Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le juste marché

 | 
Monica Martinat

Chapitre II. La demande de la ville, l’offre locale et les débats sur l’agriculture de la Préfecture de l’Annone

Texte intégral

1– L’ESTIMATION DE LA CONSOMMATION URBAINE

1L’analyse de la pensée économique des scolastiques a mis à jour l’idéal social et le projet politique sous-jacents aux réflexions sur le juste prix et sur les attitudes moralement légitimes des acteurs économiques, autorités politiques comprises.

2Cet idéal et ce projet peuvent être ainsi résumés. L’ordre de la société repose sur une hiérarchie d’origine divine, à l’intérieur de laquelle est inscrit tout individu à partir de sa fonction. Ce n’est que dans l’accomplissement de ses propres devoirs et dans l’adoption de fins individuelles conformes aux fins propres de la société que chacun contribue à la réalisation du bien commun. L’ordre économique et ses règles ne reposent pas sur des fondements propres et spécifiques, autonomes.

3Les autorités interprètent leur action en tant qu’action de redistribution de ressources limitées, et perçoivent leur propre rôle comme celui des garantes du respect de la justice ou de son rétablissement lorsqu’elle a été brisée par les comportements immoraux de quelques agents économiques.

4On a vu de quelle manière cette logique opère concrètement lors de la crise de 1715-1716, qui oblige les autorités pontificales à intervenir dans l’ensemble de l’Etat. Il s’agit maintenant d’élargir le cadre et de voir comment cette logique est appliquée par rapport au ravitaillement romain, aux problèmes spécifiques qu’il pose, et à l’action quotidienne et régulière de la Préfecture de l’Annone.

5Avant d’aborder directement l’analyse de la politique annonaire romaine, ainsi que celle du système de ravitaillement et d’échanges auxquels elle donne naissance, il importe de fixer quelques points de repère servant à la compréhension des préoccupations des autorités et des solutions adoptées.

  • 1 Ces deux séries de données sont contenues dans ASR, Presidenza dell’Annona, bb. 352-377, « Note dei (...)
  • 2 Il est difficile de déterminer la durée de conservation du blé, car elle est variable selon le type (...)

6L’estimation de la demande urbaine est certainement un élément à la fois indispensable et difficile à connaître. Elle implique deux analyses complémentaires. Premièrement celle de la consommation réelle de la ville. A cette fin, on ne peut utiliser simplement les données sur l’afflux de blé en ville, ni celles sur les ventes effectivement réalisées : les premières ne donnent que des informations sur les disponibilités réelles de la ville, tandis que, dans les secondes, la consommation effective se trouve mêlée aux quantités de blé stocké, par les boulangers ou par l’institution annonaire elle-même1. Les données concernant la taxe sur la mouture (macinato) fournissent l’estimation la plus fiable, puisqu’elles indiquent la quantité de blé transformé en farine au cours de l’année : la conservation de la farine étant moins facile et durable que celle du blé, il est légitime de penser qu’elle devait être consommée dans des délais assez courts2. Ce sont d’ailleurs les données qu’utilisent les autorités annonaires pour évaluer la consommation romaine. Leur utilisation présente d’autres avantages : si on les compare avec celles portant sur l’afflux de blé et les quantités vendues, elles permettent d’estimer les tensions du ravitaillement, l’écart entre ce que la ville consomme et ce dont elle peut disposer. Malheureusement des séries complètes du macinato font défaut pour le xviie siècle : on n’a que des données sporadiques, dont l’utilisation impose une certaine prudence.

7Avec les estimations réelles, un autre aspect doit être pris en considération par rapport à l’objectif que l’on se propose ici, à savoir l’interprétation de la politique annonaire des autorités pontificales. Il s’agit de l’aspect moral du problème en fonction des souhaits et des jugements sur les valeurs idéales de consommation que l’administration propose. De ce point de vue, l’usage des données du macinato présente des limites : si elles reflètent assez bien la consommation effective pendant l’année précédente, elles ne disent pas beaucoup sur les besoins théoriques de la ville, qui sont également importants. Si elles nous offrent le résultat du processus de ravitaillement, avec ses succès et ses échecs, elles livrent moins d’informations sur les objectifs de la stratégie annonaire. Pour saisir le raisonnement de l’administration, non seulement sur ce que la réalité est en mesure d’offrir à la ville, mais aussi sur ce qu’elle-même juge correct et juste, il faut donc associer à ce type d’analyse celle qui prend en compte les estimations théoriques faites par l’Annone.

8A l’observation de la réalité et au rassemblement d’informations, les autorités ajoutent leurs propres souhaits sur les niveaux de consommation que leur politique doit assurer. Ici, je voudrais me situer précisément au croisement entre ces deux aspects. C’est une position qui permet de voir de l’intérieur les difficultés et les soucis de l’administration et, par là, d’analyser les résultats, les contradictions et les ambiguïtés de la politique pontificale en matière de subsistances.

  • 3 BAV, Barb. Lat. 4862, Libro delle risoluzioni della Congregazione sopra l’Annona e la Grascia di Ro (...)

9Pour le xviie siècle, on ne dispose que de données fragmentaires et distancées dans le temps. En 1615, la Congrégation de l’Annone évalue à 136 000 rubbia la consommation romaine en année moyenne, ni d’abondance, ni de disette3. Ces chiffres comprennent tout d’abord la consommation de pain qui, entre le produit consommé par les habitants de la ville et celui utilisé pour le ravitaillement des ouvriers agricoles, absorbe le 96 % du blé (Cf. tableau 1).

Tableau 1. RÉPARTITION DE LA CONSOMMATION DE BLÉ À ROME (1615)

Tableau 1. RÉPARTITION DE LA CONSOMMATION DE BLÉ À ROME (1615)

Source : BAV, Barb. Lat. 4862, Libro delle risoluzioni della Congregazione sopra l’Annona e la Grascia di Roma..., 1611-1617, 18 août 1615.

  • 4 Meuvret, 1988 ; Grenier, 1987.
  • 5 Livi-Bacci, 1987. Pour Jean Meuvret, c’est cette corrélation qui caractérise les crises de subsista (...)

10Seules 5 000 rubbia (5,2 %) servent à la fabrication de produits de luxe, – les pâtes ou la pâtisserie – un pourcentage infime est destiné à des usages non alimentaires. Comme les autorités elles-mêmes le soulignent, dans des conjonctures particulières la consommation globale peut varier, ainsi que le rapport entre les différents usages du blé. Néanmoins, toutes les réflexions sur les standards de consommation et sur les niveaux souhaités font logiquement référence au pain, qui demeure l’élément central de l’alimentation d’une grande partie des citoyens. Le blé et les produits dérivés sont les ressources alimentaires essentielles et souvent uniques pour la grande majorité de la population d’Ancien Régime ; en tant que telles, leur demande est caractérisée par une inélasticité de base. Une hausse des prix du blé ne fait pas diminuer la demande du même bien, au contraire : la cherté du blé implique une dépense plus importante pour l’achat de ce bien, en détournant ainsi de l’achat d’autres produits, même alimentaires ; pour maintenir l’alimentation à des niveaux acceptables, on s’adresse alors avec plus d’intensité vers l’achat des céréales4. Même si ce phénomène est atténué par une certaine élasticité qui se réalise entre les différentes céréales – on se tourne davantage vers l’achat des céréales de qualités inférieures, moins chères –, le résultat ne change guère. Les effets des hausses se font sentir sur l’ensemble du circuit économique et sur la population. La corrélation entre mouvements des prix du blé et mouvement démographique de la population du centre considéré, montre la correspondance entre hauts prix céréaliers et ralentissement de la croissance, voire décroissance, de la population. Les effets de la disette, dont la cherté est un synonyme, sont doubles : elle a une incidence directe sur la mortalité et indirecte sur la natalité, car elle rend plus prudent l’accès au mariage, ralentissant donc la croissance démographique globale5.

  • 6 ASR, Bandi, Annona, b. 455, édit du 22 décembre 1665.
  • 7 ASR, Presidenza dell’Annona, bb. 412-419, Ristretto delle assegne dei grani date dai mercanti, 1680 (...)
  • 8 Cf. Revel, 1972 et 1975.

11Dans les années 1660, après l’épidémie de peste qui frappe la ville, le besoin estimé s’est réduit à environ 120 000 rubbia de blé6 ; ce chiffre se maintien aussi stable dans les années 16807, et il ne changera qu’à la moitié du siècle suivant, lorsque les autorités réévaluent les nécessités de blé de la ville autour de 130 000 rubbia8.

12Les estimations faites par les autorités traduisent en souhaits ce que la réalité offre concrètement. Les données de base des analyses et des raisonnements que l’on retrouve dans les archives de la Préfecture, sont, comme on l’a dit, celles du macinato. Le chiffre de 136 000 rubbia de blé proposé comme la consommation idéale en 1615, ne représente que la moyenne du blé moulu chaque année entre 1608 et 1614 ; de même, à quelques différences près, l’estimation de 1665 reflète les consommations de la macina de Rome entre 1658 et 1662 (Cf. tableau 2).

Tableau 2 BLÉ MOULU À ROME (1609-1662)

Tableau 2 BLÉ MOULU À ROME (1609-1662)

Sources : pour la période 1608-1614, BAV, Barb. Lat. 4862, Libro delle risoluzioni..., cit., 27 août 1613 ; pour la période 1658-1662, ASR, Presidenza dell’Annona, bb. 352-354, Nota dei grani..., cit..

13Ces chiffres, ainsi que les souhaits de l’Annone, cachent toutefois une diminution de la consommation de pain de la ville. En 1615, les 123 000 rubbia servant à la production du pain destiné à la consommation des habitants de la ville sont le résultat d’un calcul fait par rapport à une estimation de la quantité à assurer par tête, comme le disent clairement les autorités dans la présentation des chiffres :

  • 9 Per 123 000 bocche che sono in Roma, si calcola un rubbio per bocca, dal quale si cavano decine 65 (...)

Pour 123 000 personnes qu’il y a à Rome, on calcule une rubbia par tête, dont on tire 65 decine de pain, blanc et noir confondus, qui équivalent à 22 once en moyenne pour chacun, ce qui donne 123 000 rubbia de blé9.

  • 10 En conséquence de l’épidémie, la population romaine subit une diminution d’environ 13 %, en passant (...)

14Dans les années 1660, la consommation d’environ une rubbia de blé par an et par tête est encore sauvegardée : après le passage de la peste entre 1656 et 1657, et la chute démographique qui a suivi, 120 000 rubbia suffisent à maintenir le niveau des consommations des environ 108 000 habitants de la capitale10. La situation change dans les années 1680, lorsqu’on commence à observer une baisse réelle de la consommation par tête. La moyenne de la population romaine pendant cette décennie est de 121 862 unités ; une croissance de la population de 12,2 %, par rapport aux années 1660, accompagnée de la même estimation de la consommation, comporte une réduction d’environ 10 % de la disponibilité par tête, qui passe de 1,12 rubbia par an à 0,98.

15Cette baisse progressive mais constante de la disponibilité par tête semblerait être un processus irréversible qui commence à la fin du xvie siècle. Si l’on considère les quantités moyennes de blé dont la ville peut effectivement disposer dans des périodes échantillon comprises entre la fin du xvie siècle et celle du xviiie, on constate, en deux cent ans, une baisse d’environ 42 %, les disponibilités par tête passant de 290 à 167 kilos (Cf. tableau 3).

Tableau 3. DISPONIBILITÉ DE BLÉ PAR TÊTE (XVIe-XVIIIe siècles)

Tableau 3. DISPONIBILITÉ DE BLÉ PAR TÊTE (XVIe-XVIIIe siècles)

Source : Revel, 1975, p. 468.

  • 11 Revel, 1975, p. 470.
  • 12 Sur les estimations des consommations et sur les différences entre ville et campagne, voir, entre a (...)
  • 13 [l’annona] appartiene al governo politico e all’interesse di Stato, [dato che] l’affamazione de’ po (...)

16A la fin du xviie siècle, on se rapproche des niveaux de consommation propres aux campagnes qui, à la fin du xviie siècle, sont estimés autour de trois quart de rubbia par tête11. L’écart généralement enregistré entre les niveaux de consommation de la ville et de la campagne12avait en effet été respecté dans le cas romain aussi, au moins jusque là. Il s’agissait pour l’Annone de bien marquer et souligner le privilège de la capitale par rapport non seulement à sa campagne, mais aussi aux autres villes, dont le rôle n’était pas aussi important que celui de la capitale. C’est l’un des aspects du caractère politique du problème des subsistances, qui donne lieu à une théorisation spécifique de la part de Giovan Battista De Luca. Dans le chapitre XL du Principe cristiano pratico, l’auteur présente le cadre théorique et juridique dans lequel se situe le problème de l’Annone. Cette fonction, selon De Luca, revient au Prince pour deux raisons : d’abord parce qu’en tant qu’époux virtuel de la République, celui-ci est tenu de lui assurer les subsistances ; ensuite parce que « l’Annone fait partie du gouvernement politique et de l’intérêt de l’Etat », du moment qu’« affamer les peuples donne en général origine aux révolutions et aux révoltes, avec la chute du gouvernement »13. Le souverain confie en général, par délégation de son pouvoir, la tâche du ravitaillement des villes aux communautés et aux autorités locales, à l’exception de la ville capitale où il réside, dont il doit prendre soin directement. De Luca marque ainsi une différence dans la relation que le Prince entretient avec ses sujets, selon le lieu où ils résident. Mais, conscient de la difficulté théorique de cette position, il répond aux critiques implicites, en proposant les raisons pour lesquelles il s’agirait d’une attitude nécessaire et souhaitable :

  • 14 Nè ciò deve parere strano, conforme pare ad alcuni superficiali, i quali si sogliono scandalizzare (...)

Cela ne doit pas sembler étrange, comme il semble à quelques superficiels, qui se scandalisent de cette coutume, puisque tous les sujets sont également les fils du Prince et de la République ; et par conséquent, ils ne doivent pas être traités avec l’inégalité que ceux de la grande Ville soient ainsi caressés, tandis que ceux du reste de la Principauté soient presque négligés ; cela est au contraire raisonnable pour plusieurs raisons. D’abord parce que la Ville métropole où le Prince a sa résidence, ainsi que ses Conseils et Tribunaux, est d’habitude très peuplée ; par conséquent il est plus facile qu’elle encoure dans une disette. Deuxièmement, parce que le Peuple de la ville où le Prince et sa cour résident, est généralement plus noble et prêt aux plaisirs ; ce qui fait qu’il supporte plus mal que les autres les souffrances de la famine. Troisièmement, par conséquent, parce que ce Peuple est plus licencieux et plus prêt aux révolutions (...)14.

17Pour soutenir la légitimité d’une attention majeure destinée à la capitale, De Luca utilise la métaphore de la République et de la Principauté comme corps mystiques, à l’intérieur desquels la ville où siège la cour

  • 15 [fa] figura di capo, a comparazione d’altre Città e luoghi, i quali fanno la figura di membri, conv (...)

est la tête, par rapport aux autres Villes et lieux, qui sont les membres, et il convient que la tête soit soignée avec plus d’attentions, préservée, ornée (...)15.

18Dans ce passage, et plus généralement dans l’organisation donnée au problème, De Luca saisit un aspect central de l’évolution subie par les subsistances à l’époque moderne, tout en ayant très présent à l’esprit le cas romain. La nécessité d’assurer le ravitaillement à une capitale située au centre d’un territoire qui, pour diverses raisons, ne peut pas satisfaire entièrement ses besoins alimentaires, impose aux autorités le recours aux autres provinces de l’Etat, souvent en repoussant à l’arrière-plan les exigences de celles-ci. Cela favorise la constitution d’une hiérarchie interne qui tend à souligner la différence des intérêts et des exigences des secteurs particuliers de la population. Au conflit traditionnel, toujours présent, qui oppose la ville à la campagne, vient désormais s’en ajouter un autre : celui qui voit subordonner les exigences de petites villes et de l’ensemble de l’Etat à celles de la capitale, car les besoins de celle-ci n’ont pas le même statut que ceux des autres.

  • 16 Cf. supra, chap. I.
  • 17 Cf. Delumeau, 1961.

19Au niveau théorique, cette organisation du discours est symétrique à celle que l’on retrouve, plus ou moins explicitement selon les écoles, dans la discussion de la scolastique autour du problème du juste prix et du juste salaire : ici aussi on prend en considération la position différente des individus – ou, pour mieux dire, des catégories d’individus – pour en évaluer les besoins et, par là, pour estimer leur équitable rétribution16. Au niveau pratique et politique, c’est par ce biais qu’on arrive à légitimer la véritable exploitation de l’Etat en fonction des besoins de la capitale. Un bon exemple de cette attitude est représenté par la réorganisation annonaire mise en place par Sixte V à la fin du xvie siècle : les mesures prises à l’égard des provinces de la Romagne et des Marches, qui représentent l’un des volets principaux du processus de centralisation de l’Annone17, sacrifient les exigences économiques et l’autonomie relative dont ces deux régions jouissaient, précisément pour sauvegarder la condition privilégiée de Rome.

20Le problème du ravitaillement, tel qu’il se pose dans le contexte théorique esquissé, se présente donc non seulement comme celui d’assurer le minimum nécessaire à la survie des habitants, mais surtout comme celui de garantir les niveaux de consommation estimés par la population comme convenables à son propre statut à l’intérieur de la communauté étatique. Le maintien du privilège apparaît ainsi l’une des conditions fondamentales que toute politique annonaire se doit de respecter. Cela explique aussi l’attention particulière des autorités annonaires à l’égard de l’agriculture et de sa croissance, ainsi que l’étroite imbrication, assez typique du cas romain, entre politique annonaire et politique agricole. La baisse de la consommation par tête que les standards du ravitaillement annonaire permettent à la capitale, que l’on enregistre notamment au xviie siècle, est due principalement à une augmentation de la population, qui n’est pas accompagnée d’une croissance parallèle et proportionnelle de l’afflux de blé sur le marché urbain (Cf. graphiques I, II, III).

  • 18 Pour l’examen de la politique agricole des pontifes, cf. Infra, chap. II.

21Toute la bataille des autorités romaines du xviie siècle, comme déjà celle menée par les pontifes du xve – mais cette fois avec une nouvelle signification18– est orientée vers l’augmentation des emblavures dans les provinces annonaires et notamment dans l’Agro romano, la zone agricole la plus proche de la capitale. L’objectif est sans aucun doute celui d’augmenter l’afflux de blé vers la ville, afin de pouvoir garder intacts les privilèges de consommation dont elle bénéficiait. Les moyens pour y parvenir posent cependant des problèmes à la fois théoriques et pratiques difficiles à résoudre. S’il est clair qu’il faut encourager les agriculteurs à augmenter la production de blé, il est moins aisé d’adopter une politique d’encouragements qui ne menace pas la subsistance de la population urbaine, et notamment de sa partie la plus pauvre. Il y a là un conflit presque insoluble entre les exigences des producteurs et celles des consommateurs : les premiers, comme on le verra, raisonnent et agissent d’abord en fonction du gain et des différences entre les profits que l’on peut tirer de différentes formes d’exploitation et d’usage des terres ; les seconds ne peuvent faire face ni à la disette ni à la cherté, dont le résultat est le même, à savoir la faim.

Graphique I – Population de Rome (1600-1739).

Graphique II – Blé entré à Rome. Données annuelles (1600-1701) et moyenne mobile (9 ans).

Graphique III – Disponibilités de blé par tête (1600-1739). Données annuelles et moyenne mobile (9 ans).

  • 19 C’est notamment le cas des villes qui ne disposent pas d’un arrière-pays en mesure de leur fournir (...)
  • 20 Voir infra, chap. III.

22Les encouragements qui peuvent être offerts aux producteurs au niveau des prix sur le marché urbain sont lourdement conditionnés par cette réalité, bien connue des autorités des Etats modernes. Là où le principal encouragement à l’afflux du blé en ville est représenté par l’adoption d’une politique de soutien des cours du blé, on met en place des mesures de tutelle et de protection des consommateurs19. Cependant, on cherche en général à éviter ce type de politique, en faisant plutôt recours à d’autres moyens. Le système généralisé de fermeture du marché urbain, re-équilibré par la concession des permis d’exportation octroyés lorsque le ravitaillement de la ville est assuré, et que les prix n’ont pas atteint des niveaux dangereux, s’encadre dans le même genre de solutions. Dans ce cas, les exigences des producteurs d’obtenir des profits, même importants, de leur activité, sont repoussées à l’extérieur de la ville où l’on exerce une politique attentive de contrôle des prix. L’un des instruments principaux de ce contrôle est celui de la fixation du prix du pain. Comme on le verra dans le détail par la suite, le calmiere influence les relations qui se tissent à l’intérieur du marché, tout en laissant, au moins dans le cas romain, une marge assez importante aux fluctuations des prix du blé20.

2–LES PROVINCES ANNONAIRES : QUELQUES ÉLÉMENTS D’ANALYSE DE LA PRODUCTION ET DE LEUR CAPACITÉ DE RAVITAILLER ROME

L’organisation administrative des provinces annonaires

  • 21 Sur ces provinces s’exerçait déjà l’autorité de la municipalité romaine au Moyen-Âge. Cf. Pastura R (...)
  • 22 Delumeau, 1957-59 et 1961.

23L’autorité de l’Annone s’exerce directement sur une région, correspondante à l’actuel Latium, divisée, du point de vue administratif, en quatre provinces dont le rôle dans le ravitaillement de Rome est signifié par l’appellation « annonaires » qui leur est attribuée : le Latium proprement dit, dont l’Agro romano est la partie centrale, Campagna et Marittima, Sabine et, finalement, le Patrimoine21. Bien que cette organisation administrative suppose la totale soumission de cette région à la satisfaction des besoins romains, l’attention et les efforts des autorités se tournent progressivement, d’une part, vers le seul Agro – la zone la plus proche de Rome – en marginalisant les autres provinces ; et d’autre part, vers l’assujettissement de plus en plus marqué des autres provinces de l’Etat, plus éloignées de la capitale mais plus riches en production céréalière, telles que les Marches et la Romagne. Les mesures de Pie IV, qui subordonnent l’octroi des permis d’exportation de ces deux régions à l’autorité de l’Annone romaine sont suivies dans les années 1580 de la construction, voulue par Sixte V, d’entrepôts pour conserver sur place le blé destiné à la consommation romaine22.

  • 23 Le lien entre les conditions de la production des provinces annonaires, et notamment de l’Agro roma (...)

24Ce processus a été interprété tout d’abord comme une conséquence des difficultés productives croissantes des provinces annonaires, qui se révéleraient incapables d’assurer le ravitaillement de la capitale. Cette thèse, accueillie par la plupart de l’historiographie23, repose certes sur une réalité évidente, à savoir les difficultés de ravitailler une ville dont la croissance démographique est constante, ainsi que sur la situation particulière de l’une des provinces, celle de l’Agro ; mais aussi et surtout, à mon avis, sur l’acceptation implicite du discours élaboré par les autorités en justification de leur politique, dont les enjeux ne peuvent pas se résumer à la préoccupation du ravitaillement alimentaire de la capitale. Si l’on dépasse le discours de l’Annone, et on analyse les données concernant la production des provinces annonaires, on s’aperçoit aisément de l’écart entre la réalité et l’interprétation que les autorités en donnent. De ce fait, l’accent mis par les autorités sur les limites de la production locale à satisfaire la consommation romaine demande des explications plus complexes et plus approfondies, qui mettent en cause les enjeux cachés de la pratique et du discours annonaires.

Les données

  • 24 Palermo, 1990.

25Pour les derniers siècles du Moyen Age et pour le début de l’époque moderne, on ne peut repérer que des indices sur les niveaux de production de la région. Au Moyen Age, la province du Patrimoine apparaît comme l’un des hauts lieux de l’exportation céréalière. Entre 1331 et 1369, des contingents importants de blé prennent ainsi la mer du port de Montalto ; également importantes apparaissent les exportations de Corneto entre 1358 et 1370. Les blés s’acheminent le plus souvent vers la Toscane, la Ligurie et le Midi français, en témoignant de l’insertion de cette région dans le circuit commercial méditerranéen24.

  • 25 Delumeau, 1957-59, vol. II, p. 539.
  • 26 Ibid., vol. ii, p. 539 ; Palermo, 1990, p. 262 et sqq.

26Deux siècles plus tard, lorsque le développement des villes, dont Rome, entraîne un drainage plus important des ressources de cette région, la situation n’a pas véritablement changée : la province du Patrimoine figure toujours parmi les régions exportatrices de l’Etat, avec les Marches et la Romagne25. Le Patrimoine bénéficie sans aucun doute d’une position privilégiée, incomparable à celle des autres provinces annonaires : le Latium méridional ne semble pas avoir des capacités productives analogues, et ce n’est que rarement qu’il figure parmi les exportateurs26. Cela témoigne toutefois de l’existence d’un surplus productif qui pourrait être davantage exploité par la capitale.

27Le drainage des ressources céréalières des provinces annonaires, et spécialement des plus riches, pose néanmoins des problèmes, bien attestés, il me semble, par les données des xviie et xviiie siècles.

  • 27 Reinhardt, 1991.
  • 28 En 1648 (44,29 %), 1653 (68,39 %), 1655 (54,23), 1671 (53,11), 1678 (69,61)

28L’ensemble des provinces annonaires serait en mesure d’assurer, encore au xviie siècle, le ravitaillement romain en année moyenne. Selon les données publiées par Reinhardt27, entre 1596 et 1700 en plus de leur consommation propre, les provinces annonaires ont assuré la totalité de la consommation céréalière romaine pendant 52 ans, et elles en ont couvert de 90 à 99,9 % pendant 28 autres années. Ce n’est que très rarement que la contribution des provinces est descendue au-dessous de 70 % : 6 années sur les 105 considérées28.

29Derrière ces pourcentages se cachent évidemment des différences notables : pour ne citer que deux exemples, en 1604 les entrées totales de blé dans la capitale, constituées uniquement par la production des provinces, s’élèvent à 119 200 rubbia, tandis qu’en 1608 Rome bénéficie de 177 400 rubbia. Toutefois, si l’on compare les données sur la production des provinces disponible pour Rome et les estimations de la consommation de la ville (Cf. graphique IV), on s’aperçoit que non seulement la production a été supérieure à la demande romaine pour 66 années sur les 105 considérées ; mais aussi que les années d’abondance pouvaient permettre de faire face aux années de production moins abondante. En 1604, on l’a vu, Rome n’a bénéficié que de la production des provinces, de 119 200 rubbia ; les réserves constituées grâce aux 152 100 rubbia produites l’année précédente, dont 149 500 ont atteint la capitale où l’on a vendu 130 700 rubbia, ont néanmoins permis de compenser le défaut d’approvisionnement, d’ailleurs réduit : les ventes s’élèvent, en 1604, à 130 200 rubbia. On retrouve des situations semblables encore en 1612, 1613, 1651 et 1652.

  • 29 Ibid., p. 130-136.

30La variabilité de la production d’une année à l’autre n’évite pas le recours aux importations de blé des autres provinces et de l’étranger qui, dans certains cas, atteignent des niveaux considérables. Pour faire face à la faible production locale de 1617, d’à peine 93 200 rubbia, précédée par une suite d’années moyennes, on en importe presque 50 000 ; l’abondance des années 1623-1625 permet aux autorités de limiter les importations pour la saison 1626-1627, qui voit une disponibilité des provinces de 87 300 rubbia : 26 400 rubbia de blé atteignent Rome des autres régions. La crise la plus aiguë survient en 1648, lorsque les provinces ne couvrent qu’environ la moitié des besoins de la ville, et que l’on doit faire appel à l’étranger. On achète globalement 85 900 rubbia de blé, provenant notamment de France, Hollande et Angleterre29. Les coûts des importations, dont l’administration annonaire se charge entièrement, sont très élevés ; les risques de ne pas voir le blé arriver à Rome dans les délais prévus, lorsque la ville en a vraiment besoin, ou les accidents qui peuvent se multiplier en raison de la longueur du voyage, détermineront ultérieurement l’Annone à renforcer la production locale, afin d’éviter, dans les limites du possible, ces coûteux recours.

Graphique IV – Production des provinces annonaires disponible pour Rome et estimation de la consommation urbaine (1596-1700).

31Ce qui est important à souligner ici, c’est que, d’après les données dont on dispose, ce n’est pas la faiblesse de la production locale en elle-même qui rend nécessaires les importations ; c’est plutôt l’alternance entre bonnes et mauvaises récoltes, jointe aux limites techniques de la conservation du blé qui impose cette activité, ainsi que la nécessité de trouver de lieux alternatifs d’écoulement pour le blé produit en excédent. Dans les années de bonnes récoltes, en effet, la production des provinces ne peut pas être entièrement absorbée par Rome et par les autres marchés locaux. La solution adoptée est donc celle de la mise en place d’un système d’octroi des permis d’exportation, les tratte, variable selon la production et les prix sur le marché urbain. Il s’agit, comme on le verra plus précisement par la suite, de l’un des thèmes centraux de la réflexion de l’Annone et de l’un des éléments de sa politique les plus difficiles à gérer. Les informations sur les tratte octroyées pendant le xviie siècle dans les provinces dénoncent en effet la complexité du problème. Même lorsque la production des provinces ne peut pas satisfaire entièrement la demande romaine, des tratte sont octroyées dans les provinces. Cela est spécialement vrai pour la seconde moitié du xviie siècle. La production disponible pour la capitale serait pour la plupart du temps en mesure d’assurer sa consommation habituelle ; mais le drainage effectif de ces ressources diminue, tandis que la partie du produit destinée à l’exportation devient plus importante (Cf. graphique V). Comme on le verra plus loin, ce phénomène est le résultat à la fois de la volonté d’encourager l’augmentation des emblavures et des intérêts de la Chambre Apostolique dans la concession des permis d’exportation.

  • 30 Caroselli, 1981, p. 3-24.
  • 31 Revel, 1972, p. 226-228.
  • 32 Tournon, 1855, t. I, p. 304 et sqq.
  • 33 Cette évaluation repose sur le croisement entre les dimensions des surfaces emblavées, dans l’Agro (...)

32Les évaluations des historiens sur la capacité des provinces à satisfaire la demande romaine au xviiie siècle sont assez contradictoires. Selon Caroselli, la production des provinces aurait été en mesure d’assurer la consommation locale, le ravitaillement de la capitale et de réaliser aussi un excédent permettant l’exportation d’une moyenne de 50 000 rubbia environ par an30. En revanche, Revel estime le produit de cette région insuffisant à la satisfaction de la demande de romaine31. Examinons les chiffres sur lesquels se fondent ces jugements. Caroselli utilise les estimations de Tournon, se référant au début du xixe siècle32. Le montant du produit s’élève à environ 366 000 rubbia33. Aucune estimation de la consommation romaine n’est faite, ni des contingents de blé utilisés sur place, pour la consommation locale ou pour la semence.

Graphique V – Production des provinces annonaires : blé entré à Rome et tratte octroyées (1596-1700).

  • 34 La production de l’Agro s’élevant à 84 828 rubbia, donne, une fois soustrait le blé destiné à la se (...)

33Les estimations de Revel, tirées des statistiques de l’Annone pour la période 1743-53, ne sont pas très éloignées : elles proposent une production brute pour l’ensemble des provinces d’environ 352 000 rubbia. Ce sont les données concernant la consommation sur place et le blé destiné à la semence qui conduisent Revel à conclure que, la consommation romaine étant estimée, pour la même décennie, à 130 200 rubbia par an, les provinces seraient déficitaires d’environ un millier de rubbia34. Peu de chose, donc : pourtant, selon l’auteur, la production est surestimée par les sources, car elles ne prennent en compte que des années exceptionnellement favorables. L’insuffisance des provinces serait d’ailleurs ultérieurement démontrée par les importations effectuées par l’Annone dans cette même période.

  • 35 Reinhardt, 1991, p. 552-554.
  • 36 Le blé importé arrive de Castro et des Marches, excepté un contingent de 665 rubbia arrivant de Nap (...)

34Les données publiées par Reinhardt confirment à peu près les chiffres proposées par Revel, tout en permettant de corriger son jugement35. La moyenne des disponibilités annuelles des provinces pour la décennie 1743-1753 serait de 128 200 rubbia par an, ce qui donnerait, par rapport à la consommation estimée, un déficit de 2 000 rubbia environ. Toutefois, il ne semble pas s’agir d’une période exceptionnelle, bien qu’elle comprenne quelques années de production abondante : les disponibilités de 1744, 1745 et 1750 s’élèvent respectivement à 168 500, 174 000 et 159 700 rubbia. Les provinces assurent la totalité du ravitaillement romain pendant 3 ans ; pendant 5 ans, elles couvrent des pourcentages compris entre 88,37 % et 98,79 % des besoins, et elles sont au-dessous de 80 % pendant deux ans : 1747 (65,28 %) et 1749 (79,67 %). Pendant ces dix années, l’administration octroie des traites pour un total de 56 000 rubbia, et elle importe des autres régions de l’Etat 92 800 rubbia36.

35Comme on l’a vu pour le siècle précédent, il n’existe pas de rapport direct de cause à effet entre la production des provinces et les importations effectuées. Certes, on retrouve des importations considérables lors des saisons de mauvaise production, même en dehors des deux périodes de crise aiguë qui frappent la ville – en 1763-1768 et 1779-1783 – ; mais on peut remarquer aussi des situations où l’ouverture du commerce au départ des provinces s’accompagne d’une politique d’importations remarquables.

Graphique VI – Production des provinces annonaires : blé entré à Rome et tratte octroyées (1701-1797).

Graphique VII – Production des provinces annonaires disponible pour Rome et estimation des besoins urbains (1701-1797).

  • 37 Ibid., p. 135. Le blé vient pour la plupart de Castro.
  • 38 Ibid., p. 135. Le retard paraît dû à la distance des lieux d’importation et à la longueur du voyage (...)

36Entre 1715 et 1734 il n’y a qu’une année pendant laquelle la capitale vit uniquement de ses provinces : c’est la saison 1717-1718, où on n’utilise que 156 000 des 174 700 rubbia disponibles dans les provinces. Pendant cette année, on autorise l’exportation de 18 700 rubbia, soit 10,7 % de la production nette. En dépit des variations des disponibilités des provinces, l’administration octroie des traites chaque année, à l’exception de 1715-1716, pour des quantités variables entre 100 rubbia en 1729-1730 et 47 800 en 1727-1728. Le montant global des exportations octroyées sera, à la fin de cette période, de 254 400 rubbia. Parallèlement on fait abondamment recours aux autres régions et, de façon plus modérée, à l’étranger37. Chaque année, à l’exception de 1717-1718, des quantités de blé comprises entre 2 600 (1722) et 22 000 rubbia (1729), franchissent les portes de la ville, allant s’ajouter aux contingents des provinces. Le total des importations de ces 19 années s’élève à 165 000 rubbia. Dans deux cas uniquement, il s’agit de contingents achetés l’année précédente, à l’occasion des difficultés de ravitaillement rencontrées dans les provinces : le blé qui arrive en ville en 1716 a été acheté en 1715 pour faire face à des disponibilités locales d’à peine 84 600 rubbia ; et en 1730, lorsque aux 7 200 rubbia achetées à Castro pendant l’année en cours viennent s’ajouter les 1 400 achetées en 1729 et arrivées en retard38.

37Une vue d’ensemble, couvrant les deux siècles, sur la relation entre production nette des provinces, octroi des permis d’exportation et importations de l’extérieur du Distretto, permet de formuler une hypothèse sur la période que l’on vient d’observer. Tout se passe comme si l’on était en présence d’un choix politique précis de la part des autorités romaines, visant à utiliser les tratte comme moyen d’encouragement à la production céréalière, même lorsque cette politique présente des risques pour la subsistance de la capitale.

  • 39 La moyenne de la production annuelle est de 137 394 rubbia de blé pendant la première période, et d (...)

38Il est d’abord rare de trouver d’autres périodes aussi longues où se produit cette situation, caractérisée par la présence contemporaine des tratte et des importations. En général on trouve soit les tratte, soit les importations : cela est incontestablement un signe du lien existant entre l’octroi des exportations, l’abondance de la production locale et la satisfaction du ravitaillement urbain. A cette règle il existe toutefois une exception sur laquelle il convient de s’arrêter. La période 1661-1676 présente des caractéristiques semblables à celles comprise entre 1715 à 1733 : une production abondante pour certaines années et déficitaire dans d’autres, une libéralité discrète dans l’octroi des traites, dont le montant global dépasse celui des importations, pourtant abondantes39.

  • 40 Cf. infra, chap. III.
  • 41 Nicolai, 1803, vol. III, p. 99.
  • 42 Revel, 1972.

39Cette période suit de près l’épidémie de peste qui, en réduisant le nombre des effectifs de la population, affaiblit les tensions entre production et consommation. Mais ce qui me paraît à souligner, c’est qu’elle suit aussi un important débat qui occupe l’attention de la Congrégation de l’Annone en 1655, presque entièrement consacré aux tratte et à leur usage en tant qu’instruments décisifs d’encouragement de la production. De même la situation des années 1715-1733 suit de près les travaux de la Congregazione del Sollievo, instaurée par le pape Albani en 1704, qui reprend alors avec vigueur la discussion sur l’agriculture, en soulignant encore une fois la nécessité d’un perfectionnement du système des traites40. Dans les deux moments, on peut donc voir la manifestation concrète d’un engagement nouveau et renforcé de la part des autorités pontificales dans le domaine du commerce. Ralentie par la crise de 1708-1709, cette politique est ensuite mise en place, favorisée d’abord par une succession de bonnes récoltes, donc avec peu de risques pour la ville. En 1718-19, les producteurs, frappés par les bas prix causés par une récolte exceptionnelle, avaient d’ailleurs demandé le soutien de l’Annone, et ils avaient obtenu qu’elle achète à un prix politique tous les contingents invendus41. Cet épisode a sans doute incité les autorités à pratiquer une politique d’ouverture et de plus grande libéralité dans l’octroi des traites. Elle sera poursuivie, avec quelques faibles hésitations et reculs, jusqu’à la crise de 1763, dont les conséquences porteront, 37 ans plus tard, à la suppression de la Préfecture de l’Annone42.

40Cependant, l’attention portée aux producteurs et à l’encouragement de l’agriculture par le moyen d’une libéralisation marquée du commerce, du moins pendant une certaine période, n’amène pas les autorités à négliger les consommateurs urbains. Au contraire, leurs efforts politiques et financiers visent à réaliser un équilibre acceptable – bien que précaire – entre les exigences opposées de la production et de la consommation. On verra par la suite les formes prises par cet équilibre à l’intérieur de la ville, dans la phase de commercialisation du produit agricole. Il faut ici souligner que ces efforts se manifestent aussi à travers les importations de blé : d’une part, elles assurent à la population urbaine des niveaux de consommation relativement stables d’une années à l’autre, évitant les répercussions brutales de la variation des récoltes ; de l’autre, parce qu’elles sont directement gérées par l’Annone, les importations ne rentrent pas en concurrence directe avec le produit local. L’Annone se fait en effet arbitre des critères de distributions de ses ressources et, comme on verra, les organise aussi en fonction des profits des agriculteurs locaux.

41A partir de l’analyse des données qui vient d’être faite, on peut esquisser un premier bilan, tout à fait provisoire, des conditions de la production des provinces annonaires et notamment de leur capacité à pourvoir aux besoins de la capitale des Etats pontificaux.

42Pendant les deux siècles environ que l’on a pris en compte, les provinces s’avèrent capables de couvrir la plupart de la consommation romaine, mais il n’y a pas d’augmentation sensible ni tendancielle de la production de cette région (Cf. graphique VIII) : on est face à une stagnation de longue durée qui, comme on l’a vu, est la cause principale de la baisse de la consommation céréalière par tête qui se vérifie entre le xvie et le xviiie siècle. Ce phénomène pose des problèmes d’interprétation considérables.

  • 43 Tournon, 1855, t. I, p. 347.
  • 44 « bientôt la crainte des séditions pour le prix du pain fit revenir à des fixations de prix et à de (...)

43La présence et les caractères de l’institution annonaire ont en effet été mis en cause comme co-responsables de la crise de la céréaliculture. Le contrôle des prix sur le marché urbain à travers la taxation du pain et la distribution du blé de l’Annone aux boulangers à des prix « politiques », joints au prélèvement directement effectué sur la production et les restrictions imposées au commerce, limiteraient la rentabilité de la production céréalière, détournant les producteurs vers d’autres formes d’exploitation agricole ou d’investissement de l’argent. Au début du xixe siècle, Tournon établit un lien direct entre l’augmentation des emblavures dans les premières décennies du xviiie siècle et les mesures prises en 1689 par Alexandre VIII qui « délivra l’agriculture de presque toutes ses entraves »43 ; la réduction des emblavures qui a suivi aurait, en revanche, été causée par la marche arrière des autorités annonaires qui reprennent l’ancienne politique de contrôle du marché44.

Graphique VIII – Production des provinces annonaires disponible pour Rome et moyenne mobile 9 ans (1596-1797).

  • 45 Dal Pane, 1931 et 1957.

44L’historiographie libérale postérieure reprendra cette position critique vis-à-vis de la législation et de la politique annonaires. Selon Dal Pane45, le principal responsable de la stagnation de la campagne romaine et de la crise de l’agriculture serait le système annonaire élaboré par les autorités pontificales. La dépression des prix sur le marché urbain, qui représente souvent le seul lieu d’écoulement du produit local, jointe aux barrières interposées au libre échange, ont dissuadé la production céréalière, car ils pénalisent lourdement les producteurs. Cette interprétation de la période, fondée sur le présupposé de la libération progressive et gagnante de la société économique de toutes les entraves posées par un pouvoir politique défenseur des acquis et des intérêts des classes improductives, amène Dal Pane à proposer une interprétation spécifique de la politique annonaire – notamment des mesures concernant la réglementation du commerce –, et des positions exprimées par les différentes catégories de producteurs au sujet de la réforme du système annonaire romain ; le but principal de son analyse est de faire ressortir à la fois la pénalisation des entrepreneurs agricoles opérée par le système, et leur réaction « libérale ».

  • 46 Revel, 1972, p. 277.
  • 47 Les maggesi sont des emblavures sur sols reposés deux ou trois ans ; en revanche, les colti sont le (...)
  • 48 Ibid., p. 277 et sqq.

45Revel a posé d’importants éléments pour la critique de cette interprétation. L’analyse de la dernière période de vie de l’Annone, des années 1760 jusque en 1800, montre deux phénomènes bien évidents, dont le rapport reste à définir : la hausse longue des prix céréaliers et le renforcement de l’intervention annonaire sur le commerce des grains46. Selon l’hypothèse libérale, ce serait précisément l’Annone qui, en accroissant son rôle et son ingérence, affaiblirait les effets de la hausse des prix sur l’augmentation de la production. L’observation des emblavures dans la campagne romaine montre en revanche un net accroissement des maggesi47dans l’Agro, en correspondance de la hausse des prix : il s’agit d’un signe non équivoque d’une réponse des producteurs aux incitations du marché. Contrairement à ce qui se passe dans les autres parties du Distretto, caractérisées par la présence de la petite exploitation agricole, et qui réagissent donc plus faiblement aux prix, la forme d’exploitation typique de la campagne la plus proche de Rome s’avère sensible à la conjoncture, au-delà de la présence de l’Annone. Cependant, face à l’augmentation des emblavures, on n’enregistre pas de croissance de la production. Le diagnostic de Revel est précis : aux sollicitations du marché, les exploitants de l’Agro ont réagi en mettant en labours des terrains marginaux et en imposant des rythmes trop serrés aux meilleures terres. Par conséquent, les rendements à la semence baissent, et la production brute ne profite pas de l’augmentation des emblavures. Le renforcement de l’intervention de l’Annone serait alors l’effet d’une crise dont l’origine est avant tout à rechercher dans les problèmes structuraux de l’exploitation rurale, plutôt que la cause principale de la stagnation48.

46Il ne s’agit pas de nier en bloc les responsabilités des autorités pontificales dans la situation critique de l’agriculture dans la campagne romaine ; mais plutôt de les redéfinir, afin de mieux comprendre les actions et les réactions de la société romaine dans son complexe, confrontée à une politique précise, ainsi que la rationalité propre de l’institution annonaire. L’Annone, dans sa pratique concrète et dans son discours, dessine un modèle économique et politique précis, qui doit être saisi dans son ensemble. Les caractères de ce modèle, d’ailleurs, me paraissent aussi expliquer la position très particulière assumée par l’administration pontificale, et par les producteurs, à l’égard des solutions libérales qui se répandent à partir de la seconde moitié du xviiie siècle.

47Ce modèle, ainsi que la politique annonaire et agricole, sont bâtis sur une réalité particulière, que d’ailleurs ils contribuent à former, qui est celle de l’Agro romano. Il convient alors de s’arrêter sur cette région et d’en voir les caractères les plus significatifs.

3 – L’AGRO ROMANO

48Les définitions administratives de la région qui entoure Rome, appelée de façon générale son territoire, sont très ambiguës. Elles mettent en cause, d’une part, les rapports de chacune de ses parties avec la capitale ; d’autre part, elles reposent sur des caractères à la fois physiques et économiques qui induisent des différences importantes entre ces mêmes parties.

  • 49 Il s’agit d’une redéfinition du territoire à l’occasion de la réforme des statuts de Rome, Cf. Ross (...)
  • 50 G. B. De Luca, Theatrum... cit., II, De regalibus, disc. LXXII.
  • 51 Rossi, 1990, p. 167.
  • 52 Cit. dans Rossi, 1990, p. 156.

49En 1580, Grégoire XIII fixe les limites du territoire romain à 40 milles de distance de la ville49. Celui-ci comprend deux circonscriptions : le districtum (Distretto), et l’Agro. Leurs frontières ne sont pas aussi précises, notamment à cause de la variété des critères employés à les définir. Selon De Luca, qui exprime ici un point de vue strictement juridique, l’Agro ne serait composé que par les terres comprises dans un rayon de dix milles de la capitale50. Cette définition spatiale, à laquelle De Luca lui-même ne paraît pas assigner une importance fondamentale51, est démentie dans la pratique par l’utilisation d’autres critères juridiques ou fiscaux qui découpent le territoire d’une façon différente. Selon un chirographe d’Urbain VIII, publié le 12 août 164352, le Distretto serait formé par les communautés comprises dans le territoire romain ayant des statuts propres ; en revanche les casali, avec une population stable très limitée, sans statuts propres, et soumis donc à la juridiction romaine, formeraient l’Agro.

  • 53 Ibid., p. 173-179.

50Le problème n’est pas des moindres, puisque chaque circonscription est soumise à un régime fiscal particulier. De plus, la politique agricole et annonaire ne s’applique pas de la même façon à l’ensemble des provinces et du territoire romain. La variété des critères employés, rendant ultérieurement fluides les délimitations de chaque circonscription, favorise de nombreuses disputes, qui voient les protagonistes utiliser les différents critères en les opposants les uns aux autres selon l’intérêt de leur cause. On en vient ainsi à avoir des domaines qui, pour leur localisation ou leur statut juridictionnel, se définissent in Agro mais non pas de Agro53.

  • 54 Tournon, op. cit., t. I, p. 304 et sqq.

51Les critères démographiques, ainsi que ceux qui relèvent de la configuration du paysage agraire et de la présence des casali finissent pour l’emporter sur les autres et pour devenir la référence, au moins pour ce qui concerne la politique agricole et annonaire. Ils sont encore à la base de la définition et de la description de l’Agro que donne Tournon au début du xixe siècle. L’Agro y est défini comme « la partie la plus importante du pays de grande culture », en opposition au pays de « petite culture » composé par les provinces annonaires plus éloignées de la capitale, où le régime de propriété et d’exploitation est profondément différent54.

Recensements de l’Agro, cadastres et utilisation des terres

  • 55 Cette liste a été publiée par Coste, 1971, p. 32-143.
  • 56 Les Taxae Viarum sont des impôts ordonnés pour financer les réparations et les travaux des routes e (...)
  • 57 Ibid., p. 39-60.

52Les premiers recensements de l’Agro au xvie siècle et les cadastres du XVIIe et xviiie sont formés à partir de ces unités de propriété, les casali. Un florentin, Vincenzo Renzi, comptable de la Chambre apostolique, rédige autour de 1588 une liste des casali de la campagne romaine55, sur la base des Taxae Viarum de la seconde moitié du xvie siècle56. Dictée sans doute par des soucis liés au ravitaillement annonaire de la capitale et aux mesures de politique agricole adoptées par les pontifes de la période, cette liste est remise à jour par un autre florentin, Giovanni Bardi, en 159657. La surface de l’Agro qui résulte de cette liste est de 84 156 rubbia. Elle ne comprend que les casali proprement dits, à savoir les unités productives destinées à la culture ou bien à l’élevage, formées par un ensemble plus ou moins homogène de terres douées d’un ou plusieurs bâtiments, et qui sont au nombre de 373. Pour la période moderne, ces deux listes représentent à ce jour les premières sources qui sont en mesure de fournir des renseignements sur l’extension de la campagne romaine et la structure de la propriété. Il faut attendre la seconde moitié du xviie siècle pour disposer du premier recensement complet de l’Agro.

  • 58 Rossi, 1990, p. 166.
  • 59 Ibid. La carte de Cingolani est publiée dans Frutaz, 1972.
  • 60 BAV, ms. Chigi H III 63, Casali dell’Agro romano rappresentanti (...) rubbia 97 304 distinti in que (...)
  • 61 Catasto annonario delle tenute dell’Agro romano fatto pel regolamento delle sementi in esecuzione d (...)

53En 1660, Alexandre VII ordonne la rédaction d’un cadastre de la campagne romaine, afin de repartir plus équitablement et précisément les Taxae Viarum58. Le dessin d’une carte des domaines (tenute) était prévu pour accompagner le cadastre. Le projet, confié à Francesco Eschinardi, fut interrompu par la mort du pape en 1667 ; il ne fut repris qu’en 1692 par Giovan Battista Cingolani. La liste complète des propriétaires des casali fut par ailleurs établie en 1704 par Domenico De Rossi, lors de la première réédition de la carte59. Pour le xviie siècle lui-même, on ne dispose que d’une liste, rédigé autour de 1655, conservé dans un manuscrit de la Bibliothèque Vaticane, entièrement consacré à l’Annone de Rome, où sont indiqués les noms des propriétaires fonciers de l’Agro et la dimension globale de leurs propriétés60. La surface globale de l’Agro y est comptée pour environ 97 000 rubbia. Supérieure à celle de la liste Renzi-Bardi, elle reste cependant inférieure à celle comprise dans la liste De Rossi, qui lui donne une extension de 109 054 rubbia. Presque un siècle plus tard, dans le nouveau cadastre ordonné en 1783 par Pie VI à des fins explicitement annonaires61, la surface de l’Agro considérée augmentera ultérieurement : 111 794 rubbia.

54L’élasticité de l’Agro romano selon les différentes sources et les diverses périodes est l’une des représentations concrètes des conflits qui accompagnent la définition du territoire de la ville, à laquelle sont liées des obligations et des contraintes spécifiques. L’usage des données du cadastre à des fins de contrôle politique ou d’imposition fiscale est d’ailleurs inscrit dans les propos mêmes qui en sont à l’origine, et exprimé par les déclarations des rédacteurs des listes et des cartes. Le souci du ravitaillement céréalier de la capitale est explicite dans la dédicace faite par Cingolani au pape et reproduite sur la carte :

  • 62 Presento con humilissimo ossequio alli Piedi della Santità Vostra questa carta topografica dell’Agr (...)

Je présents humblement et obséquieusement aux Pieds de Votre Sainteté cette carte topographique de l’Agro romano, nécessaire aussi bien à la direction d’une parfaite administration de l’Annone, qu’à l’exacte culture des champs, en sachant rencontrer ainsi les faveurs de Votre intelligence qui, bien qu’elle s’adresse au monde entier, s’adonne à trouver les moyens de soulager ses sujets et aider les pauvres, et qui ne permet que les terres de l’Etat ecclésiastique, ni celles de la campagne de Rome, restent inutilement incultes62.

  • 63 Cf. supra, chap. I.
  • 64 Le premier a avoir introduit ce système est Clément VII en 1524. Cf. infra.

55Le cadastre répond à l’exigence de plus en plus urgente de posséder une information claire sur la propriété et sur l’usage effectif des terres, afin de pouvoir réaliser une politique annonaire et agricole cohérente et plus efficace. Celui de l’information est d’ailleurs l’un des nœuds centraux et problématiques de la stratégie annonaire en mesure d’en conditionner les résultats. Il avait déjà été abordé par Grégoire XIII dans les dernières décennies du xvie siècle, lorsqu’il avait imposé aux propriétaires les assegne63. L’introduction de telles déclarations jurées fait partie du dessin global d’une définition et d’une meilleure précision du rôle de l’Annone poursuivi par le pontife qui, en même temps, établit formellement les compétences et les pouvoirs du Préfet qui en a la charge ; elle représente une tentative pour appuyer la gestion courante du ravitaillement de la ville sur une information plus précise et, donc, pour lui conférer une rationalité majeure. Cependant, les limites du système apparaissent rapidement. Les propriétaires ont intérêt à fausser leurs déclarations, pour se soustraire aux règlements annonaires, ou pour les détourner en leur faveur. L’obligation, imposée aux producteurs, de vendre une partie de leur production à l’Annone, à des prix généralement inférieurs à ceux du marché, peut pousser vers la sous-estimation des récoltes ; la même attitude peut d’ailleurs être adoptée lors de bonnes récoltes, afin d’éviter une chute trop importante des prix. En revanche, la mise en place d’un système d’octroi des permis d’exportation liés à la récolte et aux prix sur le marché romain64, peut pousser vers une surestimation de la production qui, s’avérant fausse, peut à son tour conduire à la crise.

56Le cadastre représente une réponse plus avancée à la même exigence :

  • 65 Sono in questa Geometrica Pianta delineate tutte le Tenute e Casali dell’Agro romano, con li suoi c (...)

Sur cette carte sont indiqués toutes les tenute et tous les casali de l’Agro romano, avec leurs limites, leurs noms, leurs dimensions, afin de pouvoir connaître et profiter de la connaissance complète de ceux-ci, ainsi que celle concernant la qualité et quantité des terrains (...)65.

  • 66 Motu proprio della Santità di Nostro Signore Papa Pio VI con cui viene approvato il regolamento da (...)

57Les autorités commencent à envisager une utilisation du cadastre en tant que base de réflexion et d’organisation de la politique agricole et annonaire, et comme instrument de contrôle et de vérification de l’application des mesures adoptées. Cette démarche sera concrètement entamée avec le cadastre de Pie VI, ordonné en 1783 pour vérifier la bonne application de l’obligation d’emblaver un tiers du territoire66. L’échec des mesures analogues prises par Sixte IV, Clément VII et les autres pontifes qui leur succèdent, est désormais attribué à l’impossibilité d’en contrôler l’application réelle. Le Motu proprio de Pie VI énonce la raison du non respect des normes établies :

  • 67 Abbiamo osservato esser stata soltanto genericamente prescritta ed ordinata la coltura della terza (...)

On a observé [...] n’avoir que de façon générale prescrit et ordonné l’emblavure de la troisième partie de toutes les terres, sans déterminer précisément quelles étaient les pièces de terres à ensemencer chaque année, quels étaient les quartiers des tenute, quels et combien les prés à réserver aux bœufs de trait, pour les foins, pour le pâturage des animaux servant au transport des victuailles dans la capitale, quels les terrains naturellement stériles(....)67.

Pour résoudre ces difficultés, il est décidé

  • 68 Di stabilire e fissare specificamente tutto il terreno che in ogni stagione dovrà andare a semente, (...)

D’établir et fixer précisément tout le terrain qu’il faudra ensemencer chaque année, pour que, chaque agriculteur étant facilement en mesure de connaître son obligation, il soit également facile de reconnaître ceux qui ne l’ont pas accomplie68.

58Les arpenteurs sont ainsi envoyés sur le terrain afin de confectionner, sur la base de leurs relevés, le détail du plan d’intervention. A partir de ce travail, on pourra vérifier l’extension des terres labourables pour tous les domaines, ordonnés selon leurs dimensions, et maîtriser ainsi le problème du manque de culture.

59L’un des premiers usages du cadastre est en effet celui du classement des terres selon leur usage. Dans le cadastre de 1660, cette répartition reste assez rudimentaire. On y classe la surface globale de l’Agro selon quatre catégories : les terres labourables, les bois, les prés et les pâturages (Cf. tableau 4).

Tableau 4. AFFECTATION DES TERRES DE L’AGRO ROMAIN (1704)

Tableau 4. AFFECTATION DES TERRES DE L’AGRO ROMAIN (1704)

Source : D. De Rossi, « Nomi e quantità delle Tenute... » cit., 1704.

  • 69 Coste, 1969.

60L’essentiel de ces catégories reflète effectivement le type d’utilisation des sols dans la campagne romaine, où la céréaliculture extensive côtoie de grandes surfaces vouées aux pâturages, à l’exploitation des prés (prati) pour la vente des herbages et aux maquis (macchie) qui assurent le ravitaillement en bois. On retrouve du reste ce même classement dans une liste des casali de la campagne romaine rédigé au début du xviie siècle, sans doute par un mercante di campagna, soucieux de recenser l’espace de l’Agro selon les possibilités d’exploitation les plus rémunératrices69. Les principaux renseignements fournis par cet auteur concernent l’extension du casale, la qualité des terres, et le type d’exploitation qui en est fait ou qui peut en être fait, ainsi que l’état actuel du domaine – s’il est exploité en faire-valoir direct ou bien loué, les noms des locataires et le prix de la location, etc. Les détails sont importants, d’autant plus dans un cadre où les possibilités d’utilisation apparaissent bien réduites. Ainsi, la présence et l’extension des prés, des maquis ou des jardins potagers, avec leurs rendements en argent, sont soigneusement soulignées.

  • 70 Sombart, 1888.

61Les usages des terres que l’on retrouve dans les commentaires d’un fermier et qui sont traduits tels quels dans le cadastre, soulignent le rapport existant entre la ville et sa campagne : celle-ci, entièrement consacrée à la satisfaction des exigences urbaines, ne propose pourtant aucune innovation, aucune introduction de nouvelles cultures dans les siècles suivants, mais simplement une distribution différente des terres selon les usages traditionnels. Deux siècles plus tard, le classement est le même que celui du cadastre d’Alexandre VII70 ; mais la surface des terres labourables s’est réduite, à cette date, en faveur des pâturages (Cf. tableau 5).

Tableau 5. AFFECTATION DES TERRES DE L’AGRO ROMAIN (1871)

Tableau 5. AFFECTATION DES TERRES DE L’AGRO ROMAIN (1871)

Source : Notizie Statistiche..., 1871.

  • 71 Sur l’agriculture et les rotations de cultures dans la région romaine, voir, entre autres, Doria, 1 (...)
  • 72 ASR, Bandi, Annona, b. 455, édit du 22 décembre 1665. Cf. supra.

62Si le classement que l’on vient de voir reflète le type d’exploitation concrète de la campagne romaine, il met néanmoins en évidence les requêtes des autorités par rapport à celle-ci. L’inquiétude du gouvernement pontifical, encore au xixe siècle, porte sur la production céréalière : l’Agro ne produit pas assez de blé pour la consommation de la ville. Pourtant, les trois quarts des terrains de l’Agro sont cadastrés comme labourables. Etant donné l’assolement triennal des terres, qui constitue le régime typique du Latium71, les 80 000 rubbia destinées à la céréaliculture devraient permettre, non seulement la couverture des besoins de la ville, estimés à l’époque du cadastre autour des 120 000 rubbia de blé par an72, mais aussi la production d’un excédent pouvant être exporté. C’est ce que affirme Domenico De Rossi dans la réédition de 1704 de la carte Cingolani :

  • 73 (...) essendo tutti li terreni coltivabili circa rubbia 80 000, seminando di essi

(...) étant donné que les terres labourables s’élèvent dans leur ensemble à environ 80 000 rubbia, en emblavant le tiers chaque année, entre maggesi et colti, elles produiraient toujours l’abondance de blé pour ravitailler Rome sans avoir à recourir aux grains des villes, terres et châteaux voisins, ni du reste de l’Etat ou de l’étranger ; au contraire, avec les blés récoltés dans cette campagne, Rome pourra toujours disposer d’un excédent pouvant être en partie exporté, avec un profit considérable pour la Chambre Apostolique ainsi que pour les marchands73.

  • 74 A. Gabrielli, Del regolamento economico dell’agricoltura e del prezzo dei grani nella città di Roma (...)

63Le croisement entre les données du cadastre concernant les terres labourables et celles proposées par quelques écrivains spécialistes des problèmes de l’agriculture de la fin du xviie siècle, sur les niveaux de récoltes par rubbia emblavée et sur le produit pouvant être commercialisé, confirment l’opinion de De Rossi. Selon le marquis Angelo Gabrielli (1714), les rendements à la surface varient dans cette région entre 5 rubbia de blé par rubbia de terre, dans les cas les moins heureux, et 10 dans des années spécialement favorables. L’auteur estime normaux des rendements de 8 pour 174. De la production brute il faut soustraire, d’après Gabrielli, environ 3 rubbia pour obtenir la quantité nette pouvant être vendue. En emblavant un tiers des terres labourables, on obtiendrait ainsi une production annuelle moyenne nette d’environ 120 000 rubbia (Cf. tableau 6).

Tableau 6. ESTIMATIONS DE LA PRODUCTION DE L’AGRO (1714)

Tableau 6. ESTIMATIONS DE LA PRODUCTION DE L’AGRO (1714)

Source : A. Gabrielli, Del regolamento economico dell’agricoltura e del prezzo dei grani nella città di Roma..., Rome, F. Gonzaga, 1714.

  • 75 ASR, Bandi, Annona, bb. 455, Bando sopra il condurre Grani e Legumi a Roma, répété pour plusieurs a (...)
  • 76 Le cas le plus significatif à cet égard, dans les données de la période 1658-1715, est celui de 167 (...)

64Les données du cadastre confirment l’écart existant entre les possibilités productives de l’Agro, la destination théorique des terres et la production réelle que l’on obtient de cette région. Les séries de la Préfecture de l’Annone sur lesquelles j’ai travaillé, n’indiquent pas l’origine du blé entré en ville. Cependant, la réglementation concernant l’introduction des céréales dans la capitale impose aux producteurs résidant en ville d’amener leur blé à Rome selon un calendrier qui tient compte de la distance des lieux de production de la capitale75 : pour la fin de septembre, tous les blés produits dans un rayon de 20 milles de la ville doivent y parvenir, suivis par ceux qui sont récoltés entre les 20 et les 40 milles. A la fin du mois d’octobre, toute la production locale devrait théoriquement se trouver à l’intérieur des murs de la capitale. Pendant cette période, le marché est exclusivement réservé aux producteurs locaux, exception faite pour les distributions de l’Annone. Pour encourager la conduite des blés, on octroie des bénéfices et des immunités particulières à tous ceux qui conduisent leur blé sur la place romaine. Evidemment les transgressions sont nombreuses : en témoignent à la fois la répétition des Bandi et la gravité des peines menaçant les contrevenants. La législation étant telle, on peut considérer l’afflux de blé en ville pendant la période qui va de juillet à octobre comme un indicateur de la capacité de production de l’Agro, à quelques exceptions près : la grande quantité de céréales entrées en ville comprend sans doute dans certains cas des importations effectuées par l’Annone l’année précédente76.

65Pendant la période 1658-1715, les quantités introduites pendant le premier quadrimestre de l’année-récolte apparaissent lourdement déficitaires. En quatre cas – 1671, 1685, 1686 et 1690 – ces contingents de blé n’arrivent pas à couvrir le 50 % de la consommation estimée qui reste, pour toute la période considérée, de 120 000 rubbia par an. Rarement – et il s’agit ici sans doute des années où l’apport de l’activité annonaire est remarquable – ils satisfont entièrement la demande estimée.

  • 77 Revel, 1972, p. 227.

66Un demi-siècle plus tard, la situation n’a pas changé. La production de l’Agro disponible pour Rome dans la période 1743-1753, selon les estimations de Revel77, serait d’environ 70 000 rubbia, en mesure de satisfaire la moitié de la consommation de la capitale.

67Ces résultats ne peuvent satisfaire les autorités annonaires, d’autant que la nécessité de stockage de blé pour s’assurer des années de crises demanderait un afflux beaucoup plus important.

  • 78 ASR, Congregazione del Sollievo, bb. 1-2, notamment les discours sur l’agriculture de la campagne r (...)
  • 79 Tournon, 1855, t. I, p. 347.

68Le cadastre permet d’expliquer ce déficit de la production. Puisque les terrains labourables représentent plus de 70 % de la surface de l’Agro, et que les rendements sont spécialement élevés, la cause de la faible production par rapport aux besoins de la ville doit être cherchée dans l’attitude des exploitants agricoles. En effet, selon le jugement courant de l’époque, on n’emblave qu’à peine un dixième de la surface globale de la campagne romaine78. En 1720, selon Tournon, on avait emblavé dans l’Agro seulement 22 000 hectares : et il s’agissait d’une année exceptionnelle79.

69Les autorités le savaient déjà : depuis Sixte IV leur politique agricole avait visé à augmenter les emblavures dans la campagne romaine. Avec le cadastre, toutefois, on a la possibilité théorique d’affiner l’analyse des causes et des responsabilités, en pointant le doigt sur la structure de la propriété et de l’exploitation agricole.

La structure de la propriété foncière

70Selon la liste dressée par De Rossi au début du xviiie siècle, 146 propriétaires se repartissent les 109 271 rubbia de l’Agro romain. Le partage est bien évidemment lourdement inégal.

71Le latifondo s’impose massivement, tandis que la petite et la moyenne propriété n’ont qu’une place très limitée dans cette région. 60 % des propriétaires, détenteurs de casali de 1 à 300 rubbia, ne possèdent qu’à peine 10 % des terres, tandis que les trois quarts de la surface, en gros, sont concentrés entre les mains du 19,2 % des propriétaires (Cf. tableau 7).

Tableau 7. DISTRIBUTION DE LA PROPRIÉTÉ FONCIÈRE DANS L’AGRO ROMANO (1704)

Tableau 7. DISTRIBUTION DE LA PROPRIÉTÉ FONCIÈRE DANS L’AGRO ROMANO (1704)

Source : De Rossi, « Nomi e quantità delle tenute, e casali fuori di ciascheduna porta, e de’ padroni che al presente li possedono », in Frutaz, 1972, tavv. 166-171.

La propriété ecclésiastique

  • 80 L’Hôpital San Salvatore est aussi appelé Sancta Sanctorum, ou San Giovanni, selon les différentes l (...)

72Parmi le groupe des grands propriétaires, avec des possessions supérieures à 1000 rubbia, on trouve six institutions ecclésiastiques : les trois grandes basiliques romaines – San Pietro, San Giovanni et Santa Maria Maggiore –, les hôpitaux du Santo Spirito et de San Salvatore80, et le Collegio germanico. Ensemble, ils détiennent 58 ca-sali pour un total de 28 020 rubbia.

73Le Chapitre de San Pietro, avec ses 13 456 rubbia est de loin le principal propriétaire foncier de l’Agro. Les dimensions de ses casali sont très diverses. Le casale de Campo Morto est la plus grande tenu-ta de tout l’Agro, avec une surface de 4 309 rubbia. Situé à environ 30 milles de la ville, il représente une sorte de grande île aux frontières méridionales du territoire romain, relativement isolé par rapport aux autres casali composant le patrimoine du Chapitre, dont la plupart se situent à nord et nord-ouest. Dans cette zone la tentative pour maintenir une continuité territoriale entre les unités possédées se manifeste clairement : plusieurs casali, situés l’un à côté de l’autre, forment des possibles unités d’exploitation de dimensions importantes : Tragliata, Tragliatella et Boccea forment un îlot de 2 677 rubbia ; Valca, Valchetta, les prés de Tor di Quinto, Castelgiubileo, Malborghetto et Pietra Pertusa s’étendent sur un espace continu de 2067 rubbia ; S.Agata, Casal del Marmo, Palmarola, Mimoli, Torrevecchia et Primavalle représentent un autre ensemble de dimensions importantes (1 105 rubbia). L’unité formée par Sepoltura et Sant’Andrea, de 386 rubbia, clôt la série. Avec un seul casale de 145 rubbia, celui de Monastero Colonnello, le Chapitre est presque absent à l’est de la capitale.

74Les possessions des autres basiliques sont nettement inférieures à celles du Chapitre. La propriété du chapitre de San Giovanni, qui s’élève à 2 423 rubbia, est composée de huit casali de dimensions comprises entre 85 et 955 rubbia. Ils sont dispersés notamment au sud-est de Rome. Le Castella, l’unité la plus grande appartenant au Chapitre, touche les frontières sud de l’Agro, confinant avec Campo Morto.

75De même, la basilique de Santa Maria Maggiore possède huit casali, de 179 rubbia en moyenne, pour un total de 1 432 rubbia. Bien qu’ils soient tous à l’est de la capitale, sur les routes sortant de Porta Maggiore, chaque casale représente une unité indépendante.

76Les possessions de l’Hôpital de Santo Spirito couvrent 7 961 rubbia. Sauf les tenute de Porcareccio et Castel di Guido, qui sont limitrophes et couvrent, ensemble, une surface de 4 409 rubbia, les autres casali, de dimensions variables entre les 139 rubbia de Centrone et les 2 410 de Santa Severa, se situent, éparpillées, au nord de la capitale, jusqu’aux frontières avec le territoire de Tolfa. L’Hôpital est par ailleurs complètement absent du reste de l’Agro.

77Avec presque le double des casali, l’Hôpital de San Salvatore dispose toutefois d’une propriété globale dans l’Agro nettement inférieure à celle de Santo Spirito : 1 474 rubbia au total.

  • 81 Montel, 1979. Sur l’ancienneté des possessions des institutions ecclésiastiques dans l’Agro romano, (...)
  • 82 Coste, 1971, p. 89, num. 38 ; et 1969, p. 94, num. 457.

78Dans le groupe des grands propriétaires, la série des institutions ecclésiastiques est close par le Collegio germanico, dont les sept ca-sali ne représentent que 1 274 rubbia. Contrairement aux autres institutions ecclésiastiques, dont les possessions sont anciennes, remontant dans certains cas, comme celui de Boccea, au ixe siècle81, le Collegio germanico acquiert dans le courant du xviie sa tenuta la plus importante : le Quarto di San Saba qui, au début du siècle, appartenait à Virgilio Orsini82.

  • 83 Les sœurs de San Sisto et Domenico possèdent 984 rubbia, les moines de San Paolo ont 6 casali, pour (...)
  • 84 Sur 78 propriétaires possédant un seul casale, 28 sont des institutions ecclésiastiques (35,9 % de (...)
  • 85 Maire-Vigueur, 1974, p. 68-70.

79Les autres institutions ecclésiastiques – églises, couvents, collèges –, ont des propriétés de dimensions variables, s’étendant des quelques dizaines de rubbia jusqu’à des patrimoines considérables, se rapprochant de ceux des grandes basiliques83. Dans la plupart des cas, il s’agit de patrimoines composés par un seul casale84, souvent dans les mains de l’institution depuis plusieurs siècles. Dans la configuration de la propriété ecclésiastique de la fin du xviie siècle, on retrouve la hiérarchie déjà décrite par Maire-Vigueur pour la fin du xive et le début du xve siècle : un petit lot d’institutions solidement implantées dans le territoire, accompagnées d’un nombre important d’églises et de couvents ne possédant que quelques dizaines de rubbia85.

  • 86 Ibid., p. 66.
  • 87 J’ai tenté une comparaison entre les deux listes de la fin du xvie et du début du xviie siècles pub (...)

80La propriété ecclésiastique est une propriété souvent libre du point de vue juridique, pouvant être vendue. Le patrimoine ecclésiastique subit d’ailleurs des modifications importantes tout le long des xive, xve et xvie siècles, pour se stabiliser au début du xviie siècle. Les terres des églises, résultant de donations, legs ou aliénations de la part des pouvoirs publics, sont achetées et vendues, ce qui explique la variation du rapport entre la propriété ecclésiastique et celle des laïcs pendant la même période. Bien que l’on ne puisse pas estimer avec précision l’extension de la propriété ecclésiastiques à la fin du Moyen Age, on sait qu’au milieu du xive siècle, sur les 300 casali environ qui composaient à cette époque la campagne romaine, plus de la moitié appartenaient aux clercs86. D’une comparaison, bien qu’approximative en raison du caractère différent des listes des casali dont on dispose87, les possessions ecclésiastiques apparaissent assez stables pendant tout le xviie siècle. Au début du xviiie siècle, le rapport entre propriété ecclésiastique et laïque a complètement changé par rapport au Moyen Age : sur les 418 casali présents dans la liste de De Rossi, 161 appartiennent aux institutions ecclésiastiques, contre 254 des laïcs. Ces derniers possèdent désormais le 60,8 % de la superficie de l’Agro (cf. tableau 8).

Tableau 8. DISTRIBUTION DE LA PROPRIÉTÉ FONCIÈRE DE L’AGRO ROMANO PAR CATÉGORIE DE PROPRIÉTAIRES (1704)

Tableau 8. DISTRIBUTION DE LA PROPRIÉTÉ FONCIÈRE DE L’AGRO ROMANO PAR CATÉGORIE DE PROPRIÉTAIRES (1704)

Sources : D. De Rossi, « Nomi e quantità... », cit..

  • 88 Maire-Vigueur, 1974, p. 83.
  • 89 Ibid., p. 97-105. La crise de la propriété foncière ecclésiastique est aussi à l’origine de l’affir (...)

81La crise la plus grave qui touche les propriétaires fonciers, et qui frappe violemment surtout les clercs en raison de la faiblesse de la gestion de leurs domaines, se manifeste dans la seconde moitié du xive siècle et les premières décennies du suivant : dans les années 1348-1428, les patrimoines ecclésiastiques se réduisent d’environ un tiers88. La vente des casali représente le dernier ressort pour les institutions ecclésiastiques. Elles y sont obligées, souvent après avoir aliéné d’autres propriétés, telles que des maisons, des boutiques ou des vignes, notamment à cause de l’endettement qui pèse sur les finances des clercs, aggravé par l’accroissement régulier de la fiscalité pontificale89.

  • 90 La vente prévoit un droit de rachat ; les casali seront toutefois définitivement aliénés en 1564. C (...)

82Les dernières grandes aliénations de la propriété ecclésiastique remontent au début du xvie siècle, lorsqu’en 1526, pour financer la guerre contre les Turcs, le pape Clément VII sollicite le chapitre Vatican de vendre plusieurs casali : Casal Monasterio, Moratella, Quarticciolo, la Selce, Pietra d’Auro, Pisciarello, la moitié de Campo Sali-no et de la Riccia sont alors vendus aux fermiers de l’époque90.

La propriété laïque

83Contrairement à ceux des ecclésiastiques, les grands patrimoines laïques du début du xviiie siècle sont de formation relativement récente. Exception faite pour les biens des Serlupi et des Strozzi, dont l’extension territoriale ne change guère entre la fin du xvie et le début du xviiie siècle, les autres familles ont augmenté, voir entièrement formé, leurs patrimoines dans le courant du xviie siècle (Cf. tableau 9).

84La comparaison entre les différentes listes de la fin du xvie, de la moitié du xviie et du début du xviiie siècles, montrent de différents exemples de formation et de consolidation des grands domaines laïcs.

  • 91 Cf. les considérations développées dans la note 87.

85L’augmentation progressive et constante des propriétés est évidente dans les cas des Ruspoli, Patrizi, Cesarini et Borghese, signe d’une stratégie nette qui les conduit, et non par hasard, au sommet du groupe des grands propriétaires. Seule une analyse détaillée permettrait, en revanche, de suivre les évolutions des propriétés Massimi, Gabrielli et Del Nero : toutes les trois présentent un mouvement descendant d’abord, ascendant ensuite, ce qui peut être dû à des causes réelles aussi bien qu’à une déformation ou à une asymétrie des sources91.

Tableau 9 POSSESSIONS FONCIÈRES LAÏQUES SUPÉRIEURES À 1 000 RUBBIA EN 1704

Tableau 9 POSSESSIONS FONCIÈRES LAÏQUES SUPÉRIEURES À 1 000 RUBBIA EN 1704

Sources : pour la fin du xvie : Coste, 1971 ; pour la moitié du xviie siècle, BAV, ms. Chigi H III 63, Casali dell’Agro romano..., cit. ; pour 1704 : D. De Rossi, « Nomi e quantità... », cit..

86Plus d’un tiers des familles qui composent le groupe des grands propriétaires au début du xviiie siècle est absent des recensements de l’Agro du début du siècle précédent. Parmi celles-ci, on trouve quelques-unes des grandes familles pontificales du xviie siècle : les Borghese, les Pamphili, les Chigi, les Rospigliosi les Altieri et les Odescalchi. Le lien entre acquisition ou agrandissement de la possession foncière dans la campagne romaine et la présence d’un membre de la famille sur le siège pontifical apparaît très clairement.

87La comparaison entre la liste du début du xviie et celle de la moitié du siècle le démontre sans ambiguïtés. Les patrimoines fonciers des Borghese, des Barberini et des Pamphili ont considérablement augmenté, tandis que les Chigi, Rospigliosi, Altieri et Odescalchi, dont un membre va acquérir le titre pontifical dans la deuxième moitié du siècle, après la rédaction de la liste, sont toujours absents, ou n’ont pas modifié leur situation initiale.

  • 92 Coste, 1971, p. 93, num. 84.

88Le lien entre l’acquisition d’une propriété foncière de la part d’une famille et l’élection de l’un de ses membres au pontificat est d’ailleurs démontré par quelques cas mieux documentés et étudiés que d’autres, depuis la fin du xvie siècle. L’installation dans l’Agro de Camilla Peretti est contemporaine au pontificat de son frère, Sixte V (1585-1590). Ses premiers achats remontent à 1587, lorsqu’elle achète les deux parties de Leprignana à monseigneur Celsi (250 rubbia) et aux Mancini (270 rubbia), en recomposant ainsi le casale originaire. L’année suivante, Carlo Muti lui vend ses 450 rubbia de Palidoro ; finalement, le 22 janvier 1590, elle signe l’acte qui fait d’elle la propriétaire des 338 rubbia du casale Torrimpietra, appartenant aux héritiers de Orazio Massimi et limitrophe au précédent92.

  • 93 Lefevre, 1975.
  • 94 C’est le commentaire anonyme exprimé dans un avviso du 17 juin 1600, cité par Lefevre, 1975, p. 10.
  • 95 Le dernier survivant, le cardinal Ippolito, frère de Giangiorgio, meurt en 1638.
  • 96 Lefevre, 1975, p. 21.
  • 97 En 1704, Falcognano appartient aux Riccardi et Cenci ; Torre di Valle au Collegio germanico et au d (...)

89La formation du capital foncier des Aldobrandini se réalise dans les années du pontificat de Clément VIII93. En 1595 ils achètent trois tenute, Valchetta, Pisciamosto et Torre di Valle, appartenant aux héritiers Ubertini et vendues par la Chambre Apostolique ; en 1601 ils acquièrent le casale de Torre Nova, de 910 rubbia, « la plus belle pièce de terrain qu’il y ait autour de Rome »94, confisquée aux Cenci lors de leur « faillite » : ils la paient à la Chambre 200 000 écus. L’année suivante, la famille achète de Cesare Cenci le casale de Falcognana ; de Stefano Fabi ceux de Torricella et Porto Medaglia ; en 1604 Ottavio Gabrielli leur vend Santa Serena, limitrophe de Falcognana et Torricella, près de Rome, du côté de la porte de San Sebastiano ; les héritiers de Tiberio Ceuli leur vendent Scurano, Pantano et Sasso en 1605 ; deux ans plus tard ils achètent d’Alessandro Amantaco un casale, Casa Calda, près de Torre Nova. A ces possessions, léguées en 1611 par Gianfrancesco Aldobrandini à son deuxième fils Giangiorgio, vont s’ajouter les propriétés personnelles du cardinal Pietro, formées par les châteaux et les terres de Maenza, Gavignana et Carpineto. Avec l’extinction de toutes les branches masculines de la famille95, le patrimoine familiale passe à Olimpia, fille unique et seule héritière de Gianfrancesco. Le nom des Aldobrandini disparaît alors des listes des propriétaires de la campagne romaine de la moitié du siècle et de celle de 1704. Le destin des terres que les Aldobrandini avaient achetées dans l’Agro n’est pas très clair. En 1638, Olimpia se marie avec Paolo Borghese, dont elle aura un fils. Après la mort de Paolo, survenue en 1646, elle épouse en deuxièmes noces Camillo Pamphili. De ce mariage naîtra en 1648 Gian Battista. Cette naissance engendre une querelle entre les deux familles sur les droits de succession des biens d’Olimpia – querelle qui sera tranchée par le pape Pamphili (Innocent X), bien évidemment en faveur de sa propre famille. Le pape s’appuie en effet sur le testament du cardinal Ippolito, selon lequel le patrimoine légué à Olimpia aurait dû être transféré à son deuxième fils mâle, qui aurait dû acquérir le nom d’Aldobrandini96. Toutefois, si l’on examine la liste des possessions des Pamphili en 1704, on ne retrouve aucun des casali appartenant précédemment aux Aldobrandini. En revanche, trois des leurs principaux domaines – Valchetta, Torre Nova et Scurano – sont désormais de propriété des Borghese97.

  • 98 Pescosolido, 1979, p. 20.

90L’exploitation de la fonction politique d’un membre de la famille pour s’installer dans l’Agro est évident dans le cas des Aldobrandini, notamment dans leurs premiers achats. Ils ont été réalisés en profitant de la crise qui touche les grands propriétaires à la fin du xvie siècle, souvent à travers la médiation partiale de la Chambre Apostolique. Ce chemin sera parcouru de façon encore plus marqué par les Borghese quelques années plus tard. La première installation de la famille dans l’Agro est de 1566 lorsque Marcantonio, le père du futur Paul V, achète la tenuta de Olevano98. L’affirmation territoriale est une étape indispensable pour une famille siennoise qui veut se situer au sein de l’aristocratie romaine. Le processus de formation de leur patrimoine foncier subit une accélération sensible dans les années du pontificat Borghese. Entre 1607 et 1621, date de la mort de Paul V, la famille réalise un nombre impressionnant d’achats, avec des investissements de plusieurs milliers d’écus – plus de 100 000 pendant la seule année 1607 –, pour la construction de celle qui sera, au moment du cadastre alexandrin, la propriété laïque la plus importante et la plus étendue. Les Borghese profitent, eux aussi, de la crise désormais irréversible, de l’ancienne aristocratie romaine, en achetant aux familles endettées nombre de domaines, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’Agro. Car, outre des casali, les Borghese acquièrent des fiefs en grand nombre dans le Latium, en particulier en Sabine. En 1607 Giovan Battista et Francesco, frères du pape, achètent aux Savelli le fief de Rignano ; en 1609 le neveu Marcantonio achète à la famille Muti une partie de Morolo, qui va s’ajouter à celle achetée aux Burri par Giovan Battista, deux ans auparavant ; entre 1611 et 1612 le même Marcantonio achète aux Orsini le fief de Scarpa pour un montant de 30 000 écus, et une autre partie de la tenuta de Lago, où en 1608 s’était déjà installé Giovan Battista. Pendant les deux années suivantes, le cardinal Scipione paie à la Congrégation des Barons 346 000 écus pour des domaines appartenant aux duc de Zagarolo, Pier Francesco Colonna.

91Après 1621, année pendant laquelle aucune transaction n’est accomplie, les achats reprennent, mais avec moins de vigueur que dans la période précédente. La famille suit deux lignes directrices : la consolidation de sa présence dans l’Agro et l’achat de fiefs. Le résultat de cette activité est, au début du xviiie siècle, un patrimoine foncier, dans la campagne romaine proprement dite, d’environ 12 000 rubbia, qui fait des Borghese les propriétaires les plus importants, juste derrière le Chapitre de San Pietro. Si l’on regarde la disposition géographique de leurs possessions, on s’aperçoit que les achats successifs des casali sont très ciblés : s’étendant pratiquement dans toutes les directions, les domaines Borghese constituent néanmoins des ensembles assez homogènes, regroupant plusieurs casali limitrophes l’un de l’autre. On ne retrouve une configuration semblable que dans les domaines du Chapitre de San Pietro.

92Cette configuration de la propriété foncière de l’Agro, dominée par la présence de grands domaines concentrés dans les mains d’un nombre restreint de possesseurs, ne changera guère par la suite. On la retrouve pratiquement inchangée dans le cadastre de Pie VI de 1783 (Cf. Tableau 10).

93Les 201 948 hectares de l’Agro cadastrés (109 256 rubbia), sont alors répartis entre 175 propriétaires. 78,8 % de la surface globale de cette région appartient au 24,6 % des propriétaires, dont chacun possède des domaines de plus de 1 000 hectares (environ 541 rubbia). En 1871, on retrouve encore une situation semblable, bien que l’on puisse constater une augmentation de la petite et moyenne propriété, à détriment de la grande. Toutefois, 47,5 % du territoire reste encore concentré dans les mains de 13,3 % des propriétaires (cf. Tableau 11).

94Mais la question principale que l’on doit se poser ici, concerne les conséquences de cette structure de la propriété foncière sur la production céréalière et sur le ravitaillement de la capitale.

Tableau 10. DISTRIBUTION DE LA PROPRIÉTÉ FONCIÈRE DE L’AGRO ROMANO (1783)

Tableau 10. DISTRIBUTION DE LA PROPRIÉTÉ FONCIÈRE DE L’AGRO ROMANO (1783)

Source : Zucchini, 1956, p. 245-260.

Tableau 11. DISTRIBUTION DE LA PROPRIÉTÉ FONCIÈRE DANS L’AGRO ROMANO (1871)

Tableau 11. DISTRIBUTION DE LA PROPRIÉTÉ FONCIÈRE DANS L’AGRO ROMANO (1871)

Source : Sombart, 1888.

95La réponse du cadastre de Pie VI de 1783 est claire à ce propos. Sur les 111 794 rubbia de l’Agro cadastrées, 55 500 environ sont considérées des terrains labourables, soit 49,6 % de la superficie totale. La répartition de ce type de terres selon les dimensions de la propriété foncière fait apparaître le cœur du problème : le latifondo présente des pourcentages de terres labourables variables entre le 27,3 % du total dans les propriétés comprises entre 2 001 et 3 000 rubbia, et le 34,3 % de celles comprises entre 1 001 et 2 000 rubbia. Dans les petites et moyennes propriétés les surfaces destinées à la culture sont nettement plus importantes, atteignant 64,2 % de la surface dans la classe de 51 à 100 rubbia (Cf. Tableau 12).

Tableau 12. TERRES LABOURABLES SELON LES DIMENSIONS DES PROPRIÉTÉS (1783)

Tableau 12. TERRES LABOURABLES SELON LES DIMENSIONS DES PROPRIÉTÉS (1783)

Source : Zucchini, 1956.

96L’analyse proposée par les autorités pontificales sur les causes de la stagnation de la production céréalière repose sur la présence des latifondi et sur le mode d’exploitation des grands domaines, affermés pour la plupart à des mercanti di campagna. C’est d’ailleurs un jugement partagé par plusieurs commentateurs et analystes de l’époque, qui sera repris encore en plein xixe siècle.

97Dans une étude sur Rome et sur la campagne romaine publiée à l’occasion de l’Exposition Universelle de Paris en 1878, F. Giordano a analysé les causes, politiques et historiques, de la situation qu’il constatait, à savoir l’abandon désormais acquis des terres, et l’inertie des structures agricoles :

  • 99 Anzitutto è d’uopo rammentare che tale regione, quella diremmo dell’Agro romano, di ettari 200 000 (...)

Il faut d’abord rappeler que cette région, celle de l’Agro romano, mesurant environ 200 000 hectares, pour des raisons d’ordre politique et physique, était et reste toujours divisée, pour l’essentiel, en un nombre relativement restreint de domaines très vastes, appartenant à quelques grands seigneurs de l’aristocratie romaine, et pour un quart environ à des corporations religieuses et à des institutions de charité. Certains de ces domaines, appartenant à un seul propriétaire, ou bien à une congrégation religieuse, atteignent 7 000 hectares, et il y a des familles patriciennes qui possèdent, aux portes de Rome, plus de 20 000 hectares. L’institution du majorat et du fidéicommis, toujours maintenus par le gouvernement pontifical, empêchait toute division considérable de cette vaste superficie. Ainsi, le latifondo et la mainmorte ecclésiastique étaient les institutions régnantes, et leur conséquence a été l’état présent des choses et le système agricole en vigueur99.

  • 100 Revel, 1973, p. 9.
  • 101 Klapisch-Zuber-Day, 1965, p. 433.
  • 102 Ibid., p. 445-446.
  • 103 Maire-Vigueur, 1974.
  • 104 Klapisch-Zuber-Day, 1965, p. 440.

98Ce jugement, visant à expliquer le retard du développement de la campagne romaine par rapport à un modèle affirmé d’évolution agricole, repose sur une analyse assez simplifiée. Il est bien vrai que la présence du latifondo ainsi que l’extension des possessions ecclésiastiques sont les deux caractéristiques les plus marquantes de la région ; cependant, pour les siècles centraux de l’époque moderne, on peut enregistrer une mobilité relativement élevée de la possession foncière, à la fois dans le cas des possessions ecclésiastiques et dans celui de la propriété laïque. Les casali se vendent et s’achètent, se décomposent et se recomposent, formant des possessions d’extension variable. C’est cette mobilité, conjuguée aux crises qui frappent le domaine agricole qui permet un renouvellement souvent remarquable des propriétaires de cette région, en dépit des efforts souvent obstinés des plus grandes familles locales pour conserver leurs patrimoines intacts à travers le fidéicommis, et de la résistance acharnée des institutions ecclésiastiques à l’aliénation de leurs terres. On l’a vu : l’installation dans l’Agro des grandes familles qui concentrent dans leurs mains d’énormes possessions, est souvent relativement récente, et liée à des facteurs politiques importants, tels que l’élection de l’un de leurs membres au siège pontifical. La formation d’un grand domaine dans la campagne romaine est à la fois une condition nécessaire à l’assomption du pouvoir politique, et une conséquence de ce dernier. Ceux qui, venant de l’extérieur de l’Etat, comme les Aldobrandini ou les Borghese, poursuivent une stratégie de pénétration dans la cour pontificale, construisent au même temps leur empire foncier aux environs de la ville. Le contrôle de cette région est d’ailleurs capital : les autorités pontificales le savent bien, comme le prouve leur tentative, poursuivie déjà au Moyen Age, d’arrêter l’expansion territoriale de l’ancienne noblesse romaine aux limites de cette région100. Ce conflit, ainsi que ceux qui intéressent plus en général l’ensemble de la féodalité, sont d’ailleurs l’une des causes du processus de désertions de plus en plus important qui en font, encore à la fin du xviiie siècle et bien après, un pays vide d’hommes. Les luttes féodales particulièrement acharnées qui ravageaient les campagnes dans la seconde moitié du xive siècle ont provoqué la destruction de nombreuses localités et la fuite des habitants vers des endroits plus protégés. Au début du xve siècle, au moins un quart des villages du territoire romain a disparu101. D’immenses domaines, issus de l’expulsion de petits propriétaires et emphytéotes de la part d’un groupe restreint de puissants seigneurs qui achetaient d’abord les droits féodaux, ensuite la propriété des terres et des localités abandonnées, se sont alors constitués. La transhumance vers les pâturages du Patrimoine et de Maritime, qui est exploitée par les autorités apostoliques dès la fin du xive siècle avec l’institution de la douane du bétail, s’est ajoutée au manque d’habitants pour déterminer des conditions particulièrement favorables à l’abandon de plus en plus marqué de la culture au profit de l’élevage102. D’autant plus qu’à partir de la seconde moitié du xive siècle, les interlocuteurs privilégiés des propriétaires fonciers, notamment des clercs, ont été les mercanti di campagna, de riches possesseurs de bétail, d’origine citadine, à qui fut confiée l’exploitation des grands domaines103. La malaria devait trouver dans ces conditions un terrain propice, rendant ainsi encore plus difficile la réimplantation ultérieure d’habitants et l’éventuel changement du mode d’exploitation des terres104.

  • 105 Sombart, 1888.

99Cette analyse est en partie partagée par Werner Sombart, qui attribue la cause du blocage économique de la région à la prédominance du latifundium, dont la consolidation est liée à l’incapacité du ceto cittadino, au xve siècle, d’assujettir la noblesse des campagnes ; les luttes incessantes contre les barons locaux ont provoqué le dépeuplement de la région ; l’absence d’une population stable, à son tour, a favorisé l’insalubrité et, par conséquent, le développement de la malaria105.

  • 106 Tomassetti, 1910, vol. I, p. 105 ; De Cupis, 1911, p. 66.
  • 107 Tomassetti, 1910, vol. I, p. 105 et sqq.
  • 108 De Cupis, 1911, p. 43-44.
  • 109 Sombart, 1888, p. 132 et sqq.

100Selon Tomassetti et De Cupiis106, l’abandon des cultures dans l’Agro a des racines bien plus anciennes, remontant aux ixe et xe siècles : pour le premier de ces auteurs, la responsabilité principale est à attribuer à la baisse internationale des prix, qui provoque la ruine des agriculteurs locaux107 ; selon De Cupiis, la dépréciation soufferte par la propriété foncière dans ces siècles aurait accru la valeur de la possession de bétail, en favorisant ainsi une reprise économique fondée en premier lieu sur l’élevage et sur les mercanti di campagna108. C’est sur ces personnages qui va se fonder la renaissance de l’Agro dans les siècles suivants. Sombart reconnaît d’ailleurs à ce groupe qui, à la fin du xviiie siècle, se compose désormais d’un petit nombre d’individus très puissants, le monopole de l’exploitation des terres locales109.

L’exploitation de la propriété foncière

  • 110 Les Monti Baronali sont créés par Sixte V en 1585.

101Ceux qui possèdent les terres, et notamment les grands possesseurs fonciers faisant partie de l’ancien patriciat, ne les exploitent que rarement de façon directe. La propriété foncière représente pour eux tout d’abord un enjeu politique et de pouvoir, et elle doit assurer une rente, le plus souvent sans investissements importants. La plupart d’entre eux, d’ailleurs, ne seraient pas en mesure d’y investir. Leur situation économique n’est pas facile. Cela est attesté par la mobilité de la possession foncière, et par l’introduction des Monti Baronali, créés en 1585 pour assurer aux barons de l’argent liquide pour subvenir à leurs dettes110. Dans les conditions particulières de l’Agro, en outre, la gestion d’un domaine demande un savoir faire, des capacités et des compétences, un capital aussi, qui sont des ressources difficilement présentes au sein d’une aristocratie oisive et tournée en premier lieu vers les ressources politiques offertes par la cour pontificale. On le verra mieux à travers les observations d’un fermier : dans un pays presque vide d’hommes, où les choix d’exploitation comportent une évaluation du prix de la main d’œuvre – pour l’essentiel saisonnière et salariée – ou des possibilités de sous-location, une estimation du marché, notamment de celui de la capitale, et où toute transaction a lieu en argent, les risques de l’exploitation agricole sont considérables, et demandent une activité incessante, attentive à toutes les possibilités. Les institutions ecclésiastiques s’étaient déjà révélées, au Moyen Age, des mauvaises gestionnaires de leurs possessions. Encore à la moitié du xviie siècle, un commentaire assez caustique, et d’ailleurs intéressé, concernant les tentatives d’exploitation directe faites par le chapitre de San Pietro, est révélateur des difficultés auxquelles ont peut se heurter :

  • 111 (...) dell’Agro romano, quale è di circa cento millia rubbia, ne possiedono gli ecclesiastici circa (...)

(...) les ecclésiastiques possèdent la moitié des environs 100 000 rubbia dont l’Agro romano est composé ; et ils ne trouvent pratiquement aucun avantage à les mettre en culture (...) L’Hôpital du Santo Spirito (...) est toujours allé à la rencontre des désirs du Prince, en répartissant ses terres, pour les emblaver, en trois parties, chacune d’environ 2 000 rubbia ; il aurait pu, sans doute avec plus de profit, imiter le chapitre de San Pietro qui, en possédant la même quantité de terres, rarement les a exploités directement et, lorsqu’il l’a fait, il s’en est toujours mal sorti, en y renonçant vite111.

  • 112 On connaît, par les pièces jointes à un dossier présenté en 1804 à la Congregazione economica, les (...)

102Les propriétaires préfèrent donc s’adresser aux mercanti di campagna, en leur confiant leurs domaines, souvent en bloc, en moyennant une rente, peut-être pas trop élevée dans certains cas, mais sûre et stable, sans avoir à accomplir aucun investissement112.

103La description faite par Tournon des caractères marquants des exploitants de l’Agro encore à la moitié du xixe siècle, est particulièrement suggestive :

  • 113 Tournon, 1855, p. 312-313.

les fermiers appartiennent ici à une classe beaucoup plus relevée, et plusieurs d’entre eux figurent honorablement dans les rangs de la société. Le nom de mercanti di campagna les désigne parfaitement ; car leur spéculation consiste à établir une vaste fabrique de produits naturels sur un terrain donné ; à proportionner sans cesse la production à la demande ; à la varier suivant les circonstances ; à étudier tous les marchés pour choisir l’époque des ventes, et pour profiter de tous les mouvements de hausse qui se manifestent sur le périmètre entier de la Méditerranée. Ainsi le fermier romain est à la fois agriculteur, armateur, négociant, banquier (...)113.

  • 114 Maire-Vigueur, 1974.
  • 115 Tournon, op. cit., p. 312-316 ; Sombart, 1888, p. 132-133.
  • 116 Maire-Vigueur, 1974.
  • 117 Ibid., p. 122.
  • 118 Sur les bovattieri, ancêtres des mercanti di campagna, voir surtout l’étude très détaillée de Genna (...)
  • 119 Nicolai, 1803 ; Tomassetti, 1910, vol. i, p. 133.
  • 120 C’est l’hypothèse formulée par Maire-Vigueur, 1974.
  • 121 Coste, 1969.

104C’est en effet la physionomie des mercanti di campagna qui caractérise le mieux la campagne romaine proche de la capitale. Leurs origines sont anciennes, et elles s’enracinent dans la crise de la propriété foncière des dernières décennies du xive siècle114. C’est dans cette période de grands bouleversements dans la structure de la propriété, et notamment dans le processus qui voit le passage de nombreuses propriétés des mains des clercs à celles des laïcs, que s’est mis en place le système d’affermage qui caractérise ce territoire encore aux xviiie et xixe siècles115. Laïcs et ecclésiastiques répondent différemment à la crise. Les clercs, accablés par les dettes et ignorés par les prêteurs à cause de leur insolvabilité, se décident à affermer leurs domaines. En dehors de la vente, c’est la seule solution qui leur permet d’obtenir les liquidités nécessaires pour faire face aux créanciers116. L’affermage repose sur trois types de contrats : les locations globales des grands domaines, les contrats de labours et de soccida pour les bœufs, ainsi que la location des pâturages. En général, mais surtout dans le cas de location globale, ces contrats s’avèrent assez désavantageux pour les propriétaires, qui reçoivent moins du quart des revenus globaux du domaine117. Ils ne se chargent toutefois que des dépenses d’entretien des bâtiments présents sur le domaine. Les preneurs sont souvent d’autres propriétaires de casali, pour la plupart d’installation récente, des paysans transférés en ville, des artisans ou des membres des professions libérales, des notaires ou des médecins. Un groupe s’impose sur les autres : celui des bovattieri, composé par des propriétaires de bétail d’origine citadine, riches en capitaux mais dépourvus de terres118. Leur importance dans le panorama de la campagne romaine est témoignée par le rôle politique qu’ils jouent dans la structure communale, où l’universitas bobacteriorum avait la charge de l’agriculture et de l’Annone119. Leurs exigences se croisent avec celles des clercs de pouvoir bénéficier de redevances sûres, même si relativement limitées. Le paiement de redevances se fait selon un système mixte, où les produits agricoles, et notamment le blé, sont présents en proportion variables à côté de l’argent. Il est certain, toutefois, que l’exigence des clercs de disposer rapidement de liquidité pousse vers l’affirmation de plus en plus nette du paiement des redevances en argent120. C’est d’ailleurs ce type de contrats que l’on retrouve majoritaires aux xvie et au xviie siècles121.

105Il convient de s’arrêter sur ce point qui me paraît d’une grande importance pour saisir l’un des caractères principaux du marché céréalier romain, justifiant aussi l’intervention massive des autorités annonaires qui se met en place dans la période suivante. L’affirmation de ce système d’exploitation de la propriété foncière et de paiement des redevances a pour conséquence, d’une part, la constitution d’un pouvoir de contrôle sur une partie considérable de la production céréalière destinée à la ville exercé par une classe marchande aux activités économiques multiformes, telle que celle des bovattieri ou mercanti di campagna ; d’autre part, une dépendance de plus en plus marquée des propriétaires fonciers du marché urbain pour leur propre ravitaillement. Cela pose des problèmes spécifiques d’organisation et de contrôle du réseau commercial du blé et du pain. Contrairement à ce qui se passe dans la plupart des autres villes italiennes à la même époque, la presque totalité du blé consommé en ville passe à travers le marché. C’est dans ce « lieu » que se croisent les exigences et les objectifs, pourtant conflictuels, des marchands et des autorités. Les premiers produisent pour le marché, réglant les niveaux de production en fonction de leur rentabilité potentielle sur la place romaine ; les autorités, de leur côté, réagissent à l’attitude spéculative des producteurs en s’appuyant sur la même institution du marché, interprétée toutefois dans un sens plutôt politique qu’économique au sens stricte du mot.

106En contraignant l’ensemble de la production à passer par le circuit commercial, les autorités cherchent à réduire la possibilité de spéculations sur les blés. Le stockage par les particuliers, ainsi que la panification privée, sont soumis à des restrictions importantes, dont seuls des privilèges spéciaux – octroyés et donc contrôlés par les autorités – peuvent atténuer la rigueur. Le marché doit ainsi répondre à plusieurs exigences et à plusieurs intérêts différents, dont l’équilibre devient la tâche principale des autorités, requérant une intervention de grande envergure : à la fois pour protéger les consommateurs les plus démunis, pour assurer une redistribution équitable des ressources, des pertes et des profits de chaque partie, tout en respectant l’idéologie sociale de base qui règle les relations entre les groupes au sein de la communauté. C’est ainsi que le problème central de l’administration annonaire devient celui du « juste prix » à garantir dans les transactions céréalières et dans la distribution du pain. Toutes les mesures adoptées par l’Annone visent à la réalisation de la justice dans le domaine des échanges ; mais d’une justice fort conditionnée par la physionomie des acteurs, dont chacun représente une partie différente du corps social, d’importance variable et ayant une place spécifique dans la hiérarchie de la communauté.

107La situation dans la gestion de la propriété foncière que l’on vient de décrire, qui s’impose à la fin du Moyen Age notamment à la faveur de la crise traversée par les possessions ecclésiastiques, se confirme dans les siècles suivants, jusqu’à devenir, comme on l’a dit, le trait caractéristique de la campagne romaine, souligné par tous les commentateurs. Comme on le verra lors de l’analyse des débats sur l’agriculture qui se déroulent au sein des Congrégations annonaires, la physionomie sociale des producteurs, qui entraîne des attitudes économiques et des relations avec le pouvoir fort différentes, devient un problème central, un caractère qui doit être pris en compte lorsque l’on envisage des solutions pour encourager le développement de la céréaliculture et résoudre le problème du ravitaillement de la capitale.

  • 122 Revel, 1972, p. 276-278.

108Il s’agit ici d’appréhender le type de relation existant entre la structure de l’exploitation, le marché urbain et les attitudes économiques des fermiers. On a vu que les choix des mercanti di campagna pour ce qui est de l’extension ou de la réduction des surfaces emblavées, sont liés au niveau des prix du blé que l’on enregistre dans le circuit commercial romain122. On ne saurait en conclure que tout contrôle exercé sur ces prix est, de lui-même, en mesure de freiner l’activité des exploitants et de décourager la production céréalière. Cette hypothèse a pourtant été formulée, notamment par l’historiographie libérale. L’interprétation et la critique que Dal Pane propose du système annonaire romain, repose par exemple sur quelques présupposés implicites, parmi lesquels l’assimilation des mercanti di campagna à des entrepreneurs capitalistes au sens moderne, et la séparation radicale du marché – avec l’idéologie qui lui est propre – des contrôles politiques auxquels il est subordonné. Ces deux présupposés doivent pourtant être remis en cause.

  • 123 Ago, 1985.
  • 124 Voir les mémoires rassemblés dans ASR, Congregazione del Sollievo, bb. 1-2.
  • 125 Sismondi, 1860.
  • 126 Cattaneo, 1939 ; Vernouillet, 1860.
  • 127 Dal Pane, 1957 et 1959 ; De Felice, 1965.
  • 128 Sur les caractéristiques de différents types de contrats agricoles, voir. Giorgetti, 1974. L’auteur (...)
  • 129 Pour une synthèse sur ce processus, voir Aymard, 1991 ; Levi, 1991. Sur les contrats qui caractéris (...)

109L’étude fondamentale que Renata Ago a consacré à la fin du système annonaire romain123a brillamment démontré que la suppression de la Préfecture de l’Annone et le démantèlement progressif de l’appareil de contrôle du marché urbain n’est pas le résultat d’une action menée par le groupe social des exploitants agricoles, mais la conséquence de la profonde crise financière interne à l’administration, qui pousse les autorités à suivre une autre démarche pour atteindre le même objectif : le ravitaillement de la ville à bas prix. Les mercanti di campagna ne revendiquent pas l’abolition de la Préfecture de l’Annone, ni celle des contrôles sur le marché : ils demandent une révision du rôle des autorités, mais allant dans le sens d’un accroissement du pouvoir annonaire, jusqu’à la prise en charge complète du ravitaillement de la ville124. L’absence de critiques de fond de la structure du système et le manque d’autres propositions de la part du milieu des exploitants agricoles, invite à réfléchir sur l’organisation du marché romain et sur les possibilités de profit offertes par un marché réglementé, ainsi que sur la véridicité de l’image des producteurs proposée par l’historiographie libérale. Selon plusieurs analystes du xixe siècle, les mercanti di campagna formeraient un groupe de véritables entrepreneurs, connaisseurs des techniques de l’agriculture, de la finance et de l’administration125, ainsi que des règles du marché126. Leur rôle de moteur de l’économie romaine a d’ailleurs été réaffirmé par quelques historiens contemporains, parmi lesquels Dal Pane et De Felice127. Ce jugement est particulièrement significatif, d’autant qu’il s’accompagne d’une évaluation des modes d’exploitation de l’Agro, estimés d’un caractère moderne et de type capitaliste : dans le grand affitto des domaines de la campagne romaine, on retrouverait quelques-uns des traits marquants d’une configuration capitaliste de l’exploitation agricole – le paiement de redevances en argent, l’utilisation de main d’œuvre salariée, une production entièrement tournée vers la commercialisation128. Il y manque, certes, la capacité ou la volonté d’investissements importants, ainsi que la transformation des formes agraires qui se vérifie à la même période dans les campagnes du nord de l’Italie129. L’absentéisme des fermiers et leur volonté d’exploiter au maximum les ressources déjà appauvries de l’Agro, car ils sont tournés en même temps vers d’autres activités souvent plus importantes, sont d’ailleurs mis en lumière par d’autres commentateurs. Parmi eux, on retrouve la finesse d’analyse de Nicolai, qui souligne au même temps l’attitude oisive des propriétaires fonciers :

  • 130 (...) questo vastissimo tratto di tenute, onde è circondata Roma, non suole coltivarsi e neppure am (...)

(...) les vastes tenute entourant Rome ne sont pas cultivées ni administrées par les propriétaires ; elles sont de préférence données en location avec des contrats qui assurent aux propriétaires oisifs des redevances fixes en argent, mais non pas des travaux tels que dessoucher, former des prés artificiels, canaliser les eaux pour les irriguer, en faire la seconde fauchaison et améliorer les terres, en les fournissant de plantes et d’habitations. Ceux qui afferment ces tenute sont en nombre plus restreint que les propriétaires, et ils n’ont aucune convenance à en faire des améliorations radicales afin d’augmenter le prix des baux, et ils ne cherchent qu’à tirer le produit des terres, telles qu’ils les trouvent. Les fermiers, plutôt qu’agriculteurs, s’appellent mercanti di campagna ; ce nom leur va bien, puisqu’ils ne cherchent ces baux que pour en faire d’autres négoces, plutôt que de s’appliquer à une laborieuse culture des terrains. Parmi eux il y en a qui prennent en location quatre, six, douze ou plus tenute ; de la plupart, ils vendent les herbages aux bergers, ou bien ils les sous-louent à d’autres avec profit. Dans les parties qu’ils gardent pour eux-mêmes, ils se limitent à emblaver seuls les terrains qui leur semblent les plus aptes et à produire quelque peu d’avoine, de fèves et d’autres légumes130.

110Néanmoins, c’est d’une vision des fermiers en tant qu’entrepreneurs, et du blocage du développement économique de la campagne romaine, que découle l’affirmation des effets néfastes provoqués par l’administration étatique, notamment en ce qui concerne la gestion de la politique agricole et annonaire.

111Bien que simplifiée, cette image des positions de l’historiographie libérale sur les conditions de la campagne romaine est loin être caricaturale, au moins pour ce qui concerne le rapport de cause à effet entre le blocage économique des Etats pontificaux et le rôle exercé par l’administration pontificale. Le regard spécialement méfiant jeté par les autorités sur ces acteurs, dont la renommé était celle d’affameurs, d’accapareurs et de spéculateurs, peut avoir ultérieurement renforcé l’opposition entre la conception économique et sociale d’Ancien Régime et celle prônée par l’idéologie libérale, où la valorisation de l’intérêt personnel et la recherche du profit sont considérés comme des facteurs positifs (non seulement pour ceux qui sont directement concernés, mais aussi pour l’ensemble de la société, car c’est grâce à leur action que l’on peut obtenir les prix les plus bas possibles). Il s’ensuit une condamnation de toute entrave posée au libre développement de leur rôle historique et social. La politique annonaire est ainsi estimée contradictoire dans ses propres termes. Si l’on avait voulu obtenir une croissance de la production céréalière, il aurait fallu encourager les emblavures en supprimant toute contrainte à la libre commercialisation des denrées et au mode de formation des prix.

112Cette thèse, bien illustrée par les travaux de Dal Pane, se fonde d’autre part aussi sur l’idée d’une opposition nette et radicale entre les intérêts des autorités politiques, visant à la défense unilatérale des consommateurs, et ceux des producteurs exploitants agricoles. Cette image aussi doit être nuancée. D’un côté, parce que les autorités annonaires, ainsi que les principales institutions ecclésiastiques, sont fermement implantées dans le monde de la production et de la commercialisation des produits agricoles, d’où elles essaient de tirer d’importants profits ; d’autre part, parce que les règles imposées par le système modifient les comportements et les attitudes des agents économiques, en leur offrant des possibilités spécifiques qui sont à comprendre à l’intérieur du contexte où elles se forment, et non pas à travers un modèle uniforme de développement économique. La relation entre l’exploitation de la propriété foncière et le système annonaire est en effet à double sens : si la politique annonaire est élaborée à partir des structures productives et sociales existantes, elle agit en retour sur celles-ci, en influençant les actions et les réactions des protagonistes, en modifiant les usages, en fournissant des opportunités et des privilèges. En outre, dans une conjoncture de bas prix telle que celle de la deuxième moitié du xviie siècle et dans les premières décennies du suivant, l’Annone exerce un véritable rôle de protection des producteurs, qui favorise le maintien et le renforcement des privilèges des grands propriétaires, des grands fermiers et des grands marchands.

Le regard d’un mercante di campagna

113Avant de prendre en considération tous ces éléments, et de revenir sur l’Annone au sens propre, il convient de s’intéresser à la façon dont les exploitants de la campagne romaine envisageaient la gestion des domaines affermés.

  • 131 Coste, 1969.

114La liste des casali du début du xviie siècle131, rédigée par un mercante di campagna, permet de saisir le regard porté par un représentant des exploitants sur les possibilités d’investissement et de profit offertes par la campagne romaine. Bien qu’indirect, c’est l’un des rares témoignages disponibles sur la façon d’appréhender le milieu où ils agissent qui est celui de l’exploitation agricole. Les informations rassemblées par l’auteur, ainsi que les notes éparpillées sur les différents domaines, acquièrent de ce fait une certaine importance. Pour bon nombre de casali, l’auteur donne des renseignements concernant les dimensions du domaine, la propriété, le type de gestion en vigueur, la qualité des terres, le prix des baux, ainsi que les formes dans lesquelles l’exploitation est effectivement gérée par les preneurs. Si cette liste ne peut pas être utilisée pour en tirer des conclusions générales sur l’exploitation des grands domaines de l’Agro romano, elle peut par contre bien témoigner de l’éventail des situations présentes dans cette région.

  • 132 Ce chiffre peut bien être augmenté : on ne dispose pas de renseignements exhaustifs pour tous les c (...)
  • 133 Ces activités peuvent aussi faire l’objet d’une location séparée.

115Sur les 536 tenute mentionnées, 194 apparaissent certainement affermées au début du siècle132. Le contrat le plus recourant est celui a tutti frutti, par lequel le preneur exploite entièrement le domaine avec toutes ses ressources, terrains labourables, prés, bois et d’autres ressources éventuellement comprises – un four, une auberge, un moulin...133. La grande majorité d’entre eux prévoient une redevance exclusivement en argent.

  • 134 Bien que rares, il y a des cas de contrats d’une durée de 2, 3 ou 5 ans.
  • 135 La famille Massimi représente, en 1527, la plus grosse fortune urbaine de la capitale. Elle apparti (...)
  • 136 Le bail arrive à échéance le 28 septembre 1606. L’auteur de la liste affirme que, entre 1606 et 160 (...)
  • 137 Sur les Vipereschi, originaires de Corneto et appartenant à la deuxième génération des mercanti di (...)

116La durée moyenne des contrats est de sept ou neuf ans, rarement moins134, jamais plus. Les baux sont toutefois renouvelables : certains casali sont confiés au même preneur trois fois de suite, comme par exemple Pian de Frassi, du duc Cesarini, affermé pendant 27 ans à Alessandro Massimi135 ; ou Settebagni, du Chapitre de San Giovanni, géré par Papirio Albero également pendant 27 ans. Le ton de l’auteur de la liste, lorsqu’il cite des cas de ce genre, suggère son étonnement devant une situation sans doute assez rare. La mobilité des fermiers est en effet très marquée. Entre la dernière décennie du xvie et la deuxième du xviiie siècle, la liste signale plusieurs changements de locataire d’un contrat à l’autre, comme le montrent les quelques exemples qui suivent. Casal Monasterio est loué en 1602, pour sept ans, à Paolo Corso ; le bail suivant est confié à Gio Pietro Ritonno. En 1604, le même Paolo Corso remplace Terenzio del Bufalo sur un domaine des sœurs de San Lorenzo Panisperna, la Valchetta ; Ottavio Capogallo succède en 1611 à Girolamo Leni dans l’exploitation de Capo di Bove, de l’Hôpital de San Salvatore. La Cesarina, un casale de la famille homonyme, est confié en 1597 à Girolamo Leni ; deux ans après la fin du bail, pendant lesquels il se peut que Leni ait continué l’exploitation136, le domaine est confié aux Vipereschi137. Cela fait sans doute partie d’une stratégie des Cesarini visant à confier en bloc plusieurs de leurs possessions à une même personne, comme en témoignent des attitudes précédemment adoptées. Alessandro Massimi avait vu son contrat pour Pian de Frassi renouvelé trois fois ; à ce casale venait s’ajouter en 1598 une autre propriété Cesarini, Buon Riposo. En 1605, avec Fusignano, géré par Fabrizio Savelli, ils seront tous confiés aux Vipereschi, pour un montant de 5 100 écus. Il s’agit d’une bonne affaire pour les Cesarini, qui leur rapporte presque 50 % de plus que les baux précédents : Alessandro Massimi, lors de son dernier contrat, payait pour les deux casali 2 500 écus ; en 1590 le bail signé par Fabrizio Savelli pour Fusignano rapportait 1 000 écus. L’augmentation du prix de la location lors d’un changement de preneur n’est pas inhabituelle, bien que, par leurs dimensions, le cas des Cesarini soit particulier (Cf. tableau 13).

  • 138 Il est probable que les prix des baux subissent une remise à jour à chaque renouvellement. Les séri (...)
  • 139 Je n’ai considéré ici que les prix exprimés par l’auteur de la source en giuli par rubbia (83 cas a (...)

117Là où on peut le déterminer sur la base des renseignements donnés par l’auteur de la liste, les prix peuvent augmenter de 3 % jusqu’à 33,3 %138. Il n’y a que trois cas sur 29 de diminution du prix du loyer : deux casali du Chapitre de San Pietro, Mazzalupo et Sepoltura, sont loués en 1601 à Mario Fani au prix de 40 giuli par rubbia, soit 3,5 giuli en moins que dans les contrats précédents, établis avec deux preneurs différents ; et Castel Campanile, appartenant aux Madaleni, dont le prix de location passe de 47 giuli par rubbia du contrat de 1598 à 45 en 1611. Plusieurs raisons peuvent expliquer les prix des baux ainsi que leurs variations pendant la vingtaine d’années prise en compte par cette liste. L’éventail des prix des locations des domaines de la campagne romaine va de 28 à 110 giuli par rubbia, la plupart d’entre eux se situant entre 41 et 70 giuli la rubbia139

Tableau 13. VARIATION DU PRIX DU BAIL LORS D’UN CHANGEMENT DE PRENEUR, 1591-1602

Tableau 13. VARIATION DU PRIX DU BAIL LORS D’UN CHANGEMENT DE PRENEUR, 1591-1602

Sauf indication contraire, les prix sont exprimés en giuli par Rubbia
Source : Coste, 1969.

  • 140 « il signor Mutio Vipereschi la pigliò in affitto, l’anno 1604, per prezzo di scudi undici il rubbi (...)
  • 141 Ibid., p. 56, num. 13.
  • 142 « vi è circa 60 rubbia di paese che non si puol lavorare perché sono spallette e macchie », Ibid., (...)
  • 143 Ibid., p. 95, num. 469.

118La qualité des terres joue, certes, un rôle ; mais elle n’est pas toujours l’élément fondamental qui intervient dans le prix. Le prix le plus élevé que l’on enregistre, à savoir les 110 giuli payés pour Torre di Valle, ne paraît pas justifié par les caractéristiques du casale, sur lesquelles l’auteur ne fait aucun commentaire, si ce n’est que l’exploitation n’a pas donné de bons résultats140. En revanche, le bail de 28 giuli la rubbia signé pour les 94 rubbia de Ponte la Mentana, qui représente l’autre extrême dans les prix des locations, apparaît spécialement avantageux pour le preneur : il y a là un vignoble et une habitation, il y a des prés pouvant être loués à 70 giuli par rubbia, la terre à été en jachère pendant plusieurs années, et les récoltes ont été bonnes. Les 96 giuli par rubbia négociés entre Paolo Corso et l’Hôpital de San Salvatore, propriétaire d’Aguzzano, en 1604, sont en revanche pleinement justifiés par le fait qu’il s’agit d’un « très bon pays », avec des prés qui rapportent beaucoup141. Mais les choses ne vont pas toujours ainsi. Pour le domaine de Castiglione, « le meilleur qui soit dans la campagne romaine, pour le blé et pour les herbages », Ortensio Zeffiro signe un contrat avec le propriétaire comportant le paiement d’une redevance de 57 giuli par rubbia. La location de Vaccareccia coûte 45 giuli par rubbia : un prix relativement bas, mais qui peut être justifié par le fait que, des 295 rubbia qui la composent, au moins 60 ne peuvent pas être labourées142. Torre Nuova, déjà estimé comme l’un des meilleurs domaines de l’Agro, ne rapporte aux Aldobrandini que 51 giuli par rubbia selon le contrat de 1602 stipulé avec Antonio Maria Cremona, et 68 à partir de 1608, payés par un aubergiste romain143. Souvent, comme dans le cas des trois casali de la famille Cesarini, les locations en bloc de plusieurs casali sont moins chères : il est dans l’intérêt des propriétaires d’avoir affaire à un nombre réduit de fermiers, et d’affermer en bloc leurs propriétés, de façon à s’assurer une rente, peut-être inférieure, mais qui pose moins de problèmes et provoque moins de soucis. S’agissant en général de confier une exploitation de dimensions importantes, il faut donc trouver des fermiers en mesure de la gérer : le grands fermiers peuvent alors faire peser leur situation, et négocier des prix plus avantageux pour eux.

119La qualité des terres n’est pas sans relation avec le type de gestion et l’attention que l’exploitant – propriétaire ou locataire – y consacre. Sans doute le haut prix de la location cumulative des trois casali des Cesarini est aussi dû à la bonne gestion de Pian de Frassi, menée par Alessandro Massimi et signalée par le rédacteur de la liste.

  • 144 Revel, 1973, p. 65-66.

120Les contrats prévoient aussi des clauses concernant les usages des terres, les assolement à respecter et indiquent l’état dans lequel les pièces doivent être rendues aux propriétaires à l’échéance des baux. Toutefois, le renouvellement assez rapide des fermiers, leur mobilité dans les divers casali de l’Agro, joints au caractère spéculatif de l’agriculture locale et à la physionomie typique des mercanti di campagna fait de ces clauses, tout comme des mesures de politique agricole adoptées par le gouvernement, plus un vœu qu’une réalité concrète. C’est d’ailleurs sur cette forme d’exploitation et sur ses conséquences au niveau de la qualité des terres que les autorités romaines fixent leur attention : comment un fermier peut-il améliorer les sols, faire des investissements coûteux, lorsqu’il risque de se voir expulser du domaine à l’échéance du bail ? Evidemment, il ne s’agit pas là uniquement de la responsabilité des propriétaires, mais aussi des difficultés que ce type de gestion peut entraîner pour les marchands. Une stagnation ou une chute des prix agricoles peut lourdement affaiblir les exploitants. On le voit clairement dans les données rassemblées et interprétées par Jacques Revel concernant les revenus fonciers de quelques grands domaines ecclésiastiques de la campagne romaine pendant le xviie siècle : avec le début d’une dépression marquée de longue durée des prix agricoles, autour des années 1660-1670, on assiste à une contraction parallèle de la rente foncière, accompagnée de la difficulté d’affermer en bloc les grands domaines144. En 1659, le bail de Boccea, du chapitre de San Pietro, était fixé à 3 749 écus ; le suivant, signé en 1668, l’est à 3 381, soit environ 10 % de moins, et celui du 1677 à 3 160 (6,5 % de moins par rapport au bail précédent et 15,7 % en moins par rapport à celui de 1659). Ce dernier ne durera que 5 ans, après lesquels le casale ne sera plus affermé, mais exploité directement. Le même phénomène se vérifie pour les baux de Monastero Colonnello, dont les prix passent de 714 écus dans les contrats de 1626, 1635 et 1644, à 690 de 1653 ; ensuite, après une période d’exploitation directe, on recommence à l’affermer, mais les loyers chutent ultérieurement, d’abord à 600 écus (1673), ensuite à 550 (1683). La progression régulière de la rente de Campo Morto, qui passe de 6 350 écus en 1607, jusqu’à 11 100 de 1645, s’arrête tout juste au début des années 1650, lorsqu’on passe à l’exploitation directe pour 10 ans. Un nouveau bail est signé en 1659, dont le montant est fixé à 9 360 écus, soit 15,7 % au-dessous du dernier. Cette baisse de la rente foncière correspond sans doute à une période de difficultés des fermiers, qui trouvent rarement les moyens de louer en bloc des domaines de la dimension de celui de Campo Morto, ou qui préfèrent réduire les risques de leurs activités en ne s’engageant plus dans des entreprises aussi lourdes. Les données concernant les profits agricoles de l’exploitation directe confirment d’ailleurs l’existence de ces risques. L’éventail des profits annuels du casale de Campo Morto, par exemple, exploité directement de 1651 à 1658, va de 3 731 écus (en 1657) à 11 458 (en 1658), avec une moyenne annuelle de 7 268 écus. Ce n’est sans doute pas par hasard que le Chapitre a poursuivi un projet de location globale de ses domaines au même preneur, du moins au début du siècle. Entre 1590 et 1602, Ortensio Zeffiro exploite cinq tenute du Chapitre – Mazzalupo, Pietra Pertusa, Primavalle, Sant’Andrea et Sepoltura –, pour une surface globale de 1 457 rubbia de terre ; Sepoltura et Mazzalupo sont confiés, en 1601, à Mario Fani, avec Grotta Rossa, Quinto et Valchetta. L’extension des possessions du chapitre est évidemment une limite à la concentration entre les mains d’un seul fermier ; il s’agit néanmoins d’une stratégie qui est poursuivie par les chanoines, ainsi que par d’autres propriétaires de l’Agro, comme les Aldobradini.

121De la part des fermiers, on peut esquisser par contre deux tendances qui procèdent parallèles : d’un côté, celle menant à une diversification des relations avec les propriétaires fonciers, parfois visant à affermer des domaines contigus ; d’autre part, la préférence, spécialement manifestée par un groupe de fermier, pour le tissage des liens avec les institutions ecclésiastiques. Les deux démarches nécessitent une force contractuelle notable, surgissant de la solidité économique de chaque preneur, amenant les propriétaires à accepter leurs propositions ; et elles offrent de nombreux avantages non seulement sur le plan de l’exploitation agricole, mais aussi sur celui de l’écoulement des produits sur le marché romain.

122Ortensio Zeffiro, outre les casali du chapitre de San Pietro, afferme des propriétés de l’Hôpital de Santo Spirito et de celui de San Salvatore, des sœurs de San Sisto, des ducs Cesarini et Muti, de Girolamo Cenci, et d’autres encore. Sa présence se situe notamment au nord de la capitale : en 1590, il afferme le 271 rubbia de Sepoltura, auxquelles il ajoute deux ans plus tard un casale limitrophe de 195 rubbia, Borghetto, propriété du duc Muti, qui est aussi contigu au casale de Torre Spaccata, dont il est le propriétaire. En 1602, il prend en gestion du chapitre de San Pietro le casale de Sant’Andrea, sans doute pour reconstituer une unité d’exploitation importante avec Borghetto, après la perte ou l’abandon de Sepoltura, loué en 1601 à Mario Fani. Il poursuit le même dessin en peu plus à l’ouest : en 1591, il loue Mazzalupo, au chapitre Vatican ; en 1607, il afferme Porcareccina, de la famille Massimi. Deux ans plus tard, Ortensio Zeffiro récupère le casale Mazzalupo, contigu à Porcareccina, à l’échéance du bail que Mario Fani avait signé avec le chapitre en 1601 ; en 1613, il ajoutera à cet ensemble les 54 rubbia de Aguzzano, loué à la comtesse de Pian de Mileto. Au-delà de cette région, qui représente évidemment le centre des intérêts de ce fermier, il ne loue que des propriétés d’institutions ecclésiastiques : Acqua Acetosa, Massima (limitrophes, au sud de la ville), Pratolungo, de l’Hôpital de San Salvatore, ainsi que Castiglione, aux limites orientales de l’Agro. Entre 1601 et 1611, Lorenzo Ruggeri constitue une exploitation de 800 rubbia avec les baux signés pour Pinzarone, Trigoria et Casale della Mandria. Entre la fin du xvie siècle et les premières années du xviie, Girolamo Leni afferme plusieurs casali, couvrant une surface totale de plus de 1 000 rubbia. Il fait ses débuts probablement avec le bail des 431 rubbia de la Cesarina, qu’il exploite jusqu’en 1608. Entre 1597 et 1599, il prend le bail de Malborghetto, du chapitre de San Pietro, après que celui-ci a été confié, on ne sait pas si pour 7 ou 9 ans, à deux bergers. En 1600, il prend en gestion de l’Hôpital de San Salvatore 60 rubbia de Capo di Bove, dont lui-même en possède une partie, achetée en 1589 aux héritiers de Ettore Mutini. La période 1602-1603 est spécialement dense pour son activité, et il signe plusieurs contrats importants : avec les Borghese, dont il loue Torre San Giovanni et Olevano (ce dernier contigu à la Cesarina) ; avec Marcello et Lelio Muti, pour Boccone qui, avec la Cesarina et Olevano, constitue une exploitation unitaire de 612 rubbia ; et avec Fabrizio Nari pour la location de Petronella.

123Antonio Maria Cremona adopte, lui-aussi, une stratégie de composition d’unités d’exploitation contiguës à l’est de la capitale. Il commence en 1600 en louant Saloncino, qui lui est confié par le cardinal Aldobrandini, abbé des Tre Fontane ; il se peut que ce contact avec le cardinal lui facilite l’adjudication, en 1602, du bail de Torre Nova, propriété de la famille Aldobrandini. Il renonce à ce dernier à l’échéance du contrat : l’augmentation du prix, qui passe de 51 giuli par rubbia à 68 est peut-être l’une des raisons qui l’amènent à ce choix, mais on ne sait pas si l’abandon a été volontaire ou imposé par les propriétaires ; l’acquisition presque contemporaine d’un nouveau contrat avec l’abbaye des Tre Fontane pour un autre casale, au même prix que celui proposé pour Torre Nova, mais de dimensions inférieures, ainsi que les baux négociés entre 1607 et 1613, laissent penser à un choix plus marqué en faveur des baux souscrits avec les clercs, avec qui il était déjà en relation depuis 1604, lorsqu’il avait remplacé un autre fermier dans le bail de Casal Finocchio, propriété des moines de Sant’Antonio. En 1607, il signe le contrat du casale des Tre Fontane ; l’année suivante, il acquiert la gestion de San Basilio, 150 rubbia de propriété des chanoines de Santa Maria Maggiore ; il y ajoutera, en 1613, la location de Salone, un casale de 760 rubbia, appartenant aux mêmes propriétaires, contigu à Saloncino. En 1610, il s’accorde avec les sœurs de San Silvestro pour le bail de Ponte la Mentana (100 rubbia) : le prix est élevé, 90 giuli par rubbia, mais le casale comprend une auberge, et on peut tirer 1 300 écus par an de la vente des herbages.

  • 145 En 1603, il loue Cisterna, Sermoneta et Bassiano, pour 24 000 écus. Les caractéristiques de ce bail (...)

124La relation avec les institutions ecclésiastiques est particulièrement importante, car elle peut offrir des privilèges au niveau de l’écoulement des produits sur le marché romain, qui représentent des avantages et des chances supplémentaires pour les marchands qui arrivent à s’en assurer la location. Comme on le verra dans la partie consacrée à la structure et à l’organisation du marché urbain, il existe dans le réseau de production et de distribution du pain, des institutions particulières, appelées fours francs : accordés à l’origine aux grandes basiliques, en échange de privilèges plus vastes désormais perdus, ces fours devraient assurer la transformation du blé produit dans les domaines agricoles appartenant à chaque institution, pour leur propre consommation. Ils vont toutefois changer en partie de rôle, en recevant le droit de vente du pain, et en étant exonérés des impôts annonaires. Les fours francs représenteront un débouché préférentiel et rentable pour l’écoulement du blé produit dans les possessions ecclésiastiques, qui vont intéresser également les fermiers de celles-ci, en leur évitant la négociation sur le prix du blé produit dans les fermes ecclésiastiques qu’ils gèrent, mais pouvant aussi être élargi à tout le blé produit par le fermier, même dans d’autres domaines. L’avantage, comme on le verra plus en détail, est important, notamment pour les fermiers qui sont en même temps propriétaires fonciers, ce qui est d’ailleurs le cas pour la presque totalité de ceux qui composent le groupe restreint des fermiers spécialisés dans la gestion des domaines ecclésiastiques. Agostino Maffei, copropriétaire avec un autre Maffei, Belardino, des 300 rubbia de Castel Arcione, afferme en 1607 un bois de l’Hôpital de San Salvatore, compris dans le casale de Settebagni ; en 1610, les sœurs de San Silvestro lui confient deux tenute, Casaletto et Malpasso. Belardino afferme, avec les Martelli, le casale de Campo Morto, le plus grand de la campagne romaine, propriété du chapitre Vatican145. Orazio Savelli s’installe à la Maranella, de Santa Maria Nuova ; le chapitre de Santa Maria Maggiore loue, en 1594, pour 9 ans, la tenuta de For-no à Ottavio Muti ; Vincenzo Cenci succède à Ruggero Filippone dans la gestion de Tragliata (935 rubbia), du chapitre de San Pietro. Ottavio Del Bufalo est fermier de l’Hôpital de San Salvatore et du chapitre de Santa Maria Maggiore, tandis qu’Annibale Mattei afferme le casale de Sapienza au Collegio Capranicense.

  • 146 Cf. supra.

125Même en dehors de ce groupe, plusieurs fermiers sont des possesseurs fonciers de dimensions plus ou moins modestes. Dans certains cas, la location représente la première étape vers l’achat du domaine, comme on l’a vu dans le cas, néanmoins très particulier, de la cession des casali du chapitre de San Pietro aux fermiers de l’époque, voulue par les autorités pontificales en 1526146. Pour la période qui nous intéresse ici, et pour ce que l’on peut en dire à partir de l’examen de la liste du début du xviie siècle, l’achat de terres ne semble cependant pas être l’objectif principal des grands fermiers. Plus qu’un investissement ou un point d’arrivée, la possession foncière représente une assurance, au cas où les négociations pour la gestion des terres d’autrui n’aboutiraient pas. Un exemple laisse entrevoir les difficultés pouvant surgir dans les négociations, ainsi que les manières d’y faire face. Papirio Albero apparaît comme locataire de l’Hôpital de San Salvatore vers 1580, lorsqu’il gère le casale de Settebagni, 226 rubbia, dont 45 de prés et 18 de maquis. Le prix payé par Papirio pour ce domaine est, selon le dernier contrat, de 61 giuli par rubbia. Il le gère pendant 27 ans. En 1607, le bail est négocié entre l’Hôpital et Agostino Maffei, pour une durée de 9 ans. Le changement de locataire provoque une augmentation du loyer d’environ 11,5 %. L’activité de Papirio doit bien marcher puisqu’il peut acheter aux Sforzi, en 1595, 100 rubbia du casale de la Cervelletta. Il possède aussi 20 rubbia de Capocotta, qu’il vendra au prince Borghese en 1612. Ses efforts sont toutefois presque entièrement consacrés à la location : il gère plusieurs tenute, pour une extension globale de 693 rubbia. En 1600, il veut affermer un casale du Collegio Capranicense, 226 rubbia, situé à trois milles de Rome, en direction de Porta Maggiore : il s’agit d’une bonne pièce de terre, pouvant donner des profits différents et importants. Le casale comporte 25 rubbia de prés et plusieurs jardins potagers (orti), dont on peut tirer environ 150 écus par an ; il est en outre facile de le sous-louer. Mais Papirio Albero se brouille avec le Collegio, qui veut revenir sur son engagement avec lui, et confier le casale à Antonio Maria Cremona. La solution de la querelle est digne de Salomon, et les deux prétendants se partageront la tenuta. En 1602, Papirio signe un contrat avec les Aldobrandini pour les 190 rubbia du Priorato, au prix de 50 giuli par rubbia. Huit ans après il s’oriente à nouveau vers la location de biens ecclésiastiques, en affermant Grotta dei Greci aux moines de San Paolo : malgré quelques défauts, soigneusement enregistrés par le rédacteur de la liste, ce n’est pas un mauvais domaine, car on trouve à le sous-louer, et ses 36 rubbia de prés peuvent aisément être vendues.

  • 147 On n’abordera pas ici l’énorme problème de la main d’œuvre paysanne dans l’Agro. Sur ce sujet voir, (...)

126Les remarques de l’auteur de la liste aident ainsi à appréhender le type de gestion que les fermiers peuvent envisager pour les casali loués. La sous-location, d’abord, confiée aux habitants des bourgs proches, là où il y en a, ou bien à d’autres fermiers. Ce type d’exploitation prévoit en général le paiement d’un champart (risposta), en blé ou en d’autres denrées, lorsqu’il s’agit de terres labourables, en débarrassant en même temps le locataire de toute préoccupation en ce qui concerne la main-d’œuvre nécessaire aux travaux agricoles147 ; ou bien en argent, lorsqu’on sous-loue les pâturages.

  • 148 Parfois on retrouve l’indication précise de l’acte, du notaire et de la date de la signature du bai (...)
  • 149 C’est souvent la concurrence entre paysans et bergers pour l’adjudication des petites pièces de ter (...)

127Les remarques concernant ces possibilités d’exploitation sont très fréquentes : l’auteur tient à signaler s’il s’agit de bonnes pièces labourables, en estimant parfois les rendements qu’elles ont permis aux exploitants, et en indiquant soigneusement la possibilité de les confier facilement « a risposta » ; il souligne aussi souvent la qualité des pâturages, le prix des herbages, ainsi que les quelques difficultés qui auraient pu surgir dans la négociation du bail. Dans un milieu relativement restreint comme celui des mercanti di campagna, de ceux qui peuvent assumer la charge de locations importantes, la mention du nom du preneur d’un bail peut être un indice utile pour en juger de la valeur. Les fermiers se connaissent, et sont à même de saisir le type d’exploitation que chacun d’eux préfère148. Cecco di Recchia, qui avait été pendant 18 ans fermier du casale Sant’Angelo, propriété des sœurs de San Lorenzo Panisperna (180 rubbia de terres labourables et 120 de pâturages), affirme par exemple qu’il s’agit d’un bon domaine, facile à sous-louer, dont il tirait 1 000 écus par an. Un employé de Lattanzio Roncione, à qui était affirmé Roncigliano entre 1600 et 1609, chante les louanges du casale, fidèlement rapportées par l’auteur de la liste, qui, dans d’autres cas, signale aussi d’éventuels problèmes ou des spéculations que les preneurs peuvent accomplir au détriment des sous-locataires. Le conflit qui oppose Papirio Albero et Antonio Maria Cremona pour la location d’un casale du Collegio Capranicense, dont on vient de parler, n’en est pas le seul exemple. Doni, titulaire du bail de Pratica, propriété du marquis Pompeo Massimi, auquel il paie 1 600 écus par an, sous-loue le casale à un éleveur, Pelliccia, pour 1 900 écus, obtenant ainsi, sans effort, un profit net de 18,7 %149. Il perdra toutefois la location à l’échéance du bail, qui sera négocié en 1613 avec Domenico Cipriani.

  • 150 J. C. Maire-Vigueur, 1974, p. 114.

128Parfois, les indications enregistrées signalent la présence, dans les contrats, de clauses spéciales. Un bail pour Castel Giubileo est signé entre le chapitre de San Pietro, propriétaire du casale, et Domenico Reale Spinaroli, en septembre 1599. La période est classiquement celle des affermages : les baux commencent en général en août-septembre ou dans les deux derniers mois de l’année. Pendant l’automne et l’hiver, deux fermiers peuvent cohabiter dans le même casale : l’ancien achève ses récoltes ou la jouissance des pâturages, tandis que le nouveau commence la préparation des sols pour les semailles de l’automne suivant150. Le contrat de Castel Giubileo n’est enregistré par le notaire qu’au mois de janvier. Il prévoit une condition particulière : le preneur s’engage à payer pour la première année 1 300 écus, tandis que le prix descend pour les huit années suivantes à 1 130 écus. On n’en connaît pas la raison, mais on peut penser que le prix de la première année comprend soit la jouissance des travaux accomplis par le locataire précédent, soit le paiement d’une sorte de droit d’accès au bail, soit encore le paiement d’un intérêt pour un prêt contracté par Domenico Reale avec le chapitre.

129Peut-on, à partir des observations que l’on vient de formuler, esquisser un profil de ces personnages centraux de l’Agro ?

130L’attention prêtée par l’auteur de la liste à la possibilité de donner en sous-location des parties des domaines affermés impose que l’on s’arrête à réfléchir sur ce point. C’est là que se manifeste assez clairement, il me semble, la nature des mercanti di campagna en relation avec la configuration particulière de l’Agro romano. L’exploitation directe du domaine affermé est une forme de gestion parmi d’autres, et elle n’est pas forcément la plus intéressante. Les pâturages, sous-loués, peuvent rapporter directement, sans effort, des sommes supérieures à celles payées aux propriétaires. Pour ce qui concerne les terres labourables, les choses sont plus complexes. Les profits, lorsqu’on les exploite directement, sont d’abord liés aux prix des céréales sur le marché romain, qui représente le lieu d’écoulement souvent unique pour le produit local.

  • 151 F. Fulvii, op. cit. ; A. Gabrielli, op. cit. ; ASR, Congregazione del Sollievo, bb. 1-2 (mémoire du (...)

131Les coûts de mise en culture d’une rubbia de maggese, tels qu’ils sont calculés à la fin du xviie et au début du xviiie siècles151, rapportés aux prix moyens du blé sur le marché romain, montrent bien l’aléa qui entoure l’activité céréalière.

  • 152 C’est le rendement moyen considéré par la plupart des auteurs pour les terres de l’Agro. Cf. entre (...)

132On dispose de quatre évaluations contemporaines des coûts à affronter pour cultiver une rubbia de terre : avec des récoltes estimées à 8 rubbia de blé par rubbia de terre ensemencée, les coûts peuvent varier entre 36 et 55,40 écus152(Cf. Tableau 14).

Tableau 14 COÛTS DE LA MISE EN CULTURE D’UNE RUBBIA DE MAGGESE

Tableau 14 COÛTS DE LA MISE EN CULTURE D’UNE RUBBIA DE MAGGESE

Sources : pour les données de Lodi et de Santo Spirito : ASR, Congregazione del Sollievo, bb. 1-2 ; A. Gabrielli, Del regolamento economico... cit. ; F. Fulvii, Discorso nel quale si dimostra il modo di accrescere e stabilire l’arte agraria... cit.

  • 153 Le calcul de l’Hôpital du Santo Spirito peut être erroné. Le total tiré de la somme des différents (...)
  • 154 Le choix de cette période est justifié par deux considérations : d’un côté, il s’agit de la période (...)

133Deux de ces estimations proposent un chiffre autour de 40 écus, que l’on va prendre ici comme la référence153. J’ai donc estimé, à partir des prix moyens du blé à Rome pendant la période 1689-1706154, le revenu net des producteurs par rubbia de terre emblavée (Cf. Tableau 15).

Tableau 15. PRIX MOYEN DU BLÉ À ROME ET PROFITS PRÉSUMÉS DES PRODUCTEURS SELON LA RÉCOLTE

Tableau 15. PRIX MOYEN DU BLÉ À ROME ET PROFITS PRÉSUMÉS DES PRODUCTEURS SELON LA RÉCOLTE

Sources : ASR, Presidenza dell’Annona, bb. 358-373 « Nota dei grani introdotti e venduti a Roma » ; A. Gabrielli, Del Regolamento... cit.

  • 155 On suit ici le raisonnement de Gabrielli, qui affirme devoir soustraire de la production globale pa (...)

134En sachant, d’après les estimations de Gabrielli, qu’une production moyenne donne 8 rubbia de blé par rubbia de terre emblavée, et que le produit net pouvant être commercialisé est, dans ce cas, de 6 rubbia155, les agriculteurs subiraient des pertes moyennes, sur l’ensemble de la période, de 6,21 écus par rubbia emblavée. Si le rendement était de 10 pour 1, les agriculteurs obtiendraient en revanche 6,48 écus de profit. Ces calculs représentent les arguments centraux à l’appui de la proposition dominante de réforme du système annonaire exprimée dans le cadre de la Congregazione del Sollievo au début du xviiie siècle, visant à fixer le prix du blé aux environs de 77,5 écus par rubbia, de façon à assurer aux producteurs un profit jugé correct et encourageant.

  • 156 Vergani, op. cit.

135Ce n’est cependant pas là le seul problème de l’exploitation directe des grands domaines affermés. La possibilité économique de cultiver les grands domaines de la façon prévue par les contrats, paraît limitée par les dimensions des exploitations. Dans un mémoire daté de 1804, rédigé par le secrétaire de la Congregazione economica, Paolo Vergani, en réponse à une plaidoirie des mercanti di campagna156, c’est précisément cet aspect qui est visé. L’analyse de Vergani sur les causes de l’état lamentable de l’Agro romano, et notamment du manque de cultures, vise, d’une part, l’absence d’habitants qui rend indispensable et inévitable une exploitation des terres fondée sur des grands fermiers ; d’autre part, l’habitude et le consentement de l’administration à ce que plusieurs tenute soient affermées à un seul mercante. Vergani écrit :

  • 157 Questa generale spopolazione delle Campagne romane è ciò che rende veramente perniciosi i Latifondi (...)

Le dépeuplement général des campagnes romaines est la cause qui rend néfastes les latifondi, car il n’y a qu’un faible nombre de personnes qui s’adonnent aux affaires agricoles, du moment qu’il y a très peu d’hommes pouvant anticiper les énormes dépenses demandées pour l’engagement de la multitude de travailleurs nécessaire à la culture d’une grande tenuta. Ces coûts représentent déjà en eux-mêmes un obstacle important à l’agriculture de l’Agro ; ils sont ultérieurement aggravés par l’introduction récente de la pratique de la location à un seul mercante d’un grand nombre de tenute. [Les exemples ci-joints montrent que] un seul mercante loue jusqu’à 19 tenute, pour une surface de 7 486 rubbia. Or, comment est-il possible qu’une seule personne, bien que riche, puisse avoir l’argent nécessaire pour emblaver une si grande surface, même si elle est restreinte aux assolements triennaux ou quadriennaux selon l’usage ? Selon ces assolements, et les obligations auxquelles le mercante s’est engagé avec le bail, il devrait emblaver chaque année 2 400 rubbia. Pour mener à bien cette culture il faut une dépense d’environ 168 000 écus, une somme difficile à trouver dans les caisses d’un particulier157.

  • 158 Selon la liste dressée par Vergani, aucun fermier de l’Agro ne gère un seul casale ; 9 en ont plus (...)

136Au début du xviie siècle, on est encore loin de la puissance qui sera reconnue aux fermiers à la fin du siècle suivant158, mais l’extension des exploitations est suffisamment importante pour imposer des sous-locations considérables pour les terres labourables.

  • 159 Revel, 1972, p. 277-281.
  • 160 Cette analyse fera l’objet de la troisième partie de ce travail.

137Le type de gestion des grands domaines que l’on vient à peine d’esquisser se révèle encore assez souple pour répondre aux sollicitations du marché. On peut augmenter les emblavures lorsque les prix connaissent une tendance à la hausse, tout comme on peut adopter l’attitude inverse, sans que cela requière des investissements énormes de capitaux. Il est pourtant clair que, puisque les revenus de la céréaliculture sont en relation étroite avec les prix du marché romain, il est dans l’intérêt des exploitants de régler la production de façon à ne pas produire des excédents trop importants qui entraîneraient une baisse considérable des prix locaux. On a d’ailleurs mentionné les réactions des exploitants face à la hausse de la fin du xviiie siècle, ainsi que les difficultés rencontrées dans la réalisation de rendements plus élevés, à cause de la mauvaise qualité des terres emblavées et de l’intensité des cultures à laquelle elles ont été soumises. Ce cas, analysé par Revel159, renvoie, pour l’explication du blocage de la campagne romaine, aux conditions structurelles de l’agriculture de cette région, et non pas uniquement au rôle de l’administration pontificale. Au contraire, et paradoxalement, la politique adoptée par les autorités annonaires représente une sorte de soutien à cette attitude. Toutes les mesures mises en place sur le marché romain visent à réduire aux maximum toute concurrence : entre la production locale et celle provenant des autres régions et de l’étranger, mais aussi celle qui peut surgir entre les différentes catégories de producteurs présents dans la campagne romaine. L’administration garantit aux producteurs locaux un marché pratiquement exclusif en se chargeant directement des importations, en évitant ainsi que le blé étranger entre en concurrence libre et directe avec le produit local ; enfin, elle met en place un réseau commercial qui repartit les producteurs entre plusieurs circuits, selon les dimensions de l’exploitation, empêchant ainsi la confrontation directe entre des prix formés dans des conditions différentes, et qui ne présentent pas toujours les mêmes niveaux160.

  • 161 Nicolai, 1803, vol. iii, p. 182 et sqq.
  • 162 Les sources utilisées ne permettent pas de saisir la continuité familiale du métier, et donc de sui (...)
  • 163 Nicolai, 1803, vol. iii, p. 161-167 ; Caroselli, 1981.

138La logique des deux parties – les producteurs et l’administration – est toutefois profondément différente. C’est sur ce plan que le conflit devient le plus dur. Les autorités visent à construire un système permettant une réglementation sur des critères moraux des profits et des pertes. Son souci est non seulement celui du ravitaillement de la ville, mais aussi celui de l’équilibre économique entre les différentes parties qui composent la communauté : l’administration épouse une logique de la redistribution, qui se heurte sans cesse à une logique de l’échange. En ce sens, le système annonaire créé par l’administration pontificale représente le résultat de la négociation inévitable entre ces deux formes de l’économique. Les propositions de réforme du système qui seront formulées à la fin du xviiie siècle, et qui comportent aussi un changement radical dans l’exploitation agricole de la campagne romaine, sont certainement bâties autour de l’exigence d’encourager les investissements d’amélioration, grâce à l’installation sur les domaines de l’Agro d’une population de métayers, assurés de pouvoir disposer de la terre pour des délais plus longs, avec des contrats souvent perpétuels161. L’enracinement des fermiers romains sur une propriété reste cependant assez faible162. Les conditions physiques de l’Agro ne favorisent pas l’implantation d’une population stable, et cela a bien pu être l’un des facteurs encourageant la mobilité, ainsi que la préférence accordée à l’élevage, dont les coûts sont inférieurs, les terres laissées en pâturages ne demandant pas d’investissements considérables, qui pour être rentables fixeraient les fermiers, ni des rendements plus élevés et plus surs. Les estimations parallèles des profits de la céréaliculture et de l’élevage, proposées au début du xixe siècle, montrent d’ailleurs clairement l’écart entre les deux, tout à l’avantage du second. Selon Nicolai, le profit net d’une rubbia de terre cultivée à blé, serait de 0,3 écus, et celui d’une rubbia laissée à pâturage de 19,7 écus163. Ce dernier résultat est toutefois obtenu par un calcul qui prend en compte l’exploitation à pâturages de 100 rubbia de terre, permettant l’élevage d’un troupeau de 2 500 bêtes. L’écart est évidemment énorme, et il souligne encore une fois les raisons de la préférence accordée à l’élevage par les gros fermiers, disposant de domaines de dimensions considérables.

  • 164 « Ma prima si dee sapere, che un agricoltore, che faccia rubbia 100 di maggese, impiega il capitale (...)

139Ces propositions, toutefois, répondent aussi au vœu de remplacer les grands fermiers par une population agricole dont les exigences d’autoconsommation priment sur celle de la commercialisation et qui donc, au niveau des prix, réaliseraient mieux l’idéal de justice et de modération propre à la conception morale de l’échange. La méfiance envers les marchands, dont le nom évoque la spéculation et l’amoralité, joue ici un rôle important. D’autre part, les fermiers de l’Agro romano manifestent pleinement leurs caractéristiques marchandes dans la multiplicité de leurs activités, qui ne sont pas uniquement liées au cadre agricole. L’élevage n’est pas le seul concurrent de la céréaliculture. D’autres investissements, en dehors du cadre agricole, peuvent être plus intéressants pour des entrepreneurs présentant les caractéristiques des mercanti di campagna. Les placements dans l’achat des titres de la dette publique, les Monti, sont à juste titre pris en compte par Gabrielli lors de la présentation de ses estimations des différentes possibilités de gain – ou plutôt de pertes – pouvant être tirés de l’activité céréalière : un intérêt de 6 % sur le capital investi dans les Monti Vacabili doit être, pour cet auteur, soustrait des revenus bruts de la culture, tout comme les coûts de production164.

140Les autorités, donc, lorsqu’elles réalisent leur impuissance à imposer des règles sociales et politiques au marché, s’efforcent de réorganiser la production, de façon à redonner à l’agriculture un rôle de subsistance et non plus de commerce. Dans les prochains paragraphes, on examinera en détail les débats sur l’agriculture qui ont occupé les congrégations annonaires pendant le xviie siècle : on verra à quel type de problèmes et de raisonnements sont liées ces propositions, et quels sont les solutions explorées pour la gestion concrète du ravitaillement. A la mise en place de l’organisation du marché céréalier romain sera, en revanche, entièrement consacré le troisième chapitre de ce travail.

4–LA POLITIQUE AGRICOLE DE LA CHAMBRE APOSTOLIQUE ENTRE XVe ET XVIIe SIÈCLES

  • 165 Revel, 1972 a souligné que ce lien, qui ne caractérise pas uniquement l’Annone romaine, est cependa (...)
  • 166 Cette idée, qui parcourt les textes des dispositions prises par l’administration, est aussi reprise (...)

141L’ensemble spécifique de fonctions qui résulte du processus graduel de formation de la Préfecture de l’Annone que l’on a décrit dans le premier chapitre de ce travail, est marqué par le lien étroit posé par les autorités romaines entre politique annonaire et politique agricole, et cela dès le début de leur intervention directe dans le domaine des subsistances165. L’agriculture est en effet l’objet des premières mesures adoptées par la papauté. C’est son état, considéré particulièrement inquiétant, qui non seulement justifie l’action dans le secteur agricole, mais qui constitue aussi la raison d’être logique et politique de l’Annone romaine166. Ce lien, qui parcourt toute l’histoire de l’Annone, ne peut pas se justifier entièrement à partir des conditions réelles de la production des provinces annonaires. Les données que l’on a exposé dans les paragraphes précédents, bien que fragmentaires, ont fait apparaître une situation nettement moins négative que celle systématiquement présentée par les autorités romaines. Selon les estimations proposées par la Préfecture de l’Annone, la production céréalière des provinces annonaires serait en mesure de satisfaire les besoins de la capitale, pour l’ensemble de la période considérée. Certes, la situation commence à se détériorer dans le courant du xviie, et s’empire ultérieurement au siècle suivant ; mais les bases et les justifications de l’intervention camérale au niveau de la production sont posées bien avant, avec la constitution Inducit Nos (1476) de Sixte IV. Une explication de la politique agricole de la Chambre apostolique entièrement fondée sur l’état réel de la production et sur la seule préoccupation pour le ravitaillement de la ville, ne se révèle donc pas en mesure d’expliquer les dispositions prises par la papauté dans la seconde moitié du xve siècle et dans les premières décennies du siècle suivant. Les raisons sont donc à rechercher ailleurs.

  • 167 Sur le contrôle du ravitaillement dans le processus de formation des Etats modernes, Cf. Tilly, 197 (...)

142A la base de la politique agricole poursuivie par la papauté dans cette première période, il y a, certes, des raisons politiques. Le contrôle des ressources alimentaires représente un maillon essentiel du processus de centralisation administrative et politique de l’Etat poursuivi par les autorités camérales en opposition avec le particularisme des barons : il représente le terrain où le conflit est le plus marqué et visible et où les enjeux sont les plus importants167.

143La production et le commerce des denrées alimentaires – notamment des céréales – sont cependant aussi la scène où se joue une bataille essentielle pour la sauvegarde du modèle économique traditionnel, dont les fondements théoriques ont été élaborés par la pensée scolastique et que les autorités romaines s’efforcent de traduire en pratique. Cette hypothèse de lecture permet, me semble-t-il, de mieux expliquer le lien fort qui unit entre elles politique agricole et politique annonaire. Dans les deux cas, il s’agit de soumettre aux règles morales les comportements et les intérêts des différents agents économiques qui participent, dans des positions et avec des fonctions diverses, au ravitaillement de la ville. Pour comprendre la logique des autorités romaines, il faut alors d’abord se tourner de la production vers les producteurs. Cela est plus conforme à la vision scolastique de l’économie, qui met au centre non pas les phénomènes économiques, mais les attitudes des protagonistes de la production et de l’échange. Il faut ensuite essayer d’appréhender les mesures adoptées par les autorités en les mettant en relation avec leur analyse des personnages qui peuplent la scène agricole et annonaire.

La politique agricole de Sixte IV : une étape dans le processus d’affirmation de l’autorité pontificale

  • 168 Le texte de la Constitution est publié dans Marconcini, s.d., p. 203-204.

144Dans la constitution Inducit Nos de Sixte IV, qui peut être considérée comme l’acte fondateur de la politique annonaire des pontifes modernes, on trouve explicitement posé le lien entre état de la production et intervention des autorités. Publiée le premier mars 1476, celle-ci voudrait s’attaquer à la racine du problème des subsistances de la capitale. Le défaut de culture de la campagne romaine étant considéré comme la cause des nombreuses disettes qui ont frappé la ville durant les années précédentes, la constitution vise à encourager l’augmentation des emblavures en autorisant quiconque à emblaver la troisième partie des terres incultes dans les circonscriptions de l’Agro romano, de Marittima, Campagna et dans la province du Patrimonio, sans payement des droits d’usage des terres aux propriétaires fonciers168.

  • 169 Voire, entre autres, le jugement de Tomassetti, 1910, vol. 1 et De Cupiis, 1911, p. 92-93.
  • 170 De Cupiis, 1911, p. 93 ; Brezzi, 1977, p. 153-168.

145Les dispositions sixtines ont été considérées parmi les plus importantes et les plus novatrices des pontifes du xve siècle169. En réalité, les mesures adoptées ne sont pas nouvelles. Les coutumes féodales traditionnelles, auxquelles la constitution fait référence, permettaient aux communautés villageoises l’exploitation des terrains incultes, sans pour autant mettre en cause les droits de propriété et d’usufruit170. L’importance de cette constitution est néanmoins considérable pour l’histoire de l’Annone romaine : à la fois pour le contexte dans lequel elle est élaborée et en raison des causes qui sont reconnues être à l’origine de la décadence des cultures. Elle s’insère pleinement dans le conflit qui oppose les autorités pontificales à la grande noblesse féodale, propriétaire de la plupart des terres du Distretto, pour l’affirmation du pouvoir central face aux innombrables particularismes locaux. Ce conflit se joue, d’une part, sur le contrôle effectif du territoire et des pouvoirs qui lui sont liés, en concurrence avec les institutions municipales ; d’autre part sur l’élaboration idéologique de la spécificité et de la supériorité du pouvoir central.

146Deux éléments qui caractériseront l’action de la politique annonaire romaine trouvent l’une de leurs premières affirmations dans cette constitution : la revendication de l’intérêt supérieur de l’Etat en matière de production céréalière, et l’opposition nette et ferme des autorités aux transformations en cours dans la gestion et l’exploitation de la propriété foncière. L’analyse des causes des disettes qui frappent avec régularité la ville, est à ce propos significative :

  • 171 Marconcini, s.d., p. 203.

Considerantes id praeter et ultra coeli naturale cursum agrorum, qui propter aliquam forte majorem utilitatem inde provenientem eorum ominis potius sinuntur inculti, ut sint in pascua animalibus brutis, quam colantur aut coli sinuntur in alimentum et sustentationem hominum (...)171.

147Le problème du ravitaillement de la ville se présente ainsi étroitement lié aux comportements et aux choix économiques des propriétaires et des exploitants. La faible rentabilité de la céréaliculture les pousse à développer l’élevage ; et c’est cette attitude, identifiée comme la cause principale des disettes, qui doit être combattue comme contraire aux intérêts généraux. Par opposition à l’intérêt individuel des grands producteurs, les autorités pontificales esquissent leur rôle, en se présentant comme les principaux défenseurs d’instances collectives :

  • 172 Ibid., p. 203.

(...) volentes, prout nostro incumbit officio, tanto errori obviare, ac praedictis populis quorum incommodo paterna Nos charitas commovet et sollicitat de opportuno rimedio providere (...)172.

  • 173 Meuvret, 1988, vol. III, p. 146.

148Cette organisation du discours sera adoptée, presque sans discussions, par les commentateurs de l’époque ainsi que par les historiens postérieurs. Fondée sur l’argument du manque possible et toujours à craindre de blé pour la population urbaine, ainsi que sur les responsabilités primordiales des propriétaires fonciers et des exploitants agricoles dans cet état des choses, elle joue en effet sur des aspects fondamentaux de la sensibilité – populaire et non – de l’époque : la peur constante de manquer, le rôle du pouvoir politique dans la garantie des subsistances, accompagnés d’une vision très précise des rôles sociaux de chaque individu et de chaque groupe socioprofessionnel. La faible maîtrise technique sur la production et la conservation des denrées, comme l’a fortement souligné Jean Meuvret173, met les populations du Moyen Age et de l’Ancien Régime à la merci des conditions climatiques et naturelles qui peuvent, à tout moment, détruire les récoltes ou gâcher les blés, provoquant ainsi la disette. Cette réalité est difficilement acceptée dans ces termes, notamment par un pouvoir qui se veut absolu et qui, pour s’affirmer en tant que tel, a besoin de se présenter comme le garant des subsistances. On assiste alors à un déplacement de plus en plus marqué des causes supposées des disettes, dont on cherche désormais à attribuer la responsabilité aux comportements antisociaux de certaines catégories de la population.

  • 174 Thompson, 1971 et 1991.

149Les transformations économiques et sociales en cours confirment ultérieurement cette analyse politique : le passage d’une économie d’autoconsommation à une économie marchande, dont la production est orientée à la vente et où, par conséquent, le profit tend à devenir un moteur fondamental de l’activité agricole, impose de repenser les règles sociales dans lesquelles l’économie doit être encadrée. Des siècles passeront avant que cette dernière n’acquière un statut autonome et indépendant de la société et de la politique. Entre temps, c’est une véritable bataille qui est livrée pour la subordination des principes et des attitudes économiques aux règles qui gèrent le fonctionnement traditionnel de la société, et que traduit bien le concept d’économie morale, tel qu’il a été proposé par E. P. Thompson174. Les résultats de cette bataille, tant sur le plan théorique que sur celui de la pratique, ne seront pas toujours favorables aux principes défendus au départ par les autorités. Comme dans le cas de la théorie que l’on a analysée dans la première partie de ce travail, qui est une négociation permanente avec une réalité en évolution, la politique agricole définie par les pontifes du xvie siècle doit négocier et s’adapter aux réactions qu’elle soulève.

150Si le problème principal, à l’époque de Sixte IV, était celui de l’affirmation du pouvoir central en opposition tout d’abord à la noblesse propriétaire foncière, dans le courant du xvie siècle la difficulté à laquelle se heurte l’administration pontificale est représentée surtout par les comportements économiques des mercanti di campagna, qui sont les principaux protagonistes du monde de la production agricole.

Les mesures pour l’agriculture de Jules II et de Clément VII entre l’acceptation du profit et la protection de la ville

  • 175 Nicolai, 1803, vol. iii, p. 64.

151L’échec partiel de la politique de Sixte IV conduit ses successeurs à un changement de cap. Les résultats des mesures prises en 1476 sont en effet fort contradictoires. Les emblavures paraissent avoir augmenté, sans pour autant que la ville ait pu bénéficier d’une augmentation comparable de ses ressources175. L’explication vise encore une fois les comportements des propriétaires fonciers qui, grâce aux pouvoirs de contrôle du territoire, bloquent et accaparent le blé destiné à la ville, pour le revendre plus tard et plus cher.

152La politique adoptée par Jules II au début du xvie siècle, témoigne de la permanence du problème tel qu’il s’était posé sous le règne de Sixte, et des difficultés rencontrées par les autorités vis-à-vis des propriétaires ; mais elle présente aussi quelques nouveautés, limitées mais non pour autant moins importantes.

  • 176 Marconcini, s.d., p. 82.

153La nouvelle constitution prévoit d’abord l’obligation pour tous les propriétaires d’emblaver le tiers de leur terres. Le cas échéant, ces mêmes terres pourront être cultivées par toute personne voulant se consacrer à cette activité. L’autorisation d’emblaver les terres incultes est néanmoins liée au dédommagement des propriétaires par la cession d’une partie des récoltes, dont le montant est fixé selon des critères de distance des terres cultivées par rapport à Rome : un cinquième dans un rayon de sept milles, un neuvième entre sept et dix milles, à l’exception de la vallée du Tibre où, à cause de la meilleure qualité des sols, il est fixé à un sixième de la récolte176. Si la rétribution pour l’usage des terres vise à contourner la réaction des propriétaires, la différence établie dans les sommes à payer selon la distance de la capitale vise, de son côté, à encourager les emblavures des meilleures terres et de celles qui sont les plus proches de la ville, afin de créer une zone uniquement réservée au ravitaillement céréalier romain.

  • 177 Sur la constitution de Clément VII, Cf. Marconcini, s.d., p. 81-93.
  • 178 Les nouveaux quotas sont les suivants : un cinquième de la récolte dans un rayon de huit milles ; u (...)
  • 179 C’est à peu près 50 rubbia de blé pour chaque 8 rubbia de terre. Cf. Nicolai, 1803, vol. iii, p. 68 (...)
  • 180 Selon Nicolai, 1803, vol. III, p. 68, il s’agit du prix normal dans les années de récoltes abondant (...)

154Les lignes de cette politiques vont être reprises par Clément VII dans la Constitution Ad Sacram Beati Petri Sedem (1524), où sont réaffirmés les mêmes principes posés par Jules II177. Les nouvelles dispositions ne concernent toutefois que les terres situées dans un rayon de vingt milles autour de la capitale, avec de nouveaux quotas à payer, le principe de la rétribution demeurant le même178. Ces mesures s’accompagnent de l’introduction d’un nouveau système de concession des tratte : la constitution prévoit l’octroi automatique d’un permis d’exportation pour 50 rubbia de blé par charrue employée179lorsque les prix du blé sur le marché urbain ne dépassent pas 18 giuli par rubbia180.

155Bien que les ressemblances entre la constitution de Clément VII et celle de Sixte IV demeurent assez marquées, la politique de Clément VII s’encadre dans une nouvelle perspective. On a pris acte du vieillissement des coutumes féodales et l’on impose en conséquence le principe d’une rémunération des propriétaires, dont le montant est établi en fonction de la position centrale et de l’intérêt économique de la capitale. La réduction de la zone d’application de la politique agricole de la Chambre Apostolique indique bien, d’autre part, le déplacement de l’attention et de l’intervention, de l’ensemble des provinces annonaires à la campagne romaine proprement dite. Plusieurs raisons permettent d’expliquer cette nouvelle orientation. Des raisons d’ordre démographique tout d’abord : contrairement à l’Agro, désormais pratiquement vide d’habitats permanents, et faiblement peuplé, les autres provinces, notamment celle du Patrimonio, sont semées de villages et de villes qui sont en concurrence avec Rome pour le ravitaillement. Aux conflits qui opposent les administrations provinciales aux autorités romaines, s’ajoute ici la difficulté politique de bien contrôler l’acheminement des céréales vers la capitale. La volonté de subordonner l’ensemble des provinces aux exigences de la capitale est encore manifeste dans le droit de préemption sur la production du Latium tout entier, dont la jouissance demeure dans les seules mains de l’Annone romaine. Il s’agit néanmoins d’une réduction considérable par rapport aux objectifs de contrôle complet vers lesquels la Chambre s’était orientée pendant le pontificat de Sixte IV. Une politique différenciée pour les provinces annonaires est désormais entamée : l’Agro devient le centre des attentions de la ville, le lieu de sa propre production et, de ce fait, est soumis à un régime particulier.

  • 181 La constitution prescrit aussi une réduction du nombre d’animaux pouvant être élevés par les exploi (...)

156La perspective de changer la destination des terres entourant la ville en fonction des besoins de celle-ci, qui semble bien être l’intention principale de la constitution clémentine181, répond d’ailleurs aux principes de base sur lesquels est construite la « théorie annonaire » et, plus généralement, celle du bon gouvernement. La conception des relations qui existent entre la ville et la région qui l’entoure, n’a pas changé par rapport au Moyen Age : la campagne fait partie intégrante de la ville ; elle lui est soumise, et en tant que telle, doit répondre d’abord à ses requêtes. Grâce à la relation qui les unit l’une à l’autre, l’échange entre ville et campagne n’est pas conçu comme tel, parce que – surtout en ce qui concerne les denrées alimentaires –, rien n’appartient complètement à cette dernière. On retrouve la thèse exprimée aussi par l’auteur du De Regimine Principum, longtemps attribué à Thomas d’Aquin. A propos de la fondation des villes, il affirme que le lieu choisi doit être en mesure d’assurer le ravitaillement alimentaire des habitants :

Oportet autem ut locum construendae urbi selectus non solum sit qui salubritate habitatores conservet, sed ubertate ad victum sufficiat,

et il continue en énonçant :

  • 182 Thomas d’Aquin (attribué à), De Regimine Principum, II, 3, cit. dans Marconcini, s.d., p. 85.

dignior enim est civitas si abundantiam habeat ex territorio proprio quam si per mercatores abundet182.

  • 183 Polanyi, 1977 ; Sahlins, 1976.

157La ville possède ce que sa campagne produit, tandis qu’elle doit acquérir, chez les marchands, ce qui vient de l’extérieur. Cette opposition implique deux modes différents de répartition des ressources : d’un côté, une forme plus proche de la redistribution, de l’autre côté, le véritable échange, selon le modèle proposé par Sahlins et Polanyi183.

158On retrouve une telle conception à l’arrière-plan des dispositions prises dans le domaine agricole, du moins dans les principes qui les inspirent ; elle représente l’une des raisons fondatrices de l’intervention directe des autorités pontificales dans le domaine de la production.

  • 184 Le projet de remplacer progressivement le système d’exploitation de la campagne romaine, en passant (...)

159C’est la présence d’une logique différente de celle fondée sur les exigences de la ville, autonome, dans un certain sens, et qui est dominante chez les propriétaires fonciers et les exploitants agricoles, qui ne cesse pas d’inquiéter les autorités : comme les dispositions sixtines et clémentines, toutes les mesures ultérieures auront pour but prioritaire de restaurer des paramètres d’action compatibles avec le bien commun. Le rayon d’application de cette logique s’est toutefois réduit, ne s’appliquant plus qu’à l’Agro. Mais c’est ici que la confrontation entre la logique de la production et celle de l’Annone se manifeste de la façon la plus extrême, notamment à cause de la structure et du système d’exploitation de la propriété foncière que l’on a décrit. La culture céréalière est en compétition directe avec d’autres usages des terres, moins coûteux et plus rémunérateurs, tels que l’élevage. Sa rentabilité dépend premièrement des prix élevés que l’on peut tirer de la vente sur le marché romain ; et, pour le type d’exploitants qui sont les quelques grands propriétaires qui exploitent directement ou les mercanti di campagna, l’abondance est nuisible, car elle entraîne une baisse immédiate des prix, d’autant plus sensible que le marché est habituellement fermé, et les possibilités d’écouler les blés dans d’autres provinces ou à l’étranger sont réduites. La constitution de Clément ne cache pas son aversion pour cette logique, contraire à celle qui peut assurer les conditions optimales de ravitaillement de la ville. L’attitude de l’administration est à ce propos double. A travers l’établissement d’un principe de rémunération pour l’usage des terres en nature, et non pas en argent, elle propose implicitement un modèle d’organisation de la production en opposition directe avec celui qui s’est désormais imposé dans l’Agro, et qui est essentiellement incarné par les mercanti di campagna. Pour augmenter les emblavures sur les terres laissées incultes, on veut s’adresser de préférence à des petits producteurs qui assurent des conditions d’écoulement de leurs produits plus proches des intérêts de la ville184, en essayant de réduire le rôle et la prépondérance des mercanti di campagna. Il s’agit, bien évidemment, d’un projet dont la réalisation ne peut pas être immédiate ; la négociation entre les buts poursuivis par la papauté et les intérêts des grands producteurs devient ainsi inévitable. Le système d’octroi des permis d’exportation mis en place par Clément VII représente, dans ce sens, une tentative pour utiliser les tratte comme encouragement donné aux producteurs pour l’augmentation des emblavures, sans porter préjudice à la politique de bas prix sur le marché urbain. Grâce à l’établissement d’un lien étroit entre l’octroi des permis d’exportation et le prix du blé sur la place romaine, l’action de Clément vise à protéger la ville et à assurer son droit prioritaire à bénéficier de la production locale : le bas prix des céréales exprime tout d’abord une production et une offre abondantes.

160L’importance de cette mesure réside aussi dans la nouveauté de l’organisation du problème agricole et des solutions envisagées pour faire face à la diminution de la culture. La poursuite du profit, jadis considérée comme la cause principale, voire la seule, de la diminution des emblavures et des hauts prix des céréales, est désormais reconnue comme un encouragement potentiel à l’augmentation de la production. En ce sens, elle devient légitime.

  • 185 Delumeau, 1957-59 ; Coppi, 1855.

161Les problèmes de la production céréalière ne sont cependant pas les seuls à influencer l’adoption de cette démarche nouvelle, bien qu’encore timide. Le débat sur l’usure et sur la légitimité des intérêts perçus dans les prêts, s’enrichit entre la fin du xve et le début du xvie siècle ; en 1515 une étape importante est franchie par Léon X, qui justifie la perception d’un intérêt sur les sommes prêtées par les Monts-de-Piété, considéré comme la rétribution des frais de gestion. Une transformation profonde du contexte idéologique dans lequel s’insère le prêt à intérêt est en cours, dont les conséquences pratiques seront extrêmement importantes : non seulement les Monts-de-Piété, destinés à prêter de modestes sommes d’argent aux pauvres, se diffusent rapidement ; mais naissent aussi de nouvelles institutions, tels que les Monti Camerali, pour faire face, grâce à l’émission de titres publics à intérêt variable, aux dépenses croissantes de l’Etat. En 1526, sous le pontificat de Clément VII la première campagne est lancée : le Monte della Fede, avec une émission de 2 000 luoghi, chacun d’une valeur de 100 écus, avec un intérêt de 10 %. Créé pour subventionner la guerre de Charles Quint contre les Turcs, il sera suivi, pendant le même pontificat, de la création du Monte Sale e Oro puis de celle du Macinato185. Ce nouvel instrument de financement de l’Etat, que l’évolution de la théorie sur l’usure et l’intérêt aura rendu possible, va a son tour jouer un rôle fondamental dans l’évolution de cette même théorie.

162La simultanéité de l’institution des Monti dans l’Etat pontifical et l’émergence d’une nouvelle approche des problèmes de l’agriculture, suggère la présence d’une relation étroite entre les deux phénomènes : chacun, dans son cadre d’action, représente le résultat pratique d’une difficile élaboration théorique autour du problème de l’usure, de l’intérêt et, plus largement, du profit.

163L’effort pour restaurer l’agriculture grâce à la mise en place d’une série d’encouragements économiques, et en particulier l’adoption d’une politique de libéralisation progressive et contrôlée des permis d’exportation, entraîne néanmoins l’institution théorique d’une « zone franche » – la ville – où doit dominer une autre logique que celle du profit. Les mesures de politique agricole adoptées par Clément VII s’accompagnent, en effet, d’une réorganisation du réseau commercial du blé en ville, capable d’exploiter au mieux les différences entre les producteurs et d’exercer un contrôle concret sur leurs niveaux de profit respectifs.

  • 186 Cette réorganisation du réseau commercial est entamé en 1529, après la disette qui suit le Sac de R (...)

164C’est durant ces mêmes années que la commercialisation du blé en ville se partage entre deux circuits de plus en plus indépendants, formés par des vendeurs et des acheteurs appartenant à des catégories différentes. L’emplacement du Campo de’ Fiori sera désormais réservé, d’une part, aux petits exploitants agricoles, contraints d’écouler ici leurs produits ; d’autre part, aux acheteurs appartenant aux classes populaires, tout professionnel et tout membre des classes supérieures étant interdit de participation à ce réseau186.

  • 187 Polanyi, 1977.

165L’autre circuit commercial, qui intéresse les grands exploitants de la campagne romaine, va faire l’objet, dans les décennies qui suivent, des plus grandes attentions de la part des autorités romaines. Le renforcement du rôle de l’Annone dans le marché romain, les nouvelles fonctions qu’elle acquiert sous le pontificat de Pie V, et notamment les distributions du blé des réserves publiques aux boulangers à un prix contrôlé, représentent l’effort concret pour régler les échanges selon des principes de justice, d’autant plus difficiles à appliquer dans un secteur où les intérêts des vendeurs sont en opposition directe avec ceux de la ville. La politique d’intervention directe sur le marché céréalier vise tout d’abord à réglementer de façon équitable les profits et les pertes des agents économiques impliqués, ainsi qu’à établir la juste rémunération de leur travail ; à créer, pour ainsi dire, un équilibre entre les parties concernées par le problème des blés, par rapport à des principes éthiques codifiés par la théologie morale. Les autorités poursuivent l’objectif de soumettre l’échange et le marché urbain aux impératifs d’une économie morale, représentée en premier lieu par le juste prix. On verra dans le troisième chapitre de ce travail comment cette politique est concrètement exercée par les autorités romaines ; ici, il est important de souligner la connexion qui relie les nouvelles approches aux problèmes de l’agriculture et la mise en place du système d’échange en ville qui signifie le mieux l’originalité de l’Annone romaine. Lorsqu’on commence à accepter d’intervenir sur les producteurs en utilisant des encouragements économiques, tels que les profits pouvant dériver de la possession des tratte, on se préoccupe de renforcer les contrôles sur le marché urbain, afin de préserver la communauté des conséquences de l’acceptation d’un principe qui peut comporter sa dissolution. Sous une forme nouvelle, on retrouve ici l’une des interdictions les plus anciennes et les plus enracinées : celle de l’échange lucratif de biens alimentaires à l’intérieur de la communauté187. Ne pouvant pas se passer du recours à l’échange, les autorités font de leur mieux pour le soumettre aux règles sociales. Bien évidemment, cela ne se fait pas sans difficultés ni sans conflits.

  • 188 G. B. Casali, In legem agrariam pro communi utilitate, et ecclesiastica libertate tuenda, ad Clemen (...)

166Le projet agricole de Clément VII rencontre des oppositions remarquables, qui s’expriment notamment dans le Discours contre la loi agraire, rédigé par un noble romain, Giovan Battista Casali188. L’auteur remet tout d’abord en question les prémisses sur lesquelles la constitution de 1524 est fondée, à savoir la diminution des emblavures et de la production céréalière dans l’Agro. En affirmant que les emblavures avaient augmenté depuis vingt ans, l’auteur insiste sur les conséquences catastrophiques pour les producteurs de l’abondance des récoltes : d’une part, l’incertitude de leur écoulement ; d’autre part, la baisse des prix due à l’augmentation de l’offre sur le marché urbain.

167Les arguments de Casali visent les objectifs mêmes des autorités pontificales, tels que celui du bas prix des denrées. Ils ne remettent pas directement en cause leur légitimité, mais ils s’y opposent en raison des intérêts particuliers des grands producteurs, qui ne peuvent être assurés que dans un marché fermé et restreint. Casali suggère en outre que, à la base des mesures contenues dans la constitution, il peut y avoir les intérêts des fonctionnaires de la Chambre apostolique, qui espèrent tirer des profits importants de la réduction de l’élevage et de l’augmentation conséquente du prix de la viande et des foins. Casali touche ici au cœur même des contradictions et des difficultés d’application de tout projet de changement et d’amélioration de l’agriculture dans l’Agro romano.

  • 189 Sur les origines des douanes du bétail, ainsi que sur les avantages économiques pour la Chambre, vo (...)

168L’opposition manifestée par les autorités au développement de l’élevage, entre clairement en conflit avec l’intérêt financier que représentent pour la Chambre Apostolique les deux douanes des pâturages, celle de Rome et celle du Patrimoine. Depuis leur création, au début du xve siècle, elles fournissent au gouvernement pontifical des recettes importantes, grâce à la location directe des pâturages appartenant à la Chambre, et à l’adjudication des droits de douane189.

  • 190 Les propriétaires fonciers qui ne sont pas des sujets de l’Etat, ont normalement le droit d’exporte (...)
  • 191 Cf. par exemple, le contrat d’adjudication de l’alun de Tolfa signé entre la Chambre apostolique et (...)
  • 192 Prodi, 1982 ; Reinhard, 1984, p. 373.
  • 193 Delumeau, 1957-59 ; Prodi, 1982, p. 123.

169Les intérêts de la Chambre sont également en cause dans le domaine de la concession des tratte. L’interdiction de tout déplacement du blé, à l’intérieur et à l’extérieur de l’Etat, qui ne représente pas une spécificité romaine, est en règle générale tempérée par les permis d’exportation, octroyés lorsque la production se révèle supérieure à la demande des villes. La décision d’ouverture du marché intérieur est prise lorsque le ravitaillement de la ville a été assuré, et que les prévisions pour la récolte ne laissent pas prévoir de disette pour l’année à venir. Si l’interdiction du commerce vise à garantir les intérêts de la ville, l’ouverture des exportations permet de soutenir les cours des blés, et consent aux producteurs des marges de profit plus importantes. L’idée sur laquelle repose ce système est que, si le blé appartient aux producteurs, le droit d’en disposer appartient au contraire aux autorités étatiques, dont les producteurs sont sujets190. Les tratte représentent, au sens propre, la cession, par son légitime détenteur – l’Etat – d’un droit, le jus extrahendi, qui peut à son tour faire l’objet d’une cession à des tiers. Cela donne lieu à la formation d’un circuit commercial dont la marchandise est constituée par la jouissance d’un tel droit, indépendant de la possession de blé. Un tel résultat est encouragé par la gestion courante des tratte faite par la Chambre Apostolique. Les principaux bénéficiaires des permis d’exportation sont traditionnellement les fermiers de la Chambre, les appaltatori camerali. L’insertion, dans leurs contrats d’adjudication, du droit à l’exportation d’une quantité donnée de blé par an, permet à l’administration de demander des chiffres d’adjudication majeures, étant donné les profits importants que l’on peut tirer de la jouissance d’un tel droit191. La concession régulière et gratuite des tratte aux fermiers caméraux n’est toutefois pas suffisante pour que les tratte soient vraiment intéressantes pour leurs bénéficiaires ; il est également nécessaire qu’elles soient limitées en quantité. La Chambre a d’ailleurs toujours réservé à ses fermiers un traitement de faveur, en leur octroyant l’exclusivité des exportations jusqu’au mois de mars. Même lorsqu’on essaie, comme le voudrait la constitution de Clément VII, d’élargir les bénéfices de l’exportation à tous les producteurs, on se heurte à la multiplicité d’intérêts puissants, y compris ceux de la Chambre Apostolique, qui rendent l’application de ces principes pratiquement impossible. Cela sera spécialement souligné dans les débats qui se déroulent dans les Congrégations de l’Annone dans le courant du xviie siècle, lorsque l’octroi des tratte deviendra le moyen principal, et presque unique, sur lequel les autorités envisagent de s’appuyer pour encourager l’augmentation des cultures. Par la suite, le système global des finances introduit aux xve et xvie siècles – système dont les concessions privilégiées aux fermiers font partie intégrante –, sera remis en cause. Ces privilèges s’encadrent en effet dans la recherche permanente de nouvelles sources de financement de l’Etat, qui touche tous les secteurs de la politique pontificale. Depuis le pontificat de Pie II qui, avec la création du Collège des 70 abbreviatori delle lettere apostoliche (1463), institutionnalise la vente des offices en tant qu’instrument de crédit192, le nombre d’offices mis en vente n’a cessé d’augmenter : Sixte IV crée en 1471, 650 nouveaux offices, qui rapportent à la Chambre 100 000 ducats par an ; Innocent VIII institue, en 1487, le Collegio dei segretari apostolici, vendant chaque secrétariat à 6 000 ducats ; Alexandre VI, en 1503, nomme 81 scrittori di brevi, qui rapportent 750 ducats chacun193. Avec Clément VII, comme on l’a vu, à cette pratique s’ajoute la création d’un système de financement fondé sur l’émission de titres de la dette publique, les Monti Camerali.

  • 194 Les taux d’intérêts des Monti varient, au xvie siècle, entre 6 % et 12 % ; Cf. Delumeau, 1957-59, p (...)

170Les critiques les plus sévères des spécialistes des choses annonaires visent explicitement cet aspect de la politique financière de la Chambre. Ils font dépendre le déclin de la culture – après la reprise due à la politique sage et avisée de Sixte IV – de l’introduction des Monti qui, grâce à leurs hauts rendements financiers et à l’absence de risques, représentent un bon investissement en concurrence directe avec la céréaliculture194. Bien que difficile à vérifier, ce jugement accepte la thèse des autorités romaines sur les causes des maux qui affligent la campagne romaine : les hauts profits poursuivis et obtenus par une partie de la société. C’est sur ce plan, que l’on pourrait définir idéologique, que le succès de la Chambre apostolique est le plus marqué, du moins pour ce qui concerne l’acceptation sociale des règles de gestion du problème des subsistances. L’analyse des raisons responsables du déclin de l’agriculture, qui est faite dans les constitutions de la seconde moitié du xve siècle et des premières décennies du siècle suivant, devient un topos : tous les analystes successifs, jusqu’au grand historien de l’Annone romaine, Nicola Maria Nicolai, qui écrit en 1803, vont attribuer à l’avidité des propriétaires fonciers et des mercanti di campagna la responsabilité des difficultés du ravitaillement de Rome. Nicolai écrit, à propos de la constitution de Sixte IV :

  • 195 (...) Ebbe un ottimo effetto, perché profittandosi di questa licenza si accrebbe l’agricoltura, ma (...)

Elle eut un très bon effet, car, profitant de cette permission, la culture s’améliora ; mais il était naturel de rencontrer l’opposition des propriétaires. C’étaient des Baroni, et des gens puissants qui, possédant de vastes domaines, trouvaient plus convenable de les laisser à pâturage plutôt que de les emblaver. Lorsqu’ils ne purent pas empêcher que d’autres, contre leur propre gré, vinssent les cultiver, ils les obligeaient à leur vendre le blé récolté, et ils empêchaient les cultivateurs (qui étaient pour la plupart leur vassaux) de le conduire à Rome (...). Ils l’accaparaient pour le revendre plus cher, tandis qu’ils l’avaient payé à ces pauvres cultivateurs, peu ou rien (...)195.

171L’insistance sur cet argument cache toutefois, derrière la responsabilité des producteurs, les échecs de l’administration, qui n’a pas réussi à subordonner entièrement à ses règles l’ensemble de la campagne romaine. Elle cache aussi, on l’a vu, les contradictions de l’administration elle-même, entre sa théorie, sa volonté et ses exigences.

172La principale conséquence de cette analyse concerne la légitimité de l’intervention politique, perçue comme capable de rétablir des règles collectives sauvegardant les obligations de chaque partie du corps social à l’égard de la communauté. La politique de Clément VII représente, de ce point de vue, un tournant : point extrême de la stratégie adoptée par ses prédécesseurs, fondée sur l’intervention directe sur la production, elle représente également une phase de passage vers une nouvelle politique, fondée désormais en priorité sur le renforcement des contrôles sur le marché urbain. Mais elle marque aussi un passage important vers l’acceptation, en principe, de la légitimité du profit.

173La politique à l’égard de la gestion du marché urbain et du contrôle des prix dans la capitale, qui se développe dans le courant du xvie siècle, est étroitement associée au débat qui se déroule parallèlement sur les contreparties à donner aux producteurs, pourvu qu’elles ne comportent ni risques ni charges supplémentaires pour les habitants de la ville, afin de les encourager à augmenter la production. Les tratte, évidemment, acquièrent une place centrale dans cette discussion, avec le problème du crédit foncier.

Les problèmes de l’agriculture dans les débats du xviie siècle

  • 196 La constitution de Clément VII reste théoriquement en vigueur pendant tout le xvie siècle ; en réal (...)

174Jusqu’aux dernières décennies du xvie siècle, la politique agricole entamée par Clément VII ne s’enrichit pas de nouveautés importantes. En revanche, les difficultés auxquelles elle se heurte se font de plus en plus visibles. L’instrument des tratte n’arrive pas à démarrer en tant qu’encouragement à l’augmentation de la production : en raison du caractère aléatoire de leur concession, retirée dès que paraissent les signes annonciateurs d’une disette196 ; à cause du rôle joué par les fermiers de la Chambre et des contraintes financières de l’administration, mais aussi en raison du faible intérêt du latifondo à augmenter les emblavures au-delà d’un certain seuil.

  • 197 Cf. Delumeau, 1957-59, p. 602.

175Les attitudes des producteurs demeurent le cœur du problème et des soucis de l’administration. Les expériences qui sont tentées pour assurer le ravitaillement de la ville à travers une politique de hauts prix du blé, parmi lesquelles celle du Préfet de l’Annone Camillo Orsini en 1550197, confirment de leur part l’étiologie traditionnelle qui assigne la responsabilité principale des disettes à l’avidité des marchands ; mais elles renforcent les autorités dans leur conviction de l’irrecevabilité, politique et morale, d’une stratégie du ravitaillement de la ville de ce genre.

  • 198 Cf. Ibid., p. 610-611 ;. Marconcini, s.d., p. 101.
  • 199 Constitution Abundantes Divinae Gratiae, publiée dans. Nicolai, 1803, vol. II, p. 44-48. La politiq (...)

176La succession d’une série de mauvaises récoltes dans les années 1580, amène cependant les autorités romaines à intervenir concrètement en soutenant les agriculteurs locaux ; en 1587, à la suite d’une disette de proportions considérables qui avait frappé la ville deux ans auparavant198, Sixte V établit un fonds de 200 000 écus, destinés aux prêts aux agriculteurs pour l’amélioration des terres et pour faire face aux dépenses de la céréaliculture199.

  • 200 Bulle Immensa aeterni Dei, janvier 1588. Un résumé des dispositions prises par la Congrégation entr (...)

177Cette politique de crédit ne marque toutefois pas une modification de l’attitude envers les producteurs qui, aux yeux des autorités, demeurent toujours les principaux responsables des faiblesses du ravitaillement romain. Les dernières décennies du xvie siècle sont d’ailleurs particulièrement agitées, et les risques de ne pas pouvoir assurer les subsistances de la capitale sont importants. Entre 1588 et 1593, l’activité de la Congrégation pour l’Annone instituée par Sixte V200, est entièrement consacrée à faire face aux conséquences de la disette.

  • 201 BAV, Barb. Lat. 4862, Decreti della Congregazione..., cit., 22 août 1588.
  • 202 Ibid., 14 septembre 1588. Les tratte sont vendues par l’Annone en janvier 1589.

178Les tratte sont évidemment suspendues, même celles prévues dans les contrats des fermiers de la Chambre : le 22 août 1588, la Congrégation ordonne l’achat de toutes les tratte des fermiers, « afin que l’on n’exporte pas jusqu’à ce que Rome ne soit entièrement ravitaillée »201 ; cette opération coûte à la Chambre 11 600 écus202.

  • 203 Cette échéance ne sera pas respectée. Le 26 janvier 1591, Virgilio Orsini est à nouveau sollicité p (...)

179Les administrateurs renforcent les contrôles sur les producteurs locaux, pour qu’ils respectent les normes les obligeant à acheminer vers Rome l’ensemble de leur production. La tâche n’est pas facile, et les résistances des propriétaires fonciers, notamment des nobles, contraignent les autorités à négocier avec eux. L’ordre donné le 24 février 1590 aux Baroni de conduire leurs blés à Rome, ne paraît pas avoir été respecté, et la Congrégation se voit obligée, le 15 juillet, à octroyer à l’un d’eux, Virgilio Orsini, un délai ultérieur de cinq mois pour qu’il exécute les ordres203. Le 4 septembre, on renouvelle d’ailleurs la prescription pour tous les Baroni, en augmentant les menaces contre les contrevenants.

  • 204 Les achats effectués par l’Annone entre 1590 et 1593 s’élèvent à 112 483 rubbia. Cf. Reinhardt, 199 (...)

180Le drainage de la production locale s’accompagne d’une politique d’achat dans les autres provinces de l’Etat et à l’étranger. Le 13 avril 1590, l’achat de 10 000 rubbia de blé dans les Marches et en Romagne est approuvé ; le 18 juillet des émissaires de la Chambre sont envoyés en Sicile, avec l’ordre d’acheter 30 000 salme de blé. Le 15 janvier 1591, la Congrégation s’adresse à la Sardaigne ; le 21 mars on paie les contingents achetés dans le royaume de Naples ; le 18 juillet, un marchand est envoyé en Pologne pour y faire des achats pour le compte de l’Annone, et le 28 novembre la même opération est tentée en Bavière. Le 29 mai 1593 les actes de la Congrégation font mention des grains achetés en Angleterre, à Anvers et en Bavière204.

  • 205 Bulle Frumenti penuriam, du 13 septembre 1597. Le texte est publié dans Nicolai, 1803, vol. ii, p. (...)
  • 206 Constitution Inter multiplices Pastoralis muneris, du 4 décembre 1600. Le texte est publié dans Mar (...)
  • 207 Cf. supra, chap. I.
  • 208 Cf. supra, chap. I.

181La responsabilité principale des difficultés rencontrées durant cette période est, encore une fois, assignée explicitement à la négligence des producteurs. L’administration pontificale ne semble pas savoir choisir une ligne claire et univoque. Clément VIII, qui avait succédé à Sixte V en 1592, après avoir réaffirmé l’interdiction de toute exportation en 1597205, renouvelle, en 1600, les dispositions de Clément VII, en proposant des nouveaux critères de concession régulière des permis d’exportation206. Sa constitution prévoit que tout agriculteur ayant accompli à l’obligation des assegne, puisse obtenir la tratta pour le quart de la récolte, lorsque le prix du blé à Rome ne dépasse pas les 60 giuli par rubbia. Les tratte seront octroyées au mois de mars, et coûteront 3 giuli par rubbia. Un remboursement et un dédommagement aux agriculteurs sont également prévus au cas où l’Annone estime nécessaire pour les exigences de la capitale de révoquer les tratte déjà octroyées. Celle-ci est une nouveauté importante par rapport aux constitutions précédentes. Elle représente un changement significatif dans la façon d’envisager les rapports entre l’administration annonaire et les agriculteurs, en relation avec l’élaboration contemporaine de la pensée économique. Le dédommagement prévu pour la révocation des tratte peut bien être assimilé aux titres de damnum emergens et de lucrum cessans qui, pour les moralistes, légitiment la perception d’un intérêt ou d’une somme excédant le juste prix lorsque le prêt ou la vente comportent soit une perte, soit l’absence d’un gain espéré pour le prêteur ou le vendeur207. La proposition de ces principes, qui sont normalement appliqués dans le domaine des échanges entre particuliers, implique aussi un changement de perspective dans les relations des autorités politiques avec les particuliers. Cela est particulièrement explicite dans l’œuvre de Molina, publiée entre 1593 et 1600208. L’une de ses réflexions centrales porte, on se le rappelle, sur les relations entre autorités politiques et particuliers. Sa thèse est que, si les autorités peuvent contraindre les particuliers à la vente de leurs biens pour des raisons relevant du bien public, elles ne peuvent pas intervenir sur les conditions de l’échange, à savoir sur le prix, qui doit dépendre uniquement des principes de la justice commutative. Les normes prévues par la constitution de Clément VIII comportent, dans ce sens, l’acceptation, bien que partielle, d’un nouveau modèle de relations entre l’Annone et les producteurs.

182Les difficultés rencontrées par l’administration dans la poursuite de ses buts contribuent certes à ce résultat. Les échecs subis par l’Annone à l’égard des producteurs, se dessinent comme les résultats d’un défaut dans l’identification des caractères propres des producteurs. Dans le courant du xviie siècle, le débat de l’Annone se poursuit autour des mêmes thèmes, en manifestant toutefois un raffinement progressif dans l’analyse de la physionomie des producteurs qui entraîne la recherche des instruments les plus aptes pour les encourager à augmenter les emblavures, sans porter préjudice aux exigences de la ville.

  • 209 BAV, ms. Barb. Lat. 4862, Libro delle risoluzioni della Congregazione sopra l’Annona e la Grascia d (...)

183On peut suivre les étapes principales de la discussion de l’administration pontificale sur ces problèmes, à travers la documentation de deux Congrégations qui travaillent sur les problèmes de l’Annone et de l’agriculture au cours du xviie siècle : celle instituée par Paul V en 1611, et celle établie par Alexandre VII dans les années 1650209. Leurs discussions et leurs analyses se situent dans des moments-clés de l’histoire de l’Annone romaine. A travers l’examen de ces débats, on peut donc essayer de saisir l’articulation entre la politique agricole et la politique annonaire, ainsi que l’évolution de l’analyse sur les problèmes de l’agriculture dans les provinces annonaires.

La Congrégation pour l’Annone de 1611-1617 entre conservation et innovation

184Le pontificat de Paul V introduit deux éléments essentiels dans l’apparat d’instruments à la disposition de l’Annone pour la gestion de son activité : le crédit agricole, qui devient, de façon stable, l’une des fonctions de la Préfecture, et la Tariffa perpetua per li fornari di Roma, qui est censée offrir une base sûre et stable pour la détermination du prix du blé vendu aux boulangers par la Chambre. La Congrégation se trouve donc confrontée à l’application de ces nouveaux instruments ; elle doit aussi juger les résultats auxquels ils peuvent aboutir dans le domaine agricole

  • 210 Au cours de premières années de son activité, la Congrégation s’occupe directement et éminemment de (...)

185Le problème de l’agriculture, tel qu’il se présente dans les premières séances de la Congrégation210, se résume dans les termes traditionnels du choix des moyens pour augmenter les emblavures dans l’Agro. La solution envisagée par l’administration lors de la séance du 29 novembre 1611, est d’imposer la réduction de l’élevage, en contraignant les propriétaires et les fermiers à diminuer l’extension des pâturages. On souhaite ainsi que les exploitants, pour ne pas laisser improductives les terres obligatoirement soustraites à cette activité, les mettent en culture. Mais, puisque la céréaliculture rapporte moins que l’élevage, on s’attend aussi à une baisse des prix des fermages qui, selon les autorités, ont atteint des niveaux insoutenables pour les fermiers.

  • 211 La congrégation convoque les mercanti Alessandro Massimi, Bernardo Maffei, Alessandro Caffarelli, M (...)

186Sur cette proposition, et plus généralement sur les moyens pour augmenter les emblavures, la Congrégation décide de consulter les responsables des chapitres de San Pietro et de Santa Maria Maggiore, ainsi que quelques-uns des principaux mercanti di campagna211.

  • 212 BAV, Barb. Lat. 4862, Libro delle risoluzioni della Congregazione sopra l’annona e la Grascia..., c (...)
  • 213 Ibid., déclaration de Lorenzo Ruggieri, 20 décembre 1611.
  • 214 Ibid., 14 et 30 décembre 1611.

187Les fermiers refusent discrètement, mais fermement, les mesures suggérées par la Congrégation, en alléguant la difficulté de leur mise en œuvre212. Ils font d’autres propositions, toutes fondées sur le principe que l’ » on ne peut pas poursuivre l’activité agricole sans profits »213. Les mesures suggérées par les fermiers aux administrateurs se résument dans la pleine concession des tratte, la baisse du poids du pain à Rome, et l’adoption de formes de soutien financier aux fermiers, notamment dans les périodes d’abondance214.

  • 215 alla libertà del contrattare necessaria in Roma et alla Santa Mente di Nostro Signore di non volere (...)
  • 216 Ibid., 5 janvier 1612.
  • 217 Ibid., 5 janvier 1612.
  • 218 C’est le prix payé par l’Annone pour le blé accaparé avant la récolte. Il devrait correspondre au p (...)

188La première séance de 1612, est entièrement consacrée à l’examen des propositions des fermiers et aux délibérations finales. La proposition de réduction forcée des pâturages est abandonnée : elle ne garantirait pas la solution immédiate des problèmes, puisque ses effets ne peuvent se mesurer que sur la longue période ; de plus, elle est jugée contraire « à la liberté de la négociation nécessaire à Rome » ainsi qu’« à la Sainte Intelligence de Notre Seigneur de ne pas vouloir des nouveautés odieuses ni de querelles »215. En suivant le principe qu’il faut trouver des solutions pour l’immédiat ainsi qu’envisager des mesures pour l’avenir, on finit par présenter deux propositions d’aide financière, l’une adressée aux petits producteurs, l’autre aux grands exploitants de la campagne romaine. L’Annone s’engage à payer aux premiers le blé accaparé un écu et demi de plus que d’habitude, « afin que cet argent leur donne le courage et les moyens pour les nouvelles emblavures »216. En revanche, l’administration propose pour les fermiers un plan de prêts exceptionnels, dont le remboursement s’étalera sur trois ans, et comportera un intérêt de 5-5,5 % par an. Selon ce plan, la Chambre s’engage à donner 200 écus par charrue employée pour les emblavures déjà en culture, et 400 pour toute emblavure nouvelle217. Le remboursement sera fait en blé, évalué un demi écu au-dessus du « prix de la Chambre »218, dont les modalités de calcul sont révisées : pour son établissement, on ne fera plus la moyenne des prix de toutes les ventes, mais la moyenne pondérée sur les quantités de blé vendues à un prix donné.

  • 219 (...) facendo il prezzo ragguagliato su tutte le rubbia, e non su tutte le vendite solamente, il pr (...)

189De cette façon, « en faisant le prix sur toutes les rubbia et non pas uniquement sur toutes les ventes, le prix sera plus raisonnable »219.

  • 220 Depuis 1608-1609, une série de récoltes exceptionnelles se succèdent, et les prix moyens du blé sur (...)
  • 221 Une analyse plus en détail de la politique annonaire dans cette matière sera développée dans le der (...)
  • 222 BAV, ms. Barb. Lat. 4862, Libro delle risoluzioni..., cit., « Sopra il governo dell’abbondanza del (...)
  • 223 Cf. infra, chap. III.

190Les autorités acceptent à contrecœur d’acheter les blés invendus des mercanti au prix de 5,5 écus par rubbia, ce qui représente une réponse affirmative à la requête présentée par les fermiers dans la séance du 30 décembre 1611, et un véritable soutien financier dans une période d’abondance et de bas prix220. Les autres propositions des fermiers – la réduction du poids du pain et la concession des tratte – sont également examinées par la Congrégation. Les participants se limitent toutefois à indiquer les principes généraux à suivre pour l’établissement du poids du pain, afin que la détermination de son niveau prenne en considération les coûts affrontés par les agriculteurs221. Les tratte, dont on souhaite la concession au mois de janvier, sont ici envisagées comme un moyen pour soutenir les cours du blé sur le marché romain, grâce à l’établissement d’un équilibre entre l’offre et la demande, équilibre qui devra être capable, à son tour, d’assurer à tous les participants de l’échange une juste rémunération de leur travail. Toute mesure pouvant être adoptée est en effet soumise à l’exigence primaire du respect de la justice, qui se traduit ici par un équilibre correct entre les profits et les pertes des différentes parties en cause. C’est dans ce sens qu’il faut interpréter les évaluations des profits des mercanti, selon le niveau des prix du marché, proposées par la congrégation222 : elles sont à la base du choix de la politique à adopter par rapport au marché romain, notamment en ce qui concerne la distribution à prix contrôlé du blé de l’Annone223.

191Les mercanti di campagna acquièrent un rôle central dans le débat et dans les mesures établies par la Congrégation instituée par Paul V. Les autorités manifestent clairement la conscience qu’il s’agit des principaux protagonistes de l’agriculture de la campagne romaine, et que toute politique ayant pour but l’amélioration des cultures, doit nécessairement prendre en considération leur position. Toutefois, bien que le profit soit désormais accepté comme le moyen principal d’encouragement à la production, la Congrégation ne renonce pas à pratiquer une politique de soutien du poids du pain. Les moyens légaux et financiers dont elle dispose, notamment la Tariffa perpetua, les stocks de blé et les tratte, lui permettent de s’ingérer directement dans les échanges de blé en ville, afin de produire l’équilibre du marché nécessaire à assurer la juste rémunération pour tous.

192L’abondance dont jouit Rome dans les premières années d’activité de la Congrégation, met néanmoins en évidence les conséquences des bas prix du blé, et impose une réflexion sur les principes mêmes de la gestion annonaire. Dans les années 1620, les autorités semblent vouloir pratiquer une autre stratégie, qui renonce à garder le poids du pain aux niveaux les plus hauts possibles, sans pour autant renoncer à l’objectif d’assurer les meilleures conditions pour les habitants de la ville. On choisit d’essayer une politique de stabilité maximale du poids du pain, sur un niveau convenable, mais non pas trop élevé, de façon à compenser, d’une année sur l’autre, les profits et les pertes de toutes les parties concernées – le peuple, les boulangers et les producteurs. Les résultats, sur le plan agricole, ne sont pas satisfaisants. Les emblavures n’augmentent pas, tandis que la population romaine s’accroît, et que le rôle de l’Annone sur le marché romain se renforce. Toutes les questions restent ouvertes, et elles vont être proposées à nouveau lors de la Congrégation instituée quelques décennies plus tard, sans pour autant que l’administration ait de nouvelles propositions à faire.

Une remise en question timide des objectifs de l’Annone : la Congrégation de 1655

193Le débat qui se déroule dans la Congrégation pour l’Annone de 1655, ne vise qu’un aspect du problème agricole : celui de l’utilité des tratte, et du système de concession à adopter. Tous les participants à la discussion s’efforcent alors d’examiner la question sous plusieurs angles, et expriment des positions souvent opposées.

  • 224 Sur Giulio Sacchetti et les positions qu’il exprime dans la Congrégation, voir Zucchini, 1957 et 19 (...)

194Le jugement sur l’utilité des tratte est unanime : tous pensent qu’elles représentent le principal moyen capable de sortir l’agriculture de ses difficultés. Le cardinal Giulio Sacchetti224en exprime avec lucidité, les raisons principales :

  • 225 (...) bisognando oggi fare il miracolo di resuscitare i morti, perché gli agricoltori del passato s (...)

(...) puisqu’il faut aujourd’hui faire le miracle de ressusciter les morts, du moment que les agriculteurs du passé sont pour les quatre cinquième ruinés, et que les futurs craignent la menace des rigueurs imposés aux précédents et ne veulent pas s’approcher de cette activité, j’estimerai la liberté complète comme le remède le plus opportun, mais seulement si elle est octroyée par une Bulle apostolique qui sonne comme un véritable contrat : ainsi les agriculteurs, enchantés par l’espoir, pourront se consacrer à l’agriculture qui, n’étant pas exercée par les propriétaires des casali parce qu’ils ne peuvent pas, comme les ecclésiastiques et les Chapitres, ou bien qui ne savent pas, comme les femmes, les enfants ou d’autres incapables, ou bien qui n’ont pas l’argent nécessaire pour commencer et pour maintenir cet art, qui commence par la perte des semences, qui doivent se corrompre, et par les coûts de leur culture, outre la lourde charge des bœufs et des instruments nécessaires à l’agriculture, tout cela doit être exercé par les personnes industrieuses et munies d’argent, qui sont celles qui se résolvent à affermer les tenute ; il faut donc les encourager en leur montrant l’assurance des espoirs du gain futur225.

195Le discours de Giulio Sacchetti situe le problème dans le contexte réel de l’exploitation de la propriété foncière dans l’Agro romano, en mettant en évidence les vrais interlocuteurs des propositions annonaires : non pas les producteurs génériques, ou bien les propriétaires fonciers, mais les fermiers, des entrepreneurs motivés tout d’abord par l’espoir du profit. Ces considérations poussent à poser le problème de la politique annonaire prise dans son ensemble ; sur ce terrain aussi, Sacchetti démontre, comme on le verra, une sensibilité et une finesse assez remarquables. Son discours ne se limite pas à considérer les avantages de la liberté du commerce pour les marchands ; il ne dédaigne pas de prendre en compte les conséquences que cette politique peut avoir sur le ravitaillement de la ville, sur les réactions populaires et sur l’Annone elle-même. Il souligne d’abord comment l’organisation d’un système d’octroi régulier des traites ne comporte pas forcément l’exportation effective du produit. Ce que l’on octroie est en effet un droit, qui ne sera utilisé par les agriculteurs que si cela leur convient, à savoir lorsque les prix du blé sur les autres marchés seront supérieurs d’au moins deux écus à ceux de la capitale. Le souci pour le ravitaillement de la ville n’a donc pas raison d’être dans l’immédiat, car le déficit de l’offre par rapport à la demande peut rendre la vente sur place plus attractive que celle à l’étranger ; l’espoir du gain futur, d’autre part, poussera les agriculteurs à augmenter les emblavures. Les conséquences plus importantes peuvent concerner la hausse des prix sur le marché de la ville : comme le déclare de façon explicite dans son intervention, le Préfet de l’Annone, Monseigneur Pallavicino, lorsque le blé peut être exporté, sa valeur sur le marché urbain augmente. Pour « mettre un frein à l’avidité des marchands », il suffit de poursuivre la politique habituelle d’écoulement des stocks publics à des prix politiques. Le problème de la hausse des prix consécutive à la liberté du commerce ne doit être vu qu’en relation aux pertes financières que la Chambre pourrait subir. Du point de vue du cardinal Sacchetti, l’Annone ne risque pas d’être véritablement endommagée, car

  • 226 Pagando li grani di sua provvista al prezzo della Camera, può regolare con suo vantaggio il prezzo (...)

en payant les blés qu’elle achète au prix de la Chambre, elle peut régler avec avantage le prix de la vente. Celui-ci sera toujours inférieur au prix des marchands, mais correspondant au prix de revient, qui sera à son tour toujours inférieur à celui des marchands : en effet, les paysans, auxquels la Chambre donne de l’argent en dépensant moins, car ils exploitent directement, et en ayant l’avantage de ne pas payer d’intérêts à la Chambre pour l’argent qu’ils reçoivent d’elle, peuvent le vendre à meilleur marché, et la Chambre, en le recevant en telle forme, peut le céder aux baioccanti à un prix plus doux (...)226.

196Les arguments de Sacchetti se fondent sur la reconnaissance de l’existence de différentes catégories de producteurs, dont les comportements économiques ne sont pas les mêmes ; et il insiste à nouveau sur l’utilisation de ces différences en tant que facteurs d’équilibre du marché.

197Le souci des réactions populaires incite en revanche le Préfet de l’Annone à prendre une attitude beaucoup plus prudente à l’égard du problème des traites. Bien qu’il partage le jugement sur leur utilité, il cherche à souligner les risques, financiers et politiques, d’une concession trop élargie. Pallavicino sait bien que

  • 227 (...) quando il grano ha la tratta, il suo prezzo è maggiore, e in Roma ne ri-man meno, Ibid., f. 3 (...)

lorsque le blé obtient la tratta, son prix est plus élevé et il en reste moins à Rome227.

198Il suggère donc une série de mesures à adopter parallèlement, au cas où la Congrégation souhaite procéder dans la direction indiquée par Sacchetti, afin que la ville et le peuple n’aient pas à en subir des conséquences graves. Appuyé aussi par un autre membre de la Congrégation, Virgilio Spada, Pallavicino propose que les traites ne soient octroyées qu’une fois le ravitaillement de la ville assuré pour l’année, et après avoir augmenté les stocks publics ; il affirme aussi la nécessité de renforcer les contrôles sur les déclarations jurées (assegne) des agriculteurs sur la production et sur le blé globalement disponible avant d’octroyer tout permis d’exportation.

  • 228 Pietro Nerli est un personnage bien introduit dans l’administration pontificale. En 1652 il est le (...)

199La voix de Pietro Nerli est la seule à s’élever contre la concession des traites. Il partage l’avis des autres membres de la Congrégation sur l’utilité théorique de ce moyen ; mais, avec beaucoup de réalisme et par intérêt personnel228, il estime impossible, dans les conditions présentes, la concession des permis. La valeur psychologique de l’assurance de la liberté, à laquelle Sacchetti avait fait référence, est pour Nerli une arme à double tranchant :

  • 229 Che il promettere questa concessione di presente e farci sopra costitutione non sia per operare l’e (...)

On peut douter que la promesse de cette concession à l’heure actuelle, traduite en constitution, donne les résultats souhaités d’encourager les emblavures : la concession effective de cette liberté ne pouvant pas être donnée que dans quelques années, et étant donné que plus les choses sont éloignées, moins elles servent d’encouragement, les agriculteurs ne se fieront pas à cet espoir, et ils considéreront aussi la raison exprimée plus haut, à savoir qu’ils ne pourront jamais espérer de jouir des traites, chose dont ils ont une expérience puisqu’elles ont d’autres fois été promises par des constitutions publiées par les pontifes qui n’ont pas pu être observées (...)229.

200Bien qu’à cette occasion le thème du commerce soit au centre de la discussion, les éléments les plus importants débattus par la Congrégation de 1655 concernent les interrogations sur la gestion du marché urbain, le rôle de l’Annone dans la limitation des profits des marchands, et les objectifs de sa politique.

  • 230 [le mercanzie] richiedono impiego di denaro et applicatione d’ingegno (...) hanno da godere la loro (...)

201La position que le cardinal Sacchetti exprime au sein de la Congrégation, est reprise dans un court mémoire présenté directement au pape, qui révèle encore mieux l’originalité et la nouveauté de sa pensée. Ces sept pages, qui se retrouvent de façon significative parmi les documents rassemblés par la Congregazione del Sollievo – réunie environ cinquante ans plus tard –, constituent une importante mise au point du problème. Les arguments et les conclusions n’en sont pas très différents de ceux exprimés publiquement lors de la Congrégation de 1655. Elles contiennent néanmoins quelques considérations supplémentaires sur lesquelles il importe de s’arrêter. Selon l’auteur, l’intervention annonaire qui vise à maintenir l’équilibre dans le prix du blé vendu sur le marché urbain, n’est légitime que lorsque l’exploitation des terres est en faire-valoir direct, et que ce sont les propriétaires mêmes qui vendent le blé ; ou bien lorsque les propriétaires vendent la partie dominicale du produit, reçue par les métayers qui cultivent leurs terres. Lorsque l’exploitation est confiée aux fermiers, il faut adopter une autre attitude, car l’activité marchande « demande emploi d’argent et usage de talent » et donc « elle doit jouir de sa liberté, tout en étant exposée au danger de la perte aussi bien qu’à l’espoir du gain selon la bonne ou mauvaise fortune, selon que Dieu en décide »230. Le comportement économique des marchands acquiert ainsi un rôle utile et positif, légitime et aussi digne de respect. L’opinion de Sacchetti sur le prix du blé sur le marché urbain découle de ce jugement. Un prix bas n’est estimé convenable que par « la plèbe infime » ; les « nobles et les citoyens vivants de rente », ainsi que les artisans, trouvent leur avantage plutôt dans un prix élevé. Les autorités doivent bien évidemment assurer la survie du peuple ; mais récompenser les efforts de tous les autres sujets fait également partie de leurs tâches les plus importantes :

  • 231 Ibid.

Puisque la plus grande satisfaction est due à ceux qui ont plus de mérites, il n’y a pas de doute que, une fois assuré un ravitaillement suffisant à la plèbe, on devra préférer l’utilité des autres à leurs injustes requêtes, sans se soucier de leurs protestations231.

  • 232 Les Sacchetti possèdent, en 1655, 1 000 rubbia de terre dans l’Agro. Cf. BAV. Chigi H III 63, « Cas (...)
  • 233 Thomas d’Aquin (attribué à), De Regimine Principum... cit.

202Appartenant au milieu des grands propriétaires fonciers de l’Agro232, le cardinal Sacchetti est sans doute en train de défendre ses propres intérêts et ceux de sa famille. Cependant sa position, au niveau idéologique, est très intéressante. Pour comprendre le sens de son intervention, il convient de rappeler deux éléments de la pensée scolastique concernant le ravitaillement de la ville et le rôle des marchands. La scolastique du xiiie siècle avait établi une différence entre deux modes de ravitaillement des villes : d’une part, celui fondé sur l’exploitation de sa propre production ; de l’autre, celui procuré par l’intermédiaire des marchands233. Sacchetti paraît reprendre dans son discours les termes de cette différence, appliqués toutefois aux caractères des producteurs présents dans la campagne soumise à la ville. Dans ce sens, il actualise le discours de l’auteur du De Regimine Principum en l’adaptant à la réalité de l’Agro, où les producteurs sont des marchands. La première conséquence de ce raisonnement concerne les critères de rémunération qu’il faut admettre pour cette catégorie de personnes. La théologie morale aide dans cette tâche, car elle suggère les principes sur lesquels doit être évalué le prix du travail des marchands. Lorsque Sacchetti insiste sur les profits que les mercanti di campagna sont en droit d’espérer, il ne fait que suivre ce parcours logique. Cela l’amène inévitablement à remettre en cause l’équilibre entre les différentes parties de la société que l’activité annonaire contribue à créer et, par là, à critiquer l’objectif principal qu’elle poursuit, celui du bas prix des blés. Il ne renie pas la nécessité de l’intervention ; mais, en évaluant différemment la position des mercanti di campagna au sein de la société romaine, il suggère de repenser les termes de l’équilibre général que l’Annone voudrait obtenir sur le marché romain.

  • 234 Chirographe du 26 novembre 1689. Sur la politique d’Alexandre VIII, voir. Nicolai, 1803, vol. iii, (...)
  • 235 Chirographe de Clément XI du 27 septembre 1719. Le texte est publié dans Nicolai, 1803, vol. ii, p. (...)

203Le rôle acquis par l’Annone sur le marché urbain n’est pas explicitement remis en cause dans le débat de 1655. Cependant, trente ans plus tard, le problème se posera concrètement. Avec les mesures prises par Alexandre VIII en 1689234, on reconnaît de fait la responsabilité de l’Annone et de sa politique d’intervention sur le marché urbain, dans les conditions de production dans l’Agro romano. Parallèlement à la suppression des ventes de blé aux boulangers, on introduit un impôt de 5 giuli par rubbia de grain moulue par les decinanti. Les raisons justifiant cet impôt révèlent le caractère acquis par l’Annone : il est en effet conçu comme indemnisation pour les pertes subies par la Préfecture en conséquence de la réduction de son activité. Quelques années plus tard, cependant, dans une conjoncture de production abondante et de chute des prix, les mêmes producteurs n’hésiteront pas à faire appel à l’Annone, en lui demandant – et en obtenant – l’achat à un prix politique de la partie excédentaire de leur production235.

204Dans la seconde moitié du xviiie siècle, l’Annone commence à être critiquée. Toutefois, elle devient aussi la solution à laquelle on fait appel pour sauvegarder les intérêts des producteurs sans endommager les consommateurs. Le Discorso nel quale si dimostra il modo di accrescere e stabilire l’Arte Agraria nella campagna di Roma, écrit par Fulvio Fulvii et publié en 1694, exprime clairement ce point de vue. L’analyse des conditions de l’agriculture reprend les prémisses déjà formulées par le cardinal Sacchetti quelques années auparavant : l’agriculture de la campagne romaine est gérée par des fermiers qui augmentent ou réduisent les emblavures en fonction des prix, plus ou moins élevés, du blé, et des profits qu’ils espèrent tirer de cette activité. Si l’on veut donc éviter cette alternance permanente et nuisible pour la ville, il faut trouver le moyen

  • 236 Per cui quelli che seminano restino persuasi di dover sicuramente ritrarre qualche utile dalle loro (...)

pour que ceux qui emblavent soient persuadés de tirer un profit de leurs dépenses et efforts. Et que ce profit ne soit pas nuisible aux pauvres, ni à la Chambre, mais profitable pour tous les deux236.

  • 237 Sur les valeurs utilisées par Fulvii, voir infra.

205La clé de voûte de l’analyse demeure l’augmentation des emblavures. La solution consiste à introduire la fixation du poids du blé à côté de celle du pain a baiocco. Le prix du blé devra être établi à un niveau permettant de rémunérer de façon adéquate les producteurs. A partir des calculs des coûts pour la culture d’une rubbia de maggese, du profit estimé correct et légitime des producteurs et de la considération du poids du pain conforme à la demande des consommateurs, l’auteur propose un prix moyen du blé de 6,75 écus par rubbia237. La certitude de pouvoir écouler entièrement le produit à des prix rémunérateurs doit encourager les producteurs à augmenter les emblavures, accroissant ainsi la production ; on pourra du même coup octroyer les tratte sans risques pour le ravitaillement de la ville, et la Chambre pourra en tirer un profit considérable.

206L’examen de la politique agricole adoptée par la Chambre Apostolique entre xve et xviie siècle a mis en évidence les difficultés rencontrées par l’Annone dans la poursuite de son but principal : augmenter la production de façon à assurer à la ville un ravitaillement céréalier constant, abondant et à bon marché.

207Ces difficultés relèvent de plusieurs facteurs. La Chambre voit une réduction progressive de l’extension de son pouvoir effectif. Les tentatives poursuivies par Sixte IV de soumettre au contrôle direct des autorités romaines l’ensemble des provinces annonaires échouent, comme le prouve la restriction de l’espace d’application des normes promulguées par les pontifes du xvie siècle. Ce sont les provinces les plus riches, et notamment le Patrimoine, qui s’échappent le plus rapidement du filet de l’Annone. Le recours aux régions les plus éloignées de l’Etat ne règle pas le problème, qui devient de plus en plus celui de l’Agro romano. Ici, la Chambre est confrontée à une réalité qui, par sa nature, s’oppose à la poursuite de ses objectifs. L’exploitation agricole dominante, caractérisée par l’affermage des grands domaines aux mercanti di campagna, fonctionne selon la règle du profit. L’échec de toute tentative visant à nier cette condition et à soumettre ce type d’exploitation à des principes différents amène progressivement les autorités à adopter une nouvelle stratégie. Les règles du profit sont acceptées, pourvu qu’elles n’interviennent pas dans le réseau urbain. La politique des tratte s’accompagne du renforcement des contrôles sur le circuit commercial de la ville.

208On se tromperait si l’on croyait que les autorités pontificales gèrent le marché urbain dans le seul but de sacrifier les producteurs sur l’autel des prix les plus bas possibles. Elles agissent, au contraire, pour réaliser des conditions de justice dans les échanges, ce qui veut dire, avant tout, assurer que chacun reçoive ce qui lui est dû. Comme on l’a démontré dans la première partie de ce travail, cela ne se résout pas uniquement dans l’application des principes de la justice commutative, notamment lorsque les protagonistes des échanges diffèrent entre eux du fait de leur statut ou de leur position sociale. Outre les mercanti di campagna, le marché céréalier romain est en effet peuplé par d’autres figures de vendeurs : les propriétaires fonciers qui assurent directement la gestion de leurs domaines, et qui sont en priorité des nobles ou des institutions ecclésiastiques ; et un certain nombre de paysans, du Distretto, mais aussi de l’Agro, lorsque les propriétaires fonciers ou les mercanti confient des parties de leurs exploitations a risposta. Chacun d’entre eux a un statut social spécifique mais, sur le marché urbain, tous ont la même fonction économique. Dans cette situation, pour que chacun reçoive ce qui lui est dû en raison de sa position relative dans la communauté, et sans que les règles de la justice commutative qui doivent s’appliquer à l’échange soient bouleversées ou contredites, les autorités doivent séparer les vendeurs, en les répartissant sur plusieurs circuits commerciaux.

209Cette division sociale des circuits de l’échange, qui caractérise l’organisation du marché romain, permet aux autorités de mieux exploiter, au profit de la ville, les différences qui existent dans les attitudes économiques des divers groupes de producteurs. Mais elle permet aussi aux producteurs d’obtenir des profits considérables à travers l’exploitation des différences entre les acheteurs, et le tissage de liens particuliers avec la cour pontificale et les institutions ecclésiastiques.

210Résultat de la négociation entre l’idéal de redistribution poursuivi par les autorités pontificales et l’inéluctabilité du recours à l’échange, ce réseau commercial que l’on s’apprête à analyser représente une traduction pratique admirable des principes exprimés par la théologie morale.

Notes

1 Ces deux séries de données sont contenues dans ASR, Presidenza dell’Annona, bb. 352-377, « Note dei grani introdotti e venduti in Roma ».

2 Il est difficile de déterminer la durée de conservation du blé, car elle est variable selon le type de blé, son état au moment du stockage, ainsi que selon les conditions climatiques du lieu de conservation. Ce sont d’ailleurs les difficultés liées à sa conservation qui poussent les autorités publiques à mettre en place des systèmes de renouvellement permanent des stocks. Les grains craignent la chaleur et l’humidité autant que les insectes et les rongeurs, et imposent des traitements complexes et coûteux. Pour les farines, les risques sont encore plus élevés. Sur les techniques et les problèmes de conservation des grains, voir Gast, Sigaut, 1979 ; Sigaut, 1978 ; Wiedmer, 1992.

3 BAV, Barb. Lat. 4862, Libro delle risoluzioni della Congregazione sopra l’Annona e la Grascia di Roma..., 18 août 1615.

4 Meuvret, 1988 ; Grenier, 1987.

5 Livi-Bacci, 1987. Pour Jean Meuvret, c’est cette corrélation qui caractérise les crises de subsistances d’Ancien Régime et qui, par cela, légitime une analyse spécifique du problème pendant l’époque moderne. Cf. Meuvret, 1971.

6 ASR, Bandi, Annona, b. 455, édit du 22 décembre 1665.

7 ASR, Presidenza dell’Annona, bb. 412-419, Ristretto delle assegne dei grani date dai mercanti, 1680-1687.

8 Cf. Revel, 1972 et 1975.

9 Per 123 000 bocche che sono in Roma, si calcola un rubbio per bocca, dal quale si cavano decine 65 di pane, fra bianco e nero, che vengono ad essere oncie 22 per testa sottosopra, e sono rubbia 123 000, BAV, Barb. Lat. 4862, Libro delle risoluzioni... cit., 18 août 1615.

10 En conséquence de l’épidémie, la population romaine subit une diminution d’environ 13 %, en passant des 120 000 unités de 1656, aux 105 000 recensées en 1658. Cf. Cerasoli, 1891. La chute démographique est nettement inférieure à celle qui frappe d’autres villes italiennes, telles que Gênes ou Naples, qui réduisent leurs effectifs de la moitié, voire de 60 %. Cf. Del Panta, 1980. Sur la gestion de l’épidémie, du point de vue sanitaire, cf. Sonnino – Traina, 1982. Sur la gestion de l’Annone dans cette même période, cf. D’Amelia, 1990. Après le passage de la peste, la population romaine reprend un rythme de croissance assez régulier. La moyenne de la décennie 1660-1669 est de 108 620 unités.

11 Revel, 1975, p. 470.

12 Sur les estimations des consommations et sur les différences entre ville et campagne, voir, entre autres, Livi-Bacci,1987 ; Visceglia, 1991 ; Romani, 1975 ; Bolognesi, 1978 ; Basini, 1970 Wiedmer, 1992.

13 [l’annona] appartiene al governo politico e all’interesse di Stato, [dato che] l’affamazione de’ popoli suol cagionare le rivoluzioni e le ribellioni, con la perdita del Principato, G. B. De Luca, Il Principe..., cit., chap. XL, p. 518.

14 Nè ciò deve parere strano, conforme pare ad alcuni superficiali, i quali si sogliono scandalizzare per questa usanza per la ragione, che tutti i Popoli sudditi sono egualmente figlioli del Principe e della Repubblica ; e per conseguenza non devono esser trattati con questa inegualità, che quegli della Città grande siano così accarezzati, e gli altri di tutto il Principato quasi che negletti ; essendo ciò ragionevole per molte ragioni. Primieramente perchè la Città metropoli della residenza del Principe, e de’ suoi consigli, e Tribunali, per ordinario è molto popolata, e per conseguenza è più facile ad affamarsi. Secondariamente perché il Popolo della Città, nella quale risiede il Principe, e la sua Corte, suol essere il più nobile e delizioso ; e per lo che non così volentieri sopporta i patimenti della fame. In terzo luogo consecutivamente perché questo Popolo è più licenzioso e più facile alle rivoluzioni (...), Ibid., p. 519.

15 [fa] figura di capo, a comparazione d’altre Città e luoghi, i quali fanno la figura di membri, conviene, che il capo sia con maggior diligenza e applicazione cura-to, custodito, et ornato (...), Ibid., p. 520.

16 Cf. supra, chap. I.

17 Cf. Delumeau, 1961.

18 Pour l’examen de la politique agricole des pontifes, cf. Infra, chap. II.

19 C’est notamment le cas des villes qui ne disposent pas d’un arrière-pays en mesure de leur fournir l’essentiel de la consommation. Un bon exemple est représenté par Gênes. Cf. Grendi, 1970 et 1993. Malgré l’existence d’une institution annonaire puissante et d’importantes réserves céréalières, une solution de ce genre est adoptée à Genève. Cf. Wiedmer, 1992

20 Voir infra, chap. III.

21 Sur ces provinces s’exerçait déjà l’autorité de la municipalité romaine au Moyen-Âge. Cf. Pastura Ruggiero, 1990, p. 19-21.

22 Delumeau, 1957-59 et 1961.

23 Le lien entre les conditions de la production des provinces annonaires, et notamment de l’Agro romano, et le système annonaire mis en place par les autorités pontificales, est souligné par tous les historiens. J. Delumeau, 1957-59 ; p. 537-541 souligne le rapport existant entre l’élargissement de l’aire d’intervention annonaire à l’ensemble de l’Etat et l’affaiblissement de la production des provinces annonaires ; Revel, 1972, p. 201, considère l’Annone « une tentative de réponse autoritaire aux difficultés » nées d’une situation économique critique, et notamment des conditions de la campagne romaine. Luigi dal Pane, dans ses études consacrées au commerce des grains dans l’Etat pontifical et aux discussions sur l’agriculture qui se développent au sein de la Congrégation du Sollievo estime la solution annonaire contradictoire par rapport à l’objectif d’amélioration de l’agriculture dans la campagne romaine. Cf. Dal Pane, 1959, p. 557-607, et 1957, p. 1187-1215. D’autres études, consacrées à l’analyse de quelques moments particuliers de l’histoire annonaire, semblent assumer le même point de départ. Cf. Aubert, 1986 ; Lovelock, 1982 ; Pastura Ruggiero, 1990.

24 Palermo, 1990.

25 Delumeau, 1957-59, vol. II, p. 539.

26 Ibid., vol. ii, p. 539 ; Palermo, 1990, p. 262 et sqq.

27 Reinhardt, 1991.

28 En 1648 (44,29 %), 1653 (68,39 %), 1655 (54,23), 1671 (53,11), 1678 (69,61)

29 Ibid., p. 130-136.

30 Caroselli, 1981, p. 3-24.

31 Revel, 1972, p. 226-228.

32 Tournon, 1855, t. I, p. 304 et sqq.

33 Cette évaluation repose sur le croisement entre les dimensions des surfaces emblavées, dans l’Agro et dans le Distretto, et les rendements à la surface proposés par Tournon, 1855, t. I, p. 308 et sq. Selon cet auteur, les terrains destinés à la céréaliculture couvriraient une surface globale de 242 200 rubbia, dont 55 000 dans l’Agro ; et les rendements varieraient entre 10 pour 1 et 2 pour 1. L’estimation de la récolte à 366 000, compte tenu de l’assolement triennal des terres, donnerait une surface emblavée d’environ 80 700 rubbia par an, avec des rendements moyens de 4,5 pour 1.

34 La production de l’Agro s’élevant à 84 828 rubbia, donne, une fois soustrait le blé destiné à la semence, une disponibilité nette pour la capitale de 66 982 rubbia. De la production du Distretto, soient 267 018 rubbia, 62 022 rubbia pourraient atteindre la capitale : il faut dans ce cas tenir compte de la semence (58 650 rubbia) et de la consommation sur place. Revel, 1972, p. 227.

35 Reinhardt, 1991, p. 552-554.

36 Le blé importé arrive de Castro et des Marches, excepté un contingent de 665 rubbia arrivant de Naples. Ibid., p. 136.

37 Ibid., p. 135. Le blé vient pour la plupart de Castro.

38 Ibid., p. 135. Le retard paraît dû à la distance des lieux d’importation et à la longueur du voyage : ce n’est qu’en 1715 et en 1729 que la zone de ravitaillement romain s’élargit et que l’on fait appel à la Hollande, à la France ainsi qu’à d’autres régions de la Méditerranée. Dans tous les autres cas, les importations sont presque toujours faites de Castro et des Marches.

39 La moyenne de la production annuelle est de 137 394 rubbia de blé pendant la première période, et de 152 675 rubbia pendant la période 1715-1733 ; les tratte globalement octroyées s’élèvent à 235 600 rubbia entre 1661 et 1676, et à 254 400 dans la période suivante ; les importations s’élèvent respectivement à 144 900 et à 165 000. Cf. Reinhardt, 1991.

40 Cf. infra, chap. III.

41 Nicolai, 1803, vol. III, p. 99.

42 Revel, 1972.

43 Tournon, 1855, t. I, p. 347.

44 « bientôt la crainte des séditions pour le prix du pain fit revenir à des fixations de prix et à des gênes qui réduisirent, en 1762, l’ensemencement de cette immense plaine à 9 200 hectares », Ibid., p. 346.

45 Dal Pane, 1931 et 1957.

46 Revel, 1972, p. 277.

47 Les maggesi sont des emblavures sur sols reposés deux ou trois ans ; en revanche, les colti sont les emblavures que l’on fait sur des terres déjà emblavées à maggese l’année précédente. Cf. Ibid., p. 277-278.

48 Ibid., p. 277 et sqq.

49 Il s’agit d’une redéfinition du territoire à l’occasion de la réforme des statuts de Rome, Cf. Rossi, 1990, p. 168.

50 G. B. De Luca, Theatrum... cit., II, De regalibus, disc. LXXII.

51 Rossi, 1990, p. 167.

52 Cit. dans Rossi, 1990, p. 156.

53 Ibid., p. 173-179.

54 Tournon, op. cit., t. I, p. 304 et sqq.

55 Cette liste a été publiée par Coste, 1971, p. 32-143.

56 Les Taxae Viarum sont des impôts ordonnés pour financer les réparations et les travaux des routes et des ponts. Tous les propriétaires qui ont des possessions utilisant les routes et les ponts en cause sont appelés à contribution. Cf. Coste, 1971, p. 32.

57 Ibid., p. 39-60.

58 Rossi, 1990, p. 166.

59 Ibid. La carte de Cingolani est publiée dans Frutaz, 1972.

60 BAV, ms. Chigi H III 63, Casali dell’Agro romano rappresentanti (...) rubbia 97 304 distinti in questi fogli in Ecclesiastici e Secolari... ; il existe une autre liste des casali du début du xviie siècle, publiée par Coste, 1969. Selon les hypothèses de Coste, elle aurait été rédigée vers 1613 par un mercante di campagna. 540 toponymes y sont indiqués.

61 Catasto annonario delle tenute dell’Agro romano fatto pel regolamento delle sementi in esecuzione del Motu Proprio di S.M. di Pio VI l’anno 1783 (25 gennaio). Le cadastre est publié par Nicolai, 1803, vol. i.

62 Presento con humilissimo ossequio alli Piedi della Santità Vostra questa carta topografica dell’Agro romano, necessaria non meno per la direttione d’una perfetta amministrazione dell’Annona che per l’esatta cultura dei campi, sapendo di incontrare con questa il genio della sua capacissima mente, la quale abbracciando tutto il mondo, va tuttavia singolarmente meditando il modo di sgravare li sudditi e sollevare li poveri, e non permette che restino inutilmente otiosi li terreni dello Stato ecclesiastico e specialmente della campagna di Roma (...), G. B. Cingolani, Topografia geometrica dell’Agro romano, 1692.

63 Cf. supra, chap. I.

64 Le premier a avoir introduit ce système est Clément VII en 1524. Cf. infra.

65 Sono in questa Geometrica Pianta delineate tutte le Tenute e Casali dell’Agro romano, con li suoi confini, Nomi e quantità, acciò possino non solo con chiarezza, e facilità, e approfittarsi nella totale cognizione di esse ; ma anco della qualità e quantità dei terreni (...), D. De Rossi, « Nomi, e Quantità delle Tenute, e casali fuori di ciascheduna porta, e de’ Padroni che al presente li possiedono », dans A. P. Frutaz, 1972, tavv. 166-171.

66 Motu proprio della Santità di Nostro Signore Papa Pio VI con cui viene approvato il regolamento da tenersi nella coltivazione delle tenute dell’Agro romano, 25 janvier 1783. Texte partiel dans Marconcini, s.d., p. 213-217. Sur la politique de Pie VI, cf. aussi Piscitelli, 1958.

67 Abbiamo osservato esser stata soltanto genericamente prescritta ed ordinata la coltura della terza parte di tutti i terreni, senza determinare quali effettivamente fossero le porzioni di terreno che dovevano in ciascun anno sottoporsi all’aratro, quali i rispettivi quarti delle tenute, quali e quanti prati da riservarsi per pascolo dei bovi aratori, per uso dei fieni, per pascolo degli animali che servono al carreggio delle grasce alla Capitale, quali i terreni sterili di loro natura, Motu proprio de Pie VI, 25 janvier 1783, cit. dans Marconcini, s.d., p. 214.

68 Di stabilire e fissare specificamente tutto il terreno che in ogni stagione dovrà andare a semente, onde, quanto sia facile il sapersi da ogni agricoltore quale sia la sua obbligazione, altrettanto sia facile riconoscere chi non vi abbia corrisposto, Ibid., p. 214.

69 Coste, 1969.

70 Sombart, 1888.

71 Sur l’agriculture et les rotations de cultures dans la région romaine, voir, entre autres, Doria, 1799 ; Sombart, 1888 ; Toubert, 1973, notamment vol. I, p. 246-255 ; Revel, 1973, inédit (je remercie Jacques Revel pour m’avoir permis de consulter et d’utiliser cette étude) ; Cortonesi, 1978 ; Montel, 1985.

72 ASR, Bandi, Annona, b. 455, édit du 22 décembre 1665. Cf. supra.

73 (...) essendo tutti li terreni coltivabili circa rubbia 80 000, seminando di essi

ripartitamente ogn’anno quasi il terzo, tra maggesi et colti, faranno sempre grano soprabbondante per il mantenimento di Roma, senza aver bisogno de’ grani delle città, terre e castelli circonvicini, né tampoco dello Stato o fuori dello Stato ecclesiastico ; anzi, con li suoi grani raccolti nella detta campagna resteranno sempre soprabbondanti grani da poterne concedere in parte, come si è detto, l’estrazioni per fuori di stato, con sommo utile della Reverenda Camera Apostolica e de’ mercanti, D. De Rossi, « Nomi, e Quantità delle Tenute... » cit.

74 A. Gabrielli, Del regolamento economico dell’agricoltura e del prezzo dei grani nella città di Roma..., Rome, F. Gonzaga, 1714 (un exemplaire de ce mémoire ce trouve dans ASR, Camerale II, Annona, b. 1, Atti diversi). Des estimations semblables avaient été faites par un autre écrivain quelques années auparavant, F. Fulvii, Discorso nel quale si dimostra il modo di accrescere e stabilire l’arte agraria nella campagna romana..., Rome, 1694. D’après les études de Revel, 1973 et 1979, dans la période comprise entre la fin du xvie et la fin du xviiie siècles, les rendements à la surface varient entre 4,33 (moyenne de la décennie 1770-1779 pour le casale de Campo morto, du chapitre de San Pietro) et 7,43 (moyenne de la décennie 1610-1612 pour Santa Severa, de l’hôpital du Santo Spirito). Les rendements de la campagne romaine se situent en haut de l’échelle des rendements italiens à l’époque moderne. Des éléments de comparaison se trouvent dans Aymard, 1973 ; Levi, 1991, propose un tableau récapitulatif des rendements à la semence dans de différentes régions italiennes.

75 ASR, Bandi, Annona, bb. 455, Bando sopra il condurre Grani e Legumi a Roma, répété pour plusieurs années.

76 Le cas le plus significatif à cet égard, dans les données de la période 1658-1715, est celui de 1672-1673. Dans le courant de l’année entrent en ville 161 720 rubbia de blé. Il s’agit d’un contingent très important et exceptionnel par rapport à la moyenne, dû aux achats effectués par l’Annone suite à la crise de 1671-1672, qui arrivent en retard. Dans le premier quadrimestre de l’année-récolte 1672-1673, les entrepôts annonaires s’enrichissent de 26 754 rubbia de blé, ce qui constitue un chiffre exceptionnellement élevé par rapport aux autres années. Dans les autres années considérées, les achats de l’Annone dans la période juillet-octobre se situent, en moyenne, entre 2 000 et 5 000 rubbia, avec des pics de 10 000 dans des occasions particulières. ASR, Presidenza dell’Annona, bb. 352-377, « Nota dei grani introdotti e venduti a Roma », 1657-1715.

77 Revel, 1972, p. 227.

78 ASR, Congregazione del Sollievo, bb. 1-2, notamment les discours sur l’agriculture de la campagne romaine rassemblés par la Congrégation.

79 Tournon, 1855, t. I, p. 347.

80 L’Hôpital San Salvatore est aussi appelé Sancta Sanctorum, ou San Giovanni, selon les différentes listes des casali. Cf. Coste, op. cit.

81 Montel, 1979. Sur l’ancienneté des possessions des institutions ecclésiastiques dans l’Agro romano, voir aussi Montel, 1985 ; Revel, 1973, p. 9-11 ; Maire-Vigueur, 1974.

82 Coste, 1971, p. 89, num. 38 ; et 1969, p. 94, num. 457.

83 Les sœurs de San Sisto et Domenico possèdent 984 rubbia, les moines de San Paolo ont 6 casali, pour un total de 956 rubbia.

84 Sur 78 propriétaires possédant un seul casale, 28 sont des institutions ecclésiastiques (35,9 % de cas)

85 Maire-Vigueur, 1974, p. 68-70.

86 Ibid., p. 66.

87 J’ai tenté une comparaison entre les deux listes de la fin du xvie et du début du xviie siècles publiées par Coste, et celle de De Rossi de 1704. Les résultats se sont révélés peu significatifs, en raison des difficultés de la comparaison. Non seulement l’écart chronologique est trop important pour suivre l’évolution des ca-sali, leurs partages ou leurs réunions, ou bien les changements dans la propriété ; mais les difficultés sont accrues par l’usage de différents toponymes pour désigner un même casale (ou une partie de celui-ci), ou par la présence d’une même appellation pour de diverses unités, ou encore par les absences de certains casali de l’une ou de plusieurs listes. Cela tient, d’une part, aux critères suivis par les rédacteurs des listes et, d’autre part, à l’extension géographique prise en compte par chaque source. De ce point de vue, le cas le plus éclatant est celui de Campo Morto, dont le caractère juridictionnel, ainsi que la distance de Rome, le font exclure des listes Renzi-Bardi (1588-1596) (Coste, 1971). Si l’on ne peut pas évaluer les changements concernant les casali uniquement à travers les différentes listes, la comparaison entre elles peut révéler les continuités et les permanences.

88 Maire-Vigueur, 1974, p. 83.

89 Ibid., p. 97-105. La crise de la propriété foncière ecclésiastique est aussi à l’origine de l’affirmation du mode d’exploitation des terres qui caractérise le mieux la campagne romaine : celle du grand affitto, géré par les mercanti di campagna. Voir infra.

90 La vente prévoit un droit de rachat ; les casali seront toutefois définitivement aliénés en 1564. Cf. Coste, 1971, p. 50.

91 Cf. les considérations développées dans la note 87.

92 Coste, 1971, p. 93, num. 84.

93 Lefevre, 1975.

94 C’est le commentaire anonyme exprimé dans un avviso du 17 juin 1600, cité par Lefevre, 1975, p. 10.

95 Le dernier survivant, le cardinal Ippolito, frère de Giangiorgio, meurt en 1638.

96 Lefevre, 1975, p. 21.

97 En 1704, Falcognano appartient aux Riccardi et Cenci ; Torre di Valle au Collegio germanico et au duc Lanti. Les autres casali – Pisciamosto, Torricella et Porto Medaglia, Santa Serena, Pantano et Sasso – n’apparaissent pas sous ces noms en 1704. Il se peut que des parties de ces casali aient été incorporées aux possessions Pamphili. Cf. D. De Rossi, « Nomi e quantità... », cit.

98 Pescosolido, 1979, p. 20.

99 Anzitutto è d’uopo rammentare che tale regione, quella diremmo dell’Agro romano, di ettari 200 000 circa, per effetto di antiche cause di origine parte politica, parte fisica, era ed è ancora in gran parte divisa soltanto in un numero relativamente piccolo di tenute molto vaste, spettanza di pochi e grandi signori dell’aristocrazia romana, e per un quarto circa di corporazioni religiose e d’istituti pii. Alcune di tali tenute spettanti ad un solo proprietario o congregazione, misurano 7 000 et-tari, e vi sono case patrizie che possiedono in vicinanza di Roma più di 20 000 ettari complessivamente. L’istituzione del maggiorascato e del fidecommesso, sempre mantenuta dal governo pontificio, impediva ogni notevole suddivisione di questa gran superficie. E così il latifondo e la manomorta ecclesiastica erano le istituzioni regnanti, e loro conseguenza sono in gran parte lo stato attuale di cose e il sistema agricolo in uso, Giordano, 1881, vol. i, p. LX.

100 Revel, 1973, p. 9.

101 Klapisch-Zuber-Day, 1965, p. 433.

102 Ibid., p. 445-446.

103 Maire-Vigueur, 1974.

104 Klapisch-Zuber-Day, 1965, p. 440.

105 Sombart, 1888.

106 Tomassetti, 1910, vol. I, p. 105 ; De Cupis, 1911, p. 66.

107 Tomassetti, 1910, vol. I, p. 105 et sqq.

108 De Cupis, 1911, p. 43-44.

109 Sombart, 1888, p. 132 et sqq.

110 Les Monti Baronali sont créés par Sixte V en 1585.

111 (...) dell’Agro romano, quale è di circa cento millia rubbia, ne possiedono gli ecclesiastici circa la metà, et a questi, per lo più non torna conto in verun modo seminare (...). L’ospedale di Santo Spirito (...) ha sempre procurato d’incontrare il gusto del Principe, col fare tre grossi campi di rubbia circa 2 000 l’uno, benché forse con maggior utile haverebbe potuto e potrebbe imitare il capitolo di San Pietro, quale ricco di altrettante terre in queste medesime campagne, rare volte si è impegnato di seminarsi, e tutte le volte n’è andato col capo rotto, et l’à assai presto dismesso, BAV, ms. Chigi H III 63, ff. 1-3. Ce texte, rédigé par les dirigeants de l’hôpital du Santo Spirito, vise à obtenir des bénéfices et des privilèges de l’administration pour l’écoulement de son blé sur le marché urbain.

112 On connaît, par les pièces jointes à un dossier présenté en 1804 à la Congregazione economica, les rentes annuelles des locations de 21 tenute des Borghese (P. Vergani, Alla Sacra Congregazione economica, osservazioni del segretario della medesima sul memoriale presentato alla Santità di Nostro Signore dagli affittuari delle Tenute dell’Agro romano per ottenere la rescissione degli attuali loro contratti d’affitto, Rome, RCA, 1804) : le montant des rentes pour les baux arrivés à échéance, s’élève à 71 502 écus.

113 Tournon, 1855, p. 312-313.

114 Maire-Vigueur, 1974.

115 Tournon, op. cit., p. 312-316 ; Sombart, 1888, p. 132-133.

116 Maire-Vigueur, 1974.

117 Ibid., p. 122.

118 Sur les bovattieri, ancêtres des mercanti di campagna, voir surtout l’étude très détaillée de Gennaro, 1967.

119 Nicolai, 1803 ; Tomassetti, 1910, vol. i, p. 133.

120 C’est l’hypothèse formulée par Maire-Vigueur, 1974.

121 Coste, 1969.

122 Revel, 1972, p. 276-278.

123 Ago, 1985.

124 Voir les mémoires rassemblés dans ASR, Congregazione del Sollievo, bb. 1-2.

125 Sismondi, 1860.

126 Cattaneo, 1939 ; Vernouillet, 1860.

127 Dal Pane, 1957 et 1959 ; De Felice, 1965.

128 Sur les caractéristiques de différents types de contrats agricoles, voir. Giorgetti, 1974. L’auteur ne considère pourtant pas ces conditions suffisantes à définir l’affitto capitalistico ; elles sont par contre spécifiques de ce qu’il appelle l’affitto precapitalistico, et qui caractérise notamment les régions méridionales de la péninsule italienne.

129 Pour une synthèse sur ce processus, voir Aymard, 1991 ; Levi, 1991. Sur les contrats qui caractérisent les campagnes du Nord de l’Italie, voir Giorgetti, 1974 ; Faccini, 1983 ;

130 (...) questo vastissimo tratto di tenute, onde è circondata Roma, non suole coltivarsi e neppure amministrarsi dai proprietari, ma bensì darsi a fitto con patti, che tendono ad assicurare agli oziosi padroni un’entrata fissa di danaro, ma non già a cioccare, sterpare, formare prati artificiali, condurre le acque con incastri di muro per irrigarli, farne la seconda falciatura e migliorare fecondamente le terre e fornirle di piante e abitazioni. E coloro che prendono tutte queste tenute a fitto sono di un numero assai più ristretto di quello dei proprietari, ai quali non torna conto di farci miglioramenti radicativi per accrescere il prezzo del fondo e non cercano che trarne il prodotto delle terre, come si trovano. (...) Costoro piuttosto che agricoltori, si chiamano mercanti di campagna e sta loro benissimo questo nome perché cercano tali affitti non tanto per attendere ad una laboriosa coltivazione de’ terreni, quanto per farvi sopra altri negozi. Chi di loro prende a fitto quattro, sei dodici, ed anche più tenute ; della maggior parte vendono l’erbe a pastori, di molte fanno subafitti ad altri con maggior pensione. Per quelle parti di tenute ch’essi prendono a coltivare per sé, la coltura si riduce a far delle maggesi sementi e colti in quei terreni, che sembrano loro poco più adatti e qualche poco di biade, fave, o altri legumi, Nicolai, 1803, vol. IV, publié dans Canaletti Gaudenti, 1947. Le passage de Nicolai est cité dans Piscitelli, 1968, p. 451-452.

131 Coste, 1969.

132 Ce chiffre peut bien être augmenté : on ne dispose pas de renseignements exhaustifs pour tous les casali, et il se peut que d’autres domaines soient affermés.

133 Ces activités peuvent aussi faire l’objet d’une location séparée.

134 Bien que rares, il y a des cas de contrats d’une durée de 2, 3 ou 5 ans.

135 La famille Massimi représente, en 1527, la plus grosse fortune urbaine de la capitale. Elle appartient, comme les familles Leni, Velli, et Mattei, à la première génération de mercanti di campagna. Cf. Montel, 1979 et 1985.

136 Le bail arrive à échéance le 28 septembre 1606. L’auteur de la liste affirme que, entre 1606 et 1608, date où débute le contrat avec les Vipereschi, Girolamo Leni peut continuer, s’il le souhaite, l’exploitation du casale. Cette affirmation amène à penser que les contrats étaient conclus bien avant leur commencement effectif. Voir à ce propos aussi les observations de Maire-Vigueur, 1974.

137 Sur les Vipereschi, originaires de Corneto et appartenant à la deuxième génération des mercanti di campagna, Cf. Montel, 1979, p. 84.

138 Il est probable que les prix des baux subissent une remise à jour à chaque renouvellement. Les séries utilisées par Revel, 1973, p. 64-82, pour l’étude du mouvement annuel du revenu foncier, montrent des variations systématiques dans les prix des baux lors de leur renouvellement. Voir infra.

139 Je n’ai considéré ici que les prix exprimés par l’auteur de la source en giuli par rubbia (83 cas au total). Lorsque le montant de la location est exprimé en écus par an, je n’ai pas cru convenable de le diviser par la surface du casale à laquelle il se réfère : d’abord parce que les dimensions des casali ne sont pas toujours fiables (c’est notamment le cas de Campo Morto, qui est estimé à 6 000 rubbia, tandis qu’il est cadastré à la moitié du siècle pour 4 309 rubbia) ; ensuite parce qu’il s’agit souvent, dans ces cas, de domaines comprenant plusieurs activités qui ne sont pas uniquement liées à l’exploitation foncière, telles que les moulins, les fours, les auberges..., mais qui peuvent être comprises dans le bail. La transformation du prix global en giuli par rubbia donne souvent des prix à l’unité conformes à ceux que l’on enregistre dans les cas où ils sont exprimés de cette façon. Il y a cependant quelques cas où le prix à l’unité serait de 10-13 giuli, ce qui paraît très peu pour ne pas cacher autre chose.

140 « il signor Mutio Vipereschi la pigliò in affitto, l’anno 1604, per prezzo di scudi undici il rubbio, ma fu giudicata cattivissima tolta », Coste, 1969, p. 96, num. 479.

141 Ibid., p. 56, num. 13.

142 « vi è circa 60 rubbia di paese che non si puol lavorare perché sono spallette e macchie », Ibid., p. 99, num. 520.

143 Ibid., p. 95, num. 469.

144 Revel, 1973, p. 65-66.

145 En 1603, il loue Cisterna, Sermoneta et Bassiano, pour 24 000 écus. Les caractéristiques de ce bail ne sont pas d’ordre uniquement agricole. Cf. Coste, 1969, p. 67, num. 147.

146 Cf. supra.

147 On n’abordera pas ici l’énorme problème de la main d’œuvre paysanne dans l’Agro. Sur ce sujet voir, entre autres, Rossi, 1985.

148 Parfois on retrouve l’indication précise de l’acte, du notaire et de la date de la signature du bail : l’auteur doit avoir estimé ces informations précieuses au point de faire une recherche assez détaillée.

149 C’est souvent la concurrence entre paysans et bergers pour l’adjudication des petites pièces de terre qui fait hausser les prix de la sous-location, permettant ainsi des hauts profits aux fermiers. Pour une synthèse sur ce sujet, voir G. Giorgetti, 1974, surtout p. 378-387.

150 J. C. Maire-Vigueur, 1974, p. 114.

151 F. Fulvii, op. cit. ; A. Gabrielli, op. cit. ; ASR, Congregazione del Sollievo, bb. 1-2 (mémoire du capitaine Lodi et mémoire de l’Hôpital de Santo Spirito).

152 C’est le rendement moyen considéré par la plupart des auteurs pour les terres de l’Agro. Cf. entre autres, A. Gabrielli, op. cit.

153 Le calcul de l’Hôpital du Santo Spirito peut être erroné. Le total tiré de la somme des différents articles, à savoir 55,40 écus, ne correspond pas à celui qui est déclaré dans le texte, à savoir 44,40 écus. Il peut y avoir eu une erreur dans le calcul fait par l’Hôpital, ou bien dans la transcription incorrecte d’un chiffre, qui rendrait faux le total proposé selon mes calculs. Le montant de 55,40 écus paraît néanmoins exagéré par rapport aux autres sources contemporaines.

154 Le choix de cette période est justifié par deux considérations : d’un côté, il s’agit de la période pendant laquelle les calculs proposés ont été publiés ou mis en circulation. D’autre côté, c’est la période qui suit les mesures prises par Alexandre VIII, visant à réduire le poids de l’Annone sur le marché urbain et sur les achats de blé directement aux producteurs.

155 On suit ici le raisonnement de Gabrielli, qui affirme devoir soustraire de la production globale par rubbia de terre, deux rubbia de blé de champart, pour obtenir la production pouvant être vendue. Gabrielli n’argumente pas cette affirmation. Le paiement d’un champart ne paraît pas pouvoir s’appliquer à tous les contrats, et notamment à ceux souscrits par les mercanti di campagna, qui prévoient le paiement en argent. Il est possible que, étant donné le but visé par Gabrielli, à savoir l’imposition d’un prix du blé sur le marché romain, pouvant rémunérer de façon adéquate les producteurs, il ait voulu surestimer les pertes. J’ai donc ajouté les estimations des profits hypothétiques des producteurs pour des rendements de 10 pour 1, qui devraient correspondre, avec la soustraction de 2 rubbia, aux profits obtenus avec une production brute de 8 pour 1.

156 Vergani, op. cit.

157 Questa generale spopolazione delle Campagne romane è ciò che rende veramente perniciosi i Latifondi, giacché poche assai sono le Persone, le quali si applichino agli affari di campagna, che siano in grado di anticipare le vistose spese, che si richiedono per assoldare l’immensa turba di coltivatori avventizi necessari per la lavorazione di una vasta tenuta. Questo ostacolo in se stesso grandissimo della spesa si rende sempre più sensibile a danno dell’agricoltura dell’Agro romano stante l’uso da qualche tempo introdotto, che un medesimo mercante si applichi all’affitto di un numero grande di tenute. [Gli esempi allegati dimostrano che] un solo mercante tiene in affitto sino a 19 tenute, che riunite insieme costituiscono la vistosa quantità di rubbia 7.486. Ora come è possibile che una sola persona per ricca, e facoltosa che sia, possa avere il denaro occorrente per coltivare a grano una sì vasta estensione di paese anche ristretta ai soli soliti turni di Terzeria e Quarteria ? Secondo questi turni, e gli obblighi che il suddetto mercante si è assunto negli affitti dovrebbe sementare annualmente circa rubbia 2 400 di paese. Per eseguire una tale coltivazione si richiede l’effettivo impiego della somma ben cospicua di circa scudi 168 000, somma che è ben difficile di ritrovare nella cassa di un Privato, Vergani, op. cit., p. 20-21.

158 Selon la liste dressée par Vergani, aucun fermier de l’Agro ne gère un seul casale ; 9 en ont plus de 5. Vergani, op. cit., note E.

159 Revel, 1972, p. 277-281.

160 Cette analyse fera l’objet de la troisième partie de ce travail.

161 Nicolai, 1803, vol. iii, p. 182 et sqq.

162 Les sources utilisées ne permettent pas de saisir la continuité familiale du métier, et donc de suivre des familles de fermiers sur plusieurs générations. Leur circulation entre les différents domaines ne témoigne cependant pas pour leur enracinement.

163 Nicolai, 1803, vol. iii, p. 161-167 ; Caroselli, 1981.

164 « Ma prima si dee sapere, che un agricoltore, che faccia rubbia 100 di maggese, impiega il capitale di 4 000 scudi, sottoponendolo pe’l corso di diciotto mesi a tutte l’ingiurie de’ tempi contrari (...) i quali possono distruggere in un sol giorno tutto questo capitale insieme con le fatiche, e co’ sudori dell’Agricoltore. E quando pure le raccolte con tanto rischio vengano in luce, non si può calcolare il frutto di esse meno di un Vacabile, che è quello di sei per cento, il quale bisognerà difalcare da ogni raccolta, come pure la spesa (...) », A. Gabrielli, op. cit., p. 4 (c’est moi qui souligne).

165 Revel, 1972 a souligné que ce lien, qui ne caractérise pas uniquement l’Annone romaine, est cependant plus fort à Rome que partout ailleurs.

166 Cette idée, qui parcourt les textes des dispositions prises par l’administration, est aussi reprise par la plupart de l’historiographie annonaire de l’époque. Voir notamment les mémoires et les histoires de l’Annone conservés dans ASR, Presidenza dell’Annona, b. 2287, Raccolta di duplicati, chirografi, moti propri, ordinazioni e altre scritture spettanti all’Annona, 1561-1749. Nicolai lui-même fait du manque de culture dans la campagne romaine la raison principale de l’intervention annonaire. Cf. Nicolai, 1803.

167 Sur le contrôle du ravitaillement dans le processus de formation des Etats modernes, Cf. Tilly, 1975.

168 Le texte de la Constitution est publié dans Marconcini, s.d., p. 203-204.

169 Voire, entre autres, le jugement de Tomassetti, 1910, vol. 1 et De Cupiis, 1911, p. 92-93.

170 De Cupiis, 1911, p. 93 ; Brezzi, 1977, p. 153-168.

171 Marconcini, s.d., p. 203.

172 Ibid., p. 203.

173 Meuvret, 1988, vol. III, p. 146.

174 Thompson, 1971 et 1991.

175 Nicolai, 1803, vol. iii, p. 64.

176 Marconcini, s.d., p. 82.

177 Sur la constitution de Clément VII, Cf. Marconcini, s.d., p. 81-93.

178 Les nouveaux quotas sont les suivants : un cinquième de la récolte dans un rayon de huit milles ; un septième entre huit et quinze milles ; un dixième entre les quinze et les vingt milles. Cf. Marconcini, s.d., p. 82.

179 C’est à peu près 50 rubbia de blé pour chaque 8 rubbia de terre. Cf. Nicolai, 1803, vol. iii, p. 68 ; Marconcini, s.d., p. 82.

180 Selon Nicolai, 1803, vol. III, p. 68, il s’agit du prix normal dans les années de récoltes abondantes.

181 La constitution prescrit aussi une réduction du nombre d’animaux pouvant être élevés par les exploitants. Ibid., p. 81.

182 Thomas d’Aquin (attribué à), De Regimine Principum, II, 3, cit. dans Marconcini, s.d., p. 85.

183 Polanyi, 1977 ; Sahlins, 1976.

184 Le projet de remplacer progressivement le système d’exploitation de la campagne romaine, en passant du grande affitto en argent, à une petite exploitation emphytéotique, va être l’un des fils rouges du débat et des propositions des autorités pontificales jusqu’au début du xixe siècle. Cf. infra.

185 Delumeau, 1957-59 ; Coppi, 1855.

186 Cette réorganisation du réseau commercial est entamé en 1529, après la disette qui suit le Sac de Rome de 1527. Cf. Pastura Ruggiero, 1990, p. 36-37. Le troisième chapitre de ce travail sera entièrement consacré à la configuration du réseau commercial du blé et du pain.

187 Polanyi, 1977.

188 G. B. Casali, In legem agrariam pro communi utilitate, et ecclesiastica libertate tuenda, ad Clementem VII P. M. oratio. Le texte est reproduit entièrement dans Nicolai, 1803, vol. iii, p. 70-87. Sur les positions exprimées par Casali, voir aussi De Cupiis, 1911, p. 117-118 ; Marconcini, s.d., p. 89-90.

189 Sur les origines des douanes du bétail, ainsi que sur les avantages économiques pour la Chambre, voir Maire-Vigueur, 1981 ; De Cupiis, 1911, p. 67 et sqq. ; G. Tomassetti, 1910, p. 153 et sqq. ; Bauer, 1927 ; Caravale, 1974.

190 Les propriétaires fonciers qui ne sont pas des sujets de l’Etat, ont normalement le droit d’exporter tout ce qui a été produit sur leurs terres. Ils sont soumis à la même réglementation que les autres, mais ils ont l’assurance des tratte régulières. Le problème est néanmoins juridiquement complexe, et il représente une difficulté supplémentaire dans la définition du statut réel du blé.

191 Cf. par exemple, le contrat d’adjudication de l’alun de Tolfa signé entre la Chambre apostolique et Bendinello Sauli en 1549, qui prévoit le droit à l’exportation de 100 moggie de blé par an. Cf. Delumeau, 1963, p. 79-83. Un contrat précédent, de 1465, signé avec Bartolomeo da Framura, Carlo Gaetani e Giovanni da Castro, prévoyait en revanche la possibilité, pour les fermiers, de semer dans le territoire de Tolfa 60 moggie de grain, à condition de ne pas porter préjudice à la douane du bétail. Ibid., p. 82. On a ici un exemple explicite du conflit d’intérêts entre la culture et l’élevage. D’autres exemples de contrats, tout à fait semblables, se trouvent dans ASR, Camerale II, Annona, b. 1, Atti diversi.

192 Prodi, 1982 ; Reinhard, 1984, p. 373.

193 Delumeau, 1957-59 ; Prodi, 1982, p. 123.

194 Les taux d’intérêts des Monti varient, au xvie siècle, entre 6 % et 12 % ; Cf. Delumeau, 1957-59, p. 878 ; A. Coppi, Discorso sulle finanze... cit. Au XVIIe, le taux moyen est d’environ 6 %, Cf. A. Gabrielli, Del regolamento economico..., cit.

195 (...) Ebbe un ottimo effetto, perché profittandosi di questa licenza si accrebbe l’agricoltura, ma era cosa ben naturale che i proprietari vi si opponessero. Erano Baroni, e persone potenti costoro che, possedendo vaste tenute trovavano miglior conto nel lasciarle a pascolo, che a sementa. Quando adunque non potevano impedire che altri venissero a lor dispetto a coltivare le loro terre, gli obbligavano a vendere a loro stessi il grano raccolto, e vietavano ai coltivatori (i quali per lo più erano lor vassalli) di condurlo in Roma (...). Ne facevano incetta per rivenderlo più caro : mentre a que’ poveri coltivatori poco, o nulla l’avevano pagato, Nicolai, 1803, vol. iii, p. 64.

196 La constitution de Clément VII reste théoriquement en vigueur pendant tout le xvie siècle ; en réalité, elle n’est appliquée que rarement. Les tratte, même celles qui sont privilégiées, sont retirées, à plusieurs reprises par Pie IV, Pie V, Grégoire XIII. Cf. Marconcini, s.d., p. 96 et sqq.

197 Cf. Delumeau, 1957-59, p. 602.

198 Cf. Ibid., p. 610-611 ;. Marconcini, s.d., p. 101.

199 Constitution Abundantes Divinae Gratiae, publiée dans. Nicolai, 1803, vol. II, p. 44-48. La politique de crédit agricole sera perfectionnée et consolidée au début du siècle suivant par Paul V, qui autorise le Mont-de-Piété à prêter aux agriculteurs des sommes considérables, allant jusqu’à 2 000 écus, à un taux d’intérêt de 2 %. Cf. supra, chap. 1.

200 Bulle Immensa aeterni Dei, janvier 1588. Un résumé des dispositions prises par la Congrégation entre 1588 et 1593, rédigé en 1648 par Virgilio Spada, se trouve dans BAV, ms. Barb. Lat. 4862, Decreti della Congregazione dell’Annona di Roma dall’anno 1588 fino all’anno 1593. Sur l’activité de la Congrégation, voir Falchi, 1990.

201 BAV, Barb. Lat. 4862, Decreti della Congregazione..., cit., 22 août 1588.

202 Ibid., 14 septembre 1588. Les tratte sont vendues par l’Annone en janvier 1589.

203 Cette échéance ne sera pas respectée. Le 26 janvier 1591, Virgilio Orsini est à nouveau sollicité pour la conduite de tous ses blés dans la capitale.

204 Les achats effectués par l’Annone entre 1590 et 1593 s’élèvent à 112 483 rubbia. Cf. Reinhardt, 1991, p. 131.

205 Bulle Frumenti penuriam, du 13 septembre 1597. Le texte est publié dans Nicolai, 1803, vol. ii, p. 48-50.

206 Constitution Inter multiplices Pastoralis muneris, du 4 décembre 1600. Le texte est publié dans Marconcini, s.d., p. 210-213.

207 Cf. supra, chap. I.

208 Cf. supra, chap. I.

209 BAV, ms. Barb. Lat. 4862, Libro delle risoluzioni della Congregazione sopra l’Annona e la Grascia di Roma, 1611-1617 ; BAV, ms. Chigi H III 63, ff. 25-53, Voti sopra l’accrescere l’agricoltura per servitio dell’Annona di Roma, fatti d’ordine della Santità di Nostro Signore Alessandro VII, letti e discorsi nella Congregazione del l’Annona, 17 novembre 1655 (il s’agit d’une partie seulement de la documentation produite par la Congrégation).

210 Au cours de premières années de son activité, la Congrégation s’occupe directement et éminemment des problèmes de l’agriculture. En revanche, dans la période suivante, ses interventions porteront surtout sur le marché urbain.

211 La congrégation convoque les mercanti Alessandro Massimi, Bernardo Maffei, Alessandro Caffarelli, Mario Fani, Papirio Albero et Lorenzo Ruggieri. Cf. supra. Dans la documentation de la Congrégation, il n’y a pas de trace des interventions des représentants des deux chapitres.

212 BAV, Barb. Lat. 4862, Libro delle risoluzioni della Congregazione sopra l’annona e la Grascia..., cit., 20 décembre 1611.

213 Ibid., déclaration de Lorenzo Ruggieri, 20 décembre 1611.

214 Ibid., 14 et 30 décembre 1611.

215 alla libertà del contrattare necessaria in Roma et alla Santa Mente di Nostro Signore di non volere novità odiose né querimonie, Ibid., 5 janvier 1612.

216 Ibid., 5 janvier 1612.

217 Ibid., 5 janvier 1612.

218 C’est le prix payé par l’Annone pour le blé accaparé avant la récolte. Il devrait correspondre au prix moyen du blé vendu sur la place du Campo de’ Fiori dans les semaines centrales du mois d’août. Cf. supra.

219 (...) facendo il prezzo ragguagliato su tutte le rubbia, e non su tutte le vendite solamente, il prezzo verrà più ragionevole, Ibid., 5 janvier 1612.

220 Depuis 1608-1609, une série de récoltes exceptionnelles se succèdent, et les prix moyens du blé sur le marché romain baissent de 5,87 écus par rubbia en 1608-1609, à 4,1 l’année suivante, en remontant à 4,57 en 1610-1611. Le poids du pain est augmenté à 7 once (1608), à 10 (1609), ensuite à 12, poids qu’il gardera jusqu’en 1617. Cf. Reinhardt, 1991, p. 517-518.

221 Une analyse plus en détail de la politique annonaire dans cette matière sera développée dans le dernier paragraphe du chapitre III.

222 BAV, ms. Barb. Lat. 4862, Libro delle risoluzioni..., cit., « Sopra il governo dell’abbondanza del resto dell’anno 1612 in 1613 », présenté à la Congrégation du 28 novembre 1612.

223 Cf. infra, chap. III.

224 Sur Giulio Sacchetti et les positions qu’il exprime dans la Congrégation, voir Zucchini, 1957 et 1960. Sacchetti fut chargé de la Legazione de Ferrare en 1627 par le pape Urbain VIII. En 1656 il eut la direction de la Congrégation de la santé, instituée à la suite de l’épidémie de peste qui avait éclaté cette même année.

225 (...) bisognando oggi fare il miracolo di resuscitare i morti, perché gli agricoltori del passato sono per quattro quinti rovinati, e li futuri temono l’ombra dei rigori usatisi con li precedenti et non si vogliono avvicinare, stimarei opportuna la total libertà, et questa concessa per Bolla apostolica pubblicata e che suoni in contrat-to, acciò questi, incantati dalle speranze, si induchino ad applicarsi all’agricoltura la quale, non esercitandosi dai Padroni de’ casali perché non possono, come i religiosi, i Capitoli et persone ecclesiastiche, o non sanno, come le donne, pupilli et altri inapplicati et incapaci, o non hanno il denaro necessario per cominciare né per mantenere quest’arte che comincia con la perdita del seme, che deve corrompersi e dalla spesa del coltivarlo, oltre al grosso impegno de bovi et delli instrumenti necessarj all’agricoltura, è forza che si eserciti dalle persone industriose e danarose, che tali sono quei che si inducono a pigliar li affitti, et perciò si allettino questi con rimostrargli la sicurezza delle speranze di futuro guadagno, BAV, Chigi H III 63, Voti sopra l’accrescere... cit., f. 27.

226 Pagando li grani di sua provvista al prezzo della Camera, può regolare con suo vantaggio il prezzo della vendita che sarà sempre minore di quel dei Mercanti, ma corrispondente al prezzo del costo che sarà similmente assai minore di quello che costi ai Mercanti, perché i moscetti, à quali la Camera dà il denaro spendendo meno perché fanno a mano propria, e avendo il brio di non pagare interessi del danaro che li impresta la Camera, possono darlo à baioccanti à prezzo più dolce (...), Ibid., f. 28.

227 (...) quando il grano ha la tratta, il suo prezzo è maggiore, e in Roma ne ri-man meno, Ibid., f. 37.

228 Pietro Nerli est un personnage bien introduit dans l’administration pontificale. En 1652 il est le fermier des entrées de Monte Marciano ; dans les années 1653-1655 il est chargé par la Préfecture de l’Annone d’acheter du blé dans les Marches et à l’étranger. Cf. ASR, Camerale II, Annona, b. 64, Tratte sciolte ; Ibid., b. 109, Conti, rendiconti, libri di creditori e di debitori, 1653-1716.

229 Che il promettere questa concessione di presente e farci sopra costitutione non sia per operare l’effetto dell’allettamento che si pretende, par che si possa dubitare, perché essendo che questa concessione effettiva non si può praticare se non doppo qualche anno, et essendo che le cose lontane muovono poco, conseguentemente poco fondamento faranno li agricoltori in questa speranza, quali anco consideraranno la ragione detta di sopra, per la quale poco possono sperare di dover in alcun tempo goder dette tratte, di che hanno l’esperienza ancora di altre volte che sono state promesse per costituzione de Sommi Pontefici che non si sono possute osservare (...), Ibid., f. 53.

230 [le mercanzie] richiedono impiego di denaro et applicatione d’ingegno (...) hanno da godere la loro libertà et essere esposte così al pericolo della perdita, come alla speranza del guadagno con la dipendenza dalla buona, o rea fortuna, che Dio ne mandi, ASR, Congregazione del Sollievo, bb. 1-2, mémoire du Cardinal Giulio Sacchetti au pape Alexandre VII, f. 2.

231 Ibid.

232 Les Sacchetti possèdent, en 1655, 1 000 rubbia de terre dans l’Agro. Cf. BAV. Chigi H III 63, « Casali dell’Agro romano... », cit. Dans la tenuta de Fusano le père du cardinal, Giovanni Battista, avait essayé une forme de métayage, à travers l’implantation de paysans stables. La tentative fut en échec, car la malaria fit fuir tous les paysans. Zucchini, 1957

233 Thomas d’Aquin (attribué à), De Regimine Principum... cit.

234 Chirographe du 26 novembre 1689. Sur la politique d’Alexandre VIII, voir. Nicolai, 1803, vol. iii, p. 94-97 ; Marconcini, s.d., p. 111-112.

235 Chirographe de Clément XI du 27 septembre 1719. Le texte est publié dans Nicolai, 1803, vol. ii, p. 67-71.

236 Per cui quelli che seminano restino persuasi di dover sicuramente ritrarre qualche utile dalle loro spese, e fatiche. E che questo lor utile non sia poi dannoso al Povero, ò alla Reverenda Camera, ma profittevole a ambedue, F. Fulvii, Discorso nel quale si dimostra il modo di accrescere e stabilire l’Arte Agraria nella campagna di Roma, Rome, 1694, p. 5.

237 Sur les valeurs utilisées par Fulvii, voir infra.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. RÉPARTITION DE LA CONSOMMATION DE BLÉ À ROME (1615)
Légende Source : BAV, Barb. Lat. 4862, Libro delle risoluzioni della Congregazione sopra l’Annona e la Grascia di Roma..., 1611-1617, 18 août 1615.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/520/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 2 BLÉ MOULU À ROME (1609-1662)
Légende Sources : pour la période 1608-1614, BAV, Barb. Lat. 4862, Libro delle risoluzioni..., cit., 27 août 1613 ; pour la période 1658-1662, ASR, Presidenza dell’Annona, bb. 352-354, Nota dei grani..., cit..
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/520/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 3. DISPONIBILITÉ DE BLÉ PAR TÊTE (XVIe-XVIIIe siècles)
Légende Source : Revel, 1975, p. 468.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/520/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Graphique I – Population de Rome (1600-1739).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/520/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Légende Graphique II – Blé entré à Rome. Données annuelles (1600-1701) et moyenne mobile (9 ans).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/520/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Légende Graphique III – Disponibilités de blé par tête (1600-1739). Données annuelles et moyenne mobile (9 ans).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/520/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Légende Graphique IV – Production des provinces annonaires disponible pour Rome et estimation de la consommation urbaine (1596-1700).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/520/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Légende Graphique V – Production des provinces annonaires : blé entré à Rome et tratte octroyées (1596-1700).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/520/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 5,6M
Légende Graphique VI – Production des provinces annonaires : blé entré à Rome et tratte octroyées (1701-1797).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/520/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 5,4M
Légende Graphique VII – Production des provinces annonaires disponible pour Rome et estimation des besoins urbains (1701-1797).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/520/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Légende Graphique VIII – Production des provinces annonaires disponible pour Rome et moyenne mobile 9 ans (1596-1797).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/520/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0M
Titre Tableau 4. AFFECTATION DES TERRES DE L’AGRO ROMAIN (1704)
Légende Source : D. De Rossi, « Nomi e quantità delle Tenute... » cit., 1704.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/520/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 5. AFFECTATION DES TERRES DE L’AGRO ROMAIN (1871)
Légende Source : Notizie Statistiche..., 1871.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/520/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 6. ESTIMATIONS DE LA PRODUCTION DE L’AGRO (1714)
Légende Source : A. Gabrielli, Del regolamento economico dell’agricoltura e del prezzo dei grani nella città di Roma..., Rome, F. Gonzaga, 1714.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/520/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 7. DISTRIBUTION DE LA PROPRIÉTÉ FONCIÈRE DANS L’AGRO ROMANO (1704)
Légende Source : De Rossi, « Nomi e quantità delle tenute, e casali fuori di ciascheduna porta, e de’ padroni che al presente li possedono », in Frutaz, 1972, tavv. 166-171.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/520/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 8. DISTRIBUTION DE LA PROPRIÉTÉ FONCIÈRE DE L’AGRO ROMANO PAR CATÉGORIE DE PROPRIÉTAIRES (1704)
Légende Sources : D. De Rossi, « Nomi e quantità... », cit..
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/520/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 9 POSSESSIONS FONCIÈRES LAÏQUES SUPÉRIEURES À 1 000 RUBBIA EN 1704
Légende Sources : pour la fin du xvie : Coste, 1971 ; pour la moitié du xviie siècle, BAV, ms. Chigi H III 63, Casali dell’Agro romano..., cit. ; pour 1704 : D. De Rossi, « Nomi e quantità... », cit..
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/520/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Tableau 10. DISTRIBUTION DE LA PROPRIÉTÉ FONCIÈRE DE L’AGRO ROMANO (1783)
Légende Source : Zucchini, 1956, p. 245-260.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/520/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau 11. DISTRIBUTION DE LA PROPRIÉTÉ FONCIÈRE DANS L’AGRO ROMANO (1871)
Légende Source : Sombart, 1888.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/520/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 12. TERRES LABOURABLES SELON LES DIMENSIONS DES PROPRIÉTÉS (1783)
Légende Source : Zucchini, 1956.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/520/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Tableau 13. VARIATION DU PRIX DU BAIL LORS D’UN CHANGEMENT DE PRENEUR, 1591-1602
Légende Sauf indication contraire, les prix sont exprimés en giuli par RubbiaSource : Coste, 1969.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/520/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Tableau 14 COÛTS DE LA MISE EN CULTURE D’UNE RUBBIA DE MAGGESE
Légende Sources : pour les données de Lodi et de Santo Spirito : ASR, Congregazione del Sollievo, bb. 1-2 ; A. Gabrielli, Del regolamento economico... cit. ; F. Fulvii, Discorso nel quale si dimostra il modo di accrescere e stabilire l’arte agraria... cit.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/520/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Tableau 15. PRIX MOYEN DU BLÉ À ROME ET PROFITS PRÉSUMÉS DES PRODUCTEURS SELON LA RÉCOLTE
Légende Sources : ASR, Presidenza dell’Annona, bb. 358-373 « Nota dei grani introdotti e venduti a Roma » ; A. Gabrielli, Del Regolamento... cit.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/520/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 226k

© Publications de l’École française de Rome, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540