Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les méthodes d’analyse d’enquêtes

 | 
Philippe Cibois

Chapitre III

Rechercher des types de répondants avec l’analyse des correspondances

Texte intégral

1Disposant maintenant de l’outil qu’est l’analyse des correspondances, nous allons préciser les règles qui permettent de l’utiliser efficacement. Attention, il s’agit d’un processus cumulatif qui suppose un certain nombre d’essais, de modifications dans le choix des questions, de recodages, de mises en supplémentaires. La technique, comme d’ailleurs toute technique statistique appliquée à des données réelles, suppose une expérience, des règles de l’art que nous allons essayer de communiquer à travers l’exemple que nous allons suivre. Avant d’arriver à un résultat final simple, convaincant, facile à exposer, il faut passer par des étapes où la mise au point relève plus des règles de la bonne cuisine que de l’interprétation des lois statistiques.

2Rappelons où nous en sommes : par la technique de la variable d’intérêt (ici le type d’école), nous avons sélectionné une vingtaine de questions rassemblant près de 200 modalités de réponses, pour le moment toutes actives.

I. – Première analyse : la queue de comète

3Cette première analyse porte précisément sur 192 modalités, toutes actives. Les premières valeurs propres sont standards puisque comprises entre 0,01 et 0,1 (les pourcentages d’explication, qui dépendent pour leur plus grande part du nombre de modalités, ne signifient rien : le plus fort ici n’est que de 4 %).

4Examinons avant toute chose le premier plan factoriel (premier facteur horizontal, deuxième facteur vertical). Le résultat est tout à fait décevant puisque seule une douzaine de modalités apparait, les 180 autres étant superposées au centre.

Figure 4. – La comète et ses queues

5Quand, sur un graphique comme celui-ci, les points sont superposés, il est inutile d’éditer le même graphique avec les noms longs qui donnent du sens aux numéros de modalités. Cependant, pour pouvoir ne serait-ce que lire les numéros des modalités, il faut désintriquer manuellement les points sur le graphique (en général en se servant de la souris). Ces légères modifications de position n’ont aucune conséquence sur l’interprétation. C’est ce qui est fait dans la figure 5 : on s’aperçoit que ces modalités sont de deux catégories :
– les non-réponses : ce sont toutes les modalités qui se terminent par zéro ;
– les modalités à faible effectif (de 1 individu à 12).
Comme il s’agit de modalités qui sont incertaines quant à leur interprétation, elles vont être mises en modalités supplémentaires. Dans le logiciel Trideux, les non-réponses sont par défaut mises en éléments supplémentaires.

Figure 5. – Graphique de la figure 4 rendu plus lisible

6Attention, la même démarche, de mettre en supplémentaires les éléments isolés, doit être faite plusieurs fois avant de faire la « fission » de la comète. Quand on y arrive, la répartition est meilleure mais on a en encore trop de points au centre. Pour rendre le graphique lisible, il faut n’afficher que les points les plus contributifs, en commençant par mettre le seuil à 1, puis 2, puis 5, 10, 20 : arrivé à ce seuil où le graphique devient lisible, on peut redescendre progressivement jusqu’à 15, ce qui donne la première analyse de la figure 6 où une trentaine de points sont représentés.

Figure 6. – Première analyse, contribution minimum de 15 ‰

7Comme des proximités (angle au centre faible) indiquent des attractions entre modalités, commençons par le point le plus en haut à droite du graphique (1ÉducAutonomie) qui indique que la première priorité éducative donnée par la mère est l’autonomie, le fait de rendre responsable l’enfant. C’est un aspect qui a été jugé très important dans le choix du collège (AutonomieClgOui++) alors que la proximité géographique n’a pas été déterminante (ProxiNon) et que le niveau scolaire ne l’a été que moyennement (RéussiteClGOui=). Dans ce type, on a l’impression de ne pas reproduire le modèle éducatif que l’on eu soi-même (ReproÉducPasDuTout), ce qui fait que la première réponse envisagée comme type de sanction (1SanctionAutre) est que les réponses traditionnelles sont repoussées (privation, réprimande, etc.). La compétition sportive n’y est pas favorisée.

8Les frontières du type ne sont pas nettes : on a indiqué les réponses en conjonction à 45° avec la première modalité choisie mais une réponse comme le fait que l’enfant soit au courant des opinions politiques de ses parents est partagée avec le type du répondant de la partie inférieure droite qui est d’accord aussi pour dire que, en ce qui concerne l’avenir de l’enfant, il faut qu’il aille à son rythme.

9Pour le type de répondant en bas à droite, la satisfaction de l’enfant à l’école n’est pas nécessaire (SatisEnfantNon) et l’autonomie n’a pas fait partie du choix du collège qui d’ailleurs n’a pas été une décision délibérée mais qui s’est faite toute seule.

10Le troisième type, à gauche, s’oppose au deux autres : on y met l’accent sur les valeurs éducatives traditionnelles que l’on veut reproduire, le respect, la confiance, la politesse. En matière d’avenir, on veut que l’enfant aille le plus loin possible et la compétition (sportive) y est favorisée. C’est un choix des parents et le collège a été l’objet d’un choix en fonction de son niveau.

11Cette première analyse révèle trois types : éducation mettant l’accent sur l’autonomie, éducation mettant l’accent sur les valeurs traditionnelles et un troisième type qui ne semble pas avoir fait de choix spécifique. On peut faire l’hypothèse raisonnable que le premier type doit être lié aux écoles nouvelles, mais lesquelles spécifiquement ?

12Bien que l’on ait déjà traité près de 200 modalités, on voit qu’il manque beaucoup de choses pour répondre aux questions initiales de l’enquête, par exemple le sexe de l’enfant, le choix des différents collèges, le niveau de l’enfant, les caractéristiques sociales des parents.

II. – Analyse finale

13Pour arriver à l’analyse finale, il va falloir introduire les questions qui vont permettre de répondre aux hypothèses de départ qui sont celles de cette enquête. Le questionnaire utilisé devait permettre de tester si le choix d’une école nouvelle pouvait être lié soit :
– à une stratégie de rattrapage : l’enfant a des difficultés dans le système scolaire standard et à défaut d’une bonne réussite scolaire, il cultive les nouvelles valeurs de notre époque que sont l’authenticité, la capacité relationnelle, l’autonomie ;
– à une stratégie de reconversion : même si l’enfant n’a pas de difficultés scolaire, certains parents pensent que ces mêmes nouvelles valeurs (autonomie, capacité relationnelle, authenticité) sont celles qui vont s’imposer dans la vie présente et qu’il faut en doter leurs enfants.

14Autre sous-hypothèse : est-ce qu’il n’y aurait pas une tendance à ce que l’on insiste davantage pour les garçons sur la réussite scolaire et pour les filles sur ces nouvelles valeurs, plus « douces », plus liées traditionnellement à l’insistance associée au modèle féminin du relationnel.

15Pour répondre à la première hypothèse, il faut introduire des indicateurs de niveau scolaire, pour la deuxième, il faut le sexe de l’enfant.

16D’une manière générale, il faut introduire en modalités supplémentaires les variables de statut social : sexe, âge, etc. ainsi que toute question que l’on juge pertinente. Le nombre n’est pas un obstacle car on peut sans difficulté traiter plusieurs centaines de modalités.

17Pour l’analyse finale, on a donc ajouté des variables de statut ou apparentées : sexe, niveau scolaire de l’enfant, opinion politique de la personne interrogée. On en arrive au total de 273 modalités dont 152 supplémentaires. Comme le plan factoriel est évidemment trop chargé, on sélectionne les modalités en fonction de leur contribution.

18On ne prend pas le même niveau de contribution pour les modalités actives (20) et pour les supplémentaires (6). En effet, les modalités supplémentaires, par construction ne peuvent être très en relation avec les actives car elles ne sont pas de même nature. Dans toute enquête, les questions d’opinion ou de comportement associées à un même domaine présentent entre elles des attractions fortes, par contre avec les variables de statut, les relations existent mais sont moins fortes. Comme on veut faire apparaître des supplémentaires pour illustrer l’analyse, on utilise un niveau moins élevé de contribution.

19Pour le choix de ces seuils, il faut procéder par essais et erreurs : si le seuil est trop faible, on a trop de points, s’il est trop fort, on n’en n’a plus assez. Il faut trouver un équilibre qui dépend aussi de la place dont on dispose. En cas de difficultés, il est possible de présenter un plan général schématique comme celui-ci où les ellipses et leur titre sont le fruit d’une interprétation mais qui aident la lecture.

Figure 7. – Analyse finale : schéma d’ensemble

20Commençons par interpréter les points situés en proximité de l’axe horizontal du graphique (qui correspond à l’opposition la plus forte). Dans l’ellipse de droite on a regroupé des points qui sont autant de manifestations d’un bon niveau scolaire :

Figure 8. – Bon niveau scolaire

  • 1 Sur le graphique et pour gagner de la place, des abréviations ont été employées et cette modalité e (...)

21Le type bon niveau scolaire regroupe différents indicateurs :
– « Niveau élève très bon »1 : il s’agit de la question « Comment percevez-vous votre enfant du point de vue scolaire », et c’est la meilleure perception.
– « Aide des parents non nécessaire » : réponse négative à la question « Le soir, pour son travail scolaire, vous ou son père intervenez-vous ? ».
– « 1re Matière scolaire NR » : à la question de savoir s’il y a des matières scolaires dans lesquelles l’enfant se montre le meilleur, la mère répond que non, il est bon dans toutes les matières (NR signifie Non réponse).

22À ces indicateurs d’un bon niveau scolaire sont associés des comportements comme :
– le fait de ne pas trouver de sujet de désaccord avec l’enfant quand on demande d’en lister plusieurs (« Désaccord aucun ») où le fait que le premier « défaut » de l’enfant soit le fait d’être « timide » ce qui n’est pas un défaut très marqué (les « défauts » et « qualités » n’ont pas été proposés a priori, il s’agit des termes mêmes des répondants). On voit une atmosphère familiale apaisée où le « défaut » de l’enfant est cohérent avec le calme qui y règne ;
– l’insistance sur la lecture : lire est la première activité préférée par l’enfant (« 1Lire ») et, à Noël, il a reçu des livres et d’autres cadeaux. D’une certaine façon, cette insistance sur la lecture appartient à la fois à l’excellence scolaire (car au collège l’incitation à la lecture est forte) et en même temps à un style cultivé de loisirs.

  • 2 Plus le point est près du centre, moins il est lié aux points dans la même direction. Ici par exemp (...)

23Un indicateur de statut est associé à ce pôle d’excellence scolaire : il s’agit d’une modalité supplémentaire qui est en attraction avec les modalités qui sont spécifiques des répondants de ce secteur. Il s’agit d’enfants de sexe féminin (à gauche de l’ellipse qui n’est qu’un repère visuel pour aider et n’est pas construite par l’analyse statistique mais par celui qui interprète le graphique). On retrouve là ce résultat bien connu que les filles réussissent mieux scolairement que les garçons2.

24Symétriquement au bon niveau scolaire, se trouve sur le côté gauche de l’axe un deuxième pôle dit de difficultés scolaires.

Figure 9. – Difficultés scolaires

25La perception du niveau scolaire y est soit « moyen » (en bas de l’ellipse) soit considéré comme « ayant des difficultés » (en haut) : ces deux appréciations sont les plus basses de l’échelle proposée qui allait de « très bon élève » à « élève ayant quelques difficultés ».

26De ce fait la question scolaire devient l’objet d’investissements constants et de conflits :
– à la question de savoir comment le soir, le père ou la mère interviennent pour le travail scolaire de l’enfant, une des réponse de ce pôle est que l’on « regarde chaque soir ce qu’il a à faire et ce qu’il a fait » (« Aide : parents surveillent ») : c’est la réponse située en bas de l’ellipse précisément du côté du pôle de style éducatif traditionnel (que nous verrons ensuite) alors qu’en haut, la réponse est simplement qu’on l’aide (« Aide : parents aident ») et cette réponse est plus proche du pôle de l’éducation nouvelle ;
– le travail scolaire est cité comme la première occasion de réprimande ou de punition et également comme premier sujet de désaccords entre parents et enfant. L’enfant n’est d’ailleurs pas satisfait non plus de l’enseignement qu’il reçoit de ses professeurs (« Satisfaction Enfant : Non »). Comme le travail scolaire est le problème, le collège n’a de ce fait pas été choisi parce qu’on y développe l’autonomie (« Autonomie Collège : Non ») ;
– si une sanction est envisagée, l’option choisie est « mon enfant a une de ses activités favorites qui est supprimée provisoirement » ;
– cette situation entraine une perception du premier défaut de l’enfant comme étant « paresseux » (intitulé qui regroupe aussi peu courageux, « flemmard », pas studieux) ou « étourdi » (ou distrait, « tête en l’air », manque d’attention). Par contre, la première qualité évoquée est le fait que l’enfant soit « affectueux », ce qui est évidemment indépendant des problèmes scolaires.

27Comme indicateur de statut, on trouve, symétriquement au type bon élève, que les garçons sont plus nombreux que les filles à être en difficulté scolaire. Il y a également un autre statut du père, celui d’appartenir aux professions de l’information, des arts et des spectacles (« PèreInfoCom ») qui est en haut du regroupement, proche du nouveau style éducatif : cela signifie que ces parents ont à la fois des traits éducatifs nouveaux et des enfants en difficulté scolaire.

28En conclusion de cette analyse de l’opposition horizontale du graphique, il apparait que ce qui distingue d’abord les perceptions, c’est le niveau scolaire : les styles éducatifs que nous allons voir maintenant, dans la mesure où ils s’opposent dans l’autre dimension du graphique (verticale), nous indiquent que l’on pourra trouver des styles éducatifs associés soit à de bons, soit à de mauvais résultats scolaires.

29Ce style éducatif, notre troisième type, situé en bas du graphique, est qualifié d’ancien par rapport au style qui revendique la nouveauté, mais il est tout à fait classique dans les catégories sociales étudiées.

Figure 10. – Style éducatif ancien

30– La réponse donnée à la question sur ce quoi on insiste en priorité dans l’éducation est la politesse (« 1Éduc Politesse »), réponse qui regroupe aussi, le fait de « savoir bien se tenir », le fait d’être « bien élevé », d’avoir du « savoir-vivre ».

  • 3 Le standard relationnel du milieu est une forme d’égalité dans les prises de décision du couple, ce (...)

31– En insistant sur cette valeur, les parents ont d’ailleurs le sentiment de donner « à peu près » l’éducation qu’ils ont reçue de leurs propres parents et non « tout à fait », car l’éducation qu’ils donnent n’est pas le mode le plus « traditionnel ». Par exemple, le choix du collège est une décision commune du père et de la mère3 (« Choix Père + Mère »), cependant, parents et enfants ne vivent pas sur un pied d’égalité comme le montre le fait que les enfants ignorent les positions politiques du parent (« Au courant opinion politique : non »).

32– Si sanction il doit y avoir, c’est le confinement dans la chambre qui est choisi (« 1 Sanction Chambre »).

33– Le sport et la compétition jouent ici un rôle important : le sport est la première activité préférée de l’enfant et il fait un sport de compétition. D’ailleurs, l’occasion de réprimande citée est le comportement violent de l’enfant, le fait qu’il se dispute (« Réprimande Dispute »), ce qui n’est pas sans lien avec les activités proposées (qui sont nombreuses « Nombre d’activités = 3 »). Les enfants (en petit nombre), dont le défaut est d’être « bagarreurs », se trouvent dans cette zone.

34Comme indicateur de statut, l’opposition entre styles d’éducation se fait plus sur une base d’affiliation politique : la mère qui répond s’autopositionne plutôt à droite. On retrouve symétriquement le positionnement politique à gauche pour le nouveau style éducatif que nous allons maintenant étudier.

35Ce nouveau style éducatif se trouve symétriquement en haut : on y retrouve La Source au centre et deux autres collèges, Decroly un peu à gauche et l’École alsacienne, plus à droite (c’est-à-dire participant en même temps au type « bon niveau scolaire »). Ce qui caractérise ce type, c’est précisément le refus de pratiques que le questionnaire, fait pour toucher tout le monde, présentait comme « normales » et qui sont précisément refusées ici.

Figure 11. – Un nouveau style éducatif

36Par exemple, le questionnaire demandait de dire « à quelle occasion vous réprimandez ou vous punissez ? ». On trouve ici d’abord le refus de répondre (« 1SanctionNR ») ou la codification « autre » (« 1SanctionAutr ») qui indique que le répondant n’a pas pris les réponses les plus fréquentes comme « recevoir une explication » ou « être privé de ses activité favorites » ou « devoir rester dans sa chambre » : les attitudes les plus classiques sont ici refusées. De même à la question de la perception du niveau scolaire de l’enfant (allant de très bon à difficultés avec les intermédiaires), ces parents choisissent la réponse « je refuse ce genre de classement » (codé « NivÉlèveRefus »). L’intervention des parents dans le travail scolaire est refusée (« il doit le faire tout seul » codé « Aide Parent Non Fait Seul »).

37Ces refus sont perçus par les parents de ce secteur comme une nouveauté éducative : par rapport à l’éducation qu’eux-mêmes ont reçue, ils ne pensent pas du tout reproduire la même (« ReproÉducPasDuTout ») : un autre élément de cette nouveauté est dans les rapports entre parents et enfants où l’on trouve plus de transparence des parents, dont les opinions politiques (d’ailleurs de gauche) sont connues des enfants.

  • 4 Niveaux de CPF pris à 3 ‰. Il faut bien préciser que c’est ce choix qui fait apparaître petit à pet (...)

38Pour mieux comprendre ce nouveau style éducatif, nous allons procéder à un agrandissement de cette zone en faisant apparaitre un plus grand nombre de points qui contribuent moins que les précédents à la fabrication de ce portrait-robot statistique, mais qui permettent d’en mieux préciser la nature4. Dans cet agrandissement, nous avons souligné les points déjà vus dans le graphique général précédent.

39Plusieurs modalités sont issues de la question sur la priorité en matière d’éducation : de plus cette question était une « question ouverte », c’est-à-dire que les réponses n’étaient pas proposées par le questionnaire mais que les mots mêmes des répondants étaient acceptés librement. Dans le pôle du nouveau style éducatif, on repère deux thèmes principaux :

Figure 12. – Nouveau style éducatif (agrandissement)

401/ L’autonomie de l’enfant, son éveil ; dans la même catégorie on peut mettre le fait de dire que l’on n’a pas de priorité éducative, ce qui, d’une manière plus radicale, laisse entendre que l’enfant doit être laissé autonome.

412/ L’attention aux autres, la tolérance, l’ouverture, le dialogue, la générosité.

  • 5 Modalités non présentées dans le graphique général et qui n’apparaissent que sur le graphique à gra (...)

42C’est la présence simultanée de ces deux thèmes qui définit le style éducatif : il s’oppose à la « confiance mutuelle » du bon niveau scolaire qui peut être interprétée comme une exigence de transparence sans problème, il s’oppose encore plus radicalement à l’exigence de « franchise » du style traditionnel qui est une injonction à une transparence forcée. L’opposition est encore plus forte avec l’exigence d’obéissance qui se trouve dans le style traditionnel quand on a de mauvais résultats et le développement du sens de l’effort lié aux mauvais résultats5.

43En négatif, c’est-à-dire en ce qui concerne les occasions de réprimande, soit on refuse le terme, soit on stigmatise ce qui va contre les valeurs altruistes comme l’égoïsme, la vulgarité et la colère (ainsi que le désordre, signe d’une autonomie en cours). Cela n’empêche pas les occasions de désaccord, comme en ce qui concerne les sorties : l’autonomie est une conquête progressive et les parents estiment avoir un droit de surveillance.

  • 6 Comme l’injonction d’amour, le double bind, double contrainte impossible à réaliser car il est cont (...)

44Nous sommes là au cœur de la tension éducative car l’injonction d’autonomie peut sembler une contradiction6 :
– comment être autonome et dépendant de sa famille ? Ce qui est défini par ce style, c’est une priorité donnée dans l’éducation, non une reconnaissance (illusoire) d’autonomie existante. L’enfant d’âge « collège » est toujours dépendant et l’éducation passe par des activités faites avec lui telles qu’on les trouve signalées dans le graphique : de discussion, d’activités culturelles faites à l’extérieur ou à la maison, mais aussi par le biais d’activités d’épanouissement personnel (écouter de la musique, programmer), plus que par le sport de compétition qui n’est pas apprécié ;
– comment être autonome et ouvert aux autres ? Cette double exigence manifeste que l’autonomie n’est pas vécue comme un isolement mais comme une phase nécessaire d’intégration dans un groupe dont on accepte les règles. Être autonome et ouvert aux autres, c’est entrer de plain-pied dans la tradition démocratique où par la discussion, qui suppose des ressources personnelles et une conviction autonome, on est confronté aux autres que l’on respecte.

III. – Retour aux hypothèses de départ

45Cette enquête avait été faite pour tester plusieurs hypothèses dont certaines sont faciles à éliminer.

461/ Le nouveau style des écoles nouvelles serait l’amplification de valeurs féminines : on a vu que s’il y a une opposition de genre, elle concerne la traditionnelle meilleure réussite scolaire des filles, dans le cadre de la première opposition que met en avant l’enquête.

472/ Les écoles nouvelles seraient destinées à rattraper des élèves de classe moyenne supérieure en échec scolaire. Cette hypothèse tombe du fait que les deux axes du graphique sont indépendants (orthogonaux sur le graphique). Il y a une opposition en termes de niveau scolaire (axe horizontal) et une en termes de style éducatif (axe vertical). Il y a des familles de chaque style éducatif dans chaque niveau scolaire. Ce que le graphique nous suggère cependant, c’est que l’École alsacienne, située en haut (nouveau style éducatif) et à droite (bon niveau scolaire) correspond à l’alliance de ces deux qualités, La Source est à un niveau d’indépendance.

  • 7 Cette modalité est significativement liée à des indicateurs de mauvais niveau scolaire d’une part e (...)

48Une modalité semble cependant manifester que la difficulté scolaire, faite d’inadaptation au système traditionnel, conduit à trouver dans l’École nouvelle une solution. En effet, dans le tout premier graphique, le point le plus en haut à gauche (donc appartenant au mauvais niveau et au nouveau style éducatif) correspond à l’indication de difficultés scolaires au primaire en termes d’adaptation au système scolaire, ou de manque d’intérêt (« DifScolAdaptationScol »). On ne peut donc exclure que des difficultés d’adaptation conduisent des parents vers des écoles nouvelles plus respectueuses des démarches de chacun7.

493/ Quant à la troisième hypothèse qui assimile le choix d’un nouveau style éducatif à une reconversion à des valeurs nouvelles d’autonomie, de capacité relationnelle et d’authenticité, elle est vérifiée d’une certaine façon mais ce qui est mis en avant par le choix des parents, c’est la racine profonde de ces nouvelles valeurs, que révèle cette tension entre autonomie et ouverture aux autres comme nous allons le voir maintenant. Les écoles nouvelles ne sont pas caractérisées par le fait de mettre l’accent sur l’autonomie et sur les capacités relationnelles, elles sont caractérisées par un nouveau style de positionnement où l’individu, ayant confiance en lui-même, a aussi la volonté d’entrer en dialogue avec les autres.

50Il nous faut cependant revenir un peu en arrière en notant que le premier clivage apparu dans notre population étudiée est relatif à la perception du niveau scolaire de l’enfant avec toutes les pratiques éducatives qui vont avec. C’est l’opposition majeure dans notre population enquêtée, comme c’est le souci fondamental de toute famille ayant un enfant d’âge scolaire. Quel que soit le style éducatif, il n’est pas possible de s’affranchir de la réussite scolaire. Ce qu’apporte l’enquête, c’est qu’à ce souci commun peuvent être associés des styles éducatifs différents : le style classique des milieux sociaux favorisés (ceux de notre enquête) fait de pression, de compétition, d’inculcation des valeurs traditionnelles de l’enfant « bien élevé » ; mais aussi ce style d’éducation nouvelle fait de cette tension entre construction d’une autonomie et souci du groupe.

  • 8 Annick Raymond, L’éducation morale dans le mouvement de l’Éducation nouvelle, Paris, L’Harmattan, 2 (...)

51Éducation nouvelle et société. – Pour rendre compte de cette tension, il faut examiner la dynamique qui est à l’origine du mouvement de l’Éducation nouvelle au XXsiècle8. En effet, si les réformateurs pédagogiques des origines (Montaigne, Port-Royal, Comenius, Rousseau) ont toujours eu l’idée que la dynamique de l’apprentissage passait par l’intérêt propre de l’enfant (contre l’idée que l’enfant pouvait être instruit contre son gré), la spécificité des réformateurs contemporains a été de tenir compte aussi des avancées scientifiques d’une part et de la question politique d’autre part.

  • 9 Cf. Annick Raymond 2002, p. 140.

52Je n’insisterai pas ici sur l’apport de la psychopédagogie, en particulier des apports de Piaget, qui a été personnellement partie prenante du mouvement de l’Éducation nouvelle, mais je voudrais souligner l’aspect politique, au sens large, du mouvement. Prenons le cas d’Henri Wallon (1879-1962) à la fois psychologue et homme politique, lui aussi partie prenante du mouvement de l’Éducation nouvelle : il insiste sur l’étude nécessaire de l’enfant9, à la fois d’un point de vue individuel (qui relève de la psychologie) et d’un point de vue collectif (qui relève de l’étude du milieu de l’enfant).

53Le rapport Langevin-Wallon, issu d’une commission réunie dès la fin de la guerre et qui rendit son rapport en juin 1947, propose une réforme de l’enseignement qui, dans un but de démocratisation propose une unification des réseaux scolaires et, dans un but d’efficacité pédagogique, reprend des acquis de l’Éducation nouvelle.

  • 10 Le rapport Langevin-Wallon a été rendu disponible récemment dans Claude Allègre et Philippe Meirieu (...)

54Comme le dit dans ce sens l’introduction du rapport : « Les études primaires, secondaires, supérieures sont trop souvent en marge du réel. L’école semble un milieu clos, imperméable aux expériences du monde. Le divorce entre l’enseignement scolaire et la vie s’accentue par la permanence de nos institutions scolaires au sein d’une société en voie d’évolution accélérée. Ce divorce dépouille l’enseignement de son caractère éducatif. Une réforme est urgente qui remédiera à cette carence de l’enseignement dans l’éducation du producteur et du citoyen et lui permettra de donner à tous une formation civique, sociale, humaine. »10

  • 11 Antoine Prost, L’enseignement s’est-il démocratisé ?, Paris, PUF, 1992, p. 201.

55Ce rapport est resté lettre morte même si sous la VRépublique, les réformes ont utilisé certaines de ses propositions comme l’orientation, en en détournant l’objet. Alors que le projet visait la démocratisation de l’enseignement, on doit bien se rendre compte, comme le souligne l’historien Antoine Prost, que « la démocratisation a progressé jusqu’au début des années 1960 dans une structure scolaire pensée par des conservateurs avec une volonté proprement réactionnaire de défense et illustration des humanités, alors qu’au contraire, les réformes de 1959, 1963 et 1965, qui voulaient assurer l’égalité des chances devant l’école et la démocratisation de l’enseignement ont, dans les faits, organisé le recrutement de l’élite scolaire au sein de l’élite sociale »11. En effet la procédure d’orientation a été détournée : la formation professionnelle a été utilisée comme une voie d’échec, ce qui en a fait un repoussoir. Les méthodes actives issues de l’École nouvelle ont été ignorées.

56La visée politique est présente dans le rapport et, dans le paragraphe consacré à l’éducation morale et civique, on trouve une citation de Paul Langevin, autre acteur du mouvement de l’Éducation nouvelle : « L’école fait faire à l’enfant l’apprentissage de la vie sociale et, singulièrement, de la vie démocratique. Ainsi se dégage la notion du groupe scolaire à structure démocratique auquel l’enfant participe comme futur citoyen et où peuvent se former en lui, non par les cours et les discours, mais par la vie et l’expérience, les vertus civiques fondamentales : sens de la responsabilité, discipline consentie, sacrifice à l’intérêt général, activités concertées et où on utilisera les diverses expériences de self-government dans la vie scolaire. »

  • 12 Ernest Renan, Qu’est-ce qu’une nation ?, édité par Joël Roman, Paris, Presses Pocket, 1992.
  • 13 Aujourd’hui, le penseur qui a le mieux théorisé cette pratique sociale faite d’autonomie et d’ouver (...)

57Si le système scolaire dans son ensemble reste loin de cet idéal, nous devons noter qu’il reste au cœur des aspirations des parents qui choisissent l’école nouvelle. La vie démocratique ne s’apprend pas comme un concept mais comme une expérience dans laquelle chaque enfant doit à la fois cultiver son autonomie, pour exister lui-même et, en même temps, mettre en œuvre l’acceptation des autres, ce vouloir vivre ensemble qui est selon Renan12 ce qui rend possible la vie d’une collectivité, d’une nation13. Cette pratique est une valeur, une éthique et comme telle doit être apprise et transmise. L’apprentissage de la vie démocratique, fait d’autonomie personnelle et de souci de la collectivité, est ce qui est recherché dans une École nouvelle, comme l’a montré empiriquement cette enquête.

IV. – Retour à l’analyse locale

58Une fois la vue d’ensemble établie, il est possible de revenir à l’analyse locale, c’est-à-dire de centrer sont attention sur une modalité particulière en repérant où cette modalité se situe et avec lesquelles elle est liée.

59À titre d’exemple, nous centrerons notre analyse locale sur la modalité « élève moyen » qui se situe dans le pôle des difficultés scolaires. À cette fin, on recherche quelles sont toutes les modalités qui sont significativement en attraction avec le fait d’être élève moyen : on utilise à nouveau le PEM Pourcentage de l’écart maximum. Les résultats peuvent être manifestés de deux manières : d’abord en utilisant un morceau du graphe factoriel et en visualisant par un trait la présence (et si l’on veut l’intensité) d’une attraction.

Figure 13. – Graphe des attractions de l’élève moyen

  • 14 On utilise pour les test du khi-deux les repères suivants : 3 étoiles, significatif au seuil de 1 % (...)

60On peut aussi présenter le profil des PEM qui donne par attraction décroissante les autres modalités de l’analyse significativement14 en attraction.

61Il y a un certain « bruit » dans ce genre de profil (mais le bruit est moins gênant que le « silence ») : par exemple les deux profils à 100 % signifient que les deux individus dont la première qualité est d’être bricoleur sont tous des élèves moyens. On retrouve dans le profil les doléances des parents sur le niveau scolaire, le fait de mettre en avant les matières où l’enfant est « bon » : le technique et le sport, des parents de classe moyenne au style éducatif traditionnel sanctionnant par le biais de l’argent de poche, et où la lecture n’est pas privilégiée.

62On peut ainsi « expliquer » une modalité par les autres modalités qui lui sont liées comme on explique un mot du dictionnaire par d’autres mots en lien sémantique avec lui. Plus le nombre de modalités pris dans l’analyse sera vaste et plus le profil sera riche et l’explication intéressante.

V. – Retour à la méthode

63Il n’est possible de montrer comment on dépouille une enquête qu’en le faisant, en interprétant un graphique où beaucoup de modalités sont présentes afin qu’il soit assez riche. On a vu aussi que cette interprétation revient aux hypothèses de départ pour montrer comment elles sont soit réfutées soit modifiées. Enfin, les résultats de l’analyse ont été replacés dans une problématique plus vaste qui est celle du domaine étudié, ici la sociologie de l’éducation.

64Il y a là un effet qui peut être dangereux : dans la mesure où sont injectées ici beaucoup de connaissances extérieures à l’enquête, on peut légitimement se demander si les graphiques factoriels n’ont pas servi de test projectif des opinions de l’analyste.

65Pour lever ce doute, nous allons maintenant procéder à des vérifications empiriques à propos des quatre types de répondants qui ont été isolés en revenant aux données elles-mêmes. Nous étudierons en détail le type que nous avons le plus développé, qui est au cœur de l’enquête, le nouveau style d’éducation, en nous posant une question simple : quelle est l’importance numérique de ce type de répondant et comment pouvons-nous le définir ? À cette fin, nous allons montrer comment il est possible de constituer une nouvelle variable qui définirait l’appartenance au type.

66Construire une nouvelle variable d’un type. – La vérification la plus simple est le comptage : nous allons prendre les modalités qui sont apparues dans le nouveau style pédagogique et nous allons compter combien d’individus ont en commun ces modalités. Nous utiliserons donc les questions suivantes présentes dans le graphique correspondant (détaillé, non présenté ici) :
1/ plusieurs qualités de l’enfant apparaissent ; prenons celles qui sont données en premier : attentionné, autonome, curieux, ouvert, rapide, serviable et la non-réponse qui refuse ce genre de jugement. Ces qualités se caractérisent par leur aspect non scolaire et par les qualités humaines d’ouverture et d’attention aux autres. Il va de soi qu’un tel test est projectif du projet éducatif des parents ;
2/ inversement, quand on évoque un cas éventuel de réprimande, le parent propose les cas suivants : désordre, vulgarité, égoïsme, colère ou encore le refus de cette éventualité. C’est l’aspect négatif du fait de se centrer sur soi qui est sanctionné, non le manque d’ardeur au travail ;
3/ la question suivante évoque en conséquence une sanction possible : ici soit on refuse de répondre, soit une autre issue est envisagée ;
4/ les valeurs éducatives proposées ici sont : l’autonomie, la confiance, le respect, la générosité, la capacité d’éveil, la tolérance ;
5/ quand on demande le niveau scolaire de l’élève, la réponse est qu’on refuse ce genre de classement ;
6/ le parent, quand on lui demande s’il a l’impression de reproduire le modèle éducatif qu’il a reçu répond que ce n’est pas le cas du tout ;
7/ enfin, l’enfant est au courant des opinions politiques de ses parents.

67On a donc sept questions dont certaines ont plusieurs modalités dans le style repéré : nous allons simplement compter combien d’individus ont de modalités de ce type : le maximum est 7 car quand plusieurs modalités d’une question sont présentes, il ne s’agit pas de réponses multiples mais de réponses proches et chaque répondant ne peut en prendre qu’une par question.

68Nous sommes ainsi en mesure de construire un indicateur simple d’appartenance au style : ceux qui en auront 7 constitueront le type pur et ceux qui n’en auront aucune seront des opposants stricts.

69Voici le comptage du nombre de modalités, de 0 au maximum observé.

70En examinant cette distribution, la première réaction peut être la déception : aucun individu n’atteint le maximum, ni même 6 modalités et ils sont peu nombreux à en avoir 4 ou 5. Les deux tiers de la population ont une ou deux modalités du type, ni refus strict, ni adhésion notable.

  • 15 Voir chapitre suivant pour plus de précisions sur ce point.

71Comme ce phénomène est permanent, quelle que soit l’enquête, il vaut mieux comprendre la situation de la façon suivante : ce que nous propose l’analyse des correspondances dans les regroupements que l’on observe ne sont pas des types à l’état pur, mais des types à l’état approché dont la présence simultanée de modalités forme un tout logique intelligible. C’est ce que Weber a appelé un « idéal-type » : c’est ce qui a fait à la fois la séduction de ce type d’analyse et sa difficulté quand on a pris pour des types réels ce qui n’était que type-idéal15.

72L’expérience montre qu’une bonne approximation du type est donnée quand on regroupe les individus qui ont au moins la moitié des cas observés, c’est-à-dire ici, puisque 5 est le maximum, ceux qui en ont 3, 4 ou 5, c’est-à-dire les 100 individus qui représentent 20 % de la population.

73Cette population ne se confond pas avec les enfants dont les parents ont choisi une école nouvelle : si l’on croise le type approché du nouveau style éducatif avec le type d’école, on a les résultats suivants :

Tableau 10. – École et style éducatif

Tableau 10. – École et style éducatif

74Il y a bien attraction entre les parents d’École nouvelle et le nouveau style éducatif puisque ce style représente 20 % de la population et que, dans la population d’École nouvelle, le pourcentage est supérieur (34 %). Sur le graphique, les écoles nouvelles sont bien proches du nouveau style éducatif mais c’est bien une attraction qui est indiquée, non une exclusivité. Le nouveau style éducatif se retrouve aussi chez des parents qui n’ont pas fait le choix de l’École nouvelle.

75La nouvelle variable qui a été créée à partir d’un type-idéal (et que l’on peut appeler pour cette raison variable idéale-typique) permet de résumer l’information, de la synthétiser, et va nous permettre maintenant d’aller plus loin en tentant, sur cette variable, d’appliquer des techniques d’analyse « toutes choses égales par ailleurs » pour pouvoir discerner d’une manière fine ce qui peut rendre compte de cette attitude.

76Avant d’étudier ces techniques dont la plus utilisée est la régression logistique, nous allons rester encore un chapitre avec l’analyse des correspondances pour en regarder quelques figures classiques.

Notes

1 Sur le graphique et pour gagner de la place, des abréviations ont été employées et cette modalité est marquée « NivÉlèveTrèsBon ». Dans la suite du texte les modalités sont marquées sous leur forme explicitée.

2 Plus le point est près du centre, moins il est lié aux points dans la même direction. Ici par exemple la modalité « Niveau de l’élève très bon » représente 20 % de la population mais elle est plus forte chez les filles (24 %) et symétriquement plus faible chez les garçons (15 %) : l’attraction n’est pas très forte mais statistiquement significative. D’une manière générale, voir Christian Baudelot et Roger Establet, Allez les filles !, Paris, Le Seuil, 1998.

3 Le standard relationnel du milieu est une forme d’égalité dans les prises de décision du couple, ce qui n’était peut-être pas le cas dans la génération des propres parents des personnes interrogées.

4 Niveaux de CPF pris à 3 ‰. Il faut bien préciser que c’est ce choix qui fait apparaître petit à petit les points, en fonction de leur importance dans la création des types : la méthode est inductive, c’est-à-dire que ce n’est pas l’interprète qui fait la sélection des points à son gré.

5 Modalités non présentées dans le graphique général et qui n’apparaissent que sur le graphique à grande échelle dans sa partie non montrée ici.

6 Comme l’injonction d’amour, le double bind, double contrainte impossible à réaliser car il est contradictoire de demander d’aimer si l’amour est un mouvement libre.

7 Cette modalité est significativement liée à des indicateurs de mauvais niveau scolaire d’une part et est prise par quelques enfants de Decroly, ce qui explique sa position sur le graphique.

8 Annick Raymond, L’éducation morale dans le mouvement de l’Éducation nouvelle, Paris, L’Harmattan, 2002.

9 Cf. Annick Raymond 2002, p. 140.

10 Le rapport Langevin-Wallon a été rendu disponible récemment dans Claude Allègre et Philippe Meirieu, Pour l’école, Paris, Mille et une nuits, 2004. Il est également disponible sur Internet par exemple à l’adresse http://claude.rochet.pagesperso-orange.fr/ecole/docs/langevin.pdf

11 Antoine Prost, L’enseignement s’est-il démocratisé ?, Paris, PUF, 1992, p. 201.

12 Ernest Renan, Qu’est-ce qu’une nation ?, édité par Joël Roman, Paris, Presses Pocket, 1992.

13 Aujourd’hui, le penseur qui a le mieux théorisé cette pratique sociale faite d’autonomie et d’ouverture aux autres est Habermas qui a montré que la pratique démocratique consiste à accepter le meilleur argument proposé dans la discussion. Cf. entre autres ouvrages, Jürgen Habermas, De l’éthique de la discussion, Paris, Éditions du Cerf, 1992.

14 On utilise pour les test du khi-deux les repères suivants : 3 étoiles, significatif au seuil de 1 % ; 2 étoiles : 5 % ; une étoile : 10 %.

15 Voir chapitre suivant pour plus de précisions sur ce point.

Table des illustrations

Légende Figure 4. – La comète et ses queues
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1461/img-1.png
Fichier image/png, 982 octets
Légende Figure 5. – Graphique de la figure 4 rendu plus lisible
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1461/img-2.png
Fichier image/png, 1,0k
Légende Figure 6. – Première analyse, contribution minimum de 15 ‰
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1461/img-3.png
Fichier image/png, 2,7k
Légende Figure 7. – Analyse finale : schéma d’ensemble
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1461/img-4.png
Fichier image/png, 1,2k
Légende Figure 8. – Bon niveau scolaire
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1461/img-5.png
Fichier image/png, 1,4k
Légende Figure 9. – Difficultés scolaires
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1461/img-6.png
Fichier image/png, 2,0k
Légende Figure 10. – Style éducatif ancien
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1461/img-7.png
Fichier image/png, 1,8k
Légende Figure 11. – Un nouveau style éducatif
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1461/img-8.png
Fichier image/png, 1,7k
Légende Figure 12. – Nouveau style éducatif (agrandissement)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1461/img-9.png
Fichier image/png, 3,6k
Légende Figure 13. – Graphe des attractions de l’élève moyen
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1461/img-10.png
Fichier image/png, 2,6k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1461/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1461/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 10. – École et style éducatif
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1461/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 31k

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable