Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habiter le transnational

 | 
Loïs Bastide

Approcher les migrations : acteurs, espaces et temps

Chapitre I

Migrants et migration

Texte intégral

Carrières et expériences migratoires

  • 1 Par « régimes d’altérité », nous visons les pratiques situées, régulées et régulières, sociales et (...)

1Dans la discussion de son « paradigme mobilitaire », Alain Tarrius (Tarrius et Missaoui 2000) propose de considérer la mobilité à partir des occurrences conjointes d’espaces, de temps et d’identités. Si les deux premiers termes nous semblent pertinents le troisième apparaît plus ambigu : certes la perspective phénoménologique sur laquelle il s’appuie autorise une lecture relativement souple et sous-déterminée de l’identité, comme tension d’un présent vers un futur et un passé, principe de continuité temporelle, flux de conscience et persistance d’une « intentionnalité » (Husserl 1989). Cependant, les préventions articulées par François Laplantine (2010), Homi Bhabha (1994) ou Paul Gilroy (1993) – parmi d’autres – à l’encontre de la notion d’identité, au motif de son tropisme essentialiste, et les critiques complémentaires formulées par Rogers Brubaker (2001) en raison de sa polysémie et de la confusion qu’elle introduit entre catégories pratiques et catégories scientifiques nous paraissent justifiées. Et les précautions à l’égard de la terminologie identitaire prennent une importance d’autant plus grande que l’enquête est située dans des espaces lointains, peu familiers, et engage des régimes d’altérité1 autrement formés.

2De la proposition de Tarrius nous retiendrons l’idée de la relation entre des espaces-temps, des processus de formation des individus et d’agrégation des collectifs. Pour éviter les fixismes inhérents à la terminologie nous voudrions néanmoins suspendre provisoirement la notion d’identité, en tant qu’opératrice et produit des synthèses spatiales et temporelles propres à l’expérience migratoire. S’il convient de neutraliser le terme il faut cependant aussi reconnaître et prendre en charge le contenu de la notion, telle que Tarrius la mobilise dans son « anthropologie du mouvement » (Tarrius 1989, Tarrius et Missaoui 2000), comme attribut des individus et des collectifs. À cet égard nous proposons de concevoir la dimension individuelle des expériences migratoires à partir de l’horizon conceptuel à la fois plus large et plus ouvert de l’individuation, qui renvoie à une conception située et diachronique de l’individu (Roulleau-Berger 2010), irréductible à sa dimension identitaire (Martuccelli 2005).

  • 2 Au sens de trajectoires de vie, et non pas au sens identitaire du terme.

3Penser la migration, c’est non seulement penser les mobilités en tant que traversées d’espaces toujours à la fois physiques et sociaux, mais c’est insister aussi sur la variabilité des temps sociaux et, surtout, considérer les parcours sous le rapport de la mise en relation d’espaces-temps discontinus. Dans sa dimension diachronique l’expérience migratoire ne saurait alors être saisie qu’à partir d’une approche biographique2 qui permet d’envisager le développement concomitant de parcours spatiotemporels et de processus d’individuation. Comme l’a montré Jean-Claude Passeron l’analyse biographique, à condition qu’on écarte d’emblée les déterminismes trop prononcés et les individualismes les plus réducteurs, se décline soit dans une sociologie dispositionnelle qui fait primer dans l’appréhension des parcours les effets de structure sur l’action individuelle et construit, par convention, des « trajectoires », soit dans une sociologie interactionniste qui privilégie les contextes locaux de l’(inter)action et construit l’axe diachronique des histoires individuelles en termes de « carrières » (Passeron 1990, p. 20). Ces deux approches se rencontrent dans la volonté de : 

[…] saisir la structuration des biographies à la fois comme un effet des structurations longitudinales qui se résument en amont dans l’« institution biographique » et comme le produit agrégé que l’action sociale des individus inscrit, en aval, dans le maintien ou la transformation de ces structures longitudinales. (Passeron 1990, p. 20)

4Il s’agit de considérer le rapport de l’individu au social à partir des dynamiques d’« objectivation de la subjectivité et de subjectivation de l’objectivité » (ibid.).

  • 3 Il ne s’agit pas pour autant d’idéaliser la réflexivité particulière conférée par la position d’ét (...)

5Du point de vue des expériences migratoires l’approche dispositionnelle échoue à élaborer un récit scientifique cohérent à partir des matériaux empiriques. Traverser l’espace c’est en effet aussi faire l’expérience de la pluralité des hiérarchies sociales (Tarrius 1996, p. 95), affronter les discontinuités des ordres sociaux et sociétaux, et éprouver l’arbitraire et la fragilité de la norme (Schütz 1987, p. 217-234, Thomas et Znaniecki 2005).3 Les expériences mobilitaires propres aux migrations TKI combinent des points de fixation dans des zones frontières, conjuguent des espaces ruraux, en Indonésie, et des épreuves urbaines dans des villes globalisées, agencent dans un même espace-temps (l’espace-temps de la migration) des positions sociales discontinues sur des segments disqualifiés des marchés du travail à Singapour et à Kuala Lumpur, dans les communautés d’origine ou dans des collectifs translocaux (Appadurai 2005). Bref, elles dispersent, fragmentent et pluralisent les épreuves sociales. La complexification des paysages sociaux, culturels, économiques et politiques trouble alors singulièrement la lecture des effets de structure sur la formation des individus. Elle empêche la déduction simple des propriétés individuelles à partir du jeu des positions objectives occupées, dans un contexte où la pluralisation des positions situées, leur inscription dans les carrières et leur expérience simultanée par les acteurs brouillent la reconstitution d’un « personnage social » (Martuccelli 2002, p. 426) aux coordonnées de plus en plus enchevêtrées et incertaines.

  • 4 Nous pensons évidemment à Bernard Lahire, qui a produit une redéfinition de la théorie disposition (...)
  • 5 À quelles dispositions actualisées avons-nous affaire, et quelles autres sont inhibées ? Lorsque l (...)

6Par ailleurs, arpenter les routes migratoires c’est aussi franchir des distances sociales, morales, politiques, culturelles ; bref, c’est affronter l’inédit et voir se dérober l’aise du familier : la migration a pour effet alors, au même titre qu’elle éclaire la fragilité et le localisme de la norme, de rompre les routines pratiques en neutralisant l’efficacité située des « sémantiques de l’action » (Pharo 1990) héritées, en détériorant le rapport d’efficacité entre les motifs de l’action et ses effets pratiques. La rupture du rapport de pertinence entre les habitudes, les routines et les situations vécues en migration ouvre l’espace à des ajustements réflexifs qui compromettent largement l’efficacité des analyses dispositionnelles, à supposer qu’elles aient survécu à la dispersion complexe des effets de structure le long des sentes transnationales4 : comment faire le lien entre ces jeunes paysannes, saisies au moment de quitter le village, souvent encore mineures, et ces jeunes femmes à l’apparence urbaine, aux engagements pluriels et aux savoir-être multiples et sophistiqués rencontrées à Kuala Lumpur et Singapour en mobilisant une théorie de l’habitus ?5

7Le concept de « carrière » présente l’avantage, dans une perspective interactionniste, d’arrêter l’attention sur les configurations situationnelles plus que sur les processus d’incorporation/actualisation et les déterminations structurelles, et de s’attacher aux individus comme ils se manifestent plutôt qu’à l’agent, entendu comme produit d’une sédimentation sociale.

8Dans sa version interactionniste le concept de carrière permet, d’une part, de lire l’histoire sociale des individus comme une tension entre des situations objectives et des états moraux qui structure des séquences biographiques (Becker 1985, Goffman 1968). Le concept permet, d’autre part, de concevoir l’individu comme rapport entre son histoire sociale et la structure du présent. Les carrières se construisent ainsi au croisement de l’histoire individuelle et des engagements en cours de l’individu : les engagements situationnels résonnent, appellent des effets de renvoi dans l’expérience et définissent les modalités locales de mobilisation d’un passé. La carrière se décrit ainsi comme un processus semi-ouvert qui laisse place à l’agir et laisse émerger les acteurs dans un espace de contraintes liées aux propriétés situationnelles, d’une part, et à l’empilement longitudinal des engagements antérieurs, d’autre part, producteur d’effets de path dependency (Becker 2006).

9Cet outil vise ici trois effets. En premier lieu, il s’agit d’aborder les effets de structure et les processus d’individuation en situation : les situations – relatées et/ou observées – seront premières dans l’analyse et demanderont un développement particulier en tant qu’elles forment l’espace-temps où l’individu fait l’épreuve du social et où le social est sans cesse rejoué – et transformé – par les individus et les collectifs. Dans la lecture des situations nous retiendrons l’idée de la qualité inextricablement objective et subjective de l’expérience, d’une objectivité toujours déjà subjectivée et d’une subjectivité qui n’existe que pour autant qu’elle saisit et constitue les objets du monde. Lire les parcours migratoires en termes de carrière est alors le moyen de centrer l’analyse sur l’émergence située d’espaces-temps-individus et d’envisager les migrations dans leur dimension diachronique et séquentielle, sans avoir recours à une théorie dispositionnelle qui peine à prendre en charge des déplacements, des réversibilités, des ruptures et des discontinuités biographiques trop importants. Enfin, il s’agit de considérer la migration comme étape dans les carrières, conçues à l’échelle biographique (Hannerz 1980, p. 270-277) : l’expérience migratoire ne peut se comprendre, comme expérience de vie, qu’en ce qu’elle déborde, avant et après, les strictes limites spatiotemporelles qui bornent les circulations physiques.

L’individu en migration

10Si le concept de carrière porte habituellement à concevoir une sociologie de l’acteur, les situations vécues par les migrants TKI sur les routes migratoires et au cours de leurs expériences dans les deux métropoles obligent à discuter l’évidence de ce rapport. Il s’agit de rendre compte de situations de capture morale et physique qui ne laissent, à certains endroits et dans certains cas, qu’un espace résiduel au déploiement d’un agir alors que les migrants naviguent entre des moments et des lieux d’enfermement et subissent des épreuves d’isolement drastique dans le cours des expériences de travail. La captation par des « dispositifs panoptiques » (Foucault 1975, Bigo 2007) et la mise en œuvre de techniques de disciplinarisation dans différents sites (centres de formation, centres de rétention, en Malaisie et à Singapour, agences d’emploi, en Indonésie et dans les pays de migration), distribués dans les espaces transnationaux, dessinent des expériences limites du point de vue des contraintes posées sur les individus, dont il convient d’interroger l’espace qu’elles ménagent à l’action individuelle. Certes, comme le montre Erving Goffman (1968) dans un espace-temps aussi finement quadrillé que l’« institution totale », la contrainte n’est jamais reçue de façon égale et passive. Les personnes trouvent toujours les ressources pour affirmer des formes de résistance et de détournement face aux dispositifs de « mortification du self » qui leur sont appliqués. James Scott (1990) a montré ailleurs la variété des « arts de la résistance » en situation de domination, et Ranajit Guha suggère la possibilité d’une domination sans consentement, c’est-à-dire sans hégémonie (1997), rompant de fait avec l’idée d’anéantissement du sujet impliquée par la notion de « servitude volontaire » (La Boétie 1993). Reste, pour évoluer au plus près des expériences, qu’il convient d’interroger les consistances sociales de l’individu en se demandant dans quelle mesure on peut traiter sous le même terme – l’acteur – ses manifestations inégales, au regard de la nature et du degré des contraintes qui pèsent localement sur lui et qui modulent son aptitude à se projeter dans un agir autonome.

  • 6 Nous reprenons le concept anglophone d’agency, dans sa version post-structuraliste, comme capacité (...)
  • 7 Parler de rapport à soi dans le monde, c’est conserver ouverte la possibilité d’un individu doté d (...)
  • 8 Au même titre d’ailleurs que l’idée d’un sujet souverain, c’est-à-dire désocialisé, en tant qu’il (...)

11S’il convient d’écarter d’emblée l’idée d’agent, trop liée à la conception d’un individu pensé comme épiphénomène structurel (Lahire 2012, Passeron 2001), l’idée d’un individu, sujet d’un agir et qui excède systématiquement ses déterminations structurelles, demande à être précisée au regard des observations empiriques. Plusieurs constats s’imposent alors à la discussion : si l’agentivité6 des personnes est régulièrement mise à mal dans des espaces d’enfermement, si les subjectivités subissent des formes d’abrasion liées à des expériences de désorientation normative ou à des épreuves de déni de reconnaissance qui altèrent le rapport à soi dans le monde7, on constate aussi que le sujet ne s’efface jamais tout à fait sous les pressions de l’environnement, même dans les situations les plus contraintes. La face négative du sujet, réduit à un effet de pouvoir comme chez Foucault (Martuccelli 2005), ou quand son écrasement par envahissement systémique du « monde vécu » (Habermas 1987) conduit à des phénomènes de « désubjectivation », décrit un sujet théorique plus qu’elle ne produit de concepts opératoires pour saisir empiriquement les textures des sujets sociologiques.8 Michel Wieviorka (2008, p. 41-43) abonde en ce sens lorsqu’il indique la possibilité d’un « anti-sujet », c’est-à-dire d’un sujet engagé en conscience dans un agir socialement destructeur.

  • 9 Judith Butler, par exemple, situe l’excès de l’individu par rapport à la norme dans l’excès du cor (...)

12Si l’assujettissement ou la désubjectivation décrivent habituellement la subordination à la norme, ou la fabrication d’un sujet sous la contention de la norme (Butler 2002), il faut bien alors considérer que ce processus est toujours par nature défectueux. Nul besoin d’aller débusquer le sujet, en tant qu’il résiste à sa détermination hétéronome, dans un reste, un supplément ou une soustraction qui échapperait à la puissance normative d’un pouvoir9 : la norme couve en elle le principe de sa propre défaillance. D’une part, parce qu’elle opère toujours à travers des actes communicationnels qui ne circulent jamais de manière transparente mais toujours médiate, par traduction et réappropriation. De ce point de vue, elle est toujours partiellement indéterminée, soumise aux contingences de l’intersubjectivité, interprétée ; en cela, elle est privée de littéralité. D’autre part, parce que le flux des choses et du monde excède toujours sa normalisation en sorte que la partialité et la précarité de la norme sont sans cesse exposées (Boltanski 2009).

13La nécessité de traiter avec mesure les contraintes structurelles est liée également aux singularités de l’expérience mobilitaire. La variété des contextes traversés et leur combinaison dans des trajectoires individuelles singulières, en même temps qu’elles fragilisent le rapport d’adhésion à la norme et les soubassements sociaux de l’allant de soi, interdisent une conception non problématique du rapport de (co‑)détermination de l’individu au social. Plus décisif encore, la transversalité des agrégats d’espaces-temps (qui forment aussi des condensats sociaux) agencés dans/par les parcours migrants déstabilise les modèles d’intégration verticale entre espace et société et leur territorialisation commune sous la coupe de l’État (Brenner 2004). Le rapport d’intégration entre État, société, territoire national et socialisation, déjà mis à mal par la critique montante du « nationalisme méthodologique » (Glick Schiller et al. 1992, Beck 2009), est ainsi neutralisé par la tangente des tracés individuels dans l’espace et dans l’espace social, qui coupent à travers les frontières instituées. Dans ces conditions les modes d’inscription sociale de l’individu demandent à être repensés, comme demande à être reconsidérée la matière de ce qui « fait » société à partir du constat empirique de l’éclatement et/ou de la reconfiguration des « unités holistes » (Falzon 2009b) traditionnelles – la famille, la communauté, l’État, entre autres choses –, qui tendent à fonctionner aujourd’hui comme autant de boîtes noires et troublent la lisibilité des processus qu’elles prétendent éclairer. La complexification des paysages sociaux, culturels, économiques et politiques rend particulièrement délicate la lecture des effets de structure à l’œuvre dans la formation des individus.

14Et si l’inscription normative de l’individu doit être considérée, en soi, comme un processus problématique, la dispersion des expériences individuelles à travers des espaces sociaux différenciés est toujours aussi une mise à l’épreuve de l’hétérogénéité des normes et des valeurs. À la manière dont l’« effet de contraste » lié à la pluralité et à l’hétérogénéité des mondes urbains débouche sur des processus de redéfinition du self (Hannerz 1980, p. 222-223), cette expérience de l’hétérogénéité et du localisme de la norme ouvre des espaces de réflexivité et oblige les acteurs à s’engager dans un travail actif de production de sens, qui problématise l’idée d’assujettissement.

15Ainsi la notion d’assujettissement doit-elle être critiquée ; elle n’en reste pas moins indispensable au même titre, d’ailleurs, que les théories générales de la subjectivation. Car si la subjectivation indique bien la formation des subjectivités à l’épreuve d’un pouvoir (Martuccelli 2005), cette approche est ici particulièrement utile en cela que les travailleurs indonésiens sont soumis, en migration, à des formes de domination et de violence multiples. Il faut cependant pouvoir accueillir dans un cadre conceptuel unifié des expériences localisées d’assujettissement et de subjectivation : les migrants peuvent fort bien, en effet, vivre dans l’emploi des situations d’assujettissement, lorsqu’ils incorporent la normalité de situations d’exploitation au travail, et expérimenter dans le même temps des processus de subjectivation, comme rapport distancié à la norme, dans leur vie hors travail. De là qu’il convient de traiter le couple assujettissement/subjectivation comme un processus multisitué, qui se conjugue dans la mise en relation d’expériences discrètes à l’intérieur des carrières. Peut-on alors parler d’assujettissement ou de subjectivation dans une perspective qui chercherait à identifier une sorte d’« économie globale » des carrières en postulant un individu transcendant aux situations où il se manifeste ? Le crédo pragmatiste devrait l’interdire : la continuité biographique est le produit d’un labeur indissociable des situations dans lesquelles il se déroule. En cela, il est radicalement indexical. On peut remarquer, cependant, que les processus de subjectivation, comme accroissement de la distance réflexive à la norme, tendent à se répercuter dans les carrières et à se propager avec plus ou moins de fluidité aux autres dimensions de l’existence, selon des temporalités différentes. En sorte que les carrières demandent à être traitées à la fois en rapport à la dispersion d’expériences inscrites dans une pluralité d’espaces et de temporalités sociales et au regard de la mise en relation toujours située, par le sujet, de ces différents domaines de l’expérience.

Dominations et individuation

16Dans cette configuration complexe l’idée de désubjectivation pose problème et il convient de la manier avec prudence, dans la mesure où l’idée d’un effacement du sujet sous le poids d’effets de structure apparaît aujourd’hui abusive, comme Goffman (1968), Michael Pollack (1993 et 2000) ou encore James Scott (1990 et 2010) l’ont montré en insistant sur la permanence d’un sujet capable d’actions dans des situations de forte contrainte, au regard du maintien de soi et de la continuité d’une sphère d’action et de représentation autonome. Cela pose en revanche la question de la domination et des formes qu’elle peut prendre, si on écarte l’hypothèse d’un individu agi sans reste, strictement hétéronome. Danilo Martuccelli (2004, p. 474) propose à cet égard de distinguer analytiquement la domination comme idéologie, c’est-à-dire comme travail de formation des subjectivités – assujettissement – de la domination en tant que contraintes posées sur l’action. En sorte que la tension entre l’individu et le pouvoir se décrit à la fois dans le sujet (en sa subjectivité) et dans la modulation de sa capacité à réaliser sa puissance d’action.

  • 10 « Nos catégories et nos discriminations produisent toujours des zones d’“ennui” et d’illisibilité  (...)
  • 11 Chatterjee utilise le terme pour marquer la différence entre la démocratie formelle, qui situe le (...)

17Distinguer ces deux axes permet, dans chaque situation, de spécifier les formes d’agressions structurelles portées sur les subjectivités et les formes d’entraves déployées sur l’agir. Aussi nous n’opposerons pas le sujet à l’agent – en tant qu’il est agi par le social (Passeron 2001) : nous distinguerons les situations au regard de la capacité variable d’un sujet à s’y affirmer comme acteur. De la même manière, nous traiterons moins la question de l’assujettissement comme envahissement de la subjectivité par la structure que, dans le sillage de Gayatri Spivak (2009), sous le rapport de la capacité des subjectivités à imprimer le réel : si les subalternes ne peuvent parler, c’est moins à défaut d’un sujet que par l’impossibilité de faire entendre une expérience invisible et inaudible, parce qu’elle se décrit dans les gaps10 qui criblent les ordres de réalité dominants. Pour le dire autrement, il s’agit d’une impuissance du sujet subalterne à voir reconnaître la spécificité de son expérience parce que son accès à une visibilité sociale suppose la réarticulation de son expérience dans un idiome socialement reconnu et légitimé. La question de la domination ne se pose pas, ce faisant, dans les termes d’un effacement du sujet – logique de désubjectivation poussée à son terme – ou de son impossibilité à agir. Cette approche n’oblitère pas en effet la subjectivité subalterne, et Partha Chatterjee décrit une sphère d’action et d’intervention politique subalterne, maillée dans l’espace plus large de la « société politique » (Chatterjee 2004, p. 40)11 : la domination, qui comporte souvent une part d’assujettissement et une part de contrainte sur l’agir, s’enroule alors, d’abord, autour d’un déni de représentation.

  • 12 Ce type de violence guette aussi le chercheur lorsque par exemple il s’agit de donner voix dans le (...)

18Ainsi sur ces terrains les expériences intimes qui amènent à ruminer un départ sont-elles, pour beaucoup de femmes, indicibles ; elles n’accèdent au visible qu’à condition d’être reformulées dans les catégories de la rationalité économique et de la solidarité familiale. Plus largement, les expériences migrantes ne sont représentables ni dans les pays de destination, où elles sont reformulées dans des termes compatibles avec les récits nationaux, ni en Indonésie, où elles perturbent les « politiques identitaires » (Appadurai 2005, Hall 1991).12 La condition subalterne permet alors de rendre compte d’un sujet qui n’est pas seulement le produit d’un pouvoir qui le tenaillerait de l’intérieur, mais l’effet, surtout, de la relégation d’une expérience singulière dans les plis secrets d’un ordre de réalité en lisière du visible. Cependant, pour respecter les attendus d’une heuristique sociologique, il convient d’avancer une proposition supplémentaire en soulignant que la condition subalterne est toujours située et relationnelle : elle ne peut se définir qu’en rapport à une hégémonie, dont on sait qu’elle est toujours, par nature, locale et contestée (Scott 1990, Martuccelli 2005). Il convient donc de la placer sous le rapport d’une réalité de référence et des formes de visibilité sociale qu’elle organise.

  • 13 « J’appelle partage du sensible ce système d’évidences sensibles qui donne à voir en même temps l’ (...)

19La distinction posée par Luc Boltanski dans sa tentative de refonte de la sociologie critique (Boltanski 2009) entre le « monde », comme flux roulant des choses et de la vie, un en soi indépendant de toute saisie subjective ou culturelle, et la « réalité », comme monde second, socialisé, élaboré dans le cours des processus de « construction sociale de la réalité » (Berger et Luckmann 2006), est alors utile pour peu que l’on écarte la réduction de la domination à un pur processus d’imposition idéologique, comme il semble la concevoir : si le « monde » est bien le principe de contingence qui surgit et ressurgit, fait irruption et vient troubler une « réalité » dominante (l’hégémonie), on peut rendre compte alors d’un devenir visible des expériences subalternes. Et si, comme le propose Jacques Rancière la politique se niche dans la faille entre la « police », comme principe de définition/catégorisation et de distribution du corps politique, et le politique, soit ce qui jaillit de la « mésentente » et par où les « sans part » font entendre une demande de participation au « partage du sensible » (1995 et 1999)13, alors on peut concevoir des luttes sociales portées à partir de ces positions subalternes. C’est d’ailleurs l’argument de Partha Chatterjee (2004), qui montre les stratégies d’alliance et de mobilisation développées par des populations dominées pour accéder à l’espace politique, traduire leur position dans les termes de l’idiome politique dominant et atteindre ainsi à la représentation publique.

  • 14 Cette diversité pourrait conduire à interroger l’utilité d’une catégorie qui veut embrasser une si (...)

20Dans ce cadre théorique on peut désormais embrasser la diversité des formes de domination.14 En premier lieu, la domination peut porter sur la constitution d’un sujet. Et ici, à l’assujettissement comme rétractation du sujet dans la norme, nous croyons devoir ajouter une seconde forme d’agression subjective. Elle procède à l’inverse de l’assujettissement et produit l’éclatement des subjectivités entre des ordres normatifs différenciés. Elle mutile alors la capacité de la personne, à partir de cette fragmentation, à unifier son expérience pour se constituer comme sujet et s’engager dans un agir significatif. Là où, en quelque sorte, l’assujettissement sur-socialise, ce processus dé-socialise au moins en ce qu’il lèse la capacité individuelle à s’orienter dans les situations – il « dé-subjective ». Et c’est en ce sens qu’il faudra entendre notre usage du terme désubjectivation. En second lieu, la domination peut procéder par éviction du sujet hors de la réalité (déni de représentation), prise au sens de Luc Boltanski. On peut décrire en ces termes la spécificité des expériences migratoires et décliner les effets croisés qu’y impriment les catégorisations raciales, de genre et de nationalité, parce qu’à leur intersection se dessinent des différentiels de visibilité : un homme indonésien dans le bâtiment ou une travailleuse domestique cambodgienne ne souffrent pas du même déficit de reconnaissance. La domination peut porter, enfin, sur l’inhibition de la capacité du sujet à advenir comme acteur, en empêchant sa projection dans l’action.

  • 15 Nous songeons par exemple à ces migrants qui disparaissent parfois pendant plusieurs années, reclu (...)

21Plus largement on dira alors que des formes différentes de domination se construisent à partir du rapport entre les contraintes posées sur les subjectivités et celles qui portent sur l’action. Ainsi, sur les lieux de migration, des femmes socialement invisibilisées dans les sociétés malaisienne et singapourienne apprennent à circuler dans les interstices des sociétés locales, et à développer un agir en décrivant une « contre-géographie », migrante et féminine. Des hommes, qui vivent des expériences subalternes en tant que travailleurs migrants et comme étrangers « racialisés », vivent des épreuves d’assujettissement (comme diminution de la distance réflexive à la norme) de retour en Indonésie, lorsqu’ils réintègrent l’ordre masculin des positions dans le giron de l’ordre social villageois. Enfin, d’aucuns vivent des expériences de désorganisation normative mutilatrices lorsqu’ils perdent la capacité à faire sens des situations, quand certains vivent des épreuves d’enfermement drastiques qui empêchent toute projection dans l’action. En sorte que les migrants, au fil des situations, émergent tour à tour comme sujets ou acteurs, mais aussi comme objets, aux endroits où ils ne peuvent s’affirmer ni comme sujets ni comme acteurs et où ils sont soumis à des situations qui inhibent leur capacité à agir de façon significative, c’est-à-dire selon des modalités propres à modifier leur situation.15

22Tous les cas de figure sont en fait envisageables dans le rapport entre ces deux axes. Il s’en suit une impossibilité de traiter la « matière individuelle » de façon univoque : les parcours migratoires donnent lieu à des expériences situées dans lesquelles les migrants s’éprouvent tour à tour ou en même temps, du point de vue de l’organisation de l’expérience, comme sujets, acteurs et/ou objets dans les différents domaines de leur existence. Les carrières migratoires se construisent ainsi à l’épreuve de ces expériences fragmentées, inscrites dans des espaces-temps différenciés. Si cette expérience de l’hétérogénéité des temporalités sociales, des espaces sociaux et des normes sociales fonde l’expérience migratoire, il se peut que l’on puisse traiter cette expérience comme « épreuve », au sens de Danilo Martuccelli (2006), c’est-à-dire comme expérience sociale partagée, productrice de formes d’individuation spécifiques à la migration, désenclavées de l’État, liées aux cycles transnationaux du capital et aux réorganisations des géographies productives, comme « processus d’individuation globalisée » (Roulleau-Berger 2007).

Notes

1 Par « régimes d’altérité », nous visons les pratiques situées, régulées et régulières, sociales et politiques, de production et de reproduction des identités collectives. Les régimes d’altérité sont indissociables des pratiques d’articulation politique des collectifs, de clarification d’un dedans et d’un dehors, des frontières du groupe, de l’identité dans le groupe et de l’altérité de ce qui s’inscrit hors du groupe. Cette production sociale et politique du semblable, du dissemblable et de leur relation peut agencer des gradations fines dans la définition de la différence, qui travaillent à produire l’altérité à partir de différences sociales, culturelles, phénotypiques, de genre, etc. La construction de la différence dans les régimes d’altérité produit des inscriptions sociales et/ou politiques différenciées de l’Autre au sein du collectif.

2 Au sens de trajectoires de vie, et non pas au sens identitaire du terme.

3 Il ne s’agit pas pour autant d’idéaliser la réflexivité particulière conférée par la position d’étranger : si cette situation problématise toujours les évidences sociales ou culturelles, elle peut aussi conduire à méconnaître certains aspects de la société par rapport à laquelle l’individu se situe comme étranger et se solder par un repli conservateur sur des valeurs culturelles familières (Bastide 2003).

4 Nous pensons évidemment à Bernard Lahire, qui a produit une redéfinition de la théorie dispositionnelle apte à prendre en charge la pluralité des inscriptions sociales individuelles (voir entre autres Lahire 2006 et 2012).

5 À quelles dispositions actualisées avons-nous affaire, et quelles autres sont inhibées ? Lorsque la différence est si marquée, est-il légitime de parler d’actualisation ? Et alors, par quels moyens empiriques faire le lien entre les schèmes expérientiels tels qu’ils ont été incorporés et leur expression actuelle ? Comme le fait judicieusement remarquer Laurent Thévenot en discutant les propositions de Bernard Lahire (Thévenot 2006, p. 233-237), dans sa tension entre dispositions et actualisation situationnelle, l’homme pluriel reste surdéterminé par ses socialisations.

6 Nous reprenons le concept anglophone d’agency, dans sa version post-structuraliste, comme capacité à agir ou puissance d’action, individuelle ou collective, qui n’est pas conçue comme propriété intrinsèque du sujet, mais toujours comme propriété relationnelle d’une configuration sociale (Spivak 2009).

7 Parler de rapport à soi dans le monde, c’est conserver ouverte la possibilité d’un individu doté d’une conscience de soi qui ne s’ancre pas dans la conception d’un sujet souverain, et qui ne débouche pas sur une problématique identitaire ancrée dans l’individu. Il s’agit de ne pas écarter la possibilité d’un rapport à soi qui ne soit pas médiatisé par la saisie cognitive, par le sujet, de sa propre ipséité contre le monde, ou par abstraction de soi hors du monde. Nous employons ainsi cette terminologie pour marquer la distance à une autre forme de subjectivité, où le sujet se perçoit dans un rapport à soi et au monde, dans laquelle la perception de soi est axée, d’abord, sur la conscience d’une individualité foncièrement distincte du monde et des collectifs dans lesquels elle est prise.

8 Au même titre d’ailleurs que l’idée d’un sujet souverain, c’est-à-dire désocialisé, en tant qu’il serait affranchi du social.

9 Judith Butler, par exemple, situe l’excès de l’individu par rapport à la norme dans l’excès du corps et du biologique par rapport au symbolique et au discursif qui ne parviennent jamais à le circonscrire en totalité (Butler 2002).

10 « Nos catégories et nos discriminations produisent toujours des zones d’“ennui” et d’illisibilité ; les puissants projets de catégorisation, qui incluent le développement et la conservation (comme vos pratiques de lecture universitaires, quelles qu’elles soient) produisent des zones inintéressantes, invisibles, et parfois illégitimes – que j’appelle des “trous” [gaps] » (Tsing 2005, p. 172, notre traduction). Toute formation discursive, dans son mode d’ordonnancement du réel, crée des zones d’ombre et d’invisibilité entre les catégories par lesquelles elle produit l’entendement.

11 Chatterjee utilise le terme pour marquer la différence entre la démocratie formelle, qui situe le rapport de gouvernementalité dans le lien constitutionnel de la « société civile » à l’État-nation, et la « société politique », rendue possible par le lien de gouvernementalité par lequel l’État constitue le peuple en population et en fait son champ d’intervention biopolitique. L’idée de Partha Chatterjee est de dire, alors, que les liens tissés entre les administrations et leurs administrés ouvrent d’autres canaux politiques, largement ignorés dans la théorie politique classique, mobilisés dans d’autres formes d’action, qui ouvrent le champ à une « politique des gouvernés » beaucoup plus large et inclusive, qui ne passe pas par les canaux habituels de la représentativité démocratique.

12 Ce type de violence guette aussi le chercheur lorsque par exemple il s’agit de donner voix dans le discours scientifique à des formes d’individuation qu’il n’est pas préparé à enregistrer.

13 « J’appelle partage du sensible ce système d’évidences sensibles qui donne à voir en même temps l’existence d’un commun et les découpages qui y définissent les places et les parts respectives. Un partage du sensible fixe donc en même temps un commun partagé et des parts exclusives. Cette répartition des parts et des places se fonde sur un partage des espaces, des temps et des formes d’activité qui détermine la manière même dont un commun se prête à participation et dont les uns et les autres ont part à ce partage » (Rancière 1999).

14 Cette diversité pourrait conduire à interroger l’utilité d’une catégorie qui veut embrasser une si grande variété d’expériences sociales.

15 Nous songeons par exemple à ces migrants qui disparaissent parfois pendant plusieurs années, reclus dans des espaces de travail, sans salaire, dont certains ne reparaissent jamais. Il ne s’agit pas de dénier toute capacité d’action aux personnes, mais de décrire des situations où le déploiement du sujet dans l’action est trop fragmentaire pour infléchir significativement le cours des choses.

© ENS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable