Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Padoue et son contado (Xe-XIIIe siècle)

 | 
Gérard Rippe

Première partie. Les pouvoirs, des rois d’Italie à la crise de la première commune (Xe siècle-1200)

Appendice. Les consuls de Padoue

Texte intégral

1Les notices sont classées par ordre alphabétique des noms des consuls. La ou les dates qui suivent le nom sont celles des consulats. Entre parenthèses les dates extrêmes de l’activité connue des personnages.

Absalon, 1142

  • 1 Il n’y a pas véritablement de patronyme « di Arsalone » qui soit fixé ; il me fallait une appellati (...)

2L’Arsalon consul en 1173 est soit le même personnage soit un descendant. Sur lui, voir l’appendice prosopographique familial en fin de volume, avec un arbre généalogique1. La famille di Arsalone appartient au milieu de juristes lié à l’évêque.

Adamo di Lazaro, 1138 (1138-1179)

  • 2 C D P, 2/1, no 336.
  • 3 C D P, 2/2, no 1329.

3Ce personnage est l’ancêtre d’un lignage que l’on connaît un peu (bien qu’à travers un certain nombre d’hypothèses et d’incertitudes) : voir l’appendice prosopographique en fin de vollume, à la rubrique « Lazerini ». Pour m’en tenir à Adamo, je rappellerai sa présence, la même année 1138, aux côtés de l’évêque et d’autres boni homines et futurs consuls, dont Giovanni di Tado, Gualperto (le frère de l’évêque) et Nicolò di Pietro2. Il est l’un des rares (avec les Tadi et quelques autres) que l’on voit clairement en relation avec une famille seigneuriale : d’après un témoin à un procès tenu en 1179, Gualgnano da Fiesso (d’une branche des da Fontaniva) partageait avec lui la moitié des profits de la supramarigantia de Strà ; pour quels motifs ? On est enclin à imaginer quelque garantie d’emprunt, les Lazerini, famille citadine qui compte quelques juges, ne semblant pas autrement liée au milieu châtelain3.

4Le juge Lazaro, consul en 1166, est très vraisemblablement son parent : il s’agit là, manifestement, d’un prénom familial.

Albertino da Baone, 1173

  • 4 Sur les liens, clientélaires et vassaliques, entre les élites padouanes et les da Baone, cf. G. Rip (...)
  • 5 Cf. supra, p. 342.

5Avec lui voici dans le collège consulaire un noble d’origine comtale, particulièrement actif dans la vie citadine4. Les raisons de sa présence sont peut-être du même ordre que pour Rolando da Curano en 1142, à cette différence près qu’il ne s’agit plus maintenant d’une banale guerre entre villes voisines mais d’un conflit plus grandiose : on est en 1173 et la ligue lombarde se prépare au retour imminent de Barberousse et à l’affrontement final5.

Arderico da Vigonza, 1142 (1142-1148)

  • 6 Cf. supra, p. 141-143.
  • 7 Cf. infra, p. 584.

6Voici un représentant du milieu capitanéal implanté en ville6. Il faut voir en lui un miles. La famille n’a pas encore estimé nécessaire de parachever son « inurbamento » par l’entrée dans les carrières juridiques ; il faudra sans doute attendre le xiiie siècle, et le terme d’un lent déclin de fortune entamé dès les années 11307.

  • 8 C D P, 2/1, no 506, a. 1148 : Arderico est témoin d’une investiture féodale consentie par Rolando à (...)

7Avec Arderico c’est décidément la noblesse guerrière qui s’introduit dans le collège consulaire : il est à noter que lui-même est lié au châtelain Rolando da Curano, consul lui aussi en 1142, et par là aux Dalesmanini, ces véritables symboles de l’agressivité seigneuriale8.

Ardrico Dell’arena, 1138 (1109-1140)

  • 9 C D P, 2/1, no 440, a. 1144 : Petrus iudex de Arena.
  • 10 Nos 43 (a. 1109), 69 (a. 1115), 110 (a. 1120), 187 (a. 1129), 372 (env. 1140), etc.
  • 11 Cf. les nos 187 et 372.
  • 12 S. Bortolami, Pieve e « territorium »..., doc. 2, p. 76.
  • 13 C D P, 2/1, no 411, a. 1142 : un certain Amabile dell’Arena achète une terre à Ponteglese – entre P (...)

8Voici une famille de même profil que les Tadi ou les Lemizi. Le lecteur peut se référer à la notice familiale en fin de volume, et à l’esquisse d’arbre généalogique qui l’accompagne : les liens de parenté y sont rarement précisables, comme on l’y pourra voir. Ardrico, par exemple, y est isolé. L’essentiel est que, d’emblée, la fonction judiciaire caractérise (et durablement) les dell’Arena9 ; çà et là, au demeurant, un juge Ardrico, contemporain du nôtre, apparaît dans la documentation, mais privé de patronyme : il peut s’agir d’un homonyme10 ; cela dit, il est parfois entouré de certains des consuls de 1138, mais sa fonction de juge l’implique d’elle-même11. Les dell’Arena sont vassaux de l’évêque12, cela va de soi. Non moins classiquement, on les trouve présents dans les fines de la ville et à Sacco, ainsi que dans les terres de défrichement de Busiago, au nord de la ville, où ils tiennent leur fief épiscopal13.

Ariprando da Camposampiero, 1147

  • 14 Sur les da Camposampiero, cf. supra, p. 140 ; sur la guerre, cf. A. Castagnetti, I conti..., p. 125

9La présence, quelque peu surprenante a priori, de ce grand seigneur des limites nord du contado de Padoue et de celui de Trévise s’explique par le contexte d’alliance guerrière entre ces deux villes, contre Vicence (alliée elle-même à Vérone) et contre Venise (du moins jusqu’en 1144)14. On ne retrouvera plus ce cas de figure, du moins dans la documentation.

Armanno, voir Ermanno

Armenardo, 1138 (1136-1146)

  • 15 C D P, 2/1, no 287, a. 1136.
  • 16 No 466.
  • 17 Nos 409-410.
  • 18 A C P, Feuda canonicorum, 14.

10Il est possible qu’il y ait plusieurs notables de ce nom (qui n’est pas si rare : cf. l’index du C D P, t. 2) à Padoue. Deux ans avant cette première intervention des consuls, un Armenardo figure parmi les boni homines qui assistent à l’inféodation des Ongarelli par l’évêque, en son palais15 ; en 1146, toujours avec le même qualificatif, il assiste à un autre acte épiscopal16. En 1142, il est l’un des iurati communaux qui, avec les consuls, procèdent à un échange de biens de la commune avec les chanoines17. Un dominus Armenardo, propriétaire à Strà vers 1190, est son possible descendant18.

Arsalon, 1173

11Il s’agit sans doute d’Absalon, déjà consul en 1142

Compagno, 1138 (1138-1152)

  • 19 S. Bortolami, Fra « alte Domus »..., p. 10-11 (la très substantielle note 26).
  • 20 C D P, 2/1, no 383 (a. 1140).
  • 21 Ainsi en 1152 (no 566). Est-ce un hasard ? Il apparaît en tout cas plus rarement que d’autres à la (...)

12Sur ce personnage et son lignage (les di Compagno) l’essentiel a été dit par S. Bortolami19. Voici les données qui importent pour mon propos : Compagno est vassal de l’évêque20et, comme les autres consuls de 1138, il lui arrive d’être témoin de ses actes21. Son fils, Guglielmino, est consul en 1173.

Corrado, 1166

  • 22 S. Bortolami avait identifié les 2 consuls, père et fils, dans son article Fra « alte Domus »..., p (...)

13Il est sans doute le fils de Marcoardo consul en 1142, et donc l’ancêtre éponyme des di Corrado, branche des Tanselgardini (cf. l’appendice en fin de volume)22. Guitaclino, son fils, est consul en 1182.

Ecelino, 1173 (1163-1183)

14Il est juge, d’un lignage relativement bien connu de l’aristocratie citadine, les « di Ecelino » (la désignation est de moi), étroitement apparentés aux Zopello (encore qu’on ne connaisse pas l’ancêtre commun) : voir appendice en fin de volume à la rubrique « Zopello-di Ecelino », et à l’arbre généalogique.

  • 23 Encore en 1194, Baialardo se désigne comme frère du juge Ecelino – ce qui d’ailleurs n’implique pas (...)
  • 24 C D P, 2/2, no 1217, a. 1176 : et laudamento infrascriptorum vassallorum predicti episcopatus simil (...)
  • 25 Cf. par exemple : nos 941 (a. 1168), 1066 (a. 1172), 1108 (a. 1173 : il faut signaler ici qu’Ecelin (...)
  • 26 No 806, a. 1163 : il est en fait investi de l’expectative sur deux manses aperti, c’est-à-dire à ch (...)
  • 27 No 1084, a. 1172 : la localisation est vague – in territorio Padue – ; no 1083, a. 1172.
  • 28 Nos 964 et 966, a. 1169 (le second est – n.b.-l’investiture d’Adamo Zopello) ; 1059, a. 1171 ; 1230 (...)
  • 29 Nos 1370 et 1371 (l’autre envoyé est un Sintilla).
  • 30 Nos 1393 et 1483.

15Les occurrences où figure ce personnage courent au moins sur une vingtaine d’années, de 1163 à 118323. Vassal de l’évêque24, il en fréquente le palais avec une assiduité devenue à cette date inhabituelle25 ; Il est aussi vassal du monastère de Santa Giustina, pour une terra aratoria au Prato della Valle et deux manses de localisation inconnue26 ; de même il en détient des dîmes (on ignore à quel titre), et lui sert à l’occasion de fidéjusseur27. Enfin il semble étroitement lié à la famille da Baone : il est témoin d’actes d’Albertino, dont une investiture féodale consentie à son cousin Zopello et, ce qui est plus révélateur, son testament, puis l’inventaire des biens du défunt par sa veuve Bertolina28. Il est clair que l’entrée conjointe d’Ecelino et d’Albertino da Baone dans le collège des consuls en 1173 a une signification dans le jeu des factions. Enfin il est de ceux qui font la politique guelfe et expansionniste de la commune : en 1180 il est l’un des auteurs de l’accord entre les da Camino et la commune de Conegliano, puis l’un des deux envoyés du podestat chargés d’entrer en possession des castra de cette même commune29 ; l’année suivante, à Vérone, il représente Padoue lors du traité de paix signé avec Trévise sous les auspices de la ligue lombarde ; on n’est donc pas surpris de le voir, en 1183, parmi les signataires padouans de la paix de Constance, avec un Gnanfo et un da Fontaniva30. Son cousin Giovanni Zopello est consul en 1182.

Enrico, 1147 (1108-1154 ou 1108-1147)

16C’est là un prénom malheureusement assez galvaudé, mais qui garde encore à cette époque une saveur aristocratique ! On peut risquer quelque hypothèse.

  • 31 Cf., entre autres actes épiscopaux rédigés par lui : C D P, 2/1, nos 566, 568 (a. 1152) et 616 (a. (...)
  • 32 A. Castagnetti, I conti..., p. 111 et note 444.

17Deux personnages ainsi nommés, contemporains, pourraient offrir un profil consulaire : à partir de 1130 on connaît un Enricus causidicus et notarius, rédacteur d’un certain nombre d’actes, dont plusieurs émanent de l’évêque (à partir de 1152)31. Il y a surtout un juge Enrico, connu comme tel à partir de 1108, et qui, avec l’emblématique Giovanni di Tado (consul en 1138), est le représentant officiel de la communauté de Sacco, à l’occasion d’une transaction de celle-ci avec l’évêque et Elica da Baone ; à noter que le causidicus homonyme figure, ce jour-là, parmi les témoins32. Qu’il s’agisse de l’un ou de l’autre, on retrouve là le schéma qui était presque exclusif en 1138.

Enrico di Bellola, 1166 (1146-1166)

  • 33 C D P, 2/1, no 461 (a. 1146 env.) : Enricus de Belola doit à l’évêque une aide vassalique de 3 sous (...)

18Un quasi-inconnu : vassal de l’évêque, qui fréquente aussi la cour des chanoines33.

Enrico Paradiso, 1173

  • 34 C D P, 2/2, no 766.

19Voir l’appendice prosopographique en fin de volume, à la rubrique Capodivacca – Capineri – Paradiso, et l’arbre généalogique. Sur le lien entre lui et la famille Capodivacca, retenu par une tradition qui va jusqu’à Gloria inclus, j’en suis resté à une aporie. Quant à ses propres activités, en dehors de son consulat, on n’en connaît rien. Signalons l’existence d’un probable parent, Giordano Paradiso, prêtre et notaire en 116134. A part cela, la famille reste assez mystérieuse avant le xiiie siècle.

Ermanno, 1173, 1182 (1168-1182)

  • 35 C D P, 2/2, nos 932 et 1370.

20Ermanno ou Armanno est juge et apparaît d’abord en tant que tel dans le document de 1173, puisqu’il y rend une sentence en faveur du monastère San Cipriano de Murano, au détriment d’un plaignant, un certain Giovanni Buono Musio, de Padoue ; ses collègues consuls ne sont là qu’en tant que témoins. Il porte un prénom assez commun, susceptible de surcroît de variations orthographiques : c’est ainsi qu’il faut sans doute considérer qu’Ermanno consul de 1173 est la même personne que le juge Armanno consul en 1182. Il participe à la vie publique de l’évêque comme à la politique extérieure de la commune, à en juger d’après sa présence, d’une part, en 1168, au palais épiscopal, où l’avoué rend une sentence arbitrale entre le prélat et les héritiers de Manfredo d’Abano, au sujet du fief du défunt, et d’autre part à l’occasion du traité d’alliance entre les da Camino et Conegliano, réalisé sous les auspices de Padoue en 118035.

Folco da Montagnone, 1147 (1134-1147)

  • 36 C’est A. Castagnetti qui a le premier insisté sur les particularités de la liste de 1147, dressée à (...)

21Ce châtelain est prior ex consulibus : on sort d’un contexte guerrier. Il est le premier à signer la paix de Fontaniva : avait-il joué un rôle de chef dans la guerre contre Venise et Vicence36 ?

  • 37 Cf. supra, p. 146.
  • 38 En 1077 Rustico da Montagnone et d’autres seigneurs ont accompagné l’évêque Odelrico à Vérone, où s (...)
  • 39 Folco et son parent Ubertino renoncent, devant l’évêque Bellino, à toute prétention sur le monastèr (...)
  • 40 C D P, 2/1, no 440.

22La famille est peu connue. J’ai émis sur sa fortune un certain nombre d’hypothèses, j’y renvoie le lecteur37. Les liens ont été étroits, au xie siècle, entre elle et les évêques impériaux38. Puis on la retrouve à Padoue dans les années 113039. La guerre contre Venise, en 1142, a fait d’un Guido da Montagnone le gonfalonier vaincu (et capturé) des cavaliers padouans40 : Folco l’a-t-il remplacé ? Toujours est-il que le contexte nouveau de 1147 redonne manifestement toute leur place aux milites, et aux châtelains pour commencer.

Gerardino, 1138 (1137-1148)

  • 41 C D P, 2/1, no 508. Le lecteur entendant l’italien n’a pas à être surpris du patronyme de cet évêqu (...)
  • 42 No 317. Sur ce que ce document a de révélateur sur l’entourage épiscopal, cf. déjà les remarques de (...)

23La fréquence d’un tel prénom interdit toute conclusion quant à ce personnage. Une hypothèse, cependant : en 1148, un dominus Gerardino, notaire, est témoin d’un acte du nouvel évêque, Giovanni Cazo41. L’identification aurait bien sûr l’avantage de renforcer l’image d’un premier groupe consulaire remarquablement homogène. Quoi qu’il en soit, un Gerardino est également présent auprès de l’évêque à Piove en 1137, en compagnie – il convient ici de le remarquer – de tout un ensemble de futurs consuls, Giovanni di Tado, Jonas, Giovanni Buono di Amizo, Lemizo di Aica (consuls en 1138), Ongarello (consul en 1142), et de Gualdino, fils du juge Pietro et frère du consul Nicolò (di Pietro, consull en 11338). Peut-être tient-on ici un noyau de fidèles qui suivent leur seigneur dans ses déplacements : en ce cas, il serait clair que les consuls étaient d’abord des hommes de confiance42.

Gerardino da Vigodarzere, 1182 (1180-1182)

24Sur ce groupe familial, je renvoie le lecteur à l’appendice en fin de volume et à l’arbre généalogique. Ce consul présente deux caractéristiques qui renforcent la cohésion du collège de 1182 :

    • 43 Cf. infra, note 108.

    d’une part il avait sans doute fait partie de l’entourage du défunt Albertino da Baone : le frère de Gerardino, Odelrico, assista à l’acte par lequel Albertino, en 1175, investissait sa sœur d’un fief43

    • 44 C D P, 2/2, no 1371.

    d’autre part Gerardino et Odelrico sont, l’un et l’autre, parmi les réalisateurs de l’alliance entre Padoue et Conegliano en 118044.

Gerardino di Guglielmo di Ailo, 1147 (1147-1178)

  • 45 Cf. infra, l’appendice prosopographique familial en fin de volume.
  • 46 P. Sambin éd., Nuovi..., no 4.
  • 47 C’est ainsi qu’un Ailo di Compagno sera incarcéré par Frédéric II en 1239 (cf. G. Rippe, La logica. (...)
  • 48 C D P, 2/1, no 521.

25Voici une famille étroitement apparentée à celle de Compagno, consul en 1138 et ancêtre des « di Compagno ». Je renvoie le lecteur à la note de S. Bortolami sur cette famille. Gerardino di Guglielmo est l’oncle maternel de Guglielmo di Compagno, consul en 1173. Il meurt en laissant une fille et un bâtard avant juin 117845 ; la fille semble être morte avant sa mère, à laquelle elle lègue tout dans son testament46. Comme l’a remarqué S. Bortolami, outre l’héritage, les di Compagno adoptent les prénoms familiaux des di Ailo47. Gerardino apparaît à la curia de l’évêque48.

Giacomino da Limena, 1182

  • 49 S. Bortolami, Fra « alte Domus »..., p. 12, note 30. On y trouvera l’essentiel sur le père et le fi (...)

26Fils du vicecomes Guglielmo, consul en 1166, il appartient à un lignage de capitanei49.

Giovanni Buono di Amizo, 1138 (1122-1147)

  • 50 Cf., entre autres, C D P, 2/1, les nos 123 (a. 1122 : vente par un da Celsano ; son frère Baldoino (...)
  • 51 Cf. la note précédente.

27Il est peu connu. On le voit figurer comme témoin d’actes variés, de 1122 à 1147, éventuellement avec son frère Baldoino50. Il figure une seule fois auprès de l’évêque, mais à Piove, en 1137, avec Giovanni di Tado et Gerardino également consuls en 1138, et quelques autres. Il a un fils, Fabiano, que l’on voit une fois en sa compagnie, et dont on ne sait rien d’autre51.

Giovanni di Bonsignore, 1138 (1129-1138)

  • 52 C D P, 2/1, nos 187-188.

28A peu près complètement inconnu : on le voit apparaître parmi les témoins des 2 actes de l’achat de Concadalbero par le monastère Santa Giustina en 1129, au milieu d’autres futurs consuls : Giovanni di Tado, Lemizo, le causidicus Jonas, etc.52. On ne peut rien ajouter à ce gage de son appartenance au milieu dirigeant.

Giovanni di Tado 1138 (1102-1146)

29Sur l’essentiel de sa carrière et sur sa famille je renvoie le lecteur aux chapitres précédents (p. 197 et 214-215), où l’on trouvera aussi les indications bibliographiques.

  • 53 P. Sambin éd., Nuovi..., nos 2 et 3.
  • 54 C D P, 2/1, no 44.
  • 55 Nos 173 (a. 1126) : legis peritus ; 184 (a. 1129) : causidicus ; 187 (a. 1129) : iudex ; 317 (a. 11 (...)

30Je n’insisterai ici que sur les qualificatifs qu’on lui donne, et qui justifient en partie sa présence parmi les consuls. Il figure dans près d’une quarantaine de documents en tant que témoin, ou parmi d’autres boni homines assemblés pour des raisons variées. Lors de ses premières apparitions, en 1102, aucun titre ne le distingue53 ; en 1109, par contre, il est désigné comme causidicus, tandis que d’autres sont dits iudices54. Ensuite si, dans une assez grosse minorité d’actes, son nom seul est indiqué, le plus souvent, et selon une curieuse alternance, il est tantôt legis peritus, tantôt causidicus, tantôt iudex, et cela sans motivation décelable55 : c’est ainsi qu’il est dit iudex alors qu’il figure comme simple témoin, sans exercer de fonction curiale particulière. Il faut supposer que sa compétence l’amène, en cette période où les institutions en sont à se mettre en place, à des activités sans doute multiformes.

Giovanni di Teupo, 1166

31Il appartient à la famille des da Crespano, une famille de seigneurs du piémont déjà représentée dans le premier collège consulaire (voir Teupo da Crespano, consul en 1138).

Giovanni Zopello, 1182 (1169-1215)

  • 56 C D P, no 1438, a. 1182. Autres occurrences : en 1169 il est investi d’un fief par Albertino – aprè (...)
  • 57 No 1463.
  • 58 Cf., par exemple, dans l’affaire de Bagnoli : en 1185 il est témoin d’une donation au monastère de (...)
  • 59 C’est ainsi qu’en 1215 il fait partie d’un groupe de créanciers des da Carrara (B. Lanfranchi-Strin (...)
  • 60 S. Bortolami, Fra « alte Domus »..., p. 12-13, note 31.

32Il est le cousin du juge Ecelino, consul en 1173. Sur le groupe familial, voir l’appendice de fin de volume. Comme Ecelino il est juge. Il est étroitement lié aux da Baone ; mais l’affaire du testament d’Albertino da Baone introduit l’ambiguïté : comme Ecelino il est parmi les témoins de l’inventaire des biens d’Albertino réalisé par sa veuve56 ; en tant que consul, et au nom de tout le collège, c’est lui qui, quelques mois plus tard, va rendre la sentence dans le procès entre Alberto da Baone d’une part, Bertolina et ses deux gendres Marcio dei Maltraversi et Giacomino da Carrara de l’autre57. Bref, sa position même le situe, soit comme un arbitre, soit du côté de Bertolina contre Alberto. Par la suite on le verra en fait du côté des da Carrara et des Maltraversi58. Bien entendu, comme les fils et neveux d’Ecelino, il spécule à Bagnoli sur les mauvaises affaires de son seigneur da Carrara, et sur les bonnes qu’entame le monastère de Brondolo59. Je renvoie le lecteur à l’analyse de S. Bortolami pour ce qui est, d’une part des liens du personnage avec l’évêque, les chanoines et Santa Giustina, et d’autre part de sa fortune foncière60.

Giovannino, 1142

Gnanfo, 1182 (1169-1215)

  • 61 Cf. supra, p. 157 à 160.
  • 62 C D P, no 1463 ; cf. G. Rippe, ibid.

33Sur la famille je renvoie le lecteur à la monographie que je leur ai consacrée61. Je remarquerai simplement ici que, en cette même année 1182, Gnanfo est, avec un autre consul – Guitaclino di Corrado (le 3e) –, l’arbitre qui réalise un accord – momentané ! – entre Alberto da Baone et ses adversaires, desquels les da Carrara sont les plus virulents62.

Grimaldello, 1147

  • 63 C D P, 2/1, no 497.
  • 64 Ibid., 2/2, no 911.
  • 65 Cf. par exemple : A C P, Feuda episcopi, no 34 (a. 1186) ; B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità... (...)

34On rencontre ce personnage 2 fois, durant la seule année 1147 : quelques mois après Fontaniva il est, avec son frère Aimelrico, témoin d’un acte de donation de l’évêque63. Or en 1167 un certain Grimaldello di Amelrico et son frère Iacopino refusent de jurer fidélité aux chanoines de la cathédrale pour un fief64. Dans la mesure, par conséquent, où il s’agit d’un prénom familial, on est conduit à risquer, avec toute la prudence possible, l’hypothèse que descende de ce consul, ou de sa parenté, un juge Grimaldello connu durant les années 118065.

Gualperto (« Valperto ») « del Vescovo », 1138

  • 66 Cf. supra, p. 333-334.
  • 67 Encore que je n’aie pas rencontré de juges chez les Bertaldi.

35Il est l’un des frères de l’évêque Bellino, on l’a dit66. Je renvoie le lecteur, sur leur famille, les Bertaldi, à l’appendice en fin de volume. J’insisterai ici sur sa probable origine arimannique – de Codevigo, en Saccisica – ; on retrouve, probablement, un cas de figure classique67.

Guglielmino 1182

  • 68 C D P, 2/2, no 1463.

36On a l’occasion de connaître, quelques mois plus tard, les résultats de son action, en tant que consul, dans le litige entre Alberto da Baone et les héritières d’Albertino : le 5 novembre de cette même année 1182 une sentence de Giovanni Zopello, consul la même année, est rendue, qui semble assez partiale en faveur de ces dernières ; entre autres est autorisée de leur part une initiative qui leur avait été « conseillée » par Guglielmino et son collègue Malpiglio, à savoir d’édifier une tour (belfredus) protégée par le creusement d’un fossé surmonté de haies68.

Guglielmino di Compagno, 1173 (1173-1181)

  • 69 C D P, 2/2, nos 1371 (a. 1180), 1414 (a. 1181). G.B. Verci, Storia della Marca..., t. 1, no 35, p. (...)

37Il est le fils de Compagno, consul en 1138. Je renvoie le lecteur à cette rubrique pour les informations d’ensemble sur la famille. S. Bortolami a tout dit de ses liens vassaliques et de ses conflits avec l’évêque, ainsi que des liens familiaux entre son lignage et les di Ailo (cf. Gerardino di Guglielmo di Ailo, consul en 1147). J’insisterai donc simplement sur son manifeste engagement dans la politique extérieure de la commune : il fait partie des boni homines qui ratifient, confirment et entretiennent l’alliance avec Conegliano69.

Guglielmo, vicecomes, 1166

  • 70 Cf. supra, p. 141-142 ; pour l’identification de Guglielmo vicecomes comme un da Limena, en 1166, c (...)

38Il appartient à une famille de capitanei devenue citadine, les da Limena70, une carrière analogue à celle du consul Arderico da Vigonza en 1142. Son fils Giacomino est consul en 1182.

Guitaclino di Corrado, 1182

39Il est le fils du Corrado, parent des Tanselgardini, qui était consul en 1166 (on remarquera le parallélisme de leur situation et de celle des da Lime-na), et donc le petit-fils de Marcoardo, consul en 1142 : cette régularité d’apparition est à signaler. Il y a une raison particulière à sa présence en 1182 : on la saisira en consultant la rubrique « Gnanfo ».

Iacopo

  • 71 Cf. A. Castagnetti, I conti..., p. 125-126Le texte me semble (de même qu’à Gloria, son éditeur) ass (...)

40Fils du consul de Padoue Ugo, il précède les consuls sur la liste de 1142, mais il semble clair, contrairement à ce qu’a avancé A. Castagnetti, qu’il est là pour présider la concio réunie à l’occasion d’un échange de terres consenti par la commune au chapitre cathédral et non pas comme premier des consuls, ce qui, en soi, demeure révélateur d’une situation où décidément les seigneurs laïcs occupent un poste de premier plan dans les institutions citadines71.

Ingelfredo, 1138 (1132-1144)

  • 72 C D P, 2/1, no 226 ; réédité dans G. Rippe, « Feudum sine fidelitate »..., p. 230-231.
  • 73 Nos 416 (a. 1143) et 438 (a. 1144) : il faut signaler qu’il a dû rendre cette vigne, quam iniuste t (...)
  • 74 Nos 240 (a. 1132), 397 (a. 1141 : cet acte est rédigé à Piove).

41Il est causidicus et iudex : qualifié ainsi en 1138 et en 1142. Vassal de l’évêque, il est le premier – dans la documentation – à aliéner son fief en dispensant l’acquéreur d’hommage et de fidélité72. Quant à ses biens, on retrouve la très fréquente bipartition Sacco/fines de Padoue : le fief était à Corte, ses autres biens connus sont une terre près du Ponte Altinate de Padoue, et une vigne au lieu-dit « Artuna »73. Il est est de temps à autre témoin des actes épiscopaux74.

Jonas, 1138 (1120-1140)

  • 75 C D P, 2/1, no 117. En 1130 un acte épiscopal lui inspire son plus long morceau littéraire, soit 4 (...)

42Impossible de dire quoi que ce soit de sa famille. Par contre il y a beaucoup à dire de ses compétences de juriste : causidicus, il est en même temps notaire ; plus prétentieux que la moyenne, il signe en général les actes qu’il rédige d’un petit couplet de 2 vers, parfois 3 ou 4 ; c’est le cas dès le 1er connu, daté de 1120 : Jonas causidicus necnonque tabellio dictus. / Litterulis fixi proprioque lumine vidi75. Sa carrière de notaire rédacteur d’actes peut être suivie sur 30 ans – jusqu’en 1150 – ; on en a gardé de lui une quarantaine.

  • 76 Ibid., no 317, a. 1137. Cf. aussi mes remarques au sujet du 5e consul, Gerardino.
  • 77 Quelques exemples d’actes épiscopaux rédigés par lui : nos 126 (a. 1122), 155 (a. 1124), 165 (a. 11 (...)
  • 78 Sur le rôle des notaires dans cette continuité, cf. supra, p. 350.

43On n’a, à dire vrai, pas la preuve absolue que le Jonas notaire soit le même personnage que le Jonas consul de 1138, pas plus que du juge Jonas qui siège, avec d’autres, auprès de l’évêque Bellino, à l’occasion d’un procès intenté à un laïc par le chapitre cathédral76. Mais les raisons de l’identification que je propose sont nombreuses : le cas de Giovanni di Tado montre un autre exemple de causidicus et juge devenu consul ; et le causidicus Ugo, consul lui aussi en 1138, peut être en même temps le notaire de l’acte où il figure ! Jonas est un notaire de l’élite : rédacteur de nombreux actes des évêques grégoriens, Sinibaldo puis Bellino, il travaille aussi pour ses confrères, Giovanni di Tado et le causidicus et consul Ingelfredo, pour des seigneurs, enfin, comme les da Baone, les da Fontaniva, les da Montagnone, le comte de Padoue77. Son lien avec l’évêque l’amène à l’accompagner dans ses déplacements en Saccisica. Il semble donc être chez lui dans le milieu des vassaux. Bref, il est une figure emblématique de la continuité entre les temps pré-communaux et communaux78.

Lazaro, 1166, 1173 (1166-1178)

44J’ai considéré comme plausible l’hypothèse de l’appartenance de ce juge à la famille des Lazerini, déja représentée par Adamo di Lazaro, consul en 1138. Sur les Lazerini, cf. l’appendice prosopographique en fin de volume : l’arbre généalogique met, me semble-t-il, en évidence une onomastique familiale.

  • 79 C D P, 2/1, no 332 (a. 1168) ; 2/2, no 1297.
  • 80 Ibid., nos 1177 (a. 1175) et 1235 (a. 1176).

45Il y a peu à dire sur le personnage lui-même : de nouveau consul en 1173, il fréquente la curia épiscopale et, une fois la commune passée au régime du podestat, on le retrouve parmi les conseillers de ce dernier en 117879 ; il n’est pas le seul (voir Mainardino consul aussi en 1166 et 1173). Il est parmi des confronts de terres à Roncon, dans les fines de la ville80.

Lemizo di Domenico di Aica, 1138, 1142 (1128-1158)

  • 81 S. Bortolami, Famiglia e parentela..., p. 119-140 sur la famille des Lemizi.
  • 82 C D P, 2/1, nos 182 (a. 1128 : témoin d’un acte de l’évêque) ; 184 (a. 1129 : Id., avec son père Do (...)
  • 83 Ibid., 2/2, no 850 (a. 1164).
  • 84 Fidèle de l’évêque, Lemizo fait partie du groupe qui l’entoure à Piove en 1137 (2/1, no 317 ; cf. l (...)
  • 85 C D P, 2/2, no 999, a. 1170 : le juge Alessio est investi du fief paternel par Speronella.
  • 86 Ibid., 2/1, no 420, a. 1143 ; de même, en 1167, on les voit renoncer, en faveur du chapitre cathédr (...)

46Ce qu’il faut savoir de la famille se trouve à peu près complètement dans un article de Sante Bortolami81. Le consul de 1138 et 1142 figure de temps à autre parmi les boni homines, et tout particulièrement auprès de l’évêque entre 1128 et 115882. Si lui-même, à ce qu’il semble, ne l’est pas, son fils Alessio, du moins, sera juge83. Bien entendu la famille est dans la vassalité épiscopale84 ; elle est aussi dans celle de la plus puissante feudataire du prélat, la fameuse Speronella85. Comme les Tadi, les Lemizi ont des biens, non seulement à Padoue et autour, mais également à Piove86. Voici donc une autre figure emblématique. Matteo di Lemizzo est consul en 1182.

Leone, 1182

47Le prénom n’est pas particulièrement rare (cf. l’index de Gloria). On ne peut donc absolument rien dire de ce personnage, faute de la moindre précision à son sujet.

Mainardino, 1166, 1173 (1149-1181)

  • 87 Selon un témoignage lors d’un procès tenu vers 1181 (C D P, 2/2, no 1387).
  • 88 Cf. C D P, 2/1, no 517 (a. 1149) ; 2/2, nos 946 et 961 (a. 1169), 1001 (a. 1170), 1302 (a. 1178).
  • 89 Ibid., no 998 (a. 1170). Sur la moindre fréquentation de la curia épiscopale à partir des années 11 (...)
  • 90 C D P, 2/2, nos 964 et 1118.
  • 91 Ibid., nos 1370 et 1414.

48Il est le fils d’un juge Alberto, du faubourg de Tomba, connu comme vassal du comte de Vérone Manfredo pour un bien à Concadalbero, dans le sud-est padouan87. Est-il, comme le suggère son nom, parent du juge Mainardo, consul en 1138 ? Juge lui-même, il figure parmi les témoins d’un certain nombre de documents, entre 1149 et 1181 : s’il assiste à plusieurs actes des chanoines88, on le voit peu aux côtés de l’évêque89. Il semble par contre qu’il soit lié aux da Baone : il est témoin d’une donation consentie par Albertino da Baone au monastère de Candiana en 1169 et, lors d’un d’un second consulat attesté par les sources, il en sera le collègue, en 117390. La documentation, plus riche depuis les années 1150, le montre aussi parmi les participants à la politique extérieure de la commune, éventuellement aux côtés du podestat : en 1180 il est présent lors de l’accord entre Conegliano et les da Camino, concocté par les Padouans ; en 1181 il l’est à la conclusion de l’alliance entre Padoue, Conegliano et Ceneda91.

49On retrouve avec ce personnage le milieu des juristes regroupé autour de l’évêque, devenu la cheville ouvrière d’une institution communale désormais tout à fait autonome ; à en juger par lui ce corps de techniciens se met au service de la Cité-Etat indifféremment en entrant dans le collège consulaire puis en se tenant aux ordres du podestat.

Mainardo, 1138 (1138-1167)

  • 92 C D P, 2/1, no 464 (a. 1146) : avec Giovanni di Tado et quelques autres il est témoin d’un acte de (...)
  • 93 No 461 (a. 1146 env.) : Mainardus iudex ; 2/2, no 911 (a. 1167) : Id. ; 2/1, no 494 (a. 1141) : Mai (...)
  • 94 No 461 (cf. note précédente) : il figure dans une liste d’aides dues par les vassaux ; sa contribut (...)
  • 95 L. Lanfranchi éd., San Giorgio maggiore, t. 3, no 529, a. 1190 : le juge Nicolò di Mainardo est tém (...)

50Il n’est pas à l’origine d’un lignage repéré ; tout au plus lui connaît-on un fils, Nicolò. Ce que l’on sait de sa carrière le rapproche de Giovanni di Tado, qui fréquente d’ailleurs le même milieu que lui92. Comme Giovanni il est qualifié tantôt de juge, tantôt de legis peritus93. Il est vassal de l’évêque94. Son fils Nicolò sera juge lui aussi95. Mainardino, consul en 1166, et juge, est-il son parent ?

Maineto, 1182 (1182-1199)

  • 96 B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 2, no 222, a. 1184 : Maineto témoin d’une sentence du (...)
  • 97 A S P, Corona, no 4955, a. 1192.
  • 98 A S P, Corp. Soppr., San Bernardo, B. 1, no 38.

51Ce consul reste assez énigmatique. Sans doute peut-on l’identifier avec un miles Maineto, lié aux da Carrara (il est peut-être originaire du castrum de ce nom) et au monastère de Brondolo, et qui intervient de temps à autre à Bagnoli96. Dans un village des fines urbaines, Albignasego, une Domina Berta di Maineto a un bien-fonds97. En 1232 un juge Egidiolo di Maineto fréquente le palais communal98.

Mainfredo, 1166 (1146-1190 ?)

  • 99 Première occurrence : C D P, 2/1, no 476 ; dernière : A C P, Episcopi, 1, no 62. Il est parfois nom (...)

52Il est très probablement l’ancêtre éponyme de la famille des Manfredi (cf. l’appendice prosopographique à ce nom, et plus particulièrement la tentative d’arbre généalogique). Les informations ne manquent pas sur elle, mais les risques d’homonymie sont nombreux. C’est ainsi qu’un juge Manfredo (ou Mainfredo, comme dans la liste des consuls de 1166) apparaît avec régularité entre 1146 et 1190 : il peut difficilement s’agir toujours du même, mais cela n’est pas non plus impossible99.

  • 100 C D P, 2/2, nos 946, 961 et 964 (a. 1169). Sont-ce les mêmes Mainardino et Mainfredo qui, à la date (...)
  • 101 C D P, 2/1, nos 527 et 556 ; 2/2, no 706, etc.
  • 102 Ibid., nos 964 (a. 1169) et 1311 (a. 1178) : témoin d’actes d’Albertino da Baone ; no 1386 (a. 1180 (...)
  • 103 Cf. l’appendice prosopographique en fin de volume ; cf. aussi G. Rippe, La logica..., p. 259-262.

53On peut tenter de construire un profil du consul à partir des informations les plus groupées chronologiquement (autour de 1166) : une logique interne s’y découvre. Logique de l’appartenance à un milieu, pour commencer : c’est ainsi qu’il est à plusieurs reprises en compagnie d’un autre juge et consul de cette liste, Mainardino (autre consul de 1166)100. Le lien avec l’évêque, explicite jusqu’à la fin du siècle (cf. l’appendice prosopographique), se manifeste assez tôt : vers 1150 il tient de lui la dîme de 50 campi à Piove di Sacco ; en 1152 il est témoin du compromis entre lui et Rolando da Curano ; en 1158 il est l’un des boni homines qui forment la curia vassalique réunie pour émettre un jugement101. Est-ce le même homme qui, de 1169 à 1183, est un client, voire un familier des da Baone ? On incline à penser que, s’il s’agit d’homonymes, ils sont parents102. Liens de clientèle qui, au demeurant, vont dans le sens de ce qu’on sait des engagements guelfes des Manfredi au début du xiiie siècle103. Tout cela constitue un profil assez cohérent.

Malpilio, 1182 (1182-1185)

  • 104 C D P, 2/2, nos 1438 (son fils Rolandino est avec lui) et 1480. Cf. aussi S. Bortolami, Fra « Alte (...)
  • 105 A S V, San Giorgio maggiore, B. 81, Proc. 316 (ce document ne figure pas dans l’édition Lanfranchi)

54Il est le fils d’Ottaviano, vicedominus, consul en 1166, et l’ancêtre éponyme des di Malpilio. Il est dans les témoins de l’inventaire des biens d’Albertino da Baone par sa veuve Bertolina, et l’année suivante on verra son fils Rolandino en attente de l’octroi d’un fief par cette même Bertolina, le problème étant ensuite de savoir de laquelle des héritières il deviendra le vassal104. Problème résolu en 1185 : le 1er novembre il achète à Béatrice, fille d’Albertino et épouse de Giovanni da Onara, la propriété éminente d’un ensemble de biens, sis à Roncaiette (dans les fines urbaines), qu’il tenait d’elle en fief105.

Mantello, 1173

  • 106 C D P, 2/2, no 1370.

55On ne sait rien sur la famille de ce juge. Le peu que l’on connaît de lui le situe dans la même mouvance qu’Ecelino : comme lui il négocie l’accord de 1180 entre les da Camino et Conegliano106.

Marco « de Caodarzere », 1147

56Il s’agit sans doute d’un personnage originaire de Cavarzere, donc du territoire de la République de Venise. On ne sait rien de lui.

Marcoardo, 1142

  • 107 Cf. infra, l’appendice en fin de volume ; et supra, p. 155 et note 159.

57Il s’agit très vraisemblablement de Marcoardo di Pietro di Tanselgardo, père de Corrado, consul en 1166, qui fut, comme je pense avoir été en mesure de le montrer, l’ancêtre d’une des branches de la famille des Tanselgardini107. Il représente, dans le collège des consuls de 1142, le milieu le plus étroitement lié à l’évêque, ce qui n’est pas sans signification politique car d’autres consuls de la même année montrent ou montreront plus d’indépendance dans leurs relations avec lui (cf. Rolando da Curano). On ne connaît pas de tradition de carrière juridique dans la famille.

Matteo di Lemizo, 1182 (1182-1185)

  • 108 En 1175 la sœur d’Albertino da Baone reçoit un fief de ce dernier : il figure parmi les témoins de (...)
  • 109 B. Lanfranchi-Strina éd., ibid., t. 3, no 519.

58Avant lui l’ancêtre éponyme, Lemizo di Domenico di Aica, a été consul en 1138 et 1142. Il est le seul de la famille qu’il m’ait été donné de voir en relation directe avec Albertino da Baone108. De même on le rencontre une fois parmi les témoins d’un des nombreux actes passés entre le monastère de Brondolo et les da Carrara pour les terres de Bagnoli109.

Matteo di Pegoloto, 1182 (1177-1216)

  • 110 C D P, 2/2, no 1541 : il est parmi les Padouans qui jurent la paix de Fontaniva entre Vicence et Pa (...)
  • 111 No 1259, a. 1177 : Pigolotus iudex, A S P, Dipl., no 671, a. 1205 : un « di Pegoloto », dont le pré (...)
  • 112 Biens fonciers à Piove (C D P, 2/2, no 1349, a. 1180 ; A S P, Santa Maria della Riviera, t. 10, p. (...)
  • 113 Matteo di Pegoloto parmi les vassaux épiscopaux consortes dans la « Selva di Brenta » : il détient (...)
  • 114 A V, Fondo Veneto, 1, San Giovanni Decollato, no 5533, a. 1189 : Matteo témoin d’une vente faite pa (...)

59Voici une figure emblématique de l’aristocratie citadine : le probable père, Pegoloto, est connu dès 1147110, et c’était un juge, ce qu’est sans doute aussi Matteo111. La famille a des biens en Saccisica et participe, semble-t-il, à la vie publique de cette micro-région112 ; elle est vassale de l’évêque et en fréquente encore la curia après 1180113. Les liens de Matteo avec les seigneurs laïcs nous ramènent à la problématique du moment : on le rencontre auprès de 3 des filles et héritières d’Albertino da Baone, Palma (l’épouse de Marcio dei Maltraversi), Béatrice et India114.

Nicolò, 1173 (1166-1183 ?)

  • 115 1ère occurrence : un Nicolaus iudex témoin d’une donation de l’évêque Sinibaldo à Praglia (C D P, 2 (...)
  • 116 Ibid., no 116 : 1er occurrence ; 2/2, no 1533 : dernière.
  • 117 Rien entre les nos 272 et 893.
  • 118 Ibid., 2/2, nos 895 et 898 (a. 1166), 1176 (a. 1175 : in episcopali camera).
  • 119 No 893, a. 1166 : acte d’Ubertino di Marcoardo (des Tanselgardini) ; no 1292, a. 1178 : vente, par (...)
  • 120 No 1371.

60Il est juge. Le prénom est trop commun pour qu’on puisse ramener à sa seule personne tous les juges Nicolò qui apparaissent à partir de 1124115, sans compter un causidicus qu’on rencontre de 1120 à 1162116. Il y a cependant un vide entre 1134 et 1166 : pas de mentions de juge Nicolò117. Si l’on s’en tient à la période qui va de 1166 à 1183, on retrouve les schémas sans surprise : un juge Nicolò est témoin d’actes épiscopaux118ou, parfois, d’aristocrates – un di Corrado, un da Celsano notamment –119 ; en 1180 on le retrouve dans la concio qui approuve le traité avec Conegliano et Ceneda120. Rien, dans tout cela, qui lui donne une épaisseur individuelle.

Nicolò di Pietro, 1138 (1107-1147)

  • 121 Cf. par exemple C D P, 2/1, nos 116 (a. 1120), 216 (a. 1131) et 465 (a. 1145 env.).
  • 122 Gualdino : nos 488 (a. 1147) et 578 (a. 1152). Nicolò : entre autres occurrences, nos 383 (a. 1140) (...)
  • 123 C D P, 2/2, no 742, a. 1160 : Nicolò est sans doute mort à cette date (vinea una que fuit Nicolai f (...)

61Il est toujours désigné comme fils du juge Pietro (de Petro iudice). C’est bien sûr insuffisant pour identifier un lignage : on trouve des juges ayant ce prénom – fort commun ! – tout au long du xiie siècle et au delà. Toujours est-il qu’un juge Pietro est fréquemment le témoin d’actes des évêques Sinibaldo et Bellino121 ; ses possibles fils, Gualdino et notre Nicolò, prolongeront cette présence familiale à la curia122. On n’en sait guère davantage, sinon que Nicolò a été propriétaire d’une vigne à Torreglia, dans les Euganées, semblable en cela à tant d’autres notables123. L’important est que le profil social du personnage est, classiquement, celui d’un notable citadin du milieu des juristes – encore que lui-même semble s’être refusé à la carrière paternelle –.

Ofreduccio, 1182

Ongarello, 1142 (1136-1163)

  • 124 C D P, 2/2, no 666. Ongarello et ses frères Vitaliano et Ugolino, vassaux de l’évêque pour des dîme (...)
  • 125 Ibid., 2/1, no 826, a. 1163 : Ongarello, au nom de la curia du chapitre, rend une sentence en faveu (...)

62Voir l’appendice prosopographique en fin de volume. On ne connaît pas de tradition de carrière juridique dans la famille Ongarelli. Ils se distinguent, comme les di Corrado par le service de l’évêque : le même Ongarello, consul en 1142, est son vicedominus en 1156 (comme, plus tard, les Tanselgardini finiront par l’être héréditairement à Sacco)124. Son rapport avec l’Église citadine se renforce d’un lien vassalique avec le chapitre cathédral125. Son fils Saza est consul en 1182.

Ottaviano, 1166, 1173 (1149-1182)

  • 126 On le voit porter ce titre de 1149 (C D P, 2/1, no 521) à 1182 (ibid., 2/2, no 1456). Dans l’exerci (...)
  • 127 S. Bortolami, Fra « alte Domus »..., p. 11, note 27. En 1153, par exemple, on trouve un Malpilio fi (...)
  • 128 Sur les biens de la famille à Sacco et en d’autres zones du contado, cf. ibid. Ottaviano, d’autre p (...)

63Ce personnage est aussi connu en tant que vicedominus de l’évêque à Sacco126. Sante Bortolami a désigné en lui le père de Malpilio, consul en 1182, et donc l’ancêtre du lignage de milites qui porte ce nom (« di Malpilio ») à la fin du xiie et au xiiie siècles127(voir appendice prosopographique en fin de volume, avec l’arbre généalogique). Sans doute le vicedominatus d’Ottaviano a-t-il pour le moins renforcé la remarquable présence foncière familiale en Saccisica128. Son fils Malpilio est consul en 1182.

Ottolino, 1182 (1182-1220, q. 1224)

  • 129 Rappelons qu’il existe 3 listes qui ont en commun une majorité de noms : la première, non datée, es (...)
  • 130 En 1224 il est mort : ses fils possèdent une terre en indivision à Tramonte (A S P, Corp. Soppr., P (...)
  • 131 En 1190 il est dans l’assemblée de vassaux qui fixe le détail de l’aide à l’évêque pour le passage (...)
  • 132 Sur les activités padouanes de Palma, cf. G. Rippe, La logica..., p. 260 261. Dès 1191 on voit Otto (...)
  • 133 B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 3, no 442, a. 1212.
  • 134 A S V, San Michele in Isola, B. 11, no 474, a. 1220.
  • 135 A C P, Feuda canonicorum, no 12, a. 1187.
  • 136 A S V, San Zaccaria, B. 17, 21 octobre ; ibid., B. 25, 16 février.
  • 137 S. Bortolami, Fra « alte Domus »..., p. 69 ; il sera procurator en 1229 (ibid.) ; A S P, Corp. Sopp (...)
  • 138 En 1226 un autre fils du juge Ottolino, Gerardo, est créancier des Borselli pour 60 livres (A S V, (...)
  • 139 Cf. supra, note 130 ; A S P, Corp. Soppr., B. 266, no 1092, a. 1221 : Ottolino propriétaire dans le (...)
  • 140 A S P, Corp. Soppr., Santa Maria della Riviera, t. 14, p. 1a. Sur cette église, cf. C. Gasparotto, (...)

64C’est un juge : il est le seul qui ne soit que dans la liste non datée129. Il apparaît pour la première fois à l’occasion de ce consulat ; on peut le suivre jusqu’en 1220130. Vassal de l’évêque, il figure assez régulièrement parmi les témoins de ses actes131. Comme le juge Ecelino (consul en 1173) il est lié aux da Baone, et plus particulièrement à Palma, fille d’Albertino et épouse de Maltraverso, qui fait à Padoue de très fréquents séjours132 : il en sera l’exécuteur testamentaire133 ; il a en fief une vigne à Baone même134. On le voit aussi juge du marquis d’Este lors d’un procès en appel à Padoue : les relations avec les da Baone l’ont-elles poussé à entrer au service du marquis leur seigneur ? La chose aurait sa logique135. Ses activités dans les institutions communales vont continuer après la fin de la période consulaire : en 1209 il est juge du podestat, et en 1219 extimator136. De même l’un de ses fils, Giovanni di Ottolino est extimator dès 1216, puis sera juge communal137. La famille, comme bien d’autres, s’essaie à l’usure138. Outre son fief elle a d’autres biens euganéens (à Tramonte) et d’autres, enfin, dans le confinium de Padoue139. Giovanni, en 1233, habite, à Padoue, le quartier de l’église franciscaine Santa Maria Mater Domini, près du canal de Pontecorvo (flumen comunis), au delà des murs, et achète un jardin attenant140.

Raimondo di Andrea Scardeva, 1147 (1134-1148)

65On connaît un peu cette famille sur 2 générations :

  • 141 Andrea Scardeva : C D P, 2/1, no 567 ; Gerardo : nos 624-625 ; Giovanni : 2/2, no 1541 (il est l’un (...)

Note141

66Ils sont manifestement issus de modestes alleutiers d’Arzere, en Saccisica : en 1154 un certain Zilio del fu Andrea Scardevella (on notera le prénom paternel et le diminutif dans le patronyme) est obligé de « donner » ses biens, sis en ce même lieu, au monastère San Cipriano de Murano, qui les lui rétrocède en livello ; c’est à cette occasion qu’on voit apparaître Gerardo, parmi les témoins des 2 actes. En 1174 les filii Andree Scardeve et les filii Girardi Scardeva (sic) sont confronts d’une terre vendue par la veuve d’Olderico di Scardevella. Bref, une branche de la famille, « montée » à la ville, semble y être entrée dans la notabilité tandis qu’une autre s’appauvrit à Sacco. On n’en sait guère plus : Raimondo n’apparaît que comme témoin, entre autres à l’occasion de l’investiture féodale de Dalismano par Rolando da Curano, à Padoue, en 1148. Du probable père, Andrea (il pourrait aussi s’agir d’un frère), on sait seulement qu’il a fait une acquisition malheureuse dans les fines de Padoue : en 1152 il lui faut renoncer à ses prétentions sur une maison à Polverara et en reconnaître la propriété au chapitre cathédral. Puis c’est le silence.

Rainaldino dei Gisi, 1182 (1181-1182)

  • 142 Cf. supra, p. 153-154. Les di Giso sont dans les 157 groupes familiaux analysés en fin de volume.
  • 143 Rainaldino apparaît encore au palais épiscopal en 1181 (P. Sambin éd., Nuovi..., no 73).
  • 144 On le voit entre 1147 (C D P, 2/2, no 1541 ; 2/1, no 478) et 1164 (2/2, no 843), la plupart du temp (...)
  • 145 C D P, 2/2, nos 1438 et 1457, a. 1182.
  • 146 Ibid., no 1371.

67Sur cette vieille famille de l’aristocratie citadine issue de la familia épiscopale, je renvoie le lecteur à un paragraphe que je lui ai consacré plus haut142. Jusqu’aux années 1180 on les rencontrera dans l’entourage des évêques successifs143. Fils du peu connu Alberto144, Rainaldino lui-même n’apparaît guère que dans les années 1181-1182. Son parent Lanfranco (on ignore le degré de cette parenté) est lui aussi parmi les témoins de l’inventaire des biens d’Albertino da Baone par sa veuve et, peu après, d’un serment réciproque entre celle-ci, Iacopino da Carrara et Marcio dei Maltraversi145. Les deux hommes sont ensemble parmi les jureurs de l’alliance entre Padoue, Conegliano et Ceneda146. Bref, les dei Gisi sont représentatifs d’un milieu traditionnel de notables. Comme pour plusieurs de leurs collègues consuls, leur présence en 1182 s’explique sans doute par leurs liens avec les héritières d’Albertino da Baone.

Rogato, 1182 (1182-1217)

  • 147 C D P, 2/2, no 1463 : Iohannes Copellus ex precepto et voluntate omnium consulum. excepto Ottolino (...)
  • 148 S. Bortolami, Fra « alte Domus »..., p. 13, note 32.
  • 149 A S V, San Cipriano, B. 110, R. 821.
  • 150 En 1215 il arbitre un litige interne à la famille, entre Alberico Leone d’un côté, et Giacomo et Al (...)
  • 151 Cf., par exemple, ibid., nos 469 (a. 1214) et 503 (a. 1215).
  • 152 G. Rippe, La logica..., p. 244-248.

68On doit pouvoir ajouter à la liste ce juge qui n’est mentionné comme consul qu’à l’occasion du procès de novembre dont il vient d’être question – et encore ! en tant qu’absent –147. La famille est bien connue, voir l’appendice en fin de volume, à la rubrique Rogato-Cavazza (avec arbre généalogique). L’essentiel à son sujet – biens fonciers, activité professionnelle, liens avec les da Carrara – est signalé dans une note par S. Bortolami148. Je m’attarderai sur le dernier point : le personnage n’est pas connu avant 1182 ; on ignore donc quels liens il avait pu avoir auparavant avec Albertino da Baone et/ou les da Carrara : la première occurrence le montre auprès de Béatrice da Baone au palais communal, en 1189, à l’occasion d’un procès entre elle et l’épouse du comte de Padoue149 ; mais ensuite il est manifestement au service des da Carrara : il joue à plusieurs reprises un rôle de juge-arbitre dans leurs affaires150 ; de surcroît il est intéressé aux spéculations sur Bagnoli et figure parmi leurs créanciers151. Bref, il n’y a pas de doute possible quant à l’appartenance du personnage à l’une des factions. Cette fidélité sera sans doute la cause de l’exil de Giovanni dei Rogati par Ezzelino en 1237 et du rôle d’un Cavazza dans la « croisade » de 1256152.

Rolandino dal Borgo, 1166

Rolando da Curano, 1142

  • 153 Cf. supra, p. 152.
  • 154 Cf. supra, ibid. ; cf. aussi A. Castagnetti, I conti..., p. 125-126.

69Sa présence dans le collège consulaire surprend : il s’agit là d’un châtelain de l’est (Curano est aux limites du diocèse de Trévise), lié aux da Vigonza (voir Arderico da Vigonza, lui aussi consul en 1142). Les Dalesmanini lui doivent une part essentielle de leur puissance153. On vient de voir signaler ses liens avec les da Vigonza. Bref, avec lui la noblesse à vocation militaire l’emporte décidément, dans cette liste de 1142, sur l’aristocratie citadine et juriste. Vassal de l’évêque, il se heurtera, quelques années plus tard, violemment à lui au sujet de l’avouerie qu’il revendique pour sa petite-fille Speronella, à laquelle l’évêque n’accordera que le déjà consistant fief de gonfalon154.

Saza, 1182

  • 155 C D P, no 1480, a. 1183 : le fief est réclamé par Marcio dei Maltraversi, époux de Palma da Baone. (...)
  • 156 Sur la position des Ongarelli à l’égard des deux adversaires, et sur les tentatives de médiation de (...)

70Fils de Ongarello, consul en 1142, il est le second représentant de la famille aristocratique des Ongarelli à figurer dans un collège consulaire. Saza devient vassal de Iacopino da Carrara après l’avoir été d’Albertino da Baone155. La guerre déclenchée par les désaccords sur l’héritage d’Albertino, entre Alberto da Baone et les da Carrara, a manifestement ses répercussions sur la vie politique interne de la commune : les Ongarelli se trouvent dans une situation délicate, étant liés à l’une et l’autre famille en cause156.

Teupo da Crespano 1138 (1142-1158)

  • 157 S. Bortolami, « Honor civitatis »..., p. 169, note 26.
  • 158 Cf. par exemple, C D P, 2/1, nos 408 (a. 1142) et 567 (a. 1152) ; 2/2, nos 693 (a. 1158), 946 (a. 1 (...)
  • 159 A S P, Dipl., no 420 (a. 1189).
  • 160 C D P, 2/2, no 1427 (a. 1181).

71Voici l’exception, identifiée par Sante Bortolami, le seul des 17 consuls de 1138 dont le patronyme soit le nom d’un lieu, celui de sa seigneurie, l’actuelle Crespano del Grappa, l’un de ces villages du piémont qui sont rattachés au diocèse de Padoue157 ; à cette date il est le seul aristocrate de cette région qui soit intégré au collège des consuls. De fait, lui-même et son fils Giovanni (qui sera lui aussi consul, en 1166) sont régulièrement, voire constamment, présents en ville : plus que celle de l’évêque, c’est la cour des chanoines qu’on les voit fréquenter avec assiduité, de 1142 à 1178158. Autres témoignages de leur appartenance au milieu citadin : Giovanni di Teupo est vassal des Tadi159 ; son fils Enrigeto prend parti dans les querelles entre nobles : il aurait tué un client (ou vassal) de Dalesmanino qui avait blessé un « homme » (homo) de Tanselgardino160. On ne peut que suggérer une expatriation suivie de carrières en ville, comme pour les da Limena et quelques autres. Voir Giovanni di Teupo, consul en 1166.

Trasmondo, 1138 (1129-1138)

  • 161 C D P, 2/1, nos 193 et 395 ; L. Lanfranchi et B. Strina éd., Ss. Ilario..., no 20.

72Ce personnage et son fils, qui répond au curieux surnom de « Lupo Cavallo », sont fort peu connus. On ne les voit ni l’un ni l’autre dans l’entourage épiscopal (une rareté !). Par contre ils semblent avoir des intérêts dans l’est : le père, en 1129, et le fils, en 1141, sont témoins de cessions de terres à Peraga ; de même, en 1138, Trasmondo l’est d’un acte du monastère de Sant’Ilario161.

Ugo, 1138 (1137-1158)

  • 162 Un notaire Ugo rédacteur d’actes apparaît pour la première fois en 1117 (C D P, 2/1, no 83).
  • 163 Ibid., 2/2, no 705, a. 1158. De même, en 1137 il était avec Bellino à Piove di Sacco, en compagnie (...)

73Son statut social est le même que celui de Jonas : causidicus ac notarius, il est le rédacteur de l’acte de 1138 où figure la liste des consuls qui se clôt avec son nom162. On le voit parmi les membres de la curia vassalique épiscopale qui, réunie en assemblée de justice des pairs, émet une sentence sur un litige entre l’évêque et Giovanni di Steno163.

Notes

1 Il n’y a pas véritablement de patronyme « di Arsalone » qui soit fixé ; il me fallait une appellation commune aux membres de cette famille ; j’ai opté pour celle-ci.

2 C D P, 2/1, no 336.

3 C D P, 2/2, no 1329.

4 Sur les liens, clientélaires et vassaliques, entre les élites padouanes et les da Baone, cf. G. Rippe, La logica..., p. 259-262.

5 Cf. supra, p. 342.

6 Cf. supra, p. 141-143.

7 Cf. infra, p. 584.

8 C D P, 2/1, no 506, a. 1148 : Arderico est témoin d’une investiture féodale consentie par Rolando à Dalismano.

9 C D P, 2/1, no 440, a. 1144 : Petrus iudex de Arena.

10 Nos 43 (a. 1109), 69 (a. 1115), 110 (a. 1120), 187 (a. 1129), 372 (env. 1140), etc.

11 Cf. les nos 187 et 372.

12 S. Bortolami, Pieve e « territorium »..., doc. 2, p. 76.

13 C D P, 2/1, no 411, a. 1142 : un certain Amabile dell’Arena achète une terre à Ponteglese – entre Padoue et Roncaglia – ; A S V, San Michele in Isola, B. 11, no 269, a. 1219 : Acarisio di Ugo dell’Arena vend une terre bâtie à Porciglia ; A S P, Corona, no 1162 f : en 1230 Ugo dell’Arena, juge, achète un sedimen à Campolongo di Liettoli, en Saccisica ; cf. aussi la note précédente.

14 Sur les da Camposampiero, cf. supra, p. 140 ; sur la guerre, cf. A. Castagnetti, I conti..., p. 125.

15 C D P, 2/1, no 287, a. 1136.

16 No 466.

17 Nos 409-410.

18 A C P, Feuda canonicorum, 14.

19 S. Bortolami, Fra « alte Domus »..., p. 10-11 (la très substantielle note 26).

20 C D P, 2/1, no 383 (a. 1140).

21 Ainsi en 1152 (no 566). Est-ce un hasard ? Il apparaît en tout cas plus rarement que d’autres à la curia.

22 S. Bortolami avait identifié les 2 consuls, père et fils, dans son article Fra « alte Domus »..., p. 13, note 34.

23 Encore en 1194, Baialardo se désigne comme frère du juge Ecelino – ce qui d’ailleurs n’implique pas que ce dernier soit encore vivant –.

24 C D P, 2/2, no 1217, a. 1176 : et laudamento infrascriptorum vassallorum predicti episcopatus similiter ibidem presencium. Videlicet Alberti Tercii... Ecilini iudicis...

25 Cf. par exemple : nos 941 (a. 1168), 1066 (a. 1172), 1108 (a. 1173 : il faut signaler ici qu’Ecelino et quelques autres ont suivi l’évêque à Pavie, pour faire office de témoins dans un procès), 1233 (a. 1176), 1424 (a. 1181).

26 No 806, a. 1163 : il est en fait investi de l’expectative sur deux manses aperti, c’est-à-dire à choisir dans un avenir proche.

27 No 1084, a. 1172 : la localisation est vague – in territorio Padue – ; no 1083, a. 1172.

28 Nos 964 et 966, a. 1169 (le second est – n.b.-l’investiture d’Adamo Zopello) ; 1059, a. 1171 ; 1230, a. 1176 ; 1386, a. 1180 : testament d’Albertino ; 1438, a. 1181 : inventaire de l’héritage ; 1457, a. 1182 : serments par lesquels Iacopino da Carra-ra, Marcio dei Maltraversi et le représentant de Bertolina da Baone s’engagent à respecter les futures décisions arbitrales dans le partage de l’héritage).

29 Nos 1370 et 1371 (l’autre envoyé est un Sintilla).

30 Nos 1393 et 1483.

31 Cf., entre autres actes épiscopaux rédigés par lui : C D P, 2/1, nos 566, 568 (a. 1152) et 616 (a. 1154).

32 A. Castagnetti, I conti..., p. 111 et note 444.

33 C D P, 2/1, no 461 (a. 1146 env.) : Enricus de Belola doit à l’évêque une aide vassalique de 3 sous ; no 466 (a. 1146) : Heinricus de Bellola témoin d’un acte de l’évêque Bellino ; 2/2, no 677 (a. 1157) : il est parmi les boni homines qui assistent à la renonciation à des prétentions foncières par un certain Ugo Magro, en faveur du chapitre cathédral.

34 C D P, 2/2, no 766.

35 C D P, 2/2, nos 932 et 1370.

36 C’est A. Castagnetti qui a le premier insisté sur les particularités de la liste de 1147, dressée à l’issue d’un contexte guerrier (Id., I conti..., p. 126-127).

37 Cf. supra, p. 146.

38 En 1077 Rustico da Montagnone et d’autres seigneurs ont accompagné l’évêque Odelrico à Vérone, où se tenait Henri IV (C D P, 1, nos 238 et 240) ; en 1080 il est témoin d’un accord entre l’évêque et les gens de Sacco (no 262) ; en 1085 et 1090 on peut sans doute l’identifier au « Rustigello » qui est aux côtés de l’évêque Milon, à Padoue, où se trouvent tout d’abord le duc Liutald, puis Henri IV lui-même (C. Manaresi éd., I placiti..., t. 3/2, nos 465-466 ; M G H, Heinrici IV Dipl., 2, no 415).

39 Folco et son parent Ubertino renoncent, devant l’évêque Bellino, à toute prétention sur le monastère San Daniele de Montaone (C D P, 2/1, no 261, a. 1134) ; l’année suivante il est au nombre des boni homines qui assistent à une donation faite à Santa Giustina de Padoue par les Crescenzi de Vérone (no 284).

40 C D P, 2/1, no 440.

41 C D P, 2/1, no 508. Le lecteur entendant l’italien n’a pas à être surpris du patronyme de cet évêque : une telle onomastique à caractère sexuel est assez fréquente – du moins au Moyen Âge ! – dans les Euganées (cf. Gloria, C D P, 2/1, Dis-sert., p. lxxvii). Au demeurant cette appellation (dominus Kazus episcopus) va très vite disparaître au profit d’un plus décent Iohannes Dei gracia episcopus, tandis que l’habitude se prendra, le cas échéant, d’écrire « Cacio ».

42 No 317. Sur ce que ce document a de révélateur sur l’entourage épiscopal, cf. déjà les remarques de A. Castagnetti, I conti..., p. 113-114 (curieusement, il ne signale pas Gerardino).

43 Cf. infra, note 108.

44 C D P, 2/2, no 1371.

45 Cf. infra, l’appendice prosopographique familial en fin de volume.

46 P. Sambin éd., Nuovi..., no 4.

47 C’est ainsi qu’un Ailo di Compagno sera incarcéré par Frédéric II en 1239 (cf. G. Rippe, La logica..., p. 242).

48 C D P, 2/1, no 521.

49 S. Bortolami, Fra « alte Domus »..., p. 12, note 30. On y trouvera l’essentiel sur le père et le fils.

50 Cf., entre autres, C D P, 2/1, les nos 123 (a. 1122 : vente par un da Celsano ; son frère Baldoino est avec lui), 315 (a. 1137 : acte des chanoines), 404 (a. 1142 : autre acte des chanoines ; de nouveau son frère est avec lui, ainsi que son fils Fabiano) ; 2/2, no 1541 (a. 1147 : il est parmi les co-jureurs de la paix de Fontaniva).

51 Cf. la note précédente.

52 C D P, 2/1, nos 187-188.

53 P. Sambin éd., Nuovi..., nos 2 et 3.

54 C D P, 2/1, no 44.

55 Nos 173 (a. 1126) : legis peritus ; 184 (a. 1129) : causidicus ; 187 (a. 1129) : iudex ; 317 (a. 1137) : iudex ; 325 (a. 1137) : legis peritus ; 336 (a. 1138) : causidicus ; 361 (a. 1139) : causidicus ; 423 (a. 1144) : causidicus ; 441 (a. 1144) : legis peritus ; 451 (a. 1145) : causidicus ; 476 (a. 1146) : iudex.

56 C D P, no 1438, a. 1182. Autres occurrences : en 1169 il est investi d’un fief par Albertino – après achat, semble-t-il – (no 966 : Ecelino est témoin) ; en 1182 il est parmi les témoins des serments que se font réciproquement Bertolina, veuve d’Albertino, et 3 de ses gendres, Bonifacio d’Este, Marcio dei Maltraversi et Arvero di Torello (no 1441).

57 No 1463.

58 Cf., par exemple, dans l’affaire de Bagnoli : en 1185 il est témoin d’une donation au monastère de Brondolo par un da Carrara (B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 2, no 229). En 1190 il est témoin de la laudatio d’une donation à Praglia par Uguccio dei Maltraversi (A S P, Dipl., no 432).

59 C’est ainsi qu’en 1215 il fait partie d’un groupe de créanciers des da Carrara (B. Lanfranchi-Strina éd., ibid., t. 3, no 502), puis, peu après, il emprunte pour le compte de l’abbé de Brondolo (ibid., no 503).

60 S. Bortolami, Fra « alte Domus »..., p. 12-13, note 31.

61 Cf. supra, p. 157 à 160.

62 C D P, no 1463 ; cf. G. Rippe, ibid.

63 C D P, 2/1, no 497.

64 Ibid., 2/2, no 911.

65 Cf. par exemple : A C P, Feuda episcopi, no 34 (a. 1186) ; B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 2, no 239 (a. 1187) ; A S V, San Cipriano, B. 100, R. 129 (a. 1187).

66 Cf. supra, p. 333-334.

67 Encore que je n’aie pas rencontré de juges chez les Bertaldi.

68 C D P, 2/2, no 1463.

69 C D P, 2/2, nos 1371 (a. 1180), 1414 (a. 1181). G.B. Verci, Storia della Marca..., t. 1, no 35, p. 40-41 : il est témoin d’une sentence arbitrale, rendue à Padoue, à l’issue d’un procès entre Conegliano et un juge de Trévise.

70 Cf. supra, p. 141-142 ; pour l’identification de Guglielmo vicecomes comme un da Limena, en 1166, cf. S. Bortolami, Fra « alte Domus »..., p. 12, note 30.

71 Cf. A. Castagnetti, I conti..., p. 125-126Le texte me semble (de même qu’à Gloria, son éditeur) assez clair : Iacobus filius comitis Padue et consules. hii sunt Marcoardus, etc.

72 C D P, 2/1, no 226 ; réédité dans G. Rippe, « Feudum sine fidelitate »..., p. 230-231.

73 Nos 416 (a. 1143) et 438 (a. 1144) : il faut signaler qu’il a dû rendre cette vigne, quam iniuste tenebat, au monastère Santo Stefano de Padoue.

74 Nos 240 (a. 1132), 397 (a. 1141 : cet acte est rédigé à Piove).

75 C D P, 2/1, no 117. En 1130 un acte épiscopal lui inspire son plus long morceau littéraire, soit 4 vers (no 213) : Causidicus sacri tabularius atque palatii / Qui soleo pulchre nomen gestare columbe / Litterulis fixi Jonas cum lumine vidi / Huius contractus conscripsi pacta rogatus.

76 Ibid., no 317, a. 1137. Cf. aussi mes remarques au sujet du 5e consul, Gerardino.

77 Quelques exemples d’actes épiscopaux rédigés par lui : nos 126 (a. 1122), 155 (a. 1124), 165 (a. 1125), 208 (a. 1130), 240 (a. 1132), 287 (a. 1136), 383 (a. 1140), etc. ; actes concernant Giovanni di Tado : nos 117 (a. 1120), 158 (a. 1124), 251 (a. 1133) ; en 1131 et 1136 (nos 217 et 303) il rédige des actes d’investitures féodales du même Giovanni par l’évêque Bellino ; notaire d’Ingelfredo : no 226 (a. 1131 : cession du premier fief sans fidélité attesté à Padoue, consentie à un monastère vénitien) ; notaire des seigneurs : nos 128 (a. 1122 : Uguccione da Baone et sa mère), 193 (a. 1129 : Benzone da Fontaniva), 343 (a. 1138 : Giovanni da Montagnone), 355 (a. 1138 : Ugo, comte de Padoue, qui renonce à un bien en faveur de l’évêque).

78 Sur le rôle des notaires dans cette continuité, cf. supra, p. 350.

79 C D P, 2/1, no 332 (a. 1168) ; 2/2, no 1297.

80 Ibid., nos 1177 (a. 1175) et 1235 (a. 1176).

81 S. Bortolami, Famiglia e parentela..., p. 119-140 sur la famille des Lemizi.

82 C D P, 2/1, nos 182 (a. 1128 : témoin d’un acte de l’évêque) ; 184 (a. 1129 : Id., avec son père Domenico) ; 213 (a. 1130 : même remarque), 303 (a. 1136 : témoin de l’inféodation de Giovanni di Tado par l’évêque), etc. ; dernière apparition à la curia en 1158 (2/2, no 706). Il meurt sans doute en 1172 : au mois de septembre les chanoines investissent son fils Domenico du fief familial (no 1089).

83 Ibid., 2/2, no 850 (a. 1164).

84 Fidèle de l’évêque, Lemizo fait partie du groupe qui l’entoure à Piove en 1137 (2/1, no 317 ; cf. le no 5 de cette même liste, Gerardino). En 1146 il est mentionné comme redevable d’une aide féodale de 3 sous (no 461).

85 C D P, 2/2, no 999, a. 1170 : le juge Alessio est investi du fief paternel par Speronella.

86 Ibid., 2/1, no 420, a. 1143 ; de même, en 1167, on les voit renoncer, en faveur du chapitre cathédral, à 2 campi sis à Valle Lovara, en Saccisica (2/2, no 912).

87 Selon un témoignage lors d’un procès tenu vers 1181 (C D P, 2/2, no 1387).

88 Cf. C D P, 2/1, no 517 (a. 1149) ; 2/2, nos 946 et 961 (a. 1169), 1001 (a. 1170), 1302 (a. 1178).

89 Ibid., no 998 (a. 1170). Sur la moindre fréquentation de la curia épiscopale à partir des années 1160, cf. G. Rippe, Commune urbaine..., p. 667-669, 685.

90 C D P, 2/2, nos 964 et 1118.

91 Ibid., nos 1370 et 1414.

92 C D P, 2/1, no 464 (a. 1146) : avec Giovanni di Tado et quelques autres il est témoin d’un acte de Lemizo di Domenico di Aica, lui aussi consul en 1138 (cf. le no 12).

93 No 461 (a. 1146 env.) : Mainardus iudex ; 2/2, no 911 (a. 1167) : Id. ; 2/1, no 494 (a. 1141) : Mainardus legisperitus, Nicholaus eius filius.

94 No 461 (cf. note précédente) : il figure dans une liste d’aides dues par les vassaux ; sa contribution est de 3 sous.

95 L. Lanfranchi éd., San Giorgio maggiore, t. 3, no 529, a. 1190 : le juge Nicolò di Mainardo est témoin d’une sentence communale en faveur du monastère ; en 1192 il l’est d’un acte du podestat (S. Bortolami éd., Pieve e « territorium »... doc. 7, p. 89-90) ; en 1197 il l’est d’une demande adressée au procurateur communal par un Vénitien, créancier d’un débiteur insolvable (R. Morozzo della Rocca et A. Lombardo éd., Documenti..., no 431).

96 B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 2, no 222, a. 1184 : Maineto témoin d’une sentence du podestat, rendue à Padoue, en faveur du monastère de Brondolo ; no 228, a. 1185 : témoin d’un acte du monastère ; no 230, a. 1185 : témoin d’un échange entre le monastère de Brondolo et celui de Santo Stefano de Carrara, à Carrara ; no 243, a. 1187 : Maineto, fidéjusseur d’une vente à Bagnoli, se dit de Carrara ; no 340, a. 1199 : témoin d’un acte du monastère de Brondolo, à Bagnoli, il est qualifié de miles ; etc.

97 A S P, Corona, no 4955, a. 1192.

98 A S P, Corp. Soppr., San Bernardo, B. 1, no 38.

99 Première occurrence : C D P, 2/1, no 476 ; dernière : A C P, Episcopi, 1, no 62. Il est parfois nommé causidicus : ibid., no 556 (a. 1152) ; C D P, 2/2, nos 675, 705 et 706 (a. 1158).

100 C D P, 2/2, nos 946, 961 et 964 (a. 1169). Sont-ce les mêmes Mainardino et Mainfredo qui, à la date relativement tardive de 1181, assistent à la confirmation de l’alliance entre Padoue, Conegliano et Ceneda (no 1414) ? Peut-être.

101 C D P, 2/1, nos 527 et 556 ; 2/2, no 706, etc.

102 Ibid., nos 964 (a. 1169) et 1311 (a. 1178) : témoin d’actes d’Albertino da Baone ; no 1386 (a. 1180) : témoin de son testament ; nos 1438, 1457 (a. 1182) et 1480 (a. 1183) : témoin des mesures de Bertolina, sa veuve, pour réaliser les clauses du testament.

103 Cf. l’appendice prosopographique en fin de volume ; cf. aussi G. Rippe, La logica..., p. 259-262.

104 C D P, 2/2, nos 1438 (son fils Rolandino est avec lui) et 1480. Cf. aussi S. Bortolami, Fra « Alte Domus »..., p. 11, note 31.

105 A S V, San Giorgio maggiore, B. 81, Proc. 316 (ce document ne figure pas dans l’édition Lanfranchi).

106 C D P, 2/2, no 1370.

107 Cf. infra, l’appendice en fin de volume ; et supra, p. 155 et note 159.

108 En 1175 la sœur d’Albertino da Baone reçoit un fief de ce dernier : il figure parmi les témoins de l’investiture (P. Sambin éd., Nuovi..., no 51).

109 B. Lanfranchi-Strina éd., ibid., t. 3, no 519.

110 C D P, 2/2, no 1541 : il est parmi les Padouans qui jurent la paix de Fontaniva entre Vicence et Padoue.

111 No 1259, a. 1177 : Pigolotus iudex, A S P, Dipl., no 671, a. 1205 : un « di Pegoloto », dont le prénom manque, est juge d’un procès entre le iudicatus de Piove et Arlotto (dei Tadi, semble-t-il).

112 Biens fonciers à Piove (C D P, 2/2, no 1349, a. 1180 ; A S P, Santa Maria della Riviera, t. 10, p. 4 et 6, a. 1216), à Arzere (A S V, San Cipriano, B. 105, R. 582, a. 1188), Boion (A S V, C D Lanfranchi, 24 janvier 1186), et Campolongo maggiore (San Cipriano, B. 101, R. 188, a. 1211). Activités à Sacco : en 1177 le juge Pegoloto est l’un des boni homines qui assistent à un acte du monastère San Cipriano de Murano, à Piove (cf. note précédente) ; en 1204 Vando, fils de Matteo di Pegoloto, est témoin de la cession en fief du vicedominatus de Sacco par l’évêque (Dondi, Dissert. 6, no 167) ; et je rappelle, pour finir, le rôle de juge d’un di Pegoloto en 1205, mentionné en note précédente.

113 Matteo di Pegoloto parmi les vassaux épiscopaux consortes dans la « Selva di Brenta » : il détient des ronchi sur le territoire de Torre (A C P, Villarum, 8 : Ronchi Nuovi, 10, sans date – 1198 ?- : témoignage d’un certain Manfredino di Fi-no) ; occurrences de sa présence à la curia épiscopale : A S V, C D Lanfranchi, 10 novembre 1188 ; Dondi, Dissert. 6, no 144, a. 1195 ; A C P, Episcopi, 1, nos 88, 89 et 90, a. 1207 et 1208 (il est de surcroît question, dans ces documents, de la présence de Matteo à la curia entre 1204 et 1207), etc.

114 A V, Fondo Veneto, 1, San Giovanni Decollato, no 5533, a. 1189 : Matteo témoin d’une vente faite par India ; A S V, San Giorgio maggiore, B. 81, Proc. 316, 1er novembre 1185 : témoin d’une vente faite par Béatrice ; A C P, Feuda varia, no 29, a. 1200 : il fait office de juge de la curia vassalique de Palma ; ibid., Villarum, 4 : Carturo, 1, a. 1208 : témoin, chez elle, d’une vente faite par Palma.

115 1ère occurrence : un Nicolaus iudex témoin d’une donation de l’évêque Sinibaldo à Praglia (C D P, 2/1, no 157).

116 Ibid., no 116 : 1er occurrence ; 2/2, no 1533 : dernière.

117 Rien entre les nos 272 et 893.

118 Ibid., 2/2, nos 895 et 898 (a. 1166), 1176 (a. 1175 : in episcopali camera).

119 No 893, a. 1166 : acte d’Ubertino di Marcoardo (des Tanselgardini) ; no 1292, a. 1178 : vente, par un da Celsano.

120 No 1371.

121 Cf. par exemple C D P, 2/1, nos 116 (a. 1120), 216 (a. 1131) et 465 (a. 1145 env.).

122 Gualdino : nos 488 (a. 1147) et 578 (a. 1152). Nicolò : entre autres occurrences, nos 383 (a. 1140), 466 (a. 1146), 498 (a. 1147).

123 C D P, 2/2, no 742, a. 1160 : Nicolò est sans doute mort à cette date (vinea una que fuit Nicolai filii Petri iudicis) ; signalons qu’il était apparu dès 1107 (2/1, no 34).

124 C D P, 2/2, no 666. Ongarello et ses frères Vitaliano et Ugolino, vassaux de l’évêque pour des dîmes novales à Sant’Angelo de Sacco : ibid., 2/1, no 287 (a. 1136). Il convient de faire remarquer que Vitaliano et Ongarello sont, eux aussi, à Piove avec Bellino en 1137 (cf. supra, rubrique no 5 de la liste de 1138).

125 Ibid., 2/1, no 826, a. 1163 : Ongarello, au nom de la curia du chapitre, rend une sentence en faveur de ce dernier.

126 On le voit porter ce titre de 1149 (C D P, 2/1, no 521) à 1182 (ibid., 2/2, no 1456). Dans l’exercice de cette fonction il autorise, par exemple, la vente de biens communaux à Rosara et Melara en 1156 et en 1171 (nos 668 et 1030).

127 S. Bortolami, Fra « alte Domus »..., p. 11, note 27. En 1153, par exemple, on trouve un Malpilio filius Octaviani Vicedomini (P. Sambin éd., Nuovi..., no 21).

128 Sur les biens de la famille à Sacco et en d’autres zones du contado, cf. ibid. Ottaviano, d’autre part, est explicitement désigné comme vassal de l’évêque en 1176 : il lui sert, à cette occasion, de fidéjusseur (C D P, 2/2, no 1217).

129 Rappelons qu’il existe 3 listes qui ont en commun une majorité de noms : la première, non datée, est située par Gloria « vers 1181 » (no 1387).

130 En 1224 il est mort : ses fils possèdent une terre en indivision à Tramonte (A S P, Corp. Soppr., Praglia, B. 266, no 1194).

131 En 1190 il est dans l’assemblée de vassaux qui fixe le détail de l’aide à l’évêque pour le passage d’Henri VI (A C P, Episcopi, 1, no 62). Parmi ses apparitions en tant que témoin, cf. par exemple : A S P, Dipl., no 453, a. 1191 ; Corona, no 4059, a. 1193 ; Dondi, Dissert. 6, no 167, a. 1204 ; ibid., no 181, a. 1213.

132 Sur les activités padouanes de Palma, cf. G. Rippe, La logica..., p. 260 261. Dès 1191 on voit Ottolino témoin d’une vente à San Cipriano de Murano par Alberto da Baone (A S V, San Cipriano, B. 109, R. 732 : l’acte est passé chez Alberto) ; il est témoin, en 1205, d’une sentence du juge du podestat en faveur de Palma (A C P, Diversa, no 28), en 1208, de la vente, par elle, de biens à Gerardo da Calaone (A C P, Villarum, 4 : Carturo, 1).

133 B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 3, no 442, a. 1212.

134 A S V, San Michele in Isola, B. 11, no 474, a. 1220.

135 A C P, Feuda canonicorum, no 12, a. 1187.

136 A S V, San Zaccaria, B. 17, 21 octobre ; ibid., B. 25, 16 février.

137 S. Bortolami, Fra « alte Domus »..., p. 69 ; il sera procurator en 1229 (ibid.) ; A S P, Corp. Soppr., Santo Stefano, B. 19, no 23.

138 En 1226 un autre fils du juge Ottolino, Gerardo, est créancier des Borselli pour 60 livres (A S V, San Giorgio maggiore, B. 82, Proc. 322, 28 janvier).

139 Cf. supra, note 130 ; A S P, Corp. Soppr., B. 266, no 1092, a. 1221 : Ottolino propriétaire dans le confinium de Padoue, sans autre précision ; ibid., Corona, no 4078, a. 1208 : Ottolino confront d’une terre au lieu-dit Vadum Calcarie, dans le confinium.

140 A S P, Corp. Soppr., Santa Maria della Riviera, t. 14, p. 1a. Sur cette église, cf. C. Gasparotto, Padova ecclesiastica..., p. 141-148.

141 Andrea Scardeva : C D P, 2/1, no 567 ; Gerardo : nos 624-625 ; Giovanni : 2/2, no 1541 (il est l’un des 500 Padouans qui jurent la paix de Fontaniva) ; Raimondo : 2/1, nos 272, 353, 506 ; les fils – non autrement spécifiés – de Gerardo et d’Andrea : 2/2, no 1137.

142 Cf. supra, p. 153-154. Les di Giso sont dans les 157 groupes familiaux analysés en fin de volume.

143 Rainaldino apparaît encore au palais épiscopal en 1181 (P. Sambin éd., Nuovi..., no 73).

144 On le voit entre 1147 (C D P, 2/2, no 1541 ; 2/1, no 478) et 1164 (2/2, no 843), la plupart du temps comme témoin d’actes épiscopaux.

145 C D P, 2/2, nos 1438 et 1457, a. 1182.

146 Ibid., no 1371.

147 C D P, 2/2, no 1463 : Iohannes Copellus ex precepto et voluntate omnium consulum. excepto Ottolino et Rogato iudicibus qui erant absentes.

148 S. Bortolami, Fra « alte Domus »..., p. 13, note 32.

149 A S V, San Cipriano, B. 110, R. 821.

150 En 1215 il arbitre un litige interne à la famille, entre Alberico Leone d’un côté, et Giacomo et Albertino de l’autre, et reçoit, pour prix de ses services, des terres en fief sans fidélité (E. Zorzi, Il territorio..., doc. 10, p. 296-300) ; en 1216 il est arbitre entre la famille et le monastère de Brondolo (B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 3, no 526) ; de même en 1217 (ibid., no 559).

151 Cf., par exemple, ibid., nos 469 (a. 1214) et 503 (a. 1215).

152 G. Rippe, La logica..., p. 244-248.

153 Cf. supra, p. 152.

154 Cf. supra, ibid. ; cf. aussi A. Castagnetti, I conti..., p. 125-126.

155 C D P, no 1480, a. 1183 : le fief est réclamé par Marcio dei Maltraversi, époux de Palma da Baone. Cf. aussi G. Rippe, La logica..., p. 261, note 63.

156 Sur la position des Ongarelli à l’égard des deux adversaires, et sur les tentatives de médiation de plusieurs familles de notables citadins entre les deux adversaires, cf. G. Rippe, ibid., p. 261-262.

157 S. Bortolami, « Honor civitatis »..., p. 169, note 26.

158 Cf. par exemple, C D P, 2/1, nos 408 (a. 1142) et 567 (a. 1152) ; 2/2, nos 693 (a. 1158), 946 (a. 1169), 1235 (a. 1176), 1302 (a. 1178). Teupo apparaît 3 fois parmi les témoins de l’évêque : 2/1, nos 431 (a. 1144), 498 (a. 1147), 556 (a. 1152).

159 A S P, Dipl., no 420 (a. 1189).

160 C D P, 2/2, no 1427 (a. 1181).

161 C D P, 2/1, nos 193 et 395 ; L. Lanfranchi et B. Strina éd., Ss. Ilario..., no 20.

162 Un notaire Ugo rédacteur d’actes apparaît pour la première fois en 1117 (C D P, 2/1, no 83).

163 Ibid., 2/2, no 705, a. 1158. De même, en 1137 il était avec Bellino à Piove di Sacco, en compagnie d’autres boni homines, dont de futurs consuls (2/1, no 317 ; cf. le no 5 de cette liste, Gerardino).

Table des illustrations

Légende Note141
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/560/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 18k

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540