Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rome et la Révolution française

 | 
Gérard Pelletier

Quatrième partie. Assumer la rupture : la spirale de la guerre, été 1791-été 1793

Chapitre XVII. La diplomatie pontificale 1791-1792

Texte intégral

LES NONCES

  • 1 L. Pasztor, « Un capitolo della storia della diplomazia pontificia. La missione di G. Albani a Vie (...)
  • 2 Voir prosopographie des cardinaux : il est créé cardinal le 18 juin 1792. Selon les mémoires de Ba (...)
  • 3 Bartolomeo Pacca. Né à Bénévent le 25 décembre 1756, mort à Rome le 19 avril 1844, créé cardinal l (...)
  • 4 Annibale Della Genga. Né le 2 août 1760, mort à Rome le 10 février 1829, créé cardinal le 8 mars 1 (...)
  • 5 Selon ses Memorie storiche, p. 10-15.
  • 6 Giulio Cesare Zollio. Né à Rimini le 24 août 1733, docteur in Utroque Iure de la Sapienza en 1776, (...)
  • 7 Emilio Ziucci. Né à Ascoli le 20 novembre 1750, ordonné prêtre en 1774, docteur in Utroque Iure en (...)
  • 8 Luigi Ruffo Scilla. Né à Milan le août 1750, mort à Naples le 16 novembre 1832. Créé cardinal le 2 (...)
  • 9 Giovanni Filippo Scotti Gallarati, né à Milan le 25 février 1747, mort près d’Orvieto le 6 octobre (...)
  • 10 Antonio Maria Odescalchi. Né à Rome le 15 mars 1763, de la famille du pape Innocent XI (1676-1689) (...)
  • 11 Ferdinando Maria Saluzzo. Né à Naples le 21 novembre 1744, mort à Rome le 3 novembre 1816, créé ca (...)
  • 12 Lorenzo Litta. Né à Milan le 23 février 1756, mort à Sabina le 1er mai 1820, créé cardinal in pett (...)
  • 13 Voir prosopographie des cardinaux.
  • 14 Voir prosopographie des cardinaux.
  • 15 Giuseppe Vinci. Né à Firman le 27 juillet 1736, docteur en droit en 1763,
  • 16 Pietro Gravina. Né à Montenago le 26 décembre 1749, mort à Palerme le 6 décembre 1830, créé cardin (...)

1Le dépouillement des archives diplomatiques du Saint-Siège permet de suivre le mouvement des évolutions et des hésitations de Pie VI et de la Curie. Rappelons que Rome est servie par un personnel diplomatique de qualité assez moyenne : nous trouverons peu d’audace, pas de plan à longue échéance ; il faut attendre la correspondance de Consalvi en 1796 pour rencontrer une certaine hauteur de vue1. A la nonciature de Vienne, exerce jusqu’en 1792 Jean-Baptiste Caprara2, désireux avant tout de quitter sa place ; il sera remplacé par Luigi Ruffo. A Cologne en revanche, le nonce est Bartolomeo Pacca3, remplacé en 1795 par Annibale Della Genga4. Cette nonciature est donc tenue par deux hommes qui connaîtront une carrière brillante, un futur pro-secrétaire d’État, et un futur pape. Pie VI avait demandé à Pacca, avant son départ, de forger sa culture théologique auprès de Zaccaria5. Ce poste est d’autant plus important qu’il est le plus proche des émigrés français dans les premières années de la Révolution, avant de subir plusieurs occupations par les troupes révolutionnaires. A Munich, Giulio Cesare Zollio6 tient cette nouvelle nonciature jusqu’en 1796, remplacé à sa mort par Emilio Ziucci7 : deux hommes qui ne parvinrent jamais au cardinalat. A Florence, Luigi Ruffo8 est remplacé en 1792 par Gian Filippo Scotti9, puis en 1796 par Antonio Maria Odescalchi10. La nonciature de Varsovie est tenue de 1784 à 1794 par Ferdinando Maria Saluzzo11, puis par Lorenzo Litta12 de 1794 à 1796, avant que ce dernier ne rejoigne la cour de Saint-Petersbourg pour y représenter le pape en avril 1797, par suite du partage de la Pologne. A Lisbonne, Carlo Bellisomi13 est nonce de 1775 à 1794 avant d’être créé cardinal par Pie VI, et remplacé par Bartolomeo Pacca. A Madrid de même, le nonce Antonio Vincenti Mareri14 deviendra cardinal en 1794 et laissera la place à Filippo Casoni, l’ancien vice-légat d’Avignon qui retrouve une place honorable dans la diplomatie pontificale. Le rôle de Cesare Brancadoro auprès des Missions de Hollande et à Bruxelles a déjà été présenté à plusieurs reprises. Le nonce à Lucerne tient une place importante du fait de la présence des évêques émigrés, place occupée par Giuseppe Vinci15 jusqu’en 1793, puis par Pietro Gravina16.

LES ANNÉES 1790-1791 ; LES PREMIERS APPELS AUX PUISSANCES

  • 17 Pie VI intervient auprès de l’archevêque de Cologne le 24 mars 1790 pour lui faire accepter la Res (...)
  • 18 Joseph II est mort le 20 février 1790, Léopold II est élu enpereur le 30 septembre 1790, couronné (...)
  • 19 ASV, Segr. Stato, Gernania, 686 : le courrier du 6 septembre 1790 expose déjà que le nouvel empere (...)
  • 20 Par exemple en août 1791, un courrier du nonce à Vienne expose que l’empereur a demandé à l’archev (...)

2La diplomatie pontificale est d’abord à situer dans son contexte vis-à-vis de l’Empire : on sort à peine de la querelle des nonciatures. Pie VI a répondu au congrès d’Ems par la Responsio super nunciaturis du 24 mars 179017. Mais les aspirations épiscopales à une plus nommé évêque in partibus de Beryte le 11 avril 1785, nonce à Lucerne le 26 avril 1785. Nommé préfet du Palais Apostolique le 25 février 1794, mort à Rome le 30 septembre 1795. HC VI, p. 122. grande autonomie vis-à-vis de Rome s’expriment à nouveau dans la quatorzième capitulation rédigée lors de la Diète de Francfort, pour l’élection de l’empereur Léopold II18. Le nonce auprès de la Diète, Mgr Caprara, ne parvient pas à faire enregistrer une protestation officielle du Saint-Siège, et le courrier diplomatique laisse apparaître que la crise française empêche Rome de publier à temps une remontrance solennelle19. Si les archevêques-électeurs défendent leurs intérêts, et surtout celui de Trèves, les empereurs successifs restent plus en retrait, calment le jeu et jouent la conciliation20. Rome agissait dans les causes canoniques selon son droit, les évêques élevaient des protestations de principe, et les guerres firent cesser le débat.

  • 21 Evoqués dans la protestation Ancorchè antichissimo du 5 novembre 1791, Bullarii, VI/III, p. 2398.
  • 22 Guillon, II, p. 14-77.
  • 23 A. Forrest, « La Révolution et l’Europe », in Dictionnaire critique de la Révolution Française, so (...)
  • 24 ASV, Arch. Nunz. Vienna 110, f. 63. Courriers de février 1791.
  • 25 Vicchi, op. cit., p. 4-5.
  • 26 Bref Renovarunt in Nobis, in ASV, Ep. ad Princ. 186, f. 135-141.

3Au fond, Rome a trop besoin de la cour de Vienne contre la France révolutionnaire. Les premiers appels sont intervenus dès les 2 août et 15 novembre 1790, quand le cardinal de Zelada signifie aux cours les protestations du vice-légat Casoni21. Le 23 avril 1791, Pie VI proteste contre l’occupation d’Avignon et du Comtat Venaissin par le bref Adeo nota22 : il est communiqué aux différentes cours d’Europe23. Les courriers chiffrés avec la cour de Vienne insistent sur les liens entre religion et souveraineté, exposant que les autorités politiques sont en péril par les mises en cause de la foi24. Un courrier du 29 mai 1791 expose aux nonces, en vue d’informer les cours, que Rome ne peut recevoir le comte de Ségur en ambassade parce qu’elle se dédirait par rapport à sa condamnation de la Constitution civile du clergé, qu’elle placerait les catholiques français dans une attitude d’indifférentisme et gênerait les évêques dans la recherche d’un plan de concorde. Il affirme au passage que les réformes sont inacceptables parce qu’elles excluent « l’autorité et l’influence du Siège apostolique, qui est le principe et la source de toute juridiction spirituelle et ecclésiastique, et qui est le centre immobile d’union pour qui professe le catholicisme »25. Son but est de faire revenir l’Église gallicane dans la communion. Toujours en considérant la place de la religion dans un État, le pape s’inquiète de la Pologne et de son projet de nouvelle constitution : il écrit au roi Stanislas-Auguste le 17 août 179126, pour lui demander de préserver tous les droits de la religion catholique, au besoin contre les Églises grecques ; Pie VI a aussi comme souci que le pouvoir du roi ne soit pas touché par des conseils de novateurs. Les craintes romaines sont explicitement fondées sur les événements de France.

  • 27 Lettre de nonce du 19 février 1791, ASV, Segr. Stato, Baviera, 7, f. 36. Sur les émigrés et la Con (...)
  • 28 Ibid., f. 47.
  • 29 Ibid., f. 1, lettre du 16 mars 1791.
  • 30 Ibid., f. 85, lettre du 31 mai 1791.
  • 31 Ibid., f. 92 et 95v. On trouve la trace de cette méfiance à l’égard des émigrés, concernant entre (...)
  • 32 Ibid., f. 108, lettre du 19 juillet 1791.
  • 33 Sur la fuite à Varennes et la diplomatie : A. Sorel, L’Europe et la Révolution française, Paris, 1 (...)
  • 34 ASV, Segr. Stato, Colonia, 289, courrier du 16 juillet et 1er octobre 1791. B. Pacca est très néga (...)
  • 35 AE, Mémoires et Documents, France, 588, f. 27. « Sa Majesté l’Empereur et Sa Majesté le Roy de Pru (...)
  • 36 Bref Nihil magis du 10 septembre 1791, ASV, Ep. ad Princ. 186, f. 148-151.
  • 37 « Non minus religioni, quam regiae auctoritati ». Bref en Theiner, I, p. 122-123.
  • 38 Bullarii, p. 2398-2402.

4A partir de février 1791, c’est-à-dire avant la publication de Quod aliquantum, le vocabulaire de la correspondance des nonciatures de Cologne et Munich tourne autour de deux termes : les émigrés et la contre-révolution. Depuis Munich, Mgr Zollio raconte que l’électeur de Mayence a prêté le château de Worms aux comtes d’Artois et de Provence pour préparer la contre-révolution ; le secrétaire d’État répond le 9 mars qu’il ne croit pas à 27l’efficacité de leur action28. Pourtant les affaires de France bloquent l’action du Saint-Siège contre les évêques du Rhin, et il serait temps de lutter contre la Révolution29 : curieux retournement de perspective à nos yeux aujourd’hui ! Après la publication des brefs pontificaux, le nonce affirme qu’ils sont nécessaires pour mettre en route la contre-révolution30. D’ailleurs le nonce se fait l’écho de la lenteur de la publication des brefs du fait des désaccords entre évêques. Et le 15 juin, le secrétaire d’État commente les voyages du comte d’Artois par des considérations sur les dangers de la contre-révolution des émigrés : c’est l’union des cours de Vienne et de Berlin qui sera efficace, les émigrés sont bien trop conduits par un désir de vengeance, ils sont mal organisés, trop pressés, ils connaissent des querelles internes31. Mgr Zollio prévient que la séduction exercée par les nouvelles idées françaises rendra la lutte difficile32. De Cologne, Mgr Pacca suit les démarches de Maury, subit les déboires de la fuite avortée de Louis XVI et espère qu’elle ouvrira les yeux des souverains d’Europe33 ; il aspire à une union de l’Europe entière, dont tout dépend désormais34. Rome suit en fait la rencontre de Pillnitz du 27 août entre Léopold II et Frédéric-Guillaume II de Prusse35 ; même si elle est à peine mentionnée dans les correspondances diplomatiques, elle entraîne l’envoi d’un bref au prince électeur Frédéric-Auguste de Saxe, exposant clairement que la cause du roi et de son autorité est liée à celle de la religion catholique, protégée par les mêmes lois36. Vis-àvis des deux frères de Louis XVI, le seul acte positif du pape à leur égard est un bref du 5 octobre, Gratissimum Nobis, qui les félicite pour la lettre qu’ils ont envoyée à l’empereur et aux princes. Pie VI se plaint que Louis XVI ait signé la Constitution civile du clergé, abîmant ainsi non seulement la religion, mais aussi son autorité royale37. Il compte sur les deux frères pour libérer le roi de l’emprise du peuple et le rétablir dans ses droits. Pie VI ne leur demandera plus grand chose par la suite, du moins aussi explicitement. A la fin de cette année 1791, Pie VI fait enregistrer le 5 novembre une protestation solennelle sur la violation de ses droits en Avignon et dans le comtat : la lettre Ancorchè antichissimo reprend l’histoire de la spoliation des états du fait d’une révolte ourdie par moins d’un millier de « malhonnêtes », évoquant les droits du Saint-Siège depuis le Moyen-âge, signalant que les occupations des États par Louis XIV et Louis XV ne furent que des représailles, jamais la revendication d’un droit38.

1792 : DANS L’EUROPE EN GUERRE

  • 39 ASV, Segr. Stato, Baviera, 8, lettre du 4 janvier 1792. Sur la politique de Londres dans les début (...)
  • 40 Les mises en cause des émigrés sont toujours nombreuses dans la correspondance de Munich : par exe (...)
  • 41 ASV, Arch. Nunz. Vienna, 111, f. 24.
  • 42 Ibid., f. 42, courrier du 25 février 1792.

5En janvier 1792, la diplomatie fait écho à la lettre écrite par l’empereur à Louis XVI. Le secrétaire d’État écrit au nonce de Munich qu’elle est trop mesurée : elle parle de conservation des droits de Louis XVI, alors qu’il s’agit d’une guerre et d’un rétablissement de la royauté, de sorte qu’elle ne sera pas en mesure de porter des fruits. Le roi d’Espagne est pourtant intervenu auprès de l’empereur au sujet de l’absence de liberté de Louis XVI. Rome craint qu’une neutralité de la Grande-Bretagne ne fasse le jeu des Français39. Elle mesure également l’évolution de la situation interne de la France : le veto du roi devrait être le signe d’une guerre civile générale dans Paris. Mais l’émigration prive le peuple de prédicateurs à l’intérieur, tandis qu’elle forme à l’extérieur un corps inefficace40. On parle de conjuration contre le prince de Condé à Worms. Rome demande le 4 février au nonce de Vienne de faire porter la question d’Avignon devant la Diète de Ratisbonne41. Persuadée que le sort de la cour de France dépend de celle de Vienne42, elle devrait pourtant se rassurer de l’alliance du 16 février entre la Prusse et l’Empire, mais la correspondance n’en parle pas et nous ignorons si elle fut connue du Saint-Siège.

  • 43 ASV, Ep. ad Princ., 187, f. 23-25v. Repris en L. Madelin, « Pie VI et la première coalition... », (...)
  • 44 ASV, Ep. ad Princ., 187, f. 30-34. L. Madelin, op. cit., p. 20-21.
  • 45 « quique in praecipuo amplissimae tuae potestatis habes munere ut Apostolicam hanc Sedem ejusque r (...)

6Cette lenteur impériale peut expliquer que le pape se tourne vers un autre empire pour demander de l’aide : le 25 février 1792, le bref Cum injustissime43 est adressé à Catherine II de Russie pour déplorer l’usurpation d’Avignon « contra jus gentium ». Pie VI est persuadé que son sort fera la douleur et l’indignation de la tsarine, et il compte sur sa grandeur d’âme pour condamner et réparer cet outrage. Son action en sa faveur la couvrirait de gloire et serait comparable à ses victoires contre les infidèles (allusion aux guerres de Catherine II contre l’empire Ottoman) ; qu’elle sache, si cela lui paraît bien lointain, que si les maximes de l’Assemblée Nationale venaient en ses terres, son autorité aurait à en souffrir. A défaut des bénédictions habituelles, Pie VI assurait cette souveraine d’un empire schismatique de sa prière fidèle pour sa constance. Flatteries et arguments politiques se mêlent donc pour justifier un appel qui peut surprendre quand on se souvient des démêlés de Pie VI avec Catherine II... Une semaine après, Pie VI se tourne personnellement vers Léopold II : Post peractam44 rappelle que le nonce auprès de lui protesta dès l’usurpation d’Avignon et du Comtat. Le bref martèle à l’empereur : « vous êtes particulièrement chargé, et c’est l’une de vos plus hautes prérogatives, de soutenir le Saint-Siège apostolique, et de défendre ses droits toutes les fois que votre appui lui devient nécessaire »45. L’intelligence de l’empereur le rend conscient que l’affaire d’Avignon n’est qu’un premier acte et que l’on dépouillera ensuite les autres nations. Pie VI en vient à la description de la persécution (le mot est bien employé, nous sommes en février 1792) que souffrent les véritables fidèles de l’Église catholique : religion et politique territoriale sont clairement liées dans tout le bref.

  • 46 « Dei ipsius potestatem oppugnat, ut tanto facilius regiam potestatem possit quae illius innititur (...)

« Ils attaquent la puissance de Dieu même, pour faire disparoître entièrement l’autorité des Rois qui en est une émanation et dont sa volonté suprême est le plus ferme appui »46.

7La conclusion s’impose :

  • 47 « Tu ipse inter illos emines, tu ipse, tam necessari foederis optimus conciliator atque auctor, ip (...)

« Vous occupez, notre très-cher fils, le premier rang entre les Souverains. Vous pouvez donc être le promoteur et le chef d’une coalition si nécessaire pour défendre la cause de Dieu, votre propre cause à tous et pour la faire triompher par la réunion de vos forces »47.

8Rome attend de la religion de l’empereur qu’il le rétablisse dans son autorité sur ses terres. Pie VI se montre très politique et augustinisant, alors qu’il est déjà en retard sur les premières alliances, mais que rien n’est encore joué puisque l’ultimatum des Français à l’empereur pour le renvoi des émigrés est du 25 mars. Il se montre centré sur ses droits territoriaux, tout en utilisant l’argument de la défense de l’Église. C’est le côté belliqueux du pape que nous rencontrons ici en acte pour la première fois et qui va s’affirmer durant les années suivantes. Pie VI ne se défera jamais totalement de la sourde espérance d’une solution militaire à la Révolution Française et par le fait même du schisme constitutionnel.

  • 48 ASV, Segr. Stato, Baviera, 8, f. 28. Courrier du 7 mars 1792. et Arch. Nunz. Vienna, 111, f. 80. C (...)
  • 49 ASV, Segr. Stato, Baviera, 8, f. 48. Courrier du 28 avril 1792. Même teneur du discours en Segr. S (...)
  • 50 Le bref Appropinquantibus comitiis qui recommande Maury auprès de la Diète impériale est du 17 mai (...)
  • 51 Le nonce de Munich se plaint de l’archevêque de Salzbourg le 3 janvier 1792, le disant sans princi (...)
  • 52 Relevons au passage que le 7 juillet 1792, un courrier de la nonciature de Vienne fait état d’un m (...)
  • 53 Courriers des 18 et 28 août 1792, Segr. Stato, Baviera, 8, f. 105 et 110. Dans ses mémoires, Pacca (...)
  • 54 ACDF, SO, St. St. O5-d, n° 15.
  • 55 Courriers des 21 et 25 juillet 1792, ASV, Segr. Stato, Colonia, 290.

9Mais il était dit que tout irait lentement : le premier motif du retard fut la mort de Léopold II le 1er mars 1792 : il ne reçut donc jamais Post peractam. Rome se fait l’écho des bruits d’assassinat qui entourent ce décès48, de même que l’on se plaindra en avril de la mort du roi de Suède, qui était un contre-révolutionnaire fort utile pour faire avancer la situation49. Il va falloir suivre la nouvelle Diète impériale, l’envoi de Maury50, tenter encore de jouer contre les archevêques-électeurs51. Le choix de Maury s’éclaire par la situation interne au milieu français à Rome. Mais Pie VI fait coup double en envoyant à la Diète un Français ardent défenseur des droits du Saint-Siège : il est sûr d’être bien servi, et en même temps il met devant François II un partisan zélé de la contre-révolution. La papauté joue sur les deux changements d’empereur successifs pour sortir du joséphisme et revaloriser ses droits sur l’Église52, tout en utilisant la carte de la diplomatie européenne et contre-révolutionnaire. En outre, la place diplomatique de Rome est difficile à tenir : compromettre Maury ne présente pas grand risque. En juillet-août, les courriers romains au nonce de Munich défendent Maury contre les moqueries des milieux diplomatiques, au sujet de son éloquence ou de sa cause53. Le texte de la protestation de Maury auprès de la Diète sera communiqué aux cardinaux de la congrégation particulière par de Zelada le 2 août 179254. Rome apprend par Maury qu’il est question de tenir des congrès entre les puissances d’Europe, et le pape de réclamer de pouvoir s’y faire entendre pour l’affaire d’Avignon. Il apprend également qu’il commence à être sérieusement question de supprimer les principautés électorales ecclésiastiques55.

  • 56 Sur la formation de la coalition et la déclaration de guerre, A. Sorel, op. cit., vol. II, p. 492- (...)
  • 57 AE, Mémoires et Documents, France, 588, f. 61-68. Le manifeste parle de faire cesser « les attaque (...)
  • 58 Courriers des 18 et 25 août 1792, ASV, Segr. Stato, Colonia, 290.
  • 59 E. de Richemont, op. cit., p. 361, réponse de Zelada du 11 avril 1792. Pour la traduction et l’édi (...)

10François II, élu le 5 juillet 1792, doit assumer la déclaration de guerre de la France du 20 avril56. Les troupes de Custine ont refoulé le 30 avril les premières escarmouches autrichiennes en Alsace. La Diète électorale a effectivement retardé l’adoption de mesures militaires rapides, et pourtant le temps passe, au grand déplaisir de la cour pontificale. « La Patrie en danger » sera proclamée le 11 juillet à Paris, le manifeste de Brunswick y sera connu le 28 juillet57, marquant l’entrée des conflits dans une phase active : les troupes impériales passent le Rhin le 3 août. Les journées du 10 août accélèrent la déchéance du roi. Du coup, on suspend les opérations, on envisage une médiation de la Grande-Bretagne58. Sur l’évolution de l’opinion publique vis-à-vis du pape, relevons que les brefs Cum injustissimae et Post peractam furent connus et publiés en France. Salamon demande à Zelada le 26 mars s’ils sont vrais, et le secrétaire d’État lui répond positivement59.

  • 60 ASV, Arch. Nunz. Vienna, 111, f. 265.
  • 61 Courrier du 5 et 7 août, ibid. Sur L’Espagne et la France : L’Espagne et la France à l’époque de l (...)
  • 62 Lettre du nonce du 10 juillet 1792, ASV, Segr. Stato, Spagna, 283A. Sur l’Espagne et la diplomatie (...)
  • 63 Ibid.
  • 64 Courrier du 12 septembre 1792, ASV, Arch. Nunz. Vienna, 111, f. 426.

11Pour Rome apparaît un thème nouveau dans la correspondance : l’insécurité des États pontificaux du fait des côtes italiennes mal défendues, à la merci d’une descente des marins français : la question est évoquée avec le nonce de Vienne pour la première fois le 20 juin60. Second souci, le non-engagement de l’Espagne, qui attend que Vienne s’implique dans les affaires61. Le roi Charles IV explique au nonce qu’il lui est difficile de s’engager à cause des liens de sang entre les deux couronnes et parce que son ministre de Arenda est favorable à une entente avec la France62. Le nonce s’empresse alors d’écrire à ce ministre, lui faisant part du mauvais exemple des révolutionnaires français. Le 7 août, Madrid peut faire savoir qu’elle envisage une union avec la Grande-Bretagne et qu’elle attend un signal de Vienne63. Troisième source d’inquiétude précisément dans les chancelleries : la mystérieuse neutralité anglaise64.

  • 65 Responsum humanissimis, du 8 août 1792, ASV, Ep. ad Princ., 187, f. 151-155v.

12En ce mois d’août 1792, François II reçoit un bref pontifical65 pour le féliciter de son élection : Pie VI renouvelle ses demandes qui avaient déjà rencontré un écho favorable auprès de Léopold II. On retrouve la même politique et la même théologie que dans le bref de mars. L’empereur est appelé à reprendre le flambeau pour rétablir le pape dans ses états d’Avignon, il doit défendre l’Église, l’Empire et le Saint-Siège. Puisqu’il a reçu une déclaration de guerre, son devoir est d’agir pour « rétablir la Religion et la France dans leur premier état ».

  • 66 « omni opera apud te contendimus, ut in ipso praestantium actionum cursu, in vindicandis tot tanti (...)

« Il convient que, dans le cours d’actions illustres, dans le désir de venger tant d’injures, dans la guerre juste à suivre contre les ennemis communs, dans la défense des privilèges de tous les princes, vous ne sépariez jamais ceux de la religion de tout autre droit quelconque. Ayez aussi toujours en vue de régler votre conduite, relativement à vous et à vos États, de manière à respecter sans cesse l’intégrité de la religion, le culte sacré, la foi catholique, son unité fondée sur le Siège apostolique. Persuadez-vous, par l’exemple même des perturbateurs de la France, que l’intérêt des choses publiques veut que les royaumes se soutiennent non-seulement par la fidélité humaine, mais encore par la fidélité divine, et qu’ils tombent en ruine avec fracas, quand ils se laissent aller à des désordres suscités par des opinions insensées.
Ainsi, soit que vous déclariez la guerre, soit que vous la dirigiez, vous ne devez jamais perdre de vue les intérêts de Dieu ; car c’est de lui seul que proviennent, pour les royaumes terrestres, la force et la vigueur de la puissance publique »66.

13Le même accent augustinien des liens entre le religieux et le politique se reconnaît. Pie VI est bel et bien engagé auprès des cours.

  • 67 Courriers des 19, 22 et 29 septembre 1792, ASV, Segr. Stato, Colonia, 290. (On estime aujourd’hui (...)
  • 68 ASV, Segr. Stato, Colonia, 290, courrier du 24 septembre 1792.
  • 69 ASV, Ep. ad Princ., 187, f. 183-186. L. Madelin, op. cit., p. 24-25.
  • 70 « Tanta enim scelerum indignatione accensus ille est, ut et societatem cum aliis regibus inierit, (...)

14Et de fait, l’Empire avance ses troupes en France : Longwy est occupé le 23 août, Verdun capitule le 30. Paris doit réagir, et les massacres de septembre éclatent. L’écho des massacres dans les nonciatures est attesté : à Cologne, Pacca parle, selon ses informations, de 500, puis de 10 000 morts, dont 400 ecclésiastiques67. Par contre, silence sur Valmy : le recul historique du 20 septembre est absent des correspondances. Pacca, depuis Cologne, évoque le manque de vivres de l’armée de Brunswick ou une convention secrète qui fait trembler les cours68. Pas plus d’écho, sauf de Cologne, du passage de l’Assemblée Législative à la Convention girondine, avec l’abolition de la royauté. Ici, comme c’est souvent le cas, les nonciatures suivent les événements d’une façon qui paraît fort lointaine aux yeux de l’historien contemporain. Mais Pie VI réunit un consistoire secret le 24 septembre pour prendre acte de l’aggravation de la situation internationale et de la mort de nombreux prêtres et évêques en France69. Le mot martyr est utilisé, il est question du roi en prison, de l’espoir que le Saint-Père place en François II. Il faut employer les forces armées pour rétablir « la justice, l’humanité, l’honnêteté, le pouvoir royal, la religion »70. Ce discours public permet à Pie VI de solenniser son appel à l’empereur.

  • 71 A. Sorel, op. cit., vol. III, 1891, p. 114-126.
  • 72 ASV, Arch. Nunz. Lucerna, 386, courriers du 29 septembre et du 10 octobre 1792.
  • 73 L’archevêque de Mayence reçoit un bref de Pie VI le 19 décembre 1792, l’invitant à éloigner de son (...)
  • 74 Le nonce Bartolomeo Pacca s’en inquiète le 1er novembre, ASV, Segr. Stato, Colonia, 203, f. 341 ; (...)
  • 75 Ibid., courriers du 27 octobre et 10 novembre 1792.
  • 76 Le nonce à Madrid prévient Rome que l’intelligence entre le ministre de Arenda et le français Bour (...)
  • 77 ASV, Segr. Stato, Colonia, 290, courrier du 10 octobre 1792.

15De nouveaux développements interviennent avec l’occupation de la Savoie : le général français Montesquiou entre en Savoie le 22 septembre 179271, le jour-même où la Convention introduit le calendrier républicain. A la barre de l’Assemblée, Danton appelle le 28 septembre à une insurrection générale des peuples contre les rois : la Révolution entend être exportée. Le 29 septembre, les Français occupent la Savoie et le comté de Nice, ainsi que la principauté de Spire ; le 3 octobre, ils sont à Bâle, en Suisse. Le nonce à Lucerne s’émeut de l’action des « maximes pestifères » des Français qui se répandent dans le peuple en Savoie comme en Suisse, et la présence massive des émigrés fait craindre des troubles. Il demande au secrétaire d’État si les États pontificaux sont encore vraiment neutres, vu l’engagement auprès des émigrés, ce qui informe indirectement l’historien sur un discours officiel de neutralité que les nonciatures devaient tenir72. Les Autrichiens n’ont fait que mettre le siège devant Lille. Ils doivent évacuer Verdun et Longwy le 19 octobre, les Français entrent dans Mayence le 21 octobre73, dans Francfort le 2374. Le nonce à Lucerne s’étonne du retrait autrichien, et informe Rome que les Français négocient avec les cantons suisses : l’envoyé britannique devrait intervenir rapidement pour contrer la France ; mais un accord du 10 novembre permet l’installation du représentant français Barthélemy à Berne75, ce qui soulève un débat entre cantons. Le 6 novembre enfin, la défaite autrichienne de Jemmapes permet l’occupation française de la Belgique et marque pour la jeune République la fin d’une première campagne victorieuse, militairement et diplomatiquement (puisqu’elle peut placer un représentant à Berne et maintenir le rôle de Bourgoing en Espagne76) ; seule une contre-offensive allemande l’obligera à quitter Francfort le 2 décembre. La Convention vote le 19 novembre son engagement à aider les peuples à retrouver leur liberté. La Savoie est rattachée à la France après le vote du 27 novembre 1792. Depuis octobre, Pacca parle à nouveau d’une expédition de la flotte française vers les côtes des États pontificaux77.

  • 78 Bref Dedimus recentes, ASV, Ep. ad Princ., 187, f. 178-182v et L. Madelin, op. cit., p. 22-24.
  • 79 Bref Si quid solatii du 29 septembre 1792, ASV, Ep. ad Princ., 187, f. 186-189.
  • 80 Bref L’infausto annunzio du 6 octobre 1792, ASV, Ep. ad Princ., 187, f. 190v-196, et L. Madelin, o (...)
  • 81 Bref Vix nonus, du 3 novembre 1792, Ep. ad Princ., 187, f. 211-218v ; et L. Madelin, op. cit., p. (...)
  • 82 Bref Si degna la Maestà, du 10 novembre 1792, in Ep. ad Princ., 187, f. 218v ; L. Madelin, op. cit(...)
  • 83 Bref Jure, ac merito, du 19 octobre 1792, Ep. ad Princ., 187, f. 196-206v.

16L’action de Pie VI se concentre à nouveau sur les brefs aux souverains : le 12 septembre, un nouveau bref est adressé à l’empereur François II78. Les pensées de Pie VI sont occupées par la situation de la France jour et nuit ; les armées de l’empereur sont plus puissantes que l’iniquité des foules, il a donc le devoir de partir en guerre. Les événements du 10 août ont amené l’emprisonnement de la famille du roi : la religion et le roi gémissent du fond de leur prison et attendent son intervention. La reine Marie-Antoinette n’est-elle pas de sa propre famille ? La Révolution prêche la liberté et l’égalité en instaurant la licence morale, telle est la nouvelle société qui se met en place inexorablement. Or ces idées sont en place en France, mais aussi dans toute l’Europe grâce à des émissaires, grâce aux libelles fanatiques qui circulent. L’hydre de l’impiété et de la sédition menace toutes les couronnes, le roi des rois doit agir... A cette date, Pie VI lance un appel à la guerre sans connaître encore les faits du 2 septembre, et avant les nouvelles de Valmy. Pie VI revient à la charge le 29 septembre en arguant de l’aggravation de la situation en France : le siège de Pierre compte toujours sur lui pour le défendre79. Un second appel est lancé le 6 octobre au roi Victor-Amédée de Savoie80. Le pape se lamente sur la nouvelle de la prise de la Savoie sans déclaration de guerre de la part de la France. Il est pasteur et prince, et fera tout son possible pour défendre l’Italie, mais ses ressources financières sont faibles. Il a consulté les cardinaux et tous souhaitent une concertation des princes italiens pour organiser la résistance. Ainsi le Saint-Siège est prêt à consentir à ce que les princes puissent lever des décimes sur les biens ecclésiastiques pour les besoins militaires. Renouvelant ses adresses à Catherine II de Russie, Pie VI lui écrit le 3 novembre81. Il fait le point sur la situation : le problème n’est plus seulement la question d’Avignon, mais l’invasion de la Savoie et la menace française sur les États pontificaux. Si tu envoies la flotte défendre la Méditerranée des entreprises républicaines, lui dit-il, tu défendras Rome, et l’Italie te devra respect et reconnaissance. Voici que la tsarine est appelée au secours de la Rome impériale. Enfin, le 10 novembre, Pie VI s’adresse à nouveau au roi de Piémont-Sardaigne82. Il avoue ne pas avoir assez d’argent pour s’engager dans la lutte et préfère donc mettre sa diplomatie au service de la cause italienne. Si Naples répond favorablement, les autres Etats ont peur, et Vienne va devoir intervenir auprès d’eux. Les émigrés sont nombreux à s’installer dans les États pontificaux ; les côtes sont exposées au danger : aussi le pape appelle-t-il tout le monde à l’aide : Vienne, l’Espagne et le Portugal, mais également les puissances non-catholiques, la Grande-Bretagne et la Russie. Pie VI a résolu de mettre en place un jubilé de prières pour la fête de la Toussaint, pour faire, dit-il, comme Pie V dans ses guerres contre les infidèles. La situation est donc discrètement comparée à celle de Lépante. Qui va se lever pour réunir une flotte ? Au sujet de l’Italie, Pie VI se contente de féliciter le grand-duc de Toscane Ferdinand III83 ; pour lui, pas d’exposé diplomatique, mais une insistance très nette sur une remise en ordre de la discipline ecclésiastique dans le duché. Il faut veiller aux publications, défendre les libertés de l’Église et son autorité, veiller à l’évolution des mentalités : en un mot, ne pas suivre l’exemple de la France. La neutralité toscane inspire la méfiance de la cour romaine.

  • 84 ASV, Segr. Stato, Colonia, 290, courrier du 27 septembre 1792.
  • 85 ASV, Segr. Stato, Spagna, 283A, courrier du 20 novembre 1792 ; Segr. Stato, Colonia, 290, courrier (...)
  • 86 ASV, Segr. Stato, Colonia, 290, courrier du 28 novembre 1792. « La comparsa di una flotta francese (...)

17De fait, le pape s’emploie à travailler les cours de Grande-Bretagne et d’Espagne : un mémoire est remis par le nonce à Vienne au ministre de Grande-Bretagne : compte tenu des circonstances, le souverain pontife souhaite l’intervention temporelle de ce pays84. Ce ministre auprès de la cour de Vienne est également chargé d’intervenir auprès du ministre d’Espagne pour que cette cour s’engage contre la France : on estime qu’une diversion en Navarre est nécessaire pour ouvrir un nouveau front et affaiblir celui du Rhin85. Le 28 novembre enfin, un nouveau mémoire de la cour pontificale avoue le motif des demandes de secours : la flotte de Grande-Bretagne est nécessaire en Méditerranée pour protéger les côtes des États pontificaux des incursions de l’escadre de Toulon, susceptible de sortir à tout moment86. Le pape demande donc que la flotte anglaise croise au large des côtes pour inquiéter les Français, et qu’elle déclare que les États du pape sont sous sa protection particulière. Il fait mention du large accueil des émigrés dans l’île pour montrer que la Grande-Bretagne protège toujours les faibles.

18Parvenu à cette date, le cours des événements est entré dans une nouvelle phase. La peur est installée dans Rome, en réponse aux développements de la Révolution française.

Notes

1 L. Pasztor, « Un capitolo della storia della diplomazia pontificia. La missione di G. Albani a Vienna prima del trattato di Tolentino », in Archivum Historiae Pontificiae I (1963), p. 295-383 ; P. Wittichen, « Briefe Consalvi’s aus den Jahren 1795/96 und 1798 », in Quellen und Forschungen aus Italienischen Archiven und Bibliotheken 7 (1904), p. 139-170.

2 Voir prosopographie des cardinaux : il est créé cardinal le 18 juin 1792. Selon les mémoires de Bartolomeo Pacca, Caprara ne plaisait pas à Pie VI, mais fut envoyé comme nonce à Vienne pour satisfaire aux désirs de l’empereur. La présence de Pacca à Cologne permettait de contrôler les relations par derrière. Voir B. Pacca, Memorie storiche, Rome, 1832, p. 130.

3 Bartolomeo Pacca. Né à Bénévent le 25 décembre 1756, mort à Rome le 19 avril 1844, créé cardinal le 23 février 1801. Camérier secret de Pie VI en 1785, puis prélat référendaire, il est nommé nonce à Cologne en 1786 et sacré archevêque de Damiette. Nonce à Lisbonne le 21 février 1794, puis rappelé et créé cardinal par Pie VII en 1801. Il fait partie des cardinaux noirs, est nommé par Pie VII pro-secrétaire d’Etat en 1808-1809 durant la captivité du pape, puis en 1814-1815. Il s’oppose à Consalvi dans les conclaves successifs, devient doyen du Sacré-Collège en 1830 et le reste jusqu’à sa mort. Il rédige ses mémoires : Memorie storiche di Mgr Pacca, ora card. di S. Chiesa, sul di lui soggiorno in Germania dall’anno 1786 al 1794 in qualità di Nunzio apostolico al Tratto del Reno dimorante in Colonia, Rome, 1832. Voir Ph. Boutry, « Les écrits autobiographiques des cardinaux secrétaire d’Etat du premier xixe siècle », in Mélanges de l’Ecole Française de Rome : Italie et Méditerranée 110 (1998)-2, p. 591-607, en particulier une bibliographie p. 596 ; HC VII, p. 7 ; Moroni L (1851), p. 85-89 ; En Catt. IX (1952), p. 493-494 (V. E. Giuntella) ; Cath. X (1985), p. 369-371 (T. de Morembert).

4 Annibale Della Genga. Né le 2 août 1760, mort à Rome le 10 février 1829, créé cardinal le 8 mars 1816, élu pape sous le nom de Léon XII le 28 septembre1823. Secrétaire particulier de Pie VI, il prononce l’oraison funèbre de Joseph II, est nommé évêque de Tyr et nonce à Cologne le 21 février 1794, refuse un poste à Saint-Petersbourg et rentre à Rome en 1803. Voir R. Colapietra, La formazione diplomatica di Leone XII, Rome, 1966 ; J. Leflon, « Les missions diplomatiques du futur Léon XII della Genga », in Revue d’Histoire Diplomatique LXXXI (1967), p. 18-40 ; Moroni XXXVIII (1846), p. 50-83, DTC IX (1926), p. 333-334 (G. Mollat) ; Cath. VII (1975), p. 328-331 (J. Leflon).

5 Selon ses Memorie storiche, p. 10-15.

6 Giulio Cesare Zollio. Né à Rimini le 24 août 1733, docteur in Utroque Iure de la Sapienza en 1776, recteur du Comtat Venaissin, nommé archevêque in partibus d’Athènes le 27 juin 1785, ordonné le 28 octobre de la même année, nommé premier nonce apostolique auprès du grand duc de Bavière le 22 novembre 1785, mort à Munich le 13 avril 1795. HC VI, p. 105.

7 Emilio Ziucci. Né à Ascoli le 20 novembre 1750, ordonné prêtre en 1774, docteur in Utroque Iure en 1777, internonce en Sardaigne, nommé archevêque in partibus de Rhodes le 1er juin 1795 et ordonné à Turin, nonce en Bavière le 19 juin 1795, transféré au siège in partibus de Damas le 16 décembre 1796. Mort à Rome le 20 avril 1802. HC VI, p. 192 et 357.

8 Luigi Ruffo Scilla. Né à Milan le août 1750, mort à Naples le 16 novembre 1832. Créé cardinal le 23 février 1801. Docteur en droit en 1772, ordonné prêtre en 1780, nommé évêque in partibus d’Apamène le 11 avril 1785. Il fut nonce à Florence, puis transféré à Vienne le 23 août 1793. Archevêque de Naples de 1802 à sa mort, ardent défenseur de l’Église. Il fera partie des cardinaux noirs refusant le remariage de Napoléon. HC VI, p. 90 ; Ph. Boutry, La restauration de Rome... vol. II.3, p. 237 ; En. Catt. X (1953), p. 1435 (M. De Camillis).

9 Giovanni Filippo Scotti Gallarati, né à Milan le 25 février 1747, mort près d’Orvieto le 6 octobre 1819, créé cardinal le 23 février 1801. D’une grande famille du patriciat de Milan, il est tonsuré à 7 ans, docteur in Utroque Iure de l’Université de Pavie, référendaire en 1769. Il est vice-légat de Ravenne, Inquisiteur de Malte, nommé archevêque in partibus de Sidon le 24 septembre 1792 et nonce à Florence le 23 août 1793, nommé nonce à Venise le 18 août 1795. Il sera maître de chambre de Pie VII, et fera partie des cardinaux noirs. HC VI, p. 379 ; HC VII, p. 7 ; Ph. Boutry, op. cit., p. 248-249.

10 Antonio Maria Odescalchi. Né à Rome le 15 mars 1763, de la famille du pape Innocent XI (1676-1689), docteur in Utroque en 1786, ordonné prêtre en 1795, assistant au trône pontifical, nommé évêque in partibus d’Iconium le 1er juin 1795, ordonné par le cardinal Albani, nonce à Florence le 16 juin 1795. Il sera maître de chambre de Pie VII, nommé évêque de Iesi en 1804. Mort le 23 juillet 1812. HC VI, p. 242 ; Pour son neveu Carlo Odescalchi, voir Ph. Boutry, op. cit., p. 200-202.

11 Ferdinando Maria Saluzzo. Né à Naples le 21 novembre 1744, mort à Rome le 3 novembre 1816, créé cardinal le 23 février 1801. Vice-légat à Ferrarre, puis nonce à Varsovie, nommé en 1794 président d’Urbino. Il fera partie des cardinaux noirs. HC VII, p. 7 ; Moroni LX (1853), p. 303-304.

12 Lorenzo Litta. Né à Milan le 23 février 1756, mort à Sabina le 1er mai 1820, créé cardinal in petto le 23 février 1801. Il est en mission à Naples en 1791, évêque assistant au trône pontifical en 1793, archevêque de Thèbes et nonce en Pologne le 24 mars 1794, à Saint-Petersbourg en avril 1797. Il est préfet de l’Index en 1803, fait partie des cardinaux noirs, préfet de la Propagande en 1814, cardinal vicaire de Rome en 1818. HC VII, p. 8 ; Moroni XXXIX (1846), p. 24-28 ; DTC IX (1926), p. 785-787 (E. Amman) ; En Catt. VII (1951), p. 1425 (S. Furlani).

13 Voir prosopographie des cardinaux.

14 Voir prosopographie des cardinaux.

15 Giuseppe Vinci. Né à Firman le 27 juillet 1736, docteur en droit en 1763,

16 Pietro Gravina. Né à Montenago le 26 décembre 1749, mort à Palerme le 6 décembre 1830, créé cardinal le 8 mars 1816. Il est gouverneur de différentes cités des Etats pontificaux avant de devenir nonce à Lucerne en 1794. Il sera nonce à Madrid en 1803. HC VII, p. 11 ; Moroni XXXII (1845), p. 78-80 ; En Catt VI (1951), p. 1017 (S. Furlani) ; DHGE XXI (1986), p. 1295-1298 (R. Aubert).

17 Pie VI intervient auprès de l’archevêque de Cologne le 24 mars 1790 pour lui faire accepter la Responsio. Bref Postquam responsio, en ASV, Ep. ad Principes 185, f. 14-20.

18 Joseph II est mort le 20 février 1790, Léopold II est élu enpereur le 30 septembre 1790, couronné le 9 octobre. Les courriers pontificaux sur la mort de Joseph II sont en ASV, Ep. ad Princ. 185, f. 36v-43. L’allocution Mortuus est Cesar du pape en consistoire secret sur la mort de l’empereur est en ibid., f. 112-118. Pie VI évoque avec émotion les souvenirs de son hospitalité à Vienne, mais rappelle qu’il l’avait exhorté sur le plan ecclésiastique...

19 ASV, Segr. Stato, Gernania, 686 : le courrier du 6 septembre 1790 expose déjà que le nouvel empereur devra réclamer les terres prises par la France aux princes possessionnés, ce qui le fera entrer dans une logique de guerre. Caprara se plaint le 15 octobre des pressions dont il est l’objet pour ne pas protester contre les capitulations : les archevêques électeurs veulent être papes chez eux.

20 Par exemple en août 1791, un courrier du nonce à Vienne expose que l’empereur a demandé à l’archevêque de Trèves de s’accorder avec le Saint-Siège et de rentrer dans plus de modération dans son jeu. ASV, Arch. Nunz. Vienna 110, f. 234.

21 Evoqués dans la protestation Ancorchè antichissimo du 5 novembre 1791, Bullarii, VI/III, p. 2398.

22 Guillon, II, p. 14-77.

23 A. Forrest, « La Révolution et l’Europe », in Dictionnaire critique de la Révolution Française, sous la dir. de F. Furet et M. Ozouf, Paris, 1988, p. 146-154.

24 ASV, Arch. Nunz. Vienna 110, f. 63. Courriers de février 1791.

25 Vicchi, op. cit., p. 4-5.

26 Bref Renovarunt in Nobis, in ASV, Ep. ad Princ. 186, f. 135-141.

27 Lettre de nonce du 19 février 1791, ASV, Segr. Stato, Baviera, 7, f. 36. Sur les émigrés et la Contre-Révolution : M. Boffa, « Emigrés », in Dictionnaire critique de la Révolution Française, sous la dir. de F. Furet et M. Ozouf, Paris, 1988, p. 346-359 ; et M. Boffa, « Contre-Révolution », in ibid., p. 665-673.

28 Ibid., f. 47.

29 Ibid., f. 1, lettre du 16 mars 1791.

30 Ibid., f. 85, lettre du 31 mai 1791.

31 Ibid., f. 92 et 95v. On trouve la trace de cette méfiance à l’égard des émigrés, concernant entre autres de fausses informations données par le prince de Condé, dans des courriers de novembre 1791. ASV, Segr. Stato, Epoca Napol. Francia, XXIII, c.

32 Ibid., f. 108, lettre du 19 juillet 1791.

33 Sur la fuite à Varennes et la diplomatie : A. Sorel, L’Europe et la Révolution française, Paris, 1889, vol. II, p. 226-228 ; M. Ozouf, « Varennes », in Dictionnaire critique de la Révolution Française, sous la dir. de F. Furet et M. Ozouf, Paris, 1988, p. 175-184.

34 ASV, Segr. Stato, Colonia, 289, courrier du 16 juillet et 1er octobre 1791. B. Pacca est très négatif sur les émigrés français dans ses mémoires : « mi fecero quasi perdere la speranza di vedere il fine di tanti mali che tormentavano allora l’infelice regno di Francia ». Memorie storiche, p. 145. Il rapporte que Kaunitz lui avait dit que la Révolution française durerait longtemps, et peut-être toujours. Ibid., p. 125.

35 AE, Mémoires et Documents, France, 588, f. 27. « Sa Majesté l’Empereur et Sa Majesté le Roy de Prusse ayant entendu les désirs et les représentations de Monsieur et de Monsieur le comte d’Artois, déclarent conjointement qu’elles regardent la situation où se trouve actuellement Sa Majesté le Roy de France comme un objet d’un intérêt commun à tous les souverains de l’Europe... » Sur cette rencontre de Pillnitz, voir A. Sorel, op. cit., vol. II, p. 231-263.

36 Bref Nihil magis du 10 septembre 1791, ASV, Ep. ad Princ. 186, f. 148-151.

37 « Non minus religioni, quam regiae auctoritati ». Bref en Theiner, I, p. 122-123.

38 Bullarii, p. 2398-2402.

39 ASV, Segr. Stato, Baviera, 8, lettre du 4 janvier 1792. Sur la politique de Londres dans les débuts de la Révolution, les choix pacifistes de Pitt et la mission de Talleyrand : A. Sorel, op. cit., vol. I, 1887, p. 337-368 et vol. II, p. 382-392

40 Les mises en cause des émigrés sont toujours nombreuses dans la correspondance de Munich : par exemple, courrier du 7 janvier, du 11 février, du 7 mars 1792. Segr. Stato, Baviera, 8.

41 ASV, Arch. Nunz. Vienna, 111, f. 24.

42 Ibid., f. 42, courrier du 25 février 1792.

43 ASV, Ep. ad Princ., 187, f. 23-25v. Repris en L. Madelin, « Pie VI et la première coalition... », p. 19-20.

44 ASV, Ep. ad Princ., 187, f. 30-34. L. Madelin, op. cit., p. 20-21.

45 « quique in praecipuo amplissimae tuae potestatis habes munere ut Apostolicam hanc Sedem ejusque rationes, cum opus esset, sustentes se tuearis ».

46 « Dei ipsius potestatem oppugnat, ut tanto facilius regiam potestatem possit quae illius innititur voluntati de medio prorsus auferre ».

47 « Tu ipse inter illos emines, tu ipse, tam necessari foederis optimus conciliator atque auctor, ipse potes ad Dei causam propriamque omnium vestrum tuendam, conjunctisque viribus propugnandam ».

48 ASV, Segr. Stato, Baviera, 8, f. 28. Courrier du 7 mars 1792. et Arch. Nunz. Vienna, 111, f. 80. Courrier du 17 mars 1792.

49 ASV, Segr. Stato, Baviera, 8, f. 48. Courrier du 28 avril 1792. Même teneur du discours en Segr. Stato, Colonia, 290, courrier du 28 avril 1792.

50 Le bref Appropinquantibus comitiis qui recommande Maury auprès de la Diète impériale est du 17 mai 1792. Ep. ad Principes, 187, f. 88-91v. Toute une série de brefs pontificaux est adressée aux électeurs, par exemple Quae sint à l’archevêque de Cologne, sur la religion fondement des pouvoirs auprès du peuple (Ep. ad Principes, 187, f. 91v-95), ou Quam gravi, à l’archevêque de Mayence, sur la contagion de l’esprit français qui met les autorités civiles et ecclésiastiques en danger (Ibid., f. 95v-99). Le discours de Pie VI en consistoire secret sur la mort de l’empereur fera la louange de son engagement en faveur du pape pour le rétablir dans sa souveraineté sur Avignon. Nondum completum, du 18 juin 1792, Ibid., f. 120v-124.

51 Le nonce de Munich se plaint de l’archevêque de Salzbourg le 3 janvier 1792, le disant sans principe ni religion : Segr. Stato, Baviera, 8, f. 1. Le nonce de Cologne se plaint le 25 février de l’archevêque de Cologne qui veut refuser des brefs pontificaux : Segr. Stato, Colonia, 290. A Rome, en avril, une congrégation particulière étudie le comportement des évêques allemands, pour savoir s’ils utilisaient ou non les facultés données par l’article XIV des capitulations, celui contre lequel Maury réclamera à la Diète : Courrier du 25 avril 1792, ibid.

52 Relevons au passage que le 7 juillet 1792, un courrier de la nonciature de Vienne fait état d’un mémoire du cardinal Herzan (ambassadeur de l’empereur à Rome) pour le chancelier Kaunitz concernant des changements de professeurs à l’Université de Pavie. Arch. Nunz. Vienna, 111, f. 295.

53 Courriers des 18 et 28 août 1792, Segr. Stato, Baviera, 8, f. 105 et 110. Dans ses mémoires, Pacca expose que la nomination de Maury déplut dans les milieux diplomatiques, à cause de son défaut de noblesse d’origine. Memorie storiche, p. 147.

54 ACDF, SO, St. St. O5-d, n° 15.

55 Courriers des 21 et 25 juillet 1792, ASV, Segr. Stato, Colonia, 290.

56 Sur la formation de la coalition et la déclaration de guerre, A. Sorel, op. cit., vol. II, p. 492-514 ; J. Godechot, La grande Nation, Paris, 1983, p. 181sv.

57 AE, Mémoires et Documents, France, 588, f. 61-68. Le manifeste parle de faire cesser « les attaques portées au trône et à l’autel ».

58 Courriers des 18 et 25 août 1792, ASV, Segr. Stato, Colonia, 290.

59 E. de Richemont, op. cit., p. 361, réponse de Zelada du 11 avril 1792. Pour la traduction et l’édition des brefs : Brefs de N.S.P. Le Pape Pie VI, à l’empereur des romains, et à l’impératrice de Russie, pour les remercier de la promesse qu’ils lui ont faite, de le rétablir dans sa souveraineté d’Avignon et du Comtat., Paris, Crapart, 1792. (BNF, LB39-10435.)

60 ASV, Arch. Nunz. Vienna, 111, f. 265.

61 Courrier du 5 et 7 août, ibid. Sur L’Espagne et la France : L’Espagne et la France à l’époque de la Révolution Française (1793-1807), actes du colloque organisé à Perpignan les 1, 2 et 3 octobre 1992, sous la direction de J. Sagnes. Perpignan, 1993.

62 Lettre du nonce du 10 juillet 1792, ASV, Segr. Stato, Spagna, 283A. Sur l’Espagne et la diplomatie au début de la Révolution : A. Sorel, op. cit., vol. I, p. 369-381.

63 Ibid.

64 Courrier du 12 septembre 1792, ASV, Arch. Nunz. Vienna, 111, f. 426.

65 Responsum humanissimis, du 8 août 1792, ASV, Ep. ad Princ., 187, f. 151-155v.

66 « omni opera apud te contendimus, ut in ipso praestantium actionum cursu, in vindicandis tot tantisque injuriis, in justissimo gerendo contra communes hostes bello, in propugnandis regum omnium juribus, numquam religionis rationes a caeteris quibuscumque rationibus sejungas, semperque tibi propositum habeas, te tuas, tuorumque regnorum res tum esse actuarum maxime, cum religionis integritati prospexeris, cum sacros cultus, cum catholicam ecclesiam, ejusque unitatem in apostolica sede fundatam ubique constitueris, tibique plane, vel ipso gallicarum perturbationum exemplo persuadas, publicarum rerum summam in eo verti, scilicet non tam humana, quam divina fide contineri et consistere regna, atque abjecta religione in tumultus eadem, rebelliones, ac ruinam vesano pravissimarum opinionum impulsu facillime miserrimeque prolabi. Itaque vel in administrando, vel in compenendo bello, illae potiores apud te esse debent conditiones, quae regno Dei conveniant, unde in caetera humana regna omnis publicae potestatis vis vigorque promanat ».

67 Courriers des 19, 22 et 29 septembre 1792, ASV, Segr. Stato, Colonia, 290. (On estime aujourd’hui à 1 300 le nombre de victimes). A Vienne, Caprara se plaint que la lenteur des interventions militaires a eu pour effet les massacres de septembre ; il se demande si le baron de Breteuil représente bien Louis XVI. Arch. Nunz. Vienna, p. 447, courrier du 22 septembre 1792.

68 ASV, Segr. Stato, Colonia, 290, courrier du 24 septembre 1792.

69 ASV, Ep. ad Princ., 187, f. 183-186. L. Madelin, op. cit., p. 24-25.

70 « Tanta enim scelerum indignatione accensus ille est, ut et societatem cum aliis regibus inierit, et conjunctis copiis suos immiserit in Galliae fines exercitus, per quos illam feritatem barbariem impietatem retunderet, deleret, evelleret, ut acerrimus vindex esset justitiae, humanitatis, honestatis, potestatis regiae, religionis ». Idem.

71 A. Sorel, op. cit., vol. III, 1891, p. 114-126.

72 ASV, Arch. Nunz. Lucerna, 386, courriers du 29 septembre et du 10 octobre 1792.

73 L’archevêque de Mayence reçoit un bref de Pie VI le 19 décembre 1792, l’invitant à éloigner de son diocèse « les racines de ténèbres », par une pénitence véritable. Il doit tenir ensemble le temporel et le spirituel. ASV, Ep. ad Princ., 187, f. 227-230v.

74 Le nonce Bartolomeo Pacca s’en inquiète le 1er novembre, ASV, Segr. Stato, Colonia, 203, f. 341 ; et Segr. Stato, Colonia, 290, courrier du 7 novembre 1792, sur la stupeur provoquée par la rapidité de l’occupation française.

75 Ibid., courriers du 27 octobre et 10 novembre 1792.

76 Le nonce à Madrid prévient Rome que l’intelligence entre le ministre de Arenda et le français Bourgoing pourrait amener une reconnaissance de la République par l’Espagne. ASV, Segr. Stato, Spagna, 283A, courrier du 6 novembre 1792. Une lettre du nonce du 18 novembre répète que Arenda est un ennemi du Saint-Siège.

77 ASV, Segr. Stato, Colonia, 290, courrier du 10 octobre 1792.

78 Bref Dedimus recentes, ASV, Ep. ad Princ., 187, f. 178-182v et L. Madelin, op. cit., p. 22-24.

79 Bref Si quid solatii du 29 septembre 1792, ASV, Ep. ad Princ., 187, f. 186-189.

80 Bref L’infausto annunzio du 6 octobre 1792, ASV, Ep. ad Princ., 187, f. 190v-196, et L. Madelin, op. cit., p 25-27.

81 Bref Vix nonus, du 3 novembre 1792, Ep. ad Princ., 187, f. 211-218v ; et L. Madelin, op. cit., p. 27-29.

82 Bref Si degna la Maestà, du 10 novembre 1792, in Ep. ad Princ., 187, f. 218v ; L. Madelin, op. cit., p. 29-31.

83 Bref Jure, ac merito, du 19 octobre 1792, Ep. ad Princ., 187, f. 196-206v.

84 ASV, Segr. Stato, Colonia, 290, courrier du 27 septembre 1792.

85 ASV, Segr. Stato, Spagna, 283A, courrier du 20 novembre 1792 ; Segr. Stato, Colonia, 290, courrier du 10 octobre 1792.

86 ASV, Segr. Stato, Colonia, 290, courrier du 28 novembre 1792. « La comparsa di una flotta francese sul Mediteranneo in faccia all’Italia, e le minaccie, che si fanno contro quei principi, i quali hanno dominio su questo littorale, e specialmente contro lo Stato Pontificio, non lasciano di dar motivo al Santo Padre di una non mal fondatta apprensione, ed angustia... Non v’è in Italia potenza marittima che possa incuter timore ai nemici... ».

© Publications de l’École française de Rome, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540