Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rome et la Révolution française

 | 
Gérard Pelletier

Quatrième partie. Assumer la rupture : la spirale de la guerre, été 1791-été 1793

Chapitre XVIII. Le tournant de l’hiver 1792-1793 : la grande peur romaine

Texte intégral

  • 1 ASV, Segr. Stato, Cardinali, 184, f. 134.
  • 2 F. Furet, « Terreur », in Dictionnaire critique de la Révolution Française, sous la dir. de F. Fure (...)

1Le 28 septembre 1792, Pie VI décrète un nouveau jubilé de prières pour les circonstances présentes1. En effet, quatre séries d’événements viennent bouleverser la vie romaine et porter la Révolution au cœur du Saint-Siège : il ne s’agit plus de faits lointains dont les nouvelles parviennent avec quinze jours de retard. Les tensions sont présentes sur place ; la jeune Révolution vient en quelque sorte provoquer le pape sur ses terres. L’arrivée massive des ecclésiastiques émigrés met sous les yeux du pape la réalité de la persécution religieuse en France. La menace d’un débarquement français sur les côtes entraîne une logique de guerre directe dans l’État pontifical. Les tensions diplomatiques avec les agents français débouchent sur la mort d’Hugou de Bassville du fait de la fureur populaire : le peuple est en état de révolte dans la ville éternelle. Enfin, la mort de Louis XVI scelle dramatiquement dans le sang la remise en cause de la thèse tant défendue par Pie VI des liens entre religion et souveraineté. Ainsi, la politique de la Terreur2 va effectivement entraîner un basculement de l’attitude du souverain pontife.

L’AFFLUX DES ÉMIGRÉS

  • 3 Pour cette partie, voir R. Picheloup, op. cit., p. 23-35. Voir sur l’émigration ecclésiastique la b (...)
  • 4 Sur les choix de l’archevêque de Turin, voir O. Favaro, « Consistenza del clero giacobino nella dio (...)
  • 5 Première « circulaire Caleppi », reproduite en R. Picheloup, op. cit., p. 176-177.
  • 6 Ibid., p. 27.
  • 7 Ibid., p. 27.
  • 8 Seconde circulaire Caleppi du 30 octobre, Ibid., p. 177-178.

2L’entrée de la France dans la guerre avec l’Europe eut pour conséquence la volonté affichée de débarrasser le pays des ennemis potentiels intérieurs, au rang desquels le clergé non-jureur trouva sa place logique. Le décret du 27 mai 1792 sur la déportation possible après dénonciation par vingt personnes entraîne l’entrée dans la clandestinité de nombreux prêtres, mais pas encore une émigration massive. Toutefois, l’enchaînement des faits du 10 août, des massacres de septembre et du serment de Liberté-Egalité provoque le départ de plus de 30 000 clercs. Dans un premier temps, les frontières du Rhin, la Belgique et la Savoie sont les lieux de refuge naturels. Mais la guerre oblige à un second déplacement, avec les conflits en Belgique (d’où départ vers Londres), sur le Rhin (refuge en Suisse), et l’occupation de la Savoie repoussant les prêtres vers les États pontificaux3. Car Turin se montre accueillante, mais en comptant les émigrés et en refusant de dépasser un nombre donné4. Lorenzo Caleppi organise un plan le 10 octobre 17925 : le but est d’éviter un regroupement anarchique des Français, qui se révéleraient incontrôlables. Il faut donc les disperser dans les couvents, comme cela se fait à Rome depuis un an. Le secrétaire de l’Œuvre pie de l’hospitalité écrit donc à tous les évêques des États pour qu’ils obtiennent de chaque couvent l’accueil de deux prêtres émigrés. Depuis Turin et Florence, les nonces disperseront les arrivants vers cinq cités, d’où ils seront ensuite répartis dans les couvents : Bologne, Ferrare, Pérouse, Rome et Viterbe. Ordre est donné de se renseigner avec précision sur les moyens de subsistance des prêtres, et sur leur conduite. Le système fonctionna tant bien que mal. Il y eut de l’anarchie... Bologne voit passer 327 prêtres du 4 au 10 octobre. Plus de 500 sont passés par Turin à cette date. Le cardinal Gioanetti écrit de Bologne à Caleppi que ces mesures sont dépassées6. On organise des quêtes, on proclame un jubilé de prière. Au 31 octobre, 350 prêtres sont passés par Ferrare. Viterbe accueille des prêtres arrivant par bateau de Civittavecchia. Les prélats romains s’alarment, car certains prêtres sont arrivés à Rome sans subir aucun des filtrages préalables ; mais l’invasion de la capitale est bien évitée. Ne viennent que quelques prêtres recommandés par des évêques sur place, et Caleppi refuse la venue de tout laïc. René Picheloup chiffre fin décembre 1792 les arrivées de l’automne à 1 907 prêtres, à ajouter aux 300 déjà présents, soit un total de 2 200 émigrés7. Les évêques organisent des réunions d’information pour les supérieurs religieux des couvents d’accueil. On relève une moyenne d’un prêtre reçu par couvent ou monastère, certains refusant au titre de la crise économique et de la faiblesse des moyens. Une part de crainte plus idéologique à l’égard des Français existe également. Caleppi répond ouvertement que l’intérêt de la vie de couvent est de permettre une surveillance stricte et de tenir l’émigré dans les liens objectifs d’une règle religieuse. Deux circulaires du 30 octobre8 demandent que les prêtres suivent les offices du monastère et organisent l’accueil des religieuses ; les femmes se montreront moins accueillantes, mais il n’y aura que 53 émigrées au début de l’année 1793.

  • 9 Bref Nova illa fuga, ASV, Ep. ad Princ., 187, f. 218v-221v., Theiner, I, p. 160-161. Un autre bref (...)
  • 10 Bref Ignotae nimini sunt du 21 novembre 1792, ASV, Segr. Stato, Francia, 350 ; Guillon, II, 350-369

3L’organisation pontificale s’occupe par prévoyance du sort des évêques exilés : un bref du 21 novembre 1792 à l’archevêque de Paris et à cinq autres évêques fait référence à leur fuite de la Savoie et leur recommande une installation à Constance, en Suisse, avec l’accord et la protection de l’empereur9. Il les félicite dans leur foi et leur attachement au siège de Pierre, décrit l’accueil de plus de mille émigrés dans les États du pape, les informe de la demande pontificale aux évêques allemands d’ouvrir leurs portes10, et les assure de la prière du souverain pontife. Leur indiquer une retraite en Suisse pouvait être une façon de prévenir une descente vers Rome, et appeler les Allemands à la charité était un moyen de décongestionner les États pontificaux.

  • 11 Reproduite en R. Picheloup, op. cit., p. 180-184.
  • 12 ASV, Segr. Stato, Emigrati Riv. Francese, 25, f. 290.
  • 13 Ibid., 4, f. 505. Autre trace de cette circulaire en Segr. Stato, Colonia, 291, lettre du 26 janvie (...)
  • 14 R. Picheloup, op. cit., p. 39. Voir Ibid., p. 184-185, la lettre du secrétaire d’Etat aux évêques d (...)

4L’hiver voit le gel des arrivées et Caleppi essaye d’en profiter pour remettre tout en ordre. La quatrième circulaire aux évêques des États pontificaux, du 26 janvier 1793, revêt la forme d’une encyclique de Pie VI et donne des règles précises sur l’organisation de la vie des émigrés qui seront détaillées plus loin11. Caleppi interdit l’entrée dans les États à ceux qui n’auraient pas un passeport émis par un nonce12. Le 25 janvier, il informe les mêmes nonces qu’ils sont les seuls maîtres de la délivrance des passeports, les consuls n’ayant aucun pouvoir13. Ce à quoi le cardinal Gioanetti objecte qu’avec ce principe la moitié des prêtres serait refusée. Caleppi répondra finalement qu’il faut discerner au cas par cas. Au printemps, les États doivent recevoir une centaine de nouveaux arrivants de Turin (où les places sont prises par les prêtres savoyards), ainsi que les Avignonnais et Comtadins qui refluent14.

  • 15 Ibid., p. 184-185.
  • 16 Ibid., p. 41.
  • 17 Ibid., p. 44.
  • 18 ASV, Segr. Stato, Emigrati Riv. Francese, 25, f. 485 et f. 492. Le jeu des relations joue cependant (...)
  • 19 Lettre de septembre 1793, ASV, Segr. Stato, Emigrati Riv. Francese, 26, f. 251.

5Le 31 mars 1793, la cinquième circulaire de Mgr Caleppi15 lance un appel à la charité et au partage des intentions de messe, unique source de revenus pour bon nombre d’émigrés. Il fait ouvrir une caisse de dépôt au Mont-de-piété de Rome16 et lance l’idée de fonder des maisons d’accueil supplémentaires dans chaque diocèse. Or, à la suite des émeutes romaines de l’affaire Bassville, les évêques se méfient. Ces maisons seraient difficiles à surveiller. Les quêtes rapportent peu, les lettres de change des Français sont refusées dans les banques. Les curés italiens ne veulent pas de prêtres français dans leur paroisse, car peu d’entre eux sont bilingues. En mars 1793, René Picheloup chiffre à environ 2 000 le nombre de prêtres et religieux accueillis, auxquels il faut désormais ajouter une centaine de religieuses17. En avril, Caleppi refuse clairement à deux prêtres de venir à Rome : le principe est plus que jamais en vigueur18. Une lettre plus tardive exposera la raison du refus : le peuple s’intéresse trop aux affaires de France19.

6Un État contraint de loger dans l’urgence près de 2 000 prêtres étrangers en ressent fatalement des conséquences. Or tout cela ne s’accomplit pas dans un climat diplomatique serein : le pape est alors occupé à gérer une possible guerre sur son territoire.

L’EXPÉDITION DE L’ESCADRE FRANÇAISE ET LA PEUR D’UNE INVASION CÔTIÈRE

  • 20 G. Filippone, Lo Stato pontificio e la Francia rivoluzionaria..., p. 24.
  • 21 Sur la rupture entre la France et la Grande-Bretagne, voir A. Sorel, op. cit., vol. III, p. 271-280
  • 22 Nous en trouvons la trace dans une note sur une invasion possible des ports d’Italie, datée du 17 n (...)
  • 23 Bref Quae causa du 24 novembre 1792, Guillon, II, p. 370-397.
  • 24 L. Vicchi, op. cit., p. 7, 8, 19 à 22, reproduisant des poésies à la gloire du pape victorieux des (...)

7Nous avions laissé Pie VI devant la menace d’une invasion par les côtes, appelant au secours les puissances et la protection particulière de la flotte de Grande-Bretagne, la plus puissante en Méditerranée. Que se passe-t-il exactement ? A l’automne 1792, l’escadre française de Toulon peut s’estimer en position de force en Méditerranée, car quelques bateaux russes sont à Livourne (c’est l’une des raisons possibles pour laquelle Pie VI s’adresse à Catherine II)20 et l’empêchent d’agir vis-à-vis de la Toscane ; le jeu diplomatique français après la victoire de Valmy consiste à diviser l’Empire et la Prusse, et à tenir l’Espagne et la Grande-Bretagne en dehors de toute coalition21. L’idée des conventionnels, pour agir en Italie, est donc de faire pression sur la neutralité de la République de Gênes et sur le royaume des Deux-Siciles, et au besoin d’intervenir en Sardaigne pour consolider l’œuvre antipiémontaise entreprise par l’occupation de la Savoie. Ainsi, le 24 octobre 1792, la Convention vote une expédition de l’amiral Latouche-Tréville sur Naples, invoquant le prétexte de compensation pour l’œuvre de cette cour auprès de Constantinople, et rappelant les diplomates Mackau et Cacault. C’est cette expédition qui provoque la peur romaine22. Le 24 novembre, Pie VI décrète un jubilé avec indulgence dans tout l’État pontifical, placé sous la menace d’une invasion française23. Or l’intensité des prières qui s’élèvent vers Dieu est telle qu’une tempête miraculeuse disperse l’escadre française aux alentours du 1er décembre24, ce qui est interprété immédiatement comme un signe de la protection divine sur l’œuvre du souverain pontife... Mais, manque de chance pour le royaume des Deux-Siciles, la flotte fait son apparition dans la baie de Naples le 17 décembre.

  • 25 Bulle Ex nostrae huius, in ASV, Ep. ad Princ., 187, f. 222-226v ; Theiner, I, p. 165-167.
  • 26 Sur la politique de Sixte V, voir DHP, p. 1593-1595, (M. Rosa).
  • 27 Cf. M. Marotta, « Terrore e rimedio sulle operazioni militari dello Stato della Chiesa, 1789-1799 » (...)

8Auparavant, Pie VI a la prudence de pallier la situation économique désastreuse de son pays, de pourvoir aux dépenses militaires engagées à la défense des côtes, et d’armer des milices. Le 3 décembre, un consistoire extraordinaire25 est réuni pour permettre la levée de 50 000 écus du trésor du château Saint-Ange, réserve monétaire constituée par Sixte V en 1586, dans le cadre de sa politique de prestige et de renforcement de l’économie pontificale26. Pie VI estime qu’une guerre est livrée au Saint-Siège et à ses États et qu’il peut légitimement puiser dans le trésor de Sixte V. Les États pontificaux étaient militairement faibles : on peut compter 6 000 hommes dispersés entre Rome et les provinces. La garde pontificale ajoute à cela 80 cavaliers et une centaine de Suisses27 ; l’ensemble ne sert qu’aux représentations d’apparat. Un plan avait prévu la mise sur pied d’une armée de 20 000 hommes, mais son coût en empêcha la mise en œuvre. La seule issue était donc de monter des milices civiles. Une mesure s’impose devant la menace française : créer un véritable état-major autour du général Caprara, nommé le 18 décembre 1792. Mais, bien que formé en Autriche, il ne pourra faire face à la situation, d’autant plus qu’il était infirme.

  • 28 ASV, Segr. Stato, Spagna, 283A, courrier du 4 décembre 1792.

9La situation diplomatique en Italie est marquée par l’inquiétude des cours au sujet de la neutralité de la République de Gênes, et vis-à-vis de la Toscane qui reconnaît alors un chargé d’affaires français, rôle que François Cacault va assumer28.

  • 29 Sur le rôle de François Cacault dans les négociations et sur sa description de la situation en Ital (...)
  • 30 Voir sur cette affaire G. Ricuperati, Il Piemonte sabaudo, stato e territori in età moderna, Storia (...)

10A Naples, le 17 décembre 1792, l’escadre française contraint le roi Ferdinand IV à reconnaître la République française et à recevoir Mackau comme ambassadeur29. C’est une phase du plan de maintien sous pression de l’Italie de la part de la Convention. Une seconde phase consiste à envoyer la même escadre de Toulon occuper la Sardaigne, toujours sous les ordres de Laurent Truguet et de Louis-René Latouche-Tréville. Le débarquement a lieu le 7 janvier 1793 sur l’île de Saint-Pierre, pour y instaurer la République. Mais les milices du vice-roi Balbiano suffisent pour empêcher le débarquement à Cagliari, et l’expédition française se solde par un échec complet30.

11L’évolution des mentalités dans l’État pontifical est étroitement dépendante des faits qui viennent d’être évoqués : en novembre et décembre, la Curie entretient la population dans la peur d’une entrée directe en guerre à coups de prières, et par l’armement, si faible soit-il. A l’entrée de l’année 1793, le péril étant écarté a priori, les passions peuvent se déchaîner plus librement, et la diplomatie pontificale va en subir les conséquences.

LES RELATIONS AVEC LA FRANCE ET L’AFFAIRE BASSVILLE31

  • 31 Plusieurs ortographes existent couramment et sont utilisées tant par les sources que par les histor (...)
  • 32 L. Vicchi, op. cit., p.7.
  • 33 Ibid., p. 8-9.

12Le 20 avril 1792, l’évêque de Fermo écrit au cardinal de Zelada pour le prévenir qu’un français a été arrêté dans la cité, qui se déclarait jacobin et partisan de l’Assemblée Nationale32. C’est le signe d’une enquête et d’une attention plus vigilante des autorités policières à l’égard de la circulation interne des idées révolutionnaires. Le 29 octobre 1792, un décret de la Consulta di Stato condamne à l’exil un Italien qui a porté publiquement la cocarde tricolore33. L’arrivée des émigrés a soulevé des questions de surveillance et de méfiance de la part des autorités et de la population. Caleppi n’en veut pas trop à Rome à cause de la fermentation des idées... Le développement des relations avec le gouvernement révolutionnaire à partir de novembre 1792 se comprend dans ce cadre.

  • 34 L. Vicchi, Les français à Rome pendant la Convention 1792-1795, Rome, 1892 ; F. Masson, Les diploma (...)
  • 35 Joseph Chinard, 1756-1813. Né à Lyon, grand prix de Rome. On connaît de lui une statue de la libert (...)
  • 36 ACDF, SO, St. St. L4-h. « Josephum Chinard – Idelfonsum Rater – B. Joseph Maria Ferrutius. S. Romae (...)
  • 37 Ibid., f. 55-73.
  • 38 Ibid., f. 67.

13Leone Vicchi, Frédéric Masson et René Trinquet ont déjà bien exposé le déroulement des faits autour de l’affaire Hugou de Bassville34, et point n’est besoin de reprendre les différents éléments. A Naples, Mackau tient la place d’ambassadeur depuis avril 1792, avec à ses côtés Cacault. A Rome, le secrétaire d’ambassade Bernard a démissionné après les journées du 10 août de tout rôle officieux, mais dans les faits, il reçoit toujours la correspondance de France du ministre Lebrun et s’en entretient avec le cardinal de Bernis. La montée de la pression antirévolutionnaire à Rome amène la police à arrêter le 22 septembre deux artistes de l’Académie de France, le sculpteur Joseph Chinard et l’architecte Alphonse Rater. Il est répété que le motif de l’arrestation des deux hommes est le travail par le sculpteur d’un groupe représentant le fanatisme terrassé par la raison ; l’architecte loge avec lui, les deux hommes étant originaires de Lyon35. Il convient de verser une nouvelle pièce au dossier, à savoir les actes du procès informatif des deux hommes, retrouvés aux archives du Saint-Office36. Une lettre du cardinal de Zelada fait ouvrir l’information le 24 septembre : le gouverneur de Rome a procédé à l’arrestation des deux Français sur l’ordre de Sa Sainteté au nom de leur « mal talento in materia tanto di religione, e di fede, che di Stato, e di tranquillità publica », et de sédition selon le système français. L’arrestation est accompagnée d’une perquisition dans les ateliers : les sculptures et les dessins sont « profani, ma non scandalosi », on relève l’absence d’objet de piété dans les locaux. Un document du 12 septembre37 explique l’ouverture de l’enquête : un homme, après confession, est allé déposer au Saint-Office : les deux français habitent près du jardin de Malte, à la porta Pinciana ; en allant à la fontaine, ils disent tout haut qu’il faut tuer le pape et les cardinaux et installer le système français. Ils sont partisans de Cagliostro, se disent sans religion, vont dans les trattorie du Pincio et de la place d’Espagne, pratiquent des impudicités avec des femmes, ont dit du mal d’un prêtre réfugié non-jureur. Le 14 septembre, déposition d’un prêtre de San Nicola in Arcione, qui s’avère être le propriétaire des deux logements : la location fut attribuée il y a deux ans, sur recommandation d’un prélat de Saint-Louis des Français et du cardinal de Bernis. Les locataires se déclarèrent sans religion, hostiles aux prêtres, non pratiquants, incrédules à l’égard des miracles des saints. Les dépositions se multiplient ensuite, portant toujours soit sur les propos hostiles au pape et aux prêtres émigrés, soit sur le libertinage avec les modèles. Deux femmes considérées dans le quartier comme des prostituées témoignent...38. Un chanoine charge encore le casier en parlant de rassemblement de jeunes chez les artistes. A partir du 25 septembre, l’interrogation des habitants du quartier amène un grand nombre de dépositions, toutes construites selon le même schéma, les mêmes histoires de propos à la fontaine et de réunions libertines. L’enquête dévie sur un comte Flaminio Giovanelli, recherché en vain à Orvieto et Bolsène par l’archevêque Antamori, parce qu’il loge des Français dans Rome. Le dossier s’interrompt ensuite, pour les raisons logiques que l’historiographie habituelle nous donne. Les pièces du procès informatif sont révélatrices d’un fonctionnement policier mit en place en septembre à Rome autour de la communauté française, même si les archives des inquisitions locales s’avèrent au fond bien décevantes.

  • 39 Jeanne Marie Phlipon, épouse Roland, 1754-1793, in DHRF, p. 927-929, (M. Dorigny).
  • 40 La lettre est du 31 octobre, L. Vicchi, op. cit., p. 10.
  • 41 Né en 1753 à Abbeville d’un père teinturier, étudie la théologie et la littérature, précepteur dans (...)
  • 42 A. Sorel, op. cit., vol. III, p. 209-210, puis p. 291-298. Selon A. Sorel, le gouvernement pontific (...)
  • 43 L’abbé de Salamon annnonce cette « mission » à Zelada le 9 janvier 1792. Richemont, op. cit., p. 24 (...)

14Or, l’affaire des deux artistes ne passe pas inaperçue à Paris. Madame Chinard et des amis des sociétés patriotiques de Lyon écrivent à Lebrun, et Madame Roland39, l’épouse du ministre de l’intérieur, s’en mêle. Le 23 octobre, Bernard reçoit des instructions, mais il répond de Rome qu’il n’est plus rien. Le milieu des artistes se remue : Louis David lit le 21 novembre à la barre de l’Assemblée une lettre de Topino-Lebrun, réfugié à Florence, demandant une intervention en faveur des artistes romains40. Le 6 novembre, le baron de Mackau écrit à de Zelada pour demander la libération des deux hommes. Le secrétaire d’État répond le 9 que la libération est proche, par clémence du pape, et non par justice. Les Français ne manquent pas de remarquer que la menace de la flotte au large est très efficace... C’est alors que Mackau décide d’envoyer à Rome son secrétaire d’ambassade Nicolas-Jean Hugou de Bassville41, à Rome le 13 novembre. C’est une initiative privée de Mackau qui veut un homme en place à Rome, et non une décision du ministre Lebrun. A son arrivée, l’affaire Chinard est réglée puisque les deux artistes ont été libérés, non sans intervention de Bernis, et c’est de remerciements qu’il s’agit pour Bassville vis-à-vis du Saint-Siège. Il loge chez le banquier français Moutte (au palais Palombara, près de la Via del Corso), obtient des passeports par les bons offices d’Azara, est accompagné de l’archéologue Amaury Duval, de sa femme et de son fils. Bassville est reçu par Zelada au Quirinal le 14 au matin, l’entretien est privé et poli. Bassville écrit à Lebrun régulièrement au sujet de la situation romaine : tout est calme, hormis des émigrés qui se plaignent de l’accueil qui leur est réservé. Un banquet de patriotes a fêté la libération des artistes42. Une autre affaire a été réglée par Rome : l’arrivée d’une « illuminée », Suzanne Labrousse, vite enfermée au château Saint-Ange, qui voulait « régénérer » le Saint-Siège en faisant renoncer le pape à la souveraineté temporelle et en lui faisant accepter la Constitution civile du clergé43.

  • 44 L. Vicchi, op. cit., p. 11. « Le règne ébranlé de l’Inquisition finit du jour où elle ose exercer e (...)

15Le 23 novembre, le conseil exécutif provisoire, qui ignore encore que Chinard et Rater sont libres, signe une adresse au « prince-évêque de Rome » belliqueuse et insultante44. Il faut y relever surtout une compréhension de la liberté et de la vérité qui est tout simplement opposée aux thèses théologiques du moment. Mais l’heure n’est pas à la théologie. Lebrun renchérit avec une lettre très dure à de Zelada du 25 novembre, puisqu’il croit les deux artistes encore en prison :

  • 45 Ibid., p. 11-12.

« Je conçois que, tourmentés par la crainte que les peuples que vous tenez asservis sous le joug de la superstition, de l’ignorance et du fanatisme, ne soient tentés de faire l’essai des douceurs de la liberté, il entre dans vos principes d’anéantir tous ceux qui ont le courage de détester les despotes et le despotisme ; mais cette morale des tyrans ne peut jamais être celle d’un peuple libre. Fonctionnaire d’une nation grande et généreuse, je trahirois sa confiance si je ne faisois respecter pour ses enfans les droits inprescriptibles de l’homme, celui des gens, celui des nations. Je réclame donc formellement aujourd’hui et pour la dernière fois la liberté des citoyens Chinard, Rater et Fonseca et de tous les autres françois qui en auraoient été privés pour la même cause... Croyez, monsieur, que l’effet suivra de près la menace, que la nation françoise ne sera point montrée impunément, que tous ses moyens sont prêts et que c’est en en faisant usage de la manière la plus terrible, comme la plus prompte, qu’elle vous éclairera sur vos devoirs, qu’elle vous fera respecter sa puissance et ses droits, qu’elle vous fera enfin repentir d’un excès d’audace et d’atrocités qui contraste d’une manière trop frappante avec la justice et les lumières de notre siècle »45.

16Le ton d’une telle lettre, si peu diplomatique, laisse deviner combien la Curie peut s’estimer outragée et contrainte à osciller entre peur et réaction violente.

  • 46 Ibid., p. 13-14.
  • 47 Ibid., p. CVIII.
  • 48 Lettre de David à Lebrun du 24 décembre 1792, Ibid., p. 16.

17Bassville joue un rôle de plus en plus reconnu auprès des Français de Rome et vis-à-vis de Bernard, Bernis et Zelada. L’adresse du conseil exécutif est remise à Zelada par le fils de Bernard début décembre : le secrétaire d’État, qui ne cache pas son émotion, répond que le document ne peut être montré au pape et qu’il ne doit pas être publié. Il se contentera de répondre par un mémoire sur la libération des artistes46. Il rappelle que le pape gouverne toujours avec équité, modération, et mansuétude ; les deux artistes ont été arrêtés au nom du maintien de l’ordre public, droit propre à chaque Etat. A cette date, le pape se trouve pris dans un engrenage suscité par son pouvoir temporel, mais Zelada répond avec mesure aux outrages. Selon Leone Vicchi, la congrégation d’État se réunit le 18 décembre47. A Paris, sur la demande de David, la Convention décrète que le poste de directeur de l’Académie de France à Rome est supprimé, le rôle étant confié à l’agent de France : Bassville se trouve donc en charge d’un poste officiel, mais il l’ignore encore48.

  • 49 Ibid., p. 17.
  • 50 Ibid., p. 18-19.
  • 51 Ibid., p. 19.
  • 52 Idem. du 10 janvier 1793.
  • 53 Idem.

18Un nouvel arrivant vient compliquer les choses : le major Charles La Flotte, ancien marin de l’escadre de Latouche-Tréville (son bateau, le Languedoc, est revenu piteusement en rade de Naples après la tempête). Il apporte à Rome une circulaire du ministre de la marine Monge, du 17 décembre, demandant à ce que les armes de la monarchie soient remplacées dans les consulats de France par celles de la République. Le consul Digne demande alors une audience à de Zelada le 28 décembre ; il est répondu que sur cette question le pape va d’abord consulter les puissances. Dans la nuit du 1er au 2 janvier 1793, les armes royales sont déposées des façades de l’Académie de France et du consulat. La Flotte entretient l’agitation et fait enlever la statue de Louis XIV. Bernard écrit à Lebrun que ces gestes sont imprudents. Une lettre du consul de Gênes nous renseigne sur la division des cardinaux autour de Pie VI, certains acceptant les armes de la République, d’autres demandant une fermeté absolue. Pie VI a été scandalisé par l’affaire de la statue de Louis XIV49. La division des cardinaux est peut être le premier signe du malaise de Pie VI, qui va désormais mener une politique plus hésitante. Le 8 janvier, Bassville, modéré sur l’attitude à tenir, écrit à Lebrun qu’il y a de l’agitation dans la population. Le même jour, un mémoire du secrétaire d’État est remis au consul Digne par l’intermédiaire d’Azara50 : il évoque l’effigie du pape brûlée au Palais-Royal, les divisions de l’Église infligées par la Nation, que le souverain pontife ne peut admettre ni reconnaître, les armes pontificales du consul de Marseille enlevées par la foule et saccagées, l’annexion d’Avignon et du Comtat, les injures au pape durant l’affaire Chinard et Rater. Tout cela justifie le refus net du Saint-Siège de voir l’écusson de la République élevé dans Rome. Une lettre personnelle à Digne, du même jour, donne plus de détails51 : l’autorité du pape étant spirituelle et temporelle, il ne peut se désavouer ni sur l’une, ni sur l’autre. Sur le spirituel, admettre l’écusson de la République serait revenir sur les condamnations de l’œuvre de la Constituante ; sur le temporel, ce serait se plier aux menaces inacceptables d’un État. Bassville joue toujours l’apaisement, La Flotte rentre à Naples, mais Mackau le renvoie aussitôt à Rome avec une nouvelle lettre au secrétaire d’État52 : un ultimatum donne vingt-quatre heures au gouvernement pontifical pour autoriser l’écusson de la République, que les artistes de l’Académie ont entre temps confectionné. « Si on ose y mettre opposition, si un Français est outragé, je vous promets la vengeance de la Nation française ». Une lettre de Mackau à Lebrun du même jour laisse entrevoir que Mackau est jaloux du rôle pris par Bassville à Rome, et qu’il souhaite semer le trouble dans Rome pour le bien de la politique française53. L’entrevue du samedi 12 janvier au matin est orageuse : La Flotte est provocant à l’égard de Zelada, qui regrette que les menaces et les provocations françaises soient désormais connues du public. La Curie doit attendre le lundi pour une réunion de la congrégation d’État.

  • 54 Les différentes relations sont reproduites dans l’ouvrage de L. Vicchi, op. cit., p. 25 à 53 : troi (...)
  • 55 L. Vicchi, op. cit., p. 24-25. Le pape se déclare sensible à l’attachement du peuple romain aux aff (...)
  • 56 Sur la situation des juifs : M. Caffiero, « Le insidie dei perfidi Giudei, Antiebraismo e reconquis (...)
  • 57 A paraître : M. Procaccia, « L’assedio del ghetto nel 1793 », in Roma religiosa nell’eta rivoluzion (...)

19Le dimanche 13 janvier, vers quatre heures de l’après-midi, le major La Flotte, Amaury Duval, madame Bassville et son fils, se promènent en calèche sur le Corso et la piazza Colonna. L’enfant tient un mouchoir tricolore, les adultes arborent une cocarde, La Flotte est en uniforme : la population s’amasse rapidement et jette des pierres, l’affaire tourne à l’émeute. Les relations françaises de l’événement parleront de prêtres agitateurs conseillant à la foule de tuer. La voiture rentre rapidement chez Moutte, où se trouve Bassville. La foule défonce les portes, Bassville et La Flotte sont pris à partie, Bassville reçoit dans l’échange un coup d’arme blanche qui entraînera sa mort le 14, vers sept heures du soir. L’historien dispose des différentes relations : celle, officielle, de la secrétairerie d’État, celle des médecins, et bien d’autres54. Selon les partis, Bassville était ou non en train de se défendre avec un pistolet ; il fut ou non traîné par les cheveux par la foule jusqu’au corps de garde, où il fut soigné par un chirurgien du pape ; il mourut en ayant abjuré le serment civique et en s’étant réconcilié avec la religion, à moins que ces pieuses dispositions finales ne soient une invention de propagande de la Curie. Il fut enterré à San Lorenzo in Lucina, la paroisse du quartier, et le pape fit célébrer de nombreuses messes pour son repos éternel. Lebrun, dans un mémoire arrivé quelques jours plus tard à Rome, désavoue le zèle de La Flotte et de Bassville. De Zelada présente un mémoire au consul Digne et promulgue une ordonnance demandant le calme au peuple romain, par respect et obéissance au gouvernement pontifical55. Il faut préciser que le climat d’émeutes se poursuit durant deux jours, avec mise à sac du palais de l’Académie et prise à partie du ghetto juif, les juifs étant tenus pour philofrançais et philorévolutionnaires56. Les soldats durent protéger le ghetto, et les rabbins allèrent en audience auprès du secrétaire d’État pour promettre qu’ils ne détenaient ni armes ni instruments de propagande révolutionnaire57.

  • 58 Ibid., p. 56.
  • 59 Pour le récit du passage de Cacault à Toulon et la renonciation à monter une expédition, voir A. So (...)
  • 60 L. Vicchi, op. cit., p. 60, lettre du 19 février 1793.
  • 61 Ibid., p. 74-75.
  • 62 A. Sorel, op. cit., vol. III, p. 2295-298.

20Monge demande vengeance à l’Assemblée et remercie Azara de la protection accordée dans ses locaux aux Français pourchassés, Cacault est envoyé à Rome avec des instructions du 6 février58. C’est d’expédition punitive qu’il s’agit, en demandant au grand-duc de Toscane de laisser passer les troupes. Cacault doit demander des excuses officielles au pape par l’envoi d’un nonce à Paris, il doit exiger le renvoi des émigrés et en particulier de Maury. Mais il s’arrête en route à Florence le 28 février, après un refus de Zelada de le recevoir, et surtout un changement de la politique de la Convention : l’expédition punitive s’est avérée impossible à monter du fait des revers de la flotte de Toulon59. Le 20 février, La Flotte raconte les événements à la barre de la Convention. Lebrun a entre temps demandé à Mackau plus de prudence dans sa diplomatie avec la cour de Naples, lui refusant de coordonner la diplomatie française en Italie, et lui faisant remarquer que la disproportion entre les faits et le peu de possibilité d’une vengeance française immédiate tournait au ridicule leur diplomatie60. Mackau, pour sa défense, lui répond qu’il avait agi avec les ordres de Monge, et que le ministre de Naples Acton le poussait à l’action pour nuire à la position du pape dans la politique italienne61. En fait, Lebrun va proposer à Victor-Amédée de Savoie de laisser passer des troupes pour envahir les États pontificaux. Puis il demandera aux représentants français de Florence et de Naples de tenter les convoitises des cours italiennes sur un partage des États du pape62.

  • 63 V. Monti, In morte di Ugo Bassville seguita in Roma il di XIV Gennaro MDCCXCIII, cantica, Rome, Sal (...)
  • 64 III, v. 301-303.

21A Rome, le poète Vincenzo Monti publiera en 1793 un drame en quatre chants, la Bassvilliana63. Il est raconté que Bassville échappe à l’enfer en vertu de son repentir, et doit comme purgatoire faire un voyage d’expiation en contemplant les crimes de la France. Il contemple ainsi en Paris l’horrible Babylone païenne, désolation de la France, il assiste à la mort de Louis XVI et lui demande pardon. Les anges versent des coupes de sang sur le pays, et l’Europe se coalise contre elle. En somme, une œuvre de propagande hostile à la Révolution, un passage en revue de tout ce qui discrédite la France. Philosophes et jansénistes ne sont pas oubliés, dans un climat déjà évoqué dans la partie précédente. Monti définit ainsi les jansénistes : « sectateurs malins et hypocrites qui par des voies détournées et tortueuses desservent César tout autant que Dieu »64. L’affaire Bassville peut donc s’inscrire selon la Curie dans la dynamique de réaction aux Lumières et aux réformismes.

22Au-delà des questions historiographiques débattues, l’important est de relever que Pie VI est désormais prisonnier de la logique contre-révolutionnaire dans laquelle il s’est engagé vis-à-vis de la France. Non-seulement le pasteur universel condamne les réformes de la Constituante, mais il est désormais un prince ennemi, un prince à punir pour le meurtre d’un citoyen français.

LA MORT DE LOUIS XVI ET SON ÉCHO À ROME

  • 65 F. Furet, « Louis XVI », in Dictionnaire critique de la Révolution Française, sous la dir. de F. Fu (...)
  • 66 Diario estero n° 1890, du vendredi 1er févirer 1793.
  • 67 Diario estero n° 1891 du 15 février 1793, et n° 1893 du 22 février. Pour une relecture des interpré (...)

23Dans ce climat dramatique, la nouvelle de la mort du roi Louis XVI65 par suite de son procès à la Convention ne pouvait rester sans effet. L’exécution intervient le 21 janvier. Il faut dix jours à un courrier extraordinaire pour rejoindre Rome, ce qui amène au 1er février. De fait, c’est le Diario estero du 1er février qui rapporte la condamnation à mort et l’exécution du roi, « il più enorme de’ deliti »66. Le journal raconte les choses en détail le 15 février, et le testament du roi est publié le 22 février67.

  • 68 Diario 1882 du 12 janvier 1793.
  • 69 L. Vicchi, op. cit., p. 53.

24Quel est le climat à Rome ? Il est encore à la défense de l’État. Le Diario du 5 janvier annonce que le général Caprara a reçu l’ordre du pape de réorganiser des milices de quartier et la défense des côtes. Pie VI a prévu que les soldats recevraient une instruction religieuse chaque lundi dans les églises de Rome68. On rapporte ensuite l’organisation d’assemblées des milices et de défilés dans Rome. Une notification du secrétaire d’État du 31 janvier donne un plan de défense en cas d’attaque69 : on sonne les cloches, ceux qui le peuvent prennent les armes et se rendent aux points de rassemblement avec deux jours de vivres, on barre les ponts, on demande aux ecclésiastiques et aux femmes de prier. Les clercs doivent prêcher sur la défense de la religion sainte, du souverain, de l’État, de l’honneur, de la famille, des biens... De quoi maintenir la population aux aguets et ne pas s’étonner des mouvements de foule dans Rome. Jusqu’où le gouvernement pontifical n’est-il pas complice de l’entretien du climat de peur ?

  • 70 Voir le récit des événements en Ibid., p. 58-59.
  • 71 Ibid., p. 79-80.

25Les soulèvements populaires suivent en effet l’annonce de la mort du roi : le 10 février, le pape célèbre la messe dans Rome et est acclamé par la foule. Le lendemain, un Français de l’hospice de Saint-Louis est insulté par la foule : cela suffit à réveiller les passions. La police accourt et enferme deux Français de l’hospice au château Saint-Ange. Il faut protéger des Français, y compris l’évêque de Perpignan : la foule s’en prend à présent aux émigrés70. Le 12 février, une ordonnance du pape au peuple lui redemande la totale obéissance selon les termes de l’adresse du 16 janvier. Il est père plein de clémence, mais aussi juge. Pie VI est-il un souverain dépassé par les événements ? Une autre adresse de Zelada au peuple, du 17 février, rappelle que Rome se flatte de ses maximes d’hospitalité, en particulier à l’égard des émigrés français. Ils ont tout perdu et se sont réfugiés auprès du centre de l’unité, leur venue est un triomphe pour le pape ! Rien sur la défense des juifs. Une lettre du 22 avril 1793 à la police de la capitale est révélatrice des tensions entre la police et la justice : il semble que le climat social soit difficile, que la suspicion règne71.

  • 72 Quare lacrymae, in ASV, Ep. ad Princ., 188, f. 54-63 ; Guillon, II, p. 565-590 pour le texte latin, (...)

26Mais revenons à Louis XVI : le 17 juin, Pie VI préside un consistoire solennel à l’occasion de la mort du roi. Son discours mérite une lecture attentive72. Pie VI martèle que la conception de la liberté et de l’égalité enseignée par les philosophes est trompeuse et pose une sentence contre Voltaire, nommément cité :

« En célébrant comme le triomphe de Voltaire la chûte de l’autel et du trône, on exalte la renommée et la gloire de tous les écrivains impies, comme d’autant de généraux d’une armée victorieuse. Après avoir ainsi entrainé par toutes sortes d’artifices une très grande portion du peuple dans leur parti, pour mieux l’attirer encore par leur opulence, et par leurs promesses, ou plutôt pour en faire leur jouet dans toutes les provinces de la France, les factieux se sont servi du mot spécieux de liberté ; ils en ont arboré les trophées, et ils ont invité la multitude à se réunir sous ses drapeaux, qu’ils ont déployés de tous les côtés. C’est bien là véritablement cette liberté philosophique qui tend à corrompre les esprits, à dépraver les mïurs, à renverser toutes les loix et toutes les institutions recues » (§ 7).

27Puis il compare l’histoire du roi défunt à celle de Marie Stuart, avant d’employer le terme de triomphe : « O jour de triomphe pour Louis XVI, à qui Dieu a donné et la patience dans les tribulations, et la victoire au milieu de son supplice ! » (§ 15) L’affaire de la signature de la Constitution civile du clergé est expliquée par la responsabilité des ministres ecclésiastiques :

« L’un de ses ministres que l’on nomme, et en qui le roi avoit alors une grande confiance, lui reprêsenta que sa signature ne prouveroit autre chose, que l’exacte conformité de la copie avec l’original ; de manière que Nous à qui cette constitution alloit être immédiatement adressée, Nous ne pourrions sous aucun prétexte élever le moindre soupçon contre son authenticité. Il paroit que ce fut cette simple observation qui le détermina aussitôt à donner sa Signature. C’est aussi ce qu’il insinue lui même dans son testament, quand il dit que son seing lui fut arraché contre son propre vœu » (§ 10).

  • 73 « Quoique ces prières funèbres puissent paroître superflues, quand il s’agit d’un chrétien qu’on cr (...)

28Texte capital donc, car il est le second discours de principe sur la Révolution, après Quod aliquantum, et il n’y en aura plus d’autre. Louis XVI est jugé martyr par le pape à titre privé, car la phrase finale du discours réserve une telle définition73. On relève surtout l’impact du testament : Pie VI revient sur ses jugements durs des lettres au roi, sur le non-respect de son engagement lors du sacre, il est touché par la demande de pardon du souverain emprisonné. Le pape adresse également un message aux souverains d’Europe sur le soutien des liens entre le trône et l’autel.

  • 74 Paolo Leardi, né à Casale Monferrato en 1762, docteur en droit de l’Université de Bologne, il sera (...)
  • 75 L’homélie fut traduite par l’abbé Hesmivy d’Auribeau et publiée : Oraison funèbre de Sa Majesté le (...)
  • 76 Ibid., p. 14.
  • 77 Ibid., p. 21.
  • 78 Ibid., p. 27-31.
  • 79 Ibid., p. 38. « J’ai voulu démontrer que sa constance inébranlable à défendre les Ministres de cett (...)

29Si plusieurs messes furent célébrées à Saint-Louis, si le deuil fut porté par les tantes du roi, il faudra attendre le 28 septembre pour qu’un office pontifical soit célébré à la chapelle Pauline du Quirinal. Le cardinal de Bernis le présidait, entouré des cardinaux Carafa, Altieri et Livizzani. Le prélat Paolo Leardi, camérier secret de Sa Sainteté74, prononça l’oraison funèbre75. En frontispice de l’édition du texte, une vignette représente les armes de France renversées par un monstre à sept têtes tout droit sorti de l’Apocalypse, tandis qu’une dédicace est adressée aux tantes de Louis XVI. L’oraison funèbre est bâtie autour de la bienfaisance du roi, qui sacrifia son repos au bien de son royaume, et de l’exaltation de sa religion, plus forte que ses hésitations politiques et plus importante que la criminalité de ses ennemis. Quand Louis XVI monte sur le trône a 20 ans, il reçoit une France en mauvais état politique, économique et moral (tant pis pour la réputation de Louis XV...). Il relance le commerce en reconstituant une flotte importante, il protège les initiatives de Monsieur de La Peyrouse. La guerre d’Amérique, dit l’abbé Leardi, fut une erreur, car elle sema le trouble économique dans le pays et le trouble politique en Europe76 (les propos du prélat sont à situer dans le cadre des négociations avec la Grande-Bretagne en 1793). Contraint par l’état des finances à convoquer les États généraux, voici que ces hommes censés conseiller le roi s’imposent à son autorité, avec une « multitude nourrie par le vice et l’iniquité de la philosophie »77. Pour la signature de la Constitution civile du clergé, le prédicateur fait état des pressions et du désir royal de ne pas troubler la pays entier par sa résistance ; d’ailleurs, s’il avait conservé son autorité, il serait revenu sur la mise en application des réformes. Le roi se dépouilla de tout : il refusa la guerre, s’enfuit avec sa famille dans le but de calmer les puissances et de reprendre le contrôle de la situation pacifiquement78. Il se laissa couronner du bonnet phrygien, car « l’innocence ne craint rien ». Oui, il se dépouilla de tout, sauf de la religion. Le veto du roi aux décrets de déportation des prêtres résulta de sa prise de conscience du courage des martyrs de l’Église. Il signa là son arrêt de mort, car c’est au titre de sa défense du clergé qu’il fut poursuivi par la Convention79. Le récit de la mort du roi, avec la mention du rôle de son confesseur, et la lecture du Testament, arrache des larmes à l’orateur :

  • 80 Ibid., p. 44.

« Et en effet quelle grandeur d’âme ! quel mépris des choses humaines ! quelle religion ! quel respect, quel zèle, quel amour pour l’Église catholique et pour la chaire du premier de ses pontifes ! quelle preuve plus sensible de la pureté de sa foi, que cette douleur de l’âme dont il asssure qu’il est si vivement pénétré pour avoir souscrit malgré lui à vos décrets »80.

30Suit alors une description de l’œuvre de la République :

  • 81 Ibid., p. 46.

« Quelle liberté, grand Dieu ! Que l’effronterie du libertinage, et le débordement de toutes les passions ; la réunion des scélérats, tyrans et dissolus, la cruauté degoûtante de tous les vices, et cette fureur atrôce qui endurcit l’âme contre tout sentiment d’humanité... Vous avez établi une République non d’hommes, mais de brutes, dans laquelle pour faire cesser toute inégalité, vous introduisez celle qui vient de la force, de la dépravation, et où les plus méchants et les plus forts doivent nécessairement s’arroger le gouvernement et le pouvoir. Malheureuse France... »81.

  • 82 On peut signaler que des bruits circuleront dans l’entourage de Louis XVIII sur des guérisons mirac (...)

31La conclusion lance un appel aux souverains, non pas pour une vengeance, selon les vœux du roi, mais pour libérer la famille royale. Et le pape est félicité d’avoir si bien défendu l’intégrité de la discipline de l’Église. Le roi, du haut du ciel, intercède désormais pour le rétablissement de la religion en France82.

  • 83 Ph. Boutry, op. cit., p. 64-65.

32Comme le fait remarquer Philippe Boutry83, sur le plan de la canonisation du roi martyr, l’oraison de Mgr Leardi est déjà en retrait par rapport à l’allocution de Pie VI. Le pape préfèra enquêter sur le martyre du clergé de France. De plus, l’exil des évêques rendaient impossible le respect des règles des procès de canonisation si fraîchement définies par Benoît XIV. Les milieux de l’émigration demandaient des canonisations : le pape resta prudent, montrant sa sympathie ouvertement, mais faisant attendre des causes qui pouvaient risquer de compromettre le Saint-Siège. Il ne pouvait être question d’effacer d’un coup les années de conflits entre Rome et la France gallicane. Et dans l’été 1793, vue de l’étranger, la République française est bien en danger.

33Le 28 janvier, à Hamm, le comte de Provence se proclamait régent de France. Maury envoya Azara demander au pape sa reconnaissance : Pie VI s’en abstiendra jusqu’à la fin de son pontificat.

34La mort du roi scellait dans l’esprit de Pie VI la fin d’une période : l’espoir d’un retour en arrière et d’un arrêt du processus révolutionnaire n’était plus envisageable. L’entrée de la France dans le régime de la Terreur plaçait désormais le pape en face d’une Église divisée destinée au martyre. Comme souverain, il était sous la menace de représailles. Cet hiver 1792-1793 marque un basculement qu’il faut repérer pour entrer dans une juste compréhension de la nouvelle phase qui s’ouvre. La parole du pape va se faire plus réservée désormais.

Notes

1 ASV, Segr. Stato, Cardinali, 184, f. 134.

2 F. Furet, « Terreur », in Dictionnaire critique de la Révolution Française, sous la dir. de F. Furet et M. Ozouf, Paris, 1988, p. 156-170 ; P. Gueniffey, La politique de la Terreur, Paris, 2000.

3 Pour cette partie, voir R. Picheloup, op. cit., p. 23-35. Voir sur l’émigration ecclésiastique la bibliographie générale, en II.2.3.

4 Sur les choix de l’archevêque de Turin, voir O. Favaro, « Consistenza del clero giacobino nella diocesi di Torino ed opera riformatrice degli arcivescovi Roà e Costa negli anni precedenti alla Rivoluzione Francese », in Bollettino storico-bibliografico subalpino LXXXIX (1991), p. 189-242. Turin refuse systématiquement les prêtres qui ont prêté le serment civique. Les archives du séminaire de Turin donnent la correspondance du cardinal Costa et les éléments concernant l’accueil des émigrés français.

5 Première « circulaire Caleppi », reproduite en R. Picheloup, op. cit., p. 176-177.

6 Ibid., p. 27.

7 Ibid., p. 27.

8 Seconde circulaire Caleppi du 30 octobre, Ibid., p. 177-178.

9 Bref Nova illa fuga, ASV, Ep. ad Princ., 187, f. 218v-221v., Theiner, I, p. 160-161. Un autre bref sera adressé au Sénat de Fribourg le 20 avril 1793, demandant l’accueil d’émigrés français. Ep. ad Princ., 188, f. 26-28 ; Theiner, I, p. 169-170.

10 Bref Ignotae nimini sunt du 21 novembre 1792, ASV, Segr. Stato, Francia, 350 ; Guillon, II, 350-369.

11 Reproduite en R. Picheloup, op. cit., p. 180-184.

12 ASV, Segr. Stato, Emigrati Riv. Francese, 25, f. 290.

13 Ibid., 4, f. 505. Autre trace de cette circulaire en Segr. Stato, Colonia, 291, lettre du 26 janvier 1793.

14 R. Picheloup, op. cit., p. 39. Voir Ibid., p. 184-185, la lettre du secrétaire d’Etat aux évêques du 10 mars 1793, demandant l’accueil de ces « illustres confesseurs de la foi ». La générosité des prêtres français entre eux est montrée en exemple pour le partage des intentions de messe.

15 Ibid., p. 184-185.

16 Ibid., p. 41.

17 Ibid., p. 44.

18 ASV, Segr. Stato, Emigrati Riv. Francese, 25, f. 485 et f. 492. Le jeu des relations joue cependant encore : l’évêque de Senez écrit de Turin au cardinal de Zelada le 6 février 1793 qu’il veut venir à Rome pour répondre à une invitation de son ami le cardinal Borromeo. Mais la mort de ce dernier assombrit les perspectives. Voir L. Vicchi, op. cit., p. 59 (avec une erreur de copie puisque ce ne peut être l’évêque de Sens, Loménie de Brienne, qui vient à Rome !)

19 Lettre de septembre 1793, ASV, Segr. Stato, Emigrati Riv. Francese, 26, f. 251.

20 G. Filippone, Lo Stato pontificio e la Francia rivoluzionaria..., p. 24.

21 Sur la rupture entre la France et la Grande-Bretagne, voir A. Sorel, op. cit., vol. III, p. 271-280.

22 Nous en trouvons la trace dans une note sur une invasion possible des ports d’Italie, datée du 17 novembre 1792, in ASV, Segr. Stato, Epoca Napol. Francia, XXIII, c.

23 Bref Quae causa du 24 novembre 1792, Guillon, II, p. 370-397.

24 L. Vicchi, op. cit., p. 7, 8, 19 à 22, reproduisant des poésies à la gloire du pape victorieux des Français par l’intervention divine.

25 Bulle Ex nostrae huius, in ASV, Ep. ad Princ., 187, f. 222-226v ; Theiner, I, p. 165-167.

26 Sur la politique de Sixte V, voir DHP, p. 1593-1595, (M. Rosa).

27 Cf. M. Marotta, « Terrore e rimedio sulle operazioni militari dello Stato della Chiesa, 1789-1799 », in La Rivoluzione nello Stato della Chiesa 1789-1799, a cura di L. Fiorani, Pise-Rome, 1997, p. 231-250.

28 ASV, Segr. Stato, Spagna, 283A, courrier du 4 décembre 1792.

29 Sur le rôle de François Cacault dans les négociations et sur sa description de la situation en Italie, voir P. Villani, « Agenti e diplomatici francesi in Italia durante la Rivoluzione : la relazione di François Cacault nel dicembre 1792 », in Quaderni Storici XXXI (1996), p. 11-22. Cacault expose qu’un parti révolutionnaire existe dans le royaume, mais qu’il n’est pas exploitable. Il pense que l’Italie sera soumise sans livrer de guerre, du moment que les troupes tiennent le Tyrol au nord et que la flotte tient la Méditérannée. Une occupation de Malte serait utile à ses yeux pour empêcher une présence maritime anglaise.
Le nonce à Vienne informe la Curie que les termes de l’accord entre la flotte française et le royaume de Naples seront bientôt connus : ASV, Arch. Nunz. Vienna, 111, f. 572, courrier du 18 décembre 1792.
Pour un autre récit des événements du côté de Naples : R. Bouvier – A. Laffargue, La vie napolitaine au xviiie siècle, Paris, 1956.

30 Voir sur cette affaire G. Ricuperati, Il Piemonte sabaudo, stato e territori in età moderna, Storia d’Italia VIII/1, Turin, 1994, p. 732-735.

31 Plusieurs ortographes existent couramment et sont utilisées tant par les sources que par les historiens : Hugon ou Hugou, Basseville ou Bassville. Nous prenons le parti d’utiliser l’orthographe du Dictionnaire de Biographie Française,à savoir Hugou de Bassville.

32 L. Vicchi, op. cit., p.7.

33 Ibid., p. 8-9.

34 L. Vicchi, Les français à Rome pendant la Convention 1792-1795, Rome, 1892 ; F. Masson, Les diplomates de la Révolution. Huguon de Bassville à Rome, Bernadotte à Vienne, Paris, 1882 ; R. Trinquet, « L’assassinat de Hugon de Basse-ville (12 janvier 1793) », in Annales Révolutionnaires VII (1914), p. 338-368. Pour la bibliographie, voir l’article de R. Trinquet, p. 338, et les archives du Ministères des Affaires Etrangères, Correspondance politique, Rome, reg. 915 et 916.

35 Joseph Chinard, 1756-1813. Né à Lyon, grand prix de Rome. On connaît de lui une statue de la liberté aux Brotteaux, à Lyon, des statues à Versailles et au Louvre, sa participation à l’arc de triomphe du Carroussel.

36 ACDF, SO, St. St. L4-h. « Josephum Chinard – Idelfonsum Rater – B. Joseph Maria Ferrutius. S. Romae et Univers. Inquis. notarius. Reg. 1792 ».

37 Ibid., f. 55-73.

38 Ibid., f. 67.

39 Jeanne Marie Phlipon, épouse Roland, 1754-1793, in DHRF, p. 927-929, (M. Dorigny).

40 La lettre est du 31 octobre, L. Vicchi, op. cit., p. 10.

41 Né en 1753 à Abbeville d’un père teinturier, étudie la théologie et la littérature, précepteur dans la suite des Condé, il voyage en Europe à ce titre. Il appartient à des loges francs-maçonnes, rejoint un club républicain avec Mirabeau, et est envoyé secrétaire de légation avec Mackau à Naples en août 1792. Voir DBF V (1951), p. 769-770 (A. Rastoul).

42 A. Sorel, op. cit., vol. III, p. 209-210, puis p. 291-298. Selon A. Sorel, le gouvernement pontifical engagea des pourparlers avec le représentant français à Gènes Sémonville pour régler les litiges entre les deux pays. Bassville resta en dehors de cette logique de négociations et fit de la provocation par son banquet de patriotes.

43 L’abbé de Salamon annnonce cette « mission » à Zelada le 9 janvier 1792. Richemont, op. cit., p. 243. Sur cette affaire, voir G. Bourgin, « La mission de Suzanne Labrousse à Rome », in Mélanges d’Archéologie et d’Histoire, Ecole Française de Rome XXVIII (1907), p. 311-332.

44 L. Vicchi, op. cit., p. 11. « Le règne ébranlé de l’Inquisition finit du jour où elle ose exercer encore sa furie et le successeur de saint Pierre ne sera plus un prince du jour où il l’aura souffert. La raison a fait entendre partout sa voix puissante. Elle a ranimé dans le cœur de l’homme opprimé la conscience de ses devoirs avec le sentiment de sa force. Elle a brisé le sceptre de la tyrannie, le talisman de la royauté. La liberté est devenue le point de ralliement universel et les souverains chancelants sur leurs trônes n’ont plus qu’à la favoriser pour éviter une chute violente. Pontife de l’Église romaine, prince encore d’un Etat prêt à vous échapper, les siècles de l’ignorance sont passés ; les hommes ne peuvent plus être soumis que par la conviction, conduits que par la vérité, attachés que par leur propre bonheur. L’art de la politique et le secret du gouvernement sont réduits à la reconnoissance de leurs droits et au soin de leur en faciliter l’exercice pour le plus grand bien de tous avec le moins de dommage possible pour chacun ».

45 Ibid., p. 11-12.

46 Ibid., p. 13-14.

47 Ibid., p. CVIII.

48 Lettre de David à Lebrun du 24 décembre 1792, Ibid., p. 16.

49 Ibid., p. 17.

50 Ibid., p. 18-19.

51 Ibid., p. 19.

52 Idem. du 10 janvier 1793.

53 Idem.

54 Les différentes relations sont reproduites dans l’ouvrage de L. Vicchi, op. cit., p. 25 à 53 : trois relations anonymes, celle de la Secrétairerie d’État, celle du consul Digne, celle du major de Flotte, le récit d’un dominicain, celui d’Amaury-Duval. D’autres récits anonymes suivent. On peut ajouter le récit de l’écrivain Alessandro Verri, reproduit en M. Ceretti, « Alessandro Verri : lettere sulla Rivoluzione francese (1791-1800) », in Rivista Storica Italiana CIX (1997), p. 828-832. L’auteur commente : « Alessandro interpreta l’uccisione del Bassville come un incidente calcolato e abilmente sfruttato da La Flotte e Mackau che intendevano con esso avere il pretesto per colpire la corte pontificia e far affluire truppe francesi in città fino ad occuparla interamente per fondarvi una repubblica giacobina ». Ibid., p. 834.

55 L. Vicchi, op. cit., p. 24-25. Le pape se déclare sensible à l’attachement du peuple romain aux affaires de la religion, mais amer sur les excès de la foule.

56 Sur la situation des juifs : M. Caffiero, « Le insidie dei perfidi Giudei, Antiebraismo e reconquista cattolica alla fine del Settencento », in Rivista Storica Italiana 105 (1993), p. 555-581 ; M. Caffiero, « Tra Chiesa e Stato : Gli Ebrei italiani dall’età dei Lumi agli anni della Rivoluzione », in Storia d’Italia, Annali 11/2, Turin, 1997, p. 1091-1134 ; M. Rosa, « La Santa Sede e gli Ebrei nel Settecento », in Storia d’Italia, Annali 11/2, Turin, 1997, p. 1069-1090.

57 A paraître : M. Procaccia, « L’assedio del ghetto nel 1793 », in Roma religiosa nell’eta rivoluzionaria 1789-1799, a cura di L. Fiorani et D. Rocciolo.

58 Ibid., p. 56.

59 Pour le récit du passage de Cacault à Toulon et la renonciation à monter une expédition, voir A. Sorel, op. cit., vol. III, p. 294-295.

60 L. Vicchi, op. cit., p. 60, lettre du 19 février 1793.

61 Ibid., p. 74-75.

62 A. Sorel, op. cit., vol. III, p. 2295-298.

63 V. Monti, In morte di Ugo Bassville seguita in Roma il di XIV Gennaro MDCCXCIII, cantica, Rome, Salvioni, 1793. Sur ce texte, voir B. Toppan, op. cit., p. 967-975.

64 III, v. 301-303.

65 F. Furet, « Louis XVI », in Dictionnaire critique de la Révolution Française, sous la dir. de F. Furet et M. Ozouf, Paris, 1988, p. 268-277 ; J. de Viguerie, Louis XVI, Paris, 2003.

66 Diario estero n° 1890, du vendredi 1er févirer 1793.

67 Diario estero n° 1891 du 15 février 1793, et n° 1893 du 22 février. Pour une relecture des interprétations contemporaines et historiographiques de la mort de Louis XVI, voir B. Plongeron, Les défis de la modernité, p. 346-352.

68 Diario 1882 du 12 janvier 1793.

69 L. Vicchi, op. cit., p. 53.

70 Voir le récit des événements en Ibid., p. 58-59.

71 Ibid., p. 79-80.

72 Quare lacrymae, in ASV, Ep. ad Princ., 188, f. 54-63 ; Guillon, II, p. 565-590 pour le texte latin, Bullarii, VI/III, p. 2627-2637 pour le texte français.

73 « Quoique ces prières funèbres puissent paroître superflues, quand il s’agit d’un chrétien qu’on croit avoir mérité la palme du martyre, puisque saint Augustin dit que l’église ne prie pas pour les martyrs, mais qu’elle se recommande plutôt à leurs prières, cependant cette sentence du saint docteur doit s’entendre, et s’interprêter, non pas de celui qui est simplement réputé martyr par une persuasion purement humaine, mais de celui qui est formellement reconnu tel par un jugement du saint siège apostolique » (§ 17).
Sur la cause de Louis XVI, et sur l’analyse des deux textes de Pie VI et de Mgr Leardi, voir Ph. Boutry, « Le roi martyr. La cause de Louis XVI devant la cour de Rome (1820) », in Revue d’Histoire de l’Église de France, LXXVI, 1990/1, p. 57-71.

74 Paolo Leardi, né à Casale Monferrato en 1762, docteur en droit de l’Université de Bologne, il sera archevêque in partibus d’Ephèse en janvier 1817 et envoyé comme nonce à Vienne par Consalvi. Il y meurt en poste le 31 décembre 1823. HC VII, p. 188.

75 L’homélie fut traduite par l’abbé Hesmivy d’Auribeau et publiée : Oraison funèbre de Sa Majesté le roi Louis XVI... prononcée en latin par Mgr Leardi en présence de NTSP le pape Pie VI, Rome, Lazarinni, 1793. Nous faisons référence à cette édition (BNF RES-LB41-2675).

76 Ibid., p. 14.

77 Ibid., p. 21.

78 Ibid., p. 27-31.

79 Ibid., p. 38. « J’ai voulu démontrer que sa constance inébranlable à défendre les Ministres de cette religion, étoit son seul et véritable crime, le plus grand sans doute aux yeux des ennemis déclarés de son culte ».

80 Ibid., p. 44.

81 Ibid., p. 46.

82 On peut signaler que des bruits circuleront dans l’entourage de Louis XVIII sur des guérisons miraculeuses obtenues par l’intercession de Louis XVI, notemment le cas d’un dominicain espagnol de Séville guéri d’une gangrène. AE, Mémoires et documents, France, 589, f. 247, lettre du 29 août 1796.

83 Ph. Boutry, op. cit., p. 64-65.

© Publications de l’École française de Rome, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540