Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Padoue et son contado (Xe-XIIIe siècle)

 | 
Gérard Rippe

Préliminaires. Le Padouan du xe siècle

Texte intégral

1Le territoire que, par convention à certains égards (il n’a cessé d’évoluer au fil du temps), je baptiserai du nom de « contado padouan » est un peu plus étendu que celui de l’actuelle province de Padoue, laquelle est assez largement amputée à l’est au profit de Venise, ce qui n’est pas compensé par l’acquisition de quelques communes prises, au nord-est, à l’ancien territoire de Trévise (Piombino Dese, Trebaseleghe, Loreggia) et, au nord-ouest, à celui de Vicence (San Pietro Engù, Gazzo).

  • 1 Cf. S. Bortolami, Frontiere politiche e frontiere religiose nell’Italia comunale : il caso delle Ve (...)
  • 2 Ce qui n’a plus, bien entendu, aucun rapport avec les frontières de la république de Venise au Moye (...)

2En effet, alors qu’au Moyen Âge, du moins à partir du xiie siècle, les frontières de la Cité-Etat suivaient à l’est, en gros, le cours d’une petite rivière, le Musone, jusqu’à la lagune1, le tracé actuel, de ce côté, n’est plus orienté Nord-ouest/Sud-est mais Sud-Nord presque jusqu’au niveau de Piove di Sacco, où il oblique à l’est2. Si bien que Padoue, qui occupait une position centrale au temps où elle était une libre commune, n’est plus qu’à 9 km de distance des limites de la province de Venise à l’est : le « Naviglio » – le canal aménagé par les Vénitiens pour joindre la lagune au Brenta, qui épouse assez exactement un tracé ancien de ce même fleuve – est à présent « vénitien » dans sa totalité, de Strà à Fusina.

  • 3 A. Gloria, Il territorio padovano illustrato, 4 vol., Padoue, 1862 (réimpression anastatique en 2 v (...)
  • 4 Ferdinando Milone, La provincia di Padova. Studio di geografia economica, Padoue, 1929, p. 7.

3Le territoire dont j’ai fait mon objet d’étude correspond à peu près à celui dont Andrea Gloria avait fait le champ de son Codice diplomatico, et qu’auparavant il avait décrit dans cette sorte de guide historique régional qu’est son ouvrage Il territorio padovano illustrato3, soit une superficie correspondant à peu près au contado à son point d’aboutissement de la fin du xiie siècle, tel qu’il demeurera jusqu’à l’expansion de la commune quand l’hégémonie la tentera, aux dépens, surtout, de Vicence, durant la seconde moitié du xiiie siècle ; au total environ 2 400 km2 (l’actuelle province en fait 2140)4, c’est-à-dire entre le tiers et la moitié d’un département français de taille moyenne.

4Constituée approximativement, à l’est, comme il vient d’être dit, par la rivière Musone (dont le cours a été totalement modifié par les bouleversements apportés au réseau hydrographique durant les temps modernes et contemporains), la frontière du Padouan courait ensuite, vers le sud, le long de la lagune jusqu’à Conche, peu avant le débouché des deux fleuves qui traversent son territoire, le Brenta et le Bacchiglione, qu’elle a toujours laissé aux Vénitiens ; elle s’incurvait vers le sud-ouest pour joindre l’Adige à l’ouest de la bourgade de Cavarzere, ultime avancée vénitienne sur la terre-ferme. L’Adige marque toujours la limite sud jusqu’à Castelbaldo, quelques kilomètres avant Legnago, au moyen-âge le port fluvial le plus avancé du territoire de Vérone.

5Au delà de la Scodosia, excroissance padouane au sud-ouest dont la forme évoque grossièrement un carré, la frontière s’incurve puis va plein nord, longeant la bordure ouest des Euganées, ensemble de collines volcaniques entièrement comprises dans le Padouan (de même que les Berici le sont dans le Vicentin), pour joindre le Brenta, le franchir au niveau de Cittadella et, s’incurvant vers l’est, parvenir au Musone face à la place-forte trévisane de Castelfranco, dont Cittadella n’est que la réplique padouane. Plus de 10 km de plaine séparent donc au nord le Padouan du point le plus avancé des Préalpes et de la ville de Bassano.

I – PRÉSENTATION GÉOGRAPHIQUE5

  • 5 Outre l’ouvrage, certes ancien mais toujours utile, cité en note précédente, m’a servi de manuel, p (...)
  • 6 Id., ibid., p. 365 ; A. Gloria, Il territorio..., t. 1, p. 7.

6Le Padouan ainsi délimité est situé dans le nord-est de la plaine du Pô, là où elle s’élargit en éventail aux approches de la mer. L’altitude s’abaisse lentement jusqu’à l’Adige au sud et à la lagune de Venise à l’est : Cittadella, aux limites nord du territoire médiéval comme de la province actuelle, est à 70 mètres, le centre géographique de Padoue culmine à 12,50 mètres (12,67 pour être tout-à-fait précis)6.

7Au sud-ouest, dominant la basse-plaine de l’Adige, les Euganées, seul accident majeur du relief régional avec les Berici du Vicentin, sont, comme ces derniers, une avancée de la zone volcanique subalpine à laquelle leur isolement n’empêche point qu’ils soient attachés.

8D’apparence uniforme, la plaine est le résultat du comblement du vaste golfe adriatique durant le Quaternaire. Le dépôt des sédiments s’étant faite de façon irrégulière – avant tout aux périodes glaciaires – elle présente une diversité pédologique sur laquelle il me faudra revenir, en raison de ses conséquences sur l’activité agraire.

9Deux secteurs s’opposent nettement :

    • 7 La haute-plaine vénète est moins aride que celle de la Lombardie et du Frioul (cf. Luigi Candida, M (...)

    une « haute-plaine » au contact des Préalpes, où les fleuves ont déposé les matériaux les plus grossiers et caillouteux. Jusqu’aux temps du « boom » économique italien, elle était caractérisée par sa pauvreté. Les centres de peuplement de quelque importance se trouvaient tous, on aura maintes occasions de le constater, soit au pied des Préalpes (ainsi Bassano), soit dans la basse-plaine. Il s’agit en effet d’une zone relativement aride : calcaire et très perméable, elle est située au nord d’une ligne de résurgence des eaux alpestres ; les dépôts fluvio-glaciaires y absorbent l’eau. L’agriculture y est toutefois possible, et même l’irrigation7.

  • la « basse-plaine », globalement située au dessous de 50 mètres d’altitude, a une déclivité inférieure à 2 pour 1 000, nettement plus faible que celle de la haute-plaine. Son problème est inverse de celui de cette dernière : c’est l’abondance des eaux.

10Elle est en effet située au sud de la ligne de résurgence qui correspond à l’apparition de dépôts plus récents, plus fins, sableux et argileux, peu perméables, et qui passe dans l’extrême-nord du Padouan, puisqu’elle joint Cittadella à Castelfranco : sa situation géographique faisait donc de notre région l’un des plus fertiles terroirs de la plaine (richesse à laquelle s’ajoutaient les opportunités des collines).

11Fertilité, certes, mais qui doit beaucoup au travail humain. Car la faible déclivité aggrave les conséquences de l’énorme apport d’alluvions des cours d’eau (il me faudra m’arrêter sur les problèmes que leurs divagations ont longtemps provoqués) et, en outre, en rapport étroit, bien entendu, avec l’hydrographie, l’irrégularité du relief de la plaine est plus grande qu’il n’apparaît à première vue : d’une part certaines zones sont tout à fait plates, voire légèrement concaves, et surtout, sans que la chose soit perceptible à l’œil nu, elle est souvent caractérisée par une alternance de dépressions et d’éminences.

  • 8 Au xixe siècle existaient encore (cf. la carte topographique jointe par Gloria à son Territorio pad (...)

12Les dépressions marécageuses se situent non seulement au voisinage des fleuves (ainsi les diverses « Valli » au nord du cours de l’Adige) mais aussi au pied des Euganées, du fait d’une érosion fluviale qui fut longtemps violente et d’un lent abaissement du sol à cet endroit8.

  • 9 F. Milone, La provincia..., p. 19.

13Les éminences se présentent parfois comme des plaques isolées, mais le plus souvent comme des cordons allongés (je traduis ainsi le terme « striscioni » qu’utilise Milone)9, qui suivent la pente de la plaine. Les unes sont d’anciennes dunes littorales, les autres ont été faites par les fleuves dont elles longent d’anciens lits. Le langage local les appelle des « dossi ». J’aurai plus loin l’occasion d’insister sur l’importance de leur rôle dans l’histoire de l’habitat et de la mise en valeur du pays, particulièrement au haut Moyen Âge.

  • 10 Il s’agit donc, non point des restes d’un unique grand volcan, mais d’une série d’intrusions succes (...)

14Apparus durant l’ère tertiaire, à la fin de l’éocène, et développés en une série d’éruptions multiples à des époques diverses, aujourd’hui à demi ensevelis sous les alluvions, les Euganées culminent à 602 mètres, au Monte Venda10. Ils constituent, en dépit de la présence de pitons isolés aux formes jeunes qui, vus de loin, évoquent de façon quelque peu incongrue des terrils pointus de bassin minier, un massif relativement compact, pénétré cependant de 4 vallées, celles de Boccon et Valnogaredo à l’ouest, de Torreglia et Galzignano à l’est. Paradoxalement, les sommets, situés au centre et couverts de marnes friables, sont de forme plus douce que les collines périphériques.

15A part quelques blocs basaltiques au relief caractéristique, comme le spectaculaire Monte Pendice, longtemps couronné d’une forteresse, les trachytes l’emportent, avec leurs surfaces coniques, voire pyramidales comme au Monte Rua, ou planes, sculptées par l’érosion. Il convient toutefois de distinguer de l’ensemble les collines méridionales, plus souvent calcaires, d’un relief plus doux et moins élevé.

  • 11 F. Milone, La provincia..., p. 38-39.

16L’eau manque : F. Milone fait remarquer que « le plus souvent les ruisseaux peu nombreux qui descendent des collines n’ont même pas un caractère pérenne et que leur intérêt pour l’agriculture est quasi nul ». Les implantations humaines, jusqu’à l’époque contemporaine, se sont toutes faites au débouché des cours d’eau ou près des sources, tant en plaine que dans l’intérieur des collines11.

  • 12 Cf. infra, 2e partie, p. 490, note 293. Les eaux d’Abano-Montegrotto ne sont d’ailleurs pas les seu (...)

17A signaler cependant : l’hydrographie souterraine génératrice des fameuses eaux thermales d’Abano, dont le Moyen Âge, contrairement à une légende négative, n’a nullement ignoré les bienfaits12.

Les sols et les conditions naturelles de la mise en valeur agricole13

  • 13 L’essentiel des informations que l’on trouvera ici viennent du chapitre 3, « Il terreno agrario », (...)

18L’un des caractères originaux de la plaine est l’extrême variété des terrains agricoles, corollaire de celle des alluvions transportés par chaque rivière : c’est ainsi que les dépôts du Brenta ont longtemps été réputés pour l’excellence des vignobles qu’on y exploitait, alors que ceux du Bacchiglione sont de qualité fort variable.

  • 14 Cf. infra, p. 52-53.

19Les conditions naturelles ont continué de se modifier au cours du moyen-âge, sinon au-delà, puisque les rivières n’ont cessé de se déplacer ou d’envahir les terres environnantes (pour ne pas parler des changements de lits dus à l’intervention humaine, pas toujours heureuse)14 ; en négatif, le rôle des endiguements n’a pas été un facteur de changement moins fondamental.

20Milone fait une distinction claire entre 3 grands secteurs : le sud de la plaine couvert des alluvions de l’Adige et de certains de ses affluents, les terrains créés par le Bacchiglione, du nord-ouest au sud-est, le nord et l’est, enfin, créés par le Brenta en ses divagations, tant spontanées que provoquées.

  • 15 F. Milone, ibid., p. 75.

21Pour l’essentiel le secteur de l’Adige, au sud, est peu doué : les alluvions de ce fleuve sont constituées d’un matériel avant tout siliceux, des « sables stériles »15. Par chance l’érosion a ramené en superficie, en maints endroits, des dépôts fluvio-glaciaires antérieurs à ces sables récents ; en outre les agents atmosphériques les altèrent, leur font perdre peu à peu leurs composantes siliceuses, et ce qui demeure est une substance argileuse ; à quoi s’ajoute le travail humain. Il ne faut donc pas exagérer l’infertilité de ces terres aux temps historiques.

22De surcroît, au nord du fleuve, son actuel affluent, le Gorzone (appelé Fratta en son cours supérieur, quand il traverse la Scodosia), et le Frassine qui le rejoint, qui coulent dans ses anciens lits, étant nés dans une zone sédimentaire, ont déposé des argiles fécondes : le Frassine fait la fertilité des terres sises immédiatement au nord de Montagnana, les meilleures de l’ancienne Scodosia. C’est donc l’extrême-sud qui se trouve être la zone la moins dotée par la nature : les terrains les plus sableux et les moins propices à la culture sont les plus récents, on l’a vu, ceux qui longent le cours actuel de l’Adige.

23Le vrai problème du sud est ailleurs : il est dans le danger permanent qu’a représenté le fleuve lui-même jusqu’à une époque très récente.

24Le Bacchiglione, dont la traversée prend en écharpe le territoire padouan des abords de Montegalda à l’ouest, au port de Brondolo, à l’extrême sud-est, vient d’un haut-plateau calcaire, mais l’Astico, son affluent, lui apporte, avant son entrée dans le Padouan, des alluvions siliceus (comme l’Adige il vient de la zone cristalline) : il a donc créé des terrains à fertilité variable, selon qu’ils sont à prédominance argileuse ou siliceuse. Quoi qu’il en soit, ses sables sont toujours plus fertiles que ceux de l’Adige.

25Quant au Brenta, il convient de distinguer de l’ensemble du bassin les terres sises immédiatement le long du fleuve ou de ses anciens lits des temps historiques ; ces dernières constituent en effet des bandes très fertiles de sables limoneux, les « lozze », sur lesquels prospèrent entre autres les vignobles auxquels j’ai fait allusion plus haut. Par contre alentour on retrouve la variabilité habituelle : les terrains vont du pur argile au pur sable en passant par toutes les nuances envisageables ; rappelons enfin la distinction entre nord et sud : des cailloux grossiers déposés au nord de Cittadella, avant la ligne des résurgences, on passe à des matériaux progressivement plus fins. A l’est, le Musone, né dans les Préalpes d’Asolo, qui vient se jeter dans la lagune en suivant un tracé plus ou moins parallèle au Brenta, a créé des terrains aux caractères assez semblables.

  • 16 Les références à ces derniers sont très rares dans les sources médiévales : aucune mention de ces « (...)
  • 17 Dans le nord des Euganées ces secteurs fertiles sont plus isolés : citons avant tout la conque de T (...)

26Dans les Euganées, enfin, les trachytes sont couverts par le maquis et les châtaigniers16. Dans la mesure où le revêtement sédimentaire a parfois été simplement soulevé et où l’érosion est loin de l’avoir fait disparaître, notamment dans les collines méridionales (ainsi autour d’Arquà, Baone, et au nord de Monselice), les terrains calcaires sont propices à de riches cultures de vignes et d’oliviers17.

  • 18 Cf. R. Bordone, Paesaggio, possesso e incastellamento nel territorio di Asti, dans « B S B S », 74, (...)

27De ces brèves remarques il convient de garder à l’esprit avant tout que, mise à part l’exception euganéenne, les sols de ce territoire sont, entre xe et xiiie siècle, largement en devenir : le très progressif assèchement des marécages et les travaux de déviation et d’endiguement des cours d’eau, avec toutes les conséquences qu’ils impliquent, ont, jusqu’à une époque très récente, profondément modifié les conditions qui avaient été celles des travaux agricoles au temps de la libre commune de Padoue. Vues du xe siècle, les conditions de départ pouvaient faire peur : tout comme en Piémont à la même époque, ce qui devait apparaître comme les caractéristiques majeures du paysage étaient les « valli » marécageuses et les espaces forestiers ; les collines elles aussi, arides, étaient à reconquérir au moins en partie18.

Les facteurs climatiques

28Une vérité première à rappeler pour commencer : le climat du Padouan, comme celui de la plaine du Pô en général, n’a rien de méditerranéen ; de ce point de vue les Euganées sont une île, avec leurs oliviers auxquels une inversion thermique hivernale permet de survivre pendant que dans la plaine on grelotte.

  • 19 Jean-Bernard Charrier, L’Italie, Paris, 1992, p. 22.

29Un climat continental, donc, même si l’influence de l’Adriatique – de toute façon moins chaude que la Tyrrhénienne – en atténue quelque peu les caractères19. L’hiver un air froid anticyclonique peut stagner longtemps ; si les Alpes protègent des vents du nord, la « bora », venue de l’est, où des collines peu élevées la laissent pénétrer comme elles ont laissé pénétrer les invasions les plus redoutables, peut balayer Frioul et Vénétie.

  • 20 F. Milone, ibid., p. 46.

30Autre caractéristique des hivers de la plaine, le brouillard : un jour sur sept sur l’ensemble de l’année, soit environ 50 par an ! Il sévit de novembre à mars, mais tout particulièrement en décembre et janvier, et sa fréquence augmente au fur et à mesure qu’on va vers l’ouest. C’est à lui que les collines doivent d’être plus chaudes que la plaine : Milone fait la remarque que le phénomène d’inversion des températures commence à jouer à moins de 20 mètres au dessus du sol !20

  • 21 Cf. 2e partie, chap. 3, p. 543 et sq.

31L’été non plus n’a pas grand-chose à voir avec l’agréable sécheresse de la Méditerranée. Sa chaleur est, au moins jusqu’à la mi-août, lourde et étouffante : l’« afa » atteint son paroxysme quand souffle le sirocco. Cela dit, ce climat peu agréable, sauf aux demi-saisons (mais alors les pluies peuvent être abondantes), dans la mesure où il ne connaît pas de véritable saison sèche, est en fin de compte bénéfique pour l’agriculture21. La pluviosité se tient entre le type continental, où l’essentiel des pluies tombe en été, et le type méditerranéen, où elles sont nombreuses en hiver : la plaine du Pô connaît deux maximums, l’un au printemps – en avril-mai (que de vacances de Pâques catastrophiques à Venise !) –, l’autre en automne, où octobre est le mois le plus arrosé de l’année.

  • 22 F. Milone, ibid., p. 49-50. Avec Crémone et Pavie on arrive à ce que cet auteur qualifie de « centr (...)

32Bien entendu, plus on approche des Préalpes, plus la pluviosité est forte : au demeurant les différences micro-climatiques sont étonnantes puisque Migliorini enregistrait une moyenne de 97 jours de pluie par an à Padoue contre seulement 79 à Monselice. Cette nuance d’importance illustre une vérité plus générale, à savoir que, de l’est vers le sud-ouest, c’est-à-dire en s’avançant vers le centre de la plaine, le climat se fait très vite plus continental : Este, plus méridionale mais aussi plus loin de la mer que Padoue, a une moyenne de janvier inférieure de 7 dixièmes de degré22. La zone la plus froide est aussi la plus au sud-ouest : c’est Montagnana. Or elle est également la plus chaude l’été.

33Si les données climatiques d’ensemble permettent une activité agricole plutôt moins risquée que dans l’Italie méditerranéenne, la continentalité associée au voisinage de la mer engendre cependant, beaucoup plus qu’ailleurs, orages et grêle. Le Veneto est la zone la plus orageuse de la plaine, avec un maximum en juin-juillet, et les agriculteurs du Padouan ont appris à redouter la « tempesta del Santo » (la St-Antoine de Padoue est fêtée le 13 juin). Les conséquences sont parfois catastrophiques : elle peut abattre les blés déjà prêts pour la moisson et compromettre la récolte des raisins et des fruits.

34Telles sont les caractéristiques générales du climat padan, et donc padouan, à l’heure actuelle. Quant aux modifications auxquelles il a été sujet de la fin de l’Antiquité au xive siècle, et aux nuances qu’elles ont introduites, je rappellerai tout d’abord quelques résultats généraux admis, puis certaines données qui concernent plus précisément la région qui m’occupe.

  • 23 P. J. Jones, L’Italia agraria nell’alto medioevo, dans Agricoltura e mondo rurale in Occidente nell (...)

35Alors que, durant les années 1960, P. J. Jones situait autour de l’an 500 une évolution vers une phase à la fois plus humide et plus chaude, les historiens du climat lient à l’heure actuelle, d’une part fraîcheur et humidité – et une première phase présentant cette double particularité entre 400 et 800 environ –, d’autre part chaleur et sécheresse, et une deuxième phase, entre 800 et 1 200 environ, durant laquelle les températures se situaient entre 1,5o et 2o au dessus des valeurs actuelles23.

36Il en ressort que, précisément lorsque disparaît, avec l’Empire romain, la surveillance régulière des eaux qu’impliquait une exploitation relativement intensive de la plaine, l’humidité plus forte rend les crues plus dangereuses : les grandes inondations du vie siècle, sur lesquelles je reviendrai, résultent donc de la combinaison des désordres et des changements climatiques.

  • 24 Cf. infra, 2e partie, chap. 2, p. 505-542.
  • 25 M. Pinna, ibid., p. 442-443.
  • 26 Cela dit, dans la documentation antérieure à 1300 que j’ai dépouillée, je n’ai rencontré aucune all (...)

37Avec le réchauffement de la période suivante, si les fleuves sont peut-être un peu assagis (ce qui a pu rendre plus aisés les grands travaux de canalisation et d’endiguement du xiie siècle et du début du xiiie)24, les dangers de l’eau persistent, venus cette fois de la mer : la hausse du niveau marin entraîne la formation de marécages au débouché des rivières, et le phénomène semble avoir été d’une ampleur toute particulière de Ravenne à Grado, c’est-à-dire sur toute la façade maritime du territoire que je considère ; il va de soi que les divagations des cours d’eau, héritage de la phase climatique précédente, contribuaient à l’aggraver, tant en bord de mer qu’à l’intérieur25. Une de leurs premières conséquences a sans doute été, dès la fin du vie siècle, l’apparition de la malaria, qui a pu jouer le rôle de cause ultime de la disparition définitive de villes antiques voisines de la côte. Il faut avoir présente à l’esprit la permanence de ce facteur de désertion, au moins jusqu’au refroidissement du xive siècle. Il est vrai que les assèchements de marécages et, plus généralement, la domestication des eaux ont sans doute contribué à en atténuer les effets au moins à partir du xiie siècle26.

  • 27 Vito Fumagalli, Il paesaggio si trasforma : colonizzazione e bonifica durante il medioevo. L’esempi (...)
  • 28 Id., ibid., p. 110. Fumagalli cite l’« Historia Miscella », qui la décrit ainsi : « Fu un diluvio d (...)

38Les fleuves d’Italie du nord, grands charrieurs d’alluvions dans cette plaine au climat humide, sont en somme plus semblables au Houang-Ho qu’au Tibre, avec leurs lits peu à peu exhaussés. Les récits des méfaits du Pô foisonnent, du Moyen Âge à ce siècle, pour ne pas parler des catastrophes de la fin de l’Antiquité. Les grands travaux de la fin du xiie et du xiiie siècles auront été une nécessité absolue pour assurer la croissance agricole sur le long terme. Encore en 1152 a lieu, en Emilie, la « rotta di Ficarolo » » : le Pô rompt les digues sur sa gauche et ses eaux suivent la plus forte pente, selon un cours qui était, sans doute (n.b. : il n’est pas si facile d’identifier ces lits anciens), celui de l’actuel Pô di Venezia, aujourd’hui canalisé, qui rejoint l’Adige. A la fin du siècle ce sont les hommes qui prendront le parti de provoquer une nouvelle rupture (et non la dernière !)27. Combien d’inondations moins spectaculaires y aura-t-il eu dont aucun témoignage n’est resté ? Les chroniqueurs padouans ne font pas de cas de l’une d’entre elles qui, en 1230, avait concerné pourtant toute la basse-plaine, et que l’on connaît par d’autres sources28.

  • 29 E. Migliorini, Veneto, p. 123-124.
  • 30 A. Castagnetti, La pianura veronese nel Medioevo. La conquista del suolo e la regolamentazione dell (...)

39L’Adige a été, autant que le Pô, un danger permanent jusqu’à une époque récente : bien avant Legnago il coule au dessus du niveau de la plaine, et donc tout le sud-padouan est concerné. Il a rompu ses digues, avec des conséquences plus ou moins graves, 182 fois de 1502 à 1786 ! La dernière inondation véritablement tragique a été celle de 1882 : plus de 100.000 personnes ont dû fuir, dans le Padouan la plaine a été inondée jusqu’à Merlara à l’ouest, Este au nord et Vighizzolo à l’est ; l’eau arrivait parfois jusqu’au deuxième étage des maisons29. On a peine à imaginer, aujourd’hui, ce que durent être les conditions de vie à proximité d’un tel fléau : je rappellerai, avec A. Castagnetti, que, même en l’absence de dégâts majeurs, dans la basse-plaine les routes étaient de toute façon impraticables une partie de l’année30.

  • 31 Cette bonification, si elle est largement entamée, au Moyen Âge, par les communes puis par Venise, (...)
  • 32 Paul Claval, Le réseau urbain de la Vénétie, dans « Revue de Géographie de Lyon », 39, 1964, p. 262 (...)

40Le contrôle des eaux, question vitale à partir du moment où la population avait atteint un degré d’accroissement tel qu’il impliquait la bonification des marais, aura donc été à l’ordre du jour jusqu’à une époque très récente31. Après la conquête de la Terre-Ferme Venise y ajoutera la prise en compte d’un autre danger, plus particulier, à savoir une évolution naturelle qui, non contrariée, eût conduit à l’envasement de la lagune et à la déchéance de son port. La solution a été de « détourner le cours des fleuves côtiers vers le nord et le sud ». Et c’est après la fin de la Sérénissime que s’est parachevée la dernière phase : le cours actuel du Brenta, dont l’embouchure est au-delà de Chioggia, ne remonte qu’à 1896. Si bien que le réseau hydrographique actuel est fort différent, dans le Padouan, de ce qu’il était devenu, après déjà plusieurs transformations, durant le Moyen Âge central32.

  • 33 Cité par E. Migliorini, Veneto..., p. 105.

41Des changements de lit spontanés aux changements de lit provoqués, le thème de l’évolution du cours des fleuves est certes des plus complexes, et cela sans nul doute encore davantage dans le Padouan qu’ailleurs dans la plaine ; un auteur ancien, Iacopo Filiasi (1750-1827), avait écrit : « deviner le cours des fleuves du Padouan est à peu près comme de vouloir expliquer les hiéroglyphes de l’Egypte »33 ; l’expérience prouve que c’est plutôt plus difficile. La chose est particulièrement vraie pour le Brenta, du fait tant de la nature que des hommes. Même à l’heure actuelle le satellite Skylab ne semble pas jouer le rôle indiscuté d’un Champollion, une récente approche archéologique du problème ayant contesté les résultats d’une première étude des relevés photogrammétriques ! La seule permanence est ici celle des incertitudes.

II–L’HÉRITAGE DE L’ANTIQUITÉ ET DU HAUT MOYEN ÂGE

A) Les faits

  • 34 Pour une introduction générale à l’Antiquité padouane, cf. le volume collectif Padova antica, da co (...)
  • 35 R. Chevallier, La romanisation de la Celtique du Pô. Essai d’histoire provinciale, Rome, 1983, p. I (...)
  • 36 Patavium est un toponyme vénète, pré-romain ; il en est de même pour sa voisine Ateste – la future (...)

42Qu’y a t-il à retenir d’utile à la compréhension de la Padoue du Moyen Âge central et de son territoire ? Un premier fait n’a pas été sans conséquences lointaines : le Padouan pré-romain est au centre d’une civilisation particulière, celle des Vénètes, qui semble avoir été florissante34. Menacée par l’expansion celtique dans cet espace qu’on appelle en effet la « Gaule cisalpine », elle a été caractérisée par « un processus original de romanisation acceptée », dans la mesure où Rome était une protectrice toute désignée contre ce turbulent voisinage35. Oppidum déjà bien peuplé, la Padoue paléo-vénète s’est muée, pacifiquement et sans solution de continuité, en une ville romanisée36– romanisée plutôt que romaine à proprement parler, j’aurai l’occasion d’y revenir.

  • 37 Ce que R. Chevallier exprime sous une forme encore dubitative (La romanisation..., p. 91-92) est am (...)

43Du coup l’intégration n’avait pas offusqué une conscience régionale demeurée vive, et qui s’exprimait, entre autres, à travers le mythe des origines troyennes que reprendra la commune médiévale à des fins d’auto-exaltation. La légende du héros fondateur Anténor « n’est peut-être pas le simple résultat d’une fabulation suscitée par la volonté de créer un parallèle avec Enée », mais pourrait « traduire la conscience d’antiques rapports avec l’Orient, renforcée au moment de l’alliance avec Rome »37.

  • 38 L. Puppi et M. Universo, Padova (Coll. « Le città nella storia d’Italia »), Bari, 1982, p. 10.
  • 39 P. Claval, Le réseau urbain..., p. 255.
  • 40 L. Puppi et M. Universo, Padova, ibid.

44Selon Strabon Patavium est devenue, sous l’Empire, l’une des villes les plus riches du monde romain38. Grand port fluvial et marché agricole, elle a également une importante fonction militaire de surveillance d’un ensemble de voies routières qui conduisent aux confins de l’Italie39. Au delà du Brenta, alors appelé Medoacus, se développe une centuriation, à partir de 40 av. J.-C., sans doute suscitée par la nécessité de récompenser les nombreux vétérans issus d’une cité qui avait su choisir le bon camp, celui de César40. Je reviendrai plus loin sur ce qu’implique ce fait pour l’histoire des campagnes au delà de l’Antiquité.

  • 41 P. Claval, ibid., p. 256-258.

45La décadence est sans doute venue, pour Patavium comme pour tant d’autres villes italiennes, progressivement, à partir des crises du iiie siècle et des premières vagues de départ des riches pour les campagnes. A trop insister sur la destruction d’Aquilée par Attila ou sur celle de Padoue par les Lombards, on attribue à des événements certes dramatiques un rôle qui n’a sans doute pas été le leur. Loin d’être la cause brutale de la fin de grandes villes antiques, ils ne sont que le probable épilogue d’un lent déclin. L’ennui est que les témoignages manquent et que l’on est réduit aux conjectures. Dans le cas de Patavium s’ajoute, au faisceau des raisons générales de décadence, la fin de la fonction portuaire qui en avait fait un centre d’habitat conséquent dès le temps des Vénètes, « du fait de l’envasement des basses vallées, du recul de leur mise en valeur » ; ce sont les îles et les « lidi » de la lagune qui accaparent cette fonction (de même que, dans une certaine mesure, l’île de Grado recueille le rôle portuaire d’Aquilée). Si bien que l’avenir, définitif ou du moins fixé jusqu’à une date très récente, est tracé : Padoue sera l’un des centres de l’arrière-pays vénitien41. On comprendra, je l’espère, à la lecture de cet ouvrage, tout ce qu’aura impliqué cette nouvelle détermination historique.

  • 42 Cf. R. Cessi, Padova dal medio evo all’età moderna, dans Id., Padova medioevale..., t. 1, p. 5. Mal (...)
  • 43 R. Cessi, La distruzione di Padova al tempo di re Agilulfo, dans Id., Padova medioevale, t. 1, p. 4 (...)
  • 44 S. Bortolami, Este da città romana a città medioevale : appunti per una storia delle difese murarie(...)

46Point n’est donc besoin de faire appel à des cataclysmes venus d’ailleurs : selon toute vraisemblance Padoue n’a pas été ne serait-ce qu’effleurée par Attila qui a suivi une autre route d’invasion42. Il n’empêche que, déjà autour de l’an 500, au temps de Théodoric, à bien lire Cassiodore et quelques autres, elle est rien moins que florissante : elle a perdu le rôle stratégique d’antan au profit de Vérone et n’est plus le siège du gouvernement régional ; près d’elle, les thermes d’Abano semblent abandonnés43. Enfin n’oublions pas un fait non moins révélateur de la crise démographique qui frappe la basse-plaine : d’Ateste (la future Este), auparavant la capitale d’une civitas, il n’est plus depuis le iiie siècle aucun témoignage documentaire. Son déclin est tel qu’il a empêché, lorsque l’Empire s’est fait chrétien, que s’y installe un évêque, et celui de Padoue a la charge de son territoire44. Abandonnée par l’Adige, de surcroît, au vie siècle, elle ne peut plus avoir de fonction portuaire.

  • 45 Sur les Lombards et leur installation en Italie, cf. la récente synthèse de P. Delogu dans l’ouvrag (...)
  • 46 R. Cessi, Padova nel Medioevo..., dans Id., Padova medioevale..., p.6 et note 5.
  • 47 Aldo A. Settia, Monselice nell’alto medioevo, dans Monselice..., cf. p. 84 et p. 95 note 13, pour l (...)

47Viennent en effet, avec le vie siècle, les catastrophes définitives : la peste « justinienne » au terme de 20 ans de guerre de reconquête byzantine, puis l’invasion lombarde en 569, qui amène Padoue à tenir le rôle peu enviable d’avant-poste militaire byzantin45 ; c’est dans ce sinistre contexte, durant les dernières années du siècle au plus tard, que l’Adige et le Brenta changent de lit et que se forment ou se dilatent les marécages de la basse-plaine. Lorsque les Lombards d’Agilulf s’emparent de la ville et la détruisent, en 601 ou 602 (la date n’est pas sûre, comme le rappelle justement Cessi), l’ancienne Patavium, dans ce territoire frontalier ruiné, n’est sans doute plus guère qu’une forteresse d’où toute véritable vie civile avait déjà à peu près disparu46. Si bien que, comme cela se produira aussi pour Mantoue et Crémone – autres postes avancés byzantins au nord – elle sera déclassée, et cela au profit de Monselice, une fois cette dernière place prise (à une date imprécise, à fixer avant le 27 novembre 602), et son territoire, comme celui des deux villes que je viens de mentionner, sera amputé47.

48Encore faut-il, là aussi, redire ce qui a déjà été dit : l’amputation et la perte du statut de chef-lieu ne font sans doute que conclure la fin d’un processus. Autour de Padoue l’étau s’était resserré depuis quelque temps ; il est probable que, avant même la destruction de la ville, les Lombards sont devenus les maîtres d’une partie de son territoire, et l’ont administré eux-mêmes.

49Voici les faits, brièvement résumés. L’héritage des temps obscurs est assez largement négatif sans doute. Il me faut en analyser de plus près certains aspects, fondamentaux pour la suite : au temps des invasions et des troubles ont eu lieu, largement provoqués par eux, des modifications non seulement du cours des fleuves mais du paysage, et le resserrement d’un habitat raréfié.

50Qu’est-il resté de Rome ? Le maintien, tant bien que mal, d’une partie au moins du réseau routier – au prix de réaménagements –, la marque de la centuriation dans le paysage rural – mais pas partout ! –, un premier encadrement religieux – encore que malmené par les Lombards mal christianisés du temps de la conquête –, et la trace d’une ville romaine, voire, avec une belle permanence, pré-romaine.

51Il faut faire la part, enfin, d’une première réorganisation du territoire par les Lombards avant l’intégration aux structures carolingiennes puis ottoniennes.

B) Un paysage bouleversé par les invasions et leurs conséquences

52Inévaluables quantitativement, les conséquences démographiques des troubles de la fin de l’Antiquité semblent avoir été catastrophiques dans cette région, à en juger, entre autres, par les bouleversements hydrographiques, responsables de l’extension nouvelle, dans la basse-plaine, des zones marécageuses, et par la place finalement occupée par les incultes.

a) L’évolution du cours des fleuves entre les vie et xiie siècles.

  • 48 Sur ce thème cf. le toujours utile article d’A. Gloria, Gli argini dei fiumi dai tempi romani alla (...)
  • 49 Sur les découvertes archéologiques dans cette zone, des premières trouvailles à nos jours, cf. G. R (...)

53La mise en valeur romaine de la Cisalpine avait impliqué une surveillance constante du débit des fleuves et un certain nombre de travaux de canalisation et d’endiguement. D’une part les Romains s’étaient efforcés de maintenir des bois le long des cours d’eau : les racines des arbres, fixant les alluvions, établissaient des sortes de digues protectrices ; de même le rehaussement de voies romaines qui les longeaient jouait un rôle identique48. Mais aussi, comme plus tard le feront les communes médiévales, ils avaient au besoin réalisé d’impressionnants travaux de canalisation dans la basse-plaine, aux approches de la mer tout particulièrement : je reviendrai plus loin sur le rôle de la fossa Clodia, qui traversait le sud-est du Padouan ; on a retrouvé, dès la fin du xviiie siècle, sous les alluvions les plus récents, des portions d’une imposante digue de pierre qui, sans doute, la bordait dans les secteurs (voisins) de Vallonga et Arzerello49.

  • 50 L. Cracco-Ruggini, Acque e lagune da periferia del mondo a fulcro di una nuova « civilitas », dans (...)

54Or cette fossa était elle-même un élément dans tout un système de canaux qui, le plus souvent, raccordaient les voies d’eau transversalement, la plupart des rivières étant plus ou moins parallèles. C’est ainsi que Pline l’ancien évoque un complexe de fossae qui permettait de joindre Altino (au nord de Venise) depuis le Pô50.

  • 51 G. Traina, Antico e moderno nella storia delle bonifiche italiane, dans « Studi storici », 26, 1985 (...)

55La question du degré d’efficacité de ce contrôle des eaux courantes n’était pas même à poser au temps de Muratori. Elle est à l’ordre du jour et, comme le remarque Giusto Traina, l’on en est quelque peu revenu du « triomphalisme qui avait salué les conquêtes techniques des Romains » et avait par là-même « produit une image fausse du territoire ». C’était ignorer que « le marais s’inscrivait dans le paysage antique comme un élément normal », et que « bois et marais occupaient une bonne part du territoire et se trouvaient exploités de façon adéquate »51. De même l’équilibre relativement harmonieux dont ils auraient fait bénéficier l’économie du haut Moyen Âge est le thème fort de l’ouvrage de Massimo Montanari sur l’alimentation paysanne, qui va à contre-courant du misérabilisme antérieur, et sur lequel j’aurai l’occasion de revenir dans la seconde partie de ce travail. Etant donc admis que tout n’était pas cultivé avant les invasions il demeure que, comme plus tard la commune de Padoue, l’Etat romain avait pu assurer, dans la mesure où le permettaient les moyens techniques dont il disposait, une sécurité au moins relative face aux menaces des fleuves, et dont la disparition allait s’avérer catastrophique au vie siècle, sinon dès les troubles du Bas-Empire.

  • 52 Non que l’auteur signale des changements de lit ; les faits dont il rapporte le souvenir concernent (...)

56Les invasions barbares et, tout particulièrement, les guerres et la peste « justinienne » avaient eu en effet pour conséquence le non-entretien de tout ce qui avait si longtemps assuré la tranquillité (répétons-le : relative) du réseau hydrographique. La dernière grande variation naturelle – et générale – du cours des fleuves dans la plaine a donc lieu, si l’on interprète en ce sens le témoignage de Paul Diacre, en octobre 58952. Les conséquences sont impressionnantes : l’Adige ne passe plus à Este mais gagne son cours actuel, à 12 km au sud ; le Brenta ne passe plus à Padoue mais à quelques kms au nord, et le Bacchiglione prend sa place..., entre autres transformations.

  • 53 R. Cessi, La distruzione di Padova..., dans Id., Padova medioevale..., p. 44. Déjà Gloria, qui acce (...)

57Toutefois, comme l’avait rappelé Cessi, il est probable que, bien longtemps avant 589, l’hydrographie régionale était devenue très instable ou y tendait, faute de surveillance et de travaux. Rien ne dit, par conséquent, que les effets de l’inondation de 589 aient été les plus graves ni les plus déterminants53.

L’Adige

  • 54 G. Rosada, Funzione e funzionalità della Venetia romana : terra, mare, fiumi come risorse per un’eg (...)

58Jusqu’aux années 1970 on en restait à son sujet, pour l’essentiel, aux hypothèses de Gloria, et on lui attribuait deux lits successifs durant l’époque romaine, en attendant le déplacement considérable dû, selon l’interprétation traditionnelle, aux conséquences des inondations de 589. Les hypothèses les plus récentes lui attribuent au contraire, aux temps antiques, trois lits simultanés, la séparation s’opérant vers Albaredo (entre Vérone et Legnago), c’est-à-dire au point même où se fera le changement – partiel, du coup – de direction au haut Moyen Âge. Une branche méridionale aurait suivi la direction actuelle par Legnago ; la principale, au nord, coulait à Montagnana et Este, puis se divisait (peut-être) elle-même : à droite elle serait passée par Solesino, Tribano, Bagnoli, Cona et peut-être Civè, à gauche par Monselice, Conselve, Arre et Concadalbero54.

  • 55 C. Corrain et R. D’Amico, Appunti sull’antica idrografia del territorio di Badia, dans Atti e memor (...)

59Le cours actuel, qui s’infléchit peu à peu vers l’est après avoir obliqué vers le sud au niveau d’Albaredo, invarié depuis le vie siècle, fait de l’Adige la frontière historique du sud Padouan jusqu’à Borgo-forte ; après quoi il entre dans ce qui fut le territoire vénitien, jusqu’à son embouchure de Porto Fossone. Il n’est pas sans intérêt de rappeler ici les destins des terres de rive droite de l’Adige car elles ont joué leur rôle dans l’histoire du Padouan médiéval. Contrairement à celles de la rive nord elles ont connu de nouveaux bouleversements. C’est ainsi que, sans doute durant la première moitié du xe siècle, une branche de l’Adige, qu’on appellera « Adigetto », s’en sépare à peu près au niveau de l’actuelle Badia Polesine pour devenir la grande voie fluviale de cette région, puisqu’elle passe par ses deux centres les plus importants, Lendinara et Rovigo, avant de rejoindre la branche principale en territoire vénitien, peu avant Cavarzere. C’est précisément dans ce qui deviendra le secteur de Badia, à ce point stratégique qu’est le lieu de séparation des deux cours que, peu après (vers le milieu du xe siècle) est fondé le grand monastère de la Vangadizza, dont l’histoire sera liée à celle du milieu ecclésiastique padouan55.

Le Brenta et le Bacchiglione

60Encore aujourd’hui l’unanimité n’est faite sur aucune des solutions proposées au problème des variations de leurs cours.

  • 56 Le premier ouvrage de quelque importance, paru à Venise en 1761, est celui de T. Temanza, Dissertaz (...)
  • 57 G. Gennari, Dell’antico corso dei fiumi in Padova e ne’ suoi contorni, Padoue, 1776.

61Les hypothèses se sont opposées au hypothèses depuis les premières tentatives de réflexion scientifique, dans la deuxième moitié du xviiie siècle56 ; dépoussiérée par Gloria, une bonne part des conclusions auxquelles était parvenu en son temps G. Gennari rencontre celles des recherches archéologiques les plus récentes57.

  • 58 A. Gloria, Intorno al corso dei fiumi dal secolo i a tutto l’xi nel territorio padovano, Padoue, 18 (...)
  • 59 R. Cessi, La diversione del Brenta e il delta ilariano nel secolo xii, auj. dans Id., Padova medioe (...)
  • 60 L. Brunello, Antica idrografia della terraferma veneziana, Mestre, 1968.
  • 61 L. Bosio, I problemi portuali della frangia lagunare veneta nell’antichità, dans « Venetia », 1, 19 (...)

62Après avoir lui-même passablement évolué dans ses hypothèses, Gloria avait présenté un tableau général de l’histoire des cours d’eau du Padouan et de leurs variations, dont la solidité relative tient à ce qu’il avait su combiner l’utilisation des sources écrites – celles de l’Antiquité avant tout – et des constatations à caractère archéologique déjà possibles58. Avant ces dernières années les recherches les plus importantes ont été dues à R. Cessi, dont l’article de 1921 sur la diversion du cours du Brenta par les Padouans en 1142 reconsidérait, par la force des choses, le problème du cours antique59. En 1968 un ouvrage dû à Luigi Brunello proposait une hypothèse générale un peu iconoclaste, en tout cas présentant d’assez fortes divergences avec celle de Gloria60. La vulgate était alors représentée (et c’est encore le cas aujourd’hui, pour l’essentiel) par Luciano Bosio61.

  • 62 A. Prosdocimi, L’antico ponte di S. Daniele e il corso dei fiumi in Padova in epoca romana, dans «  (...)
  • 63 Par conséquent la fossa Clodia, au lieu de « passer par » Vallonga, identifiée avec le Portus Aedro (...)

63Les désaccords commencent avec l’interprétation des auteurs antiques, avant tout Pline l’Ancien, suivi par la majorité des historiens, et Strabon, conforté par des allusions de Tite-Live (qui a le mérite d’être un Padouan), que préfère L. Brunello. Les Romains connaissaient un Medoacus maior et un Medoacus minor. Le premier Gloria (l’auteur du Territorio Padovano, en 1862) et Brunello suivent Strabon : le maior est le Brenta, le minor est le Bacchiglione. L’opinion la plus autorisée est au contraire celle de Pline, laquelle est au demeurant elle-même sujette à une pluralité d’interprétations dans le détail : les deux Medoaci sont deux cours du Brenta. Sur les tracés de ces deux cours les divergences reprennent. La vulgate, à partir de Gloria jusqu’aux plus récents articles, peut aujourd’hui se résumer comme suit. Les deux cours, maior et minor, du Brenta/Medoacus antique se séparaient au nord-ouest de Patavium, vers Arlesega ; seul le Medoacus minor traversait Padoue, y traçant la grande boucle qui devait plus tard contenir la ville du haut Moyen Âge, tandis que le maior passait à peu de distance au nord, au niveau de Chiesanuova62. Ensuite le maior poursuivait vers l’est-nord-est, par Mira, Oriago et Fusina ; le minor avait un itinéraire plus complexe que ce que pensaient tant Gloria que Cessi. La petite rivière que sera au Moyen Âge le Cornio (parfois nommé Sioco), qui marquera alors la limite nord de la mi-cro-région appelée Saccisica, était en fait le cours principal du Medoacus minor qui, après avoir paru obliquer vers le sud au niveau de Camino, reprenait donc sa route vers l’est pour atteindre la lagune vers Lova ; une autre branche poursuivait vers le sud avant d’obliquer elle aussi vers l’est un peu après Arzere, où elle confluait avec le Bacchiglione, alors appelé Retrone, qui, après être passé au sud de Patavium, au niveau de l’actuel Ponte Corvo, avait poursuivi pour l’essentiel son cours actuel. Sur le trajet final des deux fleuves ainsi réunis l’hypothèse admise jusqu’à une époque récente était que les Romains l’avaient canalisé jusqu’à son débouché dans la mer, sous le nom de fossa Clodia. Dans un article de 1984 Guido Rosada révisait cette opinion qu’il avait partagée lui-même : il semble qu’il se soit agi plutôt d’un simple canal transversal (fossa per transversum), élément de tout un système de fossae qui faisait communiquer les fleuves les uns avec les autres et, de ce fait, permettait de naviguer de Rimini à Altino, par Ravenne63.

  • 64 L’une des premières interrogations qui s’étaient imposées aux historiens du réseau fluvial local av (...)
  • 65 R. Cessi, La diversione..., p. 57. A partir de Mira la Tergola prend le nom de Clarino.
  • 66 L. Brunello, Antica idrografia..., p. 24 : « le débouché dans le port de Brondolo n’est que le dern (...)
  • 67 R. Cessi, Il problema del Brenta..., p. 5. L’auteur évoque une « acqua dolce, direttamente o indire (...)

64Depuis la possible catastrophe de 589 le Brenta/Medoacus ne passe plus à Padoue, mais à quelques km plus au nord (par Vigodarzere et Noventa), laissant son ancien lit au Bacchiglione qui y coule désormais64. Si l’on continue à en croire Cessi, les deux Medoaci voient, d’autre part, leur rapport réciproque s’inverser. Le maior est désormais atrophié : son cours, à partir de Dolo, oblique vers le sud-est pour déboucher face à Malamocco au niveau de Lu-go ; la Tergola, petite rivière qui était son affluent dans l’Antiquité, désormais indépendante, coule dans son ancien lit, de Mira à Oriago et à la lagune65. Quant au minor, il coule désormais plus franchement vers le sud et le Cornio n’est plus qu’un rameau secondaire, mais que peuvent encore emprunter les navires, comme on aura l’occasion de le voir. D’autre part la branche identifiée jusqu’à une date récente avec la fossa Clodia est abandonnée au profit d’une direction sud-est qui, depuis Arzere, conduit le fleuve, toujours rejoint par le Bacchiglione, non plus dans la lagune mais plus au sud, directement dans l’Adriatique, à Brondolo, comme déjà l’avait bien montré Gloria66. Cela dit Cessi fait remarquer que, dans le détail, la situation était encore plus complexe : certaines ramifications partaient du cours principal pour parvenir directement dans la lagune, au niveau de Chioggia, comme autrefois, et cela peut-être artificiellement67.

  • 68 Comme le montre la carte qui accompagne le Codice de Gloria, où des cours antiques supposés de l’Ad (...)

65Il resterait à mieux connaître les situations anciennes de cours d’eau mineurs comme le Gorzone qui, né dans le Vicentin, a d’abord une direction nord-sud, sous le nom de Fratta, puis oblique vers l’est au niveau de Merlara et, longtemps parallèle à l’Adige, va se jeter dans la mer plus au nord, à Brondolo, ou le Frassine qui, venu également du Vicentin où il a le nom de Guà, oblique vers l’est pour constituer la limite-nord de la Scodosia, traverse Este et, canalisé désormais, va finir dans le Gorzone. Ce sont là leurs tracés actuels ; déjà Gloria soupçonnait qu’ils s’étaient engouffrés dans d’anciens lits de l’Adige68, mais encore à l’heure présente on ignore quelle a été leur évolution.

  • 69 S. Bortolami, Territorio e società in un comune rurale veneto (sec. xi-xiii). Pernumia e i suoi sta (...)

66Du Vigenzone, enfin, qui passe à Monselice pour rejoindre le Bacchiglione, le peu que l’on sache a été répertorié par Bortolami : il rappelle que Cesira Gasparotto considérait comme hasardeuse toute identification avec le Vigisonus (ou Togisonus) antique69.

  • 70 B. Marcolongo, Fotointerpretazione sulla pianura alluvionale tra i fiumi Astico e Brenta in rapport (...)

67On aurait pu croire que des méthodes renouvelées d’investigation archéologique allaient apporter enfin des certitudes. Il n’en est rien. L’interprétation des relevés photogrammétriques du satellite Skylab a abouti à reproposer, en 1973, l’hypothèse de deux états successifs, et non pas contemporains, du Medoacus antique, qui avait déjà été celle de Brunello70, hypothèse à nouveau rejetée par les archéologues durant les années suivantes, le dernier étant Eugenio De Lucchi (cité en note 62).

***

  • 71 Cf. la carte ci – jointe, élaborée par R. Cessi ; tout ceci résume les données de l’article de ce m (...)

68En 1142 les Padouans commettent avec une redoutable impréparation un premier détournement volontaire du cours du Brenta : pour se procurer une voie d’accès plus rapide à Venise, ils provoquent le déversement, au moins partiel, du Brenta dans le lit de l’ancien Medoacus maior atrophié puis, à hauteur de l’actuelle localité de Dolo, lui font reprendre son tracé antérieur à 589 qui remonte vers le nord jusqu’à Porto (aujourd’hui Mira), où il retrouve ce qui avait été le lit antique du Medoacus maior, occupé, sans doute depuis le vie siècle, par le Tergola-Clarino devenu indépendant, pour déboucher face à Venise71.

  • 72 Un témoin, au cours d’un procès, rappelle, au sujet de la villa de Strà, que l’inondation avait été (...)
  • 73 Sur les conséquences peu à peu catastrophiques du « taglio » de 1142 et des travaux d’aménagement p (...)

69Les Padouans n’avaient pas prévu les conséquences. D’une part certaines crues exceptionnelles du fleuve allaient s’avérer catastrophiques pour leur propre contado, et cela durant plusieurs décennies, jusqu’aux grands travaux d’endiguement du xiiie siècle : encore en 1175 – soit plus de 30 ans après le « taglio del Brenta » – le village de Strà, qui se trouve sur le nouveau tracé, est entièrement détruit par une inondation72. Mais les conséquences les plus graves à terme devaient concerner la lagune, là où le fleuve avait son nouveau débouché. Le processus de sédimentation s’y déroule extrêmement vite, le tracé du cours d’eau s’allonge et toute une zone marécageuse s’édifie. Alors que le cours antique du Medoacus minor, devenu celui du Tergola-Clarino, se terminait au monastère de Sant’Ilario, dont les murs avaient été jusque là battus par les eaux marines, le nouveau Brenta s’avancera au bout de peu de temps au niveau de l’actuelle Fusina, à plusieurs kilomètres de là73. A terme, l’avancée de la terre-ferme dans la lagune posait le problème de l’isolement, et donc de la sécurité, de Venise : il connaîtra une première solution au xviie siècle, soit bien après la conquête du Padouan de 1406.

b) L’évolution du paysage : l’expansion de l’inculte

  • 74 A. A. Settia, Le campagne pavesi nell’età di Federico Barbarossa. In margine alle carte di San Piet (...)
  • 75 D. Olivieri, Toponomastica..., p. 71-72. Cf. aussi les remarques de V. Fumagalli, Terra e società n (...)

70Dans le secteur de la basse-plaine padane fertile et densément peuplé qu’est de nos jours la Lomellina, entre Tessin et Pô, à l’ouest de Pavie, encore vers les années 950, c’est-à-dire plus de deux siècles après que l’on soit sorti de l’étiage démographique, le roi Bérenger II, aux dires de la Chronique de la Novalesa, concédait aux hommes du village de Folingo le droit de « chasser les loups qui infestaient en grand nombre cette terre, à cause de la densité des broussailles et des forêts ». Il s’agissait de protéger les voyageurs sur la route de la cour royale de Pavie74 ! Que les abords de la capitale du royaume d’Italie se soient trouvés dans un tel état est révélateur d’une situation d’ensemble. Dans le Padouan comme dans tant d’autres régions de plaine, la toponymie paie son écot aux prédateurs : entre autres dérivés de lupus (le loup), proche à la fois du Cornio – branche du Medoacus, on l’a vu – et de la lagune, il y a le village de Lova ; ailleurs en Saccisica une fossa de lova ; à Casale de Scodosia, au voisinage de l’Adige, un lieu-dit Loara, etc.75.

  • 76 C. Wickham (Early medieval Italy, Londres, 1981, p. 13) tend à relativiser les différences de peupl (...)
  • 77 V. Fumagalli, Terra e società..., p. 13-15 ; Id., Territorio e paesaggio agrario della bassa pianur (...)

71Sans doute les Romains ont-ils laissé à l’inculte une part plus large qu’on ne l’a cru. L’ampleur du déclin démographique n’est de toute façon pas mesurable76. Du moins des constatations d’ensemble s’imposent-elles : la haute-plaine, sèche et moins douée, mais qui jouit du privilège d’être abritée des caprices des fleuves, est, au haut Moyen Âge, plutôt mieux peuplée. Les hommes ne sont d’ailleurs (relativement !) nombreux qu’au long d’une bande de terre au pied des montagnes, Apennins au sud, Alpes au nord. Puis, au fur et à mesure que l’on s’approche de l’Adige et du Pô, le peuplement se fait, non seulement plus rare, mais plus menacé. Les forêts et les marécages vont s’élargissant avec la plaine elle-même, en son centre. Là, les grands seigneurs et les monastères possèdent de vastes incultes consacrés à l’élevage : ainsi la forêt de Migliarina, près de Carpi, comptait sans doute quelque 3 000 hectares au viiie siècle ; au xe, bien que déjà entamée, elle approche encore de cette superficie77. Si l’on ne peut aboutir à des estimations chiffrées dans le cadre du Padouan j’aurai, du moins, l’occasion de mettre en évidence le rôle de l’inculte dans la fortune foncière de seigneurs des bords de l’Adige, comme les marquis d’Este.

  • 78 S. Bortolami, Territorio e società..., p. 41-42, 51-63.
  • 79 S. Lazzaro, Scoperta di un cippo gromatico a S. Pietro in Viminario, dans « Atti e Mem. Accad. Sc. (...)
  • 80 S. Pesavento-Mattioli, La centuriazione del territorio a sud di Padova come problema di ricostruzio (...)

72Je m’attarderai ici sur le cas de la forêt de Viminario, signalé par S. Bortolami dans son ouvrage sur la commune rurale de Pernumia. Elle s’étendait au sud de ce village, ainsi que sur les territoires de Monselice, Tribano et Conselve ; au xiiie siècle un nouvel habitat, San Pietro Viminario, s’y édifie, qui dépend du districtus de Pernumia. Jusque là elle avait constitué un ensemble compact78. Or on a découvert en 1972, précisément sur le territoire de San Pietro Viminario, une borne de centuriation datée du ier siècle de notre ère, c’est-à-dire le témoignage d’une intervention à fin d’organisation agraire de ce lieu à l’époque romaine79. Ledit témoignage est, jusqu’à présent, resté unique. Toutefois, plus loin au nord-est (à près d’une vingtaine de kilomètres), entre Correzola et Cona, un village, qui a disparu après des inondations à la fin du moyen-âge, se nommait Desman, ce qui n’est autre qu’une abréviation de Decumanus maxi-mus, et qui signifie donc que le réseau de chemins réguliers qui irriguait alors l’espace s’étendait bien au delà du secteur de Pernumia et San Pietro. C’est probablement tout le territoire jusqu’à l’Adige (lequel coulait alors plus au nord, depuis Este et Monselice, par Bagnoli, vers Brondolo, comme on l’a vu), qui était concerné80.

  • 81 G. Traina, Antico e moderno..., p. 434.

73Etant entendu que, loin des imaginations triomphalistes d’antan, il faut admettre que le paysage rural romain avait préservé, en plaine comme ailleurs, un équilibre entre l’ager et le saltus sylvopalustre, et que la centuriation ne s’étendait pas que sur un ager cultivable qui aurait été démesuré81, ces traces modestes d’un réseau cohérent de chemins témoignent toutefois d’une maîtrise de l’espace et d’un contrôle du moins tenté de l’inculte et, tout particulièrement, des eaux.

  • 82 Cf., sur ces nouvelles caractéristiques, les remarques de C. La Rocca : « Il rinnovato interesse al (...)

74Il est vraisemblable que cette maîtrise a disparu plus tôt qu’on ne l’avait cru – peut-être avant le vie siècle : du moins avait-elle été, à un certain moment, une réalité. A l’inverse, le fait qu’une borne de centuriation ait été retrouvée au cœur de ce qui, encore vers 1100, était une vaste forêt, montre à quel point, après les ravages de la guerre, de la peste et des inondations du temps des invasions, la nature avait recouvert ce qui pouvait demeurer de cette réalité, et témoigne de la profondeur du déclin démographique de la basse-plaine abandonnée à l’inculte, dans une civilisation agro-pastorale bien différente désormais de l’économie rurale des temps romains82.

75Au terme du déclin, et jusqu’au xiie siècle au moins, coexistent donc, à un point inconnu de l’Antiquité romaine, la forêt et le marécage. L’une va désormais rarement sans l’autre dans la basse-plaine.

  • 83 Sur l’évolution du réseau routier romain au haut Moyen Âge, cf. infra, p. 67-70.
  • 84 R. Cessi, Documenti veneziani anteriori al Mille, t. 2, Venise, 1941, no 37. Encore en 1131, à Calc (...)
  • 85 C D P, 2/1, nos 1(in palludem que nuncupatur Nemora) et 178. De même, en 1144, encore à Codevigo, u (...)
  • 86 C D P, 2/1, no 88, a. 1117 : (cum) silva, paludibus, aquis et amplis.
  • 87 Ibid., 2/2, no 1075, a. 1172 : des défrichements sont signalés par des attributions de dîmes novale (...)
  • 88 Ainsi à Castel di Brenta, encore en 1189, les da Baone possèdent, à côté de terres défrichées (ampl (...)

76Cela va de soi le long de la lagune : l’ancienne voie Popillia, qui la longeait du sud au nord, a perdu toute importance83et, en même temps, un paysage à la fois amphibie et sylvestre s’y est formé : en 944, les biens acquis par la famille des doges Candiano à Conche et Fogolana, dont les terroirs sont bordés à l’est par l’eau salée, sont composés d’un ensemble mêlé de terres arables, pâtures, forêts, saulaies, pêcheries et marécages84. Il en est de même un peu partout : en 1101, à Legnaro, au long du cours principal du Brenta, encore assez près de Padoue, c’est un marais dont le nom, Nemora, évoque l’aspect boisé ; en 1127, beaucoup plus près de l’embouchure, à Codevigo, le bois d’Ulmeda (d’ulmus, l’orme) est voisin d’un marais, désormais en partie asséché et cultivé85. Plus au nord, près de la Tergola et du monastère de Sant’Ilario, et donc non loin de la lagune, la curtis de Porto contient à la fois forêt et marécages86. Au sud, le même phénomène se retrouve entre Bacchiglione et Adige, de part et d’autre du Gorzone, rivière pourtant modeste mais dans un secteur aisément inondable87. Jusqu’aux dernières décennies du xiie siècle on rencontre fréquemment des mentions de ces couples de bois et de marais88.

  • 89 Cf. à ce sujet les remarques de Gloria dans son article déjà cité, Gli argini dei fiumi..., p. 6-11 (...)

77Dans l’état d’abandon où la fin de l’Antiquité avait laissé les digues romaines et les voies surélevées qui, çà et là, en tenaient lieu, on avait permis à la nature elle-même de garantir jusqu’à un certain point la sécurité en laissant se maintenir, voire se renforcer, le long des fleuves, les bandes forestières telles que l’usage romain les avait, des siècles durant, systématiquement favorisées. Il est donc manifeste, à lire la documentation d’archives, que, jusque vers la fin du xiie siècle, on a, par sagesse ou par indifférence, laissé durer cet état de choses, qui garantissait, avec ces ripisylves, l’existence de digues naturelles, du fait de l’amoncellement des alluvions retenues par les racines des arbres89.

  • 90 Bois le long du Brenta : première mention, en 1130, de la silva de Brenta, au nord de Padoue, ample (...)
  • 91 Cf. supra, p. 56-57, et note 31.

78On en voit mentionnées au long de tous les cours d’eau, non seulement les plus importants et dangereux (Adige, Brenta, Bacchiglione), mais de plus modestes comme le Cornio ou la Fratta90. Inexorablement, cependant, ces bois s’amincissaient jusqu’à devenir de simples rideaux d’arbres de plus en plus minces, tandis que les autorités communales jugeaient les périls conjurés du fait des travaux d’endiguement (sur lesquels je m’étendrai dans la deuxième partie de ce travail). Toutefois un problème n’est généralement pas posé dans les ouvrages et articles sur le sujet : on peut se demander si, alors que la sécurité, au moins relativement, pouvait en effet paraître obtenue au cours du xiiie siècle, le retour, aux xive et xve siècles, des inondations calamiteuses de l’Adige (le Brenta fut manifestement mieux domestiqué) n’a pas été largement la conséquence des déboisements – en aval tout autant qu’en amont –, à une époque aussi où des hommes moins nombreux entretenaient peut-être avec moins de soin les digues existantes91.

***

79Quelle apparence avaient ces forêts et ces bois, toujours présents bien qu’en diminution constante ? Sur les espèces qui y dominaient les indications ne manquent pas, bien qu’éparses. Il est plus difficile de se faire une idée de leur allure générale ; le vocabulaire n’est pas sans variété mais il apporte plus de précision sur le statut juridique de l’inculte qu’autre chose.

  • 92 P. Aebischer, Les dérivés italiens du longobard gahagi et leur répartition d’après les chartes médi (...)
  • 93 La silva que nominatur Gazo (C. Manaresi ed., I placiti..., t. 3/2, no 466, a. 1085), sise à Codalu (...)
  • 94 C. Wickham, European forests in the early middle ages, dans « Sett. Sp »., 37, L’ambiente vegetale (...)
  • 95 P. Aebischer, Les dérivés italiens..., p. 51-55.
  • 96 A l’occasion de confirmations successives des biens de San Vito e Modesto par les évêques de Vicenc (...)
  • 97 Sur la curtis vicentine de Gazo, vite devenue Garzone au xie siècle, cf. les trois documents cités (...)
  • 98 Cf la note 93 sur la forêt de Gazzo, devenue au xiie siècle un village, disparu depuis. Autres occu (...)
  • 99 C. Wickham, European forests..., p. 490-496.

80C’est une évidence pour ce qui est du mot gazo (de gahagium, gagium), d’origine germanique – le lombard gahagi 92, qui évolue parfois en gadium dans la langue notariale93. Il s’agit d’un espace réservé, terre d’origine fiscale le plus souvent (gahagium regis), née de la coutume royale germanique d’isoler des terres de chasse, l’équivalent de la foresta franque. On le voit apparaître dès lors qu’il est aliéné, le plus souvent aux églises94. Il est devenu un toponyme relativement fréquent en Vénétie et dans le reste de la plaine, sauf en Piémont, et il est exclusivement vénète en tant que nom commun dans les textes médiévaux95. De cette dernière particularité ne témoigne à dire vrai, dans la documentation dont j’ai disposé, qu’un exemple vicentin, des xe et xie siècles, qui se trouve dans le Codice de Gloria96. Dans la mesure où l’appropriation est ce qui définit le gazo, sa nature forestière peut disparaître : dès 977 une curtis de Gazo existe dans le territoire vicentin de Schio97 ; quant au contado padouan, les deux villages de Gazzo et Gazzolo, l’un et l’autre disparus avant le xive siècle, illustrent l’évolution98. Je signale pour finir que gualdus (de wald, forêt), rare en Italie du nord, n’apparaît pas dans le Padouan, à ma connaissance du moins99.

  • 100 M. Montanari, L’alimentazione contadina nell’alto medioevo, Naples, 1979, p. 42-45. Sur les origine (...)
  • 101 C D P, 2/1, no 150, a. 1124 ; no 206, a. 1130.
  • 102 C D P, 2/1, no 280, a. 1135 : de busco communo de Tramonte ; no 290, a. 1136 : de nostra porcione d (...)
  • 103 C D P, 2/1, no 212, a. 1130 : decima de quadam parte silve de Brenta quam Cohaciam vocant ; ou enco (...)

81Jusqu’au milieu du xiie siècle à peu près, buscus et silva désignent, en une alternance le plus souvent sans rigueur, toute surface boisée. S’il a été possible à Massimo Montanari, parce qu’il enquêtait sur un plus vaste champ, de proposer quelques conclusions, il reste qu’elles ne sont que très largement indicatives. Je les rappelle : de temps à autre buscus est synonyme de silva ; le plus souvent il distingue le bois-taillis, la silva étant plutôt la futaie100. Dans le cadre micro-régional qui est le mien, la prudence la plus élémentaire oblige à se refuser à toute conclusion positive, tant des cas de figure réduits chacun à quelques unités en susciteraient d’autres contradictoires. Il me semble, à considérer les choses du plus près qu’il soit possible, que les nuances entre les deux termes sont plus souvent d’ordre juridique et/ ou spatial que biologique, du moins tant qu’il sont utilisés l’un et l’autre isolés, sans autre précision. Silva désigne tout espace boisé, de quelque sorte qu’il soit ; buscus est choisi plutôt lorsqu’il s’agit d’indiquer l’appartenance de l’inculte à une collectivité : il désigne un bois communal – le buscus de Brusegana, par exemple –101et, plus généralement, un bien possédé en commun – buscus communis 102. Quant aux espaces dont l’étendue est mal définie dans l’esprit du locuteur, telles ces forêts qui s’étirent au long des cours d’eau, le vocabulaire oscille, du moins à en juger par les rares exemples dont je puis disposer103.

82Les choses changent, bien sûr, lorsqu’entrent en ligne de compte des informations complémentaires : c’est alors qu’on peut différencier les natures physiques du buscus et de la silva.

  • 104 C D P, 1, no 319, a. 1096.
  • 105 Ibid., no 53, a. 969 : cum silvis ac stallariis ; no 89, a. 1009 : cum... silvis ac stellareis ; no (...)
  • 106 M. Montanari, L’alimentazione..., p. 29 : les forêts stalarie, dont on extrait les pieux pour les v (...)
  • 107 Cf. A. Gloria, C D P, 1, Glossario : « boscaglia ». Même définition dans Niermeyer. On ne confondra (...)

83Le notaire qui désignait une parcelle, à Roncaglia, comme une terra buscaliva cum silva savait ce qu’il voulait dire104. Dans ce premier cas de figure il convient de faire appel à l’expérience de M. Montanari et aux conclusions minimales auxquelles il est parvenu ; elles incitent à proposer une traduction telle que « terre boisée avec futaie ». La documentation la plus ancienne conforte cette interprétation de silva : aux xe et xie siècles elle est distinguée de la stellarea et de la buscalea105, c’est-à-dire du taillis (en ce sens buscus serait un synonyme de stellarea, qu’en effet il a supplanté dans le cours du xie siècle)106et de la broussaille107.

  • 108 Cf. aussi ce qu’écrit M. Montanari : « la contrapposizione... fra fustaia e ceduo non è mai brusca (...)
  • 109 C D P, 2/2, no 1415, a. 1181 : terra cum bosco et spinis et robustibus ; c’est du Glossaire de Glor (...)

84On en déduira que, sur le terrain, se mêlent la futaie et le taillis, de façon plus ou moins confuse, lorsque les termes sont ainsi accouplés108 ; à l’inverse la végétation est plus profondément dégradée et tend au maquis lorsque, sur les collines d’Arquà par exemple (et dans le sud euganéen en général), on entre dans une terre où, avec le buscus, coexistent épineux et arbustes109.

  • 110 Une première occurrence, totalement isolée, dès 1101, dans une donation épiscopale à Santa Giustina (...)
  • 111 Encore en 1185, on l’a vu (cf. note 102), le bois communal de Tramonte est un buscus. Puis nemus es (...)
  • 112 A S V, San Cipriano, B. 114, S. 38 : pecia de terra buscaliva (a. 1197) ; S. 44 : terra boschiva (a (...)
  • 113 Cf. L. Lanfranchi ed., S. Giorgio maggiore, t. 2, no 484 : trois peciae nemoris (a. 1187) ; A C P, (...)

85La situation se simplifie après les années 1150 au profit du terme nemus, qui supplante silva110 ; buscus apparaît encore durant les années 1180111, pour ne plus subsister, au xiiie siècle, que sous forme d’adjectif (boscaliva) associé à pecia ou terra, donc pour préciser quel est le mode d’exploitation d’une parcelle112 ; dans cette acception précise, du moins, nemus lui cède la place après une brève période de concurrence113.

***

  • 114 E. Migliorini, Veneto..., p. 158-159 ; V. Fumagalli, Il paesaggio delle campagne nei primi secoli d (...)
  • 115 Sur cette évolution de l’élevage, cf. C. Wickham, Pastoralism and underdevelopment in the early mid (...)

86Il est admis que le chêne était dès l’origine l’espèce dominante dans la plaine du Pô, associé au tilleul et à l’orme, ainsi qu’au frêne114. De l’historiographie récente de la question il ressort que les changements survenus entre la fin de l’Antiquité et le xe siècle ont provoqué non seulement une extension impressionnante de la forêt et de l’inculte dans la basse-plaine, mais un renforcement de la chênaie au détriment des autres espèces. C’est ainsi que la campagne padouane a tout-à-fait cessé d’être ce qu’elle avait été aux temps romains, à savoir l’un des plus importants secteurs d’élevage du mouton ; désormais le porc l’a remplacé, là comme dans toute la plaine, d’où, selon V. Fumagalli, une « attention maximale » portée à l’arbre qui le nourrit115.

  • 116 C D P, 2/1, no1 : fossa cum cesa supra usque ad arborem roburis que est prope viam. De même, en 115 (...)

87On peut sans doute accepter cette affirmation générale, à condition, toutefois, de la nuancer. Certes, la documentation est rare et peu explicite sur les espèces forestières dont le Padouan a hérité à l’issue du haut Moyen Âge. Le vocabulaire du notaire tend à la généralisation, voire à l’abstraction : on a vu qu’il se contente sans problème de silva et stellarea, puis de silva et buscus. Un type d’arbre particulier n’est mentionné que pour des motifs précis : par exemple, en 1101, à Legnaro, un chêne isolé parce qu’il marque une limite de parcelle ; le terme utilisé est robur, lequel désigne désormais, si l’on en croit M. Montanari, non pas le seul rouvre, mais toute l’espèce116.

  • 117 Deux toponymes signalés dans D. Olivieri, Toponomastica..., p. 66 : Taggiè (« di sotto » et « di so (...)
  • 118 Entre Este et Saletto, dans le bois d’Ognano, en 1192, se dressent les futs du chêne (robor), de l’ (...)
  • 119 De carpinus : près d’Albignasego, au sud de Padoue, Carpanedo (cf. par exemple, en 1034 et 1064, la (...)

88D’une utilisation combinée de la toponymie et des occurrences documentaires il ressort que les arbres qui lui étaient généralement associés auparavant n’ont malgré tout pas cessé de l’être, à l’exception toutefois du tilleul, suffisamment raréfié en tout cas pour que seule la toponymie le mentionne – et avec parcimonie !117. Par contre, à la fin du xiie siècle – et donc au terme de toute une évolution – c’est une trilogie chêne, orme et frêne que les dirigeants se préoccupent de protéger, lorsque les défrichements ont rendu l’arbre précieux, et cela aussi bien dans les Euganées que dans la basseplaine118. Le charme, comme le tilleul, s’est raréfié, et seule la toponymie témoigne de son ancienne importance aux côtés du chêne119.

89Le haut Moyen Âge a-t-il été caractérisé par l’expansion du châtaignier ?

  • 120 M. Montanari, L’alimentazione contadina..., p. 40.
  • 121 Cf. supra, p. 36 et note 16.
  • 122 Cf. supra, note 118.
  • 123 F. Milone, La provincia..., p. 101-104.
  • 124 Cf. : Campo Nogara (C D P, 2/1, no 64, a. 1114) ; le lieu-dit Nogare à Melara, en Saccisica (ibid., (...)

90Une enquête réalisée sur la Lombardie par M. Montanari avait abouti à un surprenant résultat : il s’avérait qu’il était très fréquemment mentionné, non seulement sur les pentes des Préalpes, mais un peu partout dans la plaine ; d’où la conclusion qu’il y avait là la conséquence d’un choix économique120. J’ai déjà eu l’occasion de signaler la rareté des mentions dans les sources padouanes121. On le voit protégé avec les chênes et autres arbres de futaie au début du xiiie siècle au sud des Euganées, dans les bois de Salarola sur les pentes du mont de Calaone122 : les châtaigneraies de ce secteur ont été longtemps renommées, malgré leur exposition aux vents du sud ; quoi qu’il en soit la terre d’élection est, on l’a dit, plutôt le secteur de roches trachytiques des collines du nord-ouest, notamment autour de Rovolon123 ; mais je n’ai rencontré aucune précision à ce sujet pour les temps médiévaux. A cette rareté remarquable il convient d’opposer la fréquence des mentions du noyer, lequel se rencontre un peu partout dans la toponymie et cela (qui peut sembler significatif d’une expansion provoquée) sur le tard, à partir du xiie siècle124.

91L’aménagement progressif de la basse-plaine est passé par la diffusion, précoce et intensive, de la saulaie et, dans une moindre mesure et après elle, du peuplier.

  • 125 C D V, 2, no 78 : mention d’une curtis... cum...pratis. pascuis. silvis. saletis., etc. ; C D P, 1, (...)
  • 126 M. Montanari, L’alimentazione contadina..., p. 29.

92Les saules font partie des éléments constitutifs du paysage de la plaine dès les premiers documents un tant soit peu descriptifs : il y a des salectae dans les curtes de Petriolo (à Monselice) et de Cona en 906, comme dans les biens-fonds d’un alleutier citadin en 950125. Et, de fait, dès l’antiquité, voire les temps protohistoriques, le saule fournissait – de même que l’osier – une foule d’outils ; la saulaie bordera les innombrables marécages apparus ou agrandis entre ve et xe siècle. Puis son rôle se trouvera exalté, durant le Moyen Âge central et au delà, avec l’expansion du vignoble : le saule fournit les liens nécessaires au soutien des vignes126.

  • 127 R. Chevallier, La romanisation..., p. 117-119.
  • 128 R. Bordone, Paesaggio, possesso..., p. 468 (de l’article dans « B S B S »).
  • 129 Villa Albareda (C D P, 2/1, no 58, a. 1113), dans l’est, parmi les biens de Sant’Ilario ; Albaredo, (...)
  • 130 En 1215 les limites entre Bagnoli et Arre sont, entre autres, marquées par un nemus popularium (du (...)
  • 131 Cf. infra, 3e partie, p. 795-807.

93Les peupliers, durant l’Antiquité, se présentaient en lignes au bord des cours d’eau127 ; R. Bordone cite des phyto-toponymes formés sur alba (le nom latin étant populus alba) dans le Piémont des xe-xie siècles128. Il en apparaît quelques-uns dans le Padouan du xiie siècle129. Ils accompagnent les entreprises à grande échelle d’assèchement des marécages : ainsi celui du marais de Bagnoli, durant les dernières décennies130. L’expansion viendra sur le tard, notamment au xiiie siècle, avec des implantations systématiques, à un moment où le paysage, peu à peu, se transforme, du fait de l’isolement de plus en plus généralisé des parcelles par des fossés et des haies d’arbres131.

  • 132 C D P, 2/2, no 1403, a. 1181.

94Quant aux espèces du sous-bois, c’est mettre en évidence la part essentielle qu’elles occupent – comme partout dans la forêt occidentale – jusqu’au xiie siècle que de rappeler que la vaste zone boisée, la silva maior qui s’étend au sud, entre Conselve (Caput Silve) et Tribano, est appelée Viminario, phyto-toponyme formé sur vimen, l’osier. On remarquera aussi, en passant, dans le même secteur, près de Pernumia, un lieu-dit Cornedo, qui vient de cornus, le cornouiller132. Il est difficile d’aller bien au-delà de ces minces remarques. On a vu plus haut que les notaires se contentent d’indiquer sobrement, de temps à autre, qu’une terre inculte est occupée par la buscalea – la broussaille. Elle se fera sans cesse plus mince, à partir du xiiie siècle surtout, puisque non protégée, à l’inverse de la futaie.

C) Restes de l’héritage romain et apports des temps « barbares »

95Tout n’avait pas disparu de la gigantesque mise en ordre des temps romains. Les éléments encore utilisables subsistaient, adaptés aux structures d’une société ruralisée et aux besoins d’une population à la fois moins nombreuse et différemment répartie : c’est ainsi que le réseau routier demeurait en place pour l’essentiel, selon une hiérarchie des axes modifiée çà et là (avant tout aux abords de la lagune), et que le modelage du paysage par la centuriation était demeuré à peu près intact au nord, là où l’on était à l’abri des inondations dévastatrices.

a) Le réseau routier

96Il va de soi que, dans le Padouan comme ailleurs, à partir du moment où l’entretien du réseau routier cesse d’être constant, les échanges se font de plus en plus par voie d’eau. Au demeurant il serait absurde d’imaginer ce mode de trafic secondaire auparavant : d’une part il faut rappeler cette vérité bien connue que les routes romaines avaient pour vocation première de faciliter, non point le commerce, mais les transports de troupes et les courriers, et d’autre part il se trouve que la lagune était parcourue par une circulation intense bien avant la fondation de Venise – j’aurai l’occasion d’y revenir.

97Sur terre quelques grandes artères demeurent des axes de première importance, d’autres sont en déclin, voire oubliées, le cas le plus frappant étant celui de la route du littoral – la Via Popillia –, rendue presque inutile une fois disparues les grandes villes côtières (Concordia, Aquilée) tout d’abord, puis du fait qu’après l’invasion lombarde une frontière sépare Ravenne du Padouan, comme d’ailleurs de l’ensemble du Veneto. Quant aux effets des divagations des eaux, ils se font sentir aussi, dans la basse-plaine, sur le réseau routier. A l’inverse, de nouveaux axes prennent de l’importance à un niveau purement local : ainsi les axes Padoue-Venise et Padoue-Chioggia.

  • 133 R. Chevallier, La romanisation..., p. 10. Cela dit on n’a de témoignages clairs que sur une artère (...)

98La Patavium antique, comme bien d’autres grandes villes, était à la fois une étape (et, accessoirement, un croisement) de grandes artères, et le centre d’une étoile formée par tout un réseau de routes secondaires la reliant à ses voisines : c’est ainsi que, comme le remarque R. Chevallier, « il est logique de supposer l’établissement de liaisons directes entre Vérone et Padoue » en dépit des lacunes documentaires sur ce point133.

  • 134 L. Bosio, Itinerari e strade della Venetia romana, Padoue, 1970, p. 113-120. Cet ouvrage demeure la (...)

99Patavium était avant tout le point d’arrivée de la Via Aemilia, route sud-nord d’une importance stratégique essentielle. Construite en 175 avant J.-C., elle unissait Rome à la plaine du Pô. Considérée stricto sensu elle se terminait à Modène ; un raccordement la prolongeait jusqu’à Ateste puis Patavium, les deux cités vénètes alliées134.

  • 135 R. Chevallier, La romanisation..., p. 9-10. Elle passait au nord de la ligne de résurgence des eaux (...)
  • 136 L. Bosio, Itinerari e strade..., p. 39-47. Sur la Via Popillia, du même auteur, Itinerari e insedia (...)
  • 137 L. Bosio, Itinerari e strade..., p. 54. Le fait que les itinéraires antiques (entre autres la table (...)

100Deux artères au rôle, sinon comparable, du moins supra-régional, passaient à quelque distance de la ville, l’une au nord, l’autre à l’est. Au nord la Via Postumia, partie de Gênes, après avoir atteint Vérone, puis Vicence, continuait vers le nord-est et, par Opitergium (Oderzo), joignait Aquilée ; elle longeait donc la limite-nord de ce qui devait être un jour le contado padouan, en traversant l’emplacement des actuelles Cittadella et Castelfranco135. A l’est la situation était plus complexe : depuis le premier siècle de l’Empire la voie principale se tenait à distance de Padoue. En 132 avant J.-C. avait été construite la Via Popillia-Annia (du nom des consuls P. Popillius Laenas et T. Annius Rufus). Venue de Rimini elle joignait Altino puis, elle aussi, Aquilée. Son tracé la faisait aller du littoral vers l’intérieur et, par Adria, joindre Patavium : au passage elle devait donner plus tard son nom à un village du Padouan, Agna. De Patavium elle obliquait vers le nord-est, longeait le Medoacus par Strà (strata), puis les rives de la lagune. Les choses avaient changé avec la création d’une nouvelle artère sous l’empereur Claude, la Via Claudia Augusta, qualifiée aussi de « nouvelle Popillia », dont le parcours le long du littoral rendait plus rapide la jonction de Rimini à Aquilée. Sur le territoire de Patavium elle passait, venant du sud, par Vallonga (sans doute le Portus Aedro de Pline) et l’actuel San Bruson, où elle traversait le Brenta (Medoacus Maior) et retrouvait la Via Annia136. Du coup la portion de route joignant Adria à Padoue, puis Padoue à San Bruson était devenue un tracé secondaire de jonction de la Via Aemilia à la Popillia, auquel avait fini par être réservée exclusivement l’appellation de Via Annia137.

101D’autres voies de raccordement qui, à la différence de la précédente, avaient été d’emblée conçues comme telles, partaient de Patavium, constituant ce que j’ai appelé un réseau en étoile.

  • 138 Id., ibid., p. 107-112. L’auteur dénonce au passage comme une pure invention la mention par Gloria (...)

102Tout d’abord une route allait jusqu’à Vicence et raccordait là, une première fois, Patavium à la via Postumia. Elle avait d’ailleurs connu une évolution inverse de la Via Annia car, secondaire dans son principe, elle avait fini par concurrencer la Postumia sur le trajet vers Concordia et Aquilée, dans la mesure où elle traversait des villes plus importantes. Elle ne sera jamais oubliée138.

  • 139 Id., ibid., p. 121-126. Sur la route vers Bassano, cf. aussi A. Gloria, Il territorio..., t. 2, p. (...)

103Puis deux voies allaient vers les Alpes et, ce faisant, croisaient elles aussi la Postumia : l’une vers le nord-ouest et Bassano, dont témoignent les deux toponymes de Tao et Non (ad octavum et ad nonum ab urbe lapidem) ; l’autre, plus au nord-est, joignait Asolo (Acelum). Cette dernière est moins mal connue que la précédente : il s’agit sans doute de la Via Aurelia d’intérêt local tracée en 75 avant J.-C. ; des traces de centuriation sur le parcours de Padoue à Loreggia, le nom même de Loreggia (Aurelia), et des vestiges antiques à Camposampiero, qui se trouve sur ce tracé, justifient l’identification139.

  • 140 L. Lazzaro, Le terme d’Abano nell’Antichità, dans Per una storia di Abano Terme, t. 1, Dall’età pre (...)

104Vers le sud-ouest les liaisons régionales essentielles étaient assurées par l’Aemilia qui, avant de joindre Monselice et Este, faisait un crochet par les bains d’Abano-Montegrotto : la marque en est encore visible au flanc de la colline de Montagnone140.

***

105De cet ensemble, que restait-il au xe siècle ? Davantage que des traces, mais selon une répartition fort inégale et une hiérarchisation nouvelle, semble-t-il, au vu des trop rares témoignages.

  • 141 C D P, 2/1, no 562, a. 1152 : mention de la plebs de Aurelia ; no 468, a. 1146 : in cultura de Vico (...)
  • 142 Plus au sud les divagations du Brenta ont provoqué son déplacement un peu vers l’ouest, sur la rive (...)
  • 143 La route actuelle vers Vicence passe par Mestrino puis Arlesega. Dans l’Itinerarium Burdigalense la (...)

106C’est sur les terres du nord, sèches ou encore faciles à drainer, que règne, bien entendu, une continuité à peu près parfaite. La route actuelle vers Asolo, par Campodarsego et Camposampiero puis Loreggia – toponyme dont j’ai dit l’origine –, correspond assez exactement à la Via Aurelia : outre les noms de lieux actuels quelques occurrences documentaires témoignent de cette permanence141. Il en est de même, pour l’essentiel, de la route vers Bassano après Non, par Curtarolo142, et, vers le nord-ouest, de celle de Vicence143.

  • 144 Gloria, en son temps, remarquait que certains segments routiers portaient l’appellation de Sassara, (...)

107De même encore, à l’est, surélevé le long de l’ancien Medoacus et épargné jusqu’en 1142 par les divagations du fleuve, le secteur de la Via Annia qui joignait Padoue à l’ancien raccordement avec la Via Popillia continuait de servir et, passant par Strà (strata), aboutissait aux terres du monastère vénitien de Sant’Ilario ; mais c’était là, désormais, une voie de raccordement assez secondaire144 ; après le « taglio » du Brenta elle dédoublera la voie d’eau vers Venise.

  • 145 L. Bosio, Itinerari e strade..., p. 54-55. Dès 1069 : un premier témoignage d’une via plubica que d (...)
  • 146 On trouve encore çà et là quelques vestiges d’une grande voie rectiligne jusqu’à Adria, et cela, en (...)

108Les choses sont plus complexes au sud : le secteur méridional de la Via Annia a persisté, et correspond lui aussi à peu près au tracé de la route actuelle, jusqu’à Bovolenta, par Casalserugo et Pozzoveggiani145 ; ensuite il rencontre le Bacchiglione au point où son cours s’est modifié, puis le secteur affecté par les divagations de l’Adige et de ses affluents, et dès lors, s’il est possible de repérer des toponymes (le village d’Agna), il reste que sa trace cesse d’être visiblement inscrite sur le sol, du moins en continu146.

  • 147 On la voit mentionnée de façon allusive (usque ad Pupilia) à l’occasion de la fixation des limites (...)
  • 148 L. Cracco-Ruggini, Acque e lagune..., p. 66. Cette activité bien réglée avait été d’autant plus exa (...)

109Quant à la Popillia lagunaire, si son nom devait demeurer jus-qu’au xe siècle (et donc si des tronçons, çà et là, ont pu être tardivement utilisés)147, comme L. Cracco-Ruggini l’estimait il y a peu, son destin avait été scellé, avant même l’invasion lombarde, avec la guerre gothique. Pour se protéger de Narsès, les Goths avaient d’euxmêmes créé de nouveaux fossés et des marécages, si bien que tout l’espace côtier s’en était trouvé moins praticable, alors qu’auparavant, au contraire, d’Aquilée à Ravenne régnait une activité d’autant plus intense que les fossae existantes, qui coupaient les dunes côtières, avaient pour fonction de permettre un bon écoulement des eaux vers la mer148. Après l’invasion lombarde ces bords marécageux constitueront une frontière entre le royaume barbare et l’inviolable citadelle byzantine.

  • 149 Du moins peut-on penser qu’une digue-voie longeait un canal Vallonga-Chioggia (L. Bosio, Itinerari (...)

110Dans le secteur méridional de la lagune, cela dit, d’antiques tronçons de voies de raccordement, auparavant tout à fait secondaires, se mettaient à prendre peu à peu une particulière importance, ainsi un embranchement qui longeait la fossa Clodia (ou plutôt le fleuve, si l’on suit les hypothèses les plus récentes), de Vallonga (Portus Aedro) jusqu’à Chioggia, à mesure que cette ville se développait149.

  • 150 Cf. S. Collodo, Il Prato della Valle, p. 106 (avec la référence aux documents en note 13).
  • 151 Sur les traces de cette route à Abano-Montegrotto, cf. supra (p. 84-85) (texte correspondant à la n (...)

111Par un curieux phénomène de contamination on en était arrivé, au Moyen Âge, à appeler Agna, outre les deux tracés antérieurs de ce nom, la portion de Via Aemilia qui se dirigeait vers Monselice. A proximité immédiate du point de départ padouan, à hauteur du suburbain « Prato della Valle », elle était demeurée empierrée : la documentation des xie et xiie siècles signale une Silexe – ce terme étant précédé ou non de strata150 ; après avoir longé cette étendue devenue marécageuse elle se dirigeait vers Abano ; sans doute n’avait-t-elle, sur ce petit parcours, jamais tout-à-fait cessé d’être utilisée151.

  • 152 L. Bosio, Itinerari e strade..., p. 117-119. Sur les diverses hypothèses actuelles, on consultera E (...)

112C’est au delà de l’ancienne Ateste que tout devient hypothétique : les divagations des cours d’eau (avant tout l’Adige, le plus redoutable) ont été telles qu’en général les traces des voies ont été définitivement effacées. Même la direction n’a pas été repérée. Les choses en sont au point qu’il existe à l’heure actuelle trois hypothèses sur le tracé de la grande artère Este-Modène, et deux seulement la font passer par Montagnana, dont celle qui semble aujourd’hui la plus probable152.

***

113Le destin des voies de circulation de l’Antiquité a donc été particulièrement contrasté, et cela avant tout en raison des bouleversements du cours des fleuves : au nord, non pas de la ligne des résurgences mais des points à partir desquels ils ont subi des modifications radicales, la conservation du réseau et sa capacité à fixer l’habitat ont été impressionnantes ; à l’extrême sud-ouest, plus rien ; entre les deux, une variété nuancée de situations. Là où n’affleure plus avec évidence la trace de ce réseau et où l’archéologie peut seule donner des informations sûres, il est clair que s’était produite une véritable rupture avec le passé, et qu’elle avait sans doute été catastrophique.

  • 153 A. A. Settia, « Pagana », « Ungaresca », « Pelosa » : Strade medievali nell’Italia del Nord, dans « (...)

114D’un mince intérêt sont en fin de compte les témoignages écrits : rares, ils confirment ce que l’on voit. De surcroît on a appris à les manier avec plus de prudence encore que ne le faisait un Andrea Gloria, pourtant déjà fort circonspect. Toute route empierrée était-elle a priori romaine ? C’est avec un certain agacement qu’Aldo A. Settia constate que, lorsqu’une route est fréquentable au xe siècle, elle est immanquablement et, en somme, paresseusement attribuée aux Romains, comme si les pouvoirs locaux n’avaient pas été capables, non seulement d’un minimum d’entretien, mais d’un minimum d’initiatives avant les temps communaux153.

b) La marque de la centuriation

  • 154 L’économie médiévale, dir. Ph. Contamine, Paris, 1993, p. 28.

115On a pu écrire, dans un récent ouvrage de synthèse sur l’économie médiévale que « le legs le plus structurant de Rome au paysage médiéval fut peut-être la centuriation, en tout cas dans les milieux de plaine les plus intensément colonisés »154. Rappelons brièvement ce qu’elle était.

  • 155 Pour une définition de la centuriation, cf., outre l’ouvrage cité en note précédente : E. Gabba, Pe (...)

116Il s’agissait d’un mode particulier de délimitation et de division de terres que l’on assignait soit aux habitants d’une nouvelle colonie – le plus souvent des groupes de vétérans de l’armée romaine –, soit, plus rarement, à des communautés déjà existantes. La mesure du sol une fois prise – soit une superficie de plusieurs centaines de km2 –, le territoire choisi était l’objet d’un quadrillage régulier : les centuries étaient des carrés orientés qui, dans la majorité des cas, mesuraient 20 actus de côté, soit 710,40 mètres. Les lignes qui divisaient ces lots n’étaient rien moins qu’abstraites ; elles correspondaient en général à des chemins ou à des routes d’ampleur variable : decumani d’est en ouest, cardines du nord au sud, qui se croisaient donc à angle droit à des intervalles constants ; il pouvait aussi s’agir de fosses de drainage ou de canaux d’irrigation, selon les nécessités locales. Chaque centurie était, de surcroît, divisée en 4 secteurs égaux, délimités, eux aussi, par des sentiers ou des fossés, ou parfois par de simples files d’arbres155.

  • 156 Ph. Leveau, La ville antique et l’organisation de l’espace rural : villa, ville, village, dans « An (...)
  • 157 L. Bosio, Capire la terra..., p. 19-20.

117On est loin d’être arrivé à des conclusions définitives sur tous les aspects de ces vastes entreprises qui s’avèrent plus complexes dans le détail que ne le laisserait croire la rationnelle clarté de leur conception générale. Ainsi les unités agraires que délimitaient les centuries ne correspondaient pas à des propriétés : tous ne recevaient pas le même lot et, surtout, très vite les uns se divisaient tandis que d’autres s’accroissaient et que finissaient par s’établir de grandes villae156. Plus important pour mon propos : la centuriation impliquait des défrichements massifs en même temps qu’un contrôle assidu des eaux, ce qui pouvait avoir aussi ses conséquences négatives, les mêmes au demeurant que celles des futurs grands défrichements médiévaux : le sacrifice de l’élevage du fait de la diminution des incultes, et une insuffisante fertilisation des terres157.

  • 158 E. Sereni, Histoire du paysage..., p. 43 ; la remarque critique à son sujet est de P. L. Tozzi, cit (...)

118L’essentiel est ailleurs : Emilio Sereni parlait, assez joliment, d’une « loi d’inertie » du paysage rural, loi qu’illustrerait particulièrement bien le paysage des zones centuriées ; « une fois fixé dans des formes déterminées, il tend à les perpétuer », alors même que les structures agraires de l’Antiquité romaine ont disparu. On a pu objecter qu’il s’agissait plutôt d’une « loi de fonctionnalité » puisqu’en effet c’est dans la mesure où la centuriation demeurait adaptée « aux données du paysage, notamment de l’hydraulique et de la morphologie », qu’elle y est restée inscrite ; là où ce n’était pas le cas on en a perdu la trace158.

  • 159 Cf. la carte ci-jointe, de 1887 (tirée du volume Misurare la terra..., 1984, p. 164).
  • 160 R. Chevallier, La romanisation..., p. 64-66. C’est parce que le phénomène avait ce caractère d’évid (...)

119Quel que puisse être l’impact des tentatives actuelles de relativisation de l’importance de la centuriation en général, il suffit de regarder, encore aujourd’hui, une carte au 1/25 000e de la région au nord et au nord-est de Padoue (et a fortiori une carte de la fin du siècle dernier, avant que le paysage traditionnel ne subisse le choc de l’urbanisation)159pour constater l’évidence ! Pour ne rien dire des photos de satellites : « le fameux « graticolato romano » est si profondément gravé dans le sol et durablement construit qu’il (y) saute aux yeux ». Une simple promenade, comme le rappelle Raymond Cheval-lier, suffit pour prendre conscience de sa présence, avec les croisements à angle droit des chemins, les colonnes, les croix et/ou les petits sanctuaires qui « ont pris la place des bornes qui jalonnaient le cadastre ». L’un des premiers érudits qui ait écrit sur le sujet, E. Legnazzi, racontait, dans les années 1880, que « de son temps les paysans comptaient les distances par ‘quadrati’ » ; les millénaires centuries leur servaient donc d’unités de mesure160.

120Les deux secteurs centuriés dont la trace est visible sont, l’un au nord de Padoue, l’autre au nord-est.

  • 161 G. Gambacurta, Padova-Padova Nord (Cittadella-Bassano), dans Misurare la terra..., 1984, p. 155. Le (...)

121Le premier avait sa limite-sud au delà de la zone plus ou moins marécageuse qui correspondait à la ligne des résurgences, soit un peu avant l’actuelle Cittadella en venant de Padoue, et atteignait les Préalpes au niveau de Bassano. Il était axé sur la Via Postumia qui en constituait le Decumanus Maximus161.

  • 162 Cf., à ce sujet, les remarques que fait Cristina Mengotti, dans son article L’utilizzazione delle f (...)
  • 163 Cf. supra, p. 65.
  • 164 Ce développement doit tout à C. Mengotti, Padova Nord-Est (Camposampiero), dans Misurare la terra.. (...)

122Curieusement, c’est un peu plus au sud-est, en deçà de la ligne des résurgences, de Mirano, à l’est, jusqu’à environ 3 km à l’ouest de Camposampiero, que se trouve peut-être le paysage d’Italie – voire du monde romain dans son ensemble ! – où la centuriation est encore aujourd’hui la plus visible162. Il n’est pas jusqu’aux divisions internes, en 4, de chaque carré, par des limites intercisivi, qui n’apparaissent : on voit parfaitement bien, sur une carte un peu ancienne, que le centre de Pianiga s’étale au long d’un chemin qui partage, dans le sens est-ouest, trois carrés successifs. Une partie des limites a conservé, en effet, sa fonction routière originelle ; de même certains canaux actuels peuvent avoir été des fossae limitales antiques (d’autres ayant pu passer, au fil du temps, de l’état de sentier à celui de fosses de drainage). Il n’est donc pas surprenant qu’ici les deux artères majeures soient demeurées : la Via Aurelia (de Padoue à Asolo) correspondait au cardo maximus ; j’ai déjà insisté sur cette continuité et mentionné le fait que les habitats de Camposampiero et Loreggia se trouvent sur son tracé163. Le decumanus maximus, situé à peu près au centre de l’ager centurié a laissé sa trace avec une route qui va de Veternigo, à l’est, jusqu’à San Giorgio delle Pertiche à l’ouest : elle est appelée « Desman » ! S’y est fixée une série d’habitats d’époque lombarde, à en juger du moins par la toponymie : San Michele (delle Badesse), Sant’Angelo di Fara, San Giorgio delle Pertiche164.

  • 165 S. Bortolami, Signoria cittadina e comuni rurali nel medioevo padovano : San Michele delle Badesse, (...)

123Une permanence aussi remarquable a influé sur les structures agraires médiévales, pourtant très différentes : dans une étude sur les biens communaux de San Michele delle Badesse au xive siècle, effectuée à partir d’un document de 1377, S. Bortolami a pu montrer comment une partie au moins des limites de ces incultes suivait le tracé tout géométrique des chemins et des routes du « graticolato » antique, dont l’ancien decumanus (« via Desman »)165.

  • 166 Cf. supra, p. 54.

124Tout cela a été possible dans la mesure où le drainage effectué suffisait et où l’alluvionnement n’a pas atteint dans ce secteur le même niveau que dans la basse-plaine au sud de l’ancien cours du Brenta. A partir de là les choses changent du tout au tout. Non seulement les traces de centuriation cessent d’être lisibles sur une carte mais il a fallu, pour les reconnaître, attendre les années 1970, tant les inondations dévastatrices et les variations de cours des rivières ont modifié le paysage. La borne de centuriation découverte à San Pietro Viminario, dans ce qui était devenu une vaste forêt au haut Moyen Âge, témoigne, ai-je écrit plus haut, sinon d’une mise en culture antique de toute la zone au nord de l’ancien cours de l’Adige (comment prouver que tout le territoire centurié était cultivé ? et pourquoi l’aurait-il été ?), mais, à tout le moins, d’une maîtrise de l’espace166.

  • 167 L. Bosio, Padova in età romana. Organizzazione urbanistica e territorio, dans Padova antica..., p. (...)

125Tout n’a pas été effacé, cependant, ce dont on a pu se rendre compte une fois qu’une réflexion à partir des trouvailles archéologiques a rendu plus lisibles certains traits du paysage. C’est ainsi que, à la limite-nord, il est vrai, d’une zone centuriée qui, sans doute, allait des environs de Pernumia à l’ouest, jusqu’à la lagune à l’est, et atteignait le cours ancien de l’Adige au sud, on a pu émettre l’hypothèse que l’actuel canal (dit « de Cagnola ») qui court, rectiligne, des environs de Battaglia Terme vers Bovolenta et Pontelongo pour finir à Brondolo, en avait sans doute été l’un des decumani – une fossa limitalis dans ce cas précis167.

  • 168 S. Pesavento-Mattioli, La centuriazione del territorio a Sud di Padova..., 1984. Cf. aussi M. Salva (...)

126C’est ainsi, enfin, que la Saccisica, certes prospère au Moyen Âge mais cependant quelque peu amphibie (la culture du lin y était alors l’exemple d’un bon usage du marais), semble avoir été bien peuplée à l’époque antique, à en juger par les trouvailles archéologiques. Piove, son chef-lieu médiéval, avait été manifestement un vicus romain : la forme quadrangulaire de son centre historique serait à attribuer à Rome. Une hypothèse récente en fait un centre établi sur le cardo maximus tandis que Corte, Campolongo et Codevigo l’auraient été sur des croisements de voies secondaires168.

***

127Plus au sud il est impossible d’être précis sur cette zone centuriée, du moins en l’état actuel de la recherche. A la presque parfaite lisibilité du paysage centurié du nord et, surtout, du nord-est padouan, s’oppose donc l’opacité du sud, en passant par les perspectives plus nuancées du secteur du Brenta : le niveau de maintien, tant du réseau routier antique que de la structuration du paysage qu’il commandait, a bel et bien été conditionné par le comportement des cours d’eau. Celui de l’Adige, le plus dangereux, s’est avéré catastrophique ; à la permanence du paysage rural du nord-est s’opposent radicalement, au sud, la destruction de la mise en valeur romaine et la précarité de la lente reconquête médiévale.

D) Le peuplement du Padouan au xe siècle

128Son implantation est la résultante de ce qui précède avant tout puis, sans doute dans une large mesure, des modifications et réaménagements apportés à l’époque lombarde, après une première phase destructrice. Celle-ci n’avait au demeurant pas été aussi ravageuse, semble-t-il, qu’on l’a longtemps prétendu : la Patavium antique elle-même n’avait pas été, en 602, rasée au point de ne pas se réédifier progressivement suivant le plan pré-romain (vénète) qu’elle avait gardé tout au long de l’Antiquité.

a) L’habitat rural : raréfaction et concentration

  • 169 D. Croce et M. Bertoncin, Monselice. Un profilo geografico, dans Monselice..., p. 3. Mêmes remarque (...)

129Il ressort du développement que l’on vient de lire que les conditions du peuplement de la basse-plaine ont été bouleversées par les changements de lit des rivières et le durable étalement des eaux stagnantes ; avec des nuances cependant, comme on a pu le voir à propos des principaux centres de la future Saccisica. La romanisation tranquille du Veneto n’avait sans doute pas totalement bouleversé l’habitat antérieur ; les bonifications n’avaient pu se faire qu’à partir de centres anciens, installés à l’abri des eaux – au moins relativement –, et qui avaient ainsi subsisté au haut Moyen Âge, tandis que disparaissait l’habitat issu de cette bonification, en même temps que les effets de cette dernière. Il y eut donc, au sud, désertion des zones basses et concentration sur les « dossi » et/ou au bord des marécages ; en bref l’habitat en revenait à une localisation qui remontait parfois (ainsi à Monselice) au néolithique169.

  • 170 C D P, 1, no 144.
  • 171 D. Olivieri, Toponomastica..., p. 115 et 117. Cf., cependant, les remarques de A. A. Settia, Castel (...)
  • 172 C D P, 2/1, no 427, a. 1144 : coheret ei ab omni parte busco et palude.

130Il arrive que la toponymie désigne explicitement ces légers renflements du sol. L’exemple le plus célèbre est extérieur à la région dont je m’occupe : il s’agit bien sûr du « sestier » vénitien de Dorsoduro. Dans le Padouan il me faut mentionner, pour commencer, une villa, citée en 1045, puis qui a disparu : Dorsone, près de Pernumia – de dorsum170. Outre « dorso » on rencontre deux autres termes de même sens : « sollo » (de solium) et « tomba » (de tumba)171. Il convient d’ailleurs d’être prudent car la toponymie enregistre éventuellement le moindre renflement de la même façon que les longs « dossi » des géographes : c’est ainsi qu’à Codevigo un dorsum qui dicitur Skeenal (sans doute un pléonasme ! « schiena » : dos) n’est qu’un très modeste îlot cultivable entouré par le marais172.

  • 173 Cf., entre autres, à Piove, plusieurs occurrences : in loco et fundo Sollo Vitalis (C D P, 2/1, no (...)

131Toujours est-il que la totalité de ces toponymes provient de la basse-plaine, les deux secteurs les mieux documentés étant la Saccisica et, plus près de l’Adige, le terroir de Bagnoli173.

  • 174 C D P, 1, no 149.

132Que plusieurs de ces sites aient disparu après avoir été centres d’habitat, tel un Sollo de Onedo signalé à Sacco (sans plus de précision, en 1047)174, ou le déjà cité Dorsone, ne doit pas surprendre. Certains hameaux se trouvaient installés en des lieux où la sécurité était contrebalancée par une nature du terrain peu favorable à la culture (n’oublions pas la variété des alluvions déposées, selon les fleuves) ; pour ne rien dire encore de l’impact des nouvelles formes de concentration et de redistribution de l’habitat, qui interviennent à partir du xe siècle.

  • 175 Scio quod magna pars terratorii de Gurgo in meo recordo erat palude, que non laborabatur, tamen ter (...)

133La documentation d’archives n’est que très exceptionnellement explicite sur ce repli craintif – et justifié – des hommes sur les bandes de terre non inondables. Un cas exemplaire (et, à vrai dire, unique !) est celui de Gorgo, village situé dans un secteur particulièrement exposé aux dangers de l’eau, car proche du confluent du Vigenzone et du Bacchiglione : les neuf dixièmes du territoire sont défrichés en une quarantaine d’années, au cours du xiie siècle ; auparavant, jusque vers 1150-60, « seules les terres qui étaient en hauteur, et ne craignaient pas l’eau, étaient travaillées », déclare en 1211 un témoin, lors d’un procès175.

  • 176 Sur Este au haut Moyen Âge, cf. S. Bortolami, Este da città romana... L’auteur rappelle que, autour (...)

134Tout autre est donc la situation de la haute-plaine et des terres qu’ont à peu près épargnées, au nord-est, les divagations des rivières, pour ne pas parler des Euganées, qui ont joué un rôle de zone-refuge et auxquelles le contado padouan doit l’une de ses originalités, à savoir l’existence de ces véritables villes que sont Monselice et Este ; si cette dernière n’a pas disparu totalement au terme de son déclin, elle le doit sans doute à son site, et au fait qu’à ses pieds l’utilisation par un cours d’eau de l’ancien lit de l’Adige allait lui permettre, ainsi qu’à Monselice, de s’insérer dans l’économie d’échanges au moment de son renouveau176.

  • 177 Cf. supra, p. 72-73.

135Au nord du Brenta le maintien du quadrillage romain avait donc fixé une fois pour toutes les centres majeurs du peuplement. On aura plus loin l’occasion de le constater plus en détail, les villages fortifiés les plus importants y seront des sites antiques, comme Camposampiero, ou pour le moins lombards, comme San Giorgio delle Pertiche, situés sur les routes les plus fréquentées de l’ancien « graticolato » ; d’autres habitats se sont édifiés au long des limites intercisivi, tel Pianiga177. Le peuplement est donc, ici, définitivement déterminé par la structuration romaine, à partir de laquelle tout n’est plus que jeu de redistribution des hiérarchies entre les sites, en fonction de facteurs changeants.

136Résumons-nous. L’implantation de l’habitat est fortement, sinon définitivement, conditionnée par les impératifs du relief quand le retour aux conditions naturelles a effacé les effets de la mise en valeur romaine ; là où ça n’a pas été le cas, Rome continue de prévaloir et de le fixer au long de ses voies, pour des siècles. La stabilité est ce qui distingue la plaine du Pô de l’Italie méditerranéenne.

b) Padoue : une ville à refaire

  • 178 R. Cessi, Padova dal Medio Evo... (1959), p. 3 ; La distruzione di Padova... (1961), p. 41 (dans Id (...)
  • 179 C. La Rocca, ibid.
  • 180 R. Cessi, Padova nel medioevo..., p. 3.
  • 181 « Penso... che la Patavium romana non abbia mai avuto un impianto urba no pianificato ma abbia cont (...)

137Détruite en 602, Padoue, comme l’a remarqué C. La Rocca, se retrouve, au ixe siècle, non seulement bien vivante, mais dotée encore, au moins dans ses grandes lignes, de son équipement urbanistique romain. Les recherches archéologiques les plus récentes ont conforté sur ce point les idées qu’avait autrefois exprimées Roberto Cessi, selon qui il ne fallait pas croire Paul Diacre lorsqu’il évoquait la destruction comme ayant été radicale178. Ce qui ne veut pas dire que la ville n’avait pas été momentanément à peu près abandonnée. Le centre du pouvoir régional était désormais Monselice ; dans la Patavium conquise il ne semble pas qu’il y ait eu de peuplement lombard notable : les objets retrouvés sont très modestes et les tombes manquent (à l’inverse de ce qui s’est passé à Vérone, très bien fournie de sépultures à l’intérieur des murs)179. Cela dit, non seulement, encore au xie siècle, l’amphithéâtre (l’Arena) et le magnum edificium appelé « Zairo » – le théâtre – servent de carrières180, non seulement les ponts romains sont utilisables, mais il y a mieux : les archéologues ont pu montrer qu’il n’y a pas de cassure entre le tracé des principales artères de la ville médiévale et celui de la ville antique ; bien plus, ils ont pu vérifier la justesse d’une intuition de Luciano Bosio, à savoir que l’oppidum pré-romain – ou « paléo-vénète », comme on voudra –, ni détruit ni transformé radicalement par les Romains, a perduré au Moyen Âge181et constitue encore l’actuel centre historique, à l’intérieur d’un méandre du Brenta réoccupé par le Bacchiglione, avec le tracé en courbe de ses voies, conditionné par celui du fleuve qu’elles longent.

  • 182 Les hasards de l’histoire lui ont fait donner, au siècle dernier, sur un bout de son tracé, le nom (...)

138La Padoue du haut Moyen Âge, jusqu’aux premières décennies du xiiie siècle, a tenu à l’intérieur de ce méandre, transformé en une île, sans doute entre 1034 et 1050, par le creusement du canal rectiligne qui joint, au sud, les deux points les plus rapprochés. Le port antique bordait la rive est dudit méandre. Il n’y avait point de cardo rectiligne mais, longeant cette rive et le port, une artère courbe, sud-nord, dont le tracé n’a, semble-t-il, jamais changé182, au bord de laquelle, là où s’était trouvé le forum romain, la commune médiévale a continué d’abriter les marchés et a construit le palais communal ; il va de soi que l’actuelle mairie est sise sur cette même artère.

  • 183 M. E. Angelini, A. Cassatella, Nuovo contributo alla topografia di Padova medioevale e romana, dans (...)

139Une telle continuité implique, en dépit du progressif déclin du vie siècle et de la destruction de 602, la permanence de restes de constructions de pierre, qui auront été autant de points de repère le long de ces tracés183. Les quartiers situés au-delà du méandre, à l’est, avaient par contre été abandonnés, et seules, au xe siècle, les ruines d’églises paléo-chrétiennes y témoignaient du passé en attendant de redevenir des points de rassemblement des hommes.

  • 184 R. Cessi, Padova dal Medio Evo..., p. 3-7 : l’auteur y résume les résultats de ses travaux antérieu (...)
  • 185 Cf. la plus récente étude sur ce problème de l’histoire religieuse de Padoue : J.-C. Picard, Le sou (...)

140A la vérité Padoue aurait pu disparaître si elle avait cessé d’être le siège d’un évêché. De ce point de vue le mythe de la ville « rasée au sol », venu de Paul Diacre, se trouvait conforté par celui du transfert du siège épiscopal à Malamocco, venu, entre autres, de la chronique de Dandolo. R. Cessi en avait, en son temps, démontré la fausseté, et avait proposé de prudentes hypothèses : selon lui, tandis que la population – ou ce qu’il en restait – émigrait vers le sud, c’est-à-dire avant tout vers la forteresse de Monselice, et non pas vers la lagune, l’évêque s’était retiré, peut-être, en territoire byzantin, mais sans pour autant renoncer à son siège au profit d’un autre ; et c’est là le fait décisif184. L’évêché de Padoue n’avait pas disparu et, en l’absence du titulaire, les Lombards avaient chargé l’évêque de Trévise de l’administrer, ce que nous apprend une sentence de Liutprand datée de 643. C’est vraisemblablement sous le règne de Charlemagne que l’on a rétabli un titulaire à Padoue185.

  • 186 Après avoir écrasé l’armée de Bérenger Ier à Fontaniva, tout près de là – sur le Brenta – le 24 oct (...)
  • 187 M G H, Leges. Capitularia regum francorum, t. 2, A. Boretius et V. Krause éd., Hanovre, 1897, no 23 (...)

141Dès lors la reprise s’amorce, que ne brisera pas le raid hongrois de 899/900186 : si, dans le premier accord entre l’Empire carolingien et Venise, le Pactum Lotharii de 840, ne sont mentionnés que les habitants de Monselice (Montesilicenses), en 880 sa confirmation par Charles le Gros y ajoute les Patavienses187. On ne sait à peu près rien, toutefois, de la physionomie de la ville avant le xe siècle. A partir de là, quelques certitudes et un certain nombre d’hypothèses.

  • 188 Cf. S. Bortolami, Acque, mulini e folloni nella formazione del paesaggio urbano medievale (secoli x (...)
  • 189 M. E. Angelini, A. Cassatella, Nuovo contributo..., p. 133 et 138.

142L’espace bâti, et donc la cité dans son expression concrète, tient à peu près tout entier, on l’a vu, à l’intérieur du méandre en fer à cheval que fait le Bacchiglione, soit environ 90 hectares188. Plusieurs ponts romains demeurés utilisables le franchissent : au nord le Ponte Molino, d’où part toujours la vieille Via Aurelia vers Asolo, à l’ouest le Ponte Vicentino, à l’est le ponte Altinate, d’où part la vieille Via Annia vers la lagune ; également à l’est, là où se trouvait le port dans l’Antiquité, et n’ayant plus désormais qu’un intérêt secondaire (alors qu’ils avaient uni les deux parties de la ville, comme d’ailleurs le précédent), les ponts San Matteo et San Lorenzo : c’est de ce dernier que part, depuis toujours, une route qui, un peu plus loin, franchit le Ponte Corvo (romain lui aussi) et se dirige vers la Saccisica189.

  • 190 Cf., sur ces églises (comme sur toutes celles de la ville antérieures à la date mentionnée), C. Gas (...)

143Témoins de l’ancienne extension de la ville dans le contre-méandre, se dressent les ruines d’églises, déjà mentionnées, dont le nom évoque la présence de colonies grecques, Santa Sofia et Sant’Eufemia, au bord de la Via Annia. Il est probable que dès le xe siècle au moins, Santa Sofia était reconstruite et qu’un bourg se développait autour d’elle ; Sant’Eufemia n’est documentée de nouveau qu’à partir de 1091, et est sans doute incluse dans cet habitat190.

  • 191 Le débat est lancé, dans l’historiographie contemporaine, par l’article de R. Cessi, Sulla intitola (...)

144Plus loin au sud-est un autre édifice paléo-chrétien, le plus vénérable de tous, est la basilique, puis monastère, de Santa Giustina. La sainte aurait été une victime de la persécution de Dioclétien en 304, ensevelie dans l’un des secteurs suburbains de sépultures de la Patavium antique. Dès le ive siècle, selon toute probabilité, il y a là un lieu de culte ; au VIe le patricien et sénateur Opilion fait construire une basilique dont, en 573, Venance Fortunat conseille la visite dans sa Vita Sancti Martini. Il faut signaler ici au lecteur la vexata quaestio de la première cathédrale de la Padoue chrétienne : proposée en 1560 par Scardeone, l’idée que Santa Giustina avait été, jusqu’au ixe siècle, la cathédrale de Padoue a été reprise par Cessi, puis, entre autres, par P. Sambin et, récemment, par S. Collodo (avec beaucoup de prudence au demeurant) ; l’opinion inverse a pour défenseur le plus récent Ireneo Daniele selon lequel, dès les premiers siècles, il y avait d’une part une église urbaine, à son emplacement actuel, près de l’ancien forum, de l’autre une église funéraire, où peut-être l’évêque venait également officier191.

  • 192 S. Collodo, Il Prato..., p. 105-107 et p. 117 : cela dit c’est seulement au xiiie siècle que le par (...)

145Cette querelle n’a guère d’importance pour le sujet qui m’occupe ; il reste que, comme le fait justement remarquer S. Collodo, si Santa Giustina était la cathédrale, l’état d’abandon du lieu où elle se trouvait autour de 800 aurait suffi à imposer le déplacement du siège épiscopal vers le centre : on est ici dans une zone devenue marécageuse, comme en témoigne le terme même de « Valle » qui désigne l’espace qui s’étend à ses pieds. C’est seulement avec l’installation des bénédictins, plus tardive qu’on avait cru mais pas postérieure à l’an 994, que les choses vont changer : au xie siècle s’effectue un drainage partiel et la « Valle » devient un vaste pré où pourra se tenir un marché192. D’où il ressort à l’évidence que l’urbanisation de ce lieu – assez éloigné désormais du centre – n’était pas encore à l’horizon.

  • 193 La première mention se trouve dans un acte de Santa Giustina, daté du 2 mai 874 mais connu par une (...)
  • 194 C. Gasparotto, Padova ecclesiastica..., p. 108.

146Il est probable, cela dit, que, au moins à proximité immédiate de la branche-est du méandre et des ponts romains, est apparu aux ixe-xe siècles un habitat suburbain, plus ou moins épars. En témoigne l’existence, dès le xe siècle au plus tard, d’une chapelle devenue par la suite l’une des églises paroissiales urbaines sises hors les murs, San Lorenzo, tout près du pont auquel elle a donné son nom193. Elle sera la seule dont la paroisse sera à la fois citadine (dans le méandre) et, sur un vaste territoire qui s’étendra jusqu’à Volta Barozzo, à plusieurs kilomètres de là, suburbaine194.

  • 195 S. Collodo, Il Prato..., p. 108-112. Auparavant le cours d’eau à l’est était appelé flumexellum.
  • 196 R. Cessi, Padova dal Medioevo..., p. 19-20 ; cf. aussi le tableau de la ville que brosse S. Bortola (...)

147A cette nuance près il reste que la ville coïncide, jusqu’au delà du xiie siècle, avec le méandre. Il est d’ailleurs à noter que l’identification se trouve renforcée par les travaux effectués entre 1034 et 1050, qui isolent plus complètement ce noyau par le creusement du canal qui ferme le méandre au sud en faisant communiquer les deux bras et qui, en faisant venir davantage d’eau dans la branche-est, jusque là atrophiée, matérialise plus fortement la séparation avec le faubourg oriental195. De même c’est à une date aussi tardive que 1195 que l’on commence à édifier la première muraille de la ville. Jusque là n’existait qu’un système de terre-pleins et de fossés pourvu de palissades et, seulement sur une partie du tracé, renforcé par quelques tourelles isolées. Le paradoxe est qu’à ce moment les faubourgs se peuplent, et qu’ils en seront réduits à se protéger chacun par ses propres murs ! Cessi estimait que cette muraille était sans doute « davantage destinée à donner une représentation organique à la civitas (identifiée, par conséquent, avec le noyau central) qu’à répondre à des nécessités de défense. » Il faudra attendre le xive siècle pour qu’une muraille, qui allait cette fois-ci s’avérer exagérément vaste, englobe la totalité de l’agglomération et au-delà196.

  • 197 C D P, 1, Dissertazione, p. XXXIII. Ce résultat est, bien sûr, très hypothétique, Gloria s’étant co (...)
  • 198 Cf., sur ce thème, R. Rinaldi, L’incolto in città. Note sulle vicende del paesaggio urbano tra alto (...)

148Ces quelques remarques m’ont conduit fort avant dans la chronologie, et bien plus tard que ce xe siècle dont j’ai fait – l’absence de documentation écrite antérieure m’y obligeant – le point de départ de ce travail. La civitas est encore plus que modeste et même ses 90 hectares sont loin d’être entièrement bâtis. Il me suffira ici de renvoyer le lecteur au petit dossier documentaire constitué par Gloria qui lui a fait conclure que, encore vers la fin du xie siècle, au moins 85 campi (soit un peu plus de 33 hectares) étaient cultivés par 17 exploitations (mansi, coloniae, massariciae...)197. Il est bien connu, cela dit, que ce caractère semi-rural était commun à toutes les villes d’Occident, quel qu’ait pu être le retard pris par le développement de Padoue du fait de la désertion momentanée de 602198.

c) Le Padouan : une circonscription à recréer

  • 199 De quand datait ce comté ? Il est impossible de le dire. Comme l’a justement remarqué A. Castagnett (...)

149Cette ville à reconstruire avait de surcroît, au xe siècle, à reconstituer une large part de son territoire. Elle n’était même plus, pour l’instant, le chef-lieu de ce qui en restait : elle n’était que l’un des centres d’un comté-croupion de Monselice qui n’est documenté, au demeurant, qu’à partir du ixe siècle199.

  • 200 Cf. supra, p. 31.
  • 201 L. Bosio, Padova e il suo territorio in età preromana, dans Padova antica..., p. 13.

150Dans l’Antiquité la civitas de Patavium s’étendait sur les Préalpes au nord et, comme la commune de Padoue à partir du xiie siècle, à l’est sa limite longeait ce qui était alors le cours du Musone200. A l’ouest, par contre, Ateste avait une partie des Euganées, au sud d’une ligne passant par Teolo, le Monte Venda et Galzignano ; Patavium lui laissait donc Monselice ; dans la plaine le territoire d’Ateste s’étendait au delà de Tribano et d’Anguillara201.

  • 202 C D P, 1, Dissertazione, p. xxii-xxiii. Le problème de la fixation des limites du territoire véniti (...)

151Les Lombards avaient attribué les portions de territoire acquises par eux avant 602 aux cités voisines : à l’est, tout ce qui était au-delà du Brenta était intégré au Trévisan, de la Saccisica au sud jusqu’à Vigodarzere au nord, à seulement 4 km de Padoue ; au nord-ouest le Vicentin arrivait jusqu’à Limena, à 10 km de Padoue, sur le Brenta. Quant à l’ancienne cité d’Ateste, intégrée au Padouan, elle abandonnait à Vérone les secteurs de Legnago et Cologna, et sa limite se fixait, définitivement, à quelques 4 km à l’ouest de Montagnana202.

  • 203 S. Bortolami, Frontiere politiche..., p. 221.

152La récupération du territoire jusqu’au Musone à l’est, et jusqu’à Fontaniva au nord, sera un processus le plus souvent silencieux, effectué pour l’essentiel avant la formation des communes et l’émergence de politiques citadines caractérisées. Pour une large part ce sont les droits, tant seigneuriaux que spirituels, acquis par l’évêque qui seront à l’origine des annexions ; le cas le plus clair est celui de la Saccisica sur lequel j’aurai l’occasion de m’étendre : retenons ici que, dans la mesure où celui de Padoue y disposait du pouvoir temporel depuis la fin du ixe siècle, ni l’évêque de Trévise ni les autorités communales plus tard, n’ont songé à revendiquer ce petit territoire, même si la force de l’habitude poussait encore les notaires des années 1160 à l’inscrire dans ce comitatus. Il faudra attendre le xiiie siècle pour que disparaisse cette fiction203. Par contre les territoires préalpins du diocèse de Padoue, trop éloignés, demeureront étrangers au contado padouan alors que des seigneuries du nord de la plaine, extérieures au diocèse, comme celle des da Camposampiero ou, en partie, celle des da Romano, entreront dans la sphère communale par le biais de la vassalité épiscopale.

153En attendant ces brillants, mais lointains, résultats, le xe siècle s’ouvrait sur une situation paradoxale, et parfaitement exceptionnelle, de séparation entre le chef-lieu du comté – Monselice – et celui du diocèse, qui n’avait jamais cessé d’être Padoue. La restauration ottonienne allait, pour commencer, résoudre ce premier problème.

CONCLUSION

154Divisé politiquement, le territoire padouan était de surcroît, pour une large part, à remettre en valeur. Les conditions physiques et climatiques exacerbaient alors leurs contradictions au détriment de l’activité humaine dans les secteurs de basse-plaine, les plus susceptibles de richesse avec les Euganées, lesquelles étaient sans doute largement revenues à l’inculte. Le climat continental à nuance méridionale qui est en effet celui de la plaine, s’il crée, certes, des conditions favorables à une agriculture de meilleure rentabilité qu’en pays méditerranéen, détermine, en ce bassin entouré de montagnes proches, un régime des cours d’eau qui, à la suite de siècles de troubles et de déclin démographique, venait de manifester toutes ses potentialités de nuisance. Les terres autrefois bonifiées par Rome, abandonnées, étaient désormais, au mieux, des forêts, au pire, des marécages non seulement plus vastes mais plus répulsifs qu’auparavant, et souvent l’un et l’autre.

155Alors que la Patavium antique avait été un port considérable, lié à la mer par un réseau cohérent de canaux et de fleuves navigables, désormais une ceinture de marais et de terres incultes qui, de surcroît, faisait office de frontière politique, la séparait de la mer, pour le plus grand profit des îles et des cordons littoraux de la lagune. La Padoue médiévale sera terrienne. Autre contradiction (toute historique cette fois, et non plus propre aux données géographiques) : à la suite de la conquête lombarde elle ne possède plus aucun débouché vers les vallées et les cols des Alpes. La mesquinerie de l’espace va marquer définitivement son devenir.

156Ce devenir passe d’abord, du fait même de la médiocrité des perspectives territoriales, par la nécessaire reconquête agricole : l’histoire du Padouan des xe-xiiie siècles est celle de la remise en valeur des riches terres céréalières en plaine et de l’implantation des vignobles et des olivettes (ce que permet l’inversion thermique hivernale) sur les collines. Ce qui impliquera, dans la plaine, plus qu’en aucun autre contado du nord italien, de gigantesques travaux d’endiguement et de drainage : n’est-il pas révélateur que, à l’aube du xive siècle, ce soit précisément cette œuvre là qui ait frappé Dante dans le Padouan ?

157Ville terrienne, privée de débouchés lointains, qu’ils soient terrestres ou maritimes, Padoue aura la classe dirigeante de ses conditions d’existence et de ses moyens d’enrichissement : Venise et, dans une moindre mesure, Vérone et Vicence, en possession des débouchés maritimes pour l’une et des cols alpestres pour les autres, lui interdisant la constitution d’une classe de négociants c’est, aux xe et xie siècles, une aristocratie de seigneurs châtelains et de propriétaires fonciers qui va se former et, pour longtemps, monopoliser le pouvoir. La remise en ordre ottonienne, par laquelle va s’ouvrir cette évocation du moyen-âge padouan, en rendant à la ville de Padoue le rôle qu’elle avait perdu au profit de Monselice, va aussi donner, à terme, à l’évêque, l’occasion d’organiser autour de lui-même le réseau des pouvoirs et des clientèles aristocratiques.

Notes

1 Cf. S. Bortolami, Frontiere politiche e frontiere religiose nell’Italia comunale : il caso delle Venezie, dans Castrum 4 : Frontière et peuplement dans le monde méditerranéen au Moyen Âge, Rome-Madrid, 1992, p. 224 : à la fin du xiiie siècle, gravée sur le sceau de la commune, cette formule désigne les frontières : Muson, Mons, Athes, mare certos dant michi fines, soit le Musone, les monts (car Padoue s’avance alors jusqu’aux Préalpes à la suite de conquêtes récentes), l’Adige, la mer...

2 Ce qui n’a plus, bien entendu, aucun rapport avec les frontières de la république de Venise au Moyen Âge. Cf. La carte ci-jointe.

3 A. Gloria, Il territorio padovano illustrato, 4 vol., Padoue, 1862 (réimpression anastatique en 2 volumes, Bologne, 1974).

4 Ferdinando Milone, La provincia di Padova. Studio di geografia economica, Padoue, 1929, p. 7.

5 Outre l’ouvrage, certes ancien mais toujours utile, cité en note précédente, m’a servi de manuel, pour les informations générales que l’on va lire, celui d’Elio Migliorini, Veneto (UTET), 2e édition, 1972.

6 Id., ibid., p. 365 ; A. Gloria, Il territorio..., t. 1, p. 7.

7 La haute-plaine vénète est moins aride que celle de la Lombardie et du Frioul (cf. Luigi Candida, Memoria illustrativa della carta della utilizzazione del suolo nel Veneto, Rome, s.d., p. 33. Cet ouvrage m’a fourni plusieurs précisions de détail sur la morphologie de la plaine).

8 Au xixe siècle existaient encore (cf. la carte topographique jointe par Gloria à son Territorio padovano), dans le sud de la Scodosia, à peu de kilomètres de l’Adige, les « valli » de Santa Margherita et de Vighizzolo, sans doute élargies, sinon créées, par les inondations du bas Moyen Âge. De même, au voisinage des cours successifs du Brenta aux approches de la lagune, témoignent les toponymes formés sur palus, tels ceux de Paluello près de Strà, ou Paledello, en Saccisica (Dante Olivieri, Toponomastica veneta, Florence, 1977, p. 108).
Parmi les dépressions péri-euganéennes, les plus documentées de la période médiévale sont situées à proximité immédiate de Monselice, au pied de la colline où se trouvait le noyau d’habitat le plus ancien, et un peu plus loin, au pied du Monte Ricco, alors intensément exploité, avec ses vignobles et olivettes (A. Gloria, Il territorio..., t. 3, p. 132).
Signalons enfin que deux « conques », celle du lac d’Arquà (2,6 hectares) et celle du lac de Lispida (5,7), l’une et l’autre au sud-ouest, en bordure des collines, sont au dessous du niveau de la mer ! (E. Migliorini, Veneto, p. 94).

9 F. Milone, La provincia..., p. 19.

10 Il s’agit donc, non point des restes d’un unique grand volcan, mais d’une série d’intrusions successives dans les sédiments (E. Migliorini, Veneto, p. 93).

11 F. Milone, La provincia..., p. 38-39.

12 Cf. infra, 2e partie, p. 490, note 293. Les eaux d’Abano-Montegrotto ne sont d’ailleurs pas les seules : on en trouve aussi près d’Arquà et de Calaone, mais elles ne sont pas systématiquement exploitées.

13 L’essentiel des informations que l’on trouvera ici viennent du chapitre 3, « Il terreno agrario », du livre de F. Milone, La provincia... (p. 75-93).

14 Cf. infra, p. 52-53.

15 F. Milone, ibid., p. 75.

16 Les références à ces derniers sont très rares dans les sources médiévales : aucune mention de ces « petits bois entretenus, homogènes et bien circonscrits » auxquels font référence les archives latiales (P. Toubert, Les structures du Latium médiéval. Le Latium méridional et la Sabine du ixe siècle à la fin du xiie siècle, t. 1, Rome, 1973, p. 191). Il est vrai, de toute façon, que les superficies concernées, situées aux alentours de 400 mètres d’altitude ou davantage, sauf vers Rovolon, au nord-ouest, sont tout à fait minimes. Il est révélateur qu’aucun des toponymes en castanea que signale Dante Olivieri dans sa Toponomastica veneta ne soit situé dans les Euganées.

17 Dans le nord des Euganées ces secteurs fertiles sont plus isolés : citons avant tout la conque de Teolo où, sur les petites pentes marneuses, des terrasses avaient également supporté des vignes, en déclin aujourd’hui.

18 Cf. R. Bordone, Paesaggio, possesso e incastellamento nel territorio di Asti, dans « B S B S », 74, 1976, p. 470. L’auteur y évoque un « paesaggio di difficile sfruttamento » qui est fort proche de celui que j’ai à décrire (l’article a été repris, avec quelques modifications de détail et une mise à jour bibliographique dans Id., Città e territorio nell’alto medioevo. La società astigiana dal dominio dei Franchi all’affermazione comunale, Turin, 1980. Il en constitue le chapitre 2, p. 97166).

19 Jean-Bernard Charrier, L’Italie, Paris, 1992, p. 22.

20 F. Milone, ibid., p. 46.

21 Cf. 2e partie, chap. 3, p. 543 et sq.

22 F. Milone, ibid., p. 49-50. Avec Crémone et Pavie on arrive à ce que cet auteur qualifie de « centro di freddo ». Dans le Padouan, la moyenne des minimums annuels, sur une durée de 45 ans étudiés (de 1866 à 1910) était de – 8o ; celle des maximums était légèrement supérieure à 33o (p. 55-56).

23 P. J. Jones, L’Italia agraria nell’alto medioevo, dans Agricoltura e mondo rurale in Occidente nell’alto Medioevo, 22-28 aprile 1965, Spolète, 1966, p. 69 (« Sett. Sp. », XIII) ; Mario Pinna, Il clima nell’alto medioevo, dans L’ambiente vegetale nell’alto Medioevo, 30 marzo-5 aprile 1989, t. 1, Spolète, 1990, p. 439-440 (« Sett. Sp. », XXXVII). Il est, encore à l’heure actuelle, impossible de présenter de résultats d’études de dépôts de pollens fossiles pour cette région d’Italie, pays de toute façon encore peu concerné par ce secteur de recherche.

24 Cf. infra, 2e partie, chap. 2, p. 505-542.

25 M. Pinna, ibid., p. 442-443.

26 Cela dit, dans la documentation antérieure à 1300 que j’ai dépouillée, je n’ai rencontré aucune allusion à la malaria, même indirecte et incertaine, comme cette mention d’une raritas populi qui pourrait lui être due, dans le Latium, que signale P. Toubert (Les structures..., t. 2, p. 801, note 2).

27 Vito Fumagalli, Il paesaggio si trasforma : colonizzazione e bonifica durante il medioevo. L’esempio emiliano, dans Le campagne italiane prima e dopo il Mille. Una società in trasformazione, Bologne, 1985, p. 107-109.

28 Id., ibid., p. 110. Fumagalli cite l’« Historia Miscella », qui la décrit ainsi : « Fu un diluvio d’acqua grandissimo, pel quale gli uomini furono costretti di fuggire agli alberi, se vollero scappare la furia delle acque. Il qual diluvio fece danno ne’ seguenti luoghi, cioè nel contado di Ferrara, di Padova, di Mantova, di Cremona, e in molti altri, che sono alle lagune ». Encore dans les années 1950 le Pô a connu des débordements spectaculaires en Polesine qu’évoque l’un des films de la populaire série des « Don Camillo ».

29 E. Migliorini, Veneto, p. 123-124.

30 A. Castagnetti, La pianura veronese nel Medioevo. La conquista del suolo e la regolamentazione delle acque, dans Una città e il suo fiume, Vérone, 1982, t. 1, p. 46.

31 Cette bonification, si elle est largement entamée, au Moyen Âge, par les communes puis par Venise, est souvent remise en cause. Qui pis est, de nouvelles zones marécageuses peuvent apparaître. L’exemple le plus célèbre, dans la mesure où il a concerné de vastes étendues au nord de l’Adige, est celui de la « rotta » de Castagnaro, en 1438 : il s’agit, il est vrai, non point d’un phénomène naturel, mais d’une erreur technique : pour en finir avec de trop fréquentes inondations on avait décidé de faire partir de cet endroit un canal de dérivation ; le résultat avait été la création durable de vastes marécages autour de la nouvelle voie d’eau, démesurément remplie lors des crues. Toute cette région devait rester malsaine jusqu’aux travaux effectués durant les années 1850 (G. Traina, Le Valli Grandi Veronesi in età romana, Pise, 1983, p. 15-16).

32 Paul Claval, Le réseau urbain de la Vénétie, dans « Revue de Géographie de Lyon », 39, 1964, p. 262 ; J.B. Charrier, L’Italie..., p. 24.

33 Cité par E. Migliorini, Veneto..., p. 105.

34 Pour une introduction générale à l’Antiquité padouane, cf. le volume collectif Padova antica, da comunità paleo-veneta a città romano-cristiana, Sarmeola di Rubano-Trieste, 1981.

35 R. Chevallier, La romanisation de la Celtique du Pô. Essai d’histoire provinciale, Rome, 1983, p. IX.

36 Patavium est un toponyme vénète, pré-romain ; il en est de même pour sa voisine Ateste – la future Este –, devenue elle aussi chef-lieu d’une civitas.

37 Ce que R. Chevallier exprime sous une forme encore dubitative (La romanisation..., p. 91-92) est amplement démontré dans un ouvrage de peu postérieur au sien : L. Braccesi, La leggenda di Antenore, Padoue, 1984 ; cet auteur montre comment le mythe de la migration d’Anténor au fond du golfe de l’Adriatique remonte jusqu’à une tragédie perdue de Sophocle, et comment des liens ont existé avec le monde grec dès les temps mycéniens (cf. surtout le premier chapitre, p. 13-32).

38 L. Puppi et M. Universo, Padova (Coll. « Le città nella storia d’Italia »), Bari, 1982, p. 10.

39 P. Claval, Le réseau urbain..., p. 255.

40 L. Puppi et M. Universo, Padova, ibid.

41 P. Claval, ibid., p. 256-258.

42 Cf. R. Cessi, Padova dal medio evo all’età moderna, dans Id., Padova medioevale..., t. 1, p. 5. Malgré tout on continue à trouver des allusions à cette légende comme à un fait historique, ainsi dans le livre cité ci-dessus de L. Puppi et M. Universo, Padova (p. 14), ou dans celui de A. Carile et G. Fedalto, Le origini di Venezia (Bologne, 1978, p. 76), où l’on voit d’ailleurs d’autres mythes historiographiques tenus pour vérité, ainsi celui du transfert de l’évêque de Padoue à Malamocco après la destruction de la ville en 602 (p. 188 et 214 ; il est vrai qu’à la p. 373 on trouve exprimée l’opinion désormais courante, en contradiction avec ce qui précédait).

43 R. Cessi, La distruzione di Padova al tempo di re Agilulfo, dans Id., Padova medioevale, t. 1, p. 42-44. Sur Abano et les lamentations de Cassiodore au sujet des thermes, cf. L. Lazzaro, « Fons Aponi ». Abano e Montegrotto nell’antichità, Abano Terme, 1981, p. 65-73.

44 S. Bortolami, Este da città romana a città medioevale : appunti per una storia delle difese murarie, dans Città murate del Veneto, Milan, 1988, p. 65.

45 Sur les Lombards et leur installation en Italie, cf. la récente synthèse de P. Delogu dans l’ouvrage de P. Delogu, A. Guillou et G. Ortalli, Longobardi e Bizantini (Storia d’Italia, UTET, t. 1), Turin, 1980 (le chapitre de P. Delogu : Il regno longobardo, p. 1-216). Curieusement l’auteur demeure accroché à l’ancienne datation de 568, pour ce qui est de l’arrivée des Lombards en Italie : en général est plutôt adoptée celle de 569, proposée par Ottorino Bertolini dans un article ancien, qu’il signale et dont il refuse les conclusions sans motifs vraiment convaincants.

46 R. Cessi, Padova nel Medioevo..., dans Id., Padova medioevale..., p.6 et note 5.

47 Aldo A. Settia, Monselice nell’alto medioevo, dans Monselice..., cf. p. 84 et p. 95 note 13, pour la date ; p. 87-88, pour la comparaison avec Mantoue et Crémone.

48 Sur ce thème cf. le toujours utile article d’A. Gloria, Gli argini dei fiumi dai tempi romani alla fine del secolo xii, dans « Atti e Mem. Accad. Sc. lett. ed arti Pad. »., 6, 1890, p. 11-22. L’auteur cite l’exemple de la voie-digue qui, allant vers le nord, longeait de plus ou moins près le Brenta, par Vigodarzere, Tao, Non et Curtarolo (p. 6 du tiré à part).

49 Sur les découvertes archéologiques dans cette zone, des premières trouvailles à nos jours, cf. G. Rosada, « Portus Aedro » – Vallonga, dans « Archeologia Veneta », 3, 1980, p. 69-96.

50 L. Cracco-Ruggini, Acque e lagune da periferia del mondo a fulcro di una nuova « civilitas », dans Storia di Venezia, t. 1, Rome, 1992, p. 36. L’auteur ajoute que, plus au sud, une fossa Augusta reliait le port de Ravenne à la navigation du Pô.

51 G. Traina, Antico e moderno nella storia delle bonifiche italiane, dans « Studi storici », 26, 1985, p. 431-436. Cet auteur a lui-même dirigé des fouilles qui ont témoigné de cette réalité ; cf. G. Traina, Le Valli Grandi Veronesi... : il ressort de ses conclusions que cette exploitation, et l’entretien de tout un réseau de digues et de canaux, rendaient alors habitable une région qui ne le sera plus guère par la suite (p. 85-97).

52 Non que l’auteur signale des changements de lit ; les faits dont il rapporte le souvenir concernent surtout les villes de Vérone et Rome. Voici ce qu’il écrit : « Il y eut à l’époque dans les Vénéties, en Ligurie et dans les autres régions d’Italie, un déluge tel qu’il ne s’en était sans doute pas produit depuis le temps de Noé... Les chemins furent détruits, les routes effondrées et le niveau de l’Adige monta tellement que l’eau, autour de la basilique du bienheureux martyr Zénon, située hors les murs de Vérone, atteignait les fenêtres supérieures » (« MGH. Scriptores rerum Langobardicarum et Italicarum, saec. vi-ix, Pauli Historia Langobardorum », livre 3, paragr. 23, L. Bethmann et G. Waitz éd., Hanovre, 1878, p. 104 ; traduction F. Bougard, Paul Diacre, Histoire des Lombards, Brepols, 1994, p. 68).

53 R. Cessi, La distruzione di Padova..., dans Id., Padova medioevale..., p. 44. Déjà Gloria, qui acceptait l’hypothèse de la catastrophe de 589, avait fait la remarque que, de toute façon, la stabilisation des cours d’eau dans leurs nouveaux lits n’avait pu se faire qu’au terme d’une période de divagation de plusieurs années (A. Gloria, Territorio..., t. 1, p. 18).

54 G. Rosada, Funzione e funzionalità della Venetia romana : terra, mare, fiumi come risorse per un’egemonia espansionistica, dans Misurare la terra : Centuriazione e coloni nel mondo romano. Il caso veneto, Modène, 1984, p. 31 ; l’auteur résume les conclusions sur ce sujet d’un article de G. B. Castiglioni, Il ramo più set tentrionale del Po nell’antichità, dans « Atti e Mem. Accad. Sc. lett. ed arti Pad. », 90 (III), 1977-78, p. 157 sq.

55 C. Corrain et R. D’Amico, Appunti sull’antica idrografia del territorio di Badia, dans Atti e memorie del Sodalizio vangadiciense, 1, 1975, p. 38 et 45. Quant au rôle de la Vangadizza dans la vie religieuse du Padouan, cf. par exemple l’analyse du cas de l’un de ses prieurés par A. Rigon (Il monastero di San Pietro di Monselice e la Vangadizza, ibid., p. 403-417, avec un appendice documentaire).

56 Le premier ouvrage de quelque importance, paru à Venise en 1761, est celui de T. Temanza, Dissertazione sopra l’antichissimo territorio di S. Ilario nella diocesi di Olivolo.

57 G. Gennari, Dell’antico corso dei fiumi in Padova e ne’ suoi contorni, Padoue, 1776.

58 A. Gloria, Intorno al corso dei fiumi dal secolo i a tutto l’xi nel territorio padovano, Padoue, 1877. Quant à la confrontation des sources écrites et des trouvailles faites sur le terrain, lui-même ne fait que reprendre avec davantage d’informations une méthode qui avait été d’emblée celle de ses plus anciens prédécesseurs : l’ouvrage de Temanza avait été motivé par la découverte d’« anticaglie » en 1756, tout près de Fusina, « ove dalla pietà dei dogi Agnello e Giustiniano Partecipazi fù nel ix. secolo fondata l’abbadia di Santo Ilario » (Id., ibid., p. 13).
De même Iacopo Filiasi, dans ses Memorie storiche de’ Veneti primi e secondi (t. 2, Padoue, 1811, p. 190-191), identifiait des traces du parcours du Medoacus de Pline (l’actuel Brenta) dans le sud de la Saccisica : « gran dosso e assai elevato di terreno fluviatile si vede a Vallonga, dove un canale profondo passa, detto Brentella Vecchia » ; des « arginature... per difendere un qualche vico e le campagne dalle rotte della Brenta nell’epoca romana » avaient été repérées en 1800, etc.

59 R. Cessi, La diversione del Brenta e il delta ilariano nel secolo xii, auj. dans Id., Padova medioevale..., t. 1, p. 55-70. Quelques nuances et précisions dans des articles postérieurs du même auteur : Il problema del Brenta dal secolo xii al secolo xv, dans La laguna di Venezia, G. Brunelli, G. Magrini et P. Orsi éd., t. 1, 4e partie, vol. 7, Venise, 1943, p. 1-77 ; Evoluzione storica del problema lagunare, dans Atti del Convegno per la conservazione e difesa della laguna e della città di Venezia, Venise, 1960, p. 23-64.

60 L. Brunello, Antica idrografia della terraferma veneziana, Mestre, 1968.

61 L. Bosio, I problemi portuali della frangia lagunare veneta nell’antichità, dans « Venetia », 1, 1967 (p. 78-81 sur le problème du Brenta) ; Problemi topografici di Padova preromana, dans Padova preromana (catalogue de l’exposition de 1976), Padoue, 1981, p. 3-10 (sur le problème du parcours du Brenta dans la ville antique) ; L’età preromana e romana, dans Prato della Valle. Due millenni di storia di un’avventura urbana, Padoue, 1986, p. 37-49.

62 A. Prosdocimi, L’antico ponte di S. Daniele e il corso dei fiumi in Padova in epoca romana, dans « Atti e Mem. Accad. Sc. lett. ed arti Pad. », 98, 1985-86, p. 65. L’auteur y résume les positions exprimées dans l’ouvrage d’E. De Lucchi, Maio Meduaco, Mino Meduaco, Padoue, 1985. Selon lui, le débit du Meduacus maior était tel que même les plus grands ponts romains de Padoue n’auraient pu le supporter.

63 Par conséquent la fossa Clodia, au lieu de « passer par » Vallonga, identifiée avec le Portus Aedro de Pline (G. Rosada, « Portus Aedro »..., p. 75), y prenait son point de départ, à partir du fleuve formé par le Medoacus minor et le Retrone réunis (G. Rosada, Funzione e funzionalità..., p. 28-29).

64 L’une des premières interrogations qui s’étaient imposées aux historiens du réseau fluvial local avait été provoquée par la constatation que le Bacchiglione, à Padoue, coulait dans le lit d’un fleuve plus puissant que lui (cf., par exemple, A. Gloria, Territorio..., p. 22).

65 R. Cessi, La diversione..., p. 57. A partir de Mira la Tergola prend le nom de Clarino.

66 L. Brunello, Antica idrografia..., p. 24 : « le débouché dans le port de Brondolo n’est que le dernier acte d’une série de diversions naturelles ». L’auteur rappelle, fort opportunément, que l’on ne peut que supposer que cet ultime accident a été l’inondation de 589. Tous finissent par la mentionner comme telle, mais nous n’aurons sans doute jamais de certitude.

67 R. Cessi, Il problema del Brenta..., p. 5. L’auteur évoque une « acqua dolce, direttamente o indirettamente riversata dalla Brenta ».

68 Comme le montre la carte qui accompagne le Codice de Gloria, où des cours antiques supposés de l’Adige correspondent en partie au cours de ces deux rivières.

69 S. Bortolami, Territorio e società in un comune rurale veneto (sec. xi-xiii). Pernumia e i suoi statuti, Venise, 1978, p. 37-38, et note 7.

70 B. Marcolongo, Fotointerpretazione sulla pianura alluvionale tra i fiumi Astico e Brenta in rapporto alle variazioni del sistema idrografico principale, dans « Studi trentini di Scienze naturali », sez. A, 50, fasc. 1, Trente, 1973, p. 3-17.

71 Cf. la carte ci – jointe, élaborée par R. Cessi ; tout ceci résume les données de l’article de ce même auteur, La diversione del Brenta... (cité en note 61).

72 Un témoin, au cours d’un procès, rappelle, au sujet de la villa de Strà, que l’inondation avait été si grave quod nemo habitavit in eam ; le litige est d’ailleurs lui-même l’une des conséquences de la catastrophe : le paysage a été modifié et d’anciennes limites ont disparu : il est question d’une frata quae olim erat ibi, d’un moulin, qui fuit olim (A C P, « Feuda canon. », no 14, a. 1190). Ni Cessi ni, à ma connaissance, aucun historien n’a noté cet aspect de la question, qui pourtant permet de mieux comprendre l’origine des énormes digues sur le Brenta qui devaient impressionner Dante (cf. 3eme partie, chap. 4, 1, p. 728).

73 Sur les conséquences peu à peu catastrophiques du « taglio » de 1142 et des travaux d’aménagement postérieurs sur les terres du monastère en terre-ferme, cf. L. Lanfranchi et B. Strina éd., Ss. Ilario e Benedetto e S. Gregorio, Venise, 1965, p. XVI à XLII de la Préface.

74 A. A. Settia, Le campagne pavesi nell’età di Federico Barbarossa. In margine alle carte di San Pietro in Ciel d’Oro, dans « Archivio Storico lombardo », t. 111, 1985, p. 419.

75 D. Olivieri, Toponomastica..., p. 71-72. Cf. aussi les remarques de V. Fumagalli, Terra e società nell’Italia padana, Turin, 1976, p. 26.

76 C. Wickham (Early medieval Italy, Londres, 1981, p. 13) tend à relativiser les différences de peuplement et d’exploitation entre l’antiquité romaine et le haut Moyen Âge, et affirme, comme G. Traina après lui (cf. note 51), que « the clearance and rural control of the Roman period has been exagerated ». Tout dépend du point de départ considéré : il prend pour exemple une remarque de Sidoine Apollinaire sur l’exubérance de la nature le long du Pô et de ses affluents ; on peut estimer qu’au ve siècle on était déjà fort avancé dans le processus de déclin.

77 V. Fumagalli, Terra e società..., p. 13-15 ; Id., Territorio e paesaggio agrario della bassa pianura nel primo Medioevo, dans le volume collectif Per una storia dell’Emilia-Romagna, Istituto Gramsci, 1985, p. 195.

78 S. Bortolami, Territorio e società..., p. 41-42, 51-63.

79 S. Lazzaro, Scoperta di un cippo gromatico a S. Pietro in Viminario, dans « Atti e Mem. Accad. Sc. lett. ed arti Pad. », 84, 1971-72, partie 3, p. 190-201.

80 S. Pesavento-Mattioli, La centuriazione del territorio a sud di Padova come problema di ricostruzione storico-ambientale..., dans Misurare la terra... (1984), p. 102-103.

81 G. Traina, Antico e moderno..., p. 434.

82 Cf., sur ces nouvelles caractéristiques, les remarques de C. La Rocca : « Il rinnovato interesse allo sfruttamento delle risorse delle zone incolte... nell’alto medioevo sembra essere di gran lunga superiore a quello manifestatosi in età romana » (Le fonti archeologiche di età gotica e longobarda, dans Il Veneto nel Medievo. Dalla « Venetia » alla Marca Veronese, Vérone, 1989, p. 125). Par la force des choses, pourrait-on ajouter ! Un débat, encore implicite plus qu’autre chose pour l’instant, s’amorce entre archéologues, tant antiquisants que médiévistes, sur un problème qui est tout simplement celui de l’ampleur des dégâts. J’ai mentionné plus haut les remarques de G. Traina et C. Wickham sur le rôle laissé à l’inculte par les Romains (cf. supra, p. 46 et 53). Parmi les archéologues qui insistent sur le déclin démographique et la dilatation des incultes, on peut citer, outre ce qu’écrit Cristina La Rocca elle-même, les conclusions de l’enquête menée par Mauro Cremaschi et Attilio Marchesini sur la plaine entre le Pô et les Apennins, dans le secteur de Parme et Reggio : selon eux les œuvres de bonification de l’époque romaine ont été « réabsorbées par les agents géomorphologiques » et les habitats des aires d’aménagement antique n’ont subsisté que dans la haute-plaine (M. Cremaschi, A. Marchesini, L’evoluzione di un tratto di pianura padana (prov. Reggio e Parma) in rapporto agli insediamenti ed alla struttura geologica tra il xv sec. A.D. ed il sec. xi D.C., dans « Archeologia medievale », 5, 1978, p. 542 et 554.

83 Sur l’évolution du réseau routier romain au haut Moyen Âge, cf. infra, p. 67-70.

84 R. Cessi, Documenti veneziani anteriori al Mille, t. 2, Venise, 1941, no 37. Encore en 1131, à Calcinara, face à Fogolana, à l’ouest, une terra cum busco est bordée, de ambobus capitibus, par un palus (C D P, 2/1, no 224).

85 C D P, 2/1, nos 1(in palludem que nuncupatur Nemora) et 178. De même, en 1144, encore à Codevigo, une terra prativa est entourée ab omni parte busco et palude (no 427).

86 C D P, 2/1, no 88, a. 1117 : (cum) silva, paludibus, aquis et amplis.

87 Ibid., 2/2, no 1075, a. 1172 : des défrichements sont signalés par des attributions de dîmes novales : de omnibus decimis de Candiana et Pontecasale tam in villis... quam et de foris in silvis et paludibus, et omni decima amplorum que sit in silvis, in paludibus in Terarsa, in Aere (Arre).

88 Ainsi à Castel di Brenta, encore en 1189, les da Baone possèdent, à côté de terres défrichées (ampla) des nemora et paludes (A S V, San Cipriano, B. 110, R. 821).

89 Cf. à ce sujet les remarques de Gloria dans son article déjà cité, Gli argini dei fiumi..., p. 6-11 du tiré à part.

90 Bois le long du Brenta : première mention, en 1130, de la silva de Brenta, au nord de Padoue, amplement défrichée au long du siècle, avec une allusion à une silva que dicitur Purpura,... cui ab uno latere Brenta defluit (C D P, 2/1, no 212) ; vers la même époque voici, tout près de l’embouchure, aux confins du territoire de Chioggia, un buscus... super Brenta, entre Calcinara et Civè (ibid., no 587). Bande forestière le long de l’Adige et de son affluent, la Fratta, à la limite ouest de la Scodosia, mentionnée dans le testament du marquis Azzo d’Este : pars mea de Frata, a flumine Athesis usque ad hospitale Trium Comitatum (Tre Contai, au nord, près de Montagnana), cum omnibus runcis et silvis ; on remarquera qu’ici le déboisement est en cours (no 407, a. 1142). Près de Padoue, le long du Bacchiglione, à une époque plus reculée, voici le tandem forêt-marais aux mains du chapitre cathédral : silba sanctae Mariae quod est iuxta fluvium q uod dicitur Retrone. et de uno latere et uno capite ipso Retrone percurrente. de alio ca-pite paludae adiacente. et de alio latere patavinos consortes habentes (C D P, 1, no 47, a. 956 – date corrigée par R. Pauler, Das « Regnum Italiae » in ottonischer Zeit : Markgrafen, Grafen und Bischöfe als politische Kräfte, Tübingen, 1982, p. 128-129). Le long du Cornio, enfin, encore au xiie siècle : Est quedam silva supra fluvium Cornium que extenditur a fossa de Gorgonaro usque ad navigatorium de Sermaza ; elle est alors en cours de défrichement (C D P, 2/1, no 237, a. 1132).

91 Cf. supra, p. 56-57, et note 31.

92 P. Aebischer, Les dérivés italiens du longobard gahagi et leur répartition d’après les chartes médiévales, dans « Zeitschrift für romanische Philologie », 58 (1938), p. 51-62.

93 La silva que nominatur Gazo (C. Manaresi ed., I placiti..., t. 3/2, no 466, a. 1085), sise à Codalunga, à proximité de Padoue, est à identifier comme le village de Gadio de campanea Padue d’un document du 19 juillet 1266 (A. Rigon, Clero e città. « Fratalea cappellanorum », parroci, cura d’anime in Padova dal xii al xv secolo, Padoue, 1988, p. 48-49 ; sur la localisation de l’endroit, cf. S. Bortolami, Pieve e « territorium »..., p. 56, note 175).

94 C. Wickham, European forests in the early middle ages, dans « Sett. Sp »., 37, L’ambiente vegetale nell’alto Medioevo, 1989, Spolète, 1990, t. 2, p. 486 et 489 (auj. dans C. Wickham, Land and Power. Studies in Italian and European Social History, 400-1200, Londres, 1994, p. 155-199) ; mêmes remarques dans G.B. Pellegrini, Variazioni del paesaggio attraverso lo studio della fitotoponomastica, dans « Sett. Sp. », ibid., p. 559-560.

95 P. Aebischer, Les dérivés italiens..., p. 51-55.

96 A l’occasion de confirmations successives des biens de San Vito e Modesto par les évêques de Vicence : aliam (curtem) in Burguliano cum capella una et gazo (C D P, 1, no 67, a. 977 – daté de 983 par Gloria ; correction de R. Pauler, Das Regnum..., p. 124) ; cortem de Berculiano cum capella et gazo (no 93, a. 1013) ; aliam (cortem) in Burguliano cum capella et gazo (no 126, a. 1033).

97 Sur la curtis vicentine de Gazo, vite devenue Garzone au xie siècle, cf. les trois documents cités en note précédente : In Scledo (auj. Schio) curtem unam que nominatur Gazo (977) ; cortem unam in Scleto in loco qui dicitur Garzone (1013) ; etc. On remarquera que voisinent donc là les deux usages possibles du terme – le nom commun et le toponyme.

98 Cf la note 93 sur la forêt de Gazzo, devenue au xiie siècle un village, disparu depuis. Autres occurrences : C D P, 2/1, no 212, a. 1130 (l’évêque en confirme la dîme aux chanoines) ; 2/2, no 1120, a. 1173 (le pape en confirme le quartese aux cappellani de Padoue). Deux autres sont plus douteuses : en 1163 un certain Albertino, podestat de Carturo, juge une affaire criminelle survenue in confinio Gazi ; il s’agirait donc d’un lieu-dit du nord padouan, et Gloria le situe aux alentours de la future Cittadella (no 828) ; en 1177 une pecia in Gazo appartient à un manse détenu par des gens de Piove ; c’est donc un probable lieu-dit de ce territoire (no 1259).
Quant à Gazzolo, dont le quartese est lui aussi confirmé en 1173, par le pape, aux cappellani (no 1120, cf. note précédente), A. Rigon, dans l’ouvrage cité en note 93, estime qu’il est impossible de dire « con certezza » où il se trouvait, tout en proposant de le localiser au sud-est, entre Frassenedo et Scandalo’ (A. Rigon, Clero e città..., p. 49).

99 C. Wickham, European forests..., p. 490-496.

100 M. Montanari, L’alimentazione contadina nell’alto medioevo, Naples, 1979, p. 42-45. Sur les origines germaniques (franques) du mot « bosco » et la chronologie de sa diffusion en Italie, cf. P. Aebischer, Les origines de l’italien « bosco », Etude de stratigraphie linguistique, dans « Zeitschrift für romanische Philologie », 59, 1939, p. 417-430. A Padoue cette diffusion, venue de l’ouest, est assez tardive (1015, cf. infra, note 105) et se manifeste, comme ailleurs, tout d’abord sous la forme du dérivé buscalea, la logique de ce fait tenant à ce que le vocable « busk » avait d’abord valeur de « broussailles », « buisson ».
R. Bordone cite un exemple dans lequel silva désigne une végétation spontanée, et boschum le bois exploité (R. Bordone, Paesaggio, possesso..., p. 463). Je n’ai aucune occurrence de ce type à produire, pour ma part.

101 C D P, 2/1, no 150, a. 1124 ; no 206, a. 1130.

102 C D P, 2/1, no 280, a. 1135 : de busco communo de Tramonte ; no 290, a. 1136 : de nostra porcione de busco qui dicitur Arimania ; P. Sambin éd., Nuovi..., no13 : in bussco consortivis ; A S P, Corona, no 3599, a. 1185 : ab alio latere Farneda busco comune de Tramonte.

103 C D P, 2/1, no 212, a. 1130 : decima de quadam parte silve de Brenta quam Cohaciam vocant ; ou encore (no 237, a. 1132) : silva supra fluvium Cornium que extenditur a fossa de Gorgonaro usque ad navigatorium de Sermaza. Mais voici, par contre, un buscus... super Brenta, entre Calcinara et Civè (no 587, a. 1153).

104 C D P, 1, no 319, a. 1096.

105 Ibid., no 53, a. 969 : cum silvis ac stallariis ; no 89, a. 1009 : cum... silvis ac stellareis ; no 91, a. 1010 : cum... silvis ac stelareis ; no 100, a. 1015 : de silvis et stellareis et buscaleis ; no 118, a. 1027 : et silvis cum buschaliis ; et silvis cum buscaliis ; no 136, a. 1039 : cum... silvis. a stellareis ; no 140, a. 1040 : de silvis et buscaleis. Puis cette terminologie disparaît.

106 M. Montanari, L’alimentazione..., p. 29 : les forêts stalarie, dont on extrait les pieux pour les vignes, « constituent le type le plus diffus de bois taillis ». L’auteur s’appuie, outre la documentation, sur les lois lombardes et sur du Cange, d’où il tire la précision qui précède (p. 42-43). Même définition dans le Lexicon minus de Niermeyer.

107 Cf. A. Gloria, C D P, 1, Glossario : « boscaglia ». Même définition dans Niermeyer. On ne confondra pas ce substantif avec l’adjectif buscalivus (cf. la terra buscaliva rencontrée plus haut), qui signifie « boisé ».

108 Cf. aussi ce qu’écrit M. Montanari : « la contrapposizione... fra fustaia e ceduo non è mai brusca e netta » (ibid., p. 46). Au demeurant le fait est bien connu.

109 C D P, 2/2, no 1415, a. 1181 : terra cum bosco et spinis et robustibus ; c’est du Glossaire de Gloria que je tire la traduction de ce dernier terme par « arbuste » ; cela dit lui-même hésite : « pare arbusti », écrit-il. Il s’agit là, semble-t-il, d’un hapax.

110 Une première occurrence, totalement isolée, dès 1101, dans une donation épiscopale à Santa Giustina ; encore peut-il s’agir, soit d’une sorte de lapsus cala-mi par contamination, soit de la répétition mal exprimée d’un nom de lieu-dit : le notaire, après avoir signalé une pallus que nuncupatur Nemora, écrit, un peu plus loin, ab alio latere similiter via et nemore percurrente (C D P, 2/1, no 1).
C’est à partir de 1157 que le terme est utilisé avec le sens aussi bien de forêt que de bois ; cf. C D P, 2/2, no 681 (Manfredo d’Abano cède un droit d’usage : in nemoribus meis) ; il l’emporte tout-à-fait à partir des années 1180 (cf. nos 1110, a. 1173 ; 1302 et 1303, a. 1178 ; 1386, a. 1180 ; 1403, a. 1181 ; et passim).

111 Encore en 1185, on l’a vu (cf. note 102), le bois communal de Tramonte est un buscus. Puis nemus est adopté aussi dans ce sens précis ; cf. A C P, Villarum, 7 : Piove, 2, a. 1188 : in omnibus nemoribus communibus iudicatus Plebis de Sacco ; A S V, C D Lanfranchi, 15 mai 1195 : mention du nemus comunis de Boion ; A S P, Corona, no 3631, a. 1195 ; etc).

112 A S V, San Cipriano, B. 114, S. 38 : pecia de terra buscaliva (a. 1197) ; S. 44 : terra boschiva (a. 1208) ; B. 116, S. 116 : (terra) buscaliva (a. 1221) ; A S P, Corona, no 2602 : pecie terre boscalive (a. 1237) ; A S V, S. Michele in Isola, B. 11, no 287 : pecia terre buscaliva (a. 1245), etc.

113 Cf. L. Lanfranchi ed., S. Giorgio maggiore, t. 2, no 484 : trois peciae nemoris (a. 1187) ; A C P, Episcopi, 1, non numéroté : pecia de terra cum nemore 1210). Puis cet usage du terme s’efface.

114 E. Migliorini, Veneto..., p. 158-159 ; V. Fumagalli, Il paesaggio delle campagne nei primi secoli del Medioevo, dans L’ambiente vegetale..., p. 50.

115 Sur cette évolution de l’élevage, cf. C. Wickham, Pastoralism and underdevelopment in the early middle-ages, dans Id., Land and power..., p. 128 (publié à l’origine dans L’uomo di fronte al mondo animale nell’alto medioevo, « Sett. Sp. », 1983, Spolète, 1985) ; sur la prédominance accrue de la chênaie, cf. V. Fumagalli, Il paesaggio delle campagne..., ibid. : on en était arrivé, écrit-il, à « exaspérer la physionomie de chênaies des forêts ».

116 C D P, 2/1, no1 : fossa cum cesa supra usque ad arborem roburis que est prope viam. De même, en 1159 (ibid., 2/2, no 719), une pecia aratoria est située en un lieu-dit appelé subtus Rovere. Sur ces sortes de toponymes de raréfaction, cf. P. Toubert, Les structures..., t. 1, p. 171. Sur le sens de robur cf. M. Montanari, L’alimentazione..., p. 36-37. Si l’on en juge d’après la toponymie, ce terme l’emporte en effet ; pas de villages, mais plusieurs lieux-dits : Rovere Gallinario, près de Bagnoli (B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., no 1, a. 954), Rovere Pansaduro (C D P, 1, no 131, a. 1035) et Rovere Cauco, à Codevigo (C D P, 2/1, no 427, a. 1144), « Sotto il Rovere », à Monselice (ibid., 2/2, no 719, a. 1159), Rovereta, à Corte (no 1007, a. 1170). Il faut toutefois rappeler l’existence, dans les Euganées, du Monte Cerro, ainsi que du lieu-dit Ceredo à Faedo (2/1, no 591, a. 1153), qui viennent de cerrus, le chêne chevelu ; de même deux villages et un lieu-dit doivent leur nom à ce type particulier de chêne qu’est l’yeuse (ilex) : Campolongo di Liettoli (première mention en 1137, no 317), Lissaro (Lixaro, Lisario : C D P, 1, no 239, 1077) et Lixetum, le long du canal de Conche, en bordure de la lagune (no 197, 1067).

117 Deux toponymes signalés dans D. Olivieri, Toponomastica..., p. 66 : Taggiè (« di sotto » et « di sopra »), à l’ouest de Limena (Telledo : C D P, 1, no 114, v. 1027), et Telido, près de Sant’Ilario (ibid., no 7, a. 829).

118 Entre Este et Saletto, dans le bois d’Ognano, en 1192, se dressent les futs du chêne (robor), de l’orme (ulmus) et du frêne (fraxinus) (S. Bortolami, Comuni e beni comunali nelle campagne medioevali : un episodio della Scodosia di Montagnana (Padova) nel xii secolo, dans « MEFRM », 99, 1987, doct. 2, b, p. 584 : les gens de Saletto et d’Este s’entendent sur leurs droits d’usage, et s’engagent à respecter ces trois espèces). Dans le bois de Salarola, sur les collines des Euganées méridionales, en 1213, une amende de 20 sous frappe ceux qui s’y attaquent ; de même pour le châtaignier et le hêtre (façarius) (A S P, Corona, no 2464). Autres mentions contemporaines d’espèces protégées ; en 1198, dans la selva di Brenta, au nord de Padoue – vers Torre et Noventa –, on interdit aux ruraux de couper quoi que ce soit de roboribus et de fraxinis (ACP, « Feuda episc. », 1, no 171) ; en 1211 une interdiction qui vaut pour tous les bois possédés par Palma da Baone dans le Padouan, porte sur chaque pied de robur, ulmus, castaneus, fraxinus vel façarius (ACP, « Diversa », 1, no 50).

119 De carpinus : près d’Albignasego, au sud de Padoue, Carpanedo (cf. par exemple, en 1034 et 1064, la mention des decimae de Carpeneto : C D P, 1, nos 129 et 189) ; Carpanè, lieu-dit près de Vigonza (ibid., no 289, a. 1085) ; Carpenedo, entre Monselice et Solesino (C D P, 2/1, no 637, a. 1155) ; ou encore Carpanè, au nord de Camposampiero (en 1199 il y a là une église dotée par Speronella Dalesmanini dans son testament (A. Gloria, Territorio..., t. 2, p. 220), etc.

120 M. Montanari, L’alimentazione contadina..., p. 40.

121 Cf. supra, p. 36 et note 16.

122 Cf. supra, note 118.

123 F. Milone, La provincia..., p. 101-104.

124 Cf. : Campo Nogara (C D P, 2/1, no 64, a. 1114) ; le lieu-dit Nogare à Melara, en Saccisica (ibid., no 200, a. 1130) ; Nogara Povilia, à Piove di Sacco (no 352, a. 1138) ; Nogleda di Sacco (ibid., 2/2, no 654, a. 1156) ; Nogarola, sur le Montevignalesco, au dessus de Monselice (no 694, a. 1158) ; Nogara Scatulai, lieu-dit de Monselice (no 977, vers 1170) ; Nogleda (Nugleda), lieu-dit entre Pianiga et Fosso’ (Statuti..., no 1030, p. 330) ; Nogede, près de Fosso’ (ibid., no 1261, p. 382). Je n’ai repéré qu’un seul toponyme forgé sur corulus (coudrier, noisetier) : Curlo, lieudit près de Galzignano, dans les Euganées (C D P, 2/2, no 1289, a. 1178).

125 C D V, 2, no 78 : mention d’une curtis... cum...pratis. pascuis. silvis. saletis., etc. ; C D P, 1, no39 : infra civem Patavensis et foris... pratis, silvis, saletis, et usibus aquarum.

126 M. Montanari, L’alimentazione contadina..., p. 29.

127 R. Chevallier, La romanisation..., p. 117-119.

128 R. Bordone, Paesaggio, possesso..., p. 468 (de l’article dans « B S B S »).

129 Villa Albareda (C D P, 2/1, no 58, a. 1113), dans l’est, parmi les biens de Sant’Ilario ; Albaredo, lieu-dit à Piove (ibid., 2/2, no 881, a. 1165) ; campagna de Albarello, près de Scandalo’ di Legnaro (no 1084, a. 1172).

130 En 1215 les limites entre Bagnoli et Arre sont, entre autres, marquées par un nemus popularium (du dialectal « povolaro ») (B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 3, no 489).

131 Cf. infra, 3e partie, p. 795-807.

132 C D P, 2/2, no 1403, a. 1181.

133 R. Chevallier, La romanisation..., p. 10. Cela dit on n’a de témoignages clairs que sur une artère se dirigeant sur Vicence, ce qui implique un léger détour (encore effectué aujourd’hui par l’autoroute).

134 L. Bosio, Itinerari e strade della Venetia romana, Padoue, 1970, p. 113-120. Cet ouvrage demeure la « bible » sur le sujet dans son ensemble. Cf. carte ci-jointe.
Cette prolongation de Modène à la Patavium antique est parfois dénommée Aemilia minor par les historiens (cf., par exemple, E. Baggio-Bernardoni et E. Zerbinati, Este, dans Misurare la terra... (1984), p. 144).

135 R. Chevallier, La romanisation..., p. 9-10. Elle passait au nord de la ligne de résurgence des eaux, sans doute pour éviter la construction de ponts, avec l’inconvénient qu’entre Vicence et Oderzo elle ne traversait aucune grande ville (E. Migliorini, Veneto..., p. 328).

136 L. Bosio, Itinerari e strade..., p. 39-47. Sur la Via Popillia, du même auteur, Itinerari e insediamenti lungo la frangia lagunare veneta in epoca romana, dans le catalogue de la Mostra storica della laguna veneta, Venise, juillet-septembre 1970, p. 69-71. Cf. enfin l’article déjà cité de G. Rosada, « Portus Aedro »-Vallonga, et, du même auteur, Torcello (Venezia) : dati topografici, dans « Archeologia veneta », 4, 1981, p. 144-147 (des données sur le lien entre cette route et la ligne de navigation le long de la lagune).

137 L. Bosio, Itinerari e strade..., p. 54. Le fait que les itinéraires antiques (entre autres la table de Peutinger) ne la signalent pas témoigne de cet effacement devant la Via Popillia.

138 Id., ibid., p. 107-112. L’auteur dénonce au passage comme une pure invention la mention par Gloria d’une Via Gallica qui aurait joint Turin à Padoue par Milan, et dont cette route de Vicence aurait été un tronçon (cf. A. Gloria, C D P, 1, Dissertazione, p. lxi).

139 Id., ibid., p. 121-126. Sur la route vers Bassano, cf. aussi A. Gloria, Il territorio..., t. 2, p. 134. Il en fait lui aussi une Via Aurelia.

140 L. Lazzaro, Le terme d’Abano nell’Antichità, dans Per una storia di Abano Terme, t. 1, Dall’età preromana al Medioevo, Abano, 1983, p. 53-54.

141 C D P, 2/1, no 562, a. 1152 : mention de la plebs de Aurelia ; no 468, a. 1146 : in cultura de Vicoargere (Vigodarzere) in loco ubi dicitur Calle de Aurelia ; ibid., 2/2, no 1444, a. 1182 : in calle Lauregla (toujours sur le territoire de Vigodarzere).

142 Plus au sud les divagations du Brenta ont provoqué son déplacement un peu vers l’ouest, sur la rive gauche du fleuve, alors que Tao et Non se trouvent de l’autre côté.

143 La route actuelle vers Vicence passe par Mestrino puis Arlesega. Dans l’Itinerarium Burdigalense la halte Ad finem, au dire de L. Bosio, correspond à Arlesega ; et de nombreuxtémoignages archéologiques ont été retrouvés à Mestrino (L. Bosio, Itinerari e strade..., p. 111-112).

144 Gloria, en son temps, remarquait que certains segments routiers portaient l’appellation de Sassara, à Camino, Tombelle et San Bruson, et considérait (à tort ou à raison : cf. infra, p. 88, les remarques de A. A. Settia) que ces traces d’empierrement étaient à mettre au compte de la Rome antique : C D P, 1, Dissertazione, p. LXI.

145 L. Bosio, Itinerari e strade..., p. 54-55. Dès 1069 : un premier témoignage d’une via plubica que dicitur Agna dans les environs (fines) de Padoue (C D P, 1, no 206 : on remarquera la transformation, assez fréquente, de publica en plubica). De même, à Maserà, au xiiie siècle (en 1272 et 1275) est signalée une via Agna (C D P, 2/1, Dissertazione, p. LV).

146 On trouve encore çà et là quelques vestiges d’une grande voie rectiligne jusqu’à Adria, et cela, entre autres, à Agna (L. Bosio, Itinerari e strade..., p. 55).

147 On la voit mentionnée de façon allusive (usque ad Pupilia) à l’occasion de la fixation des limites du territoire de Chioggia, dans un document qui, daté de 1023 (et non de 912 comme le voulait Gloria), est un faux mais reprend, selon Cessi, une description authentique, et ancienne, des confins (R. Cessi éd., Documenti veneziani..., t. 2, Appendice, no III).

148 L. Cracco-Ruggini, Acque e lagune..., p. 66. Cette activité bien réglée avait été d’autant plus exaltée, avec la Popillia côtière, que celle-ci était venue constituer un troisième axe du trafic et de la circulation ; à la route terrestre à l’ouest correspondaient à l’est une voie maritime et une autre lagunaire : à une première série de ports sur les « lidi », qui mettait en contact les deux voies d’eau, en correspondait une autre, au bord de la terre-ferme, qui liait la route terrestre à la lagunaire (cf. l’article de G. Rosada, Torcello..., p. 143-149).

149 Du moins peut-on penser qu’une digue-voie longeait un canal Vallonga-Chioggia (L. Bosio, Itinerari e insediamenti..., p. 70-71).

150 Cf. S. Collodo, Il Prato della Valle, p. 106 (avec la référence aux documents en note 13).

151 Sur les traces de cette route à Abano-Montegrotto, cf. supra (p. 84-85) (texte correspondant à la note 140). Un document daté de 1180 nous donne un témoignage précis de son utilisation : une terre est située in finibus Padue supra viam que dicitur Agna que vadit ad Abanum (C D P, 2/2, no 1337). Encore au xviie siècle elle était visible (A. Portenari, Della felicità di Padova, Padoue, 1623, p. 55 ; cité par L. Lazzaro, Le terme d’Abano..., p. 54, note 35).

152 L. Bosio, Itinerari e strade..., p. 117-119. Sur les diverses hypothèses actuelles, on consultera E. Rossetto, La « Mansio Anneiano » dell’« Itinerarium Antonini » e il percorso della strada romana da Este a Modena, dans « Archeologia Veneta », 5, 1982, p. 191-205. L’auteur rappelle justement que, si l’on y a retrouvé des restes romains en grand nombre, qui témoignent qu’il s’agissait d’un centre important lorsque l’Adige y passait, Montagnana disparaît de la documentation du vie au xe siècle.

153 A. A. Settia, « Pagana », « Ungaresca », « Pelosa » : Strade medievali nell’Italia del Nord, dans « Studi storici », 3, 1986, p. 658.

154 L’économie médiévale, dir. Ph. Contamine, Paris, 1993, p. 28.

155 Pour une définition de la centuriation, cf., outre l’ouvrage cité en note précédente : E. Gabba, Per un’interpretazione storica della centuriazione romana, dans Misurare la terra : centuriazione e coloni nel mondo romano, Modène, 1983, p. 20-27 ; L. Bosio, Capire la terra : la centuriazione romana del Veneto, dans Misurare la terra : centuriazione e coloni nel mondo romano. Il caso veneto, Modène, 1984, p. 15-21. Des remarques générales intéressantes dans l’article de R. Rochefort, A propos de l’histoire du paysage agraire italien, dans « Revue de géographie de Lyon », 39, 1964, p. 185-186 (il s’agit d’un compte-rendu du livre d’E. Sereni, Storia del paesaggio agrario italiano, Bari, 1961 ; il sera cité ici dans sa traduction française : Histoire du paysage agraire italien, Paris, 1964). La bibliographie du sujet est vaste : on en trouvera l’essentiel dans les ouvrages collectifs sur le thème « Misurare la terra ».

156 Ph. Leveau, La ville antique et l’organisation de l’espace rural : villa, ville, village, dans « Annales E S C », 1983, p. 923.

157 L. Bosio, Capire la terra..., p. 19-20.

158 E. Sereni, Histoire du paysage..., p. 43 ; la remarque critique à son sujet est de P. L. Tozzi, cité par R. Chevallier, La romanisation..., p. 76.

159 Cf. la carte ci-jointe, de 1887 (tirée du volume Misurare la terra..., 1984, p. 164).

160 R. Chevallier, La romanisation..., p. 64-66. C’est parce que le phénomène avait ce caractère d’évidence que le cas du Padouan a été l’un des premiers à être étudié.

161 G. Gambacurta, Padova-Padova Nord (Cittadella-Bassano), dans Misurare la terra..., 1984, p. 155. Le cardo Maximus a longtemps été identifié avec la voie qui passait par Tao et Santa Maria di Non ; à présent on en est moins sûr, mais il n’a pas encore été proposé d’hypothèse alternative claire.

162 Cf., à ce sujet, les remarques que fait Cristina Mengotti, dans son article L’utilizzazione delle foto da satellite nello studio della centuriazione romana : la centuriazione a nord-est di Padova, dans « Archeologia Veneta », 2, 1979, p. 83-84.

163 Cf. supra, p. 65.

164 Ce développement doit tout à C. Mengotti, Padova Nord-Est (Camposampiero), dans Misurare la terra..., 1984, p. 159-166. La mention des « pertiche », à San Giorgio, se réfère à une tradition funéraire lombarde des premiers temps : il s’agit de hampes qui, plantées en terre, rappelaient les âmes des guerriers morts au combat, ou loin de leur patrie (S. Gasparri, La cultura tradizionale dei Longobardi. Struttura tribale e resistenze pagane, Spolète, 1983, p. 61-62.

165 S. Bortolami, Signoria cittadina e comuni rurali nel medioevo padovano : San Michele delle Badesse, 1377, « Quaderni di storia locale », 2, 1980, Biblioteca comunale di Borgoricco (avec la reproduction d’un plan du siècle dernier où apparaît la situation des biens communaux au long des limites de centuries, p. 30).

166 Cf. supra, p. 54.

167 L. Bosio, Padova in età romana. Organizzazione urbanistica e territorio, dans Padova antica..., p. 244. Cela signifierait donc que les Romains avaient creusé ce canal pour recueillir les eaux qui descendaient des Euganées et stagnaient dans la plaine, dans un but de bonification.

168 S. Pesavento-Mattioli, La centuriazione del territorio a Sud di Padova..., 1984. Cf. aussi M. Salvatori, La colonia agricola romana della Saccisica, dans « Boll M C Pad », 50, n. 1, 1961, p. 7-28.

169 D. Croce et M. Bertoncin, Monselice. Un profilo geografico, dans Monselice..., p. 3. Mêmes remarques au sujet de la région de Parme et Reggio dans l’article de M. Cremaschi et A. Marchesini, L’evoluzione di un tratto di pianura..., p. 542-562 (cf. supra, p. 55, note 82). Cf. aussi les considérations, portant sur l’ensemble de la plaine du Pô, de V. Fumagalli dans son article Il paesaggio delle campagne..., p. 46-47, avec des indications bibliographiques.

170 C D P, 1, no 144.

171 D. Olivieri, Toponomastica..., p. 115 et 117. Cf., cependant, les remarques de A. A. Settia, Castelli e villaggi nell’Italia padana. Popolamento, potere e sicurezza fra ix e xiii secolo, Naples, 1984, p. 56 : comme aussi motta, tumba peut également désigner une éminence artificielle.

172 C D P, 2/1, no 427, a. 1144 : coheret ei ab omni parte busco et palude.

173 Cf., entre autres, à Piove, plusieurs occurrences : in loco et fundo Sollo Vitalis (C D P, 2/1, no 274, a. 1135), in loco et fundo Campo Dosso (no 547, a. 1151), Solo Lavasello et Solo Pegorile (P. Sambin éd., Nuovi..., no 16, a. 1149), Da Tumboledo (C D P, 2/2, no 1305, a. 1178) ; des exemples à Boion (dal Sollo : no 1416, a. 1181) et Campo Siplone (in Villa Campo Siplone... in Sollo : ibid., 2/1, no 112, 1120). A Bagnoli : in terretorio de Bagnolo... dal Sollo (B. Lanfranchi-Strina éd., Ss. Trinità..., t. 2, no 53, a. 1118), in Bagnolo... a Dossis (C D P, 2/2, no 878, 1165). Par contre on suivra D. Olivieri lorsqu’il attribue (p. 117, note 7) à Fostomba, lieu-dit des faubourgs de Padoue (C D P, 1, no 333, a. 1100), une tout autre origine linguistique (quelque chose comme « fosse recouverte de terre »).

174 C D P, 1, no 149.

175 Scio quod magna pars terratorii de Gurgo in meo recordo erat palude, que non laborabatur, tamen terre que erant in alturis, que non timebant aquam, laborabantur (A C P, « Villarum », 5 : Gorgo, 5 ; publié en partie par E. Zorzi, Il territorio..., doc. 7, p. 293 pour ce passage). S. Bortolami signale, lui aussi, cet unique exemple dans son ouvrage sur Pernumia (S. Bortolami, Territorio..., p. 43-44).

176 Sur Este au haut Moyen Âge, cf. S. Bortolami, Este da città romana... L’auteur rappelle que, autour de l’an mil, tout un secteur de la ville antique, à l’ouest, apparaît définitivement abandonné, à cause d’une insurmontable impossibilité hydrographique, tandis que l’habitat se développe à l’est sur la colline, là où se trouvaient les cimetières antiques (p. 65-66).
Quant à Monselice, il est le meilleur exemple qui soit d’habitat-refuge : des fouilles récentes ont bien établi, d’une part que la « rocca » sommitale avait connu une occupation pré-romaine, puis haut-médiévale, et que l’agglomération avait alors occupé le sommet et la pente sud-ouest de la colline (G. P. Brogiolo, Prima campagna 1988 di ricerche archeologiche sulla rocca di Monselice. Relazione preliminare, dans « Archeologia veneta », 10, 1987, p. 149-165 – p. 155 sur les résultats –) ; d’autre part qu’il n’y existe aucune preuve de l’existence d’un habitat romain organisé (Id., Ricerche archeologiche su Monselice bizantina e longobarda, dans Monselice..., p. 58).

177 Cf. supra, p. 72-73.

178 R. Cessi, Padova dal Medio Evo... (1959), p. 3 ; La distruzione di Padova... (1961), p. 41 (dans Id., Padova medioevale...). Ce dernier article est une critique du travail du principal partisan de l’hypothèse de la destruction totale, C. Gasparotto, dans son article La fine di Patavium, dans « Boll M C Pad », 49, 1960, p. 61-98.
C’est dans un récent article de synthèse que C. La Rocca a caractérisé la Padoue du ixe siècle de la façon que je viens de rapporter (C. La Rocca, Le fonti archeologiche..., p. 98-100).

179 C. La Rocca, ibid.

180 R. Cessi, Padova nel medioevo..., p. 3.

181 « Penso... che la Patavium romana non abbia mai avuto un impianto urba no pianificato ma abbia continuato ad esprimere, dopo che i diversi nuclei insediativi del periodo precedente si erano fusi in un unico complesso cittadino, la caratteristica di una città a crescita spontanea, anche se regolata e controllata nella sua espansione urbanistica » (L. Bosio, Padova in età romana..., p. 235).

182 Les hasards de l’histoire lui ont fait donner, au siècle dernier, sur un bout de son tracé, le nom significatif de « Via Roma ».

183 M. E. Angelini, A. Cassatella, Nuovo contributo alla topografia di Padova medioevale e romana, dans « Archeologia veneta », 3, 1980, p. 115-142. Sur la façon dont le Bacchiglione a réoccupé par étapes l’ensemble du réseau complexe qui avait été celui du Brenta, et sur le rôle joué par le percement du canal joignant les deux bras du méandre entre 1034 et 1050, on consultera l’analyse très précise de S. Collodo, dans son article Il Prato..., p. 104-119.

184 R. Cessi, Padova dal Medio Evo..., p. 3-7 : l’auteur y résume les résultats de ses travaux antérieurs sur le sujet. Récemment Daniela Rando a dû rappeler l’argumentation de Cessi, la légende du transfert revenant çà et là dans des ouvrages d’histoire vénitienne (D. Rando, Le istituzioni ecclesiastiche veneziane nei secoli viii-xii. Il dinamismo di una chiesa di frontiera, Trente, 1990, p. 27-29).

185 Cf. la plus récente étude sur ce problème de l’histoire religieuse de Padoue : J.-C. Picard, Le souvenir des évêques. Sépultures, listes épiscopales et culte des évêques en Italie du nord des origines au xe siècle, Rome, 1988, p. 466-470.

186 Après avoir écrasé l’armée de Bérenger Ier à Fontaniva, tout près de là – sur le Brenta – le 24 octobre 899, les Hongrois se répandirent en raids dévastateurs sur le Padouan et la ville fut incendiée (G. Fasoli, Le incursioni ungare in Europa nel secolo x, Florence, 1945, p. 95-101).

187 M G H, Leges. Capitularia regum francorum, t. 2, A. Boretius et V. Krause éd., Hanovre, 1897, no 233 (p. 130-135) et 236 (p. 138-141) ; réédition dans R. Ces-si, Documenti..., t.1, no55 et t.2, no14.

188 Cf. S. Bortolami, Acque, mulini e folloni nella formazione del paesaggio urbano medievale (secoli xi-xiv) : l’esempio di Padova, dans l’ouvrage collectif Paesaggi urbani dell’Italia padana nei secoli viii-xiv, Bologne, 1988, p. 286.

189 M. E. Angelini, A. Cassatella, Nuovo contributo..., p. 133 et 138.

190 Cf., sur ces églises (comme sur toutes celles de la ville antérieures à la date mentionnée), C. Gasparotto, Padova ecclesiastica 1239 : note topografico-storiche, dans « Fonti e ricerche di Storia ecclesiastica padovana », 1, 1967, p. 90-97.

191 Le débat est lancé, dans l’historiographie contemporaine, par l’article de R. Cessi, Sulla intitolazione vescovile « Sanctae Mariae et Sanctae Iustinae » nei più antichi documenti padovani, dans Id., Padova medioevale..., t. 2, p. 411-416 ; sa théorie se fonde sur la dédicace de la cathédrale à Santa Giustina jusque, sans doute, au retour de l’évêque sous les Carolingiens. Parmi les tenants de cette hypothèse : P. Sambin, L’ordinamento parrocchiale..., p. 5-8 ; S. Collodo, Il Prato..., p. 102-103. La plus récente exposition de l’idée inverse dans I. Daniele, San Prosdocimo... p. 112-116.

192 S. Collodo, Il Prato..., p. 105-107 et p. 117 : cela dit c’est seulement au xiiie siècle que le parcours des eaux est mieux réglé au centre du « Prato ».
On consultera les p. 119 à 127 de l’article sur le problème de l’installation des bénédictins : l’auteur se livre à une sévère critique d’une documentation fausse pour l’essentiel, et aboutit à une datation tardive.

193 La première mention se trouve dans un acte de Santa Giustina, daté du 2 mai 874 mais connu par une copie du xe siècle ; la faible crédibilité des premiers documents de Santa Giustina laisse planer un doute sur la date (cf. S. Collodo, Il Prato..., p. 125. Serviano, prêtre de cette église, y figure parmi les témoins d’une donation de l’évêque Rorio).

194 C. Gasparotto, Padova ecclesiastica..., p. 108.

195 S. Collodo, Il Prato..., p. 108-112. Auparavant le cours d’eau à l’est était appelé flumexellum.

196 R. Cessi, Padova dal Medioevo..., p. 19-20 ; cf. aussi le tableau de la ville que brosse S. Bortolami dans son article La città del Santo e del tiranno : Padova nel primo Duecento, dans Sant’Antonio, 1231-1981 (Catalogue de l’exposition), 1981, p. 245.

197 C D P, 1, Dissertazione, p. XXXIII. Ce résultat est, bien sûr, très hypothétique, Gloria s’étant contenté d’additionner les chiffres rencontrés dans la documentation, mais ceux-ci se situent presque tous dans la même période, durant les années 1080-1090, ce qui diminue l’arbitraire du calcul.

198 Cf., sur ce thème, R. Rinaldi, L’incolto in città. Note sulle vicende del paesaggio urbano tra alto Medioevo ed età comunale, dans Il bosco nel Medioevo, Bologne, 1988, p. 251-262. Entre autres exemples l’auteur rappelle que, encore au xiiie siècle, à Parme, un statut communal ordonne d’abattre tous les arbres non fruitiers en ville, sauf ceux qui soutiennent les vignes et ceux des cloîtres (p. 258). Plus généralement il souligne cette évidence que les « grands défrichements » ont eu lieu aussi en ville !

199 De quand datait ce comté ? Il est impossible de le dire. Comme l’a justement remarqué A. Castagnetti, aucun document d’époque lombarde ne concerne directement les territoires de Vicence et de Padoue (A. Castagnetti, Il Veneto nell’alto Medioevo, Vérone, 1990, p. 146). S’il est clair que Monselice était devenu le centre du pouvoir il est donc vain de chercher à définir ce qu’avait pu être le territoire lombard ; les hypothèses autrefois formulées par Cessi, selon qui, directement tenu par le roi, il aurait été réparti entre une iudiciaria de Monselice et une sculdascia autour de Montagnana (d’où le nom de Scodosia) sont caduques (R. Cessi, L’ordinamento del territorio padovano nell’età longobarda, dans Id., Padova medioevale..., p. 49-54). L’historiographie récente incite à la plus grande circonspection : le terme sculdascia désigne le secteur qu’on appellera « Scodosia » dans un document tardif – de 955 (C D P, 1, no 44 : terra deserta sculdaxia) – ; or A. Settia fait remarquer que la « lombardicité » de tout territoire ainsi nommé n’est pas évidente, dans la mesure où cela n’est pas à l’époque lombarde mais plus tard, aux temps post-carolingiens (comme ici), qu’apparaît ce dérivé du terme sculdahis, lequel désigne, certes, un officier lombard ; de toute façon, comme l’avait auparavant remarqué R. Bordone, « siamo all’oscuro dell’articolazione del comitato in minori circoscrizioni, e le attestazioni degli suldasci appaiono slegate da riferimenti territoriali » (A. A. Settia, Vicenza di fronte ai Longobardi e ai Franchi, dans Storia di Vicenza, t. 2, p. 9 ; R. Bordone, Città e territorio..., p. 44). On trouvera un développement très complet sur le sculdahis et la question connexe de la sculdassia dans F. Bougard, La justice dans le royaume d’Italie du viiie au début du xie siècle, Rome, 1995, p. 158-177 : les territoires que l‘on voit ainsi nommés au xe siècle dans la future marche de Vérone (sans doute sous l’influence de l’Alémanie et de la Bavière, où l’institution est attestée) pourraient être des domaines fiscaux, et non pas des circonscriptions (p. 173-174).

200 Cf. supra, p. 31.

201 L. Bosio, Padova e il suo territorio in età preromana, dans Padova antica..., p. 13.

202 C D P, 1, Dissertazione, p. xxii-xxiii. Le problème de la fixation des limites du territoire vénitien concernait donc, pour l’essentiel, le Trévisan. Le point de friction majeur sera le territoire de Sant’Ilario, petite avancée en terre-ferme du « dogado », aux limites de la curtis d’Oriago. Au sud de Sacco le Padouan s’étendait, comme les autres terres du Regnum, usque ad aquas salsas : bien que « colonisée » par l’aristocratie vénitienne qui y a des biens-fonds, l’île de Fogolana, dans la lagune, fait partie, en théorie, du territoire padouan et demeurera toujours dans le diocèse. Par contre, on l’a vu, l’Adige est vénitien jusqu’à l’ouest de Cavarzere, ville de terre-ferme (L. Lanfranchi-G. B. Zille, Il territorio del ducato veneziano dall’viii al xii secolo, dans Storia di Venezia, t. 2, Dalle origini del ducato alla IV Crociata, Venise, 1958, p. 5-8, et p. 46).

203 S. Bortolami, Frontiere politiche..., p. 221.

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540