Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Lectures de Michel Foucault. Volume 1

 | 
Jean-Claude Zancarini

Avant-propos

Volltext

1Nous avons voulu fêter à notre manière – par une journée d’étude, qui se tint alors même que « Il faut défendre la société » n’était pas encore disponible en librairie, puis par ce livre, qui en est un écho – la parution du premier cours de Michel Foucault au Collège de France.

  • 1 « Difendere la società. » Dalla guerra delle razze al razzismo di stato, A. Fontana, M. Bertani (é (...)

2Il convient d’abord de rappeler que l’édition des cours au Collège de France – qui s’est poursuivie depuis par la parution du cours de 1974-1975, Les Anormaux, et qui continuera au rythme d’un volume par an – n’allait pas de soi. Non que la voix de Foucault et son enseignement aient cessé de circuler : depuis les années 1970, les cassettes passaient d’un chercheur à l’autre, les enregistrements étaient consultables à la bibliothèque du Saulchoir, au sein du fonds Foucault (mis en place par l’association pour le centre Michel-Foucault). Mais pour que ces cours puissent prendre toute leur place, toucher le public des lecteurs de Foucault, et pas uniquement celui des chercheurs et des spécialistes, il fallut convaincre les héritiers de Foucault et les éditeurs français qu’il ne s’agissait pas là de textes inédits, puisqu’ils avaient été prononcés publiquement devant les centaines d’auditeurs qui se pressaient chaque mercredi et qu’on ne pouvait leur appliquer la règle stricte que Foucault avait édictée : pas de publication d’inédits après sa mort. Alessandro Fontana et les amis avec lesquels il publia, dès 1990, une édition italienne du cours « Il faut défendre la société1 » ne furent pas pour rien dans le processus qui aboutit à la décision de faire des livres avec cette voix. C’est pour une bonne part à leur acharnement que nous devons la mise à disposition publique d’un pan entier d’une œuvre philosophique d’autant plus marquante qu’elle s’était affirmée d’emblée comme « entièrement politique et entièrement historienne ».

3Dans une sorte de « cavalcade », pour reprendre un terme que Foucault utilise dans son cours du 28 janvier 1976, le cours envisage les questions du pouvoir, de la guerre comme analyseur des rapports de pouvoir et fait la généalogie du discours historico-politique de la guerre des races, depuis ses prémisses au xvie siècle jusqu’à sa transformation en racisme d’État au xxe siècle. La richesse des hypothèses, l’ampleur du parcours sont mises au service de « la question du présent qui est nous-mêmes », dans laquelle Foucault voyait la question même de la philosophie (DE, III, 266). Il y a là, à n’en pas douter, la volonté de rendre compte des « deux héritages noirs » du xxe siècle, le nazisme et le stalinisme (DE, III, 422), de poser la question « urgente » du racisme, d’esquisser un parcours qui permette, sinon de répondre à toutes ces questions, du moins de les problématiser, de donner les premières pistes, d’éclairer un peu le champ où se déroule le combat.

4Nous avons d’abord cherché à éclaircir quelles étaient la place et la fonction de ce cours dans l’économie de l’œuvre de Michel Foucault. Alessandro Fontana, responsable avec François Ewald, de l’ensemble de l’édition des cours de Foucault et coéditeur de « Il faut défendre la société », Mauro Bertani, l’autre éditeur de ce cours, et Daniel Defert, responsable de l’édition des Dits et écrits de Michel Foucault, se sont chargés d’élucider cet aspect, en mettant en évidence l’actualité des questions posées par le cours, les méthodes de travail intellectuel de Foucault, les liens de ce cours avec ses autres ouvrages, les ruptures et les continuités qui sont à l’œuvre dans les hypothèses qui y sont formulées, la généalogie du bio-pouvoir.

5Le second aspect partait d’une hypothèse de lecture énoncée par Alessandro Fontana :

« “Il faut défendre la société” pourrait bien être le point de rencontre, la jonction, l’articulation du problème politique du pouvoir et de la question historique de la race : la généalogie du racisme à partir des discours historiques sur la lutte des races, au xviie et au xviiie siècle, et ses transformations au xixe et au xxe siècle. »

6Nous avons demandé à Thomas C. Holt, professeur d’histoire américaine à l’université de Chicago, spécialiste des « questions de races » de lire le cours et de nous livrer les résultats de cette lecture. Il le fait ici sans complaisance, en montrant la nécessité, pour que s’effectue pleinement cette « articulation du problème politique du pouvoir et de la question historique de la race » et que l’on puisse penser « la généalogie du racisme » de faire intervenir l’histoire de l’ailleurs de l’Europe, l’histoire de la traite des noirs et du système esclavagiste.

Anmerkungen

1 « Difendere la società. » Dalla guerra delle razze al razzismo di stato, A. Fontana, M. Bertani (éds), Florence, Ponte alle Grazie, 1990. Le groupe des promoteurs de cette édition italienne comprenait, outre A. Fontana et M. Bertani, Valerio Marchetti et Gilbert Burlet.

© ENS Éditions, 2001

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540