Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Regards croisés sur les mots non simples

 | 
Barbara Kaltz

L’Académie de la langue hébraïque et la morphologie de l’hébreu contemporain

Sophie Kessler-Mesguich

Texte intégral

  • 1 Cette étude concernant à la fois l’hébreu moderne et l’hébreu classique, nous avons adopté une tra (...)
  • 2 Sur cette métaphore, voir Téné (1968, p. 977). Voir aussi Masson (1986, p. 17 et suiv.)
  • 3 Pour une liste plus complète et une typologie des différentes langues juives, on se reportera à l’ (...)

1La création en 1890 du Comité de la langue hébraïque (Va‘ad ha-lašon ha-‘ivrit)1 répondait à un besoin pratique autant qu’idéologique : il était en effet nécessaire, à cette date, de fixer des normes encadrant ce que l’on appelle communément « la renaissance de l’hébreu »2, c’est-à-dire sa réactivation comme langue parlée – en d’autres termes, l’entreprise qui visait à en faire un outil utilisable dans toutes les situations de communication écrite et orale. Disparu progressivement de l’usage parlé au milieu du iie siècle de l’ère chrétienne, l’hébreu est demeuré, pendant 1700 ans, une langue d’étude et de prière, utilisée continûment pour l’expression écrite par des communautés dont les langues parlées étaient soit celles des pays où elles vivaient, soit des langues juives3. De ce fait, la récitation des textes sacrés (Bible, Mishna, liturgie) a fait apparaître de nombreuses traditions orales, aboutissant à d’importantes variations phonologiques et morphologiques : par exemple, tel signe vocalique réalisé /a / dans certaines communautés est prononcé /o/ ou /u / dans d’autres ; le /r/ est redoublé dans certaines traditions de lecture ; dans la récitation traditionnelle de la Mishna, deux formes de pluriel coexistent pour le mot oxel « nourriture » : oxalin et oxəlin. Pour faire de l’hébreu modernisé un instrument de communication adéquat, il fallait donc unifier sa prononciation, fixer son orthographe, enrichir le lexique et supprimer les contradictions morphologiques nées de la concurrence de formes appartenant à diverses époques. C’est ce dernier point qui nous intéresse dans le cadre d’un ouvrage sur les mots non simples.

  • 4 Le fonctionnement de l’Académie a été à plusieurs reprises décrit par ses propres membres : voir p (...)

2Le Comité de la langue hébraïque se proposait de « rendre l’hébreu apte à être utilisé comme langue parlée dans tous les domaines, à la maison, à l’école, dans la vie publique, le commerce, les affaires, l’industrie, les arts, les techniques et les sciences » et de « préserver le caractère oriental de la langue, en particulier dans sa prononciation ». Il a fonctionné pendant plus de soixante ans, mais il faut souligner que ses décisions n’avaient pas force de loi, à la différence de celles de l’Académie de la langue hébraïque (ha-aqademya la-lašon ha-‘ivrit)4, qui remplace le Comité en 1953. Composée de philologues, linguistes, universitaires et écrivains, elle poursuit ses travaux dans deux directions : 1) la recherche sur la langue hébraïque, son histoire, ses traditions orales et manuscrites ; 2) la création de termes techniques et la fixation de normes en matière orthographique et surtout morphologique (il n’y a quasiment pas de décisions en matière de syntaxe). Cette double activité, scientifique et normative, donne lieu à différentes publications : monographies, travaux érudits, revues consacrées à l’hébreu (Lešonénu « Notre langue », et Lešonénu la-‘am, pour un public plus large), nombreux dictionnaires de termes techniques en attendant le grand dictionnaire historique et étymologique auquel les académiciens travaillent depuis plusieurs décennies. Les décisions de type normatif – par exemple la fixation des différents schèmes nominaux et de leur flexion – sont signées par le ministre de l’Éducation et de la Culture et publiées au Journal officiel. L’Académie fonctionne suivant un système de commissions, composées de spécialistes des domaines techniques et de membres de l’Académie. Ces commissions présentent leurs propositions à l’assemblée plénière : c’est toujours celle-ci qui statue en dernier ressort. Les débats et les conclusions de l’assemblée plénière sont publiés sous le titre Zixronot ha-aqademya la-lašon ha-‘ivrit (Mémoires de l’Académie de la langue hébraïque). Dans cette étude, nous essaierons d’expliciter à partir de quelques-unes de ces discussions les principes sur lesquels se fondent les choix de l’Académie en matière de morphologie.

Un souci de rationalité

Transparence, disponibilité, utilité du schème

  • 5 Voir par exemple Nir (1982), Alloni-Feinberg (1974).
  • 6 Zixronot (1988, p. 65-67).

3Les quelques études sur la réception des mots proposés par l’Académie5 font apparaître que la transparence est un élément essentiel pour que le public les adopte. Les membres de l’Académie sont également sensibles à cet argument – quoique leur formation de philologues et de spécialistes de l’hébreu classique leur fasse parfois considérer comme transparents des éléments qui ne le sont guère pour le grand public ! Premier exemple : le cas de rigšeš « sensibiliser » et rigšuš « sensibilisation »6, termes discutés dans le cadre de la publication du dictionnaire des termes de psychologie.

  • 7 Rappelons au lecteur non hébraïsant que, selon la théorie classique (mais voir dans ce volume la c (...)

4La racine biblique RGŠ fournit plusieurs verbes en hébreu contemporain, parmi lesquels RiGeŠ, « émouvoir » et hiRGiŠ « [se] sentir ». Le second de ces schèmes7 est utilisé pour fabriquer des verbes causatifs, transitifs, et des verbes inchoatifs, intransitifs, tel « rougir » en français : rendre ou devenir rouge. Pour des raisons de transparence, on repousse l’idée de donner la valeur causative « faire sentir » à hiRGiŠ, extrêmement fréquent au sens de « se sentir ». On propose alors, pour traduire « sensibiliser », un verbe quadrilitère, RiGŠeŠ sur le modèle classique C1iC2C3eC3 (qitlel). Mais, dans la mesure où plusieurs verbes à redoublement sont des diminutifs (comparer CiḤQeQ « faire entendre un petit rire » à CaḤaQ « rire »), des objections s’élèvent. Voici quelques-uns des arguments échangés au cours du débat :

Shlomo Morag : Il me semble qu’il y a ici une question de principe, qui va au-delà de ce terme particulier. Si nous voulons que la signification du néologisme soit comprise par les locuteurs, celui-ci doit être aussi transparent que possible. Nous ne constituons pas un échantillon représentatif, il faut que nous sachions ce que perçoit l’hébréophone lorsqu’il entend rigšeš [...]. C’est le rôle de l’Académie que de vérifier le sens que prend une telle forme en hébreu contemporain. Il nous faut des données objectives [...]. Pour moi, le verbe rigšeš n’est pas associé à une forme causative, je le perçois comme un diminutif.
Zeev Ben-Hayyim : On peut enquêter auprès des gens lorsqu’il s’agit de donner une description précise de ce qui existe, mais je n’ai encore jamais vu qu’on sollicite les locuteurs pour établir une terminologie technique et scientifique [...]. La seule question que nous avons à nous poser, c’est celle de la pertinence grammaticale du néologisme.

5Finalement, le terme rigšeš sera jugé suffisamment transparent pour des spécialistes de psychologie et validé par l’Académie.

  • 8 Zixronot (1988, p. 314.)

6Autre exemple : l’équivalent hébraïque de « pylône »8. La commission propose migdol, par analogie avec migdal, mot biblique et moderne signifiant « tour » ; le schème miQToL est attesté dans les sources. Quelqu’un suggère cependant de conserver pilon, qui a la même origine grecque que pylône et apparaît dans les textes talmudiques avec le sens de « porte d’entrée ». Mais pilon signifie également « éléphanteau » ; la suggestion est donc rejetée et migdol est adopté à l’unanimité.

Limiter les exceptions

  • 9 Zixronot (1988, p. 89-90).

7Le mot ḥoveret, qui désigne dans la Bible un ensemble de tentures destinées à protéger l’Arche d’alliance, a été réactivé avec le sens de « brochure, fascicule » : en effet, la racine ḤBR signifie « lier ». Comme ce mot n’apparaît dans la Bible qu’au singulier, l’Académie doit fixer une forme de pluriel9. Or, la commission grammaire a formulé une règle morphologique selon laquelle les mots de schème qotelet ont un pluriel qotəlot – prononcé en général qotlot – s’ils peuvent être rattachés à des participes présents. Ainsi, le mot ḥotemet, qui signifie « tampon » (mais qui est étymologiquement le féminin du participe ḥotem « signant, scellant »), présente un pluriel hot(ə)mot, alors que le mot ḥotam « sceau » conserve son a et possède donc un pluriel ḥotamot. En revanche, le mot koteret « titre » qui a le même schème que ḥotemet n’est pas le féminin d’un participe – *koter n’est pas attesté – et il a donc pour pluriel kotarot. Si ḥoveret est envisagé comme le « féminin » d’un participe ḥover, il doit présenter un pluriel ḥovərot (prononcé ḥovrot) ; dans le cas contraire ḥovarot. Or, les deux formes existent et sont employées par les locuteurs. L’Académie estime que ḥoveret n’est pas le féminin de ḥover. Dans ce cas, doit-elle entériner l’usage d’une partie des locuteurs et admettre ḥov(ə)rot comme une exception, ou bien ne conserver que le pluriel ḥovarot, conforme à la règle édictée par la commission ? La discussion fait apparaître des arguments opposés : a) il existe déjà des exceptions : par exemple, misgeret « cadre », qui ne correspond à aucun participe masculin, a cependant un pluriel misgərot, ce qui crée un précédent pour le pluriel ḥov(ə)rot ; b) ḥovarot est plus ancien que ḥov(ə)rot bien que ce dernier soit plus répandu dans la prononciation actuelle ; c) il existe des mots délicats à classer : originellement dérivés d’un participe, ils se sont figés dans des significations qui pourraient leur valoir un pluriel en a (par exemple colelet « sous-marin », pluriel coləlot) ; la règle, malgré son caractère rationnel, comporte donc une part d’arbitraire ; d) le principe d’analogie avec maḥberet, maḥbarot (cahier), qui a la même racine, joue en faveur de ḥovarot.

8La commission se prononce en faveur de ḥovarot. Le principe de limitation des exceptions l’a ici emporté sur l’usage des locuteurs, pourtant non fautif par rapport aux normes classiques, puisque le mot n’a pas de pluriel dans les sources.

Pragmatisme de l’Académie

9Gabriel Birnbaum, qui fut pendant plusieurs années secrétaire de l’Académie, a qualifié cette institution de « normative-réaliste », expliquant qu’elle cherche à se situer à mi-chemin entre les puristes soucieux de maintenir l’héritage classique et les descriptivistes, tels Hayyim Blanc et Hayyim B. Rosén. La lecture des publications de l’Académie montre que celle-ci est malgré tout beaucoup plus proche des premiers que des seconds : « toute notre grammaire repose sur le texte biblique vocalisé », dit l’un de ses présidents, Zeev Ben-Hayyim. Cependant, même si les membres de l’Académie déplorent certains usages contemporains, ils prennent soin de se différencier des programmes ou publications de type « dites / ne dites pas », qui furent florissants dès les années 1950. Dans les discussions que nous avons examinées, on voit très souvent revenir des déclarations telles que « nous n’œuvrons ni pour le passé ni pour le présent, mais pour le futur », « nous créons un cadre ». Nous avons vu ci-dessus, avec ḥovarot, que l’usage des locuteurs était parfois ignoré au nom d’un principe rationnel (limiter les exceptions) ; il arrive également qu’il soit pris en compte, même s’il est en contradiction avec la grammaire classique. Voici quelques exemples.

Prendre en compte la réalité de la langue

  • 10 Zixronot (1988, p. 128-130). Dans son dictionnaire, de tendance puriste, paru en 1955, Abraham Eve (...)

10Souvent, c’est au moment de donner son imprimatur à un dictionnaire spécialisé que l’Académie règle le cas de certains mots posant problème. Tel est le cas du mot « dentelle », examiné au moment de la publication du dictionnaire des termes techniques du textile et de la couture10. Le terme hébraïque proposé pour « dentelle » est taḥrim (une proposition déjà ancienne d’Eliézer Ben Yehuda), dont la racine ḥRM est biblique et se trouve également en arabe. Mais, peut-être parce que cette racine est rare et que la finale -im évoque un suffixe de pluriel, les locuteurs utilisent plus fréquemment taḥara – forme clairement identifiable comme un singulier. Abba Bendavid, qui se signale souvent par ses prises de position ultra-puristes, critique cette formation ; mais la majorité des participants considère au contraire que le mot, conforme aux règles morphologiques de l’hébreu et déjà largement utilisé, y compris en littérature, doit avoir sa place à côté de taḥrim dont il constitue une variante. Dans ce cas, c’est l’usage courant qui est consacré par l’Académie, parce que la création de taḥara n’est pas le fruit d’un calque, c’est un phénomène spontané, témoignant de la vitalité créatrice de la langue.

11Cet exemple montre que, lorsque des termes techniques sont déjà largement utilisés, l’Académie les valide et n’essaie pas de passer outre – à condition, bien entendu, qu’ils soient bien formés morphologiquement.

Reconnaître le rôle de l’analogie

  • 11 Zixronot (1988, p. 156-159).

12Voici un cas dans lequel la position la plus puriste a été écartée au profit d’une solution tenant compte de la réalité de la langue. Il s’agit de noms de métiers, formés par l’adjonction du suffixe -an à une base nominale11. L’Académie a fixé une règle : lorsque la voyelle a ou e de la base disparaît au pluriel, elle est absente du dérivé ; lorsqu’elle se maintient au pluriel (ou dans la flexion nominale), elle est présente dans le dérivé. Selon ce principe, maqlea‘ (mitrailleuse) faisant au pluriel maqlə ‘im, le dérivé sera maqlə ‘an (mitrailleur) : la voyelle e passe à shewa mobile. En revanche, mišpat (droit) fait au pluriel mišpatim : le dérivé sera donc mišpatan (juriste). Cependant, la règle concernant les voyelles prétoniques fait que l’on aura au pluriel maqlə ‘anim et mišpətanim. On voit le problème posé ici : le principe adopté pour la dérivation aboutira, pour les termes de type mišpatan, à une incohérence entre le singulier (avec voyelle a, mišpatan) et le pluriel (absence de cette voyelle, mišpətanim). La position puriste est exprimée par Yehoshua Blau :

  • 12 « Canon » se dit en effet totaḥ.

Si nous validons totḥan [canonnier] au lieu de totaḥan12, nous introduisons, d’une certaine manière, de nouvelles lois phonétiques.

13La position inverse est défendue par Aron Dotan, puis Moshé Bar-Asher :

Aron Dotan : Je propose que nous évitions d’imposer une charge excessive à nous-mêmes, à la langue hébraïque, aux locuteurs [...]. Personne ne dit, ni ne dira totaḥan, [canonnier] [au lieu de totḥan]. [...] Puisque la grammaire autorise les deux possibilités, choisissons la plus facile.
Moshé Bar-Asher : M. Blau a raison. Pour nous, qui sommes familiers de la grammaire biblique, il est normal de dire mišpatan, mišpətanim, mais, que nous le voulions ou non, l’analogie entraînera soit mišpətan mišpətanim soit mišpatan mišpatanim. Les manuscrits de la Mishna et les ouvrages de piyyutim contiennent de très nombreuses formes analogiques ; en hébreu moderne, elles sont également fréquentes, y compris dans la langue des plus savants.

14C’est cette position que choisit l’Académie : les formes de singulier seront alignées sur les pluriels, et on dira totḥan et mišpətan.

Fidélité aux sources classiques et unité de la langue hébraïque

  • 13 Zixronot, (p. 24).

15Malgré ces concessions, l’attitude dominante est de maintenir un lien étroit entre l’hébreu contemporain et la langue écrite des sources, considérée comme le cadre à l’intérieur duquel l’Académie doit fonctionner. Nous avons vu ci-dessus plusieurs cas pour lesquels certains s’inquiétaient de voir entériner par l’Académie « une nouvelle grammaire », « de nouvelles règles phonétiques ». Cela ne concerne pas les locuteurs, et les écarts — extrêmement nombreux, on s’en doute — entre l’hébreu parlé actuellement et celui des sources, mais bien les règles validées par l’Académie : ces dernières ne devraient pas ouvrir la voie à des changements phonétiques ou morphologiques qui contrediraient la vocalisation massorétique de la Bible. Cela est souligné par Gad B. Sarfatti13 :

On peut jouer sur la langue en se situant au niveau de la phonétique ou bien au niveau des règles traditionnelles de vocalisation. Nous avons plutôt tendance à pencher du côté de ces dernières [...]. La contradiction entre les règles phonétiques [de l’hébreu moderne] et celles de la vocalisation massorétique est bien réelle, et elle apparaît de plus en plus clairement dans les débats de l’Académie.

16On note par ailleurs, dans les débats touchant à la phonétique, une tendance à trancher en faveur d’une prononciation de type ashkénaze (par exemple, la différence entre les allophones b et v), ce qui amène parfois des protestations de la part de membres de l’Académie attachés à l’héritage des traditions orales émanant des communautés juives arabophones.

Conserver l’héritage classique

  • 14 Zixronot (1987, p. 31-34 et 125-129).
  • 15 Ḥullin, II, 1.

17Nous prendrons l’exemple du schème qatil/qətil14. L’hébreu biblique possède un certain nombre de substantifs de schème qatil. Dans certaines circonstances (pluriel, état construit, forme avec affixes), la première voyelle se réduit à shewa. Ainsi, navi’ (prophète) a pour pluriel nəvi’im. Mais il existe aussi, dans la Bible, quelques formes de schème qətil, par exemple kəsil « insensé » (prononcé ksil en hébreu moderne). Lorsqu’un mot formé sur l’un ou l’autre de ces schèmes n’est attesté dans les sources classiques (Bible et Mishna) qu’au pluriel, ou qu’à l’état construit, il est impossible de savoir si, à la forme non marquée, on aurait qatil ou qətil. Ainsi, le mot signifiant « veines » est un hapax de la Mishna15 : wəridin. Doit-on supposer un singulier warid ou wərid ? Par ailleurs, lequel des deux schèmes généraliser pour la création de mots nouveaux ?

18Rappelons que l’assemblée plénière de l’Académie ne doit ici que vérifier et entériner les conclusions de la commission grammaire, laquelle a déjà contrôlé les données linguistiques parfois contradictoires d’un dictionnaire à l’autre et formulé une proposition de règle. Celle-ci pose deux critères, l’un sémantique et l’autre morphologique, pour l’utilisation du schème qatil : il sera réservé à des noms exprimant une qualité et pouvant être mis au féminin, exemple yadid (ami), nacig (représentant). Tous les autres mots seront vocalisés selon le schème qətil, par exemple š(ə) til (plant), c(ə)mig (pneu). Cependant, les sources classiques, et en particulier le texte massorétique de la Bible, présentent un certain nombre de dérogations à cette règle. Une liste de ces exceptions est annexée à la décision : un terme exprimant une qualité, mais attesté dans la Bible avec une vocalisation qətil (par exemple kəsil « insensé ») conservera cette vocalisation ; et une soixantaine de termes, qui ne satisfont pas au critère morpho- sémantique indiqué plus haut, conservent malgré tout le schème qatil qu’ils possèdent dans les sources, par exemple basis « base », emprunté au grec à l’époque mishnique, ou sadin « drap ».

19Dans ce cas précis, on voit que se combinent le souci de l’avenir (créer un cadre pour les créations futures) et celui de l’unité de la langue hébraïque (rester fidèle à la morphologie attestée par les sources classiques). La décision met en œuvre un principe de rationalité, d’économie linguistique, puisque l’on systématise, par le biais d’un critère morpho- sémantique, la différence entre deux schèmes proches mais distincts. En même temps, elle préserve l’héritage classique transmis par les dictionnaires : les mots dont la vocalisation est attestée par les sources gardent cette vocalisation, ce qui se traduit par une liste close d’exceptions.

Ne pas forger d’équivalent hébraïque lorsque ce n’est pas nécessaire : le cas de normalizacya16

  • 16 Zixronot (1988, p. 30-35).

20Ce terme est apparu dans la presse, au début des années 1980, pour caractériser les relations avec l’Égypte, alors en voie de normalisation. Certains journalistes se sont adressés à l’Académie pour savoir si le mot pouvait être hébraïsé. Parmi les nombreuses propositions des commissions grammaire et terminologie et celles de l’assemblée plénière, nous en détaillerons deux (finalement refusées, comme on le verra plus loin) :

  • nirmul. Selon un procédé fréquent d’acclimatation des emprunts, on n’a gardé que les consonnes du « radical » de NoRMaLizacya, soit NRML ; on considère cette série de quatre consonnes comme une racine et on croise cette dernière avec un schème hébraïque de nom d’action, qittul, ce qui donne NiRMuL, à rapprocher de BiZBuZ « gaspillage » ou TiR-GuM « traduction ». Cette proposition n’a rien de révolutionnaire puisque, comme le rappelle un participant au débat, l’hébreu connaît déjà plusieurs mots dont la « racine » résulte d’un emprunt, par exemple NiTRuL (neutralisation) et ’iRGuN (organisation). Par ailleurs, nirmul est déjà employé par certains journalistes.
  • təqina. Ce néologisme est entièrement hébraïque, aussi bien lexicalement que morphologiquement : en effet, la racine TQN et le schème qətila sont tous deux attestés dans la Bible. C’est le croisement de ces deux morphèmes qui constitue l’innovation par rapport aux sources. Mais la proposition est refusée, d’abord parce que la racine TQN est déjà largement exploitée – avec le sens de « corriger, réparer, standardiser, produire des règles » – mais aussi parce que le mot təqina est en fait déjà utilisé avec le sens de « norme technique ».

21Précisons que les mots normalizacya et nirmul n’ont pas été forgés et proposés par les commissions : ils sont déjà employés dans la presse. La question qui se pose est donc la suivante : entre-t-il dans les fonctions de l’Académie d’entériner (ou de refuser) des termes déjà utilisés par les locuteurs ? C’est sur ce point que porte la discussion. Parmi les di verses interventions, nous citerons celles de Shimshon Melzer, Zeev Ben-Hayyim et Chaim Rabin :

Shimshon Melzer : L’Académie ne doit pas figer le développement [de la langue]. Nirmul est un mot bien fait, avec ses deux syllabes. Pourquoi ne pas entériner un mot déjà répandu dans la presse ?
Zeev Ben-Hayyim : Lorsque l’Académie est sollicitée par le public, elle ne peut pas ne pas donner de réponse. Mais parfois, elle n’a pas de réponse à donner. [...] La commission mixte « grammaire et terminologie » a repoussé nirmul, mais elle ne s’est pas mise d’accord sur un terme équivalent. L’Académie n’accepte des néologismes tels que nirmul ou nitrul que lorsqu’il est impossible de leur trouver des équivalents hébraïques. Dans le cas qui nous occupe, je ne pense pas qu’il soit nécessaire de forger un tel équivalent, puisqu’il existe d’autres manières de s’exprimer, par exemple ka-šura ou ka-halaxa [selon la règle, normalement].
Chaim Rabin : Je suis personnellement opposé à la validation par l’Académie de mots d’origine non hébraïque. Si nous ne trouvons pas d’équivalent hébreu pour tel ou tel emprunt, alors il ne faut rien proposer. Nous pouvons proposer telle ou telle façon d’exprimer en hébreu la notion de « normalisation », mais nous ne décidons pas de forger un terme hébraïque qui remplace l’emprunt. Peut-être en trouvera-t-on un, dans l’avenir : c’est alors que l’Académie devra se prononcer.

22La décision finale (14 voix pour, 9 voix contre et 4 abstentions) ira en ce sens : « Il est décidé de ne pas créer de terme spécifique remplaçant normalizacya dans son acception politique et sociale, mais d’utiliser les tournures hébraïques déjà existantes, telles que taqinut [bon état], yaḥasim taqinim [relations normales], ləhavi lide taqinut [remettre en état]. »

Maintenir l’unité de la langue à travers la diversité des sources

  • 17 Zixronot (1988, p. 63-64).

23Premier exemple : le nom hana‘a « motivation »17 est formé par calque sur la racine NW‘ (remuer, mouvoir). Il présente l’inconvénient de son homophonie avec hana’a, « jouissance ». Cette homophonie provient de ce qu’une grande majorité de locuteurs réalisent de manière identique la pharyngale /‘/ et le coup de glotte /’/. Aussi la commission propose-t-elle de changer de schème et d’adopter hani‘a. Certains puristes s’indignent de ce changement, qui entérinerait un fait regrettable selon eux, à savoir « l’affaiblissement » de la prononciation. L’un d’eux critique le terme comme non transparent (on pourrait croire que le h initial fait partie de la racine, alors que c’est une marque de schème), mais on lui objecte immédiatement que les sources (Ben Sira, la Gemara, la tradition samaritaine) contiennent plusieurs mots faits sur le même schème. hani‘a est donc accepté.

24Second exemple : pour traduire « téléphérique », l’Académie a forgé le terme rakevel, un mot-valise fabriqué à partir de rakevet « train » et kevel « câble ». Lorsque se pose la question de son pluriel, l’Académie fixe celui-ci sur le modèle d’un mot biblique, pilegeš (courtisane) : puisque pilegeš a pour pluriel pilagšim, rakevel fera rakavlim.

Ne pas créer de nouveau schème18

  • 18 Zixronot (1987, p. 21-31).
  • 19 Pour la clarté de cette discussion, rappelons que trois consonnes sont, en hébreu contemporain, su (...)

25Il existe en hébreu classique un schème qatlan, qui exprime des qualités ou des métiers, par exemple paḥdan « poltron », safran « bibliothécaire ». Mais l’existence de mots comme vakḥan « ergoteur » ou kablan « entrepreneur » pose un problème : ils présentent pour la seconde consonne de leur racine une réalisation occlusive anormale, respectivement k et b, là où les normes de la phonologie biblique exigeraient x et v19. La commission grammaire présente à l’Académie la règle suivante : le schème est qatlan, et on admet une liste d’exceptions. Mais cela revient, dans une certaine mesure, à créer une catégorie grammaticale spécifique pour les mots contenant b, k, ou p. La discussion, longue et passionnée, oppose ceux qui tiennent à rester fidèles aux sources et qui plaident pour un seul schème, avec une liste fermée d’exceptions, à ceux qui pensent qu’il y a là une possibilité d’ouverture (un nouveau schème) à exploiter pour des créations futures. Se pose également le problème de la relation entre schèmes verbaux et schèmes nominaux, car les mots en question sont pour la plupart liés à un verbe pi‘el dont le schème comporte un redoublement de la seconde radicale et voit donc apparaître l’occlusive impossible, selon la grammaire classique, à la place où elle figure dans le nom. Ainsi dabran « bavard », mot de l’époque talmudique, est lié au verbe dibber « parler » (prononcé diber en hébreu moderne), mais le b de dabran n’est pas conforme aux règles de la phonologie biblique, qui exigeraient *davran. Valider ces mots reviendrait donc à refléter le schème verbal dans la formation nominale, estime Chaim Rabin, qui y voit une possibilité d’enrichissement de la langue :

Safran [bibliothécaire] est dérivé de sefer « livre » ; avec le schème verbal pi‘el, on a sip(p)er [raconter] : pourquoi se priver de la possibilité de forger le mot sapran, par exemple pour désigner un conteur ou un spécialiste du récit ?

26Position que rejoint Aron Dotan :

  • 20 Souligné dans l’original.

Il me semble que notre rôle est de fixer des règles de manière à préparer les créations pour l’avenir20. Je ne crois pas que notre rôle soit de corriger le lexique actuel de l’hébreu : des formes existent, et je ne pense vraiment pas nécessaire, ou même sensé, d’essayer de les supprimer, ou de donner une liste d’exceptions qui ne sera de toute façon jamais close. De plus, on peut exploiter l’opposition entre les formes à occlusives et les autres : ainsi, on pourra opposer tapsan [« grimpeur », du verbe tip(p)es « grimper »] à tafsan [« coffreur », du substantif tofes « type »].

27La position puriste est ici exprimée énergiquement par Zeev Ben-Hayyim :

Un tel schème – avec occlusive – n’existe ni dans les sources, ni en arabe. C’est un fait que personne ne conteste. [...] De plus, il est impossible de projeter un schème verbal dans un schème nominal. [...] L’Académie fixe des principes ; les locuteurs font ce qu’ils veulent avec la langue. Admettre les formes à occlusive, c’est créer un nouveau schème. Faire une différence entre tapsan et tafsan, c’est admettre une différence entre p et f.

28En hébreu biblique, p et f sont des allophones : admettre les deux formes reviendrait à en faire deux phonèmes distincts, et donc à créer, par le biais de la morphologie, un système phonologique différent. Il est facile de montrer qu’en hébreu contemporain, p et f sont deux phonèmes à part entière. Mais pour Zeev Ben-Hayyim, l’Académie doit ici respecter la phonologie et la morphologie classiques. Nous retrouvons dans la réponse de Chaim Rabin un certain nombre d’arguments déjà rencontrés plus haut : l’Académie n’a pas pour fonction de corriger le présent, mais de poser un cadre pour l’avenir ; il faut tenir compte de l’usage des locuteurs ; mais on peut défendre la possibilité de créations morpho logiques débordant du strict cadre classique :

Nous ne corrigeons pas la langue hébraïque. Nous essayons d’introduire un peu d’ordre dans le lexique. Je ne pense pas que nous devions nous attacher à l’unité et à l’ordre au point de limiter le locuteur dans l’usage d’un mot hébraïque tout simple. Si nous devons décider qu’il est interdit de lier les schèmes verbaux aux formes nominales, je pense qu’il nous faut prendre cette décision après une réflexion approfondie. Et si l’Académie prend une telle décision, je m’y plierai. Mais il n’y a pas d’urgence à le faire. Si nous créons un schème nouveau (qatlan avec réalisation occlusive b, p ou k), schème qui n’a jamais existé auparavant – mais dont il n’est pas certain qu’il n’ait jamais existé dans aucune autre langue sémitique, je n’ai pas vérifié ce point – pourquoi pas ? Après tout, l’hébreu moderne, qui est une langue vivante, peut bien créer de nouveaux schèmes ! Nous devons être attentifs à conserver sa structure grammaticale, mais pas la forme des mots, qui n’a aucune incidence, surtout lorsqu’il s’agit d’une forme figée.

29À quoi Zeev Ben-Hayyim répond :

Il n’y a pas de point de grammaire qui ne touche à l’idéologie [...]. Si nous suivons la suggestion de Chaim Rabin, je ne vois vraiment pas à quoi sert de continuer nos discussions. L’Académie a une fonction : fixer des normes pour les écoles. [...]. Nous avons étudié la question à fond, pour éviter d’introduire dans la grammaire hébraïque des règles contradictoires. [...] Si l’on autorise kablan, il est hors de question que cela relève de la phonologie, ce ne peut être qu’un fait de morphologie.

30On remarque ici, une fois encore, que le problème n’est pas d’admettre ou non les mots de type kablan (ce dernier est couramment utilisé), mais de ne pas « ouvrir la porte » à des règles phonologiques contradictoires avec les règles de la vocalisation massorétique, à des règles qui permettraient à l’Académie de forger, à l’avenir, des mots comportant une occlusive là où la phonologie biblique l’interdit. En effet, Zeev Ben-Hayyim ne s’oppose pas à ce que kablan soit entériné par l’Académie (il sait bien qu’aucun locuteur ne dira jamais kavlan), il est même prêt à étendre la liste des exceptions ; mais il ne veut pas que l’on puisse analyser le b de kablan comme la réalisation occlusive du phonème, parce que dans ce cas la décision de l’Académie serait en contradiction flagrante avec la phonologie biblique. Après un premier vote, qui pose l’existence d’un seul schème (sans occlusive), les participants examinent la liste des exceptions. Sera-t-elle fermée, limitée aux six mots recensés, ou bien ouverte – ce qui signifie que l’Académie pourra elle-même, le cas échéant, créer des mots comme sapran ? En d’autres termes, ajoutera-t-on qu’il existe quelques mots comportant b, k, ou p, « comme... », en laissant entendre que la liste n’est pas close, ou bien qu’il existe quelques mots « qui sont les suivants » ? C’est ce dernier principe qui est adopté : la liste comporte six mots et il n’est pas prévu que l’Académie puisse en forger d’autres. Dans ce cas, la position puriste de fidélité à la phonologie et à la morphologie de l’hébreu classique l’a donc emporté.

Bibliographie

Références

Zixronot 1987 = Zixronot ha-’aqademia la-lašon ha-‘ivrit, t. 25-27 (1978-1980), Jérusalem, Académie de la langue hébraïque, 1987.

Zixronot 1988 = Zixronot ha-’aqademia la-lašon ha-‘ivrit, t. 28-30 (1981-1983), Jérusalem, Académie de la langue hébraïque, 1988.

Alloni-Feinberg Yaffa, 1974, « Official Hebrew terms for parts of the car : a study of knowledge, usage and attitudes », Advances in Language Planning, Joshua A. Fishman éd., La Haye - Paris, Mouton, p. 493-517.

Alvarez-Péreyre Frank et Baumgarten Jean, 2003, Linguistique des langues juives et linguistique générale, Paris, Éditions du CNRS (Sciences du langage).

Bahat Shoshana, 1989, « Le rôle de l’Académie de la langue hébraïque », Yod, n° 30, p. 89-95.

Bar-Asher Moshé, 1990, « Principles guiding the Language Committee and the Academy of the Hebrew Language in determining normative grammar », Lešonenu, vol. 54, n° 2-3-4, p. 127-150 (en hébreu).

Ben-Hayyim Zeev, 1992, The Struggle for a Language, Jérusalem, The Academy of the Hebrew Language (en hébreu).

Cohen David, 1988, « Le chamito-sémitique », Les langues dans le monde ancien et moderne, Jean Perrot dir., 3e partie : Langues chamito-sémitiques, Paris, Éditions du CNRS, p. 9-29.

Fellman Jack, « The Hebrew Academy : orientation and operation », Language Planning Processes, Joan Rubin et al. éd., La Haye, Mouton, 1977.

Glinert Lewis, 1991, « The “back to the future” syndrome in language planning : the case of modern Hebrew », Focusschrift in honor of J. A. Fishman on the Occasion of the 65th Birthday, David F. Marshall éd., vol. 3, Amsterdam - Philadelphie, Benjamins, p. 215-243.

Irmay Shragga, 1989, « La création d’une terminologie scientifique en hébreu », Yod, n° 30, p. 101-119.

Masson Michel, 1986, Langue et idéologie : les mots étrangers en hébreu moderne, Paris, Éditions du CNRS.

Nir Raphaël, 1982, « On the diffusion of neologisms coined by the Academy of the Hebrew Language », Hebrew Studies, n° 23, p. 161-184.

Téné David, 1968, « L’hébreu contemporain », Le langage, André Martinet éd., Paris, Gallimard (Pléiade), p. 975-1002.

Notes

1 Cette étude concernant à la fois l’hébreu moderne et l’hébreu classique, nous avons adopté une transcription partiellement phonémique : certaines distinctions qui ne subsistent plus que dans la graphie ont été maintenues pour des raisons étymologiques. Waw et bet sont tous deux transcrits par ; en revanche, bien que q et k soient réalisés de manière identique, et que (pharyngale sourde) se soit pour une grande majorité de locuteurs confondu avec la spirante vélaire sourde x, nous maintenons des transcriptions distinctes. Le ’ initial n’est pas noté ; c transcrit l’affriquée dentale sourde. Quant au shewa mobile, comparable au e caduc du français standard, il note une voyelle de disjonction automatique qui n’est réalisée à l’oral que pour éviter une succession de plusieurs consonnes : qətil est prononcé qtil, mais mišpətanim est prononcé mišpetanim. Par ailleurs, toutes les citations ont été traduites par nous.

2 Sur cette métaphore, voir Téné (1968, p. 977). Voir aussi Masson (1986, p. 17 et suiv.)

3 Pour une liste plus complète et une typologie des différentes langues juives, on se reportera à l’introduction de l’ouvrage d’Alvarez-Péreyre et Baumgarten (2003).

4 Le fonctionnement de l’Académie a été à plusieurs reprises décrit par ses propres membres : voir par exemple les articles (en hébreu) de Zeev Ben Hayyim (1992) ou Moshé Bar-Asher (1990). En français, on pourra consulter les brèves contributions de Shoshana Bahat et de Shragga Irmay dans le numéro de Yod consacré au centenaire du Comité de la langue hébraïque (1989). Lewis Glinert (1991) a étudié l’Académie dans le cadre plus général de la planification linguistique. Voir aussi l’article de Fell-man (1977).

5 Voir par exemple Nir (1982), Alloni-Feinberg (1974).

6 Zixronot (1988, p. 65-67).

7 Rappelons au lecteur non hébraïsant que, selon la théorie classique (mais voir dans ce volume la contribution de Pierre Larcher), les mots hébreux sont comme ceux des autres langues sémitiques constitués d’au moins deux éléments : une racine composée de consonnes (le plus souvent, trois ou quatre), morphème lexical, et un schème, morphème grammatical, qui permet d’actualiser cette racine. Les morphèmes sont croisés (pour plus de détails, voir Cohen 1988, p. 16-19). Dans cette contribution, nous mettons en majuscules, lorsque cela est nécessaire, les consonnes de la racine et nous notons le schème à l’aide de la racine-type QTL.

8 Zixronot (1988, p. 314.)

9 Zixronot (1988, p. 89-90).

10 Zixronot (1988, p. 128-130). Dans son dictionnaire, de tendance puriste, paru en 1955, Abraham Even-Shoshan, qui prend d’ailleurs part à cette discussion, présente taḥra (ainsi vocalisé) comme une variante de taḥrim ; dans le Rav-milim, beaucoup plus récent (première publication en 1997), taḥrim est signalé comme une variante moins répandue de taḥara.

11 Zixronot (1988, p. 156-159).

12 « Canon » se dit en effet totaḥ.

13 Zixronot, (p. 24).

14 Zixronot (1987, p. 31-34 et 125-129).

15 Ḥullin, II, 1.

16 Zixronot (1988, p. 30-35).

17 Zixronot (1988, p. 63-64).

18 Zixronot (1987, p. 21-31).

19 Pour la clarté de cette discussion, rappelons que trois consonnes sont, en hébreu contemporain, susceptibles d’une réalisation tantôt occlusive (en tête de mot ou après une syllabe fermée), tantôt fricative (ailleurs) : b/v, k/x, p/f. Par ailleurs, certains schèmes présentent des redoublements de consonnes radicales ; or, la prononciation de la consonne redoublée se confond avec l’occlusive. Par exemple, si l’on prend la racine KFC, qui signifie « sauter », on aura au passé kafac « il a sauté », (f après syllabe ouverte), mais à l’infinitif likpoc (p après syllabe fermée). Avec un autre schème verbal, comportant un redoublement obligatoire de la seconde radicale, on aura kippec « il a sautillé », prononcé kipec en hébreu moderne. La prononciation occlusive n’est pas liée, dans ce cas, à la position du p (il suit une syllabe ouverte) mais au redoublement caractéristique de ce schème verbal ; cependant, la prononciation des consonnes géminées ayant complètement disparu en hébreu moderne, le locuteur entend et articule kipec. L’impossibilité de sapran est donc liée aux règles phonologiques de l’hébreu biblique et non moderne.

20 Souligné dans l’original.

Auteur

Université de Paris 3

© ENS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable