Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 2

 | 
Maurice Tournier

DE- et RE- dans le même bateau*

Texte intégral

  • * Chronique parue, sous le titre "Les deux préfixes d’un certain discours politique" et sous le nom (...)

1On a vu, pendant la campagne des dernières élections législatives, au sujet de la France et des Français, ressurgir abondamment à droite le préfixe RE- (du Dictionnaire de la Réforme d’E. Balladur au lexique chiraquien du "redressement") et se déverser, de l’extrême-droite aux modérés, le préfixe DE-(l’habituel chant de la "décadence nationale", que Le Pen avait scandé à 28 reprises dans Les Français d’abord en 1984 et que prolongeait alors en sourdine celui du "déclin", cher à R. Barre). Ces deux préfixes ont bien des histoires à raconter, surtout pris ensemble, comme au début des années quarante.

2Une incursion dans le discours pétainiste n’est pas, en effet, inintéressante. Celui-ci commence par RE-. Modèle, Maurras : "La monarchie peut restaurer l’autorité..., restaurer les libertés..., rétablir les libertés religieuses et scolaires..., rétablir l’unité du gouvernement..., rétablir la durée du gouvernement..., rétablir la cohérence du gouvernement..." (Action française, 22 mai 1929). Que de valeurs écrasées par la République !.. Ce RE- restaurateur est aussi celui de la formule "Révolution nationale" (en titre chez Valois dès 1924), officiellement reprise par Pétain dans son message du 8 octobre 1940, quoiqu’il avoue en privé : "J’aimerais beaucoup mieux pour ma part les mots de Redressement national ou de Rénovation française".

3Bizarre duplicité des formules. On constate entre elles à la fois une certaine "neutralisation" des différences de sens et, à l’inverse, leur déchirement dans des luttes de clans. Permanence d’une composition en RE-, dotée des valeurs inextricablement mêlées de duplication, retour en arrière ou au point de départ, changement complet, voire cycle, tel est le préfixe de Doriot, lequel se proposait en 1938 de "Refaire la France", le préfixe du slogan de 1940 "remettre la France au travail", celui du redressement, titre déjà d’une organisation anti-républicaine en 1925, le Redressement français de Mercier, repris en titre de journal par le socialo-fasciste Zoretti en 1938. Ce dernier terme va d’ailleurs servir de drapeau à la Milice, dont la tâche assignée sera précisément "le redressement politique, social, économique, intellectuel et moral de la France" (JO, 30 décembre 1942). RE-, préfixe aussi de la Relève (discours de Laval du 27 juin 1942) et du retour, à la terre, à la famille, aux vertus françaises, à un Etat d’autorité, etc. Bref, il s’agit de "restaurer les disciplines collectives" (Pétain, 17 janvier 1941). Préfixe enfin des mots révolution et rénovation, frères ennemis.

4A l’opposé, en effet, de cette marque unifiante, des nuances divisent ces noms et les opposent. "Révolution ? On pourrait aussi bien dire rénovation", écrit A. Fabre-Luce (Journal de la France, 1942). Ce n’est pas si simple. Dans la "Légion", on peut distinguer, dès 1941, les partisans de la "rénovation nationale" (vieux conservateurs) et ceux de la "révolution nationale" (jeunes fascistes). Certains n’éprouvent-ils pas le besoin d’arrondir les termes à l’aide d’adjectifs antirévolutionnaires. On entend : "Révolution réaliste" (Au travail, 1941) — certains vichystes s’appelaient "les réalistes" - et "Révolution nationale constructive" (Lescure, 1941) - formule copiée sur le "socialisme constructif" de De Man (1933) ou sur la "collaboration constructive" prônée en décembre 1940 ? Les deux sans doute -. On entend aussi, dans d’autres sphères, "Révolution conservatrice", calque formel de Moeller van den Bruck. A l’opposé, les fascisants poussent délibérément leurs formulations vers le nazisme : ainsi de la "révolution nationale socialiste" prônée en 1941 par les "collaborationnistes" du journal syndicaliste parisien L’Atelier.

5Face à ce qui, chez Maurras comme chez Pétain, se veut une logique de "rassemblement" dans la "restauration" du pays, les forces dispersantes donnent prétexte à un immense vocabulaire de la dénonciation. Celui-ci commence par DE-. Parmi les mots-thèmes de l’extrême-droite, on entend résonner une ample série négative préfixée en DE- : décadence, déchéance, déclin, décomposition, défaite, dégénérescence, dégradation, démission, dénationaliser (synonyme de "cosmopolitiser" pour Maurras, 1927), désastre, désordre, destruction etc. "Décadence bourgeoise, décadence ouvrière, décadence nationale, tout se tient", écrivait E. Berth en 1912. G. Bernanos parle de "déracinement" et de "dénationalisation économique et sociale du prolétariat" (Nous autres, Français, 1938). On passe ainsi des Déracinés de M. Barrès aux Décombres de L. Rebattet. "Décadence", "désagrégation des âmes", "démission générale", "désastres" ("L’histoire n’est que désastres"), répète Drieu tout au long de son Journal (1939-45), en définissant ainsi sa propre oeuvre : "portrait d’un dégénéré et d’un décadent, pensant la décadence et la dégénérescence" (Journal, 8 octobre 1939).

6DE- et RE- sont depuis lors dans le même bateau. Alors qu’E. Dujardin évoquait le mythe du Rameau d’Or de Frazer : tout "détruire" "afin d’un renouvellement social cent pour cent" (L’Age nouveau, avril 1938) et que Drieu voyait, dans Maldoror, l’image d’une France hésitant "entre le déclin et le redressement" (Journal, 3 juin 1940), P. Taittinger trouve, dans la "défaite", "la rédemption de la France vaincue" (Leçons d’une défaite, 1941) et A. Fabre-Luce félicite les "révolutionnaires nationaux" d’avoir échappé à la "dévirilisation" (1942). Il y a bien là, présents au sein du même énoncé, les signes de deux discours qui, malgré la polyvalence confuse du RE-, s’ajustent l’un à l’autre depuis deux siècles, deux discours qui ne vivent que l’un par et pour l’autre : "Une destruction est une destruction. Si la société doit disparaitre, ce ne sera que par le fer et le feu. La Révolution est quelque chose qui se définit en deux termes : si le second est régénération, le premier est mise à mort" (E. Dujardin, 1938). Cycle infernal ? "La société sera détruite [...] et renaitra" (id). Les nihilistes en disaient autant, au siècle d’avant. De nos jours, Le Pen annonce que le "déclin" deviendra une "décadence mortelle" si la France ne "réagit" pas afin de "rétablir".

7Nous voilà ré-embarqués comme en quarante. Mais quand RE- tombe à l’eau, que reste-t-il au fond du bateau ? La déploration. A Cassandre de répondre : "La décadence d’une civilisation se traduit dans la vie de la nation et des citoyens par des menaces concrètes, qui peuvent aller jusqu’à la submersion ou la disparition" (Université d’été du Front national à Arles, 3 septembre 1993).

8Heureusement arrivent nos prochaines échéances électorales. Le rafiau politique redéploie ses laizes. "Rassembler" pour "redresser", allier "réforme" et "reprise" vont florir à nouveau par la grâce de présidentiables bien-intentionnés. Il ne s’agira plus pour le DE- déploratif de voyager sans son RE- patriotique et social. Soyons à l’écoute des discours ; l’antienne vient de repartir. Une fois dressé le constat que "la cohabitation a rendu difficile la mise en oeuvre des réformes indispensables pour échapper au déclin" (Le Monde, 18 décembre 1994, p. 10), face à la "décadence de la France", au peuple en "désarroi", aux Français "désemparés" et au "déclin du politique", un "renouveau" est nécessaire ; il faut donc - l’ami Delors ne le disait-il pas ? - "remettre la France sur les rails de son avenir" (J. Chirac, La France pour tous). Une autre voix, balladurienne, a pu annoncer sa candidature en parlant du "redressement de notre pays", de "restaurer la morale civique" et "réformer sans fracture ni rupture". DE-, RE-, pleines voiles...

Notes de fin

* Chronique parue, sous le titre "Les deux préfixes d’un certain discours politique" et sous le nom de Maurice Jury, dans Libération du 27 février 1995.

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable