Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rhétorique du pouvoir médiéval

 | 
Benoît Grévin

Premier livre. Les voies de la création

Troisième partie. L’école campanienne d’ars dictaminis comme milieu social

Origines, carrières et idées des rédacteurs, compilateurs et premiers diffuseurs des Lettres (vers 1190-1290)

Texte intégral

  • 1 Cf. à ce sujet Heupel 1940 et la description du fonctionnement de la chancellerie dans les années 1 (...)
  • 2 Un certain nombre de notaires firent également carrière en tant que magistrirationalium, comme par (...)
  • 3 En effet, la rédaction d’une poignée de lettres est attribuée d’après le manuscrit dit du prince de (...)

1Le milieu professionnel dont sont issus les rédacteurs des Lettres recoupe essentiellement le petit cercle de spécialistes de l’écrit en activité sous les règnes de Frédéric II, Conrad IV et Manfred dans les bureaux de l’administration sicilienne, à la chancellerie proprement dite, à la grande-cour de justice (deux organismes fonctionnant en symbiose sous Frédéric II1) dans la camera rationalium2, mais aussi dans le studium général de Naples3. Son activité est documentée par un ensemble de sources lacunaires, mais assez abondantes pour cette période (1220-1266).

  • 4 J’inclus dans cette catégorie à la fois les collections classiques en six livres, les trois autres (...)
  • 5 Cf. Heupel 1940.
  • 6 Cf. Schaller 1957-58.
  • 7 Cf. Kölzer 1984, 1994.
  • 8 Kamp N., Kirche und Monarchie im staufischen Königreich Siziliens 1973-1982, offre un bon point de (...)
  • 9 Gleixner 2006. Bien que de nombreux problèmes concrets se posent encore pour comprendre la répartit (...)

2Outre les sources qui intéressent au premier chef cette étude, c’est à dire les dictamina officiels ou privés des notaires et de leurs relations conservés dans les collections de lettres assimilables à des recueils de Lettres de Pierre de la Vigne4, l’historien dispose en effet pour connaître le fonctionnement de cet univers particulier des copies du registre perdu de 1239/1240, d’une brève mais remarquable description de l’organisation de la chancellerie de Frédéric II vers 1244, et surtout des nombreuses possibilités de reconstitution des parcours individuels offertes par divers documents en rapport avec le sud italien du xiiie siècle qui ont été exploités par Norbert Kamp dans sa prosopographie du personnel ecclésiastique sicilien sous les Souabes, par Heupel5, et Hans Martin Schaller6puis Theo Kölzer7dans leurs études centrées sur le personnel de la grande-cour, de la chancellerie et de la chapelle de Frédéric II, études liées dans le cas de Kölzer à l’entreprise d’édition toujours en cours des diplômes de Frédéric II8. Tout récemment, le livre de Sebastian Gleixner sur la production et l’organisation de la chancellerie entre 1226 et 1236 a présenté une avancée remarquable, en corrigeant ou enrichissant sur bien des points, notamment dans l’analyse diplomatique, mais aussi dans celle de la répartition du travail de préparation de l’acte, les conclusions des travaux précédents9.

3En dépit de cette base documentaire et de ces travaux préparatoires abondants, il s’en faut de beaucoup que l’histoire de ces « intellectuels » sud-italiens du siècle de Frédéric II et Manfred ait été écrite dans tous ses détails. En effet, la structure des recueils de dictamina, qui enferment dans un anonymat relatif une bonne partie des documents qu’ils contiennent, oblige l’historien à faire preuve d’une grande prudence dans l’identification des auteurs des fragments de correspondances privées qui y sont mêlés aux formules administratives et aux lettres officielles. Or, ce sont précisément ces correspondances privées qui permettraient théoriquement d’humaniser la dimension administrative et institutionnelle de l’étude des notaires siciliens en la complétant par une histoire de leur parcours et idées personnels, indispensable pour comprendre les logiques à l’œuvre dans la rédaction proprement dite des Lettres.

  • 10 Huillard-Bréholles 1865, à compléter désormais par Delle Donne 2003, mais à part quelques points de (...)
  • 11 Delle Donne 2003, à compléter par Delle Donne 2007.

4Or, faute de précisions suffisantes sur l’origine de ces correspondances à caractère plus personnel, l’étude de la chancellerie sicilienne n’a pas vraiment été prolongée par une histoire de ses principaux acteurs dont le modèle avait pourtant été donné en son temps par la toujours instructive Vie et correspondance de Pierre de la Vigne de Huillard-Bréholles10. La récente édition des dossiers de Lettres des deux Nicolas de Rocca, oncle et neveu, par Fulvio delle Donne11, tout en apportant des rectifications et des compléments importants à cet ouvrage ancien, et surtout en mettant de nouveaux textes fondamentaux à disposition, ne comble pas totalement cette lacune, en dépit de sa substantielle introduction. Celle-ci précise en effet le contexte des lettres attribuées à ces deux personnages et leurs rapports supposés avec la chancellerie souabe des années 1230-1266 et la Curie romaine, sans prétendre à donner une véritable étude sociale du milieu des notaires siciliens.

5Le but de cette partie est de présenter les cadres de la chancellerie dans laquelle ont évolué les deux principaux « auteurs » des Lettres, Pierre de la Vigne et Nicolas de Rocca. Pour ce faire, on procédera en deux grands mouvements.

6Le premier chapitre (3.1. Les notaires comme milieu social : présentation d’ensemble et dynamique de groupe) visera à une présentation générale des dynamiques sociales traversant la chancellerie en rendant compte des composantes sociales et institutionnelles susceptibles d’avoir organisé les rapports internes entre les notaires. Elle s’appuiera sur les travaux existants de Hans Martin Schaller, Theo Kölzer et Sebastian Gleixner, en repartant de leurs études institutionnelles et prosopographiques pour indiquer dans un premier temps les dynamiques d’insertion sociale à l’œuvre dans la chancellerie (3.1.1. Les notaires siciliens des trois derniers souverains souabes : origine, parentèles et carrières). Elle décrira ensuite les incidences de son fonctionnement, d’après les documents normatifs comme l’ordo cancellarie et les registres subsistants, sur les rapports internes entre les notaires. Cette description débouchera sur une première présentation de l’idéologie professionnelle élaborée vers la fin du règne de Frédéric II par ce milieu notarial fortement structuré (3.1.2. Le monde de la chancellerie en fonctionnement : organisation du travail, formation et éthique professionnelle).

7Le second chapitre repartira de cette grille d’orientation générale pour proposer une analyse des trajectoires individuelles des témoins les plus importants dans la création et la diffusion des Lettres au sein de cette dynamique d’ensemble (3.2. Le milieu social des notaires : dynamiques individuelles de la formation à l’éclatement), rendue possible par l’existence, au sein des traditions classiques ou erratiques des Lettres, d’importants fragments de correspondances privées. L’analyse d’un premier ensemble de textes permettra de présenter la traduction idéologique du jeu de tensions passant à la fois par les contradictions entre les idéaux des notaires et leur travail effectif, et par l’organisation de chaînes de dépendances interpersonnelles et l’apparition d’antagonismes consécutifs. Les notaires tentaient de résoudre ces contradictions en les sublimant dans une exaltation de l’échange épistolaire, dont les dossiers de correspondance entre Jacques de Capoue et Pierre de la Vigne d’une part, Pierre de la Vigne et Nicolas de Rocca d’autre part ont gardé la trace (3.2.1. La correspondance intranotariale, révélateur et catharsis des tensions professionnelles et idéologiques dans la chancellerie de Frédéric II).

8Dans un second temps, l’analyse d’un ensemble de textes de l’époque de Conrad IV, Manfred et des deux premiers Angevins permettra de présenter les conséquences de la désagrégation de ce milieu social après la mort de Frédéric II. Un jeu de tensions contraires propulse dans des directions opposées les membres de la troisième génération des notaires campaniens en fonction de leur position sociale et familiale de départ et de leurs choix individuels, aux différentes étapes de la chute de la maison de Souabe. (3.2.2. La dynamique sociale de la dispersion des notaires campaniens de la mort de Frédéric II au règne de Charles II d’Anjou). Mais la diversité apparente des trajectoires individuelles ne doit pas cacher une dynamique générale cohérente d’exportation des savoirs stylistiques liée aux premières étapes de la diffusion des Lettres.

3.1. LES NOTAIRES COMME MILIEU SOCIAL : PRÉSENTATION D’ENSEMBLE ET DYNAMIQUE DE GROUPE

Un problème historiographique, l’école de Capoue

  • 12 Synthèse sur la question avec bibliographie précédente dans Delle Donne 2003, p. xxvii-xxxi.
  • 13 L’importance de Capoue à l’époque normande et souabe est soulignée par la titulature officielle des (...)
  • 14 Lettre PdV III, 43 (texte infra note suivante). C’est une lettre d’une flagornerie remarquable, pui (...)

9Pour caractériser le microcosme culturel dominé par la personnalité de Pierre de la Vigne, les savants allemands du début du vingtième siècle avaient forgé le terme d’« école de Capoue »12. Capoue, ancienne capitale d’un duché lombard autonome, place stratégique au nord du royaume de Sicile, lieu de nombreux séjours de Frédéric II, était l’une des « capitales » continentales du royaume avec Melfi, Lucera, et surtout Foggia (où les notaires les plus importants étaient possessionnés à la fin du règne)13. Elle fit figure à cette époque de centre privilégié de recrutement de notaires (jusqu’à treize pour cent des noms attestés à la chancellerie pour la seconde partie du règne de Frédéric II, de 1220 à 1250). C’était d’abord le lieu de naissance du plus prestigieux styliste de la chancellerie, Pierre de la Vigne. Dans une lettre de louanges hyperboliques adressée par le chapitre de la cathédrale au grand-juge alors tout puissant, probablement dans les années 1240, conservée dans la collection classique des Lettres, c’est l’heureuse Capoue, felix Capua qui reçoit une nouvelle illustration de la naissance en son sein de l’homme illustre :14

  • 15 Utinam in magnis a nobis gratiam sentiretis, quam in minimis ex innata vobis benivolentia memoratis (...)

Que n’est-ce dans les grandes affaires que vous ressentez les effets de notre grâce, cette grâce que nos riens, de par cette bienveillance qui vous est innée, vous font remmémorer ! Certes, c’est d’un esprit plein de bonté que de prêter attention non à l’action, mais à l’intention, et de tenir à grâce une dette contractée. Mais combien vous doit donc l’église, à quoi n’est donc pas tenue la cité de Capoue, puisque ce n’est pas de la cité ou de la province, mais bien pour la province ou la cité que vous avez acquis un titre de gloire, si bien que Capoue n’est pas la cause qu’on connaît Pierre, mais Pierre qu’on connaît Capoue ! Heureuse racine qui a donné ce sarment aux fruits féconds ! Heureuse vigne, qui a produit un vin si éminent ! Nous vous rendons donc grâce de nous en avoir demandé une, et votre mandat a été gracieusement rempli, dans l’espérance que vous gardiez en mémoire l’église qui fut votre mère, et dont le sein vous nourrit jadis dans les sacrements ecclésiastiques15.

  • 16 Delle Donne 2003, p. xxviii renvoyant à Hampe 1910, p. 34-35, considérations sur l’école de Capoue, (...)

10Vers 1270, un épigone de cette tradition d’ars dictaminis, Henri d’Isernia, parlera encore au sujet de Pierre de tuba capuana, la trompette de Capoue16. Cette association de la capitale de la Terra Laboris avec la tradition rhétorique « sicilienne » est encore renforcée par le fait que l’autre grand dictator sud-italien de la première moitié du xiiie siècle, le cardinal Thomas de Capoue, était également originaire de cette cité, et qu’une troisième famille originaire de Capoue semble avoir effectué dans le second tiers du xiiie siècle une sorte de partage idéal des carrières entre l’Empire et la papauté en conflit.

  • 17 Cf. Schaller 1957, n° 70, p. 280-281.
  • 18 Présentation rapide et édition du certamen prosaicum entre Jean de Capoue et le cardinal Jourdain d (...)

11L’un de ses membres, Rao, était en activité à la chancellerie impériale17, alors que l’autre, Jean, commençait une carrière relativement discrète mais de très longue durée à la chancellerie pontificale, carrière dont témoigne une correspondance littéraire des années 1260 entre ce Jean de Capoue et le cardinal Jourdain de Terracina, lui-même dictator doué, et promoteur possible d’une des phases de la rédaction de la summa dictaminis de Thomas de Capoue, voire de celle de Pierre de la Vigne18.

  • 19 La succession de deux Renaud sur le trône archiépiscopal a causé quelques confusions. Cf. Kirche... (...)
  • 20 Vers 1220, selon Huillard-Bréholles 1865, p. 3-6.
  • 21 Cf. Schaller 2002, p. 275-277, n° 172, avec bibliographie pour les publications de Hampe.

12La réunion de tous ces éléments explique que les chercheurs allemands du début du xxe siècle aient porté leur attention sur un personnage bien moins connu que Pierre ou Thomas et de beaucoup antérieur, l’archevêque Renaud de Capoue (premier du nom19). Il fut l’un des acteurs politiques des troubles du royaume de Sicile pendant la minorité de Frédéric II, et joua un rôle d’une certaine importance à la chancellerie quelques années avant l’entrée en fonction probable de Pierre de la Vigne20. Il dicta par ailleurs une série de lettres non dénuées de prétentions regroupées dans un célèbre manuscrit contenant une collection non ordonnée des Lettres jadis étudié dans une série d’articles par Hampe, le manuscrit Paris, BnF lat. 1186721.

13Renaud de Capoue aurait donc été le premier représentant d’une « école » dont Pierre et Thomas auraient été ensuite deux membres éminents à la génération suivante, et qu’auraient également illustrée un certain nombre de personnages mineurs, dont le favori de Pierre, Nicolas de Rocca, jusqu’aux épigones de la génération d’Henri d’Isernia, Pierre de Prezza et Étienne de San Giorgio (dont l’activité est attestée entre 1248 et 1290).

  • 22 Delle Donne 2003. Hans Martin Schaller, qui lui-même a usé de ce concept dans ses différentes étude (...)
  • 23 Il n’y a rien sur une école proprement capouane dans Alessio 1989, qui fait le point sur l’enseigne (...)

14Le concept d’une « école de Capoue », sans être complètement écarté, a été depuis relativisé, jusqu’à la récente introduction par Fulvio Delle Donne à son édition des lettres de Nicolas de Rocca22, parce que sa validité est conditionnée par l’existence d’un lieu d’enseignement fixe dans cette cité qui en justifierait l’emploi. Or il n’existe aucun renseignement sur une école cathédrale de quelque portée ou sur un autre centre d’enseignement capouan qui vienne confirmer une telle hypothèse, hors quelques mentions aussi elliptiques et peu concluantes que le ut ecclesie matris nostre non sitis immemores, cuius vos in sacramentis ecclesiasticis ubera lactaverunt de la lettre du chapitre de Capoue à Pierre de la Vigne23.

3.1.1. Les notaires siciliens des trois derniers souverains souabes : origine, parentèles et carrières

15L’emploi du terme d’école de Capoue suscite donc quelque réserve. En revanche, la relation entre l’école d’ars dictaminis « sicilienne » et la Campanie, particulièrement dans sa partie septentrionale (la Terra Laboris proprement dite, entre Capoue et les alentours du Mont-Cassin), ne saurait être contestée.

  • 24 Les principaux centres sont Capoue et sa région, la frontière entre la Campanie impériale et l’extr (...)
  • 25 Sur le Mont-Cassin au xiiie siècle, Inguanez 1929 (reprenant Gattola 1733). Nouveaux éléments dans (...)

16C’est en effet une majorité relative (autour de 40 %) des notaires impériaux actifs pendant l’ensemble du règne de Frédéric II qui proviennent sinon de Capoue, au moins de la Campanie24. D’autre part c’est à Naples que le studium generale a été fondé en 1224 par Frédéric II. Enfin, l’autre grand foyer culturel le plus souvent associé aux différentes correspondances notariales dont se fait écho le manuscrit Paris, BnF lat. 8 567 est le monastère du Mont-Cassin (centre littéraire fondamental dans l’histoire des débuts de l’ars dictaminis dont l’activité au xiiie siècle est toutefois bien mal connue25).

17Aussi, tout en gardant à l’esprit cette association privilégiée de Capoue, qui joue un rôle de premier plan sous Frédéric II et jusqu’à sa soumission à Manfred en 1255, avec la tradition du dictamen sud-italien du xiiie siècle, on parlera plutôt dans ces lignes de tradition rhétorique campanienne. En effet, si de nombreux notaires impériaux sont originaires d’autres régions du sud de l’Italie, et quelques uns de l’Italie du nord ou de l’Allemagne, la plupart des noms de quelque relief de la grande tradition rhétorique du xiiie siècle liés à la chancellerie souabe, au studium de Naples, mais aussi à la chancellerie pontificale et particulièrement actifs dans le domaine de l’ars dictaminis, sont originaires de Campanie ou de la région du Latium méridional immédiatement limitrophe.

  • 26 Cf. Torraca 1911, à compléter par Schaller 1993, p. 85-101. Atina se trouve encore dans le territoi (...)
  • 27 Terracina, à l’ouest de Gaète, est le premier port de la Campanie papale, à la frontière du royaume (...)
  • 28 Il s’agit de Rocca Guglielma, à la frontière du royaume, à une douzaine de kilomètres au sud-sud-ou (...)
  • 29 Hisernia ou Isernia est en Molise, mais non loin de la Terra Laboris, à vingt-kilomètres dans la di (...)
  • 30 Probablement San-Giorgio-a-Liri, étant donné la proximité avec le Mont-Cassin.
  • 31 À quelques kilomètres à l’ouest de Ceprano, dans la Campanie pontificale.
  • 32 À l’est de Salerne.
  • 33 Mais Prezza est à peu de distance de Sulmona, dans la zone méridionale des Abruzzes limitrophe du n (...)

18C’est notamment le cas de Pierre de la Vigne, Terrisius d’Atina (probable professeur de rhétorique à l’université de Naples26), Jourdain de Terracina27, Nicolas de Rocca28, Henri d’Isernia29, Étienne de San Giorgio30, mais aussi de Thomas de Capoue, Bérard de Naples, Richard de Pofi31, Marinus d’Eboli32, c’est-à-dire de l’ensemble des auteurs réels ou supposés des summe dictaminis papales et impériales du xiiie siècle et de presque tous les créateurs de dictamina littéraires d’Italie du sud dont les noms sont passés à la postérité, à l’exception de Pierre de Prezza, originaire des Abruzzes33.

19Il est de ce point de vue remarquable que le bassin de recrutement de la chancellerie pontificale au xiiie siècle, pourtant théoriquement moins dépendante d’une assise territoriale particulière, soit également orienté vers la Campanie et les régions immédiatement limitrophes du Latium (Pofi et Terracina), dans l’orbite du Mont-Cassin. La réunion de tous ces éléments suggère une spécialisation fonctionnelle régionale dans la pratique de l’ars dictaminis probablement liée au développement de liens structurels durables entre le Mont-Cassin et la Curie pontificale, dont a accidentellement bénéficié la chancellerie sicilienne, une fois le centre administratif du royaume transplanté à proximité de ce bassin de recrutement notarial d’un type particulier.

3.1.1.1. Origine géographique et bassins de recrutement des notaires

  • 34 Cf. sur cette famille Malezcek, 1988.
  • 35 Sur cette famille cf. Kirche..., p. 122-123.
  • 36 J’ai inséré dans la statistique Simon de Maugastel, archevêque de Tyr, chancelier du royaume de Jér (...)

20Un premier examen du recrutement des notaires pour l’ensemble du règne sur la base des quelques quatre-vingt trois noms répertoriés fait déjà apparaître le poids de la Campanie dans le personnel de la chancellerie. Il faut néanmoins tenir compte dans l’analyse de la statistique de la possibilité qu’un certain nombre de noms manquent pour certaines périodes, et surtout de l’incertitude sur l’origine géographique de certains des personnages répertoriés, possibilité encore accentuée par les habitudes onomastiques de l’Italie du sud, où un certain nombre de familles patriciennes portaient alors un nom rappelant une origine urbaine différente de leur cité d’attache, comme par exemple la famille amalfitaine des Capuanus34, la famille capouane des... Amalfitani35, ou la famille des Matera, implantée à la chancellerie pendant tout le règne de Frédéric II, qui avait son patrimoine à Cosenza en Calabre, et non à Matera même. Même si la cité ou au moins la région d’origine de la grande majorité des notaires répertoriée se laisse généralement deviner, la statistique présentée ci-dessous n’a donc qu’une valeur indicative36 :

Tableau 15
ORIGINE DES NOTAIRES POUR L’ENSEMBLE DU RÈGNE DE FREDERIC II (1197-1250)

Tableau 15ORIGINE DES NOTAIRES POUR L’ENSEMBLE DU RÈGNE DE FREDERIC II (1197-1250)
  • 37 Comme Henri Bresc me le fait remarquer, la faible importance de Palerme, dont le rôle de foyer cult (...)

21L’analyse des grandes tendances valables pour l’ensemble du règne de Frédéric II montre le poids remarquable de la Campanie (42 %), et en Campanie de Capoue, et secondairement Salerne. La Sicile insulaire fournit deux fois moins d’hommes (18 %), et Palerme ne s’y distingue guère, Messine pas du tout37. Les Pouilles (14,25 %) et la Calabre (9,5 %) complètent cet ensemble, avec un pourcentage non négligeable de notaires provenant de la cité archiépiscopale de Cosenza, seul foyer de recrutement pour cette dernière région, alors que la plus septentrionale et la moins urbanisée des grandes régions du royaume, les Abruzzes, paraît marginalisée (2,15 % des notaires). Enfin, il faut noter un faible pourcentage de notaires originaires de l’Italie du nord (7 %), d’Allemagne (3,25 %) et de Terre sainte (1,25 %).

  • 38 Sur la césure représentée par la période 1227/1229, avec la mort d’Honorius III, l’excommunication (...)

22Une analyse plus fine des mutations dans le personnel entre la première période du règne, placée sous le signe de la continuité avec le personnel mis en place pendant la régence de Constance en 1193-1195 (1197-1220), et la seconde partie du règne de Frédéric II (1220-1250) qui voit l’ascension progressive de Pierre de la Vigne et la mise en place d’un personnel neuf à la chancellerie, surtout à partir de la coupure des années 1227-2938, fait toutefois apparaître une nette inflexion du recrutement entre la période de transition de la Sicile normande à la Sicile souabe qui correspond à la minorité de Frédéric II et son règne effectif, lequel ne commence réellement pour la Sicile que quand il reprend fermement le contrôle du royaume après la fin de son long séjour en Allemagne, en 1220-1221.

Tableau 16
ORIGINE DES NOTAIRES, LA TRANSITION DE LA PREMIÈRE PARTIE DU REGNE (1197-1220)

Tableau 16ORIGINE DES NOTAIRES, LA TRANSITION DE LA PREMIÈRE PARTIE DU REGNE (1197-1220)
  • 39 Sur le rôle de la victoire d’Henri VI dans l’entrée en masse des Campaniens à la chancellerie à par (...)
  • 40 Stürner 1992, p. 39. La ville fut châtiée après avoir été prise en 1194, à la suite d’une résistanc (...)
  • 41 Cf. Schaller 1957, p. 258-285, n° 48 (Matthieu de Salerne, actif entre décembre 1199 et février 120 (...)

23Dans la première partie du règne, le poids relatif de la Campanie dans l’ensemble est beaucoup moins grand (31 %), même s’il est déjà important39. Capoue ne s’y distingue pas particulièrement (6,25 %). C’est Salerne, avec sa prestigieuse école de médecine qui, en dépit du déclin causé par le siège d’Henri VI40, constitue encore la source de recrutement privilégiée des notaires royaux (12 %) dans cette région41.

24D’autre part, la Sicile est encore un centre majeur de recrutement de notaires (25 %), presque à égalité avec la Campanie, à l’image du poids hérité de l’île dans l’ensemble de la construction étatique encore très dépendante de la période normande. Pour le reste, la part des autres régions du royaume est très légèrement supérieure à celle indiquée dans la statistique d’ensemble du règne avec les mêmes tendances à la marginalisation des Abruzzes, le même monopole régional de Cosenza (12,50 %), le même rôle non négligeable des Pouilles (15,5 %). Le recrutement hors du royaume, en revanche, est réduit (6 % pour l’Allemagne et l’Italie, contre 11 % pour la statistique concernant l’ensemble du règne).

Tableau 17
ORIGINE DES NOTAIRES : LA MISE EN PLACE DE LA FILIÈRE CAPOUANE DANS LA SECONDE PARTIE DU RÈGNE (1220-1250)

Tableau 17ORIGINE DES NOTAIRES : LA MISE EN PLACE DE LA FILIÈRE CAPOUANE DANS LA SECONDE PARTIE DU RÈGNE (1220-1250)

25Une statistique ne comprenant que les notaires attestés pour les années 1220-1250 aboutit à des résultats bien différents, qui permettent de préciser les tendances déjà perceptibles dans la statistique générale. Le poids de la Campanie et de Capoue devient écrasant, jusqu’à frôler la majorité absolue (46 % de l’ensemble dont 13,5 % de Capouans), et la Sicile et les Pouilles descendent à un petit tiers de ce chiffre, fournissant chacune le même nombre de notaires que la seule Capoue (13,5 %). Enfin, la « filière de Cosenza » forme un autre poste de recrutement secondaire (8 %) qui égale en importance numérique les notaires originaires d’Italie du nord, dont le poids a cessé d’être négligeable dans les deux dernières décennies du règne (8,5 %).

  • 42 Statistique précise dans Brühl 1994. Dans les quinze dernières années du règne, l’empereur fit par (...)
  • 43 Sur la fréquence des séjours de Frédéric II dans les Pouilles, cf. Brühl 1994, p. 34-47. À la fin d (...)

26Ce poids de l’Italie septentrionale et cette diminution drastique du rôle de la Sicile reflètent le déplacement du centre de gravité du royaume, que Frédéric II a gouverné entre 1220 et 1250 essentiellement depuis le continent, avec de nombreux séjours en Italie du nord42. Mais la correspondance entre présence de l’autorité royale et recrutement des notaires s’arrête là. Ce ne sont pas les Pouilles, résidence principale de Frédéric dans les dernières années du règne, qui fournissent le recrutement notarial privilégié43, mais la Campanie, avec ses centres d’enseignements monastiques (Mont-Cassin) et universitaires (Naples créé en 1224 et Salerne, en net déclin à partir de la fin du xiie siècle mais qui joue encore un certain rôle pour le recrutement notarial), enfin, entre le Mont-Cassin et Naples, la place stratégique de Capoue.

  • 44 Cf. Arndt 1911 p. 175-176 : Laurent de Termoli, Cyrille de Monopoli, Donat de Sido, Jacques de Guas (...)

27Les troubles consécutifs à la mort de Frédéric II puis à celle de Conrad IV aboutirent à un renouvellement très important du personnel de la chancellerie royale dans les années 1250-1259. La liste de notaires qui ont rédigé des actes sous l’autorité de Manfred, entre 1258 et 1266, montre que la prédominance de la Campanie était un phénomène structurel, mais que la place exceptionnelle de Capoue était probablement liée à l’ascension de Pierre de la Vigne : seul un Pierre de Capoue, peut-être différent des deux notaires homonymes en activité sous Frédéric II, provient sûrement de la cité, alors que six des dix-sept notaires connus pour la période 1254-1266 proviennent encore de la Campanie, proportion relativement comparable à celle de l’ensemble du règne de Frédéric II44.

3.1.1.2. Le milieu d’origine et les stratégies familiales

28Cette importance des réseaux familiaux qui se devine derrière la place anormale du recrutement capouan dans les années 1230-1240 n’est pas vraiment surprenante. Les tendances très générales indiquées par l’origine géographique des notaires correspondent en effet à un niveau plus précis d’analyse à un ensemble de dynamiques et de stratégies d’insertion sociale dominées par les réseaux de parentèles qui font de la chancellerie sicilienne le terrain d’action de quelques grandes familles.

  • 45 Cf. Delle Donne (Roberto), 1994, p. 365-366.
  • 46 Cf. Rossi 1829, à compléter par Schaller 1957 n° 13, p. 262 et Kirche..., p. 128-132. Sur la rivali (...)

29Les notaires de la chancellerie de Frédéric II dont l’origine peut être reconstituée avec quelque sûreté étaient issus de couches relativement aisées, voire très aisées de la société de l’Italie méridionale : de la bourgeoisie ou du patriciat urbain des grandes cités du royaume, ou de la noblesse45. Il s’agissait dans un bon nombre de cas de membres de familles appartenant au patriciat des grandes cités archiépiscopales comme Capoue, Tarente ou Cosenza, mais parfois aussi de personnages issus de la haute noblesse du royaume, celle dont les membres formaient naturellement la familia de Frédéric II, comme c’était par exemple le cas pour Gautier d’Ocra, issu de la famille des comtes d’Alba et Ocra dans les Abruzzes, qui assuma les fonctions de notaire et diplomate de Frédéric II et dirigea de fait la chancellerie après la chute de Pierre, avant d’en prendre officiellement la direction sous les règnes de Conrad IV, puis de Manfred46.

  • 47 Schaller 1957, n° 19, p. 264.
  • 48 Schaller 1957, n° 34, p. 269.
  • 49 Sur l’idée très concrète que les notaires se faisaient eux-mêmes de la chancellerie comme accès dir (...)

30Guillaume de Tocco, dont l’activité à la chancellerie de Frédéric II est attestée à partir de 1239, appartenait quant à lui à la famille de juristes des Tocco, alliée à la puissante famille comtale des Aquino dont saint Thomas tire son origine47. Quant à Jean de Lauro, actif entre 1221 et 1237, il aurait été issu de la famille comtale campanienne des Sanseverino48. L’origine apparemment parfois moins éclatante de certains notaires, dont Pierre de la Vigne, n’enlève rien à la solidité de ce recrutement social derrière lequel on devine une adaptation stratégique des familles nobles du continent et notamment de la Campanie à la montée en puissance de la cour comme centre administratif sous Frédéric II. Certains membres de rameaux secondaires des plus grandes familles devaient compenser leur position mineure au sein de celles-ci, ou leur situation de cadets dans la lignée en investissant après des études adéquates de droit ou de rhétorique les deux milieux jumeaux de la chancellerie et de la grande-cour de justice, portes d’entrée vers le cœur du pouvoir impérial49.

Une implantation familiale classique : les Matera

31La dynamique d’insertion des notaires à la chancellerie en fonction des réseaux familiaux se lit particulièrement bien dans les trois cas dissemblables des familles Matera, Vinea (de la Vigne) et da Capua.

  • 50 Sur la famille des Matera et son rôle à la chancellerie, cf. Schaller 1957, p. 232-33, Kirche..., p (...)

32Les Matera sont le type d’une famille localement puissante mais politiquement négligeable à l’échelle du royaume, fortement implantée dans la cité archiépiscopale de Cosenza en Calabre, où ils détinrent apparemment pendant toute la période souabe de solides positions, même si la confusion peut-être opérée entre un notaire Philippe de Matera et un évêque homonyme de Martirano, suffragant de Cosenza, élu en 120550, peut avoir un peu trop renforcé cette impression générale de solidité dynastique.

  • 51 Schaller 1957, n° 44 p. 272.
  • 52 Schaller 1957, n° 59 p. 277.
  • 53 Schaller 1957, n° 65 p. 278-279.

33Au moins cinq personnes appartenant à cette famille se succédèrent à l’intérieur de la chancellerie pendant le règne de Frédéric II. Léon de Matera fut le plus ancien. Déjà en activité en 1186, à la fin de la période normande, il est attesté comme rédacteur de documents officiels pendant la première partie de la minorité de Frédéric II (au moins jusqu’en 1200)51. Son parent Pantaléon de Matera a laissé des traces dans la décennie suivante (1200-1210)52, et Philippe de Matera, dans la décennie 1210-1220. Ce dernier personnage occupait alors une place relativement importante dans la chancellerie du royaume en l’absence de Frédéric, puisqu’il apparaît en janvier 1215 avec le titre de protonotaire, avant d’être attesté comme Sicilie scriniarius à partir de 121953.

  • 54 Schaller 1957, n° 68 p. 280, Gleixner 2006 p. 500.
  • 55 Schaller 1957, n° 81 p. 284.

34Dans la période qui voit l’ascension de Pierre de la Vigne, c’est son frère Procope de Matera qui prend le relais. Son activité est attestée entre 1220 et 1240, année qui voit sa nomination au poste important de magister rationalis (maître des comptes) pour la Pouille. Il est ensuite redintegrator feudorum pour la même région en 124754. Enfin, un Thomas de Matera actif à la chancellerie en 1221, et chanoine du chapitre cathédral de Cosenza, doit sans doute être identifié avec le vicaire homonyme de Simon de Chieti, légat général pour la Romagne attesté en 1237, et appartient à la même famille55.

  • 56 Au moment de la rédaction du registre de 1239/1240, les notaires écrivant et enregistrant les docum (...)

35Les Matera se sont donc succédés sans rupture de continuité à la chancellerie sicilienne depuis la fin de la domination normande jusqu’aux dernières années du règne de Frédéric II, en occupant toujours un ou deux postes à la chancellerie, qui comptait vraisemblablement entre quinze et vingt rédacteurs permanents56, et il est tentant de penser que c’est l’exploitation de sa connaissance acquise des traditions de la chancellerie par cette famille qui a rendu possible cette continuité. Les Matera forment donc un groupe familial occupant de manière stable une position mineure mais solide au sein de l’administration sicilienne, avec une forte spécialisation en direction de la chancellerie.

Un népotisme spectaculaire : les de Vinea

  • 57 Cf. Delle Donne 1998, complétant les renseignements recueillis par Huillard-Bréholles 1865, p. 1-5 (...)
  • 58 Sur la mention de cet épisode par Henri dans sa correspondance, cf. infra p. 400.
  • 59 Cf. infra p. 343-345 pour le problème de la participation de Pierre à la rédaction de ces constitut (...)
  • 60 Cf. à ce sujet infra p. 345.
  • 61 Cf. pour le discours de Padoue prononcé peu après la première excommunication supra p. 149-150.
  • 62 Cf. Schaller 2005 dont je reprends les grandes lignes.

36Un autre type de trajectoire familiale assez différente est offert par la famille de Pierre de la Vigne. Il est désormais démontré, en dépit de légendes sur l’obscurité de ses origines diffusées en Italie dès le xiiie siècle, que Pierre de la Vigne était issu d’un rameau secondaire d’une famille de notables capouans, peut-être liée aux Amalfitani, de lointaine ascendance amalfitaine mais possessionnée à Capoue depuis des générations au début du xiiie siècle. Son père Angelo de Vinea avait été juge, comme le démontre un document édité par Delle Donne57. Après des études de jeunesse sur lesquelles on n’a que de très faibles indices (sûrement à Capoue sous la direction de Jacques, futur archevêque, peut-être pour partie à Bologne), il fut selon les dires d’Henri d’Isernia présenté au début de la décennie 1220 à Frédéric II par l’archevêque Bérard de Palerme58. Il est attesté comme magne imperialis curie iudex en 1224. On a très peu de témoignages sur les premières années de son ascension, jusqu’en 1234-1235 où il apparaît en pleine lumière. Une tradition sur laquelle on reviendra le fait participer activement à la rédaction des Constitutiones Friderici II (constitutions de Melfi), promulguées en 1231, et s’il est possible qu’il exercât déjà alors, à un titre ou l’autre, une partie de son activité à la chancellerie, aucun témoignage direct n’en subsiste59. À partir de 1230, il semble avoir suffisamment gagné la confiance de l’empereur pour être chargé d’importantes missions diplomatiques, d’abord à l’occasion des négociations avec la papauté pour rétablir la paix ; ensuite en 1235 pour épouser par procuration Isabelle d’Angleterre à Londres. On le retrouve dans les mois suivants désormais très souvent dans l’entourage direct de l’empereur, qu’il accompagne dans ses pérégrinations en Allemagne et en Italie du nord (1235-1239)60. À ce moment, il est probable que Pierre était désormais installé dans le rôle de rédacteur des missives politiques les plus importantes de Frédéric II, dont celles qui ont conflué dans les premiers livres des Lettres, et qu’il était également devenu l’orateur officiel de l’empereur61. Les fragments préservés du registre de 1239/1240 le montrent de facto à la tête de la chancellerie avec Taddée de Suessa et Richard de Traiecto, et il reçoit peut-être à la même époque l’un des deux titres – logothète – qui entérinent cette position de porte-parole de l’empereur. L’apogée apparent de sa carrière est atteint quand il est promu (au plus tard en mai 1243) protonotaire, et jusqu’à sa chute mystérieuse en février 1249, il occupe de facto une place centrale dans la magna curia, symbolisée par son double titre d’imperialis aule protonotarius et regni Sicilie logotheta, et encore renforcée pendant les dernières années de son activité par la disparition de Taddée de Suessa après celle de Jean de Traiecto, qui fait de lui le seul dirigeant de la chancellerie62.

  • 63 Schaller 1957, p. 242-243 pour la carrière de Pierre de la Vigne ; et sur les membres de sa famille (...)
  • 64 Schaller 1957 ibid. et n° 5, p. 260.
  • 65 Cf. Il registro... II, p. 968. Sur Pierre de Capoue, cf. Schaller 1957 n° 62, p. 277-278, et sur Pi (...)

37L’irrésistible ascension de Pierre à partir de 1230 et l’importance de sa position dans la plus grande partie de la dernière décennie du règne (1243-janvier 1249) se traduisit par un véritable accaparement de positions stratégiques au profit des membres de sa famille63. Un Angelo de Capoue/Vinea, certainement neveu de Pierre de la Vigne, avait probablement été notaire de la grande-cour de justice, avant d’entrer à la chancellerie impériale64. Au moins deux autres capouans, un Pierre de Capoue (Petrus capuanus) et un Pierre ‘capuanus Gulfuraymi’, étaient des disciples directs de Pierre et provenaient peut-être de sa parentèle plus ou moins éloignée65.

  • 66 Un couple de notaires capouans fait l’objet d’une autre lettre de Pierre, un court billet conservé (...)
  • 67 Sur Jean, cf. Huillard-Bréholles 1865, p. 101-102.
  • 68 HBP, n° 34 p. 334-335.

38Jean de Capoue, un autre neveu du favori de Frédéric, adressa en tout cas à deux notaires capouans qui ont toute chance d’avoir été les deux Pierre66une lettre de consolation à la mort de leur confrère A. de Capoue (Angelo ?), survenue après 124067. Ce document est conservé dans les manuscrits de la grande collection en six livres des Lettres68. Les expressions en apparence assez vagues pour raient néanmoins indiquer plus qu’une simple communauté d’origine géographique entre les différents personnages, surtout si l’on tient compte que la parenté d’Angelo avec Pierre est généralement considérée comme acquise :

  • 69 Magister J. de Capua clericis curie imperatoris de morte socii sui, consolando eos.
    Gaudeo si prospe
    (...)

Maître Jean de Capoue aux clercs de la cour impériale, sur la mort de leur collègue, pour les consoler.
Je me réjouis si vous vous portez bien et êtes en vie, et vous supplie instamment de m’annoncer par quelque billet votre parfaite santé. J’ai souffert, Dieu sait, frères et amis très chers, que maître A[ngelus], qui vous était associé en tiers par son patronyme capouan, vous ait été soustrait à l’improviste par le sort commun, puisque ce jeune homme de bonne race et de fréquentations libérales n’a pu être épargné par l’envieuse cruauté du sort, si bien que, rappelé au milieu de ses jours, il a déserté ses proches et ses amis, dont il n’avait qu’à peine commencé d’être la consolation ; aussi nous devons justement déplorer qu’il ait été privé de sa vie alors qu’elle fleurissait au milieu de sa course. Je sais que notre maître et bienfaiteur unique, maître Pierre de la Vigne, a été frappé par le malheur d’un tel ami, pour lequel il avait conçu en esprit une immense affection, non sans raison, puisque sa vigne d’un seul cep fertile avait produit trois sarments et les avait rendus dignes de comparaître en présence de César, tous trois sortis du sein de ses proches, tous trois ses émules et suivants dans l’honnêteté et la vie, et que tous trois ayant également reçu d’un tel précepteur une seule et même doctrine, tous trois avaient grandi dans une seule et même affection en trois personnes, motif d’interrogations pour l’ignorant, et d’admiration pour le connaisseur. Heureuse, certes, cette compagnie, cette unité de trois qui n’avait en rien dévié des précepteurs et mœurs de sa patrie, si bien que parmi leurs autochtones et concitoyens elle s’était acquis une gloire et des louanges uniques, non sans envie que par l’entremise d’un tel artiste, leur science et leur prompt dévouement leur eussent mérité d’être admis sous les regards du prince à participer à ses secrets. Puisque donc, ô mes frères, son dépôt a été réclamé par celui qui nous l’avait commis, et que nous espérons que celui qui s’est confessé en vérité a passé du labeur au repos, il nous faut trouver une consolation à cette destruction charnelle, pour que dans la contemplation de ce passage transitoire nous corrigions notre vie. Aussi, puisque nous ne savons jamais combien d’heures nous seront consenties, comme rien n’est plus incertain que l’heure de la mort, souvenez-vous...69

  • 70 La lettre, éditée dans HBP n° 2, p. 289-291, a été rééditée avec de nombreuses améliorations dans D (...)

39La fratrie et l’association en question sont celles des notaires, et si les deux notaires concernés avaient été fils ou neveux au premier degré de Pierre de la Vigne, la lettre de consolation y aurait sans doute fait allusion plus clairement, mais l’utilisation de la métaphore biblique facta est ergo vinea et fructificavit in palmites et emisit propagines donne l’idée d’une relation de parenté directe, tout au moins si on la compare à celle qui en est faite par Nicolas de Rocca dans son panégyrique de Pierre de la Vigne (PdV III, 4570), au moment où il évoque les origines capouanes de son maître et les qualités d’un autre de ses neveux, le juge Guillaume de la Vigne :

  • 71 O felix vinea, que felicem Capuam tam suavi fructus ubertate reficiens, Ter-ram Laboris irradians, (...)

O heureuse vigne, qui restaures l’heureuse Capoue par l’abondance d’un fruit si suave, qui illumines la Terre du Labour, et ne cesses d’illuminer les confins les plus lointains de la terre par les instances de ta fécondité ! Vigne dont le sarment ne discorde pas de la racine, car c’est de toi que, comme enté sur un bon principe, est sorti le juge Guillaume, dont les œuvres démontrent honorablement par les louanges qu’elles lui attirent qu’il a eu un si noble créateur, si bien que lui, qu’ont orné les qualités de ses dispositions, il l’orne à son tour du vêtement de sa beauté d’esprit71.

40Dans ce passage central du panégyrique, le lien entre le neveu de Pierre de la Vigne et son oncle est symbolisé par la même métaphore de la vigne et de ses sarments qui a servi en d’autres occasions à Pierre de la Vigne lui-même pour parler de membres de sa famille. Il est donc tentant de penser qu’Angelo, Pierre et Pierre Gulfuraymi, mis sur le même plan dans la lettre comme trois sarments issus d’une même vigne qui est Pierre de la Vigne, étaient non seulement des disciples de Pierre, mais aussi des neveux ou cousins, peut-être à un degré plus éloigné que Jean et Guillaume, et ce d’autant plus qu’une telle métaphore n’est pas sauf erreur employée dans leur abondante correspondance de maître à disciple pour qualifier les liens étroits entre Pierre et Nicolas.

41Le nombre de parents de Pierre en activité à la chancellerie et à la grande cour vers 1240 aurait donc été d’au moins cinq personnes : quatre autres notaires, et le juge Guillaume.

  • 72 Cf. Kantorowicz 1937, p. 62-64, et Schaller 1957, n° 32 p. 268.
  • 73 C’est Gautier d’Ocra qui est choisi en 1247 après la longue vacance qui suit la mort de Jacques de (...)
  • 74 Cf. pour la carrière du juge Guillaume Huillard-Bréholles 1865, p. 101 et la suite du panégyrique d (...)

42Jean avait été envoyé étudier à l’université de Paris où il se trouvait en 1243, et son activité de notaire royal n’est attestée par sa rédaction de diplômes que dans la dernière année de la vie de Pierre de la Vigne, de mai 1248 à janvier 1249, même s’il possédait apparemment déjà le titre de notaire très jeune, en 1240. D’après la reconstitution de son parcours par Kantorowicz, il aurait été destiné dans un second temps seulement à la carrière ecclésiastique et envoyé à Paris à cette fin72. Songeait-on à en faire un futur archevêque de Capoue, ou d’un autre poste prestigieux73 ? La position de son oncle lui permit en tout cas d’accumuler possessions et bénéfices tout au long de la décennie. C’était le trésor anglais qui lui payait la pension nécessaire à ses frais d’études à Paris, alors qu’il avait un bénéfice attaché à l’église Saint Pierre ad Curtem de Salerne. Peu avant la chute de Pierre, il était également prévôt du chapitre d’Atina et doyen de la cathédrale de Capoue. Son frère Guillaume de Capoue, autre neveu de Pierre de la Vigne, était juge à la grande-cour à partir de 1239. Il est sinon impossible, du moins assez peu probable qu’il soit identique avec le Guillaume de Capoue dont l’activité à la chancellerie est attestée en 1229/1230, époque où le neveu de Pierre de la Vigne était encore sans doute très jeune, et où ce dernier n’avait peut-être pas encore un rôle assez grand à la chancellerie pour pousser sa famille vers les hautes charges74.

  • 75 Cf. sur ce problème Huillard-Bréholles 1865, p. 102-103, à compléter par Schaller 1957, p. 268 : c’ (...)

43Le détail de l’entrée, de l’ascension et des fonctions de ces différents membres de la parentèle capouane de Pierre ne peut être fixé avec certitude, mais il paraît au moins sûr que la chute de Pierre entraîna un déclin brutal du rôle de la famille dans l’administration sicilienne, et probablement l’éviction complète des membres de sa famille proche encore en activité à la chancellerie ou ailleurs à la cour en février 1249. Il est toutefois difficile de mesurer à quel point cette éviction fut radicale, puisqu’il semble par exemple qu’un Jean de Capoue ait gardé encore en avril 1249 certaines des dignités ecclésiastiques qu’il avait accumulées au temps de la puissance de son oncle75.

  • 76 Kantorowicz 1937, p. 62-64.
  • 77 Il est révélateur que Nicolas de Rocca, disciple favori, passe le cap de la disgrâce de Pierre, alo (...)

44L’ascension et la chute des Vinea correspond donc à une dynamique assez différente de celle des Matera, puisqu’elle s’accomplit dans un espace d’une quinzaine d’années et voit une entrée en force beaucoup plus spectaculaire d’un groupe compact doté d’une stratégie bien plus ambitieuse, appuyée sur la toute-puissance d’un personnage-clef de l’entourage impérial. L’entrée à la chancellerie d’un Jean fut par exemple un premier pas vers une carrière ecclésiastique, pour laquelle des ressources aussi exceptionnelles pour un clerc capouan qu’une pension du roi d’Angleterre étaient mises à disposition76. Mais cette dynamique qui reposait sur le pouvoir exceptionnel d’une figure dominante à l’intérieur de la cour fut brisée sans retour à la chute de cette dernière, même si la disgrâce de Pierre au début de 1249, trop proche de la mort de Frédéric en 1250, empêche l’historien de mesurer la perte d’influence du réseau capouan à l’extrême fin du règne dans toute son étendue, faute de recul77.

Une stratégie d’implantation familiale double : la famille Rao/ Jean de Capoue à la Curie et à la cour impériale

  • 78 Sur Rao, cf. Schaller 1957, n° 70, p. 280-281. Il est magister, et possède un terrain à Foggia.
  • 79 Sur Jean de Capoue, cf. Nüske 1974 p. 115-116, Delle Donne 2007 p. XXXVI.

45Un troisième exemple typique d’une stratégie d’implantation notariale est fourni par une autre famille capouane qui ne semble pas avoir eu des liens de parenté particuliers avec Pierre de la Vigne. Le notaire Rao de Capoue, dont l’activité à la chancellerie impériale est attestée entre juin 1247 et novembre 1248, avait un frère78, Jean (de Capoue), qui exerça les mêmes fonctions, avec le même type de formation, à la chancellerie papale, entre 1230 et 127079. La famille d’origine des deux personnages n’est pas assez connue pour qu’il soit possible de déterminer à la suite de quelles circonstances s’était effectué ce partage des carrières, mais le poids important du cardinal Thomas de Capoue à la chancellerie papale à l’époque où Jean commença sa carrière (1212-1235) lui avait peut-être préparé le terrain. Quoiqu’il en soit, cette stratégie familiale d’équilibre entre les deux chancelleries rivales porta ses fruits en diverses occasions.

  • 80 Registres de Grégoire IX I, n° 832.
  • 81 Registres d’Innocent IV, n° 5725, 5726, trois juin 1252.
  • 82 Registres de Clément IV, n° 637, p. 225-226.

46En juillet 1232, peu après la paix de San Germano, Jean fut envoyé par Grégoire IX en mission auprès de Frédéric II pour solliciter son aide contre les Romains80. Deux ans après la mort de Frédéric II, en 1252, Rao, qui portait alors le titre de judex capuanus, reçut deux fiefs du domaine royal sicilien « en déshérence » de l’autorité d’Innocent iv, en raison des services rendus à la Curie par son frère81. Les avantages à court terme de ce soutien du notaire papal à son frère ex-notaire de Frédéric II furent annulés à moyen terme par la reprise de contrôle du royaume par Conrad puis Manfred, mais confirmés à long terme grâce aux bouleversements politiques des années 1266-1268. Ce furent toutefois les enfants de Rao de Capoue, mort entre temps, qui profitèrent de cette stratégie de longue durée, puisqu’ils se virent attribuer d’importantes donations (un casale, une oliveraie, une startia dans la région d’Aversa et de Calvi) par Charles d’Anjou en 1267, donations confirmées dans un privilège de Clément IV délivré à Viterbe le 5 juin 126882.

  • 83 Ils se remarquent essentiellement avant la période de prééminence de Pierre de la Vigne, comme résu (...)

47Le privilège était adressé à Johanni capellano nostro, et Jacobo, natis quondam judicis Raonis de Capua. Les enfants du défunt Rao, mort entre 1252 et 1267, certainement en exil auprès de la cour romaine, avaient grâce à leur oncle trouvé leur chemin à la Curie, et récupéraient au propre et au figuré les bénéfices de la stratégie de diversification notariale opérée dans leur famille à la génération précédente, à la faveur des liens alors relativement étroits entre la chancellerie papale et la chancellerie impériale.83

Notaires publics de Pouille et de Toscane : un ensemble de réseaux relativement ouvert

  • 84 Cf. Schaller 1957, p. 233 et n° 6 p. 260 pour Belprandus, futur notaire de Conrad IV, et après la c (...)
  • 85 Jacques de Poggibonsi est attesté en 1248, cf. Schaller 1957 n° 29 p. 267. D’abord notaire du capit (...)
  • 86 R. de Sugio, apparaît en 1239/1240 dans le registre (avec une faible activité). Suio est dans la Te (...)
  • 87 Thomas de Sugio, magister, attesté en juin 1244.
  • 88 Jean de Traiecto, magister, actif en 1218-1224, est originaire de Minturno (dans la même région que (...)

48D’autres notaires actifs à la génération de Pierre de la Vigne ont une origine qui fait penser à une stratégie d’insertion familiale même s’il est difficile de la reconstituer dans le détail faute de sources. On ignore ainsi si les notaires Belprandus, Guillaume et Gautier de Cosenza, ce dernier l’un des plus actifs dans les mois couverts par le registre de 1239/1240, entretenaient des liens étroits avec les Matera84, et à quel degré les deux notaires apparemment originaires de la même localité de Toscane, Jacques et Rodolphe de Poggibonsi, tous deux actifs dans les trois dernières années du règne de Frédéric II, étaient liés85. Il est tentant de penser que, peut-être comme pour R.86et Thomas de Sugio87, ou Jean et Richard de Traiecto88, il s’agissait de membres de la même famille.

  • 89 Sur Jean, dont l’activité est attestée d’avril 1221 à mai 1240, cf. Schaller 1957, p. 271. Sur les (...)
  • 90 Sur le magister Henri de Suessa, attesté en février-mai 1240, dans le registre de 1239/1240, sans d (...)

49De même, un certain nombre de notaires étaient sans doute entrés à la chancellerie à l’aide de parents déjà en fonction dans d’autres organismes de l’administration impériale. Jean de San Germano était le frère du célèbre chroniqueur Richard de San Germano, notaire du Mont-Cassin, lui-même employé dans l’administration financière89. Le notaire Henri de Suessa avait sans doute un lien de parenté avec le grand-juge Taddée de Suessa, qui n’était pas notaire mais que ses fonctions à la tête de la grande-cour impériale mettaient en contact quotidien avec la chancellerie, qu’il dirigea de fait avec Pierre de la Vigne jusqu’à sa mort lors de la défaite de Victoria en février 124890.

50Les quelques réseaux familiaux dont l’importance est suffisamment grande pour apparaître clairement dans la documentation ne sont donc sans doute que la partie émergée d’un ensemble de relations de parentés qui devait inclure une majorité de la soixantaine de notaires actifs pendant la seconde partie du règne de Frédéric II (1220-1250), et plus particulièrement des quarante-deux notaires qui ont travaillé régulièrement ou occasionnellement en collaboration avec la chancellerie pendant les deux décennies où elle fut dominée par la personnalité de Pierre de la Vigne (1230-1249, avec une emprise maximale à partir de 1238), et où furent écrites la majorité des lettres incluses dans les Lettres de Pierre de la Vigne.

  • 91 Schaller 1957, n° 9, p. 261. En activité entre juin 1247 et novembre 1248, cf. Schaller 1957, p. 28 (...)
  • 92 Schaller 1957, n° 28, p. 267 : attesté en 1249, et de nouveau en 1253 comme notaire de Conrad IV.
  • 93 Sur l’activité d’Enzio et Frédéric d’Antioche, fils et lieutenants de Frédéric II, cf. Sperle 2001.
  • 94 Rodolphe de Poggibonsi, activité attestée à la chancellerie en 1248-1250, Schaller 1957, n° 73, p. (...)

51Ce système de cooptation familiale ne doit toutefois pas donner l’illusion d’un monde clos sur lui-même. La carrière de certains notaires d’origine nord-italienne à la chancellerie indique que des notaires publics toscans ou piémontais pouvaient réussir une insertion professionnelle fondée sur leurs capacités stylistiques et juridiques. Tel fut sans doute le cas de Dominique d’Ariliano91, et plus sûrement de Jacques de Pavie, qui allait rester notaire de Conrad IV92, ainsi que de Rodolphe de Poggibonsi (Toscane). La carrière de ce dernier sous Frédéric II fut particulièrement exemplaire, puisqu’il fut d’abord notaire public, rattaché au service d’Enzio (1246) alors que celui-ci était déjà depuis longtemps légat impérial pour l’Italie (d’Empire)93, acquit apparemment la confiance de Pierre de la Vigne grâce à ses capacités, et resta après sa chute et même la mort de Frédéric au service des Souabes, avant de monnayer bien plus tard son expérience à la Curie et à la cour de Castille94.

  • 95 Schaller 1957, n° 18, p. 263.
  • 96 Schaller 1957, n° 51, p. 274. Cf. la lettre PdV VI, 32 de la collection classique, privilège de con (...)

52Ces intrusions de notaires publics dans le monde fermé de la cour impériale ne furent pas non plus le seul fait de brillants dictatores ou juristes de Toscane ou de Lombardie. Guillaume de Cosenza, actif à la chancellerie en 1221 et par ailleurs chanoine à Cosenza, était notaire public de cette ville95, et il en allait de même de Nicolas de Brindisi, un des notaires les plus importants de la fin du règne, qui signa le testament de Frédéric II en tant que publicus tabellio imperii et regni Sicilie ac imperialis curie notarius96.

3.1.1.3. L’insertion sociale des notaires dans les cercles du pouvoir : bénéfices ecclésiastiques et carrière administrative

53En dépit de ces exceptions, l’insertion des familles des notaires de la cour impériale dans les cadres dirigeants de la société d’Italie méridionale, en liaison avec leur position établie dans les milieux dirigeants des cités et bourgs de la Terra Laboris, ne fait guère de doute, et se reflète également dans leurs liens étroits avec ces lieux de pouvoirs qu’étaient les plus riches archevêchés du royaume et leurs chapitres.

Les notaires et le clergé sicilien

  • 97 Schaller 1957, p. 240. Il dénombre au moins dix clercs parmi les trente-six notaires entrés à la ch (...)
  • 98 Pour Guillaume de Cosenza, ibid. p. 264. Pour Henri (magister Henricus), ibid. n° 20, p. 265.
  • 99 Schaller 1957 n° 23, p. 266.
  • 100 Jean de Traiecto : magister, actif entre 1218 et 1224, Schaller 1957, n° 42. L’empereur tente en va (...)
  • 101 Cf. Mazzoleni 1957/60, n° LVII, p. 118, où Jean de Traiecto s’intitule Sancte Capuane Ecclesie cler (...)

54Une très grande partie des notaires souabes a toujours été composée de clercs, et la chancellerie apparaît pendant tout le règne de Frédéric comme un moyen d’accès efficace aux grandes dignités ecclésiastiques97. Des notaires actifs dans les années 1220 comme Guillaume de Cosenza et le maître allemand Henri deviennent respectivement trésorier de l’église d’Agrigente et prévôt d’Aix-la-Chapelle98. Henri de Suessa aurait été chanoine à Agrigente. La chapelle palatiale de Palerme fut contrainte vers 1220 par Frédéric de réserver des bénéfices à plusieurs membres de la chancellerie, dont Jacques de Caltagirone99, alors que Jean de Traiecto devint chanoine de Brindisi100, et possédait sans doute un bénéfice dans le chapitre de Capoue101.

  • 102 Cf. Kirche..., p. 128-132. Il aurait renoncé à cette fonction directement après la mort de Pierre p (...)
  • 103 Schaller 1957, n° 76, p. 282-283.

55À l’époque de la puissance de Pierre de la Vigne, à partir de 1230, les principaux notaires eurent des liens soit avec l’archevêché de Capoue, dont Jean de Vinea était on l’a vu doyen, et dont Gautier d’Ocra devint finalement archevêque élu102, soit avec celui de Bari, dont maître Salvus était prieur103, ou encore avec celui de Cosenza, dans le chapitre duquel Belprandus de Cosenza fut également prieur. On verra par ailleurs que le plus haut personnel ecclésiastique du royaume, en particulier les archevêques de Capoue, de Messine, de Bari et de Palerme, entretenait des liens étroits, magnifiés par des correspondances littéraires, avec les dirigeants de la chancellerie et le « cercle » de Pierre de la Vigne, ce qui ne fait que confirmer l’importance des rapport entre ces centres de pouvoir et les milieux lettrés de la cour.

Les carrières administratives des notaires dans l’administration sicilienne

  • 104 Schaller 1957, p. 239 : « Zahlreiche Notare waren hauptamtlich in der Justiz – und Finanzverwaltung (...)
  • 105 Schaller 1957, loc. cit., « Sie wird sich zu einem gut organisierten Schreibbüro entwickeln, das si (...)

56Enfin, même si l’analyse de ces questions dépasse le propos de cette étude, il est impossible de passer sous silence les incidences sociales du fonctionnement en symbiose de la chancellerie non seulement avec l’organisme avec lequel elle était le plus étroitement liée, la grande-cour de justice, mais aussi avec les autres organismes administratifs de la cour souabe, en particulier tous ceux qui concernaient la gestion des finances et les comptes « publics »104. C’est la réunion de la chancellerie, de la grande-cour de justice et des différents organismes financiers qui constituaient la Magna Curia, l’administration centrale du royaume de Sicile, et les bureaux d’écriture de la chancellerie restent au centre des différents domaines de compétence qui s’individualisaient alors peu à peu105.

  • 106 Sur les Massarie sous Frédéric, Stürner 2000, p. 229-230. La lettre sur la création d’un office de (...)
  • 107 Trois scole ratiocinii sont organisées vers la fin du règne (vers 1247-1248) à Melfi, Caiazzo et Mo (...)
  • 108 Supposition de Heupel 1940 p. 39-40, reprise par Schaller 1957 sur la base des activités attestées (...)
  • 109 Schaller 1957, n° 52 p. 274-275.

57L’importance dans le monde de la chancellerie des techniques comptables et scripturaires développées à la cour de Frédéric II trouve un reflet très clair dans la sélection des lettres choisies pour les recueils classiques, qui ont inclus les documents concernant la création de l’office de magister massariorum106, mais aussi des écoles de comptabilité (lettre PdV III, 14 sur l’ouverture des écoles de comptabilité et PdV III, 64-65 aux rationales sur la remise des comptes107). Les liens avec les fonctions judiciaires sont évidents. Une grande partie des notaires a exercé des fonctions juridiques liées à leur cité d’origine (Rao de Capoue fut judex capuanus) ou en tant que notaires publics de la grande-cour (Angelo de Capoue108), ou encore dans un détachement auprès d’un agent impérial en Italie (Nicolas de Calvi, peut-être judex pour le vicaire général de la Marche d’Ancône à la fin du règne109).

  • 110 Sur ce notaire, cf. Schaller 1957, n° 74, p. 282.

58Tout cela n’est guère étonnant, si l’on se souvient que l’organisation administrative de la chancellerie a placé les notaires sous la direction d’hommes qui étaient généralement grands-juges, certains sans avoir jamais été notaires en titre (Taddée de Suessa, et Pierre de la Vigne dont l’activité de « notaire » impérial proprement dit n’est pas attestée), d’autres avec une activité notariale bien attestée comme Roger de Petrasturmina en 1239/1240110.

  • 111 Kölzer 1994 p. 303.
  • 112 Ibid. ; Heupel 1940, p. 37 ; cf. Schaller 1957, n° 2 p. 258.
  • 113 Schaller 1957 n° 68, p. 280.
  • 114 Pour Gautier de Capoue, cf. Schaller 1957, n° 11, p. 261 ; pour Gautier de Cosenza, ibid., n° 12, p (...)
  • 115 Cf. pour Gautier note précédente. Cf. pour Pierre Schaller 1957, n° 62 p. 277-278.

59La chancellerie apparaît également étroitement liée à l’organisation des finances du royaume111. Dans les années 1231-1250, une bonne partie des notaires attestés ont rempli diverses fonctions financières d’importance, en tant que magistri rationales de la chambre impériale (Albert de Catane112) ou d’un des justitiariats (Procope de Matera dans les Pouilles113), receptores et dispensatores pecunie (Gautier de Capoue pour la Toscane, Gautier de Cosenza est collector pecunie pour la Sicile114), notaires de la douane impériale (Gautier de Cosenza115), emptores Curie (Pierre de Capoue), enfin redintegratores feudorum (Procope de Matera, toujours pour les Pouilles).

  • 116 On n’entrera pas dans le débat sur le plus ou moins d’archaïsme ou de modernité de la construction (...)

60Il est délicat d’interpréter trop unilatéralement cette diversification des tâches et cette relative complexité des carrières notariales à la cour de Frédéric II. Les compétences complexes des notaires et leurs différentes occupations, liées au fonctionnement en symbiose de la chancellerie, de la grande-cour de justice et des différents organismes financiers centraux, peuvent évoquer aussi bien ce qu’on qualifierait de symptômes de modernité (le développement de l’écriture comptable, la rationalisation du contrôle financier sur le royaume, la circulation des personnes dans une administration relativement efficace), que renvoyer à une relative indivision caractéristique d’une forme d’administration étatique encore archaïque, mobilisant peu de moyens et peu d’hommes, et souffrant encore d’une certaine sous-spécialisation116. Ce qui doit être gardé en mémoire dans le cadre de cette étude, c’est le considérable pouvoir politique dont ces notaires de la chancellerie furent souvent revêtus, en fonction de l’ampleur de leurs tâches.

  • 117 La comparaison plusieurs fois répétée depuis Wieruszowski 1933 entre les légistes de Philippe le Be (...)

61Parfois issus de très grandes familles comme Gautier d’Ocra, assez généralement de familles « patriciennes » de la bourgeoisie municipale ou de la petite noblesse, liés aux principales églises du royaume, exerçant eux-mêmes ou ayant des parents exerçant des fonctions financières ou judiciaires stratégiques dans le royaume, les plus importants des notaires de Frédéric II étaient de hauts personnages dont l’influence politique pouvait égaler, voire surpasser, des membres de la noblesse sicilienne ou des prélats ne disposant pas de la faveur particulière du prince. L’aura de Pierre de la Vigne, issue de sa spectaculaire fortune politique et du pouvoir exorbitant qu’il réussit peu à peu à s’attribuer dans les deux dernières décennies du règne, n’était que l’expression exacerbée d’une influence générale de ces techniciens de l’écrit, qui ne se rencontrerait sans doute pas facilement au même degré dans d’autres chancelleries contemporaines117. Cette importance donne un relief particulier au problème des lieux de leur formation intellectuelle.

3.1.1.4. Contacts avec les universités et les studia italiens et européens d’après les Lettres

  • 118 L’activité du studium avait sans doute été interrompue quelques années à peine après sa création, l (...)
  • 119 Cf. Torraca 1924, p. 3-16 qui présente de manière claire le peu qu’on sait du personnel.

62La formation des notaires actifs à la chancellerie de Frédéric II et Conrad IV ne peut pas être reconstituée en bloc. L’histoire des débuts de l’université de Naples est mal connue, par défaut de sources administratives propres, mais aussi parce que son développement a été interrompu de manière brutale au moins trois fois, après la mort de Frédéric II (1250), celle de Conrad IV (1254), et avec la conquête angevine118. L’organisation précise des cours de rhétorique et de droit qu’on imagine fréquentés par les adolescents destinés à une carrière à la chancellerie impériale n’est guère connue, et la plus grande partie du personnel enseignant n’est reconstruite que sur la base de suppositions plus ou moins fondées, dont un certain nombre repose sur l’analyse de fragiles indices contenus dans les collections ordonnées ou erratiques des Lettres119. Quoiqu’il en soit de la solidité de ces informations, elles ne sont d’aucune aide pour reconstituer la formation des dictatores entrés en activité avant 1225, et donc pour la génération fondatrice des pratiques stylistiques de la chancellerie, la génération de Pierre de la Vigne.

Les témoignages sur l’importance de Paris

63Pour lui comme pour ses contemporains, force est généralement de supposer, parfois sur la foi d’attestations tardives, soit une formation dans les centres d’Italie septentrionale, soit dans un centre de culture rhétorique du sud. Dans le premier cas, c’est naturellement le studium rhétorico-juridique par excellence, Bologne, qui vient à l’esprit. Pierre de la Vigne est censé y avoir étudié selon une tradition tenace mais sans fondement assuré.

  • 120 Sur la culture palermitaine au xiie siècle, cf. Martin 1994, p. 283-289 ; Houben 1997. Sur Palerme (...)
  • 121 À ce sujet la postface de l’édition de Ryccardi de San Germano, Chronica, par Garufi 1937, p. ii-vi(...)

64Pour le sud, les seuls candidats possibles, si l’on met à part le cas assez particulier du milieu culturel palermitain120, sont le Mont-Cassin, pour lequel toute une tradition d’enseignement de l’ars dictaminis est attestée de la fin du xie siècle au milieu du xiie siècle, mais dont on ne connaît guère les activités d’enseignement vers 1200121, et Capoue, dont on a vu que c’était la proportion anormale de dictatores issus de la cité qui, dans un raisonnement circulaire, y avait fait supposer l’existence d’un centre d’enseignement.

  • 122 Maleczek 1988, p. 69-80. Le séjour du futur cardinal eut vraisemblablement lieu entre 1180 et 1195.

65Les lettres contenues dans les collections de Pierre de la Vigne ordonnées ou non, et des renseignements ponctuels provenant d’archives contemporaines, ne permettent pas de supprimer ces interrogations. Elles fournissent tout de même un certain nombre de précisions évocatrices. On a vu notamment que Pierre de la Vigne avait fait envoyer son neveu Jean à Paris pour y étudier à l’université dans la décennie 1240. Cette indication de la place fondamentale du lointain centre parisien pour l’enseignement de la théologie est en fait corroborée pour l’ensemble de la période et les quatre générations de l’école de rhétorique campanienne prise dans sa plus grande extension chronologique (1190-1290). Le cardinal Pierre de Capoue, amalfitain, avait par exemple fait le voyage de Paris dans les dernières décennies du xiie siècle pour compléter sa formation théologique122 ; les lettres récemment publiées du manuscrit Paris, BnF lat. 8567 indiquent par ailleurs que bien des années après la chute de Pierre et le séjour parisien de son neveu, les dictatores de la troisième génération de l’école de Capoue qui destinaient leurs plus jeunes parents à la cléricature leur firent suivre le même chemin. Ce ne fut pas sans incidents de parcours amplifiés par les besoins de la rhétorique dans les exercices de style que les élèves expatriés adressaient à leurs mentors restés dans le royaume de Sicile :

  • 123 [Paris, BnF lat. 8 567 fol. 114r, à présent Delle Donne 2007, n° 243] : Avunculo nepos : Reminisci (...)

À l’oncle son neveu.
Je me suis souvenu avec horreur de toutes les sortes de dangers et de la tempête des maux menaçants, dont j’ai, Dieu le voulant, été jusqu’ici accablé, et j’ai repoussé une feuille plus spacieuse, car leur relation eût par trop contristé l’âme de mon oncle. Voici donc qu’échappé par la grâce de Dieu aux crocs de la mort et rendu à la vie, je désire que tu saches que j’arpente la France et jouis de la santé de l’esprit et du corps, chose que le Fils du Très Haut me permette d’entendre au plus vite de toi, dont j’attends les nouvelles d’une oreille avide123.

  • 124 Cf. Vulliez 1993 (thèse d’Etat inédite) : la plupart des documents d’ars dictaminis édités à titre (...)
  • 125 Cf. la lettre suivante, également au fol. 114 du manuscrit Paris, BnF lat. 8 567, où l’étudiant pre (...)
  • 126 Gauthier 1982. Sur l’argument, mais sans citer Gauthier, Stürner 2002, p. 405-406.
  • 127 Jacques de Vitry, Historia occidentalis, [éd. Hinnebusch 1972], premier livre, chap. vii, de statu (...)

66Dans cet équivalent sicilien des nombreuses lettres d’étudiants orléanaises contemporaines analysées par Charles Vulliez et Anne-Marie Turcan-Verkerk124, le neveu, certainement un Rocca (petit-neveu ou neveu de Nicolas senior ?) prend ironiquement prétexte de l’effroi que le récit du périlleux voyage de la Campanie jusqu’en France (par bateau ?) aurait pu causer à son oncle pour restreindre au maximum la « corvée » du billet à envoyer à la famille. D’autres lettres appartenant à la même correspondance sont des demandes d’argent de l’éternel étudiant nécessiteux125. L’attraction de l’université de Paris est par ailleurs confirmée par la célèbre lettre jadis attribuée à Frédéric II et datant en fait du règne de Manfred (PdV III, 67, 1263 ?) sur l’envoi de nouvelles traductions. Ce texte fut l’un des rares de cette époque tardive à être inclus dans la collection classique des Lettres126. Ces contacts furent donc un phénomène durable, et la présence de « Siciliens » dans la satire des nations qui ouvre le chapitre parisien de l’Historia occidentalis de Jacques de Vitry correspondait bien à une réalité vers 1220 comme vers 1270127. Il faut relever cette circulation entre la France du nord et la Sicile dès l’époque souabe, car elle explique sans doute la connaissance en Italie du sud de certains textes latins lus par les dictatores.

L’hypothèse de Bologne

  • 128 Sur l’importance respective des universités au xiiie siècle, cf. Genet 1999 t. 1, p. 195-250 avec r (...)
  • 129 Sur les relations entre le studium de Naples et celui de Bologne, cf. Gaudenzi 1908 et Arnaldi 1982
  • 130 L’hypothèse a été formulée pour le premier dans Kirche..., p. 124. Mais il le déduit de ses hautes (...)

67Au monopole théologique de Paris correspondait l’importance cruciale de Bologne pour le droit128. Cette importance a conduit les historiens à supposer que les grands juristes du royaume y avaient étudié avant l’ouverture de l’université de Naples. Comme la fondation du studium de Naples fut conçue par Frédéric comme une solution à la dépendance du royaume vis-à-vis de Bologne, l’hypothèse paraît raisonnable129. Elle n’est toutefois guère étayée dans les faits quand il s’agit d’examiner les parcours individuels au cas par cas. Faute de savoir si le cardinal Jacques de Capoue ou Pierre de la Vigne ont étudié à Bologne130, force est de se contenter des indices livrés par les lettres des correspondances privées notariales contenues dans les collections de Lettres de Pierre de la Vigne.

  • 131 Sur les Littere consolationis du quatrième livre de la collection classique, cf. Delle Donne 1993b. (...)
  • 132 HBP n° 5, p. 299-300, correspond à PdV IV, 9, attribuée dans la plupart des manuscrits à Pierre de (...)

68Un ensemble de Littere consolationis du quatrième livre composées à l’occasion du décès de professeurs nord-italiens célèbres, sous la gouverne desquels certains dictatores siciliens auraient étudié dans les années 1200-1220131, a souvent été invoqué à titre de preuve de ces études. L’un de ces documents qui sont de véritables exercices de virtuosité rhétorique apparemment plus destinés au délassement des étudiants qu’à un usage de condoléances officielles prend ainsi pour thème la mort du grand juriste Jacques Balduini, un des grands professeurs de droit bolonais dans le premier tiers du xiiie siècle, élève d’Azo et maître d’Odofredus de Denariis, et décédé le 10 avril 1235132.

69Si la rubrique de cette lettre qui forme le numéro 5 du quatrième livre de la collection classique est exacte, cette dernière serait donc une des plus anciennes de la collection, et il est tentant d’y voir un hommage soit de Pierre de la Vigne, soit d’enseignants napolitains en droit, à un maître sous lequel certains juristes ou dictatores de la chancellerie ont pu faire leurs classes.

  • 133 Sur Accurse cf. note précédente. Sur Roffredo, cf. Ferretti 1908/11, p. 242-243.
  • 134 Stürner 2000, p. 41.
  • 135 Ferretti 1908/11, p. 255-256 contre cette hypothèse.

70Balduini n’est pas le seul grand de l’enseignement juridique italien à trouver un écho dans les Lettres. Un court billet présent dans les grandes collections en six livres et de contenu fort inoffensif aurait été rédigé par Accurse à l’intention de Pierre de la Vigne. Accurse, élève d’Azo, fut effectivement contemporain de la carrière de Pierre, qui était sans doute de sa génération. Sans doute né en 1185, il lui survécut quatorze ans, puisqu’il mourut en 1263. Moins important que ce dernier comme fondateur ou continuateur d’école, le juriste Roffredo de Bénévent, mort après 1244, entretint des rapports apparemment plus étroits avec la cour de Frédéric II. Il avait enseigné à Bologne jusqu’en 1215133, et contribué au développement du studium d’Arezzo dans la décennie 1220, au moment où il exerça également ses talents à la cour impériale, comme magister mais aussi pendant quelque temps comme juge134, avant, peut-être, d’y enseigner le droit civil, selon une tradition historiographique aussi tenace que fragile135.

  • 136 La lettre PdV III, 83, groupée avec la lettre politique PdV III 82 envoyée aux autorités d’Arezzo, (...)
  • 137 Stürner 2000, p. 136. cf. Ryccardi de San Germano, Chronica, ann. 1227 (Garufi 1937, p. 148-149) : (...)
  • 138 HBP n° 50, p. 347. Mais ce témoignage est fragile, faute de renseignements plus circonstanciés sur (...)
  • 139 Schaller 1957 n° 38, p. 270.

71Roffredo, qui avait eu ses entrées à la Curie, a vraisemblablement contribué à tisser des liens entre le milieu des juristes bolonais et toscans136et la Grande Cour sicilienne. Le témoignage des chroniqueurs, et notamment de Richard de San Germano, permet de constater que dans cette période où Pierre n’en était qu’à ses tout premiers débuts, le juriste ne dédaigna pas d’assumer le rôle d’ambassadeur et d’orateur de la cause impériale auprès de la commune de Rome, suivant la logique de liaison entre l’exercice du droit et de la rhétorique caractéristique non seulement de la chancellerie sicilienne mais de l’ensemble de la culture italienne du xiiie siècle137. Dans les cités-États du nord comme dans le royaume du sud, le juriste se devait d’être éloquent. Ce rôle d’orateur et d’ambassadeur assumé par Roffredo pour le compte de Frédéric II dans les années de formation à la pratique curiale par Pierre de la Vigne prendrait un relief particulier si, comme semble y faire allusion l’une des lettres de la collection classique, PdV III 71, le futur logothète était devenu le gendre de Roffredo138. Ce dernier entretenait par ailleurs une liaison d’amitié avec le notaire impérial et savant palermitain Jean de Palerme139.

  • 140 Sur Bene de Florence, voir essentiellement l’édition du Candelabrum par Alessio 1983, avec introduc (...)

72Le second professeur bolonais dont l’influence sur la cour impériale (et plus généralement la rhétorique méridionale) est sans cesse invoquée dans l’historiographie est le maître d’ars dictaminis Bene de Florence, dont les rapports avec la chancellerie de Frédéric II ont été analysés dans la seconde partie. D’après les indications du manuscrit palermitain dit du Prince de Fitalia, la lettre de consolation sur sa mort incluse dans le quatrième livre aurait été composée par Terrisius d’Atina, enseignant vraisemblablement la rhétorique à Naples à cette époque140. C’est sur ce faisceau de renseignements à peine plus solide qu’on reconstitue un passage de Terrisius dans les classes de Bene à Bologne, entre 1210 et 1225.

73L’existence de ces correspondances entre la cour de Frédéric II et les grands professeurs de droit ou de rhétorique qui enseignaient à Bologne à la fin du xiie et dans le premier quart du xiiie siècle est sujette à interprétations variées. La tentation de se servir de ces témoignages épars et fragiles pour reconstituer les filiations professionnelles des dictatores siciliens pourrait être en partie un leurre, dû à l’importance respective de ces différentes personnalités et de la cour de Sicile dans le monde italien des années 1220-1250, qui a pu motiver la rédaction de lettres fonctionnant comme une sorte de reconnaissance symbolique entre les uns et les autres. Ces documents sont néanmoins révélateurs des liens culturels étroits unissant les dictatores-juristes du sud et du nord à l’époque de la jeunesse puis de l’ascension de Pierre de la Vigne. Il est donc probable qu’ils témoignent indirectement du passage à Bologne d’une partie des notaires de la génération de Pierre de la Vigne, avant que la création de l’université de Naples n’offrît à la génération suivante, celle de Nicolas de Rocca, la possibilité d’une formation à l’intérieur même du royaume.

74Le monde des notaires a été présenté dans une première perspective d’ensemble, centrée sur leur origine, leurs stratégies familiales et leur formation professionnelle, ce qui a permis d’indiquer de manière très générale les dynamiques sociales qui les rapprochent de la chancellerie. Il faut maintenant franchir le seuil de la Magna Curia pour présenter de l’intérieur le fonctionnement de l’univers administratif et curial dans lequel ces personnages évoluaient, et les différentes facettes de leurs activités professionnelles. Le rétrécissement du champ d’étude permettra de dégager des hiérarchies professionnelles structurant le groupe des notaires-stylistes à l’origine des Lettres, mais aussi d’aborder l’étude de l’idéologie professionnelle développée par le noyau central de ces spécialistes de l’écrit.

3.1.2. Le monde de la chancellerie en fonctionnement : organisation du travail et éthique professionnelle

  • 141 Cf. sur cette ordo supra et infra p. 266, 319-322.

75Pour reconstituer les activités de ce milieu notarial particulier dans tous ses détails, l’historien dispose de deux sources de renseignements, toutes deux parcellaires. D’une part, il peut analyser les registres de la correspondance administrative ordinaire pour le royaume de Sicile de 1239-1240, et les documents, dont la précieuse ordo cancellarie datant de la dernière décennie du règne de Frédéric II (vers 1241-1244 ?141). D’autre part, il peut s’appuyer sur les correspondances privées contenues dans les diverses collections de Lettres de Pierre de la Vigne, particulièrement dans la grande collection en six livres de diffusion restreinte dont Huillard-Bréholles a tiré une bonne partie de la matière de sa Vie et correspondance de Pierre de la Vigne.

  • 142 Sur ce manuscrit, cf. supra première partie p. 77 et la présentation de Delle Donne 2003 et 2007, i (...)

76Dans une certaine mesure, ces textes édités peuvent être complétés par des documents tirés du manuscrit Paris, BnF Lat. 8 567142, même si les pièces datant du règne de Frédéric II y sont des plus rares. On se servira dans ce chapitre et le suivant de ces différents types de sources pour tenter de cerner de plus près le milieu restreint de fidèles qui, à l’intérieur même de la chancellerie, s’était constitué autour de Pierre de la Vigne, en le faisant se détacher plus nettement dans l’ensemble des notaires et en examinant différents aspects de son activité correspondant à un travail proprement administratif et à des missions politiques spécialisées.

3.1.2.1. La chancellerie en fonctionnement d’après les registres

  • 143 Sur ce problème de raréfaction des mentions notariales dans les actes du règne de Frédéric II entre (...)

77Le registre de 1239-1240 est d’abord une source exceptionnelle pour comprendre l’organisation des organes centraux du royaume sicilien sous Frédéric II sous ses aspects institutionnels, politiques, comptables et économiques. Du point de vue de l’histoire de la chancellerie, il révèle le caractère parcellaire des autres sources à disposition. Les aléas de la tradition diplomatique sicilienne ayant abouti pendant une grande partie du règne à faire disparaître de la plupart des documents subsistants la mention des notaires (qui réapparaît tendanciellement vers la fin du règne, pour les années 1247-1250, après une éclipse relative de plus de vingt ans143), le registre de 1239/1240 permet de mesurer pendant quelques mois le rôle dans la chancellerie au travail de personnages aux fonctions apparemment déterminantes, pour le reste à peu près inconnus.

Notaires occasionnels et équipe notariale restreinte

  • 144 Schaller 1957, n° 76, p. 282-283 : le titre notarial porté par Salvus est par ailleurs attesté dans (...)
  • 145 Schaller 1957, n° 79, p. 283. De son activité notariale éventuelle ne subsiste que le titre de domi (...)
  • 146 Schaller 1957, n° 38, p. 270. Il est magister. Il ne signe en propre qu’un acte, en 1221. Mais il e (...)
  • 147 Pour Grimaldus de Tarente, cf. Schaller 1957, n° 10 p. 261 : rédaction d’un acte en 1231. Comptabil (...)

78Surtout, le registre donne une idée de la très grande différence d’engagement à la chancellerie entre une équipe restreinte d’une vingtaine de notaires professionnels, actifs en 1239/1240, et des notaires plus « occasionnels ». Il peut s’agir dans ce dernier cas de lettrés importants de la cour qui ont tenu ce rôle de notaire dans des occasions extraordinaires, comme maître Salvus, sans doute enseignant à l’université de Naples, qui aurait d’après les indications du manuscrit palermitain dit du Prince de Fitalia rédigé la lettre de joyeuse annonce du trois mars 1238 aux Palermitains sur la naissance d’un fils de Frédéric II incluse dans le troisième livre des Lettres (PdV III, 70)144. D’autres clercs qui ont joué ce rôle sont le notaire Dietrich, chargé de nombreuses missions en Allemagne entre 1242 et 1244145, ou encore Jean de Palerme, philosophe de cour et ambassadeur pressenti à Tunis146. Plusieurs notaires « provinciaux » ont par ailleurs été agrégés à la chancellerie pour de courtes périodes ou pour la rédaction de documents particuliers, comme Grimaldus ou Nicolas de Tarente147.

79Il est certes possible que certains notaires qui n’apparaissent qu’exceptionnellement dans la documentation aient collaboré intensivement pendant quelques années à la chancellerie avant octobre 1239, ou entre mai 1240 et les trois dernières années du règne, c’est à-dire pendant la période où les mentions de noms de notaires sont le plus elliptiques, puisque pendant les plages 1230-septembre 1239 et mi-mai 1240-1247 les mentions de notaires sont extrêmement rares, même dans les privilèges. Néanmoins la plupart des collaborateurs intensifs de la chancellerie au moment de la rédaction du registre réapparaissent occasionnellement dans la décennie suivante, et ceux pour lesquels ce n’est pas le cas ont reçu des attributions différentes, se sont retirés des affaires ou sont vraisemblablement décédés dans les années 1240-1245.

Une hiérarchie à deux niveaux apparents : ‘relatores’ et scriptores

  • 148 La principale étude reste Heupel 1940, à compléter par Zinsmaier 1974, Kölzer 1983 et 1994, enfin l (...)

80Sans entrer dans des détails déjà bien analysés148, les registres permettent de distinguer entre deux niveaux d’intervention différents à la chancellerie, dans une hiérarchie apparente à deux étages.

  • 149 Comme le note Gleixner 2006, p. 492, le terme ne se retrouve pas dans les sources et a été choisi p (...)

81Le premier niveau correspond aux ‘relatores’149. Ce sont les personnages sous la direction desquels ont été composés les mandats ou les littere responsales reportés dans le registre, et qui indiquaient au notaire les grandes lignes du document à composer. Les seconds sont les notaires qui écrivaient le document sous l’autorité de ces personnages, et ce sont généralement les mêmes notaires qui ont couché la copie (simplifiée au niveau du protocole et de l’eschatocole) du document dans le registre, même si l’un de leurs collègues peut l’avoir fait à leur place pour une raison ou une autre. Au niveau du registre même, on ne constate pas l’existence de registratores qui ne remplissent pas également la fonction de scriptores.

  • 150 Sur Taddée de Suessa, cf. Stürner 2002.

82Par exemple, le 27 février 1240, à Viterbe, une littere responsales a été écrite au justicier de Sicile orientale Guillaume de Anglone sur ordre impérial, sous l’autorité directe de celui qui allait rester le principal collègue de Pierre de la Vigne à la tête de la chancellerie jusqu’à sa mort dans la défaite impériale de Vittoria en février 1248, maître Taddée de Suessa150, par le notaire Gautier de Cosenza :

  • 151 Il registro..., II, n° 615, p. 581.

§ xxvii, de imperiali mandato facto per magistrum Taddeum de Suessa scripsit G. de Cusentia Guillelmo de Anglone iustitiario Sicilie citra flumen Salsum responsales151.
Par ordre impérial, fait par maître Taddé de Suessa, G. de Cosenza à écrit à Guillaume de Anglone, iustitiarius de Sicile en-deça du fleuve Salso, une lettre de réponse.

  • 152 Gleixner 2006, p. 488-494.

83La répartition exacte entre le travail du ‘relator’ qui « fait » l’acte (facto per...) et celui du notaire qui l’« écrit » (scripsit...) est sujette à débat152.

  • 153 Sur Richard de Traiecto et son rôle en tant que relator, cf. Heupel 1940, p. 7-8, et passim. Sur le (...)
  • 154 Schaller 1957, p. 281.

84Les principaux ‘relatores’ (on en compte dix-huit en tout) pour la période couverte par le registre sont Pierre de la Vigne et Taddée de Suessa, tout deux alors juges de la grande-cour, ainsi qu’un personnage moins connu mais visiblement très haut placé, Richard de Traiecto, dont on n’entend plus parler après juin 1241 (est-il mort dans les mois qui suivirent ? C’est l’hypothèse la plus probable), où il a l’honneur rarissime pour un simple notaire d’être témoin d’un acte solennel impérial153. Ces trois personnages avaient un rôle-clé dans la direction effective de la chancellerie à cette époque, mais seul le dernier recevait encore vers 1235/36 le simple titre de domini imperatoris notarius154, les deux autres se couvrant de leur autorité de grands-juges. On n’a d’ailleurs pas de trace que Taddée de Suessa et Pierre de la Vigne aient jamais porté officiellement le titre de notaire.

  • 155 Heupel 1940, p. 9: « So erscheint Vinea in derselben Zeit seltener und befasst sich auch mit bestim (...)
  • 156 Heupel 1940, p. 14.
  • 157 Ibid.
  • 158 Ibid., p. 8.
  • 159 Ibid., p. 11.
  • 160 Homonyme et proche parent du saint.
  • 161 Ibid., p. 15-16.

85Ce trio supervisait toutes sortes d’affaires générales, mais même dans ce registre uniquement consacré aux affaires intérieures du royaume, la spécialisation politique de Pierre de la Vigne, réservé aux problèmes administratifs liés à l’Église ou en rapport avec la papauté, mais aussi aux affaires concernant le studium de Naples, se fait bien sentir155. En dehors de Richard, trois autres notaires impériaux sont également relatores dans les registres ; Albert de Catane (chargé de la supervision des actes d’administration financière en liaison avec les emprunts et remboursements effectués par la cour, et de toutes sortes d’opérations de paiement)156 ; Jean de Palmerio, qui supervisait apparemment la cuisine157 ; le mystérieux R. de Sugio, relator de seulement treize actes portant sur des affaires générales158. Les autres relatores sont des personnages de la cour extérieurs à la chancellerie, comme le camérier et chef de la garde sarrasine de Lucera, Jean le Maure159, Rao de Trentenaria, magister marestalle, et des relatores ponctuels qui comptaient parmi les grands du royaume, comme le comte d’Acerra, Thomas d’Aquin160, les barons Jean de Camera et Jean de Logotheta, Marinus ‘de Panormo’, André de Cicala, Richard de Montefuscolo et Pierre Ruffo de Calabre161.

L’organisation interne de la chancellerie en 1239/40 et à la fin du règne

86Parmi cet ensemble de personnages, seuls Pierre de la Vigne, Taddée de Suessa et (pour cette période) Richard de Traiecto se trouvaient véritablement impliqués dans la direction de la chancellerie ; les notaires impériaux R. de Sugio, Jean de Palmerio et Albert de Catane, notaires professionnels, pouvaient par ailleurs être considérés comme des personnages suffisamment importants pour jouer ce rôle fondamental de courroie de transmission des ordres impériaux auprès de leurs confrères, sans doute pour les deux derniers en fonction d’une charge palatiale concrète qui leur donnait une certaine importance en dehors du cercle de la chancellerie proprement dite.

87Le reste des notaires avait pour tâche d’écrire sous la direction de tous ces personnages les documents proprement dits. Les dix-sept notaires qui apparaissent dans le registre de 1239/1240 se distinguent par une activité très variable, sans doute en fonction de leurs autres occupations. Le chapelain Gautier d’Ocra, appelé à un brillant avenir après la mort de Pierre de la Vigne, a rédigé et retranscrit un seul acte, sans doute parce qu’il était en mission hors de la cour pendant la plus grande partie de cette période. De même, Albert de Catane était trop occupé par ses activités de magister rationalis pour exercer une activité soutenue à la chancellerie.

  • 162 Gautier de Cosenza écrit 103 mandats, Guillaume de Tocco, 54 ; Jacques de Bantra 51 ; Laurent de Br (...)

88À part Henri de Suessa qui n’a écrit qu’un acte, les principaux notaires actifs dans le registre sont Angelo de Capoue, le très probable neveu de Pierre de la Vigne, Gautier de Cosenza, Guillaume de Tocco, Jacques de Bantra, Jean de San Germano (le frère du chroniqueur Richard de San Germano), Jean d’Otrante, Laurent de Brindisi, les deux Pierre de Capoue, Procope de Matera, Roger de Petrasturmina et Roger de Salerne. L’activité exceptionnellement dense de Gautier de Cosenza, Guillaume de Tocco, Jacques de Bantra, Laurent de Brindisi, des deux Pierre de Capoue et de Roger de Salerne les distingue dans cet ensemble : ce sont alors les forces vives de la chancellerie162.

89Le tableau suivant, qui distingue les notaires actifs à la chancellerie pendant les années 1231-1250 en fonction du nombre de témoignages de leur activité, permet de mettre en relation l’importance apparente de leur rôle avec leur position sociale et leurs éventuels fonctions ou bénéfices, en ajoutant au groupe attesté à l’époque du registre les quelques notaires entrés à la chancellerie dans la décennie 1240 et dont l’activité est bien attestée pour la dernière période du règne (1247-1250). Il s’agit principalement de Jean de Capoue (II), l’un des neveux de Pierre de la Vigne, apparemment encore trop jeune pour participer au travail de la chancellerie en 1239/1240, bien qu’il portât déjà le titre de domini imperatoris notarius en octobre 1240 ; de Jacques et Rodolphe de Poggibonsi, deux notaires nord-italiens, enfin de Nicolas de Rocca. Ces quatre notaires entrés à la chancellerie dans la décennie 1240 apparaissent comme les forces de travail les plus importantes avec Guillaume de Tocco, Jean d’Otrante et Nicolas de Brindisi une décennie après la rédaction du registre, à l’époque de la chute de Pierre de la Vigne :

Tableau 18
LES FORCES VIVES DE LA CHANCELLERIE ENTRE 1239 ET 1250

Tableau 18LES FORCES VIVES DE LA CHANCELLERIE ENTRE 1239 ET 1250

90Il est rare que les notaires les plus importants par leurs activités ne se distinguent pas soit par leur ascendance prestigieuse, soit par leurs biens et leurs dignités ecclésiastiques, soit par leurs liens avec Pierre de la Vigne. La prise en compte des seuls notaires occupant véritablement des postes-clefs à la chancellerie, dont on peut supposer qu’ils y ont travaillé durablement entre 1238 et 1249, époque du plus grand pouvoir de Pierre, conduit à distinguer un groupe restreint, composé de :

91Angelo de Capoue, neveu probable de Pierre ; Gautier de Cosenza, chanoine puis évêque de Nicastro ; le chapelain Gautier d’Ocra ; le noble Guillaume de Tocco ; Jacques de Bantra ; Jacques de Catane ; Jacques de Lentini ; Jacques de Poggibonsi ; Jean de Capoue, autre neveu de Pierre ; Jean d’Otrante ; Jean de Lauro ; Jean de Palmerio ; Jean de San Germano ; Laurent de Brindisi ; Nicolas de Brindisi ; Nicolas de Rocca ; les deux Pierre de Capoue ; Procope de Matera ; R. de Sugio ; Rodolphe de Poggibonsi ; Roger de Pietrastornina ; Roger de Salerne ; Stabilis de Caserta, soit une équipe compacte de vingt-quatre notaires, qui ont formé en permanence un groupe d’une petite vingtaine de personnes actives à la chancellerie en comptant les arrêts d’activité, les décès et les remplacements entre 1239 et 1250. Des notaires occasionnels comme maître Salvus peuvent avoir eu par ailleurs un grand poids à la cour, mais ces vingt-quatre noms ont eu une activité notariale suivie. Ce sont les hommes qui ont fait carrière à l’intérieur de la chancellerie, et non pas simplement des courtisans importants qui y ont eu une influence ponctuelle, de l’extérieur.

Une chancellerie étroitement contrôlée par Pierre de la Vigne

92L’analyse sociale de ce noyau permet donc de préciser les dynamiques déjà esquissées au chapitre précédent par une focalisation sur les notaires qui étaient au centre du dispositif administratif à l’époque du pouvoir effectif de Pierre de la Vigne :

  • 163 On remarque l’habituelle disproportion, encore accentuée pour la fin du règne, entre la partie sud (...)

93La majorité absolue (58 %) de ces notaires provient de la Campanie (Angelo de Capoue, Guillaume de Tocco, Jacques de Bantra, Jean de Capoue II, Jean de Lauro, Jean de San Germano, Nicolas de Rocca, Pierre de Capoue I, Pierre de Capoue II, Richard de Traiecto, Roger de Pietrastornina, Roger de Salerne, Stabilis de Caserta, R. de Sugio), et un sur six de Capoue163.

  • 164 Le lien de famille est assuré pour Angelo et Jean, possible pour les deux Pierre ; le lien de maîtr (...)

94Sept de ces vingt-quatre personnages ont des liens probables de famille ou de parentèle avec Pierre de la Vigne, ou peuvent être considérés à partir de sa correspondance comme des disciples ou amis164.

95Ces liens privilégiés entre les notaires et Pierre de la Vigne semblent se traduire très concrètement dans l’organisation du travail. De même qu’en décembre 1248, quelques jours avant sa chute, son disciple Nicolas écrivait sous ses ordres certains privilèges destinés aux comtes de Savoie, il est par exemple difficile de penser que son compatriote, protégé et peut-être parent Pierre de Capoue ait été choisi par inadvertance pour écrire sous son autorité une lettre aux maîtres et étudiants de Naples sur la réforme de leur studium, le 14 novembre 1239 :

  • 165 Il registro..., I, n° 156 p. 145-147.

xiiiie novenbris xiiie indictionis, de mandato imperiali facto per magistrum P. de Vinea scripsit P. de Capua ad magistros et scolares Neapolis. Conceptum dudum serenitatis nostre propositum circa Neapolitani Studii debitum incrementum oblivisci non patitur votum nostrum...165
« Le quatorze novembre de la treizième indiction, d’ordre impérial fait par maître Pierre de la Vigne, Pierre de Capoue a écrit aux maîtres et étudiants de Naples. Le projet que Notre Sérénité a naguère conçu au sujet de l’accroissement convenable de l’Université de Naples ne souffre pas que Nous oubliions... »

  • 166 Par exemple, la Littere responales du 19 novembre 1239, n° 201 du registre (Il registro... I, p. 19 (...)
  • 167 1239, 15 décembre, Il registro... I, n° 255, p. 251.

96Dans cette lettre à la rhétorique solennelle (une exception dans le registre, liée à son caractère non purement administratif de lettre publique destinée à une communauté prestigieuse, et qui plus est lettrée), le fait que Pierre de la Vigne soit relator et Pierre de Capoue scriptor ne tient pas au hasard. À la spécialisation fonctionnelle relative, qui réserve par exemple à Pierre de la Vigne la supervision des affaires concernant le studium, correspond la sélection préférentielle des notaires travaillant sous ses ordres, qui sont généralement ses neveux, parents et protégés166. Une lettre du mois suivant que Pierre semble s’être réservée parce qu’elle concernait l’administration des biens de la couronne à Capoue est écrite par son neveu Angelo de Capoue sous sa direction167.

  • 168 Même si on pourrait penser à une différence et à une complémentarité de recrutement entre la filiat (...)

97L’organisation du travail dans la chancellerie se calquait donc sur les relations de népotisme et de clientélisme de Pierre, et sa part de plus en plus grande dans les affaires les plus secrètes entraînait automatiquement une participation accrue de son « clan » aux secrets du prince, sans doute aussi aux exercices stylistiques de haut niveau requis par la rédaction d’actes plus solennels ou de lettres politiques réservées à la supervision de Pierre168. Il faut prendre à la lettre les formules sur l’accès aux hautes charges dont parlait Jean de la Vigne à propos d’Angelo de Capoue, dans la lettre peut-être destinée aux deux Pierre traduite plus haut : Felix pro certo societas (...) que per tantum artificem scientia et devotione prompta gratiam in conspectu principis ad secretorum assumpta participium meruisset.

Une emprise qui devient absolue entre 1239 et 1249

  • 169 Il s’agit des n° 256-257 (Il registro... I, p. 251-253), en date du 15 décembre 1239, une littere r (...)
  • 170 Schaller 1957, n. 34, p. 269.
  • 171 Il s’agit d’un simple renouvellement de génération. Jean de San Germano était déjà en activité en 1 (...)

98Parmi les personnages qui n’apparaissent pas pris dans le réseau de relations de Pierre de la Vigne, Gautier d’Ocra occupe la position potentiellement la plus importante, de par sa naissance et ses activités, mais en 1239/1240, il ne semble pas encore dans une situation vraiment dominante, puisqu’il apparaît (très occasionnellement) comme notaire, non comme relator169. Procope de Matera a également une position solide, mais poursuit à partir de 1240 sa fin de carrière ailleurs qu’à la chancellerie. Jean de Lauro meurt entre 1238 et 1240170 et Jacques de Catane n’a plus d’activité attestée après 1241, Jacques de Bantra après 1242 et Jean de San Germano après 1240, probablement en raison du décès ou de la retraite de ces personnages171. Le vide semble se faire dans une chancellerie presque entièrement verrouillée par Pierre, et quand, un an après la mort tragique du grand-juge Taddée qui lui servait de collègue et de contre-poids dans la direction effective des affaires, Pierre tombera en disgrâce, c’est par un effet presque mécanique que le seul personnage puissant qui n’appartenait pas à son clan et jouissait de la confiance de l’empereur, le chapelain Gautier d’Ocra, conforté dans la faveur impériale depuis une décennie, prendra la direction effective de la chancellerie.

3.1.2.2. Spécialisations fonctionnelles et capital culturel : les connaissances linguistiques et l’art oratoire

  • 172 Stürner 2000, p. 371-372 renvoyant à Antonelli 1994. Edition des œuvres dans Panvini 1962-1964, p. (...)
  • 173 Sur Jean d’Otrante, cf. Stürner 2000, p. 248 et 364. Œuvres éditées dans Gigante 1979.
  • 174 On le déduit du rôle qui lui était réservé dans l’ambassade à Tunis de 1240. Il a été rapproché d’u (...)
  • 175 L’assimilation avec le docteur en droit napolitain mentionné en septembre 1225 dans une source papa (...)

99Dans ce noyau dur de la chancellerie, les compétences intellectuelles particulières sont proportionnellement bien plus nombreuses que dans la liste totale des notaires. Outre Pierre de la Vigne et son disciple Nicolas de Rocca, le premier juriste éminent, et tous deux véritables spécialistes de dictamen et d’art rhétorique, se distinguent notamment Jacques de Lentini, généralement considéré comme le chef de file de l’école de poésie sicilienne (à laquelle participe Pierre)172, et Jean d’Otrante, notaire bilingue helléno-latinophone qui a laissé quelques unes des compositions poétiques en langue grecque les plus remarquables de l’« école d’Otrante » active pendant le règne de Frédéric II, dont un célèbre poème ïambique sur le siège de Parme173. Si l’on tient de plus compte du fait que deux des courtisans ayant fait exceptionnellement œuvre de notaire dans les années 1230-1250, Jean de Palerme et maître Salvus, étaient très probablement l’un un savant maîtrisant au moins approximativement l’arabe174, l’autre enseignant en droit à Naples175, il devient évident qu’en empruntant le langage de la sociologie de Pierre Bourdieu, un capital culturel particulier était également l’un des facteurs décisifs pour faire carrière à la chancellerie.

100Le capital social qu’était la protection d’un parent déjà au cœur du système, devait être complété par la maîtrise de la rhétorique et du droit, les deux éléments fondamentaux du savoir notarial. Mais cet apprentissage obligé pouvait être à son tour renforcé par des compétences plus spéciales qui étaient sans doute de puissants adjuvants de promotion.

Une spécialisation en dictamen invisible dans les registres

  • 176 Cf. Niese 1912, De Stefano 1950, et Stürner 2000, p. 343-457 avec renvois exhaustifs à la bibliogra (...)
  • 177 Sur cette question, cf. les interrogations de Schaller 1957 en conclusion à son étude proprement di (...)

101Que certains de ces notaires les plus importants de la chancellerie se distinguassent par leur connaissance du grec, de l’arabe ou leur don pour la poésie en langue vulgaire n’est pas vraiment pour étonner à la cour de Frédéric II, dont le rôle de foyer intellectuel a peut-être été jadis exagéré, mais ne saurait être nié176. Les notaires les plus brillants et les plus actifs étaient ceux qui, outre une bonne maîtrise pratique de l’administration et, pour une bonne partie d’entre eux, un solide apprentissage en droit, maniaient le langage (et d’abord le latin) de manière suffisamment virtuose pour pouvoir adapter leurs techniques d’écritures à des circonstances imprévues, pour pouvoir dominer par la parole. C’est un aspect essentiel du monde de la chancellerie dont ne rend pas vraiment compte le registre, puisque ce dernier n’incluait pas les lettres non-administratives, et en particulier les lettres politiques de l’empereur qui étaient rédigées hors des circuits habituels de la chancellerie, par Pierre de la Vigne ou d’autres personnages de la cour au prestige particulier, comme maître Salvus, et vers l’extrême fin du règne, Gautier d’Ocra et peut-être Nicolas de Rocca, et certainement aussi, au moins dans certaines circonstances, par divers maîtres de dictamen de l’université177.

  • 178 Cf. les extraits des privilèges de 1248 écrits par Nicolas de Rocca commentés en première partie.

102Un autre type d’acte qui a trouvé son chemin dans les Lettres n’est pas enregistré dans le registre : les privilèges, actes relativement stéréotypés mais néanmoins particuliers, de rédaction plus solennelle et moins aisée que les simples mandats, mais pour lesquels on retrouve le même système du ‘relator’ et du notaire travaillant sous sa direction (per manus domini... scriptum per notarium...)178. Cet art du langage qui était le propre des notaires-dictatores n’était d’autre part pas confiné au domaine de l’écrit, et au travail de chancellerie, mais trouvait à s’employer dans un autre rôle fort souvent réservé aux notaires (et pour les missions les plus solennelles aux grands-juges à la tête de la chancellerie) et qui requérait des compétences linguistiques particulières : la fonction d’ambassadeur.

Dons oratoires et missions diplomatiques

  • 179 Cf. Stürner 2000, p. 309 et analyse de Kantorowicz 1937, p. 57-58. Voir également Heupel 1940, p. 3 (...)
  • 180 Stürner 2000, p. 534-536. Cf. également La Chronica Majora de Matthieu Paris avec les discours de d (...)
  • 181 Sur le parcours diplomatique de Gautier d’Ocra, cf. Hartmann 1944, p. 136-141.
  • 182 Stürner 2000, p. 548.
  • 183 La présence de Jean de Palerme dans l’ambassade de Tunis est l’objet d’une correspondance important (...)
  • 184 Cf. Schaller 1957, n° 40 p. 271.
  • 185 Pour Stabilis de Caserta, cf. Schaller 1957, n° 78 p. 283. Appartenant à la vieille génération, il (...)
  • 186 Cf. Schaller 1957, n° 79.
  • 187 Pour Jean de Traiecto, actif de 1218 à 1224, cf. Schaller 1957, n° 42, p. 271-272.

103Outre Pierre de la Vigne, Taddée de Suessa et le chapelain Gautier d’Ocra, dont les missions diplomatiques sont bien connues (Pierre de la Vigne négocia notamment le mariage d’Isabelle d’Angleterre à Londres en 1234179, Taddée de Suessa fut le principal défenseur de Frédéric au concile de Lyon180, Gautier d’Ocra accomplit de nombreuses missions diplomatiques vers la fin du règne181, Pierre et Gautier se rendirent ensemble en France à l’automne 1245 auprès de saint Louis182), plusieurs notaires de la cour remplirent le rôle d’ambassadeur à différentes époques de la vie de Frédéric II. Jean de Palerme fut ambassadeur à Tunis en février 1240, après bien des incertitudes causées par son état de santé183 ; Jean de San Germano, frère de Richard de San Germano, ambassadeur auprès de la commune de Rome en 1239184 ; Stabilis de Caserta, avait été ambassadeur auprès d’Honorius III avec Pierre de Salerne (actif en 1220-1221) en 1220185, et maître Dietrich accomplit des missions d’importance en Allemagne entre 1242 et 1244186. Le maître allemand Henri et Jean de Traiecto avaient négocié le renouvellement de l’alliance entre Souabes et Capétiens dans la décennie 1220187.

  • 188 Sur Henri, dont l’activité de notaire n’est attestée qu’en 1223, notamment dans les négociations de (...)

104Sur les quelque soixante notaires de la seconde partie du règne (1220-1250), au moins dix ont donc participé à une ou plusieurs missions diplomatiques. Les dons d’éloquence requis pour les ambassades les plus solennelles en terre chrétienne devaient certainement entrer dans le cadre des objectifs de l’ars dictaminis cultivé par Pierre et ses disciples, à une époque où cette discipline était intimement liée en Italie à la renaissance d’une ars arengandi, art oratoire fonctionnant en partie sur les mêmes bases. Certains notaires-ambassadeurs doivent toutefois avoir rempli ce rôle en fonction d’une spécialisation linguistique particulière, tel Jean de Palerme à Tunis en février 1241, et peut-être maître Henri, allemand sans doute originaire du Bade, dans les négociations avec la cour de France, si, comme de nombreux nobles de l’ouest allemand du début du xiiie siècle, il avait appris le français188.

  • 189 Sur la fonction d’ambassadeur au Moyen Âge, cf. la référence classique de Queller 1967.

105Cette fonction d’ambassadeur qui apparaît comme une sorte de seconde attribution de certains notaires accentue la perception de ces techniciens du langage de la cour comme des dispensateurs de la parole impériale, qu’ils délivraient officiellement à travers les diplômes et mandats de leur propre création, mais aussi à travers les messages oraux qu’ils étaient parfois chargés de dispenser de vive voix dans des circonstances solennelles aux interlocuteurs les plus importants de Frédéric II189.

106La fonction la plus ordinaire des notaires régulièrement en poste restait bien entendu à l’époque de la rédaction de la majeure partie des Lettres la mise en forme ou l’écriture des décisions prises soit directement par l’empereur, soit par Pierre de la Vigne et Taddée de Suessa, voire par d’autres personnages, et la grande masse des documents rédigés concernait d’abord l’administration et la justice (c’est-à-dire la rédaction des lettres du type de celles qui ont été regroupées dans le cinquième livre de la collection classique).

3.1.2.3. La hiérarchie des notaires en représentation : pratique et idéologie notariale à la cour de Frédéric II et Conrad IV, à travers l’ordo cancellarie (1244 ?) et la « lettre des hiérarchies notariales angéliques » (1252 ?)

107L’analyse du registre de 1239/1240 permet donc de compléter les renseignements prosopographiques sur le milieu des notaires dont l’image gagne en précision au fur et à mesure que l’analyse se restreint au cercle véritablement impliqué dans l’activité quotidienne de la chancellerie à l’époque de la rédaction des documents conservés dans les Lettres. Se mettent alors en place les contours d’un milieu d’une vingtaine de techniciens à la fois très soudés par des liens de famille et de clientèle, et par un ensemble de compétences particulières (et apparemment complémentaires), sous la direction d’une équipe composée en 1239 de Taddée de Suessa, Richard de Traiecto et Pierre de la Vigne, et réduite à ce dernier par la disparition successive de ses deux collègues.

108Ce milieu a dû créer une représentation de ses activités à la mesure de sa cohérence sociale et de l’imprégnation due à des habitudes de travail en commun. Or deux témoignages directs permettent au chercheur d’appréhender la traduction concrète et symbolique que les notaires de la chancellerie ont donnée de leur activité. Le premier est une ordo cancellarie – un guide au fonctionnement de la chancellerie – émis par Frédéric II au début de la décennie 1240, et le second une lettre commune des notaires à Nicolas de Rocca sur la réformation de leur cercle à l’arrivée de Conrad IV dans le royaume en 1252. Leur étude confirme que le milieu des notaires de la chancellerie impériale était devenu à la fin du règne de Frédéric II un véritable milieu professionnel, avec ses habitudes, ses codes, mais aussi son idéologie professionnelle.

L’ordo cancellarie (vers 1244) : une représentation concrète et spatialisée du fonctionnement de la chancellerie

  • 190 Stürner 1996, intro, p. 91-93. Le document a été analysé avec un grand luxe de détails par Heupel 1 (...)
  • 191 Stürner 2000, p. 249.
  • 192 Cf. Acta imperii inedita I, p. 738-739: Forma juramenti consiliariorum secundum imperatorem:... Mag (...)

109Le document connu des spécialistes de la chancellerie de Frédéric II sous le nom d’ordo cancellarie donne en dépit de sa briéveté une idée extraordinairement concrète de l’organisation du travail ordinaire à la chancellerie. Bien qu’elle ait déjà été commentée par divers historiens allemands, cette description est suffisamment exceptionnelle dans la forme et le contenu pour justifier l’inclusion d’une traduction partielle dans ce travail. La forma data et inventa per imperatorem [Fridericum] ante deposicionem super expedicione peticionum et litterarum ac super ordinacione cancellarie ne peut guère dater que des années 1238-1244, avant la déposition de l’empereur à Lyon. Wolfgang Stürner a naguère proposé la date de janvier 1244 avec de solides arguments190. Les deux grands-juges Pierre de la Vigne et Taddée de Suessa se trouvent alors à la tête de la chancellerie. Un troisième personnage, le chapelain Philippe de Sesso191, qui n’a jamais exercé les fonctions de notaire proprement dit, joue également un rôle essentiel. Le seul notaire explicitement nommé est Guillaume de Tocco, mais il est probable d’après l’un des documents qui accompagnent cette ordo qu’il faille reconnaître derrière le maître anonyme des premières lignes le notaire hellénophone Jean d’Otrante192.

  • 193 Acta imperii inedita I, p. 736-737: In peticionibus recipiendis et expedien dis ista forma servetur (...)

En recevant et en expédiant les requêtes (petitionibus), on conservera la forme suivante, à savoir que toutes les demandes sur quelque affaire que ce soit, et de quelque personne que ce soit, soient données au maître un tel (= Jean d’Otrante), qui les recevra chaque matin devant l’édifice de la chancellerie ; qu’il y comparaisse également à l’heure du soir, pour recevoir les requêtes qui seront présentées. Qu’elles soient lues trois jours de la semaine, à savoir le lundi, le mercredi et le vendredi, et si l’un de ces jours la lecture en est empêchée pour une juste cause, on compensera le jour suivant la lecture due pour le jour précédent ; une fois lues, elles seront réparties par le même maître parmi les notaires pour être traitées, et sur chaque requête on écrira la réponse au dos, et si pour y faire réponse on devait recourir à la conscience de l’Empereur, le même maître la proposera au conseil, aux pieds de Notre Majesté, à moins qu’elle ne concerne spécialement l’Empereur ou quelqu’un de sa cour, auquel cas il la communiquera à Lui seul, et ce qu’Il commandera sera délivré par lui aux notaires, afin qu’ils expédient (cette affaire).
Que les notaires ne traitent aucune affaire privée, sinon suite à une requête qu’ils auront reçue de la manière susdite, et que chacun soit tenu sous serment de les traiter sous deux jours, en bonne foi, sans malice ou sans fraude, à compter du jour de réception de la requête et de la délivrance de son attribution particulière, sans compter les jours où la cour sera en déplacement, en plus des affaires de la cour qu’ils doivent traiter sans retard ni suspension, dès qu’ils le pourront.
De même, tous les notaires doivent être présents chaque jour pour écrire à la chancellerie, à moins d’une bonne raison ou par permission de maître Pierre (de la Vigne) et maître Taddée (de Suessa), s’il sont empêchés. Mais si l’un d’eux est absent quelque jour de la chancellerie sans permission ou bonne raison, qu’il soit puni à hauteur de la même somme qu’il aurait gagnée pour un jour d’écriture.
C’est par le seigneur Philippe, chapelain impérial, que seront lues les requêtes devant maître Pierre et maître Taddée, ou devant l’un d’entre eux, si l’autre est empêché par une infirmité ou que son absence l’empêche de participer ou pour toute autre cause, dans la chambre qui sera au-dessus (à l’étage supérieur) de la chancellerie, à l’écart de tous les autres, ou si une telle chambre ne s’y trouve pas, dans la partie la plus reculée de l’édifice.
De même, c’est aussi par maître Guillaume de Tocco, dont il a été fixé que c’est lui qui recevrait les lettres qui sont envoyées à notre seigneur l’Empereur, que toutes les lettres susdites doivent être lues, à moins qu’elles ne contiennent quelque chose des secrets de notre maître ou qui le concerne spécialement, ou quelqu’un de sa cour, ce qu’il lira au seigneur même, et une fois lues, elles seront réparties entre les notaires pour être traitées. Les réponses des lettres seront écrites au dos de chacune d’entre elles, de manière que leur contenu puisse être indiqué dans les grandes lignes aux notaires.
Cependant, toutes les lettres seront relues en présence des susdits et seront portées sous le sceau de l’un d’entre eux pour être scellées, et quand ont les scellera tous les sceaux devront être en fonction de celui qui doit traiter ces lettres.
Les lettres d’appel (impetrate) concernant les affaires des personnes privées qui auront été présentées seront lues chaque mardi, jeudi et samedi à l’heure du soir, publiquement, dans la chancellerie, et s’il se présente un contradicteur, on ne lui refusera pas licence de contredire. Et deux juges, qui auront siégé pour les affaires ce même jour, liront ces lettres relevant du sceau de justice, et seulement une fois qu’elles auront été approuvées et signées par eux qu’elles seront scellées, comme il a été dit.
Quel que soit le type de lettre scellé, ceux qui les scelleront les assigneront à maître Philippe, chapelain, qui doit mettre sa marque de signature (signum) sur chaque lettre scellée, et recevoir le serment de quiconque à qui la lettre aura été donnée, qu’il n’a rien donné à quelqu’un de la cour impériale, et s’il a donné ou promis quelque chose à quelqu’un, maître Philippe lui-même révèlera à qui, et quoi, à notre seigneur l’Empereur ; et qu’il soit strictement tenu par un sévère serment d’observer cela.
Les instruments qui auront été approuvés par les juges de la cour, une fois qu’ils auront été souscrits, seront assignés au même maître Philippe pour être restitués à qui de droit, et il recevra sur le susdit mode serment d’un chacun pour les dons et les promesses, de même pour les quittances (apodixis), les privilèges et les lettres patentes, on conservera cet ordre...193

  • 194 Description du fonctionnement récente dans Kölzer 1984, p. 539-541, dans Stürner 2000, p. 249 (à co (...)

110On voit que les lettres des premiers livres plus « politiques » de la collection ne sont pas les seules à avoir été obligatoirement visées, et potentiellement rédigées par Pierre de la Vigne. À moins d’une absence pour mission diplomatique, l’ensemble des requêtes adressées à la grande-cour devait également passer sous les yeux du grand-juge, normalement associé à Taddée de Suessa, qui décidait des suites à donner aux documents lus par le chapelain Philippe. Les lettres concernant les affaires courantes (omnes litteras que mittuntur domino imperatori) étaient lues de la même manière, mais par Guillaume de Tocco, à moins qu’il ne s’agisse d’affaires particulières examinées en conseil plus restreint, de ces affaires qui forment le fond des lettres politiques contenues dans les trois premiers livres de la collection des Lettres. D’après l’organisation même de la chancellerie, la quasi-impossibilité que la majeure partie des lettres politiques importantes qui y sont contenues et datent d’avant sa chute n’aient pas été composées sous la supervision de Pierre de la Vigne, Taddée de Suessa ou à la rigueur un autre personnage de confiance très haut placé comme Guillaume de Tocco ou Gautier d’Ocra apparaît nettement194.

Une véritable hiérarchie à trois niveaux ?

111Il suffit de croiser les renseignements donnés par le registre de 1239/1240 avec cette description sommaire mais éloquente de l’organisation physique de la chancellerie dans les années qui suivent immédiatement pour reconstituer le train des affaires qui prévalait au temps de la grandeur de Pierre, entre 1238 et janvier 1249. À la tête de la chancellerie se trouvait généralement le tandem formé par Taddée de Suessa et Pierre de la Vigne, qui correspondait également à la direction de la grande-cour. Les documents des affaires courantes, requêtes, lettres administratives ou politiques de toute nature, mais aussi lettres d’appel, étaient ventilés à l’intérieur de la chancellerie par quelques personnages de confiance, à l’époque de la rédaction de l’ordo le chapelain Philippe, Jean d’Otrante et Guillaume de Tocco. Les affaires ordinaires ne requérant pas une décision de la « conscience impériale » étaient examinées et décidées par Pierre et Taddée qui répartissaient ensuite le travail d’exécution entre les notaires. La justice courante et la justice d’appel ordinaire passaient donc entièrement entre les mains des grands-juges, qui disposaient en la matière d’un pouvoir considérable.

  • 195 Cf. HB VI/2, p. 457-458, lettre écrite en son nom propre par maître Gautier d’Ocra au roi d’Anglete (...)

112Mais les affaires administratives, d’après le nombre d’interventions en tant que ‘relator’ de Pierre à l’époque du registre de 1239/ 1240, étaient également contrôlées de très près par le puissant ministre, qui intervenait dans tous les domaines, même si d’autres personnages de la cour impériale pouvaient dispenser des ordres exécutifs. Si l’on tient compte du fait que c’était à Pierre, et éventuellement dans les dernières années du règne à certains disciples formés sous sa direction, et toujours sous son contrôle, qu’était probablement réservée l’écriture des actes politiques extraordinaires requérant une solennité particulière (même si certains personnages moins dépendants de lui comme Gautier d’Ocra ont peut-être assumé cette fonction195), le ministre concentrait donc entre ses mains un pouvoir exorbitant, qui s’étendait à la fois à l’ensemble de la justice impériale, aux affaires administratives et financières du royaume, et aux affaires politiques et diplomatiques d’importance.

113Les documents de la collection sont le reflet de cette activité multiple, à cheval entre les occupations ordinaires de la chancellerie, elles-mêmes partagées entre le fonctionnement administratif du royaume (partie du troisième et du cinquième livre) et l’exercice de la justice ordinaire (partie du cinquième livre), et les occupations extraordinaires qui renvoient soit à l’exercice de la haute-justice réservée à la grande-cour, soit au traitement des affaires de haute politique décidées dans le conseil secret de l’empereur (premier et second livres, partie du troisième livre), et sans doute rédigées par un groupe restreint de personnages, et dans bon nombre de cas, sous la dictée personnelle de Pierre.

114De l’analyse croisée des deux documents, le registre et l’ordo cancellarie, se dégage donc une hiérarchie à trois étages.

115Il y a deux ‘relatores’ à la tête de la chancellerie et de la grande-cour de justice, participant aux grandes affaires : Pierre de la Vigne et Taddée de Suessa.

116Ils sont assistés par des relatores « ordinaires » : soit des familiares de l’empereur intervenant à la chancellerie à partir de l’extérieur, soit une minorité des notaires de la chancellerie bénéficiant de la confiance impériale.

117La majorité des notaires remplissant les fonctions de scriptores et registratores sont sous les ordres de ces derniers.

  • 196 Cf. Delle Donne 2003 Epistolae n° 2, p. 7, réédition très améliorée de HBP n° 74, p. 370-372. La ru (...)
  • 197 Sur cette pratique et la signification probable (arrangements internes de notaires en fonction de l (...)
  • 198 Cf. infra p. 357-365.

118On peut peut-être ajouter à cette liste la fonction de simple registrator de documents rédigés par de véritables notaires, apparemment réservée aux impétrants à la chancellerie, dont une lettre de Nicolas à Pierre de la Vigne pour demander l’obtention de la fonction de notaire véritable atteste qu’elle servait de marche-pied à des fonctions plus enviables196. Il faut pourtant noter que le registre de 1239/1240 ne confirme pas l’existence de simples registratores qui n’assumeraient pas également la fonction de scriptores au sein de la chancellerie. Un notaire peut apparaître comme simple registrator d’un document, ou être mentionné comme scriptor sans avoir effectué l’enregistrement, mais le plus souvent, c’est le rédacteur du document qui l’a ensuite consigné dans le registre197. En revanche, une correspondance au ton semi-humoristique échangée entre Pierre de la Vigne et Nicolas de Rocca, qui sera analysée plus loin, semble bien documenter l’existence d’une sorte de purgatoire subi par des apprentis-notaires en début de carrière, qui avant de devenir notaires en titre devaient se contenter de pures fonctions d’enregistrement (et donc d’écriture proprement dite, sans possibilité d’initiative assimilable au dictamen) à l’intérieur de la chancellerie impériale198.

119L’importance de l’ordo cancellarie tient surtout à la possibilité de compléter l’image d’une hiérarchie à deux niveaux créée par l’analyse du registre en mettant en relief l’activité de contrôle et de direction omniprésente exercée (après le décès de Richard de Traiecto ?) par les deux grands-juges Pierre de la Vigne et Taddée de Suessa, même si la non-attribution du titre de chancelier au premier pendant toute la fin du règne de Frédéric II témoigne d’une réticence de l’empereur à entériner sa position suréminente par une reconnaissance plus formelle que les dignités bien moins considérables de logothète et de protonotaire.

La lettre des « hiérarchies notariales angéliques » : les notaire en auto-représentation

120Un document bien différent, datant du début de la seconde partie du règne de Conrad IV (1252 ?), à l’époque où il reformait les cadres administratifs du royaume de Sicile, confirme que c’était bien cette double hiérarchie qui servait de fondement à la représentation collective que les notaires se faisaient de leur rôle dans l’administration du royaume. Presque aussi remarquable que l’ordo cancellarie, ce texte en est en quelque sorte la transposition idéalisée et mystique, puisqu’il applique la technique de la transumptio pour commenter le fonctionnement de la chancellerie en l’assimilant à rien moins qu’à celui des hiérarchies angéliques.

  • 199 Texte publié une première fois à partir du manuscrit Paris, BnF lat. 8 567 f. 103r par Schaller 195 (...)

121Au moment où l’administration sicilienne perturbée après la mort de Frédéric II se réorganisait, après l’entrée de Conrad IV dans le royaume, en 1252, les notaires en corps envoyèrent une lettre à Nicolas de Rocca, qui apparemment tardait ou hésitait à reprendre ses fonctions, pour lui faire part de la remise sur pied de la chancellerie. La première partie de cette lettre n’est qu’une longue amplification de cette correspondance entre les hiérarchies angéliques et la hiérarchie des notaires royaux divisés entre relatores et simples notarii199 :

  • 200 Le renvoi spéculaire et ironique des notaires à leur propre enseignement rhétorique dans le cadre d (...)
  • 201 Discreto viro magistro Nicolao de Rocca cetus notariorum regie curie salutem et celerem reditum ad (...)

À distingué maître Nicolas de Rocca, le cercle des notaires de la cour royale, salut et retour rapide au bercail.
Faite à l’instar du prétoire céleste sur la terre, la Cour séculière n’est vraiment dirigée par un gouvernement justement ordonné, que quand elle ne déborde ni ne recule de l’image de son (modèle) exemplaire. Car de même que se trouvent là-bas certains êtres à l’intelligence subtile et esprits doués de vue, attachés à la contemplation intime de la volonté divine, et certains esprits serviteurs ou actifs, lesquels exécutent ce qu’il ont reçu de l’intellect des dominations supérieures de par la volonté divine grâce à une certaine influence sur les créatures inférieures, et que l’un et l’autre (ordre) se trouve tant auprès de ses supérieurs que de ses inférieurs en raison de sa place et de son ministère dans une gloire et un honneur suréminents ;
de même dans la cour séculière est disposé un double rang d’officiers suprêmes ; c’est-à-dire l’un que nous appelons, puisqu’ils tiennent lieu et fonction de ces puissances célestes, d’après leur effet, conseillers, et l’autre, constitué de ceux qui mandent ce qu’ils ont reçu d’eux en vertu du conseil de la majesté terrestre, par le style (stilum) de leur écriture aux inférieurs pour être suivi d’effet, et que du terme ‘noter’, nous appelons notaires ou scribes ; à tous (les deux), en raison de leur ministère qui est aussi un mystère, c’est une déférence générale qui, avec l’honneur, est due. Mais quoique dans notre cour, qui avait coutume de posséder ce nom par antonomase200, à présent qu’elle s’est faite d’impériale royale, cet honneur éclatant, qui rendait les notaires de la dite Cour si distingués, ait été largement troublé et abaissé jusqu’à présent, comme désormais notre roi magnifique, fils, petit-fils et descendant d’empereur, n’accède pas à la dignité impériale apparentée à son sang, mais y vole, la majeure partie de l’empire une fois soumise à son sceptre, l’antique honneur qui leur est dû est restauré en faveur des notaires et la cour reprend son état primitif. Aussi, quand tu y apparaîtras, ce que nous te prions de faire en hâte, tu trouveras honorablement réparé l’état de notre ministère, que tu avais quitté malheureusement déchiré et abaissé. Mais d’où peut donc bien provenir, que ce soit tardivement et comme à regret que revienne à la Cour quiconque s’en était éclipsé plein de bonnes qualités, c’est ce que nous laissons, puisque tu es de ceux-là, à rechercher à ton jugement...201

122La comparaison qui fait de l’ordre des notaires et des conseillers l’équivalent de la double hiérarchie céleste des intelligences spéculatives (les dominations), admises à la contemplation intime des volontés divines assimilées aux décisions royales, et des esprits actifs qui servent d’intermédiaires entre les premières et les agents d’exécution obéissants est particulièrement bien appropriée pour rendre compte de la structuration à la fois souple et nettement hiérarchisée des notaires à l’intérieur du cetus notariorum.

La hiérarchie angélique, métaphore de l’égalité hiérarchisée du cetus notariorum

  • 202 Sur le problème de l’inadéquation du terme de relatores, cf. Gleixner 2006, p. 492-493. L’analyse d (...)
  • 203 Voir le commentaire succinct de Schaller 1957, p. 238-239.

123Quoique unis dans la même exaltation, et célébrant le même mystère/ministère d’accomplissement des volontés royales, assimilées aux volontés divines parce que fondées en raison, les consiliarii (vrai nom de prétendus ‘relatores’ admis à participer aux secrets du prince202) et les simples notarii sont néanmoins nettement différenciés, tout comme les bienheureux du paradis dantesque participent tous, mais à des degrés de hiérarchie et d’exaltation différents, de la même contemplation du principe céleste203. Cette transposition impressionnante par ses implications en dit long sur la conscience identitaire développée par des notaires qui considéraient que le « mystère de leur ministère » leur donnait droit à une révérence et un honneur universel. Elle ménage une transition entre la stricte hiérarchie administrative de la chancellerie et une sorte d’égalitarisme de caste qui laisse supposer une tension entre une conception égalitaire du recrutement des notaires fondée sur la compétence rhétorico-juridique et une organisation pyramidale reposant sur l’ancienneté, la faveur du prince et la position sociale. Il faudra garder à l’esprit cette contradiction voilée par la transumptio angélique, dont les implications sont fondamentales pour comprendre la vision que les notaires ont pu avoir de leur propre parcours et de leur activité.

  • 204 Dante, Paradiso, III, 64-78 : les bienheureux sont égaux en félicité, même si les degrés de leur bé (...)

124Cette élaboration idéologique se situe du point de vue de l’histoire des idées à mi-chemin entre les spéculations sur les hiérarchies angéliques d’Alain de Lille, dont les écrits ont sans doute eu un impact déterminant sur l’école de rhétorique campanienne, et les métaphores de Dante204. En assimilant la rédaction et la transmission des décisions royales à la diffusion par les intelligences supérieures et médianes vers les créatures inférieures exécutantes, les notaires soulignent le rôle dirigeant de la chancellerie comme organisme central d’élaboration et de diffusion des ordres écrits dont l’émission assure la bonne marche de l’Empire, et en son centre du royaume de Sicile rapidement pacifié avant d’être gouverné par le fils de Frédéric II. La mort de ce dernier n’a bouleversé que temporairement un ordre immuable, parce que fondé en raison. Son fils, auquel il a transmis les droits associés à la lignée impériale, reconstitue l’ordre ancien, et le mystère sacré de la diffusion des volontés impériales par l’écriture notariale peut reprendre après une courte interruption.

  • 205 BF 4 568 et 4 569. Homonyme d’un notaire de Frédéric II actif entre 1206 et 1212 : il est très peu (...)

125L’idéologie véhiculée par cette lettre atteste la force de cohésion développée par la génération de notaires qui avaient survécu à la mort de Pierre de la Vigne. Seuls certains des notaires de Conrad IV avaient travaillé sous ses ordres. À l’époque du nouveau règne, les principaux notaires actifs en Italie issus de l’ancienne chancellerie de Frédéric II sont Nicolas de Rocca (première attestation en 1245), Jean de Brindisi205, Jacques de Pavie, (première attestation en janvier 1249), Rodolphe de Poggibonsi (première attestation en 1248), et Belprandus de Cosenza (première attestation en août 1249) sous la direction de Gautier d’Ocra, c’est-à-dire une génération de notaires qui a été sélectionnée par Pierre pour entrer à la chancellerie dans les dernières années du règne, et s’est retrouvée sous les ordres de son collègue et (peut-être) rival Gautier après sa chute.

  • 206 Sur la création du studium de Naples, cf. Stürner 2000, p. 47-57 avec bibliographie, ainsi qu’Arnal (...)

126Cette cohésion n’est certainement pas qu’apparente dans la mesure où la majeure partie des notaires actifs dans la dernière décennie du règne de Frédéric II et sous le règne de Conrad IV, date de composition de la très grande majorité des Lettres (1238-1254), est entrée dans une chancellerie à l’organisation désormais bien affirmée, à une époque où le studium de Naples dispensait ses enseignements linguistiques (grammaire, rhétorique et logique) et juridiques (droit canon et droit civil) depuis déjà plus de seize ans (l’université est ouverte en 1224), et où la formation du personnel administratif du royaume, passés les troubles de la première moitié du règne, devait avoir pris sa vitesse de croisière206. La chancellerie vers la fin du règne de Frédéric II bénéficiait donc certainement non seulement d’une grande unité de direction, mais aussi d’une certaine homogénéité de formation, sinon de recrutement, au moins pour ceux de ses membres qui provenaient du sud de l’Italie.

3.2. LE MILIEU SOCIAL DES NOTAIRES : DYNAMIQUES INDIVIDUELLES, DE LA FORMATION À L’ÉCLATEMENT (1220-1290)

127La lettre des hiérarchies notariales angéliques, collectivement écrite par la chancellerie de Conrad IV à l’individu Nicolas de Rocca, forme une transition entre l’univers social de la chancellerie souabe telle qu’il peut être décrit à partir de sources reflétant l’institution dans son fonctionnement officiel et collectif (registre, ordo, actes avec mention notariale, actes et lettres publiques) et le même univers étudié à travers la correspondance personnelle de ses différents acteurs.

128Les deux ensembles de sources sont complémentaires et ne doivent pas être opposés. Ils éclairent la même dynamique d’ensemble, mais à partir de deux perspectives différentes. D’un côté, ce sont les logiques sociales du groupe, le fonctionnement officiel de la chancellerie, son ouverture vers d’autres institutions. De l’autre, ce sont les trajectoires individuelles, les relations non-institutionnelles, l’ouverture vers d’autres milieux à travers les relations informelles qui sont documentées.

  • 207 Il s’agit entre autre des correspondances familiales et de certaines créations notariales de membre (...)

129L’articulation entre ces deux ensembles de sources se fait au niveau des Lettres de Pierre de la Vigne, sous leurs différentes formes, depuis la collection classique qui ne contient qu’un noyau de lettres personnelles (lettres du troisième livre principalement entre Jacques de Capoue et Pierre de la Vigne, panégyrique de Pierre par Nicolas, quelques lettres de deuil familial), jusqu’à la collection non-ordonnée du ms. Paris, BnF lat. 8567207, qui ne contient à l’inverse que quelques lettres officielles de la collection, intégrées dans les sections concernant la correspondance de la famille des Rocca. Entre ces deux extrêmes, la grande collection en six livres, avec son abondante correspondance privée de Pierre de la Vigne, forme un stade intermédiaire.

130La logique même de rassemblement des collections par les propres acteurs de cette double activité d’écriture permet de comprendre que la frontière entre « privé » et « publique » n’est pas vraiment opérante pour analyser ces deux catégories d’écriture. Il faudrait sans doute plutôt parler d’un champ de la communication notariale interne au petit groupe de dictatores liés à Pierre de la Vigne, qui se superpose au champ plus vaste de la production officielle de la chancellerie.

131Cette correspondance « notariale » orientée assume un rôle d’autant plus essentiel et complexe dans les relations des dictatores avec leur environnement familial, professionnel ou curial, qu’elle permet de contourner les hiérarchies et les circuits officiels des informations pour établir un réseau d’échanges informel où la reconnaissance réciproque de la compétence professionnelle, l’amitié (fondée sur des liens de parentés fictifs ou réels) et l’intérêt bien compris créent des solidarités sublimées dans l’exaltation d’un savoir rhétorique commun. La correspondance « intranotariale » livre ainsi la clé des contradictions idéologiques entre unité de groupe et tensions individuelles, entre idéologie de l’égalité notariale et hiérarchie du travail, qui parcourent la chancellerie.

132Elle donne à l’historien la possibilité de poursuivre l’exploration des dynamiques de la chancellerie en basculant du côté des individus, mais pas des individus au sens moderne du mot. La conscience qui s’exprime dans les documents qui vont être examinés dans ce chapitre est plus celle d’un groupe restreint soudé par une forte solidarité affective et professionnelle que d’individus isolés. Ce qu’elle permet de reconstituer, c’est la dynamique structurante de la tradition des Lettres, composée par la chaîne de parenté fictive, de maître à disciple, qui complète les réseaux de parenté biologique précédemment présentés, avec en son centre Pierre de la Vigne, et qui relie à travers Nicolas de Rocca la génération de Pierre à celle des premiers diffuseurs des Lettres vers l’étranger : Henri d’Isernia, Étienne de San Giorgio. Encore faut-il pour commencer cette exploration établir les conditions auxquelles cette correspondance interne peut être utilisée.

3.2.1. La correspondance « intranotariale », révélateur et catharsis des tensions professionnelles et idéologiques dans la chancellerie de Frédéric II

133La correspondance « intranotariale » qui est la pièce maîtresse dans la reconstitution du milieu social des notaires est elle-même au centre d’un ensemble plus vaste de correspondances privées, ouvertes vers les réseaux familiaux et sociaux des notaires concernés, dont les lettres de déploration familiales de Pierre de la Vigne écrites à l’occasion de la mort de différents membres de sa famille contenues dans le quatrième livre des Lettres sont un exemple. Cet ensemble documentaire précieux pour l’étude du milieu social des notaires est susceptible de fournir des compléments d’information sur leur origine et leur milieu social, à condition de se garder d’un certain nombre d’ambiguïtés inhérentes au genre du document concerné. Là encore, le détour par la réflexion sur la constitution des collections s’avère nécessaire pour aboutir à un traitement des informations adéquat.

3.2.1.1. Reconstituer les logiques sociales de la chancellerie à travers la correspondance personnelle des notaires : méthodes et problèmes

  • 208 Cf. Delle Donne 2003 (correspondance de la famille da Rocca) et Delle Donne 2007, (autres correspon (...)

134La plus grande partie de la correspondance de caractère privé contenue dans les collections est d’apparence relativement banale. Une grande partie des lettres éditées ou inédites avant les travaux de Fulvio Delle Donne208a pour but de conforter par un échange littéraire la solidité d’une relation familiale, professionnelle ou amicale dans une symbolique de l’échange dont la gratuité est extrêmement relative.

L’échange épistolaire comme accompagnement symbolique de l’échange de services

  • 209 HBP n° 41, p. 341 ; n° 42, p. 342.

135Il est rare que la lettre ordinaire ne contienne pas à la fois l’un des lieux communs de la correspondance épistolaire médiévale sur la santé ou la longueur d’un silence trop longtemps gardé, et une demande ou un remerciement pour un service bien concret. Les quel ques lettres de correspondance personnelle en rapport avec les affaires de la chancellerie ou plus généralement de la Grande Cour échangées entre Pierre de la Vigne et Taddée de Suessa209, ou Nicolas de Rocca et Guillaume de Tocco, sont de ce type.

  • 210 HBP n° 46, p. 345: Magistro Rodulfo de Podio domini imperatoris notario. Non solum ex bino actu qui (...)
  • 211 HBP n° 52, p. 347-348.
  • 212 HBP n° 54, p. 350.

136Un billet de Pierre au notaire Rodolphe de Poggibonsi présente un marché limpide : le logothète demande au notaire de le décharger d’un travail pressant en échange de faveurs futures210. D’autres billets moins directement professionnels montrent l’envoi et la réception de cadeaux (sucre violacé préparé par maître Théodore, le traducteur arabe, pour Pierre211), ou la simple demande de nouvelles en échange d’assurance d’exécution de services futurs, comme la lettre de l’archevêque de Naples, Pierre de Sorrente (écrite avant 1246) à Pierre212. Ces logiques d’échange relativement simples ne motivent pas nécessairement la rédaction de lettres très développées, mais font partie de la routine de la cour.

  • 213 Pour la correspondance familiale de Pierre, cf. HBP n° 26-32, p. 325-333. On y voit la manière dont (...)

137Les relations de Pierre de la Vigne ou Nicolas de Rocca avec leur famille sont l’occasion de développer une correspondance plus détaillée où l’exaltation de sentiments obligés concernant le respect filial, la solidarité ou la mort forme une suite de thèmes attendus213. Enfin, une série non négligeable de lettres plus substantielles échangées par les membres de la chancellerie entre eux ou documentant leurs relations avec d’autres personnages importants de la cour de Frédéric II ou du royaume de Sicile fournit, grâce à leur contenu à la fois hautement idéologisé et révélateur de tensions qui n’apparaissent pas dans une documentation plus impersonnelle, la meilleure introduction à une dimension de l’histoire de la chancellerie plus personnalisée. Ces documents rendent en effet compte de dynamiques relationnelles – notamment fondées sur une série de relations de maître à disciple, mais aussi sur le dévoilement d’antagonismes de cour – qui échappent à une description purement institutionnelle de l’univers de la chancellerie.

3.2.1.1.1. Les relations interpersonnelles : problèmes de reconstitution liés à la technique de rédaction cryptique en milieu curial

138L’extrême sophistication du langage employé dans ces lettres, qui repose sur un usage délibéré du double sens et de la métaphore, rend l’interprétation de ces documents contenant d’innombrables allusions, soit à des affaires personnelles, soit à la vie de cour, extrêmement malaisée.

139Cette difficulté tient naturellement à la virtuosité rhétorique particulière des lettres « intranotariales ». Dans une correspondance destinée à leurs pairs ou à d’autres membres de la cour disposant d’une solide formation rhétorique, les dictatores se sentent tenus de montrer leur habileté. La correspondance comme garant symbolique d’un échange de services ou d’un contrat de collaboration se doublait automatiquement d’une sorte de contre-assurance tout aussi symbolique des capacités « dictatoriales » à la base de la conscience professionnelle commune.

Une préciosité littéraire doublée d’un cryptage politique

140Mais cette logique de l’obscurité et de la préciosité avait aussi, en plus de ces causes structurelles, des raisons tout à fait conscientes, qui étaient principalement de deux ordres.

  • 214 Cet usage de la transumptio est également commenté de manière autoréflexive par les lettrés dans le (...)

141D’une part, les dictatores n’étaient pas tenus dans une correspondance privée de respecter le minimum d’exigence de clarté qui devait préserver l’intelligibilité relative des documents officiels, même si ces derniers ne furent pas non plus toujours exempts d’obscurité ; cette activité d’écriture parallèle leur servait au contraire d’espace de liberté littéraire, d’exutoire à une virtuosité rhétorique sévèrement bridée par les contraintes administratives, et cette virtuosité passait par un usage constant du double sens, de la métaphore (transumptio214) et de l’allusion aboutissant à un effet général d’obscurité.

142D’autre part, l’utilisation d’un tel langage pouvait avoir l’avantage de donner aux informations une apparence énigmatique, en fait bien adaptée au monde d’intrigues et de rivalités qu’était la cour de Frédéric II. L’effet d’obscurité servait alors simplement à encoder une lettre qui aurait pu valoir des ennuis à son propriétaire si elle avait été interceptée et lue par une faction adverse : la préciosité stylistique se doublait donc dans un certain nombre de cas d’un effet de brouillage qui a rendu ces documents en partie opaques à la plupart des lecteurs potentiels dès l’époque de leur création.

Correspondance cryptique entre Pierre de la Vigne et Bérard de Palerme

  • 215 Hampe 1910, n° 12, p. 124 : Invenitur eciam, quod Cassiodorus, eloquencie purpuratus scematibus et (...)

143Un exemple typique de cette utilisation politique des ressources de l’ars dictaminis est la réponse de Pierre à une lettre de l’archevêque Bérard de Palerme (1213-1252), l’un des principaux soutiens ecclésiastiques de la politique de Frédéric II, qu’il suivit dans sa rupture avec la papauté et se chargea d’absoudre sur son lit de mort. Selon une tradition bien établie dont un dictator de la génération suivante, Henri d’Isernia, se fait écho dans deux lettres datant des années 1268-73, c’est Bérard, archevêque depuis quelques années, qui aurait (vers 1221 ?) présenté le jeune Pierre, ses études de droit à peine terminées, à Frédéric, après en avoir reçu une lettre qui l’avait convaincu de ses exceptionnels talents rhétoriques215.

144Quelques années plus tard, Bérard de Palerme écrivit à son ancien protégé, qui jouissait apparemment déjà d’un certain crédit, pour lui annoncer son arrivée à la cour. La réponse de Pierre de la Vigne à cette lettre, conservée dans la grande collection en six livres, fait allusion à un puissant personnage, ennemi apparent de Pierre et de Bérard, qui aurait été obligé par l’empereur de rendre des comptes devant ceux mêmes qu’il avait menacés, mais la technique métaphorique utilisée pour parler de ce courtisan rend l’interprétation de ce passage pour le moins difficile. Reprenons l’élégante traduction fournie par Huillard-Bréholles :

  • 216 HBP n° 60, p. 355, traduction de Huillard-Bréholles 1865, p. 119-120 : Cum omni devotione vidi litt (...)

Je veux répondre à vos désirs, en vous apprenant que notre commun maître le sérénissime Empereur se porte aussi bien d’esprit que de corps, ainsi que vous le souhaitez. Aman, ce perturbateur des grands et de la Cour, a été éloigné et réduit à tourner les talons devant les clercs sur lesquels il exerça si longtemps son pouvoir ; ceux qu’il condamnait à tort et à travers vont le juger maintenant. Quant à Mardochée, qui s’est absenté de la cour pour répondre à l’impatience de son épouse (c’est-à-dire de son église), nous tous qui mettons notre espoir en lui, nous languissons de son absence, attendant qu’il revienne pour dissiper nos inquiétudes par la douceur de sa présence et le charme de ses discours paternels...216

  • 217 Cf. ibid., p. 120-121.
  • 218 Cf. HBP n° 60, p. 355. Les lettres publiques et privées ont toutefois en commun la vision négative (...)
  • 219 Ceterum ut pauca suggeram sapienti, multa locuta fame subtrahenda sunt et linguis detrahentium occu (...)

145Si le Mardochée de la fable est assurément Bérard lui-même, il est bien délicat, en l’absence de toute possibilité précise de datation, de savoir qui est exactement l’Aman dont la chute est un motif de satisfaction pour les deux correspondants. Huillard-Bréholles a supposé qu’il pouvait s’agir de Renaud de Spolète, arrêté en mai 1231 à la suite de son action malheureuse dans le royaume pendant le séjour de Frédéric II (et Bérard) en Terre Sainte, à une époque où l’activité de Bérard n’est pas attestée à la cour (il y revient en décembre), ce qui correspondrait bien à certains indices du reste de la correspondance entre Pierre et Bérard. La lettre serait alors datable de 1231, ce que des allusions dans le reste de la correspondance à la croisade de 1229 rendraient plausible217. Quoiqu’il en soit, la suite de la lettre indique que la logique de ces correspondances privées est fondamentalement différente de celles des actes officiels, destinés à la publicité218 : « Au reste, pour suggérer (beaucoup) en peu de mots à mon savant (ami), il y aurait bien des choses à dire qui doivent être soustraites à la renommée et cachées aux langues des médisants219 ».

3.2.1.1.2. Chœur notarial unifié contre calomnies individuelles : les tentatives de résolution idéologique des tensions interpersonnelles dans la correspondance de maître Salvus et Nicolas de Rocca

146Ce document semble l’envers de la lettre des hiérarchies notariales angéliques, écrite vingt ans plus tard. La présentation harmonieuse de la cour paraît mise à mal par ces correspondances cryptées utilisant des métaphores assassines pour décrire un univers oppressant où la principale occupation des uns et des autres semble être d’attendre la chute de ceux qui leur barrent les accès du pouvoir. Or cette contradiction est mise au jour à l’intérieur même du cercle notarial dans deux autres pièces de cet ensemble documentaire centrées autour d’un personnage qui a apparemment joué un certain rôle dans la chancellerie quelques années plus tard, à l’époque de la grandeur de Pierre.

  • 220 PdV III, 70, 3 mars 1238, attribuée à maître Salvus d’après le manuscrit du prince de Fitalia, Pale (...)
  • 221 Si l’on tient compte que Nicolas n’est pas en activité à la chancellerie avant 1243 au plus tôt, pe (...)

147Maître Salvus, (apparemment) peu actif comme notaire en ce qui concerne les affaires administratives courantes, a sans doute été plus impliqué dans la rédaction de lettres solennelles. Il avait écrit une lettre de joyeuse annonce sur la naissance d’un fils de Frédéric destinée à la ville capitale de Palerme en 1238 qui est une des très rares lettres du recueil classique non écrites par Pierre de la Vigne ou Nicolas de Rocca attribuables à un dictator précis220. Ce personnage sans doute déjà vieux vers la fin du règne a fait l’objet d’une lettre de Nicolas de Rocca particulièrement emblématique des excès rhétoriques utilisés par les notaires dans leur correspondance interne, proposant à ses collègues de s’unir dans la prière pour son rétablissement (décennie 1240)221 :

  • 222 imperantis : je me demande s’il ne faut pas rétablir une leçon impetrantis, meilleure pour le sens. (...)
  • 223 HBP, p. 390-392 n° 93, rééd. Delle Donne 2003, n° 9, p. 21-23, qui envisage différentes hypothèses (...)

...la vertu de l’éloquence qui fleurissait quand il était dans sa fleur, souffre maintenant d’infirmité et gît à terre, elle qui grâce à lui siégeait triomphante sur le trône, et en plus de ses embarras cachés, le noble et superbe chœur de la chancellerie (cancellarie), dont il n’était pas la moindre partie, offre en son absence, la solidité extrême de son chancel (cancello) une fois rompue, une surface imparfaite. Dépendant tous de lui, comme des seins pleins de lait d’un père, comme autant de fils affectueux, tous, mais particulièrement ceux que décore le titre de leur ‘note’ (note titulus, allusion en forme de jeu de mot au notariat), sont désormais troublés, et avec raison, pour lui qui, telle la source féconde de l’Euphrate versant les ondes de sa douceur sur les nations, créait comme un autre Cicéron après avoir dépossédé l’ancien de son art oratoire par le mystère de sa langue. À la restitution de son état premier, puisque le cumul des prières exprime les vœux de l’orant et par leur instance plus digne de respect incline favorablement l’esprit de Celui qui concède, je vous en prie, tous avec moi, qui ai d’autant plus matière à lamentations que de l’avènement de son salut l’on espérait en confiance d’une grâce plus féconde, assistez-moi, intercesseurs vers la puissance de Celui qui siège sur le trône, de sorte que, là où la disparité de diverses conditions et l’émission de voix dissonantes suspendrait le résultat de Celui qui commande222et empêcherait peut-être l’exécution du vœu, une oraison multiple émouvant la Divine Clémence et l’assemblage de nos voix excitant sa grâce, il empoigne et stimule sa santé éparse, et que (cette émission) terminant plus rapidement son cours parvienne à son but et ajoute une médecine salutaire, qui fortifierait les membres infirmes de notre père et restaurerait les souhaits de ses fils dans l’attente par un heureux succès223.

148Ce morceau de bravoure rhétorique n’est pas sans intérêt pour comprendre l’idée que les notaires pouvaient se faire de leur art. Il s’agit, dans cette adresse collective qui est en quelque sorte l’équivalent symétrique de la lettre des notaires à Nicolas l’invitant à reformer quelques années plus tard leur union « angélique », d’un véritable mystère linguistique (lingue mysterio) prononcé par le noble chœur des notaires (cancellarie chorus nobilis) dans l’enceinte d’une chancellerie assimilée au chancel (cancello tenacissimo) d’une église susceptible, si le fonctionnement de la chancellerie est harmonieux, d’exciter la grâce céleste par le juste assemblage des mots (vocum congerie). Cette image d’harmonie mystique est cruellement démentie par un pamphlet satirique dudit Salvus, commençant par la même apostrophe qu’un des pamphlets aux cardinaux du premier livre des Lettres, et dans lequel il se plaint des intentions malignes de ceux qui cherchent à deviner dans les pensées de Frédéric la disgrâce du notaire :

  • 224 HBP n° 109, p. 428-429 : Variatis igitur inter vos alternis colluctationibus voluntatum, quia disce (...)

Dans l’alternance réciproque de vos volontés variables qui luttent entre elles, comme vos contestations n’en viennent jamais aux comptes, et que dans vos joutes de grammairiens, vous inventez les arguments sophistiques d’une logique fallacieuse, il ne me reste que le recours attendu du Juge Eternel, qui tient tout dans sa main. Puisque la censure du jugement est en suspens selon les dires des parties, pour autant qu’il dépend des hommes, moi qui suis discuté par de multiples bouches, foulé à volonté par ces nombreux parleurs, je ne lancerai que ce peu devant votre auditoire. Certes, c’est le Seigneur qui m’a fait, et ce qu’il fera de moi, qu’Il en délibère sans moi. Il a son collaborateur, constitué son vicaire sur terre, le Prince Romain, et de nom, et d’honneur, dont le divin esprit est dans la main de Dieu, et comme il le voudra, ainsi il le tournera. Aussi, cessez de considérer ces mystères sublimes en vous glorifiant de vos paroles, et arrêtez de prévoir par vos énigmes le miroir du futur...224

149Maître Salvus, qui attendait apparemment la poursuite de sa carrière d’une décision de Frédéric II, en est réduit dans cette lettre à remettre la volonté impériale dans les mains de la volonté divine, et à rappeler leur fatuité aux notaires ( ?) qui couvrent leur ignorance réelle de toute leur sophistique et empoisonnent la cour de leurs rumeurs. Les secrets du prince que se vantaient de dispenser au reste de l’humanité ses familiers, et dont Pierre tendait peu à peu à s’arroger le monopole, étaient en fait l’enjeu d’une lutte féroce. Ce milieu en apparence très soudé était déchiré par les rivalités internes qui se révélèrent brutalement à la chute de Pierre de la Vigne, et que seule l’ampleur des catastrophes des années 1250-1258 put reléguer au second plan. La partie de la correspondance interne des notaires exaltant l’image d’une chancellerie modèle avait apparemment pour but d’exorciser par l’évocation d’une union parfaite les déchirements répétés révélés par une autre fraction de cette correspondance, celle qui avoue que cette image ne correspondait pas à la réalité.

3.2.1.2. Les logiques de sublimation du rapport professionnel à travers les liens de maître à disciple

150L’analyse des correspondances non officielles des notaires semble donc mettre à mal l’harmonie proclamée des hiérarchies angéliques, en révélant la profondeur des tensions à l’intérieur même du noyau central de la chancellerie. Mais cette mise en évidence de tensions qui n’apparaissent pas dans l’ordo cancellarie ou le registre de 1239 doit être tempérée au niveau même de la correspondance notariale. Telle qu’elle a été préservée par la structure des collections de Lettres, elle fait en effet apparaître un réseau de filiations informelles, une chaîne de maître à disciple, qui forme un jeu contraire de solidarités affectives équilibrant les tensions négatives apparues dans l’analyse des correspondances cryptées.

151Ces solidarités non institutionnalisées sont fortement liées à une valorisation d’un lien de type charismatique entre un maître prestigieux, à la position institutionnelle solide, et un disciple dans lequel il reconnaît les éléments d’une possibilité d’ascension sociale équivalente, sous la forme du génie rhétorique, de la maîtrise charismatique du dictamen.

152Une fois de plus, la structure de la collection et les procédés de formalisation des documents à l’intérieur de celle-ci influent lourdement sur la forme même du témoignage. Ce sont les liens para-institutionnels de maître à disciple entretenus par Pierre de la Vigne et Nicolas de Rocca qui sont les mieux documentés, mais la conservation d’une partie de la correspondance personnelle de Pierre au centre de la collection classique donne à cette filiation une profondeur supplémentaire, puisque le troisième livre des collections classiques contient un duel (certamen) rhétorique entre Pierre de la Vigne et l’homme qui semble avoir assumé à la génération précédente ce rôle de maître charismatique à son égard, l’archevêque Jacques de Capoue.

153Cette association entre la reconnaissance d’un lien affectif fondé sur l’estime intellectuelle et la forme du certamen, qui est aussi celle prise par la correspondance entre Pierre de la Vigne et Nicolas de Rocca, pose un problème d’interprétation. À des créations collectives comme la « lettre des hiérarchies notariales angéliques » ou la lettre du chœur mystique des notaires de Nicolas pour la guérison de Salvus, qui semblaient conjurer par leur invocation d’une unité idéale le déchirement réel des notaires, ces certamina/duels rhétoriques opposent en effet la configuration chiasmatique d’une sublimation de l’amitié notariale à travers une parodie rhétorique du duel judiciaire.

3.2.1.2.1. Le certamen ou duel juridico-rhétorique : formes et enjeux d’un instrument de reconnaissance professionnel non-institutionnel.

154La correspondance entre Jacques de Capoue et Pierre de la Vigne fait partie d’un sous-genre clairement délimité dans l’ensemble des correspondances notariales personnelles préservées dans les Lettres. Outre la correspondance familiale, les dictatores développaient en effet une importante activité épistolaire privée en direction des interlocuteurs privilégiés qu’étaient les autorités religieuses du royaume.

La relation institutionnalisée de Pierre avec Jacques de Capoue

  • 225 Cf. Kamp 1984.

155Cette correspondance était facilitée par les liens structurels entre la chancellerie, la chapelle impériale et les différents chapitres des métropoles les plus importantes, mais aussi par l’existence de relations personnelles entre certains hauts dignitaires ecclésiastiques et les plus importants des dictatores. Au jour le jour, ces rapports étroits étaient renforcés par le fonctionnement politique du royaume de Sicile, dans lequel les plus grands dignitaires religieux jouaient un rôle politique de premier plan, à condition de s’aligner sur la politique impériale225.

  • 226 Kirche..., p. 121-128.
  • 227 Kirche..., p. 1129-1137.
  • 228 L’archevêque de Messine Lando d’Anagnie, élu en 1232, s’oppose à la politique de Frédéric II et par (...)

156L’archevêque Jacques de Capoue (1227-novembre 1242), d’abord évêque de Patti (1221-1227), familiaris et conseiller politique de l’empereur, semble avoir été le principal artisan de la rédaction des Constitutiones regni Sicilie de 1231226. L’archevêque Bérard de Palerme (1213-1252), auparavant archevêque de Bari (1207-1213)227, remplit avec ce même Jacques de Capoue la fonction de régent du royaume de 1235 à 1240 (Bérard jusqu’en 1238 seulement), lors de la longue absence de l’empereur en Allemagne et en Italie du nord228.

  • 229 À la différence des archevêques de Capoue et Palerme, et comme celui de Messine, Marinus Filangeriu (...)
  • 230 Kirche..., p. 123. Le passage est celui de la lettre HBP n° 69, p. 365-366, PdV III, 42, fin de l’é (...)

157C’est avec ces deux prélats, les principales autorités séculières du royaume avec l’archevêque de Messine et celui de Bari229, que la correspondance de Pierre est la plus abondante. L’ancienneté des liens avec Bérard est confirmée par le témoignage d’Henri d’Isernia, puisque c’est ce prélat, déjà un personnage central à la cour de Frédéric II en 1221, qui aurait introduit Pierre auprès de Frédéric à son retour dans le royaume en 1221 au plus tard. Quant à Jacques de Capoue, le ton de la correspondance échangée entre lui et Pierre, qui est la seule correspondance privée suivie préservée dans la collection classique des Lettres (les autres le sont de manière erratique dans la grande collection en six livres, ou dans les collections non ordonnées du type du manuscrit Paris, BnF lat. 8567), atteste la profondeur des liens qui unissaient les deux hommes, et la déférence de Pierre envers un aîné pour lequel il entretenait une affection quasi-filiale, peut-être liée au rôle joué par Jacques, originaire d’une grande famille (les Amalfitani) de la même cité de Capoue, dans son éducation. Certains passages de leur correspondance ont d’ailleurs fait supposer un lien de parenté entre les deux personnages, même si les expressions sont apparemment trop vagues pour qu’il puisse être précisé230.

La double autorité de Jacques de Capoue et Pierre de la Vigne sur les Constitutiones

  • 231 HBP n° 65=PdV III, 37 : Hoc, inquam, absit remotius, ut suus non dicatur alteruter ex duobus quos u (...)

158Ces lettres occupent une place intermédiaire entre les correspondances purement familiales et les correspondances entre les notaires, et ce à un double titre. D’une part, elles établissent une relation d’interdépendance entre le dictator et le prélat qui fait partie du fonctionnement de la cour, mais qui obéit à une dynamique légèrement différente de celle de la relation « intranotariale ». Bérard de Palerme et Jacques de Capoue, plus vieux d’une génération, ont été les protecteurs et les promoteurs de Pierre de la Vigne à ses débuts. Dans la décennie 1230, dont date la partie préservée de leur correspondance avec Pierre, ils sont sur un pied d’égalité avec lui231, car le juge est en phase d’ascension rapide vers les hauteurs de la décennie suivante, mais les deux prélats ont encore un rôle politique important.

159Cette relation est donc dynamique, et à mesure que Pierre a avancé dans la carrière, il a été en mesure de rendre à son tour des services à Jacques et Bérard auprès de l’empereur. D’autre part, les deux archevêques n’avaient pas fait une carrière aussi éclatante auprès de l’empereur sans avoir démontré des qualités intellectuelles et politiques certaines, et disposaient d’une éducation qui les mettait de plain pied avec le niveau de maîtrise de la rhétorique développé par les notaires. Leur formation littéraire leur permettait de participer à la forme la plus raffinée de l’échange épistolaire, le certamen ou duel rhétorique, dans lequel les deux participants devaient faire assaut de subtilité à partir d’une question de « forme » choisie pour prétexte à une série de lettres. La correspondance entre Pierre et Jacques de Capoue contenue au centre du troisième livre de la collection classique, datant sans doute de l’automne de 1237, révèle une maîtrise de l’art rhétorique de la part de Jacques qui n’a rien à envier à celle de Pierre ou de Nicolas.

  • 232 Discussion dans Kirche..., p. 124-125.
  • 233 Ibid., p. 126 n. 136. L’Historia diplomatica, document édité dans HB III, (1231), p. 290 : Gregoriu (...)

160Le fait s’expliquerait d’autant mieux si Jacques pouvait être identifié comme le notaire Jacques de Capoue actif à la chancellerie royale jusqu’en 1210, ce qui ne semble pas prouvable en l’état actuel des connaissances232. Quoiqu’il en soit, la part dirigeante prise par lui dans la rédaction des Constitutiones regni Sicilie, que Grégoire IX, furieux de cet acte d’autonomie juridique de Frédéric II, reprocha violemment à l’archevêque d’avoir dicté pour le compte de l’empereur par pur esprit de vanité233, atteste le caractère exceptionnel des connaissances juridiques et des capacités de formalisation rhétorique de Jacques.

  • 234 Conrad IV, dans sa réédition amendée des Constitutiones Regni à Foggia en 1252, admet déjà le rôle (...)

161Au Moyen Âge et peut-être dès les dernières années du règne de Frédéric II, les Constitutiones ont eu tendance à être attribuées à Pierre de la Vigne, qui commençait en 1231 à faire quelque figure à la cour234. Etant donné le poids du témoignage de Grégoire IX, les historiens qui choisissent de postuler que le futur logothète avait effectivement joué un certain rôle dans l’équipe qui rédigea les constitutions doivent supposer qu’il travailla en collaboration avec, et certainement sous la direction de Jacques de Capoue. Le mécanisme d’attribution des Lettres rassemblées par son disciple Nicolas de Rocca en faveur de Pierre de la Vigne se serait donc en quelque sorte répété, cette fois en sens inverse, pour les Constitutiones, dont le disciple de Jacques aurait récupéré l’héritage symbolique.

162Cette double pente d’un principe d’autorité qui ramène systématiquement les grandes productions auxquelles il a participé à Pierre de la Vigne, plutôt qu’à leur rédacteur principal, permet un début de généralisation sur ces mécanismes d’attribution, qui s’opèrent mécaniquement en faveur, non pas de celui des collaborateurs de l’œuvre collective qui se trouve en aval dans la chaîne de production textuelle, mais de celui qui bénéficie de la position institutionnelle et symbolique la plus forte. Pierre n’est pas l’étape intermédiaire entre Jacques de Capoue et Nicolas de Rocca. Il est le pôle autour duquel s’organisent dans la documentation subsistante la mémoire et les activités de ces deux personnages.

Conditions d’un duel rhétorique

  • 235 PdV III, 39=HBP N° 10, p. 306 : « si tant est que quelque prospérité pût suivre celui qui suit les (...)
  • 236 Ibid. : epistole, que postquam totam Germaniam circuivit, tandem ad me novissimo mense augusto fati (...)
  • 237 HBP n° 65, p. 359-360.

163Le certamen entre l’archevêque de Capoue et Pierre de la Vigne a eu lieu dans les années 1235-1238, alors que Jacques était régent du royaume, et que Pierre suivait bon gré mal gré Frédéric II dans ses déplacements en Allemagne et en Italie si tamen castra sequentem sequeretur prosperitas !235, ce qui occasionna une série de retards dans la réception d’une lettre de Jacques provenant de Sicile, qui fit le tour de l’Allemagne avant d’atteindre le grand-juge, peut-être en août 1237236. Jacques de Capoue écrivit une première lettre, (Absit mihi, vinea, PdV III, 37) où il reprochait en termes humoristiques à son fils Pierre de ne pas lui donner de nouvelles, à moins que ses propres silences antérieurs, dus à une maladie, n’en fussent responsables237. Il l’engageait à prendre un peu de son temps pour lui écrire des nouvelles de leur seigneur commun, et de lui-même.

  • 238 HBP n° 66, p. 360.
  • 239 HBP n° 10, p. 306-307.
  • 240 HBP n° 67, p. 361-362 : Item scribit Petro dominus Capuanus, et primo laudat eum, et postea mordaci (...)
  • 241 HBP n° 68, p. 363-364.
  • 242 HBP n° 69, p. 365-366.

164Un court billet (PdV III, 38)238 réitéra la même demande. Vint ensuite la réponse de Pierre (PdV III, 39 : Fateor pater quod juste redarguor)239, qui niait sur le même ton plaisant sa culpabilité, refusait les excuses de Jacques sur sa maladie, l’accusait d’avoir correspondu avec d’autres que lui, et finissait par lui donner de ses nouvelles. Jacques écrivit alors une longue missive (PdV III, 40 : Nondum me salutaverat epistola) qui est un exercice de palinodie240. Il commençait par exalter le style admirable de Pierre, avant de lui reprocher de nier sans vergogne d’avoir accusé « son père », en dépit de toutes les apparences. Dans la lettre suivante, dernière de Pierre (PdV III, 41 : Pater mi, cum terribilia...241), Pierre reconnut enfin sa faute. La dernière lettre de Jacques de Capoue (PdV III 42 : Inter nos jam sufficit verbis agi...) scellait la réconciliation242.

  • 243 Cf. l’analyse de la correspondance par Huillard-Bréholles 1865, p. 123-132. Il ne s’agit pas ici de (...)

165L’argument en lui-même semble donc d’une insigne minceur. Huillard-Bréholles, tout en traduisant certains passages de cette correspondance, ne lui concède guère que la valeur d’un jeu d’esprit entaché par l’obscurité, une fois les quelques allusions directes à la situation politique et aux rapports de famille entre les hommes extraits et mis en relief. Il se contente de relever que les jeux d’esprit de Jacques sur le nom de Pierre, vigne dont il avait soif, alors qu’il a dû se contenter des lambrusques de ses autres correspondants, ne sont pas sans invention243.

166Sans ôter à cette correspondance son caractère de délassement amical, il est possible de suggérer quel était le véritable intérêt intellectuel de ce certamen, et de quelle manière il mettait en jeu la formation des deux dictatores.

Première analyse : du jeu métaphorique à l’allusion judiciaire

  • 244 Cf. le vocabulaire juridique qui parsème cette lettre (HBP p. 304-305) : condemnor ; justitie nota  (...)

167Jacques a donné pour thème de la première lettre Absit mihi, domestica vinea, jeu sur le nom de Pierre. Il a ensuite enchaîné sur une accusation en règle de Pierre, tout en mettant en balance sa propre négligence et celle de son disciple. Dans la lettre PdV III 39, Pierre se sert de ces deux accroches pour relancer l’argumentation. Il conteste la validité de la condamnation tout en feignant d’absoudre en termes juridiques Jacques de ses propres fautes. C’est donc une sorte de procès fictif d’une négligence d’écriture qui s’organise entre le « père » et le « fils » : Sufficitne vobis istud, o pater, quod causam vestram ego ipse qui notor, pietate justifico quod me timoris ac reverentiae solum exceptione defendo...244. La cause frivole d’un retard d’écriture est donc débattue devant un tribunal imaginaire en termes juridiques par le rédacteur des Constitutiones et le juge de la grande-cour. Pierre transpose alors le procès sur un autre plan en reprenant la métaphore/transumptio de la vigne :

  • 245 Ibid., p.305 : Vestra pater est vinea, et si dignemini non velle contrarium vestra dicetur ; ad vin (...)

Cette vigne est la vôtre, mon père, et si vous daigniez ne pas vouloir le contraire on la dira vôtre ; aux sarments, aux racines de votre vigne, ne s’est mêlé nul mélange de corruption : aucune greffe n’en a altéré la saveur, aucune altérité n’en a modifié la couleur. Vous aurez une vendange de cette vigne, digne de la matière que vous avez employée à sa plantation. Vous me faites un procès, ô mon père, sur ce que votre vigne ne vous a pas donné de grappes en quantité suffisante, que votre vigne est asséchée. Je vous réponds : et vous, pourquoi retirez vous la main de sa culture, et refusez-vous de l’arroser abondamment245 ?

  • 246 On pourrait parler ici à la fois de transumptio, et de figure étymologique ou en langage médiéval d (...)
  • 247 Sur Collegerunt pontifices, cf. infra quatrième partie, p. 455-459.

168À l’aide de cet usage de la transumptio246/métaphore de la vigne à partir de son nom, Pierre transpose donc cette sorte de contre-procès qu’il fait au procès d’intention de Jacques sur le plan symbolique. Si la vigne n’a pas donné les fruits d’une correspondance, c’est que son cultivateur ne lui avait pas donné de soins suffisants. Outre la présence de ce double motif du procès et de la vigne, d’autres éléments dignes d’attention se retrouvent dans la lettre. Les uns concernent l’historien de la collection. Un des développements suivants de la lettre la relie directement à l’une des périodes introductives de la satire anti-pontificale Collegerunt pontifices, la lettre introductive du recueil classique, ce qui donne du poids à une attribution de ce pamphlet célèbre à Pierre de la Vigne247 :

Tableau 19
RENCONTRE ENTRE LE PAMPHLET COLLEGERUNT PONTIFICES ET LE CERTAMEN DE PIERRE ET JACQUES DE CAPOUE

Tableau 19RENCONTRE ENTRE LE PAMPHLET COLLEGERUNT PONTIFICES ET LE CERTAMEN DE PIERRE ET JACQUES DE CAPOUE
  • 248 Resurgam vel assurgam dans le ms. Paris BnF lat. 8 563, Iselin (Schaller 1991 I p. 448) assurgam.

Note 248248

  • 249 Sur l’inscription d’un message ou d’une lettre sur la page ou dans l’oreille vierge, cf. la formula (...)

169La conclusion de la lettre offre par ailleurs un témoignage précieux et plus explicite que d’ordinaire de l’activité d’écriture officielle de Pierre249 :

  • 250 Cesarea gesta magnifica vos epistola principis frequenter edocuit, cujus chartam scribentis filii m (...)

« Une lettre du prince vous a appris fréquemment les actions magnifiques de César, et c’est souvent/parfois la main de votre scribe de fils qui touchait la page nue et vide, et son esprit qui en déflorait la virginité250 ».

  • 251 Huillard-Bréholles 1865, qui traduit ce passage de la correspondance, p. 127, donne une interprétat (...)

170C’est l’attestation la plus claire, de la plume même de Pierre de la Vigne, qu’il était réservé à l’écriture de la correspondance personnelle de Frédéric II, mais faute de pouvoir interpréter la valeur exacte de l’adverbe aliquando (de temps en temps, ou régulièrement ?), il est impossible de décrire dans quelles proportions respectives le dictator partageait cette prestigieuse fonction de secrétaire personnel avec d’autres clercs de l’entourage de Frédéric II251.

  • 252 Ibid., n° 70, p. 361 (= PdV III, 40).

171La réponse palinodique de Jacques (lettre PdV III, 40) commence par une évocation plaisante du moment où il reçoit la lettre du grand-juge252 :

  • 253 Il ne s’agit pas là des clausules rythmiques classiques, mais des clausules médiévales correspondan (...)
  • 254 Nec mora, nexus tarditatis rumpitur, facies epistole revelatur, ridet species quia nisi defuerit co (...)

...Sans délai, le nœud qui la retardait est rompu, le visage de la lettre révélé, son apparence est si riante, que si la variété des couleurs ne lui avait manqué, elle eût représenté une peinture. Mais dès que l’œil se répand parmi les clausules253, le lecteur admire en les étudiants qu’un tel génie puisse se retrouver dans un homme, capable d’accoucher de paroles si majestueuses. J’avoue que je voulais m’éclipser par la porte de service et planter toute cette foule, pour être plus tranquille avec moi-même, de crainte de laisser s’écouler une seule goutte d’un tel nectar sonore (dulciloquium), qui eût échappé à mes sens de lecteur. Mais crois-tu que je l’aurais pu, alors que dès que l’odeur de la Vigne remplit ma demeure, aussitôt sur le visage de Jacques, ceux qui ne l’avaient pas encore vue, lisaient déjà la page de Pierre ? On accourt pour la lecture, j’en suis pressé, l’enchaînement fait nos délices, l’auditeur en est flatté, mais l’esprit transpire, alors qu’il s’efforce de s’élever jusqu’au grand tribunal du style !
On pense enfin à ce vers d’agrément :
‘À tous n’est point donné d’arriver à Corinthe !’
Mais bienheureux qui comprend, et ne néglige pas cette peine. Car tant qu’il vague à ces sarments greffés (dans la lettre), il les sentse greffer en lui depuis la vigne élue de Pierre : et telle en sera la fin que cette greffe se propagera en un plan de vigne...254

172Il y a dans cette évocation tout un enseignement à tirer sur l’imaginaire de la lettre dans la Sicile de Frédéric II. Le jeu de mots sur les couleurs renvoie à la compréhension médiévale des colores rethorici, les figures de rhétorique. Il s’agit ici d’une référence ironique, car les couleurs dont seule l’absence empêche la lettre de Pierre de représenter une véritable peinture sont celles du dictamen dont elle surabonde au contraire. Sans gloser en détail le reste de ce tableau, les images dont joue Jacques introduisent à un ensemble d’équivalences fondamentales. Les dons de styliste développés par Pierre correspondent à un génie (ingenium) qui est d’inspiration surhumaine, divine ; le lieu où se détermine l’issue des certamina rhétoriques, des tournois ou duels littéraires combattus par les dictatores, où se juge la valeur de la lettre, est un tribunal, le tribunal du style (alta tribunalia styli), ce même style par lequel les notaires transmettent aux êtres inférieurs les décisions de justice méditées par l’esprit divin de l’empereur terrestre, reflet de l’empereur divin, selon la lettre des « hiérarchies notariales angéliques ».

Seconde analyse : une conformation à la structure du débat juridique

  • 255 Sur ce problème de célébration rhétorique du droit et de ses mystères sacrés à la cour de Frédéric (...)

173Découvrir les mécanismes qui permettent de transposer rhétoriquement cette liaison entre l’ars dictaminis et la science judiciaire caractéristique de la culture notariale qu’on constate à chaque pas à la cour de Frédéric II, mais dont l’articulation idéologique n’est pas simple à analyser, suppose une bonne connaissance des soubassements concrets de ces enchaînements métaphoriques255.

  • 256 Sur les duella, l’attention portée à leur déroulement et leur restriction sévère dans la législatio (...)

174Il faut par exemple rétablir une liaison implicite qui ne pouvait que venir à l’esprit de Jacques de Capoue et Pierre de la Vigne, probables corédacteurs des Constitutiones, entre le certamen rhetoricum, duel rhétorique, et le duellum judiciaire, ce duel entre nobles, dont le déroulement avait été soigneusement restreint et réglementé dans les Constitutiones écrites six ans avant l’époque la plus probable de rédaction de cette lettre (1237)256.

  • 257 Sur cette métaphore, Delle Donne 2003, p. xl, cf. le texte de Nicolas de Rocca Epistolae, n°20 (Del (...)

175L’équivalence entre duellum et certamen se retrouve d’ailleurs explicitement dans un passage d’une correspondance entre Pierre de la Vigne et Nicolas de Rocca, où ce dernier l’invite à ne pas abandonner le combat rhétorique, duellum certaminis257.

  • 258 Ibid., p. xl-xli. Ce texte est édité et commenté dans Delle Donne 1999. Pour son contexte, son genr (...)

176La mise en avant à la cour de Frédéric II de la noblesse d’âme face à la noblesse de sang présente dans une questio rhétorique adressée aux deux grands-juges maîtres de la chancellerie, Pierre de la Vigne et Taddée de Suessa, dans un texte connu sous le nom de contentio de nobilitate generis et probitate animi258, prend peu à peu tout son sens, quand on commence à comprendre à travers ces allusions répétées que l’usage des combats rhétoriques par ces juristes lettrés avait réellement pour eux la valeur d’une métaphore des tournois et duels de la noblesse. Ils établissaient devant les « tribunaux du style », par la force de leurs armes verbales, la prééminence de leur noblesse d’esprit.

  • 259 Sur la culture romanesque en langue d’oïl à la cour de Frédéric II, cf. le témoignage du Registro, (...)
  • 260 HBP 67, p. 362 :...ex electa vinea Petri : erit tandem ut talis insitio propaginetur in vitem, quan (...)
  • 261 Ibid. : Pudet verbi, quo sibi contrarius pungitur et quisquis post veniam contumeliosus offertur, p (...)

177C’est également un indice d’un point de contact possible entre ces univers culturels dissociés seulement en apparence que représentaient l’idéologie chevaleresque présente à la cour de Frédéric II, notamment sous forme de consommation de « romans » et chansons de geste français d’une part, et la rhétorique juridisante et classicisante des notaires d’autre part259. L’usage surabondant des métaphores et de mots liés à la terminologie juridique dans les lettres est par ailleurs là pour rappeler que cette domination de la rhétorique est indissociable de l’exercice de la justice, dont elle est conçue comme la forme structurante. C’est d’ailleurs par l’association de l’exercice de la justice avec l’image de la vigne260de Pierre que Jacques continue son développement, avant d’accuser une dernière fois Pierre de crime contre son « père » en des termes parodiant plaisamment le droit : insulter son père n’est pas un crime rachetable avec un bouc ou un pourceau, mais c’est le crime suprême (sous-entendu, le parricide), digne de mort261. Dès la fin de la lettre s’annonce l’épilogue de la réconciliation, développé dans le long échange rhétorique des deux lettres conclusives du débat (PdV III, 41 et 42).

178Cette seconde analyse du certamen a mis en évidence l’organisation complexe d’un triple motif qui parcourt l’ensemble de cette correspondance. Le premier est l’incident qui sert d’argument à l’échange, c’est-à-dire le problème de l’envoi différé des lettres, en fait traité de manière moins anecdotique qu’il n’y paraît ; le certamen contient une véritable mine de renseignements sur la circulation, l’écriture, et la réception des lettres, impériales et privées, voyageant entre la cour impériale itinérante et les officiers restés en Sicile, qui méritait à lui seul une analyse sommaire. Sur cette toile de fond, se dégagent deux motifs entrelacés : une parodie de procès pour non-expédition de lettres, où les deux adversaires s’accusent mutuellement, avec un vocabulaire qui pastiche le langage des tribunaux, glosé par une série de variations sur le thème de la vigne (= Pierre) dont le cultivateur n’a rien reçu, et a dû se contenter de lambrusques (raisin sauvage) chez d’autres dictatores, alors qu’il avait soif du raisin (de Pierre), ce dont les deux participants se renvoient la responsabilité.

Troisième analyse : le double jeu d’écho avec l’autorité biblique

179Le travail d’exégèse de la lettre n’est encore qu’à mi-chemin. En progressant encore, l’analyse permet d’expliquer l’entrelacement des deux motifs et de rétablir sa cohérence entière au thème du certamen, qui est en fait un débat fondé sur une autorité biblique, elle-même à moitié cryptée.

  • 262 Vinea facta est dilecto meo in cornu filio olei... texte biblique complet infra, tableau 19.

180Le thème proposé par Jacques de Capoue est en fait une allusion directe à un verset des prophéties d’Isaïe, Isaïe 5 : 1-7 : Iudicate inter me et inter vineam meam, « Jugez entre moi et ma vigne », au centre d’une longue parabole racontant l’histoire d’un cultivateur qui a donné tout son soin à la culture de sa vigne, laquelle ne lui a rendu que des fruits amers, et qui demande aux habitants du royaume de Juda de juger entre sa vigne et lui262. Le développement entrelacé de la métaphore de la vigne ingrate et du procès d’accusation pour non-expédition de la lettre n’a donc rien d’artificiel mais trouve sa raison d’être dans l’appui simultané des deux motifs sur l’autorité biblique du procès entre la vigne (Pierre de la Vigne) et son propriétaire (Jacques).

  • 263 HBP n° 65 (PdV III, 37), p. 359. Cf. par exemple Constitutiones, II, 30 (éd. Stürner 1996, p. 334-3 (...)
  • 264 HBP n°68 (aveu de défaite de Pierre), p. 363.

181Sur ce cadre biblique du procès (qui n’apparaît qu’à partir de la première réponse de Pierre), se greffe une argumentation dont les arguments juridiques sont par ailleurs empruntés à une culture juridique réelle. Les malades absents du tribunal ne peuvent être l’objet d’un jugement péremptoire (Reor tamen quod me tuetur exceptio, que tam peremptoriis quam minoribus subducit egrotos, et diem prorogat etiam, dum penalis instantia moram accusat263). La qualité du témoignage à charge apporté contre Pierre par Jacques exclut tout recours à une exception en droit (O quam viridicit testimonii testis exceptione qualibet major, qui sic atrocem injuriam filii detulit, sic veraciter comprobavit, ut radicatam in fundo puri cordis offensam evellere filius, proh dolor, jam laborasset264). Le procès entre la vigne et son cultivateur est donc soutenu (et gagné par Jacques, probable enseignant en droit de Pierre) à l’issue d’un débat en règle, relié à une conception de la vigne comme symbole de la justice divine qui trouve sa référence biblique principale dans Isaïe, et sert de nouveau à exprimer l’adéquation d’une parfaite justice avec la production du discours rhétorique centré autour de la vigne. Les lambrusques (mauvais raisin) dont Jacques doit se nourrir sont les productions épistolaires des autres correspondants, le raisin dont il a faim les lettres de Pierre, mais Pierre est aussi la vigne élue (electa vinea), dont la greffe se propagera en un plant de vigne (in vitem), qui produira ses rameaux à travers le magistère de sa justice, cette justice que Jacques contestait, tel le cultivateur de la parabole biblique :

Tableau 20
LE CERTAMEN ENTRE PIERRE ET JACQUES ET SON AUTORITÉ BIBLIQUE PRINCIPALE

Tableau 20LE CERTAMEN ENTRE PIERRE ET JACQUES ET SON AUTORITÉ BIBLIQUE PRINCIPALE
  • 265 PdV III, 45 : Hec fuit itaque vinea, quam philosophie manus multo sudore plantavit et coluit, ipsam (...)

182La portée de la métaphore doit être rappelée. La vigne étant un symbole biblique par excellence, elle trouve de multiples échos dans le panégyrique de Pierre de la Vigne par Nicolas de Rocca, où c’est non plus son maître en enseignement, mais l’aigle-Frédéric, son maître suprême, qui transporte la vigne élue du Liban, pour la transplanter le long des eaux265. L’un des très rares vestiges de l’art oratoire à la cour de Frédéric II, un sermon laïc d’un mystérieux Nicolas de Bari (derrière lequel se cache peut-être Nicolas de Rocca) à la gloire de Pierre de la Vigne, développe l’image mystique des habitants du royaume s’enivrant du nectar rhétorique de Pierre à la table de la justice impériale, dans une communion dont il est le vin mystique. Pierre est donc en quelque sorte assimilé dans la rhétorique de cour au sang de son seigneur, Frédéric II, dans le sens où la justice délivrée par Pierre est conçue comme la transsubstantiation de la justice immanente de Frédéric II :

  • 266 Kloos 1954b p. 182 : Certe non in solo pane aliorum doctorum vivit curia principum principis Frider (...)

Certes, ce n’est pas du seul pain des autres docteurs que vit la cour du prince des princes Frédéric, mais de tout verbe qui procède de la bouche de maître Pierre de la Vigne du seigneur Sabaoth ( !), qu’a plantée la dextre du Seigneur dans les jardins de Salomon, et dont chacun boira du fruit, entre ceux qui siègent à la table de notre seigneur l’Empereur et Roi. Ah, si moi, votre humble serviteur Nicolas, je pouvais parfois m’enivrer des dernières gouttes de ce calice...266

183Le procès du cultivateur et de sa vigne n’a donc rien d’une pure rapsodie. Tout en restant un jeu humoristique, il est à la fois une vivante peinture des difficultés de la correspondance épistolaire, une savante démonstration de science juridique, d’exégèse biblique et d’habileté rhétorique, et une variation à usage personnel d’un thème rhétorique, fondée sur le nom de la Vigne, et associant vigne et justice, qui allait s’amplifier jusqu’à la chute du logothète.

184La lecture des versets bibliques qui forment l’échafaudage quasi-invisible de l’argumentation est par ailleurs indispensable pour compléter le sens du texte, et fournit un précieux complément d’information. Le premier verset de cette parabole mystique, le plus important pour la démonstration avec la péricope iudicate inter me et inter vineam meam, est une véritable révélation : Cantabo dilecto meo canticum patruelis mei vinee sue. Je (Jacques de Capoue) chanterai à mon bien aimé (Pierre de la Vigne) un cantique de mon cousin germain (patruelis, Jacques) et de sa vigne (Pierre). Il vient en effet confirmer l’existence d’un rapport de parenté relativement étroit entre Jacques Amalfitanus de Capoue et le capouan Pierre. Par ailleurs, si la logique de l’exégèse ne permet pas de retrouver une preuve de la collaboration de Pierre et Jacques dans la rédaction des constitutions, le rappel constant de l’autorité morale et du rôle de cultivateur de Pierre joué par Jacques, le jeu constant d’allusions et de réfutations juridiques qui parsèment leur correspondance, font supposer que le premier, juriste éminent du royaume dans la décennie de formation pratique de Pierre à l’exercice de la justice (122-030), a effectivement eu le second comme collaborateur dans la rédaction des constitutions.

185Le contenu du certamen rhétorique entre Jacques et Pierre est tributaire du moment de sa rédaction (1237 ?) et du support intellectuel de la relation entre les deux hommes. La relation de maître à disciple est contrebalancée par la configuration des positions à la cour qui placent les correspondants dans une égalité fragilisée par la dynamique ascensionnelle dont bénéficie Pierre. Le certamen se place par ailleurs sur le terrain d’une double métaphore juridique, reflétant l’importance initiale de sa formation et de son emploi juridique, comme juge et aide probable à la rédaction des constitutions, dans la carrière de Pierre.

186À l’inverse, les certamina entre Pierre et Nicolas, datant de la dernière décennie du règne de Frédéric II, sont fortement structurés par la dépendance à la fois charismatique et institutionnelle de Nicolas, en position de disciple et de requérant, face à Pierre désormais au sommet de l’édifice dont la chancellerie forme la pièce essentielle. Toute la relation de Nicolas et de Pierre s’organise autour de la reconnaissance mutuelle d’un « génie rhétorique » qui fait ouvrir au premier l’accès aux hautes charges de la chancellerie en faveur du second. Ce « lieu socio-institutionnel » particulier au fondement de cette correspondance, dont les enjeux sont donc tout autre que simplement littéraires, fait des lettres échangées entre Pierre et Nicolas l’instrument le plus adéquat pour forcer les derniers mystères de la chancellerie de Frédéric II. Il révèle l’articulation proposée par les notaires entre l’idéologie de virtuosité linguistique du dictamen, leur trajectoire personnelle, et leur propre activité officielle ; c’est à dire les conditions auxquelles l’impétrant est initié aux « mystères rhétoriques » du cercle intérieur de la chancellerie.

3.2.1.2.2 La résolution idéologique des contradictions entre l’idéal « littéraire » et la carrière administrative : le service mystique de la chancellerie
  • 267 Delle Donne 2003. C’est la quasi-totalité des pièces attribuées d’une manière ou d’une autre (menti (...)
  • 268 Les correspondances sont rééditées dans Delle Donne 2003 qui améliore considérablement les textes.

187La récente édition des lettres attribuables à Nicolas de Rocca (senior), disciple de Pierre, par Fulvio delle Donne267, permet de compléter par l’adjonction de sa correspondance familiale l’ensemble des textes déjà édités dans la Vie et Correspondance de Pierre de la Vigne, qui comprenait déjà la plupart des pièces les plus importantes pour notre propos, celles de la correspondance entre Nicolas et Pierre268. Les lettres de Nicolas de Rocca datant d’avant la mort de Frédéric II montrent essentiellement la rapide insertion du brillant dictator dans la chancellerie après son retour d’outre-mer, et la qualité des relations tissées avec son protecteur alors au faîte de sa puissance.

L’« examen » d’entrée à la chancellerie de Nicolas de Rocca

  • 269 Mayer 1996 ibid. et Mayer 1997, p. 25-42.
  • 270 Sur l’entrée en fonction de Nicolas à la chancellerie, on peut s’appuyer sur les documents où Zinsm (...)

188Nicolas de Rocca semble avoir eu un début de carrière peu banal. D’une famille sans doute noble originaire de Rocca Guglielma, bourg proche du Mont-Cassin, dont on ignore malheureusement les rapports avec la noblesse de cette partie occidentale de la Terra Laboris, Nicolas, après des études qui auraient pu avoir été faites à Naples, a eu un début ( ?) de carrière notariale fort original, puisqu’il a été très probablement le notarius Nicolaus de Rocca, notaire personnel de Richard Filangieri, représentant de Frédéric II dans le royaume de Jérusalem entre 1231 et 1242, sans qu’on sache s’il a rempli ces fonctions pendant toute la période concernée269. Rentré en Italie, peut-être dans le sillage de Richard qui perdit en 1242 ces derniers appuis politiques en Syrie, Nicolas intégra dans les mois ou les années qui suivirent la chancellerie impériale où il était employé, peut-être dès 1244-1245, et avança rapidement dans la faveur de Pierre de la Vigne dans les mois qui précédèrent sa chute en février 1249270.

189Au bout d’un an de service dans les fonctions les plus infimes, c’est-à-dire dans l’enregistrement pur et simple des lettres écrites par d’autres dans des registres sans doute analogues au registre conservé de 1239/1240, Nicolas décida de jouer son va-tout en écrivant une lettre de démonstration de ses talents stylistiques à Pierre de la Vigne, comme Pierre l’avait fait vingt-cinq ans auparavant auprès de Bérard de Palerme. Il demandait à être admis de plain pied dans le corps des notaires chargés du dictamen, c’est-à-dire de l’écriture proprement dite des lettres.

  • 271 Zinsmaier 1974 démontrerait qu’il est employé à l’écriture de lettres diplomatiques en septembre 12 (...)
  • 272 Sur les manuscrits concernés, dont le manuscrit Paris BnF lat. 8567 et le manuscrit Leipzig, Univer (...)

190La démonstration d’éloquence eut l’effet désiré et Nicolas de Rocca fut, après promesse formelle de Pierre de solliciter la bienveillance impériale en sa faveur, admis dans le cercle des notaires (sans doute dès 1245)271. C’est à la suite de cet échange épistolaire, conservé dans une poignée de manuscrits de collections non ordonnées272, que Nicolas devint un collaborateur favori de Pierre, qui prit l’habitude de lui confier certains travaux de correspondance diplomatique solennelle, et de le faire travailler directement sous ses ordres pour la rédaction de privilèges ou autres pièces officielles.

  • 273 Delle Donne 2003 n°2, p. 7-10, première éd. HBP n°74, p. 370-372.

191Cet examen informel d’introduction dans les hautes sphères de la chancellerie est tout entier organisé sur une opposition entre le travail ingrat de rédaction et d’enregistrement des documents de la pratique ordinaire et l’exaltation de la composition de pièces rhétoriques en style relevé qui offre un aperçu saisissant sur les efforts intellectuels de deux dictatores pour résoudre la contradiction entre leur idéal intellectuel et leur pratique professionnelle273 :

  • 274 Nicolaus registrator rogat magistrum P. de Vinea ut ipsum removeat ab officio registrandi.
    Etsi conc
    (...)

L’enregistreur Nicolas demande à maître Pierre de la Vigne de le débarrasser de la charge de l’enregistrement.
Bien que le projet que j’avais conçu depuis bien longtemps, et que la serrure d’un silence plein de torpeur a jusqu’ici resserré, soit marqué au coin de l’imprévoyance et comme entaché d’une note de négligence, la macule de la paresse est prudemment enlevée et le soupçon d’imprévoyance lavé, en ce que, quoique l’ambition de celui qui écrit se soit tue jusqu’ici, comme à regret, il a pourtant plus sainement espéré et cru que la qualité du laboureur qui se taisait serait jugée à ses fruits, qu’attesterait la relation à l’improviste des travaux pratiques dans leur jactance ! J’ai considéré plus décent que les harangues (contiones) fussent dévoilées par d’autres lèvres, plutôt que, grâce à l’aide d’une vicieuse arrogance, qui bafoue l’office de tout orateur, d’accéder trop présomptueusement à vos regards.
Mais, de crainte de me rendre encore coupable de retard et du vice de négligence, je m’empresse de rendre compte des travaux continus par lesquels mon corps et mon esprit sont constamment moulus, comme un fidèle et passif interprète auprès de l’ouïe de votre bénignité, qui examine avec soin les soucis d’un chacun (...) Ce fut ainsi, ô maître, après que cette charge d’enregistreur (officium registrandi), qui imprègne tant l’esprit du portefaix qui y est préposé, m’eut revêtu comme d’une sorte de servitude, que je fis comme un seul corps avec mon calame, comme une seule personne avec mon cahier d’enregistrement (quaterno) ; ce que j’ai sué et souffert, comment ce travail continu n’a cessé de m’oppresser, le cahier qui m’a été donné comme un témoin du martyre qui m’est infligé le confesse (...) On implore donc les bons offices de votre bénignité que, puisque déjà, depuis un an révolu, et plus, à vrai dire, je me consume dans les soucis de l’enregistrement et que le consumé n’en supporte plus la condition, soit de bien vouloir me donner permission de retourner dans mes foyers, soit, dans la demeure du très haut prince, dans laquelle se trouvent tant de postes, de m’indiquer une place où je puisse servir de meilleure grâce et avec plus de profit ! (...)274

  • 275 En fait, seuls trois documents sont attestés pour la régence de Richard Filangieri, la plupart du t (...)
  • 276 Auxquels on peut peut-être assimiler les forces de travail chargées de la confection graphique des (...)
  • 277 Cf. sur ce terme et son équivalence probable avec les ‘relatores’ du registre de 1239/1240 supra p. (...)

192Le travail d’enregistrement est donc interprété par l’apprentinotaire comme physiquement insupportable, et surtout en contradiction absolue avec l’idéal d’élévation spirituelle attaché à l’étude et à la pratique de l’ars dictaminis, ce qu’on comprend d’autant mieux dans le cas d’un notaire qui pouvait se sentir sous-employé dans un office subalterne, après avoir été notaire personnel d’une personnalité politique importante (avec sans doute plus de loisirs, étant donné la paralysie politique de la régence impériale en Syrie dans les années 1230275). Le travail de registrator est assimilé à celui d’un portefaix (baiulus, dans un sens classique qui n’a rien à voir avec les sens médiévaux en rapport avec bayle/bailli) grossier et abrutissant, éclairant ainsi d’un jour brutal la différence entre les simples enregistreurs chargés du travail de copie des documents276, et les notaires écrivant (rédigeant ?) les documents. La réponse favorable de Pierre donne une vision plus mesurée de la marche de la chancellerie, il est vrai du point de vue élevé d’un consiliarius277, pour reprendre la terminologie de la « lettre des hiérarchies notariales angéliques » :

  • 278 Responsiva magistri Petri de Vinea ad Nicolaum de Rocca (éditée dans Delle Donne 2003, n° 3 p. 10-1 (...)

Réponse de maître Pierre à Nicolas de Rocca.
Entre tant d’esprits élevés d’hommes qui ont longuement sucé les seins féconds de la rhétorique dans le palais de César, empoignant de ses mains la charrue, Nicolas, rhéteur inconnu, nous est apparu, retenu par la serrure de la pudeur et les clés de la vergogne, enfin il a éclaté de vive voix (...) Donc, accoutumant ton cuir endurci à unechlamyde nouvelle, tel un nouvel athlète bondissant avec des armes anciennes, tu demandes une nouvelle charge avec l’autorité vieillie de l’habitude, désirant devenir, dans le palais auguste, d’enregistreur, notaire, ou pour parler plus courtoisement par métaphore (typice), dans le champ du seigneur, de journalier (laboratore) paysan (colo-nus). À le demander en confiance, avance avec d’autant plus d’audace que tu peux être plus sûr que ton vœu sera accepté, car tu n’as pas à t’attendre à trouver maintenant ou plus tard des compétiteurs, non pas que manqueraient peut-être les concurrents distingués par leurs mérites, mais ils préfèrent plutôt manquer à ce titre qu’être affligés par ses charges et fatigués par ses travaux. De sorte que ce qui est offert par la grâce d’un honneur unique, est compensé par la pesanteur d’un double fardeau.
Je dois pourtant, pour parler vrai, dire ce que je reçois en écho de ceux qui ont déjà été reçus à cet honneur et appelés à écrire les lettres royales ; à savoir que, pour si peu que nombre d’entre eux donnent (en paroles) de ces travaux, à quelque point qu’ils détournent le col du plat trop plein (= du travail à faire), rarement ou jamais fuient-ils la Table de Proposition, ou délaissent-ils les plateaux haïs à force de dégoût. Que si d’aventure ils le font pour en détourner l’esprit de l’impétrant par la fraude d’un dégoût simulé, toi, ne vas pas te retirer stupéfait pour autant, ne détourne pas le pied dans ta timidité, mais dans ton ardeur vertueuse, pousse la porte des épaules vigoureusement. Et pour qu’à celui qui la force notre Père de Famille et Maître commande d’ouvrir, ton Pierre, au moment opportun, présentera favorablement à notre Maître les clés de ses lèvres, les prières de sa bénévole interprétation, interprète bénin de ta capacité, comme un qui, j’en atteste le juge suprême, introduit avec plaisir aux noces tous ceux qui ont ces vêtements nuptiaux, sans craindre jamais d’avoir un compagnon de trop, mais qui en est bien au contraire avide, car je me considère des plus insuffisants à la vendange d’une vigne si large, et ambitionne de m’associer le plus grand nombre possible de vendangeurs278 !

193La réponse de Pierre ne valorise pas le travail des notaires de manière aussi tranchée que la demande de Nicolas, qui faisait de celui des registratores un véritable enfer, parce qu’elle révèle la perception ambivalente que les notaires en titre, ceux qui enregistraient et écrivaient (au sens de dicter, composer le corps rhétorique de la lettre), avaient de leurs fonctions ; un honneur en accord avec leur haute qualification rhétorique et juridique, mais aussi un travail rendu ingrat par la somme d’efforts quotidiens, qui engendre un double langage dont Pierre invite Nicolas à se méfier. Le notaire ordinaire est assez excédé par la marche des affaires décrite par l’ordo cancellarie dans la même décennie pour s’en plaindre, mais généralement pas assez pour se retirer du service.

  • 279 Sur l’existence d’une réflexion sur le couple sémantique otium/negotium à la cour des derniers Soua (...)

194À la fin de la réponse, Pierre recourt au double jeu de métaphores motivé par son nom (clés du saint Pierre terrestre, portier de Frédéric II, et vigne du seigneur) pour assimiler cette fois directement le travail de la chancellerie à la vendange d’une vigne à laquelle il ne peut suffire. La sublimation du travail répétitif et normalisé des notaires ne peut donc se faire que par une exaltation de l’onction impériale sous laquelle il s’accomplit, qui est le seul moteur suffisant pour justifier la perte de leur état idéal d’otium littéraire279. La mise au service de la rédaction des documents impériaux de leurs talents stylistiques devient ainsi pour les notaires un véritable acte de foi, qui s’assimile au martyre, quand leur travail descend au niveau de l’enregistrement.

Les contradictions du travail en chancellerie

  • 280 Cette lettre sans salut, sous forme d’énigme, est le prétexte du certamen édité par Delle Donne 200 (...)
  • 281 Delle Donne 2003 n° 19, p. 37 (Nicolas parle) : Est enim que vires michi modicas minorat ingenii, l (...)
  • 282 Ibid., n° 20, p. 38.

195Dans un échange ultérieur, dont le prétexte est un billet anonyme et sans salut (acéphale)280envoyé par Pierre de la Vigne à Nicolas, peut-être dans les semaines qui suivirent la demande de promotion de celui-ci, car il semble encore faire office de registrator, cette contradiction entre le loisir rhétorique et le labeur de la chancellerie est approfondie sans être véritablement résolue par Pierre. À Nicolas qui feint de ne pouvoir entreprendre de duel rhétorique, car il serait vaincu par un travail caractérisé par l’ennui (tedium) qui ne lui laisse même pas une heure de temps libre pour polir son style, voire pour composer de simples phrases281, Pierre répond que son dictamen est la preuve du contraire282 :

  • 283 Preterea laboris incomoda, rescriba, conquereris, quibus sic dicis ligatas manus ad calamum, ut eti (...)

En outre, ô répondeur, tu te plains des incommodités de ton travail, tu dis qu’elles lient tes mains à ton calame, de sorte que tu n’oses même pas prendre un moment pour détendre ton esprit par la composition du dictamen. Mon ami, je l’avoue, la liberté du génie, quand elle est oppressée par un travail servile, ne pense guère à parler, et ne peut discerner le vrai ; et, si, par un larcin domestique, il réussit à soustraire pour écrire quelques instants troublés à l’expédition du fardeau qui lui incombe, il a mieux fait de choisir quelque argument grossier que de s’immiscer dans de subtiles questions en abandonnant son service obligé. Mais vraiment, mon frère, je ne vois rien de tout cela en toi ; bien au contraire, si je te reconnais comme l’orfèvre d’un tel chef-d’œuvre, il faut que je te reconnaisse également, soit un génie (ingenium) divin, soit qu’il n’est empêché par aucun embarras humain. Et certes, en examinant une composition (dictamen) d’un tel talent, la profonde profondeur du compositeur (dictator) le ferait croire revêtu des suffrages divins, ou libre de toute occupation283.

  • 284 N° 19, p. 37, vers la fin (c’est Nicolas qui parle) : Sed tamquam ignis delatus in gremio quicquid (...)

196C’est une autre manière de poser les termes de l’équation précédente. Pierre accepte sans discussion le caractère abrutissant du travail ordinaire de la chancellerie (mais il s’agit apparemment encore de l’enregistrement284). Pour que Nicolas ait pu écrire des lettres d’une telle qualité, il faut ou qu’il soit revêtu d’une protection divine particulière, ou qu’il n’ait aucune autre occupation. La contradiction entre la capacité proprement poétique reconnue aux dictatores les plus remarquables et leur occupation quotidienne n’est donc pas vraiment résolue dans les faits, mais présentée comme une sorte de mystère laissé ouvert. Mais cette opposition entre le dictamen comme « délassement » (relaxare) et le travail de la chancellerie, dans le cas de Nicolas de Rocca, a pu se trouver au moins partiellement atténuée de deux manières.

197D’une part, sa promotion aux fonctions de notaire impérial de plus en plus réservé à la composition de dictamina politiques l’a fait accéder dès les dernières années du règne de Frédéric II à un milieu privilégié de notaires qui pouvaient retrouver dans la composition de lettres politiques en style héroïque une occupation à la mesure de leur formation rhétorique. Il est probable que les principaux rédacteurs de la correspondance politique de Frédéric II sous la direction de Pierre de la Vigne considéraient ce travail comme le digne accomplissement de leur excellence professionnelle. Ainsi l’élévation dans la hiérarchie des occupations coïncidait-elle pour les notaires avec la résolution au moins partielle des contradictions entre leur idéal et leur fonction.

La solution de Nicolas

  • 285 Cf. l’avis contraire de Delle Donne 2003, p. 48 qui la date de 1253.
  • 286 Cf. la fin de la lettre de Nicolas, Delle Donne 2003 n° 29, p. 48-49, première édition HBP n° 85 p. (...)
  • 287 Cf. Delle Donne 2003, n° 33-37, p. 53-59 : ‘documenti attestanti l’attività di Nicola presso la can (...)

198D’autre part, après la mort de Frédéric et sans doute de Conrad, sous le règne de Manfred, Nicolas, dictator qui avait très probablement une vocation plus affirmée pour la rhétorique en tant que telle que pour le droit, a fini par conjuguer son goût pour le dictamen avec ses exigences professionnelles en devenant enseignant, dans un cadre lié au studium de Naples285, mais sur lequel la lettre qui témoigne le plus clairement de cette activité ne donne pas toute certitude, puisque Nicolas y demande la permission de dispenser des cours particuliers pendant l’été, en dépit du règlement interdisant tout enseignement de haut niveau en dehors du studium napolitain (édicté dans la lettre PdV III, 11)286. Ecrivant apparemment toujours certaines des lettres solennelles pour le compte de Manfred287, membre encore actif de l’administration, mais se consacrant de plus en plus à l’enseignement, il se conformait ainsi au profil de Terrisius d’Atina et de maître Salvus, qui, à la génération précédente, avaient apparemment conjugué enseignement et dictamen professionnel, dans un équilibre sans doute plus gratifiant que l’activité à plein temps à la chancellerie.

Les deux facettes du dictamen

  • 288 La demande d’accession dans le cercle des notaires et sa réponse par Pierre sont assimilables, d’un (...)
  • 289 La lettre des « hiérarchies notariales angéliques », pour laquelle cf. supra p. 326-330.

199La série des certamina de Jacques et Pierre, et de Pierre et Nicolas qui vient d’être examinée288représente sans doute avec une poignée de lettres dont celles en rapport avec maître Salvus et celle adressée par les notaires en groupe à Nicolas lors de la réformation de la chancellerie289, la possibilité la plus exceptionnelle de compléter l’histoire institutionnelle d’une chancellerie du xiiie siècle par l’histoire de son idéologie. Le fonctionnement de la chancellerie de Frédéric II a déjà en grande partie été reconstitué dans son organisation concrète à partir des vestiges de sa production. Mais on peut ajouter à cette reconstitution une histoire de la perception intime qu’avaient de son fonctionnement une partie de ses propres acteurs, à commencer par un de ses deux chefs effectifs dans la dernière décennie du règne, Pierre de la Vigne.

200Au-delà des rares informations positives, point toujours négligeables, que l’historien peut en tirer, l’analyse de ces textes permet d’étudier en profondeur les conceptions que les dictatores se faisaient de leurs idéaux et de leurs occupations, et la manière dont ils tentaient de concilier leur culte de la justice avec celui de la rhétorique, leur conception littéraire et précieuse du dictamen et son application quotidienne et mécanique au travail, leur vision harmonieuse de la chancellerie avec leur expérience des rivalités de cour.

201La résolution de ces contradictions, et Pierre est peut-être mort de la dernière d’entre elles, ne pouvait se faire qu’au niveau du jeu rhétorique particulier qu’était la sublimation dans l’exercice d’un dictamen officieux et souvent humoristique des servitudes du dictamen officiel, grâce aux outils proprement rhétoriques présentés dans la partie précédente. Mais cette réflexion spéculaire des notaires sur leur art et leur fonction apparaît également comme le corollaire d’une très forte affirmation professionnelle que seule leur position relativement privilégiée et la valorisation extrême de la rhétorique à la cour de Frédéric II permettent d’expliquer, même si les notaires plaidant leur cause ne doivent pas toujours être pris au pied de la lettre.

Pouvoir et rhétorique du pouvoir : une confusion dangereuse ?

  • 290 PdV III, 45, réédité à part dans HBP n° 2, p. 289-91, et Delle Donne 2003 n° 15, p. 29-34. Cette le (...)

202Avant d’envisager comment le milieu intellectuel et l’idéologie professionnelle ainsi créés ont pu survivre à travers les tourmentes politiques des années 1250-1268, pour commencer à essaimer en Italie et en Europe, concluons ce chapitre en présentant la quintessence de cette idéologie du « génie notarial » à la cour de Frédéric II juste avant la chute du logothète, avec le panégyrique de Pierre de la Vigne par son disciple Nicolas de Rocca placé au centre de la collection classique290 :

  • 291 Tentoria : image biblique.
  • 292 Je traduis ainsi le terme claviger, qui comme me le fait remarquer Henri Bresc, a généralement la s (...)
  • 293 Les « quadriges de l’Empire » sont, comme l’a déjà noté Huillard-Bréholles en livrant ce texte, une (...)
  • 294 Satis preclaros alumnos, longue lateque per orbem, nature pregnantis peperit uterus et plurimorum p (...)

Des rejetons fort éclatants, au loin de par l’orbe du monde, furent conçus par le ventre de Nature, et elle infusa une part de sa fécondité dans les poitrines de bien des hommes ; mais, contre l’opinion commune du monde entier, rassemblant dans un sujet unique tout ce qu’elle avait apporté à chacun, elle a créé maître Pierre de la Vigne plus éclatant qu’eux tous ! Et ce n’est pas sans raison qu’elle l’a ainsi enrichi de sa propre libéralité, quand la diversité des personnes avait souvent brouillé l’assemblement des vertus, que l’autorité des sentences errait, et que le droit, prompt à résoudre à force de criailleries domestiques, n’avait pas de juge qui l’ordonnât. Longtemps en effet, pour trouver le repos, l’esprit de l’heureuse sagesse (sapientia) avait erré en tous sens dans le cercle du ciel et les profondeurs des abysses, mais c’est en lui qu’enfin elle fixa son campement291(tentoria : image biblique), c’est en lui qu’elle limita le circuit de ses mouvements ; avec lui, elle ne fut plus qu’un cœur et une âme, en lui, elle ôta le fer de la terre et fondit la pierre par la chaleur, si bien que tout ce qu’il avait de grossièreté terrestre fût changé en substance doctrinale ; si bien que par l’instinct de sa vertu, la justice mortifiée pût se relever, et la plénitude (qualitas) du droit éclipsé, grâce à l’industrie de son discernement, sentît qu’elle était renforcée ; lui qui, tel un nouveau Moïse législateur, a rapporté aux hommes l’abondance des lois qui lui avaient été concédées, depuis le mont Sinaï, pour que ceux dont le désir nuisible avait erré par des chemins glissants fussent dirigés par sa lumière ouvrant la voie vers la fabrique de justice qui raffine (decoquntur) tout ce qui lui est présenté.
Il est bien un autre Joseph, à qui, comme à son interprète fidèle, César, grand dans tous ses travaux, lui dont le soleil et la lune admirent la puissance, a commis les rênes de l’orbe circulaire à gouverner : lui qui tel un porteur des clés292de l’Empire, ferme, et nul n’ouvre, ouvre, et nul ne ferme ; lui dont l’éloquence, trompette au doux son, adoucit les cœurs de ceux qui l’écoutent par la voix pareille au miel de ses discours, on dirait d’un homme à qui une intuition divine à révélé tout ce qui était caché sous le manteau du soleil, à l’exception des sept sceaux du livre clos. Car c’est lui Pierre, fondé sur la pierre, pour fonder les autres dans la stabilité de la foi, et, affermi dans la solidité de sa sincérité, pour servir aux autres de fondement. Une fois ses filets laissés, le prince des apôtres, ce Pierre pêcheur, a suivi Dieu sans détours ; mais notre Pierre législateur ne quitte pas les flancs de son maître. Ce pasteur ancien avait soin du troupeau du seigneur ; mais ce nouvel athlète, insérant les vertus et extirpant les erreurs aux côtés du Prince Suprême, pèse dans la balance de la justice ce qu’il dit. Ce Galiléen (= Pierre), par trois fois, renia le Seigneur de sa propre voix ; mais loin de nous que le Capouan renie jamais le sien. O heureuse vigne, qui restaurant l’heureuse Capoue par l’abondance de tes fruits suaves, rayonnant sur la Terre de Labour, ne cesse d’illuminer de la force (instantia) de ta fécondité les parties les plus éloignées de l’univers ; de ta racine, sarment non discordant, comme fixé à cet heureux commencement, est sorti le juge Guillaume, que ses œuvres recommandent favorablement, d’autant plus qu’il eut un si noble créateur, si bien que celui qu’a orné la qualité de son être, il l’orne à son tour du vêtement de sa splendeur. Car armé de sa connaissance des lois, il parcourt le digeste et élimine les difficultés du code, alors que, siégeant sur les quadriges de l’Empire293, autant de cas et de causes qu’il soupèse et mesure dans la balance de la justice, autant de cas et de causes tranchés et décidés, comme si la vérité n’était pas dissimulée sous les nuages, elle qui n’est pas celée à ceux qui voient : on dirait d’un saint ange dont il donne une claire représentation. Voilà donc ce que fut cette vigne, que la main de la philosophie a planté et cultivé non sans sueur, la fécondant de la douceur de son irrigation, dans laquelle elle a érigé le tabernacle de l’érudition, pour que ce fût de lui que les esprits ignorants pussent recevoir l’esprit de la doctrine, et que de son fruit doux comme le miel ils pussent boire dans leur soif. C’est la vigne dont le grand aigle a transporté les racines de la terre des négociants du Liban, et qu’il a transplantée au long des cours d’eau, dans sa prudence diligente ; à expliquer ses vertus d’exception, même la langue d’un Tullius (= Cicéron) peinerait. Et de crainte d’y échouer en poursuivant, et de déplaire tout en plaisant, on s’impose de mettre fin à cette toile, qu’a tissée Nicolas dans son étonnement294.

  • 295 Sur cette évocation dantesque de Pierre de la Vigne, cf. infra, cinquième partie, p. 825-830.

203Tels étaient les éloges insensés que recevait Pierre de la Vigne quelques mois avant sa chute, et le simple fait qu’un notaire sous ses ordres pût composer et faire circuler un texte d’une telle portée au sein de la chancellerie explique en partie la brutalité de cet événement. Les métaphores de Nicolas sur le détenteur des clés de l’empire qu’il ouvre ou ferme à volonté ont longtemps conservé un puissant écho, et se répercutent dans la complainte du treizième chant de l’Enfer de Dante295. L’assimilation de Pierre à saint Pierre, à l’origine de cette image des clés, offre également matière à un souhait rhétorique qui sonne comme une prémonition de la catastrophe à venir : Galileus ille tertio Dominum sua voce negavit ; sed absit quod semel abneget Capuanus.

  • 296 Huillard-Bréholles 1865, troisième partie, ‘Tentative schismatique de Frédéric II. – Rôle de Pierre (...)

204C’est sur la foi de ces passages où Frédéric-Christ fonde son église sur Pierre de la Vigne que Huillard-Bréholles, dans une application trop positive d’un jeu idéologiquement fondamental mais tout de même d’abord rhétorique, a cru retrouver les preuves d’un véritable schisme institutionnel de Frédéric II anticipant la formation de l’église anglicane296. On verra dans la dernière partie de cette étude que les Lettres de Pierre de la Vigne ne sont pas sans avoir eu quelque influence sur les courants annonciateurs de la Réforme aux xive et xve siècles, et, à un moindre degré sur les penseurs de la Réforme elle-même. Toutefois, dans ce jeu d’assimilations symboliques entre l’empereur et le Christ d’une part, Pierre de la Vigne et saint Pierre d’autre part, il ne faut pas voir autre chose qu’une lecture exégétique des rapports entre le maître et son serviteur qui ne manquait certainement pas d’audace dans le contexte de la lutte entre l’Empire et la Papauté, mais qui voulait avant tout signifier l’importance fondamentale de la position de Pierre, seul fondement de la foi des autres serviteurs de Frédéric en l’empereur, qui lui avait commis les rênes de l’empire à gouverner.

205Plutôt que d’y retrouver les traces d’un hypothétique schisme, il est tentant de lire dans ces textes un symptôme du poids pris par la chancellerie dans les dernières années du règne de Frédéric II. Les organes administratifs de la Grande-Cour, avec en son centre la haute cour de justice et la chancellerie, toutes deux dominées par Pierre, représentaient alors un pouvoir bureaucratique dont l’importance devenait telle que la figure du ministre qui en contrôlait les divers fils finit par égaler celle de l’empereur. La chute de Pierre s’expliquerait alors comme un réflexe de conservatisme politique de Frédéric et son entourage de la haute noblesse face à l’importance démesurée prise par les juges-notaires et leur maître dans un système où, à l’origine, ils n’étaient que des serviteurs, et où ils avaient fini par développer dans des écrits dont quelque chose devait bien transpirer hors de leur cercle des conceptions dignes d’un système mandarinal faisant d’eux un véritable corps mystique, une noblesse de l’intelligence communiant dans le culte du pouvoir des mots.

3.2.2. La dynamique sociale de la dispersion des notaires campaniens de la mort de Frédéric II au règne de Charles II d’Anjou, première étape dans la diffusion des Lettres

3.2.2.1. Un groupe social restreint à l’épreuve des bouleversements politiques

  • 297 Cf. sur ce document supra p. 326-330.

206La réformation du cetus notariorum dans son état primitif saluée dans la « lettre des hiérarchies notariales angéliques » à la reprise en main du royaume par Conrad IV en 1252/53 fut une illusion de courte durée297.

Une continuité relative de la mort de Frédéric II (1250) à la mort de Conrad IV (1254)

  • 298 Cf. Kirche..., p. 132.
  • 299 Delle Donne 2003, p. xv et n° 44-47, p. 65-69.

207Entre 1249 et 1269, la chancellerie de Sicile dut affronter plusieurs tempêtes politiques de grande ampleur qui aboutirent à la désorganisation du cercle professionnel notarial mis en place sous la direction de Pierre de la Vigne. Aux premières secousses (1249-1256), le cercle des notaires résista tant bien que mal, avant de se reconstituer sous la protection de Manfred. Troublée par la chute de Pierre de la Vigne et l’éviction de ses neveux (février 1249), désorganisée par la mort de Frédéric II (décembre 1250), la chancellerie s’était reformée, autour de Gautier d’Ocra promu chancelier en titre298, et de Nicolas de Rocca, apparemment réservé à l’exercice d’un dictamen de haute volée, sous l’autorité de Conrad IV, en 1252, après une période d’incertitude où Nicolas avait trouvé à employer ses compétences en faisant office de notaire public pour l’évêque de Calvi299.

  • 300 Schaller 1957 n° 6, p. 260.
  • 301 Schaller 1957 n° 28, p. 267.
  • 302 Schaller 1957 n° 73, p. 281.
  • 303 Cf. Hartmann 1944, p. 134-135.

208La chancellerie sicilienne de Conrad IV fut constituée autour de ces deux personnages par un noyau de notaires déjà en activité à la chancellerie impériale vers la fin de la décennie précédente, méridionaux comme Belprandus de Cosenza300, ou nord-italiens comme Jacques de Pavie301et Rodolphe de Poggibonsi302. Tous avaient misé sur la perpétuation du pouvoir impérial. À ces « anciens » de l’époque de Frédéric II vint s’ajouter un groupe de nouveaux venus : Richard de Rocca ; Parisius de Martorano ; Luc d’Ayrola ; Philippe d’Ocra, Jean de Paganico et Jean de Casali303, dont l’activité fut généralement de courte durée, si l’on en croit les témoignages parcellaires concernant le règne de Manfred, où aucun de ces noms n’apparaît plus en rapport avec la chancellerie.

Un changement de génération et un premier éclatement sous Manfred (1258-66)

  • 304 Manfred avait réussi à préserver un certain ordre jusqu’à peu de temps avant l’arrivée de son demi- (...)
  • 305 La reprise en main durable du royaume par Manfred intervient en 1256, après deux ans d’efforts. Cf. (...)

209Cette continuité, qui s’explique par la brièveté de la période de vacance relative du pouvoir304(une grosse année, de décembre 1250 à janvier 1252), fut mise à mal par les troubles qui suivirent la mort de Conrad (le 21 mai 1254) et le chaos consécutif, que Manfred mit du temps à stabiliser, notamment en Campanie, temporairement annexée à l’État pontifical305.

  • 306 Schaller 1957, n° 73, p. 281.
  • 307 Arndt 1911 p. 175, liste des notaires reproduite infra p. 375 note 317. Pierre de Capoue est actif (...)

210La plus grande partie du dernier carré des notaires de Frédéric II choisit alors de prendre ses distances, parfois en monnayant ses services auprès de personnalités prestigieuses, comme Rodolphe de Poggibonsi, qui devint notaire du cardinal Ottaviano, puis du roi de Castille Alphonse X, dont les prétentions à l’Empire l’avaient certainement amené à s’intéresser aux offres de service d’un ex-notaire de Frédéric II306. Les notaires dont l’activité est attestée sous le règne de Manfred sont quasi-exclusivement des nouveaux venus, et le renouvellement des lignages semble aller de pair avec celui des individus, à l’exception peut-être d’un Pierre de Capoue, d’un Thomas de Rocca et d’un Jean de Brindisi qui pourraient avoir entretenu des liens de famille avec certains notaires de Frédéric II307.

  • 308 Sur Jean de Procida, cf. Cartellieri 1904 passim ; Wieruszowski 1957.

211Toutefois, la fragilité des attestations préservées de l’activité officielle des notaires pendant le règne de Manfred contribue certainement à masquer des permanences, comme le montre l’importance à la cour de personnages gravitant dans l’orbite de la chancellerie, dont l’activité était déjà attestée à l’extrême fin du règne de Frédéric II, ainsi du maître de médecine (et dictator capable) Jean de Procida, si célèbre par son rôle d’agent politique antiangevin à l’époque des Vêpres siciliennes, qui apparaît dans la documentation pour la première fois dans le testament de Frédéric de 1250308.

  • 309 Cf. liste d’Arndt 1911, p. 175, à comparer avec les documents rassemblés par Delle Donne 2003 n° 33 (...)

212Un bon exemple des effets de trompe-l’œil résultant des hasards de la documentation est la non-inclusion de Nicolas de Rocca au nombre des notaires en activité dans la chancellerie de Manfred dans l’étude d’Hélène Arndt309, parce qu’aucune copie ou mention de source officielle signée de son nom n’a été préservée, alors qu’on peut déduire une activité au moins intermittente de la correspondance contenue dans le manuscrit Paris, BnF 8 567, et de la structure des Lettres.

  • 310 Schaller 1957 ne l’a donc pas comptabilisé dans la liste des notaires impériaux.
  • 311 Il écrit une lettre de déploration célèbre sur la mort de Frédéric II, éditée dans Kloos 1957. Il e (...)
  • 312 On se souvient que la plupart des documents sur la fondation des studia de Naples et Salerne conten (...)

213Mais c’est aussi le cas de Pierre de Prezza, jeune dictator capturé dans le camp impérial à l’époque de la défaite de Vittoria (12 février 1248), mais dont l’activité de notaire n’est pas autrement attestée sous Frédéric II310, et de manière très lacunaire à l’époque de Manfred, alors qu’on le retrouve sur le devant de la scène au moment de l’expédition de Conradin (1268)311. Quoiqu’il en soit de ces incertitudes, la continuité de l’enseignement et de la pratique du dictamen fut assurée, même si ce fut dans des conditions parfois précaires, entre 1249 et 1266, grâce aux activités pratiques et théoriques de maîtres de dictamen comme Nicolas formés à la génération précédente, à l’apparition sur le devant de la scène de nouveaux dicta-tores comme Pierre de Prezza et Geoffroi de Cosenza, au soutien accordé par les souverains successifs à l’université de Naples312, et au soin qu’ils mirent à perpétuer une tradition rattachée aux grandes heures du règne de leur père.

214Les représentants les plus illustres du dictamen sicilien à la génération suivante (1266-1290), Henri d’Isernia, Nicolas de Rocca junior et Étienne de San Giorgio n’ont guère pu que recevoir leur enseignement dans le studium de Naples pendant le règne de Conrad et Manfred, et leurs travaux de dictamen officiel ou privé attestent la continuité et même le développement de la tradition rhétorique élaborée par Jacques de Capoue, Pierre de la Vigne et Nicolas de Rocca. Ils avaient probablement suivi les leçons de ce dernier. N’oublions pas que du point de vue de la collection des Lettres, il n’existe aucune rupture de continuité entre le règne de Frédéric II et celui de Conrad IV. Et si les documents datant du règne de Manfred y sont beaucoup plus rares, ils sont là pour attester que les premières phases d’organisation de cet ensemble documentaire se sont certainement situées, dans un contexte d’enseignement, pendant son règne officiel (1258-1266).

La dispersion des cadres de la chancellerie souabe sous Charles d’Anjou (1266-1268)

  • 313 Sur ces événements, cf. Hampe 1894.
  • 314 Cf. Fusconi 1998, p. 195 note 147, citant I registri della cancelleria angioina..., I, n°129, p. 14 (...)

215Après dix années de répit, la chancellerie sicilienne dut subir une nouvelle série d’épreuves. L’installation du pouvoir angevin en 1266 après la bataille de Bénévent eut un effet dévastateur à cause de l’effet de réplique produit par la descente en Italie de Conradin en 1268 et sa défaite à Tagliacozzo313. Une partie du personnel dirigeant du royaume qui avait d’abord adopté une politique attentiste ou opportuniste se rangea en effet en 1268 derrière l’héritier de Conrad IV, et la politique de répression angevine fut à la hauteur de la déception et de la peur engendrées par cette vague de défections. L’Italie du nord, l’Aragon et l’Allemagne se peuplent alors d’exilés gibelins, parmi lesquels se retrouve un noyau d’anciens membres de la cour de Manfred, réchappés de l’expédition de Conradin, dont Nicolas de Rocca senior (mais on ne sait où, ni dans quelles conditions), le notaire de Manfred Vitalis d’Aversa, le médecin Jean de Procida, ou encore le grand-juge Nicolas de Trani. La proscription de ces personnages a dépendu d’un pari qu’ils avaient fait sur la réussite de l’expédition de Conradin. Les biens de Nicolas de Rocca senior à Pontecorvo, non loin du Mont-Cassin et d’Aquino, à la frontière occidentale du royaume, furent ainsi confisqués en octobre 1268 par ordre de Charles d’Anjou314.

  • 315 Cf. Morelli 1998.
  • 316 Plus on se rapproche du cœur du pouvoir souabe, plus cette continuité rencontre des limites fortes  (...)
  • 317 Liste des notaires de Manfred répertoriés par Arndt 1911 p. 175, avec addition de Nicolas de Rocca, (...)

216On a ces dernières années mis l’accent sur les continuités et le maintien du personnel antérieur dans l’administration du royaume de Sicile sous les premiers Angevins315. Certes, même dans les hautes sphères, plus sensibles aux bouleversements politiques, l’un des grands-juges nommés par Frédéric II dans la dernière année de son règne, et actif sous Manfred, André de Capoue, le resta pendant la majeure partie du règne de Charles Ier, avant que son fils, Barthélemy de Capoue, n’entamât à partir de 1278, date de son obtention du grade de docteur au studium de Naples, la carrière que l’on sait sous Charles II et Robert316. Mais parmi les notaires royaux, à rebours de l’image de continuité véhiculée par la bibliographie, la rupture semble avoir été violente317.

  • 318 Cf. Arndt 1911, p. 175.
  • 319 Kiesewetter 1998, p. 405, à la chambre des comtes : (« ’as notaires des raisons, notaire lorens de (...)
  • 320 Ibid., p. 383 note 102.

217De tous les notaires qui ont rédigé des actes de Manfred, seul Laurent de Termoli318semble être resté en service à la chancellerie royale, jusqu’en 1278 au moins319. Geoffroi de Cosenza est mort en 1268, Pierre de Prezza a fui dès la mort de Manfred auprès de Conradin, Vitalis d’Aversa et Nicolas de Rocca ont dû prendre le chemin de l’exil en 1268. Si l’enquête demande à être étendue et complétée, il est clair que la position stratégique de la chancellerie comme lieu de pouvoir fortement lié à la structure sociale de la cour sous Frédéric, Conrad IV et sans doute encore Manfred a été partiellement démantelée sous Charles Ier. Les organes administratifs sont récupérés sans modifications, mais les bases socio-institutionnelles du pouvoir des notaires disparaissent en partie. Ne bénéficiant plus pour un temps d’un accès aussi commode aux sources de pouvoir économique, contrôlés de près par des maîtres français (les chanceliers Jean d’Acy, Geoffroi de Beaumont, Simon de Paris...320) ou par des ralliés au régime (le protonotaire Robert de Bari), ils n’ont ni la position symbolique, et économique, ni la marge de manœuvre qu’ils avaient sous Frédéric II.

  • 321 I registri della cancelleria angoinia..., I, 1265-1269, p. 271-272, cf. Pispisa 1991, p. 98-99.

218Et ce sont des hommes nouveaux qui profitent des dépouilles de leurs prédécesseurs : le français Jean Troussevache est ainsi mis en possession des biens de l’ex-notaire royal de Manfred, Vitalis d’Aversa, dans cette cité, en 1269, entre autres riches dépouilles de proditores morts ou en fuite après Tagliacozzo, alors que Vitalis végète en Allemagne dans l’attente d’une improbable restauration souabe321.

3.2.2.2. La reconstitution d’un réseau de solidarité autour de la Curie

  • 322 Cf. supra, p. 364-365.

219L’analyse des correspondances des dictatores siciliens les plus importants qui vécurent la transition entre la Sicile des dernières années de Frédéric, de Conrad et Manfred, et l’État angevin de Charles Ier et Charles II, révèle pourtant la persistance d’un réseau de solidarités notariales, touchant un ensemble de personnes apparemment unies par des liens professionnels ou universitaires formés dans les années 1235-1265, qui a en grande partie résisté à l’apparition d’une fracture politique entre ralliés au nouveau système et bannis. Outre les liens tissés dans le studium de Naples ou à l’occasion d’un enseignement plus personnalisé (on pense aux cours d’été de Nicolas de Rocca322), ce maintien d’une dynamique notariale sicilienne transcendant les clivages politiques a été facilité par la relative proximité territoriale d’origine des familles concernées (Rocca et San Giorgio près du Mont-Cassin ; Isernia dans le Samnium, à la frontière entre la Molise et la Campanie, Aversa entre Capoue et Naples) ; mais aussi et surtout par le rôle de plaque tournante et de centre d’information formé par la Curie papale.

220La double stratégie d’implantations d’un certains nombre de familles d’origine campanienne spécialisées dans le dictamen permit en effet à ce groupe social en danger d’éclatement d’y trouver un support de substitution au réseau précédemment constitué par la chancellerie et le studium de Naples. En dépit de son implication politique dans l’établissement du pouvoir angevin destructeur de leur assise sociale, la Curie fonctionna dans les années 1268-1275 pour la troisième génération de notaires comme une sorte d’espace intermédiaire de rencontres et de communications entre les hommes fortement impliqués dans les tentatives de préservation ou de restauration du pouvoir souabe, et ceux qui réussirent à trouver leur chemin à la cour angevine.

Le rôle probable de Nicolas de Rocca junior

  • 323 Sur Bernard, abbé du monastère de l’île de Lérins puis du Mont-Cassin de 1263 à 1282, cf. Saba 1931 (...)
  • 324 Sur Aygler, frère de Bernard, archevêque de Naples (1266-1280), cf. Kirche... p. 329-333. Cf. une l (...)
  • 325 Sur Matthieu, archevêque de Salerne (1263/1273), cf. Kirche, p. 445-449. Sur ses positions favorabl (...)

221Cette implantation à la Curie de certaines familles liées à la chancellerie sicilienne se prolongea donc par la formation d’un réseau de solidarité qui paraissait sans doute à ces notables campaniens sur le chemin de l’exil le seul appui solide, dans des années (1266-1273) où le destin politique du royaume semblait sans cesse à la merci d’une révolution. C’est à ce réseau de protection, prolongé par l’appui de certains prélats siciliens de tendance politique modérée comme l’abbé du Mont-Cassin Bernard Aygler, élu abbé en 1263 sous le règne de Manfred323et qui n’avait donc pu occuper son siège qu’après la victoire de Charles d’Anjou, son frère Aygler, archevêque de Naples à partir de 1266324, ainsi que l’archevêque de Salerne Matthieu (1263-1273)325, que tentèrent de se raccrocher les notaires expulsés du royaume pour gibelinisme patent ou supposé.

  • 326 Cf. une reconstitution plausible des événements dans Delle Donne 2003, introduction p. xv-xvi. C’es (...)
  • 327 Sur Jourdain de Terracina, Nüske 1974, p. 74-75. Sur Simon Paltinerio de Monselice, cf. Kirche..., (...)

222Ainsi, Nicolas de Rocca, d’abord interdit de communications officielles avec la papauté pour son soutien à Manfred, puis destitué de ses charges (1266), enfin expulsé du royaume (1268)326, avait-il gardé des contacts privilégiés avec le cardinal Jourdain de Terracina (mort en 1269), apparemment un ami proche depuis leur jeunesse, qui entretenait également des relations avec son neveu Nicolas de Rocca junior, par ailleurs chapelain du cardinal Simon Paltinerio de Monselice de 1263 jusqu’à la veille de la mort de ce dernier en 1275327.

  • 328 Delle Donne 2003 n° 57, p. 78-79 (annonce de la mort de Jourdain par Nicolas junior), et n° 58 (p. (...)
  • 329 Delle Donne 2003 n° 56, p. 77.

223C’est d’abord sur l’aide de Jourdain que Nicolas senior comptait pour assurer son retour dans le royaume, et l’échange éploré entre l’oncle et le neveu à la mort du prélat, en octobre 1269, montre rétrospectivement l’importance de cette protection328. Mais la famille des Rocca était également liée à Jean de Capoue, notaire papal, le frère de Rao, notaire de Frédéric vers la fin du règne et mort entre 1252 et mai 1267, et père d’un Jean de Capoue qui devint chapelain de Clément IV. Une lettre de Jourdain à Nicolas de Rocca (senior), datée par Fulvio Delle Donne de la période d’incertitude correspondant à l’installation du pouvoir angevin, en 1267-1268, montre comment ces liens fondés sur un clientélisme indissociable de relations familiales et amicales pouvaient surmonter les obstacles politiques complexes de ces années329 :

  • 330 Certe neuter nostrum alteri abest, alterutro reliquum sinceris affectibus in intimis retinente. Cum (...)

Certes, aucun d’entre nous n’est absent pour l’autre, chacun des deux retenant celui qui reste dans les liens d’une sincère affection. Quand on se remémore ces temps nuageux, où la tempête soufflait sur l’Italie, quand les vents prospères retenus, les vents contraires se déchaînaient, et qu’à ta barque on refusait l’accès aux rivages apostoliques, pourquoi donc préciser que des affaires familiales pressantes ont occupé le temps que tu destinais pour venir ? Pourquoi notifier avoir préféré le solide soutien des lettres à ton fervent désir d’y accéder ? Il est bien superflu de chercher le remède d’une excuse, où l’on ne saurait trouver la moindre cause de reproche330.

  • 331 Lettre éditée dans Delle Donne 2003, n° 127, p. 150.

224Cette solidarité put se prolonger dans le temps, mais ne put faire rentrer d’exil Nicolas de Rocca senior après la catastrophe de 1268. Nicolas était sans doute cet oncle exilé depuis seize ans pour lequel Dominique de Rocca, frère de Nicolas junior et familaris d’un cardinal non identifié, intercédait à l’occasion du tournant politique marqué par la mort de Charles d’Anjou en 1285 auprès d’Étienne de San Giorgio, un dictator qui avait peut-être été l’élève de son oncle, et dont l’étoile montait tant à la Curie qu’à la cour de Sicile, vingt ans après l’installation du pouvoir angevin331.

  • 332 La prudence reste de mise car il pourrait à la rigueur s’agir d’un autre oncle de Dominique, mais l (...)
  • 333 Hypothèse de Delle Donne 2003, introduction p. xviii, dans le cas où l’exilé de la lettre serait Ni (...)

225Nicolas de Rocca senior, toujours vivant, aurait donc passé de longues années à intriguer vainement auprès de ses relations à la Curie pour obtenir la permission de finir ses jours dans le royaume332. La rigueur d’un tel exil, en dépit de protections assez puissantes, serait un indice que les travaux de dictamen du lettré vieillissant l’avaient assez profondément impliqué dans la cause des derniers Souabes pour que les autorités angevines l’eussent placé sur la liste des hommes ne devant pas rentrer vivants dans le pomerium du royaume de Sicile333.

3.2.2.3. Mise en place de la dynamique sociale de diffusion des Lettres

226C’est une dynamique sociale originale qui se met en place dans les premières années de la domination angevine avec l’émergence d’une nouvelle génération des dictatores campaniens.

227Les personnages qui prennent alors le premier plan dans la tradition rhétorique campanienne sont souvent des hommes nouveaux, mais ils restent liés par l’enseignement de Nicolas de Rocca senior et les contacts entretenus à la Curie avec Nicolas de Rocca junior à la grande époque de Pierre de la Vigne et de Frédéric II.

228Ceux de ces hommes qui durent porter leur activité hors du royaume à partir de 1266 ou 1268 conservèrent des relations avec le royaume de Sicile grâce aux choix politiques de certains membres de leurs familles ou simplement à la solidité de leurs liens professionnels. Tout en ayant un pied à la Curie, ils entretenaient une correspondance serrée entre eux. Un vaste réseau se constituait ainsi à travers l’exil forcé des années 1266-68, ou de la recherche d’opportunités professionnelles (Rodolphe de Poggibonsi) dans l’Empire et dans le reste de l’Europe.

  • 334 Sur ce phénomène politique italien, cf. Milani 2003.

229Cette configuration sociale n’est pas sans évoquer à l’échelle du royaume les sociétés de bannis politiques des cités nord-italiennes à la même époque334. Elle présentait une structure exceptionnellement favorable à la propagation du noyau des Lettres, surtout si le prototype en avait été conçu par Nicolas de Rocca senior à une époque où un certain nombre des futurs exilés suivaient ses leçons de rhétorique, et perfectionné quand son neveu homonyme entamait sa carrière à la Curie.

230Mais une véritable analyse de la dynamique sociale de dispersion des Lettres ne peut se contenter d’une explication politique simple qui ne correspond pas toujours à la complexité du mécanisme social en jeu. En effet, la dynamique de diffusion des Lettres n’épousa pas seulement les contours de la diaspora des notaires de la chancellerie de Manfred. Elle s’appuya sur des rapports bien plus souples de solidarité entre deux générations de notaires au centre desquels se trouvait la famille des Rocca, rapports qui transcendaient en grande partie les clivages politiques.

Les ressorts sociaux d’une diffusion stylistique

231Les réseaux sociaux entretenus par ce cercle étroit de notaires furent en effet doublés par un lien de dépendance professionnelle directement en rapport avec la culture du dictamen dans la tradition des Lettres. Le fait est assuré par une série d’indices philologiques et événementiels. Ces indices sont essentiellement 1) l’existence de contacts personnels entre un groupe réduit de notaires campaniens liés par un ensemble de relations réciproques (Nicolas de Rocca junior, Henri d’Isernia, Pierre de Prezza, Étienne de San Giorgio) ; 2) les activités d’écriture de certains d’entre eux auprès de chancelleries distantes (Henri d’Isernia en Bohême ; Étienne de San Giorgio en Angleterre et à Naples) ; 3) l’apparition d’imitations précoces de textes contenus dans les collections classiques des Lettres, parfois directement rédigées par eux, dans ces chancelleries (Prague, Angleterre) ; enfin, 4) l’existence de traditions manuscrites associant la correspondance personnelle de ces notaires et la diffusion des Lettres (Pierre de Prezza, Étienne de San Giorgio).

232Les personnages de ce cercle entretiennent des relations chaque fois différentes avec les dépositaires principaux de la tradition des Lettres, la famille de Rocca, qui forme le pivot central de cet ensemble. Les deux extrémités politiques de la chaîne, Pierre de Prezza et Henri d’Isernia pour les notaires pro-souabes, et Étienne de San Giorgio pour les ralliés au nouveau régime, n’ont apparemment aucun contact entre eux, et leur champ d’activité est fortement polarisé dans des directions opposées, l’Angleterre et la Bohême.

233En revanche, la force dynamique d’expansion du style dont ils se sont trouvés les dépositaires grâce à leurs contacts avec les Rocca est sensiblement équivalente. La famille Rocca elle-même, à l’origine de cette diffusion, a été placée dans une condition idéale pour engendrer cette dynamique à son corps défendant : Nicolas senior est du mauvais côté de la barrière, le côté des exilés politiques trop impliqués pour rentrer dans le royaume. Nicolas junior, son neveu curialiste, se trouve dans l’autre camp. La tension qui aboutit à la diffusion des Lettres à la quatrième génération des notaires campaniens résulte donc d’une polarisation déjà en germe dans la stratégie sociale déployée à l’intérieur même de la famille des Rocca. Cette polarisation entre la Curie et la cour sicilienne conditionna d’ailleurs le développement du dictamen campanien depuis la génération de Pierre de la Vigne et Thomas de Capoue, les deux grands stylistes correspondant aux deux pôles impérial et papal de ce champ de force professionnel.

234Le paradoxe d’une diffusion des collections de lettres de Frédéric II à partir de la Curie s’explique donc en fait par une logique sociale de longue durée dont l’analyse révèle la limpidité. L’éclatement politique du milieu notarial, en favorisant la circulation d’un matériel documentaire diffusé à partir de la Curie en fonction d’une polarisation simple entre pro-souabes et pro-angevins, à l’intérieur d’un milieu qui garde encore pour une génération (12661290) sa cohérence sociale, opposée à une dispersion spatiale déjà maximale (de Londres à Prague, Rome et Naples) assure une première dissémination des Lettres dans toute l’Europe en un temps record.

235Les données ainsi dégagées peuvent être synthétisées dans les deux tableaux suivants :

Tableau 21
NOYAU NOTARIAL À L’ORIGINE DE LA DYNAMIQUE DE DIFFUSION DES LETTRES

Tableau 21NOYAU NOTARIAL À L’ORIGINE DE LA DYNAMIQUE DE DIFFUSION DES LETTRES
  • 335 =détenteurs avérés (Nicolas de Rocca) et probables (Nicolas junior) de l’archétype des Lettres.
  • 336 Transmetteurs avérés ou probables des Lettres

Image 13.jpg=Liens de parentés (avec relations épistolaires).
Image 14.jpg=relations épistolaires attestées.
Note **335
Note *336
Les années sont les années d’activité attestées.

Tableau 22
LA PREMIÈRE DISPERSION HORS DU ROYAUME DES LETTRES :

Tableau 22LA PREMIÈRE DISPERSION HORS DU ROYAUME DES LETTRES :

236Les parcours individuels des notaires disséminateurs peuvent alors être étudiés non plus seulement sous l’angle anecdotique de carrières individuelles, mais en fonction de ces lignes de force sociales renforcées par la polarisation politique. Les témoignages de diffusion et d’utilisation des Lettres par Pierre de Prezza, Henri d’Isernia et Étienne de San Giorgio prennent alors le sens d’un marquage stylistique de trois trajectoires possibles, correspondant à différentes configurations d’une même utilisation sociale d’un capital culturel acquis pendant le règne de Manfred sous l’enseignement probable de Nicolas de Rocca senior (quasi-avéré dans le cas de Henri d’Isernia, probable pour Étienne de San Giorgio) ou à la chancellerie de Manfred (Pierre de Prezza par déduction de sa carrière postérieure).

3.2.2.3.1 Une trajectoire orientée en fonction d’une restauration souabe : Pierre de Prezza
  • 337 Sur Pierre de Prezza, cf. Hampe 1894 passim, et en particulier p. 346-350 ; Müller 1913 avec Kloos (...)
  • 338 Sur Henri d’Isernia voir Novák 1899 ; Hampe 1910 (avec édition de lettres) ; Třiška 1985 ; Schaller (...)

237Dans cette dynamique sociale de propagation du dictamen des Lettres, Pierre de Prezza337et Henri d’Isernia338semblent a priori présenter un profil relativement semblable. Tous deux excellents dicta-tores, tous deux revendiquant l’héritage de la tradition sicilienne, ils ont laissé une ample correspondance privée dont l’histoire manuscrite se confond, dans le cas de Pierre de Prezza, avec celle d’un rameau « aberrant » de la tradition des Lettres, incluant des lettres des collections ordonnées, des lettres de la collection dite de Thomas de Capoue, certains dictamina attribués en propre à Nicolas de Rocca.

  • 339 Sur cette tradition manuscrite particulière, cf. Schaller 1993, p. 259-262. L’exemple-type en est l (...)

238Ces manuscrits, tout comme certains passages de leurs propres lettres contenant de nombreuses imitations de lettres célèbres du noyau du recueil des Lettres remontant à l’activité de Pierre de la Vigne, attestent que les deux notaires avaient emporté avec eux dans leur exil hors de Sicile un ensemble de documents directement puisé à la tradition dont le principal détenteur apparent était alors la famille de Rocca339.

  • 340 Müller 1913, p. n°1-12, p. 110-132.

239Pierre de Prezza est le moins bien connu des deux hommes, mais ce que l’on devine de lui à travers sa correspondance révèle un parcours hors du commun, scandé par des choix politiques malheureux. Il était en effet au printemps 1248 dans les prisons de Parme avec d’autres prisonniers faits dans le camp impérial à la suite de la défaite de Victoria, et mit de nombreux mois à en sortir, à en croire un certain nombre de lettres envoyées à Frédéric II même ou à des personnages anonymes de la cour pour les engager à travailler à sa libération340.

  • 341 Sur les échos messianiques dans la rhétorique impériale et leurs incidences dans la réception des l (...)
  • 342 BF 4 700, enregistré par Arndt 1911, p. 175 en marge de sa liste.
  • 343 Hampe 1 894, p. 68 et suivantes.

240Relâché à la suite de l’intervention d’un personnage dont on ne possède pas le nom, il écrivit en 1250 ou 1251 une lettre sur la mort de Frédéric II chargée d’accents joachimites341. Les témoignages sur son activité entre 1251 et 1267 sont extrêmement réduits, puisqu’il n’apparaît qu’une seule fois, dans un acte en date du 16 mai 1259, apparemment comme notaire de Manfred342. En 1267-68, on le voit resurgir brusquement comme vice-chancelier et protonotaire de Conradin, le fils de Conrad IV et petit-fils de Frédéric II dépouillé de son trône par son tuteur Manfred, quand l’adolescent tente finalement l’aventure italienne343.

  • 344 Imprimée dans Muratori SS/X (Chronicon Sicilie anonymon) c. 824-828.
  • 345 Sur Frédéric de Misnie et les projets de reprise de l’héritage souabe, cf. Dobenecker 1930, et Blas (...)
  • 346 Cf. Hoensch 1989, p. 157.

241Pierre écrit alors différents documents de propagande et lance une retentissante Protestatio Corradini justifiant les droits de Conradin sur le royaume de Sicile344. Réchappé du désastre de Tagliacozzo en 1268, Pierre est de retour en Allemagne dans les mois suivants. Il intrigue alors à la cour du landgrave Henri de Thuringe (1218-1288) pour convaincre son petit-fils, le marquis de Misnie, Frédéric, petit-fils de Frédéric II par sa mère Marguerite345, et protégé du puissant roi de Bohême Ottokar II, également apparenté à la maison de Souabe, de tenter une nouvelle expédition d’Italie pour disputer le titre de roi de Sicile à l’usurpateur français. Pierre rédige dans ce but une Adhortatio ad Henricum illustrem, mais sans succès (1269/1270). L’expédition, également soutenue par Jean de Procida et prévue pour l’été 1270, fut annulée à la suite de la défection d’Ottokar346. On perd ensuite sa trace.

Mirages historiographiques et confusions d’attribution

242L’historiographie de l’analyse formelle des dictamina de Pierre de Prezza est riche d’enseignements sur les dangers de confusion entre la mise en valeur de capacités stylistiques héritées liées à la configuration sociale d’un personnage, et l’attribution abusive de dictamina à ce même personnage en fonction de ressemblances formelles.

  • 347 Müller 1913. En fait, c’est en grande partie une étude en trompe-l’œil, puisqu’à une analyse détail (...)
  • 348 Cf. par exemple les quatre premiers parallèles entre le manifeste de Manfred et l’Adhortatio rassem (...)

243Eugen Müller a en effet jadis tenté d’étendre nos connaissances sur le champ d’activité de Pierre par une méthode contestable347. À partir de la Protestatio Corradini et de l’Adhortatio ad Henricum illustrem, d’attribution sûre, il s’est efforcé de prouver sur des critères purement stylistiques que le Manifeste aux Romains de Manfred était dû à Pierre dans une analyse intéressante, mais qui n’apporte pas de preuve définitive348.

  • 349 BF 4 842 : acte de Conradin en faveur de Conrad d’Antioche, fils de Frédéric d’Antioche bâtard de F (...)
  • 350 Ibid., p. 91-94 : acte de Manfred de 1259 fait coram Petro de la Prece notario, BF 4 700 ; actes de (...)
  • 351 Ibid. p. 95 : BF 4 618, Conrad 1253.
  • 352 Cf. également Kantorowicz 1931, p. 246. La lettre de Frédéric II à la commune de Bologne sur la lib (...)
  • 353 Ibid. p. 96-100 ; PdV I, 18=BF 3 766 (1249), Frédéric au roi de France ; BF 3 542 ; BF 2 911 (1240) (...)
  • 354 Müller 1913, p. 99.

244Fort de cette hypothèse, il attribue ensuite à Pierre une autre pièce rédigée sous l’autorité de Conradin (attribution très probable, étant donné le contexte349), mais aussi des manifestes de Manfred, dont l’un est contenu dans le second livre des Lettres (PdV II, 2)350, puis un acte de Conrad IV351, enfin divers manifestes de Frédéric II (dont PdV I, 18)352, et jusqu’à la satire Collegerunt pontifices (PdV I, 1) et à une lettre de 1239353, même s’il le fait avec une certaine prudence dans les deux derniers cas354.

  • 355 Cf. supra première partie p. 69-99.

245À la différence des suppositions avancées dans la première partie sur la possible autorité de Nicolas de Rocca dans la rédaction de certaines pièces des collections classiques des Lettres355, qui reposent sur un faisceau d’indices et restent purement statistiques (c’est-à-dire qu’on ne postule pas l’autorité de Nicolas sur ces pièces prises isolément, mais la probabilité qu’il ait rédigé une partie d’entre elles), il s’agit ici d’attribuer à un dictator un ensemble de pièces sur la foi de rapprochements stylistiques, exercice d’autant plus périlleux que l’imitation du style symbolisé par le nom de Pierre de la Vigne était le propre d’une génération entière de notaires du royaume.

  • 356 Que Pierre de Prezza ait rendu des services à la cour impériale dans les années 1240 peut être dédu (...)
  • 357 Müller 1913, p. 103-104.

246Il paraît clair que Müller s’est laissé emporter par des ressemblances de forme, et a surtout confondu dans le cas de Collegerunt pontifices l’influence exercée par cette satire déjà très célèbre dans la décennie 1260 sur le Manifeste aux Romains de Manfred avec une rédaction des deux documents par le même auteur. On peut sans doute retenir l’idée que certains manifestes de Manfred ont pu être écrits par Pierre, mais pas les deux conclusions extrêmes atteintes par Müller. Quant à l’activité de dictamen de Pierre de Prezza vers 1240 à la cour de Frédéric II, elle est probable, mais on ne peut guère en savoir plus en l’absence de dictamina officiels directement liés à son nom avant la mort de Frédéric II356. Il semble encore moins prudent de supposer sa présence à la cour d’Aragon à l’époque des Vêpres sur la foi d’arguments stylistiques concernant une lettre datée cette fois de 1282357.

  • 358 Il est vrai que Pierre de Prezza dit au début de l’Adhortatio, qu’il est un vieillard en 1269 : me (...)
  • 359 Schaller 1957 n° 73, p. 281-282.

247Imaginer le parcours d’un notaire déjà assez important en 1240/ 1241 pour écrire des pièces politiques de grande portée à la cour de 4678 ; de 1254 BF 4 647, inclus dans la collection des Lettres classique (PdV II, 45), Frédéric II, mais dont l’activité n’est pas attestée avant 1248, et qui serait encore actif comme propagandiste plus de quarante ans plus tard à la cour d’Aragon sur la base de seuls rapprochements stylistiques est au moins imprudent358. Un notaire comme Rodolphe de Poggibonsi, dont le parcours commençant à la chancellerie de Frédéric et se terminant en Castille évoque celui imaginé pour Pierre par Müller, semble attesté pour la première fois en 1248, et pour la dernière fois en 1268359.

Premières armes rhétoriques dans les prisons de Parme

248Une lecture stylistique plus prudente des dictamina de Pierre apporte des enseignements précieux mais d’un type différent sur son utilisation du style de la chancellerie sicilienne.

  • 360 Ces lettres sont un des arguments pour considérer les demandes de secours émanant des partisans imp (...)
  • 361 Müller 1913, n° 3, p. 115-116.
  • 362 Liguria était une manière assez répandue de désigner la Lombardie supérieure et centrale au xiiie s (...)

249Les lettres datant de sa prison à Parme sont à coup sûr parmi les plus curieux monuments de l’ars dictaminis méridional. En effet, elles offrent pour ainsi dire la possibilité d’expérimenter in vivo comment une personne isolée en possession de cet art rhétorique (à la suite d’une étude précédente au studium de Naples ?), mais qu’on peut supposer sans modèles immédiatement disponibles, pouvait s’en servir pour composer différentes lettres de supplications ou de méditation dans une prison qui lui laissait la liberté de lire et d’écrire360. Une lettre adressée à l’empereur pour le supplier d’œuvrer à sa libération361contient ainsi un certain nombre d’éléments qui montrent que Pierre avait intégré des tournures utilisées dans les manifestes politiques, comme l’expression ignóbile vúlgus (cursus planus) appliquée aux Lombards (« Ligures » dans le langage de la cour impériale362). Qu’on compare le compte-rendu triomphal de la fuite des Lombards à la bataille de Cortenuova en 1237 (PdV II, 1) avec les malédictions rageuses du prisonnier de 1248 :

Tableau 23
CIRCUITIONES DES LETTRES ET DE LA CORRESPONDANCE DE PIERRE DE PREZZA

Tableau 23CIRCUITIONES DES LETTRES ET DE LA CORRESPONDANCE DE PIERRE DE PREZZA

250Mais vers la fin de la même lettre, Pierre utilise pour parler de la cruauté de sa détention une périphrase (circuitio) qui se retrouve également dans une des lettres du recueil classique. Il s’agit en l’occurrence d’une lettre administrative du cinquième livre, plus précisément d’un mandat de remise en liberté d’un détenu politique contre remise d’otages :

Tableau 24
CIRCUITIONES DES LETTRES ET DE LA CORRESPONDANCE, II

Tableau 24CIRCUITIONES DES LETTRES ET DE LA CORRESPONDANCE, II
  • 363 Absent de l’édition Iselin (Schaller 1991 t. II, p. 104).

Note 363363

251Le témoignage est concis mais précieux, car il signifie que dans son apprentissage de dictator, Pierre de Prezza avait intériorisé une formule imagée servant à la rédaction d’ordres de libération d’otages ou de prisonniers (puisque c’est bien de cela qu’il s’agit dans le mandat PdV V, 80) dont il s’est servi à Parme pour caractériser sa propre prison dans sa supplique adressée à l’empereur. C’est un indice sur le degré d’imprégnation des notaires par ces chevilles rhétoriques stéréotypées, correspondant également à des formules rythmiques (ici le cursus velox), dont la connaissance était indispensable pour travailler dans la chancellerie impériale. Il faut ensuite attendre vingt ans pour retrouver un terrain solide sur lequel continuer cette enquête socio-stylistique, avec les manifestes soutenant Conradin, puis les écrits de propagande en faveur de Frédéric de Misnie.

Misnie 1269-70 : l’opération Frédéric III

  • 364 Henri « Erlauchte » (l’Illustre), margrave de Misnie et landgrave de Thuringe, 1218-1288. Investi d (...)
  • 365 Adhortatio, ed. Schmink 1745.

252L’Adhortatio ad Henricum illustrem (c’est-à-dire au landgrave de Thuringe Henri, père du mari de la fille de Frédéric II et grand-père de Frédéric de Misnie, le candidat pressenti pour la descente allemande en Italie avortée de 1270364), a été écrite sous le coup de la défaite de Tagliacozzo, en 1269 ou 1270. Sa composition sophistiquée se divise entre une lamentation sur le sort de Conradin et de la Sicile, agrémentée d’invectives adressées à Charles d’Anjou en particulier et au lignage capétien en général, et d’une invocation à Frédéric II suivie d’une prosopopée ; et une seconde partie exhortative contenant un éloge de Frédéric de Misnie, de son ascendance, de ses appuis, conclue par un fervent appel à la reconquête de l’héritage légué par Conradin365.

  • 366 Adhortatio, p. 2.

253La réadaptation d’un style héroïque inspiré du langage développé par les notaires de Frédéric II à l’éloge d’un enfant qui était certes son petit-fils, mais portait en copropriété avec son grand-père et son père le simple titre de marquis, donne la mesure d’une rhétorique qui flotte dangereusement dans le vide, comme le symbolise l’association quelque peu pathétique Marchio ! Stupor orbis ! de la fin du prologue adressé à Henri de Thuringe366, même si Pierre trouve vers la fin de l’adhortatio des accents presque novaliens pour souligner la richesse proverbiale de ces princes saxons, exploiteurs des fertiles mines d’argent de ces parties de l’Allemagne alors en pleine expansion :

  • 367 Adhortatio, p. 18 : l’application d’Orient au titre de marquis de Misnie n’est pas un jeu poétique (...)
  • 368 Tuus autem super illustris genitor Thuringie Landgravius et comes Saxonie Palatinus altam stirpem i (...)

Quant à ton illustre géniteur, le landgrave de Thuringe et comte palatin de Saxe, il propage en toi la haute souche des puissants marquis de Misnie et d’Orient367, d’où sourdent des fontaines d’argent, qu’inonde un flot de trésors...368

  • 369 Adhortatio, p. 2 : Marchio, stupor orbis, qui potes in tua sobole merito gloriari à comparer avec P (...)
  • 370 Cf. Adhortatio, p. 10, en parlant de la mort de Conradin, ecce filii tui filius, vertice truncato, (...)

254Sur le plan purement formel, Pierre de Prezza a mêlé à des réutilisations typiques de chevilles rhétoriques caractéristiques du dictamen sud-italien369des embellissements tirés des classiques, notamment un certain nombre de réminiscences virgiliennes370. La réunion de ces deux sources d’inspiration, l’une purement sicilienne, l’autre plus orientée vers la réadaptation des classiques au détriment de l’inspiration biblique, témoigne d’une inflexion dans la pratique du dictamen chez Pierre, dont l’écriture, en 1269, semble caractéristique d’une transition entre les pratiques de dictamen traditionnelles dans l’Italie méridionale souabe et les premières manifestations du préhumanisme nord-italien.

La constante d’un investissement politique

  • 371 Sur les Lettres latines préservées de Dante et leur lien avec les Lettres de Pierre de la Vigne, cf (...)

255L’adhortatio ad Henricum Illustrem, avec sa réutilisation de la rhétorique des Lettres mêlée à des techniques d’inspiration virgilienne, proche du dictamen politique qui sera celui d’un Dante à la génération suivante371, symbolise la direction prise par l’utilisation que Pierre de Prezza fit de sa culture stylistique, héritée de sa probable appartenance à la chancellerie de Manfred. Ses choix politiques extrêmes en faveur de Conradin le propulsèrent vers un exil allemand, mais l’investissement qu’il y fit de son capital rhétorique fut tout entier tendu vers le pari d’une restauration souabe, symbolisée par Conradin puis par Frédéric de Misnie. Cet investissement malheureux explique en grande partie la difficulté à reconstituer la carrière de Pierre : il semble avoir misé sur une exploitation directement politique du dictamen trop orientée vers l’Italie, pour s’être ménagé la possibilité d’une insertion professionnelle dans son exil plus paisible, comme son ami Henri d’Isernia.

3.2.2.3.2 Une trajectoire infléchie en fonction d’une implantation professionnelle en exil réussie : Henri d’Isernia
  • 372 Pour le règne d’Ottokar, cf. Hoensch 1989.

256La vie d’Henri d’Isernia a été l’objet d’investigations détaillées de la part de plusieurs savants de langue allemande et tchèque, car l’œuvre qu’il a laissée est une source fondamentale de l’histoire politique et culturelle de la Bohême pendant la dernière décennie du règne du célèbre Ottokar II, le « roi doré » de la tradition tchèque et allemande, cousin germain de Frédéric II, qui réunit un temps sous son sceptre un impressionnant ensemble de possessions, comprenant notamment les duchés d’Autriche, de Carinthie et de Styrie, au sud de son royaume héréditaire de Bohême, avant de manquer la couronne impériale dans la décennie 1270, et de mourir en 1278 dans la bataille qui l’opposa à Rodolphe de Habsbourg, roi des Romains depuis 1273, à Dürnkrut372.

« Gibelin malgré lui »

  • 373 Hampe 1910, p. 24.
  • 374 Hampe 1910, n° 11, p. 115-122, p. 119. Cf. la description des enchantements de Naples et de son pri (...)
  • 375 Hampe 1910 n° 2, p. 69-97.

257Rien ne prédestinait Henri d’Isernia à chercher fortune dans la lointaine Prague. Fils d’une famille de la petite noblesse de sa cité natale, il avait vraisemblablement fait des études de droit et de rhétorique à Naples, ville où il résidait en 1258373et qu’il décrit avec émotion dans une peinture des beautés du royaume de Sicile adressée à Cunégonde, fille d’Ottokar de Bohême fiancée du petit-fils de Frédéric II et prétendant au trône de Sicile Frédéric de Misnie, quand les exilés italiens espéraient encore que le « beau-père » soutiendrait les projets de conquête de celui qui aurait dû devenir son gendre374. Alors qu’il se trouvait auprès de la Curie, à Viterbe, quelques mois après la bataille de Tagliacozzo, il raconte dans un long mémoire justificatif adressé à des personnages influents de sa contrée natale la suite de ses infortunes375.

  • 376 Stürner 2000, p. 58-62.

258Son père fut tenu en suspicion par les agents de Frédéric II puis de Manfred pour son attachement vassalique au comte Thomas de Celano, que Frédéric II avait contraint à l’exil à la suite de sa réorganisation administrative du royaume en 1223376. Le père d’Henri ne put jamais se blanchir complètement du soupçon d’opposition larvée à l’empereur puis à ses fils. Les justitiarii locaux en profitèrent pour le dépouiller peu à peu à coup de dénonciations et de procès apaisés à prix d’argent. Il mourut dans les premières années de l’usurpation de Manfred, et la veuve et le fils durent encore sacrifier une partie de la fortune familiale pour qu’Henri pût échapper à la prison et rentrer dans ce qui restait de l’héritage paternel. Mais les ennemis locaux ne désarmaient pas. Dans les troubles qui suivirent la mort de Manfred et l’installation du nouveau pouvoir, Henri put espérer prendre le dessus, mais il commit l’erreur fatale, au printemps 1268, de tenter un voyage à la Curie, qui était alors à Viterbe, pour y proposer ses services.

  • 377 Hampe 1910, p. 30, renvoyant à Regesta Bohemie II n° 2580, p. 1116 (modèle de lettre du cardinal à (...)
  • 378 Cf. Pour ce dernier point Delle Donne 2003 n° 79, p. 100. Lettre d’Henri à Nicolas de Rocca (junior(...)
  • 379 Regesta Bohemie II, n° 2582, p. 1117-1118.

259Pendant ce temps, ses adversaires trouvèrent, dit-il, le moyen de le faire coucher sur la liste des proscrits qui avaient participé à la bataille de Tagliacozzo dans les rangs de Conradin. Henri, dont la famille avait été persécutée pour « guelfisme » depuis son enfance, se trouvait banni du royaume en tant que partisan enragé du petit-fils de Frédéric II. Bloqué auprès de la Curie, Henri eut recourt à la protection d’un cardinal dont Hampe a supposé qu’il s’agissait du cardinal Simon de Sainte-Cécile, futur Martin IV, car une lettre de 1273 atteste les relations de l’exilé avec un cardinal Simon377. Grâce aux connaissances accumulées depuis lors sur les réseaux de relation campaniens à l’intérieur de la Curie, on peut supposer qu’il s’agissait plutôt du cardinal Simon Paltinerio, du titre de Saint-Martin (mort en 1275), qui avait pour chapelain Nicolas de Rocca junior. Henri était en effet ami des Rocca, avec lesquels il partageait apparemment des souvenirs à Pontecorvo, bourg proche de Rocca Guglielma, où la famille de Rocca avait des biens et où les enfants de Nicolas junior se trouvaient en résidence378. Il était d’autre part en relation avec le notaire papal Bérard de Naples, qui poursuivait alors une carrière prestigieuse de dictator dans la tradition sicilienne à la Curie379.

Les chemins de Prague

  • 380 Sur Bérard et sa carrière, cf. Fleuchaus 1998, p. 19-89. Lettre de louange d’Henri à Bérard, Regest (...)
  • 381 Hampe 1910, p. 33 ; 49.
  • 382 Regesta Bohemie II, n°2584, p. 1119-1120, éloge de Jean de Procida avec la réponse qui montre une c (...)
  • 383 Hampe 1910 n° 9, p. 107-108.
  • 384 Hampe 1910 n° 6, p. 104 : Coram vestre solio maiestatis, per quam in rectistatera iudicii cuncta mu (...)
  • 385 Hampe 1910 n° 5, p. 103.
  • 386 Hampe 1910 n° 4, p. 102.
  • 387 Hampe 1910 n° 3, p. 97-102, qui commence comme la lettre d’imprécation contre les cardinaux, PdV I, (...)

260La mort de Clément IV et le début de la longue vacance qui s’ensuivit réduisaient les perspectives de trouver un poste à la Curie380. C’est alors qu’Henri décida de se rendre auprès de Pierre de Prezza, qui jouait les agents de la cause gibeline pour le compte de Frédéric de Misnie entre la Lombardie et la Saxe. Henri se rendit d’abord en Misnie, puis à Pirna, sur les frontières des possessions du landgrave de Thuringe et du royaume de Bohême, d’où devaient venir les principales forces de l’armée de conquête381. Il déploya alors une activité littéraire remarquable qui jette un jour inattendu sur le milieu des exilés gibelins qui remplissaient de leurs espérances et de leurs illusions les cours de Thuringe, de Bohême et les citadelles italiennes du gibelinisme telles que Pavie, Plaisance ou Pise. Ce sont des lettres fébriles et répétées à Jean de Procida pour connaître l’état d’avancement de l’« opération Frédéric III »382, des échanges de vœux avec des dictatores de Manfred en exil comme l’ex-notaire royal Vitalis d’Aversa, ou l’ancien grand-juge Nicolas de Trani383, des rêves de revanche sur le papier : Charles d’Anjou est convoqué devant le tribunal impérial pour y répondre de ses crimes384 ; Frédéric de Misnie est proclamé empereur385 ; la descente irrésistible des troupes allemandes en Italie est décrite386 ; l’exilé demande à un certain juge Philippe la fin de la mise sous séquestre de ses biens à Isernia, en le menaçant en termes à peine voilés de sa vengeance quand le bouleversement politique attendu lui permettra de rentrer triomphalement dans le royaume à la suite du nouveau Frédéric387.

  • 388 Hampe 1910, p. 51-54, renvoyant à une notice autobiographique (différente de la justification Hampe (...)
  • 389 Saint Bonaventure ne fut cardinal que de 1273 à sa mort en 1275. La lettre date de 1273, panégyriqu (...)

261Quand il devint clair à l’été 1270 que l’expédition n’aurait pas lieu, Henri se rendit sur les conseils de Pierre de Prezza à Prague pour y monnayer ses talents désormais aguerris de dictator « gibelin » auprès d’Ottokar de Bohème388. Les détails de son activité à Prague sont relativement bien connus. Henri a monnayé son art de dictator ayant, grâce à ses études napolitaines et à ses relations avec les cercles de la chancellerie de Manfred (les Rocca, Pierre de Prezza, Vitalis d’Aversa), une parfaite maîtrise de la rhétorique impériale. Il ouvrit une école de dictamen, s’attira peu à peu les faveurs des personnages en vue du royaume, le chancelier Pierre, l’évêque d’Olmütz Bruno de Holstein, et dans un jeu serré, eut recours à ses relations à la Curie pour faire pression auprès d’Ottokar, afin d’être engagé comme notaire royal, et n’hésita pas à couvrir des éloges les plus éhontés, imités du panégyrique de Pierre de la Vigne par Nicolas de Rocca, l’ensemble du personnel dirigeant du royaume de Bohème, et jusqu’à saint Bonaventure, alors cardinal, pour arriver à ses fins389.

  • 390 Regesta Bohemie II, n° 2580, p. 1116, texte infra, p. 1116.
  • 391 Hampe 1910, n° 15, p. 130.

262Ne mettant pas tous ses œufs dans le même panier, il dictait (peut-être dans le même temps) un modèle de lettre où un cardinal (Bonaventure ou Simon Paltinerio ?) devait persuader Charles d’Anjou de son innocence, et l’engager à lui restituer ses biens italiens et sa position dans le royaume390, et une fois entré dans les bonnes grâces d’Ottokar, profitait des tractations diplomatiques en cours entre le roi de Bohême, la Curie et Charles d’Anjou pour tenter d’avancer ses affaires, dans un voyage à Bologne à l’automne 1273391.

  • 392 Hampe 1910, n° 18, p. 135-136.
  • 393 C’est Novák 1899 qui a prouvé de manière apparemment convaincante la différence entre les deux Henr (...)
  • 394 Cf. Novák 1899.

263C’est finalement l’aide du chancelier d’Ottokar, Pierre, qui lui permit de toucher au port en obtenant le statut de notaire royal en Bohême392. Henri avait apparemment été précédé dans la chancellerie de Bohême par un autre notaire italien, également nommé Henri et souvent confondu avec lui, qui était arrivé à la fonction de protonotaire, et provenait apparemment également du royaume de Sicile393. Henri d’Isernia passa les dernières années de son activité attestée, entre 1273 et 1278, partagé entre ses activités d’enseignement, sa fonction de notaire de cour et la composition dans l’un ou l’autre cadre de morceaux rhétoriques exaltant le pouvoir et les prouesses d’Ottokar. Il semble disparaître après la défaite d’Ottokar à Dürnkrut, et ce serait alors Henri (II) l’Italien, le protonotaire, qui continuerait seul à représenter la tradition rhétorique sud-italienne en Bohême, et dont les difficultés pour se maintenir à la cour de Prague pendant la minorité de Venceslas ii peuvent être suivies pendant un certain nombre d’années394.

264On reviendra dans la cinquième partie sur l’importance de la présence de ces deux ( ?) notaires italiens homonymes pour l’enracinement en Bohême des traditions de dictamen campanien. Dans le cadre du présent examen de la dynamique sociale des notaires méridionaux, l’itinéraire d’Henri, exceptionnellement bien connu grâce à sa correspondance, permet d’analyser en détail une seconde variante dans la trajectoire des notaires expulsés du royaume par les tensions des années 1266-68.

Les conditions sociologiques d’une réussite

265La carrière d’Henri, moins radicalement liée à un choix politique de restauration souabe que celle de Pierre de Prezza, est marquée par une inflexion qui s’opère entre 1269 et 1273. Entre ces deux dates, Henri est passé d’une stratégie perdante fondée sur un calcul de restauration souabe analogue à celui de Pierre, à une stratégie d’implantation sociale gagnante, démontrant une capacité d’adaptation et de monnayage de ses talents professionnels remarquable.

266Henri a tenté de faire jouer les solidarités « professionnelles » des dictatores à son profit tout au long de son parcours : à la Curie, (les Rocca et Bérard de Naples, saint Bonaventure) ; dans ses périples en Italie du nord et en Allemagne, par l’entremise de Pierre de Prezza, et d’autres notaires gibelins exilés ; en Bohême même, peut-être avec le mystérieux Henri l’Italien (II) qui l’aurait précédé à la chancellerie d’Ottokar II.

267Le catalogage politique « pro-souabe » a formé un obstacle rédhibitoire pour retrouver une place dans le royaume de Sicile après 1268. Henri, une fois étiqueté gibelin, n’a jamais pu rentrer dans le royaume, en dépit de ses nombreux appuis. Son itinéraire politique peut d’ailleurs être décomposé en trois temps assez révélateurs d’une insertion professionnelle par étapes successives, qui l’éloignent de ses projets initiaux de retour en Sicile. Dans la première étape, il tente de s’insérer dans le milieu professionnel le plus proche de la cour de Sicile, et le plus susceptible de lui permettre de rentrer dans le royaume, la Curie ; la seconde étape l’éloigne d’avantage, à la rencontre des héritiers allemands de la dynastie souabe, avec leurs espoirs d’une improbable restauration ; enfin, une troisième étape voit l’abandon progressif de l’idée de retour et l’implantation auprès d’une cour du nord intéressée à la récupération de son savoir rhétorique. Une lettre à Jean de Procida du début des années 1270 atteste la mélancolie du dictator qui sent qu’il ne reverra plus le royaume de si tôt, au moment où s’opère la transition :

  • 395 Regesta Bohemie II, n° 2585, p. 1120-1121 : Benignitatem vestram, michi ultra quam dici valeat cari (...)

Je me suis permis de demander avec amitié à votre bénignité, qui m’est plus chère que je ne puis dire, qu’elle daigne m’écrire dans ses lettres le déroulement des faits véritables, car moi qui me terre dans la cité de Prague, depuis le temps que vous avez regagné les rivages de la douce Italie, je n’ai rien attendu avec plus d’impatience, mettant de côté les soucis mordants de mes doutes fluctuants, qui retiennent en suspens mon esprit distrait par des entraînements divers, que de pouvoir me reposer sur vos lettres en toute quiétude395.

268Si le réseau politico-professionnel d’Henri lui a été d’un grand secours, il a également dû utiliser ses talents rhétoriques au maximum pour se faire une place dans leur société d’accueil. Cette activité a pris concrètement trois formes différentes.

L’exploitation professionnelle du savoir-faire rhétorique

  • 396 Triška 1985 ; Schaller (Brigitte) 1989.
  • 397 Cf. infra cinquième partie p. 710-711.

269La première a été l’enseignement du dictamen, qui conduit Henri à écrire pour ses classes pragoises une ars dictaminis396, ainsi que des exercices rhétoriques directement liés au contexte scolaire dont on trouvera des exemples dans la cinquième partie397.

270Henri a développé ses activités dans une seconde direction plus pratique, en monnayant auprès de la chancellerie royale de Bohême sa capacité à composer des documents conformes aux usages de la chancellerie impériale. Un protecteur d’Henri souligne explicitement dans une lettre de recommandation que c’est sans doute la meilleure motivation d’Ottokar, éternel prétendant à l’Empire, pour l’engager à son service :

  • 398 Regesta Bohemie II, n° 2612, p. 1140 : Et quoniam idem [Henricus] suum exhibere desiderat famulatum (...)

Et puisque ce même Henri désire se mettre au service de l’illustre roi dans la charge notariale, et que nous savons pour sûr qu’il ne sera pas peu utile au dit seigneur roi, particulièrement s’il accédait aux hauteurs de la dignité impériale, ce que nous croyons et espérons, nous avons cru devoir vous engager très instamment par la teneur des présentes à vouloir bien l’avancer auprès dudit seigneur roi grâce à l’intercession de vos prières...398

271Enfin, Henri a utilisé au maximum les potentialités encomiastiques du dictamen sicilien, déjà bien développées à la cour de Frédéric II, pour créer des pièces de composition flattant ou amusant les principaux personnages de la cour de Bohême. C’est ainsi qu’Henri « retraite » le panégyrique de Pierre de la Vigne par Nicolas de Rocca en faveur de divers personnages, notamment Bruno, évêque d’Olmütz (second évêché de la couronne par l’importance et la richesse après Prague), dont il attend protection et bénéfices :

Tableau 25
COMPARAISON DES ÉLOGES DE L’ÉVÊQUE D’OLMÜTZ PAR HENRI D’ISERNIA ET DE PIERRE DE LA VIGNE PAR NICOLAS DE ROCCA

Tableau 25COMPARAISON DES ÉLOGES DE L’ÉVÊQUE D’OLMÜTZ PAR HENRI D’ISERNIA ET DE PIERRE DE LA VIGNE PAR NICOLAS DE ROCCA

272Ce n’est plus Pierre de la Vigne qui « irradie » ses vertus sur la Terre de Labour, mais Bruno d’Olmütz sur la Moravie. En revanche, c’est toujours un notaire ambitieux en mal de promotion qui compose l’éloge.

Dans les traces de Pierre de la Vigne : une imitation stylistique doublée d’une imitation sociale

  • 399 Regesta Bohemie II, n° 2603, p. 1134-1135 : Et quid amplius mei curo telam dictaminis prolixare, cu (...)
  • 400 Regesta Bohemie II, n° 2600, p. 1131-1132, éloge de l’évêque de Prague : Qui igitur totus urbanus e (...)

273La cinquième partie permettra de revenir sur les aspects proprement formels de la réutilisation abondante par Henri des lettres PdV dans ses compositions pragoises. Mais les dictamina bohémiens de celui qui se définit dans sa correspondance comme l’« Italien », l’« exilé sicilien399 » ou le « gibelin400 » révèlent déjà la persistance chez ce dictator de la troisième génération de ‘l’école de Capoue’ de « l’éthique professionnelle » notariale dont on a examiné le développement dans la chancellerie à l’époque de Pierre de la Vigne, avec la valorisation d’une culture de la rhétorique conçue comme le révélateur d’une vertu individuelle qui justifie l’accession aux plus hautes dignités.

274Henri d’Isernia, à vingt ans de distance de la mort de Pierre de la Vigne, se sert ainsi des traditions probablement transmises dans le studium de Naples et par les Rocca sur les premiers pas du Capouan à la cour de Frédéric II pour justifier son ambition auprès des protecteurs dont il implore l’assistance. Il rappelle la réussite du logothète de Frédéric II après son lancement par Bérard de Palerme pour vendre sa propre candidature auprès d’Ottokar à saint Bonaventure, dans une suite d’exempla rhétoriques où Pierre est le pendant moderne de Virgile :

  • 401 Sur Robert de Bari, protonotaire du royaume de Sicile dans les premières années du règne de Charles (...)
  • 402 Regesta Bohemie II, n° 2610, p. 1139-1140 : Quis enim hoc asserere posset racionabiliter inhonestum (...)

Qui pourrait raisonnablement prétendre qu’il est impropre que vous écriviez pour moi au roi de Bohême, afin que par la grâce de votre intercession la Sérénité Royale m’eût en sa recommandation ? (...) Le suppliant est-il d’une telle bassesse qu’il semble ridicule de prodiguer les prières pour lui ? Mais c’est alors que resplendit vraiment la clarté d’âme qui vous rend sublime et hors d’atteinte, ô montagne escarpée de la vertu (sic !), quand la prééminence d’un supérieur adresse ses prières pour une humble personne. Quelle disposition glorieuse dans ce Mécène, illustre par ses ancêtres royaux, qui introduisit Virgile, alors accablé par le fardeau de la pauvreté, auprès de la suréminence de la Majesté Césarée ! Et quel comble de titres de gloire il y ajouta, quand il prit par la main Horace et l’introduisit, lui le fils d’un quelconque esclave de Vénouse ! Et quel accroissement à la renommée de l’éclatant Cassiodore, qu’il ne dédaignât point de prier en suppliant auprès du roi Théodoric pour ceux qui étaient dans l’abattement, afin qu’il les distinguât des faisceaux d’une dignité ! Nous savons également, si nous reportons notre plume aux temps modernes, que le pape Clément [IV] poussa Robert de Bari, homme qui n’était certes pas d’une grande littérature, mais ne connaissait guère que le peu que lui avait appris l’usage401, auprès du roi Charles, et que l’archevêque de Palerme, pour une seule lettre qu’il lui avait envoyée, introduisit en termes chaleureux Pierre de la Vigne, cet illustre dictator d’hier, l’astre de toute la langue latine, auprès de l’empereur Frédéric, quoiqu’il n’eût jamais entendu parler auparavant de ce même Pierre, qui gisait alors opprimé sous le poids de la misère...402

275Une autre facette de ce conditionnement professionnel révélée par les lettres d’Henri est un solide complexe de supériorité culturelle fondé sur une intériorisation de la prééminence stylistique du dictamen campanien, qui se conjugue dans le milieu des exilés italiens à la nostalgie du royaume de Sicile pour aboutir à une condescendance quelque peu méprisante envers les rustiques Bohémiens ou Saxons dont ils étaient les hôtes. Le galvaudage de la rhétorique encomiastique sicilienne auprès des « nouveaux riches » bohémiens devant lesquels Henri et ses homologues tendaient la main n’empêchait pas ces sentiments profonds de transparaître clairement dans une lettre de compliment à un collègue bohémien sur son style enfin débarrassé de la barbarie tchèque :

  • 403 Regesta Bohemie II, 1882, n° 2620, p. 1146 : Sed quamvis ex istis blanda me perfunderent gaudia cir (...)

Mais quoique une pure joie m’eût envahi de toute part [à la lecture de vos phrases], je ne me suis pas moins réjoui, croyez-le sans aucun doute, que le style de vos lettres, passez-moi l’expression, ne se ressente en rien de la grossièreté de la Bohème, mais que, sentant la fabrique de sa superbe enclume, elles semblent imiter la Sicile et le son éclatant de la trompette capouane ! Je m’en suis bien réjoui, car je sais désormais par expérience, qu’à votre gré, vous pouvez laisser les arbousiers et les humbles tamaris, et que, jouant avec Talie, vous vous efforcez de vous emparer du vers syracusain. Je m’en suis bien réjoui, car vous avez commencé à repousser ces petits mots trop secs et à posséder ces ‘chèvres aux mamelles enflées par le lait’, si bien que vous pouvez lutter dans le combat rhétorique de Tyrsée (lire sans doute Tityre), avec un Mélibée lyrique...403

  • 404 De manière très suggestive, Henri emploie dans son éloge du chancelier Pierre (Regesta Bohemie II, (...)
  • 405 Regesta Bohemie II, n° 2600, p. 1131 : ipsa natura parens linguam vestram vernantibus eloquencie mo (...)

276Le collègue bohémien, par sa maîtrise du dictamen « à la sicilienne », a acquis le droit de se mesurer dans un combat (certamen) de prose poétique (ou plutôt de poésie prosaïque404) placé sous le patronage des pâtres de la première Bucolique, Tityre et Mélibée, avec son interlocuteur italien, qui se proclame implicitement le dépositaire du savoir rhétorique. Le latin du dictamen jouait en effet une fonction ambiguë. Outil de travail et valeur d’échange symbolique dans un milieu de réception demandeur de ces techniques de communication, il était aussi le seul instrument de communication de ces exilés italiens plongés dans l’ambiance linguistique pour eux dépaysante de ce royaume slave, comme le rappelle indirectement Henri dans une flatterie d’étranger à l’égard de l’évêque de Prague405.

277Le parcours d’Henri d’Isernia, avec son implantation réussie dans la lointaine Prague après de multiples déboires, permet certes de comprendre comment l’école de rhétorique campanienne, malmenée par les événements politiques des années 1266-68, put essaimer avec succès assez loin de ses bases au moment où elle perdait sa cohérence dans le royaume de Sicile avec la réorganisation de la chancellerie sur des bases sociales et idéologiques nouvelles. Il faut certes faire la part de préoccupations idéologiques et administratives très concrètes dans cet engouement de grands ecclésiastiques et politiques d’un royaume slave intégré à l’Empire pour un art de la formalisation linguistique lié à l’exaltation de la dignité impériale, et récupérable par eux aux services d’intérêts politiques directs en Allemagne, et de projets plus chimériques en direction de l’Italie.

Le succès d’Henri d’Isernia, une question d’habitus ?

278S’il est donc évident que le succès d’Henri dans sa nouvelle implantation bohémienne a été en grande partie dû à l’adéquation de ses capacités professionnelles à la demande du milieu d’accueil, le rebond du notaire capable de fonder une école de rhétorique et de forcer les portes de la chancellerie d’un puissant royaume slave intégré au saint Empire cinq ans après avoir tout perdu n’en reste pas moins remarquable.

279Ce succès est certainement dû à une capacité d’initiative qui trouve son origine dans l’habitus politique particulier d’Henri, qui a développé une véritable schizophrénie, puisqu’il superpose à des réflexes de persécuté pro-guelfe, un habitus d’exilé gibelin. La propension à solliciter les protections les plus variées et à élaborer des plans en apparence contradictoires, en pariant à la fois sur une élection impériale d’Ottokar, et une rentrée en grâce auprès de Charles d’Anjou, démontre qu’Henri ne suit pas un plan politique préconçu au nom d’une fidélité revendiquée, comme Pierre de Prezza, mais exploite au maximum les possibilités que son réseau d’entraide notarial lui offre. Effectivement, il s’appuie à la fois sur le symbole de la fidélité à la cause souabe au sein du réseau notarial campanien, Pierre de Prezza, et sur les réseaux d’entraide restés en contact avec le royaume angevin à l’intérieur de la Curie.

  • 406 On se rappelle que la protohistoire des Lettres est faite d’hypothèses, particulièrement pour la pé (...)

280L’exploitation symbolique et stylistique qu’Henri fait des Lettres peut se lire à travers la même grille d’explication sociologique. L’évocation par Henri des débuts et du parcours de Pierre de la Vigne montre qu’il interpréta les Lettres dont il fut l’un des tous premiers utilisateurs, sous une forme ou une autre406, dans la décennie 1270, comme un guide de réussite sociale. Il recréa donc littéralement à partir de l’expérience sociale dont son matériel lui offrait à la fois la base pratique et le reflet mémoriel les conditions d’une expérience équivalente, en investissant l’ensemble des techniques rhétoriques de Pierre de la Vigne et Nicolas formalisées dans les Lettres à Prague.

281La reproduction dans le studium des faubourgs de Prague et à la chancellerie de Bohème de la rhétorique des Lettres ne fut donc que la facette stylistique d’un phénomène de reduplication sociale réussie, dont Henri fut, avec son mystérieux homonyme italien, le principal artisan et bénéficiaire en Bohême.

3.2.2.3.3. Une trajectoire professionnelle liée à la dynamique politique angevine à la dernière génération de l’école campanienne : Étienne de San Giorgio

282La carrière d’Étienne de San Giorgio présente un troisième degré dans la réutilisation d’une ars dictaminis directement liée à la tradition des Lettres, probablement intériorisée à la suite de l’enseignement de Nicolas de Rocca dans la période 1252-1266.

283Pierre de Prezza avait mis son savoir rhétorique au service d’un pari politique malheureux sur les derniers souabes. Henri d’Isernia l’avait utilisé pour réussir son implantation en Bohême, tout en tentant de reprendre pied dans le royaume. Étienne de San Giorgio partageait avec ce dernier la capacité à investir son savoir technique dans plusieurs champs d’actions différents : le royaume de Sicile, la Curie, le royaume d’Angleterre. Mais son absence de compromission politique avec le pouvoir souabe, résultant probablement de son jeune âge, lui permit de jouer sur plusieurs tableaux avec de meilleures chances de succès, en se servant de la Curie comme d’une plaque tournante pour une activité diplomatique embrassant l’Angleterre et la Sicile.

284Chez lui, l’usage des Lettres, parfaitement instrumentalisé, rompt avec tout souvenir idéologique de la dynastie souabe, préfigurant une utilisation purement fonctionnelle qui sera l’une des constantes de l’histoire postérieure de la collection dans les zones d’exportation sans rapport idéologique direct avec l’ancien pouvoir Staufen : l’Angleterre et la France. Étienne de San Giorgio, notaire rallié à la cause angevine, introducteur à la cour d’Angleterre d’un usage purement fonctionnel des Lettres, s’oppose ainsi à Henri d’Isernia, notaire « gibelin » introducteur d’un usage idéologisé des Lettres à la cour de Prague, où l’on méditait une récupération de l’héritage idéologique souabe.

Origines et implantation campanienne des San Giorgio

  • 407 Denifle 1888.
  • 408 Weiss 1949.
  • 409 Kantorowicz 1957.
  • 410 Nüske 1974, p. 374-375.
  • 411 Bériou 1998, p. 204-208.

285Étienne de San Giorgio est probablement originaire du village de San Giorgio à quelques kilomètres au sud du Mont-Cassin, non loin de Rocca Guglielma, de Pontecorvo et de San Germano. Mentionné pour la première fois par Heinrich Denifle dans une étude sur la réfutation du sermon parodique de Nemo407, son importance a été pressentie par Weiss408, démontrée par Kantorowicz409et rappelée par Nüske410et dernièrement Nicole Bériou411, qui ont chacun abordé son activité sous un angle différent. Mais seul Kantorowicz, en établissant l’origine campanienne d’Étienne, son appartenance à l’« école campanienne » de rhétorique sicilienne, et son rôle dans la transmission de l’ars dictaminis de la chancellerie souabe vers l’Angleterre dans la décennie 1275-1290 avait souligné l’importance du milieu et de l’éducation probablement reçue par Étienne durant son adolescence pour comprendre la suite de sa carrière et de ses activités.

  • 412 Delle Donne 2007, introduction p. vi-xv consacrée à la biographie d’Étienne de San Giorgio (Stefano (...)

286La nouvelle édition intégrale de la section des lettres du manuscrit Paris BnF lat. 8567 contenant la correspondance en rapport avec Étienne de San Giorgio permet désormais de redonner une perspective cohérente à la carrière de ce diplomate et styliste important de la fin du xiiie siècle412.

  • 413 Date de sa mort incertaine entre ses deux années, cf. Kirche..., p. 333.
  • 414 Delle Donne 2003 n° 113 p. 133. Delle Donne suppose qu’il s’agit de Thomas, mais étant donné le tém (...)
  • 415 Delle Donne 2003 n° 115, p. 133-134 : inter hec tandem credendo profiteor, quod novum indutus homin (...)

287Sa correspondance personnelle le montre en effet très fortement lié à la région du Mont-Cassin, où son frère Pierre fut moine et vestararius. Étienne adresse des lettres de consolation à l’abbé Bernard, protecteur des Rocca, à la mort de son frère l’archevêque de Naples Aygler en 1280 ou 1281413. Mais il est aussi en relation directe avec les deux neveux de Nicolas de Rocca senior, Nicolas et Dominique. Nicolas le prie de le rappeler à la mémoire de l’abbé du Mont-Cassin (Bernard, ou son successeur Thomas414), le félicite de ses progrès à la Curie415, et lui demande d’intervenir auprès de Charles II en 1285 pour faire rentrer un oncle, peut-être Nicolas senior, de son persistant exil.

  • 416 Delle Donne 2003 n° 128.
  • 417 Cf. également Kantorowicz 1957, p. 237, note 24.
  • 418 Kiesewetter 1998, p. 395-396, note 163 pour un acte du 26 novembre 1293.
  • 419 On consultera à présent Delle Donne 2003, introduction, pour l’histoire complexe de ce manuscrit et (...)

288C’est d’autre part Dominique de Rocca qui est chargé de régler la succession d’Étienne quand il meurt en 1290. Elle était apparemment assez attirante pour provoquer une querelle de famille entre le frère d’Étienne (Pierre) et son cousin. Ce dernier pourrait être le La[urent] de San Giorgio auquel écrit également Dominique416, ou un autre San Giorgio dont l’activité est attestée dans les mêmes années, Thomas de San Giorgio, magister rationalis à la cour de Charles II, dont Nüske a supposé qu’il appartenait à la même famille417. Le caractère relativement banal de ce nom de famille dans l’Italie du xiiie siècle rend toutefois cette dernière hypothèse invérifiable sans recherches ultérieures418. Cette liaison intime entre les deux familles est en quelque sorte consacrée par la fusion des deux dossiers de correspondance des Rocca et des San Giorgio qui ont conflué, avec bien d’autres correspondances contemporaines, dans le manuscrit Paris, BnF lat. 8567419.

De la Curie à l’Angleterre

  • 420 On n’a aucun indice précis sur la date de naissance d’Étienne. Son activité ne semble pas attestée (...)
  • 421 On pense à Jean de Capoue. Cf. Delle Donne 2007, intro p. xl-xli.

289Ces liens étroits d’un homme né dans la région du Mont-Cassin dans les dernières années de la domination souabe420avec les Rocca, originaires du même terroir, suffisent en partie à expliquer la connaissance exceptionnelle de l’ars dictaminis à la manière des dictatores de la chancellerie souabe, qu’a mise pour la première fois en valeur Ernst Kantorowicz, de la part d’un clerc dont l’activité d’écriture encore attestée ne remonte généralement pas en deçà de la seconde partie du règne de Charles Ier d’Anjou (à partir de 1275). Ce clerc talentueux est sans doute un des tous derniers lettrés, avec Nicolas de Rocca junior, Dominique de Rocca, et peut-être certains des notaires de Charles II d’Anjou421, à avoir bénéficié d’une formation à l’ars dictaminis dans la tradition directe de Pierre de la Vigne, probablement par le canal du disciple préféré du logothète : Nicolas de Rocca senior.

  • 422 Kantorowicz 1957, p. 236 ; Bériou 1998, p. 204, note 260 indique 1284.
  • 423 I necrologi cassinesi, Rome, 1941, cit. Weiss 1949 p. 164 note 43 et Kantorowicz 1957 p. 236.

290La carrière de diplomate et notaire international d’Étienne est d’autant plus impressionnante qu’elle ne s’étend pas sur une très longue durée : entre 1274 et 1290, ce qui fait supposer qu’il est mort relativement jeune. Pendant ces seize années, il a été clerc de la garde-robe et notaire du roi d’Angleterre Edouard Ier (à partir de 1274 au plus tard) ; familiaris du cardinal anglais Hugues d’Evesham (cardinal de 1284 à 1287) ; procurator du roi d’Angleterre à la Curie à partir de 1283422 ; conseiller de Charles II de Sicile et scriptor à la Curie à la fin de la décennie 1280. Le nécrologe du Mont-Cassin, à la date de sa mort, le 23 octobre 1290, résume cette triple activité au service de la papauté, du royaume d’Angleterre et du royaume de Sicile : Obbiit (sic) magister Stephanus de sancto Georgio scriptor domini pape et consiliarius et secretarius regum Anglie et Sicilie423.

  • 424 Par exemple lettre Paris, BnF lat. 8 567 fol. 3v : Cancellario illustris regis Anglie Hugo cardinal (...)
  • 425 Cf. la remarquable lettre BnF 8 567 fol. 3v : Regi Anglorum illustri. Stephanus clericus. Ex absolu (...)
  • 426 Sur les fastidieuses négociations pour la libération de Charles II, cf. Kiesewetter 1999, p. 160-20 (...)

291Étienne de San Giorgio s’est particulièrement fait apprécier pour ses activités de diplomate. La correspondance conservée dans le manuscrit Paris, BnF lat. 8567, dont il est un autre grand contributeur avec la famille de Rocca, montre qu’il a été un agent efficace de la cour anglaise à Rome424, mais aussi un conseiller privé d’Edouard Ier dans les affaires religieuses425, et ce sont les négociations complexes pour la libération de Charles II de Sicile, prisonnier depuis sa capture par la flotte aragonaise devant Naples en 1284 et pour la libération duquel Edouard Ier dépensa une activité considérable, qui l’ont certainement fait apprécier du roi de Sicile426.

  • 427 Weiss 1949 n° 2, p. 160.

292Multipliant les allers-retours entre la cour de Naples, Rome, la France et l’Angleterre, il est encore recommandé par le cardinal Caetani, le futur Boniface VIII, quelques semaines avant sa mort, survenue à la veille d’une nouvelle mission diplomatique où il aurait dû négocier avec Édouard la médiation anglaise dans le conflit aragono-angevin pour la Sicile427. Étienne veilla par ailleurs avec le plus grand soin à la gestion des affaires familiales, bien qu’il manifestât à plusieurs reprises son agacement de devoir laisser l’écheveau des négociations de Sicile pour descendre à des détails de gestion privée.

Une utilisation polyvalente du dictamen campanien

  • 428 Bériou 1998, p. 204-212.

293Cette carrière diplomatique de haute volée a été très certainement accélérée par les qualités intellectuelles d’Étienne, dont les talents de styliste eurent l’occasion d’être également appréciés par Charles II et Benoît Caetani, le futur Boniface VIII. C’est à l’intention de ce dernier qu’il composa la réfutation du sermon parodique de Nemo dont l’histoire textuelle a été reconstituée par Nicole Bériou dans L’avènement des maîtres de la parole428, et le manuscrit Paris, BnF lat. 8567 conserve le texte de plusieurs proclamations solennelles en rapport avec le couronnement de Charles II, enfin rentré dans son royaume en 1289, dont la rédaction avait été confiée à Étienne.

  • 429 Texte à présent édité dans Delle Donne 2007, n° 63.

294L’analyse d’une de ces compositions où Étienne a dû louvoyer pour présenter sous son meilleur jour le couronnement d’un roi prisonnier à son avènement permet de montrer la communauté de langage formel avec les lettres officielles de Frédéric II, dont le style est réinvesti au profit d’une exaltation aux fondements idéologiques bien différents, l’alliance entre la royauté française et la papauté429 :

  • 430 PdV III, 40 : Que sane professio firmis provecta radicibus ita senuit olim in iuvene ut cothidie pu (...)
  • 431 PdV I, 9 : Nos ergo suum celitus nobis Domino reserante consilium, et in plana tot aspera converten (...)
  • 432 PdV II, 40 : et fere ducentis ex ipsis nostro carceri mancipatis.
  • 433 PdV I, 6 : Cum sit Christus caput ecclesie, et in Petri vocabulo suam fundaverit ecclesiam supra pe (...)
  • 434 PdV I, 9 : ut vos predictorum nostrorum successum participes fieri gaudeamus, quos in omni successu (...)

[fol. 20v] Super eodem [= coronatione regis] per Stephanum.
Rex Regum et dominus dominantium, regis eterni filius auferens sceptrum de Iuda et regalem transferens, secundum ordinatissimam dispositionem temporum, unctionem, ecclesiam novelle plantationis erexit, in qua reges constituit, et varias alias distribuit dignitates. Inter regales autem prosapias christianitatis caractere insignitas, ab ipsis fidei christiane primordiis, idem altissimi filius stirpem regiam inclite domus Francie altis provexit radicibus430, et provectam gubernare non desinit in gloria et in honore. Ex ipsa siquidem Christianissima domo velut virgula fumi ex aromatibus prodiens dive recordationis dominus pater noster regis filius et postmodum Dei, et ecclesie athleta non degener, regni Sicilie dyademate per ipsam ecclesiam coronatus regnum ip sum, per actus et sudores bellicos431 conquisivit, cuius nos, licet tunc carceri mancipatos432, in ultime sue voluntatis eulogio, et heredem instituit, et statuit successorem433. Post nostre vero liberationis eventum, ad sinum sacrosancte romane ecclesie matris nostre refugium habuimus et recursum, que nobis [fol. 21r] materne benignitatis habundantia suadente, in amplexus occurens, post multe suavitatis et dilectionis indicia nobis exhibita, diem nostre coronationis, ut hereditatem paterne successionis, verus heres acciperet, ad hunc diem dominicum in festo scilicet Pentecosten, quo suos replevit apostolos karismatibus spiritus almi duxit deliberatione prehabita statuendum, quo videlicet die, nos, eiusdem sponsus ecclesie, Christi vicarius propriis manibus, cum festive sollempnitatis tripudiis, et sollempnis festivitatis auspiciis, regni prefati dyademate coronavit, quod vobis ad iocunditatem et gaudium nunciamus, ut sitis honoris et letitie nostre participes, qui adversitatum et tribulationum nostrarum non fuistis extorres434.

  • 435 Pour la signification à donner à ce terme, on renvoie infra à l’introduction méthodologique de la c (...)

295Ces « communautés stylistiques renforcées435 » témoignent de l’utilisation d’un langage structurellement analogue à celui des Lettres. Les considérations méthodologiques développées dans la cinquième partie permettront de distinguer entre ce type de ressemblance et une réutilisation plus directe des Lettres. Néanmoins, telle qu’elle se présente, cette proclamation solennelle est une attestation d’une parfaite continuité formelle entre les usages du dictamen en « style héroïque » à la chancellerie des derniers Souabes et ceux des premiers Angevins qui peut être reliée à la transmission d’un savoir-faire lié aux Lettres, témoignage d’autant plus précieux qu’il intervient à un moment de crise pour le nouveau pouvoir, au début du règne de Charles II, lequel infléchit la politique de son père en réitalianisant une partie de la haute administration du royaume.

Un moment charnière de l’histoire des Lettres : le passage de relais entre l’école campanienne et les réutilisations à l’échelle européenne

296L’écriture de certaines pièces solennelles pour le roi d’Angleterre ou le cardinal anglais Hugues d’Evesham confirme cette impression en montrant à quel point la maîtrise de la tradition d’écriture de la chancellerie souabe par Étienne a dû dépendre d’une mémorisation et d’une utilisation intensive des Lettres de Pierre de la Vigne, certainement déjà utilisées sous une forme ou une autre comme modèle dans son apprentissage rhétorique.

297On y saisit sur le vif un phénomène de transmission stylistique qui peut rarement être aussi bien appréhendé. Un conseiller dictator dont les liens pluriformes avec les dépositaires de la tradition des Lettres, la famille des Rocca, sont par ailleurs attestés, utilise au service d’un roi étranger dans le pays duquel cette tradition était destinée à s’implanter durablement la rhétorique des Lettres dont il a apparemment un exemplaire (mais de quel type ?) à disposition. On se trouve ici à la limite exacte entre la dernière étape de l’histoire sociale des notaires campaniens rédacteurs, compilateurs et imitateurs des Lettres, et la première étape de l’histoire de la réutilisation des collections de Lettres à l’étranger, au moment où s’accomplit le passage de relais entre la tradition italienne et la tradition anglaise. Mais il n’y a aucune solution de continuité : la dernière étape de l’histoire sociale de cette troisième partie se confond avec la première de celle qu’on retrouvera dans les derniers chapitres de cette étude.

  • 436 Lettre à présent éditée dans Delle Donne 2007, n° 44, avec proposition de datation vers 1276-1281.

298Un exemple servira à mesurer concrètement le contenu exact de cette exportation stylistique par les soins d’Étienne. Dans la lettre suivante436, qui est une injonction du roi d’Angleterre au prieur général des Dominicains de Toulouse à la suite des activités de prédication « anti-anglaise » d’un frère dans le duché de Gascogne, Étienne, pour caractériser la mauvaise conduite d’un frère qui aurait dû semer la parole de Dieu, et non appeler à la désobéissance au roi, s’est resservi d’un passage d’une lettre de Frédéric II à saint Louis datant de 1249 (PdV I, 18), peut-être écrite par Nicolas, où l’empereur stigmatisait la conduite peu chrétienne du pape :

Tableau 26
ETIENNE DE SAN GIORGIO RÉUTILISE UNE LETTRE DU PREMIER LIVRE POUR COMPOSER UNE LETTRE ROYALE ANGLAISE

Tableau 26ETIENNE DE SAN GIORGIO RÉUTILISE UNE LETTRE DU PREMIER LIVRE POUR COMPOSER UNE LETTRE ROYALE ANGLAISE
  • 437 HB VI p. 792 : ‘qui predicare tantum debent verbum Dei’. Il est visible que la lettre qu’avait mémo (...)

Note 437437

  • 438 Lettre maintenant éditée dans Delle Donne 2007, n° 26, datée de la seconde moitié de 1281.

299Cette intériorisation par Étienne de la rhétorique des Lettres se retrouve dans un passage d’une lettre de justification du cardinal Hugues à l’archevêque de Canterbury Jean Peckam, dictée par Étienne. C’est une autre réutilisation d’autant plus remarquable que la lettre-modèle, peut-être dictée par Nicolas de Rocca, est la dernière dans l’ordre chronologique des collections ordonnées, et se trouve contenue dans le manuscrit Paris, BnF lat. 8567438.

Tableau 27
AUTRE EXEMPLE D’UTILISATION POUR UNE LETTRE DU CARDINAL HUGUES D’EVESHAM

Tableau 27AUTRE EXEMPLE D’UTILISATION POUR UNE LETTRE DU CARDINAL HUGUES D’EVESHAM
  • 439 Iselin (Schaller 1991 t. I, p. 164) claustrum.

Note 439439

300L’imprégnation d’Étienne par la rhétorique des Lettres était d’ailleurs si profonde qu’elle débordait du champ de la correspondance officielle, qu’elle fût royale ou non.

301Aux limites du conditionnement professionnel et du délassement : une imprégnation par les Lettres qui déborde sur la correspondance privée

  • 440 Lettre maintenant éditée dans Delle Donne 2007, n° 58. Il indique la fourchette 1274-1280.

302Dans une lettre d’agrément qu’il a dictée pour le trésorier d’Angleterre et qu’il a dû soigner, car elle était destinée à un compatriote qui avait fait ses classes au studium de Naples sous Frédéric II, et qui était devenu un dictator des plus réputés de la Curie, Bérard de Naples, Étienne s’amuse à peindre un des vices les plus courants de la cour romaine, l’accumulation de cadeaux. Il fait à cette occasion de Bérard un nouveau Grégoire IX emporté, comme l’adversaire de Frédéric dans la satire de Pierre de la Vigne Collegerunt pontifices, jusqu’au troisième ciel par l’exaltation de ses richesses440 :

  • 441 PdV I, 1 :...Tu vero, ad hoc vivis ut comedas, in cuius vasis et ciphis aureis scriptum est ‘bibo b (...)
  • 442 Je suis la leçon vos confundat du ms., au contraire de F. Delle Donne qui corrige en non. Lettre ca (...)

Le trésorier du roi d’Angleterre à maître B. de Naples, par Étienne.
« Pour jouer avec les mots, je sais à présent vraiment et suis bien certain que ceux qui de toutes les parties du monde arrivent à la cour romaine, ont rempli si abondamment vos coffres et les emplacements encore vides de vos écrins de leurs présents, qu’ils se sont complètement appauvris, alors que vous, par la surabondance de vos richesses, comme enlevé au troisième ciel, vous ne gardez nulle mémoire de vos amis, et vous vous en préoccupez à peu près autant que de l’absence d’un troisième pied (...) Au reste, puisque je vous sais auditeur avide de la prospérité du roi, je vous informe pour votre joie que mon maître l’illustre roi d’Angleterre, ainsi que son illustre épouse, la reine notre maîtresse, par la grâce de Dieu, jouissent du bénéfice de la santé corporelle, et que moi aussi, je vis en pleine santé par la même grâce, ce que j’espère anxieusement entendre de vous. Que le seigneur Dieu vous conserve, et que le Diable vous confonde ! »
Thesaurarius regis Anglie magistro B. de Neapoli per Stephanum. Ut verbis alludam nunc scio vere et certus existo, quod hii qui de diversis mundi climatibus curiam romanam advenerint, archas vestras et loca vacua scrineorum, sic replevere muneribus habundanter, quod ipsis omnino factis egenis et vobis ex superhabundantia divitiarum vestrarum, usque ad tercium celum raptis441, nulla subservit memoria de amicis, et de ipsis non aliter, quam de tercii pedis carentia cogitatis (...) Ceterum quia scio vos prosperitatis regie avidum auditorem, notifico vobis ad gaudium, quod dominus meus Anglie rex illustris, cum domina regina consorte sua, grato per Dei gratiam fruitur beneficio corporee sospitatis et ego cum eis, eadem gratia sanus vivo, quod de vobis anxius audire peropto. Conservet vos dominus Deus, et dyabolus vos confundat442( !)

  • 443 Lettre à présent éditée dans Delle Donne 2007, n° 10, qui la date de 1288.

303Si cette lettre n’a encore qu’un caractère semi-privé et de commande, puisque le rédacteur n’est pas l’expéditeur, une missive personnelle au ton mi-plaisant, mi-exaspéré envoyée par Étienne, alors apparemment en France (à Paris ?), sans doute à la suite de Charles II peu après sa libération (1288) à son frère Pierre, confirme que la « rhétorique royale » des lettres lui sert également à exprimer les sentiments et les revendications les plus personnelles. Étienne qui a obtenu l’assurance d’une prébende à la chapelle royale d’Angleterre pour son frère qui semble avoir été le modèle de l’Italien vorace dont se plaignaient tant les habitants de l’Angleterre au xiiie siècle, se plaint de devoir supporter le poids de ses affaires en plus des siennes443 :

  • 444 Pierre, vestiarius du Mont-Cassin, était devenu abbé d’une abbaye jusqu’ici non identifiée.
  • 445 Manuscrit Paris, BnF lat. 8 567 [fol. 11v] : Domino abbati fratri... stephanus. Litteras tuas novis (...)

J’ai reçu les dernières lettres que tu m’as envoyées contenant entre autres choses (...) au sujet de quoi, je désire que tu saches que je n’interviendrai en rien en ce qui me concerne, puisque le seigneur chancelier veut, désire, et a déjà fixé, que quand nous serons dans le royaume [d’Angleterre] tu sois promu à de plus hautes fonctions par la faveur royale (...) Mais je m’étonne violemment que le gouffre de ta cupidité, que l’expérience du fait a prouvé plus antique que les feux de l’Etna, ne puisse être rassasié par nulle promotion, et que tu me déplumes de toute part, sans aucune compassion. Ma propre chair n’a pas plus pitié de moi, que ne ferait un étranger, et ne considère pas que je croule sous tant de travail. En effet, j’espérais être déchargé par ta promotion444, et que tu t’abstiendrais dorénavant de piller mes biens, et que les tiens te suffiraient. Mais c’est tout le contraire qui m’arrive, puisque ni ton bien, ni le mien ne suffisent à rassasier ton insatiable cupidité. Tu m’as écris à propos des moulins. Je te réponds que la nature ne m’a pas appris à voler, pour pouvoir fendre l’air à pleine vitesse et venir de France dans les Pouilles en un jour. N’ayez pas des cœurs de lièvres, pour vous laisser maltraiter par des fâcheux, prenez des cœurs plus virils, des cœurs de lions445 !

  • 446 Cf. la conclusion de Collegerunt pontifices (PdV I, 1) : Alioquin leo noster fortissimus, qui simul (...)

304Ce texte truculent montre jusqu’où le dictamen peut aller sans cesser d’être lui-même. Les expressions en apparence familières ex omni parte deplumas, non concessit michi natura volatum, corda leporina, sont néanmoins soigneusement travaillées pour rentrer parfaitement dans le moule du cursus caractéristique de l’ars. La première partie de la lettre, où Étienne reproche à Pierre son insatiabilité, évoque encore le ton satirique des passages des lettres du premier livre où Frédéric reproche aux papes leur soif d’or insatiable. La dernière partie reprend, avec une cheville rhétorique similaire à celle d’une des Lettres, une conclusion normalement adaptée à la rhétorique impériale, assimilant le prince qui se dresse dans sa colère contre ses ennemis à un lion rugissant446. Mais il s’agit ici de donner un peu de courage à des membres de la famille dans une affaire de contestation apparemment liée à des moulins.

Étienne de San Giorgio et Henri d’Isernia, deux incarnations du notaire héritier de l’école sicilienne dans l’Europe de la fin du xiiie siècle

305Tout comme Henri d’Isernia, Étienne de San Giorgio a donc été à la fois l’un des derniers hommes en contact professionnel étroit avec le disciple direct de Pierre de la Vigne et compilateur des premières versions des Lettres, et l’un des tout premiers utilisateurs et exportateurs du recueil dans le sens qui allait être celui des générations suivantes.

306Les deux figures du notaire « gibelin » et du notaire « guelfe » se complètent d’autant mieux que leur carrière professionnelle au-delà des Alpes a résulté d’une dynamique au fond équivalente, qu’une succession de hasards tempérés par des choix tactiques a orientée vers deux cours équidistantes du studium de Naples et de Capoue, mais également désireuses, à ce moment, de s’emparer du savoir rhétorique des notaires campaniens : la cour d’Angleterre et celle de Bohême. Le rôle identique de la Curie comme base de départ des deux hommes confirme que la dynamique sociale de dispersion des Lettres, liée à l’exportation des recettes stylistiques présentées dans la seconde partie et épousant harmonieusement les contours de la tradition manuscrite analysée dans la première, obéit à une logique d’ensemble qui peut être formalisée en une loi de dispersion à la rigueur quasi-mathématique.

3.3. CONCLUSION À LA TROISIÈME PARTIE

307L’exploitation en profondeur des collections des Lettres de Pierre de la Vigne, par un contrôle réciproque de l’histoire de la transmission manuscrite, de la tradition rhétorique et des procédés stylistiques d’une part, et de l’histoire sociale des acteurs de la chancellerie de Frédéric II et Manfred d’autre part, pose les bases d’une véritable histoire sociale d’une forme stylistique qui permet de redonner son arrière-plan social à chaque étape de sa création progressive.

308Se dégagent ainsi les conditions réelles de création des documents dans la chancellerie, au fur et à mesure que la domination de Pierre de la Vigne sur celle-ci renforce sa cohésion et lui donne ses caractéristiques idéologiques.

309La mise en rapport du fonctionnement de la chancellerie, qui peut être reconstitué dans la plupart de ses aspects grâce à une documentation exceptionnellement riche, avec la structure des Lettres, permet de préciser une première fois les conditions générales de leur création, à travers le registre de 1239/1240. L’ordo cancellarie et la « lettre des hiérarchies notariales angéliques » témoignent de la cohésion de la chancellerie au sommet de son activité, dans la dernière décennie du règne. Une idéologie professionnelle des notaires-juristes s’est alors constituée, qui explique la force de l’exaltation de la rhétorique à la cour de Frédéric II.

310Mais c’est l’extraction à partir des différents types de collections des Lettres d’un lien charismatique de maître à disciple transcendant les hiérarchies institutionnelles, et reliant par une chaîne ininterrompue Jacques de Capoue, Pierre de la Vigne, Nicolas de Rocca senior, qui fait comprendre comment cette idéologie a pu survivre aux déchirements internes qui ont caractérisé ce milieu à l’époque même de Frédéric II, puis lors des secousses politiques qui ont conduit à son démantèlement, entre 1250 et 1268.

311Tout se passe alors comme si la constitution progressive par Nicolas de Rocca et ses continuateurs à la Curie (son neveu, mais peut-être aussi d’autres personnages comme Étienne de San Giorgio) d’une somme mémorielle des Lettres de Pierre de la Vigne, avait pallié la dispersion d’un milieu notarial soumis à des pressions centrifuges de plus en plus importantes. On peut même se demander si l’histoire sociale de la Somme n’aurait pas épousé celle de ce milieu non seulement dans les premiers stades de sa diffusion, mais par une sorte de réaction fonctionnelle, dans sa création même, le probable exil de Nicolas de Rocca senior l’ayant peut-être poussé, lui ou un de ses proches, à développer, à partir de l’archétype déjà à disposition, des variantes enrichies susceptibles de servir de vade-mecum aux notaires dans leurs nouveaux foyers d’activité. La destruction de la chancellerie souabe, en favorisant cette dynamique de dispersion, aurait alors non seulement été le principal moteur de la diffusion du style des Lettres, mais un puissant stimulateur à la création de la collection dans ses avatars successifs.

312Il est maintenant temps d’entamer le second grand mouvement de cette étude en prolongeant cette histoire sociale des Lettres par une étude de leur réception et de leur réutilisation, au-delà de leur milieu de création. Mais pour ce faire, il n’est pas possible de repartir directement des premières imitations à partir des nouvelles collections sur les traces d’Henri d’Isernia et d’Étienne de San Giorgio, vers 1270-1290. En effet, la réception des Lettres a eu une antéhistoire, qui correspond à la réception des documents isolés qu’elles rassemblent, et à leur inscription dans les différentes formes de communication de leur époque de rédaction et de diffusion initiale (1230-1270). Avant d’entamer la cinquième et dernière partie de cette histoire sociale des Lettres, il faut donc dans un quatrième temps retourner à l’époque de Frédéric II pour envisager la signification de la forme des textes contenus dans les Lettres du point de vue non plus de leurs créateurs, mais de la société pour laquelle ils ont été initialement conçus. C’est ce qu’on va faire en étudiant les ‘lettres des Lettres’ dans l’ensemble des formes de communication politique au xiiie siècle, à travers leur circulation, leurs transpositions et leurs déformations.

Notes

1 Cf. à ce sujet Heupel 1940 et la description du fonctionnement de la chancellerie dans les années 1238-1244 dite ordo cancellarie qui montre que le fonctionnement ordinaire de la chancellerie est en partie indissociable de celui de la grande-cour de justice. Taddée de Suessa et Pierre de la Vigne, qui régirent ensemble la chancellerie jusqu’à leur mort respective en 1248 et 1249, étaient tous deux grands-juges.

2 Un certain nombre de notaires firent également carrière en tant que magistrirationalium, comme par exemple le maître Procope de Matera (Schaller 1957, n° 68 p. 280, Gleixner 2006, p. 500), actif entre 1220 et 1240 comme notaire, et entre 1240 et 1246 comme magister rationalis pour les Pouilles. Sur l’organisation de la camera rationalium, cf. Stürner 2000, p. 37-39. Le titre de protonotaire assumé par Pierre à partir de 1243 comprenait une surveillance effective des comptes : les finances n’étaient guère plus strictement séparées de la chancellerie que la justice. Celle-ci servait de chambre d’enregistrement et de rédaction pour des documents relatifs aux deux domaines.

3 En effet, la rédaction d’une poignée de lettres est attribuée d’après le manuscrit dit du prince de Fitalia (Palermo, Biblioteca della Società Siciliana per la Storia Patria, ms. I. B. 25 = Schaller 2002 n° 151, p. 225-230) respectivement à maître Salvus, notaire occasionnel et probable maître de droit dans le studium et à Terrisius de Atina, supposé maître de dictamen à Naples pour lequel cf. Schaller 1993, p. 85-101. Cf. à ce sujet supra, première partie, p. 93 et 98.

4 J’inclus dans cette catégorie à la fois les collections classiques en six livres, les trois autres formes de collections plus rares, et les manuscrits non-ordonnés comme le ms. Paris, BnF lat. 8 567, mélangeant des lettres d’horizons plus variés, et contenant parfois des correspondances officielles ou privées du règne de Frédéric, Conrad et Manfred absentes dans les collections ordonnées.

5 Cf. Heupel 1940.

6 Cf. Schaller 1957-58.

7 Cf. Kölzer 1984, 1994.

8 Kamp N., Kirche und Monarchie im staufischen Königreich Siziliens 1973-1982, offre un bon point de départ pour la reconstitution du personnel dirigeant de la Sicile souabe, (dorénavant Kirche)... ; Heupel 1940. Son étude de la grande-cour inclut une analyse très complète du fonctionnement de la chancellerie, dirigée par les juges de la grande-cour de justice, et dont une bonne partie de l’activité consistait en la rédaction de documents en rapport avec le règlement des affaires judiciaires ; Schaller 1957 est encore l’étude la plus complète sur la chancellerie du royaume de Sicile sous Frédéric II, avec une prosopographie commentée de 84 notaires répertoriés en activité à un moment ou à un autre du règne. Elle doit néanmoins être complétée et corrigée sur certains points par Zinsmaier 1974, Kölzer 1984 (chancellerie de Constance à Manfred) et 1994 (administration impériale sous Frédéric II : magna imperialis curia), et dernièrement, Cuozzo 1995 et Koch 1999, l’introduction au premier volume des diplômes de Frédéric II (éd. Koch 2002), p. vii-liii, enfin Gleixner 2006, p. 488-504, et Friedl 2005 pour les fonctions exercées hors de la magna curia.

9 Gleixner 2006. Bien que de nombreux problèmes concrets se posent encore pour comprendre la répartition exacte du travail à l’intérieur de la chancellerie, l’établissement définitif de l’absence d’identité automatique entre le notaire reponsable de l’acte et son scriptor représente un apport fondamental de ce travail exhaustif pour la période 1226-1236 (on notera qu’il s’agit des années précédant directement la période où furent rédigées la très grande majorité des lettres datant de l’époque de Frédéric II incluses dans la collection classique des Lettres).

10 Huillard-Bréholles 1865, à compléter désormais par Delle Donne 2003, mais à part quelques points de détail sur Nicolas de Rocca, le notaire Guillaume de Tocco ou quelques autres personnages, seules les conclusions sur les idées réformatrices à la cour de Frédéric II sont franchement dépassées.

11 Delle Donne 2003, à compléter par Delle Donne 2007.

12 Synthèse sur la question avec bibliographie précédente dans Delle Donne 2003, p. xxvii-xxxi.

13 L’importance de Capoue à l’époque normande et souabe est soulignée par la titulature officielle des rois de Sicile, encore valable sous Frédéric II : Fridericus divina favente clemencia rex Sicilie, ducatus Apulie et principatus Capue. Frédéric II y séjourne quatre fois à l’époque qui nous occupe principalement, entre 1235 et 1250, et seulement deux fois à Naples, une fois à Bénévent, et une fois à Salerne, cf. Brühl 1994. À comparer néanmoins avec les douze séjours à Foggia pour la même période. Sur les possessions des notaires à Foggia, cf. Schaller 1957, p. 247-248.

14 Lettre PdV III, 43 (texte infra note suivante). C’est une lettre d’une flagornerie remarquable, puisque le chapitre de Capoue remercie Pierre de lui avoir demandé une faveur, probablement liée soit à un prêt ou à un don gracieux par l’Église de possessions dans la ville de Capoue, soit à l’élévation d’un des deux neveux, ou d’autres parents de Pierre. Sur les biens appartenant à l’Église de Capoue et en possession du clan de la Vigne au moment de la chute de Pierre en février 1249, cf. Huillard-Bréholles 1865, p. 102-103 (Pour le texte cf. infra, note suivante).

15 Utinam in magnis a nobis gratiam sentiretis, quam in minimis ex innata vobis benivolentia memoratis. Bonarum quippe mentium est, non quid fiat, sed quo animo fiat attendere, et obsequentium debitum gratiam reputare. O quantum vobis debet ecclesia, o quantum civitas capuana tenetur, quia non a civitate vel provincia laudem, sed civitati et provincie laudis titulum acquisistis, ut iam non Petrus a Capua, sed a Petro Capua latius agnoscatur. Felix radix, que fructiferum protulit palmitem ! Felix vinea, que vinum precipuum germinavit ! Grates ergo vobis referimus quod a nobis requiritis gratiam, et quod mandastis implevimus gratiose, rogantes ut ecclesie matris vestre non sitis immemores, cuius vos in sacramentis ecclesiasticis ubera lactaverunt.

16 Delle Donne 2003, p. xxviii renvoyant à Hampe 1910, p. 34-35, considérations sur l’école de Capoue, et dans Regesta Bohemie II, 1882, n° 2620, p. 1146, la lettre d’Henri d’Isernia à un ami tchèque qu’il complimente pour son style : Sed quamvis ex istis blanda me perfunderent gaudia circumquaque, non minus, credatis procul dubio, sum gavisus, quod litere vestre stili, nolo dicere, ruditatem Bohemie nullatenus redolent, sed splendidioris incudis fabricam sapientes suaviloquam videntur imitari Siciliam et tube clangorem altisonum capuane. La double caractérisation de l’élégance stylistique sud-italienne par la Sicile et Capoue est révélatrice : le premier adjectif a été réservé après Dante à l’école poétique en italien, et le second à l’école de prose latine dominée par Pierre de la Vigne. Sur les lettres d’Henri d’Isernia, cf. infra p. 391-404.

17 Cf. Schaller 1957, n° 70, p. 280-281.

18 Présentation rapide et édition du certamen prosaicum entre Jean de Capoue et le cardinal Jourdain de Terracina, datable des années 1257-1258 dans Sambin 1955. Un groupe de lettres inédites de Jean de Capoue contenu dans le ms. BnF lat. 8 567 est nouvellement édité dans Delle Donne 2007, n° 145-148 et introduction p. xxxvi. Sur le rôle possible de Jourdain de Terracina dans l’élaboration des summe dictaminis de Thomas de Capoue et peut-être de Pierre de la Vigne, cf. Delle Donne 2003, p. lxxxi-lxxxii, renvoyant à Heller 1929. Sur le personnage, Nüske 1974, p. 64-65. Sur le rôle possible de Jourdain dans le mouvement de création ou de remaniement et diffusion des summe dictaminis papales et impériale, cf. supra première partie p. 70-71 et 106 et Delle Donne 2003, introduction.

19 La succession de deux Renaud sur le trône archiépiscopal a causé quelques confusions. Cf. Kirche..., p. 112-116 pour Renaud I, mort en 1212, et Renaud Gentilis, évêque de 1216 à 1222. Schaller confond encore les deux personnages dans sa présentation de l’histoire de la chancellerie impériale, (Schaller 1957) p. 221, alors que c’est le premier qui a laissé une série de lettres des années 1199-1210, dont certaines sont de remarquables témoignages sur la minorité de Frédéric II, exploitées par Hampe 1901. Renaud I était neveu du chancelier Gautier de Palearia. Renaud II a eu une certaine activité administrative en rapport avec ce personnage, et a longtemps été crédité à tort d’avoir été protonotaire de Sicile (cf. Kirche..., p. 119). D’où une exagération de l’importance du personnage, et une certaine confusion, encore répercutée par Delle Donne 2003, p. xxix qui reprend les considérations de Kantorowicz 1927 (trad. 1987) et Niese 1912.

20 Vers 1220, selon Huillard-Bréholles 1865, p. 3-6.

21 Cf. Schaller 2002, p. 275-277, n° 172, avec bibliographie pour les publications de Hampe.

22 Delle Donne 2003. Hans Martin Schaller, qui lui-même a usé de ce concept dans ses différentes études (Schaller 1993, passim), réduisait dans une conversation de travail avec l’auteur de ces lignes en septembre 2002 l’importance et surtout la spécificité d’une « école de Capoue », en mettant en avant la fragilité des témoignages du type de celui d’Henri d’Isernia, écrivant bien après la mort de Pierre de la Vigne. Il reste intéressant qu’une « légende » sur le style capouan ait survécu pendant une quarantaine d’années à l’activité de Pierre de la Vigne dans le milieu de diffusion des Lettres.

23 Il n’y a rien sur une école proprement capouane dans Alessio 1989, qui fait le point sur l’enseignement de l’ars dictaminis dans l’Italie méridionale. Il est possible que la présence de deux archevêques de Capoue qui furent aussi des dictatores doués, Renaud et Jacques, respectivement en 1199-1212 et 1227-1234, ait motivé le développement plus particulier d’un enseignement de rhétorique dans une sorte d’école cathédrale, mais rien ne vient le confirmer. On peut aussi penser au rôle d’enseignement du Mont-Cassin, centre ancien de diffusion de l’ars dictaminis, même si seuls certains notaires de la chancellerie de Frédéric II, comme les membres de la famille San Germano, et un épigone particulièrement tardif (Étienne de San Giorgio) paraissent avoir eu des liens directement attestés avec ce centre. Cf. cependant infra les cours de Nicolas de Rocca, p. 365 n. 286.

24 Les principaux centres sont Capoue et sa région, la frontière entre la Campanie impériale et l’extrême-sud des États papaux, avec le Mont-Cassin, Salerne. Naples n’apparaît pas comme un centre de recrutement important, ce qui est certainement à mettre en rapport avec la persistance de traditions notariales particulières et archaïsantes, dont la minuscule napolitaine déviante stigmatisée dans les Constitutiones de Frédéric II est le symptôme le plus éclatant. Cet effacement de Naples allait cesser avec l’ascension de la ville, et le démarrage de l’université (fondée en 1224, refondée en 1254, réorganisée par Charles Ier) : cf. la carrière de Bérard de Naples, styliste papal important de la seconde moitié du xiiie siècle, dans Fleuchaus 1998.

25 Sur le Mont-Cassin au xiiie siècle, Inguanez 1929 (reprenant Gattola 1733). Nouveaux éléments dans Delle Donne 2003 et 2007.

26 Cf. Torraca 1911, à compléter par Schaller 1993, p. 85-101. Atina se trouve encore dans le territoire du royaume de Naples, à 15 kilomètres au nord du Mont-Cassin.

27 Terracina, à l’ouest de Gaète, est le premier port de la Campanie papale, à la frontière du royaume de Naples.

28 Il s’agit de Rocca Guglielma, à la frontière du royaume, à une douzaine de kilomètres au sud-sud-ouest du Mont-Cassin.

29 Hisernia ou Isernia est en Molise, mais non loin de la Terra Laboris, à vingt-kilomètres dans la direction est-nord-est par rapport au Mont-Cassin.

30 Probablement San-Giorgio-a-Liri, étant donné la proximité avec le Mont-Cassin.

31 À quelques kilomètres à l’ouest de Ceprano, dans la Campanie pontificale.

32 À l’est de Salerne.

33 Mais Prezza est à peu de distance de Sulmona, dans la zone méridionale des Abruzzes limitrophe du nord de la Campanie.

34 Cf. sur cette famille Malezcek, 1988.

35 Sur cette famille cf. Kirche..., p. 122-123.

36 J’ai inséré dans la statistique Simon de Maugastel, archevêque de Tyr, chancelier du royaume de Jérusalem pour le compte de Frédéric II et actif comme notaire (et expressément nommé en tant que tel dans trois actes) jusqu’à sa nomination en 1229 comme patriarche de Constantinople, qui n’avait pas été pris en compte par Schaller 1957. Cf. sur ce personnage Gleixner 2006, p. 496. Je n’ai en revanche pas tenu compte dans la statistique des cas discutés par Gleixner 2006, p. 409 et 502 de personnages apparaissant dans des transcriptions d’actes perdus avec des noms patronymiques originaux mais fortement ressemblant à ceux de notaires mieux attestés, et pour lesquels il est difficile de trancher entre une ressemblance accidentelle et une erreur de copie, même si ce dernier cas est le plus probable (Stabilis de Cesena et Stabilis de Castello pour Stabilis de Caserta, Philippus de Saberio pour Philippus de Salerno). Il va sans dire que dans l’état actuel de la recherche, la présente statistique, utile pour faire apparaître les grandes tendances dans l’évolution du personnel, ne saurait être définitive.

37 Comme Henri Bresc me le fait remarquer, la faible importance de Palerme, dont le rôle de foyer culturel est conditionné par le passé arabo-normand, n’est pas vraiment étonnante. En revanche, celle de Messine, la grande cité de culture latine à l’est de la Sicile, l’est un peu plus. Mais Messine a été un foyer d’opposition latent, puis ouvert pendant la seconde partie du règne de Frédéric II.

38 Sur la césure représentée par la période 1227/1229, avec la mort d’Honorius III, l’excommunication de 1227, la croisade de 1228 et l’invasion papale du royaume, cf. Schaller 1957, p. 238-239. Comme celle de 1220 (retour de Frédéric II en Sicile), elle est relative, puisque au moins huit notaires en activité vers 1220 le sont encore après 1227. Cf. à présent sur ce point l’opinion de Gleixner 2006, p. 46.

39 Sur le rôle de la victoire d’Henri VI dans l’entrée en masse des Campaniens à la chancellerie à partir de 1195 (nomination du chancelier Gautier de Palearia), cf. Schaller 1953, p. 210.

40 Stürner 1992, p. 39. La ville fut châtiée après avoir été prise en 1194, à la suite d’une résistance désespérée liée à un épisode de la conquête avortée du royaume par Henri VI en 1191. Salerne s’était retournée contre l’empereur et pour se réconcilier avec Tancrède, lui avait livré l’impératrice Constance, mère de Frédéric II.

41 Cf. Schaller 1957, p. 258-285, n° 48 (Matthieu de Salerne, actif entre décembre 1199 et février 1201), n° 64 (Pierre de Salerne, magister, actif avril 1212 avril 1221, ambassadeur auprès d’Honorius III), n° 67 (Philippe de Salerne, actif mars 1200-sept. 1230), n° 75 (Roger de Salerne, présent dans le registre de 1239/1240). Ce dernier est le seul notaire de cette cité actif à la chancellerie dans la seconde partie du règne.

42 Statistique précise dans Brühl 1994. Dans les quinze dernières années du règne, l’empereur fit par exemple quatre séjours à Capoue, douze à Foggia (d’assez longue durée), et dix huit (beaucoup plus brefs) à Crémone.

43 Sur la fréquence des séjours de Frédéric II dans les Pouilles, cf. Brühl 1994, p. 34-47. À la fin du règne, Foggia, avec ses palais et son trésor, flanquée de la ville-citadelle de Lucera, fait figure de résidence privilégiée. C’est de Foggia que part la prise de possession du royaume par Conrad, et par Lucera que commence la reconquête de Manfred à partir de 1254, cf. Pispisa 1991, p. 22. Le rôle de la Pouille conduit les principaux notaires pour cette période à y acquérir des biens immobiliers et des terrains. Cf. les mentions du Quaternus de excadenciis Capitanate citées dans Schaller 1957, p. 258-285 pour quatre des principaux notaires en activité entre 1235 et 1250.

44 Cf. Arndt 1911 p. 175-176 : Laurent de Termoli, Cyrille de Monopoli, Donat de Sido, Jacques de Guasto Aymonis, Jean de Cripta, Jean de Brindisi, Jean de San Vittorio, Matthieu d’Agrigente, Mitilianus de Cavea, Mottum ( ?)..., Nicolas de Castellaneto, Orlandus, Paul de Barletta, Pierre d’Alifia, Pierre de Capoue, Thomas de Salerne, Thomas de Rocca, Vitalis d’Aversa. François de Neritone, Pierre de Tarente, Pierre de Prezza. Le renouvellement est dû à la fois au changement de génération et à la chute du clan Pierre de la Vigne. Le Jean de Brindisi connu sous Manfred (BF 4715 et 4726) ne peut être qu’un parent ou un homonyme de Jean de Brindisi, notaire de Frédéric II actif entre février 1206 et 1212, et peut-être encore en 1234 (cf. Schaller 1957, p. 267 n° 30) ; Pierre de Capoue est peut-être le Pierre actif à la chancellerie de Frédéric II après 1239 (Schaller 1957, p. 277 n° 62), sans certitude. Il faut ajouter à la liste d’Arndt Geoffroi de Cosenza et Nicolas de Rocca, pour lesquels cf. Delle Donne 2001 et Delle Donne 2003, n° 33-44, p. 53-59.

45 Cf. Delle Donne (Roberto), 1994, p. 365-366.

46 Cf. Rossi 1829, à compléter par Schaller 1957 n° 13, p. 262 et Kirche..., p. 128-132. Sur la rivalité de ce maître avec Pierre de la Vigne, Huillard-Bréholles 1865 p. 76 et infra, p. 284 note 76 et p. 312-313.

47 Schaller 1957, n° 19, p. 264.

48 Schaller 1957, n° 34, p. 269.

49 Sur l’idée très concrète que les notaires se faisaient eux-mêmes de la chancellerie comme accès direct aux secrets du prince cf. la lettre de déploration sur la mort d’un notaire présentée infra p. 282-283 : Felix pro certo societas et unitas illa trium quae a praeceptoribus et patriae moribus in nullo desciverat, ut inter indigenas et concives suos unicam sibi gloriam et laudem acquireret nec careret invidia quod per tantum artificem scientia et devotione prompta gratiam in conspectu principis ad secretorum assumpta participium meruisset.

50 Sur la famille des Matera et son rôle à la chancellerie, cf. Schaller 1957, p. 232-33, Kirche..., p. 864-865, corrigeant l’assimilation entre les deux Philippe proposée pour la première fois par Ughelli, Italia sacra 9, p. 275, assimilation encore acceptée par Schaller 1957, p. 232. Cf. les doutes de Kantorowicz, Friedrich II. Ergänzungsband (= Kantorowicz 1931), p. 54.

51 Schaller 1957, n° 44 p. 272.

52 Schaller 1957, n° 59 p. 277.

53 Schaller 1957, n° 65 p. 278-279.

54 Schaller 1957, n° 68 p. 280, Gleixner 2006 p. 500.

55 Schaller 1957, n° 81 p. 284.

56 Au moment de la rédaction du registre de 1239/1240, les notaires écrivant et enregistrant les documents sous l’autorité des ‘relatores’ sont au moins dix-huit, d’après le registre, cf. Il registro... II, p. 967-970. Ceci n’exclut pas le renfort de notaires occasionnels pour l’écriture de documents ponctuels hors du champ d’activité administrative représenté par le registre. Cf. par exemple le rôle de maître Terrisius d’Atina, enseignant apparemment la rhétorique à l’université de Naples, comme rédacteur de missives officielles, ainsi que celui de maître Salvus, peut-être professeur en droit à Naples.

57 Cf. Delle Donne 1998, complétant les renseignements recueillis par Huillard-Bréholles 1865, p. 1-5 et 91-105.

58 Sur la mention de cet épisode par Henri dans sa correspondance, cf. infra p. 400.

59 Cf. infra p. 343-345 pour le problème de la participation de Pierre à la rédaction de ces constitutions.

60 Cf. à ce sujet infra p. 345.

61 Cf. pour le discours de Padoue prononcé peu après la première excommunication supra p. 149-150.

62 Cf. Schaller 2005 dont je reprends les grandes lignes.

63 Schaller 1957, p. 242-243 pour la carrière de Pierre de la Vigne ; et sur les membres de sa famille à la chancellerie, p. 243-244.

64 Schaller 1957 ibid. et n° 5, p. 260.

65 Cf. Il registro... II, p. 968. Sur Pierre de Capoue, cf. Schaller 1957 n° 62, p. 277-278, et sur Pierre Gulfuraymi de Capoue, également appelé dans le registre P. Wolferus ou P. Iunior, ibid. n° 63, p. 278.

66 Un couple de notaires capouans fait l’objet d’une autre lettre de Pierre, un court billet conservé dans la grande collection en six livres et édité dans HBP n° 35.

67 Sur Jean, cf. Huillard-Bréholles 1865, p. 101-102.

68 HBP, n° 34 p. 334-335.

69 Magister J. de Capua clericis curie imperatoris de morte socii sui, consolando eos.
Gaudeo si prospere valetis et vivitis et omino deprecor ut incolumitatem vestram in aliqua mihi litterula nuntietis. Dolui novit Deus fratres et amici karissimi, quod magistrum A. tercium vobis socium Capuae ex inopinato vobis fatum commune subtraxit, quum bonae indolis juvenem et amicitiae liberalis fati sevities invida noluit esse superstitem ut a dierum suorum dimidio revocatus necessarios et amicos in amore desereret, quibus nundum pleno coeperat esse solatio ; unde merito conqueramur eum vita destitutum in florido vitae cursu. Scio magistrum nostrum et unicum benefactorem magistrum P. de Vinea de tanti amici casu fuisse concussum, quum ingentes affectus animo non sine causa conceperit quod vinea sua tres palmites ex una vite fertili protulisset et dignos in Cesaris presentia sisteret, e cariorum suorum gremio tres adultos, honestatis et vitae suae tres aemulos et sequaces, eosque ex tanto praeceptore unam eamdemque pariter habuisse doctrinam, unum affectum in tribus coaluisse personis et nescii quaererent et conscii mirarentur. Felix pro certo societas et unitas illa trium quae a praeceptoribus et patriae moribus in nullo desciverat, ut inter indigenas et concives suos unicam sibi gloriam et laudem acquireret nec careret invidia quod per tantum artificem scientia et devotione prompta gratiam in conspectu principis ad secretorum assumpta participium meruisset. Quia igitur, fratres mei, depositum suum repetiit qui commisit, et speramus quod vere confitens ad requiem ex labore transierit, sumendum est ex illius carnali depositione solamen ut in eius praecipue transitu vitam nostram corrigamus. Exinde quod incerta nobis semper hora permittitur, cum nichil sit incertius hora mortis, reminiscamini
... (la suite manque dans les manuscrits).
Huillard-Bréholles 1865, p. 100-101 donne une traduction assez différente du passage central de la lettre : « Je sais (...) que notre maître, notre ami, notre bienfaiteur, maître Pierre de la Vigne, a été accablé de la perte d’un pareil ami, lui qui avait conçu, non sans raison, l’espérance que sa vigne produirait trois sarments sur un cep fertile, et qu’il pourrait faire comparaître en présence de César trois adultes nourris du lait de sa doctrine, trois émules, trois imitateurs de son honnêteté et de ses mœurs (...) quel succès digne d’envie, si, grâce à un tel protecteur, cette société de trois personnes unies par la science et le dévouement eût mérité la faveur du prince, et eût pris part aux travaux de ses secrétaires ! » L’interprétation de cette dernière période semble contredite par le texte latin, ordonné autours d’un desciverat qui n’indique pas l’irréel du passé, ainsi que par le contexte. Angelo, Pierre et Pierre Gulfuraymi, les trois Capouans probablement alliés à la famille de Pierre, en dehors de son neveu Jean, rédacteur de la lettre, étaient bien en activité à la chancellerie, et participaient donc aux secrets du prince, comme l’entend hyperboliquement la lettre.

70 La lettre, éditée dans HBP n° 2, p. 289-291, a été rééditée avec de nombreuses améliorations dans Delle Donne 2003, p. 29-34.

71 O felix vinea, que felicem Capuam tam suavi fructus ubertate reficiens, Ter-ram Laboris irradians, remotos orbis terminos instantia tue fecunditatis irradiare non cessas. A cuius stipite palmes non discrepans, tanquam a bono fixus initio iudex prodiit Guillelmus, quem commendabiliter eius effectus laudabilem exhibet, eo quod habuit tam nobilissimum creatorem, ut quem ornavit qualitas habitus ipsum amictu decoris adornat.

72 Cf. Kantorowicz 1937, p. 62-64, et Schaller 1957, n° 32 p. 268.

73 C’est Gautier d’Ocra qui est choisi en 1247 après la longue vacance qui suit la mort de Jacques de Capoue en 1242 pour être archevêque. La vacance relativement longue peut avoir eu pour raison un certain attentisme de Frédéric II, qui a d’abord espéré l’élection d’un nouveau pape qui lui serait plus favorable, n’a eu la certitude de l’échec des négociations avec Innocent IV qu’en 1244, et du caractère définitif de la rupture qu’en 1245 avec Lyon I. Mais cette situation a certainement aiguisé des rivalités d’appétits entre différents partis à la cour. Gautier d’Ocra, qui lui succéderait comme chef de facto de la chancellerie, était l’un des rares véritables rivaux, en influence, en capacité et en pouvoir, de Pierre de la Vigne.

L’hypothèse de l’inimitié entre Gautier d’Ocra et Pierre de la Vigne a déjà été faite par Huillard-Bréholle 1865, p. 66.

74 Cf. pour la carrière du juge Guillaume Huillard-Bréholles 1865, p. 101 et la suite du panégyrique de Pierre par Nicolas de Rocca PdV III 45 déjà cité supra p. 284 note 71 : Nam legis armatus peritia, digesta digerit, et codicis scrupulositates elimat, dum in quadrigis sedens imperii, superemergentes quoslibet casus et causas in libra judicii quotiens ponderat et appendit, totiens eos dirimit et decidit, quasi veritas sub nube non lateat ; que videntibus non celatur, angelum se fore sanctum lucidius representat. Texte et traduction complète de ce texte infra p. 366-369.

75 Cf. sur ce problème Huillard-Bréholles 1865, p. 102-103, à compléter par Schaller 1957, p. 268 : c’est un mandat d’Innocent IV du premier avril 1249 qui le signale encore en possession du priorat de S. Marciano in Atina, et d’autres églises de la Terra Laboris (Registres d’Innocent IV, n. 4433 et 4644).

76 Kantorowicz 1937, p. 62-64.

77 Il est révélateur que Nicolas de Rocca, disciple favori, passe le cap de la disgrâce de Pierre, alors qu’apparemment les neveux du logothète sont entraînés dans sa ruine. Si le Pierre de Capoue en activité sous Manfred est identique avec l’un des deux Pierre présents à la chancellerie en 1239/1240, qui sont peut-être des parents plus éloignés de Pierre, ce serait le signe que la chute des de la Vigne n’a concerné que Pierre et ses neveux au premier degré.

78 Sur Rao, cf. Schaller 1957, n° 70, p. 280-281. Il est magister, et possède un terrain à Foggia.

79 Sur Jean de Capoue, cf. Nüske 1974 p. 115-116, Delle Donne 2007 p. XXXVI.

80 Registres de Grégoire IX I, n° 832.

81 Registres d’Innocent IV, n° 5725, 5726, trois juin 1252.

82 Registres de Clément IV, n° 637, p. 225-226.

83 Ils se remarquent essentiellement avant la période de prééminence de Pierre de la Vigne, comme résultat de l’intervention directe de la papauté dans le royaume sous la minorité de Frédéric, puis de la politique de collaboration entamée sous Innocent III et continuée sous Honorius III jusqu’en 1225-1227. Cf. à ce sujet Schaller 1957, p. 249-252.

84 Cf. Schaller 1957, p. 233 et n° 6 p. 260 pour Belprandus, futur notaire de Conrad IV, et après la chute de la maison de Souabe, attesté comme chanoine à Cosenza, puis finalement archidiacre de 1276 à sa mort en 1278 ; n° 18 pour Guillaume, dont l’activité à la chancellerie est attestée en 1221, également chanoine à Cosenza en 1223, et n° 12, p. 261 pour Gautier, actif à la chancellerie de 1239 à 1247. Ce dernier, également chanoine, aurait été choisi pour devenir évêque de Nicastro en Calabre. Cf. Kirche..., p. 977-978.

85 Jacques de Poggibonsi est attesté en 1248, cf. Schaller 1957 n° 29 p. 267. D’abord notaire du capitaine général en Toscane Pandulfus de Fasanella, il redevint notaire public à Pise après la mort de Frédéric II.

86 R. de Sugio, apparaît en 1239/1240 dans le registre (avec une faible activité). Suio est dans la Terra Laboris, entre Esperia et Suessa Aurunca, à une quinzaine de kilomètres au sud du Mont-Cassin.

87 Thomas de Sugio, magister, attesté en juin 1244.

88 Jean de Traiecto, magister, actif en 1218-1224, est originaire de Minturno (dans la même région que Suio, à quelques kilomètres vers le bord de la mer), cf. Schaller 1957, n° 42 p. 271-272. Richard de Traiecto, magister, attesté en 1235-1241. Il est très actif dans le registre de 1239/1240, cf. Schaller 1957, n° 71 p. 281.

89 Sur Jean, dont l’activité est attestée d’avril 1221 à mai 1240, cf. Schaller 1957, p. 271. Sur les activités de son frère, cf. Ryccardi de Sancto Germano, Chronica, [éd. Garufi 1937], p. iii-xxii.

90 Sur le magister Henri de Suessa, attesté en février-mai 1240, dans le registre de 1239/1240, sans doute identique avec Henri de Suessa chanoine à Agrigente, cf. Schaller 1957, n° 22 p. 265. Suessa Aurunca est dans la région située entre Capoue et le Mont-Cassin dont proviennent tant de notaires, à équidistance des deux lieux.

91 Schaller 1957, n° 9, p. 261. En activité entre juin 1247 et novembre 1248, cf. Schaller 1957, p. 285.

92 Schaller 1957, n° 28, p. 267 : attesté en 1249, et de nouveau en 1253 comme notaire de Conrad IV.

93 Sur l’activité d’Enzio et Frédéric d’Antioche, fils et lieutenants de Frédéric II, cf. Sperle 2001.

94 Rodolphe de Poggibonsi, activité attestée à la chancellerie en 1248-1250, Schaller 1957, n° 73, p. 281-282, au service d’Enzio, notaire impérial, il reste en activité sous Conrad, mais est attesté comme notaire du cardinal-diacre Ottaviano en 1257, enfin comme notaire et diplomate d’Aphonse X de Castille en 1263-1268.

95 Schaller 1957, n° 18, p. 263.

96 Schaller 1957, n° 51, p. 274. Cf. la lettre PdV VI, 32 de la collection classique, privilège de concession de l’office de tabellion ou notaire public pour un notaire d’une ville du nord (Turin dans certains manuscrits), à comparer avec le poids relatif des notaires nord-italiens, notamment de Lombardie occidentale et Piémont dans la chancellerie à cette époque. Même si l’inclusion de ce privilège dans les Lettres n’est pas surprenante car la création de notaires est l’un des signes par excellence de la souveraineté au xiiie et xive siècle, l’effet de spécularité dans cette somme notariale doit être noté.

97 Schaller 1957, p. 240. Il dénombre au moins dix clercs parmi les trente-six notaires entrés à la chancellerie après 1227 : Belprandus de Cosenza, Gautier de Cosenza, Gautier d’Ocra, Henri de Suessa, Jean de Capoue, Nicolas de Gerace, Nicolas de Rocca, Pierre de Capoue, Pierre Gulfuraymi de Capoue et Salvus.

98 Pour Guillaume de Cosenza, ibid. p. 264. Pour Henri (magister Henricus), ibid. n° 20, p. 265.

99 Schaller 1957 n° 23, p. 266.

100 Jean de Traiecto : magister, actif entre 1218 et 1224, Schaller 1957, n° 42. L’empereur tente en vain de le faire nommer archevêque de Brindisi. Cf. à ce sujet Kirche..., p. 671-677.

101 Cf. Mazzoleni 1957/60, n° LVII, p. 118, où Jean de Traiecto s’intitule Sancte Capuane Ecclesie clericus archiepiscopalis domus magister, ce que Mazzoleni interprète par archiprêtre de la cathédrale, alors que Schaller 1957, loc. cit., reste plus vague.

102 Cf. Kirche..., p. 128-132. Il aurait renoncé à cette fonction directement après la mort de Pierre pour prendre la tête de la chancellerie.

103 Schaller 1957, n° 76, p. 282-283.

104 Schaller 1957, p. 239 : « Zahlreiche Notare waren hauptamtlich in der Justiz – und Finanzverwaltung tätig, zwei Behörden, die zum Teil in Personalunion verbunden waren » L’étude encore très complète de Heupel 1940 sur la grande-cour s’attarde longuement sur la chancellerie proprement dite (II. Kapitel : Die Kanzlei : 22-82. À compléter par Kölzer 1994).

105 Schaller 1957, loc. cit., « Sie wird sich zu einem gut organisierten Schreibbüro entwickeln, das sich mit mannigfachen Querverbindungen zu anderen Abteilungen des Hofes als dienendes Organ der allgemeinen Verwaltung etabliert ».

106 Sur les Massarie sous Frédéric, Stürner 2000, p. 229-230. La lettre sur la création d’un office de magister massariorum (pas autrement attesté) est PdV III 66 (avec une incertitude de datation liée au caractère apparemment éphémère du projet).

107 Trois scole ratiocinii sont organisées vers la fin du règne (vers 1247-1248) à Melfi, Caiazzo et Monopoli, cf. lettre PdV III, 14 : l’inclusion de ce document prend également un sens différent si l’on tient compte de cette circulation de certains des notaires les plus importants entre la chancellerie proprement dite et les différents offices des finances.

108 Supposition de Heupel 1940 p. 39-40, reprise par Schaller 1957 sur la base des activités attestées d’Angelo au début de sa carrière de notaire impérial.

109 Schaller 1957, n° 52 p. 274-275.

110 Sur ce notaire, cf. Schaller 1957, n° 74, p. 282.

111 Kölzer 1994 p. 303.

112 Ibid. ; Heupel 1940, p. 37 ; cf. Schaller 1957, n° 2 p. 258.

113 Schaller 1957 n° 68, p. 280.

114 Pour Gautier de Capoue, cf. Schaller 1957, n° 11, p. 261 ; pour Gautier de Cosenza, ibid., n° 12, p. 261-262.

115 Cf. pour Gautier note précédente. Cf. pour Pierre Schaller 1957, n° 62 p. 277-278.

116 On n’entrera pas dans le débat sur le plus ou moins d’archaïsme ou de modernité de la construction étatique du royaume de Sicile, tel qu’il est réorganisé dans les années 1220-1250 par Frédéric II. Voir à ce sujet Kölzer 1994 et Stürner 2000, en particulier septième chapitre : « Norma regnorum. Die sizilischen Reformen der dreissiger Jahre », p. 170-262. On peut néanmoins parler avec Kölzer et Stürner d’une bureaucratisation assez remarquable, par la quantité d’affaires brassées à la journée dont le registre de 1239/1240, uniquement pour l’administration officielle du royaume de Sicile, donne l’idée : presque mille deux cent lettres concernant uniquement l’administration de la Sicile pour un espace de sept mois (cf. Il registro..., introduction p. il), à ajouter aux documents administratifs rédigés pour l’Italie du nord, et au traitement des affaires judiciaires et politiques extraordinaires.

117 La comparaison plusieurs fois répétée depuis Wieruszowski 1933 entre les légistes de Philippe le Bel et les notaires de Frédéric II est un bon point de départ pour une réflexion comparatiste sur le pouvoir des clercs-juristes dans l’Etat médiéval en cours de structuration.

118 L’activité du studium avait sans doute été interrompue quelques années à peine après sa création, lors de la campagne papale de 1228/1229 dans le royaume, qui avait vu la Campanie en grande partie envahie, cf. Stürner 2000, p. 51.

119 Cf. Torraca 1924, p. 3-16 qui présente de manière claire le peu qu’on sait du personnel.

120 Sur la culture palermitaine au xiie siècle, cf. Martin 1994, p. 283-289 ; Houben 1997. Sur Palerme à l’époque de Frédéric II, cf. Fodale 1994.

121 À ce sujet la postface de l’édition de Ryccardi de San Germano, Chronica, par Garufi 1937, p. ii-vi, qui n’est qu’une suite d’hypothèses. À l’époque même de la splendeur du Mont-Cassin, sous l’abbatiat de Didier (pape Victor III), on déduit ses activités de studium et centre d’enseignement essentiellement de la richesse de sa production littéraire. Sur le Mont-Cassin, la référence ancienne principale est Gattola 1944. Sur le Mont-Cassin, centre culturel et politique vers 1100, cf. Cowdrey 1983. Sur le Mont-Cassin au xiiie siècle, cf. Inguanez 1929. Pour la culture à l’époque normanno-souabe dans les centres monastiques du sud cf. Picasso 1997 et à présent les nouveaux travaux de Filippo Bognini.

122 Maleczek 1988, p. 69-80. Le séjour du futur cardinal eut vraisemblablement lieu entre 1180 et 1195.

123 [Paris, BnF lat. 8 567 fol. 114r, à présent Delle Donne 2007, n° 243] : Avunculo nepos : Reminisci abhorrens varia periculorum discrimina et morborum imminentium tempestates, quibus permittente Domino hactenus sum attritus ; cartam refugi spatiosam pro eo, qua in relatione ipsorum, avunculi anima quamplurimum tristaretur. Ecce igitur de mortis faucibus per Dei gratiam restitutus ad vitam scire vos cupio, quod in Francia degens et mentis et corporis fruor integra sanitate, quod altissimi filius, de te michi patulis auribus expectanti, quam citius audire concedat.

124 Cf. Vulliez 1993 (thèse d’Etat inédite) : la plupart des documents d’ars dictaminis édités à titre de pièces justificatives, productions du milieu orléanais au xiie ou au xiiie siècle, sont des lettres d’étudiants, dont la rédaction dans les classes de rhétorique ligériennes participait apparemment d’une pédagogie de l’apprentissage relativement ludique. Cf. également Turcan-Verkerk 1993, pour un cours de la fin du xiiie siècle. Les collections d’ars dictaminis (ou plutôt summe dictaminis) du xiiie siècle campanien sont beaucoup moins riches en lettres de ce type, ce qui reflète sans doute un contexte d’enseignement assez différent.

125 Cf. la lettre suivante, également au fol. 114 du manuscrit Paris, BnF lat. 8 567, où l’étudiant presse son oncle de faire pression sur le « contact » parisien qui l’héberge pour lui délivrer une somme d’argent (à présent Delle Donne 2007, n° 227) : Avunculo nepos. Habet sibi ignis insitum, ut quanto eidem maioris pabuli habundantia ingeratur, tanto fortius inardescit, et valentius vehementioris flamme emictit aculeos, parabola hec est. Senex (sic) quanto amplius vergunt ad senium, tanto prohdolor amplioris avaricie vitia colligunt, quasi vivere non credentes, liberalitatem eiciunt, et tenacitatem admittunt. Quatinus consulo quantum possum quatinus domino meo, unam pulchram literam dirigatis, per quam intelligat vos egere aliqua pecunie quantitate, in qua ipse noscitur debito manifestus. Comme la lettre précédente, ce billet n’est pas impeccablement retranscrit dans le manuscrit Paris, BnF lat. 8 567. Soit la lettre du jeune étudiant est particulièrement maladroite, ce qui expliquerait l’anacoluthe senex, quanto amplius vergunt et le parabola hec est, formule inélégante et pour le hiatus, et pour le cursus, soit il y a eu un problème de transmission.

126 Gauthier 1982. Sur l’argument, mais sans citer Gauthier, Stürner 2002, p. 405-406.

127 Jacques de Vitry, Historia occidentalis, [éd. Hinnebusch 1972], premier livre, chap. vii, de statu parisiensis civitatis, p. 92, sur les nations fréquentant le studium parisien vers 1200-1220 : Lombardos avaros, malitiosos et imbelles ; romanos seditiosos, violentos et manus rodentes ; siculos tyrannos et crudeles. L’Historia occidentalis fut achevée vers 1225 (cf. Hinnebusch, 1972, introduction p. 19-20) : Jacques de Vitry avait étudié et enseigné à Paris vraisemblablement vers 1190-1200. Sur la caractérisation rhétorique des peuples et ses liens avec la culture « scientifique » de type universitaire au xiiie siècle, cf. Grévin 2005b.

128 Sur l’importance respective des universités au xiiie siècle, cf. Genet 1999 t. 1, p. 195-250 avec renvois bibliographiques.

129 Sur les relations entre le studium de Naples et celui de Bologne, cf. Gaudenzi 1908 et Arnaldi 1982.

130 L’hypothèse a été formulée pour le premier dans Kirche..., p. 124. Mais il le déduit de ses hautes capacités juridiques : le raisonnement est donc circulaire.

131 Sur les Littere consolationis du quatrième livre de la collection classique, cf. Delle Donne 1993b. Sur le genre des Littere consolationis, cf. von Moos 1971.

132 HBP n° 5, p. 299-300, correspond à PdV IV, 9, attribuée dans la plupart des manuscrits à Pierre de La Vigne d’après la salutatio : Juris civilis professoribus universis magister Petrus salutem et attendere ultimum ante primum. Sur Jacques Balduini, cf. l’article Jacobus Balduini, Lexikon des Mittelalters V c. 256 (1991). La date de sa mort le 10 avril 1235 permet de fixer la date de composition de la lettre au printemps 1235, ce qui en fait l’une des plus vieilles du recueil. La lettre est, à la manière de ces déplorations universitaires, un jeu rhétorique parodiant l’enseignement du droit : qui licet ut homo desierit, non tamen desiit ut magister, quia mortuus ipse docet, quantumcumque sit appellatio mortis difficilis, violenta et necessaria, quia ex modo necessitatis omnem superat syllogismum, exceptiones non recipit, dilationes aliquas non admittit. Sur Accurse, cf. Fiorelli 1960. L’attribution du billet n’a rien d’invraisemblable, Accurse serait né vers 1181-1185, quelques années avant Pierre. À noter que parmi les élèves d’Accurse se trouve le civiliste Odofredus de Denariis, pour lequel cf. supra p. 134-136.

133 Sur Accurse cf. note précédente. Sur Roffredo, cf. Ferretti 1908/11, p. 242-243.

134 Stürner 2000, p. 41.

135 Ferretti 1908/11, p. 255-256 contre cette hypothèse.

136 La lettre PdV III, 83, groupée avec la lettre politique PdV III 82 envoyée aux autorités d’Arezzo, est une demande de l’empereur au studium d’envoyer à la cour impériale des sages, sans doute des juristes : Fidelitati vestre precipimus, quatenus sicut honorem nostrum et utilitates nostras appetitis, statim receptis presentibus, quatuor de sapientibus viris vestris plena vestrum autoritate suffultis, ad majestatis nostre presentiam destinetis. On peut imaginer que la familiarité de Roffredo, qui a contribué à lancer le studium d’Arezzo à l’époque de sa fondation, avec la cour impériale et peut-être le studium de Naples, n’a pas été sans rapport avec ces contacts. Sur l’importance d’Arezzo comme centre culturel de dictamen et de droit au xiiie siècle, cf. Wieruszowski 1953 et infra p. 751-753.

137 Stürner 2000, p. 136. cf. Ryccardi de San Germano, Chronica, ann. 1227 (Garufi 1937, p. 148-149) : Interim omnes regni sui comites Capuam convocat, ibique rexit curiam generalem, statuens ut singuli feudatarii darent de unoquoque feudo octo uncias auri, et de singulis octo feudis militem unum in proximo futuro mense Maii, in quo ad Terre sancte subsidium transfretare disponit. Solempnem vero curiam apud Ravennam statuit mense Martii celebrandam. Tunc prudentem virum magistrum Roffridum de Benevento mittit ad Urbem cum excusatoriis suis, quas idem magister publice legi fecit in Capitolio, de voluntate senatus, populique Romani.

138 HBP n° 50, p. 347. Mais ce témoignage est fragile, faute de renseignements plus circonstanciés sur la femme de Pierre de la Vigne, cf. HBP, p. 97, note 2.

139 Schaller 1957 n° 38, p. 270.

140 Sur Bene de Florence, voir essentiellement l’édition du Candelabrum par Alessio 1983, avec introduction et bibliographie. En dépit de la tradition manuscrite relativement réduite, Alessio 1989 postule par ailleurs un certain impact du Candelabrum sur la traduction rhétorique du sud à partir de l’analyse de l’ars dictaminis de la seconde moitié du xiiie siècle écrite par un certain Nicolas le Grec. Sur le manuscrit dit du prince de Fitalia, cf. Schaller 2002 n° 151, p. 225-230.

141 Cf. sur cette ordo supra et infra p. 266, 319-322.

142 Sur ce manuscrit, cf. supra première partie p. 77 et la présentation de Delle Donne 2003 et 2007, introductions.

143 Sur ce problème de raréfaction des mentions notariales dans les actes du règne de Frédéric II entre 1220 et 1246, cf. Zinsmaier 1974, en particulier p. 157.

144 Schaller 1957, n° 76, p. 282-283 : le titre notarial porté par Salvus est par ailleurs attesté dans un acte de Bari du 3 juillet 1242 qui le nomme prior ecclesie s. Nicolai de Baro notarius et fidelis noster et une correspondance entre Salvus et d’autres notaires, ainsi qu’une lettre collective des notaires au sujet de Salvus sont préservées (pièces commentées infra, p. 337-339). Un Salvus maître en droit de l’université de Naples en septembre 1255 est par ailleurs connu, mais la correspondance (probable) avec le Salvus notaire et prieur de Saint Nicolas de Bari n’est pas assurée. Si le Salvus notaire et prieur est bien le Salvus professeur, il est d’autant plus remarquable qu’il soit employé par la chancellerie pour la rédaction d’actes extraordinaires, nécessitant des compétences rhétoriques, ce qui le place en quelque sorte hors cadre du travail de routine de la chancellerie dévoilé par le registre de 1239/1240 et l’ordo cancellarie analysée plus bas.

145 Schaller 1957, n° 79, p. 283. De son activité notariale éventuelle ne subsiste que le titre de domini imperatoris notarius, dans un acte concernant une mission en Allemagne.

146 Schaller 1957, n° 38, p. 270. Il est magister. Il ne signe en propre qu’un acte, en 1221. Mais il est mentionné avec son titre de notaire dans trois lettres du 6 février 1240 concernant une ambassade à Tunis : cum magistro Iohanne de Panormo notario et fideli nostro.

147 Pour Grimaldus de Tarente, cf. Schaller 1957, n° 10 p. 261 : rédaction d’un acte en 1231. Comptabilisé comme notaire, il semble surtout avoir opéré un travail occasionnel, en imitant servilement un acte contemporain de Procope de Matera. Pour Nicolas de Tarente, cf. ibid., n° 56, p. 276, rédaction d’un acte isolé.

148 La principale étude reste Heupel 1940, à compléter par Zinsmaier 1974, Kölzer 1983 et 1994, enfin la description un peu plus synthétique mais précise de Stürner 2000, p. 243-250 et Gleixner 2006, p. 508-542.

149 Comme le note Gleixner 2006, p. 492, le terme ne se retrouve pas dans les sources et a été choisi par Heupel, et adopté, de manière peut-être imprudente étant donné les discussions sur la relation exacte entre ‘relatores’ et scriptores, dans la littérature scientifique postérieure.

150 Sur Taddée de Suessa, cf. Stürner 2002.

151 Il registro..., II, n° 615, p. 581.

152 Gleixner 2006, p. 488-494.

153 Sur Richard de Traiecto et son rôle en tant que relator, cf. Heupel 1940, p. 7-8, et passim. Sur les possibles liens de Richard avec Jean de Traiecto et Capoue, cf. Kirche..., p. 672.

154 Schaller 1957, p. 281.

155 Heupel 1940, p. 9: « So erscheint Vinea in derselben Zeit seltener und befasst sich auch mit bestimmteren Fragen, besonders mit politischen Aufträgen, die durch das Verhältnis zur Kirche bedingt sind, so mit den Gütereinziehungen der im Kichenstaat lebenden Sizilianer, der Übernahme vakanter Kirchengüter in kaiserliche Verwaltung, mit Hochverratprozessen, ferner mit Fragen der Gesandschaften an arabiche Fürsten und mit der Sorge für die Universität Neapel ».

156 Heupel 1940, p. 14.

157 Ibid.

158 Ibid., p. 8.

159 Ibid., p. 11.

160 Homonyme et proche parent du saint.

161 Ibid., p. 15-16.

162 Gautier de Cosenza écrit 103 mandats, Guillaume de Tocco, 54 ; Jacques de Bantra 51 ; Laurent de Brindisi 65 ; les deux Pierre de Capoue un peu plus d’une centaine (mains en partie discernables, mais avec des difficultés, cf. Heupel 1966) ; Roger de Salerne 54, sans compter les simples activités d’enregistrement. À part Gautier de Cosenza, qui a une activité exceptionnelle, on est frappé de voir à quel point les parts respectives de travail de ces notaires les plus actifs sont équivalentes à la dizaine près, entre 51 et 65 mandats. Il semble y avoir là la trace d’une comptabilisation stricte dans le partage des tâches des notaires les plus actifs.

163 On remarque l’habituelle disproportion, encore accentuée pour la fin du règne, entre la partie sud de la Campanie, représentée par Roger de Salerne et Stabilis de Caserta, et le nord, avec la Terra Laboris, autour du Mont-Cassin, et la région au nord-ouest de Naples, surreprésentées.

164 Le lien de famille est assuré pour Angelo et Jean, possible pour les deux Pierre ; le lien de maître à disciple assuré pour Nicolas de Rocca. Les lettres des correspondances privées conservées dans les collections ordonnées, et particulièrement la grande collection en six livres, rendent probable une relation professionnelle de Pierre doublée de liens amicaux avec Guillaume de Tocco, Rodolphe de Poggibonsi, Gautier de Cosenza.

165 Il registro..., I, n° 156 p. 145-147.

166 Par exemple, la Littere responales du 19 novembre 1239, n° 201 du registre (Il registro... I, p. 190-191) à l’archevêque de Messine, a également Pierre pour relator et Pierre de Capoue pour scriptor (et registrator dans le registre). La relation n’est toutefois pas exclusive : Pierre de Capoue peut travailler sous d’autres relatores, par exemple maître Albert de Catane, cf. Il registro... I, n° 219, p. 210.

167 1239, 15 décembre, Il registro... I, n° 255, p. 251.

168 Même si on pourrait penser à une différence et à une complémentarité de recrutement entre la filiation familiale réelle, précédant le recrutement institutionnel, et la filiation familiale factice de la relation de maître à disciple, créée par la sélection en fonction de dons stylistiques reconnus, comme dans le cas de Nicolas de Rocca par rapport à Pierre de la Vigne. Cf. infra p. 357-365.

169 Il s’agit des n° 256-257 (Il registro... I, p. 251-253), en date du 15 décembre 1239, une littere responsales et un mandat.

170 Schaller 1957, n. 34, p. 269.

171 Il s’agit d’un simple renouvellement de génération. Jean de San Germano était déjà en activité en 1221 (cf. Schaller 1957, n° 40 p. 271) ; Jacques de Bantra en 1223 (ibid., n° 23 p. 266) ; Jacques de Catane en 1220 (ibid., n° 26 p. 266). Il est exceptionnel que l’activité d’un notaire à la chancellerie soit attestée sur une période de plus de vingt ans. C’est le cas de Procope de Matera, actif de décembre 1220 à mai 1240 (peut-être au-delà) avant de passer dans d’autres administrations, où il est encore attesté en 1248, ibid., n° 68, p. 280.

172 Stürner 2000, p. 371-372 renvoyant à Antonelli 1994. Edition des œuvres dans Panvini 1962-1964, p. 1-57.

173 Sur Jean d’Otrante, cf. Stürner 2000, p. 248 et 364. Œuvres éditées dans Gigante 1979.

174 On le déduit du rôle qui lui était réservé dans l’ambassade à Tunis de 1240. Il a été rapproché d’un philosophe et spécialiste de mathématiques, maître Jean, auquel Leonardo Fibonacci, dédia en 1226 son traité du Liber quadratorum (Stürner 2000, p. 386). Les activités du notaire étant attestées à partir de 1221, et les difficultés de son ambassade à Tunis semblant liées à des ennuis de santé sans doute dus à son âge avancé en 1240, l’assimilation peut certainement être acceptée. Il s’agirait donc d’un philosophe versé dans les mathématiques et compétent en arabe, issu du milieu palermitain, qui avait sans doute entre cinquante et soixante-dix ans vers 1240, et était employé par Frédéric II à des affaires d’importance, comme en témoigne le mandat exécutif, où l’on voit que l’empereur affrète une vedette rapide simplement pour ramener le notaire (probablement de Sicile, où il se trouve de retour de Tunis) dans les environs de Foggia, n° 954 du 27 avril 1240 (Il registro... II, p. 834) : De mandato imperiali facto per notarium R. de Sugio scripsit Iacobus de Bantra magistro Iohanni de Panormo. Fidelitati tue districte precipiendo mandamus, quatinus visis hiis litteris omni mora et occasione cessante ad nos per mare te conferas festinanter, cavens ne inde aliud facias ; te enim volumus pro quibusdam nostris servitiis destinare ; et ecce quod mittimus tibi barcettam, in qua propere venire valeas.

175 L’assimilation avec le docteur en droit napolitain mentionné en septembre 1225 dans une source papale (Regesta Honorii III, n. 5624) est possible mais non sûre, puisque le notaire Salvus rédige une lettre en style emphatique en 1238, et apparaît dans la correspondance de Nicolas da Rocca, qui demande aux notaires de faire des vœux pour sa santé, probablement entre 1244 et 1250. Il aurait eu entre cinquante et soixante-dix ans vers 1245, mais aurait été un jeune docteur en 1225. Il est moins probable qu’il soit identique avec le Salvus de Tarente, notaire personnel de Gautier de Palearia mentionné en 1217, étant donné le nombre d’années d’activités postulées. Si Salvus est bien professeur en droit, il ne serait pas le seul professeur de l’université de Naples à assumer le titre et les fonctions (occasionnelles) de notaire. Sur sa correspondance, cf. infra p. 337-340.

176 Cf. Niese 1912, De Stefano 1950, et Stürner 2000, p. 343-457 avec renvois exhaustifs à la bibliographie particulièrement abondante des colloques parus entre 1994 et 1999 sur le sujet. La cour de Frédéric II ne réussit pas toujours à créer des continuités culturelles durables, mais elle remplit parfaitement un rôle de focalisation des talents circulant dans le monde méditerranéen, pour les sciences et les traductions, pour la poésie en langue vulgaire (italien/occitan), voire en latin (Henri d’Avranches, considéré comme le plus grand poète latin du temps par ses contemporains séjourne à la cour dans la décennie 1230...).

177 Sur cette question, cf. les interrogations de Schaller 1957 en conclusion à son étude proprement dite, p. 248. Mais le fait que la chancellerie soit dirigée par un homme d’abord connu pour ses dons de styliste me semble infirmer partiellement l’hypothèse d’une séparation stricte entre des rédactions administratives dévolues à des techniciens de la chancellerie, et des créations plus « artistiques » réservées à des maîtres de dictamen. Les notaires les plus importants par leur activité étaient à la fois des agents de l’administration sicilienne et des stylistes, et devaient être capables de jouer sur les deux registres, et les deux univers n’étaient pas séparés, comme le prouvent les documents reflétant l’idéologie notariale de sublimation du travail administratif dans l’exercice du génie rhétorique analysés infra, p. 357-366.

178 Cf. les extraits des privilèges de 1248 écrits par Nicolas de Rocca commentés en première partie.

179 Cf. Stürner 2000, p. 309 et analyse de Kantorowicz 1937, p. 57-58. Voir également Heupel 1940, p. 39 pour la participation de son neveu Angelo de Capoue, apparemment en qualité de notaire personnel de Pierre, à son voyage d’ambassade en Angleterre : le contrat de mariage est écrit par cet Angelo, et scellé du sceau personnel de Pierre de la Vigne.

180 Stürner 2000, p. 534-536. Cf. également La Chronica Majora de Matthieu Paris avec les discours de défense de Frédéric II devant le concile prêtés à Taddée. Gautier d’Ocra et Pierre de la Vigne avaient été également envoyés à Lyon courant juillet pour prêter main-forte à Taddée, mais Innocent IV refusa de les attendre pour porter la sentence de déposition, cf. Huillard-Bréholles 1865, p. 41.

181 Sur le parcours diplomatique de Gautier d’Ocra, cf. Hartmann 1944, p. 136-141.

182 Stürner 2000, p. 548.

183 La présence de Jean de Palerme dans l’ambassade de Tunis est l’objet d’une correspondance importante de 1240 dont témoigne le registre. Le soin mis à chercher un éventuel remplaçant pour le notaire valétudinaire atteste une nouvelle fois les compétences (probablement linguistiques) hors du commun de Jean. Cf. la série de lettres du 6 février 1240 à Henri l’Abbé, à Jean lui-même, au justicier de Sicilie occidental Roger de Amicis et au segretus de Palerme Oberto Fallamonacha, Il registro... II, n° 539-542, p. 512-515 (n° 539 : Fidelitati tue precipiendo mandamus, quatinus una cum magistro Iohanne de Panormo notario et fideli nostro vel, si ipse infirmitate gravatus non poterit, cum alio (...) conferas te ad regem Tunisii cum litteris nostris, quas sibi duximus destinandas ; n° 540 : Similes scripsit magistro Iohanni de Panormo, quod eat cum ipso Henrico ad regem predictum ; n° 541 : Item scripsit Rogerio de Amicis iustitiario Sicilie ultra flumen Salsum. Fidelitati tue precipiendo mandamus, quatinus si magister (Iohannes) de Panormo notarius et fidelis noster infirmitate gravatus ire non potuerit cum Henrico Abbate aput Tunisium cum litteris nostris, (...) invenias alium idoneum et discretum virum, et enfin n° 542 sur le choix du vaisseau. Le 10 février 1240, maître Théodore d’Antioche, le célèbre traducteur des traités de fauconnerie arabe, est chargé de composer la lettre (n° 575, 10 février 1240 : Ecce mittimus ad regem Tunisi Henricum Abbatem et notarium Iohannem de Panormo fideles nostros vel, si forte idem notarius Iohannes adversa valitudine prepeditus ire non posset, Rogerius de Amicis iustitiarius Sicilie ultra flumen Salsum fidelis noster ordinabit alium, iuxta quod sibi litteris nostris mandavimus, mittendum cum predicto Henrico, quem cognoverit oportunum. Cum igitur ipsos nuntios nostros litteras habere deceat ad eundem regem, mittimus discretioni tue cartam sigillatam et non scriptam, mandantes, ut in lingua arabica ex parte nostra scribas eidem regi, qualiter mittimus ad eum predictos duos nuntios et fideles nostros, per quos super hiis, que inter nos et eundem regem tractanda sunt, plene sibi nostram patefacimus voluntatem.

Ce soin apporté à la rédaction de la lettre est un témoignage de la réduction des capacités d’écriture et d’expression en arabe à la cour de Frédéric, qui doit se reposer sur Théodore d’Antioche de la rédaction de cette missive importante. Il est par ailleurs possible que Jean de Palerme n’ait pas suffisamment maîtrisé l’arabe pour écrire une missive élégante, mais le choix est plus probablement dû à une meilleure spécialisation de Théodore dans la rédaction d’un arabe de chancellerie aussi difficile à apprendre que le latin de l’ars dictaminis, et non à une incompétence linguistique de Jean, à moins que l’état de ce dernier n’inspire de trop graves inquiétudes. Finalement, la lettre n° 954 qui rappelle deux mois plus tard, le 27 avril, Jean à la cour (Frédéric est alors près de Foggia) ne dit pas s’il a pu ou non effectuer son ambassade. Sur la rhétorique des lettres diplomatiques arabes de la même époque, on pourra se faire une idée en latin à partir de la lettre du sultan Malek Saleh d’Egypte à Innocent IV de mai 1246 incluse dans HB VI/2, p. 423 rédigée apparemment en grec selon les indications des registres papaux et ultérieurement traduite en latin : Presentie pape nobilis magni spiritualis affectuosi sancti tertiidecimi apostolorum, universalis loquele christianiorum, manutenentis adoratores crucis, iudicis populi christiani, ductoris filiorum baptismatis, summi pontificis christianorum (confirmet eum Deus et det sibi felicitatem) a soldano potentissimo regnante super colla nationum, continente duas virtutes gladii et calami, possidente duo precellentia scilicet doctrinam et iudicium, rege duorum marium, dominatore austri et septentrionis, rege regionis Egypti (...) cuius regnum diligit Dominus Deus. In nomine Domini Dei misericordis et miseratoris. Presentate sunt scripture pape nobilis (...) Faciet eum Deus de affectantibus bonum et facientibus illud et volentibus pacem et perseverantibus in causis ejus (...).

184 Cf. Schaller 1957, n° 40 p. 271.

185 Pour Stabilis de Caserta, cf. Schaller 1957, n° 78 p. 283. Appartenant à la vieille génération, il est resté actif jusqu’en avril 1240 au moins. Pour son collègue dans l’ambassade de 1220, Pierre de Salerne, cf. ibid., n° 64, p. 278. Ce dernier n’est pas attesté après 1221.

186 Cf. Schaller 1957, n° 79.

187 Pour Jean de Traiecto, actif de 1218 à 1224, cf. Schaller 1957, n° 42, p. 271-272.

188 Sur Henri, dont l’activité de notaire n’est attestée qu’en 1223, notamment dans les négociations de Catane (avec Louis VIII et non Louis IX comme indiqué dans Schaller), cf. Schaller 1957 n° 20 p. 265. Si le maître Henri notaire de 1223 est le maître Henri familiaris, attesté en 1232, il fait une belle carrière, puisqu’il obtient le priorat d’Aix-la-Chapelle, porte le titre de sacri imperii protonotarius, et est évêque élu de Bamberg en 1242. Sur le prestige du français parmi les élites de langue allemande ou flamande (la distinction n’est pas encore très pertinente) au xiiie siècle, cf. Buridant 2000, p. 27-28, citant Adenet le Roi à propos des nobles du pays thiois (de langue allemande) : « Tout droit a celui tans que je ci vous de-vis/avoit une coustume ens el tiois paÿs/Que tout li grant seignor, li conte et li marchis/avoient entour aus gent françoise tout dis/Pour apprendre françois lor filles et lor fis ».

189 Sur la fonction d’ambassadeur au Moyen Âge, cf. la référence classique de Queller 1967.

190 Stürner 1996, intro, p. 91-93. Le document a été analysé avec un grand luxe de détails par Heupel 1940, p. 51-75, et plus brièvement par Kölzer 1994. Cf. également les commentaires de Delle Donne (Roberto) 1994. On n’entre pas ici dans les problèmes que pose la reconstitution de détail de la signification de l’ordo.

191 Stürner 2000, p. 249.

192 Cf. Acta imperii inedita I, p. 738-739: Forma juramenti consiliariorum secundum imperatorem:... Magister I. de Ydronto iurabit omnia et singula supra-dicta preter ea, que ad consilium pertinent et ad officium iudicatus, et quod peticiones aliquas tangentes dominum imperatorem vel aliquem personam non muta-bit nec occultabit, sed fideliter leget et dicet, prout ad officium suum spectat, remotis odio, gracia, precio, metu vel amore.

193 Acta imperii inedita I, p. 736-737: In peticionibus recipiendis et expedien dis ista forma servetur, videlicet quod omnes peticiones de quibuscumque negociis et quibuscumque personis dentur magistro tali, qui ipsas quolibet summo mane recipiat ante domum cancellarie; similiter in hora vespertina compareat ibidem, recepturus peticiones que offerentur. Que legantur tribus diebus in septimana, videlicet die Lune, die Mercurii et die Veneris, et si aliquorum istorum dierum iusta causa impediatur lectio, sequenti die restituetur lectio debita diei preteriti ; et lecte distribuentur per eundem magistrum et per notarios expediende, in qualibet peticione scripto responso a tergo, et si in responsione facienda requireretur consciencia imperatoris, idem magister proponet in consilio ante pedes nostri culminis, nisi ut tangat imperatorem specialiter vel aliquem de curia sua, quod dicet soli domino, et quod mandabit dabitur per eum notariis ut expediant. Quod notarii nulla negocia privatorum expediant nisi per peticiones, quas recipient per modum predictum, et quilibet teneatur sacramento expedire infra duos dies, bona fide et sine malicia vel fraude, a die peticionis recepte et carte date per partem, non computatis diebus, qui-bus curia fuerit in mota, preter negocia curie, que sine dilacione et intermissione expediant, cum primum poterunt. Item omnes notarii singulis diebus debent esse presentes in cancellaria ad scribendum, nisi ex iusta causa vel ex licencia magistri Petri et magistri Tadei impediti. Si vero aliquis eorum aliqua die non erit in cancellaria sine licencia vel iusta causa, puniatur in expensis illius diei scribendo. Per dompnum Philippum capellanum imperialem legentur peticiones coram magistro Petro et magistro Tadeo vel altero eorum, si unus infirmitate prepeditus vel absens interesse non posset vel alia iusta causa in camera que erit super cancellaria, remotis aliis omnibus, vel si camera non fuerit in secreciori parti domus. Ibidem eciam per magistrum Guillelmum de Tocco, qui statutus [est ut] recipiat omnes litteras que mittuntur domino imperatori, legantur omnes littere supradicte, nisi sit aliquid de secretis domini vel quod tangat eum specialiter vel aliquem de curia sua, quod leget ipsi domino, et lecte distribuentur per eum per notarios expediende. Scribentur reponsa litterarum in tergo cuiuslibet, prout summatim notariis dari poterit intellectus. Littere vero omnes scripte relegentur in conspectu predictorum et sub sigillo alterius eorum portabuntur ad sigilla prout docuerit, et cum sigillabuntur omnia sigilla erunt prout quilibet expedire debet litteras suas. Littere super negociis privatorum impetrate legentur singulis diebus Martis, Iovis et sabbati in hora vespertina publice in cancellaria et si apparuerit contradictor, contradictionis eidem copia non negetur. Et duo iudices qui eodem die sederint in causis, legent litteras de sigillo iusticie et per eos tantum approbate et signate sigillabuntur ut dictum est. Sigillatas litteras quaslibet sigillatores assignabunt dompno Philippo capellano, qui in qualibet littera debet facere signum suum et recipere iuramentum a quolibet, cui littera fuerit [data quod nichil dederit ali]cui de curia imperiali et si alicui dedit vel promisit ipse dompnus Philippus revelet cui et quid domino imperatori ; de quo tenaciter observando iuramento teneatur astrictus. Instrumenta que fuerint per iudices curie [approbata], postquam fuerint subsignata, assignabuntur eidem dompno Philippo restituenda cuilibet, cuius fuerint, qui in predicto modo recipiet sacramentum a quolibet de datis et promissis, [similiter in] apodixis, privilegiis et scriptis patentibus servabit illud...

194 Description du fonctionnement récente dans Kölzer 1984, p. 539-541, dans Stürner 2000, p. 249 (à comparer avec la reconstitution du parcours depuis la réception de la requête jusqu’à la délivrance de l’acte dans Gleixner 2006, p. 508-540, à partir des documents de la période 1226-1236) ; analyse détaillée plus ancienne dans Heupel 1940, p. 55-79. Le document n’est pas si limpide qu’il ne laisse place à une certaine marge d’interprétation, et il ne prend pas en compte la rédaction des documents qui n’entraient pas dans le cadre le plus ordinaire du fonctionnement de la chancellerie, c’est-à-dire de la majeure partie des documents dont les formes n’étaient pas standardisées, et qui correspondent aux lettres politiques et personnelles des quatre premiers livres de la collection PdV, mais aussi dans une certaine mesure aux privilèges fortement individualisés du sixième livre.

195 Cf. HB VI/2, p. 457-458, lettre écrite en son nom propre par maître Gautier d’Ocra au roi d’Angleterre sur la répression de la conspiration de 1246, Quia scio vos letari de prosperitate. La lettre n’est pas dénuée de prétention, mais semble néanmoins assez différente par le style des comptes-rendus officiels sur la trahison rédigés en haut style, parmi lesquels l’encyclique PdV II, 10 : Ne fama preambula ; la lettre PdV II, 52 : Super eo quod de fortunatis auspiciis ; ainsi que des lettres à destination de la cour de Castille (PdV II, 20) et de Crémone (PdV II, 27). Voir également la lettre écrite en son nom propre par le maître universitaire Terrisius d’Atina au comte de Toulouse, Acta imperii inedita I, n° 725 p. 570. La missive de Gautier d’Ocra est beaucoup moins soignée et contient un déséquilibre entre rhétorique et récit au profit de descriptions concrètes et des tours de latin influencés par l’italien qui ne se retrouvent pas dans le style de la majorité des Lettres PdV, ce qui incline à penser que Gautier n’était pas particulièrement qualifié pour composer des lettres de propagande en style « héroïque ». La fin de la lettre est abrupte, se terminant par l’énumération des renforts attendus pour Conrad IV : dux Lotharingie, comes Cabillonensis et comes Barrensis. Ce n’est pas vraiment non plus dans le genre des notaires de la chancellerie spécialisés dans le dictamen de haute volée comme Pierre de la Vigne, Nicolas de Rocca ou de stylistes universitaires comme maître Terrisius.

196 Cf. Delle Donne 2003 Epistolae n° 2, p. 7, réédition très améliorée de HBP n° 74, p. 370-372. La rubrique du texte du ms. Paris, BnF lat. 8 567 est significative : Nicolaus registrator rogat magistrum P. de Vinea ut ipsum removeat ab officio registrandi. Texte, traduction partielle et commentaire infra p. 357-365.

197 Sur cette pratique et la signification probable (arrangements internes de notaires en fonction de leurs emplois du temps respectifs) des pratiques de registration par un autre notaire d’un document écrit par son collègue dans le registre de 1239, cf. Il registro... I, intro. p. liii-lviii.

198 Cf. infra p. 357-365.

199 Texte publié une première fois à partir du manuscrit Paris, BnF lat. 8 567 f. 103r par Schaller 1957 en annexe à sa prosopographie du personnel de la chancellerie, p. 285-286. Republié avec de légères corrections par Delle Donne 2003, n° 24, p. 42-44, qui en discute la datation, en écartant l’hypothèse alternative avancée par Schaller d’une rédaction en rapport avec Manfred. Le document ne peut guère dater que de 1252, si Nicolas de Rocca a rédigé une partie des lettres du règne de Conrad contenues dans la collection classique.

200 Le renvoi spéculaire et ironique des notaires à leur propre enseignement rhétorique dans le cadre des lettres d’agrément qu’ils s’écrivent est une constante dans l’ars dictaminis campanienne.

201 Discreto viro magistro Nicolao de Rocca cetus notariorum regie curie salutem et celerem reditum ad ovile. Ad instar facta celestis pretorii secularis in terris curia, tunc debite dispositionis regimine gubernatur, cum a sui exemplaris ymagine non exorbitat nec recedit. Nam sicut sunt ibi quedam subtilis intelligentie et anima-lia oculata ad divini nutus intimam contemplationem affixa et quidam administra-torii spiritus vel activi, qui, quod a superiorum dominationum intellectu de divina voluntate recipiunt, per quamdam influentiam in creaturis inferioribus exequuntur, et sunt utrique tam apud superos quam apud inferos ratione situs et ministerii in excellenti gloria et honore, sic est et eodem modo dispositus in seculari curia suppremorum officialium duplex ordo : alter videlicet, quos locum et officium illarum celestium potestatum tenentes ab effectu consiliarios appellamus ; et alter qui quod ab illis recipiunt de terrene maiestatis consilio, per scripture stilum mandant ad inferos per eos ducendum effectui, quos a notando notarios sive scribas vocamus, quibus omnibus ratione misterii et etiam ministerii generalis reventia cum honore debetur. Sed licet in curia nostra, que consuevit hoc nomen antonomastice possidere, postquam facta est de imperiali regalis, ille honor clarissimus, qui notarios eiusdem curie faciebat conspicuos, pro magna parte turbatus fuerit hactenus et depressus, cum iam rex noster magnificus imperatoris filius, nepos et pronepos ad cognatam sui sanguinis imperialem dignitatem non ascendat, sed transvolet maiori parte imperii suo sceptro submissa, antiquus honor et debitus suis restauratur notariis et in statum reducitur curie primitivum. Unde, cum iam advenies, quod cele riter facere te rogamus, statum ministerii nostri, quem infeliciter laceratum et depressum dimiseras, invenies honorabiliter reparatum. Sed unde tamen proveniat quod tardus et invitus curiam repetat quicumque bonus inde recesserit tue discussioni, quia et tu de illis es, relinquimus inquirendum...

202 Sur le problème de l’inadéquation du terme de relatores, cf. Gleixner 2006, p. 492-493. L’analyse des termes et des métaphores employés dans cette lettre pour distinguer les deux rangs des consiliarii et des notarii dans la chancellerie impériale me semble renforcer une vision traditionnelle faisant des consiliariirelatores les concepteurs des grandes lignes de l’acte, et des notarii les rédacteurs et les écrivains de ces derniers. Comme on verra infra p. 357-365 dans l’analyse de la correspondance épistolaire entre Pierre de la Vigne et Nicolas de Rocca que celui-ci aspire à devenir de simple registrator-laborator un notarius-colonus, suivant la métaphore explicitée du travailleur agricole, je me demande s’il ne faudrait pas travailler à reconstruire l’organisation du travail de la chancellerie en partant systématiquement de l’hypothèse d’une triple hiérarchie écrivain-registrator réservé à l’exécution matérielle de l’acte ou à sa copie en registre, notarius simple susceptible aussi bien de ce travail que d’un travail de dictamen dans certaines conditions, et consiliarius, intervenant régulièrement dans le travail de la chancellerie, au niveau supérieur de la conception de l’acte, de sa responsabilité administrative, et du dictamen, en fonction de sa disponibilité et du caractère important ou complexe de la pièce à écrire. Dans un certain nombre de cas, le superviseur-consiliarius pourrait esquisser le squelette rhétorique de l’acte, ou même n’en indiquer que le contenu (s’il est répétitif) à un notaire-styliste rompu aux formules de la cour qui travaille avec lui. Il me semble qu’il faut peut-être ne pas repartir uniquement d’une logique d’analyse diplomatique et purement administrative, et tenir compte de la logique rhétorique de capacité à exercer le dictamen pour réfléchir sur la divion des tâches dans la chancellerie.

203 Voir le commentaire succinct de Schaller 1957, p. 238-239.

204 Dante, Paradiso, III, 64-78 : les bienheureux sont égaux en félicité, même si les degrés de leur béatitude sont différents.

205 BF 4 568 et 4 569. Homonyme d’un notaire de Frédéric II actif entre 1206 et 1212 : il est très peu probable qu’il s’agisse de la même personne, en revanche, il s’agit peut-être d’un fils ou d’un neveu.

206 Sur la création du studium de Naples, cf. Stürner 2000, p. 47-57 avec bibliographie, ainsi qu’Arnaldi 1982.

207 Il s’agit entre autre des correspondances familiales et de certaines créations notariales de membres des familles Rocca et San Giorgio. Sur ce manuscrit, cf. Schaller 2002, n° 163, p. 241-262 et Delle Donne 2007.

208 Cf. Delle Donne 2003 (correspondance de la famille da Rocca) et Delle Donne 2007, (autres correspondances présentes dans le manuscrit BnF lat. 8567).

209 HBP n° 41, p. 341 ; n° 42, p. 342.

210 HBP n° 46, p. 345: Magistro Rodulfo de Podio domini imperatoris notario. Non solum ex bino actu qui consuetudinem solet inducere, sed multiplici, sicut scitis, specialiter vobis scripsi ut semper mea onera relevetis. Igitur onus istud expeditionis celeris latoris presentium quod requisissem si presens fuissem, vobis absens impono ut inveniat me in vobis. Sic enim et michi consuetudinem obtentam servabitis et gratum me acquiretis amicum.

211 HBP n° 52, p. 347-348.

212 HBP n° 54, p. 350.

213 Pour la correspondance familiale de Pierre, cf. HBP n° 26-32, p. 325-333. On y voit la manière dont Pierre joue de ses positions pour avantager sa famille, notamment dans la lettre n° 30, p. 330 (= PdV V, 19 : Vocatus nuper ad presentiam), acte officiel par lequel Frédéric II prend sous sa protection particulière la belle-mère de Pierre de la Vigne ; et n° 32, p. 333, où il propose à l’archevêque Jacques de Capoue un échange de possessions avec son neveu Guillaume, le (futur ?) grand-juge (Jacques est mort en 1242, et Guillaume apparaît comme grand-juge en 1239), sans doute à Capoue même. Sur la correspondance familiale de Nicolas (senior), cf. l’édition de Delle Donne 2003 n° 59-74 (‘Lettere familiari’), p. 81-93.

214 Cet usage de la transumptio est également commenté de manière autoréflexive par les lettrés dans leurs correspondances familières. Cf. par exemple HBP n° 111, p. 432 (lettre d’un prélat sicilien à Pierre de la Vigne) : Ut transumptive loquar, ad secularium foedera nuptiarum tantus est virginei pudoris rubor, tan-ta deliberatur a parentibus cautela puellis ut eis contrahendi tractatus ignaris per interpositas personas et pronubas puellare connubium incipiat et tractetur. Ubi ergo ad spirituale matrimonium veniam, quod quanto majori prerogativa prepollet, tanto per excusationis necessitatem et instanciam approbatur. La transumptio correspond ici à l’application de la métaphore du mariage profane au mariage de l’évêque avec son église, le sujet de la lettre portant sur un problème d’élection à un évêché sicilien.

215 Hampe 1910, n° 12, p. 124 : Invenitur eciam, quod Cassiodorus, eloquencie purpuratus scematibus et alte renitens fascibus dignitatis, Theodorici regis in tempore, cum iam translatum esset in Greciam imperium Romanorum, multos ad ipsorum preces exemit de pulvere et insignivit presignibus dignitatum. Si autem ad etatis moderne tempora nostre mentis aciem convertemus, inveniemus equidem, quod Magistrum Petrum de Vineis exilibus parentibus editum et fama reconditum obscura, ad ipsius Petri postulationem Panormitanus archiepiscopus apud imperatorem promovit Fridericum eumque splendore clari nominis titulavit. Cf. également Regesta Bohemie II, n° 2610, p. 1139-1140, supplique d’Henri d’Isernia à saint Bonaventure : quod Panormitanus archiepiscopus Petrum de Vinea olim egregium dictatorem et totius linguae latinae jubar pro unica tantum epistola quam eidem misit archiepiscopo, imperatori affectuosissime commendaverit Friderico, licet nunquam prius ipsius P. habuisset noticiam, et iaceret tunc mole inopie consternatus, partiellement citée dans Huillard-Bréholles 1865, p. 11. La comparaison entre la figure de Cassiodore, connue et utilisée par les dictatores et celle de Pierre de la Vigne doit être relevée. Cf. à ce sujet infra, p. 400-401.

216 HBP n° 60, p. 355, traduction de Huillard-Bréholles 1865, p. 119-120 : Cum omni devotione vidi litteras vestras et statum vestrum juxta vota prosperum et salubrem ylariter intellexi ; desideria vestra non patiens ignorare quod communis dominus noster serenissimus imperator, ut optatis, mente et corpore prosperatur, remoto Aman procerum et aulae turbine et ad ponendum calcaneum in praesentia clericorum in quos data sibi dudum potestas extitit coacto, ut ab hiis quos per fas et nefas condampnaverat judicetur. De Mardocheo vero qui se absentavit a curia imperatoris impatientia sponsae suae, omnes qui spem in eo posuimus, pro absente languemus expectantes ut redeat et suae presentiae lenitate a pristinis affatibus excitata continuo reficiat anxiatos !

217 Cf. ibid., p. 120-121.

218 Cf. HBP n° 60, p. 355. Les lettres publiques et privées ont toutefois en commun la vision négative de la fama, dont il importe de se garder, car elle ne correspond pas à la vérité. Cf. index des thèmes et motifs rhétoriques.

219 Ceterum ut pauca suggeram sapienti, multa locuta fame subtrahenda sunt et linguis detrahentium occultanda...

220 PdV III, 70, 3 mars 1238, attribuée à maître Salvus d’après le manuscrit du prince de Fitalia, Palermo, Biblioteca della Società Siciliana per la Storia Patria, Ms. I. B. 25, Schaller 2002 n° 151, p. 227, fol. 68rv, avec la rubrique : Epistola de nativitate filii imperatoris missa per regnum et a magistro Salvo composita.

221 Si l’on tient compte que Nicolas n’est pas en activité à la chancellerie avant 1243 au plus tôt, peut-être un peu plus tard (1244 ou 1245 ?).

222 imperantis : je me demande s’il ne faut pas rétablir une leçon impetrantis, meilleure pour le sens. Cf. le texte infra, note suivante.

223 HBP, p. 390-392 n° 93, rééd. Delle Donne 2003, n° 9, p. 21-23, qui envisage différentes hypothèses de datation, entre 1245 et 1250, ou en 1253, au moment de la réorganisation de la chancellerie sous Conrad. Cette dernière hypothèse est moins probable si Salvus doit être identifié avec le magister Salvus enseignant à l’université de Naples en 1225, ce qui en ferait un personnage assez ou très vieux en 1253. Texte du passage traduit supra :...virtus eloquentie, que, ipso virente, virebat, nunc patitur in infirmo et in solo prosternitur, que per eum sedebat in solio triumphata, ac preter impedimenta clandestina virtutum cancellariae chorus nobilis et decorus cuius pars non erat exigua, per eius absentiam cancello tenacissimo dissoluto imperfectam superficiem representat. A cuius tanquam a patris plenis lacte uberibus (je suis pour ces cinq derniers mots la version de HBP, qui me paraît ici plus compréhensible que celle de Delle Donne 2003) licet omnes, precipue tamen quos note titulus superscribit, tamquam dilecti filii dependentes, turbantur ex merito, qui velut fons irriguus Eufraten aquas dulcedinis fundens in gentibus, deiectum oratione Tullium suae linguae misterio reformabat. Ad eius igitur primeve restitutionis ymaginem, cum cumulate preces precantis affectum exprimant et venerabiliori instantia emolliant animum concedentis, una queso mecum, cui tanto subest materia dolendi prolixior quanto de sue sospitatis adventu fecundioris gratie fiducia speraretur, ad sedentis in throno potentiam intercessores assistite, ut ubi alterne conditionis disparitas et dissona vocis emissio effectum suspenderet imperantis et executionem petitionis forsitan impediret, oratione multiplici divinam movente clementiam et vocum congerie supernam dexteram excitante, pugnet et stimulet salutem circumvagam, et velocius terminans cursum suum ad metam perveniat et medicinam adiciat salutarem, per quam infirma roboret membra patris et expectantium filiorum votivis successibus vota restauraret.

224 HBP n° 109, p. 428-429 : Variatis igitur inter vos alternis colluctationibus voluntatum, quia disceptatio vestra non venit ad calculum, et grammaticis vestris certantibus et per fallacias logicae sophisticis argumentationibus adinventis, restat aeterni judicis cuncta tenentis expectata provisio. Pendente tamen secundum allegata partium in rebus humanis censura judicii, ductus ego per ora plurium et abjectus pro voluntate loquentium pauca coram auditorio vestro in medio introducam. Sane qui fecit me Dominus est et quid de me facturus sit, sine me deliberet ipse. Adest etiam cohoperator ejus et vicarius constitutus in terris, Romanus princeps nominis et honoris, cujus divina mens in manu Dei est et quo voluerit vertit illam. Ideoque nolite considerare sublimia loqui gloriantes, et jam per enigmata desinite speculum advertere futurorum.

225 Cf. Kamp 1984.

226 Kirche..., p. 121-128.

227 Kirche..., p. 1129-1137.

228 L’archevêque de Messine Lando d’Anagnie, élu en 1232, s’oppose à la politique de Frédéric II et part en exil en 1238, où il meurt en 1248. Sur sa correspondance avec Pierre, cf. les trois pièces dans HBP n° 55-57, p. 350-353 : la dernière, lettre de l’archevêque à Pierre, porte la trace du début du conflit qui aboutit à son exil : Ad pacandum motum et animum principis quem emulorum invidia detractionis contra nos flatibus reddidit inquietum, cum exeniis placidis verbisque suasibilibus ad curiam sine more diffugio dirigi providimus gressus nostros, summopere admonentes ut si qua in regis curia nuper de statu Siciliae fuerint innovata, vigili no-bis studio per vestras litteras intimetis.

229 À la différence des archevêques de Capoue et Palerme, et comme celui de Messine, Marinus Filangerius, archevêque de Bari de 1226 à 1251, partit en exil à partir de 1243.

230 Kirche..., p. 123. Le passage est celui de la lettre HBP n° 69, p. 365-366, PdV III, 42, fin de l’échange entre les deux hommes : Stillent ergo montes dulcedinem quasi tales fecerit nos Deus in nostris, quia lac et mel colles fluent, si ex nobis quos caro proximat, carnis debitus vigor alat.

231 HBP n° 65=PdV III, 37 : Hoc, inquam, absit remotius, ut suus non dicatur alteruter ex duobus quos una provincia genuit, et una terra lactavit, et incrementis sequentibus non multum dispar provectus arrisit. Le nom de père et de fils, et les attestations sur l’activité précoce et la mort par infirmité de Jacques ôtant l’ambiguïté sur la différence de génération (au moins une quinzaine d’années) entre les deux hommes, Jacques ne peut ici que faire allusion à une égalité d’élévation, ce qui représente de la part d’un archevêque de Capoue, membre de la régence du royaume, un bel hommage à la position de Pierre vers 1237, époque probable de la correspondance.

232 Discussion dans Kirche..., p. 124-125.

233 Ibid., p. 126 n. 136. L’Historia diplomatica, document édité dans HB III, (1231), p. 290 : Gregorius (...) archiepiscopo capuano, etc. Sive qui condunt leges iniquas qui scribunt iniustitiam, videto qui te sperare valeat vel timere dum, sicut nobis est pro certo relatum, carissimo filio nostro Friderico Romanorum imperatori constitutiones destitutivas salutis et institutivas enormium scandalorum edenti voluntaris obsequens eas dictas, consuens tibi forsitan ex foliis ficuum perizoma, in excusationem frivolam pretendendo quod non legum dictator sed calamus es scribentis, quibus deberes esse patientissimus contradictor quantumcumque tibi e contra discriminis emineret. Sed in hoc non innoxie forsitan gloriaris quod datum est tibi tuam ex hoc scientiam ostentare, non timens Deo scientiarum domino displicere nec nos veritus vocasse qui tandem illas nequaquam equanimiter pateremur. Ut igitur premissa monitio te premuniens a pena preservet immunem, fraternitatem tuam monemus attente quatenus memor officii presulatus non obsequaris illicite iussioni, sed potius offensam studeas redimere precedentem.

234 Conrad IV, dans sa réédition amendée des Constitutiones Regni à Foggia en 1252, admet déjà le rôle de Pierre de la Vigne dans les Constitutiones (HBP p. 90 note 1, citant Orlando 1857, p. 56 : 7. Quod liceat accusato et denunciato reprobare testes sibi contrarios et appellare si voluerit : Item statuimus si quando acciderit, aliquam denunciationem vel accusationem institutam esse ab aliquo contra aliquem, coram nobis vel officialibus nostris, non ut olim, sicut constitutio Petri de Vinea proditoris dabat. Sur cette association directe des Constitutiones avec Pierre de la part de Conrad IV, bien placé pour en savoir quelque chose, cf. Stürner, 1996 (nouvelle édition des Constitutiones MGH), introduction, p. 1-5, avec cette conclusion p. 5 : « Könnte Petrus de Vinea immerhin mindestens einzelne Novellen etwa während der vierziger Jahre verfasst haben, so lässt sich für ihn eine herausragende Rolle bei den Arbeiten des Jahres 1230/1231 nicht nachweisen. Sie ist im übrigen angesichts seiner damaligen Funktion als ein Grosshofrichter ne-ben anderen auch durchaus unwahrscheinlich ». Mais une activité débordante de Pierre de la Vigne ne commence à être attestée qu’à partir de 1232, après la promulgation des Constitutiones. Elles ne sont certainement pas son œuvre personnelle, mais il a très bien pu participer à leur rédaction. Alors qu’il n’est pas mentionné une seule fois dans les documents réunis pour le troisième tome de l’Historia diplomatica... (de 1227 à 1231 compris), il apparaît en force dans l’index du quatrième tome, à partir de novembre 1232. On a semble-t-il confondu le problème de son obscurité relative vers 1230, qui faisait qu’il ne pouvait alors passer dans l’esprit des contemporains pour le rédacteur principal des Constitutiones (qui est apparemment Jacques de Capoue), quand bien même il y aurait travaillé assidûment, avec la question de ses occupations auprès de l’empereur. L’argument qu’un juge ne pouvait trouver le temps pour travailler à un tel ouvrage est spécieux, dans la mesure où l’on admet qu’il n’y a fait qu’œuvre de collaborateur.

235 PdV III, 39=HBP N° 10, p. 306 : « si tant est que quelque prospérité pût suivre celui qui suit les campements militaires ! ».

236 Ibid. : epistole, que postquam totam Germaniam circuivit, tandem ad me novissimo mense augusto fatigata pervenit.

237 HBP n° 65, p. 359-360.

238 HBP n° 66, p. 360.

239 HBP n° 10, p. 306-307.

240 HBP n° 67, p. 361-362 : Item scribit Petro dominus Capuanus, et primo laudat eum, et postea mordaciter reprehendit.

241 HBP n° 68, p. 363-364.

242 HBP n° 69, p. 365-366.

243 Cf. l’analyse de la correspondance par Huillard-Bréholles 1865, p. 123-132. Il ne s’agit pas ici de déprécier la valeur remarquable du travail de Huillard-Bréholles, qui a accompli une œuvre de défrichement titanesque dont l’Historia diplomatica et la Vie et correspondance de Pierre de la Vigne témoignent éloquemment, et qui fait honneur à l’érudition du xixe siècle. Néanmoins, tout en ayant une certaine sensibilité à la symbolique de la rhétorique médiévale, l’érudit partageait les préjugés de son temps sur son obscurité, comme le montrent les commentaires sur cette correspondance, notamment p. 128 : « Dans la suite de cette lettre, il y a comme une émulation de recherche et d’obscurité qui cause plus de fatigue que d’agrément. Cependant l’archevêque se défend avec assez d’esprit » et p. 129 : « La suite de la lettre n’est guère qu’un jeu d’esprit » C’est vrai, mais ces jeux de mots si difficiles d’interprétation pour un homme du xxie siècle forment autant de bases de départ pour étudier l’idéologie du pouvoir et du langage à la cour de Frédéric II.

244 Cf. le vocabulaire juridique qui parsème cette lettre (HBP p. 304-305) : condemnor ; justitie nota ; juste petitionis ; objectio defensionis (...) non arguo ; condempnatio (...) judicium (...) allegatio protegit (...) excusat (...) causam vestram ego ipse qui notor (...) justicio (...) exceptione defendo (...) condamnationis paterne sententiam (...) causamini ; respondeo ; causamini ; respondeo : tous ces termes sont à prendre dans leur sens d’outils de formalisation du débat juridique.

245 Ibid., p.305 : Vestra pater est vinea, et si dignemini non velle contrarium vestra dicetur ; ad vinee vestre palmites seu radices nulla corruptionis mixtura pervenit ; nullum saporem alteravit insitio ; nulla colorem alteritas variavit. Talem vindemiam habetis ex vinea, qualem plantationis materiam contulistis. Causamini, pater, quod vinea vestra botros in debita quantitate non afferat, quod arefacta sit vinea. Respondeo : Et vos cur manum subducitis cultui et fontis irrigui copiam denegatis ?

246 On pourrait parler ici à la fois de transumptio, et de figure étymologique ou en langage médiéval du xiiie siècle, d’annominatio, puisqu’il y a à la fois emploi d’une métaphore et jeu sur le nom de Vinea/vigne. Mais le terme général de transumptio (ou de translatio), connotation de la métaphore dans son sens le plus large lié à un complexe d’idées importées de la théologie, est le plus représentatif.

247 Sur Collegerunt pontifices, cf. infra quatrième partie, p. 455-459.

248 Resurgam vel assurgam dans le ms. Paris BnF lat. 8 563, Iselin (Schaller 1991 I p. 448) assurgam.

249 Sur l’inscription d’un message ou d’une lettre sur la page ou dans l’oreille vierge, cf. la formulation équivalente dans la célèbre encyclique impériale Levate in circuitu (PdV I, 21) de 1239, réponse de Frédéric II à l’excommunication de Grégoire IX, dans une des périodes introductives : Sed nec nunc primum credimus nostram iusticiam, et residentis in throno Domini pravitatem ad publicam mundi notitiam devenire, quin preter agillime fame preloquium, que frequenter in maximis virginum aurium deflorat auditum...

250 Cesarea gesta magnifica vos epistola principis frequenter edocuit, cujus chartam scribentis filii manus nudam et vacuam aliquando tetigit, et ingenium virginem defloravit.

251 Huillard-Bréholles 1865, qui traduit ce passage de la correspondance, p. 127, donne une interprétation maximaliste de l’aliquando que j’aimerais pouvoir suivre : « Quant aux actions de César, les lettres émanées de notre glorieux prince ont dû vous en instruire, et la plupart du temps, c’est la main de votre fils qui a tracé les caractères sur le papier vide et nu ; c’est son esprit qui a défloré la matière encore vierge ». Mais je suis dans l’impossibilité de voir pourquoi il faudrait traduire aliquando par un « la plupart du temps », pour lequel on attendrait un plerumque.

252 Ibid., n° 70, p. 361 (= PdV III, 40).

253 Il ne s’agit pas là des clausules rythmiques classiques, mais des clausules médiévales correspondant aux trois divisions du circuitus de la phrase, la période complète. Tout le vocabulaire de la syntaxe doit être réinterprété quand il s’agit du xiiie siècle.

254 Nec mora, nexus tarditatis rumpitur, facies epistole revelatur, ridet species quia nisi defuerit colorum varietas, figurabat picturam. Sed quam primum per clausulas diffunditur oculus, miratur legentis studium, si potuit in homine tale ingenium concipi, quod tantam verborum pariret maiestatem. Volebam fateor turbam que aderat postico fallere, ut familiarius mecum essem, ne tam dulciloquii vel stilla deflueret, que legentis sensibus raperetur. Credisne potuerim quin citius odor vinee domum repleverit, quandoquidem in facie Jacobi, quam aliqui nondum viderant, Petri paginam jam legebant. Fit concursus ad lectionem, urgeor, oblectat series, mulcetur auditor, sed sudant ingenia, dum satagunt provehi ad alta tribunalia styli. Occurrit tandem ille versiculus : ‘non cuivis homini contingit adire Corinthum’. Sed beatus qui intelligit, neque curam negligit. Sed dum vacat surculis insertis, surculos sibi inserit ex electa vinea Petri : erit tandem ut talis insitio propaginetur in vitem (...).
Le proverbe en forme de vers ‘non cuivis homini contingit adire Corinthum’ est emprunté à une épître d’Horace (premier livre, xviii, c. 36). Il signifie, replacé dans son contexte initial, que l’accès aux grandes affaires n’est pas donné à tout le monde, mais l’interprétation de Jacques semble plutôt vouloir dire qu’il n’est pas donné à tout le monde de comprendre les vers de Pierre.

255 Sur ce problème de célébration rhétorique du droit et de ses mystères sacrés à la cour de Frédéric II, cf. dernièrement l’introduction à l’édition des lettres de Nicola da Rocca par Delle Donne 2003, p. xl-xlii.

256 Sur les duella, l’attention portée à leur déroulement et leur restriction sévère dans la législation de Frédéric II, Constitutio II 32 (éd. Stürner 1996, p. 338, suppression de la majeure partie des cas de duel) ; II, 33 (ibid., p. 340) Quod in defectu alterius probationis duellum in quibusdam casibus sit reservatum. L’exaltation du duellum rhétorique, certes moins sanglant, est concurrente de la répression du duel juridique, usage ressenti comme ‘franc’ (mais dont le terme des lois laisse penser qu’il avait un grand succès idéologique dans la noblesse du royaume). Il y a probablement un certain nombre de contradictions dans la réception de ce qui est ressenti comme la culture francigena dans la Sicile de Frédéric II.

257 Sur cette métaphore, Delle Donne 2003, p. xl, cf. le texte de Nicolas de Rocca Epistolae, n° 20 (Delle Donne 2003), p. 37 : Quoscumque triumphos de duello dictaminis strenuus prestoleris athleta, ego tamen, et si fortuna consentiat, nullam quero de amicabili dimicatione victoriam, ex qua certando solummodo redditur pugil lingua fecundior, ex qua pugnatoris audacia vincendo succumberet.

258 Ibid., p. xl-xli. Ce texte est édité et commenté dans Delle Donne 1999. Pour son contexte, son genre et son rapport avec une disputatio analogue également préservée, cf. infra, quatrième partie p. 425-431.

259 Sur la culture romanesque en langue d’oïl à la cour de Frédéric II, cf. le témoignage du Registro, n° 520, p. 503, sur la réception d’un exemplaire du roman Palamède ou Guiron le Courtois : [Quaterni] libri Palamides. De LIIII quaternis scriptis de libro Palamides, qui fuerunt quondam magistri Iohannis romanzerii, quo nobis per notarium Symonem de Petramaiore mittere te scripsisti, gratum ducimus et acceptum.

260 HBP 67, p. 362 :...ex electa vinea Petri : erit tandem ut talis insitio propaginetur in vitem, quandoquidem ex magisterio iudicis quisquis familariter legerit acinos, cito certo certius germinabit racemos.

261 Ibid. : Pudet verbi, quo sibi contrarius pungitur et quisquis post veniam contumeliosus offertur, presertim si patrem increpet filius, que contumelia non redimitur hirco vel pecude, sed tanquam crimen maximum, corripitur morte.

262 Vinea facta est dilecto meo in cornu filio olei... texte biblique complet infra, tableau 19.

263 HBP n° 65 (PdV III, 37), p. 359. Cf. par exemple Constitutiones, II, 30 (éd. Stürner 1996, p. 334-336) sur la dispense de présentation de témoins trop malades.

264 HBP n° 68 (aveu de défaite de Pierre), p. 363.

265 PdV III, 45 : Hec fuit itaque vinea, quam philosophie manus multo sudore plantavit et coluit, ipsam sue irriguitatis amenitate fecundans, in qua tabernaculum eruditionis erexit, ut ex eo mentes indocte doctrine reciperent spiritum, et ex eius fructu mellifluo biberent sitientes. Hec est vinea, cuius radices grandis aquila in terra negotiatorum, de Libano asportatas, secus decursus aquarum cum diligenti prudentia transplantavit ; ad cuius virtutes eximias explicandas tunc etiam lingua Tullii laboraret.

266 Kloos 1954b p. 182 : Certe non in solo pane aliorum doctorum vivit curia principum principis Friderici, sed in omni verbo, quod procedit ex ore magistri Petri de vinea domini Sabaoth, quam plantavit dextra domini in ortulos Salomonis, de cuius vitis genimine bibent omnes, qui sedent ad mensam imperatoris et domini re-gis nostri. Utinam in ultimo calicis vino huius possem inebriari aliquando ego famulus Nicolaus...
Il faut remarquer que les nombreux points communs entre les trois sermons composés par Nicolas de Bari et le panégyrique de Pierre de la Vigne par Nicolas de Rocca (PdV III, 45) ont obligé à Kloos à mentionner la possibilité (pour l’instant purement hypothétique) que ces deux personnages n’en fassent qu’un. Sur ce problème et les hypothèses contraires de Delle Donne, cf. infra quatrième partie p. 440-445.

267 Delle Donne 2003. C’est la quasi-totalité des pièces attribuées d’une manière ou d’une autre (mention dans les manuscrits) à Nicola de Rocca senior et d’autres membres de sa famille (Nicolas de Rocca junior, Dominique de Rocca).

268 Les correspondances sont rééditées dans Delle Donne 2003 qui améliore considérablement les textes.

269 Mayer 1996 ibid. et Mayer 1997, p. 25-42.

270 Sur l’entrée en fonction de Nicolas à la chancellerie, on peut s’appuyer sur les documents où Zinsmaier 1974 a reconnu sa main (à partir de septembre 1245), et souligner que dans une demande de promotion adressée à Pierre, il dit avoir été depuis un an simple registrator, ce qui ferait remonter les débuts de son activité au plus tard à 1244. Si le notaire est revenu avec Richard Filangieri et non avant (ce qui n’est pas certain), il est tentant de penser qu’il était entré à la chancellerie comme registrator dans la foulée de son retour.

271 Zinsmaier 1974 démontrerait qu’il est employé à l’écriture de lettres diplomatiques en septembre 1245 par comparaison de pièces expédiées sans mention de notaire en France avec les actes écrits par lui en 1248/49 conservés.

272 Sur les manuscrits concernés, dont le manuscrit Paris BnF lat. 8567 et le manuscrit Leipzig, Universitätsbibliothek 1268, cf. Delle Donne 2003, p. 7-12 (édition des deux lettres, sous les numéros 2 et 3).

273 Delle Donne 2003 n° 2, p. 7-10, première éd. HBP n° 74, p. 370-372.

274 Nicolaus registrator rogat magistrum P. de Vinea ut ipsum removeat ab officio registrandi.
Etsi conceptum iam diutini temporis tractu propositum, quod torpentis hucusque silentii sera perstrinxit, imprudentie rigor informat et negligentie fere nota respergit, caute tamen macula purgatur inertie et imprudentie sic livor abluitur, quo, quanquam scribentis aviditas hactenus sibi quodammodo displicendo siluerit, salubrius tamen speravit et credidit, ut tacentis coloni qualitas cognosceretur a fructibus, quam operum experimenta suorum improvisa relatione iactantia testaretur. Reputavi decentius alienis contiones detegi labiis, quam per arrogantie vitiose suffragium que cuiuslibet oratoris deturpat officium, superstitiosius vestris aspectibus accedendum. Sed ne reddar ulterius de mora culpabilis et de negligentia vitiosus, labores continuos quibus corpus assidue lacessitur et anima, tanquam fidelis et passivus interpres vestre benignitatis auditui, que cunctorum curas diligenter examinat aggredior relaturus
(...) Fuit itaque domine, quod postquam officium registrandi quod baiuli sibi crediti tantum imbibit animum, velut me quedam species servitutis, implicuit, quasi factus corpus unum cum calamo et persona eadem cum quaterno ; sic sudavi frequenter et alxi, sic me labor continuus indesinenter oppressit, prout datus mihi quasi testis illati martirii quaternus confitetur (...) Imploratur igitur vestre benignitatis officium ut, cum anni iam circulum et ultra, si verum fatear, in sollicitudine registrandi consumpserim et consumpti iam fere nequeat ultra conditio, vel rediturum si placeat licentietis ad propria, vel in domo summi principis, in qua mansiones multe sunt, locum ubi gratius et fructuosius serviam prefigatis.

275 En fait, seuls trois documents sont attestés pour la régence de Richard Filangieri, la plupart du temps condamné à entendre du haut des murailles de Tyr les insultes des barons francs. Cf. Mayer 1996, p. 767

276 Auxquels on peut peut-être assimiler les forces de travail chargées de la confection graphique des différentes parties de l’acte dicté par un notaire-responsable, et présentées en détail par Gleixner 2006 pour la décennie 1226-1236. Toute la question est de savoir quelle était l’importance des équipes de travailleurs subalternes uniquement occupés à des travaux de copie et de rédaction finale de l’acte, ou comme ici (apparemment) d’enregistrement, et dans quelle mesure elles se distinguaient des deux groupes de notaires et ‘consiliarii’ composant la chancellerie, d’après la description idéalisée de la ‘lettre des hiérarchies notariales angéliques’, étant bien entendu que la plupart des notaires, qui avaient dû commencer leur apprentissage comme Nicolas de Rocca comme registratores-scriptores, devaient être capables d’effectuer les deux types de travaux (rédaction et écriture proprement dite) si violemment distingués dans cette lettre rhétorique.

277 Cf. sur ce terme et son équivalence probable avec les ‘relatores’ du registre de 1239/1240 supra p. 328 note 202.

278 Responsiva magistri Petri de Vinea ad Nicolaum de Rocca (éditée dans Delle Donne 2003, n° 3 p. 10-12) :
Inter tot excelsa virorum ingenia quos in aula Cesarea fecunda rethorice diutius ubera lactaverunt, extendens manum ad aratrum, Nicolaus rethor incognitus nobis occurrens, sera pudoris et verecondie clavibus obseratus, vocis articulis prorupit interdum (...) Pellem igitur veterem nova clamide consuens ac velut armis antiquis novus athleta prosiliens, novum officium vetuste consuetudinis auctoritate deposcis, fieri desiderans in augusto palatio de registratore notarius vel, ut typice dicatur urbanius, in agro dominico de laboratore colonus. Ad quod fiducialiter expetendum, eo saltem accedas audacior, quo de voti consummatione securior, dum nec presentes competitores invenias nec expectes, non quod de meritorum suffragio forte discederent concurrentes, sed quod carere titulo potius eligunt quam eius affligi dispendiis et laboribus fatigari. Sicque quod gratia simplicis honoris obicitur duplici oneris gravitate pensatur. Hoc tamen, ut verum fatear, a iam receptis ad gratiam et ad epistolas regias evocatis, tantum accipio, quod quantumcumque de talibus multi dent quantum ex plena parabside collum detorqueant, nunquam aut raro mensam propositionis effugiunt nec abhominata fastidiis fercula derelinquunt. Qui si forsan hoc faciunt ut simulate per fraudem abhominationis ingenia deterreant appetentis, tu nichilominus stupefactus abscedas, timidus pedem non retrahas, sed ad ostium humeros virtuosus impingas. Et ut pulsanti tibi pater familias noster et dominus aperiri precipiat, Petrus tuus labiorum claves, intercessionis benivole preces, sufficientie tue benignus interpres, cum se locus ingesserit, favorabiliter domino presentabit, velut qui teste suppremo iudice, quoslibet vestes huiusmodi nuptiales habentes libenter ad nuptias introduco, nullius unquam consortis impatiens, quin potius avidus, et ad vinee tam large vindemiam me prorsus insufficientissimum reputans, mecum associare quam plurimos ambio collectores.

279 Sur l’existence d’une réflexion sur le couple sémantique otium/negotium à la cour des derniers Souabes, cf. la lettre de reproche de Manfred ou Conrad à un fonctionnaire négligent et sa réponse (l’une, ou l’une et l’autre, ont des chances d’avoir été composées par Nicolas de Rocca), registrées comme PdV III 68-69. Le souverain y reproche au justitiarius négligent de se vautrer dans l’épicurisme et l’otium au lieu de faire son travail.

280 Cette lettre sans salut, sous forme d’énigme, est le prétexte du certamen édité par Delle Donne 2003 n° 16 (HBP n° 76, p. 374) ; 17 (HBP n° 77, p. 374-375) ; 18, (HBP n° 78, p. 375) ; 19 (HBP n° 79, p. 376) ; 20 (HBP n° 80, p. 376-377) ; 21 (HBP n° 81, p. 377-378) ; 22 (HBP n° 82, p. 379-380) et 23 (HBP n° 83, p. 380-381). L’absence de salut est ainsi glosée en titre : Mittitur acephala cedula Nicolao de Rocca per Petrum de Vinea.

281 Delle Donne 2003 n° 19, p. 37 (Nicolas parle) : Est enim que vires michi modicas minorat ingenii, laboris assidui tedium, causa precipua, que temerarie validitate potentie, nedum ornari quod dicitur impedit sed dictionem etiam simplicem interdicit, dum operantis humeris continua fatigatione fragilibus tam aspero iugo suppositis, vix respirationis hora conceditur, vix cogitationi tempus ydoneum, nisi quod furtiva predatione subripitur, operario relaxatur.

282 Ibid., n° 20, p. 38.

283 Preterea laboris incomoda, rescriba, conquereris, quibus sic dicis ligatas manus ad calamum, ut etiam momento non audeas ad dictamen animos relaxare. Amice, confiteor, quod libertas ingenii, dum servili servitio premitur, nec pensat loqui, nec potest vera discernere ; et, si quando forsitan se familiari furto subripiens ad scribendum, aliqua reperit de incumbentis oneris expeditione sollicita, tolerabilius eligit inculta depromere, quam necessarii cessatione servitii se questionibus immiscere. Verumtamen, frater, in te ista non video ; immo si te tanti operis opinor opificem, congruentius convenit opinari, ut vel divinum geras ingenium, vel nullis perplexitatibus prepediatur humanum. Etenim, dum tante elegantie dictamen inspicitur, dictatoris profunda profunditas aut crederetur superum fulta suffragiis, aut nullis occupationibus impedita.

284 N° 19, p. 37, vers la fin (c’est Nicolas qui parle) : Sed tamquam ignis delatus in gremio quicquid interius forsitan repentine colligitur, manualis cure perplexitas imbibit quicquid temptatio passim pensantis eruptuat, de quaternionis cura sollicitudo continua, quem mihi rerum eventus penalitatis sociavit interpretem, ambitiosa consumit.

285 Cf. l’avis contraire de Delle Donne 2003, p. 48 qui la date de 1253.

286 Cf. la fin de la lettre de Nicolas, Delle Donne 2003 n° 29, p. 48-49, première édition HBP n° 85 p. 382-383. On suppose qu’elle est adressée à Pierre d’Isernia, qui préside apparemment à la réouverture du studium en 1253 : Cum igitur in proprii natalis partibus instinctu quorumdam scolarium, in arte dictaminis proposuerim aliquid implicitum explicare et estivi temporis dies, qui mihi ad requiem post cotidianos labores hyemis conceduntur, ad communem utilitatem studentium consumare, per vestre peto discretionis gratiam, a cetu doctorum omnium mihi licentiam impetrari, ut licet particularia studia sint penitus interdicta, mihi ad gratiam, cum tempus nunc instet, generalis studii, docendi remedium concedatur.

287 Cf. Delle Donne 2003, n° 33-37, p. 53-59 : ‘documenti attestanti l’attività di Nicola presso la cancelleria di Manfredi’.

288 La demande d’accession dans le cercle des notaires et sa réponse par Pierre sont assimilables, d’une certaine manière, à un certamen rhétorique.

289 La lettre des « hiérarchies notariales angéliques », pour laquelle cf. supra p. 326-330.

290 PdV III, 45, réédité à part dans HBP n° 2, p. 289-91, et Delle Donne 2003 n° 15, p. 29-34. Cette lettre est liée dans les collections de Pierre de la Vigne au panégyrique de Frédéric II par Pierre. À noter d’autre part qu’il existe un panégyrique anonyme de Nicolas de Rocca qui en reprend certains motifs, contenu dans le manuscrit BnF lat. 8 567 (fol. 118v-119v), à présent réédité par Delle Donne 2003 n° 1, p. 3-6. Il y est surtout question de rhétorique pure (Nicolas est le rhéteur par excellence), à la différence des éloges de Pierre ou Frédéric, plus politiques. Delle Donne avance l’hypothèse (p. 3) que Pierre aurait pu l’écrire.

291 Tentoria : image biblique.

292 Je traduis ainsi le terme claviger, qui comme me le fait remarquer Henri Bresc, a généralement la signification de massier au Moyen Âge. Mais dans le contexte papal, il est utilisé pour parler de saint Pierre, porte-clefs, et de la symbolique des clés pontificales, et la suite de la présente métaphore ne laisse pas de doute sur le fait que c’est de ce second sens qu’il s’agit.

293 Les « quadriges de l’Empire » sont, comme l’a déjà noté Huillard-Bréholles en livrant ce texte, une manière symbolique de parler des quatre grands-juges qui devaient être présents pour assurer le fonctionnement de la grande-cour de justice.

294 Satis preclaros alumnos, longue lateque per orbem, nature pregnantis peperit uterus et plurimorum pectoribus partem sue fecunditatis infudit ; sed preter communem opinonem omnium, in singulari subiecto congerens quicquid contulerat universis, magistrum Petrum de Vinea cunctis peperit clariorem. Nec sine merito sic ipsum sua liberalitate ditavit, cum virtutum congeriem personarum varietas sepe confunderet, sententiarum erraret auctoritas, et iura prompta solvere buccis lacerata domesticis, ordinarium iudicem non haberent. Multum etenim ut requiem quereret, sapientie felicis ingenium in giro celi et abyssi profundo circumquaque vagaverat, sed in hoc demum sua fixit tentoria, in hoc sui motus circuitum limitavit, cum quo factum cor unum et anima una, in eo ferrum de terra transtulit et lapidem calore resolvit, ut quicquid esset terrena grossities in doctrine substantiam verteretur ; per cuius namque virtutis instinctum iusticia mortificata resurgeret et eclipsati iuris qualitas sue discretionis industria supplementa sentiret ; qui velut novus legifer Moyses, de monte Synai legum copiam concessam sibi celitus hominibus reportavit, ut quorum noxius appetitus per lustra devia oberrarat, ad iustitie fabricam, qua imposita quelibet decoquntur, eius luce previa dirigatur. Hic est siquidem alter Ioseph, cui tamquam fidelis interpres eius, studio magnus ubique Cesar, de cuius potentia sol et luna mirantur, circularis orbis retia gubernanda commisit : qui tamquam Imperii claviger claudit, et nemo aperit, aperit et nemo claudit ; cuius eloquentie tuba dulcisonans orationis voce melliflue audientium corda demulcet ut-pote cui quicquid erat sub pallio solis absconditum, preter clausi libri septem signacula divinus intuitus revelavit. Ipse est enim Petrus fundatus in petra, ut ceteros fidei stabilitate fundaret et, sinceritatis soliditate firmatus, foret aliis fundamentum. Relictis quidem retibus princeps apostolorum, Petrus ille piscator, nimirum secutus est Deum ; sed Petrus hic legifer a sui domini latere non discedit. Curam gregis dominici pastor ille curabat antiquus ; sed iste novus athleta iuxta latus summi principis virtutes inserens et errores extirpans, in statera iusticie ponderat quicquid dicit. Galileus ille tertio Dominum sua voce negavit ; sed absit quod semel abneget Capuanus. O felix vinea que felicem Capuam tam suavis fructus ubertate reficiens, terram Laboris irradias, et remotos orbis terminos instantia tue fecunditatis irradiare non cessas, a cuius stipite palmes non discrepans, tanquam a bono fixus initio iudex prodiit Guillelmus, quem commendabiliter eius effectus laudabilem exhibet, eo quod habuit tam nobilissimum creatorem, ut quem ornavit qualitas habitus, ipsum amictu decoris adornat. Nam legis armatus peritia digesta digerit, et codicis scrupulositates elimat, dum in quadrigis sedens Imperii, superemergentes quoslibet casus et causas in libra iudicii quotiens ponderat et appendit, totiens eos dirimit et decidit, quasi veritas sub nube non lateat, que videntibus non celatur : angelum se fore sanctum lucidius representat. Hec fuit itaque vinea, quam philosophie manus multo sudore plantavit et coluit, ipsam sue irriguitatis amenitate fecundans, in qua tabernaculum eruditionis erexit, ut ex eo mentes indocte doctrine reciperent spiritum et ex eius fructu mellifluo biberent sitientes. Hec est vinea, cuius radices grandis aquila in terra negotiatorum, de Libano asportatas, secus decursus aquarum cum diligenti prudentia transplantavit ; ad cuius virtutes eximias explicandas tunc etiam lingua Tullii laboraret. Ne forsan in prosequendo deficeret et sic displicendo placeret, tele finis imponitur, quam stupendo contexuit Nicolaus.

295 Sur cette évocation dantesque de Pierre de la Vigne, cf. infra, cinquième partie, p. 825-830.

296 Huillard-Bréholles 1865, troisième partie, ‘Tentative schismatique de Frédéric II. – Rôle de Pierre de la Vigne dans le mouvement religieux’. Ces hypothèses excessives n’ont pas été suivies, mais les échos de la papauté qui se rencontrent dans les Vitae pape sur les célébrations laïques indignes des ministres de Frédéric II amènent à se demander si on ne gagnerait pas à entamer un réexamen de la portée que la rhétorique d’exaltation de l’empereur comme pendant terrestre de l’empereur céleste pouvait avoir au xiiie siècle.

297 Cf. sur ce document supra p. 326-330.

298 Cf. Kirche..., p. 132.

299 Delle Donne 2003, p. xv et n° 44-47, p. 65-69.

300 Schaller 1957 n° 6, p. 260.

301 Schaller 1957 n° 28, p. 267.

302 Schaller 1957 n° 73, p. 281.

303 Cf. Hartmann 1944, p. 134-135.

304 Manfred avait réussi à préserver un certain ordre jusqu’à peu de temps avant l’arrivée de son demi-frère Conrad IV. Cf. la Chronique du pseudo-Iamsilla, dans Muratori SS/VIII c. 497-505.

305 La reprise en main durable du royaume par Manfred intervient en 1256, après deux ans d’efforts. Cf. Pispisa 1991 et Pseudo-Iamsilla, Chronique, c. 506-584.

306 Schaller 1957, n° 73, p. 281.

307 Arndt 1911 p. 175, liste des notaires reproduite infra p. 375 note 317. Pierre de Capoue est actif en 1257-58. Il est peut-être identique avec l’un des deux Pierre de Capoue de la chancellerie de Frédéric II (activités attestées pour l’un entre 1239 et 1247, pour l’autre entre 1238 et 1240), cf. Schaller 1957 p. 277-278 n° 61-62, mais sans aucune certitude. Voir également dans Arndt loc. cit. Thomas de Rocca, actif en 1258. Pas de lien établi avec Nicolas de Rocca, et le toponyme est fréquent en Italie du sud. Reste Jean de Brindisi, actif en 1260, et déjà dans la chancellerie de Conrad en 1253-1254, qui ne peut guère être qu’un homonyme du Jean de Brindisi actif à la chancellerie de Frédéric II entre 1206 et 1212, étant donné l’éloignement chronologique. Cf. à ce sujet Schaller 1957 n° 30, p. 267, qui relève également un Johannes de Brindisio super expensis imperialis curie constitutus en 1234 à Vérone. Il reste tentant d’imaginer que Jean de Brindisi III est en relation de parenté directe avec Jean I ou Jean II.

308 Sur Jean de Procida, cf. Cartellieri 1904 passim ; Wieruszowski 1957.

309 Cf. liste d’Arndt 1911, p. 175, à comparer avec les documents rassemblés par Delle Donne 2003 n° 33-37, p. 53-58 sous la rubrique « Documenti attestanti l’attività di Nicola presso la cancelleria di Manfredi ». La rédaction de l’exorde de BF 4713, lettre de Manfred aux Pisans per Nicolaus de Rocca (sic) ne laisse aucun doute sur le titre de notaire de Manfred porté par Nicolas. Il faut également ajouter à la liste Geoffroi de Cosenza, dont l’activité d’écriture (avec le titre de secrétaire avant 1262, de notaire ensuite) à la chancellerie est bien attestée, qui est le probable rédacteur de la chronique du pseudo-Iamsilla, et qui entretient une relation épistolaire suivie avec Nicolas de Rocca (cf. Delle Donne 2003 n° 35-37, p. 56-58). Cf. pour ce dernier personnage Delle Donne 2001.

310 Schaller 1957 ne l’a donc pas comptabilisé dans la liste des notaires impériaux.

311 Il écrit une lettre de déploration célèbre sur la mort de Frédéric II, éditée dans Kloos 1957. Il est inclus dans la liste d’Arndt 1911 p. 175. Sur les incertitudes pesant sur les activités de Pierre de Prezza et de sa production rhétorique, cf. infra p. 383-391. Il écrit un acte pour Manfred, cf. infra p. 385 note 348.

312 On se souvient que la plupart des documents sur la fondation des studia de Naples et Salerne contenus dans les lettres appartiennent aux règnes de Conrad IV, et Manfred, cf. Delle Donne 2003, p. 1993.

313 Sur ces événements, cf. Hampe 1894.

314 Cf. Fusconi 1998, p. 195 note 147, citant I registri della cancelleria angioina..., I, n°129, p. 144 et suivante : Baiulo, judicibus et universis hominibus Pontiscurvi (...) cum ad restaurandum et consignandum ad opus Curie nostre bona omnia magistri Nicholai de Rocca magistrum Graciam clericum (...) eiusque collegam duximus destinandos, fraternitati vestre (...) mandamus quatenus eidem clerico et college super premissis intendatis efficaciter et detis (...) consilium, auxilium et favorem.

315 Cf. Morelli 1998.

316 Plus on se rapproche du cœur du pouvoir souabe, plus cette continuité rencontre des limites fortes : le grand-juge de Manfred Nicolas de Trani (Arndt 1911, p. 175) fait partie des exilés allemands de 1269.

317 Liste des notaires de Manfred répertoriés par Arndt 1911 p. 175, avec addition de Nicolas de Rocca, Geoffroi de Cosenza et Pierre de Prezza : Cyrille de Monopoli, Donat de Sido, Jacques de Guastio Aymonis, Jean de Cripta, Jean de Brindisi, Jean de San Vittorio, Mitthieu d’Agrigente, Mitilianus de Cavea, Nicolas de Castellaneto, Orlandus, Paul de Barletta, Pierre d’Alifia, Pierre de Capoue, Thomas de Salerne, Thomas de Rocca, Vitalis d’Aversa, Laurent de Termoli, François de Neritone, Pierre de Tarente ; noms des notaires de la chancellerie de Charles Ier répertoriés par Kiesewetter 1998, p. 394 note 158 : Jean de Capoue (1278), Philippe de Salerne (1278), notaires en chef ; Nicolas de Fontana (incertain), Gérard de Modène, Robert de Venafro, François d’Alatri, Jean d’Airola, Margarito d’Atri, Buonconto da Lupico, Sisto da Castronuovo, auxquels il faut ajouter les scriptores et registratores sans titre de notaire, un archiviste, un traducteur. Le lien entre notariat et chapelle royale est rompu, les notaires de Manfred généralement remplacés, le nombre général des notaires réduit par rapport au règne de Frédéric II. Pour l’organisation de la chancellerie angevine, cf. Durrieu 1886 et Cadier 1891, p. 247-252.
Sur la transition entre l’administration générale souabe et l’administration angevine, cf. Bresc 1998 particulièrement p. 584-587 ; Cuozzo 1998 ; Morelli 1998 ; et pour la chancellerie Kiesewetter 1998 (contributions groupées dans l’Etat angevin...), qui ne s’intéresse cependant guère aux aspects sociaux et individuels du passage de la chancellerie de Manfred à celle de Charles Ier. Les différentes contributions mettent plutôt l’accent sur une certaine continuité des cadres administratifs en rapport avec le droit, mais cette continuité semble en contradiction avec les parcours individuels de nos dictatores, ce qui confirmerait que, de même que sous Frédéric II, les principaux notaires et personnages de la chancellerie de Manfred avaient un statut de familiaris qui les liait assez fortement aux fortunes politiques du souverain. Au reste, les noms de Geoffroi de Cosenza, Nicolas de Rocca, Pierre de Prezza, Vitalis d’Aversa, dictatores de Manfred tués ou exilés après sa chute (ou au plus tard après l’aventure de Conradin) n’apparaissent qu’en filigrane dans les suggestives reconstitutions de Pispisa 1991 sur le règne de Manfred (Les Rocca et Pierre de Prezza pas du tout, Vitalis d’Aversa, uniquement comme proditor dans les listes de proscriptions angevines ; Geoffroi de Cosenza, plus souvent, mais généralement à cause de son rôle supposé de rédacteur de la chronique du Pseudo-Jamsilla). Dans l’étude des structures administratives du royaume, le personnel de la chancellerie et son importance, sous le règne de Manfred, et au début de l’époque angevine, sont souvent ignorés. L’impression générale est pourtant qu’il y a à cet endroit précis (la chancellerie) un changement notable, dans la mesure où elle restait, dans la tradition de Frédéric II, un lieu de pouvoir fondamental pendant le règne de Manfred, caractéristique qu’elle allait perdre pendant le règne de Charles Ier (puis retrouver partiellement avec l’ascension de Barthélemy sous Charles II). Il aura sans doute fallu le temps de reconstituer, entre 1266 et 1285, un milieu social décapité par le changement de dynastie, la chancellerie étant structurellement, politiquement et idéologiquement très fortement liée à la dynastie et à l’idéologie souabe. Tout ceci demande à être confirmé par une analyse de détail des continuités et variations sociales de la chancellerie entre 1220 et 1300.

318 Cf. Arndt 1911, p. 175.

319 Kiesewetter 1998, p. 405, à la chambre des comtes : (« ’as notaires des raisons, notaire lorens de Termes »).

320 Ibid., p. 383 note 102.

321 I registri della cancelleria angoinia..., I, 1265-1269, p. 271-272, cf. Pispisa 1991, p. 98-99.

322 Cf. supra, p. 364-365.

323 Sur Bernard, abbé du monastère de l’île de Lérins puis du Mont-Cassin de 1263 à 1282, cf. Saba 1931 et Kirche..., p. 330-334. Correspondance épistolaire entre Nicolas de Rocca junior et Bernard, datée par Delle Donne des années 12661268, dans Delle Donne 2003 n° 99-107, p. 117-127.

324 Sur Aygler, frère de Bernard, archevêque de Naples (1266-1280), cf. Kirche... p. 329-333. Cf. une lettre d’Aygler sur la mort d’un des deux Nicolas de Rocca (senior ou junior ?), cf. Delle Donne 2003 n° 74, p. 93.

325 Sur Matthieu, archevêque de Salerne (1263/1273), cf. Kirche, p. 445-449. Sur ses positions favorables aux Italiens, cf. ibid. p. 449. Matthieu était originaire de Salerne, et divers membres de sa famille avaient servi avec honneur Frédéric II et Manfred (Kirche..., p. 447), dont le maître Thomas de Porta, magne regie curie advocatus sous Manfred, fonction continuée sous Charles d’Anjou. Matthieu, empêché d’accéder à son siège par Manfred après avoir étudié sous l’autorité de Thomas d’Aquin à Paris, a donc pu aider à son tour en 1266 sa famille à passer le cap du ralliement angevin, et soutenir la cause vacillante de Nicolas de Rocca, comme le montre une lettre de Nicolas de Rocca senior à l’archevêque de Salerne, Delle Donne 2003 n° 53, p. 74-75, pour le remercier de l’avoir accueilli à son service, probablement entre la mort de Manfred et celle de Conradin qui le contraint cette fois à un exil apparemment définitif.

326 Cf. une reconstitution plausible des événements dans Delle Donne 2003, introduction p. xv-xvi. C’est à partir de son exil, assuré, que l’incertitude devient grande. Si la lettre d’Aygler (Delle Donne n° 74) concerne Nicolas senior, il est mort avant 1280 ; mais une lettre de son neveu Dominique datable de 1285 parle d’un oncle exilé et encore en vie. Et le lieu même de son exil est mystérieux. Delle Donne suppose un exil auprès de Richard de Cornouailles, à partir d’une intuition de Hans Martin Schaller (ibid. p. xvi).

327 Sur Jourdain de Terracina, Nüske 1974, p. 74-75. Sur Simon Paltinerio de Monselice, cf. Kirche..., p. 351-355. Originaire de Padoue, Simon fut évêque-élu d’Aversa, au sud de Capoue, en 1255-56, mais ne put résider que jusqu’à la reconquête de la ville par Manfred.

328 Delle Donne 2003 n° 57, p. 78-79 (annonce de la mort de Jourdain par Nicolas junior), et n° 58 (p. 79-80), réponse de Nicola senior : Sauciaverat animam fame preloquium, cum littere tue facies turbationis materiam memorabilis intulit sensusque legentis nebula mentis obtexit. Dum enim promissionum suarum manifesta presagia, a quibus nostre pendebat pars magna fiducie, tam subito precisa cognoscimus.

329 Delle Donne 2003 n° 56, p. 77.

330 Certe neuter nostrum alteri abest, alterutro reliquum sinceris affectibus in intimis retinente. Cum igitur illa nubila tempora memorantur, in quibus habundante Ytalica tempestate, ventis inclusis prosperis contrariisque laxatis, tue rati ad apostolica litora vetabatur accessus, cur notificatur familarium negotiorum instantia veniendi tempus occupasse ? Cur intimatur avidum accedendi propositum valida postposuisse amminicula litterarum ? Superflue namque ibi remedium excusationis queritur, ubi reprehensionis causa minime invenitur !

331 Lettre éditée dans Delle Donne 2003, n° 127, p. 150.

332 La prudence reste de mise car il pourrait à la rigueur s’agir d’un autre oncle de Dominique, mais l’hypothèse est tentante. On trouve dans les Fascicoli angioini ricostituiti trace d’un Nicolas de Rocca indubitablement mort avant 1278-79, mais comme les documents qui le concernent regardent la région de Melfi et que le patronyme ‘da Rocca’ n’est pas rare dans le royaume, il y a de fortes chances pour qu’il s’agisse d’une autre personne. Cf. I fascicoli...., II, p. 189 : Vineam unam desertam et dissipatam, cum oliveto uno prope viam Rapolle in plano et iuxta vineam quondam Nicolai de Rocca. (Enquête de 1278-1279, in Melfia).

333 Hypothèse de Delle Donne 2003, introduction p. xviii, dans le cas où l’exilé de la lettre serait Nicolas.

334 Sur ce phénomène politique italien, cf. Milani 2003.

335 =détenteurs avérés (Nicolas de Rocca) et probables (Nicolas junior) de l’archétype des Lettres.

336 Transmetteurs avérés ou probables des Lettres

337 Sur Pierre de Prezza, cf. Hampe 1894 passim, et en particulier p. 346-350 ; Müller 1913 avec Kloos 1954a et 1957.

338 Sur Henri d’Isernia voir Novák 1899 ; Hampe 1910 (avec édition de lettres) ; Třiška 1985 ; Schaller (Brigitte) 1989. La majeure partie des lettres et documents attribuables à Henri ont été édités dans Dolliner 1803 ; Regesta Bohemie II et Petrov 1906 (non consulté), qui sont des collections d’histoire diplomatique de la Bohème.

339 Sur cette tradition manuscrite particulière, cf. Schaller 1993, p. 259-262. L’exemple-type en est le manuscrit Leipzig, Universitätsbibliothek, n° 1268, copie du xve siècle, avec une sélection de lettres PdV ; des lettres écrites par Pierre de Prezza ; quelques dictamina de Nicolas de Rocca, sous son nom ; quelques lettres de la collection dite de Thomas de Capoue, et de nombreuses lettres anonymes, cf. Schaller 2002 n° 97, p. 144-150.

340 Müller 1913, p. n°1-12, p. 110-132.

341 Sur les échos messianiques dans la rhétorique impériale et leurs incidences dans la réception des lettres, cf. infra quatrième partie.

342 BF 4 700, enregistré par Arndt 1911, p. 175 en marge de sa liste.

343 Hampe 1 894, p. 68 et suivantes.

344 Imprimée dans Muratori SS/X (Chronicon Sicilie anonymon) c. 824-828.

345 Sur Frédéric de Misnie et les projets de reprise de l’héritage souabe, cf. Dobenecker 1930, et Blaschke 1989a. Il a pris le titre de roi de Sicile et développé une activité de propagande en Italie en 1269-70, cf. Annales placentini gibellini p. 538-539.

346 Cf. Hoensch 1989, p. 157.

347 Müller 1913. En fait, c’est en grande partie une étude en trompe-l’œil, puisqu’à une analyse détaillée du manifeste de Manfred aux Romains de 1265, de la Protestatio Corradini de 1267 et de l’Adhortatio ad Henricum illustrem de 1269 qui occupe les deux premiers tiers de l’ouvrage, succède une vingtaine de pages ou l’auteur attribue les trois œuvres à Pierre, puis étend son domaine d’investigation, et donne quelques repères biographiques qui ne reposent guère que sur des spéculations. La partie la plus utile reste donc l’édition de dix-neuf lettres de sa correspondance privée, p. 111-141.

348 Cf. par exemple les quatre premiers parallèles entre le manifeste de Manfred et l’Adhortatio rassemblés par Müller, p. 86-87 :

Image 16.jpg

Ces convergences ne sont ni assez remarquables ni surtout assez longues pour prouver positivement une filiation, et surtout, la cinquième partie de cette étude présente de nombreux exemples de réutilisations de formules analogues par des auteurs différents. En revanche, les parallèles proposés ibid., p. 88-89 entre le Manifeste de Manfred et la Protestatio sont un peu plus convaincants.

349 BF 4 842 : acte de Conradin en faveur de Conrad d’Antioche, fils de Frédéric d’Antioche bâtard de Frédéric II, et donc son cousin, démonstration de Müller ibid., p. 90.

350 Ibid., p. 91-94 : acte de Manfred de 1259 fait coram Petro de la Prece notario, BF 4 700 ; actes de Manfred de 1254, BF 4 654, et BF 4 644 ; acte de 1 258 BF et pour lequel je penserais plutôt à une possible rédaction de Nicolas.

351 Ibid. p. 95 : BF 4 618, Conrad 1253.

352 Cf. également Kantorowicz 1931, p. 246. La lettre de Frédéric II à la commune de Bologne sur la libération d’Enzio de 1249 PdV II, 34 est attribuée par lui à Pierre de Prezza, je ne sais trop pourquoi.

353 Ibid. p. 96-100 ; PdV I, 18=BF 3 766 (1249), Frédéric au roi de France ; BF 3 542 ; BF 2 911 (1240) ; PdV I, 1=BF 2 434, enfin lettre de 1 239 BF 2 431.

354 Müller 1913, p. 99.

355 Cf. supra première partie p. 69-99.

356 Que Pierre de Prezza ait rendu des services à la cour impériale dans les années 1240 peut être déduit d’un acte de Conradin accordant l’expectative d’un certain nombre de biens à Pierre, et mentionnant les services rendus à son grand-père Frédéric et son père Conrad (BF 4 841).

357 Müller 1913, p. 103-104.

358 Il est vrai que Pierre de Prezza dit au début de l’Adhortatio, qu’il est un vieillard en 1269 : me diligentie manus nulla segnitie languida refrigescit (ed. Schminck 1745 p. 2), ce qui rend probable une activité importante sous Frédéric II, au moins dans les dernières années du règne. Mais il n’est pas prouvé pour autant que la place de Pierre à la cour fût telle qu’il ait pu composer des dictamina officiels importants, car son activité en liaison avec la chancellerie n’est pas attestée. Ce n’est toutefois pas impossible, étant donné le caractère très fragmentaire de nos renseignements, après mai 1240 (fin du registre de 1239/1240). Dans tous les cas, si Pierre était un vieillard en 1269, on l’imagine mal actif au moment des Vêpres, en 1282, même si cela n’est pas rigoureusement impossible.

359 Schaller 1957 n° 73, p. 281-282.

360 Ces lettres sont un des arguments pour considérer les demandes de secours émanant des partisans impériaux prisonniers dans le château de Viterbe en automne 1243 et adressées aux forces impériales, puis à l’empereur, comme authentiques, puisqu’elles indiquent que des notaires ou clercs de formation notariale pouvaient composer des documents dans un style approchant de celui de la chancellerie sans avoir de contact direct avec elle-même.

361 Müller 1913, n° 3, p. 115-116.

362 Liguria était une manière assez répandue de désigner la Lombardie supérieure et centrale au xiiie siècle.

363 Absent de l’édition Iselin (Schaller 1991 t. II, p. 104).

364 Henri « Erlauchte » (l’Illustre), margrave de Misnie et landgrave de Thuringe, 1218-1288. Investi de la Thuringe par Frédéric II en 1243, il s’en assure définitivement en 1264. Son fils Albert est marié à la fille de l’empereur, Marguerite, cf. Blaschke 1989b. Déjà vieux en 1269, il avait associé à ses dignités ses fils et petits-fils, respectivement gendre et petit-fils de Frédéric II.

365 Adhortatio, ed. Schmink 1745.

366 Adhortatio, p. 2.

367 Adhortatio, p. 18 : l’application d’Orient au titre de marquis de Misnie n’est pas un jeu poétique gratuit, mais un jeu rhétorique sur le titre de seigneur de l’Osterland (ou Ostmark), une des divisions des possessions réunies par Henri, entre le landgraviat de Thuringe proprement dit et le marquisat de Misnie. Mais c’est un prétexte à un jeu de mots, pour Pierre de Prezza, qui dans ces dernières périodes de son Adhortatio joue sur ce titre et sur la position septentrionale de la Thuringe pour évoquer la descente fabuleuse vers l’Orient d’un roi destiné à revendiquer, à travers la récupération de la Sicile, jusqu’à la couronne de Jérusalem (p. 19) : beneplacitis tuis properans preter avitas et patrias dignitates in aquilonis zona, precellentem Germanie principatum subiungens, et Italiam provinciarum provinciam exponens, regnum Sicilie pretiosum offerens adhuc venerabile Hierosolymitanum regnum in partibus orientis.

368 Tuus autem super illustris genitor Thuringie Landgravius et comes Saxonie Palatinus altam stirpem in te propagat pregrandium Misnensium et Orientalium Marchionum, a quibus tibi fontes argenti surgunt, thesaurorum inundat fluvius.

369 Adhortatio, p. 2 : Marchio, stupor orbis, qui potes in tua sobole merito gloriari à comparer avec PdV I, 32 au roi de Hongrie :.... estimantes (...) romanum imperium nova iustitie generatione letatum, quod de se filium genuit, quem patrem orbis et fidei fore merito gloriatur ; p. 8 : innocentium multa millia miserorum devoravit et devorat in ore crudelis gladii, quem a sanguine saturari non patitur, à comparer avec un passage de la lettre sur la victoire de Cortenuova PdV II, 1 : et fidelis Cremona cum sociis civitatibus secures sanguine saturavit, et suas evacuarunt pharetras Sarraceni ; p. 14, ut alternatis civibus actio transferatur passionis in habitum, et transeat incus in malleum et malleus in incudem, adaptation heureuse de l’idée contenue dans PdV I, 18, formellement assez éloignée : Nos enim qui pondus incudis hactenus patienter et devote subivimus, nolentes ulterius per patientiam nostram ledi, de cetero pati nequimus, quin causam nostram defendendo viriliter mallei consequenter officium assumamus.

370 Cf. Adhortatio, p. 10, en parlant de la mort de Conradin, ecce filii tui filius, vertice truncato, jacet acephalus in arena ; et p. 9, la cheville rhétorique virgilienne horresco referens.

371 Sur les Lettres latines préservées de Dante et leur lien avec les Lettres de Pierre de la Vigne, cf. infra, cinquième partie, p. 795-801.

372 Pour le règne d’Ottokar, cf. Hoensch 1989.

373 Hampe 1910, p. 24.

374 Hampe 1910, n° 11, p. 115-122, p. 119. Cf. la description des enchantements de Naples et de son printemps perpétuel, p. 119-120 : In otia preterea nate suavis tibi Parthenopes arridebit amenitas, que sub aeris temperie posita micioris, et aprici campi recessus patulos et reductus continet nemoris speciosi. Hec est Neapolis, quam vultus novitivos preferentem Augustus Cesar a novitate censuit nominandam. Nam licet semel hiems gellicidiis horrida pruinosis canescenti succedat autumpno et in autumpnalis maturitatem temporis fervor estatis transeat iuvenilis et sic dissidentibus qualitatibus anni unita compago quodammodo dissecetur, ibi ta-men ex sideris temperamento solaris amicis fulgoribus blandienti, quadam superinducta temperie, lactentis veris infancia flore sertata multiplici videtur perpetuo lascivire, eo modo verumtamen, ut suecuique parti insit proprietas facultatis. Cette réputation du climat de Naples se retrouve dans la lettre PdV III, 12 sur la réouverture du studium par Conrad en 1253 : Volentes itaque super hoc antiquorum gratam renovare temperiem, et regni nostri fastigia tripudialibus novitatis nostre principiis augmentare, universale studium in civitate nostra Neapolis, consulta nuper deliberatione, providimus reformandum, ut civitas ipsa antiqua mater et domus studii, sicut puritate fidei et situs amenitate prefulget, sic renovata quasi paranimpha scientie et singularium hospitaliaria facultatum docentibus et addiscentibus se prebeat gratiosam. Sur la postérité de ce cliché de la salubrité du site dans les privilèges de fondation des universités européennes, cf. Lusignan 1999, p. 275-277.

375 Hampe 1910 n° 2, p. 69-97.

376 Stürner 2000, p. 58-62.

377 Hampe 1910, p. 30, renvoyant à Regesta Bohemie II n° 2580, p. 1116 (modèle de lettre du cardinal à Charles Ier). La lettre est formalisée comme une supplique dans le style sicilien, adressée par Henri au roi qui l’a banni et qui est à la tête du nouvel ordre : Regi suadet cardinalis ut me a banni liberet nexibus et restitui michi faciat bona mea. C’est la lettre Regesta Bohemie II, n° 2623 p. 1147 où est mentionné un venerabilis patris domini Si... cardinalis, dont Hampe déduit le Simon de Sainte-Cécile futur Martin iv. Mais un cardinal padouan, ayant été titulaire du siège d’Aversa avant sa promotion, et qui a Nicolas de Rocca junior dans sa familia, convient beaucoup mieux pour patronner Henri.

378 Cf. Pour ce dernier point Delle Donne 2003 n° 79, p. 100. Lettre d’Henri à Nicolas de Rocca (junior ?) mentionnant Pontecorvo, Regesta Bohemie II, n° 2583 p. 1119. Le neveu de Nicolas de Rocca senior, malgré ses dignités ecclésiastiques, avait eu au moins un rejeton.

379 Regesta Bohemie II, n° 2582, p. 1117-1118.

380 Sur Bérard et sa carrière, cf. Fleuchaus 1998, p. 19-89. Lettre de louange d’Henri à Bérard, Regesta Bohemie II, n°2582, p. 1117-1118. Sur les souvenirs d’Henri sur son passage à la Curie, cf. la satire Regesta Bohemie II, n° 2558, p. 1103 : ubi fex plumbea pro auro venditur defecato, ubi magna conceduntur patrimonia una cena, ubi quantum quisque sua nummorum servat in archa, tantum habet et fidei (...) in qua luteorum loco vasorum scyphi habentur argenti et superficietenus deaurati ; in qua illud vinum bibitur, quod facit sepe bibentem cum angelis disputare, in qua equi sic impinguantur ut porci (...) et ut brevi comprendio singula comprehendam, sacramenta omnia dantur pro argento. Traduction : « Là où l’on vend de la m... de plomb pour de l’or à peine pondu, où de grands patrimoines sont cédés en un repas, où l’on a autant de foi qu’on a de monnaie dans son coffre (...) là où plutôt que de la vaisselle de terre, on a des vases d’argent dorés en superficie, dans laquelle le vin qu’on y boit fait souvent disputer avec les anges, dans laquelle on engraisse les roncins comme des pourceaux (...) et pour que je résume toutes ces particularités d’un trait, là où tous les sacrements sont donnés pour de l’argent ». La référence aux prélats ivres parlant avec les anges et aux coupes d’or et d’argent semble inspirée de Collegerunt pontifices (=PdV I, 1).

381 Hampe 1910, p. 33 ; 49.

382 Regesta Bohemie II, n°2584, p. 1119-1120, éloge de Jean de Procida avec la réponse qui montre une connaissance certaine de l’ars dictaminis, pour un non-professionnel. Le motif de la texture du dictamen et des couleurs rhétoriques y est filé de manière un peu trop simple pour un dictator dans la grande tradition de Pierre de la Vigne, mais reste d’un niveau très soutenu : Responsalis suo de Ysernia Johannes de Prochida salutem. Essenium vernantis eloquencia tue scriptura purpurea varietate respersum rethorice figuratum coloribus eiusdem floribus harmonie connexum, dulcissonis conditum vocibus et mellifluis condimentis ornatum, filis confectum subtilibus, mirabiliter exorditum, contextum decenter, sutum decencius sic recipientis animum invitavit ad votum scribentis, ut ea condicione se offerat, quod nil offerendum in eo remansisse videtur. La lettre avec la demande d’information est retranscrite dans Regesta Bohemie II, n° 2585 p. 1120-1121 : Morum claritate perspicuo luce illustrato sciencie et nobilitatis insignibus presignito specialia domino suo, domino Johanni de Procyda H. de Ysernia recomendacionem cum promptitudine serviendi (...) in Mysnensi marchia dum presentarie commorabar (...) Cum itaque ardentibus desideriis certitudinem scire cupiam de regis negocio Friderici, utrum ad talem disposicionis pervenerit habitum, ut illis quos ‘patriis pulsos laribus’ et in obprobrium proch dolor gentibus deditos aquiloniaris ire angit impetus (...) debeat aura felicior et grati austri serenitas arridere... Cf. le passage de la lettre de menace de Frédéric II aux Bolonais PdV II, 34 : Mediolanenses priores vestros, ‘expulit a propriis laribus’ et eiecit..., exploitant le même passage de Lucain pour parler de l’exil, Pharsale, I, 278 : Pellimur e patriis laribus patimurque volentes/exilium.

383 Hampe 1910 n° 9, p. 107-108.

384 Hampe 1910 n° 6, p. 104 : Coram vestre solio maiestatis, per quam in rectistatera iudicii cuncta mundi climata gubernantur, et ante vestre supereminencie oculos K[arolum] Provincie comitem deducturus, me sua verbis non posse explicare facinora pertimesco ; vereor enim, vereor, quia tot et tanta comisit scelera...

385 Hampe 1910 n° 5, p. 103.

386 Hampe 1910 n° 4, p. 102.

387 Hampe 1910 n° 3, p. 97-102, qui commence comme la lettre d’imprécation contre les cardinaux, PdV I, 17 Ad vos est hoc verbum, filii Ephraym (ici Ad vos est hoc verbum, iudex Philippe) et finit ainsi : non diu tollerare potero, quin me studeam de iniuriis vindicare, maxime cum de negocio quod vos ignorare non autumo et ardenti desiderio cupitis, sicut de Ydra contigerit et tempus prope sit, ut Atrides fratris piet thalamos, et iniuriam aquile vindicet leo exiens de cavernis.

388 Hampe 1910, p. 51-54, renvoyant à une notice autobiographique (différente de la justification Hampe n°2 mentionnée supra, et citée fragmentairement par lui : Postmodum vero, cum clareret operum quod effectum non debebat habere negocium Friderici, et iam innotuisset quod falsa erant ea que de ipso fama per Ytaliam publicarat, magistro Petro de Prece suadente prope veni Pragam, ubi post languores multiplices susceptus sum a terre notario et in domo permanens hec compegi).

389 Saint Bonaventure ne fut cardinal que de 1273 à sa mort en 1275. La lettre date de 1273, panégyrique par Henri sur le modèle de PdV III, 44 dans Regesta Bohemie II, n° 2579, p. 1115-1116 : le saint se fit tirer l’oreille, si l’on en croit la rubrique de la lettre n° 2610, p. 1139-1140 : Inducitur ad hoc Fr. Bonaventura, ut quod prius negaverat, pro magistro H. domino regi scribat.

390 Regesta Bohemie II, n° 2580, p. 1116, texte infra, p. 1116.

391 Hampe 1910, n° 15, p. 130.

392 Hampe 1910, n° 18, p. 135-136.

393 C’est Novák 1899 qui a prouvé de manière apparemment convaincante la différence entre les deux Henri, même si l’utilisation par le second de modèles inspirés des Lettres PdV dans la rédaction de certaines pièces de son formulaire accentue l’effet de confusion. À distance de cent ans, le dossier mérite sans doute un réexamen.

394 Cf. Novák 1899.

395 Regesta Bohemie II, n° 2585, p. 1120-1121 : Benignitatem vestram, michi ultra quam dici valeat cariorem, duxi affectuosius deprecandam, quatenus michi vestris scribere dignemini literis seriem veritatis, ut qui nuncusque in Pragensi latitans civitate ab eo tempore, quo vos dulcis oras Italie repetistis, nichil aliud anxius expectavi fluctuantis ambiguitatis mordaci cura seposita, que meum variis raptatibus distrahens animum retinet in suspenso, ad vestras sistere valeat literas in tranquillo.

396 Triška 1985 ; Schaller (Brigitte) 1989.

397 Cf. infra cinquième partie p. 710-711.

398 Regesta Bohemie II, n° 2612, p. 1140 : Et quoniam idem [Henricus] suum exhibere desiderat famulatum illustri regi in officio notarie, et indubitanter scimus eundem dicto domino regi non modicum expedire, maxime si idem rex in apicem erectus fuerit imperatorie dignitatis, secundum quod credimus et eciam affectamus, vos magna precum instantia duximus tenore presencium exorandum, quatenus ipsum aput dictum dominum regem velitis vestrorum interventu precaminum efficaciter promovere.

399 Regesta Bohemie II, n° 2603, p. 1134-1135 : Et quid amplius mei curo telam dictaminis prolixare, cum res sit ore longior et vestrarum laudum solempnia lingua exulis Siculi non sit sufficiens enarrare.

400 Regesta Bohemie II, n° 2600, p. 1131-1132, éloge de l’évêque de Prague : Qui igitur totus urbanus estis, totus existitis gratiosus, gratanter dignemini pie pater presentis recipere munusculi donativum, quod ad laudem vestri nominis et honoris, ut solennis fame favoribus celebrius extollantur et ad vos sepe sepius revertatur, cum agmine tytulorum succincte composuit Gibellinus.

401 Sur Robert de Bari, protonotaire du royaume de Sicile dans les premières années du règne de Charles (1265-1269), haï par les exilés gibelins, cf. Kiesewetter 1998, p. 379. Dans la lettre à Bonaventure, Henri parvient mal à cacher sa haine pour le personnage. Il la laisse éclater dans la lettre Hampe 1910 n° 12, p. 124-125 à l’évêque d’Olmütz pour obtenir son soutien auprès d’Ottokar, où il développe le même thème avec d’intéressantes variations : necnon et quod dominus papa Clemens, istius summi pontificis predecessor, Robertum de Baro, virum denique non magne scientie faleris decoratum, in tantum aput Karolum, regni Sicilie perfidum invasorem, Cesarei sititorem sanguinis omniumque regum temerarium contemptorem, suis laudibus promoverit, ut eum totius regni Sicilie cancellarium ordinaret.

402 Regesta Bohemie II, n° 2610, p. 1139-1140 : Quis enim hoc asserere posset racionabiliter inhonestum, si pro me domino regi Boemie scriberetis, ut intercessionis vestre intuitu me habere regia serenitas commendatum ? (...) An obstat persone supplicantis deieccio, ut pro ea preces fundere ridiculum videatur ? Sed tum vere claret animi claritas, que sublimat et preficit, arduus apex morum, cum superioris preeminencia humili supplicaverit pro persona. O quam gloriosum fuit habitum in atavis edito regibus Mecenate, qui paupertatis gravatum sarcina promovit Virgilium aput Cesaree supereminenciam maiestatis! O quantum ad eiusdem accessit cumulum tytulorum, cum Oracium manu tenuit et promovit servi cuiusdam filium venussini! O quantum fame Cassiodori splendoris accrevit, dum non dedignabatur eciam pro deiectis Theodericum regem suppliciter exorare, ut dignitatis eos fascibus presigniret! Novimus eciam, si ad moderna tempora stilum retrahimus, quod papa Clemens Robertum de Baro, certe non magne literature hominem ymo tantum ex usu aliquid cognoscentem, apud regem promovit Karolum, et quod panormitanus archiepiscopus Petrum de Vinea, olim egregium dictatorem et tocius lingue latine jubar, pro unica tantum epistola, quam eidem misit archiepiscopo, imperatori affectuosissime commendaverit Friderico, licet nunquam prius ipsius P. habuisset noticiam, et iaceret tunc mole inopie consternatus.

403 Regesta Bohemie II, 1882, n° 2620, p. 1146 : Sed quamvis ex istis blanda me perfunderent gaudia circumquaque, non minus, credatis procul dubio, sum gavi sus, quod litere vestre stili nolo dicere, ruditatem Bohemie nullatenus redolent, sed splendidioris incudis fabricam sapientes suaviloquam videntur imitari Siciliam et tube clangorem altisonum Capuane. Gavisus enim sum, quia per experienciam iam cognosco, vos arbusta humiles miricas, cum libet, posse relinquere, et quod ludentes cum Talya nitimini versu Syracusio personare. Gavisus enim sum, quod iam incipitis arida respuere verbula et habere uberes distentas lacte capellas, ita quod cum Tyrsi certamine potestis contendere lirico melibeo. La formule ‘uberes distentas lacte capellas’ est un remaniement de la quatrième Bucolique, v. 21-22 : Ipsae lacte domum referent distenta capelle/Ubera...

404 De manière très suggestive, Henri emploie dans son éloge du chancelier Pierre (Regesta Bohemie II, n° 2605, p. 1136-1137), où il utilise un certain nombre de formules dérivées de l’éloge de Pierre (et sicut claves superne patrie sunt tradite Galileo, sic regni Boemie claviger es Pragensis), l’expression de versus prosaycos pour parler de son dictamen.

405 Regesta Bohemie II, n° 2600, p. 1131 : ipsa natura parens linguam vestram vernantibus eloquencie monilibus mirabiliter falerans decoravit, ymo suavitatis nectar oratorie compluens in eandem sic illustravit eam argenteis eloquencie margaritis, ut expers paris sitis in ydyomate vestro, prout plurimum testimonio colligo, et precellens estis in latini sermonis elegancia, sicut scio. La remarque n’est pas anecdotique, car c’est une pièce à verser au dossier du « protonationalisme linguistique » tchèque, objet de débats mais dont on retrouve des traces en Bohême bien avant les guerres hussites. Cf. sur ce protonationalisme linguistique et son développement au cours du bas Moyen Âge, cf. Marin 2005.

406 On se rappelle que la protohistoire des Lettres est faite d’hypothèses, particulièrement pour la période qui court entre 1254 et 1280.

407 Denifle 1888.

408 Weiss 1949.

409 Kantorowicz 1957.

410 Nüske 1974, p. 374-375.

411 Bériou 1998, p. 204-208.

412 Delle Donne 2007, introduction p. vi-xv consacrée à la biographie d’Étienne de San Giorgio (Stefano di San Giorgio), et lettres n° 2-90. J’avais moi-même préparé une édition de ces lettres à l’époque de la rédaction de la thèse, mais je me suis naturellement effacé devant les compétences philologiques de Fulvio Delle Donne, dont le travail était bien plus avancé. Il a eu l’amabilité de me communiquer la version électronique de son édition encore inédite en 2006, ce dont je le remercie encore une fois dans ces lignes.

413 Date de sa mort incertaine entre ses deux années, cf. Kirche..., p. 333.

414 Delle Donne 2003 n° 113 p. 133. Delle Donne suppose qu’il s’agit de Thomas, mais étant donné le témoignage la lettre adressée par Stéphane à l’abbé Ber-nard sur la mort de son frère Aygler en 1280 ou 1281, il est sans doute plus probable qu’il s’agisse de Bernard Aygler.

415 Delle Donne 2003 n° 115, p. 133-134 : inter hec tandem credendo profiteor, quod novum indutus hominem, celos vides apertos in gloria dum celicolis agregatus agminibus eius mereris sanctis gaudere conspectibus qui in hereditate celestis clavigeri factus superna dispositione successor, terrena simul et celestia moderatur. Studeas igitur cursus tuos in decreta tibi fideliter sorte peragere, sicque faventis fortune principiis profutura prudenter adiungere media, ut de merito agro, quem stu diose colueris, tui semper in prosperis recordaturus interpretis, spicas colligas fer tiles premiorum.

416 Delle Donne 2003 n° 128.

417 Cf. également Kantorowicz 1957, p. 237, note 24.

418 Kiesewetter 1998, p. 395-396, note 163 pour un acte du 26 novembre 1293.

419 On consultera à présent Delle Donne 2003, introduction, pour l’histoire complexe de ce manuscrit et les hypothèses concernant son élaboration.

420 On n’a aucun indice précis sur la date de naissance d’Étienne. Son activité ne semble pas attestée avant 1273, mais il meurt en 1290, en pleine ascension. Cela ne permet pas de donner pour sa naissance une fourchette moins large que les années 1225-1250, mais l’interruption d’une carrière qui s’annonçait extrêmement brillante après seulement seize ans d’activités attestées fait soupçonner une mort relativement précoce, entre quarante et cinquante ans : il serait alors né dans la décennie 1240.

421 On pense à Jean de Capoue. Cf. Delle Donne 2007, intro p. xl-xli.

422 Kantorowicz 1957, p. 236 ; Bériou 1998, p. 204, note 260 indique 1284.

423 I necrologi cassinesi, Rome, 1941, cit. Weiss 1949 p. 164 note 43 et Kantorowicz 1957 p. 236.

424 Par exemple lettre Paris, BnF lat. 8 567 fol. 3v : Cancellario illustris regis Anglie Hugo cardinali. Scribimus quedam domino nostro regi super quibus expediet magne circum Cancellario illustris Regis Anglie, Hugo cardinali (lettre à présent éditée dans Delle Donne 2007, n° 27).

425 Cf. la remarquable lettre BnF 8 567 fol. 3v : Regi Anglorum illustri. Stephanus clericus. Ex absolutione sententie, in prefatum dominum Symonem, promulgate, possent multa inconvenientia et pericula provenire. Il s’agit comme on le devine d’une consultation privée sur le traitement à réserver au corps du chef de la révolte des barons dans la guerre civile anglaise de 1258-1265, Simon de Montfort, dont la mémoire était vénérée par une partie de la population. Édouard soupèse les avantages d’une réhabilitation partielle... L’absence apparente de mention concernant cet épisode dans la biographie d’Édouard par Prestwitch 1988 me fait supposer, peut-être à tort, que cet épisode des années 1278-1290 n’est guère connu. Cf. à présent l’édition de la lettre avec commentaires succincts dans Delle Donne 2007, n° 42, qui la date des années 1276-1280.

426 Sur les fastidieuses négociations pour la libération de Charles II, cf. Kiesewetter 1999, p. 160-200.

427 Weiss 1949 n° 2, p. 160.

428 Bériou 1998, p. 204-212.

429 Texte à présent édité dans Delle Donne 2007, n° 63.

430 PdV III, 40 : Que sane professio firmis provecta radicibus ita senuit olim in iuvene ut cothidie pubescat in sene.

431 PdV I, 9 : Nos ergo suum celitus nobis Domino reserante consilium, et in plana tot aspera convertente, sudores bellicos et estivos pulveres non vitantes.

432 PdV II, 40 : et fere ducentis ex ipsis nostro carceri mancipatis.

433 PdV I, 6 : Cum sit Christus caput ecclesie, et in Petri vocabulo suam fundaverit ecclesiam supra petram, vos, apostolorum statuit successores.

434 PdV I, 9 : ut vos predictorum nostrorum successum participes fieri gaudeamus, quos in omni successure felicitatis eventu ex unanimitate qua unimur cupimus habere consortes.
Traduction : « Le Roi des Rois, Seigneur des Seigneurs, fils du Roi éternel, ôtant le sceptre de Juda et transférant l’onction royale selon la disposition la plus parfaite dans les temps, a élevé l’Église d’une nouvelle plantation, dans laquelle il a institué les rois, et distribué les diverses dignités. Mais entre les souches royales de la chrétienté marquées d’un sceau insigne, depuis les propres origines de la foi chrétienne, ce fils du Très Haut a élevé la souche royale de l’illustre maison de France sur de hautes racines, et une fois élevée elle ne cesse de gouverner dans l’honneur et la gloire. Car c’est de cette maison très chrétienne que tel un rameau, sortant des aromates de la fumée (d’encens) notre père de divine mémoire, fils de roi, et par la suite, athlète non indigne de Dieu et de l’Église, couronné du diadème du royaume de Sicile par cette même église, conquit ce même royaume par ses actions et ses travaux guerriers, royaume dont Nous, quoique alors livrés à la détention, dans l’épitaphe de son ultime volonté, fûmes institués par lui l’héritier et successeur désigné. Mais après l’événement de notre libération, nous trouvâmes refuge et recours dans le sein de notre mère la sacro-sainte Église romaine. Laquelle, dans la persuasion de l’abondance de sa maternelle bienveillance, accourant pour nous embrasser, après nous avoir montré de nombreux indices de douceur et d’affection, a décidé du jour de notre couronnement, pour que l’héritage de la succession paternelle fût reçu par le vrai héritier, en ce jour dominical, de la fête de la Pentecôte, dans lequel elle remplit ses apôtres du chrême de son esprit saint, fixé après mûre délibération. En lequel jour l’époux de la dite Église, le vicaire du Christ, de ses propres mains, dans la réjouissance d’une festivité solennelle, et sous les auspices d’une solennelle festivité, Nous a couronné du diadème du susdit royaume, ce que Nous vous annonçons pour votre joie et satisfaction, afin que vous participiez à notre honneur et notre joie, vous qui ne fûtes point sans avoir part à nos malheurs et nos épreuves ».

435 Pour la signification à donner à ce terme, on renvoie infra à l’introduction méthodologique de la cinquième partie, p. 559-566.

436 Lettre à présent éditée dans Delle Donne 2007, n° 44, avec proposition de datation vers 1276-1281.

437 HB VI p. 792 : ‘qui predicare tantum debent verbum Dei’. Il est visible que la lettre qu’avait mémorisée Étienne de San Giorgio était plus proche de la version du manuscrit BnF lat. 8563 que de celle retenue par Huillard-Bréholles, qui n’est de plus pas bonne pour le cursus.

438 Lettre maintenant éditée dans Delle Donne 2007, n° 26, datée de la seconde moitié de 1281.

439 Iselin (Schaller 1991 t. I, p. 164) claustrum.

440 Lettre maintenant éditée dans Delle Donne 2007, n° 58. Il indique la fourchette 1274-1280.

441 PdV I, 1 :...Tu vero, ad hoc vivis ut comedas, in cuius vasis et ciphis aureis scriptum est ‘bibo bibis’. Cuius verbi perteritum sic frequenter in mensa repetis et post cibum, quod quasi raptus usque ad celum tertium hebraice grece loqueris et latine. C’est la même satire Collegerunt pontifices (PdV I, 1) qui a servi à Henri d’Isernia d’inspiration pour sa lettre satirique décrivant les mœurs de la cour à son passage à Viterbe en 1269 citée supra, note 378.

442 Je suis la leçon vos confundat du ms., au contraire de F. Delle Donne qui corrige en non. Lettre cataloguée dans les lettres de la correspondance de Bérard par Fleuchaus 1998 sous le n° 802.

443 Lettre à présent éditée dans Delle Donne 2007, n° 10, qui la date de 1288.

444 Pierre, vestiarius du Mont-Cassin, était devenu abbé d’une abbaye jusqu’ici non identifiée.

445 Manuscrit Paris, BnF lat. 8 567 [fol. 11v] : Domino abbati fratri... stephanus. Litteras tuas novissime michi directas recepi inter cetera continentes (...) propter quod scire te volo quod super hoc partes meas nullatenus interponam, cum do-minus cancellarius velit et desideret et iam proposuerit cum in regno erimus te provehi per favorem regium ad maiora (...). Item vehementer admiror, cum voraginem tue cupiditatis que sevior ignibus Ethne facti experientia conprobatur, nulla possit promotio saturare, et tu me ex omni parte deplumas et ad nullam compassionem extendis. Caro mea michi non compatitur, quid faciat aliena, et non considerat, me tantis laboribus subiacere. Nam per promotionem tuam relevari sperabam quod a direptione rerum mearum de cetero abstineres, et sufficerent tibi tue. Hoc autem in contrarium michi cedit, cum nec me nec tue res tuam valeant cupiditatem inexplebilem satiare. Scripsisti michi de molendinis. Respondeo, non concessit michi natura volatum, ut veloci traiectu secans aerea venire possim de Francia in Apuliam una die. Non sitis namque corda leporina habentes, ut permittatis vos a malivolis conculcari, sed corda leonina viriliter assumatis.

446 Cf. la conclusion de Collegerunt pontifices (PdV I, 1) : Alioquin leo noster fortissimus, qui simulat hodie se dormire, rugito solo terribili trahet ad se omnes a terre finibus tauros pingues, et plantando iustitiam ecclesiam diriget, evellens prorsus ac destruens cornua superborum.

Table des illustrations

Titre Tableau 15ORIGINE DES NOTAIRES POUR L’ENSEMBLE DU RÈGNE DE FREDERIC II (1197-1250)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/490/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 16ORIGINE DES NOTAIRES, LA TRANSITION DE LA PREMIÈRE PARTIE DU REGNE (1197-1220)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/490/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau 17ORIGINE DES NOTAIRES : LA MISE EN PLACE DE LA FILIÈRE CAPOUANE DANS LA SECONDE PARTIE DU RÈGNE (1220-1250)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/490/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/490/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 18LES FORCES VIVES DE LA CHANCELLERIE ENTRE 1239 ET 1250
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/490/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/490/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/490/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/490/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/490/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau 19RENCONTRE ENTRE LE PAMPHLET COLLEGERUNT PONTIFICES ET LE CERTAMEN DE PIERRE ET JACQUES DE CAPOUE
Légende Note 248248
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/490/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau 20LE CERTAMEN ENTRE PIERRE ET JACQUES ET SON AUTORITÉ BIBLIQUE PRINCIPALE
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/490/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Tableau 21NOYAU NOTARIAL À L’ORIGINE DE LA DYNAMIQUE DE DIFFUSION DES LETTRES
Légende =Liens de parentés (avec relations épistolaires).=relations épistolaires attestées.Note **335Note *336Les années sont les années d’activité attestées.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/490/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/490/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Tableau 22LA PREMIÈRE DISPERSION HORS DU ROYAUME DES LETTRES :
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/490/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 23CIRCUITIONES DES LETTRES ET DE LA CORRESPONDANCE DE PIERRE DE PREZZA
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/490/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 24CIRCUITIONES DES LETTRES ET DE LA CORRESPONDANCE, II
Légende Note 363363
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/490/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau 25COMPARAISON DES ÉLOGES DE L’ÉVÊQUE D’OLMÜTZ PAR HENRI D’ISERNIA ET DE PIERRE DE LA VIGNE PAR NICOLAS DE ROCCA
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/490/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Tableau 26ETIENNE DE SAN GIORGIO RÉUTILISE UNE LETTRE DU PREMIER LIVRE POUR COMPOSER UNE LETTRE ROYALE ANGLAISE
Légende Note 437437
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/490/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Tableau 27AUTRE EXEMPLE D’UTILISATION POUR UNE LETTRE DU CARDINAL HUGUES D’EVESHAM
Légende Note 439439
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/490/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 128k

© Publications de l’École française de Rome, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540