Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ricerche su Ostia e il suo territorio

 | 
Mireille Cébeillac-Gervasoni
, 
Nicolas Laubry
, 
Fausto Zevi

Varia : archeologia ed epigrafia

Iura sepulcrorum à Ostie : un supplément

Nicolas Laubry

Résumé

Cet article regroupe quelque 120 épitaphes relatives au droit des tombeaux qui seront publiées dans le cadre de l’édition des inscriptions funéraires d’Ostie recensées ou découvertes après la publication du Supplementum du CIL XIV. Sa finalité est donc de mettre à jour les travaux précédents sur ce sujet. Les nouveaux documents partagent largement les mêmes caractéristiques que ceux déjà publiés, mais quelques-uns présentent des spécificités dignes d’intérêt pour les questions relatives à la transmission du droit au tombeau ou à la place des autorités.

This paper gathers about 120 inscriptions dealing with the Roman law of tombs which will be fully published in the forthcoming edition of the funerary inscriptions from Ostia discovered after the publication of the Supplementum Ostiense (CIL XIV). Its aim is thus to update previous works about this topic. The new documents share broadly the same characteristics as those which were already know, but few of them are more specific and worthy of interest for problems such as the transmission of the rights relating to the tombs or the role of public authorities in these matters.

Texte intégral

  • 1 Voir Zevi et al. 2017. On trouvera la liste de ces documents en annexe. Je tiens à remercier ici M (...)
  • 2 De Paolis 2010 ; Marinucci 2012, 28, 48, 71, 128, 154, 159, repris dans la liste en annexe. Le n.  (...)
  • 3 Outre l’editio princeps de Calza 1939 (AE, 1940, 94), on peut renvoyer à De Visscher 1963, p. 239- (...)
  • 4 C’était aussi l’avis de Bloch 1953, p. 301, 68 qui fut le premier éditeur de ce texte. Cf. CIL, XI (...)

1Parmi les deux milliers d’inscriptions funéraires recensées et découvertes après la publication du Supplementum Ostiense de L. Wickert et qui ont fait l’objet du travail d’édition par le groupe « UIG » (Un’iscrizione al giorno), un peu moins de 120 peuvent être comptées de manière plus ou moins certaine dans la catégorie des iura sepulcrorum1. C’est donc une proportion relativement faible par rapport au nombre total de documents pris en compte, même si une grande partie de ces derniers sont fragmentaires. En revanche, cette quantité est loin d’être négligeable si on la confronte aux 240 textes réunis récemment par M. de Paolis, auxquels il faut ajouter quelques-uns publiés en 2012 par A. Marinucci2. L’accroissement de la documentation représente ainsi la moitié du total initial. Parmi les documents insérés dans le corpus en cours de rédaction se retrouve la fameuse inscription contenant les dispositions prises par Iunia Libertas en faveur de ses affranchis pour garantir l’entretien de son tombeau et son culte funéraire. Publiée pour la première fois par G. Calza en 1939, cette inscription a fait l’objet de nombreuses études et commentaires, si bien qu’il n’est pas nécessaire d’y revenir ici3. Dans la documentation que nous avons revue, un autre texte mérite d’être signalé, même si son appartenance aux iura sepulcrorum est douteuse. Il fait en effet référence à la copropriété d’un mur : Hic paries ad / hanc altitudini(em) / hac fine / communis est (AE, 1955, 186 ; Zevi et al. 2018, 1436). Certes, un contexte funéraire ne peut être exclu pour une formule du genre, mais elle renvoie plus vraisemblablement à un cadre de propriété urbaine, comme on peut le déduire d’autres exemples similaires4. Ces documents étant exclus, la présente contribution a pour finalité de présenter dans leur globalité les textes qui trouveront leur place défiinitive dans le volume de prochaine publication.

  • 5 Libitina e dintorni 2004, p. 309-427 ; De Paolis 2010.

2Par commodité, les textes ont été classés selon les catégories retenues pour la documentation de Rome dans les chapitres thématiques du volume des actes de la XIe Rencontre franco-italienne sur l’épigraphie du monde romain de 2004 et reprises ensuite par M. de Paolis pour Ostie5. Je n’ai pas l’intention de présenter ici une étude exhaustive de cette nouvelle documentation, mais uniquement de faire une série d’observations sur les nouveautés ou sur les situations d’intérêt plus remarquable. Notons d’emblée que le cadre chronologique n’est pas bouleversé par les documents inédits : autant qu’il est possible de les dater, ils sont à assigner entre le Ier s. av. J.-C. et le IVe s. apr. J.-C., et essentiellement à la période du Haut Empire.

  • 6 Kaser 1978, p. 68-69.

3La plus grande partie de ces textes entre dans la catégorie des témoignages d’acte de donation ou de cession d’emplacements funéraires, de tout ou partie d’un sépulcre ou, dans quelques cas, de ce qui est nommé le ius monumenti ou ius sepulcri. Cette dernière expression, qui est en définitive assez rare dans la documentation épigraphique malgré son emploi récurrent chez les modernes, fut ainsi vraisemblablement utilisée dans l’inscription Bb116. On retrouve dans cet ensemble les grandes tendances que l’étude de M. de Paolis avait déjà mises en évidence. Le trait le plus remarquable est l’usage prévalent du verbe concedere ou du substantif concessio. Ceux-ci apparaissent en effet 36 fois auxquelles il faut ajouter 3 occurrences de la variante cedere. Ils représentent ainsi à peu près la moitié des textes de ce groupe (pour un total de 76, dont 10 possibles mais incertains en raison de leur caractère fragmentaire). Dare et donare/donatio sont plus rares, avec respectivement 5 et 11 attestations pour chaque terme. La préférence pour la notion de concessio paraît donc une particularité du formulaire sépulcral d’Ostie, sans toutefois signifier nécessairement que les procédures différaient de celles de Rome, où prédominent les autres termes. Les inscriptions Aa67 = Bb8 et Aa68 = Bd81 (concessum donationis causa) et Aa71 = Bd88 (ex concessione donationemque [!]) utilisent ainsi des formules où ces mots se recoupent. De fait, la concessio et la donatio renvoient à la cause de la transmission et recouvrent des actes juridiques de natures diverses par le biais desquels celle-ci, pouvant concerner tout ou partie d’un lieu ou d’un monument, était effectivement accomplie. On relèvera un cas possible où cette donation fut faite par le biais d’une disposition prise par un codicille (Aa64).

  • 7 La concession du droit au tombeau selon les modalités de la succession patrimoniale était déjà att (...)

4Le formulaire précisait occasionnellement l’identité de l’auteur de la cession. Celle-ci pouvait advenir du vivant même du fondateur, comme paraît l’indiquer le cas de M. Cornelius Felicianus (Bd100). Plus souvent en revanche, ce furent les héritiers qui en eurent l’initiative : ainsi, les heredes d’un certain Egrilius Polytimus cédèrent un emplacement à Iulia Rhodia pour la sépulture de son nepos P. Sextilius Photinus ainsi que pour la sienne et celle de son mari, Iulius Vniacus (Bd bis8). La même situation revient dans l’inscription d’Aurelius Hyginus et de son épouse Vlpia Felicitas (Bd89) ou dans celle de Q. Iulius Honoratus, qui reçut le droit d’accès d’une Prastinia Asclepiodote qui devait être l’héritière du fondateur du monument (Bd96). Dans ce genre de configuration, attestée par d’autres textes épigraphiques, il est parfois difficile d’établir si le monument possédait une vocation héréditaire et si, en conséquence, son affectation était laissée à l’appréciation de l’héritier, ou bien s’il était confié à la tutelle d’un héritier fiduciaire qui devait en garantir l’exclusivité à la familia7.

  • 8 Pour une formulation similaire, voir par exemple CIL, XIV, 523 (ILS, 8299) : monomentum (!) Vibian (...)
  • 9 Sur le personnage, voir Bloch 1958 ; pour la tombe, voir I. Gismondi dans Floriani Squarciapino 19 (...)
  • 10 Le 15 avril 1941, au sud de la via delle Tombe, dans le voisinage des piles de l’aqueduc.
  • 11 Marinucci 1988, 8 (AE, 1988, 183) : C(aius) Cartiliu[s] C(aii) et ((mulieris)) lib(ertus) Onesimus (...)
  • 12 L’ensemble des questions soulevées par ces deux documents a fait l’objet d’une communication lors (...)

5Dans cette série, un titulus du IIe s. apr. J.-C., destiné à un C. Cartilius Lucrio, mentionne la cession du droit sur un monumentum Cartilianum par un P. Nonius Valerianus8. Ce droit fut en outre accordé à C. Cartilius Herclianus, dont on peut penser qu’il était son fils, à son épouse Agria Semnè et à un autre individu, C. Plarius Ianuarius, qualifié de filius malgré la différence de gentilice. Dans un second temps furent apparemment ajoutés deux autres bénéficiaires, C. Cartilius Gallia et M. Marius Euangelus (Bb13 = Bd90). La désignation de monumentum Cartilianum est notable. Comme l’avait observé H. Bloch qui signala jadis cette inscription, il est peu probable qu’elle se réfère au tombeau de C. Cartilius Poplicola, érigé à l’époque augustéenne hors de la porta Marina, à frais publics9. Il faut en réalité rapprocher ce texte d’un second dont il a été dissocié par les aléas des publications alors que tous deux furent découverts au même endroit et à la même date10. L’inscription mentionne un tombeau fondé par trois affranchis, C. Cartilius Onesimus, M. Antistius Epagathus et Cartilia Venusta, et par une ingénue, Cartilia Iusta. L’un des destinataires explicitement mentionnés était en outre un décurion du nom de P. Nonius Iustus11. Il est manifeste que P. Nonius Valerianus était lié à ce dernier et possédait le droit sur le tombeau. Plus surprenante est en revanche la nécessité pour des Cartilii, dont le nomen était le même que celui des fondateurs, d’obtenir la concession pour pouvoir en bénéficier. Deux explications paraissent envisageables : soit il s’agit d’individus qui n’avaient pas de lien direct avec les fondateurs, n’étant donc ni de la même lignée, ni des affranchis ; soit C. Cartilius Lucrio était un affranchi ou même un descendant d’affranchi pouvant prétendre à une sépulture dans le tombeau des Cartilii, mais dont le bénéfice aurait nécessité une confirmation par P. Nonius Valerianus, qui aurait en quelque sorte joué le rôle d’héritier fiduciaire et de garant des volontés des fondateurs : la concession aurait alors été équivalente à un permissus. Il est difficile d’aller plus loin, mais le rapprochement des deux textes rend perceptible la complexité des situations que les usages des formulaires laissent à peine entrevoir12.

  • 13 Inserui semble plutôt lié au verbe inseruire (Bloch 1958, p. 219, 5). Cf. à Aquilée l’inscription (...)
  • 14 Voir CIL, VI, 10173 et p. 3948 (FIRA, III2, 80t) : ego donaui usu chirographo. Bien que le context (...)

6Interprétée suivant la proposition de H. Bloch, la formulation du titulus de C. Cartilius Lucrio indique par ailleurs clairement que l’inscription était perçue comme un moyen de garantir et d’attester publiquement le droit obtenu13. Ainsi, l’inscription qui témoigne de la cession d’une partie d’un sépulcre par Iunia Felicla et où le verbe concedere est employé à la première personne pourrait – s’il n’y a pas une erreur de gravure – avoir été rédigée à partir de l’acte original qui conservait la trace de cette transmission du droit au tombeau : Iunia [Fe]licla (!) concessi / Flauiae Tyche, uti sibi li/ceat aediculam facere / et reliquias viri sui C(ai) Di/di Epaphroditi inferre (Bd94). L’usage du réfléchi (sibi, sui) dans la proposition finale là où l’on attendrait le démonstratif anaphorique pourrait s’expliquer par la confusion entre les deux registres de discours : celui du document validant la concession, où Iunia Felicla s’exprimait à la première personne, et celui propre de l’inscription funéraire, où le locuteur est, pour ainsi dire, Flauia Tychè. Ce genre d’acte écrit, qui pouvait être inscrit ou non dans le testament, est attesté très ponctuellement par les formulations épigraphiques14.

  • 15 L’espace entre le I et le O à la fin de la ligne 5 est en effet très étroit et aucun signe de ponc (...)
  • 16 CIL, XIV, 921. Cf. Solin – Salomies 1994, p. 70. Pour l’usage de l’accusatif donationem après ex, (...)

7Un autre témoignage indirect sur les modalités de procédure est l’inscription signalant les emplacements que L. Pedanius Onesimus avait réservés dans un monument sur lequel il ne possédait originellement aucun droit. La formulation de la cession est ainsi exprimée : ex concessione M(arci) Donati O[- - -] / acta a P(ublio) Manlio Iucundo (Ag15 = Bd78). P. Manlius Iucundus paraît ici avoir joué le rôle d’intermédiaire dans la cession du locus sepulcri, par exemple comme procurateur ou comme mandataire, peut-être parce que M. Donatius O[- - -] qui possédait les droits sur le sépulcre était absent d’Ostie. Pareille formulation est inédite à ma connaissance, mais elle est plus satisfaisante que d’interpréter les lignes 5 et 6 de la manière suivante : ex concessionem donatio[nemque (!)] acta a P. Manlio Iucundo. Si cette dernière lecture n’est pas complètement exclue par les caractéristiques graphiques de l’inscription et par les rapprochements avec les autres textes, elle demeure malgré tout une lectio difficilior15. Le nom Donatius en revanche, quoique rare, est attesté à Ostie16.

  • 17 De Paolis 2010, p. 598. Voir S. Crea dans Caldelli – Crea – Ricci 2004, p. 338-339. Cf. aussi Kase (...)
  • 18 CIL, XIV, 857 et p. 616 : L(ucius) Combarisius Zoticus / adparaui uiuus mihi et / Combarisie Faust (...)

8On trouve dans le même texte l’une des 8 nouvelles attestations du verbe comparare, auxquelles il faut peut-être ajouter deux mentions dans deux autres inscriptions très fragmentaires. L’usage conjoint avec la notion de concessio indique que ce terme ne renvoie pas systématiquement à un achat de l’emplacement funéraire, contrairement à ce qu’on a pu laisser parfois entendre17. Ce n’est donc pas un simple synonyme ou une variante d’emere et la traduction la plus juste est probablement, dans un certain nombre de cas, l’idée de « se procurer » un emplacement ou un monument. Un document déjà publié indique ainsi qu’une certaine Aelia Doris s’est ménagé l’accès à un tombeau par donation (ex donationem Sex. Coeli Fortunati). Il faut dès lors le rapprocher cette formulation du verbe adparare, utilisé avec la même signification dans un autre texte d’Ostie qui n’a pas été recensé par M. de Paolis18.

  • 19 Barbieri 1958, p. 151-152.

9Notable est aussi une inscription qui signale l’autorisation donnée à un Tychicus par des conserui pour obtenir une sépulture (Be10). Il présuppose en effet que la gestion de l’aire funéraire était confiée à un groupe d’esclaves dépendant sans doute du même dominus avec une autonomie relative, ce qui pourrait peut-être renvoyer à un cadre collégial dans un contexte domestique. On signalera enfin un dernier texte, déjà publié par G. Barbieri qui n’avait cependant pas commenté les aspects relatifs aux iura sepulcrorum (Aa73 = Da 21 = Dg14)19. L’inscription, qui est l’une des très rares de cet ensemble que l’on puisse indubitablement assigner à la deuxième moitié du Ier s. av. J.-C., évoque la concession du ius sepulcri par un certain Caius Iulius Apella à ses affranchis, auxquels sont adjointes deux personnes. La première, C. Iulius Pamphilus, pouvait avoir un lien avec Apella dont il partage le gentilice mais dont le maître était différent, tandis que la seconde, A. Terentius Nicomedus, était vraisemblablement étrangère à la familia. Le fondateur a pris soin de menacer d’interdiction de droit au tombeau les affranchis qui s’opposeraient à l’installation de sépultures pour leurs colliberti mais aussi, plus probablement, pour ou par les deux bénéficiaires supplémentaires. Cette précaution est une fenêtre ouverte sur l’appréhension des possibles dissensions résultant du fonctionnement des clauses de dévolution sépulcrale, dont l’application reposait sur le contrôle collectif et la coopération des membres du groupe – ici les affranchis – qui en étaient les bénéficiaires.

10Si on délaisse maintenant les actes de cession pour passer à la catégorie des textes relatifs à l’iter ad sepulcrum, les documents nouveaux sont peu nombreux, puisque 8 au total, dont deux très incertains. Ils n’appellent pas de commentaire spécial, car ils renvoient à des formulations ou à des situations connues.

  • 20 Cf. Kaser 1978, p. 42-43 n. 123. Le développement fiduciarius proposé par Marinucci 2012, p. 131, (...)

11Plus important du point de vue quantitatif est le groupe de textes concernant les exclusions et les admissions. Cinq inscriptions inédites présentent la formule hoc monumentum heredem non sequetur, diversement abrégée, qui dissociait la dévolution du sépulcre des modalités de la transmission du patrimoine des fondateurs. Il faut sans doute y ajouter 4 autres documents, pour lesquels l’état de conservation de la formule ne permet toutefois pas de certitude totale sur la nature de l’expression qui fut utilisée. De fait, 10 autres inscriptions eurent recours à la variante hoc monumentum heredem familiae exterum non sequetur qui, comme l’avait déjà relevé M. de Paolis, a connu un succès marqué à Ostie par rapport à la précédente et, surtout, par rapport aux usages de Rome20. En dépit de leur équivalence, soulignons cependant que comprise dans son sens littéral, la deuxième formulation introduit une légère variante sémantique, puisqu’elle n’excluait pas tous les héritiers, mais uniquement ceux qui ne portaient pas le nomen du fondateur du tombeau.

  • 21 Kuryłowicz 1985.
  • 22 Paul : Dig., 36, 1, 43, 1 : Restituta hereditate iura sepulchrorum apud heredem remanent. Cf. Momm (...)
  • 23 De Visscher 1965, p. 69.

12Ce lot de textes nouveaux ajoute par ailleurs une nouvelle attestation de la formule plus rare hoc monumentum heredem fiduciarium ne sequetur (Db bis2). Celle-ci se rencontrait déjà, plus abrégée, dans le titulus du sévir augustal Clodius Lucrio (CIL, XIV, 331), tandis qu’une seconde mention de l’heres fiduciarius apparaissait dans un texte provenant de l’Isola sacra, par lequel lui fut interdit l’accès au tombeau édifié par Attia Psyche et C. Attius Alexander (Thylander 1952, A 34 ; Helttula 2007, 57). L’heres fiduciarius était celui à qui le testateur confiait la charge d’un fidéicommis et, par ce biais, notamment la tâche de remettre tout ou partie de l’héritage à un tiers – souvent un membre de sa famille21. Jouant en quelque sorte le rôle d’un exécuteur testamentaire, il devait généralement être un proche de confiance. Ces textes montrent toutefois que sa position pouvait être paradoxale, puisqu’il lui arrivait aussi d’être exclu du droit à la sépulture dans un tombeau dont l’affectation devait être manifestement familiale. En définitive, cette formulation semble donc avoir possédé la même finalité que la plus usuelle expression HMHNS, mais en la spécifiant pour un contexte plus particularisé. Ce n’est peut-être pas un hasard, d’ailleurs, si le mot même de fiduciarius est inscrit en toutes lettres ou s’il est abrégé au minimum : absent de la langue littéraire et rare dans les textes de la jurisprudence classique, il ne devait pas être très familier aux usages de la langue épigraphique. Notons enfin que l’exclusion de l’héritier chargé d’un fidéicommis du droit à la sépulture pourrait sembler problématique, car elle paraît entrer en contradiction avec un fragment du juriste Paul conservé dans le Digeste affirmant que celui qui avait restitué l’héritage conservait le droit au tombeau22. Cette remarque de Paul pourrait toutefois ne s’appliquer que dans le cas où le défunt avait réservé ce droit à l’héritier. Si au contraire ce dernier en était exclu en raison du régime juridique ou de l’affectation familiale choisie par le fondateur, cette décision devait continuer à prévaloir. La restitution de tout ou partie de l’héritage ne modifiait donc pas de ce point de vue les droits funéraires, les dissociant des logiques de transmission patrimoniale23. Les clauses que l’on peut lire dans les inscriptions d’Ostie et de Portus avaient donc sans doute pour but non pas de fonder cette exclusion, mais de la rappeler publiquement.

  • 24 On relèvera en passant le gentilice paternel, qui pourrait indiquer qu’Amethystus fut esclave de l (...)

13Dans la catégorie des textes relatifs aux admissions, on signalera enfin une inscription en partie reconstituée et qui est légèrement problématique, bien que la lecture en soit presque totalement assurée (Dg19). Sextus Publicius Amethystus et Oppia Rufina destinèrent ainsi le tombeau à eux-mêmes et à leurs trois enfants, Publicia Augurina, Publicia Capitolina et Publicius Maior24. Le bénéfice du sépulcre fut aussi ouvert aux posthumes, les autres enfants qui seraient nés après sa construction (qui post hoc nati fuerint) qui étaient, dans le droit, des personae incertae. Il fut en outre élargi aux affranchis des deux sexes et à leurs descendants, mais avec l’autorisation préalable des descendants biologiques, qui reçurent donc le contrôle effectif sur l’affectation du tombeau – si du moins le développement que nous proposons pour la dernière clause est recevable. Cette forme de tutelle sur les tombeaux à vocation familiale était peut-être plus diffusée que ce que laissent entendre généralement les formulaires funéraires.

14La dernière catégorie dans laquelle entrent les nouveaux documents est celle des violations et amendes. On a ainsi recensé 15 textes au total, dont 2 demeurent incertains. La plupart d’entre eux sont malheureusement mutilés et n’apportent donc pas d’informations véritablement inédites. Les actes soumis à une interdiction ou à une amende sont l’introduction d’un corps étranger, la cession du monument sous quelque forme que ce soit et, peut être dans un cas l’effacement du titulus (F32). Les amendes devaient être versées soit à la colonie d’Ostie soit au trésor de peuple romain.

  • 25 Sur ce point, voir en dernier lieu Van Haeperen 2002, p. 317-318 et Laubry 2007, p. 162-163.

15Trois inscriptions signalent en outre une intervention des pontifes (Bd76 ; Aa78 ; Bd75), qui ne sont pas ceux de la colonie, mais bien ceux de Rome. Plusieurs sources textuelles, juridiques ou épigraphiques, rappellent en effet leur fonction dans la protection des tombeaux, à Rome et peut-être dans une partie de l’Italie25. À Ostie, par deux fois au moins, leur intervention a pris la forme d’un permis préliminaire à la restauration ou à la réparation d’un monument funéraire. Celles-ci devaient avoir une ampleur suffisamment conséquente pour risquer de mettre en péril l’intégrité des sépultures déjà présentes. Pour l’un des deux cas, l’opération a eu lieu manifestement après la concession de tout ou partie du monument (Bd74). Notable est par ailleurs la précision relative à la préservation de l’inscription originelle (manenti titulo : Aa78), qui pourrait indiquer que les pontifes se virent confier non seulement la protection des restes et des sépultures installées dans le tombeau, mais aussi la préservation du nom du titulaire et des bénéficiaires du monument – même si, dans ce cas précis, on ignore les raisons exactes de l’intervention sacerdotale : on ne peut exclure qu’elle ait eu une autre motivation, par exemple un litige ou une contestation relatifs à l’affectation du ius sepulcri.

  • 26 Zevi et al. 2017, 1361 (CIL, XIV, 1561 ; cf. Pulcinelli dans Caldelli et al. 2014, p. 281-282, 11) (...)
  • 27 Zevi et al. 2017, 1374B: [- c.4 -]rtius C(aii) lib(ertus) / [- c.3 -Fort]unatus (?) sibi et / [- c (...)
  • 28 Zevi et al. 2017, 1453 : Ustrinu(m) / et paries / commun(ia).
  • 29 Pour les ustrina dans les principales nécropoles d’Ostie, voir Heinzelmann 2000, p. 99

16On signalera pour finir une série de documents qui peuvent être rapprochés du thème des iura sepulcrorum sans toutefois prendre place stricto sensu dans les catégories définies ci-dessous. Une inscription qui avait été partiellement publiée dans le CIL, XIV présente une formule intéressante, locus plenus est, qui se rencontre à deux autres reprises à Ostie26. Il faut sans doute la comprendre comme la volonté de clore définitivement le tombeau et d’empêcher de nouvelles sépultures plutôt que comme une indication réelle de l’état d’occupation du monument. Parmi les autres documents que l’on peut relever se trouvent deux textes fragmentaires, où la mention d’ollae et la présence de termes qui en indiquent la localisation pourraient renvoyer à des contextes de cession ou de donation27. Une inscription, possiblement datable de la seconde moitié du Ier s. av. J.-C., servait à indiquer le partage d’un ustrinum, lieu destiné à l’incinération des défunts28. On peut envisager qu’il ait été associé à un tombeau qui lui même était occupé par plusieurs groupes, suivant la configuration que laissent entrevoir plusieurs témoignages épigraphiques ou archéologiques d’Ostie et de Portus29. Enfin, autant que leur état lacunaire le laisse percevoir, deux textes évoquent des terrains ou des édifices qui furent affectés à un tombeau. Cette interprétation est vraisemblable pour l’inscription Zevi et al. 2018, 1447 :


  • 30 On relèvera que la présence de mansio à la l. 1 soulève diverses questions. Il semble qu’il faille (...)

17- - - - - - / [- c.17 ? -]+i mansio/[- c.17 ? -]ul(-) pertin͡en/[t - c.9 ? - monu]ṃent(-) et lib(ertis) / [libertab(usque) (?) posterisq]ue eor(um). /5 [In fr(onte) p(edes) - - -, in] agr(o) p(edes) XVII (III s.)30.


18Du second (Zevi et al. 2018, 1385), il ne reste que la fin :


19- - - - - - / facta iug(era) II / quae cedunt / monumento / ex testamento /5P(ubli) Manii ˹Fausti˺ / adiudicata ex / sententia iudicis.


  • 31 Cf. à Ostie CIL, XIV, 396 (ILS, 8346), le complexe funéraire du sévir C. Nouius Trophimus, incluan (...)
  • 32 Pour un parallèle dans un contexte judiciaire, voir AE 1962, 288 = CILA II, 4, 1052 (Munigua, lett (...)
  • 33 Gaius, Inst., 4, 42.
  • 34 CIL, VI, 10250 (p. 3502 ; 3908 ; ILS, 8363). Pour un cas touchant à la validité d’une cession d’un (...)

20Il y est fait mention d’un terrain d’au moins deux jugères, qui avait été attaché à un sépulcre. Des dispositions testamentaires, prises par un P. Manius Faustus, en destinèrent vraisemblablement le revenu à la tutelle et à l’entretien du tombeau31. L’originalité – et la difficulté – du texte réside dans l’usage du terme adiudicare et dans l’allusion à une décision émise par un juge. Le verbe, dont l’emploi est assez rare dans les inscriptions32, renvoie peut-être de manière spécifique à l’adiudicatio, qui était une partie de la procédure formulaire où le juge pouvait assigner un objet à l’un des adversaires engagés dans un procès33. Elle avait généralement lieu dans les actions naissant des copropriétés (actio communi diuidundo) ou, comme ce pourrait avoir été le cas ici, entre des cohéritiers pour division de propriété (actio familiae erciscundae). Le litige n’aurait donc pas porté sur le sépulcre ou sur le droit au tombeau, comme par exemple le cas d’un conflit qui fut tranché, à Rome, par un affranchi impérial34 ; il aurait concerné un terrain ou une propriété associée au sépulcre. Les mutilations du texte interdisent de se faire une idée plus précise sur les raisons qui ont pu conduire à la gravure de cette inscription, qui devait cependant se trouver sur le monument funéraire qu’elle signale.

21Les textes commentés ci-dessus sont donc révélateurs de l’intérêt de la documentation inédite ou partiellement inédite en cours de publication à Ostie. Ces quelques observations sont en outre une incitation à une analyse plus fine de ce type de textes, à la fois par des croisements avec d’autres inscriptions et à travers une approche plus contextuelle. Elles confirment enfin que la mention des iura sepulcrorum est un fait épigraphique très largement spécifique à Rome et à Ostie et Portus, avec des usages qui, bien que partagés, marquent cependant des particularités dont les raisons restent encore à éclaircir.

Annexe : liste des textes

22N.B. : la liste est organisée selon les catégories et les rubriques utilisées par De Paolis 2010. Bien que certains choix soulèvent des questions, on a proposé une numérotation continue pour faciliter les approches sérielles : ainsi, lorsqu’une inscription a été reprise, elle figure sous le numéro qui lui fut attribué dans cette étude de 2010. Dans la logique d’un supplementum ont été aussi ajoutés les textes publiés par Marinucci 2012 (repris dans EDR), avec parfois de légères corrections. On a également repris les textes signalés par M. de Paolis qui ont fait l’objet d’une révision dans le cadre du projet « UIG », en conservant toutefois leur numéro de classification. Le principe d’ordre de citation adopté est celui du numéro d’inventaire, qui était encore celui utilisé au moment de la rédaction de cet article. La relecture a permis d’intégrer la numérotation de la publication définitive. Enfin, les datations proposées sont indicatives.

23A-B – Donare, emere, vendere, ius habere, possidere, concedere, similia. Donation et vente, droit au tombeau et droit à la sépulture.

24C – Itus, aditus, ambitus, similia. L’accès au tombeau.

25D – Heredes, alieni, ingrati, ceteri. Admissions et exclusions.

26E – Dolus malus abesto e ius civile. Prévention et répression d’actes frauduleux.

27F – Si quis contra legem sepulcri fecerit. Violations et amendes.

28G – Ne quis faciat. Menaces, prières, malédiction.

29A-B – Donare, emere, vendere, ius habere, possidere, concedere, similia. Donation et vente, droit au tombeau et droit à la sépulture.

30Aa. Dare, Donare, Donatio

31Aa12. Inv. 8065 (CIL, ΧΙV, 824) ; cf. V. Chiaraluce dans Caldelli et al. 2014, p. 273-274, 4 ; Zevi et al. 2018, 1359 : - - - - - - / ẠB+[- - -] / ỊOF [- c.12 -]ṂO / filio [du]lcissimo / fẹcit, qui ui[x]it annis XXV, /5m(ensibus) X, d(iebus) XVIII, h(oris) VI, / Claudius Hercliạnus et Petronia / Veronice [locu]m donauerunt / [- - - conse]nsu coṇ[l](bertorum) / - - - - - -? (IIe/IIIe s.).

32Aa62. Inv. 6001 ; Zevi et al. 2018, 1413 : - - - - - -/[- - - - - -]/a Tyche +[- - -]/et herediḅ[us- - -]/ libertabus [posteris]/5quae (!) eorụ[m - - -] / datam do[- - - ne quis monumentu]/m a nomiṇ[e nostro alienat ?- - -] / +++++[- - -] / - - - - - -? (IIIe s.).

33Aa63. Inv. 6077 ; Zevi et al. 2018, 1434 : - - - - - - / [- - -]ḷae uẹḷ ḍ+[- - -] / [- - -] donationis / [causa - - -]o qui pertinet / [- - -]t neue quis / [- - -]ae factum (IIIe s.).

34Aa 64. Inv. 6166 + 6169 ; Zevi et al. 2018, 1412 : Sub hoc ++[- - -] / aeterna Q(uint-) Tẹ[- - -] / quem dari iuṣ[sit - - - Ma]/x̣ịmus (?) p̣ẹṛ codị[cill- - -] /5 ad Clodium C+[- - - ne]/potem suum +[- - -? Locus do]/natus a Clod[i- - -] / consentien[t- - - Ter]/minale [- - -] / - - - - - -? (IIe/IIIe s.).

35Aa65. Inv. 6414 a-b. ; Zevi et al. 2018, 1424 : - - - - - - / +[- - -] / qui [uixit annis - - -] / me[ns(ibus) ?- - -]/ured[- c.10 -] /5 lib(ert-) p[- c.11 -]/uatạ[- c.10 -] / dulc̣[issi]ṃo fecẹ/runt ; [locus?] donatu/s a +[- c.10 ? -] / [- c.2 ? -]+[- - -] / - - - - - - ? (IVe s. ?).

36Aa66. Inv. 6428 ; Zevi et al. 2018, 1416 : D(is) M(anibus). / Valeria M(arci) f(ilia) / Candida ; uix(it) an(nis) / XXXV, T(itus) Antonius /5Faustinus coniugi / sanctissimae fec(it). / In fr(onte) ped(es) VIII, in ag(ro) p(edes) X. / Locus datus a / Scantio Prisco (IIIe s.).

37Aa67. Inv. 6455 ; Zevi et al. 2018, 1354 : D(is) [M(anibus).] / [I]ụs mo[numenti (?) / [- c.2 - do]nationis [causa? conc]˹e˺ssum / [- Ca]ẹcilius Rufuṣ [co]ṃparauit /5 [sibi et?- c. 5 - I]ucundae ṃatri suae / [et? - c.10 -]+inae filiae [e] Pompeia<e> Se/[- c.5 - coni]ụgi k(arissimae) (!) et li[b]ertis libe/[rtabusq]ụae (!) poster<is> qua˹e˺ (!) eorum. / [In fr(onte) p(edes)] ṾII, in agr(o) p(edes) VIII.

38Aa68. Inv. 7095 ; Zevi et al. 2018, 1420 : C(aius) Vettius Pr+[- - -] / comparauit sibi et suis [- - -] / libertis liḅ[ertabus posterisque] / eorum et li[- - -] /5 ((vacat)) / quod sibi conc̣[essum est donationis] / causa ab Q(uinto) G+[- - -] / quod per Q(uintum ?)[- - -] / possị[det - - -].

39Aa69. Inv. 9834 ; Zevi et al. 2018, 1450 : - - - - - - - / [- - - donati]onis cau[sa ?- - -] / [- - -]rus intṛ[antibus- - -] / [- - -]«R»A part[e - - -] / [- - - ae]diculae [- - -] /5[- - - co]nditiua[- - -] / [- - -]t dona+[- - -] / [- - -]ETRO+[- - -] / [- - -]BV+[- - -] (2e moitié du IIe s.).

40Aa70. Inv. 10996 ; Zevi et al. 2018, 1404 : - - - - - - / [- - -]E+[- - -] / [- - -]ON[- - -] / [- - -]a Se[- - -] / [- - -]+ae quạ[e - - -] /5 [- - -] et Cn(ae-) O[- - -] / [- - -] ḍonation[is causa?] / [- - - p]ọssedere (!) it(emque ?) o[- - -] /[[[- - -]+ṂẸỊ+[- - -]]] / - - - - - -.

41Aa71. Inv. 11269 ; Zevi et al. 2018, 1349 : Apusulena Ser/uata, ex concession(e) / donationemq(ue) (!) / sibi a Iunia Manthis (!) /5idem et Plotio Herm͡a, / libertis libertabu(sque) / post(erisque) eor(um). / In fr(onte) p(edes) XLVI, in agr(o) p(edes) XLV (IIe s.).

42Aa72. Inv. 11282 ; Zevi et al. 2018, 1366 : Dis Man(ibus) sac(rum). / C(aius) Domitius Trophimus / d(atum) d(onatione ?).

43Cf. CIL, XIV, 4820 (De Paolis, 2010, Aa36, avec un développement d(edit) d(onavit) moins vraisemblable).

44Aa73. Inv. 19934 ; Calza 1938, p. 62 (AE, 1939, 147) ; Barbieri 1958 p. 84 et 15, pl. XXIII, 2 ; Heinzelmann 2000, p. 228 ; EDR073391 (R. Marchesini) ; Zevi et al. 2018, 1345 : C(aius) Iulius, C(ai) et L(uci) Sertori l(ibertus), Apella / sepulchrum inferundi humandi leiberteis / leibertabusque sueis et leibertorum leiberteis / et C(aio) Iulio Cissi l(iberto) Pamphilo mensori et A(ulo) Terentio /5 A(uli) l(iberto) Nicomedi dat. ((vacat)) / Seiquis leibertorum meorum conleibertum / suom aut eorum quem quei s(upra) s(cripti) s(unt) inferri prohibuerit, / ei ipsi qui prohibuerit eo inferundei ius / potestasque ne esto (2e moitié du I s. a.C.).

45L. 2 : ius est probablement sous entendu.

46Aa74. Inv. 40000 ; Marinucci 2012, 128 ; EDR136066 (R. Marchesini) : [D(is)] M(anibus). / [- c.4/5 -]aga P+[- - -] / [- c.4/5 -] Comin[ia - - -] / [- c.4/5 -]a donau[- - -]/5 [- c. 4/5 -]+que (?) M(arco) Vḷ[pio ?] / [Epaph]rodito [- - -] / [- - -]++[- - -] (milieu du IIe s./milieu du IIIe s.).

47Aa75. Zevi et al. 2018, P104 : [-] Caecilius Feli/[c]issimus donauit / [l]oca dua suptus (!) / [s]upra parte dex/5[te]riori L(ucio) Cornel͡io / [Ia]nuario et / [A]ntoniae Primae.

48Incertains :

49Aa76. Inv. 6405 ; Zevi et al. 2018, 1421 : - - - - - - / [- - -]s Vit[- - -] / [- - - dat- vel concess]o ab M[- - -] / [libertis libertabus] posteri[sque eorum.] / [In fronte] p(edes) X s(emis), in [agro p(edes) - - -].

50Aa77. Inv. 6524 ; Zevi et al. 2018, 1374 : [- - -]++[- - -] / [- - - uixit an]nis XXI [mensibus - - -] / [- - - diebus] XVII. Loc[us datus vel concessus?] / [a - - -]lio For[- - -] / - - - - - - (Ier/IIe s.).

51Aa78. Inv. 6623 a-b + 6958 + 9350 + 9476 + 9736 ; Zevi et al. 2018, 1348 : M(arcus) Antistiu[s M(arci) f(ilius) Luc]ṛio / in sepulchr[o - - - dato vel concesso sibi?] / ab Aelia Tḥai[de - - - ] / a pontifi[cibus - - -] /5 manen͡ti tiṭ[ulo - - -] / [- - -]+ere no[n licet ?- - -]ae / [- - - et li]bert͡is / [libertabusque posterisque eoru]m (IIe s.).

52Aa79. Inv. 7277 ; Zevi et al. 2018, 1353 : [- - - - - - ?] / [Se]x(t-) Ca[- - -] / [- c.1 - l]ocus sibị (?) [datus vel concessus] / a+[- - -] / - - - - - - (IIIe s.).

53Aa80. Inv. 8991 ; Zevi et al. 2018, 1355 : - - - - - - ? / Calpụ[rni-] / et Aufi[di- - - ? si]/bi locụ[m ?- - -] / VIB[.]+[- - -] /5aerạ[rio p(opuli) R(omani) inferet].

54Aa81. Inv. 10481 ; Zevi et al. 2018, 1396 : - - - - - - / Ọ+[- - -] / eorum +[- - -] / libe(rtabus)que [- - -] / monimeṇ[tum (!) concessusm vel datum ?] /5sibi a Po+[- - -] (IIIe s.).

55Aa82. Inv. 19856 ; Zevi et al. 2018, 1346 : - - - - - - / Ạẹmịḷia[e] Ru[-]+++[- c.3/4 ? -] / (ucio) Aemilio +a[- c.2/3 -]m[- c.2 -]e+ / (ucio) Aemilio Eụṭỵ[c]ḥe (?) +++ilis / +++SSE+[- c.4 -]++ius ha++is / [- c.3/4 - ]+[- c. 1/2 -]+R+++ ab Aelia / Gemina libertis libertab/usque posterisque eorum.

56Aa83. Inv. AI 42 ; Zevi et al. 2018, 1377 : [Dis] Manib[us]. / [- - -]niae H[- - -] / [- - -]ius Prior [- - -] / [- - - bene mer]enti fecit et si[bi - - -] /5 [- - -]+tivo et Calpurniae [- - -] / [- - -] Karo (!), Euphemo lib(erto?) et li[bertis libertabus] / [posterisque eoru]m omnium. Huic cubic[ul- - - ] / [- - -]e deputio et tricli[ni- - -] / [- - -] est ab P(ublio) Anchario [- - -].

57Af. Emere, emptio, emptor

58Af4. Inv. 6529 ; Zevi et al. 2018, 1415 : Va[leria - c.2 -]++oclia qụ[ae] et Festa / se b[ib]a (!) emit ho[c sarcoph]agum [-] / [Val]ẹrio Sabino p̣[atron]o biro (!) opṭ/[imo] et merenti et +[- c.4/5 -]e Valeri/5ae hreste que (!) et [- - -]e collib/erte (!) optị[me (!). Q]ụisq[uis aut]em (?) supe/r haec +[- c.12/13 - intu]lerit co/r[pus alienum? - - -]+ se pro / tanto [- c.20 – i]n/10fertuṛ [- - -] / dic[- - -] (IIe/IIIe s.).

59Af5. Inv. 7895 ; Zevi et al. 2018, 1428 : [- - -]ḍitus / [- - -]+ emit / - - - - - - (IIIe s.).

60Ag. Comparare

61Ag5. Inv. 10468 + CIL XIV, 1082 [rapprochement de A. Licordari] ; Zevi et al. 2018, 1376 : D(is) M(anibus) / M(arcus) Gargilius Abascantus / comparauit sibi / et Octauiae Marcellae con/5iugi et libertis libertabus / posterisque eorum ; / quod sibi / [- c.12/13 -]ne ius / [- c.12/13 -] uiu(u)s (?) ab /10 [- c. 10/11 - part]e sin(isteriori) (IIe s.).

62Ag13. Inv. 6295 ; Zevi et al. 2018, 1378 : D(is) [M(anibus)] / Heluiae [- c.4/5 -] / Iunianạ[e quae] / uixit an[nis - - -] /5mens(ibus) VI[- - - diebus] / X, se uiba (!) [locum?] / conpara[uit (!) - - -] / [- c.3 -]+++[- - -] / - - - - - -?

63Ag14. Inv. 6542 ; Zevi et al. 2018, 1400 : D(is) [M(anibus]. / Sex(tus) Rubri[us Eu]/phrosinu[s hoc] / monument[um sive] /5sepulchrum c[ompa]/rauit sibi et Ru[briae] / Ṃạḷịạẹ c̣ọ[niugi] / - - - - - - -?

64Ag15. Inv. 6670 ; Zevi et al. 2018, 1393 : L(ucius) Pedanius Onesị[mus] / in hoc moniment[o locum ?] / pro parte dimidia co[mparauit] / sibi et Pedaniae Moschiḍ[i sorori ?] /5suae et Pedaniae Admiaẹ [filiae ?] / ex concessione M(arci) Donati O[- - - ] / acta a P(ublio) Manlio Iucundo, [lib(ertis)] / [lib]er(tabus) posterisq(ue) eorum ; h(oc) m(onumentum) h(eredem) (xterum) [n(on) s(equetur)] / [- - - ar]ae (?) quae est ante moniṃ[entum] /10partem dimidia[m] (IIe s.)

65Ag16. Inv. 6455 ; Zevi et al. 2018, 1354 : D(is) [M(anibus).] / [I]ụs mo[numenti (?) / [- c.2 - do]nationis [causa? conc]˹e˺ssum / [- Ca]ẹcilius Rufuṣ [co]ṃparauit /5 [sibi et?- c. 5 - I]ucundae ṃatri suae / [et? - c.10 -]+inae filiae [e] Pompeia<e> Se/[- c.5 - coni]ụgi k(arissimae) (!) et li[b]ertis libe/[rtabusq]ụae (!) poster<is> qua˹e˺ (!) eorum. / [In fr(onte) p(edes)] ṾII, in agr(o) p(edes) VIII.

66Ag17. Inv. 7095 ; Zevi et al. 2018, 1420 : C(aius) Vettius Pr+[- - -] / comparauit sibi et suis [- - -] / libertis liḅ[ertabus posterisque] / eorum et li[- - -] /5 ((vacat)) / quod sibi conc̣[essum est donationis] / causa ab Q(uinto) G+[- - -] / quod per Q(uintum ?)[- - -] / possị[det - - -].

67Ag18. Inv. 7250 ; Zevi et al. 2018, 1410 : - - - - - - / [- - -] conparau[- - - (!)] / [- - -]thidi con[iug(i)] / [- - -]terae et / [- - - Su]ccessae / [- - -]bus [- - -?] / - - - - - -? (IIe s. ?).

68Ag19. Inv. 7299 + CIL, XIV, 4759 ; Zevi et al. 2018, 1387 : - - - - - - / [- - - liberta]bus / [posterisque eo]rum. / [In front]e p(edes) XII, / in agro] p(edes) XXVI. // Mummeia / Quinta et / L(ucius) Accius Firmus / comparạverunt /5sibi et Q(uinto) Mumm̂eio / [Apo]llinari patri / [et] L(ucio) Accio Firmino / et Acciae Quintae /filis et /10libertis libertabus / posterisq(ue) eorum. / In fronte p(edes) XII, / in agro p(edes) XXVI.

69Incertains :

70Ag20. Inv. 10484 ; Zevi et al. 2018, 1380 : - - - - - - / con[iugi ?- - -] / et Iu+[- - -] / ex co[ncessione ?- - -]/rau+[- - - libertis liberta]/bus [posterisque eorum].

71L. 3/4 : [compa]/raui[t ?]

72Ag21. Inv. 11549 ; Zevi et al. 2018, 1455 : [- - -]mus IVS[- - -] / [- - -]o totius [- - -] / [- - -]+m+a+[- - -] / - - - - - - .

73L. 3 : [c]ompar[auit ?].

74Ah. Vendere

75Ah10. Inv. 6271 ; Zevi et al. 2018, 1438 : - - - - - - / [- - -]+Ọ+[- - -] / ((vacat)) / libẹ[rti]s libertạ[bus] / post[e]risque [eorum.?] / Si quịs eum (!) monụ[mentum] /5ueṇdere aut aba[lienare] / [uo]let, tunc co[- c.7/8 -] / [((sestertium))] (quinquaginta milia) d(are) d(ebebit). / [H(oc)] m(onumentum) h(eredem) n(on) [s(equetur)] (IIe s.).

76Ah11. Inv. 6433, Zevi et al. 2018, 1441 : - - - - - - / aut uenḍịṭun [fuerit ? - - -] / dabit r[e]i pub[licae - - -]. / In fr(onte) p(edes) VIII, [in ag(ro) p(edes) - - -].

77Ba. Possidere, possessio, possessor

78Ba6. Inv. 7095 ; Zevi et al. 2018, 1420 : C(aius) Vettius Pr+[- - -] / comparauit sibi et suis [- - -] / libertis liḅ[ertabus posterisque] / eorum et li[- - -] /5 ((vacat)) / quod sibi conc̣[essum est donationis] / causa ab Q(uinto) G+[- - -] / quod per Q(uintum ?)[- - -] / possị[det - - -].

79Ba7. Inv. 10996 ; Zevi et al. 2018, 1404 : - - - - - - / [- - -]E+[- - -] / [- - -]ON[- - -] / [- - -]a Se[- - -] / [- - -]+ae quạ[e - - -] /5 [- - -] et Cn(ae-) O[- - -] / [- - -] ḍonation[is causa?] / [- - - p]ọssedere (!) it(emque?) o[- - -] /[[[- - -]+ṂẸỊ+[- - -]]] / - - - - - -

80Bb. Ius habere, iuris esse.

81Bb7. Inv. 6025 ; Zevi et al. 2018, 1399 : [Rest]ịtu`t´us (?) in h[oc monumentum] / [ius] habet pa[tis dimidiae?] / [intr]antibus p[arte - - -?] / - - - - - -

82Bb8. Inv. 6455 ; Zevi et al. 2018, 1354 : D(is) [M(anibus).] / [I]ụs mo[numenti (?) / [- c.2 - do]nationis [causa? conc]˹e˺ssum / [- Ca]ẹcilius Rufuṣ [co]ṃparauit /5 [sibi et?- c. 5 - I]ucundae ṃatri suae / [et? - c.10 -]+inae filiae [e] Pompeia<e> Se/[- c.5 - coni]ụgi k(arissimae) (!) et li[b]ertis libe/[rtabusq]ụae (!) poster<is> qua˹e˺ (!) eorum. / [In fr(onte) p(edes)] ṾII, in agr(o) p(edes) VIII.

83Bb9. Inv. 6648 ; Zevi et al. 2018, 1443 : Huiu[s] / monumen[ti] / iuris est / ab hoc parie[te] / in fronte pe[d(es) - c.1/2 -] / [in] agro ped(es) [- c.2/3 -] (Ier/IIe s.).

84Bb10. Inv. 7063 ; Zevi et al. 2018, 1374B : [- c.4 -]rtius C(aii) lib(ertus) / [- c.3 -Fort]unatus (?) sibi et / [- c.7 -] Tyrannidi coniugi / [et (?) libe]rtis libertabus /5 [posteri]sque eorum ; [- - -] / [In t]ṛiclinio pa[rte dext(eriore) ol]/[l]as (?) n̅(umero) II item ị[ntrantibus] / [ p]arte senisterio[re - - -] / [oll]as (?) n̅(umero) XII iuris [- - -].

85Bb11. Inv. 7887 ; Zevi et al. 2018, 1362 : - - - - - - / [- - -] Cornẹ[- - -] / [- - - E]utych[- - -] / [- - - sepulc]hri ius [- - -] / - - - - - - (Ier/IIe s.).

86Bb12. Inv. 10468 + CIL, XIV, 1082 [rapprochement A. Licordari] ; Zevi et al. 2018, 1376 : D(is) M(anibus) / M(arcus) Gargilius Abascantus / comparauit sibi / et Octauiae Marcellae con/5iugi et libertis libertabus / posterisque eorum ; / quod sibi / [- c.12/13 -]ne ius / [- c.12/13 -] uiu(u)s (?) ab /10 [- c. 10/11 - part]e sin(isteriori) (IIe s.).

87Bb13. Inv. 11305 ; H. Bloch in Floriani Squarciapino 1958, p. 216 ; Zevi et al. 2018, 1357 : D(is) M(anibus). / C(aio) Cartilio Lucrioni. / Ius monimenti (!) Cartiliani / concessum sibi ab P(ublio) Nonio /5 Valeriano, quod iuris eius / e«s»t. Hoc titulo inseruit item / is C(aio) Cartilio C(ai) f(ilio) Hercliano (!) / benemerenti et Agriae / Semne coniugi suae et /10 C(aio) Plario Ianuario filio / in [[- c.14/15 -]] p(arte?) ((quadrans?)) / et libertis libertabus(que) `et´ / «C(aio) Cartilio Calliae» [[- - -]] `et´ / «M(arco) Mario Euangelo in p(arte) s(inisteriore?)» /15 `cum suis l(ibertis) l(ibertabusque)´. (IIe s.).

88Bd. Concedere, concessio

89Bd24. Inv. 12287 + CIL, XIV, 1398 ; Zevi et al. 2018, 1390 : D(is) M(anibus). / Ex concesione (!) / Naseniae (!) I«ren͡e»/tes (!) Lucio Rusio / 5 Ianesi et +[- - -] / - - - - - -.

90Bd62. Inv. AI 46 ; Bloch 1953, 69 ; Zevi et al. 2018, 1394 : Domum aeternam Iuli/us Petronius Asclepia/des et Petronia Procula / Arsis fecerunt sibi et fi/5lis et qui ex his adnati (!) / erunt et libertis liber/ta«busque posteri»squeeorum, ex concessione P(ubli) Aeli «Mitalia»ni (IIIe s.).

91Bd65. Inv. 6073 ; Zevi et al. 2018, 1369 : D(is) M(anibus). / Locus conces/sus a Aegrilio (!) / Polytimo Aero/5nio Apolausto. (IIe s.).

92Bd66. Inv. 6114 ; Zevi et al. 2018, 1381 : D(is) M(anibus). / C(aius) Iulius Galata / fecit sibi et lib(ertis) lib(ertabus) / posterisq(ue) eorum. /5Ex concessione / Alfii et Ianuariaes (!) (IIe s.).

93Bd67. Inv. 6161 ; Zevi et al. 2018, 1423 : - - - - - - / [- - - mon]imenti (!) / [partem dim]idiam ide/[- - -]ore(m) cum [- c.3/4 -] / [- - -]tum cau[- c.4/5 -] /5 [- - - co]ncessum sibi / [et - - -]liano filio suo / [- - -] lib(ertis) lib(ertabus) post(erisque) eor(um).

94Bd68. Inv. 6341 ; Zevi et al. 2018, 1395 : Huius monimenti / ius concessu(m) a Plotio / [- c.15 -]++ / - - - - - - ? (IIIe s.).

95Bd69. Inv. 6372 ; Zevi et al. 2018, 1439 : - - - - - - / [- - -]S+[- - -] / [- - -] ḍulciss[im- - -] / [- - - c]ọncessum [- - -] / [- - -]+eis III[- - -] / - - - - - -.

96Bd70. Inv. 6390 a-b ; Zevi et al. 2018, 1405 : Seio [- - -] / [- - - locus conc]essus ab Egrilia Vera.

97Bd71. Inv. 6431 ; Zevi et al. 2018, 1440 : - - - - - - / liber[tis libertabus]/que pos[terisque eorum] / ex con[cessione - - - dul]cissim[ae - - -] / In fro[nte p(edes)- - - in agro p(edes) - - -].

98Bd72. Inv. 6435 ; Zevi et al. 2018, 1417 : D(is) M(anibus). / Valeriae Epictesi / locum concessum / sibi a Naeuia /5 [I]usta (?) (Ier/II se.).

99Bd73. Inv. 6455 ; Zevi et al. 2018, 1354 : D(is) [M(anibus).] / [I]ụs mo[numenti (?) / [- c.2 - do]nationis [causa? conc]˹e˺ssum / [- Ca]ẹcilius Rufuṣ [co]ṃparauit /5 [sibi et?- c. 5 - I]ucundae ṃatri suae / [et? - c.10 -]+inae filiae [e] Pompeia<e> Se/[- c.5 - coni]ụgi k(arissimae) (!) et li[b]ertis libe/[rtabusq]ụae (!) poster<is> qua˹e˺ (!) eorum. / [In fr(onte) p(edes)] ṾII, in agr(o) p(edes) VIII.

100Bd74. Inv. 6590 + 9605 ; Zevi et al. 2018, 1365 : [- - -] Domi[ti- - -] / [- - -] Munatia+[- - -] / [- - -] Domitio Rufino e[t] / [- - - N]emesille (!) filis suis e[t] /5 [libertis libert]abusque posterisq[ue ] / [- - - co]cesum (!) sibi mo+[- - -] / [- - -]+EN[- - -] / - - - - - - (IIe s.).

101Bd75. Inv. 6600 ; Zevi et al. 2018, 1418 : - - - - - - ? / Im (!) me[moria-] / Valeriae Melị[- - -]/simae sepulch[rum uetustate corru]/ptum concessum [a - - -]/sa C(aius) Valerius Eu[- - - permissu pon]/tificum claris[simorum uirorum] / refecit sibi et li[bertis libertabusque posterisque] / eo[rum] (IIe/IIIe s.).

102Bd76. Inv. 6601 ; Zevi et al. 2018, 1371 : [- c.4 -]a Eu+[- - -] / [fec]ịt sibi e[t - - -] / [Iu ]liano (?) ma[rito ?] / suo et filis suis [- - -] /5 concessionis s[uae ? sua] pecuniae (!) refec̣[it sibi] / et suis omniḅ[us]. In fro(nte) p(edes) XL, in a(ro) [p(edes) - - -] / [p]ermissu pontef[icum (!) - - -].

103Bd77. Inv. 6605 ; Zevi et al. 2018, 1386 : D(is) [M(anibus).] / Maximia[na (?) locum (?) conces]/sum sibi et [- - -] / Festo mar[ito - - -] /5 a M(arco) Liciniọ [- - -] / collact(eo) +[- - -] / et libertis [libertabus] / posteriṣ[que eorum] (IIe/IIIe s.).

104Bd78. Inv. 6670 ; Zevi et al. 2018, 1393 : L(ucius) Pedanius Onesị[mus] / in hoc moniment[o locum ?] / pro parte dimidia co[mparauit] / sibi et Pedaniae Moschiḍ[i sorori ?] /5suae et Pedaniae Admiaẹ [filiae ?] / ex concessione M(arci) Donati O[- - - ] / acta a P(ublio) Manlio Iucundo, [lib(ertis)] / [lib]er(tabus) posterisq(ue) eorum ; h(oc) m(onumentum) h(eredem) (xterum) [n(on) s(equetur)] / [- - - ar]ae (?) quae est ante moniṃ[entum] /10partem dimidia[m] (IIe s.)

105Bd79. Inv. 6833 ; Zevi et al. 2018, 1374 : D(is) M(anibus). / Pub«l»ius Decimius / Paulus monumemtu(m) (!) / concessit L(ucio) Caecilio /5 ++++++++++++q̣ụị / - - - - - -.

106Bd80. Inv. 6959 + 7202 + 7776 + 7310 + 9334 + 9269 ; Zevi et al. 2018, 1368 : D(is) [M(anibus)]. / P(ublio) Egna[tio - c.3 -] N(- - -)[ynt]rofo (!) / Caluentia [Proc]ula (?) coiu[gi.] Loco / conce[sso ab] Egril(io) A[- c.3 -]nio (Ier/IIe s.).

107Bd81. Inv. 7095 ; Zevi et al. 2018, 1420 : C(aius) Vettius Pr+[- - -] / comparauit sibi et suis [- - -] / libertis liḅ[ertabus posterisque] / eorum et li[- - -] /5 ((vacat)) / quod sibi conc̣[essum est donationis] / causa ab Q(uinto) G+[- - -] / quod per Q(uintum ?)[- - -] / possị[det - - -].

108Bd82. Inv. 7258 ; Zevi et al. 2018, 1396B : D(ecimus) Pon[ - - -] / Pusin+[- - -] / Curace (!) in+[- - - testa]/mento ex co[ncessione - - -] /5 [e]t Vlpi Demet[ri- - -] / [- - -]rae in[- - -] / [- - -]+ulum[- - -] / [- - -]+ER+[- - -] / - - - - - -.

109Bd83. Inv. 9102 ; Becatti 1948, p. 127, 8 ; Van der Meer 2012, p. 97-98, 36 ; Zevi et al. 2018, 1397 : D(is) M(anibus). / Primus fecit / coniugi beneme/renti Kalaeemere (!) /5 `unu(m)´ / loc(um) sibi conc(essum) a Mun(atia ?) Iusta.

110Bd84. Inv. 9840 ; Zevi et al. 2018, 1370 : - - - - - - / [- - -]FIẠ[- - -] / [- - - con]cessum / [- - -]orum / [- - -]eni et Eu[- - -] /5 [- - -]etis fecit.

111Bd85. Inv. 10440+10475 ; Zevi et al. 2018, 1419 : [D(is) M(anibus)] / [- - -]ello et V[ri]e ? So[- - -] / [- - - locu]m concẹ[ss]u(m) utṛ[ique ?- - -] / [- - -] ạmic[o o]ptimo (IIe s. ?).

112Bd86. Inv. 10463 ; Zevi et al. 2018, 1389 : - - - - - - / [- c.2 -]ỊG̣[- - -]/+is coniụ[gi bene meren]/ṭi fecit. [ocus conces]/sus a Nas[ennio ? - c.4/5 -].

113Bd87. Inv. 10484 ; Zevi et al. 2018, 1380 : - - - - - - / con[iugi ?- - -] / et Iu+[- - -] / ex co[ncessione ?- - -]/rau+[- - - libertis liberta]/bus [posterisque eorum].

114Bd88. Inv. 11269 ; Zevi et al. 2018, 1349 : Apusulena Ser/uata, ex concession(e) / donationemq(ue) (!) / sibi a Iunia Manthi /5idem et Plotio Herma, / libertis libertabu(sque) / post(erisque) eor(um). / In fr(onte) p(edes) XLVI, in agr(o) p(edes) XLV (IIe s.).

115Bd89. Inv. 11300 ; Zevi et al. 2018, 1352 : D(is) M(anibus). / Aurelius Hyginus fec[it] / sibi et Vlpiae Felicitat[i] / coniugi suae et filis sui[s] /5 et libertis libertabu[s]/que posterisque eorum. / Ex concessione Salinato/ris Ampliati heredes (!). / In front(e) p(edes) XXX, in ag(ro) p(edes) XXXIII (milieu du IIe s./IIIe s.).

116Bd90. Inv. 11305 ; H. Bloch in Floriani Squarciapino 1958, p. 216 ; Zevi et al. 2018, 1357 : D(is) M(anibus). / C(aio) Cartilio Lucrioni / Ius monimenti (!) Cartiliani / concessum sibi ab P(ublio) Nonio /5 Valeriano, quod iuris eius / e«s»t. Hoc titulo inseruit item / is C(aio) Cartilio C(ai) f(ilio) Hercliano (!) / benemerenti et Agriae / Semne coniugi suae et /10 C(aio) Plario Ianuario filio / in [[- c.14/15 -]] p(arte?) ((quadrans?)) / et libertis libertabus(que) `et´ / «C(aio) Cartilio Calliae» [[- - -]] `et´ / «M(arco) Mario Euangelo in p(arte) s(inisteriore?)» /15 `cum suis l(ibertis) l(ibertabusque)´ (IIe s.).

117Bd91. Inv. 11441 ; Zevi et al. 2018, 1356 : D(is) M(anibus), / L(ucio) Cantio Musaeo. / D(ecimus) Caecilius Musaeus / fil(ius) patri piissimo. /5 Loc(us) con(cessus) a Sextio Meliore (IIe s.).

118Bd92. Inv. 11681 ; Zevi et al. 2018, 1456 : - - - - - - / [- - -]+[- - -] / [- - -]+ aliena[- - -?] / [- - -]+ concessi[- - -?] / [- - - lo]ca dua (?) [- - -?] /5 [- - -]++[- - -].

119Bd93. Inv. 11756 : D(is) [M(anibus)] / sarcopha[gum posuit] / Virginia [- - -] / concess[- - -ex] /5 concessị[one - - -]/brio Epaf[rodito ? - - -]/ori ; quod sị [quis in ea sarco]/phaga ext[erum corpus] / condere u[oluerit, infer]/et aer(ario) p(opuli) R(omani) [- - -].

120Bd94. Inv. 11795 ; Zevi et al. 2018, 1382 : D(is) M(anibus). / Iunia [Fe]licla (!) concessi / Flauiae Tyche uti sibi li/ceat aediculam facere /5et reliquias uiri sui C(ai) Di/di Epaphroditi inferrẹ [et] / C(ai) Didi Florentini fili [sui vel eius ?] / qui uix(it) ann(is) XVII, m[ensibus - - -] / diebus V, horis [- - -] (IIIe s.).

121Bd95. Inv. 12191+CIL, XIV, 5212 ; Zevi et al. 2018, 1402 : [- - - c]onces/[sum a - - -]no et S[- - -?]/[- - -]m cum s/[- - -] /[- - -] est contr/5[a - - -]esibus p(- - -) II / [- - -]o medium / [- - -]a columb/[ario? - -] / - - - - - -.

122Bd96. Inv. 41347 ; Marinucci 2012, 28 ; EDR128300 (R. Marchesini) : [I]n hoc sepulcro monumen[to] / ˹i˺tu˹m˺ habet Q(uintus) Iul(ius) C(ai) f(ilius) «Quirina» / Honoratus et (h)`e´r(es) Iul(ia) Optata Iun[ia]/na ; concessum sibi a Prastinia [As]/clepiodote herede, lib(ertis) lib(ertabus) [- c.2 -]/[- - -]+[- - -]/ - - - - - -? (IIIe s.).

123Bd97. Inv. 41366 ; Marinucci 2012, ; EDR133163 (R. Marchesini) : Ex [concessione ?] / Cart[ili- - -]/ hic iṇ[lata est ?] / Cartili[a - - -] /5 [tr]ium li[beror(um) ius hab(ens)] (Ier s.).

124Bd98. Inv. 44112 ; Marinucci 2012, 71 ; EDR133241 (R. Marchesini) : [Ex con]cessionẹ [- - -] / [- - - siu]e moniṃ[ent- - -] / [- - -]ạrico et [- - -] / [- - -]ria et Cạ[- - -] / - - - - - - (IIIe s.).

125Bd99. Marinucci 2012, 154 ; EDR136160 (R. Marchesini) : [- - - - - -] / Isidorae patro[nae] / suae ; quot huic c[onces]/sit Antonia Pr[- c.5 -] / et lib(ertis) lib(ertabus) po[ster(is)q(ue) eor(um)]. /5In fr(onte) p(edes) XIIII, [in ag(ro) p(edes) - - -] (milieu du IIe/milieu du IIIe s.).

126Bd100. Marinucci 2012, 159 ; EDR136167 (R. Marchesini) : D(is) M(anibus). / C(aius) Septimius Eutyches ex p(ecunia) s(ua) / et Uttedius Felix ex p(ecunia) s(ua) ; huius / monimenti ius concessum / sibi a M(arco) Cornelio Felici/5ano dum aduiuerat is ; i/dem Eutuches (!) partem Va/leriae Feliciss˹i˺mae coniugi / suae optimae feminae et li/10bertis libertabusq(ue) pos/terisque eorum (milieu du IIe/milieu du IIIe s.).

127Bd bis. Cedere

128Bd bis7. Inv. 6345 ; Zevi et al. 2018, 1372 : - - - - - - / [coniu]gi suaẹ [carissim]ae (?) Fabiae / [- c.5 -]riae dua[rum f]ẹminarum / [- c.1 -, et Ca]lpurnio [Ian]uario filiis / s[uis e]t liberti[s li]bertabusq(ue) /5pọsterisqu[e] eorum. / In fronte ped(es) XX[- c.1/2 -, i]n agro ped(es) XXIIII. / Cessu[m] sibi monim[ent]um a Ti(berio) Cl(audio) Apronio / et Oct[aui]o Venerị[o e]t Claudia Felicitate / ẹṭ [Octa]uio (?) [- c.5 -]o Dionysio (IIe s. ?).

129Bd bis8. Inv. 11301 ; Zevi et al. 2018, 1409 : D(is) M(anibus). / P(ublio) Sextilio Fotino (!), qui uixit / ann(is) VIII, m(ensibus) VII, d(iebus) XI. Iulia R/odiae (!) nepoti dulcissimo. Cessu/5m ei locum ab heredibus Egrili Polytimi it/em qui (!) super eum eidem Rodiae siue Iulio Uni/aco marito (Ier/IIe s.).

130Bd bis9. Inv. 12088 a-b + CIL, XIV, 5032 ; Zevi et al. 2018, 1388 : D(is) [M(anibus)]. / Mundici[us - c.3 -]tus / et Legitima [- c.5/6 -]nata / fecerunt s[ibi et] lib(ertis) /5 libertabusq[ue eo]rum. / Cessum sibi a [- - -]ntio / et Cretonia F[ortun]ạta.

131Be. Permittere, permissus, consensus

132Be9. Inv. 8065 (CIL, ΧΙV, 824) ; Zevi et al. 2018, 1359 ; cf. V. Chiaraluce in Caldelli et al. 2014, p. 273-274, 4 : - - - - - - / ẠB+[- - -] / ỊOF[- c.12 -]ṂO / filio [du]lcissimo / fẹcit, qui ui[x]it annis XXV, /5m(ensibus) X, d(iebus) XVIII, h(oris) VI, / Claudius Hercliạnus et Petronia / Veronice [locu]m donauerunt / [- - - conse]nsu coṇ[l](bertorum) / - - - - - -? (IIe/IIIe s.).

133Be10. Inv. 8984 ; Zevi et al. 2018, 1414 : D(is) M(anibus). / Tychico ex con/sensu conseruor/um bene mere/5nti (IIe/IIIe s. ?).

134Bf. Abalienare, alienare.

135Bf3. Inv. 6271 ; Zevi et al. 2018, 1438 : - - - - - - / [- - -]+Ọ+[- - -] / ((vacat)) / libẹ[rti]s libertạ[bus] / post[e]risque [eorum.?] / Si quịs eum (!) monụ[mentum] /5ueṇdere aut aba[lienare] / [uo]let, tunc co[- c.7/8 -] / [((sestertium))] (quinquaginta milia) d(are) d(ebebit). / [H(oc)] m(onumentum) h(eredem) n(on) [s(equetur)] (IIe s.).

136C – Itus, aditus, ambitus, similia. L’accès au tombeau.

137Ca : Aditus

138Ca3. Inv. 11303 ; Cébeillac-Gervasoni 1979 (AE, 1979, 94) ; Galeno 1981 (AE, 1981, 157) ; Cébeillac-Gervasoni – Caldelli – Zevi 2010, p. 304, 98.2. ; Zevi et al. 2018, 1422 : D(is) M(anibus). / C(aius) Voltidius Felicissimus / fecit sibi se uiuo et suis / libertis libertabusque /5posterisque eorum, / excepto Hilaro liberto / meo abominando ne / in hoc monumentum / aditum habeat (fin du IIe s.).

139Ca5. Inv. 6217 ; Zevi et al. 2018, 1437 : - - - - - - / [- - - libertis libe]rta/[bus posterisqu] aeor(um) (!) / [in hoc monument]o (?) exteru(m) /[- - - a]ditum /5 [- - - non habeb]ịt (?) (IIIe s.).

140Ca6. Inv. 7197 ; Zevi et al. 2018, 1392 : Opi+[- - -] / Aebuṭị[- - -] / eorum o[- - -] / aditum s[- - -] /5potesta[- - -].

141Incertains :

142Ca7. Inv. 6950 ; Zevi et al. 2018, 1340 : - - - - - - / [- - -]ius A[- - -] / [- - -]niae C[- - -] / [- - -]itu p[.]+[- - -] / [- - -]+++[- - -] / - - - - - -.

143Ca8. Inv. 7797 ; Zevi et al. 2018, 1391 : - - - - - - / [fecit sibi et - - - ux]ori et [[M(anlio) Obẹ]][llio - - - et] / [s]ụis posterisqu[e - - -] / libertis liber[tabusque posterisque nominis] / nostri ; exteṛ[ae familiae aditus non datur?] /5Hoc moṇ[umentum heredem fiducia]/rium [non sequetur]. / In fr(onte) p(edes) [- - -, in ag(ro) p(edes) - - -] (IIe s.).

144Cf : Introitus

145Cf2. Inv. 11249 ; Zevi et al. 2018, 1347 : C(aius) Annius Nice/phorus fecit sibi / et Caeciliae Lici/niae coniugi suae /5et lib(ertis) lib(ertabusque) post(erisque) eor(um) / et per hac ianua / habet introitum / Aelia Panthea / in monumento suo. /10In fr(onte) p(edes) XIIII, in agr(o) p(edes) XXIII s(emis).

146Ch : Itus

147Ch2. Inv. 6820 ; Zevi et al. 2018, 1427 : - - - - - - / [- - -]us ((mulieris)) l(ibertus) / [- - -]q(ue) itus / [- - -]+ est.

148Ch3. Inv. 41347 ; Marinucci 2012, 28 ; EDR128300 (R. Marchesini) : [I]n hoc sepulcro monumen[to] / ˹i˺tu˹m˺ habet Q(uintus) Iul(ius) C(ai) f(ilius) «Quirina» / Honoratus et (h)`e´r(es) Iul(ia) Optata Iun[ia]/na ; concessum sibi a Prastinia [As]/clepiodote herede, lib(ertis) lib(ertabus) [- c.2 -]/[- - -]+[- - -]/ - - - - - -? (IIIe s.).

149Cp : Itus, ambitus.

150Cp9. Inv. 11315 ; Zevi et al. 2018, 1367 : P(ublius) Durdenus ((mulieris)) [lib(ertus)] / Phoebus sibi et / Voltidiae C(ai) lib(ertae) Repentinae / coniugi suae columbaria numero /5 XXII in quibus ollae ossuariae numero / LI et libertis libertabusque suis / posterisque eorum omnibus et itum ambitum.

151D – Heredes, alieni, ingrati, ceteri. Admissions et exclusions.

152Da. Hoc Monumentum Heredem Non Sequetur

153Da21. Inv. 19934 ; Barbieri 1958, p. 151-152 ; EDR031473 (R. Marchesini) ; Zevi et al. 2018, 1345 : Sex(tus) Aelius Sex(ti) l(ibertus) / Seno patronus, / Sempronia D(ecimi) l(iberta) / Agathemeris, patron(a), /5Sex(tus) Sempronius Sex(ti), ((mulieris)) l(ibertus) Nanus, / Fausta liberta, Sempronius Sex(ti), ((mulieris)) l(ibertus) / `Sabinus´, Sex(tus) Sempronius Sex(ti), ((mulieris)) l(ibertus) Eutucus (!) / Sempronia Sex(ti), ((mulieris)) l(iberta) Elpis (!) / Sempronia Sex(ti), ((mulieris)) l(iberta) Hilara, /10 Sex(tus) Sempronius Sex(ti), ((mulieris)) l(ibertus) Epaproditus (!). / ((vacat)) / In hoc monumentum heres non / sequitur, praeter eos, quorum / nomina inscripta sunt (2e moitié du Ier s. a.C.).

154Da22. Inv. 19938 ; Barbieri 1958, p.152-153 ; EDR031476 (R. Marchesini) ; Zevi et al. 2018, 1350 : V(iva) Atania D(ecimi) f(ilia) Polla mater, / ((obito)) C(aio) Atanio C(ai) f(ilio) Basso pio, probo, / pudenti filio suo dulcissimo / de sua pequnia (!) fecet (!) et sibi [[- - -]] /5 [[- - - - - -]] / [[- - -]] hoc monumentum siue / sepulchrum heredes non sequetur. In fr(onte) p(edes) XXX, in ag(ro) p(edes) XXIV (2e moitié du Ier s. a.C.).

155Da23. Inv. 19940 ; Barbieri 1958, p. 152-153 ; EDR031477 (R. Marchesini) ; Zevi et al. 2018, 1408 : Sergia A(uli) l(iberta) Helena / sibi et Susae publico / Aciliano et Felici / uernae suo et Sergiae / 5A(uli) l(ibertae) Pamphilae de sua / pecunia fecit. / Hoc monumentum hered<e>m / non sequitur. In fr(onte) p(edes) XV, in ag(ro) p(edes) XX (2e moitié du Ier s. a.C. )

156Da28. Inv. 6258 ; Zevi et al. 2018, 1403 : 
- - - - - - /[- - -]c̣ịnata / [- - -Sa]turnina / [quae uixit an]nis VI, /5 [mens(ibus) - - -] dies duo[s]. / [Hoc monumentum herede]ṃ non / [sequetur] (IIIe s.).

157Da29. Inv. 6271 ; Zevi et al. 2018, 1438 : - - - - - - / [- - -]+Ọ+[- - -] / ((vacat)) / libẹ[rti]s libertạ[bus] / post[e]risque [eorum.?] / Si quịs eum (!) monụ[mentum] /5ueṇdere aut aba[lienare] / [uo]let, tunc co[- c.7/8 -] / [((sestertium))] (quinquaginta milia) d(are) d(ebebit). / [H(oc)] m(onumentum) h(eredem) n(on) [s(equetur)] (IIe s.).

158Da30. Inv. 6444 ; Zevi et al. 2018, 1425 : - - - - - - / [- c.15/16 -] sib(i) ? et / [- c.7/8 -]ẠḶ+[- c.6/7 -]riae / [coniu]g̣i et li[b(ertis) lib(ertabus) po]ster(isque) eor(um). / [Ho]c̣ mun(imentum) (!) he[redem] non seq(uetur), /5 [ni]si si liberti l[ibe]ṛtor(um) defece/[rin]ṭ. In [f]r(onte) p(edes) XXVI[I, i]n agr(o) p(edes) XXXV / [et] extṛ[a] maceriam monumenti / [- c.7/8 - p]roxime uiam publicam / [in f(ronte) p(edes)] XIII s(emis), [n] agr(o) p(edes) XVIII (IIe/IIIe s.).

159Da31. Inv. 7292 : - - - - - - / «[- - -]+» / «[- - - u]xor et» / «[- - -]gdus f(ilius)» / «[- - -] q(uin)q(uennalis) fecerunt» /5 «[- - -] et» / «[- - - p]osterisq(ue) eorum.» / «[In fronte p(edes) - - -, in ag]ro p(edes) XXIII.» / [H(oc) m(onumentum) h(eredem)] n(on) s(equetur) (IIIe s. ?).

160Da32. Inv. 11274 = Calza 1941, p. 206 ; Zevi et al. 2018, 1379 : Ex p(- - -) s(- - -) + / A(ulus) Herennuleius / Euhemer et / Liciniae Calliroe uxori /5libertis, libertabus posterisq(ue) / eorum. H(oc) m(onumentum) h(eredem) n(on) s(equetur).

161Incertains :

162Da33. Inv. 6577 ; Zevi et al. 2018, 1442 : - - - - - - / [- - -]aṇ[nis - - - mensibus] / VIII diẹ[bus - - -] / coni[ugi (?) - - - et libertis libertabusque] / post[erisque eorum] / H(oc) [m(onumentum) h(eredem) n(on) s(equetur)?] (IIe/IIIe s.).

163Da34. Inv. 7889 ; Zevi et al. 2018, 1448 : [- - - ?] H(oc) M(onumentum) [- - -]

164Da35. Inv. 11828 ; Zevi et al. 2018, 1458 : - - - - - - / [- - -]+is [- - -] / [- - -]uis su[- - -] / [- - - hoc monumentu]m heredem [non sequetur ?] / - - - - - - (IIe s.).

165Da36. Inv. 19857 ; Zevi et al. 2018, 1373 : [[D(is) [M(anibus)]]]. / [[C(aius) Fonteius Addas [fecit sibi]]] / [[et V++A+++++++++[- c.8 -]]] / [[merenti e[t] libert[is liberta]]]/5[[busque posteris[que eorum].]] / [[Hoc monum[entum - c.8 -]]] / [[++VL++++++RE[- c.11 -]]] / [[+++[- c.18 -]]]. / [[In fronte [p(edes)] XII[- - -?, in agro p(edes) - - -]]].

166Db. Hoc Monumentum Heredem Exterum Non Sequetur

167Db32. Inv. 6078 ; Zevi et al. 2018, 1411 : [- c.5 -]tius Q(uinti) l(ibertus) / [- c.5 -]menus / [fecit] sibi et / [- c.8 -] M(arci) lib(ertae) Syntycheni, /5 [coniugi s]ạnctissimae, et / [- c.8 -. H(oc) m(onumentum)] h(eredem) n(ec) f(amiliarem) n(eque) ex(terum) n(on) s(equetur). / [Libertis libe]rtabus posterisq(ue) eor(um). / [In fronte p(edes) -?]XII, in agro p(edes) X. (IIe/IIIe s.).

168Db33. Inv. 6483 ; Zevi et al. 2018, 1406 : Septimia C(ai) l(iberta) Successa / fecit sibi et / C(aio) Septimio Philocalo, patrono et / Septimiae Hiporae filiae suae, /5 «C(aio) Valerio Felicioni», / Septimiae Felicitati uernae et / libertis libertabus pọsterisq(ue) eorum. / H(oc) m(onumentum) h(eredem) f(amiliae) ẹx̣(terum) non s(equetur). / In front(e) p(edes) XX, [i]ṇ agro p(edes) X (Ier/IIe s.).

169Db34. Inv. 6604 ; Zevi et al. 2018, 1360 : D(is) M(anibus). / Cl+[- c.7/8 -]is / fị[- c.7/8 -]+is / L[- - -]B[- - - libe]/5ti[s libertabus posterisq(ue) / eo[rum - - - In fronte] / p(edes) XIIỊ, [in agro p(edes) X][II?]. / Hoc monomentum (!) [ex]/terum heredem noṇ [sequet(ur)].

170Db35. Inv. 6670 ; Zevi et al. 2018, 1393 : L(ucius) Pedanius Onesị[mus] / in hoc moniment[o locum ?] / pro parte dimidia co[mparauit] / sibi et Pedaniae Moschiḍ[i sorori ?] /5suae et Pedaniae Admiaẹ [filiae ?] / ex concessione M(arci) Donati O[- - - ] / acta a P(ublio) Manlio Iucundo, [lib(ertis)] / [lib]er(tabus) posterisq(ue) eorum ; h(oc) m(onumentum) h(eredem) (xterum) [n(on) s(equetur)] / [- - - ar]ae (?) quae est ante moniṃ[entum] /10partem dimidia[m] (IIe s.)

171Db36. Inv. 6690 ; Zevi et al. 2018, 1363 : M(arcus) Coṛ[nelius - c.6/7 -] / et Corṇ[elia - c.7 ? -] / fecerunt si[bi et libertis li]/bertabus[q(ue) posterisq(ue) eor(um).] /5Hoc monimentuṃ (!) [siue sepulchrum ?] / ḥẹredem exterụ[m non sequetur]. / [In fr(onte)] p(edes) XX[- - - in agr(o) p(edes) - - -] (IIe s.).

172Db37. Inv. 6709 ; Zevi et al. 2018, 1407 : Cn(aeus) Sergius Cn(aei) l(ibertus) Herma / fecit sibi et / Apidiae Feliculae, coniugi carissimae, e͡t / Q(uinto) Apidio Hermae, filio suo, et /5Sergiae Anthidi, filiae suae. H(oc) m(onumentum) h(eredem) f(amiliae) ext(erum) non s(equetur). / Libertis libertabus(que) posterisque eorum (fin du Ier s./IIe s.).

173Db38. Inv. 9717 a-b ; Zevi et al. 2018, 1429 : [- - -]a P(ubli) l(iberta) [- - -] / [- - - feci]t sib[i et - - -] / et / [- - -]rmo patr[ono- - -] /5 [- - -]ali bene me[renti- - -] / [- - - libertis libe]rtabusque s[uis]/ [posterisque] eorum. / [In fronte p(edes) -]V, in agro [p(edes) - - -.] / [Hoc monumentum ?] heredem [xterum] / 10 [non seque]tur.

174Db39. Inv. 11270 ; Zevi et al. 2018, 1351 : T(itus) Aufidius Antiochus / fecit sibi et / Antistiae Celsinae coniugi / suae et duobus /5 Antistis Victori et Xantho et / Sex(to) Publicio Amethusto (!) et / libertis libertabus posterisque eorum. / H(oc) m(onumentum) h(eredem) f(amiliae) ex(terum) non s(equetur). / In fr(onte) p(edes) X, in agr(o) p(edes) XIII.

175Db40. Inv. SE 9 ; Cébeillac 1971, p. 120 n. 7 ; Zevi et al. 2018, 1432 : - - - - - - / lib(ertis) lib(ertabus) [posterisque eorum - - -] / ((vacat)) / Hoc m(onumentum) e(xterum) (eredem) [n(on) s(equetur)].

176Db41. Inv. AI 40 ; Zevi et al. 2018, 1358 : - - - - - - / [- c.2/4 - coni]ugi [- - -] / [- c.2/3 -]lio Chry[- - -] / nepoti [- - -?] / libertis libertab[us posteris]/5que eo[rum - - -?]. / In fronte p(edes) XV, [in agro p(edes) - - -]. / H(oc) m(onumentum) h(eredem) f(- - -) [- - -].

177Db bis. Hoc Monumentum Heredem Fiduciarium Non Sequetur

178Db bis2. Inv. 7797 ; Zevi et al. 2018, 1391 : - - - - - - / [fecit sibi et - - - ux]ori et [[M(anlio) Obẹ]][llio - - - et] / [s]ụis posterisqu[e - - -] / libertis liber[tabusque posterisque nominis] / nostri ; exteṛ[ae familiae aditus non datur?] /5hoc moṇ[umentum heredem fiducia]/rium [non sequetur]. / In fr(onte) p(edes) [- - -, in ag(ro) p(edes) - - -] (IIe s.).

179Dd. Ne de nomine exeat

180Dd3. Inv. 6001 ; Zevi et al. 2018, 1413 : - - - - - -/[- - - - - -]/a Tyche +[- - -]/et herediḅ[us- - -]/libertabus [posteris]/5quae (!) eorụ[m - - -] / datam do[- - - ne quis monumentu]/m a nomiṇ[e nostro alienat ?- - -] / +++++[- - -] / - - - - - -? (IIIe s.).

181Dd4. Inv. 6427 ; Zevi et al. 2018, 1375 : [- - -]imus / [- - -] coniu/[gi - - - Fort]unatae / [libertis libertabu]sque /5 [posterisque eorum.] Hoc / [monumentum - - - n]omine / - - - - - - (IIIe s.).

182Dd5. Inv. 9891 ; Zevi et al. 2018, 1451 : - - - - - - / [et libertis libertabus]q(ue) posteris/[q(ue) eor(um). Hoc monumentum de] ṇomine meo / [alienari ueto (?). In fr(onte) p(edes) - - -, i]ṇ agr(o) p(edes) XXVI s(emis).

183De. Excepti

184De3. Inv. 11303 ; Cébeillac-Gervasoni 1979 (AE, 1979, 94) ; Galeno 1981 (AE, 1981, 157) ; Cébeillac-Gervasoni – Caldelli – Zevi 2010, p. 304, 98.2. ; Zevi et al. 2018, 1422 : D(is) M(anibus). / C(aius) Voltidius Felicissimus / fecit sibi se uiuo et suis / libertis libertabusque /5posterisque eorum, / excepto Hilaro liberto / meo abominando ne / in hoc monumentum / aditum habeat (fin du IIe s.).

185Dg. Admissiones ceterae

186Dg13. Inv. AI 46 ; Bloch 1953, 69 ; Zevi et al. 2018, 1394 : Domum aeternam Iuli/us Petronius Asclepia/des et Petronia Procula / Arsis fecerunt sibi et fi/5lis et qui ex his adnati (!) / erunt et libertis liber/ta«busque posteri»squeeorum, ex concessione P(ubli) Aeli «Mitalia»ni (IIIe s.).

187Dg14 Inv. 19934 ; Barbieri 1958, p. 151-152 ; EDR031473 (R. Marchesini) ; Zevi et al. 2018, 1345 : Sex(tus) Aelius Sex(ti) l(ibertus) / Seno patronus, / Sempronia D(ecimi) l(iberta) / Agathemeris, patron(a), /5Sex(tus) Sempronius Sex(ti), ((mulieris)) l(ibertus) Nanus, / Fausta liberta, Sempronius Sex(ti), ((mulieris)) l(ibertus) / `Sabinus´, Sex(tus) Sempronius Sex(ti), ((mulieris)) l(ibertus) Eutucus (!) / Sempronia Sex(ti), ((mulieris)) l(iberta) Elpis (!) / Sempronia Sex(ti), ((mulieris)) l(iberta) Hilara, /10 Sex(tus) Sempronius Sex(ti), ((mulieris)) l(ibertus) Epaproditus (!). / ((vacat)) / In hoc monumentum heres non / sequitur, praeter eos, quorum / nomina inscripta sunt (1ère moitié du Ier s. a.C.).

188Dg16. Invv. 6106 ; Zevi et al. 2018, 1435 : - - - - - - / libertis libertabusque / suis posterisque eorum / qui ex meo nomine erint / et marito dulcissimo. In fron/5te ped(es) XIIII, in agro ped(es) XXVI.

189Dg17. Inv. 6128 ; Zevi et al. 2018, 1344 : [- - - Ae]ḷịus [- - -] / [- - - si]bi se uiuo +[- - -] / [- - -]ạe Iun(iori ?) et Ael[i- - - -] / [- - - C]apitolinae F+[- - -] / 5[- - -] ẹorum qui e[x nomine meo erunt ?] / [- - -]H++++++NI+[- - -].

190Dg18. Inv. 6251 + 9435 ; Zevi et al. 2018, 1382 : - - - - - - / [- - -] / +[- - -] / Iuliae [- - -] / coniugị [- - -] /5C(aio) Iulio C(ai) f(ilio) EV+[- - -] / Iuliae Onesime liber[tae] ụx̣oriq(ue) / libert(is) libertabusq(ue) suis quos quasque / testamento nominauero. / In front(e) p(edes) XXVI, in agro p(edes) XXVI s(emissem) (IIe s.).

191Dg19. Inv. 11343+6730+11759 ; Zevi et al. 2018, 1398 : Sextus Publicius / Amesthytus et Oppia / Rufina quae et Tuccia / fecerunt «sibi et filis suis» /5Publiciae Augurinae et Publiciae / Capitolinae et Publicio Maiori / et qui post hoc nati fuerint et / libert(is) libertab(usque) post(erisque) eor(um) quos fili n(ostri) uo(luerunt) ? / In fronte pedes XXIII, in agro pedes X[- c.1/2 -] (Ier/IIe s.).

192Incertain :

193Dg20. Inv. 8581 ; Zevi et al. 2018, 1441 : - - - - - - / [- - -]ae et ḷị[bert- - -] / [- - - l]iberti[s - - -] / [- - -] licet n[isi - - -] / [- - -]re cu+[- - -] / - - - - - -.

194Dg21. Inv. 6128 ; Zevi et al. 2018, 1344 : [- - -? Ae]ḷịus [- - -] / [- - - si]bi se uiuo +[- - -] / [- - -]ạe iun(iori?) et Ael[i- - -] / [- - - C]apitolinae F+[- - -] /5 [- - -] ẹorum qui e[- - -] / [- - -] Ḥẹḷịc̣ẹṇị +[- - -].

195F – Si quis contra legem sepulcri fecerit. Violations et amendes.

196F24. Inv. 34 A : Si quis exter(um) / in hoc sarcofago (!) / corpus posuerit, inferet / aerario popu/li (sestertium) m(ilia) XX n(ummum ?). // D(is) M(anibus). / Aur(elio) Irenioni qui et / Ammoniano et Aur(eliae) Arpocratiane / fratribus.

197F25. Inv. 6077 ; Zevi et al. 2018, 1434 : - - - - - - / [- - -]ḷae uẹḷ ḍ+[- - -] / [- - -] donationis / [causa- - -]o qui pertinet / [- - -]t neue quis / [- - -]ae factum (IIIe s.).

198F26. Inv. 6271 ; Zevi et al. 2018, 1438 : - - - - - - / [- - -]+Ọ+[- - -] / ((vacat)) / libẹ[rti]s libertạ[bus] / post[e]risque [eorum.?] / Si quịs eum (!) monụ[mentum] /5ueṇdere aut aba[lienare] / [uo]let, tunc co[- c.7/8 -] / [((sestertium))] (quinquaginta milia) d(are) d(ebebit). / [H(oc)] m(onumentum) h(eredem) n(on) [s(equetur)] (IIe s.).

199F27. Inv. 6433 ; Zevi et al. 2018, 1441 : - - - - - - / aut uenḍịṭun [fuerit ? - - -] / dabit r[e]i pub[licae - - -]. / In fr(onte) p(edes) VIII, [in ag(ro) p(edes) - - -].

200F28. Inv. 6529 ; Zevi et al. 2018, 1415 : Va[leria - c.2 -]++oclia qụ[ae] et Festa / se b[ib]a (!) emit ho[c sarcoph]agum [-] / [Val]ẹrio Sabino p̣[atron]o biro (!) opṭ/[imo] et merenti et +[- c.4/5 -]e Valeri/5ae hreste que (!) et [- - -]e collib/erte (!) optị[me (!). Q]ụisq[uis aut]em (?) supe/r haec +[- c.12/13 - intu]lerit co/r[pus alienum? - - -]+ se pro / tanto [- c.20 – i]n/10fertuṛ [- - -] / dic[- - -] (IIe/IIIe s.).

201F29. Inv. 6623 a-b + 6958 + 9350 + 9476 + 9736 ; Zevi et al. 2018, 1348 : M(arcus) Antistiu[s M(arci) f(ilius) Luc]ṛio / in sepulchr[o - - - dato vel concesso sibi?] / ab Aelia Tḥai[de - - - ] / a pontifi[cibus - - -] /5 manenti tiṭ[ulo - - -] / [- - -]+ere no[n licet?- - -]ae / [- - - et li]bertis / [libertabusque posterisque eoru]m (IIe s.).

202F30. Inv. 6888 ; Zevi et al. 2018, 1446 : Fr. a: - - - - - - / +++[- - -]/ae V[- - -] / auteṃ[- - -]/ros d[- - -]/5us incu+[- - -] /me fili n[- - -] / [co]rpus (?) R[- - -] / - - - - - - ; Fr. b:- - - - - - / [- - -]+EX / [- - -]erint / [- - - i]nferat / [- - -] raei (!) pu/5[blicae Ostiensium ?- - -]+++ST++ / - - - - - - (IIIe s.).

203F31. Inv. 8991 ; Zevi et al. 2018, 1355 : - - - - - - ? / Calpụ[rni-] / et Aufi[di- - - ? si]/bi locụ[m ?- - -] / VIB[.]+[- - -] /5aerạ[rio p(opuli) R(omani) inferet].

204F32. Inv. 11353 ; Zevi et al. 2018, 1454 : - - - - - - / [- - - - - -] / [- - - s]ị quis tiṭ[ulum - - -] / [- - -]+++++[- - -] / - - - - - -?

205F33 Inv. 11756 : D(is) [M(anibus)] / sarcopha[gum posuit] / Virginia [- - -] / concess[- - -ex] /5 concessị[one - - -]/brio Epaf[rodito ? - - -]/ori ; quod sị [quis in ea sarco]/phaga ext[erum corpus] / condere u[oluerit, infer]/et aer(ario) p(opuli) R(omani) [- - -].

206F34. Inv. 11770 ; Zevi et al. 2018, 1457 : - - - - - - / [- - -]que A[- - -] / [- - -]+ ; si quis [- - -] / [- - -] uoluerit [- - -] / [- - - ]dereq(ue) h(- - -) [- - -]. /5 [In fronte p(edes) - - -, in] agro p(edes) XX[- - -?].

207F35. Inv. 19934 ; Calza 1938, p. 62 (AE, 1939, 147) ; Barbieri 1958 p. 84 et 15, pl. XXIII, 2 ; Heinzelmann 2000, p. 228 ; EDR073391 (R. Marchesini) ; Zevi et al. 2018, 1345 : C(aius) Iulius C(ai) et L(uci) Sertori l(ibertus) Apella / sepulchrum inferundi humandi leiberteis / leibertabusque sueis et leibertorum leiberteis / et C(aio) Iulio Cissi l(iberto) Pamphilo mensori et A(ulo) Terentio / 5 A(uli) l(iberto) Nicomedi dat. ((vacat)) / Seiquis leibertorum meorum conleibertum / suom aut eorum quem quei s(upra) s(cripti) s(unt) inferri prohibuerit, / ei ipsi qui prohibuerit eo inferundei ius / potestasque ne esto (2e moitié du Ier s. a.C.).

208F36. Zevi et al. 2018, P105 : - - - - - - / B[- - -]i fecit [- - -] / [- - -]CET Claud[iae? - - -]/eciae coiu[gi (!) - - -] / [- - -] si quis autem [- - -] / - - - - - -

209Incertains :

210F37. Inv. 6762 ; Zevi et al. 2018, 1444 : - - - - - - / [- - -]+ỊẠṚ[- - -] / [- - -] si quoḍ[- - -] (IIIe/IVe s.).

211F38. Inv. 10429 ; Zevi et al. 2018, 1452 : - - - - - - / [- c.4/5? -]++[- c.8/9 -] / [- c.4? -]m ponat, ne ipse / [- c.4 -]ṛit. In f(ronte) p(edes) X, in / a(gro) p(edes) IX (IIIe s.).

Bibliographie

Arangio-Ruiz 1974 = V. Arangio-Ruiz, Minima de negotiis, dans Studi epigrafici e papirologici, Naples, 1974, p. 440-449.

Barbieri 1958 = G. Barbieri, Le iscrizioni delle necropoli, dans M. Floriani Squarciapino (dir.), Scavi di Ostia, III. Le necropoli. I. Le tombe di età repubblicana e augustea, Rome, 1958, p. 131-165.

Becatti 1948 = G. Becatti, Case ostiensi del tardo impero, dans BdA, 33, 1948, p. 102-128 et 197-224.

Blanch Nougués 2007 = J. M. Blanch Nougués, Nuevas consideraciones acerca la fundación funeraria de Iunia Libertas en Ostia, dans RDroitsAnt, 54, 2007, p. 197-218.

Bloch 1953 = H. Bloch, Ostia. Iscrizioni rinvenute tra il 1930 e il 1939, dans NSc, 78, 1953, p. 239-306.

Bloch 1958 = H. Bloch, C. Cartilius Poplicola, dans M. Floriani Squarciapino (dir.), Scavi di Ostia, III. Le necropoli. I. Le tombe di età repubblicana e augustea, Rome, 1958, p. 209-219.

Bodel 2010 = J. Bodel, Tombe e immobili: il caso dei praedia Patulciana (CIL, X, 3334), dans L. Chioffi (dir.), Il Mediterraneo e la storia. Epigrafia e archeologia in Campania: letture storiche. Atti dellincontro internazionale di studio, Napoli, 4-5 dicembre 2008, Naples, 2010, p. 247-264.

Buonocore 2014 = M. Buonocore, Marmora duplicata « antichi » e « recenti », dans A. Donati (dir.), L’iscrizione e il suo doppio. Atti del Convegno Borghesi 2013, Faenza, 2014 (Epigrafia e antichità, 35), p. 197-226.

Caldelli – Crea – Ricci 2004 = M. L. Caldelli, S. Crea, C. Ricci, Donare, emere, vendere, ius habere, possidere, concedere, similia. Donazione e compravendita, proprietà, possesso, diritto sul sepolcro e diritti di sepoltura, dans Libitina e dintorni, p. 310-349.

Caldelli et al. 2014 = M. L. Caldelli, S. Orlandi, V. Blandino, V. Chiaraluce, L. Pulcinelli, A. Vella, EDR – Effetti collaterali, dans ScAnt, 20-1, 2014, p. 267-289.

Calza 1938 = G. Calza, Sepolcreto lungo la via Laurentina, dans NSc, 1938, p. 26-74.

Calza 1939 = G. Calza, Epigrafe sepolcrale contenente disposizioni testamentarie, dans Epigraphica, 1, 1939, p. 160-162.

Calza 1941 = G. Calza, Ostia. Edificio degli Augustali, dans NSc, 19, 1941, p. 196-215.

Capogrossi Colognesi 1976 = L. Capogrossi Colognesi, La struttura della proprietà e la formazione dei « iura praediorum » nell’età repubblicana, II, Milan, 1976 (Pubblicazioni dell’Istituto di diritto romano e dei diritti dell’Oriente mediterraneo, 42).

Cébeillac 1971 = M. Cébeillac, Quelques inscriptions inédites d’Ostie: de la République à lEmpire, dans MEFRA, 83, 1971, p. 39-125.

Cébeillac-Gervasoni 1979 = M. Cébeillac-Gervasoni, Un exécrable affranchi dans une inscription inédite d’Ostie, dans ΦΙΛΙΑΣ ΧΑΡΙΝ. Miscellanea di studi in onore di Eugenio Manni, Rome, 1979, p. 451-461.

Cébeillac-Gervasoni – Caldelli – Zevi 2010 = M. Cébeillac-Gervasoni, M. L. Caldelli, F. Zevi, Epigrafia latina. Ostia: cento iscrizioni in contesto, Rome, 2010.

De Paolis 2010 = M. De Paolis, Iura sepulcrorum a Ostia: consuntivi tematici ragionati, dans ArchCl, 61, 2010, p. 583-629.

De Visscher 1963 = F. De Visscher, Le droit des tombeaux romains, Milan, 1963.

Floriani Squarciapino 1958 = M. Floriani Squarciapino, Scavi di Ostia, III. Le necropoli. I. Le tombe di età repubblicana e augustea, Rome, 1958.

Frascati 1997 = s. Frascati, La collezione epigrafica di Giovanni Battista De Rossi presso il Pontificio Istituto di archeologia cristiana, Cité du Vatican, 1997 (Sussidi allo studio delle antichità cristiane, 11).

Galeno 1981 = G. Galeno, Su una iscrizione funeraria ostiense, dans Labeo, 27, 1981, p. 33‑36.

Heinzelmann 2000 = M. Heinzelmann, Die Nekropolen von Ostia. Untersuchungen zu den Gräberstraßen vor der Porta Romana und an der Via Laurentina, Munich, 2000 (Studien zur antiken Stadt, 6).

Helttula 2007 = A. Helttula (dir.), Le iscrizioni sepolcrali latine nell’Isola Sacra, Rome, 2007 (Acta Instituti Romani Finlandiae, 30).

Kaser 1978 = M. Kaser, Zum römischen Grabrecht, dans ZSav, 95, 1978, p. 15-92.

Kremer 2013 = D. Kremer, Un conflit de propriété à Ostie au milieu du IIe siècle de n.è. Nouvelles considérations sur la supposée fondation funéraire de Iunia Libertas, dans IVRA, 2013, p. 25-45.

Kübler 1922 = B. Kübler, Fideicommissum, dans E. De Ruggiero, Dizionari epigrafico di Antichità romane, III, Rome,1922, p. 74-76.

Kuryłowicz 1985 = M. Kuryłowicz, Heres fiduciarius. Bermerkungen zum römischen Erbrecht in den lateinischen Grabinschriften, dans ZPE, 60, 1985, p. 189‑198.

Laubry 2007 = N. Laubry, Le transfert des corps dans l’empire romain. Problèmes d’épigraphie, de religion et de droit romain, dans MEFRA, 119-1, 2007, p. 149-188.

Laubry 2018 = N. Laubry, Monumentum Cartilianum. Droit des tombeaux et société locale à Ostie, dans ZPE, 2018, à paraître.

Libitina e dintorni 2004 = Libitina e dintorni. Libitina e i luci sepolcrali, le leges libitinariae campane, iura sepulcrorum: vecchie e nuove iscrizioni. Atti dell’XI Rencontre franco-italienne sur l’épigraphie, Rome, 2004 (Libitina, 3).

Marinucci 1988 = A. Marinucci, Ostia. Iscrizioni municipali inedite, dans Miscellanea greca e romana, 13, 1988, p. 181-216.

Marinucci 2012 = A. Marinucci, Disiecta Membra. Iscrizioni Latine da Ostia e Porto, 1981-2009, Ostie, 2012.

Mommsen 1895 = T. Mommsen, Zum römischen Grabrecht, dans ZSav, 16, 1895, p. 203-220.

Paturet 2014 = A. Paturet, La distinction entre tombeaux de famille et tombeaux héréditaires en droit romain classique, dans Contemporary Readings in Law and Social Justice, 6-1, 2014, p. 137-191.

Solin – Salomies 1994 = H. Solin, O. Salomies, Repertorium nominum gentilium et cognominum Latinorum, 2 ed., Hildesheim-Zurich-New York, 1994.

Thylander 1952 = H. Thylander, Inscriptions du port d’Ostie, Lund, 1952 (Acta Instituti Romani Regni, 4, 1-2).

Van der Meer 2012 = L. B. Van der Meer, Ostia Speaks. Inscriptions, Buildings and Spaces in Rome’s Main Port, Louvain-Paris-Walpole (MA), 2012.

Van Haeperen 2002 = F. Van Haeperen, Le collège pontifical, 3ème s. a.C.-4ème s. p.C. Contribution à l’étude de la religion publique romaine, Bruxelles, 2002 (Études de philologie, d’archéologie et d’histoire anciennes, 39).

Zevi et al. 2018 = F. Zevi, M. L. Caldelli, M. Cébeillac-Gervasoni, N. Laubry, I. Manzini, R. Marchesini, F. Marini Recchia, Epigrafia di Ostia dopo il CIL XIV. Duemila iscrizioni funerarie, Venise, 2018, sous presse.

Notes

1 Voir Zevi et al. 2017. On trouvera la liste de ces documents en annexe. Je tiens à remercier ici Maria Letizia Caldelli, Mireille Cébeillac-Gervasoni, Ilaria Manzini, Raffaella Marchesini et Filippo Marini Recchia de m’avoir permis de travailer sur ces textes pour lesquels nous avons partagé la rédaction des notices. À Fausto Zevi j’exprime également toute ma gratitude pour les mêmes raisons et pour la confiance dont il a fait preuve à mon égard en me proposant de participer à ce groupe de travail.

2 De Paolis 2010 ; Marinucci 2012, 28, 48, 71, 128, 154, 159, repris dans la liste en annexe. Le n. 156 est en revanche probablement une copie moderne, forgée à partir Thylander 1952, A 80 = Helttula 2007, 103, et dont une seconde version a été récemment signalée par Buonocore 2014, p. 221-226.

3 Outre l’editio princeps de Calza 1939 (AE, 1940, 94), on peut renvoyer à De Visscher 1963, p. 239-251 et, plus récemment, à Blanch Nougués 2007 et Kremer 2013. Cf. Zevi et al. 2017, 1384.

4 C’était aussi l’avis de Bloch 1953, p. 301, 68 qui fut le premier éditeur de ce texte. Cf. CIL, XIV, 1867 (Ostia) ; CIL, IX, 4225 (ILS, 6015, Amiternum) ; CIL, VI, 22300. CIL, VI, 29960 semble en revanche un cippe funéraire. Pour d’autres inscriptions qui ne se réfèrent pas un mur, mais à un puteum, une culina ou un iter : CIL, VI, 29958 et 29959 ; CIL, X, 3157 (Baiae) et 3158 (Baulae). Cf. Capogrossi Colognesi 1976, p. 62-63.

5 Libitina e dintorni 2004, p. 309-427 ; De Paolis 2010.

6 Kaser 1978, p. 68-69.

7 La concession du droit au tombeau selon les modalités de la succession patrimoniale était déjà attestée par plusieurs inscriptions d’Ostie : CIL, XIV, 523 (ILS, 8299) ; 1357 ; 1452 ; 1620 ; 1636 (ILS, 7926 ; FIRA, III2, 80n ; Thylander 1952, B 152) ; 4862 (FIRA, III2, 80u). Pour la définition du tombeau héréditaire, voir De Visscher 1963, p. 94-99 ; Kaser 1978, p. 51-60 et Paturet 2014. Sur l’heres fiduciarius, voir infra.

8 Pour une formulation similaire, voir par exemple CIL, XIV, 523 (ILS, 8299) : monomentum (!) Vibianum. Cf. CIL, XIV, 1636 = Thylander 1952, B 152), où est mentionné un monumentum Iunianum dont une part est cédée à des affranchis impériaux et une autre à un M. Statilius Mercurius et sa famille par un T. Flauius Rufinus, qui sans doute l’avait reçu par transmission héréditaire. Cf. CIL, X, 563 (InscrIt, I, 1, 306, Salernum) : heroum Decentianum.

9 Sur le personnage, voir Bloch 1958 ; pour la tombe, voir I. Gismondi dans Floriani Squarciapino 1958, p. 171-181 et ibid., p. 191-207.

10 Le 15 avril 1941, au sud de la via delle Tombe, dans le voisinage des piles de l’aqueduc.

11 Marinucci 1988, 8 (AE, 1988, 183) : C(aius) Cartiliu[s] C(aii) et ((mulieris)) lib(ertus) Onesimus, / M(arcus) Antistius M(arci) lib(ertus) Epagathus et / Cartilia C(aii) f(ilia) Iusta et / Cartilia C(aii) et M(arci) lib(erta) Venusta /5 fecerunt sibi et suis et / P(ublio) Nonio P(ublii) f(ilio) Quir(ina) Iusto dec(urioni), / libertis libertabus posterisque eorum. / H(oc) m(onumentum) h(eredes) n(on) s(equetur). / In fr(onte) p(edes) XXX, in agro p(edes) XXVII s(emis). /10 [[- - - - - -]].

12 L’ensemble des questions soulevées par ces deux documents a fait l’objet d’une communication lors du « Quarto seminario ostiense » sur le territoire d’Ostie, qui s’est tenu à Rome les 16 et 17 novembre 2016.

13 Inserui semble plutôt lié au verbe inseruire (Bloch 1958, p. 219, 5). Cf. à Aquilée l’inscription InscrAq, 2, 873.

14 Voir CIL, VI, 10173 et p. 3948 (FIRA, III2, 80t) : ego donaui usu chirographo. Bien que le contexte soit différent, on peut se reporter à la lettre transcrite dans la pierre de C. Iulius Candidus répondant à la petitio d’un groupe d’affranchis et cédant par la missive même un emplacement sur un terrain pour leur sépulcre (CIL, VI, 10242 et p. 3502, 3908 ; ILS 7861 ; Frascati 1997, p. 19) : id ius concedere hac epistula uobis notum facio.

15 L’espace entre le I et le O à la fin de la ligne 5 est en effet très étroit et aucun signe de ponctuation n’est visible entre le E et le M – même s’il n’y en n’a pas non plus entre le X et le C au début de la même ligne.

16 CIL, XIV, 921. Cf. Solin – Salomies 1994, p. 70. Pour l’usage de l’accusatif donationem après ex, voir par exemple CIL, VI, 19547 ou CIL, XIV, 523 (ILS, 8299, Ostia). Cf. CIL, XIV, 1135 et l’inscription Aa71 = Bd88 (Calza 1941, p. 206).

17 De Paolis 2010, p. 598. Voir S. Crea dans Caldelli – Crea – Ricci 2004, p. 338-339. Cf. aussi Kaser 1978, p. 29-30 n. 60. Il comprend la formule de CIL, XIV, 523 (ILS, 8299) : comparauit… ex donationem comme mit geschenktem Geld gekauft, ce qui paraît assez improbable.

18 CIL, XIV, 857 et p. 616 : L(ucius) Combarisius Zoticus / adparaui uiuus mihi et / Combarisie Faustine def(unctae) / coniugi incomparabili.

19 Barbieri 1958, p. 151-152.

20 Cf. Kaser 1978, p. 42-43 n. 123. Le développement fiduciarius proposé par Marinucci 2012, p. 131, 128 (pour un texte qui, par ailleurs, est sans doute un faux) est donc erroné. Voir Arangio-Ruiz 1974, p. 447-448, qui envisageait que la mention dans CIL, XIV, 331 ait pu être une erreur du lapicide. Le nouveau texte rend désormais cette hypothèse délicate. Cf. infra.

21 Kuryłowicz 1985.

22 Paul : Dig., 36, 1, 43, 1 : Restituta hereditate iura sepulchrorum apud heredem remanent. Cf. Mommsen 1895, p. 209-210 n. 1 ; Kübler 1922, p. 75

23 De Visscher 1965, p. 69.

24 On relèvera en passant le gentilice paternel, qui pourrait indiquer qu’Amethystus fut esclave de la colonie ou descendant de l’un d’entre eux. Les cognomina des deux filles, liés indéniablement à la sphère religieuse, sont également remarquables.

25 Sur ce point, voir en dernier lieu Van Haeperen 2002, p. 317-318 et Laubry 2007, p. 162-163.

26 Zevi et al. 2017, 1361 (CIL, XIV, 1561 ; cf. Pulcinelli dans Caldelli et al. 2014, p. 281-282, 11) : [D(is)] M(anibus) / [- - -] (ibertae?) Sabbatidi / [- - - ?] que (!) bixit (!) annis / [- c.1/2 ? -]XXV, m(ensibus) XI, d(iebus) XṾỊII /5 [- - -] C(ai) l(ibertus) Filocyriu[s] (!) / [- - -] coniugi bene [er]enti. / [- - -] hic locus pleṇ[us] est / [- - -] de suptus littera[- - -]+tạ. Pour les parallèles, voir CIL, XIV, 525 et 812.

27 Zevi et al. 2017, 1374B: [- c.4 -]rtius C(aii) lib(ertus) / [- c.3 -Fort]unatus (?) sibi et / [- c.7 -] Tyrannidi coniugi / [et libe]rtis libertabus /5 [posteri]sque eorum [- - -] / [In tri]clinio pa[rte dex(teriore)] / [oll]as (?) n(umero) II item [ntrantibus] / [p]arte senisterio[re (!) - - -] / [ ol]las (?) n(umero) XII iuris [- - -]. Zevi et al. 2017, 1342 : [- - -]a uixit mecum / [- - -]e amicabus suis / [- - -] ihil negauit / [- - -] umquam /5 [- - -] huius parietis medi / [- - -]+ item parte sinistra / [- - -]tum columbarium ollae / [- - - si]nistra trichilini qua / [- - -]ndum aediculam iunctum /10 [- - -] M(ani) Acili Modesti.

28 Zevi et al. 2017, 1453 : Ustrinu(m) / et paries / commun(ia).

29 Pour les ustrina dans les principales nécropoles d’Ostie, voir Heinzelmann 2000, p. 99

30 On relèvera que la présence de mansio à la l. 1 soulève diverses questions. Il semble qu’il faille interpréter ce terme dans un sens matériel, peut-être comme synonyme de demeure, plutôt qu’y voir un élément du substantif mansionarius (« gardien »), terme rare et tardif. Les dépendances pouvaient être aussi bien des cubicula ou des hortuli, peut-être des aedicula.

31 Cf. à Ostie CIL, XIV, 396 (ILS, 8346), le complexe funéraire du sévir C. Nouius Trophimus, incluant également un terrain de deux jugères et quatorze onces.

32 Pour un parallèle dans un contexte judiciaire, voir AE 1962, 288 = CILA II, 4, 1052 (Munigua, lettre de Titus aux décurions de la cité ayant fait appel auprès du prince, mais condamnés à payer la somme qui avait été adiucata au fermier des impôts auquel ils étaient opposés).

33 Gaius, Inst., 4, 42.

34 CIL, VI, 10250 (p. 3502 ; 3908 ; ILS, 8363). Pour un cas touchant à la validité d’une cession d’un terrain comportant des sépultures, voir aussi la fameuse « sententia Senecionis de sepulcris » (CIL, X, 3334 ; ILS 8391 ; FIRA, III2, 86 ; cf. Bodel 2010 sur ce texte).

Auteur

École française de Rome, dirant@efrome.it

© Publications de l’École française de Rome, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires