dans l’espace, certes, mais en tant également qu’elle produit des formes sociales particulières, génératrices de ressources nouvelles, à l’épreuve notamment des modes de régulation spatiale qui lui sont opposés, essentiellement par les États.

© ENS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable