Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France et l’Algérie : leçons d’histoire

 | 
Frédéric Abécassis
, 
Gilles Boyer
, 
Benoît Falaize
, 
et al.

Introduction

Texte intégral

  • 1 Pour une histoire critique et citoyenne, au delà des pressions officielles et des lobbies de mémoir (...)
  • 2 Cité in Mohammed Harbi, Une vie debout. Mémoires politiques, t. I : 1945-1962, Paris : La Découvert (...)

1Au début de l’été 2006, s’est tenu à l’École normale supérieure Lettres et sciences humaines un colloque1 se proposant de faire le point sur l’état de l’histoire franco-algérienne, qui fut si longtemps une histoire partagée : comme l’écrivait Jacques Berque pendant la guerre de 1954-1962, « la France et l’Algérie ? On ne s’est pas entrelacé pendant cent trente ans sans que cela descende très profondément dans les âmes et dans les corps »2. Il s’est donc agi de rendre la parole à l’histoire ; cela en vue d’éclairer les deux sociétés concernées par un panorama aussi large que possible des recherches acquises et de celles en cours.

2Le projet de colloque est né en France, du mouvement de protestation du collectif d’historiens constitué contre la loi du 23 février 2005, notamment son article 4 qui proposait de mettre en lumière, dans les programmes de l’école, « le rôle positif de la présence française outre mer et notamment en Afrique du Nord ». Or, dans les difficultés d’aujourd’hui, s’entremêlent divers ressentiments qui peuvent orienter la lecture que l’on a d’hier. Il y a des passés qui ne passent pas. Ils ne passent pas parce que, de manière nullement désintéressée, des lobbies de mémoire continuent à attiser la braise et parce que de telles démarches mémorielles concourent aussi à cacher, par la référence systématique au passé, des enjeux qui sont bien ceux du temps présent.

  • 3 Il s’agit en particulier du CARA (Cercle des Algériens et Franco-Algériens en Rhône-Alpes), du CEIN (...)

3Le colloque a donc voulu dresser un bilan scientifique de l’état du savoir ; avec pour dessein de le faire connaître et de le divulguer, loin des chroniques officielles et des leaders de mémoires, loin des « historiens » idéologues et des mémorialistes de combat. Avec pour axe principal l’histoire franco-algérienne de 1830 à nos jours, mais sans se priver d’aller chercher ailleurs les éléments d’un comparatisme auquel l’analyse historique a tout à gagner. Et en faisant appel ici et là à d’autres spécialités que l’histoire, d’autres approches que l’historienne, afin de comprendre et d’éclairer. Ont aussi été sollicitées, pour participer à la mise en œuvre de notre entreprise, et pour l’inscrire dans l’espace citoyen, plusieurs associations qui travaillent sur l’immigration, sur les relations internationales et transculturelles3.

4Ce colloque, qui a eu pour ambition d’être un carrefour international de la recherche historique – il a accueilli des intervenants (83 au total) de plusieurs pays (Algérie, Allemagne, Angleterre, France, Hongrie, Italie, Palestine) – s’est aussi proposé de faire œuvre citoyenne et de promouvoir une vision sereine de l’histoire. En effet, ce n’est pas en ancrant les acteurs sociaux et politiques, quels qu’ils soient, dans des mythes construits sur le passé ou sur l’actualité, que l’on promeut une communauté citoyenne apaisée, aussi bien dans le cas des enfants de l’immigration algérienne que de ceux du rapatriement pied-noir, ou des harkî(s). Outre que notre colloque a accordé une place à ces questions, il s’est proposé de traiter sans tabou le plus grand nombre possible de sujets touchant à l’histoire franco-algérienne, de manière à faire l’état d’un savoir historique partagé.

  • 4 Ainsi que l’ont montré, à chaud, les travaux de Pierre Vidal-Naquet (Voir La torture dans la Républ (...)

5Il n’était pas question, par exemple, de faire l’impasse, d’une part, sur le système de violence coloniale portée à son paroxysme entre 1954 et 1962, particulièrement sous la forme de la torture, laquelle releva non pas de bavures, mais bel et bien d’un système4, et d’autre part sur les violences commises sous l’étendard du FLN. Mais le FLN ne fut en rien monolithique, son histoire mérite mieux que des règlements de compte a posteriori. Et la violence qu’il conçut et organisa fut d’abord une violence réactionnelle, une violence artisanale confrontée à la violence industrielle d’État, de l’armée française, sur fond d’inégalité foncière dans la confrontation.

6Le colloque s’est donc voulu, à la fois, une défense et une illustration du métier d’historien, de l’autonomie des chercheurs et des enseignants, en même temps que de la fonction sociale et éducative de l’historien. De ce fait, parmi les thèmes abordés, la question de l’éducation a représenté un objet particulièrement fécond, depuis la question de l’enseignement en situation coloniale jusqu’à celle de l’enseignement dans les classes aujourd’hui de la situation coloniale et de la décolonisation. Si le colloque a été le moment de dire l’histoire, il a été aussi un moment de réflexion sur un des usages sociaux les plus décisifs de l’histoire, à savoir sa traduction scolaire, avec ses enjeux afférents.

7Ce volume entend mettre à la disposition de la communauté éducative et scientifique un état des travaux qui ont pour objet le lien entre école, colonisation et décolonisation. Les communications extraites des actes du colloque5 et liées à ces thématiques en constituent la matière. Elles concernent en premier lieu les processus d’acculturation en situation coloniale, leurs difficultés et leurs limites. L’école y a joué un rôle central, qui explique la pérennité des héritages et des débats institutionnels ou culturels, longtemps après l’Indépendance. Dans un deuxième temps, les lois mémorielles, les groupes de pression et plus largement l’ensemble des injonctions pesant sur l’écriture et surtout l’enseignement de l’histoire franco-algérienne sont présentés comme autant de pièces d’un dossier des rapports entre mémoire, histoire académique et histoire scolaire encore à constituer. Enfin, dans un dernier temps, les contenus de l’enseignement de l’histoire sont analysés, depuis la période coloniale jusqu’à nos jours, dans les pratiques les plus quotidiennes des classes. De l’analyse des contenus d’enseignement prescrits dans les programmes, mis en forme dans les manuels, ou diffusés par les enseignants, se dégage une volonté de dire l’histoire commune, d’abord unie par-delà les deux rives méditerranéennes, puis séparée, voire indépendante dans ses configurations scolaires contemporaines. Les programmes, les manuels et les pratiques (qui restent encore largement à explorer) dessinent une histoire enseignée qui se dit, parfois avec un décalage par rapport aux recherches historiques, et souvent au-delà d’elle. Comme si l’histoire enseignée pouvait atténuer les cicatrices du passé, atténuer la violence, et refroidir une question souvent chaude, y compris à l’intérieur des classes, voire des souvenirs familiaux.

8Car de manière générale, la guerre franco-algérienne de 1954-1962 – qu’on la nomme : « guerre d’Algérie » ou « guerre de Libération nationale » –, la colonisation de l’Algérie – l’Algérie coloniale – sont perçues comme des questions difficiles et délicates à enseigner tant elles restent prises dans les tensions entre histoire et mémoires. Programmes et manuels jouent bien sûr autant avec l’ensemble des contraintes objectives de l’enseignement de l’histoire dans le secondaire (horaire attribué à la discipline, importance des programmes, contraintes éditoriales, parmi lesquelles le coût, la place et le choix des textes et documents), qu’avec les avancées de la recherche universitaire et le renouvellement historiographique. Mais ils entrent aussi en résonance avec des constructions identitaires à l’œuvre tant chez les élèves que chez les enseignants. Ces prescriptions tiennent également compte du projet de l’enseignement de l’histoire de développer un sentiment d’appartenance à un bien commun, défini par une commune citoyenneté, tout en formant le sens critique des élèves. Ainsi, aborder ce thème en classe, c’est aller, plus que pour d’autres sujets, au devant de réactions possibles d’élèves dont l’intensité est, par ailleurs, fortement corrélée à la localisation de l’établissement dans un espace urbain de plus en plus ségrégué socialement. Ces questionnements d’élèves traduisent à bien des égards la manifestation de mémoires privées mais aussi, de façon entremêlée, des problèmes de construction identitaire et la question sociale de la société française.

9Les rapports entre histoire et mémoires sont complexes, en particulier sur la période coloniale. Si la première peut mettre à distance la deuxième, il n’est pas envisageable cependant d’exclure la dimension mémorielle des réflexions et pratiques pédagogiques, largement présentes dans ce volume, à l’heure où le thème de « l’identité nationale » est largement débattu, voire instrumentalisé.

  • 6 Abdelmalek Sayad, Histoire et recherche identitaire, Paris et Alger : Éd. Bouchène, 2002.

10La montée en puissance des revendications mémorielles tend à brouiller quelque peu le travail des historiens. Et c’est un paradoxe, sans doute, à un moment où l’avancée de la recherche concernant la guerre d’indépendance algérienne permet pourtant d’envisager une histoire plus apaisée et stabilisée. Mais ces demandes mémorielles peuvent aussi être stimulantes dans la mesure où elles incitent souvent les historiens à renouveler leurs problématiques de recherche. Même si ces demandes sociales, touchant à la fois les savoirs de référence et l’histoire enseignée, témoignent peut-être moins des difficultés purement académiques liées à la recherche que d’authentiques interrogations de la société française toute entière. « Renouer les fils de l’histoire, restaurer la continuité, ce n’est pas seulement une nécessité d’ordre intellectuel. C’est aujourd’hui une nécessité d’ordre éthique », disait Abdelmalek Sayad6. De cette nécessité, ce volume se veut le témoignage actif.

Notes

1 Pour une histoire critique et citoyenne, au delà des pressions officielles et des lobbies de mémoire, Lyon, ENS Lettres et sciences humaines, 20, 21 et 22 juin 2006.

2 Cité in Mohammed Harbi, Une vie debout. Mémoires politiques, t. I : 1945-1962, Paris : La Découverte, 2001, p. 183.

3 Il s’agit en particulier du CARA (Cercle des Algériens et Franco-Algériens en Rhône-Alpes), du CEINAF (Cercle des entrepreneurs et industriels algériens de France), de la CIMADE (Comité inter-mouvements d’aide aux déplacés), de France-Algérie, de Coup de Soleil, de Harkis et Droits de l’Homme.

4 Ainsi que l’ont montré, à chaud, les travaux de Pierre Vidal-Naquet (Voir La torture dans la République [1972], Paris : Les Éditions de Minuit, 2000) et, plus récemment, de Raphaëlle Branche (La torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie 1954-1962, Paris : Gallimard, 2001).

5 L’intégralité des actes du colloque est disponible à l’adresse suivante : <http://colloque-algerie.ens-lsh.fr> (consulté le 23 juillet 2007).

6 Abdelmalek Sayad, Histoire et recherche identitaire, Paris et Alger : Éd. Bouchène, 2002.

© ENS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable