Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rome et la Révolution française

 | 
Gérard Pelletier

Première partie. Au cœur d’une citadelle assiégée? Pie VI, son pontificat et la curie romaine de 1789 à 1797

Chapitre III. Les congrégations particulières

Texte intégral

UNE MÉTHODE FRÉQUENTE

  • 1 F. Jankowiak, « Consistoire (après le concile de Trente) », in DHP, p. 471.
  • 2 A. Theiner, op. cit., vol. I, p. 105-122.
  • 3 Ibid., p. 177-191.

1Lorsque le Saint-Siège se trouve saisi d’une question théologique ou disciplinaire importante, ou qu’il doit faire face à une situation diplomatique critique, il est de tradition que le pape consulte les cardinaux. Il dispose pour cela d’un moyen ordinaire, les consistoires1, secrets ou publics ; mais la mise en place du système des Congrégations a rendu purement formelle cette assemblée du Sacré Collège. Il s’agit surtout de réunions solennelles pour les nominations de cardinaux, les canonisations, ou les discours importants du pape. Nous rencontrerons par exemple durant notre période les consistoires du 26 septembre 17912 pour la renonciation au cardinalat de Loménie de Brienne, celui du 17 juin 17933 pour la mort du roi Louis XVI.

  • 4 « pro negotiorum qualitate aut tempore opportunitate ». G. B. De Luca, Relatio Romanae Curiae fore (...)

2La coutume s’est instaurée par ailleurs de former des « congrégations particulières », ou « extraordinaires », ou « congrégations d’État », pour lesquelles le pape nomme des cardinaux suivant leur compétence ou sa propre confiance, ceux-ci se faisant aider par des théologiens ou des canonistes (n’oublions pas que le diplôme « in utroque iure » de l’université romaine de la Sapienza constitue la porte d’entrée à la Curie). Cette façon de faire est officielle depuis Sixte V, le pape prenant des cardinaux « pour la qualité des affaires ou l’opportunité du moment »4.

  • 5 P. Blet, « La congrégation des affaires de France de 1640 », in Mélanges E. Tisserant, Vol. IV (St (...)
  • 6 M. Dubruel, « La congrégation particulière de la Régale sous Innocent XI », in Revue des Questions (...)
  • 7 M. Rosa, « Curie, XVIe-XVIIIe », in DHP, p. 527 et 528.

3Ces congrégations sont par excellence le lieu où sont susceptibles de s’affronter dans la Curie les diverses tendances résultant d’options théologiques différentes, sur la grâce, sur les Jésuites... Nous en connaissons des exemples célèbres : les congrégations « De auxiliis » où Jésuites et Dominicains se disputèrent sur la grâce jusqu’à ce que Paul V, en 1607, leur interdît de poursuivre le débat et de s’anathématiser ; la congrégation de 1640 étudiée par le Père Blet5 ; ou la congrégation de la Régale6 en 1676, au moment du conflit entre Innocent XI et Louis XIV. Les congrégations particulières étaient devenues très influentes sous le pontificat de Benoît XIV, qui s’en servait pour contourner un certain immobilisme de la Curie. Mais sous ses successeurs, elles perdirent de leur originalité et rentrèrent dans le rang de la politique curiale7.

  • 8 Nous en avons la trace dans une lettre de Antonelli à de Zelada en janvier 1789 pour transférer de (...)
  • 9 Rome, 912, f. 351.

4Pie VI, à l’instar de Benoît XIV, utilise sans cesse cette méthode, qui est à la mesure des nombreuses crises politico-religieuses dont est marqué son pontificat. Nous savons qu’il y eut une congrégation cardinalice pour préparer le voyage du pape à Vienne, puis lors de la crise des nonciatures, plus tard lors des pourparlers avec le Directoire. Il y aura aussi durant notre période une congrégation pour la Pologne et une congrégation pour la Corse. Il faut imaginer que les cardinaux reçoivent du secrétaire d’État ou de la Daterie une convocation, les invitant à étudier un dossier joint qui fournit les documents utiles. Ils doivent se présenter un jour donné, généralement avec un avis écrit qu’ils laisseront ensuite, auprès du pape (au Vatican, l’automne et l’hiver ; le printemps et l’été, au Quirinal), ou auprès du secrétaire d’État, ou chez l’un des cardinaux (le doyen du Sacré Collège est généralement membre des congrégations particulières sous Pie VI). Ces documents de convocation et les avis écrits nous sont précieux pour connaître les membres des congrégations ; les autres sources sont rares : aucun traitement particulier n’est versé pour ces travaux, une part de secret les entoure. Tout cela donne lieu à une importante activité de copie, pour multiplier les exemplaires en autant de personnes concernées, ce qui prend du temps8. Le pape doit ensuite lire les mémoires... A Montmorin qui s’impatiente à Paris, de Bernis écrit le 11 août 1790 : « La cour de Rome a un système tout différent, elle met du temps à tout ce qui est de quelque importance, et ne fait rien sans consulter les cardinaux les plus instruits et les canonistes les plus éclairés »9.

5Mais, pour l’instant, deux ensembles de congrégations retiennent notre attention : celles qui examinent les actes du synode de Pistoie, et celles qui suivent les affaires de France durant la Révolution.

LES CONGRÉGATIONS SUR LE SYNODE DE PISTOIE

6Rome se devait de réagir au synode de Pistoie de 1786, nouvelle expression du régalisme et du mouvement jansénisant juridictionaliste. Certains contemporains craignirent même, devant la lenteur de la réaction, que la Curie ne se tût une fois de plus. En fait, elle travaille, non sans quelques hésitations sur la méthode à utiliser. Il convient d’examiner avec précision ce que fut cette méthode. Il s’agit là d’un dossier théologique, avec des implications politiques. Quand nous passerons à la Révolution française, nous verrons la Curie traiter un dossier politique ayant des implications théologiques.

  • 10 P. Stella, Il giansenismo in Italia, II/I : Roma, Rome, 1995.

7Le croisement des deux dossiers sur une même période impose d’être rigoureux sur les procédures de travail des cardinaux. Pour cette congrégation sur le synode de Pistoie, les archives vaticanes nous permettent de suivre pas à pas le déroulement des travaux. Nous sommes redevables à Pietro Stella d’en avoir édité les éléments essentiels10.

  • 11 De Synodo dioecesana libri tredecim, Rome, 1748.

8Le mouvement réformateur mené par le grand-duc de Toscane, Léopold, est depuis l’origine surveillé par Rome, qui a étudié son programme et mis quelques ouvrages à l’Index, notamment les œuvres du théologien Pietro Tamburini. Au lendemain du synode de Pistoie, Pie VI caresse le projet de réunir un concile général italien, pour qu’il soit désavoué selon les méthodes mêmes des réformateurs. Le pape peut ici se référer à l’œuvre de son prédécesseur Benoît XIV11 préconisant la tenue régulière de synodes diocésains. Mais les difficultés avec les cours de Vienne, Naples et Venise rendent la chose impossible. Le cardinal Antonelli propose de faire mener une étude critique des actes du synode par deux congrégations successives, la première composée d’évêques et de théologiens, la seconde, de cardinaux et d’évêques. L’idée demeure donc de faire juger le synode par des hommes du même ordre que ceux qui l’ont réalisé (Ricci avait composé son assemblée de quelques évêques et théologiens, et surtout des curés de son diocèse).

  • 12 P. Stella, op. cit., p. lix-lxxvi. La première étude sur les congrégations fut l’article de L. Pas (...)
  • 13 Il deviendra cardinal le 1er juin 1795. Il était patriarche d’Antioche. Voir la prosopographie des (...)
  • 14 Angelo Anselmi, évêque de Terracina, Felice Paoli, évêque de Fossombrone et Saverio Marini, évêque (...)
  • 15 Michele Di Pietro, Filippo Liberti, curé de San Lorenzo ai Monti et Rocco Carboni, curé de San Ang (...)
  • 16 Michele Di Pietro est alors consulteur du Saint-Office et professeur de droit à la Sapienza. Né à (...)

9La première congrégation12 est constituée officiellement le 18 décembre 1788. Présidée par Mgr Giulio Della Somaglia, secrétaire de la congrégation des Évêques et Réguliers13, elle réunit trois évêques14 et trois prêtres15, dont Michele Di Pietro16, choisi comme secrétaire. Les travaux de lecture systématique de la lettre de convocation et des actes du synode débutent le 3 février 1789 : soixante-seize réunions se succèdent jusqu’au 24 septembre 1790. Ce jour-là (où se tient également une première congrégation cardinalice sur la Constitution civile du clergé...), Mgr Di Pietro remet à Pie VI les 2350 pages de son voto conclusif. L’équipe travaille dans un esprit de recherche minutieuse de l’hérésie cachée, voulant débusquer toutes les perfidies des Jansénistes, faisant des comparaisons entre les écrits synodaux, les doctrines déjà condamnées dans l’Unigenitus et les autres textes romains. Sa lenteur, à la mesure de la minutie de l’étude et de l’ampleur du travail final, est interprétée par les tenants du synode comme la preuve de l’orthodoxie de fond de celui-ci.

  • 17 P. Stella, op. cit., p. lxxvii-xcvi.
  • 18 Il s’agit cette fois d’hommes de Curie : Antonio Felice Zondadari, secrétaire à la Propagande de l (...)

10Il fallait passer à la deuxième étape17 : on convoque quatre nouveaux évêques18, et treize cardinaux, Michele Di Pietro restant secrétaire pour assurer la continuité. Les cardinaux sont les neuf membres du Saint-Office (Albani, Rezzonico, Colonna, Borromeo, Carafa, Gerdil, Antonelli, Valenti et Zelada), auxquels on adjoint Pallotta, Garampi, Carrara et Campanelli.

11Une nouvelle lecture aurait demandé un travail encore trop lent ; on décide en conséquence de partir du premier voto pour déterminer les propositions essentielles à soumettre à la censure. Les dubii, sur ces propositions, sont imprimés et communiqués aux membres au fur et à mesure. Les séances ont lieu un jeudi sur deux, pour laisser l’autre jeudi aux sessions ordinaires du Saint-Office. On commence le 16 décembre 1790, on travaille ainsi jusqu’au 29 mars 1792. Certains cardinaux font travailler des théologiens à leur service ; le jeu des ex-Jésuites et des Dominicains se profile donc à l’horizon des débats. Di Pietro aurait, selon Pietro Stella, infléchi les travaux dans un sens plus antijanséniste et intransigeant, alors que certains cardinaux (Antonelli et Gerdil) étaient au fond plus modérés. Le dominicain Albertini reproche à Di Pietro de faire du molinisme une doctrine officielle de l’Église. La lecture du synode est strictement juridique, le texte étant pris tel quel, sans aucun effort philologique, ni de compréhension interne. L’histoire ne sert qu’à rechercher les arguments déjà condamnés dans le passé. Pie VI préside en personne les réunions. Son avis, quand il est connu, suit les cardinaux parlant les premiers ; il tend généralement à modérer le jeu des différentes tendances.

  • 19 P. Stella, op. cit., p. xcvii-cxii.
  • 20 P. Stella, « Quo primum tempore : progetto di bolla pontificia per la condanna del Sinodo di Pisto (...)
  • 21 Texte complet en Bullarii VI, p. 2704-2726. Pour une traduction française : Ph. Boutry, « Autour d (...)

12Le travail systématique de discussion point par point étant accompli, il reste à établir un texte pontifical définitif. Prévue pour en finir rapidement, la troisième congrégation19 prend en fait tout son temps, de mars 1792 à mai 1793. Albani, Antonelli et Di Pietro se réunissent chez Gerdil, dans son couvent de San Carlo ai Catenari, le dimanche après-midi. Antonelli aurait souhaité convoquer Ricci à Rome pour un jugement contradictoire, mais la cour de Florence déconseille la chose : sur place, les tensions sont apaisées, le nouvel évêque a suspendu l’application du synode, ses confrères ont désavoué Ricci. Il fallait donc rédiger un texte de condamnation : la méthode de condamnation « in globo », utilisée pour les bulles contre le Jansénisme, avait soulevé des débats d’interprétation infinis : on préfère donc la condamnation de propositions précises, ce qui exige un travail plus long, mais donne un résultat inattaquable. Gerdil propose d’abord 59 propositions, puis on passa à 85. Antonelli juge « à la romaine », avec finesse et rigueur. Gerdil entend de plus légitimer chacune des sentences par une argumentation rigoureuse. Sur la grâce, on se veut prudent et réservé. Sur les biens ecclésiastiques et les quatre articles de l’assemblée du clergé de France, on reste modéré pour ne pas mécontenter les cours d’Europe dont on a alors grand besoin. D’un premier projet présent dans les archives, Quo primum tempore20, on passe à la rédaction finale Auctorem fidei21. Ricci ayant encore refusé de venir à Rome, au grand soulagement des cardinaux pressés d’en finir, Pie VI signe la bulle le 28 août 1794, jour de la saint Augustin ; elle est publiée le 31 août.

13A travers l’histoire des congrégations sur le synode de Pistoie, nous sommes à même de comprendre comment travaille la Curie, et sur quel objet théologique elle se trouve penchée au moment où la France entre dans la Révolution. La présentation de ces éléments était essentielle, pour avancer à présent avec des bases plus solides, sur un terrain moins richement documenté.

Notes

1 F. Jankowiak, « Consistoire (après le concile de Trente) », in DHP, p. 471.

2 A. Theiner, op. cit., vol. I, p. 105-122.

3 Ibid., p. 177-191.

4 « pro negotiorum qualitate aut tempore opportunitate ». G. B. De Luca, Relatio Romanae Curiae forensis, Rome, 1673, p. 40, disc. V, nn 23-24 (Cité par Del Re N., op. cit., p. 77).

5 P. Blet, « La congrégation des affaires de France de 1640 », in Mélanges E. Tisserant, Vol. IV (Studi e Testi 234), Cité du Vatican, p. 59.

6 M. Dubruel, « La congrégation particulière de la Régale sous Innocent XI », in Revue des Questions Historiques 87 (1910), p. 131-145.

7 M. Rosa, « Curie, XVIe-XVIIIe », in DHP, p. 527 et 528.

8 Nous en avons la trace dans une lettre de Antonelli à de Zelada en janvier 1789 pour transférer des copistes du service d’une congrégation à une autre. ASV, Segr. Stato, Cardinali 172, f. 262.

9 Rome, 912, f. 351.

10 P. Stella, Il giansenismo in Italia, II/I : Roma, Rome, 1995.

11 De Synodo dioecesana libri tredecim, Rome, 1748.

12 P. Stella, op. cit., p. lix-lxxvi. La première étude sur les congrégations fut l’article de L. Pasztor, « La curia romana e il giansenismo, la preparazione della bolla « Auctorem fidei ». in Actes du colloque sur le jansénisme Academia belgica. Rome, 2-3 nov 1973, Louvain, 1979, p. 89-104.

13 Il deviendra cardinal le 1er juin 1795. Il était patriarche d’Antioche. Voir la prosopographie des cardinaux.

14 Angelo Anselmi, évêque de Terracina, Felice Paoli, évêque de Fossombrone et Saverio Marini, évêque de Rieti.

15 Michele Di Pietro, Filippo Liberti, curé de San Lorenzo ai Monti et Rocco Carboni, curé de San Angelo in Pescharia.

16 Michele Di Pietro est alors consulteur du Saint-Office et professeur de droit à la Sapienza. Né à Albano le 18 janvier 1747, mort à Rome le 2 juillet 1821. D’une famille de marchands, il fait des études de droit à la Sapienza, puis enseigne le droit, l’histoire et la théologie au Collège romain après le départ des Jésuites. Pris par les congrégations particulières, il cesse d’enseigner en 1792. Nommé évêque in partibus d’Isaure le 21 février 1794, il est ordonné à Frascatti par le cardinal d’York. Nommé délégué apostolique pour la Ville le 20 février 1798, il connait la prison sous la République romaine, est libéré par le versement d’une rançon. Pie VII le nomme secrétaire de la congrégation des Affaires Ecclésiastiques Extraordinaires, et patriarche latin de Jérusalem. Créé cardinal in petto le 23 février 1801, publié le 9 août 1802. Intransigeant contre Napoléon, il fait partie des cardinaux noirs, exilé à Semur-en-Auxois. Il sera ensuite Grand-pénitencier, préfet de l’Index en 1818. Moroni LIII (1851), p. 37-39 ; Michaud XXXIII, p. 294-295 (A. de Montor) ; HC VII(1968), p. 8 ; DBI XL (1990), p. 245-248 (M. Caffiero) ; Boutry, op. cit., p. 104-106.

17 P. Stella, op. cit., p. lxxvii-xcvi.

18 Il s’agit cette fois d’hommes de Curie : Antonio Felice Zondadari, secrétaire à la Propagande de la Foi, Francesco Saverio Passari, Viceregente de Rome, Nicola Buschi, assistant au Seuil pontifical, et Cristiano Saverio Cristiani, préfet de la Sacristie apostolique.

19 P. Stella, op. cit., p. xcvii-cxii.

20 P. Stella, « Quo primum tempore : progetto di bolla pontificia per la condanna del Sinodo di Pistoia », in Rivista di Storia della Chiesa in Italia, XLV/1, 1991, p. 1-41. Le texte du projet est repris en P. Stella, Il giansenismo in Italia, II/1 : Roma, p. 583-606.

21 Texte complet en Bullarii VI, p. 2704-2726. Pour une traduction française : Ph. Boutry, « Autour d’un bicentenaire : la bulle Auctorem fidei (28 août 1794) et sa traduction française (1850) par le futur cardinal Clément Villecourt », in MEFRIM 106 (1994)-1, p. 203-261.

© Publications de l’École française de Rome, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540