Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 1

 | 
Maurice Tournier

Greve, Cayenne, Gavot : mots de mer et de rivière1

Texte intégral

  • 1 Une première version de cette étude a paru dans Néologie et Lexicologie. Hommage à Louis Guilbert, (...)
  • 2 Selon le Glossaire étymologique de l’Argot de L. SAINEAN, sable apparait avec la signification de “ (...)
  • 3 Quelques citations sur le manque de travail en 1848 montreront la corrélation usuelle qui existe à (...)
  • 4 “J’appris en 1833 la signification du mot “battre les gravats”. On dit qu’un ouvrier du bàtiment ba (...)
  • 5 Un “battant aux champs”, un “trimard”, c’est un compagnon affilié qui repart, sa tàche finie, vers (...)
  • 6 Témoin LITTRE : “Faire grève, se tenir sur la place de Grève en attendant de l’ouvrage, suivant l’h (...)

1L’hypothèse étymologique prend souvent corps et vérité dans la constatation d’une convergence. Dans le cas de grève, on ne peut manquer d’être frappé par la curieuse convergence des images et des contenus de certaines expressions populaires : “mettre ou jeter sur le sable” (renvoyer, réduire à la misère), “être sur le sable” (ne pas gagner d’argent)2, “rester sur le sable, sur le pavé, sur le carreau” (ne pas avoir obtenu la place espérée), “faire la grève” ou “battre le pavé” (chercher un emploi)3, peut-être aussi “battre les gravats” (n’avoir pas le sou)4. On pourrait ajouter – mais la notion de chômage et l’inquiétude du lendemain y semblent moins présentes, le “rouleur” et ses propositions d’embauché étant au bout du chemin – les expressions proprement compagnonniques : “battre aux champs”, “trimer”, “faire le trimard”, “s’en aller sur le trimard”, pour dire cheminer sur les grandes routes du Tour de France, en quête de travail5. Ces images-mots dépeignent toutes l’ouvrier dans la même attitude, battant la semelle au long des rues pavées ou des routes poudreuses, piétinant sur les places de sable et gravier, cherchant de l’ouvrage sur le carreau du Roy. A Paris et ailleurs, on “faisait la grève” comme on “fait le trottoir”6.

  • 7 G. LEFRANC, Grèves d’hier et d’aujourdhui, Paris, Aubier-Montaigne, 1970, p. 269-270 : “Le terme gr (...)
  • 8 L’origine de ce grief n’a rien à voir avec le sable. Il s’agit soit de l’adjectif substantivé du la (...)

2G. Lefranc ne serait pas d’accord avec ces évocations premières. Pour lui7, la grève a d’abord été un sabotage. Faire “griès” ou chose “griève”, ce serait faire délibérément tort à quelqu’un. Cette hypothèse ne s’appuie guère que sur un passage du Livre des Métiers d’Etienne Boileau (1261). Le Dictionnaire de l’Ancienne langue française de Godefroy livre toutefois quelques contextes voisins de même époque : “des grèves et des dommages”, “griève ou préjudice”… Griever signifiait ‘nuire’. Le grief8 dont il est question dans Le Livre des Métiers n’est autre que le troc effectué par des ouvrières “fileresses” de la bonne soie du patron contre une mauvaise, vol et coulage à la fois, “laquelle chose est contre droit et contre raison, ne s’est pas à souffrir, car c’est griès et dommages au commerce des merciers de la ville de Paris”.

  • 9 Cité dans F. A. AULARD, Paris sous le premier Empire, Paris, éd. du Cerf, Noblet-Quantin, 1912, t. (...)

3Une telle explication semble douteuse. Certes, on remonte en général pour l’emploi de grève au sens de cessation organisée du travail à l’année 1805 : un rapport de la préfecture de police du 6 prairial an 13 (26 mai 1805) glose “faire grève” par “quitter l’ouvrage pour demander de l’augmentation”9. Mais il semble bien qu’il s’agisse là d’un sens dérivé, encore concurrent en 1848 de l’acception première (attendre un emploi), laquelle ne sera vraiment sentie comme archaïque que dans la seconde moitié du 19ème siècle. Aucune convergence ne permet d’inscrire la locution, sauf par jeu de mots, dans une série d’expressions populaires analogue à celle qui accompagne l’acception première. Revenons donc au gravier de la place… et de la plage.

  • 10 Cf. A. DAUZAT, La toponymie française, Paris, Payot, 1971, p. 79, 83, 86, 94. Sonorisation gauloise (...)

4C’est une autre sorte de convergence – non contradictoire avec la précédente, bien au contraire, mais très antérieure – que nous voulons faire surgir maintenant. Cette grève, si sableuse, grenue ou caillouteuse dans ses origines (du gaulois grava issu d’un pré-celtique *gar-ava formé sur *car-, la pierre)10, évoque un paysage de rivière ou de littoral marin. Or une série de termes compagnonniques se rassemble, par leurs racines, autour de cette même évocation. A croire que les premiers gens de grève ont vécu près de l’eau…

  • 11 Cité par R. GOSSEZ, Les Ouvriers de Paris, Bibliothèque de la Révolution de 1848, tome 24, La Roche (...)
  • 12 “Le Tour était lié aux itinéraires des grands fleuves” (H. DELIGNY, “Compagnons, devoir et Tour de (...)

5Pourquoi pas ? Remarquons en prélude que, jusqu’en 1848 au moins, grève charrie plus ou moins consciemment une mémoire maritime : “Les grèves, comme la mer, ont leur flux et leur reflux”, écrit le Journal des Travailleurs des 8-11 juin 184811 ; et détaillons en commentaire les aspects de la vie ouvrière que recouvrent les vocables cayenne et esponton, soubise et gavot, ainsi que les légendes compagnonniques axées sur Rochefort et ses charpentiers, les flottages qui dévalent des forêts montagnardes, les littoraux et les rivières, voies de passage et de rencontre12.

6Il est à peu près certain que la cayenne, chambre ou maison d’accueil du compagnon, était, dans ses tout premiers emplois, un ponton, c’est-à-dire un bateau désarmé, mis en rade ou immobilisé par des rochers ou sur un banc d’échouage. Ce ponton a dù servir de refuge aux voyageurs, avant de servir de prison aux condamnés.

  • 13 Les dictionnaires anglais sont unanimes à distinguer KEY (clé) et KEY (caye). Exemples : “KEY : Low (...)

7L’étymologie du mot ? Selon toute vraisemblance, les “cayes”, récifs, coraux et bancs de sable qui font échouer les navires et les retiennent immobilisés. Une floraison d’ilots dans l’Atlantique portent des noms parents : les “Gris Cays” dans les Caïques, au sud des Bahamas, “Les Cayes”, port de Haïti, les “Florida Keys” malgré l’orthographe analogique13, les iles “Cayman”, les “Cayos Miskitos” dans la mer des Antilles et les nombreuses “Cayes” qui enserrent la Guadeloupe. La carte de Mercator (1620) en signalait déjà. Le Trésor de la langue française du Québec nous a communiqué de nombreuses attestations de cayes, cailles, caies, sur le pourtour de la Nouvelle France. Ces mots sont usités “dans les régions en aval de Québec avec le sens de rocher à fleur d’eau” (S. Biais, Apport de la toponymie ancienne aux études sur le français québécois, Québec, 1983, p. 30). La dénomination cayen viendrait-elle de là et non d“‘Acadien” ? Il se pourrait : à la suite de CAYE, le répertoire toponymique du Québec mentionne l’Anse des Cayens, la Pointe des Cayens, le lac Cayen. Les “cayens”, pécheurs cotiers, se méfient des “cayes” : “Il savait où gisaient le moindre récif, le plus petit banc de sable, les cayes les plus inoffensives” (Faucher de Saint-Maurice, A la Brunante, Montréal, Duvernay-Dansereau, 1874, p. 180).

  • 14 A. FRANKLIN, Dictionnaire historique des arts et métiers et professions, Paris, éd. Welter, 1906 ; (...)

8Furetière (1690) glosait CAYE par “banc de coraux”. Des dictionnaires de l’ancien français retiennent pour cai masculin comme pour caie féminin, termes du 12ème siècle, l’acception ‘banc de sable’. Ils ne font en cela que suivre le FEW qui glose cay par “sandbank”. Caye, cayenne : lieu d’échouage ? Une fiche d’étude, communiquée par J. de Bazin à R.-L. Wagner, apporte d’autres renseignements concordants. A. Franklin fait de cayenne un terme de marine : “caserne servant aux marins qui attendent une destination… Vieux bateau installé en caserne flottante” et de citer Du Cange et le “guet des caennes”. Ce faisant, il reprend la définition de Bonnefoux et Paris (1848) : “Vieux vaisseau installé en caserne flottante pour des marins qui attendent une destination. Ce nom est, par suite, également donné à un édifice à terre destiné pour le même usage ; c’est, de même, un lieu de dépot.”14.

  • 15 Luc BENOIST, Le compagnonnage et les métiers, Paris, P.U.F., 1970, p. 122 (Coll. “Que Sais-je ?”). (...)

9En face de cette mine d’attestations d’une source en Caye à la fois très ancienne et très présente, les autres hypothèses d’origine font, il faut l’avouer, pâle figure. La notion de ‘limite’ introduite par Littré ne correspond à rien ; dire que la cayenne est le bateau qui reste “à quai” ne fait que reculer le problème, car imaginer pour “quai” une correspondance avec la formation celtique *caio, qui signifierait ‘maison’ (J. Picoche) ou ‘haie’ (A. Dauzat) est une conjecture sémantique presque aussi gratuite que l’intervention d’un bas-latin improvisé *caya (‘haus’ selon le FEW), qui serait une altération (?) de casa ‘maison’ (Larousse Encyclopédique et L. Benoist)15.

  • 16 On retrouve plusieurs fois ce terme dans la poésie du créole SAINT-JOHN PERSE : “La brise de mer es (...)
  • 17 Un bagne existait à Rochefort sous la Restauration (créé en 1767), mais PERDIGUIER ne parle pas de (...)
  • 18 L’origine de cet esponton reste obscure. Croisement ou métonymie ? On peut y voir, comme nous le fa (...)
  • 19 D’ après B. CACERES, Regards sur les métiers du bàtiment, Paris, éd. du Seuil, 1955, p. 112 (Coll. (...)
  • 20 D’après J.-P. BAYARD, Le Compagnonnage, p. 201.

10En fait, derrière le charentais, l’espagnol cayo et le créole caye, qui désigne encore aujourdhui tout simplement recueil16, il est beaucoup plus simple de faire appel à cette source celtique ou pré-celtique attachée à désigner tout rocher à fleur d’eau ou banc d’échouage (cf. A. Dauzat, Dictionnaire étymologique : “Caye, 1638, Beaulieu” ou – édition précédente – “1680, Guillet, banc de coraux”). Nous nous rallions bien volontiers aux conclusions de J. de Bazin, lequel écrit : “Le départ serait Caye, banc de sable, comme témoignent d’un coté les dénominations charentaises et d’autre part l’usage créole qui est plus ou moins fils des patois charentais”. Mais nous insisterons moins que lui sur l’idée de prison flottante, qui semble, avec le bagne inventé par Colbert en 1669, s’être greffée postérieurement et de façon annexe17 ? Le mot ponton lui-même n’est aucunement déprécié dans ses emplois anciens, avant d’être annexé par la chiourme (Toulon, 1748) : ainsi, qu’est-ce qu’un esponton dans le code du Devoir de Liberté ? Un ouvrier marginal, ni compagnon reçu, ni même aspirant, celui qui est tenu ou se tient en dehors des cayennes compagnonniques, un “révolté” (P. Moreau), un “isolé” (A. Perdiguier)18. Signalons enfin, parmi ces évocations maritimes, que mousse est le nom donné à l’apprenti terrassier19 et que le “carré”, passeport compagnonnique, porte aussi les surnoms de navire ou de bateau20.

  • 21 Les Compagnonnages en France du Moyen-Age à nos jours, 1966. De même on attribue pour terres d’élec (...)
  • 22 D’après G. CRANCE, “Le compagnonnage ouvrier”, Combat, 22 février 1969, p. 9. Un charpentier a été, (...)
  • 23 “La Grève” est un toponyme important dans la carte de la “Charente Inférieure” établie par V. MALTE (...)

11Des données géographiques françaises viennent compléter l’argumentation. J. De Bazin, comme R.-L.Wagner, parle des Charentes. De fortes raisons inclinent à examiner les lieux-dits de près. On sait que la Charente-Maritime est la terre d’élection légendaire des charpentiers, qu’ils soient de grande ou de petite cognée, de gros œuvre ou de menu bois, “comme tout le Sud-Ouest”, ajoute E. Coornaert21. Les tout premiers charpentiers n’auraient-ils pas été initiés dans “la plaine de Cayenne” (B. Caceres), près de Rochefort ? Une ancienne chanson, dont nous n’avons pu retrouver le texte, raconte l’arrivée en diligence, du port de Rochefort, du fameux Père Soubise, le maitre mythique des charpentiers22. Or n’existe-t-il pas justement, face à Rochefort, mais dans le canton de Marennes, un village du nom de Soubise ? N’est-ce pas dans les mêmes parages que l’on atteste l’existence de cette bande de littoral appelée encore “La Cayenne” ? Nous avons aussi visité et photographié les “Cayennes” de Brouage, de Boyardville, de Château d’Oléron, de Saint Sulpice. Toujours le même site, en bord de mer, une embouchure, un lieu d’épaves ou de marais salants, où l’eau remonte sur la grève sans submerger la cayenne. Les deux mots doivent forcément se rencontrer. N’existe-t-il pas un lieu-dit “La Grève”, dans la presqu’ile d’Arvert, en bord de Seudre entre les deux Cayennes de Marennes et celle de La Tremblade23 ? Voilà bien des noms celtes ou pré-indoeuropéens qui convergent ! Le jeu toponymique pourrait fort bien, avec un peu d’imagination logique, se clore ainsi : une tradition des anciens charpentiers (nommés soubises) était de venir chercher formation et embauche dans ce coin de France, arpentant la grève autour des cayennes du littoral. Il y a ceux qui restent “sur le sable” des sans-travail et ceux qui ne sont pas reçus dans la cayenne (les espontons) ; ceux que le rouleur, chargé du rôle d’embauchage et d’apprentissage, a réussi à placer… Substrats à témoignages tenaces ou simples coïncidences, phénomènes d’étymologie populaire, reconstructions a posteriori plus ou moins fantasmées ? Il est délicat de se prononcer. Convenons en tout cas que légendes des Devoirs, noms de lieux anciens encore attestés et hypothèses d’origine se répondent harmonieusement.

  • 24 Certains lexiques particularisent ainsi grève et grave : “GRAVE : partie du rivage couverte de gros (...)

12Il est un point d’acquis. La grève n’est pas le privilège exclusif de Paris. Il suffit, pour s’en convaincre davantage, de parcourir les villages en quête des toponymes construits sur “grève”, “grée”, “gréou”, “grave”, “grava” (en occitan), “gravelle”, “gravon”, “groue”, “groie”… (douze colonnes dans le tome 4 du FEW ne suffisent pas à épuiser le lot des formes issues de grava). On fait ainsi une ample moisson. En bord de mer certes : témoins tous ces “Grèves” des Cotes du Nord et tous ces “Graves” en Gironde…24. Mais bien d’autres exemples se rencontrent, quand on remonte les cours d’eau, vers l’intérieur des terres : ainsi les “Grèves” d’entre Saintes, Niort et Rochefort. Avec ces toponymes, nous passons du littoral marin aux pays de rivière. On a pu y faire grève aussi pour trouver du travail.

  • 25 GAVE : “cours d’eau rapide” (in MALTE-BRUN, tome 3, “Basses Pyrénées”, p. 4). L’auteur assure que, (...)
  • 26 “La gavotte, au pays de Loire, était une danse de mariniers ; en pays d’Alpes danse des habitants d (...)

13Il s’agit non plus des soubises mais des gavots. Tous les dictionnaires étymologiques, à la suite de Von Wartburg, rattachent la série gave, gaver, gavache, gavot et gavotte à une base celtique ou pré-celtique gab-Igav-, qui désignerait primitivement la gorge. Les “gavots” seraient les goitreux des montagnes sans iode ! Nous sommes loin des charpentiers puis des menuisiers que le terme désigne aussi. Mais pourquoi un gave ne serait-il pas tout bonnement ce qu’il est aujourdhui, une rivière de montagne25 ? Et les gavots ceux qui vivent d’elle ou autour d’elle ? La gavotte n’était-elle pas, des Alpes à la Bretagne, une danse de mariniers26 ?

  • 27 La Lozère fait partie de la zone réduite du domaine d’Oc où l’on trouve des palatalisations du G et (...)
  • 28 GAVACHOS : “terme de mépris que par la suite ils ont étendu à tous les français”. Les Gabales aux t (...)
  • 29 Cité par V. RUSU, “Prov. Gavot, témoin d’une rivalité géographique humaine”, Revue roumaine de ling (...)

14Les mots en gab-lgav- sont demeurés nombreux dans le Sud-Ouest, où B et V commutent à loisir : Gave se dit en latin médiéval Gabarus et en basque Gabarra (Gabarus Oleronensis, Gabarus Palensis : gaves d’Oléron et de Pau) ; Gavarret, dans le Gers, répond à Gabarret, dans les Landes (“arra” serait le suffixe ibère de l’eau courante). Commutation identique en Lozère, le pays des Gabales (ou montagnards), le “pagus Gavaldanus” (gabalitanus) devenu le Gévaudan27. N’est-ce pas ces Gabales, pillards redoutés, que les Espagnols avaient les premiers appelés gavachos28 par addition d’un suffixe péjoratif ? Mistral, dans son Trésor du Félibrige, se fait l’écho de péjorations identiques : “Gavot, gabot, gavouot, gavouet… Homme grossier, rustre, ladre, sobriquet que l’on donne en Provence aux montagnards des Alpes et dans le Languedoc à ceux de la Lozère…” et ajoute parmi d’autres désignations celle de “compagnon menuisier ou charpentier qui n’appartient pas à la société du ‘Devoir’…”29.

  • 30 Cf. J.-P. CHABROL, La Chatte rouge, Paris, Gallimard, 1976, p. 214 (coll. “Folio”).
  • 31 R. BARTHE, Lexique occitan-français, Paris, 1972, p. 109 (coll. des amis de la langue d’oc).
  • 32 G. CRANCE, p. 8-9. A. Perdiguier ne transmettrait-il pas une très ancienne tradition étymologique l (...)
  • 33 M. DELAFOSSE, La Rochelle et la Cote Charentaise, La Rochelle, éd. Mélusine, 1960, p. 70. A Oléron, (...)
  • 34 De gave (gros torrent) viendrait ainsi le verbe gaver (faire avaler) et non l’inverse. Contrairemen (...)
  • 35 M. BERTOLDI : “Gava”, in Studi etruschi, Florence, 1929, tome 3, p. 293 et sq.

15On retrouve aujourdhui cette lignée lexicale non seulement en Lozère, où l’on appelle encore gavots certains travailleurs saisonniers30, mais aussi dans toutes les Pyrénées – gavach en occitan signifie toujours ‘montagnard’ et ‘rustre’31 – ainsi que dans les Cévennes ou l’arrière-pays niçois (les “Pays Gavot”), dans les Alpes (Jabron ?) ou encore dans les pays de Loire : gavots, gabords et gavottières désignent toutes sortes d’embarcations utilisées sur la Loire32. Et revenons en Charente avec la rivière Gaveronne, et les gabarres ou gabares qui descendaient jusqu’au 17ème siècle la Charente, chargées de cognac33. Gab-, gav- sont donc plutôt signes de riverains montagnards que de goitreux ; ainsi gavot a pu désigner à l’origine, contrairement à l’hypothèse du FEW, l’homme des gorges et non la gorge de l’homme34. Gav- est bien, là aussi, cet hydronyme pré-indoeuropéen qu’a décrit Bertoldi et dont l’aire d’extension va au moins jusqu’en Toscane35. Mais comment gavot, le montagnard en quête d’emploi, a-t-il descendu la rivière haute, vers la vallée et ces “grèves” ou “graves”, où le courant se ralentit et dépose ? Avec les flottages de bois et les “compagnons de rivière”.

  • 36 G. CRANCE, p. 8-9.
  • 37 MALTE-BRUN, “Landes”, p. 21.
  • 38 Cf. J. GIONO, Le chant du monde, éd. Pléiade des Œuvres romanesques complètes, tome 2, p. 1284, not (...)

16Il est un fait qu’en langue compagnonnique, le plus anciennement appelé gavot a été le “compagnon de rivière”, flotteur ou sécheur de bois puis “fendeur”, ou encore le “menuisier de marine”, réparateur de bateaux en eau douce36. La grève fluviale fut le lieu de rencontre des bois et des travaux, des flotteurs et des charpentiers, autre point de prédilection pour l’embauchage. Ainsi, Peyrehorade, à la sortie du réseau des Gaves de Pau et d’Oloron, était encore au 19ème siècle “l’entrepôt des bois de marine que l’on exploite dans les Pyrénées”37. Ainsi, à hauteur de Gap, les flottages descendaient la Durance38

  • 39 Signalons en passant que le toponyme cayenne n’est pas réservé au littoral marin. On le trouve par (...)
  • 40 D’après A. FRANKLIN, cité par B. CACERES, op. cit., p. 36. – J.-P. BAYARD date la première rupture (...)
  • 41 En 1254, Maitre FOULQUE nommait charpentiers “tous les ouvriers qui ouvrent le bois ou merrien avec (...)

17Mais le temps coule aussi. Des cayennes ou cabanes aménagées au bord du fleuve39, on passe à la cayenne de grande ville qui n’est plus un ponton mais un hôtel pour compagnons. Lié jusque-là à la montagne et à la rivière, gavot s’en détache dès le Moyen-Age pour désigner le charpentier, puis seulement le menuisier (et le serrurier), lorsque, vers le milieu du 14ème siècle, les “maitres de la hache” ou “charpentiers de grande cognée” se sont séparés de ceux qui faisaient des ouvrages plus menus40 : les menuisiers se sont alors opposés aux charpentiers, et l’aire référentielle de ce dernier terme s’en est trouvée peu à peu réduite41.

  • 42 C’est encore la version avancée par L. BENOIST (Le compagnonnage et les métiers, p. 31-32).
  • 43 Article “Compagnons du Tour de France”, in L’ingénieur constructeur, E.T.P., Paris, janvier 1969, n (...)

18On a longtemps imaginé, pour l’origine de cette scission, que la rupture entre catholiques et protestants se serait étendue jusqu’aux compagnonnages42. Elle semble, en réalité, plus ancienne et d’ordre professionnel : les gavots se sont opposés aux soubises restés auprès des devoirants, ou fidèles au “Saint Devoir”, se répartissant entre eux les travaux du bois. Et on reconnaît aujourdhui que le clivage religieux est toujours resté assez factice entre d’une part chiens et drilles (les ‘hommes du chêne’) de Maitre Jacques et de Soubise, réputés catholiques, et d’autre part renards et gavots de Salomon, protestants ou agnostiques de ce “Devoir de Liberté” qui finit par les réunir entre 1793 et 1804. J.-P. Bayard conclut à juste titre : “Les gavots étaient principalement des menuisiers protestants. Mais il faut redire que cette classification est bien factice, puisqu’un Devoir, dans sa totalité, n’a jamais été ou catholique ou protestant43”.

19Quoi qu’il en soit, dans le clan des “devoirants” comme dans celui des “libertins”, les travailleurs se divisent en deux parts : il y a ceux qui rejoignent une loge de chantier ou une “boutique” et ceux qui restent “en grève”, sans emploi. Sans doute ne battaient-ils plus la plage autour de la cayenne aménagée pour eux ; mais, pour tous, la grève a pu être le nom primitif de leur attente.

  • 44 Cité par J. HEERS, Le travail au Moyen Age, P.U.F., 3ème éd., 1975, p. 86-87 (Coll. “Que sais-je ?” (...)

20Deux problèmes restent pourtant en suspens. Pourquoi le mot grève n’est-il plus senti, et encore moins revendiqué, comme terme d’origine compagnonnique, à l’instar des soubise, cayenne, routeur, gavot, esponton, devoirant, bon drille, renard que nous venons d’évoquer ? Pourquoi une telle absence d’attestations anciennes, même dans les textes qui ont trait aux compagnons et, inversement, cette floraison tardive à Paris ? Les raisons en sont simples, mais occultées par la disparition de tout document. Les cayennes ont, pendant des siècles, brûlé leurs archives, très régulièrement et cérémonieusement – et des enrôlements primitifs il ne reste rien –. Lorsque commencent les témoignages écrits, depuis longtemps elles avaient toutes quitté les grèves… Il ne restait de sable et de gravier que sur les “places communes” des grandes villes, en particulier dans ce quartier parisien du bord de Seine où se rassemblaient les chômeurs, officiellement nommé La Grève en 170344.

21A cette séparation géographique des cayennes urbaines et des grèves de sable originaires s’ajoute sans doute ce fait capital pour la mémoire des mots : les compagnons des devoirs, gens de “cayenne”, se sont de plus en plus opposés aux espontons, gens de “grève”. Leurs embauches avaient divergé. Aussi ce dernier terme a-t-il pu se trouver exclu du lexique compagnonnique avec les exclus du compagnonnage.

  • 45 Y. M. BERCE, Croquants et Nu-pieds, Paris, Gallimard, 1974, p. 54 (coll. “Archives”).

22En effet, vu la multiplication des nouveaux métiers et des ouvriers non affiliés aux anciens devoirs, les migrations du Tour de France n’ont très vite concerné qu’une minorité de compagnons dans le monde du travail. Les points d’embauche, multipliés eux aussi sur toutes les “places communes”, ont échappé au contrôle des rouleurs. “Damnations”, “interdits” d’atelier et “tries” ne rendaient plus que dans les anciennes industries de la pierre et du bois, ainsi que dans l’imprimerie. Il a dù donc se produire, et cela sans doute dès le Moyen-Age, une séparation humaine de plus en plus grande entre la cayenne, maison d’accueil et de placement du compagnon protégé, et la grève, place d’embauché ouverte à toute exploitation. Simple hypothèse, sans preuve décisive ? Pas tout à fait. N’appellerait-on pas déjà grève au 14ème siècle ces “places accoustumez à louer les ouvriers pour eux louer à ceux qui mestier auront” (Jean Le Bon, 1354) ? Plus largement la grève, place commune, ne devient-elle pas le lieu du rassemblement populaire par excellence ? Y. M. Berce signale en Bretagne, lors de la révolte des Bonnets-Rouges (1675), l’expression “caporal de la grève” comme substitut – semble-t-il – de capitaine de paroisse45. Des attestations d’emplois anciens de grève au sens de place d’embauche (non parisienne) seraient évidemment les bienvenues pour corroborer notre hypothèse.

  • 46 Du verbe toper. L. BENOIST : “Dialogue ou questionnaire rituel qui s’établissait lors de la rencont (...)
  • 47 MARTIN-NADAUD (ouvrier maçon), Léonard…, p. 76-77.

23Il faudra le 19ème siècle et son paupérisme forcené, la concentration des entreprises et la division du travail, pour que, avec la concurrence de la main-d’œuvre paysanne exodant vers la ville, la sujétion ouvrière et les crises de manque de travail atteignent de plein fouet soubises et gavots. Ils se battent entre eux, au cours de “topages” sanglants46 ; ils mènent la vie très dure aux espontons. Rien pourtant n’empèchera le compagnon du bàtiment de venir grossir, mème muni d’un viatique par sa cayenne, la cohorte des autres chomeurs, soumis aux marchandeurs et attirés par l’industrialisation urbaine, sans formation, ni protection, ni organisation, quètant leur pain avec le travail. La Grève de Paris : le nouveau marché des esclaves. C’est un compagnon de 1833 qui nous le certifie : “… Des camarades du garni m’apprirent que les travaux allaient très mal. Certains d’entre eux m’affirmèrent qu’ils n’avaient pas fait une seule journée pendant la durée de l’hiver. Le lendemain, à la première heure, je me rendis à la Grève, j’acquis aussitot la certitude que les renseignements qui m’avaient été fournis la veille n’avaient rien d’exagéré. Cette place de grève, dernier vestige de l’ancien marché aux esclaves de l’Antiquité, était bondée d’hommes hàves et décharnés, mais s’accommodant sans trop de tristesse de leur situation de meurt-de-faim. On les voyait grelottant de froid sous de mauvaises blouses ou des vestes usées jusqu’à la couture, trépignant des pieds sur le pavé pour se réchauffer un peu…”47.

  • 48 “A partir du 14 avril 1848, la grève est et demeure fixée chez M. DURAND, marchand de vins, rue Qui (...)
  • 49 Le mot gréviste serait, d’après les dictionnaires étymologiques, une création de CHATEAUBRIAND, app (...)
  • 50 Assemblée nationale, 15 juin 1848. Cité dans Histoire de la Révolution de février] 848, du Gouverne (...)

24Nous voici de retour au point de départ. Le paupérisme du 19ème siècle a ramené de force les compagnons à la grève, mais c’est une grève sans cayenne, n’importe où, au coin de la rue, sur le pavé ou le carreau, au mieux chez le marchand de vin48. C’est également le paupérisme qui, en brusquant les choses, a fait évoluer le mot, de l’attente d’embauché à la révolte contre des salaires trop bas, du chomage subi à la réinvention des interdits organisés. Dès la première moitié du 19ème siècle, grève passe insensiblement des “misérables” aux “grévistes”49. Le financier Goudchaux, en 1848, n’y retrouve plus ses chomeurs : “Je ne crains pas de le dire ici, la grève, à cette époque-là, avait toutes mes sympathies ; elle était forcée, elle était obligatoire… Supposez que des grèves deviennent volontaires… on viendra faire grève et on dira : Nous ne voulons pas travailler quoique nous ayons du travail. Je le déclare, cette grève-là n’a plus ma sympathie… Ainsi je distingue la grève d’avant le 24 février et la grève d’après le 24 février, non que je veuille dire que celle d’aujourdhui soit une grève simulée ; j’ai établi la souffrance du commerce, de l’industrie en général ; il y a des grèves nombreuses, forcées aujourdhui, auxquelles il est du devoir du Gouvernement… d’apporter d’amples secours…”50.

25Grève forcée, grève simulée, grève volontaire, grève douteuse, ainsi les armes de l’exploitation se retournent, et les mots prennent la mesure de l’évolution des rapports de force.

Notes

1 Une première version de cette étude a paru dans Néologie et Lexicologie. Hommage à Louis Guilbert, Paris, Larousse, 1979, p. 207-216, sous le titre “Grève, cayennes et gavots : hypothèse de reconstitution des origines”.

2 Selon le Glossaire étymologique de l’Argot de L. SAINEAN, sable apparait avec la signification de “misère” dans Cartouche ou le vice puni de GRANVAL (édition de 1827).

3 Quelques citations sur le manque de travail en 1848 montreront la corrélation usuelle qui existe à cette époque entre l’absence de travail, le pavé, le carreau, la grève et le sable de la misère : “Vos ouvriers, nous les renverrons de nos ateliers, nous les jetterons sur le pavé…” (Contre-manifestation patronale du 9 mars 1848) ; “La grève, telle qu’elle existe avec la voùte du ciel pour abri et le pavé pour tapis, est un scandale” (Mémoire d’A. LEULLIER au Luxembourg, proposant des “grèves”, ou “bourses” officielles d’embauché) ; “toutes les grèves, c’est-à-dire les réunions d’ouvriers sans travail” (E. BLANC, janvier 1848) ; “Le trop-plein des travailleurs sur le pavé” (F. MARCEILLE, 25 mai 1848) ; “La place de l’Hotel de Ville, grève des maçons, la place du Chàtelet (peintres), la rue du Petit-Carreau et nombre d’autres sont le théàtre de ces rassemblements (de chomeurs)” (A. LEULLIER, 1er mémoire, 1846). Voir à ce sujet l’étude suivante : “La loi dans la langue, loi de langue”.

4 “J’appris en 1833 la signification du mot “battre les gravats”. On dit qu’un ouvrier du bàtiment bat les gravats quand il n’a pas le sou…” (MARTIN-NADAUD, Léonard, maçon de la Creuse, Paris, éd. Maspero, 1976, p. 81 /1ère éd. 1895/).

5 Un “battant aux champs”, un “trimard”, c’est un compagnon affilié qui repart, sa tàche finie, vers une autre tàche (il s’oppose alors au “travailleur en ville”). Un mot sur trimer qui signifiait à l’origine “cheminer” (cf. Le Jargon ou Langage de l’Argot reformé (1628), rééd. Slatkine reprints, 1968, p. 12) et veut dire en argot moderne “travailler dur” : n’est-il pas témoin d’une liaison permanente entre le chemin et le travail ? Le trimardeur de l’argot, ou vagabond à emplois épisodiques, est un sous-produit dégénéré de cette liaison.

6 Témoin LITTRE : “Faire grève, se tenir sur la place de Grève en attendant de l’ouvrage, suivant l’habitude de plusieurs corps de métiers parisiens”. Un arrêt du Chàtelet définit en 1700 la place de Grève comme “lieu d’assemblée pour trouver des compagnons et les mettre au travail”.

7 G. LEFRANC, Grèves d’hier et d’aujourdhui, Paris, Aubier-Montaigne, 1970, p. 269-270 : “Le terme grève vient-il de la Place de Grève ?”.

8 L’origine de ce grief n’a rien à voir avec le sable. Il s’agit soit de l’adjectif substantivé du latin populaire greve(m) (lat. gravem, lourd), soit d’un déverbal de grièver, grever (lat. gravare, accabler).

9 Cité dans F. A. AULARD, Paris sous le premier Empire, Paris, éd. du Cerf, Noblet-Quantin, 1912, t. I, p. 801. Une attestation plus ancienne a été recensée : cf. l’étude suivante.

10 Cf. A. DAUZAT, La toponymie française, Paris, Payot, 1971, p. 79, 83, 86, 94. Sonorisation gauloise du c > g et dissimilation de la première voyelle par le “a subséquent” dans les dérivés gaulois de car-. Reprise des hypothèses de P. FOUCHE sur la base *Kara-/*Kala-.

11 Cité par R. GOSSEZ, Les Ouvriers de Paris, Bibliothèque de la Révolution de 1848, tome 24, La Roche-sur-Yon, 1967, p. 279.

12 “Le Tour était lié aux itinéraires des grands fleuves” (H. DELIGNY, “Compagnons, devoir et Tour de France”, Le Monde, 21 avril 1973).

13 Les dictionnaires anglais sont unanimes à distinguer KEY (clé) et KEY (caye). Exemples : “KEY : Low island or reef (from Spanish cayo)” (The Concise Oxford Dictionary, 4ème édition, London Press, 1959) ; “KEY : Caye, ilot à fleur d’eau” (Harrap’s New Shorter French and English Dictionary, Paris, Bordas, 1972). CAYO, “shoal” ou “submerged bank” dans l’Oxford, est glosé dans le REW par “Klippe”, brisants.

14 A. FRANKLIN, Dictionnaire historique des arts et métiers et professions, Paris, éd. Welter, 1906 ; BONNAFOUX, PARIS, Dictionnaire de la marine à voile (1848), rééd. Paris, La Fontaine du Roy, 1987, p. 170.

15 Luc BENOIST, Le compagnonnage et les métiers, Paris, P.U.F., 1970, p. 122 (Coll. “Que Sais-je ?”). Etymologie encore reprise dans la thèse de J.-P. BAYARD, Le compagnonnage en France, Paris, Payot, 1977, p. 23, p. 91, et dans J. WATELET, Histoire du compagnonnage, Genève, Famot, 1982, tome 1, p. 56.

16 On retrouve plusieurs fois ce terme dans la poésie du créole SAINT-JOHN PERSE : “La brise de mer est sur les cayes” (Amers). Toponymes français : Cayeux-sur-Mer (Somme), Cayeux (Oise, 1230)…

17 Un bagne existait à Rochefort sous la Restauration (créé en 1767), mais PERDIGUIER ne parle pas de Cayenne pour les forçats. Il réserve ce terme, noble pour lui, au logis de la Mère des charpentiers. Cf. Mémoires d’un compagnon, Paris, Coll. 10/18, éd. UGE, 1964, p. 181 (1ère éd. 1854). A noter que Cayenne en Guyane ne devient pénitencier officiel qu’avec le décret du 27 mars 1852 et la loi du 30 mai 1854 (cf. M. DEVEZE, Cayenne, déportés et bagnards, Paris, 1965).

18 L’origine de cet esponton reste obscure. Croisement ou métonymie ? On peut y voir, comme nous le faisons, l’exclu du ponton, mais aussi celui qui reste sur la rive (esponte < sponda), ou encore le mutin qui brandit la dague ou le sabre d’abordage (esponton < spontone). Quoi qu’il en soit, “faire esponton” signifie chasser de la cayenne (P. Moreau, 1843).

19 D’ après B. CACERES, Regards sur les métiers du bàtiment, Paris, éd. du Seuil, 1955, p. 112 (Coll. “Peuple et Culture”).

20 D’après J.-P. BAYARD, Le Compagnonnage, p. 201.

21 Les Compagnonnages en France du Moyen-Age à nos jours, 1966. De même on attribue pour terres d’élection, le pays Nantais aux cloutiers, la Creuse aux maçons et aux “limousinants” (bàtisseurs en meulière) – mais on trouve aussi “La limouzinière” dans le pays Nantais –, etc.

22 D’après G. CRANCE, “Le compagnonnage ouvrier”, Combat, 22 février 1969, p. 9. Un charpentier a été, jusqu’au 19ème siècle, appelé un soubise.

23 “La Grève” est un toponyme important dans la carte de la “Charente Inférieure” établie par V. MALTE-BRUN en 1882. (In : La France illustrée, 148, planche 17, éd. J. Rouff, Paris). On retrouve, mais minorisés et légèrement déplacés, ces noms dans une carte au 50 000e établie par l’Institut Géographique National. Quatre lieux-dits s’y font face, au bord de la Seudre : la Grève, la Cayenne, Gravat et la Petite Cayenne.

24 Certains lexiques particularisent ainsi grève et grave : “GRAVE : partie du rivage couverte de gros galets” ; “GREVE : plage de sable mélangé de gravier” (R. GRUSS, Petit dictionnaire de marine, Paris, Editions maritimes et coloniales, 1952, p. 100 et 134).

25 GAVE : “cours d’eau rapide” (in MALTE-BRUN, tome 3, “Basses Pyrénées”, p. 4). L’auteur assure que, même non navigables, les gaves sont flottables, donc propres au travail des premiers “gavots”.

26 “La gavotte, au pays de Loire, était une danse de mariniers ; en pays d’Alpes danse des habitants de Gap” (G. CRANCE, p. 8-10). Mais gavotte ne peut venir de Gap. “Danse des Gavots”, dit le Bloch-Wartburg.

27 La Lozère fait partie de la zone réduite du domaine d’Oc où l’on trouve des palatalisations du G et du C initiaux devant A. Gavaldanus, qui donne Gévaudan en Lozère, donne Gavardan dans les Landes (ancien pays de Gabarret, cf. MALTE-BRUN, tome 14, “Landes”, p. 16). On trouve aussi Gavaudun, près de Villeneuve-sur-Lot.

28 GAVACHOS : “terme de mépris que par la suite ils ont étendu à tous les français”. Les Gabales aux terres pauvres descendaient en bandes pillardes jusqu’en Aragon (cf. MALTE-BRUN, tome 3, “Lozère”, p. 13). – Ils fournissaient la main-d’œuvre “pour les bas métiers auxquels répugnait la fierté castillane” (GODEFROY, tome 4, p. 248). – “GAVACHE. Mot espagnol qui veut dire coquin, misérable et sans cœur” (RICHELET, 1680). Ce terme apparait chez Rabelais. – Nous voilà bien loin des goitreux, qu’on appelait plutôt cagots en Pyrénées (d’après MALTE-BRUN).

29 Cité par V. RUSU, “Prov. Gavot, témoin d’une rivalité géographique humaine”, Revue roumaine de linguistique, 28-3, mai-juin 1983, p. 250-251).

30 Cf. J.-P. CHABROL, La Chatte rouge, Paris, Gallimard, 1976, p. 214 (coll. “Folio”).

31 R. BARTHE, Lexique occitan-français, Paris, 1972, p. 109 (coll. des amis de la langue d’oc).

32 G. CRANCE, p. 8-9. A. Perdiguier ne transmettrait-il pas une très ancienne tradition étymologique lorsqu’il fait dériver gavot de gavotage, type de radeau… ou train de bois ?

33 M. DELAFOSSE, La Rochelle et la Cote Charentaise, La Rochelle, éd. Mélusine, 1960, p. 70. A Oléron, signalons encore le Pont de la Gabarre d’où s’embarquait justement l’eau de vie (L. DESGRAVES, L’ile d’Oléron, p. 65). – “Des gabares à fond plat descendaient les bois de pays, les pierres, les eaux de vie, les produits des ateliers d’Angoulème – papiers ou canons – et remontaient le sel, le poisson ou les bois exotiques” (Poitou, Char entes, Vendée, Paris, Larousse, 1972, p. 43).

34 De gave (gros torrent) viendrait ainsi le verbe gaver (faire avaler) et non l’inverse. Contrairement à ce que semblaient poser les étymologistes, la métaphore irait dans le sens rivière -> homme, comme c’est le cas pour “avaler” (descendre vers l’aval), et non dans le sens homme -> rivière, comme ce pourrait être le cas pour la racine garg-, gorge.

35 M. BERTOLDI : “Gava”, in Studi etruschi, Florence, 1929, tome 3, p. 293 et sq.

36 G. CRANCE, p. 8-9.

37 MALTE-BRUN, “Landes”, p. 21.

38 Cf. J. GIONO, Le chant du monde, éd. Pléiade des Œuvres romanesques complètes, tome 2, p. 1284, note 1 de la page 192. Des rivières qui rejoignent la Durance sont dites encore, au siècle dernier, “flottables à bûches perdues” (MALTE-BRUN, “Basses-Alpes”, t. 16, p. 4-5).

39 Signalons en passant que le toponyme cayenne n’est pas réservé au littoral marin. On le trouve par exemple en amont de Melun, appliqué à un méandre sableux de la Seine qui fait coude dans la forèt de Fontainebleau (cf. carte au 100 000e de l’I.G.N. n° 21, Paris-Montargis). Mème genre de site pour Les Pontons face à Joigny sur l’Yonne au sortir de l’antique forêt d’Othe, autre haut lieu compagnonnique.

40 D’après A. FRANKLIN, cité par B. CACERES, op. cit., p. 36. – J.-P. BAYARD date la première rupture entre charpentiers et menuisiers de 1383 (Le Compagnonnage, p. 364). “A la sortie du Moyen-Age, l’art de travailler le bois ne comportait que deux grandes divisions : la charpenterie, ou travail de grosses pièces pour la construction des bâtiments et la menuiserie, ou travail du bois menu, quelle que soit sa destination… ” (A. BITARD, Les Arts et métiers, Paris, éd. J. Rouff, 1886, tome 1, p. 478-480).

41 En 1254, Maitre FOULQUE nommait charpentiers “tous les ouvriers qui ouvrent le bois ou merrien avec un fer tranchant” (J.-P. BAYARD, p. 364). L.-S. MERCIER témoigne encore en 1783 de l’origine professionnelle commune des deux clans : ils sont à cette date nommés ensemble les “fendeurs” : “Les fendeurs, les dévorans, les gavots sont presque inconnus, parce que ces sociétés fondées par la nécessité et le besoin… ont dù se fondre dans un torbillon où l’on ne cherche que la distraction, l’amusement, le goùt du plaisir” (Tableau de Paris, 1783, p. 223).

42 C’est encore la version avancée par L. BENOIST (Le compagnonnage et les métiers, p. 31-32).

43 Article “Compagnons du Tour de France”, in L’ingénieur constructeur, E.T.P., Paris, janvier 1969, n° 132, p. 10). G. CRANCE est de cet avis : “Si les gavots appartiennent au “Devoir de Liberté” (Devoir “libertaire”), personne ne sait plus s’ils sont les ouvriers protestants bannis : gavots = vaudois en Dauphiné, mais alors pourquoi seulement des menuisiers ? ou bien si ces gavots ont pour origine les grévistes d’Orléans, qu’ils soient de 1314 ou de 1401…” (“Le compagnonnage ouvrier”, p. 8-9).

44 Cité par J. HEERS, Le travail au Moyen Age, P.U.F., 3ème éd., 1975, p. 86-87 (Coll. “Que sais-je ?”).

45 Y. M. BERCE, Croquants et Nu-pieds, Paris, Gallimard, 1974, p. 54 (coll. “Archives”).

46 Du verbe toper. L. BENOIST : “Dialogue ou questionnaire rituel qui s’établissait lors de la rencontre de deux compagnons sur la route, dans le but de s’identifier. Du temps de Perdiguier il dégénérait souvent en bagarre, si les compagnons n’étaient pas du mème rite” (Le Compagnonnage et les métiers, p. 126 ; cf. aussi p. 91-92). Témoin, Le Calendal de Mistral.

47 MARTIN-NADAUD (ouvrier maçon), Léonard…, p. 76-77.

48 “A partir du 14 avril 1848, la grève est et demeure fixée chez M. DURAND, marchand de vins, rue Quincampoix, n° 69”. (Tentative de centralisation de l’embauche des plombiers-zingueurs, en 1848, texte cité par R. GOSSEZ, Les ouvriers de Paris, p. 140).

49 Le mot gréviste serait, d’après les dictionnaires étymologiques, une création de CHATEAUBRIAND, apparue sous sa plume en 1821. Mais, dans le texte de la Lettre à Bertin où il apparait, les grévistes sont opposés aux royalistes ; les premiers sont sans doute ceux qui fréquentaient la place de Grève pour assister à l’exécution des seconds… Rien à voir ni avec le chômage ni avec la cessation organisée du travail. Hapax non lié au mouvement ouvrier. Gréviste s’est dit en milieu ouvrier et au sens actuel sans doute au cours des grèves des années 1840. Témoin, MARTIN-NADAUD : “A ce moment [1844], nous étions au plus fort de la grande grève des charpentiers. Pour remplacer les ouvriers grévistes, que fit le gouvernement ? Il ne trouva rien de plus logique que de les remplacer par des soldats” (Léonard…, p. 197).

50 Assemblée nationale, 15 juin 1848. Cité dans Histoire de la Révolution de février] 848, du Gouvernement provisoire et de la République, Faits et documents, Bordeaux, éd. P. Faye, 1849, tome 2, p. 614-616.

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable