Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les méthodes d’analyse d’enquêtes

 | 
Philippe Cibois

Avertissement de l’édition de 2007

Texte intégral

  • 1 Dominique Vinck, Sociologie des sciences, Paris, A. Colin, 1995.

1Ce livre se substitue au Que sais-je ? no 2095 intitulé L’analyse factorielle paru en 1983. En effet les attentes des lecteurs ne sont plus les mêmes : quand une nouvelle technique apparaît, on cherche à comprendre comment elle fonctionne et on soulève volontiers le couvercle pour démonter l’intérieur. Dans les années 1980, je me souviens avoir dû expliquer comment fonctionnait un ordinateur mais ces temps sont révolus : on n’éprouve plus ce besoin aujourd’hui pas plus que pour le téléphone ou pour un moteur électrique. Pour utiliser le vocabulaire de la sociologie des sciences1, l’ordinateur est utilisé aujourd’hui comme une boite noire : on veut n’en connaitre que ce qui est utile à un bon usage.

2Il en est de même pour les techniques statistiques : en vingt ans d’enseignement régulier de ces techniques, j’ai vu la demande des utilisateurs évoluer, passant d’un désir très fort de savoir comment l’analyse factorielle produisait ses résultats à un objectif différent, comment bien utiliser la méthode. Le présent livre prend acte de cette évolution : la part du principe de la méthode y est réduite pour laisser plus de place à des exemples commentés d’utilisation et à des règles de bonne pratique. Cependant des annexes permettront à ceux qui le désirent de parvenir à une compréhension des algorithmes utilisés par l’analyse des correspondances et la régression logistique.

3Comme dans le précédent ouvrage, je veux redire ici ma dette à l’enseignement de Georges Th. Guilbaud qui est à l’origine de la présentation de l’analyse des correspondances faite ici, ainsi qu’aux formalisations opérées par Henry Rouanet et son équipe. Pour la régression logistique, Louis-André Vallet reste celui vers lequel on peut toujours se tourner en cas de doute sur la méthode.

*

4Ce livre a été orthographié en suivant les recommandations du Conseil supérieur de la langue française approuvées à l’unanimité par l’Académie française le 3 mai 1990 et que celle-ci a souhaité, le 17 janvier 1991 soumettre « à l’épreuve du temps ». Ces modifications portent surtout sur des simplifications d’accent circonflexe sur le i et sur le u et des régularisations, évènement comme avènement, mise du tréma sur la lettre qui doit être prononcée (ambigüité ou le u se prononce, contre fatigue où il ne se prononce pas).

Notes

1 Dominique Vinck, Sociologie des sciences, Paris, A. Colin, 1995.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable