Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rome et la Révolution française

 | 
Gérard Pelletier

Cinquième partie. La primauté, entre silence, martyre et triomphe? 1793-1799

Chapitre XX. Les tribulations pontificales, de l’armistice de Bologne à la mort de Pie VI a Valence

Texte intégral

  • 1 Du Teil, Rome, Naples et le directoire, Armistice et traités 1796-1797, Paris, 1902.
  • 2 G. Filippone, Le relazioni tra lo Stato Pontificio e la Francia rivoluzionaria, Storia diplomatica (...)
  • 3 P. Wittichen, « Briefe Consalvi’s aus den Jahren 1795/96 und 1798 », in Quellen und Forschungen au (...)

1En avançant dans la succession des événements, les recherches romaines permettent d’éclairer les ouvrages déjà existants et de scruter encore l’intérieur de la Curie et la façon dont Pie VI se trouve conseillé. Il doit être clairement dit que le but de ce chapitre n’est pas d’exposer à nouveau les recherches que d’autres historiens ont déjà accomplies. L’ouvrage de Du Teil présente l’intérêt de mettre en scène le synchronisme des développements diplomatiques entre Paris, Naples et Rome1 ; celui de Giuseppe Filippone a le mérite de se baser sur une analyse des archives de Rome, Madrid et Vienne2. Les articles de P. Wittigen et L. Pazstor3 nous livrent des éléments importants à travers la correspondance de Giuseppe Albani et d’Ercole Consalvi. Après un exposé des faits, nous dégagerons ce qu’il est possible d’interpréter de l’attitude de Pie VI face aux questions ecclésiastiques françaises, puis nous rendrons compte des mouvements d’opinions internes à la Curie.

LE DÉROULEMENT DES ÉVÉNEMENTS

De Bologne à Tolentino

  • 4 Sur le déroulement des événements durant cette période, on peut encore consulter : A. Sorel, L’Eur (...)
  • 5 G. Ricuperati, Il Piemonte sabaudo, stato e territori in età moderna, Storia d’Italia VIII/1, Turi (...)
  • 6 Charles-Emmanuel IV va succéder à Victor-Amédée III. Eduqué par Gerdil dans la piété et l’oppositi (...)

2Si, dès 1795, les Français avaient franchi les Alpes et inquiété l’Italie par des avancées sur la côte ligure, c’est l’année 1796 qui voit se concrétiser le danger : Bonaparte est nommé général en chef de l’armée d’Italie le 2 mars4. Le roi de Piémont-Sardaigne, Victor-Amédée III, refuse la paix proposée par les Thermidoriens, puis par le Directoire, dans le souci de maintenir les relations avec la Grande-Bretagne. Des négociations secrètes sont ainsi rompues, et les armées préparées sous les ordres des généraux Beaulieu et Colli5. Bonaparte compte 25 000 hommes, les Austro-sardes 70 000 ; or, Bonaparte bat les Autrichiens à Dego le 15 avril 1796, puis à Mondovi les 20 et 21 avril : la route de Turin est ouverte, et le conseil du roi demande une trêve. L’armistice de Cherasco est signé le 28 avril. Les Autrichiens auraient bien poursuivi le combat, mais la cour et le cardinal Costa optent pour la paix. L’alliance avec l’Autriche se révèle donc inefficace pour l’Italie. Le 9 mai, le duc de Parme signe à son tour un armistice avec Bonaparte. Le 10, la victoire de Lodi ouvre aux Français la route de Milan et contraint l’Autrichien Beaulieu à se réfugier dans la citadelle de Mantoue, vite prisonnier d’un siège interminable. Bonaparte entre à Milan le 15 mai, tandis que le roi de Piémont-Sardaigne signe la paix avec le Directoire et reconnaît la perte définitive de la Savoie et de Nice. Le Directoire avait ordonné à Bonaparte de marcher sur Livourne et Rome : il s’y refuse. Suivra la mort du cardinal Costa, le 16 mai, et celle du roi, le 16 octobre 17966.

  • 7 E. Comarin, La mort de Venise. Bonaparte et la cité des doges, 1796-1797, Paris, 1988 ; G. Cozzi, (...)
  • 8 Du 18 avril 1797. Voir DHRF, p. 663-664 (J. Suratteau).

3Le 27 mai 1796, la guerre touche désormais le territoire de la République de Venise7. Cet Etat, depuis le début de la Révolution, tente de maintenir une neutralité impossible entre la surveillance de l’Empire et les reproches français relatifs à l’accueil des émigrés, et principalement du comte de Provence à Vérone. Son expulsion a en effet été demandée officiellement en mars 1796. Après les préliminaires de Leoben8, la pression s’accentue : du 17 au 25 avril 1797, les Pâques véronaises voient une révolte antifrançaise réprimée par les troupes qui en fusillent les chefs.

  • 9 ASV, Arch. Nunz. Vienna, 115, f. 229, courrier du 14 mai 1796.

4Puisque le duché de Modène signe un armistice le 17 mai et que le royaume de Naples, trahissant son alliance avec les États pontificaux, signe un armistice le 5 juin et retire ses troupes, Pie VI est désormais seul face au général français qui ne cherche pas à l’abattre, mais à le soumettre. Sa proclamation du 23 mai est sans équivoque pour le pape : « ils ont assassiné nos ministres... l’heure de la vengeance a sonné ». Bonaparte sait encore utiliser la carte de l’affaire Bassville pour menacer. Pie VI, comme tous les ans au mois de mai, était parti faire sa visite d’inspection des travaux dans les Marais Pontins, à Terracine. Il rentre précipitamment le 13 mai devant l’accélération des événements9. Le 12 juin, les troupes entrent dans les légations de Bologne et Ferrare, contraignant le pape à la signature de l’armistice de Bologne le 23 juin 1796. La France s’arrête là, mais exige le versement de 21 millions de livres d’or, des objets d’art et manuscrits, le contrôle du port d’Ancône. Dans les mois qui suivent, Bonaparte et les Autrichiens se battent autour du siège de Mantoue, le général Wurmser tentant de débloquer la ville.

  • 10 Le général autrichien Colli avait été envoyé à Rome pour aider le pape : AAEESS, Stati Ecclesiasti (...)
  • 11 A. Sorel, op. cit., vol. V, p. 149 sv.
  • 12 G. Filippone, op. cit., vol. I, p. i.

5Le 18 août, l’Espagne a signé le traité de paix de Saint-Ildefonse avec la France. Le 4 octobre, elle déclare la guerre à la Grande-Bretagne : les réseaux d’alliances du Saint-Siège sont donc désormais inopérants, et les armées de l’Empire sont bloquées dans le nord de l’Italie, tandis qu’elles progressent sur le Rhin. Du 15 au 17 novembre, la bataille d’Arcole permet à la France d’assurer sa suprématie autour de Mantoue et contraint l’Autriche à la retraite10. Renforcé par les divisions de Bernadotte qui le rejoignent, Bonaparte écrase une nouvelle tentative autrichienne à Rivoli le 14 janvier 1797 : Mantoue capitule le 2 février. Bonaparte est alors libre d’aller plus loin dans l’assujettissement du pape : il le contraint à la signature du traité de Tolentino le 19 février11. Pie VI reconnaît la cession d’Avignon et du Comtat, l’indépendance de la République cispadane, et est contraint de verser 15 millions supplémentaires de tribut et d’œuvres d’art. Giuseppe Filippone fait remarquer que le traité de Tolentino, pour humiliant qu’il soit, marque le retour du Saint-Siège dans la diplomatie internationale12. Le pape a bel et bien traité en temps que chef d’État. Il n’est plus question de protection de l’Autriche pour elle-même : le 18 avril, les préliminaires de paix de Leoben marquent la victoire de Bonaparte par les armes, mais aussi par la diplomatie, puisqu’il a négocié avec l’Empire de son propre chef. La République cisalpine est proclamée à Milan le 9 juillet 1797. Désormais, pour le pape, la République est aux frontières, et il sait que les patriotes sont assez présents en Italie pour passer à l’action dès qu’ils le pourront.

De Rome à Florence

  • 13 AE, Rome, 921, f. 27, lettre datée du 12 thermidor an IV : « J’ai été présenté ce matin au Saint P (...)
  • 14 Les archives romaines gardent trace des convois de déménagement des œuvres d’art vers la France le (...)

6La mise en application du traité de Tolentino amène à Rome André-François Miot, puis François Cacault qui, après tant d’années d’attente à Florence, parvient au poste prévu dès 1793. Impressionné par la figure de Pie VI13, il met en application les clauses de déménagement des objets d’art, et se fait pressant pour recueillir les indemnités fixées14.

  • 15 Traité de Campoformio, 18 ctobre 1797. Voir DHRF, p. 185-186 (J. R. Suratteau).
  • 16 Voir J. Leflon, Pie VII, des abbayes bénédictines à la papauté, Paris, 1958, p. 422-437.
  • 17 Op. cit., p. 150.
  • 18 Après l’occupation de Rome, un journaliste français reprendra les éléments de l’affaire Bassville  (...)
  • 19 Louis Alexandre Berthier, 1753-1815. Voir DHRF, p. 111 (A. Crepin).
  • 20 Récit des événements en AAEESS, Stati Ecclesiastici, 22, f. 28-31. Le cardinal Antonelli également (...)
  • 21 M. Battaglini, « La nascità della Repubblica romana e le sue strutture provisorie », in Rassegne S (...)
  • 22 Baldassari raconte les choses comme témoin direct : Relazioni delle avversità e patimenti del glor (...)
  • 23 Des pamphlets hostiles au pape circulent dans Rome, par exemple Specchio del Governo e Popolo di R (...)

7La paix de Campoformio signée le 18 octobre15, Bonaparte ayant quitté l’Italie, la situation peut sembler calme pour le pape. Le 25 décembre, à Imola, le cardinal Chiaramonti prononce sa célèbre homélie sur la nécessité de la foi catholique pour mettre en œuvre les principes républicains16. Serait-on parvenu à une alliance de la République et de l’Église romaine ? Tout va basculer, pour la plus grande joie du Directoire encore foncièrement opposé à l’Église, au soir du 28 décembre 1797. Dans une émeute antijacobine et anti-française dans le quartier du palais Farnèse, le général Duphot, attaché d’ambassade, trouve la mort. Baldassari expose la version romaine des faits : Duphot était à la tête d’une révolte antipontificale. Pie VI, malade, apprit la chose en retard et tenta de retenir Joseph Bonaparte qui voulait quitter Rome, pour lui présenter des explications17. C’est une reprise de l’affaire Bassville !18 La Révellière-Lépeaux relance l’hostilité à la papauté : le 11 janvier, le général Berthier19 reçoit l’ordre de marcher sur Rome et d’en chasser le pape, et son représentant à Paris, le marquis Massimo, est mis en prison. Dans sa marche vers la capitale, Berthier est quelque peu attaqué par des bandes de paysans, mais la résistance armée ne peut tenir, même si, dans un sursaut, Braschi et Caleppi sont partis vers Naples pour demander de l’aide. Le 11 février, Berthier entre dans Rome20. Laissant faire la providence, Pie VI a refusé de fuir Rome pour ne pas abandonner son troupeau. Le général français est reçu par le cardinal Braschi qui lui remet les clefs du château Saint-Ange. Berthier déclare que le culte sera respecté puis fait arrêter les membres de la congrégation militaire, dont Consalvi et Barberi. Les Français s’installent au Quirinal ; sur ordre, le pape change la congrégation d’État. Le 15 février, les jacobins romains plantent un arbre de la liberté au Capitole et proclament « l’acte du peuple souverain » : une République dirigée par sept consuls (et par Berthier) est mise en place21. Le jour même, le général Cervoni tire Pie VI de sa sieste pour l’informer du nouvel ordre des choses et 500 soldats occupent la cour Saint-Damase. Ils sont remplacés le lendemain par des Français : le pape est désormais prisonnier, le palais est fouillé le 17 sous les ordres d’un Suisse réformé, Haller, banquier dans l’armée d’Italie, qui va jusqu’à prendre la boîte à biscuits du pape et à fouiller sa chambre22. Il lui dit qu’il doit quitter Rome par crainte d’une révolte populaire : le pape répond qu’il ne craint pas son peuple. Le soir, c’est au tour du secrétaire d’État d’insister auprès de Pie VI pour qu’il se réfugie en Toscane : après un long entretien, il accepte. Le dimanche 18, Mgr Passeri préside en violet un Te Deum demandé par les Français dans Saint-Pierre, qu’Antonelli a autorisé, la mort dans l’âme. Gerdil, Doria et Antonelli rendent une ultime visite au pape qui institue, selon leur demande, une congrégation de six cardinaux chefs d’ordre. Le 20 février, à deux heures avant l’aube, Pie VI quitte le Vatican, puis Rome. Le palais est pillé, il y a des troubles populaires dans les jours qui suivent23.

  • 24 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 23, pos. 101, f. 49v. Lettre autographe de Pie VI du 7 mars 1798.
  • 25 On attribue à la présence du pape des troubles populaires à Padoue : lettre de Ruffo à Odescalchi (...)

8Le transfert vers Sienne s’opère avec un pape malade et dans l’improvisation la plus complète. La première étape du voyage s’achève au couvent des Augustins de Sienne, le 25 février. Le nonce en Toscane, Mgr Odescalchi, vient le recevoir et ne le quittera plus durant son séjour dans le grand-duché. Mgr Spina dirige les affaires ; le duc Braschi est là, ainsi qu’un secrétaire, Mgr Caracciolo, un ex-jésuite professeur de lettres, Giuseppe Marotti chargé des brefs, et un médecin, Giuseppe De Rossi. Deux chambellans du grand-duc assistent aux audiences et savent donc tout. Le pape prend le temps de visiter la cathédrale et de faire un commentaire charmant : « è un tempio bellissimo, ancorchè Gottico »24. Il pense aussi à réorganiser sa cour et à faire des projets, ce qui révèle un optimisme étonnant ou un manque de conscience de la réalité, pour lui comme pour son entourage. Les frais du séjour sont pris en charge par les évêques espagnols. Paris pense un moment à un transfert en Sardaigne : cela afflige le pape qui ne veut plus voyager, et le grand duc, appuyé par l’Espagne, proteste officiellement de vouloir garder le Saint-Père. Le 26 mai, un tremblement de terre secoue Sienne et oblige à un transfert dans une maison de campagne à Segardi. De là, Pie VI rejoint la Chartreuse de Florence le 1er juin 1798. Le but du transfert est de le garder dans un lieu éloigné des foules25. Ferdinand III vient le rencontrer. Spina est ordonné archevêque de Corinthe par Lorenzana et devient intendant de la maison pontificale. Le duc Braschi a été prié de quitter le grand-duché. Pie VI ne tient plus debout et ne célèbre plus la messe. Vienne et Madrid négocient avec Paris pour recueillir le pape... Vienne veut en tous cas que les cardinaux rejoignent l’Empire pour un futur conclave sous sa protection. Paris reprend l’idée de la Sardaigne. Pie VI demande au Sacré-Collège de rejoindre Venise.

9Les troupes du roi de Naples prennent Rome le 27 novembre 1798 : la correspondance montre que l’on espère une montée des troupes pour libérer le pape, mais celui-ci reste distant et prudent. Rien ne se fait, les Français reprennent la ville le 23 janvier 1799. Suit l’affaire du serment à Rome entre le pape et Mgr Boni, laissé comme pro-vice-régent après le départ de Mgr Passeri. Le 19 décembre 1798, le roi de Sardaigne Charles-Emmanuel IV, abdicataire, passe à Florence avec son épouse et rencontre le souverain pontife. La France songe à les exiler tous trois en Sardaigne, mais les médecins de Florence attestent que la santé rend le transport impossible. Pie VI est saisi de tremblements convulsifs, de léthargie et de fièvre le 24 janvier 1799. Il reçoit le viatique, mais se remet à la mi-février. Le 18 mars, le chevalier Angiolini annonce de la part de Talleyrand que le pape doit être transféré, car la Toscane risque d’être envahie. Un contre-ordre arrive aussitôt, alors que Pie VI avait fait part de son acceptation pour la Sardaigne.

De Florence à Valence

  • 26 P. Baldassari, op. cit., p. 451 : « Pie VI n’eut pas la consolation d’embrasser ce docte et pieux (...)
  • 27 Ibid., p. 467.

10Le 10 mars 1799, le Directoire déclare la guerre à l’Espagne et au grand-duché : les Français entrent à Florence le 25 mars sous les ordres du général Gaultier. Le 28, Pie VI est monté dans un carrosse (il faut une demi-heure pour le charger à cause de sa paralysie) et quitte la Chartreuse de nuit. Le pape est parfois pris de délire. Il passe à Bologne le 30 mars, le 31 à Modène où Livizzani prépare son accueil, le 1er avril à Parme. Le 14, il faut repartir malgré l’état de santé alarmant et la pression des foules. Pourtant, Pie VI n’est gardé que par douze fantassins. Il croise Valenti Gonzaga à Borgo San Domino, passe à deux reprises à Plaisance selon les aléas des mouvements de troupes autrichiennes qui, au fond, auraient pu le délivrer à quelques kilomètres près. Tortone le 19 avril, Turin le 24 avril : là, refus des Français d’attendre, il faut aller à Grenoble. Un passage par San Michele della Chiusa pour voir Gerdil est refusé26. Suze le 26 avril, avec location d’une chaise à porteurs et de quelques mulets pour passer le col du Montgenèvre dans la neige, et arriver à Briançon le 30 avril « au milieu d’un peuple travaillé de longue main par les doctrines révolutionnaires, et dirigé par un clergé schismatique » commente Baldassari. Les prêtres accompagnant le pape sont en civil, selon les lois en vigueur. Le clergé jureur fait célébrer un Te Deum pour le pape ; le gardien de ce dernier est un faux monarchiste, espion du Directoire. Les foules sont écartées, Pie VI passe sa journée dans son deux-pièces, ne pouvant que prier dans les moments de lucidité. Les défaites autrichiennes sont fêtées par le chant de la Marseillaise sous ses propres fenêtres27.

  • 28 Ibid., p. 504.
  • 29 Pour un récit local des événements et la reproduction de documents : A. M. de Franclieu, Pie VI da (...)
  • 30 Ibid., p. 539-544.

11Survient pour le pape une nouvelle épreuve : sa suite est priée de partir pour Grenoble le 8 juin, le laissant seul avec son confesseur ; et encore, pour conserver ce dernier, faut-il une lettre de protestation. A Grenoble, le ministre espagnol Labrador, qui cherche le pape, leur remet de l’argent pour qu’ils aient de quoi vivre. Le 27 juin, Pie VI quitte Briançon pour Embrun, puis Savines, Gap, La Mure, et Grenoble le 6 juillet. L’évêque constitutionnel de Grenoble écrit au pape : la lettre est renvoyée sans ouverture, sur le motif que l’évêque est en émigration28. Après une période difficile, la santé du pape s’améliore légèrement, il peut recevoir quelques personnes. Le 10 juillet, départ de Grenoble pour Tullins, Saint-Marcellin, Romans (un « bourgeois philosophe » se convertit en voyant le pape), et Valence le 14, dans la citadelle. Le pape est officiellement en état d’arrestation, personne ne peut approcher le « ci-devant pape ». On a aménagé quelques pièces ; les traditions locales garderont le souvenir d’habitants de Valence se déguisant pour aller travailler à la citadelle29. Le comte de Labrador paye tout, mais Pie VI refuse à Spina des grâces demandées par la cour d’Espagne. Le Saint-Père demeure au lit, sauf une rémission le 15 août pour suivre la messe. Le Directoire veut un transfert vers Dijon, mais les médecins se succèdent... Il reçoit le viatique le 27 août de Spina et Caracciolo, l’extrême onction le 28 en déclarant pardonner à tous, et rend le dernier soupir dans la nuit du 29 au 30 août à 1 heure 20 du matin, après avoir donné trois fois la bénédiction30. Ainsi s’achevait ce qui fut alors le plus long pontificat de l’histoire, de 24 ans, 6 mois et 14 jours.

  • 31 L’évêque constitutionnel de Valence est depuis 1791 François Marbos (1739-1825), qui abandonne le (...)
  • 32 Pour une description de la cérémonie et des ornements : M. Gori-Sassoli, « Pio VI », in Corpus del (...)
  • 33 Le tombeau est toujours dans la chapelle de droite, dans le sol, quand on regarde la confession à (...)

12C’est seulement après le 18 Brumaire que Spina et ses compagnons purent quitter Valence, grâce à une rencontre avec Bonaparte lors de son retour d’Egypte. La bague de Pie VI fut remise à Pie VII à Venise ; les obsèques civiles du pape furent célébrées à Valence le 30 janvier 1800, Spina ayant refusé des obsèques constitutionnelles dans la cathédrale31. Les restes du corps seront rapportés à Rome le 17 février 180132 et déposés le plus près possible de la confession de Saint-Pierre33 ; le cœur sera renvoyé à Valence.

13Suivre Pie VI jusqu’au terme de son pontificat s’imposait au titre de l’unité de l’exposé. Car il est utile d’observer l’évolution de l’exercice de la primauté pétrinienne dans une situation si limite. Il reste donc à repérer les directions suivies par le pape vis-à-vis des évêques français, et vis-à-vis de la Curie romaine, elle aussi exilée.

PIE VI ET LES ÉVÊQUES FRANÇAIS

Les initiatives de Louis XVIII

14Le pape pouvait dès 1795 se sentir gêné dans son action par les prises de position de Louis XVIII : à la mort du dauphin au Temple le 8 juin, le comte de Provence considère qu’il n’est plus régent, mais bien roi de France en exil. Sa déclaration de Vérone, du 24 juin, pose les cadres de sa politique de restauration, donnant une large place à la restitution dans l’Église de l’ancien ordre des choses. Le roi rejoindra Mitau, en Lettonie, sur l’invitation du tsar, le 13 mars 1798. Entre ces deux dates, il est donc à proximité des Etats pontificaux, et en relation avec l’épiscopat émigré.

  • 34 Sur ce sujet, voir Y. Fauchois, « Les évêques émigrés et le royalisme pendant la Révolution frança (...)
  • 35 AE, Mémoires et Documents, France, 589, f. 101.
  • 36 Ibid., f. 128.

15La grande idée royale fut, en mars 1796, d’écrire aux évêques en leur proposant de former un comité épiscopal représentant auprès de lui l’Église de France, et d’organiser des missions catholiques ouvertement royalistes dans le pays34. En mars 1796, il envoie cette lettre louant les évêques pour leur fidélité, leur demandant de nommer un conseil de dix évêques pour fixer l’opinion commune de l’épiscopat français et demander les sanctions nécessaires à Rome dans un esprit d’unité35. En somme, Louis XVIII récupère la notion de « comité des évêques » qui anima Boisgelin et les évêques députés en 1791-1792 et qui fit la crainte de Salamon, et peut-être de Rome. D’ailleurs, l’évêque de Luçon lui répond qu’il aurait fallu faire ce comité plus tôt pour poursuivre l’œuvre précédente36. Les réponses des évêques, même royalistes, ne vont pas toutes dans le sens d’une confiance aveugle envers le roi, au nom de l’indépendance du spirituel, et plus encore de principes quelque peu gallicans. Ainsi l’évêque de Narbonne, Dillon, futur non-démissionaire, accepte-t-il l’idée d’un conseil de conscience du roi, mais non d’un comité des évêques. Car chacun est juge et maître chez soi et s’assembler pour demander des pouvoirs à Rome serait accréditer les thèses romaines sur l’absence d’autorité de l’épiscopat dispersé.

  • 37 Ibid., f.118.

« Permettés aussi, Mr le Baron, qu’un des plus anciens évêques de l’Église de france, et qui dans l’assemblée des Notables, et depuis vous a voué attachement et confiance, de tenir le ministre du Royaume de France en garde contre les prétentions de la cour de Rome. Personne n’est plus pénétré que moy du respect dû à la prééminence du Saint-Siège, ce centre de l’unité catholique. Mais une des prétentions de la cour de Rome est que les évêques dispersés dans la chrétienté n’ont de pouvoirs que par délégation du souverain pontife ; nous nous élevons en France contre cette prétention, et vous comprenés qu’un comité qui pourroit à chaque instant s’appuyer de la sanction pontificale ne serait pas à cet égard sans de graves inconveniens »37.

  • 38 Ibid., f. 53.

16Les vraies raisons de la distance froide entre épiscopat gallican et Rome sont ainsi avouées. En parcourant les courriers, nous pouvons cependant relever que les évêques répondent en donnant des noms, donc en adhérant à la démarche. L’archevêque d’Embrun est d’accord avec le projet qui rétablira l’unité des esprits dans la condamnation du second serment et de la promesse de fidélité38. Le document le plus riche de renseignements sur l’état d’esprit de l’épiscopat émigré est sans nulle doute constitué des deux lettres de réponse de l’archevêque de Lyon, du 3 mai 1796 : dans la première, il expose que le comité ne sera pas un concile ni une assemblée du clergé de France, laquelle ne peut exister que si le pape l’approuve. Si le silence du pape se prolongeait, elle ne pourrait se réunir. Dans la seconde lettre, il dévoile ses pensées profondes :

  • 39 Ibid. f. 126-127. L’accentuation a été modernisée.

« Je commencerai la discussion que j’entreprends, par vous donner des doutes sur tout ce qui entoure Sa Sainteté, et une grande confiance dans sa personne. Je scais, à n’en pouvoir douter, que le pape est fort touché de nos malheurs que rien en lui comte pour y subvenir et que s’il avoit suivi son premier mouvement, il auroit soutenu le rôle de docteur et de chef de l’Église, avec la supériorité qu’il a marqué jusques à l’époque de 1793. Mais à ce moment terrible, où les crimes se sont multipliés en france, le souverain pontife est devenu muet. Il s’étoit réservé expressement tout ce qui regardoit les jureurs, les intrus et les évêques qui avoient plus ou moins favorisé la nouvelle constitution civile du clergé, et lorsque l’abomination de la désolation s’est encore plus particulièrement emparé du lieu saint, lorsqu’on a fait assoir sur nos autels, des prostituées, pour les adorer pour le culte de la raison, lorsqu’on a conduit à la mort tous les prêtres fidèles, et que pour s’assurer de la prévarication des autres, on a multiplié les sermens, exigé la tradition de leur lettre de prêtrise, et exigé qu’ils abjurassent la religion sainte, dont ils étaient ministres, lorsqu’enfin, pour assurer leur honte, on les a forcé à se marier, alors Pie six, a eu l’air d’abandonner la barque de Pierre à l’orage. Seulement, j’observerai, que pendant cette cruelle persécution, il n’a refusé ni à aucun évêque ni à personne de répondre aux questions qu’on lui a fait, et les brefs qu’il nous a adressé ont toujours été lumineux, éloquens et vraiment propre à règler notre conduite. En voyant le chef de l’Église si différent de lui-même nous avons cherché à en pénétrer les motifs. Il m’a paru prouver, qu’il avoit cédé à la politique de ces entours, ce qui m’a le plus confirmé dans cette idée, c’est que dans les différens brefs qu’il m’a adressé, je lui ai toujours vu le même intérêt pour nos malheureux prêtres, il les a traité avec une bonté infinie, lorsqu’ils ont été admis à son audience, et au même instant sans les préposés à son gouvernement, leurs marquoient ainsi qu’à nous la plus grande lassitude sur nos malheurs. On recevait différament nos prêtres, dans les aides que Sa Sainteté leur avait marqué, et lorsque leurs zèles leur inspirait de retourner en france, on exigeoit d’eux une promesse par écrit, qu’ils ne reviendroient pas dans les états de l’Église. J’insiste sur tous ses détails vraiment douloureux pour moi, non pour diminuer votre opinion, sur un pape que je révère et que je sais doué de toutes les vertus et de tous les talens, que la circonstance demande, mais pour vous persuader, que vous devez vous faire pour vous-mêmes, ainsi que pour sa majesté, une correspondance directe avec le pape, et ne laisser entre lui et vous aucun intermédiaire. Son influence va devenir très principale pour le succès du comité que le roi va former. Il ne peut certes avoir une influence vraiment utile, que de deux manières, ou en s’accordant au pape et en parvenant à faire sanctionner par lui toutes ses décisions ou plutôt, en l’engageant à parfaire l’ouvrage qu’il a si heureusement commencé, c’est-à-dire en traçant avec autant d’habileté que de suite, la conduite que chaque ministre des autels doit tenir avec les fidèles...
Mais si le pape s’obstine dans le silence, le comité peut être utile en conseillant, mais il devra d’abord déclarer qu’il n’a aucune autorité ecclésiastique.
Chaque évêque isolé est par avance juge de la foi, successeur des apôtres, et dépositaire d’une juridiction, bornée à un territoire. Les deux premières qualités sont personnelles et la troisième est restreinte... Observés que le silence du souverain pontife nous a tous mis dans la plus grande perplexité, les questions se multiplient chaque jour en france. Elles sont toujours créées pour être dangereuses et très embarassantes... Il en résulte une bigarure fâcheuse pour nous, mais extrèmement pénible pour les prêtres »39.

17Document remarquable qui ouvre plusieurs perspectives : l’archevêque de Lyon relève le bon exercice de l’autorité par le pape dans les débuts de la Révolution (pas d’allusion à des lenteurs, à une emprise trop grande de la primauté de juridiction) ; il fait état de cette rupture de 1793, d’une influence de son entourage pour le porter vers une solution politique des conflits ; il fait état de la perplexité des Français devant l’attitude du pape et de la lassitude apparente de ce dernier. L’expression de Mgr de Marbeuf est forte : il « a eu l’air d’abandonner la barque de Pierre à l’orage ». Sur le plan théologique, l’archevêque de Lyon affirme bien que les évêques sont juges de la foi, successeurs des apôtres, et détiennent une juridiction simplement bornée à un territoire. Et pourtant il demeure ferme dans la légitimité de la primauté : le comité ne sera rien au plan théologique parce que les évêques sont libres chez eux ; or ils n’y sont plus, et pour régler les questions générales de l’Église de France on ne pourra contourner le pape silencieux. Mais en conseillant à Louis XVIII d’être en relation directe avec Pie VI, il fait abstraction du fait que, précisément, le pape garde ses distances et ne suit pas le clan de Maury.

  • 40 Ibid., f. 442.
  • 41 Donnent une réponse les évêques de : Agen, Aix, Apt, Auch, Blois, Cambrai, Châlons-sur-Saône, Cler (...)
  • 42 B. Plongeron, « Les silences de la papauté devant la Révolution française », in Papes et papauté a (...)

18Reste que les évêques communiquent bel et bien une liste de confrères pour constituer ce comité, qui finalement ne verra pas le jour. Sur 88 évêques émigrés recensés par les services de Louis XVIII40, 33 lui font parvenir une réponse, essentiellement les évêques de Fribourg et Constance, ceux d’Italie, puis en dernier, ceux de Londres41. Si les résultats sont analysés à la manière d’une élection, relevons que les noms de 54 évêques sont cités. Celui de Boulogne, Mgr Asseline, arrive en tête avec un plebiscite de 31 voix (il est à Hildesheim, en Allemagne), suivi de l’évêque de Clermont, Mgr de Bonal (26 voix, émigré à Fribourg), de celui de Reims, Mgr de Talleyrand-Périgord (26 voix, en Allemagne), et de Mgr de Bovet, de Sisteron, (24 voix, à Fribourg). Asseline sera non-démissionaire, tout comme Bovet et Talleyrand-Périgord. Bonal mourra en 1800. Ce sont donc de bons gallicans, opposés à tous les serments, que les évêques députent en priorité auprès du roi. Suivent dans l’ordre, à moins de 20 voix, les évêques d’Aix (Boisgelin, à Londres), du Puy (de Galard-Terraube, à Saint-Maurice en Valais), de Saint-Pol-de-Léon (de La Marche, à Londres), d’Arras (de Conzie, à Londres), de Langres (de La Luzerne, en Allemagne), de Toulouse (de Fontanges, en Espagne) et de Vienne (d’Aviau du Bois de Sauzay, en Italie). Soit au total, quatre futurs démissionnaires et 6 non-démissionnaires. Londres et Fribourg sont à parts égales, avec les groupes d’évêques les moins conciliants envers la République, et Constance est absente, elle qui est plus proche des positions de Monsieur Emery42. Ceux qui répondent au roi sont donc de la tendance la moins conciliatrice, encore que « l’incontournable » qu’est Boisgelin réunisse des suffrages. Toutefois, les divisions de l’épiscopat sont ici clairement manifestées.

  • 43 Y. Fauchois, op. cit., p. 389-391.

19Louis XVIII tente une seconde fois sa chance auprès de l’épiscopat après le coup d’Etat du 18 fructidor43. Il veut que les missions catholiques en France prêchent l’union étroite du trône et de l’autel. Cette fois-ci, il ne s’adresse qu’à quelques évêques de confiance. Or les évêques de Boulogne et de Reims lui répondent négativement : la restauration doit commencer par la religion, la politique suivra logiquement. Pris dans la répression antiroyaliste du Directoire, les prêtres ne vont certainement pas risquer de s’engager sur un terrain si dangereux. Mgr de Bonal répond que l’essentiel est le travail libre du clergé, malgré les accusations de royalisme qu’il peut recevoir du pouvoir en place : si le plan de Louis XVIII était découvert, tout serait ruiné. Pour Talleyrand-Périgord et Asseline, le bien de la religion implique présentement de s’abstenir de toute immixion dans la politique

  • 44 AE, Mémoires et Documents, France, 593, f. 78-82, novembre 1797.

« Il n’est pas possible d’enseigner au peuple que la Religion catholique ne se lie bien qu’à la monarchie, et ne peut exister longtemps sans elle ; parce que la vérité est que la religion catholique se lie à toute forme de gouvernement légitime... elle s’est bien liée à des formes de gouvernement républicain, et a subsisté longtemps avec elle »44.

20Il ne faut pas rendre la religion odieuse. Belle profession de foi de séparation du politique et du spirituel, qui montre que la démarche de Pastoralis sollicitudo n’est pas inconcevable pour certains évêques.

L’affaire du bref Pastoralis sollicitudo

  • 45 E. de Richemont, « La première rencontre du pape et de la république française », in Le Correspond (...)
  • 46 P. Baldassari, Relazione delle avversità e patimenti..., Rome, 1889, p. 34.
  • 47 Selon R. Guyot, Le Directoire et la paix de l’Europe, p. 199.
  • 48 Selon L. Madelin, Histoire du Consulat et de l’Empire, tome II, p. 85.
  • 49 Charles Delacroix, 1744-1805, député de la Marne à la Convention, régicide, ministre des relations (...)
  • 50 Le texte proposé à la signature du pape est le suivant :
    « Sa Sainteté reconnaît avec le plus vif r (...)
  • 51 E. de Richemont fait remarquer le peu de logique de la demande du Directoire, puisque la Constitut (...)
  • 52 Publié par Le Rédacteur, puis repris dans la Feuille du jour ou Courrier Universel, du citoyen Hér (...)

21Dans le cadre des négociations ouvertes avec le Directoire, l’abbé Pieracchi, ancien recteur du comtat Venaissin, est parti vers Paris le 28 juin 1796 sous le nom laïque de comte Evangelisti. Ses instructions lui enjoignent d’attendre un adoucissement des requêtes françaises, sans jamais porter atteinte à la religion, et en rappelant les outrages au pape faits jadis à Paris45. Il a dans ses cartons, affirme Baldassari46, le projet du bref pour la République française qui doit être au centre même des négociations, et qui a été postdaté au 5 juillet. De ce bref demandant aux catholiques de se montrer soumis au régime en place, il était question depuis les négociations de Bologne, soit selon une idée du Directoire47, soit selon une idée de Bonaparte48. Cependant Pieracchi arrive à Paris le 22 juillet, est présenté au ministre des relations extérieures Delacroix49 par l’ambassadeur espagnol, le marquis del Campo. Les négociations, ouvertes le 12 août, tournent court. Delacroix affirme que la France est maîtresse de l’Italie et veut que le pape désavoue les brefs de 179150. Revenir sur les brefs, c’est reconnaître la valeur de l’œuvre de la Constituante, à l’heure même où plus rien n’en reste puisque les décrets de la Convention thermidorienne et du Directoire ont définitivement abrogé la Constitution civile du clergé51. Pieracchi et del Campo montrent leur surprise ; on écrit au pape, mais avant même qu’une réponse puisse arriver, Paris rompt les négociations le 16 septembre. Or après le départ de Pieracchi, voici que circule dans Paris le texte du bref Pastoralis sollicitudo52. Il ne porte pas sur un désaveu des brefs, mais enjoint aux fidèles catholiques de se soumettre à l’autorité du régime en place en France :

  • 53 « Quocirca nobis deesse videremur, nisi quamcumque occasionem vos hortandi ad pacem, ac debitam co (...)

« Nous croirions donc nous manquer à nous mêmes, si nous ne saisissions pas avec empressement toutes les occasions de vous exhorter à la paix, et de vous recommander la soumission qui est dûe aux Puissances établies. C’est, en effet, un dogme de la religion catholique que l’établissement des gouvernemens est l’ouvrage de la Sagesse divine, qui a voulu par là nous préserver du désordre et du cahos, auxquels nous aurions été livrés... »53.

  • 54 AE, Rome, 921, f. 51 ; courrier de Cacault du 16 thermidor an IV : « J’ai joint ici un exemplaire (...)

22Le Directoire est le premier surpris de l’existence de ce texte. Cacault affirme de Rome qu’Azara lui a remis ce bref, édité par l’Imprimerie apostolique54. Le dossier de la véracité contestée du texte comporte un certain nombre de pièces. La seconde édition du bref en France donne des pièces explicatives :

  • 55 Ibid., p. 6-7.

« Le Ministre de la République à Rome, avoit envoyé au Directoire un bref du pape en date du 5 juillet. Le Directoire ordonna aussitôt de le traduire, et fit insérer sa traduction dans le Rédacteur, parmi les articles officiels. On demanda à voir l’original latin déposé dans les bureaux du Ministre des Relations extérieures. Le Ministre y consentit, et de plus en fit délivrer une expédition qu’il légalisa lui-même. On éleva cependant des doutes sur l’authenticité du bref. Les doutes furent d’abord fondés sur de prétendus défauts de forme et de style dans le bref, et ensuite sur des lettres d’évêques français, qui déclaroient que le pape ne leur en avoit donné aucune connoissance. Ces doutes s’accréditant de plus en plus, on sollicita le Ministre des Relations extérieures d’écrire au Ministre de la République à Rome, et de lui demander si on pouvait compter parfaitement sur la vérité du bref qu’il avait envoyé en France, et comment le bref était arrivé dans ses mains. Le Ministre de la République vient de répondre ; il envoie un autre exemplaire du bref parfaitement conforme au premier ; et sur une page du même bref, se trouve la déclaration suivante :
Rome, 14 Ventôse, an 5 de la république.
Je certifie que l’exemplaire ci-contre du bref du pape, imprimé à l’Imprimerie de la Chambre apostolique à Rome, est authentique, et que plusieurs exemplaires m’en ont été remis officiellement par M. le chevalier d’Azara, médiateur de l’armistice signée à Bologne ; que M. Pieracchi, envoyé Ministre du Pape à Paris, en avait porté grand nombre d’exemplaires pour les distribuer en France, que cette pièce est émanée du Saint-Siège, et est véritable »55.

  • 56 J. Charonnot, op. cit., p. 239, note 1.
  • 57 Idem.
  • 58 Le Bref du 5 juillet prouvé authentique, Guerbart, 1797.
  • 59 Exposé des principes sur le serment de liberté et d’égalité et sur la déclaration exigée des minis (...)

23Le bref a donc été publié par Delacroix dans Le Rédacteur à la suite d’un envoi de Cacault, tandis que Pieracchi l’avait sous la main, mais ne le confia pas du fait de la rupture des négociations, jugeant sans doute qu’il n’était pas de son ressort de le communiquer au vu du changement de perspective. Le Directoire avait manqué une occasion. Ainsi, le bref est un vrai texte de Rome, mais jamais publié, et n’est pas à ce titre un bref pontifical au sens propre du terme, simplement un projet. On accusa le Directoire de l’avoir fabriqué56 ; enfin des prêtres de Lyon obtinrent du secrétaire d’État, par l’entremise du nonce de Lucerne, l’information que, si Sa Sainteté avait voulu publier ce bref, elle « ne se serait pas écartée de la voie qu’elle a tenue précédemment dans des occasions semblables »57. Monsieur Emery publia en faveur de l’authenticité du bref58. De même Mgr Louis-François Bausset, évêque d’Alais59, et l’évêque de Boulogne dans les Annales catholiques. Dans sa collection des brefs, en 1798, Guillon écrit encore :

  • 60 Guillon, II, App., p. 590.

« Nota. Il a paru en France, l’année dernière, un bref en date du 5 juillet 1796, envoyé au directoire par le citoyen Cacault, ministre de la république française à Rome, sur la soumission au gouvernement établi. Un grand nombre de personnes très-éclairées et très-respectables ont reconnu et reconnoissent encore l’authenticité de ce bref. Un grand nombre de personnes non moins recommandables en doutent ou la nient formellement. Nous n’entrerons point ici dans la discussion du pour ou du contre. Nous dirons seulement que ce bref n’étant pas revêtu des formes ordinaires, et n’ayant pas toute la publicité des autres brefs, nous avons cru pouvoir nous dispenser de l’insérer dans ce recueil, au moment surtout où l’on attend un jugement définitif de la part du saint-siège, qui fera cesser toutes les difficultés à cet égard »60.

  • 61 Le fonds Epoca Napoleonica n’est pas classé quand Richemont le consulte avant 1897. Les carte Cale (...)
  • 62 E. de Richemont, op. cit., p. 821.

24On doit à Richemont d’avoir exhumé des archives vaticanes les papiers de Mgr Caleppi61, qui après l’échec de Paris retourna à Florence le 4 septembre parlementer avec Bonaparte62. Or ses instructions appuient la véracité du projet de bref : après avoir renouvelé le refus de tout retrait des brefs précédents, l’instruction dit :

  • 63 Ibid., p. 822.

« Si par ailleurs MM les commissaires de la République française se contentaient du bref que le comte Pierrachi a déjà emporté imprimé à Paris, Mgr Caleppi pourra le rendre officiel »63.

  • 64 Voir p. 445.
  • 65 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 22, f. 3-3v.

25Le texte est bien émané de la secrétairerie d’État et fut conçu comme un outil d’échange dans les négociations avec le Directoire. Il revenait à accorder ce que la congrégation avait refusé au sujet de la promesse de fidélité, mais que le pape avait retenu sous son coude, quelques mois auparavant en septembre 1795...64. Un projet de déclaration fut préparé pour Caleppi à Rome, avec trois projets du cardinal Antici, et un de Di Pietro qui fut retenu après une consultation des cardinaux romains : Albani, Antonelli et Borgia sont opposés à toute formule et prônent un refus sans négociation ; Gerdil, Doria et Della Somaglia inclinent pour la formule Di Pietro. Outre les dossiers de Caleppi, les archives du Conseil pour les Affaires Publiques de l’Église présentent un manuscrit raturé du texte (par Di Pietro ?)65. La déclaration emmenée à Florence par Caleppi est ainsi formulée :

  • 66 Traduction donnée par Richemont, op. cit., p. 823-824.

« Sa Sainteté a appris avec le plus vif regret que ses brefs, rescrits, instructions et autres écrits émanés d’Elle, relativement aux affaires ecclésiastiques de france, depuis l’année 1789 jusqu’à ce jour, ont été accusée d’avoir porté préjudice aux droits respectifs des nations, tandis qu’Elle a, au contraire, manifesté ses véritables intentions dans les brefs publiés depuis le début presque de la présente révolution, où elle a plusieurs fois solenellement déclaré qu’Elle ne cherchait et ne voulait qu’une chose, la conservation intacte des droits sacrés de l’église et du Siège apostolique sed id unum quaerere atque urgere ut sancta jura Ecclesiae et Apostolicae Sedis illaesa seventur (Quod aliquantum), et encore que ses soins et sa sollicitude ne se rapportaient qu’aux choses de la religion, Curas et sollicitudines suas unisce ad res Religionis referri (Charitas).
Aussi Sa Sainteté, pour prévenir tout abus qui pourrait être fait des brefs, rescrits susdits, etc., déclare expressément qu’Elle n’a jamais entendu s’immiscer dans l’administration intérieure des gouvernements, et qu’Elle ne le fera pas davantage à l’avenir.
Et, afin qu’il ne subsiste sur ce point le moindre doute, Sa Sainteté est disposée à conseiller, conformément aux maximes et aux constants enseignements de ses prédécesseurs, la fidélité et l’obéissance qui, sous tous les régimes, sont dues – la religion demeurant sauve – à la puissance suprême qui tient en mains les rênes du gouvernement »66.

26Le texte n’approuve donc pas la République comme telle, mais demande l’obéissance au pouvoir en place du fait de la providence divine. Il fait sur les brefs une mise au point mettant en relief un paragraphe précis de Quod aliquantum, sagement inséré en 1791. Ce texte enlève à Pastoralis sollicitudo son caractère d’exception : si elle déplaît à des cardinaux, la théologie du projet de bref est bien présente dans la Curie, et Di Pietro en est l’habile défenseur. Or l’archevêque de Reims, le 4 juillet 1797, expose que le bref a été arraché au pape, que la congrégation n’en a pas eu connaissance, et qu’il serait souhaitable que les évêques de France manifestent leur improbation au Saint-Père pour arrêter « le nouveau schisme qui se prépare en France » ;

  • 67 AE, Mémoires et Documents, France, 591, f. 219 ; cité par J. Charonnot, op. cit., p. 243-244.

« le grand âge du Pape, la non-communication de ce bref à la congrégation..., autorisent à faire regarder comme surpris un bref que l’on paraît n’avoir pas osé adresser suivant la forme ordinaire et de droit aux évêques de France »67.

  • 68 E. de Richemont, op. cit., p. 826.
  • 69 La convocation de Valenti Gonzaga et les articles de négociation rapportés par Caleppi sont en ACD (...)
  • 70 ASV, Segr. Stato, Epoca Napol. Italia, XI.
  • 71 Ibid. : « negativo, armarsi, un manifesto, esortare Cacault di andarsene, unir-si con Napoli ».

27Pour les évêques, le pape a donc été abusé. Par qui ? Azara sera un coupable tout désigné. La réalité est plus complexe. Quand Caleppi arrive à Florence, il trouve Azara découragé, car les commissaires français ont fait savoir qu’il n’y aurait aucune négociation sans une signature pure et simple de la déclaration de révocation. Le projet de Di Pietro est donc inutile, il demeurera inconnu jusqu’aux études de Richemont. Azara et Caleppi préparent alors une nouvelle déclaration68 sur le fait que si la puissance temporelle du pape venait à être détruite, son autorité spirituelle demeurerait au centre de l’Église, et que l’exil d’un vieillard ne ferait que rendre odieux le gouvernement français à tout l’univers. Miot répète le lendemain les conditions françaises, Caleppi se méfie d’Azara qui pourrait envisager de transformer les Légations pontificales en un Etat confié à l’infant de Parme. La rencontre du 9 septembre entre les deux hommes et Miot, Salicetti et Garrau se solde par un échec puisque le Directoire remet à la cour de Rome de nouvelles conditions beaucoup plus dures que les accords de Bologne. Caleppi rentre à Rome et une congrégation générale des cardinaux se tient le soir même du 13 septembre69. Les papiers de Caleppi permettent de suivre les réactions successives de chaque cardinal70. Albani en premier répond : « Négatif, s’armer, une déclaration, inviter Cacault à se retirer, s’unir avec Naples »71. De même pour le duc d’York, Archinto, Caraffa, Zelada, Gerdil, Giuseppe Doria, Borgia, Roverella, Altieri, Rinuccini. Antonelli propose lui aussi de s’unir avec Naples et d’écrire à tous les souverains, y compris ceux de Russie et d’Angleterre. Livizzani préconise une bulle de croisade ; Busca demande de gagner du temps dans la négociation et d’écrire un manifeste à tous sur le plan de la religion ; Caprara refuse de temporiser ; Della Somaglia serait pour la bulle et veut penser au salut des Français, donc demande de prendre son temps ; de même pour Antonio Doria. Braschi, lui, veut rompre tout de suite. Carandini demande l’union avec Naples et le déclenchement d’une guerre.

  • 72 Voir le détail donné par Richemont, selon lequel Caleppi fit répéter la proposition « au péril mêm (...)

28Consalvi avait préparé une déclaration fort diplomatique et polie à l’égard de la France. Elle fut repoussée et Caleppi en prépara une autre pour le lendemain, exposant l’impossibilité du Saint-Père de satisfaire à la demande de révocation des brefs, même au péril de sa vie72.

  • 73 M. H. Welschinger, Le Directoire et le concile national de 1797, Paris, 1895. Voir E. de Richemont (...)
  • 74 A. Latreille, L’Église catholique et la Révolution française, Paris, 1970, vol. I, p. 246-249 (La (...)
  • 75 Voir l’analyse plus fine des positions de Grégoire en 1797 en R. Hermon-Belot, L’abbé Grégoire, la (...)

29Les détails de cette phase des négociations méritaient d’être repris pour éclairer la teneur du projet de bref du 5 juillet. L’affaire Pastoralis sollicitudo deviendra par la suite l’objet d’une querelle historiographique : le sujet fut même débattu durant le ralliement demandé par Léon XIII73 ! L’abbé Sicard le tient pour faux, tandis que Jules Gendry se dit réservé. Joseph Charonnot expose la thèse équilibrée de l’authentique non-publié, dans la suite des études de Richemont, thèse reprise par André Latreille et Jean Leflon, qui précisent en outre que le 74Directoire, selon une note de Delacroix, est poussé par Grégoire en demandant la révocation des brefs. Grégoire veut que les brefs soient reconnus faux (c’est la thèse des constitutionnels depuis 1791) pour délégitimer l’épiscopat émigré. Mais il ne veut pas paraître devoir quelque chose à Rome au moment où il tente de réorganiser l’Église de France. Pastoralis sollicitudo ne pouvait le satisfaire puisqu’il ne portait pas sur la situation interne de l’Église de France75. Le 18 septembre 1796, il écrit à Ricci et en livre son analyse :

  • 76 M. Vaussard, Correspondance Scipion de Ricci – Henri Grégoire, p. 27. Au sujet des relations entre (...)

« Un nouveau bref du pape qui circule en France et que je sais être authentique recommande la soumission aux lois. Le titre seul de cette pièce semble annoncer qu’on se réserve de dire un jour qu’il y a des catholiques en France qui ne communiquent pas avec le Saint Siège, le mot « République » y est évité soigneusement et après cette affreuse guerre de la Vendée, qui a couvert une partie de la France de débris encore fumants et qui a été occasionnée surtout par les prêtres rebelles aux lois, on n’en dit pas un mot. J’aurais beaucoup d’autres reflexions à faire sur cette pièce. Au reste, on nous dit qu’actuellement même la paix avec la France se traite à Florence et j’espère qu’on exigera du pape le désaveu des quatre premiers brefs qui, outre la fausseté des maximes qu’ils contiennent sous le point de vue religieux, renferment tous les germes de la révolte contre l’autorité civile »76.

30Trois choses sont à retenir au long de ce parcours, sur un plan plus théologique.

  • 77 Y. Fauchois, op. cit., p. 391-393.

31Le bref ne pose aucune déclaration théologiquement révolutionnaire ! Pie VI n’est pas seul à envisager la reconnaissance des régimes politiques. Il est possible de relever, comme le fait Yann Fauchois77, de quelle manière certains évêques, personnellement monarchistes, et qui parfois attendront fidèlement la Restauration pour rentrer, sont cependant ouverts aux plans théologique et politique quant à la cohabitation entre l’Église et la République. Bausset, évêque d’Alès, écrit dans une réflexion sur la promesse de soumission que la seule attitude possible est de séparer absolument le politique et le spirituel. La Luzerne autorise la promesse de fidélité, mais refusera le serment de haine à la monarchie. De Mercy écrit le 14 novembre 1797 à son vicaire général que les formes de gouvernement changent, alors que la religion est invariable.

  • 78 M.C.I. de Mercy, Lettres d’émigration 1790-1802, p. 473. Quelques temps auparavant, il écrivait «  (...)

« C’est une erreur de croire que la religion nous défende de ne jamais reconnaître un pouvoir qui est né de la révolte. Sans doute nous ne pouvons jamais légitimer le crime de son origine, nous devons à jamais le détester, mais si de ce crime il est né par la permission de Dieu un pouvoir revêtu du glaive public, nous devons lui obéir et par là nous obéissons à la volonté de Dieu qui dispose à son gré des empires. Nous pouvons, nous devons regretter nos anciens maîtres, mais nous devons supporter les nouveaux que Dieu nous donne, aussi longtemps qu’il les tolère. La religion est compatible avec toutes les formes de gouvernement, elle n’est dans la dépendance d’aucun : ils peuvent changer, elle seule est immuable au milieu de leur variations. Nos devoirs restent les mêmes... »78.

  • 79 Y. Fauchois, op. cit., p. 391-392.
  • 80 « Efforcez-vous d’atteindre à toute la hauteur de la vertu, et vous serez de vrais démocrates. Acc (...)

32Et l’évêque de commenter que les divisions du clergé français autour de la promesse de fidélité proviennent simplement du désir de certains de rentrer au pays à tout prix, et pour les autres de la crainte de ce même retour. Asseline est soucieux de distinguer les deux puissances79. Ainsi, la prise de position du cardinal Chiaramonti dans son homélie de Noël 1797 à Imola n’est pas si originale80, surtout si l’on se souvient des positions de Nicola Spedalieri, et de la prudence de Pie VI rapportée par Antonelli au sujet des thèses augustiniennes ou thomistes sur l’origine de l’autorité. De plus, dans son exil, Pie VI s’abandonnera bel et bien à la Providence pour ce qui est des pouvoirs en place.

  • 81 B. Plongeron, « Soumission aux lois de la République ? La fin d’un consensus parmi les évêques émi (...)
  • 82 J. Leflon, La crise révolutionnaire..., p. 137.

33Second point : des évêques français, tel l’archevêque de Reims, parlent de schisme à l’horizon de l’épiscopat gallican. L’archevêque d’Embrun utilise également le terme en écrivant à Maury le 31 août 179681. Les positions de Mercy ne sont pas celles de Talleyrand-Périgord. Et Louis XVIII descend dans la bataille : il a publié une Instruction du roy sur la question de savoir si les ecclésiastiques restés en France peuvent déclarer qu’ils se soumettent aux loys de la république. Les clercs en France sont divisés entre l’école de Paris qui suit l’acceptation de Emery, et l’école de Lyon, de l’abbé Linsolas, qui organise les missions avec rétractations des jureurs et refuse tous les serments82. De cela, Pie VI est informé puisqu’il reçoit des correspondances de l’émigration et puisque les prêtres des Missions Étrangères de Paris s’en font l’écho. Ce qui explique le silence théologique qui va s’imposer durant l’exil pontifical, tandis que l’on se dispute autour de lui.

  • 83 E. de Richemont, op. cit., p. 825.
  • 84 M. Vaussard, Correspondance Scipion de Ricci – Henri Grégoire, p. 42.
  • 85 ASV, Segr. Stato, Epoca Napol. Italia, XI.

34Enfin, un mot d’Azara à Caleppi en septembre 1796 à Florence au sujet de la révocation des brefs de 1791 en dit long sur l’état d’esprit des Romains : « Impossible de l’éviter, parce que les jansénistes le veulent »83. L’ennemi héréditaire est donc présent, Quod aliquantum et Charitas sont bien perçus comme des prises de position dangereuses pour la cause des réformateurs. Mais pourquoi ne pas demander de revenir sur Auctorem fidei ? Cette dernière est moins dangereuse puisqu’elle demeure largement inconnue. Il paraît étonnant, avec la distance de l’historien, de concevoir qu’il soit question de jansénisme en 1796-1797, alors que les commissaires de l’armée d’Italie ou Bonaparte n’ont certainement aucune idée claire sur cette théologie. Mais la cour de Madrid entend bien lutter contre la primauté de juridiction, et les constitutionnels ne risquent-ils pas d’agir dans les coulisses ? Le 21 mars 1797, Scipion de Ricci écrit à Grégoire qu’il faut louer Pie VI qui, involontairement, par sa politique, va bientôt libérer la papauté de son pouvoir temporel84. Les craintes romaines ne sont donc pas sans fondements. A Rome, le cardinal Borgia, tout intransigeant qu’il soit à l’égard du Directoire, demande toujours la tenue d’un concile pour que les hérésies soient jugées infailliblement et que le débat soit clos. En marge de cet avis, qui se trouve dans les papiers de Caleppi, une main (celle du prélat) commente que cette idée fixe du cardinal est fausse, car il n’y a pas besoin d’un concile pour que les sentences romaines soient efficaces85.

  • 86 Bref Perlatus ad nos, Bullarii, VI/III, p. 3040-3041.
  • 87 M. Vaussard, op. cit., p. 58. Lettre du 6 octobre 1797. Grégoire explique le 24 février 1798 à Ric (...)

35Dans ce contexte ecclésiologique, il faut faire mention du renouvellement de la déclaration de schisme avec l’Église janséniste d’Utrecht le 26 août 179786. A chaque élection et consécration d’un nouvel évêque dans cette Église schismatique, Rome fulminait à nouveau l’excommunication. Le 5 juillet 1797 intervient l’ordination de Jean-Jacques Van Rhyn. Il écrit une lettre de communion au pape le 10 juillet : celui-ci lui répond que sa lettre est une insulte puisqu’il n’y a pas communion, et qu’il excommunie, anathémise et retranche de la communion de l’Église celui qui a reçu une ordination nulle. Les sentences sont plus fortes que pour les constitutionnels français... Or Grégoire et Ricci s’entretiennent dans leur correspondance de l’Église d’Utrecht. Ricci pense que le bref contre l’archevêque d’Utrecht n’a pas été suivi de foudre contre l’Église constitutionnelle de France grâce au cours des événements militaires87. Il aspire à voir un pape qui gouvernerait enfin sans suivre les conseils de la Curie romaine.

  • 88 Lettre Ut primum, sans date, en ACTA, II, p. 239-242.
  • 89 Bref Constantiam vestram, Guillon, II, Sup., p. 52 sv. ; Theiner, I, p. 220-227.
  • 90 Ibid., p.221. « Quod si non peculiare nostrum tantummodo, sed commune etiam Ecclesiae bonum consid (...)
  • 91 Ibid., p. 225. « Praesertim cum exercitatione virtutis refrigescens in mundo charitas christianoru (...)

36Il convient enfin de faire état du dernier bref connu du pape à plusieurs évêques français. Ayant eu connaissance du départ en exil de Pie VI, les évêques émigrés de Londres lui font parvenir une lettre de soutien88, protestant de leur union constante avec le siège de Pierre au milieu du schisme divisant l’Église de France. Indéfectible dans sa foi, le pape doit recevoir la protection divine, comme jadis saint Léon arrêta les Huns. Pie VI leur répond de Florence le 10 novembre 179989, louant leur constance à défendre l’unité de l’Église catholique au milieu des tribulations de l’exil, que lui-même connaît désormais. Ils se doivent mutuellement réconfort et prière. Ils sont des confesseurs de la foi, rejetés et maudits sur la terre au nom du Christ, qui se préparent une récompense au ciel. Dieu permet la persécution pour sa gloire et pour le salut du monde, pour la sanctification et la perfection. Ces pensées sont sa consolation dans les tribulations que le pape subit à son tour ; elles sont peu de choses au regard du bien de l’Église et il faut les recevoir dans l’action de grâce90. Dieu choisit ce qui est faible pour confondre les forts et nul n’est dispensé du passage par la croix du Seigneur. L’exemple du témoignage des martyrs durant les trois premiers siècles de l’Église est là pour conforter les croyants. La lettre fait ensuite référence à la persécution subie par l’Église de la part des hérétiques, avec une citation de saint Augustin sur les ariens et les novatiens. Tout cela ne fait que fortifier l’Église. La persécution permet de faire le tri entre les loups et les agneaux. Le pape revient sur les méfaits de la philosophie, de la corruption des esprits, et compare à la bête de l’Apocalypse ceux qui veulent détruire l’Église, avant d’utiliser un parallèle avec l’exil de saint Jean-Chrysostome : les méchants triomphaient à Constantinople au détriment du pasteur légitime, mais la vraie foi allait en sortir fortifiée. Alors que la vertu chrétienne s’était refroidie dans le monde, les tribulations ont enflammé sa charité à nouveau, la philosophie est réfutée, les hérétiques repoussés91. Reprenant saint Jean Chrysostome et saint Paul, Pie VI évoque l’idée qu’avec ses frères évêques, il ne craint pas la mort ni l’exil, car la terre entière est à Dieu. Les eaux peuvent se déchaîner, l’Église repose sur le rocher de la foi de Pierre. Le roi de Grande-Bretagne est enfin remercié pour son accueil et ses soins à l’égard du clergé français.

37Pie VI préfère donc se référer à Jean Chrysostome, mort en exil, plutôt qu’à Léon-le-Grand : trace d’une évolution spirituelle personnelle dont il n’hésite pas à faire part. Pour compléter cet ensemble sur les relations avec la France, il faut clore le dossier des serments.

DE NOUVEAUX SERMENTS IMPOSÉS AU CLERGÉ, Y COMPRIS À ROME

  • 92 AAEESS, Francia 19, f. 1-51. Les documents sont reproduits en L. Delhommeau, Les sources vaticanes (...)
  • 93 Lettre du 29 juillet 1797.
  • 94 AAEESS, Francia 19, f. 12-13.
  • 95 Ibid., f. 51.

38Les documents romains92 indiquent en août 1797 que le député au Conseil des Cinq-Cents Camille Jordan, rapporteur de la commission chargée des affaires ecclésiastiques, demande l’opinion du pape93 sur le serment de fidélité à la République française. C’est donc que le dossier de septembre 1795 est encore débattu à Rome, à la demande même de Paris. Peut-être que le Directoire espère des changements d’attitude dans la ligne du projet avorté de Pastoralis sollicitudo ? Une congrégation s’est tenue le 11 août. Le secrétaire affirme avoir rencontré le pape qui confirme que les prêtres peuvent jurer : « je promets d’être soumis au gouvernement de la République française »94. La formule est cette fois-ci acceptable, car il s’agit d’être soumis à un gouvernement mis en place selon la providence, et non à des lois que l’on désapprouve. La congrégation permet surtout de savoir que des tractations sont en cours entre Milan et Paris et que le Saint-Siège doit se déterminer sur un plan civil et politique. La République Cisalpine a été proclamée le 9 juillet, avec une constitution inspirée de celle de la France, et l’on peut craindre qu’un serment de fidélité ne soit en cause. La réponse sur la France va donc aussi concerner les républiques-sœurs. Un avis cardinalice, peut-être celui d’Antonelli, fait référence à Pastoralis Sollicitudo et admet la reconnaissance du gouvernement, à condition d’exprimer des réserves concernant la fidélité au dogme et à l’Église catholique romaine. Cette position lèse les droits de Louis XVIII, mais, par le traité de Tolentino, le Saint-Siège a reconnu la souveraineté française, et l’acceptation du serment légitime le gouvernement et non pas le régime. Néanmoins, la prudence s’impose : le pape ne peut répondre à un député français. Le marquis Massimo, représentant à Paris, répondra donc en privé à Jordan. Il demandera en même temps le retour des évêques dans leur diocèse d’avant 1791. Enfin il est conseillé de se méfier de Bonaparte. Si tel est l’avis d’un membre de la congrégation, non avons vu que la réponse du pape est plus simple : Pie VI ne reprend pas la formule laissée par la congrégation : « Io giuro di esser’ fedele alla Repubblica francese, in quello che riguarda il civile salvo sempre il dogma, la morale, la disciplina e la gierarchia della Chiesa cattolica romana, e di non entrare in alcuna petizione o congiura contro la stessa Repubblica »95.

  • 96 B. Cubells, op. cit., p. 214-215.
  • 97 Le chanoine d’Hesmivy d’Auribeau affirme que cet ouvrage lui fut demandé par le cardinal Antonelli (...)
  • 98 Lettre du 20 juin 1800, AAEESS, Francia, 20, f. 30v.
  • 99 Voir J. Charonnot, op. cit., p. 278-279. Texte complet en ACTA, II, p. 178-179. Un original de la (...)
  • 100 Autre source en P. Baldassari, op. cit., p. 351-352. Des sources parlent d’une congrégation de car (...)

39Le 5 septembre 1797, le Directoire impose un nouveau serment. Nous sommes au lendemain du coup d’état du 18 fructidor an V, cette réaction républicaine des directeurs qui font arrêter leurs adversaires penchant vers la monarchie (le directeur Barthélemy, les généraux Pichegru et Willot, des députés et des journalistes...). Dans l’optique du mouvement, les lois du 19 fructidor abolissent les mesures de clémence prises depuis quelques mois à l’égard des prêtres réfractaires. Le serment est ainsi formulé : « Je jure haine à la royauté et à l’anarchie. Je jure attachement et fidélité à la République et à la Constitution de l’an III »96. Les peines de déportation sont rétablies pour le refus de serment, la dénonciation par six citoyens, la provocation de troubles populaires. Jurer la haine, et qui plus est à la royauté : on devine le nouveau cas de conscience pour le clergé. Les archives de la secrétairerie d’État laissent peu de documents, la question tombant aux approches de l’exil de la Curie. Il existe un Témoignages authentiques contre le serment de haine à la royauté, publiés à Venise en 179997. Une lettre de Monsieur Emery à Mgr Spina expose qu’il est toujours demeuré silencieux sur les serments du Directoire, mais qu’il a assuré la reprise du culte dans plusieurs diocèses98. On sait par ailleurs que Mgr Di Pietro communique une condamnation de ce serment de la part de la congrégation cardinalice99. Le 24 septembre 1798, il répond à l’évêque de Grasse qui l’interroge ; il est fait état d’une lettre du nonce à Cologne Della Genga qui rencontre Pie VI à Florence en septembre 1798100. Le refus du pape semble donc attesté fermement, mais sans que des censures soient portées. Un durcissement du pape, donc, peut-être du fait de l’exil qui lui enlève tout scrupule à porter un jugement tranché sur l’Église de France ? ou bien, autre interprétation possible, le fait qu’étant désormais sous l’influence de quelques prélats, dont Antonelli, les positions ne sont plus aussi balancées.

  • 101 Voir C. Canonici, « Il dibattito sul giuramento civico 1798-1799 », in Ricerche per la storia reli (...)

40Or, les questions rebondissent à Rome même : tandis qu’elle est occupée par les Français en février 1798, le serment de haine à la royauté est imposé à tous les officiers publics101. L’article 367 de la Constitution de la République romaine demande :

  • 102 « Alcun Funzionario stabilito dalla presente Costituzione, Console, Ministro, Legislatore, Questor (...)

« Tout fonctionnaire établi par la présente constitution, Consul, Ministre, Législateur, Questeur, Administrateur, Edile, Electeur, Préteur, Juge, Préfet consulaire, Juré ordinaire ou spécial, ou Grand Juré, Secrétaire, Scribe, ou tout autre, ne pourra exercer aucune fonction avant d’avoir prété le serment de haine à la monarchie, et à l’anarchie, et de fidélité et d’attachement à la République, et à la Constitution »102.

  • 103 C. Canonici, op. cit., p. 304.
  • 104 G. V. Bolgeni, Giuramento prescritto ai funzionari della Repubblica Romana. Parere del Cittadino G (...)
  • 105 En AAEESS, Stati Ecclesiastici, 29, f. 1-9. G. Mangiatordi, Il giuramento civico proposto nella Co (...)
  • 106 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 29, f. 16-18.

41Les Romains peuvent-ils haïr leur souverain, le pape, et défendre une législation qui pouvait contrevenir à celle des Etats pontificaux ? La question du serment de fidélité s’était posée pour la République Cisalpine, et Bolgeni avait rédigé un opuscule dans le sens de l’acceptation, le pape ayant lui-même accepté la soumission103. L’ouvrage de Bolgeni est publié à Rome et soulève une tempête104. L’auteur est connu comme proche du pape, et hostile aux novateurs. Il considère que la matière du serment ne met pas en cause la conscience du jureur : la Constitution ne s’occupe pas du domaine religieux, il faut obéir aux souverains. Sa position est instrumentale : il s’agit de maintenir la religion dans la République, en méconnaissant les positions antireligieuses de certains jacobins. Les archives contiennent un autre livret favorable au serment, de Giuseppe Mangiatordi105. D’autres ex-jésuites répondent à Bolgeni sur les liens entre le temporel et le spirituel, la juridiction de l’Église, et le caractère antireligieux du projet jacobin. Dès juin 1798, pour éclairer les consciences qui le questionnent, Di Pietro écrit au pape pour lui demander son avis106. Il commente le sien : on ne peut haïr la royauté, voulue par Dieu selon l’exemple de la royauté davidique dans l’Ancien Testament ; mais on doit respecter le pouvoir en place, et donc la Constitution. Il propose comme formule :

  • 107 Ibid., f. 18. « Io N.N. giuro odio a qualsivoglia congiura, complotto, o sedizione per il ristabil (...)

« Je N.N. jure haine à toute conjuration, complot, sédition pour le rétablissement de la Monarchie, et contre la République, qui actuellement gouverne, haine à l’anarchie, fidélité et attachement à la République et à la Constitution, restant sauve la religion catholique romaine que je professe »107.

42Il s’agit de retourner la proposition en s’engageant à ne pas rétablir l’ancien régime, sans le haïr, et en ajoutant une profession de foi catholique, ce que le régime ne pouvait pourtant demander. Mgr Spina lui répond par une lettre du 6 août 1798 : le cardinal Antonelli vient de communiquer son avis sur la question au pape, en corrigeant la formule de Di Pietro et en proposant la formule suivante :

  • 108 Ibid., f. 26. « Io N.N. giuro che non avro parte in qualsivoglia congiura, complotto, o sedizione (...)

« Je N.N. jure que je n’aurai point part à toute conjuration, complot, sédition pour le rétablissement de la Monarchie, et contre la République, qui actuellement gouverne, haine à l’anarchie, fidélité à la République et aux autorités constituées, restant sauve la religion catholique romaine, la discipline universelle, et la hiérarchie de l’Église »108.

  • 109 Ibid., f. 28-29.
  • 110 Ibid., f. 37-38.
  • 111 Ibid., f. 48-51. « che il giuramento suddetto era tradotto letteralmente da quello della costituzi (...)

43Antonelli modifie donc les termes pour oublier l’attachement à la République, ôter la haine de la conjuration, respecter les autorités constituées et non la Constitution, et passer d’une profession de foi à une soumission à la hiérarchie et à la discipline de l’Église. Ce qui permet de laisser sauf le pouvoir théorique du pape sur Rome. Le 21 août, Di Pietro s’impatiente et demande laquelle des deux formules est approuvée par le pape109. A l’automne, d’autres courriers du pape au vice-régent, Mgr Boni, indiquent de refuser le serment pure et simpliciter110. Pie VI répond également à Bolgeni que le serment de la Constitution romaine est repris de celui demandé par la République française, que le pape a déjà condamné sur le conseil de la congrégation particulière111. Il est rappelé au théologien qu’il travaille à la Sacrée Pénitencerie, ce qui donne du poids à ses écrits, et que l’exemple de la France et des Flandres montre que les jureurs sont détestés du peuple.

44Les événements se bousculent à Rome après l’épisode napolitain, car les Français imposent le serment aux ecclésiastiques. Par la lettre 16 janvier 1799, Pie VI regrette que le vice-régent de Rome, Mgr Passeri, se soit démis de ses fonctions au profit de Mgr Boni. Il expose qu’il ne tolère que le serment avec réserve sur la religion :

  • 112 ACTA, II, p. 204-206. Lettre Ad nostram pervenit. « Io N.N giuro odio a qualsivoglia congiura, com (...)

« Je N.N. jure que je n’aurai point part à toute conjuration, complot, sédition pour le rétablissement de la Monarchie, et contre la République, qui actuellement gouverne, haine à l’anarchie, fidélité et attachement à la République et à la Constitution, restant sauve la religion catholique »112.

  • 113 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 29, f. 56-57 et 58-59.
  • 114 Ibid., f. 66-68.
  • 115 Lettre In mezzo alle molte, du 20 janvier 1799, ACTA, II, p. 208-211.c
  • 116 P. Baldassari, op. cit., p. 351-356.
  • 117 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 29, f. 91-109.

45Autrement dit, Pie VI a enteriné la formule de Di Pietro. Le 20 janvier 1799, Mgr Boni raconte au Saint-Père comment les professeurs du Collège romain, désormais pressés de jurer par les Français, se sont vu refuser les réserves concernant la religion par les officiers. Seconde lettre le 25 janvier pour raconter les serments à l’Université de la Sapienza. Boni précise qu’il n’a pas publié les positions du pape pour ne pas semer le schisme dans le clergé113. Parmi les jureurs, on relève Bolgeni et Pietro Caprano ; parmi les absents ou les non-jureurs, Mgr Stay (Secrétaire des lettres latines du pape), les dominicains et les barnabites. Les archives présentent une instruction de Mgr Boni114 sur le serment qui propose la formule de Mgr Di Pietro et indique que le clergé peut jurer en toute conscience en vertu de l’enseignement de l’Église sur le respect de l’autorité en place. Mais par une lettre du 29 janvier, le pape a déjà manifesté son incompréhension de l’attitude de Boni et des professeurs115 ; ce dernier s’excuse le 10 février d’avoir augmenté l’amertume du Saint-Père dans la situation présente. Le 26 février, il l’informe qu’il a communiqué au clergé la claire interdiction pontificale de prêter le serment en dehors de la formule prescrite. Or, elle a été aussitôt interdite par la République, dès le 25 février116. La suite des courriers dans les archives montre que le débat se poursuit : Boni fait état de l’empêchement imposé par la République à l’égard des ordinations ; des Romains se plaignent que l’on excite le peuple contre l’Église par le refus du serment ; on s’interroge sur la manière d’opérer des rétractations. La présence d’un exemplaire du bref In gravissimis de 1792 peut indiquer que l’on se réfère au précédent français quant à l’attitude à tenir à l’égard des jureurs117.

  • 118 Voir l’analyse de D. Armando, « Il giuramento civico nella vita politica e religiosa della Repubbl (...)

46La question de la légitimité des serments se trouve donc désormais posée sur les terres mêmes du pape, et celui-ci, en exil, doit faire face aux cas de conscience de son propre clergé. Or il se montre inflexible sur les réserves, et clairement déterminé, plus même que pour les questions de France. Ce fait vient corriger la justesse d’appréciation de l’expectative pontificale entre 1793 et 1798 sur les serments : il leur est bien au fond opposé, mais tient à respecter la situation de la France et le partage des opinions dans l’épiscopat. Relevons qu’à l’instar des discussions sur le jansénisme des constitutionnels dans l’historiographie française, l’historiographie italienne s’interroge aujourd’hui sur les traces de jansénisme à Rome et sur l’augustinisme modéré de Bolgeni118.

PIE VI ET LA CURIE : L’EXERCICE DE LA PRIMAUTÉ DANS UNE SITUATION LIMITE

Comment préserver la liberté pastorale d’un pape prisonnier ?

  • 119 M. Cattaneo, Gli occhi di Maria sulla Rivoluzione, miracoli a Roma e nello stato della Chiesa (179 (...)
  • 120 G. Marchetti, De’ prodigi avvenuti in molte sagre imagini e specialmente di Maria Santissima secon (...)
  • 121 Mémoires concernant les prodiges arrivés à Rome dans plusieurs images, particulièrement de la T. S (...)
  • 122 Ibid., p. 169-173.
  • 123 Sur l’interprétation clairement contre-révolutionnnaire de Brancadoro au sujet des miracles, voir (...)
  • 124 Mémoires concernant les prodiges..., p. 159.
  • 125 M. Cattaneo, op. cit., p. 73.
  • 126 Mémoires concernant les prodiges..., p. lxiv.
  • 127 Cf. les études de M. Caffiero déjà cités. La conversion des juifs était un thème chère au mouvemen (...)
  • 128 Cf. P. Stella, in Ricerche per la Storia Religiosa di Roma 9 (1992), p. 29. Le décret de béatifica (...)
  • 129 M. Cattaneo, op. cit., p. 61-63.

47Un élément jusqu’ici passé sous silence mérite l’attention : dans la période de l’été 1796, tandis qu’après l’armistice de Bologne on craint encore une invasion française, puis quand le Saint-Siège négocie avec le Directoire, des signes du ciel viennent au secours du pape. Les images de la Vierge pleurent ou clignent des yeux. Les signes commencent le 25 juin par le port d’Ancône, dont l’occupation est prévue par l’armistice de Bologne, qui connaît une agitation jacobine, et où la peur est donc plus forte parmi la population119. Le ciel manifeste donc sa protection pour les États du pape et pour le pape lui-même ; il vient réconforter un peuple en proie à la peur et peut-être le soutenir dans ses combats. Giovanni Marchetti entreprend aussitôt la rédaction d’un livre pour rendre encore plus manifestes les éléments de l’enquête officielle menée à la demande du cardinal-vicaire de Rome, Giulio Della Somaglia120. L’ouvrage sera traduit en français en 1799121 sur l’initiative de l’évêque de Hildesheim qui l’avait reçu en cadeau du Saint-Père. Vingt-huit manifestations furent attestées selon les formes canoniques par un décret du 28 février 1797122 : elles concernent des manifestations extraordinaires survenues entre le 25 juin 1796 et le 6 janvier 1797, concernant principalement des images de la Vierge dans des églises ou des rues de Rome, et deux crucifix. D’autres miracles seront déclarés à Ancône ou à Frascati ; il y aura aussi 38 dépositions émanant de couvents. Parmi les dépositaires venus attester au procès de la véracité des faits, on peut relever le chanoine d’Hesmivy d’Auribeau, Mgr Brancadoro123, Mgr Di Pietro124, un barnabite de San Carlo (le couvent de Gerdil), le duc Lante ; autrement dit, des personnages connus de l’historien. Le cardinal vicaire Della Somaglia joue un rôle important dans une politique de « contrôle » des miracles, les regroupant en catégories précises pour servir la cause des États pontificaux125. Dans la préface de son ouvrage, Marchetti expose combien le peuple de Rome est « éclairé », combien Dieu a voulu se manifester avec des moyens adaptés à notre époque et surtout comment il s’est servi de ces images de la Vierge que les « Novateurs » regardaient comme ridicules, ne relevant que de la superstition populaire126. Les signes du ciel ont pour effet de rassurer la population, d’amener à la conversion des incrédules, mais aussi des juifs, ce qui place les événements dans un contexte apocalyptique127. Ces miracles permettent aux autorités romaines de récupérer le sacré et le merveilleux contre les jansénistes et les jacobins ; ils sont à situer dans le même mouvement que la mise en valeur du type de sainteté de Benoît-Joseph Labre, ou de Léonard de Port-Maurice, béatifié par Pie VI le 19 juin 1796 et connu pour sa prédication à Pistoie128. Un fait permet de mesurer l’interpénétration du sacré et du politique dans les Etats pontificaux : le 11 février 1797, Bonaparte est de passage à Ancône et l’icône miraculeuse de la vierge de San Ciriaco lui est présentée. Après avoir, dans un premier temps, voulu la dépouiller de ses cadres et couronnes, il en vint à la respecter, le chanoine affirmant ensuite que les yeux avaient oscillé devant le général129.

  • 130 Voir G. Pignatelli, Aspetti della propaganda..., p. 188-190. On retrouve ce reproche sous la plume (...)
  • 131 Cristianopoli, 1798, 199 p. L’ouvrage porte pour auteur G.M.D.E., attribué à Giovanni Marchetti po (...)
  • 132 Ibid., p. 16. Les jansénistes en particulier voulaient faire reculer la compréhension du latin pou (...)
  • 133 Ibid., p. 74.
  • 134 Rome, 1794. Cet auteur est un important théologien romain, artisan de nombreuses polémiques au siè (...)
  • 135 G. Cingari, Giacobini e sanfedisti in Calabria nel 1799, Reggio Calabria, 1978 ; M. Lelj, La santa (...)
  • 136 P. Baldassari, op. cit., p. 333 et 345. Cf. AAEESS, Stati Ecclesiastici, 30, f. 15-16 : lettre du (...)
  • 137 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 73, f. 27v, du 18 décembre 1798. Lettre de Giuseppe Albani, à Vienne, (...)

48En évoquant Giovanni Marchetti, il convient de présenter un ouvrage postérieur du publiciste, au moment où il se fait plus incisif à l’égard du pape dans ses écrits en lui reprochant de ne pas avoir défendu militairement les États130. En 1798 est publié à plusieurs reprises Che importa ai preti, ovvero l’interesse della religione cristiana nei grandi avvenimenti di questi tempi, riflessioni politico-morali di un amico di tutti, dirette a un amico solo131. Marchetti nous livre ici l’opinion particulière d’un écrivain proche du pape, alors que celui-ci est désormais parti en exil. C’est en quelque sorte un testament politico-religieux de l’auteur au moment où tout semble se jouer pour l’avenir. Il affirme d’abord que, dès 1789, les esprits raisonnables savaient que les événements de France allaient secouer tout l’univers. La nouvelle République veut détruire toutes les monarchies et, avec elles, la religion catholique. Cela fait un demi-siècle que l’on édite des livres mal-pensants, qu’on fait reculer la connaissance du latin132, que l’on remplit les intelligences avec des notions de droit, d’opinion, de liberté. Marchetti désigne alors deux ennemis : la secte franc-maçonne, vaste laboratoire où des esprits s’entraînent à la corruption de la multitude, et la secte janséniste, qui cherche à entretenir dans l’Église une controverse immense. Les libertés gallicanes viennent s’ajouter pour mener les esprits vers la liberté politique et morale133. Le Comité ecclésiastique de l’Assemblée Nationale avait eu pour but de décatholiciser la France, il avait été traité de janséniste par Mirabeau, et Marchetti le compare donc à Ems et à Pistoie : il avait lui aussi des visées réformatrices. Il rappelle ensuite le complot de Bourg-Fontaine, montre les affinités entre Pietro Tamburini et les francs-maçons. Aujourd’hui, poursuit l’auteur, la philosophie a fait tant de morts que plus personne ne lui accorde crédit. Mais le but étant de détruire le christianisme, la guerre va continuer. Quels remèdes l’auteur propose-t-il ? D’abord la prière et le renouvellement de la conviction religieuse. Les sociétés nouvelles étant faibles et corrompues, l’Église garde toute ses chances. Il faut ensuite un clergé uni, une séparation juste du politique et du religieux, mais en posant la crainte de Dieu comme base de l’ordre social. Pourquoi demeurer aveugle ? L’Europe est traversée par une guerre de religion, même si l’autorité (le pape) ne se prononce pas sur ce terme. Marchetti fait ici référence à un ouvrage du père Gusta, Saggio critico su le Crociate... se sieno adattabili alle circostanze presenti134. La croisade, la guerre sainte : les thèmes redeviennent à la mode en ces années de conflits sur le sol italien. On le reverra dans les armées du cardinal Ruffo contre la République Parthénopéenne135. Mais auparavant, le cardinal doyen Albani demande en 1798 au pape en exil de déclarer la guerre sainte, sur les instances de la cour de Naples136. Les armées d’Autriche ont fait la même demande137. Pie VI s’en garde bien, il ne posera aucun geste en ce sens. Pourquoi consacrer des armées quand on ignore tant les intentions des princes ? Pourquoi mêler aussi intimement le spirituel et le temporel ? Pour lui, l’heure est à la remise à Dieu, l’heure est à la seule affirmation du spirituel.

  • 138 Manuel Godoy Alvarez de Faria (1767-1851). Connu pour avoir été l’amant de la reine Maria-Luisa. I (...)
  • 139 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 19, f. 30-33. « Replica di Mons. F. Casoni, nunzio Apostolico in Madr (...)
  • 140 ASV, Arch. Nunziatura Vienna, 116, f. 100. Courrier du 20 mai 1797 selon lequel le cardinal de Lor (...)
  • 141 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 19, f. 69-73v.
  • 142 Selon P. Baldassari, op. cit., p. 125.
  • 143 P. Baldassari, op. cit., p. 282, et 357-361. La cour d’Espagne prend également en charge les frais (...)
  • 144 Selon AAEESS, Stati Ecclesiastici 91, f. 26, lettre du 15 mai 1799 de Casoni à Spina : Labrador a (...)

49Cette position se comprend d’autant mieux que tous les dés sont désormais pipés. En 1796, le pape apprend que la cour d’Espagne lui demande de séparer le temporel et le spirituel dans sa charge pontificale, de renoncer à la souveraineté sur ses États, pour n’être plus qu’un chef religieux. Le nonce à Madrid, Filippo Casoni, répond au « Prince de la Paix », le premier ministre du roi Manuel Godoy138, que le pape est dépositaire d’un Etat inaliénable, dont il est le gardien comme un évêque garde son troupeau139. Le ministre espagnol faisait miroiter qu’un abandon de la souveraineté temporelle ôterait aux Français un motif pour faire la guerre au pape. Il devrait également comprendre que Naples et l’empire rêvent de récupérer ses terres. La demande de l’Espagne explique la curieuse mission des trois évêques venus rejoindre le pape en mars 1797. Le cardinal de Lorenzana, archevêque de Tolède, Mgr Despuig, archevêque de Séville, et Mgr Musquiz archevêque titulaire de Séleucie et confesseur de la reine, arrivent à Rome140. Leur mission exacte reste l’objet de plusieurs interprétations, ce qui montre l’ambiguïté des démarches de Madrid. Une circulaire du 4 mars 1797141 expose les raisons de cette démarche selon l’archevêque de Salamanque, membre du conseil royal : le pape a voulu agrandir ses États avec l’aide de la Grande-Bretagne en allant plus loin que la récupération d’Avignon, au lieu de suivre les conseils de la cour de Madrid sur l’abandon du temporel. Or, le roi d’Espagne garde la pureté de la foi catholique, et le Saint-Père doit lui faire toujours confiance. Le roi ne peut abandonner le pape dans une situation aussi dangereuse ; il lui envoie donc trois archevêques pour le soutenir et le conseiller. Pour d’autres, notamment l’ambassadeur français à Madrid, il s’agit pour Charles IV d’éloigner de la cour trois hommes qui lui sont antipathiques, d’autant plus que le premier ministre a l’Inquisition contre lui142. Pour d’autres, c’est un geste de soutien inespéré du roi au pape, puisque de fait les trois hommes vont prendre en charge les frais de l’exil143 ; le cardinal de Lorenzana aidera le souverain pontife après le départ de Rome, et le comte de Labrador, ministre d’Espagne en Toscane, prendra le relais en suivant le pape en France144. Compte tenu des demandes de grâces et de facultés de la cour d’Espagne qui seront ensuite évoquées, il faut retenir que le soutien de Charles IV n’est pas gratuit.

  • 145 Stati Ecclesiastici, 19, f. 40-45.
  • 146 Stati Ecclesiastici, 22, f. 8-11.
  • 147 Pourtant, il sera encore question de la sécularisation des principautés ecclésiastiques de la régi (...)
  • 148 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 22, f. 14-19v.
  • 149 Stati Ecclesiastici, 21, f. 65-67v.

50Rome doit donc peser ses liens avec les cours : l’Espagne joue un rôle ambigu, Vienne brille par son inefficacité. Depuis l’affaire de la suppression des Jésuites et la politique de Joseph II, le Saint-Siège est sur ses gardes, et il tient à marquer ses distances. Un mémoire des archives de la Secrétairerie d’État rend compte de cette interrogation de la Curie en 1797. Faut-il se taire ou parler à propos de la place du pape et des usurpations de sa juridiction par les cours ?145 En octobre 1797, Rome appelle encore à l’aide la cour de Vienne ; Giuseppe Albani prépare un mémoire146 pour l’empereur sur la confiance que lui accorde le pape : il respectera le territoire des Légations pontificales en ne les annexant point à l’Empire. Le pape, par ailleurs, se méfie de l’Espagne. A cette date, Pie VI préfère encore François II à Charles IV147. Un autre mémoire émanant des mêmes archives témoigne du désir de Rome de participer aux négociations à Berne entre les puissances : il veut que son représentant réclame encore en faveur des droits du Saint-Siège sur Avignon, en déclarant ouvertement le refus de l’abandon du temporel proposé par la cour d’Espagne148. Dans ces moments d’hésitations, les archives livrent encore un projet d’encyclique149. Il s’agit d’une nouvelle autojustification de l’œuvre du pontificat de Pie VI depuis 1775, datable de l’hiver 1796-97, ou d’après le traité de Tolentino, au moment où les habitants des États supportent le poids des impôts et le choc de la défaite. Le texte évoque la paix qui régnait au début de son pontificat, l’étendue de ses bienfaits dans les travaux, sa confiance envers les cardinaux. Ce projet nous renvoie à celui de 1791, quand Pie VI songea également à justifier son attitude dans les affaires de France. Finalement, là encore, il reste silencieux. Il ne cherche pas à se justifier, alors qu’une prise de parole aurait pu marquer les esprits. Mais sans doute ne saisissait-il plus le ressort des opinions populaires, comme lors du voyage à Vienne de 1782 ; il est en cela en dehors de la logique révolutionnaire.

  • 150 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 23, f. 69-70v.
  • 151 Ibid., f. 71-74.
  • 152 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 30, f. 11-12. 6 novembre 1798.
  • 153 Stati Ecclesiastici, 73, f. 20, courrier de Mgr Albani à Odescalchi du 24 novembre 1798.
  • 154 Ibid., f. 23v. courrier du 8 décembre 1798.
  • 155 Ibid., f. 52v, courrier du 19 janvier 1799, et f. 64, courrier du 2 février.
  • 156 P. Baldassari, op. cit., p. 433-434. Selon Baldassari, un détachement autrichien tenta de marcher (...)

51Au plan des relations avec l’empereur, un mémoire150 de ce dernier de mars 1798 reproche à Pie VI de ne pas avoir fui vers Naples ou vers le territoire de l’Empire. Or les cardinaux pressèrent le pape sur ce sujet, et il refusa, préférant être prisonnier de l’ennemi plutôt que prisonnier des monarchies. François II expose que les Français ne le lâcheront plus et que lui-même ne pourra rien faire : il s’abstient d’évoquer la paix de Campoformio qui le lie effectivement à la France. Vienne devient la plaque tournante des négociations sur le sort du pontife. Della Genga propose à Mgr Albani de faire jouer les évêques de l’Empire pour forcer François II à l’action151. Thugut est rassurant sur le fait qu’il est favorable au maintien du pouvoir temporel du pape152. L’alliance entre Naples et l’Empire fait naître l’espoir dans l’hiver 1798-1799 ; le nonce espère même que le pape chantera la messe de Noël dans Saint-Pierre !153 Il devrait donc tenter de rejoindre Naples pour être conduit triomphalement à Rome. Lors du revirement de situation, Mgr Albani craint que les Français ne se vengent sur la personne du Saint-Père154. Au fond, la correspondance du prélat met en lumière la passivité de Vienne qui compte sur Naples, puis sur un bateau anglais, pour libérer le pape155. Il n’y aura jamais d’action ouverte, et lorsque Pie VI voyagera entre Parme et Plaisance, escorté seulement de douze soldats français, à quelques kilomètres des positions autrichiennes, pas le moindre bataillon ne tentera une opération156.

  • 157 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 23, f. 65-68, lettres du 28 février et du 6 mars 1798.
  • 158 P. Baldassari, op. cit., p. 366. Le Bref du pape Quam calamitosa, du 1er octobre 1798, se trouve e (...)
  • 159 Ibid. « Vos videtis ipsi, ipsique experti fatemini, numquam antea ex inferorum portis contra morum (...)
  • 160 Un compte-rendu préçis des démarches de Labrador se trouve en AAEESS, Stati Ecclesiastici 92, f. 6 (...)
  • 161 Le décret est reproduit en AAEESS, Stati Ecclesiastici, 91, f. 59-60. En 92, f. 2-5, lettre de Mgr (...)

52Du côté de l’allié espagnol, en février-mars 1798, Casoni se plaint du silence du roi, qui ne daigne même pas le recevoir157. Mais le jeu de Charles IV est découvert par les rapports de Baldassari : l’Espagne paye l’exil du pape parce qu’elle demande une chose précise, à savoir que les évêques du pays aient une plénitude de juridiction dans l’administration des affaires religieuses. De plus, quand Pie VI étend la juridiction des nonces apostoliques à cause de son exil, pour pallier l’absence de possibilité de relations des évêques avec la cour de Rome, le nonce de Madrid est empêché d’user de ses facultés étendues158. Ce bref manifeste que le pape a une vive conscience de la façon dont chacun essaye de s’opposer à l’autorité du Siège apostolique et à la discipline de l’Église : dans les circonstances présentes, il faut que les évêques puissent toujours recourir au Saint-Siège. Les nonces reçoivent donc des facultés plus larges afin de répondre aux demandes épiscopales sans passer par Rome, ils sont constitués délégués apostoliques, ce qui renvoie à une catégorie particulière de représentation du Saint-Père, au-dessus de celle de nonce apostolique159. Quand le comte de Labrador demande au nom du roi à Pie VI exilé en France des facultés pour les évêques, que le général des Dominicains soit un espagnol installé en Espagne, et que l’Église du palais royal soit une basilique patriarcale160, Pie VI de répondre à Mgr Spina qu’il ne vendra pas son âme ! Or à peine connue la nouvelle de la mort du pape, Charles IV décide par décret du 5 septembre 1799 d’accorder cette juridiction plénière à ses évêques, sous prétexte de l’incertitude concernant le temps de vacance du siège pontifical, qui pourrait être long161.

  • 162 Ajoutons aux ambiguïtés de la cour de Madrid la volonté du roi de parquer les émigrés ecclésiastiq (...)
  • 163 Pour une logique de la question romaine de Pie VI à Pie IX, voir M. Vaussard, La fin du pouvoir te (...)

53Un roi décrète donc sur la juridiction épiscopale : il fait la même chose que l’Assemblée Constituante. Ce geste permet d’encadrer, entre la Constitution civile du clergé et le décret de Charles IV, combien Pie VI assume une résistance spirituelle jusqu’au terme de son pontificat. Comment aurait-il put décréter une guerre sainte au profit de troupes militaires conduites par des souverains aussi peu clairement intentionnés à son sens, et selon la théologie romaine ?162. Si le pape a tenu à appeler les puissances au secours de la monarchie de France, il se garde de s’inféoder à elles, dans la stricte logique de l’affirmation de sa primauté de juridiction. Et il se refuse à franchir le pas d’une séparation d’avec le pouvoir temporel en Italie, car il conçoit ce lien comme la condition de sa propre liberté spirituelle d’action. Pie VI, d’une certaine façon, préfigure ici Pie IX, encore que les circonstances auront entre temps changé, entraînant une compréhension différente de la nécessaire politique d’unification de l’Italie163.

Le Sacré Collège en exil

  • 164 Voir I.4.5.

54Devant la crise militaire de la campagne d’Italie, Pie VI reprend les consultations de l’ensemble des cardinaux présents à Rome (ils sont entre 18 et 20). Les dossiers Valenti Gonzaga le prouvent pour les dates des 28 août et 13 septembre 1797, ainsi que des 5, 10 et 22 février 1798164. Il n’est plus possible au pape de se limiter au trio Albani – Antonelli – Gerdil, trop peu diplomate dans son esprit ; il se doit de consulter tous ses conseillers. Or il faut relever la distance qui se marque au sein de ces relations nouvelles, au sens où la Curie se montre plus intransigeante et guerrière que le pape. Au moment des négociations de Florence entre Caleppi et Cacault, les cardinaux veulent la guerre sainte à outrance et des alliances avec l’empereur et la cour de Naples. Ils ne se déferont jamais de ce parti.

  • 165 Diario Romano 2244, du 2 juillet 1796.
  • 166 P. Baldassari, op. cit., p. 160 ; AAEESS, Stati Ecclesiastici, 22, f. 28.

55Mais il faut aussi prendre en compte d’autres instances que la congrégation générale des cardinaux. Un organe de la Curie devenu essentiel durant la crise militaire est la congrégation d’État. En juin 1796, elle est composée, selon le Diario Romano, des cardinaux Alba-ni, Gerdil, Antonelli, Borgia, Zelada, et du criminaliste Barberi165. Le 29 décembre 1797, au lendemain de la mort de Duphot, elle est composée, selon le recoupement des informations, des cardinaux Albani (malade, il est absent le 29 décembre), Caraffa, Altieri, Antonelli, Della Somaglia, et de Mgr Federici comme secrétaire166. Pie VI fait donc varier les membres de cet organe censé suivre la situation interne des États pontificaux. L’évolution témoigne-t-elle d’une ouverture devant la réalité des faits ?

56A cette dualité des instances de conseil va correspondre une valse hésitation qui caractérise les positions romaines. Au départ, on affecte à Rome d’être à l’abri de toute invasion sous le prétexte qu’elle est restée neutre, comme si les brefs à l’empereur et les prises de position du pape pouvaient être masqués. En juin 1796, on tente encore d’utiliser la carte du spirituel avec la publicité faite aux miracles de Rome et d’Ancône. Quelle que soit la réalité, que l’historien n’a pas à juger, il faut relever qu’on tente de retrouver la situation de l’hiver 1792, quand la tempête dispersa miraculeusement la flotte française vers Naples. Alors que le temporel est en danger, le spirituel intervient massivement au secours de la population. Dieu ajoute des grâces aux indulgences du Saint-Père.

  • 167 G. Filippone, op. cit., p. 112sv.
  • 168 Ibid., p. 392.
  • 169 P. Baldassari, op. cit., p. 278.

57L’interprétation des changements de secrétaire d’État ne s’avère pas aisée, car les contemporains sont contradictoires dans leurs interprétations. Zelada est d’origine espagnole, il se retire à cause de son âge et de ses infirmités. Selon l’étude de Giuseppe Filippone, il se retire aussi à cause des initiatives diplomatiques de Pie VI qui tente en janvier 1796 des médiations avec la France par le biais d’un commerçant d’Ancône, Antonio Devoto, et du banquier Bottoni, sans prévenir son secrétaire d’État167 ; Zelada découvre la chose par les révélations d’Azara, et remet sa démission au pape. Busca, qui lui succède le 9 août 1796, représente toujours le choix espagnol de la diplomatie pontificale, puisque le chevalier d’Azara est l’homme fort des négociations avec le Directoire168. Mais Tolentino peut être perçu comme un échec de cette diplomatie qui cherche des appuis en Espagne et à Naples. Aussi le 18 mars 1797, le cardinal Giuseppe Doria Pamphili remplace-t-il Busca. Cet homme, surnommé « le bref du pape » à cause de sa petite taille, était un ancien nonce à la cour de Versailles de 1773 à 1785. Est-ce au titre de cette connaissance de la France qu’il vient à la rescousse ? De toutes les façons, force est d’estimer que Pie VI ne peut alors faire autrement que de placer au poste de secrétaire d’État deux hommes qui se trouveront prisonniers d’une situation sans issue. Ils sont sacrifiés pour l’histoire. Busca sera président de la Congrégation du Buon Governo avant de mourir en 1803 ; Doria reviendra sur le devant de la scène au moment de la captivité de Pie VII, se montrant passablement servile à l’égard de Napoléon. Pie VI, à la fin comme au début de son pontificat, ne sut pas mettre à ses côtés un homme d’envergure. Consalvi se préparait pour le pontificat suivant. A Sienne, Odescalchi, nonce apostolique auprès du grand-duc de Toscane, devient quasiment le secrétaire d’État, étant le seul diplomate de métier présent aux côtés de Pie VI169.

  • 170 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 22, f. 28.
  • 171 Idem. Voir courrier de Roverella en Stati Ecclesiastici, 30, f. 56-57.
  • 172 P. Baldassari, op. cit., p. 296-323.
  • 173 Gerdil est de fait à Turin le 9 mai 1798, AAEESS, Stati Ecclesiastici, 30, f. 24-25. Il œuvre avec (...)
  • 174 Ibid., f. 45. Pour rendre compte des travaux de Gerdil durant la période, notons surtout ses ouvra (...)
  • 175 V. E. Giuntella, « Di un projetto di eleggere a Roma un antipapa durante l’esilio di Pio VI », in (...)

58Quand sonne l’heure de l’occupation en février 1798, le pape remanie la congrégation d’État sur ordre de Berthier : le 11 février 1798, elle comprend les cardinaux Doria, Antonelli et Antici, le prince Spada, Mgr Costantini, l’avocat Riganti (qui se ralliera à la République romaine)170. Berthier prend en otage des membres de la famille du cardinal Albani, et Mgr Consalvi au titre de sa participation à la congrégation militaire. Ils seront vite libérés, ce qui n’est pas le cas des cardinaux arrêtés et internés le 8 mars dans un couvent du Corso. Il s’agit des cardinaux Antonelli (il avait refusé de fuir pour présider les Cendres à Saint-Pierre), Borgia, Doria, Della Somaglia, Carafa, Carandini, Roverella, Braschi, ainsi que du prince Borghèse171. Les cardinaux Valenti Gonzaga et Rezzonico ont été épargnés à cause de leur état de santé. Ils seront transférés au couvent dominicain de Civittavechia, puis chassés par bateau le 28 mars. Cette arrestation correspond au désir de la République et de Berthier de ne plus voir aucun cardinal à Rome. Albani avait fui dès avant l’arrivée des Français avec Busca, car il se savait personnellement menacé, comme chef de file des zelanti. Ils rejoignent Naples, ainsi que York et Flangini, de même que Caraffa et Pignatelli qui sont en famille dans ce royaume172. Zelada et Lorenzana partent pour Florence afin de rester peu éloignés du pape, Caprara à Bologne, Rinucini en Toscane (il part en se déguisant...). Livizzani n’est point inquiété, il est à Modène le 12 mars. Archinto se retire à Milan, Gerdil retourne chez ses protecteurs de jadis à la cour de Turin, puis dans son abbaye de San Michele della Chiusa173. Il écrit au pape en novembre 1798174 qu’il prépare un ouvrage sur les droits du Saint-Siège : même en exil, il reste fidèle à sa charge de théologien défenseur du pape ! Mgr De Gregorio rejoint la Toscane après un intermède curieux, puisqu’il fut question à Rome de le faire élire pape par le clergé du diocèse175. Archetti rejoint Naples.

  • 176 Il séjourne dans ce couvent du 10 avril au 26 juin 1798, puis rejoint le couvent passioniste de Po (...)
  • 177 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 40, f. 26-27.
  • 178 P. Baldassari, op. cit., p. 336.

59Après la libération de Civitavecchia, Antonelli se dirige vers Venise et s’installe dans le couvent passioniste de Monte Argentario176, Borgia va à Venise. Roverella se retire à Ferrare, Doria à Gènes. Consalvi passe par Naples pour rejoindre Florence puis Venise, Flangini quitte Naples en juillet 98 pour Venise. Pie VI pria les cardinaux durant l’été de se regrouper à Venise, à distance moyenne de lui, sur les terres impériales. Le 17 septembre, une circulaire de Antonelli et Maury presse les cardinaux de se rendre à Venise177. La défaite militaire de Naples et l’instauration de la République Parthénopéenne incite Ruffo et Albani à se retirer à Palerme, tandis que leurs confrères se dirigent vers Venise178.

  • 179 P. Baldassari, op. cit., p. 304. AAEESS, Stati Ecclesiastici, 31, f. 10sv. Mémoire du 29 avril 179 (...)
  • 180 Bref Cum dilectus filius, en Ep. ad Principes 192, f. 81v-84 ; ACTA, II, p. 174.

60Le collège est enfin secoué par la défection de deux de ses membres : les jacobins tentent en effet d’obtenir des renonciations à la pourpre (les cardinaux prisonniers à qui cela est demandé refusent avec indignation, sous la conduite d’Antonelli). Le 7 mars, Antici renonce à la pourpre et écrit au pape ; le 12, c’est le tour d’Altieri, affecté par la maladie. Indigné par ce qu’il estime être une trahison, Pie VI refuse longtemps de recevoir leur renonciation (comme d’ailleurs pour Loménie de Brienne en 1791). Mais le cardinal Antonelli le prie d’accepter ces trahisons pour la sûreté du prochain conclave179, ce qu’il fait le 7 septembre180. Antici, favorable à la paix avec Bonaparte, demande sa réintégration au moment du conclave de Venise, ce qui lui sera refusé. Altieri se rétractera de sa démission deux jours avant sa mort en février 1800. Dès le pontificat de Pie VI, le Sacré Collège subit des pressions qui mettent à mal la fidélité des cardinaux à la pourpre du martyre, comme cela se renouvellera sous Pie VII. La politique les sortait précipitamment du calme de la société romaine.

61En somme, il faut retenir que le doyen Albani groupe autour de lui à Naples un noyau intransigeant et zelante, tandis que les personnalités les plus proches du pape durant la fin du pontificat se dispèrsent plutôt, avant de rejoindre Venise les premières. Des querelles de position se trouvent derrière la répartition géographique.

  • 181 P. Baldassari, op. cit., p. 236.
  • 182 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 22, pos. 98. et 31, f. 2-3, courrier du cardinal Antonelli.
  • 183 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 23, f. 55-56v.
  • 184 Ibid., f. 47-52.
  • 185 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 31, f. 10 sv.
  • 186 Les pièces de ce dossier sont en AAEESS, Stati Ecclesiastici, 27, f. 2-32.

62Dans une telle situation d’exil du pape et de dispersion du Sacré Collège, comment les rouages ordinaires de la primauté pontificale peuvent-ils fonctionner ? Plusieurs solutions sont envisagées et appliquées, avant que chacun n’agisse selon ses possibilités. Ainsi, le 18 février 1798, Gerdil et Antonelli font instituer par le pape une congrégation de six cardinaux comprenant les chefs d’ordre (les cardinaux sont répartis en cardinaux évêques, prêtres et diacres indépendamment du ministère ordonné qu’ils portent) pour administrer les affaires de l’Église durant l’exil du pape181. Cette congrégation se révèle immédiatement inopérante puisque les cardinaux sont dispersés par la République. Aussi les pouvoirs de délégué apostolique, pour l’exercice de certaines compétences pontificales, furent-ils remis à Antonelli le 15 mars, puis à Gerdil qui le 26 mars espérait rester, mais, à son tour sur le départ, les laissa à Mgr Di Pietro le 30 mars 1798182. On retrouve ici la sainte hiérarchie de la congrégation des affaires de France... La démarche d’institution de la congrégation des cardinaux chefs d’ordre est mal reçue. Della Genga, nonce à Cologne, écrit à Vienne à Giuseppe Albani qu’il est urgent de trouver un refuge sûr pour le pape, afin qu’il puisse exercer librement toute sa primauté. La congrégation des cardinaux est à son sens une erreur politique et théologique : politique parce qu’elle peut laisser croire que le pape n’exerce plus son autorité, ce qui lui ôte tout droit au respect de la part des puissances ; théologique parce qu’elle peut conduire droit au schisme en cas de désaccord au sein du Sacré Collège183. Or au même moment, Pie VI, dont les archives gardent deux lettres autographes de Sienne184, songe à réorganiser la Curie en exil, et dit beaucoup de mal de Della Genga qui a demandé son remplacement. Il évoque la reconstitution des tribunaux romains à Sienne, la préparation de l’année sainte à venir. Il faut relever cet optimisme du pape dans les débuts de son exil, et son secret espoir de garder une part de liberté dans l’exercice de sa primauté, tout en même temps que sa défiance envers ses nonces. Antonelli tient le même discours que Della Genga : dans son mémoire d’avril 1798185, il expose que le pape gouverne là où il est, qu’il faut donc installer les tribunaux à Sienne (Antonelli est devenu grand-pénitencier en remplacement de Zelada) ; il rappelle que la situation en France impose que le pape exerce plus que jamais sa juridiction ; il demande enfin des précisions sur le futur conclave. Si Antonelli demande la fixation des tribunaux, c’est parce que des mésententes couvent entre les hommes. Nous voyons exploser le problème en juillet 1798, quand Mgr Di Pietro, délégué apostolique à Rome, proteste auprès du pape des grâces trop nombreuses, et accordées à son sens sans discernement, par Mgr Odescalchi, à Florence. Le 7 août, le nonce répond qu’il faut être plus large dans l’octroi des grâces apostoliques, tout en veillant à ceux qui seraient tentés d’en abuser. Di Pietro prépare une lettre de remontrance au nonce, jamais envoyée, et Mgr Spina calme le jeu depuis Florence en prenant la défense du nonce, mais en demandant plus de parcimonie à l’avenir186. L’usage des facultés dans l’entourage du pape est donc l’objet de conflits entre Rome, Florence, et certainement Naples où Albani joue son rôle de doyen du Sacré-Collège avec conviction.

  • 187 P. Baldassari, op. cit., p. 333.
  • 188 En mars 1798, le roi et Acton promettent aux cardinaux de marcher sur Rome et de mettre en place u (...)
  • 189 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 30, f. 7-8.
  • 190 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 31, f. 50-72, correspondance de Braschi du 6 mars au 18 août 1798.
  • 191 Voir à ce sujet : L. Codignola, « La bureaucratie romaine face à la crise de la fin du xviiie sièc (...)

63En juillet 1798, dix cardinaux sont en effet à Naples autour du doyen Albani : Capece Zurlo, York, Antonio Doria, Ruffo, Caraffa, Pignatelli, Busca, Flangini, Braschi, Archetti187. Les cardinaux de Naples ne se pressent pas d’aller à Venise, selon la demande du pape, car ils voient les préparatifs de guerre du royaume et espèrent donc un retour direct à Rome : ils sont sous la coupe du roi qui veut une bulle de croisade, et de son ministre Acton188. Ainsi, le zelante Albani prend la tête d’une politique d’outrance qui n’a pas la confiance de Pie VI, tandis qu’Antonelli incarne encore un réalisme politique plus grand, lui qui donne encore ses avis sur les serments et conseille le pape de plus près. Albani donne l’impression de voler de ses propres ailes : le 27 septembre 1798, il informe Florence qu’en tant que chef d’ordre, il a écrit aux souverains d’Europe pour demander une intervention en faveur de la libération du pape ; il attend les réponses des nonces189. Braschi, le cardinal-neveu, est lui-aussi à Naples : il est pensionné du roi, loge un temps à la nonciature avec Mgr Caleppi190. A Padoue, Borgia tente de gérer les affaires de la Congrégation de la Propagande191.

  • 192 ACTA, II, p. 156-162.
  • 193 Sur le choix de Pie VI, voir P. Baldassari, op. cit., p. 336.
  • 194 ACTA, II, p. 195sv.
  • 195 Braschi et Albani se chargent de cette opération : AAEESS, Stati Ecclesiastici 31, f. 59 du 25 jui (...)

64L’élection d’un successeur inspire à Pie VI un bref apostolique dès le 30 décembre 1798. Au lendemain de la mort du général Duphot, il mesure les risques d’une occupation des États Pontificaux. Le bref Christi Ecclesiae192 prévoit qu’il faut pour le conclave un lieu de sécurité et de liberté des suffrages : si le Vatican ne convient pas, que les cardinaux s’estiment libres de choisir un autre lieu. Ils sont aussi libérés de la contrainte des dix jours de délai après les obsèques du pontife : qu’ils se réunissent en paix, à l’écart des hommes, quand ils le pourront. Mais le bref ne stipule point qui conduira le choix du lieu : les cardinaux s’assembleront là où ils se retrouveront. Un tel flou soulève la réaction du cardinal Antonelli lors de l’exil du pape à Sienne : il fait des remarques et prépare une bulle prévoyant le choix du lieu par le cardinal doyen, et la possibilité de se faire représenter par procuration pour les cardinaux empêchés. Di Pietro fait aussitôt un autre projet (comme pour la formule du serment civique à Rome) : il prévoit le libre choix des cardinaux et la majorité absolue pour la validité de l’élection193. Le bref Quum nos est publié par le pape le 13 novembre 1798194. Pie VI l’a fait signer au préalable par les cardinaux de Naples195. Le pape reprend le bref précédent et constate que les cardinaux ont bien été dispersés, exilés, privés du patrimoine de saint Pierre. Lui-même est prisonnier dans la Chartreuse de Florence et empêché d’exercer sa charge, selon la volonté de Dieu. Le Seigneur veille sur son Église, mais il revient au pape de prévoir l’élection rapide de son successeur. Les cardinaux sont libérés des obligations imposées aux conclaves par les constitutions de ses prédéceseurs : ceux qui sont valides se réuniront et éliront à la majorité de deux tiers des présents. Pour éviter plusieurs conclaves et des schismes, Pie VI statue que les cardinaux se réuniront sur les terres d’un prince catholique, sur la convocation du doyen du Sacré Collège, ou du plus important d’entre eux si ce dernier était empêché. Par la miséricorde de Dieu, chacun est appelé à vivre dans la charité, jusqu’au martyre, l’unité de l’Église tant attaquée de l’extérieur et de l’intérieur.

  • 196 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 74, f. 33v-66. Courriers des 9 février et 24 mars 1799.

65La question du lieu de la tenue du conclave rebondit en février-mars 1799 dans la correspondance du nonce à Vienne Ruffo avec Mgr Odescalchi : le baron Thugut, chancelier de l’empereur, estime qu’un conclave sur les terres de l’Empire présente le risque de mécontenter l’Espagne, qui pourrait ne pas reconnaître le prochain pape et organiser un schisme196. Mais la Toscane, Naples et Parme ne sont pas sûres. Venise fut retenue par les cardinaux et Pie VI, étant territoire de l’Empire depuis le traité de Campoformio, mais avec l’avantage d’être assez éloignée de Vienne.

  • 197 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 85, f. 50, lettre du 18 mai 1799.
  • 198 Ibid., f. 74, lettre du 18 mai 1799.
  • 199 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 87, f. 49-69.
  • 200 Ibid., f. 24, et f. 31 pour une lettre à Casoni du 21 août.
  • 201 En écrivant à Pie VI pour le féliciter sur la durée de son pontificat approchant de la durée de ce (...)

66Quand l’heure du départ de Pie VI pour la France sonne, les cardinaux de Venise entrent en jeu, conscients de devoir assumer une situation d’exception. Antonelli écrit aux nonces pour faire prier les fidèles, car l’Église est séparée de sa tête197. Il parle à nouveau de congrégation des cardinaux chefs d’ordre pour accorder les dispenses. Un autre courrier est un ultime et désespéré appel à l’empereur pour qu’il agisse en faveur du pape. Le cardinal Migazzi est prié d’intervenir auprès du souverain198. La demande est renouvelée le 21 août, dans une circulaire cette fois adressée à l’amiral Nelson, à la reine du Portugal, à François II, à Paul Ier, au baron Thugut, à Charles IV, au roi de Sardaigne, au prince du Brésil199. Cet appel relève du devoir des princes de l’Église, mais un autre document montre combien il sont encore et d’abord des zelanti : un courrier du 13 août, où il est question des demandes à l’empereur, le prie de prévoir avec Louis XVIII que le traité de Tolentino ne soit pas respecté, ayant été arraché par la violence200. Le Saint-Siège espère donc bien récupérer Avignon et le comtat Venaissin, ainsi que les légations pontificales. Les cardinaux se préoccupent des territoires perdus au moment où Pie VI s’apprête à rendre le dernier soupir à Valence, dans des dispositions sans doute plus spirituelles201.

  • 202 Y. Fauchoix, op. cit., p. 388.

67Albani va écrire comme doyen du Sacré-Collège à Louis XVIII pour lui notifier la mort du pape et le conclave : il franchit là le pas que Pie VI refusait de franchir, et Pie VII débutera son pontificat en restant libre et en refusant Maury comme ambassadeur202.

  • 203 Le 29 août 1999, dans son discours à la préfecture de la Drôme pour le bicentenaire de la mort de (...)

68Cette description des ultimes pressions vécues par Pie VI ne fait que renforcer l’image d’un pape qui garda sa part de noble indépendance jusqu’au bout de l’adversité, ainsi que sa distance vis-à-vis d’un collège cardinalice bien plus préoccupé de ses options zelante que son chef. Pie VI assume dans sa mort les contradictions des régimes absolutistes en quête d’une autonomie ecclésiale profitable aux souverains, ces souverains qui le laissent aller à son destin. Lui pardonne et remet à Dieu la cause de la barque de Pierre203, tandis que ses cardinaux se préoccupent d’Avignon et de Louis XVIII. Il reste à étudier si la situation engendrée par l’occupation française suscita quelques réflexions théologiques.

Notes

1 Du Teil, Rome, Naples et le directoire, Armistice et traités 1796-1797, Paris, 1902.

2 G. Filippone, Le relazioni tra lo Stato Pontificio e la Francia rivoluzionaria, Storia diplomatica del trattato di Tolentino, Milan, 1961-1967, 2 vol.

3 P. Wittichen, « Briefe Consalvi’s aus den Jahren 1795/96 und 1798 », in Quellen und Forschungen auss Italienischen Archiven und Bibliotheken 7 (1904), p. 139-170 ; Pazstor L., « Un capitolo della storia della diplomazia pontificia, la missione di Giuseppe Albani a Vienna prima del trattato di Tolentino », in Archivum Historiae Pontificiae I (1963), p. 295-383.

4 Sur le déroulement des événements durant cette période, on peut encore consulter : A. Sorel, L’Europe et la Révolution française, vol. V, 1903, p. 33-90 ; R. Cleyet-Michaud, « Un diplomate de la Révolution : François Cacault et ses plans de conquête de l’Italie (1793-1796), in Revue d’Histoire Diplomatique LXXXVI (1972), p. 308-332 ; J. Godechot, « I Francesi e l’unità italiana sotto il Direttorio », in Rivista Storica Italiana LXIV (1952), p. 548-580 ; A. Heriot, Les Français en Italie 1796-1799, Paris, 1961 ; P. Pisani, « Le Directoire et le Pape », in Revue du Clergé Français (1910), p. 513-537 ; N. Raponi, « Il trattato di Tolentino », in Lo Stato della Chiesa in età napoleonica, Atti del XIX convegno del centro di studi Avellaniti (Fonte Avellana, 24-26 agosto 1995), Fonte Avellana, 1996, p. 9-22 ; Richemont, « La première rencontre du pape et de la République française, Bonaparte et Caleppi à Tolentino », in Le Correspondant N.S. 152 (1897), p. 801-848 ; D. Richet, « Campagne d’Italie » in Dictionnaire critique de la Révolution Française, sous la dir. de F. Furet et M. Ozouf, Paris, 1988, p. 19-32 ; P. Sarli, « La politica italiana del direttorio alla fine del 1798 e nella prima metà del’99 », in Critica Storica XXVI (1989), p. 214-235 ; J. R. Suratteau, « Le Directoire avait-il une politique italienne ? », in Critica Storica XXVII (1990), p. 351-364.

5 G. Ricuperati, Il Piemonte sabaudo, stato e territori in età moderna, Storia d’Italia VIII/1, Turin, 1994, p. 740 sv.

6 Charles-Emmanuel IV va succéder à Victor-Amédée III. Eduqué par Gerdil dans la piété et l’opposition aux Lumières, il est prisonnier des négociations avec la France. Le 6 décembre 1798, la France rompt l’armistice et occupe tout le pays ; le roi se rend le 8 décembre et se réfugie en Sardaigne. Ibid., p. 754 sv. Sur la biographie du roi : DBI 20 (1977), p. 357-365 (G. Locorotando).

7 E. Comarin, La mort de Venise. Bonaparte et la cité des doges, 1796-1797, Paris, 1988 ; G. Cozzi, M. Knapton, G. Scarabello, La Repubblica di Venezia nell’età moderna, dal 1517 alla fine della Repubblica, Storia d’Italia XII/2, Turin, 1992, p. 654-664 ; S. Olivieri-Secchi, « La Rivoluzione nelle memorie dell’ultimo doge », in Ricerche di Storia Sociale e Religiosa XX (1991), p. 137-148 ; M. Petrocchi, « Notizie della nunziatura apostolica a Venezia prima del crollo della Serenissima », in Studi storici in onore di G. Volpe, Florence, 1958, p. 711-740 ; « Venise », in DHRF, p. 1080-1081 (J. Suratteau).

8 Du 18 avril 1797. Voir DHRF, p. 663-664 (J. Suratteau).

9 ASV, Arch. Nunz. Vienna, 115, f. 229, courrier du 14 mai 1796.

10 Le général autrichien Colli avait été envoyé à Rome pour aider le pape : AAEESS, Stati Ecclesiastici 19, f. 36-36v, courrier du 30 décembre 1796.

11 A. Sorel, op. cit., vol. V, p. 149 sv.

12 G. Filippone, op. cit., vol. I, p. i.

13 AE, Rome, 921, f. 27, lettre datée du 12 thermidor an IV : « J’ai été présenté ce matin au Saint Père par M. Azara à la même audience où le citoyen Miot a pris congé. Tout s’est passé à merveille. Le pape a 80 ans est comme un homme de 60. Son accueil, son entretien fort long avec nous a été familié, aisé. Il s’est levé, avancé au devant de nous pour nous recevoir. Il a voulu que nous nous asseyons à côté de lui... La conversation a été frivole et générale, mais d’un ton de bonhomie et de simplicité qui est tout ce qu’on pouvoit imaginer de plus digne dans la dure circonstance où se trouve le souverain pontife ».

14 Les archives romaines gardent trace des convois de déménagement des œuvres d’art vers la France les 11 avril, 12 mai, 10 juin et 4 juillet 1797. in AAEESS, Stati Ecclesiastici, 19, f. 83-90.

15 Traité de Campoformio, 18 ctobre 1797. Voir DHRF, p. 185-186 (J. R. Suratteau).

16 Voir J. Leflon, Pie VII, des abbayes bénédictines à la papauté, Paris, 1958, p. 422-437.

17 Op. cit., p. 150.

18 Après l’occupation de Rome, un journaliste français reprendra les éléments de l’affaire Bassville : Dorat-Cubieres, La mort de Bassville, ou la conjuration de Rome dévoilée, Paris, 1798.

19 Louis Alexandre Berthier, 1753-1815. Voir DHRF, p. 111 (A. Crepin).

20 Récit des événements en AAEESS, Stati Ecclesiastici, 22, f. 28-31. Le cardinal Antonelli également a laissé un récit des événements romains : Biblioteca Vallicelliana, fonds Falzacappa Z 12, cc. 7r-35r. Relazione del Card. Antonelli nell’avvenuto in Roma dal 1797 al 1799.

21 M. Battaglini, « La nascità della Repubblica romana e le sue strutture provisorie », in Rassegne Storica del Risorgimento LXXVII (1990), p. 435-474 ; A. Cretoni, Roma giacobina. Storia della Repubblica Romana del 1798-99, Rome, 1971 ; M. P. Donato, « La République romaine de 1798-99. Panorama des études récentes », in Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine 45 (1998), p. 134-140 ; M. Formica, La Città e la Rivoluzione : Roma 1798-1799, Rome, 1994 ; V. E. Giuntella, « La giacobina Repubblica romana. Aspetti e momenti », in Archivio della Società Romana di Storia Patria LXXIII (1950), p. 1-213 ; V. E. Giuntella, La religione amica della democrazia, i cattolici democratici del trienno rivoluzionario 1796-1799, Rome, 1990.

22 Baldassari raconte les choses comme témoin direct : Relazioni delle avversità e patimenti del glorioso Papa Pio VI..., Rome, 1889, p. 225 sv.

23 Des pamphlets hostiles au pape circulent dans Rome, par exemple Specchio del Governo e Popolo di Roma, in AAEESS, Stati Ecclesiastici, 25, pos. 108.

24 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 23, pos. 101, f. 49v. Lettre autographe de Pie VI du 7 mars 1798.

25 On attribue à la présence du pape des troubles populaires à Padoue : lettre de Ruffo à Odescalchi du 18 mai 1798, AAEESS, Stati Ecclesiastici, 74, f.5.

26 P. Baldassari, op. cit., p. 451 : « Pie VI n’eut pas la consolation d’embrasser ce docte et pieux personnage, qui était par ses lumières et par l’innocence de sa vie l’ornement du sacré-collège ».

27 Ibid., p. 467.

28 Ibid., p. 504.

29 Pour un récit local des événements et la reproduction de documents : A. M. de Franclieu, Pie VI dans les prisons du Dauphiné, Montreuil-sur-Mer, 1892 (seconde édition).

30 Ibid., p. 539-544.

31 L’évêque constitutionnel de Valence est depuis 1791 François Marbos (1739-1825), qui abandonne le ministère durant la Convention, mais ne se retire pas officiellement, bloquant l’élection d’un successeur que Grégoire et les évêques réunis n’obtiennent pas. Ainsi, Valence n’a pas d’évêque intrus quand Pie VI y séjourne. L’évêque légitime est en exil à Vienne. Voir P. Pisani, op. cit., p. 334-335, et A. Planet, « L’Église catholique dans la Drôme à la fin du Directoire », conférence au colloque Pie VI ou l’Église face aux défis de la modernité, in Revue drômoise XCIII (2001) p. 419-426.

32 Pour une description de la cérémonie et des ornements : M. Gori-Sassoli, « Pio VI », in Corpus delle feste a Roma, 2, il Settecento e l’Ottocento, a cura di M. Fagiolo, Rome, 1997, p. 264-266.

33 Le tombeau est toujours dans la chapelle de droite, dans le sol, quand on regarde la confession à l’étage des grottes vaticanes. La statue de Braschi en prière, offerte par le cardinal neveu, se trouvait dans la confession elle-même, comme pour racheter cette mort en exil. Mais elle a été reculée au fond des grottes vaticanes depuis les travaux d’ouverture du mur demandés par Jean-Paul II.

34 Sur ce sujet, voir Y. Fauchois, « Les évêques émigrés et le royalisme pendant la Révolution française », in Les résistances à la Révolution, sous la direction de F. Lebrun, Paris, 1987, p. 386-395 ; A. Latreille, « Les évêques émigrés et Louis XVIII », in Revue d’Histoire de l’Église de France II (1911), p. 162-174, 257-270 ; B. Plongeron, « Soumission aux lois de la République ? La fin d’un consensus politique parmi les évêques émigrés (1795-1802) », in Religion et Révolution, sous la direction de J. C. Martin, Paris, 1994, p. 171-181, repris pour une large part dans « Les silences des la papauté devant la Révolution française », in Papes et papautés au xviiie siècle, études réunies par Ph. Koeppel, Paris, 1999, p. 299-317.

35 AE, Mémoires et Documents, France, 589, f. 101.

36 Ibid., f. 128.

37 Ibid., f.118.

38 Ibid., f. 53.

39 Ibid. f. 126-127. L’accentuation a été modernisée.

40 Ibid., f. 442.

41 Donnent une réponse les évêques de : Agen, Aix, Apt, Auch, Blois, Cambrai, Châlons-sur-Saône, Clermont, Comminges, Coutances, Embrun, Fréjus, Gap, Glandèves, Le Puy, Luçon, Lyon, Nantes, Nîmes, Paris, Périgueux, Poitiers, Reims, Riez, Saint-Claude, Saint-Dié, Saint-Malo, Saint-Pol-de-léon, Sisteron, Strasbourg, Tarbes, Valence, Vannes.

42 B. Plongeron, « Les silences de la papauté devant la Révolution française », in Papes et papauté au xviiie siècle, sous la direction de P. Koeppel, p. 308.

43 Y. Fauchois, op. cit., p. 389-391.

44 AE, Mémoires et Documents, France, 593, f. 78-82, novembre 1797.

45 E. de Richemont, « La première rencontre du pape et de la république française », in Le Correspondant NS 152 (1897), p. 809.

46 P. Baldassari, Relazione delle avversità e patimenti..., Rome, 1889, p. 34.

47 Selon R. Guyot, Le Directoire et la paix de l’Europe, p. 199.

48 Selon L. Madelin, Histoire du Consulat et de l’Empire, tome II, p. 85.

49 Charles Delacroix, 1744-1805, député de la Marne à la Convention, régicide, ministre des relations extérieures du Directoire de novembre 1795 à juillet 1797, avant d’être remplacé par Talleyrand. Il est le père du peintre Eugène Delacroix. DHRF, p. 338-340 (J. R. Suratteau).

50 Le texte proposé à la signature du pape est le suivant :
« Sa Sainteté reconnaît avec le plus vif regret que des ennemis communs ont abusé de sa confiance et surpris sa religion pour expédier, publier et répandre en son nom plusieurs actes dont le principe et les effets sont contraires à ses véritables intentions et aux droits des nations. En conséquence, Sa Sainteté désapprouve, révoque et annule les bulles, rescrits, Brefs, mandements apostoliques, monitoires, instructions pastorales, et, en général, tout écrit émané du Saint-Siège ou d’une autorité quelconque soumise au Saint-Siège, depuis 1789 jusqu’à ce jour ». in E. de Richemont, op. cit., p. 823. Guillon, II, Suppl. p. 12-13.

51 E. de Richemont fait remarquer le peu de logique de la demande du Directoire, puisque la Constitution civile du clergé est officiellement abolie et que l’Etat ne reconnaît plus aucun culte. Pourquoi se mêler du partage entre romains et constitutionnels ? Ibid., p. 810.

52 Publié par Le Rédacteur, puis repris dans la Feuille du jour ou Courrier Universel, du citoyen Héron, le 5 novembre 1796. Cf. B. Plongeron, « Les silences de la papauté devant la Révolution française », in P. Koeppel, Papes et papauté au xviiie siècle, Paris, 1999, p. 310. Texte du bref latin/français donné en annexe, p. 574.

53 « Quocirca nobis deesse videremur, nisi quamcumque occasionem vos hortandi ad pacem, ac debitam constitutis Potestatibus suadendi subjectionem libenter arriperemus. Si quidem cum dogma catholicum sit, divinae sapientiae opus esse quod Principatus sint, ne omnia casu ac temere ferantur, populis quasi fluctibus hinc inde circumactis » Bref de N.S.P. le pape Pie VI en date du V juillet 1796, prouvé authentique, suivi de quelques reflexions et de pièces justificatives. Seconde édition, à Paris, de l’imprimerie De Guerbart, 1797 (BNF, E-4720).

54 AE, Rome, 921, f. 51 ; courrier de Cacault du 16 thermidor an IV : « J’ai joint ici un exemplaire du Bref du pape donné il y a un mois pour ordonner l’obéissance en France à toutes les puissances constituées. M. Pieracchi, qui a apporté ce Bref en France, n’aura pas manqué de vous le participer ». Dans un courrier du 17 messidor, le ministre français avait demandé à Cacault de vérifier au près du cardinal Braschi la véracité du Bref. Ibid., 920, f. 323.

55 Ibid., p. 6-7.

56 J. Charonnot, op. cit., p. 239, note 1.

57 Idem.

58 Le Bref du 5 juillet prouvé authentique, Guerbart, 1797.

59 Exposé des principes sur le serment de liberté et d’égalité et sur la déclaration exigée des ministres du culte par la loi du 7 vendémiaire an IV, Paris, s.d.

60 Guillon, II, App., p. 590.

61 Le fonds Epoca Napoleonica n’est pas classé quand Richemont le consulte avant 1897. Les carte Caleppi sont aujourd’hui en ASV, Segr. Stato, Epoca Napol. Italia, XI.

62 E. de Richemont, op. cit., p. 821.

63 Ibid., p. 822.

64 Voir p. 445.

65 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 22, f. 3-3v.

66 Traduction donnée par Richemont, op. cit., p. 823-824.

67 AE, Mémoires et Documents, France, 591, f. 219 ; cité par J. Charonnot, op. cit., p. 243-244.

68 E. de Richemont, op. cit., p. 826.

69 La convocation de Valenti Gonzaga et les articles de négociation rapportés par Caleppi sont en ACDF, SO, St. St. O5d, 21.

70 ASV, Segr. Stato, Epoca Napol. Italia, XI.

71 Ibid. : « negativo, armarsi, un manifesto, esortare Cacault di andarsene, unir-si con Napoli ».

72 Voir le détail donné par Richemont, selon lequel Caleppi fit répéter la proposition « au péril même de la vie » à Pie VI, qui l’accepta. E. de Richemont, op. cit., p. 832.

73 M. H. Welschinger, Le Directoire et le concile national de 1797, Paris, 1895. Voir E. de Richemont, op. cit., p. 812.

74 A. Latreille, L’Église catholique et la Révolution française, Paris, 1970, vol. I, p. 246-249 (La première édition est de 1946) ; J. Leflon, La crise révolutionnaire 1789-1846, Paris, 1949, p. 143-144.

75 Voir l’analyse plus fine des positions de Grégoire en 1797 en R. Hermon-Belot, L’abbé Grégoire, la politique et la vérité, Paris, 2000, p. 393-395. Grégoire a écrit aux évêques espagnols pour que Auctorem fidei ne soit pas reçue dans le pays, à cause de la condamnation des quatre articles de 1682 contenue dans la finale de la constitution. Il estime par ailleurs que Quod aliquantum n’ayant pas été promulgué selon les formes requises dans l’Église gallicane, le bref ne leur est pas connu officiellement. Grégoire rève d’une unité de l’Église reconstruite en faisant l’économie du primat romain. Sur Grégoire et Auctorem fidei, voir sa correspondance avec Ricci éditée par M. Vaussard, p. 33-35.

76 M. Vaussard, Correspondance Scipion de Ricci – Henri Grégoire, p. 27. Au sujet des relations entre les constitutionnels et la Curie romaine, il faut rapporter que la lettre encyclique des évêques réunis à Paris, du 13 décembre 1795, fut envoyée à Florence à Scipion de Ricci, avec la demande de la transmettre à Rome au pape et à plusieurs personnes, dont les cardinaux Antonelli et Gerdil. Ricci répondit à Grégoire que, vu l’oscurantisme théologique de ces derniers, il fallait mieux ne pas leur écrire, l’Église de France risquerait de recevoir une nouvelle bulle à la façon d’Auctorem fidei ! Ibid., p. 16-18.

77 Y. Fauchois, op. cit., p. 391-393.

78 M.C.I. de Mercy, Lettres d’émigration 1790-1802, p. 473. Quelques temps auparavant, il écrivait « Ce n’est plus que de Dieu que nous pouvons espérer un miracle en faveur de Louis XVIII. Nous devons le demander, mais sans nous flatter de l’obtenir. Ce n’est pas notre faute s’il ne règne plus : nos cœurs lui restent, mais notre obéissance est due aux usurpateurs de son autorité parce que, de fait, ils la possèdent, et s’ils ne nous demandent rien contre notre conscience et qu’ils nous rendent la liberté de notre ministère, nous devons, indépendamment de la guerre ou de la paix, rejoindre nos ouailles. Quand la persécution contre nous aura cessé, alors doit cesser notre exil et, si nous le prolongions volontairement, nous deviendrions des déserteurs, des mercenaires ». Ibid., p. 443, lettre du 7 mars 1797.

79 Y. Fauchois, op. cit., p. 391-392.

80 « Efforcez-vous d’atteindre à toute la hauteur de la vertu, et vous serez de vrais démocrates. Accomplissez fidèlement les préceptes évangéliques et vous serez la joie de la République » in J. Leflon, Pie VII..., p. 433.

81 B. Plongeron, « Soumission aux lois de la République ? La fin d’un consensus parmi les évêques émigrés 1795-1802 », in J. C. Martin, Religion et Révolution, Paris, 1994, p. 176-177. Repris dans « Les silences de la papauté devant la Révolution française », in P. Koeppel, Papes et papauté au xviiie siècle, Paris, 1999, p. 311.

82 J. Leflon, La crise révolutionnaire..., p. 137.

83 E. de Richemont, op. cit., p. 825.

84 M. Vaussard, Correspondance Scipion de Ricci – Henri Grégoire, p. 42.

85 ASV, Segr. Stato, Epoca Napol. Italia, XI.

86 Bref Perlatus ad nos, Bullarii, VI/III, p. 3040-3041.

87 M. Vaussard, op. cit., p. 58. Lettre du 6 octobre 1797. Grégoire explique le 24 février 1798 à Ricci que le théologien Le Plat, qui écrivit jadis en faveur de la Constitution civile du clergé, travaille sur la pensée de Van Espen. Il se réfugiera bientôt à Utrecht. De tels liens entre constitutionnels et jansénistes d’Utrecht ne pouvaient que donner raison aux craintes romaines.

88 Lettre Ut primum, sans date, en ACTA, II, p. 239-242.

89 Bref Constantiam vestram, Guillon, II, Sup., p. 52 sv. ; Theiner, I, p. 220-227.

90 Ibid., p.221. « Quod si non peculiare nostrum tantummodo, sed commune etiam Ecclesiae bonum consideramus, deestne nobis quo ad eas calamitates, non solum in omni patientia, verum etiam in gaudio, et gratiarum actione sustinendas animos nostros erigamus ? ».

91 Ibid., p. 225. « Praesertim cum exercitatione virtutis refrigescens in mundo charitas christianorum ita sit per tribulationem inflammata, philosophiae pravitas ex perniciosis suis fructibus ita sit refutata, religionis sanctitas ex admirandis suis virtutibus ita sit illustrata probatorum fides haereticorum contentione ita manifesta sit facta ».

92 AAEESS, Francia 19, f. 1-51. Les documents sont reproduits en L. Delhommeau, Les sources vaticanes relatives à l’histoire de la Révolution dans l’Ouest de la France, 1789-1799, Guide des sources d’archives et publication de textes, Nantes, Ed. du Conseil général de Loire-Atlantique, 1989, p. 199-214.

93 Lettre du 29 juillet 1797.

94 AAEESS, Francia 19, f. 12-13.

95 Ibid., f. 51.

96 B. Cubells, op. cit., p. 214-215.

97 Le chanoine d’Hesmivy d’Auribeau affirme que cet ouvrage lui fut demandé par le cardinal Antonelli, tandis que le pape se trouvait à Florence. Le parti des émigrés français est donc à l’œuvre durant l’exil pontifical. Cf. C. Brancadoro, Oraison funèbre..., p. 75.

98 Lettre du 20 juin 1800, AAEESS, Francia, 20, f. 30v.

99 Voir J. Charonnot, op. cit., p. 278-279. Texte complet en ACTA, II, p. 178-179. Un original de la lettre de l’évêque de Grasse et de la réponse en AAEESS, Stati Ecclesiastici, 27, f. 90-100.
« Ad Ium Ab apostolica Sede declaratum fuisse non licere praefatum juramentum emittere.
Ad IIum Eos qui tale juramentum emiserunt ad illud retractandum teneri, simulque ad scandalum reparrandum meliori modo quo fieri poterit, pro temporum locorumque opportunitate.
Ad IIIum Nullam hujusque censuram ob apostolica Sede latam fuisse adversus eos qui ejusmodi juramentum emiserunt ».

100 Autre source en P. Baldassari, op. cit., p. 351-352. Des sources parlent d’une congrégation de cardinaux à cette date du 4 septembre 1798 : où peut-elle se tenir ? A Venise sans doute, où Gerdil et Antonelli se retrouvent dans l’été.

101 Voir C. Canonici, « Il dibattito sul giuramento civico 1798-1799 », in Ricerche per la storia religiosa di Roma IX (1993), p. 213-244 ; repris en La Rivoluzione nello Stato della Chiesa, a cura di L. Fiorani, Pise-Rome, 1998, p. 299-328 ; L. Fiorani, « Note sulla crisi religiosa a Roma durante la Repubblica giacobina (1798-1799) », in Pratiques religieuses dans l’Europe révolutionnaire, Turnhout, 1988, p. 112-122 ; G. Pignatelli, « Il dibattito sulla Rivoluzione nello stato della Chiesa », in La Rivoluzione nello Stato della Chiesa, a cura di L. Fiorani, Pise-Rome, 1998, p. 45-71.

102 « Alcun Funzionario stabilito dalla presente Costituzione, Console, Ministro, Legislatore, Questore, Amministrartore, Edile, Elettore, Pretore, Giudice, Prefetto Consolare, Giurato, ordinario o speciale, o Alto Giurato, Segretario, Scriba, o altro qualunque, non potrà esercitare alcuna funzione prima di aver prestato il giuramento di odio all Monarchia, e all’Anarchia, e di fedeltà, ed attaccamento alla Repubblica, ed alla Costituzione ».

103 C. Canonici, op. cit., p. 304.

104 G. V. Bolgeni, Giuramento prescritto ai funzionari della Repubblica Romana. Parere del Cittadino Gio. Vincenzo Bolgeni, Rome, 1798. Sur les ouvrages de la controverse, voir bibliographie en V. E. Giuntella, Bibliografia della Repubblica Romana nel 1798-1799, Rome, 1957, p. 83-89.

105 En AAEESS, Stati Ecclesiastici, 29, f. 1-9. G. Mangiatordi, Il giuramento civico proposto nella Costituzione della Repubblica Romana articolo 367 dimostrato lecito e dovuto, Rome, 1798.

106 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 29, f. 16-18.

107 Ibid., f. 18. « Io N.N. giuro odio a qualsivoglia congiura, complotto, o sedizione per il ristabilimanto della Monarchia, e contro la repubblica, che attualmente comanda, odio all’anarchia, fedeltà e attacamento alla Repubblica e alla Costituzione, salva peraltro la Religione Cattolica Romana, che professo ».

108 Ibid., f. 26. « Io N.N. giuro che non avro parte in qualsivoglia congiura, complotto, o sedizione per il ristabilimanto della Monarchia, e contro la repubblica, che attualmente comanda, odio all’anarchia, fedeltà alla Repubblica ed alle autorità costituite, salva peraltro la Religione Cattolica Romana, la disciplina universale, e la Gerarchia della Chiesa ».

109 Ibid., f. 28-29.

110 Ibid., f. 37-38.

111 Ibid., f. 48-51. « che il giuramento suddetto era tradotto letteralmente da quello della costituzione francese, quale, come ella ben sa, dopo lungo e maturo esame, e dopo aver bilanciato le ragioni, da ambe le parti, col consiglio della congregazione deputata per gli affari ecclesiastici di Francia, venne da noi dichiarato illecito ». Ce texte est manifestement un brouillon de la lettre du 16 janvier, cf. la note suivante.

112 ACTA, II, p. 204-206. Lettre Ad nostram pervenit. « Io N.N giuro odio a qualsivoglia congiura, complotto, o sedizione per il ristabilimanto della Monarchia, e contro la repubblica, che attualmente comanda, odio all’anarchia, fedeltà e attacamento alla Repubblica e alla Costituzione, salva peraltro la Religione Cattolica ».

113 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 29, f. 56-57 et 58-59.

114 Ibid., f. 66-68.

115 Lettre In mezzo alle molte, du 20 janvier 1799, ACTA, II, p. 208-211.c

116 P. Baldassari, op. cit., p. 351-356.

117 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 29, f. 91-109.

118 Voir l’analyse de D. Armando, « Il giuramento civico nella vita politica e religiosa della Repubblica romana », in Roma religiosa nell’età rivoluzionaria 1789-1799, seminario di studio, Rome, 21-23 octobre 1999, à paraître sous la direction de L. Fiorani et D. Rocciolo.

119 M. Cattaneo, Gli occhi di Maria sulla Rivoluzione, miracoli a Roma e nello stato della Chiesa (1796-1797), Rome, 1995, p. 21 sv.

120 G. Marchetti, De’ prodigi avvenuti in molte sagre imagini e specialmente di Maria Santissima secondo gli autentici processi compilati in Roma, con breve raggualglio di altri simili prodigi comprovati nelle Curie vescovile dello Stato Pontificio, Rome, Zempel, 1797, LXIV-293 p. Sur la rédaction de ce livre, voir M. Cattaneo, op. cit., p. 121 sv.

121 Mémoires concernant les prodiges arrivés à Rome dans plusieurs images, particulièrement de la T. S. Vierge ; ou extrait raisonné de la procédure canonique instruite au sujet de ces prodiges, par Mr. D. Jean Marchetti, examinateur apostolique du clergé... ouvrage traduit de l’italien d’après l’édition de Rome de 1797 chez Zempel, près Vincenzo Poggio, Hildesheim, C. W. Schlegel, 1799, 16LXXX-264 p.

122 Ibid., p. 169-173.

123 Sur l’interprétation clairement contre-révolutionnnaire de Brancadoro au sujet des miracles, voir M. Cattaneo, op. cit., p. 163.

124 Mémoires concernant les prodiges..., p. 159.

125 M. Cattaneo, op. cit., p. 73.

126 Mémoires concernant les prodiges..., p. lxiv.

127 Cf. les études de M. Caffiero déjà cités. La conversion des juifs était un thème chère au mouvement janséniste figuriste, qui se trouva repris par le millénarisme janséniste italien.

128 Cf. P. Stella, in Ricerche per la Storia Religiosa di Roma 9 (1992), p. 29. Le décret de béatification fait référence à Auctorem fidei.... Bullarii, VI/III, p. 2947.

129 M. Cattaneo, op. cit., p. 61-63.

130 Voir G. Pignatelli, Aspetti della propaganda..., p. 188-190. On retrouve ce reproche sous la plume de Mgr Mareri, archiviste du Saint-Siège, dans sa correspondance personnelle. D’après une conférence de Irene Fosi, « La corte di Roma », à paraître en Roma religiosa nell’età rivoluzionaria 1789-1799, sous la direction de L. Fiorani et D. Rocciolo.

131 Cristianopoli, 1798, 199 p. L’ouvrage porte pour auteur G.M.D.E., attribué à Giovanni Marchetti pour l’exemplaire de la Bibliothèque nationale (BNF, 8K-3126). G. Pignatelli, op. cit., p. 188-190.

132 Ibid., p. 16. Les jansénistes en particulier voulaient faire reculer la compréhension du latin pour troubler les esprits...

133 Ibid., p. 74.

134 Rome, 1794. Cet auteur est un important théologien romain, artisan de nombreuses polémiques au siècle suivant avec Tamburini, Lamennais, De Maistre, Feller... Cf. G. Pignatelli, op. cit., p. 178. L. Cuccagni reprend l’idée de croisade dans le Giornale Ecclesiastico di Roma. Sur la notion de Croisade sous la Révolution, voir P. Alphandery – A. Dupront, La Chrétienté et l’idée de Croisade, Paris, 1995, p. 500 ; « Au xviiie siècle, dans le rayonnement des Lumières, l’esprit du temps refuse la Croisade ; les hommes de la Révolution continueront. Ce sont leurs adversaires, les tenants de la Contre-Révolution, qui çà et là se feront croisés ».

135 G. Cingari, Giacobini e sanfedisti in Calabria nel 1799, Reggio Calabria, 1978 ; M. Lelj, La santa fede. La spedizione del Cardinale Ruffo (Il Garibaldi borbonico), Milan, 1936 ; A. Manes, Un cardinale condottiero : F. Ruffo e la Republica partenopea, Rome, 1930.

136 P. Baldassari, op. cit., p. 333 et 345. Cf. AAEESS, Stati Ecclesiastici, 30, f. 15-16 : lettre du cardinal Albani du 22 novembre 1798 sur cette demande par le ministre Acton, au profit des archevêques de Naples et Palerme.

137 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 73, f. 27v, du 18 décembre 1798. Lettre de Giuseppe Albani, à Vienne, au nonce à Florence Odescalchi.

138 Manuel Godoy Alvarez de Faria (1767-1851). Connu pour avoir été l’amant de la reine Maria-Luisa. Il prend le titre de « Prince de la Paix » après la conclusion du traité de Bâle en 1795.

139 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 19, f. 30-33. « Replica di Mons. F. Casoni, nunzio Apostolico in Madrid, alla risposta avuta dal Principe della Pace, primo ministro del Re di Spagna, nella quale non solo si faceva una aspra censura della politica della Santa Sede, ma si invitiva lo stesso ponteficie Pio VI ad abbandonare il dominio temporale per meglio attendere alla cura spirituale dei popoli ».

140 ASV, Arch. Nunziatura Vienna, 116, f. 100. Courrier du 20 mai 1797 selon lequel le cardinal de Lorenzana est arrrivé à Rome, mais doit attendre pour être reçu un rétablissement du pape qui est souffrant.

141 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 19, f. 69-73v.

142 Selon P. Baldassari, op. cit., p. 125.

143 P. Baldassari, op. cit., p. 282, et 357-361. La cour d’Espagne prend également en charge les frais de la Congrégation de la Propaganda Fide.

144 Selon AAEESS, Stati Ecclesiastici 91, f. 26, lettre du 15 mai 1799 de Casoni à Spina : Labrador a l’ordre de la cour de Madrid de suivre le pape.

145 Stati Ecclesiastici, 19, f. 40-45.

146 Stati Ecclesiastici, 22, f. 8-11.

147 Pourtant, il sera encore question de la sécularisation des principautés ecclésiastiques de la région rhénane : Stati Ecclesiastici, 74, f. 80 et 96, avril 1799.

148 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 22, f. 14-19v.

149 Stati Ecclesiastici, 21, f. 65-67v.

150 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 23, f. 69-70v.

151 Ibid., f. 71-74.

152 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 30, f. 11-12. 6 novembre 1798.

153 Stati Ecclesiastici, 73, f. 20, courrier de Mgr Albani à Odescalchi du 24 novembre 1798.

154 Ibid., f. 23v. courrier du 8 décembre 1798.

155 Ibid., f. 52v, courrier du 19 janvier 1799, et f. 64, courrier du 2 février.

156 P. Baldassari, op. cit., p. 433-434. Selon Baldassari, un détachement autrichien tenta de marcher sur Parme, mais fit demi-tour en se croyant trop peu nombreux.

157 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 23, f. 65-68, lettres du 28 février et du 6 mars 1798.

158 P. Baldassari, op. cit., p. 366. Le Bref du pape Quam calamitosa, du 1er octobre 1798, se trouve en ASV, Ep. ad Princ., 192, f. 99-102 ; ACTA, II, p. 179-182.

159 Ibid. « Vos videtis ipsi, ipsique experti fatemini, numquam antea ex inferorum portis contra morum sanctitatem, contra ecclesiasticam disciplinam, contra sanctam Apostolicam Sedem eiusque non temerandum auctoritatem, contra catholicam religionem universam aut graviores aut periculosiores procellas fuisse excita-tas. <...> et ut Episcopi ea potestate non carreant, quae in eos a Nobis manere debet, et sine qua gregibus suis tantis in periculis nullo modo possunt subvenire, vos Ven. Fratres, qui Nuntii Nostri apud Principes estis, et ad expedienda quae a Nobis constituta sunt Delegatos Apostolicos per has litteras Nostras ereamus, iis omnibus facultatibus quas in subjecto catalogo adscriptas legetis ita munitos volumus, ut non solum iis uti vos ipsi, verum etiam prout in Domino vobis espedire videbitur, Nostro nomine sive omnes, sive aliquam ipsarum partem possitis Episcopis petentibus elargiri ».

160 Un compte-rendu préçis des démarches de Labrador se trouve en AAEESS, Stati Ecclesiastici 92, f. 6-14.

161 Le décret est reproduit en AAEESS, Stati Ecclesiastici, 91, f. 59-60. En 92, f. 2-5, lettre de Mgr Spina à Antonelli, du 6 novembre 1799, sur l’attitude si offensive du roi et les risques de schisme. « Le cose di Spagna, e la condotta di quel gabinetto merità tutta l’attenzione, e vigilenza possibile. Una massa di giovani di pessima morale, e affatto inesperti sono ora alla testa degli affari di tutto quel regno. A niente meno si aspira, che di poter tacciare di violenta ed illegitima l’elezione del sommo pontefice come fatta nei stati imperiali per poter poi negare ubbidienza al medesimo, e far cosi nascere un rovinoso scisma ».

162 Ajoutons aux ambiguïtés de la cour de Madrid la volonté du roi de parquer les émigrés ecclésiastiques dans les îles. Il renonca à ce projet à cause de l’évolution de la situation en Méditerranée. Cf. la correspondance de Casoni en AAEESS, Stati Ecclesiastici, 84, f. 36, lettre du 30 décembre 1798 à Odescalchi.

163 Pour une logique de la question romaine de Pie VI à Pie IX, voir M. Vaussard, La fin du pouvoir temporel des papes, Paris, 1965.

164 Voir I.4.5.

165 Diario Romano 2244, du 2 juillet 1796.

166 P. Baldassari, op. cit., p. 160 ; AAEESS, Stati Ecclesiastici, 22, f. 28.

167 G. Filippone, op. cit., p. 112sv.

168 Ibid., p. 392.

169 P. Baldassari, op. cit., p. 278.

170 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 22, f. 28.

171 Idem. Voir courrier de Roverella en Stati Ecclesiastici, 30, f. 56-57.

172 P. Baldassari, op. cit., p. 296-323.

173 Gerdil est de fait à Turin le 9 mai 1798, AAEESS, Stati Ecclesiastici, 30, f. 24-25. Il œuvre avec le roi pour veiller à l’usage des facultés exceptionnelles données aux évêques, et utilisées pour la vente de biens du clergé au profit de la guerre. Il écrit au pape qu’il agit en préservant les droits du Saint-Siège, n’usant que des facultés données aux évêques de France dans les Brefs de 1792. Le roi crée ensuite un comité de cinq évêques avec le cardinal Gerdil pour gérer l’aliénation des biens ecclésiastiques.

174 Ibid., f. 45. Pour rendre compte des travaux de Gerdil durant la période, notons surtout ses ouvrages de défense d’Auctorem fidei contre l’évêque de Nole, Mgr Solari, qui refusa la bulle publiquement (voir bibliographie). De fait, la République de Gènes correspond à une tentative des jansénistes de s’imposer dans l’Église locale : Solari tente d’ordonner le théologien Palmieri. Pie VI réagit contre ces agissements. P. Baldassari, op. cit., p. 375.

175 V. E. Giuntella, « Di un projetto di eleggere a Roma un antipapa durante l’esilio di Pio VI », in Rassegna storica del Risorgimento, XLII (1955), p. 68-71 ; P. Baldassari, op. cit., p. 316-322.

176 Il séjourne dans ce couvent du 10 avril au 26 juin 1798, puis rejoint le couvent passioniste de Porto San Stefano. Il est en compagnie de Barberi. Voir C. Giorgini, « La congregazione passionista e la Rivoluzione », in La Rivoluzione nello stato della Chiesa 1789-1799, a cura di L. Fiorani, p. 476.

177 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 40, f. 26-27.

178 P. Baldassari, op. cit., p. 336.

179 P. Baldassari, op. cit., p. 304. AAEESS, Stati Ecclesiastici, 31, f. 10sv. Mémoire du 29 avril 1798.

180 Bref Cum dilectus filius, en Ep. ad Principes 192, f. 81v-84 ; ACTA, II, p. 174.

181 P. Baldassari, op. cit., p. 236.

182 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 22, pos. 98. et 31, f. 2-3, courrier du cardinal Antonelli.

183 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 23, f. 55-56v.

184 Ibid., f. 47-52.

185 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 31, f. 10 sv.

186 Les pièces de ce dossier sont en AAEESS, Stati Ecclesiastici, 27, f. 2-32.

187 P. Baldassari, op. cit., p. 333.

188 En mars 1798, le roi et Acton promettent aux cardinaux de marcher sur Rome et de mettre en place un gouvernement provisoire dans l’attente du retour du pape. AAEESS, Stati Ecclesiastici, 23, f. 75.

189 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 30, f. 7-8.

190 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 31, f. 50-72, correspondance de Braschi du 6 mars au 18 août 1798.

191 Voir à ce sujet : L. Codignola, « La bureaucratie romaine face à la crise de la fin du xviiie siècle. La gestion des réseaux missionnaires en Amérique du Nord, 1785-1815 », in Ph. Koeppel, Papes et papauté au xviiie siècle, Paris, 1999, p. 103.

192 ACTA, II, p. 156-162.

193 Sur le choix de Pie VI, voir P. Baldassari, op. cit., p. 336.

194 ACTA, II, p. 195sv.

195 Braschi et Albani se chargent de cette opération : AAEESS, Stati Ecclesiastici 31, f. 59 du 25 juin 98, et f. 67 du 22 juillet.

196 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 74, f. 33v-66. Courriers des 9 février et 24 mars 1799.

197 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 85, f. 50, lettre du 18 mai 1799.

198 Ibid., f. 74, lettre du 18 mai 1799.

199 AAEESS, Stati Ecclesiastici, 87, f. 49-69.

200 Ibid., f. 24, et f. 31 pour une lettre à Casoni du 21 août.

201 En écrivant à Pie VI pour le féliciter sur la durée de son pontificat approchant de la durée de celui de saint Pierre, Antonelli ne manque pas de l’exhorter à la fermeté jusqu’au martyre, faisant là un morceau de direction spirituelle assez curieux... AAEESS, Stati Ecclesiastici, 31, f. 46-47, lettre du 3 mars 1799.

202 Y. Fauchoix, op. cit., p. 388.

203 Le 29 août 1999, dans son discours à la préfecture de la Drôme pour le bicentenaire de la mort de Pie VI à Valence, le cardinal Roger Etchegaray déclarait : « Comme le Christ, le pape Pie VI est mort en pardonnant à ses ennemis. Le pardon est l’acte le plus bouleversant, le plus révolutionnaire qu’un homme puisse accomplir au-delà des violences de l’histoire », in L’Osservatore Romano, édition en langue française, n° 35 (2585), du 31 août 1999, p. 3. Pour les manifestations de ce bicentenaire, voir Documentation Catholique n° 2211, XCVI (1999), p. 824-828, et Église de Valence, semaine religieuse du diocèse de Valence, n° 15 (1999).

© Publications de l’École française de Rome, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540