Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mixité dans l’éducation

 | 
Rebecca Rogers

Partie 2. L’enseignement universitaire à l’épreuve de la mixité

« Qu’elles continuent de frapper à la porte ! »1 L’admission des femmes dans les universités écossaises à la fin du xixe siècle

Christine D. Myers
Traduction de Céline Grasser

Texte intégral

  • 1 J. Campbell, « The rise of the higher education of women movement », The Book of the Jubilee : in C (...)
  • 2 C. Smith-Rosenberg et C. Rosenberg, « The female animal : medical and biological views of woman and (...)
  • 3 Au cours de la majeure partie de la période considérée, l’Irlande appartient également au Royaume-U (...)
  • 4 Ces quatre institutions sont les universités d’Aberdeen, de Saint-Andrews, d’Édimbourg et de Glasgo (...)

1Au xixe siècle, les idées des hommes sur les femmes, et des femmes elles-mêmes sur leur propre sexe, influent considérablement sur les progrès de l’accès de la gent féminine à l’enseignement supérieur. L’instruction, croit-on souvent, a pour conséquence que les femmes perdent ce qui les rend à la fois distinctes et complémentaires des hommes. Comme le notent Carroll Smith-Rosenberg et Charles Rosenberg, l’enseignement supérieur est perçu comme une menace pour « les caractéristiques sociales idéales de la femme victorienne – capacité à éduquer, moralité intuitive, goûts domestiques, passivité et affection – »2. Les contemporains s’interrogent également sur le bénéfice qu’il y a à offrir une éducation supérieure aux femmes. Si leur seule tâche dans la vie doit être celle d’épouses et de mères, quel usage ont-elles d’un diplôme universitaire ? Cette interrogation perd clairement de son sens avec l’ouverture aux femmes de plusieurs professions (l’enseignement, la médecine, etc.), mais la question fondamentale de la position que doivent occuper les femmes dans la société demeure. Cet article s’intéressera aux principaux obstacles rencontrés par les femmes en Écosse dans leur tentative pour obtenir accès aux universités masculines existantes, que ce soit dans des classes mixtes ou séparées. Il traitera également du rôle important joué par les partisans de l’ouverture, et de l’action législative du gouvernement, qui aide en fin de compte les femmes à accéder aux diplômes qu’elles désirent. Il est important d’avoir à l’esprit que, malgré l’existence de la Grande-Bretagne comme entité politique, l’Angleterre, l’Écosse et le pays de Galles sont toujours restés des nations distinctes, avec chacune une législation clairement différente dans le domaine universitaire (Evans 1990)3. Cet article portera principalement sur le cas de l’université de Glasgow, bien qu’il prenne en considération dans une certaine mesure les quatre universités écossaises fonctionnant au xixe siècle4.

L’obtention du droit d’entrée à l’université

  • 5 R. A. Houston, « Scottish education and literacy, 1600-1800 : an international perspective », Impro (...)
  • 6 Hansard’s Parliamentary Debates,Third Series, vol. 337, 20 juin 1889, p. 323. En 1861, les universi (...)
  • 7 Ibid., p. 4.

2Aux xvie et xviie siècles, la théologie est au centre des programmes universitaires en Écosse, faisant de l’admission des femmes une question sans pertinence (l’étude de cette matière menant à cette époque à une charge au sein de l’Église). Avec l’élargissement de l’enseignement universitaire, qui fait davantage de place aux arts et aux lettres, l’accès des femmes à une éducation de ce type devient plus concevable, ces matières renforçant les rôles sociaux féminins alors en vigueur5. L’expansion générale des universités a ainsi pour conséquence une accélération de l’entrée des femmes dans le système6. Le xixe siècle est en outre en Grande-Bretagne un moment de réforme sociale et d’activité législative intense, en particulier dans le domaine de l’éducation. Les enfants de la nation étant appelés à être les futurs travailleurs et dirigeants de la société, il est crucial qu’ils aient une bonne formation de base. En 1872, une loi sur l’éducation (Education Act) votée en Écosse stipule que tous les enfants de 5 à 13 ans doivent recevoir une instruction élémentaire (Anderson 1995, p. 313-314). Deux ans plus tard, c’est sur l’enseignement supérieur écossais que le gouvernement porte son attention. Le 14 avril 1874, « un projet de loi pour lever les doutes quant aux pouvoirs des universités d’Écosse d’admettre des femmes comme étudiants et de leur accorder des diplômes » est présenté au Parlement7. Bien que ce projet soit passé en première lecture aux Communes, il est retiré avant sa seconde lecture le 11 mai sans aucune discussion. Les raisons qui motivent cette action ne sont pas claires, mais en dépit de l’échec du projet de loi de 1874, l’idée d’ouvrir les universités écossaises aux femmes trouve dès lors une voix parlementaire.

  • 8 Newnham (1871) et Girton (1873) sont les colleges féminins fondés au sein de l’université de Cambri (...)
  • 9 E. H. Clarke, Sex in Education ; or, A Fair Chance for Girls, Boston, J. R. Osgood & Co., 1873, p.  (...)

3L’une des questions initiales soulevées par les éducateurs au xixe siècle (une fois l’université à portée des femmes) est de savoir si les deux sexes doivent, ou non, fréquenter les mêmes institutions. En Angleterre, la réponse est simple : le système des colleges distincts avec une administration commune sur le modèle des universités d’Oxford et de Cambridge permet en effet l’ajout d’un college féminin à côté des établissements masculins existants8. Parmi les partisans de l’éducation des femmes, nombreux sont ceux qui considèrent que celles-ci ont besoin d’être protégées du monde extérieur à la sortie de l’enseignement secondaire, et qui voient les études supérieures comme une manière de préparer en toute sûreté les demoiselles à leurs futurs rôles d’épouses et de mères9. Un certain nombre de colleges strictement féminins sont créés en Angleterre, corroborant l’idée que c’est une éducation séparée qui répond le mieux aux besoins qu’entraîne l’existence dans la société de sphères d’influence distinctes (Breathnach 1980, p. 49). Il est alors peu surprenant que les associations pour l’éducation des femmes adoptent, à travers l’ensemble de la Grande-Bretagne, l’idée que c’est la création de colleges ou de départements féminins distincts au sein des universités qui servirait le mieux les intérêts des étudiantes en leur offrant une éducation « équivalente » à celle des hommes.

  • 10 Margaret, qui était l’épouse du roi Malcolm Canmore, est également connue sous le nom de sainte Mar (...)

4En Écosse, le système universitaire est plus intégré, et ne se présente pas sous forme de colleges clairement distincts au sein d’une institution unique, ce qui a pour conséquence qu’il est là plus difficile de proposer simplement l’ajout d’un college féminin séparé. Plusieurs organisations prennent en charge la promotion du droit des femmes à un accès égal à l’enseignement supérieur dans les principales villes écossaises au cours des années 1870 et 1880 (Myers 2001 ; Davies 1995, p. 158). Elles organisent des conférences auxquelles peuvent assister les femmes afin d’élargir leur univers intellectuel. Ces associations écossaises pour l’éducation des femmes sont ouvertes aussi bien à l’idée de cours séparés que de classes mixtes, pourvu que les étudiantes puissent suivre un enseignement. L’Association pour l’éducation supérieure des femmes de Glasgow (GAHEW), qui voit le jour en 1877, est la troisième organisation de ce type. En s’inspirant du modèle anglais, elle fonde en 1883 à Glasgow un college strictement féminin avec des fonds propres et des locaux distincts. Cette nouvelle institution reçoit le nom de Queen Margaret College, en hommage à la sainte patronne écossaise des arts et des lettres10. Ce college fonctionne en liaison étroite avec l’université de Glasgow, et se trouve à peu de distance à pied du campus masculin situé sur Gilmorehill, à l’ouest de la ville. La majorité de ceux qui enseignent à Queen Margaret College sont, en fait, des professeurs de l’université, et parfois même les étudiantes assistent à des cours au sein de l’établissement masculin. Cette relation existant dès le début entre les deux institutions facilite grandement l’incorporation des femmes au sein de l’université elle-même au début des années 1890 (le college devenant alors le département féminin de l’université), ce qui apparaît à de nombreux observateurs comme une évolution naturelle.

  • 11 The Universities (Scotland) Act, 1889, together with Ordinances of the Commissioners under the Said (...)
  • 12 J. N. Morton, An Analysis of the Universities (Scotland) Act, 1889, with the Act Itself and the Act (...)

5Les débats se poursuivant au Parlement, on assiste à huit tentatives supplémentaires pour rédiger une loi satisfaisante ouvrant les universités écossaises aux femmes au cours des dix ans qui suivent la présentation du projet initial en 1874. Enfin, en 1889, le Parlement britannique vote une loi sur les universités pour l’Écosse – Universities (Scotland) Act – qui conduit à l’admission des femmes au sein de ces institutions. La question clé en matière de législation pour l’écriture de l’histoire de l’entrée des femmes dans l’enseignement supérieur tourne autour des dispositions que le Parlement a effectivement prises à l’égard des universités par cette loi. L’article 14 § 6 stipule que les commissaires chargés de son application ont pour mission de « mettre chaque université à même de permettre aux femmes de suivre des cursus jusqu’au diplôme dans une ou plusieurs facultés, et de pourvoir à leur instruction »11. Par cette clause, le Parlement considère avoir octroyé aux colleges le pouvoir de permettre aux femmes de passer les examens d’entrée et d’acquérir des diplômes dans les mêmes termes que les hommes. John Morton, un journaliste de Glasgow, fait cependant remarquer dans son Analysis of the Universities (Scotland) Act que « le fait que la loi n’ait pas pris de dispositions formelles pour que les femmes puissent étudier et passer des diplômes dans les universités a provoqué une certaine déception »12. Il apparaît néanmoins que, d’une façon ou d’une autre, les universités étaient dans l’obligation d’offrir un enseignement aux femmes si elles ne souhaitaient pas se retrouver en infraction avec la loi. C’était à elles que revenait de donner l’impulsion s’agissant de trouver une solution : en cas de refus de leur part d’ouvrir totalement leurs cours aux femmes, les colleges féminins risquaient de se retrouver confrontés au problème d’avoir à trouver une autre voie pour former leurs étudiantes.

  • 13 Bien qu’en Angleterre les femmes aient été autorisées à suivre des cours au sein des colleges fémin (...)
  • 14 Glasgow University Archives (GUA), Glasgow Association for the Higher Education of Women (GAHEW), B (...)
  • 15 GUA, GAHEW, Brouillon d’une pétition au Sénat de l’université de Glasgow demandant un diplôme ès ar (...)
  • 16 GUA, GAHEW, Pétition au Sénat de l’université de Glasgow demandant un titre universitaire pour les (...)
  • 17 GUA, Comité des enseignants, Rapport au conseil exécutif de Queen Margaret College sur le rattachem (...)

6La nature des diplômes ouverts aux femmes constitue l’une des questions que devait aborder chaque université. À Saint Andrews, l’université décide de leur accorder le titre de LLA (Lady Literate in Arts, preuve d’une formation ès arts)13. Ce diplôme est considéré comme plus utile qu’un simple certificat pour obtenir un emploi, en particulier dans l’enseignement. Le GAHEW, et Queen Margaret College à sa suite, proposent aux femmes des certificats ; l’accès à un diplôme au plein sens du terme est cependant réclamé une fois les femmes admises à l’université de Glasgow. La nomenclature des qualifications offertes constitue alors le nœud du débat, le désir des femmes d’être autorisées à candidater aux diplômes de l’université, au lieu de devoir se contenter des certificats de moindre valeur proposés par l’Association puis par le college féminin, illustrant pleinement la nécessité pour elles d’une éducation équivalente à celle des hommes14. À Glasgow, les femmes soutiennent en outre qu’elles doivent recevoir un titre similaire au titre masculin « conformément à l’ensemble des traditions universitaires écossaises… avec un enseignement validé par l’université »15. Les partisans de la cause féminine poursuivent leur action à différents niveaux, n’hésitant pas à s’appuyer sur le désir de l’université d’être la meilleure d’Écosse. Le fait qu’un grand nombre de femmes de Glasgow soient « allées ailleurs pour obtenir le titre désiré » est sans doute l’argument le plus convainquant pour les dirigeants de l’université, qui ouvrent rapidement l’accès à la plupart des diplômes à leurs nouvelles étudiantes féminines16. Les partisans des femmes notent également le potentiel économique du college féminin, en affirmant que « le public sera fortement encouragé à [le] financer en totalité quand il apparaîtra clairement que celui-ci est destiné à être le premier college universitaire pour femmes d’Écosse, et non pas simplement une forme supérieure d’établissement d’enseignement secondaire »17. Cette distinction entre une éducation universitaire et d’autres formes d’enseignement supérieur est déterminante dans les années 1880, alors que de nombreuses personnes à l’université de Glasgow et à Queen Margaret College travaillent ensemble pour que leurs institutions entrent dans l’histoire en offrant une éducation universitaire complète aux femmes pour la première fois en Écosse.

  • 18 Ibid.
  • 19 GUA, D. Murray, Copie d’une lettre au Principal MacAlister portant sur des cours magistraux de l’un (...)

7À Glasgow, les enseignants prennent également part à la décision de fusionner les deux institutions. En avril 1890, leurs représentants au comité des enseignants de l’université se réunissent pour évaluer les avantages et les inconvénients du rattachement de Queen Margaret College. La question de savoir si l’enseignement doit, ou non, être mixte est débattue, de même que le type de diplômes susceptibles d’être octroyés aux femmes. Le rapport du comité révèle une position favorable au rattachement, renforcée par la conviction que l’université est « équipée » pour gérer ce surcroît d’étudiants. Parallèlement à d’autres considérations pratiques, le comité exprime l’opinion que, laissé à lui-même, Queen Margaret College ne parviendrait jamais à atteindre son but consistant à offrir une éducation de qualité universitaire aux femmes. D’une part, affirme le rapport, à moins que les étudiantes ne passent des examens et ne soient sanctionnées de la même manière que les hommes, « on ne peut attendre du public qu’il soit convaincu que l’enseignement dispensé au sein du college possède le caractère et la profondeur d’un enseignement universitaire ». Il poursuit en précisant que « c’est, d’autre part, en demander trop que d’attendre des femmes qu’elles s’attelent à un programme d’études strict alors qu’il ne conduit à aucune reconnaissance publique et ne confère aucun avantage professionnel ». Les enseignants le répètent avec insistance : il faut que les futures étudiantes passent avec succès un examen d’entrée d’un niveau équivalent à celui de l’examen auquel sont soumis les hommes18. Par ailleurs, cependant, un « choix de matières plus libre pourrait être autorisé, eu égard aux différences existant dans l’enseignement secondaire des deux sexes ». Aucune indication n’est donnée quant au moment où les femmes pourraient avoir à suivre le même programme que les hommes ni, de fait, quant au moment où elles seraient considérées comme en étant capables19.

Les réactions provoquées par l’entrée des femmes à l’université

  • 20 Scottish Universities Commission, General Report of the Commissioners under the Universities (Scotl (...)
  • 21 J. Coutts, A History of the University of Glasgow : from its Foundation in 1451 to 1909, Glasgow, J (...)
  • 22 GUA, Glasgow University Magazine, vol. II, 5 février 1889, p. 1 Voir également J. Craigie, A Biblio (...)
  • 23 GUA, Glasgow University Magazine, vol. III, 10 décembre 1890, p. 28.

8Tandis que la loi de 1889 forçait d’une certaine manière les institutions écossaises à offrir un enseignement aux femmes, le choix de le faire « en les admettant au sein des cours ordinaires, ou en mettant en place des classes séparées pour leur instruction » était laissé à leur appréciation20. Les quatre universités écossaises répondirent de manière diverse21. Aberdeen est la seule de ces institutions à ouvrir immédiatement aux femmes l’accès à l’ensemble des cursus offerts dans ses facultés, tandis qu’Édimbourg, Glasgow et Saint Andrews commencent toutes par n’admettre les femmes que dans certains domaines où, affirme-t-on, elles seront plus à l’aise (Moore 1991, p. 39 ; Davies 1995, p. 183). Si ces mesures sont essentiellement conçues pour servir la cause féminine, cependant, on craignait également que les étudiants masculins ne réagissent mal à la perspective d’avoir à partager leur université avec des femmes considérées comme « inférieures ». De fait, leurs réactions sont partagées. À Glasgow, un journal étudiant, le Glasgow University Magazine, leur permet d’exprimer leur opinion22. Selon eux, l’université doit admettre les femmes dès lors qu’elles satisfont aux nouvelles conditions d’entrée, manifestement difficiles, auxquelles ils sont eux-mêmes soumis. Ils estiment que ce sera « un grand jour pour la ville de Glasgow que celui où elle offrira aux femmes une place à la même tribune que les hommes, et où elle leur donnera des privilèges et des possibilités d’étude similaires »23. La lecture d’autres numéros de ce journal peut cependant amener le lecteur à douter de la sincérité de cette affirmation.

1. Portraits types de Queen Margaret

  • 24 GUA, Glasgow University Magazine, vol. III, 11 mars 1891, p. 154.

9À la veille de l’union, en 1892, entre l’université et Queen Margaret College, une série d’illustrations paraît dans le Glasgow University Magazine (illustration 1 : Portraits types de Queen Margaret)24. L’image de gauche montre une femme étudiante immaculée, se consacrant à l’écriture et à l’étude de la musique, comme en témoignent les dossiers posés au sol. Elle porte une robe universitaire aux plis harmonieux tandis qu’en référence à l’antiquité classique, une couronne de laurier flotte au-dessus de sa tête, récompense de l’excellence dans un domaine intellectuel considéré comme parfaitement convenable pour une femme, et véritable prix de féminité. Lui fait pendant la représentation d’une étudiante particulièrement désagréable, qui lit Platon, Aristote et Sophocle, visiblement nuisibles à sa féminité, ce que traduisent sa robe universitaire sévère portée sans grâce et ses traits tirés. Elle est entourée d’un certain nombre d’objets, parmi lesquels se détache une tasse marquée « café », boisson dont elle semble avoir fait une consommation abondante. Il est en outre intéressant de noter la présence dans cette vignette d’une affiche au mur portant l’inscription « Attention piège à hommes », qui illustre une opinion particulièrement répandue : sous couvert de suivre un enseignement supérieur, les femmes iraient en fait à l’université dans le but d’attraper un homme par ruse (Breathnach 1980, p. 50).

  • 25 GUA, Glasgow University Magazine, vol. III, 3 décembre, 1890, p. 3.
  • 26 GUA, Glasgow University Magazine, vol. III, 17 décembre 1890, couverture ; GUA, Glasgow University (...)

10L’auteur de ces dessins, Madge Wildfire, pseudonyme derrière lequel se cachent en fait un ou plusieurs hommes, explique dans un précédent numéro que ces « esquisses d’étudiants en noir et blanc » sont des « dessins libres des divers aspects de la vie étudiante, caricatures pour certains, exagérations pour d’autres, ou encore compositions, mais jamais photographies »25. Parmi les titres de cette série, on peut noter en particulier « La question de la toque et de la robe universitaires », qui illustre les problèmes d’apparence que rencontrent les étudiantes qui prennent du poids et deviennent malpropres et échevelées, ou encore « Les deux faces du mur », qui montre le piège qui consiste, pour les étudiants, à s’amuser et à boire jusque tard dans la nuit au lieu de travailler26. Chacun de ces dessins fonctionnant par paires offre au lecteur la représentation d’extrêmes en matière de comportement ou d’apparence, sans titre ni commentaire supplémentaire, les conclusions devant être tirées de l’image elle-même. Dans ce contexte, il est difficile de savoir si ces extrêmes se sont effectivement produits à l’université, ou si Madge Wildfire se moquait à la fois du scénario idéal et de celui qu’on craignait le plus.

  • 27 GUA, Glasgow University Magazine, vol. III, 14 janvier 1891, p. 55.
  • 28 R. Woods, The Population of Britain in the Nineteenth Century, Basingstoke et Cambridge, Macmillan (...)

11Une nouvelle série de « Portraits types de Queen Margaret » paraît dans le numéro suivant du Glasgow University Magazine, reflet d’une fascination marquée pour ce sujet (que ce soit de la part de Madge Wildfire, ou de l’ensemble des étudiants, voire des deux)27. À la différence des premiers dessins, relativement polysémiques, le message, dans la deuxième série, porte sur une question bien particulière : les dangers de la perte de la féminité (illustration 2 : La descendance de la femme). L’étudiante de la moitié gauche de l’illustration est en tenue d’éducation physique et tient une corde à sauter. Son attitude est timide, tandis qu’elle se tient sous ce qui a tout l’air d’être une boule de gui, plante sous laquelle il convient de s’embrasser, ce qui renforcerait l’idée que les femmes vont à l’université pour tenter de piéger un mari. L’élément le plus important se trouve cependant dans l’autre moitié de la vignette. Madge Wildfire a représenté là une femme d’allure exceptionnellement masculine portant une tenue qui tient à la fois de la robe et du costume, et inclut cravate et chapeau melon. Détail particulièrement important, elle tient en main un ouvrage intitulé La descendance de l’homme. L’usage fait ici du texte de Darwin donne une idée des craintes poussant certains victoriens à s’opposer à l’entrée des femmes à l’université. Suite à la publication de L’origine des espèces en 1859, se répand l’idée que l’homme blanc est supérieur aux autres races, de même qu’aux femmes. Le maintien de ce statut dépend cependant fortement de la production de rejetons robustes, issus des meilleurs parents. En ressort une théorie incorporant à la fois des avis médicaux et des attentes sociales, selon laquelle « l’éducation universitaire des femmes contribue de façon certaine à l’extinction de leur race », les études les rendant trop faibles pour porter des enfants. Les femmes allant à l’université tendent à se marier à un âge plus tardif, diminuant ainsi leur période de fécondité et réduisant éventuellement leurs chances d’avoir des enfants forts et sains28. En outre, au sein de la société, nombreux sont ceux qui craignent que les femmes éduquées ne perdent leur beauté du fait d’une mauvaise santé provoquée par le manque d’exercice lié aux études universitaires. Cette conception est renforcée par l’idée qu’à cause de leur manque de féminité, qui les rend peu attirantes pour les hommes et donc impossibles à marier, ces femmes ne pourront avoir d’enfants. Ainsi, bien qu’elles soient capables d’entreprendre des études universitaires, ce choix ne peut se faire qu’au prix de la maternité et de tout ce qui fait leur attrait (Burstyn 1973, p. 79 ; Lasser 1987, p. 56-62).

2. La descendance de la femme

12La conclusion qui ressort des illustrations de Madge Wildfire est que les femmes éduquées qui entreprennent des activités non féminines deviennent au bout du compte des hommes, ou du moins entretiennent ce désir. Tout comme dans la première série d’illustrations, la femme représentée dans la vignette de droite apparaît peu attirante physiquement du fait de son éducation excessive. Aux yeux des victoriens, il est clair que ce type de femme est condamné au célibat par son apparence physique. Cette conception, qui l’écarte des rôles normaux dévolus à son sexe en lui refusant d’emblée ceux d’épouse et de mère, ne lui laisse qu’une position floue dans la société. Ces façons de percevoir les femmes éduquées, qui jouent sur plusieurs niveaux, sont à la fois attaquées et renforcées par un certain nombre d’articles et d’éditoriaux dans les revues de l’époque. Les connaissances scientifiques dont on dispose alors pour étayer ces questions sont cependant suffisamment éparses pour donner lieu à des conclusions inexactes sur les capacités des femmes en matière d’éducation, à l’image de celles transmises par les illustrations de Madge Wildfire (Burstyn 1973 ; Lasser 1987).

  • 29 M. Sanderson, Education, Economic Change and Society in England, 1780-1870, Cambridge, Cambridge Un (...)
  • 30 J. A. Banks et O. Banks, Feminism and Family Planning among the Victorian Middle Classes, Liverpool (...)
  • 31 People and Society in Scotland : Volume II, 1830-1914, W. H. Fraser et R. J. Morris éd., Édimbourg, (...)
  • 32 F. K. Prochaska, op. cit., p. 2-3. Voir également : E. Davies, « Some account of a proposed new Col (...)

13Au cours du xixe siècle, le mariage provoque de nombreux débats, du fait de l’existence d’un important « surplus » de femmes en Grande-Bretagne, qui limite les perspectives matrimoniales par rapport à la période précédente29. Passé les années 1850, le taux de nuptialité décroît considérablement, avec une élévation de l’âge au mariage, qui se situe entre 25 et 30 ans, les membres masculins des professions étant alors plus nombreux à choisir d’entrer plus tard dans la vie matrimoniale30. Cette situation oblige de nombreuses jeunes femmes à faire d’autres choix de vie. Les familles middle-class étant souvent incapables de pourvoir aux besoins de leurs filles célibataires, nombreuses sont celles qui s’engagent dans une formation pour devenir gouvernante ou enseignante, les deux principaux emplois « acceptables » pour une jeune femme de ce milieu avant le mariage. L’éducation, qui offre aux hommes des possibilités de mobilité sociale ascendante, n’est alors pour les femmes qu’un moyen d’éviter le déclassement. À l’université, à moins qu’elles ne se préparent à l’enseignement, ces femmes sont perçues comme une menace pour les professions masculines telles la médecine ou le droit31. Conséquence tardive de la révolution industrielle, le développement des équipements domestiques à l’usage des classes moyennes et supérieures constitue un autre facteur incitant les femmes à s’engager dans des études universitaires. À la fin du siècle, Emily Davies constate « une augmentation de la richesse associée à l’apparition d’appareils contribuant aux tâches ménagères », qui permet aux femmes de disposer de davantage de temps pour se consacrer à d’autres activités telle l’éducation32. L’existence d’un excédent de femmes est en outre à l’origine d’une augmentation du nombre de domestiques employées au sein des foyers victoriens, ce qui là encore permet à la maîtresse de maison de s’adonner à des activités extérieures. À travers l’éducation, de nombreuses femmes parviennent à transformer la sphère d’influence au sein de laquelle elles évoluent, et à se mouvoir dans une société plus vaste. C’est, de fait, souvent sur ce que la société considère comme acceptable pour des « dames » des classes moyennes et supérieures que porte le débat sur l’enseignement supérieur féminin qui prend alors de l’ampleur (Sutherland 1987, p. 94 et 102).

  • 33 GUA, Glasgow University Magazine, vol. IV, 13 janvier 1892, p. 1.
  • 34 GUA, Volume de coupures de presse concernant Queen Margaret College, 1891-1894, article du Glasgow (...)
  • 35 GUA, Glasgow University Magazine, vol. IV, 13 janvier 1892.

14La crainte que les femmes ne fréquentent l’université pour se faire épouser est contrebalancée par la reconnaissance de la nécessité pour les deux sexes de mariages bien assortis entre gens de mêmes goûts. Cet aspect de la question est également abordé par Madge Wildfire dans le Glasgow University Magazine (illustration 3 : Le mariage de Queen Margaret College et de l’université de Glasgow)33. Cette illustration qui orne la couverture du numéro du 13 janvier 1892 représente une cérémonie de mariage entre l’université masculine et le college féminin suite à la mise en œuvre du Universities (Scotland) Act. Le représentant officiel de l’université à gauche de l’image ne semble pas totalement satisfait des événements, et suit visiblement la situation avec attention. La figure du mariage est fréquemment utilisée par les étudiants pour illustrer l’union entre les deux institutions, bien que dans ce cas précis, le college féminin semble dominer son partenaire masculin, peut-être du fait de la dotation financière importante qu’il a obtenue au cours de son existence (souvent qualifiée de « dot »), qui le rend, en termes relatifs, plus riche que l’institution masculine34. Cette assimilation très courante des relations entre les institutions féminine et masculine à un mariage influe également sur la perception qu’ont les étudiants des deux sexes de leurs relations les uns avec les autres. De fait, les possibilités de carrières étant encore très limitées pour les femmes, l’idée que l’un de leurs buts principaux en intégrant l’université est de trouver un mari est alors assez répandue. Un autre dessin de couverture du Glasgow University Magazine illustre cette attente (illustration 4 : On Thin Ice ou Sur un terrain glissant)35. Nombreux sont ceux qui considère que le but essentiel des étudiantes est de faire un « bon mariage », à l’image de Miss Marrywell, avec pour conséquence que leurs homologues masculins risquent de fait de se retrouver sur un « terrain glissant ». S’il est difficile de déterminer si ce type d’illustration est à prendre de manière purement ludique ou comme un avertissement plus direct invitant les étudiants à se tenir sur leurs gardes, on peut cependant en constater la récurrence : des dessins similaires se retrouvent sous le même titre dans les publications étudiantes de plusieurs universités (Moore 1991, p. 118). Quoi qu’il en soit, le message qui se dégage clairement est que les institutions masculines ne seront plus jamais les mêmes après l’admission des femmes, le nouvel élément que constituent les liaisons romantiques distrayant les étudiants de leur travail.

3. Le mariage de Queen Margaret College et de l’université de Glasgow

  • 36 A. L. Smith, « Higher education of women and race suicide », Popular Science Monthly, vol. LXVI, 19 (...)

15Le fait que les femmes puissent ne plus se satisfaire du principal rôle que leur reconnaît la société constitue un autre sujet d’inquiétude lié à l’entrée des femmes dans l’enseignement supérieur. En 1905, dans le Popular Science Monthly, A. Lapthorn Smith offre une nouvelle explication de la théorie du suicide de la race. Il affirme que les femmes qui font des études supérieures deviennent plus indépendantes et plus sûres d’elles, et choisissent en conséquence de se marier à un âge plus avancé, voire pas du tout. Aucune femme instruite « cultivant ses capacités d’analyse et de critique », croit-il, ne peut se satisfaire du statut qui lui est attribué dans la vie, surtout si elle n’est qu’épouse et mère. Les femmes éduquée ont en outre conscience de leurs aptitudes, ce qui favorise le développement, chez elles, d’un « caractère agressif, autoritaire et indépendant, qui les empêche de pouvoir obéir, aimer et honorer des hommes de leur cercle social, frères de leurs camarades de classe, qui, tandis qu’ils travaillent pour acquérir une certaine richesse, ne peuvent se permettre le luxe que représente une femme instruite ». Ces conclusions ont des conséquences importantes pour les progrès de l’éducation universitaire des femmes, alors qu’apparaît un courant d’opinion opposé à une instruction féminine trop poussée. Smith mentionne d’ailleurs qu’on assiste à « l’échec de nombreux mariages, causé directement par une culture excessive de l’intellect féminin, qui a pour conséquence le mépris de devoirs qui sont volontiers remplis, voire même désirés, par une épouse non éduquée »36. Si ces affirmations sont exactes, et que les femmes instruites ne se satisfont plus du rôle qu’on attend d’elles, il faut que la structure des colleges soit soigneusement étudiée pour tenter de préserver la société telle qu’elle est.

4. On Thin Ice ou Sur un terrain glissant

Les problèmes liés à la coéducation

  • 37 GUA, Volume de coupures de presse concernant Queen Margaret College, 1891-1894, article du Glasgow (...)
  • 38 GUA, Glasgow University Magazine, vol. V, 11 janvier 1893, p. 64.

16À Glasgow, de nombreux partisans de l’entrée des femmes dans l’enseignement supérieur restent opposés à l’idée que soient créées des classes mixtes à l’université. Selon eux, c’est là une « expérience » qui ne peut qu’échouer, tandis que des cours séparés contribueraient davantage à l’entretien de relations harmonieuses entre les sexes37. Avec le maintien de classes féminines distinctes à Queen Margaret College, l’une des questions importantes à prendre en considération est la plus ou moins bonne volonté dont font preuve les enseignants pour dispenser des cours dans cette institution, cours qui s’ajoutent à des emplois du temps déjà chargés. Les instances dirigeantes de l’université tentent de s’attaquer de manière spécifique au mécontentement que provoque chez les enseignants la nécessité d’enseigner au college. Prenant conscience des inconvénients qu’il y a à faire la navette entre les deux sites, l’administration transforme l’enseignement à Queen Margaret en un poste « additionnel » dont les enseignants peuvent faire état dans leurs publications. En 1924, il est suggéré que ceux qui enseignent à Gilmorehill, l’ancien site de l’université masculine, soient qualifiés de « professeur », titre auquel peut s’ajouter celui d’« assistant » (lecturer) ou de « professeur associé » (senior lecturer) s’ils dispensent également des cours à Queen Margaret. Ces multiples grades sont ensuite inscrits sur le calendrier de l’université ou dans d’autres publications de ce type, dans le but de conférer un surcroît de prestige à ceux qui les portent vis-à-vis de leurs collègues, à Glasgow comme ailleurs. Les cours à Queen Margaret College sont clairement « à placer sur un pied de parfaite égalité avec ceux donnés à Gilmorehill, de façon à prévenir toute suggestion d’infériorité »38. Cette stratégie doit permettre le maintien du niveau de l’enseignement dispensé au college, et protège en outre l’université contre toute remarque désobligeante visant à critiquer la faiblesse intellectuelle de son département féminin.

  • 39 GUA, Volume de coupures de presse concernant Queen Margaret College, 1895-1898, p. 51. L’article, i (...)
  • 40 Pour en savoir plus sur les femmes à l’université du Michigan, voir D. G. McGuigan, op. cit.

17L’université de Glasgow fait d’autres efforts pour faire valoir la qualité égale de l’éducation reçue par les femmes au sein de son système de coéducation. En 1896, le Dr Wenley, ancien doyen de la faculté des arts de Queen Margaret College, est nommé à la principale chaire de philosophie de l’université du Michigan39. Paraissent alors des articles qui soulignent les nombreuses similarités existant entre les deux institutions, et insistent sur l’importance et la taille de l’université du Michigan à l’époque, qui témoignent de la valeur de l’enseignant de Glasgow sélectionné pour ce poste. La nomination d’un professeur écossais à une chaire importante d’une institution américaine indique clairement la nature complémentaire des deux systèmes éducatifs. De plus, si l’éducation proposée à Queen Margaret College avait été inférieure de quelque manière que ce soit, jamais un poste dans l’une des universités mixtes les plus en vue des États-Unis n’aurait été offert à un enseignant de cette institution40.

  • 41 H. M. Nimmo, « Some recent notes and recollections of Queen Margaret College life », The Book of th (...)

18Certaines des étudiantes de Queen Margaret College s’offusquent cependant du caractère séparé de l’enseignement qu’elles reçoivent à Gilmorehill. Helen Nimmo, dans un article de réflexions et de souvenirs sur la vie universitaire à Queen Margaret publié en 1901, note que certaines des étudiantes souhaitaient que leur expérience ressemble davantage à celle offerte dans les autres universités écossaises qui n’avaient jamais eu de département féminin distinct. L’agacement dont témoigne son article est lié à la délicatesse excessive avec laquelle les dirigeants de l’université traitaient généralement les femmes à Glasgow. Évoquant les égards auxquels eurent droit les étudiantes lors de leur premier cours à Gilmorehill, elle critique le « surcroît de précautions avec lequel on les fit entrer furtivement par la porte latérale de la salle de lettres pour les installer sur un banc inoccupé »41.

  • 42 GUA, Volume de coupures de presse concernant Queen Margaret College, 1891-1894, p. 82, article du G (...)

19La question de savoir s’il est socialement acceptable ou non d’éduquer ensemble les deux sexes se pose de manière particulièrement vive en médecine. Après l’ouverture en 1891 de la faculté de médecine de Queen Margaret, les étudiantes obtiennent un droit d’accès restreint aux hôpitaux locaux et reçoivent leur formation dans des salles de classe construites à cet effet au college. Une fois les femmes admises à l’université de Glasgow, les cours scientifiques et techniques sont les premiers à être intégralement transférés sur le campus principal, suite à la nécessité de disposer de meilleures installations. Cette situation entraîne cependant des problèmes, nombreux étant ceux qui croient « qu’il y a un certain nombre de cours dont aucun homme ne pourrait déclarer qu’il est bon et approprié que les deux sexes les suivent ensemble »42. Ce débat s’étend aux éditoriaux des journaux locaux. Une lettre, écrite anonymement par « Un membre du conseil » (de Queen Margaret College), propose une solution pratique pour mettre fin à la controverse :

  • 43 Ibid.

Il m’est cependant venu à l’esprit que cette difficulté-là, en tout cas, pouvait être surmontée en dotant la salle de classe de deux entrées séparées, et en la divisant par une cloison de huit à dix pieds de haut allant du mur du fond jus-qu’au bureau du professeur, un côté étant réservé aux femmes, l’autre aux hommes. Il serait impossible aux étudiants se trouvant de part et d’autre de se voir, tandis que le professeur les aurait tous pareillement sous les yeux. Hommes et femmes tireraient ainsi un bénéfice égal des cours magistraux et des démonstrations43.

20Cette proposition d’utiliser des entrées séparées s’accorde avec le récit que fait Helen Nimmo de ses premiers jours à l’université de Glasgow. L’idée d’introduire une cloison dans la pièce n’a cependant pas été mise en œuvre. Si cette suggestion peut paraître en accord avec les sensibilités victoriennes, certaines matières comme l’anatomie étant jugées trop délicates pour que les étudiants des deux sexes les apprennent ensemble, le rajout d’une cloison bien réelle n’apparaît cependant pas comme une solution positive en termes d’instruction. L’anatomie, décide-t-on, continuera dans un premier temps à être enseignée de manière séparée.

  • 44 GUA, Glasgow University Magazine, vol. V, 11 janvier, 1893, p. 64.

21La nécessité de maintenir une séparation entre les étudiants des deux sexes, alors qu’ils partagent les mêmes bâtiments, se fait sentir également en d’autres points du campus. En 1907 éclate une controverse à propos de l’attribution des places lors de l’allocution du recteur. Apparemment, une « plainte [est déposée] par des étudiantes de Queen Margaret, qui fait état de leur relégation à la galerie supérieure nord » le jour du discours, qu’elles ne parviennent de ce fait à suivre qu’avec difficulté. En outre, « des ordres stricts avaient été donnés pour que seuls les hommes soient admis par les portes de cette zone », avec pour conséquence que de nombreuses étudiantes se voient refuser l’entrée. La séparation des deux sexes en pareilles occasions est une pratique courante à Glasgow, car on pense ainsi préserver la solennité de l’événement. En 1893, les étudiants de Gilmorehill déclarent cependant dans le Glasgow University Magazine qu’ils ne voient « aucune objection – bien au contraire, en fait – à ce que la corbeille, ou les fauteuils d’orchestre, soient à l’avenir réservés [aux femmes] » lors des activités réunissant les membres du campus : conférences, représentations théâtrales ou cérémonies universitaires44.

  • 45 GUA, Volume de coupures de presse concernant Queen Margaret College, 1891-1894, article du Glasgow (...)
  • 46 Voir également C. Smith-Rosenberg, Disorderly Conduct : Visions of Gender in Victorian America, New (...)

22Cette ségrégation ne s’avère cependant pas toujours efficace en matière de prévention du désordre, et conduit souvent les étudiantes de Queen Margaret à être importunées au cours des manifestations publiques. La cérémonie d’installation du Lord Recteur, en novembre 1894, connaît ainsi des perturbations. Comme le montre une illustration parue dans le Glasgow Herald, les étudiantes de Queen Margaret doivent traverser la zone réservée aux hommes pour atteindre leurs places. La confusion que provoque la présence de ces femmes nuit à la gravité de la cérémonie, ce qui jette la consternation parmi les dirigeants de l’université (illustration 5 : Installing the Lord Rector ou L’installation du Lord Recteur)45. Le commentaire fait au sein de l’image – Worship of the New Woman (L’adoration de la femme nouvelle) – indique la perception d’une transformation de l’accueil fait à la gent féminine au sein de la société depuis l’époque de son entrée à l’université. Ces « femmes nouvelles » revendiquent en toute liberté leur place dans la vie publique de l’institution, sans se soucier des perturbations que provoque leur présence. Barbara Miller Solomon fait remarquer que la « femme nouvelle » dont le concept apparaît à la fin du xixe siècle sera plus tard associée de manière négative avec la garçonne des années 1920, toutes deux étant considérées par leurs contemporains comme des femmes qui méconnaissent la place qu’il est convenable pour elles d’occuper au sein de la société (Solomon 1985, p. 95)46. Il apparaît clairement que les étudiantes représentées ici sont pleines de dignité, à la différence de leurs homologues masculins. C’est pourtant toujours à la présence des femmes que l’on attribue le désordre, et non au manque de retenue des hommes. Quand les femmes remettent en question les structures sociales existant à l’université, elles provoquent inévitablement des troubles.

5. L’installation du Lord Recteur

  • 47 GUA, Professeur Latta, Lettre à Miss Galloway concernant l’utilisation de la bibliothèque de l’univ (...)

23Le problème de trouver une manière de faire cohabiter efficacement les étudiants des deux sexes se pose également dans plusieurs autres bâtiments après le rattachement de Queen Margaret. La question de l’utilisation de la bibliothèque et de sa salle de lecture générale s’avère particulièrement intéressante. En 1908, Miss Galloway, une enseignante du college, reçoit une lettre du professeur Latta, écrite au nom du comité du personnel de la bibliothèque, dans laquelle sont exprimées de fortes craintes que le mélange des deux sexes ne favorise le développement d’une sociabilité excessive au détriment des études. Le comité reconnaît que les femmes ont le droit, au même titre que les hommes, d’utiliser les services de la bibliothèque sur le campus, et décide donc de leur réserver un espace à part dans la salle de lecture. En outre, il demande que Miss Galloway, ou un autre membre du personnel enseignant du college, fasse occasionnellement des visites surprises à la bibliothèque pour s’assurer que les étudiantes ne « sont pas en train de semer la perturbation en discutant ». Le bibliothécaire se chargera de ce rôle vis-à-vis des étudiants masculins mais, n’étant « pas très à l’aise à l’idée de parler lui-même aux femmes », il ne peut assurer la surveillance de l’ensemble de la bibliothèque47. La présence féminine à l’université affecte visiblement les gens plus qu’on ne l’aurait imaginé.

  • 48 Jus Suffragii Alumnae, Queen Margaret College Suffrage Society Magazine, janvier 1909, couverture.

24Les craintes de ce bibliothécaire à l’idée de se retrouver face à l’une des étudiantes de l’université de Glasgow étaient probablement infondées. Comparées à leurs homologues fréquentant des institutions non mixtes, les femmes inscrites dans la plupart des universités où la coéducation est en vigueur sont en général conservatrices (Myers 1999), comme en témoignent les actions menées par l’Association en faveur du suffrage féminin de Queen Margaret College. Fondée en 1907, cette société est une organisation non militante et indépendante des partis existants, dont l’objectif est d’intéresser les étudiantes à la vie politique. Ses membres défendent l’idée que le nouveau rôle de la femme au sein de la sphère publique justifie qu’elle participe aux prises de décision de la communauté. Elles ne souhaitent cependant pas aller jusqu’à remettre en question de manière radicale leur rôle même au sein de la société : il ne s’agit pour elles que d’étendre ce rôle et de le rendre plus constructif. L’Association publie son propre magazine, le Jus Suffragii Alumnae, qui constitue une tribune où sont débattues les questions liées aux droits des femmes. Son caractère conservateur se reflète bien dans le choix de ses armoiries (illustration 6 : Armoiries de l’Association en faveur du suffrage féminin de Queen Margaret College)48 : celles-ci sont de nature traditionnelle, représentant sainte Margaret, patronne éponyme du college, sur un socle orné de son écu, qu’encadrent les initiales Q et M. De part et d’autre de la sainte se trouvent des poissons, emblèmes de saint Mungo, patron de Glasgow et fondateur de la cathédrale de la ville au début du xve siècle. L’apparence traditionnelle de ce groupe est renforcée par la devise choisie : « La cause de la Femme est celle de l’Homme, Ils s’élèvent ou chutent ensemble, diminués ou divins, contraints ou libres ». Il apparaît clairement que ces femmes se considèrent comme des compléments des hommes et estiment que pour l’amélioration de la société il convient qu’elles restent telles.

6. Armoiries de l’Association en faveur du suffrage féminin de Queen Margaret College

  • 49 GUA, Glasgow University Magazine, vol. XXI, 3 mars 1909, p. 457-458.

25Les articles qui paraissent dans le Jus Suffragii Alumnae sont souvent à caractère historique et s’intéressent aux apports positifs des femmes au sein de la société, ceux-ci pouvant servir d’arguments en faveur de l’élargissement du droit de vote à leur sexe. Aucun de ces articles ne se prononce cependant pour la mise en œuvre de tactiques militantes similaires à celles qu’utilisent les suffragettes pour atteindre leur but, cette façon de procéder étant considérée comme déstabilisante pour la communauté. Pour toucher un maximum d’étudiants et de citoyens, l’Association propose régulièrement des débats et des conférences sur le campus. Le 29 janvier 1909, elle organise un « grand débat sur le suffrage féminin », avec des orateurs étudiants masculins et féminins. La publicité annonçant l’événement appelle les femmes à « venir justifier leur présence à l’université » tandis qu’elle demande aux hommes de « venir voter en faveur de la proposition [d’élargissement du suffrage] ». Si la responsabilité de prouver la nécessité de l’octroi du droit de vote aux femmes reste bien à la charge de celles-ci, elles reconnaissent cependant leur besoin du soutien des hommes pour mener leur campagne. Il est également intéressant de noter qu’en 1909 encore, les femmes se sentent obligées de justifier leur présence à l’université, malgré l’existence d’une législation parlementaire en leur faveur alors vieille de presque vingt ans49.

***

26Face à la diversité des idées et aux débats constants qui ont cours dans la Grande-Bretagne victorienne à propos de la nécessité d’une éducation pour les femmes et de leur capacité à entreprendre des études, un observateur contemporain n’aurait pu prédire aisément que la coéducation rencontrerait jamais le succès. S’il est certain que la législation parlementaire contribue à l’entrée des femmes dans l’enseignement supérieur, c’est cependant l’appui d’administrateurs masculins progressistes qui constitue le vote de confiance déterminant. Malgré la relative autonomie des universités à déterminer le mode d’enseignement mixte qu’elles souhaitent alors mettre en œuvre, des changements limités aux politiques officielles des établissements n’auraient pu rencontrer le succès sans l’existence d’un consensus plus large au sein du public, qui soutient financièrement ces institutions. Si les familles des futures étudiantes n’avaient pas accepté les formes de coéducation adoptées par les différentes universités, elles auraient envoyé leurs enfants ailleurs. Avec le recul, on peut constater que malgré les obstacles rencontrés, l’admission des femmes dans les universités et les colleges masculins s’est faite sur une période relativement courte. Ouvrir les cours aux femmes et leur permettre de passer des diplômes ne constituait cependant qu’un premier pas : bien plus restait à faire pour que celles-ci soient admises dans l’enseignement supérieur sur un pied d’égalité avec les hommes.

Notes

1 J. Campbell, « The rise of the higher education of women movement », The Book of the Jubilee : in Commemoration of the Ninth Jubilee of the University of Glasgow, 1451-1901, Glasgow, James Mac-Lehose, 1901, p. 131.

2 C. Smith-Rosenberg et C. Rosenberg, « The female animal : medical and biological views of woman and her role in nineteenth-century America », Journal of American History, vol. 60, 1973, p. 334. Voir également Mackinnon 1990, p. 40.

3 Au cours de la majeure partie de la période considérée, l’Irlande appartient également au Royaume-Uni et reçoit ses lois du Parlement de Londres. Pour des renseignements sur la situation irlandaise, voir Breathnach 1980.

4 Ces quatre institutions sont les universités d’Aberdeen, de Saint-Andrews, d’Édimbourg et de Glasgow.

5 R. A. Houston, « Scottish education and literacy, 1600-1800 : an international perspective », Improvement and Enlightenment : Proceedings of the Scottish Historical Studies Seminar, University of Strathclyde, 1987-1988, T. M. Devine éd., Édimbourg, John Donald Publishers, 1989, p. 43-61.

6 Hansard’s Parliamentary Debates,Third Series, vol. 337, 20 juin 1889, p. 323. En 1861, les universités écossaises comptent 3 389 étudiants ; ce chiffre passe à 6 799 en 1888.

7 Ibid., p. 4.

8 Newnham (1871) et Girton (1873) sont les colleges féminins fondés au sein de l’université de Cambridge ; leurs homologues à l’université d’Oxford sont Saint Margaret’s Hall (1878) et Somerville (1879). Pour plus de renseignements sur le système anglais, voir Sutherland 1987 et R. McWilliams-Tullberg, Women at Cambridge, Londres, Gollancz, 1975 et Cambridge, 1995.

9 E. H. Clarke, Sex in Education ; or, A Fair Chance for Girls, Boston, J. R. Osgood & Co., 1873, p. 121-122 et 154. Pour en savoir plus voir : Esbach 1993, p. 83-86 ; D. G. McGuigan, A Dangerous Experiment : 100 Years of Women at the University of Michigan, Ann Arbor, Center for Continuing Education of Women, 1970, p. 53-58 ; H. L. Horowitz, Alma Mater : Design and Experience in the Women’s Colleges from their Nineteenth-Century Beginnings to the 1930s, Amherst, Knopf, 1993, p. 4 et 16 ; A. Simmons, « Education and ideology in nineteenth-century America : the response of educational institutions to the changing role of women », Liberating Women’s History : Theoretical & Critical Essays, B. A. Carroll éd., Urbana, University of Illinois Press, 1976, p. 118-120.

10 Margaret, qui était l’épouse du roi Malcolm Canmore, est également connue sous le nom de sainte Margaret d’Écosse. Pour plus de précisions, voir J. Campbell, op.cit., p. 134.

11 The Universities (Scotland) Act, 1889, together with Ordinances of the Commissioners under the Said Act, with Relative Regulations & Declarations and University Court Ordinances Made and Approved Subsequent to the Expiry of the Powers of the Commissioners. With an Appendix Containing the Universities (Scotland) Act, 1858, Glasgow, 1915, p. xviii. Voir également J. Campbell, op. cit., p. 134.

12 J. N. Morton, An Analysis of the Universities (Scotland) Act, 1889, with the Act Itself and the Act of 1858, and an Index, Édimbourg et Londres, Blackwood & Sons, 1889, p. 12.

13 Bien qu’en Angleterre les femmes aient été autorisées à suivre des cours au sein des colleges féminins d’Oxford et de Cambridge, il ne leur était pas permis de passer les mêmes diplômes que les hommes avant une date relativement tardive au xxe siècle. Les femmes ne sont devenues pleinement membres d’Oxford qu’en 1920 et de Cambridge qu’en 1948.

14 Glasgow University Archives (GUA), Glasgow Association for the Higher Education of Women (GAHEW), Brouillon d’une pétition au Sénat de l’université de Glasgow demandant un diplôme ès arts pour les femmes, 21 octobre 1882. Voir également : J. Geyer-Kordesch et R. Ferguson, Blue Stockings, Black Gowns, White Coats : a Brief History of Women Entering the Medical Profession in Scotland in Celebration of one Hundred Years of Women Graduates at the University of Glasgow, Glasgow, Wellcome Unit for the History of Medicine, 1994, p. 41 ; GUA, J. Galloway, Lettre au Principal Caird, 29 avril 1889 ; F. H. Melville, « Queen Margaret College », Pass It On, vol. XV, 1935, p. 1 ; Dyhouse 1995, p. 12 ; Sutherland 1987.

15 GUA, GAHEW, Brouillon d’une pétition au Sénat de l’université de Glasgow demandant un diplôme ès arts pour les femmes, 21 octobre 1882.

16 GUA, GAHEW, Pétition au Sénat de l’université de Glasgow demandant un titre universitaire pour les femmes, accompagnée de copies d’un projet antérieur rédigé par Mrs Lindsay, avec des suggestions de modifications, 1883.

17 GUA, Comité des enseignants, Rapport au conseil exécutif de Queen Margaret College sur le rattachement du college à l’université de Glasgow, 21 avril 1890.

18 Ibid.

19 GUA, D. Murray, Copie d’une lettre au Principal MacAlister portant sur des cours magistraux de l’université de Glasgow donnés à Queen Margaret College, 29 février 1924.

20 Scottish Universities Commission, General Report of the Commissioners under the Universities (Scotland) Act, 1889. With an Appendix Containing Ordinances, Minutes, Correspondence, Evidence, and Other Documents, Édimbourg, 1900, p. xxi.

21 J. Coutts, A History of the University of Glasgow : from its Foundation in 1451 to 1909, Glasgow, James MacLehose, 1909, p. 458.

22 GUA, Glasgow University Magazine, vol. II, 5 février 1889, p. 1 Voir également J. Craigie, A Bibliography of Scottish Education 1872-1972, Londres, University of London Press, 1974, p. 264.

23 GUA, Glasgow University Magazine, vol. III, 10 décembre 1890, p. 28.

24 GUA, Glasgow University Magazine, vol. III, 11 mars 1891, p. 154.

25 GUA, Glasgow University Magazine, vol. III, 3 décembre, 1890, p. 3.

26 GUA, Glasgow University Magazine, vol. III, 17 décembre 1890, couverture ; GUA, Glasgow University Magazine, vol. III, 4 février 1891, couverture.

27 GUA, Glasgow University Magazine, vol. III, 14 janvier 1891, p. 55.

28 R. Woods, The Population of Britain in the Nineteenth Century, Basingstoke et Cambridge, Macmillan Education, 1995, p. 32-34.

29 M. Sanderson, Education, Economic Change and Society in England, 1780-1870, Cambridge, Cambridge University Press, 1995, p. 55 ; F. K. Prochaska, Women and Philanthropy in Nineteenth-Century England, Oxford, Clarendon Press, 1980, p. 2.

30 J. A. Banks et O. Banks, Feminism and Family Planning among the Victorian Middle Classes, Liverpool, University of Liverpool Press, 1964, p. 128-129.

31 People and Society in Scotland : Volume II, 1830-1914, W. H. Fraser et R. J. Morris éd., Édimbourg, John Donald Publishers, 1990, p. 302.

32 F. K. Prochaska, op. cit., p. 2-3. Voir également : E. Davies, « Some account of a proposed new College for women », The Educators : Female Education, M. M. Roberts et T. Mizuta éd., Londres, Routledge / Thoemmes Press, 1995 [1899], p. 97-98 ; B. Stephen, Emily Davies and Girton College, Londres, Constable, 1927.

33 GUA, Glasgow University Magazine, vol. IV, 13 janvier 1892, p. 1.

34 GUA, Volume de coupures de presse concernant Queen Margaret College, 1891-1894, article du Glasgow Herald du 13 avril 1893. Pour plus d’informations sur l’expérience anglaise à la même époque, voir Esbach 1993.

35 GUA, Glasgow University Magazine, vol. IV, 13 janvier 1892.

36 A. L. Smith, « Higher education of women and race suicide », Popular Science Monthly, vol. LXVI, 1905, p. 467 et 470-471.

37 GUA, Volume de coupures de presse concernant Queen Margaret College, 1891-1894, article du Glasgow Herald du 5 novembre 1894.

38 GUA, Glasgow University Magazine, vol. V, 11 janvier 1893, p. 64.

39 GUA, Volume de coupures de presse concernant Queen Margaret College, 1895-1898, p. 51. L’article, intitulé « American appointment for Dr. Wenley », provient d’un journal non identifié, daté du 25 janvier 1896.

40 Pour en savoir plus sur les femmes à l’université du Michigan, voir D. G. McGuigan, op. cit.

41 H. M. Nimmo, « Some recent notes and recollections of Queen Margaret College life », The Book of the Jubilee : in Commemoration of the Ninth Jubilee of the University of Glasgow, 1451-1901, op. cit., p. 149-150.

42 GUA, Volume de coupures de presse concernant Queen Margaret College, 1891-1894, p. 82, article du Glasgow Herald du 5 mai 1893.

43 Ibid.

44 GUA, Glasgow University Magazine, vol. V, 11 janvier, 1893, p. 64.

45 GUA, Volume de coupures de presse concernant Queen Margaret College, 1891-1894, article du Glasgow Herald du 5 novembre 1894.

46 Voir également C. Smith-Rosenberg, Disorderly Conduct : Visions of Gender in Victorian America, New York et Oxford, Oxford University Press, 1985, p. 245.

47 GUA, Professeur Latta, Lettre à Miss Galloway concernant l’utilisation de la bibliothèque de l’université par les étudiantes, 26 octobre 1908.

48 Jus Suffragii Alumnae, Queen Margaret College Suffrage Society Magazine, janvier 1909, couverture.

49 GUA, Glasgow University Magazine, vol. XXI, 3 mars 1909, p. 457-458.

Table des illustrations

Légende 1. Portraits types de Queen Margaret
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1806/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,7M
Légende 2. La descendance de la femme
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1806/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0M
Légende 3. Le mariage de Queen Margaret College et de l’université de Glasgow
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1806/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 9,1M
Légende 4. On Thin Ice ou Sur un terrain glissant
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1806/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 11M
Légende 5. L’installation du Lord Recteur
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1806/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 7,7M
Légende 6. Armoiries de l’Association en faveur du suffrage féminin de Queen Margaret College
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1806/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M

Auteur

Visiting assistant professor à l’Université américaine du Wisconsin, Platteville

Céline Grasser (Traducteur)

© ENS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable