Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Padoue et son contado (Xe-XIIIe siècle)

 | 
Gérard Rippe

Deuxième partie. L’évolution du monde rural avant la crise du XIIIe siècle

Chapitre 2. L’essor : défrichements et maîtrise de l’eau

Texte intégral

  • 1 Signalons au moins une tentative, d’ampleur volontairement limitée. Dans le cadre du territoire d’ (...)

1Est-il possible de mesurer le chemin parcouru entre la situation du haut Moyen Âge et la fin du xiiie siècle ? N’envisageons pas de fournir des données chiffrées (le pourcentage des terres neuves par rapport aux anciennes, par exemple), même approximatives1.

  • 2 V. Fumagalli, L’evoluzione dell’economia agraria..., p. 466.
  • 3 Id., Il paesaggio delle campagne..., p. 28-29.

2Quand faire commencer le mouvement, en effet ? Précédant les castra et les villages à habitat concentré il y a les villae lombardes, puis carolingiennes, dues à un premier mouvement de récupération des terres après l’étiage des vie-viie siècles. C’est dès l’année 772 que l’on voit des défricheurs entamer la forêt de Migliarina, près de Car-pi, dans la plaine de Modène2 ; or, à la lumière de cet exemple bien connu on s’aperçoit que le xe siècle, en Italie du nord, pouvait déjà faire figure, non de point de départ mais, tout au contraire, de point d’arrivée : il est dit, en effet, au viiie siècle, de cette forêt, qu’elle peut engraisser 4 000 porcs ; au xe le chiffre est réduit à la moitié, 2 000 porcs3.

  • 4 A. Castagnetti, La pianura veronese..., p. 45-47. On trouvera plus loin (p. 510-511) un possible i (...)

3Dans le Veneto, et plus précisément dans le cadre de la basse-plaine au sud de Vérone, A. Castagnetti a pu caractériser cette première expansion de l’habitat : elle s’est faite avant tout le long des fleuves ; les hommes se sont fixés sur les bourrelets alluviaux – dossi, insule, tombe, toutes bandes de terre surélevées de quelques mètres. Et une carte des villages du xe siècle dans cette basse-plaine a pu être dressée, qui fait bien apparaître ce rôle des voies d’eau comme axes privilégiés de la colonisation, de préférence à des routes souvent impraticables une partie de l’année4. Dans un premier temps, par conséquent, c’est l’espace immédiatement habitable qui est occupé ou récupéré, après les désastres de la basse-Antiquité et des premiers temps lombards.

4Sans doute de telles remarques pourraient-elles être valables également pour le Padouan. Sans doute, mais c’est indémontrable : ce ne sont pas ses quelques dizaines de documents du xe siècle que l’on peut opposer au contenu des 2 volumes du Codice Diplomatico Veronese de Fainelli.

5C’est donc au xie siècle, dans la plupart des cas, voire au xiie, que font leur apparition quelques villages (peu nombreux en fin de compte) aux noms révélateurs, issus de défrichements en général indatables :

  • ceux qui sont nés de l’attaque de bandes forestières : Roncaiette, l’un des plus précoces (918)5, Roncaglia et Roncone (1027)6, puis Ronchi di Casale, né de la mise en valeur des incultes, ou d’une partie des incultes, du terroir de Casale, probablement plus tardif que les précédents7. Quatre villages dont le nom dérive, rappelons-le, du verbe runcare qui, au Moyen Âge, signifie « mettre en culture par abattage (du bois) »8 ;
  • ceux qui évoquent des pratiques d’écobuage dont – dois-je le rappeler ? – seule ou presque la toponymie garde le souvenir dans le Padouan : Arsego, qui n’apparaît qu’en 1130, mais dans un secteur géographique peu documenté, et Terrassa, dont le nom est une contraction de terra arsa (terre brulée), habitat qui ne s’est détaché qu’assez tard du territoire de Conselve (première occurrence du nom en 1104) et dont l’église, San Tommaso, n’est pas connue avant 1297, et dépend alors de la « pieve » de Conselve9. Bref rien ne plaide pour l’ancienneté de ces lieux, en dépit de l’archaïsme des pratiques de défrichement qu’ils suggèrent ;
  • ceux qui sont nés de l’assèchement de marécages ou ont construit leur terroir sur des terres longtemps amphibies : Gambarare, dont le nom évoque les crustacés (gambari) qu’on pêchait près de la lagune, dans le delta de Sant’Ilario, où l’on voit installé un portus en 1084, mais qui ne survivra pas aux effets catastrophiques du détournement du Brenta de 114210 ; Brusegana, près de Padoue, sur le Bacchiglione (de « brusa » – brûle, en dialecte – et « gana » – roseau, en dialecte), qui est encore désigné en 1026 comme un village neuf11 ; Paluello, à l’est, entre Strà et Dolo, connu à partir de 1117, vient de palus (le marais)12 ; Lozzo, au pied du « monte » de ce nom, avant-poste des Euganées vers l’ouest, dérive de « luteu », qui signifie « boueux », et il est de fait que cet habitat tardivement connu (sinon apparu)13 est situé au bord d’une longue étendue déprimée et initialement marécageuse. Il convient, au demeurant, d’être très prudent quant à l’interprétation de tels toponymes : le nom de Cona désignerait un espace lacustre clos, entre digue et marais ; à quand faire remonter cet habitat que l’on voit apparaître dès 90614 ? Il est situé au long d’un ancien bras de l’Adige et pourrait témoigner d’un premier mouvement de récupération des terres après les désastres de 589. Dans d’autres cas le toponyme peut s’avérer non révélateur, voire trompeur15.

6Qu’en est-il, à tout prendre, des fondations nouvelles attestées aux xie-xiie siècles ? On en a signalé parmi les toponymes d’habitat révélateurs. La documentation n’en fait pas connaître beaucoup d’autres. Mentionnons :

  • Boion, en Saccisica (du terme dialectal « bogio », qui signifie « source »), l’un des exemples les moins entachés d’imprécision : au départ une forêt, la silva Bolbone ; dès 1079 un certain Giso se dit de silba Bolbone ; c’est en 1108 que l’endroit est qualifié de villa ; il faut attendre 1181 pour que commence, de façon hésitante, à se raréfier la mention de la forêt au profit de la seule appellation de Bullone16 ;
  • Villanova, habitat castral, est vendu par la famille comtale de Padoue aux da Crespignaga en 117317 : s’agit-il d’une fondation des xie-xiie siècles ? On est au nord, dans une zone sous-documentée. L’hypothèse, certes plausible, reste invérifiable ;
  • Terranova, au sud-est (près de Pontelongo), a des débuts mieux connus : au commencement du xiiie siècle (la première occurrence est de 1214) il s’agit d’un noyau d’habitat récent puisque c’est seulement en 1217 qu’est commencée la construction de son église, San Gimignano18.
  • 19 P. Toubert, Il sistema curtense..., p. 18-19.

7Peu nombreuses sont en fin de compte les fondations nouvelles engendrées par la dynamique des défrichements des xie-xiiie siècles. De surcroît il est impossible de séparer clairement (cf. l’exemple de Villanova) cette dynamique, dont les créations d’habitats ne constituent que l’expression la plus élaborée, de la redistribution qui s’exprime en même temps à travers le lent « incastellamento » du contado padouan. Celui-ci n’y est pas une condition fondamentale de l’expansion démographique, encore moins de celle des cultures ; l’une et l’autre, j’y ai déjà insisté, ont sans doute deux siècles derrière elles quand apparaissent les premiers castra, et l’on peut rappeler au souvenir du lecteur les curtes pionnières des temps carolingiens étudiées par P. Toubert19. Mais, si les deux phénomènes sont contemporains, c’est aussi que l’édification du réseau castral a un rôle fondamental à jouer à un moment où l’expansion reprend à une vitesse accélérée. Il n’est pas un cadre rigide où tous sont insérés, mais il détermine une hiérarchie : c’est-à-dire qu’un certain nombre de centres d’habitat se voit confirmé ou, plus rarement, consacré pour la première fois, dans un rôle de chef-lieu, de centre de décision ; ce sont autant de pôles d’attraction qui fixent les directions préférentielles de l’essor démographique et des défrichements.

  • 20 Cf. supra, p. 280-281 et 287.

8Mais cet essor demeure autonome : je rappellerai ici, pour ne retenir qu’un exemple, les deux mouvements inverses par lesquels des villages ouverts, subordonnés à un castrum éventuellement un peu lointain, se transforment en simples écarts, bien peuplés cependant, de bourgs voisins tandis que d’autres au contraire se dédoublent ; ainsi, à Sacco, Corte Folverto devient une dépendance d’Arzere tandis que, à Campolongo « maggiore » vient s’ajouter Campolongo « di Liettoli »20.

  • 21 C D P, 1, no 143.
  • 22 C D P, 2/2, no 881 ; 2/1, no 352, 234, 518 et 434. Au total, 13 lieux-dits de ce type sur un ensem (...)

9Plus significatives, donc, que les mentions de villages neufs, sont celles, innombrables, des lieux-dits peuplés ou tout simplement cultivés. Il me semble peu utile de multiplier les exemples. Il suffit de feuilleter la documentation publiée par A. Gloria pour voir se multiplier les toponymes de discordance : un peu au xie siècle, mais bien davantage au xiie, les champs et les vignobles s’installent là où régnaient la végétation forestière et le marais (assez souvent l’un et l’autre associés, on s’en souvient). En voici un échantillonnage sur le terroir de Piove di Sacco : un seul exemple au xie siècle : des terres arables et des vignes au lieu-dit Talpedo, de « talpa », la « souche » ; le défrichement est implicite21. Puis, au xiie siècle, une vigne à Albaredo (du dérivé de arbor, albulus), des terres arables à Campagna di Spino (de spinus, « arbuste épineux »), à Gazo (de gadium, « bois en défens »), à Marecla et Mareseda (de marra, « terrain marécageux »), etc.22.

  • 23 Cf., parmi de nombreux exemples, C D P, 2/1, no 240, a. 1132 : le monastère de Santo Stefano de Pa (...)
  • 24 Sur 29 lieux-dits dénommés Ronco ou d’un terme dérivé (Aroncadizza, Roncaglia, Roncoleulo, etc.) q (...)

10Deux termes désignent ces terres nouvelles : roncatio, dont le sens est déjà connu du lecteur, et surtout amplum, auquel le Glossaire de Gloria (dans C D P, 2/1) donne la définition de « terrain inculte depuis peu réduit à la culture ». Ce sont ces ampla qui font l’objet des multiples procès entre seigneurs ecclésiastiques et laïques sur les dîmes « novales », ou de listes d’attribution par l’évêque à tel ou tel établissement religieux, voire à un laïc23. Inutile d’en esquisser un tableau géographique, il ne ferait que refléter la répartition générale dans la documentation, en en exagérant encore le déséquilibre, tout particulièrement en faveur de Sacco et de Monselice ; seule la série documentaire qui concerne la forêt de Busiago, le long du Brenta, donne un témoignage consistant sur le phénomène dans la région nord24. Une liste des ampla dans la campanea de Padoue, qui a fait l’objet d’un commentaire accompagné d’une carte par S. Bortolami (qui a localisé la plupart des sites dont l’emplacement demeurait douteux), suggère quelques réflexions sur son ampleur.

  • 25 C D P, 2/2, no 1031 ; cf. S. Bortolami, Pieve e « territorium »..., p. 55-56, et carte p. 93.

11En 1171 l’évêque Gerardo confirme donc aux chanoines les dîmes de la ville et des villages des fines urbaines ; le document se termine sur 23 noms de « réserves d’incultes encore existantes » autour de la ville dans lesquelles les dîmes des ampla leur sont également confirmées ; seuls 3, parmi cet ensemble, n’ont pu être identifiés25. C’est sur tout le pourtour de Padoue, à une distance d’elle variant de 4 à 7 kilomètres, avec des pointes jusqu’à 10, que l’on trouve ces superficies récemment défrichées, à une nuance près me semble-t-il, et qui est particulièrement révélatrice puisqu’il s’agit, à la distance moyenne de la ville sus-indiquée, des lieux-dits situés au long du Bacchiglione, au sud-est, tels qu’Onedo et Roncaiola, précisément au niveau des villages de défrichement les plus anciens, Roncaglia et San Nicolò di Roncaglia. Bref, il semble bien, à examiner la carte, dressée par Bortolami, du territoire de la « pieve » urbaine et de ses secteurs de perception des dîmes, que l’on peut avancer l’hypothèse (qui n’aurait au demeurant rien d’étonnant) que, dans un premier temps (au plus tard dans les années 900-950) l’expansion agraire s’est, sinon limitée, du moins manifestée avant tout le long du Bacchiglione vers le sud, puis a littéralement éclaté dans toutes les directions autour de la ville à partir, au plus tard, de la fin du xie siècle, en s’attaquant en masse aux surfaces boisées.

  • 26 C’est en 1117, à ma connaissance, qu’on a une première mention – fugitive – d’ampla à grande échel (...)

12Une ultime constatation, d’ordre chronologique : il faut donc attendre les années 1110-1120 pour que le phénomène soit une évidence aux yeux des contemporains, et c’est à partir des années 1130 seulement (cf. la note 23) que démarrent les procès et que les établissements religieux se soucient de récupérer, ou de se voir confirmées, les dîmes de ces terres nouvelles, qui forment désormais des ensembles bien repérables. Prise de conscience tardive qui coïncide avec le moment où les maîtres du sol apprécient les premiers résultats tangibles de leurs propres initiatives de mise en valeur des incultes26, ce qui ne signifie pas, loin de là, que ces initiatives venues d’en haut aient été elles-mêmes tardives ; j’y reviendrai. Cependant un lent et patient travail des producteurs eux-mêmes, entamé depuis des siècles, et sans doute simplement intensifié depuis les années 900, avait précédé leur entrée en lice.

***

13Il s’était déroulé, là comme partout, selon deux processus parallèles : d’une part une myriade de menues initiatives individuelles, marginales et secrètes ou, au contraire, ambitieuses et encouragées ; d’autre part, mieux connues mais plus tard venues (il y fallait la cohésion du village bien constitué, et donc elles sont peu susceptibles d’avoir vraiment démarré avant les xe-xie siècles), des actions collectives de communautés rurales alleutières.

  • 27 R. Fossier, Enfance de l’Europe, t. 1, p. 183. Cf. aussi ce que le même historien écrit dans son o (...)

14La part de « l’initiative paysanne » à caractère plus ou moins marginal, et dont « tout nous échappe » sinon des traces très fugitives, est considérée comme « prédominante » par un historien de la paysannerie médiévale comme Robert Fossier : « clandestine peut-être quand il s’agit de rogner sur le bois seigneurial, de gagner un sillon en poussant un peu plus l’attelage..., mais aperte aussi lorsqu’un alleutier acquiert un bien ou défriche son bois »27.

  • 28 C D P, 1, no 104, a. 1019 : à Arzere di Sacco une petia de terra aratoria quod est herbis et busca (...)

15A la fin du xe siècle et au début du xie, quelques décennies après les dernières incursions hongroises et les dernières convulsions politiques précédant la mainmise ottonienne, il s’agit tout d’abord de récupérer à la culture des parcelles momentanément abandonnées : telle pièce de terre arable, encore en 1019, est laissée aux herbes et aux broussailles, telle autre, désignée comme inculte, a pourtant des dimensions régulières (12 perticae sur 22) et est bordée de chemins sur trois côtés, signe qu’elle avait été auparavant exploitée28.

  • 29 Cf., par exemple, C D P, 1, no 72, a. 988 : deux peciae... de terra aratoria et in parte silva, à (...)

16Mais ces indices-là sont rares et d’interprétation en fin de compte toujours hasardée. Ce qui semble caractériser les défrichements du xie siècle, c’est plutôt l’attaque sur les marges des bois et des incultes : les mentions, relativement fréquentes, de parcelles « arables et en partie boisées », voisinant avec des incultes communaux, suggèrent un grignotage têtu, aux franges du terroir cultivé29.

  • 30 C D P, 2/2, no 1 :... pecias duas de terra aratoria... sicut cernitur prima pecia a cesa et fossat (...)

17La technique de mise en valeur est aussi, d’emblée, une technique d’appropriation, et l’on découvre ici une caractéristique fondamentale du monde rural de la plaine padane, l’individualisme. Un document riche d’enseignements, daté du 25 mars 1101, témoigne à la fois de la façon dont la forêt est mangée à petits coups par les ruraux et de celle dont chacun s’isole immédiatement. A Legnaro deux terre aratorie sont voisines l’une de l’autre : sur l’autre côté de la longueur de la première, un chemin, et derrière lui un bois (nemus) ; sur un petit côté de la seconde, la forêt (silva) ; entre les deux parcelles, au bord d’un chemin, est resté, témoin isolé, un chêne ; l’une comme l’autre est entourée d’un fossé (fossa) surmonté d’une haie : on peut supposer qu’il s’agit aussi, en ce cas, de protéger les cultures des incursions de bêtes sauvages ; quant à l’eau des fossae elle est liée à un marécage proche30. On a là un cas de figure qui confine à l’idéal !

  • 31 Cf. V. V. Samarkin, L’evoluzione degli ordinamenti fondiari..., p. 3. Il insiste justement sur le (...)

18Arrêtons-nous un instant sur la haie (cesa) : autant on verra, à partir de la fin du xiie siècle et, de plus en plus, au xiiie, la campagne padouane se hérisser de haies – qui apparaissent au demeurant sous d’autres noms – autant cette mention est à ce moment-là tout à fait exceptionnelle. Il me semble que cela s’explique par les circonstances : ces barrières, sans doute saisonnières, sont destinées de toute façon à disparaître avec l’extension des cultures et le progressif éloignement de la forêt, et donc des animaux errants susceptibles de menacer la récolte. Bref : il peut s’agir de protections momentanées de parcelles dont la situation est excentrée dans les premiers temps de leur existence31.

  • 32 La parcelle en partie boisée décrite dans C D P, 2/1, no 270 (cf. note 29) est, elle aussi, entièr (...)

19De façon générale, par contre, si toutes les parcelles, même en plaine, ne sont pas bordées (et encore moins entourées) d’une fossa, celle-ci est présente, et fréquente, dès les premières descriptions dont on dispose32. Alors que l’attaque directe des marécages, qui nécessite une action de la collectivité, ne s’amorcera que durant la première moitié du xiie siècle, les modestes travaux individuels de drainage sont bien antérieurs à la concentration des habitats et à « l’incastellamento » : j’y reviendrai plus loin car le thème de la domestication de l’eau mérite un examen spécifique. Je me contenterai pour l’instant de signaler que l’isolement des lopins est l’une des expressions de l’individualisme des ruraux padouans.

  • 33 Cf., entre autres, C D P, 2/1, no 63, a. 1114 : à Cortelà et Boccone, dans les Euganées, mansos du (...)
  • 34 Un premier exemple, en milieu silvestre, en 1199 (E. Malipiero-Ucropina éd., Ss. Secondo..., no 67 (...)

20L’agrandissement des manses aux marges du terroir et aux dépens d’incultes que l’on grignote est donc une constante, du xe siècle (et sans doute avant) jusque vers le milieu du xiiie, voire au-delà. Les exemples ne manquent pas, un peu partout, du moins dans la mesure où la documentation est suffisante33. Puis, après les années 1180, se diffuse le manse entièrement installé dans un espace de défrichement, dans des ronchi34. L’action des individus se combine désormais avec celle d’une collectivité, ou implique au moins l’aval du groupe villageois – des consortes – sinon celle du seigneur du lieu.

21Le rôle des communautés rurales est double :

  • une première tâche, qui conditionne tout le reste, du moins en plaine, est de constamment aménager et/ou entretenir les réseaux de fossés et de canaux de drainage ; quant aux rivières – Brenta, Bacchiglione, Adige, pour ne parler que des plus notables – s’il semble qu’elles soient stabilisées depuis le xe siècle35, les inondations périodiques font partie des risques chroniques de la vie rurale et le constant travail d’endiguement demeurera longtemps presque dérisoire ;
  • dans le même temps c’est le groupe villageois36 ou une partie de ses composantes, des voisins organisés en une association de consortes, qui conduit le défrichement des incultes.
  • 37 C D P, 2/1, nos 197 et 199 : sur 5 peciae aratorie, 3 sont situées in circuitu nostri consortes.
  • 38 A titre d’échantillonnage j’ai fait le compte des documents du xie siècle où apparaissent des cons (...)

22Lorsque des ruraux se mettent à exploiter un bois qu’ils possèdent en commun ils ne procèdent pas immédiatement à l’isolement des nouvelles parcelles : la via consortium, desservant l’entrée de chacune d’entre elles, sera tracée plus tard. Ces travailleurs qui tous se connaissent continuent à traverser l’ancien espace commun pour gagner leur part : c’est ainsi que, en 1130, à Rivale, une petite série de terres arables se trouve délimitée dans deux actes notariés sans autre précision que : « tout autour, nos consortes »37. Mais un exemple isolé n’est rien : il suffit de compulser la documentation publiée pour les xie et xiie siècles pour faire la constatation que, dans une grande majorité de cas, là où des consortes sont voisins d’une parcelle, la mention de la via manque (ou bien il s’agit d’une via publica, antérieure par nature au défrichement) ce qui singularise les terres nouvelles par rapport aux autres, plus fréquemment bordées d’un chemin d’accès38. La fossa est donc le seul élément susceptible de marquer clairement les limites ; mais on a vu que sa présence n’a rien d’automatique (il est vrai que les choses sont compliquées du fait que le notaire a une certaine liberté pour ce qui est de l’indication des confronts : c’est ainsi que l’expéditif « tout autour, nos consortes » ne signifie pas que, dans ce cas précis, des fosses d’écoulement n’aient pas déjà été creusées).

  • 39 Cf. supra, p. 396.

23Les mentions de viae consortium se font nombreuses lorsque, les mêmes causes produisant les mêmes effets, entre les consortes d’antan est advenu quelque chose d’assez semblable à la fin des frérèches telles qu’on les a vu fonctionner aussi longtemps que faire se pouvait entre héritiers39. L’évolution rapide des fortunes, et l’entrée dans le circuit des achats-ventes qu’implique pour une parcelle le défrichement, font vite éclater la solidarité du groupe, tout simplement parce que son maintien supposerait, sinon une immobilité, du moins une grande stabilité. C’est la fluidité qui caractérise au contraire la possession foncière. Dès lors il faut aménager les accès.

  • 40 A S V, S. Zaccaria, B. 17, 21 mai 1206.

24N’y a-t-il pas pourtant, demandera-t-on, des chemins tracés précisément en vue de défrichements systématiques, au moins à partir du xiie siècle ? Sans doute, mais la documentation ignore leur spécificité et il est extrêmement rare d’en rencontrer : voici cependant, en 1206, une via de runkis à Roncaiette, confront de deux parcelles de terre arable40. Le lieu et la date impliquent cependant une remarque : c’est à une intervention systématique, et relativement tardive, de la commune de Padoue que les incultes de Roncaiette doivent pour l’essentiel leur mise en valeur. On est donc ici dans un autre cas de figure : les moyens diffèrent, tout comme l’origine.

  • 41 Etant entendu que, dans le même temps, l’alleutier peut exploiter un surcroît plus ou moins élevé (...)

25Sur des terres où les rivières les plus divagantes sont peu à peu parvenues à fixer leur cours, et où désormais les ruraux se regroupent en communautés villageoises, les espaces forestiers, jusque là exploités en commun, sont, désormais, mieux délimités entre ces communautés qui se constituent chacune leur terroir, et que dominent les alleutiers, consortes regroupés, selon des modalités et en fonction de critères qu’on ignore, en vue d’opérations de défrichement de secteurs définis où ils continuent à maintenir, dans une première étape, plus ou moins longue, les bois en indivis, sans doute à l’exclusion des autres habitants du village, simples tenanciers de seigneurs ou nouveaux venus41.

26Le cadre étant désormais mieux fixé, les associés commencent donc à défricher, en accord les uns avec les autres : et c’est alors que l’on voit se diffuser, aux marges de l’ancien terroir, ces ensembles de parcelles délimitées seulement par des fossae – quand elles le sont – et où demeurent des relations égalitaires de voisinage entre des exploitants qui sont encore consortes sur le morceau de forêt qui continue d’entourer, sur 2 ou 3 côtés, les ampla.

27C’est là une première phase. On a vu que les dirigeants des communautés rurales, alors que l’échantillonnage des fortunes se diversifie, en arriveront vite à introduire le ver dans le fruit – le noble ou le citadin, ou l’enrichi quel qu’il soit – en aliénant peu à peu ce qui demeure des incultes. Alors, ce qui avait été source de mieux-être pour beaucoup, quand il n’était pas question d’empêcher les bestiaux d’aller trouver leur nourriture sur des espaces demeurés suffisants de communaux non encore appropriés, va au contraire accélérer l’appauvrissement des plus faibles au profit des élites sociales locales et, surtout – et de plus en plus – urbaines.

28Les ampla nés de l’action volontaire des seigneurs, tant laïcs qu’ecclésiastiques, et dont on a vu que la consistance s’impose à la conscience à partir des années 1110-1120, ont-ils des caractéristiques originales (mis à part le fait qu’il s’agit ici de tenures de dépendants) ? Il faut distinguer entre les simples encouragements ou accords à l’élargissement des clairières, et des entreprises plus spectaculaires de leur part : ils sont les seuls à pouvoir se permettre, avant qu’intervienne la commune, les initiatives à grande échelle.

  • 42 Cf supra, p. 511, note 26.
  • 43 « Pecia de terra... in loco ubi dicitur Pratum domnicale.... » ; « olim fuit pratum domnicale » (C (...)

29Repartons des exemples (développés à propos des ampla) de défrichements organisés dans leurs domaines fonciers par le monastère de Praglia et les chanoines de Padoue dès le début du xiie siècle, à ce qu’il semble42. Il s’agit, là d’une forêt, ailleurs de marais et de leurs abords : ainsi, à Camino, en 1163, sur un domaine des chanoines, est cultivée une pièce de terre en un lieu-dit Pratum domnicale dont il est explicitement précisé qu’en effet « c’était autrefois un pré seigneurial »43.

  • 44 Une autre association de consortes nobles, dès les premières décennies du xiie siècle, mène une en (...)
  • 45 S. Bortolami, Pieve e « territorium »..., p. 64-65.
  • 46 Ibid., doc. 3 (a. 1189), p. 80-83.
  • 47 De même le projet de défrichement de Praglia dans son braidum de Brusegana se résume à 28 campi, s (...)

30La conquête des espaces forestiers seigneuriaux, à lire ce qu’écrit S. Bortolami au sujet de celui de Busiago, vaste domaine épiscopal partagé par son maître avec un groupe de vassaux devenus consortes pour l’occasion, ne s’est pas effectuée différemment de celle des espaces communs des consortes ruraux. Tantôt des exploitants obtiennent individuellement une ou plusieurs parcelles à mettre en culture, tantôt ce sont les communautés des villages avoisinants. A aucun moment, une fois prise la décision de laisser venir les défricheurs, il n’y a eu de conception d’ensemble, et encore moins de direction unique44. Bref, il s’agit là aussi de la très forte accélération d’un processus ancestral de grignotage de la forêt depuis les bords. Grignotage qui d’ailleurs connaît des hauts et des bas, des temps d’arrêt, voire le retour au moins partiel de l’inculte45. C’est ainsi qu’après une trentaine d’années, sur environ 300 campi défrichés sur la part de forêt des da Limena, entre 100 et 150, selon les témoins, sont retournés à l’inculte46. On le voit, c’est en fin de compte un résultat bien médiocre puisque, sur 116 hectares environ, à peine plus de la moitié ont été définitivement gagnés47. L’aspect apparemment massif des résultats obtenus tient au grand nombre des propriétaires qui, à côté des da Limena, ont ouvert leurs bois aux défricheurs, et il ne faut sans doute pas en exagérer de toute façon l’ampleur.

***

  • 48 Dès les années 1140-1145 c’est tout un lacus dont la commune de Conselve était propriétaire qui a (...)

31Pas plus que le défrichement des forêts, l’assèchement des marécages n’est dû à la seule initiative des grands : les toponymes de discordance significatifs commencent à se presser un peu partout dans le contado durant les décennies 1200-1220. Les terres arables qui constellent désormais les lieux-dits palù sont dues à des initiatives de collectivités alleutières aussi bien que de grands seigneurs : c’est le cas à Cartura, Piove, Este, Pernumia, etc.48 Cependant les terres marécageuses des immenses réserves du marquis et de plusieurs familles châtelaines, tout particulièrement dans les espaces amphibies du sud, sont depuis longtemps – mais avec une ampleur nouvelle à la fin du xiie siècle et au long du xiiie – l’objet d’entreprises d’assèchement ambitieuses.

  • 49 A. Castagnetti, Circoscrizioni amministrative..., p. 317. L’auteur démontre que l’erreur de Torell (...)
  • 50 A. Castagnetti, La distribuzione geografica dei possessi di un grande proprietario veronese del se (...)

32Il faut en effet décidément opter pour une datation haute du mouvement de mise en culture des zones palustres dans le Padouan, comme ailleurs dans la basse-plaine du Pô. Les travaux d’A. Castagnetti ont montré que Torelli s’était trompé en faisant commencer la colonisation agraire des étendues marécageuses du Mantouan seulement à la fin du xiie siècle, et que des travaux de bonification lancés dès la première moitié du xie y avaient abouti à la création de centaines de tenures de taille régulière49. Quant au contado de Vérone, tout proche, c’est dès le ixe siècle qu’un grand propriétaire laïc, Engelberto di Erbè, fait s’implanter des colons dans une zone appelée quasi emblématiquement Palus mala50.

  • 51 Les mentions explicites n’atteignent pas la dizaine auparavant : par « mentions explicites » j’ent (...)
  • 52 C D P, 1, no 225.
  • 53 Au xiie siècle on verra le marquis Azzo III parler de runcos meos de Frata, mais désormais le temp (...)

33Certes l’avarice des sources padouanes ne laisse qu’entrevoir les choses avant les années 1180-119051 ; on sait du moins qu’en Scodosia le processus est engagé au plus tard dans le cours du xie siècle : en 1075, lorsque le marquis donne au monastère de la Vangadizza quatre paludes sis dans les terroirs de Vighizzolo, Ponso, Megliadino et Altaura, il est précisé que le dernier de ces marécages, aux abords de la rivière Fratta, est déjà en partie mis en culture52 ; par contre on ignore quelle part le marquis a pu prendre à un tel changement53.

  • 54 En fin de compte on est frappé par ce que cette date d’intervention a de tardif. Il est probable q (...)
  • 55 Sur ce thème, cf. S. Escobar, Il controllo delle acque : problemi tecnici e interessi economici, d (...)

34Dans le Veneto c’est donc encore le temps des curtes qui est celui du démarrage, et un « incastellamento » à maints égards conservateur ne fera que poursuivre le mouvement en l’accélérant. Le véritable changement d’échelle, pour ce qui est des bonifications dans la basse-plaine, bien plus grandiose dans le contado de Vérone que dans celui de Padoue, se situerait plutôt vers la fin du xiie siècle, après la paix de Constance (1183), avec l’intervention des autorités communales et des groupes de consortes citadins épaulés par cellesci54. L’ampleur des moyens mis en œuvre permet des résultats souvent sans comparaison avec ceux des époques précédentes, et qui seront pourtant peu de choses au regard des travaux qu’effectuera la république de Venise aux xve-xvie siècles55.

  • 56 Dès 1115 le marquis fait lotir un vaste espace à bonifier de l’autre côté de l’Adige, en Polésine  (...)
  • 57 C D P, 2/2, no 675, a. 1157 : un même aristocrate padouan, Guglielmino di Compagno, prétend déteni (...)

35Aux xiie et xiiie siècles les Este au sud-ouest, les da Baone au sud-est (à Castel di Brenta et à Calcinara, près de la lagune), les da Montagnone à Sacco56, et d’autres prennent des initiatives, ou au moins laissent faire leurs dépendants. Autour de Padoue et à Sacco, ce sont surtout les chanoines et l’évêque qui, là avec les consortes de la ville, ici avec les communautés arimanniques, pratiquent une politique volontariste dans les incultes de leurs réserves foncières respectives : ainsi à Legnaro, au bord du Brenta, l’évêque semble être à l’origine des défrichements57.

  • 58 En 1162 Manfredo d’Abano, à la demande de l’abbé de Praglia, accompagne une donation de la cession (...)
  • 59 Voici l’une des aliénations les plus importantes en faveur du monastère : en 1202 ce dernier acqui (...)

36Les donations pieuses puis, de plus en plus, du fait de la crise des fortunes mobilières, les ventes aux établissements ecclésiastiques font que ceux-ci prennent souvent le relais des grands laïcs. Comme toujours, ceux dont nous pouvons le mieux suivre l’action sont Praglia et les monastères vénitiens. Il arrive que les aliénations portent sur des espaces entièrement incultes que l’acquéreur se charge seul de faire mettre en valeur58. Le plus souvent sont cédées des terres cultivées avec la part d’incultes en indivis qui en dépend : le monastère bénéficiaire encourage alors les entreprises de mise en valeur : ceci est vrai, au demeurant, pour les déboisements comme pour la bonification des marécages. Pour en rester à celle-ci rappelons la riche documentation (sur laquelle il me faudra revenir) des ventes effectuées par les très désargentés da Carrara à Bagnoli : ils passent le flambeau d’une action déjà commencée, pour partie au monastère vénitien de la Trinité de Brondolo59, pour partie à des notables citadins.

37L’intervention du nouvel acteur vient intensifier considérablement le processus de bonification des marécages, tout autant que celui des défrichements forestiers. Il importe de la caractériser.

38Il est d’usage de définir comme « communales » un certain nombre d’opérations de bonification à plus ou moins grande échelle qui s’effectuent dans les années 1180-1220. A y regarder de plus près on s’aperçoit bien vite que ce qui est vrai si l’on reste à un niveau d’explication extrêmement général doit être considérablement nuancé dès qu’on entre dans le détail. Bien souvent ce sont des groupes familiaux qui agissent, auxquels leur position dans l’aristocratie dirigeante urbaine facilite les choses.

39Il convient surtout de distinguer entre quelques décisions prises effectivement par les instances institutionnelles et qui ne peuvent l’être en effet que par elles, dans la mesure où elles concernent souvent tout ou partie du contado et impliquent qu’un pouvoir coercitif les impose à une ou plusieurs communes dépendantes et, beaucoup plus fréquentes, des initiatives de groupes de pression, associations certes composites de notables citadins, mais qui agissent pour leur propre compte.

  • 60 A. Castagnetti, Primi aspetti di politica annonaria..., p. 389-390 ; sur le rôle des Crescenzi, un (...)

40Le cas de Vérone, bien connu grâce aux articles d’ A. Castagnetti, auxquels s’ajoute celui d’A. Rigon sur la Franchavilla Mercatorum, montre fort bien qu’il n’y a pas de frontière nettement définie entre les sphères du privé et du public : c’est ainsi que Villafranca est, vers 1185, une création de la commune alors que, un peu plus tard, en 1209-1211, c’est la famille des Crescenzi, seigneurs d’Albaredo d’Adige, qui fonde sur le territoire de cette seigneurie une Villa Runchorum. Mais les Crescenzi sont un point de rencontre entre politique familiale, stratégie communale et défense des intérêts de la communauté des marchands60. Ainsi la Francavilla Mercatorum, en Polesine, est fondée en 1216 par le podestat et les consuls, non de la commune, mais des marchands de Vérone, et ledit podestat est un Crescenzi ! On voit donc à quel point il faut être nuancé.

  • 61 Pour la situation de Gazzo, cf. S. Bortolami, Pieve e « territorium »..., p. 56, note 175. Le même (...)
  • 62 Sur le navigium de Padoue à Monselice cf. le Liber regiminum, p. 296 ; de même les Annales Patavin (...)

41La commune de Padoue, quand elle agit en tant que telle, joue directement un rôle dans le mouvement des défrichements lorsque, comme toute autre instance communautaire, elle livre aux essarteurs un bois communal : c’est sans doute le cas, si l’on en croit les chroniques, en 1189, pour celui de Gazzo, au voisinage presque immédiat de la ville, au nord61. Mais ses interventions les plus décisives et les plus spectaculaires ont un effet par ricochet (plutôt qu’immédiat) sur le niveau d’exploitation des campagnes : il s’agit des creusements de canaux, effectués dans des perspectives toutes commerciales pour les plus importants d’entre eux. Dans cette période il en est deux qui ont suffisamment modifié le paysage et amélioré le circuit des échanges pour être eux aussi notés par les chroniqueurs : tout d’abord le navigium qui, par Battaglia, joint Padoue à Monselice (il est réalisé entre 1189 et 1201), et le Piovego qui, de Padoue à Strà, joint le Bacchiglione au Brenta (commencé en 1209)62.

42A un niveau plus modeste mais plus immédiatement lié aux problèmes du drainage des eaux stagnantes, l’autorité communale peut imposer à un ensemble de villages les travaux de canalisation préliminaires à l’intervention directe des capitaux de consorterie citadines. Le cas de Bagnoli est à cet égard exemplaire : le pouvoir de coercition de l’institution communale intervient pour permettre à une association de notables de bonifier à son profit les marais d’anciennes réserves seigneuriales ; la notion d’ » utilité publique », explicitement invoquée, s’avère faussée, au moins relativement, et les villageois sont mobilisés au bénéfice de quelques familles.

43Voici, à grands traits, le déroulement des faits.

  • 63 Cf. infra, p. 615.
  • 64 B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 2, no 250, a. 1188 : une pecia de busco vendue et céd (...)
  • 65 La documentation issue des archives du monastère de la Trinité de Brondolo ne fournit, avant 1214, (...)

44A Bagnoli, habitat dédoublé en un Bagnolo di Sotto et un Bagnolo di Sopra, les da Carrara partagent la seigneurie, tant banale que foncière, avec le monastère vénitien de la Trinité de Brondolo. Dès les années 1170 la famille commence à s’enliser dans un processus d’endettement en voie de progressive aggravation dont j’aurai plus loin à démonter les mécanismes63. Non seulement ils engagent ou vendent une partie de leurs biens des deux Bagnolo à leur voisin le monastère, mais surtout ils se livrent, un peu vers la fin des années 1180, puis massivement de 1203 à 1206, à des cessions en fief – parfois sans fidélité –, presque toutes précédées d’une vente du droit utile sur le bien. Dans un premier temps, quelques aliénations encore éparses sont consenties à des alleutiers du lieu ou de villages voisins64, puis très vite la plupart des vassaux-acheteurs sont non seulement des Padouans, notables ou sur le point de l’être, mais en même temps des créanciers des da Carrara, ou des gens des mêmes familles que ces créanciers65 ; bref, les inféodations sont pour eux une autre façon, plus distinguée, de profiter de l’impécuniosité de leurs illustres débiteurs, tout en s’intégrant par la même occasion à une clientèle politique – car tout s’imbrique –.

45En 1208 l’affaire prend une dimension nouvelle avec l’intervention de la commune de Padoue, intervention à deux niveaux :

  • 66 Ibid., nos 402, 403 et 405.
  • 67 Ibid., no 407.
  • 68 Tous les deux sont fidéjusseurs (donc garants) de Marsilio da Carrara, frère d’Uguccio et fils de (...)

461o) Les biens du défunt Uguccio da Carrara (la crise éclate ici, comme très souvent, après la mort du débiteur) dans les deux Bagnoli sont mis aux enchères, castrum compris, la mise à prix étant de 8 000 livres66. Deux de ses parentes rachètent l’ensemble (ainsi sauvé une première fois), Palma da Baone et Marietta da Carrara67. Or les deux officiers communaux chargés de la mise en vente (vendi-tores), Leonardo di Albrigetto di Arsalone et Enrigetto di Pietro Toco, sont l’un et l’autre intéressés au premier chef à cette vente, car l’un et l’autre créanciers de feu Uguccio68.

  • 69 Ibid., no 489, a. 1215 :...publica quem (sic) laboraverunt illi de Bagnolo Abbatis ; ailleurs dans (...)
  • 70 Ibid., no451 : publica... utilis videbatur esse ; l’acte est rédigé in palude maiori.
  • 71 No 452 :...de tota terra sine amplis usque ad publicam factam per comunem Padue, vel ultra publica (...)

472o) Le même Enrigetto di Pietro Toco se trouve chargé, par la même occasion, de diriger le creusement de 2 canaux (plubicae : ce terme désigne les canaux d’origine publique exclusivement) destinés à drainer le territoire de Bagnolo, l’un qui débouchera au nord dans un flumen vetulus, l’autre dans la rivière Gorzone, au niveau d’Agna (ad Gorgum de Angna) ; il s’agit avant tout d’assécher en partie un marais dénommé palus maior. L’autorité communale intervient en effet, en la personne de l’un des notables intéressés à l’amélioration de la situation financière des da Carrara, pour imposer, au nom d’un intérêt prétendument public, aux habitants des deux Bagnoli et des autres communes rurales traversées, les corvées de creusement des canaux, lesquels sont terminés cinq ans plus tard, en 121369. A cette date, en effet, deux autres personnes, nommées par le podestat, sont chargées au nom de la commune de constater l’état des travaux et proclament officiellement l’utilité des canaux, les gens des villages concernés étant chargés d’en assurer l’entretien70 ; peu désireuse sans doute de subir des charges supérieures à ce que pourraient lui coûter de simples droits d’usage, la commune de Bagnolo, peu après, fait don de sa part des marais subsistant aux da Carrara71.

  • 72 No 502, a. 1215.

48Quant aux deux inspecteurs communaux de 1213, l’un, Enrigino di Arloto, est un membre de la vieille famille consulaire des Tadi, vassale de longue date des da Carrara – mais, il est vrai, non intéressée dans l’affaire de Bagnoli, du moins au vu des documents –, l’autre, Pietro di Calderia, est du nombre des créanciers de la famille72.

  • 73 Quant à l’endettement et aux problèmes financiers des da Carrara, ils ne s’arrêtent pas là : les v (...)
  • 74 Les gens de la commune voisine de Conselve utilisaient une partie du palus maior ; ils tenteront e (...)

49Bref, il est clair que ce qu’on appelle la « commune de Padoue », à l’occasion, a mis ses instances institutionnelles au service tant des da Carrara que de leurs créanciers. Car la bonification de la palus maior profite aux uns et aux autres, dans la mesure où les da Carrara parviennent à demeurer propriétaires dans la région et où leurs créanciers-vassaux s’emploient en fin de compte à faire en même temps, et leurs affaires et celles du grand seigneur dont ils sont désormais aussi les clients73. Quant aux villageois, le résultat est ambigu : ils sont à terme perdants, dans la mesure où les incultes se rétrécissent, et donc les terres de pâture, mais certains d’entre eux se trouvent du moins des terres neuves à cultiver. De toute façon ils n’apparaissent, dans le processus, que comme des instruments74.

  • 75 Sur les terres nouvelles de Spessedo ils se désignent explicitement comme consortes (ibid., no 467 (...)
  • 76 Cf. supra, p. 428.
  • 77 B. Lanfranchi-Strina, ibid., nos 455 à 458, a. 1214.
  • 78 En 1212, par exemple, un manse à défricher de 30 campi, dont 4 qui seront consacrés à une clausura(...)
  • 79 Voici un autre exemple. De la même façon, à Polverara, l’aristocratie urbaine se fait octroyer en (...)

50Maîtres du pouvoir d’intervention de la Cité-Etat qu’ils font jouer à leur profit, les notables assemblés en consorteriae75 sont à même de prendre le relais des plus grands seigneurs : si les premiers « manses » d’un seul tenant mesurant 20 campi ou plus que la documentation ait fait apparaître sont situés sur les réserves des marquis d’Este76, on les voit se multiplier, durant les décennies 1180-1220, là où ces associations (épaulées directement par l’institution communale) interviennent. Pour reprendre l’exemple de Bagnoli, tandis que l’on voit Giacomo da Carrara concéder paresseusement en livello un ensemble de parcelles mesurant 4 campi chacune77, les Padouans créent des manses compacts de 15, 20, voire 30 campi78. Avec le patriciat urbain les défrichements prennent une nouvelle dimension, ce qui va engendrer, à partir d’un nouveau type d’habitat, un nouveau paysage rural79.

***

51Paysans isolés, consortes ruraux, seigneurs du contado, puis aristocratie urbaine pour finir, tous ont joué leur rôle dans l’œuvre séculaire de mise en valeur des incultes.

52C’est sans doute dans le travail toujours à reprendre du drainage des eaux marécageuses que la complémentarité des uns et des autres apparaît le mieux, à cette réserve près que l’intervention des communes aggrave des conflits sociaux larvés dont le monde rural sortira affaibli.

  • 80 On trouve au passage, en 1132, un navigatorium, canal navigable allant de Sermazza au Cornio (C D (...)

53Le vocabulaire témoigne de cette complémentarité ; il fixe une hiérarchie : fossa, fossatus ou fovea puis, au dessus, fossa publica (ou plubica, d’où le vénète « piovego »)80. Hiérarchie au demeurant flexible, sans rigueur ou, plutôt, variable selon les exemples, en tout cas bien marquée à l’occasion.

  • 81 C D P, 1, Dissert., p. LIX.
  • 82 C D V, t. 1, no 156, a. 840-853 : Istae sunt fines inter Montes silices et Veronenses de loco Cern (...)

54Fossa, fossatus : je rappelle ici que ces termes souffrent d’une ambiguïté que Gloria avait signalée en son temps : selon lui, tout autant qu’un canal sinon davantage, ils désignent un ruisseau ou une rivière81. Cela dit, dès les années 840, à l’occasion d’une délimitation des confins entre les comtés de Vérone et de Monselice, le patient travail de drainage des zones basses apparaît entamé : près de l’une de ces forêts qui, pour l’instant, sont la seule vraie protection le long des fleuves, la silva quae vocatur Sanguinedo, il est fait mention d’un fossatus « fait de main d’homme », ce qui, pour le haut Moyen Âge, donne raison à Gloria puisque, si l’on croit utile de signaler le fait c’est qu’en somme il est encore rare, mais ce qui en même temps témoigne de l’ancienneté du processus ; et l’on ne peut guère en dire davantage82.

  • 83 A. Gloria, Gli argini dei fiumi..., p. 11-22.
  • 84 E. Crouzet-Pavan, La città e la sua laguna : su qualche cantiere veneziano della fine del Medioevo(...)
  • 85 B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 2, no 2, p. 17.

55Il est impossible de dater le début de la réédification des digues et la fin de la période d’abandon due aux invasions. Si les digues qui impressionnaient Dante (les seules que Gloria semble vouloir prendre en considération) ne sont évidemment pas antérieures aux initiatives communales de la fin du xiie siècle et, surtout, du xiiie, si, de même, les aggeres des documents du xie siècle, voire du xiie, sont souvent des voies romaines qui, surhaussées, faisaient office de digues83, il n’en reste pas moins que de modestes ouvrages, d’utilité purement locale, avaient été réalisés peut-être dès le x siècle, à l’initiative d’aristocrates possesseurs de curtes. A proximité immédiate du contado de Padoue, sur le territoire de Chioggia, E. Crouzet-Pavan cite, comme un « exemple significatif » des « transformations ponctuelles du paysage lagunaire..., œuvre des propriétaires privés », une digue connue vers 1050, l’argere Gradenigo – du nom du propriétaire qui l’a sans doute fait édifier –84. De même, dès 954, on voit le marquis Amelrico désigner parmi les limites de sa curtis de Bagnoli, qu’il donne au monastère de Brondolo, sa digue (arger meus), mentionnée sous le nom de Linaria Minor, dans le marais d’Anguillara : manifestement un canal d’écoulement des eaux du marais, de ce fait endigué, sert à faire rouir le lin85. Il est clair, d’autre part que, dans la basse-plaine, toute bonification de superficie marécageuse implique, dès les premiers témoignages, un travail d’endiguement, même très modeste.

56Si les digues, ainsi laissées aux initiatives ponctuelles de quelques seigneurs, ne constituent pas un réseau cohérent avant les interventions communales (interventions qui seront rendues nécessaires par le défrichement de ces bois qui, à leur manière, avaient permis une régularisation au moins relative du cours des rivières jusque fort avant dans le xiie siècle), à l’inverse c’est dès le x siècle que se voient les premiers résultats du patient travail des ruraux, groupés ou non en consorterie de voisins : les fosses de drainage constituent déjà un véritable système de circulation des eaux dans les terroirs cultivés de la basse-plaine.

  • 86 Il va de soi que l’on ne peut produire ce genre de pourcentage qu’à titre purement indicatif. Les (...)
  • 87 Quelques exemples, choisis dans le cadre de Sacco : de uno latere et uno capite fossa aiacente (Co (...)
  • 88 A Arzere di Sacco, en 1024, une terra cum silva est ainsi entourée : da una parte fosa antica aben (...)

57En Saccisica c’est seulement 1/7e des listes de confronts de parcelles (soit 5 sur 35) entre 944 (première occurrence) et 1 000, qui ne comporte pas de mention de fossa86. Une terre arable est donc le plus souvent voisine d’une fossa au moins, et assez fréquemment de deux, voire de trois ou (rarement mais cela arrive) quatre. Tous les cas de figure sont possibles : ici l’eau court le long des deux côtés de la largeur, là 2 fossae se coupent à angle droit, etc.87 Admettons avec Gloria que les mentions de fossa antica et d’arzer anticus que l’on rencontre çà et là dans la basse-plaine signalent, d’une part le tracé d’anciens lits de rivières, généralement parcourus par des ruisseaux qui jouent le même rôle dans le système que les fossés artificiels, d’autre part d’éventuelles voies de circulation d’époque romaine : elles sont rares88.

58Dès le xie siècle, parmi les fossae de main d’homme, s’est établie, au niveau même du village, une hiérarchie qu’il est aisé de constater mais dont il n’est pas facile de dire précisément à quoi elle correspond avant le xiie siècle.

  • 89 ...pecia una de terra aratoria... in fundo villa Plebe locus qui dicitur Corsiola ; et de alio lat (...)
  • 90 Sur cette fonction des fossae comme marques de limites d’un territoire et comme éléments de défens (...)

59C’est ainsi que l’on rencontre une première mention de fossa publica dès l’an 1008, à Piove di Sacco, sur la largeur d’une terre arable située à l’intérieur de la zone habitée (villa) ; la hiérarchie se marque du fait qu’une fossa tout court, qui file le long d’un des grands côtés de la parcelle, vient y déboucher89. A une époque aussi précoce il va de soi que cette fossa publica n’implique aucune intervention de commune urbaine ; du moins voit-on distinguer ici ce qui relève de chaque propriétaire (directement ou à travers la mention d’un exploitant), à savoir la simple fossa, de ce qui relève d’une communauté qui, à cette date, ne peut être que celle des habitants de Piove, la fossa publica. Dans la mesure où l’on est dans l’agglomération cette dernière peut avoir, outre sa fonction de canal de drainage, une fonction défensive : n’oublions pas qu’il n’est pas question de murailles du castrum de Piove dans la documentation des xie-xiie siècles90.

  • 91 C D P, 2/1, no 192.

60De la même manière, en 1129, lors de l’accord entre les gens de Sacco et l’évêque de Padoue sur les limites de la pâture de Tombiole, donnée à ce dernier par les arimanni quelques décennies plus tôt, on rencontre une fossa de Calcinaria qui débouche dans un ruisseau, le Sciocco (Seucum) : voici donc un autre ouvrage de la collectivité qui joue ce double rôle de garantie, tant contre les eaux excédentaires que contre des voisins éventuels91.

  • 92 Ce contrôle peut donc en venir à s’exercer sur des canaux d’origine purement locale, ce qu’exprime (...)
  • 93 Cf. supra, p. 526.

61Du moins les choses deviennent-elles plus claires, là encore, avec la fin du xiie siècle, aux deux extrêmes de la hiérarchie : face à la fossa ou au fossatum qui ne relève que du propriétaire foncier, la fossa publica est désormais un canal d’intérêt régional, du ressort de la commune dominante, non qu’elle soit à l’origine du creusement de chacune, mais dans la mesure où elle exerce un contrôle92. Certaines tendances de l’évolution lexicale enregistrent cette situation : c’est alors, en effet, que les notaires se contentent, de plus en plus souvent, d’écrire plubica (plutôt que publica) pour fossa publica, d’où le terme vénète de « piovego », on l’a vu93.

  • 94 Cf. par exemple : une fovea creusée in concordia par les communes de Tribano et de Bagnoli, et qui (...)
  • 95 S. Bortolami, Territorio..., p. 201, no 105 : Statuimus quidem quod fossatus qui est et vadit per (...)
  • 96 Ibid., p. 207, no 138.
  • 97 Ibid., p.213, no177 : Item ordinamus quod omnes dosones, ubicumque sunt vel pro tempore erunt in t (...)

62C’est au niveau intermédiaire que le vocabulaire demeure plus hésitant, lorsqu’il s’agit de désigner des fossae édifiées par des communautés rurales et demeurant sous leur contrôle : fossa, fossatus ou fovea suffisent parfois aux notaires, et il est alors difficile de les distinguer des réalisations individuelles ; on trouve parfois, enfin, la spécification fossa communis94. Dans les Statuts de Pernumia, à côté du très général fossatus, un terme spécifique est le plus souvent employé : doson. C’est ainsi qu’à l’article 178, intitulé De dosonibus, il est prévu que la commune de Pernumia désignera deux hommes qui, deux fois par mois, contrôleront l’état de tous les dosones de son territoire95. Pas d’ambiguïté : il s’agit bien de canaux d’intérêt local, ne relevant que de cette commune (dosones comunis)96, creusés et entretenus par les consortes97.

  • 98 Cf. par exemple ibid., p. 213, no 179.
  • 99 Ibid., p.203, no111 : usque ad Vigensonem.

63Quant à l’utilité de ces canalisations de niveau intermédiaire, elle apparaît clairement à Pernumia : elles recueillent l’eau, tant des marais locaux (ainsi la Vallis Maior) que des diverses fossae d’exploitations privées et des fossata castri et burgorum (que les Statuts considèrent à part)98, et la mènent jusqu’à la rivière la plus proche, le Vigenzone dans le cas présent, qui va rejoindre, loin vers l’est, le Bacchiglione99.

64On dispose d’un certain nombre d’informations concrètes sur la conformation de ces divers types de canalisations. Seules les plubicae sont plus larges que les autres ; une fossa de parcelle individuelle et un doson ne se distinguent éventuellement l’un de l’autre que par la longueur.

  • 100 Ibid., p. 194, no 79 :...dosones... debeant esse et fieri... per consortes et inter unum consortem (...)
  • 101 C’est ce qu’exige l’abbé de Candiana de plusieurs de ses livellarii : en 1190 une pecia de 4 campi(...)

65Le doson de Pernumia n’est en effet large que de 5 pieds, soit 1,78 mètre, du moins selon les Statuts100. Or on voit un seigneur foncier faire creuser un fossatus dont il exige qu’il ait 6 pieds de large (soit 2,14 m.), alors que cette canalisation n’intéresse que sa propriété101. Il est clair que les communes rurales n’ont en vue que la protection de la collectivité, tant contre la surabondance des eaux que contre les intrusions d’animaux, voire d’hommes... venus d’ailleurs.

  • 102 C D P, 2/1, no 556 : Rolandus de Curano refutavit et finem fecit in manu Iohannis Paduani episcopi (...)
  • 103 Les bateaux ne sont pas seuls à circuler : les hommes de San Giorgio, au xiie siècle, ouvrent une (...)

66Un objectif fondamental distingue les canalisations réalisées par la commune urbaine ou en son nom, celui de la circulation, d’où une largeur supérieure aux fossae d’intérêt local. Il suffit d’ailleurs de peu : un document, exceptionnel à plus d’un titre, nous fixe, à partir d’un autre contexte, sur le minimum exigible vers le milieu du xiie siècle. En 1152 est conclu, à l’issue d’un litige long et complexe, un accord entre l’évêque de Padoue et son vassal Rolando da Curano. Un certain nombre de clauses concerne les eaux courantes et leur usage : c’est ainsi que Rolando renonce à la cogelaria de Buca Curani, c’est-à-dire à une pêcherie (cogelaria) sur le cours inférieur de la Tergola, à Curano, et de même, en amont de cette rivière, il admet qu’une écluse située à Sant’Andrea di Codiverno devra garder une largeur de 8 pieds (soit 2,84 m.) pour que les dépendants de l’évêque à San Giorgio (delle Pertiche), village situé encore plus en amont, puissent descendre et remonter la rivière avec leurs bateaux102. Il s’agit donc d’éviter que des installations qui peuvent être de diverses sortes (moulin, cogelaria) ne viennent rétrécir cet espace minimal103.

  • 104 C’est ainsi que, de canaux déjà existants, les statuts exigent, çà et là, l’élargissement. Cf. par (...)

67Une leçon est à tirer de ce document exceptionnel : la commune, dans ses grands travaux de canalisation, n’innovera pas tout à fait : elle sera l’héritière des seigneuries banales dont elle prolongera l’œuvre en l’amplifiant104.

  • 105 B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 3, no 489.
  • 106 Statuti..., p. 310, no 939 : Statutum vetus conditum ante dictum millesimum (1236). Publica que va (...)

68Les plubicae du xiiie siècle seront de plus en plus larges : en 1215 la largeur prévue d’une nouvelle publica qui, partant d’Anguillara où court un affluent de l’Adige, irait retrouver celle déjà creusée par la commune de Padoue à Bagnoli est de 10 pieds (soit plus de 3,50 m.)105. Un statut communal antérieur à 1236 (donc sans doute contemporain des décisions de 1208 et 1215) ordonne que la publica de Bagnoli qui traverse le pratum maius (la palus maior des documents de Brondolo) atteigne 12 pieds de largeur : il peut s’agir d’un travail postérieur, ou peut-être d’une décision non réalisée dans les faits106.

  • 107 B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t.3, no407 : Que plubice debeant fieri, et porta una und (...)

69L’un des motifs les plus pressants d’intervention communale, à un certain niveau de densification du réseau, est le raccord des divers canaux les uns aux autres. Les autorités, sur ce problème, ont, semble-t-il, pu hésiter avant d’imposer leur décision : lorsque, en 1208, le notable Enrigeto di Pietro Toco est chargé par elles d’engager les travaux de creusement des deux publicae de Bagnoli, on prévoit que, en cas de résistance des travailleurs concernés à l’édification de la porta par laquelle l’eau du canal ira s’écouler dans le flumen vetus, on laissera la charge de l’opération à Palma da Baone – donc à la famille des da Carrara et à leurs clients –, s’ils y peuvent quelque chose !107. Tout se passe comme si une sorte de mauvaise conscience inhibait encore les officiers citadins face à une légitimité des seigneurs locaux.

  • 108 Cf. supra p. 523-524.

70En fin de compte les villages concernés, comme le montre la documentation de 1213, sont bel et bien obligés de se charger des travaux. La coercition s’est imposée108.

  • 109 A S P, Corona, no 1580 :...(porta) per quam scolantur aque predictorum comunium et terrarum ipsaru (...)

71La lourdeur de ces charges particulières semble avoir sans cesse posé problème : les communes rurales y mettront une constante mauvaise volonté, jusqu’à tenter de se décharger de ce poids les unes sur les autres : en 1242 on en voit quatre en procès les unes avec les autres au sujet de leurs charges respectives dans l’édification d’une porta à Cornegliana, destinée à améliorer l’évacuation des eaux qui circulent sur leurs territoires ; le juge du vicaire impérial les départage : Maserà et Carpenedo paieront le tiers des dépenses, Cornegliana les 2/3, et Terradura, plus éloignée, ne paiera rien109.

  • 110 Statuti..., p. 304, no 909 (avant 1236).

72Quant aux digues communales qui, peu à peu au long du xiiie siècle, vont border d’abord les rivières puis les canaux navigables, elles sont d’emblée d’une largeur supérieure à la moyenne des plubicae dont elles protègent : 20 pieds de large à la base et 12 au sommet110.

***

  • 111 L’essentiel aura été fait, en fin de compte, entre deux guerres ; car la corrélation entre la paix (...)
  • 112 S. Bortolami, Territorio..., p. 46 (voir particulièrement la note 28).
  • 113 Cf. supra, p. 277-278.

73L’énorme travail accompli dans les années 1180-1230, soit s’arrêtera de lui-même vers 1235, soit sera interrompu par la guerre111 ; ensuite, comme S. Bortolami l’a bien montré pour Pernumia, on se contentera d’améliorations ponctuelles112. Le xive siècle marquera même ici et là des reculs (on a pu le voir à propos des abandons de sites d’habitat)113, et il faudra attendre les grands travaux de la République de Venise pour aller au delà des réalisations de la commune du xiiie siècle.

74Réalisations brillantes, mais non sans revers immédiats. Il y a nombre d’échecs, au moins partiels.

  • 114 L. Lanfranchi-B. Strina éd., Ss. Ilario..., p. XXXII. Cf. supra, Introduction, p. 53.
  • 115 Ibid., p. XVI.
  • 116 Ibid., no30 : Benedictus de Noenta iuratus dixit quod a quadraginta annis et plus vidit monasteriu (...)
  • 117 Ibid., p. XIX.
  • 118 En 1304, à Porto, ce qui était encore en 1229 (soit près d’un siècle après la taiada) un sedimen e (...)

75Je rappelle tout d’abord pour mémoire à quel point a été catastrophique pour la zone voisine de la lagune, là où était bâti le monastère de Sant’Ilario, le détournement du cours du Brenta par les Padouans en 1142 : catastrophe lente (les derniers documents sur le bourg de Sant’Ilario datent de 1370) mais dont les effets essentiels sont vite apparus, à savoir la transformation de tout un espace, sur des kilomètres, en un marécage114. Elle fut si radicale que, comme le remarquent L. Lanfranchi et B. Strina dans leur minutieuse étude, il est très difficile de préciser les contours du territoire concerné115. Des 5 villages particulièrement frappés en 1142-1143 il est devenu impossible d’indiquer exactement l’emplacement : dès les années 1170 celui de Viculus n’est plus qu’un souvenir, et à sa place s’étend un marais ; de même le bois de Piovega a disparu, et avec lui les manses qui s’y trouvaient116. Dans un territoire rendu si fragile les effets de la guerre, le plus souvent vite oubliés en général, viennent accélérer le déclin : dans les années 1240 il devient le théâtre d’opérations militaires, le monastère est mis à sac et c’est alors que les moines s’établissent dans Venise, à San Gregorio, tandis qu’Ezzelino construit une forte tour depuis laquelle, au dire de la chronique de Dandolo, il dévaste la région117. La lente décadence du bourg de Sant’Ilario semble dater de là118.

76Mais le cas de la taiada du Brenta est à considérer à part : les préoccupations commerciales avaient été exclusives et les Padouans ne possédaient pas encore la maîtrise technique dont ils feront preuve plus tard, sans doute grâce, au moins en partie, à l’influence de leur podestat milanais Guglielmo da Osa. Même si l’on en reste aux entreprises réalisées dès le xie siècle au moins, voire le xe, à tous les niveaux, pour mieux drainer les eaux courantes et bonifier les terres marécageuses, les résultats, vers 1250, sont en fin de compte assez mitigés.

  • 119 Ibid., p. 187, a. 1254 : à Battaglia, fluvius qui vadit ad Montemsilicem percurrit a capite dicte (...)

77Il faut rappeler, pour commencer – et cela bien que la documentation ne soit nullement explicite sur ce point – que l’on n’a pas à s’étonner de voir les marais survivre même à l’issue des opérations les plus spectaculaires : le poisson occupe une place fondamentale dans l’alimentation et il n’est pas question d’éliminer tout à fait les nombreuses pêcheries (valles) de zones paludéennes désormais bien délimitées (sans parler des rivières). C’est ainsi que le palus demeure au voisinage immédiat du canal Padoue-Monselice, à Battaglia ; de même à Bagnoli après les grands travaux des années 1208-1215 ou, plus nettement encore, à Pernumia119.

  • 120 Les exemples ne manquent pas au sud de Padoue : en 1240, dans la campagne de Carrara, un palus pro (...)
  • 121 Il Catastico..., p. 93 : ab omni parte pallus comunis ; p. 109 : ab I latere pal-lus comunis ; et (...)

78Accepté, parfois protégé ou, au contraire, simplement supporté, le marais fait encore partie du paysage partout dans la basse plaine quand se ralentit puis s’interrompt l’élan des défricheurs120 ; à Monselice, dans les années 1250, la commune est encore propriétaire effectif de ces paludes se maintiennent au pied des collines (c’est d’ailleurs, manifestement, tout ce qu’elle a conservé)121.

  • 122 Ibid., par exemple p. 101 : Ibidem reddit decimam de I. canpo terre a Frata... ; que terra est pal (...)

79A leur voisinage toute une frange de terres demeure menacée, incertaine : les propriétaires et le prêtre décimateur savent qu’ils ne peuvent se permettre d’en exiger une rente fixe ; on en a des exemples précis, là encore, dans le terroir de Monselice122. Convenons cependant que de telles situations reconnues comme structurelles sont très rares. Prévisibles et prises en compte, elles ne gênent pas trop dans la routine des travaux habituels.

  • 123 Statuti..., p. 304, no 912 : le texte parle d’une multitudo aquarum decurrencium de vicentino dist (...)

80Le drame de la basse plaine, jusqu’aux grands travaux vénitiens voire au-delà (souvenons-nous que les dernières inondations catastrophiques datent des années 1950) est l’inévitable récurrence des crues destructrices. Tout secteur bonifié peut se trouver menacé ou submergé un jour ou l’autre, ne serait-ce que momentanément. Et, après chaque invasion des hautes eaux, des travaux de drainage et de réfection des digues s’imposent. C’est ainsi que, encore en 1276, soit à une époque où désormais se faisaient pleinement sentir les effets des grands travaux, un statut communal nous apprend que les cultures céréalières du palus de Lozzo, donc d’une surface déprimée bonifiée, au pied du Monte Lozzo, ont été perdues par l’afflux d’une masse d’eau venue de l’ouest, et ordre est donné à tous les villages de la Scodosia et des Euganées de refaire des digues à Lozzo, en une série de 200 corvées (opera) de 15 jours par an durant cinq ans123.

  • 124 Alors que Rolandino ne fait que de très rares allusions à des disettes, le Liber regiminum les men (...)
  • 125 On a vu plus haut que les chroniqueurs, sensibles à l’accidentel, à l’exception, ne notent pas, da (...)

81Cela dit, on remarquera que ce statut est isolé et que, d’autre part, si les chroniqueurs – tout particulièrement le Liber regiminum – signalent, au long du xiiie siècle, disettes et grands froids destructeurs de récoltes, ils ne mentionnent pas de grave incident dû aux eaux courantes124. Il faut donc penser que l’énorme labeur accompli avait porté ses fruits, du moins dans le contexte climatique favorable – sec et chaud – qui a été celui du xiiie siècle125. Les inévitables retours intempestifs des eaux ont donc été ponctuels, micro-régionaux, ce qui ne signifie pas qu’ils n’aient été, là où ils se produisaient, vécus comme dramatiques par la population paysanne.

82Plus que de l’impact de crues inattendues sur des terres anciennement cultivées, c’est de la fragilité, plus ou moins relative, des conquêtes sur le marais que les documents portent témoignage. Il a fallu, sans doute la plupart du temps, s’y reprendre à plusieurs fois.

  • 126 C D P, 1, no 225 : de paludibus de finibus Altadura de ipsa palude que nullo tempore non fuerat la (...)
  • 127 S. Bortolami, Comuni e beni rurali..., p. 565, note 16.

83A Altaura, en Scodosia, le long de la rivière Fratta, en 1075, il est fait mention, en même temps, de terres que l’on vient d’arracher aux eaux stagnantes et d’autres qui y sont retournées126 ; les efforts des gens d’Altaura ont-ils fini par payer ? C’est de l’autre côté de la rivière, à Urbana et San Salvaro que, dans les années 1180, des ronchi sont attestés127.

  • 128 L. Lanfranchi éd., S. Giorgio maggiore, t. 3, no 503 : (campi) qui modo, id est tempore vendicioni (...)
  • 129 A S V, S. Giorgio maggiore, B. 105, Proc. 400, a. 1219, 13 février-24 avril : il s’agit d’une dépo (...)

84Même la riche Saccisica n’est pas à l’abri des retours offensifs des eaux. Les documents y font des allusions plus ou moins précises : en 1188 le monastère San Giorgio maggiore achète à Codevigo 7 manses, dans certains desquels plusieurs campi sont récemment retournés au marécage128 ; à plusieurs reprises, à la fin du xiie siècle, la commune de Rosara a procédé à la vente systématique de parcelles boisées : on y a tout d’abord, après défrichement, cultivé des fèves, du mil, du panic, puis on s’est résigné à les replanter, de telle sorte que, en 1219, il s’agit, pour l’essentiel, d’une saulaie129. Aussi bien Rosara que Codevigo, il est vrai, sont parmi les villages les plus proches de la lagune, terres basses qui, dès les années 1180-1200, mesurent les limites de leurs possibilités d’expansion.

  • 130 Dès la fin du xiie siècle les cultures ne sont plus le seul résultat des défrichements : vers 1195 (...)
  • 131 Il est extrêmement difficile, sinon hasardeux, de tirer d’une documentation régionale une conclusi (...)

85Cela dit l’exemple de Rosara est sans doute porteur d’une double leçon : ces terres ont été abandonnées parce que trop humides ou trop menacées sans doute, mais il n’est pas non plus exclu qu’elles aient tout simplement été trop peu productives. Ce sont là deux hypothèses qui ne s’excluent pas l’une l’autre130. Alors que les défrichements se poursuivent dans certains secteurs du Padouan jusqu’au début du xive siècle, dans d’autres il faut vite renoncer à la culture de terres par trop médiocres, et cela est rendu plus facile aux propriétaires, sinon aux exploitants, du fait que dès les années 1200 le bois, rare en maints endroits, se fait précieux. Si bien que la situation apparaît, au xiiie siècle, assez contrastée131.

  • 132 C D P, 2/2, no 685.
  • 133 Sur Pernumia et le défrichement des incultes de son territoire, cf. S. Bortolami, Territorio..., s (...)

86Il est logique qu’elle soit devenue critique d’abord sur les terroirs des communes les plus peuplées, c’est-à-dire à Sacco et dans le secteur Monselice-Pernumia (deux habitats à la fois parmi les plus importants du contado et voisins l’un de l’autre). Un premier coup de semonce a été donné très tôt puisque c’est en 1157 qu’une controversia oppose les deux communes au sujet des incultes qui les séparent et qu’il y faut l’arbitrage du marquis d’Este : les gens de Monselice consentent, entre autres, à céder en location des terres de pâture, étant entendu qu’ils pourront en cas de besoin y amener leur propre bétail. Preuve que l’espace est déjà mesuré132. Plus au sud et à l’est, en revanche, la forêt de Viminario offre encore aux défricheurs de quoi implanter de nouveaux centres d’habitat jusqu’au début du xiiie siècle133.

  • 134 A C P, Episcopi, t. 1, no 76 : trois lieux-dits sont concernés, la vallis de Brodizine, Prota et l (...)

87Dès les années 1180, toutefois, du sud au nord du contado de Padoue se manifeste un souci nouveau de l’arbre. Il est plus précoce sans doute dans le sud, pour les raisons qui viennent d’être dites : ce sont les seigneurs locaux qui prennent l’initiative d’imposer à des communautés encore réticentes (et parfois poussées par l’endettement à brader leurs incultes, on l’a vu à propos de Rosara-Melara) des mesures de conservation. Dans les années 1190-1192, un villicus se rend à Padoue pour signaler à Tanselgardino, vicedominus épiscopal, la dégradation des bois de Piove, surexploités par les gens du lieu : l’évêque et son représentant interdisent alors toute coupe dans les plus menacés134.

  • 135 Les témoignages sont des années 1220, mais portent sur des faits antérieurs : ACP, Episcopi, t. 2, (...)

88Vers la même époque l’évêque-seigneur devra prendre aussi dans le nord, de San Giorgio delle Pertiche à Torre, des mesures de sauvegarde, moins draconiennes il est vrai : il est rappelé que les habitants ne peuvent couper de bois que le vendredi et, de surcroît, cela n’est autorisé que sur certains arbres, à l’exclusion des espèces les plus rentables, telles que chêne et hêtre135.

  • 136 C D P, 2/2, no 681, cité dans S. Bortolami, Territorio..., p. 51-52. Il est fait explicitement men (...)

89Plus près de Padoue c’est dès 1157 que l’on voit Manfredo d’Abano interdire aux dépendants du monastère San Pietro de Padoue, auxquels il concède de se servir de bois de chauffe dans des incultes à Abano et Lissaro, de s’en prendre aux chênes, déjà protégés par une regula ; il est dommage que l’on ignore quand s’est instaurée cette règle de protection136. Bientôt la commune urbaine prend diverses décisions : si l’on n’en connaît point qui concerne tout le contado (la chose étant fort improbable avant les temps ezzéliniens), du moins protège-t-elle tant ses propres incultes que les bois de seigneurs ecclésiastiques désireux de s’appuyer sur son autorité.

  • 137 Statuti..., p. 222, no 676 : Quicumque de terris comunis runcaverit seu invaserit eam terram vel t (...)
  • 138 S. Bortolami (Territorio..., p. 52, note 41) cite les quelques regulae octroyées à ces établisseme (...)
  • 139 Cf. supra, note 130. Le témoin Azzo, d’Urbana, est le plus précis : comune Urbane... seminavit gla (...)

90C’est ainsi qu’un statut, non daté mais antérieur à 1236, interdit tout défrichement sauvage sur ses terre comune137, ce qui d’ailleurs est, on le verra, moins une mesure de sauvegarde de la forêt qu’un moyen d’en réserver le défrichement aux notables. Quant à de grands propriétaires tels que Praglia, le chapitre cathédral et quelques autres, dès la fin du xiie siècle (en 1185 pour Praglia) ils obtiennent que le podestat fixe des amendes aux coupeurs de bois sur leurs domaines. Autour de 1200 ce sont tous les arbres de haute futaie (chênes, ormes, frênes et hêtres), auxquels s’ajoute le châtaignier pour des raisons évidentes, qui sont ainsi préservés138. La valeur particulière de la chênaie se mesure à d’autres faits : ainsi, dès les années 1160, semble-t-il, les deux communautés d’Urbana et San Salvaro, en Scodosia, font semer des glands, pour avoir un bois de chênes, dans une terre commune prélablement labourée ; la tentative échouera et on en exploitera l’essentiel en pré139.

***

  • 140 S. Bortolami, Formazione, consistenza..., p. 32 col. 2 : le 27 mars 1300 ces 7 hommes demandent à (...)
  • 141 Cf. A. Rigon, Ricerche sull’eremitismo nel Padovano durante il xiii secolo, dans « Annali della Fa (...)

91Je l’ai dit, une constatation de l’état des lieux au terme de l’évolution, vers 1250, ne peut qu’être assez contrastée, étant entendu que partout désormais l’action se fait concertée et prudente. Dans le nord moins peuplé la dynamique des défrichements va se poursuivre tardivement. Encore en 1300 le monastère de Praglia (conservateur s’il en est, il est vrai, et ceci explique peut-être cela) détient une vaste forêt, d’ailleurs appelée Selva maggiore, entre Montemerlo et le Bacchiglione. Or, S. Bortolami le rappelle dans son article sur cette seigneurie foncière, c’est seulement cette année-là qu’est fondé San Benedetto delle Selve : 7 paysans défricheurs obtiennent une concession livellaire pour « faire un village »140. Mieux encore, à seulement quelques kms au nord de Padoue, à Vigodarzere, demeurent des espaces boisés où trouve refuge une ermite, sœur Marie, en 1306 ; la même année un membre de la famille des da Vigodarzere, Simone, laisse en testament à la commune de ce lieu un bois de 28 campi, et à l’évêque de Padoue un autre de 160 campi, l’un et l’autre étant situés sur le terroir de Vigodarzere141.

  • 142 S. Bortolami, ibid. L’auteur évoque une « costante di fondo della politica patrimoniale » de Pragl (...)

92Cela dit, et Bortolami est le premier à en faire la remarque, même là le mouvement, s’il est demeuré continu jusque vers 1250-60 au moins (ce qui nous amène une génération au-delà du ralentissement ou de l’arrêt du processus dans le sud), s’est ensuite considérablement ralenti142.

  • 143 Cette problématique est au demeurant celle de toutes les terres de basse plaine. Dans la région de (...)

93Dans le sud, si la fin du xiie siècle est déjà le temps de la « forêt précieuse »143, il semble bien que, dans ses secteurs les plus peuplés (avant tout, comme je l’ai écrit, les terroirs voisins de Pernumia et Monselice), le milieu du xiiie soit celui de la forêt disparue.

  • 144 S. Bortolami, Territorio..., p. 207-208, no 145. Statut rédigé entre 1225 et 1232.
  • 145 Ibid., p.215, no194 : quod nemo ducat nec custodiat nec mittat, ne suam capram vel capros, porcos (...)
  • 146 Ibid., p. 233, no 275, a. 1288 : quod aliqua persona de Pernumia non debeant (sic) tenere plus de (...)
  • 147 Ibid., p. 235, no 284.

94C’est en tout cas ce qui ressort d’une lecture des statuts de Pernumia. Encore dans les années 1220-1230 cette commune employait 2 porchers et 2 chevriers, payés par une participation de tous ceux qui leur confiaient des animaux. Mais n’est-il pas révélateur qu’ils soient censés les mener ad argerem (l’herbe des digues est-elle désormais tout ce qui reste ?)144 ? La surveillance s’accroît avec une mesure de 1239 qui interdit à quiconque de mener soi-même ses chèvres et/ou ses porcs à paître, et fait obligation de s’adresser aux services du porcher et du chevrier145. A la fin du siècle, on commence par limiter d’autorité le nombre des chèvres – pas plus de deux par exploitant –146 ; puis il semble bien qu’il n’y ait plus ni porcher ni chevrier, ni même de porcs autorisés à divaguer : un statut de 1291, De caprinis, interdit à tout habitant de Pernumia et de ses fines de faire paître une chèvre ou des porcs dans la campagne quand il y conduit son bétail, et il n’est plus question d’employé communal pour s’en charger147.

  • 148 C D P, 2/1, no 603.
  • 149 Cf. par exemple C D P, 2/2, nos 694, a. 1158 : poule ou spalla ; 713, a. 1159 : poule ; 810, a. 11 (...)
  • 150 Cf. la documentation du C D Lanfranchi.
  • 151 Cf. A S V, S. Zaccaria, B. 21.
  • 152 Ibid.
  • 153 B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 2, nos 273 et 274 (a. 1192), 283 (a. 1193), 338, 339 (...)

95Dans le territoire de Monselice, le même malaise s’exprime, mais de façon plus sourde, à travers l’évolution des contrats de livello de San Zaccaria : dès 1154 on voit le tenancier d’une exploitation devoir, parmi ses redevances, non plus le traditionnel couple spallafouace, mais une poule et une fouace148. Et dès lors, jusqu’autour de 1200, alternent les deux possibilités149. Vers la fin du siècle il y a un relatif équilibre : dans les contrats entre 1184 et 1200 j’ai pu compter 7 redevances en volailles contre 10 en épaules de porc150 ; puis la solution du remplacement par la volaille tend à l’emporter décidément avec une série de contrats datés de 1206 : 22 poules contre 2 épaules, et une alternative laissée au tenancier151. Mais c’est bientôt le retour en arrière : dès les années 1220 le monastère se remet à exiger les salaisons152. Un peu plus loin vers le sud, à Bagnoli, le monastère de Brondolo avait laissé le choix à ses tenanciers dans les années 1190 pour revenir ensuite, lui aussi, à la tradition153.

96Il est manifeste que les tenanciers ont tenté de faire accepter, vers la fin du xiie siècle, quand s’est fait sentir le rétrécissement des incultes, un changement qui corresponde à l’évolution – négative – de leurs possibilités. Avec le temps, et cela va dans le même sens que tout ce qu’on a pu constater de la gestion des monastères vénitiens, la faim de terres commençant sans doute à se faire de plus en plus sentir, ces derniers ont obligé leurs tenanciers à abandonner leurs exigences.

97Ainsi doit-on constater, à l’issue de cette réflexion sur les défrichements, que, au terme d’une période d’expansion, vers 1250 (du moins dans la partie la plus peuplée du contado), la situation se fait conflictuelle : l’intérêt du plus grand nombre a cessé de coïncider avec les initiatives de mise en valeur et de bonification. L’exploitation maximale du territoire – dans le contexte et selon les possibilités techniques de ce temps – ne se fait plus désormais qu’au profit des classes dirigeantes. Même l’évolution de la production va dans ce sens, on va le voir à présent.

Notes

1 Signalons au moins une tentative, d’ampleur volontairement limitée. Dans le cadre du territoire d’une commune rurale, celle de Pernumia, S. Bortolami a proposé une évaluation de l’essor démographique entre 1150 environ et les années 1300-1320 : il arrive à un résultat étonnant, à savoir l’hypothèse d’une multiplication par 5 de la population (sur seulement 150 ans). Il est vrai – et j’y insisterai – que la basse-plaine du Pô partait vraisemblablement de très bas, du fait de la part acquise par le marais depuis la fin de l’Antiquité (S. Bortolami, Territorio..., p. 74-75).

2 V. Fumagalli, L’evoluzione dell’economia agraria..., p. 466.

3 Id., Il paesaggio delle campagne..., p. 28-29.

4 A. Castagnetti, La pianura veronese..., p. 45-47. On trouvera plus loin (p. 510-511) un possible indice d’une situation du même type dans le Padouan.

5 L. Schiaparelli éd., I diplomi di Berengario I, no 118.

6 C D P, 1, no 115.

7 Plus tardif ? Il faut en tout cas attendre l’année 1095 pour voir une villa qui dicitur Ronchi parmi les biens de Santa Giustina de Padoue (MGH, Heinrici IV Dipl., t. 2, no 444) ; le document daté de 874 qui en mentionne l’église est douteux (C D P, 1, no 15 ; cf. supra, p. 13, note 43).

8 La mise au point la plus récente sur ce vocable révélateur se trouve dans G. B. Pellegrini, Variazioni del paesaggio..., p. 561-562. Voici en tout cas une définition « d’époque », puisque donnée à Vérone en 1219, par un témoin à l’occasion d’un procès : (roncare est) trahere nemus extra cum çochis et radicibus (cité par A. Castagnetti, La pianura veronese..., p. 59).

9 C D P, 2/1, no 213 et 4 (l’orthographe est alors Terrarsa). Sur l’église San Tommaso, cf. La diocesi di Padova..., p. 664. Quant à l’actuel village de Campodarsego il s’est d’abord appelé Campo pre marino. Sauf indication contraire l’origine des toponymes vient de l’ouvrage d’Olivieri, Toponomastica...

10 C D P, 2/2, no 1517 ; ce lieu est demeuré bien peuplé avant de subir les effets de l’événement de 1142 (cf. B. Lanfranchi-Strina éd., S. Ilario, p. XXXVII) : Gambararia est d’abord un canal (819) et le village est connu à partir de 1025.

11 C D P, 1, no111 : villa nova que dicitur Burzigana.

12 C D P, 2/1, no 88.

13 Il faut attendre le xiiie siècle : cf. la mention de la destruction de son castrum dans Rolandino (Cronica..., p. 68, l. 16) à la date de 1239.

14 C D V, t. 2, no 78, p. 96-98.

15 C’est le cas de Vallonga, en Saccisica, situé dès l’antiquité, non point sur un « valle », l’un de ces espaces voués généralement à la pêche dont on a vu qu’ils étaient caractéristiques de la basse-plaine (cf., outre mes remarques du premier chapitre, l’article de A. Stella, Sui terreni quaternari della valle del Pò in rapporto alla carta geologica d’Italia, extrait du « Bollettino del R. Comitato Geologico », 1, 1895, p. 7), mais au contraire sur un « dosso » qui dominait celui-ci (cf. G. Filiasi, Memorie storiche de’ Veneti primi e secondi, Padoue, 1811, t. 2, p. 190-191, cité par A. Gloria, Territorio padovano, t. 3, p. 312).

16 C D P, 1, no 261 ; 2/1, no 37 ; 2/2, no 1401 : dans ce dernier acte on trouve tantôt in Silva Bullone, tantôt in Bullone.

17 E. Cristiani, La consorteria..., Doc. 3, p. 197-198.

18 A S P, Dipl., no 928 ; Dondi, Dissert. 7, doc. 7. Cf. supra, p. 282.

19 P. Toubert, Il sistema curtense..., p. 18-19.

20 Cf. supra, p. 280-281 et 287.

21 C D P, 1, no 143.

22 C D P, 2/2, no 881 ; 2/1, no 352, 234, 518 et 434. Au total, 13 lieux-dits de ce type sur un ensemble de 84. Les autres mentions sont les suivantes : Fossa della Rovere (2/2, no 649), Populario (du dialectal « povolaro », « peuplier » : 2/1, no 352), Orma (de ulmus, « orme » : 2/2, no 1152), Ronchedel (« lieu défriché » : 2/1, no 320), Roncora (id. : 2/2, no 867), Sanzeneta (du dialectal « sanzena », « cornouiller » : 2/1, no 527), Selbarolo (de silva : no 444).

23 Cf., parmi de nombreux exemples, C D P, 2/1, no 240, a. 1132 : le monastère de Santo Stefano de Padoue se voit confirmer la dîme de tous les ampla, hoc est de terris noviter roncatis, du territoire d’Este ; no 287, a. 1136 : l’évêque attribue la dîme d’un amplum à Sant’Angelo de Sacco en fief à trois frères, Ongarello, Vitaliano et Ugolino ; no 400, a. 1141 : l’évêque confirme à l’église Sant’Agostino de Bovolenta les dîmes des ampla qui nunc facti sunt in fine de Bovolenta ; Sambin éd., Nuovi..., no 19, a. 1151 : Santa Maria delle Carceri gagne un procès contre Marsilio da Carrara sur la decima ampli Montagnane et ex tota Scodesiae ; ASV, C D Lanfranchi, 20 avril 1184 : la « pieve » de Santa Giustina de Monselice renonce en faveur du monastère de San Zaccaria de Venise à toute prétention sur des dîmes, dont celles de novalibus... in Savelone (lieu-dit du terroir de Monselice) ; A S V, San Cipriano, B. 110, R. 821, a. 1189 : des arbitres, au terme d’un procès entre l’épouse du comte Manfredino et l’abbaye San Cipriano de Venise, divisent l’ensemble des biens en litige, dont des ampla à Castel di Brenta ; de 1188 à 1192 il y a la série de procès sur les dîmes de Busiago entre les chanoines de Padoue et des consortes laïcs éditée par S. Bortolami (Pieve e « territorium »..., Appendice, p. 71 à 91) ; A C P, Feuda episcoporum, t. 1, no 84, a. 1219 : Forzatè renonce à la dîme d’ampla et novalia de Piove di Sacco qu’il tenait en fief de l’évêque ; encore en 1245 (A. Vat., Fondo veneto, 1, no 6042 B) le monastère San Giacomo de Monselice et les chanoines de Solesino sont en procès pour les dîmes novales de Valcaucola et Carpenedo, deux lieux-dits forestiers du territoire de Monselice ; etc.

24 Sur 29 lieux-dits dénommés Ronco ou d’un terme dérivé (Aroncadizza, Roncaglia, Roncoleulo, etc.) que l’on peut, sauf erreur de ma part, repérer dans le Codice de Gloria 15, soit une bonne moitié, sont situés en Saccisica, 8 dans les fines de Padoue, puis seulement 2 dans les Euganées, 1 au sud-est, 1 dans le centre-nord, 1 en Scodosia et 1 dans le Vicentin !

25 C D P, 2/2, no 1031 ; cf. S. Bortolami, Pieve e « territorium »..., p. 55-56, et carte p. 93.

26 C’est en 1117, à ma connaissance, qu’on a une première mention – fugitive – d’ampla à grande échelle, dans plusieurs des villages dépendant d’une même seigneurie, la curtis de Porto, cédée à Sant’Ilario de Murano par le comte Rambaldo (B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Ilario..., no 18). Peu après, en 1125, et cette fois avec une évidente fierté, l’abbé de Praglia mentionne les terres « novales » de sa réserve domaniale de Brusegana : dominica novalia... quae vulgo Ronco appellamus, et... de tanta terra quam roncare debet abbas in Burzigana. Il s’agit donc d’un travail en cours (C D P, 2/1, no 165). Puis en 1130 voici un document révélateur : l’évêque de Padoue confirme aux chanoines de la cathédrale des ampla qu’ils feront faire (que canonici... roncabunt aut roncare facient), en particulier dans la proche forêt de Purpura, aux abords du Brenta, auxquels s’ajoutent ceux qui existent déjà (mais sans leur intervention) dans les villages dépendant de la « pieve » urbaine (C D P, 2/1, no 212). Ensuite viennent les séries dont j’ai signalé quelques exemples.

27 R. Fossier, Enfance de l’Europe, t. 1, p. 183. Cf. aussi ce que le même historien écrit dans son ouvrage, La terre et les hommes..., p. 328-329, sur les « mangeurs de roye ».

28 C D P, 1, no 104, a. 1019 : à Arzere di Sacco une petia de terra aratoria quod est herbis et buscaleis super se habente ; no 62, a. 976 : à Rovolon une terra arba... de uno latere et de ambabus capitibus via percurrente. Sur l’expression terra arba ou, le plus souvent, warba, cf. supra, p. 483 et note 273.

29 Cf., par exemple, C D P, 1, no 72, a. 988 : deux peciae... de terra aratoria et in parte silva, à Codevigo ; no 112, a. 1026 : toujours à Codevigo, au lieu-dit Clusella, une pecia de terra aratoria et in parte siva (sic) ; no 230, a. 1076 : à Ruibano, dans les fines de Padoue, une terra aratoria cum aliquit de bosco, située manifestement aux marges de l’inculte collectif (de uno latus et uno caput comunia abente) ; C D P, 2/1, no 270, a. 1134 : à Corte di Sacco une terra partim aratoria, partim pradaliva, partim buscaliva ; etc. De telles mentions, sans devenir exceptionnelles, tendent ensuite à se raréfier, du moins eu égard à la croissance de la masse documentaire. Le vocabulaire, comme on le voit, est trop pauvre, trop général pour caractériser ces marges incultes. On ne peut guère que postuler qu’il en fut ici (et sans doute un peu partout) comme en Picardie où « les premiers efforts ont porté sur les bosquets, les bois écartés et de faible étendue, le pourtour des massifs », le plus souvent simples taillis à débroussailler avant toute chose » (R. Fossier, La terre et les hommes..., p. 312).

30 C D P, 2/2, no 1 :... pecias duas de terra aratoria... sicut cernitur prima pecia a cesa et fossato prope locum qui vocatur Caselle usque in palludem que nuncupatur Nemora. Et coheret ei ab uno latere via. ab alio latere similiter via et ne-more percurrente. Secunda pecia ibi prope que minor esse videtur iuxta eamdem viam. cernitur a fossa cum cesa supra usque ad arborem roburis que est prope viam currentem inter utramque peciam de terra et ab ipsa via usque ad silvam que est ab alio capite.

31 Cf. V. V. Samarkin, L’evoluzione degli ordinamenti fondiari..., p. 3. Il insiste justement sur le rôle protecteur de ces haies légères avant les récoltes. Cela dit, il faut se joindre à la critique que lui adresse S. Bortolami (Territorio..., p. 70, note 89) quant au maintien de cet usage temporaire au xiiie siècle : il s’agira alors, en effet, de tout autre chose, à savoir d’un véritable mouvement « d’enclosures », à caractère par conséquent définitif.

32 La parcelle en partie boisée décrite dans C D P, 2/1, no 270 (cf. note 29) est, elle aussi, entièrement entourée d’eau : per circuitum ex omnibus partibus fossa.

33 Cf., entre autres, C D P, 2/1, no 63, a. 1114 : à Cortelà et Boccone, dans les Euganées, mansos duos... cum runcationibus tam in montibus quam in planiciis ; no 142, a. 1123 : à Mason et Carturo, duos mansos... cum runcationibus et amplo ; 2/2, no 705, a. 1158 : à Campomalo, duos sedimina mansorum... cum amplis ; etc.

34 Un premier exemple, en milieu silvestre, en 1199 (E. Malipiero-Ucropina éd., Ss. Secondo..., no 67).

35 C’est en tout cas ce qu’écrit A. Castagnetti au sujet de l’Adige dans son ouvrage La pianura veronese..., p. 38.

36 Voire plusieurs groupes villageois, comme dans le cas du bois de Ponteglese, dont les terres ont été roncate durant les décennies précédant 1180 par les hommes des villages de San Nicolò, de Roncaglia, et du lieu-dit voisin de La Fossa, le tout post divisionem Ponteglese : il est clair qu’on avait affaire ici à un système d’exploitation des incultes un peu du même type qu’à Sacco, commun à plusieurs villages, lequel système a pris fin après une commune décision de division entre les habitants (C D P, 2/2, no 1360).

37 C D P, 2/1, nos 197 et 199 : sur 5 peciae aratorie, 3 sont situées in circuitu nostri consortes.

38 A titre d’échantillonnage j’ai fait le compte des documents du xie siècle où apparaissent des consortes parmi les confronts de parcelles : sur une douzaine il en est deux qui mentionnent une via publica sur un côté, et rien de plus. Or pour 98 parcelles décrites dans le premier volume du C D P, on trouve au total 37 mentions de via, dont seulement 8 viae publicae parmi les confronts sur au moins un côté. Le chemin ne vient donc qu’après une période d’usage collectif des voies d’accès au terres nouvelles.

39 Cf. supra, p. 396.

40 A S V, S. Zaccaria, B. 17, 21 mai 1206.

41 Etant entendu que, dans le même temps, l’alleutier peut exploiter un surcroît plus ou moins élevé de parcelles en « livello » pour un seigneur local.

42 Cf supra, p. 511, note 26.

43 « Pecia de terra... in loco ubi dicitur Pratum domnicale.... » ; « olim fuit pratum domnicale » (C D P, 2/2, no 757).

44 Une autre association de consortes nobles, dès les premières décennies du xiie siècle, mène une entreprise de défrichement du même ordre, dans une autre bande forestière de bord de rivière, celle qui suivait au nord le cours du Cornio ; elle est plus restreinte puisqu’elle comprend trois seigneurs qui agissent au nom de leurs épouses (probablement apparentées, par conséquent) : il s’agit d’Uberto da Vigonza, de Guizardo da Montebelluna et de Liuto da Marostica, ces deux derniers étant des châtelains de la zone de domination épiscopale située au pied des Alpes. Leurs défricheurs en viennent à se heurter à ceux des chanoines, autres propriétaires de ces bois. Quant aux modalités de la mise en valeur, à ses acteurs effectifs, on ne sait rien (C D P, 2/1, no 237, a. 1132).

45 S. Bortolami, Pieve e « territorium »..., p. 64-65.

46 Ibid., doc. 3 (a. 1189), p. 80-83.

47 De même le projet de défrichement de Praglia dans son braidum de Brusegana se résume à 28 campi, soit une dizaine d’hectares (cf. supra, note 26). Cela dit, cette modeste superficie peut fort bien signifier 28 contrats à venir, le campo représentant alors la superficie moyenne de la pecia terre.

48 Dès les années 1140-1145 c’est tout un lacus dont la commune de Conselve était propriétaire qui a été asséché (E. Zorzi, Il territorio..., p. 116 ; cité par S. Bortolami, Territorio..., p. 49). En 1214 la commune de Cartura cède en livello trois peciae situées au lieu-dit Palù de Casa (A S P, Dipl., no 936 et 958) ; en 1217 un alleutier de Piove est possesseur d’une terre au lieu-dit Palù de Spadaro (ibid., no 987) ; avant 1211 les homines de Este entreprennent collectivement des travaux de drainage et creusent un fossé jusqu’au Vigenzone (A S P, Corona, no 4084) ; sur Pernumia cf. S. Bortolami, ibid., par exemple p. 48-49 (décisions communales sur des problèmes de drainage des eaux).

49 A. Castagnetti, Circoscrizioni amministrative..., p. 317. L’auteur démontre que l’erreur de Torelli tient à ce qu’il avait pris pour un premier démarrage, à la fin du xiie siècle, ce qui était en fait une reprise des activités pionnières après un reflux qui avait commencé dès la fin du xie siècle, du fait d’un ultime mouvement de déplacement du cours du Pô.

50 A. Castagnetti, La distribuzione geografica dei possessi di un grande proprietario veronese del secolo xi : Engelberto del fù Grimoaldo di Erbè, dans « Rivista di storia dell’agricoltura », 9, 1969, p. 15-26. Du même Castagnetti on dispose, je le rappelle, d’un plus tardif article de synthèse sur les défrichements dans la basse-plaine de Vérone ; cf. Id., La pianura veronese..., p. 35-138.

51 Les mentions explicites n’atteignent pas la dizaine auparavant : par « mentions explicites » j’entends qu’elles associent les références à des ampla et les références à des paludes, ou qu’elles signalent des assèchements, comme dans le cas des terres de l’évêque à Legnaro (cf. page 520).

52 C D P, 1, no 225.

53 Au xiie siècle on verra le marquis Azzo III parler de runcos meos de Frata, mais désormais le temps est clairement aux initiatives de la part des grands (cf. S. Bortolami, Comuni e beni comunali..., p. 565, note 16).

54 En fin de compte on est frappé par ce que cette date d’intervention a de tardif. Il est probable que les dépenses et les engagements qu’impliquait la lutte contre Frédéric Barberousse ont empêché les grands travaux communaux de démarrer plus tôt (cela dit il y avait eu auparavant une première action des autorités padouanes, plus que maladroite il est vrai, la « taiada » – le détournement du cours – du Brenta, en 1142). Dans les Flandres, où l’autorité comtale et les communes ne se contrarient pas, un mouvement semblable démarre à peu près vingt ans plus tôt. Pour Saint-Omer, A. Derville parle des « travaux gigantesques des années 1160-1170 » ; c’est alors en effet que, tandis que, « à l’initiative du comte Philippe d’Alsace (est) construit le nouveau port de Gravelines », les Audomarois créent la « rivière de Gravelines », c’est-à-dire canalisent les eaux du marais bordant leur ville, donnant naissance à l’actuel Aa ; comme le remarque cet auteur, « le synchronisme est parfait avec Bruges, qui était précisément en train d’aménager sa liaison avec Damme ». En Flandre, la « fièvre de défrichements » couvre les années 1165 – les années 1165-1215 (A. Derville, Le marais de Saint Omer, dans « Revue du Nord », 62, 1980, p. 83). Ce léger décalage pourrait donc avoir des raisons politico-militaires.

55 Sur ce thème, cf. S. Escobar, Il controllo delle acque : problemi tecnici e interessi economici, dans Storia d’Italia Einaudi, Annali, 3, Turin, 1980, p. 85-145. L’auteur centre sa démonstration sur l’exemple vénitien ; il s’en tient à la période de la Renaissance et ne s’intéresse pas à celle qui m’occupe.

56 Dès 1115 le marquis fait lotir un vaste espace à bonifier de l’autre côté de l’Adige, en Polésine : une petia de terra...super fluvium Adesis quod est petia ipsa de terra mansos XX, soit sans doute 400 campi (C D P, 2/1, no 68) ; mal connu dans le détail le mouvement semble général en Scodosia : en 1177 la collégiale de Santa Maria delle Carceri se voit reconnaître les dîmes novales à Frata, Montagnana, Vighizzolo, et in tota Scodosia (ibid., 2/2, no 1269).
A Calcinara, en 1162, Ugolino da Baone offre en donation pieuse au monastère San Cipriano de Murano un braidum asséché, significativement voisin d’un marécage (ab ambobus capitibus palude) et d’une fossa (a quarta parte fossa de Grulo) (2/2, no 783). Quelque temps plus tard, en 1189, le monastère fait appel à Alberto da Baone pour le représenter dans un procès où les ampla, nemora, paludes qu’il a reçues de la famille à Castel di Brenta et Calcinara sont en cause, et Béatrice, fille d’Albertino da Baone, en détient encore en ces mêmes lieux (A S V, San Cipriano, B. 110, R. 821). En 1138 le monastère San Cipriano reçoit de Giovanni da Montagnone ses droits in silvis ac paludibus atque quibuscumque amplis infra Sacenses fines a fluvio Cornio usque ad Brentam (C D P, 2/1, no 343). On remarquera que, à la différence des da Baone, dans leurs possessions du sud, les da Montagnone sont manifestement de simples consortes (introduits par quelque faveur épiscopale) dans les incultes et les ampla.

57 C D P, 2/2, no 675, a. 1157 : un même aristocrate padouan, Guglielmino di Compagno, prétend détenir en fief, dans les ampla de Legnaro, une pecia de terra quam hoc anno episcopus seccare fecit et, sans doute en livello, un amplum à Piove dont le communis Sacci est propriétaire. On retrouve ici la situation foncière créée par l’accord de 1080 entre évêque et arimanni, qui avait réservé au premier la part la plus à l’ouest (C D P, 1, no 262).

58 En 1162 Manfredo d’Abano, à la demande de l’abbé de Praglia, accompagne une donation de la cession d’un ensemble d’incultes parmi lesquels une partie des marais de Lonzina (C D P, 2/2, no 787 et 791). En 1200 seront exploités, derrière le Monte Lonzina, des runci palustris monasterii (A S P, Corona, no 3653).

59 Voici l’une des aliénations les plus importantes en faveur du monastère : en 1202 ce dernier acquiert, pour la forte somme de 525 livres, une très vaste pièce de terre, entre autres avec droit d’usage sur les marais (B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 3, no 360).

60 A. Castagnetti, Primi aspetti di politica annonaria..., p. 389-390 ; sur le rôle des Crescenzi, un commentaire dans A. Rigon, « Franchavilla Mercatorum ». Mercanti veronesi, abbazia della Vangadizza e un’impresa di bonifica nel primo Duecento, dans « Atti e memorie del Sodalizio Vangadiciense », 3, 1982-1983, p. 11-12 et 20-23. L’article a été publié depuis dans « A V », s. 5, 124, 1985, p. 5-37.

61 Pour la situation de Gazzo, cf. S. Bortolami, Pieve e « territorium »..., p. 56, note 175. Le même auteur remarque ailleurs que ce défrichement constitue (avec le creusement du canal de Battaglia, au même moment) « la première initiative publique de la commune de Padoue enregistrée parmi les notabilia dans les chroniques locales » (Id., Territorio..., p. 39, note 12). Les documents d’archives manquent.

62 Sur le navigium de Padoue à Monselice cf. le Liber regiminum, p. 296 ; de même les Annales Patavini : Factum fuit hoc anno navigium, quod vadit, seu per quod navigatur a Bassanello Montemsilicem (p. 261). Sur le Piovego, cf. les mêmes Annales Patavini, p. 261, et le Liber regiminum, p. 301. Quant aux raisons qui ont porté les Padouans au creusement du Piovego en 1209, cf. R. Cessi, La diversione del Brenta..., p. 68-69.

63 Cf. infra, p. 615.

64 B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 2, no 250, a. 1188 : une pecia de busco vendue et cédée en fief sans fidélité à Costantino, habitator in Bagnolo, et à ses frères Boninsegna et Michele ; no 307, a. 1196 : cession en fief (mais ici pas de mention explicite de vente, ce qui ne prouve rien) de sedimina, bois et ampla à quatre frères de Bagnolo, Giovanni, Gerardo, Vitale et Albertino ; t. 3, no 368, a. 1203 : 16 parcelles totalisant 15 campi vendues et inféodées à Costantino, l’acheteur de 1188 ; no 384 : encore en 1203, 6 parcelles mesurant 8,5 campi vendues et inféodées à un notaire d’Arre, Citadino.

65 La documentation issue des archives du monastère de la Trinité de Brondolo ne fournit, avant 1214, qu’une série d’inféodations, en général nanties d’une allusion au prix de vente. Par contre la rubrique Diversa des Archives épiscopales de Padoue nous livre un petit corpus de reconnaissances de dettes, échelonnées de 1202 à 1208, de la part de Marsilio da Carrara puis de ses héritiers, où l’on retrouve bon nombre des noms d’acheteurs-vassaux de Bagnoli (A C P, Diversa, t. 1, nos 24, 25, 35, 42 à 47). Il me faut préciser : outre les reconnaissances de dettes à proprement parler, une partie de ces documents sont des cessions des droits sur les da Carrara d’un créancier ancien, soit à quelqu’un qui les lui rachète, soit à un ou deux fidéjusseurs qui s’étaient portés garants et, ayant remboursé le créancier initial, héritent de ses droits et se retournent à leur tour contre le débiteur. On voit ainsi circuler, toujours dans le même milieu, des sortes de « cartes de crédit » sur les familles nobles (cf. infra, p. 623).
Quelques années après les interventions de la commune de Padoue à Bagnoli, et alors que désormais ces notables sont les bénéficiaires de la bonification des marais locaux, on retrouve (dans la documentation éditée de la Trinité de Brondolo, cette fois) des listes de créanciers, très comparables aux précédentes, qui se font à présent rembourser par le monastère, acheteur d’une partie des terres de la famille (cf. B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 3, nos 469, 502 à 505, a. 1214-1215).

66 Ibid., nos 402, 403 et 405.

67 Ibid., no 407.

68 Tous les deux sont fidéjusseurs (donc garants) de Marsilio da Carrara, frère d’Uguccio et fils de Marietta, en 1202, puis encore en 1208, date à laquelle, ayant déjà payé ou au contraire devant encore le faire, ils se trouvent dans l’obligation de s’adresser directement à la famille (A C P, Diversa, no 46). Leonardo en est encore à recevoir un remboursement en 1214 (B. Lanfranchi-Strina éd., ibid., nos 465 et 469), mais incomplet car on le retrouve créancier l’année suivante (no 502).

69 Ibid., no 489, a. 1215 :...publica quem (sic) laboraverunt illi de Bagnolo Abbatis ; ailleurs dans le document c’est au pouvoir de décision qu’il est fait allusion, et le canal est alors défini comme la publica facta noviter per comune Padue et dominum Iacobum (Giacomo da Carrara, héritier, avec Alberto, de Marietta).

70 Ibid., no451 : publica... utilis videbatur esse ; l’acte est rédigé in palude maiori.

71 No 452 :...de tota terra sine amplis usque ad publicam factam per comunem Padue, vel ultra publicam.

72 No 502, a. 1215.

73 Quant à l’endettement et aux problèmes financiers des da Carrara, ils ne s’arrêtent pas là : les ventes-investitures reprennent puis, en 1215, ils vendent les deux-tiers de leurs biens de Bagnoli au monastère de Brondolo qui se chargera en leur nom de rembourser les créanciers (nos 489 et 502 à 505).

74 Les gens de la commune voisine de Conselve utilisaient une partie du palus maior ; ils tenteront en vain de s’opposer au processus (ibid., nos 499 et 501).

75 Sur les terres nouvelles de Spessedo ils se désignent explicitement comme consortes (ibid., no 467, a. 1214).

76 Cf. supra, p. 428.

77 B. Lanfranchi-Strina, ibid., nos 455 à 458, a. 1214.

78 En 1212, par exemple, un manse à défricher de 30 campi, dont 4 qui seront consacrés à une clausura, est loué pour 20 ans seulement ; et il devra être entouré d’un fossé (ibid., no 439) ; nos 475 (a. 1214) et 543 (a. 1216) : un manse de 20 campi et une pecia de même taille à laquelle s’adjoint un sedimen ; no 480 (a. 1214) : 15 campi en une pecia ; encore en 1258 (A S V, Brondolo, B. 2, 25 avril), dans une vaste exploitation composée de plusieurs parcelles, la plus vaste – 25 campi – se trouve dans la zone bonifiée.

79 Voici un autre exemple. De la même façon, à Polverara, l’aristocratie urbaine se fait octroyer en location, de la commune de Padoue, de très vastes parcelles : en 1222, un di Manfredo y acquiert, à côté d’un sedimen isolé en bordure du bois, une pecia terre d’une superficie de 2 manses, soit 40 campi (ASP, Corp. soppr., Santa Maria della Riviera, t. 10, p. 11a) ; en 1229 ce sont 5 peciae, dont une de 20 campi (ibid., t. 1, p. 20 a) ; la même année deux padouans, Alberti-no di Tealdo, du faubourg de Codalonga, et Gomberzone di Patavino, du quartier de Santa Giuliana, vendent au monastère de Santa Maria della Riviera une terre de plus de 22 campi, sur laquelle se trouvent des bâtiments d’exploitation, de propriété communale (ibid., t. 1, p. 21) ; etc.
Bref, si toutes ces parcelles ne sont pas aussi imposantes et ne correspondent pas toutes à des exploitations d’un seul tenant, comme on peut le voir à l’exemple du second achat des di Manfredo, il est clair que la tendance est bien à la constitution de tels ensembles.

80 On trouve au passage, en 1132, un navigatorium, canal navigable allant de Sermazza au Cornio (C D P, 2/1, no 237).

81 C D P, 1, Dissert., p. LIX.

82 C D V, t. 1, no 156, a. 840-853 : Istae sunt fines inter Montes silices et Veronenses de loco Cernia :... et usque in Fossatum inter Casellas et silvam quae vocatur Sanguinedo. et ipse fossatus factus fuit manibus hominum.

83 A. Gloria, Gli argini dei fiumi..., p. 11-22.

84 E. Crouzet-Pavan, La città e la sua laguna : su qualche cantiere veneziano della fine del Medioevo, dans Ars et Ratio, J.-C. Maire-Vigueur et A. Paravicini-Bagliani éd., Palerme, 1990, p. 35. Dans le cadre vénitien il faut attendre jusqu’aux années 1280 pour voir un passage à l’initiative publique.

85 B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 2, no 2, p. 17.

86 Il va de soi que l’on ne peut produire ce genre de pourcentage qu’à titre purement indicatif. Les notaires, tantôt notent plus aisément les noms des propriétaires voisins, tantôt au contraire insistent sur tel détail concret.

87 Quelques exemples, choisis dans le cadre de Sacco : de uno latere et uno capite fossa aiacente (Codevigo, a. 988 : C D P, 1, no 72) ; da tres partes fossa aiacente (ibid., a. 1035 : no 131) ; in circuitu fosa abente (au lieu-dit Vigna Maiure, a. 1084 : no 278). Cette diversité est, cela va de soi, une constante en tous lieux de la basse-plaine.

88 A Arzere di Sacco, en 1024, une terra cum silva est ainsi entourée : da una parte fosa antica abente et de alia parte arzere antico percurente. quidem uno caput sui consortes abente et de alio caput fossa antica aiacente (C D P, 1, no 108). La nature même de cette parcelle, boisée et proche de terres communes, témoigne en faveur de l’interprétation de Gloria, les bois formant une sorte de tampon protecteur entre les zones de culture et les rivières. Cf. de même, dans les environs de Padoue, de alio caput arzere antica (no 119, a. 1027, au lieu-dit Cancolada, dans les fines de la ville), ambobus capitibus fose antize (sic) percurente (no 169, a. 1054, à Rubaca).

89 ...pecia una de terra aratoria... in fundo villa Plebe locus qui dicitur Corsiola ; et de alio latus fosa... et de alio caput Gobo et fosa publica percorente (C D P, 1, no 88).

90 Sur cette fonction des fossae comme marques de limites d’un territoire et comme éléments de défense je renvoie le lecteur à l’article de F. Menant, « Fossata cavare »...

91 C D P, 2/1, no 192.

92 Ce contrôle peut donc en venir à s’exercer sur des canaux d’origine purement locale, ce qu’exprime le statut no 928 de 1265 (p. 308) :...publice omnes veteres paduani districtu, sive fuerint consorcium sive comunis.

93 Cf. supra, p. 526.

94 Cf. par exemple : une fovea creusée in concordia par les communes de Tribano et de Bagnoli, et qui marque la limite des communaux respectifs (B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., no 376, t. 3, a. 1204) ; à Piove, une fossa communis borde une vaste pièce de terre de propriété de cette commune (A S P, Dipl., no 719).

95 S. Bortolami, Territorio..., p. 201, no 105 : Statuimus quidem quod fossatus qui est et vadit per Carpegnone debeat fodi per consortes (il n’y a donc point ici d’équivoque). Ibid., p. 213, no 178.

96 Ibid., p. 207, no 138.

97 Ibid., p.213, no177 : Item ordinamus quod omnes dosones, ubicumque sunt vel pro tempore erunt in territorio Pernumie et eius confinio, debeant cavari et curari per consortes.

98 Cf. par exemple ibid., p. 213, no 179.

99 Ibid., p.203, no111 : usque ad Vigensonem.

100 Ibid., p. 194, no 79 :...dosones... debeant esse et fieri... per consortes et inter unum consortem et alium et inter terram unius consortis et terram alterius anpli de quinque pedibus per teratorium et confinium Pernumie (ce qui sous-entend qu’il n’y a pas de mesure standard d’une commune rurale à l’autre). Je rappelle que le pied équivaut à 0,357 mètre (A. Gloria, Il territorio padovano, t. 1, p. 152).

101 C’est ce qu’exige l’abbé de Candiana de plusieurs de ses livellarii : en 1190 une pecia de 4 campi devra être, dans l’année, entourée de fossata...que sint de tribus pedibus inter se (le livellarius) et suos consortes, ita quod inter factum a se et factum a suo consorte sit fossatum amplum de VI pedibus (P. Sambin éd., Candiana..., no 5). La même chose est exigée d’autres livellarii en 1195, 1197, 1198 et 1199 (ibid., nos 7, 8 et 9, 11, 12, 13, 15, 16 et 17). On remarquera qu’une telle largeur ne peut avoir ici d’autre but, puisqu’il s’agit d’entourer les peciae, que d’isoler chaque terre, en premier lieu pour la soustraire au parcours des animaux.

102 C D P, 2/1, no 556 : Rolandus de Curano refutavit et finem fecit in manu Iohannis Paduani episcopi nominative cogelariam de Buca Curani ;...Rolandus debet clusam de sancto Andrea ita largam tenere. ut inde possint episcopi homines de sancto Zorzo ire et redire cum navibus. quae sint in latitudine octo pedum large.

103 Les bateaux ne sont pas seuls à circuler : les hommes de San Giorgio, au xiie siècle, ouvrent une écluse (bampadura) à Campopremarino – toujours sur la Tergola – pour laisser passer du bois de construction qui vient des forêts au nord de Padoue, voire des possessions épiscopales dans les Préalpes (E. Zorzi, Il territorio..., doc. 2, p. 262 : des témoins dans un procès, en 1187, les évoquent qui veniebant et ibant per illam bampaduram et aperiebant eam... et dimittebant lignamina ire).
Sur le terme bampadura, cf. la définition de Gloria, dans C D P, 2/1, Glossaire ; cf. aussi S. Bortolami, Acque, mulini e folloni..., p. 293. L’auteur montre comment ces écluses sont du nombre des travaux hydrauliques nécessaires aux moulins : il fallait en créer un peu en amont pour augmenter la vitesse du courant. On conçoit dès lors que laisser libre un espace minimum de 8 pieds signifie entre autres ne pas y édifier de moulins, d’autant qu’au xiie siècle il s’agit encore de constructions flottantes, installées transversalement au courant (S. Bortolami, ibid., p. 292-293 et 301-302, avec bibliographie).

104 C’est ainsi que, de canaux déjà existants, les statuts exigent, çà et là, l’élargissement. Cf. par exemple Statuti..., no 887, p. 300 (avant 1236) : Arquade navigium amplietur... ; no 932, p. 309 (a. 1267) : Publica quoque fravaledi (qui part de Pernumia) debeat ampliari per duodecim pedes ; no 949, p. 310 (même date) : Et quod illa publica (la publica vanalta, vers Sant’Andrea) stet aperta et cavetur et amplietur per duos pedes ab utraque parte.

105 B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 3, no 489.

106 Statuti..., p. 310, no 939 : Statutum vetus conditum ante dictum millesimum (1236). Publica que vadit per pratum maius inter bagnolum et arem et sanctum syri debeat cavari a ponte frate usque ad agnam. et edempletur duodecim pedes.

107 B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t.3, no407 : Que plubice debeant fieri, et porta una unde exeat aqua ad flumen vetulum, ad voluntatem Henrigeti de Pietro Toco. Si illi homines quos ordinaverit noluerint facere portam supra arçerem fluminis Vetuli, quod domina Palma et Michael vel eorum heredes quandocumque voluerint facere possint vel fieri facere.

108 Cf. supra p. 523-524.

109 A S P, Corona, no 1580 :...(porta) per quam scolantur aque predictorum comunium et terrarum ipsarum...

110 Statuti..., p. 304, no 909 (avant 1236).

111 L’essentiel aura été fait, en fin de compte, entre deux guerres ; car la corrélation entre la paix de Constance (1183) et le début des grands travaux communaux est indéniable ; cf. C. G. Mor, Il trattato di Costanza e la vita comunale italiana, dans Popolo e stato in Italia nell’età di Federico Barbarossa, XXXIII Congresso Storico Subalpino, Turin, 1970, p. 373-374.

112 S. Bortolami, Territorio..., p. 46 (voir particulièrement la note 28).

113 Cf. supra, p. 277-278.

114 L. Lanfranchi-B. Strina éd., Ss. Ilario..., p. XXXII. Cf. supra, Introduction, p. 53.

115 Ibid., p. XVI.

116 Ibid., no30 : Benedictus de Noenta iuratus dixit quod a quadraginta annis et plus vidit monasterium Sancti Yllarii tenere et quiete possidere villam, que dicebatur Viculus ; et modo est palus (p. 92) ; De Terra Publica dicit quod fuit ne-mus et modo est palus. Et ibi erant mansi (p. 95) ; Reliqua autem loco, que nobis designavit scilicet Viculus et Plovega, que olim fuerunt ville, nescit cuius sint (p. 95).

117 Ibid., p. XIX.

118 En 1304, à Porto, ce qui était encore en 1229 (soit près d’un siècle après la taiada) un sedimen entouré de cultures est devenu un ensemble de 4 pièces boisées et d’une 5e marécageuse (G. Carraro éd., Il « Liber »..., p. 132-136).

119 Ibid., p. 187, a. 1254 : à Battaglia, fluvius qui vadit ad Montemsilicem percurrit a capite dicte poste molendinorum... ab alio capite coheret palus ; ASV, Brondolo, B. 2, 13 janvier 1236 : le palus maior voisin d’une pecia à Bagnoli ; S. Bortolami, Territorio..., p. 49.

120 Les exemples ne manquent pas au sud de Padoue : en 1240, dans la campagne de Carrara, un palus prope riveriam (A S V, S. Michele in isola..., B. 11, no 58) ; en 1226, à Monselice, au lieu-dit Vanzilivui, à côté d’un pré, le palus comunis (A. Vat., Fondo veneto, 1, no 5943) ; à Melara, en Saccisica, vers 1250, San Giorgio maggiore possède une pecia... prataliva et buscaliva et paludes (A S V, S. Giorgio maggiore, B. 107, Proc. 419, Catastico) ; à Cazzago, dans l’est, en 1241, un ensemble de 3 parcelles totalisant 40 campi est encore in palude (A S P, Corona, no 4888 a).

121 Il Catastico..., p. 93 : ab omni parte pallus comunis ; p. 109 : ab I latere pal-lus comunis ; et passim.

122 Ibid., par exemple p. 101 : Ibidem reddit decimam de I. canpo terre a Frata... ; que terra est paludicia et quandoque laboratur et quandoque non ;...ibidem reddit decimam de II. canpis terre paludicie que quandoque laboratur et quandoque non.

123 Statuti..., p. 304, no 912 : le texte parle d’une multitudo aquarum decurrencium de vicentino districtu.

124 Alors que Rolandino ne fait que de très rares allusions à des disettes, le Liber regiminum les mentionne de façon régulière. Pour les années 1181 et 1184 il parle de maxima caristia (p. 294), de fames valida (p. 295) ; il note aussi une récolte surabondante en 1204 (p. 300 : et fuit maxima ubertas bladi). Il faut croire que les bonifications engagées précisément dans les années 1180 ont apporté la prospérité à une génération au moins car il faut attendre 1274, puis 1303, pour voir revenir les mentions de magna fames (celle de 1274 est de surcroît la première à être caractérisée comme générale en Italie padane : per universam Marchiam tarvisinam, et Lombardiam, p. 332) et de maxima sterilitas bladii in Padua (p. 346).
Le chroniqueur relève aussi les incendies, les temblements de terre, etc., tout ce qui sort de l’ordinaire. De même, pour 1234, il signale un hiver exceptionnel (seule mention de ce type) où l’on pouvait se rendre à cheval à Venise et où de nombreux animaux étaient morts (p. 310). Il me semble qu’on est en droit de conclure de tout cela à l’efficacité du réseau de canaux et de digues édifié par les Padouans. Ajoutons qu’une étude comparative sérieuse, à partir des chroniques, serait sans doute fort utile, ne serait-ce que pour tenter de situer les parts respectives du climat et de l’intervention ou de la non-intervention humaine dans ces faits d’exception. Les années fastes et les années de vaches maigres diffèrent d’une région à sa voisine : ainsi n’est-il pas fait mention à Padoue de la grave disette dont Bologne a souffert en 1259 (A. I. Pini, La viticoltura italiana nel Medioevo. Coltura della vite e consumo del vino a Bologna dal x al xv secolo, dans « S M », 3e s., 15, 1974, p. 848. L’article est aujourd’hui réimprimé dans Id., Vite e vino nel Medioevo, Bologne, 1989, p. 51-169 ; je citerai cependant la pagination de la revue, plus accessible à Paris).

125 On a vu plus haut que les chroniqueurs, sensibles à l’accidentel, à l’exception, ne notent pas, dans l’ensemble, d’irrégularité climatique grave pour la fin du xiie et le xiiie siècles, l’hiver 1234 mis à part. Par contre, pour le premier tiers du xive siècle on trouve, assez curieusement dans les seules Annales Patavini (dans les deux versions, la latine et l’italienne) qui, d’habitude, en disent moins que le Liber regiminum, à l’année 1326, l’unique mention de pluies surabondantes dans le corpus des chroniques antérieure à 1350 : « Nel predetto anno, il giorno dell’olivo, nevegò grandemente e fù una grande pioggia con gran freddo » (p. 248). Cela dit, on remarquera qu’il ne dit pas qu’il en soit résulté une disette, l’hiver seul ayant été troublé.
Bien qu’unique, cette remarque de l’annaliste est révélatrice : elle s’accorde avec la vulgate désormais établie sur les caractéristiques du climat du xive siècle, plus irrégulier et, surtout, plus humide que l’époque antérieure. La bibliographie de l’histoire du climat médiéval, depuis les temps pionniers des années 1960 (cf., sur les premiers travaux, la bibliographie de R. Fossier dans Enfance de l’Europe, t. 1, p. 14, et t. 2, p. 1072), s’est notablement enrichie. Je citerai ici deux ouvrages de référence : Pierre Alexandre, Le climat en Europe au Moyen Âge. Contribution à l’histoire des variations climatiques de 1 000 à 1 425 d’après les sources narratives de l’Europe occidentale, Paris, 1987 (on aura présentes à l’esprit, cependant, les remarques critiques d’E. Ornato : L’exploitation de sources narratives médiévales dans l’histoire du climat : à propos d’un ouvrage récent, dans « Histoire et mesure », 3, 1988, p. 403-449) ; Mario Pinna, Il clima nell’alto medioevo..., p. 431-459.

126 C D P, 1, no 225 : de paludibus de finibus Altadura de ipsa palude que nullo tempore non fuerat laborata sed adhuc laborati fiunt excepto ipsos ageres qui ipsa factus palude (sic) et in antea laborati fuerant.

127 S. Bortolami, Comuni e beni rurali..., p. 565, note 16.

128 L. Lanfranchi éd., S. Giorgio maggiore, t. 3, no 503 : (campi) qui modo, id est tempore vendicionis, facti sunt paludes vel sub aqua.

129 A S V, S. Giorgio maggiore, B. 105, Proc. 400, a. 1219, 13 février-24 avril : il s’agit d’une déposition de témoins, lors d’un procès entre le monastère et Vis-domino (dei Tadi, sans doute), sur l’une de ces terres de Rosara revenues au bois. La situation de la parcelle est révélatrice : elle est située au lieu-dit Arzer (« la digue ») et une fovea la traverse. Il s’agit bien d’une ancienne terre communale, vendue par les marici, plus de 25 ans auparavant. L’un des témoins, Zambono, dit « Billissima », se souvient d’y avoir semé des fèves pour le monastère, mais à présent il y a là des saules, et est reversa in nemore ; d’autres témoins confirment et enrichissent ces informations. Il est probable que la parcelle en question est l’une des six peciae buscalivae vendues au monastère en 1188 (L. Lanfranchi éd., S. Giorgio maggiore, t. 3, no 493), car les marici, Martino di Onesto et Guglielmo « Pavone », sont ceux dont les noms sont cités en 1219. On voit encore en 1203 et 1204 les deux communes associées de Rosara et Melara vendre des terres pour payer leurs dettes (A S V, S. Giorgio maggiore, B. 91, Proc. 372, 16 décembre 1203, 15 mars 1204).

130 Dès la fin du xiie siècle les cultures ne sont plus le seul résultat des défrichements : vers 1195, en Scodosia, la commune d’Urbana défriche un bois au 4/5e, une portion minime est mise en culture, l’essentiel est laissé en prés et l’herbe est vendue. Il est clair que les notables de certains bourgs ruraux ont assez de pouvoir pour imposer des choix plus rémunératifs (S. Bortolami, Comuni e beni comunali..., Appendice, doc. 1, p. 569 et 575).

131 Il est extrêmement difficile, sinon hasardeux, de tirer d’une documentation régionale une conclusion générale, à moins de l’assortir immédiatement d’une foule de réserves. Les pages qui vont suivre le démontreront, je crois. Est-ce à dire qu’il est impossible de déceler des tendances de fond ? Je n’irai pas jusque là. Mais alors il faut regarder les choses de très haut : en ce sens c’est seulement du point de vue de Sirius que l’on peut, à la rigueur, avec E. Occhipinti, dire que les défrichements cessent dès le début du xiiie siècle ; et il me semble, de toute façon, pour le moins imprudent d’en arriver à déclarer comme elle le fait qu’on ne peut pas discerner de « période de grands défrichements » en Italie septentrionale (E. Occhipinti, Il contado milanese..., p. 157). Si, sur les terres de San Maurizio de Milan et autour d’elles, les mentions de ronchi sont rarissimes, généraliser les conclusions à ce point relève d’un impérialisme « campaniliste ». De toute façon il y a une spécificité de la basse plaine, avec ses grands espaces marécageux et leur retard démographique à combler, dont je ne suis pas le seul (j’arrive après Fumagalli, Castagnetti et quelques autres) à mettre en évidence la réalité.

132 C D P, 2/2, no 685.

133 Sur Pernumia et le défrichement des incultes de son territoire, cf. S. Bortolami, Territorio..., surtout p. 51-69.

134 A C P, Episcopi, t. 1, no 76 : trois lieux-dits sont concernés, la vallis de Brodizine, Prota et la Vallis de Videto, aux noms révélateurs.

135 Les témoignages sont des années 1220, mais portent sur des faits antérieurs : ACP, Episcopi, t. 2, nos 179, 185, 186 et 187 (partiellement édité dans E. Zorzi, Il territorio..., Doc. XI, p. 300-305). Les gens de San Giorgio peuvent accipere aurizam (= ?) et carponem (charme) et oplum (érable) et noglarium (noyer). Sur Torre, cf. A C P, Villarum, t. 8 : Ronchi Nuovi, no 10 ; Feuda episc., t. 1, no 171 (a. 1198). C’est le nouvel évêque, Gerardo, qui prend ces mesures.

136 C D P, 2/2, no 681, cité dans S. Bortolami, Territorio..., p. 51-52. Il est fait explicitement mention de regulae nemorum de rovere guizado.

137 Statuti..., p. 222, no 676 : Quicumque de terris comunis runcaverit seu invaserit eam terram vel terras in comuni padue reducat potestas.

138 S. Bortolami (Territorio..., p. 52, note 41) cite les quelques regulae octroyées à ces établissements qui nous sont connues. L’une d’elles a été publiée par R. Cessi en appendice à son article, Una regula padovana del sec. xiii, auj. dans Id., Padova medioevale..., p. 101-102. La concession, faite au monastère de Santa Maria delle Carceri en 1264, confirme sans doute un acte très antérieur, perdu ou détruit à l’époque d’Ezzelino : la mise en défens des bois est complète et les tarifs d’amende sont simplement doublés pour les grands arbres (pro unoquoque pede roboris, ulmi, castanee, fraxini et façani).
Signalons que certaines communes rurales finiront d’elles-mêmes par prendre des mesures protectrices : c’est ainsi que, dans les quelques statuts de San Giorgio delle Pertiche qui nous sont parvenus (dans une rédaction datant de la fin du xiiie siècle ou des années 1300) l’article intitulé De regulis nemorum et fratarum seu wiçarum énumère 4 espèces protégées : quercum, ulmum, pomarium, perarium. Il est révélateur que le chêne et l’orme le soient au même titre que des arbres fruitiers (A. Checchini, Comuni rurali..., p. 176). Un autre article impose la même protection pour les saules (ibid., p. 178-179).

139 Cf. supra, note 130. Le témoin Azzo, d’Urbana, est le plus précis : comune Urbane... seminavit glandes in pluribus locis ubi non erat nemus, set non potuit illam reducere in nemore (S. Bortolami, Comuni e beni comunali..., p. 577).

140 S. Bortolami, Formazione, consistenza..., p. 32 col. 2 : le 27 mars 1300 ces 7 hommes demandent à l’abbé la concession ad laborandum de terreno ipsius monasterii qui stat sterile et incultum ; iam est diu posito in contrata Silve Maioris... ubi possint domos et habitaciones construere et fondare et ibisdem habitatum venire ; ils veulent facere villam ad habitandum vocabulo Sancti Benedicti de Silva Maiore.

141 Cf. A. Rigon, Ricerche sull’eremitismo nel Padovano durante il xiii secolo, dans « Annali della Facoltà di lettere e filosofia dell’Università di Padova «, vol. 4, 1979, p. 225-226 et note 38.

142 S. Bortolami, ibid. L’auteur évoque une « costante di fondo della politica patrimoniale » de Praglia, et cela jusqu’autour de 1250 au moins : « una fortissima incentivazione della spinta agricolo-insediativa » ; de même, un peu plus loin, il écrit : « fin verso la metà del Duecento vi è una pioggia di contratti... che mostrano... l’attività colonizzatrice ».

143 Cette problématique est au demeurant celle de toutes les terres de basse plaine. Dans la région de Vérone aussi le moment culminant des défrichements se situe de part et d’autre de 1200 et, par voie de conséquence, là aussi des séries de procès entre collectivités témoignent d’une angoisse nouvelle. Chacune veut empêcher ses voisines de profiter des bois les plus proches : ainsi, pour prendre un exemple précisément autour de 1200, les habitants de San Zeno de Minerbe et ceux de Porto se disputent l’exploitation de la forêt dite nemus Porti, propriété de l’évêque de Vérone, qui en avait concédé l’usage aux hommes de Porto (cf. A. Castagnetti, La pianura veronese..., p. 67 sq. ; l’auteur donne une série d’exemples).

144 S. Bortolami, Territorio..., p. 207-208, no 145. Statut rédigé entre 1225 et 1232.

145 Ibid., p.215, no194 : quod nemo ducat nec custodiat nec mittat, ne suam capram vel capros, porcos vel porcas, unum vel plures ad campaneam, nisi per custodes sive caprarum et porcarium comunis et pro ipso comuni constitutus. Le terme même de campanea est révélateur : le terroir ne comporte sans doute plus guère d’incultes, d’où la nécessité d’une surveillance accrue des parcours du bétail.

146 Ibid., p. 233, no 275, a. 1288 : quod aliqua persona de Pernumia non debeant (sic) tenere plus de duabus capris.

147 Ibid., p. 235, no 284.

148 C D P, 2/1, no 603.

149 Cf. par exemple C D P, 2/2, nos 694, a. 1158 : poule ou spalla ; 713, a. 1159 : poule ; 810, a. 1163 : spalla ; etc.

150 Cf. la documentation du C D Lanfranchi.

151 Cf. A S V, S. Zaccaria, B. 21.

152 Ibid.

153 B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 2, nos 273 et 274 (a. 1192), 283 (a. 1193), 338, 339 et 341 (a. 1199). Retour à la tradition : t. 3, nos 415 (a. 1209), 439 (a. 1212), 453, 455 à 458 (a. 1214), etc.

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540