Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rome et la Révolution française

 | 
Gérard Pelletier

Deuxième partie. Le clergé et sa constitution «civile» : les éléments de la rupture entre paris et Rome, 1789-1791

Chapitre VII. La consommation d’une rupture : les brefs pontificaux et l’affaire d’Avignon

Texte intégral

  • 1 Voir sur ce point P. Alvazzi del Frate, « Tra Rivoluzione e reazione : il giornalismo politico nell (...)

1Si les cardinaux réfléchissent sur l’attitude à adopter vis-à-vis des réformes, ils en refusent massivement les racines plongées dans la philosophie des Lumières. A Rome, ce refus se marque déjà par le développement d’une presse contre-révolutionnaire. En août 1790, le journaliste Francesco Becattini, rédacteur des Notizie politiche, journal ayant montré de la sympathie pour les événements de Paris, est arrêté, et son journal supprimé. Depuis janvier 1790, paraissent à Rome les Annali di Roma, revue contre-révolutionnaire de Michele Mallio, qui s’en prend à Rousseau et fustige ces peuples qui se réclament de la liberté, alors qu’ils ne savent pas en vivre1. C’est donc dans un climat déjà marqué par des orientations précises que Pie VI prend le temps de réfléchir.

QUOD ALIQUANTUM : VERS LE BREF DU REFUS

L’Exposition des principes et ses suites

2Des échanges entre les deux ministres sur cette nouvelle période émane une impatience due à l’attente de Paris et à l’expectative affairée de Rome ; Paris pose des questions, Rome déclare attendre d’autres solutions...

  • 2 AE, Rome 913, f. 80.
  • 3 Ibid., f. 96.
  • 4 Ibid., f. 78.
  • 5 Ibid., f. 120-121.

3Bernis justifie d’abord le temps que prend le pape à lire les voti des cardinaux : c’est le 27 octobre seulement que la lecture est achevée2. Or les prélats sont pour la plupart en vacances ! Campanelli, « qui travaille le plus sous la dictée du pape »3, ne rentrera que le 12 novembre. L’opinion qui prévaut désormais est que les propositions de la cour ne sont pas acceptables telles quelles : c’est ce qu’a conclu la congrégation du 24 septembre4. Un mois plus tard, les options favorables ont disparu de l’esprit de l’ambassadeur. Ce qui importe au souverain pontife, c’est de suspendre l’exécution des décrets et de mieux connaître les opinions des évêques. La lettre du 10 novembre nous livre la clef de la pensée de Bernis à ce moment-là : si le pape avait répondu rapidement de façon positive, les évêques se seraient divisés, et ils seraient maintenant bien ennuyés devant les menaces qui pèsent, selon les nouvelles publiques, sur le célibat ecclésiastique, sur le respect du mariage, etc...5. Il faut préciser que le ton de l’ambassadeur devient plus menaçant. Ses dépêches de novembre parlent de résistance à la destruction de la religion, de non-coopération de Rome à une telle opération. Cela n’est pas sans lien avec les sommations peu diplomatiques qu’il reçoit de la part des autorités d’Albi : il doit en effet choisir entre son rôle à Rome et son bénéfice d’archevêque de la ville. Bernis se plaint de perdre ses revenus et de ne plus pouvoir tenir son rang dans la Ville éternelle. C’est alors, et alors seulement, que les invectives d’Albert Mathiez sur l’aristocratisme de l’ambassadeur peuvent se justifier.

  • 6 Paris, 1790. Bibliothèque Nationale Ld4 3090 A. Voir en Guillon, I, p. 151-237 ; J. Chaunu, Droit d (...)

4L’idée que les évêques doivent s’exprimer plus clairement est de fait tout aussi présente à Paris ; Boisgelin, dans sa lettre à Louis XVI du 11 novembre, lui fait poliment remarquer que son approbation rapide a changé les circonstances pour Rome. Il lui donne le texte de cette Exposition des principes sur la Constitution civile du clergé par les évêques députés à l’Assemblée nationale6 avant même que toutes les signatures aient été réunies. On y trouve in fine les paraphes de près de trente évêques et d’une centaine d’ecclésiastiques de l’Assemblée. Portant la date du 30 octobre 1790, le texte est remis à Pie VI le 1er décembre par Bernis, d’après ce qu’il affirme, ajoutant, le 8, que la lecture de ce volume va retarder encore le travail du Saint-Père.

5Qu’affirmait cette Exposition des principes ?

6Après avoir rappelé les principaux décrets, non sans suivre d’ailleurs l’ordre des cinq propositions, elle traite d’abord de l’indépendance du spirituel et des questions de juridiction épiscopale. Elle met bien en relief les droits et devoirs des évêques, rappelant le lien indissoluble qui les unit à leur peuple, et souligne que ceux qui devront démissionner ne peuvent le faire qu’entre les mains du pape. Les autres devront céder les juridictions pour chaque territoire concerné. De même, on ne pourra changer la carte des diocèses sans recourir à Rome. Pour les élections, l’ancienne formule qui mettait en première place le clergé n’a pas été respectée. De plus, l’élection des curés ôte tout pouvoir pastoral à l’évêque ; faudra-t-il élire les ordinands ? Une loi civile ne peut ainsi empiéter sur le soin des âmes ; l’évêque doit rester libre vis-à-vis de son conseil. On regrette l’absence de synodes réguliers qui auraient limité les abus, mais il reste toujours les liens avec Rome pour conserver l’unité de l’Église : « Nous opposons à la nouveauté la pierre sur laquelle nous sommes fondés ». On s’élève contre la suppression des vœux religieux en rappelant le bien accompli par tous ces hommes et ces femmes dans la société, et la fausseté de l’affirmation selon laquelle le peuple ne les aime pas. Boisgelin reprend les idées de son discours lors de l’ouverture des débats sur la nécessaire coopération des deux puissances. Mais le ton a changé, il réclame désormais des droits qui n’ont pas été respectés. Les évêques veulent recourir au chef de l’Église et exigent la suspension des décrets en attendant la réponse. L’Assemblée reste muette devant les discours des ecclésiastiques parce qu’elle doute de son autorité en ce domaine. Il faut éviter le schisme, et donc écouter la voix de Pierre.

  • 7 A. Mathiez écrivait assez justement que l’Exposition des principes venait trop tard, mais qu’elle « (...)

7Peut-on parler de retour en arrière ? Non, en dépit de cette première impression. La comparaison avec les discours de l’Assemblée est révélatrice de la ligne de conduite des évêques députés, Boisgelin en tête : les réformes sont possibles, si le pape donne son accord et négocie sur certains points. On est dans le fond peu éloigné de la position d’un Gerdil ou d’un Antonelli. Mais Boisgelin et les évêques adressent au pape un signal : ils demandent son intervention, même un peu trop tard, signifiant par là qu’ils lui seraient soumis quelle que soit sa réponse7.

  • 8 Jean-Georges-Charles Voidel, Tiers-état, Sarreguemines (1758-1812), DC, p. 940-941.

8Pressée de voir la mise en œuvre des réformes (en butte aux premières difficultés), l’Assemblée a rouvert le dossier ecclésiastique : le 15 novembre, un décret autorise un évêque élu à recevoir l’institution canonique et l’ordination de n’importe quel autre évêque. Et le 26 novembre, le député Voydel8 propose que les membres du clergé prêtent un serment de fidélité à la nation, à la loi et au roi ; ce qui les oblige en conscience vis-à-vis de tous les décrets de l’Assemblée. Mirabeau profite de la discussion pour vilipender l’Exposition des principes, qui représente à ses yeux un appel au pape et à la résistance.

9Il ne s’agit plus désormais de discussion de principe : un premier ecclésiastique a été élu au siège vacant de Quimper le 31 octobre, Expilly. Et il s’adresse à Rome pour recevoir son institution canonique : il écrit le 23 novembre à Bernis pour le prier de demander à Pie VI une confirmation provisoire. Mais le 13 décembre, Pie VI prie le nonce de faire savoir à l’élu qu’il ne lui accorde rien présentement, qu’il va réfléchir. Bernis continue à louer la lenteur du pontife.

  • 9 AE, Rome 913, f. 157 et sv.
  • 10 A. Mathiez, op. cit., p. 424.

10Le 3 décembre, Montmorin envoie un nouveau mémoire du roi, et une lettre de Boisgelin reprenant les idées de l’Exposition des principes9. Le mémoire du roi reformule les propositions de la cour en sept articles, mettant mieux en lumière la place du métropolitain comme intermédiaire autorisé par Rome pour instituer les nouveaux évêchés. L’approbation par le pape de la nouvelle carte ecclésiastique constitue en quelque sorte le fondement canonique validant les autres réformes. Boisgelin répète que l’accord du pape est indispensable pour valider les démissions. Il se propose même de venir négocier directement à Rome10. Aux yeux de Paris, tout repose entre les mains du pape, les évêques ayant tout dit. Pie VI, pour sa part, consulte de nouveau les cardinaux.

La congrégation du 16 décembre 1790

  • 11 AE, Rome 913, f. 174. On ne voit pas pourquoi P. et P. Girault de Coursac accusent de Bernis d’avoi (...)

11Pour connaître le contenu des échanges, nous ne disposons pour toute information que du rapport de l’ambassadeur11 : l’attitude romaine est assez déroutante, puisqu’elle se résume en un refus des sept propositions, jugées inacceptables au regard de la discipline universelle, et une demande réitérée au roi et aux évêques de trouver des accommodements acceptables.

« Parmi les douze cardinaux qui composent la congrégation, il ne s’en est pas trouvé un seul qui ait été d’avis que nous pouvons faire en conscience aucune concession quelconque sans les explications convenables et nécessaires. Mais ils ont tous conclu unanimement qu’il faut faire des réponses paternelles au Roi et aux évêques, en autorisant ceux-ci à nous proposer eux-mêmes les articles qu’ils croiront absolument nécessaires et susceptibles d’être autorisés par nous... ».

12La dépêche du 5 janvier fournit plus de renseignements : les lettres du roi ont attendri tout le monde jusqu’aux larmes, et Pie VI voudrait donner sa vie pour sauver la France du schisme. Pie VI, avoue Bernis, n’a pas fini de lire l’Exposition des principes. Mais une phrase nous donne la clef du malentendu :

  • 12 AE, Rome 913, f. 204.

« Si donc le pape, sans s’être expliqué préalablement avec nos évêques, approuvait les sept articles proposés dans le mémoire que je lui ai remis au nom du roi, il se trouverait en opposition avec l’ouvrage des trente évêques, il dérogerait aux règles canoniques exposées dans ce même ouvrage : en un mot il scandaliserait l’Église universelle... Il serait contradictoire que les mêmes prélats qui ont établi les principes de la Constitution civile du clergé, sollicitassent en même temps le pape de s’en écarter »12.

  • 13 A. Mathiez juge également que l’Exposition des principes est une tentative de conciliation, et non (...)
  • 14 Lettre Quod tibi du 26 janvier 1791, Theiner, p. 25.
  • 15 Lettre Rapiunt animum du 2 février 1791, ibid., p. 25-26.
  • 16 Lettre Doloris lacrymae du 9 février 1791, ibid., p. 26-27.

13En somme, Rome tire argument du fait que Boisgelin est l’auteur commun des différents textes, et assume une lecture stricte de l’Exposition des principes en la considérant comme un refus total des réformes. Pourtant ces propositions constituaient déjà des accommodements jugés provisoirement possibles à l’Église gallicane pour éviter le schisme !13 On peut dire que les jeux sont faits, et que Pie VI peut désormais prendre son temps pour rédiger son bref. Il n’entend considérer que l’aspect doctrinal de la situation, et imprime alors la direction qu’il va donner à son œuvre en ne se plaçant que sur le plan de la juridiction ecclésiastique. Les évêques de France font ici les frais du caractère ambigu de leur situation. Relevons que des lettres de Pie VI adressées à l’abbesse duchesse de Bourbon14, au vicaire général de Dol15 et à l’évêque de Toulon16 permettent déjà de connaître les griefs et l’opposition du pape à la politique de l’Assemblée dès les premiers mois de 1791.

Les serments : l’Assemblée va jusqu’au bout de sa logique

  • 17 B. Cousin, M. Cubells et R. Moulinas, La pique et la croix, Paris, 1989, p. 132-136.

14Pendant ce temps, la confusion grandit en France, puisque l’ancien ordre des choses est toujours en place, alors que la vente des biens du clergé commence et que la Constitution civile est revêtue de l’approbation royale. Pour forcer les ecclésiastiques à afficher leur soumission à la loi, on a donc recours au serment, imposé pour la première fois dans l’Aisne, puis dans le Var, adopté par l’Assemblée après une discussion très vive entre Mirabeau et Maury le 27 septembre. Chaque ecclésiastique ayant charge d’âmes, comme fonctionnaire public, doit jurer « d’être fidèle à la Nation, à la Loi et au Roi, de maintenir de tout son pouvoir la Constitution décrétée par l’Assemblée Nationale et acceptée par le Roi ». Sommé de donner son accord, Louis XVI signe le décret le 26 décembre 1790, devenu exécutoire à partir du 27 décembre. Grégoire jure le premier devant l’Assemblée. Une guerre des brochures se déchaîne ; l’évêque de Clermont, Mgr de Bonal, propose d’adjoindre à la formule une restriction concernant le domaine spirituel, ce qui est refusé le 4 janvier. Sept évêques prêtent le serment à l’Assemblée : Talleyrand (Autun), Loménie de Brienne (Sens), Jarente (Orléans), Lafont de Savine (Viviers), Gobel (coadjuteur de Bâle), Dubourg-Mirodot (in partibus de Babylone), Martial de Loménie (coadjuteur de Sens). Puis, 81 députés ecclésiastiques sur les 263 suivent l’exemple de Grégoire17. Désormais, Rome peut savoir avec exactitude jusqu’où se propose d’aller l’Assemblée, et dans quelle mesure le clergé de France la suit.

Le bref tant attendu...

  • 18 ASV, Epistolae ad Principes, XVI, f. 15 sv. ; Theiner, p. 32-71 ; ACTA I, p. 62 ; Guillon, I, p. 10 (...)
  • 19 C. Ledre, L’abbé de Salamon..., p. 104.

15Le bref du refus, Quod aliquantum differe, daté du 10 mars 179118, est finalement adressé aux évêques signataires de « l’Exposition des principes », et non au roi seul, qui en reçoit cependant un exemplaire avec une lettre particulière que nous présenterons plus loin. En cela d’ailleurs, Rome respecte les usages français qui exigent qu’un document pontifical ait l’accord du souverain19.

16Le titre même du bref nous place devant le long silence du pape : « Ce qui a été différé quelque temps... ». Dans un premier temps, Pie VI signale sa douleur extrême et son intense prière ; il ne manque pas de parler des décrets déjà revêtus de la sanction royale. Il a attendu des mesures de défense, et l’exposé des évêques l’a confirmé dans sa pensée : il attend encore que la majorité des prélats gallicans se soient prononcés, pour avoir une base solide à une réfutation définitive. Ce retour vers les évêques est remarquable par rapport au ton des voti, qui hésitaient entre le roi et l’épiscopat : Rome s’est enfin rendue compte des changements intervenus dans le statut des pouvoirs en France, attitude que l’on retrouvera dans Charitas, quand Pie VI appellera les pasteurs à la résistance.

  • 20 Pie VI fait ici référence au refus par l’Assemblée de la motion de Dom Gerle, le 12 avril 1790, de (...)

17Le premier chef d’accusation contre l’Assemblée est de s’être arrogé la puissance spirituelle, dans le but d’anéantir la religion et, avec elle, l’obéissance due aux rois. L’égalité et la liberté sont des notions définies contre la raison, étant contre les droits suprêmes de notre créateur et contre ceux des souverains. Le pouvoir de ceux-ci ne vient pas d’un contrat social, mais de Dieu. Est donné pour preuve de la mauvaise volonté de l’Assemblée, qu’elle a refusé à la religion catholique le titre de « dominante »20. Après quoi, Pie VI se permet de préciser qu’il n’entend pas réclamer le rétablissement de l’ancien régime, car il ne veut pas empiéter sur le domaine civil. Ainsi, le souverain pontife ne veut pas tomber dans le même travers du mélange entre les deux puissances. Il allait sur le plan politique plus loin que les cardinaux ; son allusion à Rousseau est peut-être inspirée par Gerdil qui l’avait étudié. Ses accents sont proches de ceux de Livizzani.

18Le deuxième fondement du refus est la mise à mal des pouvoirs pontificaux et épiscopaux. C’est en cela que les réformes ne sont pas de pure discipline. La discipline sert à conserver et à protéger le dogme ; or l’épiscopat est le centre de cette défense. Seul le pape peut en conséquence modifier des circonscriptions ecclésiastiques (Pie VI reprend une citation du cardinal Antonelli : lettre 24 d’Innocent Ier), et il ne peut le faire qu’après avoir consulté les évêques et les fidèles. Les citations sont l’occasion d’aller loin dans le propos, puisqu’il en profite pour exhorter les catholiques à regarder le martyre comme un rare bienfait. Le concordat est rompu unilatéralement ; l’Église n’a jamais abandonné les élections au peuple seul, et l’Écriture n’en parle pas ; les abus ont abouti à leur suppression progressive. On ne saurait tolérer le système de l’appel comme d’abus devant des tribunaux laïcs. L’évêque ne peut plus choisir ses vicaires ni les prêtres de son séminaire, il est payé médiocrement... Pie VI reprend ici les remarques des cardinaux dispersées dans les voti.

19Il est anormal de réduire le nombre des paroisses, car les pasteurs ne pourront plus servir leurs fidèles avec la même présence. S’emparer des biens ecclésiastiques constitue un sacrilège, car c’est prendre les dons des fidèles affectés à leurs œuvres. La loi du 13 février 1790 interdisant les vœux religieux était une atteinte directe au droit du souverain pontife qui seul peut en relever. Tout cela est semblable aux réformes de Luther et conforme à ce que fut sa vie. Le parallèle avec les schismes continue par le récit de la vie de Thomas Becket, de son serment aux constitutions de Clarendon, dont il se rétracta pour mourir martyr ; à travers cette référence, le pape compare la Constitution civile au schisme anglican, et appelle les jureurs à la rétractation. Par rapport aux voti, ce n’est donc pas la Pragmatique Sanction que Pie VI choisit d’évoquer, mais un autre exemple qui lui permet d’aller plus loin. Au milieu du texte, Talleyrand est condamné pour avoir prêté le serment, alors que son chapitre cathédral d’Autun s’opposait à la Constitution et au nouveau découpage du diocèse.

20On ne peut manquer de relever que le bref s’achève par une allusion au fait que la suspension des annates par Rome avait obtenu pour unique remerciement les troubles non contenus dans les états d’Avignon et du Comtat. « Nous vous conjurons de nous faire connaître comment nous pourrions parvenir à concilier les esprits » : cette phrase sonne comme un aveu d’embarras, ou de déchirement entre le respect des principes et la venue d’un schisme. C’est à un travail de synthèse que Pie VI s’était livré par rapport aux textes des cardinaux : des idées éparses étaient rassemblées avec une grande logique, mais une logique de refus.

  • 21 Lettre Etsi nos usque du 10 mars 1791, ACTA, p. 124, ou Guillon, p. 262-277.

21Comme nous le disions plus haut, Louis XVI reçut du pape une lettre d’envoi du bref21. Cette lettre mérite une lecture attentive car elle donne des explications plus ouvertes sur l’attitude de Rome. Il n’est plus seulement question ici des « affaires pressantes » dont le pape était accablé, mais de la responsabilité directe du roi qui a donné son approbation trop tôt pour qu’une réponse romaine puisse lui parvenir. Du coup, le Saint-Siège se doit de faire d’autant plus remarquer que les principes de la Constitution sont « en opposition avec la doctrine catholique ». Prêter serment à ce ramassis d’hérésie, c’est tomber dans le péché d’hérésie. Et le pape de rappeler à deux reprises au souverain qu’il a juré le jour de son sacre de vivre et de mourir dans le sein de la religion catholique, et de défendre les droits de l’Église. Les paroles du pape sont dures :

« Cette promesse était pour nous un puissant motif de consolation. Mais pour vous, SIRE, elle va être désormais une source inépuisable d’amertumes et de chagrins cuisants, lorsque vous serez instruit, que par votre sanction, vous aurez détaché de l’unité catholique tous ceux qui auront eu la faiblesse de prêter le serment exigé de l’assemblée, ou d’embrasser les principes erronés de la constitution civile du clergé ; qu’ainsi vous aurez renoncé à l’honneur le plus solide, le plus glorieux de tous, que vous vous seriez acquis à défendre la religion dans vos états, dégénérant, par cet acte de faiblesse, de la vertu de vos ancêtres qui la soutinrent dans tous les temps avec le zèle le plus intrépide ».

22Pie VI explique ensuite qu’il ne peut accepter que des lois spirituelles soient violées par l’autorité séculière.

Une réception retardée

  • 22 Nous en avons une preuve dans la correspondance de l’abbé Beck avec le cardinal Garampi : il se pla (...)
  • 23 « Ce n’est que sur les lieux qu’on peut juger de l’effet que cette pièce produirait si elle venait (...)
  • 24 C. Ledre, op. cit. p. 105-106. Lettre de Salamon à Zelada du 5 avril 1792, ASV. Segr. Stato, Franci (...)

23Quod aliquantum une fois parvenu à Paris, il ne faudrait pas croire qu’il fut aussitôt communiqué à tous. D’un accord manifestement commun, Montmorin, Boisgelin, les évêques du comité parisien, peut-être le roi lui-même, gardèrent pour eux ce document pendant plus d’un mois22. Les évêques, durant l’émigration, feront sentir leur rancune à Boisgelin pour cet acte. Attitude lourde de conséquences qui peut s’expliquer par le désir de ne pas envenimer la situation, à un moment où certains espérent toujours un accord des deux puissances, et par le sentiment secret que les maximes gallicanes vont souffrir de cette situation. Surtout, l’idée est de ne pas faire paraître Rome odieuse au peuple23. Charles Ledré24 rapporte une note remise par un évêque à Salamon, transmise par celui-ci le 5 avril. Cette lettre montre qu’au fond une bonne partie de l’épiscopat rejoint désormais les idées du pape, maintenant que tout accord est devenu impossible. Il ne faut pas laisser le peuple s’accoutumer aux intrus, donc faire un second bref plus tranchant et précis sur eux. Rome avait entre temps appris que les premiers sacres d’élus constitutionnels avaient eu lieu le 24 février.

UN SECOND BREF : CHARITAS ET SES CONSÉQUENCES

  • 25 G. Pioro, « Institution canonique et consécration des premiers évêques constitutionnels », in Annal (...)

24Si le bref Quod aliquantum s’en prenait en finale à Talleyrand pour sa prestation du serment à la Constitution, il se terminait encore par un éloge de la patience et une demande de propositions concrètes aux évêques de France. Mais Rome estime que cette clémence n’est plus d’actualité. Il faut un second bref pour porter une appréciation pontificale sur les prestations de serments désormais nombreuses, sur les élections et les sacres épiscopaux qui se multiplient25.

  • 26 ACDF, SO, St. St. O5d, chemise no 4.
  • 27 ASV, Ep. ad Princ. XVII, f. 62 ; Guillon, I, p. 286-343 ; ACTA, I, p. 141 ; Theiner, p. 75 ; Bullar (...)
  • 28 Lettre Cum postremis du 13 avril 1791, Theiner, p. 90.
  • 29 Lettre Mala perturbationesque, ibid., p. 91-92.

25Dès le 17 mars, la congrégation cardinalice s’est réunie pour traiter de ces ordinations. Nous connaissons la convocation du cardinal Valenti Gonzaga26, avec une lettre du 28 février, sans doute du nonce, racontant les sacres parisiens, et un voto quasi-indéchiffrable suggérant de rédiger un bref. Le pape et les siens durent donc rédiger le bref Charitas, publié le 13 avril 179127. Il est à nouveau envoyé avec une lettre au roi28, mais également avec une lettre aux archevêques de France29 : de la sorte, la publication était certaine, il n’y aurait pas de retenue comme pour le premier bref.

26Cette fois, ce n’est plus de condamnation doctrinale qu’il s’agit, mais de peine canonique. Pie VI affirme qu’il a été opposé à la Constitution dès la réception des textes, mais le désir d’éviter le schisme et de trouver un arrangement l’avait poussé à ne pas se prononcer aussitôt. A présent, les choses sont claires, puisque l’Assemblée met la Constitution en œuvre au mépris des droits de l’Église et que les intrus s’introduisent parmi les pasteurs, ceci en dépit des nombreux courriers venus de France montrant que l’Exposition des principes était bien l’opinion de l’épiscopat gallican tout entier. Le pape nomme ensuite les cinq évêques qui ont prêté le serment : Loménie de Brienne (archevêque de Sens), qui avait reçu un bref particulier du pape en réponse à sa lettre du 25 novembre, Charles de Talleyrand (évêque d’Autun), Jean-Joseph Gobel (évêque in partibus de Lydda et suffragant de l’évêque de Bâle), Louis Jarente (évêque d’Orléans) et Charles La Font de Savine (évêque de Viviers). (Il oublie Martial de Loménie, coadjuteur de son oncle, et Jean-Baptiste Dubourg-Miroudot, évêque in partibus de Babylone). Après le rappel du caractère schismatique et hérétique de la Constitution civile du clergé, Pie VI donne la liste des différentes ordinations épiscopales conférées sans mandat du Saint-Siège, et s’attarde sur le cas d’Expilly qui lui a écrit une lettre de justification. Après quoi sont portées les sanctions : les jureurs ont 40 jours pour se rétracter, sans quoi ils seront déclarés suspens de l’exercice de leur ordre ; les élections sont « illicites, illégitimes, sacrilèges et contraires aux saints canons ; nous les cassons, annulons, abrogeons... » ; les consécrations sont « illicites, illégitimes, sacrilèges, contraires aux saints canons, et à raison de ce qu’ils ont été élus témérairement et sans aucun droit, nous les déclarons privés de toute juridiction ecclésiastique et spirituelle pour la conduite des âmes, et suspens de toutes les fonctions épiscopales... ». Talleyrand et les deux autres évêques consécrateurs sont également suspens de tout ministère, même sacerdotal.

27Pie VI explique ensuite qu’il fait preuve de clémence (en effet, il ne s’agit pas ici d’excommunication), car il espère le repentir rapide des fautifs. Il exhorte ensuite les prêtres et les fidèles à rester attachés à l’Église :

« En un mot, attachez-vous au Saint-Siège ; car pour être dans l’Église, il faut être uni à son chef visible et tenir fortement à la chaire de Pierre ».

  • 30 Guillon, p. 346-400.

28Le 3 mai, les évêques députés de l’Assemblée Nationale répondent au pape par une longue lettre30 qui reprend l’historique des relations entre Rome et l’épiscopat français, expliquant notamment qu’ils n’ont pas eu connaissance des lettres au roi de l’été 1790. Les évêques remettent en lumière combien ils ont voulu une juste séparation du civil et du spirituel dans la Nation et ont compté pour cela sur un concile national, ou sur des conciles provinciaux, ou des décisions du Saint-Siège. Ils déclarent remettre leur démission au pape pour que celui-ci puisse rétablir la paix dans l’Église gallicane.

  • 31 T. Tackett, La Révolution, l’Église, la France, Paris, 1986, p. 59-61.

29Nous ne reprendrons pas ici la question des conséquences en France du serment, ni de l’incidence des brefs pontificaux sur les rétractations. Il suffit de se reporter aux études de Timothy Tackett31 : sur l’ensemble des données connues, on peut estimer que la proportion de jureurs passa de 55 % à environ 49 %, soit seulement 6 % de rétractations au printemps-été 1791.

30Ainsi, la rupture est l’aboutissement d’un dialogue de sourds, non pas entre Rome et l’épiscopat, mais entre la puissance ecclésiastique et la puissance civile qui entendait légiférer en se passant de la première. L’Assemblée suivait son plan, Rome ne pouvait que s’y opposer, vu les méthodes et les postulats utilisés, et l’épiscopat, prisonnier sur place de sa mission, tenta une ouverture en direction de Rome. Crut-on vraiment à un baptême possible de la Constitution civile du clergé ? Il ne pouvait se faire qu’en la renégociant profondément, or, elle avait déjà été élaborée sur une éviction des évêques. Son premier tort restera d’avoir été unilatérale.

31Différentes affaires vinrent se greffer sur les relations entre Paris et Rome en ce Printemps 1791 : nous allons les passer en revue.

LES PREMIÈRES CONSÉQUENCES DE LA RUPTURE

Le cas Loménie de Brienne

  • 32 Voir sa notice dans la prosopographie.

32Etienne-Charles de Loménie de Brienne32, archevêque de Sens depuis 1788, après l’avoir été de Toulouse, eut donc droit, parmi les jureurs, à un traitement spécial pour cause de cardinalat. Il venait d’être créé cardinal par Pie VI le 15 décembre 1788, et l’on comprend que celui-ci n’ait pas apprécié la conduite du prélat. Il est utile de suivre la correspondance que les deux hommes échangèrent.

  • 33 Lettre Perfunctus mea, Theiner, p. 300-304.
  • 34 « Num gregem deserat ? Num relinquat plane sedem ?... Sed qui, periculi pavidus, deserat locum et d (...)
  • 35 Lettre Priores litterae tuae, Theiner, p. 28-32.

33Loménie écrit au pape le 25 novembre 179033 pour lui faire part de ses états d’âmes : la réforme se mettait en place dans son diocèse ; il n’avait plus de chapitre. Devait-il abandonner son troupeau ? Agir en mercenaire ?34 Il s’étend alors sur la question des chapitres et des divisions territoriales, attendant des ouvertures du pape. Il proteste de son attachement au Saint-Siège. Dans le bref Charitas, Pie VI fait mention de cette lettre du 25 novembre. Mais il doit s’agir d’une autre missive que celle donnée par Theiner, car le pape parle alors de doutes de Loménie sur son serment et sur son refus d’ordonner des évêques élus : cela ne peut relever que d’un courrier postérieur au 25 novembre. Or, celui du pape au cardinal du 23 février 179135 débute par la référence à une lettre du 7 décembre, et à une autre du 1er février. D’après le consistoire de retrait du cardinalat, c’est dans une lettre du 31 janvier que Loménie se justifie ainsi :

  • 36 « Non pro assensu animi », Guillon, p. 181.

« Votre Sainteté observera qu’on ne doit tirer d’un pareil serment aucune preuve d’un véritable assentiment de l’esprit ; qu’il ne peut s’étendre à des décrets arrachés par la violence, et qui, par cela même, ne peuvent imposer qu’une obéissance passive »36.

  • 37 « Te cardinalitia etiam dignitate exuentes, nisi publicam offensionem tempes tiva ac digna satisfac (...)

34Pie VI lui répond qu’il « a porté la pourpre dans le déshonneur » en prêtant le serment civique, en abrogeant son chapitre cathédral et en s’ingérant dans les affaires d’autres diocèses que le sien. Il doit en faire rétractation publique, sans quoi il sera dépouillé de sa dignité cardinalice37. Le Saint-Siège seul peut donner juridiction à des évêques (Pie VI parle ici avant la publication des brefs).

  • 38 AAEESS, Francia 12, f. 25 ; ACTA, p. 432.

35Loménie répondit par sa démission du cardinalat le 26 mars38. Il s’étonne de la publicité donnée au bref du 23 février et déclare choisir la fidélité à sa parole plutôt que la conservation de l’honneur de la pourpre :

« Quand Votre Sainteté a daigné m’admettre dans le Sacré Collège, Très Saint-Père, je ne prévoyais pas que pour conserver cet honneur, il faut être infidèle aux lois de mon pays, et à ce que je crois devoir à l’autorité souveraine ».

36Il ne voit pas dans la Constitution civile du clergé ce qui serait contraire à la foi.

« Qu’il me soit seulement loisible de représenter à Votre Sainteté qu’on la trompe sur l’état de la Religion dans le royaume, que les voyes de condescendances aux quelles je tacherois de l’amener, sont impérieusement commandées par les circonstances, que son long silence, a peut être amené les affaires au dernier point de crise, et que les moyens rigoureux aux quels elle parait déterminé, ne peuvent que produire un effet, contraire à ses intentions ».

37La franchise du langage nous renseigne sur la pensée de quelques évêques à ce moment crucial.

  • 39 Theiner, p. 105-122 ; Guillon, p. 144-205.
  • 40 Ibid., p. 167.
  • 41 ASV, Fondo Garampi 284, f. 130.

38C’est seulement le 26 septembre, qu’en consistoire secret, cette démission fut acceptée39. Après avoir rappelé les vertus de jeunesse de Loménie lors des assemblées du clergé de France, entre autres de s’être opposé au Contrat social de J. J. Rousseau, Pie VI décrit comment la conduite du prélat a basculé lorsqu’il est devenu ministre et archevêque de Sens. Son cardinalat avait été obtenu en échange de son retrait du ministère, non sans « nos répugnances personnelles »40. Or il s’engage dans le soutien de la Révolution, et son récent mandement de Carême prend fait et cause en faveur de la Constitution. Refusant la distinction du cardinal « entre obéir et approuver », Rome déclare celui-ci déchu des droits et honneurs de la pourpre. Pie VI se réserve in pettore le choix d’un nouveau cardinal pour le remplacer. Le chanoine Pey écrivit au cardinal Garampi que tout le monde à Paris s’attendait à la création cardinalice de Maury : celle-ci ne viendra que plus tard41.

Vers la rupture des relations diplomatiques : le refus du comte de Ségur comme ambassadeur

  • 42 C. Ledre, op. cit., p. 111 sv.
  • 43 AE, Rome 913, f. 248.

39A Rome comme à Paris, les événements avancent vers une rupture rapide des relations diplomatiques42. Tout d’abord, le cardinal de Bernis doit prêter le serment civique, comme tous les fonctionnaires de l’Etat. Le 5 janvier, il envoie à Montmorin son serment, auquel il a ajouté la clause « sans manquer à ce que je dois à Dieu et à la religion ». Or l’Assemblée refuse cette clause, tout comme elle a refusé la clause des évêques députés. Montmorin écrit cela à l’ambassadeur43 : les jours de sa mission sont désormais comptés. Le 15 mars, après son refus du serment, Montmorin lui adresse ses lettres de rappel et confie l’ambassade, par intérim, à son secrétaire, Bernard.

  • 44 Theiner, p. 313-318.
  • 45 Ibid., p. 314.

40Nous pouvons alors nous arrêter sur un mémoire que le chevalier d’Azara, ambassadeur du roi d’Espagne auprès du Saint-Siège, remit le 4 janvier au secrétaire d’État44, de la part de Bernis. Sans doute celui-ci en est-il l’inspirateur : il est écrit en finale qu’il ne doit pas se compromettre. Le contenu de ce mémoire est capital pour comprendre l’état d’esprit de Rome à cette date ; il peut même expliquer certaines des origines du bref Quod aliquantum... On veut le triomphe de l’irréligion et de l’athéisme, et le plus sûr moyen d’y parvenir est le renversement de la domination temporelle de la cour de Rome. Car Rome sera toujours un asile pour les Églises persécutées : si on la renverse, la ruine sera plus rapide et sans recours45. De plus, la ruine des autres monarchies d’Europe sera facilitée. Les révolutionnaires vont donc chercher à placer des ambassadeurs dans tous les pays, qui seront des agitateurs politiques, des semeurs de troubles, qui commanderont des réseaux d’agents. Avec de l’argent en abondance, celui qui s’introduira dans l’État ecclésiastique pourra s’acquérir des sympathies dans l’armée, composée d’étrangers, pourra recruter des mercenaires parmi tous les vauriens, bref, ourdir une révolution. Ce qui s’est passé en Avignon est la preuve que tout cela n’est pas élucubration mais réalité. Le pape doit donc réagir en premier et dénoncer le complot ; ainsi les cours d’Europe pourront le féliciter de lui devoir leur salut ! Une note ajoutée conseille de se méfier de certains Etats qui pourraient se réjouir d’une disparition de l’Etat pontifical : il fallait s’en remettre à d’Azara pour organiser la réaction. Ce mémoire va permettre de comprendre les raisons du refus d’un nouvel ambassadeur français. Il montre aussi vers quel jeu politique le Saint-Siège se dirige, même s’il resta finalement plus timide que les théories exposées dans ce mémoire.

  • 46 A. Mathiez, op. cit., p. 519. Voir le récit de cette journée fait par l’ambassadeur de Venise à Par (...)

41A Paris, le 3 mai au matin, se déroule une scène de débordement populaire au Palais-Royal, durant laquelle une effigie en carton de Pie VI est brûlée46. Ne voyant pas les excuses demandées venir, le nonce Dugnani demande ses passeports pour Aix, en Savoie, officiellement pour prendre les eaux. Il quitte Paris le 29 mai. Après quinze jours en Savoie, il passera à Milan. Un départ sans gloire, sans même rupture claire et justifiée. L’auditeur de nonciature, Quarantotti, quitte Paris fin juillet, après avoir mécontenté Rome par des initiatives qui ne lui étaient pas demandées.

  • 47 Lettre Utinam, Theiner, p. 89-90.

42Rome n’insiste donc pas. Paris, elle, essaye d’envoyer à Rome un nouvel ambassadeur en la personne du comte Louis Philippe de Ségur, ancien ministre plénipotentiaire en Russie. Celui-ci commence par déléguer quelques serviteurs à Rome pour lui préparer une maison : Zelada les convoque et signifie le refus du gouvernement pontifical de recevoir l’ambassadeur. Par une lettre du 13 avril47 à Louis XVI, envoyée donc en même temps que le bref Charitas, Pie VI se plaint de la démission forcée de Bernis, évoquant les longues années de ce dernier à Rome.

  • 48 ACDF, SO, St. St. O5d, chemise 7.
  • 49 Un exemplaire de ce mémoire au Saint-Office, un autre en ASV, Segr. Stato, Epoca Napol., Francia XX (...)

43Le 19 mars, la congrégation pour les affaires de France se penche sur le cas Ségur48. Les cardinaux ont dans leur dossier un mémoire49 envoyé à Quarantantotti, dans lequel le secrétaire d’État explique les raisons du refus romain : le Saint-Siège proteste de son amitié avec la France, mais ne peut trahir sa conscience en recevant un ministre assermenté à la Constitution, donc à la Constitution civile du clergé que le pape vient de condamner. Cela découragerait les bons catholiques de France, ferait planer le doute sur l’attitude du pape et casserait toute confiance entre Rome et les évêques gallicans. Dans le dossier du cardinal Valenti Gonzaga, une note donne des arguments pour le refus : outre la nécessaire netteté de l’attitude pontificale, il est ajouté que l’absence d’un assermenté français est préférable pour la tranquillité de la ville : celui-ci répandrait des maximes dangereuses ; or le gouvernement n’a pas les moyens de police pour contrer avec efficacité de tels agissements.

  • 50 ASV, Segr. Stato, Epoca Napol., Francia XXI,3.

44Ségur répond personnellement à Zelada le 12 mai 179150. Sa lettre, d’un ton sévère pour de Bernis, est assez peu diplomatique, à vrai dire. Il exalte la charité plutôt que l’inflexibilité qui allume les guerres religieuses, fait remarquer qu’un prince ne peut s’immiscer dans les serments qu’un autre demande à ses sujets, présente le serment comme un devoir qu’il doit en conscience. L’heure n’est plus où les pontifes pouvaient se mêler aux affaires des États ! Il termine :

« Que les hommes honnêtes, les prélats éclairés, les écrivains célèbres se réunissent pour prêcher la morale humble et pacifique de l’Évangile, la soumission aux lois, l’esprit de conciliation, et l’éloignement de ces moyens violents que la superstition conseille, que la philosophie dédaigne, que le patriotisme proscrit et que la charité condamne ».

On imagine comment Rome peut recevoir de tels propos...

  • 51 Lettre Se le pontificie intenzioni, Theiner, p. 345-349.

45Montmorin écrit le 3 mai pour faire part de son étonnement de voir les relations ainsi rompues entre les deux nations. Rome envoie alors le 29 mai une note à tous ses nonces pour justifier son attitude51. Si le pape tient à garder son attention paternelle pour le roi de France, il ne peut plus garder le silence devant tant d’attentats commis contre la religion. La note reprend les arguments du mémoire précédent. Rome ne peut recevoir quelqu’un qui a juré de nuire à la religion, pas plus que la France ne recevrait quelqu’un qui aurait juré contre elle.

  • 52 C. Ledre, op. cit., p. 124
  • 53 Ibid., p. 136.
  • 54 Ibid., p. 117-120.

46Les secrétaires de Ségur présents à Rome furent invités à quitter la Ville le 14 septembre. Bernard restait seul comme « agent sans titre »52. Le monde diplomatique s’intéressera de nouveau à Ségur en janvier 1792. Envoyé alors en ambassade à Berlin, il sera si mal reçu par le roi de Prusse qu’il tentera de se suicider, à la joie de Salamon53. Celui-ci, toujours à Paris, devenait plus qu’un informateur. A défaut de pouvoirs officiels reçus de Rome, difficiles à établir, il fut un « chargé d’affaires » actif54.

La fuite à Varennes : un bref pour rien

  • 55 J. Godechot, La Révolution française, p. 87.
  • 56 ASV, Segr. Stato, Colonia 289, au 6 juillet 1791.
  • 57 Bref Evenisse tandem, Theiner, p. 100-101.
  • 58 ASV, Segr. Stato, Baviera 7, f. 108.

47Le 21 juin 1791, à minuit dix, le roi quitte le palais des Tuileries pour une fuite vers l’étranger55. Comment Rome fut-elle informée de cet événement ? Nous ne le savons pas, mais la correspondance diplomatique nous permet de suivre les espoirs que Rome put nourrir sur cette fuite. Le 6 juillet, le secrétaire d’État informe le nonce de Cologne56 qu’il est nommé nonce extraordinaire auprès de Louis XVI réfugié à Luxembourg, et qu’il doit lui transmettre un bref57 pontifical de félicitations. Nous reconnaissons que les informations sont encore floues puisque le roi est dit à Metz puis à Bruxelles le 11 juillet. Du côté de la nonciature de Munich, Rome informe de l’échec de la fuite du roi le 16 juillet58.

  • 59 Marie-Adelaïde et Victoire-Marie étaient arrivées à Rome le 15 avril 1791. Elles étaient logées che (...)
  • 60 « Imploramus tibi promptum, pacificum gloriosumque in regnum reditum, receptam a te pristinam potes (...)

48Le bref Evenisse tandem exprime la joie indicible de la cour pontificale à la nouvelle de la retraite du roi et de sa famille. Le peuple romain entier exulte ; le cardinal de Bernis et les deux tantes59 du roi émigrées à Rome ne peuvent retenir leurs larmes. Pie VI manifeste toute l’attention qu’il porte aux tribulations douloureuses du roi et de l’épiscopat français, dont la constance est louée. Louée également est la miséricorde de Dieu, quand il annonce au roi l’envoi du nonce de Cologne en ambassadeur extraordinaire, formant des vœux pour une rentrée dans son royaume « prompte, pacifique et glorieuse », ainsi que pour le rétablissement de son pouvoir et de la loi60. Prudemment, Pie VI ne s’étend pas sur les moyens qu’il y faudra employer.

  • 61 Nous nous permettrons de citer pour mémoire la conclusion cinglante que Mathiez donnait à son livre (...)

49Ce bref ne demeura pas inconnu : sa traduction circula en France. L’exultation pontificale nous permet d’entrevoir combien Rome attendait une issue politique par un coup de force, un retour à la pleine autorité royale. Malgré les mots de Quod aliquantum sur le respect par le pape des libres déterminations politiques des Français, il aspirait de tous ses vœux à une conservation de l’ordre des choses, de ce qu’on appelle l’Ancien Régime61. Mais depuis plusieurs mois, un autre dossier politique pesait sur les décisions pontificales : il faut à présent parler d’Avignon.

AVIGNON, ENTRE ROME ET PARIS

Les événements

  • 62 J. F. Andre, Histoire de la révolution avignonnaise, Paris, 1844-45, 2 vol. ; P. Charpenne, Histoir (...)

50La doctrine de l’épiscopat n’est pas le seul problème séparant Rome et Paris. Même si Bernis se défend que l’affaire d’Avignon pût peser sur la conscience du pape dans sa réponse sur la Constitution civile, la situation de cette ville et du comtat Venaissin, dont une députation demandait à l’Assemblée son rattachement à la France depuis le 12 juin 1790, est désormais très présente dans les différentes correspondances. Le cas est important parce qu’il implique le pape comme souverain temporel de cette portion de territoire forcément sensible aux événements français. Ainsi, la Révolution n’est pas pour le pape une lointaine affaire, mais une convulsion politique qui concerne aussi son État. Nous avons là, à petite échelle, comme le concentré de ce qui peut se dérouler sur un long terme pour les États pontificaux62.

  • 63 Filippo Casoni, né le 6 mars 1733, mort le 9 octobre 1811 à Rome. Référendaire des deux Signatures (...)
  • 64 Pierre-François Bouche, Tiers-état, Forcalquier (1758-1850), DC, p. 124-125.

51Avignon est la résidence du vice-légat, Filippo Casoni63, tandis que le Comtat Venaissin se trouve sous l’administration rapprochée du recteur de Carpentras, l’abbé Pieracchi. Dès novembre 1789, le député provençal Pierre-François Bouche64 avait demandé à la Constituante le rattachement d’Avignon et du Comtat à la France. Différentes sociétés politiques entretenaient la fermentation des esprits sur place. Des troubles eurent lieu en août et septembre 1789, mais Casoni se montra clément : l’avocat Peyre, arrêté en février, fut vite relâché. On réclamait la tenue d’États généraux pour cette province. Le pape les refusa par le bref du 24 février 1790, tout en assurant qu’il étudierait les réformes qui lui seraient demandées. Pendant ce temps, des municipalités révolutionnaires se mettaient en place dans les communes du Comtat. A Avignon même, les consuls pontificaux durent démissionner et on procéda à l’élection d’une municipalité le 25 mars. Casoni lui reconnut une légitimité. Dans le comtat, on laissa se réunir des assemblées primaires pour la tenue d’États généraux en mai.

  • 65 ASV, Segr. Stato, Legaz. Avignone 338, f. 32-34.

52Le 21 avril, un nouveau bref pontifical65 vient casser les dispositions de Casoni, et annonce l’envoi d’un commissaire apostolique, l’abbé Giovanni Celestini, pour restaurer l’autorité pontificale. Il ne put jamais atteindre Avignon ! La situation tourne au massacre le 11 juin, et le 18 juin, c’est de Carpentras que Casoni écrit, ayant dû fuir son palais apostolique. La commune a prononcé la déchéance du vice-légat, et demandé son rattachement à la France. Celestini, lui, resté à Carpentras, approuve la réunion non des États généraux, mais d’une « assemblée représentative du comtat Venaissin ». Elle travaille du 24 mai au 10 janvier 1791. Ses décisions visèrent rapidement à se calquer sur l’œuvre de la Constituante en adoptant la constitution française, en abolissant les ordres, proposant au vice-légat de prêter serment et d’assumer le pouvoir exécutif. Après avoir condamné une lettre de protestation de Zelada du 6 octobre, elle continue ses travaux jusqu’à la déchéance du vice-légat, qui refuse bien sûr toutes les propositions qui lui sont faites. Casoni et Pieracchi quittent Carpentras fin décembre pour Aubignan, puis Chambéry. Le 22 février 1791, deux députés de Carpentras présentent à l’Assemblée Nationale leurs vœux de rattachement à la France.

  • 66 Cité par C. Ledre, op. cit., p. 98.
  • 67 AE, Rome 913, 198.
  • 68 En fait, l’indépendance fut proclamée le lendemain 23 décembre, avec la mise en place d’un comité e (...)
  • 69 ASV, Segr. Stato, Vescoci 368, f. 300vo.

53A Paris, des délégués avignonnais venaient plaider la cause du rattachement auprès de l’Assemblée Constituante. Salamon et Maury, originaires du Comtat, faisaient ce qu’ils pouvaient contre cette cause. L’Assemblée reste d’abord prudente, elle envoie six commissaires sur place. Sur leur rapport, on reste dans l’expectative, tandis que la situation se dégrade sur place, au point que le pape demande par voie diplomatique les 16 et 29 octobre que la France intervienne pour rétablir son autorité avec « les moyens qui paraîtraient les plus convenables »66. D’où la décision le 20 novembre d’envoyer des troupes qui agiraient de concert avec les officiers municipaux. Or, si Rome voulait peut-être des troupes, ce n’était en tous cas pas pour les mettre sous les ordres de la municipalité révolutionnaire ! Il s’agissait désormais d’une invasion tacite. Montmorin demande le 4 janvier 1791 à l’ambassadeur de faire en sorte qu’il n’y ait pas de protestation du pape contre l’entrée des troupes françaises en Avignon : ce serait inutile, vu les problèmes67. Sur place, la situation est devenue irréversible. Mais le nonce proteste le 15 janvier 1791 par une note affirmant que le Saint-Siège n’avait ni requis ni désiré cet envoi, et le qualifiait d’invasion et d’outrage. De fait, les soldats des régiments de Soissons et de Penthièvre se lient aux Avignonnais et vont même semer le trouble dans le Comtat. Le 22 décembre, une lettre a été envoyée par le cardinal de Zelada à l’archevêque d’Avignon, qui, à cause des troubles, a quitté la ville. Il lui est demandé d’y retourner, sans prêter le serment civique68 ; mais s’il y a des risques pour sa personne, il peut demeurer dans sa retraite69.

  • 70 Bref Adeo nota, Guillon, p. 14-77.
  • 71 Lettre Ancorchè antichissimo, Bullarii vol. III, p. 2398-2402.

54Le 23 avril 1791, Pie VI proteste par un nouveau bref de la défection des Avignonnais et d’une partie du Comtat70. L’Assemblée hésite toujours, elle envoie trois médiateurs en mai. Devenu en septembre objet de discussion en séance, le rattachement fut voté à la va-vite le matin du 14 septembre 1791, en l’absence de la droite. Le Saint-Siège protestera par écrit. Puis la Révérende Chambre Apostolique protestera par une lettre du 3 novembre 179171.

La Constitution contre Avignon ?

  • 72 De même, F. Furet écrit : « restait le pape, aux prises avec l’affaire d’Avignon, de moins en moins (...)

55Dans son étude sur Rome et la Constituante, Albert Mathiez cherchait à établir la thèse suivant laquelle l’affaire d’Avignon et l’affaire de la Constitution civile du clergé étaient étroitement liées72.

  • 73 A. Mathiez, op. cit., p. 300. Mais il est parfois prudent : « que Pie VI, en ces mois de juin et de (...)

« Ce n’est pas faire injure à Pie VI que de supposer qu’il voulut d’abord savoir à quoi s’en tenir sur les intentions du gouvernement français, relativement à l’affaire temporelle avant de s’engager à fond dans l’affaire spirituelle. Les raisons de sa politique s’expliquent en somme assez aisément. Il attend, non pas tant qu’il craigne de mécontenter une partie du clergé français que parce qu’il ne veut pas, en prenant trop tôt position, sacrifier ses intérêts temporels aux intérêts spirituels. Il attend, parce qu’il fait ce calcul : si les aristocrates, encouragés par son silence, se mettent à travailler le clergé, si des difficultés surgissent, la Constituante, pense-t-il, n’en sera que plus traitable... Il voudrait quelque chose en échange, en récompense – qu’on l’aide à reprendre Avignon, qu’on améliore si c’est possible la Constitution Civile du Clergé. On dira qu’il envisageait les choses sous un angle égoïste et étroit. Son calcul se trouve faux et son marchandage en pure perte. Mais il ne compromit pas que ses intérets, il jeta le trouble dans les consciences, la France dans le schisme, et dans la guerre civile »73.

  • 74 Ibid., p. 310.

56De là la lenteur du pape à réunir les cardinaux et à prendre position. Albert Mathiez explique plus loin comment la prudence de l’Assemblée sur Avignon dans l’été 1790 venait de son désir de ne pas mécontenter trop le pape au moment où il devait se déterminer sur la Constitution74. Ainsi, à Rome comme à Paris, on liait les deux affaires, et le pape attendit l’occupation de ses Etats pour se prononcer sur la Constitution.

57Les sources permettent-elles d’étayer une telle thèse ? L’ensemble des archives ne donne pas de preuves objectives et fermes. Si nous regardons la correspondance diplomatique avec la France, nous ne pouvons trouver que quelques allusions de Bernis. C’est Montmorin lui-même qui le premier évoque un tel marchandage dans un post-scriptum de la lettre du 28 septembre 1790 :

  • 75 AE, Rome 913, f. 31vo

« Nous ferons tout ce que nous pourrons pour faire terminer l’affaire d’Avignon le plus tôt possible (...) J’avais espéré qu’un consentement (au moins provisoire) du pape aux décrets relatifs au clergé nous mettrait en mesure de remettre avec avantage l’affaire d’Avignon sur le tapis »75.

58Et Bernis lui répond le 13 octobre :

  • 76 Ibid., f. 52.

« mais le désir de rétablir son autorité dans cette portion de ses états, quelque naturel qu’il soit, n’influera jamais sur les résolutions que Sa Sainteté prendra comme chef de l’Église. Ce serait méconnaître le caractère religieux et désintéressé de Pie VI que de le soupçonner d’être susceptible d’une pareille tentation »76.

59Bernis écrit encore le 15 décembre 1790 :

  • 77 Ibid., f. 169.

« L’article d’Avignon joint à votre dépêche no 45 du 30 du mois dernier, a vivement affecté la ville de Rome et l’on peut présumer qu’il occasionnera une grande surprise en Europe ; le Pape qui est en même temps Prince souverain et Pontife garde sur cela un profond silence, mais il ne manquera pas de faire des protestations pour la conservation de ses droits. On exige tout de Sa Sainteté au moment même où on la dépouille »77.

60Le 5 janvier 1791, il précise :

  • 78 Ibid., f. 200.

« L’affaire d’Avignon a embarrassé Sa Sainteté, ainsi que plusieurs autres discussions avec diverses cours d’Italie et d’Allemagne, sans compter les fonctions de la solennité de Noël et du troisième Jubilé que le Saint-Père a publié dans Rome. Vous ne devez donc pas être étonné que Pie VI n’ait pu répondre plus tôt aux instances que je lui ai faites »78.

61Donc Bernis laisse entendre que les affaires d’Avignon sont pour quelque chose dans le retard du pape à donner une réponse sur la Constitution, et que l’Assemblée se conduit de façon injuste à son égard. Mais il n’est point question d’un marchandage entre les deux causes, sinon de la part de Montmorin !

  • 79 ASV, Arch. nunz. Vienna 110, f. 10 et 317.

62Pour le reste des archives, la diplomatie montre simplement que Rome alerta Vienne sur la cause d’Avignon et l’informa de ses protestations79 et de son désir de réparation (la cause des princes possessionnés d’Alsace se jouait au même moment). Les voti des cardinaux du 24 septembre ne font pas la moindre allusion à la situation d’Avignon. Les archives de la congrégation d’Avignon ne parlent pas de la Constitution.

  • 80 E. Preclin-E. Jarry, Les luttes politiques et doctrinales aux xviie et xviiie siècles, Paris, 1955, (...)
  • 81 E. Préclin et E. Jarry, op. cit., Paris, 1955, p. 23 et 161.
  • 82 Ibid., p. 45 et 697.

63Ainsi, on ne peut retenir de la thèse de Mathiez que sa pertinence chronologique : il est évident que la concomitance des deux dossiers eut une influence psychologique sur les acteurs du drame. Mais on y pensa manifestement plus à Paris qu’à Rome. L’histoire des relations entre Paris et Rome s’était d’ailleurs « habituée » à ce jeu de pressions et de marchandages sur le dos de l’enclave pontificale. Louis XIV avait fait occuper Avignon à deux reprises, de 1662 à 1664 pour l’affaire de la garde corse80, de 1688 à 1690 pour l’affaire de la Régale81. Le scénario avait été répété pour la suppression de la Compagnie de Jésus : Avignon fut occupée de 1768 à 1773 pour faire pression sur le pape82. Rome était donc forcément amenée à regarder les événements comme la reprise d’un moyen de pression bien connu. Ajoutons à cela qu’au fond il n’y avait nullement besoin d’un tel marchandage : les idées politiques et religieuses de Pie VI étaient déjà fermement établies dans l’hiver 1790-1791. Le mémoire d’Azara du 3 janvier le montre aussi pour son entourage rapproché.

Une diplomatie bien inefficace

  • 83 ASV, Segr. Stato, Legaz. Avignone, 335 à 338.

64Nous n’avons pas jusqu’à présent fait référence aux archives du vice-légat d’Avignon : nous nous réservions d’en parler à présent pour tirer une première appréciation sur le fonctionnement de la diplomatie pontificale durant notre période. Une remarque d’abord : l’état des « registres Casoni »83 rendrait jaloux tous les archivistes. De beaux volumes où toute la correspondance est recopiée, d’un côté, celle qui est reçue, de l’autre, celle qui est envoyée, avec un index des noms de personnes, de lieux et de matières. A défaut d’être efficace, ce diplomate avait de bons secrétaires, ou bien il eut beaucoup de temps après sa légation pour tout mettre en ordre...

  • 84 Lettres de Dugnani à Casoni des 3 et 5 mai 1790, Segr. Stato, Legaz. Avignone 338, f. 43v et 48.

65Le parcours de cette correspondance du vice-légat permet d’abord de relever combien le diplomate est dépassé par les événements et n’en mesure pas la portée exacte. Il s’occupe autant d’une affaire pendante de douane sur le sel avec la ferme générale française que des agissements de la municipalité, et le nonce Dugnani fait de même84.

  • 85 C. Ledre, op. cit., p. 94.
  • 86 Lettre du 22 mai 1790, Segr. Stato, Legaz. Avignone 338, f. 342.
  • 87 ASV, Segr. Stato, Francia 581.
  • 88 ASV, Segr. Stato, Legaz. Avignone 338, f. 275-279, lettre du 7 mai 1790.
  • 89 Ibid., f. 269, lettre du 1er mai 1790.c
  • 90 Ibid., f. 320, lettre du 15 mai 1790.
  • 91 Ibid., f. 338. lettre du 18 mai 1790 de Celestini à Casoni. « Io vedo bene quanto si sia da temere (...)

66Ensuite, il est un homme seul : il ne dispose d’aucun auxiliaire pour jouer un rôle dans le milieu politique qui se met en place, et Salamon ne manquera pas de faire remarquer qu’avec ses relations il aurait pu avoir une influence sur les débats85. Casoni connaît les « aristocrates » du Comtat, mais ne croit pas à leur influence86. Il ne semble connaître personne dans Avignon. Il est question dans la correspondance d’un comtadin, Mr de la Paillonne, qui écrivait manifestement à Rome. Il fut membre de l’Assemblée représentative du comtat Venaissin, il pourrait être l’auteur d’un compte-rendu des séances, du 27 septembre au 11 janvier 1791, qui se trouve aux Archives Vaticanes87. Il suit avec réalisme l’évolution des débats. Pour juger de la solitude de Casoni, retenons que la municipalité parvient à faire saisir et à entraver la distribution du bref du 21 avril. Le vice-légat n’évalue qu’à 400 le nombre d’exemplaires qui pourront entrer en circulation88. Les consuls municipaux sont chassés par les révoltés, l’inquisiteur de même89. Quand Celestini arrive près de Carpentras, il n’est guère plus clairvoyant : après avoir reçu une délégation de la municipalité, il écrit à Casoni que les choses lui paraissent réconciliables et qu’il faut peut-être reconnaître la municipalité90 : il s’en remet au jugement du vice-légat ! A la suite de son installation à Carpentras le 12 mai, il doit vite déchanter devant les événements du 11 juin et la fuite de Casoni vers Carpentras. Ils finissent par approuver l’Assemblée représentative du Comtat en pensant qu’il n’y a pas d’autres moyens de conciliation envisageable, même si l’on risque d’aller trop loin par la suite et d’obtenir une situation incontrôlable91.

  • 92 Ibid., f. 62, lettre de Zelada à Casoni du 23 juin 1790.
  • 93 Ibid., f. 82, lettre du 30 juin 1790.
  • 94 Ibid., f. 87, lettre du 5 juillet 1790.
  • 95 Ibid., f.112vo, lettre du 11 août 1790.
  • 96 Ibid., f.119vo, lettre du 25 août.
  • 97 Ibid., f. 364.
  • 98 Ibid., f. 428vo.c

67Entre Rome et Avignon, entre le secrétaire d’État et Casoni, la confiance n’est pas grande. C’est bien le sens de l’envoi de Celestini, fausse démarche puisque ce dernier ne pourra même pas atteindre Avignon. Comment Casoni peut-il interpréter un tel envoi, sinon comme un quasi-retrait de sa mission ? A plusieurs reprises, le secrétaire d’État se plaint d’être mal informé, comme si Casoni est responsable de la mauvaise circulation du courrier. Le 23 juin, après la fuite d’Avignon, les propos de Zelada sont pour lui reprocher de ne pas avoir fait une protestation écrite sur place, de ne pas avoir prévenu Rome assez tôt pour que le pape proteste auprès des cours d’Europe. Sa seule demande concerne le rétablissement de la justice pontificale92. De Zelada écrit plus tard que Celestini et Casoni ne doivent rien approuver sans l’avis de Rome93. Le pape ne veut pas que l’on s’expose à discuter avec les sujets94. Il reproche à Casoni le 28 juillet d’avoir approuvé la municipalité. Puis il lui reproche d’avoir remis une lettre pour Dugnani aux deux députés de Carpentras partis pour Paris : c’est reconnaître leur mission, pourtant illégitime95. Il va encore plus loin en lui reprochant de transmettre au Saint-Père les lettres de l’assemblée de Carpentras96 : c’est là aussi lui conférer une reconnaissance que Rome refuse. Casoni, dans ses réponses, ne peut que pleurer sur son sort. Le 5 juin, il demande même au secrétaire d’État de pouvoir quitter son poste, car sa position a pour seul effet que l’autorité pontificale soit bafouée97 ; on imagine sa situation en sachant que la municipalité fit murer des portes de son palais ! Le pauvre homme va même en tomber malade, comme il l’explique dans une lettre de Carpentras du 3 juillet98.

  • 99 Ibid., f. 352vo.c
  • 100 Ibid., f.114vo.

68La correspondance donnera simplement deux appréciations politiques : le 29 mai, Casoni écrit à Zelada que la seule issue serait la reprise du pouvoir par Louis XVI99. Comme les cardinaux de Rome, et Pie VI qui le laissera paraître à l’occasion de la fuite à Varennes, on espère encore quelque chose du côté du roi. Le 12 août, le vice-légat opine que l’Assemblée Constituante laisse traîner la demande d’Avignon parce qu’elle attend que Carpentras et le Comtat fassent de même100. Cette appréciation est certainement plus juste. Nous ne trouverons pas du côté romain de conseils utiles, ni d’initiatives à proposer...

  • 101 ASV, Congr. Avignone, 164.
  • 102 Ibid., f. 54.

69Sur ces arrières romains, nous avons quelques documents de la Congrégation d’Avignon et de Lorette101. Il semble qu’une congrégation particulière fût réunie au sein de cette Congrégation ordinaire, car on en voit une composition inhabituelle, et la correspondance de Casoni y fait référence102. Les archives de la Congrégation donnent des documents sur quelques séances, les 17 août, 8 novembre, 17 décembre 1790, les 31 janvier, 11 février et 21 février 1791. Le secrétaire est Mgr Federici ou Mgr Luzi ; sont convoqués les cardinaux Antonelli, Pallotta, Braschi et Campanelli. Or, Antonelli ne fait pas partie des cardinaux de la Congrégation ordinaire d’Avignon. Les séances ne font qu’enregistrer les événements et ne proposent rien d’autre que d’écrire au roi. Le 21 février, une lettre de Montmorin propose que la France prenne Avignon et le Comtat en dépôt. Les cardinaux refusent, tout comme ils refusent l’idée de Mgr Federici d’implorer la garantie de l’Espagne dans cette affaire.

  • 103 ASV, Segr. Stato, Epoca Napol., Francia XIV/1.

70Avignon est à nouveau liée à une congrégation en mai 1791 : une lettre du 28 mai du secrétaire d’État à l’archevêque d’Avignon évoque un plan de rétablissement dans l’obéissance de la ville, et dit que la congrégation ne trouve pas ce plan assez clair ni explicite. Zelada consulte l’auditeur Pierrachi et le vice-légat sur ce sujet. Or, un mémoire du cardinal Antonelli, daté du 7 mai, se trouve dans les archives103 : il parle également d’un projet de contre-révolution du dataire Escofier, ourdi de concert avec Mgr Federici. Escofier pense qu’il s’agit d’une manœuvre facile, Antonelli et le pape pensent le contraire et ne lui font pas confiance. Nous n’en savons pas plus sur ce plan, mais nous voyons que Rome n’avait aucun moyen de réaction et ne pouvait que subir le cours de l’histoire.

71Le cadre événementiel de cette rupture entre Paris et Rome est ainsi posé. Nous sommes les témoins de la clôture du premier acte de cette histoire mouvementée des relations entre le Saint-Siège et le monde nouveau issu de la Révolution française. Puisque nous entendons analyser la politique et la théologie de la Curie romaine, nous devons à présent en reprendre les fondements. Pourquoi cette rupture, quels enjeux Rome considérait-elle par dessus tout ? Pourquoi les brefs Quod aliquantum et Charitas prennent-ils comme ligne de défense essentielle la question de la juridiction et de l’autorité épiscopale ?

Notes

1 Voir sur ce point P. Alvazzi del Frate, « Tra Rivoluzione e reazione : il giornalismo politico nello Stato pontificio (1788-1793) », in La Rivoluzione nello Stato della Chiesa, a cura di L. Fiorani, Pise-Rome, 1998, p. 133-146 ; P. Alvazzi del Frate, Roma e la Rivoluzione francese, l’ottantanove e il giornalismo politico romano, Rome, 1989.

2 AE, Rome 913, f. 80.

3 Ibid., f. 96.

4 Ibid., f. 78.

5 Ibid., f. 120-121.

6 Paris, 1790. Bibliothèque Nationale Ld4 3090 A. Voir en Guillon, I, p. 151-237 ; J. Chaunu, Droit de l’Église et droit de l’homme, Paris, 1789, p. 43-87.

7 A. Mathiez écrivait assez justement que l’Exposition des principes venait trop tard, mais qu’elle « prouva au pape que la grande majorité de l’épiscopat lui obéirait dans tous les cas ». op. cit., p. 356.

8 Jean-Georges-Charles Voidel, Tiers-état, Sarreguemines (1758-1812), DC, p. 940-941.

9 AE, Rome 913, f. 157 et sv.

10 A. Mathiez, op. cit., p. 424.

11 AE, Rome 913, f. 174. On ne voit pas pourquoi P. et P. Girault de Coursac accusent de Bernis d’avoir envoyé ce rapport à Paris le 5 janvier, alors qu’il est classé et signé au 16 décembre, in Louis XVI et la question religieuse, p. 105.

12 AE, Rome 913, f. 204.

13 A. Mathiez juge également que l’Exposition des principes est une tentative de conciliation, et non la justification d’un refus : elle est pour les évêques « une sorte d’apologie de leur conduite, et d’appel suprême au bon vouloir du pape ». op. cit., p. 341. Mais « l’Exposition ne sera comprise ni du pape, ni de l’Assemblée. Le pape... affectera de n’y voir qu’un rappel aux principes du catholicisme, qu’une invitation à résister à une œuvre anticanonique ». Ibid., p. 353.

14 Lettre Quod tibi du 26 janvier 1791, Theiner, p. 25.

15 Lettre Rapiunt animum du 2 février 1791, ibid., p. 25-26.

16 Lettre Doloris lacrymae du 9 février 1791, ibid., p. 26-27.

17 B. Cousin, M. Cubells et R. Moulinas, La pique et la croix, Paris, 1989, p. 132-136.

18 ASV, Epistolae ad Principes, XVI, f. 15 sv. ; Theiner, p. 32-71 ; ACTA I, p. 62 ; Guillon, I, p. 104-263, en latin et français.

19 C. Ledre, L’abbé de Salamon..., p. 104.

20 Pie VI fait ici référence au refus par l’Assemblée de la motion de Dom Gerle, le 12 avril 1790, de déclarer « que la Religion catholique apostolique et romaine est et demeurera pour toujours la religion de la Nation et que son culte sera le seul public autorisé », in B. Cousin, M. Cubells et R. Moulinas, op. cit., p. 104.

21 Lettre Etsi nos usque du 10 mars 1791, ACTA, p. 124, ou Guillon, p. 262-277.

22 Nous en avons une preuve dans la correspondance de l’abbé Beck avec le cardinal Garampi : il se plaint le 24 avril que le bref ne soit toujours pas connu à Strasbourg. ASV, Fondo Garampi 274, f. 443. Pey, lui, écrit le 28 avril de Paris : « Le bref du pape doit paraître aujourd’hui ou demain. La consommation sera violente ». ASV, Fondo Garampi 284, f. 124.

23 « Ce n’est que sur les lieux qu’on peut juger de l’effet que cette pièce produirait si elle venait à la connaissance du public... » écrit Montmorin à Bernis le 29 mars. Cité par A. Mathiez, op. cit., p. 500. L’historien commente : « En gardant le bref secret les évêques secondaient donc la politique de conciliation du gouvernement français. Jusqu’au bout, leur patriotisme et leur charité leur suggéraient la résistance à l’intrigue ultramontaine ». Mathiez avoue ensuite que les dépêches du nonce sont absentes des archives, mais d’autres sources prouvent sa position, notamment la correspondance de l’ambassadeur de la République de Venise à Paris. Ce dernier, dans une lettre du 28 mars 1791, fait effectivement état des lenteurs de la publication du bref pontifical parce que les évêques se sentent blessés dans leurs maximes gallicanes. Mais le diplomate fait immédiatement remarquer qu’une division des évêques jouerait en faveur des « jansénistes » qui dominent le comité ecclésiastique. Mathiez ne peut relever ces finesses théologiques qui, a posteriori, ne font que justifier les refus de Rome. Voir Venise et la Révolution française, les 470 dépêches de l’ambassadeur de Venise au Doge, 1786-1795, édition établie par A. Fontana, F. Furlan et G. Saro, Paris, 1997, p. 534-536.

24 C. Ledre, op. cit. p. 105-106. Lettre de Salamon à Zelada du 5 avril 1792, ASV. Segr. Stato, Francia 641.

25 G. Pioro, « Institution canonique et consécration des premiers évêques constitutionnels », in Annales Historiques de la Révolution Française 28 (1956), p. 346-379.

26 ACDF, SO, St. St. O5d, chemise no 4.

27 ASV, Ep. ad Princ. XVII, f. 62 ; Guillon, I, p. 286-343 ; ACTA, I, p. 141 ; Theiner, p. 75 ; Bullarium, p. 2324.

28 Lettre Cum postremis du 13 avril 1791, Theiner, p. 90.

29 Lettre Mala perturbationesque, ibid., p. 91-92.

30 Guillon, p. 346-400.

31 T. Tackett, La Révolution, l’Église, la France, Paris, 1986, p. 59-61.

32 Voir sa notice dans la prosopographie.

33 Lettre Perfunctus mea, Theiner, p. 300-304.

34 « Num gregem deserat ? Num relinquat plane sedem ?... Sed qui, periculi pavidus, deserat locum et dimittat oves, quid, judice Christo, nisis mercenaria est ? » Theiner, p. 301.

35 Lettre Priores litterae tuae, Theiner, p. 28-32.

36 « Non pro assensu animi », Guillon, p. 181.

37 « Te cardinalitia etiam dignitate exuentes, nisi publicam offensionem tempes tiva ac digna satisfactione retractaveris ». Theiner, p. 30.

38 AAEESS, Francia 12, f. 25 ; ACTA, p. 432.

39 Theiner, p. 105-122 ; Guillon, p. 144-205.

40 Ibid., p. 167.

41 ASV, Fondo Garampi 284, f. 130.

42 C. Ledre, op. cit., p. 111 sv.

43 AE, Rome 913, f. 248.

44 Theiner, p. 313-318.

45 Ibid., p. 314.

46 A. Mathiez, op. cit., p. 519. Voir le récit de cette journée fait par l’ambassadeur de Venise à Paris : il remarque le faible nombre de témoins présents au moment des faits, mais le grand retentissement de l’incident dans la population par la suite. Venise et la Révolution française..., p. 552.

47 Lettre Utinam, Theiner, p. 89-90.

48 ACDF, SO, St. St. O5d, chemise 7.

49 Un exemplaire de ce mémoire au Saint-Office, un autre en ASV, Segr. Stato, Epoca Napol., Francia XXI, 3.

50 ASV, Segr. Stato, Epoca Napol., Francia XXI,3.

51 Lettre Se le pontificie intenzioni, Theiner, p. 345-349.

52 C. Ledre, op. cit., p. 124

53 Ibid., p. 136.

54 Ibid., p. 117-120.

55 J. Godechot, La Révolution française, p. 87.

56 ASV, Segr. Stato, Colonia 289, au 6 juillet 1791.

57 Bref Evenisse tandem, Theiner, p. 100-101.

58 ASV, Segr. Stato, Baviera 7, f. 108.

59 Marie-Adelaïde et Victoire-Marie étaient arrivées à Rome le 15 avril 1791. Elles étaient logées chez de Bernis, et avaient reçues un accueil princier de la part du pape.

60 « Imploramus tibi promptum, pacificum gloriosumque in regnum reditum, receptam a te pristinam potestatem tuam, reductas leges, juraque omnia restituta ». Theiner, p. 101.

61 Nous nous permettrons de citer pour mémoire la conclusion cinglante que Mathiez donnait à son livre : « Quand il apprendra la fuite de Louis XVI à Varennes, Pie VI laissera déborder une joie enthousiaste. Ce qui lui importait d’abord, c’était de sauver les trônes. On réparerait ensuite les autels brisés ». A. Mathiez op. cit., p. 520.

62 J. F. Andre, Histoire de la révolution avignonnaise, Paris, 1844-45, 2 vol. ; P. Charpenne, Histoire de la Révolution dans Avignon et le Comtat et de leur réunion définitive à la France, Paris, 1892 ; P. Charpenne, Les grands épisodes de la Révolution française dans Avignon et le Comtat, Paris, 1902, 4 vol. ; H. Chobaut, « Un révolutionnaire avignonnais, A. P. Peyre », in Annales Historiques de la Révolution Française VIII (1931), p. 31-48 et 97-108 ; J.-J. Clere, « Le rattachement d’Avignon et du comtat à la France : approche juridique (1789-1791), in Annales Historiques de la Révolution Française LXIV (1992), p. 571-587 ; J. Fornery, Histoire du Comtat Venaissin, Avignon, 1910, 3. vol. ; E. A. Granget, Histoire du diocèse d’Avignon et des anciens diocèses dont il est formé, Avignon, 1862, 2 vol. ; A. Kemilainen, « L’affaire d’Avignon (1789-1791) from the viewpoint of nationalism », in Annales Academiae Scientiarum Fennicae B. 172, Helsinki 1971 ; M. Lapied, Géographie politique du Comtat Venaissin à l’époque révolutionnaire, Thèse de 3o cycle, Aix-en-Provence, 1978 ; M. Lapied, « Les dirigeants des mouvements populaires avignonnais et comtadins avant et pendant la Révolution », in J. Nicolas, Mouvements populaires et conscience sociale xvie-xixe siècles, Paris, 1985, p. 409419 ; Passeri, Mémoires sur la révolution d’Avignon et du comtat venaissin, 1793, 2 vol. ; C. Soulier, Histoire de la Révolution d’Avignon et du Comtat Venaissin, Avignon, 1844, 2 vol.

63 Filippo Casoni, né le 6 mars 1733, mort le 9 octobre 1811 à Rome. Référendaire des deux Signatures en 1772, gouverneur de Lorette, puis vice-légat d’Avignon à partir de 1785, rentré à Rome en 1791. En 1794, il est ordonné évêque et nommé nonce à Madrid jusqu’en 1800. Créé cardinal par Pie VII le 23 février 1801, il sera secrétaire d’Etat de 1806 à 1808. HC V (1952), p. 333 ; En Catt III (1949), p. 987 ; DBI 21 (1978), p. 396-398 (C. Bordini).

64 Pierre-François Bouche, Tiers-état, Forcalquier (1758-1850), DC, p. 124-125.

65 ASV, Segr. Stato, Legaz. Avignone 338, f. 32-34.

66 Cité par C. Ledre, op. cit., p. 98.

67 AE, Rome 913, 198.

68 En fait, l’indépendance fut proclamée le lendemain 23 décembre, avec la mise en place d’un comité exécutif de trois membres. Carpentras vota le rattachement du Comtat le 10 janvier 1791.

69 ASV, Segr. Stato, Vescoci 368, f. 300vo.

70 Bref Adeo nota, Guillon, p. 14-77.

71 Lettre Ancorchè antichissimo, Bullarii vol. III, p. 2398-2402.

72 De même, F. Furet écrit : « restait le pape, aux prises avec l’affaire d’Avignon, de moins en moins enclin à distinguer même dans sa condamnation de la Révolution, le spirituel du temporel », in Dictionnaire Critique de la Révolution Française, p. 558.

73 A. Mathiez, op. cit., p. 300. Mais il est parfois prudent : « que Pie VI, en ces mois de juin et de juillet 90, ait fait ces calculs, je ne le crois pas... », ibid., p. 241.

74 Ibid., p. 310.

75 AE, Rome 913, f. 31vo

76 Ibid., f. 52.

77 Ibid., f. 169.

78 Ibid., f. 200.

79 ASV, Arch. nunz. Vienna 110, f. 10 et 317.

80 E. Preclin-E. Jarry, Les luttes politiques et doctrinales aux xviie et xviiie siècles, Paris, 1955, p. 17. Voir également : P. Charpenne, Histoire des réunions temporaires d’Avignon et du Comtat Venaissin à la France, Paris, 1886, 2 vol.

81 E. Préclin et E. Jarry, op. cit., Paris, 1955, p. 23 et 161.

82 Ibid., p. 45 et 697.

83 ASV, Segr. Stato, Legaz. Avignone, 335 à 338.

84 Lettres de Dugnani à Casoni des 3 et 5 mai 1790, Segr. Stato, Legaz. Avignone 338, f. 43v et 48.

85 C. Ledre, op. cit., p. 94.

86 Lettre du 22 mai 1790, Segr. Stato, Legaz. Avignone 338, f. 342.

87 ASV, Segr. Stato, Francia 581.

88 ASV, Segr. Stato, Legaz. Avignone 338, f. 275-279, lettre du 7 mai 1790.

89 Ibid., f. 269, lettre du 1er mai 1790.c

90 Ibid., f. 320, lettre du 15 mai 1790.

91 Ibid., f. 338. lettre du 18 mai 1790 de Celestini à Casoni. « Io vedo bene quanto si sia da temere da quest’assemblea, ma non vedevo altro mezzo da tentare una conciliazione. Se questo non riesce converrà lasciar fare, ed aspettare il remedio dal tempo come Va Ea e costretta di fare costa ».

92 Ibid., f. 62, lettre de Zelada à Casoni du 23 juin 1790.

93 Ibid., f. 82, lettre du 30 juin 1790.

94 Ibid., f. 87, lettre du 5 juillet 1790.

95 Ibid., f.112vo, lettre du 11 août 1790.

96 Ibid., f.119vo, lettre du 25 août.

97 Ibid., f. 364.

98 Ibid., f. 428vo.c

99 Ibid., f. 352vo.c

100 Ibid., f.114vo.

101 ASV, Congr. Avignone, 164.

102 Ibid., f. 54.

103 ASV, Segr. Stato, Epoca Napol., Francia XIV/1.

© Publications de l’École française de Rome, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540