Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les méthodes d’analyse d’enquêtes

 | 
Philippe Cibois

Chapitre IV

Les figures de l’analyse des correspondances

Texte intégral

I. – La forme en parabole : effet Guttman

1Une configuration très classique fait que le nuage des modalités se présente, dans le premier plan factoriel (axes 1 et 2) sous la forme d’une parabole.

Figure 14. – Parabole des modalités

2Cette forme en parabole est appelée « effet Guttman » du nom du sociologue Louis Guttman (1916-1987) connu pour ses recherches méthodologiques, en particulier sur les échelles de réponses. Ce genre de configuration se produit quand précisément il y a des liens multiples entre les réponses. Sur le même exemple, qui sera explicité ensuite, on projette le graphe des PEM entre modalités et l’on voit qu’elles sont liées deux à deux par proximité. Pour rendre compte de ces fortes liaisons, l’analyse des correspondances construit un premier axe d’opposition entre très en accord et très opposés, ce qui fait le premier axe, à un deuxième axe qui, artificiellement, oppose les positions extrêmes aux positions moyennes. Il n’y a pas lieu de s’extasier sur cette configuration artificielle qui signale simplement le phénomène d’une forte liaison entre les diverses questions de l’enquête qui est également repérée par la force des premières valeurs propres (ici égale à 0,4 pour le premier facteur, c’est-à-dire largement au-dessus du seuil empirique de 0,1 que l’on a déjà donné comme valeur repère d’une forte liaison).

Figure 15. – Parabole et PEM entre modalités

Figure 16. – Croyances religieuses

  • 1 Guy Michelat, Julien Potel, Jacques Sutter, Jacques Maitre, Les Français sont-ils encore catholique (...)

3La figure 16 est issue d’une enquête réalisée en 1986 sur les rapports entre les Français et le catholicisme1. On voit que le côté droit de la parabole correspond au pôle des catholiques convaincus (l’existence de Dieu est certaine, le baptême des enfants et leur instruction religieuse sont très importants, l’interrogé se dit croyant convaincu, il croit en la Trinité, en la Résurrection du Christ, au Ciel, au Purgatoire et à l’Enfer). Inversement le pôle gauche correspond à l’incroyance, à l’exclusion de Dieu, au rejet de l’importance du baptême et du catéchisme. L’aspect plus intéressant de cet effet Guttman se situe dans le bas de la parabole, dans le passage de la croyance ferme à la croyance incertaine puis au scepticisme. Par exemple on voit que le croyant par tradition, s’il considère que Dieu est probable, se réfugie dans la non-réponse pour le dogme traditionnel (Enfer, Purgatoire, Ciel, Trinité) mais juge encore assez importante la formation religieuse des enfants. D’une manière symétrique, le sceptique, s’il dit non aux mêmes dogmes, se réfugie dans la non-réponse pour la formation religieuse des enfants. Il n’y a que l’incroyant affirmé qui la rejette comme pas importante du tout. L’intérêt de cette échelle de croyance (guttmanienne) est l’éclairage qu’elle permet d’apporter sur la manière dont a été comprise la question d’autodéfinition de la croyance où l’on a demandé si l’intéressé se définissait comme : « Un croyant convaincu, un croyant par tradition, un croyant incertain, un sceptique, un incroyant ». A priori, entre « incertain » et « sceptique », l’écart de sens est faible et l’on pourrait avancer qu’il y a équivalence entre les deux termes. Au vu du graphique, avec le point Croyant incertain le plus en bas, intermédiaire entre la tradition et le scepticisme, on voit bien que les répondants se sont appuyés sur la gradation qui leur était proposée. Il ont bien vu qu’il s’agissait déjà d’une échelle en 5 points du plus croyant au moins croyant où ils pouvaient se positionner d’une manière fine. Cela explique la cohérence des réponses.

4On voit sur cet exemple ce que signifie de parler de questions liées entre elles : cela veut dire qu’ici toutes les modalités de réponses de type croyant convaincu sont prises à peu près par les mêmes individus. Des questions liées entre elles impliquent des répondants typiques : on rencontre fréquemment ce phénomène quand on met dans une même analyse des questions qui se présentent de la même façon dans leur réponses comme « tout à fait d’accord », « assez d’accord », « plutôt pas d’accord » et « pas d’accord du tout ». La routine de la réponse l’emporte et le questionneur, qui n’a pas trop cherché à approfondir son problème, recueille, et c’est justice, une réponse stéréotypée de l’enquêté.

II. – Effets des faibles effectifs

  • 2 Philippe Cibois, « Les pièges de l’analyse des correspondances », Histoire & Mesure, 12 (3/4), 1997 (...)
  • 3 Olivier Donnat, Denis Cogneau, Les pratiques culturelles des français 1973-1989, Paris, La Découver (...)

5Nous avons déjà repéré une figure fréquente de l’analyse des correspondances, celle qui correspond à un faible effectif : il s’agit de la « comète et de sa queue » (chapitre 3, figure 4) où le noyau central correspond à un bloc agglutiné de questions et la queue de la comète à une ou plusieurs modalités à faible effectif. Ce problème est plus général car plusieurs points à faible effectif peuvent entrainer la création d’un plan factoriel qui est tout à fait interprétable mais qui peut être un piège2. On utilise maintenant des données issues de l’enquête sur les pratiques culturelles des français de 19893 dans laquelle on trouve un ensemble de questions portant sur les sorties suivantes effectuées ou non dans l’année précédente : les sorties sont classées par ordre d’importance décroissante ; la population est celle des 4722 adultes de l’enquête ; ce qui est pris en compte est le fait d’avoir effectué la sortie indiquée dans les 12 derniers mois.

Effectif

%

Cinéma

Bal

Discothèque ou boîte

Match

Théâtre

Concert musique classique

Concert de rock

Cirque

Spectacle de danse

Concert de jazz

Opéra

2106

1131

1104

1014

  621

  457

  427

  378

  294

  281

  156

44,6

24,0

23,4

21,5

13,2

  9,7

  9,0

  8,0

  6,2

  6,0

  3,3

6On a donc 11 activités (et les 11 non-activités aux effectifs complémentaires mises en supplémentaires). On éclairera la compréhension du graphique en mettant en variables supplémentaires le sexe, l’âge et le niveau de diplôme du répondant (figure 17).

7On a sur la gauche du graphique un regroupement de sorties à forte charge culturelle : opéra, musique classique, spectacle de danse, théâtre, qui sont pratiquées par un public diplômé de 2e ou 3cycle universitaire (ou grandes écoles).

  • 4 Pierre Bourdieu, La distinction, Paris, Minuit, 1979.

8On distingue à droite une culture de niveau de diplôme peu élevé associant sortie au bal et au match, une culture correspondant à des âges croissants n’excluant pas toute sortie (cirque comme accompagnateur d’enfants), une culture jeune de boîte et de rock, avec le jazz qui sert d’intermédiaire avec les sorties « distinctives ». En effet, si le facteur vertical est lié à l’âge (des plus jeunes aux plus âgés en allant de haut en bas), l’axe horizontal correspond à l’opposition de « distinction » au sens de Pierre Bourdieu4, c’est-à-dire à des pratiques dont le prestige culturel entraîne la rareté et la distinction.

Figure 17. – Sorties effectuées l’année précédente

9Cependant cette rareté a un effet pervers : en effet si l’on procède au comptage des sorties multiples on voit dans le tableau ci-dessous que ceux qui ont fait deux types de sorties ne représentent que 6 % de l’ensemble et que pour trois types de sorties et plus, on arrive à moins de 4 % .

Effectif

%

5 sorties

4 sorties

3 sorties

2 sorties

1 sortie

0 sortie

    12

    51

  114

  283

  637

3625

  0,3

  1,1

  2,4

  6,0

13,5

76,8

Total

4722

100

10Cet effet de distinction peut se présenter du fait de quelques conjonctions entre modalités rares : pour s’en préserver, quelques comptages sous forme de tris-croisés permettent de repérer l’importance numérique de ces co-occurrences. Le cas échéant, la mise en éléments supplémentaires de ces modalités trop rares doit être faite.

III. – Des types-idéaux

  • 5 Philippe Cibois, L’analyse des données en sociologie, Paris, PUF, 1984 : cet ouvrage n’est plus édi (...)
  • 6 Gérard Adam, Frédéric Bon, Jean Capdevielle, René Mouriaux, L’ouvrier français en 1970, Paris, Pres (...)

11On a déjà évoqué le problème plus tôt (chapitre III section V) en montrant qu’un type-idéal manifesté par une analyse des correspondances ne devait pas être considéré comme un type réel. Revenons sur cette question à partir d’un exemple traité antérieurement5: il s’agit d’une enquête sur les ouvriers français faite à la suite des évènements de 19686. En ne prenant en compte que les affiliations politiques et syndicales repérées par la déclaration d’appartenance et le vote pour un parti politique et un syndicat on voit sur la figure 18 une opposition entre :
– un pôle CGT-PC à gauche sur le graphique : appartient et vote CGT, se sent proche du Parti communiste et a voté J. Duclos, candidat du PCF au premier tour des élections présidentielles de 1969, toutes modalités ayant une contribution supérieure à 150 ‰ alors que la moyenne (1000 divisé par 32 modalités) est de 31 ‰ ;
– un pôle gauche non communiste en haut : CFDT, partis de gauche et candidats de gauche ;
– en bas à droite, un pôle de droite : UNR, Pompidou, parti et candidat gaullistes de l’époque.

Figure 18. – Affiliations de l’ouvrier français 1970

12Le paradoxe est que si l’on compte combien d’individus sur un total de 1116 ont les 4 modalités de type PC-CGT (alors que chaque modalité du type représente de 200 à 300 personnes), on n’aboutit qu’à 81 individus, soit 7,3 %.

13Avec les mêmes critères (4 modalités du type) on classe 9 individus en gauche non communiste, ce qui explique pourquoi ces faibles effectifs entrainent un fort éloignement au centre, et 41 individus à droite. On classe donc avec ces types 131 individus sur 1116 soit 11,7 % du total.

14Au vu de ces chiffres on comprend bien en quoi l’analyse des correspondances est un procédé qui produit des types-idéaux et non des types numériquement importants. Pour avoir des effectifs suffisants, il faut suivre le principe déjà évoqué, qui consiste à prendre pour un type approché, l’appartenance à au moins la moitié du nombre d’éléments constitutifs du type, ici 2. Avec ce critère et en prenant des précautions pour ne pas faire de doubles comptes, on peut classer environ 70 % de la population.

  • 7 Bernard Lahire, La culture des individus, Paris, La Découverte, 2004, p. 132-136.

15Bernard Lahire, en reprenant ces résultats7, rappelle que ceci explique pourquoi Pierre Bourdieu utilisait beaucoup l’analyse des correspondances car elle visualisait des types-idéaux qui correspondaient à sa pensée en termes de champs et il critique ce qu’il appelle l’usage paresseux de la méthode idéale-typique. En effet, il montre que, si on fait un comptage soigneux des types de répondants, on s’aperçoit que les dissonances culturelles (c’est le sous-titre de son livre) sont nombreuses et que tel qui va à l’opéra peut tout aussi bien suivre avec passion le Tour de France, ou pire, aux yeux d’une culture légitime intégriste.

  • 8 « Compter ses hommes » était la devise de l’adjudant de compagnie rappelait plaisamment Georges Gui (...)

16Si l’on a bien repéré que l’analyse des correspondances propose des types-idéaux et non des types statistiquement bien attestés, on pourra se servir de cette méthode sans courir le risque de projeter sur la réalité sociale les propres stéréotypes de cette société, en particulier par le biais de ses pratiques distinctives. Pour ce faire il suffit de compter8 en construisant ce que j’appelle des variables idéales-typiques, c’est-à-dire des indicateurs qui comptent combien chaque individu à de modalités du type.

Notes

1 Guy Michelat, Julien Potel, Jacques Sutter, Jacques Maitre, Les Français sont-ils encore catholiques ?, Paris, Éditions du Cerf, 1991.

2 Philippe Cibois, « Les pièges de l’analyse des correspondances », Histoire & Mesure, 12 (3/4), 1997, p. 299-320.

3 Olivier Donnat, Denis Cogneau, Les pratiques culturelles des français 1973-1989, Paris, La Découverte / La Documentation française, 1990.

4 Pierre Bourdieu, La distinction, Paris, Minuit, 1979.

5 Philippe Cibois, L’analyse des données en sociologie, Paris, PUF, 1984 : cet ouvrage n’est plus édité car il ne correspond plus à l’état des techniques actuelles. Je pense en avoir gardé l’essentiel dans le présent ouvrage.

6 Gérard Adam, Frédéric Bon, Jean Capdevielle, René Mouriaux, L’ouvrier français en 1970, Paris, Presses de la FNSP, 1970.

7 Bernard Lahire, La culture des individus, Paris, La Découverte, 2004, p. 132-136.

8 « Compter ses hommes » était la devise de l’adjudant de compagnie rappelait plaisamment Georges Guilbaud : cela reste la devise du sociologue (à condition de compter tout autant les individus de sexe féminin que les personnes de sexe masculin).

Table des illustrations

Légende Figure 14. – Parabole des modalités
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1462/img-1.png
Fichier image/png, 1,2k
Légende Figure 15. – Parabole et PEM entre modalités
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1462/img-2.png
Fichier image/png, 2,4k
Légende Figure 16. – Croyances religieuses
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1462/img-3.png
Fichier image/png, 2,8k
Légende Figure 17. – Sorties effectuées l’année précédente
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1462/img-4.png
Fichier image/png, 1,5k
Légende Figure 18. – Affiliations de l’ouvrier français 1970
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1462/img-5.png
Fichier image/png, 1,9k

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable