Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le juste marché

 | 
Monica Martinat

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Motu proprio della Santità di Nostro Signore papa Pio VII in cui si prescirve un nuovo sistema ann (...)
  • 2 Revel, 1972

1L’histoire de l’Annone romaine ne se termine pas au début du xviiie siècle. La Préfecture de l’Annone de Rome ne sera supprimée qu’un siècle plus tard, lorsqu’elle sera remplacée par un nouveau système de « libre commerce des blés »1. Pendant la période qui sépare les travaux de la Congregazione del Sollievo et le nouveau règlement voulu par Pie VII, elle renforce ultérieurement son activité, jusqu’à assumer la charge presque totale du ravitaillement de la ville à l’occasion de la crise de 1763-17642. L’effort financier et politique de ces années représente d’ailleurs l’une des raisons principales de sa crise et du processus de révision de son rôle qui est entamé dans les années suivantes. Il ne s’agit pas, pour les autorités pontificales, de modifier leurs objectifs, mais plutôt de leur fournir des meilleurs moyens de réalisation.

  • 3 Ago, 1985.
  • 4 Nicolai, 1803, vol. iii.
  • 5 Ago, 1985, p. 34.
  • 6 Tous ces principes sont exprimés dans la constitution de Pie VII, L’agricultura da cui soltanto, d (...)

2Renata Ago a bien montré l’absence d’une opposition politique et idéologique à l’égard du système annonaire de la part du milieu des producteurs3. Elle a aussi souligné l’importance acquise, dans les débats du xviiie siècle, par la proposition de modifier le système d’exploitation de la campagne romaine. Le but explicite des autorités pontificales est de remplacer progressivement le grande affitto avec un système de métayage. Deux raisons principales sont à la base de ce projet, vigoureusement appuyé aussi par Nicolai4. D’une part, les conditions de la campagne romaine demeurent critiques, et les terres demandent des améliorations. Ni les propriétaires, ni les mercanti di campagna veulent en assumer les coûts, et la seule solution envisagée est celle de faire endosser les dépenses à d’éventuels métayers5. D’autre part, ce type d’exploitation est celui qui, du point de vue théorique, assure une meilleure compatibilité avec les exigences des consommateurs urbains au niveau des prix. Le rêve des administrateurs pontificaux est celui d’une campagne peuplée de petits exploitants qui produisent tout d’abord pour leur propre consommation, qui ne vendent sur le marché que les excédents, à des prix toujours moins élevés que ceux des grands exploitants6. La confirmation de leurs hypothèses vient du fonctionnement du marché romain. Les prix du Campo de’ Fiori ne sont-ils pas systématiquement moins élevés que ceux qui s’enregistrent dans le circuit des marchands ? La configuration du marché romain est d’ailleurs bâtie en fonction des différentes attitudes des protagonistes ; et il en est de même pour ce qui concerne les contrôles exercés sur les échanges ayant lieu sur les deux circuits. Le parallélisme entre la suppression de l’Annone traditionnelle et la proposition d’un changement dans l’exploitation agricole paraît alors logique, dépendant de la volonté de ne pas renoncer à l’idéal de justice qui a caractérisé jusque là l’action des autorités.

  • 7 Sur l’absence de ce genre de proposition, cf. Ago, 1985.

3Il n’est pas dans mes intentions de détailler l’analyse des causes qui pourraient expliquer cette prise de position de la part de l’administration pontificale, ni d’interroger l’absence de propositions alternatives, fondées sur la mise en place d’une politique d’investissements et de crédit, afin de faire redémarrer une économie dont les signes de faiblesses se multiplient7. Je ne veux que mettre en relief, encore une fois, le lien existant entre la politique adoptée aussi bien dans le domaine agricole que dans celui des questions annonaires, et les principes dont elle s’inspire, même lorsqu’elle s’aventure sur des chemins nouveaux et inconnus.

4Ces principes se résument à la doctrine du juste prix. Ils parlent son langage, ils n’abandonnent pas sa syntaxe. On l’a vu dans l’analyse de la politique agricole des pontifes romains et dans les débats des Congrégations du xviie siècle. Même les propositions les plus avancées, telles que celles exprimées par le cardinal Sacchetti, restent à l’intérieur de son cadre, et visent à établir le bon ordre dans les relations de la communauté avec ses membres, à partir des caractéristiques propres de ces derniers.

  • 8 Lapidus, 1986.

5On l’a vu aussi dans le fonctionnement du réseau d’échange, où le rôle joué par l’Annone à travers les distributions de blé et les calmieri du pain est d’autant plus significatif qu’il se manifeste dans une conjoncture de bas prix. Je me suis efforcée de démontrer que les objectifs des actions de la Préfecture sont toujours ceux qui relèvent de l’obtention d’un juste équilibre entre les efforts et les bénéfices de tous les agents économiques, y compris la population de la ville. Cet équilibre est fondé tout d’abord sur le rôle et la position assignés à chacun d’eux. Lorsque les règles du juste prix peuvent être remises en cause par le fait que les seigneurs et les esclaves – pour reprendre l’exemple de Lapidus8 – peuvent se retrouver dans le même lieu à exercer la même fonction économique, on intervient pour les séparer, en reconstituant ainsi des conditions artificielles d’égalité entre les acteurs économiques qui jouent sur la même scène. Au cas où les prix qui résultent des échanges « libres » entre les partenaires ne satisfont pas les conditions d’équilibre requises par la situation, l’Annone intervient directement, en assumant la charge de les établir.

6Au-delà des résultats concrets qu’elles obtiennent, les autorités remportent une victoire indiscutable du point de vue de l’idéologie économique qui domine, même dans les milieux que l’on pourrait penser plus hostiles à celle-ci. Le consensus qui semble se créer autour du système annonaire dépend bien évidemment de plusieurs facteurs, y compris des bénéfices qui peuvent être obtenus grâce à une maîtrise savante de ses règles et à l’exploitation de tous les interstices laissés par des normes souvent ambiguës, voire contradictoires. Mais il est également le produit d’une vision de la société qui non seulement assigne à chacun sa place, mais qui, grâce à l’action de ses représentants, assure à chacun de recevoir ce qui lui revient selon sa position.

  • 9 Je pense notamment au cas parisien et à l’analyse de Kaplan, 1988.

7Tout au long de ce travail, j’ai essayé d’esquisser un modèle complexe du fonctionnement du système annonaire romain, capable de prendre en compte aussi bien une pratique, souvent contradictoire, qu’une théorie, souvent éloignée, qui a imposé des détours dans des espaces lointains. Le résultat n’épuise certainement pas les questions. Bien au contraire, il en ouvre d’autres, et premièrement celle de l’extensibilité du modèle, et en particulier d’une approche fondée sur le lien entre la théorie économique des scolastiques et la réglementation des échanges. L’une des différences les plus significatives entre l’organisation romaine du marché et celle mise en place par d’autres autorités d’Ancien Régime9, par exemple, concerne précisément cet aspect. La publicité des transactions, qui a été assumé comme la règle d’or de l’éthique économique de l’époque, est un élément tout à fait marginal dans le panorama romain. La différence dans les modes de reconnaissance du juste prix, comme on l’a vu, ne met pas en cause la validité du concept, ou l’importance du principe. En revanche, elle peut révéler des différences dans la conception du rapport entre le pouvoir et la société qui seraient à interroger, à travers une analyse comparative plus approfondie.

8Ces différences, me semble-t-il, pourraient contribuer à expliquer les évolutions ultérieurs, les différents chemins empruntés par les pouvoirs et par les sociétés européennes contemporaines, notamment en relation au développement du marché et à l’acceptation de son idéologie.

Notes

1 Motu proprio della Santità di Nostro Signore papa Pio VII in cui si prescirve un nuovo sistema annonario e di libero commercio in materia di grani, 3 septembre 1800.

2 Revel, 1972

3 Ago, 1985.

4 Nicolai, 1803, vol. iii.

5 Ago, 1985, p. 34.

6 Tous ces principes sont exprimés dans la constitution de Pie VII, L’agricultura da cui soltanto, du 15 septembre 1802. Le texte est publié dans Marconcini, s.d., p. 235 et sqq.

7 Sur l’absence de ce genre de proposition, cf. Ago, 1985.

8 Lapidus, 1986.

9 Je pense notamment au cas parisien et à l’analyse de Kaplan, 1988.

© Publications de l’École française de Rome, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540