Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habiter le transnational

 | 
Loïs Bastide

Remerciements

Texte intégral

À Elis et Nilam

1Mes pensées, au moment de boucler ce texte, vont d’abord à ces femmes et ces hommes, à ces vies partagées, pendant trois ans. À ces femmes migrantes, surtout. À leur confiance, que j’espère ne pas avoir trahie. Elles m’ont habité tout au long de ce travail, au fil de ces années. Puissent-elles atteindre aux vies auxquelles elles aspirent.

2À Mas Bowo, à Yogya, à Sha et à Migrant Voices, à Singapour et aux autres personnels d’ONG, dans les trois pays que je ne peux nommer. Merci pour leurs contrepoints précieux, pour m’avoir laissé enquêter dans certains lieux très sensibles et m’avoir fait bénéficier de leurs relations. À Eni aussi, à Hong Kong, pour avoir partagé avec moi une de ses précieuses journées et pour avoir fait valser les quelques certitudes qui me restaient.

3Merci à Laurence Roulleau-Berger. Pour ses conseils pendant sept années de recherche menées sous sa direction. Directrice de thèse précise, intransigeante et infiniment attentive. Ce travail lui doit beaucoup.

4À toutes ces personnes aussi dont les collaborations, grandes ou minuscules, forment la longue chaîne des coopérations humaines nécessaires à nouer ensemble les différents lieux et les multiples fils de l’enquête, je veux exprimer aussi mes petites et mes grandes dettes, et ma très grande gratitude. Au professeur Irwan Abdullah et à Mbak Ingrid, à l’école doctorale de l’université Gadjah Mada de Yogyakarta, pour la gentillesse de leur accueil et leur soutien constant lors de mes terrains indonésiens. Au professeur Jean-Luc Maurer, qui m’a permis ces rencontres. À Singapour, j’aimerais remercier l’Asia Research Institute (ARI) de la National University of Singapore de m’avoir accueilli comme visiting scholar. À Kuala Lumpur, ma gratitude va au professeur Rokiah Ismail, pour avoir avec tant de gentillesse consacré de son temps à affronter, à mes côtés, les méandres administratifs malaisiens, et pour m’avoir accueilli à la Universiti Kebangsaan Malaysia sous le même statut.

5Un merci particulier à Mbak Yulia, qui m’a accompagné lors de mon dernier terrain javanais et qui aura été plus qu’une assistante, le double étrange de mon regard. À moins que ça n’ait été le contraire…

6Mes remerciements complices, aussi, au groupe des doctorants et post-doctorants avec qui j’ai partagé les péripéties de longs périples doctoraux. À Albena, Dalila, Grégory, Hélène, Jean-Marie, Laurent, pour les affinités intellectuelles et les débats, les remarques, les encouragements. À Laurent, pour nos discussions particulières, qui durent maintenant depuis des années.

7Merci surtout à ceux qu’il convient de maintenir dans l’intimité. Ils se reconnaîtront.

© ENS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable