Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rhétorique du pouvoir médiéval

 | 
Benoît Grévin

Second livre. Les voies de la réception

Quatrième partie. Les textes des Lettres dans l’ensemble des formes de communication politique au xiiie siècle

Circulation, transpositions et déformations

Texte intégral

  • 1 L’histoire des manifestes de Frédéric II en tant que documents de propagande politique a été très a (...)

1La partie la plus prestigieuse des documents regroupés dans les Lettres de Pierre de la Vigne, celle qui se trouve dans la première moitié des quatre collections ordonnées, est constituée de manifestes politiques et lettres d’information diplomatiques principalement liés à la lutte de Frédéric II contre la papauté et les cités lombardes. Ces documents se sont donc trouvés par la force des choses au cœur de l’histoire politique du second quart du xiiie siècle, et leur impact a laissé des traces considérables dans l’historiographie contemporaine1. Il est donc à la fois possible et naturel de prolonger l’étude des conditions sociales de création des documents composant les Lettres, à la cour de Frédéric II, par une étude complémentaire des conditions sociales de leur réception.

2Il ne s’agit pas d’entreprendre un nouvel examen exhaustif de l’impact de la propagande de Frédéric II et du rôle historique de ces documents, qui relève de l’histoire politique, mais d’envisager dans quelle mesure les témoignages contemporains permettent de compléter les enseignements donnés par l’analyse des techniques de rédaction des lettres et de leur milieu de création, en fournissant des indications sur les mécanismes concrets de leur réception au xiiie siècle.

3Ainsi l’étude de la réception de ces documents par les milieux sociaux dans lesquels ils ont été diffusés permettra-t-elle d’avancer dans la résolution du problème posé par l’« obscurité des Lettres », en faisant apparaître les modalités précises de leur compréhension linguistique par la société contemporaine et immédiatement postérieure à Frédéric II.

4Cette enquête rencontre un certain nombre de problèmes méthodologiques. Le premier concerne la diversité sociale des milieux de réception. Au-delà du milieu très particulier formé par la cour impériale, les interlocuteurs politiques de Frédéric correspondaient à des espaces politiques et sociaux hétérogènes, des communes de l’Italie du nord jusqu’aux cours occidentales en passant par ses sujets du royaume de Sicile. La réception des lettres impériales a donc dû se différencier en fonction de l’organisation socio-politique des espaces concernés et de leurs rapports avec l’empereur. Pourtant, ce problème ne concerne pas directement la présente enquête, car son étude suppose déjà résolu un ensemble de questions méthodologiques au cœur de la problématique retenue. Ce sont elles qui doivent être affrontées.

5En effet, l’étude des témoignages annalistiques sur la réception contemporaine des lettres de Frédéric II montre la complexité des rapports entretenus par le dictamen avec les autres composantes essentielles des mécanismes de la communication politique – écrite et orale – en vigueur au xiiie siècle.

6Mais cette étude révèle également que l’écriture même de ces témoignages a été conditionnée par des procédés de transposition des lettres directement liés à la pratique du dictamen, qui les placent dans un rapport ambigu avec les textes des Lettres dont ils documentent donc l’impact à deux niveaux.

7Pour reconstituer le cadre communicationnel de la réception des lettres dans la société contemporaine de leur création, il importe donc de résoudre ces deux problèmes de rapports formels, qui ont un statut différent, mais sont étroitement imbriqués.

8Le plus crucial dans une histoire des formes de la communication est le rapport entretenu par le dictamen épistolaire comme instrument de propagande politique avec les autres formes de communication susceptibles de servir de vecteurs des idées politiques au xiiie siècle, et dont les principales sont le sermon, la prophétie et la chanson. Comme les rapports réciproques de ces formes de communication s’organisent en grande partie en fonction de leur emploi à différents niveaux de la société médiévale, la mise en évidence des modalités de passage de la rhétorique des Lettres à celle de ces vecteurs parallèles de l’expression politique donnerait la clé des mécanismes de diffusion de ces dernières dans la société contemporaine.

  • 2 Sur les chroniques contemporaines et postérieures prenant en compte le règne de Frédéric II, cf. So (...)

9Mais pour rendre compte de ces prolongements des lettres dans la communication médiévale, il faudra doubler en permanence cette entreprise comparative par un examen simultané des liens complexes entretenus par les lettres avec la littérature annalistique contemporaine documentant leur diffusion au-delà de la cour de Frédéric II. En effet, seul un réflexe d’attention permanente au conditionnement réciproque de ces reflets croisés de l’histoire politique que sont les lettres contenues dans les Lettres et des annales ou chroniques du même siècle permettra d’éviter une interprétation simpliste des témoignages les plus importants sur leur écho dans la société contemporaine2.

10Le premier volet de cette démarche formera transition avec la partie précédente et n’aura pas encore à s’affronter directement à ce problème d’interprétation des témoignages contemporains, car il restera centré sur la cour de Frédéric II. On y examinera l’impact de la rhétorique cultivée par les notaires de la chancellerie et les maîtres du studium sur d’autres formes de communication caractéristiques de la cour impériale parvenues jusqu’à nous, telles que la questio ou débat rhétorique, le sermon, l’annalistique. Cette première section permettra donc d’étudier les conditions de passage de la rhétorique développée dans les lettres à travers différentes formes textuelles, dans un environnement encore dominé par les notaires impériaux, puisqu’ils sont à la fois les récepteurs potentiels, mais aussi les rédacteurs ou les inspirateurs directs des documents examinés (4.1. La rhétorique des Lettres et ses rapports avec les autres formes de communication solennelle à la cour impériale : la questio, le sermon, l’annale).

11Les deux volets suivants, centrés l’un sur la chronique de Salim-bene de Parme, l’autre sur celle de Matthieu Paris, s’éloigneront de la cour impériale pour envisager le problème de la réception des lettres (non encore transformées en Lettres) dans l’espace européen. Ils seront tous deux caractérisés par une double démarche d’interrogation des rapports formels entre les lettres et la société contemporaine d’une part, et entre les lettres et le support d’enquête proprement dit – la chronique envisagée – d’autre part.

12La structure de la chronique de Salimbene, exceptionnellement perméable aux diverses formes de communication de son époque, servira de support de départ pour étudier les rapports des techniques de composition des lettres avec ces vecteurs de la communication politique que sont la chanson, la satire et la prophétie, dans un cadre directement influencé par l’histoire de Frédéric II, mais en tenant à distance le problème des mécanismes directs de réception des lettres impériales, non abordé par Salim-bene. (4.2. Les rapports des Lettres avec les différents vecteurs de communication politique du xiiie siècle : autour de Salimbene de Parme).

13Il sera ensuite possible de compléter cette reconstruction, en étudiant à partir de la chronique de Matthieu Paris, historien par excellence de la réception des lettres politiques de Frédéric II, fortement conditionné dans ses pratiques d’écriture par leur forme, l’inscription des lettres dans leur société d’accueil sous ses deux aspects indissociables, au niveau de la source étudiée puis de la société dont elle reflète le comportement. On envisagera donc aussi bien leur réception proprement dite, que la continuation de leur message à travers d’autres vecteurs de communication (en l’espèce le sermon), à partir d’une source documentaire dont il faudra par ailleurs montrer la dépendance formelle par rapport à cette documentation. (4.3. La réception contemporaine de la rhétorique politique des Lettres : autour de Matthieu Paris et Eudes de Château-roux).

14L’ensemble des mécanismes de diffusion de la rhétorique des lettres ainsi dégagés grâce à cette procédure d’examen croisé de l’impact des lettres, tenant compte à la fois de leur enregistrement dans les sources contemporaines, de leur impact formel sur l’écriture de ces mêmes sources et des prolongements vers d’autres formes de communication qu’elles suggèrent, fournira une méthode qui pourra être ultérieurement étendue à d’autres chroniques laissées provisoirement de côté.

15Ce n’est toutefois pas vers une extension du champ d’investigation annalistique, mais vers un approfondissement ultérieur de la problématique de la réception des Lettres que s’orientera le troisième et dernier chapitre de cette section. On opérera pour ce faire un recentrage rendu nécessaire par la transition qui s’opère vers 1270-80 entre le mouvement centrifuge des lettres encore isolées vers les chroniques, caractéristique des deux premiers tiers du xiiie siècle, et la propagation de la tradition des Lettres constituées en somme, typique du xive et du xve siècle.

16On repartira donc de la tradition manuscrite des Lettres dans ses premières étapes (1266-1320) pour tenter de comprendre quels problèmes le style des lettres impériales a pu poser aux techniciens du langage qui en ont assuré la réception et la compréhension au xiiie siècle, par leur copie des textes, et quels enseignements les déformations conscientes ou inconscientes subies par ces documents peuvent apporter (4.4. Les limites à la réception et à la compréhension d’un style obscur : l’enseignement des manuscrits).

17En affrontant ce problème des difficultés de réception de ce style médiéval, cette fois à travers la transmission manuscrite, la transition avec la cinquième et dernière partie, sur la postérité médiévale des Lettres de Pierre de la Vigne s’amorcera naturellement.

4.1. LA RHÉTORIQUE DES LETTRES ET SES RAPPORTS AVEC LES AUTRES FORMES DE COMMUNICATION SOLENNELLE À LA COUR IMPÉRIALE : LA QUESTIO, LE SERMON, L’ANNALE

18Au sein des différentes activités de rassemblement et de vulgarisation des savoirs auxquelles la cour de Frédéric II doit sa renommée, il existe un ensemble relativement restreint de performances linguistiques dont les trop rares vestiges indiquent qu’elles se trouvaient dans un rapport formel étroit avec la culture rhétorique de la chancellerie. Ces activités, la questio rhétorique, le sermon, et peut-être aussi l’annalistique, entretenaient un rapport direct avec les compétences culturelles des notaires dominés par la figure de Pierre de la Vigne. Même si les vestiges de l’art oratoire et des disputationes développés à la cour de Frédéric sont peu nombreux, et ceux de l’annalistique à peu près absents, le peu qui subsiste de ces activités ou de ce qui s’en reflète à la génération suivante suffit à établir qu’à la cour impériale, les juristes-dictatores ont peu à peu plié la forme de tout un ensemble d’activités culturelles dans lesquelles ils jouaient un rôle déterminant au moule du dictamen élaboré pour la rédaction des lettres impériales.

19Cette extension de l’influence de la rhétorique du dictamen en dehors de la sphère épistolaire, reflet d’une prééminence qu’elle exerce alors à la cour de Sicile sur les autres artes, devrait servir de base de réflexion pour repenser l’activité culturelle d’une cour qu’on a un peu trop tendance à considérer comme un rassemblement éclectique de compétences scientifiques, rhétoriques et lyriques. En effet, ce conditionnement de diverses formes de production du savoir et de l’idéologie curiale par l’ars dictaminis plaçait les dictatores et leurs techniques au centre du réseau d’activités culturelles dont certains aspects, comme la poésie en langue vulgaire ou la production scientifique, apparaissent parfois plus déterminants aux chercheurs contemporains.

20En ce qui concerne le propos de cette étude, cette existence d’un ensemble de productions liées par l’influence commune de l’ars dictaminis présente un avantage évident. Sans quitter le monde de la cour, elle permet de se faire une première idée des voies de passage entre la rhétorique des Lettres et celle d’autres vecteurs de diffusion de l’idéologie politique, et notamment du plus important d’entre eux peut-être au xiiie siècle : le sermon.

4.1.1. Les disputationes scolastiques conformées au modèle rhétorique

21Deux documents d’un genre particulier, qui fonctionnent comme les équivalents structurels des disputationes scolastiques parisiennes, ont été conservés dans des manuscrits des Lettres. Le plus célèbre est une disputatio sur la supériorité de la noblesse ou de la vertu (contentio de nobilitate generis et probitate animi), thème appelé à un grand succès dans les siècles suivants. La contentio (débat) est glosée dans le texte même, qui est en fait une palinodie attribuable à un seul auteur, par le terme de certamen (combat rhétorique), ce concept central dans la culture des dictatores campaniens de la cour de Frédéric II et de Manfred.

  • 3 Delle Donne 1999. Sur le certamen ou duel rhétorique, voir Delle Donne 2003, intro. p. xxvii-lvi pa (...)
  • 4 Arguments en faveur de la noblesse de sang : c’est la vertu qui est servante de la noblesse : Arist (...)
  • 5 Argument en faveur de la noblesse d’âme : la vertu est le moteur de la noblesse, et le moteur (aris (...)
  • 6 Delle Donne 1999, p. 16.

22Le texte en a été récemment réédité et brièvement présenté par Fulvio Delle Donne3. Il peut être daté de la période de rédaction de l’ordo cancellarie (années 1240-1247), puisqu’adressé par un maître universitaire T. (Terrisius d’Atina ?) aux deux têtes de la chancellerie, Taddée de Suessa et Pierre de la Vigne. Le contenu, loin d’être négligeable, participe d’une réflexion sur les valeurs de la noblesse dont la cour de Frédéric II fut un laboratoire à cette époque. Un défenseur de la supériorité de la noblesse de sang sur la noblesse d’âme présente un certain nombre d’arguments, appuyés sur des autorités scientifiques ou poético-historiques, pour établir que c’est la noblesse qui l’emporte sur la vertu4. Il est réfuté par un contradicteur qui défend la prééminence de la vertu à l’aide d’arguments du même type5. L’issue de la ‘contentio’ est d’autant plus remarquable qu’elle intervient dans un contexte universitaire, sans doute à Naples (in scolis nostris iocoso quodam incidente litigio de nobilitate generis et animi probitate facta est contentio que illarum videatur esse maior et hinc inde satis probabiliter disputatum6), mais est destinée à être présentée aux dirigeants de la chancellerie et de la grande-cour, comme l’indique la salutatio de ce document qui peut donc également s’assimiler à une lettre : Viris elegantissimis magni Cesaris domesticis, sen-su et moribus predotatis dominis magistris Petro de Vinea et Taddeo de Suessa magistri T. animi devotionem.

23La mise en avant de la vertu individuelle correspond certainement à la traduction, dans ce débat d’apparence scientifique, d’une affirmation identitaire de la part des dictatores, puisqu’elle épouse harmonieusement leur idéologie d’une sorte de noblesse de fonction liée à leur génie rhétorique. La défaite du défenseur de la noblesse de sang serait donc une sorte de règlement de compte symbolique des juristes-dictatores reflétant une fois de plus les tensions à l’intérieur de la cour. Elles passeraient cette fois par une opposition entre deux pôles dont l’un correspondrait au milieu des juristes-notaires représenté par la chancellerie et l’université, l’autre à la grande noblesse de l’entourage de Frédéric II hostile à Pierre de la Vigne.

  • 7 Cette idée rencontrera encore des échos à la dernière génération des dicta-tores campaniens, après (...)

24Il ne faut peut-être pas forcer cette interprétation. Le certamen présente en effet la transposition sous forme palinodique d’une représentation idéologique de la noblesse comme association heureuse de la grandeur du lignage et de la vertu individuelle probablement de mise à la cour de Frédéric II et de Manfred, parce que relativement consensuelle : une grande partie des notaires, les souverains et leurs familiers nobles pouvaient, jusqu’à un certain point, trouver également leur compte dans les idées sur l’association de la noblesse d’âme et de la noblesse de sang développées dans la disputatio7.

  • 8 Par exemple les fins de phrases de la présentation : probabiliter disputatum ; solucio non habetur  (...)
  • 9 Ibid., p. 18 : Ut ergo tuis verbis utar huic argumento respondeas. Omne illud a quo aliquid movetur (...)
  • 10 Ibid., p.18 : Dico insuper quod ex nobilium sanguine candidiores fetus procreantur tanquam ex delic (...)

25C’est toutefois d’abord sur le plan formel que cette contentio doit être envisagée dans cette étude. En effet, le premier discours et sa réfutation sont bâtis selon les règles de l’ars dictaminis, dont ils respectent les préceptes d’organisation rythmique et syntaxique et utilisent les ressources rhétoriques8. Il s’agit donc d’une sorte de disputatio universitaire apparemment improvisée sur un argument d’apparence philosophique et mettant en jeu des arguments scientifiques (moteurs et causes aristotéliciennes9 ; déductions médicales10), mais organisée selon un schéma formel proprement rhétorico-juridique, dans une classe qui, si elle est bien la classe d’ars dictaminis de l’université de Naples, préparait ses étudiants à la maîtrise du langage administratif et juridique et aux débats contradictoires de la Magna Curia par ce genre d’exercices.

  • 11 HBP n° 36 et 37 p. 336-338 : pulchrum exordium de violis, suivi de descriptio virtutum rosae et vio (...)
  • 12 PdV IV, 2 : Latentis hostis insidias. Sur les rapports entre Pierre de la Vigne et Isabelle d’Angle (...)

26Le second document du même genre est une contentio d’une forme un peu plus synthétique sur les mérites respectifs de la rose et de la violette, qui, d’après la rubrique d’un des manuscrits de la grande collection en six livres, aurait été composée par Pierre de la Vigne en réponse à une question de l’impératrice11. Il ne peut guère s’agir que d’Isabelle d’Angleterre, contemporaine de l’ascension de Pierre et qui le connaissait personnellement depuis son ambassade à Londres où il l’avait épousée par procuration, au nom de l’empereur, en 1235. Le document est donc datable de la période 1235-1241, puisque Isabelle mourut en décembre de cette dernière année, ce qui motiva d’ailleurs la rédaction (par Pierre de la Vigne ?) d’une lettre officielle incluse dans le quatrième livre de la collection classique12.

27Le combat de la rose et de la violette affecte également la forme d’une disputatio universitaire. Un certain nombre de similitudes entre les deux textes font penser qu’ils ne sont que les seuls témoins survivants d’un genre qui devait être fort en faveur à la cour impériale, et qu’une partie de l’intérêt de l’exercice consistait, dans une logique toute rhétorique, à disserter sur des objets chaque fois différents à l’aide de la même gamme d’arguments, retournés en tous sens. L’antécédence de la tribu de Juda au passage de la mer Rouge ou la vertu particulière résidant dans les corps des petits animaux servent ainsi aussi bien à prouver la supériorité de la vertu individuelle sur la noblesse générique que celle de la rose sur la violette :

Tableau 28
COMPARAISON ENTRE LA CONTENTIO DE NOBILITATE GENERIS ET LA DESCRIPTIO VIRTUTUM ROSAE ET VIOLAE

Tableau 28COMPARAISON ENTRE LA CONTENTIO DE NOBILITATE GENERIS ET LA DESCRIPTIO VIRTUTUM ROSAE ET VIOLAE
  • 13 Les interrogations de type scientifique sur l’originalité biologique de la noblesse, liées aux théo (...)

28Ces disputationes ne sont pas fondamentalement éloignées des questiones naturales sur la nature de la noblesse et la transmission des caractéristiques physiques proposées à l’université de Paris à la fin du xiiie siècle et actuellement étudiées par Maaike van der Lugt13, mais, au-delà de leur aspect plus vulgarisé, car elles correspondent sans doute plus à une fonction de récréation curiale que d’investigation scientifique, leur structure formelle rhétorique traduit une différence très nette de statut des différentes artes entre elles par rapport à Paris, qui privilégie alors concrètement la logique et la théologie sur la rhétorique.

  • 14 Delle Donne 1999, p. 16.

29À Naples et à la cour impériale itinérante de Capoue, Foggia ou Crémone, ce sont au contraire la rhétorique et le droit qui étaient les sciences dominantes, « informantes », non la théologie et la logique. La disputatio « universitaire » prend donc à la cour de Sicile la forme d’une argumentation qui tient à la fois du débat juridique et du pur exercice rhétorique, en subordonnant à ces deux principes de formalisation de la pensée les arguments logiques et scientifiques qui sont magnifiés et réorganisés par eux. La cause du débat d’école est ainsi présentée aux deux juges suprêmes de la grande-cour, Pierre de la Vigne et Taddée de Suessa, pour être jugée en appel, comme si les deux contradicteurs fictifs étaient des plaignants réels (propter quod ad vos duos tanquam ad argutos iudices qui nostis de punto colligere circumstantias humanis sensibus prenitentes habetur recursus ut huic exorto litigio vestrum iudicium apponatis14).

  • 15 Ibid. Cf. Acta imperii inedita I, statuta officiorum n° 988 III p.738 (forma juramenti annexe à l’o (...)

30Les deux contradicteurs sont introduits en termes juridiques comme les defensores des causes adverses dans un procès véritable et ont fictivement juré, parodiant les clercs de la chancellerie dans les statuts de l’ordo cancellarie, de ne pas se laisser dévier de la vérité par la prière ou par l’argent (Cause quidem ab utraque parte defensor inducitur non precio nec prece conductus15).

31C’est un cas d’école qui permet de comprendre comment l’ars dictaminis était utilisée dans les classes pour préparer à l’exercice des débats contradictoires caractéristiques de l’exercice du droit. Mais il est également possible de supposer que cette annexion du genre de la dispute universitaire par l’ars qui dominait l’écriture officielle des actes et dont la fonction de représentation de l’autorité se lit à chaque page des Lettres était également liée à la proximité entre la chancellerie et plus généralement les bureaux de la Magna Curia, la cour entendue cette fois comme un lieu de compilation et de consommation des savoirs scientifiques et récréatifs, et l’université de Naples.

  • 16 Ces disputationes ne sont pas non plus sans rapports formels avec un certain nombre de tençones sic (...)

32En effet, même si l’écriture en style rhétorique de ces disputes n’en facilite pas nécessairement la compréhension, elle faisait de ces jeux lettrés, dont l’un (la dispute de la rose et de la violette) fut explicitement composé à la requête d’un membre de la famille impériale, l’autre adressé à deux familiares impériaux appartenant au premier cercle de la cour, des produits de consommation littéraire qui affectaient une forme relativement voisine des compositions de cour exaltant la gloire de Frédéric II comme la lettre PdV III, 44 (c’est à dire le panégyrique de Frédéric II composé par Pierre de la Vigne)16. À la cour de Frédéric II, la disputatio scientifique était subordonnée aux exigences de la rhétorique telle que la concevaient ses notaires, à charge éventuelle pour les plus inventifs d’entre eux de proposer à leurs maîtres les équivalents en langue vulgaire de ces techniques de formalisation, en les transposant du latin au prototype sicilien du volgar illustre.

4.1.2. L’art oratoire et les sermons

33Un autre domaine important de la production de cour où l’ars dictaminis et la culture notariale exercèrent une influence décisive fut l’art oratoire, dans ses deux variantes attestées : le sermon religieux et le panégyrique de cour. Cette influence est liée à la fonction d’ambassadeurs et porte-parole politiques souvent assumée par les dictatores. Il n’est pas non plus inutile de rappeler que les notaires de Frédéric II étaient souvent des clercs, voire des chapelains, et qu’ils pouvaient donc se trouver amenés à prendre directement part à des activités ou des services religieux.

4.1.2.1. La tradition de l’art oratoire à la cour de Frédéric II

  • 17 Bériou 1998 pour l’étude la plus complète et la plus suggestive sur le sermon universitaire en cont (...)

34S’il n’est pas toujours évident de savoir quelle était la forme exacte que prenaient les sermons scolastiques de l’Europe du nord au xiiie siècle au moment de leur « performance », puisque les reportations subsistantes laissent souvent dans l’incertitude un certain nombre de questions17, le problème se pose à coup sûr différemment à la cour de Frédéric II.

L’intérêt pour le sermon scolastique

35À Paris ou ailleurs dans l’Europe scolastique du xiiie siècle, les clercs recevaient une formation fortement conditionnée par des modes d’expression scolastiques eux-mêmes dépendants d’une volonté de pédagogie et de rationalisation peu compatible avec l’emploi d’un langage excessivement savant et raffiné dont les principes d’organisation tenaient en grande partie à une volonté de « distinction » stylistique hors de portée de compréhension du commun tel que l’ars dictaminis. Le sermo modernus se voulait en général un sermon de masse, adapté par exemple à la prédication en milieu urbain.

  • 18 Moretti 1985. Delcorno 1993.

36Cet art du sermon scolastique, en transition plus ou moins rapide entre les modèles prestigieux du xiie siècle et les formes universitaires plus récentes, était loin d’être inconnu en Italie méridionale au xiiie siècle. Les sermons encore majoritairement inédits du franciscain Luca da Bitonto en sont un exemple classique pour le règne de Frédéric II18. Mais les rares témoignages subsistants sur l’art oratoire développé à la cour de Frédéric II et de ses successeurs permettent de postuler que dans ce cadre particulier, une pratique différente du panégyrique, du sermon politique et du sermon religieux s’était créée, en liaison avec le développement de cette culture particulière de l’ars dictaminis campanien.

La culture du discours politique

  • 19 Rolandini Patavini Chronica, L IV, cap. 10 (Bonardi 1905-8, p. 64, an. 1239). Cf. pour le texte lat (...)
  • 20 Artifoni 1994a, p. 168 renvoyant à Annales ghibellini (Chronicon Placentinum), MGH SS XVIII, p. 471 (...)
  • 21 Ronzani 1985 p. 14 avec renvoi à Davidsohn, Geschichte von Florenz..., II, p. 255. Le renseignement (...)

37Le vif intérêt de Frédéric II pour les discours et les sermons est bien connu. Outre les arenge qu’il faisait prononcer dans les occasions solennelles comme les diètes ou les grandes réceptions d’ambassades à son entourage, comme celle délivrée par Pierre de la Vigne à la suite de l’excommunication de 1239 alors que l’empereur se trouvait à Padoue, dont Rolandino de Padoue a conservé le souvenir19, ou l’allocution donnée en 1235 dans le palais de Plaisance à laquelle font écho les Annales Placentini20, on sait que l’empereur prononça lui-même un sermon à la Noël de l’an 1240 à Pise, cité fidèle à la cause gibeline21.

  • 22 Cf. salimbene de Adam, Cronica (Scalia 1956 p. 122) : Fridericus imperator Romanorum cepit Henricum (...)

38Salimbene livre par ailleurs deux anecdotes hautes en couleur sur le goût prononcé et très orienté de Frédéric II en matière d’art oratoire. Il aurait apprécié au plus haut degré le sermon sur la mort de son propre fils Henri (VII) prononcé (hors de sa présence) par le même frère Luca da Bitonto, à partir d’une autorité biblique pour le moins osée22.

  • 23 Salimbene de Adam, Chronica, I, p. 513. Il est facile de retrouver le style de ces recommandations (...)

39D’autre part, l’empereur aurait eu pour habitude de se moquer avec ses familiers de la lourdeur des discours de louanges réciproques dont se gratifiaient généreusement les ambassadeurs de la grande cité gibeline de Lombardie, Crémone23 :

  • 24 Cronica, anno 1250 (Scalia 1966 p. 515) : Iste imperator truphatorie concionabatur aliquando coram (...)

Cet empereur faisait des joutes d’allocutions parodiques en présence de ses familiers dans son palais, parlant comme le font les ambassadeurs de Crémone, qui lui étaient envoyés par leurs concitoyens, car l’un commence par louer l’autre en le recommandant de mille manières, en disant comment le noble homme untel est savant, riche et puissant. Et ce n’est qu’après s’être recommandés mutuellement qu’ils disaient leur fait...24

40Ces attestations permettent de relier – positivement dans le cas du sermon franciscain, négativement pour celui des concionationes et arenge (discours d’ambassades ou de prise de fonction) du monde communal d’Italie du nord – la cour de Frédéric II à deux formes de performances oratoires du premier xiiie siècle qui y furent bien connues. Le témoignage de Rolandino de Padoue peut également donner une idée du choix des autorités à la base des sermons politiques prononcés au nom de l’empereur, mais il faut chercher dans d’autres directions pour se faire une idée plus exacte de la structure formelle des sermons politiques ou religieux pratiqués à la cour impériale.

41C’est la comparaison formelle de lettres PdV assimilables par certaines de leurs caractéristiques à des discours, comme les panégyriques de Frédéric II et de Pierre de la Vigne qui se trouvent au centre du troisième livre (PdV III, 44 et 45), à des textes moins connus directement assimilables à des sermons et liés d’une manière ou d’une autre à l’école campanienne d’ars dictaminis, qui permet de reconstituer en partie la spécificité de cet art oratoire aulique presque entièrement disparu, dominé par l’influence des dictatores et les exigences d’un langage d’apparat.

4.1.2.2. Les sermons religieux et politiques d’Étienne de San Giorgio, reflet direct de l’art des sermons siciliens à la dernière génération de l’école campanienne de rhétorique

  • 25 Hugues d’Evesham, cardinal du titre de saint Laurent (1284-1287), cf. Hierarchia I, p. 10.

42Bien après la mort de Pierre de la Vigne et de Frédéric II, entre 1284 et 1287, Étienne de San Giorgio, ce grand diplomate au service de Charles II d’Anjou, d’Édouard Ier d’Angleterre et de la papauté, formé à l’ars dictaminis dans la tradition directe de Pierre de la Vigne et ami de la famille de Rocca, eut l’occasion de composer des sermons d’apparat destinés à solenniser la célébration par la chapelle du cardinal Hugues d’Evesham dont il faisait alors partie de divers temps liturgiques25.

Un sermon aux similitudes troublantes avec le panégyrique de Frédéric II

  • 26 La correspondance concernant la famille da Rocca a été publiée dans Delle Donne 2003. Les autres di (...)
  • 27 Pour un point de référence italien de la pratique du sermon à usage du peuple vers le milieu du xii (...)

43Ces sermons ont été conservés dans le manuscrit Paris, BnF lat. 8567, dont le contenu est à présent intégralement publié dans un beau volume travaillé par Fulvio Delle Donne26. Ils sont écrits selon les règles les plus strictes du « style héroïque » de l’ars dictaminis dans la tradition campanienne, avec un vocabulaire, des alliances de mots, un emploi du cursus typiques du style en usage dans les Lettres de Pierre de la Vigne et fondamentalement différent de celui employé dans le sermon universitaire contemporain27.

  • 28 Emploi du cursus : cf. le texte infra, première période, avec les séquences patribus repromissum/vi (...)
  • 29 Texte édité dans Delle Donne 2007, n° 90.

44Avec un sermon de Pâques (sermo in festo resurrectionis dominice per Stephanum dictatus, Paris, BnF lat. 8 567 fol. 6v), le sermon sur la Nativité d’un des trois Noëls de cette courte période est un modèle du genre, qui exalte la puissance et les vertus transcendantes de la Vierge rédemptrice de l’humanité et de son fils dans la majesté du stylus curie imperialis. Outre ces caractéristiques stylistiques générales28, il présente dans certains passages de fortes communautés d’inspiration stylistiques avec diverses lettres PdV, dont PdV III, 44, le panégyrique de Frédéric II par Pierre de la Vigne29 :

Tableau 29
LES SERMONS D’ÉTIENNE DE SAN GIORGIO ET LES LETTRES

Tableau 29LES SERMONS D’ÉTIENNE DE SAN GIORGIO ET LES LETTRES

45Ces rencontres, correspondant pour une bonne part à des citations bibliques, ne seraient certainement pas assez nombreuses à elles seules pour parler d’un impact direct du discours, sans doute écrit dans la décennie 1240, sur ce sermon datable de 1284-87.

Les Laudes Odduardis d’Étienne de San Giorgio et leurs liens avec les Lettres

  • 30 Kantorowicz 1957 p. 239-240 pour l’édition des Laudes facte Odduardo Rege Anglie per Stephanum de S (...)
  • 31 On peut imaginer que c’est Nicolas de Rocca qui a posé la question rhétorique sur la grandeur de l’ (...)

46Par chance, deux autres textes conservés dans le manuscrit Paris, BnF lat. 8 567 et jadis édités par Kantorowicz, confirment la probabilité que ces parallèles reflètent une influence directe du panégyrique de Frédéric II sur ce sermon de la Nativité. Il s’agit des Laudes facte de domino Odduardo Rege Anglie, en l’honneur d’Édouard Ier d’Angleterre dans la décennie 1280, et d’un panégyrique similaire du roi de Castille, tous deux composés par Étienne30, et plus directement imités de la même « lettre-panégyrique », les Laudes Friderici secundi (PdV III, 44), qui est apparemment une des sources d’imitation du sermon sur la Nativité. On peut d’ailleurs remarquer que son exorde range ce modèle commun dans une catégorie voisine des disputationes universitaires de cour précédemment analysées, puisque le panégyrique de l’empereur se présente comme une tentative de réponse à une questio posée à Pierre de la Vigne par un courtisan anonyme31 : Questionis arduae petita responsio, in quantum respondenti permittitur, enodatur. Il n’y a pas, dans cet univers culturel particulier, de barrière de genre étanche entre la lettre, la questio et le sermon.

  • 32 À présent réédité plus exactement dans Delle Donne 2007, n° 43 et n° 60, qui indique également les (...)

47Les panégyriques du roi de Castille et du roi d’Angleterre, s’inspirant plus directement de PdV III, 44 et d’autres lettres, mais composés dans la même décennie et selon les mêmes techniques de dictamen que les sermons religieux, représentent donc le chaînon intermédiaire entre les deux lettres-panégyriques PdV III 44 et 45 des années 1240 et les sermons religieux composés par Étienne dans la décennie 1280 et contenus dans le manuscrit Paris, BnF lat. 8 56732 :

Tableau 30
PANÉGYRIQUE DE FRÉDÉRIC II PAR PIERRE DE LA VIGNE ET PANÉGYRIQUE D’ÉDOUARD Ier PAR ÉTIENNE DE SAN GIORGIO

Tableau 30PANÉGYRIQUE DE FRÉDÉRIC II PAR PIERRE DE LA VIGNE ET PANÉGYRIQUE D’ÉDOUARD Ier PAR ÉTIENNE DE SAN GIORGIO
  • 33 Kantorowicz divinarum, qui de plus n’est pas bon pour le sens.
  • 34 Kantorowicz splendorum.

Note 33
Note 34

  • 35 Kantorowicz tremefiunt. Il faut bien lire tremescunt.
  • 36 Kantorowic, dimicaret. Manuscrit dimicarit, un peu moins bon pour la construction que dimicaret, ma (...)

Note 35
Note 36

48Cette réutilisation à plus de quarante ans de distance, à la cour d’Angleterre et à la Curie, d’une lettre-panégyrique de Frédéric II dans la composition de textes destinés à la performance orale confirme le lien entre les sermons d’Étienne de San Giorgio et les techniques d’ars dictaminis enseignées dans les écoles de rhétorique au service de Frédéric II et de ses deux successeurs. Mais c’est aussi l’un des premiers exemples rencontrés dans cette étude d’une réutilisation ultérieure d’un document contenu dans les Lettres de Pierre de la Vigne. Qu’il suffise pour l’instant de souligner qu’il s’agit dans le présent cas d’une adaptation opérée par un notaire campanien en contact avec la famille de Rocca, et ayant vraisemblablement bénéficié d’un enseignement direct de cette tradition, et non d’une utilisation médiatisée d’un extrait des Lettres par un clerc sans contact direct avec cette école.

  • 37 Cf. Paris, BnF 8 567 fol. 18r : Rescriptum collegii capellanorum domini H. cardinalis remissum Step (...)
  • 38 Les dictatores parlent tantôt de stylus altus, de stylus heroicus, de stylus sublimis, de stylus su (...)

49C’est dans un certain sens ce qui autorise à voir dans les autres sermons délivrés par Étienne de San Giorgio, et dans une moindre mesure par un de ses interlocuteurs privilégiés, l’archevêque de Bénévent, Jean de Castrocielo (1282-129637), son ami et vraisemblablement contemporain, ancien moine du Mont-Cassin rompu aux techniques de l’ars dictaminis méridionale, des témoins tardifs reflétant peut-être un des aspects que pouvait prendre l’art du sermon en style relevé (stylus altus, heroicus38), tel qu’il était pratiqué à la cour de Frédéric II.

4.1.2.3. Les sermons politiques de Nicolas de Bari à la cour de Frédéric II, chaînon manquant entre l’ars dictaminis et le sermon scolastique ?

50Il reste toutefois encore à combler la distance chronologique entre ces sermons assimilables par leur style aux lettres PdV mais distants d’une trentaine d’années de leur époque de rédaction initiale, et les sermons produits à la cour de Frédéric II. Par chance, ces Laudes Odduardis et Laudes regis Castelle peuvent par ailleurs être rapprochées d’une dernière série de textes, cette fois de l’époque de Frédéric II, qui permet en partie de combler ce vide.

  • 39 La question a été soulevée par Kloos 1954 p. 186-187.
  • 40 Cf. Kloos 1954b, D’Edoardo 2005 et Delle Donne 2005 p. 99-129 avec renvois bibliographiques.
  • 41 Cf. également les notes à l’édition des Laudes dans Delle Donne 2007, n° 43.

51Il s’agit d’un double panégyrique de Frédéric II et de Pierre de la Vigne, composé vraisemblablement dans la décennie 1230 par un mystérieux personnage déjà croisé dans la troisième partie, Nicolas de Bari, pour lequel s’est jadis posée la question d’une identification possible avec Nicolas de Rocca39. Ces textes ont été édités une première fois par R. Kloos en 1954, et le panégyrique de Frédéric II a été récemment réédité avec un substantiel commentaire par F. Delle Donne40. Leur rapprochement avec les sermons d’Étienne de San Giorgio n’a par ailleurs rien d’artificiel, puisque des éléments présents dans les sermons politiques de Nicolas de Bari entrent fortement en résonance avec les Laudes de domino Odduardo, comme l’a montré en son temps Kantorowicz41.

  • 42 Cf. par exemple ces passages du panégyrique de Pierre de la Vigne par Ni-colas de Rocca, PdV III, 4 (...)

52Les textes de Nicolas de Bari sur Frédéric II et Pierre de la Vigne édités par Kloos, dont le premier s’assimile pleinement par sa forme à un sermon, sont sans doute les seuls vestiges directs de cet art à la cour de Frédéric II. S’ils paraissent un peu plus proches de la forme des « sermons modernes » contemporains, ils ne sont pas sans lien avec les deux panégyriques des Lettres et leurs imitations par Étienne de San Giorgio42. Ils pourraient donc être considérés comme les témoignages d’une technique intermédiaire entre le sermon moderne et les panégyriques d’apparat selon les règles de l’ars dictaminis, qui correspondrait peut-être à une première adaptation de ces deux genres fusionnés dans les sermons et les panégyriques d’Étienne de San Giorgio et Jean de Castrocielo, une quarantaine d’années plus tard. Nicolas de Bari, dans ces sermons vraisemblablement lus en présence de la cour, respecte en effet le cursus et de nombreuses règles de composition rhétorique de l’ars dictaminis, mais en se sert plus ouvertement de principes de décomposition et d’exposition du sermon qui se répandaient dans l’Europe du xiiie siècle, comme le montre l’extrait suivant :

  • 43 Kloos 1954b, sermon no II p. 169-170. II. Magnus dominus et magna virtus eius et sapiencie eius non (...)

Grand est le seigneur, et grande sa vertu, et quant à sa sagesse, on ne peut la nombrer ! C’est là une brève autorité, mais surféconde, et ornée de toutes sortes de pierres précieuses. L’or n’est pas plus précieux, non plus que la claire améthyste, c’est un vase modeste mais miraculeux, ce qui y murmure est l’homme, mais en son cœur. Le citharède admirable, éclatant parmi les prophètes, le roi David, dans l’autorité susdite a prophétisé au sujet de deux empereurs, c’est-à-dire l’empereur céleste, qui commande aux vents et à la mer, qui dit, et tout fut fait, qui commanda, et l’univers fut créé, et du seigneur terrestre, l’empereur Frédéric, magnifique, oint de l’huile d’allégresse par-dessus tous les rois ; il a d’abord prophétisé sur son fils, puis sur le successeur dans son royaume.
Quant à la grandeur du Christ, il appert à tous qu’il est un roi grand sur tous les dieux, dont grande fut la vertu quand il triompha du diable, grande la sagesse, qu’il donna et enseigna à l’auditoire de l’église militante, aussi dans l’évangile : ‘jamais un homme n’a parlé ainsi de toute éternité’.
Il faut donc examiner comment ceci s’applique à l’empereur terrestre. La susdite autorité étant en trois parties, c’est qu’elle traite de trois choses ; tout d’abord de la grandeur du seigneur, quand elle dit : grand est notre seigneur ; secondement, de la grandeur de sa vertu, quand elle en déduit : et grande est sa vertu ; et troisièmement et dernièrement, de la grandeur de sa sagesse, quand elle ajoute : et sa sagesse, on ne peut la nombrer43.

  • 44 Psaume 146, 5.

53L’exposition de l’autorité biblique ‘magnus dominus et magna virtus eius et sapiencie eius non est numerus44’ est donc suivie, après une brève application préliminaire de l’autorité biblique à l’empereur par comparaison de l’empereur des cieux avec l’empereur terrestre qui correspond à la logique d’assimilation rencontrée dans la partie précédente à propos de la « lettre des hiérarchies notariales angéliques », par une explication point par point de la grandeur des origines de l’empereur (magnus dominus), de sa puissance fondée sur ses vertus (magna virtus eius) et de son savoir (et sapiencie eius non est numerus) à la suite de laquelle Nicolas conclut :

  • 45 Et quia in persona sua magnifica ista tria resultant, scilicet dignitas, potencia et sapiencia, tri (...)

Et puisqu’il résulte que ces trois magnificences se trouvent en sa personne, soit dignité, puissance et sagesse, nous lui devons trois choses : eu égard à sa dignité, la révérence ; eu égard à sa puissance, la crainte, eu égard à sa sagesse, l’affection, de sorte que mille cours d’eau ne puissent éteindre cette grâce ; d’égale force, dit le sage, sont la mort et mon affection.
Magnifié, exalté, élevé, est le roi, notre Salomon, au dessus de tous les rois, lui dont la terre entière désire le visage. Et pour parler avec les paroles de Job : on ne pourrait le comparer à toutes les couleurs de l’Inde, c’est-à-dire aux sages du monde, ni à la sardoine précieuse, c’est-à-dire à aucun prince, ni au saphir, c’est-à-dire à aucun roi, ni l’or, ni le verre ne peuvent lui être égalés, c’est-à-dire sagesse humaine ou brillante intelligence ; à Lui, qui siège sur le trône de sa dignité, il faut crier : vive, vive l’empereur Frédéric, et que ses jours soient multipliés, et les années de ses fils, que le seigneur amplifie de nombreuses années, lui qui ajouta des années imprévues au roi Ézéchias ; car c’est en Lui que nous vivons, que nous nous mouvons, et que nous sommes (...)
Recevez donc, o très aimable prince, ce que j’ai dans ma pauvreté, et avec le roi céleste, veuillez ne point mépriser les offrandes de la pauvre Marthe.
Daignez donc recevoir de la main de ma langue le sacrifice vespéral de mes confessions, par lequel j’ai réformé et excité l’assistance au service de votre majesté, et par mon discours, et par ma louange, dans les siècles des siècles, amen !45

  • 46 Liber censuum, Vita Gregorii IX (Fabre-Duchesne 1905, p. 34), cf. supra seconde partie. La lecture (...)
  • 47 Cela dépend de la date de composition de ces pièces. Si les panégyriques de Frédéric II et Pierre d (...)

54Ces textes sont sans doute l’illustration la plus remarquable de l’audace atteinte à la cour impériale en matière d’assimilation de l’empereur à la divinité et d’application à sa propre glorification de pratiques liturgiques, une audace qui lui a été amèrement reprochée par les partisans de la papauté46. Mais en laissant leurs implications conceptuelles de côté, ils peuvent également être compris comme la première étape47dans une tentative de fusion entre l’art du sermon scolastique et l’ars dictaminis des lettres, dont les panégyriques de Frédéric II et Pierre de la Vigne contenus dans les Lettres de Pierre de la Vigne sont une forme plus achevée, et qui ont trouvé un héritage à la Curie et dans différentes cours royales à la génération d’Étienne de San Giorgio.

  • 48 L’identification de ce Nicolas avec Nicolaus abbas S. Luce et Barensis canonicus, et un abbas Nicol (...)

55Ces sermons sont moins strictement soumis aux règles de composition en stylus altus et à la fusion des citations bibliques dans des constructions syntaxiques complexes que les sermons plus tardifs d’Étienne, ou les panégyriques contemporains contenus dans les lettres, ce qui indique peut-être que le Nicolas de Bari, auteur de ces sermons-panégyriques, n’était pas totalement intégré dans l’univers culturel de la cour, mais peut dépendre aussi d’un choix personnel du rédacteur48.

56Ils montrent en tout cas la possibilité de variations dans le degré de complexité formelle des sermons religieux ou politiques destinés à la performance orale à la cour. Cette variation pourrait correspondre à un désir de trouver un certain équilibre entre la démonstration de virtuosité rhétorique, la magnification par le langage, et une certaine volonté de clarté, ce qui pose une fois de plus la question de l’obscurité du style d’apparat des productions solennelles à la cour de Frédéric II. Cette obscurité n’a pourtant pas empêché son utilisation à des fins encomiastiques dans un contexte curial fort différent, l’Angleterre des années 1280, à quarante ans de distances des modèles imités.

  • 49 Dans le domaine des témoignages en rapport avec le sermon, la coupure semble relativement nette ave (...)

57Les panégyriques contenus dans les Lettres, ainsi que leurs imitations plus tardives, sous forme de panégyriques ou de sermons par des membres de la dernière génération de l’école campanienne, clairement influencée par Pierre de la Vigne49, sont tous écrits selon les règles de l’ars dictaminis dans le respect de codes linguistiques, rhétoriques et par voie de conséquence métaphoriques en partie assimilables à ceux des Lettres. Ce constat donne une bonne idée de l’extension de ces pratiques rhétoriques qui débordaient de leur double foyer originel, l’université de Naples et la chancellerie, sur l’ensemble des activités de la cour. De même que l’art rhétorique investissait la logique et les artes du quadrivium dans les expositions plaisantes présentées par l’université aux grands-juges, ou par ces derniers à l’impératrice, de même il imprimait, à la cour de Frédéric II, sa marque sur les activités oratoires, qu’elles fussent réservées à la divinité, à l’exaltation du prince (et de son puissant ministre), ou à la réception des ambassadeurs. Investis du rôle d’ambassadeurs permanents ou extraordinaires des volontés impériales auprès des fonctionnaires du royaume ou des souverains étrangers, entretenant des liens étroits avec le clergé et les plus riches églises du royaume, assumant une grande partie des activités de récréation culturelle de la cour, les plus importants des dictatores multipliaient les occasions d’imprimer leur marque sur les activités débordant du champ de la rédaction épistolaire, englobant le sermon religieux et politique et la disputatio universitaire dans leurs champs de compétence.

4.1.3. L’annalistique

  • 50 Sur l’identification de Geoffroi avec l’auteur de la chronique, cf. Karst 1898 et Delle Donne 2001.
  • 51 Cf. Saba Malaspina, éd. Koller-Nitschke 1999, introduction p. 36-38, et pour les réminiscences ou c (...)

58Le dernier domaine d’activité littéraire attestée à la cour des souverains souabes de Sicile dans lequel la culture de l’ars dictaminis a laissé sa marque est plus attendu, et de fonction essentiellement mémorielle, puisqu’il s’agit de l’écriture de l’histoire ou activité annalistique. On se souvient qu’un des notaires de la génération de Pierre de la Vigne, Jean de San Germano (Mont-Cassin), avait pour frère le célèbre chroniqueur Richard de San Germano, ce qui a sans doute quelque chose à voir avec l’excellence de cette chronique, particulièrement bien informée sur les événements du règne et qui court jusqu’à la mort de Richard, en 1243. Ce premier et important lien entre la chancellerie et l’annalistique contemporaine n’est pas vraiment complété par un lien formel étroit. La chronique de Richard, qui doit peut-être quelque chose aux traditions annalistiques du Mont-Cassin, est écrite dans un style correct mais extrêmement dépouillé, parfois interrompu par l’écriture de poèmes rythmiques. En revanche, la seule grande chronique écrite dans le milieu de la cour des derniers souverains souabes qui soit parvenue à peu près intacte, celle du pseudo-Iamsilla, pour lequel c’est le plus souvent l’attribution à Geoffroi de Cosenza, important personnage de la cour de Manfred, qui est retenue (le nom de Nicolas de Rocca a également été mentionné avec des arguments moins solides), fut écrite dans un style approchant très fortement de celui des Lettres politiques50. Son continuateur direct fut Saba Malaspina, qui écrivit une chronique du règne de Charles d’Anjou dans un style théâtral utilisant les ressources du dictamen « campanien » à son meilleur niveau. Il est difficile de savoir quelle était l’origine exacte de Saba, mais il est sûr qu’il avait de forts liens avec la Calabre, et se partageait entre la Curie et le royaume de Sicile dans les années d’activité d’Étienne de San Giorgio. Il se plaçait dans sa technique d’écriture au niveau rhétorique des Lettres, dont il alla jusqu’à inclure dans sa prose des citations dissimulées. Les trois plus spectaculaires sont indiquées dans la récente édition des Monumenta Germaniae Historica51.

59Conclusion sur les rapports formels entre les activités épistolaires et les autres activités de production du discours solennel à la cour de Frédéric II

60L’ensemble du dossier de pièces d’art oratoire et des productions littéraires à visée mémorielle ou ludique réuni dans cette section permet de reconsidérer le bilan négatif qu’on serait tenté de faire des possibilités de reconstituer précisément les performances solennelles à la cour de Frédéric II. Il donne la possibilité d’appréhender une première fois les voies de passage possibles entre les modèles formels exemplifiés par les ‘lettres des Lettres’ et d’autres types de production du discours contemporains.

61Tout comme les certamina rhétoriques du troisième livre présentent la forme des lettres la plus proche des questiones universitaires qui prenaient à la cour de Sicile l’aspect d’un jeu rhétorique réunissant les juristes-notaires, la famille impériale et les professeurs du studium, les panégyriques de Frédéric II et Pierre de la Vigne PdV III, 44 et 45, quoique comptabilisés parmi les Lettres de Pierre de la Vigne, s’approchent par certains aspects tant des sermons politiques de Nicolas de Bari sous le règne de l’empereur, que des créations ultérieures d’Étienne de San Giorgio. Enfin, si ce témoignage est plus indirect, la capacité du rédacteur de la chronique du pseudo-Iamsilla et de Saba Malaspina, héritiers des pratiques stylistiques des notaires impériaux, à écrire leurs annales dans un style en osmose avec les Lettres, atteste que le passage de ces dernières à la chronique peut s’opérer dans une continuité parfaite, par une sorte de conformation stylistique dont on retrouvera des exemples loin de la cour de Sicile.

62Mais cette possibilité d’osmose entre le dictamen des lettres et d’autres formes de communication prend naturellement un sens différent, à l’intérieur de la cour sicilienne, dont les activités culturelles étaient dominées par le poids des maîtres de rhétorique, ou dans les milieux récepteurs des lettres, par exemple les autres cours royales européennes, ou les milieux communaux d’Italie du nord. Dans le premier cas, l’existence d’une cohérence formelle importante entre ces différentes formes d’expression, si elle mérite d’être étudiée attentivement, n’a rien pour étonner, puisqu’elle correspond à une représentation idéologique – si l’on veut une propagande – directement contrôlée par Frédéric II et son alter-ego Pierre de la Vigne, et pour ainsi dire à usage interne. Dans le second, la diffusion des lettres et leur influence sont conditionnées par les attentes et la culture variable de leurs différents milieux de réception.

63Une fois établis ces premiers liens entre les lettres et d’autres formes de communication, questiones, annales, sermons, il faut les suivre hors de la cour impériale pour voir les documents de la chancellerie s’affronter à l’ensemble mouvant et moins docile des formes de communication politique en circulation dans l’Italie et l’Europe du premier treizième siècle.

4.2. LES RAPPORTS DES LETTRES AVEC LES DIFFÉRENTS VECTEURS DE COMMUNICATION POLITIQUE DU xiiie SIÈCLE : AUTOUR DE SALIMBENE DE PARME

64Une étude de la réception immédiate des lettres politiques ultérieurement incluses dans la collection classique des Lettres à l’extérieur du royaume de Sicile doit nécessairement s’appuyer sur celles des chroniques contemporaines qui enregistrent les mouvements d’opinion et l’impact éventuel des thèmes développés dans ces dernières. Mais pour appréhender en détail l’histoire de la circulation de la forme de communication médiévale représentée par les Lettres dans leur environnement à l’époque de leur création, il importe de ne pas limiter la recherche de leurs résonances dans les témoins de cette forme littéraire privilégiée par sa fonction mémorielle, mais d’élargir le spectre des croisements possibles à d’autres vecteurs de la communication politique privilégiés du xiiie siècle : le sermon, la prophétie, la chanson.

65De ce point de vue, certaines chroniques contemporaines sont particulièrement bien placées pour servir d’introduction à une étude de l’inscription des lettres isolées qui allaient former le recueil des Lettres dans leur environnement communicationnel qui ménage à la fois la prise en compte de leur impact politique et celle de leurs liens avec ces différentes formes de communication. C’est notamment le cas de la chronique de Salimbene, parce qu’elle développe une vision de l’histoire contemporaine appuyée sur une interprétation prophétique, mais aussi sur la mémorisation de poèmes en rapport avec des lettres PdV ; celle de Matthieu Paris, parce qu’elle donne les informations les plus précises sur l’impact immédiat de la propagande des lettres impériales, souvent oblitéré par les compilations historiques successives, mais aussi parce que son écriture fonctionne en osmose avec le dictamen des notaires italiens.

4.2.1. La Chronique de Salimbene, témoignage des formes de communication politique au xiiie siècle

  • 52 Edition Scalia 1966, récemment rééditée à l’identique dans le Corpus Cristianorum Medii Aevi.
  • 53 Cf. par exemple l’utilisation abondante qu’en fait Gourevitch 1997, passim.
  • 54 Cronica, t. I, p. 290, à propos de sa connaissance de nombreuses langues ; p. 508, à propos de son (...)

66Salimbene est sans doute le chroniqueur italien du xiiie siècle le plus célèbre, et sa chronique a fait l’objet de nombreux commentaires. Elle a à la fois attiré l’attention des spécialistes de l’histoire de l’Italie et de la France à l’époque de Frédéric II, et des historiens sensibles aux nouvelles problématiques sur la communication et les niveaux de langue médiévaux. La Chronique52se caractérise en effet par une très grande originalité, due pour beaucoup à une écriture exubérante liée à ce qui semble un individualisme hors norme pour un homme du xiiie siècle53. Salimbene était exceptionnellement attentif aux particularités de langue et de langage, qu’il s’agît d’interprétation biblique, de prédication, de poésies goliardiques ou, précisément, des idées sur le langage attribuées à Frédéric II54. Il était d’autre part extrêmement sensible aux tendances joachimites qui fleurissaient dans l’ordre franciscain dans les deux premiers tiers du xiiie siècle.

  • 55 Guyotjeannin 1995, p. 24-28. Sur la question des lectures du règne de Frédéric II dans une optique (...)
  • 56 Cronica t. I, p. 502, 512, 860 : cf. Guyotjeannin 1995, p. 29.

67Or, en dehors des implications sociales du mouvement, fortement liées à l’histoire complexe du premier franciscanisme et de son inscription en milieu urbain, être joachimite signifiait lire les événements contemporains dans une perspective millénariste. Pour Salimbene comme pour nombre de ses contemporains, Frédéric II était un des signes de la proximité de la fin des temps, un avant-courrier direct de l’Antéchrist. Les épisodes spectaculaires de la lutte entre la papauté et l’Empire furent lus par lui dans cette perspective, et la mort de Frédéric II, qui ne correspondait pas aux prophéties en circulation dans ces milieux, fut ressentie comme un cataclysme par un homme qui, comme sans doute beaucoup d’autres, hésitait entre ces croyances millénaristes et une orthodoxie plus stricte55. Salim-bene est longuement revenu sur l’histoire de l’empereur après sa mort, dans les pages consacrées à l’année 1250. Il fait plusieurs fois référence dans sa chronique à un livre de sa composition concernant les douze vices de Frédéric II, hélas perdu56.

  • 57 Pour la bibliographie fort abondante sur Salimbene, cf. Guyotjeannin 1995 p. 323-339, et Sommerlech (...)
  • 58 Guyotjeannin 1995, troisième chapitre, « forme et sens », p. 73-114.

68On comprend donc l’intérêt de sa chronique pour tenter de mesurer les rapports thématiques et les contaminations possibles entre le genre d’informations et d’images officielles véhiculées par les lettres impériales et un réseau de croyances et d’attentes diffus dans les milieux de réception contemporains de leur rédaction, et pour se faire une première idée des conditions de réception des lettres. Renvoyant pour une analyse détaillée des passages de la chronique concernant Frédéric II à l’étude d’Olivier Guyotjeannin et au récent livre d’Andrea Sommerlechner57, on repartira du travail du premier, qui a mis en valeur la complexité des niveaux de communication présents dans la chronique58, pour tenter de préciser les liens des lettres impériales avec les autres formes de communication contemporaines. La condition préalable de cette première enquête est toutefois un examen préliminaire des rapports formels entre le style de Salimbene et le dictamen des écrits politiques de Frédéric II.

4.2.1.1. La chronique et les Lettres : rapprochements structurels et automatismes de langage

Une chronique qui ne cite pas les lettres de Frédéric

69Contrairement à nombre de chroniques contemporaines ou postérieures, celle de Salimbene ne contient aucune des lettres impériales de Frédéric II, soit parce qu’il en avait réservé l’usage à cet ouvrage traitant plus particulièrement de l’empereur dont il parle quelque fois, soit plutôt parce qu’il composait de mémoire, comme de nombreux passages de la chronique l’attestent, et que cette mémoire, chargée d’un matériel de prêcheur, fait de citations, d’exempla, de sermons, secondairement de poèmes ou de proverbes qu’il avait mémorisés à différentes époques de son existence, et qui parfois lui échappent au moment de la rédaction, n’avait pas exercé ses capacités sur ce type de documents.

  • 59 Cronica I (= Scalia 1966), p. 275-276.
  • 60 Cronica I, p. 502 : Insuper et nomen Machometti fecit in templo Domini publice decantari, sicut in (...)
  • 61 Salimbene, Cronica t. I, p. 305 : Optimos habemus rumores de Parma, quia Parmenses expulerunt Fride (...)
  • 62 Cronica t. I, p. 481 (année 1249) : Et sic expulerunt omnes, exceptis paucis qui locum custodiebant (...)

70En revanche, il cite la fin de la déposition solennelle de l’empereur au concile de Lyon par Innocent IV59, dont il reprend une des accusations les plus rebattues60. Il mentionne plusieurs fois les problèmes posés par la circulation des informations sous forme épistolaire. C’est le cas quand la nouvelle de la défaite impériale de Victoria arrive dans le couvent bourguignon où il séjourne après avoir atteint la Curie à Lyon61, ou quand il raconte les oppressions subies par les prêcheurs circulant dans les villes lombardes d’obédience impériale, que les autorités faisaient fouiller par crainte de fausses lettres, vers la fin de la décennie 124062.

Au niveau de la narration : une interférence limitée

  • 63 Sur les rapports du style de Saba Malaspina avec celui des Lettres, cf. supra p. 447.
  • 64 Le choix stylistique ne se fait pas seulement négativement, en fonction des capacités de l’auteur, (...)

71Une lecture croisée de la Chronique et des lettres antipapales (contenues dans les deux premiers livres, et surtout dans le premier) laisse apparaître un certain nombre de similarités dont la plupart s’expliquent simplement par la communauté de références culturelles, généralement bibliques, entre les différents rédacteurs. Au contraire du style d’un Saba Malaspina63, d’un Rolandino de Padoue ou d’un Matthieu Paris, le langage peu orné employé et revendiqué64par Salimbene exclut des rapprochements stylistiques prolongés avec le dictamen de la chancellerie.

  • 65 Cronica t. I, p. 481. C’est un écho à la conclusion de la lettre PdV I, 2 : Habemus enim nostre con (...)
  • 66 Galat., 5, 9. Cf. Cronica t. I, p. 508, dans le chapitre ‘de bonitatibus Friderici et sufficientiis (...)
  • 67 Isaï., 9, 14 ; 19, 15. Cf. Cronica, t. I, p. 275 : Nam in diebus Friderici, ex quo maxime ab imperi (...)

72Ces petites similitudes, pour banales qu’elles soient, ne sont néanmoins pas sans intérêt. De simples échos de la propagande impériale déformée par le camp adverse indiquent la popularité d’un thème (voluit suppeditare ecclesiam, ut tam papa quam cardinales ceterique prelati pauperes essent et pedites irent, écho direct de la fin de la lettre PdV I, 2 (1246) : Illos felices dont on retrouvera plus loin l’influence dévastatrice65). Des utilisations symétriques, contre Frédéric II, de citations bibliques employées dans les lettres impériales pour stigmatiser les adversaires de l’empereur sont des indices de leur degré de fréquence, de leur inscription dans la culture commune du temps (la stigmatisation évangélique modicum fermentum totam massam corrumpit66, ou l’expression figée d’origine biblique pour indiquer la rébellion contre l’empereur : erexit calcaneum67).

Des parallèles qui surgissent dans les discours politiques inventés par Salimbene

  • 68 Sur Hugues de Digne (mort en 1257), minister provincie de Provence vers 1238-1242, voir également l (...)

73Cette communauté d’argumentation affleure parfois plus massivement, comme dans un discours prêté par Salimbene à Hugues de Dignes, ministre franciscain de la province de Provence68. Ce dernier, fort de la protection papale, aurait tenu tête aux cardinaux à Lyon en 1248, leur reprochant leur richesse et leur corruption dans une diatribe enflammée. Plusieurs passages de ce discours tel qu’il est reconstruit par Salimbene ont des thèmes et des autorités semblables à certaines des lettres les plus célèbres du premier livre stigmatisant les agissements des papes ou des cardinaux. C’est notamment le cas du pamphlet Collegerunt Pontifices (PdV I, 1), de la circulaire antipapale invitant les nobles d’Occident à rendre l’Église à sa pauvreté première Illos felices (PdV I, 2), de la lettre d’insulte aux cardinaux Ad vos est hoc verbum (PdV I, 17), de l’encyclique impériale sur l’excommunication de 1239 Levate in circuitu (PdV I, 21) et de l’exhortation aux cardinaux et aux prélats à s’opposer au pape In exordio nascentis mundi (PdV I, 31) :

Tableau 31
LE DISCOURS ANTIPAPAL D’HUGUES DE DIGNE ET LES LETTRES DE LA CHANCELLERIE IMPÉRIALE

Tableau 31LE DISCOURS ANTIPAPAL D’HUGUES DE DIGNE ET LES LETTRES DE LA CHANCELLERIE IMPÉRIALE

74Ce travail de mise en résonance de discours placés par un sympathisant dans la bouche d’un franciscain de tendance joachimite que son idéal de pauvreté dressait en 1248 contre la Curie et d’un ensemble de lettres antipapales immédiatement antérieures (de 1239 à 1246) n’indique certes pas autre chose qu’une forte communauté d’idées étayée par des autorités identiques (les mêmes références bibliques, la même caricature du pape empilant ses deniers dans sa chambre forte).

75Mais ce type d’association, tout grossier qu’il soit, rend perceptibles les convergences entre le camp pro-impérial et une partie des courants religieux réformateurs les plus importants de l’époque, convergences dont les raidissements successifs de l’orthodoxie franciscaine ont ensuite effacé les traces. La tension à l’intérieur de l’ordre franciscain avait conduit précisément à cette époque Élie de Cortone, ministre général déposé dans des circonstances troubles en 1239, à prendre le parti de Frédéric II. Une fraction des mineurs s’était donc rangée derrière Frédéric II, et une autre, sensible aux accusations de corruption portées contre la cour papale, hésitait probablement.

4.2.1.2. Les vecteurs formels de l’expression politique documentés par la Chronique et les Lettres : la satire, la chanson, la musique

76Un autre groupe de parallèles affleure discrètement, non plus dans l’écriture de Salimbene, mais dans un ensemble de textes d’origine et de forme très différentes charriés par sa Chronique : des poèmes rythmiques de facture goliardique dont il était grand amateur, et qui présentaient, pour lui, comme certainement pour un public lettré assez large, d’évidentes facilités de mémorisation.

  • 69 Le point sur les confusions entre le primat d’Orléans, l’archipoète allemand et autres goliards ang (...)

77On sait que divers poètes du xiie siècle et du xiiie siècle, dont les plus célèbres sont dans l’ordre chronologique Hugues d’Orléans, la figure mythique de l’archipoète rhénan, un autre rhénan mystérieux, enfin Henri d’Avranches, ont porté le nom de Primat. Salim-bene confond le premier et l’un des trois suivants (ou les trois ?)69. Il présente sous ce nom générique un certain nombre de compositions, adressées à l’archevêque de Cologne et en circulation en Italie dans les années 1230, tournant généralement autour de l’éloge du vin et de la luxure.

78À la mordante mais un peu mystérieuse envolée du passage du pamphlet Collegerunt pontifices où le dictator accuse Grégoire IX de parler après boire grece, latine et hebraice, un petit quatrain recopié par Salimbene apporte un début d’explication :

Tableau 32
MOTIFS DES CHANSONS CONTEMPORAINES ET DES PAMPHLETS PRO-IMPÉRIAUX

Tableau 32MOTIFS DES CHANSONS CONTEMPORAINES ET DES PAMPHLETS PRO-IMPÉRIAUX
  • 70 Salimbene, Cronica (= Scalia 1966), t. I, p. 122.

79Toujours dans le même ensemble textuel, le pape a craché son venin, conceptum virus evomuit contre l’empereur vers la fin de Levate in circuitu, tout comme le poète, parlant burlesquement contre lui même, (Sum locutus contra me quicquid de me novi / et virus evomui quod tam diu fovi70).

La chanson sous la lettre : Collegerunt pontifices et le rythme de la satire politique

80Ces parallèles ne mériteraient pas d’attention plus particulière que les précédents si l’analyse de la première lettre de la collection, Collegerunt pontifices (PdV I, 1) ne mettait en relief l’existence d’un hypotexte (ou d’un texte alternatif, on hésite sur le terme juste) rythmique parcourant certaines parties du pamphlet, comme le montre le fragment suivant, avec ses longues séquences rimées :

Tableau 33
UN HYPOTEXTE RYTHMIQUE DU PAMPHLET COLLEGERUNT PONTIFICES ?

Tableau 33UN HYPOTEXTE RYTHMIQUE DU PAMPHLET COLLEGERUNT PONTIFICES ?
  • 71 Cité par Salimbene, Cronica, t. I p. 109.

Note 71

  • 72 Sur les poèmes latins rythmiques attribués à Pierre de la Vigne, cf. Huillard-Bréholles 1865 p. 402 (...)
  • 73 Il s’agit principalement des lettres PdV I, 1 (Collegerunt pontifices) et PdV I, 17 (Ad vos est ver (...)

81Cette découverte prouve l’existence de communautés étroites entre des exercices de composition rythmique en apparence purement littéraires (mais qui en fait portent souvent une charge politique à cette époque), bien connus à la cour impériale, dont quelques pièces attribuées à Pierre de la Vigne et à Terrisius d’Atina ont laissé des vestiges72, la poésie rythmique internationale répercutée dans le texte de Salimbene, et les modes de composition de certaines des lettres les plus célèbres de la propagande antipapale. Tout se passe comme si les procédés de décomposition et de recomposition de la poésie métrique « noble » dans les lettres graves étaient relayés, au niveau du pamphlet (un genre certes particulier dans l’ensemble des Lettres73), par des procédés analogues appliqués à la poésie rythmique.

  • 74 Cronica, t. I, p. 108-109.
  • 75 Guyotjeannin 1995 p. 98-100, reprenant Baird-Baglivi 1977. Le texte cité par Salimbene est celui d’ (...)

82L’octosyllabe avec de fréquentes intrusions d’heptasyllabes qui se devine dans l’hypotexte de Collegerunt n’est peut-être pas le vers rythmique le plus courant conservé dans les manuscrits, mais il est préférentiellement utilisé pour les chansons, les échanges un peu vifs, la récitation de proverbes, dans la communication orale des jongleurs ou des truffatores rencontrés par Salimbene. C’est celui de la composition parodique de Boncompagno sur le mouvement religieux de l’Alléluia74et des vers échangés entre le jongleur et Innocent III, dont Olivier Guyotjeannin, après Baird et Balivi, reprend l’analyse75. Cette imbrication de formes rythmiques attestées comme supports de l’improvisation poétique et de la forme épistolaire entre elles au niveau de pamphlets diffusés par la chancellerie parallèlement à la circulation de lettres plus officielles indique un premier niveau de communication et de propagande alternatif qui participe à la fois de la récitation orale et de la composition écrite, et forme un lien entre la lettre et la chanson.

  • 76 On comparera avec la forme des chansons italiennes citées au fil de la plume par Salimbene, Cronica(...)
  • 77 Cronica, t.I, p.242 : Hic dictus est Iacobus Torrellus, qui et ipse proverbium suum solitus erat di (...)

83Elle suggère très concrètement un mode de performance possible – satirique et plaisant – pour ce pamphlet par excellence qui ouvre les Lettres de Pierre de la Vigne76. Ce serait là comme le premier degré d’un passage de la diffusion nécessairement restreinte des lettres sous leur forme première, trop complexe pour pouvoir être comprise par des semilitterati, à une diffusion plus large, susceptible d’atteindre le public noble ou urbain friand de compositions poétiques (mais il est vrai plutôt en langue vulgaire), voire, sous la forme de chansons ou de proverbes qui sont leur propre forme de circulation de la nouvelle politique, les rustici illiterati. Salimbene mentionne d’ailleurs à propos de ces derniers dans un passage de sa chronique l’interprétation pour le moins directe d’un proverbe du type asinus asinum fricat appliqué au conflit entre l’empire et la papauté77.

Une réception sociale par paliers : niveaux de langues, niveaux de sens

  • 78 Pour la bibliographie, considérable, renvoyant à ce problème cf. en dernier lieu Stürner 2000 p. 36 (...)

84La mise en évidence de ces paliers de communication n’équivaut néanmoins pas à l’ouverture d’une avenue entre les supports strictement épistolaires de l’information et la littérature politique des poésies de tout genre. Il faut distinguer entre les chansons en langues vulgaires (italien, occitan, français ou allemand78) obéissant à des genres très liés entre eux mais bien particuliers, et nettement séparés de la plupart des compositions latines, et les poésies ou chansons composées dans un latin plus ou moins sophistiqué.

  • 79 Shepard 1985, p. 109-140.
  • 80 Cf. les remarques éclairantes de Faral 1924 passim sur les adaptations dans les grands romans du xi (...)

85La diffusion des thématiques et du contenu des lettres sous forme de chanson a été jusqu’à présent principalement envisagée à travers le lien entre les lettres politiques du type de celles contenues dans les deux premiers livres et la littérature des chansons politiques occitanes. Les rapprochements opérés par Laurie Shepard ne semblent guère concluants79. Les thèmes très généraux de soutien à l’Empire ou d’opposition à l’Église, l’utilisation massive de figures rhétoriques sophistiquées sont communes à la rhétorique poétique de l’ensemble du Moyen Âge80. Leur présence, instructive, ne saurait compenser l’absence d’imitation directe de fragments lexicaux contenus dans les Lettres analogues à ceux qui se retrouvent dans certains passages de chroniques. Cette relative imperméabilité entre la littérature latine et ces littératures poétiques vulgaires sophistiquées du premier xiiie siècle se retrouve finalement aussi bien au niveau des sirventes, des tençones, que de la poésie courtoise sicilienne entretenue à la cour de Frédéric II.

  • 81 Ces poésies sont calquées, comme une bonne partie de la littérature rythmique, sur des hymnes. Dans (...)
  • 82 Albert Behaim, Brief – und Memorialbuch (éd. Frenz-Herde), n° 97, 98, 99, et six hexamètres léonins (...)
  • 83 Faute de place pour une analyse extensive, je renvoie aux riches notes de l’édition MGH récente (20 (...)

86En revanche, les liens évidents de cette littérature politique poétique latine avec la production et l’exécution musicale81peuvent être établis sans problème, ne serait-ce qu’à cause de la conservation, grâce à la chronique d’Albert Behaim, des poèmes rythmiques à mi-chemin entre la littérature satirique, la littérature prophétique et l’hymnologie composés en 1248, en mémoire de la retentissante défaite de Frédéric II devant Parme (Vexillum victorie Parma ferens gaude ; Pange lingua gloriam prelii felicis ; Conpellit immanitas Friderice pestis82), riches de jeux d’annominationes sur le nom de Frédéric et des cités lombardes, de citations bibliques et de toutes sortes d’échos à la rhétorique des lettres, mais aussi aux prophéties joachimites alors en circulation, dont les rapports avec les lettres issues de la mouvance impériale vont maintenant nous arrêter83.

4.2.2. Les prophéties, amplificateur potentiel des lettres impériales

  • 84 Sur le succès et l’importance du joachimisme au xiiie siècle, cf. Reeves 1969, et à présent les div (...)

87La littérature prophétique d’origine joachimite en circulation en Italie – mais aussi dans le reste de l’Occident – par l’entremise des réseaux mendiants et des nouvelles communautés religieuses ouvertes sur le monde laïc, entretient en effet des liens étroits avec certaines caractéristiques des lettres déjà croisées dans la seconde partie. Elle a la particularité d’être à la fois un des genres littéraires en relation avec les lettres, dont la conservation aléatoire masque sans doute en partie la très grande diffusion84, et un modèle de lecture qui en fournit une explication et donne une idée de la réception qui a pu en être faite dans certains milieux.

88La présentation dans la seconde partie de l’utilisation que les dictatores faisaient de la technique de la transumptio, cet usage spectaculaire de figures métaphoriques importé dans le domaine rhétorique à partir de l’exégèse, permet de préciser les liens des techniques de composition des Lettres avec les modes de lecture à plusieurs niveaux de sens caractéristiques du Moyen Âge, dont la lecture exégétique est l’archétype. Mais quel genre d’écho ce principe d’ornementation et d’élaboration cultivé en milieu lettré trouvait-il chez les récepteurs des lettres politiques de Frédéric II ?

89Cette interrogation ne peut pas recevoir de réponse univoque, mais un matériel assez abondant permet de se faire une idée des associations de sens qui pouvaient venir à l’esprit de certains des auditeurs à la lecture ou à l’audition de certains passages des lettres.

4.2.2.1. La formalisation du langage prophétique et les techniques des lettres

  • 85 Sur ces Distinctiones theologice, Dahan 1999, p. 53-55, avec une traduction et une analyse d’introd (...)

90Les maîtres bolonais de la fin du xiie siècle importèrent de France, en plus des artes poetrie alors en vogue, des traités théologiques d’inspiration chartraine comme celui d’Alain de Lille où Bene a peut-être trouvé les matériaux d’une de ses définitions de la transumptio. Les clercs français élaboraient alors des instruments de travail adaptés aux nouvelles formes que prenait la prédication, avec le développement du sermo modernus et de ses techniques de composition standardisées. Le même Alain de Lille a laissé des Distinctiones theologice. Il s’agit d’un catalogue commenté de termes bibliques fondamentaux et de leurs significations exégétiques les plus importantes, qui peut servir de sésame pour pénétrer les divers niveaux de sens des termes bibliques réemployés dans les lettres. Ils sont le reflet d’une culture standard d’assez grande qualité que pouvaient partager des religieux se destinant à la prédication et certains autres clercs vers 1250, et qui imprégnait un public plus ou moins large à travers le filtre de la prédication85.

La transumptio et l’annominatio : des outils de construction du discours communs à la lettre, au sermon et à la prophétie

  • 86 Distinctiones, c. 696 : Ala, proprie, ut ibi : Jerusalem, quotiens volui congre-gare filios tuos. D (...)

91La lecture de quelques-unes des entrées les plus évocatrices (par exemple celles qui concernent les motifs classiques de transumptiones animales, comme l’aigle) fait comprendre que la plupart de ces symboles étaient polysémiques, leur interprétation dépendant des chaînes de contexte créées à la fois par les niveaux d’exégèse et par leur inscription dans un passage précis à commenter. Ainsi, aquila peut-il être un symbole aussi bien du diable que du Christ ; ala, l’aile, de l’orgueil, comme de la pitié (la formule sub umbra alarum tuarum, adaptée à la rhétorique impériale, est nommément glosée) ; la tour, turris, de la superbe ou de la circonspection86.

  • 87 Distinctiones, c. 862 : Monile, proprie. Dicitur etiam predicator (...) Dicitur virtus (...). À com (...)
  • 88 Hic est de quo Ezechielis verba proclamant, ‘aquila grandis magnarum alarum longo ductu membrorum, (...)

92Généralement, l’intention des rédacteurs des lettres est suffisamment claire pour ne pas laisser de place à l’ambiguïté sur le choix à opérer dans cette classification polysémique pour comprendre le sens auquel ils se référaient. Ainsi les colliers (monilia) qui décorent la fidélité de Viterbe symbolisent-ils en fait ses vertus87, et on se doute que l’interprétation de Frédéric II par l’aigle, de la part de la chancellerie impériale, renvoyait plutôt au Christ qu’au diable. Reste que si une interprétation obvie relativement traditionnelle des images proposées ne pouvait par la force des éliminations logiques (dans la logique particulière de ce jeu de références) que se dégager à première lecture dans une majorité des cas, un auditeur lettré et mal intentionné, ou différemment intentionné, pouvait tirer un sens très particulier de l’évocation de l’empereur sous l’apparence de l’aigle aux ailes déployées dont parle Ézéchiel, dans le panégyrique de Frédéric II PdV III, 4488.

Des interprétations linguistiques orientées par la politique

93L’amplitude donnée à la réinterprétation de motifs ouverte par la multiplicité des niveaux d’interprétation peut se lire dans certains points de fixation de la littérature (polémique ou non) de l’époque, par exemple les jeux sur le nom cultivés par la chancellerie impériale, tant pour les villes que pour les hommes. La décomposition du nom de l’empereur se fait sur un mode satirique mais plaisant, dans le cas de la troisième incarnation de l’archipoète, Henri d’Avranches, en visite à la cour impériale dans la seconde moitié de la décennie 1230, qui profite de ses connaissances en allemand pour proposer un jeu sur l’étymologie d’heureux augure du nom :

  • 89 Winkelmann 1878, p. 489 (troisième poème, v. 80-85). Henri d’Avranches, qui fut peut-être l’archipo (...)

Sit pro teste michi nomen Frethericus amicum !
Est abhidenba fides rationi nominis hujus
Compositi Fretherich : duo componencia cujus
Sunt Frithe – rich, ‘Frithe’ quid nisi pax ‘Rich’ quid nisi regnum
Ergo per endiadin Frethericus quid nisi vel ‘rex
pacificus’, vel ‘regia pax’
89 ?
(Que m’en soit donc témoin le nom ami de Frédéric !
Il faut ajouter foi à la logique de son nom
Composé, Fretherich : ses deux composants
Sont Fritherich, ‘Frithe’, qu’est-ce sinon la paix, et ‘rich’, qu’est-ce si non le royaume
Et donc par endiadin (= un à travers deux), Fretheric, qu’est-ce, sinon ‘roi Pacifique’, ou ‘paix royale’ ?)

alors que les compositeurs des poèmes à l’occasion de la défaite de Parme pratiquent une annominatio par dérision du nom mordante :

  • 90 Albert Behaim, Brief – und Memorialbuch, (éd. Frenz-Herde 2000), n° 100 p. 407, l. 13-16.

Frede- fremunt dentes ridendi more carentes
Sui.
Sonat -ricus quod sit derisus iniquus.
Frede- preit, sequitur -ricus, per que repetitur
Quod finem bricum sibi
principium dat iniquum90.
(Frede-, ses dents risibles frémissent en manquant de décence -ricus, veut dire que le tyran sera moqué !
Frede-en premier lieu, et suit -ricus, par lequel on répète Qu’un commencement inique donne une fin honteuse.

  • 91 Dans les Lettres, les développements les plus proche de la glose d’Henri d’Avranches sur le nom de (...)
  • 92 Traduction : « Grincer des dents est le propre des bêtes fauves, c’est se mouvoir par un mouvement (...)
  • 93 Sur l’utilisation de l’image/idée de la bête irrationnelle dans la rhétorique anti-impériale, cf. G (...)

94Aucune de ces deux interprétations du nom n’est gratuite ou ne repose sur une simple logique de calembour. La première rejoint vraisemblablement une étymologie officiellement en vigueur à la cour91, et la seconde tire ses racines d’une interprétation de plusieurs passages bibliques sur la damnation des pécheurs qui justifient une entrée ‘fremere’ dans les distinctiones d’Alain de Lille : [c. 798] : Fremere proprie ferarum, est irrationiabili ire motu moveri, unde in Psalmo : quare fremuerunt gentes ? Id est irrationabili motu ire moti sunt in sanctos. Signat horrere, und solet dici : Totus animus illius fremebat, id est horrebat vel timebat92. Frédéric est assimilé à la bête sauvage, la rationalité censée présider à l’ensemble des actions impériale ne peut être niée de plus belle manière93.

95On voit donc se dégager plusieurs niveaux d’interprétation à partir d’une communauté de modes d’explications fondés sur un matériel de départ relativement uniforme (la bible et les classiques poétiques latins) et bien connu par les élites lettrées, mais dont les possibilités d’interprétation sont si vastes qu’elles laissent place à toutes sortes de réaménagements en fonction des options politiques et de la culture du récepteur du document épistolaire.

96Sans doute la majorité d’entre ces derniers n’attachait-elle qu’une attention de routine à cette symbolique des transumptiones, porteuse d’un sens important mais consacré ; mais la reconnaissance plus ou moins complète des logiques du système donnait latitude à la majeure partie des clercs de sélectionner des éléments leur permettant d’orienter la lecture et la rédaction d’une éventuelle réponse, conformément à leurs opinions politiques et à l’orientation qu’ils voulaient donner à la lettre, dans le cadre même du système de référence général.

Des orientations politiques en rapport avec la sensibilité religieuse

97Pour certains milieux sociaux aux aspirations bien particulières, tels les Franciscains de tendance joachimite comme Salimbene, ces métaphores étaient toutefois susceptibles de lectures bien différentes, et probablement porteuses d’un poids plus grand, dans la mesure où, directement reliées au langage de la prophétie, elles indiquaient les signes d’une apocalypse en voie d’avènement.

98Salimbene n’est pas avare de citations d’autorités prophétiques alors en vogue, montrant son imprégnation par cette littérature, comme les prophéties mises sous le nom de Merlin et de la Sibylle. Même dans son utilisation de sources plus orthodoxes, il applique une lecture joachimite à la vie de Frédéric II. L’extrait suivant montre qu’il pratique en fait le mélange de ces deux catégories de textes, qui n’en font qu’une pour lui :

  • 94 Chronica (éd. Scalia 1966), t. I, année 1248, p. 347

De vita vero imperatoris Friderici, quod terminetur secundum Ysaiam, sic habes, ubi loquitur de onere Tyri, Ys. XXIII : Ecce terra Chaldeorum, talis populus non fuit. Assur fundavit eam. Et infra post pauca. Et erit : In die illa in oblivione eris, o Tyre, lxx annis sicut dies regis unius. Nota quod in verbis istis abbas Ioachim pro terra Chaldeorum Romanum intelligit et sumit imperium, pro Assur ipsum Fridericum imperatorem, pro Tyro Siciliam, pro diebus regis unius totam vitam Friderici, pro LXX annis terminum vite a Merlino taxatum94.
(Quant à la vie de l’empereur Frédéric, déterminée d’après Isaïe, tu l’as, là où il parle du fardeau de Tyr, Isaïe XXIII : Voici la terre des Chaldéens, un tel peuple ne se trouva jamais. Assur l’a fondée. Et en dessous, peu de versets plus loin. Et il sera. Dans ces jours tu seras en oubli, ô Tyr, soixante-dix ans, comme les jours d’un seul roi. Note que par ces même paroles, l’abbé Joachim a compris Empire romain pour terre des Chaldéens, et Assur proprement dit pour l’empereur Frédéric, pour Tyr la Sicile, pour les jours de la vie d’un seul roi toute la vie de Frédéric, pour les soixante-dix ans la limite de la vie fixée par Merlin).

  • 95 Témoigne de cette circulation prophétique dans les années 1240 la présence de prophéties politiques (...)

99L’interprétation de l’histoire contemporaine selon une lecture joachimite d’Isaïe propose un certain nombre de concordances (Fridericus = Assur ; Tyrus = Sicilia ; Chaldei = imperium romanum ; Onus Tyri = malédiction sur la Sicile) à partir desquelles le lecteur doit s’efforcer de faire coïncider les deux plans de la prophétie et de sa réalisation dans l’histoire. Or dans les années 1230-1250, cette lecture prophétique avait connu une telle expansion qu’elle avait engendré une littérature pseudo-joachimite, qui commençait alors à circuler en Italie et en Europe95, et dont la connaissance est nécessaire pour interpréter certains passages des lettres et comprendre les idées que pouvaient en avoir leurs récepteurs.

4.2.2.2. La réception des transumptiones des Lettres à travers une lecture prophétique

  • 96 Holder-Egger, 1890, 1905, 1908. Sur les lectures joachimites du règne de Frédéric II, cf. Lerner 19 (...)

100La plupart des prophéties subsistantes, élaborées sous leur forme définitive par couches successives entre les dernières années du règne de Frédéric II (1245-1250) et les mois qui suivirent la mort de Conrad IV (1254-1255), ont été éditées par Holder-Egger entre 1890 et 1908, à partir de diverses sources, dont la chronique de Salimbene96. Elles sont toutes d’un grand intérêt pour les historiens de Frédéric II. Deux longs textes en prose qui se détachent sur un fond de prophéties versifiées forment de véritables guides exégétiques joachimites, qui sont parmi les sources apocalyptiques les plus spectaculaires du xiiie siècle.

Les prophéties sur Frédéric II, mécanismes et circulations

  • 97 Vaticinium Sibillae Eritheae, version la plus ancienne éditée dans Holder-Egger 1890, p. 151-177, c (...)

101La prophétie de la Sibylle Erythrée, connue sous une forme courte plus ancienne et sous une forme ultérieure réaménagée pour tenir compte de l’évolution de la situation et faciliter la lecture du texte, est une description codée de l’histoire universelle depuis la chute de Troie. Elle fait intervenir un bestiaire de type apocalyptique pour décrire le combat des puissances annonçant la venue de l’Antéchrist97. Le résumé des années précédant la venue du Christ donne une idée des procédés de correspondance :

  • 98 Holder-Egger 1890, p. 159.

Erunt itaque Danay [= les Grecs] illorum iugo subpositi, quos profugos agitarant [les Romains]. Exinde duo leones fortissimi aput Campos Emathios concertabunt [César et Pompée à Pharsale], unusque superrugiet altero devorato. Inde taurus pacificus sub leni mugitu mundi climata sub tributo concludet [= Auguste]. Cuius diebus agnus celestis veniet [= Christi], de quo inferius distinguemus98.
(Et les Danaens seront ensuite soumis au joug de ceux qu’ils avaient contraints à la fuite. Puis, deux lions des plus forts lutteront dans les Champs d’Émathie, et l’un rugira plus fortement que l’autre, qu’il dévorera. Enfin, le taureau pacifique de son doux mugissement enfermera les climats du monde sous son tribut. En ces jours l’agneau céleste viendra, dont nous distinguerons (les particularités) plus bas.)

  • 99 PdV I, 1(Collegerunt...), conclusion : Alioquin leo noster fortissimus, qui simulat hodie se dormir (...)

102Mieux qu’une longue démonstration, ce court paragraphe qui entre fortement en résonance avec la fin de Collegerunt pontifices (PdV I, 199), permet de comprendre quel genre de représentation mentale et de complexes d’images le mélange de citations lucaniennes (Campos Emathios) et de transumptiones animales présent dans les Lettres pouvait provoquer dans l’esprit du lecteur imprégné par cette littérature. La venue au monde de Frédéric II est ainsi décrite :

  • 100 Holder-Egger 1890, p. 165-166.

Et veniet aquila [= Frédéric] habens capud unum et pedes LX [= soixante ans de règne], cuius color sicut pardi, pectus sicut vulpis et cauda sicut leonis, et dicet pax ut pacifice capiat. Mamillis sponse agni lactabitur [= pupille de l’Église], usque dum accrescat ei capud maius in Eneaden [= Rome] terciumque minus [= royaume de Jérusalem], eruntque sibilantia a Germanicis usque Tyrum [= Sicile]. Et dabitur ei gallina una ex Mauris [= Constance d’Aragon] alteraque orientalis [= Isabelle de Brienne], et duo pulli, ex quibus vorabit unum, set reviviscet, sicut inferius distinguemus [= Henri VII]. Et tercia gallina Britannica [Isabelle d’Angleterre], parietque pullum et iterum et iterum. Et quarta Germanica, que pariet pullum et iterum. Et quinta Gallicana, de qua inferius distinguemus100.
(Et viendra un aigle ayant une tête et soixante pieds, dont la couleur est celle du léopard, la poitrine comme celle d’un renard et la queue comme celle d’un lion, et il dira ‘paix’ pour prendre pacifiquement. Il sera nourri aux mamelles de la fiancée de l’agneau, jusqu’à ce qu’il croisse, il aura pour tête majeure Eneas, et une troisième plus petite, et elles siffleront depuis la Germanie jusqu’à Tyr. On lui donnera une poule issue des Maures, une autre de l’Orient, et deux poussins, dont il dévorera l’un et il revivra, ainsi que nous le préciserons plus loin. Et la troisième poule, de Bretagne, lui engendrera un poussin, et ainsi de suite. Et la quatrième sera allemande, et lui enfantera un poussin, et ainsi de suite. Et la cinquième, gauloise, comme nous le préciserons plus bas...)

  • 101 Ibid., p.168 : Hinc Trinacris requies aquile, donec veniat gallicana gallina Oculos eius morte clau (...)
  • 102 Cf. éd. Grundmann-Heimpel 1958, p. 104-123. On mettra en relation la présence récurrente de ce best (...)

103Sont ensuite successivement énumérées ses actions en Italie et ailleurs, jusqu’à sa mort glosée par le célèbre sonabit et in populis, ‘vivit, non vivit101’. Les encodages animaux relativement simples de cette lecture prophétique étaient extrêmement répandus, et peuvent être mis en rapport avec tout un ensemble de littérature satirique qui s’étendrait au moins jusqu’au Pavo figuralis d’Alexandre de Roes, dans la décennie 1270102.

Une culture prophétique utilisée par les deux camps

  • 103 La lettre a été publiée par Kloos 1954a, p. 169-170. Pierre répond au rédacteur d’une lettre précéd (...)

104Du vivant ou peu après la mort de Frédéric II, ces jeux symboliques étaient cultivés tant par les partisans que par les adversaires de l’empereur. Kloos a mis en évidence la tonalité joachimite d’une lettre de Pierre de Prezza composée à l’époque de la mort de Frédéric II par ce futur protonotaire de Conradin103. Holder-Egger montre dans ses analyses qu’il est facile de reconstituer le moment où les différentes versions des Prophéties de la Sybille deviennent de véritables prophéties et non de simples commentaires du passé, quand elles cessent d’être compréhensibles pour l’historien, ce qui indique que l’on passe d’une relecture prophétique de l’histoire passée à un ensemble de prophéties qui se révèlent sans rapport avec la réalité.

105L’histoire mouvementée de la fin de la lignée masculine des Hohenstaufen et de la revendication de leur héritage par la maison royale aragonaise a prolongé l’utilisation de ces références jusque parmi les dictatores de l’époque des Vêpres siciliennes qui ont écrit un diptyque de lettres de défi échangées entre Charles d’Anjou et Pierre d’Aragon après les Vêpres. La réponse aragonaise, écrite selon Müller par le vieux Pierre de Prezza, se termine ainsi :

  • 104 Dans l’édition Iselin, cette lettre est comptabilisée sous le numéro PdV I, 39, p. 224-229, en tant (...)

Sic potenter cum nostris victricibus insigniis veniemus, quod te et prolem tuam de facie terre delebimus et leonem qui pullos Aquile interficiens deplumabat, sic nostri draconi interficiemus morsibus toxicatis, quod de eo non erit amplius mentio super terram. Tunc scies quid Arragonum dextera possit, et quid tibi profuerit regum interitus et effusio sanguinis innocentum, sceleste104 !
(... nous viendrons dans une telle puissance avec nos insignes victorieux, que nous te détruirons, toi et ta descendance, de la face de la terre, et le lion qui déplumait les poussins de l’aigle en les tuant, nous le détruirons de telle sorte par les morsures empoisonnées de notre dragon, que de toi il ne sera plus fait ultérieurement mention sur la terre. Alors tu sauras ce que peut la dextre des Aragonais, et ce que t’aura valu d’avoir tué des rois, et répandu un sang innocent, scélérat !)

Le moule isaïen de la prophétie politique

  • 105 Holder-Egger 1908, p. 139-187.
  • 106 Isaïe, 13-22.
  • 107 Cf. par exemple la section Onus Egypti, pour la France (Holder-Egger loc. cit. p. 140-141) : Quanta (...)

106À ces témoignages sur la puissance d’évocation des transumptiones animales et autres métaphores chargées de force prophétique, il faut superposer tout le poids du second système d’encodage prophétique fourni par la littérature pseudojoachimite, contenu dans le Liber de oneribus105, composition adaptée des malédictions adressées par Isaïe aux différents peuples proche-orientaux (onus Babylonis, onus Damasci , onus Aegypti...106), dans laquelle chaque entité politique de l’Europe occidentale, l’Église et certaines catégories particulières de la population du xiiie siècle se voient assigner une concordance avec une malédiction isaïenne selon le schéma suivant107 :

Tableau 34
ÉQUIVALENCES PROPHÉTIQUES ENTRE LES PEUPLES DES PROPHÉTIES ISAÏENNES ET LES ENTITÉS ETHNIQUES, POLITIQUES OU SOCIALES DU xiiie SIÈCLE

Tableau 34ÉQUIVALENCES PROPHÉTIQUES ENTRE LES PEUPLES DES PROPHÉTIES ISAÏENNES ET LES ENTITÉS ETHNIQUES, POLITIQUES OU SOCIALES DU xiiie SIÈCLE
  • 108 Le concept de Ligurie est encore appliqué au xiiie siècle à un ensemble géographique couvrant à la (...)

Note108

107C’est donc naturellement que les routes du nord par lesquelles surgissaient les envahisseurs proche-orientaux du royaume de Juda dans l’antiquité devinrent dans les prophéties médiévales l’aquilon dont descendaient pour la ruine de l’Italie les différentes manifestations (dynastiques) du mal incarné par les Staufen, Frédéric Ier, Henri VI, Frédéric II, Conrad IV, Conradin :

  • 109 Loc. cit., p. 173.
  • 110 L’identité de ce personnage est, au moins pour moi, mystérieuse, même si c’est comme me le fait rem (...)

Contra Liguriam : Adversus Philistiim.
Ne leteris, omnis Phylistea tu, quia etsi ad horam virga percussionis atteritur, necesse est ut versa vice undique Liguria conteratur. De radice inquit colubri previi Frederici, egredietur regulus alius, scilicet Fredericus, cuius semen – Fredericus tertius iuxta Raynerium – super bos populos absorbebit. Ab aquilone inquit, Germanie, fumus veniet, et non erit qui effugiat agmen eius. Quia vero Phylistea in quinque regulos scinditur, videtur quod et confines eius – Tusci, quilibet, ad ultimum confringentur. Volabunt, inquit, Phylistim per mare, simul et predabun tur filii orientis
109.
Contre la Ligurie (La Lombardie) : contre les Philistins.
Ne te réjouis pas, ô toi tout Philistin, car même si pour l’instant la verge de la persécution est foulée aux pieds, il est nécessaire que par retour de fortune la Ligurie soit écrasée de toute part. De la racine, dit-il, du serpent précédent, Frédéric, sortira un autre serpent-roitelet, c’est-à-dire Frédéric, dont la semence – le troisième Frédéric selon Raynier110– absorbera les peuples orgueilleux. De l’Aquilon, dit-il, de la Germanie, viendra une fumée, et personne ne pourra fuir son armée. Car vraiment le Philistin se scinde en cinq serpents-roitelets, et il paraît que ces confins, les Toscans, tous enfin, seront brisés à la fin. Ils voleront, dit-il, les Philistins, sur la mer, et les fils de l’Orient feront alors leur butin.

  • 111 Potati de ‘calice Babilonis’ (Jerem., 51, 7), posse vestrum quod contra nos-tram potentiam non poss (...)
  • 112 Cf. Stürner 2000, p. 387 pour les accents messianiques dans la correspondance entre Frédéric II et (...)
  • 113 PdV III, 44. Cf. extraits de cette lettre supra p. 146-147 et 438-439.

108On imagine sans peine comment les nombreux passages des lettres politiques de Frédéric utilisant ces images dangereuses de l’aquilon pouvaient être interprétés par des clercs imbus de ces idées. Une lettre telle que PdV II, 8, extrêmement offensive, adressée au sénat et au peuple romain en 1242, saturée de références isaïennes111, mais aussi la lettre PdV II, 56, adressée par les Viterbiens à Frédéric et implorant sa venue112, tout comme l’éloge de Frédéric II par Pierre de la Vigne du troisième livre (PdV III, 44), doivent être lus en fonction de cet encodage113.

109L’usage volontairement abondant par la chancellerie impériale de références prophétiques isaïennes a certainement contribué à accroître ces effets de réception, dont il est difficile de savoir à quelles parties de la population (et de l’Europe) ils s’étendaient, mais dont l’importance ne doit pas être minorée, dans l’ambiance électrique de la décennie 1240.

Une lecture ouverte à partir des lettres impériales pour les contemporains

110À partir du témoignage de Salimbene, un certain nombre de données susceptibles d’aider à replacer les lettres dans le système de communication européen du second quart du xiiie siècle ont été dégagées. Des paliers, parfois inattendus, vers d’autres formes de communication en fait voisines par certaines de leurs caractéristiques, ont été mis en évidence. Il s’agit de la chanson satirique pour certaines lettres, du commentaire d’actualité prophétique pour un plus grand nombre d’entre elles. Ce qui retient surtout l’attention, ce sont les modalités d’une réception à plusieurs niveaux de certains aspects les plus remarquables de leur rhétorique, comme la transumptio, à la fois en fonction de la culture de leur auditeur, mais surtout de ses intentions. La polysémie des termes permet de retourner l’argumentation ou l’image en fonction de ses besoins, et de son horizon d’action et d’attente, religieuse et politique.

4.3. LA RÉCEPTION CONTEMPORAINE DE LA RHÉTORIQUE POLITIQUE DES LETTRES : AUTOUR DE MATTHIEU PARIS ET EUDES DE CHÂTEAUROUX

111Au-delà des simples communautés de thèmes, de genres ou de motifs qu’elles partageaient avec l’ensemble de la culture contemporaine, et des résonances plus profondes qu’elles pouvaient entraîner en fonction de l’orientation culturelle particulière de leurs récepteurs, les lettres de Frédéric II, construites en fonction d’objectifs de propagande précis, ont exercé une action politique directe sur les autorités politiques auxquelles elles étaient destinées. Il doit donc être possible de prolonger cette réflexion sur les conditions culturelles de la réception de ces documents en passant de l’analyse de leurs liens avec la culture de leurs récepteurs, à l’étude directe de leur impact, à condition de trouver dans la littérature contemporaine des documents enregistrant avec suffisamment de précision les étapes de cette réception.

112C’est paradoxalement dans une région a priori excentrée par rapport au centre italien de lutte entre l’Empire et la Papauté, le royaume d’Angleterre, que se trouvent les documents susceptibles de livrer les indices les plus nombreux.

  • 114 Sur les rapports entre l’inféodation de l’Angleterre à la papauté et les activités des Italiens dan (...)
  • 115 Cf. Petit-Dutaillis 1971, p. 326-329 ; Harding 1993, p. 275-294.

113Le paradoxe n’est qu’apparent, tout d’abord parce que les liens entre l’Angleterre et l’Italie, en particulier la Curie mais aussi la cour impériale de Frédéric II, étaient extrêmement étroits. À partir du moment où Jean sans Terre avait juridiquement inféodé son royaume au Saint Siège en 1213, il était devenu pour les agents pontificaux à la recherche de bénéfices et de subsides un terrain d’élection114. Pendant tout le xiiie siècle, des légats, des clercs et des banquiers italiens, en étroite alliance les uns avec les autres, mirent l’Angleterre en coupe réglée, à tel point que le malaise social causé par les relations entre l’Église romaine et la population fut une des grandes causes de l’explosion sociale des années 1258-1265 et de la grande révolte des barons115.

  • 116 Stürner 2000, p. 309-316. Sur les liens tissés à cette occasion entre les cours anglaise et impéria (...)
  • 117 Ibid., p. 224-227.

114Or Frédéric II, qui s’était d’abord appuyé sur leurs rivaux capétiens pour asseoir son pouvoir en Allemagne dans sa jeunesse, avait esquissé une politique de rapprochement avec les Plantagenêts qui avait trouvé son apogée dans le mariage de l’empereur avec Isabelle, fille d’Henri III, célébré en grande pompe par procuration à l’occasion d’une ambassade fastueuse de Pierre de la Vigne et d’autres grands personnages en Angleterre, puis par Frédéric lui-même à Cologne, en 1235116. Les liens entre l’empereur, le roi d’Angleterre, et leurs cours respectives, se maintinrent en dépit des perturbations causées par la crise politique générale quasiment jusqu’à la mort de Frédéric II, non sans de fructueuses opérations pour un Pierre de la Vigne dont Henri III crut bon de se ménager l’appui grâce à un fief-rente de quarante marcs d’argent, payé jusqu’à la veille de sa chute par le trésor anglais117.

115On comprend que les Italiens, si doués, qu’ils fussent pro-impériaux ou pro-papaux, pour échanger des paroles contre de l’argent, aient eu mauvaise presse auprès de la population. Cette pression financière, dans l’Angleterre des années 1239-1250, rendait les populations extrêmement sensibles à la querelle inextricable qui la motivait, et à toutes les informations qui s’y rapportaient.

  • 118 Venditelli 2001.

116L’exceptionnelle qualité de préservation de la documentation archivistique anglaise permet d’autre part d’avoir une vue plus précise qu’à partir de la France ou de l’Italie du sud des circulations d’hommes, et aussi d’informations, entre l’Italie et l’Angleterre dans les années 1220-1250118, à tel point que bien souvent, certains épisodes continentaux sont mieux éclairés par les sources insulaires que par les sources locales. Elle est enrichie par l’appoint de quelques grandes chroniques, sur lesquelles se détache sans conteste l’œuvre de Matthieu Paris.

4.3.1. L’impact de la propagande épistolaire impériale et papale à l’époque de rédaction des textes des Lettres d’après la Chronique de Matthieu Paris

  • 119 Avec une continuation jusqu’en 1259.
  • 120 Par exemple Chronica majora III, p. 520, sur les auteurs des rumeurs concernant la prétendue incréd (...)

117Moine à Saint-Albans de 1217 jusqu’à sa mort en 1259, polygraphe et artiste, Matthieu Paris est avant tout connu pour sa continuation des Flores historiarum de Roger de Wendover, les Chronica majora, que leur extension chronologique (1235-1250119) rend contemporaines de la rédaction des lettres de la summa de Pierre de la Vigne attribuables à la chancellerie de Frédéric II. Prioritairement intéressé par l’histoire anglaise, Matthieu Paris n’est avare ni d’informations ni de jugements personnels sur la querelle entre Frédéric II et Innocent IV qui provoqua un malaise certain dans le royaume insulaire en raison des pressions financières de la papauté. Ces commentaires sont remarquables dans la mesure où le personnage semble empreint d’une grande suspicion sur les agissements des deux camps, et a soigneusement pesé le pour et le contre de la propagande impériale et papale120.

4.3.1.1. L’opinion publique médiévale et la lutte de propagande des années 1237-1250

  • 121 Cf. Hilpert 1981, p. 62 et suivantes. Les principales lettres impériales sont : BF 2 910 ‘Triplex d (...)
  • 122 Par opinion, je n’entends pas une opinion publique au sens moderne du terme. Matthieu Paris ne préc (...)

118Or Matthieu Paris est particulièrement bien informé, car il a eu un accès de première main aux plus importantes des lettres papales et impériales destinées à l’Angleterre, dont il a inclus les plus remarquables dans sa chronique121. De plus, il présente la particularité d’être extrêmement sensible aux effets d’opinion122produits par l’arrivée d’informations nouvelles. La Chronique de Matthieu Paris a donc l’avantage incomparable, dans les nombreux passages où elle se trouve quasiment en symbiose avec les grandes lettres impériales des années 1240, généralement reprises dans les deux premiers livres des Lettres de Pierre de la Vigne et leurs contreparties papales, d’enregistrer les effets immédiats de leur réception en Angleterre, et parfois aussi en France.

  • 123 Cf. Sommerlechner 1999, p. 553-554. Pour une lecture de la Chronique de Matthieu Paris sous un angl (...)

119Ces témoignages ont été utilisés par tous les historiens de Frédéric II. On ne les envisagera ici que sous l’angle de la circulation des lettres et de leur impact123.

  • 124 Chronica majora III, p. 319 : Eodem anno, mense februario, venerunt apud Westmonasterium [1235] duo (...)
  • 125 Sur la participation de certains nobles français aux campagnes lombardes de 1237-38, cf. Kienast 19 (...)

120La première mention de lettres est « hors champ » par rapport aux documents contenus dans la version classique des Lettres. Il s’agit de l’ambassade de demande en mariage d’Isabelle d’Angleterre par l’empereur, en 1235, qui permet d’observer l’attention portée par le chroniqueur à l’apparence – les bulles d’or124, similaires à celles des lettres papales – des lettres impériales, et d’avoir une échappée sur le mécanisme de réception et de réponse d’une lettre impériale à la cour anglaise. La première grande séquence de lettres qui peuvent être mises en rapport avec les Lettres de Pierre de la Vigne concerne la bataille de Cortenuova (1238), avant la seconde excommunication (1239), et à l’époque où un certain nombre de nobles français ou anglais participaient volontairement à la guerre impériale contre les Lombards125.

4.3.1.2. L’effet des lettres au cas par cas : critiques et retournements d’opinion

  • 126 Chronica majora III, p. 590-608 : ‘Ascendit de mari bestia’, Epistolae seculi XIII, II, p. 646.
  • 127 La première mention de ces rumeurs, en 1238, se trouve dans Chronica majora III, p. 520 : Ejusdem t (...)
  • 128 Cf. Ascendit de mari bestia, (Epistolae selectae II, p. 646-654) vers la conclusion : Set quia minu (...)

121La première véritable remarque sur une circulation de rumeurs altérant la fama de l’empereur, à l’année 1238, n’est pas encore directement reliée à une lettre impériale ou papale. On y reconnaît les thèmes principaux qui seront ceux de l’excommunication de 1239 et de l’encyclique papale extrêmement violente qui lui succédera de peu, Ascendit de mari bestia126, thèmes à l’origine de la légende des trois imposteurs promise à une longue destinée127. Au sujet de ces rumeurs lancées par la papauté, accusant Frédéric II d’incrédulité et d’adhésion à l’Islam128, Matthieu Paris note prudemment : Si peccabant [= ceux qui les divulguaient] vel non, novit ipse qui nihil ignorat.

  • 129 Chronica majora III, p. 533-536.
  • 130 Ibid., p. 546-548.
  • 131 Ibid., p. 548-550.
  • 132 Ibid., p. 550-551.

122Il enregistre ensuite successivement la sentence d’excommunication de 1239 dans son entier129, les lettres comminatoires de Frédéric II aux autorités de la ville de Rome (Cum Roma sit, PdV I, 7)130et aux cardinaux Cum sit christus (PdV I, 6)131, tous deux coupables de ne pas avoir arrêté le pape, quelques pronostics d’allure joachimite132sur Rome et l’Empire, deux argumentaires impériaux et papaux liés à la première des nombreuses séquences de négociations entre la papauté et Frédéric qui s’échelonnèrent de 1239 jusqu’à 1248, argumentaires qu’il présente ainsi :

  • 133 Ibid., p.551 : Videns autem dominus imperator famam suam in hac tempestate periclitari, ut innocent (...)

Mais le seigneur empereur, voyant que sa renommée périclitait dans cette tempête, pour manifester son innocence, s’arrangea pour que ses messagers, hommes d’une grande et solennelle autorité, écrivissent au seigneur pape, montrant leur innocence et leur justice, à eux et à leur seigneur l’empereur133.

  • 134 Chronica majora III, p. 569-573 (= Epistolae selectae, II, p. 637-639).
  • 135 Ibid., p. 575-589 dans la version adressée à Richard de Cornouailles. Cf. le commentaire remarquabl (...)

123Puis vient une série de lettres de justification et de contre-propagande : lettre papale Sedes apostolica134, encyclique de justification impériale Levate in circuitu datée de Trévise, le 10 avril 1239 (PdV I, 21)135 ; réplique papale Ascendit de mari bestia, dans laquelle Frédéric est nommément comparé à la bête de l’apocalypse et traité d’Antéchrist, et sur laquelle Matthieu Paris porte un jugement ambigu :

  • 136 Chronica majora III, p. 608 : ‘Quod credibilis facta foret hec epistola nisi essent Romani infames (...)

Une fois ces choses divulguées, et transmises à de nombreux rois, princes et magnats en changeant les titres, par toute la terre, elles imprimèrent dans le cœur des fidèles crainte, horreur et stupeur, et rendirent la lettre impériale suspecte, quoiqu’elle contînt bien des choses vraisemblables, de sorte que de nombreux cœurs qui avaient jusque là pris parti d’un côté ou de l’autre devinrent fluctuants. Et si l’avarice romaine n’eût pas détourné la dévotion des peuples du seigneur pape plus qu’il ne convenait ou ne seyait, le monde entier, exaspéré par cette lettre contre l’empereur, se serait unanimement et pesamment dressé contre lui, comme contre l’ennemi manifeste de l’église et du Christ136.

124La suite de l’argumentation du clerc anglais, si elle reflète vraiment les idées d’une partie de l’opinion anglaise et pas seulement les siennes, offre un aperçu remarquable sur la perception médiévale de la logique de l’argumentation :

  • 137 Ibid., p. 609 : Quid sibi vult istud ? Retroactis temporibus imposuit papa imperatori, quod ipse Ma (...)

‘Que veut donc dire cela ? Dans les temps jadis, le pape a reproché à l’empereur qu’il tenait plus de Mahomet et de la loi sarrasine que de Christ et de la loi chrétienne ; à présent, dans cette lettre d’invectives, il l’accuse, chose horrible à rapporter, d’appeler tant Mahomet que Jésus et Moïse des charlatans. Mais dans ses lettres, l’empereur parle humblement de Dieu, de manière catholique, sinon qu’il manque dans la dernière à la personne du pape, mais non à sa dignité, et il ne prêche publiquement ou ne soutient effrontément quoi que ce soit d’hérétique ou de profane que nous sachions, et il ne nous apas envoyé, lui, ses usuriers ou ses voleurs de revenu’. Et c’est ainsi que naquit dans les peuples un schisme effrayant137.

125À côté de ces contre-performances de la propagande papale la plus offensive dans un milieu de réception dont la crédulité avait apparemment des limites très précises, les succès de la propagande impériale sont notés, comme dans le cas de Triplex doloris aculeus, une lettre impériale au roi d’Angleterre non incluse dans la collection classique des Lettres de Pierre de la Vigne :

  • 138 Ibid., p. 638 : His igitur per orbem auditis et cognitis, fama domini pape et auctoritas magnam sub (...)

Quand cela fut su et connu par les terres, la renommée du seigneur pape et son autorité subirent ruine et détriment, le scandale naquit, et les hommes prudents et saints commencèrent à craindre violemment pour l’honneur de l’Église, du seigneur pape et de tout le clergé, que le Seigneur au comble de sa fureur ne blessât son peuple d’une blessure inguérissable138.

  • 139 Chronica majora IV, p. 26-29. Il s’agit de la lettre Communem casum (= BF 3 019 = HB 5, p. 921), no (...)

126L’année suivante (1240), Matthieu relève l’effet positif produit par une lettre de déploration impériale sur les désastres des Chrétiens de Terre sainte139. Mais à partir de 1243, puis après la promotion d’Innocent IV et sa déposition à Lyon (1245) la fama de l’empereur semble se dégrader rapidement :

127En 1243, après la chute de Viterbe.

  • 140 Chronica majora IV, p. 268 : Denigrata est fama ipsius, et sinistro susurro divulgatum, quod nunqua (...)

Sa renommée en fut ternie, et l’on répandait dans des murmures sinistres qu’il ne daignait jamais écouter les offices divins, ni prier, ni vénérer convenablement les personnes ecclésiastiques, ou parler ou penser convenablement de la foi catholique, ni s’abstenir de coucher avec des courtisanes sarrasines, mais bien plutôt qu’il avait appelé des Sarrasins et autres infidèles dans les terres de l’Empire et leur avait permis d’y construire des cités puissamment fortifiées140.

  • 141 Matthieu Paris décale cet envoi de quelques mois et le place à la fin de 1245. Cf. Chronica majora (...)
  • 142 Ibid., p. 477-478 : Hec cum ad Christianissimos Francorum et Anglorum reges nuntiata pervenissent, (...)

128En 1246, l’envoi de l’encyclique impériale Illos felices (PdV I, 2)141, invitant les puissances séculières à rendre les autorités ecclésiastiques à leur pauvreté première semble, d’après le témoignage de Matthieu Paris, porter un coup fatal à la réputation de l’empereur. Par ce témoignage d’impiété, l’empereur aurait définitivement terni sa fama et révélé la noirceur de sa pensée142. On devine que le chroniqueur fait ici corps avec son institution, l’Église, attaquée dans ses œuvres vives (mais cette institution est une partie potentiellement remarquable de la société et de l’opinion du xiiie siècle), car il trahit dans un autre passage de sa chronique, qui sera examiné plus loin, des réactions fort différentes des pouvoirs laïcs à cette lettre impériale.

L’enregistrement non remanié de mouvements d’opinion contradictoires

  • 143 Chronica majora IV, p. 538-544, et commentaire de Matthieu Paris : Hec autem epistola cum ad notiti (...)
  • 144 Chronica majora V, 61-67 : lettre de Rainier de Viterbe sur l’exécution de l’évêque d’Arezzo (Grand (...)

129Mais passé ce mouvement d’indignation compréhensible étant donné sa position sur l’échiquier social, Matthieu compte à nouveau les points. Une nouvelle encyclique impériale (Etsi cause iustitiam, PdV I, 3) fondée sur le thème désormais récurrent du danger encouru par tous les pouvoirs séculiers si la papauté abat l’Empire, rend à Frédéric de nombreux partisans143 ; mais une lettre particulièrement bien ajustée du cardinal Rainier de Viterbe, habile capitaine et propagandiste de la Curie, sur le traitement réservé à certains évêques italiens par l’empereur semble produire un effet en sens contraire144. Matthieu note pourtant quelques pages plus loin que l’opinion détestable engendrée par les exactions de la cour papale annulait les effets de ces informations.

  • 145 Après la lettre de Rainier de Viterbe sur la mort de l’évêque d’Arezzo, Matthieu ajoute ce codicill (...)

130En 1249, la présentation impériale de l’échec d’ultimes tractations sous la gouverne de saint Louis entre Frédéric II et le pape semble provoquer une nouvelle explosion de colère anglaise contre la papauté, et les dernières mentions sur la popularité de Frédéric II le montrent recouvrant un certain crédit, à mettre à l’actif de la perte de crédibilité de ses adversaires, après divers épisodes dont la papauté semble porter la responsabilité dans l’opinion, dont la trahison supposée de Pierre de la Vigne145.

131L’impression qu’on retire de cette dizaine de notations alternées courant sur une période de douze ans est celle d’une grande crédibilité. Il semble en effet que le chroniqueur a enregistré les réactions successives de l’opinion aux lettres impériales ou papales comme une suite de changements atmosphériques ou de variations monétaires, sans se préoccuper de leur donner une orientation générale. Au moment de la rédaction définitive de la chronique, ces notations n’ont pas été réaménagées.

  • 146 Cf. l’écho du choc provoqué par ce manifeste chez Salimbene.

132Par ailleurs, les réactions sur les incohérences de la propagande papale de l’année 1239, ou la surprise et l’indignation devant le ton de la fin d’Illos felices, avec ses appels au dépouillement des clercs, effectivement assez différent de celui des autres encycliques impériales, paraissent à la fois instructives et plausibles146. Cet ensemble d’informations en forme de post-scriptum tend à prouver le grand effet produit dans différents milieux de l’Angleterre des années 1240 par la rhétorique des lettres impériales et papales.

133Pourtant, la Chronique de Matthieu Paris indique également un tout autre type d’influence exercée par ces lettres de propagande, qui invite à aborder leur exploitation avec plus de prudence. L’impact du contenu est en effet doublé par un impact stylistique : leur structure même influence directement ses techniques de composition historique.

4.3.2. Un exemple de recomposition annalistique contemporaine sous influence des lettres147 : les procédés de formalisation du discours dans la Chronique de Matthieu Paris

  • 147 Je me permets d’insister sur la distinction entre les ‘lettres’ qui vont composer le recueil des Le (...)

134Contrairement à Salimbene, Matthieu Paris déploie dans sa chronique des prétentions stylistiques liées à l’importance de son travail et aux exigences du public pressenti. Le frère émilien écrivait pour lui et sa famille une chronique de caractère semi-privé ; le moine anglais écrit la continuation d’une histoire annalistique de l’Angleterre dans la grande tradition d’un de ses plus prestigieux monastères.

4.3.2.1. Les lettres : modèles narratifs

  • 148 Chronica majora III, p. 407 : Sarracenos suos stipendiarios dicitur excessisse ; Chronica majora IV (...)
  • 149 Par exemple année 1240, Chronica majora IV, p. 63 : Mediolanenses autem tunc temporis, formidine pe (...)
  • 150 Je ne détaille pas les autorités religieuses. L’usage des classiques porte la trace d’une bonne édu (...)
  • 151 Ce sont les expressions normales du langage relevé de l’époque, mais le niveau stylistique de Matth (...)

135Cette différence se traduit par l’emploi d’un style relevé bien plus proche de celui des lettres impériales, car plus conforme à la grande tradition littéraire de la Renaissance latine du xiie siècle. Cette similarité se traduit par un même recours à certains embellissements rhétoriques, comme les allitérations de trois consonnes initiales148, par un niveau élevé d’utilisation du cursus149, le même emploi équilibré de citations bibliques et de citations de poètes au gustéens150, et une grande conformité de vocabulaire, voire d’expressions figées151.

  • 152 Chronica majora III, p. 443.
  • 153 Hilpert 1981, p. 97-102.
  • 154 Sans prétendre trancher sur un point somme toute mineur, il est possible étant donné la très grande (...)

136Dans le cas de Matthieu Paris, toutefois, on peut se demander si elle ne témoigne pas de bien autre chose que d’une simple conformité à des idéaux stylistiques hérités en Angleterre comme en Campanie des grandes figures du xiie siècle, et notamment de Pierre de Blois. Il semble en effet que le chroniqueur se soit pénétré du style des lettres impériales au point de les pasticher dans de nombreux passages de son œuvre commentant les actions de l’empereur, et Hans-Eberhard Hilpert, qui a analysé l’intégration des lettres impériales et papales dans la Chronique de Matthieu Paris, a pu émettre l’hypothèse que la version de la relation de la bataille de Cortenuova destinée à Richard de Cornouailles, frère d’Henri III, (PdV II, 50 : Quante audacie quanteque temeritatis) contenue dans la Chronica152, notablement plus longue que la version présente dans les manuscrits des Lettres de Pierre de la Vigne, devait cet allongement au travail du chroniqueur153. L’incertitude qui pèse sur l’authenticité de ce passage est en tout cas un bel hommage à la capacité de mimétisme stylistique du moine anglais154.

137Cette tendance peut s’observer précisément dans la description qu’avant de citer cette lettre Matthieu Paris fait de la bataille de Cortenuova, description introduite par une courte harangue imaginaire de Frédéric II où Matthieu reprend de nombreux éléments d’une autre lettre impériale (PdV II, 3, Quia nitor) :

Tableau 35
RECRÉATION D’UN DISCOURS DE FRÉDÉRIC II PAR MATTHIEU PARIS À PARTIR DE LETTRES IMPÉRIALES

Tableau 35RECRÉATION D’UN DISCOURS DE FRÉDÉRIC II PAR MATTHIEU PARIS À PARTIR DE LETTRES IMPÉRIALES
  • 155 Lettre non mentionnée par Hilpert 1981.

138Ce passage est d’autant plus remarquable que la lettre PdV II, 3, Quia vestre nitor conscientie, adressée aux princes d’Allemagne, n’apparaît pas en tant que telle dans la Chronique155. Il faut donc supposer qu’elle a circulé en Angleterre en même temps que la lettre à Richard de Cornouailles, et que Matthieu Paris s’en est servi pour composer sa propre description de la bataille, sans doute dans le souci d’éviter une reprise trop littérale de la lettre PdV II, 50 ‘Quante audacie’.

4.3.2.2. La reconstruction du discours politique à partir du dictamen des lettres

139Mais le discours qui ouvre cette brillante recomposition introduit à un autre problème. Matthieu Paris a parsemé son récit des années 1238-1250 de reconstitutions d’actions, de dialogues ou de discours de Frédéric II et de ses adversaires dans différentes circonstances. Il est indéniable que sa très grande proximité à la fois avec des sources d’informations orales de première main (des ambassadeurs de l’Église anglaise auprès de la Curie d’une part, les nombreux messagers impériaux, et son protecteur Richard de Cornouailles, dont il raconte longuement les entrevues et le long séjour auprès de Frédéric II d’autre part) et avec les lettres impériales et papales, leur donne une tonalité séduisante, au point que les historiens traditionnels et parfois plus modernes n’ont guère résisté au plaisir de les réutiliser.

  • 156 Chronica majora, IV, p. 19 : au sujet d’une lettre de Frédéric II (Cum inter reges orbis, soit BF 2 (...)

140Ces reconstitutions sont toutefois sujettes à caution, car comme le chroniqueur le dévoile à l’occasion d’une ambassade de Frédéric II à Henri III en 1240, la remise de lettres était un acte d’une grande portée symbolique, mais ne représentait pas toujours la partie la plus substantielle de tractations qui, sur des matières délicates, restaient le plus souvent secrètes : Et quia verbum domini imperatoris positum fuit in ore ipsius nuntii, dicti H. Chalbaot, in magna parte mutilata est presens amicabilis epistola, et multa sunt sub taciturnitate pretermisa156.

Le discours rapporté de Frédéric sur le concile de Lyon

141La plus célèbre de ces reconstitutions est peut-être le discours prêté à Frédéric, à Turin, à l’annonce de l’issue du concile de Lyon en 1245. L’empereur se fait apporter les cassettes contenant ses différentes couronnes, coiffe la couronne impériale, et s’écrie :

  • 157 Chronica majora IV, p. 474. Voltaire a tiré un grand parti de ce passage de la chronique et de la d (...)

Non adhuc coronam meam perdidi, nec papali impugnatione vel sinodali concilio sine cruento perdam certamine. Ad tanta prorumpet fastigia vulgaris superbia, ut me precipuum principem, quo non est major, immo cui nec est par, ab apice dignitatis imperialis valeat precipitare ? In hoc tamen conditio mea melioratur. In aliquo tenebar illi obedire, saltem venerari. Nunc autem ab amore et veneratione necnon et ab omnimode pacis absolvor adversus papam obligatione157 !
(Je n’ai pas encore perdu ma couronne, et ce n’est pas cette attaque du pape ou un concile synodal qui me la fera perdre sans combat. La superbe vulgaire se sera donc enflée à un tel comble de hauteur que moi, le prince par excellence, moi qui n’ai pas de supérieur, et encore moins de pair, elle veuille me précipiter du faîte de la dignité impériale ? Mais au moins ma condition s’améliore en ceci : j’étais tenu de lui obéir en quelque chose, au moins de le respecter. Mais à présent je suis délié de mon amour et de ma révérence, et je n’ai plus aucune obligation de paix à l’encontre du pape !)

142L’utilisation d’une syntaxe imitant le mouvement de la rhétorique impériale et de quelques caractéristiques rhétoriques centrales (allitérations : precipuum principem ; substantivations par circuitiones : ab apice dignitatis imperialis, vulgaris superbia) crée un effet de majesté qui devait rendre dans la pensée de l’auteur les caractéristiques principales du langage impérial développé dans le dictamen des Lettres.

La reconstitution de l’entrevue de saint Louis avec Innocent IV à Cluny

  • 158 Sur ces négociations, Berger 1893 à compléter par Baaken 1994.

143Un autre passage d’un intérêt particulier concerne les négociations de Cluny, en 1246158, où Saint Louis, tout entier à l’idée de la croisade, chercha désespérément à convaincre Innocent IV d’accepter les conditions avantageuses offertes par Frédéric II. Le pape vient de refuser en bloc, sous prétexte que Frédéric s’est déjà parjuré de nombreuses fois. Saint Louis insiste :

  • 159 Chronica majora IV, p. 523-524 : Eisdem temporibus dum mundiale mare talibus exagitaretur turbinibu (...)

Domine, nonne legitur in evangelio quod usque septuagies septies pandendus est sinus misericordie veniam postulanti ? Considera dies quam mali sunt. Terra sancta periclitatur, nec patet liberatio ejus, nisi eo post Deum propitio, qui portubus preest et insulis et spatiosis terris mari conterminis, et qui novit omnia nobis peregre profecturis profutura. Magna pollicetur. Peto et petens consulo, tam pro me quam multis aliis milium milibus peregrinaturis, prosperum transitum expectantibus immo potius pro statu universalis ecclesie et christianitatis, accipite et acceptate tanti principis talem humilitationem, christi sequentes vestigia cujus vicarius estis in terris, qui se usque ad crucis patibulum legitur humiliasse. Quod cum dominus papa erecta et rejecta cervice refutasset, dominus rex Francorum recessit iratus et indignans, eo quod humilitatem quam speraverat in servo servorum Dei minime reperisset159.
(Seigneur, ne lit-on pas dans l’évangile qu’il faut ouvrir le sein la miséricorde soixante-dix sept fois sept fois à celui qui implore grâce ? Considère donc la misère de ces jours. La Terre Sainte dépérit, et sa libération n’est pas permise, sinon par sa faveur (= la faveur de Frédéric) après celle de Dieu, car il commande aux ports, aux îles et à de nombreuses terres proches de la mer, et il sait tant de choses qui pourraient nous être profitables, à nous futurs pèlerins ! Il promet de si grandes choses ! Je vous prie et conseille en priant, tant pour moi que pour les nombreux milliers d’autres chevaliers s’apprêtant au pélerinage qui espèrent un passage heureux, ou plutôt pour l’état de l’Église universelle et de la Chrétienté, recevez et acceptez l’humiliation d’un si grand prince, suivant les traces du Christ, dont vous êtes le vicaire sur terre, et dont on lit qu’il s’humilia jusqu’à l’échafaud de la croix. Et comme le seigneur pape le refusait, la nuque haute et rejetée en arrière, le seigneur roi des Francs s’en retourna furieux et indigné, car il n’avait rien trouvé de l’humilité qu’il attendait dans un serviteur des serviteurs de Dieu).

144En dépit de la qualité de son information, Matthieu Paris n’a pu que reconstituer ce que l’irritation royale et les suppositions des témoins ont pu laisser filtrer sur une tractation dont le détail a été tenu secret. Or ce discours a un étrange air de familiarité avec la fin du pamphlet Collegerunt pontifices (PdV I, 1), qu’on imagine mal inconnu de Matthieu Paris :

Tableau 36
UN ÉCHO DE COLLEGERUNT PONTIFICES DANS LA RECONSTRUCTION DU DISCOURS DE SAINT LOUIS AU PAPE INNOCENT IV PAR MATTHIEU PARIS ?

Tableau 36UN ÉCHO DE COLLEGERUNT PONTIFICES DANS LA RECONSTRUCTION DU DISCOURS DE SAINT LOUIS AU PAPE INNOCENT IV PAR MATTHIEU PARIS ?

145S’agit-il d’une reprise consciente de la part de Matthieu Paris d’un motif de Collegerunt, ou d’une rencontre que la proximité de l’argumentation et la communauté culturelle entre clercs imprégnés d’une même culture biblique rend tout à fait possible ? Peut être faut-il penser à une troisième solution : une reprise inconsciente d’un motif parfaitement adapté qui vient sous la plume du chroniqueur au moment de décrire une situation remplissant dans les faits le schéma tracé par Collegerunt, quelques six ans plus tôt.

L’ambassade des nobles français auprès de Frédéric II

146À côté des épisodes réels dont les discours sont réinventés, ou plutôt reconstruits en fonction des idées et de l’imprégnation par les lettres impériales de Matthieu Paris, il faut enfin mentionner certaines reconstructions dont la véracité est d’autant plus problématique que le chroniqueur est le seul à parler des épisodes qui les auraient motivées.

  • 160 Cf. Le Goff 1996 p. 151-152, qui reprend le discours des barons à Frédéric II inventé par Matthieu (...)
  • 161 Ibid., p. 626-627 : Nec nos pulsat ambitio ; credimus enim dominum nostrum regem Galliae, quem line (...)

147La narration de négociations entamées dès 1239 par le pape pour donner la couronne impériale à Robert d’Artois, de la réponse indignée des barons français et de leurs ambassades successives auprès de l’empereur en est un exemple160. L’existence d’une telle tractation, qui n’aurait été que la première du genre et aurait dû par force rester assez discrète si elle avait existé, est rendue suspecte par les expressions des barons français. Matthieu les fait parler en 1239 d’une manière semblable au mot près à Frédéric II en 1245 pour dire leur indignation que le pape ose déposer un tel prince. Un autre point inquiétant est la bénignité avec laquelle l’empereur est censé accueillir des envoyés Français qui lui lancent à la face leur conception, certes fort répandue en France dès le xiiie siècle, mais tout de même un peu discourtoise face à un empereur en titre, de la supériorité de la royauté dynastique française sur la royauté élective allemande161.

148Il semble donc qu’il faille distinguer dans les récits de Matthieu Paris entre un enregistrement relativement véridique, quoique orienté par ses opinions, des effets politiques immédiats de la propagande des lettres impériales, et une série de tableaux trop fortement influencés par leur rhétorique pour ne pas apparaître pour ce qu’ils sont vraisemblablement : des reconstructions imaginaires.

149Telle se présente l’intrication entre ces deux aspects intimement liés de la présence des lettres impériales dans la Chronica majora que sont le commentaire politique sur la réception proprement dite des lettres, et l’écriture de passages concernant Frédéric II à partir ce celles-ci. Cette double influence est vraisemblablement le résultat du travail interprétatif réalisé par Matthieu à partir des documents au fur et à mesure de la rédaction de la chronique qui évoque fortement une application des conceptions de la lettre comme imaginarium de la présence impériale reconstituées dans la seconde partie de cette étude. Le moine a enregistré avec un regard critique les effets politiques des documents, en tant que textes de propagande mais il s’en est également servi avec un regard sympathique, au sens étymologique du terme, pour recréer la présence impériale à Cortenuova ou à Turin, ou un discours royal adressé au pape entrant dans la logique de Collegerunt, dans les parties de la chronique où il devait suppléer à l’absence de preuves écrites. Et il l’a fait en se plaçant dans l’exact sillon rhétorique des lettres à sa disposition.

4.3.3. Une reconstruction des réactions en chaîne à la propagande des lettres impériales : la révolte des barons français de 1246-1247

150La Chronique de Matthieu Paris, si riche de renseignements sur la réception des lettres impériales, contient encore un élément qui permet d’ajouter à cette construction complexe un dernier niveau. Elle offre en effet à l’historien un témoignage unique sur un épisode où l’impact de la propagande impériale en Occident est corroboré par l’exploitation locale d’un des grands manifestes de Frédéric II. Dans ce cas exceptionnel, le succès de la propagande impériale peut donc être directement mis en parallèle avec l’imitation formelle du manifeste en question. C’est l’amorce d’une possibilité d’enquête sur les réactions en chaîne causées par la rhétorique des lettres, au niveau même de la communication politique.

  • 162 Les pages qui suivent ont été relues par Alexis Charansonnet, qui m’a notamment aidé à enrichir les (...)

151Dans les derniers mois de 1246 et au début de 1247, de graves événements agitèrent le royaume de France. Les plus grands seigneurs du royaume formèrent une ligue solennelle dans le but avoué de réprimer par la force les empiétements intolérables que, prétendaient-ils, les autorités ecclésiastiques faisaient subir à leurs juridictions162.

  • 163 Chronica II, p. 592-593. Pièce éditée dans HB VI, 467. Une version existait dans le Trésor des char (...)
  • 164 Description et édition dans HB VI, p. 468-469, avec le liminaire suivant : « Edit. ap. Matt. Paris, (...)
  • 165 Hugues IV, duc de Bourgogne, Pierre Mauclerc, comte de Dreux, et régent de Bretagne pour le compte (...)

152La Chronique de Matthieu Paris a conservé deux pièces, l’une programmatique et d’ordre général en latin, dont le texte va nous retenir163 ; l’autre, précisant la constitution et l’organisation de la ligue, dont une version latine est ailleurs conservée dans les archives de Champagne, et une française dans le Trésor des chartes, avec les traces des trous auxquels avaient été attachés les lacs de pas moins de vingt-deux sceaux. Les noms subsistant au-dessus de ces derniers indiquent qu’il s’agissait d’un exemplaire destiné à faire preuve pour la noblesse de Champagne. Il faut donc supposer que cet acte d’adhésion à la ligue avait été souscrit, à l’échelle de chaque ensemble territorial du royaume, par une partie considérable de la noblesse164. Les barons français choisissaient quatre chefs de ligue, « le duc de Borgoigne, le conte Perron de Bretaigne, le conte d’Angolesme et le conte de Saint Pol165 » qui les guideraient « a porchacier a requerrir et a deffendre nos droiz et les leur en bone foi anvers le clergie », avec de savantes dispositions pour assurer leur remplacement et empêcher qu’une excommunication de certains membres de la ligue n’en paralysât l’action.

4.3.3.1. Un impact politique doublé d’une imitation formelle. Le succès de la lettre Illos felices (PdV I, 3) et le manifeste des barons de 1246.

153La lettre programmatique latine qui complète ce dossier laisse voir les mesures radicales que le « pourchassement des droits » en question sous-entendait :

  • 166 Quia clericorum superstitio, non attendens quod bellis et quorumdam sanguine sub Carolo magno et al (...)

Comme la superstition séductrice des clercs, sans observer que c’est par les guerres et le sang de nombre (de nos ancêtres) que sous Charlemagne et autres (rois) le royaume de France fut converti de l’erreur des païens à la foi catholique, nous a d’abord séduit par une feinte humilité, en s’opposant à nous comme des renards, et que, nourris des restes des propres châteaux que nous avions fondés, (ces clercs) absorbent à tel point la juridiction des princes séculiers, que ces fils de serfs jugent selon leurs lois des hommes libres, et fils d’hommes libres ; quoique selon les lois des premiers vainqueurs (= de la génération noble qui a conquis le royaume pour la foi) ils dussent être plutôt jugés par nous, et qu’on ne devrait pas déroger par de nouvelles constitutions aux coutumes de nos prédécesseurs ; puisque ils nous mettent dans une condition plus mauvaise que Dieu ne le fit même pour les gentils, quand il dit : Rendez à César ce qui est à César, et ce qui est à Dieu à Dieu ; Nous tous, grands du royaume, l’esprit attentif à percevoir que le royaume ne fut pas acquis par droit écrit ni par arrogance de clercs, mais par l’effort guerrier, par le présent décret, sous commun serment, ordonnons et sanctionnons : que nul clerc ou laïc ne traîne désormais autrui en procès devant un juge ordinaire ou délégué (s. e. de tribunal ecclésiastique), si ce n’est pour cas d’hérésie, de mariage ou d’usure, sous peine de la perte de tous ses biens et de la mutilation d’un membre pour le contrevenant, certains agents d’exécution à cela par nous députés, de sorte que notre juridiction ressuscitée respire, et que ceux qui jusque là se sont enrichis de notre appauvrissement, et auxquels Dieu, à cause de leur insolence, a voulu révéler les luttes profanes, soient réduits au statut de l’Église primitive, et, vivant dans la contemplation, alors que nous, comme il se doit, menons la vie active, montrent les miracles, qui sont à présent retranchés du siècle166.

154L’ensemble du baronnage français, emmené par quatre des plus puissants seigneurs du royaume, reprochait donc aux clercs, avec des accents qui apparaissent pour la première fois, de fouler, eux fils de serfs, les antiques constitutions du royaume, fondées par droit de conquête sur la prééminence de la noblesse séculière, et de vouloir imposer leur droit écrit contre les coutumes. Il ordonnait de sa propre autorité que les clercs réservassent leur justice aux cas d’hérésie, de mariage, d’usure, sous peine de perte de leurs biens et de mutilation d’un membre, afin de faire respirer leur droit, de ramener l’Église à sa pureté première, et de permettre aux miracles en voie de raréfaction de recommencer.

  • 167 Chronica, IV, p. 591.

155Le manifeste, d’une rare violence dans sa forme, dans ses dispositions et dans sa conclusion, a estomaqué Matthieu Paris, et sans doute une bonne partie du clergé français et anglais s’est-elle émue de ces menaces très concrètes de spoliation. Même s’il insiste sur la responsabilité papale dans le déclenchement de cette « conspiration », les termes employés par Matthieu Paris sont sans équivoque. Resolutum est igitur os iniquia loquentium et obloquentium, ubique locorum et precipue in Francia. In qua quidem multi nobiles in ipsum papam et ecclesiam quod numquam meminimus evenisse, conspirabant167.

156Numquam meminimus evenisse : l’événement était proprement inouï.

Une citation très remarquée

157Mais c’est l’explication qui suit les deux documents qui achève de faire comprendre la portée de ce manifeste :

  • 168 Chronica, IV, p. 593-594 : Hec cum audisset papa, ingemuit spiritu perturbato, et cupiens eorum emo (...)

Quand le pape entendit cela, il gémit dans le trouble de son esprit, et désirant amollir leur cœur et affaiblir leur détermination, il les menaça de l’admonition susdite, sans pouvoir prendre le dessus (...) Pourtant, nombreux furent ceux que consterna la teneur de la lettre, et l’on croyait qu’elle émanait du consentement de Frédéric ; particulièrement parce que sa clause finale concorde avec la lettre de Frédéric qu’il envoya à de nombreux princes, et dit ainsi vers la fin : ‘Ce fut toujours l’intention de notre volonté, d’amener les clercs, de quelque ordre qu’ils fussent, et particulièrement les plus puissants, à persévérer vers telle fin, comme ils le faisaient dans l’église primitive, menant une vie apostolique et imitant l’humilité du seigneur. De tels clercs en effet avaient coutume de contempler les anges et d’éclater par les miracles etc.168’.

158La conclusion de la lettre reprend effectivement de très près celle de l’encyclique impériale de 1246 Illos felices, dont on a vu plus haut à quel point les appels impériaux à la reductio ad paupertatem du clergé par la force avaient effrayé Matthieu Paris, et étaient censés selon lui avoir noirci la fama de Frédéric II dans l’ensemble de l’opinion contemporaine.

Tableau 37
CONCLUSION DU MANIFESTE DES BARONS FRANCAIS DE NOVEMBRE 1246 ET DE LA LETTRE IMPÉRIALE ILLOS FELICES QUI L’A INSPIRÉ SELON MATTHIEU PARIS

Tableau 37CONCLUSION DU MANIFESTE DES BARONS FRANCAIS DE NOVEMBRE 1246 ET DE LA LETTRE IMPÉRIALE ILLOS FELICES QUI L’A INSPIRÉ SELON MATTHIEU PARIS
  • 169 Le relevé explicite du parallèle par Matthieu Paris est intéressant pour nos propres critères scien (...)

Note 169

159On comprend en mettant en parallèle les deux passages que le clergé (sauf les dissidences apostoliques les plus sensibles à ce message de pauvreté) se soit dressé devant ce message, mais que son contenu ait également exercé une attraction irrésistible sur une partie de la population et en particulier de la noblesse scandalisée par la richesse de l’Église et les méthodes brutales de la papauté pour collecter les fonds nécessaires à son fonctionnement, ou pour les plus cyniques (et les plus puissants ?), trouvant que le clergé réclamait un peu plus que sa part traditionnelle du gâteau.

160En France et en Angleterre, ces tensions se sont greffées sur des problèmes sociaux particuliers, liés à l’apparition ou aux transformations d’un appareil d’Etat et aux mutations sociales en cours, qui débouchèrent dans le premier royaume sur une crise limitée en 1247, certainement grâce à l’action conciliatrice de saint Louis et aux réformes dont il jeta alors les bases, avant de partir pour la croisade ; en Angleterre, après un temps de maturation beaucoup plus long, sur la terrible crise qui commence en 1258 et ensanglanta la fin du règne d’Henri III.

Épilogue : un épisode antipapal du règne de saint Louis supprimé par l’histoire officielle capétienne

  • 170 Chronica majora IV, p. 593 : Hec cum audisset papa, ingemuit spiritu perturbato ; cupiens eorum emo (...)
  • 171 Sur la perception à la Curie des dangers du séjour lyonnais, cf. un autre des discours recomposés d (...)
  • 172 Sur la distance politique de saint Louis par rapport à Innocent IV, cf. Congar 1976.

161L’histoire de cette crise du baronnage français peut être résumée à travers la suite de la Chronique. Matthieu Paris, aussi prévenu contre la Curie qu’attaché à l’Église d’Angleterre, laisse deviner l’action déterminée de la papauté, qui tenta avec des méthodes éprouvées de noyer l’affaire en distribuant postes et bénéfices aux familles des meneurs170. Innocent IV restait aux abois, et, ne se sentant pas en sûreté entre Frédéric II et le voisinage d’un royaume hostile, commença à envisager de se réfugier en territoire sous juridiction immédiate anglaise, à Bordeaux, à la grande consternation d’Henri III171. Le rôle de saint Louis dans ces vicissitudes est délicat à mesurer, car il a été délibérément gommé par l’historiographie hagiographisante de la fin du xiiie siècle172.

  • 173 Campbell 1959. Le mémorandum se trouve dans les Additamenta, Chronica majora VI, p. 99-112, avec la (...)
  • 174 On notera le recours à l’argumentation historique tirée du De bello Gallico sur la place des Druide (...)
  • 175 Chronica IV, p. 100 : Mirantur etiam et moventur barones et omnes regni proceres et magnates, non s (...)

162D’après l’analyse par Campbell d’un long mémorandum enregistré par Matthieu Paris dans les Additamenta de sa Chronique, d’authenticité certaine mais dont il est difficile de savoir à quel degré il représentait la position officielle du roi, ce dernier aurait en fait efficacement appuyé la plupart des revendications baronales, officiellement soutenues par ses frères173. Ce texte riche de bien des thèmes développés ultérieurement au long de l’élaboration de l’idéologie nationale française174, contient lui aussi, sous une forme à peine atténuée par rapport au manifeste des barons, de nombreux échos des lettres impériales déjà mentionnées (entre autres Collegerunt, Illos felices)175.

163Dans l’ensemble, ce qu’on sait de la conduite du roi face à la papauté réfugiée à Lyon semble donc attester une prise de position fort tiède à l’égard de la papauté. L’entrée dans le royaume fut très certainement demandée à plusieurs reprises par Innocent IV, et fermement refusée, sauf à l’occasion de l’entrevue à Cluny, à quelques lieues de la frontière, et saint Louis insista jusqu’à son départ pour la croisade (et même encore à Chypre) pour que le pape se réconciliât avec Frédéric II, comme Matthieu l’a raconté.

  • 176 Joinville, quoique encore jeune, était alors déjà sénéchal depuis longtemps. Né vers 1225, il avait (...)

164Mais le détail précis de ces épisodes est tombé dans l’oubli, parce que les principaux chroniqueurs l’ont délibérément supprimé. Dans la liste des barons champenois dont on peut lire les noms au-dessus des emplacements des sceaux jadis apposés à l’exemplaire de l’acte d’adhésion à la ligue conservé dans le Trésor des chartes, le tout premier est celui d’un certain senescalcus Campanie, c’est à dire le jeune Jean de Joinville en personne176. Le pieux hagiographe de saint Louis avait donc signé, en 1246, un manifeste inspiré de la circulaire la plus incendiaire de Frédéric II, enjoignant aux nobles de mutiler sans pitié les clercs empiétant sur leurs juridictions, et ces nobles n’avaient pas été formellement désavoués par saint Louis.

4.3.3.2. De la lettre au sermon : les sermons politiques antisouabes d’Eudes de Châteauroux et leurs rapports formels avec la rhétorique des Lettres

165Face à cette situation menaçante, le clergé gallican ne pouvait pas ne pas réagir. Grâce au travail d’édition des sermons politiques du prolifique Eudes de Châteauroux récemment mené à bien par Alexis Charansonnet, il est à présent possible de prolonger cette tentative de reconstitution de l’impact croisé des rhétoriques impériales et papales dans les années 1246-1247, au-delà de l’échange épistolaire, et de ses échos dans les manifestes politiques conservés.

Le prolongement de la crise de 1246-1247 dans les sermons d’Eudes de Châteauroux

  • 177 Charansonnet 2001 (thèse dactylographiée de l’université Lyon II/ Lumière), mise en ligne à l’adres (...)

166En effet, Eudes de Châteauroux s’est trouvé dans ces années 1245-1247 dans la délicate position d’une autorité ecclésiastique très en vue dans le royaume de France, sollicitée par la Curie pour prêcher contre Frédéric II, assister saint Louis dans l’organisation de sa croisade, mais aussi, en 1246-1247, au moment de la « révolte des barons », pour parler dans le « parlement de l’Église » qui succéda au « parlement des barons » contre cette révolte, en dénonçant sa collusion avec l’empereur. Trois sermons sur la « conspiration des barons », datant de février-mars 1247, ont été édités par Alexis Charansonnet177. Le premier d’entre eux est remarquable par le thème qu’il utilise :

Ysa. lix: ‘Ova aspidum ruperunt et telas aranee texuerunt. Qui comederit de ovis eorum morietur et quod confotum est erumpet in regulum’. Vere hiis temporibus ova aspidum ruperunt. Que et usque ad hec tempora occulta fuerant venerunt in apertum, et revelate sunt multorum cordium cogitationes, et os putei abyssi quod quasi clausum fuerat usque modo, nunc apertum est, id est consilia profunda venerunt in lucem. In ovis latent pulli, donec rumpantur ova. Tunc apparet quod diu confotum fuerat et incubatum. Ideo per ova occulte cogitationes malignantium designantur, que ad tempus latitant et confoventur, ut postea veniant in apertum, et dantur executioni que fuerant cogitata.
(Ysaïe 59 : ‘Les œufs d’aspic ont éclaté et les araignées ont tissé leurs toiles. Celui qui mangera de leurs œufs mourra et ce qui est couvé éclatera en serpent-roitelet’.
Vraiment oui, en ces temps, les œufs d’aspic ont éclaté. Ce qui avait été caché jusqu’à ces temps est apparu au grand jour, les machinations de bien des cœurs ont été révélées, et la face du puits de l’abîme qui avait été quasiment fermée jusque là est à présent ouverte, c’est-à-dire que leurs profonds conciliabules sont venus à la lumière.
Dans les œufs sont des poussins, qui y restent jusqu’à ce qu’ils éclatent. Alors apparaît ce qui avait longtemps été fomenté et couvé. Aussi par les œufs, ce sont les machinations des méchants qui sont désignées, lesquelles sont cachées et fomentées pendant un certain temps, jusqu’à ce qu’elles viennent au grand jour, et que soit mis à exécution ce qui avait été machiné).

Le thème isaïen du « nid de vipères », motif de la propagande papale

167Le choix de ce thème n’est pas un hasard. Il sert d’incipit à une très longue lettre de propagande (de forme pamphlétaire et de statut officieux) écrite peu de mois auparavant par un autre légat papal, Rainier de Viterbe, actif en Italie centrale pour, comme aurait dit Matthieu Paris, noircir la fama de Frédéric II. Cette lettre a été conservée dans le Brief – und Memorialbuch d’Albert Behaim :

  • 178 Albert Behaim, Brief – und Memorialbuch, (= Frenz-Herde 2000) n° 54 p. 215-226.

Aspidis ova reperant [= ruperunt] iuxta prophetam Heinricus videlicet ac Philippus, de germine scismastici Friderici, et qui confotus est ab ecclesia, Fridericus junior surrexit in regulum, qui nitolento sue iussionis flatu peremit plurimas aves volantes ad celum, iustos equidem atque sanctos, cuius alitus discordie multas prunas ardere fecit in populo Christiano, qui etiam more vipere scindit et lacerat latera sue ma-tris. Credidit enim ecclesia filium confovere178.
(Les œufs d’aspic ont éclaté selon le prophète, c’est-à-dire Henri et Philippe, de la race du schismatique Frédéric, et celui qui a été réchauffé par l’Église, Frédéric le jeune, s’est dressé, serpent-roitelet, qui du souffle répugnant de ses ordres a trucidé nombre d’oiseaux volants au ciel, c’est-à-dire les justes et les saints, lui dont l’haleine de discorde a fait brûler de nombreuses étincelles dans le peuple chrétien, lui qui fend et lacère à la manière de la vipère les entrailles de sa mère. L’église, en effet, a cru réchauffer un fils...)

168Mais Matthieu Paris place aussi plusieurs fois ce thème des œufs d’aspic dans la bouche d’Innocent IV à la même époque (vers 1245, année du concile), dans des occasions où il reconstitue des dialogues du pape avec des prélats le suppliant de conclure la paix. C’est ainsi qu’il fait s’exprimer Innocent IV en réponse au légat Martin, qui lui rapportait peu avant la tenue du concile ce qu’il avait vu et entendu en Angleterre et sur le continent :

  • 179 Le légat papal en Angleterre, cf. Matthieu Paris, Chronica, II, p. 416-420 et sq.
  • 180 Chronica majora IV, p. 422-423 (année 1245, avant la tenue du concile) : Magister interim Martinus (...)

Entre temps, comme le maître Martin179était revenu auprès du pape son seigneur et lui avait raconté en détail les choses susdites (= la haine générale de l’Angleterre contre le clergé romain), le pape en frémit et fut embrasé d’une violente colère. Et se souvenant que tant le roi des Francs que le roi d’Aragon lui avaient interdit l’entrée de leurs royaumes, quand il le leur avait demandé, et que le roi des Anglais n’avait pas non plus accepté sa venue en Angleterre, mais avait plutôt chassé honteusement d’Angleterre le clerc qu’il lui avait envoyé sous les malédictions, il dit dans sa grande colère, d’une voix bourdonnante, les yeux de travers et fronçant le nez : ‘Il nous faut d’abord composer avec votre roi, pour briser ces roitelets (regulos : serpents-roitelets) récalcitrants ; et quand nous aurons foulé ou pacifié le dragon, les petits serpents seront rapidement piétinés’ ; parole qui fut à la base d’une grande indignation dans de nombreux cœurs’180.

... et sa réception par les pouvoirs laïcs

169La fréquence de ces affirmations papales, amplifiées par la rumeur, rend compte du succès de la propagande de lettres impériales telles qu’Etsi cause nostre iustitiam (PdV I, 3 1246), qui retournent cette image pour mettre en garde les pouvoirs séculiers :

  • 181 Advertat et aliud, qualis ex istis initiis exitus expectetur. A nobis incipitur, sed noveritis quod (...)

Que (votre altesse) prenne donc garde, (et médite) quelle fin on doit attendre de tels débuts. On commence par Nous, mais sachez pour sûr qu’on finira par vous, car une fois Notre Puissance piétinée, ils ne s’attendent à aucune résistance. Défendant donc votre justice en prenant notre Cause, et prévoyant de loin pour vous et vos héritiers, assistez-Nous donc vigoureusement, de tout votre pouvoir, comme il convient dans ces circonstances181.

  • 182 Chronica majora IV, p. 544 (1246) : Hec autem epistola cum ad notitiam multorum principum perveniss (...)

170Matthieu Paris en commente ainsi l’impact : « Quand cette lettre parvint à la connaissance de nombre de princes, ils détournèrent leurs cœurs du seigneur pape, craignant à bon droit l’orgueil de la Cour Romaine, s’il arrivait à Frédéric de succomber182 », avant de revenir une dernière fois sur les expressions papales isaïennes quand il mentionne le rétablissement dans l’opinion de l’image de Frédéric II :

  • 183 Chronica V, p. 100 (1250) : A nonnullis affirmative dicebatur, quod dominus papa sitienter et super (...)

Un bon nombre affirmait positivement que le seigneur pape désirait ardemment et sur toute chose fouler aux pieds celui qu’il appelait le grand dragon, pour qu’une fois sous la botte et piétiné, les rois de France et d’Angleterre et tous les autres rois de la chrétienté, qu’il disait être tous des serpents-rois et serpentelets, fussent plus facilement terrorisés et piétinés à l’exemple du dit Frédéric, et pour les dépouiller à volonté de leur bien, eux et leurs prélats. Et ces paroles, avec ces faits énormes, qui pouvaient servir de témoignage à de telles affirmations, créèrent le scandale dans de nombreux cœurs, et justifiant par la même occasion Frédéric, commencèrent à améliorer peu à peu la position de son parti183.

  • 184 Il existe de nombreuses traductions iconographiques de cette image du prélat foulant aux pieds les (...)

171Ainsi, Eudes de Châteauroux choisit et développe un thème de son sermon à partir d’un ensemble d’images tirées du bestiaire maléfique isaïen, qui était au centre de la propagande papale utilisée contre Frédéric II et se retrouvait alors à la fois dans la prédication anti-impériale, dans les pamphlets de Rainier de Viterbe et, d’après le témoignage de Matthieu Paris, dans le langage de tous les jours du pape, et dont la portée – au-delà du caractère injurieux pour les autorités laïques, c’était une affirmation parlante de la théocratie papale en action – était susceptible de provoquer de profonds remous dans une partie de l’opinion, solidaire du pouvoir royal184. Et il le fait au début de 1247, dix-huit mois après le concile de Lyon, pour défendre l’Église face à une attaque en règle de la noblesse française, elle-même appuyée sur un des thèmes principaux de la propagande impériale, précisément construit pour retourner à son profit cette image.

Les racines joachimites du thème et son utilisation dans les Lettres de Pierre de la Vigne

172Or ce thème déjà mentionné est un classique de la littérature joachimite, qui présente explicitement dans le Liber de oneribus l’histoire de la dynastie Hohenstaufen à travers le même filtre isaïen :

  • 185 Holder-Egger 1908, p. 173 : De radice inquit colubri previi Frederici, egredietur regulus alius, sc (...)

De la racine, dit-il, du précédent serpent-couleuvre, Frédéric, il sortira un autre serpent-roitelet, c’est-à-dire Frédéric, dont la semence, le troisième Frédéric selon Raynier, absorbera les peuples vains. De l’Aquilon, dit-il, de la Germanie, viendra une fumée, et personne ne pourra fuir son armée185.

173et il avait été utilisé au moins une fois dans une des lettres impériales, par les notaires de Frédéric II pour stigmatiser les Romains (PdV II, 8).

  • 186 Jer, 51, 7.
  • 187 Is., 59, 5.
  • 188 Pour la traduction de ces lignes, j’adopte une suggestion d’Alexis Charansonnet.

Potati de calice Babylonis186, posse vestrum quod contra nostram potentiam non posse putatur, fecistis in partibus Tyburtinis, ova ru-pentes aspidum, ex quibus iam prodiit regulus, telas eraneas texuistis187.
(Ayant bu du calice de Babylone, votre pouvoir qu’on estime ne rien pouvoir contre notre puissance, vous en avez fait la démonstration dans la contrée de Tivoli, rompant les œufs des aspics, dont est désormais sorti le serpent-roitelet, vous avez tissé vos toiles d’araignées...188)

174Voilà donc, grâce aux hasards de la conservation des sermons politiques d’Eudes de Châteauroux et de deux textes d’une conjuration largement effacée par l’historiographie capétienne, mais subsistant dans les archives et dans la Chronique d’un moine anglais, que deux ou trois anneaux dans la chaîne de transmission de ces formes rhétoriques apparaissent pour quelques mois, entre 1246 et 1248, dans l’actualité de leur utilisation croisée et découplée, à travers les lettres, les manifestes et les sermons.

La circulation des images entre la lettre et le sermon

175Cette chaîne est un véritable témoignage des mécanismes formels de diffusion dans la société française et anglaise de la rhétorique développée dans les Lettres, sans la déformation que, faute d’autres sources, le recours à l’historiographie impose trop souvent. Mais derrière ces répétitions de thèmes ou de fragments de mots, répétitions qui ne sont plus du simple domaine de la résonance stylistique ou d’un fonds culturel commun, mais qu’on devine conscientes, ce sont les idées développées par une exégèse plus classique, mais aussi et surtout, en ce premier xiiie siècle, par l’exégèse prophétique d’inspiration joachimite, qui permettent d’entrevoir la charge visuelle, imaginative et conceptuelle de ces stigmatisations croisées. Elles aboutissaient à un noircissement littéral et contradictoire de la fama des adversaires, Frédéric II et sa dynastie, « race de vipères » à écraser, le pape et ses suppôts, vautrés sur leur tas d’or, à rendre d’urgence à la pauvreté évangélique.

176Il n’est pas besoin d’insister sur la portée de ces deux images qui résument, dans cet aperçu du cycle de diffusion d’une rhétorique de combat des années 1240 pris sur le vif, une propagande infiniment plus complexe. Derrière la première, c’est, à court terme, l’écrasement des Hohenstaufen, Bénévent, Tagliacozzo, le jugement de Conradin (mais aussi les Vêpres siciliennes) ; derrière la seconde, à plus long terme, une succession de grondements toujours plus violents contre la papauté, jusqu’à la Réforme.

  • 189 Charansonnet 2001 (http ://demeter.univ-lyon2.fr :8080/sdx/theses/lyon2/ 2001/charansonnet-a.
  • 190 Sur la destruction par étapes de la colonie sarrasine de Lucera, cf. Gabrieli 1977. Son sort ne fut (...)

177Mais revenons une dernière fois à ce jeu d’échos croisés. On peut encore en distinguer deux, à leur manière très instructifs. Eudes de Châteauroux a été mêlé à l’histoire de la fin des Hohenstaufen de très près, puisqu’il a pris une part déterminante à l’installation de Charles d’Anjou à Naples et à la prédication contre les deux derniers représentants directs de la lignée des Hohenstaufen en Italie, Manfred et Conradin189. Dans le chaos des années 1250-1266, et particulièrement entre 1254 et 1256, quand il dut conquérir pour lui-même le royaume pièce à pièce, un des seuls bastions sûrs du pouvoir de Manfred avait été la colonie sarrasine de Lucera, organisée comme une véritable réserve militaire autonome dévouée au prince dont sa survie dépendait. À la chute définitive des Souabes, la destruction de ce qui avait été pour la propagande papale un des symboles les plus riches d’inspiration de leur perversité s’imposait, et Charles d’Anjou l’entreprit en 1268, peu avant l’expédition de Conradin190.

  • 191 Charansonnet 2001, n° 41, 42 et 43 p. 965-969, traduction et analyse d’après l’édition de Maier 199 (...)

178Eudes de Châteauroux composa alors trois sermons191dont le premier, vingt et un ans après le sermon sur les barons, reprend intentionnellement le thème des œufs d’aspic et de la race de vipères de Frédéric II. Le sermon fusionne les développements légèrement différents de la lettre de Rainier de Viterbe et de son premier sermon sur ce thème. La disparition de la dernière manifestation du pouvoir Hohenstaufen devait en quelque sorte fermer le cycle des éclosions joachimites de Souabes venus de l’Aquilon, pour pasticher le langage prophétique du temps. C’était compter sans les revendications aragonaises.

L’impact du pamphlet Collegerunt pontifices (PdV I, 1) sur les sermons politiques d’Eudes de Châteauroux : conditionnement du sermon politique réel par la lettre imaginaire

179Il semble qu’avec ces sermons sur les Sarrasins de Lucera composés en 1268, reprenant les sermons antifrédériciens de 1246-47, on touche aux limites des échos de la lutte rhétorique entre les Souabes et la papauté. La lecture intégrale du premier sermon d’Eudes, le sermon sur les barons de 1247, jusqu’à sa conclusion, réserve pourtant une dernière surprise d’un genre différent, tendant à prouver que bien des mécanismes dans la transmission de la rhétorique des Lettres à travers les vecteurs de communication contemporains doivent encore être explorés :

Tamen advertendum est quod subiungitur, scilicet quod confotum est erumpet in regulum. Et ideo obviandum est quam citius poterimus huic malo. Propter hoc vocavimus vos et fecimus vos hic convenire, ut apponatis consilium et cito sine dilatione, dum res adhuc tenera est et quasi in principio. Principiis obsta, sero medicina paratur, dum mala per longas invaluere moras.
(Il faut encore examiner ce qui suit, c’est-à-dire que ce qui est réchauffé éclatera sous la forme d’un serpent-roi. Et il faut donc s’opposer le plus vite possible à ce malheur. C’est pourquoi nous vous avons convoqués et rassemblés ici, pour que vous apportiez votre conseil, et ce aussitôt, sans délai, quand la chose est encore fragile et dans les commencements. Oppose-toi aux commencements, car c’est bien tard qu’on prépare une médecine, quand le mal s’est invétéré pendant un long délai).

180Rencontre innocente ou reprise inconsciente, Eudes de Châteauroux s’exprime exactement, dans la dernière période de ce sermon, comme les grands prêtres et les Pharisiens assemblés contre le Christ-Frédéric au début du pamphlet antipapal composé par Pierre de la Vigne, Collegerunt pontifices (PdV I, 1) :

Obstemus ergo principiis, ne forte scintilla tenuis in flammam transeat destructivam, et morbus quidem incipiat fistulare non abscissus quousque perveniat in medullas. Sepe enim vix ferus ignis extinguitur et morbo cronico salubris sero parabitur medicina.
(Opposons nous donc à ces commencements, de crainte qu’une étincelle ténue ne se change en flamme destructrice, que le mal s’enflant peu à peu en fistule faute d’être retranché ne parvienne jusqu’aux moelles. Car souvent le feu ensauvagé n’est éteint qu’avec peine, et c’est bien tard qu’on prépare une salubre médecine à un mal devenu chronique).

181Deux formes voisines du même système de communication, la lettre et le sermon, se conpénètrent en profondeur, au point que dans un effet d’hallucination, les légats papaux qui se dressent réellement en conseil (dans l’assemblée du clergé français de 1247) pour parler contre Frédéric II, fomentateur désigné de la révolte des barons français, se mettent à prêcher en chaire comme, du haut de leur chaire fictive (super cathedram), les personnages imaginaires de la satire de 1239/1240 créés par Pierre de la Vigne et diffusée par la cour impériale sept ans plus tôt comme arme de propagande contre la papauté.

  • 192 Remedia, v. 91-92. Cette rencontre est remarquable, dans la mesure où Eudes a prononcé ce sermon en (...)

182La différence de plasticité des formes, en partie due à la notation du sermon dont le squelette écrit ne rend sans doute pas la souplesse au moment de la performance, se lit dans le traitement différent réservé par Eudes et le rédacteur initial (Pierre de la Vigne ?) de Collegerunt de ce qui était en fait un distique ovidien tiré des De remediis amoris192. Le dictator de Collegerunt l’avait scindé en deux dans la composition artistique de sa période, alors qu’Eudes le cite sous sa forme première :

Principiis obsta sero medicina paratur
Dum mala per longas /invaluere moras.

183L’effet de contamination (ou de concomitance ?) n’en reste pas moins saisissant, au point qu’il est possible de se demander si Eudes de Châteauroux n’a pas intentionnellement fait une allusion dans la conclusion de ce sermon au début du pamphlet Collegerunt pontifices. Il aurait alors en quelque sorte voulu rendre les arguments dont se servait Pierre de la Vigne en comparant Frédéric II au Christ persécuté, à leur propriétaire légitime, en rappelant que c’était l’Église, épouse du Christ, qui subissait une persécution, et non l’inverse.

184Ce prolongement de la lettre par les formes de communication orale contemporaine, attesté dans la prédication politique d’Eudes de Châteauroux entre 1245 et 1268, achève de replacer les Lettres de Pierre de la Vigne dans l’ensemble des formes de la communication politique du xiiie siècle, dont les lettres de la chancellerie de Frédéric II étaient une variante particulièrement sophistiquée et solennisée, mais reposant sur une utilisation politique et polysémique des références bibliques (et classiques) communes aussi bien à la chanson, qu’à la prophétie ou au sermon politique contemporains.

185Une fois les conditions d’utilisation des chroniques spécifiées par l’étude de leurs rapports avec les Lettres, il est possible de reconstituer grâce à leurs témoignages les vecteurs qui prolongeaient dans la société du xiiie siècle la rhétorique des manifestes politiques de Frédéric et ses adversaires. Ce prolongement s’opérait à travers la réutilisation de conclusions dans d’autres manifestes, comme en France en 1246, et de transumptiones ou métaphores frappant l’imagination, qui se répercutaient de lettres en sermons, et de sermons en lettres, avec des effets de ricochets et de symétries entre rhétorique papale et impériale prolongeant au niveau de la diffusion de cette rhétorique le parallélisme entre les deux chancelleries sensible dans la formalisation des documents, et lié à l’origine sociale commune de leurs membres.

186Ce n’est donc qu’en reconstituant les conditions de cette réception qu’il devient possible d’opérer une lecture assistée des témoignages sur l’impact des lettres au moment de leur réception, tels que ceux contenus dans la chronique Matthieu Paris. On comprend mieux alors comment les dispositions culturelles des milieux récepteurs conditionnaient la lecture de ces manifestes à partir d’une culture symbolique commune, en fonction de leur propre position politique et de leurs propres références culturelles.

187Il faut donc sans doute parler, plus que d’une « obscurité » des lettres politiques contenues dans les Lettres, d’une profondeur sémantique liée à leur complexité symbolique, dont la conséquence était une polysémie orientant vers une diversité d’interprétation.

188En établissant cette conséquence de l’ornementation symbolique des Lettres, on a certes avancé dans la compréhension de la logique de leur réception, mais sans résoudre de manière définitive le problème de leur compréhension, car la démonstration a porté sur le message politique des Lettres et son ornementation symbolique. Reste à envisager les problèmes de compréhension linguistique posés à leurs auditeurs-lecteurs par le détail de leur structure syntaxique et stylistique.

189Pour ce faire, il faut quitter le terrain des chroniques et retrouver la tradition manuscrite des recueils, afin de traquer les problèmes linguistiques posés par leur style à la partie du milieu social de réception des Lettres chargée d’en assurer la reproduction : leurs premiers copistes.

4.4. LES LIMITES À LA RÉCEPTION ET À LA COMPRÉHENSION D’UN STYLE OBSCUR : L’ENSEIGNEMENT DES MANUSCRITS

190Le pari de prolonger cette enquête sur la réception des Lettres dans une sorte de micro-histoire socio-stylistique tient de la gageure. Pourtant, les problèmes de transmission soulevés par la transmission manuscrite offrent un point d’appui pour poser les bases de cette exploration.

191Il sera toujours impossible de savoir quelle fut la sensation exacte du clerc de cour d’Europe du nord lambda, encore moins de princes laïcs plus ou moins frottés de culture latine, à première audition ou lecture de certaines des lettres impériales, puis des textes des premières collections de Lettres de Pierre de la Vigne. Il reste probable que seuls les exercices de virtuosité rhétorique des notaires et autres jeux de cours épars dans les quatre premiers livres des Lettres présentaient des problèmes d’interprétation radicaux, dus à leur fonction particulière, susceptibles d’entraver la compréhension du message dans son ensemble pour la majorité des lecteurs contemporains.

192La précieuse mention d’Odofredus sur l’obscurité du style de Pierre de la Vigne, qu’il faut replacer dans son contexte juridique particulier, n’enlève rien au fait que l’essentiel du message véhiculé par les lettres de propagande ou administratives a sans doute été compris par les contemporains ayant une maîtrise normale du latin, sauf cas exceptionnel. La partie essentielle du message était finalement contenue dans une fraction assez restreinte de la lettre, et pouvait certainement être interprétée par un clerc de culture moyenne, même s’il hésitait sur le sens de telle période ou de tel mot.

193Mais de cette compréhension passive minimale à une appréciation intégrale de l’ensemble des éléments syntaxiques, lexicaux et ornementaux entrant en jeu dans la composition des lettres, il y avait certainement loin, même pour les grands manifestes politiques ou les prologues des privilèges, voire pour certaines parties des actes de la pratique administrative et juridique ordinaire. Cette difficulté potentielle pose un problème d’interprétation dans le cas d’une collection épistolaire qui a été précocement et soigneusement recueillie sous la forme d’une summa dictaminis pour servir de modèle stylistique dans les chancelleries ou ailleurs, à partir de 1270.

  • 193 Sur les problèmes de correction du texte biblique, cf. Dahan 1990 et 1999, à compléter pour les ann (...)

194Si les sommes les plus anciennes des Lettres de Pierre de la Vigne sont déjà littéralement truffées d’erreurs, au point de rendre la lecture de la plupart d’entre elles très pénible, et d’avoir fait de l’établissement d’une édition scientifique un problème quasi-insoluble, que faut-il en déduire sur la culture et les difficultés de compréhension de ceux, pourtant censés être des techniciens du langage, qui les ont recopiées dès le xiiie siècle ? Il serait certes naïf de croire que ces collections épistolaires ont eu le monopole de ces problèmes de transmission qui affectent à un degré ou à un autre la plus grande partie des traditions manuscrites au Moyen Âge, à commencer par celle du texte par excellence, le texte biblique193.

195Mais en analysant les erreurs des premiers copistes aux prises avec les Lettres, tout en ayant à l’esprit les difficultés inhérentes à l’exercice particulier que représente l’opération de copie d’un texte manuscrit, il est possible de se faire une idée des principaux obstacles rencontrés par les contemporains à la lecture de ces documents. Il est par exemple tentant de rechercher dans les erreurs des notaires une illustration pratique aux problèmes d’obscurité des transumptiones exposés par les théoriciens de l’ars dictaminis. Cette analyse d’une réception manuscrite qui se situe chronologiquement entre la réception immédiate des lettres, telle qu’elle a été discutée dans les deux premières sections de cette partie, et leur réutilisation à plus long terme, à travers la chaîne des traditions manuscrites, formera une transition naturelle avec la cinquième et dernière partie de cette étude, consacrée à la postérité du ‘style’ des Lettres de Pierre de la Vigne entre la diffusion des premières collections, à partir de 1280, et la fin du Moyen Âge.

4.4.1. La complexité formelle, obstacle à la compréhension ? Enseignements du manuscrit Paris, BnF 8563

  • 194 Cf. Schaller 1993, p. 242. Pour la description du manuscrit, cf. Schaller 2002, no 158 p. 237-238.

196Pour examiner le problème de la compréhension des lettres par les clercs contemporains, deux méthodes complémentaires ont été mises en œuvre. D’une part, un manuscrit précoce dans la tradition de transmission des Lettres a été sélectionné. Ce manuscrit Paris, BnF lat. 8 563, écrit selon toute probabilité avant 1318 à la Curie, est le premier recueil des Lettres dans leur version classique approximativement datable194. Il servira dans un premier temps de base à une présentation des altérations présentes dans la tradition la plus ancienne (soit les cinquante première années de la diffusion des Lettres). Dans la section conclusive de cette sous-partie, c’est à l’opposé un large éventail de manuscrits qui permettra de présenter la multiplicité des variations possibles d’une transumptio contenue dans une lettre particulière, la réponse de Frédéric II à saint Louis, PdV I, 13 à travers la tradition des Lettres.

197Le manuscrit Paris, BnF lat. 8563 occupe une position stratégique dans la tradition manuscrite des Lettres. Premier manuscrit approximativement datable de la tradition classique, il se trouve donc aux débuts du rameau principal des Lettres, diffusées dans les deux siècles suivants principalement sous cette forme. Mais par rapport à l’histoire de la formation des Lettres examinée dans la première partie, il se place au contraire à l’extrême fin de la série d’essais et de réorganisations qui ont caractérisé l’histoire de la formation des Lettres dans la seconde moitié du xiiie siècle. Le manuscrit se trouve donc à la charnière entre l’histoire de la collection encore en phase d’organisation, et celle de la collection standardisée.

198Les altérations du texte originel qu’il contient sont donc vraisemblablement les conséquences des erreurs d’une chaîne de transmission encore relativement courte, depuis l’archétype probablement constitué par Nicolas de Rocca. Elles peuvent être le résultat du travail de trois ou quatre copistes successifs. Il peut donc servir de miroir grossissant des difficultés rencontrées par les premiers copistes d’un texte encore bien conservé, dont il représente le résultat cumulé après une cinquantaine d’années de diffusion, ce qui ne serait possible ni pour une des rares collections plus proches du texte original datant de la fin du xiiie siècle, encore trop bien préservées, ni pour un texte moyen de la version classique plus tardif, fruit d’une réception trop médiatisée.

4.4.1.1. Un clerc consciencieux face aux Lettres vers 1315 : Gilles de Roquedur

  • 195 On sait peu de choses sur ce personnage. D’après le colophon du manuscrit BnF lat. 8563, il a rédig (...)

199En plus de son statut particulier de premier manuscrit de la collection classique des Lettres daté, ce manuscrit présente en effet un autre intérêt. Son rédacteur, Gilles de Roquedur195, non content de relire son travail avec une certaine attention, a apporté un soin tout particulier à la notation de variantes, directement incluses dans le texte (ce qui signifie probablement qu’elles étaient déjà présentes dans un manuscrit antérieur, puisque ce phénomène se rencontre à des degrés divers dans la tradition manuscrite des lettres) ou plus souvent signalées par un aliter marginal, dans un véritable travail de collation qui amène à conclure qu’il possédait simultanément ou a eu successivement à disposition à la Curie deux manuscrits des Lettres.

200Il ne s’agit donc pas, comme pour la majorité des manuscrits classiques examinés, d’un travail de copie relativement mécanique, éventuellement assorti d’une très rare annotation marginale, mais d’un travail extrêmement minutieux témoignant d’une tentative de reconstitution d’un texte original correct, même si la réussite de l’opération a de quoi laisser relativement sceptique.

Un état représentatif d’une étape-charnière dans la transmission manuscrite, à la croisée des différentes collections

201La trame du texte est dans l’ensemble déjà fort altérée, même si un nombre considérable de passages reflètent un état ancien meilleur que les passages équivalents des manuscrits choisis par Huillard-Bréholles pour son édition. On peut donc en conclure que les deux manuscrits utilisés par Gilles de Roquedur étaient eux-mêmes des manuscrits classiques de la seconde génération, de qualité médiocre, et que, au moins autant que ses propres limites, c’est le matériel qu’il avait à disposition qui l’a handicapé dans la reconstitution du texte.

202Il est probable qu’il a disposé d’abord d’un manuscrit très déficient, dont le copiste avait recopié à la suite l’une de l’autre les formes abrégées sur la reconstitution desquelles il hésitait, et qui comportait de nombreux sauts ou lacunes, qu’il put ultérieurement corriger à partir d’un manuscrit un peu meilleur. Ces conditions de travail lui permirent d’éliminer ou d’amender certaines formes incorrectes, ou bien de proposer des variantes dans d’autres cas où un choix particulier ne s’imposait pas à son esprit.

Un réel effort de réflexion sur le texte

203L’effort de correction et d’explicitation de Gilles de Roquedur se caractérise de plusieurs manières.

  • 196 Manuscrit Paris, BnF lat. 8 563, fol. 9v. Sur la formule qualitas exigit dans les lettres, cf. par (...)

204De nombreux mots ou groupes de mots du texte ont été exponctués ou raturés. Cette opération a pu avoir lieu pendant l’acte même de copie, quand Gilles s’était laissé entraîner par un automatisme d’écriture. Ainsi à la fin de la lettre PdV II, 26, adressée par Frédéric II à ses fidèles crémonais, en recopiant le début de clausule vos autem, viri fortes, quos velut in fidei soliditate firmatos, reddit quevis negociorum et temporum qualitas in nostra devotione preclaros, la succession negociorum et temporum qualitas a probablement entraîné l’ajout mécanique d’exigit, suivant une formule diplomatique banale ; le verbe superfétatoire a été ensuite barré196.

  • 197 Ce choix fut probablement motivé par l’état meilleur du second manuscrit, cf. par exemple fol. 44v, (...)

205Elle peut correspondre à une tentative de choix entre deux versions présentes dans le texte qui servait de base à la copie197.

  • 198 Manuscrit Paris, BnF lat. 8 563, fol. 47v : La correction n’est pas stupide, si l’on tient compte d (...)

206Elle peut enfin relever d’une tentative de correction consciente d’un passage qui, pour une raison ou une autre, lui semblait altéré. Ainsi, au début de la lettre PdV III 10 sur la réouverture de l’université de Naples, Gilles ne comprend pas la succession : sicut rerum ubertate victualium ad dispensationem divini nominis terra natura profluente tripudiat, et exponctue natura, qui lui paraît redondant par rapport à terra198.

207À ces émendations, s’ajoute un travail minutieux de corrections marginales ou interlinéaires vraisemblablement opérées grâce à un second manuscrit, et la proposition en marge des innombrables variantes déjà mentionnées. Enfin, on note la présence de commentaires ou d’explications ponctuelles, qui donnent quelques indices sur le degré de compréhension lexicale de ce clerc provençal employé à la Curie dans ce travail de dictamen.

  • 199 Manucrit Paris, BnF lat. 8 563, fol. 14r : Faleris, id est ornamentis. Cf. également le manuscrit P (...)
  • 200 Manuscrit Paris, BnF lat. 8 563, fol. 38v, PdV II, 49 : Repetentibus nuper nobis Ytaliam, glose int (...)
  • 201 Sur Gautier d’Ascoli, cf. supra p. 231. Uguccio est nommément cité par Gilles, cf. manuscrit BnF 8  (...)

208Sont ainsi glosés des termes ou des expressions antiquisantes comme les phalères qui ornent la fidélité de Viterbe dans la lettre PdV I, 22199, ou bien l’emploi du tour classicisant repetentibus/ repetituri pour les déplacements de l’empereur en campagne, visiblement ressenti comme insolite et glosé respectivement par revertentibus et reversuri200. Le terme rare intercompede est assorti d’une note renvoyant à Uguccio, ce qui atteste la valeur de repère des lexiques du genre de ceux d’Uguccio ou de Gautier d’Ascoli pour les clercs du début du xive siècle201.

  • 202 Ibid., PdV IV, 1 : Luxit namque David triduo primogenitum Absolonem, note marginale : David, id est (...)

209Enfin, dans un autre registre, une transumptio particulièrement complexe telle que la double image de David pleurant Absalon et César Pompée dans la lettre de déploration sur la mort de Henri (VII), est accompagnée d’une petite note marginale posant l’équivalence David = César qui renvoie au problème de l’obscurité liée à ces techniques métaphoriques. Ces jeux d’équivalences ne correspondaient pas nécessairement à des automatismes pour les clercs, tout imprégnés de culture biblique qu’ils fussent202.

4.4.1.2. Parataxies, simplifications, alignements : la pesanteur d’une culture moyenne

210On peut donc déjà retenir de ce travail de correction de Gilles un certain nombre d’indices sur les difficultés posées par le texte des Lettres à ses premiers copistes. La construction des périodes complexes multipliant les inflexions casuelles pose des problèmes à l’analyse. Les nombreuses variantes entre termes très proches et interchangeables liées au caractère formulaire de maints passages des Lettres placent les copistes devant des dilemmes quasi-insolubles. Un certain nombre de termes sont ressentis comme déviants soit par rapport à l’usage plus commun, soit par rapport à la norme représentée par les lexiques. Enfin les transumptiones, même d’apparence relativement simple, appellent la glose.

211Somme toute, la latinité de Gilles de Roquedur, telle qu’elle est reflétée par ces notes et ces corrections, semble à peu près à la hauteur de son travail de copiste. Mais tel n’est pas le cas des copistes qui l’ont précédé, et ont obéré par leur négligence ou leur ignorance sa tentative de reconstituer un texte correct. Il faut maintenant examiner à partir des points dégagés l’ensemble des altérations par rapport à un état de la tradition plus proche des lettres originales présentes dans le manuscrit Paris, BnF lat. 8 563, que Gilles n’a pas pu ou su corriger faute d’exemplaire adéquat. Il est donc possible de dresser sans intention d’exhaustivité un rapide bilan des dégradations subies dans les deux premières générations, en commençant par les appauvrissements syntaxiques liés à des difficultés d’analyse des structures rythmiques et syntaxiques des périodes et les appauvrissements et déformations lexicaux liés à la méconnaissance des termes rares.

Appauvrissements syntaxiques liés à des difficultés d’analyse des structures rythmiques et syntaxiques des périodes

  • 203 Ibid., PdV I, 28 : fédera traherémus, changé en federa contraheremus mauvais pour le cursus mais pl (...)

212La première victime de la négligence de la plupart des copistes a été la musicalité des lettres. Seule une attention rigoureuse à la présence et aux exigences du cursus aurait permis d’éviter les interversions de termes et surtout les altérations lexicales qui ont constamment mutilé les fins des clausules. Le remplacement de formes rares ou plus précieuses (federa traheremus ; sanguine rubricarunt) par des formes ressenties comme plus naturelles (contraheremus, rubricaverunt203) au gré de la plume témoigne d’une parfaite inattention à cet élément déterminant du travail stylistique.

  • 204 Par exemple à la fin de PdV I, 32. Les mots entre crochets indiquent les passages à rétablir, les m (...)

213Les copistes ont peiné devant la construction de périodes à incises et subordonnées multiples, que leur inclination naturelle à la parataxie a tendu à défigurer. La tendance au remplacement des pronoms relatifs par des conjonctions de coordination (et), à la confusion entre les pronoms relatifs qui/que/quod et la conjonction de subordination quam204, sont les deux exemples les plus massifs d’un flou généralisé dans l’appréhension des enchaînements syntaxiques qui n’étonnera pas le lecteur moderne des Lettres, pour le quel c’est certainement la construction et l’enchaînement des propositions qui offre le plus de difficultés à première lecture.

214Une autre grande caractéristique des Lettres a engendré une série d’erreurs quasi-automatiques chez les copistes, et permet de mesurer encore plus clairement la contradiction entre les exigences de la recherche formelle et celles d’une bonne lisibilité. Il s’agit de la disposition artistique des unités lexicales en fonction de leurs désinences, pour créer des effets de disparités et éviter des lourdeurs.

  • 205 Une formule classique de la chancellerie impériale, l’encastrement d’un couple pronom ou adjectif+n (...)

215Là où les notaires impériaux ont recherché des effets de contraste en recourant à des procédés chiasmatiques ou à des zeugmas, généralement pour éviter la répétition des mêmes désinences, le notaire moyen pratique un alignement automatique des cas plus proche de ses habitudes d’écriture et de lecture, que les caractéristiques formelles de l’écriture cursive médiévale, avec son système d’abréviations terminales, rend dévastateur pour une prose d’art de ce type. Aussi le raffinement dans la disposition des termes à l’intérieur des propositions mêmes vient-il s’ajouter à la complexité des enchaînements à l’intérieur de la période pour rendre le processus d’altération de l’ensemble du document quasi-inévitable205. C’est certainement cette complexité syntaxique générale, au niveau de l’organisation de la proposition et de la période, qui a été responsable des dégâts les plus considérables dans la tradition des Lettres.

  • 206 Ces oscillations générales sont compréhensibles, mais souvent consternantes. Cf. par exemple manusc (...)
  • 207 Exemples innombrables d’une faute que les graphies médiolatines rendent extrêmement fréquente. On e (...)
  • 208 Exemples également innombrables, par exemple le manuscrit Paris, BnF lat. 8 563 PdV I, 24 fol 14v, (...)

216Mais d’autres aspects de la structure syntaxique des Lettres en apparence plus aisément compréhensibles ont également fait les frais de cette tendance à la simplification. Telles sont les nuances temporelles (emploi des subjonctifs206) ; les tours passifs et déponents207, et même dans une large mesure les comparatifs, qui sont pour une bonne partie laminés par les copistes négligents208. L’impression globale est celle d’un recours constant à des automatismes de lecture qui guident la plupart des copistes, pilotant à vue au gré d’enchaînements casuels et de terminaisons qu’ils attendent, et qui ne correspondent que rarement à ceux du texte qu’ils sont censés recopier.

Appauvrissements lexicaux liés à la méconnaissance des termes rares

  • 209 Manuscrit Paris, BnF lat. 8 563, PdV III, 41 fol. 36v : beruarios (des valets d’armes) changés en b (...)
  • 210 Toujours à partir du manuscrit Paris, BnF lat. 8 563 ou des variantes de l’édition Iselin, en vrac, (...)

217Un second ensemble d’erreurs reflète l’importance des difficultés de compréhension lexicale dont les gloses de Gilles étaient un indice. Un certain nombre de termes ont été déformés à la copie non pas à cause d’inattentions, mais tout simplement par suite de méconnaissances lexicales, qui ont conduit les copistes à aligner les termes mal compris sur des mots de forme voisine qui leur étaient plus connus. Les altérations attendues du vocabulaire technique issu de la rencontre vulgaires/latin, par ailleurs très rare dans les lettres (demania changé en domania , beruarios en brumarios209) sont à cet égard moins intéressantes que les nombreuses altérations de termes d’une latinité classique, voire précieuse, qui sont alignés sur les formes courantes les plus proches par leur structure210. La valeur indicielle de ces alignements, précieux parce qu’ils indiquent en pointillé la limite entre une latinité technique et une latinité plus recherchée que ne franchissent pas un certain nombre de notaires, est tout de même assez faible, ce genre d’altération étant monnaie courante dans l’ensemble des traditions manuscrites.

4.4.1.3. Les lapsus et les déformations ad sensum : richesse sémantique et inconscient notarial

218Plus remarquable pour la compréhension des modes de lecture des clercs est l’existence d’un certain nombre d’altérations qui relèvent non pas de l’incompréhension caractérisée mais du lapsus calami. Ce type d’altération est précieux pour comprendre les associations mentales que la lecture et la copie plus ou moins consciente des textes latins engendraient chez les notaires.

219La récolte opérée dans les lettres, à partir du seul manuscrit Paris, BnF lat. 8 563, ouvre suffisamment de pistes pour suggérer des enquêtes ultérieures. L’étude de ces lapsus calami, en ouvrant une fenêtre sur ce qu’un historien psychanalyste appellerait sans doute « l’inconscient notarial », pourrait en effet servir de complément idéal à celle des lexiques, et des théories grammaticales, rhétoriques, exégétiques et scientifiques des clercs médiévaux pour reconstituer en son entier leur mode d’appréhension du langage.

Typologie des lapsus calami

220À partir d’un survol des déformations présentes dans le manuscrit Paris, BnF lat. 8 563, quatre grandes catégories de lapsus peuvent être dégagées.

Tendances dyslexiques

  • 211 Herkenrath 1987, mentionné par Guyojeannin-Pycke-Tock 1993.
  • 212 Manuscrit Paris, BnF lat. 8 563 : faciles/felices : PdV II, 34, fol. 32v ; de ita/ dieta, PdV II, 3 (...)

221La première, qui a été déjà étudiée dans le cadre de la chancellerie de Frédéric Barberousse211, est celle des lapsus par dyslexie (felices/faciles ; dieta/de ita ; parva/prava ; parvos/pravos ; partibus/patribus ; hyraliter/hylariter212) qui relève d’une pathologie courante.

Lapsus par annominationes ou glissements sémantiques simples

  • 213 Manuscrit Paris, BnF lat. 8563 : honorantur/honerantur : PdV I, 2, fol. 2v ; affectu/effectu PdV I, (...)

222La seconde est la plus générale : il s’agit de lapsus relativement simples, qui indiquent une relation lexicale entre deux termes pouvant être motivée à la fois par des raisons de proximité dans l’espace (un terme apparaissant plusieurs fois dans les lettres vient sous la plume pour un autre terme analogue), mais aussi et surtout de proximité formelle (honorantur/onerantur ; affectu/effectu ; desiderii/ dissidii ; in augusto/in angusto ; tot annorum fatigati/tot armorum fatigati ; horror/terror ; impudenter/imprudenter ; misterium/ministerium ; doctores/detectores ; laudem imperii/lapidem imperii ; expertes/ expertos213).

  • 214 Pour le couple angusto/augusto, cf. infra p. 529 la conclusion de PdV I, 13. Pour le couple onus/ho (...)

223La présence de ces lapsus d’apparence banale présente un intérêt pour l’analyse de l’impact des lettres dans la mesure où leur fréquence ne peut qu’avoir été renforcée par l’importance des jeux rhétoriques d’annominatio présentés dans la seconde partie, lesquels multipliaient dans les lettres l’apparition de termes d’apparence voisine. Ils sont de plus généralement motivés (ce sont de vrais lapsus freudiens) à la fois sur la forme et sur le fond, même quand ils le paraissent faiblement. Les remplacements de honorantur par (h) onerantur (sic), de desiderii par dissidii, d’augusto par angusto, d’expertes par expertos, présentent d’évidentes tendances de substitution d’un terme positif par un quasi-équivalent formel négatif d’autant plus remarquable qu’un jeu conscient et assumé des notaires sur au moins deux de ces couples de termes est par ailleurs attesté dans les lettres214.

  • 215 PdV I, 29 dans le manuscrit Paris, BnF lat. 8 563 fol. 19r : si pro diuturnis guerris ac humiliatio (...)
  • 216 À propos du ministère de la justice PdV III, 1, manuscrit Paris, BnF lat. 8563 fol. 42v : legimus n (...)
  • 217 Ce doublet mysterium ministerium, ici involontaire, est en rapport direct avec le vocabulaire relig (...)

224Sur un mode différent, les couples annorum/armorum fatigati215et misterium/ministerium216présentent deux cas d’un lapsus signifiant où le glissement formel obéit à une parfaite logique sémantique, avec dans le dernier cas l’indication probable d’une association sémantique à haute valeur symbolique, dont on trouve ailleurs une justification consciente dans les écrits de la chancellerie de Frédéric II217.

Le lapsus par inversion sémantique

  • 218 Cf. Haskins 1928, p. 143, citant une lettre parodique contenue dans le manuscrit London, British Li (...)

225Cette tendance à la substitution signifiante de termes en fonction d’associations inconscientes ou semi-conscientes amène aux deux dernières catégories, celles où le caractère spectaculaire des lapsus ouvre encore plus largement la voie à une analyse de type proprement psychanalytique. Le premier ensemble, quoique banal, est particulièrement intéressant dans la logique d’une rhétorique de l’argumentation. Il s’agit de la catégorie des lapsus par inversion de sens directement apparente, innombrables dans le texte. Ils semblent attester chez les copistes une lecture fantasmatique de la lettre qui serait en quelque sorte l’équivalent inconscient des retournements de la rhétorique impériale dans des lettres parodiques dont on a conservé un ou deux exemplaires218.

  • 219 Toujours à partir du manuscrit Paris, BnF lat. 8 563 : PdV I, 7 : magnitudini/ingratitudini ; PdV I (...)
  • 220 Ibid., fol. 35r-v (PdV II, 39) : Ad exterminium (...) campos eduximus, ut gladius (...) devastaret, (...)
  • 221 PdV II, 37 fol. 34v : mutuis affectibus delectantes vos in strenuitate [= serenitate] vultus nostri (...)

226Les voies de création de ces lapsus, souvent banales (magnitudini/ingratitudini ; constantia/inconstantia219) sont parfois suffisamment surprenantes pour attester leur caractère inconscient. Aux lapsus par simples ajouts ou modifications de préfixes de négations, se superposent en effet les inversions radicales de termes a priori plus surprenantes (hyemem/estatem, occidentalibus/orientalibus220), mais aussi d’admirables déformations où la quasi-similitude formelle laisse ouverte la voie à une inversion de polarisation radicale du sens, là où on la penserait le moins probable (parituro/perituro ; strenuitate/serenitate221).

Le lapsus hautement signifiant

227Mais c’est la quatrième catégorie, celle des lapsus par association de sens à partir d’images à forte teneur symbolique (noms propres ou métaphores) ou débouchant à partir de vocables d’apparence plus anodine sur des termes détonnants par rapport au texte, qui permettrait sans doute d’entrer le plus loin dans l’imaginaire des copistes, en donnant un certain nombre d’indications sur la manière dont la rhétorique des lettres engendrait des associations mentales chez les auditeurs en fonction de leurs attentes et de leur préoccupations. On envisagera dans le chapitre suivant les déformations d’une transumptio particulièrement complexe et évocatrice par les copistes. Contentons-nous pour l’instant de passer en revue les tendances que l’imaginaire des copistes des quatre ou cinq manuscrits dont a sans doute dépendu le manuscrit Paris, BnF lat. 8 563 permet de reconstituer.

  • 222 Titre de PdV II, 4 dans le manuscrit Paris, BnF lat. 8 563 fol. 24r : Etzelinus super dedictione ci (...)

228Une première série de ces lapsus spectaculaires est liée au contexte culturel du notaire qui recopie le manuscrit, et renvoie en l’occurrence assez nettement, soit que Gilles en soit responsable, soit que certains de ses prédécesseurs aient été régnicoles, à la France de Philippe le Bel. Faventia a été changée en Francia, et l’évêque de Patti en évêque de Poitiers222. On verra plus loin qu’un imaginaire notarial proprement italien a sans doute également contribué dans d’autres manuscrits à cette catégorie de déformations.

  • 223 PdV II, 3 : version du manuscrit BnF lat. 8 563 fol. 24r : dum atramenti cuiuslibet dextera pour du (...)
  • 224 PdV III, 8 dans la version du manuscrit Paris, BnF lat. 8 563 fol. 46v : de prospera nobis dedictio (...)
  • 225 PdV III, 72 : lettre de Frédéric aux Romains, dans la version du manuscrit Paris, BnF lat. 8 563 : (...)
  • 226 Un autre exemple serait formé par le remplacement du terme conculcationibus par circumlocutionibus (...)

229Le second groupe renvoie à l’appartenance socio-professionnelle des notaires. Le remplacement de nombreux termes par des formes d’apparence voisine, généralement sans aucun rapport sémantique, mais étroitement liées à la pratique de la copie, semble participer d’une logique de l’inconscient professionnel particulièrement notable dans le cas de la transmission d’un matériel rhétorique par un milieu de notaires, et ce d’autant plus qu’on a déjà eu l’occasion de voir que les notaires sud-italiens du xiiie siècle avaient déjà consciemment tendance à multiplier les renvois internes à leur formation professionnelle en truffant leurs lettres d’allusions circulaires aux théories rhétoriques et grammaticales. Le remplacement d’a trementi (du tremblant...) par atramenti223(de l’encre), de rei letus (rendu joyeux par la chose) par rei lectus224(lu par la chose), le doublet romanum dyadema/romanum idioma225, sont autant de renvois inconscients à la pratique des notaires qui viennent compléter l’affirmation consciente de leur identité professionnelle226.

  • 227 Il s’agit d’un passage d’une lettre de menace de Frédéric aux Romains PdV II, 8 de 1242 appuyé sur (...)
  • 228 PdV II, 53 dans la version du manuscrit Paris, BnF lat. 8 563 fol. 40r : dum herba crescit, equus m (...)
  • 229 PdV II, 35 dans le ms. BN 8 563, fol. 33r : cum ad verum ventum est pour cum ad rem ventum est. Il (...)

230D’autres regroupements de lapsus pourraient être esquissés. Certains renvoient à un imaginaire proprement biblique dont ils soulignent le pouvoir d’évocation, (lumbare vestrum computrescere faciet, il fera pourrir votre pagne, devient lumbare vermi computrescere faciet, il fera pourrir le pagne du ver227) ; d’autres aux métaphores animalières à la base d’une grande partie des transumptiones en circulation tant dans la rhétorique des lettres que dans celle des communes lombardes (lupus/lepus228). Enfin, véritable confirmation inconsciente des remarques d’Odofredus, le lapsus qui transforme rem en verum vient apporter la contre-preuve de la véracité des remarques d’Odofredus sur l’obscurité du style de Pierre de la Vigne, remarques émises précisément à partir de la substitution consciente inverse de veritas par res, prise par le juriste comme exemple d’obscurité métaphorique229.

Lapsus et obscurité

231Ce dernier cas permet d’envisager quelle exploitation l’historien pourrait faire de ces récoltes d’un genre particulier. Il ne s’agit pas de surdéterminer l’importance de ces glissements qui ne permettent certainement pas de jauger exactement l’obscurité du style des lettres, au sens où ils seraient des indices quantifiables de leur complexité. En revanche, placés en contrepoint et utilisés en complément des analyses sur les recherches rhétoriques conscientes des notaires et les niveaux de réception « conscients » du public (les degrés de l’exégèse, la bonne compréhension du message), ils permettent de compléter l’histoire de la réception du message des Lettres en parachevant notre connaissance des mécanismes de rapprochements entre les termes et les images au cœur de cette rhétorique.

232Ces dérapages ne font pas saisir le degré d’obscurité des lettres pour le public, degré forcément relatif ; ils aident à mesurer les clairs-obscurs de leur compréhension, à travers des mécanismes d’association qui ne peuvent pas se réduire à la parfaite conformation aux rapprochements lexicaux induits par la culture exégétique et linguistique des clercs, jamais parfaite et jamais parfaitement outillée ; mécanismes d’association qui pour être appréhendés dans leur totalité demandent à la fois la prise en compte de la partie émergée – consciente – de l’imaginaire médiéval, et de sa moitié inconsciente. Et c’est cette part d’inconscient qui transparaît, précisément, à travers les erreurs des clercs.

4.4.2. Variations sur une transumptio et reconstruction fantasmatique

233Il faut revenir une dernière fois sur la question délicate de l’obscurité des lettres en se guidant sur les indications des maîtres en dictamen. Si les dangers de l’usage immodéré de la technique d’ornementation métaphorique ont été stigmatisés par Boncompagno, Odofredus ou Richard de Pofi, si la transumptio biblique pouvait se prêter à toutes les interprétations tendancieuses que l’effervescence religieuse du premier xiiie siècle engendrait, les dérapages des notaires qui ont recopié ces lettres ne peuvent-ils donner une idée des malentendus que leur incompréhension de certaines transumptiones des lettres susceptibles de tomber sous ce reproche d’obscurité a pu entraîner ?

234Une des lettres les plus célèbres du premier livre, la réponse de Frédéric II à saint Louis (PdV I, 13), servira de terrain d’enquête pour étudier les déformations successives d’une transumptio précise dans la tradition manuscrite.

4.4.2.1. Un échange de lettres spectaculaires : saint Louis et Frédéric II

235Le diptyque PdV I, 12/PdV I, 13 fait partie des lettres les plus célèbres et les plus exploitées du premier livre, tant au Moyen Âge qu’à l’époque moderne.

  • 230 Ces événements sont racontés par Matthieu Paris, Chronica, IV, p. 95 et suivantes : quomodo imperat (...)
  • 231 Les lettres papales de convocation, lancées le neuf août 1240 et le quinze octobre de la même année (...)
  • 232 Sur les réactions officielles de Frédéric à la promulgation du concile, cf. sa lettre à l’évêque d’ (...)

236Il s’agit en effet de deux missives relativement courtes échangées entre saint Louis et Frédéric II à la suite de la capture de nombreux prélats français lors de la bataille navale de Montecristo en 1241. En 1240, Grégoire IX, reprenant habilement un appel au concile de Frédéric II à la suite de son excommunication de 1239230, avait décidé de convoquer un concile à Rome pour la Pâque de 1241231. L’empereur, pressentant que le pape l’utiliserait pour orchestrer sa déposition, interdit aux prélats convoqués de se rendre par terre ou par mer à Rome232.

  • 233 Résumé des événements Stürner 2000 p. 501-502 et Grévin 2005c et d.
  • 234 Pour un compte-rendu des événements vus du côté adverse, cf. Epistole selecte, no 813 p. 714-715, l (...)
  • 235 Voir le rappel de la captivité des prélats après la bataille navale dans les toutes premières pério (...)

237Informé que les prélats français, anglais et ibériques, ainsi que certains de leurs collègues italiens, avaient décidé de se rendre par mer à Rome sous la protection d’une flotte génoise, il les fit intercepter par la flotte impériale, aidée par un fort contingent naval pisan, à Montecristo, dans les parages de l’île d’Elbe, le 3 mai 1241233. Seule une petite partie de la flotte génoise échappa. La majorité des prélats les plus importants, dont deux cardinaux et trois archevêques, furent capturés. Cette victoire éclatante de l’empereur, peu après la prise de Faenza, lui assurait un succès tactique à court terme, chanté dans les lettres PdV I, 8 et I, 9234, mais allait avoir des implications désastreuses pour sa fama à long terme. La propagande papale s’empara en effet de cet épisode qui vit une centaine de prélats capturés par les forces impériales et traînés de prisons en prisons, ou pour certains, tels l’archevêque de Besançon, noyés sur les lieux même du combat235.

  • 236 Pour avoir une idée de la dimension de la capture, il suffit de lire l’adresse de la lettre du 14 j (...)

238Dans l’immédiat, Frédéric II avait réussi à empêcher la tenue du concile, mais il était confronté à un problème diplomatique. Parmi les prélats se trouvaient un certain nombre de dignitaires ecclésiastiques français, avec à leur tête les abbés de Cluny et de Cîteaux236. Si Frédéric II libérait aussitôt les Français, il semblait bafouer sa propre autorité, puisqu’il avait annoncé qu’il sévirait contre eux en cas de poursuite du projet. Mais s’il les retenait, il risquait de s’attirer la colère du roi de France, dont la neutralité lui était précieuse. Les deux documents rubriqués sous les numéros 12 et 13 du premier livre dans la collection classique des Lettres sont motivés par la négociation franco-impériale au sujet de la libération de ces hauts dignitaires religieux.

La structure d’un échange diplomatique en 1241

239Dans le premier d’entre eux, saint Louis réclame hautement la libération des prélats français, arguant du fait qu’ils étaient tenus par l’obéissance ecclésiastique de se rendre au concile et qu’ils n’avaient aucune mauvaise intention contre l’empereur, même si, comme l’avoue le roi, ce n’était pas nécessairement le cas du pape. Il souligne que la concorde a jusqu’alors régné entre le royaume et l’Empire, qu’il n’a pas permis que les légats pontificaux prêchent contre l’empereur dans le royaume, mais que cette prison est une offense grave contre la majesté du royaume.

240Dans la lettre qui lui répond dans les recueils, l’empereur notifie la réception et la prise en compte de la missive royale, mais en démonte l’argumentation. La lettre du roi renferme une contradiction logique dans son sein, ce qui détruit l’efficacité de son argumentation. Suit un historique de la haine portée par Grégoire IX à Frédéric II, de ses mauvaises intentions, et de la justice de l’intervention impériale.

Lettre de saint Louis à Frédéric II (PdV I, 12).

[Exordium] Tenuit hactenus indubitanter nostra fiducia, quod inter Imperium et regnum nostrum longo temporis tractu mutua dilectione firmata, nulla posset exoriri materia, odium et scandalum paritura ; cum antecessores nostri, felicis memorie, reges universi usque ad tempora nostra, honorem Imperii et sublimitatem zelaverint, et nos qui post ipsos, Deo volente, regnamus, in eodem proposito tenebamur.
Nec non et antiqui Romanorum Imperatores et nostri proximi, unum et idem regnum et Imperium estimantes, unitatem pacis et concordie servaverunt, et inter eos alicujus dissensionis scintillula non illuxit.
[Narratio] Unde admirari cogimur vehementer, et non sine ratione turbari, quod nulla offensionis causa vel materia precedente, prelatos regni nostri ad sedem apostolicam accedentes, cui tam ex fide quam obedientia tenebantur, nec ejus poterant recusare mandata, in mari capi fecistis, et eos sub custodia detinetis, quod magis moleste ferimus, quam Majestatis vestre sublimitas forte credat.
Nam sicut ex eorum literis manifeste didicimus, nihil contra Imperialem celsitudinem excogitaverant, etiam si summus pontifex fuisset ad aliqua minus debite processurus : unde, cum in eis nulla detentionis causa inveniatur, decet celsitudinem vestram dictos prelatos regni nostri debite restituere libertati, in quo nos ipsos pacatos reddetis, qui detentionem ipsam nostram injuriam reputamus. Regno enim nostro sublimi multa fieret detractio, si super talibus taceremus : quod si ad preterita mentis vestre oculos vultis reflectere, Penestrinum episcopum et alios legatos Ecclesie, in prejudicium vestrum volentes subsidium nostrum implorare, manifeste repulimus, nec in regno nostro contra Majestatem vestram potuerunt aliquid obtinere.
[Petitio] Provideat igitur imperialis providentia, et ponat in state-ra judicii ea que scribimus, nec velit trahere locum a sua potentia et voluntate ; [Conclusio] nam regnum Francie non est adeo debilitatum in viribus, quod se permittat vestris calcaribus perurgeri.
Notre confiance a tenu jusqu’ici pour indubitable, qu’entre l’Empire et Notre Royaume, un long espace de temps avait renforcé l’affection réciproque, de sorte que nulle matière ne pût surgir susceptible d’enfanter la haine ou le scandale, alors que Nos Prédécesseurs, les Rois d’heureuse mémoire, sans exception, ont jusqu’à notre époque gardé jalousement l’honneur et la sublimité de l’Empire, et que Nous, qui après eux régnons par la volonté divine, conservions la même intention. Et ni les anciens, ni les récents Empereurs des Romains n’ont manqué d’estimer une seule et même chose le Royaume et l’Empire, préservant l’unité de paix et de concorde, si bien qu’aucune étincelle de dissension ne jaillit entre eux.
Aussi sommes-Nous contraints d’admirer violemment et d’être troublés non sans raison, qu’alors que nulle raison ou matière d’offense ne l’a précédé, ces prélats de Notre Royaume qui se rendaient au siège apostolique, ce à quoi ils étaient tenus tant par la foi que par l’obéissance, et dont ils ne pouvaient récuser les ordres, Vous les avez fait saisir en mer et les retenez sous Votre Garde, ce que Nous prenons plus gravement que la Sublimité de Votre Majesté peut-être ne le croit. Car comme Nous l’avons manifestement appris par leurs lettres, ils n’avaient rien médité contre la Hauteur Impériale, quand bien même le suprême pontife eût eu quelque projet indu. Aussi puisqu’il ne se trouve aucun motif de détention en eux, il sied que Votre Eminence rende les dits prélats du Royaume à la liberté qui leur est due, ce que faisant vous rétablirez la paix entre Vous et Nous, qui réputons cette détention comme offense à Nous faite. Car ce serait diffamer Notre Royaume que de Nous taire sur de tels faits. Que si Vous voulez refléter les yeux de Votre Esprit sur les choses susdites, l’évêque de Pénestre et les autres légats de l’Église qui voulaient implorer auprès de Nous un subside en votre préjudice, Nous les avons manifestement repoussés, et ils n’ont pu dans Notre Royaume obtenir ce qu’ils voulaient contre Votre Majesté.
Que la Prévoyance Impériale y pourvoie donc, et qu’elle place dans la balance de son jugement ce que Nous écrivons, et ne veuille faire argument de Sa Puissance ou de Sa Volonté. Car le Royaume de France n’est pas tant affaibli en force, qu’il se laisse presser par vos éperons.

241Réponse impériale (PdV I, 13) :

  • 237 La lettre ne comporte pas de petitio, puisque c’est une fin de non recevoir.
  • 238 Galat., 5, 9.
  • 239 Cantic., 4, 4.

[Exordium] Regie serenitatis literas Imperialis excellentia intellexit, que si non haberent in medio contradictionis obstaculum, fuissent fortassis apud nos propositum consecute, sed quia modico fermento tota massa corrumpitur, et universale argumentum destruit unius falsitas singularis ;
Constat illa regia scripta sine virtute medii conclusisse, quod evidenter ex factis illis ei ostendimus, que sunt omnibus manifesta. [Narratio] Notorium est enim, et mundus celare non potest, qualiter dudum ille pater apostolicus innocentiam nostram utroque gladio impugnavit, dum nobis ad mandatum suum transfretantibus idem adversarius nos-ter et hostis Sicilie regnum invasit, et ipsum non in parte, sed multimode laceravit.
Postmodum vero, post reditum nostrum in regnum, ad multimodam instantiam et interpositionem nostrorum Alamanie principum pace cum Ecclesia reformata, devotione resumpta, etsi servitia nostra precesserint, dictus tamen Apostolicus, manus suas fortius aggravavit, et quicquid excogitare potuit ad precipitium nostrum excogitavit, motu proprio sine causa, et in nos excommunicationis sententiam promulgando, literis et nunciis nostre diffamationis titulos predicans universis.
Novissime autem, ad supplantationem nostram adspirans, ut adversus turrim David turrim construeret Babylonis, prelatos quoscunque potuit ad particulare concilium evocavit, orientem preponere cupiens aquiloni. Verum mirabilis Dei providentia, per quem vivimus et regnamus, hujusmodi pravitatis ipsius conspiciendo propositum, ac ipsius cogitationes vertens in nihilum, cardinales et prelatos tam regni Francie quam aliarum provinciarum, in manibus conclusit nostris, quos omnes tanquam nostros hostes et adversarios detinemus.
Nam ubi non deficiebat persecutor, non debebat deesse defensor, praesertim cum imperium transcendat hominem, et leonis vestigia animalia singula pertimescant.
[Conclusio237] Non igitur regia celsitudo miretur, si prelatos Francie in angusto tenet Augustus, qui ad Caesaris angustias nitebantur.
L’Excellence Impériale a examiné les lettres de la Royale Sérénité, qui, si elles n’avaient en leur milieu l’obstacle d’une contradiction, eussent peut-être rempli leur propos auprès de Nous. Mais puisque toute la masse est corrompue par un peu de ferment238, et que l’argument tout entier est détruit par une fausseté singulière, il est patent que ces écrits royaux se concluent sans renfermer en leur milieu de vertu effective. Ce que Nous démontrons évidemment par ces faits qui Nous concernent, et qui sont connus de tous.
Il est en effet notoire et le monde ne peut cacher comment naguère ce père apostolique ayant assailli Notre Innocence de l’un et l’autre glaive, alors que sur son ordre Nous avions fait le passage outre mer, ce même adversaire, Notre Ennemi, envahit le Royaume de Sicile, et le déchira non partiellement mais de toute manière. Et par la suite, après Notre Retour dans le Royaume, à la requête répétée et grâce à l’interposition de Nos Princes d’Allemagne, la paix avec l’église fut restaurée, la dévotion (envers elle) rétablie, mais même si Nos bons Procédés l’avaient précédé, pourtant le dit père apostolique appesantit lourdement ses mains sur Nous et tout ce qu’il put inventer pour Notre Perte il l’inventa, promulguant de son propre mouvement, sans raison contre Nous une sentence d’excommunication, et prêchant par lettres et envoyés les titres de notre diffamation à l’univers.
Dernièrement enfin, aspirant à Nous supplanter, afin de construire contre la tour de David239une tour de Babylone, il a convoqué tous les prélats qu’il a pu à un concile particulier, dans son désir d’antéposer l’aquilon à l’Orient. Mais l’admirable providence de Dieu, par qui Nous vivons et régnons, contemplant les intentions d’une telle dépravation, et tournant à néant ses inventions, a renfermé dans Nos Mains les cardinaux et prélats tant de France que des autres provinces, qu’en tant que Nos Ennemis et adversaires Nous détenons tous.
Car là où ne manquait pas le persécuteur, ne devait pas faire défaut le défenseur, d’autant plus que la vertu de l’Empire transcende l’homme et que les traces du lion terrifient tous les animaux. Que donc la Hauteur Royale ne s’étonne pas si ces prélats de France, Auguste les tient en angoisse [= à l’étroit], eux qui s’efforçaient d’angoisser César.

4.4.2.2. Les anamorphoses d’une métaphore : tour de David et prince aquilonaire

242Après avoir rappelé l’agression scandaleuse du royaume de Sicile pendant son voyage en Terre Sainte, l’empereur en vient dans le cours de sa narration à la convocation du concile de 1241, qu’il affirme (non sans vraisemblance) destiné à le détrôner. Il utilise alors une double image (transumptio) qui dans l’édition de Huillard-Bréholles a été retranscrite sous la forme suivante :

Novissime autem ad supplantationem nostram aspirans ut adversus turrim David turrim Babylonis construeret, prelatos quoscumque potuit ad particulare concilium evocavit, orientem preponere cupiens aquiloni.
(Mais dernièrement, alors qu’il aspirait à nous supplanter, pour construire une tour de Babylone face à la tour de David, il a convoqué tous les prélats qu’il pouvait à un concile particulier, désirant préposer l’Orient à l’Aquilon)

  • 240 Le mot turris est associé à David dans deux passages de la Bible, Cant. 4, 4 (sicut turris David co (...)

243Pour le lecteur contemporain, c’est la première partie de la transumptio qui est la plus « obscure ». La valeur symbolique de l’image des deux tours, la tour de David positive contre la tour de Babylone négative, se comprend certes plus ou moins, mais comme la construction n’a pas d’ancrage précis dans le texte biblique, où les expressions « tour de David » et « tour de Babylone » n’apparaissent que rarement et dans des contextes bien séparés240, elle suppose une élaboration complexe, passant par un jeu d’équivalences symboliques à plusieurs niveaux.

  • 241 Kloos 1957, annexe 1, p. 166-168.
  • 242 Sur cette image et ses résonances dans la culture prophétique du xiiie siècle, cf. supra p. 219.

244Mais c’est la seconde partie de la transumptio qui pose un véritable problème d’interprétation, relevé en 1957 par Rudolf Kloos dans une annexe à son étude concernant la lettre de Pierre de Prezza sur la mort de Frédéric II241. On a en effet déjà rencontré cette image de Satan, princeps aquilonarius désirant supplanter Dieu à l’Orient, reprise à un passage d’Isaïe, couramment employée par la chancellerie impériale, par exemple pour stigmatiser la rébellion d’Henri (VII), et également utilisée par les adversaires des Hohenstaufen pour évoquer la descente des Souabes du nord vers l’Italie242.

  • 243 Il s’agit respectivement du manuscrit Leipzig, Universitätsbibliothek 1268 (Schaller 2002, n° 97, p (...)

245Or une lecture attentive de la lettre montre que le sens de la métaphore a été inversé par un des copistes de la tradition manuscrite, puisqu’il est question d’antéposer (preponere) l’orient à l’aquilon (Dieu au diable), et non le contraire, comme ce devrait être le cas en bonne logique. Ce « lapsus par négation » a amené Kloos à rechercher dans certains manuscrits précoces auxquels Huillard-Bréholles n’avait pas eu accès une forme ancienne mieux préservée. Effectivement, dans une poignée de manuscrits d’origine bohémienne, apparaît une variante orienti preponere cupiens aquilonem qui rétablit la structure logique originelle la plus probable243.

La série des déformations dans la tradition manuscrite

  • 244 Is. 14, 13-15 : qui dicebas in corde tuo/in celum conscendam super astra Dei exaltabo solium meum/ (...)
  • 245 Voir par exemple le récit de Federico Visconti dans son sermon non daté (1253-1277) pour l’annoncia (...)

246À ce stade, on pourrait se contenter de fermer la parenthèse après avoir enregistré cette rectification. Mais cette erreur a valeur emblématique, et permet de réfléchir sur le degré d’attention des clercs à ces images. Le verset isaïen, avec un ou deux autres, a été le fondement biblique de l’ensemble des constructions imaginaires sur le mythe de la chute de Satan, qui a fasciné les esprits médiévaux et modernes depuis la glose ordinaire jusqu’à Milton et Victor Hugo244. L’histoire de Satan siégeant au nord et voulant s’égaler à l’Orient faisait partie du bagage commun des clercs et des laïcs245, et aurait logiquement dû entraîner la rectification de l’erreur dans la tradition manuscrite. Qu’en a-t-il été ?

L’Orient et l’Aquilon

  • 246 Le ms. Biblioteca Apostolica Vaticana, Pal. lat. 972 (Schaller 2002 loc. cit. no 49 p. 79), daté du (...)
  • 247 C’est surtout le caractère économique de la solution représentée par cette faute de copie entre pre (...)

247Un examen portant sur trente-cinq manuscrits laisse apparaître toute la complexité de la transmission. La forme originelle que Kloos a cru retrouver dans les deux manuscrits mentionnés supra, avec la leçon orienti preponere cupiens aquilonem, pourrait tout aussi bien, et peut-être plus probablement avoir été un orientem postponere cupiens aquiloni, attesté dans un manuscrit246. Dans ce cas, la forme orienti preponere cupiens aquilonem serait une correction d’un notaire pragois intelligent, qui aurait rétabli à partir de l’erreur orientem preponere cupiens aquiloni une forme logique, et non la forme originale. L’erreur primordiale aurait été une simple faute de lecture et de copie changeant le moins commun postponere en preponere, l’interversion post/pre – étant une des fautes les plus courantes dans les copies des manuscrits médiévaux en général, et de nos manuscrits en particulier247.

  • 248 London, British Library, add. 25 439 ; Paris, BnF lat. 8 563 ; Paris, BnF lat. 8 566 ; Paris, BnF l (...)
  • 249 Paris, BnF lat. 2 954; Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. Lat. 4 957 : orienti ponere cupiens aqu (...)

248Mais la transmission de la leçon fautive réserve aussi un certain nombre de surprises. Dans une moitié des cas, c’est bien la formule inversée orientem preponere cupiens aquiloni qui a été recopiée sans rectification248. Mais certains copistes ont vraisemblablement été troublés par cette inversion, ce qui a les a conduits à recréer une formule oriens ponere cupiens aquiloni ; ou orienti ponere cupiens aquilonem qui permettait de rétablir un sens plus conforme à la logique exégétique, et surtout plus vague, donc ménageant diverses possibilités d’interprétation249. Enfin, dans l’un des manuscrits examinés, se retrouve l’un de ces « lapsus caractérisés » si intéressants pour reconstituer l’imaginaire des notaires. L’image de Satan contenue dans cette seconde partie de la transumptio a porté le copiste du manuscrit Biblioteca Apostolica Vaticana, Ottob. lat. 3012 ou l’un de ses prédécesseurs a substituer un arietem (bélier) à l’orientem du début de la formule, ce qui donne un arietem preponere cupiens aquiloni illogique mais très parlant.

De la tour de Babylone au chariot communal

  • 250 Paris, BnF lat. 2 954 ; Paris, BnF lat. 8 626 ; Paris, BnF lat. 8 630 ; Paris, BnF lat. 10 342 ; Bi (...)
  • 251 Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. Lat. 3 999 : ut adversus turrim turrem constitueret.
  • 252 Paris, BnF lat. 17 913 ; Biblioteca Apostolica Vaticana, Ottob. Lat. 1 738.
  • 253 Paris, BnF lat. 8 628 ; Paris, BnF lat. 14 357 ; Paris, BnF lat. 14 765 ; Ottob. Lat. 279 ; Vat. La (...)

249Cette prolifération imaginaire à plusieurs niveaux ne se limite pas à la seconde partie de la transumptio. Dans l’ensemble des vingt-sept manuscrits examinés, la métaphore des deux tours davidique et babylonienne a été altérée, avec une disparition générale de la référence à la « tour de Babylone » remarquable, puisqu’elle montre que l’association « tour de Babylone »/« tour de Babel », une des rares images solidement inscrites dans notre culture biblique reconstruite d’intellectuels du xxie siècle, n’avait pas nécessairement un grand pouvoir d’évocation pour un clerc du xiiie siècle. En revanche, là encore, les notaires se sont ultérieurement partagés entre une formule simple ut adversus turrim David turrim construeret250, éventuellement réduite en ut adversus turrim turrim construeret251ou en ut adversus nos turrim construeret252, et l’adoption d’une déformation signifiante ut adversus currum David currum construeret253, motivée par la confusion paléographique t/c. Pour expliquer l’apparition de cette seconde image, il est difficile de recourir à un imaginaire biblique bien caractérisé, car l’association des termes currus et David n’a pas de support biblique comparable au char de pharaon.

  • 254 BnF lat. 8 566 : ut adversus carrum David carrum constitueret ; BnF lat. 17 912 : ut adversus carru (...)
  • 255 Cet élément de la culture communale a sa place dans les Lettres. Les lettres PdV II, 1 et II, 3 évo (...)

250En revanche, une troisième et dernière mutation qui voit le remplacement de la forme currus par la forme vulgarisée carrus dans certains manuscrits254livre une clé d’interprétation. Il est tentant d’expliquer la formule ut adversus carrum David carrum construeret par le contexte particulier de l’Italie communale où, au xiiie siècle, les grandes cités s’affrontaient sur le champ de bataille autour du carroccio, ce char à bœufs orné et surmonté de l’étendard communal dont la possession était un enjeu symbolique important255.

Les clairs-obscurs de la transumptio et la compréhension du style des Lettres

251La déformation manuscrite des deux parties de cette double transumptio est donc un véritable cas d’école où l’obscurité relative d’une transumptio biblique trop complexe a engendré des difficultés d’interprétation dont les résultats sont perceptibles à travers les recompositions logiques ou fantasmatiques des notaires. Dans le cas de la tour changée en char, l’imaginaire contemporain du carrocio, plus simple et plus percutant, a eu tendance à supplanter la construction raffinée des deux tours. La tentation était forte d’ajuster un symbole d’opposition frontale suggéré par l’allure du texte pour le rendre plus percutant. Dans celui de l’inversion orientem/ aquilonem, les voies d’une possible recréation furent d’autant plus complexes qu’une analyse détaillée des contextes d’explication de la rébellion de Satan dans la culture du xiiie siècle montre de nombreuses possibilités de doute ou de confusion sur le sens exact de cette polarisation mystique.

  • 256 Michel Scot, Liber introductorius, d’après le ms. Biblioteca Apostolica Vaticana, Ross. lat. 421 fo (...)

252Dans de nombreuses explications, telle que celle donnée par Michel Scot dans son Liber introductorius256, Satan s’élance ab aquiloni pour tenter de détrôner la divinité, ce qui a pu amener des copistes qui n’étaient pas nécessairement tous illettrés à la confusion pour des raisons plus honorables que la simple inattention. Il est même possible de penser que la première erreur aurait été motivée par l’attraction de la première partie de la transumptio sur la seconde puisque Babylone peut être associée à l’Orient. L’inventeur de la transumptio, Terrisius d’Atina, Pierre de la Vigne, ou quel qu’il soit, aurait donc bien été responsable, par son obscurité, de ses mésaventures dans la tradition manuscrite.

253Encore une fois, cet exemple très concret d’incompréhension patente d’un registre stylistique trop obscur ne veut pas dire que le document même ne pouvait être compris. Les lecteurs se doutent bien, au xiiie comme au xxie siècle, que Frédéric veut avant tout noircir le pape et qu’il l’accuse de tous les maux. Mais c’est très certainement ce genre d’obscurité que les commentateurs des difficultés de la transumptio avaient à l’esprit, et c’est ce qui rend le témoignage de ces déformations si précieux.

4.5. CONCLUSION À LA QUATRIÈME PARTIE

254À travers l’enseignement des chroniques et des manuscrits des Lettres, c’est surtout à l’établissement des conditions méthodologiques d’étude de leur réception par la société médiévale que cette partie s’est attachée. La présentation liminaire des points de contact entre la rhétorique des lettres et les autres formes de production du discours à la cour impériale a dans un premier temps établi l’existence de liens formels étroits transcendant la barrière des genres entre celles-ci et d’autres formes d’expression dans un milieu dominé par le culte de la rhétorique. Mais une fois ce constat fait pour la cour impériale proprement dite, il fallait en vérifier l’applicabilité au-delà de la cour de Frédéric II et de l’Italie méridionale, dans les différents milieux de réception du message politique des lettres de Frédéric II à travers l’Europe.

255L’étude à travers les chroniques de Salimbene et Matthieu des déformations et montages de l’annalistique contemporaine à partir des manifestes politiques de Frédéric II a établi les conditions d’une enquête qui doit impérativement éviter une lecture non préparée des témoignages sur la propagande impériale dans le discours historique du xiiie siècle.

256Les notations de l’effet politique des lettres, même très précises comme dans le cas de Matthieu Paris, sont intégrées par l’historien médiéval dans une reconstruction dont il faut démonter les principes pour ne pas se laisser prendre à l’apparence objective d’un récit qui ne peut l’être.

257Une fois cette déconstruction opérée, on a pu, en superposant à l’étude traditionnelle de l’impact politique de ces lettres celle de leurs résonances formelles, préciser les conditions de leur réception dans la société du xiiie siècle. La mise en évidence de formes de communication politique structurellement liées aux lettres, notamment par leur emploi de la métaphore exégétique, comme la prophétie et le sermon, mais aussi par leur structure rythmique, comme la chanson politique satirique, clarifie les mécanismes de transmission qui multipliaient la possibilité d’insertion de leur rhétorique dans la société médiévale.

258Au-delà de la qualité de leur logique d’argumentation, l’accent mis sur les techniques d’ornementation métaphorique, comme sur les recherches rythmiques par les notaires impériaux, étudiées dans la seconde partie, trouve ainsi une justification fonctionnelle au niveau même de la réception.

259Cette réception ne fut pas univoque, et dépendit des publics. Elle était conditionnée par les attentes politiques et eschatologiques différentes d’un lecteur joachimite, pro-papal, clerc ou laïc, bon ou moins bon latinophone, anglais, français, allemand ou italien. Au sein même de la lettre, la compréhension du message politique global n’empêchait pas l’incompréhension partielle de la métaphore, réaménagée dans la tradition manuscrite, pas plus que la préservation consciente de la structure d’ensemble du texte n’arrêta la métamorphose inconsciente des mots et d’images en fonction de l’univers culturel du copiste qui assurait les premières étapes de la transition du texte. L’« obscurité » des lettres apparaît alors comme le reflet dans la société médiévale de leur épaisseur sémantique et de leur polysémie, rançon nécessaire de la complexité que leur donnèrent les notaires-rédacteurs.

260Aussi, à aucun moment de l’histoire des Lettres, la forme ne fit-elle obstacle au sens dans la mesure où elle aurait rendu vaine une exploration de leur signification linguistique proprement dite. Mais à chaque étape de leur réception, la complexité de cette forme remit en jeu leur sens dans une exégèse involontaire, qui de la chute des Souabes à la rédaction par Gilles de Roquedur de son exemplaire classique vers 1310-1318, changea peu à peu de caractère, à mesure que les documents politiques isolés composant les Lettres étaient rassemblés dans les différentes collections, lesquelles commencaient à l’orée du xive siècle leur carrière de summa dictaminis politicoadministrative.

261Recueil de pièces historiques et matière à réflexion idéologique, mais aussi et avant tout « somme de dictamen », donc recueil d’exemples rhétoriques, de « formes d’écriture » à réutiliser pour la rédaction des lettres et des actes, les Lettres de Pierre de la Vigne devinrent alors, entamant la plus importante étape de leur histoire, un modèle d’écriture des grandes chancelleries médiévales, chargé d’« informer », de prêter leur forme, à des documents en Angleterre comme en France, en Italie comme en Allemagne, en Castille comme en Hongrie. On pressent que cette réutilisation fut complexe et différenciée, à la hauteur de l’épaisseur de sens que l’histoire de la réception des lettres contemporaine de leur création a permis de mettre en évidence. Il va donc falloir étudier l’intégration du langage des Lettres dans les formes d’écriture médiévale, en tentant de comprendre jusqu’à quel point l’exploitation de la summa dictaminis a varié, en intensité, mais aussi dans le sens donné aux documents réutilisés, en fonction des époques et des lieux institutionnels de cette réutilisation. C’est à ce dernier et fondamental aspect de leur histoire que l’étude va maintenant s’attaquer.

Notes

1 L’histoire des manifestes de Frédéric II en tant que documents de propagande politique a été très amplement étudiée par la recherche allemande. On consultera notamment Kantorowicz 1987 (éd. originale 1928), Graefe 1929, Vehse 1929, Wieruszowski 1933, Schaller 1993, Stürner 2000 p. 470-480, avec la bibliographie récente jusqu’en 1999.

2 Sur les chroniques contemporaines et postérieures prenant en compte le règne de Frédéric II, cf. Sommerlechner 1999.

3 Delle Donne 1999. Sur le certamen ou duel rhétorique, voir Delle Donne 2003, intro. p. xxvii-lvi passim.

4 Arguments en faveur de la noblesse de sang : c’est la vertu qui est servante de la noblesse : Aristote servait Alexandre, et non l’inverse. Les nobles sont physiquement forts, grands, et plus beaux (plus blancs de peau). La vertu disparaît avec l’individu, la noblesse se transmet par le lignage. Arguments classiques : la beauté de la race de Priam lui a donné l’empire.

5 Argument en faveur de la noblesse d’âme : la vertu est le moteur de la noblesse, et le moteur (aristotélicien) est plus noble que la chose qu’il meut. Exemples bibliques. Arguments classiques : c’est la ruse d’Ulysse et non la force d’Achille qui a détruit Troie. La nature forme des êtres beaux et laids sans tenir compte de l’origine des parents. Conclusion p. 19 : demum si nobilitas est quedam laus ex meritis parentum proveniens et sole virtutes merentur, merita ex virtutibus acquiruntur. Et quia est in virtutibus nobilitas et si per medium a probitate tantum compratur habeo igitur probatam probitatem modis omnibus esse nobilitati generis preferendam.

6 Delle Donne 1999, p. 16.

7 Cette idée rencontrera encore des échos à la dernière génération des dicta-tores campaniens, après la fin de la monarchie souabe, par exemple chez Étienne de San Giorgio, dans sa réfutation écrite vers 1285-1290 du sermon parodique de Nemo, dont le texte se trouve dans Denifle 1888, p. 340-348, p. 343 : Nemo enim ex regibus nativitatis habet initium ; et : Nemo est in cognatione tua. Hee due auctoritates sic exponuntur. Cum nobilitas sola sit animorum que moribus ornat, et nobilitas morum plus valeat quam genitorum, frustra se iactat esse nobilem Nemo iste, cum degeneres mores et ignobilia facta eius ipsum vilem et rusticum manifestent.

8 Par exemple les fins de phrases de la présentation : probabiliter disputatum ; solucio non habetur ; dirigere questionem ; exigit altiores ; iudicium apponatis, avec leur strict respect du cursus.

9 Ibid., p. 18 : Ut ergo tuis verbis utar huic argumento respondeas. Omne illud a quo aliquid movetur dignius est quam id quod movetur sicut primus motus.

10 Ibid., p.18 : Dico insuper quod ex nobilium sanguine candidiores fetus procreantur tanquam ex delicato humore et ex purioribus elementis.

11 HBP n° 36 et 37 p. 336-338 : pulchrum exordium de violis, suivi de descriptio virtutum rosae et violae, et quae sit praeponenda. Le manuscrit Paris, BnF lat. 13 059 indique en rubrique : Petrus de Vinea imperatrici, describens virtutes rosae et violae, diffiniens quaesit preponenda. On note l’emploi du terme de diffinitio, utilisé pour les questiones scolastice parisiennes contemporaines aussi bien que pour les sentences juridiques.

12 PdV IV, 2 : Latentis hostis insidias. Sur les rapports entre Pierre de la Vigne et Isabelle d’Angleterre, cf. Kantorowicz 1937. Le document est d’autant plus précieux que les témoignages sur l’impératrice et sa participation à la vie de cour sont rares. Matthieu Paris rapporte une plainte du roi d’Angleterre sur la réclusion d’Isabelle, qui n’aurait jamais fait d’apparition publique (Chronica maiora, ann. 1240, éd. Luard t. IV, p. 19), cf. Stürner 2000, p. 312.

13 Les interrogations de type scientifique sur l’originalité biologique de la noblesse, liées aux théories médicales et philosophiques sur la différence des nations sont un thème relativement important dans les questiones naturales organisées à Paris ou dans d’autres universités au xiiie siècle, dont l’étude est à peine entamée. Cf. les résumés de l’enquête commencée en 2002 par le Groupe d’Anthropologie scolastique dans le cadre de l’EHESS, avec informations et communications disponibles en ligne à l’adresse http ://www.ehess.fr/gas. Cette culture oriente en particulier vers l’Italie, à une époque postérieure à Frédéric II : les questiones naturales les mieux préservées et les plus importantes pour l’argument sont d’ailleurs celles de l’italien Pietro d’Abano, vers 1300. Elles peuvent être également reliées à la vulgarisation et à la latinisation des traités de physiognomonie, dont le Liber physiognomie attribué à Michel Scot.

14 Delle Donne 1999, p. 16.

15 Ibid. Cf. Acta imperii inedita I, statuta officiorum n° 988 III p.738 (forma juramenti annexe à l’ordinatio cancellarie) : Magister I. de Ydronto (...) fideliter leget et dicet, prout ad officium suum spectat, remotis odio, gracio, precio, metu vel amore, ainsi que Constitutiones I, 74 (De salario baiulorum, iudicum et notariorum curie) : Qui autem inventi fuerint per magistrum camerarium supradictum vel per inquisitores eosdem in inquisitionem culpabiles videlicet quod odio vel amore prece vel pretio alicuius iustitiam facere petentibus denegassent...

16 Ces disputationes ne sont pas non plus sans rapports formels avec un certain nombre de tençones siciliennes d’inspiration provençale où différents lettrés, dont Pierre de la Vigne, s’affrontent au sujet de la définition d’un terme cf. tençon triple entre Jacques de Lentini, Jacques Mostacci et Pierre de la Vigne sur la définition de l’amour, éd. Contini 1960, Poeti del duecento I/1, p. 88-90.

17 Bériou 1998 pour l’étude la plus complète et la plus suggestive sur le sermon universitaire en contexte à Paris à l’époque de Frédéric, Conrad et Manfred. Cf. également dans un contexte italien Bériou 2001, édition intégrale des sermons de Federico Visconti, archevêque de Pise (1253-1277).

18 Moretti 1985. Delcorno 1993.

19 Rolandini Patavini Chronica, L IV, cap. 10 (Bonardi 1905-8, p. 64, an. 1239). Cf. pour le texte latin supra, seconde partie p 150 note 86.

20 Artifoni 1994a, p. 168 renvoyant à Annales ghibellini (Chronicon Placentinum), MGH SS XVIII, p. 471-472.

21 Ronzani 1985 p. 14 avec renvoi à Davidsohn, Geschichte von Florenz..., II, p. 255. Le renseignement provient de la Vita Gregorii IX (Liber Censuum II, p. 34) : Sicque consumptis opibus, exhaustis loculis, et non paucis temporibus ex omni natione fatigatis amicis, juramento quod in Lombardiam rediret sequenti Majo, non servato, in sua confusus superbia terga prebuit hostibus, Tusciam quasi fugitivus ingressus, et ad Pisanam civitatem se cursu velocissimo conferens, in die nativitatis Dominice in civitate ipsa tum ex sui presentia tum ex causis aliis supposita interdicto, civibus de tanta presumptione stupentibus, in maiori ecclesia per suos apostatas publice fecit profanari divina in ecclesie sacrosancte convitium, sua retexens eloquia imperiali modestia deformata.

22 Cf. salimbene de Adam, Cronica (Scalia 1956 p. 122) : Fridericus imperator Romanorum cepit Henricum regem Alamannie, filium suum rebellem sibi, eo quod contra voluntatem suam Lombardis adheserat, quem diu in vinculis tenuit. Cumque a castro Sancti Felicis duceretur ad aliud castrum, ut adhuc in vinculis teneretur, affectus tedio et tristitia, precipitavit se ipsum per quoddam precipitium et mortuus est. Congregati sunt igitur principes et barones, milites et iudices, ut sepelirent eum, absente imperatore. Cum quibus etiam affuit frater Luchas Apulus ex ordine fratrum Minorum, cuius est sermonum memoria, ut secundum consuetudinem Apulie predicaret ad funus. Et ex libro Geneseos XXII proposuit thema di-cens : ‘Arripuit Abraham gladium, ut immolaret filium suum’. Et dixerunt iudices et litterati qui ibi erant : ‘Talia dicet hodie frater iste, quod imperator auferet ei ca-put’. Sed aliter se negotium habuit. Nam ita pulcrum fecit sermonem iustitiam commendando, quod, cum commendaretur coram imperatore, voluit ipsum sermonem habere.

23 Salimbene de Adam, Chronica, I, p. 513. Il est facile de retrouver le style de ces recommandations mutuelles communales qui paraissaient ridicules à Frédéric II et son entourage dans les modèles contemporains d’Italie du nord, par exemple les Arenge de Guido Faba (d’après le manuscrit Paris BnF 8 652a, faute d’avoir pu consulter l’édition confidentielle de Vecchi 1954, pour la rareté de laquelle cf. Bausi 1995...), avec ce début de la seconde partie d’une arenga faite par trois ambassadeurs successifs, ou le second ambassadeur vante les mérites du premier (manuscrit Paris, BnF lat. 8 652a, fol. 17r) : Arenga secundi ambaxiatoris eiusdem loci et facti. (fol. 17v) Vos domini me vestra bonitate pariter et honore finaliter audietis. Non surrexi propterea quod scirem vel vellem aut possim domini G. dicta corrigere, immo per sua cupio mea confirmare, cum eloquentia maiori prepolleat et multa sapientia decoretur... On peut imaginer que ces sarcasmes de la cour impériale étaient la manifestation superficielle de l’opposition structurelle entre les formes de diffusion de l’éloquence émanant de la cour impériale, où l’empereur parlait par la bouche de son logothète dans une communication verticale dont le pesant symbolisme se conformait au modèle des hiérarchies angéliques examinées dans la lettre des notaires à Nicolas précédemment analysée, et l’éloquence communale, ou les groupes d’ambassadeurs se louant mutuellement symbolisaient, dans une suite d’échanges horizontaux, la démocratie relative qui partageait l’usage de la parole entre les différents membres de l’élite dirigeante de la cité. Sur les arenge de Guido Faba, cf. Vecchi 1960. Sur l’éloquence communale en Italie du nord à l’époque de Frédéric II, cf. Artifoni 1986, 1994a et b, 1995, 2000.

24 Cronica, anno 1250 (Scalia 1966 p. 515) : Iste imperator truphatorie concionabatur aliquando coram domesticis suis in palatio suo, loquendo sicut faciunt Cremonenses ambaxatores, qui mittebantur ad ipsum a concivibus suis, quia primo laudat unus alium multipliciter commendando, quomodo est nobilis dominus iste, sapiens dives et potens. Et post mutuam commendationem dicebant facta sua...

25 Hugues d’Evesham, cardinal du titre de saint Laurent (1284-1287), cf. Hierarchia I, p. 10.

26 La correspondance concernant la famille da Rocca a été publiée dans Delle Donne 2003. Les autres dictamina sont à présents édités dans Delle Donne 2007.

27 Pour un point de référence italien de la pratique du sermon à usage du peuple vers le milieu du xiiie siècle cf. les sermons de Federico Visconti, éd. Bériou 2001.

28 Emploi du cursus : cf. le texte infra, première période, avec les séquences patribus repromissum/virgini nunciatum ; religionis devotione/studio perscrutemur... : (cursus velox). Vocabulaire relevé, en partie conditionné par la structure rythmique de la phrase : vaticiniis, paranymphi, lancee mucro... constructions assonancées remarquables par leur complexité analogue à celle de certains passages de lettres PdV : perscrutemur ut pulsis vitiis virtutibus insitis mundatis (schéma u u u i i i i u i u i i i u) ; usage systématique de la circuitio (substantivation des adjectifs et amplification métaphorique des complexes syntaxiques ainsi formés : par exemple archana mentis et cordis cellulas ; inquisitionis exacte studio perscrutemur...).

29 Texte édité dans Delle Donne 2007, n° 90.

30 Kantorowicz 1957 p. 239-240 pour l’édition des Laudes facte Odduardo Rege Anglie per Stephanum de Sancto Georgio, à partir du manuscrit Paris, BnF lat. 8567 fol. 14v-15r ; et p. 241 pour l’édition du panégyrique du roi de Castille (Illustri regi Castelle, fol. 15r). Kantorowicz a mis en relation ces textes avec diverses lettres PdV, particulièrement le panégyrique de Frédéric II PdV III, 44, pour expliquer comment ce panégyrique a pu influencer la rédaction du prologue de la compilation juridique anglaise de la seconde moitié du xiiie siècle Fleta.

31 On peut imaginer que c’est Nicolas de Rocca qui a posé la question rhétorique sur la grandeur de l’empereur à Pierre, étant donné la liaison étroite entre le panégyrique de Frédéric II attribué à Pierre et le panégyrique de Pierre de la main de Nicolas. La forte communauté d’inspiration et de techniques entre les deux textes avait conduit Pivec 1954 à attribuer le panégyrique de Frédéric à Nicolas, mais les liens de maître à disciple entre Pierre et ce dernier suffisent à expliquer l’influence du style du premier sur le second. On comparera avec les fortes ressemblances entre les deux questiones créées pour le divertissement de la cour impériale subsistantes, celle dédiée à Pierre (par Terrisius ?), et celle posée par l’impératrice à Pierre. Dans ce milieu très soudé et lié par la pratique de ce style, la communauté stylistique et les emprunts sont un argument d’attribution à double tranchant.

32 À présent réédité plus exactement dans Delle Donne 2007, n° 43 et n° 60, qui indique également les passages à rapprocher de la lettre PdV III, 44.

33 Kantorowicz divinarum, qui de plus n’est pas bon pour le sens.

34 Kantorowicz splendorum.

35 Kantorowicz tremefiunt. Il faut bien lire tremescunt.

36 Kantorowic, dimicaret. Manuscrit dimicarit, un peu moins bon pour la construction que dimicaret, mais plausible.

37 Cf. Paris, BnF 8 567 fol. 18r : Rescriptum collegii capellanorum domini H. cardinalis remissum Stephano concapellano per dominum J. de Castroceli tunc electum beneventanum : Ad incarnationis divine misterium et ineffabile sacramentum, à présent édité dans Delle Donne 2007, n° 91. La technique de composition (cursus, figures de rhétorique, périodes) est à peu près la même, mais l’influence du panégyrique de Frédéric II PdV III, 44, n’apparaît pas. Ce n’est peut-être pas un hasard, si l’on considère qu’Étienne de San Giorgio a des liens attestés avec les Da Rocca, tandis que Jean de Castrocielo n’a peut-être pas bénéficié d’un enseignement aussi direct de cette tradition liée à la chancellerie impériale.

38 Les dictatores parlent tantôt de stylus altus, de stylus heroicus, de stylus sublimis, de stylus supremus. Leurs contemporains ou successeurs parlent également de stylus obscurus (au moins une fois) et de stylus rhetoricus. Les querelles des modernes pour qualifier ce style ne tiennent donc pas compte de la la pratique médiévale, qui n’est pas fixée.

39 La question a été soulevée par Kloos 1954 p. 186-187.

40 Cf. Kloos 1954b, D’Edoardo 2005 et Delle Donne 2005 p. 99-129 avec renvois bibliographiques.

41 Cf. également les notes à l’édition des Laudes dans Delle Donne 2007, n° 43.

42 Cf. par exemple ces passages du panégyrique de Pierre de la Vigne par Ni-colas de Rocca, PdV III, 45, et du sermon de Nicolas de Bari glorifiant Pierre :

Image 5.jpg

43 Kloos 1954b, sermon no II p. 169-170. II. Magnus dominus et magna virtus eius et sapiencie eius non est numerus (ps. 146, 5). Brevis est auctoritas superfecunda et ornata omni lápide precióso. Non aurum preciosius hac, non clara iacinctus, Vas modicum sed mirificum, quod murmurat intus homo sed cor. Cithare-dus mirabilis et prophetarum eximius rex David in premissa auctoritate de duobus imperatóribus prophetávit, videlicet de celésti imperatóre, qui ventis et mari imperat, qui díxit et fácta sunt, mandavit et creáta sunt univérsa, et de terrestri domino F. imperatore magnifico uncto oleo leticie pre régibus univérsis ; primo prophetávit de fílio, secundario de successóre in régnum. De magnitudine Christi constat omnibus, quod ipse est rex magnus super omnes deos, cuius virtus magna fuit, quando de dyábolo triumphávit, sapiéncia eius mágna, quam dedit et docuit in auditorio ecclésie militántis, unde in ewangelio : numquam sic locutus est homo ab eterno. Qualiter autem terreno imperatori cómpetit est vidéndum. Tripartita est prefáta auctóritas, quia de tribus tractat ; primo de magnitudine domini, cum dicit : magnus dóminus nóster, secundario de magnitudine virtutis, cum infert : et magna virtus eius, tercio et ultimo de magnitudine sapiencie, cum addit : et sapiencie eius non est numerus. Et ut omnia exponántur in nùmero, póndere et mensùra, primo de magnitudine eiusdem dómini est tractándum. On a mis indiqué le cursus dans les passages où il est le plus apparent (réed. Delle Donne 2005, p. 101-107).

44 Psaume 146, 5.

45 Et quia in persona sua magnifica ista tria resultant, scilicet dignitas, potencia et sapiencia, tria debemus ei : pro dignitate honorem, pro potencia timorem, pro sapiencia dilectionem, ut mille aque non possint extingwere hanc caritatem ; fortis est, inquid sapiens, ut mors dileccio. Magnificatus exaltatus et sublimatus est rex Salomon noster ut super omnes reges, cuius vultum desiderat universa terra. Et ut verbis Iob utar de ipso : non conferetur cunctis Indie coloribus, id est mundi sapientibus, non lapidi sardonico precioso, id est alicui principi, non saphiro, id est alicui regi, non adequabitur ei aurum vel vitrum, id est alicuius sapiencia vel intelligencia luculenta ; cui sedenti in trono dignitatis acclamandum est : vivat vivat imperator F. et dies eius multiplicentur et anni filiorum, quibus dominus augeat an-nos multos, qui inpremeditatos annos regi addidit Ezechie ; in ipso enim vivimus, movemur et sumus (...) Accipiatis ergo, dilectissime domine, de mea paupertate quod habeo, et cum celesti rege pauperis Marthe obsequia minime contempnatis. Suscipere ergo dignemini de manu lingwe mee confessionum sacrificium vespertinum, quo informavi et excitavi ad serviendum maiestati vestre et oracione et laude per omnia secula seculorum amen.

46 Liber censuum, Vita Gregorii IX (Fabre-Duchesne 1905, p. 34), cf. supra seconde partie. La lecture de l’ensemble du texte relativise toutefois quelque peu la portée de ce passage de la Vita Gregorii, qui ne s’applique pas au comportement général des ministres de Frédéric II, mais aux suites de leur occupation sacrilège du Mont-Cassin à la suite de l’excommunication de 1239 : Ejusdem quoque satane satellites et principis execrandi ministri, tantae verecundiae templum (= le Mont-Cassin) inquinamentis variis profanantes, pro solitis aromatibus incensorum ibidem offerunt fetida lenocinia mulierum, sanctum Dei prostibulum statuentes, matutinos, et laudes in preconia cesaris et hymnum angelicum. Le texte se ressent de la propagande papale, mais il faut avouer qu’il prend un sens particulier après l’édition des sermons de Nicolas de Bari.

47 Cela dépend de la date de composition de ces pièces. Si les panégyriques de Frédéric II et Pierre de la Vigne du troisième livre ont été créés en même temps, comme le dernier est dû à Nicolas, dont l’activité à la cour ne remonte pas avant la décennie 1240, ils pourraient être plus récents que les compositions de Nicolas de Bari, datables de la décennie 1230 selon leur éditeur (Kloos 1954b p. 184-185).

48 L’identification de ce Nicolas avec Nicolaus abbas S. Luce et Barensis canonicus, et un abbas Nicolaus canonicus Barensis ecclesie, mentionnés dans les sources locales, n’est pas sûre quoique probable (Kloos 1954b, p. 184). Les similitudes du sermon-panégyrique à la gloire de Pierre de la Vigne avec le panégyrique de Pierre de la Vigne par Nicolas de Rocca contenu dans les Lettres ont conduit à s’interroger par ailleurs sur les liens entre les deux Nicolas, mais une identification, tentante, ne semble pas encore prouvable (Kloos 1954b p. 186-187). Delle Donne 2005 p. 108-129 exclut cette hypothèse et argumente en faveur d’une distance de Nicolas de Bari par rapport à l’univers de la cour, qui serait prouvée par l’éloignement de la forme même du sermon par rapport aux dictamina qui y étaient composés. J’avoue n’être pas si sûr que cette distance corresponde à une différence de milieu, et non plutôt à une capacité des lettrés sud-italiens à se couler dans les cadres du sermon scolastique, ou bien à donner à leurs performances orales un tour plus proche du dictamen de haut style, en fonction du moment et du besoin rhétorique. La question restera ouverte tant qu’on n’aura pas retrouvé un document permettant d’identifier plus précisemment Nicolas de Bari.

49 Dans le domaine des témoignages en rapport avec le sermon, la coupure semble relativement nette avec l’époque de la prééminence du logothète Barthélemy de Capoue étudié par Boyer (par exemple Boyer 1995), même si certains liens pourraient sans doute être établis. On s’oriente alors à Naples vers une prédominance du latin scolastique, cf. Haye 1999 no 14 p. 299-314, sermon politique sur la guerre à l’occasion des suites de la paix de Caltabellota (1313), vers 1316-17 : Sanguinem belli non effundas in pace (Collecta III regum II). Dissipa gentes, que bella volunt (Psalm.). Bellum de sua natura malum est et reprobandum. Opponitur enim paci, que est ‘actus caritatis’, ut probat Augustinus ad Bonifatium ; et Philosophus dicit in libro de regimine dicendo ‘bellum dissolvit leges et distruit civitates’. Les autorités (Gilles de Rome), la présentation, la construction, sont d’un tout autre univers que celui des sermons en style aulique analogue à celui des Lettres, ce qui est d’autant plus remarquable que Barthélemy de Capoue n’est pas en apparence beaucoup plus éloigné dans le temps de Pierre de la Vigne qu’Étienne de San Giorgio (Barthélemy naît en 1248). Mais les méthodes de travail et l’ambiance culturelle sont désormais tout autres, sous Robert d’Anjou, même si les notaires de la chancellerie napolitaine sont très capables d’écrire en style relevé et de continuer la tradition du dictamen. La théologie et la logique l’ont emporté à Naples sur la rhétorique (le droit restant en position de force à l’université). Sur le dictamen à Naples sous les trois premiers Angevins, cf. infra cinquième partie p. 740-750.

50 Sur l’identification de Geoffroi avec l’auteur de la chronique, cf. Karst 1898 et Delle Donne 2001.

51 Cf. Saba Malaspina, éd. Koller-Nitschke 1999, introduction p. 36-38, et pour les réminiscences ou citations de Pierre de la Vigne dans la chronique, plus particulièrement p. 36 note 236. Il ne s’agit pas de citations données pour telles, mais d’éléments caractéristiques harmonieusement intégrés au texte. Le style de Saba Malaspina est dans la lignée directe de celui de l’ars dictaminis des chancelleries impériale-sicilienne et papale entre 1220 et 1268 : il n’est pas sans intérêt qu’il ait eu une certaine activité à la Curie dans les années 1270-1300, à la même époque qu’Étienne de San Giorgio.

52 Edition Scalia 1966, récemment rééditée à l’identique dans le Corpus Cristianorum Medii Aevi.

53 Cf. par exemple l’utilisation abondante qu’en fait Gourevitch 1997, passim.

54 Cronica, t. I, p. 290, à propos de sa connaissance de nombreuses langues ; p. 508, à propos de son utilisation de paraboles et d’un langage en énigme ; p. 515, description d’une scène de cour dans laquelle Frédéric II et ses familiers s’amusent à contrefaire le langage des ambassadeurs crémonais ; p. 509, description de son admiration devant le sermon de Luca da Bitonto sur la mort de son propre fils Henri (VII).

55 Guyotjeannin 1995, p. 24-28. Sur la question des lectures du règne de Frédéric II dans une optique joachimite, cf. à présent Houben 2006.

56 Cronica t. I, p. 502, 512, 860 : cf. Guyotjeannin 1995, p. 29.

57 Pour la bibliographie fort abondante sur Salimbene, cf. Guyotjeannin 1995 p. 323-339, et Sommerlechner 1999, p. 500-501.

58 Guyotjeannin 1995, troisième chapitre, « forme et sens », p. 73-114.

59 Cronica I (= Scalia 1966), p. 275-276.

60 Cronica I, p. 502 : Insuper et nomen Machometti fecit in templo Domini publice decantari, sicut in alia chronica posuimus. Cf. la formule de déposition du concile (d’après Iselin, Schaller 1991 p. 59) : Et quod execrabilius est, olim existens in partibus transmarinis, facta compositione quadam, imo collusione verius, cum Soldano mahometico nomini in templo domini diebus ac noctibus publice preclamari permisit.

61 Salimbene, Cronica t. I, p. 305 : Optimos habemus rumores de Parma, quia Parmenses expulerunt Fridericum imperatorem condam de Victoria civitate, quam fecerat, et opprobriose fugaverunt et civitatem suam totaliter funditus destruxerunt, ut possit dici quod in Apoc. legitur, XVII : Civitas que fuit et non est ; et thesaurum imperatoris totum habuerunt et currum Cremonensium ceperunt et in Parmam duxerunt. Et hoc est exemplar littere que missa est a Parmensibus Lugdunum ad dominum papam.

62 Cronica t. I, p. 481 (année 1249) : Et sic expulerunt omnes, exceptis paucis qui locum custodiebant ; quibus, quando ibant per civitatem pro suis necessitatibus mendicando, convitia et maledicta dicebant, quod litteras falsas portarent et quod proditores imperatoris existerent ; nec fratres Minores nec predicatores transeuntes per viam audebant ingredi civitatem Mutine, Regii vel Cremone. Cf. à ce sujet, pour la même année, la lettre Satis nos pungit, PdV I, 18, adressée à saint Louis, qui donne la version impériale officielle de cette propagande anti-impériale orchestrée par les Mendiants : Nuper autem in regnum ipsum per fratres predicatores et minores, quos ad honorem divini nominis benigno semper favore proteximus, quos semper curavimus ampliare, quorum etiam insolentias hactenus, licet inviti tulerimus, aliquando sub patientie nostre velo studuimus preterire, litteras improvide dirigit, et occultas suggestiones innectit.

63 Sur les rapports du style de Saba Malaspina avec celui des Lettres, cf. supra p. 447.

64 Le choix stylistique ne se fait pas seulement négativement, en fonction des capacités de l’auteur, mais aussi intentionnellement, en fonction de celles du public auquel il s’adresse.

65 Cronica t. I, p. 481. C’est un écho à la conclusion de la lettre PdV I, 2 : Habemus enim nostre conscientie puritatem ac per consequens Deum nobiscum, cuius testimonium invocamus, quia semper fuit nostre voluntatis intentio, clericos cuiuscunque religionis ad hoc inducere et precipue maximos ad illum statum reducere, ut tales perseverarent in fide, quales fuerunt in ecclesia primitiva, apostolicam vitam ducentes, et humilitatem dominicam imitantes. Tales namque clerici solebant angelos intueri, miraculis coruscare, egros curare, mortuos sucitare, et sanctitate, non armis, sibi reges et principes subiugare. At isti, seculo dediti et ebriati deliciis, Deum postponunt, quorum ex affluentia divitiarum religio suffocatur. Talibus igitur subtrahere nocentes divitias, quibus damnabiliter onerantur, opus est charitatis. Ad hec vos et omnes principes una nobiscum, ut cuncta superflua deponentes, modicis rebus contenti, serviant cui serviunt omnia, omnem debetis diligentiam adhibere.

66 Galat., 5, 9. Cf. Cronica t. I, p. 508, dans le chapitre ‘de bonitatibus Friderici et sufficientiis eius’. Et valens homo fuit interdum (...) Sed quia scriptum est quod modicum fermentum totam massam corrumpit, omnes suas bonitates destruxit in eo quod persecutus est ecclesiam Dei. À comparer avec le début de la lettre PdV I, 13 adressée par Frédéric II à saint Louis : Regie serenitatis literas imperialis excellentia intellexit, que si non haberent in medio contradictionis obstaculum fuissent fortassis apud nos propositum consecute. Sed quia modico fermenti tota massa corrumpitur, et universale argumentum destruit unius falsitas singularis, constat illa regia scripta sine virtute medii conclusisse.

67 Isaï., 9, 14 ; 19, 15. Cf. Cronica, t. I, p. 275 : Nam in diebus Friderici, ex quo maxime ab imperio fuit depositus, et Parma contra eum rebellavit et levavit calcaneum et p. 550 : Sed et principes regni sui, quos de nichilo sublimaverat et de pulvere exaltaverat, levaverunt calcaneum contra ipsum à comparer avec PdV II, 43 (Conrad IV) : Nuper dum terra sancti Germani temere dudum Montis Cassini et Rocce Iacule munitionibus occupatis, contra maiestatis nostre potentiam rebellionis calcaneum erigere presumpsisset.

68 Sur Hugues de Digne (mort en 1257), minister provincie de Provence vers 1238-1242, voir également le beau témoignage de Joinville, Vie de Saint Louis, parag. 657 et suivants (p. 327 de l’éd. Monfrin 1998), et à présent Ruiz 2006.

69 Le point sur les confusions entre le primat d’Orléans, l’archipoète allemand et autres goliards anglais dans Rigg 1977, à compléter par Russel 1928, Rigg-Townsend 1987 ; ainsi que Townsend 1994 et 1995 pour Henri d’Avranches, dernière incarnation possible du poète (et non la moins intéressante en ce qui nous concerne, puisqu’il a séjourné, entre autres, à la cour impériale dans les années 1230). Les problèmes d’attribution des poèmes mentionnés par Salimbene restent à ma connaissance à peu près entière ; les poèmes mêmes peuvent dater de la fin du xiie siècle et du début du xiiie siècle.

70 Salimbene, Cronica (= Scalia 1966), t. I, p. 122.

71 Cité par Salimbene, Cronica, t. I p. 109.

72 Sur les poèmes latins rythmiques attribués à Pierre de la Vigne, cf. Huillard-Bréholles 1865 p. 402 pièce justificative no 103 : Vehementi nimium commotus dolore, contre le clergé en général, et les prêcheurs en particulier. Cette pièce en vers rythmiques émanant très probablement de la cour impériale présente elle-même de nombreuses analogies formelles avec les poésies goliardiques rassemblées par Salimbene :

Image 9.jpg

Voir également le poème à la louange de Frédéric II par Terrisius d’Atina, réédité par Schaller 1978, puis par Delle Donne 2005 p. 134-137 avec un riche commentaire (p. 131-133 ; 138-156). Il est composé dans un rythme différent (succession 5/6), avec d’assez nombreuses aphérèses tendant à montrer que dans des reconstitutions d’hypotextes rythmiques dans des lettres en prose issues de ces milieux, il ne faudrait pas faire preuve d’un purisme excessif.

73 Il s’agit principalement des lettres PdV I, 1 (Collegerunt pontifices) et PdV I, 17 (Ad vos est verbum), mais on peut trouver des analogies dans certains passages de lettres plus officielles. Il faut par ailleurs mettre en liaison ces pièces avec des pamphlets de statut incertain, comme la soit-disant lettre du roi de France aux cardinaux pendant la vacance (incluse dans l’édition Iselin comme la lettre PdV I, 35), Cum papalis sit dignitas, extraordinairement proche par la composition des pamphlets de la rhétorique impériale (au point qu’en dépit de l’apparence antiimpériale de quelques lignes, on se demande si elle n’émanerait pas d’un clerc de la cour ?), ou bien la lettre d’avertissement Ad cognoscendum menaçant les prélats qui voulaient se rendre au concile.

74 Cronica, t. I, p. 108-109.

75 Guyotjeannin 1995 p. 98-100, reprenant Baird-Baglivi 1977. Le texte cité par Salimbene est celui d’un jongleur s’adressant à Innocent IV. Cf. Cronica, t. I, p. 44 : Papa Innocentium/doctoris omnis gentium/salutat te Scatutius/ et habet te pro dominus/ Et unde est Scatutius ?/De castro Recanato/Et ibi fui nato/ Si veneris Romam/Habebis multam bonam. Cette concomitance formelle entre la structure alternée de huit ou sept pieds des vers du jongleur et celle de l’hypotexte de Collegerunt prouve que la reconstitution d’un hypotexte où des vers de huit, de sept, éventuellement de six pieds alterneraient, garde tout son sens dans l’espace de la communication rythmique la plus directe du premier treizième siècle, alors qu’une tentative de faire concorder parfaitement l’hypotexte de Collegerunt avec des formes rythmiques plus achevées, dans lesquelles sont par exemple écrits les poèmes du Primat cités par Salimbene ou ceux de Terrisius d’Atina, aurait abouti à un échec relatif. En revanche, j’ai tendance à penser que l’interprétation de Baird-Baglivi 1977 acceptée par Guyotjeannin 1995 sur un sens cryptique de cette jonglerie en italien latinisé ou en latin italianisé est forcée.

76 On comparera avec la forme des chansons italiennes citées au fil de la plume par Salimbene, Cronica, t.I, p.252 : (ideo quidam de Regio fecerunt rithmos de eo dicentes : Venuto n’è’l lione/de terra Florentina/per tenir raxone/in la cità Regina (alternance 6/7) ou bien les vers latins en base huit d’un anonyme (Cronica, t. I, p. 425) : Adam Adam primus homo/tu damnatus es pro pomo/Quod sumpsisti contra Deum/ Hoc te fecit esse reum/Adam Adam, quid fecisti/Quare stolam amisisti/qua indutus immortalis/ eras angelis equalis ?

77 Cronica, t.I, p.242 : Hic dictus est Iacobus Torrellus, qui et ipse proverbium suum solitus erat dicere : ‘L’asen dà per la paré : botta dà botta receve’. Quod est dicere : ‘Asinus percutit per parietem, quando recalcitrat : ictum dat et ictum recipit’, id est : ‘percussuram dat et percussuram recipit’. Quod rustici sapientissimum verbum reputabant, eo quod de papa et imperatore dictum esse credebant, qui tunc temporis discordes erant adinvicem. Et tunc temporis erat papa Gregorius no-nus et imperator Fridericus secundus. Le commentaire de Salimbene, moqueur, illustre les différents niveaux de réception d’un proverbe en fonction du public envisagé, qui peuvent donner à réfléchir sur l’emploi dans la rhétorique impériale d’un bestiaire lisible par paliers, et sur les déformations possibles de ce type de rhétorique en milieu illettré.

78 Pour la bibliographie, considérable, renvoyant à ce problème cf. en dernier lieu Stürner 2000 p. 366-374.

79 Shepard 1985, p. 109-140.

80 Cf. les remarques éclairantes de Faral 1924 passim sur les adaptations dans les grands romans du xiie siècle des principes formulés à la même époque dans les arts poétiques latins.

81 Ces poésies sont calquées, comme une bonne partie de la littérature rythmique, sur des hymnes. Dans le cas des poèmes sur la victoire de Parme, le calque va très loin, puisque le second d’entre eux est un pastiche de l’hymne Pangue lingua gloriosi composé par Venance Fortunat.

82 Albert Behaim, Brief – und Memorialbuch (éd. Frenz-Herde), n° 97, 98, 99, et six hexamètres léonins qui forment le n° 100.

83 Faute de place pour une analyse extensive, je renvoie aux riches notes de l’édition MGH récente (2000) qui donnent une bonne idée des rapprochements à opérer. Ces trois poèmes doivent être ajoutés à l’ensemble constitué par les poèmes goliardiques en circulation et les compositions rythmiques de la cour impériale pour reconstituer dans tous ses aspects un répertoire de chansons et textes rythmiques alors en vogue dont les thèmes et des motifs sont susceptibles de trouver leur écho dans les lettres impériales.

84 Sur le succès et l’importance du joachimisme au xiiie siècle, cf. Reeves 1969, et à présent les diverses contributions réunies dans Troncarelli 2006, avec renvois bibliographiques.

85 Sur ces Distinctiones theologice, Dahan 1999, p. 53-55, avec une traduction et une analyse d’introduction où Alain de Lille explicite la notion ‘translatio’, analyse qui peut quasiment servir de commentaire à la notion de transumptio.

86 Distinctiones, c. 696 : Ala, proprie, ut ibi : Jerusalem, quotiens volui congre-gare filios tuos. Dicitur etiam protectio charitatis et misericordie Dei, unde in Psalmo : ‘Sub umbra alarum tuarum protege me’, id est sub munimento protectionis tue. Est etiam iustitia vel misericordia Dei secundum aliam expositionem : ‘Sub umbra alarum tuarum’, id est sub protectione iustitie vel misericordie tue ; et est misericordia ala dextera, iustitia ala sinistra (...) c. 705 : Aquila, proprie, diabolus (...). Dicitur autem Christus aquila (...) ; c. 983 : Turris, proprie. Dicitur superbus (...).

87 Distinctiones, c. 862 : Monile, proprie. Dicitur etiam predicator (...) Dicitur virtus (...). À comparer avec PdV I, 22 : Viterbiensium civitas, consuete constantie representans monilia et indeficientis devotionis circumamicta faleris.

88 Hic est de quo Ezechielis verba proclamant, ‘aquila grandis magnarum alarum longo ductu membrorum, plena plumis et varietate’.

89 Winkelmann 1878, p. 489 (troisième poème, v. 80-85). Henri d’Avranches, qui fut peut-être l’archipoète auquel pensait Salimbene en parlant d’un homme en activité dans les années 1220-1230 en Allemagne, était un anglo-normand de mère allemande, qui cultiva la poésie latine rythmique et métrique dans les différentes cours d’Europe pendant les années 1205-1240, avant de se stabiliser définitivement à la cour d’Angleterre. Il visita la cour impériale en Lombardie, peu avant la seconde excommunication de l’empereur (1237-1238).

90 Albert Behaim, Brief – und Memorialbuch, (éd. Frenz-Herde 2000), n° 100 p. 407, l. 13-16.

91 Dans les Lettres, les développements les plus proche de la glose d’Henri d’Avranches sur le nom de Frédéric ‘regia pax’ se trouvent en PdV I, 5 : utpote qui de innata nobis mansuetudine guerrarum discrimina semper odivimus, dummodo pacifice regnare possemus, et qui ex officii debito quo romanum imperium moderamur... Il est d’autre part lié aux idées joachimites (empereur de la paix, et dans la lettre de Manfred I, 24 : Quamquam etenim rex ille pacificus qui ministris ecclesie legata pacis homnibus eroganda commisit, christos suos ore prophetico tangi prohibeat...) : rex pacificus est synonyme de Christ, et l’étymologie de Fridericus est donc une autre manière d’assimiler l’empereur au Christ dans sa fonction médiévale de roi de justice.

92 Traduction : « Grincer des dents est le propre des bêtes fauves, c’est se mouvoir par un mouvement de colère irrationnel, comme dans le Psaume : ‘Pourquoi les nations ont-elles grincé des dents ? C’est-à-dire que dans un mouvement de colère irrationnel elles se sont émues contre les saints. Cela signifie être horrifié, comme on a coutume de dire : toute son âme en frémissait/en grinçait des dents, c’est-à-dire était horrifiée ou avait peur ».

93 Sur l’utilisation de l’image/idée de la bête irrationnelle dans la rhétorique anti-impériale, cf. Giansante 1999, p. 68-69. Ces annominationes parmesanes ne sont que les dernières d’une longue série, dont on retrouve des exemples remarquables dans l’encycliqufe papale Ascendit de mari bestia (Epistolae selectae II, no 750 p. 645-654...) de 1239, où après avoir assimilé Frédéric II à la bête de l’apocalypse, Grégoire IX poursuit aimablement p. 646 : F. figulus falsitatis (une belle utilisation papale de la technique d’allitération analysée pour la chancellerie impériale dans la seconde partie) et plus loin (p. 646-647) le très révélateur F. fremens in magnitudine sua et ex adepta fortitudine infronitus, matris ecclesie pro bonis mala retribuit, et in eam quam fucatis delinivit aliquando verborum fallaciis, virus effundere caude aculeo more scorpionis incepit.

94 Chronica (éd. Scalia 1966), t. I, année 1248, p. 347

95 Témoigne de cette circulation prophétique dans les années 1240 la présence de prophéties politiques joachimites à la fois dans la Chronique de Salim-bene, dans celle de Matthieu Paris (en quantité plus réduite), et d’autres prophéties (les Revelationes du Pseudo-Methodius, no 43 p. 134-178) dans le Brief – et Memorialbuch d’Albert Behaim. Pour leur diffusion sous le manteau dans des couvents fransciscains français et anglais vers 1260, cf. Anheim-Grévin-Morard 2001, p. 149.

96 Holder-Egger, 1890, 1905, 1908. Sur les lectures joachimites du règne de Frédéric II, cf. Lerner 1988.

97 Vaticinium Sibillae Eritheae, version la plus ancienne éditée dans Holder-Egger 1890, p. 151-177, composée sous le règne de Conrad IV (ibid., p. 150). Version la plus récente dans Holder-Egger 1905, p. 328-335 (extraits).

98 Holder-Egger 1890, p. 159.

99 PdV I, 1(Collegerunt...), conclusion : Alioquin leo noster fortissimus, qui simulat hodie se dormire, rugitus sono terribili trahet ad se omnes a terre finibus tauros pingues, et plantando iustitiam ecclesiam diriget, evellens prorsus ac destruens cornua superborum.

100 Holder-Egger 1890, p. 165-166.

101 Ibid., p.168 : Hinc Trinacris requies aquile, donec veniat gallicana gallina Oculos eius morte claudet abscondita supervivetque : sonabit et in populis : ‘vivit non vivit’, uno ex pullis pullisque pullorum superstite. Hinc galli cantus usque Trinacrim audietur.

102 Cf. éd. Grundmann-Heimpel 1958, p. 104-123. On mettra en relation la présence récurrente de ce bestiaire dans la rhétorique du xiiie siècle avec la prévalence de la culture symbolique analysée par Pastoureau 2004, qui explique son efficacité dans la communication politique.

103 La lettre a été publiée par Kloos 1954a, p. 169-170. Pierre répond au rédacteur d’une lettre précédente, qui apparemment voyait avec regret dans la mort de Frédéric II la fin du pouvoir souabe : Illud verumtamen nequirem ullatenus silencio preterire, de orientali videlicet aquila quam dicitis occidisse, que si pro certo decessit ut fertur, vivit tamen in pullis multis superstitibus ex eodem, qui volantes parente velocius fulminabunt acrius in volucres contumaces. La suite de la lettre : Scimus enim illum maximum Alexandrum viribus excessisse parentem tam proprium quam putativum ; scimus eciam quod ille egregius Iulius primus Cesar patre non fuit inferior, qui propria virtute sibi vendicavit imperium, et suis destructis obicibus totum sibi possundedit orbem terre, est remarquable par ses échos avec la lettre PdV IV, 1 sur la mort d’Henri (VII).

104 Dans l’édition Iselin, cette lettre est comptabilisée sous le numéro PdV I, 39, p. 224-229, en tant que réponse à PdV I, 38, une lettre de Charles d’Anjou à Pierre d’Aragon. Ces deux lettres, si elles ne sont pas de simples exercices de style, n’ont pu être diffusées qu’en 1282, dans les premiers mois des Vêpres. Sur l’inclusion de ces deux lettres dans l’édition et leur diffusion au Moyen Âge, cf. l’introduction de Schaller à la réimpression de cette édition, p. 20.

105 Holder-Egger 1908, p. 139-187.

106 Isaïe, 13-22.

107 Cf. par exemple la section Onus Egypti, pour la France (Holder-Egger loc. cit. p. 140-141) : Quanta sub Egypti filia, id est Francia, sit futura confusio, propheticus sermo satis elucidat, quia necesse est in die certaminis, ut tradatur in manu populi aquilonis. Sicut enim in Geon Grecorum notatur imperium, Saracenorum in Tygri, Romanorum in Phison, sic et in Eufrate tuorum solium Germanorum. Caveat sibi proinde occidentalis ecclesia, que et Romana, ne velut olim Petri navicula laboret in fluctibus, et inde cogatur ipse Christi vicarius tunica sibi suorum succinctus occurrere, unde procellam imperii sine periculo plurium vix poterit evitare. Quamvis enim diebus preteritis Alamanni pariter et Normanni inter se sub Paschasio papa confligerent, quorum tamen esset absoluta victoria, non apparet, quia fortis inpegit in fortem, et ambo pariter conciderunt. Restat itaque ut adhuc summus pontifex Germanorum subeat scandalum, ubi Francorum baculum, cui sedes eius innititur, sibi presenserit iam confractum. Set nec est tui temporis, ut novus quassetur Egyptius, quia futurus est quantotius posterus, sub cuius quisque corruet infestatione protervus. Qualiter autem id fieri poterit, subiecte discussionis calamitas non silebit.

108 Le concept de Ligurie est encore appliqué au xiiie siècle à un ensemble géographique couvrant à la fois la Ligurie et une partie du Piémont et de la Lombardie.

109 Loc. cit., p. 173.

110 L’identité de ce personnage est, au moins pour moi, mystérieuse, même si c’est comme me le fait remarquer Henri Bresc le nom du cardinal Rainier de Viterbe qui vient d’abord à l’esprit.

111 Potati de ‘calice Babilonis’ (Jerem., 51, 7), posse vestrum quod contra nos-tram potentiam non posse putatur, fecistis in partibus Tiburtinis, ‘ova rupentes aspidum’, ex quibus iam ‘prodiit regulus, telas eraneas texuistis’ (Isai., 59, 5). Cum itaque omnis subiecta rerum mutacio, non sine quodam quasi conflictu proveniat animorum, inique temeritatis eventibus potencie nostre proposito mutante iudicium, vestra dissolvetur Babilon, Damascus deficiet, ‘sufflatorium consumetur in igne’ (Jerem, 6, 29) ‘sedens ab aquilone posita’ (Isai., 14, 13) corruet, et ‘lumbare’ vestrum circa lumbos appositum computrescere (Jerem., 13, 10) faciet nostre serenitatis industria quam divinus intuitus non desinit illustrare, et que livorem cuiuslibet tenebrositatis obducit, cuique se fere totus orbis inclinat, faciente divina clemencia per locum a genere urbem sibi sentiat emoliri, ut a qua romanum imperium meruit nominari, vere nobis Roma subiaceat, quibus terra servit, mare favet, et ad nutum omnia desiderata succedunt.

112 Cf. Stürner 2000, p. 387 pour les accents messianiques dans la correspondance entre Frédéric II et Viterbe. Cf. également les extraits de ces textes et leur traduction supra, seconde partie p. 217.

113 PdV III, 44. Cf. extraits de cette lettre supra p. 146-147 et 438-439.

114 Sur les rapports entre l’inféodation de l’Angleterre à la papauté et les activités des Italiens dans l’île, et tout particulièrement des Romains dans la péninsule, cf. en dernier lieu Venditelli 2001 et Weiler 2006.

115 Cf. Petit-Dutaillis 1971, p. 326-329 ; Harding 1993, p. 275-294.

116 Stürner 2000, p. 309-316. Sur les liens tissés à cette occasion entre les cours anglaise et impériale, cf. Kantorowicz 1937, à compléter par Hilpert 1981, chap. VI, p. 132-152.

117 Ibid., p. 224-227.

118 Venditelli 2001.

119 Avec une continuation jusqu’en 1259.

120 Par exemple Chronica majora III, p. 520, sur les auteurs des rumeurs concernant la prétendue incrédulité de Frédéric II : Si peccabant vel non, novit ipse qui nihil ignorat. Ou sur la chute de Pierre de la Vigne, qui aurait conspiré pour tuer son maître sur instigation papale (Cronica V, p.69) : Et obsorduit do-mini pape fama per hoc non mediocriter. Veritatem tamen novit Deus, secretorum perscrutator infallibilis.

121 Cf. Hilpert 1981, p. 62 et suivantes. Les principales lettres impériales sont : BF 2 910 ‘Triplex doloris aculeus’ = HB 5, p. 841= Chronica majora III, p. 631 ; BF 3 139, ‘Qualiter ad multam/Infallibilis veritatis’ = PdV I, 34, Cronica IV, p. 65 ; BF 3 205 : ‘Hylari affectione recepimus’ = PdV I, 9, Cronica Majora IV, p. 126 ; BF 3 551 ‘Ne Fama preambula’ = PdV II, 10, Chronica majora IV, p. 570 ; BF 3 579 ‘Quia scio vos’ = HB 6, p. 457, Chronica majora IV, p. 575 ; BF 3 495 ‘Etsi cause nostre’ = PdV I, 3, Cronica IV, p. 538 ; BF 3 541 ‘Illos felices describit’ = PdV I, 2, Chronica majora IV, p. 475. Pour les lettres papales, dont la formule de déposition, l’encyclique d’excommunication de 1239, le pamphlet Ascendit de mari bestia, cf. Hilpert 1981 p. 174-200.

122 Par opinion, je n’entends pas une opinion publique au sens moderne du terme. Matthieu Paris ne précise guère qui sont les hommes qui s’émeuvent à la réception des lettres, et il faut s’appuyer sur des indices indirects pour comprendre que dans certains cas, comme on le verra, l’opinion veut dire le clergé, dans d’autres un ensemble plus large (la petite et grande noblesse, les marchands, les clercs ?), mais il faut naturellement avoir à l’esprit l’organisation politique particulière de l’Angleterre et la maturation des tensions qui aboutiront à la crise de 1258 pour se faire une idée de cette ‘opinion publique’ dont la principale caractéristique est sans doute de se reconnaître dans une commune aversion contre le monde de la cour, avec ses clans continentaux et ses modes franco-provençales, et les envoyés du pouvoir papal. Sur la structuration sociale de l’Angleterre au xiiie siècle, cf. Genet 2003 p. 33-87.

123 Cf. Sommerlechner 1999, p. 553-554. Pour une lecture de la Chronique de Matthieu Paris sous un angle différent, cf. Le Goff 1996, en particulier p. 432-459 et 787-792.

124 Chronica majora III, p. 319 : Eodem anno, mense februario, venerunt apud Westmonasterium [1235] duo hospitalarii Theutonicorum cum militibus et aliis nuntiis solempnibus ab Fretherico Romanorum imperatore ad regem Anglorum missi, ferentes literas ipsius auro bullatas, in quibus postulavit Hysabellam sororem regis sibi matrimonio copulandam (...) petierunt literarum et sue postulationis responsum sibi dari, ut regis voluntatem domino imperatori possent celeriter nuntiare. Cf. également ibid., p. 441 : Anno quoque eodem (= 1237) instante Dominice nativitatis termino magnificus hostium suorum triumphator Romanorum Frethericus auro sigillatos ut moris habet Ricardo comiti Cornubie, ut eum et alios per eum de triumpho sibi divinitus collato in Italia contra Mediolanenses, ut superius dictum est, redderet certiores, apices imperiales sub hac forma destinavit.

125 Sur la participation de certains nobles français aux campagnes lombardes de 1237-38, cf. Kienast 1974, t. III p. 608. Il s’agit principalement du comte de Guines. La source principale sur cette aide est Philippe Mousket, MGH SS XXVI, 808, v. 29 575 (Sur Frédéric II dans Philippe Mousket, cf. Sommerlechner 1999 p. 545. Sur les nobles anglais dans le camp impérial en 1238, cf. également les commentaires ‘chauvinistes’ de Matthieu Paris, Cronica III, p. 491-492).

126 Chronica majora III, p. 590-608 : ‘Ascendit de mari bestia’, Epistolae seculi XIII, II, p. 646.

127 La première mention de ces rumeurs, en 1238, se trouve dans Chronica majora III, p. 520 : Ejusdem temporis curriculo, fama imperatoris F. admodum est obfuscata. Imponebatur enim ei, quod vacillans in fide catholica dixerit verba, ex quibus elici potuit non tantum fidei imbecillitas, quin immo heresis et blasphemie enormitas execranda. Fertur enim eum dixisse, licet non sit recitabile, tres prestigiatores sibi callide et versute, ut dominarentur in mundo, totius populi sibi contemporanei universitatem seduxisse, videlicet Moysen, Jesum et Machometum ; et de eucharistia quedam deliramenta protulisse. Absit, absit aliquem virum discretum in tam furibundam blasphemiam os et linguam reserasse. Dictum etiam fuit ab emulis suis, ipsum F. Imperatorem plus consensisse in legem Machometi, quam Jesu Christi, et quasdam meretriculas Sarracenas sibi fecisse concubinas. Surrepsitque murmur in populum, quod avertat Dominus a tanto principe, Sarracenis a multo tempore ipsum fuisse confederatum et amicum fuisse plus quam christianorum et id indiciis multis probare conabantur ipsius aemuli, qui famam suam conabantur obfuscare.

128 Cf. Ascendit de mari bestia, (Epistolae selectae II, p. 646-654) vers la conclusion : Set quia minus bene ab aliquibus credi posset quod se verbis illaqueaverit oris sui, probationes in fidei victoriam sunt parate, quod iste rex pestilentie a tribus barattatoribus, ut ejus verbis utamur, scilicet Christo Jesu, Moyse et Machometo, totum mundum fuisse deceptum et duobus eorum in gloria mortuis, ipsum Jesum in ligno suspensum manifeste proponens... La propagande papale se transforma en une légende diffusée dans toute l’Europe. Pierre de la Vigne devait avoir composé pour Frédéric II un Livre des trois imposteurs défendant cette conception. Encore au xviiie siècle, dans l’Essai sur les mœurs, (c. LII, ‘De l’empereur Frédéric II’), Voltaire notait (p. 544-545) : « Alors Grégoire IX accusa publiquement Frédéric II d’incrédulité (suit une traduction de ce passage). C’est sur cette lettre du pape Grégoire IX qu’on crut dès ce temps-là qu’il y avait un livre intitulé De tribus impostoribus : on a cherché ce livre de siècle en siècle, et on ne l’a jamais trouvé. » Huillard-Bréholles 1865 fait le résumé de la diffusion de cette légende, et donne les derniers exemples de faux du xviiie siècle, p. 156-157.

129 Chronica majora III, p. 533-536.

130 Ibid., p. 546-548.

131 Ibid., p. 548-550.

132 Ibid., p. 550-551.

133 Ibid., p.551 : Videns autem dominus imperator famam suam in hac tempestate periclitari, ut innocentiam suam manifestaret, procuravit ut nuntii ipsi, qui magne auctoritatis viri fuerant et solempnis, scriberent domino pape, ostendendo suam et domini imperatoris innocentiam ac justitiam.

134 Chronica majora III, p. 569-573 (= Epistolae selectae, II, p. 637-639).

135 Ibid., p. 575-589 dans la version adressée à Richard de Cornouailles. Cf. le commentaire remarquable de Matthieu Paris sur l’envoi d’une lettre semblable à quelques détails près aux autres princes, Cronica majora II, p. 590 : Hanc epistolam, mutatis tamen titulis et paucis in fine verbis, dominus imperator regi Anglorum multisque per orbem principibus, ut suam allegaret innocentiam et papalem manifestaret proterviam destinavit.

136 Chronica majora III, p. 608 : ‘Quod credibilis facta foret hec epistola nisi essent Romani infames ex suis factis’. Hec igitur et divulgata, et multis regibus ac principibus et magnatibus mutatis tantum titulis transmissa per orbem, timorem et horrorem necnon admirationem cordibus fidelium incusserunt, et imperialem epistolam suspectam, licet probabilia contineret, unde corda multorum qui prius cum alterutro steterant fluctuantia reddiderunt. Et nisi romana avaritia devotionem populorum a domino papa plusquam expediret ac deceret avertisset, totus mundus hac epistola exasperatus in imperatorem, quasi in manifestum hostem ecclesie et Christi inimicum graviter et unanimiter insurrexisset.

137 Ibid., p. 609 : Quid sibi vult istud ? Retroactis temporibus imposuit papa imperatori, quod ipse Machometo legique Sarracene plus consensit, quam Christo vel legi Christiane ; nunc autem in sua invectiva epistola imponit eidem, quod tam Machometum quam Jesum vel Moysen, quod horribile est recitare, vocat baratatorem. In epistolis suis humiliter de Deo scribit imperator et catholice, nisi tantum quod hac ultima papali persone derogat, non officio, nec publice predicat, nec procaciter sustinet quicquam hereticum ut novimus adhuc vel profanum, non usuriarios nobis misit vel raptores redditum’. Et sic ortum est jam scisma in populis formidandum.

138 Ibid., p. 638 : His igitur per orbem auditis et cognitis, fama domini pape et auctoritas magnam subiit ruinam et detrimentum, et subortum est scandalum, et ceperunt viri prudentes et sancti timere vehementer de ecclesie et domini pape et totius cleri honore, formidare ne dominus in furore maximo populum suum insanabili vulnere sauciaret.

139 Chronica majora IV, p. 26-29. Il s’agit de la lettre Communem casum (= BF 3 019 = HB 5, p. 921), non retenue dans les lettres PdV, cf. le commentaire de Matthieu Paris, p. 29-30 : His auditis, dominus imperator multorum corda sibi conciliavit, et ceperunt multi stare cum eo, qui in amore et reverentia eius prius vacillabant.

140 Chronica majora IV, p. 268 : Denigrata est fama ipsius, et sinistro susurro divulgatum, quod nunquam divina officia audire dignabatur, vel orare, vel personas ecclesiasticas digne venerari, vel in fide catholica sane loqui vel sentire, a concubitu muliercularum Sarracenarum abstinere, immo potius tam Sarracenos quam alios infideles in terram imperii vocare, et urbes construere permisit munitissimas.

141 Matthieu Paris décale cet envoi de quelques mois et le place à la fin de 1245. Cf. Chronica majora III, p. 475-477, avec le commentaire final.

142 Ibid., p. 477-478 : Hec cum ad Christianissimos Francorum et Anglorum reges nuntiata pervenissent, patuit luce clarius ipsis et eorum magnatibus, quod Frethericus libertatem ac nobilitatem ecclesie, quam ipse nunquam auxit, sed magnifici antecessores ejus malo grato suo stabilierunt, toto conamine studuit annullare ; et de heresi per id ipsum se reddens suspectum, merito omnem quem hactenus habebat in omni populo igniculum fame proprie impudenter et imprudenter extinxit. Reges tamen memorati, quia muliebre videretur et inhonestum statim infestare quem prius protexerant, non sine murmure siluerunt adhuc dissimulantes. Ac per hoc domini pape conditio meliorata respiravit.

143 Chronica majora IV, p. 538-544, et commentaire de Matthieu Paris : Hec autem epistola cum ad notitiam multorum principum pervenisset, corda a domino papa protinus averterunt, superbiam Romane curie, si contingeret Frethericum succumbere, merito formidantes.

144 Chronica majora V, 61-67 : lettre de Rainier de Viterbe sur l’exécution de l’évêque d’Arezzo (Grande piaculum...), introduite en ces termes par Matthieu p. 60 (en 1249, avec quelques mois de retard) : Diebus quoque sub eisdem, Fretherici fama non mediocriter cepit per diversa mundi climata adeo sordere, ut iam peior Herode Juda vel Nerone censeretur. Talis enim epistole fetor exitialis ex factis suis exhalans fidelium audientium aures et corda non sine stupore et gemitu quamplurimum exasperavit. Sur la mort de l’évêque Marcelin d’Arezzo, recteur papal de la Marche en 1248, et son exploitation par Rainier de Viterbe, cf. Stürner 2000 p. 573-574.

145 Après la lettre de Rainier de Viterbe sur la mort de l’évêque d’Arezzo, Matthieu ajoute ce codicille désabusé, ibid. p. 67 : Hec igitur pagina auditu horribilis, cum ad multos pervenisset, medullas auditorum penetrando contra Frethericum erexisset, nisi papales ejusdem Fretherici adversarios avaritie, simonie et usure, aliorumque vitiorum macule coinquinassent. Qui inter cetera deliramenta cruce signatos impudenter exagitant, nunc sub pena excommunicationis ad terram sanctam, nunc ad imperium Romanie, nunc innuendo ut super Frethericum insurgant et transmittantur elaborant (...) unde etsi ignominiosa ipse tyrannus Frethericus operetur, adhuc tamen infinitos manifestos et quamplures occultos in odium Romanorum, proh dolor, invenit fautores et in facinoribus adjutores.

146 Cf. l’écho du choc provoqué par ce manifeste chez Salimbene.

147 Je me permets d’insister sur la distinction entre les ‘lettres’ qui vont composer le recueil des Lettres, encore en gestation à l’époque où écrit Matthieu Paris, et les Lettres qui circuleront en Europe dès la génération suivante. Les conditions de réception, de circulation et de lecture des documents isolés ou du recueil sont fondamentalement différentes.

148 Chronica majora III, p. 407 : Sarracenos suos stipendiarios dicitur excessisse ; Chronica majora IV p. 111 : furoris flagellum formidabile ; 172 : Sathana seminante suscitata ; p. 345 : cui cum contradicendo (...) sicut sequens sermo ; Chronica majora V, p.90 : solum superesse sepulcrum.

149 Par exemple année 1240, Chronica majora IV, p. 63 : Mediolanenses autem tunc temporis, formidine pene potius quam virtùtis amóre (planus), hereticos qui civitatem suam pro magna párte inhabitábant (velox), ut famam suam redimerent et accusationi imperiali liberius respónderent, combussérunt (velox) ; quamobrem numerus civium nímis est mutilátus (velox). L’emploi du cursus est d’un bon styliste ; en revanche, il n’est pas au niveau de la chancellerie impériale pour l’euphonie (magna parte inhabitabant).

150 Je ne détaille pas les autorités religieuses. L’usage des classiques porte la trace d’une bonne éducation monastique inspirée de la renaissance du xiie siècle : on trouve du Lucain, de l’Horace, de l’Ovide, avec des rencontres plus ou moins intéressantes avec les connaissances des dictatores papaux impériaux, comme cette citation intégrale du vers horacien qui se rencontre également dans une lettre d’Honorius III et, plus ou moins décomposé, dans plusieurs lettres impériales : Chronica majora III, p. 489 (1238) : et qui diceret quod si ipsi talium impetus non possent sustinere, quid restat, nisi ut et partes devastent Occidentalium, juxta illud poeticum : ‘nam tua res agitur paries cum proximus ardet’.

151 Ce sont les expressions normales du langage relevé de l’époque, mais le niveau stylistique de Matthieu Paris est suffisamment proche de celui des Lettres pour que ces « communautés stylistiques » apparaissent dans une proportion sans commune mesure avec les quelques rencontres de la Chronique de Salimbene (cf. supra, note...). Je n’en cite qu’une poignée : Chronica majora III, 377 : Cum autem audisset imperator Mediolanenses in tantam audaciam prorupisse, ut levarent contra eum calcaneum ; ibid., p. 433 : apices imperiales ; Chronica majora IV, p. 267 : quo audito, imperator tactus doloris aculeo ; p. 577 : eisdemque diebus enervatus est regis rigor, quem viriliter conceperat, ut protervitatem romane curie constanter ut sperabatur et firmiter credebatur potenterque refrenaret ; p. 635 : pericula libra trutinabant rationis. Ces expressions, et bien d’autres, sont communes à la Chronique et aux lettres, et cette communauté n’est certainement pas toujours accidentelle.

152 Chronica majora III, p. 443.

153 Hilpert 1981, p. 97-102.

154 Sans prétendre trancher sur un point somme toute mineur, il est possible étant donné la très grande correction du cursus, et la parfaite application des lois euphoniques (absences d’hiatus observées généralement mais moins régulièrement dans la Chronique) dans ce passage qu’il s’agisse d’une variation interne à la tradition des Lettres, et non d’un ajout de Matthieu Paris.

155 Lettre non mentionnée par Hilpert 1981.

156 Chronica majora, IV, p. 19 : au sujet d’une lettre de Frédéric II (Cum inter reges orbis, soit BF 2531 = HB 5, p. 464, non sélectionnée dans la collection classique des Lettres) reprochant à Henri III d’accéder aux demandes de subsides de la Curie. Traduction : « Et comme la parole du seigneur empereur fut placée dans la bouche du messager lui-même, ledit H. Chalbaot, cette lettre d’amitié est en grande partie mutilée (quant à son contenu véritable), et de nombreuses choses ont été tacitement omises ».

157 Chronica majora IV, p. 474. Voltaire a tiré un grand parti de ce passage de la chronique et de la de la lettre PdV I, 2 Illos felices pour un chapitre de son Essai sur les Mœurs : (t. I, c. LII, p. 547-548) : « Frédéric II ne souffrit pas du moins que l’évêque de Rome agît en souverain des rois. Cet empereur était à Turin, qui n’appartenait point encore à la maison de Savoie ; c’était un fief de l’empire, gouverné par le marquis de Suze. Il demanda une cassette ; on la lui apporta. Il en tira la couronne impériale. ‘Ce pape et ce concile, dit-il, ne me l’ont pas ravie ; et avant qu’on m’en dépouille, il y aura bien du sang répandu’. Il ne manqua pas d’écrire d’abord à tous les princes d’Allemagne et de l’Europe par la plume de son fameux chancelier Pierre des Vignes, tant accusé d’avoir composé le livre des Trois imposteurs. : ‘Je ne suis pas le premier, disait-il dans ses lettres, que le clergé ait ainsi indignement traité, et je ne serai pas le dernier. Vous en êtes cause en obéissant à ces hypocrites dont vous connaissez l’ambition sans bornes. Combien, si vous vouliez, découvririez-vous dans la cour de Rome d’infamies qui font frémir la pudeur ? Livrés au siècle, enivrés de délices, l’excès de leurs richesses étouffe en eux tout sentiment de religion. C’est une œuvre de charité de leur ôter ces richesses pernicieuses qui les accablent ; et c’est à quoi vous devez travailler tous avec moi’ ».

158 Sur ces négociations, Berger 1893 à compléter par Baaken 1994.

159 Chronica majora IV, p. 523-524 : Eisdem temporibus dum mundiale mare talibus exagitaretur turbinibus, Frethericus aliquantulum ad se reversus (...) optulit domino pape suorum excessuum facere satisfactionem competentem. Super quo negotio constituit procuratorem et mediatorem dominum regem Francorum, qui partes suas diligenter interponens papam adiit Lugduni commorantem, sed tamen ipsi adventanti usque Cluniacum occurrentem, tractatum super hoc habiturus, si qua pacis forma posset inveniri.

160 Cf. Le Goff 1996 p. 151-152, qui reprend le discours des barons à Frédéric II inventé par Matthieu Paris sans se poser le problème de son authenticité, très contestable (d’autant plus qu’il ne s’agit certainement pas d’un événement sur lequel le clerc disposait de renseignements de première main). Si la proposition de Grégoire IX n’est pas invraisemblable, elle est au moins sujette à caution ; le vague de nos informations s’expliquerait par le caractère informel d’un sondage papal. Le premier discours des barons français face à cette demande papale a d’autre part un curieux air de famille avec le discours prêté à Frédéric II par Matthieu Paris à l’annonce de la déposition, qu’il évoque déjà, alors qu’en 1239, il ne s’agit que d’une excommunication (même si la proposition du pape suppose une volonté de déposition). Cf. le texte de la Chronica majora III, p. 624-625 : Ad quod, inito consilio, circumspecta prudentia Francorum respondit : Quo spiritu vel ausu temerario papa tantum principem quo non est maior immo nec par inter Christianos, non convictum vel confessum de objectis sibi criminibus, exheredavit, et ab apice imperiali precipitavit ?

161 Ibid., p. 626-627 : Nec nos pulsat ambitio ; credimus enim dominum nostrum regem Galliae, quem linea regii sanguinis provexit ad sceptra Francorum regenda, excellentiorem esse aliquo imperatore, quem sola provehit electio voluntaria ; sufficit domino comiti Roberto fratrem esse tanti regis. Et his dictis, cum dilectione et gratia imperiali recesserunt. On imagine mal les barons français en ambassade auprès de Frédéric pour s’assurer de son orthodoxie lui jeter à la figure ce genre de profession de foi anti-élective, fort intéressante par ce qu’elle nous apprend de la diffusion des échos de l’idéologie dynastique française alors en plein essor dans l’Angleterre du xiiie siècle, mais assez peu crédible dans ce contexte précis, et encore plus mal Frédéric II accueillir ces aimables paroles cum dilectione et gratia. Sur la diffusion du thème de la supériorité dynastique de la royauté française sur la dignité impériale élective dès le xiiie siècle, cf. Beaune 1985, p. 388-389. Dans les faits, on assiste à une inversion idéologique de grande ampleur dans un long xiiie siècle français, où l’on passe d’une peur de la remise en cause dynastique (et d’une succession par association) qui porte la trace du modèle électif au début du règne de Philippe Auguste (cf. Baldwin 1986, p. 448-471) à la valorisation de la dynastie française, modèle de succession non-élective. Et il est probable que dans son for intérieur Frédéric II devait voir le modèle français de la succession dynastique avec une certaine faveur. On comparera avec l’idéologie officielle de la succession Hohenstaufen à l’empire telle qu’elle est exprimée dans l’acte solennel d’élection comme roi des Romains de Conrad IV, parfois inclus dans des anthologies précoces de lettres impériales italiennes (ed. Leges et Constitutiones, II, no 329 p. 439-441 : Expectatio gentium Iesus Christus), ainsi qu’avec la disputatio de type rhétorico-scolastique sur la noblesse de nature ou d’hérédité, composée par un des dictatores de la cour impériale, éditée et analysée dans Delle Donne 1999, et presentée ici-même, supra p. 425-431.

162 Les pages qui suivent ont été relues par Alexis Charansonnet, qui m’a notamment aidé à enrichir les références bibliographiques et suggéré des variantes de traduction. Sur cette crise, cf. Berger 1893, Campbell 1959, Jordan 1979, et dorénavant le dossier rassemblé par Charansonnet 2001, t. 1, p. 127-143. L’affaire est expédiée dans Le Goff 1996, p. 168. Dans le dense résumé du règne de saint Louis de la récente synthèse Les Capétiens (1999), couvrant tout de même cinquante pages (328-278), il n’en est même pas question. La « conspiration » ou « révolte » des barons de 1246-1247 (organisée à la fin de 1246) est un non-événement pour une grande partie de l’historiographie française récente, sans doute parce qu’elle concerne un pan de l’histoire du royaume, soit son imbrication au niveau féodal et seigneurial dans un ensemble plus vaste et son interdépendance encore très étroite avec l’Empire au niveau politique, qui intéresse peu la plupart des historiens français, sauf quand il s’agit du sud-est (les prodromes des rattachements du Lyonnais et du Mâconnais à la France), mais aussi parce ces historiens s’appuient sur une historiographie médiévale française ou franco-italienne qui l’a radicalement effacé, pour des raisons idéologiques évidentes : les actions du jeune Louis IX ne devaient pas entrer en contradiction avec les idéaux de sainteté et d’alliance avec la papauté qu’il était censé évoquer vers 1300, au moment de sa canonisation.

163 Chronica II, p. 592-593. Pièce éditée dans HB VI, 467. Une version existait dans le Trésor des chartes au xviie siècle (Layettes, Champagne, VI, 84), mais elle était apparemment déjà égarée au xixe siècle.

164 Description et édition dans HB VI, p. 468-469, avec le liminaire suivant : « Edit. ap. Matt. Paris, Hist. maj. Anglor., p.483. – Preuves des libert. de l’Église gallicane, t. I, p. 99. Latino sermone versionem sive exemplar edidit quoque Varin, Arch. Administr. de Reims, t. I, 2e part., p. 690, ex chartul. lacer. Laudun., no 6, cum his notis : Datum anno Domini millesimo ducentesimo XL septimo (sic pro sexto) mense novembris ; nunc coll. cum origin. in arch. Cesar. Paris., Trésor des chartes, J. 198 B, no 84) », et note 1 p. 469-70 : « l’original de cette pièce, endommagée depuis fort longtemps, porte sur le repli inférieur du parchemin vingt-deux trous destinés à recevoir les lacs de vingt-deux sceaux. Mais il n’y a plus que douze cordelettes de chanvre, tantôt blanches, tantôt vertes, dans la partie gauche. Des fragments de sceaux en cire blanche adhèrent encore à la seconde et à la troisième de ces cordelettes. Au-dessus du premier sceau on lit : Senescallus Campanie, ce qui désigne le sire de Joinville ; au-dessus du second : G... de Bollemont ; au-dessus du troisième : ... de Valeri. Aucune trace d’écriture n’apparaît au-dessus des autres sceaux. Cet exemplaire était peut-être celui qui était destiné à faire preuve pour la Champagne, et l’on n’y aura désigné nominativement que les trois barons qui appartenaient à cette province ».

165 Hugues IV, duc de Bourgogne, Pierre Mauclerc, comte de Dreux, et régent de Bretagne pour le compte de sa femme puis de ses enfants jusqu’en 1237, mais on voit qu’en 1247 il est encore qualifié de comte de Bretagne ; Hugues X de Lusignan, comte de la Marche et d’Angoulême ; enfin Hugues de Châtillon, comte de Saint-Pol. Il s’agit donc de très hauts seigneurs, dont deux sont directement apparentés à la famille royale (Hugues de Bourgogne et Pierre de Dreux), deux ont participé jadis au mouvement baronal de la première année de règne de saint Louis (Pierre de Dreux et Hugues de Lusignan) ; et au moins un (Hugues de Bourgogne) a de grands intérêts en terre d’empire.

166 Quia clericorum superstitio, non attendens quod bellis et quorumdam sanguine sub Carolo magno et aliis regnum Francie de errore gentilium ad fidem catholicam sit conversum, primo quadam humilitate nos seduxit, quasi vulpes se nobis opponentes, ex ipsorum castrorum reliquiis, que a nobis habuerant fundamentum, iurisdictionem secularium principum sic absorbent, ut filii servorum secundum suas leges iudicent liberos et filios liberorum ; quamvis secundum leges priorum triumphatorum deberent a nobis potius iudicari, et per novas constitutiones non deberet antecessorum nostrorum consuetudinibus derogari ; cum nos deterioris conditionis faciant quam deus etiam coluit esse gentiles, cum dixerit : Reddite que sunt Cesaris Cesari, et que sunt Dei Deo, nos omnes regni maiores attento animo percipientes, quod regnum non per jus scriptum, nec per clericorum arrogantiam, sed per sudores bellicos fuerit acquisitum, presenti decreto omnium juramento statuimus et sancimus, ut nullus clericus vel laicus alium de cetero trahat in causam coram ordinario iudice vel delegato, nisi super heresi, matrimonio vel usuris, amissione omnium bonorum suorum et unius membri mutilatione transgressoribus imminente, certis a nobis super hoc executoribus deputatis, ut sic iurisdictio nostra ressuscitata respiret, et ipsi hactenus ex nostra depauperatione ditati, quibus deus propter eorum superbiam prophanas voluit revelare contentiones, reducantur ad statum ecclesie primitive, et in contemplatione viventes nobis, sicut decet, activam vitam ducentibus, ostendant miracula, que dudum a seculo recesserunt.

167 Chronica, IV, p. 591.

168 Chronica, IV, p. 593-594 : Hec cum audisset papa, ingemuit spiritu perturbato, et cupiens eorum emollire corda et constantiam enervare, admonitione premissa eos minis perterruit, nec se sic sensit prevalere (...). Multos tamen perterruit hujus tenor epistole, credebaturque hec a consensu Fretherici emanasse ; maxime cum hujus clausula finalis concordet epistole Fretherici quam multis misit principibus, in cujus fine sic dicit : ‘semper fuit nostre intentio voluntatis, clericos cujuscunque ordinis ad hoc inducere, et maxime maximos, ut tales perseverarent in fine, quales fuerunt in ecclesia primitiva, apostolicam vitam ducentes, humilitatem dominicam imitantes. Tales namque clerici solebant angelos intueri, miraculis choruscare, etc’.

169 Le relevé explicite du parallèle par Matthieu Paris est intéressant pour nos propres critères scientifiques d’examen des parallèles. On voit finalement à la lecture de l’acte que l’inspiration est claire, mais qu’il ne s’agit pas d’une conclusion recopiée mot à mot, loin de là, puisque la dernière partie de l’acte français est en fait inspirée de deux parties fort éloignées l’une de l’autre de la lettre Illos felices. D’autre part, il suffit de deux expressions parallèles bien caractérisées pour que l’inspiration directe soit détectée et commentée.

170 Chronica majora IV, p. 593 : Hec cum audisset papa, ingemuit spiritu perturbato ; cupiens eorum emollire corda et constantiam enervare, admonitione premissa eos minis perterruit, nec se sic sensit prevalere. Contulit igitur multis consanguineorum eorum multa beneficia ecclesiastica, et licentiam plura optinendi, cum indulgentiis multis, necnon et plura ipsis nobilibus contulit donativa ; set sic multos eorum a predicta presumptione revocavit. Il serait intéressant de pousser l’enquête pour voir quels membres de ces grandes familles ou de leurs clientèles ont été élevés à d’importantes ou lucratives dignités ecclésiastiques entre la fin de 1246 et 1250. Le problème a déjà été abordé par Berger 1893 p. 245 et suivantes, et par Pantin 1955, Gieben 1971 et Southern 1992 pour l’Angleterre à la même époque, à propos des collations à des clercs italiens en Angleterre. Alexis Charansonnet attire mon attention sur le dossier de plaintes anglaises réunies à ce sujet par Robert Grosseteste au début de la décennie 1250 pour ses représentations auprès d’Innocent IV à Lyon. Il faudra examiner s’il ne contient pas des reprises de textes frédériciens.

171 Sur la perception à la Curie des dangers du séjour lyonnais, cf. un autre des discours recomposés de Matthieu Paris pour l’année 1246, Chronica majora IV, p. 579 : (le cardinal anglais John Tolet au pape) Vos et nos, qui culmen sumus ecclesie, a sede papali, immo ab ipsa urbe, immo ab Italia exulamus expulsi. Hungaria cum suis terris sibi conterminis nihil aliud nisi a Tartaris expectat exterminium. Alemannia suis guerris concutitur intestinis. Hispania usque ad ascisionem linguarum episcopalium desevit. Francia usque ad egestatem per nos jam depauperatur, que etiam in nos conspiravit. Anglia nostris iniuriis multotiens lesa quasi asina Balaan, calcaribus et fustibus cesa, tandem loquitur et obloquitur ; et se nimis et intolerabiliter conqueritur fatigatam et irrestaurabiliter dampnificatam. Ysmaelitico igitur more, omnibus odiosi, omnes ad odium provocamus. Quant au projet d’Innocent IV de se retirer à Bordeaux, d’après Matthieu Paris, il aurait consterné Henri III et l’opinion anglaise, cf. Chronica V, p. 188-189. Matthieu Paris le met en relation avec les violentes querelles opposant Innocent IV à certains membres de la famille royale française, et avec les menaces de ces derniers : Tempore quoque sub eodem, missis sollempnibus nuntiis, dominus papa postulavit dominum regem Anglie, ut liceret ei saltem apud Burdegalim, civitatem suam in Wasconia, commorari. Fratres enim domini regis Francorum eum districte convenerant, rogantes ex parte dicti regis et sua ut pacem iniret cum Fretherico humiliato et satisfactionem ecclesie humiliter offerenti sicut honorem universalis ecclesie diligebat. Imponebant etiam illi dicti regis fratres, videlicet Pictavie et Provincie comites, quod per pape avaritiam totum evenit infortunium memoratum. Ce n’est pas invraisemblable, puisque Charles d’Anjou et Alphonse de Poitiers, capturés avec saint Louis en Egypte, ont été chargés à l’été 1250 de porter en France une lettre racontant la catastrophe, et que la propagande impériale avait précisément pendant tout le temps de la croisade insisté sur le péril représenté par l’obstruction papale à la soumission de l’empereur. Dans tous les projets de réconciliation proposés par Frédéric pour les années 1246-48, Frédéric II était censé laisser ses royaumes à ses fils et partir pour la Terre Sainte. Cf. pour la propagande frédéricienne sur la croisade la rhétorique de PdV I, 18 adressée à l’infant de Castille sur ces événements en été 1250.

172 Sur la distance politique de saint Louis par rapport à Innocent IV, cf. Congar 1976.

173 Campbell 1959. Le mémorandum se trouve dans les Additamenta, Chronica majora VI, p. 99-112, avec la rubrique litere presentate domino pape coram concilio Lugdunensi de oppressionibus ecclesie, mais le début de sa rédaction montre qu’il s’agit d’un brouillon : Dicturus quod injunctum est mihi a domino rege Francie veniam peto. In primis supplicans.

174 On notera le recours à l’argumentation historique tirée du De bello Gallico sur la place des Druides chez les Gaulois pour soutenir la position du clergé gallican, exempt de tribut, un thème qu’on attendrait plutôt sous la plume d’un clerc du xive ou du xve siècle, mais qui est déjà formulé vers 1250. Sur la récupération de la figure du druide dans l’idéologie politique française, cf. Beaune 1985, p. 3344 et p. 408.

175 Chronica IV, p. 100 : Mirantur etiam et moventur barones et omnes regni proceres et magnates, non solum quod hec fiunt, sed quod dominus rex sustinet quod hec fiant ; immo quia ipse, ut verbis eorum utar, ita permittit destrui regnum suum, sicut sui dixerunt ei nuper in colloquio apud Pontisarem congregato. Nec solum moventur super his dominus rex et magnates, sed etiam generaliter omne regnum motum est et turbatum usque adeo, quod devotio illa, quam solebant habere ad romanam ecclesiam, jam quasi penitus est extincta, et non solum extincta sed conversa in odium vehemens et rancorem vehementem. Le passage suivant, p. 101, est remarquable :

Image 14.jpg

176 Joinville, quoique encore jeune, était alors déjà sénéchal depuis longtemps. Né vers 1225, il avait hérité du titre dès la mort de son père en 1233, cf. Joinville, Vie de saint Louis, éd. Monfrin 1998 p. ix.

177 Charansonnet 2001 (thèse dactylographiée de l’université Lyon II/ Lumière), mise en ligne à l’adresse suivante : http://demeter.univ-lyon2.fr:8080/sdx/theses/lyon2/2001/charansonneta.

178 Albert Behaim, Brief – und Memorialbuch, (= Frenz-Herde 2000) n° 54 p. 215-226.

179 Le légat papal en Angleterre, cf. Matthieu Paris, Chronica, II, p. 416-420 et sq.

180 Chronica majora IV, p. 422-423 (année 1245, avant la tenue du concile) : Magister interim Martinus ad dominum suum papam cum pervenisset, et que prescripta sunt eidem plenius enarrasset, infrenduit papa et ira excanduit vehementi. Et recolens quia tam rex Francorum quam Arragonum ingressum regnorum suorum vetuissent ipsi postulanti, nec rex Anglorum adventum suum in Angliam acceptas-set, immo potius ipsum execrando nuntium suum et clericum ab Anglia probrose ejecisset, dixit in iracundia magna voce susurra, oculos obliquando et nares corrugando : ‘expedit ut componamus cum principe vestro [= le roi d’Angleterre], ut hos regulos conteramus recalcitrantes ; contrito enim vel pacificato dracone, cito serpentuli conculcabuntur’. Quod verbum in multorum cordibus offendiculum indignationis generavit.

181 Advertat et aliud, qualis ex istis initiis exitus expectetur. A nobis incipitur, sed noveritis quod finietur in vobis, quia nostra potentia primitus conculcata, resistentiam aliquam non expectant. Vestram ergo iustitiam in nostra causa tuentes, et vobis vestrisque heredibus a longe providentes, nobis sicut convenit toto posse viriliter assistatis (Constitutiones et acta II no 262 p. 366, version B sicut convenit in hiis assistatis, je conserve une version plus ornée, en accord avec la majeure partie de la tradition manuscrite des Lettres).

182 Chronica majora IV, p. 544 (1246) : Hec autem epistola cum ad notitiam multorum principum pervenisset, corda a domino papa protinus averterunt, superbiam romane curie, si contingeret Frethericum succumbere, merito formidantes.

183 Chronica V, p. 100 (1250) : A nonnullis affirmative dicebatur, quod dominus papa sitienter et super omnia desiderabat ipsum, quem magnum draconem vocabat, pessundare, ut ipso subpeditato et conculcato, reges Francorum et Anglorum necnon et alios Christianitatis reges, quos omnes regulos et serpentulos esse dicebat, facilius exemplo dicti F. perterritos conculcaret, et bonis suis ac prelatos eorumdem ad libitum spoliaret. Et hoc verbum cum factis enormibus, que talibus dictis testimonium poterant perhibere, in multorum cordibus offendicula generarunt, et ipsum F. similiter justificarunt, et partem ceperunt diatim meliorare.

184 Il existe de nombreuses traductions iconographiques de cette image du prélat foulant aux pieds les bêtes mauvaises de la bible, aspic, basilic, et autres serpents venimeux, qui datent précisément de cette époque. Derrière les explications traditionnelles (et valables) sur la signification de ces symboles (la vertu écrasant les péchés), on voit donc qu’ils étaient susceptibles de lectures concrètes beaucoup plus ‘politiques’ (le clergé écrasant les autorités laïques), le niveau d’interprétation générale exégétique se combinant avec l’interprétation concrète ‘transumptive’ au cas par cas. Cf. le tombeau de l’évêque Evrard de Fouilloy, encore en place dans la cathédrale d’Amiens. Le modèle en ce genre reste sans doute la pierre tombale de l’archevêque Siegfried de Mayence (mort en 1249) qui s’est fait représenter couronnant de la main gauche et de la main droite les deux anti-rois Henri Raspe et Guillaume de Hollande, moitié plus petits que lui, et foulant un lion et un basilic, cf. illustration et commentaire succinct dans Boockmann 1994, p. 181.

185 Holder-Egger 1908, p. 173 : De radice inquit colubri previi Frederici, egredietur regulus alius, scilicet Fredericus, cuius semen – Fredericus tertius iuxta Raynerium – superbos populos absorbebit. Ab aquilone inquit, Germanie, fumus veniet, et non erit qui effugiat agmen eius.

186 Jer, 51, 7.

187 Is., 59, 5.

188 Pour la traduction de ces lignes, j’adopte une suggestion d’Alexis Charansonnet.

189 Charansonnet 2001 (http ://demeter.univ-lyon2.fr :8080/sdx/theses/lyon2/ 2001/charansonnet-a.

190 Sur la destruction par étapes de la colonie sarrasine de Lucera, cf. Gabrieli 1977. Son sort ne fut définitivement scellé qu’en 1300, sous le règne de Charles II.

191 Charansonnet 2001, n° 41, 42 et 43 p. 965-969, traduction et analyse d’après l’édition de Maier 1995.

192 Remedia, v. 91-92. Cette rencontre est remarquable, dans la mesure où Eudes a prononcé ce sermon en chaire devant une assemblée de prélats pour condamner, à travers les barons, Frédéric II, répétant ainsi accidentellement la situation décrite dans la satire de 1239/40, mais il peut s’agir d’un hasard, dû à la grande fréquence d’utilisation de ce vers dans la culture latine du temps. Il est en effet, à quelques années d’intervalle utilisé à la fois dans le début de PdV I Collegerunt Pontifices, dans la conclusion de ce sermon d’Eudes de Châteauroux, et de manière assez différente, dans un des sermons de Federico Visconti récemment édités sous la direction de Nicole Bériou (Bériou 2001, n° XXXVIII – de trinitate, p. 622). Il appartient donc à ce registre particulier du stock des citations classiques investies d’une fonction proverbiale, et activement utilisées dans la prédication au xiiie siècle. Cela dit, il n’est pas non plus anodin que quelques années plus tard, dans un inventaire des Lettres, Jean de Caux, archiviste de saint Louis, place Collegerunt pontifices, contre toute vraisemblance, précisément en 1246/ 1247. Il se peut que Collegerunt ait circulé en France pour la première fois précisément à cette époque, et qu’Eudes s’en soit, consciemment ou inconsciemment, inspiré pour ce passage de son sermon.

193 Sur les problèmes de correction du texte biblique, cf. Dahan 1990 et 1999, à compléter pour les années 1240-1280 par Anheim-Grévin-Morard 2001. C’est un des grands chantiers intellectuels du xiiie siècle, qui resta inachevé, non pas faute de connaissances techniques, mais plutôt d’appui des autorités ecclésiastiques.

194 Cf. Schaller 1993, p. 242. Pour la description du manuscrit, cf. Schaller 2002, no 158 p. 237-238.

195 On sait peu de choses sur ce personnage. D’après le colophon du manuscrit BnF lat. 8563, il a rédigé son manuscrit à la Curie, cf. fol. 95r : Istam summam scripsit Egidius de Forteretia in curia romana, cité dans Huillard-Bréholles 1865, p. 225 et Schaller 1993 p. 242 note 49, et il était chanoine à Chartres en 1318 (Jean XXII, Lettres communes, ed. Mollat-De Lesquen 1905, nr. 7 378, 7 380, 8 505, 8 675). D’où la supposition de Schaller (ibid.) que ce Gilles de Roquedur « an der Kurie tätig war, bevor er diese Pfründen erhielt », et la datation très probable du manuscrit avant 1318.

196 Manuscrit Paris, BnF lat. 8 563, fol. 9v. Sur la formule qualitas exigit dans les lettres, cf. par exemple PdV III, 28 : ut certificati per te exinde sicut honori nostro convenit, et negocii qualitas exigit, super hiis procedere consultius valeamus.

197 Ce choix fut probablement motivé par l’état meilleur du second manuscrit, cf. par exemple fol. 44v, PdV III, 4 : Cumque collisis multorum potent[i]um viribus, qui non nobis immo divino iudicio nostram iusticiam instantiam dirigenti temerarie resistebant ad obtinendam Romani imperii monarchiam, Ytalie quedam factiosa faustosa collectio, avec l’exponctuation d’instantiam et de faustosa.

198 Manuscrit Paris, BnF lat. 8 563, fol. 47v : La correction n’est pas stupide, si l’on tient compte de l’ensemble de la période, période introductive de l’exorde de cette lettre solennelle : Noster instanter, quem in subditorum nostrorum semper emolumenta dirigimus, sollicitatur affectus, qualiter regni nostri Sycilie preclara possessio, sicut rerum ubertate victualium ad dispensationem divini nominis terra natura profluente tripudiat, sic ad nostre provisionis edictum, virorum prefectione (sic) [= perfectione] scientium fortuna favente valeat fecundari. Soit on choisit sur la base d’une partie de la tradition manuscrite de comprendre comme Huillard-Bréholles que terra reprend dans une construction quelque peu redondante nostri Sycilie preclara possessio, soit il faut éliminer terra ou natura, comme le fait Gilles. Si le passage originel portait bien terra natura, le notaire l’a donc altéré pour le rendre plus conforme à la clarté grammaticale.

199 Manucrit Paris, BnF lat. 8 563, fol. 14r : Faleris, id est ornamentis. Cf. également le manuscrit Paris, BnF 8628, dont le copiste glose fol. 4r en marge le terme esurie par fame.

200 Manuscrit Paris, BnF lat. 8 563, fol. 38v, PdV II, 49 : Repetentibus nuper nobis Ytaliam, glose interlinéaire : id est revertentibus et à la fin du même paragraphe repetituri Germaniam, glose inerlinéaire, id est reversuri. L’emploi de repeto dans ce sens est un tour classique qui se trouve dans les poètes (Virgile, Enéide II, 749) comme dans les prosateurs. On ajoutera à ces déformations lexicales la destruction des oppositions musicales dans l’emploi des conjonctions. Là où les notaires impériaux prennent soin de varier entre et et ac, les copistes, bien souvent, écrivent sans se préoccuper du résultat.

201 Sur Gautier d’Ascoli, cf. supra p. 231. Uguccio est nommément cité par Gilles, cf. manuscrit BnF 8 563, fol. 50r : (PdV III, 20) : Nota. Uguitio (sic) dicit intercapedo, id est distantia locorum.

202 Ibid., PdV IV, 1 : Luxit namque David triduo primogenitum Absolonem, note marginale : David, id est Cesar.

203 Ibid., PdV I, 28 : fédera traherémus, changé en federa contraheremus mauvais pour le cursus mais plus proche du français et de l’italien médiévaux, et PdV II, 1 : sánguine rubricárunt est changé en sanguine rubricaverunt (forme plus banale, qui détruit le cursus). Pour retrouver une forme plus connue ou par simple alignement automatique sur ses habitudes, le copiste détruit l’harmonie du cursus.

204 Par exemple à la fin de PdV I, 32. Les mots entre crochets indiquent les passages à rétablir, les mots barrés les corrections déjà opérées sur le texte du manuscrit à l’époque de sa rédaction, les mots entre doubles parenthèses le texte à supprimer : Quorum votis in istum summum pontificem inspiratione divina, sicut nostra tenere debet opinio, concordatis, gavisi sumus gaudio magno, valde probabiliter estimantes orthodoxam et universalem ecclesiam radio novi luminis illlustratam, romanum imperium nova in iuste [= iustitie] leticie generatione letatum, quod de se filium genuit, quem [= quam] patrem orbis et fidei fore merito gloriatur. Igitur habentibus [= afferentibus] nobis tam ob persone vocate meritum [= tum persone meritis], quam [= tum] innocentie nostre iusticia((m)), prorsus indubitabilem spem de pace, cursim ad ipsum [= ipsam] processimus, offerentes eamdem [ad honorem Dei et ecclesie] primitus quam [= priusquam] prestolaremur oblatam. Il suffit de consulter l’ensemble du texte manuscrit pour constater l’étendue des dégâts syntaxiques.

205 Une formule classique de la chancellerie impériale, l’encastrement d’un couple pronom ou adjectif+nom déterminés dans un couple pronom ou adjectif+nom déterminants, est souvent défigurée par cette tendance à l’alignement des désinences, cf. le manuscrit Paris, BnF 8 563 (PdV II, 21) : ex antiquo fidei nostre zelo, qui devient ex antique fidei nostre zelo. Dans un registre plus raffiné, la chancellerie utilise de manière antiquisante l’adverbe proximo pour des indications de temps : il est confondu avec l’adjectif et aligné sans pitié. Cf. par exemple manuscrit Paris, BnF lat. 8 563 PdV III, 11 fol. 48r : ad festum sancti Michaelis nunc proximum (sic).

206 Ces oscillations générales sont compréhensibles, mais souvent consternantes. Cf. par exemple manuscrit Paris, BnF 8 563, fol. Iv : (PdV I), l’exclamation Ploret igitur mater ecclesia changée en plorat.

207 Exemples innombrables d’une faute que les graphies médiolatines rendent extrêmement fréquente. On est plus étonné du massacre des formes déponentes et passives, là où une bonne connaissance grammaticale ou une appréciation évidente du sens du texte aurait dû entraîner une préservation ou une correction automatique de la forme.

208 Exemples également innombrables, par exemple le manuscrit Paris, BnF lat. 8 563 PdV I, 24 fol 14v, spei uberis pour spei uberioris. Là encore, dans bien des cas, la réduction au positif détruit l’équilibre du cursus, qui avait pu pour un certain nombre de cas contribuer au choix du comparatif.

209 Manuscrit Paris, BnF lat. 8 563, PdV III, 41 fol. 36v : beruarios (des valets d’armes) changés en burmarios. PdV I, 3 fol. 3r : demania (terme technique pour désigner les domaines impériaux, cf. les Constitutiones) changés en dominia.

210 Toujours à partir du manuscrit Paris, BnF lat. 8 563 ou des variantes de l’édition Iselin, en vrac, PdV I, 8 : divinare pour dinumerare (Iselin t. 1 p. 104 texte principal) ; I, 21 : contra valla iusticie pour obice vallo iusticie (fol. 13r) ; I, 28 : scripta pour septa (fol. 17v) ; I, 17) ; II, 5, structura pour le plus rare strictura 24v (un resserrement) ; III, 23 fol. 50v : regie castrum pour regie stolium, III, 44 fol. 56v bruto pour botro (pourtant également présent dans le latin biblique). Certains exemples sont à renvoyer à la négligence des copistes, et sont sans doute plus dus à l’inattention qu’à la méconnaissance lexicale, mais pris statistiquement, l’ensemble de ces glissements indique les contours d’une latinité précieuse que le notaire moyen a du mal à suivre.

211 Herkenrath 1987, mentionné par Guyojeannin-Pycke-Tock 1993.

212 Manuscrit Paris, BnF lat. 8 563 : faciles/felices : PdV II, 34, fol. 32v ; de ita/ dieta, PdV II, 39, fol. 35v ; parva/prava, PdV II, 55, fol. 41r ; pravos/parvos ; PdV II, 59, fol. 41v ; hyraliter/hylariter, PdV III, 10 (corrigé), fol. 47v, PdV III, 53 et PdV IV 11 (non corrigés) fol. 58v et 69v.

213 Manuscrit Paris, BnF lat. 8563 : honorantur/honerantur : PdV I, 2, fol. 2v ; affectu/effectu PdV I, 4 fol. 4v ; desiderii/dissidii PdV I, 11 fol. 6v ; in augusto/ in angusto, PdV I, 22, fol. 14r ; tot annorum fatigati/tot armorum fatigati, PdV I, 29, fol. 19r ; horror/ terror, PdV II, 9, fol. 25v ; expertes/expertos, PdV II, 41 fol. 36v ; im pudenter/imprudenter, PdV III 1, fol. 40v ; doctores/detectores, PdV III, 10, fol. 47v ; laudem imperii/lapidem imperii, PdV II, 35 : lapidem indiquée comme la variante de la leçon laudem suivie dans l’édition Iselin (t. I p. 307) et dans HB V, 145 (le cursus indique que lapidem est la bonne version).

214 Pour le couple angusto/augusto, cf. infra p. 529 la conclusion de PdV I, 13. Pour le couple onus/honor, cf. entre autres PdV I, 21, où le manuscrit Paris, BnF lat. 8563 présente une nouvelle fois la confusion honora (sic)/onera à partir de l’annominatio originelle honores gerimus/onera supportamus : Nobis tamen pre ceteris mundi principibus deffectus talis summi pontificis est merito deplorandus, qui veluti sibi viciniores et propinquiores affectione precipua, ipsius honores gerimus et honora [sic pour onera] supportamus.

215 PdV I, 29 dans le manuscrit Paris, BnF lat. 8 563 fol. 19r : si pro diuturnis guerris ac humiliatione superborum rebellium, exhaustis thesauris nostris et viribus, tot armorum (pour annorum) laboribus fatigati.

216 À propos du ministère de la justice PdV III, 1, manuscrit Paris, BnF lat. 8563 fol. 42v : legimus namque plures pro quiete publica populorum labores eximios assumpsisse, nec ex toto secura iusticia per reges et principes ministratur, qui dum inferiores iudicant, ipsi superiori iudicio reservantur. Et quamquam tanti sollicitudo ministerii misterii quibuslibet terre principibus debeatur...

217 Ce doublet mysterium ministerium, ici involontaire, est en rapport direct avec le vocabulaire religieux entourant la justice présent un peu partout dans les Constitutiones, et plus diffus dans les lettres. Ce doublet quasi-fusionnel a été commenté par Blatt 1928, puis Kantorowicz 1955, repris dans Kantorowicz 1989 (trad. de Kantorowicz 1957), p. 89 et note 42 p. 408. Il est intentionnellement développé dans la lettre des « hiérarchies notariales angéliques » présentée et traduite supra, troisième partie p. 326-330.

218 Cf. Haskins 1928, p. 143, citant une lettre parodique contenue dans le manuscrit London, British Library, Add. ms. 19 906 British Museum, fol. 79v, avec cette savoureuse salutatio : Fridericus XXXVIIII (sic), divina ingratitudine Remalorum depilator et semper angustus, Ierusalem et Sicilie reus, universis fidelibus suis presentes apices generaliter inspecturis illam quam lupus capre salutem. L’annominatio angustus/augustus est à la fois présente dans les lettres de la chancellerie impériale à l’état de recherche consciente et de lapsus, comme l’hésitation angusto/augusto en PdV I, 22 dans le ms. Paris, BnF lat. 8 563. D’autre part, le loup est une des transumptiones animales les plus courantes des lettres, elle aussi l’objet d’un lapsus par déformation lupus/lepus. On voit donc que la parodie consciente fonctionne à partir des mêmes ressources et des mêmes glissements linguistiques que le lapsus par définition involontaire rencontré dans les manuscrits.

219 Toujours à partir du manuscrit Paris, BnF lat. 8 563 : PdV I, 7 : magnitudini/ingratitudini ; PdV I, 17 : cum non inveniant dominum/cum inveniant dominum ; PdV I, 32 : de summi constantia/inconstantia, II, 10 : excusat/accusat, fidelium/rebellium (ultérieurement corrigé par Gilles) ; PdV III, 37 adsit/absit ; PdV II, 53 : corda rebellium/corda fidelium. Dans bien des cas, l’inversion a pu suivre la logique d’une lecture orientée (par exemple d’un clerc papal) hostile par principe au contenu de la lettre impériale.

220 Ibid., fol. 35r-v (PdV II, 39) : Ad exterminium (...) campos eduximus, ut gladius (...) devastaret, tantum nobis de reliquo tempore laxaretur, mutatis ad redutium ex autumpno diebus aliquibus (...) quod ad delectabilem moram nostram vobiscum totam presentem estatem (= hyemem) et integram haberemus. On serait tenté de voir dans ce lapsus l’effet d’un malentendu climatique. Le clerc du nord ne comprend pas que les charmes de la retraite soient associés à l’hiver et non à l’été. Pour occidentalibus/orientalibus, cf. ibid., PdV I, 11 : presertim cum ex occidentalibus partibus Tartarorum hostis adveniat. Soit le responsable n’aimait vraiment pas les Anglais, soit (ce qui est après tout fort possible vers 1310) l’événement des invasions mongoles ne lui évoquait pas d’horizon géographique particulier, soit il associait Tartare et ouest en fonction d’idées plus ou moins conscientes sur la localisation des enfers (cf. par exemple les explications véhiculées au xiiie siècle sur les entrées des enfers, en particulier l’entrée dans une île de l’Atlantique nord, peut-être l’Islande, dans le Liber introductorius de Michel Scot), soit enfin il s’agit d’une sorte de défaut de latéralisation du sujet. Ces lapsus perpétuels concernant des saisons, des points cardinaux, des directions, semblent indiquer une certaine confusion entre des symbolismes temporels et directionnels et l’application d’un vocabulaire un tant soit peu recherché à la description du temps et de l’espace qui mériteraient une enquête plus approfondie.

221 PdV II, 37 fol. 34v : mutuis affectibus delectantes vos in strenuitate [= serenitate] vultus nostri continuate fovebimus, quos nunc sub interpolacione litteris premulcemus.

222 Titre de PdV II, 4 dans le manuscrit Paris, BnF lat. 8 563 fol. 24r : Etzelinus super dedictione civitatis Francie. Et dans le même manuscrit, PdV II, 33 fol. 37v, episcopum pictavensem pour episcopum pattenensem. La préservation des noms propres de lieux ou de personnes se révèle problématique dans les summe dictaminis, où ils sont souvent supprimés pour des raisons de commodité (le document est vidé de ses références concrètes, pour être réduit au statut de forme), ou encore altérés au gré des connaissances et des rêveries du copiste. Avec les particularités orthographiques, c’est certainement l’apparence prise par les noms propres qui peut indiquer le plus sûrement l’origine italienne, française ou allemande des manuscrits des trois premières générations. Ces phénomènes banals prennent un relief particulier quand le remplacement se révèle signifiant, comme c’est par exemple le cas dans un autre manuscrit précoce, Paris, BnF lat. 4 042, où le copiste a pratiqué la substitution anglicus pour augustus à la fin de la lettre de Frédéric II à saint Louis analysée infra : Nam ubi non deficiebat persecutor deesse, non debebat defensor presertim cum imperium transcendens hominem et leonis vestigia queque animalia pertimescant. Non ergo miretur regia celsitudo, si prelatos Francie in angusto tenet Anglicus qui ad cesaris angustias nitebantur.

223 PdV II, 3 : version du manuscrit BnF lat. 8 563 fol. 24r : dum atramenti cuiuslibet dextera pour dum a trementi cuiuslibet dextera. Le terme atramentum n’est par ailleurs pas absent des lettres, dans le même livre, au début de PdV II 53, le comte Simon enfermé dans le château de Viterbe reproche aux secours leurs lenteurs, en disant que les assiégés ont épuisé leur encre et leur parchemin à force d’envoyer des missives.

224 PdV III, 8 dans la version du manuscrit Paris, BnF lat. 8 563 fol. 46v : de prospera nobis dedictione Favencie rei lectus, pour rei letus. Le lapsus s’explique sans doute par le thème de la lettre, réponse à une lettre d’Ezzelino da Romano qui se plaignait de ne pas recevoir de nouvelles plus souvent.

225 PdV III, 72 : lettre de Frédéric aux Romains, dans la version du manuscrit Paris, BnF lat. 8 563 : felici nostro tempore in urbe romana Romulei sanguinis ho-nos appareat, Romanum dyadema vel ydyoma (sic) prefulgat La déformation, présente dans la plupart des manuscrits, pourrait provenir d’une hésitation de lecture, qui a porté un premier notaire à noter dyadema vel ydyoma (sic), trouvaille heureuse qui a été ensuite reprise par les copistes, et par les premières éditions (la variante est relevée par HB V, p. 761). Ce qui semble bien un lapsus pourrait peut-être avoir été écrit par un notaire impérial : il faudrait alors mettre en rapport ce qui serait une annominatio avec cette clausule d’interprétation elle même délicate de la lettre de Frédéric II à saint Louis Felices processus de l’année 1243 HB VI p. 95-96 : coram quibus illa dudum magni nominis Roma et ingentis lingue populus potius latere conduxerant quam videri. Quoiqu’il en soit du statut exact de ce doublet, c’est en tout cas une superbe association de la valorisation du latin, au sens où l’entendait la rhétorique des lettres et l’idéologie impériale, et de l’empire.

226 Un autre exemple serait formé par le remplacement du terme conculcationibus par circumlocutionibus dans la lettre PdV I, 2, mais il faudrait pour cela que l’antériorité d’un des deux termes soit clairement établie, ce qui n’est pas le cas. Ajoutons enfin à cette obsession de l’écriture l’obsession juridique, dont témoigne le superbe lapsus d’un passage du ms. BnF 8 563, PdV I, 3 fol. 3r, qui remplace civilibus legibus par quorumlibet legibus.

227 Il s’agit d’un passage d’une lettre de menace de Frédéric aux Romains PdV II, 8 de 1242 appuyé sur un ensemble de références bibliques isaïennes et jérémiennes directement reliées à l’imaginaire prophétique évoqué dans le premier chapitre de cette partie :

Image 15.jpgNoter l’hésitation sur ab aquilone/in aquilone liée à des difficultés d’analyse de cette transumptio déjà examinées. Le passage intervient juste après l’évocation de la formule isaïenne ova rupentes aspidum ex quibus iam prodiit regulus, telas araneas texuistis. L’image de puanteur et celle de la putréfaction du caleçon directement empruntée à Jérémie 13, 10 ont tellement impressionné le notaire qu’il substitue vermi à vestrum. Où l’on voit que les transumptiones frappaient réellement l’imagination de leurs lecteurs, peut-être en fonction de leurs problèmes quotidiens d’hygiène...

228 PdV II, 53 dans la version du manuscrit Paris, BnF lat. 8 563 fol. 40r : dum herba crescit, equus moritur, et dum fugans canis mingit, fugiens lupus evadit, pour fugiens lepus evasit, étrange inversion qui peut se justifier par la récurrence dans les lettres de la métaphore évangélique banale du loup en robe d’agneau, et qui présente à la fois un bon exemple de déformation par contamination, par adaptation sémantique réussie (le proverbe prend une autre coloration, mais fonctionne encore), et par inversion (le loup opposé au lièvre). C’est un indice de la force de suggestion de ces codes métaphoriques animaliers.

229 PdV II, 35 dans le ms. BN 8 563, fol. 33r : cum ad verum ventum est pour cum ad rem ventum est. Il s’agit là d’un lapsus peu spectaculaire qui rentrerait plutôt dans la catégorie des lapsus peu signifiants, mais dans le cadre de cette enquête, cette rencontre avec l’exemple choisi par Odofredus (res/veritas) pour illustrer l’obscurité du style de Pierre de la Vigne pour des raisons juridiques, est inespérée. Le problème de confusion entre res et veritas soulevé par Odofredus est corroboré par ce qui est probablement une faute inconsciente du copiste, qui a fusionné les formes rem et ventum pour créer un verum ventum est plus confortable pour le sens (et peut-être pour sa latinité) que le classicisant cum ad rem ventum est. Sur le commentaire d’Odofredus sur le style de Pierre de la Vigne et son importance, cf. infra seconde partie p. 134-136.

230 Ces événements sont racontés par Matthieu Paris, Chronica, IV, p. 95 et suivantes : quomodo imperator mutato consilio prelatos premunivit ne ad concilium celebrandum convenirent.

231 Les lettres papales de convocation, lancées le neuf août 1240 et le quinze octobre de la même année pour la Pâque de l’année suivante (31 mars 1241), et dans toutes les directions, sauf vers le royaume de Sicile, sont éditées dans Epistole seculi XIII, I, p. 679 et 688-689.

232 Sur les réactions officielles de Frédéric à la promulgation du concile, cf. sa lettre à l’évêque d’Ostie datée par Huillard-Bréholles d’août 1240 (HB V, p. 1027-1029). Il annonce dans une lettre au roi d’Angleterre, PdV I, 34, datée du 13 septembre 1240 (= BF 3139, Qualiter ad... evitare), qu’il refuse le sauf-conduit aux prélats qui se rendraient au concile. Il renouvelle sa mise en garde à destination plus particulière de la France vers la fin de l’année (HB V p. 1075 = BF 3 144 : Petri navicula pergubernantium culpam), avec cette conclusion : Igitur non est mirum, si nos convenire vocatum ab ipso concilium pro nostra lesione non patimur, per quod omissis omnibus adherentibus nobis, rebelles imperii et nostros capitalissimos inimicos, sicut premisse nostre vos docuerunt littere, convocavit. Cf. également la curieuse lettre officieuse HB V p. 1077, Universis papa vocatione vocatis, du même genre que Collegerunt pontifices ou Ad vos est hoc verbum (PdV I, 17), où un rédacteur au statut incertain prévient sur le ton d’une raillerie menaçante les prélats qu’ils ne doivent pas se rendre au concile. Cette lettre a été ajoutée par le rédacteur du manuscrit Paris, BnF lat. 8 563, à la suite de la collection classique, fol. 95v-96v.

233 Résumé des événements Stürner 2000 p. 501-502 et Grévin 2005c et d.

234 Pour un compte-rendu des événements vus du côté adverse, cf. Epistole selecte, no 813 p. 714-715, lettre de la commune de Gênes à Grégoire IX.

235 Voir le rappel de la captivité des prélats après la bataille navale dans les toutes premières périodes de la sentence de déposition de l’empereur au concile de Lyon, (17 juin 1245), HB VI, p. 320 : Et quia prelatorum clericorum omnium-que aliorum quos detinebat captivos et omnium tam clericorum quam laycorum quos ceperat in galeis restitucio poterat esse pacis plurimum inductiva...

236 Pour avoir une idée de la dimension de la capture, il suffit de lire l’adresse de la lettre du 14 juin 1241 destinée par Grégoire IX aux prélats emprisonnés (Epistolae selectae I, p. 720, no 820) : Episcopo prenestrino, Othoni sancti Nicolai in Carcere Tulliano diacono cardinali, Auxitano, Burdegalensi et Rothomagensi archiepiscopis, Neumasensi, Carcassonensi, Agathensi, Papiensi, Astensi et Terdonensi episcopis, Cluniacensi, Cisterciensi, Clarevallensi, de Pietate Dei et Fiscanensi abbatibus, Gregorio de Romania subdiacono et capellano nostro, decanis, prepositis ceterisque vinctis in Domino. On voit l’importance quantitative et qualitative des dignitaires ecclésiastiques français, d’obédience capétienne mais aussi plantagenêt, séculiers ou réguliers.

237 La lettre ne comporte pas de petitio, puisque c’est une fin de non recevoir.

238 Galat., 5, 9.

239 Cantic., 4, 4.

240 Le mot turris est associé à David dans deux passages de la Bible, Cant. 4, 4 (sicut turris David collum tuum) et I Macc. (Et aedificaverunt civitatem David muro magno et firmo et turribus firmis). L’association à Babylone n’est pas si évidente qu’il y paraît. Elle repose sur l’analyse de Gen. 11, histoire de la tour de Babel, qui doit être ensuite rapprochée du nom de Babylone. Les articles David, turris, aquilo, Babylon des Distinctiones theologice d’Alain de Lille permettent d’établir les jeux d’équivalences à l’arrière-plan de cette construction complexe.

241 Kloos 1957, annexe 1, p. 166-168.

242 Sur cette image et ses résonances dans la culture prophétique du xiiie siècle, cf. supra p. 219.

243 Il s’agit respectivement du manuscrit Leipzig, Universitätsbibliothek 1268 (Schaller 2002, n° 97, p. 144-150), un manuscrit du xve siècle dérivé d’un manuscrit beaucoup plus ancien rédigé à la cour d’Ottokar II ou de son fils, et du manuscrit Cambridge, University Library, Add. 3 040, (Schaller 2002, n° 34, p. 51-58) daté de 1349, écrit dans le sud de l’Allemagne, et reprenant pour partie un manuscrit ancien de structure analogue. Comme le note Kloos 1957, p. 167, ces témoins qui rétablissent un texte en apparence plus correct sont néanmoins assez tardifs.

244 Is. 14, 13-15 : qui dicebas in corde tuo/in celum conscendam super astra Dei exaltabo solium meum/ sedebo in monte testamenti in lateribus aquilonis/ascendam super altitudinem nubium ero similis Altissimo/verumtamen ad infernum detraheris in profundum laci/qui te viderint ad te inclinabuntur teque prospicient.

245 Voir par exemple le récit de Federico Visconti dans son sermon non daté (1253-1277) pour l’annonciation, éd. Bériou 2001 n° XXIX p. 566, qui permet de préciser la représentation du Satan aquilonaire dans l’Italie du milieu du xiiie siècle : Et certe videtur quod hoc noluerit Lucifer cum esset preditus in naturalibus et cognosceret se creaturam et sic creatorem esse non posse. Et est dicendum dupliciter. Primo, quod voluit esse Lucifer similis Altissimo quoad quedam, non quoad omnia, scilicet ut teneret curiam per se in parte aquilonari et nulli subesset.

246 Le ms. Biblioteca Apostolica Vaticana, Pal. lat. 972 (Schaller 2002 loc. cit. no 49 p. 79), daté du xive siècle sans plus de précision, est entré à la bibliothèque palatine de Heidelberg avant de finir sa course au Vatican. C’est insuffisant pour établir une antériorité claire sur Cambridge, University Library, Add. 3 040.

247 C’est surtout le caractère économique de la solution représentée par cette faute de copie entre preponere et postponere, et la très grande récurrence de ce verbe par ailleurs privilégié par les notaires impériaux dans la collection clas sique des Lettres, où il apparaît vingt-deux fois, qui incite à choisir cette leçon. Un second argument de poids est que deux des manuscrits de la grande collection en six livres de la fin du xiiie siècle, London, British Library, Add. 25 439 (Schaller 2002 n° 100 p. 152-155) relevé par Kloos loc. cit. p. 166 note 3 et Le Mans, bibliothèque de la Ville 19 (Schaller 2002 n° 94 p. 141-142) examiné par mes soins ont tous deux la leçon fautive orientem preponere cupiens aquiloni. Or l’inversion orientem-aquiloni/orienti/aquilonem n’a pas de raison logique, tandis que l’inversion postponere s’explique très bien. Il est donc probable qu’ils s’inspirent d’une forme ancienne orientem postponere attestée par le manuscrit du Vatican.

248 London, British Library, add. 25 439 ; Paris, BnF lat. 8 563 ; Paris, BnF lat. 8 566 ; Paris, BnF lat. 8 627 ; Paris, BnF lat. 8 628 ; Paris, BnF lat. 8 630 ; Paris, BnF lat. 10 342 ; Paris, BnF lat. 14 357 ; Paris, BnF lat. 17 912 ; Paris, BnF lat. 17 913 ; Biblioteca Apostolica Vaticana, Ottob. lat. 1101 ; Biblioteca Apostolica Vaticana, Ottob. Lat. 1 738 ; Biblioteca Apostolica Vaticana, Chig. I. VII 243 ; Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. Lat. 3 998 ; Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. Lat. 3 999 ; Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. Lat. 5404 : orientem preponere cupiens aquiloni.

249 Paris, BnF lat. 2 954; Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. Lat. 4 957 : orienti ponere cupiens aquilonem ; Paris, BnF lat. 8 626 ; Biblioteca Apostolica Vaticana, Ottob. Lat. 279 : orientem ponere cupiens aquiloni ; Paris, BnF lat. 13 059 : oriens ponetur aquiloni ; Paris, BnF 14 765 : oriens ponere cupiens aquiloni.

250 Paris, BnF lat. 2 954 ; Paris, BnF lat. 8 626 ; Paris, BnF lat. 8 630 ; Paris, BnF lat. 10 342 ; Biblioteca Apostolica Vaticana, Ottob. Lat. 3 012 ; Biblioteca Apostolica Vaticana, Chig. I VII 243 : ut adversus turrim David turrim construeret. Le copiste du ms. Biblioteca Apostolica Vaticana Vat. Lat. 4 957 dérape franchement : ut adversus turrem David turrem David construit. Celui du ms. Biblioteca Apostolica Vaticana, Pal. Lat. 972 n’est pas en reste : ut adversus currum David currum destrueret.

251 Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. Lat. 3 999 : ut adversus turrim turrem constitueret.

252 Paris, BnF lat. 17 913 ; Biblioteca Apostolica Vaticana, Ottob. Lat. 1 738.

253 Paris, BnF lat. 8 628 ; Paris, BnF lat. 14 357 ; Paris, BnF lat. 14 765 ; Ottob. Lat. 279 ; Vat. Lat. 3 998 : ut adversus currum David currum construeret ; Paris, BnF lat. 13 059 : ut adversus currum David currum constitueret.

254 BnF lat. 8 566 : ut adversus carrum David carrum constitueret ; BnF lat. 17 912 : ut adversus carrum David carrum construeret ; Vat. Ottob. Lat. 1 101 : ut adversus carrum Davit carrum constitueret. Vat. Lat. 5 404 perd le contact avec le sens : ut adversus carrum constueret prelatos.

255 Cet élément de la culture communale a sa place dans les Lettres. Les lettres PdV II, 1 et II, 3 évoquant la victoire de Cortenuova sur Milan mentionnent la capture du carrocio milanais par les troupes impériales et son envoi à Rome.

256 Michel Scot, Liber introductorius, d’après le ms. Biblioteca Apostolica Vaticana, Ross. lat. 421 fol. 48r : Nonne dixit lucifer in principio : Ponam sedem meam ab aquilone, et ero similis altissimo ? Si queratur unde locus dicatur ab auctoritate. Dicitur et sic. Dicitur dominus domino meo sede a dextris meis donec ponam inimicos tuos scabellum pedum tuorum. Unde filius Dei est altus et dyabolus in contraria parte est infimus (...) De notitia inferni sicut de paradiso habentur multe notitie, ut quidam scriverunt. Velud Iohannes in apocalypsi, Paulus apostolus et quidam profete, per os quorum Dominus locutus est. De notitia inferni habemus notitiam talem, vidit Brandanus contra aquilonem insulam non longe sibi valde rusticam saxosam ac scuriosam sine arboribus et sine herbarum plenam officinis fabrorum. L’association de Satan et de l’aquilon est donc le point de départ d’une enquête de type encyclopédique des lieux de l’enfer terrestre qui oriente Michel Scot vers les récits irlandais, que son origine devait lui rendre familiers. Le liber introductorius, livre sapiental à usage du prince, donne dans ce cas précis comme dans d’autres (le lion) une idée des traductions possibles que la culture répandue à la cour devait suggérer à Frédéric et son entourage pour un certain nombre de métaphores répandues dans les Lettres.

Table des illustrations

Titre Tableau 28COMPARAISON ENTRE LA CONTENTIO DE NOBILITATE GENERIS ET LA DESCRIPTIO VIRTUTUM ROSAE ET VIOLAE
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/492/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Tableau 29LES SERMONS D’ÉTIENNE DE SAN GIORGIO ET LES LETTRES
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/492/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Titre Tableau 30PANÉGYRIQUE DE FRÉDÉRIC II PAR PIERRE DE LA VIGNE ET PANÉGYRIQUE D’ÉDOUARD Ier PAR ÉTIENNE DE SAN GIORGIO
Légende Note 33Note 34
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/492/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Légende Note 35Note 36
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/492/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Titre Tableau 31LE DISCOURS ANTIPAPAL D’HUGUES DE DIGNE ET LES LETTRES DE LA CHANCELLERIE IMPÉRIALE
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/492/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Tableau 32MOTIFS DES CHANSONS CONTEMPORAINES ET DES PAMPHLETS PRO-IMPÉRIAUX
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/492/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau 33UN HYPOTEXTE RYTHMIQUE DU PAMPHLET COLLEGERUNT PONTIFICES ?
Légende Note 71
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/492/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Tableau 34ÉQUIVALENCES PROPHÉTIQUES ENTRE LES PEUPLES DES PROPHÉTIES ISAÏENNES ET LES ENTITÉS ETHNIQUES, POLITIQUES OU SOCIALES DU xiiie SIÈCLE
Légende Note108
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/492/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Tableau 35RECRÉATION D’UN DISCOURS DE FRÉDÉRIC II PAR MATTHIEU PARIS À PARTIR DE LETTRES IMPÉRIALES
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/492/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Tableau 36UN ÉCHO DE COLLEGERUNT PONTIFICES DANS LA RECONSTRUCTION DU DISCOURS DE SAINT LOUIS AU PAPE INNOCENT IV PAR MATTHIEU PARIS ?
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/492/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau 37CONCLUSION DU MANIFESTE DES BARONS FRANCAIS DE NOVEMBRE 1246 ET DE LA LETTRE IMPÉRIALE ILLOS FELICES QUI L’A INSPIRÉ SELON MATTHIEU PARIS
Légende Note 169
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/492/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 348k

© Publications de l’École française de Rome, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540