Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rome et la Révolution française

 | 
Gérard Pelletier

Cinquième partie. La primauté, entre silence, martyre et triomphe? 1793-1799

Chapitre XIX. Été 1793-1795 : lenteurs diplomatiques et discrétion à l’égard de la France

Texte intégral

1Pie VI s’entoure presque exclusivement des cardinaux Albani, Antonelli et Gerdil. Le grand dossier en cours est la condamnation finale du synode de Pistoie. Maury va bientôt être nommé cardinal et écarté de Rome, Bernis va mourir. Azara, l’ambassadeur d’Espagne, se révèle être l’homme indispensable et le négociateur attitré. La diplomatie piétine, on reproche au pape son manque d’engagement. Bref, Pie VI, marqué par l’âge, paraît s’enfoncer dans une solitude croissante et un silence vis-à-vis de la France qui suscitent l’étonnement et le doute dans les rangs de l’épiscopat émigré.

LA DIPLOMATIE PONTIFICALE

L’espoir anglais : 1793

  • 1 Courriers du 8 janvier, 5 février, 30 avril et 3 mai 1793, ASV, Segr. Stato, Spagna, 283 A. Sur le (...)
  • 2 Ibid., courriers du 11 juin, 18 juin et 1er octobre 1793. Voir également ASV, Segr. Stato, Spagna, (...)

2L’année diplomatique 1793 s’est ouverte sur la nouvelle du deuil du roi de France : le nonce en Espagne expose que le « massacre » de Louis XVI entraîne un deuil de trois mois à la cour de Madrid, tandis que son testament est reçu comme un monument de religion. Vincenti Mareri fait toujours preuve de clairvoyance : il informe Rome que la jalousie maritime entre l’Espagne et la Grande-Bretagne a réveillé la cour, et que le nouveau ministre Alcudia est favorable à la guerre contre-révolutionnaire. Aussi, le 2 mai, annonce-t-il triomphalement au secrétaire d’État que la flotte espagnole s’est avancée en Méditerranée, comme celle de Grande-Bretagne, et que les troupes sont entrées en Roussillon (La Convention déclare la guerre à l’Espagne le 7 mars 1793). Il expose le même jour que le partage de la Pologne est un événement majeur du siècle, dont la religion aura à souffrir1. Madrid est un lieu important pour l’information de Rome : avec la nouvelle de 44 vaisseaux de ligne anglais ayant passé Gibraltar, le nonce fait part de la tenue prochaine d’un congrès à Londres : il suggère qu’un représentant du Saint-Siège accompagne le délégué d’Espagne, pour que les intérêts spirituels et temporels de la contre-révolution soient défendus. Tout cela au moment où les révoltes dans le Midi et en Bretagne font naître de grands espoirs. Dernier élément particulier : le roi Charles IV a fait saisir à temps une réimpression des actes du synode de Pistoie, sur lequel le silence théologique du Saint-Siège entretient un lourd climat. Des malintentionnés, autour de l’Inquisition générale, en tirent argument en faveur de la propagande réformiste2.

  • 3 A. Sorel, op. cit., vol. III, p. 271-280.
  • 4 ACEP, Lettere 260, 1791, f. 257v-259. Lettre du 1er juin 1791.
    « Se mai dalla Francia passaste in In (...)
  • 5 1748-1825, il s’était marié à Rome. Notice biographique en Dictionnary of National Biography, Londr (...)
  • 6 Au sujet des relations entre Londres et Rome, voir F. A. Gasquet, Great-Britain and the Holy See, 1 (...)
  • 7 ASV, Segr. Stato, Inghilterra, 26, f. 76, courrier du 19 décembre 1792.
  • 8 Une lettre du pape au cardinal d’York, du 7 septembre 1793, lui recommande la mission de Mgr Erskin (...)
  • 9 Bref Non possumus du 7 septembre 1793, ASV, Ep. ad Princ., 188, f. 87v-89 ; et Theiner, I, p. 159-1 (...)
  • 10 Le pape a écrit à Burke : Bref Nostram profecto du 7 septembre 1793, Ep. ad Princ., 188, f. 92v-93v (...)
  • 11 Les Anglais n’achèvent l’occupation de la Corse que le 3 août 1794, par la prise de Calvi. Sur cett (...)

3De fait, le grand espoir diplomatique du pape vient de Londres, qui entre dans la guerre contre la France le 28 janvier 1793, décidée à ce choix par la mort du roi (le premier ministre Pitt, au départ, était pacifiste, mais changea de camp devant le tour nouveau des événements révolutionnaires3). La Convention de son côté décrète la guerre à la Grande-Bretagne et aux Provinces-Unies le 1er février. Le cardinal Antonelli, en 1791, avait proposé au nonce à Paris, Dugnani, de se retirer à Londres pour y régler les affaires internes à la hiérarchie catholique, et liées au gouvernement4. Prudent, Dugnani avait rejoint la Savoie, puis Milan. En 1793, les archives livrent un mémoire anonyme sur la nécessité d’un représentant du Saint-Siège en Angleterre. L’idée faisait son chemin du côté des deux cours, et la Révolution précipite les choses, bousculant le passif des divisions ecclésiales entre les deux pays. A Rome, Sir John Hippisley5, ancien commerçant des Indes de 1782 à 1789, connu de Pitt, milite pour une représentation britannique et suggère de profiter de l’émigration française à Londres pour débloquer la situation6. Il va de fait jouer un rôle officieux auprès du cardinal de Zelada, ayant de surcroît des recommandations des cours de Naples et Turin. Londres prend le pouvoir temporel du pape au sérieux, lui demandant en octobre de fournir des troupes à Turin pour la reprise d’Avignon7 : le secrétaire d’État répond, gêné, que cela lui est impossible. Le pape a pour sa part envoyé vers Londres un prélat écossais, protégé du Duc d’York, Mgr Charles Erskine8. Il le recommande au roi de Grande-Bretagne dans un bref du 7 septembre, où il fait état des liens entre le secrétaire d’État et Lord Grenville. Il annonce la venue d’un représentant de Rome auprès de lui et le remercie pour l’accueil des émigrés et l’envoi de la flotte en Méditerranée9. En août, les Anglais débarquent à Toulon, à Nice et en Corse. En décembre, l’amiral Hood bat la flotte française devant Brest : l’engagement anglais est l’un des plus efficaces. Erskine quitte Rome le 4 octobre 1793, passe par la Hollande, est à Londres le 13 novembre. La situation est plus délicate pour le vicaire apostolique à Londres, Mgr Douglass, qui s’était entre-temps proposé pour être le représentant du Saint-Siège : le cardinal Antonelli, son supérieur au titre de la Congrégation de la Propagande, lui demande de se mettre au service de Mgr Erskine. Le représentant diplomatique de Rome est placé au dessus de la hiérarchie locale, qui elle-même dépend de la Curie. Mgr Erskine est reçu en véritable ambassadeur, rend visite aux ministres, est invité d’honneur à l’ouverture du Parlement le 22 janvier 1794, assis à côté du roi. Il a l’appui de Burke10. Il expose qu’il faut défendre l’Italie contre la France et remercie le pays au nom du pape pour l’accueil réservé aux ecclésiastiques émigrés. Pitt lui répond que son pays défendra toujours le temporel du souverain pontife et qu’il faut que le pape rejoigne la ligue défensive italienne proposée par l’empereur, allant plus loin que les dons de ravitaillement et de poudre remis à la flotte anglaise lors des escales en Italie. De fait, Mgr Giuseppe Albani, neveu du cardinal-doyen, sera envoyé à Milan en mai 1794. Puis vient un autre sujet de requête pour la cour romaine : les Anglais ont pris possession de la Corse ; le vice-roi Gilbert Elliot est installé en mai 1794, après l’appel à Georges III de Pascal Paoli et le repli anglais abandonnant Toulon. Rome veut que l’Église soit rétablie dans la situation d’avant les réformes françaises. Hippisley se veut rassurant sur ce sujet, malgré les lenteurs11. Déception toutefois pour Rome, le 6 juin 1794, la loi sur le vote des catholiques anglais est reportée à cause des circonstances internationales. Les échanges entre les deux cours permettent des passages de documents et d’ouvrages, notamment L’histoire du clergé français de l’abbé Barruel, qu’Hippisley communique à de Zelada. Le 1er juillet 1794, Erskine passe en revue la flotte de Porsmouth avec le roi et la reine, puis se rend auprès des émigrés d’Oxford.

4Lord Hippisley quittera prudemment Rome en 1796, deviendra baron, et continuera à correspondre avec les cardinaux Borgia et Consalvi. Erskine, lui, restera à Londres jusqu’en 1801, rejoignant alors Paris pour assister à la signature du concordat. Il avait été pris en charge par le roi durant l’exil du pape, et tenta de faire intervenir la Grande-Bretagne pour libérer ce dernier. Georges III interviendra d’ailleurs contre une protection par l’Autriche du nouveau pape Pie VII. Ce rapprochement entre les deux cours est l’un des faits diplomatiques les plus marquants de la période et portera du fruit à long terme pour un rétablissement plénier de la liberté des catholiques anglais dans leur pays.

  • 12 ASV, Arch. Nunz. Lucerna, 386, courriers des 6 mars et 8 juin 1793. La Vendée se soulève en mars 17 (...)
  • 13 Ibid., f. 104, courrier du 10 avril ; Segr. Stato Savoia, 278, f. 89. Courrier du 4 mai 1793.
  • 14 Bref Quae plurima, du 31 août 1793, ASV, Ep. ad Princ., 188, f. 76-77v.

5Les autres fronts diplomatiques présentent moins de faits notables : le nonce de Lucerne joue surtout un rôle d’intermédiaire avec les évêques français émigrés, distribuant les brefs pontificaux, informant sur les révoltes de Lyon et de Vendée12. La tentative de Dumouriez de marcher sur Paris à la fin mars provoqua un large écho13. Le bailli et les officiers du canton du Valais, en Suisse, reçoivent un bref de remerciement pour leur accueil des émigrés14.

  • 15 ASV, Segr. Stato, Colonia, 291, Courrier du 27 février 1793.
  • 16 Mayence est abandonnée par les Français le 23 juillet.
  • 17 Ibid., courrier du 29 mai 1793.
  • 18 Ibid., courrier du 23 octobre.
  • 19 Il y a peu de traces relatives à cette mort dans les archives ; un texte racontant la fin de la rei (...)

6Le nonce Pacca, de Cologne, suit les nouvelles de la mort du roi et de la régence du comte de Provence, qui suscite l’interrogation car, dit le nonce, les alliés vont vouloir se partager la France après la victoire15. Il s’étonne de la lenteur des alliés, alors que tant de révoltes en France offrent l’opportunité d’un combat généralisé. Les sièges de Maastricht et de Mayence16 offrent trop d’incertitudes. Il est question pour Pacca d’aller à Londres faire entendre la voix du Saint-Siège17. Mais les revirements de la Vendée en octobre découragent les émigrés et les cours. Pacca s’émeut de la neutralité de la Toscane et de Gênes, et du retrait du roi de Prusse en octobre, au moment où il est si nécessaire18. La reprise de Marseille le 25 août, la capitulation de Lyon le 9 octobre, l’échec du siège de Toulon le 19 décembre, la libération de l’Alsace par les troupes de Hoche, parachèvent le découragement en cette fin de 1793, sans oublier l’exécution de la reine Marie-Antoinette19.

  • 20 Bref Romani pontificis du 9 février 1793, in Bullarii, VI/III, p. 2580-2582.
  • 21 Bref In perligendis, du 31 août 1793, ACTA, II, p. 39-42.
  • 22 G. Ricuperati, Il Piemonte sabaudo, stato e territori in età moderna, Storia d’Italia VIII/1, Turin (...)

7Avec la Toscane, un traité est signé le 9 février 1793 par le Saint-Siège pour empêcher les constructions nouvelles sur une bande de part et d’autre de la frontière. Il eût été préférable de résoudre d’autres questions...20. L’archevêque de Cagliari, en Sardaigne, reçoit un bref de félicitations pour la résistance de l’Île à la flotte française et se voit accorder la célébration d’une nouvelle fête de martyrs21. Dans le royaume de Piémont-Sardaigne, on craint désormais les agents intérieurs de la Révolution française. Le 3 septembre 1793, la nouvelle milice reçoit à Turin la bénédiction du cardinal Costa, dont l’homélie affirme la communauté des intérêts du pays et de la religion22. Du côté de Naples, la flotte part soutenir les Anglais à Toulon en septembre 1793. Elle rentrera déconfite en février 1794.

  • 23 ASV, Segr. Stato, Germania, 472, f. 375, courrier du 24 octobre 1793.
  • 24 ASV, Segr. Stato, Germania, 687, courrier du 1er juin 1793.
  • 25 ASV, Arch. Nunz. Vienna, 113, f. 26, courrier du 4 décembre 1793.

8Quant aux nouvelles de Vienne, la correspondance de Caprara exprime surtout que le nonce attend son remplaçant avec impatience !23 La seule information conséquente concerne l’allocution du pape sur la mort de Louis XVI, très demandée et appréciée à la cour. Le pape a béni les armées autrichiennes en juin24. On lui demande de l’argent : Zelada répond qu’il en a peu et qu’il faut en garder pour rétablir la situation en Avignon plus tard....25

L’enlisement et la ligue italienne : 1794

  • 26 ASV, Segr. Stato, Inghilterra, 26, lettre du 25 janvier 1794, f. 139.
  • 27 ASV, Segr. Stato, Epoca Napol. Francia, XXIII, c. Lettre du 5 janvier 1794.
  • 28 ASV, Arch. Nunz. Vienna, 113, f. 397, le courrier du 13 août mentionne la chute de Robespierre, mai (...)
  • 29 Le nonce à Madrid se préoccupe beaucoup de la condamnation du synode de Pistoie, de la publication (...)
  • 30 ASV, Arch. Nunz. Colonia, 292, courrier du 4 juin 1794. Sur la situation en Pologne, voir A. Sorel, (...)

9L’année 1794 s’ouvre donc plutôt sur un découragement du Saint-Siège face à la situation. De Zelada écrit de la France : « Nous espérons qu’il ne plaise à Dieu de rendre heureuse une nation si méchante et si cruelle »26. On nourrit encore quelques espoirs sur la flotte britannique qui pourrait aider à une reprise d’Avignon, mais celle-ci va y renoncer en avril, tandis que dès février la Prusse s’est retirée de la coalition. Le secrétaire d’État est informé en début d’année que Toulon et Lyon ont été reprises par les Français patriotes et qu’il y a eu de nombreux martyrs27. Une nouvelle révolte éclate en Pologne contre la Russie et la Prusse en mars ; en mai, les Français sont en Belgique et obtiennent la victoire de Fleurus le 26 juin (le nonce Brancadoro doit fuir Bruxelles). Tout cela alors que la France connaît le sommet de la déchristianisation et que Robespierre prononce son discours à la Convention sur l’être suprême le 7 mai. D’ailleurs, la correspondance diplomatique ne suit pas les bouleversements politiques : pas plus d’échos de la chute de Robespierre (27 juillet)28 que de celle de Danton (6 avril). L’Espagne se retire du Roussillon à la fin de mai : aucune avancée ne tient face aux armées révolutionnaires29. Fin août, il ne reste aucun soldat autrichien en France. Le général Marceau prend Coblence le 23 octobre, Hoche commence la « pacification » de la Vendée en novembre, tandis que les troupes russes occupent Varsovie le 6 novembre. Rome suit avec inquiétude et dégoût la révolution de Pologne, jugée suicidaire, qui voit des attaques contre l’Église et contre quelques évêques30.

  • 31 ASV, Arch. Nunz. Vienna, 113, f. 139, courrier du 27 février 1794.
  • 32 Ibid., f. 241.
  • 33 ASV, Segr. Stato, Inghilterra, 26, lettre du 14 mai 1794, f. 229.
  • 34 ASV, Arch. Nunz. Vienna, 113, f. 429-451, du 1er octobre 1794.
  • 35 Ibid., f. 8, courrier du 20 novembre 1793.
  • 36 Ibid., 113, f. 87, courrier du 29 janvier 1794.
  • 37 C. Capra, Il Ducato di Milano dal 1535 al 1796, in Storia d’Italia XI, Turin, 1984, p. 589-615 ; F. (...)
  • 38 ASV, Arch. Nunz. Colonia, 292, courriers du 19 avril et 28 mai 1794.
  • 39 ASV, Arch. Nunz. Vienna, 113, f. 357, courrier du 16 juillet 1794.
  • 40 Sur la République de Gênes : R. Boudard, « Echos et influences de la Révolution française à Gênes e (...)
  • 41 B. M. Cecchini, « I problemi della neutralità negli stati italiani nel 1793, il caso della Toscana (...)
  • 42 Grand-duc de Toscane du 7 mars 1791 au 27 mars 1799.

10L’Espagne et les Etats italiens se proposent de constituer une ligue défensive et ouvrent des négociations, à cette fin, à Milan. Dès février, le secrétaire d’État manifeste que le Saint-Siège ne cesse de réclamer cela, et que ce n’est pas de sa faute si rien ne bouge31. Des bruits annoncent par la presse de Milan la venue de Mgr Caleppi : c’est un rêve, répond de Zelada le 19 avril32. Rome envoie Mgr Giuseppe Albani ; sa présence est attestée par les correspondances en mai et en octobre. Il est censé négocier avec l’archiduc Ferdinand à Milan, puis se rendre à Vienne porter des langes bénits pour une naissance impériale33. Mais, comme le fait remarquer Louis Madelin, Pie VI ne publie aucun bref de soutien à la ligue italienne, pas plus qu’il n’adhére ouvertement à la coalition. Albani, en octobre, transmet la demande des coalisés d’obtenir du pape le prêt de ses galères. Dans un long mémoire justificatif34, le pape répond que les bâtiments sont hors d’état de servir au combat. Or le mémoire poursuit par une explication détaillée sur tout ce que le Saint-Siège a fait pour la guerre. Serait-ce qu’une mauvaise conscience existe à Rome ? Ou en tout cas qu’on lui fait des reproches dans les cours d’Europe sur sa passivité militaire ? Dugnani, toujours à Milan, négocie des questions entre catholiques et protestants grisons dans la vallée de la Valtelline35, puis doit enquêter sur les troubles jacobins à Gênes36. Dans le duché de Milan, la situation politique est instable : l’archiduc bloque toute réforme constitutionnelle. Vienne a fait rétablir une junte d’État dont un représentant se trouve toujours auprès de l’Empereur pour prendre les ordres. Ayant le choix entre les impôts, la guerre ou la chasse aux jacobins, la jeunesse formée sous Joseph II ne peut qu’être attirée par les clubs. Dans un rapport à l’empereur de 1794, il est fait remarquer qu’après dix années de politique religieuse réformatrice et janséniste, il est difficile de convaincre le peuple qu’il faut à présent défendre la religion contre la liberté française37. Le nonce à Cologne fait aussi état de conjurations découvertes à Gênes et à Turin38. Écrivant à Vienne, de Zelada expose que les mesures militaires adoptées par la cour de Turin sont ridicules39. La République de Gênes voit la menace française peser à plein sur la crise intérieure : de janvier à mars 1794, une conjuration s’oppose à l’oligarchie de la République dans les deux conseils. Une commission de réforme mise en place ne pourra rien faire. Le gouvernement optait pour la neutralité vis-à-vis de la guerre. Mais, dans l’été 1793, la flotte anglaise arraisonne un vaisseau français, « La Modeste », dans le port de Gênes et instaure un blocus des côtes. Pendant ce temps, des agitateurs jacobins travaillent efficacement la population, qui cependant restera massivement hostile aux Français. Après Thermidor, le gouvernement veut une neutralité sous protection française et renvoie l’ambassadeur de la cour impériale40. A Gênes, la neutralité correspond à la réaction d’une oligarchie mercantile. La Toscane tente de rester également neutre41. François Cacault est à Florence de 1793 à 1796 et négocie avec finesse, le grand-duc et son ministre le marquis de Manfredini se préservant une part d’indépendance à l’égard de la politique impériale (Ferdinand III42 est le frère de François II). Mais la pression de la Grande-Bretagne se fait là aussi vigoureuse : Lord Hervey vient à Florence négocier une protection anglaise sur le port de Livourne, qui se traduit de fait par une occupation militaire le 22 juillet 1793, assortie d’un ultimatum exigeant le renvoi des Français. Le grand-duc se trouve contraint de signer une convention le 28 octobre avec la Grande-Bretagne, s’engageant à rompre avec la France et renvoyant son représentant Charles La Flotte. Cacault reste sur place, et la Toscane reprend contact avec lui après le revers anglais de Toulon : des Français reviendront en février 1795.

  • 43 ASV, Segr. Stato, Inghilterra, 26, lettre du 25 janvier 1794, f. 134.
  • 44 Ibid., lettre du secrétaire d’Etat à Mgr Erskine du 5 juillet 1794, f. 357.
  • 45 ASV, Arch. Nunz. Vienna, 113, courrier du 22 février 1794, f. 120. La sécularisation est souhaitée (...)
  • 46 Ibid., f. 331, courrier du 2 juin 1794 sur une rencontre entre Brancadoro et l’empereur.

11Pourtant, Rome s’offre encore quelques rêves cette année-là : celui d’acheter la ville d’Antibes pour servir de port avancé quand Avignon sera reprise43, celui de revendiquer auprès de la Grande-Bretagne d’antiques droits de possession sur la Corse occupée44. Une congrégation particulière est instaurée à Rome pour suivre les affaires corses, sans doute avec les mêmes membres que celle sur la France (les cardinaux de Zelada, Albani, Antonelli et Gerdil). Pour les relations avec Vienne, on se plaint, on prie, on doute des victoires royalistes, on déclare avec confiance que l’empereur n’acceptera pas une sécularisation des évêchés principautés électorales demandée par la Prusse (Rome, qui est en guerre froide avec ces évêques, les défend ici...)45. On parle aussi des professeurs jansénistes de l’Université de Pavie, dont le fameux P. Tamburini46, et ce l’année ou paraît enfin la bulle de condamnation du synode de Pistoie, Auctorem fidei, que les autorités de la Lombardie autrichienne affectent de ne pas recevoir. Albani, à Milan, doit aussi traiter cette question de procédure.

1795 : Les puissances abandonnent-elles la religion ?

  • 47 A. Sorel, op. cit., vol. IV, p. 442-447.
  • 48 ASV, Arch. Nunz. Vienna, 114, courrier du 21 février et 11 mars, f. 70 sv.
  • 49 Ibid., courrier du 22 mai, f. 201, mémoire pour Litta.

12La Pologne va de fait occuper une place importante dans la diplomatie pontificale en 1795. Par suite du nouveau partage qui intervient les 3 janvier et 3 août entre la Russie et l’Autriche, Rome essaye de défendre les intérêts catholiques, surtout sur les territoires passant à l’Empire russe47. Un bref à l’empereur d’Autriche, qui le refuse, doit être refait48 ; un autre bref est adressé à l’impératrice Catherine II, avec la proposition de lui envoyer comme ambassadeur extraordinaire le nonce de Varsovie, Lorenzo Litta49. Rome forme aussi une congrégation particulière pour les affaires de Pologne ; il nous est dit qu’elle compte les mêmes membres que la congrégation pour la France.

  • 50 A. Sorel, op. cit., vol. IV, p. 167-291.
  • 51 Ibid., courrier du 22 juillet 1795, f. 291.
  • 52 Le nonce à Madrid s’étonne que l’Espagne n’ait posé aucune close sur les affaires religieuses, et q (...)
  • 53 ASV, Arch. Nunz. Vienna, 114, courrier du 24 juin 1795, f. 250-260.
  • 54 Ibid., courrier du 2 septembre 1795, f. 350.
  • 55 Ibid., 114, courriers de janvier 1795, f. 5-14, 38...
  • 56 Ibid., courrier du 28 novembre 1795, f. 460.
  • 57 ASV, Segr. Stato, Baviera, 11, courriers de mai et septembre 1795, f. 2v et 16v.

13La situation sur un plan plus général met Rome manifestement mal à l’aise : la Prusse et la Hollande sont en paix avec la France, depuis le 5 avril pour la Prusse, avec la paix de Bâle50, et depuis le 16 mai pour les Républiques Bataves avec le traité de La Haye ; la Diète de l’Empire, à Ratisbonne, propose aussi à l’empereur de faire la paix51, au sacrifice de la religion ; l’Espagne ne bouge plus et finit par signer une paix à Bâle le 22 juillet52 ; le débarquement anglo-émigré de Quiberon du 26 juin échoue. Bref, la coalition est déchirée, et un mémoire de justification de l’attitude du pape durant ces dernières années, destiné à la cour de Vienne, prouve que l’on se fait d’amers reproches entre les deux cours53. Rome s’étonne que la situation ne mette pas la contre-révolution en mouvement, mais comprend les difficultés des souverains : chacun fait une paix sans intelligence, sans percevoir les dangers de la liberté et de l’irréligion54. Le nonce à Vienne, Luigi Ruffo, s’inquiète également de la réception officielle de la bulle Auctorem fidei dans l’Empire55, d’autant plus que des jansénistes ont tenu un congrès à Pavie autour de Pietro Tamburini. Ainsi, la mission de Giuseppe Albani à Vienne porte sur la diplomatie, mais n’oublie pas la défense de la bulle56. A Munich, le nonce Zollio meurt le 13 avril 1795. Son secrétaire se fait écho des questions au pape de la part des ecclésiastiques émigrés sur l’évolution de la situation en France57.

  • 58 ASV, Arch. Nunz. Vienna, 114, courrier du 9 septembre 1795, f. 353.

14Le pape se sait donc seul, et il est conscient qu’une invasion de l’Italie peut se préparer en France58.

LES RELATIONS AVEC LE CLERGÉ FRANÇAIS

15Le traitement de l’épineuse question du serment de Liberté-Egalité a déjà été évoquée, tout comme le passage durant l’été 1793 d’une congrégation du Saint-Office à une congrégation restreinte qui suit également les affaires de Pistoie. Les relations avec l’épiscopat français se trouvent dès lors passer à une phase de distanciation croissante. Les brefs se font plus rares et les tensions internes à la communauté en exil comme à Rome vont se révéler peu à peu.

Les brefs pontificaux

  • 59 Du 31 juillet 1793, ASV, Ep. ad Princ., 188, f. 52-52v. Guillon, II, p. 436-445.
  • 60 Sur ce personnage pittoresque de la Révolution, lire J.M. Augustin, Le faux évêque de la Vendée, Pa (...)

16Un premier fait trouble la Curie et vient grever son regard sur la contre-révolution : dans les guerres de Vendée, un faux évêque s’est intronisé vicaire apostolique de la région. Rome a reçu le texte du Manifeste de l’armée chrétienne et royale au peuple français, de Clisson, du 1er juin 1793. Il y est déclaré que les prêtres accompagnant les combattants s’adresseront à l’évêque d’Agra, vicaire apostolique, à Saint-Laurent-sur-Sèvres (la cité de Louis-Marie Grignon de Montfort). Ce texte est-il authentique, demande Rome. Le bref Ad nostras manus59 informe le clergé français au sujet du soi-disant évêque Pierre-François Guillot de Folleville60 : il n’existe pas de siège titulaire d’Agra, et aucun vicaire apostolique n’a été nommé ; il est donc touché par la nullité et le sacrilège. Il revient aux évêques de la région et à leurs délégués sur place de faire connaître l’information. Quant à la gestion de l’Église locale, les prêtres doivent suivre les indications des brefs pontificaux précédents. Sur place, le bref de Pie VI reste un temps sans effet, car le moral des troupes étant alors au plus bas, les chefs vendéens n’ajoutèrent pas ce problème à une situation difficile. Guillot sera arrêté après la défaite de Savenay, jugé et guillotiné le 6 janvier 1794.

  • 61 Bref ex tuis litteris, du 25 janvier 1794, ASV, Ep. ad Princ., 188, f. 158-162v. Theiner, I, p. 210 (...)
  • 62 Traces en ASV, Segr. Stato, Inghilterra, 26, f. 419 et 493, novembre 1794.
  • 63 Joseph Geneviève de Puisaye, 1755-1827, député aux Etats-Généraux, favorable à la Révolution, il co (...)
  • 64 AAEESS, Francia 16, f. 21-28.

17Il n’y aura pas d’autre bref concernant la Vendée. Pie VI chargera l’évêque de Dol, réfugié à Londres, de suivre plus particulièrement la situation, car il n’est pas question de laisser passer de telles usurpations61. Elles compliquent le point de vue de Rome, qui ne s’engagera point dans le conflit, et même veillera à y rester étrangère : la demande de bénédiction romaine de l’armée du comte de Puisaye restera sans réponse62. Les archives de la secrétairerie d’Etat présentent en effet un dossier prouvant que le comte de Puisaye63, commandant des révoltés de Bretagne, demanda le 9 novembre 1794 au pape deux brefs de bénédiction, un pour les clercs, un pour les fidèles, dans leur guerre contre les « républicains de France »64. Un avis du cardinal pro-dataire rend compte d’un entretien avec Azara, de la correspondance entre l’abbé de Calonne à Londres et le cardinal de Bernis, et d’un avis du nonce Pacca, lui aussi en relation avec l’émigration. Il en ressort que les Anglais s’apprêtent à débarquer en Bretagne et souhaiteraient un bref soulevant une véritable croisade. Mais il faut se méfier de l’évêque de Saint-Pol-de-Léon, disent les Anglais. Pacca, lui, met en doute au nom des émigrés du Rhin et de l’évêque de Dol que le commandement du comte de Puisaye soit légitime. Le pro-dataire opine alors qu’il ne faut pas parler de croisade, car le pape veut un esprit de modération avec Paris, ne se mêlant pas de l’ordre civil, mais restant dans le domaine religieux. Les Anglais, fait-il remarquer, n’ont qu’à traiter avec Erskine, et non avec Calonne.

  • 65 Guillon, II, p. 422-435. Correspondance de Mgr de Mercy, p. 189-203.

18La question de la forme du sacrement du mariage se trouve encore posée par les évêques, car un décret de l’Assemblée a institué le mariage obligatoire devant le maire de la municipalité. Par le bref Perlatae sunt à l’évêque de Luçon65 alors à Soleure, en Suisse, le cardinal de Zelada expose les solutions de la congrégation cardinalice : les officiers municipaux sont assermentés, donc schismatiques ; on ne peut se marier validement devant eux. D’où une situation d’exception tolérée par Rome : on pourra se marier devant quatre témoins, indépendamment de la présence d’un curé légitime, ce qui revient à ne pas respecter les canons du concile de Trente. Une déclaration pourra suivre à la mairie. Les solutions romaines expriment bien le caractère lointain de la situation française et son peu de peu de compréhension. La France est entrée dans la déchristianisation.

  • 66 Theiner, II, p. 381-420.
  • 67 De nombreux courriers attestent ces espoirs en ASV, Segr. Stato, Epoca Napol, Francia, XXIII, 24 et (...)

19Une pièce plus importante est le mémoire remis au pape par l’abbé Maury le 23 juin 179366. Un texte long qui presse le pape de passer à un engagement plus clair dans la contre-révolution. Ce mémoire correspond à une phase d’avancée des armées contre la France : Espagnols dans le Sud, siège de Lyon, de Toulon... Une issue militaire de la Révolution est encore envisageable67. Maury écrit dans la perspective d’une victoire prochaine du bon parti et conseille au pape de prévoir les actes qui permettront à l’Église gallicane de rétablir sa situation, au-delà de la « multitude de dissensions intestines » qui la travaillent. Le pape ne doit pas manquer ce virage si essentiel.

  • 68 Theiner, II, p. 383.
  • 69 Ibid., p. 386.

20Premier point pour clarifier les choses : « il ne paraît plus possible désormais de différer et bien moins encore d’éluder l’excommunication »68. Les délais sont passés depuis un an, aucun évêque intrus n’est revenu, les évêques attendent cette sanction. Les massacres augmentent la peine de cette Église ; le pape ne peut prendre le risque d’attendre une victoire militaire pour porter des sentences canoniques : « La voix du pasteur suprême pourrait-elle ne pas se faire entendre au milieu de ce concert général des souverains qui réclament, à la tête de leurs armées, le rétablissement de l’ordre ? »69. La bulle papale devra permettre aux évêques de ramener les intrus à l’état laïc, leur interdisant tout exercice de l’ordre. Maury précise que, selon les libertés gallicanes, il faudrait d’abord des conciles métropolitains pour statuer : mais justement, c’est pour Rome le moment d’agir directement... Il suffira de ne jamais prononcer le mot liberté pour ne pas agiter la question. Relevons dès maintenant combien Maury rêve d’un impossible retour des choses et plonge justement Pie VI dans l’embarras en poussant jusqu’au bout sa logique. Le pape ne voudra précisément pas enfermer ainsi le spirituel dans le temporel ; il gardera ses distances avec une telle outrance.

21Second point : le pape doit préparer un bref au régent. Il doit louer Louis XVI et Marie-Antoinette selon les termes du consistoire, laissant ouverte la question de la canonisation. La Révolution étant le résultat de la seconde génération éduquée dans les maximes de la philosophie, il faudra désormais surveiller les livres, révoquer l’édit de 1787 sur l’Etat-civil des réformés, car les calvinistes se sont ligués avec les philosophes, et s’attaquer fermement aux jansénistes et aux francs-maçons :

  • 70 Ibid., p. 396 et 397.

« Le gouvernement français doit connaître aussi l’esprit factieux de cette autre secte (les jansénistes), également ennemie de toute autorité, qui combat depuis plus d’un siècle pour prouver qu’elle n’existe pas, qui vient de manifester son amour pour l’Église en introduisant le schisme dans le royaume, et sa fidélité au roi en aidant les philosophes à renverser le trône ; enfin qui, passant tout à coup de l’excès de la révolte, s’est publiquement déshonorée en France par la rédaction monstrueuse de la Constitution civile du clergé.
Le pape doit... recommander instamment au régent l’exécution de la nouvelle bulle d’excommunication que je le supplie de publier sans délais contre les francs-maçons »70.

22Il faudra encore rétablir les ordres religieux dans leur grandeur, rendre au pape Avignon et le Comtat, pratiquer une politique de respect à l’égard du Saint-Siège, accorder un jubilé spécial. Les intrus seront enfermés dans des monastères pour être soustraits aux Parlements, qui les condamneraient sans doute à mort et en feraient des martyrs. Le pape louera le clergé de France et regrettera de ne pas avoir pu le recevoir intégralement chez lui. De plus, les curés intrus seront suspendus pour quatre ans du ministère, les vicaires rendus incapables de bénéfices et suspendus pour six ans, les jureurs privés de ministère le temps passé dans la Révolution. Les religieux doivent retourner au couvent. Les mariages après la loi de déportation seront validés comme naturels. Enfin, le pape fera une bulle contre les francs-maçons. Maury de conclure :

  • 71 Ibid., p. 420.

« Jamais aucun pontificat ne fut agité par de si violents orages ; et si la nation française se rattache au Saint-Siège par de nouveaux liens, jamais aucun pape n’aura triomphé avec tant de gloire »71.

  • 72 Il est plusieurs fois question de maladie du pape : ASV, Segr. Stato, Inghilterra, 26, f. 100, 17 o (...)
  • 73 Maury est créé cardinal le 21 février 1794. Cette nomination provoque des échanges de lettres entre (...)

23Maury exprime une intransigeance qui atteint un point de déphasage dangereux d’avec la réalité de la France, risquant de mettre l’Église dans une position de non-retour encore plus dangereuse pour elle. De cela, Pie VI va se montrer conscient. Il faut imaginer par ailleurs les divisions entre cardinaux devant un tel projet, dans la congrégation du Saint-Office, entre zelanti et politicanti, imaginer la réaction du cardinal de Bernis et d’Azara, qui doivent être en désaccord avec une telle imprudence. Ajouté à cela une santé qui se révèle mauvaise72, on mesure la raison de la perplexité du pape, voire de son recul, à la distance qu’il adopte désormais vis-à-vis des affaires. Et l’on comprend pourquoi Maury se trouve remercié par le cardinalat et éloigné comme évêque de Montefiascone...73.

  • 74 ASV, Segr. Stato, Vescovi e Prelati, 372, f. 191. Lettre de Zelada à l’évêque de Tarbes du 7 septem (...)
  • 75 P. Stella, in Ricerche per la Storia Religiosa di Roma 9 (1992), p. 27.
  • 76 Ch. Ledre, Le culte caché sous la Révolution : les missions de l’abbé Linsolas, Paris, 1949 ; J. Li (...)
  • 77 Elléon de Castellane-Mazaugues, né le 11 juin 1746 dans le Var, sacré évêque de Toulon le 13 août 1 (...)
  • 78 Archives des Barnabites, San Carlo dei Catenari (Rome), Fonds Gerdil, Lettere, tome 44, f. 18-23. C (...)

24Maury n’est pas le seul à se préoccuper du rétablissement de la religion en France : des évêques envoient des plans à Rome sur ce qu’il conviendrait de faire, comme par exemple celui de Tarbes, dont le plan est confié à la congrégation particulière74. Il restera sans réponse. Les plans pastoraux évoluent d’ailleurs vers une reconquête combative : en 1794 paraît à Constance, du milieu des émigrés, le Memoriale vitae sacerdotalis de Claude Arvisenet75. Dans le diocèse de Lyon, le vicaire général Linsolas conduit sa pastorale clandestine76. Auparavant, un document renseigne utilement sur les positions romaines et les projets des évêques de France. En 1793, l’évêque de Toulon, prématurément heureux de rétablir bientôt la religion dans son diocèse, publie un Mémoire77. Émigré à Rome, l’évêque de Senez lit ce mémoire et communique ses observations au cardinal Gerdil. Le 15 octobre 1793, Gerdil lui répond78. Il commente des remarques de l’évêque de Senez sur la primauté du siège de Pierre, trouvant les formules de Toulon trop peu vigoureuses. C’est la primauté de juridiction qui est essentielle et qui doit être clairement exprimée, car la primauté d’honneur et la notion de Rome, centre de l’unité, est invoquée par les constitutionnels. Il faut spécifier que l’autorité du concile universel n’est pas en position dominante, au-dessus du pape. Gerdil témoigne alors de la crise présente :

  • 79 Ibid., p. 20-20 v.

« Entre les nombreux mémoires adressés au St Siège, il en est où de très vertueux Prélats ne dissimulent pas l’alarme que leur cause la disparité d’opinions, qui partage leurs confrères. Les uns proposent comme nécessaire au rétablissement de l’ordre et de la paix des plans de conduite, que d’autres rejettent comme uniquement propres à perpétuer le scandale. Il n’est pas aisé de concevoir, qu’un concile national put rapprocher des sentimens dont outre la différente manière d’envisager les objets, la diversité des circonstances en différens diocèses motiveroit et soutiendroit l’opposition »79.

25Une conclusion s’impose : il faudra attendre les sentences de Rome sur tous les points en cause. Gerdil assure que Pie VI lit avec intérêt et zèle tous les mémoires qu’il reçoit de France. Il ne fait pas état de la congrégation particulière, mais expose qu’il ne faut pas s’étonner si un temps long sera nécessaire avant d’obtenir une réponse du Saint-Siège. Lors des retours dans les diocèses, les évêques devront suivre les pénitences accomplies par les intrus se repentant et préparer les réconciliations. Mais pour leur confier de nouveaux ministères, il faudra attendre les avis de Rome. Gerdil cite Bossuet pour légitimer ce droit. Sa lettre est précieuse dans la mesure où elle est un indicateur des doutes romains sur les divisions de l’épiscopat gallican ; or nous sommes ici en octobre 1793. Nous mesurons pourquoi l’édition des Testimonianze... ne peut être poursuivie au-delà de juin 1794 : les écrits des évêques portent désormais sur des points trop disputés, et Rome veut réserver librement son jugement. Mais il faut considérer les événements repérables de la période.

  • 80 L. Vicchi, op. cit., p. 120 sv.
  • 81 Ibid., p. 136-137.
  • 82 R. Picheloup, op. cit., p. 127.

26La mort de Louis XVI et la politique de la Terreur ont pour conséquence un changement nécessaire de statut des biens de la couronne de France dans les États pontificaux. Le cardinal de Bernis est nommé par Pie VI visiteur apostolique et administrateur des biens royaux le 13 décembre 179380. Caleppi lui réclame de prendre en charge une caisse de secours pour les émigrés : elle sera créée en mai 1794 à partir de ces biens81. Mais Saint-Louis-des-Français était endetté depuis les services pour la mort du roi82. Une date mérite d’être marquée : la mort de Bernis le 3 novembre 1794. Pie VI perd son grand électeur et son conseiller, il est plus seul que jamais. Un signe ne trompe pas : le cardinal a nommé comme légataire le chevalier d’Azara, l’ambassadeur d’Espagne. Il est désormais l’homme-clef de la diplomatie, mais n’a pas les mêmes compétences théologiques.

  • 83 Bref Misit ad nos du 7 novembre 1793, Ep. ad Princ., 188, f. 108v-114 ; Theiner I, p. 203-206.
  • 84 Bref Cum maxime, in ASV, Segr. Stato, Epoca Napol. Francia, XXXI, 8 ; Guillon, II, p. 470-473.

27Pie VI exprime à l’occasion sa perplexité et ses causes : le 7 novembre 1793, il écrit à l’évêque de Spire pour le féliciter de ses lettres pastorales83. Oui, il faut rester attaché au siège de Pierre, rejeter des innovations qui attaquent la foi catholique dans son intégralité. Le gallicanisme a contribué à semer la zizanie dans l’Église, et les évêques émigrés sont aujourd’hui divisés sur les sanctions à adopter. Le 16 décembre, le pape renouvelle les indults aux évêques de France, sans aucune précision ni modification84.

  • 85 ASV, Segr. Stato, Epoca Napol. Francia, XXIII, 24 ; L. Vicchi, op. cit., p. 130-131.
  • 86 ACTA, II, p. 71-73.
  • 87 L. Vicchi, op. cit., p. 135. Voir sur ce saint Y.-M. Hilaire (dir.), Benoît Labre, errance et saint (...)
  • 88 Rome, Fulgoni, 1794, 105 p. (Recension dans le Giornale ecclesiastico di Roma du 5 juillet 1794, p. (...)

28Pie VI suit la gestion des affaires spirituelles et temporelles de son peuple : le 11 janvier 1794, une notification au peuple s’émeut de feuilles volantes distribuées dans la ville demandant une illumination pour le 21 janvier, premier anniversaire de la mort du roi. S’agit-il de provocateurs ou au contraire de défenseurs de la monarchie ? Le pape exige qu’il n’y ait aucune manifestation publique, que soit démontré le respect des Romains pour leur souverain, et que chacun prie pour la fin des maux touchant l’Europe85. Les Français ne sont pas oubliés : un bref du 17 janvier 1794 leur offre l’indulgence à condition de « se confesser, recevoir le Très Saint Sacrement de l’Eucharistie, prier pour l’union et la concorde des princes chrétiens, pour l’extirpation des hérésies, pour l’exaltation de notre Mère la Sainte Église Romaine... »86. Seulement, ces fidèles devaient être bien en peine de trouver les sacrements en question. Le 19 février, autre signe non-négligeable, la cause de béatification de Benoît-Joseph Labre est officiellement ouverte par une enquête demandée par le cardinal Archinto, préfet de la Congrégation des Rites87. Le cardinal-vicaire de Rome doit mener l’enquête auprès des témoins : une bonne façon de fortifier la piété des fidèles romains autour du souvenir d’un héros. Pour fortifier encore la foi, il est toujours question de prodiges : l’abbé d’Hesmivy d’Auribeau traduit les Discours aux romains sur les prodiges par lesquels le Seigneur a manifesté sa toute-puissance pour la défense et la gloire de son Église dans ces derniers temps de M. Marotti88. Une façon de raconter les miracles de l’hiver 1792 (la tempête chassant les Français) et de faire état de la foi des prêtres non-jureurs dans l’adversité et le martyre. Les grands thèmes antiréformistes sont martelés à nouveau :

  • 89 Ibid., p. 18-19.

« C’est à ce but que visoit l’innovation de cette forme perverse du gouvernement de l’Église, inventée adroitement par Richer, developpée avec plus de noirceur par Fébronius, adoptée enfin si unanimement et propagée avec tant d’ardeur par tous ces impies conjurés contre la Foi. C’étoit le seul objet que se proposoient les complices de cette criminelle conspiration, dans cet Appel trop fameux des juge-mens du Souverain Pontife au concile général de l’Église, Appel qui fut toujours regardé comme le signe le plus caractéristique de la rebellion de ses enfans. De-là, la puissance des évêques ne différoit plus de la puissance du pontife romain, et l’autorité des pasteurs du second ordre égaloit l’autorité des premiers pasteurs. De-là cette guerre cruelle... »89.

  • 90 Ibid., p. 23.

29Mais il ne faut pas se méprendre : la persécution présente donne à l’Église « un nouvel éclat, une solidité, s’il étoit possible, plus inébranlable »90, elle permet de séparer le bon grain de l’ivraie et de purifier l’Église. Les francs-maçons sont villipendés au passage. Vient alors un passage qui révèle comment les événements autour de la mort de Bassville sont interprétés comme un acte de force et de courage du pape qui refuse de se plier aux injonctions de la République :

  • 91 Ibid., p. 25.

« C’est ainsi qu’à l’époque à jamais mémorable du 13 janvier, le Seigneur inspira à son Premier Pontife une intrépidité qui couvrit de gloire son Siège inébranlable. Dès ce jour, l’éternel qui gouverne tout ici-bas par sa sagesse, sembla donner en nous sauvant, le signal du combat à l’Univers, pour s’armer, attaquer, esterminer ces ennemis jurés de tous les peuples »91.

  • 92 Ex litteris tuis, du 31 mai 1794, ASV, Ep. ad Princ., 189, f. 94-95v ; ACTA, II, p. 91.
  • 93 L. Vicchi, op. cit., p. 139.

30Ces phrases n’attribuent pas directement au pape d’avoir provoqué le soulèvement, tout en en le plaçant au point de départ de la réaction armée contre-révolutionnaire. L’ouvrage se conclut par une liste des martyrs de septembre, par une évocation des autres massacres (700 morts à Nîmes, 600 à Avignon, 10 000 à Lyon, 28 000 à Paris, sans parler des 6 769 prisonniers de la Conciergerie. En dernière page figure une gravure qui est en elle-même tout un programme : on y voit, devant la statue de Saint-Pierre de la basilique vaticane, Pie VI en prière une main levée, Louis XVI à genoux au pied de l’apôtre, et en décor un bateau pris dans une tempête. Dans cet ordre de sensibilité miraculaire, il est à signaler une lettre de Pie VI à l’évêque de Spire, qui l’interrogeait sur des manifestations extraordinaires de la grâce. Le pape lui demande de faire preuve de prudence dans son discernement92. Encore dans le domaine des secours spirituels, le cardinal-vicaire Corsini recommande de doubler d’intensité les prières à l’occasion du 15 août et annonce une indulgence supplémentaire du Saint-Père93.

  • 94 Cet évêque d’une zone frontière devait être confronté à des demandes de réconciliation. ASV, Segr. (...)
  • 95 ASV, Segr. Stato, Francia, 463A, f. 302.
  • 96 Ces positions sont exposées en réponse à des demandes, à plusieurs reprises : au cardinal Mattei le (...)
  • 97 Guillon, II, p. 472-489. Le document est communiqué aux cardinaux le 12 avril 1794 : Segr. Stato, C (...)

31Sur le plan des relations avec les Français, la congrégation restreinte mène une œuvre de suivi des situations. La correspondance des évêques renseigne sur les décisions au cas par cas. Par exemple, le 21 décembre 1793, elle accorde à l’évêque d’Aoste d’absoudre les jureurs qui se repentent selon les règles94. Le cardinal de Bernis communique avec la congrégation sur des dossiers dont le contenu ne nous est pas précisé95. La congrégation est ferme sur la pratique de ne pas tonsurer ni ordonner parmi les émigrés, pour ne pas augmenter le nombre de personnes à charge, et de ne pas empiéter sur la juridiction des évêques français96. Plus essentiellement, la congrégation récolte les demandes des évêques et met au point un texte publié le 1er avril 1794, en annexe du bref Sollicitudo omnium97. Le pape y fait état de sa sollicitude à l’égard des fidèles français pour qu’ils ne butent pas sur des obstacles insurmontables ; ces lettres permettent de tirer les conséquences de sa condamnation de la Constitution civile du clergé. La Responsa data... donne les précisions suivantes : huit articles précisent le domaine de l’interdiction de recours aux prêtres jureurs : ni offices, ni sacrements, ne pas être parrain dans un baptême intrus, et, pour la nouvelle maman, pas de bénédiction de relevailles venant d’un intrus... A l’article de la mort, on peut cependant y recourir pour le baptême ou l’extrême-onction. On peut communier sans être à jeun pour ne pas risquer une profanation du Saint-Sacrement par des jureurs ; il faut faire la génuflexion devant le Saint-Sacrement des jureurs, mais plutôt éviter de passer devant. Le prêtre n’est pas censé consacrer des huiles saintes, puisqu’il peut en rajouter par mélange pour augmenter la quantité. Surtout le fameux article 12 demandait de pourvoir selon sa conscience pour les prestataires du serment de Liberté-Egalité, comme il a déjà été évoqué. Un indult est ajouté pour permettre d’obtenir des indulgences en dehors des considérations habituelles de lieux.

  • 98 ASV, Segr. Stato, Vescovi e Prelati, 373, f. 66 (L. Misermont, Le serment de..., p. 79).
  • 99 ACTA, II, p. 92-95.
  • 100 ASV, Segr. Stato, Vescovi e Prelati, 373, f. 79v. Lettre aux évêques de Corse du 11 avril 1794
  • 101 Facultas celebrandi, Guillon, II, p. 490-495.

32La congrégation suit le serment de Liberté-Egalité et fait toujours état de la réserve du Saint-Père : lettre à l’archevêque de Pise du 28 mars 179498, instruction Sacerdotes pure du 16 juillet99. Il faut se pencher sur un serment demandé aux Corses100. La congrégation reprend la parole sur le serment le 26 juillet101, sans doute sous la pression des demandes de précisions. Or on en reste toujours à la répétition de la Responsa Data. Elle vaut pour les prêtres ayant juré en vue d’obtenir une pension, il n’y a pas de formule officielle de rétractation prévue, ni de démarche fixée. Pour le premier serment, la rétractation doit se faire devant un témoin catholique. Enfin, il est précisé que les prêtres peuvent célébrer sur des autels portatifs, mais jamais en habits laïques.

  • 102 Bibliothèque de Port-Royal, Rév 43 = 4.
  • 103 p. 138-139.

33L’événement majeur pour la Curie en cette année 1794 reste la publication le 24 août d’Auctorem fidei. Les tentatives de la cour de Rome pour la faire recevoir dans les États ont été évoquées. Mais Fructidor an II reste une mauvaise date pour une constitution dogmatique ! Les réformateurs manifestent les liens existant entre eux : les évêques d’Utrecht écrivent à Ricci le 31 octobre 1794 pour lui manifester leur soutien102. Le Giornale ecclesiastico di Roma s’inquiète le 6 septembre d’une nouvelle édition italienne du Dictionnaire de Théologie de Bergier, si favorable aux quatre articles de 1682103.

34L’année 1795 voit quelques modifications s’opérer dans la Curie : le dataire Campanelli meurt le 18 février 1795 et est remplacé par Roverella, entre-temps promu cardinal ; ainsi le secrétaire de la congrégation du 24 septembre 1790 poursuit son ascension curiale. Rome change de cardinal-vicaire ; Della Somaglia est nommé le 22 septembre. Auparavant, plusieurs changements sont survenus dans les préfectures : Antonelli quitte la Propagande pour présider le tribunal de la Signature de Justice ; Gerdil quitte l’Index pour la Propagande (pourquoi, au fond, cet échange entre les deux cardinaux théologiens qui travaillent sans cesse ensemble en congrégation restreinte ?), et Borgia reçoit la préfecture de l’Index. Le cardinal Braschi devient protecteur de la Grande-Bretagne : c’est un honneur pour ce pays sur lequel on compte encore...

  • 104 Presosi in considerazione..., Guillon, II, p. 498-509.
  • 105 Voir. P. Pisani, Répertoire biographique..., p. 306-310.
  • 106 Avendo per ordine, in ASV, Segr. Stato, Vescovi e Prelati, 373, f. 372 sv. ; Guillon, II, p. 508-51 (...)

35Le travail de Rome ne se marque que par deux éléments. D’abord, le 8 mars, un nouveau bref se contente encore de répondre à quelques questions104 : sur le serment de Liberté-Egalité, le pape ne s’est toujours pas déterminé ; on en reste à la sentence n° 12 de la Responsa data. Pour la réconciliation des schismatiques, il faut se reporter aux brefs précédents. Les prêtres peuvent confesser en dehors de leur diocèse, non de leur plein droit, mais par concession du pape, et celui-ci n’entend pas nommer un vicaire apostolique pour toute la France, à cause des diocèses vacants dont Rome veut d’abord avoir la liste précise. Les mariages doivent toujours se faire avec un prêtre catholique, et non un intrus. Rien de neuf, sinon le fait que Rome résiste à la tentation de nommer un vicaire pour toute la France, solution de facilité qui aurait fait hurler les gallicans, piège dans lequel il n’est pas question de tomber. Seconde affaire d’importance : un évêque intrus demande enfin à se réconcilier. François-Thérèse Panisset, né en 1729 à Chambéry, avait été élu évêque du département de Mont-Blanc le 6 mars 1793, par suite du rattachement de la Savoie à la France105. Sous la pression d’un représentant en mission très dur pour le clergé, il avait connu la prison et signé une lettre d’apostasie, non sans résistance. En mai 1795, voici qu’il écrit au vicaire général catholique retiré à Turin, l’abbé de La Palme, racontant qu’il a été réconcilié par un prêtre et qu’il a fait sa pénitence. Mais il s’excuse à peine de son attitude et reçoit une réponse assez sèche du vicaire général. Or, « les évêques réunis », c’est-à-dire les constitutionnels de Paris, lui demandent entre-temps réparation de l’apostasie. Il se tourne à nouveau vers de La Palme. Celui-ci a consulté le pape sur le cas. Le 19 septembre 1795, de Zelada lui répond avec l’avis de la congrégation particulière106 : le pape n’a jamais donné aux prêtres la faculté de réconcilier des évêques intrus. Le bref du 13 juin 1793 demande rétractation écrite et publique ; Rome doit recevoir le texte et nommer une personne précise pour donner l’absolution. L’intrus se verra après la réconciliation réduit à la communion laïque (il ne peut exercer les ordres en rien). La lettre précise enfin que Panisset doit se soumettre aux constitutions du Saint-Père contre les erreurs de Baïus, de Jansénius et de Quesnel. Cette dernière précision peut s’interpréter en plusieurs directions : il peut s’agir d’une demande de prudence, car Panisset avait effectivement la réputation d’un homme austère, donc proche des jansénistes. Mais il peut s’agir, dans la perspective pontificale d’alors, d’une précaution qui aurait été généralisée, dans la logique de la condamnation de Pistoie, les liens entre Ricci et les constitutionnels étant connus. En 1795 encore, Rome maintient un cap bien déterminé. Panisset enverra finalement sa lettre de soumission le 26 février 1796 ; il sera réconcilié le 6 mars 1798 par Mgr Gravina, nonce à Lucerne, et rétabli dans les ordres. Il desservira une paroisse de 1803 à sa mort, le 22 février 1809. Un cas à retenir, puisqu’il est le seul évêque intrus réconcilié par Rome avant les négociations du Concordat.

  • 107 Version manuscrite de ce texte, en trois cahiers, daté de Fribourg, 30 juin 1795, dans les Archives (...)

36Si Rome dit réfléchir, mais ne publie rien sur le rétablissement de la religion en France, les émigrés, eux, poursuivent leur travail. A Fribourg est rédigé un Recueil d’instructions et de décisions à l’usage des missionaires de France107. Il y est traité « des pouvoirs », des sacrements, et des serments, et « de toutes les espèces de coopération aux œuvres d’iniquité dont la révolution a été le prétexte ».

Le serment de soumission aux lois de la République : un nouveau silence pontifical

  • 108 B. Cubells..., op. cit., p. 212-213.
  • 109 J. Charonnot, op. cit., p. 204 sv.
  • 110 Ibid., p. 236.

37Le 30 mai 1795 (11 prairial an III), la Convention thermidorienne adopte une série de lois qui prennent acte de la reprise du culte dans bon nombre d’églises de France. Le texte prévoit une réouverture des églises qui n’ont pas été vendues comme biens nationaux et un partage en cas de présence de plusieurs cultes dans la municipalité. Une promesse de fidélité aux lois de la République est demandée, un nouveau serment donc qui vient poser un nouveau cas de conscience au clergé : « Je reconnais que l’universalité des citoyens est le souverain, et je promets soumission et obéissance aux lois de la République ». Cette promesse sera reprise dans les lois du 29 septembre 1795 (7 vendémiaire an IV) : elle accompagne cette fois le dispositif de durcissement gênant l’Église, devant les liens entre royalistes et catholiques108. Le partage des réactions du serment de Liberté-Egalité se réitère en France : M. Emery l’accepte, l’émigration le récuse. L’évêque de Boulogne, Asseline, écrit un avertissement opposé à la promesse, qui circule et qui est largement accepté par l’épiscopat. De même pour un avis de Mgr La Luzerne109. Ils objectent qu’au plan théologique, Dieu seul est l’origine de tout pouvoir ; et sur le plan politique, on ne peut reconnaître un régime qui entérine les crimes de la Révolution. Or, Monsieur Emery note que des évêques émigrés à Rome acceptent la promesse, comme ceux de Châlons-sur-Marne et de Perpignan110. Que répondent les archives romaines ?

  • 111 ACDF, SO, Censura Libris 1794-95, n° 7.
  • 112 Il figure bien dans la liste des émigrés arrivés avant mars 1793 : R. Picheloup, op. cit., p. 235.
  • 113 « Praxis igitur primorum christianorum nullatenus arguit, neque importat traditionem allegandam in (...)
  • 114 Sur une feuille bleue, en tête du dossier : « Die Sabatti 14 Nov 1795 Cong. part fuit in voto scrib (...)

38Les archives du Saint-Office présentent un dossier111 sur un écrit en latin que le vicaire général de Riez, Joseph Garcin, en exil à Pérouse112, entend publier contre la promesse, après discussion entre prêtres émigrés (on discute donc des serments dans les conférences ecclésiastiques en 1795). Il pose la question de la conformité des lois à la loi naturelle et à la loi divine. L’exemple des premiers chrétiens ou des missionnaires en terres païennes ne peut être utilisé, car alors les chrétiens ne gouvernent pas. En France, il s’agit à ce jour d’un pays catholique où l’autorité a été usurpée113. Pie VI a condamné pour le cardinal de Loménie la distinction entre le serment oral et l’assentiment intérieur ou la restriction mentale. Or il y a dans les lois de la République des éléments contraires à la loi naturelle et à la loi divine : les législateurs sont pervers et ont des intentions iniques. L’auteur ne donne pas d’autre exemple que des affinités avec les doctrines jansénistes : jurer et faire une réserve intérieure de conscience fut tout le jeu des jansénistes durant les querelles du siècle précédent ! L’abbé Garcin cite alors Jérémie 14 sur le serment en justice et en vérité et conclut que la promesse ne peut être émise par un clerc qu’avec des restrictions publiques « exceptione expressa earum omnium rerum, que religioni catholicae iuri, sive divino, sive naturali sunt contrarie ». Si le dossier est au Saint-Office pour la censure des livres, les notes précisent qu’il fut traité par la congrégation des affaires de France. L’assesseur, Mgr Silva, lui répond de ne rien publier parce que la congrégation et le pape n’ont pas pris de décision114. Et on n’a pas publié non plus la réponse sur le serment précédent ; on est encore dans la logique de l’attente.

  • 115 AAEESS, Francia, 16, f. 43-117.
  • 116 Ibid., f. 55-65.
  • 117 Ibid., f. 69.
  • 118 Ibid., f. 77.

39Un élément objectif permet d’affirmer que le silence n’est pas par défaut, mais par volonté explicite du Saint-Père. La Secrétairerie d’Etat livre, dans ses archives, des avis sur cette promesse115 dans un sens extrêmement défavorable, au titre de la législation ambiguë du pouvoir. Les prêtres et évêques français, entre autres l’archevêque de Vienne, demandent s’il est acceptable de célébrer plusieurs cultes dans les Églises, si la promesse est envisageable... L’avis répond négativement, mais recommande la prudence et la consultation préalable de l’épiscopat, selon ce qui s’est toujours fait depuis le début de la Révolution116. On ne peut admettre de célébrer dans des salles servant aux assemblées civiles, car Jésus a chassé les marchands du temple, et on peut encore moins partager le culte avec les hérétiques et les schismatiques. Les lois étant illégitimes et injustes, on ne peut leur promettre fidélité. La mort du fils de Louis XVI ne rend pas le pouvoir plus légitime !117 Les lois reposent encore sur la liberté et l’égalité, établies en injure aux droits du Créateur. L’idée est également émise qu’il ne faut pas laisser contaminer désormais les prêtres qui ont tenu bon jusqu’à ce jour118. Pour éviter d’autres persécutions, l’avis conseille de ne pas parler trop vite, car le temps peut arranger les choses, et l’essentiel est de poursuivre les missions secrètes en France.

  • 119 Ibid., f. 82-89. L’indication du lieu de la réunion, chez Gerdil, est donnée par un autre document, (...)
  • 120 Mais ceux-ci seront interdits par les lois du 7 vendémaire.
  • 121 « Intention du roi, sur la question de savoir si les ecclésiastiques rentrés en France peuvent décl (...)

40Les mêmes documents nous donnent le compte-rendu d’une congrégation tenue le 13 septembre 1795, le soir, chez le cardinal Gerdil. On y remet aux cardinaux l’avis « d’un curé catholique » opposé aux décrets de la Convention119 : la maison de Dieu sera profanée, les fidèles n’auront plus de respect, les religions seront mises à égalité, ce qui obscurcira les consciences. Les décrets de déportations ne sont pas révoqués. Autant rester dans les oratoires privés120. « Grégoire et les constitutionnels ne cessent de souffler contre nous le feu de la haine », ajoute-t-il. Les auteurs actuels des lois sont encore ceux de la Constitution civile du clergé, des « constitutionnels et des jansénistes ». Les droits de l’Homme sont impies, car votés « dans l’injustice, l’insubordination et la licence ». Il faut attendre le retour du roi... Or l’avis du roi suit dans le dossier121 : un document signé du « Baron de Haschlanden » expose que Louis XVIII est l’autorité légitime et que l’on ne peut se soumettre à des usurpateurs. Ce serait être parjure et révolté, signifier son assentiment à l’assassinat de Louis XVI. On ne peut faire un mal pour arriver à un bien, et le clergé doit montrer l’exemple. La conclusion est pleine d’optimisme : « les Français sont invariablement attachés à la cause de la monarchie ». Il suffit donc de continuer les cultes secrets.

  • 122 « I. Se sia lecito ai Preti cattolici di uniformarsi a quanto si prescrive nell’articolo quinto co (...)
  • 123 Ibid., f. 111.

41Suit un récapitulatif des positions connues de Rome : sont pour la promesse de fidélité le vicaire général de Fréjus, l’abbé Roux, un certain M. Klein, professeur à Strasbourg. Sont contre l’archevêque de Vienne, celui de Nîmes, ceux de Constance, le roi. Précisions importantes : les cardinaux savent que la loi ne comprend plus alors la Constitution civile du clergé et que des serments avec restrictions ont été acceptés par des officiers municipaux. Le document présente alors les six demandes formulées pour la congrégation122, et un votum anonyme cherchant à y répondre. L’auteur tient la promesse pour inacceptable, car elle augmenterait le schisme et inviterait les fidèles au parjure. Dans les pays dont le souverain n’est pas catholique (Grande-Bretagne, Hollande), les fidèles peuvent jurer en sauvant leur conscience. Mais en France, il s’agit de reconnaître une forme de gouvernement bâtie sur des principes contraires à la morale catholique (avec référence aux Droits de l’homme). Le but des décrets est de faire accepter à tous l’existence de la République, et les catholiques ne doivent pas tomber dans le piège. De plus, la République en question ne rend que l’usage des églises, non la propriété. A la question de la nécessité de la promesse pour rentrer en France, l’auteur avoue que c’est un cas métaphysique123. Tant que Louis XVIII n’a pas renoncé à ses droits, on ne peut ouvrir cette voie. Et de préciser qu’il ne faut pas compromettre le Saint-Siège à l’égard des droits de Louis XVIII. D’autant plus que les courriers informent de la reprise de déportations de prêtres : ce n’est pas encore le moment de rentrer. Il faut admettre la dimension politique du problème : l’Espagne et la Prusse reconnaissent la République ; la Grande-Bretagne et l’empereur sont du côté de Louis XVIII et de la Vendée. Conclusion : rester discret, tenir compte du fait que le peuple attend le retour de prêtres non-jureurs et ne souhaite plus de compromission.

  • 124 Ibid., f.117.
    « Sentimento della particolare congregazione deputata sugli affari ecclesiastici di Fr (...)

42Ainsi, l’avis final de la congrégation124 juge illicite pour les prêtres d’utiliser le décret du 30 mai sur le partage des églises entre différents cultes, même si c’est la condition de leur réouverture, tout comme de prêter l’acte de soumission aux lois de la République pure et simpliciter. Mais ils pourront promettre cette soumission si le bien des fidèles, privés de tout secours spirituel, l’exige, en réservant ce qui relève de « la foi, la morale et la discipline de la sainte Église ». La page se termine par la mention suivante :

« Sa Sainteté, dans l’audience accordée au secrétaire le 17 septembre 1795, n’a pas voulu pour motif prudentiel, que soit publiée la résolution prise par la congrégation sur le décret susdit ».

  • 125 Voir sur ce point B. Plongeron, « Soumission aux lois de la République ? La fin d’un consensus poli (...)

43Refus de principe du régime des cultes et de la promesse, mais possibilité avec réserve pour le bien spirituel des fidèles : le clergé, et surtout les évêques, doivent se débrouiller... Pie VI laisse le dossier sans réponse, sans doute parce qu’il se sent à l’étroit entre les intérêts du peuple, du clergé, et de Louis XVIII. La distance à l’égard de ce dernier est au fond difficile à assumer entre théorie politique et réalisme des faits. On ne peut minimiser, sur la période 1795-1797, la part de perplexité dans laquelle devait se trouver le pape, devant les divisions croissantes de l’épiscopat gallican. Au beau milieu des groupes romains, londoniens, suisses, les dissensions sur la ligne de conduite à tenir entre la politique du Directoire et les prétentions de Louis XVIII contraignent quelque peu Pie VI au silence : à Constance, on est allé jusqu’à parler de schisme125.

  • 126 Segr. Stato, Francia, mazzo 658, en date du 28 octobre 1795.

44Dans les fonds de la nonciature de France, un papier égaré témoigne de l’esprit caustique qui régna dans les discussions : une main anonyme propose de faire jurer aux clercs « Promettez-vous sur les évangiles d’obéir à Notre Saint Père le Pape, autant que votre qualité de sujet de sa majesté très-Chrétienne peut vous le permettre ? »126.

  • 127 ACTA, II, p. 124. Lettre Reddidit nobis.
  • 128 J. Charonnot, op. cit., p. 237-238.

45Le 23 janvier 1796, Pie VI répond à une demande de l’archevêque de Reims qui lui a envoyé l’avertissement de Mgr Asseline en demandant un avis127. Pie VI proroge des facultés, et ne répond pas sur la question centrale de la promesse en disant qu’il consulte la congrégation. Il encourage les évêques au rétablissement de la religion par leurs instructions, mais note par là-même leur division. Nous sommes en janvier 1796 ; la congrégation a rendu son avis en septembre. Pie VI se tait sciemment, c’est le moins que l’on puisse dire. Par ailleurs, la nature même de la réponse de la congrégation peut prêter à diverses interprétations : on comprend que les courriers des particuliers fassent ensuite état d’une acceptation de la promesse par les cardinaux de la congrégation128.

Rétablir les Jésuites ?

  • 129 ASV, Arch. Nunz. Lucerna, 386, f. 207, du 7 décembre 1793.
  • 130 Voir Inglot, op. cit., p. 168.

46Le courrier diplomatique parle dans cette période de rétablissement des Jésuites : est-ce une opportunité de la contre-révolution romaine ? Le nonce de Lucerne évoque les manœuvres du cardinal Migazzi sur se sujet129, et l’on sait surtout à présent que trois jésuites de Russie-Blanche s’installèrent dans le duché de Parme en février 1794. Pie VI demanda à ce que cela demeurât secret, pour ne pas mécontenter les cours (le duc Ferdinand de Parme est un cousin du roi d’Espagne !). Ces jésuites ouvriront un noviciat en 1799, quelques anciens reviendront, mais l’occupation française de 1806 entraînera l’expulsion des religieux130. Tout cela n’est pas sans lien avec la place des ex-jésuites dans les controverses théologiques du moment.

Les émigrés ecclésiastiques dans les Etats pontificaux

  • 131 Lettre Exiis quae, du 26 janvier 1793, Guillon, II, p. 400-423 ; R. Picheloup, op. cit., p. 180-184
  • 132 Indication de Monsieur Domenico Rocciolo, directeur des archives du Vicariato.
  • 133 R. Picheloup, op. cit., p. 185-187.

47Le processus d’accueil déjà rencontré se poursuit sous la conduite de Mgr Caleppi. Une lettre encyclique de Pie VI aux évêques des États donne le détail de la conduite à tenir131. Les prêtres accueillis doivent faire profession de foi selon le texte de Pie IV et signer le formulaire anti-janséniste d’Alexandre VII. De fait, les archives diocésaines de Rome présentent à partir d’avril 1793 les prestations de serment des Français132. Ils ne peuvent se déplacer sans accord de l’évêque ni venir à Rome sans autorisation particulière. Ils sont pris dans la vie conventuelle locale qu’ils doivent respecter en toute chose ; ils vivent des offrandes de messes. Les jureurs ayant rempli les conditions pour la rétractation pourront rester suspens un temps avant d’être absous. Il faut veiller à leurs distractions « laïques ». Ces règles seront réitérées dans une circulaire du 25 janvier 1794133 : l’exil dure plus longtemps que prévu, raison de plus pour tenir le règlement.

  • 134 Lettre du 29 mars 1794 de Zelada à Gallo, qui retrace la panique des émigrés fuyant la Toscane. ASV (...)
  • 135 Ibid., f. 187.
  • 136 Ibid., f. 55.
  • 137 Voir les cartes en Cl. Langlois, T. Tackett, M. Vovelle, Atlas de la Révolution Française, vol. 9 : (...)
  • 138 Le 18 janvier 1794, Pie VI écrit à l’archevêque de Lyon pour l’informer de la présence de 185 de se (...)

48Comment évoluent les mouvements d’émigrés ? L’expulsion des Français de Toscane en février 1794, puis les mesures de la cour de Turin qui en mai 1794 prend peur elle aussi, amènent un nouveau contingent dans les États pontificaux134. Trois cents prêtres arrivent à Ferrare. Une circulaire de mai 1794 presse les évêques d’imposer un émigré supplémentaire par couvent135. Des évêques protestent contre la cherté de la vie et du nombre excessif des Français. Caleppi se tourne vers le nonce à Vienne pour le prier de faire recevoir des exilés dans l’empire, et de Zelada écrit à de Bernis que le pape ne peut aller plus loin dans l’accueil136. Septembre 1794 marque donc une forme de fermeture des États du pape : René Picheloup recense précisément 1 985 noms et estime à environ 3 000 au total le nombre des émigrés. Cependant Caleppi parle parfois de 5 000... Les diocèses d’origine137 sont majoritairement ceux du sud : Lyon138, Marseille, Aix, Avignon, Clermont, Béziers dépassent la centaine de membres du clergé. Les conditions géographiques sont plus importantes que le désir de rejoindre le centre de la chrétienté.

  • 139 Op. cit., p. 74-127.
  • 140 ASV, Segr. Stato, Emigrati Riv. francese, 5, f. 146-147, cité en ibid., p. 89.
  • 141 Ibid., p. 92.
  • 142 Ibid., p. 92.

49René Picheloup139 a tenté de reconstituer la vie quotidienne de ces prêtres déracinés, chassés, pris dans la tourmente de l’incompréhension de leur propre pays pourtant catholique, en butte à une adversité dont la portée profonde leur échappait sans doute. Or, la teneur de l’accueil pontifical les met en position d’affronter d’autres déracinements : leurs propos sont surveillés ; ne viennent-ils pas d’un pays de jansénisme et de gallicanisme ? Ils doivent mener une vie de réguliers alors que la plupart sont des séculiers ; ils se trouvent dans un pays dont ils ne parlent généralement pas la langue, même si la barrière linguistique entre français et italien n’est pas la plus insurmontable qui soit (de fait, elle existe bien puisque rares sont les prêtres qui peuvent remplir un ministère en paroisse, d’après les rapports des évêques). Ces éléments accentuent la séparation et limitent les ouvertures sur l’extérieur, d’où vient que s’établit une culture de l’émigré. Ils vivent dans une pauvreté assez grande, sont dans la dépendance à l’égard de la générosité du pape. Ajoutons que l’on peut percevoir au sein de cette communauté les signes des divisions internes au clergé : il y a les romains, et ceux qui le sont moins, et le milieu assume une part de surveillance interne. Hesmivy d’Auribeau est par exemple chargé de veiller à la tenue de ses frères à Rome140, ceux-ci étant en général des vicaires-généraux du sud de la France. Rome restera ville interdite, à l’exception de quelques élus admis à venir en pèlerinage avant le retour en France ; Bernis lui-même se fera tancer par Caleppi en raison d’invitations trop larges141. La surveillance peut être concrète et prêter à conséquence : on rapporte le cas d’un émigré de Pesaro, dont le courrier est ouvert. Est-il amoureux ou jacobin ? Il sera en tout cas expulsé en février 1793142. Les prêtres peuvent être victimes des ambiguïtés de l’histoire : on les traite de « sans-culottes », on leur reproche la situation en France. Des supérieurs de couvent recevront les remontrances de l’évêque pour leur mauvais accueil.

  • 143 Volume 1056, « Révolution 2 ».
  • 144 En ASV, Segr. Stato, Emigrati Riv. Francese, 19, f. 189, janvier 1796, une lettre d’un prêtre franç (...)
  • 145 Documents aimablement communiqués par l’archiviste diocésain, Don Emilio Tassi.

50Alors que faire de ces longues journées ? L’exil fut une vaste retraite, où ne pouvait se vivre que la célébration de la messe et des conférences entre ecclésiastiques pour travailler la théologie, les cas de conscience, réfléchir aux missions nouvelles nécessaires dans le contexte du retour, et parfois se détendre par la poésie ou d’autres activités plus culturelles. L’évêque imposait la présence d’un érudit italien dans ces réunions, de sorte que certaines ne pourront tenir longtemps, comme à Iesi. A Ferrare, le texte des deux conférences hebdomadaires nous est parvenu car les questions furent remises au cardinal Mattei pour être communiquées au pape : il est débattu du serment civique et des peines encourues par ceux qui l’ont prêté, en fonction de tous les cas de figure que les prêtres devaient connaître par leur propre expérience avant l’émigration (serment privé, public, avec ou sans restriction, avec différentes formes de rétractation...). Le ton est donné par les citations des brefs pontificaux. De tels travaux pouvaient éclairer la Curie sur les événements de France et sur l’état d’esprit du clergé. D’autres travaux de Ferrare, différents et bien plus complets, sont présents aux archives des Pères des Missions Étrangères de Paris143. Six cahiers traitent du serment civique, du schisme, de la discipline ecclésiastique, de la juridiction, du serment de Liberté-Egalité, des mariages, de la foi... Des sujets de fond et des sujets concrets144. Les archives du diocèse de Fermo livrent des documents sur des conférences dont les sujets sont bien moins cruciaux145 : « de la conversation », « du faux », « de l’air et des manières », « de la société », « de la confiance », « des goûts »... Elles témoignent non d’un manque de spiritualité, mais de la nécessité pour les prêtres de s’occuper en maintenant les cadres de la bonne éducation, par réaction au mal-être qui frappe l’émigré.

  • 146 ASV, Segr. Stato, Cardinali, 184, f. 217, lettre du 12 octobre 1793, de Zelada à Mattei : quand les (...)
  • 147 R. Picheloup, op. cit., p. 138-140.
  • 148 ASV, Segr. Stato, Emigrati Riv. Francese, 19, f. 203-204, de Florence, le 1er mai 1796. Le 16 avril (...)
  • 149 R. Picheloup, op. cit., p. 144.

51Le grand désir de cet homme déraciné reste le retour au pays, auprès de ses fidèles. La détermination du moment opportun pour l’opérer va se révéler difficile. Un premier mouvement a lieu lors du siège de Toulon : l’évêque passe de Turin à Gênes et y déclare attendre son clergé146. Caleppi ne s’y oppose pas. Mais en janvier 1794, on priera les prêtres de rentrer dans leur couvent147. Un second mouvement prend forme en janvier 1795 : on parle de paix en France, des bruits circulent sur un rétablissement de la royauté, on dit que les vicaires-généraux de Lyon et Marseille conseillent le retour. La crainte de Caleppi est que s’instaure un vagabondage des émigrés : aussi doivent-ils déclarer par écrit leur départ, leur destination, et renoncer à tout retour, abandonnant tout droit à être logés. En avril et mai, on voit des groupes de 3 ou 5 prêtres quitter les États. Mais le flot s’interrompt, à peine amorcé : malgré la terreur blanche, et la réouverture des églises non-vendues comme biens nationaux par le décret du 30 mai 1795, le doute est semé dans l’esprit des émigrés par la mort du dauphin (8 juin) et le vote d’un nouveau serment de soumission aux lois de la République (29 septembre). L’abbé Des-comte, de Toul, raconte en novembre 1795 comment, arrivé à La Spezia afin d’embarquer pour la France, il a été roué de coups par des marins français, avant de rencontrer des prêtres revenant de Marseille qui lui conseillent de demeurer en Italie148. On enregistre encore quelques retours en septembre, on constate surtout que les prêtres partis ne rentrent effectivement pas. Les évêques n’incitent pas au retour. Caleppi, en janvier 1796 ne compte que 200 départs149. Aussi, une circulaire rappelle-t-elle chacun à l’ordre : pas de déplacements sans autorisation, des mesures relatives aux émigrés d’Allemagne et de Hollande, qui descendent en Italie devant l’avancée des troupes françaises.

  • 150 ASV, Segr. Stato, Emigrati Riv. Francese, 19, f. 574, du 23 juillet 1796 : les prêtres de Ferrare s (...)
  • 151 R. Picheloup, op. cit., p. 190.
  • 152 Ibid., p. 190-191.

52Les mouvements vont ensuite suivre les aléas de la politique et de la guerre. Quand, en 1796, les troupes de Bonaparte approchent de Bologne ou de Ferrare, les émigrés s’enfoncent dans l’intérieur des États, obligeant à une redistribution des logements150. Il y a des incidents, la population peut s’en prendre à eux, et Pie VI exprime son indignation devant de tels faits dans la dixième circulaire de mai 1797151. Après Tolentino et la poussée royaliste en France, des prêtres rentrent au pays, car au fond l’Italie est moins sûre ! Mais le coup d’état du 18 fructidor, avec l’imposition du serment de haine à la royauté, ramène des émigrés et interrompt la vague de départs. Sans parler du fait que des clercs italiens descendent aussi vers le sud des États durant les campagnes révolutionnaires. Caleppi peut se sentir débordé. La onzième et dernière circulaire, du 18 octobre 1797, annonce que le pape est en désaccord avec les retours au pays, mais demande aux évêques de faire encore un effort pour reloger les plus nécessiteux152. Des évêques répondent que les couvents sont déjà occupés par des troupes françaises ! Les conditions exactes des retours restent masquées par la disparition des archives dès lors que Rome est occupée. Caleppi est remplacé par Mgr Falzacappa en janvier 1798. Il dénombre 130 prêtres seulement en octobre 1799 dans Rome, et on estime en 1800 qu’il ne reste que 300 émigrés dans les États. Ainsi, chacun rentre chez soi dans le flou de l’avant-concordat, la présence de l’armée française rendant inutile la poursuite d’un séjour à l’étranger. Quelques ecclésiastiques farouchement attachés aux Bourbons refuseront de rentrer en France dans les années suivantes.

53A ce temps d’incertitude et d’hésitations succède pour Pie VI une ultime période d’affrontement direct de la Révolution, sur son propre territoire. Les menaces du printemps 1793 d’une invasion des Etats pontificaux étaient demeurées lettre morte, mais les révolutionnaires ne les oubliaient point. Le génie militaire et politique de Bonaparte va leur donner une tournure toute particulière.

Notes

1 Courriers du 8 janvier, 5 février, 30 avril et 3 mai 1793, ASV, Segr. Stato, Spagna, 283 A. Sur le partage de la Pologne, voir A. Sorel, op. cit., vol. III, p. 313-316.

2 Ibid., courriers du 11 juin, 18 juin et 1er octobre 1793. Voir également ASV, Segr. Stato, Spagna, 417, courrier du 3 juillet 1793 sur les révoltes de Bretagne, de Lyon et de Marseille.

3 A. Sorel, op. cit., vol. III, p. 271-280.

4 ACEP, Lettere 260, 1791, f. 257v-259. Lettre du 1er juin 1791.
« Se mai dalla Francia passaste in Inghilterra, vi prego di parlarne co’nostri Vicari Apostolici di quel Regno. <...> Sarei ben contento, che potesse parlare con loro, o almeno aprir con essi carteggio per essere informati in qual stato si trovi la gran controversia sulla nuova formula di giuramento, che il Parlamento suol esigere dai cattolici, e che ha prodotte tra loro tante discordie. Di queste io sono bastamente istruito, e ho approvata la condotta dei Vicari Apostolici. Mi viene ora detto da lettere private, che siasi trovata una nuova formola di giuramento, che soddisfarebbe il Parlamento, non offenderebbe la Religione, e la verità, e conciliarebbe le discordi opinioni de Cattolici. Se sia ciò vero non mi casta autenticamente non avendomene dato ragguaglio que ‘Vicari. Se voi dunque vi trastenete a Londra qualche tempo, mi farebbe un gran favore d’informarmi bene di tutta questa pendenza, e di darmene una netta, distinta, e piena relazione.
Un altro affare molto interessante potreste trattare a Londra. Voi sapete che i seminari inglesi, irlandesi, e scozzesi, che sono in Francia corrono pericolo di perdersi per non volersi i loro pretti soggetare all’autorità de Vescovi e Preti intrusi. Sono persuaso che l’Assemblea non permetterà che si soggettino ai Vescovi loro nazionali, secondo l’instenza, che mi mandate, e che fu da Sua Santità approvata a tenore della risposta che io vi feci. Sarebbe dunque opportunissimo di trasportare tutti questi seminari, e le loro rendite ne respettivi regni d’Inghilterra, Irlanda, Scozia. Due difficoltà pero s’incontrano. La prima che dalle leggi della Gran Brittagna è vietata l’educazione della Gioventù, e le scuole cattoliche.
La seconda, che forse i Francesi per la traslazione di detti seminari s’impossessarebbono delle loro rendite. Ma io credo, che trattendone qualche abile, ministro colla corte di Londra, si superebbero l’una e l’altra. La prima, perche è cessata l’odiosità contro la religione cattolica. La seconda perche interessa il governo, che i fondi nazionali qualunque esistenti in altrui dominio, non sieno dispersi, e convertiti in altri usi. Studiatevi dunque, se nella vostra dimora in Londra potete giovare alla Religione in questi due gravissimi affari ».

5 1748-1825, il s’était marié à Rome. Notice biographique en Dictionnary of National Biography, Londres, 1908, vol. IX.

6 Au sujet des relations entre Londres et Rome, voir F. A. Gasquet, Great-Britain and the Holy See, 1792-1806, A chapter in the History of diplomatic relations between England and Rome, Rome, 1919.

7 ASV, Segr. Stato, Inghilterra, 26, f. 76, courrier du 19 décembre 1792.

8 Une lettre du pape au cardinal d’York, du 7 septembre 1793, lui recommande la mission de Mgr Erskine. ASV, Ep. ad Princ., 188, f. 90v-92.

9 Bref Non possumus du 7 septembre 1793, ASV, Ep. ad Princ., 188, f. 87v-89 ; et Theiner, I, p. 159-160. Deux brefs au sujet de la mission du prélat romain sont également adressés au fils de Georges III, le prince Auguste, qui vient de faire un voyage en Italie, les 2 et 7 septembre 1793. Ep. ad Princ., 188, f. 82-83 et 89v-90v.

10 Le pape a écrit à Burke : Bref Nostram profecto du 7 septembre 1793, Ep. ad Princ., 188, f. 92v-93v. Le pape le remercie de défendre la bonne cause, de répondre aux philosophes français et de défendre la liberté religieuse dans son pays. Cette lettre montre les liens entre Rome et les réseaux européens de la Contre-Révolution. Une autre trace du traitement particulier accordé à la Grande-Bretagne : le bref Inter angustias du 2 septembre 1793 à l’évêque de Léon, en Bretagne, pour le féliciter de son action en faveur de l’accueil des émigrés. ASV, Ep. ad Princ., 188, f. 83v-87v.

11 Les Anglais n’achèvent l’occupation de la Corse que le 3 août 1794, par la prise de Calvi. Sur cette histoire de la Corse, voir F. Barra, « La Corsica e il mezzogiorno d’Italia tra Settecento borbonico e decennio napoleonico », in Rassegna Storica del Risorgimento LXXXIII/2 (1996), p. 147-162 ; L. Berges, « La Corse vue de Paris pendant la Révolution », in Revue d’Histoire Diplomatique 103 (1989), p. 23-44 ; G. S. Casanova, Histoire de l’Église Corse, Zigano, 1931, 3 vol. ; F. Casta, « Les biens ecclésiastiques en Corse sous la Révolution française », in Annales Historiques de la Révolution Française XLVI (1974), p. 641-671.

12 ASV, Arch. Nunz. Lucerna, 386, courriers des 6 mars et 8 juin 1793. La Vendée se soulève en mars 1793, Lyon en mai, les mouvements fédéralistes gagnent la Normandie, Bordeaux, Nîmes et Marseille en juin. Toulon se révolte le 12 juillet.

13 Ibid., f. 104, courrier du 10 avril ; Segr. Stato Savoia, 278, f. 89. Courrier du 4 mai 1793.

14 Bref Quae plurima, du 31 août 1793, ASV, Ep. ad Princ., 188, f. 76-77v.

15 ASV, Segr. Stato, Colonia, 291, Courrier du 27 février 1793.

16 Mayence est abandonnée par les Français le 23 juillet.

17 Ibid., courrier du 29 mai 1793.

18 Ibid., courrier du 23 octobre.

19 Il y a peu de traces relatives à cette mort dans les archives ; un texte racontant la fin de la reine en L. Vicchi, op. cit., p. 115-120.

20 Bref Romani pontificis du 9 février 1793, in Bullarii, VI/III, p. 2580-2582.

21 Bref In perligendis, du 31 août 1793, ACTA, II, p. 39-42.

22 G. Ricuperati, Il Piemonte sabaudo, stato e territori in età moderna, Storia d’Italia VIII/1, Turin, 1994, p. 717.

23 ASV, Segr. Stato, Germania, 472, f. 375, courrier du 24 octobre 1793.

24 ASV, Segr. Stato, Germania, 687, courrier du 1er juin 1793.

25 ASV, Arch. Nunz. Vienna, 113, f. 26, courrier du 4 décembre 1793.

26 ASV, Segr. Stato, Inghilterra, 26, lettre du 25 janvier 1794, f. 139.

27 ASV, Segr. Stato, Epoca Napol. Francia, XXIII, c. Lettre du 5 janvier 1794.

28 ASV, Arch. Nunz. Vienna, 113, f. 397, le courrier du 13 août mentionne la chute de Robespierre, mais cela ne changera rien à la guerre. Un lettre du 24 septembre fait état de la mort du dauphin, mais relève le manque de preuve.

29 Le nonce à Madrid se préoccupe beaucoup de la condamnation du synode de Pistoie, de la publication d’un livre de P. Tamburini en Espagnol. Il fait état de troubles populaires contre les émigrés français durant l’hiver. Cf. ASV, Segr. Stato, Spagna, 283A.

30 ASV, Arch. Nunz. Colonia, 292, courrier du 4 juin 1794. Sur la situation en Pologne, voir A. Sorel, op. cit., vol. IV, 1892, p. 42-58.

31 ASV, Arch. Nunz. Vienna, 113, f. 139, courrier du 27 février 1794.

32 Ibid., f. 241.

33 ASV, Segr. Stato, Inghilterra, 26, lettre du 14 mai 1794, f. 229.

34 ASV, Arch. Nunz. Vienna, 113, f. 429-451, du 1er octobre 1794.

35 Ibid., f. 8, courrier du 20 novembre 1793.

36 Ibid., 113, f. 87, courrier du 29 janvier 1794.

37 C. Capra, Il Ducato di Milano dal 1535 al 1796, in Storia d’Italia XI, Turin, 1984, p. 589-615 ; F. della Peruta, « Politica e società Lombarde », in La Lombardia delle riforme, Milan, 1987, p. 7-44.

38 ASV, Arch. Nunz. Colonia, 292, courriers du 19 avril et 28 mai 1794.

39 ASV, Arch. Nunz. Vienna, 113, f. 357, courrier du 16 juillet 1794.

40 Sur la République de Gênes : R. Boudard, « Echos et influences de la Révolution française à Gênes entre 1789 et 1797 », in Revue d’Histoire économique et sociale XLVIII (1970)/4, p. 55-85 ; C. Costantini, La Repubblica di Genova nell’età moderna, in Storia d’Italia IX, Turin, 1978, p. 489-510 ; P. Villani, « Agenti e diplomatici francesi in Italia durante la rivoluzione : Eymar e la sua missione a Genova (1793) », in Studi Storici 36 (1995), p. 957-975 ; P. Villani, « Un giacobino a Genova : Jean Tilly », in Società e Storia 65 (1994), p. 529-558.

41 B. M. Cecchini, « I problemi della neutralità negli stati italiani nel 1793, il caso della Toscana e della Repubblica di Genova attraverso la corrispondenza segreta dell’ambasciatore russo Lizakevic », in Rassegna Storica del Risorgimento LXXX/2 (1993), p. 147-186 ; B. M. Cecchini, « La politica estera toscana dal 1793 al 1799 nei documenti dell’Haus-Hof und Staatsarchiv di Vienna, prime note », in Rassegna Storica Toscana XLIII (1997), p. 237-286 ; Z. Ciuffoletti, Parigi-Firenze 1789-1794. I dispacci del residente toscano nella capitale francese al governo granducale, Biblioteca storica toscana, sezione di storia del Risorgimento n° 20, Florence, 1990 ; F. Diaz, L. Mascili Migliorini, C. Mangio, Il granducato di Toscana, i Lorena della Reggenza agli anni rivoluzionari, Storia d’Italia XIII/2, Turin, 1997, p. 427-463 ; I. Tognarini, La Toscana e la Rivoluzione francese, Rome, 1994.

42 Grand-duc de Toscane du 7 mars 1791 au 27 mars 1799.

43 ASV, Segr. Stato, Inghilterra, 26, lettre du 25 janvier 1794, f. 134.

44 Ibid., lettre du secrétaire d’Etat à Mgr Erskine du 5 juillet 1794, f. 357.

45 ASV, Arch. Nunz. Vienna, 113, courrier du 22 février 1794, f. 120. La sécularisation est souhaitée par la cour de Berlin qui veut ainsi financer la guerre, de Zélada écrit qu’elle serait la ruine de la religion.

46 Ibid., f. 331, courrier du 2 juin 1794 sur une rencontre entre Brancadoro et l’empereur.

47 A. Sorel, op. cit., vol. IV, p. 442-447.

48 ASV, Arch. Nunz. Vienna, 114, courrier du 21 février et 11 mars, f. 70 sv.

49 Ibid., courrier du 22 mai, f. 201, mémoire pour Litta.

50 A. Sorel, op. cit., vol. IV, p. 167-291.

51 Ibid., courrier du 22 juillet 1795, f. 291.

52 Le nonce à Madrid s’étonne que l’Espagne n’ait posé aucune close sur les affaires religieuses, et qu’il ne soit pas question de l’Italie : ASV, Segr. Stato, Spagna, 417, courrier du 10 octobre 1795.

53 ASV, Arch. Nunz. Vienna, 114, courrier du 24 juin 1795, f. 250-260.

54 Ibid., courrier du 2 septembre 1795, f. 350.

55 Ibid., 114, courriers de janvier 1795, f. 5-14, 38...

56 Ibid., courrier du 28 novembre 1795, f. 460.

57 ASV, Segr. Stato, Baviera, 11, courriers de mai et septembre 1795, f. 2v et 16v.

58 ASV, Arch. Nunz. Vienna, 114, courrier du 9 septembre 1795, f. 353.

59 Du 31 juillet 1793, ASV, Ep. ad Princ., 188, f. 52-52v. Guillon, II, p. 436-445.

60 Sur ce personnage pittoresque de la Révolution, lire J.M. Augustin, Le faux évêque de la Vendée, Paris, 1994 ; et DHGE 22 (1988), p. 1319-1322, (R. Aubert). Né en 1764, il fait des études à Angers puis à Paris, où il devient docteur en théologie et en droit, et avocat au Parlement. Il est nommé curé à Dol, y fonde une société patriotique, vient séjourner un temps à Paris, rentre pour prêter le serment civique en 1791 et accueillir le nouvel archevêque de Rennes. Après divers retournements, ayant quitté sa paroisse, il se fait passer pour évêque d’Agra, chargé par le Saint-Siège d’organiser la résistance dans le Poitou. Le vicaire général de Poitiers lui donne de fait des pouvoirs. En vérité, il prépare des fiançailles et mène double vie. Engagé avec les Républicains dans la guerre en 1793, il est fait prisonnier, et ressort alors sa présentation comme évêque et envoyé du pape, réussissant à tromper les chefs vendéens, d’ailleurs étonnés qu’aucun évêque ne soit avec eux. La supercherie est découverte par l’abbé Bernier qui avait été au séminaire avec lui, et informe Rome.

61 Bref ex tuis litteris, du 25 janvier 1794, ASV, Ep. ad Princ., 188, f. 158-162v. Theiner, I, p. 210-212. Pie VI accorde à l’évêque des pouvoirs particuliers pour suivre les questions sur l’ensemble des diocèses de Bretagne touchés par la guerre. Il est encore clairement manifesté combien Rome entend contrôler les questions de juridiction, puisque le bref montre dans un premier temps que l’évêque n’a pas de pouvoirs en dehors de son territoire. L’évêque de Dol aura connaissance de ce bref en juin seulement : le 18 juin 1794, il écrit au comte de Provence qu’il lui fut proposé de passer avec les armées émigrées de Jersey pour « faire tomber par ma présence la marque d’un prêtre imposteur qui y exerçait les fonctions épiscopales sous le titre de vicaire apostolique et d’évêque d’Agra ». L’évêque informe le comte de ce qu’il a désormais les pouvoirs apostoliques, s’excusant faute d’évêque en France, de devoir passer par le souverain pontife pour la transmission des pouvoirs. In AAE, Mémoires et documents, France, 588, f. 150-157.

62 Traces en ASV, Segr. Stato, Inghilterra, 26, f. 419 et 493, novembre 1794.

63 Joseph Geneviève de Puisaye, 1755-1827, député aux Etats-Généraux, favorable à la Révolution, il commande d’abord les troupes fédéralistes des Girondins de Caen, est battu à Pacy-sur-Eure et émigre en Angleterre. Il restera suspect aux Bourbons, participe au débarquement de Quiberon. Il émigrera au Canada, puis reviendra en Angleterre, sans jamais revoir la France. DHRF, p. 873 (F. Gendron).

64 AAEESS, Francia 16, f. 21-28.

65 Guillon, II, p. 422-435. Correspondance de Mgr de Mercy, p. 189-203.

66 Theiner, II, p. 381-420.

67 De nombreux courriers attestent ces espoirs en ASV, Segr. Stato, Epoca Napol, Francia, XXIII, 24 et c.

68 Theiner, II, p. 383.

69 Ibid., p. 386.

70 Ibid., p. 396 et 397.

71 Ibid., p. 420.

72 Il est plusieurs fois question de maladie du pape : ASV, Segr. Stato, Inghilterra, 26, f. 100, 17 octobre 93 et Segr. Stato, Colonia, octobre 93.

73 Maury est créé cardinal le 21 février 1794. Cette nomination provoque des échanges de lettres entre Pie VI et l’émigration : lettre du comte de Provence au pape du 19 février à propos du contentement de l’émigration concernant la promotion de son héraut (Ricard, op. cit., p. 142-143) ; Bref de Pie VI au prince de Condé du 9 avril 1794 encore à propos de Maury et de ses services rendus au Saint-Siège (Ep. ad Princ., 189, f. 46v-48). Pie VI en profite pour le bénir dans ses campagnes militaires. Il offrit à Maury la croix et l’anneau du cardinal Garampi.

74 ASV, Segr. Stato, Vescovi e Prelati, 372, f. 191. Lettre de Zelada à l’évêque de Tarbes du 7 septembre 1793. L’absence de ce courrier des documents Valenti Gonzaga, permet de confirmer que la congrégation est désormais « restreinte » à cette date.

75 P. Stella, in Ricerche per la Storia Religiosa di Roma 9 (1992), p. 27.

76 Ch. Ledre, Le culte caché sous la Révolution : les missions de l’abbé Linsolas, Paris, 1949 ; J. Linsolas, L’Église clandestine de Lyon pendant la Révolution, Lyon, 1984-1987, 2 vol.

77 Elléon de Castellane-Mazaugues, né le 11 juin 1746 dans le Var, sacré évêque de Toulon le 13 août 1786, il refusera de démissionner en 1801, mort le 29 mai 1809 à Udino. DHGE 18 (1977), p. 223. L’évêque de Toulon est donc un gallican convaincu, alors que celui de Senez se tourne vers Rome dès le début de la Révolution. Du côté des constitutionnels, le département du Var a pour évêque, siégant à Fréjus, Jean-Joseph Rigouard, né en 1735, député aux Etats généraux, élu le 12 avril 1791, sacré par Gobel. Il se retire en 1793, adhère aux Réunis en 1795 mais sans reprendre réellement son ministère, malgré sa participation à des ordinations épiscopales. Il meurt de la jaunisse le 15 mai 1800. P. Pisani, Répertoire biographique..., p. 350-352.

78 Archives des Barnabites, San Carlo dei Catenari (Rome), Fonds Gerdil, Lettere, tome 44, f. 18-23. Cette lettre fut éditée en italien (l’original est en français) dans les Opere edite ed inedite, édition de Naples G. Milone, tome VII (1857), p. 577-579.

79 Ibid., p. 20-20 v.

80 L. Vicchi, op. cit., p. 120 sv.

81 Ibid., p. 136-137.

82 R. Picheloup, op. cit., p. 127.

83 Bref Misit ad nos du 7 novembre 1793, Ep. ad Princ., 188, f. 108v-114 ; Theiner I, p. 203-206.

84 Bref Cum maxime, in ASV, Segr. Stato, Epoca Napol. Francia, XXXI, 8 ; Guillon, II, p. 470-473.

85 ASV, Segr. Stato, Epoca Napol. Francia, XXIII, 24 ; L. Vicchi, op. cit., p. 130-131.

86 ACTA, II, p. 71-73.

87 L. Vicchi, op. cit., p. 135. Voir sur ce saint Y.-M. Hilaire (dir.), Benoît Labre, errance et sainteté, histoire d’un culte 1783-1983, Paris, 1984 ; M. Caffiero, « Santi, miracoli e conversioni a Roma nell’età rivoluzionaria », in Ricerche per la Storia Religiosa di Roma IX (1993), p. 155-186 ; M. Caffiero, La politica della santità, nascità di un culto nell’età dei lumi, Rome-Bari, 1996 ; M. Caffiero, « Una santità controrivoluzionaria ? Il caso di Benedetto-Giuseppe Labre », in La Rivoluzione nello Stato della Chiesa, 1789-1799, a cura di L. Fiorani, p. 329-351 ; M. Caffiero, « Le modèle de l’ermite pélerin : le cas Benoît Labre », in Rendre ses vœux, les identités pélerines dans l’Europe moderne (xvie-xviiie siècles), Paris, 2000, p. 315-335.

88 Rome, Fulgoni, 1794, 105 p. (Recension dans le Giornale ecclesiastico di Roma du 5 juillet 1794, p. 101). Le livre s’ouvre par une dédicace au cardinal Maury : « Elle est elle-même un des prodiges dont le Seigneur a favorisé son Église dans ces jours mauvais. Sa main se plut à former de loin votre grande ame, à préparer votre génie, pour défendre la Foi de Pierre et la Couronne des Bourbons contre les ennemis de la Religion et des Trones ». p. 3. Puis la dédicace du titre est ainsi rédigée : « A l’Église de France dispersée, aux archevêques, évêques, prêtres et fidèles martyrs de l’unité catholique et défenseurs de l’autorité de l’Église romaine ».

89 Ibid., p. 18-19.

90 Ibid., p. 23.

91 Ibid., p. 25.

92 Ex litteris tuis, du 31 mai 1794, ASV, Ep. ad Princ., 189, f. 94-95v ; ACTA, II, p. 91.

93 L. Vicchi, op. cit., p. 139.

94 Cet évêque d’une zone frontière devait être confronté à des demandes de réconciliation. ASV, Segr. Stato, Vescovi e Prelati, 372, f. 256v.

95 ASV, Segr. Stato, Francia, 463A, f. 302.

96 Ces positions sont exposées en réponse à des demandes, à plusieurs reprises : au cardinal Mattei le 15 mars 1794, ASV, Segr. Stato, Cardinali, 181, f. 159 ; à l’archevêque de Pise le 27 juin 1794, ASV, Segr. Stato, Vescovi e Prelati, 373, f. 126 ; à l’évêque de Forli le 23 juillet, Ibid., f. 150.

97 Guillon, II, p. 472-489. Le document est communiqué aux cardinaux le 12 avril 1794 : Segr. Stato, Cardinali, 181, f. 166v.

98 ASV, Segr. Stato, Vescovi e Prelati, 373, f. 66 (L. Misermont, Le serment de..., p. 79).

99 ACTA, II, p. 92-95.

100 ASV, Segr. Stato, Vescovi e Prelati, 373, f. 79v. Lettre aux évêques de Corse du 11 avril 1794

101 Facultas celebrandi, Guillon, II, p. 490-495.

102 Bibliothèque de Port-Royal, Rév 43 = 4.

103 p. 138-139.

104 Presosi in considerazione..., Guillon, II, p. 498-509.

105 Voir. P. Pisani, Répertoire biographique..., p. 306-310.

106 Avendo per ordine, in ASV, Segr. Stato, Vescovi e Prelati, 373, f. 372 sv. ; Guillon, II, p. 508-517.

107 Version manuscrite de ce texte, en trois cahiers, daté de Fribourg, 30 juin 1795, dans les Archives des Missions Etrangères de Paris, volume 1056, « Révolution, 2 », f. 227-310.

108 B. Cubells..., op. cit., p. 212-213.

109 J. Charonnot, op. cit., p. 204 sv.

110 Ibid., p. 236.

111 ACDF, SO, Censura Libris 1794-95, n° 7.

112 Il figure bien dans la liste des émigrés arrivés avant mars 1793 : R. Picheloup, op. cit., p. 235.

113 « Praxis igitur primorum christianorum nullatenus arguit, neque importat traditionem allegandam in presenti questione, in qua agitur de publico, et solemni actu declaranda submissionis imperiis et barbaris legibus reipub. Gallic. hactenus pro usurpata auctoritate lactantis adversus legitimum principem ». ACDF, SO, Censura Libris 1794-95, n° 7, p. 2.

114 Sur une feuille bleue, en tête du dossier : « Die Sabatti 14 Nov 1795 Cong. part fuit in voto scribendum P. Ing. Perugi ut significat Sac. Josepho Garcin, quod cum de eo quod agitur in suo manuscripto, S. Sedes usque dum nihil definiverit, et adhuc sub examine sit, adeo conveniens non videtur idem Typis mandare. C. A. Sil-va Assessor ».

115 AAEESS, Francia, 16, f. 43-117.

116 Ibid., f. 55-65.

117 Ibid., f. 69.

118 Ibid., f. 77.

119 Ibid., f. 82-89. L’indication du lieu de la réunion, chez Gerdil, est donnée par un autre document, en ASV, Segr. Stato, Francia, Mazzo 658. On y apprend que la congrégation a traité aussi de questions sur les prêtres jureurs du diocèse de Viviers.

120 Mais ceux-ci seront interdits par les lois du 7 vendémaire.

121 « Intention du roi, sur la question de savoir si les ecclésiastiques rentrés en France peuvent déclarer qu’ils se soumettent aux lois de la République ». AAEESS, Francia 16, f. 90-95.

122 « I. Se sia lecito ai Preti cattolici di uniformarsi a quanto si prescrive nell’articolo quinto co promettere sommissione alle leggi della Repubblica francese, qualora detto articolo si consideri unito, e connesso cogli altri cinque contemporaneamente proposti dalla convenzione nazionale sulla libertà dei culti.
II. Se sia lecito promettere detta sommissione, qualora ciò non abbia nè connessione, nè relazione cogli altri articoli.
III. Se sia lecita detta promessa tanto connessa cogli altri articoli, che separata, ogniqualvolta vi si possa aggiungere qualche limitazione, con cui si dica di voler sempre salvi, ed eccettuati i doveri di Cristiano, e di Sacerdote.
IV. Se debba accordarsi ai Preti cattolici di fare detta promessa, ogni qualvolta questa venga loro prescritta come una condizione inevitabile per rientrare in Francia.
V. Se convenga, che la S. Sede risolva questa questione.
VI. Se tanto in punto di Religione che di politica sara espediente che se ne publichi la decisione e per quale mezzo
 ». Ibid., f. 97.

123 Ibid., f. 111.

124 Ibid., f.117.
« Sentimento della particolare congregazione deputata sugli affari ecclesiastici di Francia circa il Decreto della Convenzione Nazionale del 30 maggio anno 1795, con il quale si permette in Francia il libero esercizio di ogni culto.
– Non è lecito ai Sacerdoti cattolici uniformarsi alla disposizione del Decreto suddetto in quella parte, che riguarda l’esercizio del culto cattolico da effettuarsi nello stesso luogo, in cui si pratticano tutti gli altri culti, sebbene in giorni ed ore distinte da determinarsi dalle municipalità.
– Non è neppur lecito ai Sacerdoti cattolici fare pure et simpliciter l’atto di sommissione alle leggi della Repubblica francese.
– Che si Sacerdoti suddetti si veggano obbligati a fare l’atto indicato per potersi in tal guisa agevolare la strada ad operare in spirituale vantaggio dei fedeli che trovansi nelle diocesi senza alcuno spirituale soccorso, possono lecitamente fare l’atto di sommissione, del quale trattasi, purchè nel farlo dichiarino di sottomettersi alle leggi puramente civili di detto repubblica, e dichiarino inoltre di sottomettersi alle divisate leggi sotto l’espressa riserva di quanto “concerne la fede, la morale, e la disciplina di S. Chiesa”.
Sua Santità nell’udienza accordate al segretarii il di 17 settembre 1795 non à voluto per motivi prudenziali, che si pubblicasse la risoluzione presa dalla congregazione circa il Decreto sud° ».

125 Voir sur ce point B. Plongeron, « Soumission aux lois de la République ? La fin d’un consensus politique parmi les évêques émigrés (1795-1802) », in Religion et Révolution, Paris, 1994, p. 171-181. La question du schisme sera évoquée à nouveau plus loin.

126 Segr. Stato, Francia, mazzo 658, en date du 28 octobre 1795.

127 ACTA, II, p. 124. Lettre Reddidit nobis.

128 J. Charonnot, op. cit., p. 237-238.

129 ASV, Arch. Nunz. Lucerna, 386, f. 207, du 7 décembre 1793.

130 Voir Inglot, op. cit., p. 168.

131 Lettre Exiis quae, du 26 janvier 1793, Guillon, II, p. 400-423 ; R. Picheloup, op. cit., p. 180-184.

132 Indication de Monsieur Domenico Rocciolo, directeur des archives du Vicariato.

133 R. Picheloup, op. cit., p. 185-187.

134 Lettre du 29 mars 1794 de Zelada à Gallo, qui retrace la panique des émigrés fuyant la Toscane. ASV, Segr. Stato, Cardinali, 181, f. 159. Le 12 avril 1794, Pie VI adresse un bref au duc de Bavière Charles-Théodore pour le remercier d’accueillir des ecclésiastiques émigrés, désignés comme des « confesseurs de la foi ». Le but de la manœuvre est peut-être d’éviter encore d’autres déplacements de prêtres du fait des campagnes militaires. ASV, Ep. ad Princ., 189, f. 57-59v.

135 Ibid., f. 187.

136 Ibid., f. 55.

137 Voir les cartes en Cl. Langlois, T. Tackett, M. Vovelle, Atlas de la Révolution Française, vol. 9 : Religion, Paris, 1996, p. 36-37.

138 Le 18 janvier 1794, Pie VI écrit à l’archevêque de Lyon pour l’informer de la présence de 185 de ses prêtres dans les Etats pontificaux, et lui signaler la pénurie des ressources. Bref Etsi notae, ASV, Ep. ad Princ., 188, f. 149-151v, Theiner, I, p. 207-208.

139 Op. cit., p. 74-127.

140 ASV, Segr. Stato, Emigrati Riv. francese, 5, f. 146-147, cité en ibid., p. 89.

141 Ibid., p. 92.

142 Ibid., p. 92.

143 Volume 1056, « Révolution 2 ».

144 En ASV, Segr. Stato, Emigrati Riv. Francese, 19, f. 189, janvier 1796, une lettre d’un prêtre français de Ferrare qui signale la fin de la tenue des conférences ecclésiastiques à cause des circonstances. Ce prêtre déclare avoir appris un métier et désirer rentrer clandestinement en France.

145 Documents aimablement communiqués par l’archiviste diocésain, Don Emilio Tassi.

146 ASV, Segr. Stato, Cardinali, 184, f. 217, lettre du 12 octobre 1793, de Zelada à Mattei : quand les évêques français appellent à rentrer, il faut laisser partir les émigrés, pour le soulagement des Etats pontificaux.

147 R. Picheloup, op. cit., p. 138-140.

148 ASV, Segr. Stato, Emigrati Riv. Francese, 19, f. 203-204, de Florence, le 1er mai 1796. Le 16 avril 1796, des prêtres écrivent qu’ils sont bloqués à Gênes : ibid., f. 257.

149 R. Picheloup, op. cit., p. 144.

150 ASV, Segr. Stato, Emigrati Riv. Francese, 19, f. 574, du 23 juillet 1796 : les prêtres de Ferrare sont partis vers Venise ou Trieste, et n’espèrent pas être reçus par l’empereur. Ibid., f. 578, du 25 juillet 1796 : des religieuses de Lyon, se souvenant de la guillotine, s’enfuient devant l’arrivée des Français.

151 R. Picheloup, op. cit., p. 190.

152 Ibid., p. 190-191.

© Publications de l’École française de Rome, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540