Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Padoue et son contado (Xe-XIIIe siècle)

 | 
Gérard Rippe

Troisième partie. Les transformations sociales et la crise du XIIIe siècle

Chapitre 4. « Le bruit et la fureur » : la domination d’Ezzelino da Romano (1237-1256)

Texte intégral

I – EN MANIÈRE D’INTRODUCTION : MODESTE PROPOSITION POUR FAIRE QUELQUE CHOSE DES GRANDS CLASSIQUES

  • 1 Le problème est de nouveau posé dans l’article de Patrick Boucheron, De la cruauté comme principe d (...)
  • 2 L’imaginaire populaire français associe les idées de pouvoir et de cruauté à une époque bien plus a (...)

1Depuis Stendhal, la réflexion sur la Renaissance italienne ne cesse de se heurter à une dialectique de la cruauté et de la créativité qui en est l’un des caractères les plus troublants1. Tout un cortège de tyrans accumule les horreurs en même temps qu’il contribue à l’édification d’une culture parmi les plus hautes de l’histoire de l’humanité, frappant la mémoire collective des images les plus brutalement contrastées2.

2Traditionnellement, Frédéric II et Ezzelino da Romano représentent, au seuil ensanglanté de ce qui s’appellera la Renaissance, l’un l’entrée violente de l’Italie dans la modernité, l’autre une figure emblématique de l’horreur dont cette modernité est porteuse.

3On le doit à deux historiens germaniques, Burckhardt et Kantorowicz. Paradoxalement c’est à travers la création de mythes qu’ils auront été parmi les plus féconds de l’historiographie occidentale.

  • 3 Cf. par exemple, à ce sujet, dans la vaste bibliographie sur Kantorowicz, les remarques de Y. Malki (...)

4L’œuvre de Jacob Burckhardt a été réfutée une infinité de fois dans ses détails ; ce qui reste d’elle garde la puissance suggestive de ce torse antique du Vatican qui fascinait Michel-Ange. Quant à la dénonciation du « mythe » de Frédéric II, elle a été faite, et avec véhémence, dès la sortie du livre de Kantorowicz3.

5Et, pourtant, ils « tiennent » ! L’érudit respectueux des règles de la science historique s’applique, avec une humilité hors de laquelle il sait ne pouvoir être crédible, à exhumer des fragments de réalité. Il n’y a pas, il le sait aussi, de « vérité » historique. S’il est capable d’aller au-delà d’une érudition attentive aux seuls détails, il propose des schémas explicatifs qui permettent une mise en scène, selon un certain ordre, de ces réalités initialement éclatées ; il offre donc son propre panorama, à partir d’un angle de vue différent de celui de son voisin. Bref, il élabore un modèle structurel.

6Burckhardt et Kantorowicz font, face à lui, figure de monstres. Ils prétendent dévoiler l’essence des choses, non pas des fragments de réalité, mais bien la vérité dans son unicité : l’essence de la Renaissance, la signification du personnage de Frédéric II dans le devenir occidental... En cela ces grands historiens ne sont pas des historiens.

  • 4 Toute la pensée allemande traditionnelle se nourrit de cette certitude de l’unicité du Vrai : « Les (...)
  • 5 Je remercie ma collègue Michèle Delacourt de m’en avoir fait un jour la remarque.

7Certes, par les prétentions qui sont les leurs (et cela est vrai du Kantorowicz d’avant les années 30 plus clairement encore que de Burckhardt), ils figurent, face à ce qu’est à présent l’histoire scientifique, un peu comme la philosophie de l’âge classique, dans sa croyance à la possibilité de découvrir le Vrai, face aux certitudes éclatées et au pluralisme des contemporains. On pourrait leur appliquer la formule de Nietzsche sur la métaphysique jusqu’à Hegel inclus, et dire que leur volonté de Vérité était « une volonté d’imaginer l’Être ». Kantorowicz, tout particulièrement, incite à une telle comparaison, tant son maître-livre sur Frédéric II est pénétré d’un hegelianisme conservateur4. Il suffit de jeter un coup d’œil à l’index pour s’apercevoir que l’un des noms qui y revient le plus souvent est celui de Napoléon5. Son but est de faire du Staufen la plus haute conscience possible, l’« âme du monde », du Moyen Âge central, ce que le Corse était pour le philosophe d’Iena. Tout cela est bien connu, au demeurant.

8Qu’est-il désormais possible d’écrire ? Faut-il en arriver à nier que l’empereur ait introduit quelque chose de radicalement nouveau dans l’Italie du xiiie siècle, à traiter d’illusion ce qui a induit Burckhardt à le situer au seuil de l’état Renaissant ? De même, doit-on se contenter de ne voir en Ezzelino qu’un grand seigneur anodin dans son comportement en temps de guerre, tout juste un peu brutal peut-être ?

  • 6 Dans la mesure où la question du sens est fondamentale chez Kantorowicz et, sans nul doute aussi, o (...)

9Dans le cas de Frédéric II, bien sûr infiniment plus complexe et d’un intérêt bien plus vaste que celui du da Romano, il faut, pour rendre justice à la vision de Kantorowicz (mais également de Burckhardt) s’attacher non seulement à l’œuvre effectivement réalisée par le personnage, mais au sens que son action a prise (échec ou pas échec !) pour les générations qui l’ont suivi. Si grand homme il y a, c’est dans l’infinité des résonances de cette action que réside sa grandeur. Il va de soi, à bien le lire, que ce problème du sens était, pour Kantorowicz, fondamental6.

  • 7 E. Voltmer, Lo stato « modello » di Federico II : mito o realtà ?, dans Nel segno di Federico II... (...)

10Il ne m’appartient pas ici de reconsidérer les divers aspects des réalisations frédériciennes. Bien sûr, on a comblé nombre de lacunes documentaires et/ou mieux scruté ce que l’historiographie ancienne pouvait déjà connaître. Cependant, comme le reconnaît par exemple Ernst Voltmer au sujet du Liber Augustalis, s’il ne s’agit certes pas là de l’« œuvre d’art » longtemps exhaltée, mais d’une construction qui donne une fause impression d’unité à partir de bases normandes et de réponses multiples à des besoins contingents, il reste que l’empereur y déploie une « extraordinaire force conceptuelle », et qu’en effet la modernité de l’Etat de Frédéric II s’y manifeste à travers l’effort qui y est fait « de soustraire le droit à l’intangible sphère du divin »7.

  • 8 Dante, Épître VI, 22, éd. André Pézard, Pléiade, 1965, p. 765. Cf. aussi ce passage du De Monarchia (...)

11Quant au sens que prennent très vite, indissolublement mêlés, et la réalité de l’œuvre et le mythe du grand empereur (car ce mythe entame sa prolifique élaboration avant même sa mort !), il suffit de se référer, comme Kantorowicz lui-même le fait à longueur de pages – d’autant que sans doute se trouve là, à ses yeux, l’essentiel – à la pensée de Dante, impossible sans la méditation sur le modèle frédéricien, guère plus d’une génération plus tard. L’Empire (la « Monarchie ») est expression de la « justice naturelle », dont « l’observance non seulement n’est point servage..., mais offre en vérité, à qui sait y voir clair, la figure même de la souveraine liberté »8.

  • 9 Pour Kantorowicz, le De Monarchia est écrit comme un prolongement de la doctrine frédéricienne, laq (...)
  • 10 De ce point de vue ils sont des historiens « inactuels ».

12Il ne s’agit plus vraiment ici de ce que la monarchie frédéricienne est parvenue à être dans la réalité concrète ; il s’agit, quelque contrecarrée qu’ait pu être l’expérience, de ce qui apparaît à une intelligentsia, autour de 1300, comme la modernité d’un programme9. De ce point de vue, l’histoire telle que l’écrivent tant Kantorowicz que Burckhardt, rend, à la limite, davantage compte de ce que des hommes et des cultures tendaient à être, et à construire, que de leurs réalisations effectives10. Et c’est sans doute à partir de cet écart entre les valeurs affirmées et le réel, discordance des hommes avec eux-mêmes, et parce que cet écart demeure masqué dans l’œuvre de l’un et de l’autre historien, que ce qui était histoire se fait mythe.

13Admettons à présent que ce que Dante cueillait de nouveauté radicale dans la pensée et l’œuvre du Staufen n’avait pu être ignoré de papes aussi attentifs à connaître leur adversaire que l’avaient été Grégoire IX et Innocent IV. Il y avait là tous les ingrédients d’une conflictualité absolue, du moins dans les principes. Or les circonstances – l’état de l’Italie, la crise socio-politique qui secouait le monde des communes – étaient au plus haut degré susceptibles de charger ce heurt prévisible de toute la violence imaginable.

***

  • 11 J. Burckhardt, La civilisation de la Renaissance en Italie, Paris, 1966, t. 1, p. 6.
  • 12 Ibid., p. 2-3.
  • 13 E. Kantorowicz, L’empereur..., p. 551-552. D’autres passages ne sont pas moins significatifs, ainsi (...)

14Depuis Jacob Burckhardt, face à l’empereur porteur d’idées nouvelles, Ezzelino symbolise la part d’ombre de la modernité. Le mythe est planté dès les premières pages de La civilisation de la Renaissance11. On se souvient des deux phrases-clés qui ont suscité toutes les discussions et réfutations successives : « Ezzelino est le premier qui essaie de fonder un trône par des massacres généraux et par des cruautés sans fin, c’est-à-dire par l’emploi de tous les moyens, sans autre considération que celle du but à atteindre. Aucun des imitateurs d’Ezzelino n’a égalé ce dernier, sous le rapport de l’énormité des crimes commis ». Bref, d’emblée purement laïc, « l’esprit politique moderne » tire dès sa naissance les conclusions les plus extrêmes de son divorce d’avec la transcendance, et se trouve « livré sans contrainte à ses propres instincts »12. Il y a du Iago et du Ivan Karamazov à la fois dans le personnage sans Dieu ainsi représenté. Quant à Kantorowicz, il coule son Ezzelino dans le moule de son prédécesseur : « Ezzelino, admirateur du Hohenstaufen dont il était une créature, fait partie de ceux, nombreux, qui, de la personnalité à multiples facettes de l’empereur, ne purent en saisir qu’une, et en la caricaturant à l’excès. Ce qu’Ezzelino poussa au paroxysme ce fut l’affirmation brutale de sa propre personne et sa volonté de puissance, brutale et sans limite... Son régime était fondé sur la terreur et sur une partialité radicale » ; et il termine sur ce qui était au centre de la vision burckhardtienne de la « tyrannie » : « C’est le type du prince illégitime »13.

15La fin du xixe siècle avait continué à rêver à partir de Burckhardt : Ezzelino est l’une des figures du « Panthéon » diabolique du Dorian Gray d’Oscar Wilde. Comment dépasser le mythe ainsi créé ?

16Une historiographie globalement irréprochable a, patiemment, retissé la trame des faits, considéré les tenants et aboutissants, bref renouvelé notre compréhension des réalités des temps « ezzéliniens ». Il me semble cependant nécessaire d’émettre à son égard une critique qui, au demeurant, n’a rien de fondamental quant aux buts que se sont proposés les Studi, puis les Nuovi Studi ezzeliniani, et les autres pièces du corpus dont on dispose désormais, mais qui importe à la conception que l’on est en droit de se faire de l’époque dans son ensemble. On s’est davantage appliqué à nier les propositions du mythe qu’à s’efforcer d’en comprendre le sens ; en bref, à trop vouloir banaliser, on a volontiers fini par supprimer une dimension des faits, à savoir une nouveauté radicale de l’horreur qu’il me semble impossible d’évacuer. Il est d’ailleurs curieux de constater cette propension à aplatir le réel de la part d’historiens vivant dans un xxe siècle qui, d’horreurs, aura été sursaturé.

  • 14 R. Manselli, Ezzelino da Romano nella politica italiana del secolo xiii, dans S. Ezz., p. 35. On re (...)
  • 15 H. Smith, Les Russes. La vie de tous les jours en Union soviétique, Le livre de poche, 1976, p. 361

17Les arguments fournis sont, en fin de compte, rares et pauvres. Il en est un qui n’a cessé de servir depuis que Raoul Manselli l’a utilisé en 1960. Il avait alors exhumé (et pourquoi pas ?) une déposition testimoniale, faite à l’occasion d’un procès de 1285 : un homme répond, « avec immédiateté et simplicité, à la demande si les da Romano furent des tyrans : « Je ne sais pas ce que c’est qu’un tyran. Mais je sais qu’ils furent des hommes fiers et de grande valeur et qu’ils n’eurent pas leurs pareils dans la Marche ». Pour Manselli, « cette réponse pleine d’équilibre dépasse la polémique guelfe, uniquement attentive aux horreurs »14. Une telle réponse « pleine d’équilibre », faite elle aussi avec « immédiateté et simplicité », on la rencontrera encore, à Bakou dans les années 1960. « Un chauffeur de taxi azerbaïdjanais à qui l’on demandait pourquoi il avait la photo de Staline posée sur son pare-brise, affirmait : « Nous adorions Staline ici. C’était un homme à poigne. Avec Staline les gens savaient où ils allaient »15.

18On m’aura compris, il me semble excessif de se contenter de cet argument pour affirmer, comme cela a été fait, que l’article de Manselli opérait un « dépassement de la polémique ».

***

19Revenons à ce qu’il m’a semblé licite de suggérer auparavant sur la rencontre entre la dangereuse nouveauté des principes affirmés par Frédéric II et la spirale guerrière qui emportait alors l’Italie où il s’efforçait d’actualiser ces principes.

  • 16 Cf. supra, p. 599.

20Avec le règne du Staufen les conflits, dans la péninsule, changent en effet de dimensions et, par là-même, de nature. L’importance des enjeux est telle qu’elle implique une radicalisation : le but recherché n’est rien d’autre que l’anéantissement de l’adversaire16. Jusqu’alors les « guerres féodales » n’avaient été qu’exceptionnellement sanglantes. Certes, les batailles ne vont pas désormais tuer davantage, mais les conséquences se feront plus graves.

  • 17 C. von Clausewitz, De la guerre, Paris, 1955, p. 53.

21Dans la mesure où Frédéric et le pape posent, surtout à partir de 1245 (car bien sûr les conséquences ont mis un minimum de temps à mûrir), chacun comme un absolu l’imposition de leur volonté, il se produit alors en Italie une mise en œuvre de tous les moyens, de part et d’autre, à laquelle on peut appliquer la définition que Clausewitz proposait de la nature de la guerre : « une action réciproque qui, en tant que concept, doit aller aux extrêmes »17.

22Certes, à des époques antérieures, des conflits à forte charge idéologique avaient déjà pu prendre des allures de lutte à mort, ainsi entre Henri IV et Grégoire VII. Mais la société italienne du xiiie siècle sera bouleversée bien plus en profondeur, sera bien plus déchirée par le grand heurt entre les derniers Staufen et la Papauté, et cela non pas tant du fait d’une plus grande capacité d’influer sur l’évolution de cette société de la part de l’empereur, mais parce que la tentative prométhéenne de Frédéric II se trouvait jouer comme un catalyseur en ce qu’elle portait à l’incandescence les conflits de pouvoir où s’enferraient les aristocraties dirigeantes en difficulté.

23J’ai insisté, dans les chapitres précédents, sur la gravité de la crise des fortunes aristocratiques et sur le lien de cause à effet qu’il y a entre elle et la spirale belliqueuse qui saisit l’époque. En intégrant ces conflits de pouvoir, jusqu’alors purement locaux – mais déjà élargis à des dimensions supra-citadines –, le duel Empire-Papauté en précipitait la tendance à « aller aux extrêmes », selon l’expression de Clausewitz. Peu à peu les jeux guerriers des nobles gagnaient d’eux-mêmes en acharnement, s’exaspérant sous la pression d’urgences économiques dont ils ne concevaient plus de sortir qu’en accaparant les pouvoirs au détriment de leurs voisins/adversaires. L’obligation de choisir entre l’empereur et la Ligue lombarde dévoile enfin, en ces conflits, leur essence de lutte à mort, essence qui, peu à peu, tendait de toute façon à se révéler.

24Le caractère atroce qu’ont souvent les événements des années 1240-1260 est une conséquence d’autant plus inévitable de la radicalisation des conflits que les moyens à proprement parler militaires sont le plus souvent débiles. Par une logique inverse de celle des temps napoléoniens, où la guerre tuait déjà beaucoup tout en préservant, au moins relativement, les sociétés civiles, dans l’Italie du xiiie siècle où les batailles sont peu massacrantes, la violence se déchaîne dans la cité, car là se décident les destins.

  • 18 Comme le remarque Robert Klein, dans sa Préface à La Civilisation... (p. xii) : « l’économie l’ennu (...)

25C’est de cela que le mythe a su, à sa manière, rendre compte. Car, bien sûr, il y a une dimension mythique de la vision que se fait Burckhardt de la cruauté princière, et cela dans la mesure même où il ne percevait pas (et ne se souciait pas de le faire)18les déterminations socio-économiques de cette cruauté : dans son œuvre ce qui constitue la part d’ombre de la conscience moderne semble sorti tout armé des temps frédériciens, sans cause externe. Mais de quelle vérité le mythe était porteur ! Il faut retrouver la dimension, et donc l’excès, de la « montée aux extrêmes » d’un Duecento italien (le reste de l’Europe occidentale attendra le quatorzième siècle et sa propre crise du féodalisme) qui introduit dans les guerres comme dans les luttes civiles de ce temps une nouveauté que les contemporains (mieux, semble-t-il, que les historiens) avaient eux-mêmes fort bien perçue.

  • 19 Ha Deus ! Tunc erant werre, si licitum est dicere, bone werre, dum unus alteri viriliter inimicans, (...)

26Ainsi le chroniqueur Rolandino, après avoir raconté comment, en 1207, Ezzelino II (le père du « tyran »), prisonnier du marquis d’Este, en avait été traité avec honneur, ne peut s’empêcher de s’écrier : « Oh Dieu ! Alors les guerres étaient, s’il est permis de le dire, de bonnes guerres, quand, chacun s’opposant virilement à son ennemi, le prisonnier n’était pourtant pas envoyé à la mort, n’était pas mis aux fers puis immédiatement condamné à d’horribles mutilations »19.

  • 20 Cf. infra, sur le massacre d’Alberico et de sa famille, p. 773.
  • 21 Cf. l’évocation que fait Burckhardt de cette conquête : « Lorsque le dernier Carrara (1405), prison (...)

27Ezzelino est le premier, mais non le seul, à exprimer, par le choix de ses moyens, et par ce qu’ils ont de systématique, ce paroxysme. On aura noté que, dans sa lamentation, Rolandino ne pense pas qu’à lui mais évoque une radicalisation générale. C’est, il faut le rappeler, la famille da Romano qui en aura été la première victime dans le milieu restreint des dirigeants de premier plan20. D’autres les suivront dans les décennies, puis les siècles à venir : des Staufen livrés à Charles d’Anjou par l’implacable esprit de vengeance de la Papauté, aux da Carrara, éliminés par la Sérénissime République de Venise en 1406, au lendemain de la conquête de Padoue21.

II – LA DOMINATION D’EZZELINO : DU GIBELIN À L’AUTOCRATE

Staline... était gouverné par une obsession statistique : si nous tuons tous ceux qui ont connu ceux qui ont connu, etc., nous atteindrons les vrais coupables, ou nous les paralyserons.
Malraux, Le miroir des limbes (Pléiade, p. 695).

A) Ezzelino chef de faction : adversaires et partisans (1237-v. 1245)

  • 22 S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 191.
  • 23 G. Fasoli, Oligarchia e ceti popolari nelle città padane fra il xiii e il xiv secolo, dans Aristocr (...)

28Que s’était-il passé en février 1237 ? Non pas l’installation d’une dictature mais le remplacement de l’hégémonie politique du parti guelfe par celle du parti gibelin. Et le vainqueur, au dessus de ce parti lui-même, était bel et bien l’empereur, sans qui rien n’eût été possible. Là, peut-être, était l’originalité de la situation et sans doute était-ce largement, tant à ce que sa puissance avait d’indiscuté qu’à sa volonté de se situer au dessus des querelles entre des chefs qui, tous, le marquis comme les da Romano, se voulaient encore ses fidèles, que le nouveau pouvoir devait de s’être imposé sans carnage ni chasse aux vaincus ; quelques mois plus tard Azzo VII d’Este et Giacomo da Carrara combattront à Cortenuova, aux côtés d’Ezzelino, dans les rangs du Staufen22. Quand bien même cette installation se fût faite plus rudement, elle n’aurait point d’ailleurs été hors-norme. « La collaboration entre les partis, la reconnaissance aux antagonistes de droits égaux aux siens étaient des concepts que le Moyen Âge ignorait »23.

  • 24 Ce respect des apparences dans les villes assujetties à Ezzelino est un fait bien connu. Pour le ca (...)
  • 25 Il faut rappeler, avec G. Chittolini, à quel point on est loin, à présent, de l’exaltation « ottoce (...)

29L’étrangeté, de notre point de vue, de la situation tient à ce qu’il y a en somme une légitimité de la commune en tant qu’institution (et Ezzelino lui-même respectera les formes institutionnelles et convoquera les assemblées pour leur faire manifester un assentiment de façade jusque dans les dernières années)24, alors que, au moins dès les derniers temps de la période consulaire, la reconnaissance de cette légitimité va, le plus souvent, de pair avec le sentiment de l’illégitimité du pouvoir concrètement exercé, chez tous ceux qui ne le partagent pas, à l’intérieur du milieu social dirigeant. Ce qui tend à faire de la guerre civile, latente ou effective, un état chronique !25Si bien qu’à ses débuts, cette dyarchie que constituaient, dans la reprise en mains de Padoue, Ezzelino et le délégué officiel de l’empereur, s’avérait plutôt moins discutable que la domination d’une pars sans justification autre que la force, et devait permettre, pour quelques années, précisément ce retour à la paix et à l’ordre que le jeu des partes livrées à elles-mêmes avait rendu trop longtemps impossible.

  • 26 S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 191.
  • 27 L. Simeoni, Il comune..., p. 310 ; cité par S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 197. Situation (...)

30Dyarchie surprenante car fonctionnant selon une hiérarchie subtilement inversée entre deux pouvoirs. La chose est bien connue : l’autorité de da Romano ne s’est parée d’aucune justification juridique. Il ne fait, « techniquement parlant, que donner un consilium, un hortatus, une dispositio à l’autorité impériale »26. Bref, il est là comme une sorte de conseiller officieux. Or, selon un paradoxe bien défini en son temps par Simeoni, il était de fait, « entre le vicaire impérial et l’empereur, un intermédiaire sans aucune justification publique, auquel le vicaire devait être soumis »27. Définition exacte à cette nuance près que, dans les premiers temps, en gros entre février 1237 et le départ de l’empereur de Padoue au printemps 1239, le voisinage ou la présence de ce dernier permettra des correctifs à ce que, d’elle-même, l’action d’Ezzelino aurait eu, ou avait en effet, de plus rigoureux ; j’y reviendrai.

  • 28 S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 181.
  • 29 Un rappel des faits dans M. Rapisarda, p. 131. Sur la politique de Giordano et les tenants et about (...)
  • 30 S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 188.

31S. Bortolami remarque qu’en somme le marquis d’Este à Vicence, jusqu’en 1236, avait banni les adversaires les plus redoutables de sa faction, et imposé à d’autres la résidence forcée ou la relégation dans des villes alliées, telles Venise ou Padoue28. Entre 1237 et 1239, la politique de répression gibeline pratiquée à Padoue ne distingue pas le da Romano de son adversaire : il n’y a pas alors de condamnations à mort, mais des exils et des emprisonnements, et la confiscation des biens de ceux qui ont fui. Tout au plus la propagande guelfe peut-elle mettre l’accent sur le fait que des religieux, considérés déjà comme de saints personnages, sont parmi les plus illustres victimes : l’abbé de Santa Giustina, Arnaldo da Limena, et Giordano Forzatè29. Etant donné ce que l’on sait, tant de la politique constamment inspirée par ce dernier, que des liens étroits de l’aristocratie dirigeante avec l’Église locale, comment s’en étonner ? Au demeurant, avant la fatidique Pâques 1239, l’empereur, soucieux, je l’ai dit, de tempérer la dureté des décisions de son allié, fera libérer Arnaldo et la captivité de Giordano sera commuée en exil. Dans un esprit de convergence avec l’attitude de Frédéric, Ezzelino se doit de se montrer à l’occasion modéré, voire magnanime : alors qu’il a participé, en 1238, à une vaine tentative armée du marquis de s’emparer par surprise de Padoue, Giacomo da Carrara se voit appelé à la réconciliation avec le maître du lieu, la seule contrepartie étant la cession du castrum de Carrara30.

32Ezzelino, comme l’avait remarqué Kantorowicz, semble donc avoir longtemps calqué son attitude sur celle de l’empereur. Dans sa domination il y a des durcissements brusques qui, immédiatement ou à distance, sont liés au durcissement de l’attitude impériale, lequel est largement conditionné par celui de la politique pontificale à son égard.

  • 31 Ibid., p. 179.

33Sans doute faut-il faire la part des prédispositions initiales chez Ezzelino : il y avait en lui un plus que probable esprit de vengeance à l’égard des élites de la seule ville de Vénétie où il n’y avait jamais eu de « robuste parti philo-ezzélinien » ; Sante Bortolami met en évidence tout ce qui couvait de violences réciproques lorsqu’il rappelle que, selon l’énergique expression du Chronicon Estense, la commune l’avait jusque là « persécuté comme un loup », et qu’il suppose chez lui une volonté de réserver à Padoue « un traitement tout à fait spécial »31.

  • 32 Ibid., p. 195-196.

34La première étape de la radicalisation de son attitude est en tout cas provoquée par l’excommunication du printemps 1239, et elle se confond avec un changement brutal de l’empereur lui-même, largement conditionné il est vrai par le passage définitif des Este et de leurs alliés au parti de l’Église. Elle se situe encore dans une logique gibeline et est destinée à assurer un pouvoir exclusif à la pars, désormais sans espoir de réconciliation ; cela dans une ville dont les élites étaient très majoritairement guelfes et dont tout indiquait qu’elle demeurait réticente et agitée par la faction des Este : c’est en septembre, quelques mois après le départ de l’empereur et le bannissement du marquis et des chefs de son parti, qu’est découverte une conspiration de leurs clients en ville, suivie des premières exécutions32.

  • 33 « L’empereur s’en prenait aux familles des bannis ; par ailleurs les familles étaient garantes de l (...)
  • 34 Lequel, curieusement, définit pourtant le démantèlement du parti guelfe comme « mou » (ital. : soff (...)

35Mais c’est l’empereur lui-même qui donne le coup d’envoi à une technique répressive dont, en disciple zélé, le « tyran », quelques années plus tard, usera et abusera. Une liste d’otages de plusieurs villes, expédiés dans diverses places du royaume de Sicile, comprend 58 Padouans. Il ne s’agit plus ici de frapper des adversaires déclarés mais de priver une classe dirigeante entière de tout moyen d’opposition éventuel. Frédéric II invente le système des otages contre les adversaires et, en somme, celui de la suspicion sur tous33. Il y a là quelque chose d’une gravité « absolument inédite », comme le remarque S. Bortolami34.

  • 35 David Herlihy, Medieval and Renaissance Pistoia, cité dans sa traduction italienne (p. 244) par S. (...)

36Frédéric II montrait ainsi une compréhension intime de la nature de la faction politique dans toute commune italienne : « une association verticale et horizontale à la fois, laquelle unissait grands et petits, chevauchait les limites des classes et s’efforçait de les annuler »35. Mais, en s’immisçant si radicalement dans leur jeu, il le portait à son dernier degré d’exaspération, comme les Padouans allaient bientôt l’expérimenter.

37Du moins ne s’attaquait-il encore qu’aux notables : Ezzelino, pour l’instant, le suit ; il ira beaucoup plus loin dans la tentative d’anéantissement de l’adversaire durant sa période autocratique.

  • 36 Le document fondamental est donc la liste d’otages impériaux de 1239, publiée dans J.-L. Huillard-B (...)

38La logique des mesures prises par l’empereur et par Ezzelino lui-même dans sa période gibeline, soit « grosso modo » entre 1237 et 1245-46 (jusqu’à cette autre rupture voulue par la Papauté qu’est la déposition de Lyon), permet en tout cas de comprendre de l’intérieur, à partir des listes de proscrits, d’exilés, d’emprisonnés et de suppliciés, de quoi était fait le milieu « guelfe » ou, si l’on veut, ce que l’on considérait comme le « parti » des Este36.

Les amis des amis

  • 37 Tout ce qui suit, à part la mise au point particulière sur les Solimani, présentée ici à titre d’ex (...)
  • 38 Selon « Pietro Gerardo », Pagano et Tado dei Tadi auraient été emprisonnés dès 1239 (cf. A. Bonardi (...)
  • 39 A S P, San Bernardo, no 22. Filippo degli Ordani est exilé dans le royaume de Sicile en 1239.
  • 40 Andrea, Simone et Bartolomeo dei Mangaspisci sont exilés. Da Nono donne pour ancêtre à la famille u (...)

39Une quarantaine de familles ainsi frappées m’est connue37. On est saisi, non seulement de la cohésion sociale du milieu concerné, mais du fait qu’on retrouve là une bonne part des noms de ceux qui, depuis plusieurs décennies, avaient incarné la commune et l’unité de cette commune. Une moitié au moins de ces lignages est distinguée par l’appartenance à la magistrature, quasi dès l’origine pour les Ta-di ou les Lemizzi38, représentants emblématiques de la vieille aristocratie consulaire, ou, plus généralement, à l’issue de leur accession au milieu dirigeant, à l’orée du Duecento : c’est ainsi qu’un juge Guglielmo, en 1230, se dit fils de « feu le marchand Ordano »39. Des familles exilées par ordre impérial, une seule, à ma connaissance, pratique encore le commerce : les Mangaspisci ; il est, du coup, révélateur que trois de ses membres soient frappés ! La mesure visait, au-delà des pouvoirs institutionnels et de ceux qui les avaient toujours incarnés, tous les gens qui comptaient40.

  • 41 Sur Arnaldo, cf. les articles de A. Rigon, Un abate... (p. 80-83 sur l’attitude d’Ezzelino), et S. (...)
  • 42 Selon Rolandino (Cronica..., p. 65) un Enrico Forzatè est incarcéré en 1239 ; un autre Forzatè, de (...)

40Les caractéristiques communes sont multiples : de dix-neuf sur quarante pour commencer, on sait qu’elles sont unies à l’évêque par des relations féodo-vassaliques, et presque toutes, à un moment ou un autre, en ont de toute façon fréquenté la curia, comme le montre l’examen des listes de témoins. Ce lien, bien connu, avec l’Église locale, englobe bien entendu les vieux monastères citadins directement liés à l’évêque, et Ezzelino verra en effet en eux des forces d’opposition à son régime – que cette opposition soit ou non déclarée ; des rapports trop étroits avec tel ou tel d’entre eux sont, pour lui, des signes d’appartenance à la faction adverse : en 1237, non seulement Arnaldo da Limena, abbé de Santa Giustina, a jugé nécessaire de fuir, mais l’un de ses parents, Antonio, est banni de Padoue41. De même, rien d’étonnant à ce que les Tanselgardini aient été collectivement frappés si l’on pense au rôle joué par le plus illustre d’entre eux, Giordano Forzatè, prieur de San Benedetto42.

  • 43 C D P, 2/1, no 325 ; A SP, Dipl., no 924.
  • 44 A S P, Dipl., no 1144.
  • 45 B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 3, no 662.
  • 46 Cf. I. Daniele, Ongarello,Compagno, dans Bibliotheca Sanctorum, t. 2, col. 1184-1185.
  • 47 Cf. infra, p. 751.

41Puis il y a tout l’écheveau des relations de famille à famille, inextricable réseau, souvent très ancien, de liens de parenté, d’amitié, d’affaires, etc. Un exemple parmi les quarante concernés : les Ongarelli et leurs rapports avec les autres « guelfes » de la liste. Ils ont eu pour garants un Tadi et un Lemizzi, en 1137, dans un acte de renonciation en faveur des chanoines ; en 1214 Bartolomeo q. Ottaviano degli Ongarelli est créditeur d’Enrigino dei Tadi pour 100 livres43 ; témoin d’une donation pieuse en 1222, avec Ailo Partenopeo di Compagno, Guglielmo degli Ongarelli est défini comme son socius (terme qui peut être traduit par « ami » aussi bien que par « associé »)44 ; en 1226 Pietro Pigna di Guglielmo di Ongarello est associé à un Lemizzi dans une affaire à Bagnoli45 ; signalons enfin qu’un Ongarelli, Compagno, est abbé du monastère de S. Maria de Porciglia, de l’ordre des albi que dirige Forzatè, de 1219 à 1264 : il ne sera cependant pas inquiété par Ezzelino46, lequel évitera d’ailleurs de s’attaquer à l’ordre en tant que tel, en dépit de l’identité de son fondateur, dans la mesure où c’est véritablement toute la société citadine qui y est attachée, ses partisans y compris (j’aurai l’occasion d’y revenir)47.

42J’ai déjà eu l’occasion de signaler la persistance sur la longue durée de liens d’amitié de famille à famille : après l’exemple des Sintilla et des Tadi, on vient donc de voir un témoignage de quelque chose d’assez semblable entre ces derniers et les Ongarelli.

43Bref, c’est un milieu homogène qui se trouve frappé durant ces premières années « gibelines » de la « seigneurie » ezzélinienne.

44Le « parti des Este » finit donc par inclure une quasi-majorité de notables, desquels, en fin de compte, fort peu sont directement liés aux marquis.

  • 48 S. Bortolami, Pieve e « territorium »..., doc. 7, p. 89-90 ; B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità. (...)
  • 49 Cf. supra, p. 714.
  • 50 Rolandino, Cronica, p. 72. Cf. aussi S. Bortolami, « Honor Civitatis », p. 200. On sait que, en 124 (...)

45– les Gnanfo-da Vò le sont : dès 1192 Ugolino di Gnanfo apparaît comme juge du marquis ; en 1213 son fils Gerardo, en recevant un fief de Giacomo da Carrara, lui jure fidélité avec la réserve que son seigneur-lige est le marquis, et il est de fait que la famille a des biens dans les fines d’Este48. Au demeurant, leur cas est le plus flagrant : non contents de cette périlleuse allégeance, ils se sont trouvés, on l’a vu, à plusieurs reprises, parmi les responsables de la politique extérieure agressive de la commune49. Et pour faire bonne mesure ils sont depuis peu apparentés, par les femmes, aux autres ennemis jurés de la famille du nouveau maître, les da Camposampiero ; c’est d’ailleurs ce qui les perdra définitivement après 1238, si l’on en croit Rolandino50.

  • 51 Sur les Casoto à Solesino et à Este : A S P, Dipl., nos 549 et 551 (a. 1214), 1032 (a. 1218), 1041, (...)
  • 52 En 1207, un juge Roberto et un di Steno, Aleduce, consentent l’aliénation d’un podere par le marqui (...)
  • 53 R. Ciola éd., Il « De Generatione »..., p. 217 ; sur les di Zacco, cf. aussi l’appendice prosopogra (...)

46Autres cas connus : en 1239 un certain Giovanni Casoto est de la liste des exilés : sa famille a manifestement des biens consistants en Scodosia, dans les terres des Este par conséquent51. Les Roberti et les di Steno sont sans doute vassaux des marquis, mais les uns et les autres demeurent avant tout citadins de tradition et d’intérêts52. Les di Zacco auraient, selon da Nono, dû leur fortune à la fonction de gastalds des Este, mais la documentation ne les montre installés qu’autour de Padoue et à Sacco53.

  • 54 Cf. G. Rippe, La logica..., p. 258.

47Enfin, en 1231, un certain Alioto est podestat d’Este : ce pourrait être Alioto Guaiapa dont Rolandino signale les malheurs en 123954. Et c’est tout.

  • 55 A S P, Corona, no 4105 ; P. Sambin éd., Candiana..., nos 24, 25 (a. 1215).
  • 56 A C P, perg. t.30, Feuda varia, t. 29, a. 1200 ; Villarum, 2, Boion, 1 et 3, a. 1199 ; ibid., 4, Ca (...)
  • 57 C D P, 2/1, no 117 (vassalité des Tadi). En 1203, un Solimano est juge du tribunal « comtal » de Ma (...)

48Par conséquent les coups sont portés par la pars imperialis, non pas seulement sur les amis des Este, mais aussi, et surtout, sur les amis des amis. Ce sont des gens liés aux da Montagnone, aux da Castelnuovo, aux da Carrara, aux da Baone qui sont, par ricochet, désignés comme membres de la pars estensis. La seule Daria da Baone réunit autour d’elle, dans les divers actes qui la concernent, outre l’Ongarelli et le di Compagno déjà qualifiés de socii, un Musaragni (le juge Giacomo di Alessio) et des da Vigodarzere55 ; sa sœur Palma, épouse du comte de Vicence, Marcio dei Maltraversi, a sa propre curia vassallorum à Padoue, où l’on trouve les Tadi et les da Limena56. De même, plusieurs vassaux des da Carrara sont frappés durant ces premières années : un Tadi (mais ceux-ci accumulent les motifs de disgrâce), un Solimano, le juge Rogato57. Suspects a priori aux yeux du da Romano, parfois inquiétés dès 1237, les notables liés aux grandes familles du territoire seront considérés comme des ennemis dès que les chefs de ces dernières auront rejoint le marquis dans la rébellion ouverte, au printemps 1239. La généralité de la répression répond à la cohésion du milieu dirigeant padouan dans sa majorité.

  • 58 Sur cette famille, et notamment pour l’identification de ses membres, cf. infra, l’appendice prosop (...)

49Dès lors le jeu des proscriptions se déroule avec une sorte d’automatisme, jusqu’à emporter dans sa tourmente des notables qui, bien souvent, ne sont concernés que de loin par la grande querelle des partes. Telle est la conséquence de la « montée aux extrêmes » de cette querelle. Pour faire apparaître clairement au lecteur comment la proscription pouvait devenir une fatalité, il m’a semblé utile de tenter l’analyse, dans le détail, du cas d’une famille de notables aussi anodine que possible : on va pouvoir juger comment tous ses actes, publics et privés, que l’intérêt les dicte ou au contraire la piété, la portent à avoir figure de suspecte face au nouveau pouvoir. Il s’agit des Solimani, une famille de juges58.

    • 59 C D P, 2/2, no 1371.

    Engagement dans la politique extérieure de la commune : Berardino di Solimano figure parmi les jureurs de l’alliance avec Conegliano de 118059, c’est-à-dire d’une des étapes de cette tentative d’expansion vers le nord-est qui a fini, on l’a vu, par se heurter aux da Romano.

    • 60 A. Barzon, Santi Padovani, Padoue, 1975, p. 62.
    • 61 A S P, Corona, no 40.
    • 62 A S P, Dipl., no 935 ; ibid., no 1092 ; Dondi, Dissert. 7, no 15.

    Appui au mouvement religieux citadin : le juge Leopardo est, en 1229, un collaborateur de Giordano Forzatè dans la direction du monastère albus de Santa Cecilia60 ; et dès 1225 on le voit témoin d’un acte de cette nouvelle fondation61. Mieux encore, il semble qu’il participe avec constance aux affaires de la maison-mère de l’ordre, San Benedetto de Padoue ; dès 1214 il est témoin d’une vente par un di Steno ; en 1221 il est, à Rovigo, témoin d’une donation en sa faveur par la veuve du marquis d’Este. Signalons enfin qu’il a été, en 1219, présent à la donation, par un Bonizzi, de la première pierre de Santa Maria de Porciglia, autre fondation des albi62. Si Ezzelino a su, je l’ai dit, éviter d’attaquer de front un ordre auquel ses partisans étaient aussi favorables que ses adversaires, il ressort de ce qui précède que Leopardo doublait probablement cet attachement d’une relation personnelle avec Giordano, le fondateur, ce qui aggravait son cas.

    • 63 Témoins de l’évêque : Giovanni Petenario, en 1216 (le 21 juillet : A S P, San Bernardo, no 7), 1218 (...)
    • 64 Selon la déposition d’un témoin à l’occasion d’un procès (A C P, Villarum, 7 : Pernumia, no 13, a. (...)
    • 65 C D P, 2/2, no 1457.
    • 66 A S P, Corona, no 2465.
    • 67 A C P, Feuda episc., no 77.
    • 68 A S P, Corona, no 2468.

    Intégration aux réseaux locaux de dépendance féodo-vassalique : les Solimani sont de fréquents témoins des actes de l’évêque et des chanoines63. On les sait vassaux de ces derniers, la preuve me manque pour l’évêque. Plus révélatrices sont leurs relations avec l’aristocratie laïque : Bernardino est juge au tribunal « comtal » des da Carrara à Pernumia et donc, selon toute vraisemblance, leur vassal, ou au moins leur client64. De même la famille est liée à la haute noblesse du sud euganéen : en 1182 Solimano est le représentant de Bertolina, veuve d’Albertino da Baone, lors de la procédure d’arbitrage mise en place pour la division de l’héritage du défunt65 ; en 1213 Giovanni Petenario est témoin d’un acte d’Alberto da Baone, son cousin66 ; en 1217 il l’est de l’investiture féodale du marquis d’Este par l’évêque67 ; on a déjà vu plus haut que Leopardo, en 1221, assiste à Rovigo à un acte de la veuve du marquis en faveur de San Benedetto de Padoue, et l’on peut enfin signaler sa présence au monastère de Salarola (une fondation des Este), à l’occasion d’une donation pieuse, en 122568.

    • 69 A S P, Dipl., nos 933 et 941.
    • 70 A Vat., Fondo veneto, 1, San Giacomo, no 5895.

    Intérêts fonciers : ils se situent, comme en corollaire de tels engagements, dans la même zone ; en 1214 et 1215, on voit Leopardo propriétaire d’un sedimen et de deux vignes à Galzignano, dans les Euganées méridionales69. Il est vrai, ce qui nuance mon propos, qu’il est aussi présent dans la gibeline Monselice : en 1216, sa fille entre dans les ordres, à San Giacomo de Monselice, et il s’endette envers ce monastère, auquel il cède en gage une tenure concédée par lui en livello, qui est située dans les fines de la ville70.

  • 71 Cela dit un membre au moins de la famille, Pace Giuda, s’était enfui dès 1237 et son palais avait é (...)

50Une telle convergence d’intérêts anciens, d’engagements religieux récents, et d’intégrations à des réseaux féodo-vassaliques et clientélaires, en elles-mêmes à peu près inévitables pour des notables citadins ayant de surcroît des intérêts dans le sud-ouest padouan, suffisait à tisser un destin inéluctable au moment où la pars imperialis s’emparait de Padoue. On ignore la part réelle du militantisme guelfe dans les malheurs de ce lignage ; mais en était-il besoin ? Le système frédéricien de suspicion, aggravé des rigueurs ezzéliniennes, ratissait large. Les tenants et aboutissants ci-dessus décrits suffisaient à surdéterminer les mesures de proscription71.

  • 72 S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 198.

51Dès 1239 la classe dirigeante padouane se trouvait donc, comme l’écrit justement Sante Bortolami, « sinon décapitée, du moins gravement mutilée »72.

Des Gibelins et de quelques autres

52Très minoritaires face à la pars guelfe, ceux des Padouans qui affichent alors un engagement gibelin le font de surcroît pour des raisons dissemblables.

53Si la cohérence d’un « réseau » guelfe ne fait aucun doute à Padoue, le gibelinisme y est en effet, au contraire, un agglomérat instable de noyaux hétérogènes. Quel que soit le milieu, noblesse châtelaine, aristocratie citadine d’âge consulaire ou nouveaux riches, les rares liens de fidélité ancestraux y côtoient les ralliements opportunistes de fraîche date ou un attentisme masqué par l’empressement servile. A l’inverse de ce qu’il en était pour la pars des Este l’analyse au cas par cas s’impose ici. Voici les résultats de l’enquête prosopographique que j’ai menée.

  • 73 En 1160 (C D P, 2/2, no 745) Guido Tempesta est investi de suo feudo et adiuncta par l’évêque la me (...)
  • 74 Sur cette famille et l’implantation de la branche Alvarotti dans le Padouan, presque tout est dans (...)

54Dans la noblesse châtelaine il n’est guère qu’une famille dont les liens avec les da Romano remontent sans doute à plusieurs générations ; or il se trouve que, comme ces derniers, elle est avant tout trévisane : il s’agit des da Crespignaga. C’est depuis les années 1160 au moins que sa politique d’expansion foncière l’a entraînée dans la vassalité de l’évêque de Padoue73 ; après l’acquisition, en 1173, du castrum de Villanova, elle est devenue puissance châtelaine dans le nord du contado, et une branche s’y enracine précisément à l’époque d’Ezzelino, avec Alvarotto. On ne sait rien des engagements concrets de ce dernier envers Ezzelino ; toujours est-il qu’en 1243 il reçoit un ensemble de biens confisqués à tout un groupe d’aristocrates padouans (da Peraga, da Vigonza, Avvocati, Manfredi...), situés dans l’est, qui viennent augmenter notablement sa fortune74.

  • 75 Cf. Rolandino, Cronica..., p. 52 et 87. Simeoni explique ainsi le fait : après la capture du roi En (...)

55Autre allié indéfectible d’Ezzelino : Pesce dei Paltanieri. Mais il a d’autres raisons : l’attitude du lignage est représentative du gibelinisme de tradition des élites de Monselice ; en ce sens l’action de Pesce est, au fond, anti-padouane. En 1237 c’est lui, qualifié par Rolandino de maior castellanus de Montesilice, qui fait ouvrir les portes de la ville aux impériaux. Il est vrai que, en 1249, il est du côté d’Ezzelino lorsque ce dernier confisque la place au détriment du représentant de Frédéric (qui ne fera d’ailleurs pas mine de protester) : opportunisme ou, tout simplement, évaluation réaliste des dangers de la situation dans la région, et choix raisonné d’une solution garantissant davantage de sécurité75 ?

56Quant à la noblesse que l’on peut vraiment qualifier de « padouane », tout y est variété !

  • 76 Rolandino, Cronica..., p. 65.
  • 77 C D P, 2/2, no 1480.
  • 78 E. Winkelmann éd., Acta imperii..., 1, no 66.
  • 79 S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 198, note 110.

57Les Dalesmanini, longtemps les plus sûrs parmi les alliés du maître dans ce milieu social, sont peut-être les seuls dont l’attitude peut s’expliquer par des tenants et aboutissants antérieurs aux années 1220-1230. Cela dit, ces amis des da Romano sont-ils des gibelins ? L’empereur, selon Rolandino, fait exiler, en 1239, Uberto di Dalesmanino. Faut-il cependant le croire ? On n’en retrouve pas le nom dans les listes d’otages éditées par Huillard-Bréholles76. En revanche les liens avec les da Romano remontent au début des années 1180, et plus précisément à la division de l’héritage d’Albertino da Baone entre ses filles : l’une d’elles, Béatrice, avait épousé le peu connu Giovanni di Ezzelino Ier ; or Dalesmanino, en raison du partage opéré par les exécuteurs testamentaires, en était alors devenu le vassal77. Une relation autre que de pure forme s’est sans doute créée : en 1212 Ezzelino II est présent lorsque Otton IV octroie un diplôme à la famille78. Ajoutons que la situation patrimoniale des deux lignages en faisait des voisins, les Dalesmanini étant établis avant tout dans l’est padouan, jusqu’aux limites du Trévisan. Il faut enfin rappeler ici les enjeux du court terme : la brouille récente avec les da Camposampiero, « coupables » de détenir une part de la fortune de leur parent Iacopo da Sant’Andrea, ne pouvait que les pousser dans les bras des da Romano. Voilà qui rend tout à fait vraisemblable la tradition rapportée par da Nono selon laquelle, en février 1237, Artusino Dalesmanini aurait été le meneur des négociations qui devaient aboutir à l’ouverture de la ville à Ezzelino et aux impériaux. Il est vrai qu’une ultime raison se serait ajoutée aux précédentes : il aurait reçu de l’argent de da Romano, sans doute aussi pour acheter des consciences jusqu’alors demeurées indécises79.

58Quant aux autres familles châtelaines, toutes avaient jusque-là pleinement participé à la politique communale padouane et avaient des rapports plus ou moins étroits aussi bien avec les Este qu’avec cette Église citadine dont les plus éminents représentants, à commencer par Giordano Forzatè, s’étaient avéré les adversaires les plus résolus du nouveau maître. Rien ne pouvant être fondé à partir de liens passés, ce dernier n’avait à jouer qu’une seule carte, celle d’une magnanimité et d’une générosité au moins apparentes, aptes à faire concevoir aux anciens adversaires que leur intérêt, sinon le charme personnel de leur vainqueur, leur commandait d’entrer dans son camp. En outre, la volonté impériale de se situer au-dessus des partis l’y incitait.

  • 80 Ibid., p. 187-188 et 190.
  • 81 Rolandino, Cronica..., p. 81. Sur l’arrestation et l’exécution de Guglielmo en 1250 et 1251, cf. ib (...)

59Giacomo da Carrara, après avoir participé, on l’a vu, à une vaine tentative de coup de main sur la ville par les Este en 1238, se voit proposer réconciliation et amitié : la tentative échoue et, l’année suivante, il s’enfuira avec le marquis, en compagnie de quelques autres80. Une autre offensive de séduction, la plus surprenante, devait réussir jusqu’à ce que le « tyran » lui-même élimine l’ancien adversaire séduit, au moment où son pouvoir bascule dans la dérive autocratique : en 1246 le jeune héritier des ennemis les plus haïs, Guglielmo da Camposampiero, se réconcilie avec lui et lui cède Castelfranco. Volte-face d’autant plus surprenante que, quelques années auparavant, Gerardo di Gnanfo, son grand-père maternel, avait payé de sa vie cette parenté, avec d’autres membres de son lignage ; Rolandino lui reproche amèrement d’avoir ainsi trahi la mémoire de ceux que le dictateur avait laissé mourir de faim seulement deux ans auparavant81.

  • 82 Cf., à ce sujet, les considérations de Bortolami (« Honor Civitatis »..., p. 205).

60Hors de ces deux cas d’espèce les revirements plus ou moins brusques s’expliquent en fin de compte par des considérations de situation géographique, qu’il s’agisse des châtelains de Montebello ou des diverses familles de souche comtale – da Castelnuovo, da Carturo, da Lozzo, Schinella. Revirements au demeurant plus ou moins complets, plus ou moins contrariés : les familles peuvent se trouver divisées. Ces lignages ont en commun d’avoir leurs bases foncières et leurs forteresses, en totalité ou pour l’essentiel, aux confins des contadi de Vicence et Padoue, avant tout dans la partie nord-ouest des Euganées. En vertu de quoi, livrer lesdites forteresses aux soldats du vainqueur pour ne pas perdre la totalité, ou quasi, de ses ressources, apparaissait, dans cette période de triomphe du parti gibelin, comme la seule solution raisonnable82.

61Passons une rapide revue :

  • 83 H.-Br., Hist. Dipl.... t. V, 1, p. 319 ; Parisio da Cerea, Liber..., p. 12.

62En 1239 Pietro da Montebello, en fuite, est déclaré traître à l’Empire ; en 1242 il cède le castrum dont il porte le nom à Ezzelino83.

  • 84 H.-Br., Hist. Dipl.... t. V, 1, p. 320 ; S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 205, note 131.
  • 85 Rolandino, Cronica..., p. 90-91 ; Archivio di Stato di Cremona, perg. 1794. Je dois la communicatio (...)

63L’attitude des da Castelnuovo est contrastée. En 1239 Alberto, Mucio et leurs fils sont eux aussi proscrits ; en 1241, le temps lui ayant à lui aussi porté conseil, Bontraverso passe à Ezzelino : comme le remarque S. Bortolami, « il est facile de mettre en relation » cette volte-face « avec la perte des dernières forteresses familiales, parmi lesquelles celle de Montecchia où, encore en août 1239, Albertino da Castelnuovo abritait l’évêque fugitif de Vérone, Iacopo da Breganze »84. Il faut croire qu’Ezzelino attachait un grand prix à son revirement puisqu’à une date aussi tardive que 1249 il en épouse la fille, et que le même Bontraverso sera le premier Padouan à souscrire l’alliance avec Pelavicino et Crémone en 1254 ; ce qui ne l’empêchera pas de périr à son tour l’année suivante, avec ses fils et les gens de sa masnada !85

  • 86 S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 206, note 132. En 1246, la peur avait conduit ce vieil adv (...)
  • 87 Rolandino rapporte que ce paduanus civis... semper in parte Ecelini permanserat et pro eius parte s (...)
  • 88 Rolandino, Cronica..., p. 98.

64Même division chez les da Carturo : en 1249, Uguccione di Traverso da Carturo est en exil86. Par contre le cas de Guglielmo da Carturo est atypique : il avait en effet compté parmi les rares avocats de la cause des da Romano dans les conseils communaux, ce qui n’avait d’ailleurs pas empêché l’empereur de dévaster Carturo en 1236 : peut-être se souvenait-il qu’il avait représenté la ligue lombarde en 1227. Il s’agissait donc alors d’une amitié entre personnes (Ezzelino lui-même n’avait-il pas été guelfe jusqu’en 1232 ?) et le nouveau maître s’en était refait un allié après son entrée à Padoue87. Lui aussi finira pourtant mal : en 1251 il sera arrêté avec ses fils, Ezzelino (car il avait donné le nom de son ami à son aîné !) et Gerardo, et leur famille88.

  • 89 H.-Br., Hist. Dipl. t. V, p. 320.
  • 90 L. Simeoni, Nuovi documenti..., p. 269.

65Division encore chez les da Lozzo : en 1239 Nicolò da Lozzo et ses fils sont déclarés traîtres à l’empereur, en même temps que le marquis et les nobles qui ont fui avec lui89. Par contre on retrouve, à la date tardive – et donc révélatrice – de 1252, Guido da Lozzo « dei Maltraversi » parmi les témoins de l’alliance entre Padoue d’une part, Crémone et Pelavicino de l’autre, jurée par le Grand Conseil90.

  • 91 Un exemple éloquent parmi bien d’autres : en 1204, le marquis Azzo VI marie sa fille Alice, fille d (...)
  • 92 Sur la famille comtale dans les années 1220-1230, on consultera les brèves remarques de A. Castagne (...)
  • 93 Rolandino, Cronica..., p. 50.
  • 94 Sur les Schinelli et Ezzelino l’essentiel est dit par Bortolami (« Honor Civitatis »..., p. 206-207 (...)
  • 95 Rolandino, Cronica..., p. 104. De même, en 1247, Giacomino aurait fait exécuter l’assassin d’Enrico (...)
  • 96 S. Bortolami, « Honor Civitatis »...
  • 97 Cf. supra, p. 137.
  • 98 Rolandino, Cronica..., p. 105.

66Venons-en, pour finir, à la famille des comtes de Padoue, de longue date liée aux da Baone et aux Este91 : la personnalité la plus marquante en est alors le comte Schinella, issu d’une branche cadette92. Son attitude, en 1237, est clairement anti-ezzélinienne : selon Rolandino il est l’un des deux négociateurs, sur les 16 nommés par la commune, qui ne passe pas alors du côté du da Romano93. Lui et sa famille seront pourtant vite ralliés. Encore en 1252 cinq Schinelli (Alberto Terzo, Ugolino, Ugo, Giacomino et Michele, fils de ce dernier) figurent en bonne place dans le Grand Conseil communal94. En 1253, Giacomino, garde du corps d’Ezzelino, lui sauve la vie en tuant un noble qui se jetait sur lui95. Rolandino, à qui l’on doit cette anecdote, caractérise à leur propos une situation qui, sans doute, était celle d’à peu près tous ces nobles ralliés de fraîche date : Ezzelino les attirait à Vérone où il les traitait avec honneur et courtoisie (curialiter), mais en somme ils y étaient plus ou moins des otages96. Quant aux raisons profondes du ralliement des Schinelli comme des autres, l’appellation « da Rovolon » qui leur est souvent donnée en livre la clé : ce castrum, situé au nord-ouest des Euganées, est aux limites du Padouan et du Vicentin ; il est tenu par eux, peut-être en consorteria avec les da Lozzo et les da Castelnuovo97. Pour eux comme pour tant d’autres lignages, ce lien ambigü avec le dictateur se dénoue avec leur arrestation en 1253 : seul Giacomino sera épargné, précisément parce qu’il lui a sauvé la vie quelques mois plus tôt98.

  • 99 H.-Br., Hist. Dipl., t. V, p. 319.
  • 100 Au demeurant, dès l’année précédente, le comte Uguccione et Alberico sont considérés par Frédéric I (...)

67Une absence dans cette énumération des lignages comtaux, et non des moindres : celle des Maltraversi, comtes de Vicence. Elle est, en un sens, paradoxale car ils étaient devenus, après une première période d’hostilité, les alliés des da Romano dans cette ville. Mais le chef de la pars locale avait été Alberico, et c’était donc autour de lui, et non pas de son frère, que s’était constitué un réseau d’alliances et de fidélités : en 1239 le comte le suit dans la rupture avec l’empereur99. Je ne puis assurer que telle était la principale raison, mais les choses tendaient alors à s’enchaîner comme par un automatisme fatal100.

  • 101 Le 5 juin 1247, Ezzelino investit en fief Parolfino dei Gisi d’une maison forte (avec tour) et de p (...)
  • 102 Il n’est qu’un membre de la famille, à dire vrai, dont la carrière soit alors un peu connue : le ju (...)
  • 103 Un seul indice, mais qui me semble probant, étant données aussi bien la date – tardive – que la cir (...)
  • 104 L’anthroponyme est malheureusement assez diffusé, ce qui n’a rien de surprenant, les roux étant rie (...)
  • 105 Curieusement on retrouve un Dominus Guglielmus de Saza (autre dénomination familiale) dans le Grand (...)
  • 106 T. Pesenti-Marangon, Università, giudici..., p. 1-2.

68Qu’en est-il de l’aristocratie citadine ? Une première constatation, qui ne saurait surprendre : les plus vieilles familles, celles qui ont incarné la commune du xiie siècle, avec leurs juges et leurs consuls, sont décidément peu nombreuses autour du vainqueur. Exceptons deux lignages jusque là fort obscurs, bien que les chroniques nous les disent de noble origine, les da Santa Giuliana et les da Santa Lucia, auxquels leur militantisme gibelin permet peut-être de refaire surface : j’aurai l’occasion de m’y attarder quand je parlerai du groupe des juges. Parmi les noms qui avaient compté dans la vieille classe dirigeante, je n’ai guère repéré que les Gisi101, les dell’Arena102, les Vainanzi103, les Ruffi104et, chose à première vue surprenante mais qui permet de mesurer tout ce que ces engagements peuvent avoir parfois de conjoncturel, une partie des Ongarelli, alors que Frédéric II en avait envoyé deux en exil en 1239105. Il est vrai qu’ils étaient apparentés tant aux Ardenghi qu’aux da Santa Lucia (dont ils seraient un rameau détaché), soit à deux des lignages les plus engagés aux côtés du dictateur106.

  • 107 Chez les Gisi, les choses vont plus loin, je rappelle qu’en 1124 (C D P, 2/1, no 160) Aicardo di Gi (...)
  • 108 Saza degli Ongarelli est vassal de Iacopino da Carrara en 1183 (C D P, 2/2, no 1480). En 1208, Zili (...)
  • 109 En 1175, Lanfranco di Giso est témoin d’un acte d’Albertino da Baone (P. Sambin éd., Nuovi..., no 5 (...)
  • 110 A S P, Dipl., no 1137. Sur le monastère de Santa Cecilia, cf. A. Rigon, Ricerche sull’Ordo..., p. 5 (...)
  • 111 Cf. supra, note 46.
  • 112 A S V, S. Michele in isola..., B. 11, no 281, a. 1238 : Carisio vend une terre pour 100 livres qui (...)
  • 113 A S P, Corona, p. 2912 (a. 1242, 5 mai), 2915 (6 mai), 2919 (26 novembre).
  • 114 P. Marangon, La famiglia..., p. 233-240 ; L. Paolini, Enselmini, Elena, dans DBI, t. 42, p. 802-804
  • 115 Sur Ezzelino et l’Église padouane, cf. infra, p. 768. L’engouement pour les albi, tout particulière (...)
  • 116 Cf. supra, p. 742.

69Inutile d’y insister longuement : rien, dans ses antécédents, ne distingue ce petit groupe de la majorité « guelfe ». Les liens avec l’église épiscopale sont anciens dans tous les cas107 ; Vainanzi et Ongarelli ont été liés aux da Carrara108, et les Gisi aux da Baone109. Alors que le dictateur s’est pourtant acharné sur le « père » de l’ordre des albi, Giordano Forzatè, les liens étroits des Gisi et des Ongarelli avec les nouveaux monastères ne semblent pas leur avoir posé de problème : Benvenuta, sœur de Parolfino et Pasqualino dei Gisi, est abbesse de Santa Cecilia110 ; Compagno degli Ongarelli sera paisiblement abbé de Santa Maria de Porciglia, de 1219 à 1264111. De même la fille de Carisio di Ugo dell’Arena y sera religieuse au temps d’Ezzelino112 ; quant aux Vainanzi, on leur connaît au moins des relations avec Sant’Agnese de Polverara, en tant que témoins, durant la même période113. « Last but not least », les Ruffi, dont le nom brille parmi les étoiles de première grandeur de la spiritualité communale. En 1231, quelques mois seulement après saint Antoine, est morte sa « fille spirituelle », Elena Enselmini (le changement du patronyme familial n’est sans doute pas sans rapport avec ce prestige religieux), clarisse au monastère de l’Arcella, dont la vénération populaire a immédiatement fait une sainte114. J’y ai déjà fait allusion : le nouveau seigneur pouvait certes exiger une fidélité à toute épreuve et la cessation de tous liens avec la pars adverse, il lui eut été manifestement impossible de s’immiscer dans la pratique religieuse de ses clients citadins, quelque connotées politiquement qu’aient pu être certaines des institutions religieuses padouanes115. Tout au plus pouvait-il en renforcer ses griefs contre des adversaires116.

70La majorité des élites acquises à Ezzelino (plutôt que gibelines à proprement parler) est, de toute façon, constituée, non point de ces notables, mais,

    • 117 Rolandino, Cronica..., p. 93-94. Même chose pour les Caponero, au sujet desquels le chroniqueur ajo (...)

    d’une part de petits aristocrates clients des lignages de châtelains engagés dans la pars, et qui souvent ne doivent de sortir de l’obscurité qu’aux listes de victimes établies par les chroniqueurs pour les dernières années, quand le « tyran » frappe, avec ses vieux alliés, tout le milieu qui leur est lié : c’est ce qui nous fait connaître, par exemple, le miles Alberto Papadolla, arrêté avec sa famille en 1250 parce qu’il était un familier des Dalesmanini117 ;

  • d’autre part de familles entrées plus ou moins récemment dans l’aristocratie, mais en général demeurées assez obscures jusque là. C’est, entre autres, le cas de Domini désormais intégrés à la magistrature mais dont les noms fleurent la roture, comme les Favalessi (« fèves bouillies »), ou expriment cyniquement le mode d’enrichissement, ainsi l’usure pour les Mangiavillano.

  • 118 S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 213-214.
  • 119 Les Ardenghi sont représentatifs de ces lignages segmentés récents. Ils ont été bien étudiés par T. (...)

71Ce sont tout particulièrement ces milieux de fortune récente, et d’encore plus récente promotion culturelle, qui fournissent le plus gros de la troupe des magistrats et administrateurs du « tyran », ceux que S. Bortolami a justement qualifiés de « juges courtisans ». Il a récemment fourni une liste de ces familles ayant servi la dictature, qui est aussi complète que possible, soit une douzaine118. Les représentants du vieux noyau consulaire ou de l’ancienne aristocratie citadine – dell’Arena, da Santa Giuliana, da Santa Lucia, Ruffi, sont minoritaires face aux nouveaux venus et aux branches cadettes détachées de vieux lignages, comme les Ardenghi, qui profitent des turbulences de l’époque pour assurer leur fortune et leur place dans le milieu dirigeant119.

  • 120 T. Pesenti-Marangon, Università, giudici..., p. 46, et 47 note 203.
  • 121 Ibid., p. 11-12.

72D’autres ont déjà remarqué à quel point une bonne partie du milieu judiciaire a été fermement liée au nouveau pouvoir politique, au-delà même de l’élimination des grands alliés châtelains : encore en 1254, après l’arrestation de certains d’entre eux comme Tommaso da Santa Giuliana, on trouve quatorze juges padouans présents à l’occasion du traité conclu avec Crémone120. Il est vrai que la part de la pure et simple terreur n’est pas mesurable dans de telles listes de présence ! Dans quelle mesure étaient-ils désormais autre chose que des otages ? Certaines fidélités iront cependant jusqu’au sacrifice : Antonio di Lemizzo Ardenghi, podestat de Vicence depuis 1254, mourra en 1256, en dirigeant la tentative faite pour reprendre Padoue aux « Croisés »121.

  • 122 On trouvera la liste des podestats, « recteurs » et « vicaires » ezzéliniens dans M. Rapisarda, La (...)
  • 123 S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 214.

73L’exemple de ce personnage est significatif. Ezzelino avait besoin d’administrateurs pour les communes qu’il dominait, et il a amplement puisé dans le vivier des juristes padouans. A Vicence, Antonio Ardenghi avait été précédé, de 1244 à 1254, par Tommaso da Santa Lucia (lequel avait fini par être arrêté ainsi que sa famille) ; à Vérone, on voit se succéder, avec les titres, non de podestats mais de « recteurs » ou « vicaires » (dans la ville où il résidait le seigneur n’avait besoin que de simples exécutants), Tommaso da Santa Giuliana en 1247 et 1252 (il est arrêté avec ses frères en 1253), Buzzaccarino en 1251 et 1253, Pietro Pincoti et Benvenuto Favalessi en 1254 et 1255122. On peut également rappeler le cas d’Ugo da Santa Giuliana, envoyé en 1250 à Reggio Emilia, à la demande de cette commune où l’on n’arrivait pas à se mettre d’accord sur un podestat et qui avait fini par en demander un à Ezzelino !123

  • 124 Un certain Nanni est l’un des jureurs de l’alliance de Padoue avec Conegliano et Ceneda (C D P, 2/2 (...)
  • 125 G. Rippe, La logica..., p. 243 et p. 263-264.
  • 126 A S P, Santa Maria della Riviera, t. 1, p. 31 a et b ; ibid., S. Michele in isola..., B. 11, no 294
  • 127 T. Pesenti-Marangon, Università, giudici..., p. 66.

74Or, même parmi les lignages de récente intégration à l’aristocratie dirigeante, certains avaient malgré tout déjà eu le temps de nouer, avec les structures communales et les réseaux de clientèles jusque là hégémoniques, des liens éventuellement compromettants : les Nanni, dont le probable ancêtre éponyme n’apparaît pas avant 1180, sont liés aux Maltraversi et aux da Baone124 ; les Mangiavillano sont vassaux des da Carrara, pour des raisons sans doute fort intéressées car liées à une politique d’acquisitions patrimoniales effectuée en fin de compte aux dépens desdits seigneurs à Bagnoli, mais qui rendent plausible l’incarcération d’un certain Florio Mangiavillano en 1239, signalée par le contesté « Pietro Gerardo »125. Certains participent, eux aussi, à l’essor du monachisme citadin ; ainsi Ugolino et Rainaldino Pincoto, juges l’un et l’autre, figurent, le premier comme témoin d’un acte du monastère albus de Santa Maria della Riviera en 1239, le second d’un acte de Santa Maria de Porciglia, autre établissement de l’ordre, et cela encore en 1253126. Enfin il va de soi que, dans ce milieu des magistrats, quelque variées que soient ses origines, s’est tissée toute une trame de relations, tant d’affaires que familiales. T. Pesenti-Marangon a dressé la liste des collègues guelfes avec lequels Lemizzo Ardenghi est lié de diverses façons : il est beau-père de Nicolò di Flabiano, qui fut recteur de la ligue lombarde en 1232, créancier de Giovanni di Belengarda – un client d’Azzo Novello d’Este – et de Bartolomeo di Zacco, que Frédéric II a exilé à Vicence, débiteur, enfin, de Giacomo di Alessio dei Musaragni, un fidèle de l’évêque Giacomo qu’il représente lorsque l’empereur l’investit de ses fiefs en 1237, et dont le fils, Antonio, sera victime d’Ezzelino127.

75On peut donc imaginer, à voir ce qui se produisait dans le milieu des juges, quelles déchirures a pu provoquer dans un tissu social resté jusque là d’une remarquable homogénéité (surtout si on fait la comparaison avec la guerre civile chronique qui frappait Vicence, voire Vérone) la brusque domination gibeline. On comprend aussi les préoccupations initiales d’Ezzelino, son souci de rassurer, toutes choses sur lesquelles il faut insister car la fin avait occulté les débuts dans l’imaginaire des historiens.

  • 128 Cf. cependant le problème que posent les allégations de da Nono sur leurs origines (supra, p. 685).
  • 129 S. Bortolami, Da Bologna a Padova, da Padova a Vercelli, dans L’Università di Vercelli nel Medio-Ev (...)

76Une famille échappait sans doute à ces dilemmes, et il est de surcroît vraisemblable que toute une tradition gibeline la portait à servir le nouveau maître : il s’agit des Buzzaccarini. Ils sont probablement une branche d’un lignage milanais récemment installée à Padoue128. En 1209, à Vicence, le podestat milanais Drudo Buzzaccarino, soucieux de se constituer en arbitre au-dessus de la mêlée, avait fait envoyer en Lombardie les fils des chefs de factions les plus nobles et les plus turbulents ; il avait été violemment destitué par le parti du comte et du marquis d’Este. Le juge padouan Ugerio Buzzaccarini, professeur de droit, et son frère le chanoine Salion, magister et l’un des astrologues d’Ezzelino, sont de probables parents de ce magistrat milanais129.

77Il ressort de tout ce qui précède que, si l’on peut décrire un parti guelfe, il n’y a pas, au fond, de véritable parti gibelin à Padoue. Les élites sociales ralliées ne constituent pas véritablement une faction homogène, du moins si l’on considère les raisons de leur engagement qui, chez les châtelains comme dans l’aristocratie citadine, ancienne et nouvelle, vont de l’intérêt immédiat bien compris, et sont en ce cas purement conjoncturelles, à un véritable gibelinisme de tradition, beaucoup plus rare (au demeurant celui d’Ezzelino lui-même n’était point de tradition !).

  • 130 Sur les notaires, cf. S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 216-219. L’exemple bien connu des Cu (...)
  • 131 Cf. G. Arnaldi, Le origini dello studio..., p. 425-426. L’auteur (je le rappelle) y insiste sur le (...)
  • 132 G. Arnaldi,, Studi sui cronisti..., p. 155-157.

78Qu’en est-il des milieux variés que l’on assemble sous le nom de populus ? Comme l’a récemment fort bien montré Sante Bortolami, les plus influents et les plus prospères, non seulement gardent toute leur cohésion mais s’enrichissent, et donc ne protestent point, au moins jusqu’aux troubles années 1250. Certains notaires sont des familiers du « tyran », dotés de pouvoirs spéciaux – ainsi les notarii speciales de curia domini Ecelini, diplomates et chargés d’affaires pour son patrimoine –, par exemple les Cuticella ; les « purges » finales les frapperont eux aussi, ce qui permettra à Rolandino, dans son récit, de sauver l’honneur de la profession130. Rolandino lui-même, « typique représentant de ce milieu », comme le rappelle G. Arnaldi, a, semble-t-il, exercé continûment sa fonction, comme tant d’autres : on avait besoin de notaires formés comme lui à la rhétorique dans la chancellerie131 ; aussi bien fut-il régulièrement amené à remplir des charges pour la commune132.

  • 133 S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 219.

79De plus modestes se contentent de faire des affaires, comme Pietro Boccone qui, selon S. Bortolami, se serait vu attribuer des biens des da Baone, da Camposampiero et de l’évêché lui-même133.

  • 134 On le sait, dans certaines familles de juges on rencontre des branches d’un niveau moins relevé où (...)
  • 135 L’activité de gestionnaire de ce personnage est, signale S. Bortolami, prouvée par un acte de 1249, (...)
  • 136 Sur les usures des Frigimelica à Sacco avant 1236, cf. supra, p. 686 et note 202. En 1236 Pietrobon (...)
  • 137 A S P, Santa Maria della Riviera, t. 10, p. 24 ; a. 1242.
  • 138 A S P, Santa Maria della Riviera, t. 10, p. 28, a, b et c.

80Bref, ce groupe professionnel dont on a déjà eu l’occasion de voir qu’il occupe une position dominante dans le popolo, voire une situation charnière entre lui et l’aristocratie134, aura, au bout du compte, consolidé son emprise sur la société locale. C’est alors aussi que s’accélère – la guerre aidant – la montée de dynasties d’usuriers et d’affairistes, et l’on voit plusieurs familles nouvelles s’intégrer à la notabilité. Certaines ont utilisé les occasions qu’offrait le pouvoir ; à l’origine de la fortune des Bibi il y aurait un tailleur, Giovanni « Bivi », devenu trésorier d’Ezzelino135. D’autres se contentent d’amasser silencieusement leur magot : ainsi les Frigimelica qui, tout en poursuivant leurs activités usuraires à Sacco, tondent également, désormais, des gens de la meilleure société citadine, comme les di Vainanzo136. Comme tout le monde, ces nouveaux riches, en dépit de la présence du dictateur, se lient, de façon plus ou moins directe, au monachisme albus. Domina Benvenuta, épouse de Leonardo Frigimelica, est la sœur de trois religieux de la communauté de Santa Maria della Riviera137 ; encore en 1247 Marco Frigimelica est témoin d’une opération immobilière faite par la même Benvenuta en faveur du monastère138.

  • 139 S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 220-221. Cela dit, les témoignages explicites des effets d (...)
  • 140 Cf. G. Biscaro, I patti della riconciliazione di Alberico da Romano col fratello Ezzelino (3 aprile (...)

81Quant à la grande masse de la population elle aura, jusqu’à la fin des années 1240, apprécié la paix civile et l’ordre retrouvé dans un grand ensemble régional désormais ouvert au commerce padouan qui, au-delà de l’ouest vénète, englobait le Trentin et les routes vers la Germanie, ainsi que Crémone et la voie du Pô, de sorte que la fermeture des marchés traditionnels de Ferrare et Venise se trouvait sans doute largement compensée139. Même la vieille revendication padouane sur Conegliano, Ceneda, Feltre, Belluno et la haute vallée du Brenta s’était en fin de compte trouvée exaucée, et cela du fait de la brouille entre Ezzelino et son frère : très vite Alberico et les Trévisans avaient été privés de toute la zone alpestre jusqu’à Montebelluna140.

  • 141 G. Carraro, Il « Liber »..., p. 316, 7 février 1252 : ante domum Sancte Agathe, ubi batitur lana ; (...)
  • 142 Une première occurrence dès 1231 (1er mars), avec un Corradino texator (ibid., p. 281) ; puis, en 1 (...)
  • 143 La commune de Padoue cédait ces postae walcaturorum en livello à des associations ; le 10 décembre (...)
  • 144 S. Bortolami, Acque, mulini..., p. 312-313.
  • 145 Ibid., p. 310.

82Et le travail ne manquait pas : ce qui ne constituait encore, avant 1237, que les premiers frémissements d’une activité textile dans la ville se transforme, durant les temps heureux du régime (avant le tournant des années 1249-1250), en un véritable essor dont la documentation commence à fournir quelques témoignages, encore épars il est vrai. Dans le secteur périphérique de Vanzo, le long d’un canal, face au monastère de Sant’Agata, s’est développé tout un quartier d’ouvriers du textile lainier, à partir d’installations qui appartiennent au dit établissement141. Ces ouvriers fournissent 34 % des témoins des actes du monastère durant le xiiie siècle, à partir des années 1240 pour l’essentiel, et ils sont fréquemment originaires d’autres zones du Padouan, voire de régions voisines142. Sant’Agata, de surcroît, investit dans des parts de ces moulins à foulons de Battaglia qui avaient été les premiers à apparaître dans la documentation143. Comme le remarque Sante Bortolami, dans une ville où ne sont pas arrivés les « Umiliati » (qui s’arrêtent à Vérone et Vicence), c’est le monachisme citadin rénové qui se charge du développement industriel144. Cela dit, il faudra attendre les années 1280 pour voir attestée l’existence d’une corporation (fratalea texatorum) dans la documentation145.

  • 146 Ainsi en 1241 : Et in vigilia sancti Petri de iunio communia Montissilicis et Tribani paduani distr (...)

83Dans un contexte si favorable, il n’est rien de surprenant à ce que des milices padouanes aient pu être utilisées par le « seigneur », y compris contre les Este146.

84Il reste que la ville, en 1256, attendait les « Croisés » et ne résista pas. Je rappellerai bientôt l’horreur des dernières années de la dictature. Il semble qu’elle ait été portée à son paroxysme à Padoue. Outre l’existence d’une véritable pars des da Romano parmi les élites, il semble qu’ait manqué au sein de la population un facteur qui a peut-être été essentiel à Vérone et, surtout, à Vicence : la contestation hérétique.

  • 147 Selon les uns, omnes Vicentinos Eccellinum in odium et malivolentiam propter eius crudelitatem et r (...)
  • 148 F. Lomastro-Tognato, L’eresia a Vicenza nel Duecento. Dati, problemi e fonti, Vicence, 1988. Sur la (...)

85Lorsque, en 1256, une fois Padoue libérée, se pose la question de la deuxième étape de la « croisade », à savoir la reconquête de Vicence, certains disent que « tous les Vicentins haïssent Ezzelino », d’autres, au contraire, que ceux qui sont demeurés dans la ville (les adversaires sont morts ou sont partis) sont aimés de lui et « préféreraient souffrir toutes sortes de maux plutôt que de lui être infidèles »147. C’est que, dans cette ville, non seulement la division en deux partes avait été portée à l’extrême – et donc les da Romano y avaient de solides assises, contrairement à Padoue, mais l’hérésie prospérait. Je reviendrai plus tard sur l’attitude personnelle d’Ezzelino, qui pose de toute façon bien des problèmes. Toujours est-il que, dans une ville historiquement connue comme de celles où le catharisme a été le plus fort et à partir desquelles il s’exportait, ainsi qu’un ouvrage de Francesca Lomastro l’a fait apparaître (avec toutes les nuances nécessaires), gibelinisme et hérésie sont allés de pair (ce qui n’excluait pas qu’il y ait eu des hérétiques du côté guelfe) ; l’époque ezzélinienne fut un « temps de liberté » durant lequel la ville est restée fermée aux Dominicains, et c’est seulement en 1264 que sera organisée la chasse aux hérétiques148.

  • 149 Il est vrai que, de toute façon, comme l’a dit Raoul Manselli, « ogni città italiana ha avuto una s (...)
  • 150 J. Dalarun, Commune et inquisition à Rimini (fin xiie-début xive siècle), dans « S M », 29, 1988, p (...)
  • 151 Sur les problèmes qui viennent d’être évoqués (assimilation de l’anticléricalisme à l’hérésie, natu (...)

86La situation religieuse de Padoue est à l’opposé : ferveur réformatrice et orthodoxie. Il suffit de suivre les étapes de l’itinéraire de saint Antoine pour en cerner, par comparaison, la spécificité149. La plus marquante, auparavant, avait été celle de Rimini, où s’étalait « la superbe hérétique », selon l’expression de Jacques Dalarun : la masse populaire y était gagnée aux « patarins » et il avait dû affronter un hérésiarque que soutenait la foule. Le milieu artisanal, tout particulièrement, semble avoir été imprégné de contestation déviante. S’agissait-il toujours d’hérésie au sens fort du mot, et ne mettait-on pas dans le même sac des croyances hétérodoxes et un simple, et sans doute violent, anticléricalisme ? « Il apparaît clairement, écrit Dalarun, que les biens matériels du clergé, ses prérogatives fiscales, sa condition juridique, ses prétentions politiques sont à l’origine de la discorde »150. Toujours est-il que, à Rimini comme à Vicence, le gibelinisme l’emportait151.

  • 152 M. Duranti, La società padovana nella « legenda prima o assidua », dans Storia e cultura..., p. 76.
  • 153 V. Gamboso éd., « Vita prima » di Sant’Antonio, o « assidua » (c. 1232), Padoue, 1981, p. 333.

87A Padoue, au contraire, le succès des prédications est d’autant plus grand que l’hérésie est, soit absente, soit tout à fait marginale ; il est vrai que le secteur artisanal y est modeste. On a pu en faire la réflexion : en fin de compte Padoue, gagnée d’avance, n’avait guère besoin d’Antoine152. C’est une véritable unanimité orthodoxe et guelfe qui trouve l’occasion de s’exprimer autour du saint homme, des masses populaires à la plus haute aristocratie : quand vient le temps des récoltes et qu’il interrompt ses prêches, c’est en effet le noble Tiso da Camposampiero qui lui fait édifier une cellule dans un noyer153. Ainsi, tandis qu’à Vicence les assassins de l’évêque Cacciafronte tenaient le haut du pavé, dans le contado de Padoue le franciscain angélique pouvait paisiblement jouer au « baron perché ».

  • 154 P. Marangon, Gli « studia » degli ordini mendicanti, dans Storia e cultura..., p. 351. Rappelons qu (...)

88Et pourtant... Soyons sérieux, tout était-il si simple ? Le succès de la prédication antonienne ne tenait-il pas aussi à la franchise avec laquelle le saint vitupérait les sacerdotes latrones, l’avidité des clercs et leurs mœurs peu évangéliques, dans lesquelles il identifiait les causes de l’hérésie ? Il se distinguait des hérétiques « surtout parce qu’il conservait encore l’espérance que même les prélats pourraient un jour se convertir au christianisme »154.

  • 155 Sur ces heurts entre l’Église padouane et la commune, on consultera l’article toujours valable de L (...)
  • 156 Durant le dernier tiers du Duecento allait d’ailleurs sévir à Padoue la même activité inquisitorial (...)

89Il faut le rappeler ici : après Ezzelino la commune de Padoue, où désormais comptent les nouveaux milieux dirigeants issus du populus, a développé, en moins d’une génération, un anticléricalisme qui allait finir par exploser avec l’adoption – certes momentanée mais combien révélatrice ! – de l’incroyable statut dit « de Donatello », par lequel le meurtre d’un clerc n’était passible que de l’amende symbolique de 30 deniers ; il y aurait eu plusieurs victimes : da Nono raconte un cas de « mise en pratique » !155On peut, par conséquent, émettre l’hypothèse : une fois passée l’exaltation de l’installation des « mendiants » et du moment réformateur de l’Église padouane, la méfiance du « tyran » envers elle, et les brimades et confiscations qu’il a fini par lui faire subir n’ont-elles pas conforté, sinon des tendances à proprement parler hérétiques, du moins un anticléricalisme diffus dans les milieux populaires, même s’il n’allait pas s’identifiant aussi nettement que dans d’autres villes (ainsi Florence ou Vicence), avec une forme momentanée de gibelinisme ?156

***

90Durant les belles années victorieuses de Frédéric la perte des libertés était donc compensée par une apparente volonté de réconcilier et de dépasser les querelles d’antan, par le retour à l’ordre et à la paix civile et, ce qui en était la conséquence, par une prospérité dont témoignait un premier démarrage de l’industrie textile, et qu’exaltait sans doute la réalisation d’un vaste marché régional. L’évolution autocratique, au fond imprévisible, du régime ezzélinien, conjuguée au retour des difficultés du fait de l’isolement progressif du dictateur et de l’agressivité retrouvée de l’adversaire guelfe, tout cela ne pouvait qu’entraîner le retour rapide aux sentiments un moment refoulés de la grande majorité des notables, et l’exaspération des foules quand la terreur croissait au même rythme que les difficultés matérielles retrouvées. Dans une ville où le parti des da Romano n’avait jamais eu de racines et où, au contraire, un réseau extrêmement serré de fidélités clientélaires existait depuis des générations avec une noblesse châtelaine qui, soit était depuis toujours l’adversaire du nouveau maître (le marquis et ses alliés), soit avait fini par en être à son tour la victime, le rejet absolu de l’expérience était inévitable.

  • 157 Cette liste, qui concerne les milieux citadins (à l’exclusion des châtelains, par conséquent), repr (...)

GROUPES FAMILIAUX VICTIMES DES MESURES CONTRE LE « PARTI » GUELFE ENTRE 1237 ET 1246157

GROUPES FAMILIAUX VICTIMES DES MESURES CONTRE LE « PARTI » GUELFE ENTRE 1237 ET 1246157
  • 158 Abréviations utilisées :
    Rol. = Rolandino, Cronica.
    Gerardo Bon. = A. Bonardi, Della « Vita e Gesti » (...)

(à suivre)
Note158

  • 159 Je rappelle qu’il ne faut pas confondre les Gizi avec les Gisi, partisans du da Romano.

(à suivre)
Note159

B) Ezzelino autocrate : les années de terreur (v. 1245-1256)

  • 160 Le même Galvano Lancia était devenu son beau-frère après la mort de Selvaggia, fille naturelle de l (...)
  • 161 C. G. Mor, « Dominus Ecerinus »..., dans S. Ezz., p. 110.
  • 162 L. Simeoni, La formazione della signoria scaligera, dans Id., Studi su Verona..., t. 2, p. 186-187. (...)
  • 163 C. G. Mor, « Dominus Ecerinus »..., p. 111-113 ; M. Rapisarda, La signoria..., p. 124.
  • 164 Il convient ici, à la lumière des enquêtes prosopographiques conduites par Bortolami comme par moi, (...)

91Le régime personnel s’instaure, non pas brusquement, mais par étapes : dès 1244, en destituant Galvano Lancia (sous un prétexte, d’ailleurs justifié, de concussion), Ezzelino éloigne de lui la dernière émanation du pouvoir impérial160. Désormais il nomme les podestats de Vicence et Padoue et, pour cette dernière ville, choisit ses parents avec, vis-à-vis de Frédéric, ce que C. G. Mor qualifie de « désinvolte indépendance »161. A Vérone, où il réside, après avril 1245 on n’entend plus parler de la faction des Monticoli dont il n’était, en théorie, que l’allié162et, à partir de 1247, il n’y a plus de podestat mais des « recteurs » ou des « vicaires », qu’il nomme sans respect d’aucune tradition et qui sont de simples exécutants163 ; en bonne logique ils ne proviennent plus des grandes familles locales mais d’une petite aristocratie citadine voire, à partir de 1253, d’un vivier de juges, souvent padouans, de récente fortune164.

  • 165 Cf., sur cette cassure chronologique, les remarques de S. Bortolami, les plus récentes, « Honor Civ (...)
  • 166 S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 228-229 ; M. Rapisarda, La signoria..., p. 94.

92C’est encore un peu plus tard, à partir de 1249, que l’autocrate se fait « tyran »165. A cette époque éclate, pour commencer, une contradiction entre les succès locaux d’Ezzelino lui-même et la montée des périls pour le camp « impérial » dans le cadre italien en général, du fait des revers que subit l’empereur. Tandis que Frédéric est défait à Parme et que le roi Enzo est fait prisonnier, le dictateur vénète conquiert, en toute autonomie, Feltre et Belluno (encore une fois il réalise pour lui-même un vieux rêve des Padouans) puis, après s’être assuré de Monselice, jusque-là tenu par les seules troupes impériales, il s’empare en quelques mois des forteresses euganéennes du marquis – Este, Baone, Vighizzolo et Vescovana en 1249, Cerro et Calaone en 1250166. Bref, en cette année fatale de la mort du Staufen il semble, quant à lui, atteindre le comble de la puissance. Mais il est, du coup, tout à fait seul désormais.

  • 167 Ladite tentative a été formulée par G. Cracco dans deux articles de 1988 : Famiglie potenti e comun (...)
  • 168 G. Cracco, Famiglie e comuni..., p. 145.
  • 169 Ibid., p. 21. Cracco parle aussi d’une conception qui ferait de tous des « sujets-fils », dont il s (...)

93Solitude orgueilleuse et qu’il semble lui-même désireux de rendre encore plus radicale : dans la foulée du récent renouveau des études « ezzéliniennes », Giorgio Cracco a proposé une tentative de compréhension de la conscience que cet homme pouvait avoir de lui-même et de son pouvoir167. Voici, brièvement, le schéma. Ezzelino serait parti de la constatation que son père avait échoué dans sa lutte pour exalter son lignage (sa domus) à travers l’engagement dans le jeu des factions (les partes). Il aurait donc conçu un modèle original de dépassement de la politique lignagère. Pour commencer, avec une logique très immédiate, il aurait refusé la procréation d’une descendance légitime (car on lui connaît plusieurs épouses, mais seulement un fils bâtard présumé !) et, ainsi retiré dans un isolement définitif, se serait appliqué à s’identifier à un modèle, l’Empire, celui qu’incarnait alors Frédéric, figure de l’autocrate, guide providentiel (« figure solitaire et haute, capable de dominer prodigieusement tout et tous », écrit G. Cracco)168. Et il en arrive en effet à se comporter en maître absolu, abattant les familles qui lui résistent. On pourrait ajouter (ce que G. Cracco ne note pas explicitement) que cette dérive autocratique se précise justement au moment même où le pouvoir du modèle est à son déclin ; c’est alors qu’Ezzelino ne veut plus connaître d’alliés, mais seulement des serviteurs : « tous rentrent dans la sphère du privé, lui seul, le Dominus, a la gestion de la sphère publique »169.

94Il va de soi que cette construction est hypothétique. Du moins rend-elle compte de ce qui fut en effet un discours de la tyrannie sur elle-même à partir des années 1245.

  • 170 A Padoue, celle dont les Bonizzi semblent avoir été les instigateurs (cf. C. G. Mor, « Dominus Ecer (...)
  • 171 Il convient de rappeler qu’en cela Ezzelino est unique en son genre : même Oberto Pelavicino, pourt (...)
  • 172 S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 229-230.

95Discours inadmissible pour un nombre toujours plus grand de « sujets ». Conséquence à la fois de la persistance des sympathies guelfes d’une part au moins des aristocraties citadines (cela plus à Padoue qu’ailleurs), et du fait radicalement nouveau qu’est la mise au pas de la pars avec laquelle il avait jusque-là collaboré, les conspirations renaissent dès 1246170. De surcroît les haines sont désormais attisées par la déposition de l’empereur au Concile de Lyon : c’est alors que le conflit s’est fait lutte à mort ; c’est aussi à ce moment que le chef de faction s’est mué en dictateur, comme on l’a vu à propos de Vérone. En 1249, quand décline l’étoile de l’empereur, le dictateur devient tyran, et cela sans s’embarrasser d’aucune justification171. Cette année là les Dalesmanini, vieux alliés, sont arrêtés avec leurs parents et amis172. Mais la contradiction entre une telle évolution politique interne et la situation toujours plus difficile des adversaires du guelfisme en général est manifestement trop forte. Le despotisme est sanguinaire par fragilité. La vérité est qu’Ezzelino n’a pas, ou n’a plus, les moyens de sa politique, à commencer par les moyens financiers. Or ce dernier point est capital.

96Longtemps les milieux « populaires » avaient apprécié la tranquillité et l’ordre retrouvés, et toute une bourgeoisie d’usuriers-nouveaux riches s’était enrichie à l’ombre du Dominus. Lorsque, à l’insécurité diffuse qu’engendrait sa manie de suspicion croissante (servie jusqu’à l’outrance par son sinistre parent, Ansedidio dei Guidotti, podestat depuis 1249) allait s’ajouter le poids d’une fiscalité devenue délirante, c’est tout le milieu jusque là favorable sans doute à l’expérience autocratique qui allait à son tour s’en dégoûter.

  • 173 Sur tout ce problème, cf. C. G. Mor, « Dominus Ecerinus »..., p. 118-120.
  • 174 Il l’écrit à propos des biens des Gnanfo-da Vò : Bona eorum omnia accepta sunt et posita in communi (...)
  • 175 Cf., pour Padoue, les remarques de S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 235 et notes 215 et 216
  • 176 C. G. Mor, « Dominus Ecerinus »..., p. 120.
  • 177 Ibid. ; cf. ce passage du Chronicon Marchie Tarvisine : Ipsa bona episcopa tuum, abbatiarum, canoni (...)

97Selon C. G. Mor la rupture se fait, sur ce point précis, vers 1252173. La guérilla permanente avait, certes, toujours impliqué d’énormes dépenses ; du moins avaient-elles été contenues dans le cadre de la fiscalité communale traditionnelle. C’était tout à fait légalement qu’à Padoue, en 1241, avait été imposée une taxe foncière de 10 % assortie d’une collecte sur la ville ; il y en avait eu bien d’autres avant 1237 ! Le maître veillait alors à la juste administration financière (rappelons la destitution de Galvano Lancia pour prévarication). Rolandino lui-même, chroniqueur guelfe s’il en fut, reconnaît que les biens confisqués aux adversaires allaient à la commune174. Du coup, il est vrai, celle-ci pouvait se montrer généreuse. Par contre, à partir de 1252 selon Mor, sans doute dès 1250 en fait, il n’est guère plus possible de parler d’une vraie politique financière, mais plutôt d’une spoliation violente des amis comme des ennemis175. A en croire Rolandino chaque ville avait sa camera dominica, caisse privée du maître, distincte de celle la commune176 ; désormais tout va à cette caisse. Et c’est, entre autres, surtout dans les années 1250 que sont systématiquement pillés et accaparés les biens de l’Église padouane177.

  • 178 A. Rigon, Clero e città..., p. 69 ; le document est publié en appendice, p. 273-274.
  • 179 Cf. les acquisitions du notaire et usurier Pietro Boccone (supra, p. 755).
  • 180 C. G. Mor, « Dominus Ecerinus »..., p. 120.

98Révélateur est le premier statut connu de la confrérie des desservants des paroisses urbaines, daté du 24 février 1250 : c’est sans doute pour se garantir des appétits ezzéliniens que les prêtres prévoient de détenir en commun les bénéfices ecclésiastiques dans les périodes de vacance178. Il est vrai que des usuriers s’enrichissaient dans la curée179, mais les ecclésiastiques ne souffraient pas seuls et toute la société citadine se trouvait tondue par toutes sortes de moyens : à en croire Rolandino, durant la dernière année du régime à Padoue, il y avait des taxes sur tout ce qui pouvait être acheté ou vendu180.

  • 181 L. Simeoni, Nuovi documenti..., p. 253.

99Entouré d’une hostilité sans cesse croissante tandis que l’adversaire se renforce et que le temps joue contre lui, Ezzelino s’enfonce dans une répression sauvage, seule réponse qu’il sache trouver aux urgences de l’heure. « Il fut féroce par peur », a écrit Simeoni181.

  • 182 A. Rigon, Francescanesimo e società..., p. 27-28. Voici ce que répondent ces moines aux consuls : T (...)

100Les techniques élémentaires de la terreur avaient au fond été mises au point par l’empereur lui-même lorsqu’il avait inventé son système quasi généralisé des otages. Le dictateur semble en avoir fait d’emblée un usage exaspéré ; rappelons ici le célèbre exemple des prieurs de deux monastères, Sant’Agata et Santa Maria delle Vergini, qui se virent obligés de refuser une invitation des consuls de Lübeck parce que, le dominus leur ayant interdit de partir, ils auraient fait courir aux membres de leurs familles le risque d’être emprisonnés et d’avoir leurs biens confisqués182. Ezzelino précurseur...

  • 183 Rolandino, Cronica..., p. 102 : nunc militum nunc popularium.

101Mais surtout la répression s’étend désormais à toutes les classes sociales, et non plus seulement aux élites de renommée guelfe. On ne frappe plus seulement, et souvent sur de simples soupçons, les amis des amis du marquis mais, avec d’anciens alliés, leurs familiers, leurs serfs (les homines de masnada), leurs domestiques et les familles de tous. Désormais les populares ne sont pas davantage en sécurité que les milites183.

  • 184 Ibid., p. 89.
  • 185 Outre la page citée en note précédente, cf. aussi p. 96 (pour l’année 1251), 98 (même année), 105 ( (...)
  • 186 Ibid., p. 101.

102Cet élargissement du cercle des victimes est attesté pour la première fois en 1249 : « beaucoup de Padouans, notaires et populares... plus filles, femmes et enfants », sont enfermés dans des cachots184. Rolandino utilise à plusieurs reprises, dans son récit des années 1249-1256 – celles où Ansedisio dei Guidotti est podestat de Padoue et exécuteur zélé des ordres de son parent –, des expressions telles que « petits et grands, hommes et femmes »185. Dans cette atmosphère malsaine, de surcroît, la vindicte du maître en autorisait d’autres, personnelles. Rolandino raconte qu’en 1253, un certain Borraco dei Bonaldi ayant été décapité, son corps est brûlé par d’anciens gastalds à lui, de Codevigo, qu’il avait injustement fait emprisonner186.

  • 187 Cf. à ce sujet les remarques de R. Manselli, Ezzelino..., p. 59-60.
  • 188 C. Gasparotto, Padova ecclesiastica..., p. 23, note 27. Sur les tentatives opposées – pontificale e (...)
  • 189 Rolandino, Cronica..., p. 98.
  • 190 Ibid., p. 107. Rolandino signale ici, plus particulièrement, une rafle de l’année 1253.

103C’est durant cette dernière période seulement qu’Ezzelino s’attaque de façon systématique aux religieux. Jusque-là il s’était contenté de les surveiller, et avait toujours évité le heurt direct187. Même la longue vacance épiscopale, depuis la mort de l’évêque Iacopo di Corrado en 1239, n’était pas due à sa volonté ; dans une ville gouvernée par l’autorité déléguée d’un empereur excommunié, il n’était pas permis de procéder à une élection188. Mais, dès 1251, l’archidiacre de la cathédrale, Enrico, pourtant aussi souple qu’on pouvait l’être, est exécuté189 ; puis ce seront des religieux de tous ordres, frères mineurs, prêcheurs, moines albi, guillelmites190. Cela dit, cette persécution ne sera jamais généralisée : les offices religieux ne cessèrent pas.

  • 191 M. Rapisarda, La signoria..., p. 129.
  • 192 La deuxième : en 1248 Ezzelino avait déjà été excommunié comme partisan de Frédéric ; ici il l’est (...)
  • 193 Rolandino, Cronica..., p. 128-129.

104Non seulement le rythme des répressions se fait, durant ces dernières années, « vertigineux », comme l’écrit M. Rapisarda191, mais c’est alors que se produisent les atrocités qui ont littéralement diabolisé le dictateur et qu’énumère la bulle d’excommunication de 1254192 : enfants aveuglés et châtrés, femmes aux seins coupés, pour ne rien dire de mutilations plus banales. Imaginations et calomnies ? Rolandino pouvait-il vraiment, au cours d’une lecture publique faite seulement quelques années plus tard, répéter de telles horreurs si elles n’avaient pas eu un fond de vérité ? Reste le problème que pose le chiffre, a priori inacceptable, de 11.000 « Padouans » présents à Vérone et exécutés à l’annonce de la libération de la ville par les « croisés ». A la vérité la chronique de Rolandino parle de gens « du Padouan » : du coup il ne s’agit plus de l’impossible massacre de la population mâle d’une ville qui n’atteignait pas encore les 20.000 habitants ! Une bonne partie des victimes venait de divers points du contado, et notamment de Piove et de Cittadella193. Légende ou pas ? Le fait ne peut en tout cas être considéré comme tout à fait invraisemblable, même si l’on admet que la somme a pu être gonflée.

  • 194 Cf. S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 235, note 213.

105Tout cela apparaît avec le recul comme une course à l’abîme : cette frénésie d’extermination des suspects n’avait de toute façon aucune chance d’atteindre ses buts. Il était exclu que tous les adversaires pussent être éliminés ; dès 1237, et sans cesse davantage, des éléments des lignages persécutés avaient trouvé refuge à Venise et dans les villes guelfes194. Comme les grands criminels shakespeariens, de Macbeth à Richard III, Ezzelino sera vaincu par une coalition de rescapés venus de l’extérieur.

***

106Le pouvoir rend fou, dit-on. Il rend d’autant plus fou qu’il est à la fois sans mesure et menacé, d’autant plus menacé qu’il est sans mesure : l’autocratie, c’est bien connu, n’est tempérée que par l’assassinat. Mais chaque tyran a sa folie particulière.

  • 195 M. Rapisarda, La signoria..., p. 121-122.
  • 196 « L’illégitimité, entourée de dangers permanents, isole le souverain » (J. Burckhardt, La civilisat (...)

107Qui était, au fond, Ezzelino ? Les chroniqueurs, s’ils n’en font pas à proprement parler de portrait, signalent du moins une métamorphose du personnage, et cela précisément en 1237, quand il devient véritablement le maître de la « Marche ». Auparavant, si on les en croit, il est un gentilhomme selon les critères habituels : affable, prudent, aimable avec ses amis et se réservant d’être terrible envers ses ennemis. Après la double conquête de Vicence et Padoue, et sans cesse davantage, il est amené à en voir partout, actuels ou potentiels. Et, nous dit-on, il devient sombre, méprisant, avec, sur le visage, un air de colère quasi constant, soupçonneux, cruel sans miséricorde, provocateur de désordres, avide de richesses, sadique enfin195. Bien sûr, il y a là un « topos » qui fait vaguement penser à la fable du savetier et du financier. Il n’empêche. Il est exact qu’il est désormais obsédé par des périls inconnus ; à aucun moment, dans l’atmosphère de lutte à mort de ce temps, il ne jouit tranquille de sa seigneurie. Dans la mesure même où il ne se soucie pas de la justifier, il est conscient de la tare originelle de sa domination aux yeux des hommes de sa classe : l’illégitimité, cette faille au cœur de toutes les « tyrannies » pré-renaissantes et renaissantes196. Le drame est que, ayant peur lui-même et déçu dans ses premières tentatives de réconciliation avec l’adversaire (lequel, il est vrai, est conduit dans le même temps à radicaliser sa propre attitude par le contexte politique général), il n’imagine pas d’autre réponse que de faire peur à son tour. Après 1245, il semble devenir un monomaniaque de la terreur.

  • 197 C. G. Mor, « Dominus Ecerinus »..., p. 105.

108En quoi il se distingue effectivement de ses contemporains. Certes, de façon générale, les chefs militaires de ce temps sont capables d’accès momentanés de férocité, de coups de sang qui frappent précisément par une démesure qui contraste avec leur habituel respect des règles du jeu : en 1224 les da Romano avaient été les premiers à s’indigner, à juste titre, du massacre de toute la population du castrum de Fratta, perpétré par Azzo d’Este pour venger la mort de Tisolino da Camposampiero197. Mais il s’agit, dans le cas d’Ezzelino, d’un système de pouvoir, c’est-à-dire de tout autre chose.

  • 198 E. Jordan, Les origines de la domination angevine en Italie, Paris, 1909, p. 58 ; cité par R. Manse (...)

109Allons plus loin : même la terreur peut s’exercer dans une certaine rationalité ; en 1793 on se contentera du quantitatif (et encore !) ; il n’y aura guère d’atrocités sadiques, et de toute façon elles ne seront jamais programmées. Lorsque Edouard Jordan écrit, sur notre « tyran », qu’« une telle politique cesse d’être vraiment sujet d’intérêt pour l’histoire et participe plutôt de la pathologie mentale »198, on peut légitimement, avec Manselli, protester contre ce refus d’une compréhension historique des choses, mais pourquoi refuser d’admettre qu’il y ait, dans les excès connus de la répression, des traits pathologiques à considérer comme tels ?

110Il faut ici insister sur le refus de procréer qui semble être une des caractéristiques du personnage. On peut être d’accord avec l’hypothèse, signalée plus haut, de G. Cracco, selon laquelle il en fait en somme un principe qu’il intègre à la conception du pouvoir qui lui est propre. Mais cela sous-entend qu’il utilise, et manie idéologiquement, une tendance plus profonde de sa personnalité.

  • 199 Cf. l’ouvrage cité de F. Lomastro-Tognato, L’eresia a Vicenza...
  • 200 Cf. par exemple le Chronicon Marchiae..., repris par da Nono : ab amore satis abstinuit mulierum (c (...)
  • 201 Ibid. : meretrices odio habuit.

111Il convient de revenir, pour une compréhension intime de ce refus, sur le problème de la probable sympathie d’Ezzelino pour l’hérésie, telle qu’on la voit s’exercer à Vicence199. Sympathie ou, à tout le moins, bienveillante neutralité : à aucun moment les cathares ne sont inquiétés, on l’a vu. La bulle d’excommunication de 1254 met en relation, pour l’accuser d’hérésie, un certain nombre de faits susceptibles en effet d’être rapprochés : Ezzelino refuse, avec la procréation, la finalité du mariage et, en faisant castrer les enfants et couper les seins aux épouses et mères, il manifeste, à l’égard des fins de la nature la même haine poussée jusqu’à la monstruosité. On pouvait donc voir là, à bon droit, une expression paroxystique de la malédiction cathare de la chair. Tous les chroniqueurs lui font vertu de sa (relative) chasteté (« il s’abstint de l’amour des femmes »)200, et louent les expressions de son puritanisme201. Ils auraient pu à bon droit s’en inquiéter. On ne peut s’empêcher de lier l’incroyable violence des réactions du personnage, la forme particulière que prend chez lui la cruauté, à quelque chose qui est de l’ordre du refoulement dans l’inconscient, d’autant que, s’il ne s’agit pas, là encore, de simples « topoï » opposant deux modèles à la fois antithétiques et complémentaires, son frère Alberico manifeste quant à lui une lubricité qui semblerait, par l’opposition même des deux attitudes, témoigner de problèmes mal résolus à l’issue de la commune éducation reçue. Quant à ce qui avait été refoulé... Pulsions homosexuelles ? Pourquoi pas ?

Notes

1 Le problème est de nouveau posé dans l’article de Patrick Boucheron, De la cruauté comme principe de gouvernement. Les princes « scélérats » de la Renaissance italienne au miroir du Romantisme français, dans « Médiévales », 27, 1994, p. 95-105.

2 L’imaginaire populaire français associe les idées de pouvoir et de cruauté à une époque bien plus ancienne ; cf. par exemple : « Les moules servies, Zazie se jette dessus. Les lamellibranches qui ont résisté à la cuisson sont forcés dans leur coquille avec une férocité mérovingienne ». (Raymond Queneau, Zazie dans le métro, éd. Folio, 1972, p. 50).

3 Cf. par exemple, à ce sujet, dans la vaste bibliographie sur Kantorowicz, les remarques de Y. Malkiel, dans son article Storiografia e miti culturali : Federico II e Ernst Kantorowicz, dans Nel segno di Federico II. Unità politica e pluralità culturale del Mezzogiorno, Naples, 1983, p. 57-59.

4 Toute la pensée allemande traditionnelle se nourrit de cette certitude de l’unicité du Vrai : « Les rapports de Kant avec la vérité sont absolument monogames, comme tous ceux de ses fils spirituels », écrivait Stefan Zweig, qui l’opposait à Nietzsche.

5 Je remercie ma collègue Michèle Delacourt de m’en avoir fait un jour la remarque.

6 Dans la mesure où la question du sens est fondamentale chez Kantorowicz et, sans nul doute aussi, où il pratique un mode d’exposition longtemps fréquent dans la pensée allemande, qui fait d’images porteuses l’expression d’idées, il convient de distinguer dans son œuvre deux niveaux de lecture : Frédéric II est aussi (sinon surtout) chez lui une figure symbolique, quelque chose comme un « avatar », une incarnation du concept. Lire Kantorowicz en historien stricto sensu peut aboutir à une compréhension réductrice ou forcée. Si l’on a présent à l’esprit cet aspect conceptuel de l’exposé, on est peut-être plus à même de constater que, dans les analyses de détail (dans ce qu’on pourrait appeler le concret de l’œuvre) il est le plus souvent bien plus nuancé qu’on ne le présente généralement. Prenons un exemple. Lorsque D. Abulafia, dans son ouvrage, Frederick II. A medieval emperor (Londres, 1988), dont le titre dit assez les intentions, écrit que, « far from being an implacable foe of the papacy, as he is usually represented, (Frederick II) was sincere in his attempts at compromise » (p. 436), il détruit peut-être une légende, mais à longueur de pages Kantorowicz avait montré comment ce sont les papes qui ont toujours repoussé les espoirs d’accord de l’empereur, et comment ils ont eux-mêmes une large part de responsabilité dans la transformation finale (après la déposition de 1245) du personnage en « Antéchrist » : cf., parmi bien d’autres, les pages de Kantorowicz sur les vaines tentatives de conciliation de l’empereur à Lyon et la fin de non-recevoir d’Innocent IV (L’empereur Frédéric II, Paris, trad. française, 1987, p. 538-542).

7 E. Voltmer, Lo stato « modello » di Federico II : mito o realtà ?, dans Nel segno di Federico II..., p. 73-80.

8 Dante, Épître VI, 22, éd. André Pézard, Pléiade, 1965, p. 765. Cf. aussi ce passage du De Monarchia : « C’est en se soumettant à la Monarchie que l’homme est le plus libre possible... Car alors se trouvent redressées les formes fausses du gouvernement » (I, XII, 7 et 9, ibid., p. 650). Il est révélateur que, si Abulafia cite Dante à propos de la poésie dans la cour de Sicile, il ne prête aucune attention à cet aspect de la question. Au demeurant c’est sur ces problèmes d’idéologie qu’il est le plus faible : manifestement un peu gêné lorsqu’il traite des sources d’inspiration du Liber Augustalis, qu’il qualifie un peu vite de « verbose exposition » sous le prétexte qu’il est difficilement traduisible en anglais ! (p. 204), il s’efforce de manière peu convaincante de le ramener à saint Augustin en présupposant que ce qu’on y trouve d’aristotélicien peut se trouver là par hasard (« coincidentally ») (p. 206). On est en droit de trouver l’argument un peu léger. Comme l’a écrit il y a peu Roberto Antonelli, « Dante, in fin dei conti (a differenza dell’ultimo biografo di Federico, D. Abulafia tanto poco competente quanto arrogante) aveva capito l’essenziale » (R. Antonelli, La scuola poetica alla corte di Federico II, dans Federico e le scienze, P. Toubert et A. Paravicini-Bagliani éd., Palerme, 1994, p. 323).

9 Pour Kantorowicz, le De Monarchia est écrit comme un prolongement de la doctrine frédéricienne, laquelle, rappelons-le, fonde l’Empire, en effet, sur la Justice, « forme sous laquelle Dieu se manifeste dans l’Etat » (L’empereur..., p. 220 et 228). On pourra consulter, sur le De Monarchia, l’article de M. Gally, Les enjeux de l’histoire : Dante, penseur de la monarchie universelle, dans « M A », 100, 1994, p. 171-184. L’auteur montre comment, poussant « jusqu’à leurs ultimes implications logiques les thèses (de Frédéric II) (p. 172), Dante finit par substituer « à la notion d’une histoire préfigurant le Salut, une histoire préfigurant la venue d’un ordre humain et pourtant accompli » (p. 173), bref, fondé sur la Raison.
Considérant l’intellectualité de Frédéric II d’un point de vue encore plus général, Alain De Libera a pu écrire que « la vraie grandeur de Frédéric est d’avoir créé, c’est-à-dire manifesté concrètement, une catégorie nouvelle : la demande philosophique... Il a questionné les philosophes de son temps en leur posant les questions qui le hantaient lui-même... Les questions n’étaient pas politiques, mais métaphysiques ». Il ajoute : « L’important est que l’empereur ait préfiguré un besoin de philosophie que l’institution universitaire elle-même finit par abriter à Paris. De fait, dans les années 1260, l’université parisienne a collectivement incarné le rêve du Staufen (A. de Libera, Penser au Moyen Âge, Paris, 1991, p. 171, 173174). Ces lignes sont une invite à s’interroger sur le thème de « l’homme de la Renaissance ». L’expression est, bien sûr, inexacte au sens strict ; Frédéric apparaît cependant ici comme l’homme d’une de ces « ruptures » par lesquelles on passe d’un moment de la pensée à un autre. Donc, tel que le voyait Kantorowicz, une incarnation de la plus haute conscience possible d’un temps.

10 De ce point de vue ils sont des historiens « inactuels ».

11 J. Burckhardt, La civilisation de la Renaissance en Italie, Paris, 1966, t. 1, p. 6.

12 Ibid., p. 2-3.

13 E. Kantorowicz, L’empereur..., p. 551-552. D’autres passages ne sont pas moins significatifs, ainsi celui-ci, sur les seigneurs gibelins « scélérats » – car Ezzelino a des confrères, tel Oberto Pelavicino, par exemple : « Ces compagnons de Frédéric II ont été de grands criminels, qui dédaignaient la félicité céleste comme ils se moquaient des tourments de l’Enfer » (p. 554).

14 R. Manselli, Ezzelino da Romano nella politica italiana del secolo xiii, dans S. Ezz., p. 35. On retrouve cette citation, faisant figure d’argument, par exemple chez G. Cracco, Introduction aux N. S. Ezz..., t. 1, p. XI ; G. Fasoli, Ezzelino da Romano, fra tradizione cronachistica e revisione storiografica, dans Storia e cultura..., p. 101 ; E. Raimondi, Metafora e storia..., p. 123, note 1.

15 H. Smith, Les Russes. La vie de tous les jours en Union soviétique, Le livre de poche, 1976, p. 361.

16 Cf. supra, p. 599.

17 C. von Clausewitz, De la guerre, Paris, 1955, p. 53.

18 Comme le remarque Robert Klein, dans sa Préface à La Civilisation... (p. xii) : « l’économie l’ennuyait et il ne voulait pas s’en occuper ».

19 Ha Deus ! Tunc erant werre, si licitum est dicere, bone werre, dum unus alteri viriliter inimicans, captus tamen aliquando, non morti tradebatur continuo, non in vincula mittebatur, non sentencia protinus ferebatur in eum fore membris horribiliter mutilandum (Rolandino, Cronica..., p. 22).

20 Cf. infra, sur le massacre d’Alberico et de sa famille, p. 773.

21 Cf. l’évocation que fait Burckhardt de cette conquête : « Lorsque le dernier Carrara (1405), prisonnier dans sa ville de Padoue que la peste avait changée en désert, ne pouvait plus garnir de soldats les murs et les portes, tandis que les Vénitiens enveloppaient la place, ses gardes du corps l’entendirent souvent la nuit invoquer le diable et lui crier de venir lui donner la mort » (J. Burckhardt, La civilisation..., t. 1, p. 14).

22 S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 191.

23 G. Fasoli, Oligarchia e ceti popolari nelle città padane fra il xiii e il xiv secolo, dans Aristocrazia cittadina e ceti popolari nel tardo Medioevo in Italia e in Germania, Bologne, 1984, p. 11.

24 Ce respect des apparences dans les villes assujetties à Ezzelino est un fait bien connu. Pour le cas padouan, cf. S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 181-183. Pour Vérone cet aspect de la question avait été étudié par Simeoni, à propos de la dernière période (celle de la dictature), dans son article Nuovi documenti, p. 251-279.

25 Il faut rappeler, avec G. Chittolini, à quel point on est loin, à présent, de l’exaltation « ottocentesca » des libertés communales : en fin de compte, avec le xiiie siècle, devient évidente l’impossibilité pour les communes de réaliser véritablement un Etat, c’est-à-dire un organisme capable de se situer au-delà des luttes de factions (G. Chittolini, La formazione dello stato regionale e le istituzioni del contado. Secoli xiv e xv, Turin, 1979, p. 8).

26 S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 191.

27 L. Simeoni, Il comune..., p. 310 ; cité par S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 197. Situation d’autant plus remarquable que le vicaire impérial était d’office, dans cette première période « gibeline » de la domination d’Ezzelino, désigné comme podestat de Padoue ; de surcroît il s’agissait de personnages liés de près à Frédéric : ainsi Gebhard Von Arnstein en 1237 ou Galvano Lancia, oncle de Manfred, le fils naturel de l’empereur (M. Rapisarda, La signoria..., p. 88).

28 S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 181.

29 Un rappel des faits dans M. Rapisarda, p. 131. Sur la politique de Giordano et les tenants et aboutissants de l’attitude d’Ezzelino à son égard, on consultera désormais A. Rigon, Religione e politica al tempo dei da Romano. Giordano Forzatè e la tradizione agiografica antiezzeliniana, dans N S Ezz..., t. 2, p. 389-414.

30 S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 188.

31 Ibid., p. 179.

32 Ibid., p. 195-196.

33 « L’empereur s’en prenait aux familles des bannis ; par ailleurs les familles étaient garantes de la fidélité de leurs gens. Dans ses instructions pour envoyer en Italie des hommes d’armes ou des fonctionnaires subalternes revient sans cesse comme une formule la tournure : « De familles loyales et qui aient des frères et des fils dans le royaume ». Ces gens étaient ses otages, auxquels il avait recours le cas échéant » (E. Kantorowicz, L’empereur..., p. 436).

34 Lequel, curieusement, définit pourtant le démantèlement du parti guelfe comme « mou » (ital. : soffice), ce qui a de quoi surprendre (ibid., p. 161 et 198).

35 David Herlihy, Medieval and Renaissance Pistoia, cité dans sa traduction italienne (p. 244) par S. Bertelli, Il potere oligarchico..., p. 50, note 13.

36 Le document fondamental est donc la liste d’otages impériaux de 1239, publiée dans J.-L. Huillard-Bréholles, Hist. dipl., t. V, Paris, 1867, p. 610-623 (p. 614-623 pour les Padouans). J’ai pu compléter le tableau en faisant intervenir, outre un corpus documentaire épars, les informations de plusieurs chroniques : d’une part l’ensemble que constituent Rolandino et ses continuateurs padouans (Annales Patavini, Liber regiminum Padue, Chronicon Marchiae Tarvisinae, soit l’ensemble publié au t. 8 de R I S2) auquel on peut ajouter une petite chronique éditée par S. Bortolami (Per la storia della storiografia...) ; d’autre part celle, plus tardive mais riche, de Giovanni da Nono, flanquée d’un petit ouvrage anonyme, de peu postérieur, la chronique dite du « pseudo-Favafoschi » (éditée en « tesi di laurea » par G. Crismani, Università degli studi di Padova, a. acc. 1972-1973) ; et enfin la chronique dite de Pietro Gerardo, considérée comme apocryphe, dont on a récemment retrouvé un manuscrit daté du xve siècle, réhabilitée par certains, encore tenue en suspicion par d’autres : je m’en suis autorisé une utilisation aussi prudente que possible, ne retenant que les données qui me semblaient corroborées par la documentation ou, d’une façon générale, par d’autres sources.
Sur cette problématique des sources, et de l’ouvrage de « Pietro Gerardo » en particulier, je me permet de renvoyer le lecteur à mon article La logica della proscrizione : la pars degli Estensi a Padova, dans N. S. Ezz., p. 241-265 (p. 246-249 sur les sources). Je me dois de signaler, au sujet de « Pietro Gerardo », qu’une hostilité pleine et entière à son usage demeure chez Sante Bortolami, qui de surcroît, voue une semblable méfiance au « pseudo-Favafoschi », en dépit de sa réhabilitation par Silvana Collodo (cf. S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 212, note 151 ; S. Collodo, Genealogia e politica..., p. 35-98).

37 Tout ce qui suit, à part la mise au point particulière sur les Solimani, présentée ici à titre d’exemple significatif, ne fait que résumer mon article des Nuovi Studi. On trouvera à la fin de ce développement la liste des groupes familiaux analysés.

38 Selon « Pietro Gerardo », Pagano et Tado dei Tadi auraient été emprisonnés dès 1239 (cf. A. Bonardi, Della « Vita e gesti di Ezzelino terzo da Romano », scritta da Pietro Gerardo, dans « Miscellanea di Storia veneta edita per cura della R. Deputazione veneta di storia patria », s. II, 2, Venise, 1894, p. 85, 92. C’est en 1242 qu’Ezzelino fait arrêter, en même temps que le juge Rainerio Bonelli, Almerico dei Tadi, suspect d’avoir conspiré pour le passage de la ville aux Este : Almerico meurt sous les tortures (cf. Rolandino, Cronica..., p. 76). De même, plusieurs membres du groupe familial des Lemizzi sont exilés en 1239 par décision impériale (ainsi Matteo dei Vitaliani et Alberto Dente), d’autres, selon « Gerardo », auraient été emprisonnés ou exilés dès 1237 (A. Bonardi, Della « Vita »..., p. 78, 79, 85, 92) ; en 1240, enfin, Monaldo dei Lemizzi est exécuté (S. Bortolami éd., Chronicon..., p. 99).

39 A S P, San Bernardo, no 22. Filippo degli Ordani est exilé dans le royaume de Sicile en 1239.

40 Andrea, Simone et Bartolomeo dei Mangaspisci sont exilés. Da Nono donne pour ancêtre à la famille un venditor cultrarum et coçiarum ; de son temps, ils sont par contre ornati milicia (R. Ciola éd., Il « De Generatione »..., p. 244). De fait, en 1230 et 1234, des actes notariés sont rédigés ante tabulam filiorum Petriboni Mangaspisi, ou encore apud tabulam Mangaspesi (A. Vat., Fondo veneto, 1 : San Giacomo, no 5958 ; A S V, San Cipriano, B. 114, S. 53).

41 Sur Arnaldo, cf. les articles de A. Rigon, Un abate... (p. 80-83 sur l’attitude d’Ezzelino), et S. Collodo, Arnaldo da Limena abate di Santa Giustina. Storia di una tradizione agiografica, dans Id., Una società..., p. 3-34. Plus problématique est la référence à cet Antonio : Botteghi en signale le bannissement en note dans son édition du Chronicon Marchiae Tarvisinae, p. 31.

42 Selon Rolandino (Cronica..., p. 65) un Enrico Forzatè est incarcéré en 1239 ; un autre Forzatè, de prénom inconnu, est exilé par l’empereur la même année. « Pietro Gerardo » signale l’incarcération d’un Pietro et d’un Franco Forzatè, ainsi que d’un Bartolomeo Capodilista, la même année (A. Bonardi, Della « Vita »..., p. 85 et 92).

43 C D P, 2/1, no 325 ; A SP, Dipl., no 924.

44 A S P, Dipl., no 1144.

45 B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 3, no 662.

46 Cf. I. Daniele, Ongarello,Compagno, dans Bibliotheca Sanctorum, t. 2, col. 1184-1185.

47 Cf. infra, p. 751.

48 S. Bortolami, Pieve e « territorium »..., doc. 7, p. 89-90 ; B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 3, no 445. Sur la présence des Gnanfo dans les fines d’Este, cf. C D P, 2/2, nos 741 et 848 (a. 1160 et 1164).

49 Cf. supra, p. 714.

50 Rolandino, Cronica, p. 72. Cf. aussi S. Bortolami, « Honor Civitatis », p. 200. On sait que, en 1240, les quatre membres les plus importants de la famille sont enfermés dans une tour où on les laissera mourir de faim. Cf. C. Gasparotto, La miseranda fine dei padovani da Vado e l’episodio del conte Ugolino, dans « Città di Padova », 5, 1965, p. 14-18.

51 Sur les Casoto à Solesino et à Este : A S P, Dipl., nos 549 et 551 (a. 1214), 1032 (a. 1218), 1041, 1042, 1044, 1045, 1046, 1060, 1061, 1065 (a. 1219), 1095 (a. 1221), 1124, 1125, 1126 (a. 1222).

52 En 1207, un juge Roberto et un di Steno, Aleduce, consentent l’aliénation d’un podere par le marquis (A S P, Dipl., no 732).

53 R. Ciola éd., Il « De Generatione »..., p. 217 ; sur les di Zacco, cf. aussi l’appendice prosopographique.

54 Cf. G. Rippe, La logica..., p. 258.

55 A S P, Corona, no 4105 ; P. Sambin éd., Candiana..., nos 24, 25 (a. 1215).

56 A C P, perg. t.30, Feuda varia, t. 29, a. 1200 ; Villarum, 2, Boion, 1 et 3, a. 1199 ; ibid., 4, Carturo, 1, a. 1208.

57 C D P, 2/1, no 117 (vassalité des Tadi). En 1203, un Solimano est juge du tribunal « comtal » de Marsilio da Carrara à Pernumia (A C P, Villarum. 7, Pernumia, 13). En 1215, le juge Rogato reçoit un fief sine fidelitate en remerciement d’un service rendu (E. Zorzi, Il territorio..., doc. 10, p. 299).

58 Sur cette famille, et notamment pour l’identification de ses membres, cf. infra, l’appendice prosopographique.

59 C D P, 2/2, no 1371.

60 A. Barzon, Santi Padovani, Padoue, 1975, p. 62.

61 A S P, Corona, no 40.

62 A S P, Dipl., no 935 ; ibid., no 1092 ; Dondi, Dissert. 7, no 15.

63 Témoins de l’évêque : Giovanni Petenario, en 1216 (le 21 juillet : A S P, San Bernardo, no 7), 1218 (A C P, Feuda episc., no 77) et 1229 (le 11 juillet : A S P, San Bernardo, no 18) ; Leopardo en 1195 (Dondi, Dissert. 6, no 144), 1219 (A S P, Corona, no 2957 ; Dondi, Dissert. 7, no 15) ; Solimano di Leopardo en 1229 (avec Giovanni Petenario). Témoins des chanoines : Giovanni Petenario en 1221 (A C P, Feuda canon., no 38) ; Bernardino di Solimano et son fils Giovanni, à trois reprises dans une liste d’investitures pas toujours datables, situées entre 1203 et 1208 (ibid., no 23 ; l’une des occurrences est datée : 1204), où ils apparaissent aussi en tant que vassaux.

64 Selon la déposition d’un témoin à l’occasion d’un procès (A C P, Villarum, 7 : Pernumia, no 13, a. 1203).

65 C D P, 2/2, no 1457.

66 A S P, Corona, no 2465.

67 A C P, Feuda episc., no 77.

68 A S P, Corona, no 2468.

69 A S P, Dipl., nos 933 et 941.

70 A Vat., Fondo veneto, 1, San Giacomo, no 5895.

71 Cela dit un membre au moins de la famille, Pace Giuda, s’était enfui dès 1237 et son palais avait été détruit, par rétorsion (Rolandino, Cronica..., p. 57). Du coup, sa parentèle devenait suspecte : en 1239 Solimano et Leopardo figurent dans la liste des otages frédériciens (H. Br., Hist. Dipl., t. V, p. 619).

72 S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 198.

73 En 1160 (C D P, 2/2, no 745) Guido Tempesta est investi de suo feudo et adiuncta par l’évêque la mention de l’adiuncta indique qu’il était déjà vassal. Ce Guido est le probable ancêtre des da Crespignaga des années 1170 : l’aîné, Guglielmino, est lui aussi surnommé Tempesta ; cf. note suivante.

74 Sur cette famille et l’implantation de la branche Alvarotti dans le Padouan, presque tout est dans l’article de E. Cristiani, La consorteria...

75 Cf. Rolandino, Cronica..., p. 52 et 87. Simeoni explique ainsi le fait : après la capture du roi Enzo on pouvait s’attendre à une attaque, et l’installation de ses propres troupes dans cette place était une mesure de sécurité : Federico II ed Ezzelino da Romano, dans Id., Studi su Verona, t. 2, p. 148-149).

76 Rolandino, Cronica..., p. 65.

77 C D P, 2/2, no 1480.

78 E. Winkelmann éd., Acta imperii..., 1, no 66.

79 S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 198, note 110.

80 Ibid., p. 187-188 et 190.

81 Rolandino, Cronica..., p. 81. Sur l’arrestation et l’exécution de Guglielmo en 1250 et 1251, cf. ibid., p. 94-95 (Ezzelino lui fera alors un crime de refuser de se séparer de son épouse, Mabilia Dalesmanini). Sur le destin tragique des Gnanfo cf. supra, p. 740, note 50.

82 Cf., à ce sujet, les considérations de Bortolami (« Honor Civitatis »..., p. 205).

83 H.-Br., Hist. Dipl.... t. V, 1, p. 319 ; Parisio da Cerea, Liber..., p. 12.

84 H.-Br., Hist. Dipl.... t. V, 1, p. 320 ; S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 205, note 131.

85 Rolandino, Cronica..., p. 90-91 ; Archivio di Stato di Cremona, perg. 1794. Je dois la communication de cette information à la courtoisie de Sante Bortolami. Sur l’exécution de Bontraverso cum filiis et masnadis : Liber regiminum..., p. 323.

86 S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 206, note 132. En 1246, la peur avait conduit ce vieil adversaire, satis... perterritus et turbatus, à céder sa forteresse de Campreto sans combattre ; Ezzelino lui avait ensuite ordonné d’aller s’installer à Padoue cum personis illis que erant in castro ; il apparaît donc qu’il s’était enfui (Rolandino, Cronica..., p. 82).

87 Rolandino rapporte que ce paduanus civis... semper in parte Ecelini permanserat et pro eius parte semper pugnaverat in arengis, faisant ainsi ressortir plus fortement la hargne impériale : hostiliter ivit Carturium... Et devastavit imperatoris exercitus et waldana terram illam et cultores omnes, hedificia ville igne et ruine submisit (p. 48). En 1227, Guglielmo avait été, avec Enrico da Vigodarzere, l’un des deux « recteurs » padouans de la ligue lombarde qui avaient obtenu la conclusion d’une paix entre le parti d’Ezzelino et celui des San Bonifacio à Vérone (Verci, C. Ecel., no 108 ; G M Varanini, Il comune di Verona..., p. 117). De même, il avait été partisan d’Otton IV en 1212 (Rolandino, Cronica..., p. 48, note 8).

88 Rolandino, Cronica..., p. 98.

89 H.-Br., Hist. Dipl. t. V, p. 320.

90 L. Simeoni, Nuovi documenti..., p. 269.

91 Un exemple éloquent parmi bien d’autres : en 1204, le marquis Azzo VI marie sa fille Alice, fille du prince d’Antioche Rainaldo ; trois personnes jurent, immédiatement après lui, de faire respecter le contrat de mariage : ce sont Manfredino, comte de Padoue, son cousin Schinella, et enfin Marsilio da Carrara ; les suivent le comte de Vérone et deux da Lendinara. Le document a été réédité, après Muratori, par A. Castagnetti, Le città della Marca veronese..., appendice 1, no 5, p. 45-48.

92 Sur la famille comtale dans les années 1220-1230, on consultera les brèves remarques de A. Castagnetti, I conti..., p. 156-159.

93 Rolandino, Cronica..., p. 50.

94 Sur les Schinelli et Ezzelino l’essentiel est dit par Bortolami (« Honor Civitatis »..., p. 206-207).

95 Rolandino, Cronica..., p. 104. De même, en 1247, Giacomino aurait fait exécuter l’assassin d’Enrico di Egna, neveu d’Ezzelino (W. Lenel, Studien zur Geschichte Paduas und Veronas, Strasbourg, 1893, p. 11-12).

96 S. Bortolami, « Honor Civitatis »...

97 Cf. supra, p. 137.

98 Rolandino, Cronica..., p. 105.

99 H.-Br., Hist. Dipl., t. V, p. 319.

100 Au demeurant, dès l’année précédente, le comte Uguccione et Alberico sont considérés par Frédéric II comme ayant partie liée (H.-Br., Hist. Dipl., t. V, p. 215).

101 Le 5 juin 1247, Ezzelino investit en fief Parolfino dei Gisi d’une maison forte (avec tour) et de plusieurs autres biens en ville, lesquels appartenaient tous à la mensa épiscopale (à laquelle ils seront d’ailleurs restitués après 1256). Il s’agit manifestement d’un fidèle (Dondi, Dissert. 7, no 102 ; réédité dans Verci, C. Ecel., nos 305-306).

102 Il n’est qu’un membre de la famille, à dire vrai, dont la carrière soit alors un peu connue : le juge Ugo (cf. S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 213). Il n’est, au demeurant, pas chargé de responsabilités de premier plan, à la différence de plusieurs de ses collègues, comme on le verra. Du moins le rencontre-t-on à plusieurs reprises dans le milieu dirigeant : dès le 10 juin 1237, on le voit témoin d’une sentence du podestat-vicaire impérial (H.-Br., Hist. Dipl., t. V, p. 84) ; et en 1247 il l’est de l’investiture de Parolfino dei Gisi (cf. note précédente).

103 Un seul indice, mais qui me semble probant, étant données aussi bien la date – tardive – que la circonstance et les personnalités qui sont présentes avec lui : en 1247 Zilio di Vainanzo est, lui aussi, témoin de l’investiture de Parolfino dei Gisi ; il est en compagnie de juges « ezzéliniens » bien connus – Ricardino Gambazza, Tommaso da Santa Giuliana et le déjà cité Ugo dell’Arena, ainsi que de Gomberto di Dalesmanino.

104 L’anthroponyme est malheureusement assez diffusé, ce qui n’a rien de surprenant, les roux étant rien moins que rares en Italie du Nord ! Un Alberto Rosso (Albertus Rubeus) est témoin d’une sentence rendue dans la curia épiscopale dès 1168 (C D P, 2/2, no 932). Entre 1190 et 1230, j’ai rencontré un Manfredino de Rubeis (a. 1193 : A S V, San Cipriano, B. 105, R. 493), un Ariberto q. Enrico Rosso, de Padoue, possédant à Pernumia et créancier d’un homme du lieu (a.1206 : A C P, Diverse, no 37), un Martino Rosso (a. 1221 : A S P, Dipl., nos 11041105 : un acte d’Alberto Terzo, frère du comte, est rédigé in porticu domus Martini Rubei), et enfin, à plusieurs reprises à partir de 1208, Alberto di Ruffo (cette année là, il est fidéjusseur d’une dette d’Uguccione da Carrara : A C P, Diverse, no 47).
Il y a de fortes chances qu’il s’agisse donc du Alberto di Ruffo connu comme neveu de l’évêque Giacomo di Corrado en 1230. En ce cas, et en conformité avec une tradition rapportée par le « Codice Capodilista » (cf. P. Marangon, La famiglia della beata Elena Enselmini..., p. 234), les Ruffi seraient eux aussi une branche des prolifiques Tanselgardini.
Quant à la fortune de ces milites, on peut renvoyer le lecteur à ce qu’en dit S. Bortolami dans son article Fra « Alte Domus »..., p. 38 : ils ont une tour en ville et possèdent tout un village, Caselle de’ Ruffi. Avec le temps le patronyme changera : ils se dénommeront Enselmini.
Deux générations sont présentes dans la Padoue du « tyran » : en 1237, Alberto di Ruffo est aux côtés d’Ezzelino lorsqu’il reçoit une lettre de Frédéric II (Verci, C. Ecel., no 143) ; en 1252, son fils Enselmino est témoin du serment d’alliance avec Pelavicino et Crémone (L. Simeoni, Nuovi documenti..., p. 269). Comme beaucoup d’autres il finira mal : en 1254, selon Rolandino (Cronica..., p. 107), il est arrêté parce que ses fils ont pris la fuite, alors que jusque là il avait été un homme quem Ecelinus habuerat multo tempore pro ceteris militibus cariorem.

105 Curieusement on retrouve un Dominus Guglielmus de Saza (autre dénomination familiale) dans le Grand conseil de Padoue en 1252. S’agit-il du même, libéré du fait de la volte-face des siens, ou d’un homonyme (L. Simeoni, Nuovi documenti..., p. 269) ?

106 T. Pesenti-Marangon, Università, giudici..., p. 1-2.

107 Chez les Gisi, les choses vont plus loin, je rappelle qu’en 1124 (C D P, 2/1, no 160) Aicardo di Giso était de familia episcopi (cf. supra, note 101) : on en vient à nourrir le soupçon que, lors de l’inféodation de biens soustraits à la mensa épiscopale en 1247, Parolfino ait joué un double jeu au service de l’église cathédrale.

108 Saza degli Ongarelli est vassal de Iacopino da Carrara en 1183 (C D P, 2/2, no 1480). En 1208, Zilio di Vainanzo est témoin d’un acte d’Uguccione da Carrara (B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 3, no 400).

109 En 1175, Lanfranco di Giso est témoin d’un acte d’Albertino da Baone (P. Sambin éd., Nuovi..., no 51) ; en 1182, il l’est de l’inventaire de l’héritage de ce dernier par sa veuve, Bertolina (C D P, 2/2, no 1438), puis du serment entre le représentant de celle-ci, d’une part, et Iacopino da Carrara et Marcio dei Maltraversi d’autre part (no 1457).

110 A S P, Dipl., no 1137. Sur le monastère de Santa Cecilia, cf. A. Rigon, Ricerche sull’Ordo..., p. 526-527.

111 Cf. supra, note 46.

112 A S V, S. Michele in isola..., B. 11, no 281, a. 1238 : Carisio vend une terre pour 100 livres qui constitueront l’apport de sa fille au monastère. Je rappelle ici que presque toutes les fondations de l’ordre sont des monastères doubles (cf. A. Rigon, ibid., p. 528).

113 A S P, Corona, p. 2912 (a. 1242, 5 mai), 2915 (6 mai), 2919 (26 novembre).

114 P. Marangon, La famiglia..., p. 233-240 ; L. Paolini, Enselmini, Elena, dans DBI, t. 42, p. 802-804.

115 Sur Ezzelino et l’Église padouane, cf. infra, p. 768. L’engouement pour les albi, tout particulièrement, est de tous les milieux, y compris ceux qui ont volontiers « collaboré » : en 1252, le notaire Pietro Sperimbene, dans un testament où la part des legs pieux est plutôt plus grêle qu’à l’habitude, ne privilégie guère que le monastère albus de San Giovanni in Verdara, dont il veut de surcroît faire le lieu de sa sépulture, et les clarisses de l’Arcella (Paola Lotti, Il testamento di un notaio padovano del duecento : aspetti formali, patrimoniali e religiosi, dans « A V », 5e s., 170, 1990, p. 90-91 ; le texte est édité en appendice, aux p. 94-98).

116 Cf. supra, p. 742.

117 Rolandino, Cronica..., p. 93-94. Même chose pour les Caponero, au sujet desquels le chroniqueur ajoute que même le mariage d’une fille de Tommaso Caponero avec Iacopo dei Guidotti, frère du tristement célèbre Ansedidio (cf. infra, p. 810) et neveu du dictateur, n’avait pu contrebalancer le fait d’être liés aux Dalesmanini (p. 93). Le plus jeune des hommes de la famille, Aicardino, réussit seul à s’enfuir : il sera du nombre des « Croisés » de 1256.

118 S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 213-214.

119 Les Ardenghi sont représentatifs de ces lignages segmentés récents. Ils ont été bien étudiés par T. Pesenti-Marangon, dans son article Università, giudici... Ils seraient, comme les Ongarelli, une branche des da Santa Lucia. Quant à leur ascension, j’en rappellerai ici, brièvement, les caractéristiques à l’époque qui m’occupe. Le juge Lemizzo, qui meurt en 1241, a cette particularité, rare à Padoue, d’avoir agi en faveur d’Ezzelino avant 1237 : en 1227, il était l’un des ambassadeurs de la commune qui avaient œuvré pour la paix entre celui-ci et Mantoue ; de là sans doute datent des liens non démentis par la suite. Son testament montre quelle part avait l’usure dans sa fortune : on remarquera que le dictateur lui-même lui devait, en 1241, 300 livres et que, d’autre part, il avait servi de prête-nom pour un prêt de 3800 livres à l’archevêque de Salzbourg, sans doute pour les besoins de la politique impériale. Son frère Benedetto et son fils Antonio, juges eux aussi, compteront parmi les chefs de file du parti de da Romano.

120 T. Pesenti-Marangon, Università, giudici..., p. 46, et 47 note 203.

121 Ibid., p. 11-12.

122 On trouvera la liste des podestats, « recteurs » et « vicaires » ezzéliniens dans M. Rapisarda, La signoria..., p. 123-125.

123 S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 214.

124 Un certain Nanni est l’un des jureurs de l’alliance de Padoue avec Conegliano et Ceneda (C D P, 2/2, no 1371). En 1212 Nicolò Nanni est témoin du testament de Palma da Baone, épouse de Marcio dei Maltraversi, et Ugo, en 1213, est l’un des tuteurs des fils d’Elica da Baone et de Giacomo Dalesmanini (B. Lanfranchi-Strina, Ss. Trinità..., t. 3, nos 442 et 446).

125 G. Rippe, La logica..., p. 243 et p. 263-264.

126 A S P, Santa Maria della Riviera, t. 1, p. 31 a et b ; ibid., S. Michele in isola..., B. 11, no 294.

127 T. Pesenti-Marangon, Università, giudici..., p. 66.

128 Cf. cependant le problème que posent les allégations de da Nono sur leurs origines (supra, p. 685).

129 S. Bortolami, Da Bologna a Padova, da Padova a Vercelli, dans L’Università di Vercelli nel Medio-Evo (II Congresso storico vercellese, Vercelli, 23-25 ottobre 1992), Verceil, 1994, p. 51 et 58. Un peu plus loin, S. Bortolami invoque un argument qui va dans le sens de cette hypothèse : ce nom de famille est absent de l’onomastique padouane (p. 73, note 90).

130 Sur les notaires, cf. S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 216-219. L’exemple bien connu des Cuticelli est plus particulièrement développé en p. 218, note 165.

131 Cf. G. Arnaldi, Le origini dello studio..., p. 425-426. L’auteur (je le rappelle) y insiste sur le fait que les Artisti ont été, après 1237, les moins menacés des universitaires.

132 G. Arnaldi,, Studi sui cronisti..., p. 155-157.

133 S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 219.

134 On le sait, dans certaines familles de juges on rencontre des branches d’un niveau moins relevé où l’on exerce le notariat : ainsi, pour m’en tenir aux filoezzéliniens, un certain Viviano, chez les Ardenghi, et un Zilio Pincoti (ibid., p. 217-218).

135 L’activité de gestionnaire de ce personnage est, signale S. Bortolami, prouvée par un acte de 1249, et il compte parmi les notables influents au Conseil communal de 1252. Il faut donc, selon le même auteur, corriger une tradition historiographique qui vient de da Nono et a jusqu’à présent fait d’Alberto, fils de Giovanni, le trésorier et le fondateur de la fortune familiale. Ce dernier n’est jamais mentionné dans la documentation de la première moitié du xiiie siècle (Ibid., p. 222, note 175). L’article Bibi, Alberto, de G. Lucchetta, dans le D. B. I. (t. 10, p. 304-305), s’en trouve donc caduc.

136 Sur les usures des Frigimelica à Sacco avant 1236, cf. supra, p. 686 et note 202. En 1236 Pietrobono Frigimelica fait un crédit à un habitant de Campolongo di Sacco (A S V, S. Michele in isola..., B. 11, no 397). En 1242, Giacomo est créancier d’Ugo di Otolino di Vainanzo (ibid., no 395). Il faut signaler, au demeurant, que les relations se sont sans doute nouées dans le même cadre géographique : pour pouvoir le rembourser, ledit Ugo a vendu une terre sise à Campolongo. La remise de dette se fait à Padoue, en présence, entre autres, de Pietrobono Frigimelica. La famille a désormais pignon sur rue : en 1239 Pietro q. Leonardo di Frigimelica a acheté une domus cum curte dans le nouveau quartier qui s’édifie autour de la nouvelle basilique Sant’Antonio (A S P, Santa Maria della Riviera, t. 14, p. 2).

137 A S P, Santa Maria della Riviera, t. 10, p. 24 ; a. 1242.

138 A S P, Santa Maria della Riviera, t. 10, p. 28, a, b et c.

139 S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 220-221. Cela dit, les témoignages explicites des effets de cet élargissement commercial manquent. Sur l’adhésion de la masse, cf. p. 209-212.

140 Cf. G. Biscaro, I patti della riconciliazione di Alberico da Romano col fratello Ezzelino (3 aprile 1257), dans « A V », 5e s., 9, 1931, p. 59. C’est ainsi qu’à l’été 1237 l’un des acteurs de la vieille politique padouane d’expansion, le juge Ugo dell’Arena, désormais « gibelin », est témoin d’une sentence du podestat de Padoue concernant Conegliano (cf. supra, p. 189-192). De même Ezzelino s’était empressé de faire savoir que le castrum de Campreto, vieille pomme de discorde entre Padoue et Trévise, olim fuerat et nunc est et debet esse Paduanorum de iure (S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 209).

141 G. Carraro, Il « Liber »..., p. 316, 7 février 1252 : ante domum Sancte Agathe, ubi batitur lana ; (p. 285), 22 janvier 1254 : mention d’une domus laborerii de lana dans le monastère lui-même.

142 Une première occurrence dès 1231 (1er mars), avec un Corradino texator (ibid., p. 281) ; puis, en 1245, un texator Bonaventura, originaire de Mantoue (18 mai, p. 247) ; en 1254, un Zilio texator, qui fuit de Civeae de Belune (22 janvier, p. 285) ; un Pietro texator, et Giovanni Marrono, garzator (12 juillet, p. 120) ; en 1255 Pietro, texarius, fils de q. Giovanni Bello de Monselice (6 mai, p. 304) ; en 1256 le texator Betino, qui demeure, quant à lui, près de l’église voisine de San Michele (15 mars, p. 105).

143 La commune de Padoue cédait ces postae walcaturorum en livello à des associations ; le 10 décembre 1254 des notables, les Domini di Vendrame, vendent au monastère le sixième d’une posta (ibid., p. 186-189).

144 S. Bortolami, Acque, mulini..., p. 312-313.

145 Ibid., p. 310.

146 Ainsi en 1241 : Et in vigilia sancti Petri de iunio communia Montissilicis et Tribani paduani districtus pugnaverunt cum militibus marchionis de Este ad Bagnolum (Liber regiminum..., p. 315).

147 Selon les uns, omnes Vicentinos Eccellinum in odium et malivolentiam propter eius crudelitatem et rapinam habere ; pour d’autres, Vicentinos in urbe habitantes ab Eccellino amari, diligi et multo amore complecti, qui omnia mala et incomoda potius paterentur quam fidem Eccellino datam desererent (J. B. Grubb éd., Battista Pagliarini, Cronicae, Padoue, 1990, p. 85).

148 F. Lomastro-Tognato, L’eresia a Vicenza nel Duecento. Dati, problemi e fonti, Vicence, 1988. Sur la place de Vicence dans la géographie hérétique de l’Italie, cf. p. VII ; sur le lien entre gibelinisme et hérésie, p. 27-49.

149 Il est vrai que, de toute façon, comme l’a dit Raoul Manselli, « ogni città italiana ha avuto una sua storia ereticale caratteristica » (L’eresia del male, Naples, 1963, p. 279).

150 J. Dalarun, Commune et inquisition à Rimini (fin xiie-début xive siècle), dans « S M », 29, 1988, p. 646-649. En 1254, les catholiques détruiront de fond en comble tout un quartier hérétique, un « vico pataro » qui était en fait un actif quartier artisanal (p. 650).

151 Sur les problèmes qui viennent d’être évoqués (assimilation de l’anticléricalisme à l’hérésie, nature de celle-ci à Rimini) on pourra consulter la synthèse de G. Zanella, Itinerari ereticali : Patari e Catari tra Rimini e Verona, Rome, 1986, p. 6-13. L’auteur analyse de près les cas de Ferrare et Vérone, mais ne dit rien de Vicence (ni, bien sûr, de Padoue) ; la lecture de l’ouvrage de F. Lomastro-Tognato cité en note 148 en est donc l’indispensable complément.

152 M. Duranti, La società padovana nella « legenda prima o assidua », dans Storia e cultura..., p. 76.

153 V. Gamboso éd., « Vita prima » di Sant’Antonio, o « assidua » (c. 1232), Padoue, 1981, p. 333.

154 P. Marangon, Gli « studia » degli ordini mendicanti, dans Storia e cultura..., p. 351. Rappelons qu’il a fallu attendre l’année 1894 pour que la papauté autorise la publication de ses Sermones !

155 Sur ces heurts entre l’Église padouane et la commune, on consultera l’article toujours valable de L. A. Botteghi, Clero e comune a Padova nel secolo xiii, dans « N A V », 9-10, 1905, p. 215-271 (sur le statut « Donatello », cf. p. 258-259 : l’auteur se réfère au Liber regiminum, qui situe cette affaire en 1282). Voici le récit de da Nono (R. Ciola éd., Il « De Generatione »..., p. 224) : un certain Paralupo, cum occidisset unum presbiterum, ivit ad caniparios comunis Padue et solvit denarios XXX parvorum, quia tunc per Paduanos sic statutum erat in detrimentum clericorum, qui comuni Padue in certis petitionibus nolebant complacere : et hoc statutum appellatur Donaeli. Un article de Laura Gaffuri montre clairement comment une sérieuse reprise en mains disciplinaire de l’Église locale par l’épiscopat a suivi ces coups de semonce des autorités communales, Un tentativo di riforma dei costumi del clero a Padova nel tardo Duecento, dans « Rivista di storia della Chiesa in Italia », 41, 1987, p. 445-472).

156 Durant le dernier tiers du Duecento allait d’ailleurs sévir à Padoue la même activité inquisitoriale qu’ailleurs : en 1272 le podestat Michele Orio, un Vénitien, fait l’objet d’une sentence de Fra Alessio, l’inquisiteur, pour s’être montré trop permissif envers des hérétiques présumés, sinon lié à eux ; le 20 septembre 1279, une bulle du pape Nicolas III autorise le même Fra Alessio à procéder contre l’évêque Giovanni Forzatè, accusé à son tour de faire obstacle à l’exécution des lois contre l’hérésie (Mariano d’Alatri, Eretici e Inquisitori, t. 1, Rome, 1986, p. 146 ; la bulle de Nicolas III est éditée en p. 168-169).

157 Cette liste, qui concerne les milieux citadins (à l’exclusion des châtelains, par conséquent), reprend celle de mon article La logica..., publié dans les Nuovi Studi, avec toutefois deux modifications : j’ai éliminé la référence aux Bebbi (Bibi), d’emblée présentée comme un cas douteux (p. 249) ; j’ai considéré comme un groupe familial à part les Domo, abusivement liés aux Lemizzi, à la suite d’une confusion regrettable, dans mon article.

158 Abréviations utilisées :
Rol. = Rolandino, Cronica.
Gerardo Bon. = A. Bonardi, Della « Vita e Gesti » di Ezzelino terzo da Romano, scritta da Pietro Gerardo.
H. Br. = J.-L. Huillard-Bréholles, Historia...
Chron. Pot. = Chronicon de potestatibus Padue, S. Bortolami éd.
Chron. March. =
Chronicon Marchiae Tarvisinae...

159 Je rappelle qu’il ne faut pas confondre les Gizi avec les Gisi, partisans du da Romano.

160 Le même Galvano Lancia était devenu son beau-frère après la mort de Selvaggia, fille naturelle de l’empereur, que celui-ci lui avait donnée pour épouse ; la même année il en avait en effet épousé une sœur, Isotta, qu’il répudiera avant 1248. Cf., sur ce mariage, et sur le « limogeage » de Galvano Lancia, E. Voltmer, I da Romano e l’Impero, dans N. S. Ezz., t. 1, p. 52 note 26, et p. 53.

161 C. G. Mor, « Dominus Ecerinus »..., dans S. Ezz., p. 110.

162 L. Simeoni, La formazione della signoria scaligera, dans Id., Studi su Verona..., t. 2, p. 186-187. C’est le 25 avril 1245 qu’on en a l’ultime mention : les biens de bannis sont encore tenus ad honorem imperii et servicium comunis Verone et Partis Monticulorum et Quatuorviginti.

163 C. G. Mor, « Dominus Ecerinus »..., p. 111-113 ; M. Rapisarda, La signoria..., p. 124.

164 Il convient ici, à la lumière des enquêtes prosopographiques conduites par Bortolami comme par moi, de corriger C. G. Mor, qui voyait en ces officiers inconnus de lui, des gens « tratti da classi modeste, chiamiamola pure borghesia, e forse meno » (« Dominus Ecerinus »..., p. 112) : des personnages comme le juge Pietro Pincoti ne sont pas des petits bourgeois ni de simples sbires, mais des juristes qualifiés, déjà entrés dans la notabilité (cf. supra, p. 753).

165 Cf., sur cette cassure chronologique, les remarques de S. Bortolami, les plus récentes, « Honor Civitatis »..., p. 225-226.

166 S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 228-229 ; M. Rapisarda, La signoria..., p. 94.

167 Ladite tentative a été formulée par G. Cracco dans deux articles de 1988 : Famiglie potenti e comuni cittadini nella Marca dei secoli xii-xiv, dans Il dominio dei Caminesi tra Piave e Livenza, Vittorio-Veneto, p. 13-22 ; et surtout : Famiglie e comuni..., p. 135-156.

168 G. Cracco, Famiglie e comuni..., p. 145.

169 Ibid., p. 21. Cracco parle aussi d’une conception qui ferait de tous des « sujets-fils », dont il serait le père (Famiglie e comuni..., p. 145). Lui-même cite un discours présumé aux Vicentins ; on pourrait rappeler aussi qu’après avoir fait arrêter une foule de gens à Padoue sur un soupçon, il aurait déclaré qu’ » il n’était pas un épervier qui dévorait les colombes mais un père de famille qui entendait purger sa maison des scorpions et des crapaux qui la souillaient, et couper la tête aux serpents » (M. Rapisarda, La signoria..., p. 137).

170 A Padoue, celle dont les Bonizzi semblent avoir été les instigateurs (cf. C. G. Mor, « Dominus Ecerinus »..., p. 112). Au demeurant, à partir de là demeurera en permanence, dans cette ville plus rebelle que les autres, une « aria di congiura » (M. Rapisarda, La signoria..., p. 129).

171 Il convient de rappeler qu’en cela Ezzelino est unique en son genre : même Oberto Pelavicino, pourtant dictateur cynique lui aussi, se fait attribuer des titres officiels, tels que Cremone potestas, generalis capitaneus seu vicarius ; contrairement à Ezzelino, il se conçoit encore comme chef de pars durant la décennie 1250 (C. G. Mor, « Dominus Ecerinus »..., p. 115 et 117).

172 S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 229-230.

173 Sur tout ce problème, cf. C. G. Mor, « Dominus Ecerinus »..., p. 118-120.

174 Il l’écrit à propos des biens des Gnanfo-da Vò : Bona eorum omnia accepta sunt et posita in communi (cité par C. G. Mor, « Dominus Ecerinus »..., p. 119). Simeoni fait la même constatation pour Vérone.

175 Cf., pour Padoue, les remarques de S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 235 et notes 215 et 216.

176 C. G. Mor, « Dominus Ecerinus »..., p. 120.

177 Ibid. ; cf. ce passage du Chronicon Marchie Tarvisine : Ipsa bona episcopa tuum, abbatiarum, canonicorum et pecuniam ecclesiarum in suis sceleratis operibus consumebat. Au demeurant, l’âpreté de l’Église (et tout particulièrement de l’évêque) à récupérer ses biens après 1256 sera l’une des causes fondamentales du heurt avec la Commune.

178 A. Rigon, Clero e città..., p. 69 ; le document est publié en appendice, p. 273-274.

179 Cf. les acquisitions du notaire et usurier Pietro Boccone (supra, p. 755).

180 C. G. Mor, « Dominus Ecerinus »..., p. 120.

181 L. Simeoni, Nuovi documenti..., p. 253.

182 A. Rigon, Francescanesimo e società..., p. 27-28. Voici ce que répondent ces moines aux consuls : Talis consuetudo est domini Icelini : quando aliquis homo trasgredit (sic) mandatum suum, non sumit viedictam (sic) tantum modo in eum, sed captivos omnes suos (facit), et accipit omnia bona eorum, et ponit eos in captivitatem, de qua ipsi nunquam exsiunt (p. 27, note 87).

183 Rolandino, Cronica..., p. 102 : nunc militum nunc popularium.

184 Ibid., p. 89.

185 Outre la page citée en note précédente, cf. aussi p. 96 (pour l’année 1251), 98 (même année), 105 (pour l’année 1253).

186 Ibid., p. 101.

187 Cf. à ce sujet les remarques de R. Manselli, Ezzelino..., p. 59-60.

188 C. Gasparotto, Padova ecclesiastica..., p. 23, note 27. Sur les tentatives opposées – pontificale et impériale – d’imposition d’un successeur à Iacopo di Corrado, cf. G. Cracco, Chiese locali e partito imperiale nell’Italia dei comuni (12361254), dans Federico II e le città..., p. 409-410.

189 Rolandino, Cronica..., p. 98.

190 Ibid., p. 107. Rolandino signale ici, plus particulièrement, une rafle de l’année 1253.

191 M. Rapisarda, La signoria..., p. 129.

192 La deuxième : en 1248 Ezzelino avait déjà été excommunié comme partisan de Frédéric ; ici il l’est pour hérésie ; cf. M. Rapisarda, La signoria..., p. 114.

193 Rolandino, Cronica..., p. 128-129.

194 Cf. S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 235, note 213.

195 M. Rapisarda, La signoria..., p. 121-122.

196 « L’illégitimité, entourée de dangers permanents, isole le souverain » (J. Burckhardt, La civilisation de la Renaissance, t. 1, p. 9).

197 C. G. Mor, « Dominus Ecerinus »..., p. 105.

198 E. Jordan, Les origines de la domination angevine en Italie, Paris, 1909, p. 58 ; cité par R. Manselli, Ezzelino..., p. 57.

199 Cf. l’ouvrage cité de F. Lomastro-Tognato, L’eresia a Vicenza...

200 Cf. par exemple le Chronicon Marchiae..., repris par da Nono : ab amore satis abstinuit mulierum (cité par G. Cracco, Famiglie e comuni..., p. 144, note 41).

201 Ibid. : meretrices odio habuit.

Table des illustrations

Titre GROUPES FAMILIAUX VICTIMES DES MESURES CONTRE LE « PARTI » GUELFE ENTRE 1237 ET 1246157
Légende (à suivre)Note158
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/571/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende (à suivre)Note159
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/571/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/571/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 481k

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540