Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Padoue et son contado (Xe-XIIIe siècle)

 | 
Gérard Rippe

Première partie. Les pouvoirs, des rois d’Italie à la crise de la première commune (Xe siècle-1200)

Chapitre 3. Le cadre du pouvoir : « l’incastellamento » et ses conséquences

Texte intégral

I–LES PROBLÈMES DE LA DOCUMENTATION

  • 1 A. A. Settia, « Ecclesiam incastellare ». Chiese e castelli in diocesi di Padova, dans Id., Chiese (...)
  • 2 Cf. un article ancien de G. Fasoli (paru une première fois dans les Settimane de Spolète de 1966), (...)
  • 3 Cf. supra, p. 75 et p. 77, note 176.

1Comme l’a déjà remarqué A. A. Settia1, la caractéristique la plus évidente de l’incastellamento padouan est la pauvreté de la documentation le concernant ! Peu de mentions et aucune véritable description. Le contraste est frappant avec le tout proche contado de Vérone2. Il faut souvent attendre la fin du xiie siècle, voire le xiiie, pour découvrir la première allusion (c’est le mot qui convient, en général ! Aucune charte de fondation, ni de peuplement ou de repeuplement) à telle ou telle forteresse, ce dont il est bien entendu impossible de déduire qu’elle est récente. L’archéologie médiévale, tard venue dans le Veneto, a du moins confirmé, on l’a vu, l’ancienneté prévisible du castrum de Monselice3.

2La comparaison des deux cartes de l’implantation castrale confirmera ce que je viens d’écrire. Le flou chronologique est une constante des représentations tentées, en opposition avec l’idéal de toute cartographie : fixer un moment. L’ancien et le nouveau, le simple château-fort aristocratique, de fondation récente, et le vieil habitat fortifié apparu au hasard, non répété, d’une allusion fortuite, se mêlent sans qu’il soit aisé de clarifier la représentation.

  • 4 A C P, Episcopi, 1 : non numéroté.
  • 5 Cf. infra, p. 266.
  • 6 A C P, Feuda episcopi, 1, no112 : castrum... cum monte super quem est castrum, cum domibus et edif (...)

3Souvent le seul éclairage possible est indirect : en 1210, par exemple, sort du néant documentaire (pour y rentrer aussitôt) la communauté des castellani du castrum de Campagna4 ; ce que l’on sait des groupes d’alleutiers libres autorise l’hypothèse d’un habitat fortifié tout aussi ancien que celui de Piove ou Pernumia, bien attestés, quant à eux, par les textes5. Mais que penser lorsqu’on rencontre, en 1236, sur la colline de Montecchia, un castrum environné de tout un habitat ?6 Impossible d’affabuler sur la phase d’édification et sur l’évolution des relations entre castrum et village.

  • 7 C’est en 1968 qu’Emilio Cristiani a édité tout un ensemble documentaire concernant le Veneto, qu’i (...)

4On est tributaire, enfin, des découvertes documentaires qui rendent toute évaluation quantitative perpétuellement provisoire. Si les archives padouanes et vénitiennes semblent ne plus réserver de surprise pour la période antérieure à 1183, des trouvailles peuvent être faites ailleurs en Italie ou à l’étranger : l’apparition du castrum de Villanova, sur la première carte, est due à l’une d’elles7. La prudence est donc, a fortiori, de rigueur pour la période suivante.

  • 8 Annales Patavini, RIS, 8, A. Bonardi éd., Città di Castello, 1907, p. 261. La seule information an (...)
  • 9 V. Lazzarini, Un antico elenco di fonti storiche padovane, dans Id., Scritti di paleografia e dipl (...)
  • 10 J. K. Hyde, Italian Social Chronicles in the Middle Ages, dans « Bulletin of the John Rylands Libr (...)

5Il est par conséquent nécessaire de compléter l’information en faisant une part aux apports des chroniques, même tardives. Inutile d’insister sur ce qu’a d’essentiel le témoignage de celle de Rolandino ; sans les plus modestes Annales Patavini je n’aurais pas pu mentionner l’existence d’un castrum à Strà dès avant 12098, et sans la liste censément écrite en 1258 par Antonio di Alessio, notre représentation du réseau castral au nord du Brenta au xiiie siècle serait appauvrie des deux-tiers ! Elle n’est pas, il est vrai, sans soulever des questions : l’érudition padouane, en l’occurrence Vittorio Lazzarini qui l’avait éditée en 1908, l’a considérée comme tout à fait digne de foi9 ; J. K. Hyde en a montré le caractère problématique10.

  • 11 De viris illustribus familiae Transelgardorum, Forzatè et Capitis Listae, M. Blason-Berton éd., Ro (...)
  • 12 J. K. Hyde, ibid., p. 117-123.

6Il s’agit de la liste des castra et des fortilicia censés être, ou avoir été, détenus par les plus puissantes familles du Padouan, toutes origines mêlées, auxquelles sont adjoints à la fin l’évêque et l’abbé de Praglia. Le laps de temps considéré va d’Otton Ier aux années qui suivent immédiatement la fin de la dictature d’Ezzelino da Romano ; ce n’est donc pas un instantané des forteresses du Padouan en l’an 1258. On ne connaît cette liste qu’intégrée à la Chronique familiale des Capodilista (les descendants des Tanselgardini), écrite en 1434 par Gian-Francesco Capodilista11, lequel prétend l’avoir recopiée à partir d’une chronique de 1258 due au juge padouan Antonio di Alessio, perdue, et retrouvée par lui à Bâle (où il assistait au concile). J. K. Hyde a démontré qu’il s’agissait là d’une fiction : Capodilista a certainement utilisé une source ancienne, mais il faut s’interroger sur l’existence d’une chronique d’Antonio di Alessio. L’historien anglais voit, à l’origine de la liste elle-même, un probable document administratif, sans doute un registre des nobles et de leur juridiction12. Interpolations et modifications d’écriture n’en sont donc pas exclues. Et de ce fait la datation (1258) est peut-être aussi à discuter.

  • 13 Ces six castra sont ceux de Camposampiero, Selvazzano, Fontaniva, Mon selice, Braziolo (aujourd’hu (...)

7La précision du vocabulaire inspire toutefois confiance. Le mot castrum n’est employé que rarement : 6 occurrences seulement si l’on ne tient pas compte des mentions concernant des régions voisines13. Les autres forteresses (près d’une cinquantaine) sont toutes désignées sous le nom de fortilicia. Le plus souvent la situation de chaque fortilicium est spécifiée : construit la plupart du temps in vi-la (sic), il est au contraire isolé ici et là : ainsi celui de la famille des Bibi se trouve sur une hauteur voisine de Torreglia (prope Toriya, super uno monticulo). De même l’auteur spécifie toujours si le castrum ou le fortilicium est pourvu ou, le plus souvent, non pourvu d’un privilegium. C’est de cette constatation que J. K. Hyde a déduit qu’il pouvait s’agir d’un registre énumérant les juridictions nobiliaires.

  • 14 Je n’ai pas fait apparaître sur la seconde carte (cela va de soi) les forteresses de la liste dont (...)
  • 15 De même, la mention du château de Montecchia, attribué aux da Selvazzano, nous ramène à une situat (...)
  • 16 Quant au classement, opéré selon des critères manifestement hiérarchiques, des familles elles-même (...)

8Les problèmes d’interprétation naissent tout d’abord des critères de choix de l’auteur. Les premières perplexités proviennent de cette présentation « à plat » de forteresses d’âges différents, aux évolutions différentes aussi. Certaines, rares il est vrai, ont déjà disparu au moment de la rédaction14 ; ainsi le castrum de Fontaniva, détruit en 122815. D’autres, encore sur pied, sont attribuées à des familles éteintes dès l’orée du xiiie siècle, les da Calaone, par exemple, dont le château est désormais aux mains des Este, alors que la liste n’attribue à ces derniers que celui de la ville dont ils ont pris le nom. Cette remarque porte à un autre problème, celui de l’attribution, consentie ou non, aux familles : l’auteur se révèle quelque peu chiche à l’égard des plus grands et ne les crédite jamais de l’ensemble de leurs châteaux (à une exception près, où la supercherie est immédiatement décelable, les Tanselgardini : on y reviendra). La liste ne se veut absolument pas exhaustive : à un simple coup d’œil sur la carte on voit qu’elle laisse de vastes zones d’ombre16.

9Il est possible de s’expliquer ces silences volontaires (car l’auteur ne pouvait ignorer l’existence des fortifications de centres aussi importants que Montagnana, par exemple). Considérons les omissions les plus remarquables du fait de leur cohésion géographique, celles des castra du sud padouan : Solesino, Bagnoli, Agna et – précisément – Montagnana. J’aurai plus loin l’occasion d’y revenir : tous sont, au xiiie siècle, à la tête d’une curia, c’est-à-dire d’une circonscription administrative féodale : Montagnana et Solesino sont aux Este, Agna et Bagnoli aux da Carrara. Il ne s’agit nullement de simples maisons-fortes à caractère purement privé. Les castra d’Este et de Carrara qui, eux, sont mentionnés, ont le même caractère, mais ils sont les châteaux familiaux par excellence, hérités des ancêtres et centres du pouvoir dans l’ensemble de la région. La division des da Carrara en deux branches dans le premier tiers du xiiie siècle explique la promotion d’Anguillara, que signale la liste, et dont, sous Ezzelino, les fils d’Albertino – Marsilio et Iacopino – ont ensemble le dominium. Voici donc au moins un point sur lequel les choix de l’auteur me semblent clairs : pour chaque grande famille féodale il mentionne le château qui en est à la fois la résidence principale et la place-forte clé.

  • 17 Première occurrence du « dongione » à Este : C D P, 2/1, no 289. Gloria doutait de la date du docu (...)
  • 18 Par exemple, en 1240, un casamentum cédé en livello est situé in castro (A S V, San Zaccaria, B. 2 (...)

10Quant à l’usage qui est fait du mot castrum et à la promotion de fortilicium, il me semble permis de proposer une hypothèse. On aura remarqué, au vu de la carte, qu’Este est désigné comme un simple fortilicium, alors que Monselice a droit au titre de castrum. Une comparaison des occurrences de l’un et de l’autre terme dans les documents d’archives nous commente cette différence. A Este, dès les années 1150, semble-t-il, a été édifié un « dongione », c’est-à-dire cet ensemble que les recherches d’Aldo A. Settia incitent à considérer comme un réduit fortifié comprenant, outre la grande tour que le mot « donjon » désigne en français, la résidence du seigneur. A partir de là s’est sans doute produite une transformation fondamentale de la fonction de l’édifice, devenu un « château » au sens strict du terme, c’est-à-dire une demeure seigneuriale17. A l’inverse, l’emploi de castrum pour Monselice s’accorde bien avec ce que l’on sait par la documentation, à savoir qu’il s’est toujours agi là du noyau central d’un habitat urbain18. En employant le mot castrum, la liste de 1258 enregistre donc quelques cas, assez rares, de permanence d’anciens noyaux fortifiés d’habitats, demeurés en même temps centres de pouvoir, tant seigneuriaux que collectifs.

  • 19 Liber Regiminum, R I S, 8, p. 341-342.
  • 20 La documentation éditée par E. Cristiani (La consorteria..., doc. 3, p. 197198) nous fait connaîtr (...)
  • 21 S. Bortolami, Pieve e « territorium »..., doc. 1, p. 73.
  • 22 Nuançons ce propos, cependant : en 1188 Albertino da Tergola avait encore les revenus de la dîme s (...)

11Le sens de fortilicium s’en trouve clarifié, sans pour autant que le terme désigne une réalité vraiment uniforme. On peut le traduire par « château », dans la mesure où il s’agit bien toujours de la résidence fortifiée du seigneur et de sa famille ; mais cela va de la forteresse des marquis à Este, véritable rocca que les Padouans s’acharneront à détruire en 129419, à la simple maison-forte, satisfaisante pour la vanité de son possesseur mais inoffensive, qu’au demeurant on trouve caractérisée par la précision « fortilicium parvum ». Seule la liste de 1258 nous informe de la densité relative de ce réseau de maisons-fortes du xiiie siècle. La documentation d’archives est bien plus avare20. On ne peut guère signaler que de très rares occurrences du terme castellatius (ou encore castellarius), qui semble être un synonyme de fortilicium. Dès 1188 un témoin, lors d’un procès, déclare que Dominus Albertino da Tergola disposait à Busiago d’un castelatium où il dicebat se habitare. Ses souvenirs sont censés remonter à une trentaine d’années : le castelatium serait donc en place déjà autour de 116021. Or le lieu-dit Tergola, dont la famille tient son nom, se trouvait alors encore intégré au territoire de Busiago. Il n’est donc pas interdit d’assimiler, dès le dernier tiers du xiie siècle, ce castelatium au fortilicium parvum dont la liste gratifie cette famille, et par là-même de dater de ce moment le début de la mise en place de ce réseau de maisons-fortes rurales à caractère purement privé (sine privilegio)22.

  • 23 Cf. l’article cité note précédente.
  • 24 Cf. les données reprises par A. Gloria dans Il territorio padovano, t. 2, p. 76.
  • 25 Cf. G. D. Serra, La tradizione latina e greco-latina nell’onomastica medievale italiana, dans « Gö (...)

12Crédible pour l’essentiel, la liste porte néanmoins la trace de réaménagements : le terme même de fortilicium et la belle précision dans l’utilisation du vocabulaire semblent suspects. A aucun moment je n’ai rencontré ce mot avant les dernières décennies du xiiie siècle (on vient de voir comment la même réalité se trouvait auparavant désignée) et, si je l’ai bien lu, A. A. Settia non plus, dans une enquête pourtant plus ample23. Il est donc assez vraisemblable que Capodilista a « ordonné » le vocabulaire de la liste au xve siècle, à moins que celle-ci ne date elle-même d’une époque plus tardive que 1258, comme je l’en soupçonne. Signalons, pour finir, une supercherie où le mythe familial vient s’insérer dans un texte manifestement objectif : Capodilista attribue à ses propres ancêtres tout un ensemble de fortilicia dont il fait remonter la possession à un diplôme de Charlemagne lui-même ! Il introduit dans une liste exacte un château de « Transelgardo » qu’une longue tradition situe dans les Euganées mais qui, selon toute vraisemblance, est purement légendaire. Aucun document ne le mentionne et les allusions qu’y font les auteurs padouans de l’époque moderne font référence au seul ouvrage de Capodilista24. A la vérité « Transalgardo » (je rappelle que l’orthographe a hésité : Tanselgardo, Trass-, Tansergardo...) n’est qu’un simple nom de personne germanique, on l’a vu, dont l’une des premières occurrences connues se rencontre dans le Chronicon Farfense25 ; il faut croire que, dans le Padouan, la mémoire collective le liait si bien au destin d’une famille qu’une légende pouvait se forger sur ses origines.

13En dépit de cette falsification, et de problèmes d’interprétation et de datation, on aura compris toute l’utilité de la liste de 1258. Non seulement elle est la seule à nous faire connaître un certain nombre de castra, quelle que soit la terminologie qu’elle emploie, mais elle s’avère utile, grâce à cette terminologie, pour préciser les modalités de l’évolution.

***

14C’est donc uniquement en utilisant conjointement les documents d’archives, les sources narratives, même tardives, et la liste dite « de 1258 » que j’ai pu, dans la mesure du possible, restituer aux forteresses du Padouan toute la durée de leur existence, et en percevoir ici et là les métamorphoses.

  • 26 A. A. Settia, « Ecclesiam incastellare »..., p. 52.
  • 27 S. Bortolami, Territorio... : cf., par exemple, p. 31, 109, etc.

15Dans un article déjà cité sur les castra padouans, A. A. Settia remarquait à quel point beaucoup d’entre eux, parmi les plus anciens, semblaient avoir eu la vie brève, à s’en tenir à la documentation publiée26. Il constatait d’une part une « éclipse » dans la documentation du xiie siècle, et d’autre part que, dans un cas au moins, celui de Pernumia, étudié par S. Bortolami, la documentation d’archives du xiiie siècle avait fait réapparaître la mention du castrum27. Il se demandait donc pour finir si un dépouillement systématique donnerait les mêmes résultats pour d’autres de ces structures fortifiées anciennes, et si les disparitions définitives seraient ou non le lot de beaucoup. On pourra juger, à l’aide du tableau n. 9 p. 911, de l’intérêt du dépouillement que Settia appelait de ses vœux, joint à l’utilisation des sources narratives et de la liste « de 1258 » à titre de complément d’information.

16D’ores et déjà il me semble que les résultats obtenus sont révélateurs, ce tableau restant susceptible d’accueillir toutes informations supplémentaires éventuelles. Sur 15 structures fortifiées (14 castra et une turris) signalées jusqu’en 1100, il n’en est, comme A. A. Settia l’avait bien remarqué, que 4 qui réapparaissent avant 1184 : Monselice et Montagnana sont deux des plus gros centres du contado et la documentation qui les concerne est abondante ; la part du hasard est manifeste dans les deux autres cas (Arquà et Carrara).

17C’est au contraire une majorité qui se retrouve documentée entre 1183 et 1260 : 9 castra resurgissent à l’issue d’un dépouillement d’archives, et 11 sont mentionnés dans Rolandino ou dans la liste de 1258 qui, seule, nous reparle de Borgoricco, de Selvazzano ou de Merlara ; si bien qu’il ne reste qu’un unique exemple de disparition totale, celui de Roncaiette.

18L’éclipse des années 1100-1180 demande sans nul doute à être expliquée, et il est clair qu’une étude de l’usage, par les notaires, du vocabulaire désignant les lieux pourra seule apporter quelques éléments d’élucidation de ce petit mystère, quelle que puisse être, par ailleurs, l’indéniable part du gonflement de la documentation dans les décennies 1190-1230.

II – L’« INCASTELLAMENTO » DES TEMPS PRÉ-COMMUNAUX ET COMMUNAUX

A) Une chronologie

19Il y a toujours une préhistoire à tout. Celle-ci est pauvre. Elle n’est pas, pourtant, sans évoquer le tumultueux passé de zone-frontière du Padouan.

  • 28 L. Schiaparelli éd., I diplomi di Berengario I, no 118.
  • 29 Cf. A. Gloria, Territorio padovano, t. 2, p. 143 (et note 5) et p. 144. Citant une « Descrizione d (...)

20Le village de Torre apparaît, ainsi nommé, dès 91828. Situé sur la rive droite du Brenta, il évoque peut-être les temps où une première avancée lombarde aurait fait du fleuve la limite nord du territoire de la Padoue byzantine, avant la conquête de 602. Le fait qu’une fortification ait pu avoir déjà donné son nom à un habitat au début du xe siècle témoigne de son ancienneté. On ne peut en dire davantage29.

  • 30 C D P, 1, no 239. D. Olivieri fait dériver ce toponyme du latin turricula, qu’il rapproche de sa d (...)

21Peut-être une autre tour de ces temps lointains, dominant la plaine du haut d’un des premiers sommets des Euganées, a-t-elle donné son nom à Torreglia, mais la première mention de ce village est relativement tardive (1077). Contentons-nous d’envisager une possibilité30.

  • 31 A. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 2, no 2.
  • 32 Turris quae fuit bone memorie Adelberti ducis bisavii mei.
  • 33 Une analyse de la donation d’Almerico, et des indications sur la tour, dans A. Castagnetti, Un pro (...)

22C’est dans la basse-plaine que se présente l’unique information positive, avec la minutieuse description des limites de la curtis de Bagnolo qu’en 954 le marquis Almerico et son épouse Franca offrent au monastère vénitien de Brondolo31 : elle est flanquée depuis longtemps d’une tour attribuée à Adelberto, bisaïeul du dit Almerico32. On retrouve ici le problème des origines des marquis d’Este ; le duc Adelberto, d’identification incertaine (un duc de Toscane ?), aura vécu, en tout cas, autour du règne de Louis II, au plus tard. Située près de l’Adige vetus, non loin d’Anguillara, et donc de Cavarzere, elle fait face à ce qui est un poste-frontière vénitien. Son rôle était donc de même nature que celui de la fortification de Torre : face aux Lombards sur le Brenta, aux Vénitiens sur l’Adige, on avait voulu assurer, sans doute, les communications fluviales33.

23Pourvue d’au moins 4 chapelles, la curtis est de surcroît flanquée, à l’est, d’une villa de Visignolo et de sa chapelle, dédiée à saint Isidore, appartenant au même propriétaire. Voici donc une situation qui unit le passé – la forteresse de frontière – et l’avenir immédiat – le grand domaine fortifié, la curtis cum castro, futur centre villageois.

24C’est, enfin (je le rappelle pour mémoire), à des fouilles archéologiques récentes que l’on doit des informations précises sur le démarrage lombard du castrum de Monselice, de loin la place la plus importante après Padoue puisque, comme celle-ci, elle a un caractère urbain.

***

  • 34 A. A. Settia, Castelli e villaggi..., les chapitres 3 à 6 (p. 73-246).
  • 35 L. Schiaparelli éd., I diplomi di Berengario I, no 82 (a. 912) et 101 (a. 915).
  • 36 R. Cessi éd., Documenti relativi alla storia di Venezia anteriori al Mille (secoli ix-x), t. 2, Pa (...)

25Les vrais débuts, au xe siècle, sont connus : A. A. Settia, dans son ouvrage fondamental sur le phénomène castral en Italie du nord, les a retracés de façon telle qu’on peut se contenter d’y renvoyer le lecteur pour ce qui est du schéma général34. Le Padouan est un cas de figure classique, du moins de prime abord. La multiplication des castra y coïncide avec l’apparition, dans la documentation, de concessions royales à un seigneur d’Église, ici l’évêque35 ; en même temps les premières mentions, incidentes, témoignent d’un phénomène d’une ampleur plus vaste : c’est le castrum déjà ancien de Monselice qui apparaît le premier dans la documentation, en 91436.

  • 37 Pour ce qui est du centre le plus important, à savoir Padoue elle-même, on peut renvoyer le lecteu (...)
  • 38 Comme l’avait déjà fort bien vu A. A. Settia, une seule fondation apparaît ici clairement comme ré (...)
  • 39 Dans l’ordre d’apparition : Castel di Brenta, 1110 (C D P, 2/1, no 47) ; Camponogara, 1114 (ibid., (...)

26Le tableau 10 (p. 912) présente l’ensemble des premières occurrences documentaires de castra aux xe et xie siècles. Dans sa modestie il autorise quelques remarques. Les centres anciens les plus peuplés (souvent encore aujourd’hui) du Padouan sont tous « incastellati » (Monselice, Montagnana, Piove, Pernumia), sauf un, Este37. La relative stabilité de l’habitat dans l’Italie padane rend ces mentions significatives, étant entendu toutefois que le cas du nord padouan, exceptionnellement mal loti, est à considérer comme particulier. De même, compte tenu de la faiblesse documentaire du xe siècle (une petite soixantaine d’actes) et de la progressive inflation qui suit, les 6 occurrences pressées entre 950 et l’an mille peuvent rendre compte d’un premier élan (certes très approximativement, puisqu’on n’a là aucune date de fondation)38. N’est-il pas remarquable, par comparaison, que, dans le demi-siècle allant de 1101 à 1150, on ne trouve que 5 mentions de nouveaux castra39, alors que les documents se comptent à présent par centaines ?

27Ce qui résulte de la mise en relation entre les lieux et leurs possesseurs corrobore le tableau de l’aristocratie présenté auparavant. Deux grands moments se dégagent.

  • 40 M G H, Ottonis III Dipl., Th. Sickel éd., Hanovre, 1893, no 349 ; C D P, 1, no 82 : le témoignage (...)
  • 41 Donation de Roncaiette par Otton Ier aux chanoines (M G H, Ottonis I Dipl., no 143).
  • 42 A. A. Settia, Castelli e villaggi... : cf. surtout les considérations d’ensemble des p. 256-258. C (...)
  • 43 C D P, 1, no 76, a. 996 : Ipsa casa et curte domnicata cum castello et ecclesia inibi consistente (...)
  • 44 C D P, 1, no 56.

281) La plupart des fondations castrales du xe siècle et du début du xie (ou connues à cette époque) sont le fait du groupe restreint des délégués du pouvoir ottonien ; évêques et familles de comtes ou de marquis usent et abusent des cessions de regalia que leur ont consenties les rois d’Italie puis que leur a, le plus souvent, confirmées Otton Ier. C’est ainsi que deux de nos castra sont, soit tenus directement, soit contrôlés à l’origine par les évêques de Vicence (Selvazzano, en l’an 1000) et de Padoue (Piove en 1005)40 ; on peut y joindre Roncaiette, cédé en 952 au chapitre cathédral de Padoue41. Venons-en aux fondations laïques : Merlara et Montagnana relèvent d’une typologie désormais bien connue grâce aux travaux des médiévistes de Turin42. Il s’agit en effet de deux curtes fortifiées, Merlara par le marchio et dux Almerico, Montagnana sans doute par le marquis Ugo43. On ignore, par contre, si quoi que ce soit préexistait au castrum de Castelnuovo, tenu et sans doute édifié par le comte de Vicence, et à celui d’Agna où, en 970, résidait une énigmatique Ingelinda, fille de Liutefredo, suffisamment riche pour offrir au chapitre cathédral padouan un ensemble de biens-fonds à Tribano, mais dont on ne sait rien d’autre44.

  • 45 S. Bortolami, Territorio..., p. 136-137. Cf. supra, p. 189.

29Les castra d’Arquà et de Pernumia (dont les premières mentions remontent respectivement à 985 et 1027) ont cela de commun avec Monselice qu’on y rencontre une communauté arimannique dont l’emprise sur le lieu est différente entre l’un et l’autre. Elle y est seule à Monselice, où elle a sécrété une aristocratie de boni homines, menée par de possibles descendants de comtes (les Paltanieri, les da Fontana et les Cumani). A Pernumia règne un rapport de force relativement équilibré avec l’autorité pourvue du comitatus, les da Carrara (après les da Baone), qui n’interviennent dans l’enceinte castrale que pour exercer périodiquement la haute justice45. Une question se pose ici, comme à Piove du reste : les comunautés arimanniques ont-elles participé sous une forme ou une autre à l’initiative de la fortification ? On ne peut guère que la poser.

  • 46 E. Zorzi, Il territorio..., doc. 3.

30A Arquà la domination seigneuriale s’est vite faite plus exclusive. Les origines et les premiers temps du castrum sont problématiques. Le pouvoir éminent des Este y est attesté par le même diplôme d’Henri IV qu’à Pernumia : dans le courant du xiie siècle les marquis laissaient le comitatus à deux membres de la famille comtale de Padoue, Manfredo d’Abano et le comte lui-même46. A ce niveau, par conséquent, l’évolution a été comparable à celle de Pernumia, passée aux da Baone puis aux da Carrara. Mais ici surgissent deux problèmes : qu’en était-il avant l’installation des marquis, au xe siècle ? Qui détenait le castrum aux xe-xie siècle ?

  • 47 C D P, 1, no 140.
  • 48 On remarquera que ce fidèle du marquis ne fait qu’imiter son seigneur : en l’an 996, Ugo avait fai (...)

31La situation au xie siècle est éclairée par un document de 1040 : un certain Rodolfo, dit « Normanno » mais se déclarant ex Francorum genere, est alors « habitant » du castrum (habitator in castro Arquada)47. Il offre en donation pieuse une massaricia à l’abbaye de la Vangadizza, dans le Polesine, pour l’âme de sa femme et celle du marquis Ugo48. Voici donc un fidèle du marquis qui garde le castrum en son nom. Il ne fait malheureusement pas d’autre apparition dans la documentation, mais du moins la richesse, et donc le statut social du personnage, ne font pas de doute. Remontons encore dans le temps. Les choses se gâtent avec le tout premier document où figure le castrum d’Arquà : en 985 c’est une simple vigne, de modestes dimensions, qui est donnée au chapitre cathédral de Padoue par ce qui semble être toute une consorteria de gens se déclarant de castro Arquada. Rien ne dit qu’il s’agit d’une seule famille, et encore moins de « châtelains » au sens où le sera Rodolfo en 1040. Ces donateurs sont, en effet : d’une part une certaine Giustina, veuve d’Ampone, assistée de Domenico, dont Ampone était l’oncle (barbanus) ; avec elle un groupe constitué par quatre personnes, Leodiverto, Sambadino, Martino et le prêtre Boniverto, tous fils de feu Giovanni. Aucun lien de famille n’est signalé entre les deux défunts, Giovanni et Ampone.

  • 49 Un Boniverto est chanoine à Vicence en 1013 (C D P, 1, no 93) ; il peut s’agir du même personnage (...)

32Il peut donc s’agir d’un simple groupe de voisins. Ajoutons qu’ils se disent de loi romaine, ce qui n’est généralement pas le cas des aristocrates, et que la mesquinerie de leur donation aux chanoines incite à ne pas les mettre sur le même rang que le personnage de 1040, sans que, pour autant, l’on doive refuser de voir en eux des propriétaires aisés49.

  • 50 E. Zorzi, Il territorio..., doc. 3, a. 1196 ; un parallèle avec Pernumia déjà, dans S. Bortolami, (...)
  • 51 Nos donateurs de castro Arquada de 985 seraient en ce cas socialement assimilables à leurs contemp (...)

33Risquons une hypothèse : une documentation tardive mais précise nous montre qu’à la fin du xiie siècle, à Arquà, toute une collectivité d’alleutiers se désignait encore comme groupe d’arimanni50. Ainsi le même « binomio inattuale » comte-arimanni (pour reprendre une expression de S. Bortolami) se retrouve à Arquà et Pernumia. Seule change la relation des protagonistes avec le castrum. On peut se demander si les deux documents de 985 et 1040 ne témoignent pas d’une évolution qui aurait fait passer, entre ces deux dates, le contrôle du noyau fortifié, des mains du groupe arimannique, dont les donateurs de la pièce de vigne pourraient être des représentants parmi d’autres, à celles du marquis qui y aurait installé un miles dépendant directement de lui51.

  • 52 A. Gloria, Territorio padovano, t. 3, p. 176.
  • 53 C’est seulement à partir de 1171 qu’on commence à avoir des précisions sur l’habitat : il est, en (...)

34Je ne l’affirme pas. Il me semble simplement que, si l’on scrute les textes avec attention, il en ressort que les situations sont très différentes à 55 ans de distance. Ajoutons enfin qu’Arquà est un centre de bien moindre importance que Monselice ou même Pernumia. Le castrum, que la tradition veut situer au sommet de la colline52, délimitait sans doute un espace assez exigu ; l’évolution vers l’appropriation physique par un groupe familial unique n’aurait en tout cas rien d’inconcevable53.

35Ainsi, c’est à plusieurs reprises dans une relation entre l’autorité d’origine publique et les communautés d’alleutiers, dont la dialectique se développe de façon très différenciée selon les lieux, que s’édifie, au xe siècle, un premier réseau castral qui reflète, non pas seulement des besoins de protection, mais des rapports de pouvoir. De fortes différences se marquent en effet d’une micro-région à l’autre, les déterminations géographiques se combinant avec celles qu’impliquent la progressive émancipation des grands et la concomitante affirmation des groupes d’alleutiers.

36Les déterminations géographiques sont de trois types.

  1. Un ensemble très ancien de centres bien peuplés se trouve très tôt fortifié, parfois dès le plus haut Moyen Âge, comme à Monselice. Dans ce cas, comme, bien sûr, à Padoue et, peut-être, à Pernumia, la communauté des habitants a pu être partie prenante dans l’édification ou la reconstruction de structures castrales. La rencontre entre une zone de densité démographique relativement forte sur les pentes méridionales des Euganées, ou à leur voisinage, et l’établissement d’une principauté (celle dont les Este hériteront) justifie la rapide apparition dans les sources du binôme Arquà-Pernumia, auquel viendra s’ajouter, tardivement attesté malheureusement, un troisième castrum, celui de Baone54.
  2. Est également conditionnée, à la fois par la géographie et la constitution des nouveaux pouvoirs, la ligne des castra au bord des fleuves, dont on a deux témoins : Selvazzano, sur le Bacchiglione, marque la limite des évêchés de Vicence et Padoue, et Roncaiette, au xe siècle, fait face au Trévisan.
  3. Il y a, enfin, les castra de la basse-plaine. Le voisinage immédiat des fleuves, trop dangereux et incertain, a été évité à Piove comme à Merlara ; quant à Montagnana, abandonnée par l’Adige, elle n’est plus longée que par une modeste rivière. Les conditions démographiques initiales, par contre, sont variées : Piove n’a sans doute jamais cessé d’être peuplée, et cet important vicus des temps antiques est devenu le chef-lieu de la très « lombarde » Saccisica55 ; Merlara est une simple curtis à laquelle on ne connaît pas de passé, à l’inverse de Montagnana, qui est devenue elle aussi une curtis ; la liaison directe par voie d’eau avec Este et Monselice, retrouvée on ne sait trop comment, lui assurera la prééminence sur la Scodosia56.

37De vastes zones demeurent encore vides, en partie du fait des lacunes documentaires, en partie parce que la population y est rare, ainsi dans la plaine inondable, mais aussi en raison de l’économie spécifique des points d’implantation des nouveaux pouvoirs princiers, comtaux et ecclésiastiques.

382) Un second groupe castral se détache très remarquablement : il est constitué par Carrara (a. 1068), Borgorico (1085) et Montagnone (1100). Je réserve le cas – un peu énigmatique – de Montegrotto (1053).

  • 57 A. Gloria peut être suivi avec confiance : c’est lui qui identifie le lieu cédé (castrum cum capel (...)
  • 58 Cf. supra, p. 140.
  • 59 C D P, 1, no 201.

39Aucune de ces trois places-fortes ne semble tenue par l’ancienne aristocratie de fonction. A la rigueur le cas de Borgoricco se discute : en 1085 un castrum anonyme est donné, muni d’une chapelle saint Léonard, au monastère de Sant’Eufemia de Villanova57, par un groupe de 5 personnes parmi lesquelles deux frères, Tiso et Gerardo, en qui l’on peut reconnaître des Camposampiero, donc des capitanei58. Quant au castrum de Carrara dont, en 1068, Artiuccio di Litolfo da Carrara, lui aussi à l’occasion d’une donation pieuse, se déclare « l’habitant »59, le lecteur se souviendra que j’en ai fait l’archétype du castrum « adultérin ». En ce sens, sa date d’apparition est révélatrice : il fallait attendre que les anciennes familles de détenteurs de pouvoirs publics se transforment en « maisons » seigneuriales pour que d’autres les imitent, sur les marges encore laissées libres, à partir du milieu du siècle au plus tard, sinon du temps de l’édit de Conrad II sur les fiefs de 1037. Et, contrairement à l’ancienne noblesse de fonction, c’est dès qu’elle sort de l’obscurité que cette « deuxième génération » de châtelains se trouve pourvue de ce qui fait le fondement concret de sa puissance.

  • 60 B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 2, no 15.
  • 61 S. Bortolami, Per una storia di Abano..., p. 120. Curieusement l’auteur ne mentionne pas ce docume (...)
  • 62 Cf. infra, p. 490, note 293.
  • 63 Rusticello n’était au demeurant pas tout à fait étranger à la vie du monastère de Brondolo : en 10 (...)

40Un dernier problème – un peu irritant – se pose au sujet des da Montagnone : l’apparition, en 1053, d’un castellum quod positum es-tin Monte Guttulo (Montegrotto), qu’un diplôme pontifical reconnaît au monastère de Brondolo, et qui ne réapparaît plus ensuite dans la documentation60. On peut se demander si le monastère l’a jamais vraiment possédé et si le pape faisait autre chose, en la circonstance, qu’avaliser des prétentions. Mais, surtout, il se trouve que la colline, devenue site castral, de Montagnone s’est toujours située, semble-til, précisément sur le territoire de Montegrotto61 : plutôt que d’imaginer deux castra quasi à côté l’un de l’autre il faut sans doute penser que le diplôme avait désigné la forteresse du nom de la localité voisine, d’autant que celle-ci pouvait être assez connue, les bains ayant alors un minimum d’activité62. En ce cas l’érection du castrum remonterait au moins à Rusticello da Montagnone, que la documentation fait apparaître, on l’a vu, comme le probable fondateur de la puissance de la famille63. Autre constatation : dans ce cas précis, et du fait de l’existence des eaux thermales, le site de plaine ouvert est demeuré prédominant.

***

B) Typologie

41L’esquisse de chronologie que je vient de risquer m’a fait distinguer deux groupes de castra. Il est une autre division binaire, typologique cette fois, qui ressort de l’analyse, et qui amène à redistribuer les cartes de façon différente : à l’ensemble que l’on peut qualifier de « castra d’alleutiers » s’oppose très vivement un bloc de « castra seigneuriaux » où se retrouvent les deux « générations ».

42Les anciens historiens du Veneto, sensibles au thème du pouvoir, avaient perçu à leur manière cette division ; examinant les choses sous un autre angle, A. A. Settia a lui-même rendu compte de certaines originalités du Padouan. Il ne s’agit donc ici que d’une mise au point après un état de la question.

  • 64 L. Simeoni, Il comune rurale..., p. 203-250.
  • 65 Cf. supra, p. 243, note 2.
  • 66 L. Simeoni, ibid., p. 212-214.
  • 67 Ibid., p. 212.

43Dans un article de 1921 Luigi Simeoni établissait, à propos du contado de Vérone aux temps féodaux, une distinction entre des villae d’alleutiers et des villae à régime de curtis64. S’en tenant à l’image que transmettent le plus constamment les sources, il n’utilisait donc pas le terme castrum, et la problématique spécifique du fait castral ne l’avait pas retenu. Il constatait que, dans les villae d’alleutiers, le seigneur n’avait que la juridiction : ainsi à Romagnano, en 967. Les célébrissimes castra de Cerea et Nogara – longtemps presque seuls exemples fournis par les premières tentatives de synthèse sur le nord italien –65, édifiés par les alleutiers eux-mêmes, n’avaient eux aussi qu’un lien assez lâche avec le seigneur, qui se limitait à exiger un cens, abandonnant ses autres droits aux habitants66. Il n’est que de revenir à ce qui a été dit au sujet de Monselice et Pernumia pour constater l’analogie. Il n’est pas indifférent non plus de rappeler que ces villae apparaissaient à Simeoni comme les plus anciennes – du moins en général – et, souvent, les plus peuplées : c’est encore vrai de Monselice67.

  • 68 On est frappé, à l’inverse, du caractère en général univoque de la nature du castrum tel qu’il app (...)
  • 69 Cf. supra, p. 179.

44La distinction ainsi établie aide à cerner une originalité de l’est de la plaine padane (et non pas du seul contado padouan)68. Un peuple d’alleutiers – nos arimanni – s’est installé dans certains castra et y est maître chez lui : rappelons l’exemple de Piove et de l’accord commercial conclu en 1005 par les homines habitantes Sacco Castellumque avec Venise69. Mais cet exemple même oblige à revenir sur le schéma de Simeoni, car si l’intuition originelle demeure éclairante pour une compréhension du cas padouan, on s’aperçoit vite que de fortes nuances sont nécessaires. Des habitats anciens, tels que Monselice et Pernumia, entrent parfaitement, comme Piove, dans le cadre qu’il nous fournit. Un autre exemple, celui d’Arquà, a présenté la situation complexe d’une vieille agglomération, répondant effectivement, en tant que villa, au schéma de Simeoni, mais dont les alleutiers n’ont pas été en mesure de demeurer en possession du castrum (si du moins mon hypothèse est juste) : il y aurait donc ici, dès le xie siècle, après une période d’indifférentiation, coexistence d’une villa d’alleutiers et d’un castrum, non pas curtense mais du moins « seigneurial ». On le voit, la construction échafaudée par l’historien du contado de Vérone garde sa pertinence à condition d’y voir la présentation de deux situations extrêmes entre lesquelles toutes sortes de cas de figure impliquant les nuances les plus diverses demeurent possibles.

  • 70 A. A. Settia, « Ecclesiam incastellare »..., p. 51 ; Id., Castelli e villaggi... : « così erano fo (...)

45Venons-en aux castra « seigneuriaux » (je m’en tiendrai désormais à cette expression qui permet d’intégrer davantage de cas que celle qu’avait inventée Simeoni). Tout chercheur s’intéressant au Padouan est vite frappé par une première constatation de lecture : il est des castra que non seulement (et contrairement à ce qui caractérisait la première catégorie analysée) les familles nobles habitent, mais où l’on ne peut se défendre de l’impression qu’elles se trouvent seules. L’auteur de ces lignes en avait été d’autant plus saisi que la littérature sur le sujet tend à exclure de telles rencontres du cadre italien ; il en a été de même, semble-t-il, pour A. A. Settia qui, dans l’article qu’il a consacré aux castra padouans, s’en tenant lui aussi à des « impressions », émet l’hypothèse qu’en effet il s’est souvent agi, non pas de villages, mais déjà de simples résidences seigneuriales (ou, si l’on veut, de « châteaux-forts »). Il y revient dans son ouvrage de synthèse, avec encore davantage de prudence dans l’expression70.

  • 71 C D P, 1, no 101 ; B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 2, no 2 ; C D V, 2, no 256.
  • 72 Cf. le tableau complet des occurrences, p. 912.

46Il se trouve donc qu’un certain nombre de seigneurs situent in castro la rédaction des actes qu’ils font rédiger. Il en est ainsi, en 1016, d’une donation des comtes Uberto et Mainfredo (actum in castro qui dicitur novo) ; de même, en 954 et 955, deux actes du marquis Almerico et de sa femme étaient délivrés, le premier in castro nostro de Merolaria, le second in castro Merlaria (Merlara)71. Il est des exemples privilégiés où, comme pour renforcer l’impression du lecteur, le seigneur se déclare en outre explicitement « habitant » (habitator) du castrum ; ainsi en est-il dans l’acte de 1016 : Uberto et Mainfredo sont habitatores in Castro Novo. Parfois, cependant, cette expression n’est suivie que du nom de lieu, sans la qualification de castrum. L’ensemble constitue un dossier suggestif72, mais il faut avouer que la preuve absolue échappe.

47Les arguments susceptibles d’étayer l’hypothèse sont les suivants :

  1. les seigneurs signataires sont les seuls à se permettre cet actum in castro, comme si une telle localisation était en effet le signe d’une appropriation exclusive ;
  2. il est révélateur que, si (fort rarement) de simples alleutiers, vivant dans un castrum du premier type, s’en disent habitatores, la localisation de l’acte est indiquée de diverses manières possibles mais, quoi qu’il en soit, sans référence à la forteresse73.
  • 74 M G H, Conradi, Heinrici et Ottonis I Dipl., no 143 (a. 952) ; C D P, 1, no 123 (a. 1031). Sur ce (...)
  • 75 A. A. Settia disposait d’un large éventail d’exemples, couvrant toute l’Italie du nord. Si le Pado (...)

48Il est au moins un cas de figure où le terme de castrum (ou castellum) a le sens de château-fort sans nul doute : c’est celui des deux castella de la ville de Padoue elle-même. Pour l’un d’eux, le castrum Domi, qui incluait la cathédrale, il s’agit d’une initiative épiscopale, sans doute du xe siècle74. Une telle acception du terme n’aurait en somme rien d’impensable dans le contado. Il me semble en tout cas licite d’opposer aux castra d’alleutiers ceux où le châtelain est maître chez lui, sinon seul occupant du lieu avec sa famille et sa domesticité75.

49L’opposition de ces deux types ne recoupe pas, je l’ai dit, la précédente division fondée sur la chronologie. Le tableau de présentation des castra seigneuriaux regroupe dans un même ensemble, et présente sur un pied d’égalité, les châtelains de première génération, comtes, marquis et tous représentants légitimes de l’autorité royale d’une part, et les comtes « adultérins » tardivement apparus, tels que les seigneurs de castro Carraria à partir de 1068, ou Rainerio de castro Montagnone en 1100, d’autre part.

***

  • 76 Cf. supra, p. 135.

50Au terme de cette étude de « l’incastellamento » dans sa période de mise en place, on aboutit à de premiers résultats qui ont quelque chose de dévié par rapport aux buts originellement fixés. Il aura été longuement question de rapports de pouvoir, et beaucoup moins des aspects plus concrets de l’implantation. Ne soyons pourtant pas trop injuste envers le tableau obtenu. Certes les quelques exemples que fournit la documentation sont la partie apparente de l’iceberg. La carte du réseau castral au xiiie siècle, correspondant à une situation qui est celle des années 1260, montre en tout cas la stabilité de ce premier ensemble. Elle serait encore plus frappante, sans doute, si l’on pouvait désigner, parmi les nombreux autres castra, tous ceux qui remontent au moins au xie siècle : le scrupule m’a interdit d’inscrire Baone dans la première carte ; le témoignage tardif qui le fait remonter au moins aux années 1060 est cependant assez digne de foi76. Que dire de San Giorgio delle Pertiche et de Pendice, apparus au xiie siècle mais sur lesquels la mainmise épiscopale est à l’évidence plus ancienne ? Que dire de tous ces castra du nord, que l’insuffisance documentaire interdit de bien connaître ? Il est très peu probable, pour ne citer qu’un exemple, que le castrum de Camposampiero ne soit pas antérieur au xiie siècle. Inutile de poursuivre.

51Un paradoxe apparent veut que, si l’on excepte le nord du Padouan, la rareté des mentions de castra, qui explique tant le caractère tardif des premières mentions que les fausses disparitions assorties de résurrections au xiiie siècle, ne tient pas à une insuffisance de la documentation mais à une particularité de l’utilisation du vocabulaire. Il convient de s’arrêter sur ce point.

III–LE VOCABULAIRE CASTRAL DANS LE PADOUAN

52S’il est difficile de se faire, de l’implantation des castra, une représentation qui approche au plus près de leur distribution géographique effective c’est aussi que le vocabulaire, à maints égards, fait écran.

  • 77 C D P, 2/1, no 64.
  • 78 Ibid., no 125.

53En 1114, à Camponogara, Uguccione et Manfredo, héritiers d’Alberto da Baone, vendent à leur mère Elica les biens fonciers qu’ils possèdent tant dans la villa nominata Campo de Nogara que dans le castrum (in castro eiusdem ville), ou en tous lieux relevant de cette curtis (ad illam cortem pertinentibus)77 ! En 1122 les mêmes personnages mettent en gage l’ensemble de leurs terres dans la curtis de Carturo, dans le castrum comme dans la villa (in curte de Cartorio tam in castello quam in villa)78.

  • 79 En 1223 des témoins, lors d’une enquête sur les droits de l’évêque à San Giorgio delle Pertiche, u (...)
  • 80 Cf. infra, p. 292 et sq. ; on y verra notamment comment s’est opérée une progressive contamination (...)

54Une telle pluralité de désignations d’un même lieu dans un même texte est rare, mais pas absolument exceptionnelle79. Il serait erroné, en outre, d’imputer l’emploi du mot curtis à un archaïsme de la part des notaires. Sa signification n’a pas cessé de se modifier, du xe au xiiie siècle, en un processus assez complexe80. Retenons à présent qu’il ne s’agit nullement d’une simple survivance ; seul ou associé soit à villa soit à castrum, il est d’usage fréquent. L’originalité des documents que je viens de citer est dans l’association avec les deux termes à la fois. Ces cas-limites sont révélateurs : c’est le souci de précision des notaires qui leur fait utiliser une terminologie complexe. A Carturo comme à Camponogara la villa et le castrum occupent chacun une place déterminée à l’intérieur d’un ensemble défini comme la curtis, et donc subordonnée par rapport à cet ensemble. A Camponogara, on l’aura remarqué, le castrum est même englobé dans le sous-ensemble qu’est la villa (in castro eiusdem ville).

  • 81 Il va de soi que cet usage, qui est le plus général, souffre nombre d’exceptions. Vicus, encore fr (...)
  • 82 Il faut cependant attendre la fin du xie siècle pour que le vocabulaire notarial atteigne la préci (...)
  • 83 Eliminons ici une hypothèse qui pourrait venir à l’esprit : les deux actes d’aliénation des da Bao (...)

55Dans la documentation du xiie siècle un territoire n’est donc pas défini comme « territoire castral », et l’on commence à comprendre les raisons des fausses disparitions de nombreux castra. Ils sont perçus le plus souvent dans une relation à une villa, et c’est très spontanément, semble-t-il, que ce deuxième terme viendra sous la plume des notaires, de préférence à tout autre, pour désigner le centre habité81. A l’échelle plus vaste de la seigneurie foncière (dont la villa fortifiée est le centre) l’usage de curtis se justifie lorsqu’elle n’a pas cessé de constituer un domaine compact82 : c’est vraisemblablement le cas pour les biens des da Baone à Carturo et Camponogara dans la première moitié du xiie siècle83.

  • 84 Première apparition en 950 : in finem Patavensis (C D P, 1, no 40). On trouve également, çà et là, (...)
  • 85 Premières occurrences en 988 : infra fine Sacisica (C D P, 1, no 71) ; in fine Sacissica in loco e (...)

56Qu’en est-il quand la situation est différente ou que, plus simplement, le notaire n’a pas à en rendre compte ? Il n’est plus alors d’usage très strict de la terminologie, à deux exceptions près, qui sont les suivantes : rappelons d’abord (pour mémoire) que dès le xe siècle le secteur rural assez vaste qui dépend de la ville de Padoue en est en général désigné comme le confinium ou, le plus souvent, le finis84 ; il en est de même des villages du territoire de Sacco85.

  • 86 On trouve parfois des redondances : ainsi, en 1033, un assez curieux infra fine et fundo castro Mo (...)

57Hors de ces deux zones une certaine variété est de règle : la plu-part du temps les notaires utilisent assez indifféremment, pour désigner l’unité que le centre habité constitue avec le terroir qui lui est lié, soit, comme on le fait pour le chef-lieu, finis (ou le pluriel fines), soit l’expression locus et fundus (ou, plus rarement, fundus seul)86.

  • 87 P. Sambin éd., Nuovi..., no 1.
  • 88 Un exemple parmi beaucoup : en 1154, une pecia de terra pradiva... in loco et fundo Montisilicis ((...)

58Au début du xiie siècle une terminologie d’une précision désormais rigoureuse situe donc toute exploitation, dans la mesure où elle constitue un ensemble (avec, d’une part la maison et le jardin attenant et, de l’autre, des parcelles éparses à travers le terroir), à l’intérieur d’un locus et fundus (ou dans des fines). A l’inverse le propriétaire ou l’exploitant qui y vit habite une villa ou un locus (tout court !), ou plus rarement un vicus. Prenons l’exemple d’un document – anodin – de 1084 où l’on voit deux frères se partager un héritage : le père était de vico Casale, ses biens sont situés in fundo vico Casale, « aussi bien dans le vicus qu’à l’extérieur, en plusieurs lieux » (tam infra ipso vico quamque de foris per singulis locis)87. Le vicus n’est ici qu’un élément de la totalité économique que constitue le fundus, bien qu’en même temps il lui donne son nom. Cela est vrai de toutes les communautés du contado, y compris de la plus notable, Monselice88.

  • 89 Comme toujours on pourra trouver de très rares occurrences antérieures de l’expression utilisée en (...)
  • 90 C D P, 2/1, no 87.
  • 91 P. Sambin éd., Nuovi..., no 18, a. 1150.
  • 92 L’évolution de l’expression locus et fundus vers un sens restreint est-elle propre au Veneto ? F. (...)

59L’exploitation des terroirs villageois s’intensifiant peu à peu, à partir des années 1117-1120 apparaît parfois un deuxième sens, plus restreint, de l’expression locus et fundus, qui désigne alors de simples lieux-dits : ils témoignent de l’importance économique nouvelle de certains, voire même parfois de l’autonomie relative de nouveaux centres d’habitat dans la mouvance de la vieille commune rurale89 ; ainsi à Tognana, en Saccisica, en 1117 : infra finem de villa que dicitur Todegnana in loco et fundo qui dicitur Piagna90. Elle peut même, plus rarement, prendre le sens de « quartier » dans un centre habité : par exemple in loco et fundo Porto à Piove di Sacco91. Cette signification nouvelle va coexister avec l’ancienne jusqu’au xiiie siècle où, peu à peu, on simplifiera le vocabulaire en se contentant de plus en plus souvent de désigner le lieu-dit par son nom, éventuellement accompagné d’un vocable tel que hora ou contrada (qu’il faut traduire, selon les cas de figure, par « quartier » ou par « lieudit »), après l’avoir situé dans les fines de telle ou telle commune92.

60Inversons les données de notre problème initial. Le silence de tant de documents sur les castra ayant trouvé une explication à un premier niveau, purement lexical, c’est en fin de compte l’usage – si rare soit-il – du mot castrum qui finit par devoir être justifié, à moins que l’on veuille se contenter de l’attribuer au « hasard », c’est-à-dire à l’inexplicable !

61Il est déjà clair, étant donné ce qui précède, qu’un notaire soucieux d’exactitude qualifie différemment le même village, selon qu’il considère en lui le lieu habité ou le centre d’un terroir. Il utilisera donc également une terminologie spécifique pour le qualifier en tant que centre d’un pouvoir.

  • 93 C D P, 2/1, no 53, a. 1111. On remarquera l’orthographe de villa, assez fréquente : le dialecte vé (...)
  • 94 Cf., par exemple : C D P, 1, no 244, a. 1077 ; 2/1, no 41, a. 1109 ; etc.

62Revenons sur l’exemple – éclairant – de Pernumia : un habitant du lieu, agissant en tant que personne privée, se dira volontiers habitator in vila Pernumia93. Et le terme villa sera ainsi utilisé pour désigner le centre du village en tant qu’agglomération – habitat. Pernumia, considéré cette fois comme terroir d’une communauté, sera, au même titre que tout autre, un locus et fundus94.

  • 95 A S P, Corona, no 39 (28) ; et no 39 (42).
  • 96 Cf. infra, chapitre 6.
  • 97 On apprend incidemment, par le document de 1224, que l’église plébane du lieu, Santa Giustina, est (...)

63Les rares occurrences où l’on voit Pernumia désigné comme un castrum sont très révélatrices. Le fait se produit, par exemple, en 1205 et en 122495 : les notaires situent la rédaction de leurs actes in castro Pernumie. Or, dans l’un et l’autre cas, il s’agit de cessions de terres en livello, consenties très officiellement par les représentants de la commune de Pernumia, consuls et marici réunis en corps constitué. Le symbole, très concret, de la délégation de puissance publique dont ils sont investis est l’appropriation des fortifications du lieu. Dès lors on comprend que de telles mentions soient tardives : elles coïncident avec la pleine affirmation des communes rurales96. Hors de ces actes officiels on ne voit pas le mot castrum dans la documentation contemporaine concernant Pernumia97.

  • 98 Il est à rapprocher du castellenses de 1005 à Sacco (C D P, 1, no 82).
  • 99 A C P, Episcopi, 1, non numéroté.

64Le petit village de Campagna (aujourd’hui Campagna Lupia) n’apparaît que bien rarement dans les sources. On apprend, par un document unique daté de 1210, que ses habitants (sans doute la majorité des hommes adultes pour le moins, car ils sont 63 à souscrire l’acte) se désignent comme castellani castri Campagne. Voici un texte doublement remarquable : d’une part le terme même de castellani est rarissime, avec cette signification, dans le Padouan98, mais surtout les circonstances sont révélatrices : les habitants autorisent ici leur maricus à vendre un bois communal à l’évêque de Padoue99.

  • 100 Ce village apparaît de façon incidente dans la documentation éditée, dans la mesure où des intérêt (...)
  • 101 C D P, 2/2, no 1304, a. 1178.
  • 102 P. Sambin, Documenti inediti dei monasteri padovani (1183-1237), I, S. Michele di Candiana, Padoue (...)

65La même fonction de la terminologie, telle que je viens de la caractériser, est au demeurant parfaitement vérifiable en d’autres lieux du sud de la Vénétie. Dans le territoire de Venise, à Cavarzere, le schéma se répète100. Le village est constitué en commune, avec un gastald et des consuls101. En 1189 on voit ces instances concéder officiellement un droit de pêche à quelques associés, moyennant un loyer, au nom du populus du castrum (conto populo illius castri)102. Encore plus explicitement qu’à Pernumia et Campagna la mention du castrum est liée à celle d’un pouvoir de nature publique – ici les représentants du populus.

  • 103 Seulement 2 occurrences, sauf erreur, dans une documentation pourtant bien fournie, entre 1100 et (...)
  • 104 C D P, 1, no 156, a. 1050.
  • 105 Cf. supra, p. 263, note 81. A. A. Settia remarque la même chose dans le cas, assez comparable du p (...)
  • 106 Cf. par exemple C D P, 2/2, no 694, a. 1158.
  • 107 C D P, 2/2, no 1139 : une maison, que le monastère San Zaccaria de Venise reçoit le droit de faire (...)
  • 108 Un exemple suggestif à Este, en 1115, où l’église Santa Tecla est dite sita in villa quae est ante (...)

66Le cas de Monselice peut servir à compléter ce schéma. La désignation de ce centre, le plus peuplé du contado, ancien rival de Padoue, s’avère curieusement hésitante : il est rare que les notaires emploient le mot villa à son sujet, comme si une connotation trop rurale les gênait103 ; civitas, un peu outré, ne se rencontre qu’une fois104, et c’est, assez curieusement, le tout à fait neutre locus qui est d’emploi le plus fréquent105. Enfin Monselice est un cas original, aussi, dans la mesure où la mention du castrum est répétée à plusieurs reprises au xiie siècle ; ce qui n’est absolument pas à opposer aux constatations qui prècèdent ; en effet le mot ne sert pas plus ici qu’ailleurs à désigner le centre habité dans sa totalité : il sert au contraire à situer plus précisément l’emplacement de telle ou telle terre ou habitation. C’est donc en raison de la relative extension de l’agglomération qu’il est parfois utile d’en distinguer le noyau habité le plus ancien, grimpant sur la colline : tel casamentum se trouve situé retro castello106, ou post castellum107, etc. En bref, le castellum figure, en de telles occasions, en tant que quartier particulier servant de point de repère topographique. Et il va de soi qu’en d’autres endroits, ici et là, mais rarement, l’on rencontrera des exemples semblables, révélateurs d’un même processus de prolifération autour d’un noyau muré ou d’une forteresse seigneuriale108.

  • 109 Quicquid iuris in illo castro et in hominibus illius castri : E. Winkelmann, Acta Imperii inedita (...)

67Revenons à Monselice : il est, semble-t-il, licite d’opposer cet usage du mot castrum ou castellum à celui qui en est fait en 1207 dans la curieuse (et demeurée théorique) donation du lieu au patriarche d’Aquilée par le prétendant à l’empire Philippe de Souabe, où sont mentionnés les droits sur le castrum et « les hommes de ce castrum »109. L’entité « Monselice » est désignée comme castrum lorsqu’il s’agit de concéder un pouvoir de commandement sur les hommes d’un district que l’Empire revendique.

  • 110 Le testament de Gerardino da Camposampiero (vers 1192) fait figure de preuve a contrario : dans la (...)
  • 111 C’est le cas à San Giorgio delle Pertiche où la toute première apparition du castrum a lieu en 119 (...)

68Monselice, Cavarzere, Campagna, Pernumia : les points communs sautent aux yeux. Dans ces quatre habitats fortifiés la population libre et alleutière jouit d’une parcelle au moins du pouvoir public, et l’autorité seigneuriale n’y intervient que ponctuellement (ainsi les da Carrara à Pernumia). Allons plus loin : lorsque la documentation montre que les vieux castra des xe-xie siècles sont demeurés des centres bien peuplés, au xiiie on y voit installés des groupes d’hommes qui tiennent collectivement la forteresse garante de leur autonomie. Les restrictions du vocabulaire, si gênantes pour établir une carte de « l’incastellamento », sont donc puissamment révélatrices dans la mesure où elles font directement apparaître des pouvoirs en action. L’usage du mot castrum, lorsqu’il n’a pas une simple utilité de précision topographique, nous renvoie toujours au maître du lieu, seigneur féodal ou communauté d’habitants110, ou encore, parfois, à l’un et à l’autre quand ils se partageant pouvoir et revenus111.

69Me voici donc ramené au problème fondamental, présent avant même la constitution des structures féodales : la coexistence/opposition de la noblesse – devenue châtelaine à partir du xe siècle – et de groupes d’alleutiers qui ont réussi, à travers les temps post-carolingiens, à préserver leur identité et leurs privilèges, c’est-à-dire, dans les exemples que l’on vient de voir, devenus châtelains collectifs, moyennant une honorable subordination à une autorité seigneuriale le plus souvent assez lointaine. En bref, je retrouve ici les vieux groupes arimanniques, dans (et c’est là ce qui fait l’intérêt de l’exemple, non padouan, de Cavarzere) la zone-refuge où s’affirment leur identité et leur force : la basse-plaine.

Notes

1 A. A. Settia, « Ecclesiam incastellare ». Chiese e castelli in diocesi di Padova, dans Id., Chiese, strade e fortezze nell’Italia medievale, Rome, 1991, p. 71-72.

2 Cf. un article ancien de G. Fasoli (paru une première fois dans les Settimane de Spolète de 1966), où l’unique exemple développé était celui des castra de Cerea et de Nogara, proches l’un et l’autre de Vérone, et qui était, au moment où il est sorti, à peu près la seule mise au point sur le problème en Italie du Nord (G. Fasoli, Castelli e signorie rurali... ; sur Cerea et Nogara, p. 67-69).

3 Cf. supra, p. 75 et p. 77, note 176.

4 A C P, Episcopi, 1 : non numéroté.

5 Cf. infra, p. 266.

6 A C P, Feuda episcopi, 1, no112 : castrum... cum monte super quem est castrum, cum domibus et edifficiis super ; cf. aussi, plus loin : in dicto loco Monticule, cum dicto castro et edifficiis que modo sunt. Le castrum est donc nettement distingué d’un habitat fixé sur le mont lui-même.

7 C’est en 1968 qu’Emilio Cristiani a édité tout un ensemble documentaire concernant le Veneto, qu’il avait retrouvé dans des archives privées florentines (E. Cristiani, La consorteria da Crespignaga e l’origine degli Alvarotti di Padova (sec. xii-xiv), dans « Annali dell’Istituto italiano per gli studi storici », 1, 19671968 ; cf. p. 173 et note 4 sur la trouvaille documentaire ; le castrum de Villanova apparaît pour la première fois dans le document 3, daté de 1173, p. 197-198).

8 Annales Patavini, RIS, 8, A. Bonardi éd., Città di Castello, 1907, p. 261. La seule information antérieure laisse des doutes sur l’importance et la nature exacte de la fortification du lieu au xiie siècle : en 1179, à l’occasion d’un procès, un témoin mentionne, il est vrai, l’existence d’un belfredum (C D P, 2/2, no 1324). La définition qu’en donne A. A. Settia est assez restrictive : il s’agit d’une simple tour de bois, ce qui constitue une construction assez rudimentaire pour cette deuxième moitié du xiie siècle (A. A. Settia, Castelli e villaggi..., p. 366).

9 V. Lazzarini, Un antico elenco di fonti storiche padovane, dans Id., Scritti di paleografia e diplomatica, Padoue, 1969/2, p. 284-298.

10 J. K. Hyde, Italian Social Chronicles in the Middle Ages, dans « Bulletin of the John Rylands Library », 49/1, 1966-67, p. 107-132.

11 De viris illustribus familiae Transelgardorum, Forzatè et Capitis Listae, M. Blason-Berton éd., Rome, 1972.

12 J. K. Hyde, ibid., p. 117-123.

13 Ces six castra sont ceux de Camposampiero, Selvazzano, Fontaniva, Mon selice, Braziolo (aujourd’hui Prozzolo), et enfin un mystérieux castrum Belingerium, censé appartenir (ou avoir appartenu ?) à l’abbaye de Praglia, qu’aucun document ne signale par ailleurs comme un habitat et sur l’historicité duquel on peut avoir des doutes.

14 Je n’ai pas fait apparaître sur la seconde carte (cela va de soi) les forteresses de la liste dont on sait qu’elles avaient disparu avant le xiiie siècle.

15 De même, la mention du château de Montecchia, attribué aux da Selvazzano, nous ramène à une situation antérieure : Ezzelino l’a détruit et en 1268 l’évêque de Padoue investira Rinaldo Scrovegni du lieu de son emplacement (...ubi castrum consueverit esse posito), Dondi, Dissert. 7, no 131.

16 Quant au classement, opéré selon des critères manifestement hiérarchiques, des familles elles-mêmes, on n’en voit guère le principe, si ce n’est que viennent en tête les plus anciennes et les plus puissantes : d’abord les da Romano, disparus, suivis de leurs grands adversaires, les Este et les da Camposampiero. Si, dans le dernier quart de la liste, les Dalesmanini, vieux lignage féodal encore puissant, figurent entre des nouveaux riches parvenus au pinacle comme les Scrovegni, et les Maccaruffi dont l’ascension ne fait que commencer en 1258, c’est sans doute que la liste reflète ici une situation plus tardive.

17 Première occurrence du « dongione » à Este : C D P, 2/1, no 289. Gloria doutait de la date du document, hésitant entre 1136 et 1154 : la mention d’un debone (Actum... in debone), devenu dolone dans une variante, incite à opter pour la seconde, la nouvelle structure fortifiée n’apparaissant pas avant les années 1150. Sur celle-ci on se reportera au travail de A. A. Settia, Castelli e villaggi..., p. 375-384.

18 Par exemple, en 1240, un casamentum cédé en livello est situé in castro (A S V, San Zaccaria, B. 25, 20 janvier) ; plusieurs casamenta infra castrum, ou intus murum castri, dans la partie datée de 1250 du Catastico d’Ezzelino (L. Caberlin éd., p. 98, 101, 104, etc.).

19 Liber Regiminum, R I S, 8, p. 341-342.

20 La documentation éditée par E. Cristiani (La consorteria..., doc. 3, p. 197198) nous fait connaître, en 1173, l’achat du castrum de Villanova par les da Crespignaga, ancêtres des Alvarotti, auxquels la liste n’attribue en ce lieu qu’un fortilicium.

21 S. Bortolami, Pieve e « territorium »..., doc. 1, p. 73.

22 Nuançons ce propos, cependant : en 1188 Albertino da Tergola avait encore les revenus de la dîme sur tout le territoire de Busiago (ibid.). Un autre exemple avait été remarqué par A. A. Settia (dans son article : Tra azienda agricola e fortezza : case forti, motte e tombe nell’Italia settentrionale. Dati e problemi, dans « Archeologia medievale », 7, 1980, p. 41) : à Trambacche, en 1297, est mentionnée una motta et castellario ; or les Scrovegni ont, dit notre liste, in Trambache fortilicium parvum sine privilegio. Les premières occurrences du terme fortilicium que je connaisse remontent à 1284 et 1293, et le mot est alors au féminin. On les rencontre dans des documents qui concernent les marquis d’Este (A. L. Trombetti-Budriesi, Beni Estensi nel Padovano : da un Codice di Albertino Mussatto del 1293, dans « S M », 21, 1980, p. 147, note 22 ; et p. 203, doc. 1). Si, en 1293, le sens peut avoisiner celui de notre liste (...non alienare aliquod castrum, turrim, vel pallacium vel aliquam fortiliciam), il n’en est pas encore de même en 1284, où des fortilitiae sont manifestement de simples éléments de fortification (medietatem Palatii, seu Castri, et fortilitiarum eius).

23 Cf. l’article cité note précédente.

24 Cf. les données reprises par A. Gloria dans Il territorio padovano, t. 2, p. 76.

25 Cf. G. D. Serra, La tradizione latina e greco-latina nell’onomastica medievale italiana, dans « Göteborgs Hôgskolas Arsskrift », 55, 1949/2, p. 11.

26 A. A. Settia, « Ecclesiam incastellare »..., p. 52.

27 S. Bortolami, Territorio... : cf., par exemple, p. 31, 109, etc.

28 L. Schiaparelli éd., I diplomi di Berengario I, no 118.

29 Cf. A. Gloria, Territorio padovano, t. 2, p. 143 (et note 5) et p. 144. Citant une « Descrizione di Padova », ouvrage demeuré manuscrit de Cittadella, qui non seulement mentionne une tour, mais la qualifie de « grande », Gloria s’empresse d’ajouter : « oggi della torre non troviamo più traccia ». Non seulement la tour avait disparu dans la seconde moitié du xixe siècle, mais il convient de signaler qu’à aucun moment les documents n’en font mention. Un coup d’œil aux cartes montre d’ailleurs clairement que les ouvrages fortifiés défendant l’accès au Bren-ta se sont déplacés sur la rive gauche.

30 C D P, 1, no 239. D. Olivieri fait dériver ce toponyme du latin turricula, qu’il rapproche de sa dénomination en 1077 : Turricla (Id., Toponomastica..., p. 142).

31 A. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 2, no 2.

32 Turris quae fuit bone memorie Adelberti ducis bisavii mei.

33 Une analyse de la donation d’Almerico, et des indications sur la tour, dans A. Castagnetti, Un progetto di sviluppo signorile..., p. 175-193. Il m’est cependant impossible de suivre l’auteur lorsqu’il fait de la turris vetus mentionnée quelques lignes plus loin une deuxième tour, antérieure à celle d’Adelberto (p. 179). La description des limites mentionne celle-ci, tout d’abord, comme un point d’aboutissement, avec une petra Fledemi : inde usque in petra Fledemi et prope turre que fuit bone memorie Adelberti ; puis elle repart, à un certain moment, du même lieu, me semble-t-il : De contra Agna est termine da petra Fledemi et a turre Vetere, etc. Il devrait donc s’agir de la même tour, comme le montre l’association répétée avec la petra Fledemi.

34 A. A. Settia, Castelli e villaggi..., les chapitres 3 à 6 (p. 73-246).

35 L. Schiaparelli éd., I diplomi di Berengario I, no 82 (a. 912) et 101 (a. 915).

36 R. Cessi éd., Documenti relativi alla storia di Venezia anteriori al Mille (secoli ix-x), t. 2, Padoue, 1940, no 30 : une chapelle est construite retro muris de ipso castello, in costa ipsius Montesilicano.

37 Pour ce qui est du centre le plus important, à savoir Padoue elle-même, on peut renvoyer le lecteur aux remarques d’A. A. Settia sur les deux castra qu’on y trouve au xe siècle, et dont l’un au moins serait vraisemblablement plus ancien. (Id., « Ecclesiam incastellare »..., p. 52-58).

38 Comme l’avait déjà fort bien vu A. A. Settia, une seule fondation apparaît ici clairement comme récente : il s’agit de Castelnuovo qui, en 1016, est en effet désigné par l’expression castrum qui dicitur Novo (Id., Castelli e villaggi..., p. 297).

39 Dans l’ordre d’apparition : Castel di Brenta, 1110 (C D P, 2/1, no 47) ; Camponogara, 1114 (ibid., no 64) ; Tribano, 1116 (no 81) ; Porto, 1117 (L. Lanfranchi et B. Strina éd., Ss. Ilario..., no 18) ; Carturo, 1122 (C D P, 2/1, no 125).

40 M G H, Ottonis III Dipl., Th. Sickel éd., Hanovre, 1893, no 349 ; C D P, 1, no 82 : le témoignage est ici indirect : il n’est question que des homines habitantes Sacco castellumque pene posito ; c’est peu à peu que Piove s’individualise en tant que chef-lieu du territoire de Sacco ; je rappelle que la première mention explicite du lieu ubi dicitur Pleve est de 988 (ibid., no 71).

41 Donation de Roncaiette par Otton Ier aux chanoines (M G H, Ottonis I Dipl., no 143).

42 A. A. Settia, Castelli e villaggi... : cf. surtout les considérations d’ensemble des p. 256-258. Cf. aussi, entre autres articles, ceux de L. Casto, Il fondamento patrimoniale della potenza vescovile di Asti, dans « B S B S », 73 et 74, 1976, p. 5-58 et 27-66 ; R. Bordone, L’aristocrazia militare del territorio di Asti : i signori di Gorzano, dans « B S B S », t. 69, 1971, p. 357-447 (cf., notamment, les remarques générales des p. 372-373), et 70, 1972, p. 489-544 ; Id., Paesaggio, possesso..., dans « BSBS », t. 74, 1976, p. 457-525 (cf. plus particulièrment les remarques typologiques des p. 516-518). On trouvera une réflexion historiographique dans l’article de P. Toubert, Les destinées d’un thème historiographique : « Castelli » et peuplement dans l’Italie médiévale, dans Id., Histoire du haut Moyen Âge et de l’Italie médiévale, IV, Londres, 1987 (p. 24-26 sur le thème curtis et castrum).

43 C D P, 1, no 76, a. 996 : Ipsa casa et curte domnicata cum castello et ecclesia inibi consistente quam habeo in loco et finibus ubi dicitur Merlaria cum omni sua iurisdictione, et illa secunda casa et curte illa domnicata cum castello et ecclesia inibi consistente quam habeo in loco et finibus ubi dicitur Montagnana cum omni sua pertinentia. On remarquera la prééminence de Merlara, centre de la iurisdictio.

44 C D P, 1, no 56.

45 S. Bortolami, Territorio..., p. 136-137. Cf. supra, p. 189.

46 E. Zorzi, Il territorio..., doc. 3.

47 C D P, 1, no 140.

48 On remarquera que ce fidèle du marquis ne fait qu’imiter son seigneur : en l’an 996, Ugo avait fait au même monastère une substantielle donation de biens situés à Merlara, Montagnana, Lendinara, etc., dont au demeurant le monastère ne semble pas avoir effectivement profité (C D P, 1, no 76).

49 Un Boniverto est chanoine à Vicence en 1013 (C D P, 1, no 93) ; il peut s’agir du même personnage que notre prêtre donateur.

50 E. Zorzi, Il territorio..., doc. 3, a. 1196 ; un parallèle avec Pernumia déjà, dans S. Bortolami, Territorio..., p. 137-139.

51 Nos donateurs de castro Arquada de 985 seraient en ce cas socialement assimilables à leurs contemporains, les 12 castellenses de Sacco qui, en 1005, concluent un accord commercial avec Venise (C D P, 1, no 82).

52 A. Gloria, Territorio padovano, t. 3, p. 176.

53 C’est seulement à partir de 1171 qu’on commence à avoir des précisions sur l’habitat : il est, en tout cas, au pied du castrum, à la différence de ce qui se passe à Monselice ou Pernumia (C D P, 2/2, no 1021 : terra casalina que iacet a pede Castelli). Aux dires d’un témoin de 1196 la forteresse à partir de laquelle Manfredo d’Abano exerçait le comitatus se réduisait à une simple turris (E. Zorzi, Il territorio..., doc. 3, p. 270).

54 Je rappelle ici qu’une source tardive mais fiable nous apprend que le marquis Adalberto-Azzo l’avait inféodé à Ugo da Baone dans les années 1060 (cf. supra, p. 135).

55 Sur la Piove antique, cf. supra, p. 74.

56 Sur Montagnana, cf. les informations archéologiques et topographiques toujours utiles de l’ouvrage de A. Giacomelli, Notizie e ricerche per la storia di Montagnana e del suo territorio dalle origini al Mille di Cristo, Vicence, 1976. On dispose désormais d’une étude satisfaisante sur le destin médiéval de cette « quasi città » avec l’article de S. Collodo, Il « castello » di Montagnana : genesi e sviluppo di un capoluogo del contado padovano, dans Città murate del Veneto, Cinisello-Balsamo (Mi), 1988, p. 103-106.

57 A. Gloria peut être suivi avec confiance : c’est lui qui identifie le lieu cédé (castrum cum capella sancti Leonardi) comme étant Borgoricco, du fait de la localisation des parties concernées par l’acte, et de la présence de la capella Sancti Leonardi, dont la dédicace est celle de l’église paroissiale de Borgoricco (C D P, 1, no 285 ; A. Gloria, Territorio padovano, t. 2, p. 227-228).

58 Cf. supra, p. 140.

59 C D P, 1, no 201.

60 B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 2, no 15.

61 S. Bortolami, Per una storia di Abano..., p. 120. Curieusement l’auteur ne mentionne pas ce document de 1053.

62 Cf. infra, p. 490, note 293.

63 Rusticello n’était au demeurant pas tout à fait étranger à la vie du monastère de Brondolo : en 1082 il est le témoin, à Montegrotto, d’un acte de donation en sa faveur (B. Lanfranchi-Strina éd., ibid., no 29).

64 L. Simeoni, Il comune rurale..., p. 203-250.

65 Cf. supra, p. 243, note 2.

66 L. Simeoni, ibid., p. 212-214.

67 Ibid., p. 212.

68 On est frappé, à l’inverse, du caractère en général univoque de la nature du castrum tel qu’il apparaît en Piémont à la lumière des travaux des historiens locaux. L. Casto, au sujet des caractéristiques générales de « l’incastellamento » autour d’Asti, remarque simplement que le cas le plus diffus y est celui de la curtis cum castro (L. Casto, Il fondamento partimoniale..., p. 41). Plus soucieux de nuancer le tableau, R. Bordone établit surtout une différence de primauté dans la fonction de castra de toute façon édifiés le plus souvent sur des curtes, distinguant entre « castello curtense » (donc demeuré subordonné à l’organisme originel) et « castello strategico » (R. Bordone, L’aristocrazia militare..., p. 372-373). Quoi qu’il en soit, l’imposante prédominance des curtes, non seulement à l’origine des castra piémontais, mais souvent même tout au long de leur existence, est une constante dans les résultats de ses travaux (cf. aussi, par exemple, son article Paesaggio, possesso..., p. 516-518).

69 Cf. supra, p. 179.

70 A. A. Settia, « Ecclesiam incastellare »..., p. 51 ; Id., Castelli e villaggi... : « così erano forse i castra in cui certi signori sin d’allora redigono i loro documenti » (p. 467).

71 C D P, 1, no 101 ; B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 2, no 2 ; C D V, 2, no 256.

72 Cf. le tableau complet des occurrences, p. 912.

73 Les alleutiers donateurs de 985, témoignant d’une première occupation arimannique, se disent de castro Arquada, mais l’acte est simplement actum in Arquada, alors qu’en somme une localisation in castro n’aurait rien eu de contradictoire en un tel cas. De même, en 1033, si un certain Giovanni Tesidure se déclare abitator infra castro Montesilice, où il possède en effet des maisons dont il fait don, l’acte est actum infra fine Montesilice (C D P, 1, no 128). Rappelons aussi, pour mémoire, l’exemple voisin des homines habitantes Sacco Castellumque. Révélateur est également le cas inverse du marquis d’Este, qui se dit, dans un acte de 1115, habitator in loco qui dicitur Esti. Dans ce castrum – centre de peuplement – son pouvoir n’est pas exclusif (C D P, 2/1, no 71).

74 M G H, Conradi, Heinrici et Ottonis I Dipl., no 143 (a. 952) ; C D P, 1, no 123 (a. 1031). Sur ce sujet, cf. la mise au point de A. A. Settia, « Ecclesiam incastellare »..., p. 73-77.

75 A. A. Settia disposait d’un large éventail d’exemples, couvrant toute l’Italie du nord. Si le Padouan semble constituer un cas tout à fait original par la densité de telles occurrences on trouve ailleurs, isolées, de rares références à des forteresses qui font figure de résidence seigneuriale. Un exemple, qui n’est pas des moindres, celui de Canossa, « ai tempi del suo fondatore », nous est-il précisé (A. A. Settia, Castelli e villaggi..., p. 467). Il est donc certain que « l’incastellamento » a parfois présenté, en Italie du nord, des particularités relevant d’un « modèle » plutôt transalpin. Je rappelle que, aux yeux de Gabriel Fournier, il n’y a, dans le cadre français, aucune espèce de doute, « les châteaux des xie et xiie siècles étaient (...) des résidences seigneuriales fortifiées » (G. Fournier, Le château dans la France médiévale, Paris, 1978, p. 86) ; et lorsque, par exception, le terme castrum y est étendu à l’ensemble d’une agglomération, c’est abus de langage, « la partie (étant) prise pour le tout » (ibid., p. 168).

76 Cf. supra, p. 135.

77 C D P, 2/1, no 64.

78 Ibid., no 125.

79 En 1223 des témoins, lors d’une enquête sur les droits de l’évêque à San Giorgio delle Pertiche, utilisent les trois termes avec la même dextérité. Cf. E. Zorzi, Il territorio..., doc. 11, p. 300 : villa, castrum ; p. 303 : villa, curtis.

80 Cf. infra, p. 292 et sq. ; on y verra notamment comment s’est opérée une progressive contamination de sens avec le mot curia.

81 Il va de soi que cet usage, qui est le plus général, souffre nombre d’exceptions. Vicus, encore fréquent au ixe siècle, est un terme que son archaïsme n’empêche pas ensuite de se maintenir à l’occasion (cf. par exemple, C D P, 1, no 149, a. 1047 : infra vico Campolongo ; 2/2, no 1526 – appendice 1 –, a. 1096 : de vico qui dicitur Pilaniga). Il disparaît à peu près complètement au xiie siècle. Comme l’a remarqué Aldo A. Settia, aucune nuance ne le différencie de villa (Id., Insediamenti abbandonati sulla collina torinese, dans « Archeologia medievale », 2, 1975, p. 239 : « indicano entrambi un piccolo abitato rurale »). Très souvent, au contraire, on rencontre le terme général de locus, indifféremment appliqué à tout lieu habité, du plus modeste village (in loco qui vocatur Fontanafrigida : C D P, 1, no 215, a. 1072) à un centre de l’importance de Monselice (et autant au xiie siècle qu’auparavant ; cf. par exemple C D P, 1, no 161, a. 1052 ; 284, a. 1085 ; 2/1, nos 97, a. 1118 ; 379, a. 1140 ; 2/2, no 1477, a. 1183, etc.). Seule Padoue y échappe.

82 Il faut cependant attendre la fin du xie siècle pour que le vocabulaire notarial atteigne la précision que l’on a pu apprécier. Auparavant on trouve encore, ici et là, les deux mots employés avec indifféremment pour désigner le même habitat : ainsi à Maserà, encore après 1050 : in villa qui dicitur Maserada (C D P, 1, no 174, a. 1055) ; de curte que vocatur Macerata (ibid., no 187, a. 1064). A. A. Settia avait remarqué ce maintien de l’indifférenciation dans le contexte plus restreint du xe siècle (Castelli e villaggi..., p. 257). En fait, pour qu’il y ait fixation d’un usage plus précis, il faut attendre que le sens du mot curtis se soit quelque peu modifié, devenant l’équivalent de « territoire de la villa », comme on vient de le voir.

83 Eliminons ici une hypothèse qui pourrait venir à l’esprit : les deux actes d’aliénation des da Baone n’ont pas été rédigés par le même notaire. Le premier se dénomme Iohannes notarius et le second, de façon plus ampoulée, Ionas causidicus nec nonque tabellio dictus. Les similitudes du vocabulaire expriment donc bien une situation objective.

84 Première apparition en 950 : in finem Patavensis (C D P, 1, no 40). On trouve également, çà et là, l’expression cultura urbis Padue (cf. R. Zanocco, De-cime e quartesi in diocesi di Padova alla luce dei documenti, Padoue, 1951, p. 65). Sur l’ensemble du problème on consultera désormais l’article déjà cité de S. Bortolami, Pieve e « territorium »...

85 Premières occurrences en 988 : infra fine Sacisica (C D P, 1, no 71) ; in fine Sacissica in loco et fundo Caput de Vicco (ibid., no 72).

86 On trouve parfois des redondances : ainsi, en 1033, un assez curieux infra fine et fundo castro Montesilice vel in eis finis et territoriis (C D P, 1, no 128).

87 P. Sambin éd., Nuovi..., no 1.

88 Un exemple parmi beaucoup : en 1154, une pecia de terra pradiva... in loco et fundo Montisilicis (C D P, 2/1, no 615).

89 Comme toujours on pourra trouver de très rares occurrences antérieures de l’expression utilisée en ce sens. Ainsi, dès 954 : in Agna, in loco et fundo Vico Cerboni (B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 2, no 2).

90 C D P, 2/1, no 87.

91 P. Sambin éd., Nuovi..., no 18, a. 1150.

92 L’évolution de l’expression locus et fundus vers un sens restreint est-elle propre au Veneto ? F. Menant, dans un article qui porte sur l’ensemble de la plaine du Pô, s’en tient à la définition initiale, dans une note à caractère synthétique il est vrai (« la villa compose avec le castrum et le territoire environnant... un locus et fundus, unité agraire » ; cf. F. Menant, « Fossata cavare, portas erigere ». Le rôle des fossés dans les fortifications médiévales de la plaine padane, dans Mélanges en l’honneur du doyen Michel de Bouärd, Genève, 1982, p. 280, note 18). De même A. A. Settia écrit : « Dal x al xii secolo, locus et fundus è normalmente considerato sinonimo di vicus e di villa » ; définition imprécise et qui, elle aussi, ignore toute évolution. Mais A. A. Settia parlait en l’occurrence d’exemples piémontais, et les différences régionales peuvent jouer (Id., Insediamenti abbandonati..., p. 239).

93 C D P, 2/1, no 53, a. 1111. On remarquera l’orthographe de villa, assez fréquente : le dialecte vénète tend à éliminer les doubles consonnes.

94 Cf., par exemple : C D P, 1, no 244, a. 1077 ; 2/1, no 41, a. 1109 ; etc.

95 A S P, Corona, no 39 (28) ; et no 39 (42).

96 Cf. infra, chapitre 6.

97 On apprend incidemment, par le document de 1224, que l’église plébane du lieu, Santa Giustina, est située à l’intérieur des murs. C’est une précision que nous vaut le hasard – parce que c’est dans l’église que l’acte est rédigé – et qui ne se répétera nulle part.

98 Il est à rapprocher du castellenses de 1005 à Sacco (C D P, 1, no 82).

99 A C P, Episcopi, 1, non numéroté.

100 Ce village apparaît de façon incidente dans la documentation éditée, dans la mesure où des intérêts padouans y pénètrent.

101 C D P, 2/2, no 1304, a. 1178.

102 P. Sambin, Documenti inediti dei monasteri padovani (1183-1237), I, S. Michele di Candiana, Padoue, 1961, no 4.

103 Seulement 2 occurrences, sauf erreur, dans une documentation pourtant bien fournie, entre 1100 et 1183 : en 1125 (C D P, 2/1, no 166) et en 1182 (P. Sambin éd., Nuovi..., no 75).

104 C D P, 1, no 156, a. 1050.

105 Cf. supra, p. 263, note 81. A. A. Settia remarque la même chose dans le cas, assez comparable du point de vue démographique, de Monza (Id., Castelli e villaggi..., p. 326).

106 Cf. par exemple C D P, 2/2, no 694, a. 1158.

107 C D P, 2/2, no 1139 : une maison, que le monastère San Zaccaria de Venise reçoit le droit de faire construire en 1174, est post castellum... supra fossatum comunem.

108 Un exemple suggestif à Este, en 1115, où l’église Santa Tecla est dite sita in villa quae est ante castrum Esti (C D P, 2/1, no 71).

109 Quicquid iuris in illo castro et in hominibus illius castri : E. Winkelmann, Acta Imperii inedita saeculi xiii-xiv, Innsbruck, t. 1, 1880, no 66.

110 Le testament de Gerardino da Camposampiero (vers 1192) fait figure de preuve a contrario : dans la mesure où les biens énumérés explicitement – ceux qui échappent au principal légataire – ne sont que des domaines fonciers et des serfs de la masnada, et qu’aucun centre seigneurial n’est cité en tant que tel, le mot castrum n’apparaît pas (A S P, Dipl., no 548A ; une édition ancienne : G. B. Verci, Storia degli Ecelini, t. 3, no 53).

111 C’est le cas à San Giorgio delle Pertiche où la toute première apparition du castrum a lieu en 1195, à l’occasion d’un accord entre l’évêque de Padoue, seigneur du lieu, et les habitants, sous forme de livello, sur l’utilisation du castellum (F. S. Dondi, Dissert. 6, doc. 145). Le contexte est ici assez différent, on le voit, de celui qui caractérise les exemples précédents. C’est assez tard, et sous une forme beaucoup moins parfaite (par un contrat de livello), que le seigneur abandonne le contrôle direct de la forteresse. Mais San Giorgio est peuplé de tenanciers de l’évêque bien plus, semble-t-il, que d’alleutiers, et le poids de cette communauté est donc plus faible.

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540