Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Padoue et son contado (Xe-XIIIe siècle)

 | 
Gérard Rippe

Troisième partie. Les transformations sociales et la crise du XIIIe siècle

Chapitre 3. Vers l’explosion : déterminations internes et externes

Texte intégral

1L’histoire du Padouan dans la première moitié du xiiie siècle présente une contradiction surprenante : une sage évolution socio-politique, qui permet l’intégration très progressive, et sans heurts trop brutaux, des nouvelles élites de l’argent, débouche, en 1237, sur une dictature implacable. Une question – classique ! – se pose : la première commune est-elle morte de sa belle mort ou a-t-elle été assassinée ?

  • 1 P. J. Jones, Economia e società..., p. 118.

2Dans la mesure même où Padoue s’est trouvée intégrée, à partir de 1237, à un vaste ensemble régional dont le maître avait fait de Vérone sa résidence de prédilection, il est clair que les déterminations externes ont été fondamentales. Ce qui pose le problème, pour commencer, de la place de notre Cité-État dans le cadre régional, et de ses faiblesses en face d’autres Cités-États. Puis celui des relations de toutes les Cités-États avec la haute noblesse en crise, c’est-à-dire celui des origines de la Seigneurie. Fondamentalement il s’agit de comprendre comment, selon l’expression de P.J. Jones, « le féodalisme se régénère en tyrannie »1.

I – LES DÉTERMINATIONS DE LA POLITIQUE ÉTRANGÈRE PADOUANE : UNE VIE COMMERCIALE MÉDIOCRE

  • 2 Cf supra, p. 662-663.

3La paix civile, au moins relative, des années 1200-1237, témoigne de la prospérité du milieu dirigeant citadin. Quant aux fondements de cette prospérité, comme je l’ai rappelé, il est acquis depuis longtemps que les activités artisanales et industrielles n’y ont qu’une part secondaire ; les nuances non négligeables que Sante Bortolami a récemment opposées au tableau d’ensemble (apparition des premiers moulins à foulons, mise en place d’une modeste activité textile)2vont en définitive dans le même sens que mes propres remarques sur la réalité de la « révolution de 1200 » : les transformations surviennent, mais à un rythme tranquille et lent qui a l’avantage d’éviter les déséquilibres et de ne pas engendrer de crises de croissance violentes.

4Au total, la prospérité demeure cependant fondée sur une exploitation peu à peu plus intensive et rationnelle de campagnes fertiles ou fertilisées et, de façon encore peu sensible mais toujours davantage depuis le début du siècle, sur une évolution des rapports de production qui se fait au détriment des paysans producteurs.

  • 3 Ce faisant, Padoue déploie une activité de nature comparable à celle de toute grande commune, à com (...)

5Les milieux dirigeants, depuis la paix de Constance, se sont appliqués à favoriser cet essor modeste par une politique très systématique de travaux publics qui accélère la progressive unification du marché local au profit de la commune dominante3.

A) Un essor bien réel : les grands travaux et leurs résultats

  • 4 Milan avait décidément précédé le mouvement général, au moins autant, à ce qu’il semble, pour renfo (...)

6Tout un réseau de ponts, de routes et de canaux est tissé, à partir de la ville, entre 1184 et 12254. Voici, dans l’ordre chronologique, les informations que fournit la seule chronique qui soit attentive à cet ordre de faits, le Liber Regiminum :

    • 5 Liber regiminum, p. 295. Auparavant, dans Padoue même, quatre ponts de pierre ont été édifiés en 11 (...)

    1184 : pont sur le Brenta, au nord de Padoue, à Meianiga5 ; par là passe la route vers San Giorgio delle Pertiche et Camposampiero.

    • 6 Ibid., p. 296, 298.

    1189 : début du creusement du canal (navigium) joignant Padoue à Monselice ; il sera terminé en 12016.

    • 7 Ibid., p. 296.

    1191 : pont sur le Brenta à Noventa, à l’est de Padoue, sur la route qui, par Strà, va vers Mestre, face à Venise7.

    • 8 Ibid., p. 299.

    1205 : réfection de la route de Padoue à Piove, c’est-à-dire d’une grande artère qui, vers le sud-est et en passant par l’une des principales communes du contado, joignait Chioggia8.

    • 9 Ibid., p. 301.
    • 10 G. Pavanello éd., Antichi scrittori..., t. 1, Venise, 1919, p. 122 note.

    1209 : début du creusement du canal reliant Padoue à Strà, et donc mettant en communication le Bacchiglione et le Brenta9 : le Piovego. Désormais Padoue a une voie d’accès directe à la lagune et à Venise. Du coup l’importance de Noventa, jusque là avant-port de Padoue (depuis la « taiada » du Brenta de 1142), tombe au profit de nouvelles installations dans la ville, à Fistomba10.

    • 11 Liber regiminum, p. 302 : Et eo tempore facta fuit via de Ponte Curvo ad Plebem Sacci. Cf. la suite (...)

    1212 : mention de la route allant du Ponte Corvo, à Padoue, vers Piove ; sans doute faut-il entendre qu’il s’est agi d’une réfection ou d’un empierrement à la sortie de la ville, complétant les travaux entrepris en 120511.

    • 12 Ibid., p. 303.
    • 13 On le voit mentionné dès 1146 (C D P, 2/1, no 472 : caput pontis lapidei de Buvolenta).

    1216 : percement d’une nouvelle route de Padoue à Bovolenta12 ; à cet endroit, au sud-est, se trouvait un pont au confluent du Bacchiglione et du Vigenzone – la voie d’eau vers Chioggia13.

    • 14 Liber regiminum, p. 304.

    1217 : pont sur le Brenta, à Curtarolo, à une douzaine de kms au nord, sur la route joignant Padoue à Bassano14 ; quelques années plus tard, en 1220, sur cette même route et à la limite du contado, sera fondée Cittadella.

    • 15 Ibid., p. 306.

    1224 : de nouveau est mentionné, comme une nouveauté (facta fuit), le percement de la route vers Bovolenta, avec mention de son point de départ suburbain, le Prato della Valle ; je hasarderai la même hypothèse qu’au sujet du point de départ padouan de la route de Piove15.

  • 16 Une constatation implicite dans J. K. Hyde, Padua..., p. 45, au sujet des routes : « In the first q (...)

7Puis ces mentions de grands travaux, jusque-là régulières, cessent brusquement. Les urgences guerrières se mettent-elles dès ce moment à monopoliser les ressources ? L’essentiel étant fait, et le reste n’étant qu’aménagements de détail, le chroniqueur cesse-t-il simplement de s’y intéresser ? Je ne saurais trancher. Toujours est-il qu’il faut ensuite attendre l’ère post-ezzélinienne pour retrouver mention de grands travaux16.

  • 17 La vérification archéologique seule peut permettre, là où elle est possible, de préciser le sens du (...)
  • 18 Ce qui ressort à l’évidence d’un simple coup d’œil.
  • 19 S. Bortolami, Fra « Alte Domus »..., p. 23-24.
  • 20 La commune n’en surveillait pas moins, cependant, l’état des routes et des canaux bien au delà de c (...)

8Cette énumération, en dépit des problèmes qu’elle pose, permet une première constatation. Les problèmes tiennent à l’ambiguïté de la terminologie des chroniqueurs et concernent ponts et routes. Le verbe « faire » est utilisé par eux aussi bien à propos d’une réfection que d’une création ex nihilo ; on vient de le vérifier au sujet des routes vers Piove et Bovolenta17. Nouveautés absolues ou non, ces voies témoignent d’une organisation volontariste de la circulation, à partir de la ville dominante ; avant tout à son profit, cela va de soi18. Elle concentre « la plus grande partie des activités de stockage, d’échanges et de transformation des produits du contado »19 ; du moins Monselice, deuxième ville du territoire, et Piove (sans doute alors la troisième) jouent-ils un rôle d’étapes intermédiaires, outre leur vieille fonction de chefs-lieux micro-régionaux ; de ce point de vue il est significatif qu’aucun des grands travaux signalés ne concerne les secteurs situés au-delà de ces deux centres ; on peut voir là une expression, en négatif, de l’autonomie qu’ils conservent20. Quant au nord, au-delà du Brenta – c’est-à-dire à faible distance de la ville –, il semble lui aussi laissé à lui-même, la traversée de la rivière étant seule mentionnée comme prise en charge par les autorités communales.

  • 21 Une notable exception toutefois, assez problématique, à l’ouest des Euganées.

9Quelques informations glanées dans certains des statuts antérieurs à 1236 vont d’ailleurs dans le même sens, dans la mesure où elles montrent comment tout un réseau de canaux secondaires, creusés à partir des réalisations principales, complétait le dispositif, ne le prolongeant que rarement au-delà des villes-étapes21.

  • 22 Statuti..., no 899, p. 302 : le texte fait aussi allusion, de façon fort ambiguë, à un navigium par (...)
  • 23 Ibid., no 887, p. 300 : ici aussi est utilisé le terme navigium.
  • 24 Ibid., no 896, p. 302 : Flumesellus seu fovea per quem naves et homines erant soliti ire ad balneum (...)
  • 25 Ibid., no 933, p. 309 : Item quod publica que vadit per paludem rovolonis et tituli, et venit ad ca (...)

10Les productions des Euganées, vin et huile, fortement encouragées, on l’a vu, par la législation communale, sont acheminées vers le grand canal de Padoue à Monselice par des voies d’eau secondaires qui partent de Galzignano, de Valsanzibio22et d’Arquà23. De même c’est par voie d’eau que les curistes vont aux bains de Montegrotto24. Plus au nord-ouest un réseau de canaux, dont on imagine mal le tracé, longeait les marais aux pieds des collines de Rovolon et de Teolo et aboutissait au Bacchiglione, au niveau de Tencarola, à quelques kilomètres de Padoue25.

  • 26 Ibid., no 886. C’est au niveau de Battaglia, par exemple, que le canal venu de Galzignano rejoignai (...)

11Au sud, la liaison naturelle entre les Euganées et la lagune face à Chioggia, que permet le Vigenzone – lequel, par Monselice et Pernumia, va se jeter dans le Bacchiglione à Bovolenta –, est complétée par un canal qui part, depuis Battaglia, de la nouvelle voie d’eau reliant Padoue à Monselice et va rejoindre le Vigenzone à Pernumia, frustrant par là, au demeurant, Monselice d’une fonction de stockage de l’ensemble des produits de l’est euganéen26.

  • 27 Ibid., no 901, p. 302. Ce statut est, cas d’exception, daté de 1225. Il s’agit, de façon significat (...)

12Ailleurs il n’est guère (à lire les sources) que le parcours terminal du nouveau cours du Brenta qui ait fait l’objet d’aménagements, entre autres destinés à pallier dans une certaine mesure les effets néfastes du « taglio » de 1142 (c’est-à-dire la formation de marécages) par le creusement de petits canaux de dérivation : un fossatum novum part du niveau de Fiesso et se dirige vers la Tergola ; au voisinage du monastère Sant’Ilario, de Oriago, au nord, à la « bocca » de la Tergola (c’est-à-dire le débouché de cette rivière dans la lagune antérieur à 1142) une partie des eaux du Brenta est déviée vers le sud27.

  • 28 L. Lanfranchi et B. Strina éd., Ss. Ilario..., p. XIII, note 3.

13Mais ce sont là travaux subalternes ; certains sont peut-être plus anciens que les précédents, et peuvent avoir été exécutés peu après la paix de 1144 avec Venise. Cependant c’est seulement en 1186 que la commune de Padoue fait creuser le canal d’Oriago vers le sud : un document parle du passage de grands navires venus du Vicentin le long des moulins du monastère28.

  • 29 C D P, 2/1, no 237 : supra fluvium Cornium..., a fossa de Gorgonaro usque ad navigatorium de Sermaz (...)

14Il est sûr que d’autres canaux aménagés sur de petits parcours existaient, et peut-être en grand nombre, dus à des initiatives de seigneurs ou de collectivités rurales : dès 1132, par exemple, est mentionné dans un document judiciaire un navigatorium qui joint le village de Sermazza au Cornio29. De telles informations sont rarissimes : seules les initiatives de la commune urbaine sont véritablement documentées.

  • 30 Statuti..., no 314, p. 305-306. Les statuts d’avant 1236 font état d’une politique d’endiguement sy (...)
  • 31 Ibid., no 909, p. 304.

15Dès cette même période antérieure à 1237 la commune complète l’œuvre de domestication des eaux en ordonnant l’édification et/ou la réfection de digues au long des cours d’eau les plus dangereux, et cela, cette fois, jusqu’aux limites du territoire : ainsi entre Solesino et Anguillara, le long des ruisseaux qui occupent l’ancien lit de l’Adige30. Des critères précis sont fixés : ainsi les digues communales, le long du Bacchiglione, devront avoir une largeur de 20 pieds au sol et de 12 au sommet, et toute plantation d’arbres est interdite entre la digue et le fleuve31.

  • 32 J. K. Hyde, Padua..., p. 45 : « The commune’s road building was less spectacular than its waterways (...)

16Ponts, canaux, digues, routes : c’est donc toute une infrastructure que la commune, soit crée de toutes pièces, soit organise en un réseau cohérent dont elle est le centre, et cela pour l’essentiel entre 1184 et les années 1230. Il faut, au passage, insister sur la complémentarité des voies fluviales et des voies terrestres. Avec raison, Hyde remarquait que celles-ci, résultat d’un travail moins spectaculaire, complétaient celles-là et répondaient à la même volonté d’orienter les échanges vers la ville32.

  • 33 A. A. Settia, « Pagana, Ungaresca, Pelosa »..., p. 661-664. Il indique toute une bibliographie cont (...)
  • 34 « E quale i Padovan lungo la Brenta... » : Inferno, chant XV, v. 4-12.

17Signalons à leur sujet que A. A. Settia s’irritait récemment de la tendance qu’ont les historiens spécialistes de l’antiquité à voir une route romaine dans toute route droite : en 1265 la Via Pelosa, qui va de Padoue à Montegalda, et de là à Vicence, est réparée par décision communale ; pour C. Gasparotto elle est donc antique ; Settia insiste sur l’aptitude des communes médiévales aux tracés rectilignes et suggère donc que l’œuvre du Moyen Âge en ce domaine a pu être sous-évaluée33. Cela dit, les hommes de ce temps ont été surtout, et profondément, impressionnés par les canalisations effectuées par les Padouans : Dante comparera les rives des fleuves infernaux à la fois aux digues élevées en Flandre contre la fureur dévastatrice de la mer et à celles des Padouans le long du Brenta34.

  • 35 Bien entendu cette remarque a été faite depuis longtemps ; cf. par exemple J. K. Hyde, Padua..., p. (...)
  • 36 Rappelons le document de 1219 qui fait connaître des linaroles Padue qui sont presque tous de Piove (...)
  • 37 J. K. Hyde, Padua..., p. 45 : le préambule d’un statut de 1308, mettant bon ordre à un problème d’o (...)
  • 38 M. Roberti, Le corporazioni..., p. 102. L’ancienneté de ce statut a valeur de symbole : ce qui prév (...)

18Les heureuses conséquences économiques de ce Grand Œuvre sont évidentes : le double système de voies d’accès entraîne une réduction sans nul doute considérable des coûts dans la ville dominante comme dans les principaux centres du contado, ainsi qu’à Venise, importatrice essentielle des produits padouans35. Quant aux dits produits, si l’on excepte le lin, travaillé à la campagne36, et peut-être une partie de ces draps de laine dont la présence de moulins à foulons démontre l’existence dès les années 1230, il est clair qu’il s’agit d’abord de matières premières : céréales de la plaine, vin et olives des Euganées, mais aussi bois de construction acheminé, depuis les Préalpes, le long du Brenta et du Bacchiglione, qui transite par Padoue37. Sans doute faut-il aussi accorder une certaine importance à la tannerie puisque c’est dès 1191 que la commune édifiait des boutiques pour les vendeurs de peaux, en même temps que pour les drapiers ; ce sont là les premiers statuts concernant les métiers38.

  • 39 Cf. A. Castagnetti, Ibid., p. 150 : des commerçants vendaient à Padoue des panni veronenses et alii (...)
  • 40 La toute proche Chioggia est, en 1200, devenue le grand centre de production de sel dans la lagune. (...)
  • 41 Il est vrai que cette moyenne maximale ne semble pas très élevée : elle est fixée à 8 sous par seti (...)
  • 42 Statuti..., no 811, p. 266 (statut daté de 1222).
  • 43 Ibid., nos 800 à 802, p. 265. L’interdiction concernant l’exportation de lin est assortie de peines (...)

19La structure des échanges est donc inégale : Padoue absorbe, outre les articles de luxe venus d’Orient par Venise, les productions manufacturières de ses voisines : c’est ainsi que Vérone y envoie des draps de qualité commune39. La seule matière première qu’elle importe en grande quantité est sans doute le sel de la lagune40. La possession d’un contado qui couvre l’une des terres les plus riches d’Italie et qu’aucun indice ne montre surpeuplé fait donc sa prospérité. Chose remarquable : la commune, avant Ezzelino, ne prévoit aucune restriction à l’exportation des blés avant que le prix ne s’élève au-dessus d’une certaine moyenne41 ; encore y faut-il l’accord explicite du Grand Conseil, et l’on ne prévoit, pour le podestat, de pouvoir d’interdiction qu’en cas d’hostilité déclarée de la part d’une ville, et à l’encontre de cette seule ville. Bref, le libre commerce des céréales semble bien être alors conçu comme une condition essentielle de la prospérité de Padoue. Une seule interdiction : celle d’exporter du fumier, ce qui est dans la logique du système42. Il faut, bien sûr, mettre entre parenthèses la période guerrière 1237-1256, pour laquelle on n’a point de statuts conservés ; à partir de 1259 va se manifester un protectionnisme relatif mais qui semble plus conjoncturel qu’autre chose, comme s’il s’agissait d’éponger les séquelles de la guerre sur des secteurs de production bien précis : en 1259 il est interdit d’exporter bœufs, chevaux et ânes, en 1263 la semence de lin, en 1265 les peaux de chevaux ; en 1270 il s’agira de l’or et de l’argent43.

  • 44 J. K. Hyde, Padua..., p. 46. La lecture des « Statuti Carraresi » fournit des indices d’une moindre (...)
  • 45 Sur la confrontation entre la politique frumentaire de Padoue et celle d’autres Cités-États, J. K. (...)

20Pour ce qui est de l’essentiel – c’est-à-dire les produits alimentaires – c’est jusqu’à la fin du xiiie siècle que l’État padouan en exportera44. Au total les mesures de la commune concernant le commerce des grains apparaissent comme exceptionnellement libérales, ce qui témoigne d’abord en faveur, non seulement des qualités exceptionnelles de son sol, mais de l’efficacité d’un travail séculaire de défrichement et de drainage que les autorités citadines sont venues parfaire à partir de la fin du xiie siècle, et qui a longtemps préservé la région du surpeuplement45. La bonification a en somme fonctionné comme une marche vers une nouvelle « frontière ».

B) Un espace mesquin : les raisons d’une politique extérieure

21Prospérité padouane, donc, mais dans le cadre d’une économie agricole pour l’essentiel, et dont les possibilités d’expansion sont bridées de surcroît par l’étroitesse de l’espace que lui concèdent des voisins plus dynamiques.

  • 46 E. Zorzi, Il territorio..., doc. 4, p. 278 (a. 1199).
  • 47 A C P, Diverse, nos 36 et 51.
  • 48 (C D P, no 1346 =) L. Lanfranchi, San Giorgio maggiore.
  • 49 Statuti..., nos 556 (a. 1274), 565 (a. 1275), p. 180 et 182. En 1274 ne sont citées que Montagnana (...)

22C’est jusqu’à l’intérieur de son territoire que la commune se voit concurrencer. Il faudra en effet attendre les années 1270 pour que la lointaine Scodosia s’intègre à l’espace commercial padouan. La nature des choses – à savoir la proximité et les besoins d’une économie plus dynamique – l’amène à être tournée vers Vérone plus que vers le chef-lieu. C’est à la foire de Porto Legnago, sur l’Adige, que ses ressortissants vont vendre leur bétail46 ; petit fait doublement révélateur : d’une part cette foire concurrence, pour le moins, celle d’Este, tout aussi proche, et d’autre part la commune de Vérone a fait précisément de Porto Legnago une place qui verrouille le trafic sur l’Adige à son profit et à celui des Vénitiens, au détriment des Padouans, j’y reviendrai sous peu. Quant à cette foire d’Este, point ultime accessible par eau depuis Padoue au sud-ouest, que négligent les gens de Scodosia, elle n’en semble pas moins capable de concurrencer Padoue comme centre de transactions sur un assez vaste rayon d’action : en janvier 1207, le délai de paiement d’un prêt consenti à Padoue par un Vicentin à un certain Rodolfino est fixé au prochain foro d’Este ; de même en 1211 un paysan d’Abano, village pourtant proche de la ville dominante, acquéreur de bétail à crédit, s’en voit fixer le terme ad forum de Este47. Il y a mieux : on voit en 1180 les tenanciers de vingt-huit tenures de Roncaiette – terre annexée elle aussi aux fines de Padoue – devoir chaque année au monastère vénitien de San Giorgio maggiore une livre de poivre et une de cire ad forum de Este !48Bref, l’action multiforme de la commune de Padoue laisse des concurrences tant étrangères (Porto Legnago) que locales continuer à s’exercer jusque dans son voisinage. Jusqu’en 1274 il y aurait eu des foires dans une multiplicité de centres ; et à partir de cette date seules Este, Monselice et Cittadella conserveront les leurs, ce qui s’explique au demeurant par la simple distance entre ces trois centres et la ville dominante49.

23La situation définitivement subordonnée de Padoue dans l’économie régionale est illustrée par deux faits significatifs :

    • 50 A. Schaube, Storia del commercio dei popoli latini del Mediterraneo sino alla fine delle crociate ( (...)

    un statut d’avant 1236 prescrit aux Padouans marchands de draps, dans leur propre ville, l’usage des mesures vénitiennes50 ;

    • 51 En 1049, Henri III accorde licentiam et potestatem monetam faciendi in civitate Pataviensi à l’évêq (...)
    • 52 On dispose désormais d’une synthèse sur l’histoire monétaire de la Vénétie, qui offre le grand avan (...)

    mais surtout, en dépit d’une concession impériale qui l’y autorise51, Padoue ne frappera pas sa propre monnaie avant le dernier tiers du Duecento. D’abord utilisatrice du denier de Vérone elle passe progressivement à l’usage des monnaies vénitiennes52.

  • 53 Cf. Ibid., p. 245-246 : la zecca de Vérone est sans doute ouverte par Bérenger en 889, en remplacem (...)
  • 54 Ibid., p. 248-252. Les dévaluations ont contribué puissamment, on le sait, à financer le développem (...)
  • 55 Ibid., p. 253-254. Sur cette réévaluation du denier de Venise, cf. plus particulièrement l’ouvrage (...)
  • 56 Première occurrence dans un contrat de vente du 18 octobre 1179 : pro XXV solidis denariorum Verone (...)
  • 57 Dans la série de contrats de livello de Praglia, le dernier loyer stipulé en deniers de Vérone (pou (...)
  • 58 On pourra consulter, par exemple, le Codice Diplomatico de Lanfranchi à Venise : on y voit, dans de (...)

24On verra plus loin comment un axe de l’Adige, monopolisé par deux partenaires – précisément Vérone et Venise – a totalement conditionné l’économie d’échanges de la Vénétie. A partir du ixe siècle, en fait, et donc bien avant toute action concertée entre les deux communes, l’histoire monétaire régionale est celle de leurs deux ateliers53. Dès le début du xie siècle, le denier de Venise se dévalue plus rapidement ; dans le Padouan la monnaie de Vérone, plus stable, circulant nettement moins que celle de Venise (à en juger par les trouvailles), servira donc d’abord surtout de monnaie de compte ; puis, durant la décennie 1090-1100, Vérone frappe de nouveaux deniers d’un poids réduit qu’elle produira en énormes quantités jusque vers 118054 ; si bien que, même à Venise, on en arrive à utiliser davantage la monnaie véronaise. Vers 1170, cependant, le denier vénitien, après une nouvelle période de chute, ne vaut plus que la moitié de celui de Vérone. La nécessaire réforme est l’œuvre du doge Sebastiano Ziani (1172-1178) : la valeur du denier vénitien est soudainement doublée ; du coup la tendance s’inverse55. L’évolution à Padoue reflète la situation nouvelle, avec un très léger décalage chronologique : à partir de 1179 se généralise une formule qui stipule que toute somme pourra être payée indifféremment en monnaie de Vérone « ou » de Venise56. Cette période sera brève. A partir de 1185 environ, le denier de Vérone se trouve légèrement dévalorisé, suffisamment toutefois pour que disparaisse immédiatement, dans le Padouan, ce qui pouvait demeurer de stipulations de redevances exclusivement en cette monnaie57 ; et à partir de 1186 les ventes de biens-fonds sont effectuées le plus souvent en deniers de Venise tandis que, pour les redevances des livelli, d’un montant beaucoup plus modeste, le choix demeure entre les deux monnaies58. La plus forte est donc utilisée pour les sommes les plus considérables immédiatement après la dévaluation véronaise.

  • 59 A. Saccocci, La moneta..., p. 254-255 ; sur cette question il résume la récente mise au point de Lo (...)
  • 60 F. C. Lane et R. C. Mueller, Money and Banking..., p. 113-123. La frappe des denarii parvi ne repre (...)
  • 61 Avec les nuances, cependant, qu’introduit l’exemple des taxes de renouvellement des livelli de Prag (...)
  • 62 Cf. les exemples cités en note 58.
  • 63 Le système entrera, après 1250, dans une période de crise relative : c’est alors que diverses ville (...)

25Le coup de grâce (et la dernière étape) est la conséquence indirecte de la création du « gros » denier à Venise, en 1194, par le doge Enrico Dandolo59. Plus utilisé que jamais, le « petit » vénitien n’est cependant plus frappé ; les paiements s’effectuent avec les espèces existantes, ainsi qu’avec des demi-deniers (blanchi), voire des quarts (quartaroli) où le cuivre l’emporte sur l’argent60. Dans le Padouan et autour de Venise (comme dans les transactions quotidiennes à Venise même), le gros étant réservé en général pour les échanges lointains61, les sommes demeurent spécifiées en « petits deniers », et de surcroît leur afflux au niveau local (puisqu’ils n’ont plus d’emploi dans le grand commerce) entraîne la disparition rapide de toute mention de paiements en monnaie de Vérone62. Bref, non seulement la commune de Padoue ne semble pas avoir songé à concrétiser le privilège de battre monnaie qui avait été octroyé à l’évêque en 1049, mais elle finit par s’intégrer absolument à l’espace monétaire vénitien, décidément le plus expansionniste63.

***

  • 64 Le premier document sur les moulins à foulons en Italie est toscan et remonte à 983 (encore n’est-c (...)
  • 65 A. Castagnetti, Mercanti, società..., p. 143-145.

26L’intégration à un espace monétaire dominé par Vérone puis Venise n’est, bien entendu, qu’un symptôme, de même que l’utilisation systématique des mesures vénitiennes dans le commerce des tissus. Tout le problème de Padoue, comme d’ailleurs de Vicence, est de se trouver pris en tenaille entre deux dynamismes : dynamisme commercial de Venise et dynamisme industriel de Vérone. Cette ville dispose plus précocement que les autres (Venise incluse) d’une industrie textile qui, de surcroît, demeurera longtemps plus importante64 ; d’autre part sa situation au débouché dans la plaine de la vallée de l’Adige (de loin la meilleure voie d’accès vers la Germanie) en fait l’interlocuteur obligé de la Sérénissime ; on y trouve des Allemands en groupes compacts, comme des Lombards et des pèlerins de toutes origines. Venise importe de Vérone, et vice versa65.

  • 66 Ibid., p. 165-166 ; le texte du traité est publié aux pages 167-173.

27Cette réciprocité d’intérêts a vite conduit les deux cités à se réserver le monopole du commerce à longue distance sur l’Adige : un traité conclu en mai 1107 fige pour des siècles la situation, au détriment de Padoue dont le contado, au sud, longe l’Adige, contrairement à celui de Vicence, mais en laisse le débouché sur la mer à Venise, qui en assure le contrôle avec sa place-forte de Cavarzere, avancée sur la Terre-Ferme. Vérone voit garanties la sureté de sa navigation sur le fleuve, ainsi que des conditions favorables à son commerce à Venise même, et elle assure de son côté des conditions égales aux Vénitiens. Une alliance politique et militaire contre Padoue et Trévise (autre voisine immédiate de Venise) est conclue66.

  • 67 L. Simeoni, Le origini del conflitto veneto-fiorentino-scaligero (1336-1339), dans Studi su Verona. (...)
  • 68 Le marquis d’Este, dont les domaines se situent de part et d’autre du fleuve, n’est pas mieux trait (...)

28Padoue se trouve ainsi écartée de la grande voie du commerce international. Les marchandises venues de Venise remontent le plus souvent l’Adige jusqu’à Legnago, premier port du contado de Vérone, à quelques kilomètres au-delà de la limite du Padouan ; il est plus rare qu’elles poussent jusqu’à Vérone même, et elles ne vont pas au-delà67. Quels qu’aient pu être par la suite les heurts épisodiques entre les deux villes (le plus notable sera évidemment la seigneurie d’Ezzelino sur Vérone à partir de son passage à l’alliance gibeline, en 1232), il est de fait que Padoue s’est trouvée définitivement mise hors-jeu au moins à partir de 110768.

  • 69 G. Rösch, Venezia e l’Impero (962-1250). I rapporti politici, commerciali e di traffico nel periodo (...)
  • 70 G. Rösch, Venezia e l’Impero..., p. 65-66.

29Restent le Brenta et le Bacchiglione ; il s’agit là de lots de consolation. Par le haut cours du Brenta (la Valsugana) on atteint le Trentin, mais c’est une route malaisée. En aval, Venise bloque les issues : vers la mer pour le Bacchiglione (à quelques kilomètres au nord-est de la forteresse de Cavarzere), et vers la lagune pour le Brenta : depuis le viiie siècle se dressent, là où le fleuve atteint le territoire vénitien, les tours de Bebbe : c’est toujours là qu’ont lieu les batailles sérieuses entre les deux adversaires – en 1107, 1142-1144, 121569. Du moins les Padouans trouvent-ils une solution – hasardée ! – avec le « taglio » du Brenta en 1142 ; bien que vainqueurs de la guerre qui s’ensuit, les Vénitiens, sans doute eux aussi sensibles aux avantages commerciaux de la chose, n’imposent pas le retour à la situation antérieure (mais était-ce possible ?) et se contentent de dommages et intérêts pour leur monastère de S. Ilario70.

  • 71 Cf. la carte régionale. Dans un premier temps, il est vrai, une fois mises à l’écart de la sorte pa (...)

30En amont, c’est la commune de Vicence qui tient Bassano et le débouché du Brenta dans la plaine (de même que les sources du Bacchiglione) ; quant à la Valsugana, elle est à l’évêque de Feltre-Belluno. Loin d’unir les deux cités, le monopole exercé sur la grande voie commerciale par Vérone et Venise les pousse au contraire à des rivalités guerrières pour le contrôle de Bassano et des Préalpes71.

  • 72 Sur ce thème, cf. le récent article de S. Bortolami, Frontiere politiche..., p. 222.

31Si cette région fait d’emblée partie du contado de Vicence, les pouvoirs qui ont été reconnus au xe siècle à l’évêque de Padoue sur la vallée du Brenta en amont de Bassano, les fidélités vassaliques qu’il s’y est acquises, le fait, enfin, qu’un vaste territoire est rattaché au diocèse de Padoue, tout cet ensemble de facteurs aide à comprendre comment la commune a pu manifester, au-delà des limites-nord qu’elle avait atteintes au xiie siècle, un expansionnisme auquel la victoire définitive sur les da Romano, et l’effacement de Vicence à dater de là, donneront l’occasion de se réaliser72.

  • 73 On trouvera un résumé bref des événements dans A. Castagnetti, La Marca..., p. 50-52 (sur les épiso (...)
  • 74 Les zones de conflits chroniques sont concernées : Montegalda est sur le Bacchiglione ; Marostica e (...)
  • 75 L. Simeoni, Il primo periodo della vita comunale a Verona, dans Studi su Verona...,, t. 1, p. 152-1 (...)
  • 76 Cf. C D P, 2/1, no 440 : le traité signé entre Venise et Padoue le 14 octobre 1144 s’intitule Pacta (...)
  • 77 Quant aux motifs plus précis de la participation de Trévise et de ses satellites à cette guerre de (...)

32Un premier épisode guerrier entre les deux cités dure quatre ans, de 1142 à 114773. Les clauses du traité de paix, stipulé en 1147 à Fontaniva, nous renseignent sur les enjeux : « contrôle des voies d’eau et des routes, suprématie sur quelques gros centres tels que Bassano, Montegalda et Marostica »74. Il se trouve que Vérone, dans cette guerre, est venue à l’aide des Vicentins, et cela également pour des raisons liées au contrôle des voies d’eau (du moins est-ce le prétexte immédiat) : les Padouans se seraient opposés à des travaux d’endiguement que la commune faisait faire sur l’Adige75. Si l’on ajoute que dans le même temps – de 1142 à 1144 – Padoue devait se battre contre Venise à cause du « taglio » du Brenta76, il apparaît clairement que ses efforts pour mieux contrôler les fleuves qui passent sur son territoire se heurtent à l’hostilité de tous les voisins concernés ; et de fait ses seuls alliés sont alors Trévise et ses deux satellites, les petites communes de Conegliano et Ceneda, non mêlées à ces problèmes et, de surcroît, hostiles à Venise, leur débouché sur la mer, et à Vicence, qui les bloque elles aussi dans les Préalpes77.

  • 78 S. Bortolami, Frontiere politiche..., p. 218.
  • 79 D. Rando, Dall’età del particolarismo..., p. 72-75.
  • 80 L’intervention padouane a un double aspect : le 9 juin 1180, sous les auspices d’Obizzo d’Este, alo (...)

33Les mêmes causes produisent les mêmes effets : comme l’a remarqué S. Bortolami, on a constamment affaire à des « ligues et luttes intercitadines portant sur le contrôle de quelques grandes voies terrestres ou fluviales, telles que l’Adige, le Brenta, le Piave »78. C’est ainsi que la tentative padouane de contrôle des voies secondaires vers le nord finira par provoquer une rivalité avec Trévise également, sans que, là non plus, des résultats à long terme soient acquis durant la première commune. Les querelles commencent dès que Trévise entame à son tour – plus tard que ses voisines – sa poussée hors de son contado : en 1177 elle s’attaque aux évêques de Belluno et Feltre et oblige le second à lui jurer sa soumission. Se sentant menacée, la commune de Conegliano, avec les seigneurs da Camino qui y dominaient, fait allégeance à Padoue, qui regroupe autour d’elle, de surcroît, une coalition incluant Belluno et Oderzo79. Sa raison d’intervenir la plus fondamentale est simple : c’est dans la partie ouest de l’évêché de Feltre que se trouve la Valsugana, cette haute vallée du Brenta par laquelle on peut joindre le Trentin et la liaison principale avec l’Allemagne. Les ambitions trévisanes la menacent donc au même point sensible que les vicentines. Par contre-coup, en se faisant la protectrice de petites cités encore indépendantes comme Conegliano puis Ceneda (dès 1180), Padoue menace à son tour la haute vallée du Piave, qui est la seule voie fluviale d’accès vers le Tyrol pour Trévise !80

  • 81 En 1188 ils prennent Montegalda ; du coup les Vicentins dérivent le cours du Bacchiglione : les Pad (...)

34Dès lors, non seulement Trévise va demeurer une rivale au même titre que Vicence, et pour le même type de raisons, mais c’est avec elle que les conflits auront le plus de constance et de gravité. En 1181 la ligue lombarde impose à Trévise de renoncer à ses visées sur Ceneda et Conegliano, mais dès 1184 les hostilités reprennent et elle réussit à soumettre l’une et l’autre ; en 1188, Padoue reprend l’offensive, à la tête d’une coalition qui regroupe, outre Ceneda révoltée, Belluno, Feltre, certains seigneurs du Trévisan et le patriarche d’Aquilée, menacé lui aussi par l’expansionnisme trévisan ; en vain : après maints avatars et un arbitrage inutile de Vérone et Mantoue, Trévise annexe Ceneda (en 1195), puis contraint à l’alliance l’évêque de Feltre et Belluno (en 1200, depuis 1197, elles ne forment plus qu’un seul diocèse), et impose la paix au patriarche d’Aquilée (en 1204). Il est vrai que, durant tout ce temps, les Padouans ont dû également continuer à faire face aux Vicentins à l’ouest, là encore avec des résultats décevants81.

  • 82 A l’automne 1215, les troupes trévisanes arriveront trop tard pour empêcher la déconfiture padouane (...)
  • 83 A. Gloria, Monumenti..., p. 22-24.
  • 84 D. Rando, Dall’età del particolarismo..., p. 87 ; A. Gloria, Monumenti..., p. 24.

35Après un interlude de tranquillité où l’on voit même les Trévisans alliés des Padouans contre Venise, à l’occasion de la guerre du « Castello d’Amore »82, la rivalité renaît à partir de 1220 pour les mêmes motifs ; le patriarche d’Aquilée, puis Feltre et Belluno se mettent sous la protection de Padoue, les Trévisans repoussent une offensive padouane. En 1225, par contre, une série de castra trévisans est détruite. De même, en 1228, les Padouans démantèlent le castrum de Godego83. Mais c’est précisément à partir de cette année-là que l’hostilité entre Padoue et Trévise, qui va continuer à se manifester jusqu’en 1235, passe au second plan : désormais le principal adversaire n’est plus la commune voisine, mais un entreprenant seigneur qui n’en est devenu citoyen que pour mieux lui faire servir ses intérêts, Ezzelino III da Romano. Ce sont à présent les grandes dynasties seigneuriales qui mènent le jeu, c’est par rapport à elles que se déterminent les politiques communales. Du coup c’est toute la Marche qui s’embrase : les conflits seigneuriaux ont désormais atteint une échelle régionale, et ce qui était conflit entre cités s’est métamorphosé en lutte de partis. C’est ce qui explique la trop tardive paix signée entre Padoue et Trévise en 1235 : un dernier sursaut du parti adverse aux da Romano a brusquement modifié la situation, Ezzelino et Alberico sont soudain bannis, et du coup s’impose l’alliance entre trois communes menacées – Padoue, Trévise et Vicence84. Les priorités ont changé. Il n’est plus question, pour aucune d’elles, d’expansion aux dépens des voisines, mais bel et bien, pour chacune, de protéger son indépendance. Encore est-ce là une expression à nuancer : à la rigueur pertinente pour Padoue (comme j’espère le montrer), rend-elle compte de la réalité à Vicence et Trévise, où alternent dans la violence les factions seigneuriales ? De ce point de vue, ce que l’on sait du caractère autocratique de la domination ezzélinienne dans la suite ne doit pas fausser les perspectives : l’avenir était imprévisible durant ces années où les da Romano n’étaient encore que la (double) tête d’un parti.

II – LA COMMUNE DE PADOUE ET LES FACTIONS : VERS L’ÉPREUVE DE FORCE

36Il y a une contradiction manifeste entre, d’une part l’obstination têtue avec laquelle, durant à peu près un siècle, la classe dirigeante padouane a poursuivi, assez vainement, une même politique de contrôle, direct ou indirect, des axes fluviaux disponibles vers la Germanie (le Brenta avant tout) et des petits centres des Préalpes qui en commandent les entrées, et, d’autre part, l’agitation guerrière, au rythme de plus en plus affolé, des années 1220-1230, toute en continuels renversements d’alliances. C’est que les plus grands seigneurs des confins (Este, da Romano), d’alliés et de clients qu’ils étaient, se sont peu à peu, au terme d’un processus, obscur dans le détail, de structuration des factions nobiliaires, imposés aux communes comme les maîtres du jeu.

A) Padoue : la continuité d’une politique extérieure

37J’espère avoir montré avec assez de clarté comment un noyau d’origine arimannique, rassemblé autour de l’évêque, s’est maintenu en permanence à la tête de la commune et a donné à celle-ci sa cohésion, jusqu’au delà d’une « révolution » de 1200-1205 qui n’avait en fait eu pour but – et atteint pour résultat – que de permettre au jeu de la concertation politique de régler les conflits en évitant toute expression directe (et donc brutale), en ville, de la confrontation entre les seigneurs, laquelle est déterminante en dernière instance.

38Permanence et cohésion dont il n’est pas si aisé de démonter les mécanismes. Il arrive parfois qu’elles s’affichent, au détour de rares documents.

  • 85 A S P, Dipl., no 1253 ; C D P, 2/1, no 158. Cf. supra, p. 611.

39C’est ainsi que, en l’année 1225, un di Sintilla (le juge Abriano) et un Tadi (Amelrico) exercent ensemble la charge d’extimatores communaux, ce pourquoi ils sont qualifiés de socii ; cette capacité à collaborer est séculaire entre les deux familles : j’ai déjà eu l’occasion de signaler qu’en 1124 Patavino Sintilla promettait de prêter, en cas de werra urbaine, sa future tour aux Tadi85. Le rapprochement entre les deux documents me semble d’autant plus pertinent que l’accord de défense réciproque de 1124 nous est connu par une copie rédigée en l’an 1200. Il est plus que probable qu’il s’agissait de renforcer l’alliance à un moment où, comme 76 ans auparavant, la paix civile se trouvait menacée ; et, de même que Tadi et Sintilla avaient été du nombre des réalisateurs de cette première solution politique des conflits qu’avait été le système consulaire, de même ils demeurent parmi les gestionnaires de la commune après les événements de 1200-1205.

40C’est une petite dizaine de dynasties citadines qui incarne la politique extérieure communale, et sa cohérence, durant cette même centaine d’années :

    • 86 C D P, 2/2, no 1541 ; no 1371 ; Verci, C D Ecel., no 90.

    les Tadi : en 1147 Giovanni est l’un des signataires de la paix conclue avec Vicence à Fontaniva ; en 1180 c’est le tour de son fils, Vitaliano, lors de l’alliance-soumission de Conegliano et Ceneda ; en 1218 Guidoto, fils de Vitaliano, est l’un des rares padouans témoins de la paix ménagée par Giordano Forzatè entre Ezzelino II da Romano et Vicence86.

    • 87 C D P, Ibid., no 1371 ; Verci, Storia della Marca..., 1, no 80.

    les di Sintilla : en 1180 Egidiolo di Sintilla est l’un des deux notables chargés de prendre possession des castra du territoire de Ceneda et Conegliano au nom de la commune de Padoue ; en 1235 Bonifacio figure parmi les sindici padouans lors de la paix conclue avec Trévise87.

    • 88 C D P, 2/1, no 440 ; 2/2, no 1414 ; cf. supra note 86. Ajoutons à cela que Matteo dei Lemizzi est l (...)

    les Lemizzi : en 1144 Domenico di Aica est témoin de la paix conclue avec Venise ; en 1181 Alessio l’est de la confirmation de l’alliance avec Conegliano et Ceneda ; en 1218 Vitaliano l’est de la paix « padouane » entre Vicence et Ezzelino88.

    • 89 No 1371 ; Verci, Storia della Marca..., 1, no 63. Saza, lui aussi, est l’un des consuls en juillet (...)

    les Ongarelli : en 1180 Saza signe (avec un Tadi, on l’a vu, et plusieurs autres) l’alliance avec Conegliano et Ceneda ; en 1233 Traverso est l’un des procuratores padouans qui font approuver par la concio l’acquisition de la citoyenneté padouane par les gens de Conegliano89.

    • 90 C D P, 2/2, no 1414 ; le même juge Manfredo avait été consul en 1166 (cf. supra, p. 371) ; H. Br., (...)

    les Manfredi : en 1181 le juge Manfredo est l’un des boni ho-mines témoins de la confirmation de l’alliance Padoue-Conegliano-Ceneda ; en 1232 Enrico dei Manfredi est l’un des deux « recteurs » padouans de la ligue lombarde présents à l’accord de compromis entre celle-ci et l’empereur, représenté par Hermann Von Salza90.

    • 91 C D P, 2/1, no 440 ; 2/2, no 1371 ; H. Br, ibid., t. V, 1, p. 84.
    • 92 Sur l’appartenance des dell’Arena au camp gibelin, cf. infra, p. 749.

    les dell’Arena : en 1144 le juge Pietro est témoin de la paix avec Venise ; en 1180 Giovanni l’est de l’alliance Padoue-Conegliano-Ceneda ; en 1237 Ugo l’est d’un acte par lequel le podestat de Padoue rend une sentence à l’occasion d’un conflit entre la commune de Conegliano et deux communautés rurales du contado de cette dernière91. Il est à noter que, dans ce cas précis, la permanence des intérêts padouans dans le nord se manifeste dans le cadre du nouveau régime gibelin : on est le 10 juin, soit quelques mois après l’entrée d’Ezzelino92.

    • 93 C D P, 2/2, no 1371 ; en 1182 le même Giacomino est consul : cf. no 1453 ; Predelli, Documenti..., (...)

    les da Limena : Giacomino assiste à l’acte d’alliance PadoueConegliano-Ceneda en 1180 ; en 1216 Odelrico, juge et procurator communis Padue, est l’un des signataires de la paix qui met fin à l’affaire du « Castello d’Amore » avec Venise ; en 1233 il est témoin de l’entrée des gens de Conegliano dans la citoyenneté padouane93.

    • 94 C D P, 2/2, nos 1370 et 1371 ; Verci, C D Ecel., no 108. Gerardino est également consul en 1182 (cf (...)

    les da Vigodarzere : Odelrico da Vigodarzere est présent le 9 juin 1180, à l’occasion de l’accord, survenu sous l’égide de la commune de Padoue, entre Conegliano et Guecello da Camino, puis, le lendemain, il est, avec son frère Gerardino, l’un des signataires de l’alliance Padoue-Conegliano-Ceneda ; en 1227 Enrico est l’un des Padouans garants de la paix, momentanée, entre le parti d’Ezzelino et celui des San Bonifacio à Vérone94.

41Voici enfin les plus représentatifs :

    • 95 C D P, 2/2, nos 1370, 1414, 1483 ; Predelli, ibid. note 9 ; Verci, Storia della Marca..., 1, no 70  (...)

    les Gnanfi. Ils sont présents aux moments cruciaux, tels des figures emblématiques de la constance en politique étrangère. Qu’on en juge : on rencontre Gnanfo le 9 juin 1180, Zilio di Sofia et son fils Rolandino ainsi que Gnanfo et son fils Ugolino le 10 ; le 25 juin 1183 Gnanfo est, avec Ecelino degli Zopelli et un châtelain, Englesco da Fontaniva, l’un des représentants de Padoue à la signature de la paix de Constance entre les communes et Barberousse ; en 1216 Rogerio di Gnanfo et Giovanni da Vò sont parmi les signataires de la paix avec Venise ; le 29 août 1233 Gerardo dei Gnanfi est l’un des représentants de Padoue lors du compromis imposé par Fra Giovanni de Vicence entre Padoue et Trévise au sujet de Conegliano et Ceneda, lors de la grande assemblée de paix de Paquara. Ajoutons à cela que, d’après un témoignage postérieur de 2 ans, Ubertino da Vò a été, avec Enrico Paradiso, à la tête du contingent envoyé par Padoue pour aider la commune deVicence contre l’attaque impériale de 123695.

42Voici donc une famille qui, non seulement s’expose au premier plan aux moments les plus graves ou les plus solennels, ainsi dans les relations avec l’Empire, mais qui est aussi la seule à être à deux reprises représentée par plusieurs de ses membres.

  • 96 C D P, Ibid., no 1414 (Guitaclino di Corrado) ; Predelli, Documenti..., doc. 1 (Taurello dei Tansel (...)
  • 97 Pour une approche d’ensemble de l’action du personnage on consultera désormais l’article de L. Gaff (...)
  • 98 A. Rigon, Vescovi e ordini religiosi a Padova nel primo Duecento, dans Storia e cultura..., p. 135.
  • 99 André Vauchez, Une campagne de pacification en Lombardie autour de 1233. L’action politique des ord (...)
  • 100 Cf. supra, p. 713.
  • 101 A. Rigon, Vescovi e ordini..., p. 140-141.
  • 102 Sur l’aspect religieux de son œuvre on pourra consulter l’article de A. Ri-gon, Ricerche sull’« Ord (...)
  • 103 Sur le mouvement de l’Alleluia, dans lequel s’inscrit la tentative de Giovanni, on consultera l’art (...)

43Il faut ajouter à cette liste un lignage aristocratique de même origine qui s’est associé, on l’a vu, plus directement que les précédents à la noblesse châtelaine, les Tanselgardini ; sa part à la politique étrangère padouane l’associe tout à fait au groupe de notables que je viens de citer : ils sont là en 1181, quand est confirmée l’alliance avec Conegliano et Ceneda, et en 1216, lors de la paix avec Venise96 ; mais, surtout, il faut rappeler le rôle de la personnalité la plus éminente de la famille, le prieur du nouveau monastère citadin de San Benedetto, Giordano Forzatè97. A. Rigon a pu écrire de lui qu’il a « conditionné au moins pour une trentaine d’années la vie religieuse et civile de Padoue bien plus que les évêques du moment » (au demeurant il en a fait élire deux !)98. Les chroniqueurs idéologiquement les plus opposés en sont d’accord. Rolandino écrit de lui qu’il gouvernait sa ville « comme un père de famille dirige sa maison », et le gibelin Gerardo Maurisio qu’ » il dirigeait les Padouans en tout »99. Son autorité morale incontestée en fait le véritable inspirateur de la politique étrangère padouane. Or, comme l’a fort bien montré A. Ri-gon, ce moine unit intimement action religieuse et action politique : il est à la fois, et résolument, un guelfe fidèle aux directives pontificales et le parfait représentant des intérêts d’une aristocratie communale dont il ne se dissocie pas. Dans la mesure du possible il s’applique, tant que la chose demeure concevable, à préserver ou à rétablir les équilibres entre les deux factions qui se disputent les villes voisines ; c’est ainsi qu’en 1218 son arbitrage aboutit à une paix entre la commune de Vicence et Ezzelino II, qui consent à céder Marostica pour 40.000 livres100. Mais au fur et à mesure que les conflits se durcissent, il se range parmi les adversaires les plus résolus du parti des da Romano, à la fois inspirateurs de l’expansion de la rivale Trévise vers la vallée du Haut Brenta et, à partir de 1232, chefs du parti impérial dans la région. On peut rappeler quelques faits révélateurs : en 1228, alors que les da Camino, grands alliés de Padoue, ont été chassés de Trévise où dominent les da Romano, il fait entrer le monastère de Santa Giustina de Serravalle, fondé tout récemment (1226) par Gabriele III da Camino, dans l’ordre monastique qu’il dirige, les albi, et cela pour complaire aux désirs du fondateur. Voici un bon exemple de la symbiose signalée des actions politique et religieuse101 ; dans les années 1230, une fois évanoui tout espoir de parvenir à un équilibre entre les factions, son attitude, de conciliatrice, deviendra donc résolument hostile à l’expansionnisme du parti gibelin. Il est, en effet, remarquable que ce saint personnage, béatifié par l’Église102, ait été, à ce qu’il semble, le principal responsable de l’échec de la tentative de pacification générale par voie autoritaire entreprise par le Dominicain Giovanni de Vicence : il est présent dans la grande assemblée de paix réunie le 28 août 1233 à Paquara, près de Vérone ; le 29 il doit, avec les autres représentants de Padoue, accepter une décision du prédicateur résolument favorable à Trévise, à laquelle est restituée la domination sur Conegliano dont, depuis avril, les habitants avaient acquis la citoyenneté padouane ; désormais les guelfes les plus décidés ne veulent plus de Giovanni. Alors que la ferveur populaire commence à baisser, il est arrêté à Vicence avec l’appui de troupes padouanes dont Maurisio suggère que Giordano les a fait envoyer, et réexpédié à Vérone. Comme l’a remarqué A. Vauchez, il s’agissait de neutraliser Trévise et Ezzelino tant que l’empereur, retenu en Sicile, n’était pas encore en mesure d’intervenir103.

  • 104 A. Rigon, Ricerche sull’« Ordo »..., p. 523.
  • 105 Cf. supra, p. 715.

44Insistons-y pour finir : de même que les Tadi et les Sintilla sont des alliés sur ce qu’on peut appeler une longue durée, de même les représentants de la plus haute aristocratie citadine que sont les Gnanfo et les Tanselgardini-Forzatè, grandis au fil des générations dans l’entourage épiscopal, sont, dans la commune du premier xiiie siècle, unis dans une même conception tant du rôle de leur cité que de celui de leur Église : tandis que Giordano Forzatè a fondé l’ordre des albi, Gerardo di Gnanfo donne, en 1218, la première pierre pour la construction du monastère de Santa Maria in Vanzo, qui s’y rattache104 ; alors que Giordano fait échouer la tentative de réconciliation (trop tard venue, certes) de Fra Giovanni en 1233, trois ans plus tard, on l’a vu, Ubertino da Vò (un Gnanfo) dirige une expédition de secours à Vicence contre Ezzelino et l’empereur105.

  • 106 C’est certainement à Padoue plus qu’à une autre ville qu’on peut appliquer cette remarque de Castag (...)

45Padoue se présente donc, face à ses voisines déchirées, comme un bloc de permanence, attaché à deux priorités : le libre accès aux routes de Germanie par la Valsugana (le Haut Brenta), aux dépens des droits de Vicence et des ambitions de Trévise et, depuis 1164 et la révolte contre Barberousse, l’hostilité à l’égard de la politique impériale106. C’est ce double engagement qui finira, comme une fatalité, par faire d’elle l’ennemi à abattre de seigneurs d’abord lointains, voire alliés un moment, les da Romano. J’y reviendrai sous peu.

  • 107 L’évêque n’est plus, dans ce contexte, qu’un participant parmi d’autres à la politique générale.

46Est-ce à dire que cette belle unité de l’équipe dirigeante était sans faille ? Si tel avait été le cas, Ezzelino n’aurait pu se faire aucun allié dans la ville en 1237. Il se trouve en effet que, certes sans que jamais l’aristocratie dirigeante apparaisse cassée en deux blocs irréconciliables (comme celle des deux voisines Vérone et Vicence), une minorité au moins de ses membres pouvait être amenée à collaborer, à la suite de désaccords parfois violents avec le noyau décisionnel toujours réuni dans la curia vassalique épiscopale107.

  • 108 D. Rando, I da Romano e Treviso, dans N S Ezz., t. 1, p. 363.

47Comme l’a fort bien remarqué Daniela Rando au sujet de Trévise, en dépit de tout le poids qu’ont acquis les seigneurs par le jeu de leurs réseaux de clientèles, il y a « une logique propre à la ville, peu déchiffrable », qui engendre des luttes internes, autonomes par rapport au « grand jeu » des partes nobiliaires ; et de la même manière il peut y avoir « des solidarités locales qui chevauchent tous les rattachements » aux partes d’une part, tout comme, à l’inverse, des désaccords au sein de familles qui déterminent l’appartenance de leurs membres à des partes opposées108. Toute une dialectique en partie souterraine vient, à Padoue aussi, coexister avec l’imperturbable continuité de l’action communale. Aucune classe dirigeante n’a jamais été une pure harmonie.

48A l’examen, il est vrai, les susdites « luttes internes », dans leur multiplicité, se situent à des niveaux de gravité fort variables : certaines n’affectent que quelques familles de notables purement citadins, d’autres au contraire, du fait de l’appartenance à la noblesse châtelaine de quelques-uns des lignages concernés, finissent par entraîner dans leur jeu des clientèles nombreuses et créer des factions, plus ou moins momentanées, d’un caractère certes secondaire ou subordonné mais qui, dans les dernières années, peuvent en arriver à troubler ou modifier la composition des grandes partes antagonistes supra-citadines.

  • 109 R. Ciola éd., Il « De Generatione »..., p. 157 et 173 ; cf., sur ce sujet, G. Rippe, La logica..., (...)
  • 110 Cf. aussi le « De Viris illustribus familiae Transelgardorum, Forzatè et Capite Liste », M. Blason- (...)

49Parmi les antagonismes demeurés circonscrits à des groupes familiaux restreints, en voici un auquel da Nono fait une rapide allusion : à une époque qu’il ne précise pas mais qui semble bien lointaine au moment où lui-même écrit, les Transelgardi et les da Bibano se seraient opposés violemment (da Nono va jusqu’à parler de pars, mais il ne dit rien des motifs) aux Lemizzi et à leurs « parents et amis », les da Ponte109. Une trace onomastique de cette hostilité se retrouve dans la fausse étymologie de l’autre nom des Transelgardi, « Forzatè » : « Sforza i Tà », c’est-à-dire les Tadi, auxquels da Nono attribue des liens familiaux (et même une commune origine) avec les Lemizzi ; le Moyen Âge, on le sait, se plaisait à ces calembours étymologiques110.

  • 111 R. Ciola éd., Ibid., p. 173 : neque propter eos populus Paduanus currebat ad arma, neque ipsam civi (...)

50Toujours est-il que da Nono lui-même marque clairement les limites de la gravité de ces hostilités puisqu’il ajoute que le « popolo » ne s’en mêlait guère et que la paix publique n’en était pas bouleversée111.

  • 112 Sur l’attitude des notables citadins dans cette affaire, cf. G. Rippe, La logica..., p. 261-262.

51De même, face à la « guerre féodale » pourtant violente qui oppose, dans les années 1180, Alberto da Baone et les da Carrara, c’est-à-dire des seigneurs d’un plus haut rang, et auxquels les notables citadins sont pourtant liés à divers titres, les familles consulaires parviennent à préserver leur autonomie. Sans doute assez souvent vassales (non liges !) de l’un et l’autre adversaires à la fois (ainsi le cas est attesté pour les Ongarelli), elles n’ont pas trop de mal à maintenir leur neutralité en se proposant comme arbitres à la querelle, sans guère de résultats au demeurant112.

52Il convient donc de caractériser ces premières failles dans la cohésion citadine, et même ces violences seigneuriales de la fin du xiie siècle, comme des contradictions « secondaires » : après tout, dans la longue lutte contre Ezzelino, les marquis d’Este, qui avaient pourtant soutenu Alberto da Baone contre les da Carrara, auront ces derniers de leur côté.

53Les conflits entre familles seigneuriales qui naissent dans les décennies 1220-1230 ont d’emblée un impact bien plus grave sur l’ensemble de la société padouane. C’est qu’entre-temps, la spirale guerrière dont j’ai tenté de montrer les raisons d’être et les premières manifestations a fini par entraîner toutes les élites dans le conflit, si bien qu’une brouille entre familles survenue à ce moment peut modifier l’équilibre des forces en rejetant l’une d’elles, avec ses clients, dans ce qui était auparavant pour elle le camp adverse, effectivement ou potentiellement.

  • 113 Cf. infra, p. 721.
  • 114 Cf. supra, p. 595-596.

54Les Dalesmanini occupaient à Padoue une position particulière, de par une vieille amitié avec les da Romano, longtemps assez étrangers aux affaires citadines113 ; leur parent, Iacopo da Sant’Andrea, n’en était pas moins lié d’amitié, quant à lui, avec Tiso da Camposampiero, grand allié des Este et ennemi d’Ezzelino. Mais sa ruine et le passage entre les mains de Tiso – qui s’était initialement proposé de l’aider – d’une large part de ses biens, allait provoquer la formation d’une véritable coalition venue à son aide (j’ai déjà eu l’occasion d’y faire allusion) contre Tiso, avec les Dalesmanini à sa tête, et cela tout au long des années 1230114. Il va de soi que cette affaire s’est déroulée de façon tout autonome, hors des engagements entre les deux partes extra-citadines : l’évêque et le milieu de sa curia, aussi peu gibelins que possible, ne sont-ils pas acquis aux arguments de Iacopo da Sant’Andrea ? Cependant l’obstination de Camposampiero à ne pas transiger est renforcée de la crainte où il est de voir ses ennemis s’emparer des biens acquis de Iacopo, s’il venait à les restituer : on retrouve ici la conjoncture supra-citadine, ou du moins ses effets dans le Padouan. Quelle que puisse être la ligne politique générale, guelfe indiscutablement, qu’inspire Forzatè, le réseau des alliances/inimitiés a ses fluidités, ses incertitudes, et sa cohésion supporte des incompatibilités entre groupements secondaires. Certes, l’impact de cette affaire n’est pas mesurable et je ne fais ici que proposer une conjecture ; toujours est-il qu’elle intervenait à Padoue au pire moment pour le parti guelfe en créant un réseau anti-Camposampiero qui, s’il n’était pas a priori entraîné dans l’hostilité aux Este, pouvait, dans la mesure où les Dalesmanini le dominait, se faire plus sensible aux arguments des da Romano au moment même où leurs forces et celles de l’empereur se présentaient aux portes. Rien n’était changé de la politique de la commune, mais des failles étaient apparues que l’occasion pouvait élargir.

B) 1237 ou la force des choses

  • 115 En 1233 Fra Giovanni, pacifiste autoritaire, « avait entre autres prescrit » quod dominus Ecelinus (...)

55La question posée au début de ce chapitre me semble appeler une réponse assez claire : la première commune de Padoue a bel et bien été « assassinée » dans la mesure où, en dépit des nuances que je viens d’introduire, c’est de l’extérieur, et par la brutale interruption de l’hégémonie de l’aristocratie citadine (hégémonie qui était sortie plutôt renforcée des changements de 1200-1205) que s’est imposée la domination du parti gibelin. De l’extérieur, et doublement : rien n’eût été possible sans la présence décisive des troupes impériales, et d’autre part les da Romano eux-mêmes, bien que souvent mêlés aux actions militaires et diplomatiques menées par Padoue, n’avaient jamais été considérés, à la différence des da Camposampiero, comme des membres de la noblesse du territoire communal, et encore moins comme de véritables citoyens padouans115.

  • 116 Consuls, podestats, chefs des milices citadines dans les guerres de la commune... : pour ce qui est (...)
  • 117 Sur les relations des da Romano avec ces deux villes avant 1237 et après, on consultera : G. M. Var (...)

56L’aire d’activité d’Ezzelino Ier « Balbo », le premier da Romano qui figure véritablement comme un acteur du jeu politique régional, déborde le cadre des Préalpes et des castra de piémont, et s’étend au Trévisan et un peu au Trentin. Il est l’un des plus puissants seigneurs : il joue un rôle si essentiel dans la ligue lombarde qu’il a droit, lors de la rédaction de la paix de Constance, à une clause le réintégrant explicitement dans la grâce impériale. Jusqu’aux années de jeunesse d’Ezzelino III, son petit-fils, le futur « tyran », les da Romano seront avant tout guelfes et citoyens éminents de Trévise116. La retraite d’Ezzelino II, « Il monaco », en 1221, marque une étape. Alors que leur père s’était épuisé à être présent partout à la fois, ses deux fils, Ezzelino et Alberico, consacrent l’essentiel de leur énergie à Vicence et Vérone : cette dernière devient véritablement, de par sa situation et son importance économique, la ville-clé qu’il importe de dominer pour agir efficacement sur les autres, à commencer précisément par Vicence ; de surcroît Bassano, devenue à la fin du xiie siècle une sorte de « capitale » de leur territoire seigneurial, est située dans le Vicentin, avec nombre de leurs castra ; ils se doivent donc, ou d’être présents dans cette autre ville ou d’y avoir des alliés en situation dominante117.

  • 118 Sur les relations entre les da Romano et Padoue, il suffit désormais de renvoyer le lecteur à la mi (...)
  • 119 S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 165.
  • 120 Ainsi les da Marostica, ou les moins prestigieux de Pedaola (sur ces derniers cf. S. Bortolami, Fam (...)
  • 121 C’est par un document de la fin du Duecento qu’on apprend que l’évêque de Padoue avait cédé un fief (...)

57Et Padoue dans tout cela ?118Selon l’adéquate formule de Sante Bortolami119elle a, jusqu’à la date fatidique de 1237, avec les da Romano, « un rapport en négatif ». Pour commencer, la tradition qui attribue à Ezzelino Ier (« Balbo ») l’une des plus belles maisons médiévales de la ville n’est sans doute fondée sur rien de plus tangible que sur l’idée diffuse qu’une si grande famille de la région se devait d’avoir là une somptueuse demeure. Les relations ne prennent de consistance qu’avec Ezzelino II, « Il monaco », dont la vie publique s’étend des années 1180 (son père meurt après 1183, on ne sait trop quand) à 1221 (date à laquelle il se retire au monastère d’Oliero). Et très vite il appert que la logique même de la politique dynastique des da Romano d’un côté, et de l’autre celle de la Cité-État, conduisent le seigneur comme le gouvernement communal à un jeu en apparence tout inconstant d’alliances et d’inimitiés momentanées, subordonné à la dialectique des rapports de force dans la région. Une bonne part des terres et des castra du lignage, s’ils sont situés dans les territoires communaux de Feltre, Trévise et Vicence, relèvent au spirituel du diocèse de Padoue, et l’évêque est seigneur des châtelains de ces lieux120. La documentation manque, à un point qui étonne, sur les liens de vassalité entre lui et les da Romano ; de tels liens s’étaient créés en des temps anciens mais étaient devenus – ou demeurés ? – formels et lointains, et n’avaient en tout cas pas attiré les ancêtres d’Ezzelino vers la curia épiscopale padouane121.

  • 122 Au xie siècle, les premiers membres connus du lignage se disent encore tout autant « da Onara » que (...)

58A partir du moment où la commune convoite la haute vallée du Brenta (la Valsugana) et la zone de piémont où débouche le fleuve, l’entrée en contact est inévitable puisque là se trouvent certains des biens les plus anciens et les plus importants de la famille : ainsi Onara, castrum relativement méridional, à proximité du contado padouan122.

59Dans la mesure même où Ezzelino II, tout en étant l’un des plus grands seigneurs de ces lieux, joue un role éminent à Trévise, il est a priori un adversaire : c’est le cas en 1189, puis en 1192 (une deuxième guerre commence alors qu’il est podestat de Trévise) ; d’autre part sa brouille avec les da Camposampiero ne peut que l’amener à s’irriter contre les Padouans : la commune s’est en effet refusée à lui accorder satisfaction après le viol de sa belle-fille par Gerardo da Camposampiero, citoyen padouan. Bref, les raisons objectives comme les haines de personnes jouent dans le même sens.

60L’intervention de Vicence pour s’assurer de Bassano amène bientôt un retournement de situation : en 1198 Padoue devient une protectrice, et elle bloque en effet l’offensive vicentine. Cette nouvelle entente ne dure pas : l’année suivante, après une rude défaite subie par les Padouans, Ezzelino préfère s’entendre avec le vainqueur (à moins que Vicence ne l’y ait obligé) et signe une paix séparée ; du coup les Padouans furieux rasent le vieux castrum familial d’Onara.

61Comment expliquer qu’en 1209 les Padouans viennent à nouveau à son secours contre une nouvelle agression vicentine ? C’est que, à Vicence comme à Vérone, depuis les années 1190, les factions alternent dans la violence. Il y a désormais un parti dirigé d’un côté par les da Romano et Salinguerra Torelli (le seigneur de Ferrare), contre un parti des Este et des San Bonifacio (les comtes de Vérone). En 1209 le marquis Azzo VI a réussi à s’imposer partout, y compris à Vicence, d’où la volte-face padouane. Bien que le plus souvent liée aux Este, l’aristocratie dirigeante conserve, quant à elle, ses objectifs et, pour elle, quel que soit le parti qui la domine, Vicence demeure une rivale dans les Préalpes. De même, en 1213, Ezzelino II se fera un plaisir de participer au siège et à la prise d’Este par les milices padouanes, à l’occasion de la plus grave brouille entre la commune et la famille du marquis.

62Cela ne dure pas : dès que le parti des da Romano l’emporte de nouveau à Vicence les Padouans imposent un arbitrage qui le frustre de sa victoire ; il en est ainsi en 1218, et déjà le grand inspirateur de cette politique, celui qui fait obstacle aux ambitions du lignage, est Giordano Forzatè. Il en sera de même dans les décennies 1220-1230 : la recherche padouane d’équilibre contrecarre, dès les débuts de leur vie publique, en 1221, les projets d’Ezzelino III et d’Alberico.

  • 123 Depuis 1226, c’est-à-dire dès sa formation, Padoue est membre de la seconde ligue lombarde ; cf. L. (...)
  • 124 Cf. S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 175, note 40. Cela dit, en 1204, on a vu la commune di (...)
  • 125 Alors que les troupes impériales avancent vers Padoue, 16 commissaires sont nommés, avec la charge (...)
  • 126 L’ensemble du bref récit qui précède doit à peu près tout à l’article de Bortolami des Nuovi Studi (...)

63Le point de non-retour est atteint en 1232, avec le passage des deux frères à l’alliance impériale. La politique d’équilibre est dépassée. Décidément guelfe et imperméable, semble-t-il, à la propagande de leur faction, Padoue devient l’ennemi à abattre123. Jusqu’en 1236 elle parvient à les tenir à l’écart, et ce sont l’irruption brutale de Frédéric en Vénétie et la prise de Vicence qui modifient radicalement la situation. Dans une atmosphère de panique la commune abandonne sa liberté et confie solennellement sa bannière à Azzo VII d’Este, chef de la pars opposée aux da Romano. En vain. Le marquis n’a pas alors les moyens d’intervenir efficacement, et ce qui était peu avant impensable se produit : dans une ville où les véritables amis et partisans des da Romano avaient toujours été rares (les plus constants étant les Dalesmanini)124, l’aristocratie dirigeante, à quelques rares exceptions près (dont l’indomptable Giordano Forzatè)125, se refuse à la résistance et la ville ouvre ses portes à Ezzelino et aux troupes impériales le 25 février 1237126.

Notes

1 P. J. Jones, Economia e società..., p. 118.

2 Cf supra, p. 662-663.

3 Ce faisant, Padoue déploie une activité de nature comparable à celle de toute grande commune, à commencer par Milan. Sur ce point, cf. les remarques et les indications bibliographiques de S. Bortolami, dans Acque, mulini..., p. 300. Cet ouvrage est, soit dit en passant, le seul qui, à partir d’un point de vue précis et limité, soit véritablement utile pour ce dont j’ai à traiter à présent.

4 Milan avait décidément précédé le mouvement général, au moins autant, à ce qu’il semble, pour renforcer ses défenses, une fois la ville rebâtie, contre un éventuel retour de Barberousse ou de ses alliés, que pour se relier à la navigation fluviale inter-régionale. Cf. G. Biscaro, Gli antichi « navigli » di Milano, « Archivio storico lombardo », 35, 1908, p. 285-326 (plus particulièrement p. 286, 290-293, 298-299). L’utilité de cette précaution s’est manifestée au xiiie siècle : en 1239 on ouvre les écluses et l’inondation fait reculer les troupes de Frédéric II (p. 311). Cet aspect de la question ne se manifestera pas à Padoue.

5 Liber regiminum, p. 295. Auparavant, dans Padoue même, quatre ponts de pierre ont été édifiés en 1182, et un cinquième en 1183 ; deux autres le seront en 1185 et 1186 (p. 204-205).

6 Ibid., p. 296, 298.

7 Ibid., p. 296.

8 Ibid., p. 299.

9 Ibid., p. 301.

10 G. Pavanello éd., Antichi scrittori..., t. 1, Venise, 1919, p. 122 note.

11 Liber regiminum, p. 302 : Et eo tempore facta fuit via de Ponte Curvo ad Plebem Sacci. Cf. la suite du texte sur le vocabulaire utilisé.

12 Ibid., p. 303.

13 On le voit mentionné dès 1146 (C D P, 2/1, no 472 : caput pontis lapidei de Buvolenta).

14 Liber regiminum, p. 304.

15 Ibid., p. 306.

16 Une constatation implicite dans J. K. Hyde, Padua..., p. 45, au sujet des routes : « In the first quarter of the thirteenth century, new roads were built connecting the city with Piove di Sacco and Bovolenta, and in the 1270 the road to Limena was improved ».

17 La vérification archéologique seule peut permettre, là où elle est possible, de préciser le sens du verbe. Alessandro Prosdocimi a récemment proposé de voir dans le pont citadin de San Daniele une œuvre romaine et non pas médiévale, en dépit d’un statut communal de 1276 qui déclare : Et pons a Sancto Daniele fiat de lapidibus. Il s’agirait donc d’une réfection. Le même auteur rappelle que cette ambiguïté de terme avait été déjà signalée par Gloria puis, entre autres, par C. Gasparotto (A. Prosdocimi, L’antico ponte di San Daniele..., p. 61).

18 Ce qui ressort à l’évidence d’un simple coup d’œil.

19 S. Bortolami, Fra « Alte Domus »..., p. 23-24.

20 La commune n’en surveillait pas moins, cependant, l’état des routes et des canaux bien au delà de ces deux villes-étapes : un statut antérieur à 1236 stipule que la route de Bovolenta à Arre debet aptari et conzari (Statuti..., no 969, p. 313).

21 Une notable exception toutefois, assez problématique, à l’ouest des Euganées.

22 Statuti..., no 899, p. 302 : le texte fait aussi allusion, de façon fort ambiguë, à un navigium partant de Faedo (au centre des Euganées), et qui descendait donc vers l’ouest : il ne peut guère s’agir que de la rivière Fontafredda.

23 Ibid., no 887, p. 300 : ici aussi est utilisé le terme navigium.

24 Ibid., no 896, p. 302 : Flumesellus seu fovea per quem naves et homines erant soliti ire ad balneum montisgroti aperiatur et ubicumque necesse fuerit fodiatur.

25 Ibid., no 933, p. 309 : Item quod publica que vadit per paludem rovolonis et tituli, et venit ad camporas fodiatur et amplietur...ad flumen tencarole. L’expression incite à imaginer un canal unique : il n’en reste pas trace et l’on songe plutôt à un réseau de petits canaux et de tronçons de rivières canalisés. Dès les années 1260 fonctionnera tout un réseau reliant cet ensemble à Este, Montagnana et au delà (Ibid., nos 890-891, p. 300-301).

26 Ibid., no 886. C’est au niveau de Battaglia, par exemple, que le canal venu de Galzignano rejoignait la voie Padoue-Monselice.

27 Ibid., no 901, p. 302. Ce statut est, cas d’exception, daté de 1225. Il s’agit, de façon significative, d’éliminer les constructions qui pourraient entraver le libre cours des eaux vers la lagune.

28 L. Lanfranchi et B. Strina éd., Ss. Ilario..., p. XIII, note 3.

29 C D P, 2/1, no 237 : supra fluvium Cornium..., a fossa de Gorgonaro usque ad navigatorium de Sermazza. L’index de Gloria traduit le terme par « naviglio ».

30 Statuti..., no 314, p. 305-306. Les statuts d’avant 1236 font état d’une politique d’endiguement systématique du Bacchiglione qui complète, ubi necesse fuerit, ce qui a déjà été réalisé à l’initiative d’autorités locales (Ibid., no 908, p. 304) ; il en est de même le long du Brenta, de la Tergola (no 913, p. 305), et du Vigenzone (no 910, p. 304).

31 Ibid., no 909, p. 304.

32 J. K. Hyde, Padua..., p. 45 : « The commune’s road building was less spectacular than its waterways, but it served the same purpose ». Il est à noter que, dès avant 1236, parmi les obligations du podestat, figure celle de maintenir les routes en bon état ; elles étaient en effet construites ita quod possit comode carrezzari et equitari omni tempore anni (M. Roberti, Le corporazioni..., p. 102-103).

33 A. A. Settia, « Pagana, Ungaresca, Pelosa »..., p. 661-664. Il indique toute une bibliographie contradictoire sur l’origine, romaine ou non, de cette route (p. 661, note 76). De même il polémique avec une conclusion de Gloria, trop rapide selon lui, sur la romanité d’une route Padoue-Sambruson, présumée du fait qu’elle était couverte de galets, alors que c’était ausi la technique des communes médiévales (p. 662, note 83).

34 « E quale i Padovan lungo la Brenta... » : Inferno, chant XV, v. 4-12.

35 Bien entendu cette remarque a été faite depuis longtemps ; cf. par exemple J. K. Hyde, Padua..., p. 45.

36 Rappelons le document de 1219 qui fait connaître des linaroles Padue qui sont presque tous de Piove di Sacco (A. Castagnetti, Mercanti, società..., p. 164).

37 J. K. Hyde, Padua..., p. 45 : le préambule d’un statut de 1308, mettant bon ordre à un problème d’obstruction sur le Bacchiglione, montre que cette rivière acheminait des victuailles et du bois de construction venus du nord-ouest.

38 M. Roberti, Le corporazioni..., p. 102. L’ancienneté de ce statut a valeur de symbole : ce qui prévaut dans l’économie proprement urbaine au début du Duecento est une activité traditionnelle de transformation artisanale des produits du contado – travail des cuirs et peaux, confection, etc. Au demeurant c’est aux maîtres de ces métiers, et non pas aux negotiatores, que reviendra le rôle essentiel (après les notaires) dans l’organisation du popolo après 1256 (A. Castagnetti, Mercanti, società..., p. 170).

39 Cf. A. Castagnetti, Ibid., p. 150 : des commerçants vendaient à Padoue des panni veronenses et alii panni non magni precii. L’auteur a tiré cette information de R. Cessi, Le corporazioni..., p. 29 et 42.

40 La toute proche Chioggia est, en 1200, devenue le grand centre de production de sel dans la lagune. A partir des années 1230 s’amorcera une baisse ; Venise conservera le monopole de la redistribution sur la Terre-Ferme en diversifiant son approvisionnement : une partie du sel viendra notamment de Cervia, dans la région de Ravenne, cité à laquelle la Sérénissime impose ses conditions. Les taxes excessives dont est grevé ce produit engendrent une intense contrebande vers les centres les plus proches – Trévise et Padoue avant tout –. On consultera, sur ces questions, les ouvrages de J.-C. Hocquet : Le sel et la fortune de Venise (t. 1, 1978, p. 166-173) ; Chioggia, capitale del sale nel Medioevo, Sottomarina, 1991. Dans ce dernier l’auteur évoque la mise en valeur de Fogolana, située dans le diocèse de Padoue mais possédée par l’aristocratie vénitienne : une première saline y est repérée dès 1067 (p. 14).

41 Il est vrai que cette moyenne maximale ne semble pas très élevée : elle est fixée à 8 sous par setier pour le froment (Statuti..., no 807, p. 265-266). On peut comparer ce chiffre aux 2 sous par setier d’une année exceptionnellement bonne (Annales Patavini, p. 223, a. 1204), et aux 20 sous par setier de deux années de disette, 1242 et 1258, cette dernière étant le moment d’une contre-offensive d’Ezzelino sur Padoue libérée (Ibid., p. 202-203).

42 Statuti..., no 811, p. 266 (statut daté de 1222).

43 Ibid., nos 800 à 802, p. 265. L’interdiction concernant l’exportation de lin est assortie de peines plus sévères que les autres : Nullus portet semen lini extra paduanum districtum et qui contrafecerit condemnatur in libris vigintiquinque. et si solvere non poterit habito termino a tempore condennacionis usque ad unum mensem. amputetur ei pes unus : no 805, p. 265.

44 J. K. Hyde, Padua..., p. 46. La lecture des « Statuti Carraresi » fournit des indices d’une moindre abondance des surplus au début du xive siècle.

45 Sur la confrontation entre la politique frumentaire de Padoue et celle d’autres Cités-États, J. K. Hyde reprend les résultats du travail de H. C. Peyer, Zur Getreidepolitik Oberitalienischen Städte im XIII. Jahrundert, Vienne, 1950, p. 26-46.

46 E. Zorzi, Il territorio..., doc. 4, p. 278 (a. 1199).

47 A C P, Diverse, nos 36 et 51.

48 (C D P, no 1346 =) L. Lanfranchi, San Giorgio maggiore.

49 Statuti..., nos 556 (a. 1274), 565 (a. 1275), p. 180 et 182. En 1274 ne sont citées que Montagnana et Cittadella ; l’année suivante sont citées comme encore actives Este, Monselice et Cittadella ; il n’est plus question de Montagnana.

50 A. Schaube, Storia del commercio dei popoli latini del Mediterraneo sino alla fine delle crociate (trad. ital.), Turin, 1915, p. 861. Un statut de 1265 établira la même prescription pour les cordonniers (Statuti..., no 842, p. 281).

51 En 1049, Henri III accorde licentiam et potestatem monetam faciendi in civitate Pataviensi à l’évêque Bernardo (M G H, Heinrici III Dipl., no 234). Cette faveur, si elle avait été suivie d’effet, aurait, quoi qu’il en soit, laissé Padoue dans le sillage de la monnaie de Vérone, alors dominante (secundum pondus veronensis monetae).

52 On dispose désormais d’une synthèse sur l’histoire monétaire de la Vénétie, qui offre le grand avantage de considérer cette région comme un tout, de Vérone à Venise, et qui intègre l’apport des ouvrages classiques de Cessi et Luzzatto. Il s’agit de l’article d’A. Saccocci, La moneta nel Veneto medioevale (secoli x-xiv), dans Il Veneto nel Medioevo, t. 2, p. 243-262.

53 Cf. Ibid., p. 245-246 : la zecca de Vérone est sans doute ouverte par Bérenger en 889, en remplacement de celle de Trévise ; et Venise apparaît active depuis 820 environ.

54 Ibid., p. 248-252. Les dévaluations ont contribué puissamment, on le sait, à financer le développement économique du xiie siècle. Elles expliquent que, entre 1120 et 1150, selon Saccocci, ait disparu des actes de vente, en Vénétie, la formule inter argentum et alias res valentem, etc. (p. 252). Datation un peu optimiste pour le Padouan : on rencontre, encore en 1146 et 1147, une majorité d’achats payés en partie en nature.

55 Ibid., p. 253-254. Sur cette réévaluation du denier de Venise, cf. plus particulièrement l’ouvrage de F. C. Lane et R. C. Mueller, Money and banking in Medieval and Renaissance Venice, 1 : Coins and Moneys of Account, Baltimore-Londres, 1985, p. 108-110.

56 Première occurrence dans un contrat de vente du 18 octobre 1179 : pro XXV solidis denariorum Veronensium vel Venetorum (C D P, 2/2, no 1340). Auparavant, deux occurrences isolées où la monnaie de Venise figure comme moyen de paiement : le 21 février 1172 les desservants de l’église de Villa del Bosco (au nord des Euganées) reconnaissent devoir 3 sous de Venecia à l’évêque pour le cens ; par contre, lorsqu’il viendra prêcher, il recevra 20 sous de Vérone ! (C D P, 2/2, no 1064). Le 30 mars 1173 le prix de vente d’une terre arable dans les environs de Padoue est stipulé en denarii Venetorum (no 1107).

57 Dans la série de contrats de livello de Praglia, le dernier loyer stipulé en deniers de Vérone (pour un casamentum à Tramonte) date du 26 juin 1185 (A S P, Corona, 3599). Ils avaient disparu auparavant des possessions des monastères vénitiens.

58 On pourra consulter, par exemple, le Codice Diplomatico de Lanfranchi à Venise : on y voit, dans des documents qui concernent Padoue, la Saccisica et le sud des Euganées (Monselice et Arquà, sa voisine), une alternance de mentions exclusives de deniers de Venise et de maintiens de l’équivalence. A Padoue, le 15 septembre 1194, le prix de vente de maisons en ville est stipulé en denarii veneciales vel veronenses ; de même, le 6 décembre, à Monselice, un loyer de livello. Mais ce sont là les 2 dernières mentions de cette sorte, et elles sont de surcroît isolées : depuis la fin 1192 (avec un acte du 22 décembre : un droit d’entrée de livello à Monselice) tous les contrats, ventes comme simples loyers, sont stipulés en deniers de Venise.
Autre sondage : la série documentaire de Praglia. Le choix entre les deux monnaies y demeure pour les loyers de livelli jusqu’en 1218, puis cesse brusquement ; dès 1187 les prix de vente de biens-fonds y sont stipulés en deniers de Venise, ainsi qu’une minorité de loyers.

59 A. Saccocci, La moneta..., p. 254-255 ; sur cette question il résume la récente mise au point de Louise Buenger-Robbert, The Venetian Money Market, 1150-1229, dans « Studi veneziani », 13, 1971, p. 40-46. Cet article propose donc une datation plus ancienne que celle de G. Luzzatto (cf. l’article de ce dernier, L’oro e l’argento..., p. 380, cité en 2e partie, p. 462, note 182) qui faisait apparaître le « gros » en 1202, et que suivait encore Philip Grierson en 1971 (The origins of the Grosso and of Gold Coinage in Italy, p. 37, dans Later Medieval Numismatics, 11th-16th Century, Londres, 1979).

60 F. C. Lane et R. C. Mueller, Money and Banking..., p. 113-123. La frappe des denarii parvi ne reprendra que sous Lorenzo Tiepolo (1268-1275).

61 Avec les nuances, cependant, qu’introduit l’exemple des taxes de renouvellement des livelli de Praglia, signalé en 2e partie.

62 Cf. les exemples cités en note 58.

63 Le système entrera, après 1250, dans une période de crise relative : c’est alors que diverses villes de Terre-Ferme frapperont leur monnaie. Padoue s’y essaiera, sans trop de succès car elle subira la concurrence victorieuse de Merano, dans le sud-Tyrol ; mais de toute façon ces nouvelles venues resteront toujours liées au système vénéto-véronais (A. Saccocci, La moneta..., p. 256 ; cf. aussi Id., Circolazione di moneta padovana nel Medioevo, dans « Rivista italiana di numismatica », 90, 1988, p. 471-482).

64 Le premier document sur les moulins à foulons en Italie est toscan et remonte à 983 (encore n’est-ce pas absolument sûr) ; il est suivi par un document véronais de 985 (A. Castagnetti, Mercanti, società..., p. 145). A partir des années 1270, Vérone sera même, avec Côme, Milan et Florence, parmi les quatre plus grandes productrices de laine en Italie ; Ibid., p. 150 ; W. Hoshino, L’arte della lana in Firenze nel basso medioevo. Il commercio della lana e il mercato dei panni fiorentini nei secoli xii-xv, Florence, 1980, p. 43. Sur cette production véronaise on peut consulter désormais l’ouvrage de R. Guemara, Les arts de la laine à Vérone aux xive et xve siècles, Tunis, 1987.

65 A. Castagnetti, Mercanti, società..., p. 143-145.

66 Ibid., p. 165-166 ; le texte du traité est publié aux pages 167-173.

67 L. Simeoni, Le origini del conflitto veneto-fiorentino-scaligero (1336-1339), dans Studi su Verona..., t. 3, p. 68.

68 Le marquis d’Este, dont les domaines se situent de part et d’autre du fleuve, n’est pas mieux traité. On verra les conséquences politiques de cette donnée au xiiie siècle. Encore vers 1216 les marchands de Vérone sont tellement les vrais maîtres dans le Polesine, au sud de l’Adige, où le marquis est le plus puissant seigneur, que ce sont eux qui sont à l’origine de la formation de deux villages neufs, Francavilla mercatorum (sur lequel on dispose à présent de l’article, déjà cité, de A. Rigon, « Franchavilla Mercatorum »...), et Villa Polesini mercatorum Verone ; il est vrai qu’à ce moment le marquis s’est trouvé des alliés dans la cité (A. Castagnetti, Mercanti, società..., p. 132-137).

69 G. Rösch, Venezia e l’Impero (962-1250). I rapporti politici, commerciali e di traffico nel periodo imperiale germanico (éd. ital.), Rome, 1985, p. 64-65. Il faut signaler que la date qu’il donne pour la première guerre est sans doute à corriger : R. Cessi, dans son ouvrage Venezia ducale (t. 2/1, Venise, 1965, p. 196 sq.), situe l’événement en 1107, en le reliant au traité conclu avec Vérone à cette date ; il est suivi par les historiens de la Vénétie.

70 G. Rösch, Venezia e l’Impero..., p. 65-66.

71 Cf. la carte régionale. Dans un premier temps, il est vrai, une fois mises à l’écart de la sorte par leurs voisines, elles ont tenté de se mettre d’accord pour exploiter en commun leur propre espace et leurs propres cours d’eau : sans doute est-ce à cette esquisse de coopération que fait allusion la lettre écrite à une date inconnue, mais probablement vers cette époque, par un comte « M » qui est peut-être le comte de Padoue, Manfredo, à l’empereur, pour l’aviser que les Vicentins traitent avec les Padouans afin d’obtenir la liberté de navigation dans le territoire de ces derniers, que cela cache une alliance entre les deux villes, qu’il n’a pu empêcher, et pour lui suggérer d’intervenir (A. Castagnetti, Vicenza nell’età del particolarismo..., p. 38 ; cf. aussi Id., I conti..., p. 67).

72 Sur ce thème, cf. le récent article de S. Bortolami, Frontiere politiche..., p. 222.

73 On trouvera un résumé bref des événements dans A. Castagnetti, La Marca..., p. 50-52 (sur les épisodes guerriers du xiie siècle) et p. 69 (sur la rivalité des deux communes pour la domination de Bassano). Dans la récente Storia di Vicenza, t. 2, p. 53, A. Castagnetti reprend pour l’essentiel son exposé rapide de l’ouvrage susdit.

74 Les zones de conflits chroniques sont concernées : Montegalda est sur le Bacchiglione ; Marostica et Bassano sont au pied des Alpes et, si l’une et l’autre sont dans le contado vicentin, Marostica du moins est dans le territoire préalpin rattaché au diocèse de Padoue (ses seigneurs comptent parmi les grands vassaux de l’évêque).

75 L. Simeoni, Il primo periodo della vita comunale a Verona, dans Studi su Verona...,, t. 1, p. 152-153. Le détail de la guerre n’est pas connu, non plus que les clauses de la paix entre Vérone et Padoue.

76 Cf. C D P, 2/1, no 440 : le traité signé entre Venise et Padoue le 14 octobre 1144 s’intitule Pacta de pace inter Venetos et Paduanos pro damnis illatis monasterio sanctorum Illarii et Benedicti.

77 Quant aux motifs plus précis de la participation de Trévise et de ses satellites à cette guerre de 1142 à 1147, rien d’explicite n’est fourni dans le récent article de D. Rando (Dall’età del particolarismo..., p. 59). Quelques suggestions dans A. Castagnetti, I conti..., p. 66 : « Gli attriti di Venezia con Treviso erano, per così dire, cronici ; concernevano le dispute fra l’episcopio trevigiano e il monastero di S. Ilario ed il controllo di diritti di giurisdizione e di decima sui monasteri di Tessera e Campalto ».

78 S. Bortolami, Frontiere politiche..., p. 218.

79 D. Rando, Dall’età del particolarismo..., p. 72-75.

80 L’intervention padouane a un double aspect : le 9 juin 1180, sous les auspices d’Obizzo d’Este, alors podestat, des seigneurs Giacomino da Carrara, Tisolino da Camposampiero et Guglielmo Tempesta (ces deux derniers plus directement intéressés de par la situation géographique de leurs biens), et de notables citadins parmi lesquels un Gnanfo et un da Vigodarzere, un accord est signé entre les représentants de la commune de Conegliano et les seigneurs da Camino ; le lendemain Conegliano et Ceneda se déclarent communi Padue et Paduanis subiecti et districti ; l’acte se présente comme la confirmation d’une dédition ancienne et, par voie de conséquence, il est prévu quod homines habitantes in Coneglano et ceteris castris et locis de Cenetensi debeant facere iter. cavalcatam et dadhiam communi Padue et Paduanis. Chaque représentant des communes auto-soumises prête ensuite serment : Item quod adiuvabo et salvabo homines Padue et Paduani districtus. La chose est faite à Padoue in communi concione, c’està-dire avec toute la solennité possible. Le même jour, la commune de Padoue s’engage à son tour à protéger ses nouveaux sujets (Verci, Storia degli Ecelini, t. 3, p. 67, 69-78 ; repris dans C D P, 2/2, nos 1370-1371, en larges extraits). Tout cela reflète fort clairement une situation d’urgence pour les voisins de Trévise, auxquels ne reste plus d’autre choix que celui du maître le moins puissant. Sur les da Camino, leurs intérêts et leur rôle dans le Trévisan, on pourra encore consulter le début de la bonne histoire événementielle de G. B. Picotti, I Caminesi e la loro signoria in Treviso dal 1283 al 1312, Rome, 1975 (réimpression anastatique, avec mise à jour, de l’édition de 1905), p. 1-66 ; de même sur leurs relations avec les da Romano.

81 En 1188 ils prennent Montegalda ; du coup les Vicentins dérivent le cours du Bacchiglione : les Padouans les battent et ramènent la rivière à son cours normal, mais une troupe laissée en garde se fait assaillir par surprise et beaucoup sont faits prisonniers ; en 1198 ce sont les Padouans qui capturent en nombre leurs adversaires et s’emparent de leur « carroccio » de surcroît ; en 1202 Vicence coalise autour d’elle Vérone, Mantoue, Ferrare, Trente et, bien sûr, Trévise avec Feltre et Belluno désormais assujetties. Les troupes arrivent jusqu’à Vigodarzere : Padoue libère les prisonniers de 1198 (cf. G. Cracco, Da comune di famiglie..., p. 85-86 ; des précisions sur les faits dans A. Gloria, Monumenti..., p. 15-18).

82 A l’automne 1215, les troupes trévisanes arriveront trop tard pour empêcher la déconfiture padouane près de la « Torre delle Bebbe », la fortification vénitienne gardant l’embouchure de l’Adige (R. Predelli, Documenti..., p. 425-426).

83 A. Gloria, Monumenti..., p. 22-24.

84 D. Rando, Dall’età del particolarismo..., p. 87 ; A. Gloria, Monumenti..., p. 24.

85 A S P, Dipl., no 1253 ; C D P, 2/1, no 158. Cf. supra, p. 611.

86 C D P, 2/2, no 1541 ; no 1371 ; Verci, C D Ecel., no 90.

87 C D P, Ibid., no 1371 ; Verci, Storia della Marca..., 1, no 80.

88 C D P, 2/1, no 440 ; 2/2, no 1414 ; cf. supra note 86. Ajoutons à cela que Matteo dei Lemizzi est l’un des consuls qui, le 15 juillet 1182, déclarent que les da Camino devront jurer fidélité aux rectores de Conegliano (ibid., no 1453).

89 No 1371 ; Verci, Storia della Marca..., 1, no 63. Saza, lui aussi, est l’un des consuls en juillet 1182 (cf. note précédente).

90 C D P, 2/2, no 1414 ; le même juge Manfredo avait été consul en 1166 (cf. supra, p. 371) ; H. Br., Hist. Dipl. t. IV, 1, p. 348.

91 C D P, 2/1, no 440 ; 2/2, no 1371 ; H. Br, ibid., t. V, 1, p. 84.

92 Sur l’appartenance des dell’Arena au camp gibelin, cf. infra, p. 749.

93 C D P, 2/2, no 1371 ; en 1182 le même Giacomino est consul : cf. no 1453 ; Predelli, Documenti..., doc. 1 ; Verci, Storia della Marca..., no 63.

94 C D P, 2/2, nos 1370 et 1371 ; Verci, C D Ecel., no 108. Gerardino est également consul en 1182 (cf. note précédente).

95 C D P, 2/2, nos 1370, 1414, 1483 ; Predelli, ibid. note 9 ; Verci, Storia della Marca..., 1, no 70 ; A C P, Diverse, no 112. Sur Fra Giovanni et Paquara, cf. infra, p. 716.

96 C D P, Ibid., no 1414 (Guitaclino di Corrado) ; Predelli, Documenti..., doc. 1 (Taurello dei Tanselgardi, procurator communis Padue).

97 Pour une approche d’ensemble de l’action du personnage on consultera désormais l’article de L. Gaffuri, Forzatè (Giordano), dans le D B I, t. 49.

98 A. Rigon, Vescovi e ordini religiosi a Padova nel primo Duecento, dans Storia e cultura..., p. 135.

99 André Vauchez, Une campagne de pacification en Lombardie autour de 1233. L’action politique des ordres mendiants d’après la réforme des statuts communaux et les accords de paix, dans « Mélanges d’Archéologie et d’Histoire publiés par l’Ecole française de Rome », 78, 1966, p. 514 ; A. Rigon, Ibid. : Paduani regebantur in totum.

100 Cf. supra, p. 713.

101 A. Rigon, Vescovi e ordini..., p. 140-141.

102 Sur l’aspect religieux de son œuvre on pourra consulter l’article de A. Ri-gon, Ricerche sull’« Ordo Sancti Benedicti de Padua » nel xiii secolo, dans la « Rivista di storia della Chiesa in Italia », 29, 1975, p. 511-535.

103 Sur le mouvement de l’Alleluia, dans lequel s’inscrit la tentative de Giovanni, on consultera l’article de A. Vauchez, Une campagne de pacification..., p. 503-549 (sur l’antagonisme entre Giovanni et Giordano, cf. plus particulièrement les p. 514-515 et 543-544). L’acte par lequel les gens de Conegliano acquièrent la citoyenneté padouane est publié dans Verci, Storia della Marca..., t. 1, no 63.
Sante Bortolami rappelait récemment, dans son article « Honor Civitatis » (p. 178, note 48), un article oublié de Biscaro dont l’apport oblige à introduire une nuance dans le récit tel que le fait André Vauchez. On y apprend que, le 5 septembre, Fra Giovanni avait été cité à se présenter en justice à Vicence, sur la place du Dôme, par le procurateur des gens de Conegliano et les da Camino ; Arnaldo da Limena, abbé de Santa Giustina, et Giordano Forzatè, entre autres, figurent parmi les témoins de cette décision. Par contre, selon Biscaro, l’acte par lequel le Dominicain serait partiellement revenu sur ses décisions anti-pa-douanes est un faux fabriqué par l’évêque de Ceneda (A. Biscaro, I falsi documenti del vescovo di Ceneda Francesco Ramponi (1320-1348), dans « Bullettino dell’Istituto storico italiano per il Medioevo e Archivio Muratoriano », 43, 1925, p. 154-160 sur cette question précise).

104 A. Rigon, Ricerche sull’« Ordo »..., p. 523.

105 Cf. supra, p. 715.

106 C’est certainement à Padoue plus qu’à une autre ville qu’on peut appliquer cette remarque de Castagnetti, selon lequel ce qui distingue les communes est « la capacità di operare con piani a lunga scadenza, per l’interesse della città e del territorio, indipendentemente dalle contingenze legate alle singole persone » (I da Romano..., dans N S Ezz., t. 1, p. 24-25).

107 L’évêque n’est plus, dans ce contexte, qu’un participant parmi d’autres à la politique générale.

108 D. Rando, I da Romano e Treviso, dans N S Ezz., t. 1, p. 363.

109 R. Ciola éd., Il « De Generatione »..., p. 157 et 173 ; cf., sur ce sujet, G. Rippe, La logica..., p. 262.

110 Cf. aussi le « De Viris illustribus familiae Transelgardorum, Forzatè et Capite Liste », M. Blason-Berton et M. Salmi éd., Rome, 1972, p. 39.

111 R. Ciola éd., Ibid., p. 173 : neque propter eos populus Paduanus currebat ad arma, neque ipsam civitatem in furore deducebant.

112 Sur l’attitude des notables citadins dans cette affaire, cf. G. Rippe, La logica..., p. 261-262.

113 Cf. infra, p. 721.

114 Cf. supra, p. 595-596.

115 En 1233 Fra Giovanni, pacifiste autoritaire, « avait entre autres prescrit » quod dominus Ecelinus de Romano esset civis Paduanus et reciperetur in citadantiam Paduanam (S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 177-178).

116 Consuls, podestats, chefs des milices citadines dans les guerres de la commune... : pour ce qui est de cette période d’ascension je renvoie le lecteur à la mise au point événementielle de M. Rapisarda, La signoria di Ezzelino da Romano, Udine, 1965, p. 1-30, et aux remarques de A. Castagnetti et D. Rando dans leurs articles des Nuovi Studi, t. 1, I Da Romano e la loro ascesa..., p. 15-59 pour le premier, et I da Romano e Treviso, p. 359-364 (soit le début de l’article) pour la seconde.

117 Sur les relations des da Romano avec ces deux villes avant 1237 et après, on consultera : G. M. Varanini, Il comune di Verona, la società cittadina ed Ezzelino da Romano, dans les N S Ezz., t. 1, p. 115-160 (p. 115-123 pour la période antérieure à 1239) ; G. Cracco, Da comune di famiglie..., p. 73-109 (p. 73-100 pour la période antérieure à la prise de la ville par Frédéric II en 1236) ; Antonio Morsoletto, Aspetti e momenti del regime ezzeliniano a Vicenza, dans N S Ezz..., t. 1, p. 267-322 (sur la seule période 1236-1259).

118 Sur les relations entre les da Romano et Padoue, il suffit désormais de renvoyer le lecteur à la mise au point de S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 161-239 (plus précisément p. 164-179, pour la période qui précède la prise du pouvoir en ville) ; là encore on complètera l’encadrement événementiel avec l’ouvrage déjà cité de M. Rapisarda.

119 S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 165.

120 Ainsi les da Marostica, ou les moins prestigieux de Pedaola (sur ces derniers cf. S. Bortolami, Famiglia e parentele..., p. 140-157).

121 C’est par un document de la fin du Duecento qu’on apprend que l’évêque de Padoue avait cédé un fief d’une belle consistance, sis dans les Préalpes, aux ancêtres des da Romano ; il passe alors aux Forzatè (S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 170).

122 Au xie siècle, les premiers membres connus du lignage se disent encore tout autant « da Onara » que « da Romano » (cf. G. Fasoli, Signoria feudale ed autonomie locali..., p. 10).

123 Depuis 1226, c’est-à-dire dès sa formation, Padoue est membre de la seconde ligue lombarde ; cf. L. Simeoni, Note sulla formazione della seconda lega lombarda, dans Studi su Verona, t. 4, p. 316. Quant à l’histoire de cette seconde ligue, G. Fasoli remarquait justement qu’un ouvrage d’ensemble manque encore, tout comme manque une monographie sur les rapports entre Frédéric II et les villes de la plaine du Pô (G. Fasoli, Federico II e le città padane, dans Politica e cultura nell’Italia di Federico II, Centro di studi sulla civiltà del tardo Medioevo, San Miniato, Collana di studi e ricerche, 1, Pise, 1986, p. 54-55).

124 Cf. S. Bortolami, « Honor Civitatis »..., p. 175, note 40. Cela dit, en 1204, on a vu la commune dirigée par Alberto da Baone, client des Este, et Dalesmanino, ami de la faction adverse, à un moment où l’évêque joue avec succès un rôle d’arbitre entre les deux aux frontières du Trévisan (Ibid.).

125 Alors que les troupes impériales avancent vers Padoue, 16 commissaires sont nommés, avec la charge d’assurer la défense. Il apparaît vite qu’ils préfèrent traiter avec Ezzelino. Or une liste (il est vrai sujette à caution car elle ne se trouve que dans le relativement tardif Liber regiminum) de ces 16 aristocrates contient les noms de personnages comme Enrico Forzatè, Traverso di Saza (degli Ongarelli), Bonifacio Sintilla, Ugo da Vò (dei Gnanfi) et Giacomo da Carrara, tous au plus haut degré représentatifs de la politique jusque là la plus constante de la commune (Liber regiminum, p. 311-312). Le découragement était bel et bien à peu près général. Resterait, cela dit, à savoir dans quelle mesure la brouille entre Iacopo da Sant’Andrea et les da Camposampiero n’avait pas troublé la belle union d’antan...

126 L’ensemble du bref récit qui précède doit à peu près tout à l’article de Bortolami des Nuovi Studi et à l’ouvrage de Rapisarda.

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540