Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rhétorique du pouvoir médiéval

 | 
Benoît Grévin

Premier livre. Les voies de la création

Première partie. Origine, forme et fonction d’une summa dictaminis

Texte intégral

1Pour entamer cette exploration de la dynamique de création, de diffusion et d’utilisation d’un style médiéval compris comme une forme originale à la fois « informée » par les pratiques d’écriture et les idées d’un milieu social particulier dans la première moitié du xiiie siècle et « informante » pour les pratiques d’écriture de milieux analogues à une époque postérieure, il faut d’abord s’interroger sur la « forme » qui est au centre de cette dynamique. À équidistance de la première rédaction des documents de la chancellerie de Frédéric II et Conrad IV qu’elle recueillit, et de leur réutilisation postérieure dans les chancelleries du xive siècle, la dynamique de constitution des Lettres en tant que recueil concentre en elle l’ensemble des problématiques qui seront développées dans les différentes parties de ce livre.

2En effet, la formation même du recueil a été conditionnée par la structure sociale du milieu dont il est issu. Les choix opérés dans sa constitution ont à leur tour lourdement influencé sa réception et sa réutilisation, créant les conditions d’une distance entre la réception immédiate des lettres isolées à l’époque de Frédéric II, et la réception médiatisée des mêmes documents, réorganisés, au xive siècle.

3Il est donc impossible de faire l’économie d’une réflexion sur la structure d’une collection qui conditionne la lecture même de ses documents. L’histoire des Lettres n’est pas réductible à la somme de l’histoire isolée de chacun des documents contenus dans le recueil. Elle ne prend son sens que dans une réflexion sur leur organisation d’ensemble. Le premier chapitre de cette partie s’attache donc à établir les conditions d’analyse du recueil des Lettres. Pour ce faire, il doit commencer par corriger l’effet d’optique provoqué par la prise en compte des documents qui le constituent à partir des seules éditions de textes modernes. Cette première remise en perspective est facilitée par une réflexion sur la catégorie textuelle médiévale des summe dictaminis à laquelle appartient ce recueil (1.1. L’historien face aux Lettres : perceptions et déformations d’une summa dictaminis).

4Une fois le statut exact du recueil des Lettres et sa place dans la recherche historique déterminés, on précisera la dynamique à l’origine de la forme des Lettres en trois étapes. L’existence de plusieurs collections dépendantes les unes des autres mais de contenu et d’organisation variables (1.2.1. Une collection mouvante) indique que le recueil n’est pas une forme fermée, mais s’ouvre à l’intérieur même de la tradition manuscrite sur un ensemble documentaire bien plus considérable, étendu à la plupart des vestiges des activités multiformes de la chancellerie de Frédéric II, mais aussi à d’autres collections contemporaines ou postérieures. Une seconde section (1.2.2. Vers l’extérieur) développe les liens intertextuels des collections de Lettres avec d’autres ensembles documentaires médiévaux, précisant la position de Lettres dans la dynamique de l’ars dictaminis. Il devient alors possible d’entamer une description du contenu des quatre principales collections des Lettres (1.2.3. Vers l’intérieur) et de présenter les problèmes posés par leurs rapports complexes. À l’issue de cette présentation sont résumées les hypothèses sur les étapes de formation de la collection jadis formulées par Hans Martin Schaller. (1.2. La forme d’une collection).

5Dans un troisième temps, ces hypothèses sont réexaminées pour présenter un nouveau modèle de formation de la collection qui permet de cerner plus précisément le principe d’autorité à l’œuvre dans le regroupement puis l’organisation de la summa dictaminis des Lettres de Pierre de la Vigne. On tente d’établir la constitution, à partir d’un noyau documentaire directement relié aux activités de Pierre de la Vigne entre 1230 et 1249, d’un prototype initial par son disciple Nicolas de Rocca dans la mouvance de l’université de Naples pendant la régence et le règne de Manfred (1254/58-1266) jusqu’à la création et à la diffusion du modèle classique à partir de la Curie à la fin du xiiie siècle. Les éléments sont alors en place pour comprendre la dynamique sociale à l’œuvre derrière la triple autorité, politique et notariale, ayant présidé à la rédaction des Lettres. (1.3. Nouvelles hypothèses sur la triple « autorité » des Lettres : Frédéric II, Pierre de la Vigne, Nicolas de Rocca).

1.1. L’HISTORIEN FACE AUX LETTRES : PERCEPTIONS ET DÉFORMATIONS D’UNE SUMMA DICTAMINIS

1.1.1. Présentation générale des Lettres

  • 1 La distinction entre les deux genres n’est pas opérante dans l’optique de l’ars dictaminis : tous l (...)
  • 2 La littérature ancienne et moderne associe souvent le nom de Pierre de la Vigne à la fonction de ch (...)
  • 3 Dante, Inferno, XIII, 16-109. Il s’agit d’un dialogue entre Dante et Pierre de la Vigne sous la dir (...)
  • 4 Cf. Schaller 2002, catalogue des manuscrits, qui comprend deux cent cinquante-quatre notices, mais (...)
  • 5 Cf. l’introduction de Schaller à la réimpression anastatique de l’édition Iselin de 1740 (Schaller (...)
  • 6 Bibliographie complète des études sur Frédéric II jusqu’en 1984 dans Willemsen 1986. Pour la périod (...)

6On désigne par le nom de Lettres de Pierre de la Vigne un recueil de lettres et d’actes1réputés avoir été dictés par Pierre de la Vigne, le célèbre grand-juge puis logothète2de Frédéric II (1194-1250), empereur germanique et roi de Sicile, dont la disgrâce et la mort retentissante en février-mars 1249 précédèrent la disparition de son maître l’année suivante, épisode que Dante immortalisa dans le treizième chant de l’Enfer3. Ce recueil célèbre n’est jamais tombé dans l’oubli. Ce fut une des collections épistolaires les plus diffusées pendant les deux derniers siècles du Moyen Âge, pendant lesquels elle fut recopiée sous diverses formes à des centaines d’exemplaires à travers l’Europe4. À l’époque moderne, les Lettres firent l’objet de quatre éditions successives échelonnées de 1529 à 17405, avant que les savants du xixe et du xxe siècle n’entreprissent d’en disséquer minutieusement le contenu dans leurs tentatives de reconstituer dans tous ses détails la trame événementielle du règne de Frédéric II, l’un des souverains les plus étudiés de l’histoire médiévale6.

  • 7 L’édition de la partie principale des lettres en rapport direct avec Frédéric II se trouve dans l’H (...)

7Cette célébrité semblerait n’avoir guère laissé d’espace à la recherche. Mais la fréquentation de la collection proprement dite des Lettres, depuis plus d’un siècle, ne correspond plus guère à son renom. Le succès des documents qu’il contenait a nui à l’étude du recueil : une fois les principales pièces extraites de la collection et remises à leur place dans les régestes et la narration historique, les historiens se sont dans leur majorité détournés de l’histoire d’une somme dont la complexité et l’apparent désordre les rebutaient7.

  • 8 Il n’est pas rare de retrouver des jugements négatifs sur ce style emphatique dans une littérature (...)

8À cet effet de sédimentation dû aux logiques de la recherche, s’ajoutent les difficultés de lecture d’un style aulique réputé dès le xiiie siècle pour son obscurité, qui fit les délices de certains de ses contemporains, le mépris des humanistes et le tourment des modernes8 Les Lettres avaient en effet été rassemblées au xiiie siècle en raison de leur valeur stylistique autant, voire plus, que de leur importance historique, et l’historien contemporain, prisonnier des catégories modernes de recherche historique et littéraire, peine à retrouver la logique initiale de cette collection, qui appartient autant à l’histoire qu’à la littérature. Elle correspond en effet à un concept médiéval qui n’a guère d’équivalent dans le monde contemporain : celui de summa dictaminis entendue au sens de recueil de formes.

1.1.2. Les Lettres : une summa dictaminis pratique

  • 9 Sur la lettre et les collections de lettres au Moyen Âge, cf. Constable 1976 et Camargo 1991.

9Au nom de summa dictaminis répondait souvent au bas Moyen Âge un recueil de documents de formes et de fonctions relativement variées, mais généralement réductibles au genre de la « lettre » médiévale9, destiné à servir dans les chancelleries de modèle ou de source d’inspiration pour la rédaction ultérieure de textes de style et éventuellement de fonction analogue.

  • 10 La fonction similaire des Varie et des Lettres de Pierre de la Vigne est corroborée par l’existence (...)
  • 11 Sur l’importance d’une conception cicéronienne de la rhétorique aux xie-xiiie siècles, cf. Ward 199 (...)
  • 12 Sur l’ars dictaminis, cf. en particulier Patt 1978, Witt 1982, Sivo 1989, Camargo 1991, à compléter (...)

10Cette forme textuelle particulière était voisine des grandes collections de lettres tardo-antiques ou médiévales qui l’avaient précédée et pouvaient d’ailleurs remplir le même rôle, comme les Varie de Cassiodore10, mais elle s’était plus particulièrement développée avec l’apparition d’une nouvelle culture rhétorique caractéristique du bas Moyen Âge, l’ars dictaminis, l’ » art de dicter », ce dernier terme devant être compris dans le sens de maîtrise des procédés de composition d’une lettre selon les règles de la rhétorique. L’ars dictaminis était en effet une adaptation aux besoins et à la structure de la société médiévale des règles de la rhétorique antique étudiées dans le De Oratore et diverses compilations latines tardo-antiques11. Les théoriciens de l’ars dictaminis modifièrent à partir de la fin du xie siècle ces règles initialement conçues dans la perspective de l’art oratoire pour les adapter à la composition de documents – privilèges, mandats, lettres officielles ou missives personnelles – qui pouvaient tous être assimilés à une lettre et dont les adresses (salutationes) reflétaient l’organisation hiérarchique de la société féodale et ses modes de communication politiques particuliers12.

  • 13 Les traités théoriques sont tantôts appelés artes tantôt summe comme les recueils pratiques au (...)
  • 14 Le cursus est alors progressivement remplacé par l’emploi des clausules rythmiques imitées de la pr (...)

11L’emploi par les clercs médiévaux des termes ars, et summa dictaminis n’est pas rigoureusement fixé (cf. note 13). Au xiiie siècle, le premier peut être tendanciellement compris comme une définition générale de cette forme de rhétorique épistolographique particulière au bas Moyen Âge, pour laquelle s’imposait plus naturellement encore le terme générique de dictamen. Les clercs réservaient toutefois souvent le nom d’ars dictaminis à un traité théorique de composition rhétorique des lettres, qui exposait, au besoin en l’agrémentant d’exemples plus ou moins développés, et généralement inventés pour les besoins de la cause, les techniques de composition des cinq parties de la lettre13, et entrait plus ou moins précisément dans le détail de l’emploi des figures de rhétorique imitées de l’antiquité, ou du procédé d’ornementation rythmique plus proprement médiéval qu’était le cursus. La diffusion massive de ce dernier à partir de la fin du xie siècle et son déclin progressif au xve siècle14accompagnèrent d’ailleurs le développement et la décadence de l’ars dictaminis. L’apogée de cette technique de composition est en effet traditionnellement située aux xiie et xiiie siècles.

12Ce versant théorique de l’enseignement rhétorique représenté par les artes dictaminis était complété par l’étude des summe dictaminis pratiques, recueils de compositions des dictatores les plus brillants, qui servaient de modèles dans les écoles et les chancelleries. L’opposition entre summa dictaminis et ars dictaminis théorique résidait donc dans l’orientation pratique de la première, mais aussi dans la différence de statut initial des exemples proposés.

  • 15 Cf. sur Pierre de Blois et ses lettres Cohn 1926, Southern 1938, Revell 1993.

13Les exemples inclus dans les artes dictaminis théoriques furent généralement des modèles de lettres fictives, créés par leurs auteurs pour les besoins de leurs démonstrations. Les ‘lettres’ comprises dans les summe étaient généralement des documents qui avaient été réellement rédigés à fin d’expédition publique ou privée, et dont une copie était ultérieurement incluse dans la collection formée soit par leur auteur de son vivant, comme ce fut le cas pour le recueil des lettres de Pierre de Blois15, soit par un des héritiers de son art, comme en ce qui concerne Pierre de la Vigne, mort bien avant la compilation de la collection qui reçut son nom.

  • 16 Sur Thomas de Capoue et sa summa, cf. Heller 1929, Schaller 1965 et Delle Donne 2004, à compléter p (...)

14Certains dictatores célèbres du xiiie siècle furent à l’origine d’une ars et d’une summa dictaminis, tel le cardinal Thomas de Capoue (mort vers 1235), auteur présumé d’une ars dictaminis théorique qui précède généralement dans les manuscrits une summa dictaminis diffusée sous son nom, et composée à partir d’un noyau de lettres papales dictées par lui sous Honorius III et Grégoire IX, mais qui fut rassemblée probablement plus de trente ans après sa mort. Le styliste papal Richard de Pofi avait également fait précéder sa summa d’une courte introduction théorique, assimilable à une ars16.

15Les summe dictaminis sont donc des recueils de documents généralement produits dans un milieu restreint, voire par un même rédacteur, ultérieurement rassemblés à des fins en partie mémorielles, puisqu’elles forment des matrices liées à des précédents administratifs ou juridiques pour la rédaction ultérieure de documents, et en partie didactiques, puisqu’elles facilitent l’apprentissage et la création de la rhétorique politique. Les summe ont longtemps été considérées comme d’autant plus précieuses par les historiens que le contexte de la rédaction initiale des textes qu’elles contenaient était moins connu.

  • 17 Somme plus tardive des dictamina du célèbre notaire et diplomate de la Curie romaine actif principa (...)
  • 18 Au xiiie siècle, l’examen des summe papales reste néanmoins un complément essentiel pour étudier le (...)

16Le statut scientifique et historiographique de ces sommes dépend en effet du degré de conservation des archives publiques ou privées dont elles sont le reflet. Les summe dictaminis issues de la chancellerie papale du xiiie siècle, telles que celles de Thomas de Capoue, de Richard de Pofi ou de Bérard de Naples17, présentent déjà un grand intérêt pour l’histoire des pratiques stylistiques et administratives de la chancellerie papale à cette époque. Dans de nombreux cas, elles permettent de compléter la documentation assez abondante préservée à cette époque par les registres des archives vaticanes18.

  • 19 Édité par Carbonetti Venditelli 2002 à partir des photographies et des différentes transcriptions ( (...)
  • 20 Ce n’est par exemple sauf erreur le cas d’aucune pièce à destination de la France contenue dans les (...)

17Il en va tout autrement pour les Lettres de Pierre de la Vigne. La grande majorité des actes et des lettres que contient cette collection ne sont plus connus que par elle, puisque la quasi-totalité des archives du royaume sicilien à l’époque souabe a été perdue, à l’exception d’un registre concernant les affaires internes du royaume de Sicile d’octobre 1239 à mars 124019, et que seule une proportion restreinte de pièces originales expédiées par la chancellerie a été conservée dans les archives de leurs destinataires, ou les institutions qui en ont hérité20. Les Lettres de Pierre de la Vigne sous leurs différentes formes sont donc une pièce essentielle pour reconstituer l’histoire du règne de Frédéric II.

1.1.3. Les historiens aux prises avec la logique du recueil

  • 21 La logique de formation des grandes collections de dictamina du xiiie siècle participe à la fois de (...)

18Les historiens ont donc été conduits, au Moyen Âge et pendant une large partie de l’époque moderne, à lire le recueil des Lettres comme si elles étaient un reflet direct de l’histoire du règne de Frédéric II, au prix d’un grand nombre de confusions, motivées par les rubriques erronées des lettres dans la plupart des manuscrits et les erreurs ou absences de noms propres caractéristiques de la grande majorité des recueils. Ils ont également été induits en erreur par le réaménagement des lettres à l’intérieur de la collection selon des logiques thématiques ou d’autorité fondamentalement différentes d’une organisation archivistique par ordre chronologique21.

  • 22 Le livre de Sommerlechner 1999 sur l’historiographie médiévale de Frédéric II, pourtant destiné à f (...)

19Cette approche correspond à une utilisation traditionnelle et pré-scientifique des Lettres comme document d’histoire directement exploitable, caractéristique de l’historiographie médiévale et plus partiellement moderne, et ne concerne qu’indirectement cette enquête, même si elle est riche d’enseignements. On trouvera différentes analyses de cette lecture médiévale et moderne des Lettres dans la seconde moitié de cette étude22.

  • 23 La lecture de la synthèse de Kantorowicz (Kantorowicz 1927, trad. française 1987) doit être complét (...)

20Dans un second temps (à l’époque de la reconstitution scientifique de la trame événementielle du règne de Frédéric II à partir du xixe siècle et jusqu’à aujourd’hui), les recueils ont été étudiés en tant que reflets imparfaits d’un état archivistique disparu qu’ils permettraient de reconstituer, et qui lui-même donnerait la clé de l’histoire de cette période. De ce point de vue, les Lettres ont été sinon suffisamment, du moins abondamment analysées23.

  • 24 Pour les travaux préparatoires en vue d’une édition dans les MGH depuis leur fondation, cf. Pertz 1 (...)

21Enfin, c’est en bout de course et de manière généralement orientée par des préoccupations diplomatiques ou littéraires, que certains chercheurs intéressés par la logique des pratiques d’écriture des chancelleries ont envisagé à différents moments du xxe siècle d’étudier la collection pour elle-même24, c’est à dire dans la logique propre à la constitution d’un recueil élaboré à partir d’archives et d’instruments de travail créés par des notaires de la chancellerie de Frédéric II, Conrad IV et Manfred.

22Cette logique de création des Lettres en tant que collection constitue l’objet de cette première partie. Logique, ou plutôt logiques, car la composition de cette summa dictaminis a correspondu à un certain nombre d’enjeux qui n’étaient ni simplement administratifs, ni purement mémoriaux, puisqu’elle vit le rassemblement et le retraitement d’un ensemble de documents destinés à la fois à un usage mémoriel, entre histoire et droit ; normatif, entre droit et langage ; et littéraire, entre langage et histoire, dans un rapport ambivalent avec la double autorité politique (celle de Frédéric II) et stylistique (celle de Pierre de la Vigne) dont les compilateurs de la somme se réclamaient.

23Rassemblement enfin, qui porte la trace d’un dernier type d’autorité, plus intime, celle du ou des personnages qui, bien après la mort de Pierre de la Vigne, a ou ont tenu à créer cette collection sous le nom du logothète pour des raisons qui tenaient à la fois à leur origine et à des liens professionnels et affectifs avec ce dernier.

  • 25 Au sens restreint et stylistique du terme, et non pas au sens vaste et intéressant, mais quelque pe (...)

24La reconstitution de l’histoire d’un style médiéval au sens précisé plus haut, style qui correspond à la réunion des modèles de cette summa dictaminis, aboutit donc à tenter de comprendre les rapports complexes qui relient l’évolution et la mémoire des institutions à travers leurs pratiques d’écriture à une partie importante de la culture de cour qu’est la rhétorique du pouvoir25, et à l’histoire sociale d’un groupe de techniciens du savoir déterminants dans l’évolution de l’une et de l’autre : les notaires des chancelleries royales des trois derniers siècles du Moyen Âge.

1.2. LA FORME D’UNE COLLECTION

1.2.1. Une collection mouvante

  • 26 Le pluriel Vineis s’est imposé contre la forme originelle du nom, cf. Huillard-Bréholles 1865 p. 1- (...)
  • 27 Schaller 1993, p. 226. Les différences de titre reflètent les divers usages et perceptions de la su (...)
  • 28 Description des regroupements thématiques dans Schaller 1993, p. 231 et introduction à la réimpress (...)

25La collection des Lettres de Pierre de la Vigne se présente le plus souvent dans les manuscrits sous le titre de Summa, Epistole ou dictamina (magistri) Petri de Vineis26, éventuellement suivi de la mention de gestis Friderici II27, sous forme d’une collection de trois-cent soixante-cinq « lettres » numérotées et rubriquées, divisées en six livres de longueur très inégale (dorénavant « collection classique »). Chaque livre correspond à un regroupement thématique relativement précis ; en revanche, l’ordre d’apparition des lettres à l’intérieur de chacun des livres paraît à première vue bien plus aléatoire28.

1.2.1.1. La collection classique et les autres collections

  • 29 Présentation de la collection classique dans Schaller 1993, p. 240-242. La datation des petits manu (...)

26Aux quatre-vingt quinze manuscrits de cette collection classique en six livres préservés29s’oppose un groupe plus restreint et fortement hétérogène de vingt-deux manuscrits répartis de la manière suivante.

  • 30 Présentation de la grande collection en six livres et de son contenu dans Schaller 1993, p. 232-237 (...)

27Douze manuscrits contiennent une collection également divisée en six livres, mais qui inclut un nombre de lettres bien plus considérable, allant jusqu’à quatre cent soixante-dix sept lettres (dorénavant grande collection en six livres). Ce sous-groupe n’est pas tout à fait homogène, l’extension du nombre des lettres variant légèrement suivant les manuscrits30.

  • 31 Cf. Schaller 1993, p. 242-244. Les manuscrits sont London, British Library Cotton Vespasianus A. XI (...)

28Sept manuscrits contiennent une collection de lettres divisée en cinq livres, avec généralement deux cent soixante-dix neuf lettres, présentant des variations mineures entre deux sous-groupes (grande collection en cinq livres)31.

  • 32 Sur cette collection, cf. Schaller 2002, p. 245-247. Les manuscrits sont Biblioteca Apostolica Vati (...)

29Enfin trois manuscrits contiennent seulement cent trente-trois lettres réparties en cinq livres (petite collection en cinq livres)32.

  • 33 Schaller 1993, p. 242. 1318 est le terminus ante quem pour la création de la collection classique, (...)
  • 34 Schaller 1993, p. 225-270 passim. Schaller indique la probabilité d’une origine relativement tardiv (...)

30Une analyse rapide du contenu des quatre collections, la collection classique qui eut la plus grande diffusion durant tout le Moyen Âge, et les trois autres qui eurent une postérité bien plus restreinte, puisque le nombre total de leurs manuscrits subsistants (22) n’atteint pas le quart de celui de la collection classique (95), indique qu’elles sont étroitement liées entre elles, et ont apparemment été créées entre 1264 au plus tôt et 1318 au plus tard33. Hans Martin Schaller a jadis tenté dans une étude pionnière d’analyser les rapports de dépendance entre les quatre collections, qui apparaissent extrêmement complexes34. Restons-en pour le moment à cette première impression d’une collection créée sous quatre formes différentes autour d’un noyau central de lettres chaque fois remanié, dans un laps de temps relativement long (1264-1318 pour les terminus ante et a quo).

31Il faut ajouter à cet ensemble de quelque cent dix-sept manuscrits de collections « ordonnées » un grand nombre de manuscrits (plus d’une centaine) contenant :

    • 35 Sur ces collections non ordonnées, cf. Schaller 1993 p. 251-262. Elles peuvent être issues du rasse (...)

    une trentaine de florilèges de dimension variable qui donnent l’impression d’être issus d’une de ces collections ordonnées, ce qui porte l’ensemble de recueils proprement dits des Lettres à un peu moins de cent cinquante manuscrits35 ;

    • 36 Sur ces collections, cf. ibid. p. 251-262 (‘Die ungeordneten Sammlungen’). Schaller 1993, p. 259-26 (...)
    • 37 Comparer par exemple Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. Lat. 4 957 (Schaller 2002, no 53, p. 82-8 (...)

    des groupes de lettres plus réduits, et des lettres isolées, inclus dans des collections de lettres d’origines différentes mais provenant probablement de l’un ou l’autre recueil des Lettres précédemment décrits, même si dans certains cas les lettres en question peuvent avoir été copiées sur les originaux36. En ce qui concerne ces collections épistolaires partiellement contaminées par les Lettres, seul le titre du recueil indique si leur rédacteur médiéval considérait ce dernier comme une collection de Lettres de Pierre de la Vigne ou non37.

  • 38 Il s’agit des manuscrits Berlin, Statsbibliothek Preussischer Kulturbesitz, Diez C 4o 47 (= Schalle (...)
  • 39 Pamphlet antipapal d’une grande efficacité, Collegerunt pontifices a été diffusé pendant tout le Mo (...)

32Dans cet ensemble, il faut faire une place à part à un groupe de cinq manuscrits comprenant des collections d’exordes et de lettres intitulées Flores dictaminum Petri de Vineis38. Ils n’ont de commun avec la collection classique des Lettres que la première d’entre elles (PdV I, 1 : Collegerunt pontifices39) et la dixième du cinquième livre (Solet studiosus et diligens vinitor, un simple exorde), et la probabilité qu’une partie plus considérable des pièces qu’ils contiennent ait été composée dans l’entourage de Pierre de la Vigne semble réduite.

  • 40 Cf. le catalogage opéré en 1412 par Amplonius pour le manuscrit Pommersfelden, Gräflich Schönbornsc (...)

33Mais ils ont été lus dès leur création (au début du xive siècle ?) comme une collection parallèle de dictamina de Pierre de la Vigne. Des collections analogues étaient d’ailleurs parfois considérées comme des témoignages de l’activité de Pierre de la Vigne avant son accession à la tête de la chancellerie impériale, ainsi que l’atteste le catalogue de la bibliothèque du savant Amplonius Ratinck de Berta, fondateur de la bibliothèque du Collegium Amplonianum à Erfurt en 141240.

1.2.1.2. L’impossibilité d’une délimitation stricte

  • 41 C’est particulièrement vrai pour les manuscrits du groupe « bohémien » (généralement allemands, mai (...)

34La complexité de cette tradition manuscrite indique déjà que la collection des Lettres ne peut pas vraiment être envisagée comme un ensemble documentaire fini. Sa structure de recueil épistolaire de forme variable a amplifié les possibilités de compénétration avec d’autres ensembles de textes caractéristiques de la transmission manuscrite tardo-médiévale. Il est impossible d’indiquer une limite stricte au groupe des collections de Lettres de Pierre de la Vigne sur la seule base de la présence des lettres contenues dans la collection la plus classique dans un manuscrit. Des manuscrits ne contenant qu’un nombre restreint de ces lettres au milieu d’un ensemble de documents d’autre origine ont été considérés au Moyen Âge comme des Lettres de Pierre de la Vigne, et ont de plus une importance considérable pour l’histoire de leur transmission41.

  • 42 Sur le choix des manuscrits inclus dans le catalogue, cf. les explications ibid. (Schaller 2002) p. (...)

35Inversement, la logique suivie par Hans Martin Schaller dans son catalogue, et consistant à comptabiliser tous les manuscrits contenant des lettres par ailleurs présentes dans la collection classique, voire l’une des autres collections ordonnées, comme autant de recueils de Lettres de Pierre de la Vigne, logique qui était la plus utile dans la perspective de la création d’un outil de recherche, fausse l’impression dans le sens contraire, puisqu’elle conduit à répertorier deux-cent quarante-six manuscrits dont une centaine n’ont qu’un rapport fort lointain avec les quatre collections ordonnées42.

  • 43 Le Brief – und Memorialbuch a été récemment (Frenz-Herde 2000) édité dans son ensemble dans les MGH(...)

36Le célèbre Memorialbuch d’Albert Behaim a par exemple été écrit par un clerc actif entre 1240 et 1260 en Allemagne du sud qui y a retranscrit certains manifestes de Frédéric II au moment de leur diffusion originelle. C’est un recueil qui n’a rien à voir avec la logique de création des collections de Lettres ordonnées, même si les conditions de sa création font de lui un instrument de travail précieux pour comprendre l’histoire de documents que les dites collections ont par ailleurs recueillis et transmis quelques années plus tard, mais dont ce clerc enregistre la diffusion « à chaud » dans la décennie 124043.

  • 44 Cf. Riedmann 2006, et en particulier son commentaire p. 144-146 sur l’éloignement de la tradition r (...)
  • 45 Liste complète et commentaires infra, p. 112-113.
  • 46 Pour ce terme et son emploi dans le contexte de la tradition des Lettres de Pierre de la Vigne, cf. (...)
  • 47 Cf. infra p. 111-116.

37De même, le nouveau fonds de lettres de Frédéric II et Conrad IV récemment découvert par Joseph Riedmann dans le manuscrit 400 de la bibliothèque universitaire d’Innsbruck entretient des rapports instructifs avec la gestation, ou mieux la préhistoire du recueil des Lettres de Pierre de la Vigne, sans pour autant pouvoir être considéré comme un prototype ou une version déviante de ces dernières44, même si la logique de constitution du catalogue de Hans Martin Schaller l’aurait certainement conduit à l’y comptabiliser s’il avait eu connaissance de son existence au moment de sa rédaction. En effet, il contient bien une petite trentaine de lettres qui ont été incluses dans la collection classique45, et d’autres qui se retrouvent dans certaines des autres collections « ordonnées46 ». Mais selon toute probabilité, ces lettres ont été recopiées et incluses dans ce recueil par un notaire actif dans l’entourage de Conrad IV, qui au contraire du ou des compilateurs du prototype des Lettres de Pierre de la Vigne, s’était éloigné du royaume de Sicile immédiatement après la mort du successeur de Frédéric II, en 1254. Les choix qu’il a opérés dans le matériel à sa disposition dans la chancellerie sicilienne, fortement divergents de ceux faits aux divers moments de la formation des Lettres, et certainement en partie liés à sa propre activité entre 1245 et 1254, ont assuré les conditions de naissance et de conservation d’une tradition autonome sans postérité apparente. On verra plus loin ce que la résurgence de ces sources peut apprendre sur les toutes premières étapes de la formation des Lettres, qui furent peut-être immédiatement postérieures à sa compilation47.

1.2.2. Vers l’extérieur : liens intertextuels des collections de Lettres avec d’autres ensembles documentaires médiévaux

  • 48 Par exemple Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. Lat. 14 204 (= Schaller 2002, no 57, p. 90-92), un (...)

38La gradation entre le noyau de lettres contenues à la fois dans la collection classique et dans les trois autres (soit quelques cent cinquante lettres), la masse bien plus considérable de documents contenue dans l’une ou l’autre des quatre collections ordonnées (à peu près cinq cents lettres), l’ensemble des lettres émises par la même chancellerie souabe de Sicile, contenues dans des collections plus erratiques de lettres non-ordonnées en collections sous l’une des quatre formes canoniques, mais contenant également des lettres incluses dans la collection classique48(plus d’un millier), enfin le nombre de lettres de tout ordre des xiie, xiiie et xive siècles avec lesquelles des lettres de Pierre de la Vigne ont pu être mêlées dans une centaine de manuscrits de contenu essentiellement épistolaire (plusieurs milliers) ne donne par ailleurs qu’une idée partielle des multiples liens qui relient cette collection à plusieurs ensembles, non uniquement épistolaires, de sources médiévales.

1.2.2.1. Actes, fragments d’archives, registres

  • 49 C’est néanmoins le cas de certaines des encycliques antipapales contenues dans le premier livre de (...)

39Il faut d’abord considérer les rapports entretenus par ces collections avec les autres sources documentaires reflétant l’activité de la chancellerie de Frédéric II et de ses deux successeurs, Conrad IV et Manfred. Outre les actes ou copies d’actes provenant des archives issues des destinataires, qui ne recoupent qu’exceptionnellement les lettres inclues dans la collection à cause de la disparition de la plupart des grandes archives laïques du xiiie siècle49, il existe principalement deux séries documentaires permettant de reconstituer partiellement l’activité de la chancellerie sicilienne à cette époque.

  • 50 Le registre, dont le contenu avait été inclus dans l’Historia diplomatica de Huillard-Bréholles, a (...)

40L’une est le registre de la correspondance administrative sicilienne de novembre 1239 à mars 1240 conservé dans les archives napolitaines jusqu’à sa destruction pendant la seconde guerre mondiale. Les copies de ce document apprennent beaucoup sur l’activité de la chancellerie à l’époque de la rédaction de certaines des lettres les plus importantes de la collection classique, mais aucun document préservé dans ce registre n’a été sauf erreur conservé dans une des collections ordonnées des Lettres50.

  • 51 Les Excerpta massiliensia (Registrorum Fridericianorum excerpta massiliensia) sont conservés aux ar (...)
  • 52 Les lettres PdV de la collection classique issues d’un original registré dans les Excerpta massilie (...)

41L’autre est une compilation administrative d’époque angevine conservée aux Archives départementales de Marseille, et connue sous le nom moderne d’Excerpta Massiliensia, qui comprend différents actes du règne de Frédéric II apparemment sélectionnés pour leur valeur administrative par un clerc au service d’un des deux premiers Angevins. On peut leur ajouter trois précieuses ordinationes cancellarie conservées dans un document voisin des mêmes archives qui décrivent le fonctionnement de la chancellerie sous Frédéric II, Manfred et à l’époque des premiers Angevins51. À la différence du registre de 1239-1240, les documents préservés dans les Excerpta massiliensia recoupent dans au moins trois cas le contenu des Lettres de Pierre de la Vigne, et permettent donc d’esquisser une réflexion originale sur le rapport des collections de Lettres avec les traditions administratives siciliennes dont elles sont le reflet52.

42La reconstruction des pratiques d’écriture de la chancellerie de Frédéric II se joue donc en fait dans une complexe partie à trois.

43Le premier angle d’attaque possible est l’analyse des actes préservés, soit sous forme originale, soit par inclusion dans des chroniques ou des recueils relativement respectueux de la forme des originaux. Une seconde perspective est fournie par l’étude des deux registres conservés, l’un livrant un fragment brut de l’administration intérieure du royaume pendant six mois, l’autre une compilation tardive, complexe et réfléchie qui tient à la fois du formulaire et, si l’on y inclut l’ensemble des documents en rapport avec les chancelleries souabes conservés à Marseille, de l’ordo cancellarie. Enfin, il est possible de comparer ces deux ensembles documentaires très différents (actes préservés et registres) avec les diverses collections de Lettres de Pierre de la Vigne. Elles préservent une masse de documents bien plus importante, mais médiatisée par les logiques de l’ars dictaminis qui impersonnalisent souvent le document en le réduisant à un modèle de lettre où les noms propres sont rendus à l’anonymat et les protocoles et eschatocoles supprimés.

44Dans cette première perspective, les différentes collections de Lettres apparaissent donc comme une masse documentaire dégradée dont l’origine, le statut, la position chronologique et la forme originelle doivent être précisés et restitués à l’aide des documents préservés dans les registres ou les archives. Il s’agit de décomposer les collections de lettres pour recomposer les logiques diplomatiques de rédaction et d’émission des actes dont elles sont le reflet déformé.

1.2.2.2. Les Constitutiones et les témoins de l’activité juridique et législatrice sicilienne

  • 53 Il n’est pas question de citer la surabondante bibliographie concernant les Constitutiones, dont la (...)

45Un second ensemble documentaire plus restreint mais d’importance cruciale pour la compréhension du rôle de l’ars dictaminis dans la culture médiévale avec lequel les Lettres entretiennent des rapports très particuliers est constitué par les Constitutiones regni Sicilie, ou Constitutions de Melfi, édictées par Frédéric II en septembre 1231, et successivement enrichies et remaniées pendant le reste de son règne, en particulier en octobre 124653. Ce recueil législatif entretient avec les lettres un double rapport.

46À un niveau général, les Constitutiones et les actes et lettres inclus dans la collection émanent en partie du même groupe professionnel, même si la majorité des lettres de trois des quatre collections ordonnées datent plutôt de la dernière partie du règne de Frédéric II et du règne de Conrad IV que des années 1230, c’est-à-dire d’une époque où le personnel de la chancellerie s’est en partie renouvelé, et où certains des hommes à l’origine des Constitutiones n’étaient plus en activité.

  • 54 La question est débattue par Stürner 1996, qui souligne p. 3-5 que Pierre de la Vigne, quoique déjà (...)
  • 55 Sur la question du fonctionnement de la grande-cour de justice et de ses rapports avec la chancelle (...)

47Dans la tradition médiévale, Pierre de la Vigne est d’ailleurs censé avoir été l’auteur de ces constitutions54. Il faudra revenir sur cette question d’autorité et sur les liens stylistiques entre l’écriture des lettres et celle des lois, mais les rapports furent effectivement étroits entre la grande-cour de justice et la chancellerie, et ce furent les mêmes hommes, et tout particulièrement Pierre de la Vigne et Taddée de Suessa, qui supervisèrent l’activité de l’une et de l’autre dans la décennie 1239-124855.

  • 56 Il s’agit de trois constitutions contre les hérétiques, dont deux correspondent aux deux premières (...)
  • 57 C’est tout particulièrement vrai pour la lettre PdV I, 3 de l’été 1245 (Etsi cause nostre justitiam(...)
  • 58 Bien qu’aucune de ces « formes » ne corresponde exactement à une des lettres PdV, le manuscrit Roma (...)
  • 59 Sur les liens stylistiques entre le langage des Constitutiones et celui des Lettres, cf. infra seco (...)

48De cette absence de coupure radicale entre la fonction juridique et l’administration courante, témoigne l’inclusion dans les Lettres de Pierre de la Vigne de quatre constitutions dont trois sont tirées des Constitutiones de Melfi, ce qui indique que la barrière typologique entre la lettre et la loi n’est pas parfaitement étanche56. La forme de certaines lettres politiques qui sont de véritables plaidoyers juridiques57, le contenu du cinquième livre de la collection classique avec ses nombreuses lettres concernant le fonctionnement de la justice du royaume de Sicile et de celui d’Italie, renforcent cette possibilité de lecture croisée des Lettres et des Constitutiones dans une optique d’étude de l’ars dictaminis comme forme structurante du langage judiciaire, un rôle que l’ars a joué de manière fondamentale en Italie aux xiie, xiiie et xive siècles58. Elle indique par ailleurs un intérêt du ou des compilateurs pour la formalisation de caractère proprement juridique qu’il faut tenir en mémoire pour comprendre les motivations à l’œuvre dans la formation de la collection59.

1.2.2.3. Les autres summe dictaminis et les artes

49Le troisième ensemble documentaire avec lequel les Lettres entretiennent un rapport complexe est constitué par les autres grandes collections de summe et d’artes dictaminis.

  • 60 Schaller 2002, p. 469-470.

50Une grande partie des manuscrits place en effet les Lettres de Pierre de la Vigne avant ou après d’autres artes et summe dictaminis, ou encore d’autres collections épistolaires médiévales moins directement réductibles à ces deux genres, à moins que leurs rédacteurs ne fassent alterner les lettres issues de ces autres collections avec des lettres de Pierre de la Vigne à l’intérieur de collections hybrides. La liste des collections en symbiose avec les Lettres donnée dans l’index du catalogue de manuscrits de Hans Martin Schaller inclut quarante-neuf rubriques, contenant nombre des collections de lettres les plus importantes du Moyen Âge, de Cassiodore à Pétrarque en passant par Pierre de Blois ou Richard de Bury60. Le statut de ces collections par rapport aux Lettres de Pierre de la Vigne est variable.

51Il peut s’agir de collections de notaires italiens de la seconde moitié du xiiie siècle directement héritiers des traditions de la chancellerie souabe de Sicile, et qui ont inclus certaines des lettres de Pierre de la Vigne dans leurs propres compilations. Telles sont par exemple les collections d’Henri d’Isernia ou Pierre de Prezza, dont on suivra la carrière dans la troisième partie.

  • 61 C’est à ce titre que le manuscrit autographe de Richard de Bury intitulé Liber epistolaris quondam (...)

52D’autres collections rassemblées dans des buts personnels par des notaires ou clercs moins directement liés dans le temps ou dans l’espace à ce milieu mais intéressés par la pratique de l’ars dictaminis, ont parfois inclus dans leurs récoltes des lettres de Pierre de la Vigne, comme celle du célèbre savant anglais du xive siècle Richard de Bury61.

  • 62 Sur la collection de Marinus d’Eboli, cf. Schilmann 1929. Sur celle de Bérard de Naples, Fleuchaus (...)
  • 63 Analyse de ces collections dans Heathcote 1965.

53Enfin, certaines summe dictaminis prestigieuses nées à la même époque que les Lettres et créées par des clercs issus du même milieu et de la même région (le nord de la Campanie et ses confins avec le Latium) que les notaires impériaux, entretiennent des rapports particulièrement étroits avec les Lettres. Il s’agit principalement des quatre grandes collections de lettres papales de Bérard de Naples, Marinus d’Eboli, Richard de Pofi et Thomas de Capoue62, auxquelles on peut assimiler les recueils dits de Transmundus63. Le rapport de ces collections avec les Lettres de Pierre de la Vigne est lui-même mouvant.

  • 64 Il s’agit de la lettre PdV II, 16 de la collection classique, puisque c’est une lettre de menace de (...)
  • 65 Lettre PdV III, 19 de la collection classique. C’est un très court billet adressé par l’empereur à (...)
  • 66 Il s’agit des lettres ThdC II, 7 ; ThdC VIII, 50 et ThdC VII, 107. cf. Schaller 1993 p. 232-233.

54Pour prendre le cas de la collection de lettres de Thomas de Capoue, actif à la chancellerie d’Honorius III et Grégoire IX et contemporain de Pierre de la Vigne, la collection classique des Lettres de Pierre de la Vigne contient à la fois une lettre également incluse dans la collection classique des lettres de Thomas de Capoue64, et une lettre de remerciement à Thomas de Capoue adressée par Frédéric II pour le cadeau d’un cheval65, tandis que la grande collection en six livres contient trois lettres répertoriées dans la collection classique de Thomas de Capoue66.

  • 67 C’est non seulement le cas des Flores dictaminum Petri de Vineis mais aussi de collections ancienne (...)

55De plus, de nombreuses collections de lettres ne correspondant pas à un modèle courant et parfois quasi-contemporaines de la formation des collections ordonnées mélangent deux séries de lettres issues des noyaux des collections de Pierre de la Vigne et de Thomas de Capoue, comme le manuscrit Biblioteca Apostolica Vaticana, Pal. Lat. 95367.

  • 68 Le Somnium morale Pharaonis de Jean de Limoges (premières années du xiiie siècle, éd. Horvath 1932) (...)

56Enfin, un dernier type de rapport entre les deux collections est loin d’être le moins important. Il s’agit de l’inclusion simultanée de deux collections ordonnées de Lettres de Pierre de la Vigne et de Lettres de Thomas de Capoue dans le même manuscrit, qui suggère un lien de type fonctionnel étroit, dû à une réutilisation couplée de ces collections. Les Lettres semblent d’ailleurs se trouver de ce point de vue dans un rapport particulier non seulement avec la summa dictaminis papale de Thomas de Capoue, mais encore avec celle de Richard de Pofi, ainsi qu’avec le Somnium morale pharaonis de Jean de Limoges et les lettres de Pierre de Blois en ce qui concerne les pratiques d’apprentissage et d’écriture du xive siècle68.

  • 69 Schaller 2002, no 36, p. 59-60, du début du xive siècle, comprenant fol. 1 100 la collection classi (...)

57Le manuscrit Biblioteca Apostolica Vaticana, Barb. Lat. 1948, datant des premières années du xive siècle, est un témoin de ce processus de construction de super-summe dictaminis par association à l’intérieur du même manuscrit de deux ou trois sommes différentes, puisqu’il comprend les trois summe quasi-contemporaines de Pierre de la Vigne, Richard de Pofi et Thomas de Capoue. L’étude de l’utilisation des Lettres de Pierre de la Vigne dans les différentes chancelleries princières du xive siècle au cinquième chapitre montrera le fonctionnement concret de ces regroupements de summe dans la pratique notariale du xive siècle69.

  • 70 Quelques textes tirés des œuvres de Boncompagno apparaissent dans trois compilations contenant égal (...)

58À ces compilations manuscrites de summe de la tradition sud-italienne, il faut ajouter les créations légèrement différentes représentées par l’association d’artes et de summe dictaminis nord-italiennes avec les Lettres de Pierre de la Vigne. La fonctionnalité de ces compilations manuscrites était d’un genre analogue, puisqu’elle mettait à la disposition du lecteur à la fois un guide théorique ou théorico-pratique et un ensemble de modèles pratiques pour la rédaction de documents. Les noms qui reviennent le plus souvent sont ceux de Boncompagno, Guido Faba, Laurent d’Aquilée, mais une analyse attentive des manuscrits concernés montre que cette association d’écrits théoriques et de modèles pratiques « nord-italiens » avec les Lettres de Pierre de la Vigne est loin d’être aussi significative, pour la quantité des manuscrits concernés comme pour la cohérence des regroupements constitués, que le regroupement avec d’autres summe70.

  • 71 L’écrivain humaniste faisait profession de mépriser le dictamen, cf. Witt 2000 p. 266 citant Rerum (...)
  • 72 Il s’agit principalement du groupe de sommes autrichiennes des années 1290-1320 dont la plus célèbr (...)

59Enfin, les Lettres de Pierre de la Vigne peuvent compléter dans les manuscrits des collections de lettres bien postérieures au xiiie siècle, qui peuvent n’avoir aucun rapport avec elles (les lettres de Pétrarque par exemple71), mais aussi dans certains cas leur être d’autant plus liées qu’elles en sont à la fois des équivalents fonctionnels plus récents et qu’elles les imitent partiellement. Il en va ainsi de la Summa cancellarie de Jean de Neumarkt, chancelier de l’empereur Charles IV entre 1354 et 1374, qui est à la fois un recueil d’actes et de correspondance analogue par sa fonction et sa structure aux Lettres de Pierre de la Vigne, et pour partie une imitation, voire une reprise directe de leur contenu. Le catalogue de Hans Martin Schaller ne rend pas compte de cette infiltration de documents contenus dans les Lettres dans des sommes postérieures (généralement germaniques) de fonction analogue qui ont à leur tour été recopiées et employées aux xive et xve siècles, avec pour conséquence la multiplication de la fortune manuscrite de certaines des pièces contenues dans les collections classiques72.

1.2.2.4. Les chroniques

  • 73 Sur cette chronique couvrant l’ensemble du règne de Frédéric II et ses rapports avec les Lettres Pd (...)
  • 74 Sur Richard de San Germano, cf. la préface (en fait postface) à l’édition de Garufi 1937 (Ryccardi (...)

60Le quatrième et dernier ensemble documentaire en contact avec les Lettres est représenté par l’ensemble des chroniques qui ont recueilli certaines pièces présentes dans l’une ou l’autre des collections, soit en utilisant les Lettres comme source historique, soit en recopiant des documents originaux, ce qui semble le cas de certaines chroniques du xiiie siècle, comme la Chronica majora de Matthieu Paris73, ou même en les empruntant directement au personnel de la chancellerie, comme a pu le faire le chroniqueur Richard de San Germano, frère d’un notaire de Frédéric II74.

  • 75 Voir par exemple le traitement des quatre lettres en rapport avec le studium de Naples du troisième (...)

61Cette réutilisation historique du recueil n’allait pas de soi, puisque la majeure partie des documents inclus dans les summe l’étaient sous des rubriques rudimentaires, sans date, avec des noms de destinataires ou d’expéditeurs parfois fantaisistes, et que les noms propres sont bien souvent réduits à l’intérieur des lettres à des initiales, voire à des blancs. Cela a conduit les historiens médiévaux et modernes à des confusions qui s’enracinèrent dans l’historiographie d’époque moderne avant d’être laborieusement écartées par la recherche contemporaine75.

  • 76 Référence supra p. 32 note 43.

62Cette extension des Lettres vers le champ documentaire de l’annalistique est une amplification logique de leur fonction mémorielle qui peut prendre des formes diverses, parfois proches de la logique de formation des summe proprement dites. La compilation déjà mentionnée de lettres de propagande, également incluses dans la collection classique des Lettres, dans le Brief – und Memorialbuch rédigé entre 1240 et 1260 par Albert Behaim au milieu de nombreux autres documents historiques ou lexicographiques, a une fonction mémorielle de caractère privé qui place ce recueil à mi-chemin de la summa dictaminis, de la compilation historique et du carnet de notes personnel76.

63Cet aperçu des liens entretenus par la tradition des Lettres de Pierre de la Vigne avec quatre ensembles documentaires dont les deux premiers, archivistique et législatif, sont strictement délimités et concernent la Sicile de Frédéric II et ses successeurs, de Conrad IV à Charles II d’Anjou, alors que les deux seconds, épistolaire et annalistique, s’ouvrent sur une multiplicité de textes des trois derniers siècles du Moyen Âge, rend compte de l’impossibilité d’assigner des limites précises à un ensemble textuel qui ne se laisse pas réduire à une catégorie particulière, mais entretient des rapports étroits avec une partie considérable des pratiques d’écriture tardo-médiévales.

  • 77 Comme dans mainte collection épistolaire médiévale, le statut de fiction littéraire de certaines le (...)

64Le rapport de l’historien moderne avec les Lettres se révèle d’autant plus délicat que dans leur forme de recueil, elles se trouvent à la fois en aval des pratiques administratives et des échanges de communication réels (ou parfois imaginaires77) qu’elles reflètent imparfaitement, mais qui doivent souvent être reconstruits à partir de ce seul reflet, alors qu’elles sont en amont des reconstructions historiques médiévales qu’elles influencèrent. Or ces reconstructions ont à leur tour pesé sur la vision des historiens contemporains, et ne peuvent être décodées qu’en ayant à l’esprit la logique souvent fallacieuse de formation de la collection des Lettres à partir de documents « préparés » pour devenir des modèles de dictamen.

65La relative déconnexion des Lettres par rapport aux premiers stades d’élaboration des documents qu’elles contiennent impose donc à l’historien de retrouver la logique de formation de la collection s’il veut comprendre les rapports entretenus par ces sources documentaires, leur retraitement dans les Lettres et leurs auteurs-compilateurs.

66Cette reconstitution de la place des Lettres dans une évolution de type linéaire du document-lettre depuis sa première rédaction à la chancellerie jusqu’à sa réutilisation à titre de preuve historique est fondamentale pour comprendre le statut ambigu de la collection comme outil de reconstruction de l’histoire de Frédéric II et ses successeurs. Dans la perspective d’une étude centrée sur la circulation médiévale des Lettres et l’utilisation pratique de leur recueil, elle doit être complétée par l’analyse des liens multiples entretenus par la collection avec l’énorme corpus de lettres-modèles de différentes époques qui l’accompagne ou l’hybride dans la tradition manuscrite, des Lettres de Pierre de Blois aux Lettres de Jean de Neumarkt en passant par les Lettres de Thomas de Capoue.

67La reconstitution des zones de contact entre les différents noyaux documentaires composés en collections et des processus de fusion entre les sommes quasi-contemporaines de la fin du xiie et du xiiie siècles, ou des processus d’infiltration de textes issus de ces sommes dans des ensembles documentaires du xive siècle, est enfin nécessaire pour comprendre que les quatre collections ordonnées des Lettres de Pierre de la Vigne ne sont qu’une partie d’un ensemble documentaire beaucoup plus large, qui finit par se confondre, de cercles concentriques en cercles concentriques, avec la quasi-totalité des modèles de dictamen en circulation dans l’Europe occidentale entre 1150 et 1450. C’est dire que l’origine de la collection des Lettres de Pierre de la Vigne, au centre de ces réseaux d’influences stylistiques croisées, n’est que le premier des problèmes attendant l’historien voulant comprendre l’histoire de ce style médiéval.

1.2.3. Vers l’intérieur : analyse interne de la collection classique des Lettres. Ses rapports avec les trois autres collections ordonnées

  • 78 J’emploie ‘autorité’ pour indiquer que la recherche d’un auteur des Lettres ne se limite pas à cell (...)

68Pour aborder la question de la naissance des Lettres, des liens respectifs entre les quatre collections principales et de leurs possibles autorités78, il faut donner une idée du contenu de ces recueils. On s’attachera d’abord à la collection classique, au centre de cette étude, parce qu’elle a été la plus lue et la plus utilisée par les notaires et hommes de lettres des xive et xve siècles. Son contenu recoupe du reste à quelques exceptions près celui des collections en cinq livres de dimension plus réduite, et d’une bonne moitié de la grande collection en six livres.

1.2.3.1. La collection classique livre par livre

  • 79 Cf. Schaller 1991 (introduction à la réimpression anastatique de l’édition des Lettres de 1740), p. (...)
  • 80 Cf. Schaller 2002, no 196, p. 329-330, écrit par Nicolas Campellensis de Fractis, scriptor papal.

69La collection classique des Lettres de Pierre de la Vigne a été divisée en six livres, peut-être à l’instar du schéma d’organisation du corpus iuris canonici79, suivant un symbolisme numérique de type solaire qui se lit dans le nombre de lettres comptabilisées dans le recueil : 365. La relation formelle avec le corpus iuris bonifacien, créé en 1298, doit être gardée en mémoire, car la Curie pontificale est une étape importante dans la création et la diffusion de la collection. Un des tout premiers manuscrits datés de la grande collection en cinq livres, Sankt Gallen, Stadbibliothek, Vadianische Sammlung 299, a été écrit pendant la dernière année du règne de Boniface VIII, en 1303, par un notaire papal80. Un recueil daté contenant la grande collection en six livres, dans un manuscrit ancien dont la première partie a été achevée en 1294, a également été mis en rapport avec la

  • 81 Paris, BnF lat. 4 042 = Schaller 2002, no 155, p. 233. Mise en rapport avec la Curie par Schaller 1 (...)
  • 82 Paris, BnF lat. 8 563 = Schaller 2002, no 158, p. 237-238. Sur ce manuscrit, cf. infra, quatrième p (...)

70Curie81, et le premier manuscrit de la collection classique approximativement datable a été vraisemblablement rédigé à Avignon dans les années précédant 131882. La première hypothèse qui s’impose à l’esprit est donc que tout ou partie des quatre collections aurait été rédigée à la Curie dans les décennies précédentes.

Premier livre

  • 83 L’édition Iselin en présente trente-neuf, mais les lettres trente-cinq à trente-neuf ont été ajouté (...)
  • 84 Huillard-Bréholles 1865, p. 18-65.

71Le premier livre, regroupant trente-quatre lettres83, contient principalement des grands manifestes politiques diffusés par Frédéric II dans la dernière période de son règne, à partir de la seconde excommunication (1239), pour justifier son combat contre la papauté. À l’exception de la lettre PdV I, 15 adressée au roi de Castille par Frédéric II en mai 1250, et de la lettre PdV I, 24, adressée par Manfred au pape Urbain IV, datée de 1264 et qui est la plus récente de l’ensemble des quatre collections, toutes ces lettres s’échelonnent entre 1239 et février 1249 et auraient donc pu avoir été écrites ou supervisées par Pierre de la Vigne, qui fut pratiquement à la tête de la chancellerie de 1243 jusqu’en février 1249, et y jouait déjà un rôle majeur vers la fin de la décennie précédente84.

72Le regroupement des documents dans le premier livre s’est effectué en fonction de leur rapport avec le conflit entre Frédéric et la papauté plus que de leur statut diplomatique. La moitié d’entre eux sont des encycliques impériales adressées aux principaux souverains d’Europe, ou des lettres d’information plus particulièrement destinées à l’un d’entre eux, qui présentent la position impériale à chaque étape importante du conflit (I, 2, 3, 5, 8, 9, 11, 15, 16, 18, 20, 21, 28, 29, 30, 32). À ces véritables lettres de propagande politique, il convient d’ajouter deux lettres adressée respectivement aux cardinaux et aux Romains, datées de 1239, et reprochant aux destinataires leur alignement sur la politique de Grégoire IX (I, 6, 7), ainsi qu’une lettre à la cité de Viterbe que Frédéric tente d’attirer dans le camp impérial (I, 22).

  • 85 Si l’on excepte un court billet envoyé par un sultan, qui fait lui aussi partie d’un dyptique, incl (...)
  • 86 Cf. Schaller 2002, no 71, p. 108-116. Il s’agit du manuscrit Firenze Biblioteca Nazionale Centrale, (...)

73Il faut également mentionner un diptyque constitué par une lettre de saint Louis à Frédéric II, et la réponse de ce dernier (I, 12 et 13), qui forme un ensemble exceptionnel dans le recueil, puisque la lettre française est l’unique lettre envoyée par un souverain à Frédéric85 ; ainsi qu’une lettre de félicitation de Frédéric II au pape Innocent IV à l’occasion de son avènement, qui semble avoir été placée vers la fin du premier livre dans une intention ironique, étant donné la tonalité générale de celui-ci (I, 33). Un étrange pamphlet attribué par la tradition au roi de France (Philippe dans les manuscrits) et enjoignant aux cardinaux d’élire un pape pendant la vacance de 1242-1244 n’a été inclus dans la collection classique qu’à l’époque des premières éditions renaissantes, peut-être à partir d’un manuscrit disparu. Il ne peut guère s’agir que d’un exercice de style contemporain de nos lettres. Il n’est présent que dans quelques rares, et à une exception près, très tardifs manuscrits contenant quelques lettres de Pierre de la Vigne (et rubriqué dans les catalogues modernes comme PdV I, 35)86.

74La lettre qui ouvre le premier livre (I, 1, Collegerunt pontifices) est l’une des satires politiques contre la papauté les plus célèbres de l’histoire du Moyen Âge. C’est le plus long d’un ensemble de trois pamphlets (I, 1, 14, 17) dont les deux autres critiquent la conduite des cardinaux. Ces trois pièces, intimement liées par leur contenu aux grands manifestes politiques qui les accompagnent, ont un statut différent, puisque leur style et leur manière d’interpeller l’adversaire au nom de l’empereur et non en le faisant parler directement, excluent formellement qu’elles aient eu le statut de lettres officielles. Tout indique qu’il s’agit de pamphlets rédigés à la cour impériale par un dictator particulièrement doué, pour être diffusés officieusement en Italie entre 1239 et 1242. En dépit de cette différence de statut, l’ensemble du livre peut être considéré comme relativement homogène, puisqu’il inclut une série de lettres politiques importantes en rapport avec le conflit entre Frédéric II et la papauté adressées à différentes entités politiques entre 1239 et 1249.

  • 87 L’idée de Frédéric II était de s’ériger en protecteur de l’orthodoxie religieuse en Lombardie, dans (...)

75Six pièces semblent s’éloigner de cette logique. Les trois premières (I, 4, 10 et 23) sont des mandements impériaux destinés aux vicaires mis en place en Italie du Nord à partir de la fin de la décennie 1230 (I, 4), et aux justitiarii ou à l’ensemble des officiers du royaume de Sicile (I, 10 et 23). La présence de ces trois actes s’explique probablement par leur contenu, puisqu’ils concernent des mesures destinées à empêcher l’application de l’interdit papal et à contrôler les mouvements du clergé en Italie ou dans le royaume de Sicile. La présence dans la collection (I, 25, 26 et 27) du bloc formé par les trois constitutions de Frédéric II contre les hérétiques également contenues pour deux d’entre elles dans les Constitutions de Melfi de 1231, et à nouveau solennellement promulguées le 22 février 1239 à Padoue, quelques jours avant la seconde excommunication de l’empereur, s’explique moins aisément, mais a sans doute à voir avec leur contenu religieux, directement en rapport à la fois avec la papauté et avec la propagande antipapale de Frédéric II87.

  • 88 Dans le cas des lettres PdV I, 6 et 7 (Cum sit Christus ; Cum Roma sit) et PdV 18 et 19 (Satis nos (...)
  • 89 Des trois premières lettres du recueil, PdV I, 1 (Collegerunt pontifices) est un pamphlet antipapal (...)

76Un examen de leur ordre de succession donne une idée de la manière dont les lettres sont entrées dans la collection. Différents sous-groupes portent la trace d’un rassemblement antérieur par dossiers chronologico-événementiels, dossiers dans lesquels le compilateur-rédacteur a puisé pour former l’ensemble dont la collection classique est issue. C’est particulièrement évident pour le groupe constitué par les lettres I, 6 et 7, écrites dans les mêmes jours, avec un incipit comparable ; pour les lettres I, 8 et 9, concernant toutes deux la bataille navale de Montecristo et la capture des prélats se rendant au concile projeté en 1241 ; pour le diptyque formé par les lettres I, 1213 ; pour les deux lettres I, 18 et 19, toutes deux rédigées avec un incipit voisin en février 1249, bien que l’une soit une lettre politique au roi de France et l’autre un mandement administratif destiné aux justitiarii de Sicile88 ; pour les lettres I, 29 et 30 motivées par l’irruption en Europe centrale des armées mongoles en 1241. La logique qui fait passer d’un dossier à l’autre à l’intérieur du livre est, elle, moins évidente à cerner, même s’il est possible de supposer que l’importance subjective de certaines pièces aux yeux du compilateur a dû jouer un rôle dans leur inclusion au tout début du livre89.

Second livre

77Le second livre contient cinquante-neuf lettres en rapport avec les événements militaires de la seconde partie du règne de Frédéric II en Italie, depuis la victoire de Cortenuova en décembre 1237 contre les Milanais jusqu’à la dernière année du règne (1250). Les unes sont de pure information, les autres sont des ordres d’armer émanant de l’empereur ou d’un de ses lieutenants dans le royaume d’Italie, par exemple son fils Frédéric d’Antioche, vicaire en Toscane.

78Ces lettres de guerre sont reliées entre elles de deux manières. Certains dossiers thématiques semblent le reflet d’un état archivistique conservant encore une certaine cohésion, puisque les documents se suivent dans la collection. D’autres regroupements doivent être reconstitués, les différents éléments étant dispersés dans l’ensemble du livre. La limite entre ces deux ensembles n’est pas toujours très claire, puisque dans la plupart des cas des lettres isolées peuvent être agrégées à de petites séries concernant le même événement.

  • 90 L’une de ces lettres (PdV II, 3, adressée aux princes allemands) est nommément attribuée à Pierre d (...)

79Le plus ancien et l’un des plus éclatés de ces regroupements thématiques concerne la victoire de Cortenuova en 1237, objet de trois longues descriptions lyriques extrêmement travaillées (II, 1, 3, 35)90.

  • 91 Sur ces événements, cf. Stürner 2000, p. 519-521. La cité de Viterbe, contrôlée par les forces pro- (...)

80Un grand dossier de structure beaucoup plus cohérente regroupe différentes lettres en rapport avec les complexes événements politico-militaires liés au sort de Viterbe en septembre-octobre 1243. Il a la particularité de contenir, en plus d’une lettre d’information de Frédéric II au roi de France (II, 2) une poignée de documents émanant apparemment de différents membres du parti pro-impérial à Viterbe (II, 53, 54, 55, 56) et de l’armée impériale censée les secourir (II, 57 et 58)91.

  • 92 Sur le long siège de Parme de l’été 1248 à la défaite des forces impériales à la suite d’une sortie (...)

81Un troisième ensemble encore partiellement soudé est centré sur les événements militaires concernant Parme, avant, pendant et après le long siège de l’automne-hiver 1247/1248, terminé par la retentissante défaite impériale de Victoria en février 1248 (II, 5, 40, 41, 42, 44, 48, 50, 51)92.

  • 93 Sur cette rébellion qui fut militairement limitée, mais révéla la fragilité de la position de Frédé (...)

82Un quatrième groupe plus restreint et totalement éclaté dans le livre pourrait être constitué par les lettres d’information relatives à la conspiration des nobles du royaume en 1246 et sa répression (II, 10, 12, 20, 5293).

  • 94 Sur Ezzelino da Romano, le tyran de la marche de Trévise, qui bâtit un solide pouvoir régional à l’ (...)
  • 95 Sur le rôle politique dans l’administration du royaume d’Italie joué dans la décennie 1240-1250 par (...)

83D’autres dossiers fragmentaires ou regroupements possibles de lettres séparées concernent des opérations militaires ponctuelles en rapport avec les activités des vicaires ou lieutenants de Frédéric dans les Marches, en Toscane et en Lombardie, dont le célèbre Ezzelino da Romano94 ; ou encore ses fils illégitimes Frédéric d’Antioche, vicaire général en Toscane entre 1246 et 1250, et Enzio, roi de Sardaigne et vicaire général pour la Lombardie en 1247-124995. La présence dans ce groupe d’une lettre émise par un notaire sous les ordres directs de Frédéric d’Antioche, fermant le livre (II, 59), doit être gardée en mémoire. Un diptyque aberrant est formé par un échange de courts billets (fictifs ?) entre un sultan (seldjoukide de Konya ?) et Frédéric II (II, 18, 19) qui semble avoir été inclus dans ce livre parce que la correspondance avec un souverain musulman ne pouvait être classée, dans l’esprit du rédacteur de la collection, que dans la section militaire.

  • 96 Conrad IV, roi des Romains, héritier du royaume de Sicile à la mort de Frédéric II en décembre 1250 (...)
  • 97 Victoire du 2 décembre 1254 à Foggia sur Berthold et Otton de Hohenburg, ex-lieutenants de Conrad p (...)

84Enfin, un important dossier de sept lettres relatives à la reconquête du royaume de Sicile par Conrad IV, l’héritier de Frédéric, en 1252-125396, vient s’intercaler entre les séries de lettres datant très majoritairement du règne de Frédéric (les lettres de Conrad sont PdV II, 17, 27, 29, 30, 31, 32, 43), et il faut lui ajouter deux lettres de Manfred concernant sa victoire de 1254 sur les troupes pro-papales, prélude à sa reprise en main du royaume, peu après la mort de Conrad (II, 45 et 4697).

85Contrairement au premier livre, où elles sont l’exception, le nombre de lettres écrites après la mort de Pierre de la Vigne (février 1249) et surtout après la mort de Frédéric II est donc trop considérable pour être mis sur le compte d’une erreur d’interprétation ou d’une négligence isolée de la part du ou des compilateur(s).

Troisième livre

86Le contenu du troisième livre, regroupant quatre-vingt sept lettres, ne donne pas l’impression de cohérence des deux premiers. Ce livre renferme une majorité de lettres politiques adressées à diverses entités politiques du royaume (officiers de rangs divers, villes telles que Palerme), d’Italie centrale ou septentrionale (Rome, Viterbe, Pise, le doge de Venise), du royaume d’Arles (Avignon) ou de l’Allemagne (convocation des princes allemands à la Diète impériale, lettre au roi de Bohême sur les affaires du duché d’Autriche), voire à des souverains plus éloignés (recommandation au roi de Chypre, à l’empereur de Nicée, lettre d’information au roi d’Angleterre). Il semble que la logique de regroupement de cet ensemble soit en partie négative. Le rédacteur de la collection y aurait classé des lettres politiques importantes qui ne lui semblaient pas aussi directement en rapport avec le conflit avec la papauté ou les épisodes guerriers que celles des deux premiers livres, mais concernaient l’ensemble des affaires politiques, tant du royaume de Sicile que de l’Empire.

  • 98 Cette correspondance occupe également le milieu des collections en cinq livres, dans lesquelles le (...)
  • 99 Sur ce concept de certamen rhétorique, combat oratoire pratiqué par des lettrés qui font assaut de (...)
  • 100 Ce duel rhétorique est analysé en détail infra, troisième partie p. 345.
  • 101 Dans la nomenclature des manuscrits des Lettres, on parle plutôt de Laudes, un terme très connoté é (...)
  • 102 La correspondance nommément attribuée à Nicolas de Rocca, et à son neveu homonyme, chapelain du car (...)

87Au centre du troisième livre, d’une certaine manière au centre de la collection tout entière98, se détache un ensemble particulier, formé par une succession de dix lettres adressées en son nom propre par ou à Pierre de la Vigne. Six d’entre elles forment un duel rhétorique (certamen/duellum99) entre Pierre de la Vigne et son protecteur, parent et ami, l’archevêque Jacques de Capoue (mort en 1242), duel où les deux hommes font assaut de virtuosité stylistique et d’ingéniosité rhétorique100. Les trois suivantes sont des lettres-panégyriques101, la première adressée à Pierre de la Vigne par le chapitre de Capoue (PdV III, 43), la seconde composée à la demande d’un courtisan anonyme par Pierre de la Vigne et exaltant Frédéric II (PdV III 44). Le troisième panégyrique (PdV III 45) est une célébration des dons de Pierre de la Vigne due à la plume d’un notaire de Frédéric II qui entretenait avec lui des liens de maître à disciple et une véritable amitié littéraire, et qui survécut bien des années à sa chute, Nicolas de Rocca102.

88Il faut ajouter à ces neuf lettres une petite missive anonyme de reproche pour un objet non envoyé (PdV III, 46) qui complète cet ensemble au statut bien particulier dans la collection, puisqu’il reflète la correspondance échangée entre eux par des notaires et dignitaires de la cour de Frédéric II, et non la correspondance officielle de ce dernier avec différentes entités politiques. Il s’agit donc d’un groupe de lettres d’orientation plus littéraire, dans le sens où la logique d’affirmation d’une excellence stylistique s’y donne libre cours dans une sorte de surenchère rhétorique entre lettrés, avec des contraintes et des extensions très différentes des pratiques linguistiques qui accompagnent la rédaction de documents plus officiels par les mêmes notaires dans leurs fonctions politico-administratives.

  • 103 Sur cet ensemble et l’analyse des lettres datant de Frédéric II, cf. Delle Donne 1993a.

89En dehors de ce groupe très particulier, se distingue également un noyau de cinq lettres en rapport avec les ouvertures successives, en 1224, 1254 et 1255/1256 des studia de Naples et de Salerne et leurs activités, dont une seule, la plus ancienne des lettres conservées dans la collection classique (III, 11), remonte au règne de Frédéric II (lettres III, 10-14 et 67)103.

  • 104 Modène, Rome, Avignon, Arezzo, Viterbe, Bergame.
  • 105 PdV III, 66.
  • 106 Sur l’institution des massarie développée pendant le règne de Frédéric II, cf. Stürner 2000, p. 222 (...)
  • 107 Un exemple de regroupement par dossiers est formé par la succession des trois lettres concernant le (...)

90D’autres ensembles sont formés par diverses lettres de remerciement pour services rendus adressées par l’empereur à des cités104ou personnes ; un certain nombre de documents concernant la mise en place d’institutions ou d’entités administratives emblématiques du royaume, comme la création d’un office de magister massariorum (III, 66)105, ou l’organisation d’une école de comptabilité (III, 14)106. On trouve aussi des lettres de « joyeuse annonce » pour la naissance d’un enfant. Dans ce livre, les lettres datant sûrement du règne de Conrad IV ou de Manfred sont proportionnellement moins nombreuses que dans le précédent (le même nombre au total de neuf lettres pour un ensemble de lettres plus important d’un tiers). Une analyse détaillée permet également, comme dans les deux premiers livres, de retrouver la trace d’un prélèvement dans des archives ou dossiers disparus classés par ordre à la fois thématique et chronologique107.

Quatrième livre

  • 108 Von Moos 1971. Sur ces lettres, voir également la notice de Delle Donne 1993b.
  • 109 PdV IV, 1 : Misericordia pii patris. Une analyse rhétorique et idéologique de cette lettre et de se (...)
  • 110 Ce sont ces trois lettres en rapport avec la mort du grammairien Bene de Florence (PdV IV 7), du ju (...)

91Le quatrième livre, le plus court, est composé d’un groupe parfaitement cohérent de seize lettres appartenant au genre des Littere consolationis, étudié par Peter von Moos108. Il contient à la fois des lettres de consolation ou de déploration sur la mort de personnages de diverse importance envoyées au nom de Frédéric II (ou de Conrad IV), à commencer par la célèbre lettre sur la mort de son fils rebelle Henri (VII)109, des lettres écrites par Pierre de la Vigne à l’occasion de deuils familiaux, enfin des lettres écrites, semble-t-il, dans le cadre du studium de Naples à la mort de professeurs de droit, de grammaire ou de rhétorique célèbres tels que l’enseignant de dictamen Bene de Florence ou le juriste Jacques Balduini110. Elles se caractérisent à la fois par la très grande conventionnalité de leur contenu (la tristesse due à la mort d’un proche doit être mesurée pour ne pas offenser le créateur) et par le soin particulier apporté à leur composition rhétorique, qui les rapproche des lettres « littéraires » du centre du troisième livre. Le troisième et le quatrième livre partagent également la caractéristique de mélanger une correspondance émanant de Frédéric II ou de Conrad IV avec la correspondance personnelle de Pierre de la Vigne.

Cinquième livre

92La cinquième partie comprend cent-trente-sept lettres, en moyenne beaucoup plus courtes que celles des livres précédents, dont la principale caractéristique est de rentrer dans le champ des formes analysables en fonction d’une typologie diplomatique, en tant que documents administratifs d’expédition courante le plus souvent liés à l’exercice de la justice, généralement à destination du royaume de Sicile, avec de notables extensions vers l’Italie du Nord, à l’époque où Frédéric II tentait de renforcer son emprise sur les parties du regnum Italie qu’il contrôlait par l’entremise de légats ou de vicaires impériaux.

  • 111 PdV V 37 : sauf-conduit ; V, 49 : sauvegarde pour des marchands.
  • 112 PdV V, 82 : lettre de créance pour Guillaume d’Ocra.
  • 113 PdV V, 61, 62, 74.
  • 114 Par exemple PdV V, 111 : ut capiantur forbanniti et in curia presententur.
  • 115 Passim.
  • 116 PdV V, 97.
  • 117 PdV V, 116, sur les dérèglements dans un cloître de nonnes.
  • 118 PdV V, 3 ; V, 4 (avec quelques doutes) V, 21 ; V, 22 ; V 129 ; V 130.
  • 119 Les lettres de contenu trop vague qui peuvent être aussi bien datées du règne de Frédéric II que de (...)

93De forme plus stéréotypée, ces lettres peuvent donc être ramenées à des catégories générales de l’analyse diplomatique, telles que la lettre de mandat ou les littere responsales, et concernent en majorité des ordres exécutifs d’administration courante, et bien souvent d’administration judiciaire, tels que sauf-conduits111, lettres de créances112, accusés de réception113, demandes de poursuite en justice114, notifications de sentences115, citations116, demande d’enquête (inquisitio)117. L’écrasante majorité de celles de ces lettres administratives qui peuvent être datées concerne la dernière décennie du règne de Frédéric II (six lettres sur cent-trente-sept datent sûrement de celui de Conrad IV118). Le contenu peu circonstancié d’un certain nombre d’entres elles, où les noms propres ont été le plus souvent remplacés par des blancs ou des initiales, comme c’est la règle dans une majorité des manuscrits de summe dictaminis, en rend toutefois la datation, voire l’attribution à un règne problématique119.

  • 120 PdV V, 114 : forma petitionis in approbata forma imperatori porrigenda.
  • 121 PdV, 112 : forma exbannitionis. Dans ce cas précis, la rédaction de la lettre peut être ramenée à u (...)
  • 122 Exordes : PdV V, 73 ; PdV V, 75 ; PdV V, 76 ; conclusion de PdV V, 128.
  • 123 PdV V, 1-28 : nominations, construction de pont, demande de captures, collecte d’une taxe de marita (...)
  • 124 PdV V, 29-68.
  • 125 PdV V, 72-76.
  • 126 Par exemple les regroupements de deux lettres en rapport avec des marchands, PdV V, 48 et 49 : conc (...)

94Une minorité d’entre elles se présente d’ailleurs comme de simples « formes », par exemple une forma petitionis120, une forma exbannitionis121. Ce livre inclut encore trois exordes ainsi qu’une conclusion détachés de leurs lettres originales, et conservés à titre de modèles rhétoriques122. La succession des documents garde la trace d’une organisation thématique très large par genres (mandats exécutifs divers123, littere responsales124, lettres génériques d’exhortation à la fidélité125), et d’un regroupement par micro-dossiers plus précis126.

  • 127 PdV V, 135, lettre de reproche de Frédéric II aux Romains sur leur inconstance politique. Il semble (...)
  • 128 Cf. note précédente.

95Certaines lettres, dont deux des trois dernières de la série, ne se différencient guère toutefois sur le fond des lettres des livres précédents : il n’y a pas toujours de frontière ferme entre la « lettre administrative » et la lettre politique127. Il faut ajouter que, de même que pour les constitutions contre les hérétiques du premier livre, la première partie d’une des constitutiones du Liber augustalis (ou Constitutions de Melfi) a été incluse dans ce livre128.

Sixième livre

  • 129 Sur l’importance du sixième livre pour les notaires allemands, anglais et français du xive siècle e (...)
  • 130 Ces privilèges sont partiellement assimilables au genre français des lettres de rémission, dont les (...)

96Enfin, le sixième livre contient trente-trois lettres toutes plus ou moins assimilables par la solennité de leur forme (caractérisée par la présence d’exordes-arenge129) et par leur contenu à des privilèges. Une grande partie de ces actes consiste en des privilèges de rentrée en grâce émis par la chancellerie de Conrad IV au fur et à mesure de sa prise de possession à main armée de la partie du royaume de Sicile occupée par des forces pro-papales en 1252-1254. Ces actes gracieux concernent soit des villes, soit des personnes130.

  • 131 PdV VI, 4.
  • 132 PdV VI, 17.
  • 133 PdV VI, 26.
  • 134 PdV VI, 12, 7, 33.
  • 135 PdV VI, 30. C’est un acte très à part dans les Lettres, à la fois parce qu’il concerne un territoir (...)
  • 136 PdV VI, 32 : concessio officii notariatus ; PdV VI 22 : concessio officii capitanie et iustitiarie.
  • 137 PdV VI, 24.
  • 138 PdV VI, 18 (forme de grâce pour un condamné à mort) ; PdV I, 16 : littere dispensationis super defe (...)
  • 139 PdV VI, 15 : Exordium super gratiis faciendis ; PdV VI, 27 ; PdV VI 28 ; PdV VI, 31.

97D’autres privilèges sont des promotions opérées par le même souverain ou Frédéric II en faveur de certains personnages. Gautier d’Ocra, qui dirige sous Conrad la chancellerie royale, est nommé en janvier 1254 chancelier en titre du royaume de Jérusalem131 ; Frédéric élève un homme au rang de chevalier132, ou le dernier duc d’Autriche Babenberg à la dignité royale (ce projet avorta)133. D’autres encore entérinent le statut particulier de certains groupes sociaux ou d’institutions bénéficiant d’une protection juridique spéciale dans le royaume (juifs, immigrants, Temple134) ou dans l’Empire (peuples baltes135). Des « formes » de concessions d’office (notariat, capitanat136) ou de licence d’activité professionnelle (licence de médecine137), des actes de juridiction gracieuse (légitimation, grâce pénale138) viennent compléter cet ensemble où les actes datant du règne de Conrad IV sont pratiquement aussi nombreux que ceux de l’époque de Frédéric II, et qui comprend également quatre exordes détachés de leurs lettres139.

Rapports entre les différents livres

  • 140 Il s’agit de la lettre PdV III 84 = PdV V, 102. C’est une réponse à un capitaneus le félicitant pou (...)
  • 141 PdV II, 59 : Corda vestra, velut imperii, qui correspond en fait mot pour mot à PdV V, 108, à part (...)

98Les rapports entretenus entre eux par les différents livres viennent encore ajouter à la complexité apparente de cette organisation. L’une des lettres est présente à la fois dans le troisième et le cinquième livre140, une autre, sous deux formes très légèrement différentes, dans le second et le cinquième141, ce qui prouve que la sensation d’arbitraire dans le classement que le chercheur contemporain peut ressentir dans ces différentes parties du recueil correspondait parfois à une réelle hésitation du ou des rédacteur(s) de la collection au moment de ventiler les différents documents.

  • 142 Ce schéma prend encore plus de relief dans les quelques manuscrits des deux collections en cinq liv (...)

99La collection peut certes être divisée en une succession de quatre livres contenant des lettres « non-administratives », et de deux derniers livres dont les lettres sont plus directement assimilables à diverses catégories d’actes administratifs courants ou solennels, mais aussi en deux livres proprement politiques centrés sur les relations personnelles de l’empereur avec ses adversaires et ses fidèles ; deux livres centraux (et ce n’est certainement pas un hasard) marqués par la présence insistante de Pierre de la Vigne, dont la correspondance se mêle alors à celle de l’empereur ; et deux livres conclusifs au caractère administratif plus affirmé142.

100Mais cette logique de distribution trouve rapidement ses limites, ce qui explique la difficulté relative du rédacteur à classer les lettres selon une apparence plus rigoureuse. Une lettre de consolation impériale du quatrième livre, par exemple, était à la fois un exercice de démonstration stylistique de Pierre de la Vigne ou d’un de ses collègues, un acte politique de Frédéric II, et une démonstration concrète des liens affectifs unissant théoriquement l’empereur à ses familiares/fideles.

101La grande souplesse dans la distribution des documents reflète par ailleurs une indivision sans doute en partie volontaire, correspondant à une conception de l’acte qui mettait alors l’accent sur la forme épistolaire commune à l’ensemble des documents, plutôt que sur leur diversité typologique. C’est bien dans la logique d’une chancellerie particulièrement imprégnée par les formes et la logique de l’ars dictaminis, qui tend à plier toutes sortes de documents au modèle de la lettre organisée selon les préceptes réputés cicéroniens par les hommes du xiiie siècle.

1.2.3.2. Le contenu des trois autres collections ordonnées

102La logique de distribution des lettres se retrouve sous une forme sensiblement équivalente dans les trois autres collections de diffusion plus restreinte (grande collection en six livres, grande et petite collection en cinq livres).

La grande collection en six livres

  • 143 Cf. Schaller 1993, p. 241-242.
  • 144 Les lettres présentes dans la grande collection en six livres et éditées dans Huillard-Bréholles 18 (...)

103La caractéristique la plus remarquable de la grande collection en six livres est d’inclure, en plus d’un certain nombre de lettres, concernant en nombre non négligeable les rapports de Frédéric II avec la France de saint Louis143, un important dossier de lettres extraites d’une correspondance personnelle de Pierre de la Vigne, analogues à la correspondance personnelle entre le grand-juge et Jacques de Capoue du troisième livre de la collection classique. Ces lettres à caractère privé ont été publiées à part de son édition diplomatique des documents officiels du règne de Frédéric II par Jean Louis Alphonse Huillard Bréholles dans son étude sur Pierre de la Vigne (Vie et Correspondance de Pierre de la Vigne, lettres dorénavant citées sous le sigle HBP144).

104Elles sont essentiellement réparties dans les quatre premiers livres de cette collection, et tout particulièrement dans le troisième, alors que le cinquième, et le sixième livre ne présentent que peu de différence avec ceux de la collection classique. Dans l’ensemble, la grande collection en six livres se présente à première vue comme une amplification de séquences de lettres très proches de celles contenues dans la collection classique, lesquelles précèdent les suites de lettres officielles ou administratives, ou de lettres de ce dossier privé centré autour de Pierre de la Vigne qui les complètent.

  • 145 Les numéros ou successions de numéros à un ou deux chiffres après chiffre romain non précédés du si (...)

105La répartition des lettres contenues dans la collection classique qui se retrouvent également dans la grande collection en six livres et des documents propres à cette dernière peut être synthétisée de la manière suivante145 :

106Premier livre : I 1-15, 17, 16, 18-22, 28, 23, 29, 32, 33, 31 ; HBP 4 ; I 24-27 ; BF 14 765bis ; JL 10 575 ; MGH SS 6, p. 408 ; BF 3 627, 3 617, 3 590, 3 370 ; I 30 ; BF 3 396, 3 423, 1 715, 11 308 ; I 34 ; BF 3 138, 3 366, 3 166, 1 897, 3 145, 3 280, 2 225, 3 412 ; I 32 ; BF 3 467, 3 144, 3 633, 2 685, 2 456, 2 480, 3 764, 2 727, 2 314, 2 481 ; HBP 64 ; Affinitatis nostre-idem ; Docente pagina-redolebat ; ThdC II, 7 ; Dum principia natura ; Scribentis obstupuit-disponet.

107Second livre : II 1-17 ; HBP 5 p. 397 note 3 ; II 20-32, 34-50, 5 258, 51 ; BF 3 186, 2 467, 2 325, 2 292, 2 311 ; II 33, 51 ; BF 3 143, 3 152 ; MGH Const. 2 nr. 235 Form B ; BF 2 293, 2 464, 2 473, 2 462, 2 530, 2 282, 3 135, 2 323, 2 459 ; Qualiter divina-enim etc. ; BF 3 198, 3 564, 2 474 ; Zelus fidei-asistisse ; BF 2 471, 2 472, 2 469, 2 470, 2 451, 2 466, 2 483, 2 460, 2 463, 2 487, 2 488, 2 482, 2 479, 4 608 ; ThdC VIII 50 et réponse ; BF 3 199 ; Romanum imperium-ratione ; HBP 4, p. 3.

  • 146 Cette lettre date de 1201, date d’inclusion exceptionnelle pour la collection. Peut-être a-t-elle é (...)

108Troisième livre : III 1-10, 12, 13, 15-17, 20-36, 44-46 ; BF 2 075 ; III 74 ; BF 560146 ; HBP 3, 38, 45 ; BF 3 137, 3 146, 3 288, 3 020 ; Winkelmann Acta Imperii 1, no 353 ; BF 3 226, 2 336 ; HBP 11 ; III 70 ; HBP 9, 46, 47, 108b, 32, 8, 49 ; BF 2 318, 2 316, 2 338 ; HBP 100, 109 ; BF 2 415 ; I 25-27 ; HBP 63 ; Ex re nomine-ingrati. Sane etc. ; BF 3 220, 2 297, 2 398 ; HBP 108 ; BF 3 424, 3 231, 3 126 ; HBP 51 ; HBP p. 135 note 3, HBP 52, 111, 35 ; ThdC VII 107 ; BF 2 335, 2 465 ; HBP 36, 37, 55,56, 57 ; BF 3 462, 3 406 ; HBP 110, 53 ; BF 3 292 ; HBP 31, 102 ; BF 2 288 ; HBP 54 ; MD 47 ; BF 2 461 ; HBP 70 ; BF 3 545, 3 716 ; HBP 7, 104, 59, 60, 61, 62 ; BF 2 668 ; III 37, 39-42, 11, 18, 19, 43, 47-50.

109Quatrième livre : IV 1-12 ; BF 3 254 ; MD 58 ; BF 3 182 ; IV 13 ; HBP 12, 14 ; BF 2 725 ; IV 15 ; HBP 41, 34, 58, 42 ; Super dolorem-superborum ; HBP 99 ; Dum recentis-defuit, quia etc. ; BF 4 633 ; Licet omnium-facit etc. ; Data nunc-succedit ; IV 16 ; HB 4 p.3 ; V, 20.

110Cinquième livre : V 1-6, 8-15 ; BF 4 620 ; V 17-24 ; BF 3 652 ; V 2 530 ; BF 3 253 ; V 32-61 ; BF 3 681 ; V 62-96, 98-102 ; BF 2 684, 2 046, 3 715, 3 801, 2 451, 2 324 ; Non credimus-quatinus etc. ; BF 3 338 ; HBP 44 ; BF 2 477, 2 478 ; V 135-137 ; BF 3 807.

111Sixième livre : VI 1-20, BF 4 629, VI 22-33.

Les deux collections en cinq livres

112La grande et la petite collection en cinq livres, étroitement reliées entre elles, sont bien plus voisines par leur contenu de la collection classique que de la grande collection en six livres, mais présentent de fortes analogies de séquence avec cette dernière. Elles ont pour particularité de fondre les contenus des troisième et quatrième livres en un livre unique, comme dans le schéma suivant (les lettres dont les numéros sont en italiques ne sont pas incluses dans la petite collection en cinq livres, mais seulement dans la grande) :

113Premier livre : I 1-15, 17, 16, 18-21, 24.

  • 147 La lettre PdV II, 28 n’est pas présente dans la petite collection en cinq livres.

114Second livre : II 1-33147.

115Troisième livre : III 1, 2 ; IV 5 ; III 3-7 ; IV 2 ; III 8-11 ; IV 6 ; III 1517 ; IV, 1 ; III 19-22, 25, 12, 26, 24 ; IV 4 ; III, 27 ; II 51 ; IV 3 ; III 28-32, 23 33-36, 37, 39-43 ; II 34 ; III 44, 45 ; IV 7 ; III 46 ; IV 16 ; III 47, 48 ; IV 16 ; II, 52 ; III 49, 50, 63, 62, 51 ; II 47 ; III 52-61 ; II 48 ; BF 3749.

116Quatrième livre (correspondant au cinquième livre des collections en six livres) : V 2-6, 8-15 ; BF 4620 ; V 17-20 ; III, 13 ; V 21-24 ; BF 3 652 ; V 25-61 ; BF 3 681 ; V 62-69 ; HB IV p. 55 note 1 ; V 70-109 ; Incrementa bonorum-recepturus Fredericus de Antiochia. Per presenscommuniri, V 110-113, 117, 118, 114-116, 119-128.

117Cinquième livre (correspondant au sixième livre des collections en six livres) : VI 1-14 ; Etsi prosequatur-gloriosum ; VI 15 ; Merita nostrorum-ornaturos. Eapropter etc ; Dominii nostri-experimur. Eapropter etc.

118La correspondance entre le quatrième et le cinquième livre des collections en cinq livres et le cinquième et sixième livre des collections en six livres s’explique par le fait que dans les collections en cinq livres, les lettres de déploration/consolation ne sont pas regroupées dans un livre autonome mais dispersées parmi les lettres du troisième livre.

1.2.3.3. Résumé des hypothèses de Schaller sur les rapports entre les collections

  • 148 Schaller 1993, p. 266 (reprise de Schaller 1956). Schaller donne des hypothèses générales sur les l (...)
  • 149 Schaller 1993, p. 234. Sur la pecia, cf. Destrez 1935, et dernièrement le catalogue de Murano 2005, (...)
  • 150 À cause de la datation de la première partie (ne contenant pas les Lettres de Pierre de la Vigne) d (...)
  • 151 Schaller 1993, p. 234-238.

119La présence de séquences de lettres quasi-identiques dans les quatre collections, et particulièrement dans le sous-groupe formé par les deux collections en cinq livres et dans la grande collection en six livres (les trois collections les moins diffusées), indique un degré de proximité très important entre ces quatre formes du recueil, apparemment nées au plus tôt après 1264, au plus tard entre 1290 et 1318. Dans son étude sur la naissance de la collection de Lettres de Pierre de la Vigne, Hans Martin Schaller parvient à une conclusion pour le moins négative sur la possibilité de démêler les rapports entre ces quatre collections pour retrouver un archétype des Lettres148. La fréquence de lettres en rapport avec la France dans les grandes collections en six livres et la structure de ses principaux manuscrits, des manuscrits à pecia, met sur la piste d’une origine universitaire, peut-être parisienne149. Cette forme particulière pourrait avoir été créée dans un environnement français ou orienté vers la France avant 1294 (qui serait le terminus ante quem pour cette collection150), et utilisée dans un contexte universitaire en France à l’époque du conflit entre Boniface VIII et Philippe le Bel151.

  • 152 Ibid., p. 238. Pour Schaller, les pièces du registre de Jean de Caux concernant Frédéric II (édit. (...)

120Schaller a donc postulé que les clercs français ou d’intérêts français qui auraient créé cette forme particulière de la collection l’auraient fait à partir d’archives ou de lettres de la chancellerie des trois derniers Souabes dont ils disposaient à la suite de la conquête du royaume de Sicile par Charles d’Anjou en 1266, et dans lesquelles aurait également puisé l’archiviste royal Jean de Caux pour sa collection de pièces en rapport avec les Souabes, collection terminée en 1286, dont il reste un catalogue152.

  • 153 Schaller 1993, p. 243-244. Les manuscrits datés les plus anciens de la grande collection en cinq li (...)

121Quant aux trois autres types de collections, Schaller a le premier présenté systématiquement les indices qui semblent orienter vers une élaboration à la Curie, d’où provient notamment le plus ancien manuscrit approximativement datable de la petite collection en six livres (mais c’est une date tardive, dans les années précédant 1318). C’est en effet à la Curie que renvoient un certain nombre d’éléments internes et externes concernant ces collections, dont la présence de lettres provenant de la summa papale de structure analogue et de création contemporaine de Thomas de Capoue (mais c’est aussi vrai pour la grande collection en six livres), et l’organisation interne de certains des manuscrits les plus anciens comportant des collections de ces trois traditions153.

  • 154 Schaller 1993, p. 246-250 : il s’agit du manuscrit Roma, Biblioteca Vallicelliana I. 29, qui contie (...)

122L’impression qui se dégage de l’ensemble de ces données est une succession de remaniements opérés (à la Curie ?) à partir d’un état archétypal, dont le catalogue des rubriques d’une collection disparue par ailleurs, présent dans un des manuscrits subsistants, s’approcherait quelque peu154. Ces remaniements répétés auraient abouti, entre 1268 et les années précédant 1318 au plus tard, à la création des trois variantes de la petite et de la grande collection en cinq livres, et de la petite collection en six livres, alors qu’un notaire peut-être en rapport avec la Curie, mais orientant son activité en fonction d’une demande française, aurait dans les mêmes années créé une grande collection en six livres diffusée en France dès la fin du xiiie siècle.

  • 155 Schaller 1993, p. 262-268 : « Zum text der Petrus de Vinea-Briefe », notamment p. 265 : « Ein Stamm (...)

123Malheureusement, les contaminations précoces dues à la présence de leçons corrigées dès la fin du xiiie siècle à partir de manuscrits provenant de ces traditions parallèles rendent très difficile l’établissement d’hypothèses solides sur l’ordre d’antériorité chronologique des quatre traditions à partir d’indices philologiques155.

  • 156 Ibid., p. 264, et dans l’introduction à la réédition à l’identique de l’édition Iselin des Lettres (...)

124Schaller insiste sur l’impossibilité de déterminer exactement si les petites et les grandes collections en six ou en cinq livres sont une amplification ou une réduction l’une de l’autre, même si des sondages opérés à partir de lettres présentes dans les différents manuscrits laissent penser que le texte d’au moins une partie des grandes collections en six livres et surtout de la petite collection en cinq livres est un peu meilleur que celui des autres collections, ce qui le conduit à postuler une antériorité probable de la petite collection en cinq livres156.

  • 157 Archives en possession de la dynastie angevine ; sélections d’archives en possession d’ex-notaires (...)

125Le fait que trois des collections ordonnées contiennent chacune une série de lettres qui ne se retrouve dans aucune des trois autres achève de brouiller la question. Il ne reste plus alors qu’à se contenter de présenter l’hypothèse d’une quadruple rédaction dans les années 1270-1300, sans doute dans un milieu très restreint, à partir d’un archétype dont les rapports avec les archives de la chancellerie souabe peuvent donner lieu à de multiples hypothèses157.

  • 158 PdV I, 24 de Manfred au pape (1264).

126À mi-chemin entre un état archivistique trop lointain pour être reconstitué et la création de ces quatre collections ultérieures quelque part entre 1268 et 1318 (la grande collection en six livres est attestée en 1294, la petite collection en cinq livres en 1303, la petite collection en six livres avant 1318), la première étape de la naissance du recueil des Lettres, dont le terminus post quem est fixé par la série des lettres les plus tardives, datant du règne de Manfred (la plus récente de 1264158), et le terminus ante quem par l’année fournie par le premier manuscrit daté, 1294, resterait nécessairement dans l’ombre.

1.3. NOUVELLES HYPOTHÈSES SUR LA TRIPLE « AUTORITÉ » DES LETTRES : FRÉDÉRIC II, PIERRE DE LA VIGNE, NICOLAS DE ROCCA

127La tentative de reconstitution de la naissance de la collection par Schaller fournit de précieux repères sur les conditions historiques de sa création. Elle permet de mesurer l’importance probable de la Curie dans les années 1268-1318 comme relais dans la création par étapes et la diffusion de la summa, et apporte une première clarification sur les rapports entre les différentes collections.

128Mais tout en proposant l’idée d’une formation progressive à partir de la plus petite collection (petite collection en cinq livres) vers la plus grande (grande collection en six livres) qui semble plausible dans ses grandes lignes, cette reconstitution butte sur le problème des rapports d’autorité entre les différentes variantes, et ne réussit pas vraiment à harmoniser les indices historiques sur les lieux de production des manuscrits et la reconstruction philologique, qui reste relativement en arrière.

129La raison en est certainement le refus de s’aventurer dans l’espace intermédiaire entre l’étude philologique des manuscrits, qui doit procéder avec une extrême prudence, et des hypothèses historiques plus audacieuses sur l’identité du ou des compilateur(s) successif(s), et de prolonger en amont l’histoire de cette collection avant la dispersion de la chancellerie des derniers souverains souabes. C’est en repartant de ce problème d’autorité et de la proto-histoire de la collection, des dernières années du règne de Frédéric à la chute de Manfred, mais à partir de la structure interne de la collection, qu’on tentera de contourner cet obstacle, pour faire surgir de la logique même de la mise en série des documents le nom du responsable de leur compilation.

Retour à la critique d’attribution ?

130Pour progresser dans la connaissance de l’origine des Lettres de Pierre de la Vigne en dépit de l’obstacle posé par cette intrication des traditions manuscrites concurrentes, il faut trouver l’angle d’attaque. Cette perspective, c’est une approche traditionnelle et en apparence peu adaptée dans le cas des Lettres qui la fournira : celle de la critique d’attribution.

131La paternité des lettres contenues dans le recueil ne peut généralement pas être établie avec sûreté, parce qu’elles émanent d’une chancellerie dont les registres ont été sauf exception perdus, et que la plupart de ces documents, en dépit de leur diversité stylistique relative (d’ailleurs sans doute plus dépendante du genre des lettres que de l’identité de leur rédacteur) ont été écrits en fonction d’exigences administratives ou diplomatiques trop impersonnelles pour que l’établissement d’une hypothèse sur l’identité de leur rédacteur fondée sur des critères stylistiques ne soit pas généralement périlleuse.

132Certes, Pierre de la Vigne, à partir du moment où il acquit un poids déterminant dans le fonctionnement de la grande cour et de la chancellerie impériales, a dû superviser la rédaction d’une grande partie des lettres politiques considérées comme les plus importantes, par exemple les grandes lettres de propagande contre la papauté des années 1239-1248, et rédiger lui-même un certain nombre des lettres particulièrement célèbres ultérieurement recueillies dans les quatre premiers livres.

  • 159 PdV II, 3 et PdV III, 45.
  • 160 PdV IV, 1, datant de 1242, à la mort d’Henri (VII).

133Il n’y a ainsi guère de raison de lui retirer l’attribution traditionnelle de la lettre de description de la victoire de Cortenuova ou du panégyrique de Frédéric II qui lui sont attribués dans les manuscrits159, et les probabilités pour que le dictator le plus illustre de la cour impériale ait rédigé des lettres aussi solennelles ou politiquement importantes que les appels aux princes laïques de 1245 et 1246, ou la lettre sur la mort d’Henri (VII) en 1242160semblent également fortes.

  • 161 Ce sont principalement les pièces contenues dans la collection classique et éditées par Huillard-Br (...)
  • 162 Cf. la lettre PdV III, 70, nommément attribuée au notaire Salvus et la lettre PdV IV, 7 nommément a (...)

134Mais à la réserve de la poignée de lettres de délassement échangées entre lui et l’archevêque Jacques de Capoue, de quelques autres missives du recueil classique et d’un plus grand nombre de la grande collection en six livres qu’il semble bien avoir rédigées en son nom propre161, il est impossible de prouver positivement qu’une majorité, ou même une minorité notable des lettres officielles recueillies dans la collection classique et composées avant sa chute, en février 1249, le furent sous sa dictée, et certains indices semblent renforcer la probabilité qu’un nombre non négligeable de lettres datant d’avant 1249 soit attribuable à d’autres dictatores particulièrement renommés. Deux lettres de la collection classique sont ainsi nommément attribuées dans un manuscrit à deux dictatores faisant respectivement partie de la chancellerie proprement dite, et de l’université de Naples162.

135Ces réticences sont également valables, toutes proportions gardées, pour la grande collection en six livres qui contient un nombre bien plus considérable de lettres de la correspondance personnelle de Pierre, mais aussi de lettres diplomatiques de Frédéric II dont le rédacteur pourrait être aussi bien le grand-juge qu’un des notaires sous ses ordres.

136C’est surtout le nombre particulièrement important de lettres qui ne peuvent pas avoir été écrites par Pierre de la Vigne pour de simples raisons chronologiques qui provoque un mouvement de méfiance concernant l’attribution à Pierre de la rédaction initiale d’une partie quantitativement importante du recueil.

  • 163 Cf. pour le premier livre BF 2 225, pour le second 2 292, 2 293, 2 282, pour le troisième 2 075, 2  (...)
  • 164 PdV I 18, 19, 24, II 9, 17, 21, 23, 24, 25, 26, 27, 29, 30, 31, 32, 33, 34, 45, 46 ; III 3, 10, 12, (...)

137Un simple constat suffit à infirmer les habitudes d’attribution médiévale de la collection au logothète. Sur les trois cent soixante-cinq lettres de la collection classique, les lettres écrites avant 1237 sont rarissimes (à l’exception de la grande collection en six livres, qui contient un certain nombre de lettres plus anciennes, remontant principalement à la période 1235-1237163). Mais si la majorité des lettres datent des années 1237-1249, avec une proportion particulièrement forte pour les années 1245-1249, cinquante-neuf furent à coup sûr écrites après la mort de Pierre, entre 1249 et 1264164.

  • 165 Cf. sur ce point supra, p. 39 note 64.
  • 166 PdV I 12 de Louis IX à Frédéric II ; II, 16 de Thomas de Capoue à la commune de Milan ; II 19 du su (...)
  • 167 Lettres attribuables à Frédéric, Conrad ou Manfred : PdV II 26 (Frédéric ou Conrad) ; II 28 ; III 6 (...)

138Il faut ajouter à ce nombre la vingtaine de lettres émanant de divers personnages, parmi lesquelles la lettre de saint Louis, les lettres en rapport avec Viterbe de la fin du second livre, une lettre de la collection du cardinal Thomas de Capoue, adressée par lui en tant que légat aux autorités milanaises, qui s’est glissée dans la collection à la faveur d’une confusion de contenu165, le panégyrique de Pierre de la Vigne par Nicolas de Rocca, les deux lettres provenant de la chancellerie de Frédéric d’Antioche, vicaire en Toscane dans la seconde partie de la décennie 1240, et les lettres de Jacques de Capoue à Pierre de la Vigne. Toutes ces lettres forment un groupe de documents écrits par différents personnages et dirigés vers la chancellerie de Frédéric II166. Enfin, il existe un nombre non négligeable de documents dont il est apparemment impossible de déterminer s’ils ont été écrits sous le règne de Frédéric, Conrad ou Manfred (quarantecinq lettres en tout)167.

139Si le ou les notaire(s) qui avai(en)t rédigé le recueil n’avai(en)t pas ressenti de gêne à mêler des correspondances datant du règne de Conrad IV et de Manfred, ou adressées de l’extérieur vers la chancellerie, aux lettres émanant de la chancellerie de Frédéric II dans de telles proportions, il est a fortiori logique de supposer qu’il(s) avai(en)t donné à ce recueil contenant tout de même en majorité des lettres émanant de la chancellerie de Frédéric II le nom de Lettres de Pierre de la Vigne à cause de la célébrité du dictator le plus prestigieux de la chancellerie, et de son rôle dans la rédaction de certains de ses documents les plus prestigieux, plutôt que d’une autorité directe de ce dernier dans la composition de la plupart d’entre elles.

140On se trouve donc dans une situation de blocage. Aux raisons de supposer que les lettres les plus célèbres du recueil ont été dictées, ou au moins supervisées par Pierre de la Vigne, s’oppose l’impossibilité de lui attribuer une responsabilité d’ensemble dans l’organisation de la collection, compilée après sa mort, et représentative de l’activité de la chancellerie de Frédéric II et Conrad IV toute entière, voire de l’activité de dictatores de certains membres de la cour de Frédéric II plutôt liés à d’autres organismes, comme l’université.

1.3.1. Les activités de Nicolas de Rocca à la chancellerie de Frédéric II, Conrad IV et Manfred : première approche d’après les actes authentifiés

141Ce sont paradoxalement les lettres écrites après la mort de Pierre de la Vigne qui permettent de sortir de cette impasse et de reconsidérer en partie l’anonymat dans lequel la plupart des documents ont été plongés par les exigences de la critique diplomatique pour aboutir à une reconstruction plus personnalisée du « principe d’autorité » des Lettres.

1.3.1.1. Nicolas de Rocca, notaire impérial des dernières années du règne

  • 168 Sur les doutes concernant la date d’entrée de Nicolas de Rocca à la chancellerie, cf. infra p. 75 e (...)
  • 169 Sur la bibliographie de Nicolas de Rocca, voir désormais l’introduction de Delle Donne 2003, p. xii (...)

142Certaines de ces lettres tardives peuvent en effet être attribuées avec une sûreté quasi-absolue à un personnage maintenant bien connu des spécialistes du dictamen de la tradition campanienne du xiiie siècle et de la chancellerie des derniers Hohenstaufen, Nicolas de Rocca, disciple de Pierre de la Vigne, et notaire de la chancellerie impériale, probablement à partir de 1245168. Il continua ses activités d’écriture à la chancellerie sicilienne sous Conrad IV et Manfred, de 1252 à 1266, et survécut un certain nombre d’années à la mort de ce dernier dans un probable exil, tout en gardant des liens avec la chancellerie papale par l’entremise de son neveu homonyme, chapelain du cardinal Simon de Monselice et étroitement lié au cardinal et vice-chancelier Jourdain de Terracina169.

  • 170 PdV III, 45.
  • 171 Schaller 1993 (rééd. de Schaller 1956), p. 258 et Schaller 1991, (introduction à la reproduction de (...)

143Dans la collection classique du recueil, le nom de Nicolas de Rocca n’apparaît qu’une seule fois, mais à un emplacement stratégique. Il est en effet l’auteur des Laudes Petri de Vinea, ce panégyrique du logothète qui fait suite dans le troisième livre au panégyrique de Frédéric II attribué à Pierre de la Vigne, et qui se termine par ces mots : Tele finis imponitur quam stupendo contexuit Nicolaus170. Cette position particulière de Nicolas de Rocca, disciple de Pierre de la Vigne, rédacteur possible de certaines des lettres postérieures à la mort de Pierre de la Vigne incluses dans le recueil, auteur du panégyrique à la gloire de son maître placé au centre du recueil, et lié à la chancellerie papale par l’entremise de son neveu, sont autant d’indices qui ont conduit de manière répétée Schaller à en faire un candidat possible pour le rassemblement initial et la diffusion des pièces du recueil171.

  • 172 Delle Donne 2003, p. lxxx-lxxxii.
  • 173 Le reste des documents contenus dans ce manuscrit, presque entièrement inédit jusqu’en 2006, est dé (...)
  • 174 Cf. Schaller 2002, no 163, p. 241-262, avec bibliographie. Sur l’importance de ce manuscrit dans la (...)

144L’hypothèse a été reprise avec prudence par Fulvio Delle Donne dans son édition de lettres personnelles de Nicolas de Rocca et de son neveu homonyme172. Cette édition, qui comprend une poignée de lettres incluses dans la petite collection en six livres, est principalement fondée sur une collection épistolaire contenue dans un manuscrit de la Bibliothèque nationale dont il sera plusieurs fois question dans ces lignes, le ms. Paris, BnF lat. 8567173. Contenant une importante collection de lettres en rapport avec divers notaires et clercs campaniens des années 1240-1290, dont la famille Rocca, il a été inclus dans le catalogue des manuscrits de Lettres de Pierre de la Vigne par Hans Martin Schaller, car outre un ensemble de correspondances privées en partie centrées sur Nicolas et Pierre de la Vigne qui n’apparaissent pas dans les quatre collections « ordonnées », il enregistre, dans la section qui concerne les activités de la famille de Rocca, un certain nombre de lettres de Frédéric, Conrad et Manfred par ailleurs comprises dans la collection classique des Lettres de Pierre de la Vigne, et dont la rédaction est parfois attribuée dans ce manuscrit à Nicolas de Rocca174.

  • 175 Pièces éditées dans Delle Donne 2003, p. 7-9 sous les no 2 et 3 (déjà éditées dans HBP, no 74, p. 3 (...)
  • 176 Cf. Delle Donne 2003, introduction, passim. Le certamen entre Pierre de la Vigne et Nicolas de Rocc (...)
  • 177 Zinsmaier 1974 ; les actes sont Teulet 1863, t. II, p. 585 no 3 381 ; p. 641, no 3 562 ; p. 642, no (...)

145En plus du panégyrique de Pierre de la Vigne par Nicolas (PdV III, 45) et des différentes pièces non datées de sa correspondance privée, dont une demande d’admission à la chancellerie en qualité de notaire adressée à Pierre de la Vigne et sa réponse175, ainsi que d’un certamen rhétorique de datation difficile (1245-1248 ?) échangé entre le tout puissant grand-juge et son disciple176, on dispose en tout de seize actes ou lettres (dont quatre conservés dans la collection classique des Lettres) que leur conservation dans diverses archives ou des précisions exceptionnelles fournies par certains recueils de lettres, parmi lesquels le manuscrit Paris, BNF lat. 8567, permettent d’attribuer à Nicolas de Rocca. À partir de ceux de ces actes dont l’original a été préservé, Zinsmaier pensait d’autre part avoir retrouvé la main de Nicolas de Rocca dans l’écriture de trois actes supplémentaires conservés au Trésor des chartes177.

Tableau 1
L’ACTIVITÉ DE NICOLAS DE ROCCA EN TANT QUE NOTAIRE IMPÉRIAL ET ROYAL SOUS FRÉDÉRIC II, CONRAD IV ET MANFRED D’APRÈS LES REGESTA IMPERII

Tableau 1L’ACTIVITÉ DE NICOLAS DE ROCCA EN TANT QUE NOTAIRE IMPÉRIAL ET ROYAL SOUS FRÉDÉRIC II, CONRAD IV ET MANFRED D’APRÈS LES REGESTA IMPERII
  • 178 Delle Donne 2003, panégyrique no 15, correspondance, no 2, 3, 16-23.

146Pour obtenir une image complète des témoignages les plus sûrs de l’activité de Nicolas à la chancellerie de Frédéric II, il faut ajouter à cette série de documents comptabilisés dans les registres de Böhmer-Ficker le panégyrique de Pierre de la Vigne mentionné précédemment (PdV III, 45), ainsi que les échanges épistolaires entre Pierre de la Vigne et Nicolas édités par Huillard-Bréholles et Delle Donne (non inclus dans la collection classique), toutes pièces présentes dans la section du ms. BnF lat. 8567 relative à la famille de Rocca178.

  • 179 Cf. infra p. 357-366.

147À partir de ce tableau relativement substantiel des témoignages les plus clairs de l’activité de Nicolas de Rocca à la chancellerie de Frédéric et de ses deux successeurs, il est déjà possible d’extraire certains indices sur le genre d’activité qu’il y déploya, indices en partie corroborés par sa correspondance privée dont il sera plus particulièrement question dans la troisième partie179.

1.3.1.2 Des champs d’activité particuliers ?

  • 180 Ce sont les seules lettres envoyées par Frédéric II à la chancellerie française dont les originaux (...)

148Si les hypothèses paléographiques de Zinsmaier tenaient, Nicolas aurait été en activité en tant que notaire de la chancellerie impériale à partir de septembre 1245 au plus tard. En 1245 et 1246, il aurait été plus particulièrement affecté à l’écriture de la correspondance en rapport avec les affaires françaises, puisque trois lettres ou copies de lettres de ces deux années, seuls vestiges conservés dans le Trésor des Chartes de l’abondante correspondance alors adressée par la chancellerie de Frédéric II à saint Louis, seraient de sa main180.

  • 181 PdV IV, 4, dernièrement rééditée par Delle Donne 2003. La confusion dans Martène II col. 1217 nr. 9 (...)
  • 182 Ces actes, dont les originaux ou des copies anciennes dont le dispositif est conservé se trouvaient (...)

149À partir de 1248, le terrain devient plus ferme. C’est Nicolas qui compose une des lettres envoyées par Frédéric à la suite de la défaite de Victoria, la lettre de consolation à Johannes Turdus sur la mort au combat de son fils le 18 février 1248 (PdV IV, 4)181 ; enfin, c’est le notaire dont le nom apparaît avec le plus d’insistance entre novembre 1248 et janvier 1249, dans des actes originaux conservés ou des transcriptions préservant les suscriptions traditionnelles, en faveur des comtes de Savoie, actes émis par Frédéric II lors de son séjour en Piémont, et notamment à Verceil, pendant une période de quelques mois qui se conclut par la chute de Pierre de la Vigne en février 1249182.

150La conservation de ces pièces permet de toucher au plus près à l’activité du notaire qui écrit sous l’autorité administrative (et stylistique ?) du logothète, comme en témoigne par exemple le dispositif final d’un privilège émis par Frédéric II en faveur de Pise en décembre 1248 :

  • 183 Acta inedita imperii I, no 415, p. 358-359.

Ad huius autem concessionis et gratie nostre memoriam ac robur perpetuo valiturum presens privilegium per Niccolaum de Roccha notarium et fidelem nostrum scribi et sigillo maiestatis nostre iussimus communiri.
Datum Vercellis per manus magistri Petri de Vinea imperialis aule prothonotarii et regni Sicilie logotete183.

  • 184 Delle Donne 2003, no 7, p. 18-19, fin décembre 1250 : Regi Conrado Man fredus per Nicolaum de Rocca (...)

151De cette activité de Nicolas à la chancellerie de Frédéric II dans les années 1248-1249 et de ses rapports étroits avec Pierre de la Vigne, seuls le panégyrique de Pierre (PdV III, 45), et la lettre de consolation à Johannes Turdus incluse dans le quatrième livre sont les témoins apparents dans la version classique des Lettres. Encore employé dans la dernière année du règne de Frédéric II, à la mort duquel il est chargé d’écrire la lettre de condoléance et de soumission de Manfred à son demi-frère Conrad IV en décembre 1250184, Nicolas de Rocca réapparaît dans la documentation comme notaire de Conrad IV en 1253, quelques mois après les débuts de sa reconquête de la partie rebelle du royaume de Sicile.

  • 185 BF 4 621, 4 622, 4 623.
  • 186 BF 4 598, éd. dans Italia sacra I, c. 1 144.
  • 187 Manfred, maître de fait du royaume depuis 1254, attend quatre ans avant de se faire couronner roi d (...)

152À en croire les indications du manuscrit Paris BnF 8567, il aurait été le rédacteur de trois actes datés du règne de Conrad IV contenus dans le cinquième livre (PdV V, 4, V, 21 et V, 22), tous trois de datation relativement incertaine185. Les travaux de l’érudit du xviie siècle Ughelli ont par ailleurs conservé la mémoire d’une lettre de grâce pour la cité de Penna écrite par Nicolas de Rocca sous l’autorité du chancelier de Conrad Gautier d’Ocra en juin 1253, alors que le roi était occupé au siège de Naples186. Enfin, deux lettres de l’année 1259 attestent que son activité continue au début du règne officiel de Manfred, un an après l’usurpation de la couronne par celui-ci187.

1.3.2. Les rapports d’autorité de Nicolas avec les lettres de la collection classique : hypothèses et tentatives d’évaluation

153Ces quelques données suffisent-elles pour parler d’un rôle probable de Nicolas dans la composition d’une fraction importante des lettres incluses dans la collection classique ? Il est possible de repartir d’elles pour sélectionner un ensemble beaucoup plus considérable de « lettres de Pierre de la Vigne » qui pourraient avoir été écrites par Nicolas de Rocca. Le résultat obtenu au cas par cas est alors une probabilité plus ou moins grande, et non une certitude, mais la masse des documents concernés suffit sans doute à établir la validité statistique de la démonstration à l’échelle de la collection.

1.3.2.1. Le manuscrit Paris, BnF lat. 8567 et l’attribution de lettres de la collection classique à Nicolas

154Le premier groupe est fourni par un ensemble de lettres présentes dans le manuscrit Paris, BnF lat. 8567, sans mention de rédacteur, mais toutes encastrées dans la correspondance de la famille de Rocca, et qui entretiennent donc un certain rapport de proximité avec les cinq lettres « authentifiées » par la mention du rédacteur dans le même manuscrit présentées précédemment.

155Il s’agit de lettres répertoriées dans la collection classique. En soi, cette inclusion dans la succession des lettres du dossier concernant la famille Rocca ne prouve pas grand-chose. Étant donné les liens de Nicolas senior avec Pierre de la Vigne et ses activités à la chancellerie, il pourrait s’agir d’un simple témoignage de l’intérêt porté par le notaire à certaines lettres qui furent sélectionnées pour des raisons analogues dans les quatre collections ordonnées de Lettres de Pierre de la Vigne. Néanmoins, une analyse succincte de leurs caractéristiques laisse apparaître un certain nombre de particularités troublantes :

Tableau 2
LETTRES DE LA COLLECTION CLASSIQUE PRÉSENTES DANS LE MS. BNF LAT. 8567

Tableau 2LETTRES DE LA COLLECTION CLASSIQUE PRÉSENTES DANS LE MS. BNF LAT. 8567

156Soixante-cinq pour cent (26 sur 42) des lettres concernées, dont les cinq expressément attribuées à Nicolas de Rocca dans ce recueil, datent d’après la chute de Pierre de la Vigne en février 1249 (I, 19, II, 17, 22, 21, 24, 26, 27, 30, 32, III, 3, 12, 13, 16, 20, 22, 24, 32, 33, IV 3, V 4, VI 9), et le plus souvent du règne de Conrad IV.

  • 188 Ce qui rend impossible une vérification paléographique analogue à celle opérée par Zinsmaier sur le (...)
  • 189 Sur les difficultés d’attribution de la lettre PdV III, 8, cf. BF 3 207. Certains manuscrits en fon (...)

157Il faut noter que deux d’entre elles concernent la correspondance entre Frédéric et la France, et que les originaux n’ont pas été conservés dans le Trésor des Chartes188. Sur les seize lettres restantes, cinq posent des problèmes de datation considérables. Seules trois lettres, dont deux très particulières, la constitution contre les hérétiques PdV I 27, et la très courte citation de la conclusion de la lettre probablement écrite par Pierre de la Vigne en personne (PdV II, 1) en 1238 à l’occasion de la victoire de Cortenuova contre les Lombards, sont datables d’avant 1245 sans contestation, et ne sauraient être attribuées à Nicolas. La lettre de réponse de Frédéric II à Pierre de la Vigne PdV III 8, la lettre PdV III 25 aux Pisans et les lettres de déploration PdV IV, 4 et IV 5 posent des problèmes de datation quasi-insolubles en partie liés au fait qu’elles sont attribuées tantôt au règne de Frédéric II, tantôt à celui de Conrad IV (sur la foi du manuscrit Paris, BnF lat. 8567 pour les deux dernières d’entre elles189). Enfin, les lettres PdV V, 5 et PdV V, 23 sont de contenu trop vague pour être datées précisément à l’intérieur du règne de Frédéric II.

  • 190 Sur le rôle politique de Frédéric d’Antioche, fils illégitime de Frédéric II, dans la dernière déce (...)

158Dans le groupe des neuf lettres datant des années 1245-1248 restantes, se détachent deux lettres écrites en rapport avec les activités de Frédéric d’Antioche en tant que vicaire général de l’Empire en Toscane en 1245-1249 (I, 10 et III, 9, à mettre en relation avec II, 22) ce qui fait penser à une spécialisation fonctionnelle d’un des notaires de la chancellerie chargé de la correspondance entre Frédéric et son bâtard190.

159En résumé, si l’on exclut du compte la lettre PdV II, 1 dont seule la conclusion est reprise dans le manuscrit Paris BnF lat. 8567, peut-être pour des raisons stylistiques, seule la lettre contre les hérétiques et la lettre II, 14 ne peuvent pas avoir été écrite par Nicolas de Rocca. En revanche, en plus d’un groupe de cinq lettres qui lui sont nommément attribuées, vingt des trente lettres de la collection classique de Pierre de la Vigne incluses dans une correspondance le concernant directement, lui ou son neveu (celle du manuscrit BnF lat. 8567), ont de bonnes chances d’avoir été écrites par lui, soit pendant les vingt-deux derniers mois du règne de Frédéric II après la chute de Pierre, soit sous le règne italien de Conrad IV (fin 1251-fin 1254), soit sous celui de Manfred, et rien n’exclut que la plupart des lettres datant des années 1246-1248 aient été également de sa main (pour certaines d’entre elles, plutôt comme scriptor sous l’autorité de Pierre de la Vigne que comme dictator ?).

  • 191 Un exemple est fourni par la lettre PdV III, 25 (BF 14 762), lettre de louange de Frédéric ou Conra (...)

160Enfin, certaines lettres (PdV V, 4, PdV III, 25) sont attribuées à Frédéric dans les collections de Pierre de la Vigne classique et à Conrad dans le ms. 8567, ce qui accentue encore le déséquilibre en faveur de Nicolas191.

1.3.2.2. D’autres lettres de la collection en rapport avec les activités de Nicolas, d’après la structure du recueil et le témoignage du ms. Leipzig, Universitätsbibliothek 1268

161Il est possible de pousser encore plus loin cette mise en relation de certaines lettres du recueil de Pierre de la Vigne avec les activités de Nicolas de Rocca en rapprochant à son tour l’ensemble précédemment examiné d’autres lettres de la collection classique qui ne se retrouvent pas toutes dans le manuscrit Paris, BnF lat. 8567 mais qui, à divers titres, sont liées au précédent groupe.

162Dans les lettres datant des règnes de Manfred et de Conrad IV, qui ont potentiellement le plus de chance d’être de la main de Nicolas de Rocca, se détache un groupe de lettres du sixième livre qui sont des privilèges de rentrée en grâce de divers personnages ou entités politiques du royaume de Sicile émis par Conrad au fur et à mesure de sa reconquête des régions du royaume passées à la rébellion en 1252 et 1253 (PdV VI, 1, 2, 3, 6, 10, 11, 13).

  • 192 Sur cette précoce entreprise d’histoire des diocèses italiens (Italia sacra) et son auteur, cf. « U (...)
  • 193 L’acte est daté dans Böhmer de juin 1253 (in obsidione/depopulatione Neapolis), BF 4 598.
  • 194 BF 4 601 : in obsidione Neapolis (août).
  • 195 BF 4 602 (« Das Schreiben gehört danach wahrscheinlich in die Zeit der Belagerung von Neapel ») BF (...)
  • 196 BF 4 605 : in obsidione Neapolis (septembre ?).
  • 197 La prise de Naples intervient le 10 octobre 1253. Le privilège de rentrée en grâce (BF 4 606) inter (...)

163Aucun original de ces actes n’a été conservé, mais dans la documentation utilisée au xviie siècle par Ughelli pour reconstituer l’histoire des sièges ecclésiastiques de la péninsule italienne192se trouvait une lettre de ce type, émise par Conrad IV en faveur de la ville de Penna, en juin 1253, pendant le siège de Naples. Ce document aujourd’hui disparu portait la mention per magistrum Nicolaum de Rocca notarium et fidelem nostrum scribi et sigillo maiestatis nostre jussimus communiri193. Or la rédaction de cet acte écrit par Nicolas a été suivie, toujours à l’époque du siège de Naples, de celle d’une lettre concernant la réouverture du studium de Naples (PdV III, 10194), de deux autres au sénateur et au peuple de Rome (PdV III, 16 et III, 27195), et d’une autre au capitaneus Sicilie (PdV II, 29196), et à la suite de la prise de la ville le 10 octobre 1253, d’une lettre de rentrée en grâce de la ville de Naples qui ouvre le sixième livre (PdV VI, 1)197.

164Le tableau suivant permet de constater la grande similitude de ce dernier acte, tel qu’il a été conservé par les Lettres de Pierre de la Vigne, avec celui que Nicolas avait écrit quelques mois plus tôt, dans le camp royal devant la cité assiégée :

Tableau 3
ACTES DE RENTRÉE EN GRÂCE DES CITÉS DE PENNA ET DE NAPLES

Tableau 3ACTES DE RENTRÉE EN GRÂCE DES CITÉS DE PENNA ET DE NAPLES
  • 198 Italia sacra I, c. 1144-1145.

Note198

  • 199 Version du ms. Paris BnF lat. 8 563, avec commentaire marginal : aliter supliciter (sic). Version I (...)

Note199

165Le second privilège est une majestueuse amplification du premier, conformément à l’idée, caractéristique de l’ars dictaminis, que la dignité rhétorique de l’écriture doit correspondre au statut du destinataire. Naples, qui commençait alors son ascension vers le statut de capitale du royaume, reçoit donc un traitement rhétorique plus important que la simple cité épiscopale de Penna, mais la structure du privilège est exactement la même.

  • 200 Sur cette question, cf. infra cinquième partie, avec exemples de réécritures à partir de mêmes form (...)

166Ce simple fait n’a certes pas valeur de preuve : bien d’autres témoignages de la chancellerie sicilienne ou de chancelleries royales du xive siècle montrent que différents notaires étaient très capables d’écrire des préambules d’actes sophistiqués dans un style identique en brodant à partir des mêmes formulaires200.

  • 201 Schaller 2002, no 97, p. 144-150, Leipzig, Universitätsbibliothek, 1268.

167Par chance, un indice ultérieur vient étayer ce rapprochement. Un manuscrit de la bibliothèque universitaire de Leipzig, copie récente (xve siècle) d’une collection apparemment réunie vers la fin du xiiie siècle par Pierre de Prezza201, lettré faisant partie d’un groupe de gibelins exilés dans l’Empire après 1266, en relation avec la famille de Rocca, contient aux folios 84-88 une suite de huit lettres réunies sous la mention Incipiunt dictamina Nicolai de Rocca.

  • 202 No 144, Quantum inter cetera cordis, édité par Delle Donne 2003, no 42, p.63 ; no145 : Cum inter to (...)
  • 203 Cette pièce, d’abord éditée par Huillard-Bréholles comme HBP no 74 a été rééditée de manière plus s (...)

168Trois de ces pièces sont des modèles d’exordes202 ; deux autres sont des compositions de cour dont l’attribution n’est pas un problème, puisque la première est la lettre-panégyrique PdV III, 45, unanimement attribuée à Nicolas de Rocca sur la foi de la dernière phrase, et la seconde est une lettre de Nicolas à Pierre de la Vigne sur le travail en chancellerie qui fait partie d’un cycle de correspondance entre les deux personnages déjà mentionné et qu’on examinera dans la troisième partie203. Les trois pièces restantes sont les lettres PdV VI, 1 (rentrée en grâce de Naples) ; VI, 9 (fondation de la cité d’Aquila par Conrad IV) et VI, 6 (grâce personnelle accordée à Berthold de Hohenburg, assimilable à une lettre de grâce). L’attribution de ces documents à Nicolas dans le manuscrit de Leipzig apparaît d’autant plus notable qu’elle est corroborée par l’inclusion du panégyrique de Pierre de la Vigne et du fragment de correspondance entre Nicolas et Pierre dans la série, et que la lettre PdV VI, 9 est incluse dans le manuscrit Paris, BnF 8567 entre deux lettres de Nicolas de Rocca.

  • 204 Sur ce document, édité dans Schaller 1957, p. 285-286, réédité avec améliorations dans Delle Donne (...)
  • 205 Cf. sur cette question le livre à paraître de Sébastien Barret sur les préambules latins dans les a (...)
  • 206 Il ne saurait naturellement être question d’affirmer de manière positive que tous les documents de (...)

169C’est donc en fait une série de lettres assez importante (III, 45, IV 4, V 4, V 21, V 22, VI 1, VI 6, VI 9) de la collection classique qui peut être attribuée à Nicolas de Rocca. Le caractère spécifique de ces trois lettres du sixième livre, la présence de Nicolas comme notaire royal au siège de Naples et son rôle apparemment exceptionnel dans une équipe alors certainement assez réduite, attesté par une lettre collective du cetus notariorum vantant ses dons de styliste et semblant lui donner une certaine autorité sur ce dernier à cette époque204 ; la possibilité d’une spécialisation relative d’un de ces notaires dans la rédaction de lettres de rentrée en grâce si nombreuses dans le sixième livre, spécialisation dont on trouve des exemples dans d’autres chancelleries médiévales205, tout cela renforce la probabilité qu’une majorité, ou au moins une grande partie de ces privilèges de rentrée en grâce et des autres lettres du sixième livre datant du règne de Conrad IV aient été rédigées par lui, sous l’autorité du chancelier Gautier d’Ocra206.

  • 207 Cf. par exemple Schaller 2002, p. 255, description du manuscrit Paris, BnF 8 567, fol. 77v : PdV II (...)

170Un bon nombre des autres actes datant de ces quelques mois contenus dans les collections classiques des Lettres et pour certains inclus dans le manuscrit Paris, BnF latin 8567 sont certainement dans le même cas207.

1.3.2.3. Similarité entre d’autres lettres du recueil et des formes utilisées pendant l’activité de Nicolas à Verceil (novembre 1248janvier 1249) sous la direction de Pierre de la Vigne

  • 208 Sur les liens entre Nicolas de Rocca et Rodolphe de Poggibonsi, cf. Delle Donne 2003, p. 28, à prop (...)
  • 209 À Verceil, puis Pavie novembre-janvier 1248/49 : BF 3730 per Nicolaum de Rocca ; 3 731 per Raonem d (...)

171Vers la fin du règne de Frédéric II, le groupe formé par les lettres écrites par Nicolas de Rocca sous l’autorité de Pierre de la Vigne dans les mois précédant la disgrâce de ce dernier, en particulier lors du séjour de Frédéric II à Verceil entre octobre 1248 et la première quinzaine de janvier 1249, forme un second point d’appui. Pendant cette période, Nicolas n’est pas le seul notaire dont l’activité est attestée dans l’entourage impérial, puisque son collègue Rodolphe de Poggibonsi208, ainsi que les notaires Nicolas de Brindisi, Rao de Capoue et Jean de Capoue, ce dernier neveu de Pierre de la Vigne, écrivent chacun un ou deux actes209.

172C’est toutefois peu par rapport aux neuf actes exécutés dans la même période par Nicolas de Rocca, ce qui pourrait provenir d’une affectation particulière de ce dernier à la rédaction de privilèges pour les comtes de Savoie, dont les originaux ont été exceptionnellement préservés dans l’Archivio di Stato de Turin. Reste le fait que dans cette période de quatre mois, Nicolas apparaît dans la documentation subsistante comme le notaire le plus actif de la chancellerie sous les ordres de Pierre de la Vigne.

  • 210 Il s’agit du privilège édité dans Acta imperii inedita I, no 415, p. 358-359 avec le commentaire «  (...)
  • 211 Edité dans HB VI, p. 670-671.

173Or huit des lettres incluses dans la collection classique ont sûrement ou probablement été rédigées entre septembre 1248 et la fin de janvier 1249 (PdV II, 51, III, 55, 57, 73, 82, V, 5, 55, VI, 14), et le furent donc peut-être par Nicolas de Rocca. Cette possibilité devient une forte probabilité dans le cas de la lettre PdV V, 5, compte tenu de sa place identique dans les quatre collections à la suite de la lettre PdV V, 4, nommément attribuée à Nicolas de Rocca et datant du règne de Conrad IV, ainsi que dans celui de la lettre PdV VI, 14, qui fait suite au privilège PdV VI, 13, délivré par Conrad en 1252 en faveur de deux fidèles rentrés en grâce, et précède l’exorde conservé sous le numéro PdV VI, 15, directement relié par Winkelmann et Zinsmaier à un des privilèges rédigé par Nicolas de Rocca en décembre 1248 à Verceil210, et qu’on peut également rapprocher d’un acte similaire également de la main de Nicolas de Rocca, dicté dans les mêmes jours, et conservé à l’Archivio di stato de Lucques211 :

Tableau 4
UN EXORDE PRISÉ PAR LA CHANCELLERIE ET SES RÉUTILISATIONS

Tableau 4UN EXORDE PRISÉ PAR LA CHANCELLERIE ET SES RÉUTILISATIONS
  • 212 Leçon retenue par Iselin (Schaller 1991, p. 188) : irregularitate, à corriger ad sensum.

Note212

  • 213 Stabilis pour habilis sera certainement une erreur de copie, puisque le privilège pour Lucques a ét (...)
  • 214 Cette forme pourrait être un modèle pour servir à la rédaction d’exordes plus longs selon la techni (...)
  • 215 L’utilisation du seul adjectif regius/um/a pour qualifier la dignité du mandant permet de classer a (...)

174La comparaison des trois exordes fait apparaître l’absolue identité des deux modèles utilisés en décembre 1248 par Nicolas213. Le modèle d’exorde anonyme PdV VI, 15 contenu dans les quatre collections ordonnées semble en reprendre la première partie sous une forme contractée214. Zinsmaier, sur la foi de ce rapprochement, a proposé de dater ce dernier exorde de l’année 1248, ce que le remplacement de la formule liberalitatis cesaree par liberalitatis regie semble pourtant exclure215.

175D’après ce changement de titulature, le modèle n’a pu qu’être réadapté après la mort de Frédéric II pour servir à des privilèges analogues délivrés par Conrad IV ou Manfred, et on peut supposer (sans preuve positive) que ce fut par son utilisateur de décembre 1248, Nicolas de Rocca, qui l’aurait inclus dans un dossier de privilèges probablement travaillés par lui (PdV VI, 1-15), noyau du sixième livre de la collection classique.

  • 216 Cf. Acta imperii inedita, p. 355 : no 411 : « Friedrich II. ernennt den Grafen Thomas von Savoyen z (...)
  • 217 25 juin 1239 = PdV V, 1= HB V, 357.
  • 218 Cf. Constitutiones et acta, II, Friderici II constitutiones, no 266, p. 373-374 : promulgatio vicar (...)
  • 219 Acta imperii inedita, I, no 400, p. 437-348 (= BF 3 707), compris dans les Excerpta Massiliensia : (...)
  • 220 Constitutiones et acta II, no 273, p. 381-382 : Promulgatio legati generalis in Lombardia a Lambro (...)

176Un autre point de contact plus ténu entre les documents écrits pendant cette période et les quatre collections des Lettres de Pierre de la Vigne est représenté par l’utilisation pour la rédaction de l’acte de nomination du comte de Savoie comme vicaire général pour la Lombardie à l’ouest de Pavie écrit en novembre 1248, d’une variante d’une forme de ‘commissio vicarie potestatis’, Ad extollenda iustorum preconia216. Cette forme avait déjà servi de source d’inspiration en 1239 pour l’acte créant le roi de Sardaigne Enzio217légat impérial en Italie, et plus tard pour la nomination de Frédéric d’Antioche comme vicaire pour la Toscane, en février 1246218, ainsi que pour la nomination du comte Meinhard von Görz comme capitaneus generalis du duché de Styrie219. Elle allait reservir dans les mois suivants pour un autre acte en faveur du comte de Savoie, datant de juin 1249, et le nommant légat général en Lombardie a Lambro superius220.

  • 221 ThdC III, 4.

177Une version de cette forme célèbre, dont le préambule est partiellement imité d’un modèle papal inclus dans la Summa de Thomas de Capoue221ouvre le cinquième livre des collections en six livres (PdV V, 1), ou le quatrième des collections en cinq livres. Elle n’est pas strictement identique à l’acte de 1239, le premier conservé où la chancellerie impériale utilise ce modèle, qui pourrait avoir été adapté par Pierre de la Vigne lui-même. On a supposé que la version conservée par les Lettres renvoyait à une amplification plus récente, qui pourrait avoir pour origine l’acte délivré en février 1246 et nommant Frédéric d’Antioche vicaire de Toscane et d’autres régions adjacentes. Mais on s’expique alors mal la mention dans la rubrique des collections d’un vicariat a Pavia inferius, qui rappelle étrangement la précision a Pavia superius de l’acte peut-être travaillé par Nicolas.

178Il est donc tentant de considérer qu’une origine complémentaire du modèle composite conservé dans les Lettres est l’acte de 1248.

  • 222 Cf. BF 3 539 p. 631 (février 1246) : « ernennt einen Ungenanten zum Generalvicar (in der Lombardei (...)

179Cette influence expliquerait l’inclusion de cette précision géographique inattendue dans le modèle recueilli dans les Lettres222.

180On touche là aux limites d’une réflexion sur l’ » autorité » d’un notaire particulier sur les documents contenus dans les Lettres. Qu’un des nombreux actes de commission d’un vicariat rédigés entre 1246 et 1250 à la chancellerie impériale sur le modèle créé en 1239 l’ait été à Verceil pendant l’époque d’activité attestée la plus intense de Nicolas ne lui donne pas d’autorité particulière sur cette forme. Cette concomitance, ainsi que celle de l’exorde PdV VI 15 avec un des documents rédigés par Nicolas pendant cette période, souligne simplement le fait que, avant même la chute de Pierre de la Vigne, Nicolas a travaillé à la chancellerie en adaptant certains modèles inventés et perfectionnés à l’époque de l’emprise croissante de Pierre sur celle-ci, et que des ‘formes’ directement dépendantes de ces modèles ont été ensuite incluses dans la collection dans l’organisation de laquelle on lui suppose une certaine autorité. Pour une large partie – pour la majorité ? – des documents contenus dans les collections classiques des Lettres, la notion d’autorité ne peut en effet être que relative, à l’image des techniques de travail en chancellerie, qui faisaient de la transmission des techniques de rédaction à partir de schémas généraux un patrimoine commun à l’ensemble des notaires. Il reste emblématique qu’une fraction non négligeable des documents contenus dans la collection classique puisse être ramenée aux quelques mois où Pierre et Nicolas ont le plus étroitement collaboré dans la rédaction de documents.

1.3.2.4. Synthèse des rapports postulés de Nicolas de Rocca avec la collection classique des Lettres de Pierre de la Vigne

181L’analyse du rôle de Nicolas de Rocca dans la rédaction des lettres qui sont entrées ultérieurement dans la collection classique conduit donc aux résultats suivants.

  • 223 Il s’agit des lettres Pd III, 45, IV, 3, V, 4, V, 21, V, 22, VI 1, 6, 9.

182Cinq lettres, dont deux datent du règne de Frédéric II et trois du règne de Conrad IV, sont traditionnellement retenues comme étant de sa main, en fonction de l’attribution nominative dans le manuscrit Paris, BnF lat. 8567 et trois autres peuvent leur être ajoutées grâce aux indications du manuscrit Leipzig, Universitätsbibliothek 1268223.

183Les attestations de son activité à la chancellerie de Conrad avant, pendant et après le siège de Naples, ainsi qu’à celle de Manfred, font penser que les privilèges de rentrée en grâce du sixième livre et l’exorde PdV VI 15 ont de fortes chances d’avoir été écrits par lui, et que plus généralement il aurait pu écrire sinon une majorité, du moins une partie des pièces de dictamen datant des règnes de Conrad IV et de Manfred qui forment une minorité non négligeable des Lettres de Pierre de la Vigne, et notamment une bonne moitié du sixième livre.

184Pour des raisons en partie analogues, il est tentant de penser qu’il a été responsable de la rédaction (ou simplement de l’écriture ?) de certaines pièces incluses dans les Lettres en rapport chronologique ou formel avec les actes écrits par lui pendant le séjour de Frédéric en Piémont à l’automne-hiver 1248/1249 conservés dans les archives de Turin.

185À ce noyau d’une quarantaine de pièces dont la rédaction ou l’écriture par Nicolas peut être envisagée avec des chances raisonnables, on peut ajouter un ensemble plus vaste où son intervention reste du domaine de la pure hypothèse.

186Il en est ainsi des actes ou lettres sûrement datables des vingt mois qui séparent la chute de Pierre de la Vigne de la mort de Frédéric II, époque probable de grande activité de Nicolas à la chancellerie. La spécialisation du notaire dans l’écriture de pièces d’apparat pourrait l’avoir fait privilégier pour la rédaction d’actes ou lettres particulièrement solennels à une époque où il était certainement considéré comme un des meilleurs, sinon le meilleur styliste de la chancellerie décapitée, après les morts consécutives de Taddée de Suessa et de Pierre de la Vigne.

187Un second champ de spéculations concerne les lettres en rapport avec la France dans les années 1245-1247. Cette hypothèse repose sur l’identification paléographique par Zinsmaier de la main de Nicolas dans les trois actes dont les originaux sont conservés expédiés à la cour de France par la chancellerie de Frédéric pendant cette période, ce qui permet de supposer que le notaire était peut-être spécialisé dans le travail des actes destinés à la cour de France.

  • 224 Il s’agit de la lettre qui a été rangée par le rédacteur de la collection classique vers la fin du (...)
  • 225 La lettre PdV I, 10 (BF 3 509) est adressée par Frédéric II à Frédéric d’Antioche en 1245 d’après B (...)

188Une hypothèse plus fragile concerne les lettres liées à Frédéric d’Antioche. La présence insistante de lettres en rapport avec Frédéric d’Antioche couvrant la période 1245-1250, dont quatre émanant directement de lui et non de son père Frédéric II (PdV II, 59 = V, 118224, V, 111, 112, 117), fait exceptionnel dans l’ensemble de la collection, fait penser à l’inclusion de dossiers d’un notaire impérial qui aurait plus particulièrement été chargé de la rédaction d’actes le concernant, et aurait été provisoirement affecté à sa personne pendant une ou plusieurs périodes dans les années 1246-1249. L’inclusion de la lettre PdV I, 10 dans le manuscrit Paris, BnF lat. 8567 fait penser que l’un de ces deux rôles pourrait avoir été joué par Nicolas225.

  • 226 Comme le montre la lettre PdV IV 3, de consolation à Johannes Turdus pour la mort de son fils.

189Enfin, on remarque le nombre des lettres écrites dans diverses circonstances en rapport avec le siège de Parme. Nicolas se trouvait apparemment aux côtés de Frédéric II immédiatement après le siège226. Mais il n’était certes pas le seul notaire présent dans l’entourage de Frédéric II pendant cette période.

  • 227 Il s’agit de la lettre du troisième livre sur la victoire de Cortenuova qui lui est nommément attri (...)

190Tirons un bilan provisoire de cette tentative d’explorer les différents aspects par lesquels le choix des documents inclus dans la collection classique Lettres de Pierre de la Vigne pourraient refléter l’activité de Nicolas, ce qui accentuerait les probabilités que la compilation du prototype de celle-ci ait été due à son initiative. Les traces les plus concrètes de cette autorité équilibrent en fait singulièrement celles de Pierre de la Vigne. De même que l’activité d’écriture de Pierre de la Vigne, statistiquement probable pour une grande partie des encycliques du premier livre et autres documents politiques solennels des années 1237-1248, n’est attestée sûrement que pour quelques six lettres du second et du troisième livre, qui correspondent à une exception près227à sa correspondance personnelle, celle de Nicolas de Rocca n’apparaît clairement, essentiellement grâce aux manuscrits Paris, BnF lat. 8567 et Leipzig 1268, que pour une poignée de documents des années 1248-1253.

191À partir de ces deux noyaux, différents indices permettent d’étendre le champ des hypothèses qui conduiraient à donner une ‘autorité’ prévalente à Pierre de la Vigne dans la rédaction d’une majorité des documents écrits sous sa supervision ou directement sa dictée, avant février 1248, alors que la série des pièces rédigées postérieurement porterait l’empreinte de Nicolas. À la charnière entre ces deux époques, certains des documents rédigés pendant l’année 1248 (et peut-être déjà pendant la période 1245-48, en fonction de la date d’entrée supposée de Nicolas à la chancellerie) porteraient la trace d’une double autorité : l’autorité supérieure de Pierre de la Vigne, et l’autorité subalterne de Nicolas, travaillant comme scriptor sous sa direction.

192Les figures de Nicolas de Rocca et Pierre de la Vigne s’entrelaceraient donc dans la collection classique des Lettres comme les deux serpents d’un caducée, dont les têtes affrontées correspondraient au dyptique formé par le double panégyrique de Frédéric II par Pierre et de Pierre par Nicolas placé au centre du recueil, et dont les corps réapparaîtraient au fil de la correspondance, en s’entrecroisant à intervalles réguliers.

  • 228 Cf. supra p. 67 en particulier note 162.

193Cette double autorité n’exclut pas la présence d’autres autorités plus discrètes dans les lettres, présence attestée durant la phase d’ascendant de Pierre par les deux compositions nommément attribuées dans le manuscrit du prince de Fitalia à Salvus et à Terrisius d’Atina228. On peut de même supposer que certaines compositions créées par des collègues de Nicolas dans la chancellerie des derniers mois du règne de Frédéric II et du règne de Conrad IV aient été incluses par Nicolas dans le prototype de la collection, si c’est bien lui, conformément aux intuitions de Schaller et aux indices recueillis jusqu’ici, qui a été responsable de sa compilation.

1.3.3. Les rapports entre les quatre collections à la lumière de leurs relations avec les activités supposées de Nicolas de Rocca

194Reprenons maintenant l’examen de la constitution des différentes collections en fonction de cette classification des lettres par ordre de probabilité décroissante d’attribution à Nicolas de Rocca, et d’impossibilité d’attribution à Pierre de la Vigne.

1.3.3.1. Nicolas et la collection classique

195Dans la collection classique, les lettres attribuables avec une certaine probabilité à Nicolas (soit celles qui ont été mentionnées nominativement à un titre ou à un autre dans le précédent paragraphe) sont éparses et en faible nombre dans le premier livre (PdV I, 10, 18-19, 24) ; beaucoup plus nombreuses dans le second livre, où elles forment une série compacte (PdV II, 10-34, II, 51) ; fragmentées en petits dossiers qui évoquent les vestiges de dossiers plus importants dans le troisième, le quatrième et le cinquième livre (PdV III, 8-16 ; 20-24 ; 27, 30-32 ; 35, 45, 47 ; 55, 57, 67-69 ; 73, 77-79, 82, PdV IV, 3-5 PdV V, 1-5, 20-23, 32 ; 39 ; 50 ; 55, 93 ; 111-112 ; 117-118 ; 128-131) ; à nouveau regroupées dans le sixième livre (PdV VI, 1-15 ; 21-23, 27).

196Si l’hypothèse d’une part importante de Nicolas de Rocca dans la rédaction de la majeure partie des lettres contenues dans ces séries est exacte, leur fractionnement en dossiers et la préservation de séries dans les second et sixième livres semble indiquer un profond remaniement à partir d’un dossier de lettres rassemblées par Nicolas, ultérieurement mêlé à un ensemble de dossiers comprenant des lettres dont une partie au moins aurait été rédigée par Pierre de la Vigne ou sous sa direction (en particulier pour les lettres du premier livre). Un point d’intersection possible entre les deux ensembles reste la période où Nicolas était déjà en activité en tant que notaire à la cour impériale, sous la direction de Pierre (années 1245-1248), comme en témoignent les documents créés par Nicolas sous l’autorité de Pierre à Verceil.

  • 229 Sur l’ordre de succession des lettres, cf. la description du manuscrit dans Schaller 2002, no 163, (...)

197La succession des lettres de Pierre de la Vigne de la collection classique éparses dans la partie du manuscrit Paris, BnF lat. 8567 qui concerne la famille de Rocca ne semble de prime abord guère fournir d’indice en ce sens (cf. supra tableau 2). Il faut pourtant retenir qu’elle ne comprend que des lettres qui sont toutes présentes non seulement dans la collection classique, la petite collection en six livres, mais aussi dans la plus petite des collections, la petite collection en cinq livres, et que la seule séquence de lettres de ce manuscrit qui peut être ramenée à l’une des quatre collections est remarquable, puisque les lettres PdV III 25 et III 12 se suivent dans le manuscrit BnF 8567 (fol. 73v) et dans les deux collections en cinq livres, ce qui semble un indice que ces deux sources au statut bien différent puisèrent à un état archivistique ancien, ultérieurement bouleversé dans la collection classique229.

198Pour étayer cette hypothèse encore fragile d’une première compilation de Nicolas de Rocca à l’origine des rédactions les plus anciennes des Lettres, il faut examiner les rapports éventuels entretenus par les trois autres collections ordonnées qui n’ont pas eu l’exceptionnelle fortune de la collection classique avec les activités supposées du disciple de Pierre. L’analyse à partir des différents critères examinés plus haut (rédaction postérieure à la mort de Pierre, liens avec la cour de France...) des deux collections en cinq livres d’une part, de la collection en six livres d’autre part, aboutit à des résultats pour le moins contrastés.

1.3.3.2. Nicolas et les collections en cinq livres

  • 230 Principalement PdV I, 18 et 19, rédigées après la mort de Pierre, et PdV I 24 rédigée sous le règne (...)
  • 231 Principalement PdV II, 17, II 21-34, II 45-46. Les trois dernières lettres ne sont pas contenues da (...)
  • 232 PdV VI, 1-6, 8-13 et 15, toutes contenues dans le cinquième livre des collections en cinq livres.

199Dans les deux collections en cinq livres, l’ensemble des rares lettres du premier livre230, ainsi que la plus grande partie de la série des lettres du second livre231et celles des lettres du sixième livre qui sont attribuables avec le plus de probabilité à Nicolas de Rocca232sont intégralement préservées. Le troncage du second livre après le no 33, du premier livre après le no 24 et du sixième après le no 15 renforce également la proportion de lettres à mettre en rapport avec le disciple de Pierre de la Vigne et datant des années 1248-1254 dans l’ensemble de ces deux collections.

200L’analyse des différences de succession dans les lettres par rapport à la collection classique fait également apparaître des regroupements de séries donnant l’impression que les deux collections en cinq livres, qui suivent le même ordre, portent plus nettement que la collection classique la trace de regroupements de lettres liés à l’activité de Nicolas (principalement dans les années 1248-1266) et encore séparés de celles qui seraient liées à Pierre de la Vigne (ou ses collègues ?) dans les années 1235-1248.

  • 233 Ces deux exceptions correspondent aux lettres PdV III, 29 et PdV III, 34, datant de 1246 et 1245, d (...)

201Ces deux ensembles, qu’on peut supposer distincts à l’origine, seraient en quelque sorte à un stade de confusion moins avancé que dans la collection classique. Telle est par exemple la succession contenue dans le troisième livre de la petite collection en cinq livres : PdV III, 24, IV 4, III 27, II, 51, IV 3, III, 28-32, III 23, III, 3335 dont tous les constituants soit ont été écrits après la mort de Frédéric II ou de Pierre de la Vigne, soit ont été inclus dans le manuscrit Paris, BnF lat. 8567, soit sont indatables, à deux exceptions près233 :

Tableau 5
LES SUCCESSIONS DE LETTRES DANS LA PETITE COLLECTION EN CINQ LIVRES

Tableau 5LES SUCCESSIONS DE LETTRES DANS LA PETITE COLLECTION EN CINQ LIVRES
  • 234 Il s’agit de PdV III, 26, III, 27, III 33, 34, 36, 37 et 38.

202L’analyse d’une série équivalente de quinze lettres du troisième livre de la collection classique à partir de la même lettre PdV III, 24 (PdV III, 24-38) aboutirait à un résultat bien différent, puisque sept lettres de la série III, 24-38 ont été écrites avant la mort de Pierre de la Vigne (cinq d’entre elles avant l’année 1245), ne se retrouvent par ailleurs pas dans le manuscrit Paris, BnF lat. 8567, et n’offrent donc quasiment aucune possibilité de mise en rapport avec les activités d’écriture, de dictamen ou de compilation de Nicolas de Rocca234.

  • 235 BF 3 749 (= HB VI p. 683, décembre 1248) : « Friedrich verleiht seinem getreuen Ver. (B.) von Verce (...)

203Enfin, le troisième livre de la grande collection en cinq livres se termine par une lettre absente de la collection classique (no de registre BF 3749), qui fait en revanche partie du groupe de lettres probablement rédigées à Verceil en décembre 1248, dont sont originaires la plupart des actes subsistants écrits par Nicolas de Rocca235.

  • 236 Cf. régeste BF p. 655.
  • 237 Cf. Schaller 1993 p. 243, description de la grande collection en cinq livres. L’une de ces pièces, (...)

204L’ensemble très réduit des lettres présentes dans la grande collection en cinq livres et absentes de la petite collection en six livres est d’ailleurs assez suggestif, puisque, outre cette copie d’un acte écrit à Verceil, il comprend une lettre de datation incertaine mais tardive (BF 3652, 1247236 ?) une lettre adressée à Frédéric d’Antioche peut-être en 1248 (BF 3681), une autre rédigée sous Conrad IV (BF 4620), et un groupe d’actes et d’exordes indiqués comme inédits d’après Schaller237.

  • 238 Inédits de la petite collection en cinq livres d’après le manuscrit Biblioteca Apostolica Vaticana, (...)
  • 239 Sur cette pièce, cf. note précédente.

205Il s’agit d’un privilège de création de juges et de notaires dans sa juridiction délivré par Frédéric II pour un capitaneus (Frédéric d’Antioche ?) et d’une concessio tabellionatus émise, selon les intitulés des manuscrits en vertu du précédent privilège par Frédéric d’Antioche238, ainsi que de trois exordes analogues aux quelques exordes-modèles présents dans les cinquième et sixième livres, dont l’un, Etsi prosequatur – gloriosum, a été placé en tête du groupe de lettres ru-briquées comme des dictamina de Nicolas de Rocca dans le manuscrit Leipzig, Universitätsbibliothek 1268 déjà évoqué239.

  • 240 Les lettres du certamen entre Pierre de la Vigne et Jacques de Capoue se trouvent dans la collectio (...)

206Enfin, la petite collection en cinq livres, dont la particularité est de présenter les mêmes séries que la grande collection en cinq livres, mais chaque fois raccourcies d’une ou plusieurs lettres vers la fin, présente une accentuation encore plus importante de lettres en rapport possible ou probable avec les activités de Nicolas de Rocca entre 1245 et 1264 et pour certaines sans rapports possibles avec Pierre de la Vigne, puisque la partie des lettres du troisième livre et du quatrième livre de la grande collection en cinq livres qui n’y sont pas conservées contient bien plus de lettres sûrement datables d’une période antérieure à la chute de Pierre de la Vigne ou sans rapport avec le manuscrit Paris, BnF lat. 8567, avec Frédéric d’Antioche, ou avec les activités attestées de Nicolas de Rocca en 1248/1249. Parmi ces lettres dont l’absence individualise la petite collection en cinq livres, se trouve le noyau des lettres directement attribuables à Pierre de la Vigne dans la collection classique, incluant son certamen rhétorique avec l’archevêque Jacques de Capoue et son panégyrique de Frédéric II240.

  • 241 Cf. Schaller 1993 p. 261.

207La petite collection en cinq livres apparaît donc comme une sorte d’amplificateur maximal de la présence statistique de Nicolas de Rocca et de l’absence statistique de Pierre de la Vigne dans les quatre collections, puisqu’elle déplace son centre de gravité vers le règne de Conrad IV, et supprime quasiment toutes les rares pièces officiellement attribuables à Pierre de la Vigne, tout en augmentant la proportion relative de lettres à mettre en rapport avec Nicolas. Sur les quelques cent trente-trois lettres de cette collection, douze ne sont pas datables, quarante-six ont été écrites après la chute de Pierre de la Vigne, et dix autres, quoique traditionnellement attribuées à la période 1237-1248, présentent des problèmes de datation considérables, et sont incluses dans le manuscrit Paris, BnF 8567241.

  • 242 Cf. supra p. 67, en particulier note 162.

208Il existe enfin un dernier indice renforçant le caractère particulier de cette collection. Les deux lettres de la collection classique les plus sûrement attribuables à des tiers (Salvus et Terrisius d’Atina) en fonction des indications du manuscrit du prince de Fitalia, la lettre PdV III, 70 et la lettre PdV IV, 7242, sont toutes deux absentes de la petite collection en cinq livres. La lettre PdV IV, 7 a en revanche été incluse dans le troisième livre de la grande collection en cinq livres, avec l’important groupe de lettres, comprenant entre autres les deux panégyriques, qui le distingue de la petite collection.

209La plus petite des quatre collections semble donc composée quasiment pour moitié de lettres en rapport potentiel avec Nicolas. La division entre des lettres potentiellement attribuables à Pierre (ou à un notaire sous la supervision de Pierre, et qui entre 1245 et 1248 pouvait être Nicolas) et celles qui concernent une histoire postérieure (excluant toute présence de Pierre) se répercute donc dans la structure même des livres de la petite collection en cinq livres.

  • 243 PdV II, 20, à l’infant de Castille ou au comte de Toulouse, sur la trahison de 1246, et qui peut do (...)
  • 244 Avec de nombreuses exceptions, puisque PdV III, 3, 10, 12, 13 et 16 sont d’après janvier 1249.
  • 245 Mais avec de nombreuses exceptions, puisque PdV III 21, 26, 29, 32-34 sont d’avant cette date.

210Seul le premier livre regroupe une grande majorité de lettres datant de la période d’activité de la chancellerie dominée par Pierre de la Vigne. Le second présente une coupure nette entre une première moitié (de la lettre II, 1 à la lettre II, 16) de lettres écrites à une exception près sous la direction théorique de Pierre, et une seconde moitié (de la lettre II, 17 à la lettre 33) de documents créés à une exception près après sa mort243. Le troisième livre semble présenter le même phénomène de manière un peu moins tranchée (de la lettre III, 1 à la lettre III, 19, il contient des lettres majoritairement attribuables aux années 1236-1247244 ; de la lettre III, 20 à la lettre III, 36, il inclut des lettres majoritairement attribuables aux années 12491254245). Le quatrième livre présente quant à lui une majorité de lettres de l’époque de Conrad, majorité qui devient écrasante dans le cinquième livre.

1.3.3.3. Nicolas compilateur probable des deux collections en cinq livres

211La conclusion à tirer de cette analyse paraît simple. La petite collection ordonnée en cinq livres fut composée par l’assemblage de deux ensembles textuels, probablement tous deux en possession de Nicolas de Rocca senior.

212L’un regroupait essentiellement ce qui deviendrait les lettres du premier livre, les seize premières lettres du second livre, un certain nombre des premières lettres du troisième livre et certaines du quatrième livre. Une grande partie de ces lettres, en raison de leur grande importance politique, ont probablement été écrites directement par Pierre de la Vigne ou sous sa supervision, sans qu’il soit néanmoins possible de démontrer au cas par cas lesquelles le furent de sa main propre.

  • 246 Sur lequel cf. infra, troisième partie p. 364-365.

213L’autre dossier comprenait la seconde partie du second livre et du troisième livre, la majorité des lettres du quatrième et l’ensemble de celles du cinquième livre (qui correspondent, rappelons-le, aux cinquième et sixième livre des collections en six livres) et semble bien être en grande partie une compilation des actes ou lettres que Nicolas de Rocca a eu l’occasion de rédiger ou d’écrire pendant son activité à la chancellerie de Frédéric II, Conrad IV et Manfred, parfois avant, mais surtout après la chute de Pierre de la Vigne, et peut-être aussi dans son enseignement probable en relation avec le studium de Naples246, même s’il n’est pas exclu qu’il contienne un certain nombre d’actes rédigés par certains de ses collègues actifs pendant la même période, et qu’il se serait alors contenté de rassembler.

214Les deux dossiers ont été fondus en un seul exemplaire selon une logique thématique relativement souple pour créer une collection unique, qui a reçu le nom de Lettres de Pierre de la Vigne sans qu’on puisse parler d’attribution abusive ou de supercherie, puisque les lettres du premier livre qui ouvrent le recueil, et un certain nombre d’autres dans les livres suivants sont certainement pour partie de Pierre lui-même, et remontent en tout cas à la période du règne de Frédéric II où il exerçait son contrôle sur la chancellerie.

215Dans quelle mesure est-il possible de supposer que la fusion de ces deux dossiers a été opérée par Nicolas de Rocca lui-même ? Deux indices permettent d’apporter une réponse positive. D’une part, la partie du manuscrit Paris, BnF lat. 8567 contenant la correspondance de la famille de Rocca dans laquelle se trouve un certain nombre de lettres de la collection classique témoigne avec une certaine probabilité d’un lien d’autorité variable entre elles et ce notaire. Il a en effet pu en inventer certaines, en recopier d’autres, être le rédacteur officiel des unes ou le simple registrator des autres.

  • 247 Sur cette partie du manuscrit, cf. Delle Donne 2003, introduction, p. 364-365.
  • 248 Sur les liens entre Nicolas de Rocca senior et junior et les débuts de la transmission des Lettres, (...)

216Mais il est au moins quasiment sûr que toutes ces lettres étaient contenues dans des recueils privés de régestes et modèles initialement rassemblés par Nicolas senior. Ils furent visiblement à l’origine d’une partie de ce manuscrit247. La succession identique des lettres PdV III 25 et III 12 dans ce manuscrit et dans les collections en cinq livres témoigne de l’existence d’un lien ancien entre ces deux collections qui sont sans doute les plus archaïques et une collection personnelle de lettres ou de formules en possession de Nicolas. C’est cette dernière qui serait passée ultérieurement dans les mains des rédacteurs du manuscrit Paris, BnF lat. 8567, sans doute après avoir été remaniée et augmentée par les soins de son neveu homonyme à la Curie248.

  • 249 Les années 1245-1248 sont celles de l’activité en commun, où les deux hommes ont dû travailler ense (...)

217Or certaines de ces lettres PdV présentes dans la collection classique apparaissent dans ce manuscrit, alors qu’elle sont d’autre part contenues dans les débuts ou fins de séries des livres des deux collections en cinq livres concernant plutôt les activités de la chancellerie avant la chute de Pierre de la Vigne. Leur présence dans le manuscrit BnF lat. 8 567 attesterait donc que les deux dossiers, celui orienté vers les années 1236-1248 et Pierre de la Vigne, et celui orienté vers les années 1248 (1245 ?)-1263 et Nicolas249, avaient la même origine.

218Mais l’indice le plus solide de ce probable rôle direct de Nicolas dans la création de la collection initiale reste le témoignage formé par les deux correspondances « privées », l’une contenue principalement dans le manuscrit Paris BnF lat. 8 567 et concernant les relations entre Nicolas de Rocca et Pierre de la Vigne, d’une part, l’autre présente dans trois des quatre collections ordonnées (les deux collections en six livres et la grande collection en cinq livres) et concernant les relations amicales entre Jacques de Capoue et Pierre de la Vigne, d’autre part.

  • 250 Cf. infra p. 357-370.

219Dans cette dernière collection (grande collection en cinq livres), le certamen entre Pierre et Jacques est inclus dans la fraction du troisième livre qui semble avoir été rajoutée aux lettres contenues dans la petite collection en cinq livres (PdV III, 39 et suivants), pour former un ensemble terminé par la lettre BF 3 749, sûrement écrite par Nicolas. Cela témoigne apparemment du rôle du disciple de Pierre dans le choix de la série. Il semble donc que Nicolas avait à sa disposition un important noyau de correspondance privée de Pierre de la Vigne qu’il aurait précieusement conservé après la mort de ce dernier. L’hypothèse est d’autant plus tentante que la correspondance entre Nicolas et Pierre contenue dans le manuscrit Paris, BnF lat. 8567 fait entrevoir les forts liens d’amitié et d’estime entretenus par les deux personnages jusqu’à la chute de Pierre, liens qui seront analysés dans la troisième partie250.

1.3.3.4. Nicolas et la grande collection en six livres

220Avant de proposer un résumé général des hypothèses que l’ensemble de ces éléments permet de formuler sur la naissance de la collection, il est impossible de se dispenser d’examiner les liens entretenus par la plus excentrique par son ampleur des collections ordonnées, la grande collection en six livres, avec Nicolas de Rocca.

221De prime abord, la grande collection en six livres paraît moins directement liée à Nicolas de Rocca, puisque elle contient une proportion de lettres datant des années 1231-1246 beaucoup plus considérable que les trois autres collections, dont un ensemble de lettres privées majoritairement en rapport avec les activités et relations professionnelles et familiales de Pierre de la Vigne, ensemble qui a fourni la base de l’édition d’une bonne partie de la centaine de documents proposée par Huillard-Bréholles en annexe à sa Vie et Correspondance de Pierre de la Vigne.

  • 251 Regesta pontificum Romanorum, Potthast no 255.

222L’inclusion de quatre lettres de la collection de Thomas de Capoue et d’une lettre d’Innocent III datée de 1198251renforce l’impression de déplacement du centre de gravité chronologique de cette grande collection en six livres causée par la grande distance entre une partie de ces documents remontant aux années 1238-1241, et parfois bien plus tôt (livre I, BF 1715, datant de 1227) et la majeure partie des lettres contenues dans les deux collections en cinq livres.

  • 252 Acta imperii inedita I, no 490 p. 409.
  • 253 Imprimée dans HBP p. 342 no 43.
  • 254 Pour BF 3 801 : « ...wahrscheinlich zu den letzten Regierungsjahren gehörend, da doch längere Zeit (...)
  • 255 BF 4 629 : « meldet ballivis, iudicibus et universis hominibus, dass er dem D. E. das Officium advo (...)

223Cette double caractéristique explique que la grande collection en six livres donne d’une certaine manière l’impression de correspondre d’un peu plus près à un archétype des véritables Lettres de Pierre de la Vigne, ce dernier y semblant bien plus présent. Il s’en faut néanmoins de beaucoup que des indices de l’activité de Nicolas similaires à ceux qui se retrouvent dans les autres collections y soient absents. Telle est par exemple l’inclusion de la lettre BF 4 608, où Conrad annonce la soumission de Naples à un fidèle252 ; celle de la lettre BF 3 725, écrite à Verceil en octobre 1248, dans le quatrième livre, où elle est placée entre deux lettres de consolation probablement à cause de son contenu, puisque Pierre de la Vigne y prend des nouvelles de la santé d’un maître Peregrinus253 ; ou encore dans le cinquième livre de la lettre BF 4 620 datable de 1253, de la lettre 3 681 destinée à Frédéric d’Antioche en 1248, toutes deux présentes dans l’une ou l’autre des collections en cinq livres, mais pas dans la collection classique ; des lettres BF 3 715 (juin 1248) et surtout 3 801 et 3 807 (datation précise incertaine, classées dans BF en 1249254), enfin dans le sixième livre de la lettre BF 4 629, écrite peu de mois avant la mort de Conrad IV, et fortement liée par son thème et son contenu à PdV VI, 4255.

224Il ne serait pas non plus impossible d’expliquer la présence de l’abondante correspondance personnelle de Pierre de la Vigne en pensant aux relations entretenues par Nicolas de Rocca avec ce dernier, qui pourraient expliquer la constitution d’un dossier sur les activités épistolaires personnelles du maître par le disciple, dont la collection classique ne laisserait apparaître qu’une partie (concernant principalement le certamen entre Jacques de Capoue et Pierre de la Vigne).

  • 256 Schaller 1993 p. 238-240.
  • 257 Par exemple BF 3 590 = HB VI, 472, datant de novembre 1246. BF 3 366 = HB VI, 95, datant de juin 12 (...)

225Enfin, Hans Martin Schaller a noté dans son étude sur la naissance de la collection l’importance toute particulière donnée par le rédacteur de la grande collection en six livres aux lettres en rapport avec la France. Il y voit un indice que le rédacteur a sélectionné ces pièces dans les archives Hohenstaufen, une fois qu’elles furent tombées en possession de Charles d’Anjou256. C’est possible, mais si les identifications paléographiques de Zinsmaier sont exactes, cette sélection pourrait aussi avoir un certain lien avec la spécialisation de Nicolas de Rocca dans la correspondance diplomatique avec la France, d’autant plus que certaines de ces lettres, dont les originaux ne se trouvent plus dans le Trésor des Chartes, correspondent à la période pour laquelle sont conservés des actes en rapport avec la France de la main de Nicolas, c’est-à-dire les années 1245-1247257.

1.3.3.5. Réexamen des rapports entre les quatre collections

226Résumons. Examinées en fonction d’une intervention possible de Nicolas dans le choix de textes en rapport avec son activité et ses liens avec Pierre de la Vigne, les quatre collections se caractérisent par une progression de la présence de Nicolas en proportion inverse du nombre des pièces qui y sont contenues, de la plus petite collection (la petite en cinq livres), très fortement marquée par Nicolas, jusqu’à la plus grande, où son domaine d’intervention éventuelle (au niveau de la rédaction initiale du document, non du choix) est beaucoup plus restreint.

227Cette progression suggère une interprétation de la naissance de la collection qui peut ajouter un certain nombre d’éléments aux reconstructions de Schaller.

  • 258 Cf. supra p. 99-101.

228La petite collection en cinq livres a quasiment le même nombre de lettres datables de la période postérieure à la chute de Pierre, et potentiellement attribuables à Nicolas, que de lettres plus anciennes ayant pu passer par les mains du logothète (ce qui n’exclut d’ailleurs pas pour certaines d’entre elles une rédaction par son disciple). Leur proportion, encore très notable, est déjà un peu plus réduite dans la grande collection en cinq livres, et n’est plus que du quart dans la collection classique, et du septième dans la grande collection en six livres. La petite collection en cinq livres semble donc porter très lourdement la trace de Nicolas de Rocca, et il est tentant de voir en lui son compilateur, mais l’hypothèse est-elle encore valable pour les autres collections ? On a vu que la probabilité d’une intervention directe de Nicolas de Rocca senior dans la rédaction de la grande collection en cinq livres est encore grande258, mais les incertitudes s’accroissent en ce qui concerne les deux collections en six livres.

229Le schéma relativement simple de création des collections par adjonction progressive de lettres à un noyau initial formé par la collection en cinq livres ne fonctionne d’ailleurs pas parfaitement, même s’il contient certainement une part de vérité. En effet, l’ordre de succession des lettres du début des livres des deux collections en cinq livres et de la grande collection en six livres est quasi-identique, par opposition à celui des lettres du début des collections classiques (petites collections en six livres), et un bon nombre de lettres de la collection classique ne se retrouve pas dans la grande collection en six livres, ce qui semble exclure que la collection classique ait pu servir d’intermédiaire direct entre la grande collection en cinq livres et la grande collection en six livres.

230Il semblerait donc plutôt qu’une collection qui devait être très proche de la grande collection en cinq livres ait servi de base pour un premier remaniement qui aurait abouti directement à la création de la grande collection en six livres, puisque cette dernière conserve en gros l’ordre des lettres des différents livres des deux collections en cinq livres, mais dissocie en deux livres le troisième livre initial pour créer une section réservée aux Lettres de déploration, et ajoute à la suite des sections initiales un nombre de documents considérables.

231La grande collection en six livres ne semble donc pas avoir été créée à partir de la collection classique, puisque elle reprend l’ordre des lettres contenues dans les deux versions en cinq livres. Inversement, la petite version en six livres de la collection classique a toute chance d’être plus ou moins inspirée de la grande en six livres, qui lui offre le modèle d’une division en six livres. Dans le détail, toutefois, le passage d’une collection à une autre s’est certainement déroulé de manière plus complexe, puisque il ne s’agit jamais tout à fait d’une simple opération d’agrandissement ou de réduction, mais que les rédacteurs semblent toujours disposer d’un fond de lettres ou de documents plus important dont ils peuvent tirer des documents isolés.

232Un second argument concernant cet ordre d’antériorité peut être tiré du rapport à établir entre les archives personnelles des Rocca d’une part, si l’on admet que le manuscrit Paris, BnF lat. 8 567 en est un reflet, et les collections d’autre part.

233La succession concomitante des deux lettres PdV III, 25 et III, 12 à l’intérieur du manuscrit BnF lat. 8 567 et des deux collections en cinq livres indique qu’elles étaient plus proches du dossier original que la grande collection en six livres, laquelle présente déjà une succession intermédiaire entre les collections en cinq livres (1, 2, IV 5, 3-7, 8-11, IV 6, 15-17, IV 1, 19-22, 25, 12, 26, 24) et la collection classique (1-26), puisqu’elle a une succession (1-10, 12, 13, 15-17, 20-36) où le groupe 15-17 est encore isolé, comme dans les collections en cinq livres.

  • 259 La succession des lettres du cinquième livre de la collection classique PdV V, 103-137 existe déjà (...)

234C’est donc sûrement en grande partie de cette dernière ou d’une collection analogue que le rédacteur de la petite collection en six livres se serait ensuite inspiré pour créer ce qui allait rester la collection classique des lettres : celle dont le contenu a été présenté plus en détail, et qui ne contient quasiment que des lettres également présentes dans la grande collection, à l’exception notable de la séquence des lettres finales du quatrième livre des collections en cinq livres, dont la présence indique donc que le rédacteur possédait également les autres collections259.

  • 260 Schaller 1993, p. 247-248 : « ... so erhebt sich die Frage, ob nicht den vier Grundformen der Petru (...)

235La présence de quelques manuscrits de la collection classique précoces contenant un certain nombre de lettres de la grande collection en six livres atteste par ailleurs que cette dernière transformation s’est faite en plusieurs étapes et non sans hésitation, ce dont témoignerait la collection perdue dont les incipit sont contenus dans un manuscrit romain (Biblioteca Vallicelliana I 29), présentant un état intermédiaire entre les différentes collections, dans lequel Schaller voit un possible reflet d’un archétype original. Il serait, au contraire de l’hypothèse de Schaller, un reflet d’une des tentatives d’adaptation de formes plus anciennes, devant peut-être son originalité à la possession par le rédacteur de la liste de plusieurs types différents de collections précoces, ainsi que d’autres documents liés à la chancellerie sicilienne, et à sa tentative de les réorganiser en conservant la majeure partie de leur documentation260.

1.3.3.6. Impossibilité d’une démonstration simple pour l’ensemble des collections

236Il ne s’agit pas ici de présenter une conclusion finale concernant l’ensemble des étapes de la naissance complexe des différentes collections de Lettres de Pierre de la Vigne. En effet, deux facteurs externes interdisent de proposer des conclusions définitives à partir de seuls éléments envisagés ici.

  • 261 Delle Donne 2003, introduction p. lxxxi. Sur Jourdain de Terracina, cf. Nüske 1974, p. 64-65 qui do (...)

237Tout d’abord, l’histoire de la naissance des Lettres de Pierre de la Vigne n’est pas complètement dissociable de celle de la formation de la summa dictaminis de Thomas de Capoue, avec laquelle elles présentent de multiples points d’intersection. C’est cette intrication des deux collections aux premiers stades de leur développement qui conduit Delle Donne à souligner le rôle éventuel du grand styliste Jourdain de Terracina, personnage-clé de la chancellerie papale (en tant que vice-chancelier) jusqu’au début de la grande vacance de 1268-1271 (laquelle vit aussi la rédaction de sa summa par Richard de Pofi) dans l’élaboration des deux collections de Lettres de Pierre de la Vigne et de Thomas de Capoue, dont il aurait encouragé la rédaction261.

  • 262 Sur ces personnages cf. supra p. 31 note 41 et infra p. 370-404.
  • 263 Sur cette tradition bohémienne et ses rapports avec la naissance des Lettres, cf. en particulier Sc (...)

238Le second problème concerne l’importance de la transmission précoce de groupes de lettres de Pierre de la Vigne dans certaines collections non ordonnées, et plus particulièrement dans celles qui semblent liées à l’activité de certains notaires italiens, très probablement en rapport direct avec Nicolas de Rocca (senior ou junior ?) dans l’Empire, et plus précisément en Bohême, dans le dernier tiers du xiiie siècle. Le manuscrit de Leipzig a permis d’étayer une partie des hypothèses présentées sur le rôle effectif de Nicolas de Rocca dans la rédaction de certaines pièces de la collection, et par voie de conséquence, également dans sa formation initiale262. Mais une analyse complète de ces premières étapes nécessiterait également une prise en compte de collections de lettres personnelles rédigées par ces personnages – Pierre de Prezza et Henri d’Isernia263.

239La conclusion partielle à laquelle on peut s’arrêter semble déjà riche d’un certain nombre d’enseignements. En effet, elle permet de compléter la reconstitution des différentes étapes de la naissance des quatre collections opérées par Schaller en éclairant plus directement la première phase de celle-ci, c’est-à-dire le rassemblement initial des pièces qui ont formé le noyau des Lettres.

240À ce stade, il est difficile de penser qu’il ne correspondait pas à une collection épistolaire personnelle de Nicolas de Rocca senior. Les deux collections en cinq livres sont encore proches de cet état. Elles ne contiennent aucune pièce provenant de la collection de Thomas de Capoue, les dossiers témoignant probablement ou à coup sûr de l’activité directe de Nicolas y sont plus nettement séparés de ceux qui peuvent se rapporter (avec souvent un peu plus d’incertitude) à celle de Pierre de la Vigne. Tout semble indiquer que les manuscrits circulant sous cette forme s’inspirent de très près d’un archétype correspondant au travail personnel du disciple de Pierre.

  • 264 Il est difficile de se prononcer sur la motivation première du rassemblement des pièces en rapport (...)

241Les deux collections en six livres auront certainement été créées à une date un peu plus tardive, et d’après l’analyse des manuscrits les plus anciens par Schaller, au sein de la Curie (où travailla le neveu de Nicolas), et peut-être en liaison avec la cour de Naples et avec celle de France pour la grande collection en six livres264.

242Il est tout à fait possible que l’un des deux Nicolas de Rocca ait encore pu jouer un certain rôle dans le rassemblement et la sélection des pièces ayant abouti à la composition de ces deux dernières versions, dont celle destinée à devenir classique, puisque la grande collection en six livres contient une abondante correspondance privée de Pierre de la Vigne dont la famille de Rocca pouvait être un possesseur privilégié. Le caractère plus impersonnel et administratif des pièces contenues dans la collection classique et non dans les grandes collections en six livres et la petite collection en cinq livres (notamment PdV V, 103-134) ne peut guère être invoqué pour postuler une origine différente ou franchement plus tardive, puisqu’une bonne partie de ces pièces se retrouvent dans la grande collection en cinq livres, pour le reste très voisine de la petite collection en cinq livres, la plus marquée par la présence de Nicolas.

1.3.4. Quand et où l’archétype de la collection fut-il créé ?

243Reste le problème de la date de création de ce prototype de la collection qu’aurait possédé Nicolas, et de sa première élaboration sous la forme des collections en cinq livres.

1.3.4.1. Des terminus mouvants en fonction des collections

  • 265 Cenni 2005 p. 53. Cf. sur cet inventaire infra, cinquième partie p. 555 note 44.
  • 266 Schaller 1993 p. 258. Cf. également Delle Donne 2003 p. lxxxi.

244Le terminus ante quem pour le plus ancien manuscrit daté est 1294 (mais pas pour la partie du manuscrit qui contient les Lettres), et le terminus post quem 1264. La présence d’un manuscrit de Lettres de Pierre de la Vigne (mais de quelle forme ?) dans un inventaire italien datant de 1295 confirme que les lettres étaient déjà en circulation sous l’une ou l’autre de leur forme classique en Italie dans la décennie 1290265. Mais quand est-il de l’époque de composition de la somme proprement dite ? Schaller a souligné l’importance probable de la période d’inactivité forcée des notaires pontificaux et de leurs collègues plus particulièrement aux services des cardinaux, dont Nicolas de Rocca junior, pendant la longue vacance de 1268-1271, immédiatement après les premières étapes de la conquête angevine du royaume de Sicile. Pendant cette période, les notaires gravitant autour de la Curie ont eu une possibilité exceptionnelle d’opérer un travail de composition des summe dictaminis qui ne commencent à circuler sous leurs formes les plus classiques que dans le dernier quart du xiiie siècle au plus tôt266.

  • 267 Sur la mort de Nicolas senior, Delle Donne 2003 intro p. xviii ; sur celle de Nicolas junior, ibid. (...)

245Mais en admettant que ce soit l’un des deux Nicolas qui ait encore eu le premier rôle dans la préparation des collections de Lettres qu’on suppose avoir été rédigées à la Curie à partir de ces années, l’incertitude complète sur la date de la mort des deux Nicolas de Rocca, l’oncle exilé et le neveu en activité à la Curie, peut-être tous deux morts seulement vers 1285 ou après, ne permet pas a priori d’exclure une création un peu plus tardive de la collection sous l’une de ses premières formes267.

  • 268 Analyse du document italien infra, cinquième partie p. 786, et du document castillan p. 861.

246Un indice précieux mais d’utilisation délicate sur la naissance des collections dont Schaller n’a pas tenu compte est toutefois fourni par deux documents contemporains. L’un est une lettre d’Alphonse X de Castille au pape Martin IV en 1283, et l’autre un manifeste du chef gibelin Guido da Montefeltro à la suite du combat de Forlì, daté du 1er mai 1282. Tous sont deux analysés dans la cinquième partie de cette étude, et le premier porte peut-être la trace d’une utilisation d’une collection des Lettres de Pierre de la Vigne, alors que le second a clairement été rédigé sous inspiration directe d’un recueil, puisque il enchaîne des citations très littérales de plusieurs lettres268.

  • 269 Analyse de cette réutilisation précoce d’un recueil des Lettres infra, cinquième partie p. 786-795.
  • 270 Schaller 2002, no 46, p. 72-76.
  • 271 Ce recueil serait du genre du ms. Biblioteca Apostolica Vaticana, Pal. Lat. 953, du treizième siècl (...)

247Ces textes semblent prouver que des exemplaires des Lettres circulaient déjà en Espagne et en Italie dans les premières années de la décennie 1280. C’est un argument en faveur de l’hypothèse d’une rédaction haute de la collection, au moins sous sa forme première (petite collection en cinq livres), mais peut-être déjà sous une autre forme (les trois autres collections ordonnées ?). Toutefois, la présence dans le manifeste de Guido da Montefeltro d’une imitation d’une lettre qui n’est traditionnellement rubriquée que dans la collection classique (il s’agit de la lettre PdV I, 36) n’offre pas d’argument en faveur de la circulation précoce de cette dernière, puisque cette lettre a été rubriquée à la fin du premier livre dans les éditions du xvie et du xviiie siècle, à la suite d’un choix éditorial de Simon Schard : même si l’on a postulé qu’il existait au Moyen Âge des manuscrits de la collection classique légèrement atypiques incluant cette lettre et quelques autres après les trente-quatre lettres habituelles du premier livre, il n’est pas tout à fait sûr que c’est de ce genre de manuscrit que le rédacteur du manifeste de 1282 s’est inspiré269. Comme cette lettre n’a été transmise, si l’on met à part les éditions d’époque moderne, que dans des manuscrits de lettres non ordonnées dont certains semblent très anciens (comme le manuscrit de la Bibliothèque vaticane Palat. Lat. 953, italien, de la seconde moitié du xiiie siècle270), il est également possible que le manifeste ait pu s’inspirer d’un de ces recueils de lettres non classiques déjà en circulation dans le Nord de l’Italie à cette époque271. Cette première attestation d’une circulation de recueils de Lettres ne permet donc pas de déduire sans ambiguïté la forme des manuscrits en circulation.

1.3.4.2. Indices pour une première rédaction précoce

248Est-il possible de reculer encore la date de création du prototype initial de la collection à partir de critères internes ? Les lettres les plus récentes des différentes collections datent du règne de Manfred, lieutenant général du royaume pour son neveu Conradin de 1254 à 1257, puis usurpateur de la couronne de Sicile de 1258 à 1266. Or, des six lettres sûrement datables de son règne présentes dans les quatre collections ordonnées, la plus récente, PdV I, 24 (1264), n’est pas incluse dans la collection dont il a été postulé qu’elle était la plus ancienne, la petite collection en cinq livres. La lettre célèbre et controversée d’envoi de traductions à l’université de Paris, pour laquelle a été proposée la date de 1263 (PdV III 67), contenue dans la version classique, est en revanche absente des deux collections en cinq livres et de la grande collection en six livres. Ni la lettre PdV III, 13, qui daterait de 1258, ni les lettres PdV II 45 et 46, du début du règne effectif de Manfred (fin 1254), ne sont incluses dans les collections en cinq livres, alors qu’elles sont toutes trois contenues dans les deux versions en six livres.

  • 272 Schaller 1993, p. 254. Cette prudence est peut-être de mise en ce qui concerne le lancement officie (...)

249Schaller a mis en garde contre la tentation de trop tirer parti des arguments fondés sur les terminus ante quem/a quo, qui sont après tout réductibles à une argumentation a silentio272. Mais devant cette concordance d’indices, il reste tentant de penser que la plus ancienne rédaction, similaire, sinon identique à la petite collection en cinq livres, était déjà en cours de préparation par Nicolas de Rocca senior dès avant la chute de Manfred, à une époque où son activité de notaire royal se trouvait apparemment réduite, au profit de celle de maître de dictamen, peut-être dans le cadre du studium de Naples, comme semblent l’attester les deux lettres PdV III, 13 et III, 67, toutes deux en rapport avec l’enseignement universitaire à cette époque.

250Le choix des lettres de la petite collection en cinq livres, datant sans exception d’avant la mort de Conrad IV en 1254, correspondrait à une étape précoce de ce travail, pour laquelle le dictator aurait sélectionné les lettres des deux règnes précédents, les règnes où lui ou son maître avaient eu une activité de premier plan à la chancellerie, alors qu’elle se trouvait peut-être plus réduite sous Manfred, époque à laquelle il aurait eu tendance à se consacrer à l’enseignement, même si on manque de documents pour retracer sa carrière dans le détail entre 1254 et 1266.

251La forme quasi-juridique d’une collection en cinq livres qu’affecte cette première compilation pourrait d’autant mieux renvoyer à la collection des décrétales en cinq livres canoniques promulguées en 1234 par Grégoire IX, qu’elle aurait été créée, dans une première étape, au sein de l’université d’orientation avant tout juridique de Naples, durant le règne de Manfred (1258-1266), voire, pour une toute première élaboration, pendant la régence de ce dernier (1254-1258).

1.3.4.3. Un aperçu du noyau des Lettres encore en gestation ? Les nouveaux éléments apportés par la découverte de la collection du manuscrit d’Innsbruck

  • 273 Sur cette vague d’émigration et ses principaux exposants, cf. infra, troisième partie, p. 370-417.

252La découverte récente d’un fonds de plus de cent quatre-vingt lettres majoritairement inédites, datables des règnes de Frédéric II et Conrad IV, dans le manuscrit 400 de la bibliothèque universitaire d’Innsbruck, permet enfin d’ajouter quelques éléments à cette tentative de reconstitution des premières étapes de la naissance des Lettres. En effet, l’inventeur de cette collection, Joseph Riedmann, a montré que son compilateur initial était probablement un notaire de la chancellerie de Conrad IV, qui semble avoir interrompu ses activités après 1254 et exporté son savoir vers le nord, indépendamment de la vague d’émigration postérieure qui vit des notaires et hauts personnages de la cour de Manfred exporter leurs compétences stylistiques en Bohême et en Allemagne quelques années plus tard273.

  • 274 Riedmann 2006.
  • 275 Riedmann 2006, p. 144-146.

253La description des pièces de la collection à présent mise à disposition par Riedmann permet d’examiner les points de contact entre la collection du notaire anonyme et les diverses collections ordonnées de Lettres de Pierre de la Vigne274. De prime abord, ces points de contact ne laissent guère apparaître une logique d’ensemble, ce qui conduit Riedmann à souligner justement dans son commentaire introductif la séparation entre la logique de compilation des Lettres et celle du nouveau fonds275. Pourtant, un examen attentif de l’ordre de succession des documents laisse apparaître un certain nombre d’éléments qui doivent être pris en considération :

Tableau 6
LETTRES DE LA COLLECTION CLASSIQUES PRÉSENTES DANS LE MS. D’INNSBRUCK

Tableau 6LETTRES DE LA COLLECTION CLASSIQUES PRÉSENTES DANS LE MS. D’INNSBRUCK

254Il y a peu à dire sur les lettres de l’époque de Frédéric II contenues dans la collection classique et incluses parmi les quarante-sept premières lettres du manuscrit : elles apparaissent de manière trop aléatoire pour qu’on puisse postuler autre chose qu’un intérêt particulier du compilateur à leur égard.

  • 276 Cf. supra p. 84 note 202.

255En revanche, la seconde partie de la collection, qui contient de nombreuses pièces inédites de l’époque de Conrad IV et fait suite à une série d’exordes dans laquelle est inclus un exorde nommément attribué par le manuscrit Leipzig 1268 à Nicolas de Rocca276, présente un certain nombre de regroupements qui semblent au moins partiellement en rapport avec l’organisation de certaines séries contenues dans les diverses collections ordonnées des Lettres. Les no 71, 72 et 74, puis 183, 184 et 185, correspondent à deux séries de trois lettres qui sont incluses dans la même zone du second livre des diverses collections ordonnées (PdV II, 32, 29 et 30 pour le premier groupe, et PdV II, 12, II 18 et 19 pour le second). Il en va de même des lettres no 207-208, où la succession recouvre exactement celle des collections (PdV V, 21-22).

256Enfin et surtout, un bloc documentaire (169-170 ; 175 ; 177-178 ; 180-185) présente à la fois une récurrence de lettres présentes dans la collection classique et à deux exceptions près (PdV I, 31 et I, 34) dans les collections en cinq livres, et la trace d’une organisation thématique qui recoupe celle d’une section des Lettres : la quatrième partie consacrée aux lettres de déploration/consolation. La succession des Lettres PdV IV, 6, 4, 3, 1, 2 à intervalles très rapprochés (no 169-170, 175, 177-178) est particulièrement remarquable.

257Avec ce dernier élément, il semble qu’on tienne la preuve que le compilateur de la collection a puisé dans un dossier archivistique (ou personnel) qui présentait de fortes analogies avec celui qui allait servir à la rédaction du quatrième livre des deux collections en six livres, et, plus tôt, d’une partie du troisième livre des collections en cinq livres. Les successions moins impressionnantes mais notables de groupes de lettres également incluses dans le second et le cinquième livre (ou quatrième livre des collections en cinq livres) viennent renforcer l’impression que ces rencontres entre les deux traditions portent la trace d’un état archivistique initial auquel le rédacteur de la collection d’Innsbruck et celui des premières collections de Lettres de Pierre de la Vigne ont tout les deux puisé.

  • 277 Editée dans Delle Donne 2003, no 4, p. 12-14.
  • 278 Cf. supra p. 84-85.

258La collection d’Innsbruck n’est par ailleurs pas sans liens avec Nicolas de Rocca. Outre la présence de l’exorde qui lui est nommément attribué par le ms. Leipzig 1268, on note celle de la lettre de consolation IV, 4 attribuée à Nicolas par le ms. Paris, BnF lat. 8567277, ainsi que du préambule de privilège VI, 9, également placé dans le groupe des compositions qui lui sont attribuées dans le manuscrit de Leipzig278.

  • 279 Sur cette lettre des notaires de Conrad IV invitant Nicolas de Rocca à reprendre sa place à la chan (...)

259On ne conclura certes pas de ces trois rencontres, et de la présence de quelques pièces du second et du sixième livre de la collection classique datant du règne de Conrad IV pour lesquelles on a postulé un possible rapport avec les activités notariales de Nicolas, que la collection d’Innsbruck est fortement dépendante de la production de ce dernier : il faut se rappeler que ces lettres y forment une petite minorité dans un ensemble de documents pour le reste inédits, qui semble renforcer l’hypothèse d’une certaine spécialisation des notaires à la cour de Conrad IV, puisque la correspondance inédite contenue dans le manuscrit d’Innsbruck est regroupée par dossiers (par exemple concernant des activités édilitaires à Salerne) qui ont dûs être traités personnellement par le compilateur. Il ne serait pas étonnant qu’un des collègues de Nicolas de Rocca ait par ailleurs inclus dans sa propre compilation quelques dictamina de l’homme qui passait alors, à en croire une lettre qui sera analysée dans la troisième partie, pour le meilleur styliste de la chancellerie réorganisée après l’intermède de 1251279.

260Cette nouvelle collection ne livre donc pas la clé de la naissance des Lettres, même si elle fait toucher du doigt les mécanismes d’appropriation par les notaires d’un matériel commun retravaillé pour créer des instruments de travail personnels. Tout comme Nicolas de Rocca travaillant au prototype des Lettres dont la collection en cinq livres doit s’approcher, le notaire anonyme à l’origine de la collection d’Innsbruck aura créé une collection en essayant de trouver un équilibre entre le règne de Frédéric II et celui de Conrad IV, et très certainement entre son activité personnelle sous ce dernier, et un choix de pièces reflétant l’activité plus générale de la chancellerie. Le regroupement d’un noyau de lettres de consolation en partie identique à celui du quatrième livre de la collection classique indique à la fois la similarité des méthodes de travail, et la probabilité d’une organisation de certains des registres de la correspondance extraordinaire de la chancellerie de Conrad IV (et peut-être déjà de Frédéric II) en rapport avec la future organisation des Lettres. Mais les choix individuels des compilateurs ont été différents, puisque le « notaire d’Innsbruck » a regroupé les lettres de consolation, alors que Nicolas compilateur de la collection en cinq livres a, dans un premier temps, ventilé les lettres de consolation à intervalle réguliers, de manière quasi-artistique, dans un troisième livre. Le créateur des collections en six livres, lui, a de nouveau suivi la logique de regroupement des lettres de consolation, mais dans un ordre tout différent de celui du manuscrit d’Innsbruck.

261Où l’on comprend que c’est l’équilibre instable entre compilation personnelle et mémoire administrative collective qui rend impossible l’établissement d’une correspondance exacte entre la création des lettres dans le cadre de la chancellerie par les notaires (qui était d’ailleurs à maints égards un travail d’équipe) et leur compilation ultérieure dan les sommes : la reconstitution de la logique de création des Lettres et des summe équivalentes doit intégrer à la fois le désir de pérenniser un parcours individuel, et celui de refléter un travail d’équipe en chancellerie, l’intérêt administratif pour des documents rédigés par des collègues ou des maîtres prestigieux, et la conservation de pièces amoureusement travaillées, ou simplement copiées sous la dictée, par le compilateur. Dans un certain nombre de cas, les deux mouvements ne sont pas distinguables : combien d’actes ou de lettres le notaire-compilateur a-t-il réutilisés pour son propre compte sous une forme voisine d’un modèle antérieur, avant de les inclure dans une compilation personnelle comme s’ils avaient été écrits de sa propre autorité ? C’est une sorte de mouvement de réappropriation perpétuel, point tant différent de logiques de compilation d’autorités plus souvent examinées sous un angle purement littéraire. On verra dans la cinquième partie de ce livre comment les modèles offerts par les Lettres ont été eux-mêmes assimilés et réadaptés pour former le noyau de compositions nouvelles par les notaires d’un très long xive siècle européen.

1.4. CONCLUSION DE LA PREMIÈRE PARTIE : LE TRIPLE PRINCIPE ET LA TRIPLE AUTORITÉ DES LETTRES

262L’apparent désordre présidant à la formation du recueil des Lettres cache en fait un triple principe d’autorité d’une grande cohérence.

1.4.1. Autorité politique et autorité notariale

263La première autorité est celle de l’empereur Frédéric II, ou de son successeur le roi de Sicile et roi des Romains Conrad IV, dont émanent la plupart des pièces officielles qui forment la majorité de l’une ou l’autre des collections. La summa dictaminis impériale, comme ses homologues papales, trouve son prestige et sa principale raison d’être dans l’autorité qui valide et justifie les formes qu’elle représente, une autorité – impériale ou quasi-impériale – placée au même niveau hiérarchique (au moins selon une conception médiévale antithéocratique du pouvoir) que celle du pape, ce qui place à son tour cette summa au niveau des grandes summe dictaminis papales du xiiie siècle, d’ailleurs de création strictement contemporaine.

264Toujours selon la même logique d’ensemble, les Lettres ont été placées sous le patronage de l’homme qui dirigeait en fait – quoique sans le titre – la chancellerie impériale pendant les années où les originaux des plus célèbres d’entre elles ont été écrits (1237-1248), et qui ont vu parachever la formation notariale, sous la direction effective de Pierre de la Vigne, du futur compilateur de leur noyau le plus archaïque (la collection en cinq livres), Nicolas. La logique d’attribution des Lettres à Pierre n’a donc rien d’une imposture ou d’un simple effet de publicité. Elle prend son sens en fonction de la place centrale et fondatrice du logothète dans le principe dynamique de création documentaire qui aboutit, peut-être deux décennies après sa mort (1268-1271 ?), voire une décennie seulement pour un premier état, prototype de la petite version en cinq livres (1254-1266 ?), en tout cas avant 1282, à la création du recueil sous ses formes les plus archaïques.

  • 280 Parmi les manuscrits les plus anciens les plus proches de l’archétype postulé des Lettres, soit les (...)

265Enfin, derrière ces deux autorités « officielles » des Lettres se cache l’autorité tout aussi réelle mais plus discrète du disciple, Nicolas de Rocca, qui a volontairement confondu sa propre activité d’écriture avec celle de Pierre de la Vigne280. Cette confusion, loin d’être un accident, reflète une étroite collaboration dont témoigne une correspondance subsistante entre le maître et le disciple qui a été écartée des versions ordonnées des Lettres et ne se trouve plus contenue intégralement que dans le manuscrit Paris, BnF lat. 8567. Elle correspond aussi aux vestiges de l’activité officielle de Nicolas, rédacteur de documents sous l’autorité de Pierre jusqu’à la veille de sa chute, dont certains, comme le privilège Ad extollenda dont la forme a été conservée en tête du cinquième livre, avaient sans doute été « dictés » par Pierre (ce dernier sous l’autorité de Thomas de Capoue) avant d’être réutilisés comme formulaires par Nicolas travaillant sous la direction de Pierre (mais aussi par d’autres notaires de la chancellerie).

266Certaines de ces « formes » déjà utilisées à l’époque de la grandeur de Pierre, tel l’exorde PdV VI, 15, furent plus tard réélaborées, peut-être par Nicolas, désormais notaire éminent de la chancellerie de Conrad, ou personnage plus discret de celle de Manfred, avant de prendre leur place dans la collection.

267La summa est donc en quelque sorte un reflet fidèle d’une activité d’écriture au service du pouvoir, mais aussi prospérant dans l’ombre du pouvoir, prolongée de maître à disciple et de règne en règne. Consciemment, le premier responsable de la compilation, Nicolas, a choisi de placer dans l’ombre la seconde partie de cette histoire, celle qui correspond à l’autorité officielle de Conrad, et plus rarement Manfred, et à l’ascendant notarial de Nicolas, pour mettre en pleine lumière les figures de Frédéric II et Pierre de la Vigne, symétriquement exhaussées dans les deux panégyriques jumeaux (PdV III 44 et III 45) peut-être placés par Nicolas lui-même au centre d’une des deux premières versions des Lettres, au centre du troisième livre de la grande collection en cinq livres.

268Aucun manuscrit ancien ne semble hésiter sur l’attribution des lettres à Pierre de la Vigne. Il reste possible d’imaginer que Nicolas s’est effacé derrière la figure de son maître par respect, ou a machiavéliquement décidé de faire passer à la postérité ses propres créations en les couvrant de son autorité. Mais peut-être l’alchimie complexe d’une telle opération, qui a certainement représenté pour lui un engagement professionnel et affectif tout particulier, si, comme on le postule, il travaillait au prototype des premières versions des Lettres dans la décennie 1260, voire à la fin de la décennie 1250, dans le cadre de son enseignement de rhétorique, suppose-telle en fait une démarche affective plus complexe où l’amour pour le maître défunt se serait indissociablement mêlé à un complexe de frustration sublimé dans la création de cette summa qui lui permettrait de partager, post mortem, la gloire que Pierre lui avait promise de son vivant, mais que sa chute, rapidement suivie par la mort de Frédéric II, avait remise en question ?

1.4.2. Un choix maîtrisé

  • 281 Cf. Thomas de Capoue au xiiie ou Jean de Neumarkt au xive siècle.

269Pour l’heure, l’analyse désincarnée des liens intertextuels multiples, de la structure interne mouvante et de la complexe élaboration de la plus célèbre des summe dictaminis du bas Moyen Âge a permis de montrer que son organisation finale dans sa forme la plus répandue correspondait en fait à un processus de création très maîtrisée et à certains égards typique du bas Moyen Âge281.

270À travers ce processus, un notaire (probablement prolongé dans ses efforts par plusieurs collègues ou héritiers, et lui-même héritier conscient de plusieurs grandes figures du notariat campanien) avait forgé un monument dont le caractère fonctionnel lié à son activité professionnelle – la summa se voulait dès le départ réutilisable à des fins de composition notariale, et l’a effectivement été pendant tout le reste du Moyen Âge – ne contredisait pas une fonction mémorielle beaucoup plus complexe et largement personnalisée, en partie analysable selon des catégories littéraires, en partie explicable en fonction de critères diplomatiques liés à l’exercice des fonctions de notaire royal.

271La complexité de la summa tient donc pour l’historien à un triple principe d’organisation qui correspond à trois modalités de production typiquement médiévales.

272Elle s’ouvre sur le champ quasi-illimité de l’écrit épistolaire tardo-médiéval par le biais des hybridations manuscrites, compénétrations volontaires ou involontaires des lettres, au niveau du manuscrit ou de la collection même, qui reflètent des modalités de circulation de l’écrit en partie différentes de celles de la période moderne.

273Elle résulte également du rapport différent – en quelque sorte plus sympathique qu’analytique – que des notaires-archivistes, mais aussi stylistes, entretenaient avec des objets documentaires qu’ils ressentaient visiblement à la fois comme autant de créations originales à conserver pour leur valeur esthétique exemplaire, mais aussi comme des précédents administratifs à réutiliser.

274Dans le classement de ces documents lors de la création des summe, une logique quasi-littéraire entrait donc en concurrence avec une logique plus archivistique, par rapprochement formel ou thématique. On se trouve là à la limite du recueil artistique et des archives officielles, ou plutôt dans un monument qui est à la fois un recueil d’archives et un recueil littéraire.

275Enfin, cette complexité est redevable à l’empreinte personnelle laissée par le principal responsable de la rédaction de la summa, un homme qui a apparemment choisi de se placer en retrait d’un recueil dont il n’est pas seulement l’auteur au sens médiéval de compilateur, mais dont il a rédigé une partie – difficilement quantifiable – dans une telle volonté de continuité administrative et littéraire avec son maître, que les frontières entre les activités des deux hommes sont devenues indiscernables.

276Ce faisant, il a brouillé les cartes de l’historien, et engendré un nombre considérable de confusions historiques entre les règnes de Frédéric et de Conrad IV, lesquelles continuent parfois d’exercer leurs effets. Mais il a aussi, pour qui se pénètre suffisamment de la logique de ces collections pour en saisir au moins partiellement le principe de fonctionnement, fait des Lettres de Pierre de la Vigne, comprises comme l’ensemble documentaire mouvant au centre duquel se trouve la collection classique, plus qu’une simple compilation historique, stylistique et littéraire : un témoignage vivant sur l’activité d’une chancellerie et les destins croisés de ses membres les plus en vue pendant une quarantaine d’années.

277Pour pouvoir aborder l’histoire de ce milieu, il est nécessaire de compléter cette première partie en forme d’introduction philologique en entamant le second et dernier stade de la présentation des Lettres. L’étude de la structure du recueil, cadre indispensable à la compréhension d’ensemble de la dynamique sociale des notaires gravitant autour des Lettres, doit être complétée par une présentation des techniques de composition des documents isolés – des lettres sans italiques – qui le composent. Car c’est dans chacune des lettres contenues dans les collections, et particulièrement la collection classique des Lettres, qu’à l’instar de la dynamique sociale d’ensemble contenue dans la structure de la collection-même, se découvrent des indices formels permettant, à travers leurs techniques, de reconstituer la culture rhétorique et administrative des notaires, prélude indispensable à une analyse du milieu social constitué par la chancellerie de Frédéric II et ses successeurs.

Notes

1 La distinction entre les deux genres n’est pas opérante dans l’optique de l’ars dictaminis : tous les documents contenus dans les collections sont rhétoriquement et structurellement assimilés à des lettres.

2 La littérature ancienne et moderne associe souvent le nom de Pierre de la Vigne à la fonction de chancelier du royaume de Sicile, qu’il n’a jamais détenue. Cette approximation déjà caractéristique de l’époque médiévale se retrouve à l’époque moderne, par exemple dans la vita Petri de Vineis ajoutée par Schard en introduction à l’édition de 1566, reprise dans l’édition Iselin p. 25* : vir doctrina, ingenio ac eloquentia, sua aetate, omnium scriptorum testimonio, praestantissimus fuit. Quare Fridericus ejus nominis secundus, eo cancellario electo, in rebus difficillimis atque gravissimis eius opera est usus.

3 Dante, Inferno, XIII, 16-109. Il s’agit d’un dialogue entre Dante et Pierre de la Vigne sous la direction de Virgile, qui est à la fois un pastiche du style aulique employé dans les Lettres et une justification post-mortem du chancelier pour s’être suicidé après son injuste condamnation par Frédéric II. Une analyse de ce passage très discuté au vingtième siècle, dans la tradition des études sur Dante, est proposée infra cinquième partie p. 825-830.

4 Cf. Schaller 2002, catalogue des manuscrits, qui comprend deux cent cinquante-quatre notices, mais dont une bonne centaine concernent des manuscrits contenant une ou quelques lettres également présentes dans les collections classiques des Lettres. Synthèse dans Delle Donne 2003 p. lxxiv-lxxv. On peut néanmoins supposer que la proportion de manuscrits conservés ne rend que faiblement compte de la diffusion de l’œuvre au bas Moyen Âge. Cf. sur ce point infra, cinquième partie p. 542-550.

5 Cf. l’introduction de Schaller à la réimpression anastatique de l’édition Iselin de 1740 (Schaller 1991), p. xiv-xvii : première édition partielle (premier livre de la collection classique) en 1529 à Haguenau ; première édition complète de la collection classique en six livres à Bâle en 1566, rééditée à Amberg en 1609. Édition améliorée par Rudolf Iselin à Bâle en 1740. Baluze en 1678 dans le premier livre de ses Miscellanea et les mauristes Edmond Martène et Ursin Durand en 1740 dans leur Veterum scriptorum et monumentorum collectio (second tome) éditèrent également une grande partie des lettres dont un certain nombre de lettres alors inédites non contenues dans la collection classique, mais sans se préoccuper de respecter la forme des collections médiévales dont ils extrayaient leurs matériaux.

6 Bibliographie complète des études sur Frédéric II jusqu’en 1984 dans Willemsen 1986. Pour la période suivante (jusqu’en 1999), cf. les bibliographies très complètes contenues dans Stürner 1992 et 2000, et pour la période 2001-2004 Federico II. Enciclopedia fridericiana, aux différents articles. Sur les problèmes liés à l’inflation des études sur Frédéric II et les renvois postérieurs à 2002, cf. Grévin 2004.

7 L’édition de la partie principale des lettres en rapport direct avec Frédéric II se trouve dans l’Historia diplomatica Friderici secundi de J.-L.-A. Huillard-Bréholles, terminée en 1861 (dorénavant HB), celle de la plus grande partie des lettres intéressant directement Pierre de la Vigne dans la Vie et correspondance de Pierre de la Vigne du même (Huillard-Bréholles 1865). Les lettres uniquement extraites des collections éditées dans cette source seront dorénavant signalées sous le sigle HBP. Compléments dans E. Winkelmann, Acta Imperii inedita saeculi xiii et seculi xiii et xiv, 2 t. (1880-1885, dorénavant Acta imperii inedita I et II). Régestes du règne de Frédéric II, de Conrad IV et Manfred dans J. F. Böhmer-J. Ficker-E. Winkelmann, Regesta imperii 5, 3 t., 1881-1901 (dorénavant BF), à compléter par les compléments et les corrections de Zinsmaier, id., Nachträge und Ergänzungen, 1983 (dorénavant Z, d’où éventuellement BFZ). Tables d’équivalences entre les lettres de Pierre de la Vigne dans l’ordre de la collection classique en six livres et les registres (ou à défaut l’édition de HBP), introduction de Schaller à la réimpression de l’édition Iselin des Lettres (Schaller 1991) p. xxvxxxi, à compléter par les tables d’équivalence données infra, p. 889-895. Sur le jugement très négatif du meilleur connaisseur des Lettres au xixe siècle concernant le principe de rassemblement de la collection, cf. Huillard-Bréholles 1865 p. vi-viii : « Au premier abord, le recueil de lettres publié sous le nom de Pierre de la Vigne, et dont toutes les éditions sont également fautives, pourrait sembler la source la plus abondante de documents à consulter. Et cependant on ne saurait rien rencontrer de plus maigre et de plus stérile (...) on doit aussi s’étonner de la persistance avec laquelle les auteurs des manuscrits, se copiant les uns les autres sans plus ample examen, ont attribué le tout au principal ministre de l’Empereur et se sont servis de son nom comme d’une étiquette pour faire valoir un mélange composé sans ordre, sans goût et sans discernement ».

8 Il n’est pas rare de retrouver des jugements négatifs sur ce style emphatique dans une littérature plus contemporaine. Cf. par exemple Jordan 1939, p. 252 : « [Les manifestes de Frédéric II] sont des modèles de ce qui passait alors pour le beau style officiel. Quand on a pris son parti d’un amphigouri insupportable au goût moderne, on ne peut leur refuser beaucoup de grandeur, de vigueur et d’habileté », à opposer à Kantorowicz 1987 (trad. du Friedrich II de 1929), p. 277 cité en introduction.

9 Sur la lettre et les collections de lettres au Moyen Âge, cf. Constable 1976 et Camargo 1991.

10 La fonction similaire des Varie et des Lettres de Pierre de la Vigne est corroborée par l’existence de cinq manuscrits du xive siècle contenant tout ou (plus souvent) partie des deux collections, Schaller 2002 no 48, no 127, 138, 172, 191,212.

11 Sur l’importance d’une conception cicéronienne de la rhétorique aux xie-xiiie siècles, cf. Ward 1995.

12 Sur l’ars dictaminis, cf. en particulier Patt 1978, Witt 1982, Sivo 1989, Camargo 1991, à compléter par Vulliez 2002, Turcan Verkerk 2003 et 2006. Sur la salutatio, cf. Delle Donne 2002.

13 Les traités théoriques sont tantôts appelés artes tantôt summe comme les recueils pratiques au centre de cette étude.

14 Le cursus est alors progressivement remplacé par l’emploi des clausules rythmiques imitées de la prose cicéronienne. Les deux systèmes ont toutefois pu cohabiter à différentes époques, notamment pendant l’antiquité tardive.

15 Cf. sur Pierre de Blois et ses lettres Cohn 1926, Southern 1938, Revell 1993.

16 Sur Thomas de Capoue et sa summa, cf. Heller 1929, Schaller 1965 et Delle Donne 2004, à compléter par Heller 1929 (édition de l’Ars dictandi). Dans la grande majorité des manuscrits qui contiennent la collection classique des lettres de Thomas de Capoue, celles-ci sont précédées par l’ars. C’est également le cas de la petite introduction en forme d’Ars dictandi qui précède la Summa de Richard de Pofi. Sur l’activité de ce dernier personnage, cf. Batzer 1910.

17 Somme plus tardive des dictamina du célèbre notaire et diplomate de la Curie romaine actif principalement entre 1250 et 1286 (mort en 1292/1293), pour lequel voir dorénavant Fleuchaus 1998.

18 Au xiiie siècle, l’examen des summe papales reste néanmoins un complément essentiel pour étudier les productions de la chancellerie et son fonctionnement administratif. On se reportera pour avoir une idée de leur importance au catalogue des Lettres de Bérard de Naples Fleuchaus 1998. Cf. également la tradition parallèle des manuscrits de lettres de Clément IV actuellement étudiée par Matthias Thumser (présentation dans Thumser 1995) qui en a mis en ligne une pré-édition sur le site du Geschichte-Friedrich-Meinecke-Institut : Epistole et dictamina Clementis pape quarti : www.friedrich-meinecke-institut.de/∼sekrethu/clemens/index.htm.

19 Édité par Carbonetti Venditelli 2002 à partir des photographies et des différentes transcriptions (dorénavant Il registro...). Cf. l’introduction complète de cet ouvrage récent pour l’histoire mouvementée de ce registre dont l’original a disparu en septembre 1943 avec l’ensemble des archives angevines de Naples au sein desquelles il était conservé.

20 Ce n’est par exemple sauf erreur le cas d’aucune pièce à destination de la France contenue dans les Lettres, alors que de très rares lettres de Frédéric sont conservées dans le Trésor des Chartes. Sur la proportion d’actes originaux conservés pour l’époque souabe en Italie du sud, cf. Kölzer 1984 p. 537. Elle serait d’à peu près un tiers. Mais le fait que la plupart des pièces incluses dans les collections des Lettres étaient des pièces d’apparat politiques a apparemment aggravé cette tendance et réduit le nombre de pièces conservées à un minimum. Voir néanmoins les quelques lettres à destination de l’Angleterre dont des copies sur originaux sont encore conservées dans les archives royales anglaises (Public record Office, Liber rubeus Scaccarii), par exemple PdV I, 36 (= BF 3 129, cf. Z p. 227, indiquant London, Public Record office, Liber rubeus Scaccarii, f. 172 174).

21 La logique de formation des grandes collections de dictamina du xiiie siècle participe à la fois de la collection littéraire et du formulaire administratif, ce qui explique le peu d’attention donné aux noms propres, souvent mais non toujours remplacés par des blancs, ou des initiales.

22 Le livre de Sommerlechner 1999 sur l’historiographie médiévale de Frédéric II, pourtant destiné à faire date, ne prend peut-être pas assez en compte l’importance du matériau constitué par les Lettres dans la rédaction de certaines chroniques, comme le Viridarium de Dietrich von Niheim ou la Chronique de Brabant d’Edmond de Dynter, puisant tous les deux largement dans les Lettres.

23 La lecture de la synthèse de Kantorowicz (Kantorowicz 1927, trad. française 1987) doit être complétée par le volume d’apparat critique paru en 1932 (Kantorowicz 1932). Elle représente un état de reconstruction rendu possible à l’issue des travaux du xixe siècle. Pour une bonne synthèse plus récente intégrant les modifications de détail successives à ces reconstitutions chronologiques et des renvois bibliographiques complets jusqu’en 1998, cf. Stürner 1992 et 2000.

24 Pour les travaux préparatoires en vue d’une édition dans les MGH depuis leur fondation, cf. Pertz 1824 et 1839. Ils connurent de nombreux aléas, culminant dans la disparition en 1945 de la quasi-totalité du matériel préparatoire (cf. Schaller 1993 p. 228-229). Pour un travail sur la collection dans une optique de reconstruction des formulaires de la chancellerie des derniers Souabes et de sa diffusion ultérieure en Allemagne, cf. Ladner 1933. L’étude la plus complète sur la naissance et l’organisation de la collection se trouve dans Schaller 1956 (réédité dans Schaller 1993, p. 223-270, auquel il sera seul fait mention dorénavant).
Catalogue des manuscrits des Lettres dans Schaller 2002.

25 Au sens restreint et stylistique du terme, et non pas au sens vaste et intéressant, mais quelque peu confus de rhétorique comme propagande symbolique dans tous ses aspects. Cela dit, le problème de confusion dans l’appréhension de la rhétorique du pouvoir tient surtout à un manque de précision dans la méthodologie. Cf. à ce sujet les nombreux éléments réunis dans le collectif Cammarosano 1993.

26 Le pluriel Vineis s’est imposé contre la forme originelle du nom, cf. Huillard-Bréholles 1865 p. 1-3.

27 Schaller 1993, p. 226. Les différences de titre reflètent les divers usages et perceptions de la summa, tantôt considérée sous l’angle historique (Summa de gestis Friderici...), tantôt sous celui du dictamen (Dictamina magistri Petri de Vineis).

28 Description des regroupements thématiques dans Schaller 1993, p. 231 et introduction à la réimpression des Lettres (Schaller 1991) p. ix-x.

29 Présentation de la collection classique dans Schaller 1993, p. 240-242. La datation des petits manuscrits en six livres est très variable. Le manuscrit de datation relativement assurée le plus ancien (avant 1318) est le manuscrit parisien BnF lat. 8 563, sur lequel cf. infra quatrième partie, p. 510-524.

30 Présentation de la grande collection en six livres et de son contenu dans Schaller 1993, p. 232-237. Les manuscrits les plus complets sont London, British Library, Add. 25 439 (Schaller 2002, no 100, p. 152-155) ; Biblioteca Apostolica Vaticana, Ottob. Lat. 1778 (Schaller 2002, no 44, p. 68-69), et Wolfenbüttel, Aug. 4o 13, 3 (Schaller 2002, no 234, p. 429-430), tous trois des premières années du xive siècle, suivis de près par le manuscrit Paris, BnF lat. 13 059 (Schaller 2002 no 173, p. 277-278).

31 Cf. Schaller 1993, p. 242-244. Les manuscrits sont London, British Library Cotton Vespasianus A. XI (Schaller 2002 no 106 p. 160-161) du début du xive siècle, München, Bayerische Staatsbibliothek, Clm 389 (Schaller 2002, no 121, p. 183-184) du xive siècle, Napoli, Biblioteca Nazionale XVI. A. 25 (Schaller 2002, no 140, p. 209-210), Biblioteca Apostolica Vaticana Vat. Lat. 5985 (Schaller 2002, no 55, p. 88-89) du xive siècle, et avec quelques lettres en plus München, Bayerische Staatsbibliothek Clm. lat. 14 439 (Schaller 2002, no 130, écrit en 1317) ; Sankt Florian, Stiftsbibliothek, XI 546 (Schaller 2002, no 195, p. 328-329) de la première moitié du xive siècle, et Sankt Gallen, Stadtbibliothek, Vadianische Sammlung 299 (Schaller 2002, no 329-331), écrit en 1303.

32 Sur cette collection, cf. Schaller 2002, p. 245-247. Les manuscrits sont Biblioteca Apostolica Vaticana, Ottob. Lat. 279 (Schaller 2002, no 40), quinzième siècle ; Wolfenbüttel, Herzog-August-Bibliothek, Helmst. 577, (Schaller 2002, no 236, p. 437-438) du début du xive siècle et Toledo, Biblioteca Capitular, 45-9 (Schaller 2002, no 204, p. 338-339), de l’extrême fin du xiiie siècle.

33 Schaller 1993, p. 242. 1318 est le terminus ante quem pour la création de la collection classique, dont le premier manuscrit daté (Paris, BnF lat. 8 563) a été composé par un clerc avignonnais, Gilles de Roquedur, à un moment indéterminé avant cette date (sur ce manuscrit et et les techniques de travail de Gilles, cf. infra, quatrième partie, p. 510). Cela n’exclut pas qu’elle ait déjà circulé sous cette forme auparavant. La lettre PdV I, 24 datant de juillet 1264 et présente dans toutes les collections sauf la petite collection en cinq livres est le terminus post quem, au moins pour trois des quatre collections, ce qui renforce a priori la probabilité que la collection ait été créée sous ses différents aspects après la chute de Manfred et la dispersion des notaires de sa chancellerie, sauf si la petite collection en cinq livres en est l’archétype.

34 Schaller 1993, p. 225-270 passim. Schaller indique la probabilité d’une origine relativement tardive, à la chancellerie papale, des collections en cinq livres d’une part, et de la collection classique d’autre part. Il constate que d’après l’organisation des premiers manuscrits contenant ces collections, ils semblent originaires de la Curie, datent des années 1300 et renferment aussi des collections de lettres papales du dernier tiers du xiiie siècle. D’autre part, la grande collection en six livres est mise en rapport avec l’université de Paris, parce qu’elle contient de nombreux documents en rapports avec la France. Il soutient l’hypothèse d’un archétype perdu, dont un catalogue de rubriques présent dans le manuscrit Roma, Biblioteca Vallicelliana, I. 29 de la fin du xiiie siècle, indiquant l’existence d’un exemplaire contenant, en plus des lettres de la collection classique, un nombre inhabituel de lettres généralement présentes uniquement dans la grande collection en six livres, ou dans la grande collection en cinq livres exclusivement, serait le reflet dégradé, et qui pourrait être à l’origine de l’ensemble des quatre collections. Sur les rapports d’autorité des collections entre elles, il reste prudent. On verra plus bas que la présentation du problème plus ramassée donnée dans l’introduction à l’édition Iselin (Schaller 1991), écrite trente ans plus tard, est légèrement différente, cf. infra p. 62 note 148.

35 Sur ces collections non ordonnées, cf. Schaller 1993 p. 251-262. Elles peuvent être issues du rassemblement par une personne ou une institution de lettres copiées sur les originaux auxquels elle avait accès, ou de la sélection de certaines lettres représentatives à partir d’une des quatre collections ordonnées ou d’un prototype non attesté. Le statut de l’un ou l’autre ensemble est très différent pour la reconstitution du texte original, puisque les collections créées à partir des originaux sont susceptibles de conserver un texte beaucoup moins lourdement altéré et d’offrir de meilleures leçons.

36 Sur ces collections, cf. ibid. p. 251-262 (‘Die ungeordneten Sammlungen’). Schaller 1993, p. 259-262 met particulièrement en relief l’importance d’un groupe de cinq manuscrits allemands : Berlin, Staatsbibliothek Preussischer Kulturbesitz, lat. fol. 188 (Schaller 2002, no 11, p. 16-22) ; Leipzig Universitätsbibliothek, 1268 (Schaller 2002, no 97, p. 144-150) ; Jena Universitätsbibliothek, El. phil. q. 1 (Schaller 2002, no 78, p. 121-124) ; Wien, Österreichische Nationalbibliothek 526 (Schaller 2002, no 220, p. 389-399) et Wroclaw (Pologne, anciennement Breslau), Biblioteca Uniwersytecka, IV. Fol. 102 (Schaller 2002, no 239, p. 441-444) qui ont tous pour origine une tradition pragoise remontant au règne d’Ottokar II. Ces manuscrits contiennent tous une minorité de lettres présentes dans les collections ordonnées des Lettres de Pierre de la Vigne, dans celles des Lettres de Thomas de Capoue, et (entre autres) des lettres en rapport avec Pierre de Prezza, chancelier de Conradin, originaire d’Italie du Sud, et d’autres notaires issus du milieu social des notaires de la chancellerie sicilienne et réfugiés en Allemagne après la chute de la maison de Souabe. D’autres collections parfois plus tardives (vers 1300/1310), parfois très anciennes (manuscrit Biblioteca Apostolica Vaticana Pal. Lat. 953, avec également des lettres de Thomas de Capoue), témoignent de la circulation autonome de certaines lettres PdV dans des collections répandues en Italie du Nord à la fin du xiiie siècle.

37 Comparer par exemple Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. Lat. 4 957 (Schaller 2002, no 53, p. 82-85, qui a la simple mention fol. 1 : Liber multarum epistularum, contenant nombre de lettres PdV des collections classiques, parmi d’autres lettres de Frédéric II et Conrad IV, et des lettres papales ou communales des années 1250-1266, avec le manuscrit Berlin, Staatsbibliothek Preussischer Kulturbesitz, lat. fol. 188 (= Schaller 2002 no 11 p. 16-22), qui a la mention fol. 1r : Incipiunt capitula prime partis dictaminum magistri Petri de Vineis excellentissimi dictatoris, mais contient en fait un montage fait de lettres PdV, de lettres centrées autour des activités de Pierre de Prezza et de lettres issues de la collection de Thomas de Capoue. C’est un cas extrême de fusion entre les collections. L’anthologie présentée dans le manuscrit Paris, BnF lat. 8630, (Schaller 2002, no 169, p. 272) rend mieux compte du procédé de création d’une collection par fusion des deux collections précédentes, puisque son incipit porte : Summa dictaminis composita a magistro Petro de Vineis et a magistro Thomasio Capuano cardinali (fol. 4r). Généralement, les collections de Lettres de Thomas de Capoue et de Lettres de Pierre de la Vigne contenues dans les mêmes manuscrits sont clairement individualisées par leurs incipit.

38 Il s’agit des manuscrits Berlin, Statsbibliothek Preussischer Kulturbesitz, Diez C 4o 47 (= Schaller 2002, no 13, p. 24-30) ; London, British Library, Royal 11. A. XII (= Schaller 2002, no 111, p. 166-169) ; Paris, BnF lat. 8 629 (= Schaller 2002, no 168, p. 265-271) ; Paris BnF lat. 14 172 (= Schaller 2002, no 174, p. 278-284) ; Praha, Národní Knihova České Republiky cod. 1553 (= Schaller 2002, no 185, p. 306-312). La collection présente au milieu d’un ensemble de lettres ou d’exordes anonymes ou non identifiés une minorité de lettres qui apparaissent dans les collections classiques des summe de Thomas de Capoue, de Pierre de la Vigne et de Richard de Pofi, ainsi qu’une des collections de lettres de Transmundus et le formulaire autrichien des années 1310 (équivalent à une summa) dit Baumgartenberger Formelbuch, pour les rapports duquel avec les Lettres cf. infra, cinquième partie p. 668. La confusion avec la somme des Lettres de Pierre de la Vigne, qui n’est pas complète puisque le titre Flores dictaminum Petri de Vineis est réservé à ces collections particulières, s’explique en partie par la présence de la lettre PdV I, 1 en début des formes de collections plus classiques et des Flores.

39 Pamphlet antipapal d’une grande efficacité, Collegerunt pontifices a été diffusé pendant tout le Moyen Âge, non seulement dans des manuscrits ordonnés de Lettres de Pierre de la Vigne, mais aussi dans des manuscrits sans grand rapport avec les Lettres. C’est en quelque sorte le plus petit dénominateur commun entre les manuscrits comptabilisés dans le catalogue Schaller 2002, puisque quand un manuscrit ne contient qu’une ou quelques lettres PdV présentes dans les collections classiques, Collegerunt pontifices en fait quasiment toujours partie. Voir par exemple le manuscrit pragois Praha, Národní Knihova České Republiky, Cod. 528 (= Schaller 2002, no 183, p. 298-305), qui ne contient dans une collection de lettres de dates variables incluant un certain nombre de lettres de la Summa ordonnée de Thomas de Capoue que la lettre PdV I, 1 Collegerunt et la lettre PdV IV, 1 Misericordia pii patris ; ou encore le manuscrit Praha, Národní Knihova České Republiky cod. 781 (= Schaller 2002, no 185, p. 305-306) qui ne contient des lettres de la collection classique que Collegerunt pontifices, PdV I, 2, I, 4, I, 17 et I, 31. Le choix de lettres très polémiques est ici à mettre en rapport avec la tonalité antipapale de ce manuscrit ayant appartenu à un docteur hussite. Cf. sur cette utilisation polémique des lettres en Allemagne et en Bohême aux xive et xve siècles, infra, cinquième partie p. 693-732.

40 Cf. le catalogage opéré en 1412 par Amplonius pour le manuscrit Pommersfelden, Gräflich Schönbornsche Bibliothek, 189 (= Schaller 2002, no 181, p. 290-297), collection analogue par son équilibre (un mélange de lettres de Thomas de Capoue, de lettres issues des collections de Transmundus et de lettres PdV noyées dans un ensemble de lettres d’origine incertaine) qui est qualifiée de volumen bonum, in quo continentur diverse epistole, quas egregius ille rethor Petrus de Vineis compilavit, antequam fieret cancellarius domini Friderici imperatoris.

41 C’est particulièrement vrai pour les manuscrits du groupe « bohémien » (généralement allemands, mais issus de manuscrits produits dans la seconde moitié du xiiie siècle en Bohême) contenant des lettres de Pierre de Prezza. Le manuscrit Paris, BnF lat. 8 567 utilisé ici comme pièce centrale pour l’attribution d’un rôle de premier plan à Nicolas de Rocca dans la création des collections classiques de Lettres PdV est également un de ces manuscrits « non-ordonnés ». C’est à dire qu’il ne contient qu’une fraction des lettres présentes dans la collection classique ou les trois autres collections ordonnées. L’importance de certains de ces manuscrits tient principalement au fait qu’ils témoignent de la possession par certains notaires directement liés à la chancellerie des derniers Hohenstaufen (de Frédéric II à Conradin) d’un fonds de lettres PdV, dont certaines se retrouvent dans leurs collections de lettres personnelles reflétées par collections. Pierre de Prezza, présent au siège de Parme en 1248 dans l’entourage impérial, avait été ensuite protonotaire de Conradin. Nicolas de Rocca, disciple de Pierre de la Vigne, avait été notaire de Frédéric II, de Conrad IV puis de Manfred.

42 Sur le choix des manuscrits inclus dans le catalogue, cf. les explications ibid. (Schaller 2002) p. v-vii.

43 Le Brief – und Memorialbuch a été récemment (Frenz-Herde 2000) édité dans son ensemble dans les MGH, avec un riche apparat critique.

44 Cf. Riedmann 2006, et en particulier son commentaire p. 144-146 sur l’éloignement de la tradition représentée par le manuscrit d’Innsbruck par rapport à celle des Lettres. Sur cette question, cf. infra p. 111-116.

45 Liste complète et commentaires infra, p. 112-113.

46 Pour ce terme et son emploi dans le contexte de la tradition des Lettres de Pierre de la Vigne, cf. immédiatement infra, p. 45-62.

47 Cf. infra p. 111-116.

48 Par exemple Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. Lat. 14 204 (= Schaller 2002, no 57, p. 90-92), un manuscrit de la fin du xiiie siècle comprenant une série non négligeable de lettres PdV, mais aussi un groupe de lettres de Frédéric II non publiées jusqu’à leur édition par Schaller 1963 (rééd. Schaller 1993, p. 328-368).

49 C’est néanmoins le cas de certaines des encycliques antipapales contenues dans le premier livre de la collection classique qui ont été conservées dans les archives, par exemple la célèbre encyclique de protestation contre la seconde excommunication Levate in circuitu (incluse dans la collection classique des Lettres comme PdV, I, 21), dont l’exemplaire destiné à l’archevêque de Salzbourg a été versé aux archives impériales de Vienne où il est conservé, cf. Constitutiones et Acta II, no 215, p. 290, introduction.

50 Le registre, dont le contenu avait été inclus dans l’Historia diplomatica de Huillard-Bréholles, a été récemment publié à partir de l’ensemble des témoignages subsistants dans Carbonetti Venditelli 2002. Sur les enseignements de ce registre sur le fonctionnement de la chancellerie vers 1239-1240, cf. infra troisième partie, p. 301-313 et les nouvelles analyses de Gleixner 2006, p. 492-493.

51 Les Excerpta massiliensia (Registrorum Fridericianorum excerpta massiliensia) sont conservés aux archives départementales de Marseille sous la cote B. 175. Ils ont été publiés avec une riche introduction dans l’ordre supposé de rédaction des documents originaux dont les copies avaient été conservées dans les registres dont ils semblent extraits dans Acta imperii inedita, I, p. 600-720 pour les actes du règne de Frédéric II qui y ont été recopiés, et p. 721-730 pour les documents particuliers connus sous le nom de formule magne curie. Les textes concernant l’organisation de la chancellerie, divisés entre une forma data et inventa per imperatorem [Frédéric II] ante deposicionem super expeditione peticionum [et] litterarum ac super ordinacione cancellarie, un Officium cancellarie sicut obtinuit per aliqua tempora attribué à l’époque de Manfred par Winkelmann et deux officia cancellarie d’époque angevine (1268, début du règne de Charles Ier d’Anjou et peut-être 1272), sont édités avec d’autres documents administratifs souabes issus de la même source, le registre de Marseille, archives départementales B. 269 (xive siècle), sous le titre générique de Statuta officiorum, ibid., p. 731-781 (p. 733-746 pour les quatre ordines cancellarie mentionnés).

52 Les lettres PdV de la collection classique issues d’un original registré dans les Excerpta massiliensia sont : PdV II, 38 (= Acta imperii inedita I, no 856, p. 656-657) ; PdV III, 64 (= Acta imperii inedita I, no 919 p. 693-694) ; PdV III, 14 (= Acta imperii inedita I, no 922, p. 700) ; PdV IV, 4 (= Acta imperii inedita I, no 931 p. 708).

53 Il n’est pas question de citer la surabondante bibliographie concernant les Constitutiones, dont la tradition manuscrite, d’édition et de commentaire forme à elle seule une sous-section considérable des études sur Frédéric II. L’édition de référence est désormais celle des MGH (Stürner 1996) à la bibliographie de laquelle il faut renvoyer pour la période antérieure à 1996. On peut néanmoins mentionner également les quatre volumes parus dans la collection Studien und Quellen zur Welt Kaiser Friedrichs II., no 2 : édition des Constitutiones latines par Hermann-Lieck-Buyen-Wagner 1973 ; no 2 Ergänzungsband I, édition de la tradition grecque des constitutions par Liek-Buyen 1978 ; no 2 Ergänzungsband II (registres), id. 1986 ; et surtout no 3 Die sizilische Gesetzgebung Kaiser Friedrichs II. Quellen der Constitutionen von Melfi und ihrer Novellen, publié par Dilcher 1975, avec analyse génétique de l’ensemble des constitutions.

54 La question est débattue par Stürner 1996, qui souligne p. 3-5 que Pierre de la Vigne, quoique déjà actif à la grande-cour à l’époque de rédaction initiale de la plus grande partie des lois, en 1231, ne saurait avoir eu un rôle prépondérant dans une rédaction qui aurait empêché la plupart de ses autres activités, alors qu’une lettre de Grégoire IX datée du 5 juillet 1231, adressée à l’archevêque Jacques de Capoue, membre éminent de l’entourage impérial, lui reprochait de s’impliquer dans la rédaction de cet ensemble de lois que la papauté réprouvait. Toutefois, les liens étroits entre les deux personnages documentés par leurs lettres orientent vers une collaboration, plutôt que l’attribution à l’un ou l’autre. Sur ce problème, cf. infra, troisième partie p. 343-357.

55 Sur la question du fonctionnement de la grande-cour de justice et de ses rapports avec la chancellerie, cf. Heupel 1940. La chancellerie et la grande-cour de justice sont deux composantes de la « grande-cour », magna curia, terme qui recouvre en gros l’ensemble des organismes de gestion du royaume et de ses extensions centralisés autour du souverain.

56 Il s’agit de trois constitutions contre les hérétiques, dont deux correspondent aux deux premières constitutions du premier livre des Constitutiones (Constitutiones I, 1 : De hereticis et Patarenis = PdV I, 26 ; Constitutiones I, 2 : De receptatoribus Patarenorum, credentibus et complicibus = PdV I, 27), qui font suite dans les collections de Lettres à une autre constitution impériale promulguée à Padoue en 1238 (PdV I, 25 : Commissi nobis) ; ainsi que d’une constitution (abrégée) sur le nombre des officiers et la durée de leur fonction (PdV V, 136). On peut d’ores et déjà faire remarquer que la place de cette dernière, en avant-dernière position dans le cinquième livre de la collection classique (et absente des trois autres collections), indique une inclusion tardive dans la formation de la collection. Elle correspond au préambule de la constitution I 95.1.

57 C’est tout particulièrement vrai pour la lettre PdV I, 3 de l’été 1245 (Etsi cause nostre justitiam), plaidoyer juridique pro-impérial qui réfute point par point, sur la forme et sur le fond, la sentence de déposition de Frédéric II promulguée dans les mêmes mois au concile de Lyon I par Innocent IV. Commentaire dans Baaken 1994, p. 531-579.

58 Bien qu’aucune de ces « formes » ne corresponde exactement à une des lettres PdV, le manuscrit Roma, Biblioteca Vallicelliana I. 29 contient une section de formulae imperialis curiae (fol. 43v-50r) qui permet d’esquisser une typologie des actes contenus dans le cinquième livre à partir des catégories judiciaires siciliennes du xiiie siècle (mandatum/inquisitio, citatio, commissio/pena, condemnatio).

59 Sur les liens stylistiques entre le langage des Constitutiones et celui des Lettres, cf. infra seconde partie p. 244-255.

60 Schaller 2002, p. 469-470.

61 C’est à ce titre que le manuscrit autographe de Richard de Bury intitulé Liber epistolaris quondam domini Ricardi de Bury episcopi Dunelmensis (Aberystwyth, The National Library of Wales, Brogyntyn 21) a été inclus dans le catalogue de Schaller 2002 (no 2 p. 3-8). Il contient un régeste de la lettre PdV III, 46, de la lettre PdV III, 45 (panégyrique de Pierre de la Vigne par Nicolas de Rocca), de la lettre PdV IV, 9 (lettre de consolation sur la mort du juriste Jacques Balduini) ; la lettre PdV III, 37 (début de la série du combat rhétorique amical, certamen, entre Jacques de Capoue et Pierre de la Vigne, Absit mihi domestica vinea), ainsi que trois lettres (dont une sous forme de régeste) contenues dans la grande collection en six livres et publiées par Huillard-Bréholles dans sa Vie et correspondance de Pierre de la Vigne (lettre HBP 94, 3, 42). L’autre grande collection de lettres dans laquelle Richard de Bury puise, d’ailleurs beaucoup plus abondamment, est la summa dictaminis de Thomas de Capoue.

62 Sur la collection de Marinus d’Eboli, cf. Schilmann 1929. Sur celle de Bérard de Naples, Fleuchaus 1998, sur celle de Richard de Pofi, Batzer 1910, et sur celle de Thomas de Capoue, Schaller 1965 et Delle Donne 2003. Sur les relations d’imitation formelle dans leurs agencements et les contacts entre ces sommes, voir en général Schaller 1993, et à présent Delle Donne 2004. Sur l’utilisation couplée des deux dernières avec les Lettres au xive siècle, cf. infra, cinquième partie, p. 606-607, 643-644, 698-699.

63 Analyse de ces collections dans Heathcote 1965.

64 Il s’agit de la lettre PdV II, 16 de la collection classique, puisque c’est une lettre de menace de Grégoire IX aux Milanais. Elle est datée dans BFZ 1896 de 1231, comme une lettre de Frédéric II. Mais la datation de 1226 contre laquelle est avancé l’argument que la collection classique des Lettres ne contient quasiment pas de lettres de cette époque n’est pas valable dans le cas d’une lettre provenant du livre de Thomas de Capoue, particulièrement si l’on tient compte du fait qu’elle apparaît dans la summa de Thomas à la suite d’autres lettres des années 1225-1228, notamment la célèbre lettre ThdC I, 1 Miranda tuis sensibus écrite par Honorius III peu avant sa mort à Frédéric II, et la date de 1226 est donc possible. PdV II, 16 correspond à ThdC I, 3 (summa de Thomas de Capoue).

65 Lettre PdV III, 19 de la collection classique. C’est un très court billet adressé par l’empereur à Thomas de Capoue pour le remercier d’un cheval offert en cadeau (Equum hispanum gratanter accepimus, ab experto probatum, quem tanto cariorem habemus, quanto gratiora sunt munera sacerdotum). Une lettre d’incipit semblable adressée par l’empereur au cardinal avec le même contenu est éditée à partir du manuscrit Roma, Biblioteca Vallicel. I. 29 f. 37 dans Acta imperii inedita I, no 353 p. 313 : F. magistro T. tituli sancte Sabine. Sub spe felicis augurii, cui eventum preteritorum nobis ratio suggerit, equum Yspanum grate recepimus, illam in eius sessione de publicis sacri imperii hostibus victoriam expectantes, quam de inimicis fidei nobis alius obtulit, quem misistis, dum in Syriam transiremus. Plena sunt namque miraculis, saltem quia rara mittuntur, exenia sacerdotum. Böhmer (BF 2 271) parle des deux billets comme des deux versions d’une même lettre, mais le contenu de la seconde incite à se demander si la première ne pourrait pas avoir été écrite à l’occasion de l’envoi d’un premier cheval, entre 1226 et 1228 (avant la croisade de Syrie). Ce billet serait alors une des rares lettres de la collection classique datable de la fin de la décennie 1220. Les lettres de Thomas de Capoue renferment d’autre part une assez abondante correspondance en rapport avec les prêts, cadeaux et restitutions de chevaux.

66 Il s’agit des lettres ThdC II, 7 ; ThdC VIII, 50 et ThdC VII, 107. cf. Schaller 1993 p. 232-233.

67 C’est non seulement le cas des Flores dictaminum Petri de Vineis mais aussi de collections anciennes incluant un nombre beaucoup plus notable de lettres PdV, comme le manuscrit Biblioteca Apostolica Vaticana Pal. Lat. 953 (seconde moitié du xiiie siècle). Sur ce manuscrit ancien, cf. Schaller 1993, p. 264-266, 279, 303 et 459. Il s’agit d’une collection de lettres qui semble en rapport avec le cardinal Rainier de Viterbe, légat anti-impérial actif dans les dernières années du règne de Frédéric II. C’est un des très rares manuscrits dont la qualité textuelle et l’ancienneté sont suffisantes pour faire penser à une compilation sur source puisant directement aux originaux, ou à un état très ancien de nos collections. Le mélange à ce stade précoce de lettres ThdC et PdV atteste l’étroite liaison entre les deux collections, soulignée tant par Schaller 1993, p. 251-262 que par Delle Donne 2003, p. lxxviii.

68 Le Somnium morale Pharaonis de Jean de Limoges (premières années du xiiie siècle, éd. Horvath 1932) apparaît dans dix-neuf manuscrits avant ou après une collection de Lettres. Cette fiction littéraire d’un échange de lettres entre Pharaon, ses officiers et Joseph était probablement considérée aux xiiie et xive siècle comme un modèle épistolaire valable, et sa réutilisation ultérieure comme modèle dans la correspondance diplomatique mériterait une étude. La célèbre collection les Lettres de Pierre de Blois, dont la tradition manuscrite ne le cède pas à celle de Pierre de la Vigne, s’est mélangée avec elle dans plusieurs manuscrits, au point que certaines des lettres de Pierre de la Vigne ont été incluses dans l’édition peu soignée de la Patrologie latine du xixe siècle comme des lettres de Pierre de Blois, cf. Petri Blesensis Epistolae, epist. CLXXIV (en fait PdV IV, 8) epist. CLXXV ad auditores grammatices (en fait PdV IV, 7) et epist. CLXXVI, ad juris civilis professores (en fait PdV IV, 9). Sur ces contaminations de lettres PdV issues de la tradition classique (auxquelles il faut ajouter une lettre de déploration sur la mort de Frédéric II, faussement datée de la mort de Frédéric Ier, epist. CLXII) cf. Cohn 1926. On voit qu’une collection d’origine plus ancienne peut être contaminée dans une partie de sa tradition par une collection d’origine plus récente, avec des conséquences historiographiques considérables. Vingt-huit manuscrits de toutes époques contenant la collection de lettres de Pierre de Blois renferment également les Lettres de Pierre de la Vigne, majoritairement sous forme d’une des quatre collections ordonnées. Le rapport entre la collection épistolaire de Pierre de Blois et les Lettres de Pierre de la Vigne est d’autant plus complexe qu’il est possible que Pierre de la Vigne et d’autres dictatores de la chancellerie impériale aient été eux-mêmes influencés par le style du maître franco-anglais, actif en Sicile en 1166-1168 (sur cette question cf. infra, seconde partie p. 148). Sur la Summa dictaminis de Richard de Pofi, actif à la chancellerie papale entre 1256 et c. 1270 cf. Batzer 1910. Sa summa apparaît à côté des Lettres de Pierre de la Vigne dans vingt-quatre manuscrits. Sur les réutilisations couplées de documents extraits de différentes sommes dans les chancelleries anglaise, française et impériale au xive siècle, cf. infra, cinquième partie, p. 606, 694.

69 Schaller 2002, no 36, p. 59-60, du début du xive siècle, comprenant fol. 1 100 la collection classique des Lettres de Pierre de la Vigne ; fol. 101-210 la Summa dictaminis de Richard de Pofi avec sa courte introduction théorique ; et fol. 211-266 l’Ars dictandi et la Summa dictaminis (incomplète vers la fin, par suite de la perte des derniers cahiers) de Thomas de Capoue. Les exemples de réutilisation conjointe dans les mêmes documents d’extraits de ces trois summe en France et en Allemagne au xive siècle analysés dans la cinquième partie montrent que ces manuscrits étaient organisés dans un but pratique, pour donner aux notaires de chancellerie les instruments de travail les plus adaptés à leurs besoins.

70 Quelques textes tirés des œuvres de Boncompagno apparaissent dans trois compilations contenant également certaines lettres présentes dans les collections classiques des Lettres de Pierre de la Vigne. Les hybridations avec des textes attribuables à Guido Faba ne sont pas plus spectaculaires, à l’exception d’un manuscrit contenant une véritable collection de Lettres à la suite (entre autres) de la Summa dictaminis de Guido Faba et de celle de Thomas de Capoue (Brescia, Biblioteca Queriniana E. II. 8 = Schaller 2002, no 26, p. 42-43). Ces summe nord-italiennes conçues pour un public et dans des perspectives différentes des collections de lettres papales ou impériales ne circulent donc pas vraiment dans les mêmes milieux (si l’on suppose que la confection de ces manuscrits correspond à une demande précise) et ne correspondent sans doute pas exactement aux mêmes besoins. Quelques manuscrits contiennent également les traités de Laurent d’Aquilée (actif dans la seconde moitié du xiiie siècle, cf. Vulliez 2001).

71 L’écrivain humaniste faisait profession de mépriser le dictamen, cf. Witt 2000 p. 266 citant Rerum Fam. XIII.5, où Pétrarque décrit l’inaptitude de la Curie, infatuée d’ars dictaminis, à comprendre son style.

72 Il s’agit principalement du groupe de sommes autrichiennes des années 1290-1320 dont la plus célèbre est le Baumgartenberger Formelbuch, et de formulaires de chancellerie bohémiens de la seconde moitié du xive siècle. La prise en compte de l’ensemble de ces manuscrits contenant quelques modèles directement empruntés aux lettres aurait augmenté le nombre de manuscrits présents dans le catalogue de Schaller d’au moins une cinquantaine d’entrées (cf. Schaller 2002, introduction p. vi). L’établissement d’une barrière entre les manuscrits ne correspondant pas à ces différentes collections de formulaires germaniques et contenant une ou plusieurs lettres PdV isolées, lesquels sont comptabilisés dans le catalogue, et les manuscrits contenant ces formulaires mais incluant un certain nombre des mêmes lettres, réduites à l’état de modèle mais parfaitement identiques sur le plan formel à leurs originaux des sommes de Pierre de la Vigne, illustre néanmoins le caractère insatisfaisant de toute tentative de catalogage exhaustif d’une collection ouverte sur d’autres collections.

73 Sur cette chronique couvrant l’ensemble du règne de Frédéric II et ses rapports avec les Lettres PdV, cf. infra quatrième partie, p. 473-499.

74 Sur Richard de San Germano, cf. la préface (en fait postface) à l’édition de Garufi 1937 (Ryccardi de Sancto Germano, Chronica), p. iii-xxxiii. Le chroniqueur meurt en 1242. Il enregistre dans sa chronique la première période de la lettre de Frédéric II à saint Louis de juin 1241, Perfecte sollicitudinis zelus, trentième du premier livre (PdV I, 30) dans la collection classique, et le contenu intégral de la célèbre première lettre du quatrième livre (PdV IV, 1) de Frédéric II aux prélats du royaume, sur la mort de son fils rebelle Henri (VII), en février 1242 : Misericordia pii patris.

75 Voir par exemple le traitement des quatre lettres en rapport avec le studium de Naples du troisième livre (10, 11, 12, 13), dont une seule appartient au règne de Frédéric II, et les trois autres à celui de Conrad et Manfred (Delle Donne 1993a). Elles furent toutes quatre considérées comme datant du règne de Frédéric II et contribuèrent à créer et entretenir la confusion sur l’histoire des premières années du studium de Naples, comme le montrent les commentaires donnés par l’historien d’époque moderne Pietro Giannone, dans le second tome de son Istoria civile del regno di Napoli (Giannone 1766), p. 299-300.

76 Référence supra p. 32 note 43.

77 Comme dans mainte collection épistolaire médiévale, le statut de fiction littéraire de certaines lettres du recueil devrait sans doute être posé. C’est par exemple le cas des deux billets menaçants échangés entre le sultan du Caire ou de Konya et Frédéric II, et rubriqués dans la collection classique sous les numéros II, 18 et 19, dont on peut se demander s’ils ne sont pas de purs exercices de style.

78 J’emploie ‘autorité’ pour indiquer que la recherche d’un auteur des Lettres ne se limite pas à celle d’un responsable dans la rédaction des documents ou la compilation de la collection, mais inclut une réflexion sur l’autorité légitimante associée à la constitution du recueil, dans le sens médiéval d’auctoritas, récemment précisé par le colloque de l’université de Saint-Quentin-en-Yvelines (Zimmermann 2001).

79 Cf. Schaller 1991 (introduction à la réimpression anastatique de l’édition des Lettres de 1740), p. x.

80 Cf. Schaller 2002, no 196, p. 329-330, écrit par Nicolas Campellensis de Fractis, scriptor papal.

81 Paris, BnF lat. 4 042 = Schaller 2002, no 155, p. 233. Mise en rapport avec la Curie par Schaller 1993, p. 236. Sa description montre que seule la première partie du manuscrit, contenant la summa de Thomas de Capoue a été terminée en 1294. Entre cette somme et la collection de lettres en six livres, s’intercale fol. 128v une lettre de l’évêque de Laon à Boniface VIII datée de 1295, ce qui prouve que la collection des Lettres a été ajoutée probablement quelques années plus tard à la première partie du recueil, et peut-être précisément après la parution du Liber sextus.

82 Paris, BnF lat. 8 563 = Schaller 2002, no 158, p. 237-238. Sur ce manuscrit, cf. infra, quatrième partie p. 510. Gleixner 2006, qui a pour objet l’étude de la chancellerie entre 1226 et 1236, fait remarquer à plusieurs reprises à quel point l’activité de Pierre de la Vigne, notable dans le registre de 1239/1240 et écrasante à partir de 1243, est encore peu saisissable dans la décennie qui l’occupe. Il est de fait remarquable que sauf rarissime exception, les lettres contenues dans la collection classique ne remontent pas dans le temps au delà de 1236-1238, avec la correspondance entre Pierre et Jacques de Capoue, les comptes-rendus des premières victoires sur la ligue lombarde, et certaines lettres politiques importantes concernant l’Allemagne.

83 L’édition Iselin en présente trente-neuf, mais les lettres trente-cinq à trente-neuf ont été ajoutées à la fin du premier livre par le premier éditeur de la collection classique des Lettres, Schard, à partir de différents manuscrits ou d’une collection classique légèrement modifiée dont on n’a pas retrouvé de manuscrit. Cf. sur ce point et pour l’analyse de ces lettres Schaller 1991 (introduction à l’édition Iselin), introduction p. xix-xx.

84 Huillard-Bréholles 1865, p. 18-65.

85 Si l’on excepte un court billet envoyé par un sultan, qui fait lui aussi partie d’un dyptique, inclus dans le second livre de la collection (PdV 17, 18). Analyse de cette pièce infra, seconde partie p. 168-169.

86 Cf. Schaller 2002, no 71, p. 108-116. Il s’agit du manuscrit Firenze Biblioteca Nazionale Centrale, Fondo Landau Finaly 17, datant de la seconde moitié du xiiie siècle, collection non ordonnée contenant un certain nombre de lettres PdV. C’est la seule collection ancienne contenant cette lettre (PdV I, 35, numéro 9 de la collection). Les deux autres manuscrits (Schaller, no 202, p. 336-337 et no 235, p. 339) sont du xve siècle.

87 L’idée de Frédéric II était de s’ériger en protecteur de l’orthodoxie religieuse en Lombardie, dans le but apparent de se concilier la papauté (cf. Stürner 2000 p. 466), mais aussi, comme le montre la propagande impériale après la seconde excommunication, pour pouvoir souligner la perversité du soutien accordé par Grégoire IX à la commune milanaise et autres foyers supposés d’hérétiques lombards.

88 Dans le cas des lettres PdV I, 6 et 7 (Cum sit Christus ; Cum Roma sit) et PdV 18 et 19 (Satis nos pungit ; Pungitive nos angit), il est difficile de savoir si elles étaient liées dans une première classification à cause de leur incipit ou de leur dates d’expéditions voisines. C’est certainement leur rédaction concomitante, peut-être par le même notaire, qui a motivé la similitude des exordes, à moins que l’adoption d’exordes semblables pour des documents envoyés en même temps correspondît parfois à une sorte d’encodage administratif.

89 Des trois premières lettres du recueil, PdV I, 1 (Collegerunt pontifices) est un pamphlet antipapal particulièrement long qui eut un retentissement considérable pendant tout le Moyen Âge (cf. cinquième partie, passim) ; PdV I, 2, Illos felices describit antiquitas est une lettre de 1246 dans laquelle Frédéric II incite les princes laïcs à rendre l’Église à sa pauvreté première qui eut un très grand écho dans les mois qui suivirent sa diffusion (cf. à ce sujet infra, quatrième partie p. 492) ; et PdV I, 3 : Etsi cause nostre justitiam est une très longue lettre de justification de l’empereur et de réfutation de la validité de la sentence de déposition de 1245, dont l’importance est également exceptionnelle.

90 L’une de ces lettres (PdV II, 3, adressée aux princes allemands) est nommément attribuée à Pierre de la Vigne dans les manuscrits. L’ensemble de ces lettres a par ailleurs fait l’objet d’une analyse rhétorique dans Shepard 1999, p. 174-183.

91 Sur ces événements, cf. Stürner 2000, p. 519-521. La cité de Viterbe, contrôlée par les forces pro-impériales, avait été retournée par les légats papaux. Les fidèles de l’empereur s’étaient trouvés assiégés dans le château, et n’avaient pu être délivrés par une armée de secours pourtant peu lointaine. La composition conclue entre les deux partis pour la reddition avait été bafouée par les Guelfes, provoquant la colère de Frédéric II. Un commentaire du point de vue de l’histoire de la communication et de la propagande papale se trouve dans Maire-Vigueur 1993. Si la plupart des lettres de ce dossier ne sont pas des exercices littéraires, ce qui n’est pas parfaitement sûr, il faut supposer que le parti des assiégés à Viterbe disposait d’un notaire particulièrement doué pour le dictamen, ce qui n’a rien d’invraisemblable. La rareté de la correspondance n’émanant pas de la chancellerie impériale dans les Lettres attire tout de même l’attention sur le statut particulier de ces documents.

92 Sur le long siège de Parme de l’été 1248 à la défaite des forces impériales à la suite d’une sortie des assiégés le 18 février 1249, cf. Stürner 2000, p. 571-577. Outre de nombreux morts, dont Taddée de Suessa et d’autres nobles (cf. les lettres de consolation du quatrième livre), l’empereur y perdit son trésor et le grand sceau du royaume de Sicile, ce qui motiva la rédaction de la lettre PdV II 41 (Etsi volatilis).

93 Sur cette rébellion qui fut militairement limitée, mais révéla la fragilité de la position de Frédéric II, puisqu’elle incluait plusieurs personnages importants de sa cour, cf. Stürner 2000, p. 555-564.

94 Sur Ezzelino da Romano, le tyran de la marche de Trévise, qui bâtit un solide pouvoir régional à l’ombre de l’empereur dont il était le principal lieutenant dans ces régions, cf. Stieve 1909, à compléter par Fasoli 1963, Cracco 1992 et le catalogue d’exposition (avec bibliographie complète) Ezzelini. Signori della Marca nel cuore dell’Impero di Federico II, 2001.

95 Sur le rôle politique dans l’administration du royaume d’Italie joué dans la décennie 1240-1250 par les deux fils illégitimes de l’empereur Frédéric d’Antioche et Enzio (Henricus), roi de Torres et Gallura, judicats de Sardaigne, cf. l’étude récente de Sperle 2001.

96 Conrad IV, roi des Romains, héritier du royaume de Sicile à la mort de Frédéric II en décembre 1250, se trouvait dans une position difficile en Allemagne du sud où il tentait de défendre le patrimoine familial de la maison de Souabe contre Guillaume de Hollande. Il se résolut en 1251 à prendre possession de son royaume héréditaire de Sicile, administré par Manfred, pour en faire la base de reconquête de son pouvoir en Allemagne et en Italie du Nord. Dans le royaume même, il dut soumettre les principales cités de Campanie qui n’admettaient pas sa légitimité. L’événement principal de la campagne fut le long siège de Naples, de juillet à octobre 1253. Conrad eut encore le temps de fonder la ville d’Aquila (cf. le privilège PdV VI, 9), et, désormais en possession paisible du royaume, d’organiser une expédition en Italie du Nord (février 1254). Mais déjà malade, il mourut le 21 mai 1254. Toutes les lettres de Conrad présentes dans la collection PdV datent de la période comprise entre février 1252 et septembre 1253. Cf. BF V/2 p. 826-845. La centaine de nouvelles lettres découvertes à Innsbruck permettra d’analyser beaucoup plus profondément l’histoire de ce court règne (cf. description sommaire du contenu des lettres dans Riedmann 2006).

97 Victoire du 2 décembre 1254 à Foggia sur Berthold et Otton de Hohenburg, ex-lieutenants de Conrad passés au service du pape, cf. BF V/2 p. 856-857.

98 Cette correspondance occupe également le milieu des collections en cinq livres, dans lesquelles le troisième et le quatrième livre de la collection classique sont confondus.

99 Sur ce concept de certamen rhétorique, combat oratoire pratiqué par des lettrés qui font assaut de virtuosité rhétorique dans une série des lettres, cf. Delle Donne 2003, introduction, p. xxvii-xvliii.

100 Ce duel rhétorique est analysé en détail infra, troisième partie p. 345.

101 Dans la nomenclature des manuscrits des Lettres, on parle plutôt de Laudes, un terme très connoté étant donné l’inspiration souvent paraliturgique de ces textes.

102 La correspondance nommément attribuée à Nicolas de Rocca, et à son neveu homonyme, chapelain du cardinal Simon de Monselice, essentiellement tirée du manuscrit Paris BnF lat. 8 567, a été récemment publiée par Fulvio delle Donne (Delle Donne 2003).

103 Sur cet ensemble et l’analyse des lettres datant de Frédéric II, cf. Delle Donne 1993a.

104 Modène, Rome, Avignon, Arezzo, Viterbe, Bergame.

105 PdV III, 66.

106 Sur l’institution des massarie développée pendant le règne de Frédéric II, cf. Stürner 2000, p. 222-231.

107 Un exemple de regroupement par dossiers est formé par la succession des trois lettres concernant les universités de Naples et de Salerne (PdV III, 10, 11, 12), auxquelles ont été associés une lettre de Manfred indiquant que l’interdiction d’enseigner en dehors de l’université de Naples ne concerne pas les écoles élémentaires (PdV III, 13) et un acte d’organisation des écoles de comptabilité pour la formation des magistri rationales (PdV III, 14), dans une claire logique thématique. Le groupe des lettres PdV III, 22-23-24, en revanche, est formé de trois documents émis en juin-juillet 1249, mais étroitement liés entre eux (deux lettres à Blanche de Castille et une à Saint Louis en rapport avec l’aide logistique proposée par Frédéric II pour la croisade). C’est un petit dossier chronologico-thématique.

108 Von Moos 1971. Sur ces lettres, voir également la notice de Delle Donne 1993b.

109 PdV IV, 1 : Misericordia pii patris. Une analyse rhétorique et idéologique de cette lettre et de ses implications pour le traitement idéologique de la rébellion à la cour de Frédéric II se trouve dans Broekmann 2005, p. 260-271.

110 Ce sont ces trois lettres en rapport avec la mort du grammairien Bene de Florence (PdV IV 7), du juriste Jacques Balduini (IV, 9) et du grammairien G./B (Gautier d’Ascoli ? IV, 8) qui ont été incluses dans certaines collections des lettres de Pierre de Blois.

111 PdV V 37 : sauf-conduit ; V, 49 : sauvegarde pour des marchands.

112 PdV V, 82 : lettre de créance pour Guillaume d’Ocra.

113 PdV V, 61, 62, 74.

114 Par exemple PdV V, 111 : ut capiantur forbanniti et in curia presententur.

115 Passim.

116 PdV V, 97.

117 PdV V, 116, sur les dérèglements dans un cloître de nonnes.

118 PdV V, 3 ; V, 4 (avec quelques doutes) V, 21 ; V, 22 ; V 129 ; V 130.

119 Les lettres de contenu trop vague qui peuvent être aussi bien datées du règne de Frédéric II que de celui de Conrad ou Manfred sont en revanche assez nombreuses (trente et une). Leur insertion dans des séries de lettres datables concernant en grande majorité Frédéric II rend néanmoins statistiquement assez improbable qu’une partie importante d’entre elles date d’après 1250.

120 PdV V, 114 : forma petitionis in approbata forma imperatori porrigenda.

121 PdV, 112 : forma exbannitionis. Dans ce cas précis, la rédaction de la lettre peut être ramenée à un contexte précis, en l’occurence la Toscane en 1246, sous la juridiction de Frédéric d’Antioche.

122 Exordes : PdV V, 73 ; PdV V, 75 ; PdV V, 76 ; conclusion de PdV V, 128.

123 PdV V, 1-28 : nominations, construction de pont, demande de captures, collecte d’une taxe de maritagium, protection spéciale pour la famille de Pierre de la Vigne, mandat exécutif pour forcer un père à pourvoir à l’armement de son fils...

124 PdV V, 29-68.

125 PdV V, 72-76.

126 Par exemple les regroupements de deux lettres en rapport avec des marchands, PdV V, 48 et 49 : concession de biens de bonne prise à des marchands pillés et sauf-conduit pour des marchands.

127 PdV V, 135, lettre de reproche de Frédéric II aux Romains sur leur inconstance politique. Il semble qu’elle ait été placée dans le cinquième livre parce qu’elle contient une accréditation. PdV V, 136 : une constitutio sur le nombre des officiers, dont la présence est peut-être due à l’importance des décisions de justice dans le cinquième livre. PdV V, 137 : un ordre de préparation militaire qui correspond plutôt au genre de lettres qui se trouvent dans le second livre.

128 Cf. note précédente.

129 Sur l’importance du sixième livre pour les notaires allemands, anglais et français du xive siècle en tant que modèle pour la rédaction d’actes solennels, cf. cinquième partie, passim, et particulièrement p. 583-625 (France).

130 Ces privilèges sont partiellement assimilables au genre français des lettres de rémission, dont les plus solennelles prendront au xive siècle ces textes du sixième livre comme modèles.

131 PdV VI, 4.

132 PdV VI, 17.

133 PdV VI, 26.

134 PdV VI, 12, 7, 33.

135 PdV VI, 30. C’est un acte très à part dans les Lettres, à la fois parce qu’il concerne un territoire très excentré, dont l’appartenance juridique au Saint Empire n’est pas alors clairement définie (il n’en fera finalement pas partie), et parce que l’acte daterait de 1224, ce qui en fait la pièce la plus ancienne de la collection classique. Le premier réflexe serait donc de se méfier de cette datation.

136 PdV VI, 32 : concessio officii notariatus ; PdV VI 22 : concessio officii capitanie et iustitiarie.

137 PdV VI, 24.

138 PdV VI, 18 (forme de grâce pour un condamné à mort) ; PdV I, 16 : littere dispensationis super defectu natalium.

139 PdV VI, 15 : Exordium super gratiis faciendis ; PdV VI, 27 ; PdV VI 28 ; PdV VI, 31.

140 Il s’agit de la lettre PdV III 84 = PdV V, 102. C’est une réponse à un capitaneus le félicitant pour ses services, et lui demandant d’agir avec prudence dans un affaire de captifs à transférer. Ce contenu rentre mieux dans la catégorie des lettres politiques parfois assez longues du troisième livre, mais la présence dans le cinquième livre peut sans doute être justifiée par le passage relatif à des prisonniers à transférer.

141 PdV II, 59 : Corda vestra, velut imperii, qui correspond en fait mot pour mot à PdV V, 108, à part l’incipit Vestrorum corda. Il se peut dans ce dernier cas que ce soit cette légère différence qui ait motivé le doublet par inadvertance, le copiste ayant cru qu’il s’agissait de deux lettres différentes sur la foi des incipit.

142 Ce schéma prend encore plus de relief dans les quelques manuscrits des deux collections en cinq livres, où le troisième et le quatrième livre n’en font qu’un.

143 Cf. Schaller 1993, p. 241-242.

144 Les lettres présentes dans la grande collection en six livres et éditées dans Huillard-Bréholles 1865 sont les suivantes : HBP 3 : Pierre de la Vigne à sa mère ; 4 : anonyme à Pierre de la Vigne ; 7 : Accurse à Pierre ; 8 ; Pierre au roi d’Angleterre en son nom propre ; 9 : Pierre à Henri de Morra ; 11 : Pierre à un anonyme ; 12 : Pierre au patriarche d’Aquilée ; 20 : questio sur la noblesse d’un anonyme à Pierre et Taddée de Suessa ; 21 : Richard de Montenero aux magistri rationales ; 23 : l’empereur à Pierre ; 24-25 : Angelo de la Vigne à son fils avec réponse ; 31 : Pierre de la Vigne à son frère ; 32 : Pierre à l’archevêque de Capoue ; 34 : le notaire Jean de Capoue sur la mort d’un disciple de Pierre ; 35-36 : questio de l’impératrice à Pierre sur la violette et la rose ; 38 : Pierre remercie le jeune Conrad pour un cadeau ; 39 : Pierre à Enzio ; 40 : Pierre à Henri de Morra ; 41 : Pierre à Taddée de Suessa ; 42 Taddée de Suessa à Pierre ; 43 : Pierre au juge Peregrino ; 44 : requête contre le juge Peregrino ; 45 Pierre à Roger de Amicis ; 46 : Pierre à Rodolphe de Poggibonsi ; 47 : Pierre à un fonctionnaire ; 48 : Pierre à un ami ; 49 : Pierre à l’évêque élu de Valence ; 50 : Pierre à Roffredo de Bénévent ; 51-52 : Théo-dore d’Antioche à Pierre et réponse ; 53 : Pierre à l’archevêque de Cologne ; 54 : l’archevêque de Naples à Pierre ; 55-56 : Pierre à l’archevêque de Messine et réponse ; 57 : l’archevêque de Messine à Pierre ; 58 : Pierre à l’archevêque de Palerme ; 59-62 : Pierre et Roger Porcastrella à l’archevêque de Bari ; 64 : Jacques de Capoue à Pierre ; 70 : Pierre de Capoue à Pierre ; 71-72 : Pierre à l’archevêque de Capoue et réponse ; 99 : attribuée à Pierre, consolation ; 100-102 : problèmes d’attribution. Huillard-Bréholles a de plus publié les lettres personnelles de Pierre de la Vigne également présentes dans les troisième et quatrième livres de la collection classique, par exemple le certamen entre Pierre et Jacques de Capoue, ainsi qu’une correspondance entre Pierre de la Vigne et Nicolas de Rocca notamment contenue dans le manuscrit Paris, BnF 8567, et rééditée avec d’importantes améliorations dans Delle Donne 2003.
Les textes rassemblés par Huillard-Bréholles comme pièces justificatives de la Vie et correspondance de Pierre de la Vigne correspondent en fait, à l’exception de quelques poèmes en langue vulgaire, à la plus grande partie des correspondances de notaires de la cour de Frédéric II contenues dans l’une ou l’autre des collections de lettres classiques qu’il n’a pas voulu faire entrer dans l’Historia diplomatica Friderici secundi à cause de leur caractère personnel (qui en rend la datation particulièrement délicate). La conception moderne, en partie justifiée par des différences typologiques (les lettres officielles ont une valeur juridique plus ou moins affirmée et généralement un caractère officiel à part les pamphlets officieux ; les lettres contenues dans HBP appartiennent essentiellement à une correspondance privée) d’une séparation entre le public et le privé engendre ainsi une coupure qui ne reflète pas l’organisation initiale des collections.

145 Les numéros ou successions de numéros à un ou deux chiffres après chiffre romain non précédés du sigle HBP sont ceux des lettres communes avec la collection classique, ceux précédés du sigle HBP renvoient aux éditions de la correspondance particulière de Pierre de la Vigne éditée par Huillard-Bréholles dans sa Vie et correspondance... ; les numéros à quatre ou cinq chiffres ceux de lettres officielles de Frédéric II propres à la grande collection en six livres, d’après leur inclusion dans les registres de Böhmer (BF) ; les incipit correspondent à des lettres inédites non répertoriées, le sigle ThdC à des lettres répertoriées dans la collection classique de Thomas de Capoue, le sigle JL aux Regesta Pontificum de Philipp Jaffé, le sigle MD aux Veterum scriptorum... collectio de Martène-Durand. Les principes d’abréviation (HB, HBP, BF, BFZ) sont ceux utilisés par Hans Martin Schaller dans ses études, et suivis par Fulvio delle Donne. Ils ont été gardés avec un minimum de modifications dans un souci de cohérence disciplinaire, cf. supra p. xi-xii, principes d’abréviations.

146 Cette lettre date de 1201, date d’inclusion exceptionnelle pour la collection. Peut-être a-t-elle été conservée parce qu’elle éveillait un intérêt particulier. C’est une lettre dans laquelle le jeune roi (Frédéric a alors huit ans) s’adresse aux rois et princes chrétiens pour se plaindre d’être le jouet de factions qui se partagent le pouvoir en Sicile. Son inclusion dans la collection au milieu d’une série de lettres beaucoup plus récentes jette néanmoins quelques doutes sur son authenticité, sur laquelle Huillard-Bréholles émettait déjà certaines réserves en 1852, cf. HB I/1 : p. 78 : Hanc epistolam, si modo authentica sit, ad hoc tempus (...) referendam arbitramur. Je ne trouve pas de critères stylistiques décisifs pour confirmer ou infirmer l’authenticité de cette pièce.

147 La lettre PdV II, 28 n’est pas présente dans la petite collection en cinq livres.

148 Schaller 1993, p. 266 (reprise de Schaller 1956). Schaller donne des hypothèses générales sur les lieux de rédaction des quatre collections (un milieu en rapport avec la France peu avant 1300 pour la grande collection en six livres ; la Curie à la même époque pour les trois autres), mais refuse de donner une hypothèse plus précise que l’existence d’un archétype, qui aurait servi de source commune pour la période 1264-1285, cruciale pour la formation des collections. Il précise sa pensée dans la préface à la réédition anastatique de l’édition Iselin des Lettres (Schaller 1991, p. xi-xiii), en indiquant une amplification par étapes : petite collection en cinq livres, grande collection en cinq livres, petite collection en six livres, grande collection en six livres.

149 Schaller 1993, p. 234. Sur la pecia, cf. Destrez 1935, et dernièrement le catalogue de Murano 2005, qui inclut trois manuscrits des Lettres de Pierre de la Vigne répertoriés dans Schaller 2002 : Le Mans, Bibl. Municipale, 19 (Schaller no 94) ; London, British Library, Addit. 25 439 (Schaller no 100) ; Biblioteca Apostolica Vaticana, Ottob. Lat. 1778 (Schaller no 44).

150 À cause de la datation de la première partie (ne contenant pas les Lettres de Pierre de la Vigne) du manuscrit Paris, BnF lat. 4042, cf. Schaller 2002 no 155 p. 233-234.

151 Schaller 1993, p. 234-238.

152 Ibid., p. 238. Pour Schaller, les pièces du registre de Jean de Caux concernant Frédéric II (édit. Langlois 1847, p. 794-811) sont trop variées pour pouvoir provenir des archives royales, mais les cinq pièces non destinées à la France qu’il donne en exemple ne paraissent pas très concluantes. Il s’agit du numéro 13 Fredericus principibus Alemannie contra ducem Austrie (= PdV III, 5), incluse dans une première rubrique qui n’a guère à voir avec Frédéric II, et ne saurait donc entrer en ligne de compte dans le raisonnement ; du no 252 (Fredericus universis cardinalibus de eodem), soit PdV I, 14 ou plus vraisemblablement PdV I, 31, qui a dû recevoir une large audience et certainement être diffusée dans le royaume de France ; no 253 (Quomodo Federicus constituit procuratorem ad appellandum a gravamine et iniquo processu pape, ut dicebat, primo ad Deum, secundum ad summum futurum pontificem et ad generalem synodum, ad principes Alemannie uni-versos et ad alios principes orbis), dont le seul titre indique suffisamment qu’elle a été également destinée au roi de France ; no 255 (Fredericus scribit regi Scotorum conquerendo de papa et ei significando processum habitum inter eos) ; une encyclique dont l’expédition au roi des Écossais a été mise en valeur parce qu’il représentait le royaume le plus éloigné de la Sicile, mais de portée plus générale ; no 268 (Fredericus regi Anglie sororio suo, ut non permittat collectam fieri in terra sua contra eum). On peut donc se demander dans quelle mesure ces pièces ne pouvaient pas avoir été prises directement des archives royales françaises plutôt que des collections de Lettres, même s’il est vrai qu’il est très possible que les collections de lettres PdV, sous une forme ou une autre, circulassent déjà en France vers 1285, puisque ce semble déjà être le cas en Espagne et en Italie respectivement en 1283 et 1282. Cf. à ce sujet cinquième partie, infra p. 786 et 861.

153 Schaller 1993, p. 243-244. Les manuscrits datés les plus anciens de la grande collection en cinq livres et de la collection classique, respectivement Sankt Gallen, Stadtbibliothek, Vadianische Sammlung 299 (Schaller 2002, no 196, p. 329-331) et Paris, BnF lat. 8563 (= Schaller 2002, no 158, p. 237-238), ont été tous deux écrits à la Curie, le premier en 1303 et le second avant 1318. Le manuscrit daté le plus ancien de la grande collection en six livres est Paris BnF lat. 4 042, (première partie écrite à Verceil en 1294), qui contient également la summa dictaminis de Thomas de Capoue.

154 Schaller 1993, p. 246-250 : il s’agit du manuscrit Roma, Biblioteca Vallicelliana I. 29, qui contient une collection en six livres assimilable à la collection classique mais de facture assez particulière (cf. ibid. p. 234-236), suivie au f. 60v par la rubrication d’une collection nommée R par Schaller, qui présentait apparemment un état intermédiaire entre la grande collection en six livres et la grande collection en cinq livres, tout en présentant des similitudes avec certains aspects de la collection classique (ibid. p. 247).

155 Schaller 1993, p. 262-268 : « Zum text der Petrus de Vinea-Briefe », notamment p. 265 : « Ein Stammbaum im Sinne der klassischen Editionstechnik lässt sich nicht herstellen... ».

156 Ibid., p. 264, et dans l’introduction à la réédition à l’identique de l’édition Iselin des Lettres de 1740 : p. xii : « Die fünfteiligen Sammlungen scheinen den besten Text zu haben. Man hat also wahrscheinlich als ersten Versuch die kleine fünfteilige Sammlung geschaffen ».

157 Archives en possession de la dynastie angevine ; sélections d’archives en possession d’ex-notaires de Conrad IV et Manfred et transmises par divers canaux à la Curie ; proto-collection à base de lettres de l’époque de Frédéric II et de Conrad IV (majoritairement 1225-1254) déjà réalisée pendant le règne de Manfred par certains de ses notaires.

158 PdV I, 24 de Manfred au pape (1264).

159 PdV II, 3 et PdV III, 45.

160 PdV IV, 1, datant de 1242, à la mort d’Henri (VII).

161 Ce sont principalement les pièces contenues dans la collection classique et éditées par Huillard-Bréholles à part de l’édition diplomatique dans Huillard-Bréholles 1865, soit les lettres PdV III, 2 ; III, 7 ; III, 39 ; 41 ; 44 ; 81 ; IV 8 ; 9 ; 11 ; 13, 14.

162 Cf. la lettre PdV III, 70, nommément attribuée au notaire Salvus et la lettre PdV IV, 7 nommément attribuée au maître de dictamen (enseignant au studium de Naples ?) Terrisius d’Atina dans le manuscrit dit du prince de Fitalia, aujourd’hui Palermo, Biblioteca della Società Siciliana per la Storia patria, ms. I. B. 25 (= Schaller 2002, no 151, p. 225-227), fol. 61. Sur ce dernier personnage, cf. Torraca 1911, qui lui attribue en plus d’une lettre et d’un poème métrique, une lettre et réponse parodique des courtisanes de Naples aux docteurs de l’université, avec peut-être quelques échos de la lettre et réponse de Frédéric II à Saint Louis (PdV I, 12, 13). Il faut compléter ces données par la réédition améliorée du poème rythmique par Schaller 1993, p. 85-101, puis par Delle Donne 2005, p. 134-137.

163 Cf. pour le premier livre BF 2 225, pour le second 2 292, 2 293, 2 282, pour le troisième 2 075, 2 297, sans préjuger de la datation des lettres HBP (lettres personnelles de Pierre de la Vigne éditées dans Huillard-Bréholles 1865) dont une bonne partie pourrait remonter aux années 1230. On remarquera néanmoins que dans ce groupe, la lettre la plus ancienne (BF 2 225) ne remonte qu’à 1235. Les quatre collections restent tendanciellement un reflet de l’activité de la chancellerie dans la dernière décennie du règne de Frédéric II.

164 PdV I 18, 19, 24, II 9, 17, 21, 23, 24, 25, 26, 27, 29, 30, 31, 32, 33, 34, 45, 46 ; III 3, 10, 12, 13, 14, 16, 20, 22, 23, 24, 27, 35, 47, 77, 78, 79, 82 ; IV 3 ; V 2, 3, 4, 20, 21, 22, 32, 103, 129, 130 ; VI 1, 2, 3, 4, 5, 6, 8, 9, 11, 13, 21, 23.

165 Cf. sur ce point supra, p. 39 note 64.

166 PdV I 12 de Louis IX à Frédéric II ; II, 16 de Thomas de Capoue à la commune de Milan ; II 19 du sultan de Konya à Frédéric II ; II, 53-56 : de Simon de Chieti, de Tineosus, chevalier de Viterbe, des habitants de Viterbe ; PdV II, 57-59 : d’un vicaire impérial ; III 37-38-40-42, de Jacques de Capoue à Pierre de la Vigne ; III 43, du chapitre de Capoue à Pierre ; III 45 de Nicolas de Rocca à Pierre ; IV 10, d’une veuve à Pierre ; V 111-112, de Frédéric d’Antioche.

167 Lettres attribuables à Frédéric, Conrad ou Manfred : PdV II 26 (Frédéric ou Conrad) ; II 28 ; III 6 ; 30, 31, 56, 58, 83, V 6-12 ; 17, 25-26 ; 28 ; 42-43 ; 45 ; 47 ; 51 ; 52 ; 61 ; 63-64 ; 66 ; 73-76 ; 78 ; 97-98 ; 107-108 ; 122 ; VI 10 (Frédéric ou Conrad) ; 22, 25.

168 Sur les doutes concernant la date d’entrée de Nicolas de Rocca à la chancellerie, cf. infra p. 75 et troisième partie p. 357-358.

169 Sur la bibliographie de Nicolas de Rocca, voir désormais l’introduction de Delle Donne 2003, p. xii-xxviii, qui complète et corrige les indications éparses dans Schaller 1993 et surtout dans Mayer 1996, II, p. 763-789. La principale correction porte sur la séparation entre la carrière de Nicolas de Rocca senior, notaire de Frédéric, Conrad et Manfred, et celle de son neveu homonyme, chapelain de Simon de Monselice, partiellement ou totalement confondus dans les travaux précédents. Il faut garder à l’esprit que, soit personnellement, soit par l’entremise de son neveu, Nicolas entretenait des liens étroits avec la Curie. Sur Jourdain de Terracina, cf. Sambin 1955.

170 PdV III, 45.

171 Schaller 1993 (rééd. de Schaller 1956), p. 258 et Schaller 1991, (introduction à la reproduction de l’édition Iselin) p. x, confondant la carrière de Nicolas de Rocca senior et de son neveu Nicolas junior. C’est ce dernier dont l’activité est attestée à la Curie à l’époque de l’installation de la dynastie angevine.

172 Delle Donne 2003, p. lxxx-lxxxii.

173 Le reste des documents contenus dans ce manuscrit, presque entièrement inédit jusqu’en 2006, est désormais intégralement publié dans Delle Donne 2007, qui contient toutes les pièces ne faisant pas partie de la correspondance de la famille de Rocca, laissées de côté dans l’édition Delle Donne 2003.

174 Cf. Schaller 2002, no 163, p. 241-262, avec bibliographie. Sur l’importance de ce manuscrit dans la tradition des lettres de Nicolas de Rocca senior/junior et de leurs correspondants, cf. Delle Donne 2003, introduction, passim. Les trois lettres de la collection classique nommément attribuées dans le manuscrit Paris, BnF 8567 lat. à Nicolas de Rocca sont PdV IV, 4, V, 21-22.

175 Pièces éditées dans Delle Donne 2003, p. 7-9 sous les no 2 et 3 (déjà éditées dans HBP, no 74, p. 370-72 et 75 p. 372-373).

176 Cf. Delle Donne 2003, introduction, passim. Le certamen entre Pierre de la Vigne et Nicolas de Rocca est édité ibid., no 16-23, p. 34-41. La correspondance ludique entre Jacques de Capoue et Pierre de la Vigne contenue dans le troisième livre de la collection classique est assimilable à ce genre. Cf. également le certamen entre Nicolas de Rocca junior et l’abbé Bernard du Mont-Cassin, éd. Delle Donne 2003 sub no 99-105, p. 116-126, ainsi que le certamen entre le notaire papal Jean de Capoue (probable frère d’un notaire de Frédéric II) et le cardinal Jourdain de Terracina édité par Sambin 1955. Pour une analyse du certamen entre Jacques de Capoue et Pierre de la Vigne, cf. infra, troisième partie p. 341-357.

177 Zinsmaier 1974 ; les actes sont Teulet 1863, t. II, p. 585 no 3 381 ; p. 641, no 3 562 ; p. 642, no 3563. Sur le problème de non-adéquation entre l’écriture de l’acte proprement dit et sa supervision-rédaction par le notaire responsable à la chancellerie, cf. désormais Gleixner 2006, p. 488-494. La comparaison est rendue possible par la préservation dans l’archive de Turin d’actes écrits par Nicolas sous la dictée de Pierre.

178 Delle Donne 2003, panégyrique no 15, correspondance, no 2, 3, 16-23.

179 Cf. infra p. 357-366.

180 Ce sont les seules lettres envoyées par Frédéric II à la chancellerie française dont les originaux sont conservés pour ces années (dans la mesure où les deux lettres BF 3 562 et 3 563, originellement destinées aux autorités de l’île de Sicile, ont été simultanément envoyées au roi de France qu’elles intéressaient au premier chef), les autres entrées dans l’index de Teulet 1863, II correspondant à des actes en rapport avec la Provence ou d’autres parties du royaume de Bourgogne, motivant la référence à l’autorité impériale où le nom de Frédéric II est mentionné dans le protocole, ou à une lettre de Frédéric à Avignon qui a dû rejoindre ultérieurement les archives françaises à partir de celles du comte de Toulouse. Toutes les lettres au roi de France des années 1240-1246 dont l’original permet de contrôler l’écriture seraient donc de la main de Nicolas de Rocca.

181 PdV IV, 4, dernièrement rééditée par Delle Donne 2003. La confusion dans Martène II col. 1217 nr. 99 sur l’attribution à Conrad provient sans doute du fait que la rubrique dans plusieurs manuscrits, dont le manuscrit Paris BnF 8 567, a rex, et non imperator. La présence d’une version de cette pièce dans le manuscrit d’Innsbruck nommément attribuée à Frédéric apporte une confirmation ultérieure, cf. Riedmann 2006, no 170, p. 193.

182 Ces actes, dont les originaux ou des copies anciennes dont le dispositif est conservé se trouvaient dans les archives de la maison de Savoie, ont été édités dans Acta imperi inedita I, p. 352-359. La majeure partie d’entre eux provient de l’Archivio di Stato de Turin (originaux), et concerne la maison de Savoie. L’acte no 415, concession de la province de Lunigiana à Pise, est recopié dans le livre des privilèges de Pise (Bologna, Biblioteca universitaria, ms. 2 385 fol. 33).

183 Acta inedita imperii I, no 415, p. 358-359.

184 Delle Donne 2003, no 7, p. 18-19, fin décembre 1250 : Regi Conrado Man fredus per Nicolaum de Rocca, de morte Friderici imperatoris. ‘Turbinis calicem’.

185 BF 4 621, 4 622, 4 623.

186 BF 4 598, éd. dans Italia sacra I, c. 1 144.

187 Manfred, maître de fait du royaume depuis 1254, attend quatre ans avant de se faire couronner roi de Sicile, à la faveur d’une rumeur sur la mort de l’héritier légitime Conradin. Des deux actes de 1259 BF 4 706 et 4 713, seul le second est repris dans Delle Donne 2003, parce que conservé dans le manuscrit Paris BnF 8 567 (Delle Donne 2003, no 33).

188 Ce qui rend impossible une vérification paléographique analogue à celle opérée par Zinsmaier sur les pièces attribuées par lui à la main de Nicolas.

189 Sur les difficultés d’attribution de la lettre PdV III, 8, cf. BF 3 207. Certains manuscrits en font une lettre de Conrad IV à Pierre Ruffo de Calabre, d’autres une lettre de Frédéric II à Ezzelino.

190 Sur le rôle politique de Frédéric d’Antioche, fils illégitime de Frédéric II, dans la dernière décennie du règne, cf. Sperle 2001. Frédéric d’Antioche est nommé vicaire général pour la Toscane, ab Amelia usque Cornetum et pour la Maremma, en février 1246.

191 Un exemple est fourni par la lettre PdV III, 25 (BF 14 762), lettre de louange de Frédéric ou Conrad aux Palermitains ou aux Pisans en relation avec une réparation faite pour la mort d’un secrétaire de Sicile. Elle est attribuée au règne de Frédéric II dans les registres. Toutefois, étant donné la quasi-absence de lettres antérieures à 1235 dans les quatre collections ordonnées, et l’encadrement de PdV III, 25 par des lettres de la décennie 1240 dans la collection classique, l’argument de la datation précoce à cause de la formule in predecessoribus nostris benevolentie plenitudinem invenisse recolitis qui ne serait pas caractéristique du règne de Conrad paraît faible. C’est un des exemples où la datation traditionnellement acceptée d’un acte à problèmes en fonction de critères internes pourrait être remise en cause par l’analyse de la structure de la collection.

192 Sur cette précoce entreprise d’histoire des diocèses italiens (Italia sacra) et son auteur, cf. « Ughelli, Ferdinando », Enciclopedia italiana di scienze, lettere ed arti, XXXIV, Roma, 1950, p. 612, (1595-1670).

193 L’acte est daté dans Böhmer de juin 1253 (in obsidione/depopulatione Neapolis), BF 4 598.

194 BF 4 601 : in obsidione Neapolis (août).

195 BF 4 602 (« Das Schreiben gehört danach wahrscheinlich in die Zeit der Belagerung von Neapel ») BF 6 403 id.

196 BF 4 605 : in obsidione Neapolis (septembre ?).

197 La prise de Naples intervient le 10 octobre 1253. Le privilège de rentrée en grâce (BF 4 606) intervient dans les jours suivants.

198 Italia sacra I, c. 1144-1145.

199 Version du ms. Paris BnF lat. 8 563, avec commentaire marginal : aliter supliciter (sic). Version Iselin 1740 (Schaller 1991, t. II, p. 157), suppliciter.

200 Sur cette question, cf. infra cinquième partie, avec exemples de réécritures à partir de mêmes formulaires (en l’occurrence les lettres du sixième livre) d’actes similaires par différents notaires français, toutefois tendanciellement spécialisés dans la rédaction de certains types d’actes. Par ailleurs, la part de responsabilité dans le dictamen de l’acte entre Gautier d’Ocra, sous la responsabilité duquel il est écrit, et Nicolas, ‘scriptor’, doit être discutée en fonction des remarques de Gleixner 2006, p. 488 et suivantes. Sur ce point, cf. également infra troisième partie p. 360 note 276.

201 Schaller 2002, no 97, p. 144-150, Leipzig, Universitätsbibliothek, 1268.

202 No 144, Quantum inter cetera cordis, édité par Delle Donne 2003, no 42, p.63 ; no145 : Cum inter tot et tanta, édité par Delle Donne 2003, no 43, p. 64.

203 Cette pièce, d’abord éditée par Huillard-Bréholles comme HBP no 74 a été rééditée de manière plus satisfaisante dans Delle Donne 2003, no 2, p. 7-9.

204 Sur ce document, édité dans Schaller 1957, p. 285-286, réédité avec améliorations dans Delle Donne 2003, p. 42-44, baptisé dans ces lignes « lettre des hiérarchies notariales angéliques », et d’importance fondamentale pour comprendre l’idéologie de la fonction notariale à la cour de Frédéric II et Conrad IV, cf. infra, troisième partie p. 326-330 présentation, traduction et commentaire.

205 Cf. sur cette question le livre à paraître de Sébastien Barret sur les préambules latins dans les actes royaux français, réélaboration de sa thèse de l’École des chartes. À la chancellerie française au milieu du xive siècle, la spécialisation des notaires est réelle mais relative. Le nombre probablement réduit de notaires à disposition de Conrad IV rend une spécialisation rigoureuse improbable, mais il augmente mécaniquement le pourcentage de chances que Nicolas de Rocca ait écrit les actes discutés.

206 Il ne saurait naturellement être question d’affirmer de manière positive que tous les documents de l’époque de Conrad IV contenus dans la collection classique sont isolément attribuables à Nicolas : on discute ici d’une probabilité d’ensemble, que d’autres éléments peuvent remettre en cause au niveau des documents individuels. Cf. par exemple la présence de trois documents attribués à Nicolas dans le ms. Paris BnF 8 567 et le manuscrit Leipzig Universitätsbibliothek 1268 dans la collection du notaire anonyme contenue dans le manuscrit universitaire d’Innsbruck décrit par Riedmann 2006 : PdV IV, 4 (Riedmann no 108), VI, 9 (Riedmann no 170) et exorde etsi prosequatur-gloriosum (série d’exordes entre Riedmann no 48 et no 49). Faut-il considérer que la présence de ces pièces dans cette collection d’un probable collègue de Nicolas entre 1250 et 1254 infirme leur attribution à Nicolas, ou qu’elle montre simplement que le compilateur initial de la collection d’Innsbruck a puisé aux mêmes dossiers ? Cela dépend également du type d’activité exercée par Nicolas dans la rédaction de ces documents (simple écriture ou dictamen). Sur les problèmes posés par la collection d’Innsbruck pour la reconstitution des premières étapes de la formation des Lettres, cf. infra p. 111-115.

207 Cf. par exemple Schaller 2002, p. 255, description du manuscrit Paris, BnF 8 567, fol. 77v : PdV III, 16, PdV III, 20 (1252), PdV II, 27 (novembre 1253), suivie de la lettre BF 4 626 (janvier 1254 de Conrad au roi d’Angleterre), de PdV IV, 3 (Cum post sedatos..., de Conrad à la duchesse de Bavière) ; de BF 4 631 (une des dernières lettres de Conrad, avril 1254), de PdV III, 8 (réputé de Frédéric II à Pierre de la Vigne en 1241, mais attribué à Conrad écrivant à Pierre de Calabre sur le siège de Naples par d’autres) et de PdV II, 32 (novembre 1253). La succession des lettres dans le manuscrit Paris, BnF lat. 8 567 renforce légèrement la probabilité que PdV III, 8 date du règne de Conrad IV et non de Frédéric II.

208 Sur les liens entre Nicolas de Rocca et Rodolphe de Poggibonsi, cf. Delle Donne 2003, p. 28, à propos de la lettre Delle Donne 2003, no 38, de Nicolas à un ami anonyme.

209 À Verceil, puis Pavie novembre-janvier 1248/49 : BF 3730 per Nicolaum de Rocca ; 3 731 per Raonem de Capua ; 3722 idem ; 3 735 per Rod. de Podiobonizo (per m. Nicolai de Brundusio) ; 3 736 per Nicolaum de Rocca ; 3 738 per Nicolaum de Rocca ; 3 739 per Nic. de Brundusio ; 3 740 per Nicolaum de Rocca ; 3 742 per Nicolaum de Rocca ; 3 743 per Nicolaum de Rocca ; 3 745 per Nicolaum de Rocca ; 3 746 per Nicolaum de Rocca ; 3748 per Johannem de Capua ; 3 752 per Joh. de Capua ; 3 753 Jacomus (sic) Thomatus imp. Not. scripsi (notaire de Pavie) ; 3 755 idem.

210 Il s’agit du privilège édité dans Acta imperii inedita I, no 415, p. 358-359 avec le commentaire « Aus dem Privilegienbuch von Pisa sec. XIV... Vgl. Die Schenkung der Garfagnana an Lucca H.-B. VI, 671, und die Benachrichtigung an König Heinrich Pet. De Vin. VI, 14 ». Dans Z, PdV VI, 15 est présenté p. 72 sous le numéro Z 489, avec le commentaire suivant : « (1248 ?) : Exordium eines Privilegs. Stärkere Ankänge im Exordium von BF. 3 745 für Lucca (1248 XII) ».

211 Edité dans HB VI, p. 670-671.

212 Leçon retenue par Iselin (Schaller 1991, p. 188) : irregularitate, à corriger ad sensum.

213 Stabilis pour habilis sera certainement une erreur de copie, puisque le privilège pour Lucques a été conservé par une copie tardive.

214 Cette forme pourrait être un modèle pour servir à la rédaction d’exordes plus longs selon la technique rhétorique de l’ampliatio, pour laquelle cf. infra, seconde partie p. 220. L’ampliatio et la reductio sont deux catégories de l’ars dictaminis qui aident à comprendre le lien entre la théorie et la pratique du dictamen, appliqué à la rédaction des actes. Sur ces techniques de rédaction et leur développement à partir des modèles issus des Lettres de Pierre de la Vigne à la chancellerie royale française au xive siècle, cf. infra, cinquième partie, p. 601.

215 L’utilisation du seul adjectif regius/um/a pour qualifier la dignité du mandant permet de classer automatiquement l’acte dans la période 1250-1266. Cf. par exemple le classement dans Z p. 96 no Z 658 de l’exorde PdV VI, 27, (1252-1266), en fonction de l’utilisation beaucoup plus vague du terme regum : Ut vota fidelium ad regum servitia et beneplacita principum animentur, vel augmententur, quia pia consueverunt liberalitate regnantes, justas eorum petitiones admittere, et ipsis manus munificas aperire.

216 Cf. Acta imperii inedita, p. 355 : no 411 : « Friedrich II. ernennt den Grafen Thomas von Savoyen zum Generalvikar von Pavia aufwärts. Vercelli 1248 nov ». Registré sous le numéro BF 3 732. Il s’agit d’une copie, et les noms du scriptor et de l’autorité qui supervise l’acte manquent.

217 25 juin 1239 = PdV V, 1= HB V, 357.

218 Cf. Constitutiones et acta, II, Friderici II constitutiones, no 266, p. 373-374 : promulgatio vicarii generalis per Tusciam et ab Amelia usque Cornetum.

219 Acta imperii inedita, I, no 400, p. 437-348 (= BF 3 707), compris dans les Excerpta Massiliensia : « Friedrich II. ernennt den grafen Meinhard von Görz zum Generakapitän im Herzogthum Steier (vor Parma 1248 Juni ?) ».

220 Constitutiones et acta II, no 273, p. 381-382 : Promulgatio legati generalis in Lombardia a Lambro superius, juin 1249, ainsi que Acta imperii inedita, II, p. 58, no 57.

221 ThdC III, 4.

222 Cf. BF 3 539 p. 631 (février 1246) : « ernennt einen Ungenanten zum Generalvicar (in der Lombardei von Pavia abwärts), ihm zugleich das Officium Presidatus übertragend. Ad extollenda – exprimatur. Petr. De Vin. 5, 1 – Da die Urkunde durchweg wörtlich mit der vorgehenden übereinstimmt (= nomination de Frédéric d’Antioche), aber ihr Inhalt auf das Vicariat von Pavia abwärts nicht passt, so scheint hier die Bestellungsurkunde Friedrichs von Antiochien unter willkürlicher Änderung der örtlichen Beziehungen wiedergegeben zu sein ». Le formulaire est toutefois quasi-identique à l’acte de 1246, et celui utilisé pour le comte Thomas de Savoie en novembre 1248 sensiblement plus court.

223 Il s’agit des lettres Pd III, 45, IV, 3, V, 4, V, 21, V, 22, VI 1, 6, 9.

224 Il s’agit de la lettre qui a été rangée par le rédacteur de la collection classique vers la fin du cinquième livre, alors qu’elle se trouvait déjà dans le second, sans doute parce qu’il a ajouté les pièces du cinquième livre à une collection initiale à partir d’un matériel différent, sans se rendre compte de la répétition. C’est un petit indice dans le sens d’une création des autres collections à partir d’une petite collection en cinq livres, qui ne comprend pas cette partie du cinquième livre.

225 La lettre PdV I, 10 (BF 3 509) est adressée par Frédéric II à Frédéric d’Antioche en 1245 d’après BF (même si dans la plupart des collections de Lettres elle est adressée au justitiario terre Laboris).

226 Comme le montre la lettre PdV IV 3, de consolation à Johannes Turdus pour la mort de son fils.

227 Il s’agit de la lettre du troisième livre sur la victoire de Cortenuova qui lui est nommément attribuée dans les manuscrits.

228 Cf. supra p. 67 en particulier note 162.

229 Sur l’ordre de succession des lettres, cf. la description du manuscrit dans Schaller 2002, no 163, p. 255, à compléter par Delle Donne 2007.

230 Principalement PdV I, 18 et 19, rédigées après la mort de Pierre, et PdV I 24 rédigée sous le règne de Manfred.

231 Principalement PdV II, 17, II 21-34, II 45-46. Les trois dernières lettres ne sont pas contenues dans les collections en cinq livres.

232 PdV VI, 1-6, 8-13 et 15, toutes contenues dans le cinquième livre des collections en cinq livres.

233 Ces deux exceptions correspondent aux lettres PdV III, 29 et PdV III, 34, datant de 1246 et 1245, dont à une époque où l’on suppose que Nicolas de Rocca était déjà en activité à la chancellerie.

234 Il s’agit de PdV III, 26, III, 27, III 33, 34, 36, 37 et 38.

235 BF 3 749 (= HB VI p. 683, décembre 1248) : « Friedrich verleiht seinem getreuen Ver. (B.) von Vercelli angegebene Häuser und Grundstücke, welche demselben von P. Bicchieri und den andern Rittern von Vercelli, welche mit der Vertheilung der Güter der Verräther von Vercelli unter die getreuen Bürger betraut waren, zugewiesen wurden ». Remuneratio subiectorum-valiturum etc.

236 Cf. régeste BF p. 655.

237 Cf. Schaller 1993 p. 243, description de la grande collection en cinq livres. L’une de ces pièces, Etsi prosequatur – gloriosum, est maintenant éditée dans Delle Donne 2003, no 41,

238 Inédits de la petite collection en cinq livres d’après le manuscrit Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. Lat. 5 985, fol. 98v, no 112 : Fredericus concedit gratiam capitaneo creandi iudicem et notarios In iurisdictione sua ; no 113 : fol. 98v-99r : Concessio tabellionatus facta per capitaneum auctoritate precendentium litterarum.

239 Sur cette pièce, cf. note précédente.

240 Les lettres du certamen entre Pierre de la Vigne et Jacques de Capoue se trouvent dans la collection classique aux no 37-42 du troisième livre, c’est-à-dire immédiatement après la fin du troisième livre de la petite collection en cinq livres, qui s’arrête au no 36 de la collection classique.

241 Cf. Schaller 1993 p. 261.

242 Cf. supra p. 67, en particulier note 162.

243 PdV II, 20, à l’infant de Castille ou au comte de Toulouse, sur la trahison de 1246, et qui peut donc avoir été écrite par Nicolas. Toutes les autres lettres datent d’après janvier 1249.

244 Avec de nombreuses exceptions, puisque PdV III, 3, 10, 12, 13 et 16 sont d’après janvier 1249.

245 Mais avec de nombreuses exceptions, puisque PdV III 21, 26, 29, 32-34 sont d’avant cette date.

246 Sur lequel cf. infra, troisième partie p. 364-365.

247 Sur cette partie du manuscrit, cf. Delle Donne 2003, introduction, p. 364-365.

248 Sur les liens entre Nicolas de Rocca senior et junior et les débuts de la transmission des Lettres, cf. infra, troisième partie, p. 377-383.

249 Les années 1245-1248 sont celles de l’activité en commun, où les deux hommes ont dû travailler ensemble à la rédaction de certains documents contenus dans les Lettres.

250 Cf. infra p. 357-370.

251 Regesta pontificum Romanorum, Potthast no 255.

252 Acta imperii inedita I, no 490 p. 409.

253 Imprimée dans HBP p. 342 no 43.

254 Pour BF 3 801 : « ...wahrscheinlich zu den letzten Regierungsjahren gehörend, da doch längere Zeit vergehen musste, bis die üblen Folgen des Gesetztes hervortraten ». BF 3 807 est rangé par BF dans les documents de datation précise impossible.

255 BF 4 629 : « meldet ballivis, iudicibus et universis hominibus, dass er dem D. E. das Officium advocationis in terris ipsis de Jerusalem verliehen habe und fordert sie auf demselben zu gehorchen, sobald ihnen per litteras instituti regminis kund werde, dass derselbe den Amtseid abgelegt habe. Notum facimus no bilitati – constituto. Marten col. 2, 1 189. – Einreihung unsicher ; nach dem Inhalte zu nr. 4 628 gestellt. (BF 4 628 = PdV VI, 4, élévation de Guillaume d’Ocra à la dignité de chancelier du royaume de Jérusalem) ».

256 Schaller 1993 p. 238-240.

257 Par exemple BF 3 590 = HB VI, 472, datant de novembre 1246. BF 3 366 = HB VI, 95, datant de juin 1243. BF 3 633 = HB 6, 554, datant de juin 1247, à comparer aux trois lettres en rapport avec la France conservées dans le Trésor des Chartes attribuées à la main de Nicolas par Zinsmaier.

258 Cf. supra p. 99-101.

259 La succession des lettres du cinquième livre de la collection classique PdV V, 103-137 existe déjà partiellement dans la grande collection en cinq livres (qui contient les lettres PdV V, 103-128), alors qu’elle n’est pas reprise dans la grande collection en six livres, qui contient en revanche les lettres PdV V, 135-137. Il faut donc que, tout en s’inspirant de la grande collection en six livres (dont elle reprend deux des trois lettres finales, PdV V, 136 et 137), la collection classique ait emprunté à la grande collection en cinq livres ou à sa source les lettres de la séquence PdV V, 103-134. Tout cela semble attester que les collections ont été créées dans un intervalle de temps réduit par un personnel multipliant les essais à partir de plusieurs prototypes.

260 Schaller 1993, p. 247-248 : « ... so erhebt sich die Frage, ob nicht den vier Grundformen der Petrus de Vinea-Sammlung eine einzige ursprüngliche Redaktion zugrundegelegen hat, die aus dem ungeordneten staufischen Kanzleimateriel selbst geschöpft hat.... Das alles erweckt den Eindruck, dass wir mit R (= les rubriques donnés par le manuscrit de la bibliothèque Vallicelliana) in die Nähe der Stelle gelangt sind, an der auf Grund des staufischen Kanzleimaterials an den ersten Petrus de Vinea-Redaktionen gearbeitet worden ist’... ».

261 Delle Donne 2003, introduction p. lxxxi. Sur Jourdain de Terracina, cf. Nüske 1974, p. 64-65 qui donne pour la date de sa mort 9 octobre 1268, alors que Delle Donne indique 1269.

262 Sur ces personnages cf. supra p. 31 note 41 et infra p. 370-404.

263 Sur cette tradition bohémienne et ses rapports avec la naissance des Lettres, cf. en particulier Schaller 1993, p. 259-262.

264 Il est difficile de se prononcer sur la motivation première du rassemblement des pièces en rapport avec la France, même si la diffusion des manuscrits de la grande collection en six livres à partir de l’université de Paris ou Orléans au début du xive siècle fait penser à un remaniement proprement français. Dans la décennie 1266-1280 et encore d’une certaine manière dans la décennie suivante, un intérêt particulier pour une thématique française pouvait déjà se manifester soit dans le royaume de Naples, sous Charles Ier, soit en France proprement dite (cour et milieu universitaire), soit à la Curie (en liaison avec les activités des cardinaux français nommés par Urbain IV, parmi lesquels Martin IV, pape de 1281 à 1285). On verra toutefois dans la cinquième partie qu’à la différence de la chancellerie française, la chancellerie napolitaine ne semble pas avoir privilégié l’imitation de la rhétorique souabe aussi lourdement qu’on pourrait le supposer, sinon dans certains secteurs peu spectaculaires, et pour des raisons de simple continuité administrative. L’hypothèse d’une diffusion en direction de la France à partir de la chancellerie papale serait corroborée par le colophon du manuscrit Paris, BnF lat. 4 042, terminé en 1294 par Antonius Sici de Verceil, regnante domino Celestino quinto primo, ce qui est pour Schaller une preuve qu’il a été rédigé à la Curie (Schaller 1993, p. 236 et Schaller 2002, no 155, p. 233-234). La grande collection en six livres « inventée » à la Curie aurait donc été diffusée en France dans un second temps. Mais la banalité d’une telle datation permet-elle d’en tirer une telle déduction ? Et d’autre part, ce colophon concerne la première partie du manuscrit, qui contient les lettres de Thomas de Capoue.

265 Cenni 2005 p. 53. Cf. sur cet inventaire infra, cinquième partie p. 555 note 44.

266 Schaller 1993 p. 258. Cf. également Delle Donne 2003 p. lxxxi.

267 Sur la mort de Nicolas senior, Delle Donne 2003 intro p. xviii ; sur celle de Nicolas junior, ibid., p. xx.

268 Analyse du document italien infra, cinquième partie p. 786, et du document castillan p. 861.

269 Analyse de cette réutilisation précoce d’un recueil des Lettres infra, cinquième partie p. 786-795.

270 Schaller 2002, no 46, p. 72-76.

271 Ce recueil serait du genre du ms. Biblioteca Apostolica Vaticana, Pal. Lat. 953, du treizième siècle (vers 1270 ?), qui contient un certain nombre de lettres PdV et ThdC avec des leçons excellentes, de nombreuses autres lettres en grande partie inédites, et parmi les lettres PdV, les lettres I, 1, I 2, et I 36 du premier livre, source d’inspiration du manifeste de Guido da Montefeltro. Sur ce problème de reconstitution du type du manuscrit utilisé par le notaire à partir de l’analyse de lettres postérieures utilisant clairement des modèles « vinéens », cf. infra, cinquième partie p. 794-795.

272 Schaller 1993, p. 254. Cette prudence est peut-être de mise en ce qui concerne le lancement officiel de la collection par son ou ses compilateurs, mais certainement pas si l’on envisage la réunion préalable des pièces qui y ont été incluses. La rédaction par lui-même de la collection officielle des lettres de Pierre de Blois montre par exemple qu’il a consciemment arrêté sa récolte à partir d’une certaine date, et refusé d’inclure des lettres personnelles du début du xiiie siècle. Si l’on admet que la collection officielle des Lettres a dû sa naissance à la réélaboration d’un dossier ou d’un ensemble de dossiers semi-privés, comme il a été postulé dans ces pages, le terminus ante quem de 1264, et surtout celui de 1258 pour la petite collection en cinq livres, peuvent être acceptés.

273 Sur cette vague d’émigration et ses principaux exposants, cf. infra, troisième partie, p. 370-417.

274 Riedmann 2006.

275 Riedmann 2006, p. 144-146.

276 Cf. supra p. 84 note 202.

277 Editée dans Delle Donne 2003, no 4, p. 12-14.

278 Cf. supra p. 84-85.

279 Sur cette lettre des notaires de Conrad IV invitant Nicolas de Rocca à reprendre sa place à la chancellerie, certainement en 1252, et fondamentale pour comprendre l’idéologie notariale à la cour de Frédéric II et Conrad IV, cf. infra troisième partie p. 326-330.

280 Parmi les manuscrits les plus anciens les plus proches de l’archétype postulé des Lettres, soit les deux manuscrits de la petite collection en cinq livres de la fin du xiiie siècle Schaller 2002, no 204, p. 338-339 (Toledo, Biblioteca Capitular, 45-9, de la fin du xiiie siècle) et no 236, p. 437-438 (Wolfenbüttel, Herzog-August-Bibliothek, Helmst. 577), le second a été endommagé et ne peut témoigner d’un titre choisi pour le recueil, mais le premier, qui est un des plus anciens dans l’absolu de toute la tradition manuscrite, s’intitule bien dictamina P. de Vineis de gestis Friderici imperatoris. Il semble qu’on puisse généralement retenir l’hypothèse que la collection a été diffusée dès les tout premiers stades de sa formation sous le nom de Pierre de la Vigne, hypothèse du reste confirmée par la place donnée aux compositions les plus sûrement attribuables au maître en évidence dans le premier livre et le début du second livre, quel que soit le sous-groupe de collection envisagé.

281 Cf. Thomas de Capoue au xiiie ou Jean de Neumarkt au xive siècle.

Table des illustrations

Titre Tableau 1L’ACTIVITÉ DE NICOLAS DE ROCCA EN TANT QUE NOTAIRE IMPÉRIAL ET ROYAL SOUS FRÉDÉRIC II, CONRAD IV ET MANFRED D’APRÈS LES REGESTA IMPERII
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/488/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/488/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/488/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Tableau 2LETTRES DE LA COLLECTION CLASSIQUE PRÉSENTES DANS LE MS. BNF LAT. 8567
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/488/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/488/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/488/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Tableau 3ACTES DE RENTRÉE EN GRÂCE DES CITÉS DE PENNA ET DE NAPLES
Légende Note198
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/488/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Note199
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/488/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Tableau 4UN EXORDE PRISÉ PAR LA CHANCELLERIE ET SES RÉUTILISATIONS
Légende Note212
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/488/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/488/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau 5LES SUCCESSIONS DE LETTRES DANS LA PETITE COLLECTION EN CINQ LIVRES
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/488/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Tableau 6LETTRES DE LA COLLECTION CLASSIQUES PRÉSENTES DANS LE MS. D’INNSBRUCK
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/488/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/488/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 174k

© Publications de l’École française de Rome, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540