Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Padoue et son contado (Xe-XIIIe siècle)

 | 
Gérard Rippe

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Montesquieu, Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence, Pléiad (...)

1Montesquieu, méditant sur la mise en place du régime impérial à Rome, écrivait : « Comme on voit un fleuve miner lentement et sans bruit les digues qu’on lui oppose, et enfin les renverser dans un moment, et couvrir les campagnes qu’elles conservaient ; ainsi la puissance souveraine, sous Auguste, agit insensiblement, et renversa, sous Tibère, avec violence »1. De même la société du Padouan, lente à se modifier avant la dictature, toute bardée qu’elle était des garde-fous institutionnels de la fausse « révolution » de 1200, s’est trouvée, au sortir catastrophique d’une première expérience seigneuriale, profondément transformée sous une apparente restauration. Les plus vieilles familles d’usuriers, les mieux à même de tirer pleinement profit des bouleversements, partagent le pouvoir avec ceux des lignages seigneuriaux qui, au terme de la montée aux extrêmes qu’a été l’épisode guerrier en sa phase finale, n’ont pas été mis hors jeu par la défaite de leur camp ou par la ruine. Quant à la paysannerie, elle est la grande victime silencieuse de la crise du xiiie siècle. Le lent déclin des communes rurales ne s’est sans doute pas précipité en une catastrophe commune à toutes autour de 1250, et c’est seulement dans des secteurs plus éprouvés que d’autres par la guerre, ou bien là où les capacités de résistance paysanne avaient été peu à peu éliminées par l’intrusion citadine, que se met en place avec une rapidité extrême (avant tout durant les années 1256-1259) un nouveau rapport de production caractérisé par des baux à durée limitée qui, libérant le propriétaire du conditionnement de la coutume, lui permettront de réajuster à intervalles réguliers, à son profit, la ponction imposée aux producteurs. La lente érosion de la propriété paysanne, déjà fort avancée dès les années 1230, s’achève donc autour du milieu du siècle. Alors que l’alleutier, longtemps acteur essentiel de l’histoire du Padouan, a disparu, la grande propriété citadine (plutôt que « bourgeoise ») et seigneuriale (mais il ne sera longtemps question que des monastères vénitiens et d’une minorité de laïcs), en se renforçant sans cesse, impose au paysage une métamorphose qui, après avoir été longtemps progressive, voire sournoise, est désormais accélérée : enclosures et remembrements créent un habitat rural dispersé qui n’est sans doute pas devenu exclusif, mais qui est le seul à exprimer la part dynamique de l’économie des campagnes (avec toutefois des nuances non négligeables sur les collines vinicoles).

2« C’est par une crise des revenus seigneuriaux que se termine le Moyen Âge et s’ouvrent les temps modernes », lit-on quelque part dans Marc Bloch. C’est dès le xiiie siècle que cette crise se manifeste en Italie. C’est dès le xiiie siècle en effet qu’une tentative de solution guerrière a pour premier résultat de diminuer le nombre des grands qui se partagent les surplus de la production ; mais sa conséquence essentielle est l’édification d’un système plus efficace d’exploitation du monde rural : si c’est aux xive-xve siècles que disparaît en Angleterre la tenure paysanne à redevances fixes, la chose connaît un début de réalisation dans le Padouan, comme dans d’autres régions de l’Italie communale, dès les années 1250.

3Ce qui commence à se mettre en place dès le xiiie siècle, au terme d’un conflit qui a précipité le rythme des changements inéluctables, c’est le féodalisme des temps « modernes ». Certes les nouveaux riches, comme les vieilles dynasties et, le plus souvent, mieux qu’elles, jouissaient des possibilités dynamiques offertes au propriétaire, au sens plein et actuel du mot, avec ce qu’il implique de capacités d’intervention immédiate dans la gestion des biens. Mais, dans le même temps, les structures clientélaires héritées des siècles passés se maintenaient au profit des plus grands seigneurs, et d’eux seuls. Si bien que ce sont eux qui, mieux à même de recueillir tous les bénéfices de cette régénération du féodalisme, montreront, au cours d’une nouvelle crise, plus grave encore que la précédente, au xive siècle, les plus fortes capacités de résistance et, parfois, d’exaltation.

Notes

1 Montesquieu, Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence, Pléiade, t. 2, p. 143.

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540